Version classiqueVersion mobile

Au cœur religieux de l’époque moderne

 | 
Dominique Dinet

Avant-propos

Catherine Désos et Jean-Pascal Gay

Texte intégral

1Ce fut à la fois un plaisir et en même temps un travail délicat, que de préparer ce recueil. Un plaisir car il s’agissait pour nous de présenter la riche production de celui qui fut notre professeur et notre directeur de thèse pendant plusieurs années, un travail délicat en raison des choix qu’il fallait malheureusement faire dans une aussi imposante bibliographie.

2Voici donc le fruit de ce choix raisonné : 31 articles réunis en un hommage à notre professeur qui quitta en 2009 sa chaire de Strasbourg après 10 années d’une carrière riche de rencontres, de séminaires, de colloques, d’accompagnement d’étudiants et de doctorants, mais aussi de production d’articles et de deux ouvrages majeurs qui consacrèrent leur auteur comme un des spécialistes les plus distingués de l’histoire religieuse de la France moderne. M. Dinet ayant refusé un recueil de mélanges pour des raisons dont il s’explique à la fin de ce volume, la Faculté d’Histoire de l’Université de Strasbourg et son équipe d’accueil (EA3400), ainsi que le Centre Roland Mousnier, ont jugé opportun, à l’occasion de ce départ en retraite, d’offrir à la communauté scientifique cet ouvrage permettant à tout un chacun de saisir le parcours spécifique d’un historien, en redécouvrant son travail consacré aux problèmes religieux de l’époque moderne, et, tout particulièrement, aux rapports entre Eglise et Société.

3Nul doute que cet ouvrage sera utile à l’étudiant désireux de voir l’évolution d’un travail de recherche au cours d’une carrière professorale bien remplie, mais aussi au chercheur spécialiste, qui trouvera, ici rassemblés, des éléments novateurs trop souvent méconnus. Plusieurs des textes retenus recoupent les deux principaux ouvrages de D. Dinet, Vocation et Fidélité (1988) et Religion et société : les réguliers et la vie régionale dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon (1999) y ajoutant souvent la précision d’une étude de cas ou signalant des déplacements de problématique. Plusieurs autres, parfois peu disponibles et dispersés aujourd’hui, permettent de voir l’ampleur des perspectives d’un travail historique et d’un questionnement qui portent tant sur les institutions et la culture que sur la spiritualité de l’ensemble du monde religieux de la seconde modernité.

  • 1 A. Boureau, « Propositions pour une histoire restreinte des mentalités », Annales ESC, nov.-déc. 1 (...)

4Dominique Dinet fut, au début de sa recherche, le parfait héritier de ses maîtres et enseignants de la Sorbonne. Vers la fin des années soixante, les disciplines reines en histoire sont encore la démographie historique, représentée par Pierre Goubert ou Jacques Dûpaquier, et l’histoire économique. Se renouvelle aussi l’intérêt pour le « temps long », ceci dans la lignée de la deuxième génération de l’école des Annales. Le jeune étudiant d’alors n’échappe pas à cette fascination pour de nouvelles disciplines capables d’enrichir l’approche historique et réalise un mémoire de maîtrise remarqué, bénéficiant d’une publication en 1969, dans les Annales de Démographie Historique, sous le titre « Quatre paroisses du Tonnerrois au xviiie siècle ». Déjà, le sud-est du Bassin Parisien, aux confins de la Bourgogne et de la Champagne, est le lieu d’étude qui attire Dominique Dinet, dans sa recherche déterminée avant tout par son ancrage régional, avant de s’ouvrir au plan national et parfois de franchir les frontières françaises. Sa méthode, déjà, est d’abord caractérisée par un souci d’abondance et de précision des sources. Ce goût pour la démographie historique se révèle tout au long du parcours de Dominique Dinet, avec, par exemple, une incursion au sein du Consulat et de l’Empire, en 1973, par une étude très originale des statistiques de mortalité infantile à cette période. Un peu plus tard, on trouve un article de 1978, intitulé « Mourir en religion aux 17e et 18e siècles. La mort dans quelques couvents des diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon » suivi d’un autre en collaboration avec Hervé Le Bras, en 1980, dans la revue Population, intitulé : « Mortalité des laïcs et mortalité des religieux : les Bénédictins de Saint-Maur aux xviie et xviiie siècles ». Au moment où avec Philippe Ariès ou Michel Vovelle, l’étude du rapport à la mort devient un des lieux où s’affirment l’originalité et la spécificité du moment historiographique des « mentalités », Dominique Dinet montre les spécificités du milieu particulier des réguliers. Déjà apparaît aussi, dans une double fidélité tant à l’approche statistique qu’à l’attention aux structures sociales de la période moderne, une certaine distance à l’égard de ce qu’A. Boureau a appelé, dans un article célèbre, les « dérives substantialistes1 » de l’histoire des mentalités.

5A cette date, et aussi pour des raisons liées à la structure des études historiques en France, le tournant est donc pris. Le nouvel objet de recherche de Dominique Dinet est manifestement le monde des réguliers. Dominique Dinet renouvelle complètement l’approche du religieux et s’insère ainsi tout naturellement dans le débat historiographique en proposant une nouvelle interprétation du xviiie siècle, comme un siècle religieux, jusqu’à la veille même de la Révolution Française, renversant ainsi nombre de topoï et d’idées préconçues Son apport, qui lui est propre, repose avant tout sur une étude fine et globale des communautés religieuses qui le pousse à une réflexion renouvelée concernant le rôle du jansénisme dans le phénomène de déchristianisation. A la représentation performative produite par une partie des Lumières d’un monde régulier voué au déclin, D. Dinet oppose la réalité historique de communautés vivantes, intégrées aux transformations socioculturelles du temps, et souvent capables de s’adapter aux transformations des contextes de leur existence. Toute cette recherche est rigoureusement soumise à une approche transversale, méthode éprouvée dans les grandes thèses des années cinquante : si les réguliers forment certes l’objet principal d’étude, non pas un ordre en particulier mais l’ensemble des familles religieuses et la totalité des couvents et monastères dans un cadre régional assez vaste (la Bourgogne et la Champagne correspondant à trois diocèses de l’ancienne France), c’est toujours ancrés dans leur époque, grosso modo de la Réforme à la Révolution, dans une société moderne spécifique, marquée par des rapports particuliers entre Etat, séculiers et laïcs. La richesse de cette recherche repose principalement sur des sources nombreuses et sur l’exploitation de dépôts d’archives peu connus ou ignorés alors et pourtant riches.

  • 2 D. Julia, « Sources nouvelles, sources revisitées : le traitement des sources dans l’historiograph (...)

6Autant dire qu’au tournant des années soixante-dix et quatre-vingt, il s’agissait d’une démarche novatrice et même, à certains égards, à contre-courant, mais qui bénéficia du soutien indéfectible, salué par Dominique Dinet, de Jean Jacquart et de Pierre Chaunu, tous deux ayant su deviner l’enjeu d’une telle entreprise. Deux grandes étapes jalonnent ce travail de recherche, la publication en 1988 d’une thèse de 3e cycle, Vocation et Fidélité, et celle d’une thèse d’État en 1999, Religion et société. Ces deux ouvrages font de D. Dinet un acteur important de ce moment de l’histoire religieuse française que D. Julia a appelé « l’apogée d’une histoire religieuse sérielle2 », en en soulignant l’« ingéniosité tout à fait remarquable ». De ce point de vue, comme l’indique J. Jacquart dans sa préface à Vocation et fidélité, la solidité de l’assise documentaire et le nombre impressionnant de cas étudiés (plus de quatre mille religieux et religieuses) confèrent à cet ouvrage une large portée et lui donnent valeur d’exemple. On passe de considérations individuelles sur les motifs d’entrée au monastère, les origines sociales des candidats, la notion de « familles à vocations » (thématique originale que l’on retrouve en 2007 dans « Familles nombreuses et engagements religieux »), à des réflexions plus générales sur l’évolution quantitative et qualitative du recrutement, sur les différences entre villes et campagnes et entre ordre masculin et féminin, sur le rôle des élites et de l’Etat, ou encore sur la situation réelle des cloîtres avant et après 1790 en prenant en compte non seulement la crise janséniste mais aussi les difficultés matérielles des communautés. Tout cela conduit à une réévaluation de la vie régulière dans la France du xviiie siècle.

  • 3 Voir sur ce point ce qu’écrit G. Rideau, « Vie régulière et ouverture au monde aux xviie et xviiie(...)

7Dans Religion et Société, les communautés religieuses sont scrutées dans ce contexte régional formé par les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon, avec d’importantes précisions concernant les attitudes individuelles ou collectives, tandis que des fondations sont repérées, certaines dates précisées, dépassant la tradition et l’hagiographie par une étude rigoureuse, complète et exhaustive de mouvements aussi fins que sont les ouvertures et fermetures de couvents et monastères. A cela s’ajoutent quantités de renseignements sur les relations entre les réguliers et les populations au milieu desquelles ils s’insèrent. 150 à 160 établissements sont étudiés dans leur rapport avec la vie provinciale dans son ensemble. Hommes et femmes, ordres prestigieux et reconnus comme les capucins, les carmélites, les ursulines, les Visitandines, les Jésuites, ordres plus récents comme les Filles de la Charité, Filles de la Sagesse ou plus modestes comme les sœurs de Sainville, de Nevers, de Chartres, de Bourges, du Puy – et nous ne pouvons toutes les citer –, font l’objet d’une étude sur la longue durée, qui démontre magnifiquement combien le clergé régulier du siècle des Lumières n’est pas réductible aux topoï littéraires qui en ont fixé, pour partie, la représentation collective, mais au contraire qu’il est marqué par une réelle et originale vitalité. Quand bien même le pouvoir ne fut pas toujours favorable à la multiplication de ces ordres (ce qu’il fit sentir par exemple avec la Commission des secours puis celle des réguliers), et même si parfois les pouvoirs locaux hostiles à une extension de la mainmorte à l’intérieur du périmètre urbain, ont rechigné à une fondation, il n’en est pas moins vrai que dans les villes, évêques, curés ou municipalités ont pu défendre les œuvres utiles, les sœurs enseignantes ou gardes-malades par exemple, tandis que, et il convient de le souligner, ce sont les abbayes vivant au plus près les valeurs monastiques primitives qui ont le mieux réussi. C’est bien la ferveur de ces religieux que D. Dinet a voulu construire en objet historique. Ainsi voit-on des créations de couvents et des dons et soutiens nombreux (les Ursulines de Dijon, les Annonciades de Langres, les sœurs de l’Union Chrétienne d’Auxerre sont nées ainsi). Les femmes étaient davantage soumises à l’autorité locale, tandis que les ordres masculins exerçaient leurs activités au plan national, et la géographie de recrutement explicite ce dossier : on vient souvent d’ailleurs pour les religieux, tandis que les religieuses, en majorité, sont originaires de la localité où se situe la maison religieuse. Il y a donc au sein de la population laïque un vrai courant dévot et une capacité de création d’œuvres dont, typiquement au xviiie siècle, les charges seront spécialement de catéchiser, de soigner, en d’autres termes de produire des œuvres scolaires ou caritatives. Les fondations de maisons féminines deviennent majoritaires au xviiie siècle et les séculières gagnent progressivement du terrain par rapport aux ordres cloîtrés. Parallèlement s’opère la réforme d’anciennes abbayes d’hommes et de femmes dotés de nouveaux idéaux spirituels. Ces ordres sont constitués de religieux non pas confinés, mais au contraire ouverts sur la société de leur époque, qu’il s’agisse des laïcs travaillant avec eux et pour eux (médecins, juristes, domestiques, tourières, artistes…), ou des infirmes et malades qu’ils rencontrent ou même qui restent vivre auprès d’eux. Plus tard, dans un article original de 1990, Dominique Dinet exploitera le thème particulier des soldats « passés à l’ombre des cloîtres » soit comme moines, soit comme retraitants. Un va-et-vient constant se fait donc entre le milieu laïc et le milieu religieux. Le « contact », notion essentielle dans l’œuvre de D. Dinet3, est particulièrement important au sein des confréries ou au moment des prédications lors de missions, ou bien encore quand il s’agit de desservir quelque paroisse.

8La vie matérielle de ces congrégations est un point majeur de l’étude et un souci historique caractéristique de l’approche de la vie régulière et du fait religieux dans son ensemble dans l’œuvre de D. Dinet, où se voit justement une fidélité originale à la seconde génération des Annales. Là encore D. Dinet confronte systématiquement les représentations politiques de la richesse des réguliers (souvent produites par des milieux sociaux spécifiques), à la réalité dont témoignent les sources.

9Une recherche aussi profuse, étayée et abondante a donc donné deux beaux livres, fondateurs, mais d’autres travaux en constituent les prolongements. Actes de colloque ou articles ont servi à enrichir une réflexion menée de façon rigoureuse. Ceux qui se trouvent réunis ici font apparaître des grandes lignes directrices qui complètent une première approche et qui ouvrent sur de nouvelles perspectives démontrant, une fois de plus, une méthodologie éprouvée. C’était donc un travail utile et nécessaire, d’assurer en marge des publications majeures de Dominique Dinet, ce nouvel ouvrage permettant d’approfondir certains points, d’ouvrir des pistes ou de préciser une intuition.

10Sans résumer ce que le lecteur y trouvera, on notera, tout d’abord, les thématiques qui s’inscrivent directement dans les grandes lignes des ouvrages précédemment cités. C’est ainsi que plusieurs articles font une place importante à l’attitude des religieux face à la mort.

  • 4 Voir le bilan présenté par D.-O. Hurel, dans « L’historiographie du monachisme de l’époque moderne (...)

11D’autres articles ouvrent de nouvelles pistes de travail et éclairent quelques points spécifiques de l’histoire des communautés régulières. Ainsi, le texte intitulé : « Une congrégation nouvelle à la fin de l’Ancien Régime. Les Ursulines de Mussy-l’Evêque », publié en 1981, explore l’originalité d’une communauté régionale rattachée au diocèse de Langres qui, en 1790, lors du décret de l’Assemblée Nationale sur la suspension des vœux monastiques, revendiqua sa non-clôture, ce qui lui permit de se maintenir et de rendre de nombreux services. Les ouvrages qui mentionnaient ces religieuses reconnaissaient cette particularité, mais ne percevaient pas toute la portée de cet institut diocésain qui s’est perpétué au-delà de la Révolution française et qui a débordé ses limites géographiques initiales. De même, certains travaux portant sur des abbayes précises sont éclairants sur la vitalité de ces institutions. Citons « Le Val-Saint-Lieu, une fondation monastique au temps des Lumières », publié en 1995. Cet établissement cistercien, créé en 1764, à la règle rigoureuse, compte 44 moines en 1790. Accusés de ne pas être assez « patriotes », ils sont extraits de force de leur monastère, en juin 1792, et conduits à la prison de Dijon. Cette période révolutionnaire est riche d’enseignements car les sources démontrent combien nombre de religieuses et, dans une moindre mesure, de religieux respectèrent leur engagement initial. Cela remet radicalement en cause la désaffection que l’on croyait voir envers les vœux religieux. Dès 1988, à un moment où une série de colloques s’intéressent à la vie régulière dans l’Europe révolutionnaire4, Dominique Dinet dressait un tableau extrêmement suggestif de la question dans « Les communautés religieuses féminines de Bourgogne et de Champagne face à la Révolution », démontrant que les révolutionnaires qui souhaitaient la dispersion de ces ordres, sous-estimaient le fait que ces femmes étaient attachées à leur genre de vie. Leur dynamisme est réel à la veille de la Révolution et, face au nouveau régime, elles tentent comme elles le peuvent de poursuivre leurs activités. Plus intéressant encore, D. Dinet montre comment cette période troublée, dangereuse et précaire, possède en elle-même les germes d’une renaissance à plus ou moins long terme.

12Les études sur l’économie monastique sont aussi nombreuses, la gestion du temporel explicitant bien souvent, pour tel ou tel ordre, des situations pénibles ou, au contraire, fructueuses, […] et bien caractéristiques d’une histoire des congrégations régulières qui refuse de se contenter d’une approche interne et rétablit l’analyse dans ses contextes sociaux et matériels. Un article de 1999 reprend une thématique plus large, en s’interrogeant ainsi : « Les grands domaines des réguliers en France (1560-1790) : une relative stabilité ? ». Pour la première fois dans l’historiographie de ce sujet, on sort du cas particulier de telle ou telle abbaye et, par le croisement de multiples sources, non seulement des pistes de recherche mais aussi une nouvelle méthodologie sur cette importante question, sont proposées.

13Plusieurs des travaux de D. Dinet, on le voit s’inscrivent pleinement dans les différents moments de l’actualité de la recherche en histoire religieuse, et entrent en résonance mais aussi parfois en débat, avec ceux de ses contemporains. Ainsi participe-t-il largement à l’essor de l’étude des bibliothèques des réguliers dont les recherches de M.-H. Froeschlé-Chopard ont montré l’importance. Mentionnons, entre autre, l’originale découverte « [D]es ouvrages protestants dans quelques bibliothèques monastiques des 17e et 18e siècles », publié en 2003.

  • 5 L. Balavoine, « Le système bénéficial du diocèse de Bayeux sous l’épiscopat de François de Nesmond (...)

14Les réalités du monachisme du xviiie siècle sont donc largement exposées et reprises dans plusieurs articles majeurs. Ce qu’il convient de souligner, en un second temps, c’est qu’au même moment, d’autres travaux élargissent considérablement cette étude. Ainsi, la connaissance des institutions ecclésiastiques et du monde des séculiers, comparés aux réguliers est-elle constamment approfondie. D. Dinet a montré à cet égard l’importance de l’étude des ordinations sacerdotales ou des provisions de bénéfices pour en saisir les différences. Dès 1980, dans son article concernant « Les ordinations sacerdotales dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon (xviie-xviiie siècles) », il exploitait les matériaux concernant les séculiers, réunis à l’occasion de ses recherches. Plusieurs milliers de personnes étaient observées pour l’établissement de courbes d’ordinations, l’analyse des origines géographiques et les éventuelles variations dans le temps. Ainsi, une nouvelle pierre était apportée à la connaissance du clergé diocésain français. D. Dinet a par ailleurs définitivement montré l’importance de la documentation fournie par les insinuations ecclésiastiques, non seulement en raison des renseignements qu’elles donnent sur le clergé, mais encore parce qu’elles permettent véritablement l’étude du « système bénéficial ». Si la grande enquête nationale que D. Dinet espérait sur ce sujet n’a pas pu voir le jour, les travaux de Ludovic Balavoine5, qu’il a dirigés, ont montré toute la pertinence de l’étude de ce système.

15Plus d’une fois, au détour de tel ou tel article, la grande figure de Gilbert de Montmorin, acteur de la revitalisation de la vie diocésaine entre 1730 et 1770, est évoquée. Une riche étude publiée en 1983, est ici rééditée concernant le Bureau pour le gouvernement du diocèse de Langres de Gilbert de Montmorin, institution originale qui permet à l’évêque d’être à la fois administrateur et pasteur, zélé antijanséniste. Les archives reconstituent les grandes préoccupations épiscopales : surveillance du clergé et de ses auxiliaires, bon fonctionnement du culte, et surtout souci constant d’évangélisation des masses. Au-delà, ces archives constituent un exemple des rapports complexes entre les fidèles et la hiérarchie. C’est l’exemple d’un prélat soucieux de son ministère qui fut fécond : reprise des vocations, œuvres d’assistance en développement, églises réparées, etc. D’autres prélats sont évoqués, comme Mgr Languet de Gergy, archevêque de Sens de 1730 à 1753, dont les visites pastorales, autre source majeure pour l’histoire ecclésiastique, furent étudiées par Dominique Dinet dans le cadre de la grande enquête du CNRS à ce sujet, menée à l’initiative de Gabriel Le Bras, et publiée entre 1977 et 1985. L’article qui en est issu date, lui, de 1987 et apporte des éléments précieux sur ces documents spécifiques issus des enquêtes menées par les évêques dans leur diocèse, riches d’enseignement sur le clergé, les fidèles mais aussi les abbayes, couvents et monastères. En corollaire, les missions intérieures sont des priorités pour ces zélés prélats (voir « Quelle place pour les missions en Bourgogne et en Champagne aux xviie et xviiie siècles ? », de 2001, qui fait le point sur cette question) qui luttent, en particulier, contre la progression du jansénisme et la déchristianisation de leurs terres.

16Ces deux thèmes font l’objet d’une attention particulière dans l’œuvre de D. Dinet qui insiste sur leur lien profond, sur fond de débat historique sur les origines, l’ampleur et la nature de la déchristianisation. Ainsi, en 1991, « Une déchristianisation provinciale au xviiie siècle : le diocèse d’Auxerre », met en lumière le profond recul religieux attesté par de multiples indices dans ce diocèse. L’action de Caylus, qui fait du diocèse un véritable refuge janséniste et y promeut une pastorale en accord avec ces principes, apparaît tant par les effets de cette dernière que par la division qu’elle introduit et entérine dans le clergé comme un facteur majeur de déstabilisation du sens du religieux. Plusieurs autres études reviennent sur la contribution du jansénisme à la déchristianisation. Une étude rigoureuse menée avec Marie-Claude Dinet-Lecomte, en 1990, sur les appelants contre la bulle Unigenitus (d’après l’ouvrage de Gabriel-Nicolas Nivelle de 1757), permet de constater le poids de la minorité janséniste dans le clergé parisien et champenois, chez les curés mais aussi chez certains réguliers, notamment les Bénédictins et Oratoriens.

17Le travail de D. Dinet, on le voit, n’est donc pas seulement celui d’un historien de la vie régulière, mais bien d’un historien de l’Eglise et de la société d’Ancien Régime. De ce point de vue, ses travaux, comme ceux sur la commande, qui relèvent d’une approche institutionnelle de l’Eglise, dans la lignée de R. Mousnier, signalent ce refus d’une histoire trop spécialisée. Les rapports entre Eglise et Etat, les relations entre réguliers et séculiers, et la volonté d’historiciser la « ferveur » sont autant de thèmes centraux que l’on retrouve dans plusieurs études. A ce titre, nous renvoyons au texte sur la « Ferveur religieuse dans la France du 18e siècle », de 1993, à celui sur la piété baroque intitulée « Expositions et transferts de reliques dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon », paru en 2009, ou à celui sur « L’hostie miraculeuse de Dijon (1433-1789) », exposé dans le cadre d’un colloque en mai 2008, qui démontre ce que peuvent être les manifestations fortes de la vie religieuse locale.

  • 6 E. Rapley, A Social History of the Cloister, Montreal et Kingston, 2001, p. 84 et 103, par exemple
  • 7 J. Bergin, Church, Society and Religious Change in France, New Haven, 2010, p. 121, par exemple.
  • 8 Voir les comparaisons avec le cas français dans P. Vismara, Cattolicesimi. Itinerari seisettecente (...)

18Il ne nous a pas été possible de citer tous les articles, ni de les commenter. Le chercheur ou le profane, nous n’en doutons pas, saura trouver par lui-même à travers ce recueil son chemin de lecture. Car c’est bien un des buts de ce recueil que de vouloir proposer, au-delà de telle ou telle étude particulière, de relire la contribution historiographique de D. Dinet à un moment où les conditions de sa réception ont changé et où les clivages internes au champ de l’histoire du catholicisme sont peut-être plus faibles que dans le contexte de la « crise catholique » dont les historiens du religieux sont des acteurs majeurs. Que le travail de D. Dinet s’inscrive parfois clairement sur les lignes de fractures internes à l’histoire religieuse française est évident. Tant d’un point de vue épistémologique, dans ce qui nous semble être un refus conscient des derniers avatars de l’histoire des mentalités, que du point de vue des questions qu’il affronte (déclin des communautés régulières, raisons de leurs succès et de leurs échecs, permanence de la ferveur au xviiie siècle) et des réponses qu’il leur donne ; il y a une dimension polémique à ce travail historique. Que la réception de ce dernier se soit cependant inscrite dans les mêmes lignes de fractures est tout aussi évident. L’écart entre les versants français et étranger de cette réception le rend manifeste. S’agissant des lectures anglo-saxonnes de son travail, on constatera ainsi qu’en plusieurs endroits où E. Rapley cite D. Dinet, elle le fait en constatant son désaccord avec l’un ou l’autre historien français, et conclut d’ailleurs le plus souvent avec lui6. La place accordée par J. Bergin aux conclusions de D. Dinet nous semble aussi signaler cet écart de réception entre des champs historiographiques nationaux certes interdépendants mais différents7. De la même manière, plusieurs lecteurs italiens comme Fiorenzo Landi ou Paola Vismara, ont largement suivi et repris D. Dinet dans ses conclusions8.

  • 9 Voir la recension de Vocation et Fidélité par M. Venard, RHEF, LXXVI, 1990, p. 366-367.
  • 10 P. Loupès, dans Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 2002, 49-3, p. 222-225.

19S’agissant de sa réception française, si les lecteurs de D. Dinet ont constamment souligné sa grande érudition, l’ampleur de ses études et sa connaissance des archives9, certains lui ont reproché un prisme idéologique. Ainsi I. Brian dans la recension qu’elle donne en 2001 pour la RHEF de Religion et Société, voit dans la thèse de D. Dinet « une volonté systématique de défense des religieux et religieuses d’Ancien Régime, présentés comme les victimes d’un procès intenté par les hommes des Lumières » et un véritable « procès en réhabilitation ». A contrario, si Philippe Loupès note en 2002, à propos de la thèse de D. Dinet que « l’auteur ne cache pas ses convictions » et lui en sait d’ailleurs gré, il n’y voit pas là de défaut d’analyse et écrit encore qu’« avec méthode, sûreté et jubilation contenue D. Dinet ruine ou révise quantité d’idées reçues10 ».

  • 11 On renverra à l’étude déjà ancienne de Jeanne Ponton, La religieuse dans la littérature française, (...)

20Probablement D. Dinet a-t-il plus que d’autres fait le choix d’assumer des clivages historiographiques. Face au reproche d’opposition aux Lumières, on pourrait bien sûr réaffirmer la réalité d’une hostilité militante d’une grande partie de ces dernières à la vie régulière, notamment féminine11. Ce ne serait pas encore répondre assez à un reproche qui dans son refus de cette réalité ne révèle pas moins la force des clivages internes à l’histoire religieuse française. Insister sur les autres apports du travail de D. Dinet, et notamment sur sa contribution importante au désenclavement de l’histoire des communautés régulières par une approche globalisante et contextualisante, n’y répondrait pas non plus assez. Ce sur quoi on voudrait insister, et que P. Loupès nous semble déjà signaler implicitement, est le caractère véritablement heuristique de cette dimension idéologique de l’œuvre de D. Dinet. Associée à une méthodologie rigoureuse et une profonde connaissance des sources, le fait d’assumer un prisme polémique, qui conduit à poser des questions originales et délaissées, apparaît en effet comme un moyen puissant pour montrer la capacité de l’histoire à déconstruire les orthodoxies, même les plus récentes.

21Il appartient alors à la génération suivante d’historiens non pas de repousser les questions, les réponses et les débats portés par leurs prédécesseurs, au nom du refus des conflits qui ont parfois marqué leur approche du matériau historique, mais bien de s’en saisir comme d’un point de départ pour poursuivre l’entreprise collective de la recherche. Par exemple, l’œuvre de D. Dinet manifeste l’écart entre les représentations de la vie régulière produite par les Lumières et la réalité vécue par les communautés. Ce sont donc désormais les conditions historiques qui ont rendu possible un tel écart et les effets que cet écart a eu sur les ordres religieux qui deviennent des objets d’étude pertinents. Pour le dire franchement, on n’en est pas moins historien pour être un historien à thèse.

Notes

1 A. Boureau, « Propositions pour une histoire restreinte des mentalités », Annales ESC, nov.-déc. 1989, p. 1493.

2 D. Julia, « Sources nouvelles, sources revisitées : le traitement des sources dans l’historiographie religieuse du xxe siècle », Revue d’Histoire de l’Eglise de France, 86, 2000, p. 409-436.

3 Voir sur ce point ce qu’écrit G. Rideau, « Vie régulière et ouverture au monde aux xviie et xviiie siècles : la Visitation Sainte Marie d’Orléans », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 2005, 4, p. 24-49.

4 Voir le bilan présenté par D.-O. Hurel, dans « L’historiographie du monachisme de l’époque moderne en France et en Belgique au xxe siècle », RHEF, 86, 2000, p. 589-606.

5 L. Balavoine, « Le système bénéficial du diocèse de Bayeux sous l’épiscopat de François de Nesmond (1662-1715) », Histoire, Economie et Société, 2009, 2, p. 3-13.

6 E. Rapley, A Social History of the Cloister, Montreal et Kingston, 2001, p. 84 et 103, par exemple.

7 J. Bergin, Church, Society and Religious Change in France, New Haven, 2010, p. 121, par exemple.

8 Voir les comparaisons avec le cas français dans P. Vismara, Cattolicesimi. Itinerari seisettecenteschi, Milan, 2002, et la place accordée aux travaux de D. Dinet pour l’analyse de la situation française dans F. Landi, Storia economica del clero in Europa. Secoli XV-XIX, Rome, 2005, en particulier p. 109 et suivantes. A titre d’exemples.

9 Voir la recension de Vocation et Fidélité par M. Venard, RHEF, LXXVI, 1990, p. 366-367.

10 P. Loupès, dans Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 2002, 49-3, p. 222-225.

11 On renverra à l’étude déjà ancienne de Jeanne Ponton, La religieuse dans la littérature française, Québec, 1969 et à l’analyse proposée par E. Rapley de la crise des maisons régulières dans A Social History of the Cloister, Montréal, 2001.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search