Version classiqueVersion mobile

Les Français de Philippe V

 | 
Catherine Désos

Chapitre 4. La familia francesa : influence d’une société étrangère sur la cour d’Espagne (1702-1714)

Texte intégral

1On regroupe sous l’appellation de familia francesa, l’ensemble des bas-officiers français de Philippe V dispersés dans les services de la maison royale espagnole. Sans former un organisme particulier au sein de la cour, ils peuvent être néanmoins considérés à certains égards comme une entité à part, ne serait-ce que par la spécificité des difficultés qu’ils ne manquent pas de soulever et des solutions qui doivent être mises en œuvre pour les résoudre.

2La familia francesa de Philippe V n’a encore jamais fait l’objet d’une étude spécifique. Elle se trouve même rarement mentionnée dans les ouvrages concernant le règne du Premier Bourbon, ses membres étant souvent considérés comme bien peu intéressants aux yeux de la « grande Histoire ». Cependant, elle participe largement au processus d’ouverture sur l’Europe que l’Espagne connaît alors. Ce changement, perceptible dès le retour du voyage d’Italie de Philippe V, en 1702, est certes mené par les grands personnages que sont la Princesse des Ursins, le marquis de Louville ou l’ambassadeur de France, mais les criados franceses, de par leur seule présence, assurent la pérennité de la francisation à laquelle on soumet alors la Cour madrilène.

1. La francisation de la cour : mœurs et coutumes

3L’arrivée massive de Français à la cour d’Espagne dans les postes de la Real Cámara, devait entraîner un changement radical de la mode vestimentaire et de l’étiquette et partant, de l’état d’esprit de la cour.

  • 1 Le noir était l’expression de l’élégance la plus grande et non, comme on l’a souvent dit d’austérit (...)

4La mode espagnole avait régné sans partage au xvie siècle, imposant dans toutes les cours européennes son vêtement noir, sobre et élégant1 ; au xviie siècle, elle s’efface progressivement devant les innovations françaises qui tendent à influencer le costume de toutes les classes dirigeantes en Europe.

  • 2 En France, on emprunta durant le xviie siècle au costume militaire la casaque et la cravate que l’o (...)
  • 3 Abraham S. Clara s’en plaint dans sa Galeria Universal, M. von Boehn (éd. esp.), La moda, (1928), I (...)
  • 4 P. Portocarrero y Guzman, Teatro Monárquico de España, Madrid, 1700, éd. par C. Sanz Ayan, (1998), (...)
  • 5 Ibid. p. 492 : « Chapitre XXI qui traite de comment l’abandon par un pays ou un royaume de son prop (...)
  • 6 AECP, Esp., 97, fol. 57-58, Montviel à Torcy, 14 juillet 1701.

5Malgré quelques incursions éphémères de la mode française sous le règne de Charles II sur l’impulsion de D. Juan d’Autriche, l’adoption de quelques vêtements français dans l’armée2 et le goût de Marie-Anne de Neubourg pour les rubans parisiens, tout ce qui vient de Paris est souvent assimilé dans des traités de moralistes ou de théologiens espagnols3 à de la corruption. En 1700, un ouvrage de Pedro Portocarrero y Guzman4, neveu du cardinal-ministre membre de la junte de gouvernement, consacrait plusieurs chapitres à la mode vestimentaire ; l’un d’entre eux porte le titre suivant : « Capítulo XXI que trata de como dejando una nación o reino su propio traje, es presagio casi cierto de su ruina5 ». Le jeune roi était ainsi prévenu de l’importance que ses nouveaux sujets accordaient à cette délicate matière. Ce qui pourrait apparaître à nos esprits contemporains comme une question secondaire en une époque alors troublée par tant d’événements politiques majeurs, dépasse en réalité le domaine de l’anecdote. Faire obstacle à l’introduction de la mode française revient pour les Espagnols à s’opposer à toute forme d’hégémonie de la part du puissant voisin. Le marquis de Montviel ne s’y trompe pas quand il constate que la golille revêt une haute portée symbolique et représente « le dernier retranchement de l’étiquette et de la haine pour la France ce qui doit engager à la proscrire le plus tôt que l’on pourra6 ». Bien plus, le costume peut devenir un indice politique, dans la mesure où les tenants de la nouvelle dynastie l’abandonneront plus facilement que les austracistas déclarés.

L’évolution de la mode vestimentaire : une affaire politique

  • 7 BNM, mss 2578, fol. 200-223 (1701).
  • 8 SSBL, VII, p. 258.

6La crainte de la corruption des mœurs causée par un changement du vêtement était réelle chez les Espagnols. Ces derniers avaient des idées aussi précises quelles étaient fausses sur les principes français. Un texte intitulé Repuesta de un gentilhombre español retirado de la Corte7, met en garde contre la « ligereza francesa » de l’entourage du roi, qui entraînera l’abandon de la mode castillane, le changement de l’habillement, la perte du sérieux, la corruption de la langue, tandis que les coutumes licencieuses dévergonderont les jeunes filles. Ces arguments, qui font les délices des opposants au prince français, sont aussi partagés par certains Espagnols pourtant favorables à la maison de Bourbon. Ainsi, le marquis de Villafranca, mayordomo mayor du roi, était « Espagnol jusqu’aux dents, attaché aux maximes, aux coutumes, aux mœurs, aux étiquettes d’Espagne jusqu’à la dernière minutie8 », tout en se montrant très attaché à Philippe V.

  • 9 AEMD, Esp., 108, fol. 232, Blécourt à Torcy, Madrid, 10 juin 1702 ; La Tr., II, p. 56, Blécourt à U (...)
  • 10 La Tr„ II, p. 65, Orry à Torcy, Madrid, 4 juillet 1702.
  • 11 La Tr„ II, p. 57, Ursins à Blécourt, Alagon, 17 juin 1702.
  • 12 La Tr., II, p. 64, Blécourt à Torcy, Madrid, 24 juin 1702.
  • 13 La Tr., II, p. 79, Torcy à Madame des Ursins, Versailles, 13 août 1702.
  • 14 AECP, Esp., 108, fol. 113, 24 septembre 1702 et AECP, Esp., 109, fol. 281, 31 octobre 1702.
  • 15 AECP, Esp., 109, fol. 241, Madame des Ursins à Torcy, 25 octobre 1702, La Tr., II, p. 108.
  • 16 La Tr., II, p. 61, Madame des Ursins à Torcy, Alagon, 17 juin 1702 ; ibid., p. 107, la même au même (...)

7Madame des Ursins fut la première à essuyer une tempête à la cour sur ces questions en voulant réformer l’habit féminin9. Ce fut l’affaire du tontillo. Le costume féminin espagnol comportait cette pièce importante, que l’on appelait aussi garde-infant ou sacristain, qui servait à étaler largement l’ampleur de la jupe sur les hanches. À la même époque, les femmes françaises portaient un vertugadin beaucoup plus allégé qui soutenait les fronces du haut de la jupe, laquelle tombait ensuite en gros plis jusqu’au sol. Les femmes espagnoles avaient aussi une traîne, un corsage court découvrant les épaules sur lesquelles retombent les cheveux mélangés de plumes et de bijoux. La Princesse, pétrie de mode française et qui ne rêvait que d’habiller la petite reine de dentelles et d’une fontange sur des cheveux nattés ou frisés10, dut agir avec prudence afin de ne pas heurter les Espagnoles. Pour supprimer la traîne des femmes, elle invoqua la poussière que cela soulevait à leur passage, alors que la reine était de constitution fragile11. Pour le tontillo, elle eut plus de mal. En effet, les dames de la reine s’asseyaient toujours à même le sol. Un haut pli ménagé au-dessus de l’ourlet des jupes permettait de s’asseoir sans découvrir les pieds. Supprimer le tontillo contribuait donc à raccourcir les jupes. Or, Blécourt signalait qu’il se trouvait « des maris assez extravagants pour dire qu’ils aimeraient mieux voir leurs femmes mortes que ce qu’on leur voye les pieds12 ». Cette affaire remonta jusqu’à Versailles et Torcy prévint la princesse « de donner quelquefois aux défenseurs des modes d’Espagne la consolation de ne pas voir toujours la reine en cotillon. Car, sans le tontillo, ils croient qu'elle y est13 ». Louis XIV écrivit même personnellement sur cette question à la reine14. Malgré ces pressions, la Princesse des Ursins campa sur ses positions15 et Versailles dut s’incliner. Il n’y eut d’ailleurs plus guère d’opposition, et la mode féminine française s’implanta en Espagne. La reine prenait assez souvent l’habit espagnol, mais sans le tontillo ni la traîne, ce dont de nombreuses femmes se révélaient soulagées, à l’exception de quelques opposantes acharnées. Sans doute, écrivait la Princesse, étaient-ce les épouses « des hommes qui croient que le salut de la monarchie espagnole consiste dans la conservation de la golille16 ».

  • 17 Hippeau, II, p. 452.
  • 18 AEMD, Esp., 101, fol. 220, Montviel à Torcy (1701).
  • 19 La Tr„ III, p. 17-18, Madame des Ursins à Torcy, 1er février 1703 ; Y. Bottineau, op. cit., (1962), (...)
  • 20 Louv., II, p. 17 ; AECP, Esp., 114, fol. 331, Louville à Torcy, Madrid, 28 février 1703.
  • 21 AN, K 1332, fol. 124-135 v°.
  • 22 AECP, Esp., 147, fol. 162, Amelot au roi, Madrid, 17 juin 1705.
  • 23 AGP, Fel. V, leg. 324 ; A Descalzo Lorenzo, « El Real Guardarropa y la introducción de la moda fran (...)

8Le vêtement masculin était composé d’un jubon ou habit, d’une ropilla, sorte de pourpoint à basques demi-longues et manches pendantes, et de calzones, culottes étroites qui descendaient jusqu’aux genoux. La golille, substituée depuis 1623 à la fraise, était une pièce de carton doublé de taffetas qui accentuait la rigidité de la pose. Louis XIV avait conseillé de ne rien changer aux usages en arrivant et d’introduire d’autres modes avec le temps. « Son exemple (s.e. du jeune roi) suffira pour accoutumer ses sujets à s’habiller comme lui17 ». De fait, Philippe s’habillait tantôt à la française, tantôt à l’espagnole18. Mais ce collet rigide était désagréable à porter. Au retour d’Italie, deux tendances coexistaient nettement parmi les français à la cour. Madame des Ursins aurait aimé que le roi portât davantage l’habit espagnol pour complaire à ses sujets. Mais la familia francesa faisait de la résistance19. Louville ne se gênait pas pour se moquer de la golille, tandis qu’Hersan bataillait pour l’attacher au cou du roi20. Philippe V lui-même fit, pour se délasser, un texte irrévérencieux envers ce « fatal collier », mis en vers plus tard et conservé actuellement aux Archives Nationales21. En 1705 encore Philippe V se force à la porter22. Les comptes de la Guardarropa montrent aussi qu’en 1706, Philippe se faisait encore faire « un vestido de golilla » pour la fête de Notre Dame de la Purification23.

9Les français à la cour s’obligent eux aussi, de temps en temps, à porter l’habit espagnol. Louville lui-même en a un dans ses bagages. Quand il l’endosse, il suscite les quolibets de son ami Montviel qui le décrit ainsi à Torcy :

  • 24 AEMD, Esp., 101, fol. 249, Montviel à Torcy, 24 février 1701.

Il est à merveille et il m’a prouvé en se montrant que la golille est désavantageuse pour les visages maigres. Je crois, Monseigneur, que vous ne seriez pas fâché de le voir en cet équipage24.

  • 25 AECP, Esp., 152, fol. 187 et SHD, A1 1884, no 138, Tessé à Gramont, 22 mars 1705.
  • 26 Millot, III, p. 24.
  • 27 LaTr„ III, p. 1, Madame des Ursins à Torcy, Madrid, 10 janvier 1703.
  • 28 Juan de la Barreada, tailleur du roi pour les vêtements à golille, voit son poste supprimé dans la (...)
  • 29 AECP, Esp., 168, fol. 139, Amelot à Louis XIV, Madrid, 30 mai 1707.

10Le maréchal de Tessé, qui commande le siège de Gibraltar en 1705, avoue au maréchal de Gramont, alors ambassadeur de France à Madrid, que, pas plus que ce dernier, il n’a envie « d’endosser la golille »25 ; autrement dit, ils s’y obligent de temps en temps. L’évolution sur cette question est extrêmement lente car la golille signifie trop de choses pour un esprit espagnol. Il existait même une fête nationale en son honneur. Le Conseil d’État avait, en 1703, tenté d’imposer le port de ce collet aux domestiques français du roi, par-dessus leur livrée. Depuis Versailles, on se refuse à accorder une véritable importance à cette question26. Pourtant, la golille apparaît comme un symbole politique. Le marquis de San Esteban et le marquis de Villena, les plus francophiles de tous les Grands, l’abandonnèrent dès les premiers mois de règne. Le marquis de Villafranca lui-même fit l'effort de s’habiller à la française, pour accueillir le roi à son retour d’Italie, ce qui donne lieu à un portrait assez comique de la part de la Princesse des Ursins27. Finalement, par le biais de l’armée, où s’impose l’habit français, plus commode lorsqu’on monte à cheval, cet habit se répand à la cour. La cravate se substitue à la golille, tandis que l’habillement reprend les trois pièces essentielles en vogue en France depuis les années 1670, le justaucorps, long vêtement à manches qui descend au genou, serre le corps, montre la taille et a des poches ; la casaque, dont on se sert comme d’un manteau à manches fort larges ; et la culotte, sorte de haut-de-chausse qui se boutonne au genou. Après le succès d’Almanza, en 1707, en signe de joie, la cour abandonne définitivement la golille28 ; le secrétaire de Villena fait paraître un divertissement intitulé Relacion historica de la golilla, et le marquis d’Amelot en place alors à l’ambassade de France constate que « tout ce qu’il y a de gens de qualité [...] ont renoncé absolument à l’habit à l’espagnole29 ».

  • 30 AECP, Esp., 226.
  • 31 Cité par A. Morel-Fatio, « El traje de golilla y el traje militar », España moderna, 69 (1894), p.  (...)

11Seuls, quelques cas isolés persistent, tel le comte de la Niebla, original à demi-sauvage, qui s’entête encore en 1713 à porter la golille30, ce qui le tient éloigné de la cour, le roi refusant de le voir en cet habit ; il semblerait cependant que quelques cérémonies officielles aient encore lieu en golille, mais de plus en plus rarement. Le Dicccionario de Autoridades de l’Académie espagnole, dans son 4e tome de l’année 1734 dit que la golille « hoy solo la conservan los ministros togados, abogados y alguaciles y alguna gente particular31 ». C’en est bien fini de ce vêtement.

  • 32 A. Descalzo Lorenzo, « El Real Guardarropa y la introducción de la moda francesa en la Corte de Fel (...)
  • 33 AGP, Fel. V, leg. 330, « Memoria de las pelucas y melenas que D. Henrique Vazet, Barbero de corps a (...)
  • 34 Noël Bruyère arrive à Madrid en 1701, AGP, Personal, C 16686/29 ; Jean Dufresnoy entre en service e (...)
  • 35 AGP, Fel. V, leg. 330, « Memoria de la ropa blanca que ha venido de Bruselas para el Rey Nro. Sr„ l (...)
  • 36 Beauvilliers à Philippe V, 10 juillet 1701, G. Lizerand, op. cit., p. 474 ; AE, Acq. Ext., 2, fol.  (...)
  • 37 AGP, Fel. V, 255, Relation des domestiques de la reine, Barcelone, 15 mars 1702.

12Les comptes de la Garde-robe32 montrent que la plupart des achats pour le roi d’Espagne furent réalisés en France auprès de tailleurs de renom, tels que Boucher, Galpin ou Gastelier. Aussi bien des tissus brodés et colorés que des accessoires nombreux tels que des chaussures à talons rouges fermées par des boucles de grande valeur, des gants richement ornés, des chapeaux, des épées, des boutons et des rubans. Les Hersan mettent au point tout un réseau d’achats pour la cour auprès de marchands français. À ces achats s’ajoutent aussi les perruques que Philippe V porte constamment depuis 1702, année durant laquelle une maladie lui fit perdre ses cheveux. Henri Vazet, le barbier du roi, se charge de leur commande33, et traite particulièrement avec les Binet ou Hervé à Paris. Noël Bruyère, arrivé en 1701 avec le roi, puis son aide Jean Dufresnoy34, sont les perruquiers de Philippe V à la cour. Quant au linge de corps (ou ropa blanca), Hersan le fait venir de Bruxelles ou Rouen via Paris35. Pour prendre soin de ce linge, des Françaises sont nommées de préférence à des Espagnoles à la charge de lavandera de corps. Dans ces premières années, notons la présence de Marguerite de La Chambre, intégrée à la Casa Real le 24 septembre 1703. On ne pouvait « trouver à Madrid une autre personne qui soit en état de bien blanchir les points36 ». Angélique Tesson est intégrée à la Casa le 23 septembre 1703 avec les mêmes fonctions ; sa sœur Jeanne est couturière de la reine. Louise Pascal est, quant à elle, empeseuse de la reine en 170137. À la naissance de l’Infant en 1707, une Française est mise à son service pour le linge de corps ; il s’agit de Marguerite Gobi.

13Malgré l’obstination de quelques Grands espagnols, la cour de Madrid fut obligée de s’ouvrir à la mode française qui était alors la mode européenne. La charge symbolique est d’importance, et se fait conjointement avec la transformation de l’étiquette.

La fin de l’étiquette espagnole

  • 38 AE, Acq. Ext., 2, fol. 422, Torcy à Louville, 20 août 1701.

14En août 1701, le marquis de Torcy espérait vivement voir les « funérailles » de l’étiquette espagnole38. Celle-ci avait fait la gloire des souverains qui surent s’en servir à leur profit, mais elle étouffa le dernier d’entre eux qui ne possédait pas l’envergure suffisante pour en faire un instrument de son pouvoir et dont le Palais se transforma en « sépulture » (J. H. Elliott). La jeunesse de Philippe V était une raison supplémentaire pour l’en délivrer avant qu'elle n’annihile en lui tout esprit d’initiative.

  • 39 RIA, Esp., II, p. 10.
  • 40 RIA, Esp., II, p. 65.
  • 41 La Tr„ III, p. 16, Madame des Ursins à Torcy, 1er février 1703.
  • 42 RIA, Esp., II, p. 96.

15Dès les Instructions au comte de Marcin, le roi de France décrivait l’étiquette comme une « barrière insurmontable entre le prince et ses sujets39 ». Rien n’ayant vraiment changé lors du voyage d’Italie, il était demandé au cardinal d’Estrées de prendre la suite40. Les ambassades successives du cardinal et de l’abbé d’Estrées, entravées par les querelles intestines qui éclatèrent alors parmi les Français de l’entourage royal, ne vinrent pas à bout de cette grande affaire. Les Estrées auraient souhaité agir en force, tandis que la Princesse des Ursins voulait ménager davantage la noblesse41. Le duc de Gramont fut à son tour chargé en 1704 de cette question42. Mais, en réalité, à l’arrivée du marquis d’Amelot, en mai 1705, aucun changement majeur n’avait vraiment eu lieu. Dans la pratique cependant, des entorses nombreuses se produisaient. Ce que l’ambassadeur, dans son poste officiel ne pouvait réaliser, le personnel français de Philippe, de par sa seule présence à la cour, l’accomplissait en raison des libertés nombreuses et de la grande familiarité que le roi lui accordait.

  • 43 Louv„ I, p. 162, à Torcy, mai 1701.
  • 44 AGP, Luis Ier, C 4, exp. 4, consulte du 28 juillet 1703.
  • 45 AEMD, Esp., 10, fol. 5r°-98 , Etiquetas de la Real Camara de SMC elseñor Rey Dn Phelipe IV ; Y. B (...)
  • 46 « Ce qui concerne l’affluence des Français ».
  • 47 L’étiquette codifiait ainsi les entrées au sein des appartements royaux : seuls les Gentilshommes d (...)

16L’opposition des Grands d’Espagne est contenue, mais parfois difficilement. L’autorité du mayordomo mayor est souvent étouffante. Le marquis de Villafranca passe ses journées à « cadenasser et à visiter ses cadenas »43 et à maintenir de force le roi sous l’emprise de l’étiquette. Durant l’année 1703, le Conseil d’État fut sollicité sur la nouvelle forme à donner à l’étiquette44. Or, tous les Grands présents demandaient sa restauration comme au temps de Philippe IV45. Medinaceli se fait même quelque peu menaçant lorsqu’il évoque le mécontentement de la première noblesse du royaume qui voit que ses prérogatives ne sont plus respectées. Del Fresno de son côté met en cause la Princesse des Ursins et les changements introduits dans les appartements de la reine. San Esteban demande un ajustement des entrées, notamment en ce qui concerne les Français. Fuensalida, moins diplomate, ne mâche pas ses mots pour évoquer le laxisme dû à la présence française. Veragua et Montijo proposent qu’on s’en remette à l’avis du Roi de France sur « lo que toca al concurso de los franceses46 ». Ces Grands d’Espagne qui, depuis des années, sur leur seul mérite et avec grand-peine, pouvaient espérer pénétrer de la « salle obscure » (la Pieza Oscura) à la chambre du roi47 sont scandalisés par les exceptions quotidiennes qui se déroulent sous leurs yeux.

  • 48 C. Gomez-centurion Jimenez, loc. cit., Hispania, 194 (1996), p. 986.
  • 49 AECP, Esp., 141, fol. 393, Gramont au roi, Madrid, 15 août, 1704.
  • 50 AECP, Esp., 141, fol. 408, le même au même, 18 août 1704.

17Face à cette petite fronde, Philippe doit ménager sa première noblesse. Il fut donc décrété, le 11 août 1704, que l’ancienne étiquette serait appliquée48. En réalité, dès le 15 du même mois, le marquis de Valouse, alors majordome de semaine, obtint un passe-droit, et après lui, beaucoup d’autres Français, occasionnant « un grabuge considérable49 ». Les Grands sont plus préoccupés de ces questions que du siège de Gibraltar ou de la campagne du Portugal qui ont lieu à cette époque50.

  • 51 AECP, Esp., 141, fol. 417 r°-v°.

18Gramont aurait souhaité faire un règlement fixant une fois pour toutes les accès laissés aux domestiques français afin de mettre fin à tous les contentieux. Il l’avait intitulé : « Entrées du lever et du coucher du roi que les suivants auront sans nulle autre entrée51 ». Mais son projet n’aura aucune suite, en partie par l’opposition des Français eux-mêmes, à qui il ne convenait point de restreindre leur service auprès de Philippe V. Il apparaît, de fait, assez courant à cette période, que l’ambassadeur de France se heurte non seulement à l’obstination des Grands, mais aussi à l’entêtement des Français qui se trouvaient en principe sous sa juridiction mais qui, en pratique, agissaient très librement à la cour.

  • 52 AECP, Esp., 114, fol. 127, le cardinal d’Estrées au roi, 8 février 1703.

19Cependant, les avancées sont réelles. Depuis février 1703, le roi est plus visible, passant souvent dans la galerie où se tiennent les Grands afin de parler aux uns et aux autres. De même, il a fixé deux jours par semaine pour dîner en public52. Quelques concerts et autres divertissements sont organisés, et enfin, la vie de campement, qui marque toutes ces années, contribue largement à affaiblir le système de cour hérité des Habsbourg. Enfin, l’année 1705 est marquée par la grande affaire du banquillo, véritable épreuve de force entre la première noblesse de cour et le roi. L’affaire, occasionnée par la présence du capitaine des gardes du corps près du roi, est décisive pour l’autorité royale.

  • 53 Dumesnils resta plusieurs mois en Espagne auprès de Philippe V en 1704-1705. Depuis 1667 il fit tou (...)
  • 54 ANM, Estado, leg. 2340, « Projet pour la garde et guet près la personne de Sa Majesté Catholique »  (...)
  • 55 Tserclaes, (Albert-Octave de, comte de Tilly), (1646-1715). Sergent général de bataille des armées (...)
  • 56 BNM, mss 10424, (195 fol.) de Luis Salazar y Castro (1657-1734). Il existe un double, BNM, mss 1064 (...)
  • 57 Louis XIV désapprouva cet ordre, craignant que cela habitue les Grands à réagir comme un corps cons (...)
  • 58 BNM, mss 10424, p. 33 r°-v°. « Ignorant de nos coutumes, léger par nature, obstiné pour mettre en p (...)

20Le règlement composé en mai 1704 pour la nouvelle garde du Roi Catholique par le sieur Dumesnils53 envoyé de France tout exprès, prévoyait, comme cela se pratiquait en France, que le capitaine des gardes du corps recevrait directement ses ordres du roi, passant ainsi outre l’autorité du mayordomo mayor, qui avait toujours exercé un pouvoir direct sur les capitaines de l’ancienne garde des hallebardiers. De plus, il était décidé que le capitaine se tiendrait toujours au côté du roi54. Pour la fête de St Louis du 25 août 1705, Philippe ordonna au prince de Tserclaes55, son capitaine des gardes alors en service, de se mettre derrière lui à la chapelle publique sur un petit banc (ou banquillo) précédant ainsi le banc réservé aux Grands. Ceux-ci réagirent à cette innovation en refusant de se rendre à la cérémonie. Cette affaire fit couler beaucoup d’encre, les nobles faisant appels aux plumes de lettrés pour défendre leur cause et une Relacion de lo que paso en el ruidoso caso del banquillo56 raconte par le menu le déroulement de l'affaire. Le 28 août, lors d’une grande fête à l’Escorial, les Grands refusèrent à nouveau de participer. Le 30, Philippe V tenta de les obliger à paraître à la chapelle pour fêter une victoire en Italie57 en termes « imperiosos ». Ils se réunirent et certains décidèrent de ne pas donner suite. Une scission s’était opérée. Le 31, Philippe sanctionne les comtes de Sessa et Lemos, ses capitaines des gardes qui n’avaient pas voulu se désolidariser des Grands et nomme à leur place les comtes d’Aguilar et d’Osuna. Le 8 septembre, pour la fête de la Nativité de Notre-Dame, une partie des Grands se trouvait toujours absente. L’esprit de caste les motivait ; ils voulaient démontrer au roi qu’il ne pouvait pas décider sur l’étiquette sans le conseil de sa première noblesse ; ils se considéraient comme les membres d’un corps dont le roi était la tête. Leur rancœur visait particulièrement l’ambassadeur de France Amelot, en qui ils voyaient l’artisan de cette réforme, « ignorante de nuestras costumbres, ligero por naturaleza y empeñado en la ejecución du sus consejos58 ».

  • 59 Louis XIV à Amelot, Marly, 13 septembre 1705, Correspondance de Louis XIV avec M. Amelot, I, p. 86. (...)
  • 60 Y. Bottineau, op. cit., (1962), p. 187, n. 161. Lettre de la Princesse, éd. Bossange, III, p. 211-2 (...)
  • 61 Les Grands comparèrent d’ailleurs les conseillers français de Philippe au cardinal de Richelieu, qu (...)

21Versailles, consulté sur cette affaire se montra embarrassé ; Louis XIV se demandait même si on n’aurait pas pu donner satisfaction aux Grands en leur maintenant « des prérogatives qui ne regardent que le cérémonial [...] des bagatelles », en somme59. Visiblement, Versailles ne semblait pas réellement avoir pris la mesure des événements madrilènes. Il n’était pas possible au Roi Catholique de revenir sur sa position. C’eut été pris comme une marque de faiblesse. À travers les lettres d’Amelot, nous sentons son embarras, ainsi que celui de la Princesse des Ursins, tiraillés tous deux entre leur désir d’aplanir les difficultés avec les Grands et leur pragmatisme qui les pousse à profiter de toute occasion pour les affaiblir. Une lettre de Madame des Ursins à Madame de Maintenon, du 3 septembre, montre que la Princesse est parfaitement consciente d’être en train de substituer à la cour oligarchique de Charles II la conception française du palais, autoritaire et hiérarchique60. Ce fut Philippe V qui se montra le plus ferme en cette conjoncture. Au-delà d’une querelle de préséance, c’était son autorité royale qui était en cause. Le 18 septembre 1705, il promulgua une nouvelle ordonnance pour ses gardes au profit de la nouvelle charge de capitaine. Pendant ce temps, des pamphlets circulaient à la cour contre les conseillers français définitivement discrédités aux yeux d’une majorité de Grands. Même « Monseñor Orri » ne s’y trouvait pas épargné61. En décembre encore, certains Grands refusaient de paraître, mais désormais cela n’avait plus la même importance. Le roi avait imposé sa volonté et, le 7 décembre, le duc de Medina Sidonia, représentant illustre de la noblesse, rejoignait le banc de la chapelle. Seuls, quelques irréductibles campaient sur leurs positions, mais les courtisans ne les soutenaient plus comme au début de l’affaire.

  • 62 Louis XIV à Amelot, Fontainebleau, 25 octobre 1705, Correspondance de Louis XIV avec M. Amelot, I, (...)
  • 63 Le comte de Benavente, sumiller de Corps, demanda au roi, en 1708, la convocation d’une junte spéci (...)
  • 64 AGP, Historica, c. 49 et 55 ; Louis Ier, c. 3 et Fel. V, leg. 313 ; C. Gomez-Centurion Jimenez, loc (...)

22Philippe V n’avait pas, en cette occasion, écouté les conseils de son grand-père et avait su se faire appuyer par ses ministres français. En octobre et en novembre 1705, les lettres du roi de France montrent qu’il approuve la position de fermeté que son petit-fils a adoptée et lui conseille désormais de gagner à sa cause la moyenne noblesse62. Les Grands n’abandonnèrent cependant pas tout esprit de lutte. Puisque désormais le Palais était accessible à d’autres personnes qu’à eux-mêmes, ils contribuèrent à accentuer le désordre des entrées63. Aussi, en 1709, à l’occasion de modifications intérieures du Palais, qui distribuaient différemment les pièces des appartements royaux, un nouveau cérémonial fut mis en place, qui ne pouvait être plus éloigné de ce qui se pratiquait autrefois à l’Alcázar64. Largement influencé par ce qui se pratiquait à Versailles pour le lever et le coucher de Louis XIV, le roi d’Espagne le respecta scrupuleusement, aussi longtemps du moins que la présence française se montra influente auprès de lui, c’est-à-dire jusque dans les années 1714-1715.

  • 65 AECP, Esp., 263, fol. 463, Bourck à Torcy, 19 septembre 1712.
  • 66 AGP, Luis Ier, C. 4, exp. 4.

23Désormais, la résistance des Grands ne s’exprimait plus que de façon sporadique. En 1712, le chevalier de Bourck, fidèle informateur du marquis de Torcy à Madrid, constate encore que les ministres du despacho tentent de mettre à profit un séjour de Madame des Ursins aux eaux de Bannières pour « corriger les abus qui se sont glissés dans les entrées du palais ; cela s’appelle faire une nouvelle tentative pour le rétablissement des étiquettes65 ». L’ultime opposition a lieu en 1724, pendant le règne éphémère de Louis Ier, fils aîné de Philippe V ; son entourage cherchera à faire revivre l’étiquette de Charles IL Cette réforme qui visait à resserrer les accès à la personne royale n’aura en réalité pas lieu66.

Un cadre de vie transformé

  • 67 AECP, Esp., 212, fol. 82, le chevalier du Bourck à Torcy, 25 janvier, 1712 ; ibidem, fol. 106, le m (...)

24Outre les changements du vêtement et de l’étiquette, poursuivis dans un dessein politique, l’ambiance de la cour elle-même changea en profondeur. Il est bien sûr difficile pour l’historien de rendre ces riens qui constituent l’atmosphère d’un lieu. Cependant, nous savons que la présence de dizaines de domestiques français, certains logés dans le palais et se déplaçant plus librement que les domestiques espagnols, a changé l’ordonnance de la vie de cour. L’ambiance sonore se modifie elle-même, dans la mesure où toute cette colonie parle français. Même si la plupart d’entre eux apprirent rapidement l’espagnol, comme nous le montrent les comptes qu’ils tinrent dans leur service ou encore des lettres rédigées de leur main, le roi aimait à s’entretenir avec son entourage proche dans sa langue maternelle. L’idiome français fit donc son entrée dans la vie courtisane. Le biais du théâtre fut employé à cet effet. Les comédies espagnoles ne plaisaient guère aux souverains, et encore moins aux Français chez qui elles provoquaient l’ennui. Sur l’impulsion de Madame des Ursins, des œuvres furent jouées par l’entourage français67.

  • 68 AN B7 251, fol. 40, Daubenton à Pontchartrain, 16 janvier 1708.
  • 69 AN, B7 12, fol. 79 v°, Bonnac à Pontchartrain, 28 décembre 1711.
  • 70 AECP, Esp., 220, fol. 122, Madame des Ursins à Torcy, Madrid, 20 février 1713.
  • 71 AN, B7 21, fol. 2 v°, Partyet à Pontchartrain, Madrid, 11 décembre 1714.
  • 72 AN, B7 25, fol. 17 v°, Partyet à Pontchartrain, Madrid, 25 février 1715. Le duc de Saint-Aignan écr (...)

25En 1708, Ambroise Daubenton signale que les officiers français du Roi sont en train de monter Andromaque68. En décembre 1711, tandis que Nicolas Partyet (commis de la marine depuis 1709) dirigeait les comédiens pour une adaptation du Misanthrope, l’ambassadeur de France, marquis de Bonnac, montait la tragédie de Corneille, Cinna, tenant le rôle-titre. En cette occasion, le registre de la comédie fut réservé à la familia francesa, les rôles tragiques étant dévolus à des Français de rang plus élevé69. En février 1713, la petite troupe se produisait encore. Les Grands étaient invités à ces représentations. Le marquis de Villena, gagné au goût français, déclarait que « Calderon, Solis et les autres auteurs les plus fameux, no tenian nada que ver avec Corneille et Racine70 ». Pour égayer un peu Marie-Louise de Savoie dans sa longue maladie, les Français donnèrent encore des pièces dans ses appartements en 171471. Enfin, il est à noter que la seconde épouse du roi, l’Italienne Elisabeth Farnèse trouva elle aussi du plaisir à voir ces spectacles français72.

  • 73 AGP, Personal, C 986/32, d’après une note de Sciot le fils (1755).
  • 74 Madame Rouiller, la nourrice du roi, fit ainsi un véritable déménagement à la cour de Madrid, AECP, (...)
  • 75 Lors de son retour à Madrid en 1705, elle se fit envoyer de nombreux articles de France. La liste d (...)
  • 76 Y. Bottineau, op. cit., (1962), p. 245.

26Concrètement, les changements de la vie de cour s’accompagnent de transformations des appartements royaux, sur la seule impulsion une fois encore, de l’entourage français. Certes, le poids de la guerre empêcha le premier Bourbon de mener pendant ces années difficiles, une véritable politique culturelle. Le manque d’argent est flagrant et le bolsillo, ou cassette privée du monarque, est largement grevé par les pensions et les rentes accordées à toute une série de particuliers ou de congrégations religieuses. Aussi, l’influence culturelle française s’exprima-t-elle tout d’abord par l’apport d’objets venus de France ; en effet, tout ce qui devait servir à « installer » le nouveau roi, provenait d’au-delà des Pyrénées malgré les richesses conservées dans les divers palais royaux espagnols. Dans les quelques lignes que nous avons consacrées à la gestion du service de la Garde-Robe par Gaspard Hersan, nous avons vu que celui-ci faisait venir presque tout le linge royal de France. Il passait ses commandes auprès de Claude Sciot, resté à Versailles avec le titre de valet de chambre de Philippe V73. Les autres familiers du roi faisaient de même, et de nombreux passeports pour leurs bagages sont conservés en archives74. Les bagages des ambassadeurs sont à ce titre impressionnants, et leurs maisons madrilènes constituent une véritable vitrine de l’art français. Madame des Ursins se fournissait elle aussi à Paris en marchandises et articles les plus divers pour elle-même, ses domestiques, mais aussi en objets qu'elle pouvait donner en cadeaux aux Espagnols, gants, tabatières, vaisselles, portraits, mouchoirs ou rubans75. Le roi de France intensifia ses cadeaux à son petit-fils, notamment des livres, des médailles ou des bronzes, ainsi que des envois aux nobles espagnols. Il s’agissait le plus souvent de boîtes à portraits garnies de diamants. Yves Bottineau releva aussi l’expédition fréquente de somptueux médaillers contenant jusqu’à cent-cinquante médailles de l’histoire de Louis XIV76.

  • 77 Le duc de Bourgogne à Philippe V, Versailles, 7 septembre 1701, Bourgogne, Lettre du duc de... au r (...)
  • 78 AGP, Personal, C 2697/1 et 2.
  • 79 Cette expression se trouve dans le dossier de Vincent Lacombe, AGP, Personal, C 2697/1, novembre 17 (...)
  • 80 AGP, Personal, C 308/12.
  • 81 J. J. Junquera, « La formation du goût de Philippe V et l’héritage du Grand Dauphin », Philippe V d (...)

27Lors d’événements importants, des objets significatifs étaient aussi réalisés en France et acheminés en Espagne. Il en est ainsi des carrosses du roi à l’occasion de son mariage et dont son frère, le duc de Bourgogne, supervisa la réalisation77. La layette du Prince des Asturies (25 août 1707), fut elle aussi commandée en France par Madame des Ursins et sa confection surveillée par le duc et la duchesse de Beauvilliers. On aurait aimé acheminer un nouveau mobilier pour la chambre de la reine, mais on y renonça faute de financement. Aussi, sur place, les artisans espagnols durent-ils s’initier aux modèles français, tandis que des artisans français venus avec Philippe V exerçaient leur talent sous sa protection. Les Lacombe78, tapissiers du roi, s’occupent de tout ce qui relève de l’ameublement. Ils sont arrivés en famille, le père et ses deux fils et sont qualifiés de « muy inteligentes en fabrica de tapiceria ». À la mort de Vincent Lacombe le père, sa charge fut donnée à son second fils, Jean-Baptiste (le 27 novembre 1703), déchaînant la colère du mayordomo mayor, qui croyait que ces places de ayudas de tapiceria, innovation du début du règne, seraient supprimées à la mort de leurs propriétaires. Le contrôleur de la maison du roi parlait à leur sujet de mozos intruses79. Pierre Ducharme80, lui aussi arrivé en 1701, fut nommé carpintero de Cdmara, c’est-à-dire menuisier de la Chambre. Dans la « Planta » de 1707, il est même désigné sous le titre de carpintero de la furriera y arquitecto de Su Magestad, titre qu’il conserva jusqu’à son décès à Madrid en 1720. On trouve dans le mobilier du roi, des tabourets à la française ainsi que des chaises, comme celles qui sont fabriquées pour permettre au roi de se coiffer à la « moda de Francia81 ».

  • 82 AECP, Esp., 93, fol. 401, passeport pour les sieurs Mangot et Huet, hautbois allant en Esp, 25 octo (...)
  • 83 M. Antoine, « Henry Desmarest (c. 1659-1741) », Revue de musicologie, 40 (1957), p. 272-274.

28Il n’y a cependant pas encore de véritables artistes français dans l’entourage de Philippe V. Dans le domaine musical, quelques inconnus font le voyage jusqu’à Madrid82 pour monter un ensemble de musique de Chambre, mais la guerre met fin en 1705 à cette première tentative. Philippe en avait cependant confié la direction à Henri Desmarets, qui avait brillamment débuté à la cour de France avant de la fuir en proscrit suite à une affaire de mœurs ; il était au service de l’Électeur de Bavière en 1701 et il retourna par la suite à la cour du duc de Lorraine83. Son séjour rapide à Madrid ne marqua guère les contemporains.

  • 84 G. Rouches, « Henri de Favannes (1668-1752) ... », Bulletin de la Société de l’Histoire de l’Art fr (...)
  • 85 AECP, Esp., 147, fol. 162, Amelot au roi, Madrid, 17 juin 1705, il envoie Du Verger à Cadix auprès (...)
  • 86 La mère d’Antoine Du Verger, Catherine-Thérèse Bruchard, liégeoise, s’était rendue à Lisbonne à la (...)
  • 87 Y. Bottineau, « Antoine du Verger et l’Alcázar de Madrid en 1711 », Gazette des Beaux-Arts, 6 (mai- (...)
  • 88 René Carlier arriva à Madrid en février 1712. Il deviendra architecte en chefdu Roi d’Espagne. Il m (...)
  • 89 Y. Bottineau, op. cit., (1962), p. 263-268 sur les projets d’Orry.
  • 90 AGP, Personal, C 874/18 et 20. Il remplaça, en 1712, le jardinier en chef espagnol, Juan Roberto. J (...)

29Dans le domaine de la peinture, peu d’artistes firent le trajet en Espagne à cette époque. Aucun, en tout cas, ne figura comme pintor de Cámara. Henri de Favannes84, présent plusieurs années à la cour ou à l’Escorial, était plutôt attaché à la Princesse des Ursins et ami personnel de son secrétaire Daubigny que réellement au service du Roi Catholique. Pierre-Antoine du Verger marqua beaucoup plus le roi. Cet homme, présent à Madrid depuis 1704 après avoir été chassé du Portugal par l’avancée ennemie, est surtout connu pour ses emplois comme intendant des finances et des troupes en Andalousie85 en 1706-1707, et comme commis de la marine et consul à Lisbonne de février 1713 à mai 1715. Les ambassadeurs de France prenaient souvent ses conseils sur les affaires portugaises et utilisaient sa sœur, la dame d’Elvas86, comme informatrice au Portugal. Ce que l’on connaît moins est l’aptitude de Du Verger à tenir le pinceau. Collectionneur, peignant des copies de maîtres, il avait fait en 1705 les portraits du couple royal87. De même, il était un excellent architecte, et, aux côtés de Madame des Ursins, il travailla à la rénovation de l’Alcázar dont il fit un plan très précis en 1711. Sans son départ au Portugal, il est certain qu’il allait devenir l’architecte en titre du Roi Catholique. Il fut remplacé par René Carlier88, appelé par la camarera mayor, élève de Robert de Cotte, qui exerça ses talents dans l’aménagement des appartements du palais royal de Madrid et des travaux au Palais du Buen Retiro. Il se fit accompagner pour cela d’un jardinier, Louis Renard. L’élève n’était cependant pas à la hauteur de son maître, et les Français de l’entourage de Philippe V se montrèrent assez déçus du résultat de ce dernier ouvrage. Jean Orry, qui ne rechignait pas lui non plus à mettre la main à l’ouvrage, jugea sévèrement Carlier et se plaignit que celui-ci avait remué « 40 000 toises de terre » pour un projet non-fondé ; le financier donna une nouvelle orientation aux travaux durant les années 1714-171589. Louis Renard fut de son côté nommé jardinero mayor et s’installa dans un petit ermitage avec sa famille90 qui allait progressivement être employée au service du souverain.

  • 91 De nombreuses études furent réalisées sur les transformations de l’Alcázar au temps du premier Bour (...)

30Finalement, la personnalité artistique qui se détache durant cette période est la Princesse des Ursins elle-même. Son goût était sûr en la matière. Les changements drastiques que connurent les appartements royaux de l’Alcázar à cette époque sont dus à son génie. Le palais du roi est repensé « à la française », effaçant ainsi chaque jour un peu plus, l’empreinte des Habsbourg91. En effet, malgré la richesse des collections que renfermait ce palais, les Français ne s’accommodaient pas à ce cadre qu’ils trouvaient bien peu propice à l’expression de la majesté royale.

31Des modifications spectaculaires furent opérées par la Princesse des Ursins aussi bien dans les appartements privés que dans les salles publiques d’audiences et d’apparat, de telle sorte que les uns et les autres répondent mieux au souci de représentation qui animait le souverain.

  • 92 Y. Bottineau, op. cit., (1962), p. 275-280.

32Non seulement les salles ont été agrandies et régularisées, mais de vastes perspectives ont été aménagées. Au nord, une première enfilade court de la salle des gardes à la première antichambre. À l’ouest, l’enfilade des antichambres donne en ligne droite jusqu’à une fenêtre du Salon des Grands ouvrant sur la place du palais. Ces salles sont tendues de tapisseries et garnies de tables en marbre précieux. Enfin, les salons de la façade du palais demeurent la partie la plus magnifique, et le trône du roi est placé au fond du Salon des Miroirs de manière à ce qu’il soit vu dès l’entrée du Salon des Grands. Toutes ces pièces ont conservé les riches décorations des rois précédents, faisant ainsi une heureuse synthèse des différents goûts. Madame des Ursins fit travailler Carlier à des projets de cheminées et de boiseries, souhaitant renouveler le décor intérieur. Sa disgrâce en 1714 puis celle d’Orry en 1715 firent échouer toutes les commandes92. Mais l’Alcázar de Philippe V avait désormais sa vie propre, qui effaçait la présence séculaire des Habsbourg.

2. La place des officiers français à la cour madrilène

  • 93 « L’État général de la Maison du Roi », par Jean Orry, AGP, Fel. V, 207 (3), v. 1707 et « Casa Real (...)

33L’emprise française sur la cour du premier Bourbon se manifeste par la présence d’un important groupe de bas-officiers du roi rassemblés par les contemporains eux-mêmes sous l’appellation générique de familia ou casa francesa, par opposition à la familia española. Au nombre d’une cinquantaine (nous ne prenons pas en compte dans ce chiffre le corps scientifique : médecins, chirurgiens et pharmaciens), entre 1702 et 1712, ils sont affectés à divers emplois de la Chambre (ou Real Cámara), de la Bouche (ou Boca) et du Gobelet (ou Ramilleté). Suivant deux documents de 1707 donnant chacun un état général de la Maison du roi, celle-ci compte alors, du plus haut-officier au plus humble balayeur de la Chambre, entre 315 et 330 personnes93. Nous pouvons estimer que les Français représentent environ 15,5 % du personnel du roi.

34La familia est minoritaire par rapport à la masse des domestiques espagnols, mais Philippe V lui donne la préférence pour assurer son service personnel. Son étude a toujours été négligée. Pourtant, en menant des recherches sur les divers personnages qui constituent cette casa francesa, nous voyons un processus d’intégration réussie au sein de la maison espagnole.

Organisation et services de la familia francesa

35L’organisation de la familia francesa s’est faite de manière empirique. Elle dépendait uniquement de la volonté royale et évoluait assez librement à la cour, contrastant avec la maison espagnole parfaitement organisée. Le but de la maison française fut de parvenir à s’intégrer à la casa real espagnole déjà existante mais dont parfois elle doublait les services. C’est au retour du voyage d’Italie, à la fin de l’année 1702, que le processus fut mis en place.

Les Français dans la Real Cámara

  • 94 Il s’agit en 1707 de Diego Joseph Ballesteros, Salvador de Corobarrutia, Santiago de San Gines et M (...)
  • 95 Alexandre Bontemps, premier valet de la Chambre de Louis XIV, mourut en 1701. Son fils, Louis-Alexa (...)
  • 96 SSBL, XXXVIII, p. 303.

36Claude de la Roche domine le service de la Cámara, à la fois par son emploi de Secrétaire de la Chambre du Roi, qui lui donne la clef du Bolsillo de Philippe V ou fonds secrets du roi, et lui confère la garde de l’estampille, sceau reproduisant la signature royale au bas d’actes officiels, et par celui de Premier aide de la Chambre. Il est placé directement sous les ordres du sumiller de corps, le comte de Benavente. Dans son poste de secrétaire, il a sous ses ordres le contrôleur de la Chambre et quatre commis94. C’est un homme discret et estimé. Il a conservé des liens avec Versailles, notamment avec la clientèle de Bontemps95, son beau-père, mais aussi avec des ministres comme Beauvilliers ou Torcy, avec qui il entretient une correspondance roulant surtout sur des questions de domesticité. Au fur et à mesure que passent les années, il acquiert une grande respectabilité car « il tenait, pour son état, une maison honorable où allait bonne compagnie, et toujours plusieurs personnes à manger »96.

  • 97 AECP, Esp., 203, fol. 10, La Roche informe le sieur d’Iberville, alors en mission extraordinaire à (...)

37Son second direct est Gaspard Hersan. Celui-ci a la haute main sur le service de la Garde-Robe et exerce aussi un contrôle sur la Chambre. En effet, portant le titre de deuxième Aide de la Chambre, il est le suppléant direct de La Roche en cas de maladie ou absence de ce dernier97.

  • 98 Selon AGP, Adm„ 929, « Casa Real del Rey Nuestro Señor ».
  • 99 Il s’agit de Nicolas Pertusato, Luis de Valdes, Juan de Oviedo, Gabriel Ontafion, Diego Teran, Gero (...)
  • 100 Ces deux derniers remplacent Simon Beaulieu et Nicolas Bertrand. Le premier avait fait plusieurs re (...)
  • 101 AECP, Esp., 329, fol. 116 v°, Coulange à Dubois, 15 mai 1723.
  • 102 Lambert rappelle au roi dans une supplique de 1716, que son père fut trente années le chef du Gobel (...)

38Hersan et la Roche dépendent directement du sumiller et évoluent aux côtés des Gentilshommes de la Chambre. Mais ce sont nos deux Français et leur personnel qui sont les plus présents auprès du roi. En 1707, le service de la Real Cámara compte 14 aides de la Chambre, 8 garçons de la Chambre et 10 garçons de la Garde-robe auxquels s’ajoutent, un tailleur, son aide et une blanchisseuse98. Parmi eux, les Français sont minoritaires mais très actifs auprès du roi. Les 14 aides de la chambre en exercice sont espagnols99, les Français sont dans la catégorie inférieure de garçons, même si, dans certains documents, ils apparaissent aussi portant le titre d'ayuda de Cámara. En recoupant différents documents, nous voyons que les 8 garçons de la Chambre sont Nicolas Roullier, Philippe Lambert, Vincent et Jean-Baptiste Lacombe, Henri Pichelin, Charles Valois, François Barra et Jean Durand. Auprès d’Hersan, nous relevons 6 garçons de la Garde-Robe : Pierre et Nicolas Dutillot, Charles Pasarat, Marin Aignan, Denis Fantin et Pierre Ruffin100. Tous servaient depuis plusieurs années la maison des Bourbons avant de venir en Espagne. Ainsi Pichelin et Aignan exerçaient leur service auprès du duc d’Anjou depuis 1689 et Valois depuis 1683. Ce dernier était particulièrement proche de Philippe V ; en 1723, le marquis de Coulanges présent à Madrid le décrivait comme « toujours attaché au pas de son maître »101. Roullier n’était autre que le mari de la nourrice du roi, Marie de May ; Lambert et Ruffin avaient eu leurs parents au service du roi, de la reine Marie-Thérèse ou de la Dauphine102.

  • 103 AGP, Personal, C 1333/36. Aposentador est l’équivalent du fourrier. C’est un officier qui marque le (...)
  • 104 C’est en tant qu’huissier que Nicolas Roullier fat agressé et battu par le duc d’Ossune à Crémone, (...)
  • 105 AGP, Adm„ 400, dans une lettre de Grimaldo du 18 octobre 1706, les Lacombe sont qualifiés de « cons (...)

39Certains d’entre eux pratiquaient aussi le cumul des charges. Ainsi Aignan tint le rôle d’aposentador de la familia durant les voyages d’Italie et du Portugal mais sans le titre103 ; Durand, Ruffin et Fantin étaient porte-meubles ; Roullier et Pierre Dutillot104 étaient huissiers de salle. Les Lacombe étaient aussi aides de la Tapisserie, alors dirigée par Felipe de Torres. Ils eurent en plus, en 1705, la charge de concierges des quartiers de la garde du roi au palais105.

40Au service de la Chambre étaient rattachées deux Françaises, comme lavanderas de corps : Angélique Tesson et Marguerite de la Chambre. Elles s’occupaient expressément du linge de corps, laissant à d’autres blanchisseuses espagnoles le soin des draps et autres nappes.

  • 106 Les documents ne sont pas clairs sur le nombre des aides du barbier. Dans AGP, Fel. V, 207 (3), « É (...)
  • 107 Du camp de Salvatierra, AECP, Esp., 143, fol. 244, 8 mai 1704, Philippe V demande à Louis XIV de po (...)

41Henri Vazet appartenait aussi au même service en tant que barbier de corps. Il avait entre deux et quatre aides espagnols sous ses ordres106. Ce personnage était très proche du roi qui aimait son esprit et lui confia plusieurs missions secrètes, d’accord avec la Princesse des Ursins dont il était un proche107. En 1704, contrairement aux ordres de son grand-père, le roi d’Espagne le conserva à sa cour. On le retrouve encore auprès de lui, en 1724, parmi les rares fidèles admis dans sa retraite de San Ildefonse.

42Enfin, deux Français sont encore présents auprès du roi : il s’agit des perruquiers Noël Bruyère et Jean Dufresnoy. Ce dernier n’arrive qu’après 1707.

  • 108 AECP, Esp., 306, fol. 58-fol. 88, Caractères en abrégé et liaisons des principales personnes dont l (...)
  • 109 Cette charge est le fruit de la protection du Grand Dauphin envers lui. ANM, Estado, leg. 2514, let (...)

43Parmi les Gentilshommes de la chambre, on ne trouve qu’un Français, le marquis de Valouse, fidèle entre les fidèles de Philippe V. Cependant, Louville et Montviel, sans en avoir le titre, en avaient les fonctions et les entrées. En 1700, Valouse n’a pas encore 30 ans. De formation militaire, il était entré en 1694 au service des ducs d’Anjou et de Berry comme écuyer. En décembre 1702, il eut un brevet lui permettant de s’installer en Espagne. Il bénéficie à Versailles de la protection du Grand Dauphin et du duc de Beauvilliers. À Madrid, il est très lié au confesseur du roi, le P. Guillaume Daubenton108. Constamment au côté du roi, ce n’est qu’en août 1707 qu’il obtient officiellement la charge de majordome de semaine, s’intégrant ainsi dans la maison du roi109.

Les Français dans la Real Cocina

  • 110 AGP, Adm„ 929, relation du 15 mars 1702 : « Relacion de todos los criados franceses que sirven y ha (...)

44En 1702, un gros contingent rejoignit le roi d’Espagne à Barcelone pour assurer son service et celui de la reine. À la fin de ce voyage, plusieurs rentrèrent en France tandis que d’autres s’installèrent à Madrid110. On distingue la Cocina de Boca, qui sert le roi, de la Cocina de Estados, qui sert la cour. La première est presque intégralement composée de Français, la seconde est entièrement espagnole.

  • 111 AECP, Esp., 101, fol. 286, passeport de Ricard, Versailles, 13 février 1702. Il semblerait en effet (...)
  • 112 AGP, Fel. V, 290 (1), nous trouvons un mémoire des ustensiles confiés par Ricard à Duteil, chef de (...)

45Le contrôleur ordinaire de la Bouche avait la haute main sur la Cocina de Boca. Cette charge fut créée pour Jacque Ricard, envoyé de Versailles en février 1702111. Il était chargé de visiter chaque jour l’office de la Bouche, du Garde-Manger, de la Cave et de la Paneterie, de vérifier l’état des ustensiles112 et de contrôler les achats. Comme il porte aussi le titre espagnol de Veedor de Viandas, il exerce un contrôle particulier sur la viande et accompagne le plat que l’on porte à la table du roi. Chaque mois, il doit faire un état de ce qui est dû aux officiers de la Bouche. Il réalise, à son niveau, ce que le contrôleur de la Casa fait pour l’ensemble de la maison du roi. Il est secondé par Gilles de Valois, qui avait déjà été maître d’hôtel en Italie, et par Joseph Arnaud. La position de Ricard n’était pas toujours très agréable et les autres Français, souvent indisciplinés, admettaient mal son autorité. Le duc de Gramont constatait en 1704 :

  • 113 AECP, Esp., 142, fol. 237 v°, Gramont à Torcy, 15 octobre 1704.

Bien qu’il n’y ait pas un grand nombre de Français dans la maison du roi d’Espagne, le peu qu’il y en a ont le diable au corps et se mangent le cœur ; ils ne peuvent admettre aucune subordination et se sont tous ligués contre Ricard, Contrôleur de la maison, qui est un très galant homme113.

  • 114 Vayrac, État présent de l’Espagne..., 1719, II, p. 275.
  • 115 AN, B7 252, fol. 92, Daubenton à Pontchartrain, 18 mai 1708.

46Les cuisines sont dirigées par le cocinero de la servilleta équivalent du chef de la Bouche en France. Il s’agit de Georges Chastelain qui exerçait sa charge conjointement avec Jean-Baptiste Venard. Sa fonction consistait à se rendre tous les matins, avec une serviette sur l’épaule – d’où son nom – au Garde-Manger et, en présence du contrôleur, à prendre tout ce qui allait servir à la Bouche du roi. Il examine, lui aussi, la fraîcheur des produits, se met d’accord avec le contrôleur sur ce qui lui manque, avant de repartir en cuisine pour distribuer les viandes et organiser le travail des aides et des garçons. Dès que l’on commence à apporter les plats pour la Bouche du roi, il se poste auprès de la table où ils sont entreposés en cuisine114. Chastelain sut se faire apprécier à la cour d’Espagne. Ambroise Daubenton en fait un portrait assez flatteur au ministre Pontchartrain115.

  • 116 AGP, Personal, C 310/15. Il remplace François Desjardin passé cuisinier de la Bouche du roi.
  • 117 AGP, Personal, C 240/37. Il remplace Pierre Chastelain passé cuisinier de la Bouche de la reine. Ma (...)
  • 118 AGP, Personal, C 476/24. Gosselin était surtout attaché au service de Madame des Ursins.
  • 119 Ibid.

47Son premier aide, François Desjardin, remplace Venard en 1707 comme chef de la Bouche. Le service est composé de trois autres ayudas ou aides de la Bouche : Pierre Chastelain cadet, François Butar-Jolivet, Nicolas Salomon, et de cinq mozos ou garçons : Louis Blondel, Jean Dusault (qui passe aide en 1707116), Biaise Clot (aide en 1711117), Jean Gosselin-Leclerc (aide en 1712118) et Jean Reyller (aide en 1715119).

  • 120 Juan Miguelez, son aide, Domingo Garcia, garçon et Francesco Figa, officier-boulanger, AGP, Adm„ 92 (...)
  • 121 AGP, Personal, C 16630/1. Andres de Agueria avait juré sa place en 1682 et renouvelé son serment en (...)
  • 122 AGP, Personal, C 16630/1. Cette affaire dura de février 1712 à décembre 1713. Cette contribution av (...)

48La paneterie royale est confiée aussi à un Français, Jean Veron, secondé par trois aides espagnols120. Il ne travaille que pour la table du roi, tandis que le pain destiné au reste de la maison royale est confectionné par un Espagnol, Andres de Agueria, époux de Filippa de Castro qui est propriétaire de la charge depuis le règne de Charles II121. Mais en 1707, Veron est agrégé à la maison royale et travaille seul. Agueria est alors réformé. Comme Chastelain, il a quelques soucis avec des domestiques ; l’un s’enfuit en 1714, l’autre lui fait un procès en 1715. En 1712, il s’oppose au Gremio de Panaderos (corporation des boulangers) de Madrid qui veut le soumettre à une contribution pour « razon de milicías122 », que payent tous les boulangers de la capitale. Veron fit alors appel au Bureo (tribunal interne de la maison du roi), qui le soutint. En tant que boulanger royal, il n’est pas soumis aux mêmes lois. C’est à cette occasion qu’il rappela qu’il ne travaillait que pour le roi, les infants, Madame des Ursins et la « nacion » française de la Cour.

  • 123 AGP, Personal, C 674/31.

49La pâtisserie fait aussi l’objet d’un service à part, dirigé par Claude Vincent, aidé de Charles La Lontaine qui le remplace en 1717, de Denis Lemaire garçon d’office, de Jean Vincent, sans doute membre de sa famille, simple porteur, et de deux galopins, Louis Léon et Jean Bargout. À partir de 1709, il engage aussi son neveu, Pierre Mercier, qui fera carrière à l’ombre de son oncle123.

  • 124 AGP, Personal, C 7, le roi à Villafranca, 26 août 1701.
  • 125 AECP, Esp., 114, 3 janvier 1703, fol. 3, Permission du roi Louis XIV au sieur dAvesnes de s’install (...)

50Un service est créé de toutes pièces pour les français, celui du Gobelet. Les souverains ont, en effet, une prédilection pour les vins français. À sa tête se trouvent deux chefs : Adrien d’Avesnes et Jacques de Saint-Germain, qui eurent le même rang que le sumiller de la paneterie. Le marquis de Villafranca avait tenté, dans les premiers temps, de s’opposer à cette création. Car le Gobelet embrassait aussi les services de la Paneterie, Cave et fruiterie qui, tous, avaient déjà leur propre chef espagnol, et surtout, il craignait l’introduction de nouveaux usages. Le roi passa outre124. Le service du Gobelet s’installa définitivement à Madrid125. Il comptait 4 aides : Denis Dubuisson, Louis Verdot, Martin Darius et Denis Prévot. À ceux-ci s’ajoutent deux garçons, Louis Forzy et Louis Martinet l’aîné, et un garçon repostero, Guillaume Bernier.

  • 126 AGP, Personal, C 307/41 ; AGP, Personal, C 7.
  • 127 AECP, Esp., 121, fol. 384, passeport pour 84 caisses de vins pour le roi d’Espagne (14 février 1703 (...)
  • 128 En mai 1708, Duteil se plaignait de ne pouvoir amener lui-même le vin aux officiers espagnols qui l (...)

51La Cave française est dirigée par Jean Duteil. Tous avaient servi en France, notamment d’Avesnes et Dubuisson, auprès du duc et de la duchesse de Bourgogne en 1691126. Ils étaient arrivés en Espagne, les uns en 1701, à Madrid, les autres en 1702, à Barcelone. Le roi et la reine d’Espagne aimaient particulièrement les vins de Bourgogne et de Champagne, et de nombreux passeports pour ces envois sont encore conservés127. Les rapports n’étaient pas toujours très bons entre les chefs du Gobelet et le chef de la Cave française, et des querelles portant sur leur fonction respective donnèrent lieu à des plaintes128.

  • 129 ANM, Estado, leg. 2669, janvier 1717.

52À tout ce personnel français s’ajoutaient encore un armurier, Nicolas Montargis, rattaché à l’office des archers, et un menuisier, Pierre Ducharme intégré dans le service de la fourrière. Ce dernier possède un grand atelier comptant près de 60 ouvriers, tailleurs, sculpteurs et architectes des palais royaux. Teodoro Ardemans, l’architecte en chef du roi, apprécie ses capacités au point de lui donner, en janvier 1717, la surveillance des travaux alors effectués au Palais129.

  • 130 AGP, Adm„ 929. « Casa Real del Rey Nuestro Señor » et AGP, Fel. V, 207 (3), « État général de la Ma (...)

53Le tableau ci-dessous, reproduisant l’organisation de la maison du roi en mars 1707, rend plus lisible la présence française dans les différents services130 ; sur les 330 personnes composant la Casa du roi, nous dénombrons 50 français :

  • 131 Le marquis de Valouse n’est pas encore comptabilisé dans ce plan, car il n’entre en fonction qu’en (...)
  • 132 Il s’agit de La Roche, déjà comptabilisé comme Aide de la Chambre.
  • 133 Parmi ces 8 Français, il faut déduire les Lacombe déjà comptabilisés comme Aides de la Tapisserie.
  • 134 Jean Dufresnoy n’est pas comptabilisé car il n’entre en fonction qu’après 1707.

CHAPELLE ROYALE

Chapelain et son aide

2 Espagnols

Sacristain

1 Espagnol

OFFICIERS PRINCIPAUX DE LA CASA REAL

Mayordomo mayor

1 Espagnol

Mayordomos de semaine

4 Espagnols

Le Grand Maître des Postes

1 Espagnol

Le Grand Écuyer

1 Espagnol

Capitaine de la garde allemande

1 Espagnol

Gentilshommes de la Bouche

12 Espagnols

Capitaine des Hallebardiers

1 Espagnol

Gentilshommes de la Maison

10 Espagnols

Capitaine des archers

1 Espagnol

Le Maître de la Chambre et ses commis

4 Espagnols

Le Contrôleur de la Maison et ses commis

3 Espagnols

Le Greffier et son commis

2 Espagnols

REAL CÁMARA

Sumiller de corps

2 Espagnol

Gentilshommes de la Chambre

16 Espagnols131

Aides de la Chambre

2 Français
(Premier et Deuxième Aides)
14 Espagnols

Secrétaire de la Chambre et ses commis

1 Français132
4 Espagnols

Garçons de la Chambre

8 Français133

Garçons de la Garde-Robe

6 Français
4 Espagnols

Barbiers et Perruquiers

2 Français134
3 Espagnols

Blanchisseuses de corps

2 Françaises

Chausseurs

2 Espagnols

Écuyers à pied

8 Espagnols

OFFICES DE LA CASA REAL

Officiers contrôleurs

3 Français

Paneterie et Cave

2 Français
17 Espagnols

Cuisine-Bouche et Pâtisserie

14 Français
3 Espagnols

Gobelet

9 Français

Saucerie et Fruiterie

9 Espagnols

Cuisine de Estado

16 Espagnols

Garde-Manger

8 Espagnols

Tapisserie

2 Français
12 Espagnols

Blanchisseuses

3 Espagnols

Garde-Bijoux

6 Espagnols

Huissiers de Salle

11 Espagnols

Huissiers de la Chambre

12 Espagnols

Aposentadores de la Chambre

6 Espagnols

Gardien

1 Espagnol

Porteros de cadena

8 Espagnols

Balayeurs

15 Espagnol

Artisans

13 Espagnols

Archers

1 Français
15 Espagnols

Potager

3 Espagnols

Fourrière

1 Français
22 Espagnols

Citerie

5 Espagnols

 

Les Français de la Maison de la reine

  • 135 M. del C. Simon Palmer, La cocina de Palacio..., (1997), p. 166.
  • 136 AGP, Personal, C 274/35.
  • 137 AGP, Fel. V, leg. 255 (1), liste des Français en service auprès de la reine, Barcelone, 15 mars 170 (...)
  • 138 AGP, Fel. V, leg. 255 (1), liste des Français auprès de la reine, Madrid, décembre 1702.
  • 139 AGP, Fel. V, 255 (1), liste des domestiques de la reine, 25 juillet 1702. Les Français sont signalé (...)
  • 140 Ibidem.
  • 141 AGP, Personal, C 166619/1.
  • 142 AGP, Fel. V, 255 (1), Relation de la maison de la reine en juin 1713.
  • 143 AGP, Fel. V, 255 (1), liste des domestiques de la reine, 25 juillet 1702.

54La reine employait souvent les mêmes officiers que le roi, mais certains Français étaient exclusivement à son service. Il existe donc une familia francesa de la Casa de la Reina. Gaspard Rebufa fut le chef de sa Bouche. Français d’origine, il est en place depuis 1686135. À sa mort, en 1710, sa place fut donnée à Pierre Chastelain136, petit frère de Georges. Il était secondé par un certain Nicolas Rigaut137, qui était aussi chef pâtissier138, par un aide du nom de Jean Legras et par trois mozos, Nicolas Hervé, Antoine Hubert et Jean Mayeux. Nicolas Boilot qui servait depuis sa naissance le duc d’Anjou et qui, en 1701, avait déjà près de 75 ans fut nommé huissier du roi, mais dès juillet 1701, la charge de Contrôleur de la Bouche de la reine fut créée pour lui et il l’occupa jusqu’à sa mort. Il servait la reine en priorité sur les Espagnols « respecto de hacer la vianda a la francesa139 ». Les noms des deux huissiers de viande sont aussi parvenus jusqu’à nous, il s’agit de Pierre-André Dubert et de Guillaume Beluc, en poste en 1702140. En 1705, le service du Gobelet de la reine fut distinct de celui du roi. Le chef en fut Jacques Martinet, aidé de Louis Martinet l’aîné, son fils et de Louis Verdot, qui, tous deux, travaillaient aussi pour le Roi, ainsi que de Charles Leroux et de Pierre Benoit, mozo en 1705 et ayuda en 1713141. À la mort de Martinet le père, en 1708, le poste fut donné à Jean Vivant. La reine avait aussi son office de la Pâtisserie et Jean-Baptiste Fournier de simple mozo en 1702 devint, en 1712, chef de cet office. Deux lingères furent affectées à la reine, Jeanne Tesson, sœur de la lingère du roi, Marguerite, et Louise Pascal, épouse de Nicolas Dutillot. En 1707, date de la naissance de l’Infant, celui-ci eut aussi ses deux lingères françaises : Marguerite Gobi et Barbe Fleury142. Enfin Henri Vazet, le barbier du roi, proche de la camarera mayor et de Daubigny, fut aussi nommé aide de la fourrière de la reine143.

  • 144 AGP, Fel. V, 255 (1), « Relacion de la familia de criados de la reina nuestra señora de la nacion f (...)
  • 145 Il s’agit de Madame Compoint, AGP, Personal, C 247/10.
  • 146 AGP, Fel. V, 255 (1), « Relacion de la familia de criados de la reina nuestra sefiora de la nacion (...)

55Une relation de 1713144 comptabilise le personnel français de la maison de la reine sans indiquer de noms. Outre les services que nous avons déjà cités, se trouvent un boulanger et son aide, un chef du gobelet et trois aides, un maître de danse, un maître de violon pour le Prince, un aide pour la tapisserie, un tailleur, un perruquier, un chausseur et une dentellière145. La reine a donc à ses côtés une trentaine de Français (nous ne parlons pas ici du corps scientifique, médecin et chirurgien). Il n’est pas facile de connaître la proportion qu’ils représentaient par rapport à ses domestiques espagnols car nous ne possédons pas de plan général de la maison de la reine comme celui que fit Jean Orry pour la maison du roi. Néanmoins, en cette année 1713, nous savons que le coût de la dépense de la maison de la reine s’élève à 81 263 729 maravedis146. Là-dessus sont comptés 19 870 508 maravedis pour les criadas, 21 959 155 pour les criados et 7 662 868 pour les criados franceses. Les gages des Français représentent donc environ 15,5 % de l’ensemble des émoluments. Le nombre de Français dans la maison de la reine est sans doute un peu inférieur à ce pourcentage car il paraît assuré que les Français sont mieux payés que les Espagnols, ainsi que cela se pratique dans la maison du roi.

Les rapports franco-espagnols au sein de la maison du roi

  • 147 RIA, Esp., II, p. 63.
  • 148 Y. Bottineau, op. cit., (1962), p. 174 ; AGP, Fel. V, 17, Gasto ordinario hecho por Dn Phelipe de T (...)
  • 149 AGP, Personal, C 274/3.
  • 150 La Tr., II, p. 81, Madame des Ursins à Torcy, Madrid, 19 août 1702.

56En 1702, l’aversion générale que les Espagnols « témoignent pour les Français qui approchent le plus le Roi Catholique147 » cause un grand souci à Versailles. Cela s’exprime au retour du voyage de Catalogne lorsque les cuisiniers français trouvèrent les fenêtres qu’ils avaient fait percer pour acheminer l’eau dans leur office, murées par les bons soins de Felipe de Torres, chef-tapissier du roi, chargé des travaux au Palais148. Bien plus, les logements qu’ils avaient conservés à Madrid avaient été repris, en leur absence, sur ordre du Marquis de Villafranca. Les chambres, fermées à clef, furent même forcées et les biens inventoriés en présence du greffier de la maison du roi, Antonio de Castro, du secrétaire du Bureo, et de l’aide de la fourrière, Côme Vêlez de Margotedo. En juillet 1702, Marguerite de la Chambre de retour à Madrid, dut ainsi attendre près d’un mois pour retrouver ses affaires mises sous scellés149. Madame des Ursins raconte aussi que, lors d’un Conseil d’État, on parla de payer les domestiques français alors même qu’on ne pouvait donner leurs gages aux Espagnols. Villafranca fut seul d’avis qu’on ne les payât pas, « disant qu’ils ne devaient pas être plus privilégiés que les autres ». Le comte de Monterrey les défendit arguant qu’il fallait avoir égard pour des étrangers qui ne possédaient pas les ressources dont bénéficient les gens du pays150.

  • 151 AECP, Esp„ 124, fol. 305, 6 juillet 1703.
  • 152 Le 17 août 1703, Ambroise Daubenton signale à Pontchartrain le départ de quelques officiers de Bouc (...)

57En juillet 1703, le cardinal d’Estrées para une offensive du Conseil d’État qui souhaitait fondre la maison française dans la maison espagnole151. Il semblerait cependant qu’à la mi-août 1703, sur les conseils de Madame des Ursins et contre l’avis de l’ambassadeur et de Louville, quelques Français surnuméraires furent renvoyés chez eux, sans doute afin de contenter les sujets du roi. En réalité, ne paraissent concernées qu’une dizaine de personnes. Cependant, Louville se plaignit plusieurs fois de ces renvois qu’il jugea abusifs, et en profita pour accuser la Princesse de vouloir chasser tous les Français présents auprès du roi, déclaration tout à fait injustifiée152.

  • 153 Il semble que c’était l’habitude. Dès les années 1680 le Bureo avait commencé à perdre son droit de (...)
  • 154 AGP, Fel. V, 209 (1), Juan Velasco, greffier du roi, se plaint de ce que les officiers du gobelet « (...)
  • 155 RIA, Esp., II, p. 122.
  • 156 G. Lizerand, op. cit., p. 463, 2 avril 1701.
  • 157 Les gages ou « sueldo de pie fijo » ont été établis sous Philippe IV et remontent parfois à l’époqu (...)
  • 158 Terme que l’on pourrait traduire par « surpaye ».
  • 159 ANM, Estado, leg. 744, Relazion de los Gozes de la familia francesa de SM en gastos secretos. (14 j (...)
  • 160 AGP, Fel. V, 287 (2), « Copia de dos informes hechos al Ex. Señor marques de Squilace », (1761).

58Les Français manquaient de discipline notamment dans la tenue de leurs comptes. Hersan, en particulier, maniait les fonds de son service sans passer par le Bureo153. Il en était de même pour les chefs de Bouche, qui produisaient souvent des quittances à se faire rembourser, sans preuve d’achats154. À cause des plaintes contre eux, l’ambassadeur de France eut à s’occuper de leur organisation. Gramont devait ainsi exercer une surveillance étroite sur la maison française155. Cependant, c’est le marquis d’Amelot qui donna une structure définitive à cette maison. Cette réforme passait par une redéfinition de leurs gages et une mise à plat de toutes les sortes de rémunérations sur lesquelles ils pouvaient compter. À leur arrivée en Espagne, les Français connurent une baisse de leur niveau de vie. Encouragés par le duc de Beauvilliers156, ils avaient demandé à être payés davantage que les Espagnols, ainsi qu’ils l’auraient été en France. Ils étaient donc payés d’un « pie fijo157 », correspondant aux émoluments « espagnols » pour leur charge, auquel s’ajoutait un « sobresueldo158 » payé jusqu’en 1705 par Claude de la Roche, sur le Bolsillo Real159. À cette date, le roi ne pouvant plus l’acquitter, il fut décidé que la Casa Real prendrait à sa charge les deux formes de rémunération160. Ce sobresueldo était extrêmement avantageux pour les Français car il multipliait par deux, trois ou quatre les gages espagnols. Ainsi, Jean Duteil, chef de la cave française touchait par mois 25, 8 escudos de « pie fijo » et 50 escudos de sobresueldo, tandis que Philippe Lambert, comme garçon de la Chambre gagnait 18,6 escudos, à l’instar des mozos espagnols mais avec en plus 100 escudos de sobresueldo. Le total des sobresueldos des bas-officiers français du Roi se montait à 4 230 escudos par mois.

  • 161 Cette réforme de la Casa fut menée à bien par Amelot et Orry au sein d’une Junte extraordinaire for (...)

59Aidé de Jean Orry, Amelot mit au point une nouvelle Planta de la Casa Real, qui prit effet au cours de l’année 1707161. Il fut décidé que le sobresueldo serait ramené à la somme restante une fois que les gages de la Casa Real en seraient déduits et qu’ils seraient acquittés par la Tesorerίa mayor de Guerra alors créée par le financier français pour centraliser les recettes de l’État. C’est-à-dire que Jean Duteil, pour reprendre l’exemple précédent, continuait à toucher ses 25, 8 escudos de la Casa, mais son sobresueldo passait de 50 à 24,2 escudos (50 25,8). Il en fut de même pour tous les officiers français, à plusieurs exceptions près, notamment parmi ceux qui, dès leur arrivée, avaient été intégrés au sein de la maison espagnole, notamment La Roche et Hersan, Pasarat et les Dutillot, les deux lingères, Vazet et les deux chefs de Bouche. Ricard eut un traitement de faveur car on considéra qu’il touchait un salaire de la Casa Real sans sobresueldo pour sa charge de Veedor de Viandas (soit 91,6 escudos) et un sobresueldo sans salaire, pour sa charge de contrôleur de la maison française (soit 250 escudos). Aussi garda-t-il la totalité des deux formes d’appointements. La différence se fit cependant sentir pour beaucoup d’entre eux. Ainsi, le Panetier Veron touchait à l’origine 40 escudos de sobresueldo. Comme il avait la même somme de « pie fijo » au sein de la Casa Real, la différence était nulle et le sobresueldo lui fut donc supprimé. En 1715, les deux chefs du Gobelet se plaignirent de leur amputation de salaire et, par grâce royale, eurent le droit de toucher à nouveau leur sobresueldo en entier. Désormais, le sobresueldo de la maison française revenait à 3230,60 escudos de vellóns par mois, situation qui demeura dans les années suivantes.

60Un tableau peut rendre compte de ces différentes évolutions :

  • 162 D’après AGP, Adm„ 929 : « Casa Real del Rey Nuestro Señor » (1707).
  • 163 D’après AGP, Fel., V, 287 (2), « Relacion de los sobresueldos pertenecientes a la familia francesa (...)
  • 164 D’après AGP, Fel. V, 287 (2), « Relacion de los criados de la familia francesa del rey nuestro sefi (...)
  • 165 D’après AGP, Fel. V, 287 (2), « Relacion por certificacion de los sobresueldos de la familia france (...)
  • 166 Sans doute Tiberni est-il agrégé à la Casa Real en 1709 pour l’équivalent de 10 escudos par mois.
  • 167 D’Avesnes se plaindra en 1715 de la baisse de son sobresueldo. Le roi lui accorde, ainsi qu’à Saint (...)
  • 168 Boisbrun, Rivet et Boilot sont particulièrement bien payés en sobresueldo malgré leur charge inféri (...)
  • 169 Sans doute Louis Blondel est-il agrégé à la Casa Real après 1707. Il toucherait donc 20,55 escudos (...)
  • 170 Idem, pour Jean Reyller.
  • 171 Par grâce royale + payement de retards depuis 1702 soit 1320 esc.
  • 172 Il n’y a pas d’explication pour cette hausse subite du sobresueldo. Peut-être est-ce le rembourseme (...)
  • 173 Les 25 escudos supplémentaires proviennent des 40 escudos de sobresueldo que touchait Denis Fantin, (...)
  • 174 Denis Fantin gagne 26,4 escudos de sobresueldo par mois au lieu de 40 s’il était resté garçon de la (...)
  • 175 Cf. cas de F. Bara. En 1716, le sobresueldo de Fantin est de 3 200 réaux par an, soit 26, 6 escudos (...)
  • 176 La baisse du sobresueldo en 1713 correspond peut-être à son agrégation à la Casa Real comme garçon (...)
  • 177 Les 15 escudos alloués à Noël Bruyère par grâce royale proviennent des 40 escudos de sobresueldo qu (...)
  • 178 Auxquels s’ajoutent exceptionnellement les 1 320 esc. de Claude Vincent.

NOMS

FONCTIONS

Gages de la Casa Real162

Sobresueldo
av. 1707
163

Sobresueldo
en 1709
164

Sobresueldo
en 1713
165

Jacques Ricard

Veedor de viande

91,6

0

0

0

 

Contrôleur ordinaire

0

250

250 au lieu de 158,4

250

Gilles de Valois

Aide du Contrôleur

21,75

150

128,25

128,25

Joseph Arnaud

2nd Aide du Contrôleur

21,75

75

53,25

53,25

Jean Veron

Boulanger du roi

40,9

40

0

0

Jean Tiberni

Aide Boulanger

0

15

5166

5

Jean Duteil

Chef de la Cave française

25,8

50

24,2

24,2

Jacques de Saint-Germain

Chef du Gobelet

25,8

75

49,2

49,2

Adrien d’Avesnes

Aide du Gobelet

25,8

75

49,2

49,2167

Denis Dubuisson

Aide du Gobelet

21,75

50

28,25

28,25

Louis Verdot

Aide du Gobelet

21,75

50

28,25

28,25

Martin Darius

Aide du Gobelet

21,75

50

28,25

28,25

Denis Prevot

Aide du Gobelet

21,75

50

28,25

28,25

Guillaume Bernier

Aide du Gobelet et garçon patissier

15

50

35

35

Louis Forzy

Garçon du Gobelet

16,8

25

8,2

8,2

Louis Martinet

Garçon du Gobelet

16,8

25

8,2

8,2

Pierre Ducharme

Menuisier

9

25

16

16

Nicolas Montargis

Armurier

40

40

François Boisbrun

Arbalétrier

0

200168

200

200

François Rivet

Porte-Manteau

0

120

120

Martin Boilot

Huissier de la Chambre

0

170

170

170

Georges Chastelain

Chef de la Bouche

57,5

75

75 au lieu de 17,5

75

Jean-Baptiste Venard

Chef de la Bouche

57,5

75


Remplacé par Desjardin

Français Desjardin

Aide de la Bouche

35,85

40

 

 

 

Chef de la Bouche en juin 1707

 

 

75 au lieu de 17,5
Il remplace Venard

75

François Butar-Jolivet

Aide de la Bouche

35,85

40

4,15

4,15

Pierre Chatelain

Aide de la Bouche

35,85

40

4,15

Chef de la
Bouche de la
reine (1710)

Pierre Mercier

Aide de la Bouche à la place de Pierre Chastelain

4,45

Nicolas Salomon

Aide de la Bouche

35,85

40

4,15

† 1712

Pierre Legel

Aide de la Bouche à la place de Nicolas Salomon

4,45

Jean Dusault

Garçon de la Bouche

20,55

25

4,45

4,15

Blaise Clot

Garçon de la Bouche

20,55

25

4,45

4,15

Jean Gosselin-Leclerc

Garçon de la Bouche

20,55

25

4,45

4,15

Louis Blondel

Garçon de la Bouche

0

25

4,45 au lieu de 25169

abs

Jean Reyller

Garçon de la Bouche

0

25

4,45170

4,45

Claude Vincent

Chef Pâtissier

35,85

40

4,15

14,15171

Charles La Fontaine

Aide Pâtissier

18,35

40

21,65

21,65

Denis Lemaire

Garçon Pâtissier

0

25

abs

abs

Jean Vincent

Porteur de la Pâtisserie

18,35

15

abs

abs

 

2 galopins

12

20

8

8

Le marquis de Valouse

Majordome de semaine

0

250

250

250

Claude de la Roche

Secrétaire de la Chambre

56,7

350

350 au lieu de 247,8

350

 

Premier Aide de la Chambre

36,5

Gaspard Hersan

Chef de la Garde-Robe

7,1

250

250 au lieu de 206,4

250

 

Second Aide de la Chambre

36,5

Henri Pichelin

Garçon de la Chambre

18,6

75

56,4

56,4

Charles Valois

Garçon de la Chambre

18,6

75

56,4

56,4

François Bara

Garçon de la Chambre

18,6

45

26,4

68,2172

Jean Durand

Garçon de la Chambre

18,6

45

† 1709

 

Nicolas Roullier

Garçon de la Chambre

18,6

100

81,4

81,4

Philippe Lambert

Garçon de la Chambre

18,6

100

81,4 + 25173

81,4 + 25

Vincent Lacombe

Garçon de la Chambre

18,6

100

81,4 au lieu de 59,65

81,4

 

Aide de la tapisserie

21,7

Jean-Baptiste Lacombe

Garçon de la Chambre

18,6

40

21,4 au lieu de 0

21,4

 

Aide de la tapisserie

21,7

Aignan Marin

Garçon de Garde-Robe

18,6

40

21,4

21,4

Denis Fantin

Garçon de Garde-Robe puis de la Chambre

0

40

26,4174

68,2175

Pierre Ruffin

Garçon de Garde-Robe

0

40

40

26,4176

Charles Pasarat

Garçon de Garde-Robe

18,6

100

100 au lieu de 81,4

100

Pierre Dutillot

Garçon de Garde-Robe

18,6

100

100 au lieu de 81,4

100

Nicolas Dutillot

Garçon de Garde-Robe

18,6

70

70 au lieu de 51,4

† 1711

Angélique Tesson

Lingère

34,1

75

75 au lieu de 40,9

75

Marguerite de la Chambre

Lingère

34,1

75

75 au lieu de 40,9

75

Henri Vazet

Barbier

60,2

100

100 au lieu de 39,8

100

Noël Bruyère

Perruquier

36,5

0

15177

15

TOTAL

 

1 375,05

4 230

3 230,60

3 355,85178

  • 179 AGP, Fel. V, 207 (4) : « Sumario general de gajes de la familia de francia, inclussos los sobresuel (...)
  • 180 Les raciones forment une autre partie des émoluments des Espagnols et se touchent en espèces puis e (...)
  • 181 Lorsqu’on ajoute le corps scientifique au sein de la Casa Real, le taux de la présence française de (...)

61Les Espagnols, par comparaison, vivaient sur un pied bien inférieur aux Français. Selon divers documents de 1707179, l’ensemble de la maison française, (avec cette fois les membres scientifiques et quelques pensionnés), gages et sobresueldos additionnés, oscillent entre 7 087 et 7 145 escudos par mois tandis que les gages et raciones180 espagnols sont évalués entre 14 491 et 14 778 escudos. Le total des émoluments des Français atteint donc entre 32,5 et 32,8 % du total de la somme dévolue aux rémunérations des officiers, alors que le nombre de ces Français représentent moins de 15 % de l’ensemble181. La familia francesa pèse donc d’un poids financier significatif dans le budget royal.

  • 182 AGP, Fel. V, 287 (2), certificat de Jean-Baptiste Legendre sur l’état de cette gratification en 174 (...)
  • 183 Cf. AGP, Fel. V, 207 (3), un état de 1716 sur ce qui reste dû aux Français de leurs gages d’avant 1 (...)

62Une gratification annuelle sur le bolsillo real, correspondant au quart de leur sobresueldo était en outre accordée aux Français. La Roche était chargé de ce paiement. En réalité, entre 1705 et 1719, ils n’en touchèrent quasiment pas, à cause du mauvais état des finances royales182. D’ailleurs, le sobresueldo lui-même, si avantageux sur le papier, était acquitté avec parfois plusieurs années de retard et les réclamations étaient nombreuses183.

  • 184 AGP, Fel. V, 332, carton 1, liasse 1, série de reçus pour l'habillement (1704-1713).
  • 185 Certains Français essayent aussi de faire valoir des permissions de chasse dans quelques domaines r (...)
  • 186 Des plats de la table royale du vendredi et du samedi, AGP, Personal, C 10543/37.
  • 187 AGP, Adm„ 929, figure une Relation de ceux qui ont droit à la Botica, selon le nouveau plan de 1707 (...)

63Comme les autres criados de la maison du roi, les Français bénéficiaient aussi de gratifications occasionnelles, lors des voyages, que l’on appelait racion de campaña, ayuda de Costa ou mesillas. De même, ils profitaient d’avantages en nature, que ce soit le don de vêtements184 ou de tissus ou encore de bougies185, ainsi que de plats précis, comme La Roche186 ou Chastelain, tandis que le sumiller dispersait le surplus des tables du roi parmi les criados de la Cámara. Certains d’entre eux avaient droit à une voiture ou à une mule de la real caballeriza. Pour le logement, ils touchaient aussi une aide appelée Casa de Aposento. La Roche ou Hersan avaient ainsi 400 ducats par an ; Jacques Ricard, 100 ; et Noël Bruyère, 50. À cela s’ajoutait le droit de Botica et Médico, c’est-à-dire une entière prise en charge en cas de maladie187. En revanche, ils étaient soumis à la media annata, impôt à payer lorsqu’ils entraient en charge et qui correspondait à la moitié exacte des gages qu’ils touchaient de la Casa Real durant la première année. Ils pouvaient en être relevés par grâce royale, mais beaucoup l’acquittèrent.

64D’année en année, la situation des Français tend à se normaliser. S’il est certain que les criados français continuent à représenter une petite caste au sein de la maison du roi, ils sont néanmoins de mieux en mieux admis.

Les familles de la familia francesa

  • 188 AECP, Esp., 91, fol. 166, passeport de Madame Vazet et de sa fille ; AECP, Esp., 92, fol. 127, pass (...)
  • 189 Hersan avait trois fils, l’aîné qui allait devenir lieutenant aux gardes wallonnes, Jean-Baptiste, (...)
  • 190 AECP, Esp., 93, fol. 244, 20 octobre 1701, la nièce de Ducharme fait le voyage avec Madame Legendre (...)
  • 191 AECP, Esp., 93, fol. 326, passeport pour la demoiselle Partyet, 17 octobre 1701. Elle passe avec un (...)
  • 192 Amelot insiste plusieurs fois sur la parenté entre Renard et Mademoiselle Émilie, qu’il semble avoi (...)

65Dans l’année 1701, quelques regroupements familiaux eurent lieu à Madrid. Ainsi Pichelin, Valois, Lambert et Vazet sont rejoints par leur épouse et leurs enfants, accompagnés parfois de quelques domestiques188. Hersan était parti avec ses trois fils tandis que La Roche, se faisait rejoindre par sa fille et sa belle-fille189. Certains firent venir leurs neveux et nièces, à défaut de leur descendance directe ; ainsi Claude Vincent et son neveu Pierre Mercier, Ducharme et une nièce190 ou encore Boilot, dont la nièce, Mademoiselle Partyet191 représente un lien entre le monde de ces officiers de la maison du roi et celui des commis de la marine. En effet son père, Nicolas Partyet, sera nommé second d’Ambroise Daubenton puis, à son tour, commis de marine à Madrid à partir de 1709. De même, une des caméristes de la reine, connue sous le nom de Mademoiselle Emilie, attachée à Madame des Ursins, était parente d’un valet pensionné de Philippe V, Marc Renard192, mais aussi, sans qu’on connaisse avec exactitude le degré de parenté, avec le confesseur du roi, le P. Daubenton. Or, il se trouve que ce dernier était aussi lié par des liens de cousinage à Ambroise Daubenton. Ces exemples montrent que les Français de la maison du roi n’étaient pas coupés des autres Français présents eux aussi à la cour et à Madrid et qu’ils formaient à eux tous, une petite colonie homogène.

  • 193 En effet, la mère des Chastelain, Antoinette Benoist, était la sœur de Pierre Benoist, contrôleur d (...)
  • 194 Le mariage de Henri Vazet et d’Isabelle Tesson est mentionné dans le testament de Jean-Baptiste Jos (...)

66Au sein de la famille française en service, les liens de parentés sont nombreux et reproduisent un schéma classique que l’on retrouve par exemple à Versailles, où les charges sont transmises pendant plusieurs générations au sein d’une même famille. Les « fratries » étaient nombreuses : on compte par exemple les frères Lacombe, les sœurs Tesson, les frères Dutillot ou les frères Chastelain. Ces derniers sont aussi cousins avec Benoît, en service auprès de la reine Marie-Louise193. Outre ces « liens du sang », de nombreux mariages unissaient encore plus étroitement les Français. Charles Pasarat, par exemple, garçon de la Garde-Robe, était l’époux de Marguerite Tesson, sœur d’Angélique, de Jeanne, épouse d’Adrien d’Avesnes, et d’Isabelle, épouse d’Henri Vazet194. Il se trouvait ainsi être à la fois le beau-frère de la lingère du Roi, de la couturière de la reine, et par alliance du chef du Gobelet et du barbier du roi.

  • 195 AECP, Esp., 172, fol. 361, Philippe V à Louis XIV, 30 mai 1707. Il semblerait que ce ne soit pas un (...)
  • 196 Anne La Fontaine était la sœur de Charles La Fontaine, aide du pâtissier.
  • 197 AGP, Personal, C 16630, il s’agit de Marie Lépine.

67Jacques de Saint-Germain, le second chef du Gobelet, avait épousé la sœur de son premier aide, Louis Verdot. Ce sont des mariages qui, selon les documents que nous possédons, ont eu lieu en France. Mais à Madrid, de nouvelles alliances se nouèrent. Ainsi, La Roche épousa en secondes noces, en mai 1707195, Madeleine Legendre, la fille du premier chirurgien du roi. Joseph Arnaud, aide du contrôleur, épousa en 1705 la veuve de Jacques Martinet196, défunt chef du Gobelet de la reine, et recueillit les six enfants de la dame, qu’il contribua à placer dans la maison du roi. Pierre Benoist, nouveau chef du Gobelet de la reine, devait épouser quant à lui, la fille de Pierre Dutillot, garçon de la Garde-Robe. Ces quelques exemples, qui pourraient être multipliés, mettent en évidence la forte endogamie de ce groupe. Notons enfin, qu’aucun mariage avec une ou un Espagnol n’a pu être relevé dans ces premières années. Au contraire, on cherchait avant tout à épouser une ou un compatriote. Le panetier Veron, demanda une dispense royale pour aller chercher en 1709 une épouse, fille d’un marchand français, jusqu’à Bayonne197.

68Pendant ces quinze premières années, les Français s’installent durablement à la cour et préparent leur succession pour leurs enfants. Le fils d’Hersan, Jean-Baptiste, est le premier à s’engager à la suite de son père et à jurer, le 21 septembre 1711, comme aide de la Chambre. Il obtient aussi la survivance du poste de chef de la Garde-Robe, assurant ainsi son avenir. Les deux fils aînés Martinet, Louis l’aîné et Louis le cadet, sont aussi en poste l’un dans le Gobelet et l’autre, à partir de 1707, dans le service de la Garde-Robe. Les générations plus jeunes se préparent elles aussi à succéder à leurs parents. Les Français ont ainsi verrouillé pour plusieurs décennies quelques places-clefs de la maison du roi.

  • 198 AGP, Fel. V, 290 (4), « Relacion alphabetica de los criados de SM que en virtud de orden declararon (...)
  • 199 Pour ce dernier, l’information est donnée dans AGP, Adm„ Inmuebles, 741, Casa del Tesoro, 1720-1729

69Ils résident tous aux abords proches du Palais Royal quand ils ne suivent pas le roi dans ses déplacements. Un document, malheureusement incomplet, de 1714, dans lequel les domestiques du roi doivent déclarer leurs lieux d’habitation et la constitution de leur famille, nous permet de situer avec précision quelques-uns des Français198. Par exemple, Louville était locataire d’une grande maison calle San Gil aux portes du Palais. La calle del Tesoro, qui longe le Palais Royal et où se trouvent plusieurs bâtiments réservés aux services du roi, est aussi un lieu de regroupement français. On y trouve notamment Georges Chastelain et Claude Vincent, aux abords des cuisines royales, Adrien d’Avesnes ou la boulangerie de Verron, non loin du jardin de la Priora, à l’angle de la calle del Tesoro et de la calle de la Encarnacion et aussi Henri Vazet dans la Casa del Tesoro199. La Roche refusa de s’y installer et préféra occuper une maison non loin de l’Église Saint-Jean dont il louait quelques pièces, notamment à Louis Verdot.

  • 200 Comme la fille de Pichelin et celle de Valois, AECP, Esp., 97, fol. 111, 4 août 1701, Montviel à Be (...)
  • 201 ANM, Consejos, 619, fol. 190 v°, 12 juillet 1701, le roi donne la naturalisation de « ses royaumes  (...)
  • 202 AECP, Esp., 172, fol. 361, Philippe V à Louis XIV, 30 mai 1707, il lui demande de donner à la Roche (...)
  • 203 AGP, Capilla, no 60, sd.

70Les Français entretenaient visiblement un esprit d’installation en Espagne. Grâce à la faveur royale à leur égard, leur position est très avantageuse à la cour où ils forment une sorte de petite aristocratie domestique. Plusieurs de leurs filles sont pensionnées par le roi, ce qui assure leur éducation200. Certains reçoivent du roi des titres d'hidalguίa, notamment Hersan, qui obtient la grâce de le rendre héréditaire201 ou encore la Roche202. Enfin, Philippe V est présent à de nombreux événements familiaux, comme la confirmation d’Angélique Vazet, qui a lieu à la chapelle royale203.

3. La Faculté française du roi d’Espagne

  • 204 Au xviie siècle, en France, en Angleterre, en Allemagne ou en Italie, l'acceptation progressive des (...)
  • 205 L. S. Granjel, La Medicina española del siglo XVII, (1978), p. 19 et La Medicina española delsiglo (...)
  • 206 L’action de ces Novatores fait l’objet de la thèse de J. Croizat-Viallet, Recherches sur l’introduc (...)
  • 207 Tous les historiens de la médecine espagnole signalent le climat de renouveau dans les sciences qu’ (...)

71Durant le siècle précédent, l’Espagne s’était fermée aux conquêtes réalisées par la médecine européenne et n’avait pas connu directement, ni en profondeur, les changements de ce qu’il est convenu de désigner comme la « Révolution Scientifique » du xviie siècle204. Cependant, à la fin du règne de Charles II, des novateurs avaient fait leur apparition, notamment au sein de sociétés en marge de l’enseignement traditionnel des Universités, comme l’Académie Royale de Séville, fondée en 1697205, mais aussi à Valence, Saragosse ou Madrid. Encore minoritaires à la fin du siècle, les Novatores étaient poussés par un même intérêt vers la iatrochimie alors en vogue, et vers de nouvelles recherches en pharmacopée ; ils voulaient aussi retrouver la pensée authentique d’Hippocrate, celle que la tradition de Galien avait enfouie dans un dogmatisme qui la dénaturait206. Ils remettaient en cause l’enseignement caduc et répétitif donné aux étudiants et critiquaient la formation livresque du médecin. Ce mouvement d’ouverture culturelle va devenir irréversible avec l’avènement de Philippe V et la présence de professionnels étrangers à la cour207.

La place du corps médical français dans la maison du roi

  • 208 D’autres médecins ou chirurgiens français vinrent aussi s’installer en Espagne, mais ne font pas pa (...)
  • 209 J. Riera, « Medicos y cirujanos extranjeros de Camara en la España del siglo xviii », Cuadernos de (...)

72Philippe V avait voyagé en 1701 avec quelques membres de la Faculté. D’autres les rejoignirent dans les années suivantes, soit pour servir la reine, soit pour servir à la cour208. Certains aussi exercèrent au sein des armées espagnoles. Les contemporains en furent d’autant plus frappés que, sous les derniers Habsbourg, il n’y avait aucun praticien étranger auprès du roi209.

  • 210 J. Pardo Tomás et A. Martinez Vidal, « El Tribunal del Protomedicato y los médicos reales (1665-172 (...)
  • 211 Ces chiffres sont tirés des deux états de 1707 déjà cités : « L’État général de la Maison du Roi », (...)
  • 212 Goiffon Jean-Baptiste, médecin épidémiologiste français (Cerdon 1658-Lyon 1730). Il rejoignit l’arm (...)
  • 213 Goiffon faisait des prodiges à l’armée (SHD, A1 1789, no 222, novembre 1704, et 1888, no 208, décem (...)

73On distingue au sein de la Casa Real, les médecins de la famille royale, chargés de soigner les membres de la maison du roi, des médecins de la Chambre, au service du roi et de ses proches210. Selon un état de 1707, les premiers étaient au nombre de treize, les autres au nombre de huit. Il y avait, en outre, onze ou douze chirurgiens, ainsi qu’un apothicaire secondé de quatre aides et de quatre garçons211. Honoré Michelet fut nommé Primer Médico de Cámara et, à sa mort, en 1707, fut remplacé par Claude Burlet, diplômé de la faculté de médecine de Paris et membre de l’Académie Royale des Sciences ; celui-ci devait à son tour avoir pour successeur un Français d’origine irlandaise, Jean Higgins. Philippe avait un moment hésité sur ce choix car, le maréchal de Tessé, alors à Madrid, lui avait conseillé un médecin militaire présent en Espagne, qui avait une excellente réputation : Jean-Baptiste Goiffon212. Mais le roi s’en était finalement remis à son grand-père213. Le poste de Primer Cirujanoy Sangrador, ou Premier chirurgien-barbier du roi, fut dévolu à Jean-Baptiste Legendre, qui exerça sa fonction jusqu’en 1737. Celle de Boticario mayor, ou Premier pharmacien, fut donnée à Louis Riqueur, dont le père et le frère étaient apothicaires de Louis XIV et du duc de Bourgogne.

  • 214 AECP, Esp., 148, fol. 274 v°, Amelot à Louis XIV, 14 octobre 1705.

74Cette omniprésence française suscita de nombreuses jalousies parmi les médecins espagnols, qui « forment une autre espèce de gens dangereux qui ont entrée dans les meilleures maisons et qui ne peuvent pardonner au roi votre petit-fils qu’il ait amené avec lui des médecins et des chirurgiens français214 », écrivait Amelot en 1705.

  • 215 AN, O1 28, fol. 44 v°, Clément (Julien), chirurgien accoucheur : brevet de 1 200 livres de gages po (...)
  • 216 Clément eut une pension de 1 000 livres par an pour l’accouchement de l’Infant Louis en 1707, payée (...)
  • 217 SHD, A1 2179, no 28, Philippe V à Louis XIV, 29 avril 1709. Il réitère sa demande, ibid., no 50. (D (...)
  • 218 En 1739, AGP, Personal, C 240 et C 1334.

75La reine préférait, elle aussi, s’en remettre à des praticiens français. Pour son premier accouchement en 1707, on fit venir le sieur Julien Clément, chirurgien-accoucheur, qui avait servi la mère de Philippe V et la duchesse de Bourgogne215, ainsi qu’une sagefemme, Madame de la Salle. Ils reviendront tous deux, à plusieurs reprises, à Madrid pour les autres accouchements de Marie-Louise. C’est l’occasion pour eux de toucher quelque pension216 ou de recommander quelqu’enfant. Ainsi, en avril 1709, Clément s’était fait accompagner d’un de ses fils, destiné aux ordres, pour lequel Philippe V demanda un bénéfice à son grand-père217. Trente ans plus tard, on retrouve un Louis Joseph Clément, sans doute de la même famille, auprès de Philippe V, comme chirurgien-barbier de la famille royale218.

  • 219 Ce Saturnin Langlade ne doit pas être confondu avec Jean Langlade, chirurgien-accoucheur de la rein (...)
  • 220 Il meurt le 14 juin 1717, AECP, Esp., 258, fol. 85 v°.
  • 221 L’aîné de ses neveux fut, après 1713, secrétaire du marquis de Bonnac en Turquie et deux autres éta (...)
  • 222 AGP, Personal, C 547/29.
  • 223 Richard le Preux publia, en 1717, la première édition de sa Doctrina moderna para los sangradores, (...)

76La reine avait aussi à ses côtés comme Premier médecin Saturnin Langlade219. Celui-ci fut un temps au service de Madame des Ursins avant d’être nommé médecin de la reine en juin 1710 ; il mourut en 1717 à l’Escorial et fut enterré dans la chapelle royale220. Il n’était pas marié, mais avait de nombreux neveux que le roi d’Espagne ou l’ambassadeur de France recommandèrent à Louis XIV221. De même, Richard le Preux est signalé à partir de 1705 comme chirurgien de la reine. Une de ses tâches consistait en outre à rechercher de bonnes et saines nourrices pour les Infants, ce dont il se fit une spécialité222. Il faisait aussi office de dentiste à la cour et fut l’auteur du premier traité d’odontologie qui fit date en Espagne223.

Le Premier médecin du roi

  • 224 Fagon Guy Crescent (1638-1718). Son oncle de la Brosse était le médecin ordinaire de Louis XIII, M.(...)

77Les médecins du roi avaient tous maintenu des liens avec Fagon224, Premier médecin du roi de France, à qui ils envoyaient régulièrement des bulletins de santé du roi d’Espagne.

  • 225 AEMD, Esp., 104, fol. 103, Montviel à Beauvilliers, Madrid, 10 août 1701.
  • 226 AE, Acq. Ext., 2, fol. 255, Beauvilliers à Louville, 2 mai 1701 et Louv., t. 1, p. 171.
  • 227 AE, Acq. Ext., 3, fol. 135, 6 juin 1702.
  • 228 ANM, Consejo, libro 619, fol. 196 v°, 16 août 1701.
  • 229 A. Fernandez Morejon, Historia bibliografica de la medicina española..., VI, (1850), p. 271.

78Cependant, Honoré Michelet était, semble-t-il, un individu un peu médiocre. Montviel use de mots très durs pour stigmatiser son incapacité225. Beauvilliers procéda à une petite enquête discrète et rappela le médecin à l’ordre226 ; on l’accusait en effet de profiter de la bonté du roi à son égard pour lui soutirer des avantages financiers227. Philippe l’appréciait cependant suffisamment pour lui accorder en 1701 la naturaleza de son royaume et un privilège d'hidalguίa228. De même, il eut un titre effectif de conseiller du roi229.

  • 230 AN, B7 251, fol. 233, Ambroise Daubenton à Pontchartrain, 11 mars 1708.
  • 231 AECP, Esp., 228, fol. 122, Brancas à Torcy, 5 février 1714 ; AECP, Esp., 229, fol. 34, le même au m (...)
  • 232 Helvétius Jean-Adrien (1661-1727) semblait être le dernier recours pour Marie-Louise de Savoie, mai (...)

79Claude Burlet était d’un autre caractère ; il arriva en novembre 1707, avec de très bonnes recommandations, et sut se faire apprécier à la cour230. C’était un bon médecin, qui soigna plusieurs fois la reine lors de diverses maladies et en particulier en 1714. Tenu pour responsable du décès de Marie-Louise de Savoie, il fut exposé à de sordides cabales de cour et dut se prémunir contre un fort parti qui visait à le faire remplacer par Saturnin Langlade231. Toutes ses ordonnances furent étudiées en détails par Helvétius232, venu tout exprès à Madrid pour s’occuper de la petite reine, mais qui devait arriver peu après sa mort. Le travail de Burlet fut approuvé et il conserva sa charge.

  • 233 Il existe une abondante bibliographie sur cette institution. Maria Luz López Terrada en propose une (...)
  • 234 Michelet fut nommé au Protomedicato le 20 mars 1701, ANM, Consejos, libro 619, fol. 175 v°.
  • 235 J. Pardo Tomás et A. Martínez Vidal, loc. cit., Dynamis, 16 (1996), p. 72.
  • 236 Au cours du règne de Philippe V, le Protomedicato de Castille étendra son autorité sur tout le terr (...)
  • 237 Iborra, Historia del Protomedicato en España, 1884, (éd. 1987), p. 23-38 et 59 ; L. S. Granjel, op. (...)
  • 238 Ibid., p. 45.

80Le Premier médecin exerçait aussi une grande autorité en Espagne par le biais du Protomedicato233 (ou Proto-médicat) de Castille dont il était le Président234, nommé par le roi (rompant ainsi avec le système traditionnel de cooptation235). Ce poste conférait au Premier médecin la haute autorité sur les nominations de médecins, chirurgiens et apothicaires à la cour et en Castille, puis, au cours des années, sur presque l’ensemble du territoire national236. Cette institution créée au xve siècle, réorganisée par deux cédules, en 1588 et 1593, comprenait trois Protomedicos (ou Proto-médecins) et trois examinateurs nommés par le roi sur avis de son Premier médecin. Ils examinaient les prétendants au titre de médecin237 tandis que deux officiers vérifiaient les aptitudes pratiques du candidat. Ils agissaient de même pour tout candidat-chirurgien ou pharmacien, invitant un confrère d’une de ses deux branches à assister à l’examen238. En cas de réussite, le Proto-médecin accordait une licence, signée aussi par les examinateurs pour être valable. C’était une manière de sanctionner le travail fait par les Universités dans l’enseignement de la médecine. Ce contrôle, de plus en plus étroit au cours du règne de Philippe V, devint insupportable aux universitaires et les affrontements furent nombreux. Néanmoins, l’autorité accrue du Premier médecin du roi s’imposait à chaque fois grâce au soutien royal.

  • 239 Ibid., p. 114.

81Le Protomedicato formait en outre, une sorte de comité de santé publique239 qui se réunissait trois fois par semaine, pour veiller aux questions d’hygiène, d’épidémies ou de salubrité.

  • 240 AGP, Personal, C 534/54, Langlade est relevé de la media annata.

82En 1712, Saturnin Langlade fut nommé second Protomedico aux côtés de Burlet240. La documentation de ce tribunal permet d’affirmer que le pouvoir accumulé successivement dans les personnes de Michelet (1701-1707), de Burlet (1707-1717) et de Higgins (1722-1729) fut à chaque fois plus important ; toutes les décisions étaient en dernière instance portées à la connaissance du Président qui donnait un avis personnel et définitif, presque toujours ratifié par Philippe V.

  • 241 BNM, 2-22819(6), Conclusion medica defendida en las escuelas de Paris..., Madrid, 14 février 1714, (...)
  • 242 Burlet a fait une enquête « qui semble plus être l’étude de toute une vie qu’une observation de seu (...)
  • 243 Zapata (1664-1745) étudia à Acala et Valence et fut la tête de file du premier mouvement contre la (...)

83Le Premier médecin menait aussi des recherches personnelles. Nous trouvons ainsi à la Bibliothèque Nationale de Madrid un ouvrage de Burlet de 1714, traduit du latin au castillan la même année, qui concerne une observation des maux propres à la nation espagnole, suivie d’une théorie sur les bienfaits des bains241. Le traducteur estime que Burlet a fait une enquête « que mas parece un estudio de toda una vida, que observacion de solos seis años, que habita entre nosotros »242. Burlet fait preuve, dans ce petit opuscule, de son intérêt pour quelques aspects novateurs de la médecine. Par ses choix de médications, il soutient le courant des novatores. En effet, à l’instar de Diego Mateo Zapata ou de Juan Muñoz y Peralta243, tous deux fondateurs de l’Académie de Séville, mais aussi médecins à la cour, il préconise une thérapie plus légère, une étude de la diététique et l’utilisation des remèdes chimiques. Il exploite aussi le bienfait des eaux médicinales, qui connaîtront une grande vogue au xviiie siècle et dont les médecins espagnols se faisaient les ardents promoteurs.

  • 244 Martinez Martin (1684-1734), exerça à la cour à partir de 1706. Il se lia avec le bénédictin P. Fei (...)

84La cour apparaît donc comme un terrain propice aux idées novatrices et le Premier médecin encourage ce type de recherches. Notons qu’à cette époque, Miguel Marcelino Boix y Moliner et Martin Martinez sont eux aussi à la cour. Le premier devait, en 1711, mener une attaque en règle contre le galiénisme scolastique et le second allait s’illustrer, quelques années plus tard, par son scepticisme, élevé en principe fondamental du savoir médical244.

Les chirurgiens du roi

  • 245 C. del Valle-Inclan, « Los Medicos de Felipe V y el resurgir de la anatomia española en el siglo xv (...)
  • 246 En 1728, il publia Exercitationes anatomica.
  • 247 AGP, Personal, C 16586/12 et Iborra p. 152.

85L’apport des scientifiques français fut fortement ressenti dans le domaine de la chirurgie245. En 1701, une chaire d’anatomie vit le jour à l’Hôpital général de Madrid, tandis qu’au sein de l’Académie royale de médecine de Séville fut créée en 1703 une place de Disector anatomico. Elle fut tout d’abord dirigée par Florent Kelli, qui avait fait ses études à Paris, puis par Biaise de Beaumont qui par ses ouvrages s’était fait un nom dans la médecine espagnole246. Tous deux exerçaient aussi à l’hôpital général de la capitale avec le titre de Demostrador mayor de Anatomia en los Reales Hospitales de Madrid. Beaumont servit près de 10 ans auprès de Legendre, comme chirurgien de la maison royale, sans doute entre 1710 et 1720247, avant d’être nommé en 1724, chirurgien du roi.

  • 248 À son arrivée, Legendre fut placé d’office à la tête du Real Protobarberato aux côtés de Gregorio M (...)
  • 249 AGP, Personal, C 544/13, documents du 10 décembre 1706 et du 9 mars 1707.

86Le Premier chirurgien du roi, Jean-Baptiste Legendre, était ancien chirurgien juré de Paris. Il dirigeait l’ensemble du service des chirurgiens de la Casa Real. Il fut aussi placé à la tête du Protobarberato, un Tribunal qui comptait trois personnes chargées d’examiner les qualités des sangradores ou barbiers248. Outre Biaise de Beaumont, Legendre eut à ses côtés un certain Louis Delamare dont le nom apparaît brièvement dans quelques archives, mais qui ne fut jamais agrégé à la familia francesa. À l’origine, ce Delamare exerçait dans la région de Barcelone où il décéda en avril 1706. Il semblerait qu’un lien de parenté existait entre lui et Legendre car ce dernier se dit plusieurs fois son héritier en tant qu’« hermano »249.

  • 250 Ce privilège d’hidalguίa n’est pas classé dans le dossier de Legendre mais dans celui de Richard le (...)
  • 251 Philippe V intercéda plusieurs fois en faveur de son chirurgien. Louis XIV, malgré sa volonté de co (...)
  • 252 Legendre-fils, au contraire, pour des raisons d’héritage demandera en 1740 un brevet attestant la n (...)

87Le chirurgien du roi ne ménagea pas sa peine sur les champs de bataille, non seulement auprès du souverain, mais aussi auprès des soldats. En récompense de ces services, Philippe V lui conféra un titre d'hidalguίa en 1704250. Legendre aura beaucoup de mal à faire valoir ce titre en France251. Peut-être est-ce la raison pour laquelle, en 1707, il demandait au roi d’Espagne la naturaleza de son royaume, pour lui et son fils252.

  • 253 C. del Valle-Inclan, loc. cit., p. 388. cf. Martin Martinez, Anatomia completa, éd. de 1764, p. 262

88Le roi exerçait une protection particulière sur ces scientifiques, et assista même à quelques expériences. Ainsi, Martin Martinez raconte comment Kelli (dont il fut l’élève) mit au point une expérience scientifique en 1703, pour prouver la théorie de William Harvey sur la circulation sanguine, en présence de Philippe V qui y trouva d’autant plus d’intérêt, qu’il avait lui-même lu quelques traités sur la question253.

Le Premier pharmacien du roi

  • 254 La real botica du roi servait aussi la reine ; celle-ci eut Riqueur à ses côtés jusqu’en 1704, date (...)
  • 255 Pharmacien de Charles II depuis 1689.
  • 256 Comme aides : F. Llorente, M. de Yto, M. Lopez Rincon, J. Gonzalez et comme mozos, P. Almoguera, Al (...)
  • 257 Yébenes Torres, op. cit., p. 50.
  • 258 Ibid. p. 54 et 74. À son arrivée, Riqueur dut faire un inventaire de tous les médicaments et produi (...)

89L’engouement pour la chimie et la botanique trouva un grand soutien en la personne du Premier pharmacien du roi, Louis Riqueur, qui s’installa auprès du roi et de la reine254, en lieu et place de Juan de Moya Salazar255, gardant l’ensemble du personnel en place256. C’était un homme doté d’un caractère assez autoritaire. Sous son impulsion, la Pharmacie royale prit une grande ampleur et il la gouverna despotiquement jusqu’à sa mort, en 1737. La Real Botica était située calle del Tesoro au sein de l’édifice le plus proche du Palais Royal, couvrant plusieurs étages, et comptant aussi un jardin (que l’on appelle de la Priora) pour la culture des plantes médicinales et un patio avec une fontaine257. Il se tenait matin et soir dans ses services et avait toute la responsabilité des médicaments et des drogues conservés sur place258.

  • 259 AGP, Personal, C 883/39. Riqueur supplie le roi d’augmenter les fonds alloués pour soigner la cour.

90Sa charge concernait en priorité le service du roi, mais beaucoup de domestiques de la cour bénéficiaient du droit de Botica. Un grand nombre de personnes se faisaient soigner ainsi, et Riqueur finit par se plaindre de la charge de travail259, d’autant plus que lors de la nueva planta de 1707, on réduisit son personnel à deux aides et deux garçons. Riqueur tenta de parler en faveur du personnel réformé mais ne fut pas écouté.

  • 260 AGP, Fel. V, leg. 325, 7 décembre 1712.
  • 261 Yébenes Torres, op. cit., p. 260.

91Son service était affilié à celui de la Real Cámara et dépendait donc du sumiller de Corps. D’un caractère très indépendant, Riqueur n’aime pas beaucoup être contrôlé sur ses dépenses et il se montre très flou dans la tenue des comptes qu’il aurait dû présenter régulièrement au sumiller. Lorsqu’en 1712, on exige de lui des inventaires précis, il invoque les années de guerre et la perte de papiers financiers lors d’un siège260. Son successeur connaîtra quelques difficultés de comptes entraînant de nombreux procès avec l’administration royale entre 1737 et 1742261.

  • 262 Ibid., p. 180. Un mémoire du 16 avril 1703 demandait de donner à la Botica Real l’inspection des Ph (...)

92L’action de Riqueur fut surtout marquée par sa volonté de centraliser toujours davantage ses services et d’accroître ses responsabilités. En 1703, il obtint la charge, jusque là dévolue au Protomedicato, de visiteur des « boticas, herbolarios y droguerías » du royaume262, prenant la haute main sur les pharmacies du pays. Une de ses préoccupations essentielles est de rattacher à la Real Botica le service de Destilacion, situé à Aranjuez, et celui de la Quimica, situé à Madrid.

  • 263 Ibid., p. 205, en 1711, 1717 et 1721, Riqueur fit plusieurs mémoires sur cette question.
  • 264 AGP, Personal, C 883/39, janvier 1720.

93Le premier office, chargé de fabriquer les eaux médicinales, les liqueurs et les vinaigres, était dirigé par un Destilador mayor. Riqueur souhaitait réunir cette charge à la sienne. En 1711, il profita de la disgrâce de Miguel Alonso Garcia, accusé de collusion avec le parti pro-autrichien pour entamer la lente fusion des deux charges à son profit263, processus entériné en 1721. À cette date, Teodoro Ardemans, architecte du roi, était prié d’aménager quelques salles au Palais Royal afin de mettre en place plusieurs fourneaux, la Destilacion quittant Aranjuez pour Madrid264.

  • 265 Le Real Labomtorio Quίmico, fondé en 1694 à Madrid, illustre une fois de plus la présence de novate (...)
  • 266 Dans une lettre à Grimaldo du 18 juin 1708, AGP, Fel. V, leg. 320.
  • 267 Yébenes Torres, op. cit., p. 230

94Riqueur agit de même pour obtenir le poste de Espargirico ou chimiste, tenu par Juan de Bayle depuis 1697, et qui, en 1700, vivotait tant bien que mal à Madrid, dans une indifférence quasi-générale265. Ce service devait fabriquer les médicaments à base de chimie tandis que la Real Botica se voyait affecter la préparation des produits traditionnels galéniques, du moins en théorie. Cela ne convenait guère au nouveau pharmacien français, très au fait des découvertes scientifiques en matière de chimie. En 1708, Riqueur tenta de jeter le discrédit sur Bayle en l’accusant d’amitiés avec les ennemis266. Mais il dut attendre son décès pour que le poste soit donné à un de ses protégés, Francesco Garcia de Vicuña. Enfin, en 1723, le Premier pharmacien du roi s’appropria la charge267. Il portait désormais le triple titre de Boticario mayor, Destilador mayor et Espargirico mayor.

  • 268 BNM.mss 10280-10281.
  • 269 L. S. Granjel, op. cit., (1979), chap. 12, « Terapeutica ».
  • 270 Yébenes Torres, op. cit., p. 279 ; G. Anon Feliu, « Noticias sobre los reales jardines botanicos de (...)

95Riqueur possédait de hautes connaissances en botanique et en chimie, comme le montre un herbier réalisé par ses soins et richement illustré, conservé à la Bibliothèque Nationale de Madrid268. Il fut l’un des pionniers dans la création de jardins botaniques en Espagne, qui connaissent alors un regain d’intérêt car on y voit le moyen de créer de nouvelles thérapies, loin de la complexe pharmacie galénique269. En 1713, il acquiert une propriété à « Migas Calientes » qu’il dédie à la culture de plantes et de produits horticoles ; il fait venir ses pousses de Paris, Montpellier, Londres ou La Haye270. Cela devait constituer le noyau du futur grand jardin botanique madrilène sous Ferdinand VI. Louis Renard, le même jardinier qui était arrivé en 1714 avec René Carlier, et qui avait été nommé jardinero mayor du Buen Retira, prit soin de ce jardin.

Organisation et vie matérielle

  • 271 En escudos de vellons par mois.

96Matériellement, Michelet, Burlet, Legendre ou Riqueur étaient très à l’aise. Comme les autres membres de la familia francesa, ils bénéficiaient, outre des gages et raciones de la maison espagnole, d’un sobresueldo confortable. Leur situation était la suivante271 :

  • 272 AGP, Adm., 929 : « Casa Real del Rey Nuestro Señor » (1707).
  • 273 AGP, Fel., V, 287 (2), « Relacion de los sobresueldos pertenecientes a la familia francesa », 19 ma (...)
  • 274 AGP, Fel. V, 287 (2), « Relacion de los criados de la familia francesa del rey nuestro sefior », pa (...)
  • 275 AGP, Fel. V, 287 (2), « Relacion por certificacion de los sobresueldos de la familia francesa », 3 (...)

NOMS

FONCTIONS

Gages de la Casa Real272

Sobresueldo av. 1707273

Sobresueldo en 1709274

Sobresueldo en 1713275

Honoré Michelet

Premier Médecin du roi

54,4

625

Claude Burlet

Premier médecin du roi

54,4

625 au lieu de 570,6

625

Jean-Baptiste Legendre

Premier chirurgien du roi

59,45

325

325 au lieu de 265,55

325

Louis Riqueur

Premier pharmacien du roi

61

325

325 au lieu de 264

325

  • 276 Ces informations sont contenues dans un document du marquis de Santa Cruz, en date du 25 juillet 17 (...)

97Le médecin touchait presque le double de sobresueldo par rapport au chirurgien et au pharmacien. Cette proportion se retrouve, mais accentuée, chez les praticiens de la reine ; Langlade recevait 1 000 doublons par an, soit environ 600 escudos par mois, tandis que Le Preux était payé 208 escudos par mois276. Même si la dignité sociale du chirurgien s’accroît à cette époque, elle est encore loin d’égaler celle du médecin.

98Outre ces émoluments, chacun avait un droit de casa de aposento, la libre utilisation d’un carrosse, avec cocher et postillon, et quelques avantages en nature, que ce soit un don en cire ou en plats. De même, quelques meubles, tableaux ou tapisseries leur furent octroyés par la Junta de Obras.

  • 277 AGP, Fel. V, 290 (4), « Relacion alphabetica de los criados de S. M. que en virtud de orden declara (...)
  • 278 Ibid.
  • 279 AGP, Personal, C 547/29.
  • 280 AGP, Personal, C 547/29.

99La Pharmacie royale et le Protomedicato de Castille se trouvaient calle del Tesoro, mais seul Riqueur y habitait de temps en temps, quand il n’était pas en fonction au sein même du Palais Royal277. Michelet tenait une maison calle del Espejo, tandis que son successeur disait habiter, en 1714, le Buen Retiro, ainsi que Jean-Baptiste Legendre278. Richard Le Preux habita jusqu’en 1716 au Palais Royal, avant de prendre un appartement en ville279. Legendre et Riqueur se tenaient souvent avec les autres membres de la famille française auprès de Philippe V. Langlade évoluait aussi très librement au Palais, étant à la fois un protégé de la Princesse des Ursins et le médecin de la reine. Richard Le Preux, selon son propre témoignage, était très proche des Infants à qui il apprit les premières lettres280.

  • 281 AGP, Fel. V, 290 (4), « Relacion alphabetica de los criados... », 1714.
  • 282 AGP, Personal, C 148/4, « Memoria de lo que perdio en Alguayre de la ropa de Dn Claudio Burlet, pri (...)

100Leur position leur permet aussi de maintenir une petite maisonnée. La femme de Burlet, Marie-Agathe Dodart, arrive à Madrid avec son fils Louis, en 1713. Le ménage, qui dispose d’une dizaine de domestiques, a un train de vie assez élevé281. Dans un document de 1716, Burlet dresse l’inventaire de pertes qu’il fit à la guerre en 1710282. Il se trouve dans cette liste suffisamment de meubles et d’objets pour équiper un petit appartement. Cela signifie que même en campagne, le médecin du roi voyageait selon le rang qui convenait au Président du Real Protomedicato.

  • 283 AECP, Esp., 93, fol. 244, 20 octobre 1701, permission à Madame Legendre de rejoindre son mari. Elle (...)
  • 284 AGP, Fel. V, 290 (4), « Relacion alphabetica de los criados », 1714.
  • 285 Iborra, p. 240 ; AGP, Personal, C 16586/12.
  • 286 AN, B7 34, fol. 116.

101Legendre avait auprès de lui son épouse, arrivée dès 170 1283, avec son fils et sa fille. Lui aussi entretenait deux servantes et quelques domestiques284. En 1714, il loge chez lui un certain Jean-Antoine Lafitte, sans doute en apprentissage, qui portera en 1717 le titre de médecin du roi et qu’on retrouvera en 1727, avec le titre de chirurgien de la reine285. Sa fille épouse Claude de la Roche, Premier aide de la Chambre du Roi et Secrétaire de Cámara, tandis que son fils fait carrière dans le service de la Chambre, sous la protection de son beau-frère, et épouse, vers 1715, Angélique Vazet, la fille du barbier et favori du roi286. Il est intéressant de souligner que Legendre-fils épousera en secondes noces, vers 1729, la veuve de Jean Higgins qui fut, en 1717, le successeur de Burlet. Tous ces mariages illustrent la volonté qu’ont les Français de la maison du roi de resserrer toujours davantage les liens entre eux.

  • 287 AGP, Fel. V, 290 (4), « Relacion alphabetica de los criados », 1714.

102Enfin, Riqueur était célibataire, mais vivait avec son jeune frère, Jacques Riqueur des Casseaux, fournisseur des vivres de l’armée. Tous deux avaient un valet de chambre français, auquel s’ajoutaient un cuisinier, son aide et un cocher. Les trois mozos de la Pharmacie royale et un mozo jardinier logeaient aussi chez le pharmacien287.

103À eux tous, les médecins, chirurgiens et l’apothicaire français formaient un monde bien défini à la cour, tenu en grande considération, qui eut la haute main durant le règne de Philippe V sur la médecine. La majeure partie des ouvrages parus à cette époque en médecine leur étaient dédicacés.

  • 288 A. Fernandez Morejon, Historia bibliografica de la medicina española..., VI (1850), p. 271.

104La « Faculté » française occupa d’emblée une place importante à la cour, marquée par une volonté de rationalisation et de centralisation des services. Son influence se manifesta dans les progrès de la médecine en Espagne. Dans son ouvrage bibliographique sur cette question, en 1850, Antonio Fernandez Morejon, médecin de la Chambre, reconnaît que les Français « suscitèrent une noble émulation et compétition dans la médecine espagnole, et l’influencèrent de telle sorte que celle-ci mérite plus de considération qu'elle n’eut dans les règnes antérieurs288 ».

*
* *

105Les membres de la familia francesa, assurés de la faveur royale, sont d’emblée placés aux postes-clefs de la Chambre, de la Bouche, ou bien exercent les fonctions de Premiers médecins, chirurgiens et apothicaire. Leur visibilité est d’autant plus grande à la cour, qu’ils sont rejoints par leurs épouses et leurs enfants, amorçant ainsi un processus d’installation en Espagne, tandis que leurs émoluments, les font se distinguer d’avec les criados espagnols, comme un groupe social supérieur au sein de la délicate hiérarchie observée dans la maison du roi.

106De même que les autres Français présents à la cour à la même époque, la familia francesa participe intensément au processus d’ouverture à l’influence européenne que connaît alors l’Espagne. Par sa simple présence, elle assure l’usage habituel du français auprès du roi ; elle suscite aussi de nouveaux goûts culinaires et lance de nouvelles modes vestimentaires. De plus, les Français entretiennent de véritables rapports de familiarité avec le roi. Les libertés qu’ils prennent constamment avec les anciennes étiquettes au cours de leur service ont largement contribué à la révolution palatine que constitua le changement des « entrées », voulu, par ailleurs, par l’ambassadeur de France.

107Philippe V, en accordant une préférence marquée à son entourage français, a obéi tout d’abord à un attachement affectif pour ses compatriotes. Mais, en outre, il a senti que, pour briser les anciens usages hérités de la cour des Habsbourg, il lui fallait s’entourer d’un personnel qui n’avait pas vécu dans ce système. La familia francesa tint naturellement ce rôle. Cependant, cela s’est fait de manière empirique et non-organisée, car le pouvoir de Versailles ne semble pas avoir pressenti, dès l’origine, la portée politique que revêtirait la présence de ces serviteurs français en terre étrangère. Si la familia a pris une telle envergure c’est bien grâce aux relations très personnelles qui se sont créées entre elle et le jeune roi.

108Ces Français, qui n’avaient connu que le service du roi de France à Versailles, ont su trouver leur place en l’espace de quelques années au sein de la société espagnole ; ils ont ainsi fait preuve d’une très grande capacité d’adaptation. On ne peut cependant parler véritablement d’intégration étant donné que cette familia cherche, avant tout, à recréer un cadre français autour d’un roi qui l’y encourage. La greffe française en terre espagnole semble donc encore un peu fragile et uniquement conditionnée par la faveur royale. En conséquence, il reste à savoir si la familia possède les capacités suffisantes pour subsister dans le temps et dépasser le règne du premier Bourbon d’Espagne.

Notes

1 Le noir était l’expression de l’élégance la plus grande et non, comme on l’a souvent dit d’austérité, A. Descalzo Lorenzo, « El arte de vestir en el ceremonial cortesano. Felipe V », España festejante, (2000), p. 197 ; F. Boucher, Histoire du costume en Occident, (1983), p. 225.

2 En France, on emprunta durant le xviie siècle au costume militaire la casaque et la cravate que l’on porta dans le civil. Il semblerait que les militaires espagnols aient aussi adopté, par fonctionnalité, ces deux pièces d’habillement dans les années 1660, A. Descalzo Lorenzo, « El Real Guardarropa y la introducción de la moda francesa en la Corte de Felipe V », C. Gomez-Centurion Jimenez et J.A. Sanchez Belen (éds.), La Herencia de Borgona, (1998), p. 160. D. Juan José de Austria sera critiqué pour avoir essayé de faire pénétrer cette mode militaire à la Cour d’Espagne.

3 Abraham S. Clara s’en plaint dans sa Galeria Universal, M. von Boehn (éd. esp.), La moda, (1928), III, p. 111.

4 P. Portocarrero y Guzman, Teatro Monárquico de España, Madrid, 1700, éd. par C. Sanz Ayan, (1998), 499 p.

5 Ibid. p. 492 : « Chapitre XXI qui traite de comment l’abandon par un pays ou un royaume de son propre costume est la cause quasi assurée de sa ruine ».

6 AECP, Esp., 97, fol. 57-58, Montviel à Torcy, 14 juillet 1701.

7 BNM, mss 2578, fol. 200-223 (1701).

8 SSBL, VII, p. 258.

9 AEMD, Esp., 108, fol. 232, Blécourt à Torcy, Madrid, 10 juin 1702 ; La Tr., II, p. 56, Blécourt à Ursins, Madrid, 14 juin 1702. Original, AECP, Esp., 105, fol. 197.

10 La Tr„ II, p. 65, Orry à Torcy, Madrid, 4 juillet 1702.

11 La Tr„ II, p. 57, Ursins à Blécourt, Alagon, 17 juin 1702.

12 La Tr., II, p. 64, Blécourt à Torcy, Madrid, 24 juin 1702.

13 La Tr., II, p. 79, Torcy à Madame des Ursins, Versailles, 13 août 1702.

14 AECP, Esp., 108, fol. 113, 24 septembre 1702 et AECP, Esp., 109, fol. 281, 31 octobre 1702.

15 AECP, Esp., 109, fol. 241, Madame des Ursins à Torcy, 25 octobre 1702, La Tr., II, p. 108.

16 La Tr., II, p. 61, Madame des Ursins à Torcy, Alagon, 17 juin 1702 ; ibid., p. 107, la même au même, Madrid, 25 octobre 1702.

17 Hippeau, II, p. 452.

18 AEMD, Esp., 101, fol. 220, Montviel à Torcy (1701).

19 La Tr„ III, p. 17-18, Madame des Ursins à Torcy, 1er février 1703 ; Y. Bottineau, op. cit., (1962), p. 294.

20 Louv., II, p. 17 ; AECP, Esp., 114, fol. 331, Louville à Torcy, Madrid, 28 février 1703.

21 AN, K 1332, fol. 124-135 v°.

22 AECP, Esp., 147, fol. 162, Amelot au roi, Madrid, 17 juin 1705.

23 AGP, Fel. V, leg. 324 ; A Descalzo Lorenzo, « El Real Guardarropa y la introducción de la moda francesa en la Corte de Felipe V », La Herencia de Borgona, (1998), p. 163, n. 18.

24 AEMD, Esp., 101, fol. 249, Montviel à Torcy, 24 février 1701.

25 AECP, Esp., 152, fol. 187 et SHD, A1 1884, no 138, Tessé à Gramont, 22 mars 1705.

26 Millot, III, p. 24.

27 LaTr„ III, p. 1, Madame des Ursins à Torcy, Madrid, 10 janvier 1703.

28 Juan de la Barreada, tailleur du roi pour les vêtements à golille, voit son poste supprimé dans la Nueva Planta de la Casa Real de 1707, A Descalzo Lorenzo, « El arte de vestir en el ceremonial cortesano », España festejante, (2000), p. 198.

29 AECP, Esp., 168, fol. 139, Amelot à Louis XIV, Madrid, 30 mai 1707.

30 AECP, Esp., 226.

31 Cité par A. Morel-Fatio, « El traje de golilla y el traje militar », España moderna, 69 (1894), p. 130-144.

32 A. Descalzo Lorenzo, « El Real Guardarropa y la introducción de la moda francesa en la Corte de Felipe V », La Herencia de Borgona, (1998), p. 175 et sv.

33 AGP, Fel. V, leg. 330, « Memoria de las pelucas y melenas que D. Henrique Vazet, Barbero de corps a hecho venir de Paris en el discurso de el año de 1707 », A. Descalzo Lorenzo, loc. cit., p. 169, n. 40.

34 Noël Bruyère arrive à Madrid en 1701, AGP, Personal, C 16686/29 ; Jean Dufresnoy entre en service en 1707 comme aide de Noël Bruyère, AGP, Personal, C 308/29.

35 AGP, Fel. V, leg. 330, « Memoria de la ropa blanca que ha venido de Bruselas para el Rey Nro. Sr„ la qual entro en poder de D. Gaspar Hersan gda. Ropa de S. M. el dia 5 de septiembre de 1707 con los precios de su Costa », A. Descalzo Lorenzo, loc. cit., p. 169, n. 41.

36 Beauvilliers à Philippe V, 10 juillet 1701, G. Lizerand, op. cit., p. 474 ; AE, Acq. Ext., 2, fol. 316.

37 AGP, Fel. V, 255, Relation des domestiques de la reine, Barcelone, 15 mars 1702.

38 AE, Acq. Ext., 2, fol. 422, Torcy à Louville, 20 août 1701.

39 RIA, Esp., II, p. 10.

40 RIA, Esp., II, p. 65.

41 La Tr„ III, p. 16, Madame des Ursins à Torcy, 1er février 1703.

42 RIA, Esp., II, p. 96.

43 Louv„ I, p. 162, à Torcy, mai 1701.

44 AGP, Luis Ier, C 4, exp. 4, consulte du 28 juillet 1703.

45 AEMD, Esp., 10, fol. 5r°-98 , Etiquetas de la Real Camara de SMC elseñor Rey Dn Phelipe IV ; Y. Bottineau, « Apects de la Cour d’Espagne au xviie siècle : l’étiquette de la chambre du Roi », Bulletin Hispanique, 74 (1972), p. 138-157.

46 « Ce qui concerne l’affluence des Français ».

47 L’étiquette codifiait ainsi les entrées au sein des appartements royaux : seuls les Gentilshommes de la Chambre en exercice pouvaient pénétrer dans la chambre du roi. Les Grands et les Conseillers d’État entraient jusqu’à la galerie du roi, contiguë au despacho. La Pièce Obscure était réservée aux fils aînés des Grands, aux gentilshommes de la Chambre sans exercice, aux secrétaires d’État et aux capitaines généraux ; la galerie peinte était pour les conseillers et secrétaires de la Guerre ainsi que pour quelques domestiques. Enfin, les ambassadeurs avaient une pièce éponyme, tandis que les cardinaux entraient dans la pièce où le roi donnait audience.

48 C. Gomez-centurion Jimenez, loc. cit., Hispania, 194 (1996), p. 986.

49 AECP, Esp., 141, fol. 393, Gramont au roi, Madrid, 15 août, 1704.

50 AECP, Esp., 141, fol. 408, le même au même, 18 août 1704.

51 AECP, Esp., 141, fol. 417 r°-v°.

52 AECP, Esp., 114, fol. 127, le cardinal d’Estrées au roi, 8 février 1703.

53 Dumesnils resta plusieurs mois en Espagne auprès de Philippe V en 1704-1705. Depuis 1667 il fit toutes les campagnes royales. En 1675, il entra dans le service des gardes du corps. En 1704 il fut fait colonel et envoyé par le roi en Espagne pour former et établir la garde de Philippe V, SHD A1 1786, n° 104 : services du sieur Dumesnils.

54 ANM, Estado, leg. 2340, « Projet pour la garde et guet près la personne de Sa Majesté Catholique » ; ANM, Estado, leg. 493, les règlements de la garde entre 1704 et 1706 ; SHD, A1 1786, n° 105, Service des officiers des gardes du corps du Roy. Il s’agit du projet de Dumesnils (1704).

55 Tserclaes, (Albert-Octave de, comte de Tilly), (1646-1715). Sergent général de bataille des armées espagnoles aux Pays-Bas, puis général des troupes de Liège en 1691, créé prince le 22 décembre 1693, mestre de camp général des troupes espagnoles aux Pays-Bas en 1698, chevalier de la Toison d’Or en mai 1702. Philippe V le fit capitaine général de l’Estramadure dès son arrivée à Madrid, puis capitaine de la compagnie des garde à cheval wallons (oct-déc. 1703), et grand d’Espagne (août 1705, Consejo, leg. 8976, no 178).

56 BNM, mss 10424, (195 fol.) de Luis Salazar y Castro (1657-1734). Il existe un double, BNM, mss 10641. Sur la même affaire, BNM, mss 11007, fol. 111-121.

57 Louis XIV désapprouva cet ordre, craignant que cela habitue les Grands à réagir comme un corps constitué, Correspondance de Louis XIV avec M. Amelot, son ambassadeur en Espagne (1705-1709), I, p. 91, Marly, 20 septembre 1705. (Original, AECP, Esp., 155, fol. 112).

58 BNM, mss 10424, p. 33 r°-v°. « Ignorant de nos coutumes, léger par nature, obstiné pour mettre en pratique ses conseils ».

59 Louis XIV à Amelot, Marly, 13 septembre 1705, Correspondance de Louis XIV avec M. Amelot, I, p. 86. (Original, AECP, Esp., 155 fol. 107).

60 Y. Bottineau, op. cit., (1962), p. 187, n. 161. Lettre de la Princesse, éd. Bossange, III, p. 211-212.

61 Les Grands comparèrent d’ailleurs les conseillers français de Philippe au cardinal de Richelieu, qui avait abaissé les nobles français, BNM, mss 10424, p. 75, 24 novembre 1705.

62 Louis XIV à Amelot, Fontainebleau, 25 octobre 1705, Correspondance de Louis XIV avec M. Amelot, I, p. 103. (Original, AECP, Esp., 155, fol. 143).

63 Le comte de Benavente, sumiller de Corps, demanda au roi, en 1708, la convocation d’une junte spéciale pour faire une révision générale des étiquettes, AGP, Fel. V, leg. 332.

64 AGP, Historica, c. 49 et 55 ; Louis Ier, c. 3 et Fel. V, leg. 313 ; C. Gomez-Centurion Jimenez, loc. cit., Hispania, 194 (1996), p. 990-994.

65 AECP, Esp., 263, fol. 463, Bourck à Torcy, 19 septembre 1712.

66 AGP, Luis Ier, C. 4, exp. 4.

67 AECP, Esp., 212, fol. 82, le chevalier du Bourck à Torcy, 25 janvier, 1712 ; ibidem, fol. 106, le même au même, 1er février.

68 AN B7 251, fol. 40, Daubenton à Pontchartrain, 16 janvier 1708.

69 AN, B7 12, fol. 79 v°, Bonnac à Pontchartrain, 28 décembre 1711.

70 AECP, Esp., 220, fol. 122, Madame des Ursins à Torcy, Madrid, 20 février 1713.

71 AN, B7 21, fol. 2 v°, Partyet à Pontchartrain, Madrid, 11 décembre 1714.

72 AN, B7 25, fol. 17 v°, Partyet à Pontchartrain, Madrid, 25 février 1715. Le duc de Saint-Aignan écrit par ailleurs à Louis XIV, le 20 janvier 1715 qu’il a vu des répétitions d’Iphigénie, AECP, Esp., 238, fol. 74. Il écrit de même à Torcy, le 17 février 1715 que la Reine a pris plaisir à voir le Grondeur, AECP, Esp., 239, fol. 29 v°.

73 AGP, Personal, C 986/32, d’après une note de Sciot le fils (1755).

74 Madame Rouiller, la nourrice du roi, fit ainsi un véritable déménagement à la cour de Madrid, AECP, Esp., 86, fol. 525 r°-v°. Les envois pour le roi et ses serviteurs sont assurés par Boucher de Saint-Martin, payeur des rentes de l’Hôtel de Ville. En février 1702, une malle de hardes est envoyée, AECP, Esp., 102, fol. 206 r°-v°, en mars 1702, une autre malle, ibid., fol. 510 r°. Le même mois, de l’argenterie part pour Madrid ainsi que de riches toilettes, des gants, des épées et des croix du Saint Esprit, ibid, fol. 494 r°-v° et 526 r°. L’argenterie était réalisée par Claude II Ballin, l’un des plus grands orfèvres de son temps (Y. Bottineau, op. cit., (1962), p. 242 et AECP, Esp., 103, fol. 43 r°). En décembre 1702, un envoi en Espagne mêle habits, cravates, perruques, chapeaux, plumes, flambeaux, tapis, pistolets, vins, liqueurs, cartes à jouer, porcelaine, confiture et bas de laine, AECP, Esp., 110, fol. 517 r°-518 r°. En 1704, la duchesse de Bourgogne envoyait à sa sœur un habit de chasse.

75 Lors de son retour à Madrid en 1705, elle se fit envoyer de nombreux articles de France. La liste détaillée est aux AECP, Esp., 147, fol. 28 r°-v°. Il se trouve, entre autres choses, les ornements d’une chapelle, une pendule et cent livres de portraits de la maison royale et des Princes de Bourbon.

76 Y. Bottineau, op. cit., (1962), p. 245.

77 Le duc de Bourgogne à Philippe V, Versailles, 7 septembre 1701, Bourgogne, Lettre du duc de... au roi Philippe V et à la reine, 1701-1712, I, p. 6.

78 AGP, Personal, C 2697/1 et 2.

79 Cette expression se trouve dans le dossier de Vincent Lacombe, AGP, Personal, C 2697/1, novembre 1703. En 1707, l’office de la Tapisserie compte 12 Espagnols, AGP, Fel. V, 207 (3), « État général de la maison du Roi ».

80 AGP, Personal, C 308/12.

81 J. J. Junquera, « La formation du goût de Philippe V et l’héritage du Grand Dauphin », Philippe V d’Espagne et l’art de son temps, (1995), p. 102.

82 AECP, Esp., 93, fol. 401, passeport pour les sieurs Mangot et Huet, hautbois allant en Esp, 25 octobre 1701 ; fol. 430, passeport pour le sieur Huguenet, 28 octobre ; fol. 472, pour Huguenet fils, 30 octobre ; fol. 540, permission au sieur Le Peintre l’aîné d’aller s’établir en Espagne avec son épouse, 10 novembre.

83 M. Antoine, « Henry Desmarest (c. 1659-1741) », Revue de musicologie, 40 (1957), p. 272-274.

84 G. Rouches, « Henri de Favannes (1668-1752) ... », Bulletin de la Société de l’Histoire de l’Art français, (1950), p. 133-136. Il avait rencontré la Princesse et son secrétaire lors d’un séjour à Rome, en 1695. C’est Madame des Ursins qui lui aurait inspiré, en 1704, le sujet de son morceau de réception à l’Académie : L’Espagne offre la couronne à Philippe de France duc d’Anjou. À l’Escorial il copia de nombreuses toiles, mais fut en butte à l’Inquisition. Madame des Ursins eut beaucoup de mal à le tirer de la prison de Tolède. Il resta dix ans en Espagne et retourna en France, en 1715, où il continua à travailler pour Daubigny. Il réalisa pour le château de celui-ci, à Chanteloup, une suite de dix compositions sur le thème du règne de Philippe V. Tout brûla lors de la Révolution.

85 AECP, Esp., 147, fol. 162, Amelot au roi, Madrid, 17 juin 1705, il envoie Du Verger à Cadix auprès de Villadarias. Dans ANM, Estado, leg. 275, se trouve la correspondance de Du Verger avec Grimaldo, de Cadix en septembre 1705.

86 La mère d’Antoine Du Verger, Catherine-Thérèse Bruchard, liégeoise, s’était rendue à Lisbonne à la suite de la reine Marie-Françoise Isabelle de Savoie et était devenue dame d’atour de l’infante Isabelle. Sa sœur Anne-Armande était mariée à un Portugais, Antonio Gomez d’Elvas, dont elle eut deux fils, et fut la maîtresse du roi Pedro II (J.-F. Labourdette, La Nation française à Lisbonne de 1669 à 1790..., p. 278 et sv.). Elle aurait eu du roi un fils, D. Miguel, que Jean V reconnut comme son frère en 1713 (B7 18, 175 v°, de Du Verger, Lisbonne, 27 avril 1713). Amelot la recommande à Torcy, 10 juin 1705 (AECP, Esp., 147, fol. 150) disant qu'elle s’occupe des prisonniers français. AECP, 148, fol. 28, en août 1705, Amelot lui fait passer des sommes d’argent pour qu'elle rallie des gens à la cause française ; ibid., fol. 284, elle est arrêtée à Lisbonne en octobre 1705 avec le vice-consul français Julien de La Roze ; AECP, 167, fol. 36, en mars 1707, elle est encore au Portugal pour aider Amelot. AECP, Esp., 168, fol. 53, en mai 1707, elle sert de courrier entre Amelot et Cadaval. AECP, 171, fol. 35, Amelot apprend son décès, le 14 novembre 1707. C’est la perte pour la France d’une excellente informatrice.

87 Y. Bottineau, « Antoine du Verger et l’Alcázar de Madrid en 1711 », Gazette des Beaux-Arts, 6 (mai-juin 1976), p. 178-180.

88 René Carlier arriva à Madrid en février 1712. Il deviendra architecte en chefdu Roi d’Espagne. Il meurt à l’Escorial en 1722.

89 Y. Bottineau, op. cit., (1962), p. 263-268 sur les projets d’Orry.

90 AGP, Personal, C 874/18 et 20. Il remplaça, en 1712, le jardinier en chef espagnol, Juan Roberto. Juan de Zamora fut nommé pour le seconder. Sa femme Geneviève Ragon et famé de ses fils, Louis, auront eux aussi des charges dans la maison du roi (Il eut deux fils et trois filles). On lui donnait 200 doublons par an.

91 De nombreuses études furent réalisées sur les transformations de l’Alcázar au temps du premier Bourbon. Yves Bottineau pionnier en la matière, dans sa thèse sur l’Art de Cour de Philippe V (1962), mit en valeur les travaux menés par les Français. J. M. Barbeito, Alcάzar de Madrid, (1992) reprend l’évolution de ce Palais Royal. B. Blasco Esquivias dédie un chapitre de sa thèse consacrée à Teodoro Ardemans (1992), à la réorganisation intérieure du Palais dans les premières années du règne de Philippe V. Enfin, J. L. Sancho, dans deux articles à quelques années d’intervalle, reprend une partie des travaux précédents : « El interior del Alcázar de Madrid durante el reinado de Felipe V », El Real Alcdzar de Madrid (1994), p. 96-111 et « De la Galería del Rey al Gabinete de la Reina : Felipe V en sus interiores », El arte en la corte de Felipe V, (2002), p. 353-372.

92 Y. Bottineau, op. cit., (1962), p. 275-280.

93 « L’État général de la Maison du Roi », par Jean Orry, AGP, Fel. V, 207 (3), v. 1707 et « Casa Real del Rey Nuestro Señor. Recopilacion del arreglamento hecho por Juan de Orri », AGP, Adm„ 929. Le premier indique outre les 315 personnes employées dans la Casa, 41 autres pour le service de la « Faculté », quelques pensionnés, ainsi que les Gardes du Palais. Le second porte le chiffre des employés à 330, auxquels s’ajoutent 43 membres de la « Faculté ».

94 Il s’agit en 1707 de Diego Joseph Ballesteros, Salvador de Corobarrutia, Santiago de San Gines et Martin Henriquez, AGP, Adm„ 929, « Casa Real del Rey Nuestro Señor ».

95 Alexandre Bontemps, premier valet de la Chambre de Louis XIV, mourut en 1701. Son fils, Louis-Alexandre reprit sa charge. La Roche avait aussi des contacts avec Louis Blouin, autre premier valet de Louis XIV.

96 SSBL, XXXVIII, p. 303.

97 AECP, Esp., 203, fol. 10, La Roche informe le sieur d’Iberville, alors en mission extraordinaire à Madrid, que Hersan le suppléera auprès de lui, car il est malade. (4 janvier 1710).

98 Selon AGP, Adm„ 929, « Casa Real del Rey Nuestro Señor ».

99 Il s’agit de Nicolas Pertusato, Luis de Valdes, Juan de Oviedo, Gabriel Ontafion, Diego Teran, Geronimo Portocarrero, Manuel de Mendieta, Antonio Espina, Sebastián Pacheco, Joseph Rodriguez, Vicente de Quadros, Francesco Portillo, Antonio Pontejas et Diego Zetina, AGP, Adm„ 929, « Casa Real del Rey Nuestro Señor ».

100 Ces deux derniers remplacent Simon Beaulieu et Nicolas Bertrand. Le premier avait fait plusieurs retours en France en 1701 et en 1708 et y était resté, AGP, Personal, C 16586/11 ; le second n’a pas laissé de traces en archives.

101 AECP, Esp., 329, fol. 116 v°, Coulange à Dubois, 15 mai 1723.

102 Lambert rappelle au roi dans une supplique de 1716, que son père fut trente années le chef du Gobelet de la reine « votre aïeule », puis dix-huit autres années celui de la Dauphine. Enfin, à la mort de ces deux princesses, son père eut une charge dans la Chambre du roi, AGP, Personal, C 533/71. Le père de Pierre Ruffin, Charles Ruffin, servit dans la maison du roi, AGP, Personal, C 927/23.

103 AGP, Personal, C 1333/36. Aposentador est l’équivalent du fourrier. C’est un officier qui marque les logies pour le roi quand il voyage.

104 C’est en tant qu’huissier que Nicolas Roullier fat agressé et battu par le duc d’Ossune à Crémone, en juillet 1702. Ce dernier ne supportait pas la présence continuelle des Français auprès du roi. Cette affaire fut commentée longuement dans diverses correspondances, ex. AECP, Esp., 113, fol. 23 ; SHD, A1 1600-124 ; Sourches, VIII, p. 326-327 et Louv., I, lettre de Louville à Torcy, Crémone, 15 juillet 1702. Pierre Dutillot obtint la place d’huissier des salles des gardes du corps en juin 1707, AGP, Personal, C 310/31.

105 AGP, Adm„ 400, dans une lettre de Grimaldo du 18 octobre 1706, les Lacombe sont qualifiés de « conserjes ». ANM, Estado, leg. 473, dans un dossier sur les gardes du roi figure un document d’avril 1708, dans lequel les frères Lacombe réclament leurs gages. Il est spécifié que Vincent Lacombe est concierge de la garde wallonne et Jean-Baptiste de la garde espagnole.

106 Les documents ne sont pas clairs sur le nombre des aides du barbier. Dans AGP, Fel. V, 207 (3), « État général de la maison du Roi », on lui en attribue 4 ; dans AGP, Adm„ 929, « Casa Real del Rey nuestro sefior », on lui en donne 2, Juan Garcia et Julian de Medina. Un troisième est nommé mais comme réformé : Pedro Manrique. En 1723, quand Vazet laissera sa charge de barbier, il recommandera Julian de Medina pour lui succéder, comme son aide le plus ancien, AGP, Personal, C 16580/6.

107 Du camp de Salvatierra, AECP, Esp., 143, fol. 244, 8 mai 1704, Philippe V demande à Louis XIV de pouvoir garder Vazet. Cf. AECP, Esp., 156, fol. 13, 26 et 86, juillet-août 1706, sur la vente des bijoux du roi par Vazet.

108 AECP, Esp., 306, fol. 58-fol. 88, Caractères en abrégé et liaisons des principales personnes dont la Cour d’Espagne est composée, 21 octobre 1721, attribué soit au duc de Saint-Aignan soit au marquis de Louville.

109 Cette charge est le fruit de la protection du Grand Dauphin envers lui. ANM, Estado, leg. 2514, lettre du Grand Dauphin à Philippe V, Meudon, 28 février 1707.

110 AGP, Adm„ 929, relation du 15 mars 1702 : « Relacion de todos los criados franceses que sirven y han de servir al rey en los oficios de voca de su real casa » : Jacques Ricard comme contrôleur, son aide Jean Renault, un fournisseur E Hutin et son aide, un cevador, deux garçons tranchants, un « repostero » (garçon pâtissier), François Dupré, deux cuisiniers Jean-Baptiste Venard et Georges Chatelain, deux aides François Desjardin et François Butarque, quatre garçons Riu, Salomon, Gouverne, Clot, un pâtissier Claude Vincent et son aide François Lecoq, trois garçons, un boulanger, son aide et un garçon, deux chefs du Gobelet, d’Avesnes et Saint Germain et trois aides, Verdot, Martinet et Dubuisson, un chef de Cave, Lebrun et son aide, Duteil. Après 1702 nous ne retrouverons plus Renault, Hutin, Dupré, Riu, Gouverne, Lecoq et Lebrun.

111 AECP, Esp., 101, fol. 286, passeport de Ricard, Versailles, 13 février 1702. Il semblerait en effet que la charge de contrôleur ordinaire n’existait pas avant 1701, contrairement à celle de veedor de viandas (AGP, Personal, C 878/29, document du 26 octobre 1708).

112 AGP, Fel. V, 290 (1), nous trouvons un mémoire des ustensiles confiés par Ricard à Duteil, chef de la cave française, pour la campagne du Portugal (24 septembre 1704). Le boulanger Veron, les cuisiniers Chatelain et Venard firent aussi un reçu à Ricard de ce qu’on leur a remis comme ustensiles.

113 AECP, Esp., 142, fol. 237 v°, Gramont à Torcy, 15 octobre 1704.

114 Vayrac, État présent de l’Espagne..., 1719, II, p. 275.

115 AN, B7 252, fol. 92, Daubenton à Pontchartrain, 18 mai 1708.

116 AGP, Personal, C 310/15. Il remplace François Desjardin passé cuisinier de la Bouche du roi.

117 AGP, Personal, C 240/37. Il remplace Pierre Chastelain passé cuisinier de la Bouche de la reine. Mais n’est confirmé qu’en novembre 1712, à la mort de Nicolas Salomon.

118 AGP, Personal, C 476/24. Gosselin était surtout attaché au service de Madame des Ursins.

119 Ibid.

120 Juan Miguelez, son aide, Domingo Garcia, garçon et Francesco Figa, officier-boulanger, AGP, Adm„ 929, « Casa Real del Rey nuestro sefior ».

121 AGP, Personal, C 16630/1. Andres de Agueria avait juré sa place en 1682 et renouvelé son serment en même temps que tous les autres domestiques de la Casa, en novembre 1703.

122 AGP, Personal, C 16630/1. Cette affaire dura de février 1712 à décembre 1713. Cette contribution avait été créée après la guerre du Portugal (1704). Elle était faite normalement pour remplacer le service personnel dans le cadre de la milice provinciale. Une plainte de Véron sur le même sujet adressée au Bureo se trouve dans AGP, Fel. V, 209 (4), en date du 22 décembre 1713.

123 AGP, Personal, C 674/31.

124 AGP, Personal, C 7, le roi à Villafranca, 26 août 1701.

125 AECP, Esp., 114, 3 janvier 1703, fol. 3, Permission du roi Louis XIV au sieur dAvesnes de s’installer en Espagne.

126 AGP, Personal, C 307/41 ; AGP, Personal, C 7.

127 AECP, Esp., 121, fol. 384, passeport pour 84 caisses de vins pour le roi d’Espagne (14 février 1703). Cela fait 2 000 bouteilles de vin de Champagne et de Bourgogne. AECP, Esp., 152, fol. 63, passeport pour 1 600 bouteilles de vin (12 février 1705). AECP, Esp., 153, fol. 169, passeport pour 400 bouteilles de vin pour la reine d’Espagne (19 août 1705). AECP, Esp., 269, fol. 69, passeport pour 6 000 bouteilles de vin de Bourgogne et de Champagne (avril 1718).

128 En mai 1708, Duteil se plaignait de ne pouvoir amener lui-même le vin aux officiers espagnols qui le servent au Roi, car ce sont les chefs du Gobelet qui s’en chargent. Ceux-ci l’accusèrent de vouloir outrepasser ses fonctions. Ricard dut étudier cette question, AGP, Personal, C 310/27. Voir sur ce contentieux, AGP, Fel. V, 209 (4), dossier du Bureo : « Jefes del Gubilet con el de la cava francesa. Sobre servir el vino de Champania ». Ricard trancha en donnant tort à Duteil, estimant que ce n’était pas à lui de servir les vins.

129 ANM, Estado, leg. 2669, janvier 1717.

130 AGP, Adm„ 929. « Casa Real del Rey Nuestro Señor » et AGP, Fel. V, 207 (3), « État général de la Maison du Roi » (v. 1707). Nous rappelons que ce tableau ne prend pas en compte le corps des médecins de la Maison du Roi.

131 Le marquis de Valouse n’est pas encore comptabilisé dans ce plan, car il n’entre en fonction qu’en août 1707.

132 Il s’agit de La Roche, déjà comptabilisé comme Aide de la Chambre.

133 Parmi ces 8 Français, il faut déduire les Lacombe déjà comptabilisés comme Aides de la Tapisserie.

134 Jean Dufresnoy n’est pas comptabilisé car il n’entre en fonction qu’après 1707.

135 M. del C. Simon Palmer, La cocina de Palacio..., (1997), p. 166.

136 AGP, Personal, C 274/35.

137 AGP, Fel. V, leg. 255 (1), liste des Français en service auprès de la reine, Barcelone, 15 mars 1702.

138 AGP, Fel. V, leg. 255 (1), liste des Français auprès de la reine, Madrid, décembre 1702.

139 AGP, Fel. V, 255 (1), liste des domestiques de la reine, 25 juillet 1702. Les Français sont signalés par la mention « de la nacion francesa ».

140 Ibidem.

141 AGP, Personal, C 166619/1.

142 AGP, Fel. V, 255 (1), Relation de la maison de la reine en juin 1713.

143 AGP, Fel. V, 255 (1), liste des domestiques de la reine, 25 juillet 1702.

144 AGP, Fel. V, 255 (1), « Relacion de la familia de criados de la reina nuestra señora de la nacion francesa », Madrid, 22 juin 1713.

145 Il s’agit de Madame Compoint, AGP, Personal, C 247/10.

146 AGP, Fel. V, 255 (1), « Relacion de la familia de criados de la reina nuestra sefiora de la nacion francesa », Madrid, 22 juin 1713.

147 RIA, Esp., II, p. 63.

148 Y. Bottineau, op. cit., (1962), p. 174 ; AGP, Fel. V, 17, Gasto ordinario hecho por Dn Phelipe de Terres [...].

149 AGP, Personal, C 274/3.

150 La Tr., II, p. 81, Madame des Ursins à Torcy, Madrid, 19 août 1702.

151 AECP, Esp„ 124, fol. 305, 6 juillet 1703.

152 Le 17 août 1703, Ambroise Daubenton signale à Pontchartrain le départ de quelques officiers de Bouche, AN, B7 228, fol. 156. Louville s’en plaignit à Torcy, AECP, Esp., 125, fol. 25, 9 août 1703 et SSBL, XI, p. 250, n. 3.

153 Il semble que c’était l’habitude. Dès les années 1680 le Bureo avait commencé à perdre son droit de regard sur les comptes de la Real Camara, C. Gomez-centurion Jimenez, La herencia de Borgoña, (1998), p. 25.

154 AGP, Fel. V, 209 (1), Juan Velasco, greffier du roi, se plaint de ce que les officiers du gobelet « no tienen libro, ni escriven cuenta alguna del gasto que hacen » (1703).

155 RIA, Esp., II, p. 122.

156 G. Lizerand, op. cit., p. 463, 2 avril 1701.

157 Les gages ou « sueldo de pie fijo » ont été établis sous Philippe IV et remontent parfois à l’époque des ducs de Bourgogne. Ils se touchent une fois par an, C. Gomez-Centurion Jimenez, op. cit., p. 49.

158 Terme que l’on pourrait traduire par « surpaye ».

159 ANM, Estado, leg. 744, Relazion de los Gozes de la familia francesa de SM en gastos secretos. (14 janvier 1704).

160 AGP, Fel. V, 287 (2), « Copia de dos informes hechos al Ex. Señor marques de Squilace », (1761).

161 Cette réforme de la Casa fut menée à bien par Amelot et Orry au sein d’une Junte extraordinaire formée du mayordomo mayor, (à cette date le connétable de Castille), du gouverneur de Castille (Francesco Ronquillo), et de Grimaldo.

162 D’après AGP, Adm„ 929 : « Casa Real del Rey Nuestro Señor » (1707).

163 D’après AGP, Fel., V, 287 (2), « Relacion de los sobresueldos pertenecientes a la familia francesa que de orden de SM se excluyen del importe de las mesadas que quedan aregladas en su Real Casa, para desde primero de enero de mill setecientos y siete », 19 mars 1707. Double dans AGP, Fel. V, 209 (1). Et en trois exemplaires dans AGP, Fel. V, 207 (4). Voir aussi, AGP, Fel. V, 209(3), « Relacion de los criados de la familia francesa del Rey nuestro sefior con el goze de pie fijo de la casa y de sobresueldo » (31 mars 1707).

164 D’après AGP, Fel. V, 287 (2), « Relacion de los criados de la familia francesa del rey nuestro sefior y de el sobresueldo que corresponde a cada uno, cada mes, ademas del goze que tienen de pie fijo, por sus empleos », par Jacques Ricard, 12 août 1709.

165 D’après AGP, Fel. V, 287 (2), « Relacion por certificacion de los sobresueldos de la familia francesa para que se los pague lo que ha de haver en el año de 1713 », 3 mars 1714, par le contrôleur et le greffier de la Maison du Roi.

166 Sans doute Tiberni est-il agrégé à la Casa Real en 1709 pour l’équivalent de 10 escudos par mois.

167 D’Avesnes se plaindra en 1715 de la baisse de son sobresueldo. Le roi lui accorde, ainsi qu’à Saint Germain le sobresueldo entier de 75 escudos de vellon à partir de juillet de la même année, AGP, Personal, C 878/29, le 4 juillet 1715. Ce que l’on peut vérifier dans l’état des sobresueldos de la famille française de 1716 et 1724 conservé dans AGP, Fel. V, 287(2).

168 Boisbrun, Rivet et Boilot sont particulièrement bien payés en sobresueldo malgré leur charge inférieure. Cela peut sans doute s’expliquer par le fait qu’il s’agit plus de pensions, accordées à de vieux serviteurs, que de véritables gages. D’ailleurs, il semblerait que Boisbrun soit retourné en France dès juillet 1702, AECP, Esp., 101, fol. 138, ainsi que Rivet, AE, Acq. Ext., 2, fol. 122 v°. Néanmoins, ils continuent à figurer régulièrement sur les états de la maison du roi. Boilot, quant à lui, sert le roi mais aussi la reine comme contrôleur de la Bouche ; cependant, il a 81 ans en 1707, AGP, Personal, C 16667/1.

169 Sans doute Louis Blondel est-il agrégé à la Casa Real après 1707. Il toucherait donc 20,55 escudos par mois de gages, ce qui expliquerait les 4,45 de sobresueldos.

170 Idem, pour Jean Reyller.

171 Par grâce royale + payement de retards depuis 1702 soit 1320 esc.

172 Il n’y a pas d’explication pour cette hausse subite du sobresueldo. Peut-être est-ce le remboursement de retards de gages. En 1716, le sobresueldo de Bara est de 3 600 réaux par an, soit 30 escudos par mois, AGP, Fel. V, 207 (3), Relation du « sobresueldo » de la famille française en 1716.

173 Les 25 escudos supplémentaires proviennent des 40 escudos de sobresueldo que touchait Denis Fantin, en tant que garçon de Garde-Robe et qu’il ne touche plus depuis qu’il est passé garçon de la Chambre (les 15 restants étant donnés à Noël Bruyère). Il s’agit d’une grâce royale faite à Lambert.

174 Denis Fantin gagne 26,4 escudos de sobresueldo par mois au lieu de 40 s’il était resté garçon de la Garde-Robe non agrégé à la Casa Real. Désormais, comme il remplace Durand comme garçon de la Chambre, il gagne 18,6 escudos de gages de la Casa Real.

175 Cf. cas de F. Bara. En 1716, le sobresueldo de Fantin est de 3 200 réaux par an, soit 26, 6 escudos par mois, AGP, Fel. V, 207 (3), Relation du « sobresueldo » de la famille française en 1716.

176 La baisse du sobresueldo en 1713 correspond peut-être à son agrégation à la Casa Real comme garçon de la Chambre, et donc à la perception de gages correspondants à 18,6 escudos.

177 Les 15 escudos alloués à Noël Bruyère par grâce royale proviennent des 40 escudos de sobresueldo que touchait Denis Fantin en tant que garçon de Garde-Robe et qu’il ne touche plus depuis qu’il est passé garçon de la Chambre (les 25 restants étant donnés à Philippe Lambert).

178 Auxquels s’ajoutent exceptionnellement les 1 320 esc. de Claude Vincent.

179 AGP, Fel. V, 207 (4) : « Sumario general de gajes de la familia de francia, inclussos los sobresueldos, al mes » ; « Sumario general de gajes españolas » ; « Sumario general del Importe de las raciones de la familia española » ; « Gajes y raciones de un mes de la familia española » ; « Sumario general del importe de toda la relacion, en que se incluyen las classes siguientes : gajes españoles, gajes franceses, raciones espafiolas, gastos de la mesa de Su Magestad, gastos de depensa y consumo de cera » (1707).

180 Les raciones forment une autre partie des émoluments des Espagnols et se touchent en espèces puis en nature après 1686, tous les mois, C. Gomez-Centurion Jimenez, op. cit., p. 49.

181 Lorsqu’on ajoute le corps scientifique au sein de la Casa Real, le taux de la présence française de 15,5 % passe à moins de 15 %. En effet, dans ces conditions, la Casa compte entre 356 et 373 membres pour 54 Français. Pour cette même année 1707, le budget entier de la maison du roi (incluant les pensions, la nourriture et les dépenses en cire) est évalué entre 33 051 et 33 812 escudos par mois. La rémunération de la familia francesa représente ainsi près de 21 % de la dépense totale de la maison du roi. Ces chiffres correspondent aux calculs effectués par C. Gomez-Centurion Jimenez, qui estime que la dépense totale de la maison du roi en 1700 est de 4 439 358 réaux par an (soit 36 994,65 escudos de vellons par mois). Dans La herencia de Borgoña, (1998), p. 18.

182 AGP, Fel. V, 287 (2), certificat de Jean-Baptiste Legendre sur l’état de cette gratification en 1741. Figure aussi une « Relacion de las gratificaciones anuales de la quarta parte del sobresueldo que SMgd se ha servido conceder sobre su real bolsillo a los criados de su familia francesa, a quienes estan deviendo quince años desde primero de enero de 1705 hasta fin de diciembre del año proximo pasado de 1719 ».

183 Cf. AGP, Fel. V, 207 (3), un état de 1716 sur ce qui reste dû aux Français de leurs gages d’avant 1706, par Joachim Ignacio de Barrenechea, contrôleur de SM (10 pages) ; AGP, Fel. V, 209 (2), nombreuses plaintes. De même dans les dossiers personnels.

184 AGP, Fel. V, 332, carton 1, liasse 1, série de reçus pour l'habillement (1704-1713).

185 Certains Français essayent aussi de faire valoir des permissions de chasse dans quelques domaines royaux. Philippe Lambert à la Granja, sd. (AGP, Personal, C 533/71). Pierre Dutillot, Jean-Baptiste Lacombe et Pierre Benoit en 1714 à Aranjuez (AGP, Personal, C 310/31).

186 Des plats de la table royale du vendredi et du samedi, AGP, Personal, C 10543/37.

187 AGP, Adm„ 929, figure une Relation de ceux qui ont droit à la Botica, selon le nouveau plan de 1707 (21 janvier 1707).

188 AECP, Esp., 91, fol. 166, passeport de Madame Vazet et de sa fille ; AECP, Esp., 92, fol. 127, passeport de l’épouse de Lambert ; fol. 338, passeport pour la dame Pichelin, 7 septembre 1701, qui part avec deux enfants et une servante ; AECP, Esp., 93, fol. 543, passeport de Françoise Bertin pour rejoindre son mari, le sieur Valois. Elle part avec une femme, ses deux filles, et deux valets, Mauduit et Bourguignon.

189 Hersan avait trois fils, l’aîné qui allait devenir lieutenant aux gardes wallonnes, Jean-Baptiste, et Etienne. La Roche fit venir à Madrid sa fille Madeleine et Thérèse Girard, fille de sa première femme, qui, toutes deux, étaient éduquées dans un couvent à Paris.

190 AECP, Esp., 93, fol. 244, 20 octobre 1701, la nièce de Ducharme fait le voyage avec Madame Legendre, épouse du Premier chirurgien du roi.

191 AECP, Esp., 93, fol. 326, passeport pour la demoiselle Partyet, 17 octobre 1701. Elle passe avec une petite fille et une femme de chambre.

192 Amelot insiste plusieurs fois sur la parenté entre Renard et Mademoiselle Émilie, qu’il semble avoir en grande estime à Madrid, SHD A1, 1978, no 257, 11 décembre 1706. La reine recommande aussi Renard, comme parent de sa camériste, AN, G7 1093, 25 juillet 1708. Chavigny dans deux lettres au marquis de Torcy évoque la parenté du confesseur Daubenton avec Mademoiselle Émilie (AECP, Esp., 140, fol. 101, 25 avril 1704 et ibid., fol. 123, 12 mai 1704).

193 En effet, la mère des Chastelain, Antoinette Benoist, était la sœur de Pierre Benoist, contrôleur de la maison de Louis XIV.

194 Le mariage de Henri Vazet et d’Isabelle Tesson est mentionné dans le testament de Jean-Baptiste Joseph Legendre de 1750, marié à leur fille, ΑΗΡ, 14806, no 141.

195 AECP, Esp., 172, fol. 361, Philippe V à Louis XIV, 30 mai 1707. Il semblerait que ce ne soit pas un mariage très bien assorti au détriment du pauvre La Roche, AECP, Esp., 305, fol. 45.

196 Anne La Fontaine était la sœur de Charles La Fontaine, aide du pâtissier.

197 AGP, Personal, C 16630, il s’agit de Marie Lépine.

198 AGP, Fel. V, 290 (4), « Relacion alphabetica de los criados de SM que en virtud de orden declararon la Familia que cada uno se hallava y la Casa en que vivia y estan dentro de las declaraciones originales » (1714).

199 Pour ce dernier, l’information est donnée dans AGP, Adm„ Inmuebles, 741, Casa del Tesoro, 1720-1729.

200 Comme la fille de Pichelin et celle de Valois, AECP, Esp., 97, fol. 111, 4 août 1701, Montviel à Beauvilliers. Elles ont un poste auprès de la reine qu’elles n’occupent pas mais pour lequel elles sont rémunérées.

201 ANM, Consejos, 619, fol. 190 v°, 12 juillet 1701, le roi donne la naturalisation de « ses royaumes » et un titre d'hidalgo à Hersan. Ibid., fol. 237 v°, 28 juin 1702, ce privilège est étendu à ses descendants. AECP, Esp., 124, fol. 78, Louis XIV accorde lui-aussi des lettres de noblesses à Hersan (24 juin 1703), ainsi que Philippe le lui avait demandé le 26 mai, AECP, Esp., 123, fol. 312.

202 AECP, Esp., 172, fol. 361, Philippe V à Louis XIV, 30 mai 1707, il lui demande de donner à la Roche un titre de noblesse français, équivalent à celui qu’il lui a donné en Espagne.

203 AGP, Capilla, no 60, sd.

204 Au xviie siècle, en France, en Angleterre, en Allemagne ou en Italie, l'acceptation progressive des médicaments préparés chimiquement entraîna un renouvellement de l'intérêt pour des explications chimiques de l’homme et de la nature. Cela donna lieu à la iatrochimie et à la divulgation des ouvrages et théories de Paracelse. On se passionna aussi davantage pour les investigations anatomiques et leur développement ont grandement aidé les progrès de la chirurgie. C’est l’époque des découvertes de William Harvey sur la circulation du sang. De même on tenta de substituer aux idées d’Hippocrate, Aristote et Galien, considérées comme normatives, un attachement accru aux faits. Les modernistes rencontrent cependant encore des oppositions au sein des Universités, refuges des galiénistes vieillissants, Histoire de la pensée médicale en Occident, t. 2 : De la Renaissance aux Lumières, (dir. M. D. Grmek), (1997), passim.

205 L. S. Granjel, La Medicina española del siglo XVII, (1978), p. 19 et La Medicina española delsiglo xviii, (1979), p. 19.

206 L’action de ces Novatores fait l’objet de la thèse de J. Croizat-Viallet, Recherches sur l’introduction de la Science Moderne en Espagne à la fin du xviie siècle. Médecine et sciences de la nature. La Querelle des Novatores, 16791700, Université Paris III, (1995), 490 p.

207 Tous les historiens de la médecine espagnole signalent le climat de renouveau dans les sciences qu’apportèrent avec eux les Français, J. Riera, Anatomίa y cirugίa española del siglo xviii, (1982), ou L. S. Granjel, op. cit., (1979), p. 19.

208 D’autres médecins ou chirurgiens français vinrent aussi s’installer en Espagne, mais ne font pas partie de l’entourage royal. Il en est ainsi de François Legros, chimiste et oculiste, auteur, en 1717, de Tesoro de medicina en que se ensena el modo general de estraer las esencias, sin alterar sus virtudes ; de François La Rive, ancien chirurgien des armées de Louis XIV, qui exerçait à Madrid, protégé du duc de Vendôme et qui écrivit, en 1717, un traité relatant ses opérations réussies, Relacion de muchos casos rares de diferentes curas de importencia, y noticia de la singular habilidad, cienciay esperiencia de D. Francesco La Rive ; de Jean Massoneau, chirurgien et médecin dans les armées de Louis XIV puis dans celles de Philippe V, qui devait s’installer à Lima auprès du vice-roi, le prince de Santo-Buono. Il écrivit un ouvrage à grand succès en 1722, Cirugia natural... ; de Paul Petit, chirurgien qui servit en chef dans les armées de Catalogne avant de passer lui-aussi à Lima. Il demeura quelque temps à la cour en 1714, assistant Helvétius qui y séjournait alors. Il fit paraître un ouvrage sur les maladies des femmes enceintes et un autre sur le cancer. Dans A Fernandez Morejon, Historia bibliografica de la medicina española..., VI, (1850), p. 401-2, 449-451.

209 J. Riera, « Medicos y cirujanos extranjeros de Camara en la España del siglo xviii », Cuadernos de Historia de la medicina española, 14 (1975), p. 90.

210 J. Pardo Tomás et A. Martinez Vidal, « El Tribunal del Protomedicato y los médicos reales (1665-1724) : entre la gracia real y la carrera profesional », Dynamis, 16 (1996), p. 63 et sv.

211 Ces chiffres sont tirés des deux états de 1707 déjà cités : « L’État général de la Maison du Roi », AGP, Fel. V, 207 (3), v. 1707, et « Casa Real del Rey Nuestro Señor. Recopilacion del arreglamento hecho por Juan de Orri », AGP, Adm„ 929.

212 Goiffon Jean-Baptiste, médecin épidémiologiste français (Cerdon 1658-Lyon 1730). Il rejoignit l’armée d’Italie puis rentra à Lyon où il exerça. En 1705, il gagne l’Espagne avec le maréchal de Tessé puis retourne à Lyon où il est nommé échevin en 1717. Il est le premier à avoir analysé l’épidémie de peste de Marseille, en 1720. On lui doit deux opuscules sur le sujet, M. Dupont, Dictionnaire historique des médecins, p. 285.

213 Goiffon faisait des prodiges à l’armée (SHD, A1 1789, no 222, novembre 1704, et 1888, no 208, décembre 1705). En octobre 1707, Philippe V laisse Louis XIV choisir ses nouveaux médecins, AECP, Esp., 174, fol. 26. Tessé parle aussi d’un autre médecin militaire très habile, Terray, protégé de Mademoiselle de Bouillon. En septembre 1705, celui-ci s’occupe de créer des hôpitaux à Merida (SHD, A1 1886, no 155 et 1887, no 125).

214 AECP, Esp., 148, fol. 274 v°, Amelot à Louis XIV, 14 octobre 1705.

215 AN, O1 28, fol. 44 v°, Clément (Julien), chirurgien accoucheur : brevet de 1 200 livres de gages pour avoir accouché la Dauphine (1684). Julien Antoine Jacques Clément (Arles 1648-Paris 1728), était né dans une famille d’apothicaires puis travailla avec son beau-père, l’accoucheur Jacques Le Fèvre. Il se fit une réputation dans la pratique des accouchements clandestins. Il procédera deux fois auprès de Madame de Montespan et, en 1682, il opère Marie-Anne Christine de Bavière. Il est nommé accoucheur de la cour de France en 1684. Il sera anobli en 1711, M. Dupont, op. cit., p. 147.

216 Clément eut une pension de 1 000 livres par an pour l’accouchement de l’Infant Louis en 1707, payée très irrégulièrement, AGP, Personal, C 240.

217 SHD, A1 2179, no 28, Philippe V à Louis XIV, 29 avril 1709. Il réitère sa demande, ibid., no 50. (Double AECP, Esp., fol. 404.) Cet abbé Clément fut arrêté pour faux en écriture dans les finances royales. Ce fat sans doute vers 1724 car, à cette même époque, les archives ont gardé la trace d’une intervention de Philippe V pour éviter la peine de mort à un sieur Clément. Cette affaire est évoquée sans détails dans AECP, Esp., 334, fol. 73 et AECP, Esp., 337, fol. 185, avril 1724. Philippe eut gain de cause, mais l’abbé devait être écroué à vie au château de Saumur. Cf. M. Dupont, op. cit., p. 147.

218 En 1739, AGP, Personal, C 240 et C 1334.

219 Ce Saturnin Langlade ne doit pas être confondu avec Jean Langlade, chirurgien-accoucheur de la reine. Le testament de ce dernier se trouve à l’AHP, 12 818, fol. 454, 5 avril 1720. Il semblerait que ces deux Langlade ne soient pas parents.

220 Il meurt le 14 juin 1717, AECP, Esp., 258, fol. 85 v°.

221 L’aîné de ses neveux fut, après 1713, secrétaire du marquis de Bonnac en Turquie et deux autres étaient ecclésiastiques. Il avait aussi un de ses frères prêtre dans le diocèse de Couseran en 1717, AEMD, Esp., 144, fol. 195.

222 AGP, Personal, C 547/29.

223 Richard le Preux publia, en 1717, la première édition de sa Doctrina moderna para los sangradores, qui compte un chapitre d’odontologie, cité par L. S. Granjel, op. cit., (1979), p. 229. AHP, 15179, fol. 45, 23 février 1717, pouvoir pour publier.

224 Fagon Guy Crescent (1638-1718). Son oncle de la Brosse était le médecin ordinaire de Louis XIII, M. Dupont, op. cit., p. 234.

225 AEMD, Esp., 104, fol. 103, Montviel à Beauvilliers, Madrid, 10 août 1701.

226 AE, Acq. Ext., 2, fol. 255, Beauvilliers à Louville, 2 mai 1701 et Louv., t. 1, p. 171.

227 AE, Acq. Ext., 3, fol. 135, 6 juin 1702.

228 ANM, Consejo, libro 619, fol. 196 v°, 16 août 1701.

229 A. Fernandez Morejon, Historia bibliografica de la medicina española..., VI, (1850), p. 271.

230 AN, B7 251, fol. 233, Ambroise Daubenton à Pontchartrain, 11 mars 1708.

231 AECP, Esp., 228, fol. 122, Brancas à Torcy, 5 février 1714 ; AECP, Esp., 229, fol. 34, le même au même, 12 mars 1714.

232 Helvétius Jean-Adrien (1661-1727) semblait être le dernier recours pour Marie-Louise de Savoie, mais il arriva trop tard à Madrid. D’origine néerlandaise, il soutint sa thèse à Reims en 1681. Il fat naturalisé français en 1684. Il travaillait particulièrement sur la dysenterie, dont il guérit le Dauphin. En 1701, il devint médecin du duc d’Orléans puis, en 1708, inspecteur des hôpitaux de Flandres. En 1709 il est à la fois médecin du duc de Beauvilliers et du prince de Conti, et, en 1716, celui de Louis XV, M. Dupont, op. cit., p. 320.

233 Il existe une abondante bibliographie sur cette institution. Maria Luz López Terrada en propose une, constituée de 253 références, dans un article intitulé « Los estudios historicomédicos sobre el Tribunal del Protomedicato y las profesiones y ocupaciones sanitarias en la Monarquía Hispánica durante los siglos xvi al xviii », Dynamis, 16 (1996), p. 21-42.

234 Michelet fut nommé au Protomedicato le 20 mars 1701, ANM, Consejos, libro 619, fol. 175 v°.

235 J. Pardo Tomás et A. Martínez Vidal, loc. cit., Dynamis, 16 (1996), p. 72.

236 Au cours du règne de Philippe V, le Protomedicato de Castille étendra son autorité sur tout le territoire au détriment des confréries et collèges qui contrôlaient le système de la santé, M.S. Campos Diez, El Real Tribunal del Protomedicato castellano (siglos xiv-xix), 1999, p. 119 et sv.

237 Iborra, Historia del Protomedicato en España, 1884, (éd. 1987), p. 23-38 et 59 ; L. S. Granjel, op. cit., (1979), p. 90 et sv„ sur le Protomedicato.

238 Ibid., p. 45.

239 Ibid., p. 114.

240 AGP, Personal, C 534/54, Langlade est relevé de la media annata.

241 BNM, 2-22819(6), Conclusion medica defendida en las escuelas de Paris..., Madrid, 14 février 1714, 10 fol.

242 Burlet a fait une enquête « qui semble plus être l’étude de toute une vie qu’une observation de seulement six ans, temps depuis lequel il habite parmi nous ».

243 Zapata (1664-1745) étudia à Acala et Valence et fut la tête de file du premier mouvement contre la médecine traditionnelle. Il se dira cartésien en 1716. Muñoz y Peralta († en 1745), intervint dans la querelle de l’antimoine, et plus largement en faveur de l’utilisation de médicaments chimiques au début du siècle. Il écrivit en 1702, Triunfo del antimonio. À cette époque, Fagon utilisait fréquemment l’antimoine sur Louis XIV.

244 Martinez Martin (1684-1734), exerça à la cour à partir de 1706. Il se lia avec le bénédictin P. Feijoo, ce qui devait donner lieu à une fructueuse amitié. Ce fut un des grands théoriciens de la médecine moderne espagnole au xviiie siècle. Ses travaux en anatomie furent décisifs pour l’évolution de cette science.

245 C. del Valle-Inclan, « Los Medicos de Felipe V y el resurgir de la anatomia española en el siglo xviii », Asclepio, 1 (1949), p. 387-389.

246 En 1728, il publia Exercitationes anatomica.

247 AGP, Personal, C 16586/12 et Iborra p. 152.

248 À son arrivée, Legendre fut placé d’office à la tête du Real Protobarberato aux côtés de Gregorio Muñoz, Juan Garcia et Luis Muñoz, AGP, Personal, C 544/13, 6 octobre 1706. Le Tribunal fut composé de 4 examinateurs jusqu’en 1706, date à laquelle L. Muñoz décéda et ne fut pas remplacé.

249 AGP, Personal, C 544/13, documents du 10 décembre 1706 et du 9 mars 1707.

250 Ce privilège d’hidalguίa n’est pas classé dans le dossier de Legendre mais dans celui de Richard le Preux, AGP, Personal, C 547/29.

251 Philippe V intercéda plusieurs fois en faveur de son chirurgien. Louis XIV, malgré sa volonté de complaire à son petit-fils, eut du mal à accorder cette grâce. Il promit cependant de le faire ; néanmoins, il semblerait qu’en 1720, le titre de noblesse de Legendre ne soit toujours pas reconnu en France, AECP, Esp., 175, fol. 50 et fol. 117, 14 mars et 13 juin 1707 ; AECP, Esp., 298, fol. 285, 12 octobre 1720. Cependant, en 1728, Philippe V accorda un titre d’hidalguίa à Richard le Preux, qui le fit reconnaître en France, « segun y como se paso por Legendre », AGP, Personal, C 547/29, doc. du 20 juin 1729.

252 Legendre-fils, au contraire, pour des raisons d’héritage demandera en 1740 un brevet attestant la nationalité française de sa famille, AECP, Esp., 459, 116 r°-v°, Y. Bottineau, op. cit., (1962), p. 591.

253 C. del Valle-Inclan, loc. cit., p. 388. cf. Martin Martinez, Anatomia completa, éd. de 1764, p. 262.

254 La real botica du roi servait aussi la reine ; celle-ci eut Riqueur à ses côtés jusqu’en 1704, date à laquelle un pharmacien détaché de la Real Botica est mis à son service. Elisabeth Farnèse aura, par contre, son propre service de pharmaciens, Ma. P. Yébenes Torres, La Real Botica durante el reinado de Felipe V (1700-1746), (2001), p. 65-66.

255 Pharmacien de Charles II depuis 1689.

256 Comme aides : F. Llorente, M. de Yto, M. Lopez Rincon, J. Gonzalez et comme mozos, P. Almoguera, Alonso de Mera, F. G. Vicuña et P. de Arroyo, Yébenes Torres, op. cit., p. 81.

257 Yébenes Torres, op. cit., p. 50.

258 Ibid. p. 54 et 74. À son arrivée, Riqueur dut faire un inventaire de tous les médicaments et produits conservés en ces lieux, AGP, Felipe V, 330, 26 avril 1701.

259 AGP, Personal, C 883/39. Riqueur supplie le roi d’augmenter les fonds alloués pour soigner la cour.

260 AGP, Fel. V, leg. 325, 7 décembre 1712.

261 Yébenes Torres, op. cit., p. 260.

262 Ibid., p. 180. Un mémoire du 16 avril 1703 demandait de donner à la Botica Real l’inspection des Pharmacies du royaume et, le 27 avril 1703, le Real Protomedicato appuyait cette demande.

263 Ibid., p. 205, en 1711, 1717 et 1721, Riqueur fit plusieurs mémoires sur cette question.

264 AGP, Personal, C 883/39, janvier 1720.

265 Le Real Labomtorio Quίmico, fondé en 1694 à Madrid, illustre une fois de plus la présence de novateurs auprès du roi Charles II ; c’est sur son impulsion personnelle que ce service fut créé. Il espérait, pour sa propre santé, découvrir de nouveaux médicaments chimiques. Ce laboratoire eut à subir de petites frondes de la part des médecins de la cour et du Pharmacien du roi, Juan Moya de Salazar. Un chimiste napolitain, Vito Cataldo, fut chargé de sa création, mais repartit à Naples, en 1697, ayant eu à essuyer bien des oppositions, M. del Mar Rey Bueno et M.E. Alegre Pérez, « El real Laboratorio Quimico (1693-1700) », Dynamis, 16 (1996), p. 262, 266 et 282.

266 Dans une lettre à Grimaldo du 18 juin 1708, AGP, Fel. V, leg. 320.

267 Yébenes Torres, op. cit., p. 230

268 BNM.mss 10280-10281.

269 L. S. Granjel, op. cit., (1979), chap. 12, « Terapeutica ».

270 Yébenes Torres, op. cit., p. 279 ; G. Anon Feliu, « Noticias sobre los reales jardines botanicos de Migas Calientes y El Pardo », Anales del Instituto de Estudios Madrileños, 21 (1984), p. 91-116.

271 En escudos de vellons par mois.

272 AGP, Adm., 929 : « Casa Real del Rey Nuestro Señor » (1707).

273 AGP, Fel., V, 287 (2), « Relacion de los sobresueldos pertenecientes a la familia francesa », 19 mars 1707.

274 AGP, Fel. V, 287 (2), « Relacion de los criados de la familia francesa del rey nuestro sefior », par Jacques Ricard, 12 août 1709.

275 AGP, Fel. V, 287 (2), « Relacion por certificacion de los sobresueldos de la familia francesa », 3 mars 1714, par le contrôleur et le greffier de la maison du roi.

276 Ces informations sont contenues dans un document du marquis de Santa Cruz, en date du 25 juillet 1716, AGP, Personal, C 547/29.

277 AGP, Fel. V, 290 (4), « Relacion alphabetica de los criados de S. M. que en virtud de orden declararon la Familia con que cada uno se hallava y la Casa en que vivia y estan dentro las declaraciones originales », 1714.

278 Ibid.

279 AGP, Personal, C 547/29.

280 AGP, Personal, C 547/29.

281 AGP, Fel. V, 290 (4), « Relacion alphabetica de los criados... », 1714.

282 AGP, Personal, C 148/4, « Memoria de lo que perdio en Alguayre de la ropa de Dn Claudio Burlet, primer médico de SM y presidente de su real Protomedicato », Madrid, 16 décembre 1716. Burlet ne sera pas remboursé.

283 AECP, Esp., 93, fol. 244, 20 octobre 1701, permission à Madame Legendre de rejoindre son mari. Elle passe avec sa fille, le frère du dit Legendre, une fille à son service et la nièce de Pierre Ducharme.

284 AGP, Fel. V, 290 (4), « Relacion alphabetica de los criados », 1714.

285 Iborra, p. 240 ; AGP, Personal, C 16586/12.

286 AN, B7 34, fol. 116.

287 AGP, Fel. V, 290 (4), « Relacion alphabetica de los criados », 1714.

288 A. Fernandez Morejon, Historia bibliografica de la medicina española..., VI (1850), p. 271.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search