Version classiqueVersion mobile

De Paris à Istanbul, 1851-1949

 | 
Xavier du Crest

IV. Naissance d’une critique d’art française en Turquie

Les Premiers Salons de Constantinople (1901 et 1902) : le Stamboul de Régis Delbeuf et la critique française de l’art turc

Texte intégral

  • 1 Concourt Edmond et Jules de, Manette Salomon (1867), préf. Michel Crouzet, Paris, Gallimard, « Foli (...)

1« Un grand jour que le jour d’ouverture d’un Salon1 !» À Constantinople, en 1901, l’exclamation des Concourt résonne pour la première fois.

2En effet, si la capitale de l’Empire ottoman a vu s’ouvrir quelques expositions depuis le milieu du xixe siècle, à l’intérieur (et à usage interne) comme à l’extérieur du palais – initiatives certes louables, voire hardies, mais isolées, donnant lieu à des expositions confidentielles, pour ne pas dire élitistes –, l’année 1901 marque l’ouverture du « Premier Salon de Constantinople ».

3Artistes de tous horizons, ottomans (turcs, arméniens, etc.), levantins et étrangers (italiens, français, etc.), des quelques peintres turcs connus et reconnus aux peintres voyageurs présents à cette occasion, en passant par les professeurs de l’École impériale des Beaux-Arts, tous voient leurs œuvres exposées aux murs de ce Salon qui reste, à l’image de la population constantinopolitaine, cosmopolite.

4Sur l’initiative d’une poignée de personnalités artistiques et culturelles de tous poils, ce Salon, un projet, un rêve peut-être caressé mais une éventualité hautement improbable, surgit dans le monde des arts de la Turquie et la vie artistique de Constantinople, s’agissant d’une exposition hautement symbolique : l’avènement d’un nouvel ordre artistique, culturel, un pas de plus vers la modernité.

5Moins de vingt ans après leur reconnaissance (institutionnelle) – fondée en 1882, l’École impériale des Beaux-Arts ouvre ses portes en 1883 –, la peinture et la sculpture s’exposent sur les rives du Bosphore. L’ouverture de ce premier Salon, à Constantinople, pose un certain nombre de questions, à commencer par celle de sa nature, doublée par celle de ses valeurs. Cette première artistique, pour la Turquie, constitue-t-elle l’un des chapitres tardifs des Tanzîmât ? Ce Premier Salon de Constantinople apporte-t-il une preuve spectaculaire supplémentaire de la modernité artistique, culturelle et institutionnelle de l’Empire ottoman, du moins d’une modernisation qui, pour avoir porté de si beaux fruits, est en passe de réussir ? Ce Salon n’est-il, au contraire, qu’un pur produit d’importation ?

  • 2 « Régis Delbeuf (1854-1911), directeur du journal Stamboul, écrivain assez actif, auteur de La Turq (...)

6Aujourd’hui, si nous pouvons étudier la formation et la fortune de ces Salons, connaître les artistes et reconnaître leurs œuvres, c’est grâce à la critique d’art contemporaine, aux salonniers et à leurs Salons : in situ autour de 1900, c’est à Régis Delbeuf (1854-1911) que nous le devons, directeur du Stamboul, journaliste et apprenti critique d’art à ses heures comme à ces occasions2.

  • 3 Groc Gérard et Çaglar Ibrahim, La Presse française de Turquie, de 1795 à nos jours : histoire et ca (...)

7Encore faut-il préciser que nous ne proposons pas une étude monographique de la vie et de l’œuvre de Régis Delbeuf, mais l’étude de ses Salons, publiés dans le Stamboul en 1901 et 1902 – sans réécrire l’histoire de la « presse française de Turquie3 ».

  • 4 Delbeuf Régis, « L’Orient à l’Exposition : V. Encore les Tapis d’Orient », Stamboul, 21 août 1900, (...)

8« Malheureusement, constate Régis Delbeuf dans les colonnes du Stamboul dès 1900, les Européens ne savent pas ce qui se passe en Orient, et les Orientaux ont le tort de ne pas le leur dire4. »

9Force est de reconnaître que ce constat de Régis Delbeuf a la valeur d’un manifeste : en effet, il traduit à lui seul une ligne, une volonté éditoriale qui conduira, dès l’année suivante, son journal le Stamboul à accueillir dans ses colonnes, et largement, le Premier Salon de Constantinople.

10Puisque les Européens et les Orientaux partagent ce même « tort » de ne pas se parler, ou de ne le faire que par voie diplomatique, Régis Delbeuf entend y remédier, c’est-à-dire rétablir le dialogue, ou plutôt établir un nouveau dialogue qui réconcilierait intérêts respectifs et respect mutuel.

  • 5 Voir, sur la politique de l’image menée par le sultan Abdülhamid II (1876-1909) : Georgeon François (...)

11La diplomatie, qui continue de dicter les relations franco-turques en ce début de siècle, demeure prépondérante, certes ; mais, une certaine forme d’ingérence – « à la Joubin », dirions-nous – a vécu : une observation attentive, une étude approfondie et une critique mesurée, qui tendent à devenir réciproques, fondent désormais les échanges intellectuels, culturels et artistiques entre une France et une Turquie également soucieuses de leurs mots, mais encore de leur image5.

  • 6 Strauss Johann, « L’image moderne dans l’Empire ottoman : quelques points de repère », La multiplic (...)
  • 7 Ibid., p. 156-157.

12Encore faut-il rappeler, avec Johann Strauss, la place de « l’image moderne dans l’Empire ottoman », dans la capitale ottomane depuis le début des Tanzîmât, soit depuis la fin des années 18306. Dès la fin du règne du sultan Abdülaziz (1861-1876), « certains organes de la presse francophone de l’époque se permettront même une “Chronique des Beaux-Arts” », écrit-il avant de citer un exemple extrait de la Revue de Constantinople, dirigée par le vicomte Alfred de Caston (1821-1908)7.

  • 8 Ibid., p. 168.
  • 9 Ibid., p. 176.

13« À l’instar de ce qui se passe dans certains pays d’Occident à cette époque, où l’historicisme bat son plein, les dirigeants ottomans, eux aussi, écrit encore Johann Strauss, s’efforcent de créer une tradition de l’image8.» Cette dernière expression, associant les mots « tradition » et « image », en dit suffisamment long sur l’évolution des mœurs culturelles sous le règne du sultan Abdülhamid II (1876-1909) ; et l’auteur de parler, en guise de conclusion, d’une « nouvelle civilisation de l’image9 ».

14Mais, avant de pousser les portes du Premier Salon de Constantinople, nous devons présenter le doyen de cette presse française de Turquie, le Stamboul, alors de Régis Delbeuf, mais encore rappeler l’historique des expositions.

  • 10 Croc Gérard, « La presse en français à l’époque ottomane », op. cit., p. 9. Dans les années 1860, « (...)
  • 11 Voir, en guise de prolongement (période kémaliste) : Georgeon François, « La presse de langue franç (...)

15La presse française de Turquie, comme nous l’avons déjà mentionné, a fait l’objet d’une étude, non exhaustive, mais qui constitue une lecture indispensable, un outil privilégié. Dès le début des Tanzîmât, les réformes occidentales entreprises dès la fin des années 1830, cette presse fut prise d’une envie pour les uns (les réformateurs ottomans) d’une obligation pour les autres (les puissances européennes) de jeter un regard vers l’extérieur ; autrement dit, d’une « extériorisation » qui, selon l’analyse et la thèse de Gérard Groc, consista dès lors à « nouer un dialogue à l’extérieur, parler de la Turquie et la sortir résolument de l’image de barbarie dont elle souffre en Europe, partir enfin à la recherche d’éventuels partenaires qu’il faut d’abord convaincre des bonnes dispositions de l’Empire ottoman10 » – ligne éditoriale reprise, dans l’entre-deux guerres, par la presse kémaliste11.

  • 12 Voir, pour une de ses « unes », cat. 9.

16Au lendemain de la publication de cette histoire et de ce catalogue de la presse française de Turquie, Filiz Yenişehirlioğlu consacra une étude monographique à La Patrie. Journal ottoman publié en français. Politique, Littéraire, Scientifique, Industriel, Financier et Commercial illustré12 – qui, pour nous avoir donné l’idée d’ouvrir le Stamboul, est à l’origine de la nôtre :

  • 13 Dans le Stamboul, il faudra attendre l’entre-deux-guerres pour croiser la photographie ; et son suc (...)
  • 14 Yenişehirlioğlu Filiz, « Une source documentaire pour l’histoire de l’art ottoman : La Patrie, jour (...)

Étant donné que les recherches sur l’histoire de l’art ottoman au xixe et au début du xxe siècle sont peu nombreuses et que cette histoire comporte mainte lacune, la documentation écrite et visuelle13 que la presse peut fournir constitue sans doute, estime-t-elle, une source très importante non seulement pour l’histoire de l’art proprement dite, mais également l’histoire sociale des mentalités qui influencent profondément la vision artistique et culturelle d’une époque14.

17Ce constat nous permet de souligner à notre tour l’importance capitale de cette presse française qui, en Turquie peut-être plus qu’ailleurs – traditionnellement cantonné à la sphère privée ou religieuse, l’art n’y fait l’objet d’aucune exposition, ou presque, d’aucune critique –, peut s’avérer une source documentaire de premier ordre, négligée à tort, pour l’histoire de l’art ottoman – comme Filiz Yenişehirlioğlu le prouve avec La Patrie, et comme nous allons le prouver avec le Stamboul.

18Enfin, évoquons la situation artistique et culturelle de la Turquie au tournant du siècle, la pauvreté apparente, la monotonie ambiante : en effet, l’archéologie, pour avoir bénéficié des efforts consentis et des moyens consacrés par le sultan, occupe le devant de la scène et, outre les manifestations populaires et autres fêtes religieuses, les expositions artistiques sont rares, l’initiative d’une poignée d’Européens, de Levantins, exceptionnellement d’Ottomans. Les talents existent et s’exercent mais ne s’expriment ni ne s’exposent, faute de lieu adéquat et de public potentiel – préjuge-t-on, sur les rives du Bosphore.

19Entre 1867 et 1877, pourtant, trois expositions s’ouvrent et contredisent cet état de fait, cette morosité de surface ; car, dans la coulisse, plusieurs personnalités artistiques s’apprêtent à entrer en scène : d’une part, l’Exposition universelle de 1867, à Paris ; d’autre part, les deux expositions constantinopolitaines (de peinture) de 1873 et 1877, organisées par le peintre turc Ahmet Ali Paşa (1841-1907) – expositions qui, pour rassembler indifféremment des œuvres d’artistes ottomans, levantins et étrangers, peuvent être vues comme des répétitions des Premiers Salons de Constantinople. Ces trois expositions, à forte valeur symbolique, jalonnent l’histoire de l’art ottoman et, bientôt, turc.

  • 15 Georgeon François, « Le voyage initiatique en Europe », Abdülhamid II.., op. cit., p. 31-35.
  • 16 Nerval Gérard de, « Peinture des Turcs », L’Artiste, 16 juin 1844, p. 97-100.
  • 17 « Bien que les peuples ottomans, et surtout les Turcs, possèdent en réalité un sentiment naïf et pr (...)

20Abdülhamid, qui n’est encore que prince, accompagne son oncle le sultan Abdülaziz en Europe et visite l’Exposition universelle de 1867, à Paris. Ce « voyage initiatique », comme le qualifie François Georgeon, constitue un évènement d’une importance capitale : n’est-ce pas « la première fois – et la dernière – dans l’histoire ottomane qu’un sultan se rend en terre étrangère, en terre infidèle »15. Salaheddin Bey, chargé de rédiger un ouvrage sur l’Exposition, non seulement traduit, un quart de siècle après Gérard de Nerval16, mais aussi légitime cette difficulté, ou plutôt cette incapacité des Européens à admettre que les Turcs puissent être, autrement que des « ouvriers17 », des artistes.

  • 18 Voir, pour plus de détails sur cette exposition de 1873 : Germaner Semra et Inankur Zeynep, Orienta (...)
  • 19 Voir chap. II, p. 66-69.
  • 20 Voir chap. II, p. 69-71.

21En 1873, Ahmet Ali Paşa organise une première exposition des œuvres des artistes de Constantinople : à cette occasion, le peintre français Pierre Désiré Guillemet (1827-1878) expose quelques-unes de ses œuvres (trois portraits, dont un du sultan Abdülaziz, et quatre natures mortes), et sa femme un pastel18. Cette première exposition marque un véritable tournant, non seulement dans l’histoire de l’art ottoman mais aussi dans la vie artistique turque : tout d’abord, encouragée par une publicité relative et visitée par un public nombreux, elle suscite un intérêt nouveau pour l’art, et donne même naissance à un petit marché de l’art ; ensuite, portée par cette relative mais réelle adhésion populaire, la presse annonce la création d’une école des beaux-arts ; enfin, elle décide Pierre Désiré Guillemet à réaliser son projet, « une modeste École des Beaux-Arts » pour Constantinople, qui, attendue par le sultan lui-même – rappelons que, grâce à son premier portrait du sultan Abdülaziz, il fut nommé peintre de cour19 – et les autorités locales, ouvrira ses portes l’année suivante, accueillant des élèves de tous horizons20.

22Le principe de cette exposition sera répété, toujours sur l’initiative d’Ahmet Ali Paşa, en 1875 et 1877. Trente ans après cette dernière, l’érudit levantin Adolphe Thalasso (1857-1919) se souviendra d’une exposition qu’il aura sans doute, constantinopolitain âgé d’une vingtaine d’années, visitée :

  • 21 Le comte Amadeo Preziosi (1816-1882), artiste d’origine maltaise débarqué à Constantinople en 1842, (...)
  • 22 Thalasso Adolphe, « Les Origines de la Peinture turque », L’Art et les Artistes, t. VI (octobre 190 (...)

En juin 1877, se souviendra-t-il trente ans plus tard, toujours sur l’initiative de Cheker Pacha, une importante exposition de tableaux s’ouvrait au théâtre municipal des Petits-Champs. Les envois avaient été faits en partie par les élèves de l’Académie Guillemet, en partie par les Orientalistes du pays : les Preziosi21, les Palmieri, les Aquarone. Malheureusement, sur les deux cent cinquante toiles de cette exposition, une trentaine de tableaux à peine figuraient inspirés par l’Orient. Ce fut un désastre. Et l’entrepreneur, qui ne fit même pas les frais de location de la salle, jura un peu tard qu’on ne l’y prendrait plus22.

23Ce témoignage tardif (trente ans après les faits) et quelque peu anecdotique sur l’exposition de 1877 nous renseigne sur la situation artistique de la capitale ottomane au début du règne du sultan Abdülhamid, sur la volonté, la capacité de ses artistes, de quelque origine qu’ils soient, à se regrouper – formant, déjà, Salon – et n’exposer pas moins de « deux cent cinquante toiles » – plus qu’au Salon de 1901.

  • 23 Concourt Edmond et Jules de, op. cit., p. 243.

24À Constantinople, en cette première année du xxe siècle, « on ne voit que des nez en l’air, des gens qui regardent avec toutes les façons ordinaires et extraordinaires de regarder l’art23 ».

1. Les Salons du Stamboul

25Ahmet Ali Paşa, non seulement organisateur (et exposant) des expositions de 1873, 1875 et 1877 mais aussi coorganisateur des Premiers Salons de Constantinople, organise encore en 1900, l’année de l’Exposition universelle (à Paris), une exposition particulière et rétrospective de ses œuvres – qui n’est pas sans annoncer l’ouverture, l’année suivante, du Premier Salon de Constantinople :

  • 24 Thalasso Adolphe, « Mort de Cheker Ahmet Ali pacha », L’Art et les Artistes, t. V (avril-septembre (...)

Ahmet Ali possédait à Stamboul un superbe atelier où il travaillait tous les jours, accumulant toile sur toile, sans autre souci que celui de faire de l’art pour l’art. En 1900, il faisait au Péra-Palace une exposition particulière de ses œuvres. Le public, convié à visiter l’exposition, admira, près des toiles brossées à Fontainebleau sous l’influence de Boulanger et de Gérôme, et inspirées par l’École française, les toiles brossées à Stamboul, sous l’influence de la lumière et du soleil et inspirées par l’École turque. Cette exposition mit tellement en relief la haute valeur artistique du général que S. Μ. I. le Sultan récompensa le peintre en l’appelant à l’honneur de présider le jury de l’École des Beaux-Arts de Constantinople, poste que le général occupa jusqu’à la fin de sa vie. Cette exposition particulière eut – quoi qu’on en dise – une influence considérable sur les destinées de la Turquie artistique24.

26Né à Constantinople et formé à l’École militaire de Médecine de la ville, Ahmet Ali Paşa est considéré comme le doyen des peintres turcs.

  • 25 Thalasso Adolphe, L’Art ottoman. Les peintres de Turquie, Paris, Librairie Artistique International (...)

27Envoyé en Europe parfaire sa formation, artistique notamment, Ahmet Ali Paşa arrive à Paris au début des années 1860, où il restera jusqu’à ce que la guerre de 1870 l’oblige à rentrer dans son pays, après un voyage en Italie. Fort de cette expérience, il allait être chargé, dès l’ouverture de ses portes, d’enseigner la peinture à l’École impériale des Beaux-Arts de Constantinople, avant d’être nommé président du jury par le sultan. L’idée du jeune professeur, passé, de l’École militaire à l’École impériale, du dessin à la peinture, « était de grouper, se souviendra Adolphe Thalasso, tous les artistes de la capitale sans distinction de races et de confessions25 ».

28Dans l’ombre du peintre turc Osman Hamdi Bey (1842-1910), le général Ahmet Ali Paşa, tout à la fois peintre, initiateur (et promoteur) des expositions et professeur de peinture, n’en demeure pas moins le chantre – et, peut-être encore, le doyen – d’une certaine modernité sur les rives du Bosphore.

29Régis Delbeuf, à Paris pour l’Exposition universelle de 1900, signe neuf chroniques intitulées « L’Orient à l’Exposition », soit une manière de Salon, pour le Stamboul – consacrées au Pavillon ottoman, aux tapis et aux artistes turcs. Si le journaliste prend encore le pas sur le critique d’art, la chose est sans précédent : désormais, le Stamboul, par la voix de Régis Delbeuf, signalera la moindre exposition artistique, et couvrira comme il se doit les Premiers Salons de Constantinople.

30Dès son arrivée, l’envoyé spécial qu’il est porte un regard amusé et critique sur l’« orientalomanie » parisienne :

  • 26 Delbeuf Régis, « L’Orient à l’Exposition : I », Stamboul, 6 août 1900, [1].

Les Parisiens sont, plus que tous les autres, atteints de cette orientalomanie. Rien n’a rebuté leur enthousiasme naïf, ni les fausses turqueries de la rue de Rivoli, ni les affiches grotesques des magasins de nouveautés, ni les Levantines des Batignolles, ni les Tunisiennes de Montmartre, ni toutes ces ridicules exhibitions d’un Orient en pain d’épices. Ils ont résisté à tout26.

  • 27 « On peut y constater que [l’art oriental] est passé des cabinets de curiosités aux musées, des sou (...)

31Près d’un siècle après l’entrée de la peinture orientaliste au Salon, et à la veille de l’Exposition des arts musulmans (Paris, UCAD, 1903)27, le temps n’est-il pas venu de tourner la page de cette « orientalomanie » attardée ?

32Face à cette dernière, et pour mieux la combattre, les Premiers Salons de Constantinople se veulent une alternative crédible et durable, un contre-exemple faisant valoir une certaine authenticité – un label de qualité –, à cet orientalisme de boulevard.

  • 28 « Les “Salons de Stamboul” avaient vécu » (Thalasso Adolphe, « Les Premiers Salons de Constantinopl (...)

33Les Premiers Salons de Constantinople marquent la naissance d’une œuvre collective et spontanée, qui restera malgré tout sans lendemain : en effet, comme nous l’apprend Adolphe Thalasso, « tout à coup, et sans aucune raison apparente, du moins, le Salon de 1903 périclita » – le Stamboul gardant pour sa part, ou préférant garder, le silence sur ce Salon ; « en 1904, ce fut une débandade générale »28.

Les clés du Salon

34Afin d’envisager la question du premier Salon de Constantinople, comme du second, dans toute son ampleur, et pour faire suite au rappel historique de notre introduction, nous nous consacrerons dans un premier temps à l’analyse des faits, décrits dans les colonnes du Stamboul, sous la plume de Régis Delbeuf – sous le pseudonyme de Grésy : chiffres et autres tendances sont autant de clés indispensables pour comprendre, saisir la nouveauté mais également l’enjeu d’une telle exposition sur les rives du Bosphore.

  • 29 Grésy [Régis Delbeuf], « Les Artistes de Constantinople : XI », Stamboul, 14 juin 1901, [2].

35Dès l’ouverture du Salon, le Stamboul publie un « Catalogue des œuvres exposées » : les artistes y sont classés par ordre alphabétique, d’une part, par spécialité (peinture, sculpture et gravure), d’autre part ; on compte 24 exposants, dont 5 femmes, dont la présence, plus que symbolique, confère à ce Salon « un petit caractère féministe29 » – qui appellera notre commentaire.

36Les œuvres sont numérotées, certes, mais les numéros ne se suivent pas, ce qui crée une certaine confusion, qui témoigne du manque de temps des organisateurs du Salon, pour enregistrer et exposer les œuvres, envoyées de manière aléatoire, hasardeuse et souvent tardivement. Partant, certains numéros manquent – probables promesses d’envoi non tenues –, tandis que d’autres sont en double : après récolement, il est possible d’avancer le nombre de 160 numéros, pour autant d’œuvres exposées.

37Puisque Régis Delbeuf ne s’aide d’aucune catégorisation, suivant le classement alphabétique des artistes, distinguons pour notre part quatre grandes familles : les Ottomans, ou Turcs, élevés au rang de bey, d’effendi ou de pacha (Ahmet Ali Paşa, Osman Hamdi Bey, etc.) ; les Professeurs (ottomans, levantins ou étrangers) à l’École impériale des Beaux-Arts de Constantinople (Salvator Valeri, Joseph Warnia-Zarzecki, etc.) ; les Levantins, originaires des côtes de la Méditerranée orientale (Stefano Farneti, Mlle Lina Gabuzzi, etc.) ; les étrangers, en résidence plus ou moins prolongée à Constantinople (Fausto Zonaro, Leonardo de Mango, etc.) – sans oublier les Occidentaux en voyage en Orient, qui, le temps d’une exposition, n’hésitent pas à prendre part (une part non négligeable) au Salon et, partant, à se faire connaître auprès de la communauté ottomane et levantine, dans l’espoir de vendre leurs œuvres.

38Mais, il ne faudrait pas penser cet événement qu’en termes purement économiques, ni oublier la dimension sociale du Salon de Constantinople, qui, comme son pendant parisien, offre la plus belle des occasions de découvrir l’art contemporain, « vivant » ; et, sur les rives du Bosphore, d’ouvrir les yeux du public sur une peinture originale, avant d’être moderne.

Le patronage d’Alexandre Vallauri (1850-1921)

  • 30 Grésy [Régis Delbeuf], « Une Innovation : un Salon à Péra », Stamboul, 11 mai 1901, [1].

39Au Premier Salon de Constantinople, la présence de la France, sous toutes ses formes (matérielle, spirituelle, etc.), est assurément forte : en premier lieu, et en la personne d’Alexandre Vallauri (1850-1921), architecte français (de nationalité et de formation) mais natif de Turquie (de Constantinople), elle trouve l’un de ses représentants les plus talentueux ; et les artistes du Salon de 1901, de l’aveu même de Régis Delbeuf, « leur chef indiqué » ; mieux encore, « leur chef obligatoire »30.

  • 31 Barillari Diana et Godoli Ezio, Istanbul 1900. Architecture et ultérieurs « Art nouveau », trad. Gi (...)
  • 32 Ibid., p. 46-51.

40Selon Diana Barillari et Ezio Godoli, co-auteurs d’Istanbul 1900, Alexandre Vallauri s’est imposé comme « l’acteur principal de l’architecture à Constantinople » : d’une part, par « le nombre élevé et le caractère remarquable de ses réalisations » ; d’autre part, par « l’influence qu’il a exercée sur la formation de nouvelles générations d’architectes turcs »31. Sa principale œuvre aura consisté, à côté d’un style néo-grec demeuré fondamental, à adopter en contrepoint – quelques fois, en contrepoids – des éléments néo-ottomans32. Architecte, entre autres, du Musée Impérial Ottoman (1891-1907), il aura honoré de très nombreuses commandes, tant publiques que privées ; tentant notamment, pour le compte de riches familles levantines et ottomanes, de revoir – et corriger – l’architecture du traditionnel yali (en bois) des rives du Bosphore.

  • 33 Grésy [Régis Delbeuf], « Les Artistes de Constantinople : III », Stamboul, 18 mai 1901, [1].

41Alexandre Vallauri est encore, d’après le portrait tracé en filigrane par Régis Delbeuf, collectionneur, connaisseur et, pour finir, mécène : « goût », « générosité » et « clairvoyance » sont les principales qualités de cette cheville ouvrière de la vie artistique turque contemporaine, et trouvent leur plus belle expression dans sa collection. « Le vrai musée de Constantinople, soutient Régis Delbeuf, n’est pas ailleurs que dans cette maison du Taxim [place située au nord de Péra] où se sont entassées lentement les œuvres d’art, pendant de longues années33 ». Dans le même feuilleton, n’apprend-on pas, en effet, que l’architecte a acheté les trois œuvres exposées par le peintre français A. Beaune au Salon de 1901 : Retour de Thessalie (no 137), « digne d’un musée » ; Attelage de buffles (no 138) ; Portrait (no 139), que Régis Delbeuf nous apprend être celui d’un enfant de l’architecte – commanditaire ?

  • 34 Grésy [Régis Delbeuf], « Les Artistes de Constantinople : IV », Stamboul, 21 mai 1901, [2]

42Dans le feuilleton suivant, n’apprend-on pas, enfin, que les trois œuvres exposées par le peintre français Georges Cain, à qui l’on doit un portrait de Paul Cambon, ambassadeur de France en Turquie (1891-1898), proviennent du « Musée Vallauri34 ».

La présence d’un certain « Prétextat »

  • 35 Prétextat, Les Arts et Métiers de la Turquie et de l’Orient, Paris, Société d’Éditions Scientifique (...)

43Le premier article (introductif) consacré au Premier Salon de Constantinople, publié dans les colonnes du Stambouldès le lendemain de son ouverture (1er mai 1901), est signé par un certain « Prétextat » : ce patronyme (ou pseudonyme), présent dans les colonnes du journal de temps à autre, nous serait resté inconnu s’il n’avait publié Les Arts et Métiers de la Turquie et de l’Orient, à Paris l’année suivante35. Aussi, c’est dans ce seul et unique ouvrage que nous lui connaissons, que nous apprenons à le connaître : héritier de l’historicisme du xixe siècle, Prétextat n’est pas le premier Occidental à s’intéresser aux arts et aux savoir-faire de l’Orient en général et de la Turquie en particulier.

  • 36 Voir chap. I, p. 31-41.

44Rappelons que la même année 1851, deux décorateurs français arrivent – séparément – à Constantinople : d’une part, Charles Séchan (1803-1874) ; d’autre part, Pierre-Victor Galland (1822-1892), accompagné de Léon Parvillée (1830-1885)36. Chargés de construire et de décorer le palais d’un riche Arménien sur les rives du Bosphore, le chantier de ces deux derniers fait, mais dans une moindre proportion, pendant à celui de Charles Séchan au palais de Dolmabahçe ; auquel prendra part, à partir de 1855, Léon Parvillée, avant d’être chargé par le gouvernement impérial ottoman, en 1863, de restaurer les monuments de Bursa.

  • 37 Parvillée Léon, Architecture et décoration turques au xve siècle, préf. Eugène-Emmanuel Viollet-le- (...)
  • 38 Ibid., p. 2.

45À son retour en France, au plus tard en 1867, Léon Parvillée exploite le matériel récolté en Turquie et publie, en 1874, Architecture et décoration turques au xve siècle37, préfacé par l’architecte français Eugène-Emmanuel Viollet-le-Duc : « Existe-t-il un art turc, se demande ce dernier ? Que les Turcs aient adopté l’art ou les arts qui s’accommodaient le mieux à leurs habitudes et à leur religion, rien de plus naturel, mais qu’ils aient été les pères d’un art local, cela me paraît difficile à démontrer. En effet, dans tous les exemples fournis par M. Parvillée, je trouve de l’Arabe, du Persan, peut-être quelques influences Hindoues, mais du Turc38 ? » Sous la plume d’Eugène-Emmanuel Viollet-le-Duc, ces mots, qui attestent la force du préjugé, traduisent cette incapacité purement, typiquement occidentale à relever – autrement dit, à reconnaître – la moindre trace d’un « art turc ».

  • 39 Voir, pour aller plus loin sur cette question : Purs décors ? Chefs-d’œuvre de l’Islam aux Arts Déc (...)
  • 40 Launay Marie de, L’Architecture ottomane, […] Exécution matérielle par Sebah, Constantinople, 1873.
  • 41 Gosset Alphonse, Les Coupoles d’Orient et d’Occident, Paris, A. Lévy, 1889.
  • 42 Gosset Alphonse, Sainte-Clotilde de Reims, monument du centenaire (496-1896), Reims, L. Monce, 1900

46Tandis que les arts d’Orient (aujourd’hui de l’Islam) s’offrent à l’art et à l’industrie d’Occident39, l’architecture orientale (mosquées, palais, etc.), ici ottomane, ne suscite pas moins d’intérêt, puisque Marie de Launay (1822- ?) lui consacre une monographie, publiée à l’occasion de l’Exposition universelle de 1873, à Vienne40. L’intérêt de Marie de Launay pour l’architecture ottomane n’est pas sans annoncer celui d’Alphonse Gosset (1835- ?) ; qui, au cours de la décennie suivante, s’intéressera de son côté à la coupole orientale, jusqu’à lui consacrer une monographie41. L’architecte rémois n’hésitera pas à passer de la théorie à la pratique en s’inspirant de Sainte-Sophie de Constantinople pour l’édification de Sainte-Clotilde de Reims (1896 : commémoration de la conversion de Clovis et des Francs au christianisme, en 496)42.

47Prétextat nous intéresse par ce que son livre nous apprend sur la vie artistique et culturelle de la capitale ottomane, autour de 1900 : par exemple, l’existence d’un certain Robert Lévy, « le directeur de l’une des plus importantes maisons d’articles d’arts et métiers de la Turquie et de l’Orient ».

  • 43 Prétextat, op. cit., p. 9.

48« M. Robert Lévy, écrit-il notamment, de la grande maison d’antiquités et arts et métiers de Stamboul – Le grand musée Oriental Sadullah Robert Lévy – un expert en antiquités et arts et métiers orientaux et en même temps un artiste de grand talent, a mis à notre disposition quelques photographies de pièces uniques, de pièces d’art d’une valeur incroyable, comme on n’en rencontre que rarement dans les musées43 ».

49Après avoir relevé des mosaïques byzantines et s’être familiarisé avec les techniques de l’époque, Prétextat s’essaye à la décoration, mosaïquée, d’une église orthodoxe construite par Alexandre Vallauri dans le quartier de Şişli, à Constantinople :

  • 44 Hitzel Frédéric, « La protection du patrimoine ottoman à l’épreuve de l’occidentalisation. Le cas d (...)
  • 45 Prétextat, op. cit., p. 18-20. À noter, à titre comparatif, l’émerveillement de Prétextat devant le (...)

En reproduisant en de nombreuses planches, en manière gravure et à la plume, pour le compte du Dr Dorigny44 qui tenait sa mission du ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts de France, tous les sujets en mosaïques de Kaarié Djamissi [Kariye Camii], une ancienne église byzantine de Constantinople dont les deux narthex sont emplis de superbes mosaïques du xie et du χιιie siècle, nous avons pu, dans une mesure très large, retrouver la technique des artistes de ces époques, […] C’est pourquoi il nous fut possible de travailler dans leur genre lorsque, à l’église orthodoxe (la Métamorphose) de Chichli [Şişli], près Péra (Constantinople), que construisit l’éminent architecte français, M. Alexandre Vallauri, pour le compte du grand philanthrope grec, M. Paul Stefanovitch-Schilitzi [portrait du mécène, dessiné par l’auteur (p. 19)] ; nous avons composé en mosaïque, et d’un seul morceau, un tympan de sept mètres carrés (Le Père Éternel) et huit médaillons de saints de 0 m85 de diamètre ; travail absolument unique au point de vue de la technique, des reliefs et du coloris, puisqu’il est dans la technique des mosaïstes byzantins du xie siècle45.

  • 46 Thalasso Adolphe, « Les Premiers Salons de Constantinople. Le Premier Salon de Stamboul », op. cit. (...)

50Prétextat nous apprend, entre autres choses, que l’ouverture d’un Salon de peinture, sans oublier la sculpture, est prévue à la grande pâtisserie française Bourdon : « Bourdon, précisera Adolphe Thalasso, notable commerçant français établi à Péra qui mit au service des artistes les salles de son hôtel, sis au passage Oriental46 ».

  • 47 Prétextat, « Salon de Peinture de Constantinople », Stamboul, 2 mai 1901, [2].

51Enfin peut-on regretter que Prétextât ait été comme dessaisi de la critique de ce Salon : en effet, ne terminait-il pas son article en se « réservant de parler de toutes ces œuvres dans des articles spéciaux47 », qui ne trouveront place, du moins dans les colonnes du Stamboul.

  • 48 Grésy [Régis Delbeuf], « Les Artistes de Constantinople : I », Stamboul, 16 mai 1901, [1].
  • 49 Grésy [Régis Delbeuf], « Les Artistes de Constantinople : II », Stamboul, 17 mai 1901, [1].

52Bien que le Premier Salon de Constantinople soit déclaré « improvisé » et l’« insuffisance de certains envois » relevée par Régis Delbeuf48, il n’en salut pas moins la « forte couleur orientale49 ».

D’un Salon l’autre

53Au Salon de 1902, qui se tient dans un ancien club situé en plein cœur de Péra, inauguré le lundi 14 avril, à 11 heures, et ouvert au public dès le lendemain, les chiffres n’ont plus rien à voir avec ceux du Salon de 1901 – seule la proportion d’exposantes reste stable : 32 exposants, dont 7 femmes, exposent cette fois-ci, grâce à de meilleurs délais de préparation, deux fois plus d’œuvres qu’en 1901 (319 numéros au catalogue).

54Quant aux œuvres exposées, force est de constater la grande diversité des techniques : en effet, se trouvent pêle-mêle de la reproduction de tapisseries sur toile, de l’écriture et de l’enluminure de missel, de l’« aluminiotypie », des camées, de la sculpture décorative et même un paravent ; autant de nouveautés qui viennent s’ajouter aux traditionnels peinture, dessin, aquarelle (abondante), pastel et sculpture.

55Tandis que la question de la représentation du nu – et, a fortiori, de son exposition –, logiquement et systématiquement écartée, ne se pose même pas – du moins, pas encore –, peinture religieuse (Alectoridès et Vasmagidès) et peinture symboliste (Giese et Warnia) font leur apparition.

56Outre ces nouveautés, de taille, il en est d’autres qui ne sont pas moins importantes, tout autant visibles, mais cette fois-ci dans les colonnes du Stamboul qui, sous la plume de Régis Delbeuf mais encore sous le pseudonyme de Grésy, consacre une plus grande place au Salon de 1902 : la naissance de la publicité ; la publication d’un règlement ; d’un reportage sur le vernissage ; la mise en place d’un observatoire des visiteurs, qui publiera les premiers résultats, chiffrés et encourageants, du Salon.

  • 50 Grésy [Régis Delbeuf], « Association des Artistes de Constantinople : Salon de 1902 », Stamboul, 25 (...)

57La publicité fait une apparition balbutiante, mais remarquée, puisqu’on ne compte, depuis la fin du mois de mars 1902, pas moins de trois annonces, suivies du règlement, de l’ouverture prochaine et programmée du Salon50.

  • 51 Ibid.
  • 52 Voir, pour illustration : Öndes Osman et Makzume Erol, Ottoman Court Painter Fausto Zonaro, Istanbu (...)

58Un règlement, de dix articles, qui sont autant de commandements aux exposants, et destinés à assurer la bonne tenue de l’exposition, est publié et vient combler le vide laissé par les œuvres arbitrairement décrochées du Salon de 1901 : c’est pourquoi, l’article 10 stipule qu’« aucun ouvrage ne pourra être retiré pendant la durée de l’Exposition51 ». Affiches et autres cartes d’entrée, illustrées d’une figure féminine se détachant sur fond de Corne d’Or, les cheveux relevés en chignon et tenus par une broche en forme de croissant, sont l’œuvre du peintre (d’origine italienne) du sultan Fausto Zonaro (1854-1929)52.

  • 53 Grésy [Régis Delbeuf], « La Deuxième Exposition des Artistes de Constantinople. Le Salon de Péra : (...)

59« Le vernissage a été particulièrement brillant », rapporte, inspiré, un Régis Delbeuf qui tirera de cet événement rassemblant de nombreuses personnalités locales, diplomatiques notamment – au premier rang desquelles les ambassadeurs de France, Ernest Constans (1898-1909), et d’Italie, respectivement premier et second parrains –, un reportage détaillé et relativement vivant. En tant que journaliste et apprenti critique d’art, Régis Delbeuf ne peut s’empêcher de dire l’attitude que doivent adopter les artistes : d’une part, « se réclamer surtout de l’Orient, dont ils s’inspirent et où se développe leur talent » ; d’autre part, « se fondre autant que possible pour constituer une véritable association fraternelle d’artistes orientaux ». L’appel est lancé, aux artistes de se reconnaître frères53.

  • 54 Grésy [Régis Delbeuf], « L’Exposition des Artistes de Constantinople : V », Stamboul, 26 avril 1902 (...)

60Un observatoire des visiteurs est mis en place et notre journaliste, en bon analyste, enrichit certains de ses feuilletons de chiffres, statistiques et autres tendances, n’hésitant pas à agiter « un sentiment de légitime fierté nationale54 ».

Chiffres à la clé

  • 55 Grésy [Régis Delbeuf], « L’Exposition des Artistes de Constantinople : II », Stamboul, 21 avril 190 (...)

61Chiffres à l’appui, Régis Delbeuf ne manque pas une occasion de souligner l’engouement non seulement mondain (levantin, étranger, etc.), attendu, mais aussi populaire (turc), pour le moins inattendu, qui confirme son propre enthousiasme, celui d’un journaliste qui sait rappeler les vicissitudes du premier Salon pour mieux saluer le succès du second ; avant de lancer : « ça va mieux, en 190255 ».

62Puisque le vernissage, autrement dit l’inauguration, a eu lieu le lundi 14 avril, le Salon de 1902 n’a été ouvert au public qu’à partir du lendemain, et le restera jusqu’au 31 mai inclus. Soucieux de s’ouvrir au plus grand nombre, mais encore de combattre toute forme de discrimination sociale, les exposants ont décidé la gratuité du Salon les premiers jours. Ensuite, et comme arrêté, l’entrée restera libre tous les jours sauf les mardi et samedi (jours payants).

63Pour les observateurs, à commencer par Régis Delbeuf, l’enthousiasme des Turcs pour le Salon de 1902 ne saurait avoir le même poids ni la même valeur que celui des communautés levantine et étrangère. Que les Turcs se pressent aux portes du Salon représente pour les exposants, turcs notamment, une grande fierté, et pour les observateurs, étrangers notamment, un indice de progression. Partant, au cours de la première semaine, c’est fort logiquement le vendredi, jour de repos chez les musulmans, que le public turc visite le Salon :

Mardi

15 avril 1902

130

entrées

Mercredi

16 avril 1902

325

entrées

Jeudi

17 avril 1902

385

entrées

Vendredi

18 avril 1902

863

entrées

Samedi

19 avril 1902

329

entrées

Dimanche

20 avril 1902

764

entrées

Total des 6 jours

2 796

entrées

  • 56 Ibid.

64« Qu’on vienne dire encore, s’exclame Régis Delbeuf, que le public de Constantinople est hostile ou fermé aux Beaux-Arts56 ! »

65D’une semaine à l’autre, le succès ne se dément pas, et les chiffres des cinq premiers jours sont toujours aussi bons, voire meilleurs :

Lundi

21 avril 1902

387

entrées

Mardi

22 avril 1902

65

entrées

Mercredi

23 avril 1902

310

entrées

Jeudi

24 avril 1902

490

entrées

Vendredi

25 avril 1902

1 208

entrées

Total des 5 jours

2 460

entrées

66D’une semaine à l’autre, le vendredi reste le jour le plus fréquenté : représentant 30 % du public la première semaine, il en représente 50 % la seconde.

67« Les entrées sont encore rares aux jours payants », observe cependant Régis Delbeuf : en effet, seules 65 personnes ont visité, ou, pour être plus précis, payé pour visiter le Salon le mardi 22 avril 1902.

  • 57 Grésy [Régis Delbeuf], « 1902 : V », op. cit., [2].

68Mais, le journaliste, qui se veut rassurant, estime pour sa part que « quand on aura tout à fait compris l’importance artistique de cette institution, chacun voudra contribuer à son succès. Et alors, on ira aux jours payants pour encourager l’œuvre. Et si la mode s’en mêle un peu, conclut-il, le jour select sera l’un des plus suivis57. »

2. Régis Delbeuf : critique français de l’art turc

  • 58 Thalasso Adolphe, « Les Premiers Salons de Constantinople. Le Premier Salon de Stamboul », op. cit. (...)

69« Collaborateur » d’Alexandre Vallauri pour la formation du Premier Salon de Constantinople, Régis Delbeuf, « aussi fin lettré que fin critique » selon Adolphe Thalasso, « mit sa plume enthousiaste au service de l’heureuse idée sans autre désir que d’initier peu à peu le pays aux choses du Beau et de voir le goût soutenir les artistes »58.

70Aujourd’hui, il nous reste les « causeries » d’un journaliste apprenti critique d’art, soit une trentaine d’articles publiés en deux ans, pour juger sur pièces, apprécier ce portrait. Reconnaissons d’ores et déjà le rôle non seulement d’inventeur joué par Régis Delbeuf dans la connaissance des Premiers Salons de Constantinople, primordial, mais aussi de passeur, capital.

« Aussi fin lettré… »

71Après les chiffres, Régis Delbeuf agrémente ses causeries de quelques citations, empruntées aux auteurs contemporains, qu’ils soient artistes, critiques d’art, écrivains, théoriciens ou praticiens, ou tout à la fois ; qui témoignent de la curiosité de ce « fin lettré », d’un homme de lettres né au milieu du xixe siècle, marqué par le romantisme et ses avatars fin de siècle et curieux, friand des correspondances et journaux d’artistes comme des gazettes et revues artistiques.

72La lecture de L’Artiste, de la Gazette des Beaux-Arts, de la Revue des Deux Mondes, etc., permet à Régis Delbeuf, au journaliste comme au critique d’art, de se tenir informé de l’actualité artistique et des débats esthétiques qui animent la capitale française ; mais encore, de compenser, dans une certaine mesure, l’éloignement – l’isolement – culturel qui affecte, encore, la capitale ottomane en ce début de xxe siècle.

73Régis Delbeuf lit les auteurs contemporains (de la deuxième moitié du xixe siècle) et, ses citations le prouvent, fait bon usage de ses lectures ; partant, se succèdent sous sa plume, par ordre chronologique d’apparition :

    • 59 Grésy [Régis Delbeuf], « Les Artistes de Constantinople : IX », Stamboul, 30 mai 1901, [1].

    Ogden Nicholas Rood et sa Théorie scientifique des couleurs (Londres, 1879 ; Leipzig, 1880 ; Paris, 1881), convoquée pour évoquer le vert dans les œuvres du peintre turc Halil Bey59 ;

    • 60 Grésy [Régis Delbeuf], « 1902 : II », op. cit., [2].

    Pierre Loti et le « charme » de l’Orient en général – « jeté par l’islam », tel un sort, dans Fantôme d’Orient (1892) – et des rives du Bosphore en particulier, sous lequel serait, ou se devrait d’être, chacun des exposants du Salon60 ;

    • 61 Grésy [Régis Delbeuf], « L’Exposition des Artistes de Constantinople : IV », Stamboul, 23 avril 190 (...)

    Gustave Courbet et la question du « pays » en peinture, véritable « question d’Orient » des Premiers Salons de Constantinople – esthétique, culturelle et politique, sur laquelle nous reviendrons61 ;

    • 62 Grésy [Régis Delbeuf], « L’Exposition des Artistes de Constantinople : VIII », Stamboul, 9 mai 1902 (...)

    Hippolyte Taine et ses impressions littéraires face à la lumière du soleil, extraites d’une lettre à sa mère (Poitiers, 7 juin 1852) et convoquées pour, cette fois-ci, traduire les œuvres d’Halil Bey62 ;

    • 63 Grésy [Régis Delbeuf], « L’Exposition des Artistes de Constantinople : XIII », Stamboul, 27 mai 190 (...)

    Henri Régnault et la correspondance de sa visite, au cours de son voyage en Espagne, de l’Alhambra de Grenade (septembre 1869), citée pour comparer son ivresse à celle du peintre du sultan Fausto Zonaro à son arrivée à Constantinople63 ;

    • 64 « Théophile Gautier, le meilleur peintre qu’ait encore inspiré Constantinople » (Larousse Pierre, « (...)
    • 65 Grésy [Régis Delbeuf], « L’Exposition des Artistes de Constantinople : XIV », Stamboul, 28 mai 1902 (...)

    Théophile Gautier et sa description du cimetière de Scutari, « peint64 » dans Constantinople (1853), citée pour illustrer une remarquable gravure à l’eau-forte de Mlle Lina Gabuzzi, Cimetière de Scutari, exposée en 1901 (no 96) et 1902 (no 291)65 ;

    • 66 Grésy [Régis Delbeuf], « L’Exposition des Artistes de Constantinople : XV », Stamboul, 30 mai 1902, (...)

    Denis Diderot et quelques-unes des riches idées contenues dans son Salon de 1763, citées par Régis Delbeuf pour mieux réaffirmer le rôle du critique d’art, et son propre parti pris66.

74Sous la plume de Régis Delbeuf, la citation est textuelle et argumentative, descriptive, illustrative, mais il peut arriver qu’elle soit orale, le fruit de l’un ou l’autre entretien accordé au journaliste et directeur du Stamboul, et révélatrice.

  • 67 Grésy [Régis Delbeuf], « 1902 : XIII », op. cit., [2].

75En effet, l’information qui accompagne la citation extraite de la correspondance de Henri Régnault est inédite, et vient enrichir notre connaissance de la vie et de l’œuvre de Fausto Zonaro. Régis Delbeuf nous livre les impressions de ce dernier, « peintre orientaliste de Turquie », à la lecture du récit de voyage en Espagne du peintre orientaliste français – et « il n’est même pas dit, écrit-il encore, que les lettres de notre grand artiste, qu’il lut alors avec avidité, n’aient pas exercé sur lui une influence décisive67 » :

  • 68 Regnault Henri, Correspondance de Henri Regnault, éd. Arthur Duparc, Paris, Charpentier, 1872, p. 3 (...)
  • 69 Ibid., p. 302. Dans cette dernière phrase, le citateur « pèche » par omission : « Ah ! Mahomet, toi (...)
  • 70 Ibid., p. 303. S’ensuit une véritable déclaration de foi : « Comment voulez-vous qu’on se condamne (...)

C’est le livre qui m’a le plus captivé, nous disait-il un jour, rapporte Régis Delbeuf. J’ai retrouvé là, avant de les connaître, mes propres enthousiasmes. Je tressaillais sans savoir pourquoi à ces mots que Regnault écrit de Grenade à M. Butin :
“Quelle féerie ! quelle merveille ! Nous aurons bien de la peine à rendre cette lumière rosée qui remplit ce palais enchanté et les reflets dorés dans les ombres ! C’est passionnant. Rien de plus étrange, de plus exquis ! Nous ne quittons pas l’Alhambra68…”
“Ah ! mon ami, si tu avais vu l’Alhambra ! Depuis que je l’ai vue, cette féerie, ce rêve, ce…, je ne peux plus que soupirer. Rien n’est beau, rien n’est délirant, rien n’est enivrant comme cela. Nous avions traversé de bien beaux pays pour venir ici. Mais toutes nos émotions précédentes, tous nos anciens enthousiasmes, tout a été effacé par cette Alhambra ! Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il. Ah ! toi seul es grand, toi seul es Dieu, qui a inspiré une œuvre comme celle-là69.”
“Que la terre ne tourne plus, que les étoiles tombent, que les villes s’écroulent, que les montagnes deviennent vallées, que nous importe, pourvu que l’Alhambra soit épargnée70…”

  • 71 Peltre Christine, « Critique d’art en France, xixe siècle », Encyclopoedia Universalis, 2002, t. VI (...)

76Au sortir de cette liste exhaustive, Diderot est le seul auteur du xviiie siècle présent sous la plume de Régis Delbeuf ; mais, n’oublions pas que « la revue L’Artiste – qui dès sa création joue dans le débat esthétique un rôle essentiel – publie en 1831 des fragments du Salon de 176371 » – celui, précisément, cité par Régis Delbeuf, qui plus est à trois reprises, dans la conclusion de son Salon de 1902.

« … que fin critique »

77Outre le remploi, sous la forme d’une intertextualité intrinsèque, de certains extraits de ses propres textes d’une année sur l’autre – par exemple, hormis les citations de Diderot, qui leur apportent une plus-value (argumentative, littéraire, etc.) en 1902, les deux conclusions sont identiques –, les textes de Régis Delbeuf témoignent d’un réel souci de documentation, biographique à défaut d’être iconographique. En effet, absentes des journaux en général et du Stamboul en particulier, les images n’y feront leur apparition, progressive, qu’au cours de l’entre-deux-guerres et, de manière plus régulière, dans son successeur l’Istanbul à partir de 1934. Encore faudra-t-il attendre les chroniques et autres études orientales publiées par Adolphe Thalasso à Paris à partir de 1906, faisant suite aux Salons de Régis Delbeuf, pour voir, enfin, la peinture turque en images.

  • 72 « Chaque exposant devra donner une notice signée contenant ses nom et prénom, lieu de naissance et (...)

78Dans l’attente de colonnes plus illustrées, à la biographie, plus ou moins complète, de l’artiste succède la description de ses œuvres ; et le critique d’art d’encourager le lecteur, turc notamment, à visiter le Salon – n’est-ce pas son premier objectif. En 1902, grâce aux informations fournies par les artistes eux-mêmes, comme stipulé par l’article 4 du règlement72, Régis Delbeuf peut retracer la vie de certains d’entre eux jusqu’à leur arrivée à Constantinople, comment et pourquoi ils y sont venus ou revenus, autrement dit leur relation plus ou moins étroite et fusionnelle, faite d’anecdotes piquantes et quelquefois inédites, avec la capitale ottomane.

  • 73 « Je ne sais pourquoi, se demande Charles Baudelaire en 1846, M. Théophile Gautier a endossé cette (...)
  • 74 Diderot Denis, « Salon de 1763 », Salons de 1759, 1761, 1763, éd. Jacques Chouillet, Paris, Hermann (...)

79À mi-chemin entre la liberté d’un Diderot et la « bienfaisance » d’un Gautier73, Régis Delbeuf, proche des artistes et sensibilisé et sensible à leurs difficultés, leur montre de la bienveillance : après la description des œuvres, il livre le fond de sa pensée, en toute sincérité. « J’ai senti, semble-t-il reconnaître après Diderot, et j’ai dit comme je sentais74. »

Des arts aux « causeries »

  • 75 Aux traditionnels arts graphiques (dessin, aquarelle et pastel), peinture et sculpture viennent s’a (...)
  • 76 Notons que ces « causeries » auraient dû être plus nombreuses ; car, en 1901, deux semaines séparen (...)

80Conséquence directe de la diversité, technique notamment, des œuvres exposées75, relevons pour commencer la variété des sujets traités par Régis Delbeuf tout au long de ses trente et une « causeries » (dont trois articles introductifs)76, dont la définition (un exposé oral, sur un ton de familiarité et de simplicité) traduit la modestie et trahit, déjà, la sympathie de leur auteur :

  • la question, nouvelle – moderne –, de la vente des œuvres d’art, de leur valeur estimée et de leur prix affiché ; partant, la naissance, sur les rives du Bosphore, d’un petit marché de l’art ;

  • l’aquarelle, abondante en Orient en général (technique première, privilégiée du peintre qui voyage) et aux Premiers Salons de Constantinople en particulier, chez Philippe Bello, peintre d’origine italienne et professeur à l’École impériale des Beaux-Arts de Constantinople ;

    • 77 Grésy [Régis Delbeuf], « Les Artistes de Constantinople : VII », Stamboul, 25 mai 1901, [2].

    le vitrail, dans les œuvres de Mlle J. Fabrizzi, née et formée à Paris à cet art difficile, dont deux spécimens offrent à Régis Delbeuf l’occasion de digresser sur une technique héritée, comme il se plaît à le rappeler, d’Orient ; et, qui représente, parce qu’oubliée, « une révélation pour le public77 » ;

  • la couleur verte, analysée avec Ogden Nicholas Rood et dont la présence est constatée, avant d’être débattue, dans les œuvres du peintre impressionniste turc Halil Bey ;

    • 78 Grésy [Régis Delbeuf], « 1902 : IV », op. cit., [2].

    la photographie, à l’égard de laquelle Régis Delbeuf adopte une attitude résolument baudelairienne, transposée en Turquie : « la photographie, écrit-il, et toutes les fantaisies les plus odieuses de la chromolithographie nous ont tellement gâté la façade sur l’At-Meïdan, que nous avons fini par la prendre en horreur78 » ;

  • le « pays » en peinture, ou la question du peintre (origine, identité, etc.) et de son sujet, et de la correspondance des deux ;

    • 79 Grésy [Régis Delbeuf], « 1902 : VIII », op. cit., [3]. Précisons que c’est le peintre orientaliste (...)

    les peintres orientalistes : « ces chevaliers errants de la palette, écrit Régis Delbeuf, qui, guidés par la recherche du pittoresque, vont au loin, pour le seul amour de l’art, traduire d’un pinceau fidèle et hardi les impressions que leur font éprouver les visions ensoleillées, aux pays d’Orient ou d’Afrique79 ».

D’Osman Hamdi Bey aux Premiers Salons de Constantinople

  • 80 « Près des toiles peintes à Fontainebleau, dans la grisaille des crépuscules agonisants, flamboyaie (...)
  • 81 Voir, d’un siècle à l’autre, le portrait d’Osman Hamdi Bey en « orientaliste ottoman » : Thalasso A (...)

81Les Premiers Salons de Constantinople sont placés sous le patronage des deux maîtres de la peinture turque contemporaine : d’une part, Ahmet Ali Paşa, le doyen, qui expose quelques œuvres de son exposition particulière et rétrospective de 1900, au Péra Palace80 ; d’autre part, Osman Hamdi Bey, le directeur, dont Adolphe Thalasso hier et Semra Germaner et Zeynep Inankur aujourd’hui ont souligné l’ambivalence artistique, identitaire, d’un peintre à la fois orientaliste et ottoman – ottoman avant d’être orientaliste : « orientaliste ottoman81 ».

  • 82 Ibid., ill. 278.
  • 83 .« A metaphor for the obstacles that he had personally encountered in such entreprises as the found (...)

82À la lumière des conclusions tirées par Semra Germaner et Zeynep Inankur, en effet, nous pouvons relire les œuvres d’Osman Hamdi Bey, comme le Dresseur de tortues (1906)82 : « une métaphore des obstacles qu’il rencontra dans des entreprises telles que la fondation du Musée archéologique et de l’École impériale des Beaux-Arts et la publication d’un Règlement des antiquités ; et, d’une manière générale, une métaphore de la résistance au changement de la société ottomane83 ».

  • 84 Çelik Zeynep, « Speaking Back to Orientalist Discourse », Orientalism’s Interlocutors : Painting, A (...)
  • 85 Shaw Wendy M. K„ « The Paintings of Osman Hamdi and the Subversion of Orientalist Vision », Essays (...)
  • 86 Osman Hamdi Bey cité par Adolphe Thalasso, « Mort de Hamdy bey, directeur du Musée Impérial Ottoman (...)

83À travers des œuvres qui font entendre, selon Zeynep Çelik, la voix de la résistance84, Osman Hamdi Bey n’a-t-il pas, en corrigeant avec ses pinceaux les erreurs de la peinture orientaliste85, rétabli une certaine vérité sur la vie et les mœurs ottomanes, établi un dialogue d’égal à égal entre l’Orient et l’Occident ; peintre turc de la vie moderne, ne s’est-il pas vu opposer, en retour, des résistances de la part de ses concitoyens et, même, du sultan lui-même. En effet, à la mort d’Osman Hamdi Bey en 1910, rencontré pour la dernière fois au cours de son voyage en Orient de l’été 1909, Adolphe Thalasso lui consacrera une nécrologie dans L’Art et les Artistes, dans laquelle il citera la conclusion d’une conversation qu’il eut avec celui qui fut l’architecte du monde artistique et culturel turc (nouveau) : « Croyez-vous que, durant tout son règne, durant trente-trois ans, Abdul-Hamid n’a jamais daigné, une seule fois, mettre les pieds dans ce sanctuaire d’art auquel il devra, peut-être, un jour, son unique gloire ? Croyez-vous que, sans mon énergique intervention, il faisait cadeau à un souverain étranger du superbe sarcophage dit d’Alexandre et privait ainsi la Turquie de sa plus grande richesse artistique86 ? »

84Malgré la résistance d’une certaine partie de la société ottomane et cette indifférence impériale, Osman Hamdi Bey se chargera, à son retour (de France) en Turquie, de montrer, ou, pour être plus précis, de prouver au monde (occidental) que la Turquie possède une peinture, qui lui est propre – « nationale », dira-t-on après la promulgation de la République (1923) ; c’est pourquoi, il va être considéré, jusqu’à aujourd’hui, comme le père de la peinture turque… d’une peinture qui, précisément et proprement, n’aura pu être peinte que par un Turc. Enfin, grâce à Osman Hamdi Bey, les peintres turcs, conscients de cette rupture et forts d’une telle filiation, vont pouvoir suivre leur inspiration.

D’Adil Bey à Halil Bey : les peintres impressionnistes turcs

85Dans le sillage, mais dans l’ombre, du doyen Ahmet Ali Paşa et du directeur Osman Hamdi Bey, les peintres turcs, actifs à Constantinople à la fin du xixe siècle, ont une certaine prédilection pour la peinture de paysage, ou, pour être plus précis, la peinture de « leurs » paysages.

86Partant, des rives du détroit du Bosphore aux côtes de la mer de Marmara, les peintres turcs ne se réapproprient-ils pas, lentement mais sûrement, des lieux qui sont devenus « communs » à force d’avoir été visités, écrits, décrits et peints par les voyageurs (occidentaux).

87Convertis à l’art figuratif parce que formés à l’« École occidentale des Beaux-Arts » (la peinture occidentale), les peintres turcs se consacrent entièrement à la représentation fidèle et figurée du monde qui les entoure, d’un monde longtemps confisqué par les peintres occidentaux, orientalistes notamment.

88Les Premiers Salons de Constantinople, vitrine de l’art turc contemporain, « vivant », vont offrir une certaine visibilité à une peinture dont le fond l’emporte sur la forme : en effet, l’impressionnisme de surface ne doit pas nous faire oublier l’enjeu, pour les peintres turcs, de la reconquête du paysage.

  • 87 Grésy [Régis Delbeuf], « 1901 : II », op. cit., [2]. Régis Delbeuf n’ouvrait-il pas, en effet, sa « (...)

89Au Premier Salon de Constantinople, le jeune peintre turc Adil Bey, élève de l’École impériale des Beaux-Arts et, comme nous l’apprend Régis Delbeuf, de retour d’un voyage en Italie, expose sept de ses œuvres dont une seule, une scène de genre (no 107), peut être qualifiée, comme son titre l’indique, d’« orientale » : « encore un, estime-t-il, qui est né à Constantinople et qui l’oublie trop87 » – posant ainsi, en ouverture de son Salon, la question du « pays » en peinture (turque). Régis Delbeuf, en contemporain de Castagnary, estime que les artistes nés sur les rives du Bosphore, à plus forte raison les Turcs, se doivent à la Turquie ; autrement dit, qu’ils se doivent à leur « pays » (Courbet), se doivent de le peindre, sans oublier leur origine.

  • 88 Ibid.

90« Nous attendons, pour le juger, conclut Régis Delbeuf en 1901, qu’il vienne puiser aux sources pures de l’Orient, où il naquit88. »

91L’année suivante, Adil Bey répondra à cette attente en exposant six œuvres qualifiées, à l’image de l’une d’entre elles, de « scrupuleusement orientales » ; et la réaction du peintre, d’un Salon à l’autre, témoigne de l’influence, bien réelle, des causeries publiées par Régis Delbeuf dans les colonnes de son journal et, d’une manière plus générale, du journal français sur le Salon turc. Fillette préparant le fil pour la broderie (no 7) est une scène de genre des plus réussies :

  • 89 Grésy [Régis Delbeuf], « L’Exposition des Artistes de Constantinople : III », Stamboul, 22 avril 19 (...)

Il y a là mieux qu’une intention, mieux qu’un effort. Il y a des qualités précieuses qui s’accusent avec une réelle distinction. Tout est vrai et sincère dans cette composition : le poêle, où luisent les braises saupoudrées de cendre légère ; les babouches, dont on pourrait compter les filigranes d’or ; le tapis du sofa, dont le dessin est une merveille d’exactitude. Mais l’acuité de vision ne se révèle pas seulement dans les choses mortes. Voyez cette fillette, un type très pur de Géorgienne : tout son être est tendu vers le travail délicat qu’elle exécute. Approchez-vous encore, vous apercevrez le fil si mince qui va de l’extrémité de l’orteil du pied tendu jusqu’à la bouche où les dents le retiennent, pendant que les doigts le tordent d’un geste menu. Voyez, et dites si tout cela n’est pas charmant d’expression et d’agencement. […] En somme, Adil bey nous offre avec sa Fileuse une des pages de peinture les plus intéressantes de ce Salon. Nous ne craignons pas de dire que c’est un des plus jolis achats à faire pour un amateur curieux des choses orientales. C’est vrai et bon89.

92Tandis que cette scène de genre, intimiste dans le fond et naturaliste dans la forme, doit encore beaucoup aux natures mortes d’Ahmet Ali Paşa et aux scènes de harem d’Osman Hamdi Bey, dans lesquelles les femmes ne cessent de lire, de jouer d’un instrument de musique, etc., autrement dit à des œuvres qui accordent encore une large part au sujet – symbolique –, les paysages du peintre turc Halil Bey, définitivement impressionnistes, célèbrent la lumière (et son action sur les choses) orientale. Formé dans les ateliers parisiens, avant de s’installer rue Étienne Marcel, près des Halles, Halil Bey est présent aux Expositions universelles de 1889 et 1900. Est-ce le Premier Salon de Constantinople qui lui donne l’envie de rentrer dans son pays, où il succédera à Ahmet Ali Paşa (mort en 1907) à la présidence du jury de l’École impériale des Beaux-Arts et ne tardera pas à devenir l’un des chefs de file de l’« École turque » ?

93Toujours est-il qu’il expose une dizaine d’œuvres au Salon de 1901 et plus du double au Salon de 1902 et, par la maîtrise de ses pinceaux, inspire la plume de Régis Delbeuf, sous le charme de l’Orient turc, maritime ou rural, peint par Halil Bey. Du Bosphore à Bostanci, bourgade située sur la côte méridionale de la mer de Marmara, où il possède un atelier (pendant rural de celui de Beylerbey, à Constantinople), ce dernier peint en toute simplicité mais en toute sincérité la nature, plus ou moins familière, qui l’entoure – à noter également l’exposition, aux deux salons, de quelques paysages ruraux inspirés des environs de Maltepe, village situé à quelques dizaines de kilomètres à l’est-sud-est de Bostanci, pittoresque parce que flanqué d’une rivière.

  • 90 Rood O. N., Théorie scientifique des couleurs et leurs applications à l’art et à l’industrie, Paris (...)

94Au Salon de 1901, donc, Halil Bey expose, entre autres, un important paysage rural : Route d’Alem-Dagh (no 105), sans doute la route qui conduit de la capitale ottomane à l’actuelle Alemdar, ville située à une dizaine de kilomètres à l’est d’Istanbul (sur la rive asiatique). Toujours est-il que cette œuvre conduit Régis Delbeuf à digresser sur le vert dans la peinture en général, de paysage en particulier ; et le critique d’art de citer un passage de la Théorie scientifique des couleurs d’Ogden Nicholas Rood, traduite et publiée à Paris en 1881, à l’appui de sa thèse : « la présence dans un tableau d’une quantité fort raisonnable d’une couleur qui approche du vert bleuâtre ou du vert émeraude, excite un sentiment d’aversion chez presque tout le monde, et fait paraître froide et dure – et même très froide et très dure – une œuvre bonne sous tous les autres rapports90 ». Constatant la recrudescence du vert dans la peinture contemporaine, y compris au Salon de Constantinople, Régis Delbeuf reconnaît ce « sentiment d’aversion », voire le partage – fustigeant au passage la critique hâtive du « bourgeois dédaigneux » –, mais n’estime pas moins cette couleur secondaire tout à fait indispensable aux paysagistes et absolument légitime sous les pinceaux d’un peintre du talent d’Halil Bey.

  • 91 « Lettres d’Hippolyte Taine », Revue des Deux Mondes, 1er mai 1902, p. 5-40.

95En 1902, une causerie ne suffit pas à Régis Delbeuf pour dire tout le bien qu’il pense d’Halil Bey, « un vrai paysagiste » ; non seulement parce qu’il ne recule devant aucun obstacle, chromatique notamment, mais aussi, et surtout, parce que « l’Orient le tient » – et force est de reconnaître que ces mots sonnent comme une victoire, qui plus est personnelle, sous sa plume. À cette occasion, Régis Delbeuf nous livre l’un de ses secrets de fabrication : « Je lisais hier précisément, dans le dernier numéro de la Revue des Deux Mondes, quelques lettres inédites de Taine91, écrit-il dans sa causerie du 9 mai 1902. Ce penseur, ce critique d’art incomparable qui fut peut-être le cerveau le plus puissant de notre époque, était aussi un amant passionné de la nature. »

  • 92 Ibid., p. 35 : extrait d’une lettre d’Hippolyte Taine à sa mère, Poitiers, 7 juin 1852 ; cité par G (...)

96En effet, dans une lettre adressée à sa mère, écrite à Poitiers et datée du 7 juin 1852, Hippolyte Taine, convaincu que « le soleil est le grand artiste », s’adresse à sa sœur Virginie en ces termes – observés et rapportés par Régis Delbeuf pour mieux traduire son sentiment face aux œuvres d’Halil Bey : « Je ne suis jamais las d’admirer le ciel et les arbres au soleil, après la pluie. Je crois que j’aurais été paysagiste. Il me semble que tout peut prêter à un tableau. Les endroits les plus vulgaires deviennent splendides par certaines échappées de soleil92. »

  • 93 Ibid.

97Derrière le peintre de paysage, qui s’est fait une spécialité des petits villages de pêche des environs de Bostanci, se cache un portraitiste de talent, qui s’est essayé au portrait équestre : « L’Amazone (no 130), où chacun a reconnu la directrice de l’École américaine de Scutari miss Patrick, n’est pas moins séduisante sur son cheval alezan. Et nous devons ici noter d’une façon toute particulière la connaissance que l’artiste semble posséder du cheval. Ceci lui assure une supériorité réelle pour les portraits de cavaliers ou d’amazones. Nous n’en voyons guère ici qui puissent mener ce travail avec le même bonheur93. »

98Sous la plume de Régis Delbeuf, Halil Bey reste le peintre impressionniste le plus turc, c’est-à-dire celui qui se nourrit le plus – et nourrit le plus le public du Salon – des paysages turcs ; c’est encore, en 1910, le sentiment d’Adolphe Thalasso :

  • 94 Thalasso Adolphe, « Halil Pacha », L’Art ottoman. Les peintres de Turquie, op. cit., p. 42 ; 45.

À l’encontre de son regretté collègue Hamdy Bey qui, à peu d’exceptions près, décora d’intérieurs la scène de ses toiles, Halil Pacha prête à tous ses tableaux le grand décor de la nature. Ses paysages et ses marines sont des merveilles d’impressionnisme, et l’on ne peut devant ces œuvres qu’admirer l’art avec lequel le peintre a su assimiler à une nature exclusivement orientale les leçons reçues pendant de nombreuses années à Paris.
La ville en elle-même ne le hante guère, comme elle hante de Mango : la vie de Stamboul ne l’obsède pas, comme elle obsède Zonaro. Ce qui hante, ce qui obsède Halil Pacha, c’est la vie de la nature, de la nature orientale, de la nature de son pays. C’est ce qui fait que, quoique traitées avec une maîtrise occidentale, ses toiles sont bien osmanlies et relèvent, directement, de l’École Turque. Et ce résultat est obtenu, simplement, par la reproduction de cette nature présentée avec l’art spécial, propre au peintre : un art fait de contemplation et de mélancolie fondues l’une et l’autre en un rayon de soleil94.

  • 95 Voir, sur le voyage de Gentile Bellini en Turquie et son séjour à la cour du sultan Mehmed II (1451 (...)
  • 96 « C’est surtout l’Italie qui, depuis l’aube de la Renaissance, a fourni à l’Orient une série presqu (...)

99Au-delà de cette réappropriation récente et progressive de leur pays, les peintres turcs tels qu’Adil Bey et Halil Bey ne sont pas les seuls à peindre la Turquie : en effet, les peintres italiens, les premiers arrivés – Gentile Bellini à la cour du sultan Mehmed II (1451-1481)95 –, sont encore nombreux à peindre, à professer et à vivre sur les rives du Bosphore – primauté rappelée par Régis Delbeuf au vernissage du Salon de 190296.

De Belle à Zonaro : les peintres italiens de Turquie

  • 97 Voir, pour une approche globale, et plus d’informations biographiques : Juler Caroline, op. cit.

100Les quatre peintres italiens (d’origine italienne) Philippe Bello (1831-1910 ou 1911), Leonardo de Mango (1843-1930), Salvator Valeri (1857-1946) et Fausto Zonaro (1854-1929) comptent parmi les principaux exposants des Premiers Salons de Constantinople, d’une part, parmi les personnalités les plus marquantes de la vie artistique et culturelle de la Turquie contemporaine, d’autre part. Pour s’être formés en Europe (Rome, Paris, etc.) et avoir voyagé en Orient (Afrique du Nord, pays arabes, etc.), avant de s’installer à Constantinople, où ils résident depuis de longues années (entre dix et vingt ans), leurs œuvres, qui témoignent d’une connaissance intime des hommes, des mœurs et des paysages de Turquie, s’imposent par leur quantité et par leur qualité, documentaire notamment97.

101Mais, cette autorité ne saurait être que stylistique, puisque trois de ces quatre peintres italiens expatriés sur les rives du Bosphore évoluent dans les hautes sphères ottomanes : Philippe Bello et Salvator Valeri professent respectivement l’architecture et la peinture à l’École impériale des Beaux-Arts de Constantinople – ce dernier a encore été nommé professeur des princes impériaux ; et Fausto Zonaro n’est autre que le peintre du sultan Abdülhamid II (1876-1909).

102Si la direction d’une telle institution, née des Tanzîmât, ne pouvait échoir à un étranger mais à un Turc, Osman Hamdi Bey (1883-1910), force est de constater que la majeure partie de son corps professoral était d’origine étrangère, italienne notamment.

103Régis Delbeuf est fortement impressionné par la qualité des aquarelles exposées par Philippe Bello aux Premiers Salons de Constantinople (17 œuvres en 1901 et 21 en 1902), entre autres par sa Fête de Pâques à Constantinople (1901, no 33 ; 1902, no 41), qui remporte tous les suffrages :

  • 98 Grésy [Régis Delbeuf], « 1901 : III », op. cit., [2].

Ses aquarelles sont certainement le clou, mettons l’un des clous de ce Salon. […] Chacun veut avoir un petit Bello. Si on eût voulu répondre à toutes les demandes, en quelques jours le panneau eût été dégarni. Il a fallu refuser la livraison aux acheteurs. Et l’on a bien fait ! Il sera bon l’année prochaine d’établir une règle, qui régit d’ailleurs tous les Salons, celle de ne laisser enlever aucune des toiles exposées avant la fin de l’exposition. Cela n’empêche pas la vente. Mais cela établit une distinction nécessaire entre un Salon et un bazar98.

104Certes, la nécessité d’une telle distinction « entre un Salon et un bazar » ne tardera pas à être reconnue et, dès l’année suivante, un règlement sera édité et publié, nous l’avons vu, dans les colonnes du Stamboul·, mais, au Salon de 1901, les œuvres exposées sont encore livrées à l’arbitraire, décrochées au gré des ventes. Dans ses causeries, Régis Delbeuf se fait l’écho d’une situation qu’il reconnaît profitable aux peintres – encore faut-il préciser italiens ; mais, en défenseur de l’intérêt général, préjudiciable à un public privé, à en croire le journaliste, d’un nombre non négligeable d’œuvres. Encore faut-il souligner la nature de ce succès : diplomatique (étranger), comme attendu. En effet, l’ambassadeur de France, d’une part, suivi de près par son corps d’ambassade, d’autre part, compte parmi les amateurs de marque de l’aquarelliste ; et le journaliste de le savoir en pleine réalisation d’une aquarelle commandée par la femme de l’ambassadeur.

  • 99 Grésy [Régis Delbeuf], « 1902 : V », op. cit., [3].

105En 1902, et sans trop s’attarder sur des œuvres au succès assuré, Régis Delbeuf enrichit sa causerie de « révélations » biographiques : « Il nous permettra, écrit-il en effet, de révéler ici quelques détails de sa biographie, qu’il croit sans doute ignorés99. » A la lecture de cet aperçu biographique, qui remonte tout de même à la plus tendre enfance de Philippe Bello, la qualité du travail de collecte effectué entre-temps est remarquable : en effet, la précision et la richesse des informations témoignent d’une connaissance intime du sujet, de la relation plus ou moins étroite entretenue par Régis Delbeuf avec ses amis les artistes.

  • 100 Comparer, d’un bout à l’autre du xxe siècle, ces deux biographies de Philippe Bello (1831-1910 ou 1 (...)

106Partant, on voit se dessiner, au fil de ces causeries, la biographie des artistes des Premiers Salons de Constantinople, promues à un bel avenir, éditorial notamment, puisqu’elles vont être largement reprises – faute de plus d’informations. Ce remploi atteste non seulement le mérite (la reconstitution de vies des plus voyageuses) mais aussi la valeur de ce travail journalistique, cette enquête auprès des artistes, menée par un journaliste de talent, parce que de terrain100.

107Tirant parti et profit du pittoresque, de la « couleur locale », Leonardo de Mango peint beaucoup et, par conséquent, expose tout autant (27 œuvres en 1901 et 33 en 1902) ; autrement dit, il « produit » un œuvre abondant, généreux et relativement passepartout – prenant le relais, en quelque sorte, d’un Fabius Brest (mort en 1900).

  • 101 Grésy [Régis Delbeuf], « 1901 : XI », op. cit., [2].
  • 102 Grésy [Régis Delbeuf], « L’Exposition des Artistes de Constantinople : XI », Stamboul, 23 mai 1902, (...)
  • 103 Thalasso Adolphe, « Les Premiers Salons de Constantinople. Le Premier Salon de Stamboul », op. cit. (...)

108Les portraits féminins de Salvator Valeri, né et formé à Rome, professeur de peinture à l’École et au Palais (professeur des princes), impressionnent, ou, pour être plus précis, émeuvent tout le monde, à commencer par Régis Delbeuf, qui ne peut rester insensible à tant de beautés : « chacun aurait voulu posséder une de ces têtes de Tzigane, témoigne-t-il en effet, une de ces femmes singulièrement attirantes, dont les regards prenaient les visiteurs dès leur entrée et vers lesquelles les yeux de tous revenaient inévitablement101 ». Encore faut-il ajouter au sujet des femmes peintes par Salvator Valeri (à l’aquarelle, au pastel, etc.), presque absent du Salon de 1902 parce que terrassé par « une fièvre typhoïde opiniâtre et particulièrement dangereuse102 », quelles ne manqueront pas d’inspirer des descriptions enflammées à l’auteur de l’Anthologie de l’Amour Asiatique, exaltant ces « créatures énigmatiques et superbes, aux chairs fermes et cuivrées, aux cheveux épars, aux dents éblouissantes, pleins les yeux de soleil, pleines les lèvres de sourires. Poèmes de printemps et poèmes d’amour qui chantaient leurs chansons de fleurs et de baisers103. »

  • 104 Grésy [Régis Delbeuf], « 1902 : XIII », op. cit., [2]. Voir, pour aller plus loin, chap. V, p. 166- (...)

109Enfin, Fausto Zonaro, qui n’a pas eu suffisamment de temps pour exposer dignement la première année, fait l’objet d’une exposition relativement rétrospective au Salon de 1902 (31 œuvres exposées) : « Il y a aujourd’hui 400 ans que Gentile Bellini, le peintre du Sultan, est mort, note Régis Delbeuf. Et il se trouve que c’est un peintre né sur un coin de terre voisin de celui où, depuis 1501, repose Bellini, qui est peintre de S. Μ. I. le Sultan Abdul-Hamid II. Il y a là mieux qu’une simple coïncidence104. »

De Diderot à Delbeuf

110Croyant découvrir le peintre turc Halil Bey au Premier Salon de Constantinople et, pourquoi pas, le faire découvrir au public turc, Régis Delbeuf faisait fausse route : en effet, l’artiste, de retour de Paris où il avait parfait sa formation, était connu et reconnu sur les rives du Bosphore depuis plusieurs années. D’un Salon à l’autre, le critique d’art allait retourner cette méprise à son avantage.

  • 105 Grésy [Régis Delbeuf], « L’Exposition des Artistes de Constantinople : VII », Stamboul, 6 mai 1902, (...)

111« Je me trompais, reconnaîtra-t-il en toute honnêteté dans son Salon de 1902. […] Si j’insiste, ne manquera-t-il pas d’ajouter, c’est moins pour relever une erreur qui n’avait égaré personne que pour prouver la sincérité absolue de ces notes, écrites devant les seuls tableaux, sans aucune influence ni de droite ni de gauche105. »

  • 106 Diderot Denis, « Salon de 1763 », op. cit., p. 254.

112L’erreur de Régis Delbeuf n’est que la preuve de son indépendance, de sa liberté, celle d’un Diderot écrivant, à la fin de son Salon de 1763 : « Je puis m’être trompé dans mes jugements, soit par défaut de connaissance, soit par défaut de goût ; mais je proteste que je ne connais aucun des artistes dont j’ai parlé, autrement que par leurs ouvrages, et qu’il n’y a pas un mot dans ces feuilles que la haine ou la flatterie ait dicté. J’ai senti, et j’ai dit comme je sentais106. » Régis Delbeuf connaît les artistes « autrement que par leurs ouvrages », certes, mais il n’en reste pas moins que son honnêteté comme sa sincérité ne peuvent être, à l’abri d’une telle tutelle, mises en doute.

  • 107 Grésy [Régis Delbeuf], « Les Artistes de Constantinople : XII », Stamboul, 15 juin 1901, [1-2] ; «  (...)

113À cette « sincérité absolue » s’ajoute de la « sympathie », qui flirte avec l’« empathie » d’un Gautier : en effet, Régis Delbeuf, bien décidé à rompre le cou à la gratuité et à la stérilité de l’« éreintement », persiste à croire que « la sympathie est encore la meilleure disposition pour s’approcher d’une œuvre d’art et pour en parler dignement » ; et, en écho à la critique flaubertienne de la critique, précise bien n’avoir voulu être ni « aristarque » ni « snob »107.

114Enfin, force est de reconnaître que Diderot, le critique d’art, permet à Régis Delbeuf, le journaliste, d’accoucher de ses Salons et, en dernière instance, de revendiquer la ligne éditoriale, esthétique, éthique de ses « causeries » ; et les trois citations du Salon de 1763, qu’on retrouve sous sa plume le 30 mai 1902, rendent un fervent hommage à l’encyclopédiste et au philosophe des Lumières, qui terminait par ces mots :

  • 108 Diderot Denis, « Salon de 1763 », op. cit., p. 254-255 ; cité par Grésy [Régis Delbeuf], « 1902 : X (...)

Oui, j’aimerais mieux perdre un doigt que de contrister d’honnêtes gens qui se sont épuisés de fatigues, pour nous plaire. Parce qu’un tableau n’aura pas fait notre admiration, faut-il qu’il devienne la honte et le supplice de l’artiste ? S’il est bon d’avoir de la sévérité pour l’ouvrage, il est mieux encore de ménager la fortune et le bonheur de l’ouvrier. Qu’un morceau de toile soit barbouillé, ou qu’un cube de marbre soit gâté, qu’est-ce que cette perte en comparaison du soupir amer qui s’échappe du cœur de l’homme affligé108 ?

« Dire la pensée originale »

115« Dire la pensée originale » d’une œuvre d’art, quel vaste programme, qui détourne notre regard des nombreux paysages exposés sur les rives du Bosphore pour mieux le porter sur la peinture symboliste, dont la présence aux Premiers Salons de Constantinople a elle-même valeur de symbole. Celle-ci donne du fil à retorde à Régis Delbeuf, « aussi fin lettré que fin critique », « sincère » et « sympathique », certes, mais pas naturellement pédagogue ; c’est-à-dire capable, en bon grammairien (Charles Blanc), d’en découdre avec les ressorts cachés de la peinture – d’une peinture « curieuse », « étrange » et, pour tout dire, étrangère –, d’autant plus introuvables quand ils sont iconographiques.

116La peinture religieuse, ou, pour être plus précis, la peinture pieuse, recueillie du peintre grec (né en Turquie) Nicolas Alectoridès, qui expose pour la première fois au Salon de 1902, bouscule les habitudes du public, musulman notamment ; et, pour cette raison, mérite que nous nous y arrêtions.

  • 109 Thalasso Adolphe, « Athènes : Mort de Nicolas Alectoridès », L’Art et les Artistes, t. X (octobre 1 (...)

117Adolphe Thalasso, qui lui consacrera une émouvante nécrologie en novembre 1909, nous apprend qu’à la fin de sa vie, « Alectoridès s’était presque exclusivement adonné à la peinture religieuse. Il avait eu l’idée aussi hardie qu’originale de moderniser la fresque byzantine109. »

  • 110 Grésy [Régis Delbeuf], « 1902 : IV », op. cit., [2].

118En 1902, en effet, Nicolas Alectoridès, la fierté de son professeur Fausto Zonaro, expose cinq œuvres au Salon de Constantinople, dont une très remarquée Prière pour le passé et pour l’avenir (no 26), qui voisine avec deux études et deux portraits. Dans sa description, reprise mot pour mot par Adolphe Thalasso dans sa nécrologie, Régis Delbeuf s’applique à être clair, intelligible et, pour tout dire, cherche à se rendre le plus utile possible aux visiteurs, musulmans notamment : « Deux femmes prient, écrit-il en effet. L’une, gracieuse comme l’aurore, lève les mains et les yeux au ciel, dans un élan de tout son être. Elle demande à Dieu et à la Vierge ce que peut demander la femme entrant dans la vie avec les rêves et les espoirs de ses vingt ans. L’autre, la mère, vieille déjà, enveloppée de voiles et de deuils, est courbée vers une icône où ses lèvres vont toucher. Elle prie pour ses disparus. Elle regarde vers la terre où dorment ceux qu’elle aima, ceux qui s’en sont allés. Dans la chapelle une lampe brûle, et les deux femmes prient. Et on sent passer le frisson pieux de leur double prière si ardente110. » Au sortir de cette description, force est de reconnaître que l’universalité de cette Prière, véritable cœur de cible du critique, est atteinte.

La peinture symboliste de Giese et Warnia

  • 111 Grésy [Régis Delbeuf], « 1902 : VII », op. cit., [2].

119Plus que la peinture religieuse, la peinture symboliste – fin de siècle – fait son apparition au Salon de 1902 : un certain Paul Giese, peintre originaire de Poméranie, en voyage en Orient – pour le Salon de Constantinople ? –, expose en effet cinq œuvres toutes aussi déroutantes les unes que les autres, obligeant Régis Delbeuf à partir en éclaireur ; autrement dit, à mettre en lumière et, dans la mesure du possible, à faire toute la lumière sur « l’une des œuvres les plus curieuses, les plus étranges de ce Salon oriental111 » :

  • 112 Ibid.

L’artiste a voulu rendre cette pensée que l’univers est attiré par l’irrésistible sommeil. Nos âmes passent du palais de la vie vers les fleurs de l’oubli, vers les régions vagues où tout s’engloutit, comme dans un lac mystérieux où tomberaient les flots des vivants assoiffés de repos. Il a symbolisé le génie du sommeil sous la figure d’un joueur de harpe surgissant d’un lac, parmi les plantes et les pavots du Léthé. Et les âmes viennent, passant du palais de vie vers les roseaux magiques du grand sommeil.
De telles compositions sont, pour la plupart des visiteurs, un peu absconses. Sujet et peinture semblent fatalement déconcertants, surtout en un pays où on n’a pas l’habitude de réfléchir longtemps devant les œuvres d’art. On aime ici ce qui se comprend vite. L’esprit nébuleux n’est pas à sa place sous le soleil de l’Orient.
Voilà pourquoi, peut-être, nous avons jugé utile de nous arrêter devant ce tableau peu compris et d’en dire la pensée originale112.

  • 113 Voir, sur sa vie et son œuvre, les deux pages, exceptionnelles, qui lui sont consacrées dans le jou (...)

120Enfin faut-il dire quelques mots du peintre polonais, né à Nantes et formé à Munich, Joseph Warnia-Zarzecki, professeur de dessin et de peinture à l’École impériale des Beaux-Arts de Constantinople113.

  • 114 Prétextat, « Salon de Peinture de Constantinople », op. cit., [2].

121Au Salon de 1901, d’une part, Joseph Warnia-Zarzecki expose six œuvres, dont un Ave Maria (no 27) que Prétextat, fort impressionné, compare à l’Angélus de Millet114.

  • 115 « Mais allez donc composer un tableau avec ces images de vanité. Le peintre devra symboliser tout c (...)

122Au Salon de 1902, d’autre part, il expose une douzaine d’œuvres dont l’une, Vanitas vanitatum (no 223), d’une lecture complexe, voire compliquée, parce que truffée de symboles, ne propose plus aux visiteurs d’admirer, de contempler un paysage familier parce qu’oriental ou turc, mais de réfléchir à la vanité ; et Régis Delbeuf – dont la description doit beaucoup à Diderot115 –, une nouvelle fois, de « dire la pensée originale » :

  • 116 Ibid.

Le visiteur qui passe devant les tableaux d’une exposition pour se distraire ne se donne pas la peine de réfléchir longtemps. Il voit et, s’il ne comprend pas immédiatement, il passe. Car il va au Salon comme au théâtre, pour se distraire. Cette catégorie de visiteurs n’a peut-être pas rendu justice à M. Warnia, mais ceux qui aiment à trouver une pensée dans la peinture se sont arrêtés devant son tableau, qui est, sans discussion possible, l’une des œuvres capitales du Salon de 1902. Ceux-là ont été unanimes à reconnaître l’importance de cet envoi. C’est par de telles compositions qu’une société d’artistes s’affirme et se met au-dessus des discussions116.

123« Dire la pensée originale », parce qu’à la recherche de la plus « sincère », « sympathique » et utile des critiques, forme un projet des plus louables.

124Mais, tandis que Régis Delbeuf, sur une pente glissante, propose à ses lecteurs la traversée d’« un pays où on n’a pas l’habitude de réfléchir longtemps devant les œuvres d’art », avance que « l’esprit nébuleux n’est pas à sa place sous le soleil de l’Orient », nous nous éloignons des rives de la bienveillance pour nous rapprocher de celles de l’ethnocentrisme… et cette destination inavouable – parce qu’inavouée – trace la limite de cette entreprise critique.

3. Régis Delbeuf : défenseur français de l’art turc

  • 117 Voir chap. III, p. 85-88.
  • 118 Grésy [Régis Delbeuf], « 1901 : III », op. cit., [2].

125Dès l’ouverture du Premier Salon de Constantinople, usant d’un vocabulaire rencontré sous la plume d’André Joubin, en mission au Musée Impérial Ottoman, sept ans plus tôt117, Régis Delbeuf réclame, afin de faire cesser au plus vite le décrochage des œuvres sitôt vendues, « une distinction nécessaire entre un Salon et un bazar118 ». Derrière le critique d’art, « sincère » et « sympathique », se cache un défenseur de l’art turc qui se donne les moyens, dans les colonnes de son journal le Stamboul, de faciliter et de favoriser la rencontre du public de Constantinople, de Turquie et d’ailleurs avec les artistes ottomans, levantins et étrangers – n’oublions pas que le directeur du Stamboul, en tant que collaborateur de l’architecte français Alexandre Vallauri, est l’un des premiers et des principaux artisans du Salon.

126Appelant les artistes, non préparés parce que non coutumiers des Salons, à s’associer, à s’organiser pour exposer dans de meilleures, voire les meilleures, conditions et soucieux de voir le Salon naître et grandir, Régis Delbeuf ne manque pas de saluer la fondation de la « Société des Artistes de Constantinople ».

  • 119 Grésy [Régis Delbeuf], « Une Innovation : un Salon à Péra », op. cit., [1].

127« C’est ainsi que s’est constituée petit à petit une véritable Société, précise-t-il en effet dans sa causerie du 11 mai 1901, qui, sans prétentions, sans ambitions d’aucune sorte, désire simplement donner au public la preuve que l’art n’est pas mort ici, qu’il y a à Constantinople quelques hommes amoureux de couleur, de forme et de lumière119. »

La mission culturelle turque du critique d’art français

128Régis Delbeuf, il ne faudrait pas l’oublier, dirige le Stamboul, le premier quotidien de la presse française de Turquie et, à ce titre, son soutien ne saurait exclure toute dimension politique : en effet, sur l’initiative partagée d’un architecte et d’un journaliste français, « ambassadeurs » de France à leur manière, le Premier Salon de Constantinople est, encore, parrainé par l’ambassadeur de France en Turquie. Comment ne pas reconnaître la paternité française de ce Salon turc ; et, dans ce cadre, comment ne pas lire les Salons de Régis Delbeuf comme les fruits d’une mission culturelle française en Turquie.

  • 120 Ibid.

129« On a trop dit que l’art était mort en Orient », constate Régis Delbeuf en ouverture ; c’est pourquoi, estime-t-il, le temps est venu pour les artistes comme pour lui-même de « détromper un peu le public et réagir contre cette erreur qui s’était imposée peu à peu comme une vérité indiscutable »120.

130Régis Delbeuf se charge de combattre les préjugés et de créer, par la voie du Stamboul et grâce à ses relations, privilégiées, avec les artistes et autres personnalités artistiques, culturelles et politiques locales, un « milieu », une « température morale » (Hippolyte Taine) ; mieux, une « ambiance », un « milieu artistique » (Adolphe Thalasso) ; mieux encore, une « température artistique », pourrions-nous dire.

  • 121 Taine Hippolyte, Philosophie de l’art (1865), Paris, Fayard, « Corpus des œuvres de philosophie en (...)

131« Car, comme le rappelle justement Hippolyte Taine, vous savez qu’un homme qui peint ou écrit ne reste pas seul vis-à-vis de son écritoire ou de son tableau. Au contraire, il sort, cause, regarde, reçoit les indications de ses amis, de ses rivaux, cherche des suggestions dans les livres et dans les œuvres d’art environnantes121. »

  • 122 Grésy [Régis Delbeuf], « 1902 : XIII », op. cit., [2].
  • 123 Voir, sur le « retour » de la peinture orientaliste sur les rives du Bosphore – dans les collection (...)

132En tant qu’observateur privilégié de la société turque, Régis Delbeuf estime nécessaire, pour ne pas dire urgent, d’encourager, de soutenir (financièrement, matériellement, etc.) la création artistique (contemporaine) ; car, « l’Orient inspire les œuvres mais ne les achète pas122 » – aujourd’hui, la situation a bien changé123.

  • 124 « Il ne nous appartient pas d’aborder ici, même en l’effleurant à peine, le sujet si délicat du pri (...)

133Médiateur certes confiant mais soucieux d’attirer l’attention des artistes du Salon sur la valeur de l’art en général et le prix de leurs œuvres en particulier, de les mettre en garde contre tout péché d’orgueil, Régis Delbeuf, pour éviter de devoir poser au bon Samaritain, exhorte les artistes à reconnaître, en une formule qu’Hippolyte Taine n’aurait pas reniée, « l’état psychologique et financier du milieu124 ».

134En 1902, par exemple, Régis Delbeuf félicite Leonardo de Mango, dont les œuvres, d’un prix abordable, sont celles qui se vendent le mieux, pour son attitude compréhensive, irréprochable à l’égard de ses clients :

  • 125 Grésy [Régis Delbeuf], « L’Exposition des Artistes de Constantinople : IX », Stamboul, 20 mai 1902, (...)

Une œuvre d’art ne se marchande pas. Il faut éviter de mettre dans l’embarras les acheteurs par des exigences qu’ils ne peuvent satisfaire. Parfois, d’ailleurs, c’est malgré lui que l’artiste est obligé de fixer un prix élevé à certaines œuvres importantes. Et les vrais artistes rabaissent presque toujours leurs demandes à des prix hors de proportion avec le travail et l’importance de leurs tableaux.
C’est ce qui est arrivé pour M. de Mango avec sa Fontaine (no 153), cause ou prétexte de cette digression. Voilà une toile qui a exigé six mois d’efforts et de dépenses. M. de Mango ne la vend pas. Ce qu’il en demande constitue à peine une petite indemnité. Mais il connaît le milieu et il se base sur cette connaissance psychologique et financière125.

135Tandis que, d’une part, Régis Delbeuf recommande aux artistes du Salon de faire preuve de compréhension et de patience à l’égard du marché de l’art constantinopolitain, hésitant parce que naissant – la « cotation » des œuvres d’art ne suppose-t-elle pas, en effet, non seulement un « marché » de l’art mais aussi une « histoire » de l’art et, somme toute, beaucoup de temps –, d’autre part, la question de la valeur esthétique de leurs œuvres se pose, s’impose à un critique d’art forcé non plus de « dire la pensée originale » mais, enfin, de livrer le fond de sa pensée.

De la défense de l’art turc à la défense des artistes turcs

136Après l’accueil chaleureux réservé aux artistes du Premier Salon de Constantinople mais craignant, malgré tout, une balkanisation artistique, Régis Delbeuf ne tarde pas à adopter une attitude nettement plus persuasive à leur égard :

  • 126 Grésy [Régis Delbeuf], « La Deuxième Exposition des Artistes de Constantinople. Le Salon de Péra : (...)

Les artistes qui vivent ici, s’ils veulent fonder un groupement durable, doivent se réclamer surtout de l’Orient, dont ils s’inspirent et où se développe leur talent. Sans oublier leurs origines – ce serait un renoncement inutile et déplorable –, ils doivent se grouper et se fondre autant que possible pour constituer une véritable association fraternelle d’artistes orientaux, dans un commun amour du pays qui leur donne l’hospitalité ou de la patrie nouvelle qu’ils ont adoptée librement126.

  • 127 Ibid.

137Cet appel à la cohésion artistique et sociale du groupe trahit une certaine hétérogénéité, identitaire, menaçante – et l’on devine sa responsabilité dans la disparition, prochaine (1903), de ce premier Salon oriental ; d’où, l’importance, pour un Régis Delbeuf paternaliste, que « les Italiens, les Turcs et les Français [fassent] une place amicale à leur côté aux artistes des autres nations, dans un large esprit de solidarité artistique127 ».

La question du « pays » en peinture turque

138Au cœur de cette plaidoirie se trouve la question du « pays », ou, pour être plus précis, de sa représentation en peinture : quel artiste, de quelle origine, peint quel paysage, quel pays ? Qui peint quoi ?

139Sous le règne du sultan Abdülhamid II (1876-1909) et la direction de l’« orientaliste ottoman » Osman Hamdi Bey, tout doit être mis en œuvre (conservation, restauration, etc.) pour ne pas gâter ni laisser se gâter le patrimoine, archéologique et artistique notamment, de l’Empire ottoman.

140Autour de 1900, s’inscrivant parfaitement dans le cadre de cette politique culturelle, Régis Delbeuf applaudit à un chapitre tardif des Tanzîmât, sorte d’escalier à double révolution : d’une part, l’apprentissage, par les peintres orientaux, turcs notamment, de la peinture occidentale en générale et orientaliste en particulier – la mieux représentée sur les rives du Bosphore ; d’autre part, son renouvellement, son renversement, sa subversion (iconographique, stylistique, etc.). Corrigeant les erreurs commises et combattant les préjugés véhiculés par la peinture occidentale pendant des décennies, n’ont-ils pas inventé une peinture, nouvelle peut-être, personnelle sans doute.

141Au Salon de 1902, le peintre turc Ahmet Ziya Bey né et formé à Constantinople, revisite et expose la Mosquée du Sultan Ahmet (no 17), un sujet type de la peinture orientaliste devenu « un très heureux rajeunissement [turc] d’un thème [orientaliste] qu’on croyait usé », qui permet à Régis Delbeuf de poser la question du « pays » en peinture turque :

  • 128 La reproduction et la diffusion, par la gravure et la lithographie, d’une œuvre comme la Place de l (...)
  • 129 Grésy [Régis Delbeuf], « 1902 : IV », op. cit., [2].

La toile la plus importante de beaucoup est une vue de la Mosquée du Sultan Ahmet (no 17). La photographie et toutes les fantaisies les plus odieuses de la chromolithographie nous ont tellement gâté la façade sur l’At-Méidan128, que nous avons fini par la prendre en horreur. Il en est de cette vue comme de certaines phrases admirables de musique qui ont fini par nous exaspérer, à force d’être moulues par les orgues de barbarie. Notre jeune artiste le sait. Aussi a-t-il changé le point de vue. Il a tourné de l’autre côté de la place, et il a trouvé là un aspect nouveau que bien des gens ignorent peut-être. C’est un très heureux rajeunissement d’un thème qu’on croyait usé.
Ah ! d’ailleurs, Stamboul ! Quel pays pour un paysagiste ! Dire que des artistes nés ici peuvent aller chercher ailleurs des sujets pour leurs tableaux ! Ils n’ont donc pas d’yeux, ils n’ont donc pas de cœur pour ne pas voir, pour ne pas sentir ce merveilleux pays129 !

  • 130 Fermer Jean-Jacques, « Courbet face à l’orientalisme », Les Orientalistes chez Courbet, cat. d’expo (...)
  • 131 « J’aime, déclare Castagnary dès 1857, la nature qui m’entoure, parce que, né au milieu d’elle, hab (...)
  • 132 Grésy [Régis Delbeuf], « 1902 : IV », op. cit., [2].

142Citant l’amour de Courbet pour son « pays » à l’appui de sa thèse et, sa réciproque, son fameux scepticisme à l’égard de l’orientalisme130, Régis Delbeuf se livre ici à une attaque en règle, que n’aurait pas reniée Castagnary131, contre certains transfuges de l’art, artistes nés en Orient mais formés en Occident et qui persistent à peindre, pour la plus grande « tristesse » du directeur du Stamboul, les rues de Paris plutôt que celles de Constantinople. Que n’ont-ils « gardé les yeux ouverts, déplore enfin Régis Delbeuf, sur leur patrie132 » ?

143À l’aide d’une critique d’art que l’on pourrait qualifier, pour en être issue, de journalistique, Régis Delbeuf entend préserver les artistes turcs de toute influence, étrangère notamment, et les tenir à distance, voire à l’écart de la grisaille européenne ; autrement dit, éloigner d’eux tout risque d’altérité au moment où, précisément, ils se forgent une personnalité artistique.

  • 133 Agostino Charles d’, « La Littérature turque contemporaine », La Revue encyclopédique, 15 septembre (...)

144Dès 1895, un certain Charles d’Agostino, poète français de Constantinople et ami d’Adolphe Thalasso, signait l’une des toutes premières études consacrées à la « littérature turque contemporaine », dans laquelle il mettait en garde la jeune génération en ces termes : constatant avec une amertume toute partisane que « [les] “jeunes” ont l’air de ne voir, ne sentir, ne parler qu’avec des yeux, des nerfs et une phraséologie empruntés aux Occidentaux », il en appelait à « leur imagination flambante, leur profonde sensibilité d’hommes d’Orient et leur belle âme musulmane » ; et les exhortait, pour finir, à rester « Turcs par le fond, irréductiblement Turcs »133.

  • 134 Grésy [Régis Delbeuf], « Les Artistes de Constantinople : VI », Stamboul, 23 mai 1901, [2].

145L’objectif de cette critique puis de cette défense, toutes deux engagées, ne fait, de l’aveu de Régis Delbeuf lui-même, plus de doute : « voir se constituer, se reconstituer ici un centre artistique digne du passé glorieux de Byzance134 ».

146Le 24 mai 1901, Adolphe Thalasso, homme de lettres originaire de Constantinople installé à Paris où il s’est fait « une place enviable », écrit à Régis Delbeuf pour le féliciter de cette heureuse initiative, et de ce succès populaire. Puisque sa lettre s’adresse avant tout aux artistes du Premier Salon de Constantinople, Régis Delbeuf décide de la publier à la une du Stamboul, le 29 mai suivant :

  • 135 Extraits de la lettre d’Adolphe Thalasso (Paris, 24 mai 1901) citée, ou plutôt publiée par Grésy [R (...)

Voulant, dans la mesure de mes moyens, écrit Adolphe Thalasso, pousser les artistes de Stamboul à persévérer dans l’œuvre née d’hier, j’ai pensé consacrer une longue étude au Premier Salon de Constantinople […]
C’est à vous, mon cher Monsieur Delbeuf, à vos articles enthousiastes que je dois cette idée
[…]
À cet effet je viens vous prier instamment de faire le plus pressant appel à tous les exposants d’avoir à m’adresser, aussi vite que possible, les photographies de leurs tableaux, aquarelles, gravures, marbres, etc., accompagnées de notices biographiques et de tous les documents susceptibles de pouvoir intéresser la capitale artistique du monde au renouveau d’art de Stamboul la Plastique135.

  • 136 Thalasso Adolphe, « Les Premiers Salons de Constantinople. Le Premier Salon de Stamboul », L’Art et (...)

147La « longue étude » en projet, écrite à partir de documents inédits, d’une part, et des Salons de Régis Delbeuf, d’autre part – Adolphe Thalasso n’aura visité ni l’un ni l’autre des deux premiers et principaux Salons de Constantinople –, ne paraîtra qu’en juillet 1906, mais permettra de revisiter cet événement historique que fut le Premier Salon de Constantinople136, d’une importance capitale pour l’histoire de ces nouveaux peintres du Bosphore (autour de 1900) en général et de la peinture turque en particulier.

148Avec l’ouverture du Premier Salon de Constantinople, la peinture, turque notamment, bénéficiera non seulement de visibilité mais aussi, et grâce aux Salons de Régis Delbeuf publiés dans le Stamboul, d’une certaine intelligibilité ; et le journaliste apprenti critique d’art de faire entendre une voix française, d’inventer une critique française de l’art turc sur les rives du Bosphore.

  • 137 « Pourquoi, questionnait Diderot, les Anciens eurent-ils de si grands peintres et de si grands scul (...)

149Convaincu, après Diderot137, de l’importance et de l’influence d’un tel Salon – comme de la promotion et de la satisfaction d’un marché de l’art –, sur la vie et l’œuvre des artistes (exposants), Régis Delbeuf certes plus journaliste documenté que critique inspiré – et malgré la limite, ethnocentriste en général et européocentriste en particulier, tracée par sa critique –, n’en demeure pas moins l’éclaireur non seulement des « Premiers Salons de Constantinople » mais aussi de ses peintres ; et, du Stamboul à Paris, le préparateur d’Adolphe Thalasso – rendons à Régis Delbeuf ce qui appartient à Adolphe Thalasso.

Notes

1 Concourt Edmond et Jules de, Manette Salomon (1867), préf. Michel Crouzet, Paris, Gallimard, « Folio », 1996, p. 242.

2 « Régis Delbeuf (1854-1911), directeur du journal Stamboul, écrivain assez actif, auteur de La Turquie et l’Orient (1900), Deux excursions en Anatolie (1902) et d’Une excursion à Brousse et à Nicée (1906) » (Strauss Johann, « Le livre français d’Istanbul (1730-1908) », Livres et lecture dans le monde ottoman, dir. Frédéric Hitzel, Aix-en-Provence, Edisud, 1999, n. 18 p. 296). « Grésy », l’auteur des Salons – consacrés aux Premiers Salons de Constantinople – publiés dans le Stamboul en 1901 et 1902, n’est autre que le pseudonyme de Régis Delbeuf, directeur du journal et apprenti critique d’art. Les trois preuves suivantes sont irréfutables :

  • Régis Delbeuf, à Paris pour l’Exposition universelle de 1900, ne signe-t-il pas une manière de Salon pour le Stamboul : neuf chroniques intitulées « L’Orient à l’Exposition » et publiées dans le Stamboul entre le 6 et le 21 août 1900 (voir bibliographie, VI, p. 288-289) ;

  • Adolphe Thalasso, pour s’être inspiré de ces précédents (de 1901 et 1902) – pour ses « Premiers Salons de Constantinople », notamment –, s’acquittera d’une dette de reconnaissance envers Régis Delbeuf (voir chap. V, p. 160-161) ;

  • enfin, le pseudonyme de « Grésy » ne résonne-t-il pas comme le faux anagramme de « Régis » ?

3 Groc Gérard et Çaglar Ibrahim, La Presse française de Turquie, de 1795 à nos jours : histoire et catalogue, Istanbul, Isis, 1985.

4 Delbeuf Régis, « L’Orient à l’Exposition : V. Encore les Tapis d’Orient », Stamboul, 21 août 1900, [1],

5 Voir, sur la politique de l’image menée par le sultan Abdülhamid II (1876-1909) : Georgeon François, « Une politique de l’image », Abdülhamid II, le sultan calife (1876-1909), Paris, Fayard, 2003, p. 275-280.

6 Strauss Johann, « L’image moderne dans l’Empire ottoman : quelques points de repère », La multiplication des images en pays d’Islam : de l’estampe à la télévision (17e-21e siècle), actes du colloque d’Istanbul (1999), éd. Bernard Heyberger et Silvia Naef, Würzburg, 2003, p. 139-176.

7 Ibid., p. 156-157.

8 Ibid., p. 168.

9 Ibid., p. 176.

10 Croc Gérard, « La presse en français à l’époque ottomane », op. cit., p. 9. Dans les années 1860, « la francophonie, écrit encore Gérard Groc, sort peu à peu de cette seule nécessité de la communication politique avec l’extérieur pour devenir le choix volontaire des autochtones turcs et minoritaires, qui veulent chez eux étendre le monde de leurs connaissances par l’acquisition d’une langue étrangère dans une démarche individuelle et sélective. […] C’est fort logiquement que l’ouverture sur une langue débouche sur l’ouverture vers une civilisation et que la presse, mieux adaptée que l’enseignement, devient le véhicule par lequel une dimension culturelle prend une place de plus en plus grande » (ibid., p. 18 et 19).

11 Voir, en guise de prolongement (période kémaliste) : Georgeon François, « La presse de langue française entre les deux guerres mondiales (1919-1939) », ibid., p. 27-40.

12 Voir, pour une de ses « unes », cat. 9.

13 Dans le Stamboul, il faudra attendre l’entre-deux-guerres pour croiser la photographie ; et son successeur, l’Istanbul (à partir de 1934), pour qu’elle s’impose.

14 Yenişehirlioğlu Filiz, « Une source documentaire pour l’histoire de l’art ottoman : La Patrie, journal ottoman publié en français », L’Empire ottoman, la République de Turquie et la France, éd. Jean-Louis Bacqué-Grammont et Hâmit Batu, Paris, ADET ; Istanbul, IFEA, 1986, p. 360. « La presse, estime-t-elle encore, en tant que source documentaire offre deux avantages […] En premier lieu, n’étant pas forcément officielle, elle peut donc refléter des opinions et des choix plus variés et, en conséquence, constituer un témoignage vivant sur l’histoire sociale. En second lieu, elle peut fournir une documentation visuelle, d’abord par la gravure et, plus tard, par la photographie » (ibid., p. 360).

15 Georgeon François, « Le voyage initiatique en Europe », Abdülhamid II.., op. cit., p. 31-35.

16 Nerval Gérard de, « Peinture des Turcs », L’Artiste, 16 juin 1844, p. 97-100.

17 « Bien que les peuples ottomans, et surtout les Turcs, possèdent en réalité un sentiment naïf et profond de l’art, ce n’est pas par la peinture et la sculpture en elles-mêmes, traitées isolément sous forme de tableaux ou de statues, que ce sentiment se révèle, mais bien plutôt dans les mille objets usuels où se joue, sans jamais sortir des règles établies, la fantaisie de l’ouvrier » (Salaheddin Bey, La Turquie à l’Exposition universelle de 1867, Paris, Hachette, 1867, p. 141).

18 Voir, pour plus de détails sur cette exposition de 1873 : Germaner Semra et Inankur Zeynep, Orientalism and Turkey, Istanbul, Turkish Cultural Service Foundation, 1989, p. 81-85.

19 Voir chap. II, p. 66-69.

20 Voir chap. II, p. 69-71.

21 Le comte Amadeo Preziosi (1816-1882), artiste d’origine maltaise débarqué à Constantinople en 1842, deviendra un traducteur zélé du pittoresque local, connu et reconnu comme tel. « Il a édité un album des plus curieux, note Paul Eudel dans son journal de voyage en Orient, où défile tout Constantinople dans des aquarelles représentant les types du pays, saisis sur le vif : hammals, eunuques, confiseurs, intérieurs de harem, de café et de bazar [Stamboul, Souvenirs d’Orient, Paris, Lemercier, 1858]. Ses collections, en outre, sont véritablement admirables. Il a des merveilles de toutes sortes entassées chez lui : tapis brodés, tabourets garnis de nacre, Corans en persan fleuri, fusils des anciens janissaires » (Eudel Paul, Constantinople, Smyrne et Athènes, journal de voyage, Paris, Dentu, 1885, p. 163). Voir, sur sa vie et son oeuvre : Juler Caroline, Les Orientalistes de l’école italienne, trad. Yves Thoraval, Paris, ACR, 1987, p. 204-213 ; The People and Places of Constantinople. Watercolors by Amadeo Count Preziosi, 1816-1882, cat. d’exposition, Londres, Victoria and Albert Museum, 1985.

22 Thalasso Adolphe, « Les Origines de la Peinture turque », L’Art et les Artistes, t. VI (octobre 1907-mars 1908), p. 367.

23 Concourt Edmond et Jules de, op. cit., p. 243.

24 Thalasso Adolphe, « Mort de Cheker Ahmet Ali pacha », L’Art et les Artistes, t. V (avril-septembre 1907), p. 275.

25 Thalasso Adolphe, L’Art ottoman. Les peintres de Turquie, Paris, Librairie Artistique Internationale, « L’Art et le Beau », [1910], p. 15.

26 Delbeuf Régis, « L’Orient à l’Exposition : I », Stamboul, 6 août 1900, [1].

27 « On peut y constater que [l’art oriental] est passé des cabinets de curiosités aux musées, des souvenirs de voyageurs aux officines de marchands spécialisés, de l’exotisme, enfin, à l’histoire de l’art » (Labrusse Rémi, « Paris, capitale des arts de l’Islam ? Quelques aperçus sur la formation des collections françaises d’art islamique au tournant du siècle », Bulletin de la Société de l’Histoire de l’Art français, 1998, p. 292).

28 « Les “Salons de Stamboul” avaient vécu » (Thalasso Adolphe, « Les Premiers Salons de Constantinople. Le Premier Salon de Stamboul », L’Art et les Artistes, t. III, juillet 1906, p. 180).

29 Grésy [Régis Delbeuf], « Les Artistes de Constantinople : XI », Stamboul, 14 juin 1901, [2].

30 Grésy [Régis Delbeuf], « Une Innovation : un Salon à Péra », Stamboul, 11 mai 1901, [1].

31 Barillari Diana et Godoli Ezio, Istanbul 1900. Architecture et ultérieurs « Art nouveau », trad. Gilles Schaufelberger, Paris, Seuil, 1997, p. 15.

32 Ibid., p. 46-51.

33 Grésy [Régis Delbeuf], « Les Artistes de Constantinople : III », Stamboul, 18 mai 1901, [1].

34 Grésy [Régis Delbeuf], « Les Artistes de Constantinople : IV », Stamboul, 21 mai 1901, [2]

35 Prétextat, Les Arts et Métiers de la Turquie et de l’Orient, Paris, Société d’Éditions Scientifiques, 1902.

36 Voir chap. I, p. 31-41.

37 Parvillée Léon, Architecture et décoration turques au xve siècle, préf. Eugène-Emmanuel Viollet-le-Duc, Paris, A. Morel, 1874.

38 Ibid., p. 2.

39 Voir, pour aller plus loin sur cette question : Purs décors ? Chefs-d’œuvre de l’Islam aux Arts Décoratifs (cat. Purs décors ? Arts de l’Islam, regards du xixe siècle. Collections des Arts Décoratifs, dir. Rémi Labrusse), Paris, musée des Arts décoratifs, 2007-2008.

40 Launay Marie de, L’Architecture ottomane, […] Exécution matérielle par Sebah, Constantinople, 1873.

41 Gosset Alphonse, Les Coupoles d’Orient et d’Occident, Paris, A. Lévy, 1889.

42 Gosset Alphonse, Sainte-Clotilde de Reims, monument du centenaire (496-1896), Reims, L. Monce, 1900.

43 Prétextat, op. cit., p. 9.

44 Hitzel Frédéric, « La protection du patrimoine ottoman à l’épreuve de l’occidentalisation. Le cas des collections de céramiques d’Iznik », Purs décors ? Arts de l’Islam, regards du xixe siècle. Collections des Arts Décoratif, cat. d’exposition, dir. Rémi Labrusse, Paris, Les Arts Décoratifs, 2007, p. 158-166.

45 Prétextat, op. cit., p. 18-20. À noter, à titre comparatif, l’émerveillement de Prétextat devant les arts de l’Islam : « Nous assurons, promet-il en effet, que tout artiste qui, sans parti pris, sans attache d’école, sans être esclave de conventions arbitraires, contemplera les merveilles artistiques de tous les pays de l’Orient, en laissant imprégner naturellement son cerveau par ces arts à l’allure naïve et pourtant d’un si grand caractère, sentira bientôt son âme s’emplir de ces jouissances nouvelles » (ibid., p. 45).

46 Thalasso Adolphe, « Les Premiers Salons de Constantinople. Le Premier Salon de Stamboul », op. cit., p. 172.

47 Prétextat, « Salon de Peinture de Constantinople », Stamboul, 2 mai 1901, [2].

48 Grésy [Régis Delbeuf], « Les Artistes de Constantinople : I », Stamboul, 16 mai 1901, [1].

49 Grésy [Régis Delbeuf], « Les Artistes de Constantinople : II », Stamboul, 17 mai 1901, [1].

50 Grésy [Régis Delbeuf], « Association des Artistes de Constantinople : Salon de 1902 », Stamboul, 25 mars, 4 et 8 avril 1902, [2].

51 Ibid.

52 Voir, pour illustration : Öndes Osman et Makzume Erol, Ottoman Court Painter Fausto Zonaro, Istanbul, YKY, 2002, p. 59-60.

53 Grésy [Régis Delbeuf], « La Deuxième Exposition des Artistes de Constantinople. Le Salon de Péra : l’Art à Constantinople », Stamboul, 14 avril 1902, [1].

54 Grésy [Régis Delbeuf], « L’Exposition des Artistes de Constantinople : V », Stamboul, 26 avril 1902, [2].

55 Grésy [Régis Delbeuf], « L’Exposition des Artistes de Constantinople : II », Stamboul, 21 avril 1902, [2].

56 Ibid.

57 Grésy [Régis Delbeuf], « 1902 : V », op. cit., [2].

58 Thalasso Adolphe, « Les Premiers Salons de Constantinople. Le Premier Salon de Stamboul », op. cit., p. 172.

59 Grésy [Régis Delbeuf], « Les Artistes de Constantinople : IX », Stamboul, 30 mai 1901, [1].

60 Grésy [Régis Delbeuf], « 1902 : II », op. cit., [2].

61 Grésy [Régis Delbeuf], « L’Exposition des Artistes de Constantinople : IV », Stamboul, 23 avril 1902, [2].

62 Grésy [Régis Delbeuf], « L’Exposition des Artistes de Constantinople : VIII », Stamboul, 9 mai 1902, [2].

63 Grésy [Régis Delbeuf], « L’Exposition des Artistes de Constantinople : XIII », Stamboul, 27 mai 1902, [2].

64 « Théophile Gautier, le meilleur peintre qu’ait encore inspiré Constantinople » (Larousse Pierre, « Constantinople », Grand Dictionnaire universel du xixe siècle (1866-1876), Nîmes, C. Lacour, 1990-1992 (éd. en fac-similé), t. VI, p. 1032).

65 Grésy [Régis Delbeuf], « L’Exposition des Artistes de Constantinople : XIV », Stamboul, 28 mai 1902, [2].

66 Grésy [Régis Delbeuf], « L’Exposition des Artistes de Constantinople : XV », Stamboul, 30 mai 1902, [2-3].

67 Grésy [Régis Delbeuf], « 1902 : XIII », op. cit., [2].

68 Regnault Henri, Correspondance de Henri Regnault, éd. Arthur Duparc, Paris, Charpentier, 1872, p. 301-302.

69 Ibid., p. 302. Dans cette dernière phrase, le citateur « pèche » par omission : « Ah ! Mahomet, toi seul es grand, toi seul es Dieu, qui as inspiré une œuvre comme celle-là. »

70 Ibid., p. 303. S’ensuit une véritable déclaration de foi : « Comment voulez-vous qu’on se condamne à briser le charme et qu’on puisse se contenter, plus tard, de plafonds blancs avec des amours peints en rose et des colombes qui se becquètent ? Ma divine maîtresse l’Alhambra m’appelle ; elle m’a envoyé un de ses amants, le soleil, pour me prévenir qu’elle a fait sa toilette, et que déjà elle est belle et prête à me recevoir. Je ne peux faire autrement que de vous quitter. Allah ! tu es mon Dieu ! et toi, Mahomet, sois béni, qui as inspiré de si incomparables merveilles. Je t’aime, parce que tu es le père de ma chère et adorée Alhambra… ! » (ibid., p. 307).

71 Peltre Christine, « Critique d’art en France, xixe siècle », Encyclopoedia Universalis, 2002, t. VI, p. 768.

72 « Chaque exposant devra donner une notice signée contenant ses nom et prénom, lieu de naissance et adresse, avec les titres des œuvres envoyées et leurs dimensions suivant la feuille annexée au règlement » (Grésy [Régis Delbeuf], « 1902 : Règlement », op. cit., [2]).

73 « Je ne sais pourquoi, se demande Charles Baudelaire en 1846, M. Théophile Gautier a endossé cette année le carrick et la pèlerine de l’homme bienfaisant […] ? » (Baudelaire Charles, « Salon de 1846 », Œuvres complètes, t. II, éd. Claude Pichois, Paris, Gallimard, « Pléiade », 1976, p. 462-463).

74 Diderot Denis, « Salon de 1763 », Salons de 1759, 1761, 1763, éd. Jacques Chouillet, Paris, Hermann, « Savoir : Lettres », 1984, p. 254.

75 Aux traditionnels arts graphiques (dessin, aquarelle et pastel), peinture et sculpture viennent s’ajouter l’écriture et l’enluminure de missel, le travail du vitrail, etc.

76 Notons que ces « causeries » auraient dû être plus nombreuses ; car, en 1901, deux semaines séparent la xe de la xi: « Le Salon de Péra va fermer demain, note Régis Delbeuf le 14 juin 1901. Il n’est que temps de reprendre et de clore la série des causeries que nous lui avions consacrées dans ce journal. Nous avions projeté tout d’abord de donner de plus longs développements à ces courtes notes, mais elles ont été interrompues par une excursion d’abord, par mille petites causes ensuite. Il semble aujourd’hui que le sujet n’ait plus le même intérêt d’actualité » (Grésy [Régis Delbeuf], « 1901 : XI », op. cit., [2]).

77 Grésy [Régis Delbeuf], « Les Artistes de Constantinople : VII », Stamboul, 25 mai 1901, [2].

78 Grésy [Régis Delbeuf], « 1902 : IV », op. cit., [2].

79 Grésy [Régis Delbeuf], « 1902 : VIII », op. cit., [3]. Précisons que c’est le peintre orientaliste français et peintre des foules tunisiennes Georges Le Mare (1866-1942), à Constantinople pour le Salon de 1902 (avec 8 œuvres exposées, dont une de sa femme), qui a inspiré à Régis Delbeuf ces quelques lignes sur les peintres orientalistes.

80 « Près des toiles peintes à Fontainebleau, dans la grisaille des crépuscules agonisants, flamboyaient les hosannas de couleurs, brossés à Stamboul dans le resplendissement des aurores roses » (Thalasso Adolphe, « Les Premiers Salons de Constantinople. Le Premier Salon de Stamboul », op. cit., p. 173).

81 Voir, d’un siècle à l’autre, le portrait d’Osman Hamdi Bey en « orientaliste ottoman » : Thalasso Adolphe, « O. Hamdy Bey », L’Art ottoman. Les peintres de Turquie, op. cit., p. 18-27 ; Germaner Semra et Inankur Zeynep, « An Ottoman Orientalist : Osman Hamdi Bey », Constantinople and the Orientalists, Istanbul, Işbank, 2002, p. 300-311.

82 Ibid., ill. 278.

83 .« A metaphor for the obstacles that he had personally encountered in such entreprises as the founding of the Archeological Museum and the Imperial School of Fine Arts, the issuing of the Regulation Code Regarding Antiquities, and the general resistance of Ottoman society to change » (ibid., p. 308 ; 311).

84 Çelik Zeynep, « Speaking Back to Orientalist Discourse », Orientalism’s Interlocutors : Painting, Architecture, Photography, éd. Jill Beaulieu et Mary Roberts, Durham (Grande-Bretagne), Duke University Press, 2002, p. 23 : la peinture d’Osman Hamdi Bey, en célébrant la cérébralité – la lecture (féminine et intellectuelle) ou la prière (masculine et spirituelle) –, s’opposerait à la peinture orientaliste… ferait de la résistance.

85 Shaw Wendy M. K„ « The Paintings of Osman Hamdi and the Subversion of Orientalist Vision », Essays in Honor of Aptullah Kuran, dir. Çigdem Kafescioglu et Lucienne Thys-Senocak, Istanbul, YKY, 1999, p. 423-434.

86 Osman Hamdi Bey cité par Adolphe Thalasso, « Mort de Hamdy bey, directeur du Musée Impérial Ottoman », L’Art et les Artistes, t. XI (avril-septembre 1910), p. 88.

87 Grésy [Régis Delbeuf], « 1901 : II », op. cit., [2]. Régis Delbeuf n’ouvrait-il pas, en effet, sa « causerie » par la « tristesse » qui fut la sienne à l’Exposition universelle de 1900, à Paris, « de constater que bon nombre d’artistes venus de Constantinople avaient oublié leurs origines ».

88 Ibid.

89 Grésy [Régis Delbeuf], « L’Exposition des Artistes de Constantinople : III », Stamboul, 22 avril 1902, [2].

90 Rood O. N., Théorie scientifique des couleurs et leurs applications à l’art et à l’industrie, Paris, G. Baillière, 1881, p. 254 ; cité par Grésy [Régis Delbeuf], « 1901 : IX », op. cit., [1].

91 « Lettres d’Hippolyte Taine », Revue des Deux Mondes, 1er mai 1902, p. 5-40.

92 Ibid., p. 35 : extrait d’une lettre d’Hippolyte Taine à sa mère, Poitiers, 7 juin 1852 ; cité par Grésy [Régis Delbeuf], « 1902 : VIII », op. cit., [2].

93 Ibid.

94 Thalasso Adolphe, « Halil Pacha », L’Art ottoman. Les peintres de Turquie, op. cit., p. 42 ; 45.

95 Voir, sur le voyage de Gentile Bellini en Turquie et son séjour à la cour du sultan Mehmed II (1451-1481) : Thuasne Louis, Gentile Bellini et Sultan Mohammed II, notes sur le séjour du peintre vénitien à Constantinople (1479-1480), Paris, Leroux, 1888 ; et, d’une manière plus générale et plus récente : Bellini and The East, cat. d’exposition, Boston, Isabella Stewart Gardner Museum, London, The National Gallery, 2005-2006.

96 « C’est surtout l’Italie qui, depuis l’aube de la Renaissance, a fourni à l’Orient une série presque ininterrompue d’artistes lumineux. Et la chaîne n’est pas brisée. Ceux qui visiteront l’exposition de Péra y retrouveront comme un reflet du génie latin qui éclaira, il y a plus de 400 ans, les conceptions de Bellini » (Grésy [Régis Delbeuf], « La Deuxième Exposition des Artistes de Constantinople. Le Salon de Péra : l’Art à Constantinople », op. cit., [1]).

97 Voir, pour une approche globale, et plus d’informations biographiques : Juler Caroline, op. cit.

98 Grésy [Régis Delbeuf], « 1901 : III », op. cit., [2].

99 Grésy [Régis Delbeuf], « 1902 : V », op. cit., [3].

100 Comparer, d’un bout à l’autre du xxe siècle, ces deux biographies de Philippe Bello (1831-1910 ou 1911) : Thalasso Adolphe, « Philippe Bello », L’Art ottoman. Les peintres de Turquie, op. cit., p. 71-76 ; Germaner Semra et Inankur Zeynep, « Philippe Bello », Orientalism and Turkey, op. cit., p. 95.

101 Grésy [Régis Delbeuf], « 1901 : XI », op. cit., [2].

102 Grésy [Régis Delbeuf], « L’Exposition des Artistes de Constantinople : XI », Stamboul, 23 mai 1902, [2].

103 Thalasso Adolphe, « Les Premiers Salons de Constantinople. Le Premier Salon de Stamboul », op. cit., p. 177. Lire, encore, sa description également enflammée de « cet incomparable poème de désir et de volupté qui s’intitule La Femme aux pavots » : Thalasso Adolphe, L’Art ottoman. Les peintres de Turquie, op. cit., p. 51-52. Voir, enfin, les chapitres et les illustrations consacrés aux « Tchinghianés » : Thalasso Adolphe, « Déri Sé’adet », ou Stamboul, porte du bonheur, scènes de la vie turque, ill. Fausto Zonaro, Paris, Henri Piazza, 1908.

104 Grésy [Régis Delbeuf], « 1902 : XIII », op. cit., [2]. Voir, pour aller plus loin, chap. V, p. 166-167.

105 Grésy [Régis Delbeuf], « L’Exposition des Artistes de Constantinople : VII », Stamboul, 6 mai 1902, [2]. Dans sa causerie du 22 avril 1902, dans laquelle il revendiquait le statut de « non-professionnel », Régis Delbeuf s’exprimait déjà sur le sujet : « Il n’y a rien comme un peintre pour mal juger la peinture, surtout quand il s’agit de celle des autres. N’ayons donc pas trop de honte d’être inexpérients du secret des palettes et du mélange des couleurs. Nous y gagnons peut-être quelque indépendance, qui n’est pas sans prix » (Grésy [Régis Delbeuf], « 1902 : III », op. cit., [2]).

106 Diderot Denis, « Salon de 1763 », op. cit., p. 254.

107 Grésy [Régis Delbeuf], « Les Artistes de Constantinople : XII », Stamboul, 15 juin 1901, [1-2] ; « 1902 : XV », op. cit., [2-3].

108 Diderot Denis, « Salon de 1763 », op. cit., p. 254-255 ; cité par Grésy [Régis Delbeuf], « 1902 : XV », op. cit., [3].

109 Thalasso Adolphe, « Athènes : Mort de Nicolas Alectoridès », L’Art et les Artistes, t. X (octobre 1909-mars 1910), p. 91.

110 Grésy [Régis Delbeuf], « 1902 : IV », op. cit., [2].

111 Grésy [Régis Delbeuf], « 1902 : VII », op. cit., [2].

112 Ibid.

113 Voir, sur sa vie et son œuvre, les deux pages, exceptionnelles, qui lui sont consacrées dans le journal ottoman publié en français : La Patrie, 21 juillet 1909.

114 Prétextat, « Salon de Peinture de Constantinople », op. cit., [2].

115 « Mais allez donc composer un tableau avec ces images de vanité. Le peintre devra symboliser tout cela sous des formes nouvelles. La fortune sera représentée par l’or. Puis, successivement, des instruments de musique, des décorations, des livres, des dés, des bouteilles, que sais-je, des palettes et des pinceaux représenteront le néant de l’art, de la gloire, de l’étude, du jeu, du vin, de la peinture elle-même. Et devant tous ces symboles de néant un homme, qui a reconnu le vide des choses, se dresse un et seul devant l’abîme où il va disparaître » (Grésy [Régis Delbeuf], « L’Exposition des Artistes de Constantinople : XII », Stamboul, 24 mai 1902, [3]).

116 Ibid.

117 Voir chap. III, p. 85-88.

118 Grésy [Régis Delbeuf], « 1901 : III », op. cit., [2].

119 Grésy [Régis Delbeuf], « Une Innovation : un Salon à Péra », op. cit., [1].

120 Ibid.

121 Taine Hippolyte, Philosophie de l’art (1865), Paris, Fayard, « Corpus des œuvres de philosophie en langue française », 1985, p. 49.

122 Grésy [Régis Delbeuf], « 1902 : XIII », op. cit., [2].

123 Voir, sur le « retour » de la peinture orientaliste sur les rives du Bosphore – dans les collections turques : Germaner Semra et Inankur Zeynep, Orientalism and Turkey, op. cit., p. 86-87.

124 « Il ne nous appartient pas d’aborder ici, même en l’effleurant à peine, le sujet si délicat du prix fixé par un artiste pour ses œuvres. Ceci ne se marchande pas comme un sac de pommes de terre. Ce sont des questions sur lesquelles il est impossible de donner un avis. Cependant, il nous semble que les artistes qui voudraient sérieusement trouver ici des acheteurs feraient bien de se rendre compte de l’état psychologique et financier du milieu où ils vivent » (Grésy [Régis Delbeuf], « 1901 : XI », op. cit., [2]).

125 Grésy [Régis Delbeuf], « L’Exposition des Artistes de Constantinople : IX », Stamboul, 20 mai 1902, [2].

126 Grésy [Régis Delbeuf], « La Deuxième Exposition des Artistes de Constantinople. Le Salon de Péra : l’Art à Constantinople », op. cit., [1].

127 Ibid.

128 La reproduction et la diffusion, par la gravure et la lithographie, d’une œuvre comme la Place de l’At-Meidan, à Constantinople (1861, huile sur toile, 130,5 x 195,5 cm, Béziers, Musée des beaux-arts) de Fabius Brest donne raison à Régis Delbeuf.

129 Grésy [Régis Delbeuf], « 1902 : IV », op. cit., [2].

130 Fermer Jean-Jacques, « Courbet face à l’orientalisme », Les Orientalistes chez Courbet, cat. d’exposition, Ornans, Musée Courbet, 2001, p. 21-32.

131 « J’aime, déclare Castagnary dès 1857, la nature qui m’entoure, parce que, né au milieu d’elle, habitué à la voir, nous sommes, elle et moi, en corrélation intime ; elle est entrée pour quelque chose dans le développement de mes idées ; elle a participé à la formation de ma personnalité, et, où que j’aille, je la porte en moi. Or, votre désert, vos palmiers, vos chameaux, peuvent étonner mon intelligence, mais ils n’auront jamais pour moi l’émotion douce et paisible que me donne l’aspect des bœufs dans un pré bordé de peupliers. Les brises qui me sont familières et qui égayent mes poumons ne passent pas sur vos sables torréfiés. Vos végétations bizarres et vos ruines insolites se dessinent mal sur ma rétine et me fatiguent par leur étrangeté. Ah ! imprudents, la nature est à vos portes, elle vous entoure et vous presse de toutes parts, elle se met tout entière dans le plus humble de ses coins, et vous la fuyez pour courir après l’exotique et l’inattendu ! » (Castagnary Jules-Antoine, « Salon de 1857 », Salons (1857-1870), Paris, Charpentier, 1892, t. I, p. 31-32).

132 Grésy [Régis Delbeuf], « 1902 : IV », op. cit., [2].

133 Agostino Charles d’, « La Littérature turque contemporaine », La Revue encyclopédique, 15 septembre 1895, p. 350.

134 Grésy [Régis Delbeuf], « Les Artistes de Constantinople : VI », Stamboul, 23 mai 1901, [2].

135 Extraits de la lettre d’Adolphe Thalasso (Paris, 24 mai 1901) citée, ou plutôt publiée par Grésy [Régis Delbeuf], « Les Artistes de Constantinople : VIII », Stamboul, 29 mai 1901, [1].

136 Thalasso Adolphe, « Les Premiers Salons de Constantinople. Le Premier Salon de Stamboul », L’Art et les Artistes, t. III, juillet 1906, p. 172-181.

137 « Pourquoi, questionnait Diderot, les Anciens eurent-ils de si grands peintres et de si grands sculpteurs ? C’est que les récompenses et les honneurs éveillèrent les talents, et que le peuple accoutumé à regarder la nature et à comparer les productions des arts, fut un juge redoutable » (Diderot Denis, « Salon de 1763 », op. cit., p. 180).

© Presses universitaires de Strasbourg, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search