Version classiqueVersion mobile

Les Français de Philippe V

 | 
Catherine Désos

Conclusion

Texte intégral

  • 1 J. F. Labourdette, Philippe V (2002), p. 567, Philippe V au marquis de Scotti, janvier 1746. À prop (...)

1À partir de 1725 et de la seconde partie du règne de Philippe V, il n’est plus possible de parler d’une présence française influente à ses côtés. Les différents pactes de famille (7 novembre 1733 et 25 octobre 1743) ne parviennent pas à effacer les défiances mutuelles entre les deux couronnes. Le roi d’Espagne est désormais plein d’amertume envers son pays d’origine dont l’alliance s’est montrée trop incertaine. Louis XV ménage avec parcimonie son aide à son parent et, lors des conflits avec la maison d’Autriche, négocie parfois des paix séparées au détriment de l’Espagne. Quelques mois avant sa mort, Philippe V déclarait à l’un de ses proches : « Le roi mon neveu m’abandonne [...] il me menace ![...] les propositions qu’il me fait sont contre mon honneur1 ». On croit entendre les termes exacts qu’il adressait déjà à son grand-père quand celui-ci lui demandait d’abandonner sa couronne. Le malheur de Philippe V est que, malgré des vues justes sur l’Empire ou sur l’Italie, il n’avait pas les moyens de les réaliser sans la France. Or, cette dernière, malgré les liens familiaux, n’avait aucunement l’intention de remettre en cause sa place dans l’équilibre européen pour soutenir l’Espagne. Ce parti-pris avait déjà été celui de Louis XIV, dès 1709. Dès lors, comment donner du crédit aux quelques Français encore présents à la cour ? Une diplomatie différente aurait sans doute pu lier très étroitement les deux pays ; celle qui fut instaurée, à partir de 1709, contribua à amoindrir l’influence de son entourage, pourtant alors à son apogée, puis à la faire disparaître.

2Malgré son attachement pour ses compatriotes et sa reconnaissance pour leur activité à son service, le roi d’Espagne, éprouvé par les expériences militaires et mûri politiquement dans les difficultés diplomatiques, se détache progressivement de ses conseillers, pour privilégier une ligne nationale qui correspond désormais à sa personnalité. Il est devenu « bon Espagnol », ainsi que le lui préconisait son grand-père, lors de son départ de Versailles.

3Cependant, si les Français ne sont plus physiquement présents, c’est l’esprit de leurs réformes qui se développe tout au long du xviiie siècle, jusqu’à ce qu’on a appelé le reformismo ilustrado. En somme, faisant preuve d’un grand pragmatisme, Philippe a su tirer le meilleur de ses conseillers français pour la réorganisation de sa monarchie, avant de s’en défaire pour des raisons diplomatiques et de préférence nationale. L’apport de l’entourage français est donc considérable. Essayons d’en présenter le bilan.

1. Les caractéristiques de l’entourage français de Philippe V

4Contrairement aux autres nations représentées à la cour madrilène, que ce soit les Italiens, les Flamands ou les Irlandais, jamais les Français n’ont eu de véritable stratégie d’installation en Espagne, à l’exception d’une minorité composée de certaines personnalités et de membres de la familia francesa. Peut-être cela vient-il du fait que, parmi les Italiens et les Flamands, beaucoup sont nés dans les possessions européennes de l’Espagne, et ne se sentent donc pas tout à fait étrangers dans la Péninsule. Il leur apparaît même normal de faire carrière auprès de celui qui est leur prince légitime. Et, sous la pression autrichienne ou hollandaise, ils préfèrent abandonner leur région d’origine pour s’installer dans ce qui leur semble être tout autant leur patrie. Quant aux Irlandais, souvent maltraités par les protestants orangistes dans leur pays, ils retrouvent dans la Péninsule une forme de reconnaissance.

5Les Français, au contraire, n’ont pas ce besoin de rechercher une autre patrie que la leur, qui est la plus puissante d’Europe. De tous ceux que nous avons étudiés, aucun n’est parti avec l’idée de s’installer définitivement à Madrid. Néanmoins, un certain nombre a participé à cette aventure espagnole, en offrant leurs services à Philippe V. C’est ainsi qu’évoluèrent près de deux cent soixante personnes d’origine française à la cour madrilène, entre 1701 et 1725. La caractéristique de cette colonie française est d’être socialement diversifiée. L’éventail des fonctions est effectivement large, depuis l’ambassadeur extraordinaire jusqu’au galopin du service de la Bouche. Mais leur dénominateur commun est d’avoir contribué, dans les divers secteurs de la monarchie espagnole, à la diffusion d’un esprit de réforme à la française.

6En effet, cet entourage français, du temps de sa prépondérance, fut placé de manière stratégique à des postes décisionnels, du moins en qui concerne ses membres les plus éminents.

7Ainsi, dans le domaine politique, la présence de l’ambassadeur au despacho lui confére un rôle de premier ministre sans le titre. Tous ne remplirent pas avec la même autorité ce poste, mais le duc d’Harcourt ou le marquis d’Amelot surent en user à bon escient. Les voix de conseillers officieux se firent aussi souvent entendre, comme celles de la Princesse des Ursins, de Jean Orry, du marquis de Louville, des confesseurs du roi, des maréchaux de Berwick, de Tessé ou de Vendôme, qui ont tous marqué les orientations du début du règne. C’était déjà une forme de via reservada, qui passait outre l’autorité des Conseils établis de la monarchie. Le domaine des finances n’échappa pas à l’influence française car, de sa restauration, dépendait les succès militaires. Jean Orry, le marquis d’Amelot, plus tard les sieurs Le Bart et Quenneville, ont œuvré à sa transformation et, par leurs divers mémoires, ont instauré un semblant d’ordre dans le maquis des impôts castillans. Pendant la guerre de Succession, Louis XIV ayant mis à la disposition de son petit-fils des moyens militaires importants, ce sont les généraux tels que Berwick, Vendôme, Noailles, Asfeld, Orléans, qui ont marqué la période, en étant les commandants en chef des armées. Parallèlement, des techniciens comme Puységur, Dumesnils, Boisloger ont agi sur la structure même de l’armée espagnole.

8La cour espagnole, elle aussi, sous l’impulsion de la camarera mayor de la reine et des membres de la familia francesa, a totalement changé de configuration. Ce fut une entreprise ardue que de modifier l’étiquette. Madame des Ursins était la personne appropriée pour ce combat contre les moeurs et coutumes espagnoles. Son esprit conceptuel lui permit d’appliquer, dans l’espace même du Palais de l’Alcázar, les modifications architecturales nécessaires à ces changements. Les confesseurs jésuites n’ont pas été en reste, et c’est sous l’influence des PP. Daubenton et Robinet que leur ministère s’est transformé en un véritable bureau des cultes. C’est à eux qu’est revenue la gestion de l’ample système bénéficiai espagnol. L’exercice de la médecine et de la chirurgie s’est, lui aussi, trouvé profondément modifié, avec la prépondérance du Premier Médecin au Protomedicato, celle du Premier Chirurgien au Protobarberato et, grâce au renouveau de la Real Botica, sous l’impulsion de Claude Burlet, Jean-Baptiste Legendre et Isaac Riqueur. Enfin, dans le domaine artistique, le renouveau français s’exprime dans les réalisations picturales et architecturales des peintres et maîtres d’œuvres venus de Paris.

9L’esprit de réforme échoua cependant dans le secteur commercial, où aucune innovation ne put voir le jour, notamment en ce qui concerne le système des voyages aux Indes. Les Espagnols n’ont jamais admis l’ingérence française en ce domaine, ni la contrebande éhontée faite par les marins français, ce qui devait concourir à l’insuccès du plan de commerce mis sur pied, en 1708.

10L’efficacité constatée de l’entourage français du roi, malgré son petit nombre, vient de la protection de Philippe V à son égard. Forts de cet appui, les Français procédèrent à des transformations de manière autoritaire, étayées par des décrets ou des ordres royaux. Leur rapidité et, parfois, leur manque de souplesse, viennent de ce qu’ils sont aiguillonnés par les nécessités résultant de la Guerre de Succession. Ils n’ont ni le temps ni l’envie de rechercher le consensus pour l’application de leurs projets. On assiste donc à une transformation de l’Espagne à marche forcée durant les premières années du règne.

11Comme tout ce qui est réalisé l’est dans l’urgence, il n’y a, dans l’activité des Français, aucune stratégie d’implantation dans l’administration espagnole sur une longue durée. On ne connaît pas d’exemples d’introduction dans les diverses covachuelas ou bureaux des finances, de l’armée ou du commerce, d’un personnel français. Au contraire, l’idée de ces réformateurs est de s’appuyer sur les Espagnols de bonne volonté acquis aux changements ou sur ceux qu’on appelait, sous Charles II, les novatores. L’administration espagnole est ainsi « truffée » de leurs amis ou obligés. Cela se fait d’ailleurs de manière discrète, et il n’est pas certain que le réseau espagnol de ces Français ait été entièrement mis à jour.

12Néanmoins, dès 1703, on note que Jean Orry a pour informateurs Antonio Ortiz, secrétaire d’État, Joseph Equizaval, secrétaire du Conseil de Hacienda, ou Gregorio de la Fuente, fiscal du tribunal des Comptes. De même, de concert avec Amelot, il utilise les services du marquis de Canales, à qui sont confiées, un temps, les affaires de la guerre. Ils prennent appui sur le marquis de Mejorada, qu’ils placent au sein de la secrétairerie du despacho, puis, surtout, sur José Grimaldo, nommé au secrétariat de la guerre, en 1705, homme clef de la réorganisation du gouvernement. En 1714, Orry fait aussi confiance à Manuel de Vadillo, qu’il fait nommer secrétaire du despacho et à Miguel Duran, placé à la tête d’une secrétairerie d'État. Plus tard, le maréchal de Tessé recommandera au roi Juan Bautista Orendayn, Sebastián de la Cuadra, les frères Patiño.

13Des personnalités comme le duc d’Atrisco ou Lorenzo Armengual, évêque de Gironda, sont placés respectivement à la tête du Conseil des Indes et du Conseil de Hacienda, pour les contrôler. Il en est de même, en ce qui concerne Juan de Horcasitas, marquis de Moriana, pour la nouvelle Tesoreria mayor créée par Orry, dont il est l’agent, à partir de 1703. Le marquis de Ronquillo, gouverneur de Castille, est aussi quelqu’un de solide, bien que le temps a montré qu’il n’était pas toujours acquis aux Français.

14Ambroise Daubenton ou Nicolas Partyet agissent pareillement en s’appuyant sur Bernardo Tinajero ou Gabriel Pinedo, tous deux secrétaires au Conseil des Indes. Ambroise soutient la carrière de ceux qui le renseignent, comme Eugenio Miranda y Gamboa, placé à la tête de la nouvelle ferme des tabacs, puis nommé président de la junte chargée d’apurer les comptes de l’ancien Consulat de Séville, en 1706. Il permet aussi à Joseph de Los Rios, fiscal du Conseil des Indes, d’accéder au poste de juge assesseur. On apprend incidemment quelques noms d’informateurs comme Miguel de Erasquin et M. Aperegui, secrétaires dans le Conseil des Indes, ou Francesco Daza, secrétaire d’État au Conseil de Mar y Tierra. Les « juges conservateurs de la nation », le marquis de Castrillo, puis Pascual de Villacampa, sont aussi acquis aux Français.

15Les militaires, de leur côté, s’emploient à la promotion des officiers ou intendants espagnols de valeur. Le duc de Berwick fut ainsi à l’origine des brillantes carrières de José Pedraja, intendant d’armée, et de celle de Baltazar Patiño, dont il avait remarqué l’efficacité comme fournisseur des vivres. Il repère les talents du marquis de Bay comme directeur de la cavalerie. Il apprécie la valeur de D. Gaetano, maréchal de camp, à qui il confie la conduite des troupes après la campagne portugaise. Il cite plus d’une fois, pour en faire l’éloge, Juan de Cereceda, colonel de cavalerie, Joseph Amezaga, qui s’illustra à Almansa avec deux escadrons de cavalerie. Berwick et les autres chefs militaires français ont ainsi aidé d’humbles officiers à percer. Bien souvent, leur départ désespérait ces soldats, qui craignaient de voir leur avancement bloqué.

16Les confesseurs jésuites placent aussi dans les postes ecclésiastiques ceux qui marquent leur fidélité à la nouvelle dynastie et à sa nouvelle politique. Les archives laissées dans la section Gracia y Justicia à Valladolid sont, à ce sujet, éloquentes. Le P. Robinet est particulièrement pointilleux dans l’accomplissement de cette tâche.

17Madame des Ursins agit de même pour le choix des dames de la reine et de son personnel. Ne sont acceptées que celles qui vivent à la française. Quant au service du roi, il est principalement assuré par les membres de la casa francesa. L’année des réformes des Conseils, en 1713, marque aussi l’arrivée en poste d’un personnel issu des bureaux de Mejorada et de Grimaldo. Tout cela est supervisé par Jean Orry, mais aussi par Melchor de Macanaz, aux sentiments francophiles assurés. Autant dire que ce sont des hommes acquis aux nouveautés qui se trouvent placés, soit dans les présidences des Conseils, soit parmi les conseillers et secrétaires. Cette stratégie permet de mieux comprendre comment l’esprit des réformes a pu perdurer malgré les départs, souvent dans des conditions brutales, de ceux qui en étaient à l’origine.

18En effet, les renvois intempestifs, suivis de retours en grâce, n’ont pas contribué à instaurer un climat de confiance. De même, le manque d’union, dans les premières années du règne, a gâché beaucoup d’efforts. Ce n’est que dans l’unité retrouvée, entre 1705 et 1709, que les affaires purent évoluer favorablement.

19Mais les Français se sont aussi retrouvés freinés par les tergiversations de Versailles. La cour de France apparaît parfois gênée par l’esprit entreprenant des conseillers français et, après 1709, les avis divergent sur la conduite à tenir à Madrid. De plus, elle se fait bien souvent l’écho des querelles madrilènes. Les ministres de Louis XIV apparaissent souvent peu unis. Tout cela contribue au processus d’érosion de l’influence française chez les Espagnols.

20Ceux-ci nourrissent un esprit d’opposition à la présence française depuis bien des générations. Bien que latent, dans les premières années, sous prétexte de la célébration de l’unité des deux couronnes, il ne s’en développe pas moins avec constance. En particulier, au sein de la grande noblesse qui tente de retrouver son emprise sur le roi. Mais aussi, dans les milieux bourgeois ou populaire, où la francophobie n’est jamais loin. Certains clercs n’hésitent pas, eux non plus, à fustiger dans leurs écrits, la présence française. La littérature de publicίstica parue à cette époque, en témoigne. Après 1709, les Français doivent tenir compte de ces oppositions au sein de la population et sentent, plus d’une fois, combien leur présence à proximité de la personne royale est critiquée.

21Il n’en reste pas moins que, malgré toutes les embûches placées sur leur route, les Français ont imprimé leur marque à l’Espagne et ont contribué à son ouverture sur le monde européen. Leurs réalisations sont là pour en témoigner.

2. Évaluation des résultats de leur activité sur l’Espagne

22L’esprit de réforme manifesté par les Français présents à la cour répondait à deux critères : centraliser toujours davantage le pouvoir royal et moderniser l’Espagne. L’entourage de Philippe V s’inspira du modèle de la monarchie française pour présider aux changements.

23À force de volonté, l’ensemble des rouages de la monarchie fut touché. Ainsi, les organes du gouvernement subirent des évolutions drastiques. La transformation du système polysynodal, incongru pour les Français, et défaillant, en 1700, fut l’objectif majeur poursuivi. Dans un premier temps, le despacho, renouvelé par la présence de l’ambassadeur, devint le cœur du pouvoir, d’où partaient les ordres et les règlements. Ce processus de marginalisation des Conseils fut accentué par la création, en 1705, de deux secrétaires du despacho, avec lesquels le roi travaillait, se débarrassant de la tutelle de ses conseillers pour décider souverainement avec ses ministres. En 1713, l’ambassadeur de France considérait ces deux secrétaires comme de véritables secrétaires d’État, comme cela se pratiquait en France. En 1714, il revient à Orry de mettre le point final à cette évolution en transformant les deux secrétaireries en cinq officines indépendantes, tenues par quatre secrétaires d’État (Estado, Justicia, Guerra, India y Marina) et un Intendant Universel (Hacienda). Ils travaillent tous en tête-à-tête avec le roi. Les Conseils sont désormais marginalisés ; la centralisation du pouvoir est réussie.

24Cette centralisation fut appliquée au niveau territorial. Ce rêve, déjà caressé par le comte-duc Olivares, fut réalisé par le marquis d’Amelot et ses amelotistas, suivant le néologisme employé à l’époque. Cela se fit dans l'effort, et dans la douleur, pour les populations de ces régions. Si l’ambassadeur de France fut à l’origine des décrets de Nueva Planta, ce sont les militaires français qui les imposèrent sur le terrain, comme Asfeld à Valence, en tant que capitaine général, le marquis de Joffreville à Saragosse, dont il était le gouverneur, ou le maréchal de Vendôme en Aragon, général en chef des armées. Ainsi souhaitait-on permettre au roi d’exercer une autorité directe sur ces provinces, en court-circuitant le réseau des anciennes oligarchies municipales. Ce n’est qu’en 1715, que la Catalogne est, à son tour, soumise à ce nouveau régime, grâce à la prise de Barcelone par le maréchal de Berwick, tandis qu’à Majorque, le chevalier d’Asfeld, qui en a fait la reconquête, travaille aussi à sa diffusion. À toutes les étapes de la politique de Nueva Planta de Philippe V se trouvent les Français de son entourage. Très engagés, comme les politiques que sont Amelot et Orry ; plus modérés, comme les militaires que sont Berwick et Orléans, c’est à eux que l’on doit cette profonde transformation du pouvoir à l’échelle régionale ou municipale. En moins de quinze années, ils sont parvenus à remettre en cause une tradition doublement séculaire de l’exercice de la monarchie. Là où le roi devait négocier, il peut désormais s’imposer à travers sa propre administration, composée des intendants, des nouveaux corregidores et du personnel implanté dans les chancelleries, le tout étant supervisé par les capitaines généraux de Province.

25Cet effort fut prolongé dans le domaine financier. Pour les Français, les impôts castillans pléthoriques, la manière de les recouvrer et l’absence de participation des autres provinces du royaume semblaient un système parfaitement absurde. Le but fut de rationaliser cet ensemble et d’assurer ainsi une indépendance nouvelle au pouvoir royal. Orry, puis Amelot, s’activèrent à la fois pour réformer le système central de la Hacienda et pour changer le mode de perception qui se faisait par les oligarchies municipales, souvent au détriment du roi. Les nécessités de la guerre imposaient de trouver d’urgence un nouvel équilibre entre les dépenses et les recettes. Aussi constate-t-on qu’en 1714, les deux monopoles royaux du sel et du tabac ont leur propre administration d’une grande efficacité ; qu’un petit nombre de fermiers gèrent les renias provinciales, c’est-à-dire les anciennes rentes royales (il n’était pas encore temps d’établir une régie directe pour le roi) ; tandis que les rentas generales, rentes perçues sur la circulation des marchandises, étaient administrées par une junte sise à Madrid. Cette nouvelle organisation des impôts castillans en quatre axes principaux, perdurera au long du xviiie siècle. Les provinces de la Nueva Planta participèrent, elles aussi, davantage à l'effort financier par un nouvel impôt unique. Au niveau central, la création, le 2 octobre 1703, d’une Tesoreria mayor de Guerra, supplantant de fait la Tesoreria General, eut pour principe de faire du roi le seul maître des fonds en les concentrant en une caisse unique. Enfin, la création d’un Intendant Universel des Finances permit l’autonomie de ce département par rapport au Conseil de Hacienda. Si les difficultés financières du roi sont toujours importantes et la pratique du nouveau règlement parfois chaotique, il n’en reste pas moins que les recettes augmentent grâce à ce réaménagement marqué du sceau de la centralisation.

26La volonté de rendre le roi maître de son armée contribua à la restructuration de ce corps. Pour assurer une meilleure surveillance dans le recrutement et dans le financement, un secrétaire de la guerre fut nommé, permettant ainsi de passer outre le Conseil de Guerre. Mais la réorganisation des troupes, dont Orry fut à l’origine, soutenu par Amelot, Madame des Ursins, Berwick, Tessé et Puységur, prit un peu plus de temps. On commença par créer des régiments d’élite, les gardes du roi d’Espagne, sur le modèle des gardes du corps et gardes-françaises ; puis, dans l’ensemble de l’armée, fut introduite la division en régiments pour l’infanterie et en brigades pour la cavalerie, mettant fin ainsi à l’antique organisation des tercios et trozos. On remania l’État-Major en le dotant d’une structure plus rigoureuse ; on adopta une nouvelle échelle des grades, copiée sur celle de France. Bien plus, de même que le capitaine des gardes est sous l’autorité directe du roi, de même les officiers sont soumis aux ordres royaux et non plus à ceux du Conseil de Guerre. Désormais, l’ascension est plus aisée, plus juste, et les charges militaires redeviennent prestigieuses pour une noblesse qui avait déserté les armes. La discipline est revivifiée par la présence de nouveaux commissaires de guerre, qui luttent contre la fraude en contrôlant la distribution des paies. De nouveaux corps d’artilleurs et d’ingénieurs voient le jour. La réorganisation des milices n’est pas oubliée, permettant l’instauration des cadets qui, placés à leur tête, forment une sorte d’école militaire pour la noblesse, comme en France. L’armée espagnole a totalement changé de visage et le roi s’en trouve le chef absolu, ce que n’avaient jamais été, avant lui, les rois Habsbourg.

27La marine aussi bénéficie d’une remise en ordre. En 1714, c’est Orry, épaulé par Antoine Sartine, qui s’efforce de lui donner un nouvel élan grâce à la création d’une secrétairerie de Marine. Ce sera le point de départ de toutes les réformes postérieures. Enfin, si la réorganisation du commerce ne porta guère de fruits immédiats, les institutions qui le gèrent furent, cependant, remaniées pour lutter contre la fraude. C’est ainsi qu’à partir de 1705, les membres du Consulat de Séville purent être mis en procès. En sous-main agissait le commis de marine, Ambroise Daubenton.

28Les réformes ne furent pas seulement réalisées dans l’appareil administratif ou militaire. La vie de cour fut largement touchée par ce raz-de-marée voulu par l’entourage français. À l’intérieur du Palais, la langue française fut davantage employée. Le brassage cosmopolite avec les Flamands, les Irlandais, les Italiens, en imposait bien souvent l’usage. La musique, le théâtre et la peinture rendaient sensible cette prépondérance. Les services de la Bouche et du Gobelet distillaient mets et vins français. Mais, plus que tout cela, ce sont les transformations de l’étiquette, opérées sous la direction de Madame des Ursins et de l’ambassadeur, ainsi que l’évolution vestimentaire, qui ont contribué à ouvrir la cour madrilène vers l’extérieur. Désormais, le roi peut être vu. Il adopte des allures plus libérales et ouvertes que ses prédécesseurs. Madrid ne sera jamais Versailles, mais l’évolution est déjà assez frappante pour être remarquée par les contemporains, et suffisamment mortifiante pour les Grands, habitués à disposer, seuls, des entrées auprès du roi. Cette époque est à jamais révolue. La grande noblesse se sent désormais éloignée des affaires.

29Ces réformes ont suscité des tensions nombreuses. Trop d’intérêts particuliers se trouvaient lésés, que ce soit dans la haute noblesse ou chez les membres des oligarchies municipales. De plus, les Français ont parfois voulu agir trop vite, et, de simples tensions, on en est arrivé à de véritables blocages. Au point que Philippe V a dû plusieurs fois, contre son gré, mais pour résoudre la crise politique dans laquelle il se trouvait engagé, se défaire de ses conseillers français. Trois domaines sont concernés.

30En premier lieu, nous l’avons dit, l’idée des Français de changer l’organisation des voyages aux Indes a heurté de front les Espagnols qui, depuis la découverte des Indes de Castille, étaient les seuls à pouvoir s’y rendre « en droiture ». L’image du galion pour le Pérou, comme symbole de richesse, est encore très forte dans l’imaginaire espagnol ; la crainte d’en être dépossédé l’est tout autant. Philippe V est gagné lui aussi à ces réticences et son orgueil royal est piqué lorsqu’il apprend l’étendue de la contrebande faite par les corsaires français, qu’il soupçonne son grand-père de ne pas refréner. Après 1709, Philippe V laisse ses ministres espagnols conserver le commerce « sur l’ancien pied ».

31Dans le domaine religieux, la prépondérance royale prônée par les Français effraye l’épiscopat espagnol, même celui qui est le plus acquis à la cause du Bourbon. Le rôle du Pape, seul à pouvoir donner des privilèges apostoliques au roi pour lui permettre d’imposer son clergé, est difficilement remis en cause. Le pas de trop fut la réforme tentée contre l’Inquisition, en 1714, qui suscita des controverses en faveur des immunités ecclésiastiques. Face à cette fronde et, pour se ménager son haut-clergé, Philippe V préfère ajourner ses réformes.

32C’est à la même époque qu’il renonce aux profondes transformations opérées au sein des Conseils pour les maintenir dans une position mineure. Les décrets, parus en 1713, instaurant une présidence collégiale dans les divers conseils, notamment celui de Castille, avaient engendré des phénomènes de grèves et d’obstruction. Si les Français avaient réussi à supprimer les Conseils de Flandres et d’Aragon, et à amoindrir celui d’Italie ou le Conseil d’État, il n’en était pas de même pour les autres. Les conseillers défendaient avec d’autant plus d’acharnement leurs anciennes prérogatives qu’ils se sentaient soutenus par les élites municipales, auxquelles ils étaient liés. En 1715, le renvoi des principaux réformateurs permet à Philippe V de dénouer la crise dans laquelle ils l’avaient engagé.

33Néanmoins, les acquis sont nombreux. Le principal est, sans doute, la création des Secrétaires d’État, avec lesquels le roi continue à travailler, même si l’époque d’Alberoni met tout cela, pendant un moment, entre parenthèses. De même, la réorganisation des finances et de l’armée se poursuit sur sa lancée. Les idées ont circulé, le personnel espagnol a été formé et bien placé par l’entourage du roi et l’expérience française a laissé des traces profondes dans les esprits innovants. Toutes les réformes ne sont donc pas sans lendemain. Bien au contraire, on constate que beaucoup de celles qui ont été contrecarrées sont appelées à produire de nombreux fruits tout au long du xviiie siècle. Les Conseils ne purent jamais vraiment récupérer leur ancien rôle. Le Conseil d’État, celui des finances et celui de la Guerre demeurèrent affaiblis. Le Conseil d’Italie fut supprimé en 1717. Seuls, ceux des Indes et de Castille perdurèrent. La dissolution de ce dernier n’aura lieu qu’en 1808.

34Pour ce qui est du commerce, le service des galions pour le Pérou disparaît en 1748, tandis que la flotte de la Nouvelle-Espagne s’éteint en 1778. C’est alors que le commerce est déclaré libre.

35Enfin, le xviiie siècle voit la réforme du clergé séculier imposée par la monarchie. Dès 1721, Philippe V soumet les produits des domaines ecclésiastiques, transportés de leur province d’origine à la province de résidence des propriétaires, aux droits communs de circulation. En 1753, un concordat établit la reconnaissance par le Saint-Siège du Patronage Universel de la Couronne, à laquelle se trouvent aussi transférées les réserves apostoliques. Exactement ce que souhaitaient Amelot et le P. Robinet. Au cours du siècle, se fera une exploitation para-concordataire approfondie, avec l’instauration de l'exequatur (la rétention des bulles pontificales, en attendant qu’elles soient examinées par le pouvoir royal), la réforme du tribunal de la nonciature, le nouveau statut des séminaires ou la réorganisation de la fiscalité ecclésiastique. Il faut attendre Charles IV, en 1789, pour décréter l’interdiction générale des aliénations de biens laïcs en mainmorte. Enfin, en 1805, s’incorporent à la couronne les seigneuries épiscopales.

36Cet esprit de réforme a été, dans tous ses traits et caractéristiques, initié par l’entourage français de Philippe V et poursuivi par des ministres nationaux, mais à un rythme plus adapté au tempérament espagnol.

37Tout s’est achevé pour les Français après les renvois de 1709, puis de 1714-1715, bien que des personnalités comme le P. Daubenton ou le maréchal de Tessé aient encore marqué la période jusqu’en 1724. La présence française ne s’est pas perpétuée et ceux qui étaient encore à Madrid n’ont plus eu de rôle politique. Néanmoins, il a été possible de suivre certains cas d’implantations de membres de l’entourage français, au sein de la familia francesa, de financiers ou de militaires et de rares cas de la noblesse. C’est sur cet essai de suites françaises, juxtaposition de destins individuels, qu’il nous faut conclure. Ainsi pourra être prise la mesure réelle de l’enracinement de cet entourage français.

3. Essai de suites françaises

38Parmi les Français que nous avons pu suivre dans les décennies suivant l’année 1725, trois groupes apparaissent. Ceux qui firent de bonnes carrières (voire brillantes pour certaines) auprès de Philippe V. Ceux qui purent placer un fils, un neveu ou un cousin comme successeur de leur charge, mais guère au-delà. Enfin, ceux qui surent créer une véritable lignée en Espagne et changèrent de nationalité.

  • 2 AECP, Esp., 490, fol. 460-461 v°, En elogio delExc.mo Senor Duque de Caylus.

39Nous pouvons classer le marquis de Caylus dans le premier groupe. Celui-ci refusa un mariage en France, en 1727, pour demeurer au service de Philippe V. Il obtint la Grandesse en 1759. Il fut fait vice-roi du Pérou, puis capitaine général, en 1734, dans les royaumes de Valence et de Murcie. En 1746, un petit texte anonyme en castillan fut imprimé, tout à sa gloire, où était vantée son intégration à la nation2. Cependant, à sa mort, il n’a aucun descendant pour assurer la continuité de sa famille en Espagne.

  • 3 Dans la seconde moitié du règne de Philippe V, il y eut un autre exemple d’intendant français, Fran (...)

40Sartine est un autre bel exemple de réussite, puisqu’il fut nommé intendant de Catalogne en 1726 et le resta jusqu’à sa mort le 5 août 17443. Un de ses fils s’engage comme sous-lieutenant de la garde royale mais meurt en 1743 en Italie. Son autre enfant, né le 12 juillet 1729, est envoyé en France pour faire son droit et finit par demander la nationalité française en février 1752, puis des lettres de noblesse, en 1755. Ce sera le fameux Sartine, lieutenant-général de Police de Louis XV et, en 1774, secrétaire d’État à la Marine. Donc, aucune intégration et même rejet de la nationalité espagnole. Ce qui est cependant intéressant est qu’au moment de la Révolution française, ce Sartine cherche refuge à Barcelone, sa ville natale, chez ses cousins Lacy et O’Connor ; il décèdera en 1801 à Tarragone.

  • 4 ANM, Consejo, leg. 9971, no 2, 7 juillet 1795. Ce baron de Crusy a deux fils dans l’armée contre-ré (...)

41Marcillac est un autre exemple. Philippe le chargea de mission à Paris en 1727, puis le nomma général des armées à Messine, en avril 1735, et enfin capitaine général des côtes de Grenade en 1737. En même temps, le 3 décembre 1737, Louis XV lui accorda la permission de porter les insignes de grand’croix de l’ordre de Saint-Louis. Il meurt à Madrid, sans descendant direct en 1739. Un de ses frères, Gabriel, effectue aussi de brillants services en Espagne, comme lieutenant du roi à San Sebastian. Deux autres servent en France. Ce n’est qu’à la fin du xviiie siècle, en 1795, qu’un comte de Marcillac, baron de Crusy, émigré français, sollicitera la naturalisation espagnole en raison des services rendus par ses oncles, ce qui lui sera accordé le 13 juillet4.

  • 5 RIA, Esp., IV, avril 1749.
  • 6 A. Mezin, Les consuls de France au siècle des Lumières (17151792), (1997), p. 640.
  • 7 C’est le cas des époux Louis Guichard et Catherine Fleury, après 1741 ; de Pierre-Charles Pasarat q (...)

42Parmi les proscrits politiques, beaucoup meurent au service de l’Espagne ou finissent par rentrer en France. Le comte d’Aydie († 1764) fut nommé lieutenant-général et capitaine général de Vieille Castille en 17415. Ce gentilhomme français préféra néanmoins rentrer en France et meurt en Périgord. Au sein des Bretons, certains obtinrent des lettres de rémission pour rentrer sur leurs terres, d’autres trouvèrent la mort en se battant en Italie. Le sieur Stalpert ayant vécu la majeure partie de sa vie en Espagne, décéda à Madrid (avant 1732), seul, car ses filles sont alors toutes pensionnaires au couvent Sainte Elisabeth de Paris6. Même au sein de la familia, bon nombre de Français préférèrent revenir finir leurs jours en France7.

  • 8 En 1721, dans son testament, Gaspard accorde une pension à un neveu, Carlos Degli, capitaine des ga (...)
  • 9 AECP, Esp., 459, 116 r°-v°, dans Y. Bottineau, L’art de Cour..., (1962), p. 591, n. 232.

43Dans notre deuxième groupe, c’est surtout au sein de la familia francesa que l’on trouve des cas d’héritage de charges lors d’une deuxième génération, mais sans davantage de continuité. Ainsi, la famille Hersan s’éteint à Madrid, en 1752, avec la mort du fils de Gaspard8. Mais la lignée perdure à Paris, avec Etienne Hersan, ancien cadet aux gardes du roi. Les familles Legendre et Vazet aboutissent, à la troisième génération, à une héritière, Madeleine, éduquée chez les Ursulines de Paris et mariée à Saint-Jean-Pied de Port. La nationalité française de sa famille fut réaffirmée dans un brevet en bonne et due forme, en 17409.

44Dufresnoy, après avoir fait éduquer son fils à Paris, parvient à le faire revenir pour servir dans l’office de la cirerie, en 1742. François Godro, garçon de la Garde-Robe, un des rares français à avoir épousé une Madrilène plaça son fils Julien, en 1753, comme garçon de la Chambre du roi. Nicolas Salomon, aide de la cuisine, obtient pour son fils Prançois († 1772), en 1739, le titre de tapissier de la maison royale. Martin Darius, Aide du Gobelet, place sa fille Françoise comme empeseuse de l’Infante, en 1739. Geneviève Ragon, après la mort, en 1733, de son époux, Louis Renard, place son fils aîné à la succession de son mari comme jardinier, fait donner une pension à deux de ses filles, tandis qu’une troisième épouse un Espagnol. La veuve de Jean Ranc, en 1735, fait en sorte que l’aîné de ses fils trouve un emploi dans la Chambre du roi afin de subvenir à une part de ses besoins.

  • 10 ANM, Consejo, leg. 8977, no 725, 29 octobre 1728. Pour son neveu, A. Jansen, op. cit., (1989), p. 2 (...)
  • 11 SSBL, XXXVI, p. 358, n. 2.
  • 12 Rohan-Polduc (Emmanuel) (1775-1797).

45Dans l’armée, Pierre Chateaufort obtient, en 1728, un titre de marquis du roi d’Espagne et a le poste de capitaine général de Castille, en 1737. Il appuie son neveu, Jacques Joseph Bousseau comme lieutenant, en 1720, lieutenant des grenadiers, le 10 octobre 1741, et capitaine, le 20 janvier 174410. Enfin, seule exception parmi les Bretons, le comte de Rohan s’installe en Espagne, où il épouse en secondes noces à Gibraltar, le 25 mai 1723, Marie Louise Veltoven. De ses deux fils du premier lit, le cadet obtient des lettres de rémission, le 26 mai 1734, pour rentrer en France11, mais l’aîné sert en Espagne et à Parme ; il fut l’avant-dernier grand-maître de Malte12.

46Mais, dans tous les différents cas sus-mentionnés, on ne peut suivre plus loin l’installation en Espagne. Il n’est pas certain qu'elle ait perduré dans une troisième génération.

  • 13 SSBL, XXXI, p. 184-185. Il s’agit de Catherine Berthe de Boufflers, décédée à Madrid, en 1738, à 36 (...)
  • 14 Marguerite Thérèse Colbert de Croissy (1682-1769) épousa en secondes noces, en 1704, le duc de Sain (...)
  • 15 V. de Cadenas y Vicent, Caballeros de la orden de Alcántara, t. 1 (1991), p. 267.
  • 16 V. de Cadenas y Vicent, Caballeros de la orden de Santiago. Siglo XVIII, t. 5 (1980), p. 206.

47Par contre, dans le troisième groupe, nous avons quelques cas de lignages, qui vont parfois jusqu’au début du xixe siècle. Si nos exemples sont, une fois de plus, tirés de la familia francesa, il faut cependant signaler l’existence d’exemples issus de la noblesse. Le plus fameux est celui du fils de Berwick, à l’origine de la famille des ducs de Liria. De tous les généraux venus au service de l’Espagne durant la Guerre de Succession, Berwick est le seul à y avoir fait souche. Parmi les grands nobles, c’est l’un des meilleurs cas d’intégration, même s’il y eut quelques autres alliances franco-espagnoles. La fille de la maréchale de Boufflers épousa le fils du duc de Popoli13 ; la sœur du marquis de Torcy se maria avec le duc de Saint-Pierre14. Le très francophile comte de Fernan-Nuñez, Joseph de Los Rios (1681-1749) épousa, à Paris, Charlotte félicité de Rohan Chabot (1718-1750). Leur fils, Carlos José Gutierrez de Los Rios y Rohan Chabot (1742-1795) se distingua au service militaire du roi et comme ambassadeur et eut descendance15. La Princesse des Ursins sera aussi représentée dans la personne de son petit-neveu, Jean Juste José Croy y Havré y Lanti de la Rovere, comte de Priego, chevalier de l’ordre de la Toison d’Or, Grand Croix de Charles III et colonel de la Garde Royale de l’Infanterie wallonne, en 1772, introduit dans l’ordre de Santiago cette année-là16.

  • 17 V. de Cadenas y Vicent, Extracto de los expedientes de la Orden de Carlos 3°, (1979), t. 8, p. 222- (...)

48Parmi les consuls de la marine, le cas de Partyet est un exemple d’intégration. Cet homme, bien qu’au service de la France, s’était complètement intégré en Espagne. Il parvint à donner la succession de son poste de Cadix à son fils Jean-Baptiste, tandis que sa fille épousait un Espagnol de cette ville, Ignacio Teodomiro Mora y Figueroa. Son arrière-petit-fils, José Marie Mora y Duarte Partyet y Castro Palomino est introduit, en 1795, dans l’Ordre de Charles III17.

  • 18 Chassebreuil (Pierre), marquis de la Roche, dans A. Jansen, op. cit., (1989), p. 216.
  • 19 ANM, Consejo, leg. 9930 (2).
  • 20 Le testament de Biaise de Beaumont en 1758, signale onze enfants, APR, 18132, fol. 738 et sv.

49Au sein de la familia francesa, les lignages sont dans des fonctions plus modestes, quoique l’on assiste à quelques carrières fulgurantes dans la deuxième moitié du siècle. La fille aînée de La Roche, issue de son premier mariage, Madeleine, épousa un officier militaire de Philippe V, Pierre de Chassebreuil qui prit le titre de marquis de la Roche18. Leurs deux filles, en 1789, étaient toutes les deux encore en vie, mariées à des Espagnols19. Biaise de Beaumont plaça tous ses fils au service du roi d’Espagne. En 1758, l’un est dans la marine, trois autres dans les régiments de Brabant, Bruxelles et Castille, et le dernier est encore à faire des études20.

  • 21 M. Zylberberg, Une si douce domination. Les milieux d’affaires français et l’Espagne vers 1780-1808 (...)
  • 22 Jean Lavedan fait partie des banquiers français de Madrid encore en place, en 1764, avec Etienne Dr (...)

50Il existe aussi des cas intéressants d’alliances avec les hommes d’affaires français de Madrid. Ainsi, la fille d’Etienne Roullier, épousa Etienne Drouilhet, commerçant et banquier de la capitale. La maison Drouilhet, fondée en 1717, est le plus ancien établissement français de la capitale. À la fin du siècle, elle est encore dirigée par trois Français, le petit-fils d’Etienne Roullier et deux cousins. Son arrière-petite-fille, mariée en France, fera gérer sa part par un Français de Madrid, à partir de 179621. La fille de Nicolas Dutillot, valet de Chambre du roi et de Louise Pascal, lingère, Marguerite Louise, épousa en premières noces un négociant de Rouen, Labourier, de la maison Labourier Planté et Cie, une des grandes sociétés spécialisées dans le commerce des laines du port normand. Devenue veuve, elle épousa Pierre Dabent, venu de Toulouse, actif à Madrid dans les affaires et depuis longtemps associé à Jean Lavedan22, originaire de Vic et Bigorre. Jusqu’à son décès en 1783, Marguerite Louise Dutillot et Cie appartient au « gotha » du monde bancaire madrilène.

  • 23 Philippe V recommandera le beau-frère de Lacombe, un certain Latour, pour obtenir une place dans la (...)

51Les autres cas que nous connaissons concernent des personnes qui sont toutes restées proches de la cour. Il en est ainsi pour la famille Valois. Le petit-fils de Charles Valois est, en 1780, doyen des porteros de cadena, mariée à une Espagnole. Dans la famille Lacombe, il existe aussi une bonne stratégie pour conserver des postes dans la Chambre du roi. Vincent marie sa fille à José Cabezon y Sesé, aide de la Chambre. Jean-Baptiste place son fils Louis au service de l’Infant et marie une de ses filles à François Destandau aide et médecin de la Chambre du roi et la seconde à Manuel Petriz y Manrique, Veedor (contrôleur) de la cavalerie de la reine23. Son petit-fils, Francesco Petriz y Lacombe, avec cette intéressante filiation, (sans oublier un arrière-grand-père mort en Italie en 1702), sera tout naturellement, nommé aide de la Chambre.

  • 24 Louis Toussaint est particulièrement honoré par le roi, qui accepte d’être parrain de l’un de ses e (...)
  • 25 V. Cadenas y Vicent, Caballeros de la orden de Santiago. Siglo xviii, t. 3 (1978), p. 227 et 238.

52Les deux frères Arnaud ainsi que Louis Toussaint24, dans le service de la Chambre, sont tous trois honorés de l’ordre de Santiago, en 1743 et 174425. Cela permet des alliances prestigieuses. Ainsi Nicolas Arnaud marie sa fille à Adam de Lebszeltern, ministre plénipotentiaire de l’Empereur à Lisbonne. Il finira ses jours auprès d’elle, en 1787, au Portugal.

  • 26 Durant le règne de Ferdinand VII († 1833), de retour, en 1814, sur le trône, l’Espagne connut un in (...)

53Guillaume Bernier, au service du Gobelet depuis 1707, a trois fils. Le premier sert à Madrid, le second retourne s’installer en France et le troisième passe à Naples avec l’Infant D. Carlos. En 1759, quand celui-ci reviendra d’Italie, Dominique Bernier sera nommé aide de la Chambre. Le 17 janvier 1787, il est promu chef de l’office de Guardajoyas. À cette occasion, il est fait chevalier de l’Ordre de Charles III. Dans le service de la Bouche, l’arrière-petit-fils de Jean Dufour, entre au service du Gobelet de la reine en 1792. Chez les Duguet, on retrouve un Victor Duguet, comme cuisinier de Charles IV. Le petit-fils de Pierre Fournier meurt, en 1822, étant encore membre du service de la Cave. Son arrière-petit-fils, Manuel, n’appartient plus à la Maison royale, mais revendique les services de sa famille, en 1824, pour obtenir une aide financière afin de s’engager comme volontaire dans l’armée26.

  • 27 En 1731, la mort du duc Antoine François Farnèse fit échoir le duché de Parme à l’Infant D. Carlos (...)
  • 28 Sa disgrâce entraîna la baisse de la banque gérée par sa sœur à Madrid, Marguerite-Louise Dutillot (...)
  • 29 C. Nisard, Guillaume Du Tillot. Ministre des Infants ducs de Parme, Don Philippe et Don Ferdinand.,(...)

54Enfin, le cas le plus spectaculaire de réussite réside en la personne de Guillaume Dutillot, fils d’un garçon de la Garde-Robe et d’une lingère du roi, Louise Pascal. En 1730, il est nommé garçon de la Chambre puis, en 1741, passe au service de l’Infant Philippe. Il se rend ensuite avec lui à Parme, en 1748, comme intendant général de la maison royale27. En 1759, il est nommé contrôleur général des Finances du duché de Parme. Diplomate brillant, il poursuit auprès de son maître une carrière fulgurante. Il contribue à la réorganisation du duché et à sa restauration économique. Champion de la politique française, il veille à entretenir des liens étroits avec la France et sa politique en porte la marque. Il fait de Parme un centre de rayonnement de l’art français sous toutes ses formes et un creuset d’influence franco-italienne. Il est créé marquis de Felino en 1769. Disgracié par le fils de D. Felipe, en 177128, il se retire en Espagne puis en France où il meurt, en 177429.

  • 30 En 1748, le marquis de la Ensenada fit une réforme de la Maison du roi, sans doute la plus importan (...)

55Le séjour italien auprès de D. Carlos ou de D. Felipe, l’un futur monarque et l’autre prochain duc de Parme, est important pour l’évolution de certains membres de la familia francesa. En effet, après la mort de Philippe V et, à moins d’avoir un lien personnel avec un des Infants, l’existence de ce groupe français est menacée par une série de réformes de la Maison royale30. La familia francesa disparaît des documents et ses membres sont absorbés dans la Casa Real Española. Des rationalisations ont lieu, empêchant le cumul de postes sans dérogation possible. Désormais, les Français qui restent en poste à Madrid sont ceux qui ont su ménager l’avenir soit en se faisant remarquer par l’un des princes royaux, soit en faisant des mariages avec des Espagnols eux-mêmes en place, afin de s’intégrer plus rapidement dans le nouveau plan de la cour. Ceux-là se sont enracinés.

56Si la notion de maison française s’effrite au cours de la deuxième moitié du règne de Philippe V, et davantage encore après sa mort, que ce soit par les décès, les retours en France ou l’intégration dans le tissu social espagnol, en même temps, persiste un esprit français à la cour, par l’habitude conservée de faire appel, en certains domaines, à des Français. Il est donc entretenu par des apports extérieurs, mais dont le flux tend à se tarir au cours du siècle.

  • 31 Sur les conditions de sa venue, cf. AGS, Estado, Negociado de Francia, leg. 4380.
  • 32 François Destandau († 1742) fut premier médecin de la reine-veuve, Marie Anne de Neubourg. Il est n (...)
  • 33 L. Ducos-Pons, « Le quercynois Guillaume Jacob, professeur de médecine dans l’Espagne du xviiie siè (...)
  • 34 J. Riera, loc. cit., 14 (1975), p. 98.
  • 35 Iborra, op. cit., 1884 (éd. 1987), p. 252 ; J. RIERA, loc. cit., p. 97.
  • 36 Riqueur sera remplacé par Bartolomeo Perez Duran († 1748), l’aide le plus ancien au service de Quim (...)

57C’est le cas dans le domaine de la médecine où les rois continuent à s’entourer de spécialistes français. Thomas Duchesnay-Desprez31 († 1759), anatomiste issu de l’École de chirurgie de Paris remplace Legendre, en 1737, comme Premier chirurgien du roi et occupe un siège au Protobarberato. Il est assisté par Louis Joseph Clément Alviet, anatomiste. Par décret royal du 16 juillet 1739, ce dernier obtient la place de chirurgien et sangrador de la famille royale. Joseph Dumont, docteur en médecine de la faculté de Montpellier, exerce à Madrid, vers 1734, avec l’autorisation du Médecin du roi, Joseph Cervi. En 1738, il obtient la charge de médecin de la famille royale. François Destandau32 a aussi le titre de médecin de la Chambre, en 1736. Guillaume Jacob33, lui aussi de l’Université de Montpellier, succède, en 1732, à Biaise de Beaumont comme Disector Regio à la Regia Sociedad de Medicina de Sevilla. En 1745, il est nommé médecin de la Chambre. Jacques Payerne34 qui fut un temps chirurgien de l’ambassade de France, devient, dès 1730, chirurgien de famille et, en 1741, porte le titre de chirurgien-accoucheur. En 1745, Jean Routier et Jean Royer35 sont mentionnés comme chirurgiens de la Chambre du roi. Mais le premier Médecin du roi reste l’Italien Cervi. Quant à Riqueur, après son décès, en 1737, c’est un de ses aides espagnols parmi les plus anciens qui le remplace36.

  • 37 Fevre (Jacques Antoine), (1689-1768).
  • 38 APR, Personal empleado, C. 308/15. Né en Ardennes, il fut professeur en divers collège dont celui d (...)

58Si le roi conserve bien à ses côtés un confesseur jésuite, il faut attendre la fin du règne pour retrouver un Français auprès du roi, le P. Jacques Antoine Fèvre37. Tout d’abord précepteur des Infants, signalé en 1737, puis confesseur du roi dont il avait la confiance. De même, on note la présence d’un P. Jean-Baptiste Duchêne qui eut, en 1740, le poste de précepteur du cardinal-infant. Il écrit un Abrégé de l’Histoire d’Espagne qui sera traduit en castillan en 1792. Dès 1744, il est de retour en France comme recteur du collège de Dijon38.

  • 39 Y. Bottineau, L’art de Cour, (1962) : « L’affermissement de l’influence française », p. 571-596.
  • 40 Y. Bottineau, op. cit., 582-589.
  • 41 Né en 1681, élève des Coustou, Y. Bottineau, op. cit., p. 573-575.
  • 42 Il est arrivé en 1740 à l’atelier de Balsain, Y. Bottineau, op. cit., p. 576-582.
  • 43 Ibid. Les deux frères Dumandré, Antoine et Hubert sont nés en Lorraine, en 1700 et 1701. Ils étudiè (...)
  • 44 Y. Bottineau, op. cit., p. 421.
  • 45 Ibid., p. 420.
  • 46 Ibid., p. 412.

59La tradition française dans les arts perdure elle aussi39. À la mort de Jean Ranc, son atelier est repris par Louis-Michel Van Loo40, arrivé de France en 1737. Mais ce ne fut qu’une étape dans sa carrière puisqu’il repartit, en 1752, pour entrer au service de Louis XV. Frémin est remplacé à San Ildefonso par Jacques Bousseau41 qui meurt prématurément en 1740. Mais il eut le temps d’achever quelques-unes des fontaines du Parc et ses élèves, Pierre Pitué42 et Hubert Dumandré43 poursuivent ses travaux. Ce dernier sera à l’origine d’une lignée d’artistes au service des Bourbon d’Espagne jusqu’au xixe siècle. Il semble que l’art des jardins ne puisse être supervisé que par un Français. Ce sera Etienne Boutelou, arrivé vers 1733, et l’ancêtre d’une lignée féconde, que l’on retrouve pendant plusieurs générations dans les divers jardins des rois d’Espagne44. Les ouvrages hydrauliques furent réalisés à la Granja par deux fontainiers français, Joseph Loiseleur, de Versailles et Henri Duveau, de Chantilly, venus en 1734. En 1746, c’est encore l’un de leurs compatriotes, François Guillaume, qui exerce les fonctions de Fontanero mayor45. Enfin, Leandre Brachelieu ou Etienne Marchand, appartenant tous deux au corps des ingénieurs militaires, dirigèrent les travaux d’architecture à Aranjuez à partir de 173246.

60Désormais, ce qu’on appelle l’influence française à la cour madrilène est devenue entièrement et uniquement culturelle, à travers les arts, la médecine, le service de la Bouche, dont on a vu l’importance, la persistance d’une cave française, l’art des jardins, la mode ou l’emploi de la langue française. Ce n’est déjà pas si mal. Mais d’initiatives politiques ou réformatrices de la part de Français, il n’en sera plus jamais question.

61L’Espagne a montré qu'elle n’a pas vocation à devenir un simple épigone de la France. Philippe V a su marquer son autonomie et son indépendance vis-à-vis de ses conseillers français et, partant, de son puissant voisin. Si lui-même et ses successeurs souhaitent s’inspirer de l’exemple français, l’admirent et l’apprécient, ils entendent aussi conserver l’originalité du pays qui leur fut confié en 1700.

62C’est cette conception des choses qui sert de ligne de conduite aux Bourbons d’Espagne tout au long du xviiie siècle et qui explique à la fois l’ouverture de la Péninsule vers la modernité et, en même temps, son évolution différente par rapport à la France.

Notes

1 J. F. Labourdette, Philippe V (2002), p. 567, Philippe V au marquis de Scotti, janvier 1746. À propos d’un traité franco-sarde réalisé en secret de l’Espagne.

2 AECP, Esp., 490, fol. 460-461 v°, En elogio delExc.mo Senor Duque de Caylus.

3 Dans la seconde moitié du règne de Philippe V, il y eut un autre exemple d’intendant français, François Driget, marquis de Malaspina (1745) et son fils héritera du titre en 1756.

4 ANM, Consejo, leg. 9971, no 2, 7 juillet 1795. Ce baron de Crusy a deux fils dans l’armée contre-révolutionnaire. Il se propose de monter en Espagne un petit établissement agricole. Un de ses fils (Pierre Louis Auguste, marquis de Marcillac, 1769-1824), servira en Espagne et écrira des ouvrages sur ce pays, B. et L. Bennassar, Le voyage en Espagne…, (1998), p. 1211.

5 RIA, Esp., IV, avril 1749.

6 A. Mezin, Les consuls de France au siècle des Lumières (17151792), (1997), p. 640.

7 C’est le cas des époux Louis Guichard et Catherine Fleury, après 1741 ; de Pierre-Charles Pasarat qui, après avoir rédigé pour l’infant D. Carlos les Mapas historicos, chronologicosy universales (1743), obtint l’autorisation de se retirer à Paris (1752). Angélique Tesson, malade, se retira, elle-aussi, à Paris, en 1730, mais laissa sa charge à sa sœur. Pierre Mercier, chef de la Bouche du roi, résidait à Paris, paroisse Saint Paul et Pierre, Veron, le fils du premier Boulanger, demanda pour cause de santé, en 1749, de pouvoir demeurer en France. Quant aux artistes, Frémin reçut honneurs et titres du roi d’Espagne en 1727, mais retourna en France en 1738 ; Thierry était reparti, dès 1728, muni d’une gratification et d’une pension viagère. Houasse mourut en France, en 1730, après s’y être rendu pour se soigner.

8 En 1721, dans son testament, Gaspard accorde une pension à un neveu, Carlos Degli, capitaine des gardes wallonnes de Philippe V. Nous n’avons aucun autre renseignement sur ce militaire, AHP, 12819, fol. 138.

9 AECP, Esp., 459, 116 r°-v°, dans Y. Bottineau, L’art de Cour..., (1962), p. 591, n. 232.

10 ANM, Consejo, leg. 8977, no 725, 29 octobre 1728. Pour son neveu, A. Jansen, op. cit., (1989), p. 201.

11 SSBL, XXXVI, p. 358, n. 2.

12 Rohan-Polduc (Emmanuel) (1775-1797).

13 SSBL, XXXI, p. 184-185. Il s’agit de Catherine Berthe de Boufflers, décédée à Madrid, en 1738, à 36 ans.

14 Marguerite Thérèse Colbert de Croissy (1682-1769) épousa en secondes noces, en 1704, le duc de Saint-Pierre. Elle revint en France après le décès de son mari, donc après 1727.

15 V. de Cadenas y Vicent, Caballeros de la orden de Alcántara, t. 1 (1991), p. 267.

16 V. de Cadenas y Vicent, Caballeros de la orden de Santiago. Siglo XVIII, t. 5 (1980), p. 206.

17 V. de Cadenas y Vicent, Extracto de los expedientes de la Orden de Carlos 3°, (1979), t. 8, p. 222-223.

18 Chassebreuil (Pierre), marquis de la Roche, dans A. Jansen, op. cit., (1989), p. 216.

19 ANM, Consejo, leg. 9930 (2).

20 Le testament de Biaise de Beaumont en 1758, signale onze enfants, APR, 18132, fol. 738 et sv.

21 M. Zylberberg, Une si douce domination. Les milieux d’affaires français et l’Espagne vers 1780-1808, (1993), p. 471. Etienne Drouilhet appartenait à une famille d’armateurs et de négociants bayonnais. Il étendit les activités de sa maison au point d’en faire, au début des années 30, une des principales banques françaises avec celle de Brethous frères, à renommée internationale. Il a de bonnes relations au sein du gouvernement espagnol avec Verdes Montenegro et Campillo. Beaumarchais, reçu chez lui, vers 1760, le dira sympathique mais affublé d’une femme « aux mines et aux avis ridicules », toute « imbue de sa richesse ». Il se retire vers 1777. Le fils d’Etienne Drouilhet et de Françoise Roulier eut le titre de comte de Carrion y Calatrava. Né en 1737, il se marie, en 1764, dans le milieu d’affaire français (une héritière de la famille Béhic de Bayonne et Cadix), est associé à son père, en 1765. Il s’est fait naturaliser espagnol. Ibid., p. 133-134.

22 Jean Lavedan fait partie des banquiers français de Madrid encore en place, en 1764, avec Etienne Drouilhet, de Bayonne, Honoré Pascaly, de Marseille et Pierre Dabent de Toulouse, ibid., p. 129.

23 Philippe V recommandera le beau-frère de Lacombe, un certain Latour, pour obtenir une place dans la Ferme générale en France, J.-F. Labourdette, Philippe V (2001), p. 531.

24 Louis Toussaint est particulièrement honoré par le roi, qui accepte d’être parrain de l’un de ses enfants et fait réaliser un bijou de prix pour cette occasion, 21 août 1740, ANM, Estado, leg. 2480.

25 V. Cadenas y Vicent, Caballeros de la orden de Santiago. Siglo xviii, t. 3 (1978), p. 227 et 238.

26 Durant le règne de Ferdinand VII († 1833), de retour, en 1814, sur le trône, l’Espagne connut un intermède révolutionnaire libéral (1820-1823) auquel une action décidée par la Sainte-Alliance et confiée à la France (expédition des « Cent Mille Fils de saint Louis »), mit un terme. En 1824, débute la seconde période du règne.

27 En 1731, la mort du duc Antoine François Farnèse fit échoir le duché de Parme à l’Infant D. Carlos (1716-1788). En 1735 comme D. Carlos devient aussi roi de Naples, il cède Parme, sur la pression française et pour l’équilibre des puissances, à l’Autriche. Mais Philippe V refusa de ratifier ce traité. La France avait sacrifié avec légèreté ce duché au profit de l’acquisition pour elle de la Lorraine. En 1739, l’Infant Philippe (1720-1765) épousa Madame Elisabeth (1727-1759), fille aînée de Louis XV. Le roi de France, entre 1743 et 1748, s’engagea dans une guerre pour aider l’Espagne à reprendre ses possessions italiennes. En 1748, le duché revient à l’Infant Philippe.

28 Sa disgrâce entraîna la baisse de la banque gérée par sa sœur à Madrid, Marguerite-Louise Dutillot et Cie. Lui-même s’y était fortement investi.

29 C. Nisard, Guillaume Du Tillot. Ministre des Infants ducs de Parme, Don Philippe et Don Ferdinand., (1879) ; H. Bedarida, Parme et la France de 1748 à 1789, (1927).

30 En 1748, le marquis de la Ensenada fit une réforme de la Maison du roi, sans doute la plus importante du siècle, qui porta un rude coup à l’autonomie financière des hauts-officiers du Palais, mais dans laquelle les officiers plus humbles furent aussi pris (publication de divers décrets en ce sens, le 18 mars 1749). Charles III en fit une autre, en 1761, unissant les maisons et Écuries du roi et de la reine, supprimant toute une série d’offices devenus inutiles. Tout cela dans un esprit de rationalisation et d’économie, C. Gómez-Centurion Jimenez, « La reforma de las casas reales del marques de la Ensenada », Cuadernos de Historia Moderna, (20) 1998, p. 59-83.

31 Sur les conditions de sa venue, cf. AGS, Estado, Negociado de Francia, leg. 4380.

32 François Destandau († 1742) fut premier médecin de la reine-veuve, Marie Anne de Neubourg. Il est nommé médecin de la Chambre en 1736. Il a deux frères, François David, aide de la Chambre et Jean, résidant en France. Il a épousé une fille Lacombe, cf. J. Riera, Cuadernos de Historia moderna de la medicina española, 14 (1975), p. 98-99.

33 L. Ducos-Pons, « Le quercynois Guillaume Jacob, professeur de médecine dans l’Espagne du xviiie siècle », Bulletin de la Société des Études du Lot, 119 (1998). La chirurgie française est très en vogue en Espagne. À cette époque, se fait jour à Cadix, sous l’impulsion du Français Jean de Lacombe, chirurgien major de l’Armada, un mouvement de rénovation de la chirurgie qui donnera naissance, en 1748, à l’École de Chirurgie de Cadix

34 J. Riera, loc. cit., 14 (1975), p. 98.

35 Iborra, op. cit., 1884 (éd. 1987), p. 252 ; J. RIERA, loc. cit., p. 97.

36 Riqueur sera remplacé par Bartolomeo Perez Duran († 1748), l’aide le plus ancien au service de Quimico. Mais depuis 1724, il était secondé par Bernardo Abolin († 1738, à Madrid). Ce dernier avait servi aux armées et connaissait bien la cour.

37 Fevre (Jacques Antoine), (1689-1768).

38 APR, Personal empleado, C. 308/15. Né en Ardennes, il fut professeur en divers collège dont celui de Strasbourg, où il dédicaça au P. Robinet son Hispania partim suorum fide, partim Philippe Virtute, ex clade suâ triumphans, 13 jan. 1711, Sommervogel, II, col. 1112-1114.

39 Y. Bottineau, L’art de Cour, (1962) : « L’affermissement de l’influence française », p. 571-596.

40 Y. Bottineau, op. cit., 582-589.

41 Né en 1681, élève des Coustou, Y. Bottineau, op. cit., p. 573-575.

42 Il est arrivé en 1740 à l’atelier de Balsain, Y. Bottineau, op. cit., p. 576-582.

43 Ibid. Les deux frères Dumandré, Antoine et Hubert sont nés en Lorraine, en 1700 et 1701. Ils étudièrent chez les Coustou. On ne sait pas la date exacte de leur arrivée en Espagne, mais Dumandré eut la succession de Bousseau.

44 Y. Bottineau, op. cit., p. 421.

45 Ibid., p. 420.

46 Ibid., p. 412.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search