Version classiqueVersion mobile

Au cœur religieux de l’époque moderne

 | 
Dominique Dinet

Les ordinations sacerdotales dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon (XVIIe et XVIIIe siècles)

(1980)1

Texte intégral

  • 1 Paru initialement dans la Revue d’Histoire de l’Eglise de France, 1980, vol. 66, no 177, p. 211-241
  • 1 C. Berthelot du Chesnay, « Le clergé diocésain français au xviiie siècle et les registres des insin (...)
  • 2 L. Pérouas, « Le nombre des vocations sacerdotales est-il un critère valable en sociologie religieu (...)
  • 3 Nous n’évoquons ici que des études ayant utilisé ces registres ou des documents très voisins : T. T (...)
  • 4 J. Quéniart, Les hommes, l’Eglise et Dieu dans la France du xviiie siècle, Paris, 1978 (en plus des (...)
  • 5 D. Dinet, Réguliers et vie régionale dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon aux xviie et xvi (...)
  • 6 Pour la prêtrise, ces sources nous livrent près de 4 500 noms et environ 6 200 pour la tonsure. Une (...)

1En 1963, un article du P. Charles Berthelot du Chesnay signalait l’importance des registres des insinuations ecclésiastiques comme source sur le clergé diocésain français à la fin de l’Ancien Régime1. La même année était publiée une communication du P. Pérouas qui déplorait le manque de travaux sur cette question, la rareté des séries complètes de tels documents et s’interrogeait sur la signification du nombre des vocations sacerdotales à cette époque2. Comme en écho à ces préoccupations, les enquêtes se multipliaient (Gap, Boulogne…) s’ajoutant aux premiers sondages sur les diocèses de Rouen et d’Autun3, si bien que récemment les premières synthèses sur le clergé séculier français du xviiie siècle voyaient le jour4. Nos recherches sur les réguliers des diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon aux xviie et xviiie siècles nous ont mis en contact avec ce genre de matériaux, fort bien représentés dans nos régions. Les renseignements fournis sur les religieux et religieuses sont très importants et les données sur les séculiers considérables : ordinations, titres cléricaux (appelés souvent « patrimoine » à Langres),… concernent plusieurs milliers de personnes5. Après une description des sources, nous nous limiterons ici, pour des raisons pratiques, à un examen minutieux des courbes d’ordinations, à leur interprétation, à une analyse des origines géographiques de ce clergé et à leurs éventuelles variations dans le temps6.

Sources et méthode

  • 7 Cet édit modifia l’institution pour la dernière fois sous l’Ancien Régime (G. Cabourdin et G. Viard (...)
  • 8 A.D. Haute-Marne, G 890 à G 922 (du 26 mai 1692 au 31 janvier 1791, soit 32 registres in-folio de 3 (...)
  • 9 La majorité des ordinations a lieu soit le samedi des Quatre-Temps du Carême, soit celui de l’Avent (...)
  • 10 A.D. Haute-Marne, G 1066 à G 1071.
  • 11 A la différence d’autres travaux, nous prenons en compte la totalité des ordinations. Signalons à c (...)

2La collection des registres des insinuations ecclésiastiques du diocèse de Langres paraît d’excellente qualité à partir de l’édit de décembre 16917 dont l’application se manifeste ici dès le printemps suivant. La totalité des ordinations figure désormais, alors qu’auparavant, on en relevait très peu et que de graves lacunes, comme celle des années 1589-1664, étaient à déplorer. Au contraire, de 1692 à 1791, la série est complète8, sauf pour quelques mois de 1706, les premières pages d’un registre ayant été arrachées, mais cela n’affecte que faiblement la courbe, puisque cette coupure correspond à l’automne, saison où les ordinations ne sont pas les plus fréquentes9. La découverte d’autres documents : les Actes épiscopaux qui nous sont parvenus pour la période 1727-178810 et qui mentionnent également les ordinations sacerdotales, nous a permis une confrontation avec la source précédente. Leur concordance est parfaite, aussi bien pour le nombre des ordinands que pour leurs noms. Néanmoins comme les Actes épiscopaux ne contiennent que les ordinations générales, nous avons préféré les chiffres tirés des insinuations ecclésiastiques11.

  • 12 A.D. Côte-d’Or, G, supplément 1,8 à 10. Il s’agit de trois registres in-folio. Il en existait quatr (...)

3Pour le diocèse de Dijon, créé en 1731, nous ne possédons que les Actes épiscopaux et seulement de janvier 1739 à septembre 178712. Malgré leur titre, ces registres ont un contenu identique à ceux des insinuations du diocèse de Langres.

  • 13 A.D. Yonne, respectivement G 1597 à G 1600.
  • 14 A.D. Yonne, G 1601 à G 1607.

4A Auxerre, les insinuations sont décevantes : n’y apparaissent que des lettres d’ordre isolées. On peut heureusement y suppléer grâce aux Provisions de bénéfices dont la série est discontinue au xviie siècle (avril 1640-juillet 1642, novembre 1663-octobre 1669, 1685-février 1691) et encore au début du xviiie : 1702-170913. Il faut attendre la fin de 1715 pour disposer d’un ensemble sans interruption jusqu’à la chute de l’Ancien Régime14.

5Il en résulte une information fragmentaire (Auxerre) ou tardive (Langres) pour le xviie siècle, complète ensuite (Langres) ou presque (Auxerre et Dijon).

6La collecte achevée, les problèmes de méthode surviennent. Trois ont particulièrement retenu notre attention :

  • ne doit-on pas distinguer séculiers et réguliers ?

  • est-il nécessaire de séparer les ordinands nés dans les trois diocèses et les autres ?

    • 15 Ces questions n’ont pas toujours été posées, ce qui gêne considérablement les comparaisons entre di (...)

    peut-on enfin dans une étude des ordinations se limiter à la seule prêtrise15 ?

  • 16 Les abbés, ne pouvant conférer eux-mêmes la prêtrise, délivraient à leurs moines des lettres dimiss (...)
  • 17 La situation est variable selon les diocèses : dans celui d’Auxerre, ils desservaient environ 14 % (...)

7La première question concerne d’abord les diocèses comme celui de Langres, qui comprennent de nombreuses abbayes et surtout des noviciats ou centres d’études. Là, les religieux contribuent à élever le nombre des futurs prêtres16, or ils viennent pour la plupart de loin, puisque novices et étudiants étaient regroupés par « province » ou autre circonscription infiniment plus vaste qu’un évêché, selon les décisions des chapitres généraux des grands instituts monastiques. Leur formation achevée, les jeunes profès étaient envoyés dans les endroits les plus variés, peu demeuraient près du lieu où ils avaient été consacrés et, sauf chez les Prémontrés, les Génovéfains et quelques autres, ils n’avaient guère charge d’âmes en permanence17. Il convient donc d’observer leur proportion parmi les ordinands, ce que nous avons toujours fait. Par contre, il nous a paru sans intérêt de mettre à part les moines nés dans les trois diocèses parce qu’ils furent peu nombreux (10 à 15 % environ) et que, une fois dispersés, il en resta encore moins pour exercer un ministère pastoral dans la région.

  • 18 Un « exeat » est un acte qui marque le départ d’un clerc du diocèse où il se trouve. Notons qu’un g (...)

8La seconde interrogation nous amène à examiner le rôle « perturbateur » des séculiers quant à l’allure de nos courbes. Une arrivée massive de jeunes clercs de l’extérieur comme une fuite d’ecclésiastiques de la région les modifient profondément. Certes les phénomènes peuvent éventuellement se compenser ou ne pas avoir une grande ampleur, être temporaires et sans conséquence pour l’avenir. Des clercs d’un diocèse voisin sont parfois ordonnés en raison de l’absence ou de l’empêchement de leur évêque propre qui leur a délivré des lettres dimissoriales à cet effet, tandis que, munis de documents identiques, des ordinands de nos diocèses sont consacrés à Paris (ou ailleurs) où ils continuent des études avant de revenir dans la région. Il faut s’en assurer. Par contre, si nous rencontrons parmi les futurs prêtres de plus en plus de gens de l’extérieur, des clercs « incorporés », si les registres des insinuations ecclésiastiques comportent en nombre croissant des actes d’incorporation, surtout si, auparavant, on relevait des « exeat18 », la crise des vocations sacerdotales est certaine, sauf cas de catastrophe démographique. Le passage d’une situation à l’autre, la succession des incorporations aux exeat permet de dater la crise, ce qui invite à en rechercher les causes. A cet égard, les trois diocèses sont différents : Langres connaît des migrations assez sensibles dans les deux sens jusque vers 1730, ensuite elles perdent de leur importance. Dijon présente des analogies avec la première période langroise et Auxerre offre un bel exemple de malaise grave.

9Enfin nous pensons qu’étudier les autres ordinations : diaconat, sous-diaconat et surtout la tonsure, permet une meilleure analyse. D’abord, c’est au moment de la tonsure – véritable entrée, passage obligatoire dans le monde ecclésiastique, qui fait du laïc un clerc – que les sources fournissent les plus riches indications : très souvent les noms des parents, presque toujours l’origine géographique. Au-delà, une observation de l’évolution du nombre des tonsurés confirme une éventuelle crise des vocations (qui doit apparaître dès ce niveau) et apporte quelque lumière sur l’ampleur et la localisation du phénomène. On remarquera que nous avons écarté les ordres mineurs, simplement parce qu’étant habituellement conférés le même jour que la tonsure (et à la quasi-totalité des tonsurés), ils ne présentent pas d’intérêt, à la différence du diaconat et du sous-diaconat pour lesquels nous avons suivi les mêmes règles que pour la prêtrise.

  • 19 Abbé Roussel, op. cit., t. I, p. 123 n’indique pas quand le nouveau prélat résida effectivement dan (...)

10Pour en terminer avec ces préliminaires méthodologiques, précisons qu’à des courbes comptabilisant directement les données annuelles brutes, nous avons préféré introduire une pondération qui atténue les effets du hasard, surtout sur des petits nombres, et restitue mieux les tendances profondes, certains écarts absolus n’étant pas significatifs : par exemple en 1734, il n’y eut aucune ordination à Langres. N’en déduisons pas une crise des vocations ! La réalité est plus simple : le siège épiscopal fut vacant cette année-là, après le décès de Pierre de Pardaillan de Gondrin d’Antin le 2 novembre 1733. Son successeur, Gilbert de Montmorin de Saint-Hérem prit possession par procuration de l’évêché le 13 mars 1734, mais ne fut effectivement présent qu’en 1735. Aussitôt, les ordinations reprennent19.

11Dans ce but, nous avons réalisé deux séries de graphiques : des diagrammes regroupant l’ensemble des ordinations par période de cinq ans et des courbes représentant seulement les tonsures et prêtrises par des moyennes mobiles de même durée.

Diagrammes et courbes d’ordinations

12Les premiers nous permettent de distinguer, pour chacune des ordinations, réguliers et séculiers, et pour ces derniers, ceux nés dans le diocèse et ceux de l’extérieur.

  • 20 Le rapport prêtrise/tonsure a néanmoins tendance à augmenter avec le temps. En effectuant sa mesure (...)

13Avant d’examiner la part respective des uns et des autres, il nous paraît utile de souligner l’originalité de la tonsure par rapport aux autres ordinations. D’abord le niveau d’ensemble est en général plus élevé, ce qui est normal puisque c’est le premier ordre reçu et parfois le seul pour un certain nombre de clercs qui convoitent un bénéfice… et non le sacerdoce. Pourtant les apparences semblent prouver le contraire à Auxerre où les diacres et les prêtres furent souvent plus nombreux que les tonsurés. En fait, si on prend le soin de ne considérer que les séculiers originaires du diocèse, on s’aperçoit que la règle précédente est vérifiée20. Seconde constatation, les variations des effectifs des tonsurés sont différentes des autres. Ainsi au xviiie siècle à Auxerre, les années 1745-1749 représentent le minimum des tonsures alors que pour le sous-diaconat, le diaconat et la prêtrise, l’étiage se situe en 1755-1759. Inversement, le maximum se rencontre en 1735-1739 tandis que pour les tonsures, il faut le chercher en 1705-1709. On remarque à peu près le même phénomène à Langres et à Dijon : très peu de tonsures à Langres dans la période 1735-1739, alors que le minimum pour les autres ordinations a lieu en 1740-1744 et il n’est pas aussi sensible. En outre, les bas niveaux de 1715-1719 et 1770-1774 n’apparaissent pas pour la tonsure. Certes, le sommet de 1725-1729 est général à Langres, tout comme le creux de 1775-1779 à Dijon.

Diocèse d’Auxerre. Ordinations par période de 5 ans.

Diocèse d’Auxerre. Ordinations par période de 5 ans.

Diocèse de Langres. Ordinations par période de 5 ans.

Diocèse de Langres. Ordinations par période de 5 ans.

Diocèse de dijon 1740-1785. Période de 5 ans.

Diocèse de dijon 1740-1785. Période de 5 ans.

Sous-diaconat et diaconat n’ont été représentés que pour le diocèse d’Auxerre à titre d’exemple (l’alignement des tracés sur la prêtrise est général)

14La qualité des ordinands confirme cette spécificité de la tonsure face aux autres ordinations, assez solidaires entre elles : la part des réguliers et des séculiers extérieurs au diocèse est presque toujours moins forte lors de la tonsure qu’ultérieurement. Il devient alors possible de simplifier l’analyse en la limitant désormais aux deux « extrémités » : tonsure et prêtrise. La proportion des réguliers n’est nullement négligeable. Elle est plus grande parmi les nouveaux prêtres que chez les tonsurés parce que certains novices ont déjà reçu ce sacrement avant leur entrée au monastère. Le nombre plus élevé en valeur absolue de religieux à Langres et à Dijon qu’à Auxerre est à mettre en relation avec celui des noviciats : il y en avait peu dans le diocèse d’Auxerre (Bénédictins de La Charité-sur-Loire, Cisterciens de Pontigny principalement), davantage dans ceux de Langres et de Dijon (Cisterciens de Clairvaux et de Morimond, Capucins irlandais de Bar-sur-Aube, Chartreux, Capucins, Cordeliers, Carmes, Minimes de Dijon…).

  • 21 A.D. Yonne, G 1599.
  • 22 A.D. Côte-d’Or, G, supplément 1, 9.

15Par contre, la part des séculiers de l’extérieur est toujours plus importante à Auxerre et à Dijon qu’à Langres. De temps en temps, des considérations pratiques peuvent l’expliquer : il est plus facile lorsqu’on réside à Chablis de recevoir la tonsure à Auxerre qu’à Langres, ville combien lointaine ! Le cas se présente en 1686 et 1689 notamment21. De même l’absence prolongée d’un évêque oblige de jeunes clercs à être ordonnés dans un diocèse voisin, munis de Lettres dimissoriales, ainsi pour des diacres de Langres auxquels l’évêque de Dijon confère la prêtrise en 177322. Mais le plus souvent d’autres causes interviennent, surtout quand ces ecclésiastiques sont originaires de provinces beaucoup plus éloignées. On serait tenté d’y voir, particulièrement à Auxerre où ils sont, parmi les prêtres, quasi majoritaires depuis 1735, un indice d’une crise du recrutement sacerdotal au xviiie siècle.

16L’étude des moyennes mobiles est révélatrice à cet égard, d’autant plus qu’elles représentent simultanément pour la tonsure et la prêtrise, le total des ordinations effectuées et la somme des séculiers provenant du diocèse mais consacrés aussi bien là qu’au dehors. Il est délicat d’interpréter les courbes à la fin du xviie siècle où les données sont tardives et fragmentaires. Néanmoins, par comparaison avec le xviiie siècle, la situation n’apparaît pas critique, même si le nombre des nouveaux prêtres d’Auxerre est faible vers 1665-1669, on peut escompter qu’il a dû augmenter rapidement vu la masse considérable des tonsurés de la même période.

  • 23 Les valeurs absolues sont connues pour Auxerre dès 1716. En 1717, les ordinations sont plus nombreu (...)

17Au siècle des Lumières on constate d’abord un bilan favorable malgré des irrégularités à Langres-Dijon avec quelques accidents comme celui de 1717 qui n’apparaît pas à Auxerre23, puis une chute brutale des tonsures, légèrement atténuée au niveau de la prêtrise entre 1727 et 1736. Au même moment, les tonsures à Auxerre sont en régression lente vers un seuil extrêmement bas, alors que pour la prêtrise on observe une progression qui atteint son apogée vers 1740, puis c’est une décrue qui aboutit presque au néant à l’approche de 1760. Il est vrai que parmi les séculiers du diocèse, on frôlait cet étiage inquiétant depuis 1740 environ. Au delà, la courbe ne se redresse que très faiblement et le concours de clercs étrangers au diocèse est indispensable pour faire remonter les ordinations.

18Au contraire, à Langres – même amputé de Dijon en 1731 – après le creux de 1736-1740, le relèvement se manifeste d’abord pour la tonsure, puis avec retard et plus lentement pour la prêtrise, à tel point que vers 1760 de hauts niveaux sont retrouvés. Mais dans les dernières années de l’Ancien Régime la baisse reprend, surtout parmi les ecclésiastiques originaires du diocèse.

19A Dijon, ceux-ci présentent davantage de stabilité, avec de très légères fluctuations, ascendantes vers 1750, 1765 et 1778-1782, en sens opposé après 1751 et vers 1770-1777, surtout. Ce sont les clercs de l’extérieur et les moines qui perturbent les tracés. Finalement à la veille de la Révolution, les ordinations sont moins nombreuses que dans la décennie de 1740.

20Il ne reste plus qu’à expliquer les variations de ces graphiques. Seule une analyse historique menée dans chacun de ces diocèses le permet.

Ordinations sacerdotales et histoire diocésaine

a) Auxerre

21Les courbes nous invitent à distinguer trois périodes :

  • la seconde moitié du xviie siècle et le début du xviiie jusque vers 1720,

  • la phase suivante s’achève à l’approche de 1760,

  • la dernière se termine avec l’Ancien Régime.

  • 24 A.D. Yonne, G 1600.

22Durant le règne de Louis XIV, les maigres données en notre possession nous semblent attester une situation presque satisfaisante : les ordinations paraissent suffire aux besoins de l’évêché, puisque les mentions d’exeat sont fréquentes vers 1702-1704, alors que nous ne trouvons trace d’aucune incorporation de clerc de l’extérieur24 et, à la prêtrise, les ordinands du diocèse sont majoritaires.

  • 25 A.D. Yonne, G 1736. Ce pouillé dut être terminé vers 1671, puisque cette année correspond aux derni (...)

23Certes les nouveaux prêtres sont rarement plus de dix par an, mais comme le diocèse est petit : 208 cures, cet apport doit convenir. Un pouillé légèrement antérieur ne nous le confirme-t-il pas en nous indiquant pour chaque cure le nom du titulaire, celui du collateur et la date de la nomination du bénéficiaire en place : 71 % de ceux-ci sont originaires du diocèse25 ?

  • 26 Nous avons considéré comme ville toute localité dénommée ainsi ou « bourg » et comprenant au moins (...)

24Ce clergé, d’après les tonsurés, est essentiellement urbain. Le sondage le plus significatif (243 personnes identifiées et dont on connaît la résidence) concerne les années 1664-1669 : plus de 78 % des jeunes clercs proviennent des villes, parmi lesquelles Auxerre se taille la part du lion : près de 40 % de l’ensemble. En 1685-1690 et au début du xviiie siècle ces proportions restent à peu près inchangées26.

  • 27 Outre E. Chartraire, article « Auxerre », Dict. d’histoire et de géographie ecclésiastique, t. V, c (...)

25A cette époque, l’histoire du diocèse n’est pas particulièrement agitée27 : les évêques Pierre de Broc (1640-1671), Nicolas Colbert (1672-1676) et André Colbert (1678-1704) se montrent soucieux de bonne administration temporelle et spirituelle, propagent la réforme tridentine avec ferveur aussi bien chez les séculiers que chez les réguliers.

  • 28 Rétif de la Bretonne, La vie de mon père, Paris, 1970, p. 103-104.

26L’arrivée sur le siège épiscopal de Daniel-Charles-Gabriel de Thubières de Caylus ne modifie pas les tendances observées jusqu’alors. Il est vrai que le nouveau prélat, dans les premiers temps de son épiscopat, ne se démarque guère de ses prédécesseurs : il visite méthodiquement son diocèse, fait preuve d’une grande charité pendant le terrible hiver de 1709, apparaît comme un pasteur digne d’éloge. Plus tard, Rétif de la Bretonne, qui l’admirait toujours, voyait en lui « un homme qui se regardait véritablement comme le père de son troupeau », avait « l’amour des pauvres » et « répandait [en aumônes] chaque année plus de quatre-vingt mille [livres]28 ».

  • 29 Outre les travaux cités à la note 27, on verra l’article « Caylus », par J. Carreyre dans le Dict. (...)

27Au début du xviiie siècle, seuls les derniers obstinés de la « Religion Prétendue Réformée » ont eu à éprouver sa rigueur. Ce n’est qu’en 1717 qu’il embrasse avec fougue la cause janséniste derrière Noailles, archevêque de Paris, alors qu’il avait accepté sans la moindre opposition la bulle Unigenitus auparavant. Désormais il refuse tout accommodement, combat ses adversaires avec passion, multiplie œuvres et brochures polémiques, fait d’Auxerre un des hauts lieux de la résistance janséniste jusqu’à sa mort en 175429.

  • 30 Abbé Lebeuf, op. cit. (1851), t. II, p. 325.
  • 31 A.D. Yonne, G 1601 à G 1603.
  • 32 A.D. Yonne, G 1634.
  • 33 P. Ordioni, La survivance…, p. 73-79.

28Dans cette affaire, le clergé diocésain, les religieux et les religieuses, le peuple chrétien sont partagés. L’évêque s’emploie donc à augmenter le nombre des appelants et à écarter les autres, en leur créant toutes les difficultés possibles : dès 1725, les Jésuites ont l’interdiction absolue de prêcher et de confesser30. Le dépouillement des Provisions de bénéfices montre qu’à la même époque, de Caylus s’arrange pour peupler les chapitres, les cures et d’abord le séminaire, de prêtres épousant ses positions afin de s’y créer une confortable majorité. Comme il n’y en avait pas assez dans l’évêché, il dut très vite en faire venir de l’extérieur31. Pour achever de convaincre les masses populaires, les miracles firent opportunément leur apparition : en 1731 à Varzy, en 1733 à Seignelay32. Malheureusement ce dernier fut très discuté, à tel point qu’ultérieurement, il divisa les jansénistes eux-mêmes33. Cet épiscopat transforma donc le diocèse en foyer de luttes intestines et opiniâtres à la ville comme à la campagne.

29Le résultat sur le mouvement des ordinations fut désastreux. De 1718 à 1754, la baisse pour les clercs originaires du diocèse est lente, inégale mais continue. A partir de 1730, quand la bulle Unigenitus devient loi de l’Etat, le nombre des tonsures tend peu à peu vers zéro, chiffre atteint certaines années : 1738, 1742, 1743, 1745. Pour la prêtrise, les dimissoires disparaissent, vraisemblablement parce qu’aucun évêque ne veut d’ecclésiastique formé dans un séminaire janséniste.

30Il est remarquable lorsqu’on examine l’origine géographique des tonsurés de cette période que l’ensemble du diocèse est touché par cette chute. Aucune zone n’est épargnée. Le rapport ville-campagne n’évolue guère, tout au plus, note-t-on un léger fléchissement urbain, auxerrois particulièrement. La querelle janséniste a bien découragé les vocations.

  • 34 P. Ordioni, La résistance…, p. 33.
  • 35 Rétif, op. cit., p. 168 (« Ce digne ecclésiastique est si humble qu’il n’a jamais voulu accepter l’ (...)

31Le recours à des clercs de l’extérieur, venus de presque toute la France, ne dura pas : dès 1740, le mouvement s’essoufflait, parce que sans issue. Enfin l’accueil « des prêtres innombrables chassés par leur ordinaire pour leurs idées jansénistes34 » ne doit pas être exagéré : ils ne furent que plusieurs dizaines. A court terme, cela apportait une solution à la crise du recrutement, mais cela exacerbait aussi les tensions religieuses et contribuait à tarir davantage les vocations que la rigueur et l’étendue des scrupules des jansénistes ne pouvaient que dissuader en développant dans les consciences un sentiment d’incapacité. N’est-ce pas la raison majeure qui amenait Thomas Rétif à refuser l’ordination35 ?

  • 36 Abbé Lebeuf, op. cit., t. II, p. 338-349.

32Les successeurs d’un tel prélat n’eurent pas une tâche aisée. Le premier, Jean Marie de Caritat de Condorcet, voulut rétablir rapidement l’orthodoxie. C’était méconnaître la force des jansénistes, maîtres du chapitre cathédral et bien implantés dans le clergé diocésain comme dans la bourgeoisie auxerroise, notamment parmi les officiers du bailliage. En peu de temps, ce fut la guerre ouverte. Versailles ne soutint pas l’évêque : écarté pendant près d’un an en 1757 par une lettre de cachet à l’abbaye de Vauluisant, il fut transféré à Lisieux en 176036.

33Le mouvement des ordinations traduit fidèlement cette situation : après une remontée des tonsures au début de l’épiscopat, ce fut la chute ; à la prêtrise, on ne put même pas profiter de ce renouveau et la courbe descendit encore plus bas : on frôla le zéro absolu. Parmi les rares prêtres ordonnés à cette époque (il n’y en eut aucun en 1756, 1758 et 1759), les séculiers du diocèse avaient complètement disparu.

  • 37 E. Préclin, Les jansénistes du xviiie siècle et la constitution civile du clergé, Paris, 1928, p. 3 (...)
  • 38 P. Ordioni, La survivance…, p. 40.
  • 39 Ibid., p. 145 ; Abbé Lebeuf, op. cit., t. II, p. 369 et surtout C. Porée, Cahiers des curés et des (...)

34Arrivé à Auxerre en mars 1761, Jean-Baptiste-Marie Champion de Cicé fut plus habile dans sa tentative de restauration. Très prudent, il sut agir sans trop se découvrir, utiliser les divisions de ses adversaires (par exemple à propos du miracle de Seignelay et du richérisme37) et surtout ne pas se hâter, compter sur l’œuvre du temps : la mort devait éclaircir les rangs jansénistes. En attendant, les polémiques se poursuivaient : en 1763-1764, près de la moitié des curés du diocèse et 34 chanoines manifestaient leur hostilité à la fréquente communion38 et en 1789, jansénistes et richéristes faillirent empêcher l’élection de l’évêque détesté aux Etats Généraux, laquelle ne fut acquise que grâce à des manœuvres vivement contestées par une partie de l’assemblée39.

  • 40 A.D. Yonne, G 1604 à G 1607. Beaucoup de ces clercs proviennent du diocèse de Toul.
  • 41 Duplessis, Mémoire historique pour continuer l’histoire de l’église d’Auxerre, f° 4.
  • 42 D’après un pouillé établi peu après l’arrivée de Champion de Cicé : A.D. Yonne, G 1740.
  • 43 Proportion calculée d’après les paroisses de l’évêché appartenant au seul bailliage d’Auxerre et oc (...)

35Les résultats apparaissent limités et fragiles. La reprise des vocations sacerdotales coïncide avec l’installation de Champion de Cicé (le procédé de la moyenne mobile la fait commencer avant), mais le nombre des ordinands natifs du diocèse, à la tonsure comme à la prêtrise, n’atteint pas celui constaté au début du siècle ; à la veille de la Révolution s’amorce même un nouveau déclin. Aussi n’est-on pas étonné de la part importante des clercs étrangers à la région, dont beaucoup venaient du sud de la Lorraine. Dès 1761, les mentions d’incorporation sont fréquentes et continuelles dans les registres40. Le chanoine Duplessis, collaborateur de Champion de Cicé, en avait conscience et incriminait les curés jansénistes qui « détournaient les jeunes gens de l’état ecclésiastique de peur qu’ils n’adhérassent au jugement de l’Eglise. Ainsi on n’avoit point d’ordination à faire. Notre évêque étoit obligé de chercher des prêtres dans les diocèses voisins41 ». Sans cet apport, l’évêque et les principaux collateurs auraient été dans l’impossibilité de pourvoir à toutes les cures, si bien que la majorité de celles-ci étaient occupées par des ecclésiastiques sans attache avec le pays : déjà près de 54 % en 176142, ce chiffre s’est élevé – semble-t-il – à 69 % en 178943.

  • 44 Afin d’avoir des effectifs suffisants, ces proportions ont été établies pour les périodes 1750-1769 (...)

36Le jansénisme et ses séquelles sont donc largement responsables de la grave crise des vocations dans le diocèse d’Auxerre où, entre 1710 et 1725, les incorporations ont succédé aux exeat parce que désormais les clercs autochtones se raréfiaient ou même disparaissaient dans la phase la plus critique : 1750-1760. Ce mouvement de désaffection vis-à-vis des fonctions cléricales fut si profond qu’il toucha uniformément les villes et les campagnes, si bien que les origines des tonsurés n’ont guère évolué : à la fin de l’Ancien Régime, les citadins représentaient encore plus de 69 % de l’ensemble et, parmi eux, les Auxerrois en fournissaient la moitié44. Qu’en était-il à Langres et à Dijon ?

b) Langres

37La lecture des courbes suggère une chronologie du recrutement sacerdotal différente de celle du diocèse d’Auxerre : aux ordinations nombreuses de 1692 (et peut-être avant, les sources étant muettes à cet égard) aux environs de 1730 succède une crise sérieuse jusque vers 1745, enfin on observe une période plus faste et moins vivement contrastée de 1745 à la veille de la Révolution.

  • 45 Laurent et Claudon, op. cit., p. 128 reprenant de façon critique les données fournies par l’abbé Ro (...)

38La fin du xviie siècle et le début du xviiie paraissent assez riches en vocations dont le niveau est beaucoup plus élevé qu’à Auxerre. Par contre exeat et incorporations sont négligeables. Au total, le diocèse devait pouvoir satisfaire à la demande de prêtres, certainement importante puisqu’on recensait alors 619 paroisses auxquelles il faut ajouter une partie des 388 succursales ou annexes qui possédaient parfois un vicaire résidant45.

  • 46 Abbé Roussel, op. cit., t. I, p. 122 (d’après A.D. Haute-Marne, G 892).

39Les irrégularités de tracé constatées ont des causes diverses. Si la baisse simultanée des tonsures et prêtrises de 1716-1717 semble due aux longues absences de l’évêque François-Louis de Clermont-Tonnerre, la hausse exceptionnelle, surtout pour les tonsures, avant 1700 provient d’une part d’une vacance du siège de Langres à la mort de Louis-Marie-Armand de Simiane de Gordes en 1695 à Paris46, et donc d’un certain retard des ordinations, d’autre part, vraisemblablement d’une offre de bénéfices plus forte après la pointe de mortalité des années 1693-1694, d’où une rechute postérieure, plus nuancée et plus étalée dans le temps pour la prêtrise.

  • 47 Le nombre élevé de tonsurés a permis de calculer ce rapport par période de 10 ans, sauf la première (...)
  • 48 D’après Saugrain, op. cit., édition de 1720, Dijon compte 3 000 feux et Langres seulement 1800. Cha (...)

40Comme à Auxerre, ce clergé est d’origine urbaine : plus de 61 % des tonsurés sont des citadins. Cette proportion est stable jusqu’en 1709, s’affaiblit ensuite en restant cependant autour de 56 %47, ce qui est moindre qu’à Auxerre et marque l’amorce d’un recrutement rural. Mais la ville domine encore, plus particulièrement Dijon qui devance souvent Langres, puis dans l’ordre, Chaumont, Tonnerre, Bar-sur-Aube et Châtillon-sur-Seine48. Ces cités fournissent toujours la majorité des tonsurés de 1692 à 1729. En dehors de ces localités, plus que de la campagne, ils proviennent des « bourgs », grands ou petits, implantés dans les vallées, notamment dans les zones viticoles plus riches comme Chablis ou Les Riceys.

41Les cartes établies par période décennale et par doyenné permettent de mieux saisir l’évolution qui s’opère : avant 1700, le recrutement est extrêmement faible dans les plateaux du Tonnerrois, ceux du Dijonnais appelés alors la « Montagne », mais aussi dans l’espace compris entre « la Côte » (le talus au pied de la « Montagne ») et la vallée de la Saône qui constitue la frontière orientale du diocèse. Peu à peu, cette dernière région voit s’épanouir des vocations tandis qu’elles diminuent puis s’effondrent dans le Tonnerrois au cours des années 1720-1729.

  • 49 T.-J. Schmitt, op. cit., p. 233 et n. 1, p. CXV.

42Ce phénomène est sans doute à mettre au compte du jansénisme qui, depuis Auxerre, a gagné la partie occidentale, limitrophe du diocèse de Langres. Il avait d’ailleurs déjà été constaté pour l’extrémité septentrionale de l’évêché d’Autun, dont l’Avallonnais était plutôt tourné vers Auxerre49.

  • 50 Voir ci-dessus, p. 100 et note 19.
  • 51 Protestations du chapitre cathédral de Langres dans A.D. Haute-Marne, G 1101 et dans A.D. Côte-d’Or (...)
  • 52 Laurent et Claudon, op. cit., p. 129
  • 53 Pour les années 1700-1709, entre 15 et 20 % pour les autres périodes.

43Après 1730, la chute des ordinations marque désormais l’ensemble du diocèse jusque vers 1740-1750 où une reprise sensible mais partielle s’amorce. Deux événements ont contribué à l’aggraver : l’un passager, fut sans conséquence pour l’avenir : la vacance du siège épiscopal, déjà soulignée50, de la fin de 1733 au début de 1735 ; l’autre en eut davantage. La création de l’évêché de Dijon en 1731, que les Bourguignons réclamaient depuis longtemps, à laquelle s’opposèrent avec force mais sans succès le chapitre cathédral de Langres et les Bénédictins de Saint-Pierre de Bèze et de Saint-Bénigne de Dijon51, démembrait le diocèse en lui enlevant 156 paroisses et 107 succursales ou annexes52. Naturellement cela devait abaisser de façon durable le niveau des vocations, la seule ville de Dijon ayant parfois représenté avant 1731 un quart des tonsurés53.

  • 54 En dehors du cas d’Auxerre esquissé ici, le jansénisme fut actif dans le diocèse de Sens, malgré le (...)

44Le jansénisme reste néanmoins la cause majeure de cette chute. La bulle Unigenitus devenue loi de l’État en 1730, les influences venues des diocèses voisins ont fait reculer les vocations, spécialement dans les milieux urbains. La carte de l’origine des tonsurés de la période 1730-1739 le démontre. D’abord pour la première fois les citadins deviennent minoritaires : 45 %. En outre, la crise du recrutement s’étend géographiquement : du Tonnerrois, elle gagne les vallées de la Seine, de l’Aube et les plateaux intermédiaires où le recul touche uniformément villes, bourgs et villages. Mais l’est de l’évêché, appuyé aux diocèses de Toul et de Besançon, le Bassigny en tête, résiste à cette vague janséniste du Bassin Parisien propagée depuis Auxerre, Sens et Troyes54.

Diocèse de Langres avant 1731

Diocèse de Langres avant 1731

Diocèse de Langres depuis 1731

Diocèse de Langres depuis 1731

Diocèse de Langres. Origines des tonsures (1692-1730).

Diocèse de Langres. Origines des tonsures (1692-1730).

Diocèse de Langres. Origine des tonsures (1730-1790).

Diocèse de Langres. Origine des tonsures (1730-1790).

Auxerre. Ordinations 1666-1787 (moyennes mobiles de 5 ans).

Auxerre. Ordinations 1666-1787 (moyennes mobiles de 5 ans).

Diocèse de Langres. Ordinations 1694-1788 (moyennes mobiles de 5 ans).

Diocèse de Langres. Ordinations 1694-1788 (moyennes mobiles de 5 ans).

Dijon. Ordinations 1741-1785 (moyennes mobiles de 5 ans).

Dijon. Ordinations 1741-1785 (moyennes mobiles de 5 ans).

* Cartes et graphiques réalisés par Germain Krier, Laboratoire de cartographie du GRECO no 2, Université d’Aix-en-Provence

  • 55 J. De Viguerie, Une œuvre d’éducation sous l’Ancien Régime. Les Pères de la Doctrine chrétienne en (...)
  • 56 Mère Marie de Chantal Gueudré, Histoire de l’ordre des Ursulines en France, Paris, 1960, t. II, p.  (...)
  • 57 Abbé Roussel, op. cit., t. I, p. 124.
  • 58 Actes épiscopaux, Ordonnance générale sur la discipline ecclésiastique, 29 septembre 1735, A.D. Hau (...)

45Face à ce mouvement, Pierre de Pardaillan de Gondrin d’Antin, évêque de 1724 à 1733 montra de la fermeté, notamment envers les Doctrinaires du collège de Noyers dont il exigea le renvoi en 172855 et envers les Ursulines de cette cité à partir de 173056. Son successeur, Gilbert de Montmorin de Saint-Hérem, effectivement présent en 1735, parut décidé à extirper le jansénisme de la région. Pour attaquer le mal à la racine, il commença par exclure les Oratoriens de la direction du séminaire57 et contrôler étroitement la formation du clergé en écartant tout candidat « qui, ayant reçu la tonsure, irait étudier sans notre agrément dans des collèges ou des séminaires hors de notre diocèse58 ».

  • 59 A.D. Haute-Marne, G 971, p. 106, 15 juillet 1739. Il s’agit des décisions du « Bureau du gouverneme (...)
  • 60 Ibid., p. 133, 148 et 379.
  • 61 Ibid., p. 108-109, 15 juillet 1739.
  • 62 Ibid., p. 400, 3 août 1740. Doulaincourt se trouve à 24 km au nord de Chaumont.
  • 63 Ibid., p. 301-302, 20 avril 1740, article 2. Ces influences extérieures pouvaient également être vé (...)

46Il s’efforça également de supprimer tout contact entre son clergé et les jansénistes du voisinage. A cet effet, une enquête fut ordonnée en juillet 1739 contre un Cordelier demeurant à Ricey-Bas, où il exerçait les fonctions de vicaire, que l’on soupçonnait d’être en liaison avec les partisans des « nouvelles doctrines59 ». L’investigation le confirma, si bien qu’il fut interdit, malgré le gardien du couvent de Châtillon-sur-Seine dont il dépendait. Un peu plus tard, on envisageait son expulsion du diocèse60. A la même époque, le doyen rural de Bar-sur-Aube était invité à ne laisser prêcher dans les églises de son ressort aucun prêtre qui n’ait été approuvé, à la suite d’une information selon laquelle un curé du diocèse de Troyes, « homme suspect dans sa doctrine », devait venir à Bar-sur-Aube pour assurer la prédication lors de la fête de la Madeleine61. Cette surveillance sans relâche valait au pasteur de Doulaincourt l’obligation de se rendre, en cet été 1740, à Langres pour se justifier des plaintes portées contre lui au sujet des « trop grandes liaisons qu’il a avec des curés du diocèse voisin suspects pour la doctrine62 ». Des instructions plus générales avaient été données en ce sens à tous les doyens et vice-doyens ruraux le 20 avril 174063.

  • 64 A.D. Haute-Marne, G 971, p. 57-58, 26 mai 1739.
  • 65 Ibid., p. 249.

47L’évêque eut des préoccupations identiques vis-à-vis des communautés religieuses, particulièrement celles qui avaient une influence sur la jeunesse comme les Ursulines. A la fin mai 1739, il fit refuser au monastère de Langres de recevoir comme pensionnaire la veuve d’un marchand de Chaumont, simplement parce qu’elle avait une fille mariée à un épicier de Langres qui faisait « profession ouverte de jansénisme64 ». Peu après, le 3 février 1740, les supérieures de tous les couvents de la ville étaient avisées de l’interdiction de laisser dire la messe dans leurs chapelles par des ecclésiastiques qui n’auraient pas donné leur acceptation à la Bulle65.

  • 66 Ibid., p. 106-107, 15 juillet 1739.
  • 67 Ibid., p. 260-262, 24 février 1740. Lézinnes est à 10 km au sud-est de Tonnerre.
  • 68 Ibid., p. 262, même date.
  • 69 Ibid., p. 413, 12 août 1740. Ces exemples montrent sommairement l’importance du jansénisme, bien im (...)

48Montmorin de Saint-Hérem chercha enfin à étouffer les foyers rebelles, surtout dans le Tonnerrois. Pour cela, il fut vite question de déplacer un prêtre de Noyers (en Bourgogne) « habituellement de société avec les jansénistes les plus déclarés du canton66 ». Pierre Lallemand, curé de Lézinnes, dut se soumettre et se rétracter par écrit devant tous ses paroissiens réunis au cours d’une visite de l’évêque dans ce village, le 16 février 1740. Il lui fallut encore se jeter aux pieds du prélat, lui remettre tous les livres défendus qu’il possédait, après quoi il fut envoyé en retraite pour faire une confession générale67. Quelques autres prêtres, religieux et moniales du diocèse furent amenés à soumission comme les Ursulines de Noyers68. Il en fut de même pour les laïcs, ainsi la demoiselle Vovilier, encore à Noyers, que l’on priva de sacrement car elle se disait soumise à l’Eglise « excepté à la Constitution qu’elle rejettoit de tout son cœur69 ».

  • 70 Ibid., p. 129, 12 août 1739. Oudincourt est à 12 km au nord de Chaumont. Là, l’autorité religieuse (...)
  • 71 Ibid., p. 541, 15 février 1741.

49Ce rigorisme dont Montmorin fit preuve vis-à-vis du jansénisme s’exerça également à l’encontre du clergé local et des enseignants, parfois à la demande des populations : les autorités s’inquiètent beaucoup de l’âge des servantes des curés, infligent un blâme au maître d’école d’Oudincourt qui faisait « danser la jeunesse » les dimanches et fêtes70, adressent un avertissement aux Ursulines de Langres qui font jouer des comédies par leurs élèves, « ce qui est un abus et inspire à ces jeunes personnes de l’inclination pour les spectacles et le théâtre71 ».

  • 72 Ibid., p. 180-181, 10 novembre 1739. Vireaux était succursale de Lézinnes. C’est sans doute cette a (...)
  • 73 Ibid., p. 142-146.

50Néanmoins, on aurait tort de croire à une action uniquement répressive de sa part. Montmorin n’aimait pas les querelles engendrées par le jansénisme qui divisaient les paroisses : à Vireaux, près de Lézinnes, une partie des habitants se plaignaient du vicaire Tripier, tandis qu’une autre le défendait. L’accusé, pour se justifier, avait incriminé « la conduite et les discours du sr Lallemand curé de Lézinnes sur les affaires présentes de l’Eglise72 ». Le prélat en était vivement préoccupé ; cela se remarque aisément dans son Mandement pour la paix de 1739 où il évoque la situation de l’Eglise « sans cesse attaquée au dehors par ses ennemis déclarés, agitée au dedans par ses propres enfants […]. C’est vers vous, mes très chers frères […] que notre cœur se tourne aujourd’huy non pour vous faire des reproches, mais pour vous conjurer avec toute la tendresse d’un Pasteur et d’un Père de donner la paix à l’Eglise notre commune mère. […] Ce n’est que dans ces dispositions d’union et de charité que nous pouvons rendre à Dieu de dignes actions de grâces73…»

  • 74 Une enquête rapide dans ces documents nous livre des créations (et des confirmations) de confréries (...)
  • 75 A.D. Haute-Marne, G 972, p. 538-539, 15 janvier 1744.
  • 76 Ibid., p. 541, 22 janvier 1744. L’évêque était retenu à Paris par un procès à propos du séminaire. (...)

51Devant la gravité de ces problèmes, l’évêque semble avoir su orienter et encourager les esprits vers une autre sensibilité religieuse qui gagna les campagnes en profondeur. C’est là que se développèrent de nombreuses confréries du Saint-Sacrement et du Rosaire74. De ce monde rural allaient renaître les vocations. Il était temps, puisque dès janvier 1744, les responsables diocésains déploraient déjà plusieurs cures vacantes et l’insuffisance des « sujets à placer75 ». Leurs embarras s’accrut la semaine suivante quand le doyen rural de Bar-sur-Seine leur demanda « de quelle manière on doit se comporter lorsque les curés et vicaires tombent malades et ne peuvent desservir les dimanches et fêtes leur paroisse » ce qui faisait « murmurer les peuples ». Comme ce doyenné connaissait aussi une « disette de religieux »,… on renvoya l’affaire « à Monseigneur pour décider76 ».

52Heureusement à la même époque, un renouveau se décèle pour la tonsure, avec plus de lenteur à la prêtrise où, vers 1755, la courbe rattrape le niveau moyen atteint avant la crise janséniste et le démembrement du diocèse. Les fluctuations postérieures montrent un sommet vers 1760, un léger fléchissement ensuite. Ce n’est que vers 1780 que la baisse reprend, d’abord pour la prêtrise, puis pour la tonsure. Le changement de titulaire du siège épiscopal ne se remarque que pour la prêtrise, en 1770, quand César-Guillaume de la Luzerne succède à Montmorin, décédé. Finalement seule la diminution des ordinations à la veille de la Révolution est significative : elle clôt le redressement opéré sous Montmorin et annonce les temps nouveaux.

  • 77 Voici les proportions de citadins parmi les tonsurés du diocèse : 1740-1749 = 38,1 % sur 202 cas ; (...)

53La cartographie nous atteste les inégalités de ce relèvement : si le Bassigny et les environs de Langres fournissent constamment la majorité des tonsurés, on voit qu’à partir de 1740-1749, les doyennés de Bar-sur-Seine et de Châtillon-sur-Seine − en fait surtout la vallée de la Seine et l’annexe viticole des Riceys − redonnent des clercs au diocèse avec un maximum en 1760-1769. Mais cet élan ne dure pas : à la décennie suivante, c’est déjà le reflux dans la région de Châtillon, qui s’étend à celle de Bar-sur-Seine à la fin de l’Ancien Régime. Ailleurs la reprise a été éphémère (à Chateauvillain plus qu’à Bar-sur-Aube) ou presque nulle (cas du Tonnerrois, au contact immédiat des troubles de l’Auxerrois). En outre, ce recrutement est de plus en plus rural, à la suite d’une érosion continue en milieu urbain, même à Langres et à Chaumont77. Une étude plus approfondie montrerait que noblesse et bourgeoisie détournent de plus en plus leurs fils de la cléricature, à laquelle la « bonne société » des bourgs et des villages pourvoit désormais, sauf dans les zones où le jansénisme a été très actif.

  • 78 D’après un examen sommaire des indications par village fournies par l’abbé Roussel, op. cit., t. II (...)

54Il est donc probable que, vers 1780, le diocèse arrivait à peine à assurer ses besoins en prêtres (on rencontre quelques incorporations à cette date) et que le Tonnerrois risquait sans cesse d’en manquer : beaucoup de curés de cette contrée étaient alors originaires du Bassigny, des alentours de Langres et de la vallée de la Seine78.

c) Dijon

  • 79 Voir la carte de Bailleul publiée chez Desventes à Dijon en 1746 (B. N., Ge D 4126), ou celle, simp (...)

55L’évolution semble différente. Certes, nous ignorons la situation dans les premières années du nouveau diocèse. Quand nous possédons des informations, à partir de 1739, nous ne pouvons que constater une stabilisation des ordinations, surtout pour la prêtrise jusqu’à l’approche de 1770, au moins pour les clercs de la région. Au delà, dépression et reprise alternent modérément. Pour les autres ecclésiastiques, la courbe est davantage en dents de scie, principalement en raison des consécrations épisodiques d’ordinands de Langres, d’Autun et de Chalon, presqu’aux portes de Dijon79.

  • 80 Il ne comprenait que 156 paroisses et 107 succursales ou annexes, parfois minuscules, d’après Laure (...)
  • 81 J. Marilier, « La vie religieuse dans le diocèse de Dijon au xviiie siècle », notice du catalogue c (...)

56Au total, les vocations étaient suffisantes pour un évêché de taille restreinte80. Les très rares mentions d’incorporation en constituent la preuve81.

  • 82 G. Dumay, Le Mercure dijonnais ou journal des événements qui se sont passés de 1742 à 1789 principa (...)
  • 83 Ibid., p. 332.
  • 84 Outre les articles du Dict. d’histoire et de géographie ecclésiastiques par C. Laplatte sur les Bou (...)

57Sans doute l’action des prélats dijonnais, tous bons administrateurs attentifs aux problèmes locaux, en fut-elle partiellement responsable. Jean Bouhier (1731-1744), organisateur de talent, se préoccupa aussi du spirituel. Favorable aux Jésuites, il ne semble pas avoir combattu le jansénisme avec autant de vigueur que Montmorin à Langres. Il est vrai que les adversaires de la constitution Unigenitus ne se recrutaient guère qu’à Dijon. Claude Bouhier (1744-1755) continua l’œuvre de son parent et prédécesseur. Claude-Marc-Antoine d’Apchon de Courjenon (1755-1776) en fit autant. Son hostilité au jansénisme lui valut de sévères attaques des Nouvelles ecclésiastiques. Il joua un grand rôle dans la rénovation et la fixation de la liturgie locale, s’efforça d’apaiser les troubles de 1775 à Dijon, si bien que, nommé à Auch en 1776, il partit « fort regretté de tous les diocésains »82. Jacques-Joseph-François de Vogüé (1776-1787), très cultivé, amateur éclairé de musique, fut plus apprécié de la haute société dijonnaise que du reste de la population qui lui reprocha de ne pas résider, de laisser des dettes à sa mort et d’avoir placé des étrangers à la direction du diocèse, peut-être parce qu’il fut le premier évêque sans attache avec la Bourgogne83. Durant son épiscopat, les variations des ordinations furent plus sensibles84.

  • 85 En fait, nous n’avons compté ici comme ville que Dijon (22890 habitants en 1786). Certes, on recens (...)
  • 86 Proportion des citadins parmi les tonsurés du diocèse et d’origine connue : 1740-1749 = 72,3 % sur (...)

58La relative stabilité du recrutement cache cependant des modifications géographiques, révélatrices de changements sociaux. L’origine des tonsurés montre un fléchissement progressif des citadins85, qui, néanmoins, sont presque toujours majoritaires86. Le milieu rural n’a donc pas eu à suppléer aux défaillances de la ville comme à Langres. Notons encore que ces ruraux ne proviennent guère de la « Montagne », mais surtout du Nord-est du diocèse. C’est le prolongement de la zone riche en vocations des campagnes des environs de Langres et sans doute de l’évêché de Besançon.

  • 87 T.-J. Schmitt, op. cit., p. 285.
  • 88 Boulogne d’après A. Playoust-Chaussis, op. cit., p. 144-145 et Gap, d’après T. Tackett, op. cit., 1 (...)
  • 89 M. Join-Lambert, op. cit., p. 35-36 (Rouen) et D. Julia, « Le clergé paroissial dans le diocèse de (...)

59Finalement le mouvement des ordinations varie d’un diocèse à l’autre, même si certaines fluctuations peuvent être communes à plusieurs évêchés parfois très éloignés. Les indications publiées pour Autun font apparaître un maximum vers 1700 comme nous l’avons constaté à Langres87. Le creux de 1730 se retrouve à Boulogne, avec plus de brièveté qu’à Langres et à Gap, où il est plus tardif et moins profond88. Vers 1765, la situation de Boulogne n’est guère meilleure que celle d’Auxerre, seulement elle se rétablit vite. Le sommet des années 1760, le déclin postérieur, la reprise avant 1780 et la baisse prérévolutionnaire se remarquent également à Rouen, à Reims et partiellement à Gap89, mais les amplitudes ne sont jamais identiques, preuve du poids de l’histoire de chaque évêché. Il serait dangereux d’en déduire de véritables lois, étant donné que nous raisonnons dans la courte durée sur de faibles effectifs où les variations aléatoires peuvent sans cesse intervenir.

  • 90 J. Quéniart, op. cit., p. 305 parle de la ruralisation du recrutement comme tendance profonde du xv (...)

60Similitude et originalité de Langres, Auxerre et Dijon avec d’autres diocèses quant à l’évolution de la géographie du recrutement : poids de plus en plus important des campagnes à Langres, de façon moindre à Dijon et à peine esquissée à Auxerre90 où la crise a été si profonde qu’elle n’a épargné ni les villes, ni le monde rural, ni une contrée par rapport à une autre. Cette vague a emporté le territoire voisin du Tonnerrois, tandis qu’une autre, venue de Troyes, se répandait sur les vallées de la Seine, de l’Aube et les plateaux immédiats.

  • 91 T. Tackett, op. cit. (1979), p. 206-207 l’évoque bien mais n’en fournit pas d’exemple.

61Nous avons vu que le jansénisme, les querelles qui l’ont accompagné, suivi et lui ont survécu, mais aussi les tentatives de l’épiscopat pour imposer aux futurs clercs la « saine doctrine » en sont largement responsables. On avait déjà suggéré cette hypothèse, elle reçoit ici une confirmation éclatante91. Ne récusons pas pour autant d’autres causes comme les attaques philosophiques et les effets de la conjoncture économique, mais elles nous semblent tout à fait accessoires pour ces diocèses.

  • 92 Cette « carte religieuse de la France rurale » montre que non seulement le département de l’Yonne e (...)
  • 93 Nous employons ce terme dans son sens le plus général et le plus vague, sans aborder la problématiq (...)
  • 94 Les sources langroises nous livrent le cas d’un curé janséniste du diocèse de Troyes qui n’admettai (...)

62On peut enfin se demander si les conséquences n’en ont pas été beaucoup plus graves qu’on ne l’a envisagé jusqu’à présent. Nous avons en effet été frappé par une certaine coïncidence entre nos cartes des provenances des tonsurés (qui disparaissaient dans la zone atteinte par les affaires jansénistes), celles des vocations et de la pratique religieuse au milieu du xxe siècle établies par F. Boulard et les observations de Gabriel Le Bras92. Le jansénisme ne serait-il pas aux origines de la « déchristianisation » de ces régions93 ? Un tel clergé n’a-t-il pas écarté les fidèles de la fréquente communion, puis des sacrements94 ? L’âpreté des polémiques continuelles, les surenchères de rigorisme, les miracles douteux mais tellement attendus par un parti que celui-ci était décidé à y croire a priori, n’ont-ils pas déconsidéré la Religion, ou au moins le clergé, aux yeux d’une fraction des habitants qui s’en sont progressivement détachés ?

  • 95 Sur cette vaste question, rappelons que G. Le Bras, op. cit., t. I, p. 39-51, avait noté un léger p (...)

63Recul et modifications des pratiques religieuses au xviiie siècle dans ces diocèses ne sont pas niables, mais il ne faut ni les exagérer, ni les imputer au seul jansénisme95, lequel a incontestablement découragé les vocations sacerdotales, tout comme de maladroits prélats de combat, Condorcet par exemple. Dès lors, pour ne pas laisser les peuples sans pasteur, il fallut en appeler de l’extérieur. Jusqu’à la Révolution, la Lorraine méridionale et le Bassigny principalement, le Jura et le Massif Central de façon secondaire, ont permis de suppléer aux carences de nos diocèses. Avec 1789, tout cela fut remis en cause.

Notes

1 C. Berthelot du Chesnay, « Le clergé diocésain français au xviiie siècle et les registres des insinuations ecclésiastiques », dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1963, p. 241-269 (concerne particulièrement les diocèses d’Evreux, Lisieux et Coutances).

2 L. Pérouas, « Le nombre des vocations sacerdotales est-il un critère valable en sociologie religieuse historique aux xviie et xviiie siècles ? », dans Actes du 87e congrès national des Sociétés savantes, (Poitiers, 1962), Section d’histoire moderne et contemporaine, Paris, 1963, p. 35-40.

3 Nous n’évoquons ici que des études ayant utilisé ces registres ou des documents très voisins : T. Tackett, « Le recrutement du clergé dans le diocèse de Gap au xviiie siècle », dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1973, p. 497-522. – A. Playoust-Chaussis, La vie religieuse dans le diocèse de Boulogne au xviiie siècle (1725-1790), Arras, 1976. – M. Join-Lambert, « La pratique religieuse dans le diocèse de Rouen de 1709 à 1789 », dans Annales de Normandie, t. V, 1955, p. 35-49. – T.-J. Schmitt, L’organisation ecclésiastique et la pratique religieuse dans l’archidiaconé d’Autun de 1650 à 1750, Autun, 1957.

4 J. Quéniart, Les hommes, l’Eglise et Dieu dans la France du xviiie siècle, Paris, 1978 (en plus des travaux ci-dessus et de quelques thèses inédites, ce livre utilise des ouvrages fondés sur d’autres sources que les registres des insinuations ecclésiastiques) ; T. Tackett, « L’histoire sociale du clergé diocésain dans la France du xviiie siècle », dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1979, p. 198-234.

5 D. Dinet, Réguliers et vie régionale dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon aux xviie et xviiie siècles (Thèse en préparation. On y trouvera ce qu’apporte ce type de document à une recherche sur le clergé régulier. On s’y reportera également pour la confrontation entre le recrutement des réguliers et les ordinations des séculiers).

6 Pour la prêtrise, ces sources nous livrent près de 4 500 noms et environ 6 200 pour la tonsure. Une analyse sociale de ce clergé exigerait le dépouillement de plusieurs milliers de titres cléricaux. Faute de temps, ce travail est resté à l’état de projet. Sur un groupe restreint mais éminent du clergé de Langres, on dispose de l’article de G. Viard, « Les chanoines de Langres au xviie siècle : recrutement, origines, fortunes », dans Annales de l’Est, 1976, p. 87-138 (d’après une thèse de IIIe cycle inédite).

7 Cet édit modifia l’institution pour la dernière fois sous l’Ancien Régime (G. Cabourdin et G. Viard, Lexique historique de la France d’Ancien Régime, Paris, 1978, p. 172 ; M. Marion, Dict. des institutions de la France aux xviie et xviiie siècles, Paris, 1923, p. 291-292).

8 A.D. Haute-Marne, G 890 à G 922 (du 26 mai 1692 au 31 janvier 1791, soit 32 registres in-folio de 300 feuillets chacun). Le t. I de l’inventaire imprimé de la série G de la Haute-Marne (par Roserot, Chaumont, 1909) donne une analyse sommaire de ces registres (p. 246-318) mais n’indique jamais les ordinations. Elles sont également négligées par l’abbé Roussel, Le diocèse de Langres. Histoire et statistique, Langres, 1873-1879 (il se borne à signaler leur baisse au xviiie siècle, t. I, p. 17) qui a pourtant beaucoup utilisé cette source pour son ouvrage, où il fait remarquer (t. I, p. 38) que le droit d’insinuation n’existait pas dans la Comté de Bourgogne et que certains ecclésiastiques avaient pu oublier de faire enregistrer leurs lettres de prêtrise. C’est probable pour le xvie siècle et la majeure partie du xviie, mais nous pensons que cette observation n’est plus valable après 1691. Le dépouillement intégral des registres montre alors que les clercs originaires de la Comté y figurent comme les autres, aussi bien pour les ordinations générales que pour des ordinations isolées « extra tempora ». Les négligences d’enregistrement ont dû presque disparaître à la même époque, d’autant plus qu’il fallait accomplir cette formalité pour pouvoir postuler un bénéfice. Notons encore la présence aux A.D. Côte d’Or, G, supplément 3, 1 à 4, de registres « d’insinuations ecclésiastiques du diocèse de Langres » (1681-1731) signalés par J. Laurent et F. Claudon, Abbayes et prieurés de l’Ancienne France. Diocèses de Langres et de Dijon, Ligugé-Paris, 1941, p. 104. En fait, ils ne concernent que l’archidiaconé de Dijon avant son détachement du diocèse de Langres. On y rencontre peu d’ordinations, la plupart étant des tonsures conférées à Dijon, que l’on retrouve, à partir de 1692, dans la série conservée en Haute-Marne.

9 La majorité des ordinations a lieu soit le samedi des Quatre-Temps du Carême, soit celui de l’Avent, donc peu avant Noël. La lacune s’étendant du 10 septembre au 9 décembre 1706 (A.D. Haute-Marne, G 899) a donc une influence assez limitée sur nos courbes, même si on rencontre parfois quelques ordinations à cette époque de l’année, notamment des « extra tempora » qui ne deviennent très rares qu’à partir de 1730-1735.

10 A.D. Haute-Marne, G 1066 à G 1071.

11 A la différence d’autres travaux, nous prenons en compte la totalité des ordinations. Signalons à cet égard combien il faut se méfier des lettres d’ordre isolées qui, souvent, ne font que répéter un fait antérieur : exemple le plus simple et le plus courant, un clerc à la recherche d’un bénéfice qui « signifie » ou « réitère » ses grades universitaires aux patrons et collateurs de ceux-ci fait enregistrer en même temps ses titres et ses lettres d’ordre. Naturellement, tous ces cas ont été strictement écartés.

12 A.D. Côte-d’Or, G, supplément 1,8 à 10. Il s’agit de trois registres in-folio. Il en existait quatre à la fin du xviiie siècle, mais le premier était déjà perdu lorsque ces documents furent versés à ce dépôt d’archives en 1907.

13 A.D. Yonne, respectivement G 1597 à G 1600.

14 A.D. Yonne, G 1601 à G 1607.

15 Ces questions n’ont pas toujours été posées, ce qui gêne considérablement les comparaisons entre diocèses et donc une étude d’ensemble ; à cet égard les courbes publiées par J. Quéniart, op. cit., p. 303 reposent sur des bases presque toutes différentes ; les graphiques de T. Tackett, op. cit. (1979), p. 205 sont déjà plus homogènes.

16 Les abbés, ne pouvant conférer eux-mêmes la prêtrise, délivraient à leurs moines des lettres dimissoriales pour que l’évêque du diocèse où était situé le monastère le fasse. Les exemples abondent à Langres, notamment avec les Cisterciens de Clairvaux et de Morimond. Sur les lettres dimissoriales, voir P. Fourneret, dans le Dict. de Théologie catholique, t. IV, 1re partie, col. 1348-1352.

17 La situation est variable selon les diocèses : dans celui d’Auxerre, ils desservaient environ 14 % des lieux de culte (d’après un pouillé du xviiie siècle : A.D. Yonne, G 1740), beaucoup moins dans celui de Langres (5 % semble-t-il) et un nombre plus faible encore dans celui de Dijon (d’après le pouillé de 1732, A.D. Côte-d’Or, G 10).

18 Un « exeat » est un acte qui marque le départ d’un clerc du diocèse où il se trouve. Notons qu’un grand nombre de ces actes n’indique pas forcément une région et une époque où les vocations seraient pléthoriques, mais parfois un manque de bénéfices disponibles dans le diocèse considéré.

19 Abbé Roussel, op. cit., t. I, p. 123 n’indique pas quand le nouveau prélat résida effectivement dans le diocèse. Il confond présence et prise de possession, sans faire attention que celle-ci eut lieu par procuration (A.D. Haute-Marne, G 908, f° 212-213).

20 Le rapport prêtrise/tonsure a néanmoins tendance à augmenter avec le temps. En effectuant sa mesure sur les seuls séculiers originaires du diocèse d’Auxerre, pour lequel nous avons des renseignements dès le milieu du xviie siècle, nous obtenons : avril 1640-juillet 1642 = 0,040 ; 1665-1699 = 0,068 ; 1685-1689 = 0,471 ; 1705-1709 = 0,463 ; 1750-1769 = 0,352 ; 1770-1789 = 0,512 (nous avons écarté la période « troublée » du 2e quart du xviiie siècle et ensuite, pour avoir des effectifs suffisants, nous avons dû prendre des durées plus longues). On constate une évolution semblable dans les diocèses de Langres et de Dijon. C’est la preuve d’un changement de signification de la tonsure qui devient peu à peu la première démarche d’un véritable engagement sacerdotal.

21 A.D. Yonne, G 1599.

22 A.D. Côte-d’Or, G, supplément 1, 9.

23 Les valeurs absolues sont connues pour Auxerre dès 1716. En 1717, les ordinations sont plus nombreuses qu’en 1716 ou 1718. C’est le procédé de la moyenne mobile qui le masque sur les courbes.

24 A.D. Yonne, G 1600.

25 A.D. Yonne, G 1736. Ce pouillé dut être terminé vers 1671, puisque cette année correspond aux dernières dates de prise de possession des cures. Il y en avait alors 208 (en y assimilant des rectorats et des prieurés-cures. Les annexes, très rares dans le diocèse d’Auxerre, ne figurent pas dans ce chiffre).

26 Nous avons considéré comme ville toute localité dénommée ainsi ou « bourg » et comprenant au moins 400 feux au début du xviiie siècle, d’après Saugrain, Nouveau dénombrement du royaume par generalitez, élections, paroisses et feux, Paris, 1720 (sur la valeur − inégale − des indications de cette édition, voir J. Dupâquier, La population rurale du Bassin Parisien à l’époque de Louis XIV, Paris, 1979, p. 62-64). Le procédé est sans doute arbitraire, mais pratique et proche de la réalité. D’ailleurs l’administration royale définissait comme ville toute cité de plus de 2 000 habitants (400 feux n’en est guère éloigné) dans un arrêté de 1747. Prendre un seuil plus élevé, 600 feux par exemple, aurait l’inconvénient d’écarter des localités comme Bar-sur-Seine ou Châtillon-sur-Seine dont le caractère urbain n’est pas niable. Certes les données de Saugrain n’ont pas une valeur immuable au xviiie siècle, loin de là ; néanmoins, à un ou deux cas près, le nombre même des villes n’a pas changé : on s’en rend compte pour la Bourgogne à la lecture du dénombrement de juin 1786 réalisé par l’intendant Amelot de Chaillou, publié en 1790, et pour l’ensemble de la région considérée aux statistiques du début du xixe siècle dont R. Le Mée a fourni une édition critique dans les Annales de démographie historique, 1971, p. 455-510. Rappelons que nous effectuons cette analyse des origines géographiques là où elle est possible : à la tonsure. Tous ces clercs ne sont pas ordonnés prêtres mais nous estimons que les origines géographiques de ces derniers ne doivent guère être différentes de celles des tonsurés dont ils proviennent.

27 Outre E. Chartraire, article « Auxerre », Dict. d’histoire et de géographie ecclésiastique, t. V, col. 939-958, il faut voir : Abbé J. Lebeuf, Mémoires concernant l’histoire ecclésiastique et civile d’Auxerre, 1743 (et de préférence la 2e édition, augmentée de nombreux documents d’archives par Challe et Quantin, Auxerre, 1848-1855).

28 Rétif de la Bretonne, La vie de mon père, Paris, 1970, p. 103-104.

29 Outre les travaux cités à la note 27, on verra l’article « Caylus », par J. Carreyre dans le Dict. d’histoire et de géographie ecclésiastique, t. XII, col. 30-32 (à cette réserve que le prélat n’est pas mort à Rennes, mais à Régennes, domaine des évêques d’Auxerre, au nord de la ville, sur le territoire de la paroisse d’Appoigny) et A. Gazier, Histoire générale du mouvement janséniste, Paris, 1924, t. II, p. 14-15. On manque cependant d’une solide biographie de ce prélat, malgré Dettey, La vie de M. de Caylus, évêque d’Auxerre, Amsterdam, 1765 (ce janséniste occupa des fonctions importantes auprès de cet évêque). Les ouvrages de P. Ordioni, La résistance gallicane et janséniste dans le diocèse d’Auxerre (1704-1760), Auxerre, 1932 et La survivance des idées gallicanes et jansénistes en Auxerrois de 1760 à nos jours, Auxerre, 1933 n’ont que peu d’utilité. Fondés sur les Nouvelles ecclésiastiques et très rarement sur les documents d’archives, ils sont entachés de partialité. Plus solide est le livre de l’abbé J. Charrier, Histoire du jansénisme dans le diocèse de Nevers, Paris, 1920 (hostile au jansénisme, concerne la partie aujourd’hui nivernaise du diocèse d’Auxerre). Soulignons enfin que le terrain était depuis longtemps perméable au jansénisme, puisque, dès novembre 1664, de nombreux ecclésiastiques du diocèse d’Auxerre avaient refusé de signer le Formulaire, dont 31 curés, le chapitre de Gien, plusieurs abbés, prieurs et religieux (liste dans A.D. Yonne, G 1598, p. 84-86), mais cela n’avait pas provoqué des querelles de l’ampleur de celles du xviiie siècle.

30 Abbé Lebeuf, op. cit. (1851), t. II, p. 325.

31 A.D. Yonne, G 1601 à G 1603.

32 A.D. Yonne, G 1634.

33 P. Ordioni, La survivance…, p. 73-79.

34 P. Ordioni, La résistance…, p. 33.

35 Rétif, op. cit., p. 168 (« Ce digne ecclésiastique est si humble qu’il n’a jamais voulu accepter l’ordination, que M. de Caylus lui a fait offrir plusieurs fois. Ce prélat a été jusqu’à lui faire écrire : « Je vois ce qui vous retient : parce que vous êtes inférieur à votre frère aîné, vous vous croyez incapable. Mais, […] on peut lui être de beaucoup inférieur, et être encore très digne. Je vous invite à vous rendre ; sinon, je vous déclare, en qualité de votre évêque, que vous rendrez compte à Dieu du talent qu’il vous a confié pour le salut des âmes… » Ces paroles épouvantèrent Thomas Rétif. » Certes son caractère l’y prédisposait : voir p. 288). Thomas Rétif ne reçut effectivement que la tonsure le 27 décembre 1747 (A.D. Yonne, G 1602, p. 596) alors que son frère Nicolas-Edme fut ordonné prêtre le 18 septembre 1739 (Ibid., p. 337). H. Forestier l’avait déjà remarqué (« Les campagnes de l’Auxerrois et la déchristianisation », Annales de Bourgogne, 1947, p. 204).

36 Abbé Lebeuf, op. cit., t. II, p. 338-349.

37 E. Préclin, Les jansénistes du xviiie siècle et la constitution civile du clergé, Paris, 1928, p. 363-378.

38 P. Ordioni, La survivance…, p. 40.

39 Ibid., p. 145 ; Abbé Lebeuf, op. cit., t. II, p. 369 et surtout C. Porée, Cahiers des curés et des communautés ecclésiastiques du bailliage d’Auxerre pour les états généraux de 1789, Auxerre, 1927 (important, avec publication de nombreux documents annexes. Pour cette élection, voir p. xxxi-liii).

40 A.D. Yonne, G 1604 à G 1607. Beaucoup de ces clercs proviennent du diocèse de Toul.

41 Duplessis, Mémoire historique pour continuer l’histoire de l’église d’Auxerre, f° 4.

42 D’après un pouillé établi peu après l’arrivée de Champion de Cicé : A.D. Yonne, G 1740.

43 Proportion calculée d’après les paroisses de l’évêché appartenant au seul bailliage d’Auxerre et occupées par des prêtres séculiers (source : C. Porée, op. cit.).

44 Afin d’avoir des effectifs suffisants, ces proportions ont été établies pour les périodes 1750-1769 et 1770-1789, soit sur 91 et 78 tonsurés. La part des citadins est identique dans les deux cas : 69,2 %, celle des Auxerrois passe de 35,1 % à 34,6 %. La comparaison avec les années 1664-1669 montre une très faible « ruralisation » (les citadins étaient alors 78,3 %, les Auxerrois 39,6 % sur un total de 245 tonsurés).

45 Laurent et Claudon, op. cit., p. 128 reprenant de façon critique les données fournies par l’abbé Roussel, op. cit., t. I (d’après un document de 1695). A ce sujet, voir encore J. de Font-Réaulx, « Le diocèse de Langres, sa carte, ses pouillés et sa structure », dans Bulletin philologique et historique, 1959, p. 117-127.

46 Abbé Roussel, op. cit., t. I, p. 122 (d’après A.D. Haute-Marne, G 892).

47 Le nombre élevé de tonsurés a permis de calculer ce rapport par période de 10 ans, sauf la première. Les résultats sont les suivants : 1692-1699 : 61,3 % de citadins sur 287 tonsurés du diocèse et d’origine indiquée ; 1700-1709 : 61,8 % de citadins sur 477 tonsurés du diocèse et d’origine indiquée ; 1710-1719 : 55,7 % de citadins sur 522 tonsurés du diocèse et d’origine indiquée ; 1720-1729 : 56,7 % de citadins sur 400 tonsurés du diocèse et d’origine indiquée.

48 D’après Saugrain, op. cit., édition de 1720, Dijon compte 3 000 feux et Langres seulement 1800. Chaumont, Tonnerre, Bar-sur-Aube et Châtillon-sur-Seine en ont respectivement 1100, 995, 665 et 418.

49 T.-J. Schmitt, op. cit., p. 233 et n. 1, p. CXV.

50 Voir ci-dessus, p. 100 et note 19.

51 Protestations du chapitre cathédral de Langres dans A.D. Haute-Marne, G 1101 et dans A.D. Côte-d’Or, G 1, des Bénédictins de Bèze et de Dijon (1726) enregistrées dans les insinuations ecclésiastiques : A.D. Haute-Marne, G 905, f° 228-229, celles des religieux de Saint-Bénigne se trouvent dans A.D. Côte-d’Or, 1 H 30. En fait les religieux devaient surtout être préoccupés par la constitution de la mense épiscopale à leur détriment.

52 Laurent et Claudon, op. cit., p. 129

53 Pour les années 1700-1709, entre 15 et 20 % pour les autres périodes.

54 En dehors du cas d’Auxerre esquissé ici, le jansénisme fut actif dans le diocèse de Sens, malgré les efforts de l’archevêque Joseph Languet de Gergy (1677-1753) qui se heurta à soixante curés de son évêché, aux prélats voisins comme de Caylus et celui de Troyes, Jacques-Bénigne Bossuet (1661-1743) qui, sans être un appelant, se déclara nettement contre la Bulle et accueillait aussi les prêtres jansénistes (A. Gazier, op. cit., t. II, p. 10-14). Toul n’est touché au xviie siècle que d’une « façon sporadique » ; on n’y rencontre au xviiie que des « îlots de jansénisme, animés par des maisons religieuses (Saint-Vanne) ou par un groupe de curés » surtout à l’ouest et au nord du diocèse note R. Taveneaux, Le jansénisme en Lorraine, 1640-1789, Paris, 1960, p. 257 et 386-387. Enfin J. Courtieu (dans M. Rey, Les diocèses de Besançon et de Saint-Claude, Paris, 1977, p. 119) affirme que le jansénisme n’eut jamais une grande importance dans le diocèse de Besançon.

55 J. De Viguerie, Une œuvre d’éducation sous l’Ancien Régime. Les Pères de la Doctrine chrétienne en France et en Italie. 1592-1792, Paris, 1976, p. 428.

56 Mère Marie de Chantal Gueudré, Histoire de l’ordre des Ursulines en France, Paris, 1960, t. II, p. 194. Rappelons que Noyers (en Bourgogne) est presqu’à la limite des diocèses d’Auxerre et de Langres.

57 Abbé Roussel, op. cit., t. I, p. 124.

58 Actes épiscopaux, Ordonnance générale sur la discipline ecclésiastique, 29 septembre 1735, A.D. Haute-Marne, G 1066, f° 142-143.

59 A.D. Haute-Marne, G 971, p. 106, 15 juillet 1739. Il s’agit des décisions du « Bureau du gouvernement spirituel du diocèse », appelé souvent « Bureau ecclésiastique », organisme créé par Montmorin, comprenant l’évêque et ses vicaires généraux (parfois ceux-ci seulement), qui se réunissaient une ou plusieurs fois par mois pour diriger ce vaste diocèse. C’est un document très important pour l’histoire de cet évêché au milieu du xviiie siècle, qui doit faire l’objet d’une étude prochaine de notre part.

60 Ibid., p. 133, 148 et 379.

61 Ibid., p. 108-109, 15 juillet 1739.

62 Ibid., p. 400, 3 août 1740. Doulaincourt se trouve à 24 km au nord de Chaumont.

63 Ibid., p. 301-302, 20 avril 1740, article 2. Ces influences extérieures pouvaient également être véhiculées par l’école, d’où la plainte du vicaire de Courtenot (à 7 km au nord-ouest de Bar-sur-Seine) contre des paroissiens qui envoient leurs filles aux écoles de Fouchères (à 3 km de là, mais dans le diocèse de Troyes) « où l’on inspire le phanatisme et les erreurs de Jansenius et Quesnel » (A.D. Haute-Marne, G 972, p. 248-249, 28 février 1742). On surveilla donc les petites écoles du diocèse : une enquête visa celle de Chessy (23 km au nord de Tonnerre) où on apprenait à lire dans les Réflexions morales du P. Quesnel ! (A.D. Haute-Marne, G 974, p. 44, 31 mai 1747).

64 A.D. Haute-Marne, G 971, p. 57-58, 26 mai 1739.

65 Ibid., p. 249.

66 Ibid., p. 106-107, 15 juillet 1739.

67 Ibid., p. 260-262, 24 février 1740. Lézinnes est à 10 km au sud-est de Tonnerre.

68 Ibid., p. 262, même date.

69 Ibid., p. 413, 12 août 1740. Ces exemples montrent sommairement l’importance du jansénisme, bien implanté à l’ouest et au nord-ouest du diocèse, plus diffus dans l’intérieur.

70 Ibid., p. 129, 12 août 1739. Oudincourt est à 12 km au nord de Chaumont. Là, l’autorité religieuse suit les paroissiens qui se plaignent les premiers.

71 Ibid., p. 541, 15 février 1741.

72 Ibid., p. 180-181, 10 novembre 1739. Vireaux était succursale de Lézinnes. C’est sans doute cette affaire qui amena l’évêché à examiner l’attitude du curé de Lézinnes.

73 Ibid., p. 142-146.

74 Une enquête rapide dans ces documents nous livre des créations (et des confirmations) de confréries à Poinson, Coulmier-le-Sec, Bay, Arrentières, Damblain, Corlée, etc. soit aux quatre coins du diocèse, mais seulement en zone rurale. Une exception, l’établissement d’une confrérie du Sacré-Cœur à la Visitation de Langres en 1743. Cet aspect invite à nuancer sensiblement l’opinion de G. Viard, « Les visites pastorales dans l’ancien diocèse de Langres », dans R.H.E.F., t. LXIII, 1977, p. 235-272, qui semble voir dans ces registres « le tableau de chasse d’un tribunal répressif » (p. 268), sans le mettre en relation avec le phénomène janséniste, jamais évoqué.

75 A.D. Haute-Marne, G 972, p. 538-539, 15 janvier 1744.

76 Ibid., p. 541, 22 janvier 1744. L’évêque était retenu à Paris par un procès à propos du séminaire. On constate à cette époque la venue de quelques prêtres du Jura et du Massif Central.

77 Voici les proportions de citadins parmi les tonsurés du diocèse : 1740-1749 = 38,1 % sur 202 cas ; 1750-1759 = 33,6 % sur 229 cas ; 1760-1769 = 31,4 % sur 296 cas ; 1770-1779 = 29,6 % sur 243 cas ; 1780-1789 = 25,5 % sur 223 cas.

78 D’après un examen sommaire des indications par village fournies par l’abbé Roussel, op. cit., t. III. Quelques-uns proviennent aussi du diocèse de Sens. Certes cela peut être dû partiellement aux résignations et collations qui échappent à l’évêque.

79 Voir la carte de Bailleul publiée chez Desventes à Dijon en 1746 (B. N., Ge D 4126), ou celle, simplifiée, figurant dans le catalogue de l’exposition Le Diocèse de Dijon, Histoire et Art, Musée de Dijon, 1957, p. 13.

80 Il ne comprenait que 156 paroisses et 107 succursales ou annexes, parfois minuscules, d’après Laurent et Claudon, op. cit., p. 129 ; P. Gras, article « Dijon », Dict. d’histoire et de géographie ecclésiastiques, t. XIV, col. 466-480 et le premier pouillé du diocèse (A.D. Côte-d’Or, G 10).

81 J. Marilier, « La vie religieuse dans le diocèse de Dijon au xviiie siècle », notice du catalogue cité à la note 79, p. 19-24, écrit même : « le clergé séculier pullulait, […] c’était plus de prêtres qu’il n’en fallait ».

82 G. Dumay, Le Mercure dijonnais ou journal des événements qui se sont passés de 1742 à 1789 principalement en Bourgogne, Dijon, 1887, p. 271 et 277 (publication de la chronique de Claude Micault, avocat au Parlement).

83 Ibid., p. 332.

84 Outre les articles du Dict. d’histoire et de géographie ecclésiastiques par C. Laplatte sur les Bouhier (t. IX, col. 1500-1501) et par J. Gazin-Gossel. sur Mgr d’Apchon (t. III, col. 926-927), voir Sautereau, L’évêché de Dijon et ses évêques, Cîteaux, 1885 et G. Dumay, « Les évêques de Dijon (1731-1789) », Mémoires de la Commission des antiquités du département de la Côte-d’Or, t. XII, p. 1-100. Une étude exhaustive de leur action mériterait un dépouillement complet des pièces de leur administration, notamment dans A.D. Côte-d’Or, G 19 à G 25.

85 En fait, nous n’avons compté ici comme ville que Dijon (22890 habitants en 1786). Certes, on recensait à la même date 2022 habitants à Saint-Jean-de-Losne et 2630 à Selongey, mais près de la moitié de la population de ces localités vivait directement de l’agriculture (d’après H. Jacquin, La ville de Saint Jean-de-Losne au xviiie siècle, Mémoire de maîtrise, Dijon, 1970) et dans le cas de Saint Jean-de-Losne, le seuil de 2000 habitants venait juste d’être atteint. De toute façon, même en rangeant les tonsurés originaires de ces lieux parmi les citadins, nos résultats ne changeraient que d’environ 1 % en faveur de ceux-ci.

86 Proportion des citadins parmi les tonsurés du diocèse et d’origine connue : 1740-1749 = 72,3 % sur 76 cas ; 1750-1759 = 63,2 % sur 117 cas ; 1760-1769 = 56,2 % sur 112 cas ; 1770-1779 = 49,5 % sur 93 cas ; 1780-1786 = 61,3 % sur 75 cas. Nous n’avons pas cartographié ces phénomènes en raison de la relative faiblesse des effectifs et de la très petite taille des doyennés.

87 T.-J. Schmitt, op. cit., p. 285.

88 Boulogne d’après A. Playoust-Chaussis, op. cit., p. 144-145 et Gap, d’après T. Tackett, op. cit., 1973, p. 500.

89 M. Join-Lambert, op. cit., p. 35-36 (Rouen) et D. Julia, « Le clergé paroissial dans le diocèse de Reims à la fin du xviiie siècle », dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1966, p. 201. M.-L. Fracard, La fin de l’Ancien Régime à Niort, Paris, 1956, note aussi (p. 88) un recrutement plus intense dans la seconde moitié du xviiie siècle. Tableau d’ensemble dans T. Tackett, op. cit. (1979), p. 203-209 (et pour Gap, op. cit., 1973, p. 500).

90 J. Quéniart, op. cit., p. 305 parle de la ruralisation du recrutement comme tendance profonde du xviiie siècle.

91 T. Tackett, op. cit. (1979), p. 206-207 l’évoque bien mais n’en fournit pas d’exemple.

92 Cette « carte religieuse de la France rurale » montre que non seulement le département de l’Yonne et ses voisins se rattachent aux « pays indifférents » de faible pratique, mais encore qu’une vaste zone, dont la Puisaye, le Tonnerrois et l’espace compris entre l’Armançon et la Seine, est « pays de mission », dans F. Boulard, Essor ou déclin du clergé français ?, Paris, 1950, p. 168-169, où se trouve aussi une carte de la fécondité en vocations sacerdotales (1946), qui est une plus nette survivance du xviiie siècle : l’Aube, l’Yonne et la Nièvre (sommairement l’ancienne région janséniste) fournissent beaucoup moins de prêtres que la Côte-d’Or et la Haute-Marne (appuyés sur Dijon et la Bassigny). Les observations de G. Le Bras ont été regroupées dans les Etudes de sociologie religieuse, Paris, 1955-1956. Voir notamment le t. I, p. 148 à propos de la Haute-Marne : selon une enquête pastorale de 1936, les arrondissements où les activités agricoles l’emportent, Langres et Chaumont, sont les mieux « conservés », particulièrement Langres. L’auteur n’a pas fait le rapprochement avec la géographie du jansénisme du xviiie siècle, qui a touché Saint-Dizier plus que Chaumont et Langres. Même chose pour la Nièvre (t. I, p. 162-163), où on constate une moindre pratique dans la vallée de la Loire et la Puisaye dès le xixe siècle, or c’était pour l’essentiel, l’ancien diocèse d’Auxerre. G. Le Bras l’expliquait surtout par l’intensité des phénomènes migratoires.

93 Nous employons ce terme dans son sens le plus général et le plus vague, sans aborder la problématique qu’il soulève. Reconnaissons que P. Ordioni, La survivance…, p. 228 a le premier suggéré ce lien, mais il n’a jamais examiné les questions fondamentales de vocations et de pratique religieuse. Il pensait seulement que les jansénistes et leur littérature de combat avaient fourni des armes aux théoriciens de l’anticléricalisme du xixe siècle. Par contre, H. Forestier, op. cit., p. 186 et 202-204, a mieux compris le phénomène.

94 Les sources langroises nous livrent le cas d’un curé janséniste du diocèse de Troyes qui n’admettait à la communion que des personnes de plus de 40 ans ! (A.D. Haute-Marne, G 971, p. 32), bel exemple de ce jansénisme stérilisant la pratique, dénoncé par P. Chaunu, « Jansénisme et frontière de catholicité », Revue historique, 1962, p. 115-138.

95 Sur cette vaste question, rappelons que G. Le Bras, op. cit., t. I, p. 39-51, avait noté un léger progrès de l’irréligion au xviiie siècle dans le diocèse d’Auxerre. En outre, le nombre des communiants, d’après les curés de cet évêché, aurait diminué, de façon variable, entre 1729 et 1761 (A.D. Yonne, G 1740), mais il semble difficile d’accorder confiance à ces données où les chiffres « ronds » sont extrêmement fréquents. L’examen des visites pastorales est plus intéressant : à Auxerre (A.D. Yonne, G 1652) vers 1680, l’assiduité aux offices et à la communion pascale était presque totale dans le centre, plus faible déjà dans les faubourgs ou dans les paroisses pauvres à forte densité de population comme Saint-Pierre-en-Vallée. Au xviiie siècle, d’après la seule visite conservée dans cette liasse (Saint-Pierre-en-Vallée, 1778), la situation paraît s’être aggravée : « à l’égard de la communion paschale il n’y a environ que le tiers de la paroisse qui satisfasse à ce devoir » (G. Le Bras l’avait relevé) … « les jeûnes de l’Eglise ne sont pas observés », mais à côté de cela, « on meurt rarement sans sacrement » et il se trouve dans la paroisse un jeune homme « qui se dispose à l’état ecclésiastique ». Dans le Tonnerrois janséniste, nous avons déjà observé (D. Dinet, « Quatre paroisses du Tonnerrois au xviiie siècle », Annales de démographie historique, 1969. Lézinnes et Vireaux y figurent) le bon respect, même sous la Révolution, des interdits de l’Avent et du Carême pour la célébration des mariages (p. 68), la rareté des naissances illégitimes (0,5 % p. 70), mais aussi l’existence de conceptions prénuptiales (au moins 8 %) et le déclin prononcé et rapide, vers 1760, des prénoms en rapport avec les cultes locaux sous l’effet d’influences parisiennes accrues (p. 70). Pour la partie du diocèse d’Auxerre rattachée à celui de Nevers après la Révolution, on consultera J. Charrier, op. cit., p. 129-138.

Notes de fin

1 Paru initialement dans la Revue d’Histoire de l’Eglise de France, 1980, vol. 66, no 177, p. 211-241

Table des illustrations

Titre Diocèse d’Auxerre. Ordinations par période de 5 ans.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13671/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Diocèse de Langres. Ordinations par période de 5 ans.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13671/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Diocèse de dijon 1740-1785. Période de 5 ans.
Légende Sous-diaconat et diaconat n’ont été représentés que pour le diocèse d’Auxerre à titre d’exemple (l’alignement des tracés sur la prêtrise est général)
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13671/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Diocèse de Langres avant 1731
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13671/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Diocèse de Langres depuis 1731
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13671/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Diocèse de Langres. Origines des tonsures (1692-1730).
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13671/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Diocèse de Langres. Origine des tonsures (1730-1790).
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13671/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Auxerre. Ordinations 1666-1787 (moyennes mobiles de 5 ans).
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13671/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Diocèse de Langres. Ordinations 1694-1788 (moyennes mobiles de 5 ans).
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13671/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Dijon. Ordinations 1741-1785 (moyennes mobiles de 5 ans).
Légende * Cartes et graphiques réalisés par Germain Krier, Laboratoire de cartographie du GRECO no 2, Université d’Aix-en-Provence
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13671/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 101k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search