Version classiqueVersion mobile

Les Français de Philippe V

 | 
Catherine Désos

Chapitre 2. La constitution de l’entourage français de Philippe V. Une sélection politique

Texte intégral

1Malgré l’inexpérience du duc d’Anjou, Louis XIV ne marqua jamais d’inquiétude quant à ses capacités à régner. Si le roi de France est bien conscient du poids immense qui s’abat sur les épaules de Philippe, il discerne aussi en lui tous les atouts du futur monarque. On retrouve en cela le sentiment profond du Roi Très Chrétien qui, conscient de la légitimité de son droit, s’abandonne à la Providence pour les suites et le succès de l’entreprise. On aurait pu s’attendre, néanmoins, à un entourage bien plus étoffé que celui qui fut prévu. Or, le roi de France a orienté l’ensemble de ses choix de manière à ne pas froisser les Espagnols et à contenter leur sentiment national. Alors qu’il aurait pu mettre en place pour son petit-fils une suite brillante, comptant quelques ministres avisés ainsi qu’une noblesse intéressée à passer les Pyrénées (et qui le lui demandait), il préféra des personnalités modestes ou anonymes et restées jusque-là, inconnues du public. Le seul personnage de réelle envergure internationale présent au côté du roi d’Espagne est l’ambassadeur Harcourt. À la quantité, le roi de France préfère la qualité. Louis XIV ne songeant pas encore à s’immiscer au sein des affaires internes de l’Espagne, il ne lui apparaît guère opportun d’envoyer davantage de ministres officiels. La situation réelle du gouvernement espagnol, de ses finances ou de son armée reste encore la grande inconnue à Versailles. Ni ses conseillers, ni le roi lui-même, n’ont mesuré l’ampleur des difficultés vécues alors par leur voisin.

  • 1 C. Hippeau, II, p. 310.

2Louis XIV ne prévoit, ni même ne souhaite, la pérennisation de la présence française à Madrid. Bien plus, il préconise à l’ambassadeur de France que le jeune roi, « lorsque la connaissance qu’il acquerra bientôt de la langue et du génie de la nation espagnole l’aura mis en état de se passer de domestiques français », les renvoie tous1.

  • 2 « Quelques aspects généraux de la politique étrangère de Louis XIV », xviie siècle, 46-47 (1960), p (...)

3En privilégiant un entourage restreint et anonyme, le roi de France veut rassurer l’Angleterre et les Provinces-Unies en ne faisant « aucune provocation », en mettant en avant « un désir d’accord avec les puissances européennes pour préserver la paix2 ».

4Aussi, en 1700, au moment même du voyage de Philippe V et de sa suite, rien ne laisse encore présager la place prépondérante qui sera accordée quelques mois plus tard à cette colonie française. La position de Versailles à ce sujet est nette et l’enthousiasme des Espagnols est, en conséquence, à son comble. L’accession au trône espagnol d’un Bourbon se fait dans la joie la plus totale, sous le signe de l’unité entre les deux pays. Seuls quelques-uns des Français qui pénètrent à Madrid en février 1701, commencent à faire entendre des voix un peu différentes face à la situation critique qu’ils découvrent dans la capitale. Ils amorcent ainsi le changement qui se produira dans le rôle qui leur est dévolu.

1. « Laissons les Espagnols se gouverner eux-mêmes3 »

  • 3 C. Hippeau, I, p. CLIV.

5Cette phrase, dont la paternité est accordée au duc d’Harcourt, fut le leitmotiv qui présida à la réception du testament, à son acceptation et à la constitution de l’entourage français.

L’acceptation du vœu des Espagnols

  • 4 Tallard (Camille, marquis d’Hostun de la Baume, baron d’Arlan, comte de) (1652-1728), nommé en déce (...)
  • 5 Heinsius (Antoine) (1644-1720), diplomate, il fut élu Pensionnaire de la Province de Hollande en 16 (...)
  • 6 Louis de France, dit le Grand Dauphin, († 1711), fils de Louis XIV et père des ducs de Bourgogne, A (...)

6Le secret du testament signé par Charles II le 2 octobre 1700, ne put être longtemps préservé. Le comte de Tallard4, ambassadeur envoyé à Londres, faisait état, dès le 2 novembre, de l’inquiétude des britanniques à ce sujet. À tel point que le 5, le conseil des ministres de France se déterminait à demeurer fidèle au projet de partage décidé de concert avec l’Angleterre et les Provinces-Unies. Le Pensionnaire Heinsius5 en fut lui aussi aussitôt avisé. Mais, en même temps, se développe à Versailles, un parti favorable à la succession bourbonienne, dont Monseigneur6, assez directement intéressé, fait partie.

  • 7 Villars (Claude-Louis-Hector, marquis puis duc de) (1653-1734), lieutenant-général en 1693, envoyé (...)
  • 8 AECP, Vienne, 75, fol. 249-252, Louis XIV au marquis de Villars, 7 novembre 1700 : « J’ai voulu lai (...)

7Le roi de France tenta encore de préserver le traité de partage. Le marquis de Villars7 reçut l’ordre de s’adresser à l’Empereur pour que celui-ci s’adjoigne au traité. Mais Léopold Ier refusa8. En réalité, il avait envoyé, le 1er novembre, de nouveaux pouvoirs au comte d’Harrach à Madrid pour constituer un gouvernement provisoire en son nom en cas de mort de Charles II.

  • 9 Ibid., p. 11-12, Louis XIV à Blécourt, 7 novembre 1700, AECP, Esp., 84, fol. 237-238.
  • 10 F. Bluche, op. cit., p. 767.

8Le 7 novembre, Louis XIV engageait le marquis de Blécourt, alors son seul représentant à Madrid, à agir avec prudence, en ne faisant certes aucune promesse au clan de Portocarrero, mais en ne laissant pas entendre non plus que la France pourrait refuser un testament fait en son seul nom9. Toutes les possibilités restaient alors ouvertes. Le testament du roi d’Espagne ne surprit pas vraiment les ministres français. Mais il les contraignit à prendre dans des délais très brefs une des plus graves décisions du règne10.

  • 11 Ibid. On peut se reporter à SSBL, VII, p. 295-312 pour un récit de la séance du Conseil. Néanmoins, (...)
  • 12 Torcy, p. 549 et 551.
  • 13 Or, seuls l’électeur de Bavière et son frère, l’archevêque de Cologne soutiendront la cause franco- (...)
  • 14 Créé seulement le 29 juin 1700.
  • 15 F. Bluche, op. cit., p. 768 ; C. Frostin, « Les Pontchartrains et la pénétration commerciale frança (...)
  • 16 Torcy, p. 551.

9L’annonce du décès de Charles II fut connu le 9 novembre 1700, en même temps que de larges extraits de son testament. Un Conseil des ministres fut aussitôt convoqué. Faute de procès-verbal et compte-tenu des contradictions visibles des récits postérieurs, on ne peut être assuré du détail des interventions de chacun des protagonistes11. Seules, quelques grandes lignes se dégagent. Il semble que le marquis de Torcy ait davantage opiné pour le respect du traité de partage que pour l’acceptation du testament, qui entraînerait à coup sûr une guerre générale. Le duc de Beauvilliers, lui aussi, aurait souhaité le respect de l’accord pris avec les autres Puissances européennes12. Par contre, le chancelier Pontchartrain marqua sa préférence pour le testament, se disant persuadé de la faiblesse interne de l’Empereur, suzerain de princes indépendants13. Il envisageait par ailleurs, la protection navale que pouvait apporter la France aux liaisons coloniales de l’Espagne. Lié avec les négociants des ports de l’Atlantique et de la Manche, les chambres de commerce et leurs députés que sont les membres du Conseil de Commerce14, Pontchartrain connaissait parfaitement leurs désirs et la situation du commerce des Indes15. Il sut faire miroiter les avantages des nouvelles importations américaines que feraient les commerçants français, sans évoquer un seul instant les possibles réticences espagnoles en ce domaine. Seules, comptaient l’augmentation du prestige et du profit du royaume ainsi que la diminution de ceux de l’Angleterre et de la Hollande. Le chancelier trouva en Monseigneur un soutien de poids. Celui-ci voulait assurer à son fils, un grand royaume et « sans hésiter, il conclut à l’acceptation du testament16 ». Devant ces divergences, Louis XIV suspendit son choix.

  • 17 A. Legrelle, op. cit., 4, p. 58-66. L’annonce du testament provoqua une grande joie dans la Péninsu (...)
  • 18 Torcy, p. 550-551.
  • 19 A. Legrelle, op. cit., 4, p. 43, Louis XIV au Conseil de Régence de Madrid, AECP, Esp., 85, fol. 33 (...)

10Plusieurs courriers, cependant, apportaient de nouveaux détails sur les vœux des grands seigneurs et l’enthousiasme du peuple espagnol17. Le 10 au soir, au cours d’un nouveau Conseil, cette fois l’unanimité se fit en faveur du testament. Torcy lui-même avait changé sa position, ce qu’il explique en un argumentaire serré dans ses Mémoires. Certes, en acceptant le testament, le roi de France reniait son ancienne décision de rejeter toute disposition que le roi d’Espagne aurait faite en faveur d’un prince de France. Il s’engageait dans une guerre presque certaine avec ses voisins qui ne souffriraient pas tranquillement « que son autorité s’étendît à donner des lois, sous le nom de son petit-fils, aux Etats soumis à la couronne d’Espagne dans l’ancien et le nouveau Monde ». D’un autre côté, si Louis XIV refusait l’acte de succession, ce même acte était transféré automatiquement à l’archiduc. L’Espagne l’aurait reconnu sans peine et l’ancienne puissance de Charles Quint, si funeste à la France, se serait trouvée à nouveau reconstituée. La paix n’en était donc pas plus assurée, puisqu’il faudrait faire valoir par les armes le traité de partage conclu avec les Puissances maritimes. Or, ces dernières multipliaient les marques de rapprochement avec Vienne, sans aucune volonté, semblait-il, de lui déclarer une éventuelle guerre. La France risquait donc de se retrouver dangereusement isolée et, somme toute, perdante. Enfin, la légitimité du duc d’Anjou étant réelle, « si la guerre était inévitable, il fallait la faire pour soutenir le parti le plus juste18 ». Louis XIV en écrivit ainsi au cardinal Portocarrero et à la reine veuve19.

  • 20 A de Ubilla, Succession delrey D. Phelipe VNuestro Señoren la Corona de España..., (1704). Livre 1e
  • 21 San Felipe, Comentarios..., p. 15.

11À Madrid, lorsqu’on apprit l’acceptation, ce fut une explosion de joie20. Les Espagnols multiplièrent les marques d’adhésion envers le roi de France. À l’ouverture du testament, certaines nuances, voire réticences, apparurent néanmoins, aux dires du marquis de San Felipe21. Mais, en retour, Louis XIV renouvela ses assurances de non-ingérence. C’était sa position officielle. Elle avait pour but à la fois de conforter les Espagnols dans leur choix et de rassurer les pays voisins.

Le retrait de Louis XIV des affaires espagnoles

  • 22 Louis XIV à Guillaume III, C. Hippeau, I, p. CXLVIII.

12Avant même de constituer l’entourage de son petit-fils, Louis XIV assurait aux Espagnols que les Français susceptibles d’accompagner le roi d’Espagne ne prendraient aucune part au gouvernement des affaires. Quand, au nom du duc d’Anjou, Louis XIV accepta le testament, il le fit annoncer dans les différentes Cours européennes en cherchant à en atténuer la portée, faisant assurer que « lorsque Sa Majesté accepte le testament, les monarchies de France et d’Espagne deviennent séparées comme elles l’ont été depuis tant d’années22 ». De même, il annonça aux Espagnols, et en particulier au cardinal Portocarrero, son désir de retrait par rapport à leurs affaires internes, écrivant cette décision à Blécourt, le 12 novembre 1700 :

  • 23 AECP, Esp., 85, fol. 332, Louis XIV à Blécourt, 12 novembre 1700.

Mes intentions sont [...] que vous marquiez principalement l’estime que je fais de la Nation espagnole, et combien j’ai toujours été éloigné de songer à la réunion de cette monarchie. (Si le cardinal Portocarrero craint que le marquis d’Harcourt) en qualité de mon ambassadeur ne veuille présentement avoir quelque part au gouvernement, vous l’assurerez positivement qu’il ne se mêlera que de me rendre compte des choses dont il est nécessaire que je sois informé dans cette conjoncture23.

  • 24 SSBL, VII, p. 375-376.
  • 25 Le duc d’Escalona à Louis XIV, 27 novembre 1700, cité dans C. Hippeau, II, p. 316, originale : AECP (...)
  • 26 Millot, I, p. 320-321.

13Cependant, nombreux sont les Espagnols à écrire au roi de France pour lui demander son aide, son soutien, et même sa présence parmi eux. Le duc de Saint-Simon, dans ses Mémoires, nous rapporte que la junte de gouvernement de Madrid « supplia le Roi de donner des ordres dans tous les Etats du roi son petit-fils24 ». Le duc d’Escalona est le plus lyrique à célébrer « les héroïques qualités que tout le monde admire » en la personne du roi de France25. Le marquis de Louville, envoyé à Madrid avec le jeune roi, rapporta au marquis de Torcy qu’on disait même « qu’une année de la belle vie du roi de France serait bien employée à rétablir les affaires de son petit-fils26 ».

  • 27 C. Hippeau, II, p. 325.

14Les apparences sont donc trompeuses en ce mois de décembre 1700. Certains Français s’y laissèrent prendre. Ainsi, dès le1er de ce mois, le marquis de Blécourt osait dire à Louis XIV : « Si (Votre Majesté) ne commande en Espagne comme Elle le fait en France, la lenteur naturelle des Espagnols nuira toujours aux affaires27 ». De même, dans une conversation particulière avec le marquis de Louville, fraîchement arrivé à Madrid, le Président de Castille élevait aux nues le roi de France, assurant que le bonheur de l’Espagne dépendait des ordres qu’il voudrait bien envoyer. Le duc de Noailles, rapporteur de cette anecdote et connaissant la suite des événements, conclut ainsi :

  • 28 Millot, I, p. 319.

Quelles apparences que Portocarrero et Arias voulussent être gouvernés par le Conseil de Versailles ! Les Français se flattaient de cette idée : l’expérience les détrompa28.

  • 29 C. Hippeau, II, p. 402-403, Chamillart à Harcourt, 30 décembre 1700 : « Je souhaite que dans les no (...)
  • 30 AECP, Esp., 87, fol. 404, Pontchartrain à Harcourt, 17 février 1701.
  • 31 G. Lizerand, Le duc de Beauvilliers (1648-1714), (1933), p. 441, Beauvilliers à Louis XIV, Bayonne, (...)
  • 32 Harcourt à Louis XIV, Saint Jean de Luz, 12 janvier 1701 ; C. Hippeau, II, p. 420-427, originale : (...)
  • 33 Le marquis d’Harcourt à Torcy, 22 décembre 1700 ; C. Hippeau, II, p. 384-385. En janvier, Harcourt (...)

15Si Louis XIV continuait donc à refuser une ingérence directe, demandant à son ambassadeur de rester en retrait, ses ministres, par contre, s’intéressèrent de plus près aux conséquences matérielles de cette nouvelle alliance entre les deux pays. Ainsi, le marquis de Chamillart, contrôleur général des finances et nouveau ministre de la guerre à la mort de Barbezieux, s’enquiert auprès du marquis d’Harcourt de l’état financier de l’Espagne, mais aussi du nombre de ses troupes. Bien plus, lui avoue-t-il, « un article qui ne m’intéresse pas moins que celui des finances, c’est la direction des Indes ; elle fera peut-être la matière de réflexions sérieuses29 ». De son côté, Pontchartrain, le ministre de la marine, songe à préparer une flotte pour l’envoyer dans les colonies espagnoles afin de ramener des marchandises30. Sous couvert de préparer un conflit possible, la France est en train d’ouvrir une voie directe aux Indes espagnoles, jusque-là jalousement préservée par les Espagnols. Les Français profitent en cela de la complaisance des membres de la junte de gouvernement de Madrid. Le duc de Beauvilliers, lui aussi, pendant le voyage qu’il fit pour accompagner Philippe à la frontière, incite le roi de France à intervenir bien davantage31. Le marquis d’Harcourt n’est pas en reste lorsqu’il écrit au roi qu’il ne faut pas perdre de temps « à tirer de l’union présente les avantages qui en peuvent revenir au commerce de France ». Il annonce ainsi, dès le 12 janvier 1701, la prochaine expiration du traité d’asiento, alors dévolu aux Portugais, et l’intérêt pour la France de s’en porter acquéreur32. Harcourt aurait par ailleurs aimé interdire l’accès de Cadix aux navires anglais et hollandais, afin de les priver immédiatement du commerce des Indes Orientales. Louis XIV refuse cette idée de blocus qu’il juge trop manifestement belliqueuse33.

  • 34 RIA, Hollande, XXII-2, p. 95-96.
  • 35 AECP, Esp., 87, fol. 231, Harcourt à Louis XIV, Bayonne, 17 janvier 1701.
  • 36 Ibid., fol. 280, Louis XIV à Harcourt, 25 janvier 1701.

16Les hostilités, de fait, ne sont pas encore ouvertes entre les pays européens. Tallard est retourné en Angleterre et le roi Guillaume semble vouloir préserver la tranquillité publique même si, désormais, il se montre très froid avec l’envoyé français. Mais le représentant de la Hollande en France se montre plus réservé encore. En janvier 1701, les Provinces-Unies n’ont toujours pas reconnu officiellement Philippe V ; le secrétaire d’ambassade français en place en ce pays, constate que la guerre semble inévitable et multiplie les rapports pessimistes sur les préparatifs hollandais en vue d’un prochain conflit34. Une fois de plus, le marquis d’Harcourt, depuis Bayonne, souhaite que la France déclare la guerre à la Hollande afin de ne pas lui laisser davantage de temps pour se préparer35. Le roi temporise mais doit constater que les nouvelles qu’il reçoit de son voisin « marquent encore plus de dispositions à la guerre qu’il n’en paraissait par les précédentes36 ».

17Aussi, le 5-6 février, Louis XIV occupe aux Pays-Bas, avec l’accord préalable de son petit-fils, les places dites de la Barrière et en chasse les mercenaires hollandais. Il prend ainsi ses précautions sur la frontière du nord et se rapproche de l’Electeur de Bavière et de son frère l’Electeur de Cologne. Pendant ce temps, Guillaume III se rallie à la Hollande, accusant le roi de France de soutenir les jacobites contre lui. Des alliances commencent à se nouer et l’Europe retrouve l’atmosphère bien connue de la paix armée. Les puissances maritimes sont par ailleurs mécontentes de ce que Louis XIV ait fait dresser des lettres patentes pour son petit-fils, lui conservant sa qualité de prince successible à la couronne de France, enregistrées par le Parlement de Paris le 1er février 1701. À nouveau, le spectre de la réunion des deux couronnes sur une seule tête leur apparaît et excite leur mécontentement.

  • 37 Ibid., fol. 231, Harcourt à Louis XIV, Bayonne, 17 janvier 1701.

18Face à cette situation, Harcourt garde bon espoir et invoque l’alliance de l’Espagne : « On s’apercevra tous les jours, écrit-il, de ce qu’elle peut dans sa misère lorsque ses intérêts sont unis avec les nôtres37 ».

19L’union semble en effet réelle entre les deux pays, et le roi de France a montré tous les signes possibles de sa volonté d’alliance. Ne voulant pas une intervention personnelle, c’est par des symboles riches de sens qu’il veut manifester cette nouvelle entente. Néanmoins, il se heurte parfois, et ce, dès les premières semaines, à la réticence des Grands d’Espagne dès qu’il veut aller plus loin, par exemple en proposant la réciprocité du traitement entre Ducs et Pairs de France et Grands d’Espagne. Ce qui augure mal de l’avenir de l’entente entre les deux nations, pourtant si désirée.

Les symboles d’une union fragile

  • 38 AN, O1 44, fol. 572, 21 novembre 1700.
  • 39 AECP, Esp., 79, fol. 520.

20Avant le départ de son petit-fils, le roi demanda dans l’urgence à d’Hozier, son généalogiste, de concevoir les nouvelles armoiries du roi d’Espagne38. Celui-ci imagina alors de faire apparaître le fait que le duc d’Anjou était un cadet, en lui faisant porter les armes de France avec une bordure de gueule, et non pas pleines. Cela ne pouvait que plaire aux Espagnols qui ne voulaient pas d’un aîné de la Maison de France. D’autre part, il lui semble bien de conserver les armes de l’Autriche sur l’écu d’Espagne, « pour peu que l’on considère que le royaume d’Espagne vient à la maison de France par la succession de la Reine39 ». Aussi modifie-t-il à peine le blason espagnol, ne faisant qu’y ajouter les armes d’Anjou. Aujourd’hui encore, cet écu se présente ainsi. C’est une manière hautement symbolique d’insérer la nouvelle dynastie dans l’histoire espagnole des siècles précédents et d’évoquer ainsi, par le langage héraldique, la continuité naturelle entre les deux branches des Habsbourg et des Bourbons.

  • 40 A. Ubeda de Los Cobos, « Felipe V y el retrato de Corte », El arte en la Carte de Felipe V (2002), (...)
  • 41 A. Ubeda de Los Cobos, loc. cit., p. 99-100. Ce tableau est conservé au musée du Prado.

21De même, Louis XIV fit appel à Hyacinthe Rigaud pour effectuer le portrait de Philippe V peu avant son départ, afin de le conserver ; en contrepartie, le roi d’Espagne devait emmener celui du roi de France40. Louis XIV refusa par la suite d’envoyer son portrait à Madrid, ainsi qu’il était convenu. Peut-être estimait-il que les allusions particulièrement ostentatoires à la France qu’il contenait, comme les jambes exposées au-dessus du genou ou les fleurs de lys couvrant chaque centimètre de son vêtement et des meubles, auraient pu être jugées déplacées par les Espagnols. Par contre, quelques années plus tard, il envoya une copie d’un portrait réalisé aussi par Rigaud en 1701, grandeur nature, en armure complète, poing serré sur son bâton de commandement qui repose sur son heaume, tandis que dans le lointain une bataille fait rage. La figure est résolue et autoritaire. Ce tableau incarne la puissance de la dynastie des Bourbons. Il fut envoyé à un moment où Louis XIV avait largement franchi le pas de l’interventionnisme dans les affaires espagnoles41.

22Cependant, le portrait de Philippe V est hautement symbolique. Le jeune roi se tient debout au milieu du décor d’apparat typique d’un portrait officiel conventionnel mais, abstraction faite de son col, la fameuse golille propre à l’habit espagnol, et de ses bas blancs, il est entièrement vêtu de noir. Cette sobriété est soulignée et rehaussée par des éclats d’argent, le fourreau de son épée et la croix française du Saint-Esprit sur sa poitrine, et par le collier serti de pierreries de l’ordre espagnol de la Toison d’Or qu’il porte au-dessus d’une écharpe bleu clair qui lui ceint l’épaule droite. Grâce aux harmonies chromatiques, il s’agit là, selon plusieurs critiques d’art, de l’un des plus séduisants portraits royaux jamais peints. Il possède également une signification plus profonde. Le costume noir espagnol devait associer le prince bourbonien à son nouveau peuple, et à ses prédécesseurs de la lignée des Habsbourg, identiquement habillés de noir. Philippe V rappelle à la fois Louis XIV par l’attitude et Charles II par certains traits du visage. L’ordre français et le mobilier figuré autour du jeune roi montrent aussi que Philippe V n’a pas rompu avec son pays d’origine. Maintes copies de ce tableau circulèrent dans Madrid et plurent beaucoup aux Espagnols. Ce portrait signifiait avant tout que ce n’était pas un prince étranger qui se présentait devant eux.

  • 42 Ria, Esp., II, p. 111. De même, Louis XIV écrit au duc d’Harcourt, le 8 février 1701 : « Il est cer (...)

23Dans ce nouvel esprit de conciliation, Louis XIV proposa en outre d’attacher les hautes noblesses des deux pays entre elles en leur accordant les mêmes traitements honorifiques dans l’un et l’autre pays. De même, il souhaitait que quelques-uns des ordres royaux s’échangeassent, en accordant à certains Grands l’ordre du Saint-Esprit ou en faisant donner par son petit-fils la Toison d’Or à des nobles Français. Il était important pour le roi de France de lier entre eux les grands lignages du royaume. C’était une manière d’oublier que beaucoup de nobles espagnols avaient pu se montrer opposés à l’avènement du roi Bourbon. Louis XIV encourageait ainsi son petit-fils à faire preuve de mansuétude en examinant le cas des Grands de son royaume, s’interrogeant « seulement si leur conduite ou leur probité répondent de leur fidélité, sans rechercher s’ils ont été plus ou moins attachés à la maison d’Autriche avant la mort du feu Roi d’Espagne42 ».

  • 43 AEMD, Esp., 149, fol. 52 : Sur l’ordre de la Toison d’or envoyé par le roy d’Espagne Philippe V et (...)

24Cet échange d’ordres était aussi un moyen d’assurer symboliquement l’unité successorale, à laquelle le roi de France n’a pas renoncé, ainsi qu’il s’en explique au duc d’Harcourt43 :

Si (Philippe) porte mon ordre (du Saint-Esprit), ces marques extérieures ne sont pas seulement celles d’une liaison ordinaire entre les rois ; elles font souvenir de sa naissance et des droits que je lui en ai conservés. Je crois donc qu’il faut que ses enfants quand il en aura, reçoivent de moi ces mêmes marques de leur naissance et de leurs droits plutôt que de mon amitié dont on ne pourra douter à leur égard.

Il peut, par la même raison, donner le collier de la Toison à mon petit-fils le duc de Berry, à mon frère et à mon neveu, les regardant présentement comme pouvant être héritiers de la couronne d’Espagne. S’il plaît à Dieu de donner des enfants à mon petit-fils le duc de Bourgogne, il sera très à propos que le Roi Catholique donne la Toison au second de ses fils, s’il en a plus d’un ; enfin, je crois qu’il est de son intérêt d’accoutumer ses peuples à voir désigner par cet ordre ceux des Princes de ma famille qu’il regardera comme ayant droit à sa succession.

  • 44 SSBL, IX, p. 26 ; AECP, Esp., 90, fol. 94 et 96, Philippe V à Louis XIV, le prie de recevoir en son (...)
  • 45 SSBL, X, p. 203-204.

25Philippe V revêtit le 2 décembre 1700 le collier de la Toison d’Or sans aucune cérémonie, tout en conservant celui de l’ordre de Saint Michel et celui du Saint Esprit. Mais, lorsqu’il l’octroya à son frère le duc de Berry et à son oncle le duc de Chartres44 des voix s’élevèrent à Madrid pour reprocher aux deux bénéficiaires de cumuler cet ordre avec d’autres. Cela ne plaît guère à certains Grands, qui y voient une atteinte à leurs institutions nobiliaires. Néanmoins, Philippe V accordera plus d’une vingtaine de Toisons d’Or à des Français au cours de la première moitié de son règne. De son côté, en 1702, Louis XIV comprend quatre Espagnols dans sa promotion des chevaliers du Saint Esprit, le duc de Benavente, le duc de Medina Sidonia, le duc d’Uceda et le marquis de Villafranca. Il promit au cardinal Portocarrero la première place de commandeur ecclésiastique qui viendrait à vaquer, avec la permission de porter l’ordre en attendant45.

  • 46 SSBL, IX, p. 244. Sur les Grands d’Espagne, cf. Abbé de Vayrac, État présent de l’Espagne, (1718), (...)
  • 47 Imhof, p. III ; SSBL, IX, p. 117-118, 121, 125 et 240-244.
  • 48 ANM, Estado, leg. 692.
  • 49 AECP, Esp., 90, fol. 395, Blécourt à Torcy, 27 juin 1701.

26Louis XIV émit aussi l’idée d’assurer une parfaite réciprocité de traitement entre les Ducs et Pairs de France d’une part et les Grands d’Espagne, d’autre part. Désormais, il était entendu que ces deux noblesses seraient reçues dans les mêmes conditions, tant à Madrid qu’à Versailles. Il convenait donc de mettre au point une étiquette à ce sujet. En effet, les Grands d’Espagne, en petit nombre (mais plus nombreux que les Ducs et Pairs selon Saint-Simon46), sont répartis en trois classes et ont des codifications précises en leur sein, qui s’opposent parfois à ce qui se pratique en France. Ainsi, certains d’entre eux peuvent rester couverts en présence du roi ou s’asseoir devant lui47. Le 22 mars 1701, Louis XIV demandait à Harcourt d’obtenir que cette question soit traitée à Madrid. À sa grande surprise, certains Grands expriment leur mécontentement. Des assemblées secrètes sont même réunies, que le cardinal Portocarrero doit dissoudre autoritairement. Passant outre l’opposition d’une partie de sa noblesse, Philippe V s’engage à appliquer cette réciprocité, après avoir pris les avis du cardinal et de Manuel Arias48. Le duc de Beauvilliers est le premier à bénéficier de la Grandesse, le 25 avril 1701. Ce titre est donné, par la suite, avec circonspection mais, en vérité, pour certains Grands, cela leur semble une déchéance49.

27Rétrospectivement, à la fin du xviiie siècle, le comte d’Aranda, ambassadeur d’Espagne à Paris, étudia le développement de ces grandesses françaises. Il ne put s’empêcher de constater que :

  • 50 ANM, Estado, leg. 3474, citation tirée d’un cahier intitulé : « Réflexions sur les Grandesses d’Esp (...)

autant les Français se sont montrés empressés et flattés d’obtenir ces marques de distinction de la part du roi d’Espagne, autant les familles espagnoles ont paru faire peu de cas de la réciprocité ; on ne saurait citer un seul exemple d’un seigneur espagnol qui ait paru désirer être décoré de la dignité de duc de la part des rois de France50.

  • 51 AEMD, Esp., 50, fol. 215, Mémoire sur le traitement réciproque entre les Ducs et Pairs de France et (...)
  • 52 AECP, Esp., 143, fol. 15, Louis XIV à l’abbé d’Estrées, 20 janvier 1704.

28De fait, les Grands d’Espagne pensent déchoir en devenant Duc et Pair. De passage en France, ils préféreront éviter de rendre visite à ces princes plutôt que de les traiter selon cet usage. Le roi de France finit par les trouver un peu trop fiers51. Il s’en plaint encore en 1704 à l’abbé d’Estrées52.

  • 53 ANM, Estado, leg. 2846 (1).

29Au mois de juillet 1701, deux jeunes gens issus de la meilleure noblesse, les ducs d’Arcos et de Baños remirent une longue protestation officielle à Philippe V53. Ils avancèrent notamment l’objection qu’en Espagne, entre le roi et ses Grands ne peuvent figurer que les Infants. Tout autre prince de la maison royale ou issu d’une branche cousine, figure dans le groupe des Grands de première classe. Par contre, en France, entre le roi et les ducs et Pairs se trouvent les héritiers du monarque, les princes de sang, les princes légitimés et les princes étrangers. Le duc d’Arcos fonde donc son opposition à l’égalité de traitement sur ce fait, reléguant les Ducs et Pairs en une catégorie bien inférieure à celle des Grands d’Espagne. Ce texte ne fait qu’exprimer le souci permanent des Grands de se rattacher directement à la personne du souverain.

  • 54 Cf. BNM, 9896, Carta al duque de Arcos ordenandole pasar a servir en el Ejercito de Flandes. Madrid (...)
  • 55 Y. Bottineau, op. cit., p. 157. Un auteur français fit une réponse au mémoire des Espagnols, intitu (...)

30Sur l’avis de Louis XIV, Philippe V traita cette affaire avec sérieux et exila ces deux individus en Flandres54. En effet, l’opposition des Grands est moins vaine qu’il peut paraître. En s’élevant contre une décision royale, ils sont déjà en train de défendre leur place au sein de l’État qu’ils sentent menacée par le nouveau règne, tout en faisant un « outrage à la maison royale de Bourbon » selon l’anonyme Français auteur d’une réponse au duc d’Arcos55.

31Cela ne fait donc pas quatre mois que Philippe V est arrivé à Madrid, que déjà l’union tant désirée entre les deux États est en train de s’affaiblir et que le roi doit imposer autoritairement une de ses décisions. À cet effet, son entourage se révéla d’une grande aide et prit davantage d’importance que ce qui était prévu au moment de sa constitution.

2. De l’entourage du duc d’Anjou à la maison française du roi d’Espagne

32Le choix des personnes qui partaient avec Philippe V était délicat, car il fallait choisir des hommes de confiance, sûrs et assez désintéressés pour ne pas profiter de leur nouvelle position. Une bonne connaissance de la personnalité du jeune roi permet de comprendre quelles étaient les relations qu’il avait pu nouer, si jeune encore, avec son entourage français.

Portrait de Philippe V

  • 56 La thèse d’Alfred Baudrillart, rédigée en 1889, est toute écrite dans cette optique et a servi de m (...)

33Peu de témoignages directs existent sur l’enfance et l’adolescence de ce prince. Les quelques historiens espagnols qui se sont penchés sur la question, ont souvent ignoré sa jeunesse française, que l’on cantonne volontiers dans l’ombre de son frère aîné, le duc de Bourgogne. Les historiens français, qui ont travaillé sur cette période, ont surtout insisté sur la haute figure de Louis XIV et sur l’influence qu’il aurait eue sur son petit-fils, empêchant le développement de sa personnalité propre et en faisant un roi sans caractère56. Il faut souligner que la récente biographie écrite par Jean-François Labourdette tend à prendre le contre-pied de cette opinion devenue commune. Une lecture attentive des documents montre bien que le jeune roi d’Espagne a acquis, au fil du temps, et au contact de son nouveau peuple, une véritable indépendance de caractère, tandis que l’autorité du roi de France s’est, le plus souvent, exercée dans la plus grande circonspection. La distance entre les capitales accentuait encore ce fait.

  • 57 Correspondance de Madame, éd. Jaeglé, I, p. 222 et 229-230 ; Correspondance générale de Madame de M (...)
  • 58 Correspondance, éd. Jaeglé, I, p. 147.

34Au moment de son avènement, on s’est plu, semble-t-il, à reconnaître en lui des dispositions à régner à Madrid57. Né le 19 décembre 1683, le jeune prince fut placé en octobre 1690 entre les mains du duc de Beauvilliers, gouverneur des Enfants de France. Pendant huit ans, jusqu’à l’orage provoqué à Versailles par l’affaire du quiétisme, le duc d’Anjou put profiter de l’enseignement de Fénelon et des cours dont bénéficiait son aîné. Mais l’éducation des fils du Grand Dauphin se déroulait dans un grand isolement, loin des fêtes de la Cour, et sans compagnons de leur âge58. Cela peut sans doute expliquer le goût de la retraite qui se manifesta chez Philippe V, et la tendance qu’il eut, dans les toutes premières années de son règne, à se replier sur sa maison française.

  • 59 AE, Acq. Ext., 2.

35Son éducation fut approfondie, et ce n’est pas un jeune homme ignorant qui hérite de la couronne d’Espagne. Louville commente l’éducation de ce prince dans un texte intitulé : « Notes pour l’éducation des ducs de Bourgogne, d’Anjou et de Berry59 », sans doute à dater vers 1695. Le duc de Beauvilliers innova en matière d’éducation alternant, dans un emploi du temps strict, exercices physiques, exercices religieux et étude. On lui enseigne l’histoire, la politique et le commandement des armes, la grammaire, les mathématiques, la philosophie et la théologie. Les deux aînés ont des cours d’art, d’architecture, de géographie et de droit. Louville signale que les langues vivantes ne sont pas encore enseignées car « on se soucie peu qu’ils les sachent, ces princes là ne voyageant jamais ». Voilà pourquoi Philippe ne parlait pas l’espagnol en 1700. Leur éducation n’aurait pas été complète si on ne leur avait appris à danser, écrire et dessiner. L’éducation de Philippe V est celle d’un parfait gentilhomme, accompli de corps et d’esprit. Il manque l’apprentissage de la politique pratique, qui ne peut, bien sûr, se faire que sur le terrain.

  • 60 Le duc de Beauvilliers avait été nommé, en 1685, président du Conseil des finances et chargé de l’é (...)
  • 61 AECP, Esp., 85, fol. 438 r°-442 v° : « Mémoire du roi pour servir d’instruction au sieur duc de Bea (...)

36Louis XIV, conscient de cette inexpérience des affaires, entretint chaque jour son petit-fils, en compagnie de Torcy, de son nouveau métier. Il désigna le duc de Beauvilliers60 pour le mener jusqu’à la frontière espagnole et l’instruire de ses nouvelles responsabilités61. Beauvilliers se montra très satisfait de son élève, et pouvait écrire de Bayonne au Roi :

  • 62 AECP, Esp., 87, fol. 217-218. Cité dans G. Lizerand, op. cit., p. 441, à Bayonne, 14 janvier 1701.

Il me paraît que le roi d’Espagne prend goût de plus en plus à entendre parler de ses affaires. Il est tardif (je l’ai dit à V. M. plusieurs fois), mais, certainement, ce sera un Roi d’un excellent caractère et d’un mérite distingué62.

  • 63 C. Hippeau, I, p. CLIII-CLIV, Louis XIV à Harcourt, 15 décembre 1700.
  • 64 Instructions de Louis XIV à Philippe V, 3 décembre 1700, dans Millot, I, p. 301.

37Au duc d’Harcourt, qui, selon les assurances adressées à la Junte, ne devait pas s’occuper du gouvernement des affaires espagnoles, Louis XIV confia la tutelle de son petit-fils63. Il engageait par ailleurs Philippe à accorder une entière confiance au duc64.

38Le marquis de San Felipe nous rapporte que l’apparence physique du duc d’Anjou a prédisposé les peuples en sa faveur :

  • 65 San Felipe, Comentarios, p. 20 et introduction de Carlos Seco Serrano, p. XXI. « Les Espagnols ne p (...)

Llenóles la vista y el corazón un príncipe mozo, de agradable aspecto y robusto, acostumbrados a ver un Rey siempre enfermo, macilento y melancólico65.

  • 66 Cela n’empêche pas le duc de Saint-Simon de faire des descriptions physiques très dures contre Phil (...)

39Philippe V, sans conteste, est le reflet du roi son grand-père, et annonce un nouvel avenir pour l’Espagne. Charles II, au contraire, incarnait les restes d’une splendeur passée. Cette impression est confirmée en 1721, lorsque Saint-Simon se rend à Madrid en ambassade extraordinaire. Reçu par le roi, il trouve en lui une ressemblance frappante avec feu son grand-père et le juge doté de la même majestueuse prestance au cours des audiences solennelles66. De sa grand-mère, Marie-Thérèse, il hérita sans doute quelques traits propres aux Habsbourg qui s’accentuèrent avec le temps. Ainsi, son profond sentiment religieux le fait se trouver rapidement à l’aise dans l’expression de la foi espagnole. Par scrupule, il opte toujours pour la ligne de conduite la plus droite, dans un grand souci de justice. Il sait aussi se montrer humain et pardonne plus d’une fois à ceux qui le trahissent durant la Guerre de Succession. En cela, il imite Louis XIV qui lui enseigna que les rois ignorent la vengeance. Moralement, donc, ce prince est irréprochable ; de plus il se montre courageux sur les champs de bataille et d’une grande vigueur physique.

40Ferme dans les affaires, il souffrit cependant durant son règne, particulièrement dans la deuxième moitié, de crises que l’on peut qualifier de nos jours, de dépression. Il s’isole alors, mais, contrairement à ce qui fut souvent dit, il n’abandonne pas pour autant à son entourage la conduite des affaires de la monarchie, il continue à décider par lui-même. À cet égard, la correspondance laissée par certains ambassadeurs de France avec qui Philippe ne s’entendit guère est parfois tendancieuse. Elle se complaît à développer des portraits très subjectifs, voire malveillants du roi et à brosser de sombres tableaux de la situation de la cour. Cette correspondance fut longtemps l’unique source pour aborder l’étude des relations franco-espagnoles au début du xviiie siècle. Certes très riche, elle doit cependant être maniée avec la plus grande prudence si l’on veut approcher la véritable personnalité de Philippe V.

Présentation de l’entourage français de Philippe V en 1700

  • 67 AECP, Esp., 85, fol. 547.

41Ainsi était constituée la liste des personnes destinées à suivre le Roy d’Espagne à Madrid67 :

Son confesseur et un père pour lui servir de compagnon. Son premier médecin, son premier chirurgien, un apothicaire, un premier valet de chambre, un premier valet de garde-robe, deux huissiers, trois valets de chambre, un valet de chambre tapissier, un barbier, deux garçons de la chambre, un portemanteau, un porte arquebuse, deux valets de garde-robe, deux garçons de garde-robe, un porte meuble, un garçon de fourrière, deux officiers pour la cuisine, autant pour l’office. Il va aussi un écuyer cavalcadour et une douzaine de coureurs de son écurie, les palefreniers qui les mènent, quatre valets de pied seulement, une empeseuse, une blanchisseuse du corps, sa nourrice femme d’un des valets de chambre va aussi avec lui.

42Grâce aux autorisations de sortie conservées aux Archives Nationales, nous pouvons nommer de façon certaine la totalité de ces personnes, une cinquantaine, auxquelles bien souvent il faut ajouter femmes et enfants.

  • 68 C. Levantal, La route royale..., (1996), p. 63.
  • 69 Les autorisations de sortie de ces serviteurs sont aux AN, O1 44, fol. 593, 595 v°, 596, 633 v°, 63 (...)
  • 70 C. Levantal, op. cit., p. 63.

43Parmi les domestiques se trouvent les huissiers de la chambre Marin Boilot et Nicolas Duport ; ce dernier était accompagné de son frère, Martin. Les valets de chambre sont Nicolas Roullier et Marc Renard ; le tapissier, Charles Passarat ; les garçons de la chambre, Charles Valois et Jean Pichelin ; le porte-manteau, François Rivet ; le porte-arquebuse, François Boisbrun ; les valets de la garde-robe, Eléazar Audibert et Etienne Lambert ; les garçons de la garde-robe, Simon Monteau et Pierre Dutillot. Autant de personnes que l’on retrouve pendant tout le règne de Philippe V. À ceux-là s’ajoutait la nourrice du roi, la dame Roullier épouse de Nicolas Roullier68 ; Angélique Tesson, empeseuse, et Marguerite La Chambre, blanchisseuse69. Pour ce qui est du personnel français de la Bouche, il était encore très restreint en 1700 et comptait le sieur Francine, maître d’hôtel, et un Charles Daucours, garde-vaisselle, tous deux signalés aux Archives Nationales70.

  • 71 Jeanne Bosc était veuve du sieur de la Roche, premier commis du Trésor Royal. Elle était parente de (...)
  • 72 En 1690, Bontemps avait transféré à Claude de la Roche, qui avait alors 30 ans, la survivance d’une (...)
  • 73 SSBL, VIII, p. 183.
  • 74 La Princesse des Ursins prétendait qu’il faisait rire le roi et la reine « plus que toute l’Espagne (...)

44Pour diriger ce petit monde, un Premier valet de chambre et un Premier valet de garde-robe furent nommés. Il s’agit de deux officiers qui servaient déjà Philippe en tant que duc d’Anjou. Le premier est Claude de la Roche. Sa mère, Jeanne Bosc, dame de la Roche, était très proche d’Alexandre Bontemps71, le propre valet de chambre de Louis XIV. Grâce à cette amitié, Claude de la Roche avait obtenu de Bontemps la survivance d’une charge de premier valet de chambre72. En 1700, La Roche a environ quarante ans et, selon Saint-Simon, c’est un « homme de bien, d’honneur, doux, modeste, bienfaisant et désintéressé73 ». Le premier valet de garde-robe de Philippe V est Gaspard Hersent, issu d’une lignée de serviteurs des rois Bourbons. Son père avait été plus de cinquante ans écuyer de la bouche. Il débuta comme huissier de la chambre du Roi en 1670, passa en 1689 au service des ducs de Bourgogne et d’Anjou et fut fait premier valet de garde-robe de ce dernier en août 1690. Il partit en Espagne avec ses trois fils. Henri Vazet est le barbier, d’origine provençale. Malgré son humble condition il sut gagner à Madrid, la faveur de Philippe V74.

  • 75 C. Levantal, op. cit., p. 63.
  • 76 SSBL, XXXIX, p. 262-263.

45Le roi d’Espagne emmenait aussi avec lui des gens de la « faculté », tant on faisait peu de confiance aux talents de leurs homologues espagnols. En 1700, Honoré Michelet, « médecin de feue Madame de Guise »75, est choisi comme premier médecin, charge qu’il exerça jusqu’à sa mort en 1707. Jean-Baptiste Legendre, qui avait servi le prince de Conti en Pologne en 1697, fut son premier chirurgien et Louis Riqueur, dont le père, Isaac Riqueur, était l’apothicaire du Roi et du duc de Bourgogne, fut son premier apothicaire. Le premier partait avec sa femme et son fils ; le second avec son valet de chambre, un cuisinier et un aide-cuisinier. Saint-Simon jugeait Legendre habile, et pas seulement dans son office ; certes, c’était un « très bon chirurgien » mais aussi « un drôle hardi, souple, intéressé, qui se faisait compter et qui, tant qu’il pouvait, se mêlait de plus que de son métier, mais sagement et sans y paraître ». Quant à Riqueur, « aimé, estimé, capable dans son métier, obligeant, bienfaisant », il n’oubliait pas son intérêt76.

  • 77 SSBL, VII, p. 345 et XXXVIII, p. 301. Le brevet qui autorise Valouse à rester en Espagne date du 10 (...)

46Enfin, comme écuyer partait le marquis de Valouse, ancien élève-page de la Petite-Ecurie, que Saint-Simon jugeait « très médiocrement bien fait, d’esprit court, mais sage, appliqué, allant à son but et ne s’en écartant point, honnête homme et droit, mais qui craignait tout77 ». En réalité, le marquis de Valouse fut le Français de la suite de Philippe V qui s’intégra le mieux en Espagne.

  • 78 Depuis Henri IV, les rois de la dynastie des Bourbons ont eu des jésuites pour confesseurs en titre (...)
  • 79 C. Désos, La vie du R.P. Guillaume Daubenton (1648-1723), (2005), p. 17.
  • 80 N. Frizon, La vie manuscrite..., p. 38 ; Sourches, VI, p. 325.
  • 81 N. Frizon, op. cit., p. 42 et Sourches, VI, p. 325. Le P. de Silly fut renvoyé en France car il con (...)
  • 82 SSBL, VIII, p. 231 et sv.

47Le confesseur qui fut nommé pour accompagner Philippe V, sur les conseils du P. La Chaise, confesseur de Louis XIV, était le R. P. Guillaume Daubenton, jésuite suivant la tradition française78. Le P. Daubenton était né à Auxerre en 1648 et avait fait son noviciat à Nancy. Ce n’était pas un inconnu à la cour de Versailles car, en 1680, il avait accompagné la Dauphine jusqu’à Paris pour la confesser en allemand, langue qu’il professait79. Cinq ans plus tard, il fut envoyé à Strasbourg, récemment conquise, pour y favoriser l’implantation française contribuant à créer le collège des jésuites de cette ville. En 1691, il fut nommé recteur du Collège Royal de Strasbourg, puis choisi comme provincial de Champagne, avant d’être à nouveau nommé recteur en 1698 à Strasbourg. Louis XIV avait remarqué depuis longtemps le zèle de ce jésuite, et l’avait fait maintenir à Strasbourg alors même que ses supérieurs songeaient à lui donner un autre poste. C’est donc là qu’il reçut, en novembre 1700, l’instruction de se rendre à la cour où sa nouvelle tâche lui fut signifiée80. À 52 ans, une nouvelle carrière s’ouvrait pour le P. Daubenton. Un compagnon le suivait, le P. De Silly, qui ne resta qu’un an auprès du confesseur, ainsi qu’un frère-serviteur, Claude Bertrand81. Saint-Simon, qui n’aimait pas beaucoup les jésuites en général et le P. Daubenton en particulier, se montra mécontent du choix de celui-ci qu’il tenait pour un parfait hypocrite82.

  • 83 G. Lizerand, op. cit., p. 93.
  • 84 AN, O1 44, 634 r°.

48Les gentilshommes de la Manche étaient au nombre de trois ; Monsieur de Candau, qui servait Philippe depuis 169083, reçut un brevet de sortie le 10 janvier 1701 ; Monsieur de Montviel, qui, bien qu’étant gentilhomme de la Manche du duc de Bourgogne, eut la permission « de passer en Espagne et d’y rester pendant un an ». Et enfin, le marquis de Louville, qui joua un rôle essentiel auprès de Philippe V durant les premières années de son règne. Il eut le droit de passer en Espagne « et même de s’y établir84 ». On le considère comme le chef de cette caravane française, et en même temps, comme le conseiller privé de Philippe V, ainsi que le lui signifie son ami Beauvilliers :

  • 85 Louv., I, p. 32-33.

Sa Majesté ne change rien pour le moment à votre titre ; il ne faut effaroucher les Espagnols par aucune grâce ; mais vous n’y perdrez rien. Vous ne cesserez pas d’ailleurs d’être Français. Votre grade, vos pensions, vous seront conservés. Le choix que l’on fait de vous doit vous rassurer sur l’avenir et vous prouver le besoin qu’on a de gens d’honneur et de sens, dignes en un mot de la confiance du jeune roi85.

  • 86 Louv., I, p. 7.
  • 87 Ces liens entre la famille de Saint-Simon et le marquis de Louville ont été relevés par Y. Coirault(...)
  • 88 SSBL, II, p. 3-4.

49L’allusion était explicite ; Louville devait être le nouveau mentor de Philippe V. Il avait été choisi pour être gentilhomme de la Manche, la même année que Candau. La confiance que lui accordait le jeune roi d’Espagne allait en faire à Madrid un personnage de premier plan. Leur intimité datait de loin ; Louville, d’« une humeur libre, franche et gaie86 », qui avait quinze ans de plus que le duc d’Anjou, avait été le compagnon de tous ses jeux et de toutes ses activités. Il bénéficiait aussi, en tant que parent lointain, de l’amitié du duc de Beauvilliers, et avait mission de faire passer les conseils et recommandations de l’ancien gouverneur de Philippe V. Saint-Simon, dont le père avait été lié intimement avec Louville87, estimait fort ce dernier88.

50Les passeports accordés aux officiers du roi, allaient de trois à cinq mois. L’idée était donc que cette maison française assure le service du roi d’Espagne seulement le temps de l’habituer à son nouveau pays. Elle ne devait, en somme, n’avoir rien de définitif. Les Instructions qu’avaient reçues certains des Français, ne leur dictaient leur conduite que pour mieux faciliter l’intégration de Philippe V.

Les instructions aux Français

  • 89 C. Hippeau, II, p. 302-312, Louis XIV au duc d’Harcourt, 17 novembre 1700 et AECP, Esp., 79, fol. 3 (...)

51Harcourt reçut des Instructions du Roi, datées du 17 novembre 170089. Sa bonne connaissance de la cour et des membres de la Régence devaient lui permettre d’agir en un esprit fédérateur pour favoriser la cohésion entre les deux nations. Le roi de France insiste dans ce texte sur le cérémonial espagnol, demandant à son ambassadeur de prévenir tout faux-pas éventuel du jeune roi. Il sait ce que « peuvent produire les premières impressions de toute une nation ». Enfin, il insiste sur la nécessité de brider l’entourage français au cas où celui-ci souhaiterait « s’élever à des fortunes extraordinaires ». D’ajouter que leur présence ne peut qu’être temporaire, limitée au temps où le jeune roi ne manierait pas très bien la langue espagnole. L’exemple allemand reste présent à l’esprit du roi ; les ambitions de l’entourage de Marie-Anne de Neubourg ont suscité de profondes rancœurs que le comportement des Français ne doit surtout pas rappeler. Louis XIV écrit donc au duc d’Harcourt :

Vous pourrez, à cette occasion, faire connaître au cardinal Portocarrero que les principaux gouvernements de la monarchie ne seront plus demandés pour les étrangers, et que mes sujets n’iront pas chercher des établissements en Espagne.

52Harcourt devait privilégier les intérêts de son pays, mais non au détriment de la nation espagnole. Ce sera justement la difficulté majeure des missions opérées par les Français à Madrid : agir tout en prenant en compte l’intérêt des deux pays. Le duc de Beauvilliers rappelait de même à Louville que :

  • 90 Louv., I, p. 171.

Ce n’est pas au détriment de l’Espagne que le roi veut être servi. Il suffit que les deux Etats se donnent réciproquement toutes sortes d’avantages sur les autres nations, sans chercher leur bien aux dépens l’une de l’autre90.

  • 91 Millot, I, p. 297 et sv. et Coxe, I, p. 124-128.

53Philippe V partait lui aussi avec de solides Instructions, datées du 3 décembre 1700, « dont la plupart des maximes peuvent être utiles à tous les princes91 ». Après lui avoir demandé de s’en remettre en tout à Dieu, de s’occuper de ses finances, du rétablissement de ses troupes et de veiller aux Indes et à la flotte de commerce, Louis XIV lui rappelle qu’il doit vivre dans une grande union avec la France, se consacrer aux affaires avec attention et choisir des divertissements innocents et sans grandes dépenses. Surtout, il lui faut désormais décider en maître une fois écoutés tous les avis de son Conseil.

  • 92 De courts textes parodiant les conseils du roi de France à son petit-fils, circulaient à la même ép (...)

54Ces instructions, certes générales, signalent bien la nouvelle position qu’elles confèrent à la personne royale. Celle-ci est désormais au-dessus des partis et des clans et ne distingue son entourage que selon ses mérites et ses qualités afin de se faire bien servir. Les grands nobles ou les ecclésiastiques ne sont pas évoqués en tant que tels. Tout au plus Louis XIV demande-t-il à Philippe V de bien connaître les gens les plus importants afin de pouvoir s’en servir à propos92.

  • 93 Millot, I, p. 301. Madame de Maintenon résumait ainsi les instructions de Louis XIV à Philippe V : (...)

55Dans ces maximes figure aussi la volonté de faire aimer à son petit-fils son nouveau peuple. « Ne paraissez pas choqué des figures extraordinaires que vous trouverez, ne vous en moquez point ; chaque pays a ses manières particulières, et vous serez bientôt accoutumé à ce qui vous paraîtra d’abord le plus surprenant ». En même temps, le roi rappelle à son petit-fils, comme il l’avait fait pour Harcourt, de ne pas avantager les Français : « Tenez tous les Français dans l’ordre. Traitez bien vos domestiques, mais ne leur donnez pas trop de familiarité, et encore moins de créance. Servez-vous d’eux tant qu’ils seront sages ; renvoyez-les à la moindre faute qu’ils feront, et ne les soutenez jamais contre les Espagnols93 ».

56De fait, la correspondance de Louis XIV à Philippe V comporte toujours ces deux axes majeurs ; il faut que le roi d’Espagne maintienne l’union parmi les Français qui sont autour de lui, mais qu’il n’entre jamais dans les affaires des particuliers. Deux choses qui s’avéreront parfois difficiles et délicates une fois à Madrid. Dans la volonté de Louis XIV, en cette fin de l’année 1700, l’entourage français devait donc être relégué à un arrière-plan de figuration, sans aucun rôle politique.

  • 94 L. G. Alonso Getino, « Dominicos españoles confesores de Reyes », tiré à part de La Ciencia Tomista(...)
  • 95 C. Désos, op. cit., (2005), p. 48. Les dominicains firent un mémoire au roi Philippe V pour revendi (...)
  • 96 AECP, Esp., 79, fol. 462, Blécourt à Torcy, 25 novembre 1700.

57Pourtant, le marquis de Louville comme le P. Daubenton partaient avec quelques missions précises. Le choix du P. Daubenton avait en lui-même une portée politico-religieuse très forte, qui ne passa pas inaperçue aux yeux des contemporains. En effet, en choisissant un jésuite français comme confesseur de son petit-fils, Louis XIV rompait le monopole exercé en ce domaine par les dominicains espagnols94. Ceux-ci tentèrent, par la suite, auprès de Philippe V, un recours qui n’eut aucun effet95. D’ailleurs, dès novembre 1700, Blécourt, resté à Madrid, avertissait Torcy en lui écrivant : « On fait déjà ici des brigues pour donner un confesseur au roi. Je crois qu’il n’est pas nécessaire qu’il mette si tôt sa conscience entre les mains d’un Espagnol96 ».

  • 97 Les jésuites espagnols furent toujours fidèles au parti français. À Madrid, en 1701, ils enlevèrent (...)
  • 98 AN, K 1332, (1), fol. 116 : « On m’a affirmé que les confesseurs du Roi d’Espagne n’avaient que mil (...)

58De plus, les religieux dominicains, qui formaient alors un ordre puissant et bien implanté dans le royaume d’Espagne étaient, à cette époque, loin d’être tous acquis à la cause française97 ; les éloigner de l’entourage proche du roi permettait de les affaiblir, notamment au sein même de l’Inquisition. En effet, le confesseur du roi d’Espagne était, de droit, deuxième officier de l’Inquisition98, ce qui lui permettait d’exercer un contrôle sur cet organe puissant, à la fois politique et religieux. Cependant, par politique, Louis XIV entend ménager les dominicains. Un passage des instructions au marquis de Louville assure ceci :

  • 99 Louv. I, p. 35.

Le roi, qui a un confesseur jésuite, doit prendre garde à ne pas blesser les dominicains et à ne pas paraître se méfier d’eux, et pourtant ne pas prendre un confesseur dominicain pour leur plaire, ni souffrir que le confesseur de la reine soit de cet ordre99.

  • 100 Le P. Pasquier Quesnel, en 1685, avait retrouvé Antoine Arnauld (1612-1694) à Bruxelles. Après la m (...)
  • 101 En 1694, l’évêque de Malines avait envoyé un mémoire à Charles II dont le titre était explicite mai (...)

59Enfin, le P. Daubenton avait reçu comme instruction, à l’instar du marquis de Louville, de lutter contre le jansénisme en Espagne et plus précisément aux Pays-Bas espagnols, terre de refuge du P. Pasquier Quesnel, devenu chef de file des jansénistes après la mort du Grand Arnauld100. Un jésuite était bien mieux placé pour cette lutte qu’un dominicain, dont l’opinion religieuse était parfois bien proche des théories augustiniennes prônées par les disciples de Jansénius. Charles II n’avait accordé aucune attention aux efforts de l’évêque de Malines, Humbert-Guillaume de Praecipiano pour extirper les jansénistes de son diocèse101. Désormais, la nouvelle monarchie allait se montrer plus offensive.

  • 102 Dans Louv., I, p. 35-54. Ces instructions sont plus étendues dans AE, Acq. Ext., 2. Le Cahier A (fo (...)
  • 103 Sur le chiffre prévu, G. Lizerand, op. cit., p. 449-450, le duc de Beauvilliers à Louville, janvier (...)

60Louville avait, quant à lui, reçu à Dax un mémoire assez étendu du duc de Beauvilliers inspiré du roi, le 12 janvier 1701102. Dans un premier point, Beauvilliers s’attache à l’état ecclésiastique du royaume en manifestant son intérêt pour la création de séminaires chargés de réformer le clergé espagnol. De manière diplomatique, il préconise d’« agir avec grande retenue sur tout ce qui regarde l’Inquisition, si révérée en Espagne ; (mais) de tâcher d’en adoucir les excès », et surtout de se conformer aux « usages des églises d’Espagne, et (de) se souvenir qu’ils sont fort différents de ceux de France ». Une fois encore, nous pouvons souligner les multiples précautions prises pour que les Français s’adaptent aux Espagnols et ne les froissent pas. Dans un deuxième point, le duc de Beauvilliers donne quelques conseils à transmettre à Philippe V, comme un ancien précepteur s’adresserait à un élève ; se côtoient des maximes politiques et des conseils de santé et d’alimentation. Cela se conclut par cette sentence : « Paraître sérieux avec les Français, surtout devant les Espagnols ». Dans un troisième point, plus bref, Beauvilliers trace un véritable plan de réformes militaires du royaume, conseillant de rétablir les troupes et la discipline, d’apprendre les fortifications ou encore d’établir des académies pour former les jeunes gens. Enfin, le quatrième point, qui est constitué des questions du marquis de Louville sur le mémoire et des réponses du duc de Beauvilliers, nous permet de mieux comprendre l’état d’esprit dans lequel partait le marquis de Louville et la confiance qu’il accordait aux autres Français de l’entourage royal. Ainsi, sur Harcourt, Louville demandait s’il ne fallait « rien cacher à cet ambassadeur de ce que le roi fera de bien ou de mal », s’il fallait « mander généralement toutes choses au marquis de Torcy », ou en réserver à M. de Beauvilliers ou encore s’il ne convenait pas d’avoir « pour les choses secrètes, un chiffre » entre eux. En réponse, le duc de Beauvilliers, se montra tout à fait favorable à une correspondance secrète entre lui et le marquis103. La conséquence, bien sûr, était qu’à Madrid, les Français n’allaient plus parler d’une seule voix, mais selon les influences qu’ils entretenaient à Versailles.

3. Le voyage en Espagne ou la découverte de l’étranger

  • 104 C. Hippeau, II, p. 304.

61La caravane française partit de Versailles le 4 décembre 1700 pour une marche que Louis XIV prévoyait de quarante-cinq jours104. Cet intervalle devait permettre à Harcourt d’effectuer un aller-retour à Madrid, mais aussi de laisser à Vienne le temps de la réflexion pour accepter la nouvelle situation politique. L’entrée à Madrid ne se fit que le 18 février 1701. Pendant ces deux mois et demi, Philippe V s’attacha toujours davantage à son entourage français, rendant ainsi l’adaptation aux usages espagnols plus difficile.

Un voyage sous le signe de l’unité entre les deux nations

  • 105 Sourches, VI, p. 325, 3 décembre 1700.
  • 106 San Felipe, Comentarios, p. 19.
  • 107 Sourches, VI, p. 312-313, 18 novembre 1700.
  • 108 Millot, I, p. 291 et 293.
  • 109 AEMD, Esp., 100, Journal adressé par le comte d’Ayen, à ... son père ; C. Désos, « Un document peu (...)
  • 110 Mercure Galant, décembre 1700, p. 234-236 et C. Levantal, op. cit., p. 46, 53, 58, 67, 99 et 103.

62Le départ des Français de la suite de Philippe V se déroula dans la tristesse. Les récits de la journée d’adieux du 3 décembre décrivent des scènes émouvantes105. Une suite brillante fut constituée pour l’accompagner jusqu’aux Pyrénées, étant entendu qu’aucun Français, autre que ceux de la Maison française, ne viendrait à Madrid. Cela était noté avec satisfaction par San Felipe qui estimait que le roi de France « montrait par-là qu’il voulait que son petit-fils se formât aux manières des Espagnols, et que son intention était d’empêcher que la tranquillité publique fût troublée par l’envie de parvenir à la faveur ou par l’ambition de gouverner106 ». Pourtant, nombre de jeunes gens demandèrent au roi de pouvoir se rendre à Madrid, mais aucun n’en reçut l’autorisation107, à l’exception du comte d’Ayen, fils du maréchal de Noailles. Il avait obtenu cette faveur grâce à sa parenté avec Madame de Maintenon dont il avait épousé la nièce en mars 1698108. Il laissa de son voyage un récit fort intéressant et complet109. Ce sera le seul grand noble, avec le duc d’Harcourt, à côtoyer Philippe V à Madrid, et sa jeunesse, (il n’avait alors que vingt-deux ans), ne devait pas inquiéter les Espagnols. Il partait surtout pour assurer les divertissements du jeune roi d’Espagne, notamment en organisant quelques concerts110.

  • 111 SSBL, VU, p. 343-347, 371 et sv. et VIII, p. 59-68, 100 et sv. ; la relation de Petis de la Croix, (...)

63Les sources et la bibliographie sur ce voyage sont abondantes111, et laissent transparaître la qualité des premiers contacts entre les Français proches de Philippe V et les Espagnols qui étaient venus au-devant de leur nouveau roi.

  • 112 Beauvilliers à Torcy, Saintes, 24 décembre 1700, G. Lizerand, op. cit., p. 425.
  • 113 Valero (Balthazar Zunega, marquis de), († 1727).
  • 114 Bejar (Jean-Emmanuel de Sotomayor, XIIe duc de), (1680-1747).
  • 115 Quintana, (Martin de Guzman Enriquez Niño y Moxica, marquis de Montealegre).
  • 116 AECP, Esp., 96, fol. 18-19, Louville àTorcy, 21 janvier 1701.

64L’entente semble bien établie entre les gentilshommes français et espagnols. Le duc de Beauvilliers marque même sa surprise face à l’enthousiasme des Espagnols : « Je ne puis m’empêcher d’être étonné, écrit-il à Torcy, de la vivacité des Espagnols. Ils font plus de chemin que nous n’aurions osé leur demander112 ». Louville, quant à lui, appréciait le duc d’Osuna, le marquis de Valero113, premier gentilhomme de la chambre de Philippe V, ou encore le duc de Béjar114, qui était venu saluer le roi à Bazas, le 7 janvier avec son frère et son oncle. Il retrace ainsi à un correspondant, une partie de cuba « dont étaient Messieurs les comtes d’Ayen, les chevaliers de Comminges et de la Vrillière, et le marquis de Valero. Ce dernier, écrit-il, connaissait fort peu les cartes françaises et savait fort mal le jeu mais on le faisait pour lui ». Le marquis de Quintana115, lui aussi premier gentilhomme de la chambre de Philippe V, qui, dès ce voyage, avait su gagner l’amitié du jeune roi, suscitait par ce fait même, la méfiance de Louville116.

  • 117 SSBL, VII, p. 320.
  • 118 Ainsi, Beauvillier annonce la venue du connétable de Castille. « Il ne parle qu’espagnol. M. le mar (...)
  • 119 Harcourt à Louis XIV, Irun, 23 janvier 1701, C. Hippeau, II, p. 441 ; Harcourt à Portocarrero, Atie (...)
  • 120 H. Kamen, Felipe V, p. 126.

65Les difficultés de communication dues à la langue constituaient un réel obstacle à une intégration rapide. Philippe V ne parlait pas encore le castillan117. Durant le voyage, les lettres en provenance de Madrid, étaient d’abord traduites en français pour que le jeune roi pût les lire, bien que le duc de Beauvilliers et le maréchal de Noailles sachent l’espagnol118. Cette mauvaise connaissance de la langue par Philippe V, au début de son règne, est un élément qui a joué dans l’importance accordée à la maison française une fois à Madrid. Même si à Irun, Harcourt peut écrire à Louis XIV que le Roi Catholique « entend presque déjà tout l’espagnol », il signale à Portocarrero « que Sa Majesté Catholique n’est pas encore en état de répondre en espagnol » et se propose comme interprète119. Par la suite, le français s’imposera à Madrid. Philippe, en privé, parle sa langue maternelle, avec ses deux épouses successives, ses enfants, ses proches ou son confesseur120.

66Certains Français cependant, durant le voyage, abordent cette difficulté avec bonne humeur : ainsi Louville écrit-il le 21 janvier :

  • 121 AECP, Esp., 96, fol. 18-19, Louville à Beauvilliers, 21 janvier 1701.

Il y a assez de liaison entre les Espagnols qui sont ici, et nous. Ils paraissent assez sociables, et tout se passe avec toute la politesse que l’on peut souhaiter de part et d’autre. Cela irait, je crois, encore mieux si l’on s’entendait davantage, cependant en parlant moitié latin, moitié français, on devine une partie de ce que l’on se dit121.

  • 122 Harcourt à Louis XIV, Irun, 23 janvier 1701, C. Hippeau, II, p. 441.

67Harcourt se plaint toutefois du grand embarras pour « mettre les équipages en mouvement de partir », soulignant que « la grande difficulté provient de la diversité des langues122 ».

68La séparation d’avec la suite française eut lieu le 22 janvier 1701 sur la rivière de la Bidassoa, au-delà de laquelle Philippe V allait se retrouver en contact avec son nouveau royaume.

Premier contact avec l’Espagne

  • 123 BN, ms. fr., 9639 (1700-1701), journaux adressés par Daniel de Laroque à Gaignière relatant le voya (...)

69Le journal de Daniel de Laroque comporte une description empreinte de mépris des serviteurs espagnols qui attendaient leur maître sur les bords de la Bidassoa : « Ils ont plutôt l’air d’harlequins par leurs habits que de domestiques d’un grand prince123 ». La transition entre la partie française et la partie espagnole était plutôt brutale ; les grandeurs de Versailles semblent très loin aux Français qui passent les Pyrénées.

  • 124 L’itinéraire espagnol comporte vingt-quatre étapes : Irun (23/01), Hernani (24/01), Tolosa (28/01), (...)
  • 125 San Felipe, Comentarios, p. 20.

70Par contraste, l’enthousiasme des Espagnols le long de la route jusqu’à Madrid124 compense l’absence de commodités du voyage et les Français, à la suite de Philippe V et en même temps que ce dernier, prennent ainsi un premier contact chaleureux avec cette nouvelle terre125. Louville est frappé de penser que ces ennemis d’hier sont les mêmes qui acclament un prince français :

  • 126 AECP, Esp., 96, fol. 20-23, Louville à Beauvillier, San Sebastian, 27 janvier 1701.

Je ne me lasserai jamais d’admirer comme le plus grand miracle que j’ai jamais vu et que je verrai jamais, que tous ces peuples, sans aucun concert, fassent des vœux si ardents pour un prince dont ils haïssaient si fort le nom et la maison depuis plus de deux cent ans126.

  • 127 AECP, Esp., 87, fol. 5 Lista de los criados de la Rl Cassa que vienen a servir a SMg en esta jornad (...)
  • 128 Louv., I, p. 107. Beauvilliers en félicite Louville dans G. Llzerand, op. cit., p. 455.
  • 129 C. Hippeau, II, p. 494, Harcourt à Louis XIV, 19 février 1701.

71À Irun, première étape vers Madrid, près de six mille hommes en armes attendaient le roi127. À Vitoria, le P. Daubenton fit communier le roi en public et Louville, « pour tenir la balance égale entre les moines, ayant donné le conseil d’aller à vêpres aux jacobins, parce qu’on avait eu la messe aux dominicains, les Espagnols ne mirent plus de bornes à leur enchantement128 ». Le concours du peuple est immense sur la route qui mène à Madrid ; trois lieues avant la capitale, le carrosse du roi ne pouvait plus aller qu’au pas129.

72Cette ferveur est encore palpable en septembre 1701, date à laquelle, le P. Daubenton, de passage à Saragosse avec Philippe V, constate la réelle dévotion éprouvée par les Aragonais envers leur roi :

  • 130 BN, ms. fr. 22810, fol. 356-357 et copie aux AN, K 1332 (2), fol. 144 v°. Le P. Daubenton continue (...)

Les passions de ces peuples sont si outrées, soit pour la haine, soit pour l’amour, que le Roi est sur le point d’être écrasé, toutes les fois qu’il sort. En sortant aujourd’hui de l’église, quantité de femmes grosses se sont jetées sur lui comme des bacchantes et l’ont suivi en foule dans sa chambre pour l’embrasser sans qu’on ait pu les arrêter. Tous ceux qui pouvaient l’approcher hier en arrivant, touchaient la selle, la croupe et les cuisses de son cheval et portaient ensuite leurs mains sur leurs yeux, sur leur bouche et sur leur cœur, comme s’ils avaient manié des reliques130.

73Les Français découvrent ainsi un peuple qu’ils étaient loin de connaître, et si certains d’entre eux se montrent étonnés, voire choqués, la plupart cependant manifestent une compréhension cordiale envers les coutumes espagnoles.

  • 131 C. Désos, « Un document peu connu des Archives Étrangères du Quai d’Orsay... », loc. cit., 5 (2004) (...)

74Le cas du jeune comte d’Ayen est édifiant. Dans la relation de son voyage adressée à son père, il prend le contre-pied de toutes les idées reçues sur le pays, afin d’élaborer un nouveau style de relations entre la France et l’Espagne. Tout en se pliant aux lois du genre, il les détourne pour les appliquer à une nouvelle pensée politique : la célébration de l’union131.

  • 132 Millot, I, p. 317-318.

75De part et d’autre des Pyrénées, on s’intéresse désormais au rapprochement des deux nations. Mais l’enthousiasme manifesté par les Espagnols inquiète presque l’entourage français du roi. Louville, toujours sceptique, espère que les sentiments des nouveaux sujets de Philippe V perdureront. Or, il s’inquiète pour l’avenir car il se rend compte que l’espérance placée dans le nouveau gouvernement est immense. « À moins que Dieu n’envoie ses Anges pour les gouverner, il est difficile qu’on la puisse remplir », avoue-t-il. Si Louville se montre, dans les semaines suivantes, un des plus ardents défenseurs de l’accroissement de la présence française à Madrid et qu’il demande un investissement plus grand du roi de France en Espagne, c’est qu’il craint que le mécontentement succède aux espoirs, et que l’opinion se retourne contre son roi132.

L’entrée à Madrid

76Le cortège royal se présenta à Madrid le 18 février 1701. Tout le cérémonial avait été conçu par Harcourt et Portocarrero. Le roi se rendit au palais du Buen Retiro où il fut reçu par le marquis de Leganés, capitaine du château, qui lui remit les clefs, puis par le cardinal, dont l’émotion transparaissait. Une fois installé, le roi s’entretint avec les Grands. Seul, le duc d’Harcourt se tint constamment à ses côtés ; Ayen assista lui aussi à la présentation des Grands, mais tous les autres Français avaient été volontairement écartés.

  • 133 AECP, Esp., 85, fol. 463, Blécourt avertissait Louis XIV le 25 novembre 1700 : « La reine d’Espagne (...)
  • 134 C. Hippeau, II, p. 503.

77La cour avait une apparence presque identique à celle qu'elle avait eue du temps de Charles II. Mais la reine douairière, Marie-Anne de Neubourg, avait été envoyée à Tolède avant même l’arrivée de Philippe V. Belle et jeune encore, n’ayant qu’une trentaine d’années, on ne souhaitait guère qu'elle rencontre le nouveau monarque, ni qu'elle réside dans le même Palais133. Sur les avis de l’ambassadeur, le roi nomma les principaux officiers de sa maison et réduisit les gentilshommes de sa Chambre. Ses journées s’écoulent entre la chasse au Prado et l’application aux affaires. Harcourt remarque l’intérêt croissant qu’y prend le jeune Philippe V et sa curiosité à savoir les nouvelles134.

  • 135 T. Zapata Fernandez de la Hoz, « Alegorías, historias, fabulas y símbolos en los jeroglíficos de la (...)

78Le 14 avril, Philippe V refit une entrée dans Madrid solennisée. Il sortit du Buen Retiro à cheval, accompagné de tous les Grands et des gens de sa Maison, revêtus de vêtements brodés, sur des chevaux richement caparaçonnés. Les rues sur son passage jusqu’à l’Alcázar où il se rendait, avaient été ornées de tapisseries, et, à la mode d’Espagne, on avait disposé des gradins remplis de tableaux et d’argenterie, avec de place en place, de magnifiques arcs de triomphe. Le souverain y était plusieurs fois représenté, revêtu de toutes les vertus, ainsi que sa famille, en particulier Louis XIV. De nombreux artistes espagnols travaillèrent à trouver les allégories convenables pour exprimer la nouvelle union des pays, dans la mythologie ou la littérature classique. Les représentations foisonnent. On peut voir un panneau présentant deux armées navales guidées par deux astres. Ce sont Castor et Pollux, assimilés à Louis XIV et à Philippe V. Ainsi préfigure-t-on l’alliance militaire des deux rois, en cas de guerre navale, que ce soit contre les mahométans ou contre les Anglais. Le navire peut aussi représenter l’État guidé sur la bonne voie par son roi. Plus clairement encore, Philippe V contemple sur son passage un écu illustré d’un lion et d’un coq enlacés, dont les cous sont reliés par une Toison d’Or135. Les jours suivants virent se multiplier les festivités : mascarades, illuminations, défilés de chars, corridas.

79Le 8 mai 1701, Philippe prêtait serment dans l’église Saint Jérôme afin de conserver les droits et les privilèges du royaume de Castille. Les prélats, puis les Grands et la noblesse titrée vinrent lui prêter serment de fidélité. Ce fut ensuite le tour des commissaires des villes et autres députés des Cortes au cours d’une cérémonie qui dura trois heures.

80Le marquis de Montviel, malgré toutes les magnificences étalées, se montre déçu de l’entrée triomphale du roi. Ce n’est pas exactement ce qu’il attendait ; il n’a pas été assez impressionné. En fait, deux mois après son arrivée à Madrid, il avoue que bien des choses le déçoivent à la cour. Il laisse transparaître son impatience face à la lenteur du gouvernement. Déjà, il demande que d’autres Français les rejoignent, et il n’est pas le seul.

  • 136 Cf. Crónica festiva..., p. 29.
  • 137 AEMD, Esp., 100, Journal..., fol. 196. Madame d’Aulnoy évoque cela quand il faut marquer au fer les (...)

81Partout, ce ne sont que feux d’artifice et bals masqués, mais il y a aussi des corridas, la fiesta par excellence dans la Péninsuble ibérique. À Bayonne déjà, le roi avait assisté à une corrida à l’espagnole, qui fut gâchée par l’effondrement d’une tribune où se trouvaient de nombreux seigneurs espagnols136. Les Français n’ont pas des âmes d'aficionados. Le comte d’Ayen, en date de son passage à Vitoria, parle des « jeux sanglants » de la corrida, et compare cela aux divertissements de l’ancienne Rome organisés pour le peuple137. La tradition française y était hostile. Dans les archives de la ville de Madrid, on trouve un ordre du roi d’Espagne, en date du 4 janvier 1701 pour qu’aucune ville ne fasse de frais de courses de taureaux sur son passage. Mais il ne fut pas obéi.

  • 138 Millot, I, p. 332 et Louv., I, p. 124.
  • 139 Louv., ibid. Lors de son voyage, Madame d’Aulnoy n’avait pas semblé choquée de cette coutume, op. c (...)

82Une autre coutume, si tant est qu’on puisse la classer ainsi, que Philippe V tenta de faire abolir, furent les autodafe. Ainsi, le jour de l’entrée solennelle du Roi dans la capitale, il avait été prévu de mener trois Juifs au bûcher. « On lui en parla comme d’une fête, d’un divertissement royal ; et un Seigneur se félicita de n’avoir jamais manqué un si grand acte de religion ». Les Français furent très choqués de cette tradition et Louville intervint courageusement en représentant que « les Souverains ne voyent les criminels que pour leur faire grâce ; qu’aussi les lois d’Espagne ne permettant pas d’accorder en pareilles circonstances, il convenait que le Roi se divertît à quelque autre chose, plutôt qu’à un spectacle de cette nature138 ». Philippe V refusa donc d’y assister. Étrangement, ce fut le marquis de Torcy qui désapprouva l'indignation des Français, estimant qu’il fallait « s’accommoder au génie des peuples139 ». Le xviiie siècle verra la progressive disparition de ces bûchers.

*
* *

83Louis XIV avait donc été clair lors du départ de son petit-fils. Il avait donné pour instructions qu’on adopte une position de retrait et qu’on laisse les Espagnols et leur jeune roi, agir à leur convenance. C’était, à ses yeux, une condition nécessaire au maintien de l’équilibre européen. Mais, une fois dans la capitale espagnole, l’entourage du roi ne peut qu’éprouver un sentiment de déception en constatant l’état réel du pays. Il apparaissait évident que Philippe, qui ne pouvait encore assumer seul le pouvoir, ne trouverait pas les concours qui lui étaient nécessaires auprès de la junte espagnole, ni au despacho, composé du seul secrétaire Rivas. L’apathie politique des Espagnols était tout aussi inquiétante. La lenteur des Conseils, la faiblesse de l’armée, l’inorganisation des finances et le manque d’industrie, vont devenir des thèmes récurrents dans la correspondance des Français. Les fêtes et les protestations d’amitié et d’union ne les ont en rien éblouis.

  • 140 Au risque de la leur faire tourner, comme pour la nourrice de Philippe V. Celle-ci tint une Cour da (...)
  • 141 AECP, Esp., 88, fol. 215, Harcourt au roi, Madrid, 7 avril 1701.

84La défiance de l’entourage à l’égard du gouvernement madrilène va croissant. Par ailleurs, la mésentente s’installe suite aux premières tentatives de transformation de la vie de cour. Si bon nombre des Madrilènes, ont commencé par « se jeter à la tête » des nouveaux arrivants140, ils s’opposent tout aussi vite, maintenant, aux quelques innovations introduites dès les premiers jours, comme de faire circuler librement le roi dans ses appartements du Palais « où tout le monde le voit, lui parle et lui donne des placets »141.

85Grâce à la protection royale, les Français sont appelés, par la force des choses, à occuper une place prépondérante à la cour. Mais l’avenir ne s’annonce pas forcément très aisé pour eux. D’une part, parce que les ministres français, eux-mêmes, sont apparus assez divisés à Versailles. Si, par exemple, Pontchartrain s’intéresse aux Indes, Torcy et Chamillart doutent que l’union des deux couronnes soit favorable à la France. Or, les Français de Madrid, pour rester unis, ont besoin de directives fermes et uniformes. D’autre part, il est prévisible qu’avec les Espagnols, les querelles, voire les affrontements, se multiplieront dans cette cour où se côtoient des personnalités des deux nationalités aussi foncièrement différentes, à la fois quant au mode vie et quant à l’appréciation des intérêts de leur pays respectif.

86C’est donc dès les premières semaines du règne de Philippe V que le climat change. Le jeune roi ressent de plus en plus le besoin de s’appuyer sur les Français de son entourage. Ceux-ci se montrent suffisamment persuasifs pour pousser Versailles à accroître leur nombre et leur influence. Ce qui ne devait être, à l’origine, qu’un petit groupe, devient peu à peu une véritable colonie, appelée à pratiquer une progressive ingérence dans les affaires espagnoles.

Notes

1 C. Hippeau, II, p. 310.

2 « Quelques aspects généraux de la politique étrangère de Louis XIV », xviie siècle, 46-47 (1960), p. 1-28. Cité par F. Bluche, Louis XIV, (1986), p. 762.

3 C. Hippeau, I, p. CLIV.

4 Tallard (Camille, marquis d’Hostun de la Baume, baron d’Arlan, comte de) (1652-1728), nommé en décembre 1697 ambassadeur à Londres. Il revint à Paris en avril 1701 au moment de la rupture diplomatique avec Guillaume III. Sur son ambassade, cf. Ria, Angleterre, XXV-2, p. 1-68.

5 Heinsius (Antoine) (1644-1720), diplomate, il fut élu Pensionnaire de la Province de Hollande en 1689. Il seconda Guillaume d’Orange dans ses projets et se montra le plus implacable ennemi de la France comme le plus hostile à toute tentative de paix. Son crédit tombe en 1713, SSBL, X, p. 137, n. 4.

6 Louis de France, dit le Grand Dauphin, († 1711), fils de Louis XIV et père des ducs de Bourgogne, Anjou et Berry.

7 Villars (Claude-Louis-Hector, marquis puis duc de) (1653-1734), lieutenant-général en 1693, envoyé extraordinaire à Vienne de 1697 à 1701.

8 AECP, Vienne, 75, fol. 249-252, Louis XIV au marquis de Villars, 7 novembre 1700 : « J’ai voulu laisser à l’Empereur tous les moyens de concourir au maintien du repos public. Les intérêts de sa maison sont assurés par le partage destiné à l’archiduc ; mais s’il n’en profite pas, rien ne m’empêche d’exécuter le traité que j’ai fait avec le roi d’Angleterre et avec les États-Généraux. Tout engagement a cessé de ma part envers l’Empereur aussitôt que les trois mois donnés à ce prince pour souscrire sont expirés », A. Legrelle, La diplomatie française et la succession d’Espagne, 4 (1892), p. 19.

9 Ibid., p. 11-12, Louis XIV à Blécourt, 7 novembre 1700, AECP, Esp., 84, fol. 237-238.

10 F. Bluche, op. cit., p. 767.

11 Ibid. On peut se reporter à SSBL, VII, p. 295-312 pour un récit de la séance du Conseil. Néanmoins, cet auteur est parfois sujet à caution. Ainsi, il insiste sur la présence de Madame de Maintenon au cours de ce fameux conseil, la faisant parler et prendre une décision, alors que Torcy spécifie dans ses Mémoires que la marquise fut absente, Torcy (J. B. Colbert de Croissy, marquis de), Mémoires du marquis de Torcy pour servir à l’histoire des négociations depuis le traité de Ryswick jusqu’à la paix d’Utrecht, (éd. 1839), p. 551.

12 Torcy, p. 549 et 551.

13 Or, seuls l’électeur de Bavière et son frère, l’archevêque de Cologne soutiendront la cause franco-espagnole.

14 Créé seulement le 29 juin 1700.

15 F. Bluche, op. cit., p. 768 ; C. Frostin, « Les Pontchartrains et la pénétration commerciale française en Amérique Espagnole, 1690-1715 », Revue Historique, 245 (janv.-juin 1971), p. 307-336.

16 Torcy, p. 551.

17 A. Legrelle, op. cit., 4, p. 58-66. L’annonce du testament provoqua une grande joie dans la Péninsule. À Barcelone, le prince de Darmstadt assurait qu’il respecterait le testament. À Milan et à Bruxelles, la transition semblait aussi s’être bien passée. Le marquis de Blécourt se fait l’écho de la joie du cardinal Portocarrero (AECP, Esp., 85, fol. 350-2, 4 novembre 1700). Dans ibid., fol. 343, 3 novembre, il écrit que le peuple est tranquille depuis qu’il sait que le duc d’Anjou est appelé au trône. Les serments de fidélité volent de Madrid à Versailles. Arias en écrit ainsi le 4 novembre (ibid., fol. 354) ; Montijo mit à la disposition de Blécourt son expérience de conseiller d’État pour le guider à travers le labyrinthe des formalités officielles (11 novembre, ibid., fol. 399) ; Ubilla assurait que l’Espagne était heureuse (ibid., fol. 410, 18 novembre).

18 Torcy, p. 550-551.

19 A. Legrelle, op. cit., 4, p. 43, Louis XIV au Conseil de Régence de Madrid, AECP, Esp., 85, fol. 337-339, 12 novembre 1700 ; BN, ms. fr„ 22579.

20 A de Ubilla, Succession delrey D. Phelipe VNuestro Señoren la Corona de España..., (1704). Livre 1er

21 San Felipe, Comentarios..., p. 15.

22 Louis XIV à Guillaume III, C. Hippeau, I, p. CXLVIII.

23 AECP, Esp., 85, fol. 332, Louis XIV à Blécourt, 12 novembre 1700.

24 SSBL, VII, p. 375-376.

25 Le duc d’Escalona à Louis XIV, 27 novembre 1700, cité dans C. Hippeau, II, p. 316, originale : AECP, Esp., 79, fol. 488.

26 Millot, I, p. 320-321.

27 C. Hippeau, II, p. 325.

28 Millot, I, p. 319.

29 C. Hippeau, II, p. 402-403, Chamillart à Harcourt, 30 décembre 1700 : « Je souhaite que dans les nouveaux royaumes que vous devez habiter vous trouviez quelques ressources pour les finances. Tant qu'elles seront dans le désordre où elles sont, il est de toute nécessité que celles du Roi notre maître en souffrent. Quoique je n’aie aucun dessein de devenir le président des affaires ou le surintendant, permettez-moi, par curiosité, de m’instruire des revenus du Roi d’Espagne, en quoi ils consistent, les dépenses dont ils sont chargés et la manière de les gouverner [...] Ne puis-je point savoir par vous les forces des Espagnols dans ces pays-là, les troupes qu’ils y ont, s’il y a des places, si les ports sont bien gardés, et en cas que les Anglais et Hollandais voulussent entreprendre quelque chose, dans quelle partie des Indes il y aurait plus à craindre, ce que l’on pourrait faire pour prévenir et pour s’opposer ».

30 AECP, Esp., 87, fol. 404, Pontchartrain à Harcourt, 17 février 1701.

31 G. Lizerand, Le duc de Beauvilliers (1648-1714), (1933), p. 441, Beauvilliers à Louis XIV, Bayonne, 14 janvier 1701.

32 Harcourt à Louis XIV, Saint Jean de Luz, 12 janvier 1701 ; C. Hippeau, II, p. 420-427, originale : AECP, Esp., 81, fol. 51.

33 Le marquis d’Harcourt à Torcy, 22 décembre 1700 ; C. Hippeau, II, p. 384-385. En janvier, Harcourt reconnaîtra que son entreprise est un peu prématurée : « Il ne me paraît pas encore temps de proposer aux Espagnols de ruiner les établissements des Anglais et des Hollandais à la Jamaïque et à Curazo, écrit-il au roi de France », AECP, Esp., 87, fol. 144, Harcourt à Louis XIV, 12 janvier 1701.

34 RIA, Hollande, XXII-2, p. 95-96.

35 AECP, Esp., 87, fol. 231, Harcourt à Louis XIV, Bayonne, 17 janvier 1701.

36 Ibid., fol. 280, Louis XIV à Harcourt, 25 janvier 1701.

37 Ibid., fol. 231, Harcourt à Louis XIV, Bayonne, 17 janvier 1701.

38 AN, O1 44, fol. 572, 21 novembre 1700.

39 AECP, Esp., 79, fol. 520.

40 A. Ubeda de Los Cobos, « Felipe V y el retrato de Corte », El arte en la Carte de Felipe V (2002), p. 93-96 ; D. Posner, « The genesis and political purposes of Rigaud‘s portraits of Louis XIV and Philip V », Gazette des Beaux-Arts, 131 (1998), p. 77-90.

41 A. Ubeda de Los Cobos, loc. cit., p. 99-100. Ce tableau est conservé au musée du Prado.

42 Ria, Esp., II, p. 111. De même, Louis XIV écrit au duc d’Harcourt, le 8 février 1701 : « Il est certain que nonobstant les empressements et les acclamations générales de toute la nation, il se trouvera des particuliers attachés encore à la maison d’Autriche, mais il faut songer aussi que cet attachement a été jusqu’à présent un mérite pour eux, qu’ils changeront bientôt de sentiments, qu’enfin ceux qui le peuvent conserver ne méritent pas d’être punis, à moins qu’il ne les engage à des intrigues contraires au service du Roi leur maître, et à la fidélité qu’ils lui doivent », (Millot, I, p. 313-314).

43 AEMD, Esp., 149, fol. 52 : Sur l’ordre de la Toison d’or envoyé par le roy d’Espagne Philippe V et par le roi Louis Ier son fils aîné à des Princes ou seigneurs-français, ou attachés au service de la France. Le Roi à Harcourt, 15 mai 1701.

44 SSBL, IX, p. 26 ; AECP, Esp., 90, fol. 94 et 96, Philippe V à Louis XIV, le prie de recevoir en son nom le duc de Berry dans l’ordre de la Toison d’Or, ainsi que le duc de Chartres, son oncle, 3 juin 1701.

45 SSBL, X, p. 203-204.

46 SSBL, IX, p. 244. Sur les Grands d’Espagne, cf. Abbé de Vayrac, État présent de l’Espagne, (1718), III, livre 5 et J. G. Imhof, Recherches historiques et généalogiques des grands d’Espagne, (1707).

47 Imhof, p. III ; SSBL, IX, p. 117-118, 121, 125 et 240-244.

48 ANM, Estado, leg. 692.

49 AECP, Esp., 90, fol. 395, Blécourt à Torcy, 27 juin 1701.

50 ANM, Estado, leg. 3474, citation tirée d’un cahier intitulé : « Réflexions sur les Grandesses d’Espagne dont sont décorées plusieurs maisons françaises », par le comte d’Aranda (1719-1798), ambassadeur de Charles III en France de 1773 à 1787.

51 AEMD, Esp., 50, fol. 215, Mémoire sur le traitement réciproque entre les Ducs et Pairs de France et les grands d’Espagne, 20 janvier 1702.

52 AECP, Esp., 143, fol. 15, Louis XIV à l’abbé d’Estrées, 20 janvier 1704.

53 ANM, Estado, leg. 2846 (1).

54 Cf. BNM, 9896, Carta al duque de Arcos ordenandole pasar a servir en el Ejercito de Flandes. Madrid, 19 agosto 1701. Le duc d’Arcos († 1729), partit en Flandres avec son frère, Gabriel Ponce de Léon, duc de Baños. En passant par Versailles, ils furent bien accueillis par le Roi et « jouirent de tout ce dont jouissent les ducs », SSBL, IX, p. 111. De retour en Espagne, on promit au duc d’Arcos la vice-royauté de Valence (AECP, Esp., 157, fol. 134) puis il fut conseiller d’État en 1706. Il meurt le 18 mars 1729. Sa sœur avait épousé le duc d’Albe en 1688, SSBL, IX, p. 330.

55 Y. Bottineau, op. cit., p. 157. Un auteur français fit une réponse au mémoire des Espagnols, intitulée : « Réponse des Ducs et Pairs de France au Mémoire du duc d’Arcos », AN, registres de la Pairie, KK 600, p. 797-855 et AECP, France, 217, fol. 71-101. Publié dans SSBL, IX, p. 413-424. Saint-Simon, dans ses Mémoires, fait aussi une longue digression portant sur la comparaison de ces deux dignités, ibid., p. 246-276. Page 251, il en conclut que « la dignité de Grand d’Espagne, pour éclatante qu'elle soit, ne peut être comparée avec celle de nos ducs, et beaucoup moins encore à celle des pairs de France, avec lesquels les Grands d’Espagne n’ont aucune similitude, sont sans fonction, sans avis, sans conseil, sans jugement, sans faire essentiellement partie de l’État plus que les autres vassaux immédiats, et sont sans serment et sans foi et hommage pour cause de leur dignité. Il est donc conséquent que ce n’est à aucun d’eux à se trouver blessé de la parité, convenue entre le [...] Roi et son petit-fils... »

56 La thèse d’Alfred Baudrillart, rédigée en 1889, est toute écrite dans cette optique et a servi de modèle à bien des auteurs successifs. Yves Bottineau reprend ainsi « l’apathie, l’indécision, l’absence de confiance en soi » comme les constituants intrinsèques de la personnalité de Philippe V (op. cit., p. 93). Ce jugement vient, en partie du moins, du témoignage ou plutôt du jugement de valeur porté par le duc de Saint-Simon sur le roi d’Espagne, guidé tout entier par son opposition à Madame des Ursins. En effet, pour que Philippe V ait apprécié la camarera mayor de la reine, il fallait qu’il « fut élevé dans la dépendance », pour devenir « un prince fait exprès pour se laisser enfermer et gouverner », SSBL, XI, p. 229-231.

57 Correspondance de Madame, éd. Jaeglé, I, p. 222 et 229-230 ; Correspondance générale de Madame de Maintenon, éd. Lavallée, t. 4, p. 350 ; Relation de l’ambassadeur vénitien, SSBL, VII, p. 602-603.

58 Correspondance, éd. Jaeglé, I, p. 147.

59 AE, Acq. Ext., 2.

60 Le duc de Beauvilliers avait été nommé, en 1685, président du Conseil des finances et chargé de l’éducation du jeune Dauphin, puis de celle du duc d’Anjou. Nommé en 1691 ministre d’État, il meurt en 1714, G. Lizerand, op. cit., (1933).

61 AECP, Esp., 85, fol. 438 r°-442 v° : « Mémoire du roi pour servir d’instruction au sieur duc de Beauvilliers, pair de France », 2 décembre 1700.

62 AECP, Esp., 87, fol. 217-218. Cité dans G. Lizerand, op. cit., p. 441, à Bayonne, 14 janvier 1701.

63 C. Hippeau, I, p. CLIII-CLIV, Louis XIV à Harcourt, 15 décembre 1700.

64 Instructions de Louis XIV à Philippe V, 3 décembre 1700, dans Millot, I, p. 301.

65 San Felipe, Comentarios, p. 20 et introduction de Carlos Seco Serrano, p. XXI. « Les Espagnols ne pouvaient se lasser de la vue d’un prince jeune, robuste d’une figure agréable, eux qui étaient accoutumés à voir un Roi toujours malade, défait et mélancolique ».

66 Cela n’empêche pas le duc de Saint-Simon de faire des descriptions physiques très dures contre Philippe V en privé. Mais, lors de son audience publique, en 1721, le mémorialiste est frappé de ce que le roi d’Espagne « répondit à chaque point de [s]on discours dans le même ordre, avec une dignité, une grâce, souvent une majesté, surtout avec un choix si étonnant d’expressions et de paroles par leur justesse, et un compassement si judicieusement mesuré, que je crus entendre le feu Roi, si grand maître et si versé en ces sortes de réponses », SSBL, XXXVIII, p. 362-363.

67 AECP, Esp., 85, fol. 547.

68 C. Levantal, La route royale..., (1996), p. 63.

69 Les autorisations de sortie de ces serviteurs sont aux AN, O1 44, fol. 593, 595 v°, 596, 633 v°, 634 r°, 645 v°, 655 r° et O1 45, 1 v°, 9 v°. Elles sont datées du 2 décembre 1700 au 10 janvier 1701. Toutes ne figurent pas cependant, ainsi les autorisations d’Angélique Tesson et de Marguerite La Chambre. Mais ces deux dernières se trouvent dans les archives espagnoles (AGP, Personal, C 1028/7, leg. 8).

70 C. Levantal, op. cit., p. 63.

71 Jeanne Bosc était veuve du sieur de la Roche, premier commis du Trésor Royal. Elle était parente de la défunte femme de Bontemps. Celui-ci lui avait fait obtenir une pension de 2 000 livres portée à 3 000 l’année suivante (AN, O1 43, fol. 237 v°). Saint-Simon pense qu’ils s’étaient mariés secrètement, SSBL, VIII, p. 42.

72 En 1690, Bontemps avait transféré à Claude de la Roche, qui avait alors 30 ans, la survivance d’une charge de premier valet de garde-robe achetée à l’intention de son propre fils et cet arrangement avait beaucoup étonné ses contemporains (cf. Sourches, Mémoires, III, p. 218). Sur les parents de La Roche, cf. M. Da Vinha, Les valets de chambre de Louis XIV, (2004), passim.

73 SSBL, VIII, p. 183.

74 La Princesse des Ursins prétendait qu’il faisait rire le roi et la reine « plus que toute l’Espagne ensemble », Lettres inédites, éd. A. Geffroy, p. 121.

75 C. Levantal, op. cit., p. 63.

76 SSBL, XXXIX, p. 262-263.

77 SSBL, VII, p. 345 et XXXVIII, p. 301. Le brevet qui autorise Valouse à rester en Espagne date du 10 décembre 1702 (AN, O1 46, 195 r°).

78 Depuis Henri IV, les rois de la dynastie des Bourbons ont eu des jésuites pour confesseurs en titre. Il est vrai cependant, qu’Henri III eut déjà un confesseur de cet ordre mais de façon intermittente : ce furent Claude Mathieu puis Edmond Auger.

79 C. Désos, La vie du R.P. Guillaume Daubenton (1648-1723), (2005), p. 17.

80 N. Frizon, La vie manuscrite..., p. 38 ; Sourches, VI, p. 325.

81 N. Frizon, op. cit., p. 42 et Sourches, VI, p. 325. Le P. de Silly fut renvoyé en France car il convenait mieux au P. Daubenton « d’avoir un frère dont il pût tirer des services, qu’un prêtre, qui, d’ailleurs, ne lui était plus nécessaire dans un emploi où il faut plus de secret que de communication avec personne ».

82 SSBL, VIII, p. 231 et sv.

83 G. Lizerand, op. cit., p. 93.

84 AN, O1 44, 634 r°.

85 Louv., I, p. 32-33.

86 Louv., I, p. 7.

87 Ces liens entre la famille de Saint-Simon et le marquis de Louville ont été relevés par Y. Coirault, Un lot d’inédits : lettres quasi politiques du due de Saint-Simon (1712-1735), Revue d’histoire diplomatique, 4 (1967), p. 291.

88 SSBL, II, p. 3-4.

89 C. Hippeau, II, p. 302-312, Louis XIV au duc d’Harcourt, 17 novembre 1700 et AECP, Esp., 79, fol. 370 et sv.

90 Louv., I, p. 171.

91 Millot, I, p. 297 et sv. et Coxe, I, p. 124-128.

92 De courts textes parodiant les conseils du roi de France à son petit-fils, circulaient à la même époque à Madrid et illustrent mieux les préoccupations d’alors de certaines couches de la société. Ainsi, la Carta christiana... (BNM, VE 641-53). Sur un ton familier, l’auteur insiste sur la déférence que le nouveau roi doit observer envers les clercs sans chercher à restreindre leur nombre, ce qui ne pourrait qu’entraîner le courroux du Ciel. Il souhaite que chacun soit à sa tâche dans le peuple pour favoriser la concorde civile. Enfin, l’auteur en profite aussi pour conseiller l’éloignement des nobles du gouvernement qui l’ont, jusque là, conduit à sa ruine. Dans la même veine, trouve-t-on le manuscrit suivant : Despedida... (BNM, mss. 10924). L’auteur multiplie dans une romance attribuée à Louis XIV, les conseils de justice, de bonne gouvernance et d’autorité que l’on attend du nouveau roi, insistant lui-aussi sur la conservation de la foi catholique et des prêtres, mais aussi sur le maintien d’une bonne armée.

93 Millot, I, p. 301. Madame de Maintenon résumait ainsi les instructions de Louis XIV à Philippe V : « Rien n’approche la droiture des maximes que le roi a prêchées en toute occasion à son petit-fils, comme d’être bon Espagnol, de les aimer, de renvoyer les Français à la première faute qu’ils feraient, de ne les jamais soutenir contre ses sujets, de s’appliquer aux affaires, de ne faire qu’écouter dès les premières années, d’aimer les gens de mérite, de distinguer les gens de qualité », Madame de Maintenon au duc d’Harcourt, 3 décembre 1701, Correspondance, éd. Lavallée, IV, p. 351. Le duc de Beauvilliers rappellera à Louville que trop de familiarité serait dangereuse au Roi d’Espagne, ajoutant, « c’est par cette raison que je l’ai supplié de modérer en sa présence celle des Français qui vont ou vivent à Madrid », 31 janvier 1701, G. Lizerand, op. cit., p. 451.

94 L. G. Alonso Getino, « Dominicos españoles confesores de Reyes », tiré à part de La Ciencia Tomista (1917), 83 p. et SSBL, VIII, p. 228-229. Voilà ce qu’un contemporain (janséniste) écrit sur le choix du jésuite : « Si l’on s’opiniâtrait à vouloir soutenir le P. Daubenton, jésuite, pour confesseur, cela (pourrait) causer du trouble [...] Les Espagnols sont [...] assez jaloux de leurs coutumes, et les autres religieux assez jaloux de leurs avantages qui sont passés en lois par un long usage. Les dominicains sont en possession de confesser les rois, les franciscains de confesser les reines et les infantes, les augustins les infants », R. Clark, Lettres de Germain Vuillart ami de Port-Royal à M. Louis de Préfontaine (1694-1700), (1951), p. 351.

95 C. Désos, op. cit., (2005), p. 48. Les dominicains firent un mémoire au roi Philippe V pour revendiquer le poste de confesseur relaté dans le manuscrit : Un cavallero de la Corte... (BNM, VE 649 (40). Dans ce mémoire, on avance que la coutume veut que depuis près de 480 ans, les rois d’Espagne se confessent à des dominicains et des témoignages en ce sens sont exhumés des archives espagnoles. Aux AN, K 1332 (1), fol. 116, dans une lettre au P. Léonard, sans doute du P. Silly, on lit : « Il y a dans ce mémorial (pour lequel la Junte n’a eu aucun égard) des choses plaisantes et singulières qui ne font pas honneur aux religieux de l’ordre de Saint Dominique [...] Ce mémorial étant venu à la connaissance du Roi d’Espagne, Sa Ma[té] Catholique a assuré le P. D’Aubenton qu’il ne prendrait point d’autre confesseur qu’un jésuite ».

96 AECP, Esp., 79, fol. 462, Blécourt à Torcy, 25 novembre 1700.

97 Les jésuites espagnols furent toujours fidèles au parti français. À Madrid, en 1701, ils enlevèrent au collège impérial les armes de l’Empereur pour y mettre celles de Philippe V (Louv., I, p. 151) ; en 1706, les jésuites de Barcelone s’opposèrent à l’archiduc Charles (San Felipe, Comentarios..., p. 103), tandis qu’à Valence, alors que Cordeliers et capucins accueillent les anglais en grand cortège, les jésuites entrent en résistance (ibid., p. 121). À Palma, les réguliers et les capucins trahirent aussi la cause de Philippe V (ibid., p. 124). Les exemples de ce type sont multiples durant la Guerre de Succession.

98 AN, K 1332, (1), fol. 116 : « On m’a affirmé que les confesseurs du Roi d’Espagne n’avaient que mille écus d’appointement, mais que, comme deuxième officier de l’Inquisition, il a 12 000 livres tournois et nomme à toutes les chaires de professeur de théologie ». (Papiers du P. Léonard).

99 Louv. I, p. 35.

100 Le P. Pasquier Quesnel, en 1685, avait retrouvé Antoine Arnauld (1612-1694) à Bruxelles. Après la mort d’Arnauld, le 8 août 1694, Quesnel resta à Bruxelles, comme nouveau chef du parti janséniste. Le duc de Beauvilliers écrivait à Louville : « Faire exclure les sujets jansénistes », ou encore, « Empêcher de tout son pouvoir les progrès du jansénisme », dans Louv., I, p. 35-6.

101 En 1694, l’évêque de Malines avait envoyé un mémoire à Charles II dont le titre était explicite mais qui n’eut jamais de réponse : L’impossibilité d’extirper le jansénisme dans les Pays-Bas, si le Roy ne le fait de son autorité royale, en châtiant et esloignant de ces provinces les chef et les protecteurs de cette pernicieuse secte, L. P. Gachard, Histoire de la Belgique au commencement du xviiie siècle, (1880), p. 99.

102 Dans Louv., I, p. 35-54. Ces instructions sont plus étendues dans AE, Acq. Ext., 2. Le Cahier A (fol. 108-110 v°) est un extrait fait par Louville d’un mémoire qui lui fut donné pour le roi, à Dax, le 12 janvier 1701 ; le Cahier B (fol. 111-111 v°) est la suite de ces conseils, mais d’ordre « matrimonial » ; le cahier C (fol. 112-114) est constitué de conseils plus politiques. Suite à ce cahier C figure une partie intitulée Questions-Réponses (fol. 115-123) Il s’agit là des questions de Louville.

103 Sur le chiffre prévu, G. Lizerand, op. cit., p. 449-450, le duc de Beauvilliers à Louville, janvier 1701.

104 C. Hippeau, II, p. 304.

105 Sourches, VI, p. 325, 3 décembre 1700.

106 San Felipe, Comentarios, p. 19.

107 Sourches, VI, p. 312-313, 18 novembre 1700.

108 Millot, I, p. 291 et 293.

109 AEMD, Esp., 100, Journal adressé par le comte d’Ayen, à ... son père ; C. Désos, « Un document peu connu des Archives Etrangères du Quai d’Orsay. Le récit du voyage d’Espagne du comte d’Ayen (1701) », Cahiers de Publications Doctorales, Université Marc Bloch, Strasbourg, 5 (mars 2004), p. 49-59.

110 Mercure Galant, décembre 1700, p. 234-236 et C. Levantal, op. cit., p. 46, 53, 58, 67, 99 et 103.

111 SSBL, VU, p. 343-347, 371 et sv. et VIII, p. 59-68, 100 et sv. ; la relation de Petis de la Croix, B. de l’Arsenal, ms. 4137 ; le journal du duc de Bourgogne, Journal du voyage où j’accompagnay le roy d’Espagne dans ses Estats, B. de l’Arsenal, ms. 3215 ; Lettres inédites de Duche de Vanci (éd. 1830) ; Journal de Daniel de Laroque, BN, n. a. f, ms. 9639 ; A. Legrelle, IV, p. 182-221. Pour suivre le trajet en France, cf. C. Levantal, op. cit., et pour le trajet d’Irun à Madrid, cf. Crónica festiva de dos reinados en la Gaceta de Madrid (1700-1759), éd. M. Torrione, (1998).

112 Beauvilliers à Torcy, Saintes, 24 décembre 1700, G. Lizerand, op. cit., p. 425.

113 Valero (Balthazar Zunega, marquis de), († 1727).

114 Bejar (Jean-Emmanuel de Sotomayor, XIIe duc de), (1680-1747).

115 Quintana, (Martin de Guzman Enriquez Niño y Moxica, marquis de Montealegre).

116 AECP, Esp., 96, fol. 18-19, Louville àTorcy, 21 janvier 1701.

117 SSBL, VII, p. 320.

118 Ainsi, Beauvillier annonce la venue du connétable de Castille. « Il ne parle qu’espagnol. M. le maréchal de Noailles ou moi serons toujours présents. Les réponses du roi d’Espagne seront concises et générales », à Torcy, Saintes, 24 décembre 1700, G. Llzerand, op. cit., p. 425.

119 Harcourt à Louis XIV, Irun, 23 janvier 1701, C. Hippeau, II, p. 441 ; Harcourt à Portocarrero, Atienza, 14 février 1701, dans ibid., II, p. 477.

120 H. Kamen, Felipe V, p. 126.

121 AECP, Esp., 96, fol. 18-19, Louville à Beauvilliers, 21 janvier 1701.

122 Harcourt à Louis XIV, Irun, 23 janvier 1701, C. Hippeau, II, p. 441.

123 BN, ms. fr., 9639 (1700-1701), journaux adressés par Daniel de Laroque à Gaignière relatant le voyage de Philippe V jusqu’à la frontière (fol. 220-308).

124 L’itinéraire espagnol comporte vingt-quatre étapes : Irun (23/01), Hernani (24/01), Tolosa (28/01), Villa Real (30/01), Mondragon (31/01), Vitoria (1/02), Miranda de Hebro (3/02), Pancorbo (4/02), Bribiesca (5/02), Monasterio de Rodillo, Burgos (6/02), Cogollos, Lerma (9/02), Cilleruelo, Aranda de Duero (10/02), Convento de la Vid (10/02), San Estevan de Gormaz (11/02), Verlanga (12/02), Atiença (14/02), Xadraque (15/02), Ita, Guadalaxara (16/02), Alcala (17/02), Madrid (18/02). Cf. Crónica festiva..., p. 28 et sv.

125 San Felipe, Comentarios, p. 20.

126 AECP, Esp., 96, fol. 20-23, Louville à Beauvillier, San Sebastian, 27 janvier 1701.

127 AECP, Esp., 87, fol. 5 Lista de los criados de la Rl Cassa que vienen a servir a SMg en esta jornada de Irun.

128 Louv., I, p. 107. Beauvilliers en félicite Louville dans G. Llzerand, op. cit., p. 455.

129 C. Hippeau, II, p. 494, Harcourt à Louis XIV, 19 février 1701.

130 BN, ms. fr. 22810, fol. 356-357 et copie aux AN, K 1332 (2), fol. 144 v°. Le P. Daubenton continue ainsi, « J’entendis hier une femme, au sortir d’un village, lors que le Roi tirait aux pigeons, qui disait qu’elle voudrait de tout son cœur être pigeon, que le Roi la tuât et que, par ce moyen, elle peut servir à son plaisir, et un vieillard de quatre-vingts ans poussa la folie et l’impiété si loin que le duc de Sessa et moi l’ayant vu transporté et lui ayant demandé s’il était bien aise d’avoir vu le Roi, il répondit comme un fou qu’il était plus aise de l’avoir vu que Dieu, la Trinité et tous les saints. Mais je vous ai déjà dit que les passions de ces peuples sont si violentes que cela ne doit pas vous étonner ». La tradition espagnole était que les femmes enceintes pouvaient demander à voir le roi quand elles voulaient, et cela leur était accordé. Cf. Aulnoy, La Cour et la ville de Madrid vers la fin du xviie siècle, I, p. 300, « quand il prend l’envie à ces femmes grosses de voir le Roi, elles le lui font dire, et il a la bonté de venir sur un grand balcon qui donne sur la cour du palais, et s’y tient autant qu’elles le veulent ».

131 C. Désos, « Un document peu connu des Archives Étrangères du Quai d’Orsay... », loc. cit., 5 (2004), p. 49-59.

132 Millot, I, p. 317-318.

133 AECP, Esp., 85, fol. 463, Blécourt avertissait Louis XIV le 25 novembre 1700 : « La reine d’Espagne veut toujours commander, elle s’est mise en tête qu’elle pourra plaire au nouveau Roi et, par là, avoir toujours parti. Dans cette vue elle ne veut pas sortir de Madrid ».

134 C. Hippeau, II, p. 503.

135 T. Zapata Fernandez de la Hoz, « Alegorías, historias, fabulas y símbolos en los jeroglíficos de la entrada de Felipe V en la corte. Pervivencia de la iconografía de los Austrias », España festejante. El siglo XVIII, (2000), p. 405-421.

136 Cf. Crónica festiva..., p. 29.

137 AEMD, Esp., 100, Journal..., fol. 196. Madame d’Aulnoy évoque cela quand il faut marquer au fer les taureaux, La Cour et la ville de Madrid vers la fin du xviie siècle, II, p. 346-363.

138 Millot, I, p. 332 et Louv., I, p. 124.

139 Louv., ibid. Lors de son voyage, Madame d’Aulnoy n’avait pas semblé choquée de cette coutume, op. cit., t. 1, p. 459 et sv, sur l’Inquisition.

140 Au risque de la leur faire tourner, comme pour la nourrice de Philippe V. Celle-ci tint une Cour dans Madrid et le roi, par amitié, lui laissa un carrosse et un train de vie au-dessus de sa condition. Torcy prévenait Harcourt du danger : « Il est facile que la tête tourne aux Français et principalement aux Françaises, en pays étranger ». Elle finit par être renvoyée, Millot, I, p. 330-331.

141 AECP, Esp., 88, fol. 215, Harcourt au roi, Madrid, 7 avril 1701.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search