Version classiqueVersion mobile

Les Français de Philippe V

 | 
Catherine Désos

Chapitre 7. Société de cour, société de cabale Les rivalités autour de Philippe V, cause du déclin français

Texte intégral

  • 1 Millot, II, p. 141.

1« Les grandes intrigues de cour sont enveloppées de tant de nuages que la vérité s’y dérobe quelques fois aux yeux les plus pénétrants1 ». Cette maxime d’aspect général est écrite par l’abbé Millot, d’après la situation à Madrid du début du xviiie siècle. La cour de Philippe V fut le centre de factions complexes et protéiformes. Leur importance s’accrut en proportion de leur retentissement à Versailles, qui scrutait alors avec attention tout ce qui se déroulait au sein du pays voisin. Ces cabales eurent des conséquences politiques immédiates et durables sur l’action de l’entourage français du jeune roi et, de ce fait, constituent un des principaux facteurs du déclin de l’influence française à la cour madrilène.

2Les Français formaient en apparence une société bien structurée sur le critère de la nationalité. À leur arrivée, ils opposèrent un front commun aux oppositions suscitées par les Espagnols. Cependant, dès le retour du roi à Madrid après son séjour en Italie, en janvier 1703, la belle entente prônée depuis Versailles vole en éclats. La colonie française est alors plus nombreuse et se trouve composée de personnalités au caractère fort. Ainsi débutent les querelles privées qui vont marquer les premières années du règne de Philippe V.

3Elles sont dues à la volonté de contrôler ou d’influencer le jeune monarque, au rôle que chacun souhaite voir jouer (ou ne pas jouer) par la reine, et aussi à une compréhension différente de la réalité espagnole. Les voies choisies pour réformer l’Espagne divergeaient entre temporisation et action immédiate, ingérence totale ou partielle. Enfin, des ressentiments anciens, importés de France, se révélaient à Madrid avec violence, comme si l’éloignement de Versailles exacerbait les passions.

4La conséquence de ces tensions, propres à toute société de cour, fut de briser l’unité de ces Français, pourtant si nécessaire aux réformes. Leur crédit en fut affaibli auprès des Espagnols. Ceux-ci se montrèrent sceptiques, désolés ou, au contraire, réjouis selon leurs sentiments envers la nouvelle dynastie, face à ces conflits d’autorité, qui s’exprimèrent surtout jusqu’en 1705, mais dont les suites sont observables jusqu’en 1715.

1. Une division constante : la faiblesse des Français

Les querelles de personnes

La difficile année 1703

5Le cardinal d’Estrées arriva à Madrid aux côtés de Philippe V, qu’il avait rejoint sur le chemin du retour d’Italie. Il avait été prévu que le roi tiendrait son despacho avec l’ambassadeur de France et le cardinal Portocarrero. Or, ce dernier, sans doute manipulé par une faction espagnole, se retira, obligeant le roi à le tenir seul, car il n’était pas concevable d’exercer officiellement le pouvoir en tête-à-tête avec le représentant du roi de France. Le cardinal d’Estrées y vit une atteinte à son autorité personnelle.

  • 2 AECP, Esp., 121, fol. 217, le cardinal d’Estrées à Louis XIV, 22 et 23 janvier 1703 ; Millot, II, p (...)
  • 3 AECP, Esp., 121, fol. 191, Philippe V à Louis XIV, 21 janvier 1703 et ibid., fol. 211, le même au m (...)

6À Madrid, la Princesse des Ursins approuvait le parti de Philippe V de tenir seul son despacho, ne croyant pas nécessaire de choquer les Espagnols par l’introduction trop voyante de l’ambassadeur dans les affaires. De là, il n’y eut qu’un pas, allègrement franchi par d’Estrées, pour estimer que Madame des Ursins avait elle-même œuvré au retrait de Portocarrero afin de conserver seule une influence directe sur le couple royal. Estrées est particulièrement amer, car il tablait sur son ancienne amitié avec la Princesse à Rome pour établir son crédit à Madrid. Pourtant, la princesse ne semble pas en cause dans l’affaire du despacho. Par contre, elle ne montre aucune souplesse vis-à-vis d’Estrées, ni aucune volonté réelle de s’accorder avec lui. Ainsi, elle lui interdit sans ménagement l’accès à la chambre de la reine, pour un point d’étiquette qu'elle souhaite voir observé devant les Espagnols. Madame des Ursins critique le peu de souplesse du cardinal, rappelant que Marcin acceptait de passer par une porte dérobée pour voir la reine2. De même, Philippe prévoyait d’informer l’ambassadeur des affaires du despacho en le consultant chez lui sur les dossiers en cours3. Mais celui-ci ne veut pas entendre parler d’expédients qu’il juge indignes de sa fonction. Et il s’en tient surtout à ce fait : alors que la camarera mayor a toutes les entrées du Palais, l’ambassadeur du roi de France est tenu à l’écart.

  • 4 Millot, II, p. 142.
  • 5 La Tr., III, p. 6, Madame des Ursins à Louis XIV, 20 janvier 1703.

7Tout cela forme le point de départ d’une lutte sans merci qui secoue la Cour madrilène entre 1703 et 1705. D’un côté, le cardinal accuse la Princesse de vouloir éloigner les Français pour revenir à « l’ancien système4 ». Il rallie à ce point de vue son neveu, l’abbé d’Estrées, arrivé en même temps que lui, et aussi le marquis de Louville, qui nourrit une inimitié personnelle contre Madame des Ursins. De son côté, la Princesse remet en cause les idées des Estrées de vouloir passer outre les Espagnols, « maximes avec lesquelles, écrit-elle à Louis XIV, je suis très persuadée qu’ils ne réussiront pas5 ». La reine est son plus ferme soutien.

  • 6 AECP, Esp., 114, fol. 114, Louville à Torcy, 26 janvier 1703.
  • 7 Louville parle des mœurs « à l’escarpolette » de la Princesse, dans Louv., II, p. 73, mai 1703.
  • 8 Louv., II, p. 87.
  • 9 AECP, Esp., 122, fol. 2, Madame des Ursins à Torcy, 1er février 1703 ; Millot, II, p. 154 ; Louv., (...)

8Les développements de cette rivalité sont nombreux et les correspondances visant à dénoncer les agissements des uns et des autres se multiplient à Versailles. Le marquis de Louville est l’un des plus virulents et accuse Orry d’être dans les intérêts de la Princesse, ainsi que Vazet, barbier et confident du roi, le chevalier d’Epennes, intime à la cour et Daubigny, qu’il soupçonne de vouloir sa place de chef de la maison française. Les injures pleuvent, parfois bien bassement. On rappelle que le père de Madame des Ursins fut un rebelle pendant la Fronde, que son mari fut chassé de France pour duel6. On l’accuse de vénalité et de vendre des offices à des favoris. Ses mœurs font l’objet d’attaques7. Elle est décrite comme « sordide et voleuse8 ». La Princesse n’est certes pas en reste, en parlant de la sénilité du cardinal ou de l’orgueil superbe de son neveu qu'elle accuse de fréquenter les « méchants lieus9 ».

  • 10 AECP, Esp., 121, fol. 134, Louis XIV à Philippe V, 3 février 1703.
  • 11 AECP, Esp., 121, fol. 148, Torcy à Madame des Ursins, 4 février 1703 ; AECP, Esp., 122, fol. 144, M (...)

9Versailles doit prendre parti et Louis XIV préfère soutenir son représentant. Il commence par exprimer son désaccord sur l’affaire du despacho, mais doit reconnaître plus tard que c’était la seule solution valable10. Torcy a des paroles très dures envers Madame des Ursins à qui il attribue le retrait de Portocarrero ; le comte de Marcin et la maréchale de Noailles lui écrivent en ce sens11. À la fin du mois de janvier, la camarera mayor doit défendre son poste, car le clan des Estrées cherche à la faire rappeler et ne semble pas loin d’y parvenir.

10Elle bénéficie néanmoins du soutien du couple royal. La reine a confiance en la Princesse à la fois comme en une mère et comme en une amie. Le roi la côtoie journellement et apprécie son caractère et sa vision nuancée de la politique. Il sent aussi qu'elle bénéficie d’un courant de sympathie à Madrid, acquis durant l’année 1702 passée seule avec la reine dans la capitale. Cela lui a permis de connaître et d’apprécier certains Grands d’Espagne mais aussi d’entamer des réformes de fonds de l’étiquette et de la cour. C’est cette confiance, si utile pour influencer la jeune reine, que les Estrées et Louville ont entrepris de miner dès leur arrivée, sans autre conséquence que de paralyser l’action générale des Français. Ainsi, les plans d’Orry ne sont pas appliqués. La Princesse, plus audacieuse que les Estrées, les soutient mais, sans l’accord de l’ambassadeur, rien ne peut se faire.

  • 12 AECP, Esp., 122, fol. 135, Philippe V à Louis XIV, 18 février 1703 ; Millot, II, p. 166.
  • 13 Ibid., Marie-Louise de Savoie à Louis XIV, 19 février 1703 ; Millot, II, p. 169.

11Une autre conséquence de ces tiraillements est de provoquer la méfiance de Philippe V envers les représentants de son grand-père. Dans une cour où le secret des lettres est révélé, le roi apprend tout ce que les Estrées écrivent sur son compte et la manière dont ils le représentent indolent dans son palais, dans une « mollesse honteuse ». La reine a droit aussi à des portraits bien peu flatteurs. Si le roi se montre « outragé12 », la reine, elle, s’oppose de façon implacable au cardinal, écrivant à Louis XIV : « Je vous avoue que c’est un monstre pour moi13 ».

  • 14 La Tr„ III, p. 63, Madame des Ursins à Torcy, Madrid, 17 août 1703.
  • 15 AECP, Esp., 115, fol. 27 bis ; AECP, Esp., 115, fol. 231, 4 avril 1703.
  • 16 AECP, Esp., 115, fol. 242, Torcy à Louville, 22 avril 1703.
  • 17 SHD, A1 1695, no 12, Orry à Chamillart, 22 janvier 1703. AECP, Esp., 123, fol. 15, Orry à Torcy, 1e (...)
  • 18 Le cardinal d’Estrées a quelques personnages autour de lui qui écrivent en France, comme Joachim Le (...)
  • 19 AECP, Esp., 117, fol. 235 ; AECP, Esp., 118, fol. 265.
  • 20 AECP, Esp., 151, fol. 182, Madame des Ursins à Torcy, 9 octobre 1705.

12Les autres Français de la cour tels le confesseur, Arnoul, Blécourt ou Ambroise Daubenton oscillent entre les factions. Ce dernier, alors en froid avec Jean Orry, semble s’être attaché au clan de l’ambassadeur de France14. Le P. Daubenton sert de relais aux uns et aux autres mais, sans doute aussi, d’espion du cardinal auprès de la Princesse15. On « soupçonne fort (Vazet), cet honnête homme, de redire des deux côtés ce qu’il apprend ou ce qu’il devine par les mots qu’on laisse échapper devant lui16 ». Quant à Orry, chargé en vain par le roi de persuader Portocarrero de réintégrer le despacho, il fait tous ses efforts pour réconcilier les partis17. L’ambiance est extrêmement tendue à Madrid, d’autant plus que d’autres personnages18 envoient des comptes-rendus à Versailles, qui déforment et grossissent les propos et les situations. Ainsi, le cardinal d’Estrées se sert particulièrement de Marianne d’Aguirre anciennement au service de Marie-Louise d’Orléans, première épouse de Charles II, et épouse d’un Conseiller de Castille. En 1700, elle vivait dans un pavillon du Buen Retira, très pieusement, veuve et sans enfants, en contact avec la cour et quelques grands nobles19. Pour Madame des Ursins, cette femme n’est qu’une « fausse béate pleine d’artifice, très capable de tromper les gens qui ne la connaîtront pas à fond20 ». Elle est liée à la jeune duchesse d’Osuna et à la comtesse de Palma, ennemies déclarées de la camarera mayor. L’oratorien P. Joseph Martin, administrateur de l’hôpital Saint Louis des Français, est aussi l’un des confidents du cardinal. En tant que chapelain d’honneur, il possède des accès faciles au Palais.

  • 21 AECP, Esp., 115, fol. 231, Louville à Torcy, 4 avril 1703.
  • 22 Louv., I, p. 376, Louville à Beauvilliers, 27 janvier 1703 et II, p. 16, le même au même, 28 févrie (...)
  • 23 Louv., II, p. 24, Louville à Torcy, 9 et 11 mars 1703.

13Le marquis de Louville, extrêmement prolixe dans ses écrits, contribue largement à envenimer les faits. Il évoque les tentatives d’intimidation qui seraient pratiquées à son égard par la reine, dont il dresse un portrait effrayant à l’usage de Versailles, en la disant prête à trahir la France pour le duc de Savoie21. Il parle de l’esclavage du roi entre son épouse et la camarera22. Il réclame le renvoi de Madame des Ursins : « Elle prétend que l’Espagne se soulèvera pour elle, écrit-il à Torcy, et moi je vous réponds que son départ ne fera pas un pli23 ».

  • 24 Il existe un mémoire sur cette question aux AECP, Esp., 117, fol. 63, Mémoire sur la dissension ent (...)
  • 25 La Tr„ III, p. 39. Ce mémoire compte 12 points.

14À Versailles, après avoir soupçonné Louville d’écrire les lettres du jeune roi, on en accuse la Princesse, puis Daubigny, Orry et aussi le confesseur. On ne sait plus à qui se fier. Les ministres tentent de rester au-dessus des partis car ils souhaitent conserver une camarera mayor française et permettre à l’ambassadeur de France de revenir au des-pacho24. Aussi, pour complaire à Louis XIV, les partis doivent se mettre d’accord sur la base d’un Projet d’accommodement entre Madame des Ursins et le cardinal d’Estrées, en réalité assez utopique25. Philippe V parvient à réunir son despacho avec Portocarrero et Estrées à la fin du mois de février de cette année 1703. Louville, de son côté, fait une allégeance forcée à la Princesse :

  • 26 Louv., II, p. 33, Louville au duc de Beauvilliers, 1er avril 1703.

Sans génuflexion quelconque et je n’ai point demandé pardon des malheureux coups de bâton que j’ai donnés, ni même de ceux que j’ai reçus26.

  • 27 Louv., II, p. 29, la duchesse de Beauvilliers à Louville, 5 et 9 mars 1703.
  • 28 AECP, Esp., 122, fol. 318, Louis XIV à Philippe V, 18 mars 1703.
  • 29 Les Estrées ne sont pas toujours d’accord, par exemple sur l’état des troupes, Millot, II, p. 203 e (...)

15On n’a fait que « replâtrer les choses27 ». Le mois de mars 1703 est ponctué de « brouilleries désagréables et nuisibles28 » au service du roi. Le cardinal d’Estrées et son neveu, par ailleurs, ne sont pas toujours d’accord entre eux. L’abbé, malgré ses partis pris, ne peut s’aveugler sur l’incapacité de son oncle29.

16Les Espagnols s’établissent en observateurs et en profitent pour critiquer l’ingérence française. Louville constate, sans pour autant renoncer à sa propre intransigeance, que :

  • 30 Louv., II, p. 69, Louville à Beauvilliers, mai 1703.

Les cœurs s’aliènent de nous sensiblement. Il n’y a plus que deux partis dans les conseils, le 1er qui veut du roi sans les Français, et le 2nd qui ne veut ni des Français ni du roi ; ce qui me fortifie dans ma première opinion qu’il faut laisser faire les Espagnols sans se mêler d’eux, ou s’en mêler sans les laisser faire30.

  • 31 SHD, A1 1695, no 100-101, Daubigny à Orry, 22 et 27 juin 1703.
  • 32 AECP, Esp., 124, fol. 10, Philippe V à Louis XIV, 2 juin 1703.
  • 33 La Tr„ III, p. 81, Madame des Ursins à Torcy, 23 septembre 1703.

17En juin, Daubigny signale que tout va de mal en pis ; les plaintes se multiplient, tandis que le cardinal d’Estrées est occupé de « choses étrangères à son emploi et peu convenables au bien du service31 ». Philippe V envoie Orry et Louville en mission à Versailles, pour qu’ils exposent les affaires de la cour. Le roi d’Espagne souhaite surtout être débarrassé du cardinal dont l’incurie fait que rien ne se décide32. Estrées est finalement rappelé en août. On lui substitue son neveu, qui semble avoir plus de compétences et de vivacité et qui adopte, dans un premier temps, une certaine retenue envers Madame des Ursins. Cette dernière insiste auprès de Torcy sur son « innocence » dans toutes ces affaires, citant pour caution le père confesseur du roi33.

  • 34 AECP, Esp., 125, fol. 281, Philippe V à Louis XIV, 5 octobre 1703.
  • 35 A. BAUDRILLART, op. cit., p. 164.

18Le marquis de Louville, ne supportant pas l’influence croissante du confesseur, jeta habilement le trouble dans les rapports traditionnellement confiants entre la camarera et lui, l’accusant d’user du secret de la confession contre elle et la reine. Il est vrai que l’attitude du père jésuite n’avait pas toujours été très nette et qu’il avait été très proche du cardinal d’Estrées. Le mois de septembre fut délicat pour le confesseur, qui sentit le vent de la disgrâce. Mais Philippe V, qui avait une grande amitié pour Daubenton, préféra le conserver, écrivant à Louis XIV : « Je veux ramener le P. d’Aubenton de son égarement et le réduire s’il est possible à changer de conduite34 ». C’est-à-dire à abandonner tout esprit de parti. Par contre, en octobre, c’est le marquis de Louville qui fut rappelé en France. Tous ses écrits recelaient tant de passions qu’on jugea qu’il était allé trop loin. Torcy pouvait-il encore faire confiance à un homme qui se vantait de « faire un noviciat de fausseté dans lequel il avançait fort35 ? » L’affaire du confesseur a permis à Madame des Ursins d’être débarrassée de son ennemi le plus virulent.

La chute de Madame des Ursins

  • 36 AECP, Esp., 117, fol. 195, Louis XIV à l’abbé d’Estrées, 16 septembre 1703.
  • 37 AECP, Esp., 117, fol. 325, Torcy à Louville, 10 octobre 1703.
  • 38 SHD, A1 1695, no 86, Chamillart à Orry, avril 1703.
  • 39 AECP, Esp., 125, fol. 115, Torcy à Madame des Ursins, 14 septembre 1703.

19Un semblant d’union semble s’établir entre l’abbé d’Estrées, Madame des Ursins et Jean Orry. Les ordres du roi de France sont très fermes en ce sens, d’autant plus que les Espagnols saisissent toutes les occasions de susciter des « traverses » aux français36. Il existe une forte cabale que la mésintelligence entre les français a contribué à fortifier. Torcy écrivait explicitement, en octobre, que le roi de France était « bien résolu de frapper fortement sur ceux qui ne contribueront pas de tout leur pouvoir au maintien de l’union37 ». Chamillart n’était pas en reste, lorsqu’il souhaitait, pour l’accomplissement des projets d’Orry, que « le même esprit agisse en tout38 ». Torcy semonçait Madame des Ursins en lui disant que « la désunion des français a fait plus de tort aux affaires en Espagne que toutes les cabales des malintentionnés qui ne songent qu’à l’entretenir39 ».

20Madame de Maintenon faisait la même leçon à la reine, tandis que Louis XIV écrivait à son petit-fils :

  • 40 AECP, Esp., 118, fol. 80, Louis XIV à Philippe V, 10 octobre 1703.

Prenez garde je vous prie, à maintenir désormais s’il est possible l’union entre les Français que vous avez auprès de vous. Leurs divisions ont porté jusqu’à présent un si grand préjudice au bien de nos affaires que nous ne devons plus le souffrir40.

  • 41 AECP, Esp., 118, fol. 208, Louis XIV à Philippe V, 19 novembre 1703.
  • 42 AECP, Esp., 117, fol. 356, Madame des Ursins à Torcy, 23 septembre 1703.
  • 43 AECP, Esp., 118, fol. 29, l’abbé d’Estrées à Torcy, 3 octobre 1703.

21Et il renouvelle cet avis en novembre41. Madame des Ursins fait donc la paix avec le confesseur, et avec Ambroise Daubenton. Mais, si elle affirme à Torcy vouloir être amie avec l’abbé d’Estrées, elle sait aussi « qu’il sort d’une école où il n’a pas appris à dire la vérité sur ce qui (la) regarde, ni à laisser vivre les autres en repos42 ». L’abbé n’en dit pas moins, expliquant qu’il a dû jurer devant le Roi Catholique de ne rien tenter contre la camarera mayor, et qu’il se prépare donc à vivre plutôt « en courtisan qu’en ambassadeur43 ».

  • 44 AECP, Esp., 118, fol. 190, l’abbé d’Estrées à Louis XIV, 7 novembre 1703.
  • 45 SHD, A1 1696, no 83, Orry à Chamillart, 7 novembre 1703.
  • 46 La Tr„ III, p. 97, Torcy à l’abbé d’Estrées, 19 novembre 1703, « Quoique je vous aie exhorté à l’un (...)

22En novembre, Madame des Ursins, l’abbé et Orry s’assemblent plusieurs fois chez la Princesse pour évoquer les affaires. Mais leur union devient, pour le coup, si étroite, qu’une des lettres de l’ambassadeur de France est aussi signée par les deux autres44. Orry avoue ingénument être à l’origine de cette formalité « pour établir une étroite union dans la conduite qui se tient ici sur les affaires importantes45 ». Or, cela ne plaît guère à Versailles où le roi voit que son ambassadeur n’use plus du secret diplomatique46.

  • 47 AECP, Esp., 118, fol. 248, l’abbé d’Estrées à Torcy, 14 novembre 1703. L’affaire de l’apostille, ra (...)

23En réalité, l’abbé d’Estrées n’a aucune autorité. Ses courriers sont ouverts. Il en accuse la Princesse47. En décembre, Torcy s’en offusque auprès d’Orry :

  • 48 AECP, Esp., 120, fol. 281, Torcy à Orry, 8 décembre 1703.

Si on avait plus respecté les lettres d’un ambassadeur du roi, Madame des Ursins n’aurait pas eu lieu de se plaindre, et l’union subsisterait entre elle et M. l’abbé d’Estrées. Je ne puis vous dissimuler qu’il est très étonnant que, dans la cour du roi d’Espagne, les paquets de l’ambassadeur du roi ne soient pas en sûreté, et qu’on en vienne à une extrémité, dont Sa Majesté aurait fait de vives plaintes si la même chose fut arrivée dans une cour étrangère [...] En vérité, on avilit trop le caractère d’ambassadeur du roi en Espagne, et il serait plus prudent de ne pas porter les choses à une extrémité dont Sa Majesté pourrait se lasser48.

  • 49 AECP, Esp., 120, fol. 376, Torcy à l’abbé d’Estrées, 25 janvier 1704.
  • 50 AECP, Esp., 136, fol. 15, l’abbé d’Estrées à Torcy, 29 janvier 1704.

24Le rôle de l’abbé devient inutile car ses lettres, écrites avec une circonspection qui montre qu’il craint qu’on les ouvre, fait que « le roi ne sait plus rien, au moins par les canaux ordinaires de tout ce qui se passe à Madrid49 ». Au début de l’année 1704 arrive le maréchal de Puységur. Madame des Ursins sait, par ses amis de France, que des lettres calomnieuses à son égard sont envoyées d’Espagne. Puységur tente de la rapprocher de l’abbé, mais celui-ci estime que la Princesse, « Aubigny et Orri, ne voudront jamais partager l’autorité avec le ministre du roi50 ». L’arrivée de Berwick en février ne change rien, car celui-ci ne souhaite pas entrer dans ces querelles et ne pense qu’aux préparatifs de la campagne.

  • 51 M. Cermakian, op. cit., p. 300 et sv. Pour sa défense, Madame des Ursins accuse les ministres de Fr (...)
  • 52 Berwick, Mémoires, p. 360.

25La situation est à ce point bloquée que Louis XIV décide de rappeler en même temps en France l’ambassadeur et la Princesse51. Celle-ci se met en route en avril 1704 et l’abbé, en juillet, est remplacé par le duc de Gramont. Versailles, pour régler cette question, préfère ne pas prendre en compte l’attachement personnel pour Madame des Ursins de la jeune reine, qui jette « feu et flammes contre les ennemis de la princesse52 ».

  • 53 AECP, Esp., 141, fol. 128, Gramont à Torcy, Bayonne, 17 mai 1704 et ibid., fol. 238, 8 juillet 1704

26Le duc de Gramont a comme projet d’expurger du palais tout ce qui peut rappeler Madame des Ursins et de surveiller étroitement Orry, au départ duquel il contribue en 170453. Il est rempli des maximes professées par les Estrées et qui lui réussiront tout aussi mal :

  • 54 Millot, II, p. 299, Gramont à Torcy, 25 mai 1704.

Je vois à merveille qu’il faut, pour le salut de l’Espagne, que le roi la gouverne despotiquement, mais il ne faut pas que l’Espagne s’en aperçoive ; et cela peut très aisément concilier54.

  • 55 AECP, Esp., 142, fol. 51, Gramont à Torcy, 29 août 1704.
  • 56 AECP, Esp., 142, fol. 276, Gramont à Torcy, 30 octobre 1704.
  • 57 AECP, Esp., 141, fol. 177, Gramont à Louis XIV, 13 juin 1704. Il s’agit de Doña Maria Alberta de Ca (...)
  • 58 Gramont a renoué tous les liens que le cardinal d’Estrées avait à Madrid, en particulier avec Madam (...)
  • 59 AECP, Esp., 140, fol. 197, Gramont à Louis XIV, 30 mai 1704.
  • 60 AECP, Esp., 141, fol. 171, Gramont à Louis XIV, 10 juin 1704.
  • 61 AECP, Esp., 145, fol. 35 et 92, Gramont à Louis XIV, 2 et 14 décembre 1704.

27Dès le mois d’août, Gramont se rend compte de l’éloignement de la reine, qu’il trouve « ferme comme un rocher sur tout ce qui regarde Madame des Ursins55 ». Il cherche à gagner l’amitié des souverains en pratiquant « un esprit jeune comme eux, pour parvenir à leur plaire dans le courant de la vie56 ». Mais il reste toujours dans un registre frivole, afin surtout d’éloigner la reine de toute politique. C’est dans cet esprit qu’est choisie la duchesse de Bejar comme camarera mayor, qui « ne déchiffrera pas l’Apocalypse, ni ne formera d’intrigues dans cette cour57 ». Madame d’Aguirre58, nouvelle confidente de l’ambassadeur, « se promettait par le crédit qu'elle avait sur l’esprit de Don Diego de Silva, oncle de cette duchesse », d’empêcher que la reine n’entre dans aucune affaire59. Enfin, Gramont détruit le peu d’ouvrage réalisé par Orry et Madame des Ursins en matière politique, en faisant renvoyer Canales et en rendant l’intégralité de la secrétairerie du despacho à Rivas. Il n’oublie rien pour relayer les propos madrilènes sur « le dérèglement de la conduite de Madame des Ursins » et « les extravagances sans bornes du sieur Orry depuis l’épingle jusqu’au canon60 ». Il tombe dans les travers de ses prédécesseurs, en pensant pouvoir régenter la vie de la cour. Il soutient ainsi le comte de Montellano, mais veut éloigner le duc de Veragua ; or, c’est à ce dernier que la reine donne sa confiance, comme le faisait auparavant Madame des Ursins61.

28Derrière une apparence joviale, Gramont est extrêmement jaloux de son autorité ; il le montre dans ses relations avec le duc de Berwick et avec le maréchal de Tessé, qu’il envie, car ce dernier a la confiance de la reine. Cette dernière ne supporte guère l’ambassadeur et le dit en ces termes au maréchal français :

  • 62 AECP, Esp., 139, fol. 123, Tessé à Torcy, 12 novembre 1704.

Deux qui ont été ici [s.e. les Estrées], excepté Marcin, et ceux qui y sont, veulent gouverner et croient que la Princesse des Ursins les empêche, ainsi ils veulent s’opposer à son retour, mais que le roi me la rende, que Madame de Maintenon et M. de Torcy m’y servent et me donnent cette satisfaction que je demande à genoux, et ils verront si ce n’est pas eux qui gouvernent62.

29Gramont perd rapidement toute mesure dans ses lettres à Versailles. Il sent que les affaires lui ont échappé et qu’il existe un despacho secret auquel il n’a pas accès.

Le renouvellement de personnel en 1705

  • 63 AECP, Esp., 145, fol. 173, Louis XIV à Gramont, 13 janvier 1705.
  • 64 Girardot, I, p. 4 ; RIA, Esp., II, p. 140 ; M. Cermakian, op. cit., p. 314-323.
  • 65 AECP, Esp., 150, fol. 36 à 42, Gramont à Torcy, 15 janvier 1705.

30En janvier 1705, Louis XIV informe son ambassadeur du renvoi de Madame des Ursins à Madrid63. Depuis quelque temps déjà, ce retournement était en préparation. La reine avait su parler en faveur de la Princesse des Ursins, notamment auprès de Madame de Maintenon. L’arrivée de Tessé, écuyer de la duchesse de Bourgogne, sœur de Marie-Louise, avait été agréable à celle-ci. Avant de pénétrer en Espagne, Tessé était allé longuement s’entretenir avec Madame des Ursins, réfugiée à Toulouse. Grâce à ses rapports, il obtint pour elle le droit de s’expliquer à Paris auprès du roi. Marie-Louise de Savoie, ravie de cette étape, souhaite en franchir une autre et n’a de cesse de réclamer à Madame de Maintenon et au roi de France la rentrée en fonction de la Princesse à Madrid. Louis XIV a été frappé de la ténacité de la reine d’Espagne. Pour le bien des affaires, il convenait de la satisfaire. Un tête-à-tête convainquit le roi de France de « l’esprit solide de Madame des Ursins et de la connaissance parfaite qu'elle a de l’État et des affaires d’Espagne64 ». Gramont est opposé à ce retour, et assure à Torcy que les trois-quarts de l’Espagne sont contre elle65.

  • 66 AECP, Esp., 152, fol. 22, Philippe V à Louis XIV, 13 janvier 1705.
  • 67 AECP, Esp., 152, fol. 43, Philippe V à Louis XIV, 22 janvier 1705 et fol. 65, 3 février 1705.

31On assiste alors à de curieuses lettres de la part du roi d’Espagne qui, de l’une à l’autre, se contredisent totalement. Le 13 janvier, il avait averti à son grand-père de ne pas croire ce qu’il serait obligé de lui écrire par la voie publique, mais de faire confiance à la correspondance secrète mise en place avec Gramont, par le biais des confesseurs des deux rois66. Le 22 janvier, Philippe V remercie le roi pour le retour de Madame des Ursins, mais le même jour, il écrit une autre lettre pour le déplorer. Le 3 février, il renchérit contre le retour de la Princesse et ne veut pas entendre parler de celui d’Orry67. Ce discours est écrit sous l’influence de l’ambassadeur. Gramont souhaite soumettre totalement le jeune roi à sa volonté, incitant Louis XIV à une plus forte ingérence dans les affaires espagnoles pour :

  • 68 AECP, Esp., 150, fol. 82, Gramont à Louis XIV, 5 février 1705.

tirer votre petit-fils de brassière, en le stylant et lui marquant de point en point ce que vous voulez qu’il fasse, la conduite qu’il a à tenir, chose à laquelle il se soumettra aveuglément car il vous craint, vous respecte et vous aime tendrement68.

  • 69 AECP, Esp., 152, fol. 159, Philippe V à Louis XIV, 10 mars 1705.

32Philippe V apparaît décontenancé. Au dire de ses contemporains, il a un bon naturel et beaucoup de bon sens, mais il peut sembler irrésolu, tiraillé entre son estime pour le représentant de son grand-père et la volonté de son épouse ; celle-ci dénonce son aveuglement et l’empire que le duc de Gramont a pris sur lui. Il se rallie finalement à celle-ci et, dans une lettre à son grand-père du 10 mars, avoue qu’il avait craint un moment que la reine ne fût plus toute à lui, une fois Madame des Ursins revenue69. Il réaffirme donc son souhait du retour de la Princesse, ainsi que celui d’Orry, « pour rétablir ses troupes ». Outre cela, il demande le rappel en France de l’ambassadeur mais aussi du confesseur.

33Il est difficile de juger l’attitude de Philippe V, soumis à deux groupes de pression. Il tâche de favoriser celui qui doit permettre une nouvelle activité politique. Ainsi Orry ou Madame des Ursins ont déjà montré qu’ils étaient capables de plans et de projets. Par contre, Gramont, n’a réalisé que peu de choses lors de son ambassade. D’ailleurs, Philippe n’est pas vindicatif, remettant la Toison d’Or à l’ambassadeur et se séparant de son confesseur sans le disgracier. En 1715, c’est ce jésuite qu’il rappellera à son service.

  • 70 SHD, A1 1885, no 39, Gramont à Chamillart, 8 mai 1705.
  • 71 AECP, Esp., 152, fol. 299, Gramont à Torcy, 26 avril 1705.

34Par contre, l’indignation de Gramont ne connaît plus de bornes. Il se laisse aller à des écarts de langage peu conformes à sa position, parlant de l’entourage de la reine qu’il faudrait « étouffer entre deux matelas70 », de sa position comme d’une situation qui « crie vengeance devant Dieu et devant les hommes » et évoquant Philippe V comme « une effigie de roi, resserré entre quatre murailles, qui ne parle à personne, qui n’a plus de volonté que celle des autres et qui devient le mépris et le jouet de tous ses peuples71 ».

35Mais à Versailles, on est fatigué de ce genre de littérature et on aspire à un peu plus de modération.

  • 72 AECP, Esp., 139, fol. 178, Tessé à Torcy, 11 décembre 1704.
  • 73 SHD, A1 1885, no 20, Tessé à Chamillart, 4 mai 1705.

36Tessé tire les leçons de cette situation qu’il observe attentivement. Pour réussir à Madrid, il faut gagner la confiance de la reine et faire revenir Madame des Ursins avec de solides instructions et un ambassadeur qui « soit son humble serviteur72 ». Ce dernier doit se révéler un être exceptionnel, qui sache garder la tête froide car, comme le souligne le maréchal de Tessé, tous ceux qui sont passés par Madrid « ou étaient fanatiques ou le sont devenus73 ». Et Chamillart de renchérir :

  • 74 SHD, A1 1884, no 56, Chamillart à Tessé, 8 mars 1705.

Je commence à croire par ce que je vois que nos Français n’ont pas la cervelle assez forte pour soutenir la chaleur du soleil d’Espagne74.

  • 75 AECP, Esp., 147, fol. 64, Amelot à Louis XIV, 27 mai 1705 et fol. 124, 5 juin 1705.
  • 76 AECP, Esp., 147, fol. 31, Torcy à Amelot, 24 mai 1705.
  • 77 AECP, Esp., 148, fol. 76, Amelot à Louis XIV, 31 août 1705.
  • 78 AN, B7 235, fol. 328, A Daubenton à Pontchartrain, 21 juin 1705.
  • 79 AECP, Esp., 151, fol. 190, Daubigny à Torcy, 9 octobre 1705.

37L’arrivée d’Amelot et le retour d’Orry puis de la Princesse des Ursins marquent une ère nouvelle dans les relations franco-françaises à Madrid. Durant toute l’ambassade du marquis, la cour de Madrid n’est plus soumise à ces cabales. Dès son arrivée, Amelot coupe avec les relations de Gramont ; la fameuse Madame d’Aguirre est disgraciée75 tandis que le P. Martin est invité à regagner la France76. De même, Amelot se rapproche des Grands tels Veragua, Aguilar ou Medinaceli, que Gramont avait essayé d’éloigner de la cour. Désormais, l’ambassadeur fait tout en accord avec la reine et le roi. Orry et Ursins, qui tous deux ont travaillé à des plans pour le despacho, les mettent en pratique de concert avec Amelot. L’esprit d’unité préside en tout. Amelot apprécie réellement les qualités de Madame des Ursins, trouvant « qu'elle va uniquement au bien, qu'elle entend raison sur toutes choses sans être jalouse de son propre sentiment et, en [s]on particulier, [il a] tous les sujets du monde de [s]’en louer77 ». Ce discours est bien nouveau et plaît à Versailles. Désormais, les généraux français, Tessé ou Berwick, travaillent aux affaires militaires à la cour, sans esprit de cabales, le P. Robinet successeur du P. Daubenton, épaule toutes ces actions, tandis qu’Ambroise Daubenton peut écrire, en juin 1705, à Pontchartrain que « M. Amelot (lui) témoigne beaucoup de satisfaction », et qu’il est « en étroites liaisons78 » avec la Princesse et le P. Robinet. Enfin, Daubigny assure que la Princesse adopte un mode de vie plus retirée au Palais et que chacun attend « trois ou quatre mois de tranquillité [...] pour reprendre la supériorité qu’on a perdue pendant le ministère du duc de Gramont79 ».

  • 80 AECP, Esp., 163, fol. 40, paroles rapportées par Bourck à Torcy, 19 janvier 1706.
  • 81 De même entre Aubigny et Orry. En 1732, peu avant sa mort, Daubigny chargea le fils d’Orry du soin (...)

38En 1706, l’union est toujours réelle, Madame des Ursins louant l’ambassadeur en disant qu'elle « n’a jamais vu un homme plus vrai, plus juste et plus raisonnable que M. Amelot80 ». Son activité lui semble extraordinaire et elle s’inquiète pour sa santé. Les liens sont étroits entre eux81 et un projet de mariage est même ébauché entre Chalais, neveu de la Princesse, et la fille d’Amelot. Cette réussite fut rendue possible grâce à la personnalité efficace et compétente de l’ambassadeur, s’appuyant sur l’influence et la justesse de vue de la Princesse des Ursins. Orry, lui, sera écarté au nom de l’unité, en raison de son caractère trop indépendant.

La personnalité dominante d’Orry

Un travailleur acharné

  • 82 SHD, A1 1601, no 21, Orry à Chamillart, 17 mars 1703.

39Orry fut très souvent mis en cause dans les cabales mais lui-même ne s’y impliqua jamais personnellement. Ses lettres ne recèlent pas d’excès verbaux comme celles de ses compatriotes. Lorsqu’il se laisse aller à se plaindre de telle ou telle personne, c’est avant tout en fonction de son travail82. Ainsi, son inimitié envers le cardinal d’Estrées grandit à mesure qu’il se rend compte de son opposition à ses plans.

  • 83 AECP, Esp., 124, fol. 22 et 62, le cardinal d’Estrées au roi, 3 et 8 juin ; ibid, fol. 72, 23 juin.
  • 84 AECP, Esp., 117, fol. 37, l’abbé d’Estrées à Torcy, 9 août 1703.

40Orry semble le seul Français vraiment conscient de l’état de la monarchie, le seul aussi à travailler dans la réalité des bureaux et des dossiers espagnols. Il bénéficie du soutien clairvoyant de Madame des Ursins et, par ce fait même, ses projets sont écartés par l’ambassadeur. Cependant, lors de son voyage à Versailles, Louis XIV peut constater qu’il est bien instruit du détail des affaires. Au moment même où le cardinal dénonce, par lettres, le financier comme haï des Espagnols, le roi de France demande à son représentant de le soutenir sur les questions de finances et de subsistances des troupes83. Lors de son retour à Madrid, Orry suspend toutes ses visites chez le cardinal pour ne pas se trouver en butte à ses avanies84, consommant ainsi une rupture plus ancienne. Le cardinal trouve en lui un rival sérieux :

  • 85 AECP, Esp., 117, fol. 45, le cardinal d’Estrées à Louis XIV, sd.

Cet homme s’érige en ministre public, a réglé une heure pour ses audiences, en passe huit dans le Palais, et s’est mis tellement à mon égard au-dessus de toute bienséance que depuis son retour à peine m’a-t-il vu deux fois et moins d’un quart d’heure à chacune. Je n’ai plus entendu parler du mémoire pour l’ordre des finances qu’il désirait que j’appuyasse comme je m’y étais offert. Déjà quelques Grands le visitent, fort décrié toutefois dans le public prévenu de ses pilleries et ce n’est pas sans fondement85.

  • 86 AECP, Esp., 124, fol. 10, Philippe V à Louis XIV, 2 juin 1703.
  • 87 SHD, A1 1696, no 20, Orry à Chamillart, 19 août 1703.
  • 88 SHD, A1 1696, Orry à Chamillart, 5 octobre 1703.
  • 89 SHD, A1 1696, no 3, Chamillart à Orry, 11 juillet 1703.

41Le cardinal cherche à paralyser l’activité du financier. Pourtant, Orry est soutenu par Philippe, qui trouve en lui un « merveilleux homme » pour son service86. Orry brosse d’ailleurs des portraits du jeune roi à l’inverse de ce que le clan des Estrées décrivait. Il le montre s’instruisant, agissant avec beaucoup de jugement et de sagesse, mettant par écrit tout ce qu’il remarque sans que le travail ne semble lui coûter87 ; de même, il loue la manière dont Madame des Ursins « conduit le beau génie de la reine88 ». Mais ce que l’on reproche avant tout à Orry, c’est sa basse extraction. On admet mal l’envergure qu’il est en train de prendre à Madrid. Chamillart, son ministre de tutelle, lui écrit avec une pointe d’ironie : « Vous êtes un bien plus grand personnage que vous ne me l’aviez voulu faire croire89 ».

  • 90 SHD, A1 1696, no 86, Chamillart à Orry, 19 novembre 1703.

42Quelques mois plus tard, le ton du ministre sera plus cinglant : « Il vous était assez honorable d’avoir part à toutes les affaires les plus secrètes, d’être consulté, de dresser des Mémoires qui servaient de base et de fondement à toutes les résolutions qui se prenaient sur les affaires, sans vouloir remplir promptement le personnage de premier ministre90 ».

  • 91 AECP, Esp., 117, fol. 218, le cardinal d’Estrées à Louis XIV, 1-2 et 3 septembre 1703.
  • 92 AECP, Esp., 117, fol. 277, le cardinal d’Estrées à Torcy, 13 septembre 1703. Orry se défend, AECP, (...)
  • 93 SHD, A1 1786, no 205, Chamillart à Gramont, 1er octobre 1704.

43De son côté, le cardinal n’accepte pas, eu égard à sa naissance et à sa dignité, d’être ainsi supplanté par « le fils d’un marchand de Rouen91 ». Il multiplie les accusations de malversations à son encontre92. C’est en vain. Orry reste en place, car le roi d’Espagne l’associe à toutes les séances de travail. Un personnage comme Orry, ne pouvait que prendre de l’envergure en Espagne en n’étant confronté qu’à des ambassadeurs incompétents moins bien au courant que lui des affaires du roi. Mais, ses connaissances ont Fait que « l’on a exigé de lui des choses qui n’étaient pas en son pouvoir93 ».

Le renvoi de 1704

  • 94 Le maréchal logeait chez l’abbé d’Estrées. Orry avait confiance en cet ambassadeur et avait insisté (...)
  • 95 SHD, A1 1787, no 16-20, Puységur à Chamillart, 11 janvier 1704 et ibid., fol. 39, v. le 20 janvier (...)
  • 96 SHD, A1 1787, no 57, Orry à Chamillart, 6 février 1704. Le roi et la reine cherchent à excuser Orry (...)
  • 97 Orry se plie à cette nouvelle exigence qui l’oblige à bouleverser d’un coup ses préparatifs antérie (...)

44Une première épreuve devait survenir, en janvier 1704, lors du voyage du maréchal de Puységur à Madrid94. Puységur était envoyé par Versailles comme technicien militaire, mais aussi pour sonder l’atmosphère de la cour. Satisfait de l’état des magasins destinés aux troupes de la Frontière Française jusqu’à Madrid, il l’est par conséquent d’Orry et le fait savoir dans plusieurs de ses courriers95. Mais voici qu’arrivé dans la capitale espagnole, le maréchal décide de changer l’itinéraire prévu pour l’acheminement des troupes au Portugal. Orry avait tout disposé pour Badajoz ; or, c’est vers Alcantara qu’il faut désormais se tourner malgré le Conseil de Castille qui met des obstacles aux achats de blé et le mauvais terrain de cette région96. Évidemment l’intendance ne peut suivre en quelques semaines97.

  • 98 SHD, A1 1787, fol. 62, Puységur à Chamillart, 4 février 1704 ; ibid., fol. 79, 15 février 1704, fol (...)

45L’abbé d’Estrées profite du voyage de Puységur en Estremadure pour accabler Orry et l’accuser d’avoir menti quand il prétendait que tous les dépôts d’orge et de blé étaient prêts. De fait, Puységur revient furieux de son inspection sur la frontière portugaise et crie au complot contre les troupes françaises. Il envoie à Chamillart un rapport de soixante pages, terrible pour le financier98 et lance cette remarque sur Orry, souvent répétée par ceux qui l’ont côtoyé :

  • 99 SHD, A1 1787, no 80, Puységur à Chamillart, 15 février 1704.

Orry a beaucoup d’imagination et des vues mais je n’y vois aucune solidité. Il embrasse trop d’affaires et ne peut pas les finir, il les a toutes en main et il faut en passer par ce qu’il veut99.

  • 100 SHD, A1 1787, no 180 bis, Chamillart à Orry, 18 mars 1704.
  • 101 SHD, A1 1787, no 126-7, Berwick à Louis XIV, 29 février 1704 et ibid., fol. 191, Berwick à Chamilla (...)
  • 102 SHD, A1 1787, no 148, Orry à Chamillart, 6 mars 1704.
  • 103 ANM, Estado, leg. 2846, carton no 2, copie de la cédule de Philippe V du 8 mai 1704 en faveur de Je (...)
  • 104 Pour Salvatierra, Idananueva, Monsanto, Castelblanco, Portalegre, Casteldan, Montalban et Marban, O (...)

46Quelques semaines plus tard, Chamillart écrit une lettre très sévère à Orry dans laquelle il fustige son « zèle mal placé100 » et l’invite à se montrer l’humble subalterne du prochain ambassadeur. Berwick se montre beaucoup moins sévère pour le financier, qui lui semble absolument nécessaire pour préparer sa campagne101. Il a de l’estime pour cet homme entreprenant et efficace. Orry parvient à lui fournir des bottes, des selles, des armes et de l’argent102. Philippe V lui conserve aussi son appui. Orry est l’homme qui lui a procuré 40 bataillons et 50 escadrons en quatre mois103. Dans une cédule du 8 mai 1704, le roi, satisfait de « l’expérience, de l’activité et de l’intelligence » d’Orry, le gratifie, lui et ses héritiers, de 125 pistoles par an et par place prise104.

  • 105 SHD, A1 1787, no 243, Madame Orry à Chamillart, 21 avril 1704.

47Gramont, le nouvel ambassadeur, ne lui est pas favorable. D’autant moins qu’il a avec lui un certain Paris, ancien commis d’Orry, « source domestique de tracasserie inépuisable105 », que le financier avait chassé de ses bureaux.

  • 106 SHD, A1 1788, no 123, Puységur à Chamillart, 24 juin 1704.
  • 107 SHD, A1 1788, no 130, Berwick à Chamillart, 28 juin 1704.
  • 108 SHD, A1 1788, no 144, Chamillart à Orry, 6 juillet 1704 et ibid., no 158, 13 juillet 1704. Dans BN, (...)
  • 109 SHD, A1 1788, no 189, Orry à Madame Orry, 25 juillet 1704.
  • 110 SHD, A1 1788, no 214, Orry à Chamillart, 2 août 1704 et no 217-219, Canales à Chamillart, 6 août 17 (...)

48En juin, Orry est partisan de poursuivre l’entreprise militaire jusqu’à Lisbonne, comme d’ailleurs Berwick. Mais Puységur tergiverse, accusant le financier d’être un « brouillon » et un « menteur »106 et Gramont incite le roi à regagner Madrid. Le maréchal de Berwick constate qu’Orry n’a désormais plus aucun crédit en Espagne107. En juillet, on lui signifie de rentrer en France pour justifier sa conduite108. Orry obéit et, dégoûté, écrit à son épouse qu’il espère « n’être pas obligé de revenir de [s]a vie en ce maudit pays109 ». À la demande de Philippe, il reste encore quelques jours à Madrid pour organiser les vivres de la campagne prochaine, assistant à la remise en place de Rivas et prévoyant que ce dernier voudra faire l’inverse de ses propres projets110.

Le « seul recours » pour les affaires militaires ?

49Mais son absence se fait durement ressentir à Madrid. Berwick se plaint que depuis son départ, tout est remis sur l’ancien pied et les troupes ne sont pas mieux payées. Tessé constate, de son côté, que ce qui a attiré l’inimitié générale contre Orry est sa volonté de tenter de profondes réformes sans, peut-être, y mettre suffisamment de souplesse.

  • 111 SHD, A1 1789, no 7, Berwick à Chamillart, 6 septembre 1704 et ibid., no 189, Tessé à Chamillart, 17 (...)

Au même temps que les Grands, les conseils et le peuple veulent le lapider, le Roi Catholique eut dû lui élever une statue si ce qu’il a imaginé eut pu réussir et s’exécuter111.

  • 112 SHD, A1 1884, no 110, Tessé à Chamillart, 18 mars 1705.
  • 113 SHD, A1 1885, no 54, Chamillart à Tessé, 11 mai 1705.
  • 114 SHD, A1 1885, no 273, Orry à Chamillart, 28 juin 1705. De France, on lui laisse carte blanche pour (...)

50Quelques mois seulement ont passé et, déjà, Orry apparaît comme le seul recours face aux difficultés de la situation militaire. Tessé signale que « le retour de cet homme sera très agréable aux troupes d’Espagne112 ». C’est ainsi qu’en mai 1705, notre homme revient à Madrid en compagnie du marquis d’Amelot, avec beaucoup de projets dans ses cartons, qu’il met de suite en chantier, soutenu par l’ambassadeur. Il a les pleins pouvoirs pour agir comme il l’entend auprès de Philippe V et, désormais, les affaires de la guerre ne doivent pas se décider sans lui113. Le retournement est donc complet. Orry n’a qu’à réintégrer sa maison madrilène, qu’il avait laissée en l’état en s’en allant, augmentant ses bureaux et ses commis114. Amelot s’en dit satisfait. Cependant, nouveau retournement de situation, à la fin du mois de juin 1706 ; la Princesse, l’ambassadeur et Berwick lui-même sont d’avis qu’Orry, parti en France pour une affaire de pierreries à monnayer, ne revienne pas à Madrid. Que lui reproche-t-on ?

  • 115 SHD, A1 1978, no 42, Berwick à Chamillart, 24 août 1706.

51Dès son départ en France, beaucoup d’Espagnols se sont déchaînés contre lui ; ce serait une véritable provocation que de le réintégrer, ce dont Berwick lui-même, pourtant attaché au financier, finit par convenir115. Ce n’est pas tant le fond des projets d’Orry qui est critiqué, que l’attitude de leur auteur, trop hautain, trop dur et cassant avec son entourage. Ce comportement, atténué pendant les cabales, s’était épanoui durant la première année de l’ambassade d’Amelot. Celui-ci, d’ailleurs, s’en fatigue et s’en inquiète. Il avoue que nul autre qu’Orry n’aurait pu mener une telle activité, notamment en matière financière, mais il regrette que bien des plans aient été laissés inachevés :

  • 116 SHD, A1 1978, no 92, Amelot à Chamillart, 19 septembre 1704.

Quoiqu’il ait de forts bonnes intentions, il ne lui est pas possible de se contenter de médiocrité, et il est trop vieux pour se corriger116.

  • 117 SHD, A1 1978, no 133, Amelot à Chamillart, 10 octobre 1706.
  • 118 Durant l’hiver 1705, Orry fût victime d’une agression dans son carrosse, AN, B7 237, fol. 294 v°, 2 (...)

52Dans une lettre du 10 octobre 1706117, Amelot explique longuement à Chamillart ce qui l’incite à demander le maintien d’Orry en France. Il a pris une trop grande influence sur le couple royal. L’animosité du cardinal d’Estrées envers lui en a été la première cause. Il faisait décider le roi contre l’avis du cardinal et a continué du temps de l’abbé. Amelot s’est beaucoup servi de lui, admirant son instruction. Mais il s’est rendu compte que, comme il travaillait à la secrétairerie du despacho de la guerre, qui est aussi celle des finances, il décidait de plusieurs choses de son propre chef et envoyait des ordres aux capitaines généraux, aux gouverneurs, commandants et autres officiers, « sans que le roi en sût rien, non plus que moi. Il rejetait des propositions et des demandes qui étaient faites et donnait des régiments, des emplois et des gratifications sans consulter personne, comme s’il eut été le maître absolu ». Amelot l’a repris plus d’une fois, jusqu’à le faire pleurer. Il eut la hardiesse de retenir quelques expéditions accordées par le roi parce qu’elles n’étaient pas de son goût. Sa hauteur surtout déplaisait aux Espagnols. On a craint des attentats contre lui118 et ses dépenses personnelles étaient mal réglées, ce qui n’incitait guère à la confiance.

  • 119 AECP, Esp., 161, fol. 76, Torcy à Gramont, 3 octobre 1706.
  • 120 SHD, A1 1977, fol. 301, Orry à Chamillart, Paris, 30 juillet 1706.
  • 121 AECP, Esp., 182, fol. 26, Amelot à Torcy, 10 septembre 1708.

53Tout cela prévalut contre le retour d’Orry en Espagne. Il resta donc en France, où il possédait « terres, maisons, charges119 ». Il se fit recevoir au Parlement de Metz où il occupe une place de Président à mortier, en janvier 1707. À Paris, il résidait à l’hôtel de Beauvais, rue Saint-Antoine, dont il avait pu faire l’acquisition en 1706. Il craignait les bruits de malversations et fit en sorte de prévenir Chamillart de cet achat ainsi que du fonds personnel qui y avait servi120. Il n’était cependant pas diminué dans la faveur royale. Ainsi, en 1708, Philippe V lui donne une pension de 10 000 livres sur l'asiento, à l’occasion du mariage de sa fille121 et le fait agir pour lui auprès de Desmaretz dans des tractations financières. De même, Madame des Ursins continue à utiliser ses services pour ses affaires personnelles en France. Tous les liens ne sont donc pas rompus avec l’Espagne, ce qui explique la facilité avec laquelle ils seront renoués en 1713. Orry a su se faire apprécier du roi, qui saura s’en souvenir au moment voulu.

54La cour de Madrid offre donc un terreau favorable à l’éclosion des factions. Leur gravité est encore accentuée du fait qu’elles trouvent un profond écho à Versailles. En effet, chaque Français de Madrid possède un accès auprès des différents ministres ou conseillers de Fouis XIV, et chacun d’entre eux prend parti. Pour un même sujet, des ordres et des contre-ordres émanent de Versailles, tandis que des courriers font le tour de la capitale espagnole pour dénigrer l’activité des uns ou des autres. Seul, Amelot arrive à freiner ce flux. Il interdit plusieurs fois à certains Français d’écrire en France et fait lui-même preuve d’une plus grande discrétion que ses prédécesseurs dans ses missives. Ainsi, lors du maintien d’Orry en France, en 1706, seul Chamillart reçut une longue explication des causes réelles, et uniquement parce que ce ministre lui en avait fait la demande expresse.

55En définitive, outre les querelles personnelles qui opposaient les Français entre eux à Madrid, la répercussion de ces diverses factions à Versailles contribue encore à alimenter les divisions. Tout cela participe à un processus d’érosion de l’influence française dans l’esprit des Espagnols. En effet, ceux-ci, et, en particulier, les Grands d’Espagne, observent ces dysfonctionnements du pouvoir et se tiennent prêts à profiter de la moindre faiblesse du gouvernement pour reprendre la direction d’une partie des affaires politiques, en écartant les ministres français. Ainsi, le marquis de Leganés ne manque pas de dire hautement que :

  • 122 Louv., II, p. 33, Louville au duc de Beauvilliers, 1er avril 1703.

Puisque le Roi Très Chrétien [...] permet les intrigues de Cour, comme on en voyait sous Charles II, il ha qu’à ne se plus mêler de l’Espagne et la laisser agir122.

56Cette opposition entre les Français et les Espagnols, latente durant les premières années du règne de Philippe V, se développe néanmoins avec constance. Elle se révèle plus particulièrement en 1709, affaiblissant les positions françaises à la cour. Tes Grands d’Espagne sont les premiers acteurs de ce mouvement.

2. L’hostilité latente des Espagnols

Le cas des Grands d’Espagne

  • 123 J. G. Imhof, Recherches historiques et généalogiques des grands d’Espagne (1707), p. 3.

57« La dignité de Grand est en Espagne le plus haut titre d’honneur que la Noblesse puisse posséder123 ». Traditionnellement associée au pouvoir, dans les charges des Conseils ou dans les fonctions palatines, la noblesse espagnole n’est pas habituée à se voir reléguée hors de l’influence royale. Or, du fait de la présence française accrue et de l’ascension de personnages issus de la petite noblesse ou de la bourgeoisie (Ronquillo, Grimaldo, etc.), c’est bel et bien ce qui se produit. Cela occasionne des conflits nombreux, qui perdurent jusqu’après l’année 1709. Il faut cependant distinguer les nobles qui sont simplement jaloux de l’autorité octroyée aux Français, de ceux qui sont véritablement hostiles à la nouvelle dynastie.

  • 124 AECP, Esp., 120, fol. 91, Orry à Torcy, 19 septembre 1703.

58Orry introduit une distinction, appréciée de Torcy, entre les « mécontents » et les « mal-intentionnés124 ». Il s’agit là de deux catégories bien nettes, même si certains Grands passent de l’une à l’autre suivant les événements. Louis XIV reprend cette réflexion, distinguant ceux qui ont du zèle pour les intérêts du roi et ceux qui, au contraire, désirent une révolution, nuançant ainsi cette ultime réflexion :

  • 125 AECP, Esp., 155, fol. 277, Louis XIV à Amelot, 21 mars 1706.

Il faut cependant croire que, quoique plusieurs Espagnols soient mécontents de n’être pas employés comme ils s’imaginent le mériter, cette seule raison ne les rend pas infidèles, et je suis persuadé qu’ils sont plutôt coupables par leur indifférence aux changements qui peuvent arriver que par des liaisons secrètes avec les ennemis du roi d’Espagne125.

59En réalité, seule une étude au cas par cas est véritablement éclairante. Ainsi, un homme comme le marquis de Villafranca, farouche défenseur des étiquettes et des coutumes espagnoles, opposé à la présence de la familia francesa, n’en reste pas moins un fidèle serviteur de Philippe V et entretient des rapports courtois avec la Princesse ou l’ambassadeur.

  • 126 SSBL, VII, p. 258.
  • 127 SSBL, VIII, p. 191.
  • 128 San Felipe, Comentarios, p. 10.
  • 129 AECP, Esp., 158, fol. 223, Amelot à Torcy, 21 avril 1706. Ibid., 155, fol. 354, en juin, Pedro de l (...)

60Il y a tout d’abord de vrais partisans de l’influence française. Ainsi, le comte de San-Estevan, mayordomo mayor de la reine puis vice-roi de Navarre, « peu ou point attaché aux étiquettes d’Espagne, ni à ses maximes126 ». Le marquis de Villena et son fils, le comte de San Esteban y Gormaz, en sont aussi une brillante illustration. Le premier fut emprisonné trois ans par les Impériaux et nommé par Philippe V en 1712, son mayordomo mayor. Il est surtout connu comme le fondateur de l’Académie espagnole (1713) sur le modèle de l’Académie française. Le second fut capitaine des gardes espagnoles de Philippe V, puis son mayordomo mayor à la mort de son père. Il fut, en outre, à l’origine de la carrière de Macanaz, son ancien secrétaire. Le duc de Veragua, président du Conseil de Guerre et colonel du régiment de la reine, apporta sans cesse son soutien à l’entourage français du roi, même lors des temps difficiles de l’année 1709. Son fils, le duc de la Jamaïque, suivit les traces de son père, tandis que sa fille devait épouser le fils du maréchal duc de Berwick. Par sa sœur, il était allié au duc de Benavente, sumiller de corps. Ce dernier était un très brave homme, qui « se prit d’une telle affection pour le roi qu’il pleurait souvent de tendresse en le regardant127 ». Le marquis del Fresno soutint lui aussi la nouvelle dynastie, rédigeant notamment un écrit pour expliquer le choix d’un héritier français128 ; le duc de Fernan-Nuñez, général des mers, était également très enthousiaste et envoya son fils, Pedro de Los Rios, faire une formation de capitaine de vaisseaux en France129 ; enfin, le duc d’Atrisco, se montra extrêmement utile et favorable aux Français lors de sa présidence du Conseil des Indes entre 1706 et 1708.

  • 130 La Tr., II, p. 74 ; AECP, Esp., 147, fol. 224 et 148, fol. 257.
  • 131 SSBL.VIII, p. 211.
  • 132 AECP, Esp., 189, fol. 36.
  • 133 AECP, Esp., 148, fol. 257 v°-258, octobre 1705.
  • 134 AECP, Esp., 189, fol. 36, Amelot à Louis XIV, 14 janvier 1709.

61Il y avait des Grands qui, sans être hostiles au changement dynastique, ne supportaient qu’avec peine l’ingérence française dans les affaires de l’Espagne. Ainsi, le duc de Montalto se montra virulent contre la présence française aux Indes, et en 1705 quitta le despacho, étonné qu’on ne l’y retint pas. On lui ôta de plus, sans ménagement, la présidence du Conseil d’Aragon130. Le comte de Monterrey, ancien président du Conseil de Flandres, démissionna à son tour du despacho, en 1705, mécontent des remaniements effectués dans le gouvernement. C’était un esprit « haut, méchant, dangereux131 », mais en réalité son opposition n’alla pas jusqu’à trahir la cause du roi. Le duc de Montellano, Grand-Maître de la maison de la reine, gouverneur du Conseil de Castille de 1703 à 1705 et conseiller d’État, semble avoir été en 1709, le centre de cabales anti-françaises. Amelot écrivait à son sujet : « Il s’est toujours dit de mes amis quoique j’en sois médiocrement persuadé132 ». Rien ne fut jamais prouvé contre lui, et ces cabales n’étaient, tout au plus, que la réunion de mécontents. De plus, il bénéficiait de la protection de la reine. Le duc de Medina Sidonia occupait les fonctions de Grand Ecuyer et suivit le roi en Italie et au Portugal. Mais pour Amelot, ce duc appartenait à une race de « rebelles [et] tient depuis longtemps chez lui des conversations où l’on parle avec peu de respect du gouvernement133 ». Le comte d’Aguilar (connu aussi sous le titre de comte de Frigiliana), à la tête du Conseil d’Aragon puis de celui des Indes, possédait un caractère peu facile et souvent opposé aux Français, surtout dans sa dernière fonction. Son fils, le XIe comte d’Aguilar, devait l’excuser auprès de la Princesse des Ursins, en disant que son père « se servait souvent de façons de parler qui signifiaient tout autre chose que ce qu’il pensait134 ». Le vieux duc de Mancera, fut un conseiller fidèle du roi, mais mena plusieurs offensives contre la présence des Français à la cour et l’entrée de l’ambassadeur au despacho. Le duc d’Osuna et son frère, le comte de Pinto, furent eux aussi assez remuants au cours du règne, même si le premier se montra efficace comme capitaine général de l’Andalousie.

  • 135 Sur ce thème, P. Molas Ribalta, « Dinastias nobilarias y guerra de Sucesíon española », Homenaje al (...)
  • 136 En 1707, l’archiduc le nomma vice-roi de Valence, poste qu’il ne tint que quelques mois. Exilé avec (...)
  • 137 Cifuentes (Ferdinand de Silva et Meneses, XIII comte de), fils du comte Pierre-Felix qui a été gouv (...)
  • 138 Pour cette liste, H. Kamen, The War of Succession in Spain, (1969), p. 97.
  • 139 AECP, Esp., 166, fol. 216, Amelot à Louis XIV, 22 février 1707. Dossier sur les traîtres de 1706, d (...)
  • 140 M. L. González Mezquita, « El Almirante de Castilla y la nobleza a finales del siglo XVII », J. Alc (...)
  • 141 AECP, Esp., 169, fol. 205, Amelot à Louis XIV, 29 août 1707.

62Enfin, il y a ceux qui choisirent d’épouser la cause du parti autrichien135. Ainsi, le comte de la Corzana136, en 1702, ancien vice-roi de Catalogne ; les comtes d’Eril et de Cifuentes, en 1704137. Le duc de Nájera, en 1706, ancien commandant des galères d’Espagne, quitta la capitale avec les troupes portugaises. Le comte d’Oropesa, ancien premier ministre de Charles II, rejoignit l’archiduc à Barcelone (où il décède en 1707). Le comte de Haro, le comte de Elda, le marquis de Mondéjar, le comte de Cardone, le comte de Miraflores, le comte de Santa-Cruz et quelques autres firent un serment solennel à l’archiduc au moment de l’occupation de Madrid par les troupes ennemies138. Le duc de l’Infantado fut emprisonné à Ségovie, en février 1707, pour commerce avec l’ennemi139, puis gracié à la naissance du prince des Asturies mais consigné sur ses terres. Sa sœur avait épousé le comte de la Niebla, fils de Medina Sidonia, dernier Grand à porter ostensiblement la golille ; une autre de ses sœurs était mariée au comte de Lemos, emprisonné à la citadelle de Pampelune, en août 1706, et gracié lui aussi lors de la naissance du fils du roi. Enfin, son frère, le comte de Galve se maria avec la fille du marquis del Carpio, autre rebelle à la nouvelle dynastie, ancien Grand chancelier des Indes. La marquise del Carpio était la nièce de l’Almirante de Castille140, le premier à avoir trahi la cause de Philippe V, en 1702. Ce couple fut lui aussi exilé, puis amnistié, en 1707. Cependant, en 1711, lors de la seconde occupation de Madrid, ils passèrent à nouveau du côté de l’archiduc, se repliant à Barcelone puis à Vienne. Le comte de Palma, neveu du cardinal Portocarrero, eut aussi une fidélité douteuse. Comme les Carpio, sa femme et lui furent emprisonnés puis graciés, en 1707, avant de rejoindre à nouveau l’archiduc à Barcelone, en 1711. La comtesse de Palma entretenait en outre, une correspondance clandestine avec sa sœur, la comtesse de Sainte-Croix, alors à Lisbonne. Dans ces cabales, « les femmes [...] sont beaucoup plus mauvaises et plus dangereuses que leurs maris141 », signalait Amelot.

  • 142 La Tr., II, p. 108, Madame des Ursins à Torcy, 25 octobre 1702.
  • 143 SSBL.XX, p. 300.

63Le cas du marquis de Leganés s’avère plus délicat. Il était capitaine général de l’artillerie espagnole et refusa avec opiniâtreté de prêter un serment d’allégeance au nouveau roi, tenant de « mauvais discours142 ». Outre cela, Orry se plaignait de son manque de soin dans sa charge et contribua à le faire accuser de traîtrise. Devenu suspect, il fut arrêté et transféré en France, en 1705, pour être retenu au Château Trompette à Vincennes. Sa prison fut adoucie et on lui permit de demeurer à Paris sans paraître à la cour. Il y décéda, en février 1711, et fut enterré chez les Minimes de la Place Royale143. En réalité, aucun procès public n’eut jamais lieu contre lui, discréditant un peu l’acte d’autorité que fut son arrestation, réalisée pour « étourdir » les autres Grands, selon le mot d’Amelot.

  • 144 Le marquis de Blécourt relate ceci : « On m’a dit, Sire, qu’il donnait de si mauvais conseils au Ro (...)

64De même, le cas du duc de Medinaceli est étrange, dans la mesure où longtemps, il fut tenu pour un mécontent et non pas un malintentionné. C’était un peu le meneur des autres Grands, défenseur de leurs prérogatives. Ainsi, en 1705, lors de l’affaire du banquillo, ou en 1707, au moment du décret sur les biens aliénés, le duc de Medinaceli éleva sans cesse de vigoureuses protestations, suivi par ses pairs. Cependant, il accompagna la reine à Burgos, en 1706, pendant que d’autres restaient à Madrid, ou encore fut ministre des Affaires Etrangères, en 1709. Mais, le 15 avril 1710, il était arrêté. Aucun procès public n’eut lieu ; il passa pour un martyr aux yeux des Grands d’Espagne, ce qui ne pouvait que nuire aux Français eux-mêmes144.

  • 145 AECP, Esp., 199, fol. 247, Louis XIV à Blécourt, Versailles, 30 juin 1710, minute.
  • 146 SSBL, VIII, p. 253, n. 3 et 4.

65Louis XIV est lui-même un peu étonné de cette arrestation, dans un temps où le comte de Frigiliana paraissait avoir une fidélité bien plus douteuse145. Les Grands n’ont ni la force ni véritablement l’envie de se mobiliser pour l’un des leurs, et le décès du duc en la citadelle de Pampelune, le 26 janvier 1711146, clôt l’affaire. Philippe V resta silencieux sur ce point. Il est possible que Medinaceli ait souhaité prendre des initiatives avec l’ennemi contraires à la volonté royale, croyant par-là pouvoir hâter une paix favorable à l’Espagne.

66Enfin, lors de la seconde occupation de Madrid, en 1710, eurent lieu d’autres défections, bien moins nombreuses toutefois qu’en 1706. Ainsi, celles du duc de Híjar et du marquis de la Laguna, tandis que le duc d’Uceda, ambassadeur du roi à Rome, rejoignait l’archiduc en octobre 1711, mourant dans l’abandon, à Vienne, en 1718.

67Une quatrième catégorie de Grands peut être évoquée, regroupant l’ensemble de ceux qui, fidèles pour la plupart, suivent les grandes tendances conjoncturelles en prenant parti, ponctuellement, pour ou contre des réformes qui les touchent directement. Ils sont assez nombreux. Parmi eux peuvent être cités le marquis de Monteleón, le comte de Fuensalida, conseiller d’État jusqu’à sa mort en 1709, le duc d’Arcos, qui, après s’être fait exiler, au début du règne, pour un écrit contre la noblesse française, revint vivre tranquillement à la cour, le duc de Sessa, gentilhomme de la Chambre, le marquis d’Astorga, le duc de Baños, le marquis de Priego, héritier du duc de Medinaceli ou le marquis de Castel Rodrigo, Grand Ecuyer de la reine.

  • 147 AECP, Esp., 114, fol. 105, l’abbé d’Estrées à Torcy, 3 février 1703.
  • 148 Millot, I, p. 376.

68Entre tous ces Grands, l’unité ne règne guère et, même, « les cabales sont si bien établies depuis cinquante ans, que chacun craint d’être favori ou premier ministre147 ». En effet, être remarqué par le roi entraînait aussitôt des jalousies très grandes. Ainsi, le cardinal Portocarrero fut la cible favorite des Grands au début du règne. Coiffé par sa parentèle (dont le comte de Palma et le marquis de Leganés) et par son entourage, il chercha à placer sa clientèle, s’attirant l’inimitié quasi générale. Il fallait donc que les Français choisissent avec attention les quelques Grands sur lesquels ils souhaitaient s’appuyer, pour ne pas susciter de cas extrêmes, comme celui de Montalto qui semblait « capable de se laisser engager contre son devoir, en ne voulant agir que contre le cardinal qu’il n’aime point148 ».

69Le regard que porte l’entourage français sur cette noblesse espagnole est peu amène. Ce n’est pas tant leur infidélité qu’on leur reproche que leur non-engagement envers la nouvelle dynastie, dont ils craignent la tutelle. Beaucoup de ces Grands connaissent la manière dont Louis XIV a maté ses nobles rebelles et redoutent un processus identique sous un roi Bourbon, si l’union entre les deux couronnes est favorisée. De plus, la plupart d’entre eux ont renoncé à leur fonction première qui était de se battre. Lors des campagnes menées en Italie ou au Portugal, peu ont accepté de suivre le roi, n’ayant guère l’habitude de quitter Madrid et refusant de se soumettre à cette autorité.

  • 149 AECP, Esp., 119, fol. 205.
  • 150 SHD, A1 1884, no 126, Orry à Chamillart, 20 mars 1705.

70Les Grands espéraient, avant tout, se maintenir comme conseillers privilégiés du nouveau roi. Or, Jean Orry notait dans son plan de régie de 1703 qu’il comptait mêler à ces conseillers des intendants du commerce, innovation que les Grands n’auraient pas jugée compatible avec leur dignité. Le but avoué du financier « est toujours de diminuer l’autorité que tirent les Grands du titre de conseiller d’État », et « de leur rendre cette qualité la moins convenable qu’il se pourra à leur Grandesse », soulignant que la haute noblesse doit reprendre le chemin de ses « ancêtres, recherchant les dignités que leur naissance et les armes leur doivent faire acquérir, et laisser à ceux qui n’ont pas de si grandes prérogatives, les emplois de conseillers et de judicatures149 ». En mars 1705, le plan du despacho prévoit d’en associer certains aux séances, de façon thématique et toujours en présence de l’ambassadeur. C’est une manière de les contrôler et de diluer leur influence en en plaçant huit sur un pied d’égalité150.

  • 151 AECP, Esp., 168, fol. 34-52 v°, Mémoire du duc de Medinaceli.

71Outre cet éloignement politique, les Grands prennent une série d’innovations comme autant d’offenses à leur rang. Cela commença dès 1701, au moment où le roi d’Espagne et le roi de France établirent la parité entre les titres des Ducs et Pairs de France et la Grandesse, suscitant l’indignation de certains nobles espagnols estimant ainsi déchoir de leurs prérogatives. L’affaire du banquillo ensuite, en 1705, fut une longue crise car les Grands ne pouvaient accepter la prééminence acquise sur eux par un capitaine de la garde. Mais ils furent obligés de céder face à la volonté inflexible du roi. Enfin, certains réagirent violemment contre le décret du 21 novembre 1706, par lequel le roi prétendait bénéficier pendant un an du produit des biens aliénés au profit des Grands, par les rois ses prédécesseurs. À cette occasion, le duc de Medinaceli écrivit un long mémoire pour en être exempté, faisant valoir les droits de la maison de la Cerda sur la couronne de Castille151.

  • 152 AECP, Esp., 117, fol. 103, le cardinal d’Estrées à Louis XIV, 17 août 1703.

72Les cas exemplaires d’arrestations ou de sentences rendues à l’encontre de certains Grands, contribuèrent aussi largement à les affaiblir à leurs propres yeux et à ceux du peuple, qui voyait qu’on n’avait plus pour eux les mêmes ménagements qu’autrefois. La sentence envers l’Almirante de Castille, enfui au Portugal, fut la première du genre et marque la fin de l’impunité dont jouissait « les gens du premier rang quelque énormité dont ils soient coupables152 ». En février 1708, lors de l’arrestation du comte de Pinto (pour avoir maltraité un cocher dans la rue), Philippe V écrivait ainsi à Louis XIV :

  • 153 SHD, A1 2106, no 15, Philippe V à Louis XIV, 27 février 1708.

Autrefois les grands seigneurs croyaient pouvoir faire toutes sortes de choses impunément, et cela n’est point du tout de mon goût, puisqu’il me semble que la justice est également faite pour les Grands et pour les petits, et que quoiqu’elle retombe sur des gens qui me sont attachés, je ne suis pas moins obligé de la rendre [...] Je ne veux point du tout que ces seigneurs y continuent à faire les fâchés comme autrefois pour se faire prier et même pour s’attirer des grâces153.

73Philippe V s’était ainsi plaint plusieurs fois et longuement à son grand-père, des oppositions qu’il rencontrait au sein des Grands d’Espagne, peu faciles à manier. Un retournement a lieu durant l’année 1709, fatidique pour les bonnes relations franco-espagnoles. Cette rupture semble galvaniser la fidélité des Grands, même ceux qui, jusque-là, passaient pour peu zélés. Amelot décrit ainsi l’atmosphère de Madrid en avril 1709 :

  • 154 AECP, Esp., 190, fol. 202, Amelot à Louis XIV, 30 avril 1709.

On continue de mander de tous les côtés que la paix se traite sur le pied d’abandonner l’Espagne et les Indes [...] Cela produit un effet parmi les seigneurs, surtout ceux qui ont paru les moins attachés au roi d’Espagne, tout autre qu’on ne l’aurait attendu. Ils s’agitent contre la France qui veut, disent-ils, leur ôter un roi qu’elle leur a donné, ils parlent de sacrifier leurs biens, leurs vassaux et leurs vies pour maintenir Philippe cinquième sur le trône et le duc d’Arcos entre autres a dit que la satisfaction qu’il aurait de remplir ses devoirs de bon sujet dans une occasion comme celle-ci serait fort augmentée par le goût qu’il aurait d’agir contre les intentions de la France154.

  • 155 AEMD, France, 448, fol. 349 et AECP, Esp., 195, fol. 328-334 v°. La version espagnole se trouve à l (...)

74Tous les griefs des Grands contre l’entourage français, se trouvent condensés dans un texte du marquis de Mancera à Philippe V, en date du 8 avril 1709155. Le vieux conseiller passe en revue tous les maux arrivés en Espagne, selon lui, par la faute des Français. L’attaque est brutale et la conclusion au roi est hardie, mais acceptée en raison de l’âge de son auteur :

Soyez Espagnol puisque vous êtes roi d’Espagne. Reposez vous sur vos sujets quelque avilis et calomniés qu’ils aient été, ils vous seront fidèles, ils vous aiment véritablement, ils adorent vos vertus, ils respectent votre conduite, mais il n’y en a pas un qui ne la voie avec abomination lorsque vous la soumettez à l’arbitre d’autrui.

  • 156 Blécourt ou Iberville regrettent dans leurs courriers de ne pouvoir la voir, AECP, Esp., 194, fol.  (...)
  • 157 AECP, Esp., 188, fol. 279, Louis XIV à Amelot, 27 mai 1709.

75Madrid et la cour se vident alors des principaux membres de l’entourage français du roi, à l’exception notoire de la Princesse des Ursins qui adopte cependant une attitude de prudent retrait156. Les Espagnols sont impatients de reprendre les affaires en main, « et n’oublient rien pour renouveler les anciennes aigreurs de la nation157 ».

  • 158 SHD, A1 2178, no 61, Bourck à Voysin, 15 juillet 1709.
  • 159 AECP, Esp., 191, fol. 2, Amelot à Louis XIV, 6 mai 1709.

76Philippe choisit parmi la haute noblesse ses principaux conseillers. Ce qui est, déplore le chevalier du Bourck, « une suite naturelle de ce pas fatal qu’a fait le Roi Catholique quand il a appelé quelques grands et qu’il leur a communiqué ses appréhensions touchant la paix sans consulter Monseigneur Amelot158 ». En réalité, l’attitude du roi d’Espagne n’est pas si tranchée. Les circonstances l’obligent à agir ainsi qu’il le fait et à se tourner résolument vers la nation espagnole. Dans le même temps, il n’a pas renoncé aux conseils d’Amelot avec lequel il passe de longues heures ainsi qu’avec la Princesse des Ursins, pour trouver les sujets dont il « puisse espérer être bien servi159 », ce qui n’est pas sans susciter beaucoup de difficultés car aucun nom ne leur apparaît vraiment satisfaisant.

  • 160 Ainsi, le président de Castille et le marquis de Bedmar critiquent l’administration des finances pa (...)
  • 161 SHD, A 1 2178, no 178, Bourck à Voysin, 9 septembre 1709.
  • 162 AECP, Esp., 193, fol. 2, Blécourt à Louis XIV, 7 octobre 1709.
  • 163 La mission d’Iberville à Madrid se déroula de novembre 1709 à février 1710.
  • 164 AECP, Esp., 198, fol. 2, Iberville à Torcy, 5 janvier 1710.

77En effet, les réactions des nouveaux ministres du roi d’Espagne sont violentes contre les innovations françaises et les critiques contre leur administration abondent160. Même ceux dont on pouvait penser qu’ils seraient imprégnés de sentiments francophiles se montrent virulents. Chacun essaye de revenir à l’ancien système de gouvernement. Le marquis de Veragua (aux finances) ou le marquis de Bedmar (à la guerre) utilisent à nouveau les consultes161. Le comte d’Aguilar (le père) se déchaîne à la tête du Conseil des Indes. Le président de Castille dit hautement que les Français ont gâté toutes les affaires162. Le duc de Medinaceli profite de son nouveau poste comme ministre des Affaires Étrangères pour menacer l’envoyé de France, Iberville163, en janvier 1710, d’une « haine irréconciliable164 » entre les deux pays.

78Irréconciliables, les deux nations ne le sont pas. La preuve en est le retour à une union militaire à la fin de l’année 1710. Néanmoins, la coupure a été très forte. Si les Grands n’ont guère convaincu durant l’exercice du pouvoir (rien ne se décidant au despacho, les troupes n’étant plus rémunérées, etc.), leur opposition fut suffisamment violente pour que, désormais, on n’envisage plus d’accorder la même influence qu’auparavant aux quelques Français présents auprès du roi d’Espagne.

79L’opposition des Grands, éclatante en 1709, est d’autant plus marquante qu’une partie de la société espagnole semble la partager. Ce phénomène est perceptible dans la littérature anti-française abondante qui, pendant des années, s’est voulue une arme efficace des opposants à la trop grande prépondérance française à la cour madrilène.

L’opposition à l’influence française dans le public

  • 165 A. Huarte y Echenique, Papeles festivos del reinado de Felipe V, (1930) ; Μ. T. Pérez Picazo, La pu (...)

80La littérature de cette époque, que l’on nomme publicística en espagnol (sous forme de petits in-folio, libelles, manifestes ou feuilles volantes), est une source essentielle pour capter la réalité vivante de la société d’une époque. Il s’agit, le plus souvent, de présenter des événements comme autant de preuves démonstratives selon que l’auteur sera filipiste ou austracista, pour ou contre l’influence française, opposé ou non aux réformes religieuses, gouvernementales, militaires etc... Les écrits produits durant la Guerre de Succession sont nombreux et ont donné lieu à quelques études détaillées, qui ont introduit une typologie de ces textes selon leur genre ou selon que les auteurs étaient issus du clergé, de la noblesse, des classes moyennes ou du simple peuple165. Bien souvent, ces écrits mettent en cause les Français en général, désignant par-là tant ceux de Madrid que le pouvoir de Versailles.

La production du clergé

  • 166 Sur cette approche religieuse de la guerre de Succession : D. Gonzàlez Cruz, Guerra de religion ent (...)

81Le clergé est le premier groupe à user de sa plume, et se montre d’autant plus efficace qu’il est le mieux armé intellectuellement. Sa position prééminente en Espagne fait aussi qu’il a une grande influence sur ses ouailles, par le biais des sermons ou des confessions. Bon nombre de clercs sont hostiles au nouveau régime, dans la mesure où ils pensent que l’archiduc est plus à même de conserver leurs privilèges et immunités religieuses. L’archiduc Charles a ainsi trouvé ses adeptes dans une grande part du clergé séculier catalan, valencien et aragonais, parmi quelques évêques (par exemple Antonio Folc de Cardona, évêque de Valence) et auprès d’une part considérable des ordres réguliers des couronnes de Castille et d’Aragon. Philippe pouvait compter sur le clergé paroissial castillan, sur les jésuites et sur les grands prélats, les évêques de Lerida, Murcie, Orihuela, Carthagène ou Calahorra pour ne citer qu’eux. Leur poids politique est considérable et se révèle décisif pour l’issue finale de la guerre. Le lien de ce haut-clergé avec l’un ou l’autre prince explique comment on est passé, dans les textes de l’époque, d’un conflit politique à une véritable guerre religieuse166.

  • 167 Cf. Mueca de Mojigangas, Barcelone, 1701, 15 pages, in-4° ; Escudo de Fidias, Barcelone, 1706, 19 p (...)
  • 168 Ibid., p. 51. « Typique de Louis XIV ».
  • 169 La Tr., VI, p. 239, Fr. Santo Domingo à Torcy, 22 octobre 1714 ; J. F. Alcaraz Gomez, op. cit., (19 (...)
  • 170 T. Egido Lopez, op. cit., (1971), p. 97.

82Les opposants au Bourbon craignent l’exemple français, teinté de gallicanisme, de régalisme et de politique séculière. Beaucoup s’engagèrent contre le gouvernement de Philippe V, dès les années 1702, puis profitèrent de la rupture avec le Saint-Siège, consommée en 1709, pour tenter d’affaiblir la position du roi dans une nation aussi religieuse167. Tous dénonçaient l’expulsion du nonce comme un acte d’inspiration française, « muy propio de Luis XIV168 », venant confirmer les justes craintes inspirées par la dynastie des Bourbons à l’Église d’Espagne. On rappelait fréquemment l’alliance française avec les Turcs. On évoquait le confesseur comme un être de « pocos talentos » et « sin teologia practica169 ». Dans les rues de Madrid, des libelles couraient contre le gouvernement dans lesquels le P. Robinet était qualifié d’« ateista » pour vouloir remettre en cause le Tribunal de la foi170.

  • 171 L’archiduc fait paraître un texte à Valence, le 22 décembre 1706 pour justifier la présence de prot (...)

83Le prétendant autrichien était, au contraire, porté aux nues et présenté comme le protecteur né du clergé, garant de la foi. Cependant, son alliance avec les « hérétiques », anglais et hollandais finit par peser contre lui auprès d’une nation si catholique, et ses justifications ne convainquaient guère171. Les clercs et les théologiens à son service ont du mal à développer une rhétorique appropriée. Les partisans de Philippe V ont beau jeu de développer ce thème, en évoquant les exactions et les sacrilèges commis par les protestants, ce qui a un impact décisif sur la population.

84Cependant, en 1709, le camp des philippistes se divise, lui aussi, entre les novateurs, d’une part, et ceux qui sont hostiles à toute pensée réformiste (les plus nombreux), d’autre part. Ces derniers prennent bien garde, dans leurs attaques, de distinguer Philippe de son entourage. L’évêque de Santiago, dans une lettre adressée au marquis de Mejorada, défend l’autorité pontificale et ne voit qu’avec horreur la création d’une Église nationale. Il en rejette la faute non sur le roi mais sur son entourage français et fustige :

  • 172 Μ. T. Pérez Picazo, op. cit., (1966), I, p. 44 et II, no XVIII. Juillet 1709. Il fustige « l’ancien (...)

la costumbre anciana de esta revoltosa y depravada nación, la cual nunca ha sabido contenerse en la obediencia debida al Vicario de Cristo y a su Monarquía172.

  • 173 En 1706, il fait paraître une « Défense de Philippe V roi d’Espagne et de son droit incontestable s (...)
  • 174 Memorial de Luis de Belluga, sobre las materias pendientes con la Corte de Romay expulsion del Nunc (...)

85De même, le cardinal Luis Belluga, philippiste convaincu173, n’en est pas moins un adversaire acharné des réformes et le fait savoir dans des mémoires qui font le tour de l’Espagne174. Ce cardinal défend le pouvoir du spirituel sur le temporel et attaque avec détermination toute ingérence de l’État dans la sphère de compétence de l’Église. L’évêque de Carthagène réagit particulièrement contre les idées de Macanaz et contre le P. Robinet, le marquis d’Amelot ou le chevalier d’Asfeld. Cela gêne l’action du roi, qui ne peut passer outre l’avis d’un ecclésiastique à la fois si fidèle et si représentatif du haut clergé espagnol. Philippe doit reculer, après 1709, sur ces réformes, ce qui entraîne le départ de son confesseur. Seul, ce rejet de son entourage français lui permettra, progressivement, de rallier l’ensemble des religieux à sa cause.

Les écrits de la noblesse

  • 175 Μ. T. Pérez Picazo estime que sur les 275 textes étudiés, seule une douzaine peut être attribuée av (...)
  • 176 Μ. T. Pérez Picazo, op. cit., (1966), I, p. 88.
  • 177 Un exemplaire se trouve au SHD, A1 1787, no 127. Publié dans Μ. T. Pérez Picazo, II, no XIII.
  • 178 Après sa fuite, son procès fut commis au conseil de Castille ; par contumace, il fut d’abord condam (...)
  • 179 SHD, A1 1787, no 126, Berwick à Chamillart, 29 février 1704.
  • 180 AECP, Esp., 139, fol. 140-148 v°, imprimé en espagnol : « Repuesta al manifiesto de Don Juan Tomas (...)

86La noblesse a produit des textes, mais en nombre bien plus restreint175, d’un style moins structuré et moins intellectuel que le clergé. Son impact était donc bien moins important, d’autant que les préoccupations de l’aristocratie ne touchaient guère le peuple, contrairement à la religion. Apparaissent surtout son esprit conservateur, sa xénophobie et la défense de son intérêt propre au détriment du bien national176. Le thème de l’asservissement de l’Espagne par la France devient le leitmotiv des écrits pro-autrichiens. Le plus connu d’entre eux est le Manifeste de l’Almirante177. L’Almirante estime que le roi lui a manqué en lui retirant ses charges, et que l’on a écarté du roi sa première noblesse afin de le mieux soumettre à la France. Il souligne combien cela fut choquant de voir des Français occuper des places au Palais, alors même qu’une partie de la Casa Real était renvoyée. L’accès de l’ambassadeur de France au despacho, la réciprocité des titres entre les Grands et les Ducs et Pairs de France, ou le titre d’Altesse octroyé au duc de Vendôme en Italie, sont autant de griefs par lui exposés. Il constate avec amertume que les Conseils sont livrés à l’autorité française, que l’armée est mise sur le pied français, que le commerce échappe aux Espagnols, ajoutant, « las consultas de los consejos notorio es que se despachaban en Francia »178. Ce texte fut bien diffusé au sein de la noblesse. Berwick intercepta une malle qui en était remplie, à charge pour les deux destinataires, le marquis de Leganés et le comte de Banos, de les diffuser179. Les philippistes firent paraître, en réponse, un texte, en novembre 1704, bien étoffé et bien construit, à son tour largement diffusé180.

  • 181 BNM, mss. 11 040, fol. 161-191.
  • 182 « Je t'ai appelé pour régner et ton grand-père t’a envoyé pour servir ».

87Les Voces de Carlos 2° desde el Panteón a sus vasallos181, paru vers 1707, met en scène le dernier roi Habsbourg, se relevant de son tombeau pour déplorer l’état de son royaume, regrettant que ses sujets se soient laissés prendre par l’esprit diabolique et luciférien des Français (ce champ lexical est souvent utilisé dans ce genre de littérature, dès lors qu’est évoqué le pays voisin). Il condamne le commandement des généraux français ; il regrette que la noblesse ne se soit pas soulevée pour défendre le marquis de Leganés, emprisonné ; il parle de sacrilèges perpétrés par les Français, opposés à la piété allemande. Enfin, s’adressant à Philippe V, le fantôme de Charles II lui lance : « Yo te llamé para reinar, y tu abuelo te envio para servir182 ». La conclusion est virulente et appelle les Espagnols à se défaire des étrangers, à déposer leur roi qui use des « amelotes ». Un néologisme riche de sens est ici employé pour désigner l’entourage français.

  • 183 AECP, Esp., 161, fol. 213, imprimé en français traduit de l’espagnol. Les Espagnols, peut-on lire, (...)

88Vers la même époque, circulent les Réflexions sur le véritable intérêt des Espagnols dans la conjoncture présente, où l’on demande à ceux-ci de secouer le joug de leur puissant voisin, sous peine de tomber « fatalement dans les perverses maximes des Français ». La résistance des Catalans est montrée en exemple et tous les réflexes francophobes se trouvent exprimés en quelques lignes183.

89Quelques faux grossiers circulent pour attiser les oppositions. Nous avons ainsi relevé une prétendue lettre de Chamillart au duc de Berwick, en date du 10 décembre 1706, dans laquelle le ministre de la guerre commande au général français de se retirer d’Espagne en ruinant le royaume. Dans la phrase suivante, le ministre se dit satisfait de la manière dont les Français se sont emparés du commerce des Indes. Enfin, il ordonne à Berwick de semer une guerre civile.

  • 184 BNM, mss 10680, fol. 255-277 : Voto que dio en el Gavinete de SMChrma el duque de Noailles (sans da (...)

90Un autre écrit de la même époque met en scène le duc de Noailles exposant sa vision des affaires à Louis XIV et l’encourageant à déclarer l’Espagne province de la France, puisque toute l’Europe sait que « VM no dio a los Españoles Rey sino gobernador184 ». Le duc, ainsi mis en scène, rappelle que la mort du petit duc de Bavière puis celle de Charles II furent fomentées par les Français sans que personne n’ait pu le soupçonner. Que le testament fut falsifié ; que les Français se sont empressés de prendre en main les affaires, de piller les Indes, de ruiner les lois et fueros et d’éloigner la noblesse. Tout cela, se réjouit-il, pour gouverner une nation devenue docile aux maximes françaises.

  • 185 Ayant pour titre, Copia de la representacion que vocalmente hizo a SM el señor marques de Manzera c (...)
  • 186 AN, B7 248, no 259, Daubenton à Pontchartain, 30 septembre 1707, Mancera au cours du despacho s’est (...)

91Le marquis de Mancera prend aussi fréquemment sa plume pour critiquer les innovations du gouvernement. Lui est fidèle à Philippe V et il procède habilement, dans ces écrits, à la distinction entre ce roi et les réalisations de son entourage. On l’a vu à l’œuvre dans un discours contre l’entrée de l’ambassadeur au despacho, en 1704, ainsi que dans son texte d’accusations contre les Français en 1709. Un de ses discours au despacho à propos de la perte de Naples, se transforme en libelle contre la nation française185. Ce discours, amplifié, est rendu public grâce à des copies envoyées dans toute l’Espagne186.

  • 187 Μ. T. Pérez Picazo, op. cit., (1966), I, p. 99, El pastor fido en juicio de razón natural..., Valen (...)

92En contrepartie, la noblesse acquise aux réformes, peu nombreuse, diffusait quelques écrits, ayant en général pour seul argument les avantages qui se produiront en Espagne grâce au changement de gouvernement. Dans El Pastor fido, l’auteur écrit que « el Rey Christianissimo restituira esta Monarquia a su antiguo esplendor y la colocara en el mas alto estado de su gloria ». En général, ceux qui parlaient ainsi, avaient visité la France187.

Une littérature propre à la classe moyenne

  • 188 El deseo regulado por el entendimiento, regulador en un Principe bueno, desde los principios de su (...)
  • 189 AECP, Esp., 151, fol. 230, « Carta de un personage de la corte escrita a un amigo andaluz » (novemb (...)
  • 190 Μ. T. Pérez Picazo, op. cit., (1966), I, p. 120. « Alianza y amistas, si, dicen, union o dependenci (...)

93Au sein des classes moyennes, notamment parmi les letrados de Castille, se développe une aspiration à un véritable changement et les réformes engagées sous l’impulsion française sont donc bienvenues188. C’est la classe sociale qui craint le moins les influences de l’étranger. Certains textes mettent en valeur les alliances entre les deux nations et leur « buena correspondencia », récusant le thème de l’antipathie naturelle. On se félicite de la création de bons intendants pour gérer les finances ou de la mise en place d’une junte de commerce189. Néanmoins, ainsi que le souligne Μ. T. Pérez Picazo, si les Castillans veulent bien d’une alliance avec la France, ils ne souhaitent guère un gouvernement français190. De plus, leurs textes s’ingénient à prouver que Philippe V a beaucoup de sang castillan. Cela montre bien qu’ils n’aspirent pas à un roi français, mais au contraire, qu’ils attendent avec impatience qu’il « s’espagnolise ». Eux aussi s’attachent dans leurs discours à dissocier leur roi de son entourage.

  • 191 Palinodia gallispana, Barcelone, 1706, 28 pages, in-8° ; Papel sedicioso, 19 pages, in-4° ; La igno (...)
  • 192 SHD, A1 1888, no 333, Tessé à Chamillart, 28 décembre 1705.
  • 193 Μ. T. Pérez Picazo, op. cit., (1966), II, p. 83.

94Les autres provinces, notamment aragonaise ou catalane, développeront une littérature opposée au « duc d’Anjou », pour défendre leur fueros contre tout esprit français191. Les provinces frontalières se souviennent des guerres avec la France et, par ailleurs, craignent la concurrence commerciale de ce puissant voisin. Leur francophobie est éclatante, et se manifeste contre les troupes françaises de passage à Saragosse, en décembre 1705, sous le commandement de Tessé, contre lesquelles se soulèvent les habitants192. Un texte de 1706, édité à Barcelone et intitulé Clarin de la Europa, hipocresia descifrada, España advertida, verdad declarada, reprend l’idée que la France veut piller la Catalogne, s’emparer de l’argent espagnol, réduire l’Espagne à l’état de province et, surtout, introduire des Français dans le gouvernement politique. Le propos se conclut sur le moyen de se purger « del mal gálico193 ». Dans l’ensemble, cette production de folios est marquée par une bonne connaissance des sujets abordés, souvent économiques, et présente une certaine érudition. Seules, la force des armes et l’abolition des fueros permettra à Philippe V de s’imposer en ces régions.

Les libelles populaires

  • 194 BNM, imprimé no 922, et VE Caja 690 (46) : Castilla resucitada y panteón de Portugal (7 pages, 1704 (...)
  • 195 Μ. T. Pérez Picazo, op. cit., (1966), I, p. 153.
  • 196 Ibid. p. 157.
  • 197 Testimonio público, 1710, 4 pages, in-4° ; Carta que escribe Magdalena la loca, sd., 4 pages, in-4° (...)
  • 198 AECP, Esp., 196, fol. 165-173 v° : « Réflexions d’un vrai espagnol, sur la lettre circulaire que le (...)

95Le sentiment populaire s’exprime, lui aussi, dans de petits libelles où transparaît la volonté d’améliorer la vie matérielle, de mettre fin aux abus et autres prévarications. La littérature populaire est assez exaltée ; l’amour du peuple pour son roi confine à la dévotion. Les textes sont aussi souvent moqueurs. Perico et Marica sont deux personnages mis en scène dans des dialogues au cours desquels ils se plaignent et accusent les ministres et gouvernants en place. Les nobles forment une cible favorite du peuple. Ainsi, un court texte de 1704 met en scène une lavandière du Manzanares qui raille deux « golilles, mécontentes » des succès du roi d’Espagne au Portugal194. Par contre, la francophobie est aussi bien partagée qu’au sein de la noblesse, surtout en Aragon et en Catalogne. La France reste la nation qui a infligé de terribles défaites et humiliations à l’Espagne, et qui ne pratique plus les saints principes de la religion195. Ces textes évoquent, avec la plus grande complaisance, l’antipathie historique des deux nations. Il n’est pas rare de trouver des pamphlets montrant que le peuple seul a soutenu le roi sur son trône, tandis que les généraux français ont contribué à le fragiliser par leur comportement abusif196. De même, si l’attachement à Philippe V est réel, surtout en Castille, il concerne la personne même du roi et non sa dynastie197. Le roi ou la reine apparaissent alors comme des anges dotés de toutes les vertus. L’unique défaut de ce nouveau monarque est, finalement, d’être né en France. D’autres écrits dénoncent la présence des étrangers ou encore évoquent l’existence de charniers à Madrid pour les opposants politiques198. Contrairement à certains écrits de la classe moyenne ou de la noblesse, on ne trouve que rarement des textes populaires admirant la prospérité et le pouvoir français. Par contre, une certaine jalousie envers les victoires nombreuses de Louis XIV peut y être exprimée ; la France est bien plus attaquée dans ces courts écrits que l’Angleterre ou la Hollande. Autant dire que la population espagnole, et notamment madrilène, est travaillée au corps par ces textes qui font de la France leur cible favorite. Aussi, en 1709, les réactions sont-elles violentes au sein de la population contre les Français de Madrid.

  • 199 AECP, Esp., 191, fol. 2, Amelot à Louis XIV, 6 mai 1709.

96En mai, Amelot écrit à Louis XIV : « L’ancienne haine contre la nation française s’est réveillée, et l’on ne parlait pas moins que de couper la gorge aux Français qui sont à Madrid et de saccager leurs maisons199 ».

  • 200 AN, B7 3, fol. 222, A Daubenton à Pontchartrain, 18 novembre 1709.

97En novembre, Ambroise Daubenton signale que : « Être Français est un péché originel qui damne aujourd’hui sans rémission ceux qui s’en trouvent coupables à Madrid200 ».

98Cette francophobie s’exprime aussi dans les Provinces ; le sieur Rivière de Bayonne écrit à Pontchartrain :

  • 201 AN, B7 3, Rivière à Pontchartrain, 10 novembre 1709.

On ne peut marcher à présent en Espagne sans risquer d’être assassiné par les Espagnols qui pillent et égorgent tous les Français qui s’exposent à passer d’un lieu à un autre. Les peuples de Guizpucoa et de Biscaye sont très mal intentionnés et capables de prendre la plus extrême résolution contre le roi d’Espagne201.

  • 202 BNM, mss. 10907, « Copia de carta escrita por los Grandes de España a Su Mgd. Christianissima ». Co (...)

99Cette vague francophobe exprime une hostilité latente depuis des années, mais manifeste surtout la contradiction profonde des Espagnols qui, tout en voulant diriger eux-mêmes leurs propres affaires et en souhaitant le retrait des conseillers et généraux français, savent au fond d’eux-mêmes qu’ils ne peuvent lutter seuls contre les puissances alliées. Ainsi, après l’abandon par la France des pourparlers de paix avec les Hollandais, l’on vit l’ensemble des Grands présents à Valladolid auprès de Philippe V (soit 32 signataires) implorer à nouveau dans une longue lettre du 19 septembre 1710202, en des termes d’une extrême déférence, l’aide militaire de Louis XIV. L’arrivée de Vendôme est saluée par les mêmes comme un signe providentiel.

100Néanmoins, l’entourage français est désormais minoritaire auprès du roi d’Espagne et les événements de 1709 ont laissé des traces profondes dans les esprits, tant parmi les Espagnols que chez le roi lui-même.

3. Le détachement du roi d’Espagne à l’égard des Français ?

Les conséquences de la rupture de 1709 sur Philippe V

Un roi traité en mineur

  • 203 AECP, Esp., 188, fol. 241, Louis XIV avertit Amelot de cette initiative du roi d’Espagne et regrett (...)

101La crise de 1709 entre les deux nations a fortement marqué Philippe V, surtout au plan diplomatique où il s’est senti considéré comme un mineur par son grand-père. Autant que cela lui a été possible, il a voulu jouer un rôle dans le jeu européen. Il tenta, par le biais du comte de Bergeick, d’entamer une négociation avec les Hollandais sans la participation de la France203, initiative qui n’eut pas de réelles suites. Mais ses lettres montrent bien sa méfiance envers les Français. Citons celle du 15 avril 1709 à son ministre :

Comte de Bergeick, comme je vois toutes les lettres que vous écrivez ici à votre correspondant ordinaire, j’ai appris, par celle du 30 mars, avec quelle imprudence le président Rouillé a fait usage de ce que vous lui aviez confié dans votre entrevue à Hall et le mauvais succès qu’ont eu ses propositions. Après cette démarche que je ne dois attribuer qu’à l’envie qu’il a eue de se rendre maître de toute la négociation ou à la fureur qu’ont les ministres de France de faire la paix aux dépens de l’Espagne, je me sens obligé de vous ordonner encore plus précisément, de ne communiquer qu’au roi mon grand-père en adressant vos lettres à Madame de Maintenon, les choses que vous ne pourrez absolument vous dispenser de lui faire savoir.

Je voudrais même en suivant mes premières idées que vous pussiez persuader aux Hollandais que mes intérêts aujourd’hui sont différents de ceux de la France [...]

  • 204 ANM, Estado, leg. 2460, cité par A. Baudrillart, I, p. 350-352.

Ajoutez [...] que la France en m’abandonnant ne me fera point consentir à quitter une couronne que Dieu seul me peut ôter, qu’on se trompe très fort si l’on croit que je ne puisse pas soutenir la guerre en Espagne plusieurs années aidé de mes seuls sujets, que je suis sûr de l’amour de mes peuples, que ce sera certainement un nouveau motif pour eux de redoubler de fidélité et de courage quand ils verront que le roi mon grand-père m’abandonne et qu’en un mot les Espagnols peuvent bien désirer que la France n’ait aucune part au gouvernement d’Espagne, en quoi je suis fort d’accord avec eux, mais qu’ils ne veulent point d’autre roi que moi204.

  • 205 AECP, Esp., 191, fol. 2, Amelot à Louis XIV, 6 mai 1709.
  • 206 AECP, Esp., 191, fol. 42, Louis XIV à Amelot, 3 juin 1709.

102En mai, Philippe V décida de nommer officiellement deux ministres pour assister aux conférences sur la paix de Gertruydenberg et choisit le duc d’Albe et le comte de Bergeick. Amelot le laissa faire tout en sachant que Louis XIV n’avait rien demandé en ce sens et que ces envoyés ne seraient pas reçus205. Le roi d’Espagne se disait prêt à une conciliation du moment qu’il n’ait à céder ni l’Espagne, ni les Indes. Or, le 3 juin 1709, Louis XIV écrivait à son ambassadeur qu’il venait de promettre que Philippe se contenterait de la Sicile mais que, n’ayant pu admettre les demandes excessives des ennemis, et, en particulier, l’exigence de lui faire joindre ses troupes aux leurs contre son petit-fils, les négociations se trouvaient suspendues. Cependant, le roi de France décida de rappeler ses bataillons engagés en Espagne206. Ce fut une nouvelle mortification pour le roi d’Espagne. L’ensemble des troupes achève de repasser la frontière sous la conduite du maréchal de Besons, en octobre 1709.

103Philippe V, laissé seul, en veut à la France qu’il perçoit désormais comme une menace pour sa couronne. Lorsqu’en octobre, il refuse de céder ses places des Pays-Bas à l’Electeur de Bavière, il écrit tristement à son grand-père :

  • 207 AECP, Esp., 197, fol. 122, Philippe V à Louis XIV, 15 octobre 1709 (Copie, ANM, Estado, leg. 2574).

Pour ce qui est de ce que vous me dites que si je ne donne pas les ordres que vous me demandez vous serez obligé de joindre vos forces à celles des ennemis pour les rendre maîtres de ces places, je ne puis pas croire que vous veuillez faire une action aussi peu digne de vous que le serait celle de prendre les armes contre un petit-fils qui croit n’avoir jamais mérité que votre amitié207.

  • 208 AECP, Esp., 191, fol. 87, Amelot à Louis XIV, 20 mai 1709 ; M. Loyau, op. cit., p. 325, Madame des (...)
  • 209 En avril 1709, le roi et la reine ont évoqué devant les Grands l’état présent des affaires et la po (...)
  • 210 M. Loyau, op. cit., p. 196, Madame des Ursins à Madame de Maintenon, 10 juin 1709.
  • 211 Girardot, II, p. 101-105, 7 décembre 1708.

104Les Espagnols, quant à eux, se disent outrés « qu’on les croie assez lâches pour changer de maître au gré des puissances étrangères208 ». La Princesse cautionne cette attitude ou du moins, souligne Amelot, ne cherche pas à détourner le roi de sa résolution de s’en remettre à ses seuls sujets209. Madame des Ursins est même admirative de voir que « le roi est tout occupé des soins de se défendre seul210 ». L’ambassadeur, lui-même, ne peut s’empêcher d’approuver les résolutions du jeune roi et de comprendre sa volonté d’indépendance vis-à-vis de la France ; en décembre 1708, il avait adressé un mémoire à Madame de Maintenon où il expliquait que la paix aux conditions voulues par les alliés était pour la France plus dangereuse que la continuation de la guerre. Il soulignait le péril d’avoir l’Archiduc sur le trône d’Espagne, en possession des richesses des Indes, la haine des ennemis prêts à prendre le premier prétexte pour recommencer la guerre, ainsi que le danger couru par Philippe V et sa famille si les Espagnols apprenaient qu’il cédait son trône211. Mais, en 1709, l’état de la France est tel que Louis XIV veut à tout prix la paix. Dans une lettre au marquis de Blécourt de 1709, il écrit :

  • 212 AECP, Esp., 192, fol. 258, Louis XIV à Blécourt, 9 septembre 1709.

Les intérêts changent [...] ce serait éloigner (la paix) que de travailler à confirmer les Espagnols dans les sentiments de fidélité qu’ils ont témoignés jusqu’à présent pour leur roi leur maître212.

  • 213 RIA, Esp., II, p. 193.

105Ce passage, jugé sans doute un peu trop fort, avait ensuite été barré. Néanmoins, il reflète l’état d’esprit de la France, qui s’était déjà fortement éloignée des intérêts de l’Espagne, bien avant que celle-ci n’adopte la même attitude à son égard. Si l’entourage français dans son ensemble voit avec consternation l’éloignement des deux pays, c’est à ce moment-là, comme le signale Torcy à Bonnac, que Philippe V « et les Espagnols commencèrent à regarder leurs intérêts comme séparés de ceux du roi213 ».

La correspondance de la Princesse des Ursins, révélatrice des sentiments du roi d’Espagne

106La Princesse des Ursins est pour le roi et la reine d’Espagne un soutien sans faille. Son amitié souligne davantage encore le détachement de Versailles pour eux car elle sait qu’en France, on considère les souverains espagnols comme incapables de politique, sans idée raisonnable. Ainsi, au détour d’une lettre, de manière faussement légère, la Princesse décrit à Madame de Maintenon « l’esprit incroyable » du petit prince des Asturies, ajoutant :

  • 214 M. Loyau, op. cit., p. 150-151 : Madame des Ursins à Madame de Maintenon, 25 mars 1709.

Je ne sais de qui il tient, car vous savez, madame, que le roi et la reine d’Espagne sont accusés d’en manquer214.

  • 215 Ibid., p. 153-155, la même à la même, 1er avril 1709 et p. 177, 6 mai 1709.
  • 216 Ibid., p. 174, Madame de Maintenon à Madame des Ursins, 5 mai 1709 ; et p. 188, 26 mai 1709.
  • 217 Ibid., p. 180, Madame des Ursins à Madame de Maintenon, 19 mai 1709.
  • 218 Ibid., p. 190, la même à la même, 3 juin 1709.
  • 219 Cette chance ou cette Providence en laquelle se confient le roi et la reine d’Espagne, fait grincer (...)
  • 220 Ibid.
  • 221 M. Loyau, op. cit., p. 201, Madame des Ursins à Madame de Maintenon, 10-11 juin 1709.

107Sa correspondance épouse l’état d’esprit du jeune souverain au moment des négociations faites sans lui. Dans une lettre du 1er avril, elle s’étonne de l’attitude défaitiste de la cour de France et estime que rien ne doit faire consentir à une paix honteuse215. Madame de Maintenon ne peut que lui répondre en invoquant l’épuisement de la France et le mauvais « état des blés » qui entraîne chaque jour des séditions populaires216. La Princesse décrit en mai l’inquiétude des Espagnols à l’annonce du départ de Torcy aux Pays-Bas, car ils « s’imaginent qu’il est allé en Hollande pour faire une paix toute contraire à leurs désirs217 ». Elle critique en juin, le maréchal de Besons, qui ne souhaite guère « profiter de la faiblesse de l’archiduc en Catalogne » pour l’attaquer, faute d’ordres en ce sens218. Elle partage ainsi le sentiment du roi d’Espagne, qui a l’impression qu’on lui vole une victoire assurée, d’une part, parce qu’il a l’adhésion populaire, et d’autre part, parce que, sur le terrain, les troupes des ennemis faiblissent. À cela s’ajoute une confiance à toute épreuve en son bon droit et en sa « bonne étoile » souvent citée dans les courriers219. Madame des Ursins signale que « c’est un grand malheur pour les deux rois qu’on ne veuille pas prendre les mesures qui leur seraient si avantageuses220 ». Enfin, quand elle apprend le retrait des troupes françaises, elle souhaite avec amertume à Madame de Maintenon que cela ramène la joie à Versailles, assurant que pour Madrid, « l’on n’y sera occupé qu’à chercher des moyens d’y continuer la guerre221 ».

108Une phrase malheureuse de Madame de Maintenon anime un débat passionné entre elle et Madame des Ursins. Dans une lettre à la Princesse du 24 juin 1709, elle écrivait :

  • 222 Ibid., p. 213, Madame de Maintenon à la Princesse des Ursins, 24 juin 1709.

J’avoue que toutes mes craintes n’avaient pas été jusqu’à prévoir que nous serions réduits à désirer de voir le roi et la reine d’Espagne détrônés222.

109C’est bien le sentiment qu’ont Philippe V et Marie-Louise de Savoie et dont ils ne peuvent réellement se défaire malgré les affirmations contraires du roi de France. La cour de Versailles semble un ennemi supplémentaire à combattre.

  • 223 SSBL, XVIII, p. 5-18. Cf. E. Le Roy Ladurie, Saint-Simon ou le système de la Cour, (1997), chap. 4  (...)

110On y trouve des tendances diverses que Saint-Simon a décrites dans un tableau vivant223, évoquant, parmi les principales, celle des seigneurs où se trouvaient sous la protection de Madame de Maintenon, les maréchaux de Boufflers, d’Huxelles, d’Harcourt, de Villeroy, mais aussi Voysin ou Pontchartrain ; puis la cabale de Meudon, sous le patronage du Dauphin, qui comptait le duc de Vendôme et son frère, le prince de Conti, la duchesse de Bourbon et les princes de Lorraine ; et enfin, celle des ministres eux-mêmes divisés, où se distingue le clan du duc de Bourgogne, avec Beauvilliers, Chevreuse et Fénelon, bien que disgracié. Ces factions entretiennent « la guerre civile des langues ». Les défenseurs de la cause espagnole n’y sont pas très nombreux. La Princesse emploie des mots très durs pour fustiger les courtisans de Versailles qui tiennent ces « discours lamentables » :

II y a plus de cinq ans qu’ils disaient que tout était perdu si on ne jetait à la tête des ennemis tout au plus vite toute la monarchie d’Espagne, avec une grande partie des places du roi, pour qu’ils eussent la bonté de ne pas engloutir le reste.

111Et elle ajoute pour Madame de Maintenon :

  • 224 M. Loyau, op. cit., p. 299, Madame des Ursins à Madame de Maintenon, 6 octobre 1709.

Vous seriez bien attrapée si, malgré toutes ces mesures pour perdre l’Espagne [c. à d. le retrait des troupes et d’Amelot], elle se conservait à Philippe V224.

  • 225 Ibid., p. 325, Madame des Ursins à Madame de Maintenon, 4 novembre 1709.
  • 226 M. Loyau, op. cit., p. 340, Madame des Ursins à Madame de Maintenon, 24 novembre 1709. Dans son jou (...)

112La Princesse n’admet aucune opposition ni contradiction, car, comme elle le dit elle-même, elle est ardente pour tout ce qui regarde Leurs Majestés Catholiques. Elle accuse Amelot, qui lui parle de l’état pitoyable de la France, de manquer de force et de croire les courtisans de Versailles, qui « vont trop vite en besogne225 ». Elle dit son mépris pour les ministres français qui « ont voulu perdre depuis tant d’années le roi et la reine d’Espagne226 ». Toutes ces pensées sont à l’évidence celles-là même que la Princesse expose et ressasse avec Marie-Louise et Philippe V, et l’on comprend d’où viennent leur dépit et leur éloignement pour la France.

  • 227 J. B. Torcy, Journal inédit, (1884), 16 février 1710.

113Malgré la fatigue, la maladie, la mort de leur deuxième enfant, peu après sa naissance (2-9 juillet 1709), la reine et le roi d’Espagne font preuve d’une ténacité à toute épreuve et se soutiennent seuls, pendant plusieurs mois, uniquement grâce au zèle de leurs sujets. Providentiellement pour eux, la France est une nouvelle fois rebutée, en février 1710, par les prétentions insolentes des Hollandais227, et l’attitude courageuse des Espagnols finit par toucher même Versailles. Les lettres enthousiastes du marquis de Thouy et du chevalier de Torcy, présents à titre d’informateurs auprès de l’armée de Philippe V, au printemps 1710, concourent à ce changement. La mission dans la Péninsule du duc de Noailles, en septembre 1710, est, elle aussi, décisive car il ne peut que signaler l’ardeur de tous les Espagnols envers Philippe V, et la mobilisation extraordinaire d’un pays que l’on disait d’avance perdu.

  • 228 ANM, Estado, leg. 2574, Marie-Louise de Savoie à Louis XIV, 1er août 1710.
  • 229 AECP, Esp., 200, fol. 141, Madame des Ursins à Torcy, 4 août 1710.

114Le 1er août, la reine Marie-Louise, régente en l’absence de son époux à la guerre, exprime à Louis XIV sa joie de la rupture des conférences de Gertruydenberg et du retour de l’union militaire entre les deux pays ; elle ne peut s’empêcher d’exprimer une pointe de triomphe en voyant la remise en vigueur d’une politique que l’Espagne préconisait depuis longtemps228. Madame des Ursins en écrivait de même à Torcy229.

  • 230 AECP, Esp., 200, fol. 143, Torcy à Madame des Ursins, 18 août 1710.

115Les liens sont renoués, mais les séquelles de la rupture sont importantes tant à Madrid qu’à Versailles. Cette dernière cour est profondément divisée entre ceux qui voulaient à nouveau l’union des deux pays et ceux qui prônaient l’abandon230 ; en Espagne, on se dit heureux de ce retournement, tout en se montrant, en réalité, extrêmement méfiant. Une nouvelle rupture a lieu en 1712.

La rupture de 1712

Les préparatifs de la paix d’Utrecht

116Au moment des négociations de la paix d’Utrecht, l’ambassadeur de France souhaite uniquement amener les Espagnols à adhérer aux conditions de la paix décrétées par les grandes puissances. Son rôle n’est plus de susciter des liaisons avec les Espagnols favorables à Philippe V ; il doit au contraire écouter même les personnes suspectes et ne plus communiquer sa correspondance à Leurs Majestés Catholiques.

  • 231 RIA, Esp., II, p. 187.
  • 232 AN, B7 12, fol. 44, Partyet à Pontchartrain, 21 décembre 1711. Dans AN, B7 11, fol. 28, Partyet se (...)

117L’ambassadeur ne doit pas se mêler des affaires intérieures de l’Espagne ; ni même de celles des Français installés en ce pays. Tout en soutenant les intérêts des négociants français, on lui demande de ne solliciter pour le commerce français aucun privilège de nature à irriter les jalouses convoitises des Anglais et des Hollandais231. Toute l’attitude du représentant de la France est conditionnée par celle des Alliés. Les Français de Madrid se montrent d’ailleurs surpris et inquiets de ce changement qu’ils ressentent dans leur vie quotidienne. Partyet, le commis de la marine, reproche au marquis de Bonnac son attitude réservée envers la colonie française et signale même que cet ambassadeur « regarde comme de la canaille ramassée presque tous les Français qui sont en Espagne232 ». Si le regard des Espagnols sur les Français a bien changé depuis 1709, celui des Français sur leurs expatriés a lui aussi totalement évolué. Dans le courant des affaires diplomatiques alors en jeu, il n’est plus temps de lutter pour accroître les privilèges des marchands français.

  • 233 ANM, Estado, leg. 2819, Bergeick à Philippe V, 11 juin 1711.

118La France, exsangue, craint particulièrement l’entêtement espagnol à faire la guerre. Philippe V ne pensait-il pas que le meilleur moyen d’assurer la paix serait de se montrer bien déterminé à la continuation de la guerre ? Son ministre Bergeick, présent à Paris en juin 1711, l’encourage dans cette voie et lui conseille de ne pas faire confiance à ce que la France propose pour la paix233.

  • 234 AECP, Esp., 208, fol. 331, Louis XIV à Bonnac, 7 septembre 1711.

119Cependant, une solution diplomatique est offerte par l’Angleterre. Celle-ci, après la mort de l’Empereur en avril 1711, envisage de se détacher de l’archiduc, l’héritier de la couronne impériale, qu'elle ne tient plus à voir monter sur le trône d’Espagne, tel un nouveau Charles Quint. Mais elle attend en retour de nombreux avantages particuliers, notamment commerciaux. Louis XIV espère amener Philippe à profiter des ouvertures faites par les Anglais et souhaite faire agir en ce sens le duc de Noailles, le duc de Vendôme, Madame des Ursins, ainsi que Bonnac. Le roi de France est si pressé de trouver un compromis qu’il n’écarte pas non plus l’usage de menaces à l’égard de son petit-fils, en cas de résistance de sa part234.

  • 235 AECP, Esp., 209, fol. 130, Bonnac à Torcy, 20 septembre 1711.
  • 236 AECP, Esp., 209, fol. 121, Bonnac à Louis XIV, 20 septembre 1711.

120Bonnac reste un peu indécis sur les sentiments du roi d’Espagne ; il sait que les courriers du roi de France « ont fait des plaies dans le cœur et dans l’esprit de Leurs Majestés Catholiques qui ne sont pas encore guéries235 ». Quant à Madame des Ursins, sur laquelle il lui était prescrit de s’appuyer, si « elle ne pense pas toujours comme on pense en France sur les affaires générales », elle se montre bien intentionnée du moment « qu’on ne cherche pas à sacrifier les intérêts de Leurs Majestés Catholiques à ceux de la France236 ».

  • 237 Pleins pouvoirs en date du 5 septembre 1711, AECP, Esp., 211, fol. 320.
  • 238 ANM, Estado, leg. 2460, Philippe V à Louis XIV, 6 septembre 1711.
  • 239 ANM, Estado, leg. 2460, Louis XIV à Philippe V, 18 septembre 1711. AECP, Esp., 209, fol. 155, Bonna (...)

121En septembre, grâce à l’entremise de la Princesse, qui lui ménagea un entretien dans l’appartement de la reine, Bonnac parvint à obtenir de Philippe V qu’il donne des pleins pouvoirs à Louis XIV pour que la France négocie en son nom quelques préliminaires avec les Anglais237. Si ceux-ci demandaient quelque chose de plus que ne portait le texte, le roi priait son grand-père de lui en faire part avant de s’engager à quoi que ce soit238. En réponse, le roi de France dit avoir interprété ce pouvoir à son gré, pour des choses qui n’étaient pas « essentielles » mais qu’il convenait d’achever rapidement. Cette lettre inquiéta beaucoup le roi et la reine d’Espagne, qui voyaient là une dérogation à un principe qui leur tenait à cœur239.

  • 240 AECP, Esp., 211, fol. 450, Philippe V à Louis XIV, 7 décembre 1711.
  • 241 AECP, Esp., 211, fol. 467, Louis XIV à Philippe V, 28 décembre 1711.
  • 242 AECP, Esp., 211, fol. 502, Philippe V à Louis XIV, 28 décembre 1711. Philippe avait cédé sur ce poi (...)

122En décembre, Philippe fit savoir qu’il entendait envoyer ses propres plénipotentiaires à Utrecht sans la présence desquels il récusait toute validité aux négociations. Si, d’ores et déjà, le roi d’Espagne a accepté que Gibraltar reste aux Anglais et que l'asiento passe à cette nation, il souhaite décider lui-même du sort des Pays-Bas espagnols. Quant au commerce, il écrit vigoureusement à son grand-père d’interdire aux plénipotentiaires français de faire des propositions aux deux puissances maritimes sans l’accord de ses ministres240. À travers différents courriers, on sent que Louis XIV s’irrite de ce manque de confiance, assurant que ce n’est pas lui mais les alliés qui refusent les ministres espagnols. Face au retard que prennent les négociations, il exige de nouveaux pouvoirs assez étendus pour qu’il puisse faire toutes les cessions nécessaires en exceptant l’Espagne et les Indes241, et Philippe se soumet à nouveau242.

  • 243 AECP, Esp., 212, fol. 76, Bonnac à Torcy, 25 janvier 1712. À propos d’une lettre de Louis XIV que B (...)
  • 244 Le chevalier du Bourck remarquait ainsi : « Je pense que M. de Bonnac connaît le pays maintenant as (...)
  • 245 AECP, Esp., 212, fol. 144, Philippe V à Louis XIV, 14 février 1712.
  • 246 AECP, Esp., 212, fol. 184, Louis XIV à Bonnac, 7 mars 1712.
  • 247 ANM, Estado, leg. 2530, Bergeick à Philippe V, Bordeaux, 3 février 1712. Bergeick est alors sur la (...)

123À cause de ces tensions, la mission du marquis de Bonnac est rendue délicate et les ministres madrilènes, comme le roi243, ne cachent guère leur méfiance vis-à-vis de tout ce qui est conseillé par la France244. C’est pourquoi, lorsque, pour la troisième fois, Bonnac demande de nouveaux pouvoirs pour la négociation, le roi d’Espagne écrivit au roi de France pour lui notifier son refus catégorique245. Louis XIV n’insista plus246. Philippe avait été directement conseillé par le comte de Bergeick qui, dans une lettre du 3 février247 accusait la France d’agir de façon intéressée. En effet, de nouveaux pouvoirs impliquaient que la France puisse disposer à son gré de l’Espagne et des Indes ; le ministre flamand se demandait alors ce que serait l’attitude des plénipotentiaires français au cas où les Hollandais en demanderaient la cession, comme ils l’avaient déjà fait par deux fois lors des préliminaires.

  • 248 AECP, Esp., 213, fol. 134, Torcy à Madame des Ursins, 25 avril 1712. En novembre 1711, Philippe V a (...)
  • 249 ANM, Estado, leg. 2530, Bergeick à Philippe V, Paris, 22 mars 1712.
  • 250 Ibid., le même au même, 12 septembre 1712.

124Le duc d’Osuna, le marquis de Monteleón et le comte de Bergeick se tiennent à Paris en attendant de voir leur présence acceptée à Utrecht, mais Torcy pense qu’ils ne seront pas d’un grand secours « car ils ne seront vraisemblablement admis aux conférences que lorsqu’on aura besoin d’eux pour signer248 ». Bergeick informe de son côté le roi d’Espagne que Torcy ne lui confie pas « tout ce qui s’est passé au congrès sur les intérêts de Votre Majesté249 » et estime que ce n’est pas tant à l’Angleterre qu’à la France que l’on doit s’en prendre de ne pouvoir se rendre aux pourparlers250.

125À cette date, les négociations sont suspendues à une nouvelle exigence des alliés qui souhaitent que Philippe V renonce à son droit de succession à la couronne de France. Il revient, une fois de plus, à la France de faire accepter cette nouveauté à l’Espagne.

  • 251 Robert Sutton, lord Lexington (1662-1723), envoyé extraordinaire à Vienne entre 1694 et 1697 ; amba (...)
  • 252 AECP, Esp., 217, fol. 12, Bonnac à Louis XIV, 6 novembre 1712.

126Ce rôle d’agent de l’ennemi est délicat à jouer et peu compris par les Espagnols. On comprend qu’à la fin de l’année 1712, Bonnac ne soit pas mécontent de ce que les ministres espagnols traitent directement avec l’envoyé anglais arrivé à Madrid, lord Lexington251, afin qu’ils réalisent les difficultés qu’il y a à traiter avec « un vrai Anglais, qui met dans la poursuite des affaires dont il est chargé toute la fermeté et la hauteur dont cette nation est capable252 ».

Les renonciations de Philippe V à la couronne de France

127La situation européenne a évolué rapidement, en 1712, et changé la donne diplomatique. Suite aux décès successifs du Grand Dauphin (avril 1711), du duc et de la duchesse de Bourgogne (février 1712), et de leur fils aîné, le duc de Bretagne (mars 1712), seul reste un fragile enfant de deux ans comme héritier du trône de France. Ces événements risquent d’apporter de nouveaux obstacles à la paix dans la mesure où Philippe V, étant l’héritier direct en cas de mort du petit dauphin, les deux couronnes risquent un jour de se trouver unies en sa personne, donnant ainsi corps à une des pires craintes de l’Europe coalisée. Les Anglais se montrent particulièrement effrayés et l’on craint que, dans ces conditions, la guerre ne reprenne de plus belle. La cause du roi d’Espagne ne rencontre plus en France que peu de défenseurs :

  • 253 AECP, Esp., 213, fol. 79, Torcy à Madame des Ursins, 9 avril 1712.

Il faudra donc se résoudre par la force à la continuation de la guerre, si les Anglais ne sont pas satisfaits. Les moyens de la soutenir sont plus épuisés que jamais pour ne pas dire qu’ils manquent absolument. Voilà cependant toutes les espérances de paix évanouies et le roi d’Espagne regardé une seconde fois comme la cause de la ruine de la France253.

  • 254 AECP, Esp., 213, fol. 48, Louis XIV à Bonnac, 28 mars 1712.
  • 255 A. Legrelle, La Diplomatie Française, t. 6, p. 91.
  • 256 AECP, Esp., 213, fol. 76, Louis XIV à Bonnac, 9 avril 1712.
  • 257 A. Legrelle, La Diplomatie Française, t. 6, p. 86 et sv.
  • 258 AECP, Esp., 213, fol. 79, Torcy à Madame des Ursins, 9 avril 1712.

128Louis XIV pense que Philippe V doit promettre de céder sa couronne espagnole à son jeune frère, le duc de Berry, si le petit Dauphin venait à mourir254. Il suit ainsi ponctuellement le testament de Charles II et préserve les lois fondamentales de son royaume. Mais, sous la pression anglaise, qui souhaite une solution plus immédiate et définitive255, l’alternative suivante est présentée. Soit Philippe V abandonne de suite l’Espagne pour résider en France, en attendant une hypothétique couronne, soit il renonce à cette même couronne pour lui et ses descendants et conserve l’Espagne et ses colonies256. À sa réponse sont suspendues les conférences d’Utrecht257. Louis XIV ne conseille aucun parti à son petit-fils ; « c’est à lui de décider de celui qu’il croira devoir prendre258 ».

  • 259 ANM, Estado, leg. 2555 : mémoire du marquis de Rivas au marquis de Bonnac sur cette question (23 av (...)
  • 260 AECP, Esp., 213, fol. 60, Torcy à Madame des Ursins, 4 avril 1712.

129Les Espagnols sont inquiets et craignent que Philippe V ne reparte en France259. Les Français de Versailles, attachés aux lois fondamentales du royaume, ne peuvent envisager sans horreur que le roi d’Espagne fasse une cession volontaire de son droit, sur la validité de laquelle planerait toujours un doute. Torcy est le premier à rappeler à Madame des Ursins les lois du royaume, agitant le spectre de la guerre civile pour le cas où elles ne seraient pas respectées260. Le temps presse et Philippe V ne donne toujours pas de réponse.

  • 261 AECP, Esp., 213, fol. 102, Louis XIV à Bonnac, 18 avril 1712.
  • 262 Ibid, et La Tr„ VI, p. 27, Torcy à Madame des Ursins, 18 avril 1712, il la presse de faire décider (...)
  • 263 AECP, Esp., 213, fol. 145, Louis XIV à Bonnac, 23 avril 1712.
  • 264 AECP, Esp., 213, fol. 102, Louis XIV à Bonnac, 18 avril 1712.

130Dans une lettre à Bonnac du 18 avril, Louis XIV avoue avoir peine à croire que son petit-fils, qui vient de passer onze années sur le trône espagnol, accepte de mener une vie privée dans l’attente incertaine d’une succession, « la plus grande à la vérité qui soit en Europe, mais dont l’espérance ne peut donner aucune autorité261 » ; d’autre part, le choix drastique de la renonciation à la couronne de France, tel qu’il est imposé par les alliés, assure une fois pour toute l’Espagne et les Indes à Philippe V, ce dont il doit profiter262. Enfin, c’est parce que le Grand Dauphin et le duc de Bourgogne ont renoncé à leurs droits sur la couronne espagnole, que le duc d’Anjou a pu y accéder. Ce précédent doit servir d’exemple263. Surtout, cela seul peut mener sûrement à la paix, alors que s’entêter à conserver ce droit de succession prolonge indéfiniment une guerre insoutenable. Ce n’est pas sans crainte pour l’avenir de son royaume que Louis XIV envisage cette issue. « J’espère, écrit-il à son ambassadeur, que Dieu conservera la vie au Dauphin264 ». Si une autre solution avait paru possible, nul doute qu’il l’aurait préférée.

  • 265 AECP, Esp., 213, fol. 165, Philippe V à Louis XIV, 22 avril 1712.
  • 266 AECP, Esp., 213, fol. 190, Louis XIV à Bonnac, 9 mai 1712.

131Philippe V finit par accepter, dès le 22 avril, de renoncer à son droit à la couronne de France. Mais il demande que l’Angleterre, en considération de ce sacrifice, lui fasse trouver à la paix de plus grands avantages, notamment en Italie, désirant conserver la Sicile, les places de Toscane, Naples, la Sardaigne et l’État de Milan. Il n’accepte, en effet, que très mal de garder « seulement, de toute la Monarchie d’Espagne, l’Espagne et les Indes265 ». Il propose aussi, qu’un de ses enfants hérite d’un des deux royaumes, selon la loi naturelle. Le roi de France lui rappelle à diverses reprises qu’il ne faut pas y compter. Plus encore que par ces délicates tractations, Philippe est blessé par le ton des lettres de France, très dur pour lui et qui, parfois, prend une inflexion menaçante. Louis XIV rappelle « qu’il s’agit de faire la paix et non des alliances pour entrer en de nouvelles guerres266 ».

132Au cours du mois de mai, Louis XIV reçoit une nouvelle proposition des Anglais de conserver les droits de la succession française à Philippe V et de lui assurer en même temps, un royaume en Italie avec la Sicile agrandie des États du duc de Savoie, tandis que ce dernier deviendrait roi d’Espagne. Le roi de France crut un instant qu’il s’agissait là d’une ouverture providentielle. Il écrivait le 18 mai à Bonnac de la soumettre à son petit-fils et envoya lui-même une lettre touchante à Philippe V pour le convaincre.

  • 267 AECP, Esp., 214, fol. 19, Louis XIV à Bonnac, 18 mai 1712. J.-F. Labourdette, Philippe V, (2001), p (...)

S’il réfléchit sur l’avenir, cette nouvelle proposition lui doit paraître préférable à la conservation de l’Espagne267.

  • 268 AECP, Esp., 214, fol. 143, Bonnac à Louis XIV, 29 mai 1712. Éditée dans La Tr„ VI, p. 45.
  • 269 AECP, Esp., 214, fol. 163, Louis XIV à Bonnac, 12 juin 1712.

133Le 29 mai, le roi d’Espagne répondait à l’ambassadeur par la négative268. Que pouvait-on attendre d’autre d’un prince qui était pour ses sujets un véritable héros ? Bien des Français virent dans cette attitude une trahison de la part de Philippe V, oublieux de son sang dans un temps où il aurait dû garantir l’avenir et la future paix civile de la France en sacrifiant l’Espagne. Mais Louis XIV prit acte de ce refus et demanda à son ambassadeur de ne plus évoquer cette affaire devant le roi, que ce serait aller contre la Providence « que de vouloir lui faire abandonner l’Espagne où Dieu l’avait placé269 ».

134À la suite de ces malencontreuses négociations, Bonnac constate la défiance du roi et de la reine d’Espagne sur la conduite de la France à leur égard :

  • 270 AECP, Esp., 214, fol. 108, Bonnac à Torcy, 23 mai 1712.

Plus la séparation des deux couronnes sera prochaine et paraîtra assurée, plus cette méfiance se fera sentir ; on regardera pour rien les avantages d’un royaume auquel on a renoncé et on s’attachera uniquement à ceux de celui que l’on conserve270.

  • 271 AECP, Esp., 214, fol. 224, Bonnac à Louis XIV, 13 juin 1712.

135Une remarque au détour d’une de ses lettres nous fait toucher du doigt ce que seront les futurs rapports des deux pays ; Bonnac signale que désormais le Roi Catholique ne semble lié à la France que par ses sentiments personnels envers Louis XIV, sans que cela s’étende plus loin271.

  • 272 Copies de ces actes : ANM, Estado, leg. 2488.

136Le 8 juillet, Philippe V annonce publiquement sa renonciation à la couronne de France. Les Cortes sont convoquées pour la recevoir, et Lexington vint d’Angleterre comme témoin. Le 5 novembre eut lieu la cérémonie. Pour leur part, le duc de Berry et le duc d’Orléans renoncèrent solennellement, pour eux et leurs descendants, à tous leurs droits sur la couronne d’Espagne au cas où la postérité de Philippe V viendrait à manquer272. Un lien majeur avec la France était ainsi officiellement dénoué.

  • 273 AECP, Esp., 215, fol. 30, Louis XIV à Bonnac, 18 juillet 1712.
  • 274 ANM, Estado, leg. 2556, consulte du Conseil d’État, 8 novembre 1712 ; AECP, Esp., 218, fol. 611, Bo (...)
  • 275 ANM, Estado, leg. 2556, Copia de la ley de 10 de mayo de 1713..., 9 fol. 

137À cette occasion se manifesta une dernière influence française : pour éviter que la couronne d’Espagne passât désormais à une maison étrangère lors du mariage de l’Infante héritière, le roi de France conseilla à son petit-fils d’introduire la loi salique dans son royaume273. Il fallut convaincre tous les conseillers de Castille les uns après les autres et le P. Robinet suggéra l’idée aux conseillers d’État, qui émirent une consulte favorable274. Cette nouvelle loi fut promulguée le 10 mai 1713275.

138À la fin de l’année 1712, le crédit accordé aux membres qui composent encore l’entourage français du roi d’Espagne sur les affaires de la monarchie apparaît bien amoindri.

139Les Français de la cour madrilène ont été, par leur comportement même, les premiers agents de leur déclin. En effet, dès les toutes premières années de leur présence, leurs rapports furent marqués par des rivalités profondes qu’entretient et amplifie une abondante correspondance entre les clans et les factions des deux cours de Madrid et de Versailles. Le chercheur ne peut qu’être frappé par cette correspondance écrite d’une plume alerte, mais pleine de venin.

140Les ministres de Louis XIV, bien loin de pacifier la situation (malgré les divers appels à l’unité), entretiennent cet esprit de cabales par leur propre désunion. Torcy, Chamillart, Pontchartrain, Beauvilliers : autant de ministres, autant de rivalités. Chacun d’eux avait en outre, un ou plusieurs représentants à Madrid, entre lesquels pouvaient se refléter les tensions de leurs maîtres. Or, ce qui se trouvait en jeu n’était pas moins que la définition de la politique à suivre. Ces querelles entravaient ou empêchaient toute réforme. Cela explique le discrédit des Français aux yeux des Espagnols.

141Ceux-ci voient que l’on change sans cesse d’ambassadeur (six en moins de cinq années). Ils constatent les renvois et les retours de Madame des Ursins et de Jean Orry. En 1705, un nouveau confesseur est choisi. Les généraux français se succèdent en fonction des avis de la cour. Ils se rendent compte que les charges de la maison du roi restent réservées à la familia francesa. Ils remarquent aussi l’arrivée de Français de basétage qui cherchent de l’emploi en Espagne. Tout ça nourrit le ressentiment ancien envers les Français à la fois des Espagnols en général et des Grands en particulier, éloignés du pouvoir. Chamillart fait remarquer à Amelot :

  • 276 AECP, Esp., 185, fol. 65, Chamillart à Amelot, 26 juin 1708.

Je vois que les Espagnols nous appréhendent encore comme ils faisaient du temps de Charles Second276.

142Cette opposition latente est bien exprimée dans la publicística de l’époque, sorte d’indicateur de l’état d’esprit du public. Ce qui apparaît est l’adhésion d’une majorité d’Espagnols à leur nouveau roi, mais le rejet des « gavachos » qui l’entourent.

*
* *

  • 277 M. Loyau, op. cit., p. 191 et 225, Madame des Ursins à Madame de Maintenon, 3 juin 1709 et Madame d (...)

143L’année 1709 a été cruciale pour le retournement de l’influence française. Les Français présents en Espagne ont été les premiers touchés. Cependant, l’hostilité des Espagnols s’étend à la France elle-même, qui les abandonne aux ennemis. De fait, à Versailles, ce qui importe ce n’est plus tant d’appuyer ou non l’ambassadeur contre la camarera mayor, mais, bien plutôt, de soutenir ou non le roi d’Espagne lui-même. On remarque que les Français restés à Madrid sont ardents à vouloir continuer la guerre contre les avis venant de France. Les lettres de Madame des Ursins à Madame de Maintenon sont, à cet égard, symptomatiques. Amelot, aimé et estimé du roi et de la reine d’Espagne, en subit les conséquences de retour à Versailles, où il se trouve en butte aux jalousies de factieux. La Princesse demandait pour lui la protection de Madame de Maintenon puisque c’était désormais un « crime » d’avoir servi le roi d’Espagne277.

144Cette attitude de Versailles entraîne la rupture la plus importante entre les deux pays. Philippe V se détache progressivement de la France, déjà en 1709, mais surtout en 1712, quand les préliminaires de la paix lui sont imposés, alors que lui-même ne peut être représenté par ses propres plénipotentiaires.

  • 278 Madame de Maintenon à Madame des Ursins, 25 novembre 1709, recueil Bossange, II, p. 14, citée par M (...)

145Tout cela influe sur la position de l’entourage français encore présent en cette année. Diminués depuis 1709, quelque peu dilués parmi les autres nationalités présentes à la cour (Italiens, Flamands, Irlandais), ces Français sont cependant toujours favorisés par le souverain. Philippe V distingue les relations « diplomatiques » avec son grand-père de son affection personnelle pour les représentants, à ses côtés, de sa nation d’origine. Le retour de Jean Orry à Madrid, en 1713, illustre ce fait. Le roi d’Espagne le demande personnellement à Louis XIV, qui accède à ce désir sans nulle volonté d’exercer son contrôle sur le financier. Ce dernier est davantage le ministre de Philippe V qu’un éventuel représentant du roi de France. Il en était déjà ainsi de Madame des Ursins à qui, à force de défendre avec ardeur la cause des souverains espagnols, Madame de Maintenon reprochait de ne plus être bonne Française278.

146Désormais, les Français présents à la cour madrilène sont davantage au service de Philippe V, avec les conséquences que cela peut avoir sur leur installation dans le pays, que des envoyés de France, même si leur intérêt pour les relations entre les deux pays est toujours présent. L’année 1712 marque donc une nouvelle étape quant au rôle joué par les Français de l’entourage de Philippe V tant dans les affaires internes de la monarchie que dans les relations diplomatiques.

Notes

1 Millot, II, p. 141.

2 AECP, Esp., 121, fol. 217, le cardinal d’Estrées à Louis XIV, 22 et 23 janvier 1703 ; Millot, II, p. 150.

3 AECP, Esp., 121, fol. 191, Philippe V à Louis XIV, 21 janvier 1703 et ibid., fol. 211, le même au même, 22 janvier 1703. L’abbé d’Estrées essaye de défendre son oncle, AECP, Esp., 115, fol. 77 bis., au cardinal de Noailles, 11 mars 1703.

4 Millot, II, p. 142.

5 La Tr., III, p. 6, Madame des Ursins à Louis XIV, 20 janvier 1703.

6 AECP, Esp., 114, fol. 114, Louville à Torcy, 26 janvier 1703.

7 Louville parle des mœurs « à l’escarpolette » de la Princesse, dans Louv., II, p. 73, mai 1703.

8 Louv., II, p. 87.

9 AECP, Esp., 122, fol. 2, Madame des Ursins à Torcy, 1er février 1703 ; Millot, II, p. 154 ; Louv., II, p. 73.

10 AECP, Esp., 121, fol. 134, Louis XIV à Philippe V, 3 février 1703.

11 AECP, Esp., 121, fol. 148, Torcy à Madame des Ursins, 4 février 1703 ; AECP, Esp., 122, fol. 144, Madame des Ursins cite les lettres de Marcin et de la maréchale de Noailles, 19 février 1703.

12 AECP, Esp., 122, fol. 135, Philippe V à Louis XIV, 18 février 1703 ; Millot, II, p. 166.

13 Ibid., Marie-Louise de Savoie à Louis XIV, 19 février 1703 ; Millot, II, p. 169.

14 La Tr„ III, p. 63, Madame des Ursins à Torcy, Madrid, 17 août 1703.

15 AECP, Esp., 115, fol. 27 bis ; AECP, Esp., 115, fol. 231, 4 avril 1703.

16 AECP, Esp., 115, fol. 242, Torcy à Louville, 22 avril 1703.

17 SHD, A1 1695, no 12, Orry à Chamillart, 22 janvier 1703. AECP, Esp., 123, fol. 15, Orry à Torcy, 1er avril.

18 Le cardinal d’Estrées a quelques personnages autour de lui qui écrivent en France, comme Joachim Legrand (né à Saint Lô, 1653-1733), auteur d’un long mémoire pour justifier le cardinal, (AEMD, Esp., 368, fol. 167 r°-172 v°). Le cardinal utilise aussi un abbé La Forest (AECP, Esp., 118, fol. 182). Orry soupçonne aussi l’abbé de Vayrac (AECP, Esp., 119, fol. 384, à Torcy, 30 juillet 1703).

19 AECP, Esp., 117, fol. 235 ; AECP, Esp., 118, fol. 265.

20 AECP, Esp., 151, fol. 182, Madame des Ursins à Torcy, 9 octobre 1705.

21 AECP, Esp., 115, fol. 231, Louville à Torcy, 4 avril 1703.

22 Louv., I, p. 376, Louville à Beauvilliers, 27 janvier 1703 et II, p. 16, le même au même, 28 février 1703.

23 Louv., II, p. 24, Louville à Torcy, 9 et 11 mars 1703.

24 Il existe un mémoire sur cette question aux AECP, Esp., 117, fol. 63, Mémoire sur la dissension entre Madame des Ursins et le cardinal d’Estrées.

25 La Tr„ III, p. 39. Ce mémoire compte 12 points.

26 Louv., II, p. 33, Louville au duc de Beauvilliers, 1er avril 1703.

27 Louv., II, p. 29, la duchesse de Beauvilliers à Louville, 5 et 9 mars 1703.

28 AECP, Esp., 122, fol. 318, Louis XIV à Philippe V, 18 mars 1703.

29 Les Estrées ne sont pas toujours d’accord, par exemple sur l’état des troupes, Millot, II, p. 203 et n’hésitent pas à s’affronter en public, SHD, A1 1695, no 92, Orry à Chamillart, 28 avril 1703.

30 Louv., II, p. 69, Louville à Beauvilliers, mai 1703.

31 SHD, A1 1695, no 100-101, Daubigny à Orry, 22 et 27 juin 1703.

32 AECP, Esp., 124, fol. 10, Philippe V à Louis XIV, 2 juin 1703.

33 La Tr„ III, p. 81, Madame des Ursins à Torcy, 23 septembre 1703.

34 AECP, Esp., 125, fol. 281, Philippe V à Louis XIV, 5 octobre 1703.

35 A. BAUDRILLART, op. cit., p. 164.

36 AECP, Esp., 117, fol. 195, Louis XIV à l’abbé d’Estrées, 16 septembre 1703.

37 AECP, Esp., 117, fol. 325, Torcy à Louville, 10 octobre 1703.

38 SHD, A1 1695, no 86, Chamillart à Orry, avril 1703.

39 AECP, Esp., 125, fol. 115, Torcy à Madame des Ursins, 14 septembre 1703.

40 AECP, Esp., 118, fol. 80, Louis XIV à Philippe V, 10 octobre 1703.

41 AECP, Esp., 118, fol. 208, Louis XIV à Philippe V, 19 novembre 1703.

42 AECP, Esp., 117, fol. 356, Madame des Ursins à Torcy, 23 septembre 1703.

43 AECP, Esp., 118, fol. 29, l’abbé d’Estrées à Torcy, 3 octobre 1703.

44 AECP, Esp., 118, fol. 190, l’abbé d’Estrées à Louis XIV, 7 novembre 1703.

45 SHD, A1 1696, no 83, Orry à Chamillart, 7 novembre 1703.

46 La Tr„ III, p. 97, Torcy à l’abbé d’Estrées, 19 novembre 1703, « Quoique je vous aie exhorté à l’union avec Madame des Ursins, je ne vous conseillerai point de continuer à faire signer vos lettres par personne autre que vous [...] J’en écris à M. Orry, et M. Chamillart le gronde fortement d’avoir osé signer votre dépêche ».

47 AECP, Esp., 118, fol. 248, l’abbé d’Estrées à Torcy, 14 novembre 1703. L’affaire de l’apostille, rapportée par Saint-Simon, SSBL, XII, p. 63-68, se greffe là-dessus. Dans une des lettres de l’abbé d’Estrées, interceptée, la Princesse aurait trouvé qu’il exagérait l’autorité de Daubigny, le donnant pour son mari. Madame des Ursins met alors en marge : « Pour mariés, non » et montre la lettre ainsi apostillée au roi, à la reine et à toute la cour avant de l’envoyer à Louis XIV. À Versailles, la lettre est lue au Conseil d’État et l’apostille provoque le rire général, mais surtout l’indignation. Torcy écrit encore à Puységur, le 26 janvier 1704 : « Ce qu'elle a fait d’intercepter une lettre de l’ambassadeur du roi, de le dire publiquement, d’en montrer des copies, est inouï », AECP, Esp., 143, fol. 40, M. Cermakian, La Princesse des Ursins..., (1969), p. 290-294.

48 AECP, Esp., 120, fol. 281, Torcy à Orry, 8 décembre 1703.

49 AECP, Esp., 120, fol. 376, Torcy à l’abbé d’Estrées, 25 janvier 1704.

50 AECP, Esp., 136, fol. 15, l’abbé d’Estrées à Torcy, 29 janvier 1704.

51 M. Cermakian, op. cit., p. 300 et sv. Pour sa défense, Madame des Ursins accuse les ministres de France d’avoir surpris la bonté et l’équité de Louis XIV, ce qui revient à dire que le roi, si jaloux de son omniscience, n’est qu’un jouet entre leurs mains. En remettant ainsi en cause l’autorité royale, la Princesse aggrave son cas et Louis XIV, en cette période, en a assez de cette sujette qui lui rappelle un peu trop les frondeuses de son enfance. Lettre de Madame des Ursins à Louis XIV, AECP, Esp., 138, fol. 43-44, 10 mai 1704.

52 Berwick, Mémoires, p. 360.

53 AECP, Esp., 141, fol. 128, Gramont à Torcy, Bayonne, 17 mai 1704 et ibid., fol. 238, 8 juillet 1704.

54 Millot, II, p. 299, Gramont à Torcy, 25 mai 1704.

55 AECP, Esp., 142, fol. 51, Gramont à Torcy, 29 août 1704.

56 AECP, Esp., 142, fol. 276, Gramont à Torcy, 30 octobre 1704.

57 AECP, Esp., 141, fol. 177, Gramont à Louis XIV, 13 juin 1704. Il s’agit de Doña Maria Alberta de Castro († 1706).

58 Gramont a renoué tous les liens que le cardinal d’Estrées avait à Madrid, en particulier avec Madame d’Aguirre, AECP, Esp., 141, fol. 128 ; ibid., fol. 255.

59 AECP, Esp., 140, fol. 197, Gramont à Louis XIV, 30 mai 1704.

60 AECP, Esp., 141, fol. 171, Gramont à Louis XIV, 10 juin 1704.

61 AECP, Esp., 145, fol. 35 et 92, Gramont à Louis XIV, 2 et 14 décembre 1704.

62 AECP, Esp., 139, fol. 123, Tessé à Torcy, 12 novembre 1704.

63 AECP, Esp., 145, fol. 173, Louis XIV à Gramont, 13 janvier 1705.

64 Girardot, I, p. 4 ; RIA, Esp., II, p. 140 ; M. Cermakian, op. cit., p. 314-323.

65 AECP, Esp., 150, fol. 36 à 42, Gramont à Torcy, 15 janvier 1705.

66 AECP, Esp., 152, fol. 22, Philippe V à Louis XIV, 13 janvier 1705.

67 AECP, Esp., 152, fol. 43, Philippe V à Louis XIV, 22 janvier 1705 et fol. 65, 3 février 1705.

68 AECP, Esp., 150, fol. 82, Gramont à Louis XIV, 5 février 1705.

69 AECP, Esp., 152, fol. 159, Philippe V à Louis XIV, 10 mars 1705.

70 SHD, A1 1885, no 39, Gramont à Chamillart, 8 mai 1705.

71 AECP, Esp., 152, fol. 299, Gramont à Torcy, 26 avril 1705.

72 AECP, Esp., 139, fol. 178, Tessé à Torcy, 11 décembre 1704.

73 SHD, A1 1885, no 20, Tessé à Chamillart, 4 mai 1705.

74 SHD, A1 1884, no 56, Chamillart à Tessé, 8 mars 1705.

75 AECP, Esp., 147, fol. 64, Amelot à Louis XIV, 27 mai 1705 et fol. 124, 5 juin 1705.

76 AECP, Esp., 147, fol. 31, Torcy à Amelot, 24 mai 1705.

77 AECP, Esp., 148, fol. 76, Amelot à Louis XIV, 31 août 1705.

78 AN, B7 235, fol. 328, A Daubenton à Pontchartrain, 21 juin 1705.

79 AECP, Esp., 151, fol. 190, Daubigny à Torcy, 9 octobre 1705.

80 AECP, Esp., 163, fol. 40, paroles rapportées par Bourck à Torcy, 19 janvier 1706.

81 De même entre Aubigny et Orry. En 1732, peu avant sa mort, Daubigny chargea le fils d’Orry du soin de sa fille et de ses biens « comme étant le fils de son meilleur ami », SSBL, XXII, p. 142. Torcy se demande, en 1705, si Daubigny ne souhaite pas épouser une fille d’Orry, AECP, Esp., 146, fol. 176, à Gramont, 25 mars 1705.

82 SHD, A1 1601, no 21, Orry à Chamillart, 17 mars 1703.

83 AECP, Esp., 124, fol. 22 et 62, le cardinal d’Estrées au roi, 3 et 8 juin ; ibid, fol. 72, 23 juin.

84 AECP, Esp., 117, fol. 37, l’abbé d’Estrées à Torcy, 9 août 1703.

85 AECP, Esp., 117, fol. 45, le cardinal d’Estrées à Louis XIV, sd.

86 AECP, Esp., 124, fol. 10, Philippe V à Louis XIV, 2 juin 1703.

87 SHD, A1 1696, no 20, Orry à Chamillart, 19 août 1703.

88 SHD, A1 1696, Orry à Chamillart, 5 octobre 1703.

89 SHD, A1 1696, no 3, Chamillart à Orry, 11 juillet 1703.

90 SHD, A1 1696, no 86, Chamillart à Orry, 19 novembre 1703.

91 AECP, Esp., 117, fol. 218, le cardinal d’Estrées à Louis XIV, 1-2 et 3 septembre 1703.

92 AECP, Esp., 117, fol. 277, le cardinal d’Estrées à Torcy, 13 septembre 1703. Orry se défend, AECP, Esp., 119, fol. 384, à Torcy, 30 juillet 1703 ; à Chamillart, SHD, A1 1696, no 20, 19 août 1703. Et le 2 décembre 1703, il se sent obligé de faire un état de ses biens pour qu’on ne l’accuse plus de détournements de fonds, SHD, A1 1696, no 98.

93 SHD, A1 1786, no 205, Chamillart à Gramont, 1er octobre 1704.

94 Le maréchal logeait chez l’abbé d’Estrées. Orry avait confiance en cet ambassadeur et avait insisté pour que l’abbé entre dans le despacho, sans savoir que ce dernier le vilipendait dans tous ses courriers, SHD, A1 1696, no 41, Orry à Chamillart, 19 septembre 1703.

95 SHD, A1 1787, no 16-20, Puységur à Chamillart, 11 janvier 1704 et ibid., fol. 39, v. le 20 janvier 1704.

96 SHD, A1 1787, no 57, Orry à Chamillart, 6 février 1704. Le roi et la reine cherchent à excuser Orry en invoquant la lenteur des Conseils dans cette affaire, ibid., fol. 103, Berwick à Louis XIV, 22 février 1704.

97 Orry se plie à cette nouvelle exigence qui l’oblige à bouleverser d’un coup ses préparatifs antérieurs, SHD, A1 1787, no 14, Orry à Chamillart, 10 janvier 1704 et A1 1788, no 71, le même au même, 29 mai 1704.

98 SHD, A1 1787, fol. 62, Puységur à Chamillart, 4 février 1704 ; ibid., fol. 79, 15 février 1704, fol. 80 et sv„ rapport.

99 SHD, A1 1787, no 80, Puységur à Chamillart, 15 février 1704.

100 SHD, A1 1787, no 180 bis, Chamillart à Orry, 18 mars 1704.

101 SHD, A1 1787, no 126-7, Berwick à Louis XIV, 29 février 1704 et ibid., fol. 191, Berwick à Chamillart, 26 mars 1704.

102 SHD, A1 1787, no 148, Orry à Chamillart, 6 mars 1704.

103 ANM, Estado, leg. 2846, carton no 2, copie de la cédule de Philippe V du 8 mai 1704 en faveur de Jean Orry.

104 Pour Salvatierra, Idananueva, Monsanto, Castelblanco, Portalegre, Casteldan, Montalban et Marban, Orry doit toucher 1 000 pistoles par an, dans ibid. À la BN, Mss Clairambault, 1175 (réf. microfilm, 11332), fol. 84-102 : Mémoire d’Orry (1704), où il dit qu’il n’a pas voulu accepter cette rente. En 1708, Amelot en parle pourtant comme d’une chose acquise, AECP, Esp., 182, fol. 26, Amelot à Torcy, 10 septembre 1708.

105 SHD, A1 1787, no 243, Madame Orry à Chamillart, 21 avril 1704.

106 SHD, A1 1788, no 123, Puységur à Chamillart, 24 juin 1704.

107 SHD, A1 1788, no 130, Berwick à Chamillart, 28 juin 1704.

108 SHD, A1 1788, no 144, Chamillart à Orry, 6 juillet 1704 et ibid., no 158, 13 juillet 1704. Dans BN, mss Clairambault, 1175 (réf. microfilm, 11332), fol. 84-102 : Mémoire d’Orry en 1704 pour se justifier, avec les annotations en une deuxième colonne du duc de Gramont (37 folios). De même dans AECP, Esp., 146, fol. 179, mémoire en deux colonnes sur la chute de Gibraltar que Gramont attribue à l’imprévoyance d'Orry.

109 SHD, A1 1788, no 189, Orry à Madame Orry, 25 juillet 1704.

110 SHD, A1 1788, no 214, Orry à Chamillart, 2 août 1704 et no 217-219, Canales à Chamillart, 6 août 1704.

111 SHD, A1 1789, no 7, Berwick à Chamillart, 6 septembre 1704 et ibid., no 189, Tessé à Chamillart, 17 novembre 1704. Copie de cette dernière lettre, en date du 18 novembre, à Torcy, AECP, Esp., 139, fol. 129. Cf. aussi, Tessé, II, p. 166, Mémoire du maréchal de Tessé, sur la cour et les affaires d’Espagne, porté par le marquis de Maulévrier à M. de Chamillart, au camp devant Gibraltar, 11 avril 1705.

112 SHD, A1 1884, no 110, Tessé à Chamillart, 18 mars 1705.

113 SHD, A1 1885, no 54, Chamillart à Tessé, 11 mai 1705.

114 SHD, A1 1885, no 273, Orry à Chamillart, 28 juin 1705. De France, on lui laisse carte blanche pour employer qui il souhaite, A1 1887, no 21, Chamillart à Orry, 5 septembre 1705.

115 SHD, A1 1978, no 42, Berwick à Chamillart, 24 août 1706.

116 SHD, A1 1978, no 92, Amelot à Chamillart, 19 septembre 1704.

117 SHD, A1 1978, no 133, Amelot à Chamillart, 10 octobre 1706.

118 Durant l’hiver 1705, Orry fût victime d’une agression dans son carrosse, AN, B7 237, fol. 294 v°, 25 novembre 1705.

119 AECP, Esp., 161, fol. 76, Torcy à Gramont, 3 octobre 1706.

120 SHD, A1 1977, fol. 301, Orry à Chamillart, Paris, 30 juillet 1706.

121 AECP, Esp., 182, fol. 26, Amelot à Torcy, 10 septembre 1708.

122 Louv., II, p. 33, Louville au duc de Beauvilliers, 1er avril 1703.

123 J. G. Imhof, Recherches historiques et généalogiques des grands d’Espagne (1707), p. 3.

124 AECP, Esp., 120, fol. 91, Orry à Torcy, 19 septembre 1703.

125 AECP, Esp., 155, fol. 277, Louis XIV à Amelot, 21 mars 1706.

126 SSBL, VII, p. 258.

127 SSBL, VIII, p. 191.

128 San Felipe, Comentarios, p. 10.

129 AECP, Esp., 158, fol. 223, Amelot à Torcy, 21 avril 1706. Ibid., 155, fol. 354, en juin, Pedro de los Rios retourne en Espagne prendre possession du commandement des forces maritimes du Roi Catholique, jusque là possédé par son père.

130 La Tr., II, p. 74 ; AECP, Esp., 147, fol. 224 et 148, fol. 257.

131 SSBL.VIII, p. 211.

132 AECP, Esp., 189, fol. 36.

133 AECP, Esp., 148, fol. 257 v°-258, octobre 1705.

134 AECP, Esp., 189, fol. 36, Amelot à Louis XIV, 14 janvier 1709.

135 Sur ce thème, P. Molas Ribalta, « Dinastias nobilarias y guerra de Sucesíon española », Homenaje al Dr. Luis Coronas Tejada. El cambio dinástico y sus repercusiones en la España del siglo xviii, (2001), p. 291-305 ; V. León Sanz et J. A. Sanchez Belén, « Confiscación de bienes y represiñn borbónica en la Corona de Castilla a comienzos del siglo xviii », Cuardernos de Historia Moderna, 21 (1998), p. 127-175 ; V. León Sanz, « La oposición a los Borbones españoles : los austracistas en el exilio », A. Mestre Sanchis et E. Giménez López, Disidenciasy exilios en la España Moderna, (1997), p. 469-499 et, du même auteur, « Los Españoles austracistas exiliados y las medidas de Carlos VI (1713-1725) », Revista de Historia Moderna. Anales de la Universidad de Alicante, 10 (1991), p. 162-173.

136 En 1707, l’archiduc le nomma vice-roi de Valence, poste qu’il ne tint que quelques mois. Exilé avec sa famille à Vienne, il y meurt le 14 juillet 1720. Ce n’est qu’en 1738 que sa famille sera autorisée à retourner en Espagne, H. Kamen, The War of Succession in Spain, (1969), p. 95.

137 Cifuentes (Ferdinand de Silva et Meneses, XIII comte de), fils du comte Pierre-Felix qui a été gouverneur d’Oran et ensuite vice-roi de Valence († en 1697). Il épousa en 1701 la fille unique du XIIIe comte de Ciruele. Le comte d’Eril, gouverneur de Cadix, aurait avancé des sommes pour être vice-roi du Pérou en mars 1701, mais le duc d’Harcourt l’aurait évincé, AECP, Esp., 88, fol. 122. Sa mère et sa sœur étaient pro-autrichiennes, AECP, Esp., 97, fol. 61.

138 Pour cette liste, H. Kamen, The War of Succession in Spain, (1969), p. 97.

139 AECP, Esp., 166, fol. 216, Amelot à Louis XIV, 22 février 1707. Dossier sur les traîtres de 1706, dans ANM, Estado, leg. 2947. Le duc de l’Infantado et sa famille furent relégués à Grenade ; Carpio et sa famille à Oviedo ; Palma et sa famille à San Sebastian ; le comte de Salvatierra et sa famille à Santo Domingo de la Calsada.

140 M. L. González Mezquita, « El Almirante de Castilla y la nobleza a finales del siglo XVII », J. Alcala-Zamora et E. Belenguer (coord.), Calderón de la Barca y la España, del Barroco, (2001), p. 331-360 ; du même auteur : « Fidelidad, honor y conspiración en la guerra de Sucesion española », J. M. de Bernardo Ares (coord.), La sucesion de la monarquía hispánica, 1665-1725, t. 1, (2006), p. 163-190 ; C. Fernandez Duro, El último Almirante de Castilla, don Juan Tomás Enríquez de Cabrera, (1910).

141 AECP, Esp., 169, fol. 205, Amelot à Louis XIV, 29 août 1707.

142 La Tr., II, p. 108, Madame des Ursins à Torcy, 25 octobre 1702.

143 SSBL.XX, p. 300.

144 Le marquis de Blécourt relate ceci : « On m’a dit, Sire, qu’il donnait de si mauvais conseils au Roi votre petit-fils, qu’il lui a conseillé de se joindre aux ennemis de Votre Majesté pour lui faire la guerre, ce dont le Roi Catholique a été très indigné. [...] La cour est fort étonnée que ce Seigneur ait pu mériter un traitement si rigoureux, considérant que leurs Majestés le chérissaient si particulièrement, qu’il gouvernait la monarchie comme aurait pu faire un premier ministre », AECP, Esp., 199, fol. 49 et 73, au roi, 21 avril 1710. Et Bourck ajoute, 6 jours plus tard, que le roi n’ayant fait aucune déclaration, « cela donne occasion à ses parents et à ses amis de publier que le duc est fort innocent, qu’il n’a d’autre crime que d’être bon Espagnol et de s’être toujours opposé aux caprices des Français et aux desseins qu’ils auraient de détruire entièrement le commerce d’Espagne », AECP, Esp., 199, fol. 78, à Torcy, 21 avril 1710.

145 AECP, Esp., 199, fol. 247, Louis XIV à Blécourt, Versailles, 30 juin 1710, minute.

146 SSBL, VIII, p. 253, n. 3 et 4.

147 AECP, Esp., 114, fol. 105, l’abbé d’Estrées à Torcy, 3 février 1703.

148 Millot, I, p. 376.

149 AECP, Esp., 119, fol. 205.

150 SHD, A1 1884, no 126, Orry à Chamillart, 20 mars 1705.

151 AECP, Esp., 168, fol. 34-52 v°, Mémoire du duc de Medinaceli.

152 AECP, Esp., 117, fol. 103, le cardinal d’Estrées à Louis XIV, 17 août 1703.

153 SHD, A1 2106, no 15, Philippe V à Louis XIV, 27 février 1708.

154 AECP, Esp., 190, fol. 202, Amelot à Louis XIV, 30 avril 1709.

155 AEMD, France, 448, fol. 349 et AECP, Esp., 195, fol. 328-334 v°. La version espagnole se trouve à l'ΑΝΜ, Estado, leg. 4817.

156 Blécourt ou Iberville regrettent dans leurs courriers de ne pouvoir la voir, AECP, Esp., 194, fol. 15 et fol. 269. La Princesse écrit, en juin, à Madame de Maintenon que les Espagnols risquent de se plaindre « que ce serait toujours l’esprit de la France qui gouvernerait par [s]es insinuations », et le 8 septembre elle lui écrit qu’il « n’entre aucun Français » chez elle, M. Loyau, op. cit., p. 196 (10 juin 1709) et p. 271 (8 septembre 1709).

157 AECP, Esp., 188, fol. 279, Louis XIV à Amelot, 27 mai 1709.

158 SHD, A1 2178, no 61, Bourck à Voysin, 15 juillet 1709.

159 AECP, Esp., 191, fol. 2, Amelot à Louis XIV, 6 mai 1709.

160 Ainsi, le président de Castille et le marquis de Bedmar critiquent l’administration des finances par les Français, SHD, A1 2178, no 158, Bourck à Voysin, 26 août 1709.

161 SHD, A 1 2178, no 178, Bourck à Voysin, 9 septembre 1709.

162 AECP, Esp., 193, fol. 2, Blécourt à Louis XIV, 7 octobre 1709.

163 La mission d’Iberville à Madrid se déroula de novembre 1709 à février 1710.

164 AECP, Esp., 198, fol. 2, Iberville à Torcy, 5 janvier 1710.

165 A. Huarte y Echenique, Papeles festivos del reinado de Felipe V, (1930) ; Μ. T. Pérez Picazo, La publicística española en la guerra de Sucesíon, 2 vol., (1966) ; T. Egido López, Opinion pública y oposicióm alpoder en la España del siglo XVIΙΙ (1713-1759), (1971) ; C. Gilard, « De Austrias a Borbones : lo irracional en la propaganda felipista como alegato razonado del cambio dinástico », J. A Ferrer Benimeli, (dir.), El Conde de Aranda y su tiempo, (2000), t. 1, p. 725-732 ; R. García Cárcel, (éd. et intro.), De los elogios a Felipe V (2002).

166 Sur cette approche religieuse de la guerre de Succession : D. Gonzàlez Cruz, Guerra de religion entre principes católicos, (2002).

167 Cf. Mueca de Mojigangas, Barcelone, 1701, 15 pages, in-4° ; Escudo de Fidias, Barcelone, 1706, 19 pages, in-8° ; Dictámen Apologético, Salamanque, 1707, 39 pages, in-4° ; Justicia y conciencia en la causa del senor Carlos III, Barcelone, 1707, 144 pages, in-4° ; Demostración que hace un español, 1708, BNM, mss. 668, fol. 9-40 ; Sentencia ptáctica, Barcelone, 1709, 84 pages, in-4° ; Verdades son sueños, Madrid, 1710, BNM, mss 6680, fol. 123-205 ; Máximas descifradas de engaños políticos… Madrid, 1711, dans Μ. T. Pérez Picazo, appendice bibliographique.

168 Ibid., p. 51. « Typique de Louis XIV ».

169 La Tr., VI, p. 239, Fr. Santo Domingo à Torcy, 22 octobre 1714 ; J. F. Alcaraz Gomez, op. cit., (1995), p. 420.

170 T. Egido Lopez, op. cit., (1971), p. 97.

171 L’archiduc fait paraître un texte à Valence, le 22 décembre 1706 pour justifier la présence de protestants à ses côtés, en invoquant la lutte contre la domination universelle de Louis XIV. Il est obligé de reconnaître qu’il doit céder des contreparties à ses alliés. Á cette date, Charles est conscient que la guerre de propagande a été gagnée par le camp des Bourbons. Ceux-ci multiplient les textes sur les exactions, vraies ou supposées, des protestants dans les églises et couvents espagnols, ce qui touche le peuple.

172 Μ. T. Pérez Picazo, op. cit., (1966), I, p. 44 et II, no XVIII. Juillet 1709. Il fustige « l’ancienne habitude de cette nation turbulente et dépravée qui n’a jamais su se contenir dans l’obéissance due au Vicaire du Christ et à sa monarchie ».

173 En 1706, il fait paraître une « Défense de Philippe V roi d’Espagne et de son droit incontestable sur cette monarchie contre les prétentions de la maison d’Autriche. Par M. l’évêque de Carthagène et de Murcie dans sa lettre pastorale adressée aux fidèles de son diocèse », AECP, Esp., 165, fol. 16-23 v°, 7 juillet 1706.

174 Memorial de Luis de Belluga, sobre las materias pendientes con la Corte de Romay expulsion del Nuncio de Su Santidad de los Reinos de España, 175 pages, in-4°. Il fit aussi paraître deux autres mémoires en 1703 et 1710, en faveur des immunités ecclésiastiques.

175 Μ. T. Pérez Picazo estime que sur les 275 textes étudiés, seule une douzaine peut être attribuée avec certitude à la noblesse, op. cit., (1966), I, p. 97.

176 Μ. T. Pérez Picazo, op. cit., (1966), I, p. 88.

177 Un exemplaire se trouve au SHD, A1 1787, no 127. Publié dans Μ. T. Pérez Picazo, II, no XIII.

178 Après sa fuite, son procès fut commis au conseil de Castille ; par contumace, il fut d’abord condamné à l’exil perpétuel pour désobéissance, puis absous des crimes de félonie et de rébellion. Mais de nouvelles preuves de trahison ayant été produites, il fut condamné à la peine capitale, en juillet 1703, avec confiscation de ses biens d’Espagne et de Sicile, qui représentaient plus de trois cent mille livres de rente, SSBL, XII, p. 55, n. 3.

179 SHD, A1 1787, no 126, Berwick à Chamillart, 29 février 1704.

180 AECP, Esp., 139, fol. 140-148 v°, imprimé en espagnol : « Repuesta al manifiesto de Don Juan Tomas Enriquez de Cabrera, Almirante de Castilla » (novembre 1704).

181 BNM, mss. 11 040, fol. 161-191.

182 « Je t'ai appelé pour régner et ton grand-père t’a envoyé pour servir ».

183 AECP, Esp., 161, fol. 213, imprimé en français traduit de l’espagnol. Les Espagnols, peut-on lire, « sont-ils devenus tout d’un coup assez insensibles pour supporter patiemment le joug de la France qui ne met que de ses créatures et de ses partisans dans leur ministère ; qui leur enlève le plus beau et le plus riche commerce du monde ; qui transporte dans son sein toutes leurs richesses et tous leurs trésors ; qui renversent toutes leurs lois et tous leurs privilèges ; qui foule au pied toutes les dispositions testamentaires de leurs derniers rois ; qui, dès l’avènement du duc d’Anjou au trône, s’est assurée des Pays-Bas espagnols ; qui enlève les Grands sans raison, ni formalité ; qui s’est emparée des frontières d’Espagne, mettant ses propres troupes dans Fontarabie, San Sebastian, et autres places ; qui n’a nul respect pour les ecclésiastiques ; point d’égard pour les Grands ; point d’équité pour le commun ; et qui enfin, par plusieurs injustices criantes, qui sont de notoriété publique, a mis les Espagnols dans le train de devenir tout comme les Français ».

184 BNM, mss 10680, fol. 255-277 : Voto que dio en el Gavinete de SMChrma el duque de Noailles (sans date, ap. 1707).

185 Ayant pour titre, Copia de la representacion que vocalmente hizo a SM el señor marques de Manzera con el motivo de haber dado SM cuenta en elgavinete de la perdida de Napoles. Signalé par le comte de Fiennes, à Cadix, SHD, A1 2050, no 10-11, 4 septembre 1707. « Copie de la représentation faite de vive voix à Sa Majesté par le seigneur marquis de Mancera, suite à la déclaration de la perte de Naples faite par Sa Majesté au Conseil ». Après avoir signalé que les seuls Castillans avaient assuré la couronne du roi, il regrette que ce soit « los propios franceses » qui la fassent chanceler. Il déplore que la noblesse ait été soumise aux vexations les plus dures, et qu’on ne parle plus à son sujet que de prisonniers ou de bannis ; que les tribunaux n’aient plus d’autorité ; enfin que le commerce se perde en des mains étrangères.

186 AN, B7 248, no 259, Daubenton à Pontchartain, 30 septembre 1707, Mancera au cours du despacho s’est adressé au roi, il y a environ trois semaines, et « fit connaître à mots couverts que l’on devait attribuer aux Français le mauvais état des affaires d’Italie, et la ruine du commerce d’Espagne, comme aussi le mépris qu’il supposa que l’on faisait de la noblesse espagnole, dont l’on n’entendait plus parler que par des exils et par des prisons, on ne fit pas grand cas de ce discours, parce qu’on crut qu’il procédait d’une démence d’esprit, cependant quelques malintentionnés l’ont amplifié et rendu public par des copies pareilles à la ci-jointe qu’ils ont envoyées de toutes parts ».

187 Μ. T. Pérez Picazo, op. cit., (1966), I, p. 99, El pastor fido en juicio de razón natural..., Valencia, A. Bordazar, 6 pages, in-4°.

188 El deseo regulado por el entendimiento, regulador en un Principe bueno, desde los principios de su reinado, 1700, 8 pages, in-8° ; Recuerdo de los muertos, Pampelune, 1701, 20 pages, in-4° ; La malicia descifrada, 1703, 18 pages, in-4° ; Papel que sepuso en las manos de S. M., Madrid, 1715, Μ. T. Pérez Picazo, op. cit., (1966), appendice bibliographique.

189 AECP, Esp., 151, fol. 230, « Carta de un personage de la corte escrita a un amigo andaluz » (novembre 1705). Dans ce texte, l’auteur rappelle les différentes alliances militaires entre la France et l’Espagne, remontant jusqu’en 751, lorsque le roi Pépin envoya un corps de Français en Cantabrie lutter contre les Maures ; Melo y Giron (Juan de), Celo católico y español, Valence, 1708, 190 fol. ; Segunda parte de la malicia descifrada, Madrid, 1710, dans Μ. T. Pérez Picazo, op. cit., (1966), appendice bibliographique.

190 Μ. T. Pérez Picazo, op. cit., (1966), I, p. 120. « Alianza y amistas, si, dicen, union o dependencia, nunca ».

191 Palinodia gallispana, Barcelone, 1706, 28 pages, in-8° ; Papel sedicioso, 19 pages, in-4° ; La ignorancia manifiesta, Saragosse, BNM, ms. 11031, fol. 16-77 ; La paz octaviana, Valence, 32 pages, in-4°, etc., dans Μ. T. Pérez Picazo, op. cit., (1966), appendice bibliographique.

192 SHD, A1 1888, no 333, Tessé à Chamillart, 28 décembre 1705.

193 Μ. T. Pérez Picazo, op. cit., (1966), II, p. 83.

194 BNM, imprimé no 922, et VE Caja 690 (46) : Castilla resucitada y panteón de Portugal (7 pages, 1704).

195 Μ. T. Pérez Picazo, op. cit., (1966), I, p. 153.

196 Ibid. p. 157.

197 Testimonio público, 1710, 4 pages, in-4° ; Carta que escribe Magdalena la loca, sd., 4 pages, in-4° ; El desengano a cargas, 2 pages, in-4° ; El periquillo hablador, Madrid, BNM, ms. 4043, fol. 168-177 ; Carta que escribe un amigo afecto, 12 pages, in-4°, etc..., dans Μ. T. Pérez Picazo, op. cit., (1966), appendice bibliographique et I, p. 160, n. 63 et 64.

198 AECP, Esp., 196, fol. 165-173 v° : « Réflexions d’un vrai espagnol, sur la lettre circulaire que le duc d’Anjou a publiée à Madrid en date du 4 juillet 1709 ».

199 AECP, Esp., 191, fol. 2, Amelot à Louis XIV, 6 mai 1709.

200 AN, B7 3, fol. 222, A Daubenton à Pontchartrain, 18 novembre 1709.

201 AN, B7 3, Rivière à Pontchartrain, 10 novembre 1709.

202 BNM, mss. 10907, « Copia de carta escrita por los Grandes de España a Su Mgd. Christianissima ». Copie, AECP, Esp., 201, fol. 106.

203 AECP, Esp., 188, fol. 241, Louis XIV avertit Amelot de cette initiative du roi d’Espagne et regrette que Philippe V n’en ait pas parlé à l’ambassadeur (25 février 1709). AECP, 190, fol. 69, Louis XIV à Amelot, 1er avril 1709, il se réjouit que l’ambassadeur ait enfin été mis au courant officiellement de ces tractations.

204 ANM, Estado, leg. 2460, cité par A. Baudrillart, I, p. 350-352.

205 AECP, Esp., 191, fol. 2, Amelot à Louis XIV, 6 mai 1709.

206 AECP, Esp., 191, fol. 42, Louis XIV à Amelot, 3 juin 1709.

207 AECP, Esp., 197, fol. 122, Philippe V à Louis XIV, 15 octobre 1709 (Copie, ANM, Estado, leg. 2574).

208 AECP, Esp., 191, fol. 87, Amelot à Louis XIV, 20 mai 1709 ; M. Loyau, op. cit., p. 325, Madame des Ursins à Madame de Maintenon, 4 novembre 1709 : « Puis-je vous dire sans vous offenser, madame, qu’on ne pense pas toujours bien juste dans le pays où vous êtes, puisque vous me faites l’honneur de me mander que personne ne doute que les Espagnols n’appellent l’archiduc, d’abord qu’ils verront le roi leur maître abandonné par Sa Majesté Très Chrétienne : ils en sont piqués. Cela augmente la haine qu’ils ont naturellement pour notre nation ».

209 En avril 1709, le roi et la reine ont évoqué devant les Grands l’état présent des affaires et la possible désunion avec la France. Amelot fut mis au courant de cet épisode par la Princesse, AECP, Esp., 190, fol. 202, Amelot à Louis XIV, 30 avril 1709.

210 M. Loyau, op. cit., p. 196, Madame des Ursins à Madame de Maintenon, 10 juin 1709.

211 Girardot, II, p. 101-105, 7 décembre 1708.

212 AECP, Esp., 192, fol. 258, Louis XIV à Blécourt, 9 septembre 1709.

213 RIA, Esp., II, p. 193.

214 M. Loyau, op. cit., p. 150-151 : Madame des Ursins à Madame de Maintenon, 25 mars 1709.

215 Ibid., p. 153-155, la même à la même, 1er avril 1709 et p. 177, 6 mai 1709.

216 Ibid., p. 174, Madame de Maintenon à Madame des Ursins, 5 mai 1709 ; et p. 188, 26 mai 1709.

217 Ibid., p. 180, Madame des Ursins à Madame de Maintenon, 19 mai 1709.

218 Ibid., p. 190, la même à la même, 3 juin 1709.

219 Cette chance ou cette Providence en laquelle se confient le roi et la reine d’Espagne, fait grincer les dents en France de ceux qui craignent que « cette malheureuse confiance » détruise « toute idée d’ordre, de règle et de conduite », AECP, Esp., 211, fol. 230.

220 Ibid.

221 M. Loyau, op. cit., p. 201, Madame des Ursins à Madame de Maintenon, 10-11 juin 1709.

222 Ibid., p. 213, Madame de Maintenon à la Princesse des Ursins, 24 juin 1709.

223 SSBL, XVIII, p. 5-18. Cf. E. Le Roy Ladurie, Saint-Simon ou le système de la Cour, (1997), chap. 4 : « Cabales, lignage, pouvoir », p. 181-235.

224 M. Loyau, op. cit., p. 299, Madame des Ursins à Madame de Maintenon, 6 octobre 1709.

225 Ibid., p. 325, Madame des Ursins à Madame de Maintenon, 4 novembre 1709.

226 M. Loyau, op. cit., p. 340, Madame des Ursins à Madame de Maintenon, 24 novembre 1709. Dans son journal, le marquis de Torcy note une mission de Daubigny, l’écuyer de la Princesse des Ursins, à Versailles, le 19 décembre 1710, dont le discours irrita car « il avait fait une comparaison très désavantageuse pour la France de sa pusillanimité et de la constance inaltérable de l’Espagne », J. B. Torcy Journal inédit, (1884), p. 320.

227 J. B. Torcy, Journal inédit, (1884), 16 février 1710.

228 ANM, Estado, leg. 2574, Marie-Louise de Savoie à Louis XIV, 1er août 1710.

229 AECP, Esp., 200, fol. 141, Madame des Ursins à Torcy, 4 août 1710.

230 AECP, Esp., 200, fol. 143, Torcy à Madame des Ursins, 18 août 1710.

231 RIA, Esp., II, p. 187.

232 AN, B7 12, fol. 44, Partyet à Pontchartrain, 21 décembre 1711. Dans AN, B7 11, fol. 28, Partyet se plaint que Bonnac soit dans des principes opposés à la nation (30 septembre 1711).

233 ANM, Estado, leg. 2819, Bergeick à Philippe V, 11 juin 1711.

234 AECP, Esp., 208, fol. 331, Louis XIV à Bonnac, 7 septembre 1711.

235 AECP, Esp., 209, fol. 130, Bonnac à Torcy, 20 septembre 1711.

236 AECP, Esp., 209, fol. 121, Bonnac à Louis XIV, 20 septembre 1711.

237 Pleins pouvoirs en date du 5 septembre 1711, AECP, Esp., 211, fol. 320.

238 ANM, Estado, leg. 2460, Philippe V à Louis XIV, 6 septembre 1711.

239 ANM, Estado, leg. 2460, Louis XIV à Philippe V, 18 septembre 1711. AECP, Esp., 209, fol. 155, Bonnac à Louis XIV, Corella, 30 septembre 1711, il raconte être allé voir Madame des Ursins, qui lui parla de l’inquiétude de Philippe V, qui avait reçu des lettres qui lui faisaient « entrevoir qu’on a apporté quelques changements aux premières propositions des Anglais qui le mettent dans une peine que je ne saurais vous exprimer ». Bonnac eut un entretien avec le roi et la reine d’Espagne pour les rassurer mais les trouva dans une grande inquiétude.

240 AECP, Esp., 211, fol. 450, Philippe V à Louis XIV, 7 décembre 1711.

241 AECP, Esp., 211, fol. 467, Louis XIV à Philippe V, 28 décembre 1711.

242 AECP, Esp., 211, fol. 502, Philippe V à Louis XIV, 28 décembre 1711. Philippe avait cédé sur ce point avant même de recevoir la lettre de son grand-père, citée note ci-dessus.

243 AECP, Esp., 212, fol. 76, Bonnac à Torcy, 25 janvier 1712. À propos d’une lettre de Louis XIV que Bonnac lut au roi et à la reine d’Espagne : « Quand je suis venu à leur dire qu’il fallait se conformer à ce que le roi souhaitait, j’ai trouvé beaucoup de froideur, je pourrais même dire de la méfiance ».

244 Le chevalier du Bourck remarquait ainsi : « Je pense que M. de Bonnac connaît le pays maintenant assez bien pour s’apercevoir qu’il ne le connaissait pas en arrivant ; l’esprit de douceur, de complaisance et de modération qu’il croyait nécessaire avec les ministres espagnols ne saurait se soutenir longtemps contre leurs procédés remplis d’aigreur et de partialité contre les Français », AECP, Esp., 212, fol. 235, 29 février 1712.

245 AECP, Esp., 212, fol. 144, Philippe V à Louis XIV, 14 février 1712.

246 AECP, Esp., 212, fol. 184, Louis XIV à Bonnac, 7 mars 1712.

247 ANM, Estado, leg. 2530, Bergeick à Philippe V, Bordeaux, 3 février 1712. Bergeick est alors sur la route de Paris, puis d’Utrecht.

248 AECP, Esp., 213, fol. 134, Torcy à Madame des Ursins, 25 avril 1712. En novembre 1711, Philippe V avait choisi comme plénipotentiaires le duc d’Osuna, le comte de Bergeick et le marquis de Monteleón. Osuna et Bergeick s’étaient mis en route pour Paris en janvier 1712 où ils arrivèrent en février. Ils attendirent de longs mois les passeports leur permettant de se rendre à Utrecht qui n’arrivèrent qu’en mars 1713. Dans l’intervalle Monteleón était parti pour Londres en octobre 1712, tandis que Bergeick était rappelé en Espagne à l’automne 1712.

249 ANM, Estado, leg. 2530, Bergeick à Philippe V, Paris, 22 mars 1712.

250 Ibid., le même au même, 12 septembre 1712.

251 Robert Sutton, lord Lexington (1662-1723), envoyé extraordinaire à Vienne entre 1694 et 1697 ; ambassadeur extraordinaire en Espagne et plénipotentiaire, en 1712-1713.

252 AECP, Esp., 217, fol. 12, Bonnac à Louis XIV, 6 novembre 1712.

253 AECP, Esp., 213, fol. 79, Torcy à Madame des Ursins, 9 avril 1712.

254 AECP, Esp., 213, fol. 48, Louis XIV à Bonnac, 28 mars 1712.

255 A. Legrelle, La Diplomatie Française, t. 6, p. 91.

256 AECP, Esp., 213, fol. 76, Louis XIV à Bonnac, 9 avril 1712.

257 A. Legrelle, La Diplomatie Française, t. 6, p. 86 et sv.

258 AECP, Esp., 213, fol. 79, Torcy à Madame des Ursins, 9 avril 1712.

259 ANM, Estado, leg. 2555 : mémoire du marquis de Rivas au marquis de Bonnac sur cette question (23 avril 1712), 15 fol. ; voir aussi, leg. 2556, un écrit anonyme sur le même thème, mai 1712, 9 fol. 

260 AECP, Esp., 213, fol. 60, Torcy à Madame des Ursins, 4 avril 1712.

261 AECP, Esp., 213, fol. 102, Louis XIV à Bonnac, 18 avril 1712.

262 Ibid, et La Tr„ VI, p. 27, Torcy à Madame des Ursins, 18 avril 1712, il la presse de faire décider le roi d’Espagne sur le parti à prendre, concluant ainsi : « L’unique moyen sera de faire ce que les Anglais désirent (c. à d. renoncer à la couronne de France), et d’assurer ainsi la monarchie d’Espagne et les Indes au Roi Catholique. Un pareil partage vaut bien l’attente incertaine d’une succession qui, peut-être, n’appartiendrait jamais à S. M. Catholique ni à ses descendants ».

263 AECP, Esp., 213, fol. 145, Louis XIV à Bonnac, 23 avril 1712.

264 AECP, Esp., 213, fol. 102, Louis XIV à Bonnac, 18 avril 1712.

265 AECP, Esp., 213, fol. 165, Philippe V à Louis XIV, 22 avril 1712.

266 AECP, Esp., 213, fol. 190, Louis XIV à Bonnac, 9 mai 1712.

267 AECP, Esp., 214, fol. 19, Louis XIV à Bonnac, 18 mai 1712. J.-F. Labourdette, Philippe V, (2001), p. 256, extrait de la lettre du roi de France à Philippe V : « Je vous avoue que nonobstant la disproportion des États, j’ai été sensiblement touché de penser que vous continueriez de régner ; que je pourrais toujours vous regarder comme mon successeur et que votre situation vous permettrait de venir de temps en temps auprès de moi. Jugez en effet du plaisir que je me ferais de pouvoir me reposer sur vous pour l’avenir, d’être assuré que si le dauphin vit, je laisserais en votre personne un régent accoutumé à commander, capable de maintenir l’ordre dans mon royaume et d’en étouffer les cabales ; que si cet enfant vient à mourir comme sa complexion faible ne donne que trop de sujet de le croire, vous recueilleriez ma succession suivant l’ordre de votre naissance ; que j’aurais la consolation de laisser à mes peuples un roi vertueux propre à leur commander ».

268 AECP, Esp., 214, fol. 143, Bonnac à Louis XIV, 29 mai 1712. Éditée dans La Tr„ VI, p. 45.

269 AECP, Esp., 214, fol. 163, Louis XIV à Bonnac, 12 juin 1712.

270 AECP, Esp., 214, fol. 108, Bonnac à Torcy, 23 mai 1712.

271 AECP, Esp., 214, fol. 224, Bonnac à Louis XIV, 13 juin 1712.

272 Copies de ces actes : ANM, Estado, leg. 2488.

273 AECP, Esp., 215, fol. 30, Louis XIV à Bonnac, 18 juillet 1712.

274 ANM, Estado, leg. 2556, consulte du Conseil d’État, 8 novembre 1712 ; AECP, Esp., 218, fol. 611, Bourck à Torcy, 14 novembre 1712.

275 ANM, Estado, leg. 2556, Copia de la ley de 10 de mayo de 1713..., 9 fol. 

276 AECP, Esp., 185, fol. 65, Chamillart à Amelot, 26 juin 1708.

277 M. Loyau, op. cit., p. 191 et 225, Madame des Ursins à Madame de Maintenon, 3 juin 1709 et Madame de Maintenon à Madame des Ursins, 14 juillet 1709 : « Je commence à voir, madame, la cabale contre vous et contre M. Amelot, qu’il y a longtemps que vous m’avez annoncée. Ce ne sont pourtant encore, au moins devant moi, que des tons et des airs, mais qu’on peut croire qui signifient quelque chose ». Torcy, en août 1710, participe à cet état des choses en critiquant le fait que le roi d’Espagne redemande Amelot, estimant que cela déplairait à la nation espagnole et que Madame des Ursins ne le voulait que « par rapport à elle-même », J. B. Torcy, Journal inédit..., (1884), p. 251. M. Cermakian, dans son ouvrage sur la Princesse des Ursins, estimait que Torcy était jaloux de l’influence d’Amelot, (p. 427).

278 Madame de Maintenon à Madame des Ursins, 25 novembre 1709, recueil Bossange, II, p. 14, citée par M. Cermakian, p. 413.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search