Version classiqueVersion mobile

Les Français de Philippe V

 | 
Catherine Désos

Chapitre 8. L’éloignement progressif des conseillers français 1712-1715

Texte intégral

1Si Philippe V conserve toute sa déférence envers Louis XIV, il continue à retarder son adhésion aux traités avec l’Angleterre, la Savoie, la Hollande et le Portugal. Le démembrement de ses États prévu dans ces textes est un principe que le jeune roi d’Espagne ne parvient pas à accepter.

2Les relations diplomatiques avec la France sont conflictuelles. Aussi, les Français présents à la cour madrilène se désintéressent-ils progressivement des affaires internationales pour davantage s’appliquer à la poursuite des réformes de la monarchie. Leur influence reste donc encore importante dans les affaires de l’État comme dans la vie de la cour. Mais, contrairement aux premières années, ils agissent sans l’aval de Versailles. Détenteurs d’un passeport leur permettant de résider à l’étranger, ils sont au service du roi d’Espagne avant d’être sujets du roi de France, et l’on constate une certaine émancipation de leur part vis-à-vis de cette dernière tutelle. La correspondance reste abondante entre les deux cours, mais, en France, on cherche surtout à prouver aux Puissances coalisées et aux Espagnols eux-mêmes que les intérêts des deux pays sont désormais dissociés. Cette époque est marquée par la perte de prestige de l’ambassadeur de France. Celui-ci est désormais dans une situation difficile entre un jeune roi, qui espère encore quelque soutien militaire de son grand-père pour réduire les rebelles catalans, et la politique de retrait prônée par Louis XIV, qui attend surtout de son petit-fils qu’il adhère aux différents traités de paix.

3La position des Français à Madrid est finalement assez précaire, d’une part, parce que les Espagnols n’ont pas abandonné leurs vieux réflexes gallophobes et, d’autre part, parce que leur présence est de jour en jour diluée parmi d’autres nations présentes, et en particulier l’italienne, qui se renforce depuis le remariage du roi avec une princesse parmesane. Cette double pression aboutit à l’action d’éclat qu’est le renvoi aussi fracassant qu’imprévu de la camarera mayor, en décembre 1714 ; l’épisode est vécu comme la chute du symbole de la prépondérance française à Madrid, après une longue période d’implacable déclin. Tout cela se fait sur fond de grave crise gouvernementale, provoquée par les innovations de Jean Orry.

4Le caractère cosmopolite pris par la cour durant la guerre de Succession fait mieux comprendre l’amenuisement progressif de l’autorité des Français. Désormais, ils ne forment plus la seule colonie étrangère d’importance ; ils n’ont plus le soutien exclusif du monarque. Ne sera-t-il pas tentant, pour le premier Bourbon, de s’appuyer sur ses fidèles d’autres nationalités, le jour où il souhaitera dénouer la crise politique dans laquelle son entourage français l’a engagé ?

1. État de la cour madrilène entre 1712 et 1715 : un monde cosmopolite

Madame des Ursins : la favorite du couple royal

5Par sa fidélité, largement démontrée au cours des difficiles années de 1709 à 1712, Madame des Ursins a conforté sa position de confidente des souverains espagnols. La symbiose semble si totale entre le roi, la reine et elle, qu’on ne sait plus au juste qui influence qui.

  • 1 Durant l'hiver 1710, elles habitent toutes deux, des maisons gelées aux milles incommodités afin de (...)
  • 2 La reine doit cacher en nouant une cornette sous son menton, des glandes d’une taille inquiétante q (...)
  • 3 Maladif, l’infant Philippe meurt le 29 décembre 1719.

6Son autorité est incontestée et, entre 1712 et 1714, elle est l’âme de la vie de la cour. Un lien véritablement filial l’unit à la reine, avec laquelle elle a partagé toutes les vicissitudes de la guerre et les intempéries des voyages1, mais aussi les angoisses causées par la maladie. Madame des Ursins fut une attentive garde-malade, de plus en plus inquiète en voyant la mauvaise santé de la reine2. Il semble que cette dernière soit déjà minée par la tuberculose, et ses multiples grossesses n’améliorent guère son état. Elle met au monde l’infant Philippe en juin 17123, puis, quinze mois plus tard, l’infant Ferdinand, le 17 septembre 1713. La Princesse, bien que de constitution solide, souffre, quant à elle, de rhumes, crises de foie, fièvres et enflures.

  • 4 La Tr., VI, p. 5, Madame des Ursins à Torcy, 14 février 1712.
  • 5 AGP, Personal, C 874/18 et 20.
  • 6 Pour le détail, cf. Y Bottineau, L’art de Cour…, (1962), p. 275-280.

7Malgré cela, elle trouve la force, durant les années 1712 et 1713, de superviser les embellissements de l’Alcázar. C’est elle qui repense « à la française » le Palais et crée de belles enfilades de pièces au lieu des tortueux couloirs existants. Elle fait travailler René Carlier, élève de Robert de Cotte, au Buen Retira et s’intéresse aussi à la création d’un beau jardin d’agrément pour que la reine puisse y prendre de l’exercice4. Louis Renard, arrivé en même temps que l’architecte, est alors nommé jardinier en chef5. Enfin, pendant près de deux ans, la Princesse se consacre au renouvellement du décors intérieur des appartements, introduisant toute une série de nouveautés françaises dans l’ameublement et les boiseries6.

  • 7 La Tr., VI, p. 3, Bourck à Torcy, 18 janvier 1712.
  • 8 AN, B7 21, fol. 20, Partyet à Pontchartrain, 20 décembre 1712.
  • 9 AECP, Esp., 263, fol. 463, Bourck à Torcy, 19 septembre 1712. Quand elle y trouve son profit, Madam (...)
  • 10 Madame des Ursins au cardinal Gualterio, Corella, 13 septembre 1711, elle lui développe son projet, (...)
  • 11 AN, B7 14, fol. 107, Uzardy à Pontchartrain, 9 mai 1712. Parmi les femmes espagnoles, certaines son (...)
  • 12 AECP, Esp., 224, fol. 64, Brancas à Torcy, 30 novembre 1713 ; éditée dans La Tr., VI, p. 157.

8On compte sur la Princesse pour trouver des amusements qui égayent un peu la Cour7. L’ambiance y est souvent anxieuse et endeuillée par les nouvelles de Versailles, les tractations de la paix et les renonciations imposées à Philippe V. Madame des Ursins encourage le marquis de Bonnac à monter des pièces françaises qu'elle fait même répéter dans la chambre de la reine ; pour lutter contre la mélancolie de la reine, des hautbois français (présents dans les gardes wallonnes), jouent pendant les repas8. Elle continue sa lutte contre l’étiquette, à laquelle les Espagnols n’ont pas encore totalement renoncé9. Enfin, elle décide de former un entourage agréable à la reine, en choisissant avec attention les dames qui le composeront, afin qu’elles soient jeunes, mais aussi mariées, pour limiter toute intrigue galante10. Elles seront habillées à la française et donneront ainsi l’exemple aux dames espagnoles encore rétives au changement vestimentaire11. La Princesse trône au milieu de ces dames, elle seule ayant le droit d’avoir un siège, quand les autres femmes sont assises sur un coussin12.

  • 13 Marie-Anne Césarine Lanti della Rovere (1685-1753). Fille de Louise-Angélique de la Trémoille Noirm (...)
  • 14 APR, Capilla, no 60, Indice general... de matrimonios, bautismos, confirmaciones y muertes occurido (...)
  • 15 Ibid.
  • 16 Alexandre Lanti fut marquis de Priego en 1724 et brigadier en octobre 1727. Il prendra en 1742, le (...)
  • 17 Louis-Jean-Charles de Talleyrand-Perigord, prince de Chalais (1680-1757). AEMD, Esp., 125, fol. 255 (...)
  • 18 AN, B7 11, fol. 28, Partyet à Pontchartrain, 30 septembre 1711.

9Elle entreprend aussi de faire venir quelques membres de sa famille auprès d’elle pour les installer en Espagne. Elle songe à sa nièce, Mademoiselle de Lanti13, âgée de 26 ans, fille d’une sœur qu'elle aimait beaucoup. Celle-ci vint de Rome avec son frère, Alexandre Lanti. Sa tante organisa son mariage, en juin 1712, avec le duc d’Havré (colonel de régiment des gardes wallonnes avec le grade de maréchal de camp), ce qui donna lieu à une joyeuse cérémonie au Palais14. Sa nièce eut ensuite un emploi de dame de la reine. Alexandre Lanti eut une place d’exempt des gardes du corps italiens ; il épouse, le 3 décembre 1714, une riche héritière espagnole de 22 ans, Mademoiselle de Cordoue, fille du comte de Priego15, parent du feu duc de Medinaceli. Le soir du mariage, le comte fut fait Grand d’Espagne avec promesse pour son gendre d’hériter de cette distinction16. Le prince de Chalais, neveu du premier époux de la Princesse, avait reçu, dès 1711, un bâton d’exempt dans la compagnie du duc de Bournonville17. Il remplaçait en cette place Hersan fils, à qui l’on avait promis la survivance de la charge de son père18. Il est envoyé pour quelques missions discrètes en France, notamment en 1712, pour procéder à l’interrogatoire d’un suspect et, en 1714, pour annoncer le remariage du roi d’Espagne.

10Madame des Ursins agit là comme une tante consciente de ses devoirs et non par népotisme comme on l’en a accusée. Son idée est d’assurer un avenir à ses neveux et nièces qui lui tiennent lieu d’enfants.

11Pour elle-même, elle espère bénéficier bientôt d’une souveraineté dans les Pays-Bas, comme le lui a promis Philippe. Cette souveraineté de 30 000 écus de rente devrait être composée des ville, château et comté de Durbuy en Luxembourg.

  • 19 La reine Anne aux plénipotentiaires anglais à Utrecht, 3 mars 1713, archives anglaises, Public Reco (...)
  • 20 La Tr. VI, p. 76-77, Madame des Ursins à Torcy, 18 décembre 1712.
  • 21 AECP, Esp., 221, fol. 126, article 21.
  • 22 La Tr., VI, p. 106, Louis XIV charge Bonnac de dire à la Princesse « qu’une des clauses des traités (...)

12L’année 1712, occupée par les renonciations et la rupture de toute négociation, mit l’affaire en suspens. Absente de la cour, à la fin de cette année 1712, pour effectuer une cure à Bagnère, la Princesse trouve, à son retour à Madrid, Lord Lexington, envoyé de la reine d’Angleterre. Celui-ci souhaite s’en faire aider pour hâter ses négociations commerciales avec l’Espagne, tant l’Europe entière la croit la conseillère privilégiée des monarques. Il l’informe que les plénipotentiaires anglais à Utrecht sont prêts à proposer que la remise de sa principauté soit une condition sine qua non de la paix avec l’Empereur et les autres pays19. La Princesse ne dédaigne pas ce soutien20 et un article du traité de commerce anglo-espagnol du 26 mars 1713, est effectivement rédigé en ce sens21. L’article 7 des traités d’Utrecht signés par la France (les 11 et 12 avril 1713) contient, lui aussi, une clause instaurant à son profit une souveraineté aux Pays-Bas22. Ceux-ci viennent d’être donnés aux Hollandais, à charge pour eux de les remettre à l’Empereur lors de la paix générale, à l’exception du Luxembourg, de Namur et de Charleroi que l’Electeur de Bavière garde en attendant de rentrer en possession de ses États.

  • 23 Ed. A Geffroy, appendice III, p. 486, « Engagement de la reine Anne », juin 1713.
  • 24 À cette date, le roi signa aussi avec la Savoie. AECP, Esp., 225, fol. 356-373.

13L’Espagne doit ratifier à son tour ces traités qu'elle n’a pas été admise à négocier. C’est alors qu’on s’aperçut que la clause concernant Madame des Ursins avait été omise dans le texte définitif. La paix de Philippe V avec les Anglais en fut un temps compromise. Il y eut près de deux mois d’incertitude, au bout desquels le pragmatisme de la reine Anne fit insérer l’article demandé23. Les signatures eurent lieu le 13 juillet 171324.

  • 25 AGS, Estado, 8121, Madame des Ursins au duc d’Osuna, 2 août 1713.
  • 26 AGS, Estado, 8121, Madame des Ursins au duc d’Osuna, 2 septembre 1713.

14Mais, à Utrecht, la situation est de jour en jour plus délicate, car les Hollandais ne veulent céder ni le comté de Durbuy, ni le duché de Limbourg, sur lequel les prétentions de la Princesse s’étaient reportées. La terre de Chiny dans le Luxembourg, encore aux mains de l’Electeur, est alors évoquée, mais la Princesse la refuse et compte sur l’appui de la reine Anne pour obtenir son duché25. L’affaire de Madame des Ursins se trouve bientôt dans une impasse car, de son côté, l’Electeur commence à dire qu’il ne consentirait à donner une partie du Luxembourg que s’il entrait en possession de l’ensemble des Pays-Bas, tandis que les Hollandais refusent toute garantie à Madame des Ursins. Les tractations et les marchandages se multiplient, sans solution pour la Princesse. La paix espagnole avec les Hollandais est retardée et bientôt Madame des Ursins apparaît comme un nouvel obstacle à la paix générale. La France s’impatiente tandis que le roi d’Espagne se fait un point d’honneur d’obtenir gain de cause. Quant à la Princesse, tout en assurant àTorcy qu'elle est prête à oublier ses intérêts pour faire avancer la paix, elle écrit à Utrecht : « Quoiqu’il puisse arriver [...] il faut que j’aie une souveraineté indépendante de 30 000 écus de rente26 ».

  • 27 La Princesse avoue à Torcy en juillet 1711, son peu de ressources pour vivre (La Tr., V, p. 203) ; (...)
  • 28 Madame de Maintenon, malgré sa nouvelle froideur envers Madame des Ursins, avait bien compris la dé (...)

15La conduite, d’habitude plutôt désintéressée, de la Princesse lors de ces négociations, nous montre que sa situation à Madrid n’est pas aussi stable qu'elle peut le paraître. Loin de s’être enrichie, la Princesse est couverte de dettes, et ne reçoit plus, depuis longtemps, ses pensions, tant françaises qu’espagnoles27. Elle sait aussi que son influence tient au lien privilégié qu'elle entretient avec la jeune reine. Or, celle-ci est en proie à une longue maladie qui, malgré bien des répits, la conduit inexorablement à la mort. Aussi, ne peut-on reprocher à la Princesse, à 71 ans, de vouloir se constituer une terre indépendante, digne de sa naissance et de ses fonctions, où elle serait désormais à l’abri de tout retournement de faveur28.

  • 29 Bonnac signale plus d’une fois, dans ses courriers, l’obstination des souverains espagnols pour cet (...)
  • 30 AECP, Esp., 226, fol. 188, 19 octobre 1713, Louis XIV envoie son nouvel ambassadeur Brancas avec mi (...)
  • 31 Dès le mois d’octobre 1713, la Princesse semble avoir ouvert les yeux sur la situation internationa (...)
  • 32 ANM, Estado, leg. 2460, Philippe V à Louis XIV, 30 janvier 1714.

16Philippe V s’obstine à demander des garanties pour la Princesse, que les Hollandais refusent29. Louis XIV est mécontent30 ; la Princesse se tient en retrait31. Les souverains espagnols tentent par divers mémoires de gagner leur grand-père à la cause de Madame des Ursins. Á la veille de sa mort, le 30 janvier 1714, la jeune reine fera encore écrire à son mari pour le même objet32.

  • 33 Le 5 septembre 1713, Philippe V avait pourtant demandé à Louis XIV d’insérer un article pour la sou (...)
  • 34 Le 13 janvier 1714, Louis XIV informait Brancas que l’Empereur accorderait la souveraineté de la Pr (...)

17Mais dans le cadre des nouveaux pourparlers qui commencent entre la France et l’Empereur à Rastadt (le 26 novembre 1713), les intérêts de la Princesse ne sont déjà plus évoqués33 ; l’article 7 du traité d’Utrecht est passé sous silence, et bientôt l’Empereur fait savoir son opposition à toute souveraineté. La paix entre Louis XIV et Charles VI est signée le 6 mars 1714, sans qu’il en soit question34.

  • 35 AECP, Esp., 235, fol. 128, Louis XIV à Philippe V, 9 avril 1714.
  • 36 AN, B7 20, fol. 247, Partyet à Pontchartrain, 15 décembre 1713.

18Pour forcer son petit-fils à traiter avec la Hollande, Louis XIV joue une nouvelle carte. Philippe V souhaite mener le siège de Barcelone, dernier bastion autrichien dans son royaume. Mais il a besoin pour cela de l’aide française, qu’il demande à plusieurs reprises. Le roi de France se montre ferme : il l’accordera en échange de la paix35. Devant l’inévitable, en mai 1714, le roi d’Espagne doit s’incliner et, le 26 juin 1714, il ratifie le traité de paix avec les Hollandais. C’est désormais dans la seule Espagne que la Princesse exerce encore une certaine influence, mais déjà, ses jours en cette cour madrilène sont comptés, notamment depuis la mort de Marie-Louise de Savoie, le 14 février 1714. Le roi lui maintient sa confiance mais, ainsi que le rapporte Nicolas Partyet, alors commis de la marine à Madrid, les retards apportés à la conclusion de la paix pour sa principauté ont mécontenté les Espagnols36.

  • 37 La Tr., VI, p. 208, Madame des Ursins à Torcy, 4 août 1714.

19Le moment est délicat pour la Princesse, mais la bienveillance de Philippe à son égard est intacte. Sa charge de camarera mayor n’ayant plus de raison d’être, pour la maintenir auprès de lui, le roi lui confie le poste de gouvernante des trois infants. Et, pour fuir son chagrin, c’est avec elle et une cour restreinte qu’il quitte l’Alcàzar et se réfugie au palais Medinaceli. C’est elle encore qui lui conseille un remariage avec la Princesse parmesane Elisabeth Farnèse ; elle écrit à Torcy en août 1714 : le roi « me fait l’honneur de croire que je pourrai contribuer à lui inspirer (à Elisabeth Farnèse) les moyens de lui plaire37 ».

  • 38 Ibid.

20À cette date encore, Madame des Ursins ne doute toujours pas de son influence. Même si elle prévoit déjà que ce remariage ne peut que donner « une nouvelle scène à la cour38 », elle ne s’en voit pas exclue.

La société française des souverains

Les fidèles de la familia francesa

  • 39 AECP, Esp., 209, fol. 121, Bonnac à Louis XIV, 20 septembre 1711.

21Les familiers français du roi assurent le service quotidien dans les offices de la Chambre, de la Garde-Robe ou de la Bouche. La reine a, elle aussi, auprès d’elle, une trentaine d’officiers de cette nationalité. Leur présence a fini par être bien acceptée par les Espagnols. En 1711, l’entourage français du roi ne suscitait plus de jalousie à la cour39.

  • 40 AECP, Esp., 223, fol. 14, mémoire de Bonnac sur la cour, 9 août 1713.
  • 41 AN, B7 10, fol. 302, Partyet à Pontchartrain, 26 août 1711.
  • 42 AN, B7 12, fol. 5, Partyet à Pontchartrain, 21 décembre 1712.
  • 43 AECP, Esp., 224, fol. 64, Brancas à Torcy, 30 novembre 1713.

22Au moment de son départ, en 1713, Bonnac laissa un tableau de la cour madrilène, dans lequel les principaux membres de la familiafrancesa sont évoqués. Il souligne ainsi que Gaspard Hersan et Claude de La Roche semblent définitivement installés, et que leur crédit sur les affaires du Palais est important40. Hersan eut, en août 1711, la survivance de sa fonction pour un de ses fils, ce qui fut regardé comme un heureux présage de la protection accordée aux Français de la cour41. Bonnac connaît de près la fortune d’Hersan, puisqu’il habita longtemps une de ses maisons madrilènes, dans laquelle le chef de la Garde-Robe avait fait des « embellissements considérables »42. Le marquis de Valouse, comme Majordome de Semaine, reste à la fois discret et très présent. Parmi les membres de la Faculté, Claude Burlet, le médecin du roi, ou Saturnin Langlade, celui de la reine, se détachent. Le marquis de Brancas raconte aussi la manière dont ces officiers l’ont reçu chez eux, ayant chacun une maison dans Madrid avec des domestiques43.

  • 44 AN, B7 14, fol. 270 v°, Partyet à Pontchartrain, 13 juin 1712.
  • 45 AECP, Esp., 236, fol. 82 et 83, 20 août 1714.
  • 46 Édit « portant défenses, sous peine de confiscation de corps et de biens, de prendre du service ou (...)

23Leur installation se confirme, quand la deuxième génération prend de l’emploi auprès du roi, de la reine ou des Infants. Mademoiselle Vazet est choisie, en juin 1712, pour être la « remueuse » du nouvel Infant44. Les enfants Martinet servent à la Chambre du roi puis à celle des Infants, tandis que Jean-Baptiste Joseph Legendre, fils du chirurgien, prête serment comme aide de la Chambre. Certains veulent rester définitivement en Espagne et en demandent l’autorisation. Ainsi font les sœurs Barbe et Catherine Fleury, empeseuses des trois Infants ou la veuve de Dutillot, Louise Pascal, elle aussi lingère des enfants royaux45, pour ne pas contrevenir à la loi de 1669 interdisant aux Français de s’installer hors de France sans permission du roi46.

  • 47 AECP, Esp., 228, fol. 122 ou 229, fol. 34.
  • 48 AN, B7 23, fol. 89, Partyet à Pontchartrain, 9 juillet 1714.

24Ces Français n’étaient pas tous en bons rapports avec la camarera mayor ; ainsi, après la mort de la reine, Burlet s’opposa à Madame des Ursins, qui voulait lui substituer son propre médecin, Langlade. Selon Brancas, toujours malveillant envers la Princesse, c’était pour mettre une de ses « créatures » auprès du roi47. De même, lors du séjour du roi veuf, en juillet 1714, au Pardo, La Roche et Hersan se montrèrent mécontents de l’omniprésence de l’entourage de la Princesse auprès de Philippe V. Ainsi, son secrétaire, le sieur Hocquart, faisait les fonctions de secrétaire de la Chambre, travaillant tous les jours avec le roi, à la place de La Roche, tandis que Mademoiselle Emilie, ancienne camériste de la reine, s’occupait de la garde-robe des Infants, tenue habituellement par Hersan48.

Le monopole religieux du père confesseur

  • 49 AECP, Esp., 223, fol. 14.
  • 50 AN, B7 16, fol. 81, Partyet à Pontchartrain, 8 octobre 1712 ; ibid., fol. 164, Partyet se dit conte (...)
  • 51 AN, B7 17, fol. 30, fol. 75 ou fol. 201. Il s’agit d’un Lacombe, condamné à être pendu pour avoir f (...)

25Le Père confesseur Robinet bénéficie d’une estime marquée à la cour. Ses propos et entretiens avec le roi peuvent parfois s’étendre plus loin que le simple service de sa charge49. Il fut constamment favorable aux Français présents en Espagne, aidant ceux qu’on lui recommandait. Nicolas Partyet, commis de la marine, se sert régulièrement de son intermédiaire pour les affaires de son ressort. Ainsi, se félicite-t-il de ce que le confesseur ait engagé le roi à passer outre l’avis du Conseil de Guerre en ordonnant la mainlevée d’un bâtiment génois dont la cargaison appartenait à des marchands Français50. Il intervient aussi pour deux soldats français détenus, afin de les faire libérer51, et en sauve un de la pendaison.

26Mais ce sont naturellement les affaires religieuses d’Espagne qui l’occupent ; le confesseur travaille de façon très pointilleuse. Les dossiers concernent particulièrement des nominations à des évêchés, des cures, des chapellenies, des collèges. Robinet fait preuve d’un grand zèle, non seulement pour vérifier les aptitudes religieuses des candidats, mais aussi leur loyauté envers le roi. Les rapports montrent un va-et-vient constant de petites notes, de courts billets avec des juristes, des secrétaires, des conseillers et, enfin, avec le roi lui-même, pour étudier et résoudre les cas litigieux qui lui sont soumis. Philippe V s’en tenait généralement à l’avis de son confesseur.

  • 52 AN, B7 16, fol. 164, Partyet à Pontchartrain, 31 octobre 1712.
  • 53 AGS, Gracias y Justicia, leg. 274.

27Ce dernier traite plusieurs centaines de cas par an, mais quelques-uns d’entre eux seulement ont une influence sur la politique du temps. Ainsi, en juin 1712, de concert avec l’évêque de Tortose, il met tous ses soins à empêcher un concile provincial à Tarragone, bien trop proche des rebelles de Barcelone, et il fait récuser l’évêque de ce lieu, nommé par le Pape sur l’avis de l’archiduc52. Il reste en lien constant avec l’évêque de Lérida, poste-clef de la Catalogne. Il s’oppose aussi à l’évêque de Vic et Solsone (Catalogne), nommé lui aussi sur avis de l’archiduc. Sans lui contester son titre d’évêque, il cherche à l’évincer de son poste, n’en parlant jamais que comme un « obispo que supone serlo de Solsona...53 ». En mai 1713, le P. Robinet songeait à remplir au plus vite les bénéfices de Sicile de sujets favorables au roi. Il s’opposa au chapitre de la cathédrale de Valence mené par Luis Fuentes, qui refusait l’investiture au candidat du roi à la tête du doyenné de San Felipe (l’ancien Xativa), Diego Eugenio La Vina, en juin 1713. L’autorité royale se trouvait engagée, d’autant plus que les chanoines du chapitre souhaitaient en appeler à Rome. Un avis de septembre 1713 signalait que ces chanoines étaient ceux-là mêmes qui avaient déjà fait une fronde contre les décrets de Nueva Planta. Robinet préconise, en octobre 1713, de ne leur céder en rien et d’user de la manière forte envers le chapitre, afin de faire un exemple.

  • 54 AGS, Gracias y Justicia, 275, le P. Robinet à D. Vadillo y Velasco, 20 avril 1714. L’emblème de l’a (...)
  • 55 Louis Bourdaloue, né à Bourges (1632-1704) s.j. Auteur de dix séries de Sermons prononcés durant l’ (...)
  • 56 AN, B7 18, fol. 175, P. Robinet à Pontchartrain, 15 mai 1713.

28Enfin, il n’oublie pas la fondation de sa chère bibliothèque et encourage aussi le marquis de Villena, qui crée une académie de lettres sur l’exemple de l’Académie française, approuvant sa composition ainsi que les emblèmes choisis54. Il vante au roi les mérites de cette création « pour travailler à un dictionnaire exact et complet de la langue espagnole et pour inspirer le bon goût à l’égard des compositions et des ouvrages d’esprit ». Il soutient, par amour de la langue, l’initiative du roi d’Espagne de faire traduire les sermons du P. Bourdaloue55 pour servir de modèle aux prédicateurs espagnols « dont plusieurs s’écartent de la solide manière de prêcher56 ». L’impression de ces textes se fait à Lyon. Même dans le registre du sermon religieux, le modèle français prime.

Le réseau français de la cour

  • 57 AN, B7 17, fol. 136.
  • 58 AN, AE, B1 776, Bonnac à Pontchartrain, 23 octobre 1713.
  • 59 AECP, Esp., 223, fol. 153, Bonnac à Torcy, 16 octobre 1713. En juillet, il trouvait que « le roi d’ (...)

29L’ambassadeur Bonnac demeure à Madrid jusqu’au début du mois de novembre 1713. Certes, sa charge avait été difficile ; faire adhérer Philippe Vau traité de paix avec l’Angleterre et l’inciter aux renonciations n’avaient pas été une mission aisée. Il était cependant bien vu à la cour, qu’il fréquentait beaucoup en tant que grand ordonnateur de pièces de théâtre, auxquelles participaient les Français de la familia. Le roi lui avait aussi donné une clef d’or, c’est-à-dire un titre de Gentilhomme de la Chambre57. Mais, au plan diplomatique, il constatait lui-même qu’il n’avait plus aucun rôle et que les ministres du roi d’Espagne le tenaient en suspicion58. Il se plaint à Torcy de remplir à peine l’office d’un petit secrétaire d’ambassade et ne cesse de signaler combien le crédit de la France semble presque entièrement perdu59.

  • 60 La Tr„ VI, p. 87, Madame des Ursins à Torcy, 28 janvier 1713.
  • 61 « Je vois qu’un ambassadeur qui ne sera pas du goût de Madame des Ursins ne réussira jamais en ce p (...)

30De plus, sa santé s’affaiblit au point qu’il sollicite son rappel. Dès le début de l’année, Torcy avait demandé à la Princesse son avis pour le successeur de Bonnac. Madame des Ursins songe immédiatement au maréchal de Tessé, son ami60. Mais, malgré cet avis, c’est le marquis de Brancas qui est choisi. Nomination désastreuse qui fit renaître un esprit de cabales à la cour. La mésentente est totale entre ce marquis et la Princesse61. Philippe exigea et obtint son rappel en mars 1714.

  • 62 D. Ozanam, « Un consul français à Cadix : Pierre-Nicolas Partyet (1716-1729) », L’ouvrier, l’Espagn (...)

31Auprès de l’ambassadeur figure Nicolas Partyet qui exerce la charge de commis de la marine française à Madrid. Il avait accompagné le roi et la cour, durant la difficile année de 1711 et avait, à son retour, retrouvé sa maison pillée. Malgré ses nombreuses difficultés matérielles, il s’acquitte de sa tâche à la plus grande satisfaction de Bonnac et de Brancas. Son plus gros souci concerne les dépenses excessives auxquelles il doit faire face : ses 6 000 livres d’appointements annuels et quelques gratifications occasionnelles ne suffisent pas à payer sa maison, ses domestiques, ses commis, ses frais de bureau, ses ports de lettres, sans parler de ses déplacements pour suivre la cour62.

  • 63 AN, B7 21, fol. 91 v°, Partyet à Pontchartrain, 8 janvier 1713.
  • 64 Bonnac fut, semble-t-il, assez rétif à accorder sa protection aux marchands français. Au moment de (...)
  • 65 AN, B7 16, fol. 8, Partyet à Pontchartrain, 18 septembre 1712.
  • 66 AN, B7 16, fol. 109, Partyet à Pontchartrain, 17 octobre 1712. La cédule incriminée date du 3 avril (...)
  • 67 AN, B7 16, fol. 233 v°, Partyet à Pontchartrain, novembre 1712.

32Celle-ci lui est largement ouverte. Il y a plus d’une entrée, notamment auprès du confesseur et de la familia francesa. C’est Partyet qui, en janvier 1713, dirige la représentation des Plaideurs de Racine devant le roi et la reine63. En dépit de quelques légères dissensions sur les affaires commerciales avec l’ambassadeur de France64, Bonnac avait en lui une confiance totale. Ainsi, en septembre 1712, tandis que l’ambassadeur de France allait prendre les eaux non loin de Madrid, Partyet assura l’intérim65. Il s’érige, autant qu’il le peut, en gardien des privilèges commerciaux français, mais sa position est fragile, car, désormais, pendant les tractations pour la paix, il ne peut demander un traitement de faveur envers la France. Ainsi, tout en réclamant la révocation d’une cédule royale portant la visite obligatoire des bâtiments français, il sait que Philippe V ne pourra le faire, à moins d’accorder cette même exemption aux autres nations, ce qui n’est pas souhaitable66. Il suit de près les tractations commerciales engagées par l’Espagne avec Lexington. Bernardo Tinajero, secrétaire du conseil des Indes, reste un précieux informateur et un fidèle allié de Nicolas Partyet. Ne lui disaitil pas que d’avoir retiré l'asiento aux Français pour le donner aux Anglais, c’était comme « chasser des chiens fidèles » pour s’en remettre « aux loups »67. Malgré tout, Partyet reste ignorant de bien des affaires. Il ne peut, par exemple, contrer la clause préjudiciable à la France, insérée dans le plus grand secret, qui accorde aux Anglais un vaisseau de permission aux Indes. Le commis de la marine française n’a plus guère que le rôle d’un consul ordinaire, doublé de celui de gazetier de Pontchartrain.

  • 68 AECP, Esp., 232, fol. 310 et 315 ; Bossange, IV, p. 513, Madame des Ursins à Madame de Maintenon, 2 (...)
  • 69 La Tr., VI, p. 122, Madame des Ursins à Torcy, 24 juin 1713.

33À la cour gravitent aussi quelques militaires. Ainsi, le marquis de Caylus, sans avoir encore de grandes charges, vit dans l’intimité des souverains. Dans Madrid, se trouvent toujours plusieurs des principaux officiers des troupes françaises tels le marquis de Thouy, Cabaret ou Berwick qui loge chez Orry en 1714, « parce qu’il y aura plus ses commodités et une bonne table68 ». Bonnac organise de petites expéditions touristiques avec ceux-ci, comme une visite de l’Escorial69. Les Français de la garde du roi, comme Dormay ou Montbardon, sont eux aussi à la cour et les correspondances mentionnent ici ou là leurs noms.

  • 70 AN, B7 24, fol. 42.
  • 71 AECP, Esp., 220, Bonnac à Torcy, 2 janvier 1713.
  • 72 AECP, Esp., 226, fol. 373, Bonnac à Torcy, 24 décembre 1713.
  • 73 AN, B7 24, fol. 251, décembre 1713 ; B7 25, fol. 279 v° et 300, avril 1715.

34Quelques financiers et munitionnaires appartiennent aussi à ce monde. Notamment Duplessis, un temps fermier général des poudres et salpêtres d’Espagne70, Romet, proche de la familia francesa, Stalpert financier du roi ou encore Sartine. Ce dernier connaît une ascension extraordinaire au service de Philippe V. Munitionnaire général des vivres, il bénéficie de la protection du marquis de Grimaldo. Il obtient que sa compagnie soit dispensée des taxes sur les grains venus de France71. Bonnac le soutient et le recommande plus d’une fois en France, signalant que ce lyonnais a attiré l’attention de Philippe V qui veut « le placer dans des emplois importants et honorables ». Aussi l’ambassadeur préconise-t-il de lui donner une récompense française, comme l’ordre de St Michel, afin de l’inciter à servir encore plus la France, car « c’est un homme d’esprit qui a beaucoup d’amis dans le palais de Madrid (et) parmi les Espagnols72 ». Sartine fait partie d’une junte spéciale d’administration des rentes royales, en décembre 1713, puis sera nommé intendant de Marine en avril 171573.

35Enfin, des personnages aussi différents que René Carlier, architecte, Pachau, secrétaire d’ambassade, le P. Le Compasseur, jésuite, maître de latin du Prince des Asturies ou Tanqueux, ingénieur-conseiller du roi, contribuent encore à augmenter le nombre des Français présents.

36Cet entourage français reste important à la cour madrilène. Cependant, à la même époque, d’autres groupes nationaux sont très présents. Des Irlandais, des Flamands et aussi, particulièrement, des Italiens. Ces derniers vont apparaître comme les concurrents directs de l’influence française.

Les autres nationalités à la cour madrilène : origine et développement de leur présence

  • 74 AN, K 1359, no 10, 9 août 1713.

37Le marquis de Bonnac écrivait, en août 1713 : « Il y a trois sortes de courtisans dans cette cour, les Espagnols, les Italiens, et les Flamands, on y peut ajouter les Irlandais, quoiqu’il n’y ait de ceux-ci que le chevalier Du Bourg qui soit écouté au Palais74 ».

Les Irlandais

  • 75 A. Pablo Cantero, « Los regimientos irlandeses de infanteria en la guerra de Sucesión », La Guerra (...)
  • 76 D. Ozanam, « Les étrangers dans la haute administration espagnole », Pouvoirs et Société dans l’Esp (...)

38Bon nombre d’Irlandais, réfugiés en France après l’avènement de la dynastie protestante d’Orange en Angleterre (1688), gagnèrent l’Espagne au moment de la Guerre de Succession, quand s’organisa le recrutement de régiments étrangers75. On vit s’installer des familles entières : les O’Brien, O’Neille, O’Reilly, O’Connor, Lacy, O’Farill, O’Doyle et bien d’autres. Tandis que leurs épouses recevaient des titres de dames de la reine, les hommes faisaient carrière dans l’armée ou dans la haute administration de la cour76. Les rapports entre les Français et ces Irlandais, qui se considéraient souvent comme autant liés à Louis XIV qu’à Philippe V, étaient très bons.

  • 77 James Francis Sarsfield est le fils de Patrick Sarsfield, 1er comte de Lucan, arrivé en France en 1 (...)

39Le duc de Berwick fut un de leurs plus fermes soutiens et en entraîna beaucoup à sa suite, durant ses trois séjours en Espagne. Le régiment Irlanda fut sous ses ordres lors de la bataille d’Almansa et au siège de Barcelone, en 1714. Son fils, Jacob François FitzJames, qui s’installa en Espagne avec le titre de duc de Liria, avant d’épouser la sœur du duc de Veragua, en 1716, commandait le régiment de Limerick. Enfin, son pupille, James Francis Sarsfield, fut capitaine dans la garde du corps de Philippe V, chevalier de la Toison d’Or, et aussi colonel réformé du régiment irlandais de Nugent en France77.

  • 78 En 1705, il évoluait dans le royaume de Valence avec son régiment. Dans une lettre à Chamillart, il (...)
  • 79 Ce gouvernement lui fut retiré en février 1710, comme représailles contre tous ceux qui avaient été (...)
  • 80 SHD, A1 1888, no213.
  • 81 V. de Cadenas y Vicent, Caballeros de la orden de Santiago. Siglo xvm, II, p. 61 (1711). Le Conseil (...)
  • 82 Ses enfants firent carrière en Espagne. Son fils, Demetrius (1702-1777), s’illustra dans la diploma (...)

40Parmi ceux qui étaient particulièrement en rapport avec l’entourage français, nous trouvons Daniel Mahony, beau-frère de Berwick. Il forma en Espagne un escadron de dragons irlandais, qui deviendront les dragons d’Edimburg. Il fut présent à Almansa, Saragosse et Villaviciosa. Philippe V lui octroya le titre héréditaire de comte de Brihuega78, le gouvernement de Carthagène79, ainsi que le grade de maréchal de camp80, avant de le faire lieutenant-général. En décembre 1710, le roi d’Espagne lui offrit une commanderie de Saint-Jacques81. Il finit par revenir en France pour se marier, en 1712, puis, de retour en Espagne, il meurt à Ocaña (Tolède), le 12 janvier 171482.

  • 83 SHD, A1 1787, no 126, Berwick à Louis XIV, 29 février 1704.
  • 84 D. Ozanam, Les diplomates espagnols du xviiie siècle, (1999), p. 313.
  • 85 V. de Cadenas y Vicent, Caballeros de la orden de Alcántara, I, p. 37, n° 150 et 151, 1709.

41Un des majors du régiment de Mahony, Patrico Laules, fit une brillante carrière en commençant sous-lieutenant des gardes du corps du roi. Berwick se servit plus d’une fois de lui pour des missions au Portugal83. Brigadier, puis maréchal de camp, on le nomma chargé d’affaires à Londres, de février 1713 à juin 1714. Ce furent les commencements de son activité diplomatique84. Son frère Tomas fut, lui aussi, brigadier de la compagnie des gardes. Tous deux reçurent, en 1709, l’ordre d’Alcantara85.

  • 86 V. de Cadenas y Vicent, Caballeros de la orden de Santiago. Siglo xviii, I, p. 74, no 62, (1702).
  • 87 AECP, Esp., 180, fol. 165, Bourck à Torcy, Leganés, 4 juin 1708, il explique qu’il a fait une prome (...)
  • 88 AN, B7 16, fol. 135 v°, Partyet à Pontchartrain, 24 octobre 1712.
  • 89 RIA, Esp., II, p. 218 (en 1713).

42Enfin, le chevalier du Bourck, représentant de Jacques II à Madrid, entretint une correspondance active avec les ministres de la cour de France, Torcy, Chamillart, Pontchartrain, Voysin. Il reçut l’ordre de Saint-Jacques dès 170286. Il avait connu la Princesse des Ursins à Rome et fut l’un de ses inconditionnels à Madrid. Très francophile, il se maria à la fin de l’année 1708 avec une jeune fille française87. Son poste fut un moment menacé par les exigences de lord Lexington qui, en tant qu’ambassadeur de la reine d’Angleterre, demandait son départ de Madrid. Mais Philippe V le maintint à son côté, le gratifiant d’un privilège pour l’établissement d’une manufacture de glaces dans le royaume de Valence88. Bonnac le disait « en possession de donner des avis et de dire son sentiment sur tout »89.

  • 90 Citation du chevalier de Bourck, A. de Rohan-Chabot, Le Maréchal de Berwick, (1990), p. 168.

43Les Irlandais, au dire d’un témoin, semblaient « partout, dans les camps pour combattre, parmi les moines pour les diviser, à la cour pour garder le roi90 ». Malheureusement, au vu des recherches actuelles, il reste impossible de chiffrer leur nombre exact en Espagne.

Les Flamands

  • 91 À un niveau bien inférieur, on peut mentionner le franco-flamand Jean Hourlier (1671-1745) qui, apr (...)

44Sous ce nom générique, on désigne le plus souvent les sujets nés dans les Pays-Bas espagnols. Un grand nombre d’entre eux gagna l’Espagne lors de la constitution d’unités d’élites recrutées dans leur pays au cours des années 1703-1704, puis au moment de l’évacuation des Pays-Bas par les armées franco-espagnoles. Le règne de Philippe V leur ouvrait de nouvelles perspectives. De grands lignages prirent des attaches en Espagne, les Croy, Havré, Lede, Mérode, Gomiécourt, Glimes, Lannoy, Tserclaes mais aussi, et ce fut la majorité, une moyenne noblesse, d’origine plus récente, souvent du XVIIe siècle, en quête d’ascension sociale. Parmi ces figures essentiellement militaires, se trouve un « civil », le comte de Bergeick, un temps privilégié par Philippe V comme ministre, en particulier, au moment de la rupture franco-espagnole, entre 1710 et 1712, et à nouveau en 1713-171491.

45Il reste que l’immense majorité des émigrés flamands servit dans la compagnie flamande des Gardes du Corps, et dans le régiment d’infanterie des Gardes wallonnes. Il s’agit là d’officiers de très bonne noblesse, proches de la personne royale, tels le prince de Tserclaes Tilly, vice-roi de Navarre en 1706, le marquis de Bay, capitaine général d’Estrémadure, le marquis Verboom, fondateur du corps des ingénieurs militaires, le marquis de Bette y Lede, capitaine général des armées, directeur général de l’infanterie et président du Conseil de Guerre ou le marquis de Risbourg, capitaine général de Galice en 1706. La liste est bien loin d’être exhaustive. Les années cinquante, soixante et soixante-dix du XVIIIe siècle verront se succéder de nouvelles générations. Les flamands procèdent dans un véritable esprit d’installation dont on ne trouve aucune trace chez les français de l’entourage de Philippe V. Seul, peut-être, le marquis de Caylus peut correspondre à ces critères. Mais rappelons que, s’il reste en Espagne, cela tient à ce que le séjour en France lui est interdit, alors que l’émigration de la noblesse flamande est volontaire ; elle quitte ses terres pour rechercher une nouvelle fortune.

  • 92 Au cours du xviie siècle, la frontière entre la France et la Flandre fut assez mouvante, d’où quelq (...)
  • 93 Michel-Joseph, baron de Capres, débuta dans la cavalerie en Flandres espagnoles, colonel d’infanter (...)
  • 94 SSBL, XIII, p. 125.
  • 95 SSBL, IV, p. 320.

46Les liens de ces flamands avec l’entourage français sont extrêmement étroits, au point même que les sources les assimilent parfois à des sujets français. Nombre d’entre eux, par ailleurs, semblent avoir une double nationalité, car plusieurs membres de leur famille sont installés en France92. Ainsi, au sein de la famille de Bournonville, MichelJoseph, baron de Capres puis duc de Bournonville93, issu de la branche cadette, est au service de Philippe V, tandis qu’un cousin, issu de la branche aînée, naturalisé français en 1683, installe sa descendance en France94. Une de ses parentes n’était autre que Marie-Françoise de Bournonville, duchesse de Noailles en 1671. Enfin, une autre cousine épousa l’héritier de la famille flamande de Croy, Philippe comte de Solre, qui servait en France, depuis 1688, avec le rang de prince étranger95.

  • 96 Alexandre-Jean-François de Croy-Solre, comte de Beaufort se rendit à Madrid, en 1714. Ses rapport a (...)
  • 97 ANM, Estado, 2484, Vendôme à Philippe V, il demande pour le Prince de Robecq le grade de lieutenant (...)
  • 98 Anne-Auguste de Montmorency, comte d’Estaires (1679-1745), colonel du régiment de Normandie en 1700 (...)

47Parmi les enfants de ce dernier couple, les deux aînés, le comte et le chevalier de Croy, servirent en France et s’y installèrent, tandis que le troisième, le comte de Beaufort, s’engagea en Espagne, en 171496. Leur fille Isabelle, éduquée à Paris, épousa, la même année, l’héritier de la branche des princes de Robecq, Charles de Montmorency, passé en Espagne en 1709. Par ce mariage, elle devint dame de la reine d’Espagne. Son mari, le Prince de Robecq, avait aussi une double nationalité ; son père mourut au service de la France, en 1691, l’ayant gagné douze années plus tôt. Lui-même, maréchal de camp dans l’armée française, passa au service de l’Espagne où il fit carrière sous la protection du duc de Vendôme97, tandis que son cadet, le comte Montmorency d’Estaires, après avoir combattu en Espagne durant la guerre de Succession, se retira en France98.

  • 99 La Tr„ VI, p. 6, Madame des Ursins à Torcy, 14 février 1712.
  • 100 V. de Cadenas y Vicent, Caballeros de la orden de Santiago, V, p. 206 (1772), Jean Juste José Croy (...)

48Il en est de même pour les frères d’Havré, passés au service de Philippe V et dont la mère, Mademoiselle Halluin, était française. Le cadet, marquis de Wailly, prit le titre de duc à la mort de l’aîné, en 1710, et épousa la nièce de Madame des Ursins en 1712. Il se disait « aussi bon français que bon Espagnol99 ». Ce jeune couple devait finir par se retirer en France, mais leur fils, né en 1716, s’installa durablement en Espagne100.

  • 101 RIA, Esp., II, p. 217. Eugène-François de Croix, né à Lille en 1675, entré dans l’Ordre de Malte en (...)

49Enfin, Bonnac signale la présence du chevalier de Croix, né français, « mais qui s’en fait quasi une honte101 ». La double nationalité n’était, semble-t-il, pas toujours assumée.

  • 102 AN, B7 12, Partyet à Pontchartrain, 28 décembre 1711.

50Ces alliances et ces cousinages entre familles franco-flamandes rendent les Flamands de la cour de Madrid très proches de l’entourage français. Les épouses de ces officiers flamands constituent un vivier pour la camarera mayor, dans lequel puiser, quand elle souhaite nommer des dames de la reine. Ainsi, les comtesses de Mérode et de Gomiécourt, ainsi que la Princesse de Robecq et sa mère, la comtesse de Solre, font partie de l’entourage de Marie-Louise de Savoie. Elles participent activement aux pièces de théâtre organisées par le marquis de Bonnac102.

51La nation flamande forme donc une société très mêlée à celle de l’entourage français. Elle en diffère cependant par le nombre de ses représentants et par leur implantation dans la longue durée.

Les Italiens

52De nombreux Italiens vinrent aussi s’installer dans la Péninsule au début du règne de Philippe V, quittant leurs territoires menacés par les armées de l’Empereur. Si le second mariage du roi avec une Princesse parmesane a amplifié leur flux, celui-ci était déjà bien en place.

  • 103 José Patiño, une fois passé en Espagne en 1707, fut conseiller des Ordres, intendant de diverses pr (...)
  • 104 Isidoro Casado y Rosales, marquis de Monteleón poursuit sa carrière diplomatique en Hollande en 172 (...)
  • 105 San Felipe sera ministre à Gênes en 1715 et ambassadeur en Hollande en 1725.

53On peut déjà distinguer les sujets nés en Italie mais de souche espagnole. C’est le cas des frères Patino, José et Baltazar103, nés à Milan d’une famille d’origine galicienne, et de leur cousin Casado, marquis de Monteleón, qui commença par servir le duc de Mantoue, avant d’entrer au service de Philippe V, qu’il représente à Gênes en 1705, à Utrecht en 1712, à Londres en 1714104. On trouve aussi l’exemple du célèbre chroniqueur du règne de Philippe V, le marquis de San Felipe, originaire de la Sardaigne, qu’il quitte en 1708105. Autres Sardes, les quatre fils du duc de Montalvo, (dont l’aîné duc de Sotomayor) feront carrière, à partir de 1708, en Espagne.

  • 106 Il sera ensuite capitaine-général de la côte de Grenade en 1722 et de Valence en 1723, avant d’être (...)

54Plusieurs Italiens, nés dans les possessions espagnoles, décidèrent de suivre la cause de Philippe V. Ainsi le Milanais Carlos Homodeï, marquis de Castel Rodrigo, ambassadeur à Turin et Grand Ecuyer de la reine Marie-Louise. Parmi la noblesse napolitaine et sicilienne, on trouve la famille Acquaviva ; celle des Pignatelli ; le duc d’Atri, capitaine de la compagnie italienne des gardes du corps ; le duc de Popoli, capitaine de la compagnie italienne en 1703, capitaine général en 1710 ; Caracciolo, prince de Santo Bueno, ambassadeur à Venise en 1702 et vice-roi du Pérou en 1715 ; les Carafa, Tiburcio, Carlos et Lelio, respectivement capitaine général du Guipuzcoa, capitaine général de la côte de Grenade et lieutenant-général ; les Giudice, soit le duc de Giovenazzo, vice-roi de Navarre, son frère, le célèbre cardinal, inquisiteur général en 1711, ambassadeur en France en 1714, ministre d’État en 1716 et le fils de Domingo, Antoine, prince de Cellamare, ambassadeur en France en 1715, capitaine général de Galice et Grand Ecuyer de la reine ou encore, le prince de Campoflorido, capitaine-général de Guipúzcoa en 1715106.

55D’autres Italiens, sans être sujets du Roi Catholique, embrassèrent son parti, y perdant leurs terres et leurs biens. C’est le cas de Francesco Gonzagua, prince de la maison de Mantoue, devenu en Espagne duc de Solferino, ainsi que de Francesco Pico, duc de la Mirandole. Plus modeste, le marquis Beretti Landi, né sujet du duc de Parme, passe en 1702 du service du duc de Mantoue à celui de Philippe V, comme ambassadeur en Suisse (1703), puis en Hollande (1716). Les Génois sont représentés par Carlos Grillo, commandant de galions, Esteban Mari, lieutenant-général des armées navales ; le duc de San Pedro (Saint-Pierre), qui épousa la sœur du marquis de Torcy ; le marquis de los Balbases, conseiller d’État en 1715, et dont le fils fut ambassadeur au Portugal. Enfin, vinrent avec la reine Marie-Louise deux jeunes nobles piémontais, le marquis de Crèvecœur puis prince de Maserano, capitaine de la compagnie italienne des gardes du corps et capitaine général des armées, et son frère le comte de la Bena.

  • 107 M. Cermakian, op. cit., p. 440.
  • 108 La Tr., V, p. 158, Madame des Ursins à Torcy, 13 mars 1711. Elle dit beaucoup apprécier Alberoni et (...)

56Cette première vague d’émigrants italiens de bonne condition est presque immédiatement suivie d’une seconde, celle des Parmesans, d’origine plus humble en général, dont l’abbé Jules Alberoni, secrétaire du duc de Vendôme est le précurseur. A la mort de son protecteur, en 1712, il avait été revêtu du titre d’envoyé du duc de Parme, et avait su se rendre indispensable à la cour, notamment auprès de Madame des Ursins par de multiples attentions107 et auprès du roi qui l’avait honoré d’une pension de 4 000 ducats108.

  • 109 RIA, Esp., II, mémoire du 9 août 1713.

57Dans les années 1712-1714, les Italiens sont extrêmement privilégiés auprès du roi et leur présence est même encouragée par l’entourage français. En 1713, Bonnac constate : « En général, la nation italienne paraît être plus agréable que les autres ; on leur confie les principaux postes, soit à la guerre, soit dans le commandement des provinces109 ».

58Il semblerait que ces rapprochements des Français avec les autres nations présentes à la cour, participent d’une stratégie consistant à éloigner les Espagnols des postes politiques.

Privilégier les antres nations : une stratégie de cour

59Jusqu’aux années 1713-1714, c’est-à-dire le temps que dura son influence, la stratégie de l’entourage français fut de favoriser les nations étrangères au détriment des Espagnols. Ceux-ci se montraient mécontents de cette avancée des Flamands et des Italiens (moins en ce qui concernait les Irlandais), et trouvaient à Versailles un relais de leurs griefs. En effet, depuis la rupture de 1709 et le désengagement de la France en Espagne, Louis XIV aurait souhaité que Philippe V s’appuie davantage sur ses sujets de la Péninsule, et s’inquiétait des conséquences d’une politique qu’il n’approuvait pas. Torcy écrivait à Bonnac dans ses Instructions :

  • 110 RIA, Esp., II, p. 199, 5 août 1711.

Ce prince (Philippe V) éloigne de lui les cœurs de la nation espagnole, qui lui a donné des preuves d’une fidélité constante et d’un attachement à toute épreuve, car elle est persuadée qu’en vain elle marque son zèle, que le roi son maître n’en est point touché, qu’il ne prend aucune confiance en elle et qu’il le fait assez voir en préférant sans cesse aux Espagnols les étrangers qu’il emploie, les Wallons, les Napolitains mêmes, regardés comme rebelles et qu’enfin, s’il se sert de quelques Espagnols, la politique seule a part à ce choix et non la confiance aux gens de la nation, qui se croient méprisés du roi leur maître110.

  • 111 Ibid., p. 203, Louis XIV assure par ailleurs honorer « d’une estime particulière ces trois sujets »

60Louis XIV, qui assure ne plus vouloir intervenir dans la politique intérieure espagnole, demande tout de même à son ambassadeur de veiller à ce que le duc de Popoli, le prince de Santo-Bueno et le cardinal Giudice, trois Napolitains, ne soient pas employés afin de ne pas mécontenter les Espagnols111.

  • 112 AN, K 1359, Bonnac à Torcy, 9 août 1713 : « Le duc de Veragua a de l’esprit et des connaissances ; (...)
  • 113 Ibid. : « D. Alonso Manrique est gentilhomme de la chambre et premier écuyer du roi d’Espagne ; il (...)
  • 114 AECP, Esp., 209, fol. 121, Bonnac à Louis XIV, 20 septembre 1711. Dans AECP, Esp., 209, fol. 71, Bo (...)
  • 115 RIA, Esp., II, p. 221-2, mémoire du 9 août 1713.

61Une fois à Madrid, Bonnac nuance la position quelque peu tranchée de Versailles. Il constate que les Espagnols ne sont peut-être pas toujours aussi fidèles et compétents qu’il faudrait. De plus, sur les conseils mêmes de son grand-père, Philippe V a voulu réduire le pouvoir de nuisance des Grands nobles de sa cour. Les éloigner des grandes charges était un des moyens employés. Dans le même temps, Bonnac remarque que le duc d’Osuna, le duc de Veragua112, le marquis d’Aytone ou Alonzo Manrique113 (futur duc del Arco), sont des familiers du roi, qui leur parle librement montrant ainsi que « quand les Espagnols ne s’éloignent pas de lui, il s’approche d’eux114 ». De même, l’autorité des Conseils demeure toujours entre les mains des Espagnols. Cependant, l’ambassadeur ne peut s’empêcher de constater que, lorsque ceux-ci sont au pouvoir, ce sont « en général (... des) gens remplis des vieilles maximes de cette cour, et, par conséquent, entièrement opposés à la France115 ». On comprend mieux, ainsi, pourquoi les nations étrangères sont préférées par les Français de l’entourage royal et par le roi lui-même. La modernité et la souplesse que souhaite Philippe V se trouvent parmi les étrangers. Louis XIV semble avoir négligé cet aspect des choses dans son ardent désir de prouver que la France ne devait plus avoir part aux affaires espagnoles.

  • 116 La Tr., VI, p. 153, 5 novembre 1713, Madame des Ursins à Torcy.

62Il y a une sorte de renouvellement progressif du personnel de la haute administration, facilité par la disparition d’un bon nombre de conseillers espagnols, qui assuraient encore un lien avec le règne de Charles IL Ainsi, le duc de Frias, connétable de Castille, le duc de Montellano, le marquis de Canales, le marquis d’Alcanise, le duc de Montalto, le duc de Medina Sidonia, meurent cette même année 1713. La Princesse des Ursins, philosophe, constate que : « Il y a encore plusieurs autres vieux seigneurs qui ont bien la mine de suivre leur exemple ; je ne suis pas étonnée de leur mort, à la vie qu’ils font en ce pays-ci ; je la suis davantage, Monsieur, qu’ils puissent vieillir116 ».

  • 117 AN, B7 18, fol. 52 v°. Outre Marie-Louise de Savoie, la jeune duchesse d’Havré attend son premier e (...)

63Pragmatique, elle assiste au renouvellement des générations avec joie, marquant à plusieurs reprises les naissances qui ont lieu au Palais, chez la reine et ses dames, faisant ainsi oublier le triste surnom de « palais de la stérilité » qui était attaché à l’Alcázar117.

  • 118 La Tr., VI, p. 173, Brancas à Torcy, 2 mars 1714.
  • 119 Bossange, IV, p. 435, Madame des Ursins à Madame de Maintenon, 20 juillet 1714.
  • 120 Bossange, IV, p. 435, Madame des Ursins à Madame de Maintenon, 15 septembre 1714.
  • 121 Bossange, IV, p. 497-8, Madame des Ursins à Madame de Maintenon, 14 octobre 1714.

64Madame des Ursins participe largement à cette politique de renouvellement par le choix précautionneux qu'elle fait des dames de la reine, privilégiant les non-Espagnoles. Le marquis de Brancas, ennemi déclaré de la camarera, attise le mécontentement de Versailles sur cette question, en accusant la Princesse de couper le roi des Espagnols118. Madame de Maintenon se plaignit plusieurs fois à la Princesse des Ursins de ce partipris. Celle-ci se justifie dans des lettres vigoureuses destinées à démontrer les erreurs dans lesquelles se complaît la cour de France au sujet de ce qui se passe à Madrid. Ainsi, en juillet119, en septembre120, ou en octobre 1714121, quand elle lance :

Il ne suffit pas d’avoir de la fidélité [...], il faut de l’esprit, de l’expérience et du travail. C’est ce qu’on ne rencontre point tout ensemble dans cette nation, et vous ne conseilleriez point sans doute que, par des égards, on laissât dépérir un royaume.

65Madame des Ursins soutient donc l’avancement de ces étrangers, privilégiant, selon ses dires, les mérites et la fidélité à la naissance. Plus rompus aux affaires, plus ouverts aux idées nouvelles, moins liés aux intérêts de l’aristocratie péninsulaire, les Italiens vont se tailler la part du lion dans la haute administration de la monarchie espagnole et, après eux, les Wallons. Cependant, la faction italienne prend une envergure différente des autres nations, sous l’influence discrète mais constante de l’abbé Alberoni, pour s’ériger peu à peu en concurrente de l’influence française.

2. Jean Orry : « Celui sur qui roulent les moyens de faire trouver tout ce qui manque en Espagne122 ».

Les conditions du retour en Espagne

L’accueil madrilène

66Après presque sept années d’absence, Jean Orry refait son apparition en Espagne. Un informateur signale à Torcy son passage à Bayonne en des termes mitigés :

  • 123 AECP, Esp., 221, fol. 221, N. à Torcy, Bayonne, 15 avril 1713.

Vous serez sans doute surpris Monseigneur, autant que nous l’avons été de l’apparition de M. Orry en cette ville, après toutes les scènes bizarres qui se sont passées eu égard à lui. Il arriva ici jeudi dernier et descendit au Saint Esprit où il a resté jusqu’au lendemain matin ne voulant se communiquer à personne, il a passé dans une chaloupe notre grande rivière de la Dour et doit aller coucher ce soir à Iron, ou cinquante maîtres espagnols l’attendaient depuis huit jours pour l’escorter jusqu’à Madrid [...] Personne ne doute [...] que le rappel surprenant de Mr Orry ne soit pour occuper en Espagne la première place des finances, sachant d’ailleurs que le comte de Bergeick étant brouillé avec la Princesse a irrémissiblement le col cassé et sera forcé de quitter enfin la partie [...] Le dit sieur Orry s’est fait nommer sur la frontière : el Conde de Vignaros, persuadé dans le trajet qu’il avait à faire jusqu’à Madrid que ce nom-là sonnerait mieux aux oreilles des Castillans que celui d’Orry dont ils se souvenaient encore, avec quelque force d’amertume123.

  • 124 ANM, Estado, leg. 3556.
  • 125 La Tr., V, p. 160, Madame des Ursins à Orry, Saragosse, 23 mars 1711 ; ibid., p. 197, 22 juin 1711 (...)
  • 126 AN, B7 17, fol. 55. N. à Pontchartrain, de Bayonne.

67Dès le mois de mars 1713, Philippe V a, à nouveau, pensé à lui pour son service. En réalité, les liens n’avaient jamais été rompus entre le financier et la cour de Madrid. Le roi d’Espagne l’avait chargé de quelques besognes auprès du ministre des finances de France, en 1708 et 1709 ; le marquis de Grimaldo échangea des courriers avec lui124, tandis que Madame des Ursins était aussi restée en relation épistolaire. Leur correspondance de courtoisie traite parfois de sujets plus graves comme du commerce125 ou d’armement. Philippe V est toujours attentif à ses avis, et le considère visiblement comme un de ses meilleurs techniciens, tant militaire qu’économique. Sans doute son retour est-il envisagé dès ces années-là. Madame des Ursins sera soupçonnée de l’avoir rencontré en 1712, au moment de sa cure à Bagnères, pour préparer ce voyage de retour126.

  • 127 AECP, Esp., 225, fol. 187, Orry à Torcy, Madrid, 1er mai 1713 : « Il semble [...] que votre intenti (...)
  • 128 AN, AE, BI 776 et 777, passim.

68En France, cependant, on n’a que mépris ou indifférence pour sa personne. On le laisse partir en simple particulier, muni d’un passeport et non plus comme l’envoyé de Louis XIV. Torcy refuse d’établir une correspondance et n’échange que de rares lettres avec lui127 ; Voysin n’a que quelques brèves nouvelles au moment des préparatifs du siège de Barcelone. Par contre, Pontchartrain l’entretient avec un peu plus d’abondance sur des questions de marine et de commerce128. À Madrid, Bonnac, Brancas, Partyet ont des échanges verbaux avec Orry, mais, imperceptiblement, leurs courriers révèlent qu’ils agissent envers lui comme ils le feraient avec un ministre du roi d’Espagne, et non plus comme avec un de leurs concitoyens. Quant aux Espagnols, ils restent, semble-til, pragmatiques. L’un d’entre eux écrivait ceci à Gramont :

  • 129 AECP, Esp., 220, fol. 41, Gramont à Torcy, sl, sd. (vers 1713). « On ne peut pas dire d’Orry qu’il (...)

De Orry, no se puede decir que es todo malo, ny que es todo bueno, para juntar materiales, no ay tal hombre, pero por edificar yo no le tomare jamas por abanil (architecte)129.

  • 130 AN, AE, B1 776, Orry à Pontchartrain, 11 octobre 1713. Abrégé, AN, B7 20, fol. 88.

69Chacun, à Madrid, attend de voir quelle place le Français doit occuper auprès du roi. En réalité, sa charge est extrêmement circonscrite ; il n’est qu’un technicien et refuse, dans un premier temps, d’assumer un rôle plus ample. Il cherche de lui-même à minorer son influence, expliquant que « le roi d’Espagne ne [l]’a fait venir ici que pour rappeler à ses ministres les anciennes idées des établissements qui avaient été ébauchés du vivant de Monsieur le cardinal Portocarrero130 ». Pourtant, aux yeux des contemporains, il a une position beaucoup plus importante qu’il ne veut le laisser croire. Et, des affaires financières, il passe aisément à celles de la marine ou à celles du gouvernement central. Peut-être cherche-t-il à paraître modeste auprès de Versailles, se souvenant des reproches cinglants qu’il avait essuyés lors de ses précédents séjours sur sa propension à s’élever au-dessus de sa condition ?

  • 131 AN, B7 18, fol. 149, Partyet à Pontchartrain, 8 mai 1713.
  • 132 AECP, Esp., 226, fol. 322, permission au sieur Philibert Orry, conseiller au Parlement de Metz, d’a (...)

70Lui qui avait habitué ses correspondants à une grande prolixité se montre extrêmement réservé dans ses lettres aux ministres de France. Pour ce troisième séjour, son activité ne peut être suivie qu’à travers la correspondance d’observateurs, qui le voient au travail, par les quelques documents laissés dans les bureaux espagnols, témoins de l’élaboration de ses projets et par les résultats concrets qui en sont sortis. Ayant à ses côtés quelques commis, travaillant au Palais où lui furent aménagés tout exprès de nouveaux bureaux131, non loin des secrétaireries du despacho, il est rejoint par son fils, Philibert, âgé de 24 ans, chargé de mission en Espagne, par lettre de commission du 26 décembre 1713132.

Le concurrent de Bergeick

  • 133 AECP, Esp., 225, fol. 156, Gramont à Torcy, Paris, 23 avril 1713.
  • 134 Il souhaitait faire venir quelques-uns de ses compatriotes pour relancer l’industrie ; il pensait f (...)
  • 135 Bonnac, Partyet ou Bourck ne ménagent pas leurs critiques dans leurs lettres sur son activité, leur (...)

71Une grave mésentente étant née entre Bergeick, ministre des finances et la Princesse des Ursins, celle-ci aurait poussé le roi à redonner sa confiance à Orry. Il n’est pas sûr que Bergeick ait été prévenu de l’arrivée de ce concurrent133. Ce ministre possédait une solide expérience, acquise en exerçant la charge de Trésorier Général de Flandres. En 1711, il travailla à la réforme des finances et de l’administration, à la création d’une marine et à la dynamisation de la vie économique du pays134. Mais ses réformes le rendent impopulaire et doivent être suspendues135. Après une brève parenthèse parisienne, en 1712 (en attendant de se rendre à Utrecht), il retourne en Espagne, en janvier 1713. Pendant un mois, il mit au point un plan très approfondi pour restaurer les finances. Très novateur, ce plan fut soumis à une junte. Était-ce un moyen de suspendre les réformes en attendant l’arrivée d’Orry ? Ou bien le roi trouvait-il les positions du Flamand irréalisables ? Bergeick semble découragé. À la mi-mars, il n’assistait plus qu’épisodiquement au despacho.

  • 136 AN, B7 18, fol. 130, Uzardy (Italien, gérant de la compagnie de l’asiento pour les Français, puis p (...)
  • 137 « Étant venu ici dans le dessein de gouverner tout, il se trouve présentement quasi absolument éloi (...)

72Bonnac constate cependant que, dans les premiers temps du séjour d’Orry, le Flamand prit une attitude d’amitié et d’« assiduité » envers le Français. Un autre témoin signale, non sans ironie, que Bergeick fait mine d’avoir beaucoup d’estime pour le génie de son concurrent136. Mais inexorablement, son influence décline137. Chacun à Madrid attend son départ.

État de l’Espagne an retour d’Orry

73Dans le domaine des institutions, le despacho, que Bonnac appelle aussi Conseil du cabinet, est désormais réservé aux ministres espagnols et l’ambassadeur de France n’y siège plus. Cependant, à l’en croire, ce n’est pas en son sein que se règlent vraiment les affaires. Il évoque l’existence d’un conseil « particulier » où se prennent les résolutions, car le despacho souffre, comme nombre des autres Conseils, d’un défaut d’organisation.

  • 138 AECP, Esp., 223, fol. 4, Bonnac à Louis XIV, 7 août 1713.

74Les conseillers sont revenus à l’ancien système des consultes, qui empêche toute décision rapide. Bonnac expérimente ces longueurs dès qu’il souhaite porter une affaire concernant le commerce de la France au Conseil des Indes. Même si le roi prend désormais l’habitude de travailler avec ses secrétaires du despacho (Grimaldo et Mejorada, que l’ambassadeur de France assimile à des secrétaires d’État) ou avec quelque personne à laquelle il accorde sa confiance, sa tâche reste entravée par les survivances de l’ancien système. Aussi n’est-on pas étonné d’apprendre par Bonnac qu’Orry travaille, au mois d’août, à faire « quelque plan sur cela138 ». Lui qui avait établi des projets précis sur la tenu du despacho en 1705, retravaille ses anciens plans. Le dédoublement de la charge du secrétaire du despacho a perduré depuis 1705. Le marquis de Mejorada a la charge des affaires étrangères. Les Français, qui traitent avec lui, sont souvent mal reçus. Aussi, Philippe V, au cours des négociations sur la paix, a remis les affaires étrangères entre les mains de José Grimaldo secrétaire d’État pour la guerre et les finances, d’un caractère « plus doux ».

75Les effectifs des Conseils ont été considérablement allégés après la reprise de Madrid, en 1706. Mais leur influence est toujours aussi importante, notamment celle du Conseil de Castille, qui règle le gouvernement intérieur du royaume et l’administration de la justice. Bonnac remarque, en 1713, semblant anticiper sur l’avenir, que :

  • 139 AN, K 1359, no 10, 9 août 1713.

La maxime de ce conseil est d’augmenter son autorité aux dépens de celle du roi, que ce Prince le remarque, y est sensible et qu’il songera peut-être, dans des temps plus favorables à réduire ce conseil à de justes bornes139.

76Le Conseil d’État conserve lui aussi bon nombre de prérogatives, notamment dans ses rapports avec les ministres étrangers. Mais les conseillers d’État, qui sont toujours des Espagnols de grande distinction, sont désormais assez âgés. Lenteur, indécision et obstruction restent donc les caractéristiques du fonctionnement polysynodal. Orry a quelques projets de réforme en cette matière.

  • 140 Y. Schmitz, Bergeyck, le Colbert belge, (1961), p. 196.
  • 141 H. Kamen, The War of Succession, (1969), p. 238 : « The basic inspiration for the new plan was in f (...)

77En réalité, les finances espagnoles sont le vrai point faible de la monarchie. Bergeick avait tenté, en 1711, d’introduire un impôt de 50 réaux par foyer pour l’entretien des troupes. Trop impopulaire, il avait été annulé par le roi. Au début de l’année 1713, le ministre présenta un nouveau plan « pour administrer avec un meilleur ordre les revenus de la Couronne »140. Un des points les plus importants résidait dans sa volonté de remplacer l’ensemble des impôts par une contribution unique141. L’administration de l’impôt s’en serait trouvée simplifiée et l’intendant, en province, aurait contrôlé cette nouvelle taxe. Le nouvel impôt devait couvrir les besoins du Trésor en étant réparti équitablement sur chaque tête d’habitant à proportion de ses moyens. Il permettait la suppression de nombreux emplois de fonctionnaires attachés à la perception des différentes taxes existantes et dont les émoluments en réduisaient de façon excessive le rendement.

  • 142 AECP, Esp., 220, fol. 133, AN, B7 17, fol. 298 v°.
  • 143 AN, B7 18, fol. 1 v°, Du Pont à Pontchartrain, Bayonne, mars 1713.
  • 144 AN, B7 18, fol. 172, Partyet à Pontchartrain, 15 mai 1713.
  • 145 AN, K 1359. Concepcion de Castro établit un état des finances pour janvier 1712 dans le même ordre (...)

78Bonnac et Partyet annoncent la présentation du plan, le 27 février. Mais, dès le début du mois de mars, le commis de marine signale que Madame des Ursins y semble opposée142. Melchor de Macanaz aurait même fait un mémoire contre Bergeick ; enfin, le despacho pense renvoyer à un temps plus favorable ces réformes143. Le 15 mai, Partyet signale que le projet est abandonné et qu’on a envoyé l’ordre aux intendants de procéder au recouvrement de l’impôt de la manière habituelle144. L’année 1713 reste critique. Un tableau intitulé Resumen General de la Real Hazienda el añο de 1713145, indique que les rentrées d’argent de la monarchie se montent à 11 270 656 escuderos de vellón (soit 112 706 560 réaux), alors que les charges atteignent 26 690 750 escuderos de vellón (soit 266 907 500 réaux). Le trésor royal est donc en déficit de 15 420 094 escuderos de vellón (soit 154 200 940 réaux).

79En ce qui concerne l’état des Provinces, les royaumes de Valence et de l’Aragon sont désormais soumis au roi et ont été pacifiés par la présence de l’armée, surtout à partir de 1711, à la suite des victoires de Vendôme.

  • 146 J. P. Le Flem, « Les décrets de Nova Planta : l’imposition d’un modèle d’État Louis quatorzien ? », (...)
  • 147 J. P. Le Flem, loc. cit., p. 373.

80Le royaume de Valence avait servi de première expérience146 pour la Nueva Planta. Le décret du 29 juin 1707 y abolissait complètement le régime foral. Le capitaine-général, substitué à l’ancien vice-roi, outre un large pouvoir militaire, exerce des charges de gouvernement et de justice, nomme les fonctionnaires de désignation royale et domine la nouvelle chancellerie mise en place sur le modèle castillan de Valladolid et de Grenade. L’intendant (ou superintendant) se trouve, quant à lui, en charge de l’approvisionnement et des finances. À cet égard, des essais pour introduire le système fiscal de Castille sont tentés, mais, finalement, à cause de trop nombreux obstacles, on préfère demander un equivalente, sorte d’impôt unique, à cette province. Enfin, les municipalités adoptent, elles aussi, un modèle castillan, et sont gérées par des regidores, tandis que les corregidores représentent le pouvoir royal. Une dernière mesure importante réside dans la suppression du droit privé valencien. Désormais, « malgré quelques combats d’arrière-garde, et des directives royales plus souples, la bureaucratie tranche au profit du droit castillan147 ».

  • 148 AECP, Esp., 198, fol. 103, copie du décret du roi, février 1710.

81La Nueva Planta s’applique avec un peu plus de nuances en Aragon. Au début de l’année 1710, Philippe V adoucit ses décrets en promettant de rétablir le droit privé en cette province, c’est-à-dire « la partie des fueros qui concerne les lois municipales et le droit coutumier qui ne choque pas les prérogatives et les régales de la couronne »148. La principale autorité reste entre les mains du commandant général, dont le décret du 3 avril 1711 précise qu’il a l’ensemble des pouvoirs politiques, militaires, civils et économiques.

82De nombreuses difficultés subsistent cependant en Catalogne. Si la guerre s’est apaisée en France et aux Pays-Bas, après l’heureuse victoire de Villars à Denain (juillet 1712), elle se poursuit en cette province. L’archiduc Charles, devenu l’empereur Charles VI, s’y accroche avec l’énergie du désespoir. Lorsqu’il dut quitter Barcelone pour recueillir la succession de son frère à l’Empire, il y laissa sa jeune épouse, Elisabeth-Christine de Brunswick-Blanckenbourg. À la suite des traités d’Utrecht, elle fut obligée de se retirer à son tour. Mais le comte de Stahremberg avait secrètement permis aux rebelles d’occuper la citadelle de Montjoui et plusieurs places de Catalogne. Quand le duc de Popoli voulut prendre possession de la capitale au nom de Philippe V, celle-ci lui ferma ses portes, refusant de reconnaître la légitimité du roi d’Espagne. Le 7 août 1713, Bonnac envoyait un courrier à Louis XIV en lui disant que la ville de Barcelone avait tiré au canon sur les troupes du roi et que la guerre était déclarée. Le siège de la ville devenait inévitable.

Les réformes intérieures mises en route par Jean Orry

Le coup de force contre les Conseils et la mise en place de secrétaires d’État

  • 149 H. Kamen, « Melchor de Macanaz and the foundation of Bourbon power in Spain, 1700-1715 », English H (...)

83À peine arrivé, loin de se cantonner, comme il le prétendait, au domaine des finances, Orry mit en chantier des réformes de grande envergure. Melchor de Macanaz fut, en cette période, étroitement associé à Orry. Depuis plusieurs années déjà, il collaborait activement à la politique de Nueva Planta, avec Amelot, Berwick ou Asfeld dans les provinces de la Couronne d’Aragon, y occupant les plus hauts postes. À Madrid, il bénéficiait de la protection de Madame des Ursins et de celle du confesseur. Il était totalement gagné aux nouvelles idées régalistes et il en était même un des meilleurs théoriciens149. Il résidait dans la capitale depuis l’été 1712. La plupart des décisions concernant les réformes furent préparées par lui et Orry. Les archives montrent que les projets étaient transmis à l’un et à l’autre par Grimaldo ; ils les examinaient ensemble avant de donner leur avis au roi.

  • 150 Macanaz invita le roi à diversifier le recrutement des conseillers de Castille, qui, jusque-là, se (...)
  • 151 Pour les renseignements qui suivent, cf. AN, AE, BI 776, Brancas à Pontchartrain, 13 novembre 1713,(...)
  • 152 AECP, Esp., 224, fol. 54, Bourck à Torcy, 13 novembre 1713 : « Ce qu’il y a de plus considérable da (...)
  • 153 Francesco Antonio Rodriguez de Mendarosqueta, évêque de Siguenza ; Juan Antonio de Torres, oidor de (...)
  • 154 Il remplaçait en cette charge Luis Curiel, auquel il était opposé.
  • 155 AN, AE, BI 776, 13 novembre 1713, la Camara de Castille « ha quedado extinguida », mais les quatre (...)

84En aboutissement de leur travail, un décret de réforme des conseils de Castille, des Finances, des Indes, des Ordres et de la Sala de Alcades, fut promulgué le 10 novembre 1713. De nouvelles nominations eurent lieu en leur sein, le nombre des conseillers fut augmenté150, et des changements drastiques dans leur organisation furent décidés151. Nouveauté remarquable en Espagne, le premier président de Castille lui-même était déposé152, et le principe de la collégialité instauré, avec cinq présidents153. Le fiscal de ce conseil vit son rôle accru et prit le nom de fiscal general de la Monarquia (procureur général de la monarchie). Macanaz y fut nommé154. Il était flanqué de deux avocats généraux, Luis Ulloa et Juliano Garcia. Désormais, le conseil ne se prononcerait sur le rapport de l’un de ses membres qu’après avoir entendu la lecture de ceux du fiscal et des avocats généraux. C’était porter atteinte à l’autorité des conseillers de Castille dont les décisions seraient contrôlées par des magistrats jugés inférieurs. La Cámara de Castille155 disparaissait dans cette nouvelle configuration.

  • 156 Le comte de Frigiliana ; Alonso Perez de Araciel, alcalde de la Corte major de Navarre (1683), cons (...)
  • 157 Bernardo de Tinajero, bien connu des Français et Diego de Morales, secrétaire du roi (1704), offici (...)
  • 158 Francesco de Castejon, officier de la secrétairerie du despacho universal (avant 1698), officier de (...)
  • 159 Sur le marquis de Campoflorido, C. Castro, op. cit., (2004), p. 94-95, 137 et 232. Les deux autres (...)
  • 160 Andres de Corrobarutia ; José de Apaolaza, secrétaire honoraire du roi, en 1705, et effectif, en 17 (...)
  • 161 Bedmar partageait désormais la présidence avec Vicente Perez de Araciel, conseiller d’Italie (1697 (...)
  • 162 Le régent de Navarre, Francesco de Henao et Ambroise Bernai furent les trois présidents. Il sembler (...)

85Au Conseil des Indes, trois présidents furent institués156, tandis que Grimaldo s’y introduisait comme conseiller. En plus des deux secrétaires déjà en place157, deux autres furent nommés, issus l’un des bureaux de Mejorada et l’autre158, de ceux de Grimaldo. Au conseil des Finances, quatre présidents furent nommés, dont l’évêque de Gironda et le marquis de Campoflorido159. En plus des trois secrétaires déjà présents, il y en eut deux autres160, issus des bureaux de Grimaldo. Au Conseil des Ordres, la présidence fut aussi dédoublée161. Enfin, la Sala de Alcades de Casay Corte, cette institution qui exerce une juridiction sur la Cour et les alentours du Palais, eut trois présidents, assistés de quatre secrétaires en provenance des bureaux de Grimaldo et de Mejorada162. La multiplication de présidents, révocables et indépendants les uns des autres, participe à un amoindrissement de leur pouvoir.

  • 163 J. Fayard, loc. cit., p. 266. Il se réunit en cinq chambres distinctes, dont l’une était formée par (...)

86Les attributions du Conseil de Castille ne sont pas réduites. Mais désormais, l’autonomie de ce Conseil est diminuée163. De plus, le roi dorénavant peut répartir comme bon lui semble les conseillers dans les salles et changer leur affectation tous les six mois. Il est ainsi possible de se constituer des majorités ad hoc au moment voulu. Cette réforme apparaît comme une tentative de faire de ces Conseils, et en particulier de celui de Castille, le plus puissant, des instruments dociles aux ordres du souverain. En ce sens, le fiscal devient le véritable agent royal d’information et de contrôle. Macanaz sort grandi de cette réforme et incarne la défense des intérêts du monarque au Conseil, comme jamais auparavant.

  • 164 AN, K 1359, no 10, 9 août 1713.
  • 165 José Rodrigo était un ami de Macanaz du temps où il fut intendant d’Aragon. Rodrigo était alors oid (...)

87Des hommes neufs sont choisis comme conseillers et secrétaires, avec un soin méticuleux. Les réformateurs proches de l’entourage français sont surtout présents dans les secrétaireries où, depuis 1705, Orry, à la faveur des relations de travail, a noué avec eux de véritables liens d’estime et d’amitié. Outre le cas de Macanaz, Grimaldo s’introduit dans le Conseil des Indes, souvent peu souple sur les questions de commerce franco-espagnol ; Bernardo Tinajero, qui a « toujours été fort uni avec les Français164 », conserve son poste-clef en ce même conseil. Miguel Guerra, bien connu des Français, ancien grand-chancellier de Milan, conseiller de Castille mis à la tête du conseil des Finances par Amelot, entre 1705 et 1706, réapparaît comme un des présidents de Castille ; de même, Francesco Rodriguez de Mendarozqueta, commissaire de la Cruzada, qui avait travaillé avec Amelot et Grimaldo sur les donativos ecclésiastiques. L’évêque de Gironda, qui travaillait déjà avec Orry en 1705, animé d’un zèle ardent pour la cause régaliste, figure dans cette Nueva Planta comme premier président du Conseil des Finances avec à ses côtés, le marquis de Campoflorido, Juan de Dios del Rio Gonzales. Ce dernier avait été fournisseur aux vivres des armées, et nommé, entre 1707 et 1709, à la tête de la Tesoreria mayor de Guerra par Amelot. Entre eux, il y a souvent cooptation. Ainsi, Grimaldo et Tinajero correspondaient sur les affaires depuis longtemps ; Duran avait été le commis privilégié de Grimaldo, ou encore, les deux avocats généraux du conseil de Castille, Luis Ulloa et José Rodrigo (qui remplace Juliano Garcia en mai 1714), étaient des protégés de Macanaz165.

  • 166 Ces secrétaires en chef sont mis à la tête de l’ensemble des greffiers des conseils. Pour ceux du C (...)
  • 167 ANM, Estado, leg. 3556.

88Les nouveaux secrétaires des Conseils, dont les compétences s’accroissent166, sont, quant à eux, issus des bureaux du despacho, et en particulier de la covachuela de Grimaldo. Pedro Gomez, nouveau secrétaire du Conseil de Hacienda est un protégé d’Orry167. Émerge ainsi, un nouveau monde de fonctionnaires qui est redevable au premier Bourbon et à son entourage, de son ascension, même si, beaucoup d’entre eux étaient déjà dans les officines administratives, à la fin du règne de Charles II. On a ainsi des hommes nouveaux d’une grande compétence technique, et, en même temps, d’une fidélité assurée aux nouveaux principes régalistes de la monarchie.

89Outre la volonté de faire désormais de ces Conseils des instruments entièrement aux mains du roi, la rentabilité est recherchée, à un prix parfois un peu fort pour les conseillers, qui voient leur emploi du temps complètement bouleversé. Un mois après le décret, le chevalier du Bourck écrivait à propos du Conseil de Castille :

  • 168 AECP, Esp., 226, fol. 326 v°, Bourck à Torcy.

La division du conseil de Castille en salles est enfin faite, aussi bien que la distribution des heures dans lesquelles elles doivent s’assembler ; on a retranché toutes les fêtes qu’on appelait de consejos qui étaient en plus grand nombre que les fêtes chômées par l’Église, et le conseil s’assemble matin et soir, ce qui contribuera beaucoup à raccourcir les procès, mais les vieux conseillers se plaignent que le travail et la fatigue sont insupportables pour eux168.

  • 169 J. Fayard, loc. cit., p. 273.

90En effet, les réformateurs avaient dans l’idée d’améliorer et d’accélérer le travail de cette lourde machine administrative. Les conseillers perdaient, on l’a vu dans le système des consultes, beaucoup de temps en paroles inutiles. D’où l’augmentation du nombre de conseillers et la répartition des tâches en cinq chambres. Mais ce fut Orry le responsable de l’augmentation des heures de travail. Pour décourager l’absentéisme, il décida même de ne payer que la moitié des émoluments aux conseillers, se réservant la répartition de l’autre moitié en fonction de leurs heures de présence. En cette occasion, il semblerait que Macanaz ait regretté la rigidité d’Orry envers des magistrats, somme toute souvent dévoués, mais incapables de vaincre leur fatigue ou leur vieillesse, même sous la menace d’une réduction de salaire169. Le Français se montrait plus dur que l’Espagnol, dont pourtant, la réputation d’intransigeance n’était plus à faire à Madrid.

  • 170 AN, B7 20, fol. 183, Partyet à Pontchartrain, 13 novembre 1713.

91Le jour de la promulgation, Partyet écrivit à Pontchartrain que tous les Espagnols complimentaient les Français sur les changements opérés dans les Conseils, disant que la forme du gouvernement est « toute bonne et française ». Chacun remarquait d’ailleurs que les conseillers zélés pour la France avaient été maintenus ou avancés170. C’est dans un temps où le roi de France s’est totalement retiré des affaires de la Péninsule que le gouvernement madrilène s’approche au plus près du modèle français.

  • 171 AECP, Esp., 229, fol. 106, Pachau à Torcy, 16 avril 1714.

92Le 31 janvier 1714, un nouveau despacho est constitué exactement de la manière dont Orry projetait de le faire, en 1705, c’est-à-dire, en y appelant chaque jour, différents conseillers selon les matières abordées. Le 16 avril, Pachau annonçait à Torcy que le marquis de Mejorada, personnage peu commode pour les Français, était remplacé dans sa charge de secrétaire du despacho par Manuel de Vadillo171 ; ce dernier était alors sous la protection de Madame des Ursins et d’Orry.

  • 172 AN, AE, BI 777, Pachau à Pontchartrain, 30 avril 1714, les conseiller d’épée sont le Prince Pio, Va (...)

93Le 23 avril, le Conseil de la Guerre connaissait à son tour un changement. Bedmar était nommé à sa tête, entouré de cinq conseillers d’épée, six conseillers de robe, un fiscal général et deux avocats généraux172. En cas d’absence d’un conseiller, c’étaient les lieutenants généraux les plus anciens qui les remplaçaient. Les conseillers d’État n’y étaient plus appelés.

  • 173 AN, AE, BI 777, Pachau à Pontchartrain, 30 avril 1714. Il écrit la même chose à Torcy, AECP, Esp., (...)

94Pour les contemporains, il ne fait aucun doute que, derrière ces nouveautés, se trouve Orry. Si ce dernier est en Catalogne au moment de la promulgation du dernier décret concernant le Conseil de guerre, personne n’est dupe173.

95Étrangement, dans la correspondance des Français présents à Madrid, Orry est sans cesse nommé comme l’unique artisan des réformes. Il est volontiers dénié au roi d’avoir une volonté personnelle centralisatrice, tandis que l’action des réformateurs espagnols est totalement laissée dans l’ombre. Si l’activité de Jean Orry fut sans conteste décisive, un homme seul, aussi bon connaisseur soit-il des rouages de la monarchie espagnole, n’aurait pu parvenir à un tel bouleversement. Il lui fallait le concours de conseillers et techniciens de cette nation.

  • 174 Partyet suggérait ce fait dès le mois de janvier de cette même année, preuve qu’il possédait quelqu (...)
  • 175 AECP, Esp., 233, fol. 124, Pachau à Torcy, 26 novembre 1714.
  • 176 Sur son évolution au xviiie siècle, V. M. Lopez-Cordon, « Les nouveaux commis : le secrétariat d’Ét (...)
  • 177 Sur son évolution au xviiie siècle, G.A. Franco Rubio, « La Secretaría de Estado del Despacho de Gu (...)
  • 178 Duran Miguel Fernandez (1681-1721), ministre de la Guerre en 1714, marquis de Tolosa en 1721. Il a (...)
  • 179 AECR Esp., 231, fol. 55, Pachau à Torcy, 20 août 1714.

96À la fin de l’année 1714, le bruit court de la possible création de secrétaires d’État174. Le 26 novembre 1714, Pachau signale à Torcy qu’Orry s’est enfermé une semaine entière, « et l’on prétend que le temps de cette retraite a été employé à travailler à la Nueva Planta qui doit éclore incessamment175 ». De fait, le 30 novembre 1714, en conséquence de la réorganisation du despacho en sections thématiques, ses deux secrétaireries se transforment en cinq officines indépendantes : Estado, Ecclesiastico y justicia176, Guerra177, India y marina, Hacienda. Les titulaires de ces charges sont des Espagnols à la fois francophiles et régalistes, José Grimaldo, Manuel Vadillo, Miguel Duran178, Bernardo Tinajero et Lorenzo Armengual, l’évêque de Gironda. Duran avait commencé sa carrière dans les bureaux du Conseil de la Guerre ; on le disait volontiers « créature d’Orry179 ». Tous sont étroitement liés au financier français et cette relation fut fondamentale pour leur carrière. Ces quatre secrétaires de la Nueva Planta prirent le titre de secrétaires d’État et l’évêque de Gironda celui d’intendant Universel de la Real Hacienda. Chacun de ces ministres eut voix au despacho dans les matières de son département. Le despacho devient une entité un peu floue qui tend à être supplantée par un véritable conseil des ministres ; les secrétaires d’État deviennent progressivement plus importants que les éventuels membres du Cabinet du roi.

  • 180 Μ. V. Lopez Cordon, « Instauracion dinástica y reformismo administrativo : la implantación del sist (...)
  • 181 Ibid., p. 101. Il pouvait s’entretenir avec le roi dès que ce dernier le réclamait, même dans sa ch (...)

97La nouvelle disposition fut communiquée immédiatement à tous les Conseils pour qu’ils remettent les affaires aux secrétaires d’État correspondant à leur titulature180. La centralisation du pouvoir est réussie ; le roi domine la pyramide administrative et contrôle l’ensemble des affaires de l’État grâce à ses secrétaires. En théorie, ceux-ci forment un organisme collégial ; tous « dépêchent » les affaires avec le roi. Mais, pour des raisons pratiques, des jours et des heures particuliers leur furent affectés. Seul, l’un d’entre eux put être vraiment assidu auprès du monarque. Ce fut Grimaldo dont l’influence sur Philippe V fut plus grande que celle des autres181. Mais, en 1714, c’est Orry qui domine cette Nueva planta dans laquelle il figure sous le titre de veedor general des finances. Bien plus, il assiste à toutes les séances du Conseil de Cabinet, alors que les autres secrétaires d’État ne sont présents qu’en fonction des affaires traitées. Ces séances se déroulent parfois dans son propre bureau.

La réforme de la fiscalité

98Malgré de nombreux efforts de modernisation des finances, la perception des impôts royaux continue à se faire par le biais de caisses différentes et indépendantes les unes des autres, empêchant un véritable contrôle de la part de la monarchie. Cependant, en moins de dix années, les Français étaient parvenus à dynamiser un mouvement de réforme au sein des finances, qu’il fallait reprendre et prolonger.

  • 182 Il semblerait même que, dans les années 1712, certains d’entre eux aient commencé à recouvrer l’ens (...)
  • 183 AN, B7 12, fol. 83, Bourck à Pontchartrain, 28 décembre 1711.
  • 184 J.-P. Dedieu, « Les surintendants généraux des provinces », (2004), p. 189-214.

99Orry revient donc à Madrid avec tous ses plans de 1703. La collaboration avec Bergeick est impossible. Les intendants, institués en novembre 1711 et accompagnés de trésoriers, auraient pu devenir les coordinateurs de l’administration royale dans la province182. Néanmoins, à nul moment, Orry ne semble s’être appuyé expressément sur ces hommes pour établir sa réforme financière. Est-ce parce qu’ils étaient « tous de la main du président de Castille183 »? Pourtant, on trouve parmi eux de fidèles serviteurs de la cause du premier Bourbon. Plusieurs ont directement participé à l’application de la Nueva Planta et aideront au coup de force contre les Conseils en 1713184. On ne fit que conforter leur institution dans une nouvelle instruction les concernant, en date du 18 mars 1714.

  • 185 En juin 1713, il semblerait qu’Orry ait eu dans l’idée de supprimer l’impôt des millones, sur les d (...)
  • 186 C. de Castro, op. cit., (2004), p. 292-293 ; J.-P. Dedieu, « La Nueva Planta en su contexto », Manu (...)
  • 187 H. Kamen, The War of Succession, (1969), p. 233.
  • 188 C. M. Cremades Griñán, « El siglo xviii y los intentos de reforma hacendística », Cuadernos de Hist (...)

100Si Orry ne se sert pas d’eux, c’est peut-être qu’il se rend compte que le temps d’établir une régie directe des impôts royaux n’est pas encore venu. Cherchant un profit rapide185, il place à la tête des vingt provinces de Castille un fermier. Cela fait l’objet du décret du 26 décembre 1713 appelé Nueva planta de arrendamiento. Le roi résilia l’ensemble des contrats de fermage des rentes royales (c’est-à-dire l’ensemble des impôts administrés jusqu’à cette date par les superintendentes de renias : alcabalas, tercίas, cuatrocientos, servicios, milicίas, fiel medidor, velas, sebo, 8 mil soldados...) et en signa de nouveaux, commençant le 1er janvier 1714. Ceux-ci étaient beaucoup moins nombreux que les anciens et affermés à un groupe réduit d’entrepreneurs fidèles au roi186. Ainsi, Juan de Goyeneche et Pedro Lopez de Ortega, financiers habituels du roi, prirent à eux deux l’ensemble des impôts des six provinces de Burgos, Grenade, Valladolid, Cuenca, Guadalajara et Leon pour 23 489 682 reales par an187. Désormais, ces impôts allaient s’appeler rentas provinciales dans la mesure où ils étaient perçus dans le cadre des provinces. Le fermier pouvait, à son tour, affermer par municipalités188 et devait payer le prix de la ferme au trésorier en chef de la province.

  • 189 H. Kamen, The War of Succession, (1969), p. 234.

101Un deuxième bloc d’impôts fut constitué des rentes perçues sur la circulation de marchandises qui, sous le nom de renias generales, furent administrées par une junte, créée par décret du 8 décembre 1714, sise à Madrid et composée d’Orry, de l’évêque de Gironda, du marquis de Campoflorido et des financiers Jacob Flon et Antoine Sartine189. Enfin, les deux monopoles du sel et du tabac eurent eux aussi chacun leur organisation administrative.

  • 190 AN, B7 19, fol. 68, 19 juin 1713.

102À l’échelon central, la Tesoreria mayor de Guerra fut réactivée dès juin 1713, au détriment de la Tesoreria general. Cette caisse centrale unifie à nouveau le recouvrement et régularise les entrées d’argent. En cette occasion, Juan de Horcasitas, comte de Moriana, reprit du service en cette charge qu’il avait occupée jusqu’en 1707190.

  • 191 AN, AE, BI 777, Orry à Pontchartrain, 1er février 1714 ; AECP, Esp., 228, fol. 113, Orry à Torcy, 1(...)

103Orry est au centre de toutes ces réformes et domine l’ensemble de l’architecture financière au sein du gouvernement, auprès des conseillers et secrétaires d’État, dans le despacho et en relation avec les groupes des financiers de la capitale, stimulés dans leur activité par ces nouveautés. En février 1714, il annonce à Pontchartrain que le roi vient de lui confier la charge de veedor general, titre équivalent à celui de contrôleur général des finances. Dans la Nueva Planta des Conseils, le veedor occupait la charge d’un cinquième président du Conseil des Finances. Il s’en excuse presque, assurant qu’il ne la souhaitait pas et qu’il ne l’a acceptée qu’à la condition que ce soit en intérim, jusqu’à la paix générale. Il sollicite de Torcy l’autorisation de l’accepter, se vantant de cette innovation qu’il avait préconisée dans ses projets de 1703191. Il assure ainsi un contrôle général sur les finances, ayant à ses côtés un Intendente universal de la veedurίa general, le fidèle évêque de Gironda. Mais il récuse toute stratégie d’installation dans l’administration espagnole. Pour lui, ce titre n’est que provisoire et il s’en explique clairement à Desmarets :

  • 192 AN, G7 1094, Orry à Desmaretz, 1er février 1714.

Ce que cet ordre a produit de nouveau est qu’il rend publiques les fonctions que je faisais en particulier, qu’il m’attire au despacho, et qu’il faut même que j’assiste en des conseils au lieu que je n’étais que des juntes. Cet honneur ne me fait pas changer de dessein, je continuerai à faire de mon mieux pour rendre quelqu’un capable d’exercer cette charge, j’agirai en même temps dès que la paix sera faite pour mettre les affaires de Sa Majesté en règle, je tâcherai quelles concourent au bien de l’union et ensuite je supplierai le roi d’Espagne de me permettre de me retirer dans ma famille192.

  • 193 H. Kamen, The War of Succession, (1969), p. 215, tableau avec les entrées d’argent entre 1713 et 17 (...)

104Entre 1713 et 1716, les recettes chaque année augmentèrent193. Orry, en décembre 1714, défend ainsi son bilan :

  • 194 AECP, Esp., 237, fol. 132, Orry à Torcy, 9 décembre 1714.

En 1703 on regarda comme une fable les assurances que je donnais d’établir 12 millions de livres de revenus à Sa Majesté pour l’année 1704 ; quand je revins en 1705, je le poussais à 15 et à 18 pour 1706. Je suis revenu en 1713, j’ai trouvé cent millions de dettes et qu’il s’en fallait de 33 millions qu’on eût de quoi soutenir la dépense projetée. Le parti qu’on a pris a été de la modérer de manière qu’on a fini l’année sans rien tirer sur celle de 1714, pendant laquelle ne s’étant point trouvé de contradiction et le roi ayant suivi le projet que vous avez tant vu, ces mêmes revenus ont monté à près de 40 millions en sorte que voilà bientôt Sa Majesté à 1715 sans avoir encore engagé la moindre partie de ceux de cette année-là, nonobstant les dépenses faites pendant celle-ci pour le siège de Barcelone et l’achat de 26 vaisseaux dont le roi a voulu former le commencement de sa marine194.

105Il est certain qu’Orry fut un financier d’envergure pour le roi d’Espagne et qu’il lui permit de faire des économies en 1713 et 1714. De là à parler d’un rétablissement complet des finances, ainsi qu’il s’en vante, serait peut-être trop s’avancer. L’Espagne n’a pas de quoi soutenir un effort militaire prolongé, comme l’a montré le siège de Barcelone. De même, le financement d’une marine est encore peu envisageable. De plus, la question des rentes qui alourdissent les comptes royaux, n’est toujours pas réglée. Cependant, Orry a incontestablement apporté des améliorations considérables au système financier espagnol. Il a su introduire de la clarté dans les comptes, permettant de connaître, avec plus de précision, l’état des finances royales, ce qui n’existait pas du temps de Charles IL De plus, on lui doit la rationalisation des impôts (où désormais quatre axes majeurs apparaissent : les deux grands monopoles du sel et du tabac, les rentes générales et les rentes provinciales), et la centralisation du système financier (avec la création de l’Intendant Universel des Finances). Encore à ses débuts, ce système est appelé à se conforter tout au long du xviiie siècle.

L’activité d’Orry dans les affaires diplomatiques et catalanes

Le diplomate

  • 195 Bien plus, il travaillait à transformer les plans du Retiro de l’architecte du roi René Carlier, Y. (...)

106Les réformes entreprises dans le cadre administratif et financier dénotent chez Jean Orry un esprit ingénieux et organisateur. Ce qui est plus remarquable encore est que, dans le même temps, il déployait la même énergie dans bien d’autres domaines et notamment dans celui de la diplomatie195.

  • 196 AECP, Esp., 222, fol. 155, Bonnac à Louis XIV 26 juin 1713. Un traité de commerce anglo-espagnol fu (...)
  • 197 AN, G7 1094, Orry à Monteleón, 18 décembre 1713 et 12 janvier 1714.

107Celle-ci était entre les mains du duc d’Osuna à Utrecht et du marquis de Monteleón à Londres, mais Orry s’occupa particulièrement des questions commerciales196. Le financier français mit en place une correspondance avec Monteleón, le rappelant à l’ordre sur quelques-unes de ces tractations à Londres et à Utrecht, mais toujours avec courtoisie, le guidant dans ses pourparlers sur ces délicates questions197. Il correspondait aussi avec Patrico Laules, chargé d’affaires pour le roi d’Espagne à Londres. Il savait par ce dernier qu’aux yeux des Anglais, il apparaissait comme un agent de Louis XIV, cherchant à ralentir l’union commerciale anglo-espagnole, afin de permettre à la France de faire encore du profit en ce domaine. Alors qu’on lui prêtait ces visées particulières et à court terme, Orry développait une véritable théorie de l’équilibre européen, au-delà des intérêts nationaux, devant concourir au bien général des nations, ainsi qu’il s’en expliquait à Laules :

On cherche un équilibre ; ce ne peut être en pesant l’autorité de chaque prince en particulier ; il serait difficile de les réduire à cet équilibre ; il faut donc le chercher autrement et par conséquent dans les alliances en mettant d’un côté de la balance un nombre égal en force à ce qu’on mettra de l’autre [...]

Il serait à souhaiter que ceux qui travaillent à la formation des conditions qui doivent établir leur union se dépouillassent absolument de l’amour propre de leur pays [...]

Dieu merci, notre Espagne est exempte de ce défaut. Elle ne demande rien à personne, toute son ambition se borne à se conserver ce qui lui reste pour en jouir tranquillement [...]

  • 198 AN, G7 1094, Orry à Laules, 19 janvier 1714.

Ne serait-il pas plus raisonnable que tous ces concurrents voulussent bien se joindre avec nous ? Et qu’après avoir examiné l’intérieur des affaires du roi d’Espagne, ils lui laissassent de quoi payer les charges indispensables de l’État et ce que Sa Majesté est en usage de tirer des produits des droits et impositions pour ses dépenses ordinaires198 ?

108Orry se méfie des Anglais et de leurs prétentions. Il pressent les futurs appétits de ce peuple de « tritons », ainsi qu’il les qualifiait, que rien ne peut rassasier :

  • 199 AN, G7 1094, Orry au chevalier de Croix, 11 décembre 1713.

Pour moi, je crois que si j’étais à Utrecht, je terminerais la paix d’Hollande bien vite, j’irais de là encore plus vite au château de Rastadt la faire avec l’archiduc, et je verrais venir les Anglais car ils portent à un excès le désir de se rendre maître du commerce partout qui les doit faire trouver insupportables, et c’est ce qui prouve la nécessité d’aider le roi d’Espagne à s’établir une marine, qui poussée à ce qu'elle peut aller, et secondée par celle de France, dispute à ces tritons l’empire de la mer199.

109Orry est tout à fait dans l’optique de l’union étroite des deux couronnes. En France, on ne pense pas tout à fait de même.

  • 200 AN, G7 1094, explication de ce point dans la lettre d’Orry à Monteleón, 12 janvier 1714.
  • 201 AECP, Esp., 229, fol. 6, Brancas à Torcy, 2 mars 1714 ; AN, G7 1094, Bataille à Orry, Londres, 8 et (...)

110À la suite de changements intervenus dans le traité commercial, un des commis d’Orry, le sieur Bataille, fut envoyé à Londres au début de l’année 1714, pour clarifier quelques questions pendantes (notamment sur les droits d’entrée des marchandises200) et revint avec le texte ratifié. Brancas signalait qu’Orry « en était tout glorieux »201. Monteleón écrivait de Londres que les Anglais se félicitaient désormais des « soins et du crédit du ministre présent à la cour d’Espagne », c’est-à-dire d’Orry, et l’envoyé de Philippe V se félicitait d’avoir suivi les conseils du financier :

  • 202 AN, G7 1094, Monteleón à Orry, 15 février 1714.

Le nom de Mr Orry qui eut fait le plus grand crime d’un homme qui l’eut osé proférer fait honneur aujourd’hui et bien loin qu’on le veuille troubler dans son ministère, il n’y a rien qu’on ne fasse pour lui soutenir [...] Ces miracles, c’est à vous seul qu’ils sont dus, ce ne sont que vos principes et les solides raisonnements dont vous m’avez imbu que j’ai su faire valoir ici202.

  • 203 AECP, Esp., 231, fol. 112, Orry à Torcy, 30 août 1714.

111Les affaires avec la Hollande sont, elles aussi, au centre de ses préoccupations et étroitement rattachées aux dossiers anglais ; en août 1714, trois mois après la ratification du traité hispano-hollandais, il cherche encore quelques amendements à y apporter au grand déplaisir de Torcy, qui craint toujours des ruptures dans la construction de la paix générale203.

  • 204 AGS, Estado, Negociación de Inglaterra, leg. 6825, Laules à Orry, Londres, 19 avril 1714.
  • 205 AECP, Esp., 237, fol. 149, Orry à Torcy, 9 décembre 1714. Luis de Miraval y Spinola était président (...)

112Orry œuvre aussi à la paix avec le Portugal. Il écrit à Torcy qu’il veut mettre quelques « tempéraments » dans les prétentions portugaises, mais son idée est d’établir une alliance étroite entre ce pays et l’Espagne pour le détourner de l’Angleterre. Laules à Londres doit convaincre les Anglais, traditionnels soutiens des Portugais, d’adhérer à un projet rédigé par Orry, en avril 17 14204, tandis que Luis de Miraval est envoyé par ses soins à Utrecht pour conseiller Monteleón205. Le traité de paix avec le Portugal fut signé le 6 février 1715.

  • 206 AECP, Esp., 237, fol. 158, Orry à Torcy, décembre 1714.
  • 207 Aldrovandi Pompée (1668-1752), auditeur de la Rote. AECP, Esp., 217, fol. 94, Louis XIV à Bonnac, 2 (...)
  • 208 AECP, Esp., 223, fol. 61, Bonnac à Torcy, 21 août 1714. En septembre 1713, Louis XIV était très irr (...)
  • 209 AECP, Esp., 231, fol. 41, Orry à Torcy, 13 août 1714. Sur les points développés lors de la mission (...)
  • 210 Orry Louis François (1671-1726), né dans le diocèse de Rouen, entra au noviciat le 7 septembre 1687 (...)
  • 211 AECP, Esp., 232, fol. 210, Orry regrette de ne pas être assez influent sur le roi pour régler cette (...)

113Enfin, il constate les conséquences de sa réforme administrative dans les affaires religieuses romaines. En effet, écrit-il, les présidents des Conseils, officiers « habiles et éprouvés » et les procureurs et avocats royaux choisis « entre les plus savants hommes du bureau, n’ont d’autre objet que le maintien des lois du royaume et des droits de la Couronne » contre les abus des moines et de l’état ecclésiastique. Il estime même que l’actuel Conseil de Castille a plus de pouvoirs en ces matières religieuses que le Parlement de Paris. Cependant, comme la véritable dissension entre Rome et Madrid repose sur le temporel, il cherche un moyen financier de régler ces relations206. En 1713, un des avocats généraux du Conseil de Castille, José Rodrigo, est envoyé à Paris discuter quelques points litigieux avec le nonce du Pape, Aldrovandi, qui y était retiré depuis que le roi d’Espagne avait refusé de le recevoir à Madrid, en 17 1 2207. C’est Orry qui eut l’idée de cette mission pour essayer de renouer le dialogue avec Rome, comme le souhaitait Louis XIV208. Mais l’affaire resta en suspens209. Orry chargea ensuite son frère, jésuite210, d’expliquer à Torcy un de ses mémoires dont le texte devait servir de préliminaires. En cas d’accord de Rome, Philippe V se disait prêt à discuter avec l’envoyé du Pape. Torcy entra dans ce projet. Mais, jusqu’au départ d’Orry de Madrid, la situation ne parvint pas à se dénouer211. Il avait cependant réussi à fléchir l’intransigeance du roi d’Espagne vis-à-vis du Pape et cela donnera lieu à un éphémère concordat en 1713.

  • 212 Bossange, IV, p. 522, Madame des Ursins à Madame de Maintenon, 8 décembre 1714.
  • 213 AGS, Estado, Negociación de Inglaterra, leg. 6825, Laules à Orry, en parlant des dossiers en cours (...)

114Ces nombreuses activités diplomatiques démontrent que Philippe V lui faisait une particulière confiance sur ces dossiers. Madame des Ursins signalait encore, en décembre 1714, que le roi s’entretenait régulièrement avec le financier des moyens de contrer une éventuelle ligue de l’Empereur, « surpris de trouver dans la tête d’un homme tout ce qui est dans celle de M. Orry212 ». Enfin, une phrase de Laules laisse supposer que seuls, la Princesse, Orry et Grimaldo participaient aux affaires étrangères du roi et avaient une correspondance avec les envoyés de Philippe V213. Ce sont donc deux Français assistés d’un secrétaire espagnol, qui assumèrent en cette période la diplomatie espagnole.

La question catalane et la mise en place d’une marine : Orry face au ministère français

115Depuis l’été 1713, Barcelone est entrée en rébellion ouverte contre le roi d’Espagne, récusant les accords d’Utrecht. Philippe V doit mener le siège de cette ville pour achever l’unification sous son autorité des provinces de son royaume. Or, à cette date, les moyens militaires et financiers lui font défaut. Il manque surtout d’une bonne marine pour assurer le blocus de la capitale catalane. Ces carences mettent le premier Bourbon, une fois de plus, sous la dépendance de l’aide française, âprement monnayée par Louis XIV. Il accepte d’aider son petit-fils à la condition que celui-ci signe la paix avec les Hollandais, abandonnant toute prétention et clause concernant la principauté de Madame des Ursins. Philippe cède à contre-cœur, le 26 juin 1714. C’est ce qui lui permet d’avoir le maréchal-duc de Berwick à la tête des troupes franco-espagnoles.

  • 214 AN, B7 19, fol. 163, Vauvré à Pontchartrain, 14 août 1713. Il envoie au ministre la copie d’une let (...)
  • 215 AN, B7 20, fol. 69, Bonnac à Pontchartrain, 9 octobre 1713.

116Pendant cette période délicate des relations franco-espagnoles, Orry prit en charge le dossier catalan. En tant que munitionnaire des armées, il se préoccupa des fournitures et de l’armement, se tournant vers la France, croyant y trouver quelques facilités. En réalité, débutait une correspondance fort sèche avec Pontchartrain. Ce dernier, adepte du double langage, calculait son aide à l’Espagne en fonction du profit à tirer pour son propre ministère. Aussi, Orry eut-il du mal à obtenir ce qu’il souhaitait. Il s’était appuyé sur l’intendant de Toulon, le sieur Vauvré, à qui il avait passé une impressionnante commande de bombes, boulets, munitions, poudre et mortiers214. Il comptait aussi sur l’aide du maréchal de Tessé, général des galères de France depuis la mort de Vendôme. Le roi d’Espagne envoya le sieur de Tanqueux, sous le titre de colonel et inspecteur de l’artillerie pour porter les fonds nécessaires215. Face aux retards et aux difficultés, les conseillers espagnols du roi s’aigrissent et plongent Orry dans l’embarras. Il en avertit Pontchartrain :

  • 216 AN, G7 1094, Orry à Pontchartrain, 13 novembre 1713.

Faites en sorte, s’il vous plaît, que les Espagnols ne s’aperçoivent pas plus longtemps des refus qu’ils croient qu’on affecte de faire du côté de la France des choses pour lesquelles ils cherchent à y avoir recours216.

  • 217 AN, G7 1094, Pontchartrain à N., 27 septembre 1713.

117Au même moment, Pontchartrain confiait à un de ses agents qu’il voulait bien promettre de la poudre « à condition que ce ne sera pas du premier ordre et que vous la ferez cependant payer cher et comptant217 ». Ainsi, si le roi d’Espagne obtint ce qu’il souhaitait pour le siège, ce fut à la suite de discussions si pénibles que les relations entre les deux pays n’en furent guère améliorées. À cela s’ajoutait l’épineuse question de la marine, véritable inquiétude pour la France.

  • 218 AN, AE, BI 776, Bergeick à Pontchatrain, 3 avril 1713.
  • 219 AN, AE, BI 776, Bonnac à Pontchartrain, 22 mai 1713.
  • 220 AN, AEBI 776, Bonnac à Pontchartrain, 31 juillet 1713.
  • 221 AN, B7 19, fol. 111, Bonnac à Pontchartrain, 17 juillet 1713 ; AN, AE, BI 776, Bonnac à Pontchartra (...)
  • 222 AN, AE, BI 776, Bonnac à Pontchartrain, 28 août 1713.

118Pontchartrain souhaitait que l’Espagne reste dépendante pour son commerce, des navires étrangers, et bien entendu des navires français. Bergeick voulait établir des chantiers navals en Biscaye et à Cadix pour six vaisseaux. Il se proposait aussi d’établir une coopération avec la France pour les matières premières, voiles et cordages218. Bonnac reste sceptique sur l’avenir de ces plans, constatant que les finances espagnoles ne sont guère en état de soutenir cette nouvelle entreprise219. À sa grande surprise, Orry reprend ces projets en Biscaye, s’intéresse à une idée de Bernardo Tinajero pour construire des navires à La Havane220 et envisage sérieusement d’acheter des vaisseaux en France. Son idée est de porter la flotte espagnole à 40 vaisseaux, dont la moitié serait à construire en France221. Il souhaite constituer une marine commerciale avec des équipages espagnols conformément aux nouveaux accords des traités internationaux, qui prévoient que le commerce des Indes ne peut être assuré que par la flotte de Philippe V. En août 1713, Orry demande en plus 6 frégates en vue du siège de Barcelone. Le sieur de Vauvré doit procéder à cet achat. Or, Pontchartrain s’oppose à la vente de tels bâtiments, s’entêtant à proposer des navires à fret, garantie d’un service correctement effectué et au meilleur coût. La réponse de Philippe V est, à ce sujet, très claire. Il veut « un corps de marin qui lui fut propre222 ».

  • 223 Jean-André Doria, duc de Tursi, entretient à ses frais à Gênes la flotte des galères que l’Espagne (...)
  • 224 AN, AE, BI 776, Ducasse à Pontchartrain, 30 octobre 1713.
  • 225 Il s’agit d’un traité pour trois vaisseaux à envoyer au Honduras (AN, AE, BI 777, Brancas à Pontcha (...)
  • 226 AN, AE, BI 777, 28 août 1713 et 11 septembre 1713. Abrégé, AN, B719, fol. 262 et 311 v°.
  • 227 AN, B7 19, fol. 262, Bonnac à Pontchartrain, 28 août 1713. L’ambassadeur de France a tenté d’expliq (...)

119La France apprend alors avec retard que Philippe V s’est tourné vers le génois Esteban Mari pour trois navires, vers le duc de Tursi223 pour deux galères, vers le sieur du Mezy à Dunkerque pour trois frégates, vers Ducasse pour en trouver deux autres224, vers les financiers de Madrid, l’espagnol Montesacro et le banquier français Staelpaert225 ; il s’intéresse même à quelques propositions anglaises226. Orry cherche à faire comprendre au ministre de la marine que les fournisseurs ne manquent pas, mais que, pour sa part, il souhaite fournir un marché avantageux à la France. Sans doute aussi, espérait-il des conditions de payement plus souples qu’auprès d’une autre nation. Pontchartrain craignait, de fait, que l’achat de 20 vaisseaux ne se fasse à perte pour la France et trouvait les arguments d’Orry, à propos des devis, un peu fantaisistes227.

120Philippe V est affecté par les contretemps qu’on lui oppose, alors même qu’il envoie Tanqueux chargé de lettres de changes. Le marquis de Bonnac, toujours habile pour sentir l’atmosphère de la cour, constate que :

  • 228 AN, AE BI 776, Bonnac à Pontchartrain, 23 octobre 1713.

Tout ce qui s’est passé sur cette affaire jusqu’à cette heure, aussi bien que sur l’achat des bombes et des boulets a rempli (le reste est mis en chiffre) l’esprit du roi d’Espagne de soupçon sur des choses qu’il est bon de lui cacher228.

  • 229 AN, AE, BI 776, Orry à Pontchartrain, 9 novembre 1713.

121Orry est très affecté de l’attitude française. Dans une lettre à Pontchartrain, on retrouve son idée de l’équilibre européen qui ne peut se bâtir sur l’abaissement ou la mise en tutelle d’une nation. Si la France veut profiter de l’Espagne pour s’enrichir, elle doit le faire en l’aidant car, « tant que ce Prince sera dépourvu de toutes choses, comment peut-on croire qu’il lui procurera les avantages qu'elle s’en est promis229 ? » Pendant ce temps à Barcelone, l’armée cantonne à grands frais devant la ville. Le siège ne peut être mené par manque d’armement tandis que les rebelles bénéficient d’un approvisionnement régulier par mer faute d’un blocus maritime. Orry avoue à Tessé :

  • 230 AN, G7 1094, Orry à Tessé, 21 novembre 1713.

Je tombe de mon haut quand je fais réflexion sur le peu de succès qu’a eu ma bonne volonté en tournant tous les achats du côté de la France ; cela pouvait y répandre 2 à 3 millions, et tomber quasi entier dans les coffres de la marine, qui selon que vous me l’aviez mandé en avait grand besoin, il faut bien croire que vous et moi nous sommes trompés230.

  • 231 AN, G7 1094, Orry au chevalier de Croix, 11 décembre 1713.

122Les rapports sont tendus entre Orry et Pontchartrain, qui se plaint à la cour de Madrid du ton des lettres du financier. Orry se justifie, assurant que tout est écrit sur ordre du roi d’Espagne, qui, pour une certaine lettre, en date du 11 octobre 1713, pomme de discorde entre les deux hommes, avait expressément vérifié que le financier avait « bien exprimé son ressentiment » à l’égard du ministre de la marine231.

  • 232 Il semblerait que le roi ait en mer, devant Barcelone, les 3 vaisseaux d’Etienne Mari, 5 vaisseaux (...)
  • 233 AN, G7 1094, Pontchartrain à Orry, 2 janvier 1714.

123À la fin de l’année, ayant obtenu que Ducasse conduise deux navires français devant Barcelone (ils y arrivent le 19 mars), Madrid s’assouplit et accepte la présence d’officiers français sur ses propres navires232, pour unifier le commandement ; les amiraux espagnols passent sous leurs ordres, non sans quelque mécontentement. Popoli, par exemple, regrette de céder son commandement à Berwick. Mais Orry compte sur l’expérience de Ducasse pour que l’entente fonctionne. Sont alors envoyés 8 enseignes et 8 lieutenants pour établir les signaux entre navires, ainsi que 375 soldats et bas-officiers de la marine. Un corps d’artillerie de marine suit, sous la conduite du sieur de Grandpré, commissaire général, composé de M. de Praslin, capitaine de vaisseau, de 6 lieutenants, de 9 enseignes et de 5 aides233.

  • 234 AN, BI 777, Orry à Pontchartrain, 6 août 1714.
  • 235 AN, B7 19, fol. 265 v°, Partyet à Pontchartrain, 28 août 1713. Le commis de marine français pense q (...)
  • 236 H. O’Donell y Duque de Estrada, « La marina durante el primer reinado de Felipe V (1700-1724) », La (...)
  • 237 AN, B7 21, fol. 197 v°, Orry à Pontchartrain, 18 février 1714.
  • 238 AN, BI 777, promotion du 27 août 1714. Pedro de Los Rios, fils du duc de Fernan-Nuñez, fit une form (...)

124La marine espagnole est encore quasi inexistante. Orry souhaite que les corps français servent de modèles en Espagne et demande des instructeurs français234. Il veut dans le même temps, créer une école de gardes marines à Séville235. Au plan institutionnel, un décret royal du 21 février 1714 dote la marine d’un organisme centralisateur, subordonné à la nouvelle secrétairerie d’État de Marine. Ce sera le point de départ de toutes les réformes postérieures236. Antoine Sartine, collaborateur d’Orry en fut le premier intendant. Il avait autorité sur la construction des navires, leur approvisionnement et leur contrôle, ayant sous ses ordres tout un monde d’intendants portuaires, de commissaires, de contrôleurs, de trésoriers et de secrétaires. C’est le début du grand département de la marine. Tous les officiers principaux de la marine et des flottes furent supprimés et redistribués avec de nouveaux grades237. Le roi fit une première promotion de chefs d’escadre comprenant le marquis de los Rios et son frère, Manuel Pintado, Andrés de Pez, Esteban Mari et le marquis Grillo238.

  • 239 AN, AE, BI 777, Pachau à Pontchartrain, 30 avril 1714. Abrégé, AN, B7 22, fol. 138. Il écrit la mêm (...)
  • 240 AN, B7 18, fol. 266, Party et à Pontchartrain, 12 juin 1713 ; AECP, Esp., 222, fol. 100, Bonnac à L (...)
  • 241 En juillet 1713, l’armée du roi conduite par Popoli se rend en Catalogne. En août, Philippe demande (...)
  • 242 AECP, Esp., 228, fol. 69 ; ibid., 235, fol. 49. M. de Montgeorges sert comme maréchal de camp (AN, (...)
  • 243 AN, B7 21, fol. 233, Brancas à Pontchartrain, 2 mars 1714, explique les dissensions entre Renau et (...)

125Orry prépare aussi la campagne militaire terrestre ; il est le tout-puissant intendant d’armée du roi. La rumeur court qu’il dispose de près de deux cents patentes en blanc à distribuer comme bon lui semble, soit pour des emplois, soit pour des grâces aux Catalans239. Dès le mois de mai 1713, il fait un premier voyage en Catalogne pour y passer les troupes en revue, se faisant accompagner du marquis de Crèvecœur, du prince de Chalais et de Soupat240. Il établit les magasins de vivres et fournitures, ce qui permet en juillet à l’armée royale, sous la conduite du duc de Popoli, de se placer sous Barcelone. Il apparaît évident que les troupes espagnoles sont insuffisantes. À l’automne, le roi de France met à disposition 16 bataillons et 15 escadrons commandés par le comte de Guerchy et le comte de Fiennes, tous deux des habitués de ces régions241. En janvier 1714, Orry incite le marquis de Thouy, qui était sans emploi à Madrid, à prendre le commandement de l’infanterie wallonne pour former un camp volant au-dessus de Solsone afin de contenir le pays alentour durant le siège242. M. de Grandpré arrive, au début de l’année, et obtient le commandement en chef de l’artillerie du siège sur la recommandation d’Orry. On lui adjoint ensuite du Puy Vauban, envoyé par Louis XIV, avec 4 brigades supplémentaires. Orry ne voulait surtout pas entendre parler de Renau, ayant eu des dissensions avec lui lors de ses précédents séjours espagnols243.

  • 244 AN, B7 22, fol. 24 v°, Orry à Pontchartrain, 23 mars 1714.
  • 245 La joie des Espagnols est grande à l’annonce de l’arrivée de Berwick (AECP, Esp., 235, fol. 91, 9 m (...)
  • 246 AECP, Esp., 235, fol. 201, 28 mai 1714; AN, AE, BI 777, Pachau à Pontchartrain, 19 mai 1714; AN, B7 (...)

126Au mois de mars, il est encore sous Barcelone. Orry constate que, sans un renfort massif de troupes françaises, le siège ne peut être mené à bien244. Comme chacun, il se réjouit à l’annonce de l’envoi de Berwick, mais s’inquiète, ensuite, de la suspension de son départ245. Il ne sait si Philippe V va accepter de fléchir sa position et signer sous la pression de son grand-père la paix avec les Hollandais. Aussi, plusieurs fois, prend-il l’initiative de parlementer avec les rebelles et de rencontrer l’un d’entre eux, Delmas. Le Français aurait souhaité un accommodement qui aurait permis de se passer de l’aide française, mais il ne put y parvenir. Aux yeux des Catalans, il n’apparaissait pas comme un interlocuteur digne de foi246.

  • 247 AN, B7 23, fol. 67, Orry à Pontchartrain, 14 juillet 1714.

127Quand, enfin, Berwick arrive à Barcelone, Orry se met à sa disposition pour toutes les questions techniques d’intendance247, veillant aussi à la bonne entente entre les troupes, ce qui est une tâche malaisée :

  • 248 AN, AE, BI 777, Orry à Pontchartrain, 5 juin 1714 (Abrégé, AN, B7 22, fol. 245v°). Orry en veut à G (...)

Nos Français, chacun dans leur profession, voudraient que les Espagnols en sussent autant qu’eux, ils s’impatientent et les méprisent de leurs défauts, ce ne sera pas par cette conduite qu’on se les conciliera248.

  • 249 Berwick ouvrit la première brèche le 12 juillet 1714. L’assaut final fut lancé le 11 septembre.
  • 250 C. Desos, Entre champs de batailles et cabales de Cour : Le duc de Berwick, soldat du Roi de France (...)
  • 251 Sur cette question, SHD, A1 2501, « Recueil des lettres officielles de MM le chevalier d’Asfeld, Da (...)
  • 252 AECP, Esp., 242, fol. 123, Saint-Aignan à Louis XIV, 26 août 1715. Asfeld comme Grimaldo se sont tr (...)
  • 253 AECP, Esp., 245 fol. 186, Philippe V à Asfeld, 11 juillet 1715. Il aurait dû avoir le titre de comt (...)

128Dès le 23 juillet, on le retrouve à Madrid, cherchant des fonds, avouant qu’il a du mal à payer les dettes. Soulagé de la prise de Barcelone249, il loge à Madrid le fils de Berwick, reçu dans l’ordre de la Toison d’Or, puis s’empresse au-devant du général français, que Philippe V voulait voir diriger la prochaine campagne contre Majorque. Orry fut même chargé de lui proposer le titre de commandant général des armées et la charge de Régent ou Vicaire général de la couronne d’Aragon. Berwick, malade, déclina l’offre et en chargea son fidèle lieutenant Asfeld250. Il ne devait quitter Madrid qu’en novembre. En janvier 1715, c’est donc Asfeld qui prépare avec Orry l’expédition contre Majorque. Il sera l’artisan de la réunion de cette terre à la couronne d’Espagne251. En juin et juillet 1715, il en assure la conquête et, en août, il travaille avec Grimaldo sur la Nueva Planta de cette province252. Philippe V lui offre en récompense la Toison d’Or et un titre de marquis253.

129La Nueva Planta s’étend donc en Catalogne, consolidée par le décret du 15 juin 1716. Dans l’intervalle Berwick avait mis en place une nouvelle administration, supprimant par décret la Députation, le Bras Militaire et le Corps de la Ville et les remplaçant par une junte constituée de magistrats pour juger en dernier ressort au civil et au criminel. Il nomma quinze personnes à la fidélité connue pour tenir ces postes. Patiño, intendant général de la Province, en faisait partie. Il choisit ensuite seize personnes pour leur confier la Police et la Régie des revenus de la ville. Il désarma la population et fit des exemples sévères de châtiments. Enfin, pour moraliser la vie publique, il fit publier des défenses rigoureuses pour les Espagnols et les Catalans de s’insulter les uns les autres. À Majorque, le scénario fut à peu près identique. Le décret du 28 novembre 1715 intégra le royaume des Baléares dans une monarchie centralisée. Tout cela n’aurait pu être possible sans l’expérience des chefs militaires français, et sans l’activité de Jean Orry. Une fois de plus, ce sont ces Français qui affermirent la couronne d’Espagne sur la tête de Philippe V.

3. Le renvoi des réformateurs français et le recours à la voie italienne

130Le début de l’année 1715 fut marqué par de nombreuses disgrâces au sein de l’entourage français de Philippe V ; d’apparence brutale, certes, mais annoncées, en réalité, depuis plusieurs mois par divers facteurs : l’hostilité des Espagnols aux réformes, la montée en puissance d’une faction italienne, mais aussi, et non des moindres, la désunion entre les Français eux-mêmes, incapables de se soutenir mutuellement à cause de rivalités et d’incompréhensions multiples. L’attitude de l’ambassadeur de France, pendant l’année 1714, a particulièrement nui aux autres Français présents à la cour.

Les Français contre les Français

L’hostilité de Brancas envers Orry

  • 254 AECP, Esp., 228, fol. 37, Brancas à Torcy, 8 janvier 1714. Même thème, AECP, Esp., 228, fol. 78, Br (...)
  • 255 AECP, Esp., 228, fol. 54, Brancas à Torcy, 16 janvier 1714.
  • 256 AECP, Esp., 228, fol. 78, Brancas à Torcy, 25 janvier 1714.
  • 257 AECP, Esp., 228, fol. 153, Brancas à Torcy, février 1714.
  • 258 AECP, Esp., 229, fol. 64, Brancas à Torcy, 23 mars 1714.
  • 259 AECP, Esp., 229, fol. 34, Brancas à Torcy, 12 mars 1714.
  • 260 AECP, Esp., 229, fol. 26, 8 mars 1714, fol. 86, 2 avril 1714.
  • 261 AECP, Esp., 235, fol. 110-113 v°, Philippe V à Louis XIV, 8 mars 1714. Il envoie le cardinal del Gi (...)
  • 262 AN, AE, BI 777, Brancas à Pontchartrain, 19 mars 1714.

131Orry n’eut pas de pire ennemi dans tout Madrid que le marquis de Brancas. Celui-ci, secondé par Partyet et Pachau, participa à l’érosion de son image ainsi qu’à celle de Madame des Ursins dans l’opinion espagnole, par son attitude et ses écrits. Trouvant que l’emprise de Jean Orry était bien trop importante au vu de sa situation sociale, Brancas contribua à réunir autour de sa personne les mécontents du nouveau régime leur offrant, ainsi, une forme de justification et de légitimation. Faussement gêné, il se dit embarrassé de ce que, « parce qu’il (Orry) est français et que je suis ambassadeur de France, tout le monde se croit en droit de m’en venir faire des plaintes254 ». En réalité, il relaie d’une façon systématique les critiques du public et n’est pas le dernier à tracer du financier, le portrait d’un « maître absolu et despotique », exerçant la charge des quatre secrétaires d’État en même temps255, n’ayant nul ami en Espagne256, embrouillant les affaires dont il s’occupe257, homme « pernicieux et d’une insolence insupportable258 », abusant le roi, qui croit avoir en lui le « restaurateur de sa monarchie pendant qu’il en est le destructeur259 ». Orry finit par s’attirer de dures semonces de Versailles, et se plaint avec amertume à son épouse des reproches que lui fait Torcy260. Cela en arrive à un point tel que Philippe V lui-même écrit personnellement à son grand-père pour défendre le financier et le maintenir une année supplémentaire auprès de lui. Dans sa lettre, il regrette l’esprit de cabale de l’ambassadeur de France261. Dans le même temps, Brancas s’attirait une lettre de Grimaldo, aux termes très forts, sur quelques affaires concernant les Français en Espagne. Il y voit, bien entendu, la main d’Orry262 Dans ce contexte, la France finit par rappeler son représentant.

  • 263 AECP, Esp., 226, fol. 158, Torcy à Brancas, 9 octobre 1713.
  • 264 AECP, Esp., 235, fol. 19, Torcy à Brancas, 29 janvier 1714.

132Mais Brancas était parvenu à minimiser à Versailles les réalisations du financier dont les mérites étaient par ailleurs déjà peu reconnus. Torcy n’y voit que de vaines agitations et des plans fumeux sans exécution. Il avoue ne pas comprendre ce qui attache Philippe V à cet homme263. Selon les rumeurs qui lui parviennent, il le juge comme un ignorant qui « veut être le premier et l’unique ministre264 ».

  • 265 AECP, Esp., 228, fol. 117, Torcy à Brancas, 14 février 1714.

133Louis XIV lui-même n’approuve pas la place tenue par Orry dans le gouvernement madrilène, ne trouvant pas sa position correcte pour un homme de sa condition265 Bien plus, il regrette l’introduction de nouveautés « à la française ». Ceux qui pensaient que le roi de France souhaitait intervenir dans le gouvernement de son petit-fils sont ainsi détrompés et le ministre du roi s’en explique clairement au cardinal Giudice, en mission à Versailles, en avril 1714 : Sa Majesté (Fouis XIV)

  • 266 AECP, Esp., 235, fol. 144, avril 1714, réponses apportées au mémoire portant sur les « motifs du vo (...)

ne peut croire qu’il soit à propos d’introduire en Espagne les usages de France, de casser les anciens tribunaux pour en former d’autres sur le modèle de ceux qui sont établis en France, d’assujettir les Espagnols aux mêmes règles que les Français, de créer des charges dont les titres et les fonctions étaient également inconnus à la nation. Chaque pays à ses coutumes différentes. Souvent il est dangereux de suivre dans un royaume celles qui sont utiles dans un autre266

  • 267 Y. Schmitz, Bergeyck, le Colbert belge, (1961), p. 207.

134Outre que le roi n’estime pas Orry capable de l’emploi qu’il occupe, il regrette qu’à travers lui, les Espagnols et les étrangers pensent que la France a toujours une influence sur les rouages de la monarchie. C’est pour cela que le départ de Bergeick, au début de l’année 1714, est regretté par Versailles, qui voyait en ce ministre, sujet de Philippe V, le seul apte à s’occuper des finances espagnoles. Comme pour faire une leçon à son petit-fils, Fouis XIV recevra longuement le ministre flamand à sa cour, déplorant sa semi-disgrâce267 Après le départ de Brancas, l’incompréhension est totale entre les deux cours. Une fois de plus, Versailles n’a pas pris conscience des réalités espagnoles. Préoccupés par la paix européenne, les Français ni ne s’intéressent ni ne cherchent à comprendre les réformes intérieures et les changements fondamentaux qu’est en train de vivre l’Espagne. Fouis XIV veut, avant tout, prouver à ses anciens ennemis qu’il s’est retiré absolument des affaires de la Péninsule ; les rôles accrus d’Orry et de Madame des Ursins ne l’y aident guère.

De difficiles tractations entre Partyet et Orry

  • 268 La compagnie de Guinée devait pouvoir profiter de l’asiento jusqu’au 1er mai 1715. Par le traité fa (...)
  • 269 AN, AE, BI, 777, Brancas à Pontchartrain, 5 février 1714.
  • 270 AN, AE, BI, 777, Brancas à Pontchartrain, 24 mars 1714.

135Le sieur Pachau, secrétaire d’ambassade, assura l’intérim de l’ambassade. Lui et Partyet n’étaient guère plus favorables au financier, ayant depuis longtemps épousé la cause de l’ambassadeur. Cela vient aussi de ce que tous deux ont entamé de difficiles tractations avec Orry, au sujet des privilèges des Français commerçant en Espagne et des dédommagements demandés par la compagnie de Guinée, privée de l’asiento268. Or, ils ne rencontrent pas chez Orry l’attitude bienveillante qu’ils espéraient en tant que Français. En réalité, celui-ci traite ces affaires avec le Conseil des Indes, ce qui ne lui donne pas toute latitude pour intervenir, contrairement à ce qu’on pouvait croire en France. Mais, pour Brancas, qui avait enclenché ces négociations, il ne faisait aucun doute que « la nation française est plus maltraitée aujourd’hui en Espagne, qu'elle ne l’a jamais été lorsque la maison d’Autriche y a régné269 » et qu’« il est très certain que si M. Orry avait voulu, il aurait fait terminer presque toutes (les affaires de la nation) depuis son arrivée270 ». D’où le mécontentement de Versailles à son encontre. Le paradoxe vient de ce qu’à la fois, il lui est reproché une trop grande influence sur les affaires espagnoles et, en même temps, de ne pas assez s’en servir pour les intérêts français.

  • 271 AN, B7 23, fol. 169, Partyet à Pontchartrain, 13 août 1714.
  • 272 ANG7 1094, Orry à Desmaretz, 24 septembre 1714.
  • 273 AECP, Esp., 237, fol. 149-166, Orry à Torcy, 9 décembre 1714.

136Nicolas Partyet, en tant que chargé des affaires de la marine, le dit « contraire à la nation271 ». Mais Orry justifie sa position auprès de Desmaretz272 et de Torcy273. Il constate, notamment, que les prétentions françaises ne sont pas toujours fondées et que les traités internationaux empêchent désormais de favoriser une nation au détriment des autres. Il entend donc agir au mieux, à la fois pour les intérêts français mais aussi espagnols, qu’il n’a garde d’oublier, comme parfois, semble-t-il, on aimerait en France qu’il le fasse. Il en écrit ainsi à Pontchartrain :

  • 274 AECP, Esp., 234, fol. 64-79 r, Orry à Pontchartrain, 12 décembre 1714.

Je fais encore une différence entre ce qui est intérêt d’État et intérêt des particuliers et je regarde comme une erreur très préjudiciable à l’État l’attention que les particuliers veulent qu’on donne à ce qui leur convient lors que ce qu’ils demandent est contraire à ce qui a rapport à l’État274.

  • 275 AECP, Esp., 233, fol. 93, Orry à Torcy, 19 novembre 1714.
  • 276 AECP, Esp., 234, fol. 64-79 r°, Orry à Pontchartrain, 12 décembre 1714.

137Il travailla avec Partyet et Pachau sur trois thèmes : la tarification des droits d’entrée et de sortie des marchandises du royaume, les impositions personnelles des sujets étrangers et la juridiction des consuls. Dans le premier cas, Orry négocia les droits du roi d’Espagne à un taux de 10 %, applicable à tous les commerçants y compris les Anglais275 ; pour ce qui est de l’imposition personnelle, il distingua les sujets commerçant en gros de manière transitoire, de ceux qui s’établissent pour un commerce de détails dans le royaume. Ces derniers ne sauraient bénéficier des mêmes avantages et exonérations que les commerçants de passage. Car ce serait mettre en place une concurrence déloyale envers les artisans et commerçants espagnols. Enfin, il limita le pouvoir des consuls français, trop émancipés à son goût durant la guerre de Succession, et les aligna sur la juridiction habituelle des consuls étrangers276.

  • 277 AECP, Esp., 234, fol. 101, Pachau à Torcy, 17 décembre 1714.
  • 278 AN, B7 24, fol. 140, novembre 1714.
  • 279 AECP, Esp., 237, fol. 55, Pontchartrain à Orry, 26 novembre 1714 ; ibid., fol. 226, Pontchartrain à (...)

138Finalement, Partyet et Pachau se trouvèrent d’accord avec ces propositions277, qui obtinrent l’aval d’Amelot à Versailles278. Orry avait usé d’un argument cher aux ministres de France, arguant qu’il n’était pas bon d’attirer à l’étranger la main-d’œuvre française en lui offrant trop d’avantages matériels. Pontchartrain finit, lui aussi par se ranger à cet avis, mais on sent que ce ministre a du mal à admettre que les avantages des Français soient revenus, presque en tous points, à l’état où ils étaient du temps de Charles II279.

139Orry a donc négocié avec adresse. Fermement, il a fait respecter les droits du roi d’Espagne, sans privilégier de manière indue ses compatriotes. Plus que dans tout autre affaire, le financier apparaît ici comme le ministre de Philippe V. Il fut l’opposant, ou tout au moins le contradicteur, des représentants officiels de Versailles.

140Malgré la confiance personnelle que lui témoignait le roi d’Espagne, le fait que la France ne lui soit d’aucun soutien contribua à fortifier à Madrid les opposants à ses réformes. Durant ces courtes années de 1713 et 1714, l’attitude de Versailles légitima les malcontents. Ces derniers s’exprimèrent dans une véritable campagne de libelles et autres écrits publics contre les Français de la cour. Particulièrement virulente au cours de l’année 1714, cette campagne commença à gêner l’exercice même du gouvernement.

Hostilité publique aux réformateurs français

141Dans le public se répand toute une série de libelles, reprochant la réforme du gouvernement sur un modèle français. On y retrouve des thèmes chers aux Espagnols marqués par un attachement viscéral à la tradition et aux coutumes.

  • 280 AN, B721, fol. 115, Partyet à Pontchartrain, 22 janvier 1714.

142Des placards contre Orry et Macanaz fleurissent dans les rues de Madrid ; de courts dialogues comiques ou satiriques se moquent du gouvernement. Une pasquinade bien tournée met en scène l’Espagne sous la forme d’une chèvre dont la Princesse tient les cornes, tandis qu’Orry la traie pour envoyer son lait en France280.

  • 281 AN, B7 22, fol. 177 v°, Partyet à Pontchartrain, 14 mai 1714.

143En mai 1714, Orry racontait lui-même la mésaventure qui lui arriva à Tarragone. Demandant comment les choses se passaient en ce lieu à un lieutenant d’infanterie espagnol qui s’avançait vers lui, ce dernier, ignorant à qui il s’adressait, lui répondit : « Monsieur, depuis que cet ivrogne d’Orry est arrivé en Espagne, nous mourrons tous de faim et de misère281 ». Orry lui répondit que, si c’était lui qui en était la cause il y porterait remède. Apprenant à qui il avait parlé, le militaire se jeta dans une église, mais ne fut pas inquiété. Plus subtil, un prédicateur madrilène, prêchant sur la victoire de Saül sur les Philistins grâce à la valeur de David, conclut son sermon ainsi :

  • 282 AN, B7 23, fol. 128 v°, Partyet à Pontchartrain, 23 juillet 1714.

Saül, étonné de l’audace de Goliath et du découragement de ses soldats s’était expliqué dans ces termes : n’y aurait-il personne en ma cour, ne se trouverait-il pas un fidèle qui eut le courage de rendre un grand service à son Dieu, à son Roi et à tout Israël en tuant aquel Hori, Hori, Horible Gigante282.

144Cela fit un grand scandale à la cour et le prédicateur fut exilé.

  • 283 AECP, Esp., 228, fol. 78, Brancas à Torcy, 25 janvier 1714.
  • 284 Cf. Madrid dormido, BNM, mss 4043, fol. 155 r°-l57 r°, T. Egido López, Opinión pública y oposición (...)
  • 285 Decimas, BNM, mss 3749, tiré de la Gazette de Madrid du 30 janvier 1714 (British Museum, mss Add. 1 (...)

145Les satires fleurissent et la francophobie est à son comble. Brancas signale des placards dans toute la ville, qui ordonnent, « au nom du peuple », à toute la nation française de sortir de Madrid283. Les ultimes transformations du gouvernement de la monarchie semblent avoir porté l’exaspération de la population à son comble. La Princesse, Orry, le P. Robinet, mais aussi les Espagnols qui les entourent comme Grimaldo ou Macanaz (et même Bergeick ou Ronquillo pourtant éloignés), sont les cibles favorites de ces courts textes284. L’un d’entre eux dit ceci285 :

España esta pereciendo,
nuestro rey la esta mirando,
los españoles llorando,
la reina se esta muriendo
Monsieur Orry discurriendo
donativos continuados;
los Grandes acoquinados,
los Consejos aturdidos,
los franceses asistidos,
los soldados malpagados [...]
El rey Lais ha conseguido
Castigar nuestra arrogancia
Macanaz con vigilancia
Astato nos atropella
La princessa nos desvella
Y el dinero se va en Francia.

L’Espagne est en train de périr
Notre roi la regarde,
Les Espagnols pleurent,
La reine se meurt,
Monsieur Orry tient des discours,
Les donatifs se poursuivent ;
Les Grands sont intimidés,
Les Conseils sont abasourdis,
Les Français concourent à cela
Les soldats sont mal payés [...]
Le roi Louis a réussi
À châtier notre orgueil
Macanaz avec vigilance
Rusé, nous foule au pied.
La Princesse nous exploite à fond
Et l’argent part en France.

  • 286 Dezimas a los cincos privados de España, en que es Orri el principal, BNM, mss 3749, p. 113 v°.

146Ou encore286:

Yo el Rey Juan Orri el Primero
sin necesitar de Cortes
de este reino y sus consortes
soy monarca verdadero.
Yo digo quiero y no qidero
de mi gusto a nadie informe
Yo leyesformo y reformo
yo destruyo yo anniquilo
Y Phelipe mi pupilo
dize a todo: me conformo.

Moi le roi Jean Orry le Ier
Sans l’aide des Cortes,
De ce royaume et de ses dépendances
Suis le véritable monarque.
Je dis : je veux et je ne veux pas.
Je n’informe personne de ma volonté.
Je fais et défais les lois.
Je détruis et j’annihile,
Et Philippe mon pupille
Dit à tout : j’obéis.

  • 287 T. Egido López, op. cit., (1971), p. 112, « Cette débauchée et cet ivrogne ont perdu ce gamin », BU (...)
  • 288 AECP, Esp., 232, fol. 156 et La. Tr., VI, p. 239, Fr. Santo Domingo à Torcy, 22 octobre 1714.
  • 289 BNM, mss 8445 et 11080, Maximas executadas en Españapor orden... de... Luis 14por la Prineesa de lo (...)

147Les caricatures prolifèrent. L’une d’entre elles montre le roi flanqué du financier et de la camarera, avec cette légende : « Esta disoluta y este borracho tienen perdido este muchacho287 ». La haine contre la Princesse atteint son apogée après la mort de la reine, lorsque la camarera mayor se retire avec le roi et les Infants au palais des ducs de Medinaceli. Cela donna lieu aux pires calomnies sur leurs rapports. Le frère Juan de Santo Domingo envoie des lettres à Torcy où tous les Français de la cour sont systématiquement dénoncés ; la Princesse est traitée d’« ambitieuse et ignorante » ; Orry est doté d’une « présomptueuse folie » ; le P. Robinet est qualifié d’« athée », tandis que Macanaz est taxé d’« avocat sans lettres288 ». Des textes plus structurés, mettant en cause la France et son aspiration à la monarchie universelle, sont aussi publiés, obéissant aux mêmes thématiques qu’aux moments les plus intenses de la guerre de Succession289.

  • 290 AECP, Esp., 228, fol. 102, 30 janvier 1714 ; ibid., fol. 106, 31 janvier 1714.
  • 291 AECP, Esp., 228, fol. 102, 30 janvier 1714, Brancas à Torcy. L’ambassadeur rapporte que Madame des (...)
  • 292 Le sieur de Turgis, qui était allé à Cordoue comme commis d’Orry pour faire le recouvrement des aré (...)

148Durant les derniers jours de janvier 1714, certains membres de la casa francesa furent poursuivis dans la rue à coups de pierres. Un officier français de Philippe V, M. de Mercœur fut poignardé. Un cuisinier français reçut deux coups d’épée. Deux Flamands furent poursuivis à coups de pierres par des enfants qui les croyaient Français. Louise Pascal, lingère du roi, fut molestée dans la rue. Un domestique de Sartine fut attaqué par deux Espagnols290. Orry finit par s’installer au Palais, craignant quelque attentat contre sa vie291. De nombreux Français sont aussi agressés dans les Provinces sous prétexte de leur nationalité. Un des commis d’Orry, Turgis, et son épouse furent retrouvés assassinés à Cordoue292. Aux yeux des Espagnols, Orry est chargé de tous les maux.

  • 293 AN, B7 20, fol. 247, Partyet à Pontchartrain, 15 décembre 1714 ; B7 21, fol. 19 et 20, le même au m (...)
  • 294 AN, B7 22, fol. 86, Partyet à Pontchartrain, 9 avril 1714. Manuel de Silva, conseiller au Conseil d (...)

149L’ampleur des réformes effectuées sur l’impulsion d’Orry génère des oppositions au sein même des Conseils bloquant ainsi le gouvernement. Les conseillers furent, pour la plupart, d’implacables ennemis du réformateur, dans la mesure où ils avaient à défendre leur propre survie. Le Conseil de Castille, en particulier, lié historiquement aux élites municipales, entreprit de défendre avec acharnement, ses prérogatives. Au début des changements, le désordre provoqué par la nouveauté paralysa les institutions. Partyet relève, avec complaisance, pour Pontchartrain les plaintes générales à ce sujet293. Puis, un véritable phénomène de grève est lancé au sein des tribunaux de la monarchie. Les anciens conseillers s’absentent ou bloquent les débats. En février 1714 eurent lieu les premières destitutions des réfractaires. En avril, les renvois se multiplient alourdissant l’atmosphère politique294.

  • 295 AN, B7 22, fol. 1 v°, Partyet à Pontchartrain, 12 mars 1714. C. Martin Gaite, Macanaz, otro pacient (...)

150De leur côté, les ecclésiastiques rechignent à payer de nouveaux impôts sur le sel, et mettent en avant leurs immunités. L’évêque de Carthagène et celui de Saint-Jacques-de-Compostelle refusent d’obéir aux ordres du roi. Cette affaire est d’importance dans un temps où « le peuple croit que ceux qui gouvernent sont prêts à renverser toutes les lois sans épargner l’autorité la plus respectable295 ».

  • 296 J. M. Vallejo Garcia-Hevia, « Macanaz y su propuesta de reforma del Santo Oficio de 1714 », Revista (...)
  • 297 Voir l’analyse de ce texte par C. MARTIN GAITE, op. cit., p. 261-266.
  • 298 AECP, Esp., 231, fol. 129, Pachau à Torcy, 3 septembre 1714.

151Le nouveau système parvint cependant à s’imposer jusqu’à ce qu’Orry et Macanaz crurent le moment venu de réformer le tribunal de l’Inquisition296. C’était un pas de trop dans les réformes, qui allait leur coûter leur place. Le Pedimento de los 55parrafos, rédigé par Macanaz, contre les immunités de l’Église d’Espagne et les droits juridiques du nonce, comprenait un projet de réforme de ce Tribunal297. Inspiré des plus pures traditions gallicanes, ce mémoire prônait l’indépendance du pouvoir royal vis-à-vis du Saint-Siège. Certains conseillers virent l’occasion de s’ériger contre le tout-puissant fiscal de Castille, en prenant nettement position contre son pedimento. Bien plus, depuis Paris, le cardinal Giudice, Grand Inquisiteur, condamna l’ouvrage, le 31 juillet 1714. La situation était délicate, d’autant que le tribunal de l’Inquisition, malgré les ordres royaux, refusait d’enlever l’édit de son grand Inquisiteur placardé aux portes des églises298. L’automne s’ouvre sur cette crise.

  • 299 AECP, Esp., 234, fol. 116, Giudice à Torcy, 22 décembre 1714.

152Dans un premier temps, le roi, sur les avis de son entourage, frappa d’exil tous ceux qui s’étaient opposés à Macanaz. Giudice se plaignit à Torcy des pressions exercées à son encontre, persuadé que ce n’était pas le Roi Catholique qui agissait contre lui, « mais seulement Orry, le fiscal général (Macanaz) et le Père Robinet qui ont été en même temps ses partis et ses juges299 ». Il fut finalement suspendu de ses fonctions et démissionna.

  • 300 AECP, Esp., 236, fol. 148, Philippe V à Louis XIV, 5 septembre 1714. Néanmoins, dans une lettre du (...)
  • 301 C. Martin Gaite, op. cit., (1982), p. 308.

153Pourtant, la volonté de Philippe V en cette affaire, ne semble faire aucun doute. Ainsi, il sut trouver les mots pour expliquer sa décision à Louis XIV, disant vouloir se défaire de l’emprise des Grands Inquisiteurs « qui n’ont déjà que trop empiété sur l’autorité des rois d’Espagne300 ». De même, il chargea en novembre Macanaz et Martin de Miraval, fiscal du conseil des Indes, de faire un projet de réforme de l’Inquisition, ce qu’ils firent en 15 points. Dans la pratique, il s’agissait d’une réduction du personnel du Saint-Office. Désormais, l’Inquisition passait sous l’autorité du roi. Les quatre postes des nouveaux conseillers de l’Inquisition devaient être occupés par deux laïcs du Conseil de Castille proches de Macanaz, Luis de Ulloa et Apostol de Cañas et par deux religieux, le P. Robinet et le frère dominicain de Macanaz, fray Antonio301.

  • 302 Ibid., p. 280 et sv.

154Cette réforme ne put aboutir car la meilleure partie du clergé, dont le très filippiste Luis de Belluga, prit fait et cause pour les immunités ecclésiastiques, plaçant le roi et son entourage à la fin du mois de décembre dans une situation délicate. Belluga écrivit même une longue lettre à ce sujet à Louis XIV302, remettant en cause l’ensemble des réformes gouvernementales et accusant surtout le confesseur du roi. À la fin de l’année 1714, le climat entre les dirigeants de la cour et les conseillers des différents tribunaux est lourd et tendu. Carmen Martin Gaite va même jusqu’à dire qu’un sentiment de peur s’était installé à la suite des sanctions frappant les opposants aux réformateurs. L’embarras de Philippe V est palpable. Ces circonstances permettent de comprendre les brusques renvois au sein du personnel français en décembre 1714 et janvier 1715. L’arrivée au pouvoir de la « cabale italienne » à cette date par le fait du remariage du roi permet à celui-ci de trouver une issue à la crise politique, en admettant les modifications proposées par ses nouveaux conseillers appuyés par la reine. Et ce, au prix du sacrifice de ses conseillers français et du reniement de leur politique.

L’entourage italien et l'avènement d’Alberoni

Le « coup de Jadraque » et l’exil de Madame des Ursins

  • 303 E. Bourgeois, La diplomatie secrète au xviiie siècle, 2 : Le secret des Farnèse, Philippe V et la p (...)
  • 304 Le 21 août 1713, il écrit à Rocca : « Non, ce n’est pas une paix durable que la paix d’Utrecht. L’I (...)
  • 305 E. Bourgeois, Alberoni, Madame des Ursins et la reine Elisabeth Farnèse d’après des documents inédi (...)
  • 306 Alberoni au comte Rocca, 6 et 27 août 1714, dans J. M. Alberoni, Lettres intimes adressées au comte (...)

155Depuis le décès du duc de Vendôme en 1712, l’abbé italien Alberoni occupait une place de choix à la cour, étant le protégé de personnages considérables et notamment de la Princesse des Ursins. Il se pose en observateur de la cour, jugeant l’Espagne de 1713 comme « un terrain en friche303 ». Au plan international, les négociations de la paix d’Utrecht le laissent pessimiste et il se dit affligé « des renonciations plus grandes encore faites par le roi d’Espagne de ses provinces d’Italie304 ». Cette question italienne a favorisé sa montée en faveur. Depuis le mois d’avril 1713, il est le représentant officiel du duc de Parme à Madrid. Il s’ingénie dès lors, à organiser le second mariage de Philippe V avec Elisabeth Farnèse, Princesse parmesane. Outre le goût de servir son maître italien, il entrevoit toutes les conséquences diplomatiques et politiques de ce choix, qu’il parvient à faire partager au roi d’Espagne. En effet, alors que les traités d’Utrecht et de Rastadt ont fermé l’Italie à Philippe V, son mariage peut la lui réouvrir à Parme et au duché de Toscane. L’abbé Alberoni fut assez persuasif pour gagner la Princesse des Ursins à ce nouvel hymen, lui présentant la future épouse du roi, âgée de 22 ans, comme une jeune femme à former305. Les nombreuses lettres de l’Italien au comte Rocca cachent avec peine son orgueil d’avoir réussi ce mariage, (approuvé par Louis XIV), dont il attend de grands succès pour l’Italie entière306 et qui doit le conduire au cœur du gouvernement madrilène.

  • 307 J.-F. Labourdette, Philippe V..., (2001), p. 308
  • 308 Le prince de Monaco à Torcy, 19 octobre 1714, dans ibid, p. 310.

156Élisabeth Farnèse est la fille de l’héritier du duc de Parme et de Sophie-Dorothée de Neubourg, fille du comte Palatin. Par ce fait, elle est la nièce de la reine douairière d’Espagne, mais aussi de l’Impératrice, de la reine du Portugal et de la reine de Pologne. L’actuel duc de Parme ne pouvant avoir de descendance, Elisabeth est considérée comme l’héritière de ses duchés de Parme et de Plaisance, l’héritière également de Gaston de Medicis, dernier de sa famille, grand-duc de Toscane307. Elle ne quitte Parme que le 22 septembre, voyageant lentement vers l’Espagne par voie de terre. De nombreux envoyés ou ambassadeurs sur son chemin en ont laissé le portrait d’une jeune femme pas très belle, mais avec du charme et un port de reine. Ses goûts pour la chasse, la musique et la peinture coïncident avec ceux du roi. Lettrée et cultivée, elle connaît parfaitement le français. On décèle aussi en elle une force de caractère et une volonté affirmée. « On dit qu’avec une humeur fort douce, elle veut pourtant très fortement, sans s’émouvoir, tout ce qu'elle veut », écrit le prince de Monaco au marquis de Torcy308. De passage à Pau, le 29 novembre 1714, elle a une longue entrevue avec la reine douairière. Cette dernière, comme beaucoup de Grands d’Espagne, attend de la nouvelle reine des changements à la cour et, peut-être aussi, une revanche contre Madame des Ursins, que Marie-Anne de Habsbourg jugeait la cause de son exil. La camarera mayor peut s’inquiéter à juste titre pour son avenir.

157À Madrid, l’ambiance entre les Français de la Cour est tendue. La situation complexe créée par les Conseils en est la cause première, mais aussi l’incertitude de leur avenir sous une nouvelle reine. Au sein même des réformateurs, des dissensions sont perceptibles et révèlent la fragilité de l’équipe en place. Ainsi, le confesseur du roi, le P. Robinet, refuse, en janvier 1714, d’entrer dans le Conseil de Conscience du roi et a quelques critiques à l’égard d’Orry.

  • 309 AECP, Esp., 231, fol. 55, Pachau à Torcy, 20 août 1714.
  • 310 Lors du dernier séjour d’Orry en Espagne, elle assura des correspondances entre son mari et Torcy. (...)

158L’été de cette même année fut marqué par le voyage à Madrid de Daubigny, ancien homme de confiance de la Princesse, à qui, sur les conseils de Torcy, il entreprit de reprocher son ingérence dans les affaires. Madame des Ursins en serait restée très touchée. Il fit les mêmes remontrances à Orry, au point que les deux hommes se seraient « dit mille injures309 ». Leur entrevue eut pour conséquence de renouveler les inquiétudes d’Orry à l’égard de ce que pensait Versailles sur son action, ce qui transparaît dans les quelques lettres qu’il écrivit à ce moment-là à son épouse310.

  • 311 AECP, Esp., 231, fol. 55 et 157, Pachau à Torcy, août-septembre 1714.

159Il semblerait aussi que l’entente entre le financier et le marquis de Grimaldo soit soumise à de rudes tensions. La fonction exercée par ce dernier, sous les ordres d’Orry, est assez pénible : « il pourrait être qu’il lui eut échappé quelques plaintes qui auraient été rapportées et qui n’auraient pas plu à ce premier ministre ». Philippe V aurait soutenu son secrétaire espagnol, alors même qu’Orry souhaitait le remplacer par Miguel Duran, plus souple311. L’union, si importante au sein de l’équipe ministérielle, est difficile à maintenir et Grimaldo se détache de son premier protecteur.

  • 312 M. Cermakian, La Princesse des Ursins..., (1969), p. 515.

160La Princesse des Ursins, quant à elle, est préoccupée par l’arrivée de la nouvelle reine. Elle a vent d’une correspondance entre Alberoni et Elisabeth Farnèse, dont elle ne peut que s’inquiéter, mais elle ne devine encore qu’à peine « la sape du petit abbé312 ». Ce n’est qu’au fur et à mesure de l’avancée de la Parmesane qu'elle comprend que son caractère est tout autre que celui dépeint par Alberoni. Elle qui voulait se placer en intermédiaire entre la nouvelle reine et le roi doit réviser sa position.

  • 313 L’épisode de Jadraque fit couler beaucoup d’encre. On ne parvint jamais à savoir exactement ce qui (...)
  • 314 E. Bourgeois, op. cit., p. 27 : Alberoni au comte Rocca : « Mon très cher ami [...] Je vois que tou (...)

161La fin du mois de décembre voit les événements se précipiter. Alberoni alla au-devant de la reine à Pampelune. Celle-ci devait ensuite se rendre à Guadalajara où se trouvaient le roi et le prince des Asturies. Mais peu avant cette ville, une étape était prévue à Jadraque, où l’attendait Madame des Ursins. Leur première et dernière entrevue eut lieu en cet endroit, le 23 décembre. À peine introduite auprès de la reine, des éclats de voix se firent entendre. Élisabeth Farnèse fit appeler Alberoni et son lieutenant des gardes du corps, ordonnant de mettre la Princesse dans un carrosse et de la conduire sous bonne garde jusqu’à la frontière sans lui permettre d’écrire à quiconque. Elle voyagea toute la nuit, par un froid terrible, entrant le lendemain à Atienza, sans avoir pu préparer un seul instant son départ313. Alberoni pouvait se féliciter de son ouvrage314.

  • 315 AECP, Esp., 238, fol. 9, Orry à Torcy, 5 janvier 1715.

162Pour Orry, cet épisode est un complot, préparé de longue main. Ainsi, des relais étaient déjà disposés pour conduire Madame des Ursins à la frontière. Dès le lendemain, averti par un laquais de la Princesse, Orry aurait souhaité parler en faveur de son amie. Mais il trouva déjà Alberoni auprès du roi. Philippe V s’était tout d’abord montré mécontent de ce coup de force et s’en était ouvert à Grimaldo et à Orry. Mais il ne souhaitait pas s’opposer ouvertement à la future reine. Il se plia donc à la décision d’Elisabeth pour préserver la paix de son ménage315.

163Philippe envoya un court billet à la Princesse, le 24 décembre, lui enjoignant la patience et lui promettant de ne pas l’oublier. Mais, Elisabeth sut maintenir sa décision, et refusa tout adoucissement. Dans une lettre d’explications à son grand-père, Philippe V justifie la conduite de la reine, avec des expressions qui peuvent laisser entendre une certaine ingratitude de sa part. La vérité, ainsi qu’il l’avait déjà évoqué devant Orry, est qu’il ne pouvait maintenir à sa cour une personne que la reine ne pouvait voir sans désagrément. On ne peut que regretter les dernières lignes de cette lettre, étrangement mesquines sous la plume de ce prince :

  • 316 Philippe V à Louis XIV, 29 décembre 1714, La Tr., VI, p. 265-267 ; ANM, Estado, leg. 2850, « minuta (...)

D’ailleurs, vous pouvez bien croire que les Espagnols regardaient d’un mauvais œil l’autorité que la Princesse des Ursins avait dans ce pays où elle était étrangère316.

164Il semble donc que Philippe V ait souhaité tenir compte des sentiments nationaux. Sans doute espère-t-il trouver dans cette transformation le moyen d’un apaisement général au sein de la cour et de ses Conseils.

  • 317 La Princesse eut la consolation de recevoir une lettre de Louis XIV lui renouvelant ses sentiments (...)

165Madame des Ursins sombra dans le silence et l’exil. Trop fine, elle avait compris sans doute depuis longtemps que son effacement était indispensable. Mais les conditions dans lesquelles cela se produisit laissèrent la cour de France frappée de stupeur317.

Les changements an gouvernement

  • 318 J.-F. Labourdette, Philippe V..., (2001), p. 314.
  • 319 AECP, Esp., 238, fol. 9, Orry à Torcy, 5 janvier 1715.
  • 320 AN, B7 25, fol. 41, Partyet à Pontchartrain, 7 janvier 1715.
  • 321 AECP, Esp., 238, fol. 5, Orry à Torcy, 5 janvier 1715.
  • 322 AECP, Esp., 244, fol. 27, Philippe V à Louis XIV, 9 janvier 1715.
  • 323 AECP, Esp., 238, fol. 9, Orry à Torcy, 5 janvier 1715.

166Le 26 décembre, Elisabeth Farnèse faisait son entrée à Madrid avec son époux, sous les applaudissements de la population, qui voyait en elle la libératrice devant la débarrasser des Français318. De fait, privés de leur appui, les Français de la cour ont une position de jour en jour plus fragile. Ainsi, le marquis de Chalais doit annuler son mariage avec la cadette du comte de Priego dans les circonstances présentes. Alberoni a fait dire aux amis de Madame des Ursins que la reine trouverait déplacée toute intercession en sa faveur319. Tout le monde observe Orry et les « envieux de sa fortune voudraient déjà que le second tome de Jadraque lui fût dédié320 ». Orry voulut programmer son départ pour le mois de mars. Philippe V refusa d’en entendre parler et le mena lui-même chez la reine, qui lui fit bon accueil321. Il écrivit aussi à son grand-père pour pouvoir le conserver encore auprès de lui une année entière322. Mais le financier n’est pas dupe. Il n’a pas de mots assez durs pour dénoncer la cabale des Italiens, « qui se proposent depuis longtemps d’occuper les principaux emplois de la monarchie d’Espagne [...] Ils travaillent aujourd’hui à déranger le gouvernement présent qui les gêne sur la disposition des fonds, après quoi ils se dédommageront avec usure de ce qu’ils disent qu’ils ont abandonné en leur pays323 ».

  • 324 AECP, Esp., 238, fol. 51, Saint-Aignan à Torcy, 13 janvier 1715.
  • 325 E. Bourgeois, La diplomatie secrète au xviiie siècle, 2 : Le secret des Farnèse, Philippe V et la p (...)

167Le duc de Saint-Aignan, qui avait accompagné la reine depuis son passage en France jusqu’à Madrid, resta en cette capitale, où Louis XIV le maintint avec le titre d’ambassadeur, par lettre du 12 février 1715. C’était un jeune homme de trente ans, demi-frère du duc de Beauvilliers. Il fut bien placé pour suivre tous les changements survenus à la cour, tel le choix de la comtesse d’Altamira, sœur du feu duc de Medinaceli, comme camarera mayor324. Il voit aussi Alberoni étendre son influence auprès de la reine, se faisant l’ordonnateur de sa maison, de sa table et de ses plaisirs. Dès la fin du mois de janvier, « l’abbé était devenu un personnage indispensable au ménage royal325 ».

  • 326 PIO (François de Savoie y Cortereal, prince) servit tout d’abord en Italie et fut fait gouverneur d (...)
  • 327 AECP, Esp., 235, fol. 78, Bourck à Torcy, 19 février 1714. Selon Bourck, Pio souhaite mettre en vig (...)
  • 328 AECP, Esp., 223, fol. 15-26, août 1713 : Bonnac disait qu’on « le consulte quasi sur tout ». Partye (...)
  • 329 Sans doute est-ce Antoine Grimaldi, marquis de la Cueva, d’origine génoise, maréchal de camp dans l (...)
  • 330 AN, B7 25, fol. 17 v°, Partyet à Pontchartrain, 25 février 1715.
  • 331 AN, B7 25, fol. 41, Partyet à Pontchartrain, 7 janvier 1715. Même remarque sur les emplois donnés à (...)

168Autre Italien à revenir au pouvoir : le cardinal Giudice, de retour à Madrid, le 17 février 1715. Il est déclaré ministre d’État pour la justice et l’Église, mais aussi gouverneur du prince des Asturies. Les Italiens semblent vouloir tous les postes. Le prince de Cellamare est envoyé en France comme nouvel ambassadeur. Le prince Pio326, gouverneur de Madrid, depuis février 1714, est nommé gouverneur de Catalogne en mai 1715327. Parmi les officiers militaires, le duc de Popoli328 commande en chef les troupes espagnoles ; le marquis de Grimaldi329 est nommé au gouvernement de Cadix, tandis que le Napolitain Copola, l’est à celui de Malaga330. Partyet signale dans un de ses courriers que les assignations sur l’archevêché de Tolède sont emportées, comme à la curée, par les Italiens, Napolitains et Lombards.331

  • 332 AECP, Esp., 238, fol. 51, Saint-Aignan à Torcy, 13 janvier 1715.
  • 333 AECP, Esp., 238, fol. 141, Daubigny à Torcy, 5 février 1715.
  • 334 AN, B7 25, fol. 259, Partyet à Louis XIV, 3 avril 1715.

169Saint-Aignan constate, non sans ironie, que les Espagnols commencent à regretter l’éloignement de Madame des Ursins, disant que leur esclavage ne faisait que changer « d’espèce332 ». Daubigny partage le même avis333 ; Partyet signale que les Espagnols « publient hautement que, quand les Français gouvernaient, ils faisaient au moins agir le Roi Catholique en maître334 », tandis que Pachau note :

  • 335 AECP, Esp., 238, fol. 113, Pachau à Torcy, 28 janvier 1715.

II fallait une révolution pareille à celle qui vient d’arriver pour obliger les Espagnols à dire du bien des Français et de la France ; ils voudraient que nous les aidassions à se délivrer des Italiens et je suis sûr qu’ils seraient plus touchés de ce service qu’ils ne l’ont été de tout ce que le roi a fait pour soutenir leur monarchie depuis le commencement de la guerre335.

  • 336 La Tr., VI, p. 277, Saint-Aignan à Torcy, 7 janvier 1715.
  • 337 AN, B7 25, fol. 17 v°, Partyet à Pontchartrain, 25 février 1715.
  • 338 AECP, Esp., 240, fol. 20, Saint-Aignan à Louis XIV, 3 avril 1715.

170Mais la faveur d’Orry décline et il n’est plus tant ménagé par les Espagnols. La reine en aurait parlé au roi « comme d’un homme dont le gouvernement faisait tort à la réputation de SMC, mais qu’il était nécessaire de le ménager encore pendant quelque temps, à cause qu’il avait seul la connaissance de toutes les affaires336 ». La nouvelle épouse de Philippe V fait attention à ne pas se déclarer tout de suite contre les favoris du roi. De même, elle assure de sa protection les membres de la casa francesa, assistant avec plaisir à quelques comédies françaises jouées devant elle337. Hersan et la Roche sont eux aussi bien vus d’Elisabeth Farnèse. Celle-ci donne au premier le soin de la garde-robe de l’Infant et s’entremet avec lui pour obtenir quelques articles de Paris338. Un texte anonyme circule, la montrant comme la protectrice des Français sauf de ceux :

  • 339 AECP, Esp., 238, fol. 59, texte anonyme.

qui ayant été élevés par la Princesse des Ursins à des emplois et à des charges, d’où leur condition et leur mauvaise réputation les devaient tenir éloignés, ont abusé trop longtemps d’une injuste faveur non seulement (pour) l’oppression des Espagnols, en renversant leurs lois, les coutumes de tout le royaume, la dignité et l’autorité des tribunaux mais aussi au grand préjudice du roi, son seigneur, en éloignant ses sujets et leur amour de sa royale personne339.

  • 340 Philippe V en informait dès le 4 février son grand-père, AECP, Esp., 244, fol. 140.
  • 341 ANM, Estado, leg. 3556, Orry à Grimaldo, 8 février 1715. Il partit en emportant 6 caisses, trois de (...)
  • 342 AECP, Esp., 239, fol. 9, Saint-Aignan à Torcy, 11 février 1715.

171C’est évidemment la politique menée par Orry, et par Amelot avant lui, qui se trouve ici visée. La disgrâce officielle du financier a lieu le 7 février340, en même temps que celle de Macanaz, exilé en France. Grimaldo vint le trouver pour l’informer de ce que le roi ne voulait plus qu’il s’occupe de ses affaires et lui défendait de se présenter devant lui. Orry dut rentrer chez lui à pied en traversant tout Madrid et fut gardé à vue pendant les deux jours qu’il prit pour trier ses papiers, essuyant des mortifications des officiers préposés à cette fonction. Il quitta la ville le 10, ayant rendu les deux clefs personnelles qu’il possédait de l’Alcázar et du Retiro341. Il était suivi d’un assez gros cortège et du reste des domestiques de la Princesse des Ursins342. L’ambassadeur de France note que :

  • 343 AECP, Esp., 239, fol. 6, Saint-Aignan à Louis XIV, 11 février 1715.

La disgrâce d’Orry, quoique prévue, fait ici beaucoup de bruit ; il n’y était point aimé et s’y trouvait en butte à tous les partis. Cependant il arrive à son égard ce que l’on a déjà vu à l’occasion du malheur de Madame des Ursins, tout le monde trouve à dire à la manière dont les volontés du roi d’Espagne se sont fait connaître en cette rencontre et l’on oublierait s’il était possible les sujets de plaintes, que sa conduite a donnés, pour blâmer avec plus de raison les circonstances du dur congé qu’il a reçu343.

  • 344 AECP, Esp., 239, fol. 109 v° et 119. Il arrangea quelques ultimes affaires, notamment celle concern (...)
  • 345 ANM, leg. 2850. Daubigny partit emmenant avec lui Mademoiselle Emilie, camériste de la reine, attac (...)
  • 346 Alberoni parlait ainsi de Sartine : « Il fit faillite deux fois à Lyon, (il est) digne du plus rigo (...)
  • 347 AECP, Esp., 240, fol. 85, Saint-Aignan à Torcy, 29 avril et ibid., fol. 115, Saint-Aignan à Louis X (...)
  • 348 AECP, Esp., 240, fol. 123, Saint-Aignan à Torcy, 6 mai 1715 : sur Sartine, « il est ici assez génér (...)
  • 349 AECP, Esp., 241, fol. 144, Torcy à Saint-Aignan, 22 juillet 1715.
  • 350 AECP, Esp., 245, fol. 87.

172La vérité est que les Espagnols y voient une nouvelle affirmation de la faction italienne. Les exclusions se poursuivent. Le P. Robinet se voit notifier son départ au début du mois de mars. C’est encore Grimaldo qui vient l’en informer, en se rendant à sa maison de ville. Le confesseur quitte Madrid le 11344. Daubigny, puis Hocquart et Du Péage, secrétaires de Madame des Ursins, qui tâchaient de régler quelques-unes de ses affaires, partirent eux aussi durant le même mois345. Chalais et Lanti, les neveux de la Princesse, ne purent, quant à eux, retourner en Espagne après avoir accompagné leur tante à Paris. Alberoni se débarrassa, en avril, de Bernardo Tinajero, titulaire du département des Indes et de la Marine, trop francophile. La cause en aurait été son soutien à Antoine Sartine, placé à la tête de l’intendance de marine et que l’abbé italien détestait346. On l’accusa d’avoir sacrifié les intérêts de son maître en confiant cette charge à un Français. Sartine préféra démissionner de son poste au début du mois de mai347, mais resta dans les milieux financiers madrilènes, en contact avec l’ambassadeur de France348. Duplessis, banquier français, chargé de la commission des poudres subit les menées d’Alberoni à cause de ses liens avec Sartine. Partyet lui-même, représentant des commerçants français, n’est pas épargné et l’on se plaint à la cour espagnole de sa vivacité dans les affaires349. Dès le mois de mars, le commis de la marine demandait à pouvoir changer de poste pour celui de Cadix, qui passait d’ailleurs pour le plus rentable d’Espagne. Mais il doit attendre encore plusieurs mois pour réaliser ce projet. Enfin, le fidèle représentant de Jacques II à Madrid, ami de la Princesse, le chevalier du Bourck, s’en va occuper un poste en Suède, à la mi-juin350.

  • 351 AECP, Esp., 239, fol. 11, Louis XIV à Saint-Aignan, 28 février 1715 ; ibid., fol. 63 v°, le même au (...)

173De France, on regarde ces changements sans aucune envie d’intervenir contrairement à ce que pouvait craindre Alberoni. Désormais, Louis XIV se refuse à tout conseil envers la politique de son petit-fils et ne pense même pas à soutenir des Français, dont il n’approuvait plus depuis longtemps la trop grande influence. Bien qu’il eût préféré la présence d’Espagnols plutôt que d’étrangers au sein du nouveau gouvernement, ainsi qu’il le préconisait déjà à la Princesse des Ursins, il interdit au duc de Saint-Aignan toute remarque en ce sens, en lui demandant de borner son rôle à celui d’un observateur attentif351, et d’attendre de voir les sentiments de la faction italienne quant à l’union avec la France.

  • 352 AECP, Esp., 247, fol. 21-43 r°.

174Il est impossible de connaître les véritables sentiments de Philippe V, dont l’attitude apparaît versatile envers ses anciens favoris. Les instructions secrètes données au prince de Cellamare, le 19 mai 1715352, alors que ce dernier se prépare pour son ambassade en France, comportent deux articles très durs contre eux. Ainsi, dans l’article 3, il est demandé à cet ambassadeur de prévenir tout ce qu’Orry ou Madame des Ursins auraient pu dire « contra mi justificación y la de la Reyna ». Il doit les reprendre et s’opposer à eux en rappelant : « la mala conducta que por tantos años se han observado en tan grave perjuicio de mi conciencia y de mi credito, y con gravissimo menoscabo de esta monarquía y devereis informar por menor el Rey mi abuelo de todo lo que ha occurido en este punto ».

175Ces instructions semblent avoir été rédigées plutôt par Alberoni que par le roi lui-même. Comment penser, en effet, que Philippe V puisse ainsi renier ceux qui ont travaillé sous son autorité à la consolidation de son pouvoir pendant la Guerre de Succession ? L’article 4 des instructions de Cellamare, consacré à l’influence des Italiens à la cour semble lui aussi être de la main d’Alberoni, qui cherche à justifier à Versailles le renvoi de tant de Français. Cellamare doit expliquer que ces personnes ont été chassées non pas du fait de leur nationalité mais parce qu’elles étaient des « mal intencionados ministros ». Quant aux Italiens, leur présence est justifiée au regard de tout ce qu’ils ont perdu en leur terre d’origine et il convient de prévenir les discours qu’on ferait à leur sujet, afin aussi de ne pas entretenir davantage l’italianophobie naissante des Espagnols.

176Ce texte est sans appel. Après la disparition physique des Français, c’est leur mémoire même qu’on veut faire disparaître. L’abbé italien Mascara, présent à Madrid à la fin du mois de juin, écrivait à l’un de ses correspondants :

  • 353 Lettre de l’abbé Mascara, 29 juin 1715, A. Baudrillart, « Rapport sur une mission en Espagne aux Ar (...)

Je ne vous dis rien de Madame des Ursins, ni du célèbre Orry ; l’an passé c’étaient des personnages ; présentement, ils sont rayés du calendrier ; sans exagération, il n’est plus question d’eux que s’ils étaient morts et enterrés depuis dix-huit siècles ; ils sont aussi loin que César et Pompée353.

  • 354 AECP, 245, fol. 46, Philippe V à Louis XIV, 19 mai 1715. Louis XIV s’étonne de la rigueur de son pe (...)
  • 355 La Tr„ VI, p. 332, Coutlet à Huxelles, 15 juin 1717. La Princesse devait finir ses jours à Rome en (...)

177Force est de constater que Philippe V ne se soucie plus guère de l’ancienne camarera mayor de sa première épouse. Madame des Ursins passe quelque temps à Paris, en février 1715. Mais la cour de Versailles se montre réservée à son égard, car la diplomatie impose de ne pas contester ouvertement la décision de la reine d’Espagne, en recevant trop bien la Princesse. De plus, le duc d’Orléans, avec lequel elle est depuis longtemps en froid, a fait dire qu’il ne voulait pas la voir sur son passage, lui interdisant dès lors le séjour de Versailles. Saint-Simon nous la montre délaissée et peu visitée. Elle semble bel et bien abandonnée de tous. Louis XIV demanda pour elle à Philippe V quelques secours financiers. La réponse de son petit-fils fut négative et accompagnée de commentaires désobligeants354. Ne pouvant rester à Paris, pensant un moment à la Hollande, où l’on ne la voulait pas, puis à Rome, où le Pape la refusa, elle finit par se fixer à Gênes. Elle ne dit jamais un mot désobligeant sur les souverains catholiques, se consolant, aux dires d’un témoin, des quelques lettres que lui écrivait le roi d’Espagne en cachette de son épouse355.

  • 356 ANM, Estado, leg. 3556, le 4 février 1715, Philippe V demanda à Moriana de payer 36 000 lt à Orry. (...)
  • 357 A. de Vayrac, État présent de l’Espagne, (1718), t. 3, p. 439.

178Quant à Orry, il réintégra la France et sa famille, et finit ses jours en septembre 1719. On trouve, jusqu’en 1718, des lettres adressées à Grimaldo, à qui il demande une aide financière pour lui et pour son fils356. L’abbé de Vayrac, dans son État présent de l’Espagne, en fait le véritable sauveur de la monarchie et le compare à Colbert, qui fut détesté de son vivant et regretté à sa mort, ajoutant, « peut-être l’Espagne en fera-telle autant de Monsieur Orry357 » !

La fin des réformes ?

  • 358 « Dans sa pureté la plus parfaite ».
  • 359 C. de Castro, José de Grimaldo, ministre responsable (1703-1726), (2004), p. 305.

179Trois jours à peine après le renvoi d’Orry et de Macanaz, le roi adressait un message aux Conseils dans lequel il déclarait son désir de conserver la religion du royaume « en su mas acendrada pureza358 ». Le régaliste P. Robinet n’était pas encore sorti de Madrid que déjà, il n’avait plus aucune influence sur les affaires religieuses. Le 28 mars, le roi envoyait au Tribunal du Saint-Office une rétractation complète de sa politique antérieure, disant avoir été « influido y siniestramente aconsejado359 ». Le contentieux ouvert avec son Grand Inquisiteur et les évêques de son royaume se trouvait ainsi apaisé et le retour de Giudice marqua la fin des tentatives de réformes religieuses.

  • 360 J.-P. Dedieu, « La Nueva Planta en su contexto », Manuscrits, 18 (2000), p. 121.
  • 361 J. Fayard, « La tentative de réforme du Conseil de Castille sous le règne de Philippe V (1713-1715) (...)
  • 362 J. Fayard, loc. cit., p. 276.
  • 363 AECP, Esp., 241, fol. 46, Saint-Aignan à Louis XIV, 14 juin 1715.
  • 364 AECP, Esp., 239, fol. 207, Bourck à Torcy, sd., v. mars-avril 1715.

180En ce qui concerne les réformes des Conseils, une junte fut réunie, dès le mois de mars 1715, pour se prononcer sur leur utilité360. Le 9 juin 1715, un décret fut promulgué, abolissant toutes les innovations d’Orry et de Macanaz et rétablissant le système des Conseils en son état antérieur. Miguel Guerra, président du Conseil de Castille est remercié et remplacé par Felipe Gil de Taboada, ancien président de la Crusada. Ce dernier fut choisi par Giudice, principal responsable du rétablissement de ce Conseil361. Le poste de Premier président de Castille refait ainsi son apparition. Il en est de même de la Chambre de Castille composée, comme avant 1713, du président, de cinq conseillers et de quatre secrétaires. L’institution des cinq présidents, celle du fiscal général, celle des avocats généraux et des quatre secrétaires en chef étaient supprimées362. Saint-Aignan remarque que « les gens dont on vient de se défaire s’étaient tous distingués par leur zèle pour l’union et leur attachement aux regalías363 », citant en particulier l’avocat Luis de Ulloa, ami de Macanaz. Bourck constate aussi que le sort réservé à ce dernier « est fort propre pour intimider ceux qui auraient beaucoup de zèle pour les regalías364 ».

  • 365 J.-P. Dedieu, loc. cit., (2000), p. 122.
  • 366 J. Fayard, loc. cit., p. 278.
  • 367 Au xviiie siècle, plusieurs décrets seront publiés pour faciliter le travail de ce Conseil, mais sa (...)

181Malgré ces changements drastiques, les Conseils ne récupérèrent pas totalement leur ancien rôle. Les Conseils d’État, des Finances et de la Guerre demeurèrent affaiblis. Seuls, celui des Indes et celui de Castille relevèrent la tête365. Leur opposition avait été la plus virulente. La réforme entamée par Orry et Macanaz était judicieuse et pratique, mais, selon les mots de Janine Fayard, ces deux hommes « auraient dû s’attaquer au conseil de Castille avec beaucoup de prudence, tant était grand le respect de l’Espagne pour cette institution aussi vieille que la monarchie elle-même366 ». Il faudra attendre désormais la seconde moitié du siècle pour les voir domptés367. À travers cette nouvelle orientation politique, le roi a cherché à rétablir un semblant d’union entre lui et ses conseillers. En même temps, c’est désormais à ses secrétaires d’État qu’il confie les dossiers importants.

*
* *

182Ainsi, Philippe V n’a pu encore aller aussi loin dans les réformes qu’il le pensait. La domination de quelques élites politiques au sein des Conseils, le prestige de ses évêques, le poids des élites municipales et, tout simplement, l’importance donnée à la tradition, sont autant de freins à sa volonté réformatrice. Philippe, politique pragmatique, a pris en compte cette réalité espagnole en sacrifiant ses ministres français et en utilisant politiquement son remariage pour dénouer la crise institutionnelle dans laquelle il se trouvait engagé. Cela s’est fait au prix fort : par le renvoi de ses plus fidèles conseillers et par le reniement des réformes par eux enclenchées. Ainsi, en apparence du moins, le roi donnait raison à ses sujets mécontents et négociait avec eux la paix civile.

183Il est habituel de considérer le départ de Madame des Ursins comme la fin de l’influence de la France, au profit d’une nette prépondérance italienne. Mais, si la périodisation en Histoire a le mérite de marquer clairement quelques grands axes, elle semble un peu trop manichéenne lorsqu’il s’agit d’observer un microcosme sans cesse en mouvement tel que celui de la cour de Madrid. La transition entre les deux nations est bien plus nuancée qu’il n’apparaît et les Français n’ont pas totalement disparu en quelques mois. Tout au plus leur mode d’expression a-t-il changé, du fait qu’ils se retrouvent amoindris.

  • 368 Le P. Daubenton arrive le 13 juin à Madrid, AECP, Esp., 241, fol. 46.
  • 369 AECP, Esp., 241, fol. 85, Saint-Aignan à Torcy, Aranjuez, 24 juin 1715.
  • 370 AECP, Esp., 240, fol. 123, Saint-Aignan à Torcy, 6 mai 1715.

184Dès l’été 1715, nous constatons que l’union n’est pas si parfaite entre les nouveaux membres du gouvernement, et, en particulier, entre l’abbé Alberoni et le cardinal Giudice. Ce dernier trouve qu’il ne possède pas exactement le crédit qu’il attendait. Dans ce duo complexe arrive un troisième protagoniste, en juin 1715, le P. Guillaume Daubenton, appelé à remplir pour la deuxième fois, la charge enviée de confesseur du roi368. Ce jésuite revient à Madrid après dix années passées en la subtile cour romaine. Le duc de Saint-Aignan qui, en quelques mois, a pris goût à son ambassade, constate que ce père « ne serait pas fâché d’avoir un peu de part aux affaires, mais c’est un bien ce me semble, et je crois qu’on en pourra tirer de l’utilité369 ». Enfin, la société française comprenant la familia francesa, des militaires ou quelques financiers, reste présente même si, désormais, les postes de décision lui sont ôtés. Saint-Aignan constate qu’un homme comme Sartine « ne laisse pas que de jouer aujourd’hui une espèce de rôle sur cette scène370 ».

185Par ailleurs, c’est durant cette période plus difficile que des installations définitives ont lieu et que des liens plus profonds sont noués entre ces Français, désormais ancrés à la cour, et les Espagnols. Les événements de 1715 semblent avoir fait un tri qualitatif en distinguant les Français installés de manière temporaire, prêts à retourner à tout moment en leur pays d’origine, et ceux pour qui l’Espagne devient une terre d’élection.

186Reste donc à évaluer la part prise par ces Français encore présents à la cour madrilène après 1715 dans les affaires d’Espagne. Particulièrement au moment du bouleversement provoqué en France, au mois de septembre, par la mort de Louis XIV et l’avènement du duc d’Orléans comme Régent. En quelques mois, les configurations tant nationales qu’internationales ont profondément changé. Malgré les apparences, toute influence française n’est pas encore totalement bannie ne serait-ce que parce que Versailles et Paris ont encore quelques intérêts diplomatiques à faire valoir à Madrid et entendent profiter en cette matière, de leurs expatriés.

Notes

1 Durant l'hiver 1710, elles habitent toutes deux, des maisons gelées aux milles incommodités afin de suivre au plus près les événements de la guerre, La Tr., V, p. 105, Vittoria, 4 octobre 1710 ; p. 140, Najera, 1er janvier 1711.

2 La reine doit cacher en nouant une cornette sous son menton, des glandes d’une taille inquiétante qui sont apparues au cou. En avril 1711, l’alerte est sérieuse et la reine se tient plus de deux mois au lit en proie à une forte fièvre. Sa camarera mayor craint « pour une si précieuse vie », dans M. Cermakian, op. cit., p. 445.

3 Maladif, l’infant Philippe meurt le 29 décembre 1719.

4 La Tr., VI, p. 5, Madame des Ursins à Torcy, 14 février 1712.

5 AGP, Personal, C 874/18 et 20.

6 Pour le détail, cf. Y Bottineau, L’art de Cour…, (1962), p. 275-280.

7 La Tr., VI, p. 3, Bourck à Torcy, 18 janvier 1712.

8 AN, B7 21, fol. 20, Partyet à Pontchartrain, 20 décembre 1712.

9 AECP, Esp., 263, fol. 463, Bourck à Torcy, 19 septembre 1712. Quand elle y trouve son profit, Madame des Ursins applique cette étiquette avec rigueur. Ainsi pour empêcher l’ambassadeur Brancas qu’elle n’aime pas de voir la reine dès son arrivée (AECP, Esp., 226, fol. 271, Torcy à Madame des Ursins, 11 décembre 1713).

10 Madame des Ursins au cardinal Gualterio, Corella, 13 septembre 1711, elle lui développe son projet, dans M. Cermakian, op. cit., p. 455.

11 AN, B7 14, fol. 107, Uzardy à Pontchartrain, 9 mai 1712. Parmi les femmes espagnoles, certaines sont gagnées depuis longtemps à ces changements vestimentaires. La duchesse d’Albe, qui a habité Paris durant l’ambassade de son mari, fait faire chez elle quantité de cheminées et dit vouloir « vivre et mourir à la française », AN, B7 17, fol. 298 v°, Partyet à Pontchartrain, 13 mars 1713.

12 AECP, Esp., 224, fol. 64, Brancas à Torcy, 30 novembre 1713 ; éditée dans La Tr., VI, p. 157.

13 Marie-Anne Césarine Lanti della Rovere (1685-1753). Fille de Louise-Angélique de la Trémoille Noirmoutier et d’Antoine de Lanti, prince de Belmar. La sœur de la Princesse était morte à Paris d’un cancer, en 1698 (SSBL, VI, p. 34).

14 APR, Capilla, no 60, Indice general... de matrimonios, bautismos, confirmaciones y muertes occuridos en la parroquia del Realpalacio... (1816).

15 Ibid.

16 Alexandre Lanti fut marquis de Priego en 1724 et brigadier en octobre 1727. Il prendra en 1742, le titre de duc de San Gemini, SSBL, XXIV, p. 95 ; XXV, p. 107.

17 Louis-Jean-Charles de Talleyrand-Perigord, prince de Chalais (1680-1757). AEMD, Esp., 125, fol. 255, 22 août 1711, la Princesse remercie Noailles de son intervention auprès de Pontchartrain pour qu’il permette à Chalais de quitter la marine afin d’entrer au service de Philippe V.

18 AN, B7 11, fol. 28, Partyet à Pontchartrain, 30 septembre 1711.

19 La reine Anne aux plénipotentiaires anglais à Utrecht, 3 mars 1713, archives anglaises, Public Record Office, fonds Holland, SP 84, 248, cité par M. Cermakian, p. 471, n. 208.

20 La Tr. VI, p. 76-77, Madame des Ursins à Torcy, 18 décembre 1712.

21 AECP, Esp., 221, fol. 126, article 21.

22 La Tr., VI, p. 106, Louis XIV charge Bonnac de dire à la Princesse « qu’une des clauses des traités de paix qui me fait le plus de plaisir est celle qui établit la souveraineté que le roi d’Espagne lui avait réservé dans les Pays-Bas » (17 avril 1713).

23 Ed. A Geffroy, appendice III, p. 486, « Engagement de la reine Anne », juin 1713.

24 À cette date, le roi signa aussi avec la Savoie. AECP, Esp., 225, fol. 356-373.

25 AGS, Estado, 8121, Madame des Ursins au duc d’Osuna, 2 août 1713.

26 AGS, Estado, 8121, Madame des Ursins au duc d’Osuna, 2 septembre 1713.

27 La Princesse avoue à Torcy en juillet 1711, son peu de ressources pour vivre (La Tr., V, p. 203) ; ce dernier essaye de l’aider en informant Desmarets, chargé de payer les pensions (ibid., p. 205). Mais ce ministre laisse traîner les choses. En janvier 1715, elle dira à Torcy : « Je dois plus que je n’ai vaillant », La Tr., VI, p. 279, Toloseta, 10 janvier 1715.

28 Madame de Maintenon, malgré sa nouvelle froideur envers Madame des Ursins, avait bien compris la délicate situation de la Princesse, et lui écrit, le 9 juin 1714 : « On ne peut vous refuser les louanges sur votre désintéressement, et vous avez toujours été si intacte là-dessus que c’est ce qui a le plus surpris quand on vous a vu vouloir quelque chose pour vous. Quant à moi, j’ai compris qu’envisageant la mort de la reine, vous vouliez une retraite, et comme vous n’êtes point accoutumée à penser bassement, vous avez voulu une souveraineté », Bossange, III, p. 230-231.

29 Bonnac signale plus d’une fois, dans ses courriers, l’obstination des souverains espagnols pour cette affaire. Cf. par exemple, AECP, Esp., 223, fol. 64 ou 96.

30 AECP, Esp., 226, fol. 188, 19 octobre 1713, Louis XIV envoie son nouvel ambassadeur Brancas avec mission de faire plier Madame des Ursins, afin qu'elle accepte le comté de Chiny (avec l’assurance que les Hollandais lui donnent de ne remettre les Pays-Bas à l’Empereur que s’il consent à cette souveraineté) et qu'elle se désiste de toute prétention à une garantie. Après avoir un instant fléchi en ce sens, Philippe V décida d’attendre encore avant de ratifier le traité avec les Hollandais. Son envoyé à Utrecht, le duc d’Osuna, lui faisait miroiter un possible assouplissement de leur part sur la garantie de la principauté.

31 Dès le mois d’octobre 1713, la Princesse semble avoir ouvert les yeux sur la situation internationale et assure à Bonnac que « quoiqu’elle ne peut pas nier qu elle ne souhaitât et pour elle et pour sa famille un établissement qui lui devait être si honorable, elle serait toujours prête à le sacrifier à la volonté de Votre Majesté et aux intérêts des deux couronnes ». Dans l’audience que Bonnac eut ensuite avec Philippe V, c’est ce dernier qui maintint sa volonté de faire reconnaître aux Hollandais le principe de la souveraineté. AECP, Esp., 223, fol. 174, Bonnac à Louis XIV, 23 octobre 1713.

32 ANM, Estado, leg. 2460, Philippe V à Louis XIV, 30 janvier 1714.

33 Le 5 septembre 1713, Philippe V avait pourtant demandé à Louis XIV d’insérer un article pour la souveraineté de Madame des Ursins dans la paix qu’il s’apprêtait à traiter avec l’Empereur (AECP, Esp., 223, fol. 67).

34 Le 13 janvier 1714, Louis XIV informait Brancas que l’Empereur accorderait la souveraineté de la Princesse au cas où Philippe V rendrait leursfueros aux Catalans (AECP, Esp., 228, fol. 16). Mais, le 29 janvier, Brancas répondait que le roi d’Espagne ne voulait rien céder sur ce dernier point (ibid., fol. 98). Aussi, le roi de France ne fit-il plus de tentatives en faveur de Madame des Ursins.

35 AECP, Esp., 235, fol. 128, Louis XIV à Philippe V, 9 avril 1714.

36 AN, B7 20, fol. 247, Partyet à Pontchartrain, 15 décembre 1713.

37 La Tr., VI, p. 208, Madame des Ursins à Torcy, 4 août 1714.

38 Ibid.

39 AECP, Esp., 209, fol. 121, Bonnac à Louis XIV, 20 septembre 1711.

40 AECP, Esp., 223, fol. 14, mémoire de Bonnac sur la cour, 9 août 1713.

41 AN, B7 10, fol. 302, Partyet à Pontchartrain, 26 août 1711.

42 AN, B7 12, fol. 5, Partyet à Pontchartrain, 21 décembre 1712.

43 AECP, Esp., 224, fol. 64, Brancas à Torcy, 30 novembre 1713.

44 AN, B7 14, fol. 270 v°, Partyet à Pontchartrain, 13 juin 1712.

45 AECP, Esp., 236, fol. 82 et 83, 20 août 1714.

46 Édit « portant défenses, sous peine de confiscation de corps et de biens, de prendre du service ou de s’habituer à l’étranger », rendu à Saint-Germain-en-Laye, 13 août 1669, dans Recueil général des anciennes lois françaises, t. 18, p. 366, no 585, 1829.

47 AECP, Esp., 228, fol. 122 ou 229, fol. 34.

48 AN, B7 23, fol. 89, Partyet à Pontchartrain, 9 juillet 1714.

49 AECP, Esp., 223, fol. 14.

50 AN, B7 16, fol. 81, Partyet à Pontchartrain, 8 octobre 1712 ; ibid., fol. 164, Partyet se dit content de l’activité du P. Robinet envers les Français, 31 octobre 1713.

51 AN, B7 17, fol. 30, fol. 75 ou fol. 201. Il s’agit d’un Lacombe, condamné à être pendu pour avoir fait circuler de la fausse monnaie et d’Antoine Philippe, détenu dans les prisons de l’Inquisition de Murcie (début de l’année 1713). Sur ce dernier, cf. aussi AN, AE, B1, 776, Bonnac à Pontchartrain, 6 février 1713.

52 AN, B7 16, fol. 164, Partyet à Pontchartrain, 31 octobre 1712.

53 AGS, Gracias y Justicia, leg. 274.

54 AGS, Gracias y Justicia, 275, le P. Robinet à D. Vadillo y Velasco, 20 avril 1714. L’emblème de l’académie est un creuset (crisol) au feu avec la devise : « Limpia, fija y da esplendor » : « Purifie, affermis et donne de l’éclat » (s.e. à la langue) ; en-dessous se trouve un espace pour mettre la date de création : 1714, et tout autour se trouvent ces paroles : « Academia española protegida del rey D. Felipe V ».

55 Louis Bourdaloue, né à Bourges (1632-1704) s.j. Auteur de dix séries de Sermons prononcés durant l’Avent ou le Carême de 1670 à 1693.

56 AN, B7 18, fol. 175, P. Robinet à Pontchartrain, 15 mai 1713.

57 AN, B7 17, fol. 136.

58 AN, AE, B1 776, Bonnac à Pontchartrain, 23 octobre 1713.

59 AECP, Esp., 223, fol. 153, Bonnac à Torcy, 16 octobre 1713. En juillet, il trouvait que « le roi d’Espagne recevait avec trop de facilité les impressions qu’on lui donnait contre la conduite de la France à son égard. Ma principale attention est de dissiper les préjugés qu’il peut prendre là-dessus dès que je puis les découvrir » (AECP, Esp., 222, fol. 210, Bonnac à Louis XIV, 17 juillet 1713).

60 La Tr„ VI, p. 87, Madame des Ursins à Torcy, 28 janvier 1713.

61 « Je vois qu’un ambassadeur qui ne sera pas du goût de Madame des Ursins ne réussira jamais en ce pays-ci et n’y pourra pas servir le roi utilement ; ce n’est que par elle et par son moyen qu’on peut faire réussir les affaires et toute autre voie serait inutile et nuisible », AECP, Esp., 224, fol. 59, Brancas à Torcy, 30 novembre 1713.

62 D. Ozanam, « Un consul français à Cadix : Pierre-Nicolas Partyet (1716-1729) », L’ouvrier, l’Espagne, la Bourgogne et la vie provinciale, (1994), p. 258.

63 AN, B7 21, fol. 91 v°, Partyet à Pontchartrain, 8 janvier 1713.

64 Bonnac fut, semble-t-il, assez rétif à accorder sa protection aux marchands français. Au moment de son départ, Partyet signalait qu’il n’avait pas eu très bonne réputation auprès de ses concitoyens présents à Madrid, qui l’accusaient de n’avoir protégé leurs intérêts que contre de l’argent, AN, B7 20, fol. 183, Partyet à Pontchartrain, 13 novembre 1713.

65 AN, B7 16, fol. 8, Partyet à Pontchartrain, 18 septembre 1712.

66 AN, B7 16, fol. 109, Partyet à Pontchartrain, 17 octobre 1712. La cédule incriminée date du 3 avril 1712.

67 AN, B7 16, fol. 233 v°, Partyet à Pontchartrain, novembre 1712.

68 AECP, Esp., 232, fol. 310 et 315 ; Bossange, IV, p. 513, Madame des Ursins à Madame de Maintenon, 27 octobre 1714.

69 La Tr., VI, p. 122, Madame des Ursins à Torcy, 24 juin 1713.

70 AN, B7 24, fol. 42.

71 AECP, Esp., 220, Bonnac à Torcy, 2 janvier 1713.

72 AECP, Esp., 226, fol. 373, Bonnac à Torcy, 24 décembre 1713.

73 AN, B7 24, fol. 251, décembre 1713 ; B7 25, fol. 279 v° et 300, avril 1715.

74 AN, K 1359, no 10, 9 août 1713.

75 A. Pablo Cantero, « Los regimientos irlandeses de infanteria en la guerra de Sucesión », La Guerra de Sucesión en España y America, X Jornadas Nacionales de Historia Militar, (2000) p. 399-411 ; P. L. Perez Frias, « Unidades extranjerias en el ejercito borbonico español del siglo xviii », Los Extranjeros en la España moderna, (2003), II, p. 631-643 ; L. de Coig O’Donnell, « Militares y unidades irlandesas en España », Revista de Historia Militar, 60 (1986), p. 11-48.

76 D. Ozanam, « Les étrangers dans la haute administration espagnole », Pouvoirs et Société dans l’Espagne moderne, (1993), p. 219 ; E. Ballester y Sastre, « Irlandeses en la Historia de España, de Francia, de las Dos Sicilias, de Austria, de Rusia », Hidalguίa, 18 (1990), p. 261-288 et 837-886.

77 James Francis Sarsfield est le fils de Patrick Sarsfield, 1er comte de Lucan, arrivé en France en 1691, et d’Honora de Burgh. Cette dernière, une fois veuve, épousa, en 1695, le duc de Berwick.

78 En 1705, il évoluait dans le royaume de Valence avec son régiment. Dans une lettre à Chamillart, il lui rappelle qu’il est un fidèle témoin de ce qui se passe en Espagne, car il fut à Gibraltar et à Cadix, puis à Malaga et Valence. Il marchait alors avec Amezaga, maréchal de camp espagnol et faillit se retrouver bloqué par des paysans du pays (SHD, A1 1887, no 103-104). En 1706, après avoir soutenu (pendant 27 jours) le siège d’Alicante, Mahony dut capituler, le 4 septembre. Le 19 du même mois, il parvint avec 234 hommes, sans compter les officiers, à Cadix pour prendre des quartiers de rafraîchissement. Villadarias, qui y commandait, ne voulut pas lui donner de vivres, invoquant les dégâts faits par les Français et le régiment de Mahony allant et repartant du siège de Gibraltar. Seul, le consul de France les aide à subsister. Mahony fut scandalisé de l’attitude des Espagnols, qui n’étaient guère généreux envers les étrangers (AECP, Esp., 165, fol. 229). Il reçut un titre de marquis de la part de Philippe V (AECP, Esp., 156, fol. 339). Il rejoignit l’armée de Berwick en octobre. En 1712, il est en poste à l’armée d’Aragon.

79 Ce gouvernement lui fut retiré en février 1710, comme représailles contre tous ceux qui avaient été proches des Français (AECP, Esp., 198, fol. 124).

80 SHD, A1 1888, no213.

81 V. de Cadenas y Vicent, Caballeros de la orden de Santiago. Siglo xvm, II, p. 61 (1711). Le Conseil des Ordres mit du temps à recevoir ses preuves de noblesse lui reprochant son attitude en Valence et Murcie durant la guerre. Il fut obligé de justifier ses actions d’alors et les exactions commises, accomplies pour obéir aux ordres des généraux français : « ... à ceux de Son Altesse le duc d’Orléans et de M. le duc de Berwick de brûler quelques villes en punition de leur rebellion et de n’y laisser aucun édifice sur pied sans exception d’églises ni de couvent, comme il est arrivé dans l’ancienne Xativa », AECP, Esp., 208, fol. 105.

82 Ses enfants firent carrière en Espagne. Son fils, Demetrius (1702-1777), s’illustra dans la diplomatie, D. Ozanam, Les diplomates espagnols du xviiie siècle, (1999), p. 335.

83 SHD, A1 1787, no 126, Berwick à Louis XIV, 29 février 1704.

84 D. Ozanam, Les diplomates espagnols du xviiie siècle, (1999), p. 313.

85 V. de Cadenas y Vicent, Caballeros de la orden de Alcántara, I, p. 37, n° 150 et 151, 1709.

86 V. de Cadenas y Vicent, Caballeros de la orden de Santiago. Siglo xviii, I, p. 74, no 62, (1702).

87 AECP, Esp., 180, fol. 165, Bourck à Torcy, Leganés, 4 juin 1708, il explique qu’il a fait une promesse à Marie Anne Nagu de Varennes.

88 AN, B7 16, fol. 135 v°, Partyet à Pontchartrain, 24 octobre 1712.

89 RIA, Esp., II, p. 218 (en 1713).

90 Citation du chevalier de Bourck, A. de Rohan-Chabot, Le Maréchal de Berwick, (1990), p. 168.

91 À un niveau bien inférieur, on peut mentionner le franco-flamand Jean Hourlier (1671-1745) qui, après avoir servi dans son pays, fut nommé en Espagne commissaire des guerres, en 1709, commissaire ordonnateur, en 1711, puis intendant d’Estrémadure (en 1735) et de Castille (en 1740). Bel exemple d’ascension sociale pour un technicien militaire, D. Ozanam, loc. cit., p. 220.

92 Au cours du xviie siècle, la frontière entre la France et la Flandre fut assez mouvante, d’où quelque fluctuation de nationalité.

93 Michel-Joseph, baron de Capres, débuta dans la cavalerie en Flandres espagnoles, colonel d’infanterie en 1701, maréchal de camp en 1704, capitaine des hallebardiers de la garde, lieutenant-général en 1706, gouverneur de Gand en 1708, chevalier de la Toison d’Or en 1709, gouverneur de Girone en 1712, commandant général de la Vieille Castille en 1718, capitaine des gardes du corps flamands en 1720, gentilhomme de la Chambre en 1722, ambassadeur extraordinaire à Vienne en 1726, capitaine général des armées d’Espagne en 1729, vice-roi de Catalogne, il meurt à Madrid le 2 octobre 1752 à 70 ou 80 ans (SSBL, XXXIX, p. 84 et sv). N’étant pas marié, il n’eut pas de descendance. Il semblerait que son héritier fut un de ses neveux, V. de Cadenas y Vicent, Caballeros de la orden de Alcάntara, I, p. 108, no 49 (1748).

94 SSBL, XIII, p. 125.

95 SSBL, IV, p. 320.

96 Alexandre-Jean-François de Croy-Solre, comte de Beaufort se rendit à Madrid, en 1714. Ses rapport avec sa mère, la comtesse de Solre, étaient mauvais, suite à quelque affaire de famille. Il ne sera pas reçu par elle (AECP, Esp., 329, fol. 166 et ibid., 330, fol. 79). On le retrouve brigadier des armées de Philippe V, en 1724 (AECP, Esp., 332, fol. 118). Il meurt en 1744.

97 ANM, Estado, 2484, Vendôme à Philippe V, il demande pour le Prince de Robecq le grade de lieutenant-général (4 octobre 1711). Le prince de Robecq meurt rapidement, le 15 octobre 1716 (SSBL, IV, p. 320, n. 6).

98 Anne-Auguste de Montmorency, comte d’Estaires (1679-1745), colonel du régiment de Normandie en 1700, il passe en Espagne en 1706, maréchal de camp en 1710, chevalier de la Toison d’Or en 1711, Grand d’Espagne en 1716 à la mort de son frère aîné, il prit alors le titre de prince de Robecq, lieutenant-général en 1720, Majordome major de la reine veuve de Louis Ier en 1725. Il meurt à Lille (SSBL, XX, p. 296, n. 5).

99 La Tr„ VI, p. 6, Madame des Ursins à Torcy, 14 février 1712.

100 V. de Cadenas y Vicent, Caballeros de la orden de Santiago, V, p. 206 (1772), Jean Juste José Croy y Havre y Lanti de la Rovere. Né à Madrid le 1er juin 1716. Comte de Priego, chevalier de l’ordre de la Toison d’Or. Grand-Croix de Charles III, colonel de la Real Guardia de l’Infanterie wallonne.

101 RIA, Esp., II, p. 217. Eugène-François de Croix, né à Lille en 1675, entré dans l’Ordre de Malte en 1691, et dit Chevalier de Croix. Il devint lieutenant-général des armées du roi d’Espagne. Il meurt en 1726. La Chesnaye des Bois, Dictionnaire de la noblesse, VI, col. 562.

102 AN, B7 12, Partyet à Pontchartrain, 28 décembre 1711.

103 José Patiño, une fois passé en Espagne en 1707, fut conseiller des Ordres, intendant de diverses provinces, intendant général de la marine et enfin, secrétaire d’État de plusieurs départements. Son frère Baltasar, marquis de Castelar, devint en Espagne, intendant général de l’armée, intendant d’Aragon en 1712, secrétaire d’État à la Guerre en 1721, puis ambassadeur en France en 1730.

104 Isidoro Casado y Rosales, marquis de Monteleón poursuit sa carrière diplomatique en Hollande en 1721 et à Venise en 1728.

105 San Felipe sera ministre à Gênes en 1715 et ambassadeur en Hollande en 1725.

106 Il sera ensuite capitaine-général de la côte de Grenade en 1722 et de Valence en 1723, avant d’être ambassadeur à Venise (1737) et en France (1740).

107 M. Cermakian, op. cit., p. 440.

108 La Tr., V, p. 158, Madame des Ursins à Torcy, 13 mars 1711. Elle dit beaucoup apprécier Alberoni et explique que la pension accordée à Alberoni est pour « marquer à Monsieur de Vendôme l’estime qu’il (Philippe V) fait d’une personne que ce prince honore si fort de sa confiance et de son amitié ». L’abbé Alberoni se permet par ailleurs d’écrire à Torcy pour lui faire sa cour, ibid., V, p. 171, 8 avril 1711.

109 RIA, Esp., II, mémoire du 9 août 1713.

110 RIA, Esp., II, p. 199, 5 août 1711.

111 Ibid., p. 203, Louis XIV assure par ailleurs honorer « d’une estime particulière ces trois sujets ».

112 AN, K 1359, Bonnac à Torcy, 9 août 1713 : « Le duc de Veragua a de l’esprit et des connaissances ; il parait dévoué à Madame la Princesse des Ursins qui l’écoute et le protège ; mais ce duc est si fort gâté sur l’avarice et l’intérêt particulier qu’on est toujours en garde contre lui, toute sa politique se réduit à faire ses affaires particulières ».

113 Ibid. : « D. Alonso Manrique est gentilhomme de la chambre et premier écuyer du roi d’Espagne ; il est de toutes ses parties de chasse, de mail et de promenade, et parait être de tous les Espagnols celui qui lui est le plus agréable, mais il ne se mêle de rien ou par sagesse, ou parce que son génie ne le porte pas aux affaires ; la faveur où il est ne lui a pas procuré jusques à présent de grands avantages, et ne saurait être utile à ses amis, il parait avoir moins d’éloignement pour les Français que les autres Espagnols ».

114 AECP, Esp., 209, fol. 121, Bonnac à Louis XIV, 20 septembre 1711. Dans AECP, Esp., 209, fol. 71, Bonnac rapporte que Philippe V a récompensé le prince de Santo-Bueno, en lui donnant la vice-royauté du Pérou, privilégiant la fidélité à la naissance. Madame des Ursins lui a confié qu’il y avait bien peu d’Espagnols capables de remplir de grandes places. Ainsi Villena a perdu le royaume de Naples ou le marquis de la Jamaïque a perdu la Sardaigne (à Louis XIV, 9 septembre 1711). De même, la perte de Miranda del Duero par le lieutenant espagnol Mendoza qui y commandait en mars 1711, un traître, confortait l’opinion que les places frontalières ne devaient pas être confiées à des Espagnols (AECP, Esp., 206, fol. 132).

115 RIA, Esp., II, p. 221-2, mémoire du 9 août 1713.

116 La Tr., VI, p. 153, 5 novembre 1713, Madame des Ursins à Torcy.

117 AN, B7 18, fol. 52 v°. Outre Marie-Louise de Savoie, la jeune duchesse d’Havré attend son premier enfant, en 1713, la Princesse de Santo Bueno, à 32 ans, attend son 12e enfant tandis que sa fille, la marquise de Crèvecœur attend son premier. Madame des Ursins fait venir de Paris la sagefemme, madame Compoint pour accoucher sa nièce : « La présence d’une femme de sa profession nous serait d’un grand secours, celles de Madrid ne passant pas pour être habiles » (La Tr., VI, p. 76, 14 décembre 1712). Elle écrit à Torcy, le 30 novembre 1713 : « Dieu met sa bénédiction sur tous ces couples ; et je n’ai point vu de maris et de femmes plus satisfaits les uns des autres que ceux-là. Si je pouvais y trouver à redire, c’est ce qu’on ne fait qu’accoucher dans ce palais, et j’en suis fort importunée » (La Tr., VI, p. 158).

118 La Tr., VI, p. 173, Brancas à Torcy, 2 mars 1714.

119 Bossange, IV, p. 435, Madame des Ursins à Madame de Maintenon, 20 juillet 1714.

120 Bossange, IV, p. 435, Madame des Ursins à Madame de Maintenon, 15 septembre 1714.

121 Bossange, IV, p. 497-8, Madame des Ursins à Madame de Maintenon, 14 octobre 1714.

122 AN, AE, BI, 777, Orry à Pontchartrain, 14 juillet 1714.

123 AECP, Esp., 221, fol. 221, N. à Torcy, Bayonne, 15 avril 1713.

124 ANM, Estado, leg. 3556.

125 La Tr., V, p. 160, Madame des Ursins à Orry, Saragosse, 23 mars 1711 ; ibid., p. 197, 22 juin 1711 et t. VI, p. 67, 29 août 1712. Orry lui aurait aussi écrit trois lettres en date des 2, 8 et 15 août 1712.

126 AN, B7 17, fol. 55. N. à Pontchartrain, de Bayonne.

127 AECP, Esp., 225, fol. 187, Orry à Torcy, Madrid, 1er mai 1713 : « Il semble [...] que votre intention n’est pas que je vous rende aucun compte des choses pour lesquelles SMC m’a fait venir ici ». Bonnac écrit, le 29 mai, à Torcy : « Je lui ferai entendre (à Orry) ce que vous me marquez Monseigneur qu’il convient de toute manière que le commerce de vous à lui cesse dès à présent » (AECP, Esp., 222, fol. 73, 29 mai 1713).

128 AN, AE, BI 776 et 777, passim.

129 AECP, Esp., 220, fol. 41, Gramont à Torcy, sl, sd. (vers 1713). « On ne peut pas dire d’Orry qu’il est tout mauvais ni tout bon ; pour accumuler de la matière, il n’a pas de concurrent, mais pour édifier quelque chose, je ne le prendrai jamais comme architecte ».

130 AN, AE, B1 776, Orry à Pontchartrain, 11 octobre 1713. Abrégé, AN, B7 20, fol. 88.

131 AN, B7 18, fol. 149, Partyet à Pontchartrain, 8 mai 1713.

132 AECP, Esp., 226, fol. 322, permission au sieur Philibert Orry, conseiller au Parlement de Metz, d’aller pendant une année en Espagne (26 décembre 1713). Il voyagea en Espagne avec Helvetius (AECP, Esp., 228, fol. 122). À peine arrivé, il eut un bureau au cœur de la secrétairerie du despacho (AN, B7 21, fol. 198 v°, Partyet à Pontchartrain, 17 février 1714). Brancas se plaignait de n’avoir toujours pas eu sa visite en mars. Il est l’oficial mayor de son père (AECP, Esp., 237, fol. 99, 2 décembre 1714).

133 AECP, Esp., 225, fol. 156, Gramont à Torcy, Paris, 23 avril 1713.

134 Il souhaitait faire venir quelques-uns de ses compatriotes pour relancer l’industrie ; il pensait fonder une compagnie pour soutenir le commerce national ; il voulait une refonte des impôts et de leur mode de perception, H. Kamen, The War of Succession, (1969), p. 237-240.

135 Bonnac, Partyet ou Bourck ne ménagent pas leurs critiques dans leurs lettres sur son activité, leurs rapports n’étant pas toujours bons avec le Flamand, AECP, Esp., 129 v°, Bonnac à Torcy, 9 février 1712 ; ibid., 220, fol. 61 v°, Bourck à Torcy, janvier 1713. Partyet est particulièrement virulent contre ce ministre, qu’il ne juge pas favorable aux Français en Espagne, AN, B7 13, fol. 4 v°, 22 février 1712 ; fol. 48, 1er mars 1712 ; B7 16, fol. 24, 26 septembre 1712 ; B7 17, fol. 179, 30 janvier 1713 et fol. 298 v°, 13 mars 1713.

136 AN, B7 18, fol. 130, Uzardy (Italien, gérant de la compagnie de l’asiento pour les Français, puis pour les Anglais) à Pontchartrain, 1er mai 1713.

137 « Étant venu ici dans le dessein de gouverner tout, il se trouve présentement quasi absolument éloigné des affaires, note Bonnac ; on le consulte pourtant quelquefois, mais on suit rarement son sentiment ; et celui de M. Orry prévaut quasi toujours, cela lui fait songer à se retirer, mais le temps auquel il prendra ce parti est incertain. Madame la Princesse des Ursins ne l’aime ni ne l’estime et il n’est pas sans doute à s’en apercevoir », AN, K 1359, no 10, 9 août 1713.

138 AECP, Esp., 223, fol. 4, Bonnac à Louis XIV, 7 août 1713.

139 AN, K 1359, no 10, 9 août 1713.

140 Y. Schmitz, Bergeyck, le Colbert belge, (1961), p. 196.

141 H. Kamen, The War of Succession, (1969), p. 238 : « The basic inspiration for the new plan was in fact an old one : the desire to replace the existing multiplicity of taxes by a single universal tax ». Ce plan se trouve aux AN, K 1359, no 37, 7 folios.

142 AECP, Esp., 220, fol. 133, AN, B7 17, fol. 298 v°.

143 AN, B7 18, fol. 1 v°, Du Pont à Pontchartrain, Bayonne, mars 1713.

144 AN, B7 18, fol. 172, Partyet à Pontchartrain, 15 mai 1713.

145 AN, K 1359. Concepcion de Castro établit un état des finances pour janvier 1712 dans le même ordre de grandeurs, cf. José de Grimaldo, ministre responsable (1703-1726), (2004), p. 285-286. (L’auteur s’appuie sur une source de l’évêque de Gironda à l’ANM, Estado, leg. 3163 (2), 26 janvier 1712).

146 J. P. Le Flem, « Les décrets de Nova Planta : l’imposition d’un modèle d’État Louis quatorzien ? », J. P. Bardet et al., État et Société en France aux xviie-xviiie siècle. Paris, (2000), p. 372 ; F. Canovas Sanceiez, « Los decretos de Nueva Planta... », R. Menendez Pidal, Historia de España, XXIX-1, p. 5.

147 J. P. Le Flem, loc. cit., p. 373.

148 AECP, Esp., 198, fol. 103, copie du décret du roi, février 1710.

149 H. Kamen, « Melchor de Macanaz and the foundation of Bourbon power in Spain, 1700-1715 », English Historical Review, (1965), p. 699-716. Amelot avait remarqué les qualités de Macanaz alors que ce dernier n’était encore que secrétaire au Conseil de Castille. En juin 1707 il fut envoyé dans la province de Valence pour y réorganiser l’administration. Il y resta jusqu’en 1709, puis s’occupa de l’approvisionnement des armées en retraite pendant la campagne d’Aragon, avant d’être nommé, après la victoire de Villaviciosa, intendant général d’Aragon, le 11 février 1711. En juin 1712, il revint à Madrid.

150 Macanaz invita le roi à diversifier le recrutement des conseillers de Castille, qui, jusque-là, se faisait presque exclusivement parmi les letmdos des Colegios majores des Universités. Macanaz était lui-même simple manteista, c’est-à-dire un étudiant non issu des Colegios. Comme le Conseil de Castille nommait aussi aux chaires des Universités, il y avait une forme de cooptation entre ces deux institutions qui étaient dominées par le monopole d’un groupe restreint de légistes unis par des alliances familiales. Sur les 23 conseillers nommés entre le 10 novembre 1713 et le 9 juin 1715, il n’y eut que 17 % de colegiales contre 83 % de manteistas. Cela devait développer une classe de fonctionnaires dont la fortune serait attachée à celle des Bourbons, J. Fayard, Les membres du Conseil de Castille à l’époque moderne 1621-1746, (1979), chap. 1 : « Les solidarités universitaires : l’emprise des colegios majores », p. 35-59.

151 Pour les renseignements qui suivent, cf. AN, AE, BI 776, Brancas à Pontchartrain, 13 novembre 1713, Lista de las elecciones de Presidentesy secretarios que sean publicado en la Nueva Planta. Abrégé dans AN, B7 20, fol. 181.

152 AECP, Esp., 224, fol. 54, Bourck à Torcy, 13 novembre 1713 : « Ce qu’il y a de plus considérable dans ce changement est d’avoir aboli l’autorité exhorbitante du président de Castille ». Jusque là, le président de Castille ne pouvait être destitué que pour un crime entraînant la peine de mort.

153 Francesco Antonio Rodriguez de Mendarosqueta, évêque de Siguenza ; Juan Antonio de Torres, oidor de la chancellerie de Valladolid (1685), régent du Conseil de Navarre (v. 1680-1699), conseiller de Castille (1698-1710), ministre de la junte de Obras y Basques (1707), doyen du Conseil de Castille et conseiller de la Camara de Castille (1715) ; Garcia Perez de Araciel, alcalde de Casa y Corte (1699), conseiller des Indes (1700), de Castille (v. 1707-1716), superintendant général du service de milieias (1707), membre de la junta de medios (1710), assesseur au Conseil d’État (1714), conseiller de Camara de Castille (1715-1717) ; Miguel Francesco Guerra, conseiller de Finances (1701), gouverneur du conseil des Finances (1704-1705), conseiller de Castille (1705-1712), conseiller de la Camara de Castille (1705-1712), conseiller d’État (1722-1727). Source Indice de personas que han desempeñado empleos y cargos en la administration central..., (1994).

154 Il remplaçait en cette charge Luis Curiel, auquel il était opposé.

155 AN, AE, BI 776, 13 novembre 1713, la Camara de Castille « ha quedado extinguida », mais les quatre secrétaires de cette institution se réunissent toujours dans la salle correspondante (Joseph Sanz de Vitoria, Francesco Antonio de Quincoces, Juan Milan de Aragon, Lorenzo de Vivanco). À la Camara de Castille siégeaient les personnes réputées les plus sages parmi les magistrats du Conseil de Castille. Cette chambre, composée de cinq conseillers, s’occupait des biens du patrimoine royal et expédiait les principaux actes signés de la main du roi, les grâces royales ainsi que les nominations aux différents fonctions de l’administration. J. Fayard, loc. cit., p. 265.

156 Le comte de Frigiliana ; Alonso Perez de Araciel, alcalde de la Corte major de Navarre (1683), conseiller de Navarre (1685-1696), lieutenant de la Chambre de Naples (1696-1701), conseiller des Indes (1701-1703 et 1708-1717). Gonzalo Machado, conseiller de Santa Clara à Naples, conseiller des Indes (1713-1733), conseiller de la Chambre des Indes (1721). Source Indice de personas que han desempeñado empleos y cargos en la administration central..., (1994).

157 Bernardo de Tinajero, bien connu des Français et Diego de Morales, secrétaire du roi (1704), officier de la secrétairerie du despacho des Indes (1706), officier de la secrétairerie du despacho de Guerre et Finance (1706), secrétaire du Conseil des Ordres (1717), secrétaire de la Chambre d’Aragon (avant 1730). Source ibidem.

158 Francesco de Castejon, officier de la secrétairerie du despacho universal (avant 1698), officier de la secrétairerie d’Italie au Conseil d’État (1698-1701), secrétaire du Conseil des Finances (1705-1706), secrétaire du Milanais au Conseil d’Italie (1706-1708), secrétaire du Pérou au Conseil et à la Chambre des Indes (1717), secrétaire de la Junte de la Guerre des Indes (1717), secrétaire de Gracia y Justicia à la Camara de Castille (1717-1735), secrétaire du roi (1718-1735). Jeronimo Ustariz, officier de la secrétairerie du despacho des Indes (1700), officier de la secrétairerie du despacho de la guerre (avant 1721), secrétaire de la Nouvelle Espagne au Conseil des Indes (s.d.). Source, ibidem.

159 Sur le marquis de Campoflorido, C. Castro, op. cit., (2004), p. 94-95, 137 et 232. Les deux autres sont Sebastián Garcia Romero, fiscal du conseil des Finances (1706), conseiller de Castille (1715-1729) ; et Manuel Antonio de Acevedo Ibáñez, comte de Torrehermosa, fiscal de la chancellerie de Valladolid (1706), fiscal des Millones du conseil des Finances (1706), président du Conseil de Castille (1714-1725), conseiller des Ordres (1716). Source, ibidem.

160 Andres de Corrobarutia ; José de Apaolaza, secrétaire honoraire du roi, en 1705, et effectif, en 1708 ; Francesco de Roman, Pedro Cornez et Simon de Humera étaient au secrétariat du despacho de Guerre et Finances depuis 1706. Source, ibidem.

161 Bedmar partageait désormais la présidence avec Vicente Perez de Araciel, conseiller d’Italie (1697 env.-1713), conseiller de Castille (1711-1733), oidor du conseil des Ordres (1720-1733). Source ibidem.

162 Le régent de Navarre, Francesco de Henao et Ambroise Bernai furent les trois présidents. Il semblerait que le régent de Navarre soit Pedro Afan de Ribera, ancien oidor de la chancellerie de Valladolid, alcalde de casa y corte, fiscal du Conseil des Indes (1721-1723), fiscal du conseil de Castille (1723) et conseiller de Castille. Parmi les secrétaires, on connaît Pascual Felix de la Sala, ancien secrétaire de Sardaigne au Conseil d’Italie (1716-1717), secrétaire au conseil des Finances (sala des millones) (1724) ; et Francesco Gracian, officier de la secrétairerie du Nord au Conseil d’État (s. d.), secrétaire au despacho (1717-1725), secrétaire spécialiste en langues (1725-1734), secrétaire de laJunta de Obrasy Bosques (1726). Source ibidem.

163 J. Fayard, loc. cit., p. 266. Il se réunit en cinq chambres distinctes, dont l’une était formée par le conseil réuni en séance plénière et les autres réunies selon qu’il était traité d’affaires du gouvernement, de justice, civile ou criminelle, ou des provinces.

164 AN, K 1359, no 10, 9 août 1713.

165 José Rodrigo était un ami de Macanaz du temps où il fut intendant d’Aragon. Rodrigo était alors oidor (auditeur) de l’Audience de Saragosse, J. Fayard, loc. cit., p. 271.

166 Ces secrétaires en chef sont mis à la tête de l’ensemble des greffiers des conseils. Pour ceux du Conseil de Castille, cf. J. Fayard, loc. cit., p. 267.

167 ANM, Estado, leg. 3556.

168 AECP, Esp., 226, fol. 326 v°, Bourck à Torcy.

169 J. Fayard, loc. cit., p. 273.

170 AN, B7 20, fol. 183, Partyet à Pontchartrain, 13 novembre 1713.

171 AECP, Esp., 229, fol. 106, Pachau à Torcy, 16 avril 1714.

172 AN, AE, BI 777, Pachau à Pontchartrain, 30 avril 1714, les conseiller d’épée sont le Prince Pio, Valdecañas, Las Torres, le marquis d’Aytone, le comte de la Rosa, et les conseiller de justice, Juan Antonio de Torres, le comte de Gondemar, le comte de Gerone, Pedro Colon de Larreategui, Luis Ramires de Arellano, Antonio Jurado. Le fiscal général est Sebastiano de Montujar. Les six conseillers de justice furent tirés du conseil de Castille ce qui permit de mettre en leur place des personnes plus proches de Macanaz, cf. J. Fayard, loc. cit., p. 274.

173 AN, AE, BI 777, Pachau à Pontchartrain, 30 avril 1714. Il écrit la même chose à Torcy, AECP, Esp., 229, fol. 142.

174 Partyet suggérait ce fait dès le mois de janvier de cette même année, preuve qu’il possédait quelques bonnes filières de renseignements au Palais, sans doute meilleures que celles qu’avait pu mettre en place Pachau, AN, B7 21, fol. 67, Partyet à Pontchartain, 1er janvier 1714.

175 AECP, Esp., 233, fol. 124, Pachau à Torcy, 26 novembre 1714.

176 Sur son évolution au xviiie siècle, V. M. Lopez-Cordon, « Les nouveaux commis : le secrétariat d’État de Grâce et Justice », Les figures de l’administrateur, (1997), p. 201-220.

177 Sur son évolution au xviiie siècle, G.A. Franco Rubio, « La Secretaría de Estado del Despacho de Guerra en la primera mitad del siglo xviii », J.L. Castellano (éd.), Sociedad, administration y poder en la España del Antiguo Régimen, (1996), p. 131-156.

178 Duran Miguel Fernandez (1681-1721), ministre de la Guerre en 1714, marquis de Tolosa en 1721. Il a commencé comme officier dans la secrétairerie du conseil de Guerre. Les instructions au marquis de Maulévrier (RIA, Esp., II, p. 355, 9 septembre 1720) disent qu’il doit « aux Français son élévation ». Il fut secrétaire du Conseil des Ordres, officier à la secrétairerie du despaeho de Guerre et Hacienda en 1706, donc dans les bureaux de Grimaldo. En 1715, on lui confie les affaires de la Marine jusqu’en 1721. Destitué cette même année, il reste conseiller des Indes.

179 AECR Esp., 231, fol. 55, Pachau à Torcy, 20 août 1714.

180 Μ. V. Lopez Cordon, « Instauracion dinástica y reformismo administrativo : la implantación del sistema ministerial », Manuscrits, 18 (2000), p. 99.

181 Ibid., p. 101. Il pouvait s’entretenir avec le roi dès que ce dernier le réclamait, même dans sa chambre à coucher. Aussi ne se déplaçait-il jamais sans de l’encre, une plume et du papier.

182 Il semblerait même que, dans les années 1712, certains d’entre eux aient commencé à recouvrer l’ensemble des impôts, et non seulement le nouvel impôt de 50 reaux par foyer fiscal pour l’entretien des troupes dont ils avaient la charge. Aucun document ne l’affirme expressément, mais indirectement, certains corregidores se sont plaint d’avoir perdu des émoluments afférents à cette charge, J.-P. Dedieu, « Les surintendants généraux des provinces. La première expérience de l’intendance en Espagne (1711-1715) », L’Espagne, l’État et les Lumières, (2004), p. 189-214.

183 AN, B7 12, fol. 83, Bourck à Pontchartrain, 28 décembre 1711.

184 J.-P. Dedieu, « Les surintendants généraux des provinces », (2004), p. 189-214.

185 En juin 1713, il semblerait qu’Orry ait eu dans l’idée de supprimer l’impôt des millones, sur les denrées comestibles, et d’établir en contrepartie une augmentation sur le chocolat, les épices, le sel et les ports de lettres. Cette nouveauté ne plut pas au Conseil d’État et il n’en fut plus question (AN, B719, fol. 24 et 67 v°).

186 C. de Castro, op. cit., (2004), p. 292-293 ; J.-P. Dedieu, « La Nueva Planta en su contexto », Manuscrits, 18 (2000), p. 134.

187 H. Kamen, The War of Succession, (1969), p. 233.

188 C. M. Cremades Griñán, « El siglo xviii y los intentos de reforma hacendística », Cuadernos de Historia Moderna, 14 (1993), p. 51.

189 H. Kamen, The War of Succession, (1969), p. 234.

190 AN, B7 19, fol. 68, 19 juin 1713.

191 AN, AE, BI 777, Orry à Pontchartrain, 1er février 1714 ; AECP, Esp., 228, fol. 113, Orry à Torcy, 1er février 1714.

192 AN, G7 1094, Orry à Desmaretz, 1er février 1714.

193 H. Kamen, The War of Succession, (1969), p. 215, tableau avec les entrées d’argent entre 1713 et 1716.

194 AECP, Esp., 237, fol. 132, Orry à Torcy, 9 décembre 1714.

195 Bien plus, il travaillait à transformer les plans du Retiro de l’architecte du roi René Carlier, Y. Bottineau, L’Art de Cour dans l’Espagne de Philippe V (1962), p. 261-263.

196 AECP, Esp., 222, fol. 155, Bonnac à Louis XIV 26 juin 1713. Un traité de commerce anglo-espagnol fut signé à Utrecht. Mais des points étaient contestés par l’Espagne (AECP, Esp., 228, fol. 1, Brancas à Louis XIV, 1er janvier 1714). Brancas signale plus d’une fois dans sa correspondance que les lenteurs pour signer ce traité provenaient des observations soulevées par Orry (AECP, Esp., 228, passim et par ex. fol. 37, Brancas à Torcy, 8 janvier 1714). Orry aurait dit « que le roi d’Espagne ne peut en honneur ni conscience signer le traité tel qu’il est » (AECP, Esp., 228, fol. 78, Brancas à Torcy, 25 janvier 1714).

197 AN, G7 1094, Orry à Monteleón, 18 décembre 1713 et 12 janvier 1714.

198 AN, G7 1094, Orry à Laules, 19 janvier 1714.

199 AN, G7 1094, Orry au chevalier de Croix, 11 décembre 1713.

200 AN, G7 1094, explication de ce point dans la lettre d’Orry à Monteleón, 12 janvier 1714.

201 AECP, Esp., 229, fol. 6, Brancas à Torcy, 2 mars 1714 ; AN, G7 1094, Bataille à Orry, Londres, 8 et 19 février 1714. Le sieur Bataille servit durant la guerre de Succession de courrier entre Versailles et Madrid. Il fut commis d’Orry, qui l’envoya en mission dans les provinces espagnoles, notamment en Andalousie, à Cadix. Aux dires de Brancas, il avait été le précepteur des enfants d’Orry (AECP, Esp., 228, fol. 78, Brancas à Torcy, 25 janvier 1714). Il signale à cette occasion un autre fidèle d’Orry, le sieur de Sainte-Catherine.

202 AN, G7 1094, Monteleón à Orry, 15 février 1714.

203 AECP, Esp., 231, fol. 112, Orry à Torcy, 30 août 1714.

204 AGS, Estado, Negociación de Inglaterra, leg. 6825, Laules à Orry, Londres, 19 avril 1714.

205 AECP, Esp., 237, fol. 149, Orry à Torcy, 9 décembre 1714. Luis de Miraval y Spinola était président de la Sala de los Alcades et conseiller de Castille. Le 18 décembre 1714, Orry envoie un mémoire sur cette question à Monteleón (AN, G7 1094). Un des points épineux concernait la colonie de l’île du Saint-Sacrement, que les Espagnols refusent de céder aux Portugais. Cette île tient l’embouchure de la rivière de la Plata. Or, les Espagnols craignent que les Portugais la cèdent aux Anglais. AGS, Estado, Negociación de Inglaterra, leg. 6822, Mémoire touchant la dernière résolution de la reine (Anne) à l’égard des intérêts du Portugal par rapport à l’Espagne. En note : « para remitir al señor duque de Osuna », s.d. Orry évoque aussi en détails cette affaire à Torcy dans AECP, Esp., 232, fol. 53, 77, 82, 121-129 r°, 160, 175.

206 AECP, Esp., 237, fol. 158, Orry à Torcy, décembre 1714.

207 Aldrovandi Pompée (1668-1752), auditeur de la Rote. AECP, Esp., 217, fol. 94, Louis XIV à Bonnac, 28 novembre 1712 et fol. 181, Bonnac à Louis XIV, 10 décembre 1712.

208 AECP, Esp., 223, fol. 61, Bonnac à Torcy, 21 août 1714. En septembre 1713, Louis XIV était très irrité contre l’attitude de son petit-fils envers le nonce (AECP, Esp., 223, fol. 72, Louis XIV à Bonnac, 11 septembre 1714).

209 AECP, Esp., 231, fol. 41, Orry à Torcy, 13 août 1714. Sur les points développés lors de la mission de Rodrigo, cf. ibid., fol. 80-109 v°.

210 Orry Louis François (1671-1726), né dans le diocèse de Rouen, entra au noviciat le 7 septembre 1687. Il professa la grammaire et les humanités, la rhétorique à Amiens, fat procureur des missions et mourut à Paris, SOMMERVOGEL, V, col. 1948.

211 AECP, Esp., 232, fol. 210, Orry regrette de ne pas être assez influent sur le roi pour régler cette affaire (à Torcy, 28 octobre 1714) ; AECP, Esp., 237, fol. 158, Orry à Torcy, fin novembre 1714 ; fol. 181, Torcy à Orry, 24 décembre 1714. Orry disait avoir beaucoup de mal à contrer le zèle régaliste des tribunaux. Il essaye de faire discuter de ces questions religieuses par une junte ; malgré la modération des membres qui la constituèrent, il avouait que ce qu’il en avait tiré était « bien éloigné de ce que Rome désire » (AECP, Esp., 234, fol. 7, Orry à Torcy, 3 décembre 1714). Il souhaite avant tout « un bon concordat » (ibid., fol. 110, à Torcy, 18 décembre 1714).

212 Bossange, IV, p. 522, Madame des Ursins à Madame de Maintenon, 8 décembre 1714.

213 AGS, Estado, Negociación de Inglaterra, leg. 6825, Laules à Orry, en parlant des dossiers en cours et de leur caractère ultra-secret, « je ne communiquerai aucune (affaire) de cette nature qu’à Madame la Princesse, vous et à M. de Grimaldo ».

214 AN, B7 19, fol. 163, Vauvré à Pontchartrain, 14 août 1713. Il envoie au ministre la copie d’une lettre qu’Orry lui adresse, en date du 6 août, où est expliqué tout ce qui est demandé par le roi d’Espagne pour le blocus de Barcelone. Pour les tractations, cf. AN, B720, fol. 245 v° ; B7 21, fol. 66 et 86.

215 AN, B7 20, fol. 69, Bonnac à Pontchartrain, 9 octobre 1713.

216 AN, G7 1094, Orry à Pontchartrain, 13 novembre 1713.

217 AN, G7 1094, Pontchartrain à N., 27 septembre 1713.

218 AN, AE, BI 776, Bergeick à Pontchatrain, 3 avril 1713.

219 AN, AE, BI 776, Bonnac à Pontchartrain, 22 mai 1713.

220 AN, AEBI 776, Bonnac à Pontchartrain, 31 juillet 1713.

221 AN, B7 19, fol. 111, Bonnac à Pontchartrain, 17 juillet 1713 ; AN, AE, BI 776, Bonnac à Pontchartrain, 24 juillet 1713.

222 AN, AE, BI 776, Bonnac à Pontchartrain, 28 août 1713.

223 Jean-André Doria, duc de Tursi, entretient à ses frais à Gênes la flotte des galères que l’Espagne avait prise à son service, depuis plus de quarante ans. En 1702, Philippe V le fit gentilhomme de sa chambre et général des galères d’Espagne en Italie et, en 1706, général de celle de Naples, SSBL, XV, p. 231, n. 6.

224 AN, AE, BI 776, Ducasse à Pontchartrain, 30 octobre 1713.

225 Il s’agit d’un traité pour trois vaisseaux à envoyer au Honduras (AN, AE, BI 777, Brancas à Pontchartrain, 19 mars 1714. Abrégé, AN, B7 22, fol. 24).

226 AN, AE, BI 777, 28 août 1713 et 11 septembre 1713. Abrégé, AN, B719, fol. 262 et 311 v°.

227 AN, B7 19, fol. 262, Bonnac à Pontchartrain, 28 août 1713. L’ambassadeur de France a tenté d’expliquer à Orry que les prix fixés étaient trop modiques et les termes des payements trop éloignés. Orry lui répondit que cela était fondé sur l’état des finances du roi d’Espagne et que les Anglais et les Hollandais traiteraient sans problème sur ce pied-là.

228 AN, AE BI 776, Bonnac à Pontchartrain, 23 octobre 1713.

229 AN, AE, BI 776, Orry à Pontchartrain, 9 novembre 1713.

230 AN, G7 1094, Orry à Tessé, 21 novembre 1713.

231 AN, G7 1094, Orry au chevalier de Croix, 11 décembre 1713.

232 Il semblerait que le roi ait en mer, devant Barcelone, les 3 vaisseaux d’Etienne Mari, 5 vaisseaux jusque-là à Cadix destinés pour l’Amérique, 6 galères, 4 petits bâtiment et 2 autres vaisseaux (AN, B7 19, fol. 311 v° 11 septembre 1713, Orry à Pontchartrain).

233 AN, G7 1094, Pontchartrain à Orry, 2 janvier 1714.

234 AN, BI 777, Orry à Pontchartrain, 6 août 1714.

235 AN, B7 19, fol. 265 v°, Partyet à Pontchartrain, 28 août 1713. Le commis de marine français pense que ce projet n’aura aucune suite.

236 H. O’Donell y Duque de Estrada, « La marina durante el primer reinado de Felipe V (1700-1724) », La Guerra de Sucesión en España y América, (2000), p. 446.

237 AN, B7 21, fol. 197 v°, Orry à Pontchartrain, 18 février 1714.

238 AN, BI 777, promotion du 27 août 1714. Pedro de Los Rios, fils du duc de Fernan-Nuñez, fit une formation de capitaine de vaisseaux en France et revint en Espagne en juin 1706 ; son frère Joseph de Los Rios remplaça Vincent Argote (passé du côté de l’archiduc) comme gouverneur des galères d’Espagne en octobre 1706 (AECP, Esp., 161 fol. 132). Il avait aussi fait quelques années de service en France. André de Pez († 7 mars 1723), qui a commandé les flottes pour l’Amérique, remplacera, en 1717, le comte de Frigiliana au Conseil des Indes et sera nommé secrétaire d’État à la marine en 1721. Esteban Mari, gênois, († 1749) sera fait lieutenant-général des armées navales en 1721, puis nommé ambassadeur à Venise en 1741. Carlos Grillo († 1724), petit-fils d’un banquier génois, commandant des galions, gentilhomme de la Chambre de Philippe V. En 1719, il obtint la Toison d’Or. Manuel Pintado devait diriger la flotte construite à Cadix pour le commerce des Indes.

239 AN, AE, BI 777, Pachau à Pontchartrain, 30 avril 1714. Abrégé, AN, B7 22, fol. 138. Il écrit la même chose à Torcy, AECP, Esp., 229, fol. 142.

240 AN, B7 18, fol. 266, Party et à Pontchartrain, 12 juin 1713 ; AECP, Esp., 222, fol. 100, Bonnac à Louis XIV, 12 juin 1713. Le sieur Chauvin, commis de Party et, écrit à Pontchartrain que le voyage d’Orry est motivé, car la plupart des régiments qui passaient pour complets dans les revues des commissaires ne le sont point de plus d’un tiers. Orry doit en faire un état exact, s’occuper des magasins des vivres, mettre de l’ordre au paiement des officiers subalternes qui, faute de ne rien toucher, vivent sur le pays (AN, B7 19, fol. 67 v°, 19 juin 1713).

241 En juillet 1713, l’armée du roi conduite par Popoli se rend en Catalogne. En août, Philippe demande de l’aide au roi de France (AECP, Esp., 226, fol. 15, 13 août 1713). En septembre 1713, le roi de France laissel6 bataillons et 15 escadrons (AECP, Esp., 223, fol. 67 et ibid., 226, fol. 22).

242 AECP, Esp., 228, fol. 69 ; ibid., 235, fol. 49. M. de Montgeorges sert comme maréchal de camp (AN, B7 21, fol. 132 v°).

243 AN, B7 21, fol. 233, Brancas à Pontchartrain, 2 mars 1714, explique les dissensions entre Renau et Orry. Le 19 mars 1714, Louis XIV annonce à Philippe l’envoi de Du Puy Vauban (AECP, Esp., 229, fol. 47).

244 AN, B7 22, fol. 24 v°, Orry à Pontchartrain, 23 mars 1714.

245 La joie des Espagnols est grande à l’annonce de l’arrivée de Berwick (AECP, Esp., 235, fol. 91, 9 mars 1714 ; AN, B7 22, fol. 26, 23 mars 1714). En avril, Louis XIV suspend le départ de Berwick à la signature de la paix avec les Hollandais par Philippe V (AECP, Esp., 235, fol. 128, 9 avril 1714). Le 4 juin, Louis XIV envoie le maréchal français avec des officiers (AECP, Esp., 235, fol. 197).

246 AECP, Esp., 235, fol. 201, 28 mai 1714; AN, AE, BI 777, Pachau à Pontchartrain, 19 mai 1714; AN, B7 23, fol. 49 v°, juin 1714.

247 AN, B7 23, fol. 67, Orry à Pontchartrain, 14 juillet 1714.

248 AN, AE, BI 777, Orry à Pontchartrain, 5 juin 1714 (Abrégé, AN, B7 22, fol. 245v°). Orry en veut à Grandpré qui se montra très dur envers le travail des intendants Patiño et Araciel. Il juge que c’est un mauvais début pour un chef étranger. La désunion règne entre Thouy et Popoli, tandis qu’Orry a aussi quelques querelles avec Guerchy (AECP, Esp., 235, fol. 237). Enfin, il prévoit que les marins français et espagnols auront chacun, sur un même bateau, leurs cuisines, car les goûts en cette matière sont trop différents. Ce sera une cause de discorde en moins.

249 Berwick ouvrit la première brèche le 12 juillet 1714. L’assaut final fut lancé le 11 septembre.

250 C. Desos, Entre champs de batailles et cabales de Cour : Le duc de Berwick, soldat du Roi de France en Espagne, 1704-1719, J. M. Bernardo Ares (coord.), La sucesión de la monarquίa hispánica, 1665-1725, II, Cordoue.

251 Sur cette question, SHD, A1 2501, « Recueil des lettres officielles de MM le chevalier d’Asfeld, Dadoncourt et autres concernant l’Espagne et l’expédition de Majorque ». Ce volume concerne les préparatifs, fournitures de poudre, embarquement et transport des troupes, composition de l’escadre, capitulation et occupation de Palma, Acudia et Ibiza. Signataires, Asfeld, Caylus, Dadoncourt, Orry, Patifio, Saint-Aignan. Cf. en particulier, no 21 et 22, récit par Asfeld de la prise de Palma, 2 juillet 1714. Par la douceur et grâce à des espions, il a réussi en 15 jours ce qu’il n’aurait pu faire par la force en 4 mois. Suivent les articles de la capitulation accordée à la ville de Palma. No 27, Dadoncourt, le 11 juillet, raconte l’entrée solennelle d’Asfeld à Palma, entouré de 200 personnes de la noblesse du pays, suivie d’une cérémonie durant laquelle on lui donna les clefs. Il fut reçu par l’évêque et le clergé. Asfeld a mené de main de maître cette expédition, accordant plusieurs articles à la capitale afin de finir vite cette guerre, car une escadre anglaise proche l’inquiétait et il souhaitait éviter les dépenses, des morts et les chaleurs excessives. Il renvoya rapidement les Français de son armée en Catalogne afin qu’ils ne tombent pas malades.

252 AECP, Esp., 242, fol. 123, Saint-Aignan à Louis XIV, 26 août 1715. Asfeld comme Grimaldo se sont trouvés d’accord pour laisser aux Majorquins une partie de leurs privilèges.

253 AECP, Esp., 245 fol. 186, Philippe V à Asfeld, 11 juillet 1715. Il aurait dû avoir le titre de comte de Alicante mais la population aurait refusé à cause d’exactions commises par le chevalier durant la guerre. Il eut le titre de marquis d’Asfeld (ANM, Consejo, lib. 620, fol. 274, 30 août 1715).

254 AECP, Esp., 228, fol. 37, Brancas à Torcy, 8 janvier 1714. Même thème, AECP, Esp., 228, fol. 78, Brancas à Torcy, 25 janvier 1714 et fol. 122, le même au même, 5 février 1714. Ibid., fol. 96, Lettre collective de Grands d’Espagne à Brancas contre Orry, 28 janvier 1714.

255 AECP, Esp., 228, fol. 54, Brancas à Torcy, 16 janvier 1714.

256 AECP, Esp., 228, fol. 78, Brancas à Torcy, 25 janvier 1714.

257 AECP, Esp., 228, fol. 153, Brancas à Torcy, février 1714.

258 AECP, Esp., 229, fol. 64, Brancas à Torcy, 23 mars 1714.

259 AECP, Esp., 229, fol. 34, Brancas à Torcy, 12 mars 1714.

260 AECP, Esp., 229, fol. 26, 8 mars 1714, fol. 86, 2 avril 1714.

261 AECP, Esp., 235, fol. 110-113 v°, Philippe V à Louis XIV, 8 mars 1714. Il envoie le cardinal del Giudice en mission à Versailles pour expliquer ses griefs (AECP, Esp., 235, fol. 144-156). Il est dit que Philippe V ne peut se passer d’Orry « homme laborieux, intelligent, auteur de tous les nouveaux plans que ce Prince à suivis ».

262 AN, AE, BI 777, Brancas à Pontchartrain, 19 mars 1714.

263 AECP, Esp., 226, fol. 158, Torcy à Brancas, 9 octobre 1713.

264 AECP, Esp., 235, fol. 19, Torcy à Brancas, 29 janvier 1714.

265 AECP, Esp., 228, fol. 117, Torcy à Brancas, 14 février 1714.

266 AECP, Esp., 235, fol. 144, avril 1714, réponses apportées au mémoire portant sur les « motifs du voyage de M. le cardinal del Giudice ».

267 Y. Schmitz, Bergeyck, le Colbert belge, (1961), p. 207.

268 La compagnie de Guinée devait pouvoir profiter de l’asiento jusqu’au 1er mai 1715. Par le traité fait avec les Anglais, elle perd ce droit. Comme elle a fait son commerce pendant la guerre, elle a eu beaucoup de pertes et demande des réparations au roi d’Espagne. Face à son refus, elle cherche un recours auprès de Louis XIV qui la renvoie à Philippe V. Pontchartrain souhaitait qu’Orry s’occupe de ce dossier (AECP, Esp., 221, fol. 228 et ibid., 223, fol. 4 ; AN, B7 19, fol. 214). Orry promit au ministre de la marine de veiller aux affaires de son département et tenta de trouver des dédommagements pour les asientistes français ainsi que de reporter sur d’autres fonds les Français qui avaient une pension sur l’asiento, comme le marquis de Louville (AN, AE, BI 776, Orry à Pontchartrain, 14 août 1713 ; AN, G7 1094, Orry à Desmaretz, 5 septembre 1713).

269 AN, AE, BI, 777, Brancas à Pontchartrain, 5 février 1714.

270 AN, AE, BI, 777, Brancas à Pontchartrain, 24 mars 1714.

271 AN, B7 23, fol. 169, Partyet à Pontchartrain, 13 août 1714.

272 ANG7 1094, Orry à Desmaretz, 24 septembre 1714.

273 AECP, Esp., 237, fol. 149-166, Orry à Torcy, 9 décembre 1714.

274 AECP, Esp., 234, fol. 64-79 r, Orry à Pontchartrain, 12 décembre 1714.

275 AECP, Esp., 233, fol. 93, Orry à Torcy, 19 novembre 1714.

276 AECP, Esp., 234, fol. 64-79 r°, Orry à Pontchartrain, 12 décembre 1714.

277 AECP, Esp., 234, fol. 101, Pachau à Torcy, 17 décembre 1714.

278 AN, B7 24, fol. 140, novembre 1714.

279 AECP, Esp., 237, fol. 55, Pontchartrain à Orry, 26 novembre 1714 ; ibid., fol. 226, Pontchartrain à Torcy, 5 janvier 1715.

280 AN, B721, fol. 115, Partyet à Pontchartrain, 22 janvier 1714.

281 AN, B7 22, fol. 177 v°, Partyet à Pontchartrain, 14 mai 1714.

282 AN, B7 23, fol. 128 v°, Partyet à Pontchartrain, 23 juillet 1714.

283 AECP, Esp., 228, fol. 78, Brancas à Torcy, 25 janvier 1714.

284 Cf. Madrid dormido, BNM, mss 4043, fol. 155 r°-l57 r°, T. Egido López, Opinión pública y oposición al poder en la España del siglo XVIII (17131759), (1971), p. 96, n. 26 ; Soneto, A Macanaz y sus sequaces franceses, BNM, mss 3749, p. 118 v° (Copie au Britisch Museum, mss Add. 17701, fol. 60 r°, T. Egido López, op. cit., p. 97) ; Diάlogo entre Perico y Marica..., BNM, mss 10952, fol. 175 et sv. ; Soneto, BNM, mss 3749, p. 117 v° ; Memorial de las Monjas de Sta Cathalina a la Prineesa de Ursini, BNM, mss. 3749, p. 113 ; Perico y Marica en que descriven a Madrid y a todos los mandones de la Cortey Palacio con las nuevas imposiciones BNM, mss. 3749, p. 119-125 ; Décimas, Arch. Silv, mss 75, fol. 223 v°, T. Egido López, op. cit., p. 94.

285 Decimas, BNM, mss 3749, tiré de la Gazette de Madrid du 30 janvier 1714 (British Museum, mss Add. 17701, fol. 60 v°, partiellement dans T. EGIDO LÓPEZ, op. cit., (1971), p. 93).

286 Dezimas a los cincos privados de España, en que es Orri el principal, BNM, mss 3749, p. 113 v°.

287 T. Egido López, op. cit., (1971), p. 112, « Cette débauchée et cet ivrogne ont perdu ce gamin », BU de Valence, mss. 456, fol. 282 r°.

288 AECP, Esp., 232, fol. 156 et La. Tr., VI, p. 239, Fr. Santo Domingo à Torcy, 22 octobre 1714.

289 BNM, mss 8445 et 11080, Maximas executadas en Españapor orden... de... Luis 14por la Prineesa de los Ursinos y sus sequaces, todos Franceses viles, tanto como las maximas·, sur le même thème, cf. ANM, Estado, leg. 3279, Consulta de la Prineesa de los Ursinos en el Gavinete del Rey Christianissima en presencia de Madama Maintenon traducida de Frances en Español, 120 pages.

290 AECP, Esp., 228, fol. 102, 30 janvier 1714 ; ibid., fol. 106, 31 janvier 1714.

291 AECP, Esp., 228, fol. 102, 30 janvier 1714, Brancas à Torcy. L’ambassadeur rapporte que Madame des Ursins fait aménager par Teodoro Ardemans des appartements pour Orry au Palais.

292 Le sieur de Turgis, qui était allé à Cordoue comme commis d’Orry pour faire le recouvrement des aréages de rentes royales, y fut assassiné avec sa femme et leur maison brûlée. On aurait répandu dans toutes les villes de l’Andalousie un écrit qui menaçait du même sort tous les Français qui se mêlaient de l’administration des rentes (AN, B7 24 fol. 233, Partyet à Pontchartrain, 3 décembre 1714 ; AECP, Esp., 237 fol. 99, Bourck à Torcy, 2 décembre 1714).

293 AN, B7 20, fol. 247, Partyet à Pontchartrain, 15 décembre 1714 ; B7 21, fol. 19 et 20, le même au même, 18 et 20 décembre 1713. Le duc d’Abrantès aurait ainsi interpellé Orry : « Es-tu le roi d’Espagne ou es-tu Jean Orry ? ». Brancas renchérit en évoquant le conseil de guerre : « Il n’y a plus à proprement parler de conseil de guerre depuis quelque temps, le nouveau plan de M. Orry a si fort embrouillé toutes choses que tout est suspendu » (AN, BI 777, à Pontchartrain, 5 février 1714).

294 AN, B7 22, fol. 86, Partyet à Pontchartrain, 9 avril 1714. Manuel de Silva, conseiller au Conseil des Indes et Gregorio Mercado au conseil de Castille furent destitués. C’est ensuite le tour de Juan Antonio Torres Castejon puis, en août, de Garcia Perez Araciel, de Juan Ramirez Vaquedano et enfin de Luis Curiel.

295 AN, B7 22, fol. 1 v°, Partyet à Pontchartrain, 12 mars 1714. C. Martin Gaite, Macanaz, otro paciente de la Inquisición, (1982), p. 243.

296 J. M. Vallejo Garcia-Hevia, « Macanaz y su propuesta de reforma del Santo Oficio de 1714 », Revista de la Inquisición, 5 (1996), p. 187-291.

297 Voir l’analyse de ce texte par C. MARTIN GAITE, op. cit., p. 261-266.

298 AECP, Esp., 231, fol. 129, Pachau à Torcy, 3 septembre 1714.

299 AECP, Esp., 234, fol. 116, Giudice à Torcy, 22 décembre 1714.

300 AECP, Esp., 236, fol. 148, Philippe V à Louis XIV, 5 septembre 1714. Néanmoins, dans une lettre du 24 novembre 1714, A. Druillet, évêque de Bayonne, épousant la cause du cardinal Giudice, laisse entendre que le roi, et même la Princesse, sont manipulés en cette affaire : « Madame la Princesse des Ursins n’est pas au fait de ces matières, mais la confiance qu’elle a en M. Orry, dom Macanaz et le P. Robinet, attire de sa part une approbation aveugle à ce qu’ils font. Il est présentement à craindre que le Roi Catholique n’ayant pas la communication des pièces sur lesquelles il devrait décider, ne prenne une résolution différente de celle qu’il aurait prise, si on ne lui avait rien caché » (La Tr., VI, p. 252).

301 C. Martin Gaite, op. cit., (1982), p. 308.

302 Ibid., p. 280 et sv.

303 E. Bourgeois, La diplomatie secrète au xviiie siècle, 2 : Le secret des Farnèse, Philippe V et la politique d’Alberoni, (1910), p. 107

304 Le 21 août 1713, il écrit à Rocca : « Non, ce n’est pas une paix durable que la paix d’Utrecht. L’Italie est un trop bon pays pour être abandonné aux Allemands », E. Bourgeois, op. cit., p. 131.

305 E. Bourgeois, Alberoni, Madame des Ursins et la reine Elisabeth Farnèse d’après des documents inédits, (1891), p. 22.

306 Alberoni au comte Rocca, 6 et 27 août 1714, dans J. M. Alberoni, Lettres intimes adressées au comte I. Rocca, (1893), p. 333-335 et 327-329, dans J.-F. Labourdette, Philippe V..., (2001), p. 307, n. 9. Le mariage du roi d’Espagne fut célébré par procuration à Parme, le 15 août 1714.

307 J.-F. Labourdette, Philippe V..., (2001), p. 308

308 Le prince de Monaco à Torcy, 19 octobre 1714, dans ibid, p. 310.

309 AECP, Esp., 231, fol. 55, Pachau à Torcy, 20 août 1714.

310 Lors du dernier séjour d’Orry en Espagne, elle assura des correspondances entre son mari et Torcy. Ainsi, en février 1714, Orry cherche à se justifier d’accusations lancées contre lui que son épouse lui avait rapportées (AECP, Esp., 228, fol. 117 et 140). En mars 1714, il l’assure qu’il souhaiterait rentrer en France mais qu’il doit rester en Espagne sur ordre exprès de Philippe V (AECP, Esp., 229, fol. 26).

311 AECP, Esp., 231, fol. 55 et 157, Pachau à Torcy, août-septembre 1714.

312 M. Cermakian, La Princesse des Ursins..., (1969), p. 515.

313 L’épisode de Jadraque fit couler beaucoup d’encre. On ne parvint jamais à savoir exactement ce qui se passa entre les deux femmes. Cf. à ce sujet, SSBL, XXVI, p. 103-107 ; lettre de Daubigny, Orry, Pachau et Saint-Aignan, La Tr., VI, p. 272, 274-5, 277-9 ; J.-F. Labourdette, Philippe V..., (2001), p. 310-315 ; M. Cermakian, La Princesse des Ursins..., (1969), p. 522-526 ; Μ. E. Bertoli, « Elisabetta Farnese et la principessa Orsini », Hispania, 15 (1955), p. 582-599 ; E. Bourgeois, Alberoni, Madame des Ursins et la reine Elisabeth Farnèse d’après des documents inédits, (1891), 46 p. ; M. Courcy, L’Espagne après la paix d’Utrecht, 1713-1715. La Princesse des Ursins et le marquis de Brancas ; un grand inquisiteur d’Espagne à la Cour de France ; les débuts d’une nouvelle reine, 1891, 439 p. ; A. Baudrillart (Alfred), Philippe Vet la cour de France, I, p. 610-614 ; E. Armstrong, « The influence of Alberoni in the disgrace of the Princess des Ursins », English Historical Review, 5 (1890), p. 760-767 ; E. Rosseeuw-Saint-Hilaire, Disgrâce de la Princesse des Ursins, 1714-1715, 1874, 23 p. Sur les conditions matérielles délicates de son voyage, ANM, Estado, leg. 2850.

314 E. Bourgeois, op. cit., p. 27 : Alberoni au comte Rocca : « Mon très cher ami [...] Je vois que tout le monde restera étourdi de trouver une reine qui prend, avant d’être encore sur son trône, une résolution aussi hardie. Cher ami, les conférences que nous avons eues entre quatre yeux de Pampelune à Jadraque ont produit cette félicité où se trouve aujourd’hui la reine : elle se voit maîtresse de son mari, et ne le serait pas si elle n’avait pas supprimé l’obstacle. C’est une grande âme qui, bien dirigée et servie d’après ces principes, fera en peu de temps renaître toutes les plus glorieuses actions des princes, ses glorieux prédécesseurs ».

315 AECP, Esp., 238, fol. 9, Orry à Torcy, 5 janvier 1715.

316 Philippe V à Louis XIV, 29 décembre 1714, La Tr., VI, p. 265-267 ; ANM, Estado, leg. 2850, « minuta de la carta de Felipe V al rey de Francia dandole cuenta de los motivos que tuvo la Reina para separar a la princesa, 29 diciembre de 1714 ».

317 La Princesse eut la consolation de recevoir une lettre de Louis XIV lui renouvelant ses sentiments d’estime et d’affection face à la manière dont elle avait été traitée, La Tr., VI, p. 291, 21 janvier 1715.

318 J.-F. Labourdette, Philippe V..., (2001), p. 314.

319 AECP, Esp., 238, fol. 9, Orry à Torcy, 5 janvier 1715.

320 AN, B7 25, fol. 41, Partyet à Pontchartrain, 7 janvier 1715.

321 AECP, Esp., 238, fol. 5, Orry à Torcy, 5 janvier 1715.

322 AECP, Esp., 244, fol. 27, Philippe V à Louis XIV, 9 janvier 1715.

323 AECP, Esp., 238, fol. 9, Orry à Torcy, 5 janvier 1715.

324 AECP, Esp., 238, fol. 51, Saint-Aignan à Torcy, 13 janvier 1715.

325 E. Bourgeois, La diplomatie secrète au xviiie siècle, 2 : Le secret des Farnèse, Philippe V et la politique d’Alberoni, (1910), p. 173. Daubigny à Torcy, 31 décembre 1714, « L’abbé Alberoni joue ici un grand rôle ; vous le connaissez au moins de réputation. C’est aussi comme je le connais ; ainsi je n’ose en rien dire », dans La Tr. VI, p. 272.

326 PIO (François de Savoie y Cortereal, prince) servit tout d’abord en Italie et fut fait gouverneur de Novare et colonel du régiment de Lombardie en mars 1702, maréchal de camp en avril 1705 et lieutenant-général en novembre 1706. Il eut la Toison d’Or en avril 1708 et fut envoyé pour commander à Naples. Du chef de sa mère, fille de Castel-Rodrigo, il hérita du titre de marquis de Castel-Rodrigo. Il devint, en octobre 1721, grand écuyer de la Princesse des Asturies. Il périt noyé en 1723, lors de l’inondation qui ravagea le quartier de los Recoletos à Madrid, SSBL, XXX, p. 451 ; RIA, II, p. 366.

327 AECP, Esp., 235, fol. 78, Bourck à Torcy, 19 février 1714. Selon Bourck, Pio souhaite mettre en vigueur un nouveau plan pour la ville imité de celui de Paris, avec notamment un lieutenant civil et un lieutenant criminel.

328 AECP, Esp., 223, fol. 15-26, août 1713 : Bonnac disait qu’on « le consulte quasi sur tout ». Partyet est aussi témoin de cette influence (AN, B7 8, fol. 90, 30 janvier 1711).

329 Sans doute est-ce Antoine Grimaldi, marquis de la Cueva, d’origine génoise, maréchal de camp dans les troupes espagnoles dès 1703, lieutenant-général en août 1708, gouverneur de Cadix, puis nommé commandant de l’Estremadure (SSBL, XVI, p. 206, n. 2).

330 AN, B7 25, fol. 17 v°, Partyet à Pontchartrain, 25 février 1715.

331 AN, B7 25, fol. 41, Partyet à Pontchartrain, 7 janvier 1715. Même remarque sur les emplois donnés à des étrangers dans AN, B7 26, fol. 137, Partyet à Pontchartrain, 10 juin 1715.

332 AECP, Esp., 238, fol. 51, Saint-Aignan à Torcy, 13 janvier 1715.

333 AECP, Esp., 238, fol. 141, Daubigny à Torcy, 5 février 1715.

334 AN, B7 25, fol. 259, Partyet à Louis XIV, 3 avril 1715.

335 AECP, Esp., 238, fol. 113, Pachau à Torcy, 28 janvier 1715.

336 La Tr., VI, p. 277, Saint-Aignan à Torcy, 7 janvier 1715.

337 AN, B7 25, fol. 17 v°, Partyet à Pontchartrain, 25 février 1715.

338 AECP, Esp., 240, fol. 20, Saint-Aignan à Louis XIV, 3 avril 1715.

339 AECP, Esp., 238, fol. 59, texte anonyme.

340 Philippe V en informait dès le 4 février son grand-père, AECP, Esp., 244, fol. 140.

341 ANM, Estado, leg. 3556, Orry à Grimaldo, 8 février 1715. Il partit en emportant 6 caisses, trois de documents et trois contenant des effets personnels.

342 AECP, Esp., 239, fol. 9, Saint-Aignan à Torcy, 11 février 1715.

343 AECP, Esp., 239, fol. 6, Saint-Aignan à Louis XIV, 11 février 1715.

344 AECP, Esp., 239, fol. 109 v° et 119. Il arrangea quelques ultimes affaires, notamment celle concernant la Bibliothèque Royale, cf. ANM, Estado, leg. 2889.

345 ANM, leg. 2850. Daubigny partit emmenant avec lui Mademoiselle Emilie, camériste de la reine, attachée à Madame des Ursins, AN, B7 25, fol. 259, Partyet à Louis XIV, 3 avril 1715.

346 Alberoni parlait ainsi de Sartine : « Il fit faillite deux fois à Lyon, (il est) digne du plus rigoureux supplice pour le manque de vivres arrivé dans la campagne de Cardona, étant lui-même fauteur de la perte de la cavalerie de SM qui en résulta et de l’abandon du siège de la susdite place », La Tr., VI, p. 269, Alberoni au comte Pighetti, 30 décembre 1714.

347 AECP, Esp., 240, fol. 85, Saint-Aignan à Torcy, 29 avril et ibid., fol. 115, Saint-Aignan à Louis XIV, 6 mai 1715. Torcy approuve l’attitude de Sartine, AECP, Esp., 245, fol. 5, à Saint-Aignan, 21 mai 1715.

348 AECP, Esp., 240, fol. 123, Saint-Aignan à Torcy, 6 mai 1715 : sur Sartine, « il est ici assez généralement estimé. Sa réputation dans les affaires est fort bonne, et il n’y a point d’argent qu’il ne trouve sur son crédit. Je crois que les démêlés qu’il a eus avec le sieur Orry ont contribué à le faire aimer des Espagnols. Il prétend ne s’être raccommodé avec lui que par nécessité [...] ».

349 AECP, Esp., 241, fol. 144, Torcy à Saint-Aignan, 22 juillet 1715.

350 AECP, Esp., 245, fol. 87.

351 AECP, Esp., 239, fol. 11, Louis XIV à Saint-Aignan, 28 février 1715 ; ibid., fol. 63 v°, le même au même, 7 mars 1715.

352 AECP, Esp., 247, fol. 21-43 r°.

353 Lettre de l’abbé Mascara, 29 juin 1715, A. Baudrillart, « Rapport sur une mission en Espagne aux Archives d’Alcala de Henarés et de Simancas », Archives des Missions scientifiques et littéraires, 15 (1889), p. 44.

354 AECP, 245, fol. 46, Philippe V à Louis XIV, 19 mai 1715. Louis XIV s’étonne de la rigueur de son petit-fils, dans La Tr., VI, p. 320, 3 juin 1715.

355 La Tr„ VI, p. 332, Coutlet à Huxelles, 15 juin 1717. La Princesse devait finir ses jours à Rome en 1722.

356 ANM, Estado, leg. 3556, le 4 février 1715, Philippe V demanda à Moriana de payer 36 000 lt à Orry. Se trouve aussi une lettre du 27 octobre 1715 dans laquelle Grimaldo regrette de ne pouvoir plus aider Orry, en réponse à une demande faite par le financier le 19 août. Le 30 novembre 1716, Orry demande encore de l’aide. Il semblerait qu’il ait eu une correspondance régulière, mais sans intérêt particulier, avec Grimaldo jusqu’à son décès. Ainsi, on trouve toujours dans cette même liasse, une lettre d’Orry du 5 mars 1718 où il supplie Grimaldo de lui écrire une fois par mois et de transmettre ses amitiés au roi d’Espagne.

357 A. de Vayrac, État présent de l’Espagne, (1718), t. 3, p. 439.

358 « Dans sa pureté la plus parfaite ».

359 C. de Castro, José de Grimaldo, ministre responsable (1703-1726), (2004), p. 305.

360 J.-P. Dedieu, « La Nueva Planta en su contexto », Manuscrits, 18 (2000), p. 121.

361 J. Fayard, « La tentative de réforme du Conseil de Castille sous le règne de Philippe V (1713-1715) », dans Mélanges de la Casa de Vélasquez, 2 (1966), p. 277.

362 J. Fayard, loc. cit., p. 276.

363 AECP, Esp., 241, fol. 46, Saint-Aignan à Louis XIV, 14 juin 1715.

364 AECP, Esp., 239, fol. 207, Bourck à Torcy, sd., v. mars-avril 1715.

365 J.-P. Dedieu, loc. cit., (2000), p. 122.

366 J. Fayard, loc. cit., p. 278.

367 Au xviiie siècle, plusieurs décrets seront publiés pour faciliter le travail de ce Conseil, mais sans le transformer de façon notable. Le conseil de Castille garde sa structure depuis ses origines jusqu’au décret de dissolution de 1808. Finalement, la seule tentative importante pour le réformer de façon drastique est celle d’Orry de 1713, J. Fayard, loc. cit., p. 279.

368 Le P. Daubenton arrive le 13 juin à Madrid, AECP, Esp., 241, fol. 46.

369 AECP, Esp., 241, fol. 85, Saint-Aignan à Torcy, Aranjuez, 24 juin 1715.

370 AECP, Esp., 240, fol. 123, Saint-Aignan à Torcy, 6 mai 1715.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search