Version classiqueVersion mobile

Les Français de Philippe V

 | 
Catherine Désos

Chapitre 9. Entre tensions diplomatiques et pérennisation de la présence française à la cour madrilène : un équilibre délicat (1715-1725)

Texte intégral

  • 1 Bourbon (Louis Henri de Bourbon Condé) (1692-1740), prince de sang, ministre de Louis XV à la mort (...)

1Comment un Français d’Espagne, loin de son pays, peut-il réagir en temps de guerre, comme en 1719 ou, lors d’une rupture diplomatique profonde, comme en 1725 ? Doit-il quitter le Bourbon d’Espagne pour entrer au service du Régent ou du duc de Bourbon1, alors même que son implantation en terre espagnole est devenue durable ? Peut-il servir d’agent entre les deux partis ? Quel sera le regard des Espagnols sur lui en cas de conflit armé ?

  • 2 Ainsi, deux agents du duc d’Orléans, Flotte et Regnault demeurent, depuis 1709, dans les prisons es (...)

2Depuis la mort de Louis XIV, le 1er septembre 1715, le duc d’Orléans est devenu régent du royaume au nom du petit Louis XV, âgé de 5 ans. La relation du roi d’Espagne avec son cousin n’a pas la même qualité que celle qui pouvait l’unir à son grand-père. Des contentieux, parfois anciens, les opposent2. Le duc d’Orléans, sous des dehors pacifiques, rempli de bonne volonté envers l’Espagne, souhaitant l’insérer dans une politique stratégique d’alliances européennes, n’hésite pas, en se servant de voies secrètes, à s’ingérer dans les affaires internes espagnoles. Le véritable enjeu de la période, rarement exprimé avec franchise, tient à la validité des renonciations de Philippe V à la couronne de France. Le Régent craint une concurrence sur ce terrain et, pour cette raison, oscille entre conflits ouverts et tentatives d’union.

3Pour servir sa politique, la France a besoin de représentants efficaces et n’hésite pas à se servir de bien des talents et non pas seulement de ceux de ses ambassadeurs officiels. La complexité des situations diplomatiques l’oblige à se tourner vers le confesseur du roi, le P. Daubenton, qui a su constituer un pôle d’influence autour de lui.

4L’union entre les deux pays se manifeste lors de la mission du maréchal de Tessé, en 1724, dernier Français de confiance que Philippe V prend comme conseiller dans une affaire qui intéresse toute l’Europe, à savoir son abdication, puis son retour sur le trône d’Espagne. Tessé est le témoin idéal pour montrer combien l’Espagne, en vingt ans, a changé.

5Que restera-t-il de l’union des deux couronnes ? Sans doute est-ce au niveau de la société de cour qu’il faut le chercher. Dans ce monde ouvert et cosmopolite qu’est devenue la cour madrilène, les Français sont bien représentés et parfaitement insérés avec, encore, un reste de préséance. On constate désormais, au sein de la familia francesa et du microcosme français, composé de militaires, d’artistes ou de techniciens, une installation tranquille et une volonté de pérennisation. Quelques cas de filiations suivis au long du xviiie siècle, montrent que c’est dans ce groupe qu’une véritable union des deux pays, telle que souhaitée en 1701, semble s’être effectuée.

1. Un renouveau diplomatique franco-espagnol ?

Du ministère d’Alberoni à celui du P. Daubenton

Le temps de l’abbé Alberoni

  • 3 Sur l’activité d’Alberoni, cf. C. de Castro, A la sombra de Felipe V..., (2004), p. 322-329 ; p. 33 (...)
  • 4 Philippe V ne peut admettre la cession de Milan, de Naples, de la Toscane et de la Sardaigne. La re (...)

6Depuis le coup de Jadraque, suivi de l’éviction de l’ensemble des Français influents du ministère espagnol, Alberoni, appuyé par la reine, a pris la position de favori, dont l’aura augmente à mesure que baisse le prestige du cardinal Giudice. L’abbé devient le nouveau valido et se montre extrêmement actif tant en politique intérieure3 que sur le plan extérieur. Il encourage les monarques dans leur désir de reprendre pied en Méditerranée4. L’Europe est loin d'offrir le visage apaisé qu’on espérait lui voir après les traités d’Utrecht et de Rastadt.

  • 5 Comme Nicolas de Hinojosa, nouveau trésorier général ou José Rodrigo, ministre des finances et de l (...)
  • 6 AECP, Esp., 249, fol. 39, Saint-Aignan à Louis XV, 28 janvier 1716 ; AECP, Esp., 252, fol. 276, Sai (...)

7Si Alberoni bénéficie de la faveur du couple royal, dans Madrid même il n’est guère aimé. En tant qu’étranger, l’abbé ne peut compter que sur peu d’appuis parmi les ministres espagnols si ce n’est sur ceux qu’il a lui-même placés5. Il n’a pas non plus de liens avec les Français. Son inimitié à leur égard englobe même les Flamands francophones. Il décrète ainsi une grande réforme de la garde wallonne, dispersant les principaux officiers6 et exilant tous ceux qui lui sont contraires, comme le fils d’Hersan, lieutenant dans les gardes, emprisonné à Ségovie. En conséquence, aucun membre de la familia francesa ne l’apprécie.

  • 7 C. Désos, « El itinerario politico del Padre Daubenton en la Corte de Felipe V », (à paraître).
  • 8 Le marquis de San Felipe rapporte que le choix du P. Daubenton « ne fut pas approuvé de quelques-un (...)
  • 9 AN, B7 26, fol. 51 et fol. 115, 6 et 27 mai 1715, Partyet à Pontchartrain.

8La présence du R Daubenton à la cour, à partir du mois de juin 1715, semble offrir un contrepoids à la trop forte personnalité du ministre italien. De manière discrète, le jésuite sait s’inscrire dans la durée. Il n’est plus le novice en politique des premiers temps de son confessorat. Il procède désormais par réseaux7. Son retour est à peine annoncé que le P. Daubenton est déjà crédité d’une importante influence, car il est notoire que le roi d’Espagne se montre toujours déférent envers les avis de son directeur spirituel8. Les Espagnols attendaient quelques heureux changements de son retour et voyaient déjà en lui un possible contre-poids à la présence italienne. Partyet souligne que Philippe V lui réserve d’ores et déjà la résolution de quelques affaires religieuses, jusque-là abandonnées aux mains du cardinal Giudice9.

  • 10 L. Ceyssens, Autour de l’Unigenitus, (1987), p. 283-332 ; C. Désos, La vie du R.P. Guillaume Dauben (...)
  • 11 AECP, Esp., 240, fol. 75, Torcy à Saint-Aignan, 6 mai 1715.
  • 12 SSBL, XXIX, p. 285. N. Frizon, Vie Manuscrite, p. 84-85, évoque aussi cette correspondance, mais re (...)
  • 13 Aldrovandi (Pompée) (1668-1752), il occupa diverses fonctions dans les bureaux des signatures et co (...)
  • 14 Sur ce protocole d’accord, C. Hermann, L’Église d’Espagne sous le patronage royal, (1988), p. 101.
  • 15 SSBL, XXIX, p. 284 ; XXX, p. 263, 323 à 325.

9Le P. Daubenton arrive à Madrid, auréolé du prestige romain. De 1705 à 1715, il a occupé, à la cour de Clément XI, la charge d’Assistant du général des Jésuites pour les affaires de France. Son activité fut prodigieuse, ses relations auprès du Pape et des cardinaux excellentes et il se distingua dans la lutte contre le jansénisme en participant à l’élaboration de la bulle Unigenitus10. La qualité de ses relations avec Rome est précieuse pour une Espagne coupée de la Ville Sainte, depuis la rupture de 1709. Torcy croit savoir que le jésuite « souhaite fort mettre fin aux différends entre la cour de Rome et celle de Madrid11 » ; Saint-Simon n’hésite pas à voir en lui « le confident et le correspondant secret et immédiat du Pape12 ». Daubenton fut, de fait, assidu auprès du nonce Pompée Aldrovandi13, toléré à Madrid, depuis le mois de juin 1715. Cette année-là, il réussit à empêcher une première fermeture de la nonciature et, en 1717, il participa à la difficile négociation d’un protocole d’accord hispano-romain (en date du 17 juillet14) prévoyant, entre autres, la levée d’une contribution exceptionnelle sur le clergé qui devait servir à combattre les Turcs ; en réalité, ce texte n’aura pas d’avenir. Daubenton ne pourra pas s’opposer au renvoi du nonce, en 1718. Toutes ses actions se passent sous la surveillance de l’abbé italien15. Tant que ce dernier fut en poste, le confesseur n’eut jamais les coudées franches.

  • 16 AECP, Esp., 243, fol. 173, Saint-Aignan à Louis XV, 14 décembre 1715.

10L’ambassadeur de France, le duc de Saint-Aignan n’hésite pas à le mettre à contribution, même pour des affaires intéressant le commerce16. Parmi les familiers du roi qu’il côtoie particulièrement, se trouvent le marquis de Valouse, le duc de Caylus, lieutenant-général du roi, Duplessis, Sartine, Partyet, Catalan, nouveau commis de la marine. Les autres jésuites français de la cour lui sont évidemment acquis, tels le P. de Laubrussel, le P. Le Compasseur, le P. Nyel qui sera, en 1723, son secrétaire, ou les frères Fineur et Alexandre qui sont à son service. Le P. Desserre, prêtre de l’Oratoire et directeur de Saint-Louis-des-Français recourt souvent à sa générosité pour sa fondation.

  • 17 Ibid.
  • 18 AECP, Esp., 243, fol. 16 ; Esp., 251, fol. 219 ; Esp., 255, fol. 155, Saint-Aignan à Louis XV, 10 a (...)
  • 19 AECP, Esp., 330, fol. 143, 29 juillet 1723.
  • 20 AECP, Esp., 272, fol. 249, Nancré au duc d’Orléans, 22 août 1718.
  • 21 AECP, Esp., 243, fol. 88, Saint-Aignan à Huxelles, 18 novembre 1715.

11Sa personnalité rallie aussi un nombre important d’Espagnols, notamment des nobles qu’il a connus lors de son premier séjour. Le duc de Saint-Aignan les a tous nommés dans un mémoire de 171817. Le P. Daubenton s’entend particulièrement bien avec le marquis de Mejorada, conseiller d’État18 depuis 1714. Il contribue aussi à élever Luis de Miraval au poste de Président de Castille et à l’introduire dans la confiance du roi19. Enfin, Miguel Duran, secrétaire d’État à la guerre et aux Indes, le fréquente assidûment, amitié qui est peu appréciée d’Alberoni20. Le duc de Saint-Aignan constate que le confesseur est « universellement aimé et estimé de tous les Espagnols21 ».

  • 22 AECP, Esp., 241, fol. 85, Saint-Aignan à Torcy, 24 juin 1715.
  • 23 AGS, Gracias y Justicia, leg. 276 : le roi demanda par l’intermédiaire de Manuel Badillo, le 17 jui (...)

12Cet ascendant s’explique, au moins en partie, par l’attitude du Français, qui ne s’affiche guère comme un réformateur. Il aurait même confié à l’ambassadeur, peu après son arrivée, ne rien comprendre au nouveau plan de gouvernement et préférer l’ancien22. Le fait est que, contrairement au P. Robinet, le P. Daubenton ne sera pas un farouche défenseur des regalίas, préférant entretenir les meilleurs rapports avec les évêques ultramontains espagnols, dans un esprit de concorde religieuse. Dès le mois de juillet 1715, il constitue un important dossier sur les ecclésiastiques rebelles au roi et sur les moyens de les réintégrer au sein de l’Église d’Espagne, par souci de réconciliation nationale, invoquant la clémence de Philippe V23. C’était exactement la position que le roi d’Espagne souhaitait voir adopter par son nouveau confesseur.

  • 24 Ceux-ci sont au nombre de six dans la Couronne de Castille : San Bartolomé, Oviedo et Arzobispo à S (...)
  • 25 J. F. Alcaraz Gomez, Jesuites y reformisme..., (1995), p. 608. Le P. Daubenton agit de concert avec (...)
  • 26 C. Martin Gaite, Maeanaz..., (1982), chap. 23.

13Il en fut de même quant à sa position vis-à-vis des Colegios mayores24. Macanaz et le P. Robinet avaient incité le roi à puiser ses conseillers de Castille dans un autre vivier que parmi les letrados des Colegios mayores des Universités. Comme le Conseil de Castille nommait aussi aux chaires des Universités, il y avait une forme de cooptation entre ces deux institutions qui étaient dominées par le monopole d’un groupe restreint de légistes unis par des alliances familiales. Le P. Daubenton, sur ce point encore, encouragea l’ancien système et restaura la Junta de Colegios (créée sous Philippe IV), composée de 6 représentants des Colegios mayores25. Désormais, tous les confesseurs royaux seront les soutiens de ce système des Collèges. Enfin, il se tint en-dehors du cas de Macanaz, ne souhaitant guère intervenir en vue de sa réhabilitation. Il laisse ainsi le champ libre au Tribunal de l’Inquisition, avec lequel il renoue des liens26.

  • 27 J. F. Alcaraz Gomez, op. cit., p. 393, n. 157 à 165 et p. 395, n. 170.
  • 28 AGS, Gracias y Justicia, leg. 276 à279, années 1715-1719.
  • 29 Ibid. ; A. Astrain, t. 7, (1920), p. 154 et J. F. Alcaraz Gomez, op. cit., p. 47, n. 47.

14Officiellement, le P. Daubenton semble se cantonner dans les tâches habituellement assignées au confesseur du roi. Outre le soin de son royal pénitent, il gère des dossiers de provision des bénéfices en Espagne et dans les Indes27, faisant des notes pour une dérogation d’âge à l’entrée d’un séminaire, l’interdiction de bals ou de comédies28, empiétant parfois sur le domaine séculier de la naturalisation d’étrangers, le rôle des corregidores ou des questions de pure étiquette29.

  • 30 Il relança le collège jésuite de Logroño et favorisa la création d’un séminaire diocésain à Zamora. (...)
  • 31 AECP, Esp., 268, fol. 137 v°, Saint-Aignan au roi, Madrid, 7 mars 1718. Voir aussi, BNM, mss. 6732, (...)
  • 32 J. F. Alcaraz Gomez, op. cit., p. 617-618.

15Il n’oublie pas non plus de favoriser les jésuites espagnols, dès lors qu’il s’agit de fonder un collège, de restaurer une chaire de grammaire ou de faire un don30. Il intervient aussi contre les dominicains de Salamanque qui refusaient de concéder aux jésuites, en alternance, la chaire de philosophie31. Le P. Daubenton eut aussi une action décisive dans la fondation royale de l’Université de Cervera en pays catalan, par décret du 9 octobre 171732. Confiée aux jésuites, cette création montre l’attachement du souverain à la Compagnie.

  • 33 AECP, Esp., 241, fol. 101, Saint-Aignan à Torcy, 1er juillet 1715.
  • 34 AECP, Esp., 241, fol. 197, Saint-Aignan à Torcy, 22 juillet 1715.
  • 35 AN, B7 26, fol. 298 et 318, Partyet à Pontchartrain, 29 juillet et 5 août 1715.

16Il occupe donc par son emploi une place de choix à la cour où il s’applique, au dire de l’ambassadeur de France, « à se régler sur le vent de la faveur »33. La reine l’accueille avec bienveillance et il parvient même à lui prodiguer des conseils qui sont bien reçus34. Il renoue aussi avec l’habitude de faire tenir des « chapelles publiques », cérémonie durant laquelle le peuple peut voir le couple royal assister à la messe. Il inaugure ce nouveau système par une cérémonie au noviciat des jésuites de Madrid35, grand honneur pour son ordre.

  • 36 Ce dernier l’obtient le 12 juillet 1717.
  • 37 AECP, Esp., 251, fol. 226 et 233, Saint-Aignan à Louis XV et à Huxelles, 12 et 13 juillet 1716. AEC (...)

17De façon très pragmatique, le confesseur cherche aussi à entretenir les meilleurs rapports avec Alberoni. Ne va-t-il pas jusqu’à soutenir la prétention de cet abbé au chapeau de cardinal36 ? La chute de Giudice, en juillet 1716, lui permet d’accroître son propre crédit. Si l’abbé est tenu pour seul responsable de la disgrâce du cardinal, le public, qui observe qu’une « parfaite intelligence » semble régner entre l’Italien et le Français, ne doute pas que le confesseur y ait pris part. La France y voit une marque certaine de son influence37. Mais, la participation du P. Daubenton à cette disgrâce reste cependant sujette à caution, tout comme son entente avec l’abbé Alberoni. Les altercations sont nombreuses entre eux et souvent grossières de la part de l’Italien, qui a du mal à contrôler ses emportements. Ce qui cimente leur improbable union est l’hostilité que commence à montrer le duc d’Orléans à leur égard, englobant ces deux « éminences grises » de Philippe V dans une même vindicte, qui le pousse à échafauder une étrange cabale en 1716, en se servant d’un ancien favori du roi, le marquis de Louville.

Le rapprochement du jésuite et de Tabbé contre le duc d’Orléans ?

  • 38 Malboan (Claude-Adolphe) (1663, Besançon-1729, Madrid). AECP, Esp., 244, fol. 279, Torcy demande de (...)

18Louis XIV avait toujours voulu un jésuite comme confesseur de son petit-fils, et si possible un Français. Il avait donc vu avec un peu d’appréhension l’intérim de la charge, après le départ du P. Robinet, assuré par le P. Malboan38, certes jésuite, mais d’origine franc-comtoise. Le duc d’Orléans prend au contraire une position inverse. Son inimitié envers les membres de la Compagnie de Jésus s’est exercée dès sa prise de pouvoir. Des jésuites sont bannis, tandis que l’application de la bulle Unigenitus, qui devait frapper les jansénistes, est suspendue en France. Par ailleurs le Régent, redoute que Philippe V, malgré son serment, récuse ses renonciations et réclame la tutelle du jeune Louis XV. Il pense que le confesseur jésuite risque d’être de mauvais conseil, par exemple, en levant ses scrupules à cet égard.

  • 39 Depuis sa disgrâce, à la fin de l’année 1703, Louville résidait en France, ayant épousé, en 1708, M (...)
  • 40 AECP, Esp., 251, fol. 145, Instructions secrètes de M. de Louville, envoyé en Espagne par S.A.R le (...)

19S’assurer des renonciations s’avère la principale préoccupation du duc d’Orléans dans les années à venir, bien plus que toute idée de stabilité européenne. Aussi n’hésite-t-il pas à envoyer le marquis de Louville, un de ses fidèles39, à Madrid, doté d’instructions secrètes40, qui ne visaient ni plus ni moins, qu’au bouleversement complet du gouvernement espagnol.

  • 41 Il connaissait parfaitement le plan de Louville à Madrid, ainsi qu’il en écrit au comte Rocca, le 2 (...)
  • 42 AECP, Esp., 252, fol. 18, Huxelles à Saint-Aignan, 7 août 1716, il se montre étonné de ce renvoi ; (...)
  • 43 AECP, Esp., 252, fol. 27, Louville à Huxelles, 29 juillet 1716.
  • 44 Ibid., fol. 47, Louville à Noailles, 29 juillet 1716. Ibid, fol. 120, au duc d’Orléans, 10 août 171 (...)

20Louville devait éloigner les Italiens et avantager les Espagnols. Il lui était demandé d’ôter le confessionnal aux jésuites. Alberoni avait d’excellents informateurs41 et il est possible que Daubenton ait lui-même été instruit de cette mission depuis la France. Louville était à peine arrivé à Madrid qu’un ordre du roi lui mandait son expulsion immédiate, que le marquis s’empressa de différer en invoquant une maladie42. N’ayant perdu aucun de ses anciens réflexes, il accuse à tour de bras l’entourage du roi. Il n’est pas dans la capitale depuis cinq jours qu’il affirme à nouveau avec force que « la France doit avoir [...] la principale autorité au-dessus de toutes les puissances étrangères43 ». Il accuse le confesseur « d’attiser le feu » de la haine et d’être le plus dangereux des espions44.

  • 45 AECP, Esp., 254, fol. 282, le P. Daubenton au duc d’Orléans, 26 juillet 1716.

21Une fois de plus, le R Daubenton est accusé d’avoir pris part à l’expulsion de Louville. Il s’empresse de dégager sa responsabilité en écrivant au duc d’Orléans ne pas y avoir « plus de part que l’enfant qui est à naître45 ». Il défend avec intelligence sa position, tout comme Alberoni. En septembre, Louville finit par quitter la capitale espagnole, sans être parvenu à ses fins.

  • 46 RIA, II, p. 260-266, Instructions secrètes au duc de Saint-Aignan (septembre-novembre 1716).
  • 47 AECP, Esp., 284, fol. 149, Saint-Aignan au duc d’Orléans, 20 mars 1718.
  • 48 Récit de son arrestation par le sieur Connok à 7 heures du matin, AECP, Esp., 275, fol. 48, 13 déce (...)

22Le Régent essaya encore, jusqu’en 1718, de poursuivre sa politique secrète en se servant du duc de Saint-Aignan46. Mais Alberoni l’avait éventé dès le début et s’amusait à l’induire en erreur. De plus, l’ambassadeur était persuadé d’obtenir de précieuses informations du confesseur alors que la discrétion du jésuite reste entière47. Il finit par être chassé de Madrid avec son épouse48, sans qu’un seul instant, il ait senti venir sa disgrâce et sans que l’apparente amitié d’Alberoni et du confesseur ait pu être entamée.

La rupture franco-espagnole de 1719

  • 49 AECP, Esp., 251, fol. 98, 17 juin 1716.

23En même temps que le duc d’Orléans menait en Espagne sa politique officieuse, il multipliait les contacts avec l’Angleterre et la Hollande pour faire une alliance capable d’assurer la tranquillité publique, souhaitant y associer l’Espagne. Philippe V accueillit ses ouvertures assez froidement, ne voyant dans les traités d’Utrecht « aucune clause qui eût besoin d’être confirmée49 ». L’alliance se fit donc sans Madrid (11 janvier 1717).

  • 50 Pour l’affaire Cellamare, B. Pocquet, Histoire de Bretagne, t. 6 (1914), p. 35-158. Le Régent envis (...)
  • 51 Voir texte AECP, Esp., 252, fol. 144-152, 11 août 1716, Dialogue entre un Français et un Espagnol ( (...)
  • 52 Molines (José) (1645-1719), ambassadeur de Philippe V à Rome, nommé, en 1717, inquisiteur général. (...)
  • 53 AECP, Esp., 263, fol. 123, Huxelles à Saint-Aignan, 7 décembre 1717.

24Le duc d’Orléans reste préoccupé par la validité des renonciations. Il est d’ailleurs persuadé de l’existence d’une cabale visant à amener Philippe V en France en cas du décès prématuré de Louis XV, cabale dirigée à Paris par l’ambassadeur Cellamare et ayant des ramifications, parmi lesquelles il croit encore distinguer l’influence de Madame des Ursins et de Jean Orry50. Les textes polémiques sur ce thème abondent, contribuant à une atmosphère délétère entre les deux cours51. La situation est donc fragile lorsqu’en 1717, prenant pour prétexte la détention arbitraire de Mgr Molines52 (alors en route de Rome vers Madrid) par l’Empereur en Italie, l’Espagne se prépare militairement à riposter. La France, inquiète, cherche à détourner tout projet belliqueux, mais l’escadre espagnole, initialement prévue pour le Levant se tourne vers la Sardaigne, qu'elle prend en deux mois (septembre-octobre 1717). La France est gênée, et Huxelles estime qu’il sera difficile de faire passer cette expédition « comme une compensation des infractions à la neutralité qu’on reproche à l’Empereur53 ». Il est d’ores et déjà certain que l’Espagne ne trouvera aucun allié pour soutenir sa cause italienne.

  • 54 Instructions de Nancré, AECP, Esp., 268, fol. 9 à 71 ; RIA, Esp. II, p. 278-329, 25 février 1718.
  • 55 AECP, Esp., 269, fol. 111, Nancré à Dubois, 18 avril 1718. Le traité avait été négocié à Londres pa (...)
  • 56 Cédée à la Savoie au traité d’Utrecht.

25Le marquis de Nancré54 fut envoyé en urgence, au début de l’année 1718, pour négocier un rapprochement avec l’Espagne à la condition qu'elle adhérât aux résolutions prises par la diplomatie des alliés. L’Empereur venait d’acquiescer au projet présenté. Une fois de plus, on voulait dicter son attitude à Philippe V. Nancré reconnaissait cependant que les conditions générales du traité étaient trop visiblement favorables à Charles VI55. Pendant que l’envoyé du Régent poursuivait sa mission, une nouvelle flotte espagnole débarquait en Sicile, en juillet 1718, et investissait l’île56. La rupture était imminente. La flotte espagnole fut anéantie par les Anglais dans un engagement qui eut lieu le 11 août.

  • 57 AECP, Esp., 255, fol. 76, Huxelles à Saint-Aignan, 8 septembre 1716.
  • 58 Cf. par exemple, AECP, Esp., 257, fol. 7, Saint-Aignan à Huxelles, 4 janvier 1717 ; fol. 15, Dauben (...)
  • 59 AECP, Esp., 260, fol. 304, Mémoire de Saint-Aignan, 26 novembre 1717. En juin 1717, Daubenton est p (...)

26Le P. Daubenton n’est pas absent de tous ces développements. Le maréchal d’Huxelles demande particulièrement à l’ambassadeur de recourir à la voie du confesseur, et même d’adapter sa conduite selon les avis et les « lumières » du jésuite57. Durant l’année 1717, les lettres de France abondent pour assurer le P. Confesseur de la confiance qu’on a en lui (alors même que la politique officieuse du Régent cherche à l’évincer). En 1718, les lettres deviennent encore plus pressantes. Daubenton répond par des protestations d’amitié, invoquant « ses sentiments bien français58 ». En même temps, il semble toujours plus proche de l’abbé italien et du duc de Popoli, général des armées espagnoles59.

  • 60 Les contacts entre Nancré et Daubenton sont nombreux (cf. surtout, AECP, Esp., 273, passim). L’envo (...)
  • 61 AECP, Esp., 270, fol. 135 v°, Nancré à Huxelles, 16 mai 1718.
  • 62 AECP, Esp., 272, fol. 249, Nancré au duc d’Orléans, 22 août 1718.

27Mais peu avant l’attaque espagnole contre la Sicile, il fait de nombreuses démarches auprès d’Alberoni et du roi en faveur du projet français auquel il semble adhérer. D’avril à mai 1718, il ménage à Nancré de fréquents entretiens avec Alberoni60. Il tente même de jouer de l’autorité du Pape contre la guerre, montrant au roi, en cachette de l’abbé italien, un bref pontifical, qui faillit lui coûter sa place61. Il chercha aussi à entrer en contact avec l’envoyé d’Angleterre présent à Madrid, lord Stanhope, mais Alberoni le lui interdit62. Finalement, l’action du P. Daubenton comme celle de Nancré, se solde par un échec.

  • 63 AECP, Esp., 259, Alberoni assure à Saint-Aignan que Philippe V est entêté sur la question italienne (...)
  • 64 Cf. le texte du duc d’Orléans : AECP, Esp., 274, fol. 101-127 v°. Le duc y est présenté comme le ch (...)

28Il n’est pas de notre propos de juger ici la conduite d’Alberoni. Fut-il, comme on l’a souvent dit, le fauteur de troubles, celui qui relança une guerre européenne en 1719, ou n’était-il que l’obéissant exécutant de Leurs Majestés Catholiques, désireux de mener une politique conquérante en Italie contre l’Empereur63 ? Toujours est-il que les puissances européennes liguées contre l’Espagne le firent apparaître comme le moteur essentiel de ce conflit64.

  • 65 San Felipe, Comentarios, p. 314.

29Aussi, lorsque le roi d’Espagne, vaincu, fut obligé de s’en défaire, le 5 décembre 1719, le champ devint libre pour le confesseur. Pour le marquis de San Felipe, il ne fait aucun doute que Daubenton a contribué à la chute de son rival auprès du roi65. Il sort grandi de cette épreuve : tout d’abord, il s’est inscrit en faux contre les projets belliqueux attribués à Alberoni ; puis, par l’appui qu’il accorde à l’ambassadeur, il apparaît plus que jamais comme le soutien de la présence français à la cour de Philippe V ; enfin, la cour de Versailles a plus que jamais besoin de lui pour se rapprocher à nouveau de Madrid. Le P. Daubenton prend alors une dimension nouvelle dans la vie politique de son temps. L’influence italienne se panache d’une teinte toute française.

Le P. Daubenton : nouvel ambassadeur de France à Madrid ?

Les critères du parfait diplomate

  • 66 San Felipe, Comentarios, p. 330.
  • 67 « Depuis l’éloignement d’Alberoni, le gouvernement était tout entier entre les mains du roi [...] M (...)

30Après la chute d’Alberoni, l’étoile du P. Daubenton brilla plus que jamais. Il semblait même aux contemporains que le confesseur s’était emparé du timon du gouvernement66, en même temps que le marquis de Grimaldo reprenait pied dans les affaires étrangères67.

  • 68 AECP, Esp., 255, fol. 120, le sieur Legendre, à Pau, raconte son entrevue avec Macanaz à Huxelles, (...)

31En France, bien des ministres avaient reconnu les capacités du confesseur et l’intérêt de le gagner à leur cause. Torcy le recommandait à Saint-Aignan ; Huxelles ne cesse de recourir à lui ; Macanaz, vers la même époque, en donne le portrait d’un homme rompu au jeu de cour68.

  • 69 AECP, Esp., 296, fol. 169, Mornay au duc d’Orléans, 21 octobre 1720, la reine aurait tenté d’évince (...)

32En 1717 et en 1718, il démontra qu’on pouvait compter sur lui pour servir d’intermédiaire, prônant avant toute chose l’union des deux couronnes. Mais, tant qu’Alberoni restait puissant, il était obligé d’avancer à couvert, demandant que son nom ne soit pas cité dans les lettres des envoyés de France, se sachant espionné et peu aimé de la reine, qu’il craint69.

  • 70 « La sagesse veut que la France et l’Espagne règlent à petit bruit et comme en famille toutes les d (...)
  • 71 Maulevrier (Jean-Baptiste-Louis Andrault de Langeron marquis de) (1677-1754), lieutenant général du (...)
  • 72 RIA, Esp., II, p. 355.
  • 73 Mornay-Montchevreuil (René) (1670-1721), ambassadeur au Portugal. Le 9 juillet 1720, il recevait de (...)
  • 74 AECP, Esp., 296, fol. 163, Dubois demandait à Mornay d’instruire Daubenton de tout ce dont il peut (...)
  • 75 AECP, Esp., 296, fol. 264, Dubois à Mornay, 26 novembre 1720.

33En 1720, celui que, pendant plus de trois ans, le duc d’Orléans avait tenté d’évincer, allait devenir son plus fidèle agent ! Le Régent et Dubois souhaitent à nouveau se rapprocher du roi d’Espagne, dans un pacte de famille, avant l’ouverture d’un congrès européen à Cambrai70. Le comte de Maulévrier71 fut choisi comme ambassadeur pour resserrer l’union entre les deux pays sans éveiller la susceptibilité des puissances alliées. Ses Instructions, du 9 septembre 1720, lui donnent ordre de se servir du confesseur, car « tous ceux qui ont voulu avoir part au gouvernement d’Espagne ont cherché à l’attirer dans leur parti et dans leurs vues72 ». Il se fit aider de l’abbé de Mornay73, mais ce dernier tomba malade. Aussi, en accord avec l’abbé Dubois74, Mornay et Maulévrier abandonnèrent peu à peu la conduite des affaires à Daubenton. Pour Dubois, seul le confesseur peut « faire scrupule au roi d’Espagne de jeter l’Europe dans une nouvelle guerre75 ».

  • 76 AECP, Esp., 308, fol. 164 v°, Duc d’Orléans à Saint-Simon, 16 décembre 1721.
  • 77 AECP, Esp., 295, fol. 262, Noms, caractères et emplois des Grands d’Espagne. Le titre est trop rest (...)

34Dès novembre 1720, le confesseur incarnait le véritable ambassadeur de France à Madrid. C’est en grande partie à lui que l’on doit le rapprochement de 1721. Autour de lui gravite aussi en cette période le sieur Robin, « l’Apollon sans lequel M. de Maulévrier ne saurait faire des vers76 ». On trouve aussi Sartine, Duplessis et Valouse, avec lesquels il forme un quatuor indissociable77.

Les conférences de 1721 : le confesseur artisan du rapprochement franco-espagnol

  • 78 Philippe V renonçait à toute prétention sur les États d’Italie ou sur les Pays-Bas, renouvelant dan (...)

35Le 26 janvier 1720, Philippe V adhérait à la Quadruple Alliance, puis faisait évacuer la Sicile et la Sardaigne, signant un armistice avec les Impériaux78. Le roi n’a accepté de traiter que pour mieux discuter les clauses du contrat. Il compte sur la France pour le soutenir dans ses revendications.

  • 79 AECP, Esp., 297, fol. 11, Maulévrier à Dubois, 23 novembre 1720.
  • 80 Cette affaire concerne le père d’Elisabeth Farnèse, le duc de Parme, qui, depuis le traité des Pyré (...)
  • 81 AECP, Esp., 297, fol. 47, Réponses de S.A.R. au mémoire de Philippe V, envoyé, le 13 décembre 1720. (...)

36Le 22 novembre 1720, un premier mémoire portant les conditions du roi d’Espagne était envoyé en France79. En huit articles, Philippe V demandait : 1) la restitution des places prises sur la frontière durant la guerre précédente ; 2) l’abolition des peines pour les Bretons révoltés contre le Régent en 1719, dont beaucoup s’étaient réfugiés à Madrid ; 3) un soutien français auprès des Anglais pour récupérer Gibraltar ; 4) ainsi qu’auprès de l’Empereur, pour qu’il renonce à sa suzeraineté sur les États d’Italie destinés aux Infants ; 5) de pouvoir placer des garnisons dans ces États italiens ; 6) que le Pape restitue au duc de Parme, Castro et Ronciglione80 ; 7) que les plénipotentiaires français et espagnols s’appuient réciproquement au congrès de Cambrai ; 8) qu’une alliance défensive et offensive soit contractée entre l’Espagne et la France, tant contre l’Empereur que contre tout autre qui voudrait attaquer la France ou l’Espagne. Le Régent fit une réponse mitigée, craignant de s’engager trop ouvertement au risque de mécontenter les alliés81.

  • 82 AECP, Esp., 297, fol. 191, Maulévrier à Dubois, 28 décembre 1720.
  • 83 AECP, Esp., 300, fol. 17, Maulévrier à Dubois, 6 janvier 1721.

37Maulévrier montra à Daubenton la lettre du duc d’Orléans ; celui-ci jugea la réponse mesurée « et ajouta que dans les demandes (de Philippe V) il y avait certaines choses qu’il n’aurait pas fallu demander82 ». Mais Philippe V campe sur ses positions, ne voulant adoucir aucune de ses revendications. L’ambassadeur, accompagné de Robin, en janvier 1721, se rendit chez Daubenton « pour conférer avec lui sur toute la matière de ces répliques et s’éclaircir avec lui83 ». Son avis était nettement sollicité. Lors de cette conférence, longuement relatée par l’envoyé de France, Daubenton passe chaque point en revue.

  • 84 AECP, Esp., 300, fol. 68, Maulévrier à Dubois, 20 janvier 1721.

38S’il estime que le roi d’Espagne peut légitimement réclamer toutes ses places prises en 1719 dans le Guipuzcoa, il pense, par contre, que le cas des Bretons est une question de politique intérieure à régler par le Régent. Il souhaite que la France soutienne l’Espagne sur la restitution de Gibraltar. Pour la question des inféodations, il estime que le Pape et l’Empereur doivent s’entendre pour savoir à qui appartiennent les droits des États d’Italie afin que l’Infant, futur possesseur de ces États, sache de quelle puissance il est feudataire. En ce qui concerne l’équivalent à donner pour Castro et Ronciglione, alors sous autorité pontificale, cela lui semble une idée juste que le roi d’Espagne devrait accepter, plutôt que de réclamer une restitution pure et simple au duc de Parme au détriment du Pape. Daubenton estime ensuite que Philippe V est trop exigeant quand il demande que ses droits soient soutenus en toutes circonstances. Le jésuite épouse les réticences du Régent et pense que rien ne doit contrevenir au traité de Londres du 2 août 1718. Daubenton estime plus judicieux, et moins dangereux, que la France et l’Espagne conviennent de se protéger réciproquement contre tous, sans nommer expressément un éventuel ennemi. C’est dans ce sens que le P. Daubenton influença au maximum le roi84 : respecter les droits de l’Espagne, mais sans être un nouvel Alberoni, prêt à relancer une guerre européenne, et ne pas différer plus longtemps l’alliance avec la France.

  • 85 AECP, Esp., 302, fol. 116, Dubois à Maulévrier, 7 juin 1721. Il lui rapporte des plaintes du duc de (...)
  • 86 AECP, Esp., 300, fol. 88, Dubois à Mornay, 4 février 1721. Dubois sait qu’il y a « des cabales » co (...)

39Sa marge de manœuvre est étroite ; il ne faut pas mécontenter le roi, préoccupé de sa gloire, ni la reine, obnubilée par la succession italienne. Quant au duc de Parme, intéressé dans ces questions, il n’apprécie guère les atermoiements du confesseur et tente même de fomenter une cabale contre lui85. Dubois compte tout de même sur son aide et avec raison86.

  • 87 Le texte alors proposé par Philippe V reprend point par point les adoucissements de Daubenton, AECP (...)

40L’influence du Père est décisive et, lors d’une entrevue du 21 février 1721 avec le marquis de Grimaldo, Maulévrier perçoit parfaitement le changement opéré par le gouvernement espagnol, qui se montre favorable à un traité plus souple, épousant les lignes directrices tracées par Daubenton en janvier87. Dubois peut légitimement écrire à Maulévrier, le 13 mars 1721 :

  • 88 AECP, Esp., 300, fol. 222 v°. Le 3 mars 1721, l’abbé de Mornay évoque pour Dubois le rôle du P. Dau (...)

À l’égard du P. Daubenton, il est hors de doute qu’il n’y a pas de secret à garder avec lui que celui qu’il ne voudra pas lui-même qu’on lui confie, et comme ce ne peut être que lui qui a procuré à la négociation un changement de face aussi heureux, il faut de plus en plus le considérer comme pouvant être utile au maintien et à l’accroissement de l’intelligence qui va être rétablie88.

  • 89 Millot, III, p. 349.

41Finalement, le 27 mars, le traité est signé et, le 13 juin, l’Angleterre s’y trouve associée. C’était un véritable succès pour la politique du Régent et de Dubois que ce rapprochement si prompt avec l’Espagne. Philippe V quant à lui, reprenait pied dans le jeu diplomatique européen. Noailles put ainsi écrire : « Daubenton avait succédé à la puissance d’Alberoni ; heureusement sa politique n’était pas meurtrière89 ». Elle eut même des conséquences très diverses, qui montrent que le jésuite n’agit jamais au hasard dans son soutien à la France.

Les retombées de son action

42En septembre 1721, circulait à Paris la nouvelle du prochain mariage de Louis XV (11 ans) avec l’infante Marie-Anne Victoire (4 ans), et du prince des Asturies, avec une des filles du Régent, Mademoiselle de Montpensier. Les propositions semblaient émaner de Madrid ; en réalité l’abbé Dubois en fut l’instigateur et Daubenton l’agent efficace.

  • 90 RIA, Esp., II, p. 390 et 400, Dubois s’inquiète de cette éventuelle alliance dans ses Instructions (...)
  • 91 AECP, Esp., 303, fol. 135, Maulévrier à Dubois, 26 juillet 1721.
  • 92 AEMD, Esp., 150, Cérémonies et formalités du double mariage. (8 pièces, 1721-1722) ; AECP, Esp., 30 (...)
  • 93 AECP, Esp., 304, fol. 69, Daubenton à Dubois, 18 août 1721.

43Dubois avait craint que l’Espagne opte pour une alliance autrichienne90. En juillet, Daubenton rassurait Maulévrier sur ce point91. Le 26 juillet au soir, au nom du roi, Grimaldo faisait les propositions de mariage à Maulévrier. Celui-ci ne s’était douté de rien, tout s’étant passé dans l'officine du roi, mais le rôle du confesseur avait été déterminant92. Ce dernier est d’autant plus gagné au ministre de France, qu’il constate que lui et le Régent agissent en France contre le jansénisme93. Aussi, lorsque le duc d’Orléans décida de faire recevoir la bulle en France d’autorité, alors qu'elle suscitait de nombreuses controverses parmi les évêques, il sut faire valoir cet acte auprès du confesseur de Philippe V.

  • 94 AECP, Esp., 308, fol. 96, Saint-Simon (envoyé extraordinaire à Madrid pour la ratification des mari (...)
  • 95 AECP, Esp., 309, fol. 114, Dubois demande à Daubenton de ne pas faire envoyer Bournonville (4 janvi (...)
  • 96 AECP, Esp., 316, fol. 2, Chavigny à Dubois, 23 mars 1722.
  • 97 L’affaire est achevée en avril. Louis XV reçoit comme confesseur le P. de Lynières. Dubois l’annonc (...)

44Le P. Daubenton n’hésite donc plus à formuler, au nom du roi, la demande de donner un confesseur jésuite à la petite Infante, mais il suggère aussi d’en donner un du même ordre à Louis XV94. Dubois accepta de travailler à cette cause, mais des contreparties sont demandées. On veut qu’en échange, le confesseur intervienne pour évincer la candidature du flamand Bournonville à l’ambassade de Paris95, ce qui fut rondement mené. On lui demande aussi d’apporter son soutien à la mission de Chavigny. Tout cela se fait dans le plus grand secret et il est amusant de voir Chavigny, en mars 1722, prévenir Dubois qu’il soupçonne Daubenton de vouloir « faire restituer à sa Compagnie en France la confession du roi et la distribution des bénéfices96 », alors même que le ministre français y travaille depuis déjà trois mois97.

  • 98 Chevignard de Chavigny (1687-1771), chargé de mission à Gênes en 1720.
  • 99 AECP, Esp., 315, fol. 2, Chavigny à Dubois, 1er mars 1722. AECP, Esp., 314, fol. 167, Chavigny raco (...)

45Chavigny98 était arrivé à Madrid, en février 1722. Les Rois Catholiques avaient repris leur politique italienne, voulant, comme il avait été prévu, faire passer quelques garnisons en Italie. Ils souhaitaient envoyer l’Infant Carlos à Parme et, peut-être même en Toscane, avec cette armée, au risque de rallumer les hostilités avec l’Empereur, qui, de son côté, n’hésitait pas à rassembler des troupes sur la frontière italienne. Ils exigeaient aussi du Pape la restitution de Castro et Ronciglione. Chavigny, pour éviter les risques de guerre ne fit aucune démarche sans payer « une sorte de tribut au R. P. Daubenton autant par l’amitié qu’il me témoigne que par les secours que je puis trouver en lui99 ». Sa mission fut difficile, car il déplut à la Reine.

  • 100 AECP, Esp., 316, fol. 24, 3 avril 1722.
  • 101 AECP, Esp., 316, fol. 34, Dubois à Chavigny, 31 mars 1722.

46En avril, de nouvelles instructions l’incitaient à suggérer une alliance entre D. Carlos et une fille du Régent100. Dubois voulait ainsi montrer son soutien à l’Espagne tout en ralentissant les projets belliqueux envers l’Italie. De plus, au regard de l’avenir, il semblait à Dubois que, si l’Empereur mourait sans descendance mâle, D. Carlos pourrait prétendre à presque toute l’Italie et c’était, pour la famille du duc d’Orléans, une alliance prestigieuse101.

  • 102 Ses Instructions disaient : « La jeune Princesse est charmante pour l’esprit et la figure. Il faudr (...)
  • 103 Dubois s’en plaint à Maulévrier, encore présent à Madrid, mais sans ordres, AECP, Esp., 316, fol. 1 (...)
  • 104 AECP, Esp., 319, fol. 61, Daubenton à Dubois, 23 juin 1722.
  • 105 AECP, Esp., 325, fol. 254, Daubenton à Dubois, 29 juin 1722.

47Chavigny s’ouvrit au confesseur de ce projet102. Puis, il n’eut plus de nouvelles, croyant avoir amorcé l’affaire en douceur, ne s’apercevant pas qu’il était mis à l’écart et peu apprécié des souverains103. Par contre, Daubenton, sans plus passer par un intermédiaire, correspondait régulièrement avec Dubois. Le 23 juin, il écrivait pour demander le rappel de Chavigny104 et, le 29, faisait une demande en bonne et due forme de mariage pour D. Carlos avec Mademoiselle de Beaujolais, à la condition que « SAR s’emploierait de toutes ses forces pour procurer les États de Toscane et de Parme à son gendre105 ». Par cette nouvelle alliance, l’Espagne s’affirme encore comme une pièce essentielle dans l’équilibre européen, mais renvoie une fois de plus son installation en Italie à un avenir indéterminé.

  • 106 AECP, Esp., 320, fol. 190, Daubenton à Dubois, 30 août 1722.
  • 107 AECP, Esp., 325, fol. 11, Dubois exprime son soulagement au P. Daubenton de voir que Philippe V n’a (...)
  • 108 AECP, Esp., 321, fol. 55, 14 septembre 1722.
  • 109 AECP, 320, fol. 169, 24 août 1722 et AECP, Esp., 330, fol. 39, Daubenton à Dubois, 5 juillet 1723.
  • 110 AECP, Esp., 328, fol. 158, Daubenton à Dubois, 24 mars 1723. Ce serait l’abbaye de Fontenay, AECP, (...)
  • 111 AECP, Esp., 309, fol. 172, Dubois à Daubenton, 13 janvier 1722 ; AECP, Esp., 319, fol. 79, Daubento (...)
  • 112 Daubenton l’en remercie, AECP, Esp., 313, fol. 54, 22 janvier 1722.
  • 113 AECP, Esp., 316, fol. 128, Dubois à Daubenton, 3 avril 1722.
  • 114 AECP, Esp., 327, fol. 276 et 277, Dubois à Ranc, 2 février 1723 ; AECP, Esp., 328, fol. 51, Ranc à (...)

48À la fin du mois d’août, le confesseur se retire mais avertit Dubois qu’il reste à sa disposition en cas d’affaire délicate et secrète106. Ainsi, lorsque le cardinal vint siéger au Conseil de Régence, en février 1722, suscitant le retrait des Ducs et Pairs de France outrés, Philippe V, conseillé par son confesseur, annonça son soutien à Dubois107. Le P. Daubenton fut dans les premiers à le féliciter pour sa nomination de Premier ministre, en septembre 1722108. En contrepartie, on apprend incidemment que le collège de Reims a reçu la protection du Régent, dans un procès qu’il avait avec l’Université de cette ville109 ; que le frère du confesseur a obtenu une abbaye importante110 ; que le P. Lallemant, virulent anti-janséniste, a reçu une aide financière du duc d’Orléans111... Les jésuites de Paris finirent par trouver en Dubois leur plus grand protecteur112. Le cardinal cherche même à plaire à Daubenton, en l’assurant qu’il aimerait faire nommer un nouvel ambassadeur de France en Espagne qui soit de son goût113 ou en lui envoyant de menus cadeaux pour une chapelle que le confesseur fait construire au noviciat de Madrid, en l’honneur d’un Bienheureux de son ordre114.

  • 115 AECP, Esp., 306, fol. 58, 21 octobre 1721.
  • 116 AECP, Esp., 328, fol. 255, Maulévrier rapporte ces paroles du P. Daubenton à Dubois, 11 avril 1722.

49Sincèrement gagné à la cause de l’union franco-espagnole, le P Daubenton n’est pas « exempt, d’ambition ni de partialité pour tout ce qui a rapport aux intérêts de son ordre115 ». Le confesseur usa toujours de mesure envers Philippe V car il savait, pour le côtoyer chaque jour, que c’était un prince « qui ne souffrirait pas tranquillement que quelqu’un voulût le gouverner116 ». Il fallait donc une relation exceptionnelle entre ces deux hommes pour que Daubenton ait pu faire tout ce qu’il a fait en trois ans.

L’ascendant du P. Daubenton sur le roi d’Espagne

Les services de sa charge

  • 117 AECP, Esp., 296, fol. 188, Maulévrier à Dubois, 21 octobre 1720.

50Philippe V était personnellement très attaché au P. Daubenton. Le confesseur logeait alors au noviciat des jésuites de Madrid et se rendait chaque jour au palais. Il était chargé de toutes sortes d’affaires par le roi. L’ambassadeur de France entrevit, lors d’un de ses entretiens avec le confesseur, une table chargée de papiers et de dossiers impeccablement rangés, dénotant un emploi du temps de ministre117.

  • 118 AECP, Esp., 267, fol. 11, Saint-Aignan à Huxelles, 4 janvier 1718.
  • 119 SSBL, XXXII, p. 282 et 329 et XXXIII, p. 204.
  • 120 AECP, Esp., 285, fol. 52.
  • 121 Exercices Spirituels, points 346 à 351 (éd. Traditions Monastiques, 2004, p. 158-160).

51La maladie qui toucha Philippe V, en 1717, pendant plusieurs mois, sorte de crise de mélancolie aiguë ou plutôt de dépression, contribua à resserrer davantage encore leurs relations. Cet état dura longtemps, à la grande inquiétude de l’entourage du roi. Il faisait chercher à toute heure le P. Daubenton118. On ne peut savoir si Saint-Simon n’a pas un peu forcé le trait lorsqu’il rapporte que Philippe avait si peur de mourir qu’il se confessait tous les soirs et retenait le P. Daubenton à ses côtés, jusqu’à ce qu’il se fût endormi119. Mais il est certain qu’il fit son testament, pour lequel le confesseur fut témoin120. La situation était inquiétante et le confesseur était plus utile face à cette étrange maladie que le médecin. Le P. Daubenton était un homme énergique capable de venir à bout des doutes du roi. En bon fils de saint Ignace, il combat les scrupules comme une invention du démon pour perdre les âmes droites121.

  • 122 Notes de Nancré, AECP, Esp., 271 et 272, passim, et de Saint-Aignan, AECP, Esp., 284, fol. 123, 17 (...)

52Durant l’année 1718, Nancré se rend compte que le roi a de nombreux accès de fièvre, le teint plombé, les yeux éteints. Il prend quatre repas par jour et deux la nuit. Son apparence physique est bouffie, ce qui fait craindre l’hydropisie. Il s’inquiète des odeurs, croyant qu’on veut l’empoisonner. On ne le voit que très peu, car il passe ses journées avec son médecin et son confesseur. Les témoignages des ambassadeurs sont cependant parfois contradictoires. Saint-Aignan rapporte, par exemple, que Philippe V continue à s’habiller tous les matins en public et, dans le même temps, qu’il garde ses habits jusqu’à ce que ceux-ci tombent en lambeaux122. La vérité est que, certes malade, le roi ne l’est pas tant qu’il ne puisse s’occuper de ses affaires. Le duc de Saint-Aignan avait anticipé le décès du roi pour inciter le duc d’Orléans à intervenir militairement en Espagne. Mais cela n’eut pas lieu. Le roi reste aux affaires tant que son confesseur est là pour le soutenir.

La mort du P. Daubenton ou la fin d’une époque

  • 123 AECP, Esp., 302, fol. 10, Maulévrier à Dubois, 12 mai 1721.
  • 124 AECP, Esp., 305, fol. 37, Mémoire du duc de Berwick au duc de Saint-Simon, Montauban, 1er octobre 1 (...)
  • 125 AECP, Esp., 314, fol. 160, Saint-Simon à Dubois, 22 février 1722.
  • 126 L’abbé de Saint-Simon à Dubois, de Villalmenso, 29 décembre 1721, Y. Coirault, « Un lot d’inédits : (...)

53Le confesseur était un homme vigoureux, comme pouvait le constater Maulévrier, jouissant d’une santé même « surprenante pour un homme de son âge123 ». Certains témoignages laissent pourtant entendre qu’il pourrait être proche de la « radoterie »124, et les mémoires du duc de Saint-Simon sont, à cet égard, cruels. Le duc avait été nommé pour mener Mademoiselle de Beaujolais en Espagne et son ambassade dura un an, d’octobre 1721 à octobre 1722. Usant dans ses écrits d’un ton méprisant à l’égard du confesseur, comme d’ailleurs envers les Espagnols125, traitant le P. Daubenton de « fripon », il n’a de cesse cependant de multiplier auprès de lui ses assiduités afin d’obtenir la Grandesse et la Toison d’Or pour ses fils. Ce qu’il finit par obtenir, oubliant de mentionner, dans ses souvenirs, le mérite qui en revint au confesseur. Son neveu, l’abbé de Saint-Simon, est plus reconnaissant dans une lettre qu’il écrivit à ce sujet à Dubois126. Aussi, le célèbre mémorialiste paraît-il assez vain quand il se vante d’avoir profité de la mémoire défaillante du jésuite pour « s’amuser à lui tendre des panneaux ». On doute de la véracité de ces propos au vu de la conduite politique du P. Daubenton.

  • 127 AECP, Esp., 250, fol. 161 (avril 1716). Voir aussi une commande d’ouvrages, AECP, Esp., 255, fol. 2 (...)
  • 128 Décret du 2 janvier 1716. Cf. A. Perez Goyena s.j., « Los primeros directores de la Biblioteca Naci (...)

54Mais il est vrai qu’il s’affaiblit. Dans les derniers mois de sa vie, deux choses seulement le préoccupent vraiment. Tout d’abord, l’enrichissement de la Bibliothèque Royale pour laquelle il correspondait avec les jésuites de France, afin de se faire envoyer des listes impressionnantes d’ouvrages, de médailles ou d’estampes127. Il rédigea aussi un décret de fondation, approuvé par le roi, car le P. Robinet n’avait pas eu le temps de pérenniser la création128.

  • 129 C. Désos, op. cit., (2005), p. 101-107.
  • 130 AECP, Esp., 252, fol. 100 v° et 235, Saint-Aignan à Huxelles, 31 juillet et 6 septembre 1716.
  • 131 Vida del Bienaventurado Juan Francisco Regis, de la Compañia de Jesús, escrita en lengua francesa p (...)

55Deuxièmement, la construction d’une chapelle dans l’église du noviciat de Madrid, dédiée au français Jean-François Régis (1597-1640), béatifié en 1716. Le P. Daubenton avait été le postulateur zélé de cette cause à Rome129 et nourrissait une dévotion particulière envers ce jésuite. Le 6 septembre 1716, pour fêter solennellement la béatification du P. Régis, Daubenton organisa une cérémonie à laquelle le roi, l’ambassadeur de France et l’ensemble de la cour participèrent en grande pompe130. La chapelle fut achevée, en 1723, et nombre d’artistes italiens, espagnols ou français y œuvrèrent. Comme l’avait fait Dubois, ceux qui voulaient flatter le confesseur contribuaient de leur obole à cette construction. Le 23 mai 1723, une première messe fut dite dans la nouvelle chapelle en présence de la famille royale. Enfin, une vie du P. Régis, écrite par le confesseur, fut rapidement traduite en espagnol et largement diffusée131.

  • 132 AECP, Esp., 330, fol. 143, Coulanges à Dubois, 29 juillet 1723.
  • 133 F. Granado, s.j., Lettre du P... recteur du noviciat de Madrid, aux Pères supérieurs de la province (...)

56En juillet 1723, l’envoyé de France, Coulanges, notait la faiblesse du P. Daubenton, obligé cependant de rester auprès du Roi Catholique, alors que, physiquement, il n’en peut plus132. Il meurt, le 9 août, à Madrid. Son corps fut déposé sous l’autel de cette chapelle du noviciat. Le roi fit pour lui une grande cérémonie funèbre, « honorée de la plus illustre et de la plus nombreuse assemblée133 ». Les Espagnols ne furent pas en reste, et San Felipe laisse un portrait très avantageux du jésuite :

  • 134 San Felipe, Comentarios..., p. 347. Nous ne commentons pas ici l’anecdote qui courut au moment de s (...)

57« Ceux qui pénétraient l’intérieur de la cour jugèrent que Philippe avait perdu dans ce père un grand soulagement pour sa conscience scrupuleuse et l’Espagne, un ministre sans cesse occupé à maintenir la plus grande régularité, dans le Palais comme au-dehors, et qui ne cherchait que le bien134 ».

58La mort du P. Guillaume Daubenton marque la fin d’une époque. Ce Français d’origine, devenu espagnol de cœur, a sans cesse cherché à concilier les intérêts des deux pays. Parmi l’ensemble des Français présents à Madrid, depuis 1701, il fut le seul à avoir su créer un consensus franco-espagnol autour de sa personne. Après lui, Philippe V n’aura plus de conseillers proches, qui soient aussi attachés à unir durablement les deux nations. La disparition du confesseur du roi d’Espagne est un événement dont se ressentiront les relations diplomatiques entre les deux pays. Seul, le maréchal de Tessé, en 1724, fut encore capable, durant quelques mois, d’incarner une influence française décisive sur Philippe V. Encore son action connut-elle bien des limites.

2. La mission du maréchal de Tessé en Espagne : dernier essai de prépondérance française à la cour madrilène

La situation « des » cours espagnoles

L’abdication de Philippe V

  • 135 AECP, Esp., 333, fol. 82, copie de l'arrêt du Roi Catholique Philippe V, en date du 10 janvier 1724 (...)
  • 136 C. Désos, Entre champs de batailles et cabales de Cour : Le duc de Berwick, soldat du Roi de France (...)

59Le 15 janvier 1724, les cours européennes apprenaient la décision de Philippe V d’abdiquer en faveur de son fils aîné, le jeune Louis, âgé de 16 ans. Dans le texte qu’il donna à ses Conseils, le roi invoquait la maladie et le désir de solitude « pour servir Dieu135 ». Depuis quelques années, il souffrait de façon chronique de crises de neurasthénie. Cet état de fait commençait à susciter bien des passions et des cabales à la cour. Certains entouraient déjà l’Infant, en vue de la future succession. Les partis italien et espagnol se préparaient à la lutte d’influence. Les Français restant à la cour s’inquiétaient de ce déséquilibre ; relégués sous les Italiens, que leur arriverait-il si les Espagnols reprenaient en main le gouvernement ? Que deviendrait l’union avec la France ? Quelques-uns d’entre eux écrivaient en France pour demander un bon ambassadeur, capable de jouer un rôle de médiateur. Ils rappelaient avec nostalgie l’époque d’Amelot. Le duc de Berwick, aurait souhaité remplir ce rôle. Mais le roi d’Espagne n’avait pas oublié qu’en 1719, ce général, qu’il avait récompensé et apprécié durant la Guerre de Succession, avait commandé l’armée contre lui136.

  • 137 AECP, Esp., 289, fol. 80, Mémoire présenté à M. le Régent.

60Moins connu, l’abbé de Vayrac proposa néanmoins ses services. Ce prêtre avait passé douze années à Madrid, touchant des appointements du roi en tant que vicaire général de ses armées. Il avait aussi rempli un poste auprès du comte de San-Estevan, pendant 5 ans. En 1718, il faisait paraître L’État présent de l'Espagne, en quatre volumes, montrant qu’il connaissait bien « le génie, les mœurs, les coutumes » des Espagnols. Sa proposition n’eut pas de suites137.

  • 138 AECP, Esp., 305, fol. 200, Sartine à Dubois, 9 octobre 1721.

61Antoine Sartine, très présent à la cour, souhaite lui aussi une autorité française reconnue à Madrid, afin d’entretenir de bonnes relations entre les deux pays. Il laisse transparaître une pointe de nostalgie en évoquant pour Dubois l’époque où l’ambassadeur de France était tout puissant auprès du roi138.

  • 139 En octobre 1723, le Régent propose quelques noms à Philippe V, comme Coigny, La Mark ou Bonnac, AEC (...)
  • 140 AECP, Esp., 331, fol. 182, Coulanges à Morville, novembre 1723.

62Depuis le départ de Maulévrier, en mai 1723, il n’y a, dans la capitale espagnole, qu’un ambassadeur intérimaire, Monsieur de Coulanges139, sans expérience des affaires diplomatiques, incapable d’empêcher l’abdication du roi. Il n’est pas exclu que la décision de Philippe V fut le fruit d’une habile cabale espagnole. Comme depuis quelque temps déjà le roi résidait de moins en moins à Madrid, de nombreux pamphlets couraient sur son compte, l’accusant de négliger les affaires du royaume et de laisser agir son entourage. Le Conseil de Castille fit même des remontrances à Philippe V sur son constant éloignement. Tout cela semble faire partie de la politique d’un certain groupe de pression espagnol pour discréditer le roi. Coulanges note que « les Grands vont en limes sourdes au but qu’ils se sont proposés de réduire le gouvernement présent sur le pied qu’il était sous Charles Second140 ». Il semblerait que l’on assiste à un retour offensif d’une partie de la première noblesse du royaume et de conseillers, qui trouvent dans l'affaiblissement physique du monarque une occasion de reprendre pied dans le gouvernement. Touché par ces critiques, qu’il jugeait peut-être fondées, il est possible que Philippe V ait préféré laisser agir son fils, n’ayant plus envie d’exercer le pouvoir.

63La rumeur publique trouva d’autres causes à cette abdication. N’y aurait-il pas des vues sur la couronne de France, en cas de mort de Louis XV, dont l’état de santé semblait fragile ? En effet, les événements s’étaient précipités en France. Le cardinal Dubois était mort le 10 août 1723, le Régent le 2 décembre de la même année, tandis que le duc de Bourbon devenait Premier ministre. Il semble cependant, que Philippe V n’ait pas songé à cette issue au moment de prendre sa grave décision. Ce prince religieux pense à son salut. Cette résolution s’accordait aussi à son goût pour la retraite. Il l’avait combattu durant la Guerre de Succession, et durant le ministère d’Alberoni, puis le confessorat de Daubenton. Désormais, plus rien ne le retenait.

  • 141 AECP, Esp., 331, fol. 235, annonce de l’envoi de Tessé, décembre 1723.

64En décembre 1723, le duc de Bourbon, avant même de connaître l’abdication du roi, prit la décision d’envoyer le maréchal de Tessé à Madrid afin d’être mieux informé de l’état de la capitale141. C’est ainsi que le vieux maréchal se trouva, providentiellement, au cœur de Madrid, au moment des péripéties de 1724.

Le règne de Louis Ier

  • 142 Bermudez (Gabriel) (1667-1749), il entra au noviciat de Madrid, le 18 mars 1680, professant la phil (...)
  • 143 AECP, Esp., 330, fol. 184, Stalpert à Dubois, 9 août 1723 ; AECP, Esp., 331, fol. 288, Coulanges à (...)
  • 144 AECP, Esp., 330, fol. 299, 6 septembre 1723, note chiffrée de la cour.
  • 145 AECP, Esp., 330, fol. 247, mémoire de Valcourt (secrétaire d’ambassade pendant 8 ans, il réside enc (...)

65Le règne du jeune Louis Ier fut éphémère. Il dura à peine 8 mois, mais qui furent délicats pour les Français de l’entourage, très inquiets pour leur avenir. Qu’allaient-ils devenir dans une cour tout espagnole ? Seraient-ils mieux ou moins bien traités que sous une camarilla italienne ? Avant même l’abdication, leur premier sujet d’inquiétude était venu du nouveau confesseur du roi, un Espagnol, le P. Gabriel Bermudez142, choisi « au grand étonnement et déplaisir général des Français qui se trouvent aujourd’hui sans protection en cette cour-ci143 ». Les officiers français du roi semblent avoir plus de mal que de coutume à se faire payer144 et l’on se demande si le confesseur n’a pas encouragé le désir de retraite du roi, afin de laisser le champ libre au groupe espagnol145.

  • 146 AECP, Esp., 331, fol. 118, Coulanges à Morville, 1er novembre 1723.
  • 147 AECP, Esp., 332, fol. 233 v°, Coulanges au duc de Bourbon, 7 février 1724.
  • 148 AECP, Esp., 333, fol. 198, Stalpert à Morville, 24 janvier 1724. Il existe bel et bien un projet, e (...)

66Louis conserve cependant auprès de lui une bonne part de la familia francesa de son père. Mais des offensives sont menées pour rétablir l’étiquette. Coulanges soupçonne les Grands de vouloir la remettre dans sa rigidité originelle146. L’accès à Louis Ier devient difficile147. Stalpert est atterré et note que, le 20 janvier, le roi Louis a rétabli les anciennes étiquettes148.

  • 149 AECP, Esp., 331, fol. 118, Coulanges à Morville, 1er novembre 1723.
  • 150 AECP, Esp., 331, fol. 247, Coulanges à Morville, 29 novembre 1723.

67Des velléités de changements du mode d’habillement se font jour. Le P. Bermudez aurait ainsi été à l’origine d’une pragmatique, parue en novembre 1723, modérant l’usage des « ouvrages d’or, d’argent, de soie, de laines, de fils de toutes les manufactures étrangères », et réintroduisant les distinctions d’habillement entre les classes sociales149. Il aurait aussi proposé, mais inutilement, à la reine, d’obliger ses femmes « de fermer la gorge jusqu’au col et les bras jusqu’au poignet ». Or, cela faisait près de vingt ans déjà que la Princesse des Ursins avait innové en matière vestimentaire avec Marie-Louise de Savoie. Ces Espagnols réactionnaires défendent une cause perdue d’avance, car les femmes se préfèrent désormais en habits à la française150.

  • 151 Nous n’avons pas d’informations sur ce Fargues. Le duc de Bourbon le contacta afin qu’il soit son i (...)
  • 152 AECP, Esp., 332, fol. 443, Fargues au duc de Bourbon, 28 août 1724.

68Le jeune roi n’a que des ministres espagnols, à l’exception du Flamand, marquis de Lède. Tous les secrétaires d’État sont aussi de cette nationalité. Les informateurs du duc de Bourbon, tels Marcillac (passé au service de l’Espagne en 1719 comme lieutenant-général d’armées), Fargues151, Stalpert, estiment que les nouveaux ministres veulent affaiblir le jeune Louis Ier, comme du temps de Charles II, et ils en appellent à l’intervention du duc de Bourbon dans le gouvernement152.

  • 153 AECP, Esp., 327, fol. 331, le chevalier d’Orléans au duc d’Orléans, 20 février 1723.

69La nouvelle reine n’est guère capable d’avoir une quelconque autorité sur les affaires ou de réunir autour d’elle un groupe de Français. Louise-Elisabeth d’Orléans n’avait pas fait bonne impression à Madrid. La jeune Princesse est peu et mal élevée. Son frère, le Grand Prieur, de passage à Madrid en 1723, écrivait à son père qu'elle avait acquis bien des travers, que personne n’osait contrecarrer153. Se conduisant très mal, mangeant de façon malpropre, se promenant à moitié dénudée dans les jardins du Palais, son comportement plonge Louis Ier dans la consternation. Une véritable antipathie s’installe entre les jeunes gens. Il n’est pas certain, d’ailleurs, que le mariage ait été consommé, même si, très officiellement, on décida que la vie commune des époux avait commencé, le 25 août 1723. Louis devait la faire enfermer, en juillet 1724, une quinzaine de jours, afin de la faire revenir à une conduite plus sensée. Mais rien n’y fit, pas même les avis de son confesseur, le P. de Laubrussel. L’éducation reçue au Palais Royal n’est pas des meilleures et se montre dans toute son indigence à Madrid, où la jeune princesse, qui n’a que 13 ans, scandalise tout le monde, sans susciter la moindre indulgence malgré son jeune âge. Son entourage soit ne l’aimait pas, soit s’en moquait et aucune de ses dames n’avait assez d’influence pour la former. Son sort fut assez pitoyable. Elle avait été laissée seule en Espagne, l’ensemble de sa suite ayant été renvoyé en France selon les clauses du contrat, car on ne voulait plus alors de l’implantation d’un entourage français. Il lui manqua donc de solides appuis à Madrid. Même les Français, qui voulaient désormais faire leur cour au nouveau régent, le duc de Bourbon, se détournaient de cette fille du duc d’Orléans.

  • 154 AECP, Esp., 333, fol. 216, Stalpert à Morville, 31 janvier 1724.
  • 155 Juan Bautista Orendayn, futur marquis de la Paz. Né à Azpeita, mais d’une famille d’origine navarra (...)

70Dans cette cour étrange que fut celle de Louis Ier, quelques caractères tranchent. Le président de Castille Luis de Miraval, ancien protégé du P. Daubenton, le Flamand marquis de Lede qui récuse les changements d’étiquette154 ou le secrétaire Orendayn155, ancien commis de Grimaldo, rompu à la diplomatie, qui assure le secrétariat aux affaires étrangères avec des sentiments francophiles. Ces hommes assument un véritable rôle politique, mais le règne de Louis Ier inaugure un retour de l’esprit étroitement national.

71Pendant ce temps, Philippe V et son épouse tiennent une cour restreinte dans leur retraite de San Ildefonso.

La cour de San Ildefonso

  • 156 AECP, Esp., 331, fol. 28, Coulanges à Morville, octobre 1723.

72San Ildefonso fut construit par Philippe V, qui souhaitait une résidence à son goût, non loin de Ségovie. L’ensemble est petit. Quand le roi et la reine y résident, même le Prince des Asturies ne peut y loger156. Les jardins sont beaux et offrent aux visiteurs des effets de bassins et de jeux d’eaux. Les bronzes dorés, les revêtements de marbre et certains ornements ont été copiés de Versailles et de Marly, par une équipe d’artistes français. Depuis l’abdication, la vie du roi y est toute champêtre. La chasse et la prière, ainsi que des visites aux couvents et églises de Ségovie, occupent aussi leur journée.

  • 157 APR, Reinado, Louis I, c. 3, Relacion de los criados de todas clases de las casas del Rey y Reyna q (...)
  • 158 Cervi (Joseph) (1663, Parme-1748, Madrid).
  • 159 AECP, Esp., 333, fol. 127 ; fol. 155.
  • 160 AECP, Esp., 333, fol. 153, Coulanges à Morville, San Ildefonso, 17 janvier 1724.

73Leur cour est restreinte et ne compte qu’une cinquantaine de domestiques157. Grimaldo en est l’intendant. Valouse occupe les fonctions d’Écuyer en chef. Bermudez et Domingo Guerra sont les confesseurs de Leurs Majestés. La reine y est accompagnée par son médecin italien, Cervi158. Le service est assuré par quelques-uns des fidèles de la familia francesa, le chirurgien Legendre, le pharmacien Riqueur, trois valets de chambre dont Lacombe et Valois, un garçon de Garde-Robe. Le service de la Bouche est demeuré entièrement français. Le médecin Higgins, irlandais naturalisé français, le fidèle la Roche ou encore Jean Baptiste Hersan, ont été laissés au service de Louis Ier159. Coulanges, de passage à San Ildefonso, note que le roi et la reine semblent « prendre avec plaisir le train de vivre parmi leur petite suite avec la même simplicité que si elles n’avaient jamais connu que leur village160 ».

  • 161 AECP, Esp., 332, fol. 207 et 224, Marcillac au duc de Bourbon, 17 et 31 janvier 1724.
  • 162 Sur le gouvernement de Louis Ier, cf. C. de Castro, op. cit., (2004), p. 363-378 ; A. Baudrillart, (...)
  • 163 AECP, Esp., 333, fol. 233, Coulanges à Morville, 7 février 1724.

74Il est difficile de croire que le roi se soit désintéressé de toute politique. Marcillac se disait persuadé, au moment de l’abdication, que rien ne se ferait à Madrid sans « l’avis du roi Philippe et de la reine sa femme », et assurait que le Conseil de Louis Ier agissait en conséquence161. Les membres de ce Conseil avaient d’ailleurs tous été choisis par Philippe V et étaient au nombre de sept162. Ces hommes étaient tous restés attachés à la cour de San Ildefonso et Grimaldo continuait à dépêcher chaque jour quelques affaires avec le roi et la reine. Pour le public : « Il y a lieu de croire que les affaires les plus importantes passeront encore longtemps au creuset de Saint Ildefonse163 ».

75Toute l’action de Tessé sera d’encourager les souverains à conserver, et même à accentuer, leur emprise sur Madrid, dans leur intérêt et surtout, dans celui des relations diplomatiques franco-espagnoles. Car la France souhaite :

  • 164 AECP, Esp., 337, fol. 191, Tessé au duc de Bourbon, 27 mars 1724.

avoir toujours affaire à Philippe V, né du pur sang de France et élevé dans l’esprit qui y règne, plutôt qu’à un jeune roi élevé avec le chocolat et que les Espagnols croient avoir élevé à leurs usages et à leurs manières et de la jeune autorité duquel ils voudraient profiter pour remettre tout à leurs anciens et pernicieux usages164.

Que reste-t-il de la diplomatie française ?

L’état des lieux selon le maréchal de Tessé

  • 165 A. Baudrillart, loc. cit., p. 485.

76Selon Alfred Baudrillart, « la France a cherché, par le moyen d’un ambassadeur aimé des souverains espagnols, à rétablir son influence au-delà des Pyrénées, telle qu'elle s’était exercée aux beaux jours de Louis XIV165 ». Sans aller aussi loin que cet illustre historien, nous pouvons dire que Tessé eut pour mission de réveiller les sentiments francophiles à Madrid.

  • 166 AECP, Esp., 333, fol. 93, Stalpert à Morville, 10 janvier 1724.
  • 167 AECP, Esp., 333, fol. 84, Stalpert à Tessé, 10 janvier 1724.
  • 168 AECP, Esp., 332, fol. 231, Marcillac au duc de Bourbon, 7 février 1724
  • 169 AECP, Esp., 333, fol. 312, Tessé à Morville, 28 février 1724.

77Bien qu’âgé de 73 ans, Tessé était vif et plein d’esprit comme le révèle sa correspondance. Parfois même laisse-t-il un peu trop filer sa plume, manquant de la retenue nécessaire à un véritable diplomate. Son arrivée inquiète le parti espagnol. Le maréchal a laissé des souvenirs vivaces en Espagne, et l’on sait qu’il peut avoir une grande influence sur l’esprit de Philippe V. Stalpert signale un groupe « d’Espagnols qui ne se réjouissent pas de la venue de ce ministre [...] Ce sont des gens qui ont formé un système entre eux, et qui craignent qu’il ne change166 ». Lui-même l’attend avec enthousiasme, sûr de le voir « procurer à la nation française le lustre et la jouissance de ses anciens droits et privilèges qu'elle a perdus167 ». Pour Marcillac, il est évident que Tessé peut être un nouvel Amelot168. Le maréchal demeurera beaucoup plus flegmatique, jaugeant rapidement « tous nos Français d’ici (qui), à parler généralement, ont leurs petites cabales et croient tous gouverner l’État ou en ont envie169 ». Ces temps sont révolus. Pourtant le maréchal fera, lui aussi, l’erreur de croire que la France peut reprendre une influence prépondérante sur le gouvernement madrilène.

  • 170 AECP, Esp., 333, fol. 280, Tessé à Louis XV, 23 février 1724.

78Il commença par faire un état des lieux, évaluant les membres des deux cours. Sa première visite fut pour San Ildefonso, à son arrivée, le 23 février. Fort de son âge et de son expérience, il se permit de reprocher cette retraite au roi et à la reine, mettant en balance la maturité de Philippe V et la jeunesse de Louis Ier, et demandant l’intervention du premier dans les affaires pour assurer « la tranquillité de vos monarchies et le bien de l’Europe170 ». Si Philippe V lui semble difficile à convaincre, le maréchal se rend compte que la reine ou Grimaldo ne se croient « pas morts pour les affaires ». L’entourage de la reine lui avoue s’ennuyer un peu à San Ildefonso. Les remontrances de Tessé sont bien accueillies et il a la permission de venir quand bon lui semble, alors même que ni les Infants ni aucun ministre n’ont eu ce droit.

  • 171 AECP, Esp., 333, fol. 224, Tessé à Louis XV, Bordeaux, 5 février 1724.
  • 172 AECP, Esp., 333, fol. 312, Tessé à Morville, 28 février 1724.
  • 173 AECP, Esp., 334, fol. 4, Tessé à Morville, 6 mars 1724.

79Le 28 février, Tessé se rend à Madrid. Le marquis d’Aytone, se souvient-il, a servi sous lui comme lieutenant-général et Miguel Guerra, qu’il a connu du temps où il était chancelier de Milan, est « son ami particulier171 ». Mais l’ensemble du Conseil, excepté une ou deux personnes, lui semble être des incapables ou bien n’avoir d’autre objet que « de remettre le nouveau roi en sujétion comme Charles Second172 ». Bien plus, il se dit persuadé que « le grand objet de tout Espagnol est d’anéantir l’autorité du roi et de retrancher tous les usages et toutes les pratiques que les Français ont pu établir dans ce royaume173 ».

  • 174 AECP, Esp., 334, fol. 228, Tessé à Morville, 17 avril 1724.
  • 175 AECP, Esp., 335, fol. 269, Tessé à Morville, juillet 1724. Ce P. Ramos, rattaché au Collège des jés (...)
  • 176 Stanhope (Guillaume, colonel) (1690-1756), envoyé en mission à Madrid, le 19 août 1717. Il quitte l (...)
  • 177 AN, B7 284, Robin à Maurepas, 13 novembre 1724.

80Il signale l’existence d’un parti espagnol, qu’il n’hésite pas à qualifier un peu vite d’autrichien, et dont les adeptes sont « en plus grand nombre en Espagne que les rois ne le croient eux-mêmes174 ». Un certain jésuite, le P. Ramos, semble particulièrement dangereux. C’est l’éminence grise de ce petit monde175. La concurrence anglaise, représentée par Stanhope176, est active. Ce dernier distribue l’argent à tour de bras aux ministres, aux mendiants, aux hôpitaux, aux confesseurs. Sa libéralité touche tout le monde ; « on publie la grandeur des Anglais, cela fait un vilain contraste pour les Français qui ne donnent jamais rien177 » ; il est reçu dans les covachuelas (les bureaux).

  • 178 AECP, Esp., 335, fol. 18, Tessé à Morville, 5 juin 1724.

81Enfin et surtout, Louis Ier est un être têtu et taciturne. Il « ne répond non plus qu’une pierre à ce qu’on lui dit178 », se plaint Tessé, qui n’arrive pas réellement à capter sa confiance, plus étonné de sa fermeté qu’il ne veut le laisser paraître. Le gouvernement français n’a pas saisi que :

  • 179 A. Baudrillart, loc. cit., p. 497.

Au fond, les plus Espagnols ne demandaient aux Français que de s’abstenir de toute ingérence indiscrète dans le gouvernement intérieur de leur monarchie, et, moyennant cette satisfaction légitime, ils étaient disposés à maintenir un accord dont ils sentaient l'utilité179.

  • 180 AECP, Esp., 334, fol. 161, Tessé à Morville, 31 mars 1724.

82Pour Tessé, au contraire, il faut changer l’entourage du roi et s’appuyer sur de bons secrétaires d’État, efficaces et gagnés à la cause française. Trois hommes emportent son adhésion, ce sont les frères Patino et Orendayn180.

  • 181 ANM, Estado, leg. 3557 et copie, AECP, Esp., 334, fol. 267, Tessé à Philippe V, 27 avril 1724.

83Dans cet esprit, Tessé établit un nouveau plan de gouvernement, dans lequel les Conseils n’auraient aucun poids, mais les secrétaires d’État un statut de ministre. Il en prévoit quatre. Il se charge aussi de remplir les postes avec le personnel qui lui semble le plus compétent, se débarrassant des autres, abaissant l’autorité des Conseils pour assurer plus de force et d’unité dans l’exercice du pouvoir. Ce plan, tracé dans les grandes lignes, n’est pas sans rappeler toute la politique française menée jusqu’en 1714. Tessé est bien dans la continuité des ambassadeurs et autres conseillers français d’alors181.

  • 182 AECP, Esp., 334, fol. 329, 342, 396, Tessé à Elisabeth Farnèse, 13, 17, 20, 29 mai 1724 (cf. aussi, (...)
  • 183 AECP, Esp., 334, fol. 347, Philippe V à Tessé, 18 mai 1724.
  • 184 AECP, Esp., 334, fol. 389, Louis Ier à Tessé, 28 mai 1724.
  • 185 AECP, Esp., 333, fol. 251, Coulanges à Morville, 14 février 1724. Miraval accuse Grimaldo d’avoir r (...)
  • 186 AECP, Esp., 335, fol. 18, Tessé à Morville, 5 juin 1724.

84Ce projet est soumis à Philippe V et Tessé essaye de trouver le soutien d’Elisabeth182. Mais l’affaire est éludée. Décidément, le roi-père ne veut s’occuper de rien183, et le roi-fils diffère tout changement184. Tessé soupçonne Grimaldo d’être intervenu contre son plan. Il laisse entendre que ce dernier est acheté par les Anglais185 et qu’il serait jaloux de l’avancement d’Orendayn186. Tessé sait aussi que le P. Bermudez n’est pas un allié pour lui, car il ne songe qu’à détourner Philippe V du pouvoir.

  • 187 AECP, Esp., 334, fol. 389, Louis Ier à Tessé, 28 mai 1724.

85Le maréchal n’envisage pas un instant que son activité puisse déplaire. Louis est aimable et l’écoute avec attention, mais ne veut aucun ministre187. Tessé ne peut que se plaindre auprès d’Elisabeth en regrettant, à nouveau, dans un éternel leitmotiv, la lenteur des Conseils, l’absence de secret ou l’incapacité des hommes en place.

  • 188 AECP, Esp., 334, fol. 211, 10 avril 1724.

86Sa mission est en train de tourner court et il songe à fixer son départ pour la Toussaint. Lui, qui se méfiait des chimères des Français à son arrivée, a voulu aller un peu trop loin dans les affaires. Ne disait-il pas à Morville qu’il agissait de manière à ce que « ni les mécontents [...] ni les ignorants [...] ne puissent s’apercevoir [...] que l’on songe seulement à les gouverner188 » ? Le maréchal a vraiment cru qu’il pourrait parler à la cour madrilène, comme en 1705, et que le fait d’être Français y assurait encore une préséance.

87Dans le même temps, les Anglais, par leur ambassadeur, mettent en place tout un ensemble de relations, s’implantent efficacement à Madrid et favorisent leur commerce et leur industrie. Leur pragmatisme est bien plus efficace que le sentimentalisme familial entretenu de part et d’autre des Pyrénées, qui finalement mécontente les deux partis.

Le retour sur le trône de Philippe V

  • 189 Sur sa maladie, AECP, Esp., 335, fol. 416, 445, 454-455, 465, 470, bulletins de santé par le P. de (...)

88Au moment même où le maréchal de Tessé ne songe qu’à se retirer, sa présence va s’avérer décisive. Au mois d’août, le roi Louis est emporté par la petite vérole189, plongeant l’Espagne dans une nouvelle crise. De fait, dans sa résolution d’abdication, Philippe V avait prévu qu’en cas de décès de son fils et de la trop grande jeunesse de ses autres enfants (Ferdinand n’a que 11 ans), une junte de régence soit instituée. Au vu de la situation madrilène, ce cas de figure est le pire que puisse envisager la France. Il est aussi néfaste pour l’Espagne, qui a encore besoin d’un pouvoir fort. Une oligarchie ne peut que compromettre un équilibre politique encore délicat. Philippe V ne pensait pas que son fils mourait prématurément. Mais comment un roi si scrupuleux dans ses décisions, guidé par un confesseur qui semble gagné à la cause espagnole, pourrait-il inverser une situation qu’il a contribué à créer ?

  • 190 AECP, Esp., 336, Tessé au duc de Bourbon, au soir du 4 septembre 1724.

89Dès le 30 août, alors que le jeune Louis n’était pas encore décédé (il meurt le 31), Tessé écrivait avec insistance à Philippe V de remonter sur le trône, invoquant la volonté divine, qui n’avait pas voulu laisser vivre le nouveau roi. Le maréchal voyait là l’occasion, certes malheureuse, de conclure sa mission par un véritable retour de Philippe aux affaires. Le 1er septembre, ce dernier accepte de se rendre à Madrid. Pour reprendre la couronne, il demande au Conseil de Castille de lui en exprimer par écrit la demande, ce qui inquièta Tessé, qui espérait une reprise de pouvoir plus ferme. Mais le roi n’envisage pas de revenir aussi facilement sur une abdication solennelle, rendue sacrée par un vœu spontané et ratifiée par les grandes instances du royaume. Le 4 septembre, chacun attend la décision du Conseil et Tessé s’impatiente190.

  • 191 AECP, Esp., 336, fol. 131, Tessé à Morville, 25 septembre 1724.
  • 192 Ibid., 5 septembre 1724.

90Le soir du 5, le Conseil décidait que le roi pouvait reprendre la couronne, mais en des termes tels, et en soulevant de si solides objections, que Philippe fut plongé dans un abîme de doutes. Tessé se réjouit de ce que l’Infant Ferdinand n’ait pas été à Madrid, au moment de la mort de Louis Ier, car tout était prêt pour le déclarer roi « sans la participation de son père191 ». Bien plus, une docte junte de théologiens décida qu’en conscience, le roi ne pouvait revenir sur les clauses de son acte d’abdication ; tout au plus, lui accordait-on la régence de son fils. Le maréchal s'affole. Si jamais le roi retourne à San Ildefonso, il faudra « regarder l’Espagne pour les Français comme les sables d’Arabie192 ». Il décide de prendre les affaires en main et commence par persuader les monarques de demeurer encore à Madrid. Il a en Elisabeth Farnèse une alliée puissante, qui se dit totalement française, tant elle déteste le parti espagnol au gouvernement. Le P. Bermudez, au contraire, exerce une mauvaise influence sur le roi et sans s’opposer catégoriquement, représente comme un péché la reprise d’une couronne abdiquée dans de telles conditions. Le sieur Robin raconte que le confesseur :

  • 193 AN, B7 284, Robin à Maurepas (secrétaire d’État à la Marine), 7 septembre 1724.

était gagné par une cabale espagnole qu’on prétend être attachée à la maison d’Autriche, et qui voudrait une longue minorité, exclure totalement le roi Philippe de la couronne et de la Régence, gouverner en sa place, marier ensuite le prince D. Fernand à une archiduchesse et introduire ainsi des Allemands pour y être les maîtres avec cette cabale193.

  • 194 Aldobrandini (Alexandre) (1674-1734), il fut envoyé à Madrid, en septembre 1720.
  • 195 AN, B7 284, Robin à Maurepas (secrétaire d’État à la Marine), 7 septembre 1724.

91Tessé eut alors l’idée de se confier au nonce. Le confesseur trouvait que cela serait donner trop d’autorité au Pape sur les affaires de la monarchie, mais le maréchal tint bon. L’entrevue eut donc lieu avec Aldobrandini194. Le roi aurait dit, le 6 au soir, à Tessé : « M. le maréchal vous serez content de moi, M. le nonce a levé tous mes scrupules195 ».

  • 196 ANM, Estado, leg. 3988, vol. 2, le maréchal de Villars à Elisabeth Farnèse, 15 septembre 1724 ; leg (...)
  • 197 Il s’attirera, en contrepartie, un virulent pamphlet : Anonimo contra losfrancesesy el mariscal Tes (...)
  • 198 Sur ce personnage, cf. C. de Castro, op. cit., (2005), p. 342 et 366-370.
  • 199 AECP, Esp., 336, fol. 157, Tessé à Morville, 8 octobre 1724.
  • 200 Tessé ne peut cependant fournir aucune preuve écrite d’une trahison de Grimaldo avec les Anglais. C (...)
  • 201 AECP, Esp., 339, fol. 361, Tessé à Morville, 26 février 1725.
  • 202 Sebastián de la Cuadra (ou Quadra) fut aussi formé dans les bureaux de Grimaldo. Maulévrier ou Coul (...)

92La France est soulagée ; cela s’exprime dans les lettres qui parviennent à Madrid196. Mais Tessé n’en a pas fini avec la cour. Il a suffisamment signalé au roi que « ceux qui l’approchent de plus près l’ont trompé et le trompent » et il veille à ce que le parti espagnol soit dispersé197. Luis de Miraval qui, en tant que président de Castille, a œuvré contre le retour du roi, est remercié. Il est remplacé par Herrera, évêque de Siguenza, jugé par le maréchal très bien intentionné à l’égard des Français. Verdes Montenegro198, un des proches de Miraval, qui était aux finances, est conduit à trente lieues de Madrid. Le P. Ramos est lui aussi exilé, à Pampelune, par décret du général des jésuites199. Le marquis de Grimaldo, que le maréchal n’a de cesse de critiquer et de dire vendu aux Anglais, voit aussi son étoile pâlir au profit de Juan Bautista Orendayn. Celui-ci, grâce à la protection de Tessé, reçoit la place de secrétaire d’État des finances, tout en gardant la connaissance des affaires étrangères sans aucune subordination à Grimaldo. Mais la force de l’habitude fait que Philippe conserve encore un peu ce dernier à son service200. Il sera remercié en 1726. Tessé attend avec impatience l’époque des Orendayn, Castellar et Patiño, « qui me font croire que, quelque beau matin, ils feront comme l’on dit maison nette et donneront une nouvelle forme à leur gouvernement qui ne saurait être pis que comme il est201 ». À ceux-ci s’ajoute Sebastián de la Cuadra202, encore simple commis, mais dont les Français se servent beaucoup, futur ministre de Philippe V. C’est une nouvelle génération qui est en préparation ; le maréchal, bien que voulant agir trop vivement, avait bien jaugé les hommes.

  • 203 AECP, Esp., 339, fol. 207, Tessé au duc de Bourbon, 11 décembre 1724. Le P. Bermudez ne sera rempla (...)

93Seul, le confesseur, que pourtant ni la reine ni le maréchal n’aiment, arrive à se maintenir. Le P. Bermudez, appuyé par les jésuites du Collège Impérial, par ceux de Rome, et même par une faction française qui veut « soutenir le confessionnal du Roi Catholique dans la société (de Jésus), à quelque prix que ce soit203 », reste en place. Il ne devra s’en aller qu’en 1726.

  • 204 A. Baudrillart, loc. cit., p. 559. Les instructions de Ripperda sont datées du 22 novembre 1724. G.(...)

94Durant ce mois de septembre, le rôle du maréchal de Tessé a été absolument décisif. Mais là s’arrête son influence. S’il est bien reçu à la cour, comme un ami personnel des souverains, qui lui remirent la Toison d’Or, il reste désormais en-dehors du gouvernement et des affaires diplomatiques. Il se rend compte que la France, même sous le nouveau règne de Philippe V, reste une puissance avec laquelle les Espagnols entretiennent des rapports ambivalents. Et encore ne se doute-t-il pas que, depuis la fin du mois de novembre, un envoyé secret du roi d’Espagne, le baron de Ripperda, a reçu des instructions pour se rendre à Vienne proposer à l’Empereur la paix, l’alliance politique et les mariages de D. Carlos et de D. Felipe avec deux archiduchesses204.

La rupture franco-espagnole de 1725

  • 205 J.F. Labourdette, Philippe V, (2001), p. 507.
  • 206 AECP, Esp., 333, fol. 291 et fol. 342, Louis XV à Tessé, 5 et 15 mars 1724. Les instructions au mar (...)
  • 207 AECP, Esp., 334, fol. 43, Tessé à Louis XV, 14 mars 1724.
  • 208 AECP, Esp., 336, fol. 337, Tessé à Morville, 20 novembre 1724.

95Le revirement de la cour d’Espagne est le fruit de toute une série de mésententes diplomatiques avec la France. Dès le lendemain des traités de 1721, le roi et la reine avaient compris que la France n’était pas prête à soutenir, comme elle s’y était engagée pourtant, les prétentions espagnoles en Italie. En fait, ne consultant que ses intérêts, la monarchie française n’avait conçu son alliance avec Philippe V que pour mieux le contrôler, le retenir et freiner ses ardeurs belliqueuses205. Lors du congrès de Cambrai, voulu par Dubois pour régler à l’amiable tous les conflits pendants ou à venir, l’Espagne fut la seule puissance à envoyer ses représentants avec empressement, espérant obtenir par la diplomatie ce qu'elle n’avait su conquérir par les armes. Mais, en mars 1724, le duc de Bourbon demandait à Tessé de faire en sorte que l’Infant D. Carlos ne se revête pas du titre de Grand Duc de Toscane et d’éviter tout passage en Italie206. Le nouveau régent adopte donc la même attitude que du temps du duc d’Orléans et Tessé se sert de Miraval, mais aussi de l’ambassadeur anglais à Madrid, Stanhope, pour empêcher cette affaire207. Les souverains espagnols estiment ne pas retirer tous les fruits de leur alliance avec la France. Le 23 octobre, Philippe V convoquait le maréchal à San Ildefonso et se plaignait des plénipotentiaires français. Le 20 novembre, le roi renouvelait ses plaintes contre les prises de position françaises à Cambrai, de manière si motivée que Tessé se rendit compte qu’il avait de bonnes sources d’informations, sans doute anglaises208. Bien plus, pour la première fois, Philippe V exprima du mépris envers son ancienne nation :

  • 209 Ibid.

Je sais que l’on me reproche en France que des scrupules de conscience me retiennent sur bien des choses ; mais à mon tour, je pourrais reprocher à la France que cette noblesse et milice françaises qui, du règne du roi mon grand-père, faisait (sic) la loi à l’Europe, paraît (sic) depuis sa mort être soumise (sic) aux demoiselles de l’Opéra, à la vie molle de la musique et de la bonne chère, et que l’on préfère en France cette vie molle à l’honneur et à la dignité des armées du royaume209.

  • 210 Le moment est bien choisi, car ce dernier connaît des difficultés (pour des questions commerciales) (...)
  • 211 AECP, Esp., 339, fol. 272, Tessé à Morville, 15 janvier 1725.

96Cette diatribe prononcée par le roi d’Espagne montre qu’il a déjà, dans son esprit, consommé sa rupture avec la France. De fait, il vient de décider de s’entendre directement avec l’Empereur210. Le 31 décembre, Tessé se faisait encore recevoir avec aigreur par les souverains, mécontents des nouvelles de Cambrai. Il a certes raison quand il estime que « le roi a envie d’être bon Français », mais il a tort de croire que ce dernier « sait bien qu’il ne se peut pas passer de l’union avec la France211 ». Il quitta Madrid dans cette idée en mars 1725.

97La rupture viendra cependant officiellement de la France. Le duc de Bourbon, souhaitant marier plus rapidement le jeune Louis XV, pour assurer sa descendance, préféra renvoyer la jeune Infante Marie-Anne Victoire à ses parents, mais sans aucune négociation ni explications préalables. C’était un tel affront que Madrid rompit diplomatiquement avec la France, renvoya en même temps la veuve de Louis Ier et sa sœur, la fiancée de D. Carlos, Mademoiselle de Beaujolais. Le 17 mai 1725, les Princesses étaient échangées à la frontière. C’était la fin de la politique diplomatique matrimoniale si habilement menée naguère par le P. Daubenton et l’abbé Dubois.

  • 212 AECP, Esp., 339, fol. 122, Tessé au duc de Bourbon, 16 octobre 1724.

98Autour des grandes figures que furent le P. Daubenton et Tessé, gravitent encore des membres de la familia francesa. Ceux-ci, en 1725, sont inquiets sur leur sort. Ne dit-on pas que la reine aurait demandé au roi un décret pour les expulser tous de Madrid ? Tessé n écrivait-il pas que, comme « tout ce qui s’appelle ici français porte avec soi une réprobation », tôt ou tard, chacun d’entre eux souhaiteraient partir212 ? Pourtant, en observant la correspondance du jésuite ou du maréchal, on se rend compte qu’une société française implantée à la cour se maintient malgré les aléas de la diplomatie. Plus obscurs, moins loquaces, ils n’en assurent pas moins une présence française auprès du roi.

3. La société française de la cour : portrait d’une société mêlée

La présence française officielle : ambassadeurs et commis de marine

  • 213 À Madrid, Saint-Aignan occupa la maison de l’Almirante de Castille puis, pour être sûr que les autr (...)
  • 214 Il y en eut parfois quatre en même temps sans que l’on sache lequel se trouvait dans la « confiance (...)

99L’ambassade, naturellement, est le centre de la présence officielle française. Il ne s’agit pas d’un site en particulier, mais de différentes maisons ou appartements occupés213 par les envoyés du Régent, puis du duc de Bourbon. La particularité des années 1718 à 1725 est d’avoir vu se succéder à Madrid une pléthore de représentants, amoindrissant souvent d’autant l’influence de chacun214.

  • 215 AECP, Esp., 239, fol. 109.
  • 216 RIA, Esp., III, p. 107, Instructions secrètes au maréchal de Tessé, 15 janvier 1724.

100Le duc de Saint-Aignan conserva son poste jusqu’en décembre 1718. Il se montra principalement courtisan et était réputé pour ses fêtes qui firent de sa maison un rendez-vous privilégié de la noblesse, tandis que sa jeune épouse entretenait quelques relations avec les dames du Palais215. Durant son ambassade, il y eut deux chargés de mission : Louville, en 1716, avec le succès que l’on sait, et le marquis de Nancré, au mois de mars 1718. Après la guerre de 1719, les différents ambassadeurs apparaissent comme des seconds rôles. Les affaires passent alors, avant tout, par le confesseur du roi. Maulévrier, envoyé en octobre 1720, est rejoint par l’abbé de Mornay en provenance de Lisbonne, porteur d’une lettre du Régent chargée de l’accréditer. L’abbé doit quitter Madrid, en avril 1721, pour cause de maladie, non sans avoir créé d’utiles ouvertures auprès du confesseur. Maulévrier, au contraire, s’installe à la cour jusqu’en avril 1723, très apprécié des souverains par son attitude franche et ouverte. Il était commode, en particulier lorsqu’il fallut signer les contrats de mariage, et il ne cachait rien à Philippe V des lettres qu’il recevait de France216. Dubois eut de la peine à lui faire quitter Madrid et aurait aimé le faire remplacer par Chavigny, mais ce dernier fut au contraire très désagréable à la reine.

  • 217 La Fare (Philippe Charles de la Fare, marquis de), 1685-1746. Maréchal de camp et lieutenant-généra (...)
  • 218 AECP, Esp., 343, fol. 81, Livry au duc de Bourbon, 9 mars 1725 ; RIA, Esp., III, p. 80.

101Maulévrier était donc encore présent lors de la mission de M. de Sourdeval, en juillet 1721, et aussi lors de celle de M. de La Fare217, envoyé, en novembre 1721, pour assister à la cérémonie de mariage du Prince des Asturies et de la fille du Régent. Il était encore là quand le duc de Saint-Simon fit son ambassade extraordinaire auprès de Mademoiselle de Montpensier, de novembre 1721 à mars 1722, et encore, au moment de la mission du chevalier d’Orléans, de décembre 1722 à février 1723, chargé d’exprimer la reconnaissance de son père pour le mariage projeté de Mademoiselle de Beaujolais avec l’infant D. Carlos. En 1723, après l’intérim de M. de Coulanges, le poste est rempli par le maréchal de Tessé, même s’il ne prit que le titre d’envoyé. En février 1725, il est à son tour remplacé par l’abbé de Livry. Ce dernier arrive à Madrid, le 11 février 1725, venant de Lisbonne où il était ambassadeur depuis l’année précédente. Mais le 8 mars 1725, il est chargé d’annoncer à Leurs Majestés Catholiques le renvoi de l’Infante leur fille. Le 19 mars, il reçoit l’ordre de quitter la cour dans les vingt-quatre heures et le royaume dans les quinze jours. Au point de vue politique et comme le dirent les souverains espagnols, c’était « une rupture entière entre les deux nations218 ».

  • 219 AECP, Esp., 253, fol. 181 v° ; Esp., 254, fol. 47 ; Esp., 257, fol. 56 v°, Saint-Aignan à Huxelles, (...)
  • 220 Sur les ennuis financiers du couple Saint-Simon cf. AECP, Esp., 308, fol. 199 ; Esp., 311, fol. 332 (...)
  • 221 AEMD, Esp., 145, fol. 37, Saint-Aignan à Longepierre, 31 décembre 1717.
  • 222 AECP, Esp., 253, fol. 212, « État des frais extraordinaires de M. le duc de Saint-Aignan, à commenc (...)
  • 223 Plaintes de Maulévrier, AECP, Esp., 297, fol. 26, 23 novembre 1720. Robin a les mêmes soucis, AECP, (...)

102Peu de ces ambassadeurs ont été accompagnés d’une suite importante. Certes, le duc de Saint-Aignan eut de nombreux domestiques, ce qui donna lieu parfois, à des échauffourées avec les Espagnols219 et Saint-Simon se ruina presque lors de sa somptueuse ambassade à force de prodigalité220. Néanmoins, les autres représentants de France n’ont pas laissé la trace de dépenses somptuaires ou d’ameublement important comme ce fut le cas avant 1715. L’ambassade de France voit ses moyens réduits. Depuis le duc de Saint-Aignan, les ambassadeurs n’ont plus droit aux franchises. Saint-Aignan doit vivre sur l’argent de la vente de son régiment221. Or, il faut payer les coursiers, les habits de deuil à la mort de Louis XIV, le port des lettres ou les dépenses pour le baptême de l’Infant222. Maulévrier se plaindra lui aussi à Dubois de ne pouvoir subvenir à ses besoins223. De plus, les retards de payement étant très importants, chacun s’endette à Madrid.

  • 224 RIA, Esp., II, p. 280, η. 1.
  • 225 AECP, Esp., 330, fol. 28, Valcourt à Dubois, 5 juillet 1723.
  • 226 AECP, Esp., 331 fol. 197 v°, Coulanges, novembre 1723.

103Les ambassadeurs sont assistés par des secrétaires qui assurent la bonne gestion des dossiers et accroissent d’autant la présence française, mais qui ont laissé peu de traces. Le sieur Guillier servit le duc de Saint-Aignan ; Du Theil224 suivit Nancré ; Valcourt travailla avec le marquis de Maulévrier ; Coulange préféra user des services de La Barre, un protégé de Sartine et de Valouse225 ; Robin se fait aider par le sieur Desmaretz. Parmi les courriers chargés des allers-retours à Versailles, on trouve les noms évoqués au fil des documents des Affaires Etrangères de Compault, Charluchet, Coussy, Dupré, Massé, Léger, Martin, Pérignon, Drujat. Louis Bannière est le plus fameux. Il était déjà au service d’Orry et chacun le connaît à Madrid. Il « est toujours regardé en cette cour comme un oiseau de bon augure226 ».

  • 227 AEMD, Esp., 144, fol. 136, Saint-Aignan au duc d’Orléans, 22 décembre 1716.

104Ces secrétaires d’ambassade et ces courriers entretiennent des relations informelles avec la cour ou les bureaux espagnols, ce qui permet à l’ambassadeur de récolter quelques nouvelles. Il se sert de ce petit personnel, car il ne peut compter sur la présence d’espions français au sein des covachuelas. Celles-ci ne sont composées que de sujets de la Péninsule. Aucun Français n’est, semble-t-il, intégré au personnel espagnol. À peine le duc de Saint-Aignan mentionne-t-il, une fois, la possibilité de gagner un sieur Francisque, commis de Grimaldo, et qui aurait appartenu autrefois au duc de Noailles227.

  • 228 AECP, Esp., 246, fol. 161-166 r°, Observations sur le traité de commerce signé à Madrid le 14 décem (...)
  • 229 Le P. Astrain a noté à ce propos une intervention du P. Daubenton pour soutenir la Junta de Sanidad (...)

105Des agents de la marine, successeurs d’Ambroise Daubenton, circulent aussi à l’ambassade ou, plutôt, dans des maisons adjacentes. Les relations commerciales entre la France et l’Espagne sont extrêmement préoccupantes. L’Angleterre, depuis le traité de 1713, par lequel elle obtint l’asiento, et un nouveau traité passé en décembre 1715228, est considérablement avantagée. La guerre de 1719 entrava les relations commerciales. Enfin, la peste, qui éclata en Provence en 1720, mit l’embargo sur les marchandises françaises, provoquant la faillite de nombreux commerçants. En vain, les ambassadeurs, lestés d’importantes instructions commerciales et les différents commis de marine, demandèrent-ils un assouplissement de la part de la Junta de la Sanidad instaurée pour l’occasion. Celle-ci s’affiche franchement anti-française et prolonge longuement la quarantaine229.

  • 230 AECP, Esp., 292, fol. 109, Partyet, extrait d’une lettre de Madrid, 29 mai 1719.
  • 231 AN, C7 236, p. 8, dossier de Nicolas Partyet. Copie, AECP, Esp., 290, fol. 82.
  • 232 AECP, Esp., 254, fol. 115, nomination par Philippe V de Partyet à Cadix comme consul de France, à c (...)
  • 233 AECP, Esp., 165, fol. 413. Ce renseignement se trouve dans un dossier concernant un procès opposant (...)
  • 234 AECP, Esp., 284, fol. 53, Saint-Aignan à Longepierre, 17 janvier 1718 et Esp., 285, fol. 93, copie (...)

106Nicolas Partyet demeura à Madrid jusqu’en 1716, date à laquelle il rejoignit Cadix, son nouveau poste. Durant la guerre de 1719, il fut expulsé de cette ville et retourna à Madrid. La conduite de la cour fut variable à son égard. On l’envoya en exil à Guadalajara230, puis on lui fit entendre « qu’on l’estimait assez pour souhaiter de l’acquérir au service du Roi Catholique ». Partyet refusa231, mais ne put retourner en Andalousie qu’en avril 1720232. En juin 1716, il avait été remplacé à Madrid par Louis Catalan. Ce dernier est le neveu de Pierre Catalan, consul de la nation à Cadix, décédé en 1700233. Louis est un ancien commissaire de guerre, originaire du Béarn, de la ville d’Oloron-Sainte-Marie, mais il se révèle rapidement inapte à son poste. Saint-Aignan se plaint de son goût « pour les femmes et la boisson », et finit par le faire rappeler, en mai 1718 ; il est alors couvert de dettes234. Le secrétaire Guillier tente d’assurer l’intérim pendant plus de deux ans, mais les affaires de commerce languirent.

  • 235 Robin (Jean-Baptiste), (1664-1732), il fait toute sa carrière dans la région de Metz, comme avocat (...)
  • 236 Chavigny aurait voulu le conserver expressément à ses côtés, AECP, Esp., 316, fol. 2, 23 mars 1722  (...)
  • 237 AECP, Esp., 295, fol. 56 à 122, mémoires d’instructions sur le commerce au sieur Robin, avril 1720  (...)
  • 238 AN, B7 284, Robin à Maurepas, Barcelone, 4 août 1724.

107L’arrivée de Jean-Baptiste Robin, à la fin de l’année 1720, redonna du prestige à la charge235. Il partit à Madrid avec le marquis de Maulévrier, chargé d’une mission commerciale en qualité de conseiller de finances par lettres de créance du 9 juillet 1720. Il retourne en France en 1723236. Investi d’une nouvelle mission commerciale, en mars 1724, avec le titre d’agent de la Marine et du Commerce de France, il ne revient à Madrid qu’en octobre 1724237 et repart, en mars 1725, avec l’abbé de Livry. Auprès de lui se trouvaient six personnes, commis ou domestiques238.

  • 239 AECP, Esp., 297, fol. 3, Robin à Dubois, 18 novembre 1720.
  • 240 Scotti di Castelboco (Annibale) (marquis de), ambassadeur du duc de Parme en Espagne, il fut attach (...)
  • 241 AECP, Esp., 301, fol. 50, Robin à Dubois, 17 mars 1721.
  • 242 AECP, Esp., 302, fol. 81, Maulévrier à Dubois, 30 mai 1721.

108Outre les affaires commerciales dont il était chargé, il intervint aussi dans les dossiers diplomatiques, comme la véritable « éminence grise » de Maulévrier. Son charisme personnel le fait très bien recevoir à la cour où, de plus, il possède quelques relations, notamment avec les jésuites Daubenton et Laubrussel239. Il favorise la coopération entre Mornay et Maulévrier comme plus tard entre ce dernier et le duc de Saint-Simon ; hispanophone (ce que n’étaient pas forcément les ambassadeurs), il a de fréquents entretiens avec Grimaldo ; il rencontre aussi souvent l’envoyé parmesan Scotti240, mais aussi les officiers français de la cour241 ; il assure une médiation avec l’envoyé d’Angleterre, Stanhope242. Les rois catholiques le reçoivent personnellement, plusieurs fois, et longuement, au moment du traité hispano-franco-anglais de 1721. Régulièrement, il envoie de petits bulletins à Dubois sur l’état de la cour et constate la dégradation des rapports avec les Espagnols :

  • 243 AN, B7 284, Robin à Maurepas, 16 octobre 1724.

L’animosité des Espagnols contre les Français [...] non seulement est au suprême degré, mais à un point si haut qu’on ne peut l’exprimer ; il faut le voir pour le croire et connaître tout le déchaînement de cette nation contre la nôtre243.

  • 244 Ibidem, 5 février 1725.

109Jugeant cet état de fait d’après ses relations commerciales, Robin est moins utopique que le maréchal de Tessé à la même époque quant au devenir des relations entre les deux pays. Il n’attend aucune réussite de son entreprise sur le commerce, constatant que les Espagnols n’ont de cesse de combattre les privilèges français, et que c’est « une expérience suivie durant près de dix-huit ans »244.

110Ces personnalités appartenant à l’ambassade ne sont présentes que d’une manière temporaire. Pour mener à bien leurs missions, chacun d’entre eux doit se mettre en relation avec un groupe de Français installés dans la capitale espagnole et possédant des réseaux d’informations à la cour et à la ville, pratiques et éprouvés.

Les Français entre la cour et la ville

Les hommes d’affaires et les financiers

  • 245 AECP, Esp., 252, fol. 136, Saint-Aignan est autorisé à se servir davantage de Sartine, 2 septembre (...)
  • 246 AECP, Esp., 252, fol. 254 v°, Saint-Aignan à Huxelles, 14 septembre 1716.

111Chacun des ambassadeurs, envoyés et autres résidents temporaires à Madrid eut affaire à Antoine Sartine. Après avoir démissionné, en mai 1715, de l’intendance de la marine, à la suite de la chute de Tinajero, son ami et protecteur, Sartine travailla au côté du duc de Saint-Aignan aux question du commerce, tout en étant chargé de quelques dossiers financiers pour le roi d’Espagne245. Le 14 septembre 1716, il obtient de Philippe V des « lettres de simple naturalité246 ». Pour ne pas être en reste, et à la demande expresse de divers ambassadeurs, la France lui donne l’Ordre de Saint Michel. Bien reçu à la cour, il participe à la vie des souverains, se trouvant présent, par exemple, au baptême de l’Infant en septembre 1716.

  • 247 AECP, Esp., 257, fol. 139-157.
  • 248 Bataille repasse à Bayonne en avril 1720 (AECP, Esp., 295, fol. 30).
  • 249 AECP, Esp., 290, fol. 137, Bayonne, 14 novembre 1719, témoignage de Madame Pichelin et de sa fille.
  • 250 AECP, Esp., 296, fol. 199, Mornay à Dubois, 21 octobre 1720 et Esp., 300, fol. 164, 17 février 1721 (...)
  • 251 AECP, Esp., 306, fol. 58-88, Caractère [...] dont la Cour d’Espagne est composée (octobre 1721).

112En 1717, il est en butte à des procès que lui suscite Alberoni. Celui-ci le sait proche du duc de Saint-Aignan et donc du duc d’Orléans, et cherche à le ruiner. On exige de lui des comptes apurés du temps où il était munitionnaire des vivres pour l’armée247. Ses biens furent mis sous séquestre. L’ambassadeur de France n’osa pas lui donner asile. Le 10 décembre 1718, profitant de l’état de guerre avec la France, l’abbé italien le fit mettre à la prison de la cour, en compagnie d’un courrier du nom de Bataille, ancien commis d’Orry, aux services duquel Sartine recourrait. On ne sait combien de temps il fut emprisonné, mais son compagnon resta incarcéré durant treize mois248. En novembre 1719, des membres de la familia francesa, de passage sur la frontière, confirmaient la dureté de sa prison et le fait qu’on lui avait refusé un médecin et un confesseur249. Sans doute put-il sortit à la chute d’Alberoni, en décembre 1719. En octobre 1720, l’abbé de Mornay le signale à nouveau en ville et veut se servir de lui, car « il a entrée dans beaucoup de maisons espagnoles de distinction et est ami du marquis de Grimaldo250 ». Son réseau est étoffé. « Actif, laborieux, intelligent, capable, au fait de tout ce qui concerne les affaires de commerce et des Indes », il semble viser un poste d’intendant251.

  • 252 AECP, Esp., 318, fol. 22, Sartine à Dubois, 13 mai 1722. Il lui annonce son mariage. Son épouse, Ca (...)
  • 253 APR, Capilla. No 60 : Indice [...] de matrimonios, 1720 : Simon Connock con Maria de White y Albevi (...)
  • 254 AECP, Esp., 337, fol. 188, le duc de Bourbon à Tessé, 11 avril 1724.

113Dubois le charge de menues affaires. Il ne ménage pas sa peine. Sartine s’intègre davantage encore à la vie de la cour madrilène, le jour où il épouse une camériste de la reine, une demoiselle d’Albeville252. D’origine irlandaise, les demoiselles d’Albeville, au nombre de quatre, étaient avec leur mère au service d’Elisabeth Farnèse et des Infants. Par cette alliance, Sartine se trouve beau-frère du sieur O’Connock, du sieur Guillaume Lacy253 et de Antonio Alvarez de Bohorques. Cependant, en 1724, son ancienne fidélité au duc d’Orléans rend le duc de Bourbon méfiant à son égard. Il conseille à Tessé de ne pas se confier à lui. Le maréchal est ainsi privé d’un informateur précieux254.

  • 255 Jean Stalpert était le principal correspondant à Cadix de Samuel Bernard. Son père, originaire de B (...)
  • 256 AECP, Esp., 320, fol. 194, Maulévrier à Dubois, 30 août 1722.
  • 257 AECP, Esp., 326, fol. 58, Stalpert à Dubois, 28 septembre 1722.

114Tessé préfère s’intéresser au sieur Stalpert, d’origine nantaise, qui réside à Madrid depuis 1717, après avoir été plusieurs années à Cadix, et en mission dans la capitale espagnole en 1713255. Né gentilhomme, il est marié à une femme de bonne condition, Justine Plonquet. Il est polyglotte. À Cadix, il fit un commerce considérable ; sa maison avait été l’asile de tous les officiers de terre et de mer. En 1713, plus que millionnaire, il avait voulu se retirer dans son pays mais sur les instances personnelles du roi d’Espagne, et conseillé par Orry, il abandonna ses propres affaires pour se consacrer à la réforme du commerce des Indes. Finalement, il se retrouva presque ruiné au service du roi. C’est ainsi que les ambassadeurs le trouvèrent et tentèrent, en raison de ses services, de l’aider. Maulévrier le recommanda comme commis de la marine après le premier départ du sieur Robin256. En septembre 1722, Stalpert remercie la France pour l’obtention de cette charge257. En réalité, si tout le monde s’accorde pour la lui donner, rien n’est fait officiellement.

  • 258 AECP, Esp., 333, fol. 233, Coulanges à Morville, 7 février 1724.

115Stalpert est utile comme informateur et comme secrétaire d’ambassade. Pendant que Coulanges suit les souverains à Balsain ou à San Ildefonso, c’est lui qui assure la fonction à Madrid258 et il envoie une gazette régulière au ministre des affaires étrangères. Ayant des enfants à charge, son bien a fondu et il se retrouve sans ressources, ne possédant pour toute richesse que quelques actions de la compagnie des Indes.

  • 259 AECP, Esp., 261, fol. 105.
  • 260 On trouve un Claude Duplessis nommé un des premiers bibliothécaires de la Bibliothèque Royale. Il e (...)
  • 261 AECP, Esp., 338, fol. 106, Tessé à Morville, 12 juin 1724.
  • 262 AECP, Esp., 328, fol. 344, Duplessis à Dubois, 26 avril 1723.
  • 263 Il est possible que Claude Lemaire ait eu un fils, Pierre, qui travailla comme secrétaire à l’ambas (...)
  • 264 AECP, Esp., 253, fol. 186, Saint-Aignan au duc d’Orléans, 24 novembre 1716.
  • 265 AECP, Esp., 303, fol. 189, liste de la société française fréquentée par M. de Sourdeval.

116Madrid compte aussi quelques banquiers et marchands français auxquels les ambassadeurs ont souvent recours, soit comme informateurs, soit pour leurs finances. Le sieur Duplessis était très proche de Sartine et avait administré pour le roi la commission des poudres. Comme son ami, il fut poursuivi par la vindicte d’Alberoni, qui lui retira son poste, en 1717, sans lui payer ce qui lui était dû259. Mais il reste dans l’entourage du roi, surtout après 1719, grâce à son amitié avec le P. Daubenton260 et avec Valouse. Duplessis n’a pas rompu tout contact avec la France. Il y a encore quelques affaires, ce qui l’oblige à des voyages à Paris (résidant alors rue du Renard, près de l’ancien hôtel de Coislin261), mais il revient toujours à Madrid, où il est installé depuis 1704. Chavigny, Maulévrier, Tessé, chacun le fréquente pour obtenir des informations. Lui-même est acquis au service de la France. En contrepartie, Dubois procure un poste à son fils dans son ministère262. D’autres banquiers ou commerçants font partie de cette société française, tels Claude Lemaire263, qui sert de courrier à Saint-Aignan264, Bertrandi, d’origine provençale, Chevalier, d’origine parisienne, venu de Lisbonne à Madrid, Fougasse, de Marseille, d’abord engagé dans les vivres d’Espagne puis résidant à Madrid ou de la Clive, qui bien qu’ingénieur (de Marseille) fait partie de ce groupe265.

117Le rôle de ces hommes pour assurer un lien entre l’ambassade et la cour est décisif. Mais on se rend compte qu’ils ont tous en commun de bénéficier de la protection du P. Daubenton ou d’un autre jésuite de la cour. En effet, ces religieux y forment un foyer remarqué de la présence française.

Les jésuites de la cour

  • 266 AECP, Esp., 316 fol. 127, Dubois propose à Laubrussel un commerce de lettres (3 avril 1722). Ibid.,(...)
  • 267 Marin (Jean) (1654-1725), il entra au noviciat le 20 mars 1671. Il enseigna les belles-lettres et l (...)
  • 268 AECP, Esp., 338 fol. 106, Tessé à Morville, 12 juin 1724.

118Outre le P. Daubenton, dont nous avons vu la grande emprise sur les affaires, et qui attirait à lui les Français influents sur la place madrilène, mais aussi les représentants d’organisations de charité, comme le P. Desserre, directeur de Saint-Louis-des-Français, on trouve, à la cour madrilène, le P. Ignace de Laubrussel. Comme Daubenton, il avait été un temps recteur du collège de Strasbourg. Puis, il fut appelé en Espagne à la demande du confesseur du roi pour diriger les études du prince des Asturies. Il devint ensuite, le confesseur de la Princesse des Asturies, entretenant à son sujet une petite correspondance avec la cour de France266. On crut que son rôle allait s’accroître en 1724, au moment de l’abdication de Philippe V. Mais en réalité, ce personnage resta en retrait, se contentant d’informer le maréchal de Tessé sur l’intérieur de la cour. Louis Ier conserva toujours auprès de lui le P. Marin267, jésuite espagnol, bien que le maréchal crut un moment pouvoir le remplacer par Laubrussel268.

119Après le renvoi de la princesse des Asturies, Laubrussel demeura à Madrid, portant le titre de « Preceptor de SS AA los señores Infantes D. Fernando, D. Carlos y D. Felipe ». Il mourut à Puerto de Santa Maria, le 9 octobre 1730.

  • 269 AECP, Esp., 323, fol. 157 ; Esp., 330, fol. 154 v°. En 1703, le P. Nyel était parti pour la Chine m (...)
  • 270 N. Frizon, Vie manuscrite..p. 52, sur Fineur. La biographie consacrée au P. Daubenton est un manusc (...)

120Le P. Etienne Le Compasseur, autre jésuite à la cour, fut choisi pour enseigner les rudiments de la langue latine au prince des Asturies, mais il repartit à Paris, en novembre 1717 ; le P. Armand Jean Nyel rejoignit Madrid, le 22 mars 1723, à l’appel de Daubenton qui avait besoin d’un secrétaire et qui, à la mort du confesseur, demeura à Madrid comme sous-précepteur des Infants269. Il meurt en cette ville en 1737. Du temps du P. Daubenton, son secrétaire, le frère Fineur, a aussi une activité importante. C’était lui qui établissait des listes de personnes auxquelles le P. Confesseur faisait donner des aumônes. Il s’acquit ainsi la gratitude de nombreuses veuves et enfants d’officiers français, flamands ou irlandais, qui seraient morts de misère sans lui. Il avait aussi des relations avec le trésorier général et avait ainsi permis à certains Français de recouvrer des sommes qui leur étaient dues. Comme le P. Daubenton était extrêmement occupé, le frère Fineur écoutait à sa place les personnes qui venaient le voir, et l’engageait ensuite « à accorder sa protection à la justice et au mérite ». Il finit par rentrer en France, s’installa à Strasbourg, puis à Nancy. Là, il fut l’informateur de Nicolas Frizon au moment où celui-ci entreprit d’écrire une biographie du P. Daubenton270.

121Mis à part le P. Daubenton, aucun de ces jésuites n’eut de rôle politique d’envergure.

Les officiers militaires français du roi d’Espagne

122C’est sans doute parmi ce groupe que figurent le plus de Français, car beaucoup firent carrière en Espagne, après la guerre de Succession. En général, ils étaient envoyés dans les provinces ou sur les frontières, mais certains d’entre eux marquèrent plus durablement la vie de la cour et méritent d’être détachés de ce tableau d’ensemble.

  • 271 AECP, Esp., 255, fol. 216.
  • 272 AECP, Esp., 284, fol. 251, Caylus part à Saragosse, 11 mai 1718 ; AECP, Esp., 320, fol. 154, nomina (...)
  • 273 AECP, Esp., 339 fol. 53 v°, Tessé à Morville, San Ildefonso, 22 septembre 1725.
  • 274 AECP, Esp., 254, fol. 152, le duc d’Orléans à Saint-Aignan, 26 mai 1716.
  • 275 AECP, Esp., 305, fol. 45-51 v°, mémoire de Louville, 1er octobre 1721 et AECP, Esp., 306, fol. 58, (...)

123Le marquis de Caylus fut un des familiers de Philippe V. Depuis 1709, il était lieutenant-général du roi, souvent en déplacement sur la frontière. Par la force des choses, il avait coupé avec le territoire français depuis un mauvais duel. Il obtint la Toison d’Or, le 28 décembre 1716, et fêta cet honneur par un grand dîner dans la maison de Hersan271. Ce fait nous montre combien Caylus connaissait et côtoyait les Français du service domestique du roi. Lui-même est sous la protection affichée du P. Daubenton. Sa carrière se construit tranquillement. En mai 1718, il part commander à Saragosse comme gouverneur d’Aragon. En 1722, il est promu gouverneur de Galice à la place du marquis de Risbourg272. Mais il connaît une semi-disgrâce, en 1724, et il est alors rappelé à Madrid. Les jésuites de la Corogne l’avaient accusé d’avoir une maîtresse, ce que Philippe ne pouvait tolérer273. Les ambassadeurs le côtoient familièrement. Il est souvent cité dans leurs Instructions comme un contact à entretenir. Lui-même cherche à se rendre utile à la France. Ainsi, en 1716, il soumet à Saint-Aignan un projet en faveur du commerce des Français, mais qui n’aura pas de suite274. Louville le traitera de « fripon » car il n’était pas acquis à la cause du duc d’Orléans275. Il participe à tous les événements de la cour, dès lors qu’il réside dans la capitale. N’ayant aucune perspective en France, il finit par s’installer définitivement en Espagne.

  • 276 AECP, Esp., 249, fol. 179, février 1716, Saint-Aignan les recommande.
  • 277 AECP, Esp., 257, 19 avril 1717.
  • 278 AECP, Esp., 332, fol. 118, État des officiers généraux que SMC a dans ses troupes...

124Parmi les militaires, on trouve toujours Dormay et Montbardon, ces deux anciens gardes français, envoyés pour former les gardes du roi et demeurés à Madrid depuis 1702. Ils sont présents au baptême de l’Infant, en septembre 1716. On ne sait s’ils ont pu rejoindre la France, comme ils le demandaient au duc d’Orléans276. Mais, en 1717, le sieur Dormay fut envoyé à Cadix pour être capitaine de la nouvelle compagnie des gardes marines que l’on y formait, avec 8 000 livres d’appointements277 ; il figure aussi dans un état d’officiers, de 1723, comme maréchal de camp278.

  • 279 AECP, Esp., 253, fol. 272, Saint-Aignan au duc d’Orléans, 22 décembre 1716.
  • 280 AECP, Esp., 301, fol. 127, placet d’Elisabeth Dantresalle, fille du sieur Dantresalle. Elle se dit (...)

125On compte aussi un vicomte d’Outresal, maréchal de camp, dont le duc de Saint-Aignan veut se servir, car il est reçu dans l’intérieur de la cour279. L’orthographe de son nom n’est pas assurée. Peut-être est-ce Dantresalle ou d’Autresal. Il était surintendant des fortifications et comptait s’installer définitivement en Espagne. Au moment où sa fille allait le rejoindre, en 1721, il décéda, ayant désigné Claude de la Roche comme son exécuteur testamentaire280.

  • 281 AECP, Esp., 275, fol. 146, « Lista de las tropas de Francia que pretenden ser empleados en las de E (...)
  • 282 AECP, Esp., 286, fol. 293-300 r°, Liste des officiers qui offrent leurs services au roi d’Espagne. (...)
  • 283 SHD, A1 2561, no 5, officiers français en Espagne. En contrepartie, des officiers catalans s’engagè (...)
  • 284 SHD, A1 2563, no 95 et 95 bis. Berwick envoie à Le Blanc, ministre de la guerre, des papiers qui ci (...)

126À partir de 1719, un fort contingent de militaires français, abandonnant le service de la France, rejoint l’armée espagnole. Une liste de décembre 1718 ne présente pas moins de trente et une personnes, des officiers ayant déjà séjourné en Espagne, et qui mettent en avant leur connaissance de la langue, leurs états de service ou leur filiation (ainsi d’un M. Moreau, « fils de la nourrice de M. le Dauphin, père de Sa Majesté281 »). Une autre liste de janvier 1719 comporte onze noms. Certains d’entre eux proposent d’envoyer des nouvelles manuscrites, d’autres de lever des régiments de dragons ou des compagnies282. Un troisième état porte les noms de six officiers283. Parmi eux se trouve un M. Lantier, d’Aix en Provence, aide de camp de feu le duc de Vendôme et capitaine réformé de dragons. Il avait connu Alberoni au service du duc. L’abbé lui fit donner un régiment à Barcelone. Face à l’afflux de candidats, l’Espagne finit par lever un régiment de dragons français portant le nom de France284. Par ailleurs, la plupart des officiers, qui avaient déjà de l’emploi en Espagne, y restent. Un anonyme signale que :

  • 285 AECP, Esp., 287, fol. 62, anonyme, s.d., début de l’année 1719.

Quoiqu’il y ait des ordres du duc Régent de France à tous les officiers français qui se trouvent au service du roi de retourner incessamment dans leur patrie sous peine de confiscation de biens et d’être traités comme désobéissants et rebelles, il n’y en a pas un seul qui s’y soit retiré et l’on voit presque autant de tambours avec les fleurs de lys de France qu’avec les tours de Castille285.

  • 286 AECP, Esp., 291, fol. 153, Berwick à Dubois, Bordeaux, 28 janvier 1719. Franclieu (Jacques Laurent (...)
  • 287 AECP, Esp., 332, fol. 367, Liste des officiers généraux du roi d'Espagne en l’année 1724, à côté de (...)
  • 288 Charny (Emmanuel-Louis d’Orléans de Vateville, comte de), chevalier de l’Ordre de Santiago, gentilh (...)
  • 289 AECP, Esp., 332, fol. 118, État des officiers généraux que SMC a dans ses troupes... Les Louvigny s (...)
  • 290 Nous n’avons pas de renseignements sur lui, mais nous trouvons une famille Billet de Lille. Dans A.(...)
  • 291 Du Bus (Balthazar, marquis de) fut nommé capitaine des gardes wallonnes, en 1703, avec le grade de (...)
  • 292 Les Roblin sont une famille de l’Orléanais, E. Arnaud, op. cit., 1986.
  • 293 Chateaufort (Pierre Boiseau de), présent au siège de Barcelone en 1714, maréchal de camp en Espagne (...)
  • 294 Resves (Albert-Joseph Dongelberg, marquis de), fils de François Henri baron de Reves et de Marie Cl (...)
  • 295 Desmaretz (Baudouin) fat nommé aide-major à la création du régiment des gardes du corps, en 1705. C (...)
  • 296 Aydie (Antoine, comte d’) passa au service de l’Espagne à la suite de la conspiration de Cellamare, (...)

127Parmi ces officiers se trouve le marquis de Franclieu, soupçonné par la France de favoriser des recrues pour l’Espagne286, brigadier dans l’armée de Philippe V. Une liste des officiers généraux du roi d’Espagne, en l’année 1724, de 101 personnes, compte 13 individus étiquetés « français », mais dont certains sont d’origine wallonne. Nous constatons, une fois de plus, l’amalgame pratiqué à Madrid entre les Français et les Wallons francophones287. Outre Caylus se trouvent le comte de Charny288, le comte de Louvigny289, Jean-Etienne Billet290, le marquis de Bus291, Charles Robelin (ou Roblin292) et le comte de Marcillac, comme lieutenants généraux de l’armée. Pierre de Chateaufort293, Louis Dormay, le marquis de Resves294, Biaise de Trincherie, Baudouin Desmaretz295 et le comte d’Aydie296 sont maréchaux de camp.

  • 297 Marcillac (Henri-Madeleine de Crugy, comte de). Mousquetaire, en 1689, cornette puis capitaine au r (...)
  • 298 ANM, Estado, leg. 2733, Marcillac à Philippe V, 3 décembre 1720.
  • 299 ANM, Estado, leg. 2733, Laules à Philippe V, 30 décembre 1720.

128Le cas du comte de Marcillac, originaire du Rouergue, est un peu à part. Ce dernier avait été estropié en Italie, en 1705. En 1717, le Régent lui alloue une gratification de mille écus pour le consoler de ne pas lui donner de commandement297. Mais, en 1720, maréchal de camp français, il écrivit de Paris à Philippe V pour lui témoigner son zèle et regretter de n’avoir pas pu passer les Pyrénées, en 1718298. Patricio Laules, ambassadeur d’Espagne dans la capitale française, le recommanda à Philippe V299.

  • 300 AECP, Esp., 310, fol. 223, Marcillac au duc d’Orléans, 29 juin 1721.

129Maulévrier signale son arrivée à Madrid, en 1721. Marcillac essaya d’expliquer sa situation au duc d’Orléans, arguant du fait qu’il n’avait aucune espérance de carrière en France et qu’il préférait tenter sa chance en Espagne300. Philippe V le fit lieutenant-général. À l’avènement du duc de Bourbon, il deviendra un de ses gazetiers. En 1725, lors de la grande rupture entre la France et l’Espagne, on fit appel à lui comme espion officieux, mais, aussi, pour adoucir l’amertume laissée à Philippe V par le renvoi de l’Infante.

130Ces officiers, bien que faisant carrière en Espagne, continuent à entretenir une correspondance avec la cour et leur famille restée en France. Ils se révélaient des informateurs précieux au moment des situations les plus tendues entre les deux pays. Philippe V aimait ces Français qui lui étaient restés fidèles en 1719. Néanmoins, ils étaient tenus en-dehors des rouages politiques et du gouvernement intérieur de l’Espagne. Ce n’était plus un groupe de pression capable d’orienter le cours des affaires.

Les artistes de la cour

  • 301 AECP, Esp., 311, fol. 118, Noms des ouvriers qui sont mandés pour aller travailler en Espagne aux o (...)

131Le chantier de San Ildefonso permit l’arrivée de nombreux ouvriers, sculpteurs, mouleurs ou marbriers301 imprégnant d’un esprit français les jardins et la décoration du nouveau palais royal.

  • 302 J. L. Sancho et J. R. Aparicio, Real Sitio de La Granja de San Ildefonsoy Riofrio, (2000), p. 20.

132Depuis 1721, le Parisien, René Fremin, et le Lyonnais, Jean Thierry, sont à pied d’œuvre pour dessiner les jardins, les meubler de statues, et combiner des pièces d’eau à sujets mythologiques, des bosquets à grottes et cascades. Leurs œuvres, réalisées dans un temps relativement court, ont ainsi une grande homogénéité et sont marquées par l’expérience tirée de leurs travaux à Versailles ou à Marly. Souvent inspirées de dessins de Charles Le Brun, leurs statues sont réalisées dans un atelier à Balsain avec une main-d’œuvre espagnole. Par souci d’économie, elles ne furent pas coulées en bronze mais en plomb verni imitant le bronze rosé, avec seulement de petits détails dorés, appliqués, comme cela se faisait en France, par le spécialiste, Jean La Coste302.

  • 303 AECP, Esp., 320, fol. 151, Maulévrier à Dubois, 17 août 1722.
  • 304 Étude de Hernando de Villanueva, AHP, 12819, fol. 485, « Capitulaciones para el matrimonio de Migue (...)

133L’architecte René Carlier travailla lui aussi au nouveau Palais. Le roi lui demanda d’effectuer le dessin des jardins à la française, en s’inspirant de ceux de Marly. Ce fut sa dernière mission, car il mourut en août 1722. Il avait eu le temps néanmoins de tracer dans sa totalité le parc et de voir la réalisation de presque tout l’ensemble. Il laissait un fils et une fille dans la capitale espagnole, tandis que trois autres de ses filles étaient élevées dans un couvent parisien303. Sa fille, Olympe, avait épousé le peintre du roi, Michel-Ange Houasse en 172 1304.

  • 305 Miguel Ange Houasse, 1680-1730, pintor de la eorte de Felipe V, Museo Municipal, noviembre-diciembr (...)
  • 306 E. Tormo y Monzo, « El retablo del Padre Daubenton, confesor de Felipe V », Boletin de la soeiedad (...)
  • 307 A. Úbeda de Los Cobos, « Felipe V y el retrato de corte », El arte en la corte de Felipe V : del 29 (...)

134Houasse305 fit presque toute sa carrière en Espagne. Il avait été appelé à Madrid par Jean Orry, en 1715, et y était resté malgré la chute de son protecteur. Bon nombre de ses œuvres ont marqué la période. Il fit quelques portraits, comme celui de l’Infant Felipe Pedro (1715-1716) et celui du Prince des Asturies, en 1717. Mais il était meilleur dans les compositions. Il fit une série de toiles sur la vie du Bienheureux François Régis pour la chapelle du P. Daubenton au noviciat de Madrid306. Il peignit des scènes religieuses de petits formats, des scènes populaires et des tableaux à thèmes mythologiques, dans lesquels il se révéla excellent. Son talent correspondait parfaitement au goût du roi pour décorer la Granja307.

  • 308 AECP, Esp., 306, fol. 11, Maulévrier à Dubois, 14 octobre 1721.
  • 309 J. J. Luna, Jean Ranc, pintor de camara de Felipe V. Aspeetos inéditos. Grenade, (1973). Du même au (...)
  • 310 AECP, Esp., 320, fol. 118 et 159, août 1722.
  • 311 AECP, Esp., 323, fol. 13 v°.

135Pour réaliser des portraits, le roi et la reine demandèrent avec instance en France qu’on leur envoie le grand Rigaud, François de Troyes ou Nicolas de Largillières308. C’est finalement Jean Ranc qui partit309. Son père avait été le maître de Rigaud ; Jean fut l’élève de ce dernier. Outre la manière de portraiturer, des liens de famille les unissaient puisque Jean épousa la nièce de son maître, Marguerite Rigaud, en 1715. Il appartenait à l’Académie Royale de Peinture310. Dès son arrivée, il fit les portraits du roi et de la reine auxquels, note un témoin, « il ne manque que la parole311 ». Dans ses portraits, il mit à profit les leçons de son oncle. Il avait appris de lui la science des accessoires somptueux, des dais de velours, des chevaux qui se cabrent, tandis que dans les lointains d’un noble paysage, on entrevoit le choc des hommes d’armes et l’ordonnance d’un combat. On note ainsi un portrait du roi à cheval, en 1723, et, la même année, un portrait du roi en majesté, un d’Elisabeth Farnèse en somptueuse robe de velours rouge et un autre de Louis, prince des Asturies, tous destinés à la galerie familiale de San Ildefonso. Suivirent des portraits des Infants Fernando, Carlos et Felipe. Mais aussi des scènes représentant la famille en groupe, autour du couple royal.

  • 312 APR, Personal Empleado, C 868/18, billet de 1725.
  • 313 Guillaume, le frère de Jean, est né le 1er novembre 1684. Il s’essaya, mais sans succès, à la peint (...)
  • 314 J. J. Luna, « Hipótesis y realidad de la pintura francesa en la corte de España », El arte en la co (...)
  • 315 Ibid., p. 162, il serait retourné en France avec la Princesse des Ursins, à la fin de 1714.
  • 316 Ibid., p. 164. Mais aucun document n’atteste véritablement son passage à Madrid.

136En tant que Français, il est parfois en butte à la jalousie des Espagnols. Il s’en plaint, en 1725, dans un court billet conservé aux Archives du Palacio Real312. À Séville, il est occupé, en 1731, à faire plus de quarante copies de portraits de la famille royale et se fait aider de peintres de cette ville. Il devient ainsi l’ami du peintre sévillan Domingo Martinez (1688-1749). En 1733, il eut le chagrin de voir une partie de son œuvre disparaître en fumée dans le grand incendie qui détruisit l’Alcazar. Son frère Guillaume s’essaya aussi au portrait, et tenta même d’avoir le titre de pintor de Cámara et une pension. Mais en vain. Son talent était médiocre, il ne dépassa pas le titre de copiste313. D’autres peintres ont aussi passé à Madrid, mais n’ont laissé que peu de traces, tels Antoine Du Verger ou Henri de Favannes, Jacques Courtilheau314 (avant 1703), Claude Le Bault315 ou Louis-René Vialy, qui fit un portrait du prince des Asturies, en 1718316.

  • 317 M. Morán Turina, « La difícil aceptación de un pasado que no fue malo », El arte en la corte de Fel (...)
  • 318 C. Ponsonailhe, loc. cit., p. 202.
  • 319 Ce Benoist Verdot est le fils de Claude Verdot, professeur à l’Académie royale de peinture de Paris (...)
  • 320 A. Úbeda de Los Cobos, El arte en la corte de Felipe V..., Madrid (2002), p. 121.

137Indéniablement, ces artistes ont renouvelé l’esthétique espagnole en peinture. Ils ont su mettre en scène la conception monarchique du premier Bourbon d’Espagne. Mais longtemps, les historiens de l’art espagnols ont eu du mal à reconnaître cet apport de l’étranger, et les artistes espagnols de cette époque les ont souvent vus comme des concurrents317. Yves Bottineau a montré combien l’art espagnol, sombre, tourné vers le religieux, n’était pas apte à la réalisation des scènes mythologiques ou des élégants portraits, alors en vogue en France comme en Italie, que souhaitait Philippe V. La présence française a renouvelé le genre. Houasse tint une petite Académie de dessin fréquentée par des artistes espagnols, tandis que Ranc multipliait les relations avec quelques peintres ibériques connus. Durant son séjour à Séville, il encouragea Francesco Preciado de la Vega, auteur d’un ouvrage de peinture, et protégea le sculpteur Felipe de Castro qu’il présenta à René Frémin. Il obtint pour les deux une bourse d’études pour Rome318. Enfin, si, dans ses ateliers, Ranc se fit aider de copistes français, comme son frère ou Benoît Verdot319, il faisait appel, la plupart du temps, à des artistes espagnols, qui copiaient ces portraits, apprenant ainsi une certaine manière de faire et se laissant gagner par le style français, plus clair, plus coloré, plus riche. Ainsi Miguel de Tobar (1678-1752), que Ranc qualifiait de « fort bon copiste », fit des portraits pour l’aristocratie. Mais il continuait, dans le même temps, à copier des Murillo320. Après le décès de Ranc, Louis-Michel Van Loo devait perpétuer ce style à la cour de Philippe V.

Les proscrits français

  • 321 AEMD, 144, fol. 153 v°, Longepierre à Saint-Aignan, 21 avril 1718. Copie, AECP, Esp., 284, fol. 218 (...)
  • 322 AECP, Esp., 333, fol. 93, Stalpert à Morville, janvier 1724.
  • 323 AECP, Esp., 239, fol. 188, Saint-Aignan à Louis XIV, 25 mars 1715.

138Madrid servit aussi d’asile à bon nombre de Français qui, pour diverses raisons, avaient besoin de quitter leur pays. Ils représentent une masse nombreuse. En 1718, Longepierre s’inquiétait auprès du duc de Saint-Aignan de « la quantité de Français qui vont et qui viennent », que l’ambassadeur ne peut contrôler321. Stalpert se désole de ce « nombre de Français sans aveu qui causent des avanies tous les jours, et font déshonneur à la nation322 ». Saint-Aignan ajoutait que certains même, « à la faveur de beaux noms qu’ils prennent, se croient en droit de prétendre aux grâces et il est arrivé plus d’une fois que quelques-uns ont réussi à en obtenir323 ».

  • 324 Ibid.
  • 325 AECP, Esp., 330, fol. 79, le comte de Beaufort à Dubois, 12 juillet 1723. Louis Dominique Cartouche (...)

139Il y a bel et bien de vrais bandits qui profitent de toute ouverture de frontière. Sont signalés le nommé Dufour et la nommée Colin, de Grenoble, voleurs et assassins, qui ont profité du passage de Mademoiselle de Montpensier en Espagne pour entrer avec elle dans le pays. Ils tiennent un billard à Madrid. On trouve aussi un certain Gravat, voleur, dont on donne le signalement à l’ambassadeur afin de le faire arrêter324. Durant l’été 1723, le comte de Beaufort, qui vient d’arriver dans la capitale, signale aussi la présence d’une trentaine de personnes échappées de la bande à Cartouche325. Une telle liste pourrait être prolongée à l’infini, car passer la frontière et se fondre dans la population n’est plus un problème pour les brigands français, depuis 1701.

  • 326 AEMD, 12, fol. 198 r°-202 v°, premier mémoire, 3 janvier 1721 ; AECP, Esp., 300, fol. 114, second m (...)
  • 327 AECP, Esp., 328, fol. 284, Dubois à Coulanges, avril 1722.

140Des aventuriers profitent des tensions diplomatiques pour exercer leurs talents. Il en est ainsi de Le Maingre de Boucicaut, colonel de dragons au service de Philippe V et Français d’origine. En 1721, il envoya deux mémoires au cardinal Dubois pour informer la cour de France des chantiers maritimes de l’Espagne et de l’état de son armée. Boucicaut cherche en même temps à monnayer avantageusement ses renseignements326. Quelques mois plus tard, Dubois disait à Coulanges de s’en méfier, car il avait fait deux ans de prison à la Bastille et un an en Espagne327.

  • 328 ANM, Estado, leg. 2922.
  • 329 AEMD, Esp., 144, fol. 255 et 277 et note dans AEMD, Esp., 145.
  • 330 AECP, Esp., 306, fol. 58-88, Caractère en abrégé et liaison des principales personnes dont la Cour (...)
  • 331 AECP, Esp., 332, fol. 123 (1723).
  • 332 ANM, Estado, leg. 3977, cahier 4 : Boissimène à Elisabeth Farnèse, Versailles, 15 novembre 1728, il (...)

141Jacques Boissimène tenta lui aussi de trouver un moyen de faire fortune. Il servait en Espagne, depuis 1702, comme lieutenant-colonel des armées de Philippe V (régiment d’Anvers), apparemment sorti de France, à la suite d’une mauvaise affaire. Il était originaire de Basse-Navarre. En 1716, il proposa ses services d’espions sur la frontière à Grimaldo, renseignant le ministre sur l’état des troupes et l’opinion des Français sur le Régent. Il espérait, en contrepartie, une charge de colonel, qu’il n’obtint pas, le ministre espagnol, très vite, ne se donnant plus la peine de lui répondre328. Il était bien installé dans la société française de Madrid et fut présent lors de la grande cérémonie donnée à l’occasion du baptême de l’Infant, en septembre 1716. En 1717, il profita d’un voyage en France pour prendre contact avec le duc d’Orléans. Longepierre le recommanda à Saint-Aignan, qui le fréquentait déjà, puis se rétracta, le soupçonnant de vouloir faire du profit des deux côtés329. Alberoni décida de l’utiliser pour une mission en Hongrie, en 1717. La France ne le tient pas en haute estime et un état de la cour madrilène, réalisé en 1721, en parle comme d’un fripon, notant que sa femme avait failli être pendue pour vol330. En 1723, il est néanmoins de retour en France, mais démuni avec un enfant à charge et sans emploi331. Philippe V dira en 1728, ne plus vouloir le revoir332. Ses services ont fait long feu.

142La France est donc embarrassée par la présence de cette population qui peut nuire à ses autres ressortissants. Mais le ministère est encore plus ennuyé lorsque l’Espagne sert d’asile à ces proscrits politiques.

  • 333 AECP, Esp., 321, fol. 15, Dubois à Maulévrier.
  • 334 Ces deux frères appartiennent à la famille Poulduc de la maison de Rohan. Jean-Baptiste, l’aîné, ma (...)
  • 335 Bonamour (Louis-Germain de Talhouët, comte de) (1684-1734), capitaine au régiment de Béarn, il obti (...)
  • 336 Lescouët (Hercule Barbier, comte de) de l’évêché de Saint-Brieuc, SSBL, XXXVII, p. 234, n. 6.
  • 337 La Berraye (Jean de Couessin), né vers 1682, devint maréchal de camp en Espagne, SSBL, XXXVII, p. 2 (...)
  • 338 De Villeglé (Jean Labbé), était du diocèse de Saint-Malo, SSBL, XXXVII, p. 233, n. 8.
  • 339 Trevelec (René de Bourgneuf de), appartenait au pays nantais, SSBL, XXXVII, p. 233, n. 4.
  • 340 Talhouët (Louis-Marcel, marquis de Boishorand) (1690-1733). En Espagne il devint colonel de dragons (...)
  • 341 Ces deux noms sont mentionnés par Saint-Simon mais pas dans la correspondance des ambassadeurs de F (...)
  • 342 Lambilly (Pierre Joseph de), d’abord page de la grande Ecurie en 1687, il eut une charge de conseil (...)
  • 343 AECP, Esp., 296, fol. 197, État de quelques Bretons qui sont actuellement en Espagne, par Maulévrie (...)
  • 344 Pontcallec (Clément-Chrysogone de Guer, marquis de) (1679-1720). Il meurt à Nantes, le 26 mars 1720 (...)
  • 345 AECP, Esp., 304, fol. 124.
  • 346 AECP, Esp., 332, fol. 335, lettres de Lambilly et de la Beraye, 17 avril 1724.
  • 347 ANM, Estado, leg. 4823, Lambilly à Fleury, 29 janvier 1730.

143Du temps de Louis XIV, il y avait eu les émigrés pour duels tels Cabaret et Caylus. Sous la Régence, Dubois s’offusque de ce qu’un sieur Lagrange ait été reçu par les souverains catholiques alors qu’il a fait des pamphlets contre le duc d’Orléans. Mais il ne parviendra pas à le faire chasser333. De fait, ceux qui ont pu conspirer contre le Régent trouvent à Madrid un refuge sûr, après 1719. Il en est ainsi des Bretons pris dans la cabale de Cellamare, qui forment une colonie importante à la cour de Philippe V. Tous trouvent de l’emploi dans les gardes du roi ou à l’armée. Le comte de Rohan est exempt et son frère, le chevalier, attend un poste identique334. Le comte de Bonamour335 est capitaine aux gardes wallonnes ; le comte de Saint Gilles, le chevalier de Lescouet336, La Beraye337 sont à Madrid comme colonels réformés de cavalerie ainsi qu’un sieur Moret, cadet aux gardes. De Villeglé338 et Trevelet (pour Trevelec)339 sont envoyés en Andalousie, le chevalier de Saint Perne se bat à l’armée d’Afrique, le lieutenant La Villeroux sert à Cadix avec le comte de Talhouet340. Le chevalier du Coscro se réfugie aussi à Madrid ainsi qu’Hervieu-Mellac341. On trouve aussi Lambilly342, ancien conseiller au Parlement de Bretagne, honoré d’une clef d’or de gentilhomme de la Chambre et de 200 pistoles de gratifications343. Ce sont les protégés du roi d’Espagne. Celui-ci sera affligé du sort réservé à Poncalet (pour Pontcallec)344 et à ses complices et n’aura de cesse de demander au duc d’Orléans une amnistie pour les Bretons de Madrid. Mais ce dernier se montre inflexible, ne voulant pas les faire figurer dans le traité de 1721. Dans les Instructions au duc de Saint-Simon, on lui prescrivait de ne pas les fréquenter345. Ces Bretons aspiraient à rentrer chez eux malgré le bon accueil espagnol. Dès l’avènement du duc de Bourbon, plusieurs lui adresseront des requêtes pour pouvoir revenir sur leurs terres346. En 1730, le comte de Lambilly tente encore une démarche auprès du cardinal Fleury347, en vain. Ils sont donc obligés de s’insérer dans le tissu espagnol.

  • 348 Magny (Nicolas-Joseph Foucault, marquis de) (1677-1772), avocat du roi au Châtelet en 1699, maître (...)
  • 349 AECP, Esp., 334, fol. 274, Tessé à Morville, 30 avril 1724, « ...pour l’imprudence qu’il a eue avec (...)
  • 350 AECP, Esp., 335, fol. 413, Tessé à Morville, 24 août 1724.

144Le cas de Magny348 illustre parfaitement ces vies de proscrits. Il faisait, lui aussi, partie des rebelles au duc d’Orléans et résidait en Espagne comme colonel réformé. Très proche des souverains, il fut nommé mayordomo mayor d’Elisabeth Farnèse puis de la Princesse des Asturies et gouverneur des Infants. Le duc de Saint-Simon refuse de le fréquenter, mais, en tant que majordome de la reine, il sert d’introducteur aux ambassadeurs. Il est en général apprécié des autres Français de Madrid. Le P. Daubenton le protège et Sartine le recommande à Dubois. Comme les Bretons, Magny écrit au duc de Bourbon, en 1724. Sa famille est restée en France et sa situation porte ombrage à son fils de 16 ans, qui ne trouve aucun emploi. Il ne pourra réintégrer la France qu’à l’occasion d’un incident déplorable avec la Princesse des Asturies, qui le fit renvoyer349. Il revient complètement démuni car, en France, sa femme a fait prononcer une séparation de biens, le laissant appauvri. Tessé parlera en sa faveur et le roi d’Espagne lui maintiendra des appointements de brigadier350.

  • 351 M. Zylberberg, Une si douce domination. Les milieux d’affaires français et l’Espagne vers 1780-1808 (...)

145Dans les affaires commerciales, le malouin sieur de Villebague351, s’en sort mieux. Chassé de France, il fait une bonne carrière à Madrid et est naturalisé espagnol. Il est en relation avec la compagnie de l'asiento anglaise ; il sera chargé de mission à Londres. Saint-Aignan note :

  • 352 AECP, Esp., 259, fol. 95 v°, Saint-Aignan à Huxelles, Madrid, 8 août 1717.

qu’il a assez de part à la confiance des personnes qui gouvernent et peut-être que les sujets de plaintes qu’il a donnés autrefois à notre cour l’ont servi en celle-ci bien loin de lui nuire352.

  • 353 AECP, Esp., 338, fol. 253 v°, Tessé à Morville, 21 août 1724.
  • 354 V. de Cadenas y Vicent, Caballeros de la orden de Alcántara, I, p. 181, no 89, 8 octobre 1707. Ces (...)

146Mais l’ambassadeur le tient pour un mauvais Français et Tessé l’accuse d’être un fripon gagné aux Anglais353. En réalité, il est tout entier au service de l’Espagne. Philippe V l’apprécie et le fait chevalier de l’ordre d’Alcantara354.

147À son exemple, nombre de Français renonceront à retourner dans leur pays d’origine et décideront de refaire leur vie dans la Péninsule, et, s’ils ont la chance de se faire remarquer par Philippe V, de commencer une nouvelle carrière.

La pérennisation de la familia francesa

  • 355 Laura Piscatori était une forte femme, souvent opposée à Alberoni et n’hésitait pas à élever la voi (...)
  • 356 AN, B7 25, fol. 258, 3 avril 1715, formation de la maison du Prince ; APR, Reinado, Louis I, c. 3, (...)
  • 357 APR, Personal Empleado, C. 1062, en raison de la présence de Charles Valois « jour et nuit » depuis (...)
  • 358 AECP, Esp., 275, fol. 179 à 183, demandes de passeports par les officiers français de la cour pour (...)

148Le remariage du roi avec une Princesse parmesane a entraîné l’arrivée de nombreux Italiens d’humble extraction dans son sillage. La famille de la nourrice d’Elisabeth, Laura Piscatori, est ainsi avantageusement représentée à la cour355. De même, son médecin, Cervi, concurrence les talents des médecins français. Des Anglais ou Irlandais, comme les familles O’Connor, Lacy, Kilmalock ou Albeville servent aussi les souverains. Néanmoins, les membres de la familia francesa continuent avec une constance inébranlable, et en dépit des aléas diplomatiques, leurs services auprès de Philippe V, de la reine et des Infants356, avec un reste de préséance par rapport aux autres nationalités. Les membres des divers services exercent souvent leur emploi tant, auprès des souverains qu’auprès des Princes. Le contact est ainsi étroit entre les membres de la famille royale et leur cercle d’officiers français. Au moment de sa maladie de 1717, Philippe ne voulut être servi que par ses officiers français, et, en particulier, Charles Valois357. En 1719, la plupart d’entre eux demanderont une autorisation au Régent pour contrevenir à son ordonnance rappelant l’ensemble des Français de la Péninsule. Il n’était pas question pour eux d’abandonner le service du Premier Bourbon d’Espagne358.

  • 359 Il est enfermé à Ségovie en octobre 1716, AECP, Esp., 253, fol. 2. Alors qu’il tente de gagner la F (...)
  • 360 Etude de Hernando de Villanueva, AHP, 12819, fol. 137 r°-141 r°, testament de Hersan. Exécuteur tes (...)

149Gaspard Hersan reste en poste comme chef de la Garde-Robe jusqu’à sa mort, en 1721. Il est enterré dans sa paroisse de San Martin. Il fut en butte à l’animosité d’Alberoni, jaloux de sa trop grande proximité avec le roi mais aussi de l’intérêt que lui portait la reine. Élisabeth passait par lui pour toutes les commandes de tissus ou d’habits qu'elle souhaitait faire venir de Paris. En novembre 1718, cependant, l’abbé Alberoni lui ôta la charge de chef de la Garde-Robe du Prince des Asturies pour la donner à del Surco, son sous-gouverneur. Bien plus, il poursuivit de sa vindicte le fils de Hersan, aux gardes wallonnes, emprisonné durement après la réforme ratée de ce corps, en 1717359. Gaspard sera remplacé par son autre fils, Jean-Baptiste. Selon son testament, nous constatons que Hersan avait une maisonnée comprenant un secrétaire, un majordome et une gouvernante, un jardinier et son aide, un cuisinier, une blanchisseuse, un portier, deux cochers, un laquais, un garçon-pâtissier et un comprador, c’est-à-dire un domestique chargé d’effectuer les achats pour le service. L’inventaire de ses biens360, outre les liquidités, ne compte pas moins de vingt-quatre pages décrivant l’ensemble des meubles, tableaux, tapisseries, miroirs, rideaux, plats, linge et même les vitres de sa maison. Sont ainsi passés en revue la salle à manger pour dix-huit personnes, une longue galerie « aux rideaux de soie verte », où figurent quelques tableaux flamands, notamment deux de Brueghel, un salon d’été, une chambre jouxtée par deux petits cabinets, une galerie d’hiver, une pièce dite « de l’horloge » (de fabrication parisienne), suivie de deux pièces de taille moyenne, dont l’une remplie de tableaux, une salle appelée « des miroirs », un salon d’hiver suivi d’un cabinet, un bureau, l’office, la cuisine, le garde-manger et l’écurie. Manque l’inventaire des livres. On le voit, la charge de Hersan lui a permis d’avoir un important train de vie à Madrid.

150Claude de la Roche demeure en Espagne, lui aussi, comme Premier valet du roi et secrétaire de la Chambre jusqu’à son décès, en 1733. Il est nommé notaire du roi à l’occasion de la réception, sur la frontière, des princesses d’Orléans. Plutôt d’un naturel timide, il reste en retrait à la cour. Il intercède cependant pour son frère, chanoine de Notre Dame de Paris, afin de lui faire obtenir une abbaye. Son fils, Jean-Claude, fruit de son remariage avec Madeleine Legendre, est élevé à Paris et obtient une place d’aide de la Chambre mais c’est à Paris, le 25 mai 1724, entre les mains de l’ambassadeur Laules qu’il jure sa place. On ne sait s’il est vraiment passé en Espagne par la suite ; il semble que non, car son dossier aux archives du Palacio Real est vide. De plus, La Roche est remplacé dans son poste par son beau-frère, Jean-Baptiste Joseph Legendre, fils du Premier chirurgien du roi.

151Le marquis de Valouse est aussi fort discret, mais constamment auprès du roi. Ce dernier l’emmène à San Ildefonse pour diriger les Écuries. Il meurt en 1736 à Madrid, sans héritier, n’ayant pas contracté de mariage. Il a un intendant et un valet de Chambre auprès de lui. Par testament, il choisit son frère François, resté en France comme administrateur et usufruitier de ses biens ; comme héritier, il choisit son neveu Joseph Bernard, fils de son frère aîné Guillaume, comte de Valouse. Il est enterré calle el Corralon, au couvent de Da Maria de Aragon.

152Henri Vazet continue à être rémunéré pour une charge de barbier ; il meurt dans ce poste en 1729.

153Le corps médical reste majoritairement français. Burlet est chassé, en 1717, sans doute suite à des propos imprudents sur la manière dont la reine traitait les Infants du premier lit. Le roi lui dispense tout de même une pension, en 1722, et lui octroie une gratification, en 1727. Philippe V n’oublie pas non plus les services comme médecin-accoucheur de Julien Clément, pensionné, en 1719, et pour le fils duquel (pris dans une affaire de justice en France), il intercédera. L’Irlandais, naturalisé français, Jean Higgins, médecin de la Chambre, depuis 1711, succède à Burlet comme Premier médecin du roi, directeur du Protomedicato de Castille et conseiller du roi, jusqu’à sa mort, en 1729. Ce n’est qu’à cette date qu’un Italien, Joseph Cervi, venu de Parme avec la reine, exerce à son tour cette fonction. Parmi les médecins de la Chambre figure Jean-Antoine Lafitte, logé chez Jean-Baptiste Legendre à Madrid, qui obtient, le 9 décembre 1717, les honneurs de sa charge et le plein exercice, le 11. Vers 1727, il est signalé comme chirurgien-sangrador de la reine.

  • 361 AGS, Secretaria y Superintendencia. Avisos de la secretaria de Gracia y Justicia a la de Hacienda, (...)

154Jean-Baptiste Legendre reste Premier chirurgien du roi jusqu’à son décès, en 1737. Biaise de Beaumont l’assiste et obtient, le 6 mars 1724, lui aussi une place de Premier chirurgien et part servir Philippe V à San Ildefonso. Il touche 12 000 réaux puis 18 000 réaux par décret royal du 15 septembre 1727. Professeur d’anatomie, il publie, en 1728, ses Exercitaciones anatomicas, qui auront de grandes répercussions dans la Péninsule. Richard Le Preux qui a toujours été très proche des Infants (dont il choisissait les nourrices), fait paraître, en 1717, sa Doctrina modernapara los sangradores, qui sera aussi très bien reçue en Espagne. En 1724, il est nommé Premier chirurgien de Louis Ier. Enfin, on fait ponctuellement appel aux services de Jean Langlade, du sieur Peyrat, ou de Jérôme Deœur361 comme médecins accoucheurs. Reste la Pharmacie royale qui, jusqu’en 1737, est dominée par la forte personnalité de Louis Riqueur.

155Dans les services de la Chambre et de la Garde-Robe perdurent les anciens, ceux qui ont été au service du duc d’Anjou, dès 1683, et qui côtoient quelques nouveaux arrivés. Parmi les aides, les plus anciens figurent Marin Aignan († 1734), François Bara († 1734), Denis Fantin († 1734), les frères Lacombe, Vincent († 1736) et Jean-Baptiste († 1751), Louis Martinet cadet, Jean-Henri Pichelin († 1734) et Charles Valois († 1729). Tous décèdent en Espagne à l’exception de Charles Pasarat, qui s’est retiré en France, après 1720, et meurt à Saint-Germain-en-Laye, en 1734. Christophe Binet et Manuel Bruyère ainsi que leur aide Dufresnoy († 1731) assurent le service des perruques. François Godro († 1744), Louis Guichard (se retire en 1738), Adrien Lemaire ou Charles Martinet entrent en service auprès des Infants, entre 1715 et 1724. Claude-Etienne Sciot, ancien valet de garde-robe de Monseigneur le duc de Berry, passe, en 1717, en Espagne et sert de secrétaire au duc de Saint-Aignan. Puis, en 1723, il est nommé garçon de la Garde-robe de l’Infant. En 1755, il est toujours en service. Les sœurs Tesson, les sœurs Fleury, Marguerite Gobi, Anne Lafontaine Martinet, Louise Pascal († 1739) sont toujours actives comme blanchisseuses ou empeseuses du roi, des princes ou des infantes. En 1724, Marie-Rose Dumellin et Marguerite-Louise Dutillot entrent aussi en charge. Ces successions sont, bien entendu, facilitées par l’étroit réseau des mariages et relations au sein de cette familia francesa. Ainsi, Marguerite-Louise Dutillot n’est autre que la fille de Louise Pascal, dont on lui a promis la succession ; Adrien Lemaire est l’époux de Marguerite Gobi ; le père de Claude-Etienne Sciot était en service à la cour de Versailles.

156Pour le Contrôle de la Bouche, Jacques Ricard († en 1735), Joseph Arnaud († av. 1740) et Gilles de Valois († av. 1723) sont en poste dans la maison du roi tandis que Pierre Chastelain († 1744) sert la reine, en 1724. Ce dernier est le frère de l’ancien chef de la Bouche du roi, Georges Chastelain, revenu en France et cousin des Benoît au service du Gobelet de la reine. C’est, sans doute, dans le service de la Bouche que se trouvent le plus grand nombre de Français. Les anciens aides de cuisine comme François Butar-Jolivet, Blas Clot, Jean Dusault, Jean Reyller, Pierre Mercier ou Pierre Duguet côtoient les nouveaux arrivés que sont Dominique Latour, François Rozet, Joseph Saul, Toussaint Simonnet, Pierre Fournier, Mathieu Blavi ou Charles Bernier. Ce dernier a un frère, Guillaume, au service du Gobelet de la reine. Jean-Baptiste Fournier, Charles La Fontaine ou Pierre Concedieu s’occupent de la pâtisserie. Jean Veron reste préposé à la boulangerie. Claude Vincent (ancien chef pâtissier) ou Charles François Desjardin deviennent, en 1721, cuisiniers des Princes qui ont, eux aussi, leur Bouche française. Il est parfois difficile de suivre l’intégralité du parcours de ces hommes, sans cesse en ascension dans leur charge, qui alternent, cumulent et échangent les postes entre eux. Chacun pousse qui un fils, qui un neveu ou un associé estimé. S’il y a bien un endroit où la présence française ne peut être battue en brèche, ce sont les cuisines du Palais Royal.

157Enfin, la cave française est sous la direction de deux chefs du Gobelet, Jacques de Saint-Germain († 1730) et Adrien d’Avesnes († 1745). Le premier réussit à transmettre la charge à son beau-frère Louis Verdot (f 1754), en service à Madrid, depuis 1702. Pour illustrer les liens entre ces Français, on peut noter que Louis fera venir son neveu, Benoît Verdot, pour le faire entrer comme copiste dans l’atelier de Jean Ranc. Le second chef du Gobelet, d’Avesnes, sera remplacé à son décès, en 1745, par le plus ancien aide, Denis Dubuisson. Celui-ci meurt trois ans plus tard. Il est remplacé par le neveu de d’Avesnes, Dupotel-Guichard, en service depuis 1727. La continuité française est ainsi assurée.

  • 362 La reine regarde avec plaisir les œuvres françaises à la cour. Le Prince des Asturies joua quelques (...)
  • 363 Ainsi le second fils de Hersan, Etienne ; le fils de Claude de la Roche, Jean-Claude ; le fils de D (...)
  • 364 Celui de François Godro ou de Pierre Ruffin.

158Cette familia francesa est donc toujours florissante au retour de Philippe V sur le trône. L’arrivé d’Elisabeth Farnèse n’a en rien entamé l’équilibre de ce groupe. Le goût de la reine pour la cuisine, le vin et même le théâtre français a contribué à ce maintien362. Une forme de pérennisation a donc lieu. On se rend compte que, dans la plupart des cas, un descendant est présent pour réclamer et obtenir la charge de son parent. En même temps, on constate, dans cette deuxième génération, des choix différents, car, parmi les enfants, certains restent à Madrid, alors que d’autres retournent, pour leur éducation ou pour leur vie professionnelle, à Paris363. On remarque aussi qu’à l’exception peut-être de deux cas364, tous ces Français ont une épouse ou un époux de leur nationalité, même quand le mariage a eu lieu à Madrid. Ainsi, l’intégration reste partielle. La coupure nette et entière avec le pays d’origine n’a, en général, pas eu lieu, notamment parce que la plupart ont encore des biens en France. Aussi, peut-on se demander si la troisième génération, qui éclôt, entre 1735 et 1750, peut perdurer en Espagne.

*
* *

159Après la révolution gouvernementale opérée par Philippe V, en 1715, l’entourage français semble s’être dissout dans une société de cour cosmopolite, dominée désormais pas les Italiens. L’abbé Alberoni est alors le favori, en accord avec les préoccupations italiennes des rois catholiques. Si Philippe V s’est détourné de la France, après 1715, ce n’est pas tant à cause de la mort de son grand-père que de la politique européenne menée par le duc d’Orléans, qui lui était directement opposée. Le roi d’Espagne n’accepte qu’à contrecœur une alliance avec les Anglais ou les Hollandais et ne souhaite pas opérer un rapprochement avec l’archiduc.

160Philippe a le sentiment poignant que la France, qui aurait dû soutenir ses légitimes prétentions, l’abandonne. En même temps, on ne peut que souligner sa constance, à accueillir favorablement les ouvertures faites par Paris. Tout prédisposait le roi d’Espagne à suivre une alliance familiale. Force est de constater que la France du Régent l’a plus d’une fois déçu.

161Ce désir d’union entre les deux pays fut partagé par le confesseur, puis par l’intime ami qu’était le maréchal de Tessé. Il fallait des caractères de cette trempe pour maintenir le contact entre les deux pays, car l’entourage espagnol du roi n’y était pas disposé, les déceptions suscitées par la France ayant été nombreuses. La guerre de 1719 a laissé des séquelles.

162Les réussites obtenues (que ce soient les mariages ou le retour sur le trône du roi) peuvent laisser croire que la France a encore son mot à dire à Madrid. En réalité, la mort du confesseur et le départ du maréchal marquent la fin de cette époque. Philippe V, à l’insu de tous, prépare son alliance avec l’Empereur. Il est, de plus, blessé gravement, par le renvoi de sa fille, ordonné par le duc de Bourbon. Cela constitue la cause décisive de son détachement envers son pays d’origine.

163À partir de 1725, il n’est plus possible d’escompter dans l’entourage français demeurant à la cour ou à la Ville, l’émergence d’une personnalité d’envergure. En aucun cas, ce qui reste du microcosme français ne peut se transformer en un possible groupe d’influence. Tout au plus reste-t-il un réseau d’informateurs efficaces.

164Mais le temps des réformateurs est passé, en même temps que chutaient la Princesse des Ursins, Jean Orry et le P. Robinet. Les difficultés diplomatiques ont aggravé ce processus. Le P. Daubenton, déjà, avait cessé d’appuyer le mouvement de réformes et cherché plutôt à établir un consensus avec les élites espagnoles. Ce sont elles qui reprennent désormais le gouvernement en main.

165Le rapprochement esquissé par le cardinal Fleury, nouveau ministre de Louis XV, à partir de 1727, et l’avènement en Espagne de ministres espagnols ayant vécu et approuvé les transformations du début du règne, n’y changeront rien. L’entourage français, composé de personnalités attachantes et diverses, maintenu par la volonté personnelle de Philippe V, tend à se dissoudre progressivement au cours de la seconde moitié de son règne, mais surtout après la mort de ce roi, le 9 juillet 1746. Si Ferdinand VI, Charles III ou même Charles IV, font appel parfois à des Français, ni leur nombre ni leur valeur ni leur prestige ne peuvent désormais se comparer à ce qu’ils furent avec éclat au début du xviiie siècle.

Notes

1 Bourbon (Louis Henri de Bourbon Condé) (1692-1740), prince de sang, ministre de Louis XV à la mort du duc d’Orléans (décembre 1723).

2 Ainsi, deux agents du duc d’Orléans, Flotte et Regnault demeurent, depuis 1709, dans les prisons espagnoles, en raison de démarches faites auprès de Grands d’Espagne pour les encourager à substituer le duc à Philippe V, A. Baudrillart, « Les intrigues du duc d’Orléans en Espagne, 1708-1709 », Revue Historique, 43 (1890), p. 1-33 et 241-273.

3 Sur l’activité d’Alberoni, cf. C. de Castro, A la sombra de Felipe V..., (2004), p. 322-329 ; p. 336-341 ; p. 359-361.

4 Philippe V ne peut admettre la cession de Milan, de Naples, de la Toscane et de la Sardaigne. La reine, de son côté, veut assurer à sa descendance une couronne européenne.

5 Comme Nicolas de Hinojosa, nouveau trésorier général ou José Rodrigo, ministre des finances et de la justice. Tous deux remplacent respectivement Lorenzo Armengual et Manuel Vadillo, proches d’Orry. Alberoni écarte aussi Grimaldo, s’emparant peu à peu des Affaires Étrangères.

6 AECP, Esp., 249, fol. 39, Saint-Aignan à Louis XV, 28 janvier 1716 ; AECP, Esp., 252, fol. 276, Saint-Aignan à Huxelles, 21 septembre 1716 ; ibid, fol. 314, 28 septembre 1716. Sur les suites de cette affaire cf. AECP, Esp., 253, fol. 98, 100, 172. Un adoucissement a lieu en 1717, AECP, Esp., 257, fol. 5.

7 C. Désos, « El itinerario politico del Padre Daubenton en la Corte de Felipe V », (à paraître).

8 Le marquis de San Felipe rapporte que le choix du P. Daubenton « ne fut pas approuvé de quelques-uns des nouveaux ministres, à cause du grand crédit que ce jésuite avait toujours eu sur l’esprit du roi, dont il avait dirigé la conscience dès l’enfance », San Felipe, Comentarios, p. 259 ; Millot, III, p. 284.

9 AN, B7 26, fol. 51 et fol. 115, 6 et 27 mai 1715, Partyet à Pontchartrain.

10 L. Ceyssens, Autour de l’Unigenitus, (1987), p. 283-332 ; C. Désos, La vie du R.P. Guillaume Daubenton..., (2005), p. 77-124.

11 AECP, Esp., 240, fol. 75, Torcy à Saint-Aignan, 6 mai 1715.

12 SSBL, XXIX, p. 285. N. Frizon, Vie Manuscrite, p. 84-85, évoque aussi cette correspondance, mais regrette que, peu avant sa mort, le P. Daubenton ait tout brûlé par « humilité ».

13 Aldrovandi (Pompée) (1668-1752), il occupa diverses fonctions dans les bureaux des signatures et comme auditeur de la rote à Rome. Envoyé à Madrid, en mai 1715, il fut renvoyé à Rome en 1716 et revint à Madrid, en juin 1717. Mais en 1718, Alberoni le fit expulser, SSBL, XXIX, p. 284, n. 2.

14 Sur ce protocole d’accord, C. Hermann, L’Église d’Espagne sous le patronage royal, (1988), p. 101.

15 SSBL, XXIX, p. 284 ; XXX, p. 263, 323 à 325.

16 AECP, Esp., 243, fol. 173, Saint-Aignan à Louis XV, 14 décembre 1715.

17 Ibid.

18 AECP, Esp., 243, fol. 16 ; Esp., 251, fol. 219 ; Esp., 255, fol. 155, Saint-Aignan à Louis XV, 10 août 1716.

19 AECP, Esp., 330, fol. 143, 29 juillet 1723.

20 AECP, Esp., 272, fol. 249, Nancré au duc d’Orléans, 22 août 1718.

21 AECP, Esp., 243, fol. 88, Saint-Aignan à Huxelles, 18 novembre 1715.

22 AECP, Esp., 241, fol. 85, Saint-Aignan à Torcy, 24 juin 1715.

23 AGS, Gracias y Justicia, leg. 276 : le roi demanda par l’intermédiaire de Manuel Badillo, le 17 juin 1715, l’avis de son confesseur sur la validité des bulles émanant de Rome en faveur d’ecclésiastiques rebelles, et bloquées au sein du Conseil du roi depuis 1709. Daubenton donna sa réponse en date d’Aranjuez, le 3 juillet 1715.

24 Ceux-ci sont au nombre de six dans la Couronne de Castille : San Bartolomé, Oviedo et Arzobispo à Salamanque, Santa Cruz à Valladolid, Cuenca et San Ildefonso à Alcala.

25 J. F. Alcaraz Gomez, Jesuites y reformisme..., (1995), p. 608. Le P. Daubenton agit de concert avec le marquis d’Andia, président de la Junta de colegios.

26 C. Martin Gaite, Maeanaz..., (1982), chap. 23.

27 J. F. Alcaraz Gomez, op. cit., p. 393, n. 157 à 165 et p. 395, n. 170.

28 AGS, Gracias y Justicia, leg. 276 à279, années 1715-1719.

29 Ibid. ; A. Astrain, t. 7, (1920), p. 154 et J. F. Alcaraz Gomez, op. cit., p. 47, n. 47.

30 Il relança le collège jésuite de Logroño et favorisa la création d’un séminaire diocésain à Zamora. Il fit restaurer la chaire de grammaire de Barcelone tenue aussi par les jésuites et il proposa la création d’un collège de sa Compagnie à Baza (Grenade), J. F. Alcaraz Gomez, op. cit., p. 397, n. 182 à 185. Enfin, il encouragea les dons envers son Ordre en différentes circonstances, ibid., p. 398, n. 192 à 196.

31 AECP, Esp., 268, fol. 137 v°, Saint-Aignan au roi, Madrid, 7 mars 1718. Voir aussi, BNM, mss. 6732, fol. 241, plainte des dominicains contre Daubenton.

32 J. F. Alcaraz Gomez, op. cit., p. 617-618.

33 AECP, Esp., 241, fol. 101, Saint-Aignan à Torcy, 1er juillet 1715.

34 AECP, Esp., 241, fol. 197, Saint-Aignan à Torcy, 22 juillet 1715.

35 AN, B7 26, fol. 298 et 318, Partyet à Pontchartrain, 29 juillet et 5 août 1715.

36 Ce dernier l’obtient le 12 juillet 1717.

37 AECP, Esp., 251, fol. 226 et 233, Saint-Aignan à Louis XV et à Huxelles, 12 et 13 juillet 1716. AECP, Esp., 252, fol. 20, Huxelles à Saint-Aignan, 7 août 1716.

38 Malboan (Claude-Adolphe) (1663, Besançon-1729, Madrid). AECP, Esp., 244, fol. 279, Torcy demande des informations à son sujet à Saint-Aignan et s’inquiète de sa maintenance éventuelle, 8 avril 1715.

39 Depuis sa disgrâce, à la fin de l’année 1703, Louville résidait en France, ayant épousé, en 1708, Mademoiselle de Nointel. À l’avènement du Régent et grâce à l’amitié du duc de Saint-Simon (dont il connaissait bien le père, Claude), il revint aux affaires.

40 AECP, Esp., 251, fol. 145, Instructions secrètes de M. de Louville, envoyé en Espagne par S.A.R le 24juin 1719 ; éd. dans Louv., II, chap. XIX et RIA, II, p. 270-277. Sur cette mission, C. Désos, op. cit., p. 137-140. Durant sa mission, il devait avoir une correspondance secrète avec le Régent par l’intermédiaire d’un marchand de Bayonne. Seul, le secrétaire Longepierre était au courant.

41 Il connaissait parfaitement le plan de Louville à Madrid, ainsi qu’il en écrit au comte Rocca, le 27 juillet 1716, J. F. Labourdette, Philippe V..., (2001), p. 341.

42 AECP, Esp., 252, fol. 18, Huxelles à Saint-Aignan, 7 août 1716, il se montre étonné de ce renvoi ; AECP, Esp., 254, fol. 279, ordre que Grimaldo a envoyé à Louville de la part de SMC, le 25 juillet 1716, à 15 heures. ANM, Estado, leg. 2947, papiers concernant le renvoi de Louville.

43 AECP, Esp., 252, fol. 27, Louville à Huxelles, 29 juillet 1716.

44 Ibid., fol. 47, Louville à Noailles, 29 juillet 1716. Ibid, fol. 120, au duc d’Orléans, 10 août 1716.

45 AECP, Esp., 254, fol. 282, le P. Daubenton au duc d’Orléans, 26 juillet 1716.

46 RIA, II, p. 260-266, Instructions secrètes au duc de Saint-Aignan (septembre-novembre 1716).

47 AECP, Esp., 284, fol. 149, Saint-Aignan au duc d’Orléans, 20 mars 1718.

48 Récit de son arrestation par le sieur Connok à 7 heures du matin, AECP, Esp., 275, fol. 48, 13 décembre 1718. Alberoni ironisait ainsi sur son sort : « J’ai renvoyé ce baladin, lorsque ses extravagances eurent suffisamment amusé Madrid et servi de supplément au carnaval », dans J. F. Labourdette, Philippe V..., (2001), p. 355.

49 AECP, Esp., 251, fol. 98, 17 juin 1716.

50 Pour l’affaire Cellamare, B. Pocquet, Histoire de Bretagne, t. 6 (1914), p. 35-158. Le Régent envisageait de possibles machinations contre lui, en partie dues à sa vieille ennemie, Madame des Ursins. En octobre 1716, Louville s’inquiétait de la présence du chevalier d’Epennes à Madrid et de ses relations avec le baron Capres de Bournonville, pour renouer un parti en faveur de la Princesse. En janvier 1717, Louville écrivait d’urgence à Saint-Aignan : « Nous croyons que les jésuites se lient avec Orry, madame des Ursins, lord Tinthmouth (c. à d. le fils de Berwick installé à Madrid), et les bâtards contre M. le Régent... », dans Louv., II, 7-8 janvier 1717. Tout cela était vain, car jamais la Princesse ni Orry ne furent en mesure de reprendre pied en Espagne. Les lettres que put recevoir Grimaldo de leur part, et qui inquiétaient fort le Régent (AEMD, Esp., 144 et 145, passim), n’avaient d’autres sujets que les payements de pensions en retard. En décembre 1718, le Régent fit grand bruit autour des papiers de Cellamare, qu’il fit publier comme autant de preuves de vastes complots contre sa personne, AECP, Esp., 286, passim. C’était le casus belli nécessaire contre Philippe V. Le duc d’Orléans ne fut jamais réellement inquiet de ces intrigues, qu’il attribuait à Alberoni : « J’en détruirai plus en un jour qu’il n’en pourra tramer en plusieurs années », écrivait-il à Saint-Aignan, AECP, Esp., 284, fol. 358. La « conspiration » Cellamare n’était qu’une petite cabale de la haute noblesse, sans conséquences. Par contre, les différentes menées de Saint-Aignan ou de Louville en Espagne étaient d’une autre envergure et le duc d’Orléans aurait pu déstabiliser plus gravement le gouvernement de Philippe V ; en janvier 1718, il n’hésitait pas à placer des troupes à la frontière pour soutenir militairement le parti espagnol des mécontents contre le gouvernement.

51 Voir texte AECP, Esp., 252, fol. 144-152, 11 août 1716, Dialogue entre un Français et un Espagnol (en faveur du Régent) ; AECP, Esp., 263, fol. 229, texte sur la validité des renonciations ; AECP, Esp., 269, fol. 2 v°, mai 1718, texte contre le duc d’Orléans ; AECP, Esp., 274, fol. 128, Réponse d’un officier fiançais à un seigneur espagnol, décembre 1718 (contre le duc d’Orléans) ; AECP, Esp., 285, fol. 185-193 v°, « Lettre d’un bon Français à un de ses amis sur un imprimé qui contient des réflexions touchant les affaires présentes » (juillet 1718, défense du duc d’Orléans) ; AECP, Esp., 292, fol. 377, De la validité de la renonciation du roi d’Espagne à la Couronne de France, par Legendre, avocat (1719).

52 Molines (José) (1645-1719), ambassadeur de Philippe V à Rome, nommé, en 1717, inquisiteur général. Charles VI, en l’arrêtant à Milan sous un prétexte fallacieux, faisait ainsi une véritable provocation envers l’Espagne et donnait un casus belli à Philippe V pour la conquête de la Sardaigne. Molines meurt en prison.

53 AECP, Esp., 263, fol. 123, Huxelles à Saint-Aignan, 7 décembre 1717.

54 Instructions de Nancré, AECP, Esp., 268, fol. 9 à 71 ; RIA, Esp. II, p. 278-329, 25 février 1718.

55 AECP, Esp., 269, fol. 111, Nancré à Dubois, 18 avril 1718. Le traité avait été négocié à Londres par le cardinal Dubois. En échange d’une renonciation définitive de Philippe V à ses droits sur la couronne de France et d’une confirmation de son adhésion aux traités d’Utrecht, les puissances de la Triple Alliance accorderaient l’expectative de Parme et de la Toscane à l’infant D. Carlos, fils aîné d’Elisabeth, J. F. Labourdette, op. cit., p. 346.

56 Cédée à la Savoie au traité d’Utrecht.

57 AECP, Esp., 255, fol. 76, Huxelles à Saint-Aignan, 8 septembre 1716.

58 Cf. par exemple, AECP, Esp., 257, fol. 7, Saint-Aignan à Huxelles, 4 janvier 1717 ; fol. 15, Daubenton à Huxelles, 4 janvier 1717 ; AECP, Esp., 260, fol. 168, Saint-Aignan à Huxelles, 19 octobre 1717 ; AECP, Esp., 261, Huxelles à Daubenton, 26 janvier 1717 ; AECP, Esp., 263, fol. 11, Saint-Aignan à Huxelles, 4 janvier 1718 ; AECP, Esp., 268, s.f., Huxelles à Saint-Aignan, 8 mars 1718 ; AECP, Esp., 269, Daubenton à Huxelles, 4 avril 1718.

59 AECP, Esp., 260, fol. 304, Mémoire de Saint-Aignan, 26 novembre 1717. En juin 1717, Daubenton est parfaitement au courant des projets du roi d’Espagne sur la Sardaigne et s’il ne dit pas les approuver, il ne les condamne pas non plus. Cf. correspondance de Popoli à ce sujet : AECP, Esp., 261, fol. 137, 148, 149, 149 v°, 151 v°, 155 v° et 162 ; BNM, mss. 6657, fragments de lettres de Daubenton à Popoli. Mais, selon Alberoni, le P. Daubenton aurait fait ce qu’il pouvait auprès du roi contre cette guerre, RIA, Esp., II, p. 387, rapport du chevalier de Marcieu après une conversation avec l’abbé italien.

60 Les contacts entre Nancré et Daubenton sont nombreux (cf. surtout, AECP, Esp., 273, passim). L’envoyé de France résume ainsi le zèle du confesseur à son égard : « Il pense et se comporte en cette affaire d’une manière dont S.A.R. lui doit savoir gré et le lui faire témoigner lorsque l’occasion s’en présentera », AECP, Esp., 269, fol. 135, 18 avril 1718.

61 AECP, Esp., 270, fol. 135 v°, Nancré à Huxelles, 16 mai 1718.

62 AECP, Esp., 272, fol. 249, Nancré au duc d’Orléans, 22 août 1718.

63 AECP, Esp., 259, Alberoni assure à Saint-Aignan que Philippe V est entêté sur la question italienne (fol. 97, 11 août 1717). Le P. Daubenton estime qu’Alberoni a toujours été opposé à l’expédition sur la Sardaigne (fol. 149 v°, 23 août 1717). AECP, Esp., 269, Nancré pense que la reine est le moteur de la politique italienne (fol. 75, 11 avril 1718) et dédouane Alberoni d’en être la cause unique (fol. 111 v°, 18 avril 1718) ; en avril, Alberoni dit regretter l’entêtement des souverains (fol. 177, 26 avril 1718) ; AECP, Esp., 270, Nancré estime que, sans les interventions de la reine, « le roi serait déjà rendu, et peut-être le cardinal Alberoni aussi » (fol. 135 v°, 16 mai 1718). AECP, Esp., 272, Nancré estime qu’Alberoni n’a pas voulu la guerre mais simplement traiter de manière honorable pour ses maîtres (fol. 98, 24 juillet 1718). La France, cependant, n’en croit rien, accuse son envoyé de naïveté et estime qu’on « a des preuves certaines que M. le Cardinal a le pouvoir qu’il doit avoir auprès du roi et de la reine ; mais il est inutile de lui disputer sa modestie », AECP, Esp., 273, fol. 221, 25 octobre 1718. Schaub (originaire de Bâle, ce Suisse est au service de l’Angleterre, cf. RIA, II, p. 303, n. 1) écrira à Dubois le 19 avril 1720 : « Je ne vois ici ni Espagnol, ni étranger, qui ne soit convaincu que les desseins contre S.A.R. partaient bien moins de la tête d’Alberoni que du cœur de Leurs Majestés », AECP, Esp., 295, fol. 105. L’historiographie tend à minorer le rôle d’Alberoni, au profit de la réelle volonté guerrière des rois catholiques, cf. J.-F. Labourdette, op. cit., p. 337.

64 Cf. le texte du duc d’Orléans : AECP, Esp., 274, fol. 101-127 v°. Le duc y est présenté comme le champion de la paix et celui de l’alliance franco-espagnole contre Alberoni.

65 San Felipe, Comentarios, p. 314.

66 San Felipe, Comentarios, p. 330.

67 « Depuis l’éloignement d’Alberoni, le gouvernement était tout entier entre les mains du roi [...] Mais les affaires essentielles passaient toutes par les mains du P. Daubenton et du marquis de Grimaldo », San Felipe, Comentarios, p. 333-334.

68 AECP, Esp., 255, fol. 120, le sieur Legendre, à Pau, raconte son entrevue avec Macanaz à Huxelles, 8 octobre 1716.

69 AECP, Esp., 296, fol. 169, Mornay au duc d’Orléans, 21 octobre 1720, la reine aurait tenté d’évincer le confesseur.

70 « La sagesse veut que la France et l’Espagne règlent à petit bruit et comme en famille toutes les discussions et les difficultés qu’elles peuvent avoir entre elles, afin que dans le congrès prochain elles n’aient besoin du concours d’aucune autre puissance pour se concilier », RIA, Esp., II, p. 346, Instructions à M. de Maulévrier.

71 Maulevrier (Jean-Baptiste-Louis Andrault de Langeron marquis de) (1677-1754), lieutenant général du roi et futur maréchal de France.

72 RIA, Esp., II, p. 355.

73 Mornay-Montchevreuil (René) (1670-1721), ambassadeur au Portugal. Le 9 juillet 1720, il recevait des ordres pour passer en Espagne, travailler au rapprochement franco-espagnol. Mais, tombé malade, il perdit soudainement la vue et dut retourner en France.

74 AECP, Esp., 296, fol. 163, Dubois demandait à Mornay d’instruire Daubenton de tout ce dont il peut faire « bon usage » (29 octobre 1720) ; fol. 188, Maulévrier demanda l’aide de Daubenton auprès du roi et celui-ci la lui promit (21 octobre 1720) ; fol. 247, Maulévrier ne put voir Philippe V, mais le confesseur est venu lui rendre une grande visite (11 novembre 1720). Dubois voulait faire un bon traité « de famille » et avouait qu’il « serait ravi que le P. Daubenton s’en mêlât ». Le confesseur écouta cette ouverture avec plaisir, (ibid.)

75 AECP, Esp., 296, fol. 264, Dubois à Mornay, 26 novembre 1720.

76 AECP, Esp., 308, fol. 164 v°, Duc d’Orléans à Saint-Simon, 16 décembre 1721.

77 AECP, Esp., 295, fol. 262, Noms, caractères et emplois des Grands d’Espagne. Le titre est trop restrictif, le texte passe en revue bien plus de personnages (v. 1720).

78 Philippe V renonçait à toute prétention sur les États d’Italie ou sur les Pays-Bas, renouvelant dans le même temps ses renonciations à la couronne de France, tandis que Charles VI le reconnaissait comme roi d’Espagne. L’Empereur assurait la succession de Parme et de Toscane à D. Carlos, mais voulait que ces terres soient considérées comme fiefs impériaux. Le roi d’Espagne, en réalité, n’accepte pas toutes les conditions qu’on lui impose ; il a des exigences particulières qu’il veut faire valoir.

79 AECP, Esp., 297, fol. 11, Maulévrier à Dubois, 23 novembre 1720.

80 Cette affaire concerne le père d’Elisabeth Farnèse, le duc de Parme, qui, depuis le traité des Pyrénées et celui de Pise de 1664, exige du pape la restitution de ces deux duchés. Mais le Pape n’a jamais accepté, car ce petit État, à la porte de Rome, le protège.

81 AECP, Esp., 297, fol. 47, Réponses de S.A.R. au mémoire de Philippe V, envoyé, le 13 décembre 1720. Dubois commente les avis du Régent à Maulévrier, ibid., fol. 55. Son souci majeur est de ne pas contrevenir au traité de Londres. Sur la question des Bretons, il rappelle que la France n’a jamais pu parler en faveur des Catalans, aussi tout conseil du roi d’Espagne sur ce point est malvenu.

82 AECP, Esp., 297, fol. 191, Maulévrier à Dubois, 28 décembre 1720.

83 AECP, Esp., 300, fol. 17, Maulévrier à Dubois, 6 janvier 1721.

84 AECP, Esp., 300, fol. 68, Maulévrier à Dubois, 20 janvier 1721.

85 AECP, Esp., 302, fol. 116, Dubois à Maulévrier, 7 juin 1721. Il lui rapporte des plaintes du duc de Parme qui trouve que l’ambassadeur de France voit trop souvent le confesseur.

86 AECP, Esp., 300, fol. 88, Dubois à Mornay, 4 février 1721. Dubois sait qu’il y a « des cabales » contre le confesseur et que l’on presse « la reine de faire des démarches pour lui nuire ».

87 Le texte alors proposé par Philippe V reprend point par point les adoucissements de Daubenton, AECP, Esp., 300, fol. 191. Récit de l’entrevue avec Grimaldo, ibid., fol. 202. Maulévrier s’étonne du revirement si rapide de Philippe V, mais Dubois sait « quel Ange Dieu a député pour faire ce miracle... », AECP, Esp., 301, fol. 30, Maulévrier à Dubois, 10 mars 1721 et réponse, 25 mars 1721.

88 AECP, Esp., 300, fol. 222 v°. Le 3 mars 1721, l’abbé de Mornay évoque pour Dubois le rôle du P. Daubenton (AECP, Esp., 301, fol. 15.) Enfin, le 22 avril 1721, Dubois écrit personnellement au P. Daubenton pour le remercier de son intervention (AECP, Esp., 301, fol. 140).

89 Millot, III, p. 349.

90 RIA, Esp., II, p. 390 et 400, Dubois s’inquiète de cette éventuelle alliance dans ses Instructions à Mornay et à Maulévrier. AECP, Esp., 302, fol. 202-231, série de mémoires de Dubois à Maulévrier sur cette question.

91 AECP, Esp., 303, fol. 135, Maulévrier à Dubois, 26 juillet 1721.

92 AEMD, Esp., 150, Cérémonies et formalités du double mariage. (8 pièces, 1721-1722) ; AECP, Esp., 305, fol. 15, Maulévrier à Dubois, 22 septembre 1721.

93 AECP, Esp., 304, fol. 69, Daubenton à Dubois, 18 août 1721.

94 AECP, Esp., 308, fol. 96, Saint-Simon (envoyé extraordinaire à Madrid pour la ratification des mariages) à Dubois, 28 novembre 1721 ; AECP, Esp., 309, fol. 13, Daubenton à Dubois, 17 décembre 1721 et AECP, Esp., 313, fol. 54, le même au même, 22 janvier 1722.

95 AECP, Esp., 309, fol. 114, Dubois demande à Daubenton de ne pas faire envoyer Bournonville (4 janvier 1722). Bournonville était trop proche des Noailles et de la Princesse des Ursins pour plaire au duc d’Orléans, ibid., fol. 156, 161 et 178. AECP, Esp., 313, fol. 50, Grimaldo annonce à Dubois que la mission de Bournonville est suspendue (22 janvier 1722) ; fol. 54, Daubenton expose à Dubois son intervention dans cette affaire (22 janvier 1722). Pour donner un confesseur jésuite au roi, Dubois rencontre beaucoup de difficultés, car il existe en France un fort parti contre les jésuites, AECP, Esp., 309, fol. 172 et AECP, Esp., 314, fol. 116 et 200 (13 janvier, 2 mars et 8 mars 1722).

96 AECP, Esp., 316, fol. 2, Chavigny à Dubois, 23 mars 1722.

97 L’affaire est achevée en avril. Louis XV reçoit comme confesseur le P. de Lynières. Dubois l’annonce avec enthousiasme à Daubenton, AECP, Esp., 325, fol. 10, 2 avril 1722. Le cardinal de Noailles, qui avait interdit la Compagnie dans le diocèse de Paris, refusa son accord. Daubenton donne des arguments à Dubois pour aller à l’encontre de cet avis (AECP, Esp., 325, fol. 132, 20 avril 1722), et celui-ci s’en sert (ibid., fol. 189, 8 juin 1722). Le Pape trancha l’affaire en faveur des jésuites, en juin 1722, AEMD, France, 312, p. 162 : « Mémoire sur l’approbation donnée par le Pape au P. de Lynières, jésuite, pour confesser le roi ». AECP, Esp., 325, fol. 129, Daubenton au P. Lallemant (jésuite parisien, actif dans la lutte contre le jansénisme), lui rapporte son intervention pour rendre le confessional du roi aux jésuites (16 avril 1722). Il exprime son contentement au P. Pierre du Trévou (1649-1729), confesseur du duc d’Orléans, ibid., fol. 134, 20 avril 1722. Le comte de Maurepas, dans ses Mémoires, a intitulé un chapitre : « Conditions demandées en 1720 par le père d’Aubenton, jésuite, pour faire réussir le mariage du roi avec l’Infante », dans lequel il expose la contrepartie religieuse, t. 1, p. 222. Philippe V devait avouer quelques années plus tard au maréchal de Tessé que le P. Daubenton avait fait de cette cause « une chose nécessaire à l’État » et qu’il l’avait appuyé en conséquence (AECP, Esp., 339, fol. 313, Tessé au duc de Bourbon, 5 février 1725).

98 Chevignard de Chavigny (1687-1771), chargé de mission à Gênes en 1720.

99 AECP, Esp., 315, fol. 2, Chavigny à Dubois, 1er mars 1722. AECP, Esp., 314, fol. 167, Chavigny raconte à Dubois sa première rencontre avec le confesseur où il lui expose sa mission, 21 février 1722.

100 AECP, Esp., 316, fol. 24, 3 avril 1722.

101 AECP, Esp., 316, fol. 34, Dubois à Chavigny, 31 mars 1722.

102 Ses Instructions disaient : « La jeune Princesse est charmante pour l’esprit et la figure. Il faudrait que la pensée en vînt au P. Daubenton ». L’ambassadeur en parla donc, le 21 avril, au confesseur, AECP, Esp., 317, fol. 96.

103 Dubois s’en plaint à Maulévrier, encore présent à Madrid, mais sans ordres, AECP, Esp., 316, fol. 170, 14 avril 1722.

104 AECP, Esp., 319, fol. 61, Daubenton à Dubois, 23 juin 1722.

105 AECP, Esp., 325, fol. 254, Daubenton à Dubois, 29 juin 1722.

106 AECP, Esp., 320, fol. 190, Daubenton à Dubois, 30 août 1722.

107 AECP, Esp., 325, fol. 11, Dubois exprime son soulagement au P. Daubenton de voir que Philippe V n’a pas été mécontent du renvoi du garde des Sceaux, d’Aguesseau, après l’incident au Conseil, 3 avril 1722 ; AECP, Esp., 317, fol. 51, Daubenton soutient Dubois et se réjouit que l’opposition des ducs et pairs n’ait pas eu de suites, 25 avril 1722 ; AECP, Esp., 320, Dubois a besoin de justifier auprès de Daubenton le renvoi du duc de Noailles et du maréchal de Villeroy, contraires, selon lui, à l’union des deux couronnes, 18 août 1722.

108 AECP, Esp., 321, fol. 55, 14 septembre 1722.

109 AECP, 320, fol. 169, 24 août 1722 et AECP, Esp., 330, fol. 39, Daubenton à Dubois, 5 juillet 1723.

110 AECP, Esp., 328, fol. 158, Daubenton à Dubois, 24 mars 1723. Ce serait l’abbaye de Fontenay, AECP, Esp., 330, fol. 39, le même au même, 5 juillet 1723. Son neveu, l’abbé Prix Hay, avait reçu en 1717, du Régent, l’abbaye de Brantôme où il demeura jusqu’en 1758 (AECP, Esp., 267, fol. 11).

111 AECP, Esp., 309, fol. 172, Dubois à Daubenton, 13 janvier 1722 ; AECP, Esp., 319, fol. 79, Daubenton à Dubois, 1er juillet 1722. Jacques Philippe Lallemant (1660-1748), passa presque toute sa vie à lutter contre le jansénisme. Daubenton fut en étroites relations avec lui durant son séjour à Rome comme Assistant de France du général des jésuites, entre 1705 et 1715, cf. Sommervogel, IV, col. 1387-1400.

112 Daubenton l’en remercie, AECP, Esp., 313, fol. 54, 22 janvier 1722.

113 AECP, Esp., 316, fol. 128, Dubois à Daubenton, 3 avril 1722.

114 AECP, Esp., 327, fol. 276 et 277, Dubois à Ranc, 2 février 1723 ; AECP, Esp., 328, fol. 51, Ranc à Dubois, 7 mars 1723. Finalement, le cardinal enverra des chandeliers d’argent et d’autres en bronze.

115 AECP, Esp., 306, fol. 58, 21 octobre 1721.

116 AECP, Esp., 328, fol. 255, Maulévrier rapporte ces paroles du P. Daubenton à Dubois, 11 avril 1722.

117 AECP, Esp., 296, fol. 188, Maulévrier à Dubois, 21 octobre 1720.

118 AECP, Esp., 267, fol. 11, Saint-Aignan à Huxelles, 4 janvier 1718.

119 SSBL, XXXII, p. 282 et 329 et XXXIII, p. 204.

120 AECP, Esp., 285, fol. 52.

121 Exercices Spirituels, points 346 à 351 (éd. Traditions Monastiques, 2004, p. 158-160).

122 Notes de Nancré, AECP, Esp., 271 et 272, passim, et de Saint-Aignan, AECP, Esp., 284, fol. 123, 17 février 1718 et AECP, Esp., 285, fol. 79 v°, s.d., 1718.

123 AECP, Esp., 302, fol. 10, Maulévrier à Dubois, 12 mai 1721.

124 AECP, Esp., 305, fol. 37, Mémoire du duc de Berwick au duc de Saint-Simon, Montauban, 1er octobre 1721.

125 AECP, Esp., 314, fol. 160, Saint-Simon à Dubois, 22 février 1722.

126 L’abbé de Saint-Simon à Dubois, de Villalmenso, 29 décembre 1721, Y. Coirault, « Un lot d’inédits : lettres quasi politiques du duc de Saint-Simon (1712-1735), et documents sur son ambassade en Espagne », Revue d’Histoire Diplomatique, 4 (1967), p. 291 et sv.

127 AECP, Esp., 250, fol. 161 (avril 1716). Voir aussi une commande d’ouvrages, AECP, Esp., 255, fol. 230. Il y a 147 volumes. M. Torrione, « Felipe V, bibliófilo. El peso de Francia en la Real Librería Pública », La Real Biblioteca Pública, 1711-1760 : de Felipe V a Fernando VI, Madrid, (2004), p. 48-64.

128 Décret du 2 janvier 1716. Cf. A. Perez Goyena s.j., « Los primeros directores de la Biblioteca Nacional », Razón y fe, 73 (1925), p. 523.

129 C. Désos, op. cit., (2005), p. 101-107.

130 AECP, Esp., 252, fol. 100 v° et 235, Saint-Aignan à Huxelles, 31 juillet et 6 septembre 1716.

131 Vida del Bienaventurado Juan Francisco Regis, de la Compañia de Jesús, escrita en lengua francesa por el R. P. Guillermo Daubenton... y traducida en español..., Madrid : Francesco Fernandez, 1718 (BNM 7/11402).

132 AECP, Esp., 330, fol. 143, Coulanges à Dubois, 29 juillet 1723.

133 F. Granado, s.j., Lettre du P... recteur du noviciat de Madrid, aux Pères supérieurs de la province de Tolède, de la Compagnie de Jésus, (1724), p. 38.

134 San Felipe, Comentarios..., p. 347. Nous ne commentons pas ici l’anecdote qui courut au moment de sa mort, selon laquelle il aurait trahi le secret de la confession de Philippe V auprès du duc d’Orléans. Quand le roi d’Espagne le lui aurait reproché, il en serait mort de saisissement. Nous avons déjà montré la fausseté de cette version dans la biographie que nous avons consacrée au P. Daubenton, op. cit., (2005), p. 166-170.

135 AECP, Esp., 333, fol. 82, copie de l'arrêt du Roi Catholique Philippe V, en date du 10 janvier 1724, envoyé à ses tribunaux au sujet de sa renonciation. Voir texte ANM, Estado, leg. 2453.

136 C. Désos, Entre champs de batailles et cabales de Cour : Le duc de Berwick, soldat du Roi de France en Espagne, 1704-1719, dans J. M. de Bernardo Ares (coord.), La sucesión de la monarquίa hispάnica, 16651725, t. 2, Cordoue.

137 AECP, Esp., 289, fol. 80, Mémoire présenté à M. le Régent.

138 AECP, Esp., 305, fol. 200, Sartine à Dubois, 9 octobre 1721.

139 En octobre 1723, le Régent propose quelques noms à Philippe V, comme Coigny, La Mark ou Bonnac, AECP, Esp., 331, fol. 15.

140 AECP, Esp., 331, fol. 182, Coulanges à Morville, novembre 1723.

141 AECP, Esp., 331, fol. 235, annonce de l’envoi de Tessé, décembre 1723.

142 Bermudez (Gabriel) (1667-1749), il entra au noviciat de Madrid, le 18 mars 1680, professant la philosophie et la théologie à Alcala. Il fut confesseur de Philippe V après la mort de Daubenton, et recteur du collège de Madrid, puis Provincial de la Province de Tolède, Sommervogel, I, col. 1343-1344. La France s’en méfie, RIA, Esp., III, p. 90-91.

143 AECP, Esp., 330, fol. 184, Stalpert à Dubois, 9 août 1723 ; AECP, Esp., 331, fol. 288, Coulanges à Morville, 5 décembre 1723.

144 AECP, Esp., 330, fol. 299, 6 septembre 1723, note chiffrée de la cour.

145 AECP, Esp., 330, fol. 247, mémoire de Valcourt (secrétaire d’ambassade pendant 8 ans, il réside encore à Madrid en 1723) sur le P. Bermudez, 24 août 1723.

146 AECP, Esp., 331, fol. 118, Coulanges à Morville, 1er novembre 1723.

147 AECP, Esp., 332, fol. 233 v°, Coulanges au duc de Bourbon, 7 février 1724.

148 AECP, Esp., 333, fol. 198, Stalpert à Morville, 24 janvier 1724. Il existe bel et bien un projet, en 1724, pour resserrer l’étiquette, s’inspirant d’une consulte du conseil d’État du 28 juillet 1703. Mais les Grands n’auront pas le temps de le mettre en application, cf. APR, Reinado Louis I, c. 4.

149 AECP, Esp., 331, fol. 118, Coulanges à Morville, 1er novembre 1723.

150 AECP, Esp., 331, fol. 247, Coulanges à Morville, 29 novembre 1723.

151 Nous n’avons pas d’informations sur ce Fargues. Le duc de Bourbon le contacta afin qu’il soit son informateur. Ce dernier s’en dit honoré, mais avoue que son « caractère ne (lui) donne aucune part dans le ministère », AECP, Esp., 332, fol. 416, 10 juillet 1724.

152 AECP, Esp., 332, fol. 443, Fargues au duc de Bourbon, 28 août 1724.

153 AECP, Esp., 327, fol. 331, le chevalier d’Orléans au duc d’Orléans, 20 février 1723.

154 AECP, Esp., 333, fol. 216, Stalpert à Morville, 31 janvier 1724.

155 Juan Bautista Orendayn, futur marquis de la Paz. Né à Azpeita, mais d’une famille d’origine navarraise. Il fit sa carrière sous la protection du marquis de Grimaldo, C. de Castro, « Las secretarias de los consejos, las de estado y del despacho y sus oficiales durante la primera mitad del siglo xviii », Hispania, 59-1 (1999), p. 199.

156 AECP, Esp., 331, fol. 28, Coulanges à Morville, octobre 1723.

157 APR, Reinado, Louis I, c. 3, Relacion de los criados de todas clases de las casas del Rey y Reyna que quedan sirviendo a Smag. en este Palacio de San Lldefonso, (18 février 1724).

158 Cervi (Joseph) (1663, Parme-1748, Madrid).

159 AECP, Esp., 333, fol. 127 ; fol. 155.

160 AECP, Esp., 333, fol. 153, Coulanges à Morville, San Ildefonso, 17 janvier 1724.

161 AECP, Esp., 332, fol. 207 et 224, Marcillac au duc de Bourbon, 17 et 31 janvier 1724.

162 Sur le gouvernement de Louis Ier, cf. C. de Castro, op. cit., (2004), p. 363-378 ; A. Baudrillart, « L’influence française en Espagne au temps de Louis Ier... », Revue des questions historiques, 90 (1896), p. 487. Les septs hommes du Conseil sont Luis de Miraval, Diego Astorga, Camargo, le marquis de Valero, Miguel Guerra, le comte de San Estevan et le marquis de Lede. Le marquis d’Aytone a le Conseil de Guerre, D. Blas de Orosco celui des Finances, Jean-Baptiste Orendayn est secrétaire d’État, Antonio Sopeña secrétaire de la Marine et des Indes, Castelar de la Guerre et Verdes Montenegro des Finances.

163 AECP, Esp., 333, fol. 233, Coulanges à Morville, 7 février 1724.

164 AECP, Esp., 337, fol. 191, Tessé au duc de Bourbon, 27 mars 1724.

165 A. Baudrillart, loc. cit., p. 485.

166 AECP, Esp., 333, fol. 93, Stalpert à Morville, 10 janvier 1724.

167 AECP, Esp., 333, fol. 84, Stalpert à Tessé, 10 janvier 1724.

168 AECP, Esp., 332, fol. 231, Marcillac au duc de Bourbon, 7 février 1724

169 AECP, Esp., 333, fol. 312, Tessé à Morville, 28 février 1724.

170 AECP, Esp., 333, fol. 280, Tessé à Louis XV, 23 février 1724.

171 AECP, Esp., 333, fol. 224, Tessé à Louis XV, Bordeaux, 5 février 1724.

172 AECP, Esp., 333, fol. 312, Tessé à Morville, 28 février 1724.

173 AECP, Esp., 334, fol. 4, Tessé à Morville, 6 mars 1724.

174 AECP, Esp., 334, fol. 228, Tessé à Morville, 17 avril 1724.

175 AECP, Esp., 335, fol. 269, Tessé à Morville, juillet 1724. Ce P. Ramos, rattaché au Collège des jésuites de Madrid n’a pas donné lieu à une biographie dans les volumes de Sommervogel. Assez ambitieux, proche du groupe espagnol, confesseur particulier du Président du Conseil de Castille, Luis de Miraval, il avait aussi une correspondance avec le duc de Bourbon, qu’ignorait Tessé, cf. AECP, Esp., 332, passim et A Baudrillart, loc. cit., p. 496.

176 Stanhope (Guillaume, colonel) (1690-1756), envoyé en mission à Madrid, le 19 août 1717. Il quitte la ville pour prendre part à la campagne du maréchal de Berwick, en 1719. Il retournera à Madrid après la paix jusqu’en 1726, SSBL, XVIII, p. 50, n. 7. Il retourne brièvement en Espagne en 1729.

177 AN, B7 284, Robin à Maurepas, 13 novembre 1724.

178 AECP, Esp., 335, fol. 18, Tessé à Morville, 5 juin 1724.

179 A. Baudrillart, loc. cit., p. 497.

180 AECP, Esp., 334, fol. 161, Tessé à Morville, 31 mars 1724.

181 ANM, Estado, leg. 3557 et copie, AECP, Esp., 334, fol. 267, Tessé à Philippe V, 27 avril 1724.

182 AECP, Esp., 334, fol. 329, 342, 396, Tessé à Elisabeth Farnèse, 13, 17, 20, 29 mai 1724 (cf. aussi, ANM, Estado, leg. 3557) ; AECP, Esp., 335, fol. 2, 1er juin 1724. Le maréchal a aussi une correspondance avec le confesseur de la reine, AECP, Esp., 335, fol. 112, « Traduction de quelques articles de plusieurs lettres du confesseur de la reine mère à M. le maréchal de Tessé ».

183 AECP, Esp., 334, fol. 347, Philippe V à Tessé, 18 mai 1724.

184 AECP, Esp., 334, fol. 389, Louis Ier à Tessé, 28 mai 1724.

185 AECP, Esp., 333, fol. 251, Coulanges à Morville, 14 février 1724. Miraval accuse Grimaldo d’avoir rendu un décret sur le commerce, favorable aux Anglais. Stalpert relaie cette information auprès de Tessé, ibid., fol. 266, 29 février 1724. AECP, Esp., 334, fol. 50, Tessé à Morville, accuse Grimaldo, 14 mars 1724. Le marquis de Grimaldo se plaindra des accusations de Tessé et demande au roi de lui rendre justice, ANM, Estado, leg. 4817.

186 AECP, Esp., 335, fol. 18, Tessé à Morville, 5 juin 1724.

187 AECP, Esp., 334, fol. 389, Louis Ier à Tessé, 28 mai 1724.

188 AECP, Esp., 334, fol. 211, 10 avril 1724.

189 Sur sa maladie, AECP, Esp., 335, fol. 416, 445, 454-455, 465, 470, bulletins de santé par le P. de Laubrussel ; fol. 418, 441, 453, 457, 464, bulletins de santé par Claude de la Roche. APR, Reinado, Louis I, c. 4, exp. 3, 24 lettres de Higgins à la reine sur la progression de la maladie. ANM, Estado, leg. 2850, lettres entre le P. Bermudez, Grimaldo et Miraval sur la maladie et la mort de Louis Ier. Grimaldo annonce l’arrivée de Philippe à Madrid. ANM, Estado, leg. 2533, bulletins de santé de Higgins. Sa veuve repassera en France en 1725.

190 AECP, Esp., 336, Tessé au duc de Bourbon, au soir du 4 septembre 1724.

191 AECP, Esp., 336, fol. 131, Tessé à Morville, 25 septembre 1724.

192 Ibid., 5 septembre 1724.

193 AN, B7 284, Robin à Maurepas (secrétaire d’État à la Marine), 7 septembre 1724.

194 Aldobrandini (Alexandre) (1674-1734), il fut envoyé à Madrid, en septembre 1720.

195 AN, B7 284, Robin à Maurepas (secrétaire d’État à la Marine), 7 septembre 1724.

196 ANM, Estado, leg. 3988, vol. 2, le maréchal de Villars à Elisabeth Farnèse, 15 septembre 1724 ; leg. 2533, Thouy et Chalais à Philippe V, 23 et 18 septembre 1724 ; leg. 4823 (1), la duchesse de Beauvilliers à Philippe V, 26 septembre 1724.

197 Il s’attirera, en contrepartie, un virulent pamphlet : Anonimo contra losfrancesesy el mariscal Tessé, 1724 (2 pages), ANM, Estado, leg. 4826.

198 Sur ce personnage, cf. C. de Castro, op. cit., (2005), p. 342 et 366-370.

199 AECP, Esp., 336, fol. 157, Tessé à Morville, 8 octobre 1724.

200 Tessé ne peut cependant fournir aucune preuve écrite d’une trahison de Grimaldo avec les Anglais. Cependant, pour arriver à ses fins, le maréchal emploie parfois des méthodes un peu douteuses. Il laisse entendre, notamment, que des papiers extrêmement compromettants sur Grimaldo existent dans les portefeuilles de feu Dubois et de feu le duc d’Orléans. Morville est obligé de le freiner, et de lui rappeler que « ces écritures (lui) manquent ». Quand la reine lui demande ces preuves afin de s’en servir, Tessé élude et finit par demander à Morville de « broder » quelque chose puisque « nous avons des soupçons bien fondés mais aucune preuve matérielle ». AECP, Esp., 336, fol. 57, Morville àTessé, 18 septembre 1724 et AECP, Esp., 336, fol. 215, Tessé à Morville, 16 octobre 1724.

201 AECP, Esp., 339, fol. 361, Tessé à Morville, 26 février 1725.

202 Sebastián de la Cuadra (ou Quadra) fut aussi formé dans les bureaux de Grimaldo. Maulévrier ou Coulanges s’en servirent dans leurs affaires, AECP, Esp., 304, fol. 29 et AECP, Esp., 329, fol. 311.

203 AECP, Esp., 339, fol. 207, Tessé au duc de Bourbon, 11 décembre 1724. Le P. Bermudez ne sera remplacé que le 30 septembre 1726, par un Irlandais, le P. Guillaume Clark.

204 A. Baudrillart, loc. cit., p. 559. Les instructions de Ripperda sont datées du 22 novembre 1724. G. Syveton, Une cour et un aventurier au xviiie siècle. Le baron de Ripperda, (1896), p. 52. Du même auteur, « Un traité secret de mariage et d’alliance entre les cours de Vienne et de Madrid, en 1725 », Revue Historique, 54 (1894), p. 77-97.

205 J.F. Labourdette, Philippe V, (2001), p. 507.

206 AECP, Esp., 333, fol. 291 et fol. 342, Louis XV à Tessé, 5 et 15 mars 1724. Les instructions au maréchal de Tessé expriment aussi tous les freins que la France comptait apporter à la politique italienne de l’Espagne, RIA, Esp., III, p. 94-98.

207 AECP, Esp., 334, fol. 43, Tessé à Louis XV, 14 mars 1724.

208 AECP, Esp., 336, fol. 337, Tessé à Morville, 20 novembre 1724.

209 Ibid.

210 Le moment est bien choisi, car ce dernier connaît des difficultés (pour des questions commerciales) avec ses alliés hollandais et anglais. De plus, son principal souci est désormais de faire accepter la Pragmatique Sanction qui, à défaut d’enfant mâle, fait de sa fille, l’archiduchesse Marie-Thérèse, la seule héritière des domaines héréditaires de la maison d’Autriche.

211 AECP, Esp., 339, fol. 272, Tessé à Morville, 15 janvier 1725.

212 AECP, Esp., 339, fol. 122, Tessé au duc de Bourbon, 16 octobre 1724.

213 À Madrid, Saint-Aignan occupa la maison de l’Almirante de Castille puis, pour être sûr que les autres Français ne la revendiqueraient pas, on y logea des ouvriers et des artisans. Il fallut alors que les ambassadeurs louent des appartements à grands frais. À Aranjuez, ils logent dans un appartement de la maison dite du Gouverneur, « assez malcommode » ; à l’Escorial dans une « fort petite et chétive maison » du village, tandis que l’envoyé de Parme a un bel appartement au palais ; à Balsain, ils habitent une maison de garde, à trois quarts de lieus des souverains ; enfin, quand la cour réside au Pardo, l’ambassadeur demeure à Madrid, distant de 2 lieues, AECP, Esp., 335, fol. 10 et sv.

214 Il y en eut parfois quatre en même temps sans que l’on sache lequel se trouvait dans la « confiance la plus intime » du souverain, AECP, Esp., 315, fol. 147, Sartine à Dubois, 15 mars 1722.

215 AECP, Esp., 239, fol. 109.

216 RIA, Esp., III, p. 107, Instructions secrètes au maréchal de Tessé, 15 janvier 1724.

217 La Fare (Philippe Charles de la Fare, marquis de), 1685-1746. Maréchal de camp et lieutenant-général au gouvernement de Languedoc.

218 AECP, Esp., 343, fol. 81, Livry au duc de Bourbon, 9 mars 1725 ; RIA, Esp., III, p. 80.

219 AECP, Esp., 253, fol. 181 v° ; Esp., 254, fol. 47 ; Esp., 257, fol. 56 v°, Saint-Aignan à Huxelles, 25 janvier 1717, il avoue qu’une « maison nombreuse toute composée de Français n’est pas toujours bien facile à contenir ». AECP, Esp., 273, fol. 151 v°, Saint-Aignan à Huxelles, 3 octobre 1718, il craint le comportement de ses domestiques « de la prudence universelle desquels je suis bien éloigné de pouvoir répondre ».

220 Sur les ennuis financiers du couple Saint-Simon cf. AECP, Esp., 308, fol. 199 ; Esp., 311, fol. 332 et 335 ; Esp., 322, fol. 109 ; AECP, Esp., 326, fol. 60.

221 AEMD, Esp., 145, fol. 37, Saint-Aignan à Longepierre, 31 décembre 1717.

222 AECP, Esp., 253, fol. 212, « État des frais extraordinaires de M. le duc de Saint-Aignan, à commencer de la fin décembre 1714 » ; AECP 263, fol. 227, « État des frais extraordinaires du duc de Saint-Aignan ambassadeur extraordinaire de France en Espagne à commencer depuis le premier décembre 1716 jusqu’au dernier jour du même mois de l’année 1717 » ; AECP, Esp., 275, fol. 220, État de ce qui est dû à M. le duc de Saint-Aignan par rapport à l’ambassade (entre 1716 et 1718, soit 29 566 lt) ; AECP, Esp., 284, fol. 105, difficultés financières de Saint-Aignan, 29 janvier 1718.

223 Plaintes de Maulévrier, AECP, Esp., 297, fol. 26, 23 novembre 1720. Robin a les mêmes soucis, AECP, Esp., 301, fol. 103.

224 RIA, Esp., II, p. 280, η. 1.

225 AECP, Esp., 330, fol. 28, Valcourt à Dubois, 5 juillet 1723.

226 AECP, Esp., 331 fol. 197 v°, Coulanges, novembre 1723.

227 AEMD, Esp., 144, fol. 136, Saint-Aignan au duc d’Orléans, 22 décembre 1716.

228 AECP, Esp., 246, fol. 161-166 r°, Observations sur le traité de commerce signé à Madrid le 14 décembre 1715, entre l’Espagne et l’Angleterre (février 1716).

229 Le P. Astrain a noté à ce propos une intervention du P. Daubenton pour soutenir la Junta de Sanidad. En 1721, les Anglais, Français et Hollandais, demandèrent que leurs effets de commerce ne soient pas soumis à la Junte de Santé à Cadix, et firent du confesseur leur relais. Mais celui-ci mit en avant le « principe de précaution ». (Lerma, le 14 décembre 1721), Simancas, Estado, 1655 (anc. 4337), Astrain, t. 7, p. 153.

230 AECP, Esp., 292, fol. 109, Partyet, extrait d’une lettre de Madrid, 29 mai 1719.

231 AN, C7 236, p. 8, dossier de Nicolas Partyet. Copie, AECP, Esp., 290, fol. 82.

232 AECP, Esp., 254, fol. 115, nomination par Philippe V de Partyet à Cadix comme consul de France, à compter du 18 janvier 1716, et ce pour trois ans. AECP, Esp., 327, fol. 174, Philippe V reconnaît que Pierre Nicolas Partyet a vu son emploi de consul de la nation à Cadix et aux autres ports de la côte d’Andalousie prorogé pour trois années, à compter du 1er juillet 1722. Sur son séjour à Cadix, D. Ozanam, « Un consul de France à Cadix : Pierre Nicolas Partyet (1716-1729) », L’ouvrier, l’Espagne, la Bourgogne et la vie provinciale, (1994), p. 259 et sv. Il resta à ce poste jusqu’à son décès, le 11 août 1729. Son fils Jean-Baptiste, qui le rejoignit en 1720, l’épaule dans son service. En 1725, lors de la rupture diplomatique avec la France, Partyet dût à nouveau quitter Cadix. Il fut officiellement réinvesti dans sa charge le 2 septembre 1726.

233 AECP, Esp., 165, fol. 413. Ce renseignement se trouve dans un dossier concernant un procès opposant les héritiers de Pierre Catalan.

234 AECP, Esp., 284, fol. 53, Saint-Aignan à Longepierre, 17 janvier 1718 et Esp., 285, fol. 93, copie de la lettre du Conseil de Marine à Saint-Aignan, 9 mai 1718 ; A. Mezin, Les consuls de France..., (1997), p. 182.

235 Robin (Jean-Baptiste), (1664-1732), il fait toute sa carrière dans la région de Metz, comme avocat au Parlement, secrétaire du roi en la chancellerie puis commissaire provincial de guerre et enfin, subdélégué de l’intendant de Metz, en 1714. Il est reçu secrétaire du roi en la Grande Chancellerie de France, en 1719, A. Mezin, op. cit., (1997), p. 521.

236 Chavigny aurait voulu le conserver expressément à ses côtés, AECP, Esp., 316, fol. 2, 23 mars 1722 ; mais, en décembre 1722, il supplie Dubois de le laisser rentrer en France, car ses affaires domestiques sont en mauvais état, AECP, Esp., 309, fol. 50, 22 décembre 1722.

237 AECP, Esp., 295, fol. 56 à 122, mémoires d’instructions sur le commerce au sieur Robin, avril 1720 ; AECP, Esp., 299, fol. 2 et 11, Mémoires du Conseil de Commerce du mois d’avril 1720 ; AN, AE, B111 340, Mémoire sur les affaires de commerce, 24 février 1725.

238 AN, B7 284, Robin à Maurepas, Barcelone, 4 août 1724.

239 AECP, Esp., 297, fol. 3, Robin à Dubois, 18 novembre 1720.

240 Scotti di Castelboco (Annibale) (marquis de), ambassadeur du duc de Parme en Espagne, il fut attaché à Elisabeth Farnèse lorsqu’elle passa en Espagne. Il retourna ensuite à Parme, puis, en 1716, à Madrid. Sa mission était sans doute de surveiller Alberoni. En 1719, il fut nommé gentilhomme de la chambre de Philippe V, puis grand maître de la maison de l’Infant D. Luis. Il fut créé chevalier de la Toison d’Or, en janvier 1724, chevalier du St Esprit et chevalier de l’ordre de Saint Janvier (RIA, Esp., II, p. 332, n. 2).

241 AECP, Esp., 301, fol. 50, Robin à Dubois, 17 mars 1721.

242 AECP, Esp., 302, fol. 81, Maulévrier à Dubois, 30 mai 1721.

243 AN, B7 284, Robin à Maurepas, 16 octobre 1724.

244 Ibidem, 5 février 1725.

245 AECP, Esp., 252, fol. 136, Saint-Aignan est autorisé à se servir davantage de Sartine, 2 septembre 1715.

246 AECP, Esp., 252, fol. 254 v°, Saint-Aignan à Huxelles, 14 septembre 1716.

247 AECP, Esp., 257, fol. 139-157.

248 Bataille repasse à Bayonne en avril 1720 (AECP, Esp., 295, fol. 30).

249 AECP, Esp., 290, fol. 137, Bayonne, 14 novembre 1719, témoignage de Madame Pichelin et de sa fille.

250 AECP, Esp., 296, fol. 199, Mornay à Dubois, 21 octobre 1720 et Esp., 300, fol. 164, 17 février 1721. Robin écrit, en juillet 1721 : « M. de Sartine est ici fort en relation et en considération chez les ministres de la cour d’Espagne et surtout chez le marquis de Grimaldo », AECP, Esp., 303, fol. 2. Au fol. 3, Robin envoie un mémoire pour justifier les fonds de Sartine. Saint-Simon remarque aussi l'amitié de Sartine et de Grimaldo, AECP, Esp., 314, fol. 5, à Dubois, 2 février 1722.

251 AECP, Esp., 306, fol. 58-88, Caractère [...] dont la Cour d’Espagne est composée (octobre 1721).

252 AECP, Esp., 318, fol. 22, Sartine à Dubois, 13 mai 1722. Il lui annonce son mariage. Son épouse, Catherine White, est la fille de Ignace White, comte d’Albi, marquis d’Albeville, secrétaire pour l’Irlande du roi d’Angleterre, Jacques II. Depuis longtemps, la famille sert l’Espagne. En 1652, Ricardo White grand-oncle de Catherine, avait levé en Irlande une troupe de 10 000 hommes pour le compte du roi d’Espagne et l’avait conduite à ses frais jusqu’à Saint-Sébastien, et de là, dans le nordest de l’Espagne pour servir dans l’armée qui opérait contre la Catalogne révoltée.

253 APR, Capilla. No 60 : Indice [...] de matrimonios, 1720 : Simon Connock con Maria de White y Albeville (lib. l, fol. 142) ; 1722 : Antonio Sartine con Catalina de White y Albeville, (lib. 3, fol. 70) ; 1722 : Guillermo Lacy et Teresa de White de Albeville (lib. 3, fol. 71 v°).

254 AECP, Esp., 337, fol. 188, le duc de Bourbon à Tessé, 11 avril 1724.

255 Jean Stalpert était le principal correspondant à Cadix de Samuel Bernard. Son père, originaire de Bruges, s’est établi à Nantes, vers 1675, où il est devenu un des plus gros armateurs. Avant même 1701, Jean Stalpert est à Cadix. Il s’y est associé à un sieur Delboc, un des correspondants de Samuel Bernard avant de devenir associé gérant de la société Stalpert Romet et Cie, M. Zylberberg, Une si douce domination. Les milieux d’affaires français et l’Espagne vers 17801808, (1993), p. 47. Son associé est Louis Romet, qui réside à Madrid dans les années trente, marié à une fille de Pichelin, garçon de la Chambre de Philippe V.

256 AECP, Esp., 320, fol. 194, Maulévrier à Dubois, 30 août 1722.

257 AECP, Esp., 326, fol. 58, Stalpert à Dubois, 28 septembre 1722.

258 AECP, Esp., 333, fol. 233, Coulanges à Morville, 7 février 1724.

259 AECP, Esp., 261, fol. 105.

260 On trouve un Claude Duplessis nommé un des premiers bibliothécaires de la Bibliothèque Royale. Il est possible que ce soit le même homme ou un parent. A. Mestre Sanchis, « Los origenes de la Biblioteca Real (1711-1761) », La Real Biblioteca Pública, 1711-1760 : de Felipe Va Fernando VI, Madrid, (2004), p. 71.

261 AECP, Esp., 338, fol. 106, Tessé à Morville, 12 juin 1724.

262 AECP, Esp., 328, fol. 344, Duplessis à Dubois, 26 avril 1723.

263 Il est possible que Claude Lemaire ait eu un fils, Pierre, qui travailla comme secrétaire à l’ambassade d’Espagne de La Haye, aux ordres du marquis de San Gil (1735-1746). Au départ de ce marquis, il assura l’intérim jusqu’à l’arrivée du marquis del Puerto. Il quitte la Hollande en 1747. Une pension lui est payée jusqu’en 1784, sans doute date de son décès, D. Ozanam, Les diplomates espagnols du xviiie siècle, (1999), p. 314-315. Claude Lemaire fit faillite en 1738, d’après M. Zylberberg, Une si douce domination..., (1993), p. 84.

264 AECP, Esp., 253, fol. 186, Saint-Aignan au duc d’Orléans, 24 novembre 1716.

265 AECP, Esp., 303, fol. 189, liste de la société française fréquentée par M. de Sourdeval.

266 AECP, Esp., 316 fol. 127, Dubois propose à Laubrussel un commerce de lettres (3 avril 1722). Ibid., fol. 196, Laubrussel promet d’écrire régulièrement (6 avril 1722).

267 Marin (Jean) (1654-1725), il entra au noviciat le 20 mars 1671. Il enseigna les belles-lettres et la philosophie, l’Écriture sainte et, pendant 23 ans, la théologie à Alcala. Il fut recteur d’un collège et confesseur de l’Infant Louis et de l’Infant Ferdinand. Il meurt à Madrid, Sommervogel, V, col. 579-582.

268 AECP, Esp., 338 fol. 106, Tessé à Morville, 12 juin 1724.

269 AECP, Esp., 323, fol. 157 ; Esp., 330, fol. 154 v°. En 1703, le P. Nyel était parti pour la Chine mais était finalement arrivé au Chili, voyageant à Lima, au Mexique, à Manille. En 1710, il passa aux Indes et voyagea à Macao et Canton. En 1715, il fut Procureur à Rome.

270 N. Frizon, Vie manuscrite..p. 52, sur Fineur. La biographie consacrée au P. Daubenton est un manuscrit conservé à la BM de Nancy : ms. 968 (421).

271 AECP, Esp., 255, fol. 216.

272 AECP, Esp., 284, fol. 251, Caylus part à Saragosse, 11 mai 1718 ; AECP, Esp., 320, fol. 154, nomination en Galice.

273 AECP, Esp., 339 fol. 53 v°, Tessé à Morville, San Ildefonso, 22 septembre 1725.

274 AECP, Esp., 254, fol. 152, le duc d’Orléans à Saint-Aignan, 26 mai 1716.

275 AECP, Esp., 305, fol. 45-51 v°, mémoire de Louville, 1er octobre 1721 et AECP, Esp., 306, fol. 58, Caractère en abrégé... (octobre 1721).

276 AECP, Esp., 249, fol. 179, février 1716, Saint-Aignan les recommande.

277 AECP, Esp., 257, 19 avril 1717.

278 AECP, Esp., 332, fol. 118, État des officiers généraux que SMC a dans ses troupes...

279 AECP, Esp., 253, fol. 272, Saint-Aignan au duc d’Orléans, 22 décembre 1716.

280 AECP, Esp., 301, fol. 127, placet d’Elisabeth Dantresalle, fille du sieur Dantresalle. Elle se dit malade et vivant de la charité de la paroisse de Saint Sulpice, avril 1721. Dans RIA, Esp., II, p. 265, on recommandait au duc de Saint-Aignan de s’en servir « avec les réserves, que la connaissance que vous avez de ses défauts, vous doit inspirer ».

281 AECP, Esp., 275, fol. 146, « Lista de las tropas de Francia que pretenden ser empleados en las de España » (décembre 1718).

282 AECP, Esp., 286, fol. 293-300 r°, Liste des officiers qui offrent leurs services au roi d’Espagne. Tiré des papiers de Cellamare (janvier 1719).

283 SHD, A1 2561, no 5, officiers français en Espagne. En contrepartie, des officiers catalans s’engagèrent en France. Ibid., no 8.

284 SHD, A1 2563, no 95 et 95 bis. Berwick envoie à Le Blanc, ministre de la guerre, des papiers qui circulent ainsi libellés : « On fait savoir qu’on lève en Espagne un Régiment des Dragons qui portera le nom de France et ne sera composé que des Officiers et Soldats Français, ceux qui voudront prendre parti dans ce corps pourront s’arrêter à l’armée d’Espagne où ils trouveront des officiers du même régiment, à Pampelune, ce 30 juillet 1719 ».

285 AECP, Esp., 287, fol. 62, anonyme, s.d., début de l’année 1719.

286 AECP, Esp., 291, fol. 153, Berwick à Dubois, Bordeaux, 28 janvier 1719. Franclieu (Jacques Laurent Pierre Chaires Pasquier) marquis de (1680-1746), originaire d’une famille noble de l'Île de France, élevé chez les jésuites, il choisit à 17 ans la carrière des armes. Il se battit brillamment en Espagne sous les ordres de Vendôme, puis en Italie sous Villeroi. Il put acheter un régiment, en 1705. Blessé, en 1710, à Villaviciosa, il vendit son régiment et passa au service de Philippe V. Il servit plusieurs années dans l’armée espagnole mais, faute d’avoir obtenu le titre de maréchal de camp qu’il ambitionnait, il demanda son congé et vint s’établir en Gascogne dans sa seigneurie de Lascazères (Hautes-Pyrénées). Ses mémoires furent publiés, en 1896, à Paris et Auch, par Louis de Germon, pour la société historique de Gascogne.

287 AECP, Esp., 332, fol. 367, Liste des officiers généraux du roi d'Espagne en l’année 1724, à côté de leur nom figure leur nationalité.

288 Charny (Emmanuel-Louis d’Orléans de Vateville, comte de), chevalier de l’Ordre de Santiago, gentilhomme de la Chambre du roi, gouverneur de Denia, maréchal de camp de ses armées, inspecteur d’infanterie de ses royaumes d’Aragon, Valence et Catalogne (selon une titulature d’une lettre d’août 1711, ANM, Estado, leg. 397). Il est né à Bruxelles.

289 AECP, Esp., 332, fol. 118, État des officiers généraux que SMC a dans ses troupes... Les Louvigny sont une famille de Picardie, E. Arnaud, Répertoire de généalogies françaises imprimées, 1986.

290 Nous n’avons pas de renseignements sur lui, mais nous trouvons une famille Billet de Lille. Dans A. Jansen, Histoire illustrée des Gardes royales wallonnes..., (1989), p. 197, nous avons une mention d’Antoine Marie de Billet († 1768) et de Balthasar de Billet († 1794) nommés enseignes, respectivement en 1757 et 1760, dans les Gardes et qui y firent carrière. Ainsi qu’un autre Balthasar Billet, enseigne, en 1788. Peut-être s’agit-il de sa descendance ou de membres de sa famille.

291 Du Bus (Balthazar, marquis de) fut nommé capitaine des gardes wallonnes, en 1703, avec le grade de maréchal de camp. Il devint gouverneur de Lerida puis lieutenant-général et inspecteur général d’infanterie. On trouve des Du Bus en Flandres, à Paris, en Artois et en Picardie.

292 Les Roblin sont une famille de l’Orléanais, E. Arnaud, op. cit., 1986.

293 Chateaufort (Pierre Boiseau de), présent au siège de Barcelone en 1714, maréchal de camp en Espagne, en 1724, fait gouverneur de Ceuta, en 1726, et lieutenant-général en Espagne, en 1734, SSBL, XXV, p. 105, n. 4.

294 Resves (Albert-Joseph Dongelberg, marquis de), fils de François Henri baron de Reves et de Marie Claire comtesse de T’Serclaes-Tilly. Il fut nommé capitaine des gardes wallonnes, en 1705, capitaine de grenadiers, en 1706, avec grade de lieutenant-général. Il quitta le service vers 1718 et meurt le 8 mars 1736. Il avait épousé Madeleine Louise Borlut, A. Jansen, Histoire illustrée des Gardes royales wallonnes au service des Bourbons d'Espagne (1702-1822), (1989), p. 224. La famille Dongelberghe est de Belgique.

295 Desmaretz (Baudouin) fat nommé aide-major à la création du régiment des gardes du corps, en 1705. Capitaine, le1er avril 1715. Il fat fait gouverneur de Denia, en 1717. Les dégoûts que lui infligea Alberoni le poussèrent à quitter le service, se contentant de vivre à Madrid au sein de la société française (AECP, Esp., 303, fol. 189 et A. Jansen, op. cit., (1989), p. 205). La famille est d’Artois et de Flandres.

296 Aydie (Antoine, comte d’) passa au service de l’Espagne à la suite de la conspiration de Cellamare, y devint lieutenant-général des armées et capitaine général de la Vieille Castille, en 1741. Il mourut en Périgord, le 3 juillet 1764, à 78 ans. Sa femme, Marie-Françoise Angélique d’Aydie de Rions fat nommée dame de la duchesse de Berry en février 1716, et mourut à 19 ans le 18 septembre 1717, SSBL, XXIX, p. 381, n. 3.

297 Marcillac (Henri-Madeleine de Crugy, comte de). Mousquetaire, en 1689, cornette puis capitaine au régiment des cuirassiers du roi, aide de camp du maréchal de Villeroy à Crémone. Blessé en 1703, mestre de camp d’un régiment de cavalerie à son nom depuis 1705, brigadier en 1709, maréchal de camp en 1719, il passe en Espagne avec la permission de Louis XV. Il avait la main gauche coupée et huit autres blessures, SSBL, XIII, p. 91, n. 4 ; XXXII, p. 118, n. 6.

298 ANM, Estado, leg. 2733, Marcillac à Philippe V, 3 décembre 1720.

299 ANM, Estado, leg. 2733, Laules à Philippe V, 30 décembre 1720.

300 AECP, Esp., 310, fol. 223, Marcillac au duc d’Orléans, 29 juin 1721.

301 AECP, Esp., 311, fol. 118, Noms des ouvriers qui sont mandés pour aller travailler en Espagne aux ouvrages que le Roi Catholique fait faire à une de ses maisons, pour lesquels on demande des passeports. Sculpteurs : Guillaume Hossement, François Marie Mercier, Jean Vinceneux, Jean-François André. Mouleurs : Jean Destouches, Sylvestre Rousseau. Marbrier : Lambert Hendrie. Manœuvre : Jean Gau. Tous domiciliés à Paris, ils partirent, le 4 novembre 1721, par le carrosse de Bayonne.

302 J. L. Sancho et J. R. Aparicio, Real Sitio de La Granja de San Ildefonsoy Riofrio, (2000), p. 20.

303 AECP, Esp., 320, fol. 151, Maulévrier à Dubois, 17 août 1722.

304 Étude de Hernando de Villanueva, AHP, 12819, fol. 485, « Capitulaciones para el matrimonio de Miguel Ange Houasse y Olimpia Carlier », 31 décembre 1721.

305 Miguel Ange Houasse, 1680-1730, pintor de la eorte de Felipe V, Museo Municipal, noviembre-diciembre 1981, Madrid (1981), 249 p ; J. J. Luna, « Michel-Ange Houasse retratista », El Arte en las certes europeas delsiglo XVIII, 1987 (1989), p. 391-400.

306 E. Tormo y Monzo, « El retablo del Padre Daubenton, confesor de Felipe V », Boletin de la soeiedad espanola de excursiones, 1909, p. 295-299.

307 A. Úbeda de Los Cobos, « Felipe V y el retrato de corte », El arte en la corte de Felipe V : del 29 de octubre de 2002 al 26de enero de 2003, Palaeio Real de Madrid, Museo Naeional del Prado, Madrid (2002), p. 114-120.

308 AECP, Esp., 306, fol. 11, Maulévrier à Dubois, 14 octobre 1721.

309 J. J. Luna, Jean Ranc, pintor de camara de Felipe V. Aspeetos inéditos. Grenade, (1973). Du même auteur, « Jean Ranc », Reales Sitios, 51 (1977), p. 65-72 et « Un centenario olvidado : Jean Ranc », Revue Goya, no 127 (1975), p. 22-27.

310 AECP, Esp., 320, fol. 118 et 159, août 1722.

311 AECP, Esp., 323, fol. 13 v°.

312 APR, Personal Empleado, C 868/18, billet de 1725.

313 Guillaume, le frère de Jean, est né le 1er novembre 1684. Il s’essaya, mais sans succès, à la peinture. Il épousa, le 13 août 1718, Marie Boussonnel, fille de Jean Boussonnel conseiller, du roi et trésorier. Ce Guillaume, dont il ne reste qu’un médiocre portrait, meurt le 18 novembre 1742 à 58 ans, et est inhumé aux dominicains de Montpellier. Il semble qu’en 1737, il ait voulu se faire donner un titre depintor de camara de la part du roi d’Espagne. Il aurait fait les portraits des Infants D. Felipe, D. Luis et de l’Infante Marie-Thérèse. Mais son habileté ne convainquit par la cour. C. Ponsonailhe, loc. cit., p. 177 ; APR, Personal Empleado, C 868/17. AGS, Secretaria y Superintendencia. Avisos de la secretaria de Gracia y justicia a la de Hacienda, leg. 15, fol. 117, (1737), Nombramiento a D. Guillermo Ranc pintor copiante de la Real Camara.

314 J. J. Luna, « Hipótesis y realidad de la pintura francesa en la corte de España », El arte en la corte de Felipe V..., Madrid (2002), p. 161.

315 Ibid., p. 162, il serait retourné en France avec la Princesse des Ursins, à la fin de 1714.

316 Ibid., p. 164. Mais aucun document n’atteste véritablement son passage à Madrid.

317 M. Morán Turina, « La difícil aceptación de un pasado que no fue malo », El arte en la corte de Felipe V..., Madrid (2002), p. 23-40.

318 C. Ponsonailhe, loc. cit., p. 202.

319 Ce Benoist Verdot est le fils de Claude Verdot, professeur à l’Académie royale de peinture de Paris et neveu de Louis Verdot, chef du Gobelet de Philippe V. Il travailla comme copiste avec Louis Van Loo. APR, Personal Empleado, C 16620.

320 A. Úbeda de Los Cobos, El arte en la corte de Felipe V..., Madrid (2002), p. 121.

321 AEMD, 144, fol. 153 v°, Longepierre à Saint-Aignan, 21 avril 1718. Copie, AECP, Esp., 284, fol. 218 v°.

322 AECP, Esp., 333, fol. 93, Stalpert à Morville, janvier 1724.

323 AECP, Esp., 239, fol. 188, Saint-Aignan à Louis XIV, 25 mars 1715.

324 Ibid.

325 AECP, Esp., 330, fol. 79, le comte de Beaufort à Dubois, 12 juillet 1723. Louis Dominique Cartouche était le chef d’une bande de voleur. Il fut pris en 1721, à 28 ans, et roué vif à Paris.

326 AEMD, 12, fol. 198 r°-202 v°, premier mémoire, 3 janvier 1721 ; AECP, Esp., 300, fol. 114, second mémoire, février 1721 ; AECP, Esp., 329, fol. 12 et sv. mémoire de Boucicaut sur la marine.

327 AECP, Esp., 328, fol. 284, Dubois à Coulanges, avril 1722.

328 ANM, Estado, leg. 2922.

329 AEMD, Esp., 144, fol. 255 et 277 et note dans AEMD, Esp., 145.

330 AECP, Esp., 306, fol. 58-88, Caractère en abrégé et liaison des principales personnes dont la Cour d’Espagne est composée (octobre 1721).

331 AECP, Esp., 332, fol. 123 (1723).

332 ANM, Estado, leg. 3977, cahier 4 : Boissimène à Elisabeth Farnèse, Versailles, 15 novembre 1728, il demande à revenir à Madrid pour justifier sa conduite.

333 AECP, Esp., 321, fol. 15, Dubois à Maulévrier.

334 Ces deux frères appartiennent à la famille Poulduc de la maison de Rohan. Jean-Baptiste, l’aîné, marié en 1690, devint brigadier du roi d’Espagne. Le chevalier, Jean-Louis, fut premier gentilhomme de la chambre de l’Infant D. Felipe, duc de Parme, SSBL, XXXVI, p. 358, n. 2.

335 Bonamour (Louis-Germain de Talhouët, comte de) (1684-1734), capitaine au régiment de Béarn, il obtint en Espagne une compagnie des gardes wallonnes, SSBL, XXXII, p. 335, n. 3.

336 Lescouët (Hercule Barbier, comte de) de l’évêché de Saint-Brieuc, SSBL, XXXVII, p. 234, n. 6.

337 La Berraye (Jean de Couessin), né vers 1682, devint maréchal de camp en Espagne, SSBL, XXXVII, p. 233, n. 9.

338 De Villeglé (Jean Labbé), était du diocèse de Saint-Malo, SSBL, XXXVII, p. 233, n. 8.

339 Trevelec (René de Bourgneuf de), appartenait au pays nantais, SSBL, XXXVII, p. 233, n. 4.

340 Talhouët (Louis-Marcel, marquis de Boishorand) (1690-1733). En Espagne il devint colonel de dragons de Batavia, SSBL, XXXVII, p. 233, n. 5.

341 Ces deux noms sont mentionnés par Saint-Simon mais pas dans la correspondance des ambassadeurs de France à Madrid. Coscro (Julien Louis de Lantivy, chevalier de), né en 1688. Hervieu de Mellac (Bonaventure), ancien officier, SSBL, XXXVII, p. 233, η. 11 et p. 234, n. 2.

342 Lambilly (Pierre Joseph de), d’abord page de la grande Ecurie en 1687, il eut une charge de conseiller au parlement de Rennes en mars 1707. Il fut condamné à mort par contumace une fois réfugié à Madrid en 1718, SSBL, XXXIII, p. 91, n. 3.

343 AECP, Esp., 296, fol. 197, État de quelques Bretons qui sont actuellement en Espagne, par Maulévrier, octobre 1720.

344 Pontcallec (Clément-Chrysogone de Guer, marquis de) (1679-1720). Il meurt à Nantes, le 26 mars 1720, sur l’échafaud, avec trois complices ; les absents furent exécutés en effigie, SSBL, XXXVI, p. 357, n. 3.

345 AECP, Esp., 304, fol. 124.

346 AECP, Esp., 332, fol. 335, lettres de Lambilly et de la Beraye, 17 avril 1724.

347 ANM, Estado, leg. 4823, Lambilly à Fleury, 29 janvier 1730.

348 Magny (Nicolas-Joseph Foucault, marquis de) (1677-1772), avocat du roi au Châtelet en 1699, maître des requêtes en 1704. Intendant à Caen de 1706 à 1709, il fut révoqué. Il acheta une charge d’introducteur aux ambassadeurs, en 1715. Il fat compromis dans la conspiration de Cellamare et dut, en 1718, passer en Espagne où il devint majordome de la reine, brigadier puis lieutenant-général, RIA, Esp. II, p. 423, n. 1, SSBL, XIII, p. 438, n. 1.

349 AECP, Esp., 334, fol. 274, Tessé à Morville, 30 avril 1724, « ...pour l’imprudence qu’il a eue avec la reine [...]. Elle était montée au haut d’une échelle, elle montrait son derrière pour ne pas dire autre chose. Elle pensa tomber et cria au secours. Magny monta et l’aida à descendre devant toutes ses femmes. À moins d’être aveugle, il fallait bien que Magny vit ce que certainement il ne cherchait pas de voir et qu’elle a l’usage de montrer très librement. La reine, pour se faire un mérite qui ne lui a pas réussi, l’accusa d’avoir été insolent [...] Voilà son histoire. J’ai fort fait valoir à la reine de Saint Ildefonse le grand sacrifice que le roi et Mgr le Duc faisaient de permettre à ce malheureux de repasser en France ».

350 AECP, Esp., 335, fol. 413, Tessé à Morville, 24 août 1724.

351 M. Zylberberg, Une si douce domination. Les milieux d’affaires français et l’Espagne vers 1780-1808, (1993), p. 49-50.

352 AECP, Esp., 259, fol. 95 v°, Saint-Aignan à Huxelles, Madrid, 8 août 1717.

353 AECP, Esp., 338, fol. 253 v°, Tessé à Morville, 21 août 1724.

354 V. de Cadenas y Vicent, Caballeros de la orden de Alcántara, I, p. 181, no 89, 8 octobre 1707. Ces témoins furent au nombre de 21, dont 10 Français parmi lesquels Ambroise Daubenton, Nicolas Partyet, Martin Boilot, Louis Romet, Simon Dupin, consul et Nicolas Vion, d’origine parisienne.

355 Laura Piscatori était une forte femme, souvent opposée à Alberoni et n’hésitait pas à élever la voix devant la reine pour exprimer son opinion, AECP, Esp., 252, fol. 20 et 244. De son nom de jeune fille, Laura Mantegaci, elle est née le 13 avril 1667, à Parme. Son père appartenait à la confrérie des Nobles de la ville. Elle épousa Fulvio Piscatori (1657-1733), conseiller des Finances du roi d’Espagne, marquis de Saint-André dont elle eut un fils, Louis, né en 1696, marié à Angela Baroni en 1717, à Madrid. Son petit-fils, Francesco Piscatori y Baroni (né en 1721 à Madrid), alferez dans le régiment des gardes eut l’ordre de Santiago en 1739, V. Cadenas y Vicent, Caballeros de la orden de Santiago. Siglo xviii, t. 3 (1978), p. 139. Un autre de ses fils, capucin, Jérôme Bartholomé, fut nommé en 1727 prédicateur du roi d’Espagne (APR, Reinado Fel. V, leg. 255). Il y a aussi un Lucius, employé dans la Chambre. Il semble qu elle fut dotée de plusieurs filles et petites-filles. On note ainsi divers mariages : en 1721, entre Jean-François Cogorani (envoyé au Danemark en 1739, t en 1742) et Thérèse Piscatori (APR, Real Capilla, C 240, exp. 5). Une annulation de mariage, en 1723, entre Pierre Casado, marquis de Monteleón et Isabelle Piscatori (C 240, exp. 14). Une licence pour se marier malgré la consanguinité entre la même Isabelle Piscatori, titrée duchesse de San Blas, et Diego Jopolo y Spadaforo en 1734 (C 240, exp. 63). Une licence de mariage entre Marianne Piscatori et Felipe Arco Aguero, en 1744 (C 241, exp. 45) et une autre, de 1744, entre Antonio Maria Diaz de Lavandero, caballero de la Orden de Santiago avec Maria Teresa Piscatori (C 241, exp. 46). Ces femmes étaient employées comme caméristes de la reine. Enfin, un Jean Piscatori y Molina fut inspecteur des fabriques royales de cristal de San Ildefonso v. 1749. On trouve aussi une Elisa Berthe Piscatori dont on ne connaît pas l’office (APR, Reinado Fel. V, leg. 255). Les sentiments que la nourrice de la reine pouvait nourrir à l’égard des Français sont mitigés et dépendent de ce qu'elle pouvait en attendre. Mornay pense qu'elle ne cherche « qu’à profiter des moments de sa faveur et [...] se prête avec facilité à tout ce qui s’offre pour l’avancement de sa famille », AECP, Esp., 300, fol. 140, 10 février 1721. Saint-Simon ou Sartine la fréquenteront, AECP, Esp., 314, fol. 146, 19 février 1722.

356 AN, B7 25, fol. 258, 3 avril 1715, formation de la maison du Prince ; APR, Reinado, Louis I, c. 3, maison du Prince, 27 mai 1715 ; ANM, Estado, leg. 2573, 7 mars 1721, liste des serviteurs nommés pour l’infant D. Fernando ; leg. 2623, série de pétitions de membres de la familia francesa demandant à prendre du service auprès de l’Infant (1721) ; leg. 2689, planta des officiers des Infants en 1715 et 1721. Les Français sont bien représentés auprès des Infants.

357 APR, Personal Empleado, C. 1062, en raison de la présence de Charles Valois « jour et nuit » depuis quatre ans à ses côtés, le roi concède à son fils une place de garçon de la Garde-Robe de l’Infant Fernando, 11 mars 1721.

358 AECP, Esp., 275, fol. 179 à 183, demandes de passeports par les officiers français de la cour pour pouvoir demeurer à Madrid malgré les ordres du Régent, décembre 1718. Ibid., fol. 206, « Ordonnance du roi, qui enjoint à tous ses sujets étant en Espagne de revenir en France immédiatement après la publication de ladite ordonnance... », 10 janvier 1719.

359 Il est enfermé à Ségovie en octobre 1716, AECP, Esp., 253, fol. 2. Alors qu’il tente de gagner la France via le Portugal à la fin de l’année 1718, il est emprisonné durement par Madrid, AECP, Esp., 275, fol. 184.

360 Etude de Hernando de Villanueva, AHP, 12819, fol. 137 r°-141 r°, testament de Hersan. Exécuteur testamentaire, Catherine Desgrasins (épouse de Jacques Ricard, contrôleur de la maison du roi), 24 avril 1721. Ibid., fol. 270 r°-285 r°, inventaire des biens de Hersan, effectué le 1er et 2 juillet 1721.

361 AGS, Secretaria y Superintendencia. Avisos de la secretaria de Gracia y Justicia a la de Hacienda, leg. 15, fol. 363 et 365, sueldos (1739), à Jérôme de Cœur, chirurgien « partero » de la reine.

362 La reine regarde avec plaisir les œuvres françaises à la cour. Le Prince des Asturies joua quelques pièces avec les officiers de sa Chambre. Lors d’une fête pour des intimes au Palais, il joua Iphigénie, tenant le rôle d’Achille puis ses bas-officiers jouèrent quelques comédies, AECP, Esp., 257, fol. 87 (8 février 1717).

363 Ainsi le second fils de Hersan, Etienne ; le fils de Claude de la Roche, Jean-Claude ; le fils de Duport ; le fils de Dufresnoy ; le fils de Jean Veron. Quant aux filles, beaucoup d’entre elles sont éduquées dans des couvents de France et se marient en France.

364 Celui de François Godro ou de Pierre Ruffin.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search