Version classiqueVersion mobile

Les Français de Philippe V

 | 
Catherine Désos

Chapitre 3. L’ingérence progressive des Français dans les affaires du roi d’Espagne (1701-1702)

Texte intégral

1Les Instructions du roi de France avaient largement insisté sur le caractère éphémère que devait revêtir la présence française auprès de son petit-fils. Les Français qui devaient s’y maintenir, d’extraction modeste, ne pouvaient porter ombrage aux courtisans espagnols. Comment pouvait-on s’imaginer que de telles résolutions allaient perdurer ? Concrètement, il n’était pas possible que le jeune roi se prive de membres de son entourage issus de sa nation d’origine. La langue, la culture, l’histoire, tout l’attache à ses domestiques français. Mais, ce qui aurait pu n’être qu’une innovation culturelle à la cour d’Espagne, allait rapidement se doubler d’une influence bien plus politisée.

2Le pas décisif est franchi grâce à la présence à Madrid de personnalités françaises très fortes. À circonstances exceptionnelles, caractères exceptionnels. Au duc d’Harcourt, ambassadeur de France à Madrid, revient la décision capitale de faire entrer le représentant du roi de France au despacho. Innovation sans précédent. Au marquis de Louville appartient la responsabilité pleine et entière de l’arrivée massive de conseillers français dans des domaines fondamentaux que sont l’administration des finances, le commandement de la marine ou l’inspection des fortifications. À cela s’ajoute enfin le choix de la Princesse des Ursins comme camarera mayor de la jeune épouse du roi à la fin de l’année 1701.

  • 1 AE, Acq. Ext., 2, fol. 296, Torcy à Louville, 24 mai 1701.

3Cette évolution suppose donc un revirement total de la pensée de Louis XIV. Comment l’expliquer ? Les causes en sont simples. La guerre européenne qui se prépare durant l’année 1701 révèle subitement aux yeux des Français les faiblesses de la couronne d’Espagne. Difficultés financières, absence d’un pouvoir monarchique fort et surtout impréparation des élites espagnoles. L’Espagne s’est-elle attachée à la France, ainsi que se le demande avec inquiétude le marquis de Torcy, « comme une vieille maison abandonnée tombant en ruine à une bonne ? »1 La tentation est forte à Versailles de laisser prendre à l’entourage français de Philippe V une influence plus importante et active au sein du gouvernement espagnol. Certains Espagnols mêmes le demandent ! Et le roi de s’appuyer sur cette minorité francophile, qui cependant n’est pas toujours guidée par des sentiments désintéressés, et n’est évidemment pas représentative de la nation entière.

1. L’entrée de l’ambassadeur de France au despacho

4L’ambassadeur de France allait jouer le rôle d’un mentor officieux auprès du jeune roi. Mais, ce qui, dans les commencements du règne, devait se faire en toute discrétion, allait bientôt s’inscrire aux yeux du public par l’entrée remarquée du duc dans le Conseil privé du monarque : le despacho. De plus, ce qui n’était qu’une exception limitée à Harcourt, eu égard à sa personnalité d’une part, et à l’inexpérience politique de Philippe V d’autre part, se transforme en un privilège donné de droit à tous les ambassadeurs successifs. Jamais, l’ambassadeur de l’Empereur, du temps de la dynastie des Habsbourg, n’eut une telle prérogative, malgré les nombreux essais tentés en ce sens pendant plus de vingt années. Cette innovation donna un élan déterminant à l’ingérence progressive des Français dans les affaires intérieures de la monarchie catholique. Elle est en contradiction apparente avec les instructions du roi de France qui, au moment de l’acceptation du testament, assurait vouloir laisser les Espagnols se gouverner eux-mêmes. Quelles puissantes raisons ont pu causer ce spectaculaire revirement ? Quelle est l’importance de cette innovation ? Quelles en sont les limites ? Cette entrée au despacho rendit-elle réellement l’ambassadeur de France aussi omnipotent à la cour d’Espagne qu’on le laisse souvent entendre ?

Qu’est-ce que le despacho ? Les enjeux de la question

  • 2 J.A. Escudero López, Los origenes del Consejo de Ministres de España, (1979), p. 25-26 ; du même, L (...)
  • 3 Le duc de Lerme ou le duc d’Uceda sous Philippe III, le comte-duc Olivares ou D. Luis de Haro sous (...)
  • 4 J.A. Escudero-López, LOS secretarios.« Validos y secretarios, » p. 232 et sv.
  • 5 J.A. Escudero-López, « Orígenes de la Administración central borbónica », Actas del I Symposium de (...)

5L’instauration du despacho peut être très précisément datée de 1621 avec la création par Philippe IV d’un poste de secrétaire du despacho universal2. Auparavant Philippe II, comme son père Charles Quint, gouvernait seul, se faisant seulement aider par deux secrétaires d’État chargés, l’un des affaires d’Italie, l’autre des affaires du Nord. Quelques autres secrétaires d’État étaient parfois recrutés. On vit sous Philippe III apparaître le valido3, à qui le souverain déléguait la conduite des affaires. Ce « favori » remplaça, de fait, les secrétaires d’État auprès du roi, sans cependant assurer la partie purement bureaucratique du travail. Sous Philippe IV, ce travail administratif fut confié à ce nouveau collaborateur, le secrétaire du despacho universal4, spécialement créé pour la cause. En général, la personne ainsi choisie était l’un des deux secrétaires d’État en place, qui abandonnait momentanément sa charge, et qu’on appelait, dès lors, secretario en propriedad. Le titulaire de cette charge devint un personnage central de la vie politique espagnole. Selon l’expression de J.-A. Escudero-Lopez, sous le règne du débile Charles II « el secretario de despacho se había convertido en una pieza muy importante juego político y administrativo »5.

  • 6 V. Lopez-Cordon Cortezo, « Instauracion dinástica y reformismo administrativo », Manuscrits, 18 (20 (...)
  • 7 Louv., I, p. 117-118 ; AECP, Esp., 90, fol. 395, Blécourt à Torcy, 27 juin 1701.

6À l’arrivée de Philippe V, le poste est occupé depuis trois ans par Antonio Cristóbal de Ubilla y Medina. Au milieu des querelles et partis divers qui agitaient la Cour à la fin du xviie siècle, le secrétaire incarnait une certaine stabilité. La nouvelle dynastie ne pouvait faire autrement que de le confirmer dans sa charge, dans un premier temps du moins, car lui seul pouvait assurer la continuité des affaires6. Mais Louis XIV avait prévenu Philippe du danger de se remettre entre les mains d’un seul homme. Ubilla posait donc un réel problème à l’entourage français du jeune prince. Louville, comme Blécourt, le trouvaient extrêmement « suspect »7. Mais ni Louis XIV, ni les Français présents à la Cour ne demandèrent son renvoi. On se contentait de le surveiller.

  • 8 Coxe, I, 143.
  • 9 AECP, Esp., 87, fol. 292-293 ; C. Hippeau, II, 450-451, Louis XIV à Harcourt, 27 janvier 1701.

7C’est à l’initiative des Espagnols qui formaient la junte de Régence que l’ambassadeur de France se trouva finalement associé au pouvoir exécutif. Car, si les Français pouvaient craindre un tête-à-tête constant entre Ubilla et Philippe, sans pour autant oser aller ouvertement à l’encontre de cette coutume, il semble bien que le cardinal appréhendait tout autant de voir le secrétaire du despacho « jouissant de tous les avantages attachés à cette place sous un jeune monarque sans expérience, (devenir) le principal ressort du gouvernement8 ». Le 12 janvier 1701, il proposa au duc d’Harcourt d’entrer dans un despacho élargi qui compterait quatre personnes car, outre lui-même, l’ambassadeur et Ubilla, on y trouverait aussi le président du Conseil de Castille, Manuel Arias. Louis XIV opposa un net refus à cette mesure, position qui allait évoluer9.

L’ambassadeur de France au despacho

  • 10 SSBL, VII, p. 289-290.
  • 11 AEMD, Esp., 104, fol. 153, Louville à Torcy, 29 août 1701 et SSBL, IX, p. 349. Jean Basea Manrique (...)
  • 12 Louv., I, p. 162.
  • 13 AECP, Esp., 96, fol. 168 et AE, Acq. Ext., 2, fol. 282, Louville à Torcy, 23 mai 1701.

8Harcourt avait l’étoffe souhaité pour rejoindre le despacho. Doté d’une personnalité prestigieuse, personnellement écouté par Louis XIV, il a aussi la chance de pouvoir compter sur le soutien de Madame de Maintenon, sa protectrice à Versailles10. Il n’était pas dénué d’ambition personnelle, tant en France où il espère longtemps un poste au Conseil d’État, qu’en Espagne, cherchant notamment à établir quelques membres de sa famille dans la Péninsule. Ainsi, il fit obtenir la Toison d’Or à son frère le comte de Cézanne (en mai 1702) ; il projeta aussi de marier sa fille aînée à Castromonte, Grand d’Espagne, ainsi qu’une sœur de sa femme au Prince Pio11. Conscient de son rang, cet ambassadeur sut remplir dignement sa fonction, dans laquelle d’ailleurs il manqua se ruiner. Personne à Madrid ne lui contestait son autorité. Louville lui-même, qui ne l’appréciait pas toujours, notamment lorsqu’il ne soutenait pas comme il aurait dû la maison française12, doit reconnaître, au moment de sa grave maladie, que « les Espagnols se servent de cet interrègne pour empiéter sur le roi tout ce qu’ils peuvent et pour empêcher qu’on ne lui fasse faire tout ce qui pourrait être bon13 ».

  • 14 C. Hippeau, II, p. 374, Harcourt au roi, 15 décembre 1700.
  • 15 BNM, mss 3747, fol. 273 : Recuerdos de los muertos..Pampelune, 1701.

9En vérité, les Espagnols l’accueillirent assez bien au début, se sentant honorés de voir qu’il arrivait à Madrid avec le titre d’ambassadeur extraordinaire14. Un imprimé, édité à Pampelune en 1701 et conservé à la Bibliothèque Nationale de Madrid15, nous donne une idée de la popularité du duc car il y est mis en scène de façon très flatteuse.

  • 16 C. Hippeau, II, p. 378, 381 et 390.
  • 17 C. Hippeau, II, p. 390, 27 décembre 1700.
  • 18 Ainsi, nous apprenons au détour d’une lettre que le duc d’Harcourt est parvenu à faire surseoir au (...)
  • 19 AECP, Esp., 92, fol. 170, Montviel à Torcy, 15 août 1701.
  • 20 C. Hippeau, II, p. 476-477, Harcourt au roi, Atienza, 14 février 1701.

10Harcourt fut omniprésent auprès de Philippe V, et ce, dès son voyage durant lequel les affaires passent entre ses mains ; déjà, la junte lui envoie paquets, lettres et autres papiers pour le tenir au courant de ses démarches16. On sent cependant que l’ambassadeur verrait bien son rôle prendre officiellement plus d’importance17. Harcourt est toujours aux côtés du roi. Ainsi, lors de la présentation des Grands à Philippe V, l’ambassadeur se tient auprès de lui et lui glisse des remarques sur les uns et les autres, à mesure qu’ils s’avancent. Il se rend compte, par ailleurs, que le cardinal Portocarrero n’est pas toujours à la hauteur de sa tâche, se laisse souvent aveugler par des querelles personnelles18 et agit bien trop vite, au risque de compromettre l’autorité royale. Le marquis de Montviel souligne alors « la nécessité qu’il y ait toujours quelqu’un dans le despacho pour retenir la violence de ceux qui y entrent19 ». De plus, le conflit européen apparaît imminent. Dans une longue lettre du 14 février 1701, Harcourt sait plaider efficacement auprès du roi de France tout l’intérêt pour lui d’avoir son ambassadeur au despacho20.

  • 21 C. Hippeau, II, p. 504 et AECP, Esp., 87, fol. 476, 23 février 1701.
  • 22 San Felipe, Comentarios, p. 21.

11L’ambassadeur a désormais adopté une attitude de net engagement dans les affaires d’Espagne. Son avis est pragmatique : tout d’abord, la guerre étant quasiment déclarée, il n’y a plus à ménager les Européens. Il faut s’attendre ensuite à ce que les Espagnols, passés les premiers temps de joie à l’arrivée d’un nouveau roi, ne soient plus aussi pressés de voir l’intervention française dans leurs affaires. Harcourt souligne même un possible revirement de la part du propre petit-fils du roi, faisant ainsi preuve d’une grande clairvoyance politique. Par contre, il force un peu les choses, quand il donne l’assurance que la nation ne sera point jalouse de l’importance donnée à l’ambassadeur et même la demande. S’il est vrai qu’au cours du mois de février, la junte insiste à plusieurs reprises pour que l’ambassadeur entre au despacho21, le marquis de San Felipe souligne dans ses Mémoires que la volonté seule de Portocarrero est en cause, lui qui préférait conserver son autorité personnelle et partager son influence avec des Français plutôt qu’avec ses concitoyens22.

  • 23 Ria, Esp., II, p. 21.
  • 24 Louis XIV à Philippe V, Versailles, 21 août 1701 dans Louv., I, p. 193. AECP, Esp., 93, fol. 101, 3 (...)
  • 25 Belando, I, p. 42.

12En réponse, le 7 mars, c’est-à-dire moins de deux mois après son refus, Louis XIV autorisa l’entrée d’Harcourt. Le roi de France franchit si bien le pas, qu’il entendait désormais, ainsi qu’il le précise au comte de Marcin dans les Instructions de celui-ci en date du 7 juillet 1701, que son ambassadeur soit aussi ministre du Roi Catholique et que « sans en avoir le titre, il en exerce les fonctions23 », s’inquiétant de tout retard d’entrée de son ambassadeur dans le conseil royal24. Le cardinal d’Estrées y entre d’office en 1703. Pour les contemporains, il est clair que « el dictamen (del embajador) prevalecia en todo25 ».

  • 26 AECP, Esp., 88, fol. 50, Harcourt au roi, 10 mars 1701 : le duc d’Harcourt assurait déjà s’occuper (...)
  • 27 SSBL, VIII, p. 155, n. 3 ; SHD, A1 1600, no 105.

13Sous la pression française, le despacho se transforme. Véritable « Conseil d’En haut » du souverain, il centralise toutes les affaires de l’État, supplantant ainsi le traditionnel Conseil d’État dont le rôle est sans cesse amoindri26. Le problème provoqué par la présence d’Ubilla auprès du roi, se trouva du même coup résolu, le personnage se trouvant relégué à un rôle de greffier. En outre, le bolsillo qu’il gérait jusqu’ici fut confié au Premier valet de Chambre du roi, revêtu dans le même temps du titre de secrétaire de l’Estampille, le Français Claude de la Roche. Philippe V compensa l’amoindrissement de la charge d’Ubilla en lui octroyant le titre de marquis de Rivas, une commanderie et une place de gentilhomme de la chambre avec les entrées ; de même, il lui permit en Italie, de s’asseoir aux réunions du despacho, contrairement à la coutume qui voulait que le secrétaire se tienne à genoux, au bout de la table, aussi longtemps que durait la séance27.

L’ambassadeur de France, ministre de Philippe V ?

14Harcourt avait prévu un modus vivendi pour sa présence au despacho afin d’atténuer l’aigreur que pouvaient ressentir les Grands de la cour :

  • 28 AECP, Esp., 88, fol. 122, Harcourt au roi, 22 mars 1701

J’y assiste rarement et avec toute la réserve que je dois ; et j’ai jugé que Votre Majesté me ferait l’honneur de vouloir bien se rapporter à moi sur ce que j’avais à faire en cette occasion, qui n’ai aucune ambition personnelle, rapportant toutes mes actions à ses intérêts et non à la vanité28.

  • 29 AECP, Esp., 98, Marcin au roi, Torrija, 7 septembre 1701.
  • 30 RIA, Esp., II, p. 25.
  • 31 SSBL, IX, p. 29, n. 6.
  • 32 AEMD, Esp., 105, Marcin au roi, Barcelone, 1er octobre 1701.

15En réalité, il se faisait apporter certaines affaires chez lui. Suite à une maladie invalidante qui le frappa au mois d’avril, il fut remplacé par le comte Ferdinand de Marcin, maréchal de camp. Celui-ci arriva auprès du roi d’Espagne, dans son domaine de la Zarzuela, le 15 août 1701 et entra au despacho le 6 septembre29. Il ne prit officiellement le titre d’ambassadeur que le 8 avril 1702, au moment où il s’embarquait avec Philippe à Barcelone pour gagner Naples. En la personne de cet ambassadeur, Louis XIV entendait donner à son petit-fils un conseiller militaire et ses qualités en ce domaine constituaient « une des raisons principales qui ont déterminé le roi à le choisir pour l’envoyer à Madrid30 ». Son atout supplémentaire était d’avoir sa famille liée à l’Espagne. Son père, Jean-Gaspard-Ferdinand de Marcin31 avait en effet réalisé une partie de sa carrière au service des Habsbourg. Outre sa valeur militaire, qui ne pouvait que plaire à Philippe V, lui-même étant particulièrement à l’aise sur les champs de bataille, le comte était d’un naturel extrêmement pieux, autre point commun avec le jeune roi. Mais toutes ces qualités n’étaient cependant pas les plus nécessaires dans la situation politique de l’époque. En effet, les rapports délicats à entretenir avec les Espagnols de la cour et les différents Conseils de la Monarchie, ainsi que la mise en place de diverses réformes intérieures, étaient autant de « combats » qu’il fallait mener avec doigté et persévérance. Il manquait à Marcin l’expérience et l’habileté d’Harcourt dans les négociations. Il était, de plus, handicapé par le fait que, selon sa propre expression, il ne possédait « qu’une maigre teinture en espagnol32 ».

  • 33 RIA, Esp., II, p. 5.

16La personnalité trop peu entreprenante du comte n’était donc pas à la hauteur de ses Instructions d’une très grande ampleur. Celles-ci embrassent des sujets extrêmement divers et ne tendent cependant que vers un seul but : doter le roi d’Espagne d’une autorité nouvelle, affermir son pouvoir monarchique et rétablir l’ordre « tel qu’on le voit observé en France sous le gouvernement de Sa Majesté33 ». Le roi de France commence par dresser un tableau de l’Espagne en insistant sur « la confusion introduite sous les précédents règnes dans toutes les affaires », sur l’absence de gouvernement « pendant les dernières années de la vie du feu roi », sur l’autorité royale affaiblie « à proportion que les moyens ont manqué pour la faire respecter », sur l’impunité totale qui règne en matière de justice, sur le peu de revenu du roi, sur le commerce passé aux mains des puissances étrangères, anglaises et hollandaises. Si le roi de France reconnaît qu’un changement général dans tous les différents États de la monarchie serait souhaitable, à l’impossible nul n’est tenu ! Louis XIV ne peut charger les épaules de son ambassadeur d’une tâche irréalisable. Aussi se contente-t-il de lui conseiller de « remédier aux maux les plus pressants ».

  • 34 RIA, Esp., II, p. 10-11 ; il y incitait déjà Harcourt, AECP, Esp., 87, fol. 451.
  • 35 AECP, Esp., 96, fol. 196, Montviel àTorcy, 2 juin 1701.
  • 36 Selon le mot employé par le marquis de Montviel, AECP, Esp., 97, fol. 231, Barcelone, 25 octobre 17 (...)

17Parmi ces maux, figurent en bonne place le poids de l’étiquette et l’absence d’une garde royale capable d’assurer la protection du souverain. Il apparaît vite que la tâche principale de l’ambassadeur est de lutter sur ces deux fronts. L’étiquette extrêmement lourde a contribué à enfermer le souverain en son Palais, le livrant en quelque sorte aux mains de ses principaux domestiques et de quelques Grands qui avaient le privilège des entrées. Louis XIV vise carrément à la supprimer34. Harcourt avait déjà travaillé à cette réforme. Cependant, pendant sa maladie, le jeune roi eut plus de mal à persévérer dans cette façon de faire35, son mayordomo mayor, le marquis de Villafranca, étant quant à lui un disciple de l’étiquette qui s’appliquait à cette occasion à reconquérir le terrain perdu. Aussi, le comte de Marcin fut-il un des plus ardents partisans du séjour en Italie de Philippe V, sachant que le moindre voyage est « mortel » pour l’étiquette36.

  • 37 M.D. Ramos Medina, « Los Archeros de la Guardia de corps de Su Magestad católica », P. F. Albaladej (...)
  • 38 RIA, Esp., II, p. 13.
  • 39 Ibid., p. 14.
  • 40 Ibid., p. 15.
  • 41 Ibid., p. 65.

18Il en est de même pour la question de la garde. Le roi d’Espagne n’avait alors à ses côtés que les résidus des gardes créées au temps de Charles Quint au nombre de trois compagnies de nationalités allemande, bourguignonne et espagnole37. L’ensemble comptait environ trois cents hommes mais leur recrutement se faisait dans les couches sociales les plus basses de la société. On y recevait des « cabaretiers et les plus vils artisans de Madrid38 ». Philippe n’avait en réalité aucune garde personnelle. On disait à cette époque que le roi d’Espagne était le seul à ne point être armé dans sa capitale39. Face à cette carence, préoccupé pour la sécurité de son petit-fils, le roi de France développait de grands projets pour créer une garde qui deviendrait une élite et comme une école « où les jeunes gens recevront les premières leçons du métier de la guerre avant que d’aller servir ailleurs40 ». Le problème était que les Espagnols faisaient obstruction car ils y voyaient « un déshonneur fait à la fidélité de la nation espagnole41 ».

  • 42 AECP, Esp., 104, fol. 93, Marcin au roi, Naples, 7 mai 1702.
  • 43 SHD, A1 1600, no 127, Marcin à Chamillart, 18 juillet 1702. François de Gaetano y Aragon, fils du d (...)
  • 44 AE, Acq. Ext., 3, fol. 148, avis de Louville ; AECP, Esp., 101, fol. 371, avis de Marcin.
  • 45 Ursel, Conrad-Albert Schetz (comte d’). Gentilhomme de la Chambre et maître de camp général depuis (...)
  • 46 AECP, Esp., 91, fol. 100 et AEMD, Esp., 107, fol. 11.
  • 47 AECP, Esp., 91, fol. 105 v°-106 (juillet 1701). Y. Bottineau, L'art de Cour dans l’Espagne de Phili (...)
  • 48 AECP, Esp., 101, fol. 239, 14 septembre 1702, Louis XIV à Marcin.

19En mai 1702, Marcin créa à Naples une garde italienne42 (dont le colonel était Francesco Gaetano43) mais, formé à la va-vite, ce régiment ne valait pas grand chose44 et fut abandonné à Milan en novembre 1702. Il y eut aussi une initiative personnelle du comte d’Ursel45 qui proposa de monter à ses frais une compagnie de cent mousquetaires flamands « sur le pied que sont celles qui sont en France46 ». Philippe V approuva cette idée ainsi qu’un « projet pour une compagnie de gardes à cheval à l’instar des gardes du corps du roi (de France) »47. En septembre 1702, Louis XIV doit cependant constater que, mise à part cette compagnie, aucune garde n’est réellement constituée48 ; le 4 octobre, il souligne l’opposition latente des Espagnols à ces projets et les graves conséquences qui en découlent pour le recrutement militaire en général :

  • 49 AECP, Esp., 101, fol. 273, 4 octobre 1702, Louis XIV à Marcin.

La crainte que les Espagnols ont de voir des troupes à la disposition du roi leur maître est si grande que présentement même ils apportent toutes sortes de difficultés à la levée de celles qui sont absolument nécessaires pour la défense d’Espagne et il semble qu’ils craignent moins les entreprises des Anglais que l’établissement d’un corps de troupes réglées pour la défense du royaume49.

  • 50 SSBL, X, p. 176-177 et SHD, A1 1598, no 108, Chamillart à Marcin, 14 mars 1702.
  • 51 AE, Acq. Ext., 3, fol. 108, Torcy à Louville, Marly, 27 mai 1702.
  • 52 SSBL, X, p. 177, n. 9.

20Aussi Louis XIV envoya-t-il six officiers pour veiller à la sûreté de son petit-fils, tous « gens de valeur, de conduite et de probité et d’une fidélité éprouvée50 ». Il s’agissait de Dezeddes, colonel réformé des dragons, de des Ons, lieutenant-colonel de dragons ; du sieur des Essarts, colonel réformé ; de Montchamp, capitaine de grenadiers et de deux lieutenants-colonels de cavalerie, le chevalier Paul et Lützebourg51. Certains d’entre eux resteront au service de Philippe, ainsi Dezeddes, qui deviendra instructeur du futur régiment des gardes à cheval levé en Flandres en 1703. En outre, quand Philippe V désigna ses aides de camp, il réserva cinq places à ses amis français : Louville, Montviel, Valouse, Caylus et Elbeuf52.

  • 53 Louville à Beauvilliers, Naples, 31 mai 1702, AE, Acq. Ext., 3, fol. 130.
  • 54 AECP, Esp., 113, fol. 18, juillet 1701 ; AE, Acq. Ext., 3, fol. 266, 10 septembre 1702.

21À la fin de l’année 1702, malgré l’énorme gain d’influence que représente l’entrée de l’ambassadeur dans le despacho, son ascendant reste limité. C’est la personnalité de l’ambassadeur qui est en cause. Marcin manquait d’expérience et faisait preuve d’une attitude légère et imprévisible qui consternait Louville. « Plus je vais en avant et moins je le trouve propre au métier qu’il fait53 », écrit-il. En juillet 1702, le marquis constatait que Marcin n’agissait plus sur rien et essayait bassement de reconquérir la faveur des Grands d’Espagne54.

  • 55 AECP, Esp., 91, fol. 291, Blécourt à Torcy, Madrid, 9 juillet 1701.
  • 56 AECP, Esp., 93, fol. 231, Harcourt à Torcy, la Zarzuela, 26 septembre 1701.

22De leur côté, les Espagnols faisaient barrage aux réformes entreprises par l’ambassadeur en usant d’une force d’inertie difficile à surmonter. L’ambassadeur s’appuyait beaucoup sur le cardinal Portocarrero qui était en quelque sorte son paravent55. Ainsi, Harcourt constatait cyniquement qu’il fallait le conserver coûte que coûte malgré son « défaut de lumières » car « il est toujours bon d’exposer au peuple un fantôme pour lequel il a du respect56 ». Cependant, à cette époque, ce même cardinal était en butte aux autres Grands qui l’accusaient d’aspirer au pouvoir. Philippe est par ailleurs déçu de l’opposition latente de ses sujets :

  • 57 AECP, Esp., 104, fol. 193, Philippe V à Louis XIV, Naples, 18 mai 1702.

Je crois être obligé de vous dire, écrit-il à son grand-père, que je m’aperçois de plus en plus du peu de zèle que les Espagnols ont pour mon service dans les petites choses comme dans les grandes et qu’ils s’opposent à tout ce que je désire57.

23Il se confie toujours davantage à l’ambassadeur, mentor et pédagogue. L’ingérence progressive des Français dans les rouages de la monarchie administrative est en marche. L’entrée de l’ambassadeur du roi de France au despacho est acquise et n’attend qu’un homme d’envergure qui saura la remplir. D’autres Français agissent auprès de l’ambassadeur ; l’un d’entre eux, le marquis de Louville, tint durant les deux premières années du règne de Philippe V un rôle primordial et très actif. Ce fut lui, sans aucun doute, le véritable promoteur d’une présence française accrue à Madrid. Il peut même être considéré, durant la maladie du duc d’Harcourt et la faible ambassade du comte de Marcin, comme un véritable ambassadeur, sans le titre.

2. Le Rôle du marquis de Louville auprès de Philippe V

  • 58 SSBL, XI, p. 240.
  • 59 Millot, II, p. 26.

24Charles Auguste d’Allonville, marquis de Louville, est un homme peu commun qui a marqué durablement les rapports franco-espagnols du début du xviiie siècle. C’était, à maints égards, une personnalité extrêmement brillante, mais dont le caractère, souvent violent et emporté, lui aliénait beaucoup de monde. Pour le duc de Saint-Simon, il fut le « modérateur du roi [...] le seul confident de son cœur et le distributeur de ses grâces58 ». Mais l’abbé Millot le jugeait sévèrement : « Son imagination trop vive égara quelquefois son jugement ; on le verra même suivre la passion plutôt que la vérité59 ».

  • 60 A. Baudrillart, Philippe V et la Cour de France..., I, p. 131-132 ; F. Bluche, Louis XIV, p. 776 ; (...)
  • 61 À son époque, Antonio de Ubilla dans son ouvrage : Succession del rey D. Phelipe V..., 1704, ne l’é (...)

25Dans l'historiographie contemporaine, Louville a bien souvent souffert. Pour Alfred Baudrillart, c’était un être plein « d’intempérance et d’emportements [...] un esprit chagrin et violent, toujours irrité » ; François Bluche le décrit « mi-Mentor, miespion » auprès du Roi d’Espagne ; Jean-François Labourdette le juge « ambitieux » et « dominateur » ; Jean-Paul Le Flem signale néanmoins qu’il était avant tout « un important second rôle60 ». Ce caractère reste, en définitive, relativement méconnu61. Pourtant, jamais Français présent à Madrid (mis à part l’ambassadeur de France) n’a laissé une correspondance d’une telle importance en un laps de temps si court, étant donné que son séjour à la cour d’Espagne ne dura pas trois années entières.

  • 62 La maigre consolation du chercheur réside dans le fait que les destinataires de Louville s’en plaig (...)

26Sa pensée sur les rapports qui doivent unir les deux nations de part et d’autre des Pyrénées se trouve abondamment développée dans ses écrits. Ses Mémoires sont une première étape, essentielle pour l’appréhender, mais ils ne sont, en définitive, qu’une compilation effectuée par un de ses descendants, le marquis Scipion du Roure, en 1818. Depuis 1990, les Archives Etrangères du Quai d’Orsay, possèdent les quatre volumes originaux de la correspondance du marquis relative à l’Espagne. Ces originaux se trouvaient auparavant au château de Louville et furent exploités, mais partiellement, par le susmentionné du Roure, mais aussi par des historiens tels que A. Baudrillart, A. de Boislisle ou G. Lizerand. Outre ces lettres, d’autres originaux sont conservés dans certains volumes de la série « Correspondance politique » du quai d’Orsay, ainsi que de nombreuses copies, dans la série « Mémoires et Documents ». Ces copies se révèlent d’une grande utilité pour l’historien car l’écriture originale du marquis est souvent hâtive et peu lisible62.

27Louville possède une plume très vive et souvent mordante ; il nous a laissé des tableaux extrêmement vivants de l’entourage royal et de la cour d’Espagne. Mais, au-delà de l’œuvre descriptive, en suivant pas à pas sa correspondance, nous comprenons mieux de quelle manière il a influencé l’état d’esprit des Français présents autour du jeune monarque espagnol et comment, un des premiers, il s’est véritablement fait le défenseur d’une présence française accrue au sein des affaires espagnoles, position qui a fortement impressionné les esprits versaillais avec lesquels il était en étroite relation. Le marquis représente, dans ces premières années, un parti que l’on pourrait qualifier d’« interventionniste », face à d’autres conseillers français qui préconisaient au contraire un engagement moins massif en Espagne.

Le favori du roi d’Espagne

  • 63 AEMD, Esp., 101, fol. 197, Louville à Torcy, Madrid, 19 février 1701.
  • 64 AGP, Fel. V, 209-2, Planta de los oficiales franceses que tenian sus alojamientos asi en palacio co (...)

28Pour les observateurs présents à la cour d’Espagne, le marquis de Louville était l’intime ami, le confident et donc, le favori du jeune Philippe V auprès duquel il avait un accès très libre, autorisé par les liens familiers qui les unissaient. Au Buen Retira, il résida dans le Palais63 auprès du roi, avec La Roche, Hersan et Michelet, partageant la même galerie avec le marquis de Montviel, tandis que les autres Français, venus en même temps que lui, devaient se loger en ville. Lorsque le roi s’installe au Palais Royal de Madrid, à partir du 18 février 1701, Louville y bénéficie d’un appartement, qu’il perd au début de l’année 1703, premier signe de disgrâce64.

  • 65 Le duc de Beauvilliers l’en prévenait, 15 mars 1701, G. Llzerand, op. cit., p. 456.
  • 66 AEMD, Esp., 101, fol. 197, Louville à Torcy, Madrid, 19 février 1701.
  • 67 Il semble que Louville touchait 50 pistoles par an (soit selon le change de 1701, environ 700 lt) a (...)
  • 68 En tant que chef de la maison française, le marquis de Louville dépendait du chef de la maison espa (...)

29Louville possédait un caractère rude, plus militaire que courtisan, qui le faisait parler, certes toujours sincèrement, mais parfois un peu trop « âprement » au goût du roi65. Cependant, il était gai et enjoué et savait animer Philippe lorsque celui-ci aurait préféré s’isoler. On comptait sur lui en France pour aider Philippe V à s’accoutumer à sa nouvelle cour, mais aussi pour entamer quelques réformes importantes en son sein. Louville, lui-même, résume ainsi sa mission : trouver un juste milieu entre « la cohue de France et la solitude d’Espagne66 ». Son statut était celui de gentilhomme pensionné67. Il fut aussi nommé chef de la maison française, le 17 septembre 1701, avec une autorité accrue sur le service de la Bouche, pour veiller à la préparation des aliments et prévenir toute tentative d’empoisonnement68. En cette même période, il obtint la clef d’or qui permet d’avoir les libres entrées dans les appartements royaux, don qui entérina une situation de fait.

  • 69 Louv., I, p. 47-48 ; SSBL, VIII, p. 62-64.
  • 70 Louv., I, p. 171 ; AECP, Esp., 104, fol. 103 v° ; 112, fol. 183 ; AE, Acq. Ext., 2, fol. 255 ; 3, f (...)
  • 71 Louv., I, p. 135. Martin de Guzman Enriquez Niño y Moxica, marquis de Montealegre et de Quintana, g (...)

30Louville n’admet guère que sa position de favori soit concurrencée. Il ne l’avoue jamais expressément dans sa correspondance, mais des traits virulents sont lancés contre les personnes trop entreprenantes à son goût auprès du roi, ainsi contre le jeune comte d’Ayen qu’il soupçonnait de convoiter la Toison d’Or69. Aussi fut-il soulagé lorsque ce dernier quitta Madrid en avril 1701. De même, les « assiduités » du médecin, Michelet, finirent par lui déplaire et il lui fit adresser un rappel à l’ordre de France sans avoir l’air d’en être à l’origine70. Enfin, il n’a pas de mots assez durs pour fustiger l’amitié que le roi conçut pour le marquis de Quintana, parlant à ce sujet de « niaiseries qui font mal au cœur71 ». Le caractère entier et volontiers dominateur de Louville s’accommodait mal de la promiscuité régnant à la cour.

  • 72 AEMD, Esp., 101, fol. 197, Louville àTorcy, 19 février 1701.
  • 73 Le sumiller, le comte-duc de Benavente, le mayordomo mayor, le marquis de Villafranca et le Grand E (...)
  • 74 SSBL, VIII, p. 217.

31Durant les premières semaines de son séjour, Louville tenta réellement de faire preuve d’empathie envers les Espagnols qu’il fréquentait. Il avoue à Torcy : « Je tremblais parmi tous ces sages tant je me trouvais fou auprès d’eux et indigne d’une si bonne compagnie72 ». On le consultait assez volontiers et il « agissait de concert avec Harcourt, Portocarrero, Ubilla, Arias et les trois charges73 (tout en ménageant) les autres seigneurs, dont il eut bientôt une cour74 ».

  • 75 AE, Acq. Ext., 2, fol. 283 et Louv., I, p. 116.

32À force de fréquenter les Grands d’Espagne, Louville commençait à les connaître avec précision et son discours évoluait en conséquence. Si certains lui semblent fidèles, et ont su gagner son amitié, il en accuse d’autres d’être « incapables de se donner aucun mouvement pour servir le roi ». Parmi ceux-ci, il a une certaine tendance à voir des traîtres, parfois avec justesse. Ainsi, il ne se trompait pas dans ses jugements sur l’Almirante de Castille, qui devait trahir Philippe V en 1702, sur le marquis de Leganés resté pro-autrichien et emprisonné en 1705, ou sur le duc de Medinaceli, disgracié en 1710. Il souligne aussi que « mille factions différentes les divisent, » ajoutant : « ils se haïssent tous jusqu’à la mort75 ». De plus, chacun assure vouloir une réforme de l’État, mais aucun ne veut céder ses avantages particuliers.

  • 76 La division de l’aristocratie espagnole s’est accentuée tout au long du xviie siècle. On distinguai (...)
  • 77 « Savez-vous aussi bien que moi, de Versailles, comme les choses se passent ici ? », écrivait-il à (...)

33Dès les mois de mars-avril 1701, ses observations le conduisent à s’interroger sur le rôle réel qu’il est bon de conserver aux Grands d’Espagne au sein du gouvernement et sur leur éventuel remplacement soit par des hidalgos ou caballeros76, de noblesse moins brillante mais plus fidèle, soit même, ainsi qu’il le développe de plus en plus dans ses lettres, par des techniciens français. Son ton savait être convaincant et surtout, il avait l’avantage d’être sur les lieux, ce qui donnait à ses avis une grande autorité77. De plus, pour diffuser ses différentes idées novatrices, il bénéficiait d’un véritable réseau sur lequel s’appuyer.

Le réseau « politique » de Louville

34Au début de son séjour, le marquis de Louville est soutenu par la bienveillance de Louis XIV, qui l’a choisi personnellement. Cela impressionne particulièrement les Espagnols pour qui, en ces débuts du nouveau règne, tout ce qui leur est donné par la main du roi de France est revêtu d’une valeur quasi-sacrée. De plus, son rythme d’écriture avec Versailles est énorme et, extérieurement, il a l’activité d’un véritable ministre. Cette faveur, il la conserve assez longtemps puisque, après un court voyage en France, de novembre 1701 à février 1702, Louis XIV le recommande encore chaudement à Philippe V.

  • 78 Beauvilliers à Torcy, Bayonne, 16 janvier 1701, G. Lizerand, op. cit., p. 441.

35Le duc et la duchesse de Beauvilliers sont de fidèles partisans du marquis ce qui contribua au prestige de Louville en France comme en Espagne où le duc était réputé pour sa rigueur morale et sa piété. On a souvent pensé que Louville avait acquis Beauvilliers à ses idées « interventionnistes ». Mais dans quelle mesure, n’était-ce pas l’inverse ? On note ainsi que le duc, résidant encore à Bayonne, à la mi-janvier 1701, écrivait à Torcy : « Il serait dangereux par trop craindre la jalousie naturelle aux Espagnols, de leur refuser les secours qu’ils croient leur être nécessaires et sans lesquels ils sentent bien qu’il leur manquerait ce qui peut contribuer le plus au rétablissement de leur affaire78 ». Or, tout le discours de Louville ne sera qu’un long développement de cette logique.

  • 79 Torcy (Jean-Baptiste Colbert, marquis de) (1665-1746), neveu de Jean-Baptiste Colbert. En 1689, il (...)
  • 80 Torcy à Louville, 3 juin 1701, Louv., I, p. 167.
  • 81 AE, Acq. Ext., 2, fol. 296, Torcy à Louville, 24 mai 1701 ; G. Lizerand, op. cit., p. 465.
  • 82 AE, Acq. Ext., 3, fol. 26, Torcy à Louville, Versailles, 23 mars 1702 ; Acq. Ext., 3, fol. 35, Torc (...)

36Enfin, depuis le 29 janvier 1701, Louville correspondait très régulièrement avec le marquis de Torcy, secrétaire d’État aux affaires étrangères79. Le ministre le soutint longtemps au Conseil du Roi. Louville était une pièce majeure pour son propre travail car, comme il s’en plaignait souvent, le duc d’Harcourt dans cette ambassade, ne l’honorait plus de sa confiance80. Torcy informe Louville que ses lettres sont lues au roi et à Madame de Maintenon et que lui-même s’inspire largement de ce qu’il lui écrit81. Quelle responsabilité ! Ils font du marquis un véritable concurrent de l’ambassadeur en titre. Il l’incite toujours davantage à plus d’indépendance et le conforte aussi dans l’idée d’un soutien sans faille : « Reconnaissons Monsieur [...] le poids de vos avis. Il est vrai qu’il n’y a plus personne ici pour les contester82 ».

  • 83 SSBL, VIII, p. 233.
  • 84 AE, Acq. Ext., 2, fol. 194, 310, 351 et 363 et Acq. Ext., 3, fol. 449.
  • 85 Barbezieux (Louis le Tellier, marquis de) (1668-1701). Ministre de la guerre depuis 1691 ; Pontchar (...)
  • 86 Pontchartrain à Louville, 30 mars 1702, AE, Acq. Ext., 3, fol. 25.
  • 87 Chamillart Michel (1651-1721). Poussé par le crédit de Madame de Maintenon, il fut élevé à la direc (...)
  • 88 AE, Acq. Ext., 2, fol. 242, Louville à Beauvilliers, avril 1701 ; Louv. I, p. 235, madame de Beauvi (...)
  • 89 Cézanne Louis-François d’Harcourt, (comte de) (1677-1714).

37Dans un milieu de courtisans où tout se sait très vite, la faveur de Louville ne passe pas inaperçue. Saint-Simon parle même de son « règne » à Madrid83. La duchesse de Beauvilliers s’en sert pour trouver un bon parti en Espagne pour sa belle-sœur ; Torcy en profite pour se faire envoyer quelques belles tapisseries84. D’autres ministres aussi se font connaître de lui. Ainsi Barbezieux et Pontchartrain85 souhaitaient avoir une correspondance avec lui, ce que le marquis éludera. Pontchartrain lui recommande ses parents et amis86. Chamillart87, de son côté, lui demande de soutenir son frère et son gendre, le marquis de la Feuillade. Or, cela s’avère assez rapidement une tâche ingrate car, lorsque tel personnage se trouve lésé, il devient un ennemi potentiel et médisant. Louville soupçonne fort le duc de Noailles de le desservir suite à de mauvais rapports que son fils, le comte d’Ayen aurait faits sur lui. De même, comme le lui écrit la duchesse de Beauvilliers à propos d’une affaire ratée, les langues vont bon train à Versailles, chacun disant : « Comment pourrait-il être innocent de cette faute, lorsqu’il n’est étranger à rien de ce qui se fait à la Cour d’Espagne88 ? » C’est particulièrement flagrant lorsque le duc d’Harcourt estime que Louville est cause de ce que son frère, le comte de Cézanne89, a des difficultés à obtenir la Toison d’Or.

  • 90 Harcourt à Louis XIV, 27 décembre 1700, C. Hippeau, II, p. 399. Blécourt insiste aussi dans ce sens (...)

38Lorsque Harcourt tomba malade à Madrid, recevant l’extrême-onction, le 1er mai 1701, il demanda au roi de France un homme sage « auquel le roi son petit-fils soit accoutumé, pour ne pas le quitter d’un pas, afin que nous soyons assurés qu’on ne lui inspire rien de mauvais »90. C’est tout naturellement que la charge des affaires retomba sur le seul Louville.

  • 91 Son frère est Eugène d’Allonville, dit le chevalier de Louville qui se distinguera après 1715 par s (...)

39La position de Louville est donc réellement très influente à Madrid, grâce au soutien personnel de Philippe V et à ses différents appuis en France. Malgré tout, le marquis nous apparaît quelque peu isolé au milieu des autres Français de l’entourage du roi d’Espagne. Il exerce une autorité assez rigoureuse sur les serviteurs français présents, tentant de contrer leur familiarité excessive envers le roi ; d’ailleurs ceux-ci, plus d’une fois, se plaignent de lui à Versailles. Néanmoins, ses rapports sont bons avec La Roche, ainsi qu’avec Hersan. De même, il peut compter sur l’amitié du père confesseur, le R. P. Guillaume Daubenton ; le marquis de Montviel apparaît comme son alter ego fidèle. Il s’est aussi adjoint les services de son frère, le chevalier de Louville, nommé brigadier des armées de Philippe V, et d’un de ses parents, Moyencourt, capitaine de vaisseau91.

Le chantre de l’accroissement de la présence française

  • 92 AECP, Esp., 88, fol. 7 r°-v°.

40Au moment de son départ pour Madrid, Louville ne devait prendre aucune part active au gouvernement espagnol, se contentant d’un rôle secondaire de conseiller officieux, surtout pour ce qui concernait l’intérieur du Palais, étant entendu que les Espagnols devaient trouver en eux-mêmes les ressources suffisantes pour changer l’état général des choses. Cependant, de simple observateur Louville va se faire très critique puis, franchissant le pas, de jour en jour il échafaude de nouveaux projets de réformes qui ont tous en commun la nécessité d’une présence accrue des Français. Il envoyait des tableaux de la situation de l’Espagne qui effrayaient le marquis de Torcy. La lenteur à mettre en place des réformes mine le bouillant Louville. Il se rend compte que, malgré ses efforts, le poids de l’étiquette reste toujours aussi lourd ; que la garde personnelle de Philippe V n’est guère mise en place ; que l’organisation gouvernementale en différents Conseils est compliquée ; enfin, que le désordre financier est extrême92.

  • 93 AEMD, Esp., 101, fol. 178, Louville à Torcy, 12 février 1701. Montviel suggère pour remédier au dés (...)
  • 94 AEMD, Esp., 103, fol. 86, Louville à Torcy, juin 1701. AEMD, Esp., 105, fol. 245, Marcin au roi, 6 (...)

41Durant ses déplacements dans la Péninsule, il signale la pauvreté des différentes Provinces et la disparité avec celles de la couronne d’Aragon dont il condamne les fueros qui leur permettent, écrit-il, de participer le moins possible au financement de la monarchie, ce qui fait que le roi n’est roi « que pour l’honneur93 ». En même temps, il remarque l’animosité qui existe entre les Catalans, qui, lors des Cortes de Barcelone s’adressent de préférence aux Français pour leurs requêtes, et les Castillans, qui s’estiment seuls capables de remplir les dignités de la monarchie94. Ce discours écrit sur le vif dénote chez Louville un sens aigu de l’observation.

  • 95 Mémoire du cardinal Portocarrero du 18 janvier 1703, H. Kamen, The War..p. 83. Lettre du duc d’Esca (...)
  • 96 Louv., I, p. 151.
  • 97 AE, Acq. Ext., 2, fol. 225, Louville à Torcy, 17 avril 1701.

42Témoin attentif à la cour, il trace un panorama de la noblesse qui y réside, et constate que « l’ignorance et la paresse » y sont deux vices dominants. En cela, Louville ne fait que corroborer les écrits de certains Espagnols tels que le cardinal Portocarrero ou le duc d’Escalone95. Mais le point faible de sa pensée réside dans le fait qu’il développe ses idées d’ingérence française en s’appuyant sur les sentiments francophiles de seulement quelques grands personnages, plus ou moins acquis à la cause française, et qui ne sont pas forcément représentatifs de toute leur nation. Cependant, cela ne gêne guère Louville pour en conclure que les Espagnols « savent bien que les Français ne peuvent que leur faire du bien, et qu’eux ils ne peuvent s’en faire à eux-mêmes sans les Français96 ». Dans ses lettres, il multiplie les portraits incisifs sur les Grands d’Espagne ; à la mi-avril 1701, il lance à Torcy, dans un de ses accès de colère, assez fréquents quand il rédige son courrier : « Les grands sont tous des imbéciles, bas, sans force ni vertu, fidèles par paresse et par lâcheté97 ».

  • 98 AEMD, Esp., 103, fol. 86, Louville àTorcy, juin 1701.
  • 99 AE, Acq. Ext., 2, fol. 171, Louville àTorcy, 20 février 1701.
  • 100 Les lignes suivantes développent un Mémoire de Louville à Torcy, non daté, mais qui se situe entre (...)
  • 101 AE, Acq. Ext., fol. 293 v°. Puységur Jacques de Chastenet (marquis de) (1656-1743).
  • 102 Desmarets Nicolas (1648-1721). Neveu du Grand Colbert ce dernier le fit entrer dans ses bureaux et (...)
  • 103 AE, Acq. Ext., 2, fol. 390, 13 juillet 1701.
  • 104 Bernard Renau d’Eliçagaray (dit le petit Renau), (1652-1719), béarnais, ingénieur de marine.

43Le ton de Louville se durcit à mesure que la guerre se rapproche, que le peuple de Madrid murmure en voyant qu’aucune réforme de fonds n’est engagée et qu’il se rend compte que la France risque seule d’assumer la charge financière du pays98. Pour assainir la situation espagnole, il ne voit qu’un renforcement de l’influence française. Le 20 février 1701, soit peu de jours après son arrivée à Madrid, il appelait de tous ses vœux des Français « de confiance » à le rejoindre99. Puis, il commence à développer des projets dans lesquels ses compatriotes tiennent la plus grande place100. Pour réformer l’armée, il demande Puységur101 qu’il connaît du temps où tous deux servaient le duc d’Anjou, et qui travaille déjà à quelque réforme militaire pour le roi d’Espagne dans ses États de Flandres. Pour les finances, il réclame Nicolas Desmarets102 (« ou bien nous n’aurons plus de finances ! »). Pour réformer les Conseils, Louville se montre si hardi que même Torcy doit lui demander de prendre patience103. Il voulait ôter les survivances de postes, supprimer les Conseils inutiles comme celui de Flandres et celui des Indes, qui, selon lui, gèrent frauduleusement le commerce avec les colonies espagnoles. Notons que ce qui paraît hardi au gouvernement français à cette époque sera bel et bien exécuté quelques mois plus tard. Enfin, le « petit Renaud »104 lui semble apte à réformer la marine. Ces hommes seraient accompagnés de quelques gens « sûrs et affectionnés » qui se tiendraient auprès du roi et de la reine, le but affiché étant de favoriser l’union des deux couronnes, de redresser le pays et de donner des avantages commerciaux à la France « à l’exclusion des autres nations ».

  • 105 AE, Acq. Ext., 2, fol. 397, la duchesse de Beauvilliers à Louville, Versailles, 16 juillet 1701.

44À Versailles, on répugne encore à adopter une politique si opposée à ce qui avait été décidé lors de l’acceptation du testament ; un fort parti même agit en sous-main pour contrer les idées de Louville. Ce sont surtout les événements européens qui jouent en sa faveur. Louis XIV voit la guerre européenne se profiler à l’horizon et compte sur toutes les ressources de l’Espagne pour l’aider à la soutenir. Son intérêt immédiat est que le royaume de Philippe V sorte très rapidement de la crise financière et politique dans laquelle il se trouve engagé. Les avis du marquis de Louville allaient donc être à l’origine d’un grand changement dans les rapports franco-espagnols, changement qui devait se traduire par un accroissement de la présence française à Madrid à la fin de l’année 1701 et ce, grâce aussi au comte de Marcin, gagné à ses idées qui, selon la duchesse de Beauvilliers, était « fort d’avis que l’on ne laisse point diminuer le nombre des Français105 », voire même qu’on l’augmente.

Le voyage en Italie : tournant de la faveur de Louville (avril-décembre 1702)

  • 106 D’Estrées Victor-Marie (comte puis maréchal) (1660-1737).
  • 107 SSBL, X, p. 24-25.

45La fin de l’année 1701 est un moment crucial dans le parcours politique de Louville. En effet, il est curieux de constater que c’est au moment même où l’on commençait à se ranger à ses idées, que Louville vit sa position de favori décliner. Le problème du marquis était que son argumentaire, souvent basé sur des avis de bon sens et sur une vraie connaissance du milieu dans lequel il évoluait, était desservi par ses discours outranciers, qui finissaient par gêner même ses plus fidèles amis. Il eut son moment de gloire lors d’un court séjour qu’il fit en France, à la fin de l’année de 1701, pour évoquer les affaires intérieures de l’Espagne, mais aussi convaincre Louis XIV de laisser son petit-fils partir pour Naples sur l’escadre du comte d’Estrées106. Mais son caractère emporté et souvent indiscret avait été défavorablement remarqué. Malgré toute l’amitié qu’il lui porte, Saint-Simon est obligé de constater qu’il « s’échappa sur l’état de l’Espagne, sur les Espagnols et sur quelques personnages considérables107 ».

  • 108 Louv., I, p. 234, n. 1.

46Le 8 avril, Philippe V s’embarquait à bord du Foudroyant pour arriver à Naples à la fin du mois. La reine, qu’il avait laissée à Barcelone, poursuivait sa route pour Madrid en passant par l’Aragon, et devait occuper le poste de régente, avec à ses côtés sa camarera mayor, la Princesse des Ursins. L’escadre du roi était commandée par l’amiral-comte d’Estrées ; faute de vaisseaux espagnols, elle était composée de neuf vaisseaux français qui avaient été armés à Toulon108. Durant ce voyage, le roi ne fut entouré quasiment que de Français et d’Italiens. Les Espagnols avaient été très peu nombreux à le suivre. Ce séjour italien devait marquer une grave fracture dans les rapports entre les deux nations.

  • 109 AE, Acq. Ext., 3, fol. 212, Louville à Torcy, au camp de la Testa, 8 août 1702.
  • 110 AE, Acq. Ext., 3, fol. 130, Louville à Beauvilliers, Naples, 31 mai.
  • 111 AECP, Esp., 106, fol. 165 et AE, Acq. Ext., 3, fol. 188, Torcy à Louville, Versailles, 24 juillet 1 (...)
  • 112 AE, Acq. Ext., 3, fol. 174, Louville à Torcy, Crémone, 15 juillet 1702 : « C’est l’Italie, comme vo (...)
  • 113 AE, Acq. Ext., 3, fol. 202, Torcy à Louville, 6 août 1702.

47Les mésententes sont graves au sein de l’armée et les embarras se multiplient. Louville signale que les troupes regroupent environ 62 000 hommes soit 60 000 Français et Piémontais auxquels s’ajoutent 2 000 Espagnols. Le problème est que les Grands, qui ne sont qu’une petite douzaine, « prétendent tout mener ici comme à Madrid, parce que, disent-ils, c’est pour eux qu’on se bat109 ». Les lettres de Louville se font de plus en plus dures contre eux. En mai, il avoue au duc de Beauvilliers qu’il doit se contraindre pour ne pas montrer « l’éloignement qu’[il a] pour les Espagnols qui sont très dignes de toute la haine des hommes et de celle de Dieu110 ». Torcy doit même à plusieurs reprises lui demander de se modérer dans ses propos car on craint à Versailles que le marquis éloigne Philippe de ses sujets111. Aussi, lorsque Louville préconise que Philippe V passe plusieurs mois encore en Italie, qu’il assimile au centre de la monarchie112, Torcy, patiemment, tente de le convaincre de son erreur, qui pourrait avoir des conséquences déplorables113.

  • 114 Louv., I, p. 306, Louville à Torcy, 8 août 1702.
  • 115 Louville avait découvert que de nombreux Français faisaient des rapports sur lui. Ainsi Francine, L (...)
  • 116 AE, Acq. Ext., 3, fol. 379 et AECP, Esp., 110, fol. 304, Torcy à Louville, Versailles, 28 novembre (...)
  • 117 La duchesse de Beauvilliers l’avertit que Torcy montre toutes ses lettres et « qu’il y a des endroi (...)
  • 118 AE, Acq. Ext., 3, fol. 336, Louville au duc de Beauvilliers, 20 octobre 1702 et fol. 266, 10 septem (...)

48En attendant, Louville doit constater que « les Grands [l’]ont pris dans une superbe aversion114 ». De plus, il multiplie les maladresses qui indisposent Versailles ; le duc et la duchesse de Beauvilliers l’informent à mots couverts que le roi lui-même avait dit un jour en son Conseil qu’il « allait trop vite ». Au sein même de l’armée française, il existe une « cabale de petits maîtres » qui écrit à Versailles contre lui115. Ce qui est bien plus dommageable pour Louville est que l’on commence à lui reprocher son attitude envers le roi d’Espagne lui-même. Torcy lui écrit que Philippe V commence à trouver que la hauteur de Louville s’étend un peu trop à lui116. Combien de fois, en effet, dans ses lettres, qu’il sait pourtant lues par le roi de France117, ne décrit-il pas le jeune roi comme un être indolent, qui ne veut gouverner, et dont on ne peut que désespérer ? À y regarder de près, on se rend compte surtout que Louville reproche à Philippe V de ne pas prendre systématiquement parti pour les Français en cas d’incidents, et de faire, finalement, ce que lui-même ne pratique pas, c’est-à-dire ménager sa nouvelle nation. Bref, le marquis est en train de connaître une semi-disgrâce. Et lui-même demande à rentrer en France puisque, quoiqu’il fasse désormais, tout se retourne contre lui. Il constate, non sans humour : « Dans la situation où je me trouve à présent si je grondais un cuisinier pour avoir mal fait un ragoût, il écrirait contre moi en France »118.

  • 119 AE, Acq. Ext., 3, fol. 427 et 437.
  • 120 Le duc de Bourgogne écrit en sa faveur à la reine d’Espagne, 7 janvier 1703, dans Lettres du duc... (...)

49Pourtant, la disgrâce n’est pas encore complète, et l’opprobre versaillais n’est pas général. Torcy l’assure que, faveur ou défaveur, il continuera de l’estimer et il l’encourage au moins à raccompagner le roi jusqu’à Madrid. Le duc et la duchesse de Beauvilliers l’invitent aussi à se maintenir, et espèrent en une bonne entente avec l’ambassadeur qui s’apprête à succéder à Marcin, le cardinal d’Estrées. Sa position de favori est donc encore cautionnée par le pouvoir royal français mais avec suffisamment de réserves pour qu’au premier faux-pas, l’ambassadeur puisse le renvoyer. Cependant, Marcin et Montviel, qui sont retournés en France, témoignent en sa faveur, et contribuent à justifier ses initiatives119. De grands personnages même l’assurent de leur soutien. Ainsi le duc de Bourgogne, le duc d’Orléans et l’abbé Dubois, son précepteur, la maréchale de Noailles ou encore le prince de Condé lui écrivent personnellement120.

50Il est vrai que Louville manque d’un véritable esprit de synthèse et ne se donne pas la peine de théoriser ses idées, même s’il a élaboré nombre de projets originaux. Si, au début de l’année 1703, il connaît une mise à l’écart, il n’en reste pas moins que sa pensée est suivie comme le montre l’arrivée de nombreux techniciens français dès l’année 1701, qui déploient un grand zèle à Madrid en attendant le retour d’Italie du roi d’Espagne.

3. L’accroissement de la colonie française à la cour de Madrid

  • 121 Nous trouvons en effet quelques cas de domestiques français sous Charles II, en service dans la Cas (...)
  • 122 Millot, II, p. 21-22.

51Les Espagnols furent défavorablement marqués par l’arrivée des Français à la cour, dans ces premiers mois de l’année 1701. En effet, du temps de Charles II, mis à part l’un ou l’autre domestique originaire de cette nation121, l’entourage proche du roi n’était composé que d’Espagnols, d’Italiens ou d’Allemands. De Français, seul l’ambassadeur duc d’Harcourt avait été très présent dans le paysage des courtisans entre 1697 et 1700. Qu’en est-il alors du sentiment des Espagnols ? Le cardinal Portocarrero fut une caution pour le roi de France, dans la mesure où, en tant que ministre principal de Philippe V, il appelait de ses vœux une présence française accrue. Cependant, le cardinal n’était pas représentatif de la nation et, comme l’abbé Millot le souligne a posteriori dans ses Mémoires, les « Français qui accompagnaient le monarque [...] jugeaient sur les apparences, ils ne pouvaient connaître le fond des choses122 ».

L’installation d’un financier français à la cour d’Espagne : Orry

  • 123 AECP, Esp., 88, fol. 122, Harcourt à Louis XIV, 22 mars 1701 et ibid., fol. 215, 7 avril 1701.
  • 124 RIA, Esp., II, p. 9.

52Le duc d’Harcourt s’était aperçu, comme le marquis de Louville, dès les premières semaines, des graves difficultés financières de la monarchie. On se contentait alors d’expédients comme de retenir la pension de la reine douairière, de supprimer des rentes ou de retrancher des postes de la Casa Real, autant de remèdes qui discréditaient le roi plus qu’ils ne le servaient. Le duc d’Harcourt, quant à lui, admettait son ignorance complète de ces matières financières ; tout en reconnaissant que le peuple souffrait beaucoup, il ne pouvait guère faire mieux que proposer des engagements ou des emprunts, regrettant de ne pouvoir décharger la ville de Madrid de ses impôts123. Versailles finit par s’inquiéter de « mettre le roi d’Espagne en état (de) contribuer en quelque chose124 » à la guerre future.

  • 125 AEMD, Esp., 102, fol. 32, Montviel à Torcy, Buen Retiro, 17 avril 1701.
  • 126 Acq. Ext., 2, fol. 171, le 17 avril, ibid., fol. 224, ibid., fol. 226 ; G. Lizerand, op. cit., p. 4 (...)
  • 127 AE, Acq. Ext., 2, fol. 338 v°, Beauvilliers à Louville, 12 juin 1701.
  • 128 Louv., I, p. 172, Beauvilliers à Louville, juin 1701 « Sourdaut », terme peu usité pour désigner un (...)
  • 129 SSBL, X, p. 389.
  • 130 Chamillart à Harcourt, 20 juin 1701, SHD, A1 1474, fol. 321.
  • 131 Louville s’étonne en effet auprès de Torcy du soutien que ce dernier apporte à Jean Orry alors que, (...)

53L’idée de faire appel à un Français sur cette question des finances s’imposa rapidement grâce à Louville et à Montviel dont les lettres faisaient écho à celles du marquis125. Desmarets, par quelque intrigue de cour, ne fut pas choisi126. Ce fut un personnage, « habile et laborieux »127 mais inconnu du public qui fut désigné : Jean Orry. Le duc de Beauvilliers s’excuse presque auprès de Louville du choix de « ce sourdaut qui n’a guère de poids »128, sorti de « la lie du peuple » selon le duc de Saint-Simon129. Cet homme était lié à Chamillart130, qui l’avait personnellement choisi pour cette mission en Espagne, à Madame de Maintenon, qui aurait été sa protectrice dans sa jeunesse, et à Claude le Peletier, ancien Contrôleur Général des finances et surintendant général des postes. Le marquis de Louville montra peu de hâte à le voir arriver auprès de Philippe V ; Orry ne correspondait pas du tout à ce qu’il aurait souhaité pour le jeune roi131.

  • 132 Sur la carrière d’Orry avant 1700, cf. BN, Clairambault, 1245, p. 4405 et sv... ; Grosley, Mémoires (...)
  • 133 Seignelay Jean-Baptiste Colbert (marquis de) (1651-1690), fils aîné de Colbert. Il lui succède à la (...)
  • 134 Louvois Michel Le Tellier (marquis de) (1641-1691), sous-secrétaire d’État à la guerre, surintendan (...)
  • 135 Le général des vivres est en correspondance régulière tant avec le contrôleur général des finances (...)
  • 136 BN, Clairambault 1245, p. 4405 et sv. ; D. Ozanam, Jean Orry munitionnaire du roi… (1989).
  • 137 M. Ross-Orry, Jean Orry (1652-1719) ..., (1963), p. 116.
  • 138 BN, Clairambault 1245, p. 4429.

54Et pourtant Jean Orry, en 1701, n’était pas un novice en matière de finances. Il avait été initié au métier de la finance par son grand-père maternel, Louis le Coquinot, sieur de Fulvy, secrétaire des finances du duc d’Orléans, frère du roi. Orry se lança ensuite dans quelques spéculations dans la région de Troyes où il résidait, avant de diriger en 1686 la construction d’un aqueduc à Maintenon qui devait amener la rivière d’Eure jusqu’à Versailles132. Le marquis de Seignelay133 le chargea en 1688 de travaux de fortifications sur l’île d’Oléron et sur les côtes de Brouage. En 1690, il passa sous les ordres de Louvois134 pour travailler à l’approvisionnement en vivres et artilleries de l’armée, pour la conquête de la Savoie et de Nice. L’ayant remarqué favorablement, Pontchartrain et Barbezieux le poussèrent à entrer dans la compagnie des munitionnaires des vivres de l’armée d’Italie. Jusqu’en 1697, il cumula cette régie avec celle des troupes du Languedoc, Roussillon et Catalogne, en qualité de général des vivres135. Pendant les deux années suivantes, il fut chargé de la vérification des comptes de ces divers marchés sous les ordres de Chamillart136. Durant toutes ces années, Orry s’était constitué un réseau étoffé d’associés et de financiers, et avait acquis une grande expérience dans l’intendance des armées. Néanmoins, pesaient sur lui des soupçons de malversations que l’on préféra ignorer en 1701 mais qui, durant les années suivantes, remontèrent à la surface à proportion qu’il gagnait la faveur du roi d’Espagne137. Tout en reconnaissant qu’Orry était « bien fait de sa personne » et parlait bien, il restait pour ses adversaires « l’esprit le plus double qu’on puisse trouver et le plus insigne imposteur qui soit sur terre. D’ailleurs, il est incapable de suivre une affaire. C’est toujours projets sur projets138 ».

  • 139 AECP, Esp., 90, fol. 298, 22 juin 1701, passeport de Jean Orry. AECP, Esp., 97, fol. 23, Louville a (...)
  • 140 AECP, Esp., 92, fol. 13, Orry à Torcy, 2 août 1701.
  • 141 AEMD, Esp., 104, fol. 153, Louville à Torcy, 29 août 1701 ; Millot, II, p. 139.
  • 142 AECP, Esp., 92, fol. 53, Orry à Torcy, Madrid, 8 août 1701. Et Marcin signale à Torcy le 18 août qu (...)
  • 143 AECP, Esp., 92, fol. 257, Portocarrero à Torcy, 24 août 1701.
  • 144 Antonio de Alathora ORTIZ, secrétaire d’état en juillet 1701 ; il avait épousé du temps de la reine (...)
  • 145 AECP, Esp., 90, fol. 417, Portocarrero à Torcy, 29 juin 1701. En août 1702 puis en février 1703, Or (...)

55Il partit pour Madrid, en juin 1701, avec trois commis139 et arriva, le 2 août, dans la capitale espagnole140. Il impressionna les Français par son activité. Même Louville parle du travail prodigieux fourni par Orry, dont il admire la « santé de cheval »141. À peine arrivé, ce dernier se fit remettre par le Président de Castille un état abrégé des revenus du roi142 pour s’instruire de l’organisation des rentes royales et des diverses branches qui constituaient le Patrimoine Royal, ainsi que des charges, des obligations et des lois espagnoles par lesquelles elles s’administrent143. Avant même de quitter Paris, Orry avait noué des contacts avec Antonio Ortiz, secrétaire d’État dont l’épouse était française144, Joseph de Equizaval, secrétaire des Finances et Gregorio de la Fuente, fiscal du Tribunal des Comptes145.

  • 146 AECP, Esp., 92, fol. 353, Orry à Torcy, Madrid, 31 août 1701 ; AECP, 93, fol. 144, à Torcy, Madrid, (...)
  • 147 Louville en informe Torcy dès le 29 août 1701, AEMD, Esp., 104, fol. 153, Louville à Torcy, 29 août (...)
  • 148 La Tr., II, p. 83, Madame des Ursins à Torcy, 19 août 1702. Dès juin 1701, une junte composée de Ca (...)

56Son activité fut cependant entravée par la maladie du duc d’Harcourt. Ce dernier refusait de donner son aval tant qu’il n’avait pas étudié lui-même ses projets financiers. Aussi, si dès le 25 août 1701, Orry peut annoncer à Torcy qu’il vient de réaliser un plan de régie, il ajoute qu’il ne le lui envoie pas car Harcourt n’a pu en prendre connaissance. Il passe donc les semaines suivantes à s’occuper de détails, tout en piaffant d’impatience face à ce retard146. D’autre part, Orry doit soudoyer plusieurs Espagnols pour obtenir les dossiers dont il a besoin147. Il se retrouve même en butte à l’hostilité de quelques conseillers d’État lors d’une séance houleuse du Conseil, qui demandèrent « quel besoin on avait des Français » pour restaurer les finances148.

  • 149 BN, Clairambault 1245, p. 4410.
  • 150 AECP, Esp., 92, fol. 53, Orry à Torcy, Madrid, 8 août 1701.
  • 151 AN, G7 1092, Orry à Chamillart, 22 juillet 1702.
  • 152 AECP, Esp., 106, fol. 259, Torcy à Orry, 6 août 1702.
  • 153 Millot, II, p. 155, le roi à Marcin, 15 décembre 1701.
  • 154 Louis XIV à Philippe V, 27 juin 1701.
  • 155 Ubrecht à Torcy, 27 mai 1702, SHD, A1 1601, n. 32. Bartholomé Flon et Huberto Ubrecht, catholiques (...)

57Orry bénéficiait cependant du soutien total de la cour de France, qui appréciait son activité et se montrait même soulagée de voir les affaires du roi d’Espagne ainsi prises en main. L’on encourageait Orry à faire preuve d’initiative et à agir vite, lui donnant ainsi un certain goût pour l’indépendance. Ses projets avaient été jugés sur pièces durant un bref séjour qu’il fit à Versailles entre octobre 1701 et février 1702, dans une commission composée du Chancelier, du duc de Beauvilliers, du marquis de Torcy et du marquis de Chamillart149. Orry avait de grands desseins qui ne se limitaient pas seulement à une réforme des finances. Pour lui, en effet, rien ne pouvait se faire sans au préalable une réforme de fond du gouvernement. À sa manière, il fut aussi, comme Louville, partisan d’une immixtion française en profondeur dans les affaires espagnoles150. Il souhaitait même, comme il l’écrit au ministre des finances, entrer « dans le sanctuaire », c’est-à-dire dans « l’intérieur du gouvernement », afin d’être mieux en état de contrôler l’application de ses projets tout en assurant qu’il agissait ainsi non par ambition mais par zèle151. Sa « netteté d’esprit »152 fut appréciée et ses idées d’autant mieux approuvées que ses mémoires avaient inquiété le roi de France sur l’état de l’Espagne153. Il reçut l’ordre de rejoindre Philippe V à Barcelone où il conféra longuement avec le jeune roi, qui se tenait prêt à partir pour ses États d’Italie. Ce dernier fit toute confiance à « cet homme habile »154 envoyé par son grand-père. Orry reprit ensuite sa route jusqu’à Madrid, ayant en poche un brevet du roi de France lui permettant de rester un an en place (en date du 4 avril 1702). Certains financiers et commerçants présents à Madrid, comme les sieurs Ubrecht ou Flon, l’attendaient avec impatience « parce que l’on (était) persuadé que ses projets (pourraient) avoir une heureuse suite, tant par l’augmentation des droits du roi, que par égard aux particuliers155 ».

  • 156 SHD, A1 1601, n. 41, Orry à Chamillart, 24 juin 1701. Ses commis se nomment Perrin, Paris et Turgis (...)
  • 157 SHD, A1 1601, n. 38, Orry à Chamillart, 29 juin 1702.
  • 158 AECP, Esp., 106, fol. 78, Orry à Torcy, Madrid, 8 juillet 1702.
  • 159 AN,G7 1092, Orry à Chamillart, 8 juillet 1702 : il lui envoie le projet de lettre ainsi libellé pou (...)
  • 160 La Tr., II, p. 98, Madame des Ursins à Torcy, Madrid, 6 septembre 1702.

58Il se remit donc au travail avec ses commis et son fils, Philibert Orry, alors âgé seulement de 13 ans, qu’il avait laissés sur place afin qu’ils apprennent le castillan156. Il retrouva la junte de ministres espagnols constituée lors de son premier séjour et avec lesquels il travaillait trois fois par semaine. Il se mit aussi à rédiger le plus grand catalogue jamais encore réalisé de toutes les ressources de la monarchie espagnole, œuvre immense et fondamentale pour le règne du premier Bourbon d’Espagne. Dans toutes ses démarches, il eut l’appui de la jeune reine arrivée à la fin du mois de juin à Madrid, sur qui il comptait pour « exciter (les ministres) à ne pas attendre le retour du roi son époux pour agir157 ». En effet, Orry se heurtait à la carence du cardinal Portocarrero et du président Arias, qui n’osaient mettre de réformes en chantier en l’absence du roi158. Pour faire avancer les affaires, il alla jusqu’à envoyer à Philippe V un projet de lettre à leur écrire afin de les contraindre à travailler plus activement avec lui159. Orry bénéficiait aussi du soutien de la Princesse des Ursins, camarera mayor de Marie-Louise de Savoie, qui le louait longuement auprès de Torcy160.

  • 161 AN,G7 1092, Orry à Chamillart, 13 juillet et 11 août 1702.
  • 162 AN, G7 1092, Orry à Chamillart, 2 septembre 1702.

59Outre une réforme de la Maison royale, il entama son étude d’un nouvel impôt mieux réparti dans l’ensemble du royaume, qu’il nomme alivio de las alcavalas ; il se pencha sur la question des droits perçus à l’entrée et à la sortie du royaume, afin d’en limiter la fraude mais aussi d’avantager les produits français ; il commença un « projet des départements des Gabelles » ; de même, il se mit à étudier un traité de commerce entre la France et l’Espagne afin que l’Angleterre et la Hollande n’y aient plus de part. Il souhaitait aussi mettre en place des manufactures sans porter préjudice à celles de France, « car en travaillant à faire du bien à l’Espagne, il ne faut pas oublier ce que nous nous devons »161. Il s’interroge aussi beaucoup sur le fonctionnement des Conseils qui bloquent les décisions importantes, et commence à évoquer des changements drastiques pour y placer des « créatures choisies », ceci afin qu’à son retour d’Italie, le roi puisse parler « en maître »162 et faire les transformations souhaitées. Orry commence à prendre à la cour d’Espagne une dimension beaucoup plus importante que prévue à l’origine de sa mission.

  • 163 Villadarias Francesco del Castillo-Faxardo (marquis de) († 1716) Philippe V le nomma gouverneur de (...)
  • 164 San Felipe, Comentarios, p. 45.
  • 165 AN,G7 1092, Orry à Chamillart, 5 septembre 1702 ; SHD, A1 1600, 8 septembre 1702 ; AECP, Esp., 108, (...)
  • 166 Montalto Ferdinand d’Aragon Moncade (duc de) († 1713), président du conseil d’Aragon ; Monterey Jea (...)
  • 167 Orry annonce le 18 septembre 1702 qu’il a fait un marché pour 500 chevaux sur les 720 qu’il doit fo (...)
  • 168 AECP, Esp., 108, fol. 388, Orry à Torcy, Madrid, 21 septembre 1702. Entre autres points délicats, O (...)
  • 169 AECP, Esp., 108, fol. 234, Torcy lui dit sa satisfaction, Fontainebleau, 24 septembre 1702 et fol.  (...)
  • 170 SHD,A1 1600, pièce 6 : état de ces milices, septembre 1702.

60Ses talents militaires sont eux aussi mis à contribution au moment de l’intervention de la flotte ennemie sur Cadix. À l’arrivée des Anglais dirigés par le duc d’Ormond sur la côte (septembre 1702), les troupes de Villadarias163, capitaine général de cette province, ne comptaient guère plus de 150 vétérans et 30 cavaliers, tandis que Cadix disposait à peine de 300 soldats. Tout cela effraya la cour et l’on vit, à l’initiative de la reine, une mobilisation générale de la noblesse pour faire des dons d’argent et procurer des vivres164. Orry proposa alors à la Junte de gouvernement un plan pour lever un régiment de cavalerie qu’il baptisera régiment de la reine. Il a l’intention d’en lever un second ainsi que quatre d’infanterie, projet qui tenait à cœur à Louis XIV et que les Espagnols avaient de la peine à entreprendre165. Ses talents de munitionnaires lui sont très utiles et il travailla de concert avec Montalto, Monterrey et le marquis de Castañaga, commissaire général des troupes depuis mars 1701, faisant aussi un état des armes et munitions avec le capitaine général de l’artillerie, Sancho de Miranda166, prévoyant l’achat d’habits et d’armes et aussi de chevaux167. Il cherche les recrues parmi les jeunes gens volontaires et les soldats irlandais présents à Madrid. Mais les difficultés sont nombreuses alors que le temps presse et Orry envisage d’entrer à cette occasion dans la junte de gouvernement pour y contrer « les minuties » qui y règnent168. Il est en cela soutenu sur place par Blécourt, par Madame des Ursins et par la reine à qui il adresse de courts mémoires afin de lui résumer ses démarches169. À la fin du mois d’octobre, les ennemis sont finalement repoussés. Les milices d’Andalousie170 ont joué un rôle fondamental dans cette victoire mais les efforts personnels d’Orry n’ont pas été vains, même si les régiments ne sont pas tous intervenus. Il a donné l’impulsion à la mise en place de nouvelles troupes royales et a établi de nouveaux marchés pour l’approvisionnement de ces troupes en chevaux, habits et armes. Ce même mois, il retourne à Versailles justifier et présenter une fois de plus les projets qu’il entend appliquer en entier à son retour avec le soutien de Philippe V et du cardinal d’Estrées, nouvel ambassadeur de France à Madrid. Orry prend alors une envergure nouvelle, quasiment ministérielle. Son grand avantage résidait dans son entente avec la Princesse des Ursins, qui était sa protectrice déclarée à Madrid. Elle-même occupait une place non négligeable dans l’entourage du souverain espagnol et, à eux deux, ils pesaient déjà d’un poids important dans les affaires intérieures de la Péninsule.

La camarera mayor française de la reine : Madame des Ursins

  • 171 Louv., I, p. 135 et p. 147.
  • 172 Marie-Louise de Savoie (1688-1714), fille du duc Victor-Amédée II de Savoie (1666-1732) et sœur de (...)

61En avril 1701, Louville préconisait de hâter le mariage du Roi Catholique car « son peuple le désire passionnément », ajoutant cependant ceci à l’adresse de Torcy : « Votre premier soin doit être de bien choisir les personnes que vous allez mettre auprès de la reine »171. La souveraine choisie pour l’Espagne fut Marie-Louise de Savoie172, sœur cadette de Marie-Adélaïde, duchesse de Bourgogne. Les deux fils du Grand Dauphin se retrouvaient donc tous deux gendres du duc de Savoie. Bien que n’ayant que 13 ans, la petite fiancée était dotée d’une forte personnalité et possédait, aux dires de témoins, « l’esprit et la pénétration d’une femme de trente ans ». De fait, toutes ses actions au cours de la guerre de Succession dénotent une maturité et une intelligence peu ordinaires, propres à frapper les contemporains.

  • 173 SSBL, VIII, p. 174.

62Le poste de camarera mayor devait être confié à une française. Cette fonction est comme le cumul de celles de surintendante, de dame d’honneur et de dame d’atours. Régnant sur l’intérieur du palais, elle partage le commandement du service de la Chambre de Sa Majesté conjointement avec le mayordomo mayor du roi. Elle loge près des appartements royaux dans le « cuarto chico » de l’Alcázar. Dans les déplacements, elle est presque toujours seule dans le carrosse avec la reine173. Cette charge est donc extrêmement convoitée car elle permet de pénétrer à volonté dans l’intimité de la reine comme dans celle du roi. On opta pour Madame des Ursins.

  • 174 SSBL, XXVI, p. 263-264 et V, p. 515.
  • 175 Chalais Adrien-Blaise de Talleyrand (comte de) († en 1670).
  • 176 Orsini Flavio, Ve duc de Bracciano et de San-Gemini, prince de Nerola et du Saint-Empire, grand d’E (...)
  • 177 Pour se libérer des créanciers, les Bracciano sont obligés de vendre en 1696 la terre et le château (...)
  • 178 SSBL, IX, p. 97.

63Cette Princesse eut une vie trépidante. Sa riche correspondance avec les rois, les ministres, Madame de Maintenon, la maréchale de Noailles et quelques autres, forme autant de témoignages précieux sur cette Cour dont elle fut une des figures les plus marquantes dans les quatorze premières années du règne de Philippe V. Son caractère la rendait « unique », selon le mot du duc de Saint-Simon. D’un caractère plein « d’esprit, de courage, d’industrie et de ressources », elle était classée parmi « les plus illustres de ces derniers siècles »174. Elle suivit son premier mari, le comte de Chalais175, dans ses errances, après qu’il fut condamné par contumace pour un duel en 1663. Ce faisant, elle abandonnait à 20 ans une vie parisienne remplie de fêtes et de plaisirs pour une grande solitude, à la fois physique et morale. Leurs déplacements les menèrent jusqu’à Madrid où Chalais s’engagea dans la guerre contre le Portugal. Toute sa vie, elle se sentira redevable des honneurs que le roi d’Espagne rendit à son mari durant ce séjour. En 1670, à 28 ans, veuve et libre de toute tutelle, elle finit par se fixer à Rome où le cardinal d’Estrées, qui l’avait prise sous sa protection, la maria au duc de Bracciano176, en 1675. Son esprit et sa vivacité rassemblaient au Palais Pasquin tout ce que la ville éternelle comptait de plus honorable. Quelque temps plus tard, elle résida près de huit années à la cour de France où elle s’attacha notamment à Madame de Maintenon. Mais à la mort de son second mari en 1698, celle qui a pris depuis son retour en Italie, en 1695, le titre de princesse des Ursins177, se débat dans des affaires financières difficiles alors même qu'elle ressent de « ces ambitions vastes, fort au-dessus de son sexe, et de l’ambition ordinaire des femmes178 ».

  • 179 Uceda Jean-François Acufia y Pacheco, de Sandoval Mendoza y Toledo (duc d’) (1649-1718), fut nommé (...)
  • 180 SSBL, IX, p. 384-6, lettre de Torcy et lettre du roi d’Espagne.

64La mort de Charles II, suivie de l’avènement d’un prince de France, transforme son palais romain en un centre effervescent du parti franco-espagnol. Dès le 27 décembre 1700, elle fait une première démarche pour proposer ses services auprès de la future reine. Sa connaissance de l’espagnol est un atout et elle assure conserver en Espagne de nombreux amis. De plus, par son second mari, elle bénéficie de la Grandesse. Elle se recommande aussi à Madame de Maintenon. Le 20 juin, le duc d’Uceda179, représentant du roi d’Espagne à Rome, lui apporte la lettre la nommant pour accompagner Marie-Louise de Savoie jusqu’à Madrid180.

  • 181 Louis XIV à Marcin, l4nov. 1701, La Tr., I, p. 95. Mais la Princesse craint le danger de cette mesu (...)

65Par son intelligence, son esprit de décision mais aussi à force de patience, elle sut gagner l’amitié de la jeune princesse savoyarde durant le voyage quelles firent de Nice à Figueras, où elles retrouvèrent Philippe V, le 3 novembre 1701. Le rôle de la Princesse était d’exercer une surveillance discrète sur la reine. Louis XIV souhaitait même qu'elle soit présente lors des audiences de celle-ci, ainsi qu’il le spécifiait à son ambassadeur, malgré la nouveauté du rôle que cela devait conférer au poste de camarera mayor181. En mars 1702, la princesse pouvait légitimement se féliciter de ses progrès dans la confiance de Marie-Louise.

  • 182 La Tr., II, p. 19, Madame des Ursins à Torcy, 5 mars 1702.

Je crois, écrit-elle à Torcy, que je serai toujours assez maîtresse de lui faire faire tout ce que je voudrais, en prenant de certaines mesures182.

  • 183 AECP, Esp., 94, fol. 37, Madame des Ursins à Torcy, Figueras, 4 novembre 1701.
  • 184 Cité dans Y. Bottineau, L’Art de Cour, (1962), p. 160.

66Envers Philippe V, elle affecte une grande franchise et l’appelle son « prince charmant ». Son désir est de gagner son amitié et de se mettre sur le pied « de lui dire ses vérités avec tout le respect que je lui dois »183. Cela n’est pas sans susciter quelqu’inquiétude. Madame, dès avril 1701, écrivait : « On dit qu’il (Philippe V) prend Télémaque pour modèle ; il pourra bien avec le temps, trouver en Espagne une Minerve qui le gouvernera entièrement »184.

  • 185 AECP, Esp., 112, fol. 37, Louville à Torcy, Barcelone, 5 mars 1702.
  • 186 AECP, Esp., 94, fol. 92, Madame des Ursins à Torcy, Barcelone, 12 novembre 1701.
  • 187 AECP, Esp., 106, fol. 288, Madame des Ursins à Torcy, Madrid, 22 juillet 1702.
  • 188 La Tr„ II, p. 65, Torcy à Madame des Ursins, 3 juillet 1702.

67Louville de son côté reste circonspect. S’il sait combien une Française est nécessaire auprès de la reine, il pressent l’ascendant que pourrait prendre Madame des Ursins. Il s’inquiète de voir la reine régente du royaume en l’absence du roi son époux durant le voyage d’Italie, craignant qu'elle ne prenne goût au gouvernement mais aussi, comme il le dit à demi-mot à Torcy, que la Princesse n’en fasse de même185. Le marquis ignore que, dans le même temps, le ministre des Affaires Etrangères français cherche au contraire à pousser Madame des Ursins à s’impliquer davantage. On apprend ainsi, au détour d’une lettre, que Torcy lui avait demandé de « tâcher de gouverner » le jeune roi186. Bien plus, une fois à Madrid, alors qu'elle met son point d’honneur à refuser d’entrer dans les affaires de la junte de gouvernement, comme le lui demande le cardinal Portocarrero187, c’est encore une fois Torcy qui insiste pour qu'elle conseille la reine sans avoir l’air de participer aux décisions188.

  • 189 La Tr., II, p. 18, 5 mars 1702 et p. 41, 14 mai 1702.
  • 190 AEMD, Esp., 103, fol. 19, Louville à Torcy, Madrid, 4 juin 1701.
  • 191 AECP, Esp., 97, fol. 18, Montviel à Torcy, 3 juillet 1701 ; San Felipe, Comentarios, p. 30-31.
  • 192 Geoffroy, p. 105, Madame des Ursins à la maréchale de Noailles, Rome 25 mai 1701, Cermakian, p. 232 (...)
  • 193 Geoffroy, p. 110-112, Madame des Ursins à la Maréchale de Noailles, Rome, 28 juin 1701, Cermakian, (...)
  • 194 Le chevalier d’Epennes était petit fils d’une demi-sœur du cardinal de Janson, et fils du marquis d (...)
  • 195 Du Péage était le fils de M. Guillaume de Troche. Ce dernier est conseiller du Roi, maire perpétuel (...)
  • 196 On l’appelait en Espagne D. Luis. Son nom complet est Jean Bouteroue Daubigny, seigneur de Chantelo (...)
  • 197 La Tr„ II, p. 34, Torcy à Madame des Ursins, 23 avril 1702.

68Dans les commencements, Madame des Ursins assurait qu'elle ne souhaitait pas jouer « un grand personnage » et voulait détromper ceux qui lui croyaient du goût pour les affaires189. Elle savait que Portocarrero avait marqué du recul en apprenant sa venue190 et que, de leur côté, les dames espagnoles étaient mécontentes d’avoir été évincées de cette charge191. En partant de Rome, Madame des Ursins avait avec soin écarté les Français de sa maisonnée personnelle pour éviter tout incident, recourant aux services d’Italiens de telle sorte que « s’ils font quelque impertinence malgré mes soins, cela ne retombera point sur notre nation que je veux faire estimer en Espagne192 ». Outre sept ou huit gentilshommes, Madame des Ursins ne s’était fait accompagner que de six pages, « tous gens de condition », un aumônier, des officiers « de toutes sortes », douze laquais et une seule femme de chambre193. Sans savoir le nombre exact de Français qui sont parmi eux, on connaît néanmoins, pour les retrouver par la suite à Madrid, le chevalier d’Epennes194, un de ses écuyers, Du Péage connu aussi sous le nom de La Troche195, son secrétaire, Hocquart et son intendant Louis Daubigny196. Ce dernier se révèle un conseiller fidèle et loyal sur qui s’appuya constamment Madame des Ursins qui le fit nommer écuyer de la reine. Il prêta serment pour cette fonction le 30 mars 1702. Louis XIV approuva cette nomination, « la même chose ayant toujours été pratiquée comme une prérogative de la charge de camarera mayor197 ». Mais, les descriptions qu’en a laissées Saint-Simon occultent bien souvent sa réelle valeur.

  • 198 La Tr., I, p. 97, Marcin au roi, 21 novembre 1701.
  • 199 AECP, Esp., 94, fol. 293, Barcelone, 16 décembre 1701, sur une querelle d’attributions entre deux G (...)
  • 200 AECP, Esp., 106, fol. 144, Madame des Ursins à Torcy, Madrid, 15 juillet 1702.
  • 201 AE, Acq. Ext., 3, fol. 55, au duc de Beauvilliers, 24 avril 1702. Le 3 avril, Louville dénonce Mada (...)
  • 202 AECP, Esp., 115, fol. 77 bis, lettre inédite, acquise en février 1966 par les AE, abbé d’Estrées au (...)

69À Barcelone, les relations de la Princesse avec l’ambassadeur sont exemplaires, et celui-ci ne peut que louer le rôle qu'elle tient auprès de la jeune reine198. Elle est aussi la personne adéquate pour soutenir la lutte contre l’étiquette entreprise par l’ambassadeur. Elle commence à faire entrer les Grands à la toilette de la reine, ce qui permet en même temps à Marcin de s’y trouver présent. Elle organise des bals et des fêtes. Elle s’amuse des incidents de protocole qui déconcertent les Espagnols199. De même, ses rapports sont très bons avec le P. Daubenton, à qui elle a très souvent recours pour parler au roi. Elle soutient tant qu'elle peut l’action d’Orry à Madrid, dont elle juge le travail excellent200. En revanche, ses rapports avec Louville sont plus tendus et annoncent des conflits entre ces deux forts caractères. Celui-ci fut d’ailleurs à l’origine d’une grave accusation contre la Princesse, en soulevant, en avril 1701, une affaire mettant en cause un certain Miguel Salvador, secrétaire de la camarera mayor, à qui le cardinal Portocarrero avait donné un gouvernement au Pérou. Louville affirmait que c’était sur la demande expresse de Madame des Ursins, qui cherchait ainsi à placer sa clientèle espagnole. La Princesse dut à plusieurs reprises se justifier de cette histoire, dans laquelle il s’avère qu'elle n’avait eu aucune part201 et qui cependant la suit pour être ressortie contre elle en mars 1703202.

  • 203 Louv., I, p. 341. AE, Acq. Ext., 3, fol. 409, Louville à Beauvilliers, 12 décembre 1702.
  • 204 Louv., I, p. 376, Louville à Beauvilliers, Madrid, 27 janvier 1703.

70Nous retrouvons là un trait de caractère de Louville qui n’aime pas sentir une autre influence concurrencer la sienne. Toujours entier dans ses propos, il affirme péremptoirement, en décembre 1702, au moment de rejoindre Madrid, qu’il ne pourra jamais s’accorder avec la Princesse. Mais il ajoute, par ailleurs, qu’il s’entendra parfaitement avec le nouvel ambassadeur, le cardinal d’Estrées, appelé à rejoindre le roi avant d’arriver à Madrid, au moment même où la Princesse émet des réserves sur le choix de cette éminence qu'elle connaît, comme nous l’avons vu, depuis bien longtemps203. Finalement, les caractères de Louville et de Madame des Ursins se ressemblent par quelques aspects et, par ces points communs justement, s’excluent mutuellement. Aussi, n’est-il pas étonnant de lire, dès le 27 janvier 1703, sous la plume de Louville, soit à peine quelques jours après son retour à Madrid, la demande du renvoi de la Princesse204.

  • 205 Cermakian, p. 255.

71Deux influences françaises se trouvent donc réunies à Madrid au début de l’année 1703, l’une autour du roi et l’autre autour de la reine. Alors que l’on pouvait penser qu’une cohésion étroite basée sur l’appartenance à une même nationalité allait s’opérer, on constate au contraire que l’entourage français de Philippe V ne forme jamais un bloc monolithique susceptible d’être circonscrit par un simple critère d’identité nationale. Au contraire, cet entourage se ressentit toujours de cette coupure qu’il y eut entre ceux qui étaient partis avec le roi en Italie, tels Louville, le P. Daubenton ou même le cardinal et l’abbé d’Estrées qui rejoignirent le roi sur le trajet du retour, et ceux qui arrivèrent durant cette même période à Madrid tels la Princesse des Ursins ou Orry. Ces derniers, proches de la reine, profitèrent de l’absence d’un ambassadeur de France dans la capitale pour acquérir une certaine indépendance. En l’espace de quelques mois, la Princesse était devenue un intermédiaire influent entre les deux monarchies205. Les premiers, au contraire, se regroupèrent autour du nouvel ambassadeur pour exercer une sorte de contre-pouvoir. Autant de paramètres dont il faut tenir compte pour comprendre les futures relations des Français autour de Philippe V.

Les techniciens français de Madrid

72En plus de l’entrée de l’ambassadeur au despacho, de l’arrivée de Jean Orry aux finances, d’une camarera mayor française et aussi de la présence de la familiafrancesa au cœur du Palais Royal, les domaines fondamentaux que sont le commerce, la marine et les fortifications passent sous l’influence française, avec l’arrivée de nombreux techniciens auprès de Philippe V.

  • 206 Selon un extrait de la reine Anne au Parlement anglais en 1712 : « The apprehension that Spain and (...)
  • 207 En théorie, les Espagnols dominent tous les littoraux de l’Amérique, ainsi que le Pacifique avec se (...)
  • 208 AECP, Esp., 119, fol. 99 v°. Le cahier concernant « las Indias » court du fol. 92 au fol. 100.
  • 209 On distingue la flotte destinée à la Nouvelle Espagne, des galions destinés à la Tierra Firma.
  • 210 L’autorité locale appartenait aux vices rois, dont l’un résidait à Mexico (pour la Nouvelle Espagne (...)
  • 211 Le Conseil des Indes fut établi en 1524. Le commerce légal entre l’Espagne et les Indes fut, dès 15 (...)
  • 212 E.W. Dahlgren, op. cit., p. 33. La France était instruite de ces difficultés, ainsi que le prouve u (...)
  • 213 Le dernier galion était parti en septembre 1695 pour revenir en juin 1698. La dernière flotte était (...)
  • 214 RIA, Esp., II, p. 42.

73Cette arrivée est rendue nécessaire par le délicat problème du commerce espagnol, qui fut sans aucun doute l’une des principales, si ce n’est la principale, causes de la guerre de Succession206. En effet, les puissances maritimes anglaise et hollandaise ne craignaient réellement qu’une chose : que la France fasse des Indes de Castille207 une « chasse gardée ». Il est vrai qu’un des premiers objectifs de la France fut de s’introduire dans le trafic organisé avec les colonies des Indes dans le but avoué de réformer et de rentabiliser ce commerce afin de permettre au Roi Catholique de mieux subvenir à ses besoins et surtout de couvrir ceux, imminents, de la guerre européenne. Selon les mémoires d’Orry, qui avait composé un cahier complet sur les revenus du Roi Catholique tirés de ses colonies, le produit des Indes aurait dû permettre au trésor royal d’engranger 21 millions de livres chaque année. Or, on n’atteignait qu’avec peine les 16 millions208. En théorie, le trafic s’organisait ainsi : deux escadres partaient chaque année, l’une pour la Vera Cruz, en Nouvelle Espagne et l’autre pour la Tierra Firme209 et revenaient chargées des métaux précieux issus des mines d’or et d’argent de ces pays. En ce début du xviiie siècle, la décadence du système est indiscutable, et ce, pour trois raisons majeures : d’une part, à cause de malversations et de l’impunité totale dont jouissaient les vice-rois et les gouverneurs210, qui agissaient comme bon leur semblait, encourageant même le commerce interlope des étrangers. D’autre part, à cause de la mauvaise gestion qui était faite en Espagne de ce commerce. Trois institutions le dominaient : le Conseil des Indes à Madrid, la Casa de Contratación et le Consulat tous deux sis à Séville211. Mais en leur sein, « la fraude érigée en système, régnait depuis les mines du Pérou jusque dans la douane de Cadix »212. Enfin et surtout, tout cela était encore aggravé par une flotte quasi inexistante et peu capable de traverser les Océans pour commercer213. Il fallait donc que les Français s’intéressent à cette question car, comme il était spécifié dans les Instructions au comte de Marcin, « les plus grandes ressources pour la monarchie d’Espagne seront celles que le Roi Catholique peut retirer des Indes »214.

  • 215 AECP, Esp., 87, fol. 131, Portocarrero à Torcy, 8 janvier 1701. Ibid., Blécourt au roi, 4 janvier 1 (...)

74Une première initiative fut d’envoyer des navires français mouiller dans les ports américains, afin de se prémunir d’une éventuelle incursion anglaise ou hollandaise dans ces régions. La junte de gouvernement accepta cette innovation dès janvier 1701215. C’était en effet une nouveauté assez frappante pour les Espagnols car, jusque-là, aucun Européen n’était autorisé à se rendre « en droiture » dans les Indes. Il ne fallut pas longtemps ensuite pour que les vaisseaux français proposent de se charger du transport des marchandises. L’ambassadeur de France n’étant pas le plus à même de gérer ces affaires, un « technicien » fut envoyé pour expliquer à Philippe V et au Conseil d’Espagne le profit à tirer de ces expéditions : ce fut Jean Ducasse.

  • 216 Sur Jean Ducasse (1646-1715), cf. Ph. Hrodej, L’amiral DU Casse. L’élévation d’un gascon sous Louis (...)
  • 217 Sur leurs liens familiaux cf. Ch. Frostin, loc. cit., p. 308 et SSBL, XI, p. 334. Selon Ch. Frostin (...)

75Ce dernier connaissait bien les Indes, qu’il sillonnait depuis son entrée dans la marine en 1667216. Il était aussi un conseiller très écouté du jeune ministre de la marine Jérôme de Pontchartrain217 et tous deux étaient très attirés par le nouvel Eldorado que représentait le libre accès aux colonies espagnoles. Sa tâche à Madrid était d’expliquer l’intérêt de monter des expéditions françaises dans les territoires de l’Espagne et de coordonner les mouvements entre les Espagnols et les Français tout en aplanissant les difficultés de commandement, notamment avec le chef d’escadre, Pedro Navarette.

  • 218 L’asiento est un contrat de fourniture d’esclaves. Les colonies espagnoles manquant d’esclaves afri (...)
  • 219 AN, Colonie B 24, fol. 186, 27 juillet 1701, Pontchartrain à Harcourt, au sujet de la mission de Du (...)
  • 220 AECP, Esp., 92, fol. 279-307 et 308-337 : texte en version franco-espagnole. La Société royale de G (...)
  • 221 Il traite de questions concernant la présence française près du Mississipi et l’occupation du port (...)
  • 222 Agent des États-Généraux à Madrid. Louis XIV s’en méfiait, C. Hippeau, II, p. 360 ; AECP, Esp., 102 (...)
  • 223 San Felipe, Comentarios, p. 50.
  • 224 RIA, Esp., II, p. 76-77.
  • 225 Hrodej, I, p. 288.
  • 226 En juin 1702, avant de mener une escadre aux Indes, Ducasse passe voir Philippe à Madrid « pour lui (...)

76Lors d’un premier séjour en Espagne, en février-mars 1701, Ducasse étudia la situation du commerce des Indes. Quatre mois plus tard, il repartait à Madrid négocier en faveur de la France le traité d’asiento218, jusque là aux mains des Portugais. Il arrive porteur d’une procuration des principaux financiers réunis par Pontchartrain pour former une compagnie chargée de cette administration219. Cette affaire fut rondement menée et, le 4 septembre, l’accord fut conclu en faveur de la France. Philippe qui s’était fait octroyer une avance financière intéressante dans le cadre de ce traité220 partait le lendemain pour Barcelone. Ducasse s’installa encore quelque temps à Madrid, ayant à y régler plusieurs affaires concernant la présence française dans les Indes221. Il devenait le personnage incontournable en la matière, ce dont témoigne avec inquiétude l’envoyé de Hollande à Madrid, Schonenberg222. Cela suscita aussi les craintes de nombreux Espagnols223 comme les membres du Conseil des Indes qui se plaignirent à Versailles de cette prise en main du commerce par les Français, car l’Espagne n’ayant pas de manufactures, ce sont les seuls produits français qui seraient désormais vendus dans les Indes de Castille224. Plus sûrement, certains Espagnols habitués à un système de fraude dont ils profitaient personnellement au détriment du pouvoir royal, soupçonnaient les ministres de Louis XIV de vouloir « briser le monopole andalou » et réformer les cadres de leur commerce225. Ducasse demeura au service du Roi Catholique sous le titre espagnol de capitaine général de la mer des Indes, le servant soit sur mer, soit à Madrid en siégeant aux réunion de l'asiento226.

  • 227 SSBL, VIII, p. 296 ; Dangeau, VIII, p. 115 ; Sourches, VII, p. 72-73 ; Mercure, mai 1701, I, p. 300 (...)
  • 228 AECP, Esp., 93, fol. 523, le comte d’Estrées à Harcourt, Cadix, 27 octobre 1701.
  • 229 Château-Renault François-Louis de Rousselet (marquis de) (1637-1716). Lieutenant-général, il confir (...)
  • 230 Calmon-Maison, Le maréchal de Château-Renault, p. 204 ; AN, B2 154, fol. 690.
  • 231 AECP, Esp., 96, fol. 76, Montviel à Torcy, 22 mars 1701.
  • 232 Toulouse Louis Alexandre de Bourbon (comte de) (1678-1737), amiral de France, troisième fils de Lou (...)
  • 233 SSBL, X, p. 179, n. 6.
  • 234 Hrodej, II, p. 426, sous-chapitre : « Pontchartrain et la marine espagnole » ; P. E. Pérez-Mallaina (...)

77Parallèlement à ces tractations, la flotte française fut largement mise à contribution puisque les vaisseaux de guerre espagnols étaient tout aussi délabrés et sans équipages que la flotte commerciale. Le Roi Catholique se sert en priorité du comte d’Estrées lors de son passage en Italie, lui donnant le titre de lieutenant-général des mers, auquel il attache 10 000 écus d’appointements et dont le comte reçoit les patentes à Cadix227. Le comte nourrit de nombreux projets pour la marine espagnole228. Sa juridiction ne s’étendait pas sur la mer des Indes car, à cette époque, c’est Château-Renault229 qui l’exerçait sous le titre accordé par le roi d’Espagne de capitaine général des armées navales230, à la satisfaction des Espagnols qui, selon Montviel, « conviennent qu’ils n’ont personne qui puisse remplir un pareil emploi231 ». Enfin, le comte de Toulouse232 est nommé en mai 1702 grand amiral des vaisseaux et galères d’Espagne233. Cependant, il est à noter que le ministre Pontchartrain ne montra guère d’empressement à voir se restaurer la marine espagnole. Comme le signale Philippe Hrodej, sa politique était ambigüe à ce sujet234. Ce sont des contradictions qui se retrouvent parmi les Français de l’entourage de Philippe V. Jusqu’où peut-on contribuer au relèvement de l’Espagne, sans nuire aux intérêts politiques et commerciaux de la France ?

78Les questions maritimes sont donc un enjeu fondamental dans les premières années du règne de Philippe V. C’est pourquoi le ministre de la marine français tient à avoir sur place à Madrid un correspondant attentif et dévoué susceptible de le renseigner en permanence. De même que l’ambassadeur se rattachait au marquis de Torcy et Jean Orry au marquis de Chamillart, Ambroise Daubenton, envoyé en juillet 1702, fut au service de Jérôme de Pontchartrain, sous le titre d’agent du commerce et de la marine de France.

  • 235 AN, B7 258.

79Ce personnage resta près de sept ans à Madrid fréquentant assidûment le Palais, comme nous le prouve son abondante correspondance, véritable mine d’informations pour qui veut saisir les soubresauts de la vie interne palatine. Car Pontchartrain, au grand agacement d’ailleurs du marquis de Torcy, souhaitait être informé de tout ce qui se passait à la cour : « intrigues, cabales, faits particuliers, abus, désordres, procédés des Ministres de cette cour, et enfin de tout ce qui ne peut s’écrire sans s’exposer »235.

  • 236 AECP, Esp., 106, fol. 316, Ozon à Torcy, Madrid, 27 juillet 1702.
  • 237 BN, Clairambault, 1245, p. 4462. Il semblerait qu’il soit un cousin issu de germain voire un membre (...)
  • 238 La Tr., II, p. 74, Madame des Ursins à Torcy, 23 juillet 1702.
  • 239 À Alicante, Barcelone, Bilbao, Cadix (et ses vices-consulats Séville et San Lucar), Carthagène, La (...)

80Né en 1663 d’un père officier d’infanterie, Ambroise fut, durant quelques années, greffier-commis au Châtelet de Paris. Il épousa Marguerite Petit, fille d’un procureur du roi au grenier à sel de Provins, cousine de la seconde épouse de Jean Orry. Celui-ci en fit son commis dans l’entreprise des vivres d’Italie. Remarqué par Pontchartrain, il fut envoyé deux fois au Canada conclure une mission sur le commerce du castor. De retour en France, en janvier 1702, il fut choisi pour partir en Espagne. On ne sait exactement sur quelle recommandation. En effet, à cette époque, Orry et lui étaient en froid et, lors de son arrivée, si Ambroise logea quelque temps chez son cousin, il déménagea assez rapidement pour montrer qu’il ne voulait aucune liaison d'affaires avec lui, reproduisant ainsi la mésentente qui existait entre leurs maîtres respectifs à Versailles236. Peut-être le confesseur du roi d’Espagne, avec qui Ambroise dira plus tard avoir des liens de famille, l'a-t-il demandé237 ? Toujours est-il qu’il arrivait dans une cour qui comptait déjà pour lui quelques visages familiers. Il remplissait en tous points l’activité habituelle d’un consul, veillant à conserver les privilèges de sa nation et, si possible, à en acquérir d’autres. En cela, il travaillait étroitement avec l’ambassadeur, mais aussi avec la Princesse des Ursins par exemple, à qui il arriva parfois d’intervenir en faveur des commerçants français238. Il était aussi en relations avec les autres consuls dispersés dans la Péninsule239, centralisant ainsi de précieuses informations sur l’état de l’Espagne. Il parvint aussi peu à peu à se constituer un réseau efficace d’informateurs au sein même de l’administration espagnole, distinguant les commis qui pourraient soutenir la politique de Pontchartrain.

  • 240 San Felipe, Comentarios, p. 25.
  • 241 SSBL, X, p. 241, n. 2.
  • 242 AECP, Esp., 88, fol. 215, Harcourt au roi, Madrid, 7 avril 1701.
  • 243 AECP, Esp., 112, fol. 78, Louville à Torcy, Barcelone, 25 mars 1702.
  • 244 Ibid. Équivalent à 200 écus français. Le 3 avril 1702, Renau écrit à Chamillart pour lui demander l (...)

81La France envoya également des ingénieurs chargés d’étudier le moyen de fortifier les ports et places espagnols d’Andalousie, de Valence et de Catalogne, véritables « clefs du royaume »240. Bernard Renau d’Eliçagaray s’était distingué de bonne heure comme ingénieur et inventeur au service de la marine et, depuis l’année 1691, était capitaine de vaisseau et inspecteur des constructions navales241. En 1700, il s’était rendu pour la troisième fois avec Ducasse dans les colonies françaises d’Amérique. Cette formation le prédisposait à remplir le rôle qu’on voulait lui voir jouer auprès de Philippe V. On ne sait exactement la date à laquelle il arriva en Espagne, mais, le 6 avril 1701, il remettait au duc d’Harcourt à Madrid les plans de Cadix et de Gibraltar242. Il devait rester cinq années dans la Péninsule. Renau remporte un certain succès auprès des Espagnols. Trente carrosses l’escortaient lors de son entrée à Séville tandis qu’à Madrid, il fut convié à de nombreuses mondanités. Louville, amusé, souligne que Renau s’acquitta de tout fort bien, ne parlant cependant pas un mot d’espagnol243. Philippe V s’attacha à lui et le recevait à chacun de ses retours d’inspection. Il lui conféra même le grade de sergent général de bataille et l’entretenait pour une somme de 300 écus de plata par mois244.

  • 245 Calmon-Maison, op. cit., p. 278-279.
  • 246 AECP, Esp., 110, fol. 57, Renau à Manuel Vadillo, 3 novembre 1702.
  • 247 AECP, Esp., 120, fol. 224, 7 novembre 1703.
  • 248 La Tr„ p. 85, 19 août 1702. De son côté, Orry se plaignait que l’ingénieur espagnol chargé de forti (...)

82Il se déplaça dans les ports de Galice à La Corogne et à Vigo, dont il signala le mauvais état, trop tard pour empêcher l’attaque anglaise du 22 octobre 1702 ; une semaine après ce combat, auquel il participa avec trois cents cavaliers espagnols, pendant que l’amiral de Château-Renault faisait de son équipage un régiment terrestre improvisé245, il était à pied d’œuvre pour mettre ce port « hors d’insultes246 ». Il exerçait toutes les fonctions d’ingénieur en chef et Orry aurait souhaité qu’il formât une brigade d’ingénieurs français247. Certains conseillers espagnols trouvèrent cependant le moyen d’exprimer leur mécontentement, tel le marquis de Villafranca qui estimait très « mauvais que le roi envoya des ingénieurs en Espagne, où prétendait-il, on en trouve d’aussi bons qu’en France »248.

  • 249 Notice biographique : SSBL, VI, p. 230, n. 1.
  • 250 AECP, Esp., 122, fol. 99, Ozon à Torcy, Madrid, 16 février 1703.
  • 251 AN, Clairambault, 1175, fol. 104 ou 108.

83Renau, quoique le plus important, n’était pas le seul ingénieur français présent. On trouvait aussi Pierre Arnoul249, intendant des fortifications maritimes, très actif en Andalousie, aux côtés notamment du comte d’Estrées. Une certaine rivalité d’ailleurs semblait l’opposer à Renau, mais leur territoire géographique respectif était bien délimité, l’un n’empiétant guère sur l’autre250. Arnoul connaissait aussi Orry avec lequel il avait travaillé un temps251.

  • 252 AECP, Esp., 106, fol. 316, Ozon à Torcy, Madrid, 27 juillet 1702.

84À la fin de l’année 1702, Ozon, informateur de Torcy, résumait ainsi la distribution des tâches : Arnoul se chargeait des affaires de Cadix, Renau des fortifications, Orry des finances, Flon et Ubrecht des affaires de l'asiento, Ambroise Daubenton du commerce et Blécourt relayait l’ensemble auprès du marquis de Torcy252. Madame des Ursins, quant à elle, intervenait indirectement mais toujours pour soutenir les initiatives françaises surtout celles qui avaient pour objet de se préparer à contrer une offensive ennemie. Cette mainmise française, si apparente à la cour, agaçait bon nombre d’Espagnols, qui constataient en outre que ces Français, malgré parfois d’humbles origines, possédaient un accès privilégié auprès du roi et que celui-ci leur accordait plus de confiance qu’à ses propres sujets.

*
* *

  • 253 Peut-être issu de la famille Lemaire qui compta plusieurs consuls. Cf. Mezin, op. cit., p. 392-394 (...)
  • 254 Romain est envoyé en février 1701 à Port-Mahon pour en étudier les fortifications ainsi qu’en mars (...)

85La présence française auprès du roi Philippe V à la fin de l’année 1702 a donc totalement changé de nature par rapport aux engagements pris lors de l’avènement du jeune prince. Les Français, qui ne devaient demeurer à Madrid que de manière temporaire afin d’habituer le monarque à sa nouvelle nation, s’implantent en réalité solidement. L’ambassadeur de France, tout d’abord, acquiert une véritable stature de ministre, prenant part aux décisions les plus secrètes de la monarchie grâce à l’accès au despacho. La casa francesa, de son côté, s’installe durablement dans les rouages de la Cour et se fortifie au cours des années suivantes par l’arrivée de nouveaux membres. Le marquis de Louville est, quant à lui, le personnage clef pour comprendre les changements de la politique de Versailles envers l’Espagne, et son rôle, bien souvent minoré, est en réalité essentiel pour saisir les causes de l’évolution de la présence française. Durant les quelques mois d’absence du roi en Italie, Jean Orry, le financier, acquiert une stature nouvelle. De son côté, la camarera mayor s’impose auprès de la reine d’Espagne et occupe une place centrale à la cour madrilène, dont l’évolution durant ces quelques années est marquée par sa forte personnalité. Enfin, des « techniciens » prennent en main les postes de commandement dans la marine et le commerce, domaines dans lesquels les Espagnols sont traditionnellement ombrageux. Au bout du compte, c’est une véritable petite colonie française qui prend racine à la cour madrilène, rayonnant dans toute la Péninsule. Songeons que ces personnages, clairement identifiés, sont accompagnés d’une maisonnée pour les uns ou de leurs commis pour les autres (et parfois des deux ensemble). Daubenton, par exemple, a deux commis, Fosse et Lemaire253 ; Orry a trois commis français sous ses ordres, Turgis, Perrin et Paris. Renau est lui aussi venu avec quelques subalternes, notamment le sieur Romain254. Nous savons par ailleurs que l’ambassadeur, la princesse des Ursins ou le marquis de Louville avaient des domestiques français. Tout cela représentait une colonie française numériquement importante à Madrid.

  • 255 Fresno Pierre-Fernandez de Velasco (marquis del), (1633-1713).

86Cette présence française fut un véritable facteur de division parmi les Espagnols. Certains, enthousiastes, comme le comte de San Esteban, le duc de Fernan-Nuñez ou le marquis del Fresno255, travaillaient réellement et sincèrement avec les Français. Plus nombreux étaient ceux qui voyaient en cette présence comme une abdication de leur propre rôle, constituant une véritable mortification. Il en était ainsi pour le marquis de Villafranca, le duc de Medinaceli, les marquis del Carpio ou de Valero. Mais des cas plus graves se présentèrent, et certains allèrent même jusqu’à la trahison, tel Thomas de Melgar, Almirante de Castille le 23 septembre 1702. Ceux-ci mettaient en cause non pas les Français, leur respect (ou leur crainte) envers Fouis XIV étant bien trop grand, mais plus habilement le cardinal Portocarrero, qui avait fait venir ces Français. Fe cardinal fut la cible de leurs attaques mais c’était bel et bien les hommes du roi de France qui étaient visés. San Felipe l’exprime clairement dans ses Mémoires, en disant que le cardinal « se trompa à son préjudice en introduisant les Français dans le maniement des affaires ». Car, l’esprit réformateur qu’ils amenaient avec eux menaçait directement les traditions espagnoles. Et la majorité des Grands sentaient qu’une nouvelle page allait se tourner dans leur Histoire, sous l’influence de cet entourage royal.

Notes

1 AE, Acq. Ext., 2, fol. 296, Torcy à Louville, 24 mai 1701.

2 J.A. Escudero López, Los origenes del Consejo de Ministres de España, (1979), p. 25-26 ; du même, Los secretarios de estadoy del despacho..., (1969), p. 252 et sv ; V. Lopez-Cordon Cortezo, « Cambio social y poder administrativo en la España del siglo xviii : las Secretarías de Estado y del Despacho », J.L. Castellano (éd.), Sociedad, administración y poder en la España del Antiguo Régimen, 1996, p. 113-115 ; G. A. Franco Rubio, « La secretaría de estado y del despacho de guerra en la primera mitad del siglo XVM », ibid., p. 133-134 ; C. de Castro, « Las secretarias de los consejos, las de estado y del despacho y sus oficiales durante la primera mitad del siglo xviii », Hispania, 59-1 (1999), p. 195-196.

3 Le duc de Lerme ou le duc d’Uceda sous Philippe III, le comte-duc Olivares ou D. Luis de Haro sous Philippe IV, le marquis de Valenzuela, le P. Nithard, le duc de Medinaceli, Juan José de Austria ou le comte d’Oropesa sous Charles II.

4 J.A. Escudero-López, LOS secretarios.« Validos y secretarios, » p. 232 et sv.

5 J.A. Escudero-López, « Orígenes de la Administración central borbónica », Actas del I Symposium de Historia de la Administración, (1970), p. 303.

6 V. Lopez-Cordon Cortezo, « Instauracion dinástica y reformismo administrativo », Manuscrits, 18 (2000), p. 96.

7 Louv., I, p. 117-118 ; AECP, Esp., 90, fol. 395, Blécourt à Torcy, 27 juin 1701.

8 Coxe, I, 143.

9 AECP, Esp., 87, fol. 292-293 ; C. Hippeau, II, 450-451, Louis XIV à Harcourt, 27 janvier 1701.

10 SSBL, VII, p. 289-290.

11 AEMD, Esp., 104, fol. 153, Louville à Torcy, 29 août 1701 et SSBL, IX, p. 349. Jean Basea Manrique de Lara, marquis de Castromonte était Grand d’Espagne. Gentilhomme de la Chambre en mai 1679, il devait acheter en décembre 1704 la charge de Grand Chancelier du Conseil des finances. Francesco Pio de Saboya, Moura y Cortereal, comte de Lumiares, duc de Nochera, prince de San Gregorio en Lombardie, Ve marquis de Castel Rodrigo, était baron romain et noble vénitien, capitaine général héréditaire des îles Tercères († 1723).

12 Louv., I, p. 162.

13 AECP, Esp., 96, fol. 168 et AE, Acq. Ext., 2, fol. 282, Louville à Torcy, 23 mai 1701.

14 C. Hippeau, II, p. 374, Harcourt au roi, 15 décembre 1700.

15 BNM, mss 3747, fol. 273 : Recuerdos de los muertos..Pampelune, 1701.

16 C. Hippeau, II, p. 378, 381 et 390.

17 C. Hippeau, II, p. 390, 27 décembre 1700.

18 Ainsi, nous apprenons au détour d’une lettre que le duc d’Harcourt est parvenu à faire surseoir au bannissement prononcé contre le comte d’Aguilar, le marquis de la Corsana et Luis de Salazar, opposants du cardinal. Par contre, il n’a pu intervenir contre le renvoi du grand Inquisiteur, Baltazar de Mendoza, renvoi qui contraria profondément le roi de France, C. Hippeau II, p. 465 et SSBL, VIII, p. 106-107.

19 AECP, Esp., 92, fol. 170, Montviel à Torcy, 15 août 1701.

20 C. Hippeau, II, p. 476-477, Harcourt au roi, Atienza, 14 février 1701.

21 C. Hippeau, II, p. 504 et AECP, Esp., 87, fol. 476, 23 février 1701.

22 San Felipe, Comentarios, p. 21.

23 Ria, Esp., II, p. 21.

24 Louis XIV à Philippe V, Versailles, 21 août 1701 dans Louv., I, p. 193. AECP, Esp., 93, fol. 101, 3 septembre 1701, Philippe V assure Louis XIV que Marcin va entrer dans le despacho. AE, Acq. Ext., 2, fol. 446, 11 septembre 1701, Torcy s’inquiète auprès de Louville de ce que cette entrée tarde trop.

25 Belando, I, p. 42.

26 AECP, Esp., 88, fol. 50, Harcourt au roi, 10 mars 1701 : le duc d’Harcourt assurait déjà s’occuper de plusieurs affaires, dont le mariage du roi, sans en référer au Conseil d’État. AECP, Esp., 102, fol. 219, Marcin assure que les questions concernant les Pays-Bas ne passeront point par le Conseil d’État afin d’éviter les longueurs.

27 SSBL, VIII, p. 155, n. 3 ; SHD, A1 1600, no 105.

28 AECP, Esp., 88, fol. 122, Harcourt au roi, 22 mars 1701

29 AECP, Esp., 98, Marcin au roi, Torrija, 7 septembre 1701.

30 RIA, Esp., II, p. 25.

31 SSBL, IX, p. 29, n. 6.

32 AEMD, Esp., 105, Marcin au roi, Barcelone, 1er octobre 1701.

33 RIA, Esp., II, p. 5.

34 RIA, Esp., II, p. 10-11 ; il y incitait déjà Harcourt, AECP, Esp., 87, fol. 451.

35 AECP, Esp., 96, fol. 196, Montviel àTorcy, 2 juin 1701.

36 Selon le mot employé par le marquis de Montviel, AECP, Esp., 97, fol. 231, Barcelone, 25 octobre 1701.

37 M.D. Ramos Medina, « Los Archeros de la Guardia de corps de Su Magestad católica », P. F. Albaladejo (coord.), Monarqua, iniperio y pueblos (1997), I, p. 793-806 ; J. M. Bueno Carrera, Guardias reales de Espana. Desde el reinado de los Reyes Católicos hasta Juan Carlos I, Madrid, 1989 ; J. de Sotto y Montes, « Guardias palacianas y escoltas reales de la monarquia española », Revista de Historia militar, 37 (1974), p. 19 et 30.

38 RIA, Esp., II, p. 13.

39 Ibid., p. 14.

40 Ibid., p. 15.

41 Ibid., p. 65.

42 AECP, Esp., 104, fol. 93, Marcin au roi, Naples, 7 mai 1702.

43 SHD, A1 1600, no 127, Marcin à Chamillart, 18 juillet 1702. François de Gaetano y Aragon, fils du duc de Laurenzana, fait Grand d’Espagne en 1708, vice-roi de Valence en 1711.

44 AE, Acq. Ext., 3, fol. 148, avis de Louville ; AECP, Esp., 101, fol. 371, avis de Marcin.

45 Ursel, Conrad-Albert Schetz (comte d’). Gentilhomme de la Chambre et maître de camp général depuis septembre 1698. Il était connu en France et parlait parfaitement le français.

46 AECP, Esp., 91, fol. 100 et AEMD, Esp., 107, fol. 11.

47 AECP, Esp., 91, fol. 105 v°-106 (juillet 1701). Y. Bottineau, L'art de Cour dans l’Espagne de Philippe V, 17001746, (1962), p. 182-183, estime que ce plan est de la main du marquis de Louville.

48 AECP, Esp., 101, fol. 239, 14 septembre 1702, Louis XIV à Marcin.

49 AECP, Esp., 101, fol. 273, 4 octobre 1702, Louis XIV à Marcin.

50 SSBL, X, p. 176-177 et SHD, A1 1598, no 108, Chamillart à Marcin, 14 mars 1702.

51 AE, Acq. Ext., 3, fol. 108, Torcy à Louville, Marly, 27 mai 1702.

52 SSBL, X, p. 177, n. 9.

53 Louville à Beauvilliers, Naples, 31 mai 1702, AE, Acq. Ext., 3, fol. 130.

54 AECP, Esp., 113, fol. 18, juillet 1701 ; AE, Acq. Ext., 3, fol. 266, 10 septembre 1702.

55 AECP, Esp., 91, fol. 291, Blécourt à Torcy, Madrid, 9 juillet 1701.

56 AECP, Esp., 93, fol. 231, Harcourt à Torcy, la Zarzuela, 26 septembre 1701.

57 AECP, Esp., 104, fol. 193, Philippe V à Louis XIV, Naples, 18 mai 1702.

58 SSBL, XI, p. 240.

59 Millot, II, p. 26.

60 A. Baudrillart, Philippe V et la Cour de France..., I, p. 131-132 ; F. Bluche, Louis XIV, p. 776 ; J.-F. Labourdette, Philippe V, p. 118 ; J.-P. Le Flem, art. « Louville », Dictionnaire du Grand siècle, p. 911.

61 À son époque, Antonio de Ubilla dans son ouvrage : Succession del rey D. Phelipe V..., 1704, ne l’évoque qu’à peine (p. 373, 443, 537 et 584), alors qu’il l’a côtoyé ; quant au marquis de San Felipe, il n’en fait pas mention dans ses Comentarios. Les historiens espagnols, quand ils en parlent, ne le font qu’en citant l’ouvrage de A. Baudrillart (cf. par exemple l’introduction au Comentarios par Carlos Seco Serrano, (1957), p. XXIV, XXV et XXVIII). Aussi, nous signalons ici la redécouverte en cours de ce personnage, de la part de L. Pozas Poveda (Université de Cordoue). Cf. El marqués de Louville, un enviado de Luis XIVa la corte de España, J. M. Bernardo Ares (coord.), La sucesión de la monarquίa hispánica, 16651725, II, (Cordoue), 2009.

62 La maigre consolation du chercheur réside dans le fait que les destinataires de Louville s’en plaignaient aussi : « Écrivez-moi d’une écriture un peu plus grosse, car j’ai quelquefois peine à lire ce que vous avez écrit vite », Beauvilliers à Louville, 23 janvier 1701, G. Lizerand, op. cit., p. 447.

63 AEMD, Esp., 101, fol. 197, Louville à Torcy, Madrid, 19 février 1701.

64 AGP, Fel. V, 209-2, Planta de los oficiales franceses que tenian sus alojamientos asi en palacio como en la ciudad (1701). Louville partageait avec le marquis de Montviel un carrosse à 6 mules et avait la libre disposition de quatre chevaux de l’Écurie Royale, AECP, Esp., 96, fol. 50. En 1703, Louville s’installa dans une maison sise calle San Gil. Cette rue partait de la Plaza de Palacio et aboutissait à l’église Saint-Jean ; elle n’était séparée de la calle del Tesoro que par le couvent San Gil. Il ne pouvait être plus proche du Palais Royal. Aujourd’hui ces rues n’existent plus.

65 Le duc de Beauvilliers l’en prévenait, 15 mars 1701, G. Llzerand, op. cit., p. 456.

66 AEMD, Esp., 101, fol. 197, Louville à Torcy, Madrid, 19 février 1701.

67 Il semble que Louville touchait 50 pistoles par an (soit selon le change de 1701, environ 700 lt) auxquelles s’ajoutaient une gratification, le logement et le carrosse. En 1707, le roi lui octroyait une pension de 300 escuderos de vellon (soit environ 846 lt), AECP, Esp., 96, fol. 50 et AGP, Fel. V, 209-1, Relacion de sobresueldos de lafamilia francesa.

68 En tant que chef de la maison française, le marquis de Louville dépendait du chef de la maison espagnole. Aussi doit-il toujours agir sous sa dépendance sauf pour les services de la Bouche français sur lesquels il exerce une inspection immédiate, AE, Acq. Ext., 3, fol. 409, 12 décembre 1702.

69 Louv., I, p. 47-48 ; SSBL, VIII, p. 62-64.

70 Louv., I, p. 171 ; AECP, Esp., 104, fol. 103 v° ; 112, fol. 183 ; AE, Acq. Ext., 2, fol. 255 ; 3, fol. 135 et 180.

71 Louv., I, p. 135. Martin de Guzman Enriquez Niño y Moxica, marquis de Montealegre et de Quintana, gentilhomme de la Chambre depuis 1675, fut créé Grand en 1697. La Junte le choisit pour aller au-devant de Philippe V en France. Il fut confirmé dans sa charge et son frère fut nommé Premier Écuyer du roi.

72 AEMD, Esp., 101, fol. 197, Louville àTorcy, 19 février 1701.

73 Le sumiller, le comte-duc de Benavente, le mayordomo mayor, le marquis de Villafranca et le Grand Ecuyer, le duc de Medina Sidonia.

74 SSBL, VIII, p. 217.

75 AE, Acq. Ext., 2, fol. 283 et Louv., I, p. 116.

76 La division de l’aristocratie espagnole s’est accentuée tout au long du xviie siècle. On distinguait les Grands d’Espagne et les titulos, issus d’une noblesse riche et ancienne de la masse des caballeros (sud de l’Espagne) ou hidalgos (nord de l’Espagne), J. Lynch, The Hispanic World..p. 181 et sv„ et Enciclopedia de Historia de España, V, art. Hidalgo, p. 602, Nobleza, p. 860 et sv„ Grandeza, p. 560 et sv.

77 « Savez-vous aussi bien que moi, de Versailles, comme les choses se passent ici ? », écrivait-il à Torcy, Louv., I, p. 161-2.

78 Beauvilliers à Torcy, Bayonne, 16 janvier 1701, G. Lizerand, op. cit., p. 441.

79 Torcy (Jean-Baptiste Colbert, marquis de) (1665-1746), neveu de Jean-Baptiste Colbert. En 1689, il devient secrétaire d’État aux Affaires Étrangères en survivance de son père (Croissy), auquel il succède en 1696. Il est nommé ministre d’État et surintendant général des Postes en 1699.

80 Torcy à Louville, 3 juin 1701, Louv., I, p. 167.

81 AE, Acq. Ext., 2, fol. 296, Torcy à Louville, 24 mai 1701 ; G. Lizerand, op. cit., p. 465.

82 AE, Acq. Ext., 3, fol. 26, Torcy à Louville, Versailles, 23 mars 1702 ; Acq. Ext., 3, fol. 35, Torcy à Louville, 19 avril 1702.

83 SSBL, VIII, p. 233.

84 AE, Acq. Ext., 2, fol. 194, 310, 351 et 363 et Acq. Ext., 3, fol. 449.

85 Barbezieux (Louis le Tellier, marquis de) (1668-1701). Ministre de la guerre depuis 1691 ; Pontchartrain Jérôme de Pontchartrain (1674-1747) succéda à son père, en 1699, au secrétariat d’État de la Marine.

86 Pontchartrain à Louville, 30 mars 1702, AE, Acq. Ext., 3, fol. 25.

87 Chamillart Michel (1651-1721). Poussé par le crédit de Madame de Maintenon, il fut élevé à la direction des finances en 1699 et chargé du ministère de la guerre en 1701.

88 AE, Acq. Ext., 2, fol. 242, Louville à Beauvilliers, avril 1701 ; Louv. I, p. 235, madame de Beauvilliers à Louville, 2 mai 1702.

89 Cézanne Louis-François d’Harcourt, (comte de) (1677-1714).

90 Harcourt à Louis XIV, 27 décembre 1700, C. Hippeau, II, p. 399. Blécourt insiste aussi dans ce sens le 30 décembre 1700, ibid., p. 401. Louis XIV répondit ainsi à Harcourt, le 14 janvier 1700, « Je sais combien il est nécessaire qu’il y ait auprès du Roi mon petit-fils des gens assurés et d’une sagesse reconnue, en qui vous puissiez prendre confiance pour les avis que vous aurez à lui donner lorsque vous ne serez pas auprès de lui. Je vous ai déjà marqué que vous pouviez vous servir pour cet effet des sieurs de Louville et de Montviel, et y joindre le sieur de Blécourt », dans ibid., p. 429.

91 Son frère est Eugène d’Allonville, dit le chevalier de Louville qui se distinguera après 1715 par ses recherches en mathématique et astronomie en France (Moreri, VI, p. 476). Moyencourt eut plus de mal à trouver à s’employer en Espagne car Pontchartrain ne l’autorisa pas à accepter une charge de capitaine-amirante que lui proposait Philippe V. Il reste cependant en Espagne puisque nous le retrouvons en septembre 1703 au moment où il cherche à lever un régiment composé de déserteurs français dont il serait le colonel par grâce du roi d’Espagne et avec le soutien de Jean Orry, AE, Acq. Ext., 2, fol. 402 ; AEMD, Esp., 104, fol. 33 et AECP, Esp., 120, fol. 62.

92 AECP, Esp., 88, fol. 7 r°-v°.

93 AEMD, Esp., 101, fol. 178, Louville à Torcy, 12 février 1701. Montviel suggère pour remédier au désordre des finances de faire contribuer les provinces qui ne payent pas l’impôt, AEMD, Esp., 102, fol. 15, à Torcy, Buen Retiro, 6 avril 1701.

94 AEMD, Esp., 103, fol. 86, Louville à Torcy, juin 1701. AEMD, Esp., 105, fol. 245, Marcin au roi, 6 décembre 1702 ; ibid., fol. 235, Montviel à Torcy, Barcelone, 1er décembre 1702.

95 Mémoire du cardinal Portocarrero du 18 janvier 1703, H. Kamen, The War..p. 83. Lettre du duc d’Escalone à Louis XIV, 29 nov. 1700, C. Hippeau, II, p. 318.

96 Louv., I, p. 151.

97 AE, Acq. Ext., 2, fol. 225, Louville à Torcy, 17 avril 1701.

98 AEMD, Esp., 103, fol. 86, Louville àTorcy, juin 1701.

99 AE, Acq. Ext., 2, fol. 171, Louville àTorcy, 20 février 1701.

100 Les lignes suivantes développent un Mémoire de Louville à Torcy, non daté, mais qui se situe entre avril et juin 1701. AE, Acq. Ext., 2, fol. 281 à 295.

101 AE, Acq. Ext., fol. 293 v°. Puységur Jacques de Chastenet (marquis de) (1656-1743).

102 Desmarets Nicolas (1648-1721). Neveu du Grand Colbert ce dernier le fit entrer dans ses bureaux et le nomma maître des requêtes puis intendant des finances en 1683. Mais peu avant sa mort, il le dénonça pour un gain illicite qu’il aurait fait sur des pièces de 3 sous et demi à l’usage du petit peuple. Il fut exilé sur sa terre de Maillebois sans avoir pu se justifier, SSBL, VII, p. 128-139.

103 AE, Acq. Ext., 2, fol. 390, 13 juillet 1701.

104 Bernard Renau d’Eliçagaray (dit le petit Renau), (1652-1719), béarnais, ingénieur de marine.

105 AE, Acq. Ext., 2, fol. 397, la duchesse de Beauvilliers à Louville, Versailles, 16 juillet 1701.

106 D’Estrées Victor-Marie (comte puis maréchal) (1660-1737).

107 SSBL, X, p. 24-25.

108 Louv., I, p. 234, n. 1.

109 AE, Acq. Ext., 3, fol. 212, Louville à Torcy, au camp de la Testa, 8 août 1702.

110 AE, Acq. Ext., 3, fol. 130, Louville à Beauvilliers, Naples, 31 mai.

111 AECP, Esp., 106, fol. 165 et AE, Acq. Ext., 3, fol. 188, Torcy à Louville, Versailles, 24 juillet 1702.

112 AE, Acq. Ext., 3, fol. 174, Louville à Torcy, Crémone, 15 juillet 1702 : « C’est l’Italie, comme vous savez mieux que moi qui donne à la monarchie d’Espagne toute la considération qu elle a dans l’Europe ».

113 AE, Acq. Ext., 3, fol. 202, Torcy à Louville, 6 août 1702.

114 Louv., I, p. 306, Louville à Torcy, 8 août 1702.

115 Louville avait découvert que de nombreux Français faisaient des rapports sur lui. Ainsi Francine, Lesdiguière ou Montchamp. De même, le frère de Chamillart et son gendre, le marquis de La Feuillade, puis Cézanne, le frère d’Harcourt, lui en veulent de son éloignement pour eux. « Comme si j’étais bien criminel de ne m’être point servi de la main du roi d’Espagne pour faire prodiguer les grâces de France au tiers et au quart ; ou, si vous voulez encore, pour établir boutique de grandesses et de toisons à donner ou à troquer », Louv., I, p. 332, à Beauvilliers, 10 septembre 1702 ; AE, Acq. Ext. 3, fol. 330, à Beauvilliers, Milan, 18 octobre 1702 et AECP, Esp., 113, fol. 117, 150 et 158.

116 AE, Acq. Ext., 3, fol. 379 et AECP, Esp., 110, fol. 304, Torcy à Louville, Versailles, 28 novembre 1702 ; ibid., fol. 384, la duchesse de Beauvilliers à Louville, 3 décembre 1702.

117 La duchesse de Beauvilliers l’avertit que Torcy montre toutes ses lettres et « qu’il y a des endroits que j’aimerais autant qui ne lui fussent point montrés », AE, Acq. Ext., 3, fol. 165, 4 juillet 1702 ; Louville demande à Beauvilliers de surveiller que Torcy ne fasse plus usage de ses lettres, sans quoi il ne lui écrira plus que des « bagatelles », ibid., fol. 266, 10 septembre 1702.

118 AE, Acq. Ext., 3, fol. 336, Louville au duc de Beauvilliers, 20 octobre 1702 et fol. 266, 10 septembre 1702.

119 AE, Acq. Ext., 3, fol. 427 et 437.

120 Le duc de Bourgogne écrit en sa faveur à la reine d’Espagne, 7 janvier 1703, dans Lettres du duc..., I, p. 19. Torcy note le soutien du duc d’Orléans, AE, Acq. Ext., 3, fol. 459. Ce dernier avait beaucoup entretenu Louville lors de son séjour en France, SSBL, XI, p. 6. Henri-Jules de Bourbon, prince de Condé lui écrit de Marly, le 7 novembre 1702, La Tr., II, p. 127 et AE, Acq. Ext., 3, fol. 459. Madame de Noailles, instruite par le duc de Saint-Simon, lui envoie aussi une lettre en lui disant « qu'elle et toute sa famille se mettront en pièces » pour le servir, AECP, Esp., 113, fol. 158.

121 Nous trouvons en effet quelques cas de domestiques français sous Charles II, en service dans la Casa Real, tel Gaspard Rebufat, nommé Chef de la Bouche de la Maison de la Reine le 30 août 1686 et encore en service à l’arrivée de Philippe V ; les Lecœur (père, oncle et neveu), qui depuis 1696 étaient perruquiers de Charles II ; ou encore les Cantin, venus avec Marie-Louise d’Orléans et qui, en 1724, sont encore parmi les caméristes au service d’Elisabeth Farnèse (AGP, Luis I, 3).

122 Millot, II, p. 21-22.

123 AECP, Esp., 88, fol. 122, Harcourt à Louis XIV, 22 mars 1701 et ibid., fol. 215, 7 avril 1701.

124 RIA, Esp., II, p. 9.

125 AEMD, Esp., 102, fol. 32, Montviel à Torcy, Buen Retiro, 17 avril 1701.

126 Acq. Ext., 2, fol. 171, le 17 avril, ibid., fol. 224, ibid., fol. 226 ; G. Lizerand, op. cit., p. 456 ; AE, Acq. Ext., 2, fol. 328.

127 AE, Acq. Ext., 2, fol. 338 v°, Beauvilliers à Louville, 12 juin 1701.

128 Louv., I, p. 172, Beauvilliers à Louville, juin 1701 « Sourdaut », terme peu usité pour désigner une personne qui entend avec peine. De fait, Orry était sourd, ainsi que la duchesse en informe Louville, afin que celui-ci ne s’en rebute pas, AE, Acq. Ext. 2, fol. 351, Marly, 27 juin 1701.

129 SSBL, X, p. 389.

130 Chamillart à Harcourt, 20 juin 1701, SHD, A1 1474, fol. 321.

131 Louville s’étonne en effet auprès de Torcy du soutien que ce dernier apporte à Jean Orry alors que, selon ses informations, Orry aurait été « fort ennemi » de Seignelay (ancien ministre de la marine et cousin de Torcy) et au contraire « créature » de Le Peletier, dans les charges duquel Torcy succéda, dans AE, Acq. Ext., 2, fol. 281 et sv. et AECP, Esp., 96, fol. 168, 23 mai 1701. Et le 9 juillet 1701, il avoue qu’il ne tient nullement à voir « M. Aurry que je n’ai point l’honneur de connaître... », AECP, Esp., 97, fol. 23.

132 Sur la carrière d’Orry avant 1700, cf. BN, Clairambault, 1245, p. 4405 et sv... ; Grosley, Mémoires sur les Troyens célèbres, II, p. 262.

133 Seignelay Jean-Baptiste Colbert (marquis de) (1651-1690), fils aîné de Colbert. Il lui succède à la Marine et à la Maison du roi en 1683.

134 Louvois Michel Le Tellier (marquis de) (1641-1691), sous-secrétaire d’État à la guerre, surintendant des bâtiments.

135 Le général des vivres est en correspondance régulière tant avec le contrôleur général des finances qu’avec le secrétaire d’État à la Guerre. Il prend directement ses instructions du commandant en chef et de l’intendant de l’armée, lesquels ne connaissent que lui comme agent responsable.

136 BN, Clairambault 1245, p. 4405 et sv. ; D. Ozanam, Jean Orry munitionnaire du roi… (1989).

137 M. Ross-Orry, Jean Orry (1652-1719) ..., (1963), p. 116.

138 BN, Clairambault 1245, p. 4429.

139 AECP, Esp., 90, fol. 298, 22 juin 1701, passeport de Jean Orry. AECP, Esp., 97, fol. 23, Louville assure qu’Orry vient avec trois commis qu’il entretient pour une somme de 50 000 lt. AECP, Esp., 90, fol. 299, Louis XIV à Harcourt, 22 juin 1701 ; ibid., fol. 301, même date.

140 AECP, Esp., 92, fol. 13, Orry à Torcy, 2 août 1701.

141 AEMD, Esp., 104, fol. 153, Louville à Torcy, 29 août 1701 ; Millot, II, p. 139.

142 AECP, Esp., 92, fol. 53, Orry à Torcy, Madrid, 8 août 1701. Et Marcin signale à Torcy le 18 août qu’Orry « travaille fortement à défricher le nombre immense des mémoires qui lui viennent de toutes parts », AECP, Esp., 92, fol. 198.

143 AECP, Esp., 92, fol. 257, Portocarrero à Torcy, 24 août 1701.

144 Antonio de Alathora ORTIZ, secrétaire d’état en juillet 1701 ; il avait épousé du temps de la reine Marie-Louise, la nièce de La Cantin. Son mariage lui fit avoir la charge de Guardajoya de la reine, fonction qu’il exerça jusqu’à la mort de Charles IL Le marquis de Montviel parle d’Ortiz comme d’un des plus honnêtes hommes de Madrid, AECP, Esp., 97, fol. 116 v° et 120. Orry l’appréciait beaucoup et l’aurait bien vu comme secrétaire d’État aux affaires intérieures, AECP, Esp., 119. Ortiz n’avait point d’enfants.

145 AECP, Esp., 90, fol. 417, Portocarrero à Torcy, 29 juin 1701. En août 1702 puis en février 1703, Orry voudra placer à la tête du Conseil des Finances, EQUIZAVAL alors âgé de 58 ans.

146 AECP, Esp., 92, fol. 353, Orry à Torcy, Madrid, 31 août 1701 ; AECP, 93, fol. 144, à Torcy, Madrid, 8 septembre 1701 ; AECP, Esp., 93, fol. 235.

147 Louville en informe Torcy dès le 29 août 1701, AEMD, Esp., 104, fol. 153, Louville à Torcy, 29 août 1701.

148 La Tr., II, p. 83, Madame des Ursins à Torcy, 19 août 1702. Dès juin 1701, une junte composée de Carpio, Mancera et d’autres Grands avait été établie pour tenter de trouver des fonds et contrer ainsi l’arrivée d’un financier français, AECP, Esp., 96, fol. 247, Montviel à Torcy, 23 juin 1701.

149 BN, Clairambault 1245, p. 4410.

150 AECP, Esp., 92, fol. 53, Orry à Torcy, Madrid, 8 août 1701.

151 AN, G7 1092, Orry à Chamillart, 22 juillet 1702.

152 AECP, Esp., 106, fol. 259, Torcy à Orry, 6 août 1702.

153 Millot, II, p. 155, le roi à Marcin, 15 décembre 1701.

154 Louis XIV à Philippe V, 27 juin 1701.

155 Ubrecht à Torcy, 27 mai 1702, SHD, A1 1601, n. 32. Bartholomé Flon et Huberto Ubrecht, catholiques hollandais, étaient fermiers des gabelles et résidaient à Madrid. Orry eut plusieurs fois affaire avec eux.

156 SHD, A1 1601, n. 41, Orry à Chamillart, 24 juin 1701. Ses commis se nomment Perrin, Paris et Turgis. Soleymat était un écuyer qui faisait de fréquents déplacements au service du financier, AECP, Esp., 120, fol. 441.

157 SHD, A1 1601, n. 38, Orry à Chamillart, 29 juin 1702.

158 AECP, Esp., 106, fol. 78, Orry à Torcy, Madrid, 8 juillet 1702.

159 AN, G7 1092, Orry à Chamillart, 8 juillet 1702 : il lui envoie le projet de lettre ainsi libellé pour le président de Castille : « M. Arias, j’ai appris que le sieur Orry est de retour à Madrid et qu’il a achevé les mémoires qu’il a dressés par mon ordre, tant pour reconnaître l’état présent des produits de mes droits que pour trouver les moyens d’établir un meilleur ordre dans l’administration de mes finances et par là parvenir à être en état de soulager mes peuples. Vous savez la conséquence de la réussite de ce dessein et vous n’ignorez pas de quelle importance il est d’en tenir les projets secrets, ainsi je ne doute pas que vous ne donniez une attention particulière à les examiner avec M. le cardinal à qui je mande de faire en sorte qu’il n’y ait que vous deux qui en ayez connaissance ».

160 La Tr., II, p. 98, Madame des Ursins à Torcy, Madrid, 6 septembre 1702.

161 AN, G7 1092, Orry à Chamillart, 13 juillet et 11 août 1702.

162 AN, G7 1092, Orry à Chamillart, 2 septembre 1702.

163 Villadarias Francesco del Castillo-Faxardo (marquis de) († 1716) Philippe V le nomma gouverneur de la côte d’Andalousie à la place du marquis de Leganés en janvier et avril 1702.

164 San Felipe, Comentarios, p. 45.

165 AN, G7 1092, Orry à Chamillart, 5 septembre 1702 ; SHD, A1 1600, 8 septembre 1702 ; AECP, Esp., 108, fol. 119, à Torcy. Louis XIV écrit à Blécourt qu’il approuve tous ces efforts d’Orry, ibid., fol. 15, 13 septembre 1702.

166 Montalto Ferdinand d’Aragon Moncade (duc de) († 1713), président du conseil d’Aragon ; Monterey Jean Dominique de Haro y Guzman (comte de) († 1716), président du Conseil de Flandres ; Castañaga François Antoine de Agurto (marquis de), († nov. 1702) ; D. Sanche de la Miranda. Il sera fait capitaine général de la province de Guipuzcoa en 1705.

167 Orry annonce le 18 septembre 1702 qu’il a fait un marché pour 500 chevaux sur les 720 qu’il doit fournir., SHD, A1 1600, pièce 12 et 15.

168 AECP, Esp., 108, fol. 388, Orry à Torcy, Madrid, 21 septembre 1702. Entre autres points délicats, Orry voulait imposer les officiers du régiment de la reine contre l’avis de Castafiaga, cf. AECP, Esp., 108, fol. 221, Ozon à Torcy, 13 septembre.

169 AECP, Esp., 108, fol. 234, Torcy lui dit sa satisfaction, Fontainebleau, 24 septembre 1702 et fol. 440, 2 octobre 1702 ; SHD, A1 1600, pièce 4, Orry à la Reine, sd.

170 SHD, A1 1600, pièce 6 : état de ces milices, septembre 1702.

171 Louv., I, p. 135 et p. 147.

172 Marie-Louise de Savoie (1688-1714), fille du duc Victor-Amédée II de Savoie (1666-1732) et sœur de la duchesse de Bourgogne (1685-1712).

173 SSBL, VIII, p. 174.

174 SSBL, XXVI, p. 263-264 et V, p. 515.

175 Chalais Adrien-Blaise de Talleyrand (comte de) († en 1670).

176 Orsini Flavio, Ve duc de Bracciano et de San-Gemini, prince de Nerola et du Saint-Empire, grand d’Espagne, né le 4 mars 1620, mort le 5 avril 1698.

177 Pour se libérer des créanciers, les Bracciano sont obligés de vendre en 1696 la terre et le château dont ils portent le nom. Ils prennent alors le nom de prince et princesse d’Orsini ou, à la française, des Ursins. Mais, jusqu’à son départ pour l’Espagne, la princesse est encore connue à la Cour de France sous le nom de Madame de Bracchane.

178 SSBL, IX, p. 97.

179 Uceda Jean-François Acufia y Pacheco, de Sandoval Mendoza y Toledo (duc d’) (1649-1718), fut nommé ambassadeur à Rome en 1699.

180 SSBL, IX, p. 384-6, lettre de Torcy et lettre du roi d’Espagne.

181 Louis XIV à Marcin, l4nov. 1701, La Tr., I, p. 95. Mais la Princesse craint le danger de cette mesure et préfère s’en abstenir, AECP, Esp., 94, fol. 165, Barcelone, à Torcy, 28 novembre 1701.

182 La Tr., II, p. 19, Madame des Ursins à Torcy, 5 mars 1702.

183 AECP, Esp., 94, fol. 37, Madame des Ursins à Torcy, Figueras, 4 novembre 1701.

184 Cité dans Y. Bottineau, L’Art de Cour, (1962), p. 160.

185 AECP, Esp., 112, fol. 37, Louville à Torcy, Barcelone, 5 mars 1702.

186 AECP, Esp., 94, fol. 92, Madame des Ursins à Torcy, Barcelone, 12 novembre 1701.

187 AECP, Esp., 106, fol. 288, Madame des Ursins à Torcy, Madrid, 22 juillet 1702.

188 La Tr„ II, p. 65, Torcy à Madame des Ursins, 3 juillet 1702.

189 La Tr., II, p. 18, 5 mars 1702 et p. 41, 14 mai 1702.

190 AEMD, Esp., 103, fol. 19, Louville à Torcy, Madrid, 4 juin 1701.

191 AECP, Esp., 97, fol. 18, Montviel à Torcy, 3 juillet 1701 ; San Felipe, Comentarios, p. 30-31.

192 Geoffroy, p. 105, Madame des Ursins à la maréchale de Noailles, Rome 25 mai 1701, Cermakian, p. 232, n. 5.

193 Geoffroy, p. 110-112, Madame des Ursins à la Maréchale de Noailles, Rome, 28 juin 1701, Cermakian, p. 232.

194 Le chevalier d’Epennes était petit fils d’une demi-sœur du cardinal de Janson, et fils du marquis des Pennes, premier procureur du pays de Provence en 1675. Il entra dans l’Ordre de Malte en 1694. Il servait sur les galères du roi depuis 1688, comme enseigne (1692), puis sous-lieutenant (1698) puis aide-major. En 1701, il commanda les quarante capitaines d’armes qui escortèrent la reine d’Espagne depuis Marseille jusqu’à la frontière. C’est alors qu’il gagna la confiance de Madame des Ursins. Elle le recommanda à Torcy et l’emmena à Madrid pour devenir premier exempt des gardes du corps flamands.

195 Du Péage était le fils de M. Guillaume de Troche. Ce dernier est conseiller du Roi, maire perpétuel et lieutenant-général de police de la ville de Paray.

196 On l’appelait en Espagne D. Luis. Son nom complet est Jean Bouteroue Daubigny, seigneur de Chanteloup. SSBL, XI, p. 243-244 : « C’était un beau et grand drôle, très bien fait et très découplé de corps et d’esprit, qui était depuis de longues années à la princesse des Ursins sur le pied et sous le nom d’écuyer, et sur laquelle il avait le pouvoir qu’on ceux qui suppléent à l’insuffisance des maris ». Ainsi que le souligne M. Cermakian, op. cit., p. 611, « Il n’est pas juste que ses liens intimes avec la Princesse, s’ils ont existé, diminuent la portée de son rôle ».

197 La Tr„ II, p. 34, Torcy à Madame des Ursins, 23 avril 1702.

198 La Tr., I, p. 97, Marcin au roi, 21 novembre 1701.

199 AECP, Esp., 94, fol. 293, Barcelone, 16 décembre 1701, sur une querelle d’attributions entre deux Grands.

200 AECP, Esp., 106, fol. 144, Madame des Ursins à Torcy, Madrid, 15 juillet 1702.

201 AE, Acq. Ext., 3, fol. 55, au duc de Beauvilliers, 24 avril 1702. Le 3 avril, Louville dénonce Madame des Ursins en écrivant qu'elle veut donner le gouvernement du Potosi à cet espagnol qui est un « fripon », AECP, Esp., 112, fol. 103. Torcy et Beauvilliers abondent en son sens, AE, Acq. Ext. 3, fol. 35 et 43. L’ambassadeur en blâme la Princesse. Madame des Ursins est obligée de longuement s’expliquer sur cette affaire, AECP, Esp., 104, fol. 173.

202 AECP, Esp., 115, fol. 77 bis, lettre inédite, acquise en février 1966 par les AE, abbé d’Estrées au cardinal de Noailles, Madrid, 11 mars 1703. Cependant, en mai 1704, ce Salvador est à l’armée avec le roi et travaille aussi avec Orry.

203 Louv., I, p. 341. AE, Acq. Ext., 3, fol. 409, Louville à Beauvilliers, 12 décembre 1702.

204 Louv., I, p. 376, Louville à Beauvilliers, Madrid, 27 janvier 1703.

205 Cermakian, p. 255.

206 Selon un extrait de la reine Anne au Parlement anglais en 1712 : « The apprehension that Spain and the West Indies might be united to France was the chief inducement to begin this war », Ch. Frostin, « Les Pontchartrain et la pénétration commerciale française en Amérique espagnole », (1971), p. 310.

207 En théorie, les Espagnols dominent tous les littoraux de l’Amérique, ainsi que le Pacifique avec ses îles. En réalité, les installations espagnoles en Amérique continentale du Nord sont très réduites tandis que dans les Caraïbes, les Espagnols ont cédé, en 1648, aux Hollandais les îles de Curaçao, Saint-Eustache et Saint-Martin ; en 1670, aux Britanniques l'île de la Jamaïque ; en 1697, enfin, aux Français, la partie nord-ouest de l'île de Saint-Domingue. En revanche, dans le Pacifique ou Mer du Sud, il ne se trouve aucun établissement en dehors des établissements espagnols. Ils dominent cette région du monde avec la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne et du Pérou et sont seuls à faire la route jusqu’aux Philippines (le Brésil est, bien sûr, sous domination portugaise).

208 AECP, Esp., 119, fol. 99 v°. Le cahier concernant « las Indias » court du fol. 92 au fol. 100.

209 On distingue la flotte destinée à la Nouvelle Espagne, des galions destinés à la Tierra Firma.

210 L’autorité locale appartenait aux vices rois, dont l’un résidait à Mexico (pour la Nouvelle Espagne, le Guatemala, la Nouvelle Galicie, les Indes Occidentales et les Philippines) et l’autre à Lima (pour le Pérou, le Chili, la Tierra-Firma, la Nouvelle Grenade et le territoire de la Plata). En 1702, le duc d’Albuquerque et le marquis de Castel-dos-Rios furent choisis avec l’accord de Louis XIV pour occuper ces postes.

211 Le Conseil des Indes fut établi en 1524. Le commerce légal entre l’Espagne et les Indes fut, dès 1503, placé sous l’autorité de la Casa de Contratacion de Séville. Le Consulat de Séville, créé en 1543, veillait sur les intérêts des particuliers, E.W. Dahlgren, Les relations commerciales et maritimes..., livre I, ch. 1.

212 E.W. Dahlgren, op. cit., p. 33. La France était instruite de ces difficultés, ainsi que le prouve un mémoire de la fin de 1701, intitulé Mémoire sur l’état présent du commerce de l’Amérique par rapport au préjudice que souffre le roi d’Espagne dans l’administration de ses droits, AECP, Esp., 94, fol. 364-383 v°.

213 Le dernier galion était parti en septembre 1695 pour revenir en juin 1698. La dernière flotte était partie en juillet 1699 et à l’avènement de Philippe V n’était toujours pas revenue, H. Kamen, Spain in the later seventeenth century, p. 133, tableau 5.8 ; H. o’Donell y Duque de Estrada, « La marina durante el primer reinado de Felipe V (1700-1724) », XJornadas Nacionales de Historia Militar, (2000), p. 439-450.

214 RIA, Esp., II, p. 42.

215 AECP, Esp., 87, fol. 131, Portocarrero à Torcy, 8 janvier 1701. Ibid., Blécourt au roi, 4 janvier 1701.

216 Sur Jean Ducasse (1646-1715), cf. Ph. Hrodej, L’amiral DU Casse. L’élévation d’un gascon sous Louis XIV, (1999).

217 Sur leurs liens familiaux cf. Ch. Frostin, loc. cit., p. 308 et SSBL, XI, p. 334. Selon Ch. Frostin, derrière Pontchartrain et Ducasse se trouvait un véritable « groupe de pression » qui joua un rôle de premier plan dans l’orientation de la politique américaine de la France.

218 L’asiento est un contrat de fourniture d’esclaves. Les colonies espagnoles manquant d’esclaves africains et les Espagnols n’ayant pas de possessions en Afrique, ce sont des négociants étrangers qui furent autorisés à faire ce trafic.

219 AN, Colonie B 24, fol. 186, 27 juillet 1701, Pontchartrain à Harcourt, au sujet de la mission de Ducasse, C. Frostin, loc. cit., p. 315, n. 2.

220 AECP, Esp., 92, fol. 279-307 et 308-337 : texte en version franco-espagnole. La Société royale de Guinée, animée par le banquier Samuel Bernard et par Jean Ducasse, s’engageait à fournir 48 000 esclaves en dix ans et à régler à la couronne d’Espagne une taxe, payable à l’avance, représentant environ le cinquième du profit. La Société était aussi autorisée à ouvrir des factoreries dans plusieurs ports de l’Amérique espagnole, ce qui permettait de vendre non seulement des esclaves mais aussi des marchandises de contrebande.

221 Il traite de questions concernant la présence française près du Mississipi et l’occupation du port de Pensacola ; la partition de Saint-Domingue entre les Français et les Espagnols, ou encore la manière d’interdire le commerce interlope anglo-hollandais dans les Mers du Sud. Il se fait aider en cela par Marcin, AECP, Esp., 91, fol. 279 ; SHD, A1, 1598, no 45 ; Hrodej, I, p. 254-258.

222 Agent des États-Généraux à Madrid. Louis XIV s’en méfiait, C. Hippeau, II, p. 360 ; AECP, Esp., 102, fol. 466, 18 février 1702. Marcin hésitait à le faire chasser de Madrid car cela pouvait être un casus belli avec la Hollande, ibid., fol. 520, Barcelone, 25 février 1702 et SHD, A1 1600, no 35. Il finit par quitter Madrid en mai 1702 selon un avis de Blécourt, AECP, Esp., 104, fol. 112. Avis sur Ducasse, Ch. Frostin, loc. cit., p. 315, lettre de Schonenberg aux États Généraux, 25 août 1701.

223 San Felipe, Comentarios, p. 50.

224 RIA, Esp., II, p. 76-77.

225 Hrodej, I, p. 288.

226 En juin 1702, avant de mener une escadre aux Indes, Ducasse passe voir Philippe à Madrid « pour lui donner une ample connaissance de toutes les lumières acquises et qui conviendront au bon ordre des Indes », AECP, Esp., fol. 315,25 juin 1702. Il est aussi le vainqueur de la bataille de Sainte Marthe, événement le plus honteux pour les Anglais durant cette guerre (du 30 août au 4 septembre 1702).

227 SSBL, VIII, p. 296 ; Dangeau, VIII, p. 115 ; Sourches, VII, p. 72-73 ; Mercure, mai 1701, I, p. 300-301. La charge de lieutenant-général est plus importante que celle de vice-amiral en France.

228 AECP, Esp., 93, fol. 523, le comte d’Estrées à Harcourt, Cadix, 27 octobre 1701.

229 Château-Renault François-Louis de Rousselet (marquis de) (1637-1716). Lieutenant-général, il confirme sa gloire naissante lors de la guerre de la Ligue d’Augsbourg. Vice-amiral de France du Levant depuis le 1er juin 1701. Maréchal de France en janvier 1703.

230 Calmon-Maison, Le maréchal de Château-Renault, p. 204 ; AN, B2 154, fol. 690.

231 AECP, Esp., 96, fol. 76, Montviel à Torcy, 22 mars 1701.

232 Toulouse Louis Alexandre de Bourbon (comte de) (1678-1737), amiral de France, troisième fils de Louis XIV et de Madame de Montespan.

233 SSBL, X, p. 179, n. 6.

234 Hrodej, II, p. 426, sous-chapitre : « Pontchartrain et la marine espagnole » ; P. E. Pérez-Mallaina Bueno, « La Guerra de Sucesión y la reforma del sistema español de comunicaciones con America », X Jornadas Nacionales de Historia Militar, (2000), p. 355.

235 AN, B7 258.

236 AECP, Esp., 106, fol. 316, Ozon à Torcy, Madrid, 27 juillet 1702.

237 BN, Clairambault, 1245, p. 4462. Il semblerait qu’il soit un cousin issu de germain voire un membre encore plus éloigné du confesseur, même si tous deux sont issus de la famille des Daubenton de Bourgogne.

238 La Tr., II, p. 74, Madame des Ursins à Torcy, 23 juillet 1702.

239 À Alicante, Barcelone, Bilbao, Cadix (et ses vices-consulats Séville et San Lucar), Carthagène, La Corogne, Denia (vice-consulat), Gibraltar, Gijon, Mahon, Palma de Majorque, Malaga, Santander, Ténérife, Tortose (vice-consulat), Vigo (vice-consulat).

240 San Felipe, Comentarios, p. 25.

241 SSBL, X, p. 241, n. 2.

242 AECP, Esp., 88, fol. 215, Harcourt au roi, Madrid, 7 avril 1701.

243 AECP, Esp., 112, fol. 78, Louville à Torcy, Barcelone, 25 mars 1702.

244 Ibid. Équivalent à 200 écus français. Le 3 avril 1702, Renau écrit à Chamillart pour lui demander l'autorisation d’accepter le titre de général de bataille, SHD, A1 1601, fol. 23, de Barcelone.

245 Calmon-Maison, op. cit., p. 278-279.

246 AECP, Esp., 110, fol. 57, Renau à Manuel Vadillo, 3 novembre 1702.

247 AECP, Esp., 120, fol. 224, 7 novembre 1703.

248 La Tr„ p. 85, 19 août 1702. De son côté, Orry se plaignait que l’ingénieur espagnol chargé de fortifier Badajoz dépensait beaucoup d’argent pour un résultat quasi nul, AECP, Esp., 120, fol. 181, 8 octobre 1703, à Torcy.

249 Notice biographique : SSBL, VI, p. 230, n. 1.

250 AECP, Esp., 122, fol. 99, Ozon à Torcy, Madrid, 16 février 1703.

251 AN, Clairambault, 1175, fol. 104 ou 108.

252 AECP, Esp., 106, fol. 316, Ozon à Torcy, Madrid, 27 juillet 1702.

253 Peut-être issu de la famille Lemaire qui compta plusieurs consuls. Cf. Mezin, op. cit., p. 392-394 et p. 774.

254 Romain est envoyé en février 1701 à Port-Mahon pour en étudier les fortifications ainsi qu’en mars et juillet 1702, AECP, Esp., 112, fol. 33 ; AEMD, Esp., 107, fol. 35 ; AECP, Esp., 106, fol. 235.

255 Fresno Pierre-Fernandez de Velasco (marquis del), (1633-1713).

© Presses universitaires de Strasbourg, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search