Version classiqueVersion mobile

Les nuits russes de Vladimir Odoïevski

 | 
Lætitia Decourt

VII

La réception et la postérité

Une œuvre tardive et confidentielle mais toujours d’actualité

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les Nuits russes sont une œuvre unique en leur genre, comme le démontre leur rayonnement ambigu.

La réception

La réception des Nuits russes s’est faite en trois temps, en fonction de la chronologie de publication des différents éléments et des rééditions.

Les premiers textes publiés

Dès le 21 février 1831, Odoïevski reçoit un jugement flatteur à propos du Dernier Quatuor de Beethoven, le premier texte publié des futures Nuits russes. Son ami Kochelev lui rapporte l’opinion de Pouchkine : « Pouchkine est fort content de ton Quatuor de Beethoven. Il dit que ce n’est pas seulement la meilleure de tes œuvres publiées […], mais qu’on n’a quasiment jamais lu en russe un article si remarquable et par les idées et par le style » (Sakulin, 1913b, 440). Le 2 janvier 1834, c’est le Sourire du mort qui reçoit l’approbation de Stankiévitch : c’est « une oasis dans le désert » qui le « ravit par son ton prophétique, son coloris fantastique » (Majmin, 271). Dans les années 1830, Nikolaï Vladimirovitch...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search