Version classiqueVersion mobile

Au cœur religieux de l’époque moderne

 | 
Dominique Dinet

Les bibliothèques monastiques de Bourgogne et de Champagne au XVIIIe siècle

(1983)1

Texte intégral

  • 1 Paru intialement dans Histoire, Economie, Société, 1983, p. 281-302.
  • 1 Abréviations utilisées :
    A. D. Archives départementales
    A. C. Archives communales
    A. N. Archives natio (...)
  • 2 En fait, ces diocèses débordent même sur la Lorraine (une paroisse), le comté de Bourgogne et l’Orl (...)
  • 3 Ce nombre ne baisse guère au xviiie siècle car les fermetures sont compensées par de nouvelles créa (...)

1Cette enquête sur les bibliothèques monastiques1 n’englobe pas la totalité de celles-ci, mais seulement celles des diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon, soit principalement le nord de la Bourgogne et le sud-est de la Champagne2, qui comptaient encore au xviiie siècle beaucoup d’établissements religieux d’hommes et de femmes : selon les dates, on dénombrait alors entre 150 et 160 abbayes, monastères et couvents3.

  • 4 Thèse de doctorat d’Etat, commencée en 1976.

2Nos recherches sur les « Réguliers et la vie régionale aux xviie et xviiie siècles » dans ces diocèses4 nous ont amené à nous interroger sur la culture monastique et la participation des religieux et religieuses aux activités intellectuelles du siècle des Lumières (faute de renseignements suffisants pour le xviie), sur les instruments dont ils disposaient à cet égard, en particulier leurs bibliothèques. Avaient-ils un grand nombre d’ouvrages ? Ceux-ci témoignaient-ils d’une ouverture sur le monde, sur leur époque, sur leur région, ou au contraire confirmaient-ils leur retranchement volontaire face à la société ? Avaient-ils au moins les livres de piété, de méditation, et plus largement des œuvres religieuses (de leur temps ou non ?) les aidant dans leur prière ici-bas ? Utilisaient-ils tout cela ? N’étaient-ils que des conservateurs passifs, des gens indifférents aux livres, ou prompts à acquérir les nouvelles publications, soucieux de mise à jour de leurs connaissances, avides de participer au mouvement intellectuel de leur époque, de leur province et dans quel domaine ?

  • 5 Dans cette région, le premier à s’être intéressé, mais de façon superficielle, aux bibliothèques mo (...)
  • 6 J. Quéniart, Culture et société urbaines dans la France de l’Ouest au xviiie siècle, Paris, 1978 (p (...)
  • 7 Ainsi : M. de Chantal-Gueudré, Histoire de l’ordre des Ursulines en France, t. II, Paris, 1960, p.  (...)
  • 8 E. Picard, « Une bibliothèque conventuelle au xviiie siècle : les Théatins de Sainte-Anne-la-Royale (...)

3Ces questions nous conduisent à nous arrêter successivement sur l’importance de ces bibliothèques, sur leur composition et leur vie même5, en nous demandant si ces religieux sont semblables à ce clergé séculier de l’ouest de la France ou de Paris, dont J. Quéniart et, avec quelques nuances, M. Marion ont souligné le retard culturel en dehors de leur « spécialité6 ». Il sera évidemment plus difficile de les comparer à leurs frères et sœurs d’autres régions, les études étant rares et le plus souvent limitées à des esquisses7 ou à des monographies de couvent, dont certaines, comme celle consacrée aux Théatins de Sainte-Anne-la-Royale à Paris par E. Picard8, sont précieuses.

L’importance des bibliothèques

4Deux méthodes de mesure s’offrent à nous : l’une, sommaire, est une simple indication du nombre des volumes, avec parfois la mention de quelques titres considérés comme plus prestigieux que les autres. On la trouve en parcourant les inventaires généraux de ces établissements dressés en 1790. L’autre, infiniment plus riche et plus utile, est fournie par un catalogue détaillé de la bibliothèque du monastère.

  • 9 A. D. Haute-Marne, 2 H 9.
  • 10 A. D. Côte-d’Or, 3 H 65 et 3 H 67 (au début de cette liasse). J. B. Sarrazin, natif du diocèse d’Au (...)
  • 11 A. D. Côte-d’Or, H 1090.
  • 12 D’autres inventaires postérieurs à 1760 existent, mais ils sont incomplets : A. D. Côte-d’Or, 3 H 6 (...)

5Là encore, la plupart datent des premières années de la Révolution. Pourtant quelques-uns sont antérieurs : celui des Cisterciens de Beaulieu remonte à 17099, celui des Bénédictins de Bèze a été réalisé par le bibliothécaire J. B. Sarrazin au milieu du siècle10, celui des Dominicaines de Dijon figure dans l’état du couvent, confectionné lors de sa fermeture pour mauvaise gestion en 176811. Il est regrettable qu’en dehors de l’abbaye de Bèze, nous ne possédions pas plusieurs catalogues qui permettraient de saisir l’évolution, l’enrichissement ou les pertes de ces monastères12. Le plus souvent, notre jugement sur ces bibliothèques devra donc se porter au terme de leur existence.

  • 13 A. D. Haute-Marne, 8 H 184 (sans doute réalisé en 1790).
  • 14 A. D. Côte-d’Or, Q 830-3 (1790). Par contre la cote 1 H 1788 n’est pas un inventaire mais une indic (...)

6Naturellement ces catalogues ne sont pas sans imperfection. Peut-être a-t-on oublié – volontairement ou non – d’y inscrire quelques ouvrages ? En outre, l’ordre de classement n’est pas toujours le plus adapté à notre recherche : si à Bèze, les livres sont groupés par thème, puis par format, et si à Morimond, les Cisterciens les avaient rangés par ordre alphabétique d’auteurs ou d’anonymes13, chez les Bénédictins de Saint-Bénigne à Dijon, ils ne sont classés que par format décroissant14, et dans d’autres abbayes, comme à Beaulieu, la liste est établie selon la disposition des ouvrages sur les rayons de la bibliothèque !

7Plus gênant pour nous, le vague de certaines rubriques : par exemple, à Saint-Bénigne de Dijon :

« no 1884. Vieux ascétiques et livres pieux souillés et de nulle valeur, 18 paquets.
no 1885. Vieille théologie scholastique, 12 paquets.
no 1886. Constitution Unigenitus, 11 paquets. »

8et à l’extrémité du catalogue :

« 14 paquets de vieux livres sur divers sujets. »

  • 15 B. M. Châtillon-sur-Seine, ms. 39 (1792). Il comprend 1232 articles, mais les pages contenant les n (...)
  • 16 B. M. Troyes, ms. 2538 (vers 1795). La première partie est perdue.
  • 17 Ces catalogues manquent à la B. M. de Chaumont (ms. 250 et 251) depuis plusieurs années.

9Plus grave néanmoins, du fait de problèmes de conservation, la perte partielle de certains catalogues : un tiers des pages de celui des Bénédictins de Molesmes a été arraché depuis longtemps15, la moitié de celui des Cisterciens de Clairvaux nous manque16. Enfin il nous reste à déplorer les déprédations du xxe siècle qui nous privent de tout renseignement sur les Ursulines de Langres ou les Génovéfains du Val-des-Écoliers, près de Chaumont17.

10Malgré ces réserves, de telles sources sont d’une très grande valeur, infiniment supérieures aux inventaires après décès des particuliers, laïcs ou ecclésiastiques séculiers, qui n’indiquent pas toujours le nombre exact des volumes possédés par le défunt, et plus rarement encore, la totalité des titres.

11Nos recherches, dans leur état actuel, nous ont permis de retrouver 21 catalogues. Il est vraisemblable que des investigations supplémentaires devraient nous en livrer davantage, notamment du côté des Jésuites, dont nous n’avons guère exploré les archives, mais nous ne devons pas entretenir de grandes illusions, ce type de document est assez rare. Au mieux, quelques autres viendront compléter notre moisson.

  • 18 Voir notes 14, 15 et 10. Pour Pothières : B. M. Châtillon-sur-Seine, ms. 26 (1792). Pour Tonnerre ( (...)
  • 19 B. M. Châtillon-sur-Seine, ms. 26 (1792) qui regroupe 4 catalogues.
  • 20 B. M. Châtillon-sur-Seine, ms. non coté.
  • 21 B. M. Auxerre, ms. 260-g (Auxerre) et A. D. Yonne, L 625 (Noyers).

12Nous disposons ainsi d’une documentation exhaustive assez satisfaisante pour les bibliothèques de six abbayes bénédictines (Saint-Bénigne à Dijon, Tonnerre, Molosmes, Molesmes, Bèze de la congrégation de Saint-Maur et Pothières qui dépendait de celle de Saint-Vanne18), de six abbayes cisterciennes : Beaulieu, Quincy, Lézinnes et trois autres plus prestigieuses : Clairvaux, Pontigny et Morimond, chacune à la tête d’une importante filiation. Le reste concerne les Génovéfains, les Feuillants et les Cordeliers de Châtillon-sur-Seine19, les Minimes de Tonnerre, les Cordeliers de Tanlay, les Chartreux de Lugny20, les Prémontrés (ancienne observance) de Saint-Marien d’Auxerre, les Doctrinaires de Noyers21 et les Dominicaines de Sainte-Catherine de Sienne à Dijon.

13C’est donc pour les ordres féminins, qui ne comptaient pas moins de 70 monastères dans nos diocèses, que la représentativité de notre source est la plus médiocre. Elle est heureusement meilleure pour les ordres masculins, malgré des inégalités : honorable pour les Bénédictins ou les Cisterciens, elle paraît très insuffisante pour les ordres mendiants (trois cas pour 31 couvents) dont il serait tout à fait erroné de juger de la culture à travers les exemples des Cordeliers de Châtillon-sur-Seine et de Tanlay.

14Naturellement ces bibliothèques ne sont pas toutes de la même importance. Notre connaissance du nombre des volumes qu’elles contiennent dans la seconde moitié du xviiie siècle nous autorise à indiquer que la majorité des collections est supérieure à 600 volumes et inférieure à 5 000.

  • 22 M. Quantin, op. cit., p. 352 (et encore, beaucoup de ces volumes sont des manuscrits et non des imp (...)
  • 23 Ibid., p. 353 (ce sont uniquement des imprimés).

15Certes, quelques-unes sont de très petite dimension : les inventaires de celles des Feuillants et des Cordeliers de Châtillon-sur-Seine, en 1792, ne permettent de comptabiliser, respectivement, que 182 et 369 volumes. Les Cisterciens de Quincy étaient à peu près au même niveau, en 1790, avec 364 volumes22. Ceux de Reigny avec 560 volumes23, comme les Prémontrés de Saint-Marien d’Auxerre avec 579 volumes étaient déjà plus riches.

  • 24 Ibid., p. 349.
  • 25 A. D. Yonne, H 2175 et L 626.

16La plupart des bibliothèques connues se situaient au-delà. Plusieurs comprenaient entre 900 et 1 500 volumes : ainsi les Génovéfains de Châtillon-sur-Seine (983 volumes), les Bénédictins de Pothières (926 volumes) et de Molosmes (1341 volumes)24. Les Minimes de Tonnerre avec environ 1 600 volumes25 et les Dominicaines de Dijon avec 1 019 volumes en 1768 avaient des fonds de même importance.

  • 26 A. D. Haute-Marne, 1 Q 650. Dans ce groupe également, celles des Bénédictins et des Dominicains d’A (...)

17D’autres bibliothèques dépassaient largement ces chiffres, comme celles des Bénédictins de Molesmes et surtout de Bèze, celle des Chartreux de Lugny, celle des Cisterciens de Pontigny (environ 3 500 volumes), celle des Prémontrés réformés de Septfontaines avec près de 2 800 volumes26.

  • 27 A. D. Haute-Marne, 1 Q 636.
  • 28 A. D. Côte-d’Or, Q 832 (14 décembre 1790).

18Enfin quelques-unes étaient encore plus fournies. C’était le cas de celle des Bénédictins de Saint-Bénigne à Dijon, avec un peu plus de 5 000 volumes, de celle des Cisterciens de Morimond, dont le premier inventaire de 1790 avait recensé 5 315 volumes27, de celle des Chartreux de Dijon qui en comptait alors 9 39828. Le sommet était atteint chez les Cisterciens de Clairvaux qui possédaient environ 50 000 volumes à la veille de la Révolution, dont 35 000 avaient été acquis en 1782.

  • 29 A. D. Côte-d’Or, L 1503.
  • 30 A. D. Côte-d’Or, Q 832. Selon lui, ces livres « servent habituellement à l’instruction des Chartreu (...)

19A ces bibliothèques monastiques s’ajoutaient parfois quelques livres détenus par les moines dans leur cellule, ce qui n’était pas toujours négligeable, loin de là ; ainsi chez les Chartreux : à Lugny, en 1790, presque tous les religieux avaient des ouvrages de dévotion, le prieur, Grégoire Bollot, déclara même en posséder près de 20029. C’était peu en regard du vicaire de la chartreuse de Dijon, Anthelme Schumacher, qui en avait 1 20030.

20L’état de ces collections à la fin du xviiie siècle nous paraît dépendre de trois raisons majeures : les épreuves passées ou récentes, la finalité des congrégations, le dynamisme inégal des abbayes.

21Celles-ci se trouvaient parfois en ruine au xviie siècle quand le mouvement de la réforme post tridentine les a fait renaître. Par exemple, lorsque Molosmes s’unit à la congrégation de Saint-Maur en 1667, avant de reconstituer une bibliothèque, il fallut d’abord rebâtir le monastère. En outre, ceux de la partie orientale de notre région avaient beaucoup souffert des destructions de la guerre de Trente Ans. Encore à la fin du règne de Louis XIV, les mêmes zones connaissent les invasions étrangères : Beaulieu est pillé en 1711.

  • 31 Sur ces problèmes, on trouvera quelques indications, méritant de sérieuses corrections, dans Dom R.(...)

22Or, reconstruire coûte cher et empêcha peut-être des acquisitions substantielles de livres. De tels problèmes financiers se sont posés avec davantage d’acuité pour les couvents de femmes, dont beaucoup furent des créations du xviie siècle, aux moyens très limités, rarement en terres et immeubles, mais plutôt en rentes, d’autant que la monarchie était hostile à l’extension des biens de mainmorte. Ce même état, à chaque changement de règne, ignorant superbement les engagements du souverain précédent, accablait les rares possessions foncières de ces couvents de droits d’amortissement considérables, particulièrement en 1749. Il suffisait alors d’une gestion médiocre ou imprudente, notamment lors de l’affaire de Law, pour réduire ces établissements à la dernière extrémité ou… à la mendicité auprès de la monarchie qui, fortement sollicitée, créa à cet effet la « Commission des Secours » en 1727, laquelle distribua chichement quelques sommes avant de tenter la fermeture des couvents qui avaient la plus mauvaise situation financière, le moins de protecteurs et une réputation de jansénisme31. Il est indéniable que cela ne pouvait que freiner, spécialement dans ces instituts féminins, les achats de livres.

  • 32 Pour les Ursulines, outre M. de Chantal-Gueudré, op. cit., voir M.-A. Jegou, Les Ursulines du faubo (...)

23La finalité des congrégations explique aussi partiellement la richesse ou la pauvreté de nos bibliothèques. Il n’est pas étonnant que celles des Bénédictins de Saint-Maur, dont les supérieurs généraux avaient voulu stimuler le zèle érudit, comprennent davantage de volumes que celles des couvents de mendiants, préoccupés en premier lieu d’un apostolat plus populaire. De même, il est vraisemblable que beaucoup de monastères de femmes n’avaient pas des collections très garnies, étant donnée leur vocation : les sœurs hospitalières ou charitables, qui représentaient un peu moins de la moitié des communautés, outre leurs devoirs religieux, devaient d’abord soigner les malades et n’avaient guère le temps, ni le goût de la lecture, excepté quelques ouvrages de dévotion. Saint-Vincent-de-Paul et d’autres ne les avaient jamais destinées à une œuvre intellectuelle. Certes les Ursulines (15 couvents pour nos diocèses), les sœurs de Saint-Charles (au Fayl-Billot) et celles instituées par Saint-Pierre-Fourier (à Donzy) étaient des enseignantes. Pourtant il ne faut pas s’y tromper, cette instruction était assez rudimentaire et en priorité morale, religieuse, chrétienne32. Quant aux religieuses contemplatives, elles devaient prier le Seigneur, chanter ses louanges. Elles avaient une vie consacrée à l’oraison, non à la culture.

  • 33 Dijon avait près de 23 000 habitants en 1786. L’Université et surtout le Parlement y entretenaient (...)

24Néanmoins le dynamisme des abbayes reste déterminant. Celles qui, perdues dans le monde rural, ont peu de rapports avec les villes et qui n’abritent qu’un tout petit nombre de moines (entre 3 et 5 fréquemment, chiffre qui n’est pas seulement celui de 1790, mais s’est révélé une constante des xviie et xviiie siècles) n’ont pas des bibliothèques très importantes. Au contraire, en ville et notamment dans la plus peuplée, Dijon, principal centre intellectuel régional33, mais parfois également à la campagne, si l’abbaye a su conserver son prestige, son noviciat, des fonctions d’études, on rencontre là les plus riches fonds.

  • 34 M. Quantin, op. cit., p. 363.
  • 35 B. M. Auxerre, ms. 260-d.
  • 36 B. M. Chaumont, ms. 254.
  • 37 B. M. Auxerre, ms. 260-c.

25Ceux-ci faisaient bonne figure parmi les bibliothèques ecclésiastiques de la région : les Bénédictins de Saint-Pierre-le-Vif à Sens n’avaient que 1 638 volumes en 179034. Parmi les séculiers, le chanoine Potel à Auxerre en laissait un millier à sa mort en 178335 ; l’évêque de Langres, de la Luzerne, en possédait plus de 3 000, lorsqu’il partit en émigration36. Au mieux, le chapitre d’Auxerre détenait 6 369 volumes, à sa disparition en 179337.

  • 38 A. Colombet, Les parlementaires bourguignons à la fin du xviiie siècle, Dijon, 1937, p. 194-195 (ma (...)
  • 39 A. Ronsin, La bibliothèque Bouhier. Histoire d’une collection formée du xvie au xviiie siècle par u (...)

26Par contre, si les plus importantes bibliothèques monastiques peuvent soutenir la comparaison avec celles de certains présidents au Parlement de Bourgogne comme Nicolas Jannon (1737-1829) ou Joly de Bévy (1736-1822), qui disposaient chacun de près de 8 000 volumes38, elles apparaissent modestes à côté des grandes collections formées par quelques familles de parlementaires dijonnais : les présidents de Brosses (1709-1777) ou Chartraire de Bourbonne (1737-1781), qui hérita de celle des Bouhier, avaient environ 35 000 volumes, sans compter des centaines de manuscrits et un cabinet de médailles. Cette dernière bibliothèque avait un rayonnement considérable ; assez largement ouverte à ceux qui en avaient besoin, elle était le siège d’une société littéraire très active. Sa renommée était telle que les Cisterciens de Clairvaux n’hésitèrent pas un instant à l’acheter, lorsqu’elle fut à vendre en 178239.

  • 40 J. Quéniart, Culture et société…, p. 202-307.
  • 41 M. Garden, Lyon et les Lyonnais au xviiie siècle, Paris, 1970, p. 459.
  • 42 M. Gresset, Gens de justice à Besançon. 1674-1789, Paris, 1978, p. 558-560 et 652.
  • 43 J. Nicolas, La Savoie au xviiie siècle. Noblesse et bourgeoisie, Paris, 1978, p. 1000-1002. Relevon (...)

27Au-delà de la Bourgogne et de la Champagne, de nombreuses bibliothèques provinciales sont nettement moins fournies que celles de nos plus riches abbayes : cela est vrai aussi bien dans les villes de l’ouest français et pour toutes les catégories sociales dont les collections supérieures à 2 000 volumes sont assez exceptionnelles40, qu’à Lyon41 ou parmi les gens de justice de Besançon42 ou les grandes familles de Savoie43.

  • 44 E. Picard, op. cit., p. 237.
  • 45 M. Marion, op. cit., p. 27-31.

28Cependant, en dehors de Clairvaux, nos monastères n’ont pas des fonds comparables à ceux de la majorité des couvents parisiens, au moins chez les hommes. Car chez les femmes, il est rare de trouver des bibliothèques égales ou supérieures à 3 000 volumes : seules les Capucines du Marais et les Carmélites de la rue d’Enfer atteignent ce niveau, les autres religieuses n’ont que de 800 à 1 200 volumes pour la plupart, ce qui les rapproche singulièrement des Dominicaines de Dijon. Chez les hommes, si les Théatins disposaient d’environ 8 000 volumes44, de nombreux monastères, sans compter certains séminaires et collèges, possédaient plus de 30 000 volumes à la veille de la Révolution : ainsi les Jacobins de la rue Saint-Honoré (32 000), les Oratoriens (37 750) ou les Bénédictins de Saint-Germain-des-Prés45.

29Ce simple examen du nombre des livres laisse donc entrevoir une disparité entre religieuses et religieux. Les seconds ont souvent de plus riches bibliothèques, surtout dans quelques ordres comme les Bénédictins. Néanmoins cela est d’un intérêt limité en regard d’une étude de la composition de ces bibliothèques.

La composition des bibliothèques

30Immédiatement surgissent des questions de méthode. On ne peut ni les éluder, ni les négliger, car elles ne sont pas neutres.

  • 46 A. D. Haute-Marne, 1 Q 636.
  • 47 Sur les richesses de Clairvaux : A. Vernet et J. F. Genest, op. cit. Les malheurs des moines de Mor (...)

31Naturellement les comptages sont effectués par titre et non par volume, comme le firent les commissaires de 1790 à Morimond, lors de leur première investigation46. En outre, ne seront envisagés ici que les imprimés, les manuscrits étant volontairement laissés de côté. D’ailleurs seules quelques vieilles abbayes, qui avaient eu la chance d’échapper à la plupart des dévastations et des pillages des xvie et xviie siècles, comme Clairvaux, disposaient, en la matière, de grandes richesses, autant par la quantité que par la qualité et la rareté. Au contraire, un sanctuaire comme Morimond, ravagé à de multiples reprises et plusieurs fois abandonné par ses moines chassés par la soldatesque, n’avait que sept manuscrits en 179047. En plus, ce type d’ouvrage pose des problèmes particuliers, légèrement différents des imprimés.

  • 48 Cela a l’avantage de faciliter les comparaisons. Ainsi M. Marion reprend la même classification, en (...)
  • 49 En suivant l’usage actuel, les derniers Pères étant Isidore de Séville († 636) pour l’Occident et J (...)

32Pour le classement de ceux-ci, nous avons repris les rubriques qu’utilisaient déjà les libraires du xviiie siècle et certains bibliothécaires de nos abbayes, ainsi J. B. Sarrazin à Bèze48. Nous distinguons cinq matières principales : religion, histoire, droit, belles-lettres, sciences et arts. À l’intérieur de celles-ci, il est souvent souhaitable d’opérer des séparations supplémentaires : histoire sacrée, histoire profane, droit canonique, droit civil, et pour la rubrique religion : écriture (et commentaire de celle-ci), conciles, Pères de l’Église49, théologie et spiritualité.

33Une telle classification ne doit pas nous faire oublier quelques notions de bon sens. D’abord, il est parfois difficile de glisser un livre dans telle ou telle rubrique, si bien que le choix opéré comporte une part d’arbitraire. Il en résulte que les pourcentages établis ne doivent pas être lus avec une rigueur mathématique. Ils traduisent simplement des tendances.

34En plus, l’importance d’une catégorie peut dépendre des acquisitions des moines, qui, dès que leur fonds était important, n’achetaient guère les ouvrages à l’unité, mais quelquefois par bibliothèque entière. S’ils s’en procuraient une assez spécialisée, la rubrique considérée se trouvait gonflée d’autant.

35Surtout, la classification n’a pas la même signification dans toutes les bibliothèques : elle varie en effet selon les dimensions de celles-ci. Par exemple, dénombrer 10 % de titres scientifiques dans une collection de 300 ouvrages n’a finalement aucun rapport avec les mêmes 10 % dans un fonds de 10 000 ouvrages.

  • 50 Et même en regroupant xve et xvie siècles. On remarquera que ceci ne signifie pas forcément que ces (...)

36Il faut donc être prudent, éviter les affirmations brutales, les faux-semblants et ne pas hésiter à examiner le contenu réel de ces bibliothèques, même si cela est long. Le quantitatif ne dispense pas du qualitatif. Ils s’éclairent mutuellement. Pour améliorer l’observation, il nous a paru intéressant de considérer également la langue dans laquelle ces livres sont écrits et leur période d’édition, en nous limitant au siècle50.

  • 51 Nous publierons le détail dans notre thèse.

37Parmi les différents types d’ouvrages, le livre religieux vient en première place dans toutes nos abbayes, mais avec des nuances sensibles d’un monastère à l’autre : cette proportion, énorme chez les Dominicaines de Dijon (environ 80 %), est bien moindre chez les Bénédictins (le minimum étant constaté à Bèze : 29 %), le plus souvent elle oscille entre 45 et 55 % : 43,7 % à Beaulieu en 1709, 55,1 % à Morimond en 1790, 57 % chez les Prémontrés d’Auxerre51

  • 52 Il est remarquable néanmoins que ce type d’ouvrages − en considérant le siècle d’édition − est en c (...)

38Les autres catégories de livres varient davantage, sauf ceux consacrés aux sciences et arts qui sont toujours en dernière position et n’occupent souvent qu’une faible partie des rayonnages, de 4 à 7 % des titres : 4 % à Morimond (105 titres), 5,7 % à Beaulieu (mais 12 titres seulement !), 6,6 % à Bèze. Il semble que ce soient les Bénédictins qui aient à cet égard les bibliothèques les plus fournies52.

39Le droit est le plus inégalement représenté : les plus démunis sont les Cisterciens de Beaulieu en 1709 (2,3 %) alors que les Bénédictins de Bèze au milieu du siècle apparaissent comme les plus riches en la matière avec 23,3 %, grâce à un fonds de droit civil du xvie siècle assez important. Ailleurs cette rubrique compte de 9 à 16 % des titres.

40Les belles-lettres arrivent en seconde position à Beaulieu, à Saint-Marien d’Auxerre et surtout à Bèze où, avec 26,6 % des titres, elles se rapprochent des ouvrages religieux. Dans les autres bibliothèques, ce secteur ne vient qu’au troisième rang avec 11 à 15 % des titres.

41L’histoire figure en deuxième place à Morimond (20,4 %) et à Saint-Bénigne de Dijon, tandis que dans les autres abbayes on ne la trouve qu’en troisième (Saint-Marien d’Auxerre) ou quatrième position (Bèze). Sauf à Morimond, l’histoire profane l’emporte toujours.

  • 53 Pourtant certains religieux connaissaient ces langues puisque, le 9 novembre 1746, l’évêque de Lang (...)

42Autre indication quantitative : la langue des ouvrages. Tout de suite l’extrême rareté des langues étrangères modernes nous a frappé. La proportion n’atteint jamais 1 % et de nombreuses bibliothèques, aussi bien celle des Dominicaines de Dijon que celle des Bénédictins de Pothières, en sont totalement dépourvues. Parmi les fonds où on en rencontre quelques-uns, l’italien et, dans une moindre mesure, l’espagnol dominent très largement ce maigre lot. Les autres langues remarquées se limitent au portugais et à l’allemand53.

43En dehors du latin, les langues anciennes ne sont guère plus fréquentes (au mieux 0,5 à 1 %). En outre de tels ouvrages comportent presque toujours une traduction latine à côté du texte original, le plus souvent en grec.

44Français et latin se partagent le reste, mais le premier a de beaucoup l’avantage. C’est dans la bibliothèque des Dominicaines de Dijon que la langue de Virgile est la plus minoritaire : à peine 10 % des titres, chiffre qui s’amenuise encore dans la réalité car la plupart de ces ouvrages sont bilingues ! Sans aller jusque-là, le français compte 75,5 % des titres chez les Bénédictins de Pothières et 66 % chez les Cisterciens de Morimond. Certes, dans quelques fonds il est légèrement dépassé par le latin : à Saint-Marien d’Auxerre où celui-ci représente 53,1 % des ouvrages, comme à Bèze, 53,2 %. Pourtant dans cette dernière abbaye, les fragments de catalogue plus tardifs nous montrent que le français l’emporte à la veille de la Révolution, car de plus en plus les publications du xviiie siècle sont en français, même dans le domaine religieux où le latin a quelque peu résisté, ainsi que de façon moindre, dans le secteur des belles-lettres lorsqu’on réédite des œuvres de l’Antiquité que tout homme cultivé se doit de connaître. La bibliothèque de Morimond nous a paru à cet égard suffisamment exemplaire :

Date d’édition

Avant le xviie

xviie

xviiie

Total

Domaine

Lat.

Fr.

Total

Lat.

Fr.

Total

Lat.

Fr.

Total

Lat.

Fr.

Religion

71

6

77

398

410

808

128

463

591

597

879

Histoire

15

7

22

66

197

263

19

239

258

100

443

Droit

8

2

10

59

83

142

13

87

100

80

172

Belles-lettres

27

2

29

68

70

138

16

108

124

111

180

Sciences & Arts

1

1

2

4

25

29

2

72

74

7

98

Total

122

18

140

595

785

1 380

178

969

1 147

895

1 172

N. B. Les autres langues ne figurent pas dans ce tableau mais ne changent rien aux proportions d’ensemble.

45La période d’édition a donc une large influence sur ce rapport français-latin. Elle témoigne en outre du plus ou moins grand enrichissement de ces bibliothèques au cours du xviiie siècle, de leur renouvellement, de leur ouverture sur leur temps, même s’il ne faut pas oublier que nos religieux ont pu acquérir alors des ouvrages plus anciens, notamment s’ils achetaient des livres par fonds entiers.

46La rareté des livres imprimés au xviiie siècle dans certaines collections monastiques nous paraît significative du faible intérêt porté par ces moines à la culture de leur époque. Chez les Prémontrés de Saint-Marien d’Auxerre, ces ouvrages ne représentent que 4,4 % de la bibliothèque. Sauf un, ce ne sont que des livres religieux. Les Feuillants de Châtillon-sur-Seine semblent avoir été dans des dispositions analogues : 10 % de leurs livres appartiennent au xviiie siècle alors que la majorité de leur maigre fonds remonte au xvie siècle.

47Mais on ne peut généraliser à partir de ces deux cas. Au contraire, dans la plupart des bibliothèques que nous pouvons appréhender vers 1790, la proportion des éditions du xviiie siècle, sans être prédominante, représente entre 37 et 45 % du fonds : cela se vérifie chez les Bénédictins de Pothières (44,5 %), chez les Cisterciens de Morimond (43 %), les Génovéfains de Châtillon-sur-Seine ou les Chartreux de Lugny. De plus, parmi ces ouvrages, le livre religieux domine moins fortement que par le passé, au profit de l’histoire, de la littérature et d’abord des œuvres scientifiques.

48L’étude quantitative nous révèle ainsi d’une abbaye à l’autre l’inégalité de l’ouverture de ces bibliothèques au monde, à leur temps, aux sciences profanes. L’analyse qualitative va nous permettre d’affiner cette vision.

49Parmi les sciences sacrées, la tradition veut que l’Écriture sainte ait la priorité, même si cette section n’est jamais la plus abondante. Sauf à Beaulieu en 1709, on rencontre davantage de commentaires que de textes sacrés. Les bibles, plus souvent latines que françaises, ont très rarement une version grecque. Celles en langues orientales sont presque toujours absentes.

50Seules les grandes bibliothèques contiennent les commentaires les plus variés et montrent le souci des religieux de maintenir leur culture à jour dans ce domaine. Ainsi à Pontigny et à Morimond, les auteurs du xvie siècle, Maldonat, Van Est, Cornelius a Lapide et même Calvin, voisinent avec ceux des époques plus récentes : Bossuet (également à Bèze), les Oratoriens Bernard Lamy et Richard Simon, le Bénédictin Augustin Calmet (en faveur aussi à Saint-Bénigne de Dijon et à Bèze) et les jansénistes Sacy et Duguet.

51A l’exception sans doute des Chartreux de Dijon, la section des conciles est en général de faible volume. Celle des Pères de l’Église ne manifeste pas d’originalité. Elle n’a une certaine ampleur que dans les grandes bibliothèques, sinon elle est très faible, le cas extrême étant celui de Beaulieu où un seul auteur figure : Saint Augustin. Celui-ci, partout en grande faveur, doit partager cette place (et non seulement chez les Cisterciens) avec Saint Bernard, qui fut d’abord un apôtre de la région et qui est là comme tel.

52Beaucoup plus fournies sont les différentes catégories de la théologie, occupant jusqu’aux 4/5 du fonds religieux, comme à Morimond. Dans cet ensemble, la scolastique n’a qu’un rôle mineur et ne paraît guère passionner nos moines. En dehors de Saint Thomas d’Aquin et Saint Bonaventure assez fréquents, de nombreux auteurs sont absents, chaque abbaye ayant fait des choix : Morimond possède Gerson, Suarez, Dominique de Soto, mais ignore Cajetan, présent seulement à Bèze et à Saint-Marien d’Auxerre.

  • 54 Cette littérature religieuse du xviiie siècle mériterait une étude de grande ampleur, dans la ligné (...)
  • 55 L. Prunel, Sébastien Zamet, Paris, 1912, p. 59, 68, 82, 192. Ce prêtre devenu aveugle termina sa vi (...)
  • 56 Sa Dévotion au Sacré Cœur de Jésus (Lyon, 1691, mise à l’index en 1704, mais plusieurs fois réédité (...)
  • 57 D. Dinet, « Mourir en religion aux dix-septième et dix-huitième siècles », Revue historique t. CCLI (...)

53Théologie morale et théologie ascétique sont partout d’une autre ampleur. La seconde n’étonne pas chez des religieux, mais le développement de la première semble marquer la littérature religieuse de l’époque54. La plupart des auteurs post-tridentins s’y trouvent, qu’ils soient orthodoxes ou non (à cet égard les Chartreux de Lugny, très hostiles au jansénisme, à l’inverse des Bénédictins, sont les seuls à exclure Quesnel de leur bibliothèque), qu’ils aient eu des liens avec ces provinces ou non. Louis de Grenade a un succès égal au Père Lejeune, cet Oratorien « prêté » par Bérulle à l’évêque de Langres, Sébastien Zamet, en 1622, pour prêcher dans le diocèse, obtenir la « réforme » des Bénédictines de Tart et professer au nouveau séminaire55. Spirituels et mystiques sont également fort nombreux : Jean de la Croix, Thérèse d’Avila, François de Sales, Nicole, Condren, Huby, Saint-Jure, Rancé, mais aussi le jésuite Jean Croiset, qui joua un rôle dans l’essor de la dévotion au Sacré Cœur56. De même, chaque couvent dispose de multiples préparations à la mort, but ultime de l’existence du religieux qui enfin approche Dieu à ce moment : Morimond en a plus d’une vingtaine57. Chez les Prémontrés d’Auxerre, qui devaient assurer la desserte de plusieurs paroisses et des prédications saisonnières ça et là, les volumes de sermons sont particulièrement abondants (16,6 % des ouvrages religieux) et témoignent de l’orientation pastorale de ce monastère.

54Par contre seules les bibliothèques les plus importantes possèdent un fonds notable d’apologétique et de polémique, concernant principalement les controverses entre catholiques et protestants dans la seconde moitié du xviie siècle, à la veille surtout de la révocation de l’édit de Nantes, et celles suscitées par le second jansénisme et ses prolongements. Ainsi le pasteur Claude se retrouve en compagnie de Bossuet à Saint-Bénigne de Dijon, tandis qu’à Morimond, 11 % des titres religieux sont des œuvres nées de la querelle autour de la Bulle Unigenitus ou des miracles du diacre Pâris. Une collection presque complète des Nouvelles Ecclésiastiques y figure, tout comme les productions d’adversaires relativement proches de l’abbaye : l’archevêque de Sens, Languet de Gergy, et ses contradicteurs favorables aux jansénistes, les évêques de Troyes et d’Auxerre, Jacques-Bénigne Bossuet et de Caylus.

  • 58 Notamment Le Déisme réfuté par lui-même, 1766 et L’examen du matérialisme…, 1771.

55De façon plus surprenante, le quiétisme ou les affaires gallicanes sont quasiment ignorées par certains couvents, notamment à Saint-Marien d’Auxerre. Au contraire, le jansénisme du xviie siècle laisse partout des traces et la lutte contre les philosophes du xviiie intéresse surtout les grandes abbayes : les livres de Bergier58 sont en bonne place chez les Bénédictins de Bèze et de Dijon, à Morimond…

56En dehors du christianisme occidental (catholique et, à un très faible degré, réformé), nos bibliothèques sont d’une grande pauvreté sur les autres religions : au mieux, dans les plus vastes, quelques titres sur le christianisme oriental (grec essentiellement), encore moins sur le judaïsme. Au delà, c’est pratiquement le désert, à part une traduction du Coran à Morimond.

57Aux frontières des sciences sacrées, l’histoire comporte toujours une vaste section ecclésiastique qui représente au moins le tiers de cette rubrique. Dans ce domaine, parmi les ouvrages généraux, celui de l’abbé Fleury recueille la plus grande faveur : il orne même la petite bibliothèque des Feuillants de Châtillon-sur-Seine. Autres grands succès, les œuvres du jésuite Maimbourg (xviie siècle) relatives à l’histoire des hérésies (arianisme, iconoclasme…) et des schismes (celui des Grecs et celui d’Occident aux xive-xve siècles), mais également des ouvrages plus contestés comme l’Histoire du Concile de Trente du servite vénitien Paolo Sarpi.

  • 59 H. Bremond avait déjà constaté le grand nombre des vies de saints publiées au xviie siècle : Histoi (...)

58L’érudition bénédictine a largement pénétré la plupart des abbayes, avec différents travaux de Mabillon, de dom Martène et même la Gallia Christiana, parfois incomplète. Partout figurent des livres concernant la congrégation à laquelle appartient le couvent (ainsi les Ursulines de Mussy-sur-Seine possédaient la chronique dirigée par la Mère de Pommereu), tel ordre religieux, tel monastère, ou le monde des réguliers dans son ensemble : tous les fonds importants disposent du dictionnaire du P. Hélyot. À cela s’ajoutent de multiples vies de saints, de biographies de moines (Rancé, Claude Martin…), de religieuses et de prélats (Bérulle, Borromée…)59.

  • 60 Sur ce personnage et ses travaux : L’abbé Lebœuf. Le jansénisme (Actes du XXXIe congrès de l’Associ (...)

59De nombreuses collections comprennent quelques titres d’histoire religieuse locale, par exemple la Vie de Saint Germain rédigée par le mauriste dom Viole, à Auxerre, où il mourut en 1669 et le travail sur l’Eglise de Langres du jésuite Jacques Vignier, contemporain du précédent. Par contre, nous n’avons rencontré nulle part les Mémoires concernant l’histoire civile et ecclésiastique d’Auxerre de l’abbé Lebœuf, parus en 1743, alors que Saint-Bénigne de Dijon avait son Histoire de la ville et de tout le diocèse de Paris, légèrement ultérieure, puisqu’éditée de 1754 à 175860.

60Nos religieux savaient étendre leurs regards vers des horizons plus lointains. Les missions chrétiennes semblent avoir singulièrement intéressé les moines de Morimond. Une belle quantité de titres devait leur permettre de ne rien ignorer de celles d’Extrême-Orient et de la querelle sur les rites chinois.

61En matière profane, l’histoire de France l’emporte sur celle de l’Antiquité, même si Tite-Live, César, Tacite, Salluste, Suétone, Hérodote, Thucydide se retrouvent partout et, à un moindre degré, les études de Vertot et de Rollin. L’histoire des nations européennes n’est pas délaissée : les Bénédictins de Bèze ont ainsi l’Histoire de Charles XII de Voltaire. Au delà de l’Europe, la géographie domine l’histoire, avec de nombreuses descriptions de voyages, en Orient surtout, parfois plus loin : les Chartreux de Lugny ont la récente relation du périple de Cook. Strabon et de belles collections de cartes de Sanson du xviie siècle viennent compléter ce secteur.

  • 61 Sur les travaux des Bénédictins au xviiie siècle, voir M. Laurain, « Les travaux d’érudition des Ma (...)
  • 62 L’abbé Courtépée, sous-principal du collège Godran à Dijon, mort en 1781 avant l’achèvement de son (...)
  • 63 L’abbaye de Morimond est à cheval sur la frontière entre la Champagne et la Lorraine. Sa bibliothèq (...)

62Parmi les histoires de France, celles de Du Haillan et de Mezeray sont plus fréquentes que celles du P. Daniel ou de Bossuet. Le Moyen Age ne paraît guère passionner nos religieux : à peine trouve-t-on, dans deux ou trois abbayes, Grégoire de Tours, Froissart ou Commynes. Inversement le xviie siècle est bien représenté : les Mémoires de Retz ou de Bassompierre figurent presque partout, mais, curieusement, sur le règne de Louis XIV, Larrey a été préféré à Voltaire, rejeté. D’ailleurs, à part dans les grandes bibliothèques, les ouvrages sur le xviiie siècle sont très minoritaires, malgré les travaux des Bénédictins, notamment leurs histoires régionales, qui cependant couvrent peu cette période. A notre surprise, celle du Languedoc est plus répandue que celle de Lorraine (de dom Calmet, 1728) possédée par les Génovéfains de Châtillon-sur-Seine, ou celle de Bourgogne commencée par dom Plancher, dont un exemplaire se trouve à Saint-Bénigne de Dijon61. De même, l’absence de certains ouvrages, comme celui de l’abbé Courtépée sur la Bourgogne, nous a frappé62. Pourtant la plupart des bibliothèques ne sont pas dépourvues de tout livre sur la région : on relève plusieurs titres concernant la Lorraine à Morimond63, la rapide Description du duché de Bourgogne de Garreau, éditée en 1717, chez les Bénédictins de Bèze et, chez ceux de Dijon, la vieille Histoire du Parlement de Bourgogne de Palliot (1649).

63Quant aux ouvrages généraux et aux histoires universelles (Bossuet, de Thou, l’Introduction à l’histoire… de Puffendorf), seules les grandes abbayes les ont, alors que les dictionnaires de Moreri (1674), de Bayle (1697), de Trévoux, de La Martinière (1739) sont mentionnés dans presque tous les inventaires, le premier surtout : il est aussi chez les Bénédictins de Pothières et les Cordeliers de Châtillon-sur-Seine.

64Comme l’histoire, le droit englobe à la fois le religieux et le profane. Assez fourni, sauf à Beaulieu en 1709, ce domaine vise sans doute à répondre à des besoins pratiques davantage qu’à des spéculations intellectuelles, de là un souci de mise à jour fréquent, même dans des bibliothèques de dimensions modestes.

65Le droit canonique – qui ne l’emporte qu’à Morimond – comprend de très nombreux recueils sur les bénéfices, les dîmes, les droits des réguliers. Parmi les titres les plus répandus, on note l’Institution au droit ecclésiastique de Claude Fleury et l’Ancienne et nouvelle discipline de l’Eglise touchant aux bénéfices de Louis Thomassin. Les riches bibliothèques ont acquis, outre une vaste documentation sur les assemblées du clergé, des traités plus récents : Morimond a Les lois ecclésiastiques de France d’Héricourt (1719), Saint-Bénigne le Recueil de jurisprudence canonique de Rousseaud de la Combe (1755), les Chartreux de Lugny le Dictionnaire de droit canonique et de pratique bénéficiale de Durand de Maillane (1770).

66En matière civile, en dehors de Justinien et des auteurs déjà anciens comme Cujas, Bacquet ou Dumoulin, on remarque de nombreux recueils utilitaires d’édits (par exemple, de Colbert sur les eaux et forêts, les vieilles abbayes étant propriétaires de grands espaces boisés), d’ordonnances des rois de France, de coutumes (Bourgogne, Paris, Sens, Langres…) et de jurisprudence locale (essentiellement du parlement de Bourgogne).

  • 64 A ce sujet, voir les analyses très pertinentes de R. Favre, La mort au siècle des Lumières, Lyon, 1 (...)

67En outre, on rencontre les œuvres de Loyseau, de Machiavel, de Bodin que nous rangerions aujourd’hui dans les « sciences politiques ». Beaucoup plus rares dans cette catégorie, des gens comme Vauban (Projet de dîme royale, à Saint-Bénigne et à Morimond) ou Mirabeau (L’ami des hommes ou traité de la population, 1758, à Morimond). Il est vrai que ce dernier, contre tout le « parti » philosophique qui accuse les moines de dépeupler la France, rend hommage à leurs travaux de mise en valeur de nombreuses terres à travers le pays64.

68Le secteur des belles-lettres se caractérise par une ouverture nettement plus limitée. Certes les auteurs antiques, latins plus que grecs, sont partout, assez souvent dans le texte : Homère, Cicéron, Plaute, Horace, Virgile remplissent quelques rayons, avec parfois Lucrèce, Juvénal, Catulle, Properce, Térence… En revanche, le Moyen Age est ignoré et le xvie siècle n’est pas toujours mieux traité : on trouve en général Erasme et Ronsard et, dans quelques abbayes seulement, Montaigne (à Pontigny), Robert Garnier (à Bèze), Marot et Boccace (à Saint-Bénigne), mais jamais Rabelais. Au contraire, le xviie siècle est très bien représenté avec Corneille, Hardy, Molière, Racine, Honoré d’Urfé, Boileau, Pascal, Madame de Sévigné, La Bruyère, Perrault, Saint Evremond, La Fontaine (les Fables seulement !) ... Inversement, la pénétration des auteurs du xviiie siècle est inégale et traduit une sélection infiniment plus rigoureuse. Le théâtre de Marivaux figure dans la bibliothèque des Chartreux de Lugny et celle de Morimond comprend Le Père de famille de Diderot (1758). Cette dernière réserve une place timide à Voltaire avec la Henriade et à Rousseau avec trois volumes d’Œuvres choisies. Seuls Fontenelle et Montesquieu ont davantage droit de cité dans nos monastères, le second surtout.

69Il est important de noter que leur horizon littéraire ne dépasse guère la France : rencontrer Don Quichotte et Robinson Crusoé est tout à fait exceptionnel.

70Une prudence identique concerne l’entrée des auteurs philosophiques. Bien sûr Platon et Aristote sont partout. Déjà Descartes est moins répandu, souvent accompagné de multiples contradicteurs que le temps a relégués dans les oubliettes. Deux ou trois abbayes possèdent Confucius, Avicenne et Gassendi, mais Hobbes n’est présent qu’à Saint-Bénigne de Dijon. Morimond s’ouvre à des titres plus récents de Locke, Leibniz et Hume.

71Les livres relatifs à l’étude des langues reflètent les orientations reconnues précédemment : chaque couvent dispose d’une série de manuels pour le latin et le grec, le glossaire de Du Cange, les dictionnaires de Richelet ou de Furetière et quelquefois des grammaires et des méthodes pour apprendre « facilement » l’italien, ou, dans une moindre mesure, le castillan et très rarement d’autres langues.

72Enfin nos religieux semblent manifester plus de hardiesse dans le domaine scientifique, même ceux qui ont de petites bibliothèques comme les Cordeliers de Châtillon-sur-Seine. Certes toutes ne sont pas au même niveau, ainsi chez les Dominicaines de Dijon, les mathématiques s’arrêtent aux manuels de Barrême. Ailleurs, il en est autrement : les fonds des Cordeliers et de Morimond comprennent des traités de géométrie de Clairault, celui de Bèze la trigonométrie de Deparcieux.

  • 65 D’après un fragment d’inventaire postérieur à celui de J. B. Sarrazin (A. D. Côte-d’Or, 3 H 66). Il (...)

73En physique, nos Cordeliers vivent à l’heure de Newton, exactement comme leurs contemporains. Les Bénédictins de Bèze ont plusieurs ouvrages d’astronomie de Cassini, une belle collection de Mémoires de l’Académie des Sciences (1666-1760) et sont abonnés au Journal des Savants65. Les Cisterciens de Morimond le sont aussi et possèdent quelques uns des ouvrages à la mode, tels l’Histoire du ciel de l’abbé Pluche et la Physique expérimentale de l’abbé Nollet. Les Bénédictins de Saint-Bénigne n’ont pas oublié d’acquérir les travaux de Mariotte, un dijonnais.

  • 66 Fils d’un conseiller au Parlement de Dijon, Georges Louis Leclerc de Buffon est né à Montbard où il (...)

74À côté, le secteur des sciences naturelles ne démérite pas, notamment grâce à la présence de Réaumur et de Buffon. Certes l’Histoire naturelle de Buffon est rarement complète, mais le tiers des abbayes détient une partie de cette œuvre immense, dont l’auteur était connu dans la province où il résidait souvent66.

75En outre, la majorité des grandes bibliothèques dispose de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert (Morimond, Chartreux de Lugny et de Dijon, Prémontrés de Septfontaines…) ou de celle de Panckoucke, plus récente (Bénédictins de Pothières).

  • 67 Le titre exact est : Recueil de remèdes faciles et domestiques (…) recueillis par les ordres charit (...)

76En matière médicale, les choix monastiques paraissent hésitants. Les remèdes charitables de Madame Fouquet67 viennent largement en tête, suivis des ouvrages de Lemery. Parmi les productions du xviiie siècle, on remarque l’Avis au peuple sur sa santé du médecin suisse Tissot (à la Chartreuse de Lugny), le Traité des maladies les plus fréquentes et de leurs remèdes d’Helvétius (1736) à Bèze et plusieurs titres sur les eaux minérales de Bourbonne-les-Bains et de Plombières à Morimond, à proximité de ces localités.

  • 68 Dans l’édition de 1738, l’originale étant de 1691.
  • 69 Il s’agit du Trésor des merveilles de la maison royale de Fontainebleau, Paris, 1642. Ce premier gu (...)

77En marge, les livres sur les beaux-arts sont très peu nombreux et se restreignent souvent à trois ou quatre exemplaires dont une réédition de Vitruve. Seuls les Bénédictins ont parfois davantage : le Cours d’architecture de d’Aviler à Bèze68, les ouvrages de Félibien et du P. Dan69 à Saint-Bénigne.

  • 70 Notamment le Dictionnaire économique contenant l’art de faire valoir les terres, 1709.
  • 71 A Bèze (édité en 1698). La passion des moines et des religieuses pour le jeu est parfois dénoncée a (...)

78Pour terminer, il faut encore mentionner une série de recueils pratiques des plus divers : cela va de la cuisine (Le cuisinier français domine) à la culture des terres (pas seulement Olivier de Serres et Chomel70, mais aussi le traité de Duhamel de Monceau (1753), à Bèze, porteur des nouveautés de l’époque) en passant par celle des jardins et des arbres fruitiers. Dans ce lot se glissent quelques titres révélateurs des habitudes et des mentalités monastiques du xviiie siècle, par exemple Le jeu du Trictrac71 et, dans près d’une bibliothèque sur deux… Nostradamus.

  • 72 A. Vernet et J. F. Genest, op. cit., t. I, p. 102.
  • 73 D’après J. Quéniart, Culture…, p. 213-224 et M. Marion, op. cit., p. 171-176.

79Il ressort de cet examen que le domaine religieux constitue la base des fonds monastiques. Visiblement, la plupart des moines s’efforcent de le maintenir à jour pour être capables de suivre et de participer aux débats théologiques et dogmatiques de leur temps. Quant aux œuvres profanes, non seulement elles varient sensiblement d’une abbaye à l’autre, mais elles témoignent aussi, par leur présence ou leur absence, d’une ouverture inégale sur le monde, la province, l’époque des Lumières. Celle-ci est plus forte en histoire et en sciences qu’en littérature, où religieux et religieuses semblent plutôt restés au siècle précédent. De cette façon existe un certain décalage avec une partie des élites du xviiie siècle, sans qu’on puisse parler tout à fait de retard culturel, sauf chez les Dominicaines de Dijon (et peut-être plus généralement, les couvents de femmes ?) et dans certaines abbayes comme Saint-Marien d’Auxerre. Certes on refuse souvent de suivre toutes les modes du siècle, pourtant, du côté des grandes bibliothèques, particulièrement chez les Bénédictins et les Cisterciens, les signes d’ouverture sont patents – à tel point que, dès juillet 1709, cela avait frappé les Minimes de Tonnerre lorsqu’ils visitèrent Clairvaux : ils notèrent que la plupart des titres étaient « des auteurs profanes et même des romans assez récents72 » – et beaucoup plus prononcés que dans le clergé séculier de Paris ou de l’ouest de la France73, pour une raison simple : la majorité de ces prêtres n’avaient ni la place, ni surtout les moyens financiers pour s’offrir les grandes productions du temps. L’Encyclopédie ou L’Histoire naturelle de Buffon, pour ne retenir que ces exemples, n’étaient pas à la portée de toutes les bourses.

  • 74 D’après E. Picard, op. cit., p. 252-253.
  • 75 M. de Chantal-Gueudré, op. cit., t. II, p. 239.

80Comparées à d’autres bibliothèques religieuses, celles de Bourgogne et de Champagne ne manifestent pas toujours une forte originalité dans les sciences sacrées. Si la littérature profane y est plus négligée que chez les Théatins de Paris, les ouvrages scientifiques et politiques y sont plus nombreux et de meilleure qualité parfois, ce qui leur a permis de ne pas être ignorants des grandes questions de leur époque74. De même, face aux titres possédés par les couvents d’Ursulines, où l’Encyclopédie « ne franchit jamais la porte conventuelle », nos bibliothèques sont presque d’une merveilleuse richesse et ne paraissent pas coupées du monde75.

  • 76 M. Gresset, op. cit., p. 661 et 665.
  • 77 A. Colombet, op. cit., ne permet pas de répondre à ces questions, car son analyse reste superficiel (...)
  • 78 M. Garden, op. cit., p. 466-468.
  • 79 J. Nicolas, op. cit., p. 1003-1009, où l’auteur note les mêmes succès des relations de voyages, de (...)

81Celui-ci n’était pas toujours plus réceptif que nos religieux : le milieu judiciaire bisontin ne s’est pas précipité sur Buffon ou l’Encyclopédie, particulièrement chez les parlementaires dont seulement un sur neuf avait acquis ces œuvres76. Il n’est pas sûr que leurs collègues dijonnais aient eu une attitude radicalement différente77, du genre de celle de quelques notables lyonnais de la seconde moitié du xviiie siècle, dont les collections (ainsi chez le négociant Huber) sont résolument orientées vers les auteurs contemporains et dédaignent les latins78. Finalement nos grandes bibliothèques monastiques se rapprochent davantage, – au delà de leur spécialisation religieuse marquée –, de celles d’autres élites provinciales, telles la noblesse et la bourgeoisie de Savoie79.

  • 80 F. de Dainville, « Livres de comptes et histoire de la culture », Archivum historicum Societatis Je (...)

82Cela ne doit pas nous étonner, car les nouveautés pénètrent souvent avec lenteur, comme avec retard. Le fait n’est pas propre à ces bibliothèques, le P. de Dainville l’avait déjà constaté à travers les livres de comptes des Jésuites d’Aix-en-Provence, dans les années 1738-1761, permettant de mesurer les acquisitions des Pères et l’entrée restreinte des ouvrages étrangers à la France, étant donné la faiblesse des échanges culturels d’alors80.

83Ainsi cette démarche nous conduit-elle à envisager la vie de ces bibliothèques.

La vie des bibliothèques

84Une bibliothèque vivante doit normalement grandir, être utilisable facilement, ce qui peut poser des problèmes d’aménagement et surtout, servir : les livres doivent y être consultés.

85L’accroissement de ces collections monastiques paraît variable d’une abbaye à l’autre. Il dépend certes des sommes disponibles à cet effet. Or, il ne semble pas que nos moines aient eu des ressources régulièrement affectées à cet usage.

86L’évaluation des arrivées de nouveaux livres est parfois elle-même délicate. Indirectement les catalogues peuvent fournir des indications : même si ce n’est jamais une preuve formelle, un titre édité au xvie siècle a plus de chance d’avoir été acquis alors ou peu après… qu’à la veille de la Révolution. L’extrême rareté des éditions du xviiie chez les Prémontrés de Saint-Marien d’Auxerre et les Feuillants de Châtillon-sur-Seine est au moins un indice du très faible renouvellement de ces bibliothèques. Inversement, lorsqu’elles contiennent près de 40 % d’œuvres imprimées récemment, c’est un signe de vie.

87Plus sûrement, malgré des oublis possibles, la comparaison entre des catalogues dressés à des dates différentes permet une telle mesure : à Bèze, de nombreux livres absents du relevé de dom Sarrazin apparaissent sur les fragments réalisés postérieurement, ainsi les ouvrages de Bergier, de Buffon, de Duhamel de Monceau…

  • 81 « Receptes et mises » des Minimes de Tonnerre (1787-1790) : A. D. Yonne, H 2176. L’absence de ces l (...)
  • 82 Nous n’avons identifié ni l’ouvrage, ni l’auteur, ni le prix exact de cette souscription insérée pa (...)

88L’examen des comptes des monastères a l’avantage de procurer des certitudes. Cependant, non seulement notre dépouillement en la matière n’est pas achevé au moment de la rédaction de ces lignes, mais nous devons constater la faible fréquence des longues séries et l’imprécision de certaines mentions : par exemple, les Minimes de Tonnerre, en septembre 1787, ont acheté « 135 volumes à l’usage du collège » (de la ville, dont ils avaient la charge depuis l’année précédente) pour 272 livres, port compris81. S’agit-il de manuels scolaires ? d’ouvrages pour les professeurs ? ou les deux à la fois ? La même source nous apprend qu’en avril 1789 (c’est leur achat suivant en la matière), ils souscrivaient à une nouvelle publication du P. Dumont, sans nous renseigner davantage. Cela nous rappelle qu’ils se tenaient au courant de l’actualité82.

  • 83 C’est par une mention dans le catalogue de la bibliothèque de Morimond que nous connaissons ce fait (...)

89Néanmoins quelques abbayes, sans négliger des acquisitions ponctuelles, préféraient acheter des bibliothèques entières. La seconde moitié du xviiie siècle en offre plusieurs cas. D’abord à Morimond, vers 1760-1765, les Cisterciens réussirent à se procurer celle de l’abbé Dubourg qui contenait quantité d’ouvrages sur le jansénisme amassés par cet ecclésiastique, abbé commendataire de Gimont, au diocèse d’Auch, qui était une fondation cistercienne de la filiation de Morimond83.

  • 84 C. Monget, La Chartreuse de Dijon, Montreuil-sur-Mer, 1898-1905, t. II, p. 384, donne ce renseignem (...)

90Au cours de la décennie suivante, dom Delacrose, prieur de la Chartreuse de Dijon, réalisa une opération identique avec l’abbé Liébaut, pour une somme de 1364 livres, qui augmenta la bibliothèque du couvent de 3 410 volumes dont 670 in-folios84.

  • 85 A. Ronsin, op. cit., p. 133-138.

91C’est en 1782 que les Cisterciens de Clairvaux firent la plus grosse acquisition, et de beaucoup ! Connaissant le désir de vente de l’héritier des Bouhier, le comte d’Avaux, et la réputation de la collection dijonnaise, les moines n’hésitèrent pas : ils proposèrent 135000 livres, soit moins de la moitié de l’estimation du libraire Frantin, de Dijon. N’ayant pas trouvé de concurrents, mais seulement un vendeur pressé, l’abbé Lebloy et son coadjuteur, dom Rocourt, purent conclure à ce prix, au grand dépit des Dijonnais, fâchés de voir échapper de chez eux un tel joyau. Cet investissement de prestige permit aux moines de tripler la masse de leur bibliothèque, malgré la revente à Dijon de quelques volumes dont ils ne voulaient pas85.

92De tels achats amenaient immédiatement à reconsidérer la disposition des bibliothèques. Il n’est donc pas surprenant que la seconde moitié du xviiie siècle fut également une période d’aménagements nouveaux.

  • 86 Soit environ 51 mètres sur 8.
  • 87 C. Monget, op. cit., t. II, p. 384.

93A la Chartreuse de Dijon, dom Delacrose fit agencer un local spacieux de 21 toises de longueur sur 3 toises et 2 pieds de largeur86, avec un joli parquet et de hauts rayonnages en poirier et en noyer, ce qui coûta près de 5 000 livres. À côté, un cabinet rassemblait les manuscrits et une collection de médailles déjà importante. Juste avant la Révolution, dans le goût aristocratique du temps, les moines achetèrent une collection d’histoire naturelle qu’ils voulaient disposer à proximité de leurs livres87.

  • 88 Déclaration de l’abbé du 15 novembre 1790 (A. D. Haute-Marne, 1 Q 636, inventaire de l’abbaye, f ° (...)
  • 89 J. Salmon, Morimond. Les derniers jours de l’abbaye. Le dernier abbé, Dom Chautan de Vercly, Langre (...)

94A Morimond, le dernier abbé, dom Chautan de Vercly, veillait à l’achèvement de la reconstruction de l’abbaye, entamée en 1704, lorsque la Révolution le surprit. Justement, un des quatre grands corps de bâtiment abritait « un ample et beau vaisseau neuf destiné à la bibliothèque88 ». Cet abbé voyait grand : outre le maintien d’un noviciat, il avait projeté d’ouvrir un collège, auquel il avait tenté d’intéresser les autorités parisiennes, pour instruire la jeunesse des environs et redonner davantage d’utilité à ses moines89.

  • 90 A. Ronsin, op. cit., p. 140-144. L’abbé Lebloy était décédé le 10 mai 1784 (A. C. Barsur-Aube, GG 9 (...)

95Au contraire, dom Lebloy et dom Recourt, à Clairvaux, n’avaient pas été assez perspicaces : une nouvelle salle était commencée lors de l’achat de la bibliothèque des Bouhier. Terminée en 1788, elle se révéla trop exiguë car elle n’avait jamais été prévue pour recevoir une si impressionnante collection. Un amoncellement extraordinaire en résulta et rendit la bibliothèque inutilisable, ce qui amena dom Rocourt à envisager la construction d’un autre local90.

  • 91 Né vers 1724, il occupait en outre les fonctions de sacristain (A. N. D XIX-10).
  • 92 A. Vernet et J. F. Genest, op. cit., t. I, p. 58-59. Dom Claude Guyton fit profession à Clairvaux a (...)

96Ceci nous conduit enfin à évoquer la consultation de ces collections monastiques. Problème essentiel, mais des plus délicats. Certes nous savons que toutes les grandes abbayes avaient chargé un des leurs de la garde, de l’entretien du fonds et souvent des archives. Plusieurs de ces bibliothécaires eurent une activité importante : dom Le Boullenger, à Clairvaux, dans les dernières années de l’Ancien Régime, eut à faire face à l’arrivée des livres des Bouhier91 ; un de ses prédécesseurs, dom Guyton, au milieu du xviiie siècle, s’efforça de faire rentrer ce qui avait été distrait antérieurement : en quelques voyages dans les abbayes cisterciennes de la région, notamment à Longuay et à Mores, en 1746-1747, il ramena de nombreux volumes de manuscrits et quelques imprimés92.

Les bibliotheques monastiques de Bourgogne / Champagne à la fin du xviiie siecle

Les bibliotheques monastiques de Bourgogne / Champagne à la fin du xviiie siecle
  • 93 Et pas seulement entre abbayes. A Dijon, des échanges fructueux se faisaient assez souvent entre le (...)
  • 94 L’inventaire de 1790 (A. D. Côte-d’Or, Q 830-3) précise en marge la disparition ou le vol des titre (...)
  • 95 A. D. Haute-Marne, 1 Q 636, 4 mai 1790.

97Effectivement on se prêtait des livres d’une abbaye à l’autre93, si bien qu’avec le temps on oubliait parfois de les rendre ; d’ailleurs cet oubli n’était peut-être pas toujours innocent. En outre des vols se produisaient : au moment de dresser les premiers inventaires en 1790, alors que la régularité de la vie conventuelle n’avait pas encore été malmenée par les événements révolutionnaires, on constata des lacunes partout. À Saint-Bénigne de Dijon, plus d’une centaine de volumes avaient disparu, dont La vraie science des armoiries de Palliot et le Traité des droits et libertés de l’église gallicane. Il s’agissait pourtant de beaux in-folios94 ! A Morimond, les Cisterciens reconnaissaient avoir prêté 11 ouvrages, dont un bréviaire à l’usage de Paris, mais déploraient la perte de 35 autres titres95.

98Les mêmes religieux indiquaient encore que deux livres avaient été jetés, tant ils étaient usés. Avaient-ils beaucoup servi ? Ou avaient-ils été mal conservés ? Indéniablement ces collections monastiques ont été utilisées. En feuilletant quelques volumes de l’ancienne abbaye de Molosmes, aujourd’hui déposés à Châtillon-sur-Seine et que nous pouvons identifier par leur cachet d’origine, nous avons remarqué des annotations marginales, œuvre vraisemblable de quelque moine d’autrefois. Mais il nous est impossible d’affirmer avec précision quels étaient les titres réellement consultés et qui les regardait.

  • 96 P. Gasnault insiste sur ce fait : même chez les Mauristes, les érudits ne sont guère plus de 2 % : (...)
  • 97 J. Laurent et F. Claudon, Abbayes et prieurés de l’ancienne France. Diocèses de Langres et de Dijon (...)
  • 98 D’après Beguillet et Courtépée, Description générale et particulière du duché de Bourgogne, Dijon, (...)
  • 99 Jean Baillivet, natif de Sées, fit profession à Vendôme en 1676 (au noviciat de la province maurist (...)
  • 100 Courtépée, op. cit., t. II, p. 240 et P. Théotime de Saint-Just, Les Capucins de l’ancienne provinc (...)
  • 101 Courtépée, op. cit., t. II, p. 240. Le second, en religion : Jean-Baptiste d’Auxonne, fut inhumé au (...)
  • 102 Voir note 61. A cela, il faut ajouter la communication de M. L. Auger au colloque Saint-Benoît (Par (...)

99Bien sûr, tous nos religieux n’étaient pas des intellectuels, les érudits ne formaient qu’une minorité, même dans la congrégation de Saint-Maur96. Parmi eux, on comptait cependant quelques historiens qui travaillèrent avec les ressources archivistiques et bibliographiques locales. On a prêté à dom Le Boullenger, à Clairvaux, de nombreux manuscrits concernant l’historique de son abbaye97. Le cordelier Claude François Lachère, mort à Dijon en 1734, est l’auteur de plusieurs vies de saints98. Son contemporain, le bénédictin Jean Baillivet, avait rédigé, peut-être à Saint-Germain d’Auxerre, une Vie du R. P. Chevreteau, qui était un pieux ermite des environs de Montbard, avec lequel il avait été en relation lors de son séjour à Moutier-Saint-Jean99. A la même époque, le capucin Legrand (Louis Marie de Seurre) se rendait célèbre dans la capitale de la Bourgogne par ses recherches géographiques et astronomiques100. Un peu plus tard, les Pères Delachaise et Delahaye, capucins de Dijon, dotaient leur couvent d’un cabinet d’histoire naturelle101. D’autres moines étaient versés dans les études religieuses, ainsi le cistercien Jean d’Avesnes à Auberive, mais peu certainement ne sollicitèrent nos bibliothèques autant que la petite équipe, autour de dom Plancher puis de dom Merle, qui réalisa la monumentale Histoire de Bourgogne déjà évoquée102.

  • 103 E. Petit, Voyage de l’abbé Lebœuf à Clairvaux en 1730, Auxerre, 1887.
  • 104 Dom Martène et Dom Durand, Voyage littéraire de deux religieux bénédictins, Paris, 1717-1724, t. I, (...)

100En dehors des religieux de l’endroit, diverses personnes purent avoir accès à ces collections. Parfois une recommandation était nécessaire. Pourtant l’accueil semble avoir été assez libéral, Clairvaux en témoigne, sauf en 1788-1789, où l’ouverture fut tout à fait exceptionnelle. Auparavant de nombreux visiteurs y avaient été reçus, même Voltaire, mais aussi l’abbé Lebœuf, en avril 1730, qui en laissa une description précise103. Celle de deux bénédictins, Martène et Durand, qui séjournèrent du 20 au 29 juin 1709, ne manque pas d’intérêt : « le vaisseau est grand, voûté, bien percé et rempli d’un grand nombre de manuscrits, attachés avec des chaînes sur des pupitres, mais il y a peu de livres imprimés104…». Cela nous montre non seulement que les Cisterciens prenaient des précautions contre d’éventuels voleurs, mais aussi qu’ils surent enrichir leur fonds (que les Minimes de Tonnerre jugeaient à la même date très moderne) de très nombreux livres au cours du xviiie siècle, entre cette année 1709 et leur achat fabuleux de 1782.

101La Révolution trouva en ces bibliothèques des organismes vivants, dans la plupart des cas. Dès la fin de 1789, elle en fit des biens nationaux. En fait, ce n’est souvent qu’à partir de 1792 que les collections quittèrent les abbayes, sans être pour autant complètement dispersées. Après de multiples péripéties, elles constituèrent des fonds de premier choix pour les villes où elles furent transportées. Parfois, grâce à d’anciens religieux, tel le ci-devant minime Laire à Auxerre, elles furent partiellement conservées et devinrent le noyau des nouvelles bibliothèques municipales : Auxerre reçut celle de Pontigny, Troyes celle de Clairvaux, Chaumont celle de Morimond, Châtillon-sur-Seine celle de Molosmes… Ainsi dans chacun de ces cas, la majorité du fonds subsista.

102Avant 1789, les bibliothèques monastiques de Bourgogne et de Champagne furent en général importantes et s’accrurent sensiblement dans la seconde moitié du xviiie siècle. Pas toutes certes, quelques-unes, au contraire, illustrent la décrépitude des monastères qui les abritent. Les autres semblent témoigner de la part des moines, plus que des religieuses, d’une volonté de vivre et de maintenir une tradition de culture face aux attaques extérieures venues des horizons les plus divers.

  • 105 Diderot, qui eut une sœur ursuline et un frère archidiacre à Langres, utilise cette image dans La R (...)

103Leur spécialisation religieuse ne doit pas nous étonner. Le livre est d’abord pour eux l’Ecriture, puis il est instrument de prière et de méditation, il peut aider à l’oraison. En outre, un effet d’héritage, d’accumulation historique accentue ce phénomène, car l’ouverture au monde profane existe et progresse légèrement au cours du siècle dans les grandes abbayes. Le cloître n’est donc pas ce tombeau ou ce gouffre décrié par les philosophes105, il lui arrive d’avoir encore quelque rayonnement et prestige.

104Sans doute, les moines ne s’intéressent-ils pas à tout. Ils gardent maints contacts avec le « grand siècle », ne se précipitent pas sur tous les livres contemporains. Ils font des choix, filtrent soigneusement les entrées d’auteurs qui n’ont pas une « bonne » réputation, mais cela n’autorise pas à parler, pour la plupart d’entre eux, d’un « isolement culturel croissant ». Ils savent ne pas être à l’écart de leur temps. Assez curieusement d’ailleurs, ce sont ceux qui sont en apparence les plus retirés, comme à Clairvaux, à Morimond ou à Bèze, qui ont un outil culturel supérieur à celui d’une grande partie des élites locales ou provinciales. Surent-ils l’utiliser ? C’est moins sûr.

Notes

1 Abréviations utilisées :
A. D. Archives départementales
A. C. Archives communales
A. N. Archives nationales
B. M. Bibliothèque municipale
Cet article reprend pour l’essentiel le texte de notre communication du 4 mai 1982 au séminaire de M. le Professeur P. Chaunu (Université de Paris IV). Nous le prions de bien vouloir trouver ici l’expression de nos plus vifs remerciements pour l’accueil et les suggestions qui nous ont été faites ce jour-là.

2 En fait, ces diocèses débordent même sur la Lorraine (une paroisse), le comté de Bourgogne et l’Orléanais. Rappelons que le diocèse de Dijon a été créé en 1731 par démembrement de celui de Langres.

3 Ce nombre ne baisse guère au xviiie siècle car les fermetures sont compensées par de nouvelles créations, ainsi les Ursulines de Mussy-l’Evêque (D. Dinet, « Une congrégation nouvelle à la fin de l’Ancien Régime : les Ursulines de Mussy-l’Evêque », Les religieuses enseignantes. xvie-xxe siècles, Angers, 1981, p. 89-100).

4 Thèse de doctorat d’Etat, commencée en 1976.

5 Dans cette région, le premier à s’être intéressé, mais de façon superficielle, aux bibliothèques monastiques fut M. Quantin (un des premiers archivistes de l’Yonne), « Histoire des bibliothèques des établissements religieux des pays qui forment le département de l’Yonne », Bull. de la Soc. des Sciences Hist. et Natur. de l’Yonne, t. XXIX, 1875, 1, p. 323-394. Depuis, les travaux se sont portés en priorité sur les manuscrits du moyen-âge : M. Peyrafort, La bibliothèque médiévale de Pontigny, thèse Ecole des Chartes, 1978 ; A. Vernet et J. F. Genest, La bibliothèque de l’abbaye de Clairvaux du xiie au xviiie siècle, Paris, 1979 (tome I, seul paru : Catalogues et répertoires). On peut encore signaler quelques esquisses : M. Henriot, « Dans quelle mesure la bibliothèque de Chaumont a-t-elle sauvé le fonds de l’abbaye de Morimond ? », Les Cahiers Haut-Marnais, no 112, 1973, p. 1-13 et J. Salmon, « Les Annonciades, les Trinitaires de Bourmont [au diocèse de Toul] et leur bibliothèque », Les Cahiers Haut-Marnais, no 141, p. 49-57.

6 J. Quéniart, Culture et société urbaines dans la France de l’Ouest au xviiie siècle, Paris, 1978 (particulièrement p. 182-224) et Les hommes, l’Eglise et Dieu dans la France du xviiie siècle, Paris, 1978, p. 255-273. M. Marion, Les bibliothèques privées à Paris au milieu du xviiie siècle, Paris, 1978, p. 171-176.

7 Ainsi : M. de Chantal-Gueudré, Histoire de l’ordre des Ursulines en France, t. II, Paris, 1960, p. 237-241 ; J. de Viguerie, Une œuvre d’éducation sous l’Ancien Régime. Les Pères de la Doctrine chrétienne en France et en Italie. 1592-1792, Paris, 1976, p. 484-485 (dont les exemples portent sur la fin du xviie siècle).

8 E. Picard, « Une bibliothèque conventuelle au xviiie siècle : les Théatins de Sainte-Anne-la-Royale », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1979, p. 235-255 et pour les Minimes de Reims au xviie : P. J. S. Whitmore, The Order of Minims in XVIIth Century France, La Haye, 1967.

9 A. D. Haute-Marne, 2 H 9.

10 A. D. Côte-d’Or, 3 H 65 et 3 H 67 (au début de cette liasse). J. B. Sarrazin, natif du diocèse d’Autun, fut prieur de l’abbaye Saint-Pierre de Bèze de 1727 à 1733 avant de rédiger ce catalogue vers 1745-1750, d’après les ouvrages qui y figurent. Il mourut à Saint-Denis en 1763, âgé d’environ 84 ans.

11 A. D. Côte-d’Or, H 1090.

12 D’autres inventaires postérieurs à 1760 existent, mais ils sont incomplets : A. D. Côte-d’Or, 3 H 66 (vers 1765), 3 H 67 (vers 1775) et 3 H 70 (brouillon des précédents). 3 H 68 et 69 ne sont que des copies partielles de 3 H 67. Nous avons également quelques indications fragmentaires sur l’évolution de la bibliothèque des Cisterciens de Pontigny en comparant l’inventaire de 1778 avec celui, incomplet, de l’an III (il ne mentionne que les livres, la majorité certes, emmenés à Auxerre à cette date) : B. M. Auxerre, ms. 226 et 260-m.

13 A. D. Haute-Marne, 8 H 184 (sans doute réalisé en 1790).

14 A. D. Côte-d’Or, Q 830-3 (1790). Par contre la cote 1 H 1788 n’est pas un inventaire mais une indication des rubriques pour en réaliser un.

15 B. M. Châtillon-sur-Seine, ms. 39 (1792). Il comprend 1232 articles, mais les pages contenant les numéros 1 à 430 ont été arrachées du registre.

16 B. M. Troyes, ms. 2538 (vers 1795). La première partie est perdue.

17 Ces catalogues manquent à la B. M. de Chaumont (ms. 250 et 251) depuis plusieurs années.

18 Voir notes 14, 15 et 10. Pour Pothières : B. M. Châtillon-sur-Seine, ms. 26 (1792). Pour Tonnerre (1792) : A. D. Yonne, L 626 (comprenant aussi Molosmes, les Cisterciens de Quincy et Lézinnes, les Minimes de Tonnerre, les Cordeliers de Tanlay).

19 B. M. Châtillon-sur-Seine, ms. 26 (1792) qui regroupe 4 catalogues.

20 B. M. Châtillon-sur-Seine, ms. non coté.

21 B. M. Auxerre, ms. 260-g (Auxerre) et A. D. Yonne, L 625 (Noyers).

22 M. Quantin, op. cit., p. 352 (et encore, beaucoup de ces volumes sont des manuscrits et non des imprimés).

23 Ibid., p. 353 (ce sont uniquement des imprimés).

24 Ibid., p. 349.

25 A. D. Yonne, H 2175 et L 626.

26 A. D. Haute-Marne, 1 Q 650. Dans ce groupe également, celles des Bénédictins et des Dominicains d’Auxerre (A. D. Yonne, L 619).

27 A. D. Haute-Marne, 1 Q 636.

28 A. D. Côte-d’Or, Q 832 (14 décembre 1790).

29 A. D. Côte-d’Or, L 1503.

30 A. D. Côte-d’Or, Q 832. Selon lui, ces livres « servent habituellement à l’instruction des Chartreux » (29 avril 1790).

31 Sur ces problèmes, on trouvera quelques indications, méritant de sérieuses corrections, dans Dom R. Lemoine, Le monde des religieux, (Histoire du droit et des institutions de l’Eglise en Occident, t. XV, vol. 2), Paris, 1976, p. 369 et suivantes. Nous reviendrons sur ces questions dans notre thèse.

32 Pour les Ursulines, outre M. de Chantal-Gueudré, op. cit., voir M.-A. Jegou, Les Ursulines du faubourg St-Jacques à Paris. 1607-1662, Paris, 1981, p. 147. Pour la congrégation Notre-Dame de Saint-Pierre Fourier : H. Derréal, Un missionnaire de la Contre-Réforme, Paris, 1965, p. 401-403. Le même esprit anime au xviiie siècle les Ursulines de Mussy, au diocèse de Langres, D. Dinet, op. cit., p. 93.

33 Dijon avait près de 23 000 habitants en 1786. L’Université et surtout le Parlement y entretenaient une vie intellectuelle très intense, avec plusieurs sociétés littéraires, dont l’Académie. A ce sujet, sans négliger les travaux anciens de M. Bouchard, E. Deberre, R. Tisserand, il faut voir D. Roche, Le siècle des Lumières en province. Académies et académiciens provinciaux. 1680-1789, Paris, 1978 et du même : « Milieux académiques provinciaux et sociétés des lumières. Trois académies provinciales au xviiie siècle : Bordeaux, Dijon, Châlons-sur-Marne », Livre et société dans la France du xviiie siècle, Paris, 1965, p. 93-184.

34 M. Quantin, op. cit., p. 363.

35 B. M. Auxerre, ms. 260-d.

36 B. M. Chaumont, ms. 254.

37 B. M. Auxerre, ms. 260-c.

38 A. Colombet, Les parlementaires bourguignons à la fin du xviiie siècle, Dijon, 1937, p. 194-195 (malheureusement les indications de cette thèse restent bien sommaires).

39 A. Ronsin, La bibliothèque Bouhier. Histoire d’une collection formée du xvie au xviiie siècle par une famille de magistrats bourguignons, Dijon, 1971, p. 140.

40 J. Quéniart, Culture et société…, p. 202-307.

41 M. Garden, Lyon et les Lyonnais au xviiie siècle, Paris, 1970, p. 459.

42 M. Gresset, Gens de justice à Besançon. 1674-1789, Paris, 1978, p. 558-560 et 652.

43 J. Nicolas, La Savoie au xviiie siècle. Noblesse et bourgeoisie, Paris, 1978, p. 1000-1002. Relevons encore les 2679 volumes de Massillon, évêque de Clermont en 1742 (Catalogue de la bibliothèque de J. B. Massillon, éd. par J. Ehrard et J. Renwick, Clermont-Ferrand, 1977).

44 E. Picard, op. cit., p. 237.

45 M. Marion, op. cit., p. 27-31.

46 A. D. Haute-Marne, 1 Q 636.

47 Sur les richesses de Clairvaux : A. Vernet et J. F. Genest, op. cit. Les malheurs des moines de Morimond sont évoqués par l’abbé Dubois, Histoire de l’abbaye de Morimond, Dijon, 1852, p. 376-396. Pour d’autres collections de manuscrits, se reporter à M. Quantin, op. cit.

48 Cela a l’avantage de faciliter les comparaisons. Ainsi M. Marion reprend la même classification, en revanche, celle d’E. Picard est légèrement différente.

49 En suivant l’usage actuel, les derniers Pères étant Isidore de Séville († 636) pour l’Occident et Jean Damascène († 749) pour l’Orient. Notons cependant que nos moines ne procédaient pas ainsi. Pour eux, saint Bernard ou saint Thomas d’Aquin comptaient en général parmi les Pères.

50 Et même en regroupant xve et xvie siècles. On remarquera que ceci ne signifie pas forcément que ces ouvrages soient entrés dans ces bibliothèques à leur date d’édition ou peu après. Nous y reviendrons.

51 Nous publierons le détail dans notre thèse.

52 Il est remarquable néanmoins que ce type d’ouvrages − en considérant le siècle d’édition − est en croissance rapide au xviiie siècle, alors que le livre religieux occupe peu à peu une moindre place dans ces bibliothèques monastiques.

53 Pourtant certains religieux connaissaient ces langues puisque, le 9 novembre 1746, l’évêque de Langres autorisait deux Capucins de la ville « qui scavent la langue allemande », à se rendre à Tonnerre, « pour entendre les confessions des prisonniers de guerre qui y ont été envoyés » (A. D. Haute-Marne, G 973, p. 593).

54 Cette littérature religieuse du xviiie siècle mériterait une étude de grande ampleur, dans la lignée des travaux d’H. Bremond, de L. Cognet, de J. Le Brun.

55 L. Prunel, Sébastien Zamet, Paris, 1912, p. 59, 68, 82, 192. Ce prêtre devenu aveugle termina sa vie en évangélisant le Limousin. N. Lemaitre lui a consacré récemment un travail, présenté au séminaire de M. le Professeur J. Delumeau, le 14 janvier 1981 et publié dans la Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1983, p. 33-65.

56 Sa Dévotion au Sacré Cœur de Jésus (Lyon, 1691, mise à l’index en 1704, mais plusieurs fois rééditée au xviiie siècle) se rencontre à Morimond, chez les Dominicaines de Dijon et, peut-être, dans les couvents de la Visitation. On sait que cette dévotion fut utilisée alors contre les jansénistes, par les soins de l’épiscopat. Ainsi à Sens et Auxerre (L. Cognet, « Les jansénistes et le Sacré Cœur », Le Cœur, Paris, 1950, p. 242-253), en Lorraine (R. Taveneaux, Le jansénisme en Lorraine. 1640-1789, Paris, 1960, p. 683-690) et à Langres (D. Dinet, « Administration épiscopale et vie religieuse au milieu du xviiie siècle, le Bureau pour le gouvernement du diocèse de Langres de Gilbert de Montmorin », Revue d’histoire ecclésiastique, à paraître en 1983).

57 D. Dinet, « Mourir en religion aux dix-septième et dix-huitième siècles », Revue historique t. CCLIX-1, 1978, p. 29-54 (surtout p. 40-54).

58 Notamment Le Déisme réfuté par lui-même, 1766 et L’examen du matérialisme…, 1771.

59 H. Bremond avait déjà constaté le grand nombre des vies de saints publiées au xviie siècle : Histoire littéraire du sentiment religieux en France, Paris, 1967, t. I, p. 239-254.

60 Sur ce personnage et ses travaux : L’abbé Lebœuf. Le jansénisme (Actes du XXXIe congrès de l’Association bourguignonne des Sociétés savantes), Auxerre, 1962.

61 Sur les travaux des Bénédictins au xviiie siècle, voir M. Laurain, « Les travaux d’érudition des Mauristes. Origine et évolution », Mémorial du XIVe centenaire de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés, Paris, 1959, p. 231-271 et M. Lecomte, Les Bénédictins et l’histoire des provinces aux xviie et xviiie siècles, Ligugé, 1928. Cette histoire de Bourgogne, commencée vers 1725, a paru en 4 tomes de 1739 à 1781. C’est dom Merle qui l’acheva (à ce sujet, voir l’introduction de J. Richard, p. III-XV de la réédition de 1974).

62 L’abbé Courtépée, sous-principal du collège Godran à Dijon, mort en 1781 avant l’achèvement de son ouvrage, est l’auteur de la meilleure Description générale et particulière du duché de Bourgogne de l’Ancien Régime, parue à Dijon de 1774 à 1785, rencontrée uniquement chez les Doctrinaires de Noyers.

63 L’abbaye de Morimond est à cheval sur la frontière entre la Champagne et la Lorraine. Sa bibliothèque a davantage de livres sur cette dernière.

64 A ce sujet, voir les analyses très pertinentes de R. Favre, La mort au siècle des Lumières, Lyon, 1978, p. 275-282. En retour, Mirabeau, père, est gratifié du titre d’« ami des moines » par les philosophes.

65 D’après un fragment d’inventaire postérieur à celui de J. B. Sarrazin (A. D. Côte-d’Or, 3 H 66). Il est important de noter la régularité de ces abonnements : les moines sont donc correctement informés de l’actualité scientifique, ce qui ne semble pas le cas à Morimond où cette continuité n’existe pas.

66 Fils d’un conseiller au Parlement de Dijon, Georges Louis Leclerc de Buffon est né à Montbard où il résida souvent et composa l’essentiel de son œuvre, tout en exploitant terres, forges et seigneurie. Il n’était pas sans contact avec le monde des couvents, puisqu’il eut une sœur, Jeanne, qui mourut Supérieure des Ursulines de Montbard, le 3 mars 1781.

67 Le titre exact est : Recueil de remèdes faciles et domestiques (…) recueillis par les ordres charitables d’une illustre et pieuse dame, Dijon et Paris, 1678.

68 Dans l’édition de 1738, l’originale étant de 1691.

69 Il s’agit du Trésor des merveilles de la maison royale de Fontainebleau, Paris, 1642. Ce premier guide du château aida les historiens de l’art à définir l’« Ecole de Fontainebleau » (S. Béguin, « L’Ecole de Fontainebleau. Fortune critique », catalogue de l’exposition, Paris, 1972, p. xxix-xxxix).

70 Notamment le Dictionnaire économique contenant l’art de faire valoir les terres, 1709.

71 A Bèze (édité en 1698). La passion des moines et des religieuses pour le jeu est parfois dénoncée avec vigueur par les visiteurs des abbayes, ainsi en 1733 chez les Ursulines d’Arcen-Barrois (A. D. Haute-Marne, 48 H 1). Ailleurs, J. de Viguerie ne la signale ni chez les Doctrinaires (op. cit., p. 277-302), ni chez les Mauristes, ni dans l’Ordre de Fontevraud (« Y a-t-il une crise de l’observance régulière entre 1660 et 1715 ? », Sous la règle de Saint-Benoît. Structures monastiques et sociétés en France du moyen âge à l’époque moderne, Genève-Paris, 1982, p. 135-146), mais B. Blanc, Les Constitutions et l’observance de l’Oratoire aux xviie et xviiie siècles, thèse, Ecole des Chartes, Paris, 1980, rencontre (p. 135) une salle de jeux à Troyes (je remercie l’auteur de m’avoir prêté ce document).

72 A. Vernet et J. F. Genest, op. cit., t. I, p. 102.

73 D’après J. Quéniart, Culture…, p. 213-224 et M. Marion, op. cit., p. 171-176.

74 D’après E. Picard, op. cit., p. 252-253.

75 M. de Chantal-Gueudré, op. cit., t. II, p. 239.

76 M. Gresset, op. cit., p. 661 et 665.

77 A. Colombet, op. cit., ne permet pas de répondre à ces questions, car son analyse reste superficielle.

78 M. Garden, op. cit., p. 466-468.

79 J. Nicolas, op. cit., p. 1003-1009, où l’auteur note les mêmes succès des relations de voyages, de l’Ami des hommes, de Nollet ou de l’abbé Pluche. En revanche l’Encyclopédie semble avoir pénétré plus difficilement en Savoie, alors étrangère.

80 F. de Dainville, « Livres de comptes et histoire de la culture », Archivum historicum Societatis Jesu, 1949, t. XVIII, p. 226-252 (réédité par les soins de M. -M. Compère dans L’éducation des Jésuites, Paris, 1978, p. 279-307, particulièrement p. 304-307 où il note, malgré leur souci de se tenir au courant de l’actualité par des abonnements à quelques périodiques, le décalage entre les ouvrages religieux vite acquis et les autres).

81 « Receptes et mises » des Minimes de Tonnerre (1787-1790) : A. D. Yonne, H 2176. L’absence de ces livres dans l’inventaire de 1792 plaide en faveur d’ouvrages scolaires.

82 Nous n’avons identifié ni l’ouvrage, ni l’auteur, ni le prix exact de cette souscription insérée parmi différentes dépenses. Il ne figure pas dans l’inventaire de 1792.

83 C’est par une mention dans le catalogue de la bibliothèque de Morimond que nous connaissons ce fait. D’après les Almanachs royaux, ce personnage aurait été commendataire de Gimont de 1694 à 1760. Il fut en outre archidiacre du diocèse de Paris et docteur de Sorbonne.

84 C. Monget, La Chartreuse de Dijon, Montreuil-sur-Mer, 1898-1905, t. II, p. 384, donne ce renseignement d’après A. D. Côte-d’Or, H 46. Nos recherches dans cette sous-série (mal classée) ne nous ont pas permis de retrouver ce fait.

85 A. Ronsin, op. cit., p. 133-138.

86 Soit environ 51 mètres sur 8.

87 C. Monget, op. cit., t. II, p. 384.

88 Déclaration de l’abbé du 15 novembre 1790 (A. D. Haute-Marne, 1 Q 636, inventaire de l’abbaye, f ° 16 v °).

89 J. Salmon, Morimond. Les derniers jours de l’abbaye. Le dernier abbé, Dom Chautan de Vercly, Langres-Breuvannes, 1961, y fait allusion p. 28. Un dossier existe à ce sujet aux A. N., montrant les démarches de l’abbé en 1786. Nous y reviendrons dans notre thèse.

90 A. Ronsin, op. cit., p. 140-144. L’abbé Lebloy était décédé le 10 mai 1784 (A. C. Barsur-Aube, GG 94).

91 Né vers 1724, il occupait en outre les fonctions de sacristain (A. N. D XIX-10).

92 A. Vernet et J. F. Genest, op. cit., t. I, p. 58-59. Dom Claude Guyton fit profession à Clairvaux au début du xviiie siècle. Malheureusement sa cédule n’est pas datée (A. D. Aube, 3 H 284).

93 Et pas seulement entre abbayes. A Dijon, des échanges fructueux se faisaient assez souvent entre les Jésuites (le P. Oudin notamment) et les Bouhier.

94 L’inventaire de 1790 (A. D. Côte-d’Or, Q 830-3) précise en marge la disparition ou le vol des titres concernés.

95 A. D. Haute-Marne, 1 Q 636, 4 mai 1790.

96 P. Gasnault insiste sur ce fait : même chez les Mauristes, les érudits ne sont guère plus de 2 % : « Les travaux d’érudition des Mauristes au xviiie siècle », Historische Forschung im 18. Jahrhundert, Bonn, 1976, p. 103-104.

97 J. Laurent et F. Claudon, Abbayes et prieurés de l’ancienne France. Diocèses de Langres et de Dijon, Ligugé-Paris, 1941, p. 318.

98 D’après Beguillet et Courtépée, Description générale et particulière du duché de Bourgogne, Dijon, 1774-1785, t. II, p. 232. Ce moine fut inhumé chez les Cordeliers de Dijon le 20 mai 1734 (A. C. Dijon, B 657 bis).

99 Jean Baillivet, natif de Sées, fit profession à Vendôme en 1676 (au noviciat de la province mauriste de « Bourgogne ») et résida longtemps dans nos diocèses avant de mourir, en 1734, à Saint-Laumer de Blois (Dom Y. Chaussy, Matricula monachorum Professorum Congregationis S. Mauri…, Paris, 1959, p. 64). Son travail, resté inédit, est conservé à Paris, Bib. Mazarine, ms. 3259. Voir également Dom P. Cousin, « Anciens ermites et ermitages de l’actuel diocèse de Sens », 2e partie, Bulletin de la Société des Sciences… de l’Yonne, t. 102, 1967-1968, p. 20-24.

100 Courtépée, op. cit., t. II, p. 240 et P. Théotime de Saint-Just, Les Capucins de l’ancienne province de Lyon (2e partie : 1660-1814), Saint-Etienne, 1958, p. 546.

101 Courtépée, op. cit., t. II, p. 240. Le second, en religion : Jean-Baptiste d’Auxonne, fut inhumé au couvent de Dijon, le 21 mars 1784 (A. D. Côte-d’Or, H 1005).

102 Voir note 61. A cela, il faut ajouter la communication de M. L. Auger au colloque Saint-Benoît (Paris, 1 980), « Les Mauristes et la Collection de Bourgogne à la Bibliothèque Nationale », Sous la règle de Saint-Benoît…, p. 279-291. En outre, la correspondance des Mauristes est à consulter. Ce sera une de nos futures tâches.

103 E. Petit, Voyage de l’abbé Lebœuf à Clairvaux en 1730, Auxerre, 1887.

104 Dom Martène et Dom Durand, Voyage littéraire de deux religieux bénédictins, Paris, 1717-1724, t. I, p. 101. Ils visitèrent la plupart des bibliothèques de la région pour leurs travaux. Cette méthode était également celle de dom Plancher.

105 Diderot, qui eut une sœur ursuline et un frère archidiacre à Langres, utilise cette image dans La Religieuse (publiée en 1796, mais écrite vers 1760) : « Les couvents sont-ils donc si essentiels à la constitution d’un Etat ? (…) Ne sentira-t-on jamais la nécessité de rétrécir l’ouverture de ces gouffres, où les races futures vont se perdre ? » (éd. Garnier, p. 310). Mais le thème provient de Montesquieu, Lettres persanes, 1721, lettre CXVII : « On voit dans chaque maison religieuse une famille éternelle, où il ne naît personne, et qui s’entretient aux dépens de toutes les autres. Ces maisons sont toujours ouvertes comme autant de gouffres où s’ensevelissent les races futures. »

Notes de fin

1 Paru intialement dans Histoire, Economie, Société, 1983, p. 281-302.

Table des illustrations

Titre Les bibliotheques monastiques de Bourgogne / Champagne à la fin du xviiie siecle
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13683/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search