Version classiqueVersion mobile

Les Français de Philippe V

 | 
Catherine Désos

Chapitre 5. Les ministres et conseillers français de Philippe V. Ambassadeurs, confesseurs et militaires (1702-1714)

Texte intégral

1Après 1702, la cour de Madrid voit arriver divers personnages envoyés de France auprès de Philippe en raison de leurs compétences politiques ou techniques, formant ainsi une société assez mêlée. C’est « l’âge d’or » de la présence française en Espagne. Cette colonie, qui grossit et évolue en fonction des événements politiques, forme une véritable élite sociale, dont les membres, étroitement unis entre eux, bénéficient de la faveur royale.

2Les mémoires laissés par des contemporains espagnols donnent l’impression d’une arrivée en masse de Français et d’un accaparement total du gouvernement. Ainsi le marquis de San Felipe, dans ses Comentarios de la guerra de España, évoque toujours « los Franceses » en général, laissant entendre sous ce terme générique la présence à la cour d’un groupe important et omnipotent. On constate, en réalité, qu’une vingtaine de noms seulement y sont mentionnés, dont se détachent nettement la Princesse des Ursins, le maréchal de Berwick et le duc de Vendôme, suivis d’Orry, du marquis d’Amelot, du chevalier d’Asfeld et des pères jésuites Daubenton et Robinet.

3À défaut d’être massive, la présence française est ciblée et s’illustre dans trois domaines fondamentaux que sont le politique, le religieux et le militaire. Avant d’étudier les importantes transformations qu’ils entreprirent dans les différents secteurs susmentionnés, il est souhaitable de décrire ces agents français, ambassadeurs, confesseurs et militaires, en s’interrogeant d’une part sur les liens qu’ils ont pu nouer avec Philippe V et, d’autre part, sur les contacts qu’ils ont entretenus avec les Espagnols. De fait, ce sont là les deux facteurs essentiels qui peuvent, ou non, assurer leur maintien dans la péninsule. À partir de ces constatations, il sera possible de vérifier et sans doute de nuancer l’opinion traditionnelle selon laquelle Louis XIV aurait imposé à son petit-fils ses ministres et une certaine politique.

1. L’ambassadeur de France : principal ministre de Philippe V ?

  • 1 AECP, Esp., 122, fol. 180, 7 mars 1703.

4En 1702, le rôle et la fonction de l’ambassadeur de France restent prestigieux. Du point de vue des puissances étrangères, il était considéré comme une sorte d’agent secret de Louis XIV, à qui elles prêtaient une plus grande autorité que celle qu’il possédait dans la réalité. De trop nombreux historiens de la période ont analysé les relations entre la France et l’Espagne comme une mainmise française sur la monarchie voisine par le biais de son représentant officiel. Cette vision apparaît quelque peu simpliste car elle donne une image fade de la personnalité de Philippe V, que l’on représente souvent comme entièrement soumis au représentant de son grand-père, sans tenir compte de la maturité acquise au combat ou à la cour, et de sa meilleure connaissance des hommes de son entourage ; de plus, elle dénie à Louis XIV le mérite d’avoir toujours adopté une position très mesurée sur les affaires internes de l’Espagne. C’est parfois à son insu que certains ambassadeurs prirent des initiatives intempestives, et il ne les cautionna pas toujours. Ou, s’il les soutenait, c’était avant tout pour assurer le prestige de cette charge, car, comme Louis XIV essayait de l’expliquer à Philippe, en mars 1703, quand celui-ci souhaitait le rappel du cardinal d’Estrées, il aurait paru ridicule aux yeux de l’Europe de changer aussi souvent d’ambassadeur1. L’activité de l’ambassadeur de France fut souvent concurrencée par celle d’autres Français à l’envergure non négligeable, tels la camarera mayor ou de grands chefs militaires. Pour peu que l’ambassadeur ne lui plaise pas, Philippe n’hésitait pas à s’en remettre à d’autres conseillers français. Aussi pouvons-nous dire que l’autorité de l’ambassadeur ne tient pas tant à la volonté expresse de Louis XIV de le maintenir en place, qu’à l’amitié et à la confiance que Philippe V plaçait en sa personne.

Le poste de Madrid

La suite des ambassadeurs

  • 2 AECP, Esp., 108, fol. 390, 21 septembre 1702 ; La Tr., II, p. 144, 29 novembre 1702 ; AECP, Esp., 1 (...)
  • 3 SSBL, XI, p. 321.
  • 4 AECP Esp., 122, fol. 137, la reine à Louis XIV, 18 février 1703.
  • 5 AECP Esp., 170, fol. 154.

5Deux ecclésiastiques succédèrent au comte de Marcin. Cela pouvait en imposer, surtout auprès des Espagnols, très respectueux à l’égard des choses de la religion. Cependant, si en 1702, le cardinal César d’Estrées, âgé de 74 ans, fut envoyé à Madrid, c’était avant tout en raison de son expérience politique et parce qu’on espérait qu’il serait un contre-poids heureux au cardinal Portocarrero dans le despacho. Cependant, avant même qu’il eût posé le pied dans la capitale espagnole, son ambassade fut compromise. Madame des Ursins, dès septembre 1702, signalait au marquis de Torcy que le choix de ce cardinal n’était guère au goût des Espagnols2. À ces difficultés s’ajoutèrent encore des querelles internes qui déchirèrent les Français entre 1703 et 1705, et dans lesquelles le cardinal se trouva gravement compromis. En conséquence, il ne put se maintenir et céda son poste à son neveu, l’abbé d’Estrées, qui était venu en Espagne à ses côtés. Ce dernier avait 37 ans et son inexpérience était aussi grande que son ambition. Il finit par être rappelé en juin 17043. Les Estrées ne laissèrent pas un très grand souvenir dans les consciences madrilènes et moins encore dans celles de Leurs Majestés Catholiques, indisposées et par l’oncle et par le neveu ; la reine les qualifiait même de ses « plus cruels ennemis4 ». Au point qu’en 1707, Philippe V refusera de recevoir une lettre du cardinal d’Estrées, envoyée pourtant avec l’accord de Louis XIV, pour le complimenter de la naissance de l’Infant Louis5.

  • 6 Le père de Gramont, Antoine III, était allié à la famille des Agramonte de Navarre et, en 1659, il (...)
  • 7 AECP Esp., 141, fol. 128, Gramont à Torcy, Bayonne, 17 mai 1704.

6Le duc de Gramont, arrivé en 1704, appartenait au contraire à la carrière des armes. Âgé de 65 ans, il fut choisi en partie pour son aptitude au faste et pour sa grande naissance qui devait en imposer aux Espagnols6. Très fin, mais aussi singulièrement présomptueux, il était parti avec l’intention d’établir son autorité à la cour d’Espagne7. Cependant, son ambassade se déroula dans une atmosphère où chacun était préoccupé du renvoi de la Princesse des Ursins, qui venait d’avoir lieu sur la demande du roi de France. La reine se montra hostile à Gramont, car celui-ci ne prit pas parti en faveur de la camarera mayor. Il ne put se maintenir plus d’une année.

  • 8 SHD, A1 1786, no 59, mars 1704.
  • 9 En 1691, Pontchartrain chargea Daguesseau de suivre auprès de lui les affaires du commerce et des m (...)
  • 10 SSBL, XII, p. 442. Philippe souhaitait donner la Grandesse au futur époux de la fille d'Amelot. C’é (...)
  • 11 San Felipe, Comentarios, p. 84. « Un homme prudent et perspicace ».

7Lui succéda un homme choisi parmi les gens de robe, Michel Jean Amelot, marquis de Gournay, conseiller au Parlement, qui devait se révéler le plus efficace agent de la France à Madrid, de 1705 à 1709. Instruit, expérimenté et surtout bénéficiant de la faveur marquée du roi d’Espagne, son ambassade fut une réussite. Il alliait à des connaissances poussées en finances et commerce, (qualités qui manquaient grandement à ses prédécesseurs), une attitude toute en finesse envers les Espagnols, comportement qui tranchait avec celui des autres ambassadeurs. Alors que Gramont avouait à Chamillart qu’il n’était « pas bien grec en matière de finance8 », et que les Estrées tentaient de pallier leurs insuffisances financières et militaires de façon empirique, Amelot sut mettre à profit ses connaissances en ces différentes matières, acquises en particulier dans sa charge de directeur des affaires commerciales au Conseil de Commerce, qu’il exerçait depuis septembre 1699, en remplacement de son oncle Daguesseau9. Ce fut véritablement l’homme de la situation, qui réussit à remédier à de nombreuses insuffisances du gouvernement espagnol. Bien plus, sachant s’entourer d’un personnel compétent, il mit en route des réformes qui devaient rénover en profondeur le système étatique de l’Espagne. Cet homme pragmatique ne pensait guère à jouer au courtisan et, étant issu du monde de la robe, n’était susceptible ni de la Toison, ni de la Grandesse10. Pour le marquis de San Felipe, Amelot était un « varon prudente y sagaz11 ». Deux adjectifs inattendus de la part d’un Espagnol pour qualifier un ambassadeur français.

  • 12 1. Scharer, Der französische Botschafter Marquis de Bonnac..., (1948).
  • 13 AECP, Esp., 209, fol. 139, Torcy à Bonnac, 5 octobre 1711.

8Au moment du départ d’Amelot en 1709, causé par la rupture des relations diplomatiques entre la France et l’Espagne, le sieur de Blécourt fut laissé en poste, avec le simple titre d’envoyé, charge qu’il exerça jusqu’en 1711, cédant la place au jeune marquis de Bonnac, âgé de 37 ans. Issu du monde militaire, ce dernier s’était formé à la carrière diplomatique auprès de son oncle, Usson de Beaurepaus, lors d’ambassades en Hollande, Suède et Pologne12. Sa mission à Madrid consista à faire adhérer Philippe V aux traités d’Utrecht. Il laissa des notes nombreuses sur l’intérieur de la cour et notamment un tableau général de celle-ci. Torcy se félicitait de sa présence comme informateur, lui avouant qu’il n’avait pas été aussi bien tenu au courant des affaires espagnoles depuis très longtemps13. Tombé malade, il fut remplacé par le marquis de Brancas, en octobre 1713, qui eut le titre d’ambassadeur.

  • 14 Pinard, Chronologie militaire, III, p. 300-304.
  • 15 AEMD, Esp., 99, fol. 46, Philippe V à Madame de Maintenon, 8 mars 1714.

9On était persuadé que ce marquis, âgé de 41 ans, serait agréable au roi d’Espagne, car il avait fait une bonne partie de sa carrière militaire auprès de Philippe V, durant la guerre de Succession14. En 1704, il guerroyait sur les frontières du Portugal ; en 1705 et 1706, il assista aux sièges de Gibraltar et de Barcelone ; en 1707, il emportait Ciudad-Rodrigo ; en 1708, il commandait le camp volant d’Estremadure. Il assura aussi le gouvernement de Girone en 1711 et soutint en cette place un blocus des ennemis durant huit mois, ce qui lui valut de la part de Philippe V le collier de la Toison d’Or (février 1713). En 1707, il fut choisi pour une mission de compliment à Madrid, lors de la naissance de l’Infant. Habitué à l’Espagne et aux Espagnols, son choix devait correspondre à la situation. Cependant, comme il faisait partie de l’entourage proche du duc d’Orléans que Philippe V n’appréciait guère, celui-ci ne lui accorda jamais une pleine confiance15. Il finit par se retirer en mars 1714, ne laissant en place qu’un secrétaire d’ambassade, et un poste désormais difficile à pourvoir.

Le centre de la présence française à Madrid

10L’ambassadeur occupe une place privilégiée auprès du roi d’Espagne, du fait de sa nationalité, qui lui fait porter le titre de « ministre de la famille ». En conséquence, il possède des entrées particulières auprès du roi et le suit dans ses différents voyages, étant toujours logé non loin de la Cour. Il représente le cœur de la présence française à la Cour madrilène. Il serait artificiel de détacher l’ambassadeur des autres Français présents autour de Philippe V, avec lesquels il entretient des liens nombreux et quotidiens. Ce sont pour lui autant de précieux informateurs de l’intérieur du palais.

11Les Français ont intérêt à s’entendre avec l’ambassadeur car celui-ci exerce une autorité juridictionnelle sur eux et, à tout moment (du moins en théorie), sur une plainte de lui, le roi de France peut rappeler dans son pays d’origine tout expatrié. En réalité, entre 1702 et 1714, les ambassadeurs manquèrent souvent de l’autorité nécessaire. Enfin, sa maison est parfois un refuge pour les Français poursuivis dans le cadre d’affaires de justice, et le droit d’asile est pratiqué.

12Outre les dossiers diplomatiques, l’ambassadeur devait centraliser sous son autorité, les autres affaires en cours. Ainsi, pour les questions de commerce, il apparaît comme le protecteur des marchands français et veille à garantir leurs droits auprès du roi et surtout auprès du tout-puissant Conseil des Indes. Il est censé également intervenir dans toutes les affaires consulaires délicates. L’ambassadeur doit être au fait de ces questions capitales. Il se fait seconder dans cette tâche par l’agent du commerce et de la marine. Certains marchands français sont aussi mis à contribution tel le sieur Stalpert à Cadix.

  • 16 AECP, Esp., 194, fol. 197, fiche sur Quenneville de décembre 1709 où l’on dit qu’il travaille en Es (...)

13Les questions financières sont laissées à des spécialistes, notamment à Orry, mais aussi aux sieurs Le Bart et Quenneville, qui servirent durant quatre ans sous les ordres d’Amelot comme intendants des finances16.

14L’ambassadeur, le plus souvent, se décharge aussi des questions militaires sur des personnes habilitées, car il ne peut concurrencer sur ce terrain les grands généraux et les chefs militaires envoyés successivement à Madrid. Il conserve essentiellement un rôle de soutien logistique, une fois que ces mêmes généraux sont partis en campagne, et s’active alors pour faire exécuter les traités des vivres et des fournitures et approvisionner les armées en campagne.

Un poste onéreux

15Matériellement, la vie de l’ambassadeur de France à Madrid n’est pas facile. Lorsqu’on étudie de près les ressources financières des uns et des autres, on s’aperçoit que ce poste appauvrit son détenteur. Ce dernier se trouve bien souvent obligé de puiser dans sa fortune personnelle pour assurer le prestige de son ambassade en tant que représentant du souverain le plus puissant d’Europe. Les réceptions, les fêtes pour des victoires ou des naissances, les bals organisés pour la noblesse espagnole, sont autant de dépenses qui s’ajoutent au simple fonctionnement de l’ambassade, avec parfois plus d’une soixantaine de personnes à entretenir.

  • 17 AECP, Esp., 237, fol. 254 et AECP, Esp., 252, fol. 132.
  • 18 AECP, Esp., 214, fol. 286, 20 juin 1712.
  • 19 Ainsi l’évaluait le duc de Saint-Aignan, AECP, Esp., 268, fol. 202.
  • 20 Selon le marquis de Maulévrier, en 1720, AECP, Esp., 297, fol. 26.

16Or, l’ambassadeur de France ne touchait guère plus de 36 000 lt par an pour son poste, et parfois une gratification au début de son ambassade pour s’installer, suivie de quelques autres au cours de l’année. Après 1714, du temps du duc de Saint-Aignan, ces gratifications ne se montèrent plus qu’à 16 000 lt, mais par contre, les appointements annuels passèrent de 36 000 lt à 48 000 lt17. Cependant, tous ces émoluments n’étaient payés qu’avec un important retard. Amelot fait part plusieurs fois à Torcy de sa difficulté à vivre décemment ; le marquis de Bonnac dut vendre une grande partie de ses biens et constate, dans une lettre à Torcy, très placidement, qu’après s’être ruiné en Espagne, il n’aura plus qu’à retourner à pied sur ses terres18. L’ambassadeur possédait un droit de franchise qui lui permettait de faire entrer dans sa maison toutes sortes de marchandises sans payer aucune taxe. Il put en jouir quelque temps malgré la guerre, mais, lors de l’ambassade de Brancas, ce droit fut supprimé par le roi. Il s’élevait à 1 200 pistoles ce qui représentait donc une perte pour l’ambassadeur d’environ 15 000 lt par an19. Le change n’était pas non plus toujours en faveur des Français. En effet, si, vers 1702, la pistole valait un peu plus de 14 livres tournois, en novembre 1720, elle ne valait que 12 lt20. L’ambassadeur tenait aussi une tablée souvent importante, accueillant fréquemment les Espagnols ainsi que les Français de passage à Madrid, tout cela à grands frais.

17On comprend qu’en Espagne, il était important de frapper les esprits par la munificence et la prodigalité. Le poste de Madrid est un emploi très onéreux, difficile à assurer, usant pour la santé. Aussi bien, Amelot peut dire à Chamillart en 1705 :

  • 21 SHD, A1 1888, no 27 à 29, Amelot à Chamillart, 7 novembre 1705.

Jamais ambassade ne fut de l’espèce de celle-ci. Je ne saurais en aucun cas me repentir d’avoir obéi aveuglément au roi. Je comptais en partant de Paris que je lui faisais un grand sacrifice. Mais franchement, j’étais bien loin du but. Je veux dire de ce que j’éprouve aujourd’hui21.

Le principal ministre du roi d’Espagne (1702-1709)

18En tant que représentant de Louis XIV, qui assurait une aide matérielle, financière et militaire à l’Espagne, l’ambassadeur avait un droit de regard sur le gouvernement de l’Espagne. Cependant, sans un soutien effectif de Leurs Majestés Catholiques, il ne pouvait en réalité avoir aucune influence décisive sur le cours des affaires.

L’entrée au despacho : évolution de la situation

  • 22 AECP, Esp., 117, fol. 325 et 343, 10 octobre 1703, Torcy et Louis XIV à l’abbé d’Estrées.

19Suite à des querelles internes entre les Français, Louis XIV pensa, durant quelque temps, qu’il valait mieux suspendre l’entrée de son ambassadeur au despacho, craignant le mécontentement de certains Espagnols. Cette interruption ne dura que quelques mois, puis l’abbé d’Estrées entra à son tour au despacho, le 10 octobre 170322, et après lui, le duc de Gramont, lors de la campagne de Philippe V au Portugal, en juin 1704. Amelot, quant à lui y fut admis le 20 mai 1705, dès le lendemain de son arrivée dans la capitale. Pendant toute la durée de son ambassade, il y aura voix prépondérante.

  • 23 AECP, Esp., 192, fol. 244, Amelot à Louis XIV, Madrid, 26 août 1709.
  • 24 RIA, Esp., II, p. 193.

20À partir de 1709 cependant, date d’une rupture diplomatique entre la France et l’Espagne, l’ambassadeur perd ce droit important. De fait, Philippe V ne recevra plus avec la même déférence les conseils du ministre de France. Ainsi, Blécourt, qui demeure en place avec le simple titre d’envoyé extraordinaire, ne peut plus avoir accès aux affaires internes du roi, mais par amitié, Philippe lui accorde « les premières entrées dans son appartement »23. Si Bonnac arrive en 1711, avec le titre d’envoyé extraordinaire et non d’ambassadeur malgré son expérience, ce fut parce qu’il eût paru anormal qu’ayant le même titre que ses prédécesseurs, il ne pût bénéficier de l’entrée au Conseil du roi d’Espagne24.

  • 25 AECP, Esp., 137, fol. 58, 5 mars 1704, le duc de Medinaceli à Torcy.
  • 26 Ainsi que le demande le duc de Medinaceli à Amelot, en novembre 1705, AECP, Esp., 149, fol. 149.

21L’entrée au despacho avait été mal supportée par les Grands d’Espagne, qui n’avaient eu de cesse de s’y opposer ayant compris que l’intention était de les tenir éloignés des affaires. De fait, l’ambassadeur composait à sa guise, ou presque, le cabinet du roi, en écartant certains Grands jugés peu sûrs et peu fidèles. Quelques petites frondes furent menées par les nobles, aigris de se voir privés du pouvoir. Ainsi, certains écrivent en France pour demander la constitution d’un conseil uniquement espagnol25 ; d’autres exigent que l’ambassadeur d’Espagne à Paris assiste lui aussi au Conseil du roi de France26. Tout cela n’a aucune conséquence réelle. Par contre, par deux fois, la position de l’ambassadeur fut menacée sérieusement.

  • 27 AECP, Esp., 117, fol. 195, Louis XIV à l’abbé d’Estrées, Versailles, 16 septembre 1703.

22Lors de l’arrivée du cardinal d’Estrées, le cardinal Portocarrero décida d’abandonner sa place au despacho, sans doute sur de mauvais avis. Ce faisant, il ne restait plus au Conseil du roi que l’ambassadeur de France et le secrétaire. Philippe V ne pouvait accepter cette situation, car c’eût été donner trop explicitement la prépondérance au représentant du roi de France. Il décida donc de suspendre le despacho, mais proposa à Estrées de le consulter en secret, le temps que Portocarrero se décide à revenir. Cependant, le cardinal d’Estrées ne s’embarrassait pas des mêmes scrupules que le roi envers les Espagnols ; il crut que cette affaire était une cabale montée contre lui, pensant que d’autres Français de l’entourage du roi, et notamment la Princesse des Ursins, cherchaient à l’évincer de la confiance de Philippe V. L’année 1703 vit donc le despacho suspendu, et lorsqu’il fut à nouveau constitué après le départ du cardinal d’Estrées, Louis XIV hésita longtemps avant de permettre à l’abbé d’Estrées d’y entrer à son tour, avertissant ce dernier, en septembre 1703, des pièges à redouter de la part des Espagnols, habiles à semer la désunion entre les Français27.

  • 28 Copie de ce mémoire, AECP, Esp., 144, fol. 23.
  • 29 AECP, Esp., 141, fol. 248, Gramont à Louis XIV, Madrid, 29 juillet 1704 ; ibid., fol. 257, Gramont (...)

23En 1704, le duc de Gramont doit, cette fois, défendre l’existence même du despacho et, par là, sa présence auprès du roi. Le vieux duc de Mancera, appuyé par quelques Grands tels que le duc de Medinaceli ou le comte de la Jamaïque, avait fait paraître un mémoire, en juillet de cette année, dans lequel il incitait le jeune roi à ne plus s’embarrasser d’un conseil privé, mais de gouverner seul avec le soutien des Conseils de la monarchie, selon l’ancienne tradition gouvernementale espagnole. Il ajoutait que, depuis trois années que Philippe se trouvait en Espagne, il pouvait bien agir de son propre chef28. Gramont empêcha que Mancera rendît public son écrit et s’opposa à la manœuvre en rappelant à Philippe V le poids excessif de la monarchie pour un homme seul et en lui donnant l’exemple de France où le roi gouverne avec un Conseil Privé29.

  • 30 Gramont se rend compte qu’il existe un conseil secret auquel il n’est jamais convié, AECP, Esp., 14 (...)

24Qu’en était-il de la position personnelle de Philippe sur cette question ? Il est bien certain qu’Harcourt ou Marcin furent accueillis avec déférence par le jeune roi. La première crise réelle avec un envoyé du roi de France concerne le cardinal d’Estrées en 1703. C’est à partir de ce moment-là que Philippe se mit à tenir un conseil secret chez la reine d’où l’ambassadeur était exclu. Cette habitude perdura du temps de Gramont30 et nous montre que, dès ces années 1703-1704, Philippe V avait sa propre conception de la gestion de ses affaires et surtout de la confiance à accorder aux membres de son entourage. Jusqu’à l’arrivée d’Amelot, les différents ambassadeurs ont cru pouvoir parler en maîtres en Espagne, sans évaluer à leur juste mesure, les véritables caractères du roi et de la reine. Les différentes instructions qui leur sont données ne font que souligner la timidité ou l’incapacité du jeune roi, sans tenir compte de la maturation qui se faisait en lui au cours de ces années, du fait de la guerre, de son mariage et des liens qu’il tissait avec sa nouvelle nation. Il semblerait que Louis XIV lui-même, confiant dans la parole de ses représentants, n’ait pas saisi tous les changements opérés en son petit-fils qui, par ailleurs, conservait envers son grand-père toute sa déférence et suivait ses conseils de préférence à tous les autres.

25Mais, du fait des relations difficiles entre le roi et l’ambassadeur de France, les innovations d’inspiration française furent rares durant les premières années du règne ; il faut attendre l’arrivée d’Amelot, en 1705, pour les voir vraiment apparaître.

La figure d’Amelot

  • 31 AECP, Esp., 142, fol. 55, Gramont au roi, 2 septembre 1704.
  • 32 AECP, Esp., 145, fol. 232, Torcy à Gramont, 31 janvier 1705.
  • 33 AECP, Esp., 146, fol. 292, copie d’une lettre de Chamillart à Gramont, sd.

26L’attitude d’Amelot fut différente de celles de ses prédécesseurs en tous points. Que ce soit les Estrées, et particulièrement le cardinal, Gramont, et même Marcin, chacun d’entre eux vint en Espagne, persuadé du bien-fondé du modèle français qu’ils souhaitaient transplanter en Espagne. Gramont se vantait de rendre les « Espagnols souples comme des gants31 ». L’ambassadeur à Madrid outrepassait même parfois les ordres venus de France, obligeant Torcy à le reprendre vivement32. Chamillart fait de même et critique toute précipitation dans les réformes33.

  • 34 Gramont, de façon très désinvolte, écrivait ainsi sur le roi d’Espagne : « Il y a certainement de l (...)
  • 35 Gramont cherchait surtout à « avoir la Reine dans sa poche et au moyen qu'elle n’en sorte pas », AE (...)

27Les divers ambassadeurs n’hésitaient pas non plus à écrire nombre de propos désobligeants envers la personne du roi, ce qui finit d’ailleurs par indisposer en France34. Vis-à-vis de la reine, tous se montrèrent extrêmement cavaliers, sans se rendre compte que cette petite personne d’une quinzaine d’années était l’âme de bien des innovations35. Enfin, ce qui réduisit réellement l’influence de l’ambassadeur fut son refus d’accepter que d’autres Français, pourtant favorisés par le couple royal, comme la Princesse des Ursins ou Jean Orry, aient une influence sur les affaires. Tant qu’il n’y eut pas une réelle union entre eux, toute tentative de réforme était vouée à l’échec.

  • 36 RIA, Esp., II, p. 143.
  • 37 AECP, Esp., 149, fol. 149, 11 novembre 1705, Amelot raconte au roi sa réunion avec ces deux hommes (...)
  • 38 Grimaldo (Joseph Guttierez de Solozarno, marquis de) (1660-1733), il commença sa carrière très jeun (...)
  • 39 Mejorada (Pierre-Gaetan Fernandez de Angulo, marquis de) (1656-† 16 mai 1721), son père a travaillé (...)
  • 40 Canales (Gaspard Coloma, marquis de), est le fils d’un ancien secrétaire d’Etat de Philippe IV. En (...)
  • 41 Amelot le trouva impropre pour sa charge, AECP, Esp., 147, fol. 268, à Louis XIV, 17 juillet 1705.

28Avec modestie, Amelot s’attela à la tâche. Dès le début de son ambassade, il se montra très prudent dans ses jugements, offrant un heureux contraste avec ses prédécesseurs, qui laissaient voler leur plume au gré de leur humeur, dès les premiers jours de leur ambassade. Il s’ingénia à plaire à la reine dont il laissa des portraits flatteurs et à concilier les caractères. Il fit alliance avec la Princesse des Ursins et il se servit grandement de Jean Orry, comme le lui préconisaient ses instructions36. Il réunit les Grands d’Espagne, écouta leurs plaintes et multiplia les conférences avec eux, notamment avec ceux que l’on considérait comme les plus opposés à la présence française, le duc de Medinaceli et le comte d’Aguilar37. Il chercha les hommes qui lui semblaient les plus compétents pour mettre en œuvre ses projets. Divisant la charge du secrétaire du despacho, il confia à José Grimaldo38 les affaires de la guerre et des finances, et au marquis de Mejorada39 les affaires intérieures ; il mit en place le marquis de Canales40, proche de Jean Orry, au Conseil de la guerre, se séparant des hommes auxquels ses prédécesseurs avaient donné leur confiance en ce domaine, et qui s’étaient révélés incompétents, comme le marquis de Rivas ou Gregorio de Mella41, chargé des réformes de la cavalerie. Une nouvelle ère pour l’ambassadeur de France s’ouvrait. Pour la première fois, celui-ci se sent véritablement ministre à part entière du roi d’Espagne. Cet état de grâce, favorable à l’union franco-espagnole, dura jusqu’en 1709, date à laquelle Philippe V dut accepter le retour d’Amelot en France.

  • 42 RIA, Esp., II, p. 156-157, 21 juillet 1709.

29En effet, alors qu’Amelot s’impliquait toujours davantage dans les affaires espagnoles, la cour de France commençait à changer d’attitude. Louis XIV veut la paix. En septembre 1709, Amelot retourne en France, au grand déplaisir des souverains espagnols. C’est la France elle-même qui remet le roi d’Espagne sous l’autorité des seuls Espagnols42. En retirant Amelot d’abord du despacho, puis d’Espagne, c’est la fin de toute une politique. Désormais l’ambassadeur de France n’aura plus jamais la même influence sur les affaires espagnoles.

L’ambassade après 1709

  • 43 A. Baudrillart, Philippe Vet la Cour de France, I, p. 341.

30Les divergences politiques entre la France et l’Espagne qui s’expriment durant l’année 1709 font que, désormais, Philippe V tient à définir clairement sa position par rapport à celle de la France. Durant cette époque de crise, il entend se défendre jusqu’à « la dernière goutte de son sang », ainsi qu’il l’écrit à son grand-père43, et refuse toute idée de démembrement de la monarchie. Louis XIV, de son côté, ne voit que l’état exsangue de son propre royaume, tandis que la cour de Versailles est agitée par de nombreuses factions, qui le poussent à retirer ses secours de la Péninsule. Désormais, la France n’est plus représentée à Madrid que par un envoyé d’ambassade, simple spectateur, mais qui, à tout moment, peut se convertir en diplomate actif, surtout lors des négociations de grands traités internationaux comme celui d’Utrecht.

Les années noires de l’ambassade de Madrid (1709-1711)

31Blécourt, envoyé extraordinaire de 1709 à 1711, n’eut aucun rôle à Madrid si ce n’est celui de porter au Conseil du roi toute une série de mémoires sur le commerce, qui, en général, restaient sans réponse. Tenu à l’écart du despacho et du Conseil des ministres, il ne peut s’informer qu’auprès de l’entourage plus familier des souverains.

  • 44 En 1707, il est vrai, Louis XIV estimait qu’il ne fallait plus user ses forces à vouloir conserver (...)
  • 45 Le 17 juin 1702, un traité secret portait que, si l’Electeur de Bavière perdait ses États dans cett (...)
  • 46 AECP, Esp., 142, fol. 130, Louis XIV à Gramont, 28 septembre 1704.
  • 47 AECP, Esp., 197, fol. 122, Philippe V à Louis XIV, 15 octobre 1709.
  • 48 Sa mission dura de novembre 1709 à février 1710. Iberville (Charles François de la Bonde d’) (janvi (...)

32Si la coupure paraît profonde, elle est la conséquence logique d’une longue suite de mécontentements du roi sur la politique diplomatique menée par Louis XIV. Philippe V était extrêmement inquiet à l’idée d’un possible démembrement de l’Espagne. Or, durant la guerre, l’Italie fut perdue, et les Français lurent accusés d’y avoir contribué. Le marquis de San Felipe tient même Amelot pour responsable de la perte de la Sardaigne44. Les Indes espagnoles étaient assiégées par les corsaires ennemis, mais aussi et cela Philippe ne l’ignorait pas, par les marins français. Enfin, Louis XIV lui-même insistait pour que les Pays-Bas soient cédés à l’Electeur de Bavière, allié de la France, qui assurait la défense de ces territoires, question litigieuse que Philippe faisait traîner45. Dès septembre 1704, le duc de Gramont rencontra une vive opposition sur cette matière auprès de Philippe V46. En 1709, Louis XIV le menaçait de s’allier à ses ennemis s’il ne cédait pas. Là encore, Philippe résista47. Le sieur d’Iberville fit même un séjour de quelques mois à Madrid pour défendre l’exécution des promesses faite à l’Electeur, mais revint bredouille48. L’Espagne était, plus que jamais, dans un esprit de résistance face à tout ce que demandait la France.

  • 49 En mai 1709, Amelot signale que les Espagnols ont appris le départ de Torcy aux Pays-Bas pour les p (...)

33Le roi et la reine se montraient offensés de la manière dont on les traitait en mineurs dans les questions diplomatiques. En particulier, en mai 1709, lorsque Philippe V décida de nommer des ministres pour les conférences de la paix qui se tenaient à Gertruydenberg, ceux-ci n’y furent pas acceptés. Louis XIV ne souhaitait pas qu’il y ait de représentants espagnols préférant tout traiter en son nom49. Les pourparlers allèrent assez loin, et les Espagnols apprirent peu à peu que le roi de France avait consenti à retirer ses troupes de la Péninsule, et accepté que Philippe abandonne l’Espagne et les Indes pour conserver uniquement la Sicile et qu’il cède de nombreuses places aux hollandais dans les Pays-Bas. L’on peut imaginer l'effet de ces nouvelles sur les Espagnols ! Mais les alliés allèrent trop loin en demandant à Louis XIV de prendre les armes contre son petit-fils ; le roi de France rompit les négociations. Il retira quand même ses troupes, ne pouvant plus assurer leur entretien.

  • 50 AECP, Esp., 195, fol. 328, « Papel supuesto del marques de Mancera », 8 avril 1709.
  • 51 Le marquis de Campoflorido eut les finances. En août, Amelot constate que Ronquillo ou Bedmar, pour (...)

34En Espagne, le déchaînement contre la « trahison » des Français fut grand. Le marquis de Mancera fit paraître un libelle, en avril 1709, qui évoquait la « tyrannie ouverte » des Français, guidés par leur seul intérêt et spoliateurs du commerce espagnol ; il incitait Philippe V à se montrer uniquement espagnol50. Un nouveau despacho fut composé en juillet 1709, mais le roi d’Espagne avait au préalable demandé son avis à Amelot qui n’était pas encore reparti pour Versailles. Cependant, Amelot se rend compte que ceux mêmes qu’il pensait favorables à la France sont les premiers à tenir des discours contre elle51.

35À cette époque, l’ambassadeur de France n’a plus aucun rôle. Cependant toute influence française sur Philippe V n’est pas encore totalement bannie car des militaires français reviennent en Espagne en 1710, notamment le duc de Vendôme et le maréchal de Noailles qui, durant ces années cruciales, vont jouer un rôle diplomatique de premier plan. Sans en avoir la fonction, ce furent eux les véritables ministres de la France auprès du roi d’Espagne.

La difficile position de l’ambassadeur de France (1711-1714)

36En septembre 1711, le marquis de Bonnac partait en Espagne, dans un contexte plus apaisé mais chargé d’une mission délicate, qui consistait à établir un pont entre les désirs de Louis XIV et les volontés de Philippe V pour assurer la paix future. Avec cette mission, les relations diplomatiques franco-espagnoles reprennent leur cours sur un mode beaucoup plus traditionnel. Le roi de France pense avant tout à ses intérêts.

  • 52 Philippe acceptait ainsi la cession de Gibraltar et de Port-Mahon aux Anglais et il leur accordait (...)
  • 53 Bergeick (Jan von Brouchoven) (1644-1725). Il débuta en 1668 comme commis des domaines et finances (...)

37Le 5 septembre, à Corella, soit trois jours à peine après son arrivée en Espagne, Madame des Ursins ménage à Bonnac une entrevue avec le roi ; il obtient de Philippe V des pleins pouvoirs en faveur de Louis XIV pour continuer et conclure les négociations avec l’Angleterre, étant entendu que cette puissance ne veut pas accepter de plénipotentiaires d’un monarque qu'elle affecte encore de n’appeler que le duc d’Anjou52. Bonnac a agi en finesse, s’interdisant toute intervention dans les affaires intérieures espagnoles, malgré les demandes en ce sens du ministre Bergeick53.

  • 54 J.-F. Labourdette, Philippe V (2001), p. 257. La paix d’Utrecht fut conclue entre la France d’une p (...)

38Bonnac sait aussi se montrer psychologue en s’adressant au roi sans négliger la reine, fréquentant assidûment la cour et l’entourage très familier des souverains, participant aux pièces de théâtre en français. En mai 1712, pressé par l’ambassadeur, Philippe V renonce officiellement à la couronne de France, condition imposée par les Anglais pour reconnaître le jeune roi, lors d’une séance devant les Cortes, le 5 novembre 1712. Philippe V ne salue qu’avec modération la conclusion de la paix d’Utrecht, et fait traîner durant l’année 1713, son adhésion complète et ses ratifications. Louis XIV est assez mécontent de ce retard pris au nom de l’honneur castillan et aussi, peut-être, « pour s’affranchir de la tutelle de son prestigieux mais encombrant aïeul54 ». L’année 1713 est d’autant plus délicate qu'elle connaît un changement d’ambassadeur en octobre. Bonnac, malade, est remplacé par le marquis de Brancas, plus militaire de formation que diplomate.

39Avec ce dernier, reprennent les cabales de cour comme du temps de la première époque des Estrées et autre Gramont. Et surtout, avec Brancas, apparaît un problème majeur annonciateur de complications dans les rapports diplomatiques franco-espagnols, à savoir la sourde hostilité qui existait entre le duc d’Orléans et Philippe V. Le duc avait fait deux campagnes comme général en chef des armées d’Espagne, en 1707 et 1708, durant lesquelles sa conduite et celle de son entourage furent trouvées suspectes par la cour de Madrid. Il fut accusé d’aspirer pour sa personne à la couronne d’Espagne et de favoriser un parti pour sa candidature. Depuis lors, les relations de Philippe avec son cousin, ne furent jamais ni bonnes, ni franches.

  • 55 AECP, Esp., 237, fol. 129, Orry à Torcy, Madrid, 9 décembre 1713.
  • 56 AECP, Esp., 228, fol. 9, Brancas à Torcy, 1er janvier 1714.
  • 57 Philippe V se plaint de lui à Louis XIV, et l’appelle la « créature » du duc, AECP, Esp., 235, fol. (...)

40Brancas ne s’entendit ni avec Madame des Ursins, ni avec Orry de retour en Espagne au service du roi. Ce fut durant sa courte ambassade que se déroula « l’affaire des franchises », qu’il prit comme une attaque personnelle. À l’origine, Jean Orry, pour assainir les finances de la ville de Madrid, sur lesquelles étaient assignées les franchises des ambassadeurs, décida de les supprimer et commença par celle de l’envoyé de France55. Bonnac, déjà, n’avait pas été payé au mois de septembre 1713 ; Brancas tenta d’obtenir son droit ainsi que celui de casa de aposento, mais en vain56. Il fut persuadé que c’était une mesure dirigée personnellement contre lui. Il subit une véritable hostilité, due à ses relations avec le clan Orléans, mais aussi à son activité à Madrid57.

  • 58 AECP, Esp., 235, fol. 132, Philippe V à Louis XIV, 29 mars 1714.

41Contrairement à ses Instructions, il s’immisça dans les affaires intérieures de l’Espagne. Il prêtait une oreille complaisante aux plaintes des Espagnols, et fut bien vite accusé de fomenter des désordres contre le roi d’Espagne et ses ministres. Peu à peu, Brancas fit d’Orry la cible privilégiée de ses dépêches à la cour de France, en un temps où Philippe V manifestait à celui-ci avec éclat son estime, en le nommant contrôleur général des finances, charge créée tout exprès pour lui. Brancas, ulcéré, tenta de faire rappeler Orry en France, en vain. Bien plus, c’est de lui que Philippe se plaignit à son grand-père58. Malgré la protection dont il bénéficiait de la part de Madame de Maintenon, Philippe V finit par exiger son rappel en mars 1714, ce que Louis XIV accepta.

  • 59 Pachau (Jean-Baptiste), Torcy le nomma secrétaire de Brancas. Il était auparavant à Londres.

42Désormais, l’ambassade de Madrid devient difficile à pourvoir ; les candidats ne sont pas nombreux pour ce poste où il semblerait qu’on ne puisse rester plus de quelques mois, ni s’y attirer beaucoup de gloire. Un simple secrétaire d’ambassade, Pachau59, est laissé pour assurer l’intérim. Ce manque d’entente entre les Français de Madrid et l’ambassadeur, ministre de Louis XIV, marque vraiment un échec dans les rapports diplomatiques franco-espagnols. Ce n’est certes pas ce à quoi l’on devait s’attendre de la part de deux couronnes si étroitement liées.

2. Le confesseur français : nouveau ministre du roi

  • 60 J. F. Alcaraz Gomez, Jesuitasy reformisme. Elpadre Francesco de Rávago, (1995), p. 49.
  • 61 Sur la définition de ce terme, C. Hermann, L'Église d’Espagne sous le patronage royal, 1476-1476-18 (...)

43L’arrivée des jésuites français comme confesseur du roi contribue à un renouveau profond de la charge ; le Père confesseur devient une véritable institution, ce qu’il n’était pas du temps des derniers dominicains au service de Charles II. Sa liberté d’initiative est totale dans les affaires religieuses et culturelles, mais aussi politiques, même si, normalement, ce domaine devait lui rester étranger. Seul, le roi d’Espagne exerce un contrôle direct sur lui. En effet, nul texte ne délimitant son rôle, toute son action ne se fait qu’en vertu d’un ordre royal60. Même si, en 1701, sa fonction consistait presque exclusivement à gérer les provisions des évêchés et des prébendes ecclésiastiques relevant du Patronage Royal61, le P. Guillaume Daubenton, puis le P. Pierre Robinet, vont transformer ce « ministère » spirituel en un authentique ministère politique de grande envergure « con un poder si no decisivo, al menos importante para influir en la acción del gobierno », selon les termes de J.F. Alcaraz Gomez.

44Le caractère et la personnalité du confesseur sont essentiels pour donner tout son lustre à la fonction. Son degré d’énergie, mais aussi la confiance que le roi a en lui, ainsi que son habileté à évoluer au sein des diverses factions de la cour, sont les facteurs qui lui permettent de tenir dans une place bien souvent délicate. Choisi par le roi de France, il est à Madrid un authentique serviteur du roi d’Espagne.

La charge de confesseur du roi

Le soin de la conscience royale

  • 62 J. Contreras Contreras, « Descargar la conciencia Real : Confesor o Ministerio ? », Poltica y cult (...)

45Au sein de l’entourage du jeune roi, le confesseur français occupe une place qui le met sans cesse en contact particulier avec le souverain. Cette relation privilégiée est entretenue par Philippe V, prince d’une solide piété et d’une grande déférence à l’égard des religieux et par ailleurs d’un esprit extrêmement scrupuleux ; aussi prenait-il toujours les avis de son directeur de conscience, d’autant plus que l’on est à une époque où les affaires politiques se trouvent souvent ramenées à des cas de conscience religieux. Le rôle du confesseur est donc de « décharger » la conscience royale et de lui enlever les scrupules qu’ont pu faire naître certaines décisions afin de préserver la sérénité et l’équilibre de l’âme du roi62.

  • 63 N. Frizon, Vie manuscrite, p. 44 ; SSBL, XXXIX, p. 324. Voir aussi, AECP, Esp., 117, fol. 71, Louvi (...)
  • 64 A. Astrain, Historia de la Compania de Jesús, VII, p. 159.

46Le P. Daubenton s’était montré extrêmement assidu auprès du monarque, que ce soit lors des voyages, à l’armée ou à la cour. Lorsqu’il résidait dans la capitale, le confesseur venait chaque jour au Palais, depuis le Collège Impérial où il logeait, tôt le matin, et conférait en tête-à-tête avec le souverain pendant un long moment63. Après ces entretiens, le confesseur célébrait la messe. Il pouvait ensuite revenir dans la journée, autant de fois que le roi le désirait, se rendait aussi chez la reine, et souvent chez Madame des Ursins. Le P. Robinet, successeur du P. Daubenton fut soumis au même régime. Néanmoins, il avait un train de vie quelque peu supérieur à celui de son prédécesseur, possédant un appartement hors du Collège Impérial et une maison de campagne près du Palais Royal64. Une chambre était réservée au confesseur à l’Alcázar, dans l’aile ouest, non loin des appartements royaux.

Le ministre des cultes

  • 65 AECP, Esp., 117, fol. 241, le cardinal d’Estrées à Torcy, Madrid, 2 septembre 1703 ; AECP, Esp., 11 (...)
  • 66 C’était plus précisément la Camara de Castille qui se chargeait des affaires du Patronato Real.
  • 67 Ce tribunal était composé de 5 conseillers ecclésiastiques, un fiscal et deux membres du Conseil de (...)

47Outre cette familiarité avec Philippe V, le confesseur a un grand crédit à la cour. Proche du pouvoir, il est flatté de toute part. Le cardinal d’Estrées pensait même que cela avait déteint sur le P. Daubenton, qui commençait à prendre goût à cette vie de courtisan65. En effet, le confesseur du roi d’Espagne n’est pas loin de ressembler à un véritable ministre des cultes. À l’origine, il se trouvait cantonné dans trois sortes de fonctions propres à son ministère. Tout d’abord, à lui revient le choix des sujets pour pourvoir aux évêchés et bénéfices vacants, les candidats lui ayant été préalablement présentés par les conseils de Castille66, d’Italie, de Flandres ou d’Aragon. Puis, sa fonction lui assure de droit un poste de théologien au Tribunal de l’Inquisition67. Enfin, il examine l’ensemble des consultes sur les matières religieuses qui émanent du Conseil du roi et donne son avis au monarque à leur sujet.

  • 68 Les jésuites ont divisé l’Espagne en quatre Provinces : Andalousie, Aragon, Castille et Tolède. On (...)
  • 69 N. Frizon, Vie manuscrite, p. 100 ; Louv., I, 154 ; AECP, Esp., 90, fol. 385, avis de Blécourt sur (...)
  • 70 AECP, Esp., 90, fol. 384, Mémoire du P. Emmanuel Pinegro.
  • 71 AECP, Esp., 93, fol. 207, Blécourt à Louis XIV, 22 septembre 1701.
  • 72 De La Chaise (François d’Aix) (1624-1709), jésuite français, confesseur de Louis XIV depuis 1675.
  • 73 Depuis 1529, il y a en Espagne un tribunal apostolique permanent. Se distinguant de leurs homologue (...)
  • 74 AECP, Esp., 90, fol. 385, Mémoire de Blécourt sur le confesseur, envoyé à Torcy le 27 juin 1701.

48Ces prérogatives avaient été enlevées au dernier confesseur de Charles II, à qui on reprochait de s’être trop ingéré dans les affaires politiques. Mais, à l’arrivée des Français, le P. Emmanuel Pinegro, provincial des Jésuites de la Province de Castille68, s’était adressé à Louis XIV, lui demandant que le P Daubenton ait à nouveau connaissance de ces causes, pour que le roi puisse mieux contrôler les détenteurs des bénéfices. Cette demande fut satisfaite sans doute dès juillet 170169. Il était entendu que le confesseur ne s’occuperait d’aucune affaire politique70. Le cardinal Portocarrero fut extrêmement froissé, ayant cru que la dispensation des bénéfices lui serait accordée. Les rapports du confesseur et du cardinal n’en seront guère améliorés71. Le confesseur du roi d’Espagne est loin d’être détenteur d’un pouvoir aussi étendu que celui du confesseur du roi de France à cette même époque. Ainsi, alors que ce qui regarde les bénéfices passe tout entier entre les mains du P. La Chaize72, le P. Daubenton ne peut choisir un candidat que d’après l’avis des Conseils. En ce qui concerne la connaissance des affaires ecclésiastiques, il est concurrencé à la fois par le Nonce73, qui juge lui-même toutes les affaires des réguliers, des chapitres et des évêques, dans son Tribunal de la nonciature, par le Conseil de l’Inquisition, qui juge souverainement ce qui est lié à la foi, et, enfin, par les autres Conseils dont le confesseur ne fait que présenter les consultes au roi74.

  • 75 AGS, Gracia y Justicia, leg. 534, J. F. Alcaraz Gomez, op. cit., p. 284, n. 62.
  • 76 Havré de Croy (Jean-Baptiste François, duc d’) (1687-1727), colonel de régiment des gardes wallonne (...)
  • 77 ANM, Estado, leg. 767.

49Progressivement, sous l’impulsion du roi, le confesseur acquiert une nouvelle indépendance ; récupérant tous les droits supprimés au dernier confesseur dominicain, les jésuites français savent intervenir de manière décisive dans l’ample système bénéficiai du clergé séculier. En effet, le confesseur prend en main la gestion du « Patronato Real » qui consiste à présenter les candidats aux évêchés et aux bénéfices consistoriaux d’Espagne, selon les concessions apostoliques. En octobre 1703, Daubenton intervient dans la nomination à l’évêché de Placencia, et, en septembre 1704, il s’occupe de la provision de l’archevêché de Burgos75. Le confesseur peut aussi être sollicité dans des affaires purement civiles. Ainsi, en avril 1713, le duc d’Havré76, colonel du régiment des gardes wallonnes, consulta le P. Robinet dans trois cas litigieux concernant des laïcs dans la province de Tolède77.

  • 78 L’hôpital Saint-Louis des Français de Madrid fut fondé en 1613 par Henri de Savreulx. Il occupait q (...)
  • 79 AECP, Esp., 151, fol. 242. Le P. Joseph Martin administrait l’hôpital depuis 1680.

50Enfin, le confesseur s’occupe aussi de la distribution de pensions à divers ordres religieux ou couvents, ainsi que du soin des pauvres de Madrid. De ce fait, il est en relation avec l’administrateur de l’hôpital Saint Louis des Français78, le jeune père Jean Desserre, oratorien, arrivé en 1705, qui connaît des difficultés administratives à cause de la mauvaise gestion de son prédécesseur, le P. Martin79, et qui se met, dès son arrivée, sous la protection bienveillante du jésuite français.

Les grands bibliothécaires du roi d’Espagne

  • 80 J. F. Alcaraz Gomez, op. cit., introduction. L’auteur renvoie aussi à son article : « Consultas de (...)
  • 81 A Perez Goyena, Los primeras directores de la Biblioteca Nacional, (1925), p. 519.

51Les confesseurs français de Philippe V sont, de plus, de véritables ambassadeurs pour les affaires culturelles80 étant à l’origine de la création de la Bibliothèque Royale de Madrid - qui devint par la suite l’actuelle Bibliothèque Nationale-, acquérant ainsi une influence non-négligeable sur les orientations culturelles des lettres. Avant l’arrivée des Bourbons, seules les Universités ou quelques monastères ouvraient, avec parcimonie, leurs bibliothèques aux étudiants81. Le P. Robinet lança le projet, étant un de ceux qui avaient le plus travaillé à l’organisation et à l’accroissement de la bibliothèque jésuite de France.

  • 82 M. Cuesta Luisa, loc. cit., (1958), p. 432. Antonio Folc de Cardona, (1657-1724), archevêque de Val (...)

52En décembre 1711, Philippe V approuva l’idée du jésuite de fonder la première Librairie publique à la cour et l’en nomma directeur. En janvier 1712, l’architecte Ardemans aménagea un local entre le Palais Royal et le Monastère de l’Incarnation. Cette première bibliothèque fut composée de trois fonds : les 6 000 livres que Philippe V avait emportés de France ; les 2 234 livres de la Biblioteca de la Reina Madre qui se trouvaient au palais de l’Alcázar, et les ouvrages pris par les troupes du roi à Valence, en 1707, et qui appartenaient à l’archevêque Folc de Cardona82. Elle s’enrichit ensuite des bibliothèques du duc de Medinaceli, du duc d’Uceda, du marquis de Mondéjar et du duc de Monteleón. On acheta aussi celle de Gabriel Alvarez de Toledo.

  • 83 AN, B7 25, fol. 66, Partyet à Pontchartrain, janvier 1715. Le Compasseur était d’une bonne famille (...)
  • 84 ANM, Estado, leg. 2889.

53Lors du départ du P. Robinet, en mars 1715, la Bibliothèque Royale était loin d’être organisée. Pour mettre la situation au net, après le départ du P. Robinet, le jésuite Etienne Le Compasseur, (dijonnais, qui depuis janvier 1715, enseignait les rudiments de la langue latine au prince des Asturies83) fit établir un reçu du fonds de la Bibliothèque, qu’il envoya à Grimaldo, le 21 mars 1715, livrant ainsi un état précis des valeurs qui y étaient conservées84.

  • 85 Ces constitutions furent imprimées à Madrid, sous le titre Fundacion y Estatutos de la Libreria pub (...)
  • 86 M. Cuesta Luisa, loc. cit., p. 436.
  • 87 A Perez Goyena, loc. cit., p. 527.

54En juin 1715, Daubenton en prit la direction, prépara un décret de fondation ainsi que des constitutions. Outre la nomination d’un Grand Bibliothécaire, les postes de quatre Bibliothécaires, un administrateur, deux greffiers, un porteur et son aide furent institués. Une somme de 8 000 pesos par an devait servir à l’entretien de la fondation. L’approbation royale date du 2 janvier 171685. Un catalogue des fonds fut mis en place, un registre des entrées, un service public actif. Le fonds s’accrut par des achats et des donations, et aussi par une mesure que prit Philippe V le 15 octobre 1715 : tous papiers, écrits, ouvrages imprimés devaient être envoyés à la Bibliothèque Royale. Daubenton sollicita beaucoup de monde pour l’accroissement de la Bibliothèque et notamment son réseau de jésuites français86. Les confesseurs successifs du roi occupèrent eux aussi la charge de directeur de la Bibliothèque Royale. Pendant quarante-trois ans, jusqu’en octobre 1755, les jésuites contribuèrent à développer cette fondation royale que Charles III, en 1766, désignait avec orgueil comme un des joyaux de la couronne d’Espagne87.

L’activité du Père Daubenton (1701-1705)

La lutte contre le jansénisme

  • 88 L. P. Gachard, Histoire de la Belgique..., p. 100.
  • 89 Le P. Quesnel, en 1685, avait retrouvé Antoine Arnauld, chef du parti janséniste français, à Bruxel (...)
  • 90 En 1692, l’archevêque de Malines ordonna que tous ceux qui se présenteraient pour recevoir les ordr (...)
  • 91 AECP, Esp„ 137, fol. 128.
  • 92 L. Ceyssens, « Les papiers de Quesnel saisis à Bruxelles et transportés à Paris en 1703 et 1704 », (...)
  • 93 L. Ceyssens, « Suites romaines de la confiscation des papiers de Quesnel, » Bulletin de l’Institut (...)

55En choisissant un jésuite pour suivre son petit-fils, Louis XIV avait dans l’idée de le charger d’abattre le foyer janséniste situé dans les Pays-Bas espagnols88. Cette lutte contre le jansénisme, le P. Daubenton la mena avec le marquis de Louville et le jeune roi. Quesnel, chef de file du mouvement, était alors réfugié à Bruxelles89. Le P. Daubenton commença par soutenir l’archevêque de Malines, adversaire passionné des jansénistes depuis 1690, mais que Charles II n’avait jamais aidé dans son combat90. Il lui envoya de fortes sommes d’argent et l’aida aussi à lutter contre l’université de Louvain91. Mais l’influence du P. Daubenton joua surtout dans l'action menée contre Quesnel et deux autres jansénistes, dont le bénédictin français Gerberon, le 30 mai 1703, à Bruxelles. En vertu d’un ordre exprès de Philippe V, on les arrêta et on se saisit de tous leurs papiers, qui furent confiés à dix jésuites en vue d’un procès92. Le P. Daubenton, dans une lettre au P. La Chaize écrite de Madrid, le 15 septembre 1703, laisse entrevoir un rôle actif dans l’affaire93, dont les jansénistes lui tiendront toujours rigueur.

56L’action du P. Daubenton se conclut sur un succès, puisque, désormais, les Pays-Bas espagnols ne seront plus un asile pour les jansénistes. Au cours de cette mission, il concilie parfaitement le service de la Compagnie et celui du roi de France et de Philippe V, ce qui en fait un personnage important à la cour d’Espagne, avec qui il faut compter et qui ne peut rester en dehors des affaires politiques.

Le temps des cabales

57La cour madrilène, dans les premières années du règne de Philippe V, fut le théâtre de sourdes luttes d’influence autour de la personne royale. Deux stratégies politiques opposaient le personnel français ; autant l’ambassadeur de France voulait faire preuve d’autorité au sein du gouvernement espagnol, parfois de façon arbitraire et autoritaire, autant la reine et sa camarera mayor souhaitaient privilégier les conseillers espagnols ou français de plus humbles origines, tel le financier Jean Orry, et gouverner de façon toute personnelle. Le marquis de Louville s’était attaché au parti de l’ambassadeur et la situation était à son paroxysme, en 1703, entre le cardinal d’Estrées et la Princesse des Ursins ; leurs correspondances, témoin de ces mouvements, atteignaient des sommets de violence verbale. Un personnage aussi influent que le confesseur du roi ne pouvait rester en retrait et devait s’engager. Daubenton apparaît, rétrospectivement, un courtisan bien novice en la matière. Il fut manipulé par chacun des deux partis qui souhaitait se l’attacher.

  • 94 Dans une lettre au marquis de Torcy du 23 septembre 1703 (La Tr, III, 81), la princesse dit qu’elle (...)
  • 95 Louv., II, 91.
  • 96 Le 21 septembre 1703, Philippe V accuse le P. Daubenton d’être à l’origine des cabales mais veut le (...)
  • 97 AECP, Esp., 136, fol. 26, Madame des Ursins à Torcy, 10 janvier 1704. Ambroise Daubenton alla faire (...)

58Il oscilla des uns aux autres. Sans doute par déférence pour la dignité ecclésiastique du cardinal d’Estrées, le P. Daubenton décida, après quelques tergiversations, de s’attacher à l’ambassadeur. Tout en continuant à fréquenter la Princesse, qui lui vouait une grande confiance au point de lui montrer ses lettres94, il rédigeait des missives l’accusant d’ambition, elle et Jean Orry. Ce faisant, il prenait de grands risques. Le marquis de Louville, que la position influente prise par Daubenton auprès du roi excédait et à qui le confesseur s’était confié, saisit l’occasion de se débarrasser du jésuite, en dénonçant son double jeu au roi et à la Princesse en septembre 170395. Seul, l’attachement personnel de Philippe V sauva Daubenton de la disgrâce. Le roi lui accorda une chance, en le sommant de s’expliquer96. Le père jésuite mit en avant l’autorité du cardinal sur sa personne pour se dédouaner, et fit aussi amende honorable auprès de la Princesse, qui lui accorda son pardon. Son parent, Ambroise Daubenton, s’était compromis lui aussi par des écrits contre Madame des Ursins et fit à son tour son mea culpa97. Les Daubenton étaient donc sauvés pour quelque temps.

  • 98 N. Frizon, Vie manuscrite, p. 45.
  • 99 L’abbé d’Estrées à Louville, 14 mars 1704, Louv., II, 141.
  • 100 AECP, Esp., 140, fol. 123, le roi au marquis de Chateauneuf, 12 mai 1704.
  • 101 Chateauneuf (Pierre-Antoine de Castagnères, marquis de) (1644-1728), conseiller au Parlement, il fu (...)
  • 102 AECP, Esp., 140, fol. 101, Chateauneuf à Torcy, 25 avril 1704.
  • 103 AECP, Esp., 138, fol. 40, Philippe V à Louis XIV, 8 mai 1704.

59Désormais, le P. Daubenton, que le risque d’une disgrâce avait rendu prudent, préféra conserver un semblant d’amitié avec la Princesse. Il aspirait, disait-il à ses confidents, « à vivre éloigné du bruit de la Cour98 ». Sous ces apparences, pour l’abbé d’Estrées, qui avait remplacé le cardinal son oncle à l’ambassade, le confesseur n’était qu’un hypocrite, « parlant d’une façon, écrivant d’une autre99 ». À Versailles, on pense même que c’est lui qui rédige les lettres de Philippe V et qu’il profite de la présence auprès de la reine d’une de ses parentes, connue sous le nom de Mademoiselle Emilie, pour être informé de tout100. Aussi s’étonne-t-on beaucoup lorsqu’il refuse de participer, comme le lui demande le marquis de Chateauneuf101, au choix d’une nouvelle camarera mayor102, la Princesse des Ursins ayant été finalement renvoyée en avril 1704. Philippe V lui accorde d’ailleurs une confiance entière et continue d’écrire à Versailles en sa faveur103.

  • 104 AECP, Esp., 142, fol. 63, le 1er septembre 1704, à Torcy, il loue l’activité du jésuite qui a de «  (...)

60La situation devient à nouveau tendue à partir de juillet 1704. La reine, bien qu’âgée seulement de quinze ans, possédait un caractère très fort et avait l’intention de se faire rendre à tout prix sa camarera mayor, tandis que le duc de Gramont s’y opposait fortement, estimant que le retour de la Princesse dans les affaires politiques n’était pas souhaitable. Le P. Daubenton, prit à nouveau fait et cause pour l’ambassadeur de France et Gramont ne cessa, dès lors, de le louer dans ses courriers, comme un homme droit et juste104.

  • 105 AECP, Esp., 152, fol. 159, 10 mars 1705 et fol. 233, 8 avril 1705, Philippe V à Louis XIV.
  • 106 AECP, Esp., 152, fol. 402, Philippe V à Louis XIV, 22 mai 1705.

61Le P. Daubenton se compromet grandement aux yeux de la reine, en mettant en place une correspondance secrète avec le P. de la Chaize, confesseur de Louis XIV. Aussi, quand le retour à Madrid de la Princesse des Ursins est annoncé en mars 1705, Philippe V demande-t-il expressément son rappel105. Sans être une disgrâce, cela y ressemble fort, même si certains éléments peuvent en atténuer l’impression. Ainsi, Philippe V laisse le droit à Daubenton d’user du titre de confesseur du roi d’Espagne, et de bénéficier des appointements liés à cette charge. Et il étend sa protection au frère religieux du père Daubenton à qui il fait obtenir une charge en France106. Le confesseur quitte la cour, en mai 1705, et a droit à tous les honneurs de la part de sa Compagnie, heureuse de récupérer un homme de son envergure. Ce qu’il a l’occasion de démontrer au cours des dix années qu’il va passer à Rome au poste important d’Assistant de France.

Le ministère du P. Robinet

  • 107 AECP, Esp., 152, fol. 245, Louis XIV à Philippe V, Marly, 19 avril 1705.

62Dès le 19 avril 1705, anticipant le renvoi du P. Daubenton, que quelques signes précurseurs avaient laissé présager, le roi de Prance écrivit à son petit-fils qu’il avait un candidat pour le poste de son confesseur107. Il n’était pas envisageable de rendre le confessionnal aux dominicains espagnols. Aussi, le 24 mai 1705, Philippe V accepte-t-il de bon gré le P. Pierre Robinet, ancien compagnon, à Strasbourg, du P. Daubenton. Louis XIV assure son petit-fils que, désormais, son confesseur ne serait plus mêlé à des affaires politiques. Cependant, le contexte dans lequel le P. Robinet arrive ne permet guère de penser qu’il en sera bien ainsi.

  • 108 La première offensive contre les positions du Saint-Siège en Espagne fut lancée dès la décennie de  (...)
  • 109 Ibid., p. 33-39 pour le détail des contributions du clergé. La fiscalité ecclésiastique espagnole r (...)
  • 110 Ibid., p. 66.

63En 1705, en effet, l’Église d’Espagne s’achemine vers une réforme religieuse nationale. Depuis quelque temps déjà, des voix s’opposent à l’autorité de Rome, notamment en matière financière108. Si le clergé espagnol n’échappe pas à la fiscalité royale, toutes les contributions frappant l’Église d’Espagne procèdent de privilèges apostoliques concédés en faveur des souverains109. Pour reprendre une citation de C. Hermann, « il est superbe et puissant le patronage sur les Églises des rois d’Espagne [...] Malheureusement la couronne ne détient pas seule le gouvernement temporel de l’Église d’Espagne ; elle le partage avec la tiare. Tout le problème est là110 ».

  • 111 Ce nationalisme ecclésiastique est différent du gallicanisme français, ibid., p. 67. Les nationalis (...)
  • 112 Il existe en effet une tendance (très minoritaire) prônant un régalisme absolu, qui se définit par (...)
  • 113 Luis Belluga, évêque de Carthagène-Murcie exprima ces sentiments dans un manifeste de 1709, dans le (...)

64Or, tout le règne de Philippe V est marqué par une volonté de renforcer le pouvoir monarchique contre tout ce qui lui porte atteinte. Cette idée est soutenue par l’entourage français, d’un esprit très régalien, Amelot en tête, et rejoint le courant d’un nationalisme ecclésiastique, encore dans ses prémices111 et déjà divisé112. Les novateurs en ce domaine rencontrent une forte opposition parmi des membres éminents du clergé espagnol, qui estiment qu’un État chrétien ne peut s’affranchir de la souveraineté supérieure des lois divines et de l’autorité spirituelle de l’Église113. Tous les esprits ne sont donc pas encore prêts pour une réforme fondamentale dans les relations unissant le roi et le Pape, mais le règne de Philippe V les y prépare lentement.

  • 114 Amelot évoque cette question pour la première fois dans sa lettre à Louis XIV du 8 novembre 1705, A (...)
  • 115 AECP, Esp., 157, fol. 36, Amelot à Louis XIV, 4 janvier 1706.

65Le père confesseur du roi d’Espagne ne peut rester en-dehors de ces questions. Notamment, quand le très pragmatique Amelot entame une procédure pour s’emparer de l’argent « oisif », mis en dépôt dans les églises et dont la monarchie a un si pressant besoin114. Un aval ecclésiastique est nécessaire pour effectuer une telle démarche, et il n’est pas facile à obtenir de la part d’un clergé qui n’a guère l’habitude d’être sollicité directement par le souverain. L’autorité du confesseur est alors utilisée avec succès. De même, quand l’ambassadeur de France veut battre en brèche la juridiction ordinaire des évêques, concernant le châtiment des religieux convaincus de crimes de lèse-majesté, soulevant ainsi un tollé général dans le monde ecclésiastique espagnol115, le confesseur doit encore trouver de quoi légitimer cette nouveauté.

  • 116 Cette junte était constituée de 4 conseillers d’Etat (Frigiliana, Medinaceli, Veragua et Bedmar), 4 (...)
  • 117 San Felipe, Comentarios, p. 184. Le nonce est Antonio Félix Zondadari.
  • 118 AECP, Esp., 189, fol. 169, Amelot à Louis XIV, 11 février 1709. Les Grands étaient prêts à rompre a (...)
  • 119 AN, B7 3, fol. 317, 2 novembre 1709, Partyet à Pontchartrain. Le P. Blanco dominicain avait aussi é (...)

66Bien plus, c’est pendant le ministère du P. Robinet que le pape Clément XI reconnut l’archiduc Charles de Habsbourg, prétendant au trône, comme héritier légitime de la couronne d’Espagne, ce qui entraîna aussitôt la rupture des relations diplomatiques et financières entre l’Espagne et le Saint-Siège, de 1709 à 1714. Le P. Robinet prit clairement position en faveur du roi d’Espagne dans cette crise et se retrouva aux côtés des nationalistes ecclésiastiques qui avaient perçu l’attitude romaine comme un abus de pouvoir. Ainsi en mars 1709, le P. Confesseur fit partie d’une junte de douze personnalités116 qui décida le renvoi du nonce de Madrid et la fermeture de son tribunal117. Les Grands, consultés auparavant, avaient été presque tous d’accord pour cette expulsion118. Le P. Robinet fut convoqué à Rome pour s’expliquer sur cette initiative, voyage dont le dispensa le roi d’Espagne119. La rupture était complète.

  • 120 Macanaz (Melchor Rafael de) (1670-1760), auteur fécond et inlassable, travailla à la régénération p (...)
  • 121 M. Carmen Gaite, op. cit., lettre de Belluga à Louis XIV, s. d., p. 281.
  • 122 Giudice (François), fils du duc de Giovenazzo et prince de Cellamare, (1647-1725).
  • 123 Voir l’analyse de ce texte par M. Carmen Gaite, op. cit., p. 261-266.
  • 124 AECP, Esp., 231, fol. 129, Pachau à Torcy, 3 septembre 1714.
  • 125 M. Carmen Gaite, op. cit., p. 280-284 et I. Martin Martinez, « Cardenal Belluga, figura señera del (...)

67Son nom reste aussi attaché au soutien qu’il apporta au juriste Melchor de Macanaz120, dans la lutte que mena ce dernier contre les immunités de l’Église d’Espagne. Selon C. Martin Gaite, biographe de Macanaz, Robinet était une pièce fondamentale dans la politique réformiste menée par Philippe V et son entourage ; son rôle fut d’autant plus important qu’il resta près de cinq années après le départ d’Amelot et chercha à pérenniser les réformes entamées par ce dernier, de concert avec Orry et Madame des Ursins. Vis-à-vis de Macanaz, il avait un rôle de protecteur qui permettait à ce dernier d’œuvrer « contra el dictamen de todo el real Consejo de Castilla121 ». Cependant, en 1714, un bras de fer violent fut engagé entre Macanaz et le cardinal Giudice122, alors Grand Inquisiteur. L’origine en fut un texte très dur, le Pedimento de los 55 parrafos, rédigé par Macanaz, contre le clergé, les couvents, les immunités de l’Église d’Espagne, les droits juridiques du nonce et comprenant aussi un projet de réforme du Tribunal de l’Inquisition123. Rendu public à l’insu de son auteur et du roi, il suscita de grandes controverses. Le cardinal Giudice condamna l’ouvrage le 31 juillet 1714. Le R Robinet fit tout son possible pour sauvegarder le travail de Macanaz124. Le cardinal Giudice fut suspendu de ses fonctions par Philippe V. Néanmoins, Luis Belluga, évêque de Carthagène-Murcie, très fidèle à Philippe V durant la guerre de Succession, mit toute son autorité dans ce combat, dénonçant le caractère arbitraire des sanctions royales contre l’Inquisiteur. Bien plus, dans une lettre adressée à Louis XIV, il mit violemment en cause le P. Robinet, qu’il accusait des desseins politiques les plus noirs, d’ambition et d’un manque flagrant de piété125.

  • 126 AECP, Esp., 239 fol. 11, 28 février 1715.
  • 127 AECP, Esp., 244, fol. 217, Philippe V à Louis XIV, Buen Retiro, 11 mars 1715. La nomination officie (...)

68L’arrivée d’Elisabeth Farnèse à Madrid et d’une « cabale italienne », en janvier 1715, entraîna des changements radicaux dans l’entourage royal et, partant, suspendit tous les projets de réformes entamés par celui-ci. La nouvelle reine parmesane, au fait de tous les rouages politiques, imprima d’emblée sa marque personnelle sur la cour. Tous les membres du gouvernement en place disparurent les uns après les autres. La Princesse des Ursins avait été chassée dès le 23 décembre 1714 à Jadraque. Macanaz et Orry tombèrent ensemble, le 7 février 1715. Louis XIV sentant l’évolution des choses, aurait aimé que Philippe conservât le P. Robinet126, mais son petit-fils l’avertissait au début du mois de mars 1715 de l’éloignement du jésuite et du rappel à son service de Daubenton (ce que Belluga suggérait dans sa lettre)127. La fronde de son plus haut clergé avait inquiété le roi. Par politique, Philippe V préféra se séparer de son confesseur et reprendre des relations moins tendues avec son Église et son Grand Inquisiteur, réintégré dans sa charge, nommé Ministre d’État et des Affaires Étrangères puis gouverneur du Prince des Asturies.

  • 128 AECP, Esp., 244, fol. 229, Torcy au duc de Saint-Aignan, 25 mars 1715, Versailles.
  • 129 AECP, Esp., 244, fol. 245, le roi au duc de Saint-Aignan, Versailles, 1er avril 1715.

69Le P. Robinet, selon ce qu’en écrivait le marquis de Torcy, avait été commodément désigné comme celui qui empêchait tout accord entre Madrid et Rome128. Il partit donc assez rapidement, mais il n’avait pas perdu la faveur du roi d’Espagne, ni celle du roi de France, qui s’entretint longuement avec lui sur les affaires d’Espagne129. Durant tous ces événements, Louis XIV avait manifesté une prudente discrétion, ne souhaitant pas envenimer les relations de son petit-fils avec le Saint-Siège, alors même qu’il s’en était pour sa part rapproché, notamment en réclamant au Pape Clément XI la bulle Unigenitus contre les jansénistes.

  • 130 A Astrain, op. cit., VII, p. 159.
  • 131 AECP, Esp., 336, fol. 157, Tessé à Morville, San Ildefonso, 8 octobre 1724.

70De retour en France, le P. Robinet poursuivit tranquillement sa carrière comme recteur du collège de Strasbourg, puis comme Provincial de Champagne, très bien vu de sa hiérarchie. Cependant, dans la Très Catholique Espagne, il demeura dans la mémoire commune comme un grand ennemi de la Papauté. De son temps, des pasquinades circulaient à Madrid, le qualifiant d’hérétique et d’athée130. En 1724, à la mort du P. Daubenton, le maréchal de Tessé, alors présent auprès de Leurs Majestés Catholiques, avait suggéré qu’on fasse revenir Robinet. La reine (Elisabeth Farnèse) lui avait répondu que c’était impossible, « car il était regardé comme un hérétique et que si l’on ne l’avait fait sortir d’Espagne, l’Inquisition voulait l’attaquer131 ».

71Le portrait du P. Robinet est donc tout en demi-teinte. C’est un homme dont l’activité ne fait aucun doute, mais qui resta extrêmement discret. Il n’a laissé que peu de lettres, et les mémorialistes et les épistoliers de son temps ont été bien peu prolixes à son sujet. Même Philippe V ne dit rien à son grand-père des causes de son renvoi en 1715. Il a cependant œuvré pendant dix ans auprès des réformateurs de la monarchie, avant de s’ensevelir à nouveau dans le silence.

3. Le poids des militaires français à la cour d’Espagne

72La cour du premier Bourbon d’Espagne fut, durant les treize premières années, toute remplie du bruit de la guerre. Jusqu’aux traités d’Utrecht et de Rastadt, Philippe V ne cessa de combattre pour sauvegarder l’intégrité de ses territoires. Sa jeunesse et son courage l’entraînèrent souvent à la tête de ses troupes, même, ou plutôt surtout, lorsque l’issue du combat paraissait incertaine. Il gagna ainsi le surnom de El Animoso. Le roi n’aurait pu résister aux avancées des troupes de l’archiduc et de ses alliés, sans l’aide déterminante des armées françaises, dirigées par des généraux de son grand-père. C’est véritablement grâce à ces hommes de valeur que Philippe V apprit le métier de la guerre et put conserver sa couronne, car l’Espagne n’était pas alors en état de soutenir seule une guerre de dimension européenne.

Origine de l’aide militaire française

État des forces militaires de l'Espagne

  • 132 J. P. Le Flem, « Les armes individuelles des soldats espagnols à l’époque moderne », L’Espagne et s (...)
  • 133 J. P. Le Flem, « Les armées en péninsule ibérique durant la guerre de Succession d’Espagne (selon l (...)

73L’historiographie militaire de l’Espagne s’arrête souvent, au seuil du règne de Charles II, sur les trois terribles défaites que connut l’armée espagnole à Rocroi (1643), à Lens (1648) et à la bataille des Dunes (1658). Aussi paraît-il délicat de vouloir établir avec certitude l’état des forces militaires de l’Espagne au moment de l’avènement de Philippe V. Cependant, quelques grands traits, suite à des travaux historiographiques récents, peuvent être esquissés. Sans être totalement décadente, l’armée semble être tombée dans une grande faiblesse et les prestigieux et redoutables tercios sont alors sur le déclin. Ces derniers, néanmoins, se montrent encore capables de soutenir les Hollandais durant la guerre de la ligue d’Augsbourg et d’entamer, sous le règne du dernier Habsbourg, quelques innovations techniques, pour les armes132, ou tactiques, dans leur organisation133.

74En ce qui concerne sa composition, il semble, à la fin du règne de Charles II, que la majorité des troupes chargées de maintenir les possessions espagnoles en Europe, sont étrangères, allemandes, wallonnes ou italiennes.

  • 134 San Felipe, Comentarios, p. 25.
  • 135 J. A. Lynn, Giant of the ‘Grand siècle’. The French Army 1610-1715, 1997.
  • 136 Lorsqu’en 1692, Charles II voulut recruter des milices, on obtint sur le papier 465 307 recrues, ma (...)
  • 137 Historia de España, R. Menendez Pidal (dir.), t. 29, vol. 1 (1985) p. 508.

75Selon les témoignages de contemporains, en particulier celui du marquis de San Felipe, toujours cité sur ce point, l’Espagne peut à peine réunir 20 000 hommes134, à une époque où Louis XIV et ses ministres ont réorganisé l’armée française au point de pouvoir mobiliser 300 000 soldats135. À la pénurie d’homme, s’ajoutent un manque d’armes136, une absence quasi-totale de logistique pour le ravitaillement des armées, l’inexistence d’hôpitaux de guerre ; bref, comme le souligne Didier Ozanam : « la France dut se charger à la fois des opérations militaires et de la réorganisation de l’armée espagnole137 ».

  • 138 AECP, Esp., 120, fol. 248, Orry à Torcy, Madrid, 23 novembre 1703.
  • 139 AECP, Esp., 119, fol. 221, Orry souhaitait mêler les officiers espagnols et français. Du fol. 222 a (...)

76Grâce à l’activité déployée par Orry dans ce domaine, les documents nécessaires à une approche plus minutieuse de l’état des troupes en 1703 existent. Le 23 novembre, il présenta un état des effectifs, comptant 22 600 hommes, infanterie et cavalerie confondues138. Plein d’enthousiasme malgré les difficultés, il assure qu’avec 6 000 hommes venus de France, « non seulement on repoussera l’archiduc, mais encore on écrasera le Portugal ». Le premier, il souligna la nécessité d’introduire des officiers français auprès des Espagnols, assurant qu’eux-mêmes le demandaient139.

  • 140 SHD, A1 1787, no 98, « Etat des officiers généraux et des bataillons et escadrons français qui sont (...)
  • 141 En novembre 1705, Amelot constate que les troupes françaises sont toujours de 12 000 hommes aguerri (...)
  • 142 AECP, Esp., 159, fol. 184, Amelot à Louis XIV, Madrid, 9 juin 1706.
  • 143 SHD, A1 2048, Avertissement.

77Philippe V fit effectivement la demande d’un général français. En février 1704, ce sont 18 bataillons et 19 escadrons français qui passent les Pyrénées, sous le commandement du duc de Berwick140, soit environ 12 000 hommes141. En juin 1706, Louis XIV envoie 30 bataillons et 20 escadrons en Castille142, et, en janvier 1707, le duc d’Orléans arrive en Espagne à la tête de 24 bataillons et de 23 escadrons143. Le haut-commandement est peu à peu totalement confié aux Français.

État du haut commandement espagnol

  • 144 Villadarias (Franciso del Castillo-Fajardo) († 1716), défenseur de Charleroi en 1693, mestre de cam (...)
  • 145 Híjar (Ferdinand Pignatelli) († à Vienne en 1729), neveu du duc de Monteleón, il épousa la duchesse (...)
  • 146 Las Torres (Christophe de Moscoso y Montemayor, comte de) (1655-1749), général de l’artillerie du M (...)
  • 147 Popoli (Rostaing Cantelmi, duc de) (1651-1723), retiré à Naples en 1696 comme général des troupes, (...)
  • 148 Valdecañas, (Melchor de la Villaneda Sandobal y Rojas, marquis de) († 1719), gendre de Villadarias, (...)
  • 149 Bay (Alexandre Maître, marquis de) (Salins, 1650-Badajoz, 1715). Il était général-major au service (...)
  • 150 SHD, A1 1789, n° 200, Bay en informe lui-même Chamillart, 21 novembre 1704.
  • 151 Leganés (Diego Maria Felipe de Guzman, IIIe marquis de) († 1711), suspect, il fut arrêté et transfé (...)
  • 152 Velasco (Francesco), est le fils illégitime du connétable de Castille, D. Inigo Melchor de Velasco (...)

78Au début de son règne, encouragé par son grand-père, Philippe V laissa la défense de ses provinces à des chefs espagnols, afin de ne pas les froisser en confiant d’emblée la protection de son royaume aux Français. Ainsi, le commandement de l’Andalousie fut attribué au marquis de Villadarias144, en janvier 1702. Les côtes de Galice furent confiées au duc d’Híjar145, sans grande envergure et qui devait, en 1707, rejoindre le parti de l’archiduc. Les états de Valence et de Murcie furent laissés au comte de Las Torres146 sur avis de Berwick et d’Amelot. Durant la guerre, se distinguèrent plus particulièrement le comte d’Aguilar, qui servit à la tête du régiment des gardes espagnoles en 1704, puis de la compagnie espagnole des gardes du corps ; l’italien duc de Popoli147, qui servit le roi en commandant la compagnie italienne des gardes du corps ; le marquis de Valdecañas148 à Cadix, ainsi que le marquis de Bay149, nommé en septembre 1704, directeur général de la cavalerie espagnole et, en novembre de la même année, gouverneur et capitaine général de l’Estremadure150. Par contre, on se défit du marquis de Leganés151, jugé suspect, et on lui ôta sa charge de capitaine-général d’artillerie sur les avis d’Orry ; de même, le comte de Palma, soupçonné de collusion avec l’ennemi, fut rappelé de Catalogne et remplacé par Francesco de Velasco152.

  • 153 Havré de Croy (Charles-Antoine duc d’) (1683-1710), chevalier de la Toison d’Or et Grand d’Espagne. (...)

79Des troupes d’élites furent constituées dans les Pays-Bas espagnols en 1702 sur le modèle des gardes françaises, et le nouveau régiment des gardes wallonnes ainsi créé se distingua comme troupe de choc, sous la direction du duc d’Havré153. Après s’être bien battus en Flandres, 2 bataillons arrivèrent au début de l’année 1704 en Espagne.

  • 154 SHD, A1 1789, no 44, Chamillart à Puységur, Fontainebleau, 21 septembre 1704.
  • 155 AECP, Esp., 155, fol. 254, Louis XIV à Amelot, Marly, 16 février 1706. Cela n’empêcha pas les capit (...)

80Le duc de Berwick, premier général français envoyé, reçut le titre espagnol de capitaine général. Cependant, ce grade ne lui conférait aucune supériorité sur les Espagnols et de nombreux conflits d’autorité eurent lieu, notamment avec Tserclaes lors de la campagne de Portugal. Aussi, pour unifier le commandement, il fut décidé de nommer désormais un maréchal de France (donc un grade supérieur aux capitaines généraux) ; ce fut Tessé en 1705154. Lorsque Berwick fut à nouveau envoyé, en février 1706, Louis XIV lui conféra, au préalable, cette dignité155. À mesure que se déroulait la guerre, l’autorité des généraux français sur les armées franco-espagnoles se renforçait, soutenue par la confiance du roi d’Espagne. Elle finit par ne plus être contestée.

  • 156 SHD, A1 2104, no 75, Bourck à Chamillart, 4 mars 1708. Berwick, comme Tessé, avait le pouvoir de no (...)
  • 157 Berwick rend hommage à ce dernier dans ses mémoires, p. 388. Amelot et Bourck évoquent tous deux un (...)
  • 158 Ainsi qu’il l’écrit au duc de Saint-Simon, AECP, Esp., 305, fol. 37, Montauban, 1er octobre 1721. C (...)

81Les officiers français choisissaient dans l’armée espagnole les meilleurs soldats en vue de leur promotion à des postes de commandement. Ils renouvelèrent ainsi les cadres de l’armée. C’est pourquoi, le second départ de Berwick, en mars 1708, chagrina bon nombre d’Espagnols qui comptaient sur lui pour leur avancement156. La guerre de Succession permit l’émergence d’officiers espagnols de valeur dans le sillage de l’armée française, notamment de bons spécialistes en cavalerie tels José Vallejo et Feliciano Bracamonte, qui utilisèrent les escadrons de cavalerie légère comme animateurs de la guerilla ou Juan de Cereceda157, Francesco Caballero et Antonio del Valle, présents, en 1706, pour harceler les ennemis en déroute vers Valence. Berwick fut aussi le découvreur et protecteur de Baltazar Patiño158, intendant de l’armée en 1710, futur marquis de Castelar et ministre de Philippe V.

Galerie des officiers français

  • 159 Pinard, Chronologie militaire, III, p. 170-174.
  • 160 Ces terres avaient été autrefois les apanages des seconds fils des rois d’Aragon. ANM, Consejo, leg (...)

82Cinq généraux servirent Philippe V, parfois de manière concomitante, entre 1704 et 1712. Le premier d’entre eux fut le duc de Berwick, fils du roi Jacques II, éduqué en France. En 1688, il suivit son père dans son exil de Saint Germain-en-Laye, tout en continuant de combattre en Angleterre, puis comme volontaire dans l’armée de Flandres. Louis XIV le nomma en 1693 lieutenant-général de ses armées et, en 1698, colonel d’un régiment d’infanterie irlandaise qui portait son nom. Enfin, il le chargea de commander l’armée d’Espagne et lui donna des lettres de naturalisation, peu avant son départ, le 17 décembre 1703159. Berwick resta en Espagne de février à décembre 1704 puis, une seconde fois, de mars 1706 à février 1708. Plus militaire que courtisan, assez rude de manières, il était très autoritaire. Cela rendit ses relations difficiles avec l’ambassadeur de France, qu’il s’agisse de Gramont ou d’Amelot. Philippe V l’avait nommé général de ses armées avec un pouvoir absolu dans les royaumes d’Aragon et de Valence, et lui avait octroyé la Grandesse de première classe, qu’il établit sur les villes de Liria et Xerica160 érigées en duchés. Ce titre passa à son fils, le comte de Tynemouth, qui fit souche en Espagne.

  • 161 Tessé (René Mans de Froulay, comte de) (1651-1725), maréchal de camp en 1688, lieutenant-général en (...)
  • 162 ANM, Consejo, lib. 619, fol. 357 v°, 6 mars 1705.

83Dans l’intervalle, le maréchal de Tessé161 séjourna en Espagne de novembre 1704 à juin 1706. Ses lettres nous montrent un esprit vif et amusant, bien au fait des soucis de la cour d’Espagne. Cependant, d’un caractère opposé à celui du duc de Berwick, il ne prenait pas suffisamment d’initiatives sur le terrain, restant trop respectueux des ordres de l’ambassadeur. Philippe V l’appréciait ; la reine l’aimait particulièrement, car, il était un familier de sa sœur, la duchesse de Bourgogne dont il était Premier écuyer, et, surtout, parce qu’il soutint à Madrid la cause de Madame des Ursins lors du renvoi de cette dernière. Il obtint la Grandesse en mars 1705162.

  • 163 Orléans (Philippe, duc d’) (1674-1723), fils de Monsieur et de la Princesse Palatine, futur Régent (...)
  • 164 SSBL, IX, p. 33, n. 7. Début 1702 le fils duc d’Orléans envoya une procuration au comte de Marcin e (...)
  • 165 ANM, Estado, leg. 2975 : (1709-1711), interrogatoires de Flotte et Regnault en prison. A. Baudrilla (...)

84Le duc d’Orléans163, cousin de Philippe V, fit aussi deux campagnes, en 1707 et 1708. Chef militaire de valeur, artisan de la reconquête des royaumes d’Aragon et de Valence avec Berwick, ses séjours devaient peser lourdement dans ses relations futures avec le roi d’Espagne. De fait, le duc d’Orléans avait sur la couronne d’Espagne, des droits, que son père, en décembre 1700, avait pris soin de faire rappeler164. Il semblerait qu’il ait écouté favorablement des opposants à Philippe V. Cela donna lieu à l’affaire « Flotte et Regnault »165 du nom de deux de ses agents arrêtés en Espagne, en 1709 en possession de papiers compromettants. Philippe V, persuadé de sa culpabilité, ne lui pardonna jamais ces initiatives (restées sans lendemain). Il lui en garda une rancune aussi profonde que le silence dans lequel retomba cette affaire au sein des deux cours.

  • 166 Noailles (Adrien-Maurice, comte d’Ayen puis duc de) (1678-1766), brigadier de cavalerie en 1702, du (...)
  • 167 ANM, Consejo, lib. 620, fol. 164 v°, Grandesse de première classe conférée à Noailles, Madrid, 3 ma (...)
  • 168 ANM, Estado, leg. 2783, décret de Philippe V, 13 mars 1712 conférant le traitement de prince du san (...)

85Le duc de Noailles et le duc de Vendôme166 œuvrèrent durant les difficiles années de 1710 à 1712. Le premier, bien connu du roi d’Espagne avec qui il avait voyagé en 1701, alors qu’il n’était que comte d’Ayen, fit plusieurs séjours à la cour et fut reçu dans l’intimité des souverains à Valladolid, Corella ou Madrid. Depuis 1705, il commandait en Roussillon et assurait la frontière contre les ennemis présents en Catalogne. Le second avait servi Philippe V en 1702, en Italie. Il était le vainqueur de Luzzara. Il se rendit en septembre 1710 auprès du roi d’Espagne qui l’avait demandé expressément à Louis XIV comme sa dernière chance de victoire. Tous deux furent frappés de l’ardeur et de la résolution de la cour d’Espagne et contribuèrent à changer l’état d’esprit défaitiste régnant à Versailles. En mars 1712, le duc de Noailles obtint la Grandesse, en récompense de la prise de Gironne167, tandis que le duc de Vendôme recevait tous les honneurs attachés aux Princes du Sang168.

  • 169 Asfeld (Claude François Bidal, chevalier d’) (1665-1743), brigadier en 1694, maréchal de camp en 17 (...)
  • 170 Amelot préconisait de faire de Xativa « un exemple de sévérité afin d’ôter aux autres villes l’envi (...)
  • 171 ANM, Estado, lib. 620, fol. 274, Buen Retiro, 30 août 1715.

86À ces noms prestigieux il convient d’ajouter ceux de leurs lieutenants-généraux, qui gagnèrent leurs distinctions en menant à bien nombre de sièges et d’actions militaires d’éclat, et que l’on retrouve fréquemment près du roi en campagne ou à la cour. Le chevalier d’Asfeld169 (lieutenant-général en 1704) fut, sans doute, celui qui s’illustra le plus au cours de la guerre, notamment lors de la reconquête du royaume de Valence et des sièges de Tortose (juillet 1708), Denia (novembre 1708) et Alicante (avril 1709). Philippe le nomma gouverneur du royaume de Valence qu’il commanda autoritairement avec Macanaz, sur les directives de l’ambassadeur. Son nom resta attaché à la destruction de Xativa (mai 1707) dont il ne resta pas pierre sur pierre après son passage170. Il fut fait chevalier de la Toison d’Or et marquis par création de Philippe V en 1715171.

  • 172 Puységur (Jacques François de Chastenet, marquis de), (1655-1743). Il devait, en Espagne, « être le (...)
  • 173 SHD, A1 1787, no 16 à 20, Puységur à Chamillart, 11 janvier 1704.

87Le marquis de Puységur172 (lieutenant-général en 1704), marqua aussi les premières années de Philippe V. C’était un homme zélé, qui avait œuvré avec succès en Flandres dans les années 1702-1703. On l’envoya en Espagne pour préparer la campagne de Portugal de 1704. En arrivant à Madrid, il fut pris dans les cabales de la cour dont il voulut être le modérateur173. Son activité manqua d’efficacité du fait des mésententes qui s’élevèrent entre lui et Orry, mais aussi avec Berwick.

  • 174 Joffreville (François le Danois, marquis de), brigadier en 1696, maréchal de camp en 1702, il passe (...)
  • 175 AECP, Esp., 177, fol. 70, Amelot au duc d’Orléans, Madrid, 16 août 1707. Amelot demande plusieurs f (...)
  • 176 AECP, Esp., 176, fol. 279, Amelot au duc d’Orléans, 19 juin 1707.

88Le marquis de Joffreville (lieutenant-général en 1704) s’établit en Espagne, entre 1704 et 1709. Amelot appréciait ce militaire qu’il disait « aimé et estimé » des Espagnols et qui se faisait « obéir dans la Vieille Castille comme s’il y était né174 ». Il travaillait en contacts étroits avec Bay en Estremadure, et Villadarias en Andalousie. Il maintint ce front difficile contre les ennemis au début de l’année 1706, pendant que tout le reste de l’armée partait mener le siège de Barcelone. En 1707, il participa à la reconquête de l’Aragon et y fut maintenu comme lieutenant-général du roi sur l’avis d’Amelot, jusqu’en 1709175. Pendant ce temps, le chevalier de Torcy, qui n’était que capitaine d’infanterie, fut nommé gouverneur de la ville et citadelle de Saragosse où il reste jusqu’en 1710176.

  • 177 Fiennes (Maximilien François de Fiennes de Lumbres, comte de) († 26 avril 1716), mestre de camp de (...)

89Le comte de Fiennes (lieutenant-général en 1707) fut envoyé en Andalousie, entre 1706 et 1709, au côté du duc d’Osuna chargé de remplacer Villadarias ; en théorie sous les ordres du duc, il eut la réalité du commandement militaire177.

  • 178 Thouy (Antoine Balthazar de Longecombe, marquis de) (1649-1726). ANM, Estado, leg. 260, no 72, Thou (...)
  • 179 AECP, Esp., 153, fol. 46, Versailles, 19 juillet 1705, Chamillart avertit Amelot du retour de Thouy (...)
  • 180 SHD, A1 2253, no 96 et no 185, 22 septembre et 2 novembre 1710.

90Le marquis de Thouy (lieutenant-général en 1704) remplaça le maréchal de Puységur en 1704 et travailla à la réorganisation de l’armée. Philippe V l’appréciait suffisamment pour lui donner, en novembre de cette année, la charge de gouverneur général de Castille178. Il participa au siège de Gibraltar et à la défense de Ciudad-Rodrigo contre l’avancée portugaise. D’un caractère querelleur, il ne put se maintenir à la cour et demanda son rappel en juillet 1705179. Il reviendra cependant au moment critique, en 1710, prenant le titre de capitaine général que lui offrait Philippe V180.

  • 181 Legall (François René, baron de) (1652-1724), d’origine bretonne, peu connu à la cour, était devenu (...)
  • 182 Avaray (Claude-Théophile de Bésiade, 2e marquis d’) (1655-1745), il fut créé brigadier en 1694, mar (...)
  • 183 SHD, A1 2050, no 102, Berwick à Chamillart, 8 octobre 1707, relation de la bataille ; il insiste su (...)
  • 184 Labadie (Charles d’Espalongue de) († 1724), capitaine d’infanterie en 1672, puis lieutenant-colonel (...)
  • 185 AECP, Esp., 159, fol. 128, Amelot à Louis XIV, Madrid, 1er juin 1706, il fait un conseil militaire (...)
  • 186 Estaing (François comte d’, marquis de Murol, baron de Spoy) (v. 1654-1732). Il commence sa carrièr (...)
  • 187 ANM, Estado, leg. 2514, no 29, le Grand Dauphin à Philippe V, 23 décembre 1708.
  • 188 Par exemple, le chevalier comte de Louvigny, nommé commandant de la forteresse de Lerida en novembr (...)

91Le baron de Legall181 (lieutenant-général en 1704) servit entre 1704 et 1707, en Estremadure puis en Catalogne. Il suivit Philippe V au siège de Barcelone et participa à la reconquête de l’Aragon en 1707. Le marquis d’Avaray (lieutenant-général en 1704), présent entre 1705 et 1709, fut maintenu à Madrid auprès du roi qui le consultait souvent182 ; il participa lui aussi au siège de Barcelone et se montra particulièrement efficace à la bataille d’Almansa183. Les lieutenants-généraux Labadie184 et Hessy furent aussi présents comme conseillers militaires à Madrid, notamment lors de la crise de 1706, après l’échec du siège de Barcelone185 ; ainsi que le comte d’Estaing186 (lieutenant-général en 1704), ancien capitaine des Gendarmes du Grand Dauphin, que ce dernier recommandait à son fils en 1708187. Enfin, plusieurs autres officiers français, d’un grade moins élevé, furent placés comme gouverneurs de villes ou citadelles188, afin de faire rentrer dans l’obéissance les régions rebelles.

Affaires militaires et cabales de cour 1704-1706

Le duc de Berwick à Madrid

  • 189 SHD, A1 1787, no 103-104, Berwick à Louis XIV, Madrid, 22 février 1704.

92Berwick, arrivé à Madrid le 15 février 1704, fut d’emblée frappé par le manque de préparatifs dans la capitale189. De plus, il saisit rapidement les tensions qui divisaient la cour et qui influaient dangereusement sur les affaires militaires. L’abbé d’Estrées est alors en sursis auprès du roi et de la reine et ne sera remplacé qu’en juin par le duc de Gramont. Leurs Majestés Catholiques ne jurent que par Orry et par Madame des Ursins, contre lesquels de nombreuses plaintes se sont pourtant élevées. Notamment de la part de Puységur qui, après avoir fait une tournée sur la frontière d’Estremadure, avait constaté que les magasins de campagne décrits par Orry n’existaient pas. Il était revenu à Madrid, persuadé qu’on avait voulu le tromper et, logeant chez d’Estrées, avait fait cause commune avec lui.

  • 190 SHD, A1 1787, no 126-7, Berwick à Louis XIV, Madrid, 29 février 1704.
  • 191 SHD, A1 1787, no 211, Berwick à Chamillart, Alcantara, 3 avril 1704. En mars, Chamillart écrivait à (...)
  • 192 AECP, Esp., 143, fol. 218, Berwick à Gramont, camp de Portalegre, 3 mai 1704.
  • 193 SHD, A1 1787, no 180, Chamillart à Berwick, 18 mars 1704 et BERWICK, Mémoires, p. 360.

93Berwick voulut se tenir en-dehors de ces divisions, mais, dès son arrivée, le roi lui demanda de soutenir Orry. Impartial, il étudia le rôle de ce dernier et de façon pragmatique jugea que celui-ci, au fait de bien des choses, lui était extrêmement nécessaire190. Certes, l’homme est dur et parfois brouillon, mais Berwick reconnaît qu’il a mis en place des nouveautés. Par contre, l’ambassadeur d’Estrées ne lui semble guère à la hauteur, et il le dit haï par tous. Quant à Puységur, il le trouve trop vif, cherchant à se montrer indispensable au roi191. Aussi, à l’arrivée de Gramont, aspire-t-il à une véritable coopération avec lui, afin de changer le cours des affaires, ainsi qu’il le lui écrit192. Déférent envers la reine, il est bien possible qu’il se soit cependant attiré son inimitié au moment du renvoi de Madame des Ursins (juin 1704). En effet, sans y avoir participé personnellement, Chamillart lui avait prescrit de se trouver auprès du roi au moment où l’ordre arriverait, pour l’empêcher de s’y opposer193. Il ne fut, en somme, qu’un émissaire, mais cela a peut-être suffi.

  • 194 AECP, Esp., 141, fol. 201, Gramont à Louis XIV, camp de Nisa, 27 juin 1704.

94Cela se passait durant la campagne du Portugal, qui avait débuté le 4 mars 1704, date à laquelle Philippe quitta Madrid pour Alcantara sur les bords du Tage. Elle s’acheva en juin, par la prise de Castel-Branco. À cette date le roi retourna à Madrid pendant que Berwick se rendait à Ciudad-Rodrigo194.

Conflits d’autorité avec l’ambassadeur

  • 195 SHD, A1 1786, no 139, Gramont à Chamillart, 3 septembre 1704.

95En août 1704, Berwick apprend qu’on lui reproche de se montrer trop secret. Son autorité est remise en cause, en particulier par des officiers espagnols. Gramont, depuis Madrid, envenime les choses. Il désapprouve l’autoritarisme de Berwick et le projet qu’il a conçu de faire une expédition jusqu’à Lisbonne. L’ambassadeur doit même avouer à Torcy qu’il est brouillé avec le général ajoutant, pour se couvrir, qu’il n’en connaît pas la cause195. La vérité est que, depuis Ciudad-Rodrigo, Berwick est très clairvoyant sur l’état de la cour madrilène et n’approuve pas le rôle qu’y tient l’ambassadeur.

  • 196 Après un bombardement naval, la maigre garnison, 80 hommes et 30 cavaliers, dut se rendre.
  • 197 Berwick, Mémoires, p. 365.
  • 198 SHD, A1 1786, no 187, Chamillart à Gramont, Fontainebleau, 21 septembre 1704.
  • 199 SHD, A1 1786, no 202, Gramont à Chamillart, 1er octobre 1704.
  • 200 AECP, Esp., 139, fol. 118, Gramont à Torcy, Madrid, 12 novembre 1704.
  • 201 AECP, Esp., 144, fol. 148, Philippe V à Louis XIV, 5 septembre 1704.
  • 202 AECP, Esp., 163, fol. 79, Philippe V à Louis XIV, Madrid, 5 février 1706.

96À la même époque, le prince de Darmstadt ayant pris Gibraltar (le 1er août 1704)196, Gramont ordonna à Berwick de s’y rendre. Celui-ci refusa, craignant, avec raison, bien plus pour la frontière du Portugal, à cause de la faiblesse de Ciudad-Rodrigo. Il demanda donc des troupes de renforts, mais de Madrid, l’on se moqua de lui ; Berwick mit en cause Puységur qui avait contribué, selon lui, à le faire traiter de « visionnaire197 ». Pendant qu’il tenait tête à des ennemis plus nombreux, il fut informé que Tessé198 allait le remplacer. Le 12 octobre, il laissa le commandement au marquis de Thouy et revint à Madrid. Gramont voulut se justifier en assurant qu’il n’était pour rien dans le renvoi de Berwick199, mais que Philippe V, « le sec et le froid anglais lui ayant glacé le cœur200 », ne le supportait plus. De fait, Philippe avait écrit dans ce sens à Louis XIV201. Or, ce n’était pas la première fois que le roi d’Espagne se trouvait à écrire contre son intime conviction ; il avouera à son grand-père, en février 1706, au moment même où il redemandera Berwick202, s’être laissé influencer par l’ambassadeur et Puységur. Dans ses Mémoires, Berwick souligne malignement que Gramont avait mal calculé son coup car Tessé et lui étaient bons amis. De fait, cela ne faisait pas deux jours que Tessé était à Madrid qu’il était déjà brouillé avec l’ambassadeur.

Le difficile commandement de Tessé

  • 203 AECP, Esp., 139, fol. 178-186, Tessé à Torcy, Salamanque, 11 décembre 1704.
  • 204 « Croyez que l’on décide plus de choses importantes à l’Académie française qu’au despacho universel (...)

97Le maréchal se rendit compte qu’il arrivait dans une cour où tout était confus, les cabales nombreuses, et la guerre ce qui importait le moins. Dès le mois de décembre 1704, Tessé se rendit à Salamanque. Éloigné de la capitale, il écrit vraiment ce qu’il pense à Torcy. Deux choses l’ont frappé, d’une part l’attitude des Grands qui refusent de rejoindre l’armée, et d’autre part, la position de Gramont, qui n’a pas su prendre la mesure de la reine. Il prône le retour de Madame des Ursins disant, dans son langage imagé, que l’ambassadeur doit être « son humble serviteur203 ». Ainsi, après Berwick, Tessé est le deuxième général a vouloir mettre la petite reine en avant. Il souhaite surtout débloquer les mésententes de la cour, qui empêchent toute prise de décision204.

  • 205 « J’ignore ce que c’est que le concert dont vous me parlez entre le duc de Gramont et moi, il y est (...)
  • 206 SHD, A1 1884, no 233, Tessé à Chamillart, au camp devant Gibraltar, 5 avril 1705.
  • 207 AECP, Esp., 152, fol. 147, Tessé à Gramont, au camp devant Gibraltar, 2 mars 1705.
  • 208 AECP, Esp., 152, fol. 210, Louis XIV à Philippe V, 12 avril 1705.
  • 209 SHD, A1 1884, no 264, Louis XIV à Tessé, 12 avril 1705.
  • 210 SHD, A1 1885, no 36, Tessé à Chamillart, camp de Moraleja, 7 mai 1705.

98L’entente est donc nulle entre Gramont et le général français205 et les affaires militaires en souffrent. Tessé ne peut s’aveugler sur les problèmes de l’Espagne ; il les voit de trop près au siège de Gibraltar. Malgré un blocus de 6 mois, aucune solution n’apparaît possible206. Le roi d’Espagne oblige le maréchal à y rester, alors même qu’il souhaite s’en aller et que Louis XIV lui-même le préconise. Tessé élude sa responsabilité en assurant qu’il ne peut qu’obéir207. Rien ne se fait pourtant à Madrid ; le marquis de Rivas chargé des affaires de la guerre depuis le départ d’Orry, n’agit pas. C’est finalement Louis XIV qui décide d’autorité la levée du siège208. Tessé attendait un ordre ferme du roi d’Espagne ; le roi de France lui reproche d’avoir eu trop de complaisance envers Philippe V. Il aurait dû mettre en avant son expérience209. Mais Gibraltar est tout un symbole en Espagne ; si Tessé en était parti de lui-même, cela aurait pu déclencher une guerre civile210.

  • 211 AECP, Esp., 150, fol. 82, Gramont à Louis XIV, 5 février 1705.

99À cette cacophonie militaire s’ajoutent les bruits que Gramont a fait courir, au moment de son départ, sur l’ambition politique de Tessé, cherchant à tout prix à nuire à ce général211.

Les généraux français et Amelot (1705-1709)

Le temps d’une fragile union

  • 212 AECP, Esp., 153, fol. 73, 15 juillet 1705, Tessé à Torcy et fol. 105, 22 juillet, à Puysieulx.
  • 213 SHD, A1 1886, no 29, Tessé à Chamillart, Madrid, 8 juillet 1705.
  • 214 SHD, A1 1886, no 170-171, Tessé à Chamillart, Madrid, 31 juillet 1705.

100Au commencement de l’ambassade d’Amelot, Tessé travaillait activement à Madrid212. Depuis le mois de juillet 1705, le général logeait chez Orry et assurait former avec ce dernier et l’ambassadeur « trois têtes dans un bonnet213 ». Lorsqu’il prit une maison particulière, celle-ci communiquait avec celles des deux autres « par des corridors qui ne sont pas éclairés ni odoriférants ». Cela donna lieu à des conférences « en bonnet de nuit et en robe de chambre214 ». Cependant, malgré la nouvelle union des Français, la situation militaire ne s’arrange guère.

  • 215 AECP, Esp., 149, fol. 32, Amelot à Louis XIV, Madrid, 2 novembre 1705.
  • 216 AECP, Esp., 149, fol. 224, Amelot à Louis XIV, Madrid, 7 décembre 1705.
  • 217 SHD, A1 1888, no 88 à 90, Tessé à Chamillart, 20 novembre 1705.

101Le danger n’était plus tant sur la frontière d’Estremadure que dans les Provinces de Valence, d’Aragon et de Catalogne, qui donnaient des signes de révolte. Le 14 octobre 1705, Barcelone tombait aux mains de l’archiduc. Philippe V souhaitait à tout prix la reconquérir et imposa à Tessé de faire marcher sur l’Aragon l’ensemble des troupes françaises stationnées sur la frontière du Portugal, laissant l’Estremadure sans protection. Le général s’exécuta. Mais Amelot ne se fait guère d’illusions sur la situation215. La Catalogne est perdue et la chute de Fraga fait craindre pour la fidélité de l’Aragon. Amelot sent la faiblesse du gouvernement et des Grands, qui s’insurgent depuis la perte de Barcelone ; il pense rester à Madrid auprès de la reine, tout en laissant Tessé comme substitut de l’ambassadeur auprès du roi216. Philippe, de son côté, ne pense qu’à la reconquête et « pétille d’aller », selon le mot de Tessé217.

  • 218 SHD, A1 1888, no 333, Tessé à Chamillart, 28 décembre 1705.
  • 219 AECP, Esp., 155, fol. 204, Tessé à Amelot, 10 janvier 1706.
  • 220 AECP, Esp., 163, fol. 125, Tessé à Philippe V, sd. (février 1706), il accepte de réduire Valence av (...)
  • 221 AECP, Esp., 155, fol. 228, Louis XIV à Amelot, 31 janvier 1706 et à Philippe V, ibid., 163, fol. 42 (...)

102Cette marche intempestive des troupes françaises est une erreur. Tout d’abord, la frontière portugaise est quasiment abandonnée ; d’autre part, rien n’est prêt pour assurer des vivres aux troupes françaises lors de leur quartiers d’hiver en Valence et Aragon. À la fin du mois de décembre, des soldats français sont victimes d’une émeute populaire à Saragosse et plusieurs d’entre eux assassinés218. À Madrid, de mauvais discours commencent à se répandre contre les Français, accusés des pires atrocités, propres à « révolter les peuples »219. Enfin, Tessé constate que le roi ne le rejoint pas comme il l’avait promis. Des signes de dissensions apparaissent avec le gouvernement de la capitale. En effet, après la perte de Valence (février 1706), Philippe V voudrait tenter de reconquérir cette ville avant de se rendre à Barcelone comme il était prévu. Ces contrordres ne font que susciter des problèmes en un pays où l’on ne sait point « ce que c’est que magasins, voitures, artillerie, ni autres détails, sans lesquels, on ne fait pourtant point la guerre ». Cependant, si Tessé se plaint à Chamillart, il n’ose s’y opposer220 ou, lorsqu’il le fait, il n’est guère écouté. Aussi, à la fin de janvier 1706, Louis XIV écrit à Amelot et à Philippe V pour les inviter à prendre en considération les avis du général français221.

  • 222 AECP, Esp., 163, fol. 95, Louis XIV à Tessé, Marly, 13 février 1706. AECP, Esp., 155, fol. 259, Lou (...)
  • 223 San Felipe, Comentarios, p. 105-108.
  • 224 AECP, Esp., 163, fol. 138, Chamillart à Amelot, Versailles, 25 février 1706.

103Et, en février, voyant que ses troupes sont malmenées en Aragon, le roi de France tranche la question en commandant à Tessé de marcher comme prévu sur Barcelone afin d’empêcher l’archiduc de s’y installer durablement222. Le 23 février, Philippe rejoint Tessé223. Chamillart estime qu’Amelot s’est enferré dans cette question militaire et lui demande désormais de ne rien faire sans l’avis des généraux du roi224.

  • 225 Amelot, en février 1706, écrit à Chamillart de lui renvoyer Berwick, SHD, A1 1976, no 96.
  • 226 AECP, Esp., 163, fol. 168, Chamillart à Amelot, 1er mars 1706.
  • 227 SHD, A1 1976, no 109-110, Orry à Chamillart, 17 février 1706, et no 111, Amelot à Chamillart 18 fév (...)

104En même temps, Berwick est à nouveau envoyé à Madrid225, afin d’assurer la frontière du Portugal. On attend de lui qu’il soit plus ferme, et surtout, qu’il ne suive pas aveuglément les ordres qu’on lui enverra de Madrid226. Amelot aurait souhaité persister dans son projet sur Valence, mais s’incline, mécontent des plaintes de Tessé, assurant que celui-ci avait été consulté sur tout. Orry, de son côté, s’active auprès des uns et des autres pour que cela ne crée pas « de nouvelles brouilleries »227. L’entente reste bien fragile parmi les Français de Madrid.

L’occupation de Madrid

  • 228 Bourck estime, en mai 1706, que Berwick n’est en état de s’opposer à aucun des desseins des ennemis (...)
  • 229 SHD, A1 1976, no 169-170, Berwick à Chamillart, 12 mars 1706 et no 178, Joffreville à Chamillart, S (...)
  • 230 SHD, A1 1976, no 261, Chamillart à Amelot, Versailles, 20 avril 1706.
  • 231 SHD, A1 1977, no 12, Amelot à Chamillart, 8 mai 1706.
  • 232 SHD, A1 1976, no 52, Chamillart à Amelot, 22 mai 1706.

105Berwick avait pour tâche de maintenir la frontière d’Estremadure228. Joffreville, depuis Salamanque, n’hésite pas a le dire « adoré » des Espagnols, et chacun est soulagé de le voir prendre en main la situation229. Pour assurer son commandement, Versailles demande à Amelot de lui conférer une autorité absolue sur les généraux espagnols dans les provinces de Castille, d’Andalousie, d’Estremadure, de Galice et de Murcie230. Amelot s’inquiète pour sa propre influence. Que deviendra-t-il si le général peut agir sans prendre les avis de Madrid231 ? Apparaissent, en cette occasion, les premiers conflits entre le pouvoir militaire et le pouvoir civil. Cet ordre doit être réitéré à l’ambassadeur de France par Chamillart232.

  • 233 Dans le nord de la France, le 25 mai 1706, eut lieu la défaite de Ramillies. La majeure partie des (...)
  • 234 La flotte française du comte de Toulouse, à l’annonce de l’arrivée d’une flotte anglaise, leva l’an (...)
  • 235 SHD, A1 1977, no 97, Noailles à Chamillart, 2 juin 1706.

106À ces dissensions, vont bientôt s’ajouter les périls de l’invasion. Berwick n’a pas assez de forces pour contrer l’avancée ennemie et ne peut que reculer. Le 20 avril 1706, les ennemis sont à Alcantara, le 4 mai à Almaraz, le 20 ils investissent Ciudad-Rodrigo233. Début juin, Madrid apprend que l’expédition de Barcelone a été un échec234. Le roi doit quitter le siège, abandonner ses armes, ses canons et les blessés, et passer en France car la route de Madrid lui est coupée ; l’archiduc Charles occupe sans coup férir l’Aragon. Puis le duc de Noailles accompagne Philippe V dans le difficile retour, qu’il fait à bride abattue, pour être plus rapidement dans sa capitale prête à être submergée par les ennemis. Il traverse la Navarre sous les acclamations235. À Madrid, on accueille le roi avec quantité de démonstrations de joie, le 6 juin au soir, tandis qu’à cette date, les ennemis sont déjà à Salamanque.

  • 236 Berwick, Mémoires, p. 377.
  • 237 SHD, A1 1977, no 15, Orry à Chamillart, 8 mai 1706. « Toutes les familles françaises qui étaient ic (...)
  • 238 AECP, Esp., 159, fol. 184, Amelot à Louis XIV, Madrid, 9 juin 1706, (double SHD, A 1 1977, no 135) (...)
  • 239 AECP, Esp., 159, fol. 202, Amelot à Louis XIV, Madrid, 15 juin 1706.
  • 240 AECP, Esp., 165, fol. 40, Torcy à Noailles, Marly, 20 juillet 1706.
  • 241 Le 20 juillet, Philippe V est à Atienza, avec 12 bataillons et 2 régiments de dragons français et 2 (...)
  • 242 AECP, Esp., 161, fol. 143, Amelot au roi, Madrid, 12 octobre 1706.

107Berwick pendant ce temps, donne au gouvernement de Madrid, des conseils qui ne sont pas suivis236. Amelot, comme Orry, critique sa tactique qui ne couvre pas assez, à son goût, la capitale, où la panique devient totale237. Le général s’était installé plus au nord, dans la vallée du Duero ; il ne laisse que quelques escadrons à Ségovie, sous le commandement de Joffreville238. Amelot depuis Madrid, ne saisit pas bien la tactique de Berwick qui sépare ses troupes239. En réalité, celui-ci se prépare à opérer une jonction avec des troupes françaises attendues en renfort. Le 21 juin, la reine part à Burgos sur les conseils du général français, qui est rejoint, le même jour, par Philippe V. Le 27 juin, Madrid tombe. À la mi-juillet, Torcy n’a plus aucun espoir pour l’Espagne240. Cependant, la résistance populaire de la Castille et de l’Andalousie et la guerilla qui y est menée, gênent les ennemis ; de plus, l’arrivée de l’appui français (15 000 hommes) change le cours de la guerre241. À la fin du mois de juillet, la capitale est reprise et Berwick poursuit les ennemis qui se retirent en désordre vers Valence242. La Castille est libérée et le royaume de Murcie fortifié.

Opposition entre le pouvoir civil et le pouvoir militaire français

  • 243 SHD, A1 1978, no 247, Berwick à Chamillart, Madrid, 6 décembre 1706. Il souhaitait en outre que Phi (...)
  • 244 SHD, A1 2049, no 86, Amelot à Louis XIV, Madrid, 30 mai 1707.

108Durant l’hiver 1706, Berwick resta à Madrid pour travailler à la reconstitution de la cavalerie243. En avril 1707, des troupes françaises arrivent conduites par le duc d’Orléans. L’autorité de Berwick reste intacte, si ce n’est qu’il laisse son titre de commandant général des royaumes de Valence, d’Aragon et de Catalogne, quand le duc d’Orléans est présent dans une de ces trois provinces244. Ils correspondent avec amitié et confiance. De plus, le duc de Berwick est auréolé de gloire depuis sa victoire d’Almanza, le 25 avril 1707, qui sonna le début de la reconquête des royaumes de Valence et d’Aragon menée de concert avec Orléans. Valence est reprise le 8 mai, Saragosse se rend le 25 mai et Lerida, début octobre. Sur place, le pouvoir militaire entreprend de réduire les populations rebelles, selon des principes pas toujours en accord avec ceux du roi et de l’ambassadeur à Madrid.

  • 245 AECP, Esp., 160, fol. 191, Amelot à Louis XIV, Marchamalo, 8 août 1706.
  • 246 AECP, Esp., 155, fol. 190, Tessé à Amelot, Pina, 2 janvier 1706.
  • 247 AECP, Esp., 176, fol. 78, Berwick au duc d’Orléans, au camp de Morviedro, 11 mai 1707.
  • 248 AECP, Esp., 176, fol. 103, Berwick à Amelot, au camp de Traiguera, 21 mai 1707. Amelot avait acquie (...)
  • 249 Berwick, dans une lettre au duc d’Orléans, décrit durement Amelot : « C’est un homme enflé de lui-m (...)
  • 250 AECP, Esp., 176, fol. 149, Amelot à Berwick, Madrid, 28 mai 1707.
  • 251 AECP, Esp., 176, fol. 193, Amelot au duc d’Orléans, Madrid, 4 juin 1707.

109Ce dernier, en août 1706, décrétait qu’il était difficile de se servir des officiers français, car ceux-ci « ne sont guère propres ordinairement à ce qui s’appelle politique245 ». En réalité, les militaires se montrent moins durs que ne voudrait le pouvoir politique, implacable pour les rebelles. Ainsi, quand Tessé marchait sur la Catalogne, il proposait à Amelot un projet d’amnistie, propre à « amollir les cœurs »246. Berwick, de son côté, sait par avance qu’on ne le trouvera pas assez sévère au royaume de Valence, lorsqu’en mai 1707, il assure vouloir gagner par la douceur ce dont il a besoin pour faire vivre son armée247. Le général français a une haute idée de son rôle et ne veut pas entendre parler d’un gouverneur civil, comme il l’explique avec assez de brusquerie à Amelot248, suivant le ton qu’il adopte toujours dans sa correspondance avec l’ambassadeur249 ; Asfeld est placé d’autorité à la tête du royaume de Valence. Amelot estime qu’on lui a fait en cette occasion un procès d’intention et répond froidement qu’il n’a jamais pensé que les provinces puissent se commander sans troupes ; il compte cependant envoyer des magistrats et officiers « pour la justice, la police et pour les finances, qui assurément ne vous disputeront rien250 ». L’ambassadeur informe aussi le duc d’Orléans qu’il travaille, « lentement à régler ce qui regarde le gouvernement civil de l’Aragon qui sera subordonné au militaire251 ».

  • 252 AECP, Esp., 176, fol. 103, Berwick à Amelot, au camp de Traiguera, 21 mai 1707.
  • 253 AECP, Esp., 168, fol. 222, Amelot à Louis XIV, Madrid, 13 juin 1707.
  • 254 AN, KK 1322, Orléans à Philippe V, Saragosse, 31 mai 1707.

110Le but que poursuivent les Français est pourtant le même et vise à l’abolition des fueros, ces privilèges particuliers des royaumes hors la Castille. Seuls, les moyens different. Berwick est d’avis de « s’en saisir mais ne point dire qu’il fallait les brûler ni les abolir252 ». Le duc d’Orléans prend, lui aussi, des initiatives en ce domaine et fait des promesses de maintien à Valence. Le roi, gêné, doit en tenir compte, au moment même où il préférerait faire table rase de « tous les usages et toutes les coutumes de ce royaume253 ». À Saragosse, le duc prend sur lui de remplir les postes d’un gouvernement provisoire selon les lois du royaume d’Aragon, mais assure que tout est suspendu à l’avis de Philippe V ; cependant, il conseille au roi la temporisation254.

111Asfeld pendant ce temps doit affirmer l’autorité de son pouvoir militaire, face au président de la chancellerie de Valence, Pedro Larreategui y Colon.

  • 255 AECP, Esp., 176, fol. 331, Amelot au duc d’Orléans, Madrid, 2 juillet 1707.
  • 256 ANM, Estado, leg. 2454, Orléans à Philippe V, 11 juillet 1707, au camp d’Alcaraz.
  • 257 AECP, Esp., 176, fol. 358, Amelot au duc d’Orléans, 14 juillet 1707.
  • 258 En novembre 1707, on lui prépare la demeure du duc d’Uceda, AECP, Esp., 171, fol. 126.
  • 259 AECP, Esp., 174, fol. 210, Philippe V à Louis XIV, 26 décembre 1707.

112Amelot poursuit ses projets de Nueva Planta et d’unification des lois du royaume. Au début de juillet 1707, il envoie au duc d’Orléans un décret « pour établir le gouvernement de Valence et d’Aragon suivant les lois de Castille255 ». Quelle ne fut pas sa surprise d’apprendre que celui-ci le juge trop dur et prend le parti de la noblesse aragonaise qui se sent lésée et en écrit au roi d’Espagne256. Ce soutien à la noblesse aragonaise ne sera pas oublié à Madrid et le roi lui en tiendra grief. Amelot fait une réponse assez sèche au duc, le 14 juillet, l’assurant que le roi d’Espagne n’a jamais eu l’intention « de confondre les innocents avec les coupables257 ». Désormais, le duc d’Orléans paraît suspect à la cour car il se pose en protecteur des rebelles face au pouvoir royal. Le 1er décembre, il arrive à Madrid258 pour une petite quinzaine seulement, après quoi, il va passer les mois d’hiver à Versailles. Pendant ce temps, le duc de Berwick installe les quartiers d’hiver, laissant Asfeld à Valence, Louvigny, maréchal de camp, à Lerida et Legall à Saragosse. Le roi lui donne le titre de commandant de ces royaumes259. Dans une lettre à Chamillart de décembre 1707, on constate qu’Amelot a mal accepté cette prise de pouvoir des militaires et surtout les oppositions qu’il a rencontrées dans l’application de ses projets.

  • 260 AECP, Esp., 178, fol. 55, Bourck à Torcy, Valence, 11 janvier 1708 ; ibid., 187, fol. 5, Asfeld au (...)
  • 261 SHD, A1 2104, no 64, Amelot à Louis XIV, Madrid, 20 février 1708 (double, AECP, Esp., 178, fol. 176 (...)
  • 262 Berwick, Mémoires, p. 393 et mécontentement d’Amelot, SHD, A1 2104, no 85, 12 mars 1708.
  • 263 AECP, Esp., 184, fol. 169, Philippe V au roi, Madrid, 12 mars 1708.
  • 264 Besons (Jacques Basin, comte de), (1646-1733). Maréchal de camp en 1693, lieutenant-général en 1702 (...)
  • 265 AN, KK 1321, Orléans à Philippe V, 2 mai 1708.
  • 266 ANM, Estado, leg. 2454, Orléans à Philippe V, s.f., au camp de Ginestar, 28 mai 1708.

113Cependant, en janvier 1708, Amelot peut se rassurer ; Berwick travaille à l’application des lois de Castille à Valence et à une nouvelle forme du gouvernement du royaume avec le chevalier du Bourck et le marquis d’Asfeld260. L’ambassadeur reconnaît alors que l’autorité d’un chef militaire comme Berwick est ce qui convient le mieux261. Au point même qu’en février 1708, quand celui-ci part rapidement en France, rappelé par Louis XIV pour servir en Provence, sans même prendre congé craignant d’être retenu262, Philippe en est très mécontent263. Le duc d’Orléans, qui revient au même moment pour la campagne de 1708, n’est plus aussi bien accueilli que l’année précédente. Sa conduite en Aragon, et les bruits de cabales qui se répandent, jouent en sa défaveur. Accompagné par M. de Besons264, d’Avesnes et le fidèle Asfeld, le duc d’Orléans prépare consciencieusement ses troupes, mais en mai 1708, il écrit à nouveau une longue lettre au roi d’Espagne pour expliquer en quoi les Aragonais peuvent être aigris de voir leur fueros supprimés. C’est, pour la seconde fois, une défense de ces populations contre l’autorité de Madrid, qu’il tente de présenter comme un moyen pour le roi de se faire davantage accepter en ce royaume265. La réponse de Philippe V fut sans doute très sèche car Orléans doit se justifier de ses écrits266.

  • 267 AN, KK, 1321, Orléans à Chamillart, 19 septembre 1708, « Le chevalier d’Asfeld me mande que tout es (...)
  • 268 ANM, Estado, leg. 2454, 16 juillet 1708, de Tortose (double, AECP, Esp., 186, fol. 419.
  • 269 Amelot l’écrira à Louis XIV en janvier 1709, AECP, Esp., 189, fol. 2, fol. 55.

114Sa campagne est courte ; le 13 mai, il entre en Catalogne. Son but est le siège de Tortose qu’il investit en juin, grâce à Asfeld, qui a fait des miracles avec peu de choses et qui s’apprête à lancer le siège de Denia et d’Alicante267. Fort de la prise de Tortose, Orléans demande, pour la troisième fois, dans un long manifeste, des ménagements pour les provinces reconquises268. En novembre, il regagne Madrid avant de repartir pour Versailles. Désormais, Philippe ne veut plus le revoir dans la Péninsule et Amelot doit expliquer à Louis XIV qu’on pense à Madrid que le duc a eu des accointances avec des Grands hostiles au roi d’Espagne269. Il était prévu qu’il revienne pour la campagne de 1709 mais son retour est différé et c’est finalement le maréchal de Besons qui est envoyé en avril 1709. En réalité, la mission de ce dernier est de ramener les troupes françaises en France. En effet, dès février 1709 Louis XIV veut employer tous les moyens possibles pour conclure la paix. Même si pour ce faire, il doit ôter toute aide militaire à son petit-fils.

Noailles et Vendôme, restaurateurs de Philippe V (1709-1712)

L’abandon de l’Espagne par la France

  • 270 BN, Mss fr„ 3288, fol. 67, Chamillart à Besons, Versailles, 3 juin 1709.
  • 271 SHD, A1 2178, Avertissement.

115Au début de l’année 1709, la France souffre d’une situation militaire dégradée depuis la terrible défaite d’Oudenarde (11 juillet 1708), de difficultés du Trésor, auxquelles s’ajoute le poids terrible que fut le « Grand Hiver ». Louis XIV doit prendre la décision d’abandonner l’Espagne à ses propres forces car il est lui-même menacé par le nord. Besons a ordre de ramener toutes les troupes, y compris les détachements français de Pampelune, Fontarabie et San Sebastian270. Il ne doit pas oublier non plus les armes et l’artillerie entreposées à Saragosse, ainsi que les canons laissés à Valence, Tortose et Peñiscola. Sur les instances de Philippe V, 25 bataillons sous la conduite du marquis d’Avaray, stationnent encore quelques semaines en Espagne, tandis que 10 autres bataillons et 13 escadrons de cavalerie repassent en France271.

  • 272 AECP, Esp., 196, fol. 174 et refus, AECP, Esp., 197, fol. 21.
  • 273 SHD, A1 2178, no 168, Amelot à Voysin, 1er septembre 1709.
  • 274 AECP, Esp., 200, fol. 24, Madame des Ursins à Torcy, 20 juillet 1710.
  • 275 AECP, Esp., 197, fol. 122, Philippe V à Louis XIV, Madrid, 5 octobre 1709 (double, ANM, Estado, leg (...)

116En juillet, Philippe tente de faire venir le duc de Vendôme mais se heurte à un refus de Louis XIV272. À la fin de ce mois, Besons refuse le combat avec les ennemis au bord de la Segre, à Balaguer, ce que les Espagnols, en particulier le comte d’Aguilar, ont tôt fait d’attribuer à de la lâcheté. Philippe V veut se rendre à la tête des troupes pour provoquer une action générale. Amelot, encore présent pour quelques jours, n’arrive plus à calmer le roi273. Malgré l’entêtement de Philippe, la traversée de la Segre n’a aucun résultat car les ennemis sont bien trop fortifiés à Balaguer et le roi doit regagner Madrid. Les Espagnols en voudront longtemps à Besons de cette défaite, et Madame des Ursins écrira près d’un an plus tard, assez injustement, qu’il eut été aisé d’achever la guerre si le maréchal français ne s’était montré aussi timoré274. Besons repart tout de même avec la Toison d’Or, du fait de l’habitude que Philippe V avait de récompenser les officiers de son grand-père à son service. Mais, pour celui-ci, il avoua l’avoir fait pour que ses soldats continuent à lui obéir275.

117Le 11 octobre, la retraite française commence ; les lettres de Besons montrent qu’il est conscient de l’abandon dans lequel on laisse Philippe V. L’Aragon est ouvert aux ennemis. L’instant est crucial car chacun s’attend à voir l’Espagne s’effondrer rapidement.

La reconquête menée par les généraux français

  • 276 Le régiment des Gardes wallonnes fut porté à 6 bataillons de 5 compagnies de 130 hommes, ce qui con (...)
  • 277 Verboom (Georges-Prosper, marquis de) (Bruxelles 1667-Barcelone 1744). En mars 1702, il avait été f (...)

118Philippe V se donna beaucoup de peine pour assurer sa défense. Il réforma toutes les dépenses de la cour pour pouvoir lever des troupes nouvelles276. De même, par une ordonnance royale de mars 1710, un corps d’officiers d’artillerie est créé et mis sous le commandement de Jorge Prosper Verboom277. Cependant, si ce corps est appelé à un grand avenir au cours du xviiie siècle, sa campagne de 1710 est mauvaise. Villadarias et Bay n’essuient que des échecs ; le 20 août, Saragosse tombe aux mains des ennemis tandis que l’armée espagnole revient décimée de ce combat. Bien plus, le 2 septembre, Philippe V est à nouveau chassé de Madrid et doit trouver refuge à Valladolid.

  • 278 Millot, IV, p. 92.
  • 279 Vendôme avoue à Torcy que les conditions de paix demandées durant les années 1709-1710, l’ont fait (...)
  • 280 AECP, Esp., 200, fol. 58, Torcy à Blécourt, 30 juillet 1710.

119Noailles, depuis sa frontière du Roussillon, veut changer la situation. Dès le 26 août, il envoie un plan à Versailles, dans lequel il expose son projet d’attaquer Girone, prenant ainsi les ennemis par l’arrière ; cela fait longtemps qu’il pense à cette manœuvre et il assure pouvoir la faire à peu de frais. Il reproche à la France de vouloir une prompte paix sans même en « examiner les conditions278 ». Ce que Noailles dit tout haut, beaucoup de militaires français le pensent tout bas. Vendôme est de ceux-ci279. La rupture des négociations de paix à Gertruydenberg, en juillet 1709, du fait de la France, indignée des conditions imposées par les ennemis, avait été le premier pas vers une nouvelle alliance avec l’Espagne. Il faut encore attendre un an pour que Torcy écrive à Blécourt la volonté du roi de France de renouer avec son petit-fils280.

  • 281 RIA, Esp., II, p. 173-184. Instructions du 6 septembre 1710.
  • 282 Auprès de Louis XIV et auprès de sa sœur, ANM, Estado, leg. 2574, 1er août 1710.

120En avril 1710, le marquis de Thouy, et, en mai, le chevalier de Torcy, cousin germain du marquis de Torcy, étaient partis pour l’armée d’Espagne comme informateurs. Leurs comptes-rendus n’étaient pas si pessimistes et marquaient surtout l’opiniâtreté des Espagnols à combattre. Noailles fut à son tour envoyé, en septembre, doté d’instructions précises281. Il devait observer l’état réel des forces d’Espagne et encourager le roi à accepter de céder une part de sa couronne. Il constate avec satisfaction que la situation n’est pas sans remède ni aussi désespérée qu’on le pense de Versailles. Il incite Vendôme à le rejoindre à Valladolid. Ce dernier, demandé avec instance par la reine d’Espagne282, avait accepté avec joie sa nouvelle mission, d’autant plus qu’il était alors retiré au château d’Anet, où une mésentente avec le duc de Bourgogne l’avait relégué. Il arriva le 20 septembre après un voyage animé depuis la frontière, où chacun voulait le saluer. Arrivé à la cour, Vendôme trouve le roi dans des sentiments combatifs ; tout comme Noailles, il ne peut que constater la fidélité du peuple espagnol. Tous deux sont subjugués par le courage des Espagnols et l’écrivent.

  • 283 Millot, IV, p. 143-144. SHD, A1 2253, no 109-110, Vendôme à Louis XIV et à Voysin, 30 septembre 171 (...)

121À Madrid, les ennemis sont dans une capitale fantôme car tous, Grands, Conseils, seigneurs, noblesse et leurs subalternes ont suivi le roi283 ; les troupes de l’archiduc s’affaiblissent d’elles-mêmes en séjournant dans une province qui leur est hostile.

  • 284 AECP, Esp., 201, fol. 123, le chevalier de Torcy à Torcy, Valladolid, 23 septembre 1710. Bellerive,(...)
  • 285 Aytone (Guillaume Ramon de Moncada, VE marquis d) († 1727), il fut nommé général de cavalerie de Ca (...)
  • 286 AECP, Esp., 201, fol. 113, Blécourt à Louis XIV, Valladolid, 23 septembre 1710.
  • 287 AECP, Esp., 202, fol. 2, le chevalier de Torcy à Torcy, Casa Tejada, 1er novembre 1710.
  • 288 AECP, Esp., 201, fol. 129, Vendôme à Louis XIV, Valladolid, 25 septembre 1710.
  • 289 AECP, Esp., 201, fol. 210, Vendôme à Louis XIV, Salamanque, 7 octobre 1710.
  • 290 SHD, A1 2255, no 294, 16 décembre 1710, Tolosa, éloge de Vendôme par le médecin Higgins à Voysin.
  • 291 AECP, Esp., 205, fol. 55, le chevalier de Torcy à Torcy, Saragosse, 6 janvier 1711 : « Notre illust (...)

122En peu de jours, Vendôme fit la revue des troupes, procéda à des recrutements, et nomma de nouveaux officiers aux postes vacants284. Tous les jours, il recevait quantité de mémoires et placets à cet effet. Par sa seule présence, il semblait galvaniser les esprits. Trois jours après son arrivée, il fit nommer 6 capitaines généraux : Popoli, Aytone285, Las Torres, Aguilar, Valdecañas et le français Thouy286. En novembre, il fit travailler « à force » au rétablissement de l’infanterie, de la cavalerie et des magasins287. Les résultats obtenus dépassèrent ses espérances, ainsi qu’il s’en félicitait auprès du roi de France288. L’Espagne révélait un potentiel insoupçonné. En compagnie de Philippe V, en qui il découvre un vrai chef militaire289, il marche sur le Tage pour empêcher la jonction des troupes ennemies, puis fait demi-tour pour les attaquer dans leurs positions, entre Madrid et l’Escorial. Les 8 et 10 décembre marquent une victoire complète des troupes de Philippe V à Brihuega et Villaviciosa. Poursuivant son avantage, après un rapide passage dans Madrid, Vendôme procède à la reconquête de Saragosse, le 4 janvier. Le général français est alors le héros de l’Espagne290, présent partout, malgré une mauvaise santé291. Le 25 janvier 1711, Noailles enlevait Girone, grâce à une aide française massive, par le Roussillon.

123Après tous ces succès, la marche de Vendôme est suspendue durant l’année 1711, car le général français a des projets trop vastes sur Tarragone et Barcelone. Or, les préparatifs des vivres ne suivent pas, malgré les soins qu’y apporte Noailles. De longs mois sont marqués par des querelles entre munitionnaires français et espagnols.

  • 292 SHD, A1 2404, no 132-133.

124Le ralentissement des affaires militaires correspond à une intense activité diplomatique. En effet, depuis la mort de l’Empereur et celle du Grand Dauphin, les bruits de paix se font insistants. Le marquis de Bonnac arrive en septembre 1711 à Madrid pour y gagner le roi d’Espagne et il constate que les généraux français lui ont bien préparé la tâche292.

  • 293 AECP, Esp., 205, fol. 95, le chevalier de Torcy à Torcy, Saragosse, 18 janvier 1711.
  • 294 AECP, Esp., 202, fol. 83, Vendôme à Torcy, Casa Tejada, 22 novembre 1710 et ibid., 206, fol. 43, Bl (...)
  • 295 AECP, Esp., 202, fol. 285, Louis XIV à Vendôme, 7 janvier 1711 ; ibid., 205, fol. 85, 17 janvier 17 (...)
  • 296 AECP, Esp., 206, fol. 50, Vendôme à Torcy, Saragosse, 13 mars 1711, il prépare le roi et la reine à (...)
  • 297 AECP, Esp., 208, fol. 208, Noailles à Torcy, Corella, 5 août 1711 et fol. 214, Torcy à Noailles, Fo (...)

125En effet, le duc de Vendôme profita plusieurs fois de sa position pour agir politiquement au sein du Conseil du roi où il siégeait depuis janvier 1711. Il lui arriva même de le tenir, en l’absence de Philippe V, pour faire hâter les affaires293. Blécourt se servit plusieurs fois de son intermédiaire pour des questions de commerce, en faveur des marchands français294. Louis XIV passa aussi par son intermédiaire pour traiter l’importante question de la cession de villes des Pays-Bas espagnols au profit de l’Electeur ; Philippe V, jusque-là fort réticent, sans céder pour autant, se laisse adoucir ; Bonnac récoltera le fruit de ce travail en janvier 17 1 2295. Enfin, Vendôme convainc Philippe V d’engager la paix avec les Anglais, en leur cédant une place en Espagne296. De son côté, Noailles passe plusieurs semaines à la cour, essayant d’animer les affaires, se plaignant de la léthargie qu’il y constate. En juillet 1711, il commence, lui aussi, à s’entremettre sur la question de la paix. Torcy compte sur le duc pour influencer Philippe297. Les militaires français n’hésitaient donc pas à engager leur autorité au service de la diplomatie. Une fois Bonnac en place, Vendôme préféra s’effacer et se consacrer à nouveau aux affaires militaires.

  • 298 La Tr., V, p. 150, Madame des Ursins à Torcy, 17 février 1711.
  • 299 Cabaret (Jules, marquis d’Angoulins), appartient à une dynastie de marins rochelais d’origine bourg (...)
  • 300 Caylus (Claude-Abraham de Thubières de Grimoard de Pestels de Levis, chevalier de) († 1759), il qui (...)

126Une vie de société perdure malgré la guerre ; que ce soit à Saragosse (janvier-juin 1711), Corella (juin-octobre) ou Aranjuez (octobre-novembre), on se reçoit les uns les autres ; on organise de petites fêtes lors du carnaval ou de promotions298. Y participent Blécourt et aussi les militaires français présents, auxquels s’ajoutent ceux qui ont pris place dans l’armée de Philippe, tel Cabaret299 ou Caylus300. Tous deux avaient quitté la France, poursuivis pour duels. Ils firent carrière en Espagne, sans vivre en proscrits et parfaitement fréquentables.

127Le 9 avril 1712, Vendôme partit pour Valence où il arriva le 20. Cependant, depuis près de trois semaines, il mangeait beaucoup de coquillages et du poisson de mauvaise qualité. À Viñaroz, il ne put aller plus loin mais eut le temps de recevoir les derniers sacrements avant de mourir. Son fidèle secrétaire, l’abbé Alberoni, Parmesan d’origine, se trouvait à ses côtés au moment de sa mort. Le général français le recommanda aux bons soins de Philippe V.

  • 301 Guerchy (Louis de Regnier, marquis de) (1663-1748), maréchal de camp en 1704 et lieutenant-général (...)

128L’entente et l’amitié avaient été réelles entre Philippe et Vendôme. Après la mort de ce dernier, il n’y eut plus jamais de Français à la tête des troupes d’Espagne. Le commandement général fut donné à Tserclaes, tandis que le comte de Guerchy301, lieutenant-général français, prenait en main les troupes françaises stationnées dans la Péninsule. La perspective d’une paix prochaine fait que l’armée française n’est plus traitée que comme une force d’appoint. Le départ d’Amelot, en juillet 1709, avait déjà marqué la fin d’une étape dans les rapports diplomatiques franco-espagnols. La mort de Vendôme accroît encore l’éloignement observé chez Philippe V vis à vis de la France. Le contexte diplomatique y est pour beaucoup.

*
* *

129Ces grandes figures de l’entourage français de Philippe V que sont les ambassadeurs, les confesseurs et les officiers militaires eurent une influence considérable, donnant l’impression d’être partout et dans tous les rouages du pouvoir. Mais ils ne se substituèrent pas au pouvoir. Il importe de souligner l’autorité avec laquelle le jeune roi, que l’on disait inexpérimenté, impressionnable et même versatile, conserva la haute main sur les affaires. Philippe tenait à choisir les hommes avec qui il gouvernait ; il ne se laissa pas imposer ses collaborateurs. Sa correspondance avec le roi de France en témoigne.

130En ce qui concerne les ambassadeurs, l’historiographie traditionnelle a souvent jugé leur action à partir des « Instructions » qui leur étaient remises à leur départ de Versailles. En réalité, celles-ci forment un ample discours théorique, pas toujours mis en pratique sur le terrain. C’est la correspondance diplomatique quotidienne qui permet le mieux de suivre le rôle réel tenu par ces hautes personnalités. Quant aux confesseurs, ils jouissaient d’un crédit d’autant plus grand que Philippe avait une âme naturellement religieuse et même scrupuleuse, recourant fréquemment, à certaines époques quotidiennement, aux secours de la confession. De plus, le contexte des rapports entre Madrid et le Saint-Siège, la tentative de secouer l’emprise de Rome sur les affaires intérieures espagnoles donnèrent lieu à quelques manœuvres de grande ampleur dans lesquelles les conseils et les entremises du confesseur étaient évidemment d’une importance capitale. Enfin, Philippe V, comme son grand-père, aimait la guerre. Les conditions de son accès au trône ont fait que celle-ci a marqué les treize premières années de son règne. C’est la France qui a fourni l’essentiel des troupes et Louis XIV accepta d’envoyer à son petit-fils les meilleurs de ses généraux. Ceux-ci n’hésitent pas à faire de la politique, voire à participer aux cabales de cour, alors si nombreuses, et à entrer en conflit avec les autres membres de l’entourage royal. Ces Français se complétaient les uns les autres et furent tous, à tour de rôle mais parfois en même temps, de véritables et précieux ministres du roi d’Espagne, s’occupant aussi bien de politique intérieure que de leur domaine propre. Tous ont souhaité appliquer le modèle centralisateur en vigueur en France. Mais dans quelle mesure ont-ils réussi ?

Notes

1 AECP, Esp., 122, fol. 180, 7 mars 1703.

2 AECP, Esp., 108, fol. 390, 21 septembre 1702 ; La Tr., II, p. 144, 29 novembre 1702 ; AECP, Esp., 117, fol. 335, l’abbé d’Estrées écrit, le 22 septembre 1703, que visiblement les Espagnols avaient formé une cabale pour éloigner le cardinal d’Estrées.

3 SSBL, XI, p. 321.

4 AECP Esp., 122, fol. 137, la reine à Louis XIV, 18 février 1703.

5 AECP Esp., 170, fol. 154.

6 Le père de Gramont, Antoine III, était allié à la famille des Agramonte de Navarre et, en 1659, il avait mené une ambassade en Espagne pour demander la main de l’Infante Marie-Thérèse.

7 AECP Esp., 141, fol. 128, Gramont à Torcy, Bayonne, 17 mai 1704.

8 SHD, A1 1786, no 59, mars 1704.

9 En 1691, Pontchartrain chargea Daguesseau de suivre auprès de lui les affaires du commerce et des manufactures. Il céda cette responsabilité à son neveu, Amelot. Lorsque le 29 juin 1700, Louis XIV créa le Conseil de Commerce, il en confia la présidence à Amelot. Pendant son ambassade en Espagne, ce dernier confia cette charge à son oncle, M. Antoine, Le cœur de l’État. Surintendance, contrôle général et intendances des finances, 1552-1791, (2003), p. 356.

10 SSBL, XII, p. 442. Philippe souhaitait donner la Grandesse au futur époux de la fille d'Amelot. C’était une manière de montrer son amitié envers cet ambassadeur. Mais Louis XIV interdit cette grâce envers un homme de robe, AECP, Esp., 197, première tentative de Philippe (fol. 49, 26 août 1709), premier refus de Louis XIV (fol. 53, 9 septembre 1709) ; deuxième tentative du roi d’Espagne (fol. 189, 17 novembre 1709), nouveau refus du roi de France (fol. 217, 6 décembre 1709).

11 San Felipe, Comentarios, p. 84. « Un homme prudent et perspicace ».

12 1. Scharer, Der französische Botschafter Marquis de Bonnac..., (1948).

13 AECP, Esp., 209, fol. 139, Torcy à Bonnac, 5 octobre 1711.

14 Pinard, Chronologie militaire, III, p. 300-304.

15 AEMD, Esp., 99, fol. 46, Philippe V à Madame de Maintenon, 8 mars 1714.

16 AECP, Esp., 194, fol. 197, fiche sur Quenneville de décembre 1709 où l’on dit qu’il travaille en Espagne depuis quatre ans.

17 AECP, Esp., 237, fol. 254 et AECP, Esp., 252, fol. 132.

18 AECP, Esp., 214, fol. 286, 20 juin 1712.

19 Ainsi l’évaluait le duc de Saint-Aignan, AECP, Esp., 268, fol. 202.

20 Selon le marquis de Maulévrier, en 1720, AECP, Esp., 297, fol. 26.

21 SHD, A1 1888, no 27 à 29, Amelot à Chamillart, 7 novembre 1705.

22 AECP, Esp., 117, fol. 325 et 343, 10 octobre 1703, Torcy et Louis XIV à l’abbé d’Estrées.

23 AECP, Esp., 192, fol. 244, Amelot à Louis XIV, Madrid, 26 août 1709.

24 RIA, Esp., II, p. 193.

25 AECP, Esp., 137, fol. 58, 5 mars 1704, le duc de Medinaceli à Torcy.

26 Ainsi que le demande le duc de Medinaceli à Amelot, en novembre 1705, AECP, Esp., 149, fol. 149.

27 AECP, Esp., 117, fol. 195, Louis XIV à l’abbé d’Estrées, Versailles, 16 septembre 1703.

28 Copie de ce mémoire, AECP, Esp., 144, fol. 23.

29 AECP, Esp., 141, fol. 248, Gramont à Louis XIV, Madrid, 29 juillet 1704 ; ibid., fol. 257, Gramont à Philippe V, sd., mémoire pour empêcher la suppression du despacho et SHD, A1 1786, no 68, Gramont à Chamillart, 10 juillet 1704, sur le même sujet.

30 Gramont se rend compte qu’il existe un conseil secret auquel il n’est jamais convié, AECP, Esp., 141, fol. 318, Gramont à Louis XIV, Madrid, 29 juillet 1704.

31 AECP, Esp., 142, fol. 55, Gramont au roi, 2 septembre 1704.

32 AECP, Esp., 145, fol. 232, Torcy à Gramont, 31 janvier 1705.

33 AECP, Esp., 146, fol. 292, copie d’une lettre de Chamillart à Gramont, sd.

34 Gramont, de façon très désinvolte, écrivait ainsi sur le roi d’Espagne : « Il y a certainement de l’excellent dans cet homme-là, je l’ai apprivoisé, il s’ouvre avec moi et m’a prié de le gronder quand il ne fera pas bien » SHD, A1 1786, no 62, 30 juin 1704, Gramont à Chamillart, au camp de Nisa.

35 Gramont cherchait surtout à « avoir la Reine dans sa poche et au moyen qu'elle n’en sorte pas », AECP, Esp., 142, fol. 276, ainsi qu’il l’écrit à Torcy, 30 octobre 1704. L’aversion personnelle de la reine, envers divers ambassadeurs fut pour eux un frein certain. Elle n’aimait ni les Estrées, ni Gramont et le dit, à mots couverts, au maréchal de Tessé, AECP, Esp., 139, fol. 123 et SHD, A1 1789, no 178, Tessé à Torcy, 12 novembre 1704 et à Chamillart, même date. En juillet 1705, elle appelle encore Gramont cet « abominable homme », Tessé à Chamillart, 28 juillet 1704, SHD, A1 1886, no 155.

36 RIA, Esp., II, p. 143.

37 AECP, Esp., 149, fol. 149, 11 novembre 1705, Amelot raconte au roi sa réunion avec ces deux hommes et les explications qu’il dût leur fournir pour expliquer l’activité de l’ambassadeur de France.

38 Grimaldo (Joseph Guttierez de Solozarno, marquis de) (1660-1733), il commença sa carrière très jeune dans une des secrétaireries des Indes avant de passer dans la secrétairerie du conseil d’État. Orry le remarqua et le prit comme sous-commis, puis secrétaire. Amelot le fit nommer au département de la guerre et des finances, détaché du despacho et érigé en secrétairerie d’Etat. « Il sait qu’il m’a obligation de son avancement... », écrivait Amelot à Blécourt à son sujet, Ria, Esp., II, p. 160. Sur ce personnage, cf. la biographie récente que lui a consacré, en 2004, Concepcion de Castro et de cet auteur, « Las secretarias de los Consejos », Hispania, 201 (1999), p. 199 ; Μ. V. Lopez Cordon, « Instauración dinástica y reformismo... », Manuscrits, 18 (2000), p. 105-106.

39 Mejorada (Pierre-Gaetan Fernandez de Angulo, marquis de) (1656-† 16 mai 1721), son père a travaillé dans la secrétairerie du conseil d’Etat et a initié son fils au métier. Il remplaça le marquis de Rivas en 1705 comme secrétaire du despacho tandis que Grimaldo a les affaires de la guerre et des finances, SSBL, XII, p. 432, n. 1. Cf. C. de Castro, loc. cit, Hispania, 201 (1999), p. 199 et Μ. V. Lopez Cordon, loc. cit., Manuscrits, 18 (2000), p. 104-105. Sa fille épousera le comte de Canales.

40 Canales (Gaspard Coloma, marquis de), est le fils d’un ancien secrétaire d’Etat de Philippe IV. En septembre 1703, on lui attribua le département de la guerre et des affaires étrangères. En avril 1704, il fut renvoyé. Amelot le nomma à nouveau à ce poste, en juillet 1705, afin de se débarrasser du marquis de Rivas qui avait en main toutes les affaires de la guerre, SSBL, VII, p. 122 et C. de Castro, « Las primeras reformas institucionales de Felipe V : el Marqués de Canales, 1703-1703-1704 », Cuadernos dieciochistas, 1 (2000), p. 155-183.

41 Amelot le trouva impropre pour sa charge, AECP, Esp., 147, fol. 268, à Louis XIV, 17 juillet 1705.

42 RIA, Esp., II, p. 156-157, 21 juillet 1709.

43 A. Baudrillart, Philippe Vet la Cour de France, I, p. 341.

44 En 1707, il est vrai, Louis XIV estimait qu’il ne fallait plus user ses forces à vouloir conserver l’Italie. AECP, Esp., 175, fol. 207, et 211, Louis XIV à Amelot, Versailles, 14 et 21 novembre 1707.

45 Le 17 juin 1702, un traité secret portait que, si l’Electeur de Bavière perdait ses États dans cette guerre, il en serait dédommagé par la propriété et la souveraineté des Pays-Bas que le Roi Catholique lui céderait, RIA, Esp., II, p. 168, Mémoire pour servir d’instruction au sieur d’Iberville, 17 novembre 1709. Ce traité, pour ne pas choquer les Espagnols, resta en suspens.

46 AECP, Esp., 142, fol. 130, Louis XIV à Gramont, 28 septembre 1704.

47 AECP, Esp., 197, fol. 122, Philippe V à Louis XIV, 15 octobre 1709.

48 Sa mission dura de novembre 1709 à février 1710. Iberville (Charles François de la Bonde d’) (janvier 1653-† 6 octobre 1723), était entré en qualité de commis aux Affaires Etrangères en 1678. Chargé de mission à Genève en 1688, à Mayence en 1700, à Gênes de 1706 à 1709. Il s’efforça de maintenir la république dans la neutralité, SSBL, IV, p. 278, n. 3 et RIA, Esp., II, p. 164-165.

49 En mai 1709, Amelot signale que les Espagnols ont appris le départ de Torcy aux Pays-Bas pour les pourparlers sans qu’on ait requis leur présence, AECP, Esp., 191, fol. 87. Or Philippe V voulait que le comte de Bergeick et le duc d’Albe assistent aux conférences.

50 AECP, Esp., 195, fol. 328, « Papel supuesto del marques de Mancera », 8 avril 1709.

51 Le marquis de Campoflorido eut les finances. En août, Amelot constate que Ronquillo ou Bedmar, pourtant francophiles, sont les premiers à passer à l’attaque, AECP, Esp., 192, fol. 7 et 239.

52 Philippe acceptait ainsi la cession de Gibraltar et de Port-Mahon aux Anglais et il leur accordait pour trente ans, le privilège de l’asiento.

53 Bergeick (Jan von Brouchoven) (1644-1725). Il débuta en 1668 comme commis des domaines et finances d’Espagne aux Pays-Bas. En 1688, il fut nommé trésorier général. En mars 1702, il obtint la commission de surintendant général des finances, police, justice et milice et celle de contrôleur général des guerres. En 1711, Philippe V l’appela à Madrid, SSBL, XIII, p. 377, n. 3 et Y. Schmitz, Bergeyck, le Colbert belge, (1961).

54 J.-F. Labourdette, Philippe V (2001), p. 257. La paix d’Utrecht fut conclue entre la France d’une part, et l’Angleterre, la Hollande, la Savoie et le Portugal d’autre part. Philippe signa avec l’Angleterre et la Savoie en juillet 1713 ; avec la Hollande en juin 1714 et avec le Portugal en février 1715.

55 AECP, Esp., 237, fol. 129, Orry à Torcy, Madrid, 9 décembre 1713.

56 AECP, Esp., 228, fol. 9, Brancas à Torcy, 1er janvier 1714.

57 Philippe V se plaint de lui à Louis XIV, et l’appelle la « créature » du duc, AECP, Esp., 235, fol. 110, 8 mars 1714.

58 AECP, Esp., 235, fol. 132, Philippe V à Louis XIV, 29 mars 1714.

59 Pachau (Jean-Baptiste), Torcy le nomma secrétaire de Brancas. Il était auparavant à Londres.

60 J. F. Alcaraz Gomez, Jesuitasy reformisme. Elpadre Francesco de Rávago, (1995), p. 49.

61 Sur la définition de ce terme, C. Hermann, L'Église d’Espagne sous le patronage royal, 1476-1476-1834 : essai d’ecclésiologie politique, (1988), p. 41 et sv.

62 J. Contreras Contreras, « Descargar la conciencia Real : Confesor o Ministerio ? », Poltica y cultura en la época moderna. Cambios dinάsticos. Milenarismos, mesianismosy utopas, (2004), p. 502.

63 N. Frizon, Vie manuscrite, p. 44 ; SSBL, XXXIX, p. 324. Voir aussi, AECP, Esp., 117, fol. 71, Louville à Torcy, Madrid, 10 août 1703.

64 A. Astrain, Historia de la Compania de Jesús, VII, p. 159.

65 AECP, Esp., 117, fol. 241, le cardinal d’Estrées à Torcy, Madrid, 2 septembre 1703 ; AECP, Esp., 118, fol. 60, Louville à Beauvilliers, Madrid, 8 octobre 1703.

66 C’était plus précisément la Camara de Castille qui se chargeait des affaires du Patronato Real.

67 Ce tribunal était composé de 5 conseillers ecclésiastiques, un fiscal et deux membres du Conseil de Castille. Philippe V créa ensuite une place pour un jésuite. Les membres de ce Tribunal était nommés par le confesseur.

68 Les jésuites ont divisé l’Espagne en quatre Provinces : Andalousie, Aragon, Castille et Tolède. On estime, en 1710, le nombre total de religieux à 4 547 jésuites, dont la moitié réside dans les Provinces d’Outre-Mer, A. Astrain, op. cit., VII, p. 47.

69 N. Frizon, Vie manuscrite, p. 100 ; Louv., I, 154 ; AECP, Esp., 90, fol. 385, avis de Blécourt sur cette question.

70 AECP, Esp., 90, fol. 384, Mémoire du P. Emmanuel Pinegro.

71 AECP, Esp., 93, fol. 207, Blécourt à Louis XIV, 22 septembre 1701.

72 De La Chaise (François d’Aix) (1624-1709), jésuite français, confesseur de Louis XIV depuis 1675.

73 Depuis 1529, il y a en Espagne un tribunal apostolique permanent. Se distinguant de leurs homologues européens, les nonces d’Espagne, seuls, sont à la fois légats pontificaux avec pleine autorité spirituelle, juges-délégués de tous les tribunaux apostoliques, collecteurs-généraux de la chambre apostolique, agents en Espagne de tous les départements de la Curie. « En un mot, le nonce est le Saint-Siège en Espagne, » selon C. Hermann, op. cit., p. 67-68.

74 AECP, Esp., 90, fol. 385, Mémoire de Blécourt sur le confesseur, envoyé à Torcy le 27 juin 1701.

75 AGS, Gracia y Justicia, leg. 534, J. F. Alcaraz Gomez, op. cit., p. 284, n. 62.

76 Havré de Croy (Jean-Baptiste François, duc d’) (1687-1727), colonel de régiment des gardes wallonnes avec le grade de maréchal de camp, le 30 août 1710, en remplacement de son frère Charles Antoine, tué à la bataille de Saragosse (1683-1710), SSBL, XXIV, p. 93, n. 6 et A. Jansen, Histoire illustrée des Gardes royales (1989), p. 212.

77 ANM, Estado, leg. 767.

78 L’hôpital Saint-Louis des Français de Madrid fut fondé en 1613 par Henri de Savreulx. Il occupait quatre maisons mitoyennes à l’angle des rues Jacometrezo et Tres Cruces, F. Humphry, Histoire de Saint Louis des Français à Madrid, (1854) et R. Duroux, « Un hôpital pour étrangers en Espagne. Saint-Louis-des-Français », Lieux d’hospitalité : hospices, hôpital, hostellerie, (2001), p. 87-111.

79 AECP, Esp., 151, fol. 242. Le P. Joseph Martin administrait l’hôpital depuis 1680.

80 J. F. Alcaraz Gomez, op. cit., introduction. L’auteur renvoie aussi à son article : « Consultas de confesores reales jesuitas sobre representaciones de comedias (1701-1735) », En torno al teatro del Siglo de Oro. Actas de las Jornadas LX-X celebradas en Almeria, Almeria, (1995), p. 233-244. Il cite plusieurs avis des confesseurs sur l’opportunité de représentations théâtrales. Ainsi, le 19 novembre 1701, de Barcelone, le P. Daubenton soutient l’évêque de Huesca qui ne veut pas de représentations dans sa ville, B. de Valladolid, ms. 342, fol. 65-65 v°. De même, il approuve l’évêque de Siguenza qui les interdit pendant le temps des prières publiques qui sont faites pour le succès des armes de Philippe V, de Castel Blanc, 27 mai 1704, ibid., ms. 342, fol. 61-61 v°. Le 4 avril 1707, de Madrid, le P. Robinet met son veto à la demande pour représenter des comédies faite par la ville de Grenade, ibid., ms. 342, fol. 67-68 v°. Le 30 septembre 1714, du Pardo, le P. Robinet émet un avis favorable à ce que des troupes soient formées en dehors de Madrid, à condition qu’elles respectent la décence et les mœurs chrétiennes, ibid., ms. 342, fol. 56-56v°. Le 4 octobre 1715, de Madrid, le P. Daubenton conforte l’évêque de Malaga qui ne veut pas de comédies en sa ville et refuse, une fois encore, à la ville de Grenade le droit de faire des représentations théâtrales, ibid., ms. 342, fol. 69-71 v°. Le 4 août 1716, le P. Daubenton déconseille le déplacement d’une troupe de comédiens de Madrid à Ségovie, ibid., ms. 342, fol. 59-60. Le 8 juin 1718, de la Granja, le P. Daubenton permet à la ville de Grenade de donner des comédies, ibid., ms. 342, fol. 63-64.

81 A Perez Goyena, Los primeras directores de la Biblioteca Nacional, (1925), p. 519.

82 M. Cuesta Luisa, loc. cit., (1958), p. 432. Antonio Folc de Cardona, (1657-1724), archevêque de Valence en 1699. En 1710, il suivit l’archiduc Charles à Barcelone puis en Allemagne où il vécut jusqu’à sa mort.

83 AN, B7 25, fol. 66, Partyet à Pontchartrain, janvier 1715. Le Compasseur était d’une bonne famille de parlementaires de Dijon.

84 ANM, Estado, leg. 2889.

85 Ces constitutions furent imprimées à Madrid, sous le titre Fundacion y Estatutos de la Libreria publica de el Rey n. Senor D. Phelipe V, Rey de Espana (gran escudo de Armas Reales). Αñο 1716. En Madrid, en la oficina de Francesco de el Hierro, 14 p.

86 M. Cuesta Luisa, loc. cit., p. 436.

87 A Perez Goyena, loc. cit., p. 527.

88 L. P. Gachard, Histoire de la Belgique..., p. 100.

89 Le P. Quesnel, en 1685, avait retrouvé Antoine Arnauld, chef du parti janséniste français, à Bruxelles. Tous deux s’occupaient exclusivement de controverses et collaboraient aux volumes successifs de La Morale pratique des jésuites, vigoureux pamphlet contre le molinisme. Après la mort d’Arnauld, le 8 août 1694, Quesnel resta à Bruxelles comme nouveau chef du parti janséniste. Antoine Arnauld, surnommé le Grand Arnauld (1612-1694), était connu pour son traité, De la fréquente communion (1643).

90 En 1692, l’archevêque de Malines ordonna que tous ceux qui se présenteraient pour recevoir les ordres ou pour exercer une fonction ecclésiastique dans son diocèse, signassent un nouveau formulaire renforçant le rejet du jansénisme. Les théologiens de Louvain s’opposèrent à ce changement, en appelèrent au pape et envoyèrent à Rome l’un des leurs, le docteur Hennebel, qui allait devenir l’agent des jansénistes à la curie pontificale. Il obtint d’innocent XII, le 6 février 1694, un bref pour adoucir le mandement de l’évêque. Praecipiano envoya alors à la cour de Madrid un mémoire sollicitant l’intervention royale et dont le titre était explicite, mais n’eut aucune réponse.

91 AECP, Esp„ 137, fol. 128.

92 L. Ceyssens, « Les papiers de Quesnel saisis à Bruxelles et transportés à Paris en 1703 et 1704 », Jansenistica minora V, 1950, extrait de La Revue d’Histoire Ecclésiastique, 44 (1949), p. 507-551 ; A. Le Roy, La France et Rome de 1700 à 1715…. (1892), chap. 4 : « Captivité et évasion de Quesnel, 1703 », p. 117-160.

93 L. Ceyssens, « Suites romaines de la confiscation des papiers de Quesnel, » Bulletin de l’Institut historique belge de Rome, (1955), p. 29. Original à Bruxelles, Bib. Royale, Ms. II, 665, fol. 6-7.

94 Dans une lettre au marquis de Torcy du 23 septembre 1703 (La Tr, III, 81), la princesse dit qu’elle faisait lire ses lettres par le P. Daubenton afin de l’avoir comme témoin de ses démarches.

95 Louv., II, 91.

96 Le 21 septembre 1703, Philippe V accuse le P. Daubenton d’être à l’origine des cabales mais veut le ramener de ses « égarements », AECP, Esp., 117, fol. 321 ; le 5 octobre, Daubenton s’explique au roi, ibid., 118, fol. 42 ; le 29 octobre, Philippe V justifie auprès de Louis XIV le jésuite, ibid., 118, fol. 173, et le 1er décembre, le roi d’Espagne signale que son confesseur est rentré dans ses fonctions. Enfin, le 3 décembre, Philippe écrit au roi une longue lettre pour le justifier, ibid., 118, fol. 261.

97 AECP, Esp., 136, fol. 26, Madame des Ursins à Torcy, 10 janvier 1704. Ambroise Daubenton alla faire sa soumission auprès de Madame des Ursins, le 2 novembre 1703.

98 N. Frizon, Vie manuscrite, p. 45.

99 L’abbé d’Estrées à Louville, 14 mars 1704, Louv., II, 141.

100 AECP, Esp., 140, fol. 123, le roi au marquis de Chateauneuf, 12 mai 1704.

101 Chateauneuf (Pierre-Antoine de Castagnères, marquis de) (1644-1728), conseiller au Parlement, il fut envoyé à Constantinople comme ambassadeur en 1689, en Pologne en 1697, à Lisbonne en 1703. Chassé de ce dernier poste par le débarquement de l’archiduc au Portugal, il se replia sur Madrid où, durant l’année 1704, il seconda le marquis de Gramont alors ambassadeur en cette ville, SSBL, IV, p. 136, n. 4 et RIA, Portugal, p. 225-227.

102 AECP, Esp., 140, fol. 101, Chateauneuf à Torcy, 25 avril 1704.

103 AECP, Esp., 138, fol. 40, Philippe V à Louis XIV, 8 mai 1704.

104 AECP, Esp., 142, fol. 63, le 1er septembre 1704, à Torcy, il loue l’activité du jésuite qui a de « la raison, de l’esprit sans verbiage, de l’intégrité et de la droiture dans le cœur, un zèle ardent » ; ibid., 150, fol. 42 v°, 15 janvier 1705, à Torcy.

105 AECP, Esp., 152, fol. 159, 10 mars 1705 et fol. 233, 8 avril 1705, Philippe V à Louis XIV.

106 AECP, Esp., 152, fol. 402, Philippe V à Louis XIV, 22 mai 1705.

107 AECP, Esp., 152, fol. 245, Louis XIV à Philippe V, Marly, 19 avril 1705.

108 La première offensive contre les positions du Saint-Siège en Espagne fut lancée dès la décennie de 1630, C. Hermann, op. cit., chap. 4, « Les combats du nationalisme ecclésiastique espagnol : 1550-1750 », p. 89-110.

109 Ibid., p. 33-39 pour le détail des contributions du clergé. La fiscalité ecclésiastique espagnole relève de la juridiction ecclésiastique et non de la juridiction fiscale commune. Ce sont les papes qui ordonnent les contributions et en concèdent le produit à la monarchie. En général ces contributions sont justifiées par les besoins de la guerre contre les infidèles, les barbaresques, etc.

110 Ibid., p. 66.

111 Ce nationalisme ecclésiastique est différent du gallicanisme français, ibid., p. 67. Les nationalistes ecclésiastiques s’étaient constitués par opposition au Tribunal du Nonce, tout puissant en Espagne ; celui-ci s’était renforcé au détriment des tribunaux ecclésiastiques nationaux et des prérogatives des ordinaires. À la même époque, depuis le concordat de Bologne en 1516, tous les procès ecclésiastiques en France se jugent dans le royaume par des magistrats sujets des rois de France, ibid., p. 69.

112 Il existe en effet une tendance (très minoritaire) prônant un régalisme absolu, qui se définit par la prétention de l’administration monarchique à sortir du rôle d’auxiliaire de la juridiction ecclésiastique, pour exercer un rôle directeur de cette juridiction et de police du clergé. Les épiscopaliens, au contraire, pensent que la couronne doit se contenir dans un rôle tutélaire : elle mettra le bras séculier au service de la juridiction ecclésiastique sans que les immunités de l’Église souffrent la plus légère atteinte. « Admirateurs des libertés de l’Église gallicane vis à vis de Rome, ils refusent le corset des ordonnances ecclésiastiques des rois de France, et la sévère tutelle des Parlements », ibid., p. 83.

113 Luis Belluga, évêque de Carthagène-Murcie exprima ces sentiments dans un manifeste de 1709, dans lequel il répondait à Francesco Solis, évêque de Lerida, épiscopalien convaincu qui faisait du roi d’Espagne un nouveau Moïse. De même que celui-ci libéra le peuple captif de la tutelle de Pharaon, ainsi celui-là doit libérer son Église de l’esclavage romain, ibid., p. 95-96.

114 Amelot évoque cette question pour la première fois dans sa lettre à Louis XIV du 8 novembre 1705, AECP, Esp„ 149, fol. 131.

115 AECP, Esp., 157, fol. 36, Amelot à Louis XIV, 4 janvier 1706.

116 Cette junte était constituée de 4 conseillers d’Etat (Frigiliana, Medinaceli, Veragua et Bedmar), 4 conseillers du Conseil de Castille (D. Garcia Perez de Araciel, D. Pascual de Villacampa, D. Francesco Pontel, D. Alonzo Perez de Araciel) et 4 théologiens (le P. Robinet, le Fr. Francesco Blanco, le P. Vicente Ramirez et le Fr. Alonso Pimentel), AECP, Esp., 189, fol. 234 et Esp., 190, fol. 48.

117 San Felipe, Comentarios, p. 184. Le nonce est Antonio Félix Zondadari.

118 AECP, Esp., 189, fol. 169, Amelot à Louis XIV, 11 février 1709. Les Grands étaient prêts à rompre avec le Pape, alors même que celui-ci n’avait pas encore reconnu l’archiduc. Lorsqu’il le fit, ils furent d’autant plus scandalisés par l’attitude de Clément XI, ibid., 25 février 1709, le même au même.

119 AN, B7 3, fol. 317, 2 novembre 1709, Partyet à Pontchartrain. Le P. Blanco dominicain avait aussi été convoqué par le général de son ordre, mais le roi refusa qu’il s’y rende.

120 Macanaz (Melchor Rafael de) (1670-1760), auteur fécond et inlassable, travailla à la régénération politique, économique et spirituelle de l’Espagne. Il était un adepte des théories régalistes, cf. C. Martin Gaite, Macanaz, otro paciente de la Inquisición, (1982).

121 M. Carmen Gaite, op. cit., lettre de Belluga à Louis XIV, s. d., p. 281.

122 Giudice (François), fils du duc de Giovenazzo et prince de Cellamare, (1647-1725).

123 Voir l’analyse de ce texte par M. Carmen Gaite, op. cit., p. 261-266.

124 AECP, Esp., 231, fol. 129, Pachau à Torcy, 3 septembre 1714.

125 M. Carmen Gaite, op. cit., p. 280-284 et I. Martin Martinez, « Cardenal Belluga, figura señera del antirregalismo en Espana », (1953), p. 340-360.

126 AECP, Esp., 239 fol. 11, 28 février 1715.

127 AECP, Esp., 244, fol. 217, Philippe V à Louis XIV, Buen Retiro, 11 mars 1715. La nomination officielle de Daubenton date d’Aranjuez, le 4 juillet 1715, AGP, Personal, C 286/17.

128 AECP, Esp., 244, fol. 229, Torcy au duc de Saint-Aignan, 25 mars 1715, Versailles.

129 AECP, Esp., 244, fol. 245, le roi au duc de Saint-Aignan, Versailles, 1er avril 1715.

130 A Astrain, op. cit., VII, p. 159.

131 AECP, Esp., 336, fol. 157, Tessé à Morville, San Ildefonso, 8 octobre 1724.

132 J. P. Le Flem, « Les armes individuelles des soldats espagnols à l’époque moderne », L’Espagne et ses guerres. De la fin de la Reconquête aux guerres d’indépendance, (2004), p. 59-66.

133 J. P. Le Flem, « Les armées en péninsule ibérique durant la guerre de Succession d’Espagne (selon les Comentarios du marquis de San Felipe) », La présence des Bourbons en Europe, (2003), p. 127-146.

134 San Felipe, Comentarios, p. 25.

135 J. A. Lynn, Giant of the ‘Grand siècle’. The French Army 1610-1715, 1997.

136 Lorsqu’en 1692, Charles II voulut recruter des milices, on obtint sur le papier 465 307 recrues, mais on ne put mettre à leur disposition que 59 000 armes, et il fallait encore ménager les munitions, J. P. LE FLEM, loc. cit., p. 131.

137 Historia de España, R. Menendez Pidal (dir.), t. 29, vol. 1 (1985) p. 508.

138 AECP, Esp., 120, fol. 248, Orry à Torcy, Madrid, 23 novembre 1703.

139 AECP, Esp., 119, fol. 221, Orry souhaitait mêler les officiers espagnols et français. Du fol. 222 au fol. 227, il rédigea un Mémoire intitulé : « Places qui pourraient être remplies par des Français dans la Maison du roi d’Espagne, dans sa garde, dans ses troupes et dans sa marine ». Dans les gardes du roi, il place 224 Français, dans la cavalerie, 400, dans l’infanterie, 1360, dans l’artillerie, 80, dans les fortifications, 41, et dans la marine, 266, soit 2 371 officiers Français (de lieutenant-colonel à major). Voir Ibid., fol. 248, il souhaite « composer un corps de Français, et dans la maison du roi et dans les troupes, qui les mettrait en état de se maintenir et rendre l’autorité du roi bien plus affermie ».

140 SHD, A1 1787, no 98, « Etat des officiers généraux et des bataillons et escadrons français qui sont en Espagne » (février 1704). San Felipe, Comentarios, p. 54 : l’auteur avance le chiffre de 12 000 Français.

141 En novembre 1705, Amelot constate que les troupes françaises sont toujours de 12 000 hommes aguerris, conduits par des officiers d’expérience, AECP, Esp., 149, fol. 124, Amelot à Louis XIV, Madrid, 8 novembre 1705.

142 AECP, Esp., 159, fol. 184, Amelot à Louis XIV, Madrid, 9 juin 1706.

143 SHD, A1 2048, Avertissement.

144 Villadarias (Franciso del Castillo-Fajardo) († 1716), défenseur de Charleroi en 1693, mestre de camp général de Catalogne en 1694, gouverneur de Ceuta en 1698, devenu marquis de Villadarias en 1699. Philippe V lui avait donné une grosse commanderie en 1701, puis l’avait nommé gouverneur des côtes d’Andalousie à la place de Leganés. Il combat les Portugais en 1704, assiège Gibraltar, et commande l’armée d’Aragon en 1710. En septembre 1713, il devient vice-roi et capitaine général du royaume de Valence, SSBL, X, p. 232, n. 3.

145 Híjar (Ferdinand Pignatelli) († à Vienne en 1729), neveu du duc de Monteleón, il épousa la duchesse d’Híjar, héritière du titre, en décembre 1688, SSBL, XXXIX, p. 94, n. 1.

146 Las Torres (Christophe de Moscoso y Montemayor, comte de) (1655-1749), général de l’artillerie du Milanais en mai 1695. Il servit quelque temps au royaume de Valence. Il obtient la charge de commissaire général des troupes d’Espagne, en août 1706, à la place de Francesco de Cordoue, devenu trop âgé pour l’exercer, SSBL, XIII, p. 223, n. 4.

147 Popoli (Rostaing Cantelmi, duc de) (1651-1723), retiré à Naples en 1696 comme général des troupes, Philippe V le fit maître de camp de ce royaume en 1702. En novembre 1703, il lui donna le commandement de la compagnie italienne des gardes du corps et lui accorda la grandesse de première classe, SSBL, VIII, p. 301, n. 1.

148 Valdecañas, (Melchor de la Villaneda Sandobal y Rojas, marquis de) († 1719), gendre de Villadarias, choisi pour commander à Cadix en mai 1705 sur la recommandation de Tessé et d’Orry, SHD, A1 1885, n° 230 ; il est fait capitaine général en septembre 1710, SSBL, XX, p. 127, n. 5.

149 Bay (Alexandre Maître, marquis de) (Salins, 1650-Badajoz, 1715). Il était général-major au service de la Hollande lorsqu’il passa dans l’armée franco-espagnole de Flandre commandée par Bedmar et par le duc de Bourgogne en 1702, par Boufflers en 1703. Il fut capitaine général de la cavalerie de l’armée de Flandres de 1702 à 1704 et lieutenant-général en 1703. Une fois en Espagne, il reçut un titre de marquis en juillet 1704, le grade de directeur général de la cavalerie en septembre, et, quelques mois plus tard, la capitainerie générale de l’Estremadure. En septembre 1706, il eut celle des deux Castilles. Chevalier de la Toison d’Or en 1707, SSBL, XIV, p. 114, n. 6.

150 SHD, A1 1789, n° 200, Bay en informe lui-même Chamillart, 21 novembre 1704.

151 Leganés (Diego Maria Felipe de Guzman, IIIe marquis de) († 1711), suspect, il fut arrêté et transféré en France, en 1705, et retenu au Château Trompette à Vincennes, SSBL, III, p. 135, n. 3. Palma (Louis-Antoine-Thomas Portocarrero de Mendoza y Luna, Ve comte de) (1649-1723), était le neveu de Portocarrero ; en 1710, il rejoignit l’archiduc, SSBL, VII, p. 249-250, n. 7.

152 Velasco (Francesco), est le fils illégitime du connétable de Castille, D. Inigo Melchor de Velasco († en 1696). Il fut général de l’artillerie de Catalogne en 1673, puis membre du Conseil de guerre, en 1678, avant d’exercer un gouvernement à Anvers, à Ceuta, à Cadix puis comme vice-roi en Catalogne, de 1696 à 1697, charge que lui donna à nouveau Philippe V, SSBL, IV, p. 148, n. 2.

153 Havré de Croy (Charles-Antoine duc d’) (1683-1710), chevalier de la Toison d’Or et Grand d’Espagne. Il accepte l’emploi de 1er colonel du régiment des gardes wallonnes, cf. SSBL, X, p. 387-388, n. 2 ; A. Jansen, op. cit., p. 212. La création des gardes du roi a suscité de nouvelles perspectives d’ascencion sociale pour la noblesse flamande.

154 SHD, A1 1789, no 44, Chamillart à Puységur, Fontainebleau, 21 septembre 1704.

155 AECP, Esp., 155, fol. 254, Louis XIV à Amelot, Marly, 16 février 1706. Cela n’empêcha pas les capitaines généraux espagnols, comme Villadarias ou Bay, d’estimer qu’ils étaient égaux pour le titre aux maréchaux de France, cf. Berwick, Mémoires, p. 367.

156 SHD, A1 2104, no 75, Bourck à Chamillart, 4 mars 1708. Berwick, comme Tessé, avait le pouvoir de nommer au nom de roi d’Espagne dans tous les emplois subalternes de l’infanterie et de la cavalerie devenus vacants, SHD, A1 1883, no 53, Tessé à Chamillart, Salamanque, 9 janvier 1705.

157 Berwick rend hommage à ce dernier dans ses mémoires, p. 388. Amelot et Bourck évoquent tous deux une de ses actions d’éclat, en mars 1707, AECP, Esp., 167, fol. 110 et 133.

158 Ainsi qu’il l’écrit au duc de Saint-Simon, AECP, Esp., 305, fol. 37, Montauban, 1er octobre 1721. Castelar (Balthazar Patiño, marquis de) (1670-1733), débuta dans les bureaux de Madrid, puis fut intendant général de l’armée du royaume d’Aragon. Il devint secrétaire du conseil de la guerre en 1720, secrétaire des dépêches de la marine et de la guerre en janvier 1721, fut destitué en 1725, mais obtint, en 1726, la secrétairerie d’État de la guerre et ne quitta plus ce poste qu’en août 1730 pour venir en France comme ambassadeur extraordinaire, SSBL, VIII, p. 156, n. 2.

159 Pinard, Chronologie militaire, III, p. 170-174.

160 Ces terres avaient été autrefois les apanages des seconds fils des rois d’Aragon. ANM, Consejo, leg. 18 376, no 92.

161 Tessé (René Mans de Froulay, comte de) (1651-1725), maréchal de camp en 1688, lieutenant-général en 1692, maréchal de France en 1703, SSBL, I, p. 272-273, n. 7.

162 ANM, Consejo, lib. 619, fol. 357 v°, 6 mars 1705.

163 Orléans (Philippe, duc d’) (1674-1723), fils de Monsieur et de la Princesse Palatine, futur Régent de France.

164 SSBL, IX, p. 33, n. 7. Début 1702 le fils duc d’Orléans envoya une procuration au comte de Marcin et des mémoires sur cette question. Son précepteur, l’abbé Dubois, vint à Madrid en décembre 1702 pour évoquer cette affaire.

165 ANM, Estado, leg. 2975 : (1709-1711), interrogatoires de Flotte et Regnault en prison. A. Baudrillart, « Les intrigues du duc d’Orléans en Espagne, 1708-1709 », Revue Historique, 43 (1890), p. 1-33 et 241-273.

166 Noailles (Adrien-Maurice, comte d’Ayen puis duc de) (1678-1766), brigadier de cavalerie en 1702, duc de Noailles en 1704 sur la démission de son père, maréchal de camp la même année, lieutenant-général en 1706, maréchal de France en 1734, SSBL, V, p. 122-123, n. 4 ; Pinard, Chronologie militaire, III, p. 260-273 ; Vendôme (Louis-Joseph de Bourbon, duc de) (1654-1712). Lieutenant-général en 1688, SSBL, I, p. 303-304, n. 3.

167 ANM, Consejo, lib. 620, fol. 164 v°, Grandesse de première classe conférée à Noailles, Madrid, 3 mars 1712. Il fut créé Grand par trois décrets du 13 février, 7 juin 1711 et 3 mars 1712, Pinard, Chronologie militaire, III, p. 268.

168 ANM, Estado, leg. 2783, décret de Philippe V, 13 mars 1712 conférant le traitement de prince du sang au duc de Vendôme « como el Rey Xpmo mi Abuelo, los ha declarado a los Hijos de el Duque du Maine... ».

169 Asfeld (Claude François Bidal, chevalier d’) (1665-1743), brigadier en 1694, maréchal de camp en 1702, lieutenant-général en 1704, SHD, Dossier des maréchaux, 2 Yd 200 ; SSBL, X, p. 288, n. 8 ; Pinard, Chronologie militaire, III, p. 250-260.

170 Amelot préconisait de faire de Xativa « un exemple de sévérité afin d’ôter aux autres villes l’envie de se défendre », à Louis XIV, 16 mai 1707, AECP, Esp., 168, fol. 86. Le colonel Daniel Mahony, irlandais, est chargé de la destruction complète de Xativa. Tous les habitants sont déportés dans la Mancha et la ville brûlée, selon les instructions de Madrid, le même au même, 20 juin 1707, ibid., 168, fol. 250.

171 ANM, Estado, lib. 620, fol. 274, Buen Retiro, 30 août 1715.

172 Puységur (Jacques François de Chastenet, marquis de), (1655-1743). Il devait, en Espagne, « être le gouverneur unique de l’infanterie, cavalerie et dragons ». Il avait servi sous le maréchal de Luxembourg en Flandres, comme maréchal des logis de l’armée, SSBL, XI, p. 316-319. Quoiqu’il parvint aux différents grades de brigadier, maréchal de camp et lieutenant-général, il continua, sur ordre du roi, à faire les fonctions de maréchal général des logis, charge dans laquelle il excellait, Pinard, Chronologie militaires, III, p. 244-250.

173 SHD, A1 1787, no 16 à 20, Puységur à Chamillart, 11 janvier 1704.

174 Joffreville (François le Danois, marquis de), brigadier en 1696, maréchal de camp en 1702, il passe lieutenant-général en octobre 1704. Sous la Régence, il fera partie du conseil de la guerre. AECP, Esp., 158, fol. 10, Amelot à Louis XIV, Madrid, 3 mars 1706, SHD, Dossier des maréchaux, 3 Yd 456 ; SSBL, XXVIII, p. 313-314, n. 7.

175 AECP, Esp., 177, fol. 70, Amelot au duc d’Orléans, Madrid, 16 août 1707. Amelot demande plusieurs fois son maintien à Saragosse, ibid., fol. 103, 24 août 1707 ; ibid., fol. 204, 21 septembre 1707 et ibid., fol. 301, 10 novembre 1707.

176 AECP, Esp., 176, fol. 279, Amelot au duc d’Orléans, 19 juin 1707.

177 Fiennes (Maximilien François de Fiennes de Lumbres, comte de) († 26 avril 1716), mestre de camp de cavalerie après son père, en mars 1690, brigadier en janvier 1702, maréchal de camp en octobre 1706, lieutenant-général en décembre 1706. AECP, Esp., 165, fol. 324, Philippe V à Louis XIV, 16 novembre 1707. Il place Fiennes auprès d’Osuna car il est très content de cet officier. Il demande au roi pour lui le grade de lieutenant-général, SSBL, XVII, p. 382.

178 Thouy (Antoine Balthazar de Longecombe, marquis de) (1649-1726). ANM, Estado, leg. 260, no 72, Thouy à Rivas, 2 novembre 1704, il remercie Philippe V pour sa charge. Maréchal de camp en 1696, lieutenant-général en 1704, SSBL, XX, p. 127-128, n. 7.

179 AECP, Esp., 153, fol. 46, Versailles, 19 juillet 1705, Chamillart avertit Amelot du retour de Thouy, regrettant son départ mais ajoutant : « son humeur inquiète ne lui a pas permis d’être d’accord avec lui-même. Il a demandé à revenir sans savoir pourquoi ».

180 SHD, A1 2253, no 96 et no 185, 22 septembre et 2 novembre 1710.

181 Legall (François René, baron de) (1652-1724), d’origine bretonne, peu connu à la cour, était devenu brigadier de cavalerie en mars 1693, maréchal de camp en janvier 1702. Il passa lieutenant-général en 1703, SSBL, XI, p. 160-161, n. 5.

182 Avaray (Claude-Théophile de Bésiade, 2e marquis d’) (1655-1745), il fut créé brigadier en 1694, maréchal de camp le 29 janvier 1702, rejoignit Philippe V à Naples et devint lieutenant-général en février 1704. AECP, Esp., 157 fol. 224, double, SHD, A1 1976, no 111, Amelot à Louis XIV, Madrid, 16 février 1706, SSBL, XVII, p. 363, n. 1.

183 SHD, A1 2050, no 102, Berwick à Chamillart, 8 octobre 1707, relation de la bataille ; il insiste sur le rôle joué par d’Avaray.

184 Labadie (Charles d’Espalongue de) († 1724), capitaine d’infanterie en 1672, puis lieutenant-colonel en 1691, devint brigadier en 1694, maréchal de camp en 1702 et lieutenant-général en 1704, SSBL, XXIII, p. 93, n. 4.

185 AECP, Esp., 159, fol. 128, Amelot à Louis XIV, Madrid, 1er juin 1706, il fait un conseil militaire d’urgence avec Aguilar, Popoli, Havré, Labadie et Hessy.

186 Estaing (François comte d’, marquis de Murol, baron de Spoy) (v. 1654-1732). Il commence sa carrière dans les cadets jusqu’à être en 1690 capitaine-lieutenant des gendarmes-Dauphin, brigadier en 1694, maréchal de camp en 1702 et lieutenant-général en février 1704, SSBL, XIII, p. 43, n. 5.

187 ANM, Estado, leg. 2514, no 29, le Grand Dauphin à Philippe V, 23 décembre 1708.

188 Par exemple, le chevalier comte de Louvigny, nommé commandant de la forteresse de Lerida en novembre 1707, AECP, Esp., 171 fol. 59. Le sieur Dalbigny, nommé par Philippe V major de Pampelune en février 1708, AECP, Esp., 184, fol. 75. M. d’Anzeville, chargé du gouvernement de Balaguer par le duc d’Orléans en novembre 1708, SHD, A1 2105, no 256. Le capitaine Grossetête, commandant à Morella en août 1709, AECP, Esp., 196, s.f.

189 SHD, A1 1787, no 103-104, Berwick à Louis XIV, Madrid, 22 février 1704.

190 SHD, A1 1787, no 126-7, Berwick à Louis XIV, Madrid, 29 février 1704.

191 SHD, A1 1787, no 211, Berwick à Chamillart, Alcantara, 3 avril 1704. En mars, Chamillart écrivait à Berwick de modérer le zèle intempestif de Puységur auprès du roi, SHD, A1 1787, no 161, Chamillart à Berwick, 9 mars 1704.

192 AECP, Esp., 143, fol. 218, Berwick à Gramont, camp de Portalegre, 3 mai 1704.

193 SHD, A1 1787, no 180, Chamillart à Berwick, 18 mars 1704 et BERWICK, Mémoires, p. 360.

194 AECP, Esp., 141, fol. 201, Gramont à Louis XIV, camp de Nisa, 27 juin 1704.

195 SHD, A1 1786, no 139, Gramont à Chamillart, 3 septembre 1704.

196 Après un bombardement naval, la maigre garnison, 80 hommes et 30 cavaliers, dut se rendre.

197 Berwick, Mémoires, p. 365.

198 SHD, A1 1786, no 187, Chamillart à Gramont, Fontainebleau, 21 septembre 1704.

199 SHD, A1 1786, no 202, Gramont à Chamillart, 1er octobre 1704.

200 AECP, Esp., 139, fol. 118, Gramont à Torcy, Madrid, 12 novembre 1704.

201 AECP, Esp., 144, fol. 148, Philippe V à Louis XIV, 5 septembre 1704.

202 AECP, Esp., 163, fol. 79, Philippe V à Louis XIV, Madrid, 5 février 1706.

203 AECP, Esp., 139, fol. 178-186, Tessé à Torcy, Salamanque, 11 décembre 1704.

204 « Croyez que l’on décide plus de choses importantes à l’Académie française qu’au despacho universel », Tessé à Torcy, Salamanque, 26 décembre 1704.

205 « J’ignore ce que c’est que le concert dont vous me parlez entre le duc de Gramont et moi, il y est de ma part tout entier, et si c’est de sa part qu’il n’y est pas, je voudrais donc que l’on me marquât mes fautes, lui ou ses gens qui se sont faussement mis dans la tête que je veux être ambassadeur », SHD, A1 1884, no 28, Tessé à Chamillart, 5 mars 1705.

206 SHD, A1 1884, no 233, Tessé à Chamillart, au camp devant Gibraltar, 5 avril 1705.

207 AECP, Esp., 152, fol. 147, Tessé à Gramont, au camp devant Gibraltar, 2 mars 1705.

208 AECP, Esp., 152, fol. 210, Louis XIV à Philippe V, 12 avril 1705.

209 SHD, A1 1884, no 264, Louis XIV à Tessé, 12 avril 1705.

210 SHD, A1 1885, no 36, Tessé à Chamillart, camp de Moraleja, 7 mai 1705.

211 AECP, Esp., 150, fol. 82, Gramont à Louis XIV, 5 février 1705.

212 AECP, Esp., 153, fol. 73, 15 juillet 1705, Tessé à Torcy et fol. 105, 22 juillet, à Puysieulx.

213 SHD, A1 1886, no 29, Tessé à Chamillart, Madrid, 8 juillet 1705.

214 SHD, A1 1886, no 170-171, Tessé à Chamillart, Madrid, 31 juillet 1705.

215 AECP, Esp., 149, fol. 32, Amelot à Louis XIV, Madrid, 2 novembre 1705.

216 AECP, Esp., 149, fol. 224, Amelot à Louis XIV, Madrid, 7 décembre 1705.

217 SHD, A1 1888, no 88 à 90, Tessé à Chamillart, 20 novembre 1705.

218 SHD, A1 1888, no 333, Tessé à Chamillart, 28 décembre 1705.

219 AECP, Esp., 155, fol. 204, Tessé à Amelot, 10 janvier 1706.

220 AECP, Esp., 163, fol. 125, Tessé à Philippe V, sd. (février 1706), il accepte de réduire Valence avant Barcelone.

221 AECP, Esp., 155, fol. 228, Louis XIV à Amelot, 31 janvier 1706 et à Philippe V, ibid., 163, fol. 42, 25 janvier 1706. Chamillart sermonne Amelot sur le même sujet, AECP, Esp., 163, fol. 108, 16 février 1706.

222 AECP, Esp., 163, fol. 95, Louis XIV à Tessé, Marly, 13 février 1706. AECP, Esp., 155, fol. 259, Louis XIV à Amelot, 24 février 1706, il lui ordonne de faire marcher les troupes sur Barcelone.

223 San Felipe, Comentarios, p. 105-108.

224 AECP, Esp., 163, fol. 138, Chamillart à Amelot, Versailles, 25 février 1706.

225 Amelot, en février 1706, écrit à Chamillart de lui renvoyer Berwick, SHD, A1 1976, no 96.

226 AECP, Esp., 163, fol. 168, Chamillart à Amelot, 1er mars 1706.

227 SHD, A1 1976, no 109-110, Orry à Chamillart, 17 février 1706, et no 111, Amelot à Chamillart 18 février 1706.

228 Bourck estime, en mai 1706, que Berwick n’est en état de s’opposer à aucun des desseins des ennemis, AECP, Esp., 159, fol. 107, lettre à Torcy, Madrid, 26 mai 1706.

229 SHD, A1 1976, no 169-170, Berwick à Chamillart, 12 mars 1706 et no 178, Joffreville à Chamillart, Salamanque, 14 mars 1706.

230 SHD, A1 1976, no 261, Chamillart à Amelot, Versailles, 20 avril 1706.

231 SHD, A1 1977, no 12, Amelot à Chamillart, 8 mai 1706.

232 SHD, A1 1976, no 52, Chamillart à Amelot, 22 mai 1706.

233 Dans le nord de la France, le 25 mai 1706, eut lieu la défaite de Ramillies. La majeure partie des Pays-Bas du sud est passée sous la domination anglaise.

234 La flotte française du comte de Toulouse, à l’annonce de l’arrivée d’une flotte anglaise, leva l’ancre. Tessé commanda alors la retraite des troupes françaises.

235 SHD, A1 1977, no 97, Noailles à Chamillart, 2 juin 1706.

236 Berwick, Mémoires, p. 377.

237 SHD, A1 1977, no 15, Orry à Chamillart, 8 mai 1706. « Toutes les familles françaises qui étaient ici et dont les maris sont au service et auprès du roi ont pris l’épouvante ; il a fallu se mettre en état de les sauver et leur donner de quoi ».

238 AECP, Esp., 159, fol. 184, Amelot à Louis XIV, Madrid, 9 juin 1706, (double SHD, A 1 1977, no 135) il se dit mécontent des projets de Berwick auquel il envoie le chevalier du Bourck pour que celui-ci l’amène à se rapprocher de la sierra de Guadarama qui ouvre sur Madrid.

239 AECP, Esp., 159, fol. 202, Amelot à Louis XIV, Madrid, 15 juin 1706.

240 AECP, Esp., 165, fol. 40, Torcy à Noailles, Marly, 20 juillet 1706.

241 Le 20 juillet, Philippe V est à Atienza, avec 12 bataillons et 2 régiments de dragons français et 20 bataillons espagnols. Il attend le renfort français pour livrer bataille, AECP, Esp., 165, fol. 72, Philippe V à Louis XIV. Le 4 août, il informe le roi de France de la reprise de Madrid, ibid., fol. 111. Le 13 septembre, il annonce que les ennemis sont rejetés vers Valence, ibid., fol. 191.

242 AECP, Esp., 161, fol. 143, Amelot au roi, Madrid, 12 octobre 1706.

243 SHD, A1 1978, no 247, Berwick à Chamillart, Madrid, 6 décembre 1706. Il souhaitait en outre que Philippe dirige la campagne à la tête des troupes. Cependant, il doit renoncer à cette idée car la reine, enceinte, ne veut pas entendre parler du départ du roi, ibid., A1 2048, no 103 et no 125, le même au même, 5 février 1707. Louis XIV, appelé à trancher la question, sur les avis d’Amelot et de Madame des Ursins, conseille à Philippe V de rester auprès de son épouse. Celui-ci obéit à regret, AECP, Esp., 172, fol. 111, 28 février.

244 SHD, A1 2049, no 86, Amelot à Louis XIV, Madrid, 30 mai 1707.

245 AECP, Esp., 160, fol. 191, Amelot à Louis XIV, Marchamalo, 8 août 1706.

246 AECP, Esp., 155, fol. 190, Tessé à Amelot, Pina, 2 janvier 1706.

247 AECP, Esp., 176, fol. 78, Berwick au duc d’Orléans, au camp de Morviedro, 11 mai 1707.

248 AECP, Esp., 176, fol. 103, Berwick à Amelot, au camp de Traiguera, 21 mai 1707. Amelot avait acquiescé et informait Louis XIV de ce que Philippe V avait suspendu la nomination d’un gouverneur de la province « pour ne pas créer de contestations avec le commandant des troupes », à Louis XIV, AECP, Esp., 168, fol. 86, 16 mai 1707.

249 Berwick, dans une lettre au duc d’Orléans, décrit durement Amelot : « C’est un homme enflé de lui-même et qui s’imagine être le cardinal Richelieu ; je voudrais qu’il le fut pour le bien du service », Monçon, 20 août 1707, AECP, Esp., 177, fol. 77.

250 AECP, Esp., 176, fol. 149, Amelot à Berwick, Madrid, 28 mai 1707.

251 AECP, Esp., 176, fol. 193, Amelot au duc d’Orléans, Madrid, 4 juin 1707.

252 AECP, Esp., 176, fol. 103, Berwick à Amelot, au camp de Traiguera, 21 mai 1707.

253 AECP, Esp., 168, fol. 222, Amelot à Louis XIV, Madrid, 13 juin 1707.

254 AN, KK 1322, Orléans à Philippe V, Saragosse, 31 mai 1707.

255 AECP, Esp., 176, fol. 331, Amelot au duc d’Orléans, Madrid, 2 juillet 1707.

256 ANM, Estado, leg. 2454, Orléans à Philippe V, 11 juillet 1707, au camp d’Alcaraz.

257 AECP, Esp., 176, fol. 358, Amelot au duc d’Orléans, 14 juillet 1707.

258 En novembre 1707, on lui prépare la demeure du duc d’Uceda, AECP, Esp., 171, fol. 126.

259 AECP, Esp., 174, fol. 210, Philippe V à Louis XIV, 26 décembre 1707.

260 AECP, Esp., 178, fol. 55, Bourck à Torcy, Valence, 11 janvier 1708 ; ibid., 187, fol. 5, Asfeld au duc d’Orléans, Valence, 11 janvier 1708.

261 SHD, A1 2104, no 64, Amelot à Louis XIV, Madrid, 20 février 1708 (double, AECP, Esp., 178, fol. 176).

262 Berwick, Mémoires, p. 393 et mécontentement d’Amelot, SHD, A1 2104, no 85, 12 mars 1708.

263 AECP, Esp., 184, fol. 169, Philippe V au roi, Madrid, 12 mars 1708.

264 Besons (Jacques Basin, comte de), (1646-1733). Maréchal de camp en 1693, lieutenant-général en 1702, maréchal de France en 1709, SSBL, II, p. 215, n. 2.

265 AN, KK 1321, Orléans à Philippe V, 2 mai 1708.

266 ANM, Estado, leg. 2454, Orléans à Philippe V, s.f., au camp de Ginestar, 28 mai 1708.

267 AN, KK, 1321, Orléans à Chamillart, 19 septembre 1708, « Le chevalier d’Asfeld me mande que tout est prêt pour ces expéditions quoique la cour de Madrid lui ait envoyé peu d’argent et de munitions ».

268 ANM, Estado, leg. 2454, 16 juillet 1708, de Tortose (double, AECP, Esp., 186, fol. 419.

269 Amelot l’écrira à Louis XIV en janvier 1709, AECP, Esp., 189, fol. 2, fol. 55.

270 BN, Mss fr„ 3288, fol. 67, Chamillart à Besons, Versailles, 3 juin 1709.

271 SHD, A1 2178, Avertissement.

272 AECP, Esp., 196, fol. 174 et refus, AECP, Esp., 197, fol. 21.

273 SHD, A1 2178, no 168, Amelot à Voysin, 1er septembre 1709.

274 AECP, Esp., 200, fol. 24, Madame des Ursins à Torcy, 20 juillet 1710.

275 AECP, Esp., 197, fol. 122, Philippe V à Louis XIV, Madrid, 5 octobre 1709 (double, ANM, Estado, leg. 2574).

276 Le régiment des Gardes wallonnes fut porté à 6 bataillons de 5 compagnies de 130 hommes, ce qui constitua l’effectif le plus important de son histoire avec 3 900 hommes, dans A. Jansen, op. cit., p. 50.

277 Verboom (Georges-Prosper, marquis de) (Bruxelles 1667-Barcelone 1744). En mars 1702, il avait été fait intendant général de l’armée d’Espagne aux Pays-Bas et y avait travaillé avec Vauban.

278 Millot, IV, p. 92.

279 Vendôme avoue à Torcy que les conditions de paix demandées durant les années 1709-1710, l’ont fait « mourir de honte » et qu’il avait été heureux qu’elles aient été rompues. Vendôme disait aussi craindre surtout les esprits de Versailles, opposés à la gloire du roi d’Espagne et souhaitant la paix à tous prix, AECP, Esp., 206, fol. 50, Saragosse, 13 mars 1711 et double, ibid., 211, fol. 101.

280 AECP, Esp., 200, fol. 58, Torcy à Blécourt, 30 juillet 1710.

281 RIA, Esp., II, p. 173-184. Instructions du 6 septembre 1710.

282 Auprès de Louis XIV et auprès de sa sœur, ANM, Estado, leg. 2574, 1er août 1710.

283 Millot, IV, p. 143-144. SHD, A1 2253, no 109-110, Vendôme à Louis XIV et à Voysin, 30 septembre 1710, et no 112, 2 octobre 1710.

284 AECP, Esp., 201, fol. 123, le chevalier de Torcy à Torcy, Valladolid, 23 septembre 1710. Bellerive, op. cit., p. 42.

285 Aytone (Guillaume Ramon de Moncada, VE marquis d) († 1727), il fut nommé général de cavalerie de Catalogne, en 1702, gouverneur de Crémone, et à la fin de 1703, capitaine d’une des quatre compagnies de gardes à cheval que créait alors Philippe V. En 1706, il eut le grade de lieutenant-général, SSBL, XIII, p. 357, n. 4.

286 AECP, Esp., 201, fol. 113, Blécourt à Louis XIV, Valladolid, 23 septembre 1710.

287 AECP, Esp., 202, fol. 2, le chevalier de Torcy à Torcy, Casa Tejada, 1er novembre 1710.

288 AECP, Esp., 201, fol. 129, Vendôme à Louis XIV, Valladolid, 25 septembre 1710.

289 AECP, Esp., 201, fol. 210, Vendôme à Louis XIV, Salamanque, 7 octobre 1710.

290 SHD, A1 2255, no 294, 16 décembre 1710, Tolosa, éloge de Vendôme par le médecin Higgins à Voysin.

291 AECP, Esp., 205, fol. 55, le chevalier de Torcy à Torcy, Saragosse, 6 janvier 1711 : « Notre illustre général est dans son lit ou dans sa chaise selon les marches que nous avons été obligé de faire, très incommodé de sa goutte, d’où il ne laisse pas de donner des ordres à l’ordinaire ».

292 SHD, A1 2404, no 132-133.

293 AECP, Esp., 205, fol. 95, le chevalier de Torcy à Torcy, Saragosse, 18 janvier 1711.

294 AECP, Esp., 202, fol. 83, Vendôme à Torcy, Casa Tejada, 22 novembre 1710 et ibid., 206, fol. 43, Blécourt à Torcy, Saragosse, 10 mars 1711.

295 AECP, Esp., 202, fol. 285, Louis XIV à Vendôme, 7 janvier 1711 ; ibid., 205, fol. 85, 17 janvier 1711, Vendôme écrit au roi qu’il se charge de l’affaire, et fol. 116, 30 janvier 1711, Vendôme écrit au roi que Philippe se rangeait aux avis de la France sans qu’il y ait eu besoin de menaces, et renouvelait sa promesse de donner les places à l’Electeur. En mai 1711, il doit à nouveau parler pour que cette promesse se convertisse en acte, ibid., 207, fol. 110. Bonnac obtient des patentes en bonnes et dues formes au début de l’année 1712, ibid., 212, fol. 3, 93 et ibid., 214, fol. 97. L’acte formel de cession est daté du 2 janvier 1712. L’Electeur se hâta de se faire inaugurer comme comte de Namur et duc de Luxembourg. La cérémonie eut lieu à Namur le 17 mai 1712. Dès le mois d’août, l’Électeur quittait ses nouveaux États pour retourner à Compiègne. Le 8 mai 1713, aux négociations de la paix, il renonce aux Pays-Bas en faveur des États Généraux de Hollande qui devaient, à leur tour, les remettre à l’Empereur.

296 AECP, Esp., 206, fol. 50, Vendôme à Torcy, Saragosse, 13 mars 1711, il prépare le roi et la reine à la perte de Gibraltar ; ibid., 208, fol. 22, 5 juillet 1711, il trouve Philippe V prêt à céder Gibraltar aux Anglais.

297 AECP, Esp., 208, fol. 208, Noailles à Torcy, Corella, 5 août 1711 et fol. 214, Torcy à Noailles, Fontainebleau, 17 août 1711 et fol. 277, le même au même, 31 août.

298 La Tr., V, p. 150, Madame des Ursins à Torcy, 17 février 1711.

299 Cabaret (Jules, marquis d’Angoulins), appartient à une dynastie de marins rochelais d’origine bourgeoise, anoblie en 1665 et 1673. Capitaine de vaisseaux en 1693 et par conséquent colonel, il doit partir en Espagne suite à un duel en, 1696. Philippe V demanda sa grâce à Louis XIV en septembre 1705, AECP, Esp., 144 fol. 197, car il s’était bien battu au siège de Gibraltar où il eut la jambe emportée. Louis XIV lui répondit « qu’il n’y avait rien qui lui pût faire accorder grâce pour un duel... » SSBL, XII, p. 219, n. 4. Amelot vante ses mérites et rappelle que Philippe l’a nommé exempt de ses gardes et brigadier, SHD, A1 1887, no 207. Pontchartrain le recommande à Amelot, le 4 mai 1707, AECP, Esp., 172, fol. 248, car le roi ne veut pas qu’il revienne en France, son affaire étant encore trop récente et « il lui convient mieux de suivre l’emploi qu’il a en Espagne dans lequel il peut se pousser d’autant plus que ses biens ne sont pas saisis en France... » Cabaret obtient le gouvernement de Saragosse que le chevalier de Torcy avait eu pendant trois ans, en janvier 1711. Il est alors sous-lieutenant des gardes du corps et maréchal de camp, AECP, Esp., 205, fol. 71 v°. Il semblerait qu’il ait pu retourner en France en 1716, ALBA, Bosquejo biografico..., 1925, p. 456.

300 Caylus (Claude-Abraham de Thubières de Grimoard de Pestels de Levis, chevalier de) († 1759), il quitta la France en 1697 suite à un duel. Aide de camp à Milan, SSBL, X, p. 176, n. 9. Il fut reçu colonel de dragons le 26 septembre 1702, à la place de D. Diego de Monroy, AECP, Esp., 113, fol. 109. Lieutenant-général en 1709. En mai 1710, il passe de l’armée d’Aragon à l’armée du Portugal, AECP, Esp., 199, fol. 105.

301 Guerchy (Louis de Regnier, marquis de) (1663-1748), maréchal de camp en 1704 et lieutenant-général en 1710, SSBL, VI, p. 330, n. 3.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search