Version classiqueVersion mobile

Au cœur religieux de l’époque moderne

 | 
Dominique Dinet

Une congrégation nouvelle à la fin de l’Ancien-Régime : les Ursulines de Mussy-l’Evêque

(1981)1

Texte intégral

  • 1 Paru initialement dans Les religieuses enseignantes xvie-xxe siècles, Angers, Presses Universitaire (...)
  • 1 J. de Viguerie, L’institution des enfants. L’éducation en France xvie-xviiie siècle, Paris, 1978, p (...)
  • 2 Aujourd’hui Mussy-sur-Seine (Aube), entre Bar-sur-Seine et Châtillon-sur-Seine. L’évêque de Langres (...)
  • 3 J. Laurent et F. Claudon, Abbayes et Prieurés de l’Ancienne France. Diocèses de Langres et de Dijon (...)
  • 4 Arch. nat., D XIX, 16, dossier 246, pièce 44.

1Si la place des Ursulines parmi les congrégations féminines enseignantes des xviie et xviiie siècles est assez bien connue1, il n’en est pas de même de multiples communautés régionales comme les Ursulines de Mussy-l’Evêque au diocèse de Langres, créées à la fin de l’Ancien Régime2. Certes un couvent des filles de Sainte Angèle Mérici avait été installé en 1654 dans ce gros bourg de la haute vallée de la Seine3, mais ses occupantes de la fin du xviiie siècle, tout en gardant le nom d’Ursulines, revendiquaient parfois avec vigueur leur originalité, par exemple lors du décret de l’Assemblée Nationale sur la suspension des vœux monastiques. La supérieure, la Mère Moreau de Saint-Ambroise, dans une lettre du 3 janvier 1790, tentait d’expliquer au Comité ecclésiastique que « notre communauté, quoiqu’Ursuline diffère cependant beaucoup des maisons du même Ordre, tant par la non-clôture que par l’étendue des services que nous sommes en usage de rendre au public4… ».

  • 5 Notamment M. de Chantal Gueudré, op. cit., t. II, p. 202-203, J. Laurent et F. Claudon, op. cit., p (...)

2Les travaux qui mentionnent ces religieuses5 reconnaissent cette particularité, mais n’en perçoivent pas toute la portée, ne s’accordent pas sur la date de la création et ne font que pressentir le rôle de Gilbert de Montmorin de Saint Herem, évêque de Langres de 1734 à 1770, qui fut à l’origine d’un institut diocésain qui s’est perpétué au-delà de la Révolution française et a débordé ses limites géographiques initiales.

  • 6 Thèse de Doctorat d’Etat (en préparation).
  • 7 Aujourd’hui dans les archives des Ursulines de Jésus à Troyes. Nous remercions très vivement Madame (...)

3Nos recherches sur « Les Réguliers et la vie régionale dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon (xviie-xviiie siècles)6 », la découverte d’une partie importante des archives de cette communauté7 nous permettent aujourd’hui de mieux connaître cette congrégation, sa naissance, sa spécificité, son action parmi le peuple chrétien qui lui témoigna vite de l’attachement.

À l’origine, l’action de l’évêque de Langres Gilbert de Montmorin

  • 8 Celle-ci ruina ou gêna considérablement beaucoup de communautés religieuses, pas seulement chez les (...)
  • 9 Arch. nat. G9 138, dossier 6 (enquête de 1729).
  • 10 Arch. Ursulines de Jésus, registre 1, p. 16 (copie d’une requête des habitants du 19 juin 1727 pour (...)
  • 11 Arch. nat. G9 131, dossier 8.

4À son arrivée sur le siège de Saint-Mammès, le prélat trouva quelques couvents d’Ursulines plongés dans une crise grave : aux difficultés financières s’ajoutaient des problèmes spirituels. Leur situation temporelle, plus ou moins inquiétante depuis de nombreuses années, résultait d’une mauvaise administration conjuguée aux suites de l’affaire de Law8. La Commission des Secours, créée à cet effet en 1727, avait estimé après une enquête minutieuse que l’on devait songer à supprimer les maisons de Mussy et de Noyers tandis que des subsides seraient accordés à celle d’Arc-en-Barrois9. Peut-être à la requête des habitants de Mussy10, les choses traînaient ; pourtant en avril 1734, les sœurs d’Arc et de Noyers reçurent l’interdiction de recruter des novices11 afin de réduire, à terme, les effectifs et ainsi d’alléger les charges des monastères, ce qui aboutissait à diminuer leur aptitude à remplir leur mission éducative.

  • 12 Nous l’avons déjà constaté à propos du recrutement du clergé : D. Dinet, « Les ordinations sacerdot (...)
  • 13 Arch. nat. G9 120, dossier 5. La régularité était déjà faible lors d’une visite en 1733 (Arch. dép. (...)
  • 14 Arch. dép. Haute-Marne, G 971, p. 262. Le jansénisme à Noyers fut d’abord actif parmi les Pères de (...)

5Cependant ce n’est pas ce risque qui semble avoir déterminé Gilbert de Montmorin à agir, mais davantage les troubles spirituels, dont le jansénisme, qui le préoccupait particulièrement12. Une lettre du prélat à la Commission des Secours en 1746 le laisse entendre pour Arc-en-Barrois : « il n’y avait plus dans cette maison ni régularité, ni religion, ni union, ni paix, elles étaient dans une division affreuse toutes comme des harpies les unes contre les autres et à un tel point que le public en était fort scandalisé. On n’y approchait plus des sacrements et il était comme impossible qu’elles puissent travailler à leur salut efficacement13 … ». À Noyers, les religieuses étaient depuis longtemps accusées de jansénisme : Gilbert de Montmorin, lui-même, n’avait reçu la soumission à la bulle Unigenitus de plusieurs d’entre elles qu’au cours d’une visite à ce couvent, le 24 février 174014.

  • 15 Arch. nat. G9 120, dossier 5 (Arc), G9 138, dossier 6 (Mussy, où les dettes étaient assez élevées e (...)

6Tout cela avait conduit l’évêque à entrer dans les vues de la Commission pour fermer ces maisons. Habilement, le prélat s’abrita derrière cette autorité et la menace d’éventuelles lettres de cachet pour en finir : en juin 1746, il dispersait les Ursulines d’Arc-en-Barrois dans différents couvents et renouvelait l’opération au printemps 1750 à Mussy et à Noyers, malgré les protestations des habitants de cette dernière cité15.

  • 16 G. Bonneau, « La paroisse de Chablis et ses maisons religieuses et hospitalières », Bulletin de la (...)
  • 17 Arch. dép. Yonne, G 2333, p. 58.
  • 18 Arch. dép. Haute-Marne, G 1167, pièce 12.
  • 19 Arch. Ursulines de Jésus, registre 2, p. 2. Ce document commence par une histoire chronologique de (...)
  • 20 Ibid., p. 64.

7Mais pour ne pas interrompre l’œuvre d’éducation, l’évêque était obligé de remplacer rapidement les Ursulines. Justement, un problème analogue s’était déjà posé à Chablis avec les Filles de la Croix, petite communauté séculière enseignante fondée au début du xviiie siècle par Marie Soufflot16. Des difficultés s’étaient manifestées peu après la mort de la fondatrice en 173917 et Gilbert de Montmorin avait du chasser les sœurs en février 174018. Afin de maintenir les écoles, il s’était adressé à Madame de Bosredon, supérieure générale des Dames de Saint-Maur à Paris, qui avait accepté d’envoyer Marie Bezenac et Anne Hamel à Chablis19. Dans le traité conclu alors, le prélat avait fait insérer une clause lui permettant de faire venir d’autres sœurs « en divers endroits de son diocèse à l’effet d’enseigner gratuitement les petites filles, leur montrer à lire, à écrire et à leur apprendre les principes de la religion catholique, apostolique et romaine et autres exercices de piété dont tout chrétien doit être instruit20 ». Gilbert de Montmorin avait donc, dès 1740, un dessein qui dépassait le cadre de Chablis, même s’il n’avait pas encore songé à créer un institut particulier à l’évêché de Langres.

  • 21 Ibid., p. 4-5. Mgr de Montmorin s’adressa alors au nouveau directeur des Dames de St Maur, l’abbé d (...)
  • 22 Ibid., p. 17.

8En tout cas, après avoir dispersé les Ursulines d’Arc-en-Barrois, de Mussy et de Noyers, il utilisa cet accord pour leur substituer des Dames de Saint-Maur. Marie Bezenac fut transférée à Arc en 1746 où une sœur de 23 ans, Anne-Marguerite Moreau, vint de Paris pour l’aider21. À son tour, celle-ci dirigeait l’établissement de Mussy le 15 juillet 1750, sur ordre de l’évêque et avec l’autorisation de Madame de Bosredon. Elle ne se doutait pas qu’elle allait constituer une nouvelle congrégation22.

  • 23 Ibid., p. 37.
  • 24 Ibid., p. 42-43.

9Cette idée semble être venue à l’esprit de Gilbert de Montmorin durant l’année 1756 où il se plaignit à diverses reprises des sujets qu’on lui envoyait de Paris, si bien qu’au cours de sa visite aux religieuses de Mussy le 4 décembre, il parla pour la première fois de « son projet d’avoir des sœurs pour les écoles qui fussent propres à son diocèse à l’exemple de Chartres, de Nevers, de Besançon23 ». L’évêque persistant dans ses intentions, Marguerite Moreau, inquiète, en référa à Madame de Bosredon qui l’exhorta le 9 septembre 1757 « à seconder les pieux desseins de votre saint prélat24 ».

  • 25 Ibid., p. 57.
  • 26 Arch. nat. G9 78, p. 124, 158 et 188 (1761-1763).
  • 27 Arch. Ursulines de Jésus, registre 2, p. 111.

10Celui-ci, alors que l’affaire n’était pas encore réglée, ouvrit le 15 juin 1758 un noviciat à Mussy pour former « les sœurs de l’instruction chrétienne », où l’on observerait les règlements de la congrégation de Paris25. Mais recruter des novices ne levait pas les obstacles à une création nouvelle : les négociations avec les Dames de Saint-Maur s’éternisaient, l’autorité royale ne paraissait pas disposée à accorder des lettres patentes pour confirmer l’établissement et la Commission des Secours ne cessait de réclamer auprès de l’évêque de Langres une procédure de suppression canonique des couvents d’Arc, de Mussy et de Noyers26. Cela devenait de plus en plus fâcheux, comme l’expliquait Marguerite Moreau à Gilbert de Montmorin le 20 octobre 1766 : « nous lui avons humblement représenté la difficulté de trouver des sujets et même de conserver les anciens parce que les parents ne pouvaient se résoudre à nous abandonner leurs filles ne voyant rien de fixe, ni de stable dans notre état27 ».

  • 28 Ibid., p. 113.
  • 29 Arch. dép. Haute-Marne, G 916, fos 283-284.
  • 30 Arch. Ursulines de Jésus, registre 2, p. 129.
  • 31 Ibid., p. 153.

11Le 26 octobre, le prélat se décidait : « trouvant trop de difficultés à obtenir de Sa Majesté des lettres patentes pour les ériger en corps de communauté séculière ainsi qu’il l’avait projeté depuis longtemps », il laissait « subsister l’établissement des Ursulines de cette ville (de Mussy) qui, étant légitimement établi et n’ayant jamais été supprimé ni détruit par aucun acte émané de la puissance public, jouissait par conséquent de toute son existence et de toute sa stabilité28 ». Provisoirement il limitait à cinq le nombre des religieuses du monastère de Mussy et les dispensait de clôture. Ces décisions furent enregistrées le 26 avril 1768 dans les insinuations ecclésiastiques du diocèse29. Peu après, l’évêque les complétait en rendant aux sœurs de l’instruction chrétienne leur titre d’Ursulines30. Dès lors il ne manquait plus à la nouvelle congrégation implantée à Arc-en-Barrois, Chablis, Mussy et Noyers que ses constitutions : rédigées par les sœurs, Gilbert de Montmorin les approuva le 12 octobre 176931. L’œuvre allait pouvoir se développer, peut-être grâce à ses particularités.

L’originalité de la congrégation de Mussy

12Trois phénomènes retiendront notre attention : la cohabitation de religieuses de statuts différents, l’étendue des services rendus à la population et leur finalité, la direction de l’institut.

  • 32 Arch. Ursulines de Jésus, registre 17, Constitution des Ursulines de Mussy-l’Evêque, p. 24-25 (IIIe (...)
  • 33 Celles-ci ne faisaient aucun vœu, selon les instructions du fondateur, le P. Barré (H. de Grèzes, V (...)
  • 34 VIe constitution (p. 36-40).
  • 35 IVe constitution (p. 27-30). Pour les converses, la dot peut se réduire au trousseau et aux frais d (...)

13La nouvelle communauté rassemblait dans un même idéal de foi et d’action trois catégories de professes32 : des Ursulines à vœux solennels et perpétuels, comme avant l’arrivée des Dames de Saint-Maur, des Sœurs de l’instruction qui, comme les Sœurs converses, ne prononçaient que des vœux simples et annuels, selon la volonté de Gilbert de Montmorin qui désira un engagement plus manifeste que celui des Dames de Saint-Maur33. Ce système avait l’avantage de permettre, sans complication ni procédure, le départ volontaire des sœurs de l’instruction qui s’étaient trompées sur leur vocation34, l’individu gardait donc sa liberté, valeur importante pour le xviiie siècle. En outre, la faiblesse de la dot demandée aux sœurs à vœux annuels élargissait considérablement les possibilités de recrutement35. Enfin l’absence de clôture, la pratique générale des vœux et la vie en petite communauté rapprochaient toutes les sœurs, unifiaient l’institut.

  • 36 XVe constitution (p. 139).

14Malgré son nom d’Ursuline, la congrégation était séculière ce qui augmentait ses facultés d’apostolat et son rayonnement sur la population. Sous l’influence directe des Dames de Saint-Maur, dont les premières sœurs comme Marguerite Moreau étaient issues, les Ursulines de Mussy ne se contentaient pas d’enseigner, elles assistaient également les malades, n’hésitant pas à les soigner à domicile, même si ce n’était pas une obligation pour elles36. À ce sujet, une infirmière et pharmacienne était prévue par les Constitutions : « elle doit savoir saigner, distiller, composer les sirops les plus nécessaires » (p. 139). Le texte ajoute qu’il « importe de bien connaître les besoins de ceux qui viennent se faire saigner par précaution, la plupart des pauvres ont plus besoin de nourriture et de purgation que de saignée. On ne saignera jamais une fille sans la bien connaître, ainsi que son état. Il faut que la sœur chargée des malades ait le Traité de la Saignée afin d’en connaître les dangers et d’en éviter les inconvénients » (p. 140).

  • 37 Ibid., p. 142.

15Une médecine éclairée donc, une médecine chrétienne aussi : la sœur exhortera à la patience, représentera aux malades « ce que Jésus-Christ a souffert pour eux ». Si l’affection est dangereuse, elle les invitera « prudemment » à se confesser, « à régler leurs affaires temporelles pour éviter toute division dans les familles » et leur « parlera souvent des avantages d’une mort chrétienne37 ».

16Cependant cela ne doit pas les détourner de leur fin première, l’instruction gratuite des jeunes filles qui primait tout. L’année scolaire était longue : les vacances ne duraient que du 15 septembre à la Toussaint, ce qui correspondait à la période des vendanges, mais permettait aussi aux religieuses une retraite annuelle à l’issue de laquelle elles renouvelaient leurs vœux.

  • 38 Sauf s’il s’agissait de pensionnaires. Dans ce cas, les effectifs étaient réduits, en principe à 15(...)
  • 39 Arch. Ursulines de Jésus, registre 2, p. 25.

17Le régime normal des études était l’externat, mais les effectifs étaient lourds : 50 à 60 élèves par classe38. La journée commençait tôt : à huit heures en hiver, à sept en été. Deux heures plus tard, les leçons étaient interrompues pour reprendre l’après-midi de deux heures à quatre heures. La méthode était de séparer les enfants selon leur âge et capacité, de « les faire lire et suivre dans un même livre », d’abord en français39.

18Mais comme les Constitutions nous l’expliquent, l’essentiel est ailleurs : « quoiqu’il semble que les classes soient faites pour apprendre à lire, à écrire aux enfants, il est pourtant vrai qu’elles sont encore plus pour leur enseigner la Religion, la piété, c’est-à-dire le catéchisme, les prières, l’examen, à bien entendre la sainte messe, à se confesser et communier avec les préparations nécessaires » (p. 189-190). Ultérieurement, « si elles sont appelées à l’état du mariage, elles y entreront avec les dispositions de véritables chrétiennes, elles prendront un soin particulier de l’éducation et de l’instruction de leurs enfants, elles feront pour eux ce qu’on a fait pour elles » (p. 191). C’est pourquoi les sœurs doivent sans cesse donner le bon exemple, « se considérer comme mères chrétiennes de chacune de leurs écolières », les traiter avec douceur, car « la fin que les sœurs doivent se proposer dans l’éducation des enfants, c’est de les gagner à Dieu ; or Dieu veut être servi par amour ; sa Religion n’est qu’amour. Les vérités du salut ne s’introduisent dans le cœur et ne se pratiquent que par amour » (p. 196).

  • 40 Pour St-Maur : H. de Grèzes, Histoire de l’institut…, p. 593, et d’abord : Constitutions des Sœurs (...)
  • 41 Arch. dép. Haute-Marne, G 971 à G 975 (Décisions prises pour le gouvernement du diocèse de Langres (...)

19Au total, cet enseignement est assez proche de celui des Dames de Saint-Maur et de nombreuses congrégations séculières de l’époque, pour lesquelles l’instruction religieuse reste le but ultime40. C’était aussi une préoccupation majeure de Gilbert de Montmorin, confronté au jansénisme dès son arrivée dans le diocèse de Langres. L’école était un moyen de le combattre dès l’enfance, d’où l’importance qu’il y attacha au cours de son épiscopat en examinant parfois lui-même les maîtres et maîtresses avant de leur délivrer une approbation, sans négliger cependant la qualité et l’étendue de leur savoir41. Naturellement, les Ursulines de Mussy étaient à ses yeux un instrument de plus grande valeur qu’il pouvait mieux contrôler.

  • 42 Constitutions, p. 49-57 et 93.
  • 43 Ibid., p. 92 et 64. Un paragraphe spécial (p. 148) concernait l’attitude des sœurs face au jansénis (...)
  • 44 Ibid., p. 57-61, avec le détail du contrat à conclure avec les « fondateurs ».

20Pour réaliser ce vaste programme, une direction solide avait été prévue. Une supérieure générale résidant à Mussy – près de l’évêque – où se trouvait l’unique noviciat, élue parmi les seules Ursulines, nommait toutes les supérieures locales et pouvait, comme chez les Dames de Saint-Maur, déplacer les sœurs à tout moment42. L’évêque gardait une grande autorité sur la congrégation : il choisissait le supérieur, approuvait les confesseurs, veillait (nous retrouvons là le souci de Gilbert de Montmorin face au jansénisme) à « la pureté de leur Doctrine43 », acceptait ou refusait les créations de nouvelles écoles. À cet égard, il se montrait prudent ; on n’en ouvrirait que si plusieurs conditions étaient réunies : un nombre suffisant de religieuses disponibles, l’appel et la permission des « seigneurs et premiers du lieu », des moyens matériels pour faire subsister les sœurs : un logement convenable, des pensions assurées44. Quelle fut alors la vie de l’institut ?

Un succès tardif et précaire

  • 45 Arch. Ursulines de Jésus, registre 2, p. 135 et 169. Elle y fit effectivement profession en 1772 (A (...)
  • 46 Ibid., p. 121.

21Les débuts furent difficiles. Plusieurs religieuses se révélaient peu capables à l’expérience : certaines géraient mal les maigres ressources de chaque maison, d’autres n’avaient guère d’aptitude à l’enseignement ou ne pouvaient faire que les petites classes, quelques-unes étaient de santé fragile et demandaient à changer d’air, trois ou quatre s’étaient trompées sur leur vocation. La pire déception fut apportée par le premier sujet entré dans la congrégation, Elisabeth Gombault qui finit par l’abandonner avec indélicatesse. Cette sœur, qui avait refusé en 1768 d’être Ursuline comme on le lui proposait, parce qu’elle « aimait mieux demeurer libre que de faire des vœux qui la lieraient comme une Religieuse sans lui donner l’honneur de l’être », avait endetté la maison de Chablis afin de se constituer une dot pour entrer chez les Cisterciennes d’Auxerre où elle se présenta à la fin de 1770, sans demander l’autorisation de ses supérieures45. Pour l’avoir admise à Mussy, cela avait valu à Marguerite Moreau une sèche réprimande de la part d’un vicaire général du diocèse : « examinez donc vos filles de plus près » lui écrivait-il46.

  • 47 Pour Noyers, quelques comptes figurent dans Arch. dép. Yonne, H 2185 et pour Arc dans Arch. dép. Ha (...)
  • 48 À la suite d’un procès intenté par l’une d’elles (Arch. dép. Haute-Marne, G 1167, pièce 11). À cett (...)
  • 49 Au maximum 200 livres annuelles par sœur à Arc-en-Barrois (Arch. dép. Haute-Marne, 48 H 15).
  • 50 Par l’intermédiaire de la Commission des Secours. Exemple pour Arc : Arch. nat. G9 120, dossier 5 à (...)
  • 51 Arch. Ursulines de Jésus, registre 2, p. 28.
  • 52 Id., registre 4 (actes du chapitre, 1772-1774), p. 18-19.
  • 53 Id., registre 3, f ° 20.

22En plus les problèmes financiers inquiétaient constamment les responsables qui n’eurent même pas la libre disposition des revenus des anciens couvents, confiés à des économes nommés par l’évêque auquel ils rendaient compte directement. Il est vrai que ces sommes furent pendant plusieurs années entièrement absorbées par le paiement des dettes accumulées auparavant47, par la restitution des dots des Filles de la Croix chassées de Chablis48 et par les versements de pensions modiques aux sœurs de Mussy49. Heureusement celles des anciennes Ursulines furent presque toujours réglées avec un important concours royal50. En tout cas avec leurs modestes ressources, les sœurs devaient subsister, faire fonctionner les écoles et même parfois rembourser quelques dettes. Certes en 1752, la ville de Mussy leur avait accordé du bois pour les remercier des services rendus51, mais ce n’est qu’en 1773 qu’une dot plus élevée que de coutume (4 000 livres !) apporta un réel soulagement de ce côté52. Pourtant les besoins restaient considérables, notamment pour l’entretien des bâtiments et en particulier pour celui des classes : sans l’aide gratuite de Paul Fayard de Bourdeille en 1787, la congrégation était acculée à la banqueroute53.

23Face à ces difficultés, Marguerite Moreau, qui avait dirigé avec foi et abnégation l’œuvre naissante, en fut la première supérieure générale élue en 1768. Toujours honorée de la confiance de ses compagnes et reconduite dans cette charge jusqu’à la Révolution, elle joua un rôle décisif dans les progrès de l’institut, même si les épreuves ne cessèrent jamais.

  • 54 Données tirées pour Mussy des actes capitulaires : arch. Ursulines de Jésus, registres 2 à 4. Aille (...)

24Signe encourageant, le recrutement, initialement médiocre, s’améliora à partir de 1775 chez les « sœurs de l’instruction » : leur nombre ne faisait que croître et compensait la stagnation des « Ursulines ». Ce résultat était un succès, comparé à l’extrême rareté des novices accueillies à cette époque par plusieurs monastères d’Ursulines de la région comme ceux de Bar-sur-Aube et de Dijon54. Cette augmentation des effectifs, due à l’apport de couches sociales plus modestes, surtout rurales, permit d’ouvrir de nouvelles écoles.

  • 55 Arch. Ursulines de Jésus, registre 2, p. 81 et 93. Elles furent à Chaource de janvier 1761 à mai 17 (...)

25La première tentative à Chaource échoua à cause des administrateurs de l’hôpital dont les classes dépendaient. Ils exigeaient des religieuses six heures de cours quotidiennes (au lieu de quatre) et des soins prioritaires aux malades les plus riches au détriment des pauvres, ce qu’elles finirent par refuser55.

26Les autres créations apparaissaient plus solides : deux datent de l’été 1785 et la dernière de mai 1786. Toutes concernent les campagnes voisines : Tronchoy, Gyé-sur-Seine, Lignières.

  • 56 D’après l’information de commodo vel incommodo, septembre 1785 (arch. dép. Yonne, G 2520).

27À Tronchoy, ce fut le seigneur, Paul Fayard de Bourdeille, receveur général des finances d’Amiens, qui appela les sœurs avant d’être leur bienfaiteur. Les habitants consultés, comme les notables des alentours, avaient été unanimement favorables. Tous appréciaient la gratuité de l’enseignement pour les jeunes filles et Paul Carré, médecin à Tonnerre, estimait que grâce à leur présence, « il périrait moins de malheureux56 ».

  • 57 Arch. dép. Yonne, E dépôt 342. Traité du 28 mai 1785, ratifié par l’évêque de Langres le 14 juin. V (...)

28Le traité conclu entre la communauté de Mussy et Monsieur de Bourdeille respectait scrupuleusement les clauses prévues à cet effet dans les Constitutions. Deux religieuses devaient s’établir à Tronchoy où le seigneur leur payait par l’intermédiaire de la fabrique une rente annuelle de 600 livres, réglée d’avance par quartier. Il s’engageait à leur procurer une maison, les meubles, linges et autres nécessités dont les sœurs avaient fourni une liste. En échange, celles-ci étaient astreintes à « tenir les classes quatre heures le jour en deux fois, pour y apprendre à lire, écrire, compter, calculer et instruire gratuitement les jeunes filles du village, à visiter les malades, les saigner lorsque le besoin le requerera et leur administrer les remèdes convenables aux frais de la fabrique pour les pauvres seulement, sous la direction du sr médecin et chirurgien, elles prépareront les malades à la réception des sacrements (…), seront aussi chargées de tenir proprement et en bon ordre tous les linges et ornements de l’église paroissiale57… ».

  • 58 Arch. munic. Gyé-sur-Seine (Aube), legs Bouchotte (1785) et arch. Ursulines de Jésus, registre 3, f(...)
  • 59 Arch. Ursulines de Jésus, registre 3, fos 17-18.

29À Gyé-sur-Seine, le fondateur fut le curé Jean-François Bouchotte. Les classes accueillaient les enfants à partir du 1er janvier 1786 ainsi que les petites filles des localités de Courteron et de Neuville58. À Lignières, la maison de charité installée par le curé de la paroisse et desservie par deux filles du village passa dans la congrégation dont Elisabeth Gilton et Barbe Laribe devinrent de nouvelles professes59.

  • 60 Arch. nat. D XIX, 4, dossier 53 et arch. Ursulines de Jésus, registre 3, fos 23-24.
  • 61 Selon la supérieure : arch. nat. D XIX, 16, dossier 246, pièce 43.
  • 62 Arch. dép. Aube, E dépôt 261/39, Délibérations municipales de Mussy-sur-Seine (1789-1793), fos 67, (...)
  • 63 Arch. dép. Yonne, L 599. La pétition recueillit 78 signatures.
  • 64 E. Massé, Les origines et l’esprit traditionnel de la congrégation des Ursulines de Troyes, Troyes (...)
  • 65 En 1937, elle fut rattachée aux Ursulines de Jésus.

30La Révolution surprit un petit institut en plein développement : en 1790, il rassemblait sept établissements, 41 religieuses et plusieurs novices ou postulantes60. Vêtures et professions continuèrent jusqu’en août, les classes bien au-delà. À Mussy, malgré les vexations de « la plus vile populace61 », le maire les soutenait encore en 1792, vainement, car les troubles entre prêtres constitutionnels et insermentés qui avaient divisé la population en deux camps hostiles, amenèrent la fermeture du couvent en septembre, accusé d’être au cœur de l’opposition « au ministre salarié62 ». La plupart des écoles subirent le même sort à cette date, sauf celles de Chablis qui fonctionnèrent plus longtemps avec l’appui des autorités communales, poussées par une pétition des habitants, d’autant qu’après la suppression légale de la maison des sœurs, celles-ci offrirent gratuitement leurs services d’enseignement, ce qui fut accepté63. Enfin à Gyé, Jeanne Elisabeth Goublot et Edmée Aubert reprirent leur tâche au lendemain de la Terreur. Dès 1805, elles reconstituèrent la congrégation qui s’installa l’année suivante à Troyes64, où elle subsiste encore65.

Les Ursulines de Mussy-l’Evêque à la fin de l’Ancien Régime.

Les Ursulines de Mussy-l’Evêque à la fin de l’Ancien Régime.
  • 66 À ce sujet : X. Lavagne d’Ortigue. « La vocation prémontrée à l’époque des Lumières », La vocation (...)

31Les Ursulines de Mussy-l’Evêque, en dirigeant leur apostolat vers les petites villes, les bourgs et surtout les villages dont elles recevaient les filles, étaient donc des religieuses « utiles » comme le voulait l’époque des Lumières66 : elles diffusaient l’instruction, soignaient les malades, là où était la majorité de la population, afin de l’amener à Dieu et, peut-être, de l’éloigner dès l’enfance du jansénisme Les créateurs, principalement Marguerite Moreau et Gilbert de Montmorin, surent mêler les fruits de l’expérience au double héritage des Ursulines et des Dames de Saint-Maur. Malgré ses faiblesses, l’œuvre se révéla solide et réussit à ne pas être anéantie par la tourmente révolutionnaire ; elle répondait donc à des besoins profonds.

32Particulière au diocèse de Langres, elle était une de ces nombreuses congrégations féminines séculières enseignantes de l’Ancien Régime. Sans quitter la région, rappelons qu’à la même période, l’évêque d’Auxerre, Jean-Baptiste Marie Champion de Cicé ranimait les Filles séculières de l’Union Chrétienne, dites de la Providence, qui ouvraient, comme les sœurs de Mussy, des classes dans le monde rural. L’Église se tournait alors de plus en plus vers les campagnes, elle allait poursuivre ce mouvement au xixe siècle.

Notes

1 J. de Viguerie, L’institution des enfants. L’éducation en France xvie-xviiie siècle, Paris, 1978, p. 62-63 ; R. Chartier, M.-M. Compère, D. Julia, L’éducation en France du xvie au xviiie siècle, Paris, 1976, p. 231-247 ; et surtout M. de Chantal Gueudré, Histoire de l’ordre des Ursulines en France, Paris, 1958-1963.

2 Aujourd’hui Mussy-sur-Seine (Aube), entre Bar-sur-Seine et Châtillon-sur-Seine. L’évêque de Langres y avait une résidence où il séjournait assez fréquemment.

3 J. Laurent et F. Claudon, Abbayes et Prieurés de l’Ancienne France. Diocèses de Langres et de Dijon, Ligugé-Paris, 1941, p. 229.

4 Arch. nat., D XIX, 16, dossier 246, pièce 44.

5 Notamment M. de Chantal Gueudré, op. cit., t. II, p. 202-203, J. Laurent et F. Claudon, op. cit., p. 229-230 et 242-243, Hélyot, Dictionnaire des ordres religieux (éd. Migne-Badiche), t. IV, col. 1537.

6 Thèse de Doctorat d’Etat (en préparation).

7 Aujourd’hui dans les archives des Ursulines de Jésus à Troyes. Nous remercions très vivement Madame la Supérieure de nous avoir autorisé à les consulter. Sans doute cette source a-t-elle été partiellement utilisée par A. Prévost, Histoire du diocèse de Troyes pendant la Révolution, t. II, Troyes, 1909, p. 231-233 et dans son Répertoire biographique des religieuses du diocèse de Troyes à la Révolution, s. l., 1933.

8 Celle-ci ruina ou gêna considérablement beaucoup de communautés religieuses, pas seulement chez les Ursulines (E. Faure, La banqueroute de Law, Paris, 1977, p. 545-552).

9 Arch. nat. G9 138, dossier 6 (enquête de 1729).

10 Arch. Ursulines de Jésus, registre 1, p. 16 (copie d’une requête des habitants du 19 juin 1727 pour conserver le monastère).

11 Arch. nat. G9 131, dossier 8.

12 Nous l’avons déjà constaté à propos du recrutement du clergé : D. Dinet, « Les ordinations sacerdotales dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon (xviie-xviiie siècles) », Revue d’Histoire de l’Église de France, 1980, p. 227-237.

13 Arch. nat. G9 120, dossier 5. La régularité était déjà faible lors d’une visite en 1733 (Arch. dép. Haute-Marne, 48 H 1) et les dettes… importantes (id, 48 H 15 et 16).

14 Arch. dép. Haute-Marne, G 971, p. 262. Le jansénisme à Noyers fut d’abord actif parmi les Pères de la Doctrine Chrétienne (J. de Viguerie, Une œuvre d’éducation sous l’Ancien Régime. Les Pères de la Doctrine Chrétienne en France et en Italie, 1592-1792, Paris, 1976, p. 428) qui étaient parfois les confesseurs des Ursulines. Sur la situation du couvent : Arch. dép. Yonne, H 2185.

15 Arch. nat. G9 120, dossier 5 (Arc), G9 138, dossier 6 (Mussy, où les dettes étaient assez élevées et Noyers), G9 149, dossier 22 (Noyers). Le prélat n’apprécia pas la protestation des habitants, qualifiés avec mépris de « petits bourgeois » dans sa correspondance.

16 G. Bonneau, « La paroisse de Chablis et ses maisons religieuses et hospitalières », Bulletin de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de l’Yonne. 1922, p. 103-177 et surtout Arch. dép. Yonne, H 2184 et G 2301.

17 Arch. dép. Yonne, G 2333, p. 58.

18 Arch. dép. Haute-Marne, G 1167, pièce 12.

19 Arch. Ursulines de Jésus, registre 2, p. 2. Ce document commence par une histoire chronologique de l’œuvre des sœurs depuis l’arrivée des Dames de St-Maur dans le diocèse de Langres, avec copie de tous les actes importants les concernant. La sœur Marguerite Moreau en est l’auteur. À la suite, à partir du 15 juin 1758, sont enregistrés les actes capitulaires de l’institut naissant.

20 Ibid., p. 64.

21 Ibid., p. 4-5. Mgr de Montmorin s’adressa alors au nouveau directeur des Dames de St Maur, l’abbé de Lalanne qui fut un de ses vicaires généraux et détermina la vocation de Jeanne Des Barres, originaire du diocèse de Langres et 6e supérieure générale de l’institut parisien (H. de Grèzes, Histoire de l’institut des écoles charitables du Saint-Enfant Jésus, Paris, 1894, p. 62-68.)

22 Ibid., p. 17.

23 Ibid., p. 37.

24 Ibid., p. 42-43.

25 Ibid., p. 57.

26 Arch. nat. G9 78, p. 124, 158 et 188 (1761-1763).

27 Arch. Ursulines de Jésus, registre 2, p. 111.

28 Ibid., p. 113.

29 Arch. dép. Haute-Marne, G 916, fos 283-284.

30 Arch. Ursulines de Jésus, registre 2, p. 129.

31 Ibid., p. 153.

32 Arch. Ursulines de Jésus, registre 17, Constitution des Ursulines de Mussy-l’Evêque, p. 24-25 (IIIe constitution). Notons que celles conservées aux Arch. dép. Aube, D 126 ne sont pas de 1769, comme il est indiqué, mais de 1824 et concernent les Ursulines de Troyes.

33 Celles-ci ne faisaient aucun vœu, selon les instructions du fondateur, le P. Barré (H. de Grèzes, Vie du R. P. Barré, Bar-le-Duc, 1892, p. 231). La copie des constitutions de 1747 (Arch. nat. S 7045) n’en mentionne pas, ce que confirme J. Boussoulade, Moniales et Hospitalières dans la tourmente révolutionnaire, Paris, 1962, p. 108 (l’auteur a pu consulter le texte original conservé par les Dames de St-Maur). Mgr de Montmorin trouva cela insuffisant et trop différent des autres congrégations diocésaines : Arch. Ursulines de Jésus, registre 2, p. 133-135 (mai 1768). Peu après notre communication à Fontevraud le 4 octobre 1980, nous avons pu consulter les archives des Sœurs de l’Enfant Jésus (Dames de St-Maur) à Paris, grâce à l’obligeance de Mère Jeanne d’Arc que nous remercions très vivement. Sur ce problème, les Statuts et règlements de 1685 précisaient l’absence de vœux (chap. i, art. V) ; les Constitutions des sœurs de l’Instruction charitable, écrites en 1732 et imprimées en 1741, stipulent que les sœurs entrent sans dot (elles ont d’ailleurs toutes le même statut, p. 33) et, le jour de leur « réception » ou « profession », reconnaissent simplement que Dieu leur a inspiré cette vocation. Elles prennent alors la « résolution » de s’y attacher (p. 241-242), sans que cet acte ait une valeur juridique contraignante. Ce n’est qu’un engagement moral.

34 VIe constitution (p. 36-40).

35 IVe constitution (p. 27-30). Pour les converses, la dot peut se réduire au trousseau et aux frais des cérémonies de vêture et de profession. Pour les sœurs de l’instruction, l’institut se contenta parfois de 600 livres, alors que les Ursulines de la région demandaient entre 2 000 et 4 000livres vers 1760.

36 XVe constitution (p. 139).

37 Ibid., p. 142.

38 Sauf s’il s’agissait de pensionnaires. Dans ce cas, les effectifs étaient réduits, en principe à 15 (Constitutions, p. 31-32). À notre connaissance, il n’y en eut qu’à Mussy.

39 Arch. Ursulines de Jésus, registre 2, p. 25.

40 Pour St-Maur : H. de Grèzes, Histoire de l’institut…, p. 593, et d’abord : Constitutions des Sœurs de l’Instruction charitable, 1741. Elles ont très fortement inspiré Marguerite Moreau qui, par exemple, à propos du but majeur des écoles (Constitution… Mussy, p. 189), a repris mot pour mot le texte parisien (p. 99). Vue d’ensemble dans R. Chartier, M.- M. Compère, D. Julia, op. cit., p. 128-130 et surtout J. De Viguerie, L’institution des enfants…, p. 141-157.

41 Arch. dép. Haute-Marne, G 971 à G 975 (Décisions prises pour le gouvernement du diocèse de Langres sous l’épiscopat de Mgr de Montmorin. Nous préparons actuellement un travail à partir de cette source importante). À ce sujet, voir P. Fayet, Recherche historiques et statistiques sur les communes et les écoles de la Haute-Marne, Langres, 1879. Cet auteur a relevé 235 approbations de maîtres (p. 49).

42 Constitutions, p. 49-57 et 93.

43 Ibid., p. 92 et 64. Un paragraphe spécial (p. 148) concernait l’attitude des sœurs face au jansénisme. Il leur était prescrit : « une soumission parfaite à tous les ordres de l’Église, un entier acquiescement à toutes ses décisions, un grand éloignement des nouveautés qu’elle condamne. » Ce texte figurait déjà dans les mêmes termes dans les Constitutions des Dames de St-Maur (p. 119). Cette préoccupation n’était donc pas particulière à l’évêque de Langres, mais partagée par d’autres responsables ecclésiastiques de l’époque.

44 Ibid., p. 57-61, avec le détail du contrat à conclure avec les « fondateurs ».

45 Arch. Ursulines de Jésus, registre 2, p. 135 et 169. Elle y fit effectivement profession en 1772 (Arch. dép. Yonne, 2 E 24, 2e registre).

46 Ibid., p. 121.

47 Pour Noyers, quelques comptes figurent dans Arch. dép. Yonne, H 2185 et pour Arc dans Arch. dép. Haute-Marne, 48 H 15.

48 À la suite d’un procès intenté par l’une d’elles (Arch. dép. Haute-Marne, G 1167, pièce 11). À cette occasion, les Dames de St-Maur, sollicitées, ne firent que prêter l’argent, en l’empruntant elles-mêmes (Arch. nat. H5 37341).

49 Au maximum 200 livres annuelles par sœur à Arc-en-Barrois (Arch. dép. Haute-Marne, 48 H 15).

50 Par l’intermédiaire de la Commission des Secours. Exemple pour Arc : Arch. nat. G9 120, dossier 5 à compléter par Arch. dép. Haute-Marne, 48 H 15.

51 Arch. Ursulines de Jésus, registre 2, p. 28.

52 Id., registre 4 (actes du chapitre, 1772-1774), p. 18-19.

53 Id., registre 3, f ° 20.

54 Données tirées pour Mussy des actes capitulaires : arch. Ursulines de Jésus, registres 2 à 4. Ailleurs d’après les registres de vêtures et professions : Bar-sur-Aube (arch. munic. GG 87), Dijon (arch. dép. Côte-d’Or, 81 H supplément). Par contre, la situation était meilleure à Chaumont (arch. dép. Haute-Marne, 49 H 44).

55 Arch. Ursulines de Jésus, registre 2, p. 81 et 93. Elles furent à Chaource de janvier 1761 à mai 1763.

56 D’après l’information de commodo vel incommodo, septembre 1785 (arch. dép. Yonne, G 2520).

57 Arch. dép. Yonne, E dépôt 342. Traité du 28 mai 1785, ratifié par l’évêque de Langres le 14 juin. Voir aussi arch. Ursulines de Jésus, registre 3, fo 15.

58 Arch. munic. Gyé-sur-Seine (Aube), legs Bouchotte (1785) et arch. Ursulines de Jésus, registre 3, fo 15.

59 Arch. Ursulines de Jésus, registre 3, fos 17-18.

60 Arch. nat. D XIX, 4, dossier 53 et arch. Ursulines de Jésus, registre 3, fos 23-24.

61 Selon la supérieure : arch. nat. D XIX, 16, dossier 246, pièce 43.

62 Arch. dép. Aube, E dépôt 261/39, Délibérations municipales de Mussy-sur-Seine (1789-1793), fos 67, 70-71, 78, 81-83, 86, 99 et 106 (pour le détail de ces troubles).

63 Arch. dép. Yonne, L 599. La pétition recueillit 78 signatures.

64 E. Massé, Les origines et l’esprit traditionnel de la congrégation des Ursulines de Troyes, Troyes 1923, p. 16. Mais la distinction entre les « ursulines » et les « sœurs de l’instruction » disparut et toutes prononcèrent des vœux perpétuels.

65 En 1937, elle fut rattachée aux Ursulines de Jésus.

66 À ce sujet : X. Lavagne d’Ortigue. « La vocation prémontrée à l’époque des Lumières », La vocation religieuse et sacerdotale en France, xviie-xixe siècles, 1979, p. 60-62 (ce thème ne nous parait pas propre à un ordre ou à une congrégation, mais général alors).

Notes de fin

1 Paru initialement dans Les religieuses enseignantes xvie-xxe siècles, Angers, Presses Universitaires d’Angers, 1981, p. 89-100.

Table des illustrations

Titre Les Ursulines de Mussy-l’Evêque à la fin de l’Ancien Régime.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13674/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 122k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search