Version classiqueVersion mobile

De Paris à Istanbul, 1851-1949

 | 
Xavier du Crest

III. Archéologie, muséologie et patrimoine

André Joubin (1868-1944) : un chargé de mission au Musée Impérial Ottoman (1893-1898)

Texte intégral

1Tandis que le sultanat ottoman déménage, et emménage au palais de Dolmabahçe, le palais de Topkapı accueille la première tentative de conservation d’un patrimoine, si modeste soit-il. À Constantinople à la fin de l’année 1850, Gustave Flaubert est l’un des premiers étrangers à s’en faire l’écho :

  • 1 Flaubert Gustave, Voyage en Orient (1849-1851), éd. Claudine Gothot-Mersch, Paris, Gallimard, « Fol (...)

Il y a aussi au Sérail un musée d’antiques : une statuette de comédien avec le masque ; quelques bustes, quelques pots ; deux pierres avec figures et caractères égyptiens1.

  • 2 « Arsenal dans l’ancienne église Sainte-Irénée ; belle salle d’armes en dôme, voûtée, avec nefs ple (...)
  • 3 Arık Remzi Oguz, L’Organisation des musées en Turquie, Ankara, 1950, p. 3.

2Si lapidaire soit-il, le témoignage est historique ; et d’une sagacité remarquable. À peine abandonnée, la résidence séculaire des sultans ottomans voit l’un de ses espaces consacré à la conservation de quelques antiques : « un musée d’antiques », formé à l’extérieur mais également, pour le fonds turc, à l’intérieur de l’église Sainte-Irène2 – « à tous égards, note Remzi Oguz Arık, un point de départ3 ». L’un des premiers édifices chrétiens de la ville, cette église est située dans la première cour du palais de Topkapı et séparée de l’église Sainte-Sophie par la porte Impériale. Théophile Gautier ne pouvait manquer, deux ans plus tard, la visite de ces trésors, byzantins notamment :

  • 4 Gautier Théophile, Constantinople (1853), et autres textes sur la Turquie, éd. Sarga Moussa, Paris, (...)

Particularité notable, et qui marque un progrès : l’on a rassemblé dans la cour qui précède l’antique église de Saint-Iréné, transformée en arsenal, et qui fait partie des dépendances du sérail, divers objets antiques : têtes, torses, bas-reliefs, inscriptions, tombeaux, rudiment d’un musée byzantin, qui pourrait devenir curieux par l’addition des trouvailles journalières4.

  • 5 Arık Remzi Oguz, op. cit., p. 5.

3En 1875, après avoir été entreposées un quart de siècle dans l’un des premiers édifices chrétiens de la ville, les antiquités sont transférées au Çinili Köşk, l’un des premiers édifices ottomans construits après la conquête de Constantinople. En 1881, la nomination d’Osman Hamdi Bey (1842-1910) à la direction du Musée Impérial Ottoman inaugure une période nouvelle d’accumulation et d’organisation, ponctuée de grandes ordonnances réformatrices : « promulgation d’un nouveau règlement relatif aux antiquités », destiné à surveiller et punir l’évasion archéologique ; « fondation d’un nouveau musée, et application des méthodes scientifiques à l’exposition des collections » ; « inauguration de fouilles d’initiative turque sur le territoire de l’Empire ottoman » ; « instauration de publications systématiques réalisées par les musées » ; « fondation de petits musées dans les vilayets »5.

4De 1887 à 1888, Osman Hamdi Bey exhume la nécropole royale de Sidon, ancienne cité phénicienne (actuelle Saïda), apothéose de ses trente années passées à la direction du Musée Impérial Ottoman. Pour en accueillir les chefs-d'œuvre, un nouveau musée est édifié en face du Çinili Köşk, au début des années 1890. Lors de sa croisière de l'Orénoque de 1898, Charles Diehl visite ce qu’est devenu, à la fin du xixe siècle, l’ancien « musée d’antiques » de Gustave Flaubert :

  • 6 Diehl Charles, La Grèce, le Mont Athos, Constantinople. Notes et souvenirs de la croisière de l’Oré (...)

Dans les jardins du Vieux-Sérail, en face de ce kiosque aux faïences – Tchinili Kiosk – le plus ancien monument et l’un des plus charmants que les Turcs aient élevés à Constantinople, se dresse le bâtiment neuf du Musée impérial ottoman. Depuis quelque vingt ans, la Turquie, pour faire figure sans doute d’Etat européen et civilisé, a voulu se donner le luxe de collectionner les antiques ; et, comme elle possède à l’heure présente plus de la moitié encore du monde grec ancien, elle ha pas eu grand’peine à satisfaire cette ambition de fraîche date6.

  • 7 Ibid., p. 103.

5Malgré ce « luxe de collectionner les antiques », qui n’est pas sans rappeler ce « gros luxe criard » du palais de Dolmabahçe7, et toute la condescendance, tout le mépris, etc., avec lesquels il va être traité, Osman Hamdi Bey n’en reste pas moins l’« architecte », à la fois l’entrepreneur et le promoteur, d’un complexe muséal – et d’une politique muséographique, archéologique, etc. – moderne, largement soutenu par le sultan Abdülhamid II (1876-1909).

  • 8 Mendel Gustave, Catalogue des sculptures grecques, romaines et byzantines, 3 vol., préf. Halil Edhe (...)
  • 9 Joubin André, La sculpture grecque entre les guerres médiques et l’époque de Périclès, Paris, Hache (...)
  • 10 Picard Charles, « André Joubin », Revue archéologique, 1950, t. XXXV, p. 98.

6André Joubin (1868-1944), jeune « Athénien » (membre de l’École d’Athènes à partir de 1889), arrive à Constantinople à la veille de ses vingt-cinq ans, chargé d’une mission au Musée Impérial Ottoman. Jusqu’à l’été 1894, Osman Hamdi Bey, sur la recommandation de Paul Cambon, alors ambassadeur de France, lui met le pied à l’étrier avant qu’il ne participe activement – peut-être, comme nous le verrons, trop activement – à la naissance des sciences archéologique et muséologique turques. Cet œuvre turc d’André Joubin reste méconnu. Charles Picard, dans un hommage posthume, note en passant : « Pendant ses années d’Orient, André Joubin a voyagé beaucoup. […], et il a séjourné longtemps à Constantinople, où il fit, au Musée, des classements et des publications préparant celles de Gustave Mendel8. Son ouvrage principal témoigne de l’intérêt qu’il avait porté à la sculpture archaïque de Grèce9, en homme de goût10. »

7Précédant ses carrières montpelliéraine, de conservateur du Musée Fabre (1915-1920), puis parisienne, de premier directeur de la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie, la fondation de Jacques Doucet (à partir de 1918), son voyage en Turquie complète sa formation classique ; autrement dit, lui confère une dimension (professionnalisation, qualification, etc.) orientale en général et asiatique en particulier.

  • 11 Citons ses principales éditions : Planet Louis de, Souvenirs de travaux de peinture, avec M. Eugène (...)

8Comment ne pas penser que ces années turques aient influencé la vie et l’œuvre d’André Joubin, dont nul n’ignore les travaux originaux, éditoriaux principalement, consacrés à la connaissance et à la reconnaissance d’Eugène Delacroix11 ? Comment ne pas penser que ces années turques aient représenté une expérience cruciale ?

9Si importantes soient-elles, cette expérience et autre influence ne doivent pas être surestimées : en effet, à partir de son retour définitif en France, à Montpellier, autour de 1900, André Joubin passera progressivement de l’archéologie (professeur d’Archéologie classique, à l’université) aux beaux-arts (conservateur du musée) ; enfin, à l’histoire de l’art.

10Tout d’abord, nous considérerons le Musée Impérial Ottoman, héritage des Tanzîmât, comme une vitrine archéologique et culturelle de la Turquie hamidienne (d’Abdülhamid) : nous rappellerons, après les réformes, les particularismes et les paradoxes d’une Turquie qui, depuis la promulgation de la première – et éphémère – Constitution ottomane (1876), oscille entre modernité et tradition. Récits de voyage et autres études scientifiques nous permettront de mettre en perspective l’histoire – et l’historiographie –, si courte soit-elle, du musée ; et, avant l’arrivée d’André Joubin, nous tracerons le portrait de son premier directeur et père de la conservation du patrimoine : Osman Hamdi Bey.

11Ensuite, nous étudierons dans le détail l’œuvre turc d’André Joubin, chargé de mission au Musée Impérial Ottoman de Constantinople à partir de 1893. Nous analyserons ses deux principales réalisations : du bazar au musée, ses travaux muséographiques liés à l’organisation, l’étude et la publication des collections, autrement dit la transformation de ces trésors de bazar en œuvres de musée ; puis, du musée aux fouilles, son rapport d’enquête sur la représentation de la science française en Turquie.

12Enfin, nous ferons une analogie entre deux ensembles de faits qui ont pour même trait essentiel le « démembrement » – territorial ou archéologique, la terminologie ne varie guère – de l’Empire ottoman : les fouilles archéologiques et la « question d’Orient ». Nous suivrons, à la fin de l’année 1894, André Joubin dans les musées de Berlin. Ensuite, son immixtion dans les affaires archéologiques germano-turques et autre ingérence d’un chargé de mission à l’épreuve de la modernité lui ayant valu d’être écarté – parce qu’« indésirable » – des fouilles de Didymes, celles-ci seront attribuées à ses confrères Bernard Haussoullier et Emmanuel Pontremoli ; avant d’être le théâtre d’un imbroglio archéologique franco-allemand tout à fait symptomatique de cette autre question d’Orient. Enfin, et en guise de conclusion, nous évoquerons le contenu visionnaire d’un rapport rédigé par André Joubin à la fin de sa seconde et dernière mission en Turquie (1895-1898), revendiquant la création d’une Ecole d’Athènes… à Constantinople.

1. Le Musée Impérial Ottoman : vitrine culturelle de la Turquie hamidienne

  • 12 Choisy Auguste, L’Asie Mineure et les Turcs en 1875, souvenirs de voyage, Paris, Firmin Didot, 1876 (...)

13Dans l’église Sainte-Irène peu de temps avant le transfert des antiques au Çinili Köşk, et puisqu’il note les dispositions de la voûte, Auguste Choisy est abordé par un officier turc, suspicieux. Dans son récit de voyage, l’anecdote mêle, sur fond de crise balkanique, les situations muséographique et politique, nous introduisant aux thèmes de cette première partie : « Le pauvre caporal s’est mis en tête que mon dessin de voûte est un prétexte : au fond ce sont les armes qui m’occupent, et j’évalue au profit d’un ennemi les forces de l’Empire turc. Ne serais-je pas un envoyé de l'Herzégovine12 ? »

Des Tanzîmât à la Turquie hamidienne, vers la Turquie fin de siècle

  • 13 Aktar O. Cengiz, L’occidentalisation de la Turquie. Essai critique, préf. Alain Caillé, Paris, L’Ha (...)

14À la veille du règne du sultan Abdülhamid, la crise balkanique, qui secoue l’intérieur de l’Empire ottoman depuis 1875, bat son plein. Ce qui n’est à l’origine qu’une simple révolte de villageois, en Herzégovine, contre les collecteurs d’impôts devient rapidement le symbole de l’antagonisme qui oppose les chrétiens aux musulmans en cette fin des Tanzîmât·, nous conduisant à poser, avec O. Cengiz Aktar, cette « question d’Occident » : « C’est que les retombées de ces réformes d’inspiration occidentale commencent à devenir des menaces avant tout culturelles pour l’identité prévalente, que ce soit au niveau du patrimonialisme ou au niveau de l’Islam. Dans ce sens la question devient celle de savoir jusqu’où l’Islam est capable de soutenir les conséquences des réformes imitées de l’Occident chrétien, si l’on continue à les mettre en œuvre13. »

15Depuis une dizaine d’années, les Jeunes Ottomans, mouvement réformateur d’intellectuels et autres personnalités libérales, controversent, polémiquent et, à leur manière, répondent à cette question.

  • 14 Lewis Bernard, Islam et Laïcité. La naissance de la Turquie moderne, trad. Philippe Delamare, Paris (...)
  • 15 Ibid., p. 130.
  • 16 Dumont Paul, « La période des Tanzîmât (1839-1878) », Histoire de l’Empire ottoman, dir. Robert Man (...)

16Namik Kemal (1840-1888), un des écrivains turcs les plus critiqués de la deuxième moitié du xixe siècle, et de ceux qui mènent le combat le plus moderne au sein du groupe, milite pour la « liberté » et la « patrie » – deux idées alors « étrangères » en Turquie. Encore prône-t-il, selon Bernard Lewis, une « modernisation » nouvelle de l’État : « l’État islamique devait se moderniser, mais ce faisant il ne lui fallait pas imiter servilement l’Europe et abandonner ses lois, ses croyances et ses traditions propres14 ». Chantre d’idées qui ne tarderont pas à être qualifiées de « révolutionnaires », « il alla jusqu’à promouvoir l’idée d’unité panislamique, sous l’égide ottomane, pour accepter, adapter et diffuser la civilisation moderne en Asie et en Afrique, et créer ainsi un contrepoids oriental face à la puissance de l’Europe15 ». Namik Kemal a su « dire, fort éloquemment, selon Paul Dumont, qu’une société moderne ne peut s’accommoder de l’arbitraire et de l’injustice ; que des règles générales, reconnues par tous et appliquées à tous, sans distinction de rang ou d’appartenance ethnique ou confessionnelle, doivent régir le fonctionnement du corps social16 ».

  • 17 Cité par Edouard Engelhardt, La Turquie et le Tanzimat ou Histoire des réformes dans l’Empire ottom (...)

17Au début de l’année 1876, des « patriotes musulmans » – des « Jeunes Ottomans » – rédigent un manifeste qu’ils envoient aux puissances engagées dans le conflit qui sévit dans les Balkans : « Si, risquent-ils, au lieu d’un despote, la Turquie possédait un monarque sage, s’appuyant sur une chambre consultative composée des représentants de toutes les races et de toutes les religions, elle serait sauvée. Voilà, tranchent-ils, la vraie solution de la question d’Orient17 ».

  • 18 Cité par Michèle Haddad, Khalil-Bey. Un homme, une collection, Paris, Éditions de l’Amateur, « Rega (...)
  • 19 Cité par Edouard Engelhardt, op. cit., t. I, p. 231.

18Dès 1867, Khalil Bey, homme politique des Tanzîmât proche des Jeunes Ottomans – « Sardanapale du boulevard des Italiens18 » – écrivait que « seul le régime constitutionnel peut sauver et consolider la Turquie19 ».

  • 20 Ibid, t. II, p. 189-190.
  • 21 Lewis Bernard, op. cit., p. 153 ; 154.

19Les réjouissances européennes, liées au partage projectif des territoires balkaniques, sont mises à mal, remises en cause par la promulgation de la première Constitution ottomane, le 23 décembre 1876. Mais, au début de l’année 1878, la Russie est aux portes de la capitale ottomane et le sultan Abdülhamid, cédant à la panique, dissout le Parlement vieux… d’un an : la Turquie se plie aux exigences russes et en ressort « dépecée, mise en lambeaux sans même conserver le libre usage de ses membres épargnés20 ». L’Europe, contre cette entente russo-russe, rachète la situation en réunissant un congrès de la paix à Berlin, dont le traité sera signé le 13 juillet 1878 : l’Empire ottoman en ressort affaibli, privé de ses territoires balkaniques. Pour les Jeunes Ottomans, traduits par Bernard Lewis, les architectes des Tanzîmât « discréditaient les institutions musulmanes aux yeux de l’Occident et les institutions occidentales chez les musulmans » ; autrement dit, « à la tyrannie nationale, ils avaient ajouté l’exploitation étrangère »21.

  • 22 Dumont Paul, op. cit., p. 522.

20Enfin faut-il reconnaître, avec Paul Dumont, qu’« aux quarante années de crise répondent quarante années de démarrage économique, d’essor culturel, de sécularisation et de modernisation des institutions, de progrès dans le domaine des droits de l’homme. À côté de la question d’Orient, conclut-il, il y a les réponses que celui-ci tente d’y apporter22. »

  • 23 Georgeon François, « Le dernier sursaut (1878-1908) », Histoire de l’Empire ottoman, op. cit., p. 5 (...)
  • 24 Ibid., p. 529.
  • 25 Lewis Bernard, op. cit., p. 160.

21« Le produit d’une double réaction, selon François Georgeon, contre l’affaiblissement de l’autorité du sultan qui a accompagné la politique des Tanzîmât, contre le libéralisme et le constitutionnalisme », le règne du sultan Abdülhamid est « placé sous le signe de la centralisation et du réformisme autoritaire »23. De la tradition à la modernité, le sultan Abdülhamid adopte l’attitude non seulement du « despote qui s’efforce d’étouffer la voix des intellectuels et réprime avec brutalité les aspirations nationales des populations de l’empire24 », mais aussi du « modernisateur convaincu et actif, l’héritier véritable du sultan Abdülaziz et des artisans du Tanzimat25 ».

22Tandis que la clef de voûte de l’édifice éducatif hérité des Tanzîmât, et consolidé sous le règne du sultan Abdülhamid, demeure l’ouverture de l’Université d’Istanbul en 1900, l’École impériale des Beaux-Arts, inaugurée en 1883, ne doit faire oublier l’avancée artistique et culturelle de l’Empire ottoman – un État amorphe pour des Puissances européennes qui, aveuglées, persistent à le croire, à défaut de le voir, incapable de « se former », de « former ». Dans ce cadre, comment ne pas établir une filiation entre l’école de Pierre Désiré Guillemet et, cinq ans après sa fermeture, l’ouverture de celle d’Osman Hamdi Bey.

  • 26 Barth Hermann, Constantinople (1903), Paris, Henri Laurens, « Les Villes d’Art célèbres », 1906 (2e(...)

23Hermann Barth, à Constantinople au début du xxe siècle, est surpris de découvrir chez ce dernier, un Turc si éclairé, cultivé et européen soit-il, les idées – qui, européennes, modernes, autrement dit siennes, font subir à l’auteur, sur les rives du Bosphore, un violent contraste – de collection, de conservation et d’éducation : « Hamdi Bey collectionne non seulement toutes les antiquités trouvées sur le sol turc et les dispose ensuite de manière à faciliter les recherches, mais encourage encore les indigènes à étudier la peinture et la sculpture dans l’École des Beaux-Arts26 ».

De Sainte-Irène au Çinili Köşk : histoire et historiographie d’une collection

  • 27 Maynard Félix, Impressions de voyage, de Paris à Sébastopol, éd. Alexandre Dumas père, Paris, Libra (...)

24Pour Félix Maynard, à Constantinople au milieu du xixe siècle, l’église Sainte-Irène, cet embryon muséographique, est « une preuve que la réforme n’y a pas été prêchée tout à fait dans le désert27 ».

25Cette collection, le fruit et l’héritage des Tanzîmât, est placée sous le signe du progrès et, puisque l’Empire ottoman est prêt, résolu à mettre en ordre, à organiser son patrimoine pour mieux le conserver, l’Europe le visite et, au vu de ses richesses, l’étudie.

26André Joubin, arrivé à Constantinople au début de l’année 1893, est l’un des premiers étrangers à voir le nouveau bâtiment du Musée Impérial Ottoman, édifié en face du Çinili Köşk. Mais, il n’est pas le premier à participer à son histoire, ni à écrire l’histoire de son histoire (historiographie).

  • 28 Encore faut-il insister sur le caractère « scientifique » de cet article, publié non pas – plus – d (...)

27Albert Dumont, ancien membre de l’École d’Athènes, est l’un des premiers, qui plus est hors mission, à écrire sur le musée de Constantinople. Dans un article « scientifique28 » consacré au « Musée Sainte-Irène », écrit à Thérapia et daté du 10 août 1868, il fait un constat d’état du musée, suivi d’un catalogue – le premier, à notre connaissance :

  • 29 Dumont Albert, « Le Musée Sainte-Irène à Constantinople. Antiquités grecques, gréco-romaines et byz (...)

Les statues, les inscriptions et les bas-reliefs dans les salles de Sainte-Irène sont exposés sans ordre ; plusieurs, cachés par des objets qui n’ont aucun rapport avec l’archéologie, ne peuvent être examinés qu’imparfaitement ; d’autres ont beaucoup à souffrir du peu de soin qu’on en prend et même de l’humidité, et se détériorent chaque jour davantage. En même temps, et rien n’est plus regrettable, la provenance de chaque monument n’est indiquée par aucun témoignage digne de foi. Des étiquettes mobiles, par suite faciles à déplacer, font connaître en termes souvent très vagues l’origine des objets découverts en dehors de Constantinople29.

  • 30 Ibid, p. 238.
  • 31 Said Edward W., L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, trad. Catherine Malamoud, préf. Tzvet (...)

28Fort de ce diagnostic – tout reste à faire –, Albert Dumont, non content de constater, s’ingère, autorité scientifique européenne, dans les affaires scientifiques ottomanes : « Il serait à souhaiter, prescrit-il sans ambages (diplomatiques), que la Porte ottomane priât un archéologue européen de classer tous ces restes antiques30. » Europe et action de « classer » vont de pair, et la liberté de l’Empire ottoman s’en trouve compromise – s’agissant, encore, d’« enseigner à l’Orient (pour son bien) les méthodes de l’Occident moderne31 ».

  • 32 « En 1869, le grand vezir Aali pacha conféra à la petite collection le titre de musée impérial ; un (...)
  • 33 Goold Ed., Catalogue explicatif, historique et scientifique d’un certain nombre d’objets contenus d (...)
  • 34 Reinach Salomon, Catalogue du Musée impérial d’antiquités, Constantinople, la Direction, 1882.
  • 35 Ibid., p. 6.

29Trois ans plus tard, l’Anglais Ed. Goold, le premier directeur du musée depuis 186932, publie le premier catalogue du musée, en français et comme son titre l’indique « explicatif, historique et scientifique33 ». Le transfert des antiquités de l’église Sainte-Irène au Çinili Köşk en 1875 et la nomination d’Osman Hamdi Bey, le premier Turc, à la tête du musée en 1881 accélèrent le classement et l’étude des antiquités, comme en témoigne le catalogue sommaire publié par Salomon Reinach en 188234 ; et la Direction, sous la plume d’Osman Hamdi Bey, de souligner, dans sa préface, que « toutes [les antiquités] ont cette qualité, devenue si rare dans les autres Musées de l’Europe, de n’avoir subi aucune restauration et d’être d’une authenticité incontestable35 ».

  • 36 Hamdi Bey Osman et Reinach Théodore, Une nécropole royale à Sidon, fouilles de Hamdy bey, 2 vol., P (...)

30Encore faut-il attendre une dizaine d’années avant les publications d’André Joubin : quatre catalogues qui, certes « sommaires », n’en forment pas moins le premier catalogue complet – relativement – du Musée Impérial Ottoman de Constantinople. Pour le moment, Osman Hamdi Bey, inventeur de la nécropole royale de Sidon36, veille sur « ses » antiquités ; et s’engage fermement dans la conservation du patrimoine.

Osman Hamdi Bey et la conservation du patrimoine

  • 37 Reinach Salomon, « Hamdi Bey », Revue archéologique, t. XV, janvier-juin 1910, p. 407.

31« Le plus parisien des Ottomans, le plus ottoman des Parisiens, [Osman Hamdi Bey] servit, pendant plus de trente ans, comme de trait d’union entre deux mondes37 ».

32Du point de vue de l’archéologue français, l’archéologue ottoman ne pouvait que « servir » … « se servir » lui (archéologue français) demeurait inconcevable.

  • 38 Eldem Edhem, « An Ottoman Archaeologist caught between two worlds : Osman Hamdi Bey (1842-1910) », (...)

33Pourtant, traçant un portrait de face en réunissant les deux profils d’une même source (occidentale), Salomon Reinach ne se refusait-il pas de voir que, de son côté, Osman Hamdi Bey, « pris entre deux mondes », d’après le portrait tout en demi-teintes récemment tracé par Edhem Eldem38, ne se contentait pas de « servir » d’intermédiaire, de médiateur, etc., mais de « se servir » de cette position pour… « servir » sa carrière.

  • 39 Launay Louis de, La Turquie que l’on voit, Paris, Hachette, 1913, p. 51-52. L’auteur n’écrit-il pas (...)

34Louis de Launay, en Turquie au début des années 1910, et en colère contre l’obstination – presque, sous sa plume, une prétention – des Turcs à retenir des antiquités « grecques », n’écrit-il pas qu’« il suffit d’avoir un peu causé avec des personnes ayant été mêlées accessoirement à de telles fouilles [clandestines] et n’ayant par suite pas de secret diplomatique à garder pour savoir que le partage avec un inspecteur turc profondément ignorant avait généralement pour résultat de lui attribuer les pièces remarquables seulement par leur dimension ou par leur banalité en conservant pour les musées d’Europe celles qui présentaient une réelle valeur archéologique ou artistique39 ».

  • 40 Dix ans après la loi de 1874, due à un archéologue autrichien, le docteur Déthier, conservateur du (...)

35Pour être le théâtre de ces trafics, force est de constater que cette Turquie que l’on voit cache encore des fouilles clandestines. Osman Hamdi Bey, conscient d’un phénomène qu’il n’a de cesse de combattre, fait preuve de fermeté dans l’application de la loi sur les antiquités, destinée à surveiller et punir l’évasion archéologique40.

36L’« Introduction » d'Une nécropole royale à Sidon, coécrit avec Théodore Reinach, est « exemplaire » : Osman Hamdi Bey n’y rapporte-t-il pas, en effet, les différentes étapes qui ont permis, à partir de la découverte des sarcophages par un modeste propriétaire terrien et, en respect de la loi sur les antiquités, son avertissement aux autorités, leur exhumation et, partant, leur conservation au Musée Impérial Ottoman de Constantinople. En insistant sur la conduite « exemplaire » des Turcs ses compatriotes, qui ont pris une part active et désintéressée à cette formidable découverte puis à ces fouilles archéologiques, Osman Hamdi Bey les remercie. Leur honnêteté et leur « patriotisme » lui permettent, enfin, d’ériger cette aventure humaine en symbole d’une société turque hiérarchisée et solidaire, encouragée par un sultan soucieux et généreux.

  • 41 Hamdi Bey Osman, « Introduction », op. cit., t. I, p. 4. Du 12 au 15 juin 1887, dans l’attente du t (...)

37« Ce serait une erreur profonde de croire, prévient Osman Hamdi Bey, que cette œuvre de dévastation est due, comme on se plaît à le répéter, au fanatisme des habitants. Il faut en chercher la cause véritable dans la vénalité et l’ignorance des basses classes de la population, tant musulmane que chrétienne, excitées et entretenues sans cesse par quelques personnes étrangères établies dans ce pays, sans autre but que d’y trafiquer largement des antiquités41. »

  • 42 Reinach Salomon, « Statuette d’acteur comique au Musée de Tchinli-Kiosk à Constantinople », Gazette (...)
  • 43 Durighello Edmond, « Les procédés scientifiques de M. Renan. La vraie Phénicie », L’Univers, 3 sept (...)

38Comme cette histoire de « statuette d’acteur comique », achetée puis livrée par Maxime Du Camp au musée de Constantinople lors de son second voyage en Orient – rapportée par Salomon Reinach à la veille de la publication du Règlement des antiquités (1884)42 –, une affaire de fouilles clandestines ressort d’une lettre adressée par Edmond Durighello à Ernest Renan sur sa mission en Syrie, datée du 29 octobre 1889 et publiée dans L’Univers un an plus tard. Edmond Durighello, archéologue franco-syrien, amer de n’avoir bénéficié d’une confiance dont il aurait su, lui, se montrer digne, y fustige Ernest Renan pour sa légèreté scientifique, et expose ses « fouilles clandestines et souterraines » au grand jour : « Dominé par cette belle passion des recherches et ne pouvant, comme vous, pratiquer mes fouilles au grand jour, je me plais à passer presque toutes mes nuits au sein des décombres avec mes fidèles ouvriers. Aussi nous arrive-t-il fréquemment, dans mes fouilles clandestines et souterraines, de courir le risque d’être écrasés sous les éboulements ; mais rien n’ébranle notre courage. À peine échappés au danger, nous poursuivons nos fouilles avec une nouvelle ardeur43 ! »

39Juriste de formation et homme d’état par obligation, analyste d’une grande lucidité, homme de lettres, peintre orientaliste et peintre ottoman (turc), conservateur (du patrimoine) et professeur (de peinture), Osman Hamdi Bey, entre lever et coucher du soleil, va et vient entre Orient et Occident.

  • 44 Ibid., 7 septembre 1890, p. 2. « Le Musée de Constantinople, constatera Paul Cambon trois ans plus (...)

40« Et devant son musée, lance Edmond Durighello, pâliront tous les musées du monde44 ! »

2. Un chargé de mission à l’épreuve de la modernité (1893-1894)

  • 45 Archives nationales (Paris) [citées comme AN] F/17/2978 : lettre de Paul Cambon au Ministre des Aff (...)

41Au cours de l’été 1892, André Joubin quitte Athènes pour un séjour d’agrément et, avant de prendre le chemin du retour, séjourne à Constantinople, où l’attend Paul Cambon, alors ambassadeur de France en Turquie (1891-1898). Bon médiateur, ce dernier obtient, grâce à un exercice dynamique de la diplomatie, d’importants avantages, comme le concours d’un archéologue français pour l’organisation du musée turc. En effet, c’est Paul Cambon qui introduit André Joubin auprès d’Osman Hamdi Bey, auquel, écrit-il dans un courrier diplomatique à la fin de l’année 1892, « il plut extrêmement par ses sérieuses connaissances archéologiques et par la distinction de son esprit et de ses manières » ; ensuite, l’ambassadeur se félicite d’avoir contribué à la nomination d’un Français à « un poste que nous avions tout intérêt à ne pas laisser échapper » ; enfin, « il importe, écrit-il de manière plus confidentielle, que les Allemands ignorent autant que possible nos rapports avec Hamdi Bey »45.

  • 46 AN F/17/2978 : arrêté du Ministre de l’Instruction publique, Paris, 27 décembre 1892.
  • 47 Le Temps, 22 décembre 1892, p. 1.

42Dans son édition du 22 décembre 1892, soit cinq jours avant l’arrêté ministériel chargeant André Joubin d’« une mission archéologique et épigraphique en Turquie, particulièrement à Constantinople46 », le journal Le Temps annonce son avantageuse, certes, mais fallacieuse nomination au poste de « conservateur du musée de Constantinople47 » – d’attaché de conservation du patrimoine, plus précisément.

Du bazar au musée : réalisations et limites

  • 48 Joubin André, Musée Impérial Ottoman. Monuments funéraires : catalogue sommaire, préf. Osman Hamdi (...)

43De janvier 1893 à août 1894, et dans le cadre de sa mission au Musée Impérial Ottoman, André Joubin se charge de la muséographie du patrimoine (classement, inventaire, etc.), de l’exposition et de la publication des « monuments funéraires », sculptures et autres antiquités, dont les deux principaux « catalogues sommaires » paraissent au cours de ces dix-huit mois48.

  • 49 Voir cat. 9. Voir, pour une interprétation originale du Çinili Köşk : Saner Turgut, « A 19th Centur (...)

44Dans les jardins du palais de Topkapı, deux édifices, un kiosque (oriental) et un musée (occidental), se font face – formant une cour : d’un côté, le Çinili Köşk, l’un des premiers édifices ottomans construits après la conquête de Constantinople – vingt ans après (1473)49 ; de l’autre, le « Nouveau Musée », de style néo-classique (monumental). Elevés en regard, voire en miroir, ces deux édifices se livrent à un dialogue non seulement architectural (style) mais aussi symbolique.

  • 50 AN F/17/2978 : 1er rapport d’André Joubin au Ministre de l’Instruction publique, Constantinople, 20 (...)

45De la prédestination du Nouveau Musée, écrin de la nécropole royale de Sidon, autrement dit « vitrine » (« ce qu’on montre comme modèle ») de l’archéologie turque naissante, découle la destination du Çinili Köşk, à savoir la conservation d’antiquités dont l’exposition incombe à André Joubin : « Il fallait donc, écrit-il dans un premier rapport adressé au Ministre de l’Instruction publique, écrit à Constantinople et daté du 20 juin 1893, accepter le fait accompli et essayer de tirer le meilleur parti possible des locaux dont je pouvais disposer50. »

46En exploitant ce qui différencie essentiellement le kiosque du musée, à savoir le plan, qui commande à l’exposition, André Joubin parvient à contourner l’obstacle à son parti pris. Tandis que l’alignement des salles du Nouveau Musée permet une exposition chronologique de l’ensemble des sarcophages, un système qualifié, à l’image de la ville islamique, d’alvéolaire régit le plan du Çinili Köşk, offrant des salles rayonnantes et « paratactiques ». En effet, le plan du Çinili Köşk est une croix grecque dont les quatre angles rentrants supportent une coupole sur pendentifs et sont occupés par quatre salles (à coupole) communiquant avec la salle centrale, elle-même terminée par une abside à pans coupés – saillante (à l’extérieur).

  • 51 Ibid.

47À l’arrivée d’André Joubin à Constantinople, la nécropole royale de Sidon est exposée depuis cinq ans, et les grandes lignes du Nouveau Musée déjà tracées. Six mois après son arrivée, il n’en émet pas moins des réserves sur le plan d’un musée « nouveau », certes, mais « très inintelligemment conçu » : « Le Musée, écrit-il en effet, a été fait par les Turcs pour les sarcophages de Sidon, sans qu’on se soit autrement préoccupé des découvertes futures ou même des autres monuments existants51. »

  • 52 Joubin André, « Introduction », Musée Impérial Ottoman. Monuments funéraires : catalogue sommaire, (...)
  • 53 « Une jouissance délicieuse que de se promener dans les galeries et les salles où les vieilles et a (...)

48S’il n’a de cesse de fustiger la légèreté scientifique des Turcs en général et d’Osman Hamdi Bey en particulier – autant d’obstacles à une mission dont il n’aura que plus de mérite à sortir vainqueur-, l’ancien Athénien ne feint pas d’ignorer la richesse et la valeur des monuments, funéraires notamment, conservés au Nouveau Musée : en effet, n’estime-t-il pas le Sarcophage d’Alexandre être « la plus belle conquête faite par la science en ce siècle pour la connaissance de l’histoire de la sculpture antique52 ». Si les impressions contemporaines peuvent être, comme sous la plume d’Hermann Barth, plus lyriques53, soulignons la formule guerrière employée par André Joubin.

  • 54 AN F/17/2978 : 1er rapport…, op. cit.
  • 55 Joubin André, « Introduction », op. cit., p. 15-16.
  • 56 AN F/17/2978 : lettre d’André Joubin au Directeur du Service des missions, Constantinople, 18 févri (...)

49« Quoi qu’il en soit, poursuit André Joubin dans son premier rapport, j’ai obtenu que le rez-de-chaussée du Nouveau Musée fût exclusivement affecté aux Monuments funéraires, et aux sarcophages j’ai fait joindre les nombreuses stèles ou reliefs épars dans le jardin ou dans les caves54. » Pour faire suite à l’organisation du Nouveau Musée, sorte d’introduction à sa mission, André Joubin publie le « catalogue sommaire » des monuments funéraires, qui inaugure une série de catalogues sommaires consacrés aux différentes catégories d’antiquités, et destinés à former le premier « catalogue général » du Musée Impérial Ottoman. Mais, prévient-il dans son introduction, « nous n’avons point eu la prétention de faire un catalogue scientifique55 ». Cette précision a son importance et, à la lecture d’une lettre adressée au Directeur du Service des missions, écrite à Constantinople et datée du 18 février 1893, révèle un conflit éditorial qui conforte l’auteur dans sa critique de la légèreté scientifique des Turcs : bien qu’il trouve à son arrivée un « Hamdy bey en bonnes dispositions, et, ce qui est plus important, en passe de les faire suivre d’effet », il annonce d’emblée qu’« il ne faut voir dans ce catalogue qu’une entreprise commerciale de la part des Turcs, c’est-à-dire un volume de 2 francs, qui vendu à 10 000 exemplaires rapportera 20 000 francs »56.

  • 57 AN F/17/2978 : rapport général d’André Joubin au Ministre de l’Instruction publique, Paris, 1er sep (...)

50Dans son rapport général, adressé au Ministre de l’Instruction publique, écrit à Constantinople et daté du 1er septembre 1894, André Joubin reviendra sur les conditions liées à la publication des catalogues : « On ne pouvait songer à composer des catalogues scientifiques, méthodiquement disposés et illustrés, car la direction du musée était pressée de mettre en vente des catalogues sommaires, à l’usage du public. Néanmoins, comme je me rendais compte que jamais aucun catalogue scientifique ne serait imprimé, je me suis efforcé de les rédiger de manière qu’ils pussent encore servir aux savants57. »

51Mise à part cette première publication, consacrée aux monuments funéraires, l’action d’André Joubin dans les salles du Nouveau Musée, pour se limiter à l’organisation et à l’exposition des monuments funéraires au rez-de-chaussée et des collections assyrienne, égyptienne, et ottomane au premier étage, est réduite.

52En face, au Çinili Köşk, et à l’inverse, tout reste à faire ; puisque, depuis son transfert de l’église Sainte-Irène vingt ans plus tôt, force est de constater que le « musée d’antiques » de Gustave Flaubert est devenu un « dépôt d’antiques », emmagasinés sans souci muséographique aucun :

  • 58 Ibid.

À mon arrivée, se souviendra André Joubin dans son rapport général, le Tchinili Kiosk présentait l’aspect d’une boutique du bazar de Stamboul : des monuments de tous les styles s’empilaient les uns sur les autres, ou étaient jetés pêle-mêle contre les murs. Autant que le permettait le plan, j’ai tâché de les classer d’après les styles et les époques58.

53La nouvelle mission (muséographique, scénographique, etc.) d’André Joubin consiste à transformer le Çinili Köşk, en vue de le faire passer de l’état de « bazar » à celui de musée ; et toute la difficulté réside dans la nouveauté de son plan, qui le met aux prises avec un espace qui lui est « étranger ».

  • 59 AN F/17/2978 : 1er rapport…, op. cit.

54Sachant qu’« il est très difficile de tirer parti de cette construction pour un musée », André Joubin ne s’avoue pas pour autant vaincu. Après le classement des antiquités, il fait de cette singularité spatiale un atout, un moyen pour mieux les exposer – exploitant la parataxe du plan : dans les salles des angles rentrants de la croix grecque (du plan), les antiquités sont exposées par famille ; et, si André Joubin ne peut s’empêcher de regretter l'« ordre historique », compromis par un plan qui reste « un obstacle insurmontable », l’apprenti muséographe n’en défend pas moins la cohérence de son choix59 :

  • 60 AN F/17/2978 : rapport général…, op. cit.

Le Tchinili Kiosk est aujourd’hui divisé en cinq salles : la grande salle centrale contient les sculptures grecques et romaines ; des petites salles adjacentes, l’une a été attribuée aux petits objets, bronzes et terres cuites ; l’autre aux antiquités chypriotes ; la troisième aux monuments hittites et himyarites ; la dernière, enfin, aux sculptures byzantines. Les statues et bas-reliefs, mis en valeur, reposent sur des socles ; les bronzes et terres cuites sont disposés méthodiquement dans des vitrines ; les antiquités chypriotes, faute de place, sont encore en désordre60.

55Détail muséographique remarquable et symbolique, les œuvres, hier entreposées dans l’église Sainte-Irène et aujourd’hui exposées au Çinili Köşk, sont montées sur des socles et, à l’image des sarcophages du Nouveau Musée, s’offrent à l’étude.

  • 61 « Malheureusement, le local occupé par cette collection fait partie de l’église de Sainte-Irène, au (...)
  • 62 Bent Th., Hamdi Bey », Contemporary Review (Londres), vol. LIV, 1888, p. 732 ; 729 : « an obstructi (...)

56Depuis le milieu du xixe siècle, et Albert Dumont est l’un des premiers à s’en faire l’écho61, les archéologues européens fustigent l’attitude protectionniste, voire dissimulatrice, des Turcs à l’égard de leur patrimoine ; avant que l’entière responsabilité en incombe à Osman Hamdi Bey, un « obstructionniste », selon Th. Bent, un « opposant » à toute recherche scientifique exceptées les siennes62.

  • 63 AN F/17/2978 : rapport général…, op. cit.

57« Raciste », comme on pouvait l’être à la fin du xixe siècle – au moment de son invention, en 1892, c’est-à-dire l’année précédente –, ici turcophobe, André Joubin estime que « les Turcs, insensibles, comme tous les Orientaux, à la valeur de l’ordre, ne paraissent pas avoir remarqué la transformation de leur musée63 ». N’en a-t-il pas que plus de mérite, d’avoir fait de ce « bazar » un musée :

  • 64 AN F/17/2978 : 1er rapport…, op. cit.

Vous trouverez peut-être que j’eusse pu faire mieux et davantage ; je l’eusse voulu aussi. Mais, ici, je ne suis pas le maître, et il me faut compter avec la vanité et l’amour propre d’un Turc, qui a de hautes prétentions scientifiques et qui est naturellement hostile à tout progrès dont il n’a pas ou ne croit pas avoir l’initiative. On ne peut donc réussir que lentement, au prix d’une longue patience, parfois de déboires, que compense d’ailleurs suffisamment le sentiment d’un service rendu à la science64.

  • 65 AN F/17/2978 : lettre d’André Joubin au Directeur du Service des missions, Constantinople, 12 août (...)

58Son travail au Çinili Köşk terminé, André Joubin ne souhaite pas jouer « le rôle d’un fonctionnaire turc, c’est-à-dire, d’un parasite payé pour ne rien faire65 ». Pour se rendre utile, à sa patrie s’entend, il enquête sur les intérêts archéologiques et, d’une manière plus générale, scientifiques de la France en Turquie, pour mieux barrer la route des fouilles d’Asie Mineure à l’Allemagne – et, pourquoi pas, l’y détrôner.

Du musée aux fouilles : représentation et démission

  • 66 Digeon Claude, la crise allemande de la pensée française (1870-1914), Paris, PUF, 1959 (2e éd. 1992 (...)

59Pour commencer, mettons en perspective la nature de la relation que l’archéologue français entretient, en pleine « crise allemande de la pensée française66 », avec l’archéologie allemande.

  • 67 Voir cat. 10.
  • 68 Martin Roland, L’art grec, Paris, Librairie Générale Française, « La Pochothèque », 1994, p. 16.

60Tout d’abord, rappelons avec Roland Martin qu’« il revint à un étrange personnage, Heinrich Schliemann, de donner au monde de l’épopée homérique son cadre topographique, géographique67 et historique en révélant, dans le dernier quart du xixe siècle, par ses fouilles de Troie à partir de 1870 et par celles de Mycènes et de Tirynthe commencées en 1874, l’existence d’une civilisation mycénienne qui répondait au monde de L’Iliade. Les héros de l’épopée retrouvaient leurs palais, leurs forteresses, leurs tombes somptueuses68. »

  • 69 Gaehtgens Thomas W, L’Art sans frontières. les relations artistiques entre Paris et Berlin, Paris, (...)

61Depuis 1875, son compatriote Ernst Curtius mène les premières fouilles d’Olympie, qui participent des opérations de prestige de l’Empire allemand. « Les fouilles d’Olympie, comme l’écrit Thomas W. Gaehtgens dans son remarquable essai sur les relations artistiques entre Paris et Berlin, peuvent être considérées comme les plus scientifiques qui aient été entreprises jusque-là dans l’histoire de l’archéologie69. »

62Enfin, c’est à l’ingénieur des ponts et chaussées, passionné d’archéologie, Carl Humann que revint la découverte de l’œuvre la plus authentiquement hellénistique, déployant une frise en haut-relief figurant une gigantomachie d’un réalisme et d’une violence rares : l'Autel de Pergame, exhumé – systématiquement – à partir de 1878, transporté à Berlin et exposé au Musée de Pergame.

  • 70 Bent Th., op. cit., p. 731.
  • 71 Eldem Edhem, « Quelques lettres d’Osman Hamdi Bey à son père lors de son séjour en Irak (1869-1870) (...)

63Avec les fouilles de Heinrich Schliemann à Troie, d’Ernst Curtius à Olympie et de Carl Humann à Pergame, l’archéologie allemande va bon train et, de l’Arcadie à l’Ionie, s’impose de part et d’autre de la mer Égée. Qu’Osman Hamdi Bey eut pour seule ambition de « devenir un second Schliemann70 » est une interprétation caricaturale, voire abusive ; mais, Osman Hamdi Bey n’en a pas moins, comme le rappelle Edhem Eldem, nommé « la société idéale qui devrait servir de modèle : la bourgeoisie allemande, combinaison de vertu et de moralité, de rigueur, de responsabilité et d’amour du travail71 ».

64En enquêtant sur les affaires et les intérêts archéologiques et scientifiques européens dans l’Empire ottoman, André Joubin, en constatant l’omniprésence et l’omniscience allemandes, est forcé de reconnaître le complexe français.

65Son activité au sein du « service ottoman des antiquités » l’ayant « mieux que personne mis à même d’observer et d’étudier les intérêts rivaux et les intrigues européennes » dans l’Empire ottoman, André Joubin, en quête, enquête.

  • 72 AN F/17/2978 : rapport général…, op. cit.
  • 73 Ibid.
  • 74 Ibid.

66En cette fin du xixe siècle, selon l’ancien Athénien et puisque « la Grèce s’épuise », la Turquie reste « la dernière comme la plus riche partie du monde antique à explorer »72. Fort de ce constat, le désormais « chargé de représenter la science française à Constantinople », autoproclamé comme tel73, s’exprime pêle-mêle sur l’omnipotence de l’Allemagne en Asie Mineure, le dynamisme du maître de région, l’ingénieur et apprenti archéologue Carl Humann, et les différents acteurs et facteurs qui participent, selon le Français, à l’hégémonie, la suprématie allemande en Turquie. En effet, les Allemands firent, depuis la guerre de 1870, « la conquête scientifique de l’Asie Mineure » ; jusqu’à ce que cette région s’apparente, un quart de siècle plus tard, à « une province de l’Institut de Berlin »74.

  • 75 « Carl Humann, malgré sa passion et sa prise en compte, en âme et conscience, des connaissances les (...)
  • 76 AN F/17/2978 : rapport général…, op. cit.
  • 77 Ibid.
  • 78 Ibid. « En Orient, pouvait-on lire à la une du Yildiz du 10 novembre 1892 et sous la plume de son d (...)

67Partant, présents du Nord au Sud, c’est de Smyrne (actuelle Izmir) qu’ils rayonnent dans toute l’Ionie – et ce n’est pas un hasard si la source de cette énergie (solaire) correspond au lieu de résidence de Carl Humann, installé dans la région depuis un quart de siècle. Dans un premier temps, André Joubin est impressionné par cet homme, un ingénieur « tombé » sur la culture antique ; mais encore, pour compléter le portrait tracé par Thomas W. Gaehtgens75, par « un homme énergique, qui supplée à un manque d’instruction et d’éducation originel par une grosse habileté que lui confère une connaissance approfondie des hommes et des choses de Turquie76 ». En outre, son enthousiasme et « ses protestations d’internationalisme scientifique aidant, il a réussi à enrôler à son service tous les étrangers de Smyrne, y compris les Français », pour lesquels il est devenu « le représentant de la science désintéressée » ; mais, s’empresse d’ajouter André Joubin, « lui seul n’oublie pas sa nationalité »77. Représentant scientifique des Allemands, comme des Autrichiens, Carl Humann a su obtenir « le soutien de fondations particulières, largesses princières et comités de banquiers » ; pire, « maître de Hamdy Bey, qu’il tient par l’argent, il entreprend des fouilles où bon lui semble, sans aucun contrôle ottoman, et finit par expédier en Allemagne presque tous les monuments découverts dans ses fouilles »78.

  • 79 Ibid.

68Fustigeant l’indifférence des Turcs – et d’un Turc, Osman Hamdi Bey, en particulier – à l’égard de leur patrimoine, sans oublier la vénalité qui l’accompagne, André Joubin accuse le Musée Impérial Ottoman de n’être, finalement, « que pure spéculation, destinée à faire monter les prix des antiquités79 ».

  • 80 Ibid.

D’où vient donc, demande et se demande finalement André Joubin, cette supériorité incontestable et écrasante de la science allemande ?
La science allemande, conclut-il, m’apparaît comme une puissante machine, dont les rouages compliqués concourent tous à produire un effort unique80 !

  • 81 AN F/17/2978 : lettre d’André Joubin au Directeur du Service des missions, Athènes, 30 juillet 1894

69Afin de « ménager quelques susceptibilités », comme conseillé par Paul Cambon81, André Joubin quitte Constantinople le 28 juillet 1894.

  • 82 AN F/17/2978 : lettre d’André Joubin au Directeur du Service des missions, Constantinople, 4 juille (...)

70Dans une lettre adressée au Directeur du Service des missions, écrite à Constantinople et datée du 4 juillet 1894, André Joubin, impressionné par cette « puissante machine » et bien décidé à fouiller le sol de l’Asie Mineure, souhaitait être chargé d’une mission à Berlin ; car, « en France nous sommes en retard de 50 ans sur eux [Allemands]82 ».

71Cependant, la raison de ce départ anticipé, ou plutôt précipité, cette raison officielle n’est pas la vraie.

  • 83 AN F/17/2978 : lettre d’André Joubin au Directeur du Service des missions, Constantinople, 11 févri (...)

72Pour la connaître, il faut remonter au début de l’année 1894, quand André Joubin décrivait sa situation au musée : « tant que je dépendrai étroitement d’Hamdy Bey, je ne bougerai pas de Constantinople, et je ne ferai ni fouilles ni voyages scientifiques. Je n’agirai efficacement ici que le jour où je serai libre d’agir sous la haute protection de l’ambassade83.» « Attaché » – encore – au Musée Impérial Ottoman, le jeune archéologue demeure déterminé : en effet, il ne se contente pas de se faire le rapporteur des intérêts archéologiques et scientifiques français en Turquie, mais souhaite également et rapidement obtenir et diriger les fouilles de Didymes ; qui représenteraient non seulement le couronnement de sa mission mais aussi une consécration scientifique française en Turquie en général et en Asie Mineure en particulier. Enfin, son enquête n’a-t-elle jamais eu pour seul but la préparation de telles fouilles ?

73Toujours plus impatient de se libérer de la tutelle d’Osman Hamdi Bey, afin de prendre en main les fouilles archéologiques françaises en Turquie, André Joubin multiplie les faux pas ; jusqu’au jour où, comme le rapportera Paul Cambon un an plus tard :

  • 84 Archives du ministère des Affaires étrangères (Paris) : Correspondance politique, 1871-1896 : Turqu (...)

Les rapports avec Hamdy Bey, dont le caractère est, je dois le dire, très difficile, avaient en somme été assez bons, en dépit de quelques fluctuations, jusqu’au jour où le Ministre de la Justice visitant le Musée prétendit avoir été victime d’un manque d’égards de la part de M. Joubin qui ne l’avait pas salué à son entrée dans la Bibliothèque où il travaillait. Le Ministre s’étant plaint à Hamdy Bey, avec qui il est très lié, celui-ci donna tort à M. Joubin qui répondit en donnant sa démission. Notre compatriote fut sollicité de la retirer mais crut devoir la maintenir et quitta Constantinople84.

74Cet incident diplomatique, qui intervient au milieu de l’année 1894, dans un contexte d’extrême tension entre le directeur et « son » chargé de mission, aurait été prémédité – réciproquement : de la part d’André Joubin, pour échapper au musée ; de la part d’Osman Hamdi Bey, pour protéger ses affaires.

  • 85 « Indésirable, parce que trop près des intrigues de Stamboul, probablement » (Pontremoli Emmanuel, (...)

75Ajouté aux indiscrétions et autres intrusions, dans les affaires et autres relations germano-turques, de son enquête, cet incident diplomatique ne tarde pas à faire d’André Joubin un chargé de mission « indésirable85 » ; et, partant, lui coûte cher, non seulement la fin de sa mission au Musée Impérial Ottoman mais aussi la direction des fouilles de Didymes.

3. Les dernières vagues d’une mission agitée (1895-1898)

76« Question d’Orient » et fouilles archéologiques ont pour même trait essentiel le « démembrement » – qu’il soit territorial ou archéologique, la terminologie ne varie guère – de l’Empire ottoman.

77Que ses acteurs soient ceux qui se disputent le partage de son territoire ou ceux qui fouillent son sol, autrement dit les Puissances occidentales et leurs ambassadeurs ou les archéologues et autres chargés de mission, que leurs intérêts soient territoriaux ou archéologiques, économiques ou scientifiques, les moyens employés, et leur traduction (diplomatique), se mêlent jusqu’à se confondre.

78Ne s’agit-il pas, d’une question l’autre, pour les Puissances européennes de se disputer les faveurs du sultan Abdülhamid, puis du directeur Osman Hamdi Bey, d’en tirer profit, autrement dit de satisfaire un besoin de « conquête » ?

  • 86 En s’adressant aux Puissances occidentales qui, entre protectorat et profit, l’un consistant à masq (...)
  • 87 AN F/17/2978 : rapport général…, op. cit.

79En cette fin du xixe siècle, la Turquie ne reste-t-elle pas, comme nous le rappelle André Joubin un quart de siècle après Pierre Larousse86, « la dernière comme la plus riche partie du monde antique à explorer » : « elle seule, assure-t-il, peut encore enrichir les musées et collections d’Europe »87.

  • 88 Gaehtgens Thomas W, op. cit., p. 81.

80La politique patrimoniale de l’Empire ottoman, sous la direction d’Osman Hamdi Bey, ne cherche pas à « conquérir », puisque les sites archéologiques sont situés sur son territoire, mais à « conserver » les antiquités exhumées de son sol – son patrimoine. Mais, l’Asie Mineure, nouvelle Grèce, promet de spectaculaires inventions, et les archéologues européens s’adonnent à « une querelle de prestige en règle88 ».

André Joubin dans les musées de Berlin

  • 89 Emmanuel Pontremoli se souviendra de Constantinople, « une des clefs du monde », et d’André Joubin  (...)

81André Joubin, écarté des travaux préparatoires aux fouilles de Didymes, attribués à son ancien camarade athénien Emmanuel Pontremoli – qui lui a rendu visite à Constantinople, au printemps 189389 –, arrive à Berlin avec l’envie d’étudier, à commencer par les musées.

82En cette fin d’année 1894, André Joubin à Berlin et Emmanuel Pontremoli à Didymes observent, relèvent, interrogent, recueillent, etc. ; autrement dit, chargés d’une mission – d’espionnage, pourrions-nous qualifier –, ils préparent, en Allemagne comme en Turquie, dans la coulisse comme sur scène, le plan et le champ d’une bataille censée être la revanche de la science française sur sa rivale allemande.

83La lecture des rares et courtes lettres écrites par André Joubin à Berlin, entre les mois de novembre et décembre 1894, sont riches d’enseignement sur la nature des relations scientifiques franco-allemandes.

84Tandis qu’au même moment, les Allemands se voient refuser les fouilles de Didymes au profit des Français, la relation du séminariste, tenu pour responsable, voire jugé coupable, par la communauté scientifique allemande, témoigne non seulement de sentiments partagés d’échec et de rancœur mais aussi de menaces et de représailles.

  • 90 AN F/17/17243 : lettre d’André Joubin au Directeur du Service des missions, Berlin, 14 décembre 189 (...)
  • 91 Ibid.

85Pour André Joubin, les agissements, d’une part, de « Humann, qui depuis six ans négociait l’affaire avec Hamdy », et, d’autre part, de « Hamdy, qui donnait des espérances, mais faisait durer le plaisir », expliquent « l’échec de la combinaison »90. Et, poursuit-il, comme il leur fallait en référer à Berlin, Carl Humann et Osman Hamdi Bey se retournèrent contre lui – et firent de ce troisième larron leur victime expiatoire. « C’est alors, reprend-il, qu’ils imaginèrent que j’avais abusé de ma situation au Musée de Constantinople pour connaître les projets des Allemands, que j’en avais fait part à M. Cambon qui avait pu ainsi par un subterfuge enlever l’affaire au Musée de Berlin91 ».

  • 92 AN F/17/17243 : lettre d’André Joubin au Directeur du Service des missions, Berlin, 3 novembre 1894

86Les Allemands, comme en rapporte André Joubin, regrettent vivement ces fouilles, mais préparent une riposte. Officiellement, ils concentrent désormais tous leurs efforts sur le site archéologique de Milet, près de Didymes ; « il faut s’attendre aussi, prévient-il encore, que ces messieurs nous mettent des bâtons dans les roues pour nous rendre difficiles les fouilles de Didymes. Humann fera certainement monter le prix des expropriations92 ».

  • 93 « M. Humann, le grand factotum de toutes les fouilles allemandes en Asie Mineure, ingénieur, ambass (...)
  • 94 AN F/17/17243 : lettre d’Emmanuel Pontremoli à Paul Cambon, Smyrne, 14 janvier 1895.

87Emmanuel Pontremoli, lors d’une visite éclair à Didymes, constate que l’infatigable archéologue allemand – sous le charme duquel il fut un temps93 – l’y a précédé et, bien sûr, semé le trouble. Tandis que le gouvernement français était assuré d’obtenir le firman ottoman, « M. Humann y fit un voyage disant hautement et partout que l’Allemagne allait y commencer des fouilles, parlant de la démolition totale du village, chauffant les esprits, les disposant à augmenter ainsi leurs prétentions94 ».

  • 95 AN F/17/17243 : lettre d’Emmanuel Pontremoli au Directeur du Service des missions, Smyrne, 17 janvi (...)

88La « manœuvre » de Carl Humann n’est une nouveauté ni une exclusivité allemande ; et, averti, Emmanuel Pontremoli en tire son parti. « Arrivant en simple curieux, rapporte-t-il, j’ai conservé cette attitude ne voulant pas dans l’état actuel des choses et le firman n’étant pas encore en notre possession faire croire aux habitants à un conflit de demandes en autorisation de fouilles, conflit qui ne pourrait qu’augmenter leurs prétentions futures. Je me suis fait répéter en simple curieux les prix demandés à M. Humann qui seront sans doute aussi les nôtres. J’ai pu avoir ainsi sous le couvert des fouilles allemandes les renseignements pratiques qui nous étaient nécessaires95. »

  • 96 AN F/17/2978 : lettre d’André Joubin au Directeur du Service des missions, Berlin, 25 novembre 1894
  • 97 AN F/17/17243 : lettre d’André Joubin au Directeur du Service des missions, Berlin, 3 novembre 1894
  • 98 AN F/17/2978 : lettre d’André Joubin au Directeur du Service des missions, Berlin, 18 février 1895.

89À Berlin, l’ancien chargé de mission au Musée Impérial Ottoman de Constantinople est « stupéfait de voir ce que la Turquie a fourni aux collections d’antiques », tous ces « “mauvais fragments d’architecture” dont me parlait Hamdy », note-t-il ironiquement - contre lesquels il espère obtenir une « compensation » (les fouilles de Didymes)96. Cependant, bien conscient que Carl Humann « fera son possible pour [l’]empêcher de revenir en Asie97 », il ne lui reste plus qu’à « attendre que la route d’Orient soit libre98 ».

Bernard Haussoullier et Emmanuel Pontremoli à Didymes

90Finalement, ce n’est plus tant pour ménager les « susceptibilités » turques que pour calmer la colère de Carl Humann qu’André Joubin est écarté des fouilles de Didymes, attribuées à Bernard Haussoullier et Emmanuel Pontremoli.

91La lecture des nombreuses et longues lettres écrites par Bernard Haussoullier au cours des deux campagnes de fouilles des étés 1895 et 1896, un véritable rapport circonstancié, sont une nouvelle fois riches d’enseignement sur la nature des relations scientifiques franco-allemandes.

  • 99 AN F/17/17243 : lettre de Bernard Haussoullier au Directeur du Service des missions, Smyrne, 8 juil (...)

92Arrivé à Constantinople à la fin du mois de mai 1895, Bernard Haussoullier s’achoppe aux autorités locales, autrement dit perd six semaines à « batailler contre le mauvais vouloir ou l’ignorance de l’administration turque » ; encore, à « ce long mois, si creux et si pénible », « ces longues semaines d’inaction et d’ennui » s’ajoutent les humeurs d’Osman Hamdi Bey, qui, « inconsolable de l’échec de son ami Humann et du succès de notre ambassadeur, s’est dérobé pendant cinq jours, au moment de donner sa signature » 99. Mais, contre toute attente, le premier coup de pioche est donné dans le village de Hiéronda (ancienne Didymes), à la fin du mois de juillet 1895.

93Mais, un mois plus tard, Bernard Haussoullier est forcé de reconnaître que les résultats de cette première campagne de fouilles, tant attendus, ne répondent ni aux sommes dépensées ni aux espoirs caressés. Partant, pose-t-il la France en victime de l’Allemagne, auteur d’un « détachement » de sites archéologiques ; autrement dit, d’un « démembrement », qui n’est pas sans rappeler celui de la « question d’Orient ».

  • 100 AN F/17/17243 : lettre de Bernard Haussoullier au Directeur du Service des missions, Smyrne, 29 mai (...)

94C’est donc au début de l’été 1896 que Bernard Haussoullier et Emmanuel Pontremoli arrivent à Didymes pour une nouvelle – et dernière – campagne de fouilles. Mais, au bout d’une semaine, ils sont en butte à l’hostilité des propriétaires, dont ils projettent la démolition des maisons, sises en avant de la façade principale du temple d’Apollon ; pire, forcés d’abandonner chantier et fouilles à des propriétaires qui, selon Bernard Haussoullier, affichent « une singulière prétention », et posent « l’acquisition du village tout entier » comme condition100.

  • 101 Ibid.

95Cette « singulière prétention » est donc le fruit d’un non moins singulier retournement de situation. D’une année à l’autre, les villageois auraient-ils reçu de nouvelles propositions qui l’expliqueraient ? Carl Humann se serait-il à nouveau rendu à Hiéronda afin de réchauffer les esprits et de réveiller les prétentions des villageois ? Sans que nous puissions répondre à cette question avec certitude, la colère de villageois négligemment expropriés et chichement indemnisés est manifeste : ils entendent se défendre, faire valoir leurs droits et, vraisemblablement, faire monter les enchères. Tandis que, désormais, il appartient au gouvernement ottoman d’arbitrer, Bernard Haussoullier est las d’attendre, comme il le rapporte : « Il se peut que les paysans cèdent, il se peut qu’ils résistent et exigent – la loi sur les antiquités les y autorise – la nomination d’une commission d’expropriation. Ce serait alors un retard de plusieurs mois, […] : notre patience est mise à rude épreuve et nous gémissons de perdre aussi sottement notre temps101. »

  • 102 AN F/17/17243 : lettre de Bernard Haussoullier au Directeur du Service des missions, Hiéronda, 26 j (...)

96Après une révision des prix – à la baisse – par une commission d’expropriation, Bernard Haussoullier et Emmanuel Pontremoli doivent choisir de les accepter, et de dépenser à nouveau une somme considérable, ou de les rejeter et d’ajourner les fouilles, voire de devoir les reporter. Les fouilles de Didymes ayant « rouvert une porte que nous risquions de fermer », reconnaît Bernard Haussoullier avant de conclure, « nous avons accepté les prix de la commission »102.

  • 103 AN F/17/17243 : lettre de Bernard Haussoullier au Directeur du Service des missions, Hiéronda, [ ?] (...)

97Cependant, de cette seconde campagne de fouilles, ruineuse, laborieuse et décevante, Bernard Haussoullier et Emmanuel Pontremoli reviennent « plutôt satisfaits qu’enchantés » : en effet, « les fouilles de Didymes, conclut le premier, n’ont pas donné (et ne donneront pas, je le crois) de ces brillants morceaux de sculpture qui attirent l’attention de tous » ; « ce sont, si je puis me servir de cette expression, des fouilles d’architecture »103.

  • 104 « La raison de ce retard, comme Bernard Haussoullier s’en expliquera huit ans plus tard, est d’ordr (...)

98En conséquence de cet échec – relatif –, la France met fin aux fouilles de Didymes ; mais, véritable terrain conquis, ne l’abandonne pas pour autant : en effet, dérive de cette autre question d’Orient, il faut attendre l’année 1903, soit sept années après l’arrêt des fouilles, pour que Bernard Haussoullier retire son « cautionnement », déposé au Musée Impérial Ottoman à son arrivée à Constantinople – non seulement condition de la validité et garantie de la durée du firman, mais aussi et surtout obstacle administratif destiné à barrer, du moins compliquer une éventuelle reprise, allemande notamment, des fouilles104.

Une École d’Athènes pour Constantinople

  • 105 AN F/17/2978 : arrêté du Ministre de l’Instruction publique, Paris, 3 décembre 1895.

99Moins d’un an après son retour de Berlin, et contre toute attente allemande, André Joubin est chargé d’une nouvelle – et dernière – mission (archéologique) à Constantinople. D’entrée de jeu, les conditions de ce retour sont posées par un arrêté ministériel censé prévenir tout rapport avec Osman Hamdi Bey et le Musée Impérial Ottoman : en effet, André Joubin, « mis à la disposition de M. Cambon », est chargé de « suivre, sous sa haute direction, les questions relatives aux études archéologiques en Orient »105.

100Mais, mises à part les rares lettres écrites au cours d’un voyage en Bulgarie (été 1896), une exploration archéologique de six semaines vraisemblablement, coïncidant avec la reprise des fouilles de Didymes par Bernard Haussoullier et Emmanuel Pontremoli, compensatoire, nous ignorons presque tout de cette mission. Malgré ce caractère lacunaire de nos sources, une trentaine d’années après Pierre Désiré Guillemet, dans un rapport visionnaire adressé à Paul Cambon (été 1897), André Joubin projette, ou plutôt revendique la création d’une Ecole d’Athènes… à Constantinople.

101Quatre ans plus tôt, au printemps 1893, Paul Cambon avait déjà revendiqué la création d’une « Ecole de Constantinople » :

  • 106 Archives du ministère des Affaires étrangères (Paris) : Correspondance politique, 1871-1896 : Turqu (...)

L’École d’Athènes ne peut pas jouer à la fois le rôle d’une École d’Athènes et d’une École de Constantinople […]
Une autre condition de succès pour une mission de ce genre serait, surtout en commençant, la modestie. D’abord, il importe de ne pas effaroucher le Gouvernement turc, toujours ennemi du tapage ; ensuite, de ne pas éveiller l’attention des autres nations, qui viendront toujours assez tôt faire concurrence à la France. Aussi, suffirait-il, au début, de réunir quelques jeunes gens qui, sans réclame travailleraient à une œuvre commune et prépareraient les voies pour une école future. En réalité, il s’agit simplement de consacrer ce qui existe déjà en fait. Le Père Scheil, de la mission du Caire, a été chargé de classer les collections orientales du Musée. M. A. Joubin de l’École d’Athènes a été choisi pour organiser les sections grecque et romaine du Musée. C’est là le noyau d’une mission scientifique106.

  • 107 Marchand Suzanne L., Down from Olympus. Archaeology and Philhellenism in Germany, 1750-1970, Prince (...)

102Pour en revenir à André Joubin, il rédige son rapport un an avant le voyage (officiel) de l’empereur d’Allemagne Guillaume II dans l’Empire ottoman (automne 1898) : le voyage du Kaiser, qui reste le seul chef d’Etat européen à avoir été reçu par le sultan Abdülhamid, marque un tournant dans les relations, archéologiques notamment107, germano-turques.

  • 108 AN F/17/2978 : rapport d’André Joubin à Paul Cambon, Constantinople, 25 août 1897.
  • 109 Ibid.

103En effet, d’une question d’Orient l’autre, et trois ans après avoir dénoncé le retard de la France sur la « puissante machine » allemande, André Joubin est forcé de reconnaître que « la situation n’a pas changé et ne changera pas si l’on ne prend pas de mesures décisives108 ». Chargé, dans un premier temps, d’une mission destinée à répondre à « la nécessité d’établir ici un représentant qui maintiendrait les bonnes relations avec les autorités turques et les missions étrangères, et qui pourrait faciliter les travaux de l’École d’Athènes et des missionnaires français en Turquie », autrement dit un représentant permanent, dix-huit mois plus tard, face à l’hésitation du ministère de l’Instruction publique, il en fustige le manque de « consistance », c’est-à-dire cette « garantie de durée » qui lui permettrait d’« être sûr du lendemain » et, partant, de procéder à l’installation définitive de la science française en Turquie109.

104Fort de sa mission au Musée Impérial Ottoman de Constantinople, de son étude approfondie du patrimoine (archéologique) de la Turquie, de son enquête sur les fouilles archéologiques (européennes) en Turquie d’Asie (Asie Mineure) et de son exploration archéologique en Turquie d’Europe (Bulgarie), André Joubin est, en cette fin du xixe siècle, un des rares archéologues (français) à connaître la Turquie sous ses aspects les plus divers :

  • 110 AN F/17/2978 : rapport d’André Joubin à Paul Cambon, Constantinople, 25 août 1897.

Je me suis créé ici une situation personnelle tant au Musée que dans le monde ottoman où je suis assuré d’appuis considérables. Je regretterais vivement, pour notre influence à Constantinople, que l’on ne voulût pas tirer parti de tant d’efforts et de travail. Une mission scientifique peut grouper ici toutes sortes de sympathies utiles à la France110.

  • 111 AN F/l7/2978 : lettre de Paul Cambon au Ministre des Affaires étrangères, Thérapia, 26 août 1897.

105Paul Cambon, qui soutient non seulement le projet – un peu, nous l’avons vu, le sien – mais aussi la candidature d’André Joubin à la direction de cette institution, estime qu’il serait « désirable qu’il fut à même de mettre au service d’une mission sérieusement organisée son expérience des hommes et des choses de l’Orient111 ».

  • 112 AN F/17/2978 : lettre du Ministre de l’Instruction publique à André Joubin, Paris, 11 février 1898.

106Mais, malgré toute la bonne volonté de l’ambassadeur et de son chargé de mission, dans une lettre adressée à André Joubin et datée du 11 février 1898, le Ministre de l’Instruction publique, en raison (officielle) du fonds (budget), met fin à cette mission, et à son projet112.

  • 113 Voir, au sujet de son premier directeur : Albert Gabriel (1883-1972) : architecte, archéologue, art (...)

107Mais, malgré cet abandon, qui traduit – trahit – une négligence, de l’archéologie orientale au profit de l’archéologie classique, l’idée d’André Joubin fera son chemin, aboutira à la création, en 1930, de l'Institut français d’archéologie d’Istanbul (actuel Institut Français d’Études Anatoliennes)113.

108Du bazar au musée, puis du musée aux fouilles, cette Turquie de la fin du xixe siècle, fin de siècle, hamidienne, qui se préoccupe désormais de la conservation de son patrimoine, n’est-elle pas en train de devenir, après avoir été un motif de représentation artistique, aussi bien littéraire que pictural, un sujet d’étude scientifique ? Dans un tel cadre, la mission d’André Joubin, ses réalisations (représentation) comme ses limites (démission), traduit toute la difficulté pour l’Europe en général et la France en particulier d’admettre le rôle des Turcs dans la conservation de leur patrimoine comme dans la construction de leur identité (artistique, culturelle, etc.) ; et, d’une manière plus générale, la difficulté d’être confrontée à une compétence orientale :

  • 114 AN F/17/2978 : 1er rapport…, op. cit.

Vous trouverez peut-être que j’eusse pu faire mieux et davantage ; je l’eusse voulu aussi, reconnaît volontiers André Joubin dès l’été 1893. Mais, ici, je ne suis pas le maître, et il me faut compter avec la vanité et l’amour propre d’un Turc, qui a de hautes prétentions scientifiques et qui est naturellement hostile à tout progrès dont il n’a pas ou ne croit pas avoir l'initiative114.

109Dans un courrier diplomatique – classé confidentiel – daté du 18 juin 1891, le comte de Montebello, alors ambassadeur de France en Turquie et prédécesseur de Paul Cambon, analysait avec une grande lucidité l’indifférence française à l’égard d’Osman Hamdi Bey – l’archéologue et le peintre :

  • 115 AN F/17/3005/B : lettre du comte de Montebello au ministre des Affaires étrangères, Péra, 18 juin 1 (...)

Même depuis la découverte si précieuse pour la science qu’il a faite récemment, on n’a jamais paru prendre au sérieux en France le Musée de Stamboul qu’il a réussi à créer malgré l’indifférence de ses compatriotes. Tandis que de toutes parts il était l’objet des témoignages les plus flatteurs, qu’il recevait même des preuves matérielles de la sympathie que faisaient naître ses efforts, il rencontrait de la part de certains de ses anciens camarades en France des oppositions blessantes. On réveillait, bien mal à propos, il faut l’avouer, certaines peccadilles de jeunesse dont il s’était rendu coupable pendant qu’il travaillait dans l’atelier de Gérôme.
[…]
Je dois ajouter qu’Hamdy Bey est peintre en même temps que Directeur du Musée ; ses œuvres n’ont pas une valeur bien remarquable peut-être, mais les Allemands et les Américains très intéressés dans la question ont eu l’habileté de lui commander quelques tableaux dont on s’est plu à vanter les mérites et qui ont été payés fort cher115.

110À la connaissance, qui fonde d’ores et déjà les relations artistiques et culturelles entre la France et la Turquie, manque la reconnaissance, autre forme de la modernité.

Notes

1 Flaubert Gustave, Voyage en Orient (1849-1851), éd. Claudine Gothot-Mersch, Paris, Gallimard, « Folio », 2006, p. 369.

2 « Arsenal dans l’ancienne église Sainte-Irénée ; belle salle d’armes en dôme, voûtée, avec nefs pleines de fusils en mauvais état ; au fond, à l’étage supérieur, armes anciennes et d’un prix inestimable : casques persans damasquinés, cottes de mailles, communes la plupart, grandes épées normandes à deux mains ; sabre de Mahomet II » (ibid., p. 369).

3 Arık Remzi Oguz, L’Organisation des musées en Turquie, Ankara, 1950, p. 3.

4 Gautier Théophile, Constantinople (1853), et autres textes sur la Turquie, éd. Sarga Moussa, Paris, La Boîte à Documents, 1990, p. 254.

5 Arık Remzi Oguz, op. cit., p. 5.

6 Diehl Charles, La Grèce, le Mont Athos, Constantinople. Notes et souvenirs de la croisière de l’Orénoque, Nancy, Berger-Levrault, 1898, p. 95-96.

7 Ibid., p. 103.

8 Mendel Gustave, Catalogue des sculptures grecques, romaines et byzantines, 3 vol., préf. Halil Edhem, Constantinople, Musée Impérial Ottoman, 1912-1914.

9 Joubin André, La sculpture grecque entre les guerres médiques et l’époque de Périclès, Paris, Hachette, 1901.

10 Picard Charles, « André Joubin », Revue archéologique, 1950, t. XXXV, p. 98.

11 Citons ses principales éditions : Planet Louis de, Souvenirs de travaux de peinture, avec M. Eugène Delacroix, Paris, Armand Colin, 1929 ; Delacroix Eugène, Journal, 3 vol., Paris, Plon, 1932 ; Voyage de Delacroix au Maroc, 1832, et Exposition rétrospective du peintre orientaliste, M. Auguste, cat. d’exposition, Paris, Musée de l’Orangerie, 1933 ; Delacroix Eugène, Correspondance générale, 5 vol., Paris, Plon, 1936-1938.

12 Choisy Auguste, L’Asie Mineure et les Turcs en 1875, souvenirs de voyage, Paris, Firmin Didot, 1876, p. 47.

13 Aktar O. Cengiz, L’occidentalisation de la Turquie. Essai critique, préf. Alain Caillé, Paris, L’Harmattan, 1985, p. 49.

14 Lewis Bernard, Islam et Laïcité. La naissance de la Turquie moderne, trad. Philippe Delamare, Paris, Fayard, 1988, p. 130.

15 Ibid., p. 130.

16 Dumont Paul, « La période des Tanzîmât (1839-1878) », Histoire de l’Empire ottoman, dir. Robert Mantran, Paris, Fayard, 1989, p. 467.

17 Cité par Edouard Engelhardt, La Turquie et le Tanzimat ou Histoire des réformes dans l’Empire ottoman depuis 1826 jusqu’à nos jours, t. II, Paris, F. Pichon, 1884, p. 150.

18 Cité par Michèle Haddad, Khalil-Bey. Un homme, une collection, Paris, Éditions de l’Amateur, « Regard sur l’art », 2000, p. 10.

19 Cité par Edouard Engelhardt, op. cit., t. I, p. 231.

20 Ibid, t. II, p. 189-190.

21 Lewis Bernard, op. cit., p. 153 ; 154.

22 Dumont Paul, op. cit., p. 522.

23 Georgeon François, « Le dernier sursaut (1878-1908) », Histoire de l’Empire ottoman, op. cit., p. 528.

24 Ibid., p. 529.

25 Lewis Bernard, op. cit., p. 160.

26 Barth Hermann, Constantinople (1903), Paris, Henri Laurens, « Les Villes d’Art célèbres », 1906 (2eéd.), p. 164.

27 Maynard Félix, Impressions de voyage, de Paris à Sébastopol, éd. Alexandre Dumas père, Paris, Librairie nouvelle, 1855, p. 110.

28 Encore faut-il insister sur le caractère « scientifique » de cet article, publié non pas – plus – dans La Presse, mais dans la Revue archéologique : en effet, il ne s’agit pas – plus – d’une évocation littéraire de Topkapı, mais d’un relevé muséographique faisant non seulement état mais aussi connaître – et, bientôt, reconnaître – un musée sans épithètes – ni « impérial » ni « ottoman ».

29 Dumont Albert, « Le Musée Sainte-Irène à Constantinople. Antiquités grecques, gréco-romaines et byzantines », Revue archéologique, octobre 1868, p. 237-238.

30 Ibid, p. 238.

31 Said Edward W., L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, trad. Catherine Malamoud, préf. Tzvetan Todorov et postf. de l’auteur, Paris, Seuil, « La couleur des idées », 1980 et 1997, p. 104.

32 « En 1869, le grand vezir Aali pacha conféra à la petite collection le titre de musée impérial ; un anglais, E. Goold, qui appartenait au personnel enseignant du lycée de Galata sérail, en fut nommé directeur le 8 juillet ; en 1871, il faisait paraître un Catalogue en français, illustré de dix lithographies, dues à un dessinateur arménien nommé Limondjian » (Mendel Gustave, op. cit., t. I, p. 13).

33 Goold Ed., Catalogue explicatif, historique et scientifique d’un certain nombre d’objets contenus dans le musée impérial de Constantinople fondé en 1869 sous le grand vezirat de Son Altesse Aali pacha, Constantinople, Zellich, 1871.

34 Reinach Salomon, Catalogue du Musée impérial d’antiquités, Constantinople, la Direction, 1882.

35 Ibid., p. 6.

36 Hamdi Bey Osman et Reinach Théodore, Une nécropole royale à Sidon, fouilles de Hamdy bey, 2 vol., Paris, Leroux, 1892-1896.

37 Reinach Salomon, « Hamdi Bey », Revue archéologique, t. XV, janvier-juin 1910, p. 407.

38 Eldem Edhem, « An Ottoman Archaeologist caught between two worlds : Osman Hamdi Bey (1842-1910) », Archaeology, anthropology and héritage in the Balkans and Anatolia : the life and times of F. W. Hasluck, 1878-1920, éd. David Shankland, Istanbul, Isis, 2004, p. 121-149.

39 Launay Louis de, La Turquie que l’on voit, Paris, Hachette, 1913, p. 51-52. L’auteur n’écrit-il pas, en guise de conséquence, que « comme sculptures, le musée de Constantinople a encore un certain air de musée de province qui s’installe » (ibid., p. 51).

40 Dix ans après la loi de 1874, due à un archéologue autrichien, le docteur Déthier, conservateur du musée, « Abdülhamid publie un Règlment des antiquités en 1884 (Asar-i Atika Nizamnamesi) – dont l’auteur est également Osman Hamdi – pour promouvoir les fouilles, créer un service des Antiquités et éviter les pillages » (Georgeon François, Abdülhamid II, le sultan calife (1876-1909), Paris, Fayard, 2003, p. 245).

41 Hamdi Bey Osman, « Introduction », op. cit., t. I, p. 4. Du 12 au 15 juin 1887, dans l’attente du transport maritime des sarcophages de Sidon à Constantinople, Osman Hamdi Bey visite Damas : « Que de trésors inépuisables, pour un peintre, sont renfermés dans cette cité féerique, la seule, peut-être, parmi les villes de Syrie, qui ait conservé intact jusqu’à présent son primitif aspect oriental, du moins extérieurement ! » Après Théophile Gautier, Osman Hamdi Bey constate que le ver est dans le fruit : « Alors, tous ces décors merveilleux où l’art islamique savait mettre en œuvre et fondre harmonieusement tant d’éléments divers, faïences et briques émaillées, écritures coufiques, incrustations d’or, d’ivoire, de nacre et d’ébène, seront remplacées par des peintures murales semblables à celles que des décorateurs de cafés-concerts ont déjà exécutées avec succès dans les meilleures maisons de mainte ville d’Orient, à la joie de leurs propriétaires, fiers d’être logés et décorés à la Franka » (ibid., t. I, p. 111-112).

42 Reinach Salomon, « Statuette d’acteur comique au Musée de Tchinli-Kiosk à Constantinople », Gazette archéologique, 1883, t. VIII, p. 250-258.

43 Durighello Edmond, « Les procédés scientifiques de M. Renan. La vraie Phénicie », L’Univers, 3 septembre 1890, p. 3.

44 Ibid., 7 septembre 1890, p. 2. « Le Musée de Constantinople, constatera Paul Cambon trois ans plus tard, est en formation ; il est dirigé par un personnage bien en cour, homme d’initiative, et qui est hanté, pour des raisons de vanité personnelle, par l’idée de développer son Musée et de dépasser les Musées d’Europe, en particulier celui d’Athènes » (Archives du ministère des Affaires étrangères (Paris) : Correspondance politique, 1871-1896 : Turquie, t. 510 (mars-avril 1893) : rapport de Paul Cambon au ministre des Affaires étrangères, Péra, 1er avril 1893, f. 170).

45 Archives nationales (Paris) [citées comme AN] F/17/2978 : lettre de Paul Cambon au Ministre des Affaires étrangères, Péra, 26 décembre 1892.

46 AN F/17/2978 : arrêté du Ministre de l’Instruction publique, Paris, 27 décembre 1892.

47 Le Temps, 22 décembre 1892, p. 1.

48 Joubin André, Musée Impérial Ottoman. Monuments funéraires : catalogue sommaire, préf. Osman Hamdi Bey, Constantinople, Mihran, 1893 (2e éd. 1898) ; Μ. I. O. Catalogue des sculptures grecques, romaines, byzantines et franques : catalogue sommaire, préf. O. H. B„ Constantinople, Mihran, 1893.

49 Voir cat. 9. Voir, pour une interprétation originale du Çinili Köşk : Saner Turgut, « A 19th Century Interpretation of Çinili Köşk (Istanbul) in an Orientalist Manner », 10e Congrès international d’Art turc (1995), Genève, Fondation Max Van Berchem, 1999, p. 615-623.

50 AN F/17/2978 : 1er rapport d’André Joubin au Ministre de l’Instruction publique, Constantinople, 20 juin 1893.

51 Ibid.

52 Joubin André, « Introduction », Musée Impérial Ottoman. Monuments funéraires : catalogue sommaire, préf. Osman Hamdi Bey, Constantinople, Mihran, 1893, p. 13.

53 « Une jouissance délicieuse que de se promener dans les galeries et les salles où les vieilles et authentiques conceptions artistiques aryennes se manifestent librement » (Barth Hermann, op. cit., p. 164).

54 AN F/17/2978 : 1er rapport…, op. cit.

55 Joubin André, « Introduction », op. cit., p. 15-16.

56 AN F/17/2978 : lettre d’André Joubin au Directeur du Service des missions, Constantinople, 18 février 1893.

57 AN F/17/2978 : rapport général d’André Joubin au Ministre de l’Instruction publique, Paris, 1er septembre 1894. « Personne mieux que moi, reconnaît-il enfin, ne connaît les défauts de mon travail et les erreurs qu’il contient : le manque de ressources, la pauvreté lamentable des bibliothèques de Constantinople serviront, j’espère, d’excuse pour quelques-unes d’entre elles. »

58 Ibid.

59 AN F/17/2978 : 1er rapport…, op. cit.

60 AN F/17/2978 : rapport général…, op. cit.

61 « Malheureusement, le local occupé par cette collection fait partie de l’église de Sainte-Irène, aujourd’hui transformée en dépôt d’armes et inaccessible au visiteur qui n’est pas muni d’une autorisation spéciale. La plupart des archéologues passent ainsi à Constantinople sans voir ce musée formé à leur intention » (Dumont Albert, op. cit., p. 237).

62 Bent Th., Hamdi Bey », Contemporary Review (Londres), vol. LIV, 1888, p. 732 ; 729 : « an obstructionist to scientific research » ; « the stern opposer of all research except that undertaken by himself ».

63 AN F/17/2978 : rapport général…, op. cit.

64 AN F/17/2978 : 1er rapport…, op. cit.

65 AN F/17/2978 : lettre d’André Joubin au Directeur du Service des missions, Constantinople, 12 août 1893.

66 Digeon Claude, la crise allemande de la pensée française (1870-1914), Paris, PUF, 1959 (2e éd. 1992).

67 Voir cat. 10.

68 Martin Roland, L’art grec, Paris, Librairie Générale Française, « La Pochothèque », 1994, p. 16.

69 Gaehtgens Thomas W, L’Art sans frontières. les relations artistiques entre Paris et Berlin, Paris, Librairie Générale Française, « Le Livre de Poche », 1999, p. 78.

70 Bent Th., op. cit., p. 731.

71 Eldem Edhem, « Quelques lettres d’Osman Hamdi Bey à son père lors de son séjour en Irak (1869-1870) », Anatolia Moderna (Istanbul), no 1, 1991, p. 122. D’après son éditeur scientifique, le sultan Abdülhamid avouait lui-même sa préférence pour les Allemands : « Les Français sont très vexés de voir que je donne la préférence aux Allemands », observait-il ; avant de s’exclamer : « J’ai de bonnes raisons pour le faire ! » Après une louange au Kaiser, le Sultan précisait sa pensée : « Par son caractère, [l’Allemand] se rapproche bien plus de l’Osmanli ; comme ce dernier, il est un peu lent et un peu lourdaud, mais fidèle et honnête. L’Allemand est travailleur et persévérant ; le Français est travailleur lui aussi, mais il n’a pas la ténacité allemande, il gaspille beaucoup de temps à faire de la politique inutile » (Vahbi Bey Ali (éd.), Avant la débâcle de la Turquie. Pensées et souvenirs de l’ex-sultan Abdul-Hamid, Neuchâtel, [s. d.], p. 109-110).

72 AN F/17/2978 : rapport général…, op. cit.

73 Ibid.

74 Ibid.

75 « Carl Humann, malgré sa passion et sa prise en compte, en âme et conscience, des connaissances les plus pointues de l’époque, doit être qualifié d’archéologue amateur. Il n’était au départ qu’un chercheur de trésors » (Gaehtgens Thomas W., op. cit., p. 76).

76 AN F/17/2978 : rapport général…, op. cit.

77 Ibid.

78 Ibid. « En Orient, pouvait-on lire à la une du Yildiz du 10 novembre 1892 et sous la plume de son directeur, on assiste, depuis une quinzaine d’années surtout, à une véritable invasion d’Allemands, d’hommes d’initiative, intelligents et doués d’un esprit aventureux et entreprenant, qui viennent s’y établir, y former des groupes compacts et unis et qui, à cet effet, trouvent naturellement appui et protection auprès de leurs autorités […] L’Allemand voyage, observe, étudie. Il est constamment à la recherche du coin de terre qui lui convient ; il pénètre par la brèche ouverte, il prend racine dans n’importe quel milieu et il se met immédiatement à étudier la langue, le caractère et les mœurs des différentes populations, afin de les mieux exploiter » (Georgiadès Démétrius, « L’Expansion allemande dans le Levant », Le Yildiz (Paris), no 4, 10 novembre 1892, p. 1).

79 Ibid.

80 Ibid.

81 AN F/17/2978 : lettre d’André Joubin au Directeur du Service des missions, Athènes, 30 juillet 1894.

82 AN F/17/2978 : lettre d’André Joubin au Directeur du Service des missions, Constantinople, 4 juillet 1894.

83 AN F/17/2978 : lettre d’André Joubin au Directeur du Service des missions, Constantinople, 11 février 1894.

84 Archives du ministère des Affaires étrangères (Paris) : Correspondance politique, 1871-1896 : Turquie, t. 521 (avril-mai 1895) : rapport de Paul Cambon au ministre des Affaires étrangères, Péra, 15 avril 1895, fi 106. En écho à « la vanité et l’amour propre d’un Turc » d’André Joubin, « Hamdy Bey, écrit encore Paul Cambon, est d’une excessive vanité ; il n’admet ni les conseils ni les suggestions et ne se décide que d’après ses propres inspirations ou celles qu’il se figure siennes. C’est ainsi qu’en 1892, il s’était figuré avoir découvert M. Joubin, alors qu’en réalité c’est nous qui l’avions amené à le désirer » (ibid., f. 109).

85 « Indésirable, parce que trop près des intrigues de Stamboul, probablement » (Pontremoli Emmanuel, Propos d’un solitaire, Vanves, Kapp, 1959, p. 95).

86 En s’adressant aux Puissances occidentales qui, entre protectorat et profit, l’un consistant à masquer l’autre, cherchent une réponse à la question d’Orient, Pierre Larousse, convaincu qu’« en Turquie tout reste à faire », lance cet appel : « Remuons ce sol, vivifions-le, spéculons, […] Alors, sorte de colonie européenne, la Turquie n’a plus rien à craindre des passions ou des ambitions […] Qui donc oserait s’attaquer à l’Europe entière ? » (Larousse Pierre, « Orient », Grand Dictionnaire universel du xixe siècle (1866-1876), Nîmes, C. Lacour, 1990-1992 (éd. en fac-similé), t. XVII, p. 1464).

87 AN F/17/2978 : rapport général…, op. cit.

88 Gaehtgens Thomas W, op. cit., p. 81.

89 Emmanuel Pontremoli se souviendra de Constantinople, « une des clefs du monde », et d’André Joubin : « Joubin, après nous avoir délivrés des griffes de la douane, nous avait conduits à bord d’un de ces petits vapeurs-omnibus […], pour arriver finalement à Kourou-Tchechme dans une accueillante maison turque, garnie de divans, de coussins, de tapis, de narghilés ; la fenêtre en faisait un belvédère ouvrant sur une étroite bande du Bosphore » (Pontremoli Emmanuel, op. cit., p. 86).

90 AN F/17/17243 : lettre d’André Joubin au Directeur du Service des missions, Berlin, 14 décembre 1894.

91 Ibid.

92 AN F/17/17243 : lettre d’André Joubin au Directeur du Service des missions, Berlin, 3 novembre 1894.

93 « M. Humann, le grand factotum de toutes les fouilles allemandes en Asie Mineure, ingénieur, ambassadeur in partibus, collectionneur de vieux tapis de Perse, connaissant le pays et les autorités locales beaucoup mieux que notre consul » (Pontremoli Emmanuel, op. cit., p. 92).

94 AN F/17/17243 : lettre d’Emmanuel Pontremoli à Paul Cambon, Smyrne, 14 janvier 1895.

95 AN F/17/17243 : lettre d’Emmanuel Pontremoli au Directeur du Service des missions, Smyrne, 17 janvier 1895.

96 AN F/17/2978 : lettre d’André Joubin au Directeur du Service des missions, Berlin, 25 novembre 1894.

97 AN F/17/17243 : lettre d’André Joubin au Directeur du Service des missions, Berlin, 3 novembre 1894.

98 AN F/17/2978 : lettre d’André Joubin au Directeur du Service des missions, Berlin, 18 février 1895.

99 AN F/17/17243 : lettre de Bernard Haussoullier au Directeur du Service des missions, Smyrne, 8 juillet 1895.

100 AN F/17/17243 : lettre de Bernard Haussoullier au Directeur du Service des missions, Smyrne, 29 mai 1896.

101 Ibid.

102 AN F/17/17243 : lettre de Bernard Haussoullier au Directeur du Service des missions, Hiéronda, 26 juin 1896.

103 AN F/17/17243 : lettre de Bernard Haussoullier au Directeur du Service des missions, Hiéronda, [ ?] août 1896. « Nous resterons devant la façade […] : c’est ici un livre d’architecture », s’excuseront les archéologues dans leur publication ultérieure (Haussoullier Bernard et Pontremoli Emmanuel, Didymes, fouilles de 1895 et 1896, Paris, Leroux, 1904, p. 7).

104 « La raison de ce retard, comme Bernard Haussoullier s’en expliquera huit ans plus tard, est d’ordre différent : nous avons longtemps espéré que l’Ambassadeur de France à Constantinople, suivant l’exemple de ses collègues d’Allemagne et d’Autriche, pourrait obtenir pour le Musée du Louvre quelques uns des marbres que nous avions découverts à Didymes. La chose a été impossible, ces marbres sont aujourd’hui à Constantinople où ils font l’ornement d’une salle nouvelle du Musée. Dès lors il ne nous restait qu’à liquider notre situation » (AN F/17/17243 : lettre de Bernard Haussoullier à M. de Saint-Arroman, [s. l.], 2 février 1904).

105 AN F/17/2978 : arrêté du Ministre de l’Instruction publique, Paris, 3 décembre 1895.

106 Archives du ministère des Affaires étrangères (Paris) : Correspondance politique, 1871-1896 : Turquie, t. 510 (mars-avril 1893) : rapport de Paul Cambon au ministre des Affaires étrangères, Péra, 1er avril 1893, f. 162 ; 171.

107 Marchand Suzanne L., Down from Olympus. Archaeology and Philhellenism in Germany, 1750-1970, Princeton (New Jersey), Princeton University Press, 1996, p. 188-227.

108 AN F/17/2978 : rapport d’André Joubin à Paul Cambon, Constantinople, 25 août 1897.

109 Ibid.

110 AN F/17/2978 : rapport d’André Joubin à Paul Cambon, Constantinople, 25 août 1897.

111 AN F/l7/2978 : lettre de Paul Cambon au Ministre des Affaires étrangères, Thérapia, 26 août 1897.

112 AN F/17/2978 : lettre du Ministre de l’Instruction publique à André Joubin, Paris, 11 février 1898.

113 Voir, au sujet de son premier directeur : Albert Gabriel (1883-1972) : architecte, archéologue, artiste et voyageur, cat. d’exposition, Istanbul, Galerie Yapi Kredi, 2006.

114 AN F/17/2978 : 1er rapport…, op. cit.

115 AN F/17/3005/B : lettre du comte de Montebello au ministre des Affaires étrangères, Péra, 18 juin 1891.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search