Version classiqueVersion mobile

De Paris à Istanbul, 1851-1949

 | 
Xavier du Crest

Remerciements

Xavier du Crest

Texte intégral

1Tout d’abord, je remercie Madame Christine Peltre, professeur d’Histoire de l’art contemporain à l’Université de Strasbourg, où elle dirige l’Institut d’Histoire de l’art, de m’avoir non seulement inspiré cette orientation, mais aussi accordé sa confiance et, tout au long de mon doctorat, compris, conseillé et encouragé.

2Ensuite, je remercie Monsieur Paul Dumont, professeur de langue, littérature et civilisation turques à l’Université Marc Bloch de Strasbourg, où il dirige le Département d’Etudes turques, et ancien directeur de l’Institut Français d’Etudes Anatoliennes d’Istanbul, où il me fut offert de séjourner en 2001.

3Pour l’accueil chaleureux qu’ils ont réservé à ma thèse, je remercie les autres membres de mon jury, à commencer par son président Monsieur Rémi Labrusse, Madame Sophie Basch et Monsieur Dominique Jarrassé.

4Monsieur Jacques Huré, ancien professeur de Littérature générale et comparée à l’Université de Haute-Alsace, est décédé en 2005. La curiosité et la générosité intellectuelles de ce savant orientaliste, son enthousiasme et son expérience m’ont accompagné tout au long de mes recherches ; et c’est à titre posthume que je tiens à lui témoigner ma plus profonde reconnaissance.

5Mon étude consacrée à l’œuvre turque de Charles Séchan, à sa correspondance avec Jules Diéterle, n’aurait pu voir le jour sans la collaboration amicale et décisive de Monsieur Martin Diéterle et le fastidieux mais précieux travail dactylographique de son grand-père Monsieur Jean Diéterle.

6Mes recherches m’ont également amené à faire la rencontre et la connaissance de Madame Catherine Vigne, petite-fille d’Auguste Boppe, dont je salue le beau travail éditorial et que je remercie pour son accueil chaleureux.

7Mon étude monographique consacrée à la vie et l’œuvre de Léopold Lévy en Turquie n’aurait pu voir le jour sans la coopération amicale et décisive de Monsieur Philippe Pialoux, chef de bureau au Ministère des Affaires étrangères (Paris) et ancien directeur de l’Institut français d’Istanbul ; mais également, sans l’amitié de Remzi, artiste kurde installé (naturalisé) en France (Paris) depuis 1953 et ancien « élève » et ami de Léopold Lévy, et le panache de Madame Lise Becker, petite-nièce de Léopold Lévy tandem passionné et passionnant à qui je dois tant.

8Enfin, de Paris à Istanbul, en passant par Strasbourg, je remercie mes familles et amis ; et suis infiniment reconnaissant à Laurence, compagne du plus long voyage, de m’avoir soutenu et supporté.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search