Version classiqueVersion mobile

De Paris à Istanbul, 1851-1949

 | 
Xavier du Crest

Préface

Drogmans de l’art

Christine Peltre

Texte intégral

  • 1 Gautier Théophile, Constantinople, préface de Stéphane Guégan, Paris, Bartillat, 2008, p. 349 et 37 (...)

1Dans l’un des derniers chapitres de Constantinople, Gautier évoque sa visite au Musée des anciens costumes ottomans, dans l’été de 1852. Imprégné d’un « sentiment mélancolique », il circule dans ce « vestiaire rétrospectif » où les Turcs ont composé un « herbier de leur ancienne nationalité ». Par la métaphore textile, Gautier traduit l’évolution d’un monde qui a relégué dans les armoires « les fantômes du temps passé »1, mais les veille encore. C’est de ce monde qu’il est question ici, par les yeux de témoins qui en sont aussi les acteurs.

2La promulgation en 1839 de la charte impériale de Gülkhâne, annonçant la période des réformes (Tanzîmât), a introduit dans l’Empire ottoman de nombreuses transformations sur le plan économique et social qui bouleversent aussi les pratiques culturelles et artistiques. L’accueil d’étrangers associés aux réalisations contemporaines n’est certes pas chose nouvelle, comme en témoigne le rôle de Melling, peintre et architecte auprès de la sultane Hadidge, sœur de Selim III. Mais cette rencontre va s’intensifier et c’est dans ce contexte d’occidentalisation artistique et plus précisément de collaboration avec des acteurs français que s’inscrit le travail de Xavier du Crest, en choisissant cinq domaines où elle s’est exercée, menée par des personnalités très différentes. Dans les domaines des arts décoratifs, de la peinture, de la critique ou de la conservation des œuvres, ces acteurs sont en quelque sorte des drogmans de l’art, les passeurs d’une autre sensibilité, d’un autre regard.

  • 2 Le Corbusier, Le voyage d’Orient, Marseille, Éditions Parenthèses, p. 60.

3Au milieu du xixe siècle, l’installation n’est pas aisée dans un pays surtout connu par les Français au miroir de leur propre culture. La bouffonnerie du Bourgeois Gentilhomme, inspirée par l’attitude peu appréciée de l’ambassade turque de 1669 est présente aux mémoires, comme le prouvent les références de Gautier. Les mystères du sérail sont entrevus dans les tirades de Bajazet, dont l’interprétation de Rachel dans le personnage de Roxane a ravivé l’éclat. Plus précises, les planches des voyageurs ont diffusé des images de l’Empire ou du moins de ses costumes, comme celles du fameux recueil Ferriol qui circulent au début du xviiie siècle. Certains de ces personnages vont animer les scènes de genre de Decamps qui connaissent un succès considérable auprès du public des Salons dès les années 1830. Ce succès sera fort durable puisque à son arrivée en terre turque, Le Corbusier, après des escouades de voyageurs, verra encore en 1911 les spectacles quotidiens par ses yeux : « Le bonhomme a tapé la juste note2. » Quoiqu’inspirées par son séjour à Smyrne en 1828, les œuvres de Decamps, devenues références obligées du récit de voyage, semblent aujourd’hui souvent marquées par la verve satirique de ses débuts parisiens.

  • 3 Viollet le Duc E., préface à l’ouvrage de Léon Parvillée, Architecture et décoration turques au xve(...)
  • 4 Gautier Théophile, op. cit., p. 383.

4Depuis les panoramas de Constantinople que Melchior Lorchs a tracés sous le règne de Soliman, les dessinateurs de vues urbaines n’ont pas manqué. L’architecture des mosquées d’Istanbul est déjà précisément relevée par Guillaume-Joseph Grelot dans sa Relation nouvelle d’un voyage de Constantinople (1680). Cette architecture pourtant reste méconnue, au moment où l’approche des arts de l’Islam est peu informée. La publication en 1874 par Léon Parvillée de son ouvrage Architecture et décoration turques au xve siècle est certes décisive mais, avant les travaux d’Albert Gabriel qui chercheront à définir une « école turque », on ne peut oublier les propos de Viollet le Duc dans la préface : « […] cet art me semble plutôt une branche du persan et de ce qu’on appelle l’arabe, qu’une propriété turque. Existe-t-il un art turc3 ? » Si toutefois le voyageur est en général sensible à l’architecture des mosquées, l’existence des arts visuels est elle-même contestée comme l’indique le constat de Gautier, partagé alors par la plupart des esprits : « Les Turcs [n’ont] pas d’art proprement dit, puisque le Koran prohibe comme une idolâtrie la représentation des êtres animés4. »

  • 5 Voir en particulier son récent ouvrage : La peur des barbares. Au-delà du choc des civilisations, (...)
  • 6 Paristanbul, Paris et les écrivains turcs au xxe siècle, sous la direction de Timour Muhidine et d (...)

5Une telle méconnaissance n’aide pas les échanges, à l’heure où le terme de « barbares » est fréquent sous les plumes, alors que la notion n’a pas encore été revisitée par un Tzvetan Todorov5. Dans le « dialogue » que veut nouer le xixe siècle, la condescendance occidentale est souvent sensible et trouvera des échos longtemps encore. Si Paris apparaît ici en tête du titre, c’est assurément parce que les acteurs principaux de l’étude en sont originaires. Mais c’est aussi parce que la circulation s’impose alors dans cette direction et que la perspective de retour est moins tracée. Cette situation connaîtra des prolongements : dans le domaine littéraire, les auteurs d’une récente anthologie de textes du xxe siècle ont montré que les échanges s’exerçaient surtout dans un sens, en l’absence d’une véritable empathie pour la production turque contemporaine : « Paristanbul est la seule ville possible6. »

  • 7 Beaumont Adalbert de, « Les arts décoratifs en Orient et en France. Les Gobelins », Revue des Deux (...)
  • 8 Nerval Gérard de, Voyage en Orient, Paris, Gallimard, Folio, 1998, p. 770.
  • 9 Barrault Émile, Occident et Orient, 1835, cité par Sarga Moussa dans « L’avant-propos » (p. 6) du n (...)
  • 10 Flaubert, Correspondance, Tome I, Paris, Gallimard, 1973, p. 705.
  • 11 Voir en particulier les travaux de Michel Espagne et Michael Werner.

6L’histoire des relations artistiques entre la France et l’Empire ottoman, rendues plus denses à l’époque des Tanzîmât, ne saurait pourtant se réduire à ces constats. Le sujet est complexe, irrigué par des courants parfois contradictoires, qui témoignent du mouvement des regards et des pratiques. Il faut d’abord restituer à quelques figures un rôle certes individuel mais primordial dans l’évolution des mentalités. Ainsi Adalbert de Beaumont, grand voyageur et pionnier de la diffusion des arts de l’Islam en France dès le milieu du xixe siècle, contribue-t-il par ses articles à éveiller les curiosités, à modifier les postures : « Ces nations à la fois si vieilles, puisque leur civilisation remonte aux temps antiques, et si jeunes, puisqu’elles ont gardé leur originalité, vous les appelez barbares […]. Et vous qui […] vous décernez la palme de la civilisation suprême, comment devrait-on vous appeler7 ? » Les écrits saint-simoniens ont accrédité l’idée d’un développement des pratiques artistiques occidentales en Orient, évoqué notamment par la revue L’Artiste qui rend compte en 1835 de l’ouvrage Occident et Orient d’Émile Barrault. Si Nerval déplore la disparition de ce qu’il appelle le « goût oriental », il se place aussi dans le cours de cette évolution : « Dans le Moyen Âge, nous avons tout reçu de l’Orient ; maintenant, nous voudrions rapporter à cette source commune de l’humanité les puissances dont elle nous a doués, pour faire grande de nouveau la mère universelle8. » L’évolution artistique se heurte certes aux visions d’un Orient séculaire dont Théophile Gautier, peu ouvert aux Tanzîmât, porte la mélancolie. Mais l’heure des turqueries s’efface peu à peu pour s’ouvrir à d’autres représentations, plus conformes à la vision d’Istanbul par Émile Barrault où la ville est conçue comme « le point où se touchent deux mondes avec leurs destins divers si longtemps ennemis »9. À l’opposé des images de keepsakes dont il moquera dans Madame Bovary le caractère factice, Flaubert est saisi en 1850 à Istanbul par le brassage des populations et le caractère cosmopolite, comme il l’exprime à Louis Bouilhet : « […] j’ai été frappé de cette idée de Fourier : qu'elle serait plus tard la capitale de la terre. C’est réellement énorme comme humanité. Ce sentiment d’écrasement que tu as éprouvé à ton entrée dans Paris, c’est ici qu’il vous pénètre, en coudoyant tant d’hommes inconnus, depuis le Persan et l’Indien jusqu’à l'Américain et l’Anglais, tant d’individualités séparées dont l’addition formidable aplatit la vôtre10. » Ainsi se dessine une histoire métissée, nourrie des notions d’hybridité et d’échanges, dont l’interprétation est aujourd’hui fécondée par les travaux sur les « transferts culturels »11. Inauguré en 1856, le palais de Dolmabahçe, construit par Garabed et Nicoghos Balian et auquel collabore Séchan, peut apparaître comme l’une des réalisations inspirées par cet esprit.

  • 12 Gautier Théophile, op. cit., p. 344.
  • 13 .La porte du palais de Dolmabahçe, Huile sur toile, 96 x 145 cm, Musée de peinture et de sculpture (...)
  • 14 Occident vist des d’Orient, catalogue par Abdelwahab Meddeb, Centre de Cultura Contemporania de Ba (...)
  • 15 Mekteb-i Sultani’den Galatasaray Lisesi’ne. Ressamlar 1868-1968, Pera Müzesi, Istanbul, 2009.

7De ce palais cosmopolite – Gautier voit dans les appartements du sultan « un style Louis XIV orientalisé »12 – le peintre Cihat Burak (1915-1994) donnera en 1967 une interprétation personnelle, en représentant sa porte monumentale13. Le regard de ce peintre, qui fit à Paris plusieurs longs séjours, nous incite pour finir à nous interroger sur la perception des apports étrangers par les artistes de Turquie. Les aquarelles de Levni au début du xviiie siècle représentant des Européens, les tableaux d’Abdülmecid évoquant autour de 1900 la musique de Beethoven ou la lecture de Goethe dans les palais d’Istanbul, la réinterprétation de l’orientalisme par Osman Hamdi Bey, avant les variations cubistes de Nurullah Berk ou l’expressionnisme parisien de Fikret Mualla nous en livrent les échos. Il y a là certes la matière d’un autre livre, mais si le travail de Xavier du Crest se concentre sur les acteurs français, il témoigne aussi, de plusieurs manières, du regard de la Turquie sur l’Occident. Il apporte ainsi sa contribution à une histoire à laquelle s’intéressent les études actuelles. L’exposition de Barcelone, Occident vist des d’Orient14, organisée en 2005 par Abdelwahab Meddeb, a notamment proposé sur ce sujet une réflexion richement illustrée. Celle-ci ne cesse de se prolonger par d’autres initiatives, comme dans l’exposition qui s’est ouverte dans l’hiver 2009 à Istanbul, dans le beau décor du Musée de Pera, rassemblant les œuvres d’artistes formés au Lycée de Galatasaray, entre 1868 et 1968, dans la tradition de la culture française15.

  • 16 Lagrange Léon, « Salon de 1861 », Gazette des Beaux-Arts, 1er juillet 1861 (vol. 3), p. 73.

8Si ces questions passionnent aujourd’hui, elles ne laissaient pas indifférents les hommes du xixe siècle, comme l’indique l’œuvre d’un peintre dont l’histoire n’a jusqu’à présent guère retenu le nom. Au « Salon » de 1861, Théodore Delamarre, auteur d’une série de scènes évoquant la Chine, exposait un tableau intitulé L’occidentaliste dont il proposait lui-même cette explication : « C’est le nom que l’artiste a donné à un lettré chinois qui étudie l’occident ; c’est l’opposé d’un orientaliste »16.

9Ces pages contribuent aussi à écrire l’histoire de cet « opposé ».

Notes

1 Gautier Théophile, Constantinople, préface de Stéphane Guégan, Paris, Bartillat, 2008, p. 349 et 370.

2 Le Corbusier, Le voyage d’Orient, Marseille, Éditions Parenthèses, p. 60.

3 Viollet le Duc E., préface à l’ouvrage de Léon Parvillée, Architecture et décoration turques au xve siècle, Paris, Morel, 1874, p. II.

4 Gautier Théophile, op. cit., p. 383.

5 Voir en particulier son récent ouvrage : La peur des barbares. Au-delà du choc des civilisations, Paris, Robert Laffont, 2008, p. 80.

6 Paristanbul, Paris et les écrivains turcs au xxe siècle, sous la direction de Timour Muhidine et de Halil Gökhan, Paris, L’Esprit des péninsules, 2000, p. 16.

7 Beaumont Adalbert de, « Les arts décoratifs en Orient et en France. Les Gobelins », Revue des Deux mondes, 15 octobre 1861, p. 954

8 Nerval Gérard de, Voyage en Orient, Paris, Gallimard, Folio, 1998, p. 770.

9 Barrault Émile, Occident et Orient, 1835, cité par Sarga Moussa dans « L’avant-propos » (p. 6) du numéro de la revue Romantisme consacré à La Turquie (no 131, 1er trimestre 2006).

10 Flaubert, Correspondance, Tome I, Paris, Gallimard, 1973, p. 705.

11 Voir en particulier les travaux de Michel Espagne et Michael Werner.

12 Gautier Théophile, op. cit., p. 344.

13 .La porte du palais de Dolmabahçe, Huile sur toile, 96 x 145 cm, Musée de peinture et de sculpture d’Istanbul.

14 Occident vist des d’Orient, catalogue par Abdelwahab Meddeb, Centre de Cultura Contemporania de Barcelona, 2005.

15 Mekteb-i Sultani’den Galatasaray Lisesi’ne. Ressamlar 1868-1968, Pera Müzesi, Istanbul, 2009.

16 Lagrange Léon, « Salon de 1861 », Gazette des Beaux-Arts, 1er juillet 1861 (vol. 3), p. 73.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search