Version classiqueVersion mobile

Les nuits russes de Vladimir Odoïevski

 | 
Lætitia Decourt

III

Le genre et la structure

Une architecture problématique : le « drame idéologique universel » et le contrepoint

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le genre

Les Nuits russes sont une œuvre à part, dans la carrière d’Odoïevski autant que dans l’histoire littéraire russe. Elles mettent doublement en cause la notion de genre : par la volonté de l’auteur de concrétiser son projet de renouvellement des arts et des sciences d’une part, en vertu de son adhésion à une esthétique inspirée du romantisme allemand d’autre part. Dans l’étude qu’il a consacrée au genre et à la réception des Nuits russes, Neil Cornwell envisage leur appartenance à plusieurs genres possibles : le roman au sens de Bakhtine, l’anatomie que Northrop Frye voit incarnée dans L’Anatomie de la mélancolie de Burton, un genre de satire ménippée « caractérisée par une grande variété de sujets et un fort intérêt pour les idées », le « méli-mélo encyclopédique » à la Voltaire, le « bricolage intellectuel » qui définit la pensée mythique dans la conception lévi-straussienne et la critique littéraire chez Genette, et finalement le récit enchâssé (Cornwell 1998, 72-73). C’est...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search