Version classiqueVersion mobile

Les Français de Philippe V

 | 
Catherine Désos

Chapitre 1. L’Espagne de 1701 offre-t-elle un terreau favorable à une implantation française ?

Texte intégral

1Le 1er novembre 1700, Charles II, dernier souverain Habsbourg d’Espagne, s’éteignait, après avoir institué par testament le duc d’Anjou, second fils du Dauphin, héritier de sa couronne. Le 16 novembre, à Versailles, en présence de toute la Cour, Louis XIV présentait à l’ambassadeur d’Espagne, le marquis de Castel dos Rios, son nouveau souverain. Le 4 décembre, commençait le long voyage qui devait mener Philippe V jusqu’à Madrid, où il arriva le 18 février 1701, accompagné d’une suite française.

2Dans l’espace européen, l’avènement d’un Bourbon sur le trône espagnol mettant fin à la longue lignée issue de Charles Quint, s’apparente à un coup de tonnerre diplomatique. Notamment pour l’Empereur qui, depuis longtemps déjà, convoitait cet héritage pour son fils cadet. Pourtant, le testament de Charles II est explicite et c’est sans scrupule apparent que le feu roi a choisi son héritier au sein de la famille contre laquelle il n’a cessé d’être en guerre durant tout son règne.

3Les Espagnols sont-ils prêts à faire leur le choix de leur défunt monarque ? De leur soutien dépend la pérennité du nouveau prince. S’ils acceptent le jeune Philippe V, est-ce à dire qu’ils recevront avec le même enthousiasme son entourage français ? Cette distinction subtile peut permettre à des Espagnols hostiles à la France de se rallier tout de même à leur roi Bourbon, mais au prix d’une coupure radicale pour le duc d’Anjou avec son pays d’origine, ce que le jeune homme de 17 ans n’est pas prêt à accomplir. Dans ce cas, les deux pays ont-ils en eux les atouts suffisants pour oublier un passé chargé et s’entendre dans une nouvelle unité dynastique ? L’Espagne de 1701 offre-t-elle un terreau favorable à une implantation française durable auprès de Philippe V ?

4Un parti favorable à la France existe malgré les profondes différences qui marquent les deux pays. Mais quelle est son influence véritable sur les affaires du gouvernement ? De plus, ses tenants ont-ils anticipé tous les changements internes qui peuvent découler de l’arrivée d’un prince français ? Le risque est grand, dans le cas contraire, que l’union affichée à Madrid en faveur d’un changement dynastique, ne se brise dès l’annonce des premières réformes.

5Cette incertitude confère à l’entourage français – soutien sans faille du monarque –, une nouvelle importance. Aussi un choc culturel est-il prévisible dans les premiers temps du règne. En effet, la conception du pouvoir, celle de l’État ou même celle de la vie de cour, divergent profondément entre les deux puissants voisins. Or, c’est le modèle français qui influence les membres proches de Philippe V. Mais en le comparant à l’état de la monarchie espagnole de 1701, il est possible de saisir en quoi ce modèle peut être prisé ou, au contraire, rejeté des Espagnols.

6Les Français n’arrivent pas, cependant, en terra incognita. Cela fait près de deux siècles que les deux pays se fréquentent et s’opposent. On ne peut ignorer que les mentalités de part et d’autre des Pyrénées sont alourdies pas une ambivalente phobie-philie réciproque. Comment est-il possible, trois ans après le dernier traité de paix signé à Ryswick, d’effacer toutes ces tensions ? La haine des gabachos tant bien que mal occultée en 1701 semble toujours prête à resurgir pendant la guerre de Succession.

7Par la force des choses, le temps est à la célébration de l’unité, mais le poids de l’Histoire reste prégnant et ne doit pas être ignoré.

1. L’implication des Espagnols dans le changement dynastique

Le testament de Charles II de Habsbourg : le roi fut-il contraint ?

  • 1 C. Hippeau, L’avènement des Bourbons au trône d’Espagne. Correspondance inédite du marquis d’Harcou (...)

8La question du libre-arbitre de Charles II au moment de la rédaction de son testament s’est posée aux contemporains eux-mêmes. Toute la force du choix d’un prince français pour lui succéder vient de ce que cela a été fait de son entier consentement. Mais il suffit que le moindre doute apparaisse quant à sa liberté de choix pour que sa décision soit remise en cause. La France avait compris cet écueil. Le marquis de Torcy s’insurgeait dans ses mémoires contre ceux qui accusaient les Français d’avoir conduit l’opération en gagnant à prix d’or les ministres espagnols1 mais les doutes reposaient sur divers arguments. Certains prétendirent que l’état physique du roi ne lui permettait pas de décider par lui-même et que des membres de son entourage, francophiles, l’auraient influencé. Il est vrai que Charles II, depuis sa naissance en 1661, n’eut que peu de santé et fut, à cause de cela, sous l’emprise de diverses personnalités. Il fallut cependant que l’Europe patiente près de quarante années avant son décès. Aussi, si Charles II était effectivement très faible, il n’en avait pas moins conservé suffisamment de vigueur pour assumer jusqu’au bout son métier de roi, auquel il s’était entièrement consacré.

  • 2 Joseph Ferdinand, prince électoral de Bavière (1692-1699), fils de Maximilien Electeur de Bavière e (...)

9Le dernier Habsbourg avait une noble idée de son rôle et de l’héritage qu’il avait entre les mains. Sans descendance, il savait qu’il devait fixer son choix sur un héritier capable d’assumer cette couronne. Tout, a priori, attirait Charles II vers la branche autrichienne des Habsbourg. Outre les relations séculaires avec cette famille, le roi d’Espagne a le souvenir de sa mère, Marie-Anne d’Autriche, sœur de l’Empereur Léopold. Ce dernier est donc son oncle, mais fut aussi, pendant un temps, son beau-frère, suite à son mariage avec Marguerite-Thérèse († 1675), sa sœur cadette. Il a aussi à ses côtés sa seconde épouse, Marie-Anne de Bavière-Neubourg, belle-sœur de l’Empereur. De plus, Charles II décida, en 1697, de choisir le petit-fils de Léopold comme héritier, son petit-neveu par sa mère, le très jeune prince électoral de Bavière2. Le roi d’Espagne semblait donc disposé au choix d’un héritier d’origine autrichienne. La mort prématurée de ce prince (6 février 1699), rendit caduque cette résolution. Lui restait alors l’alternative du second fils du dauphin de France, Philippe, ou du second fils de l’Empereur, Charles. Son épouse appuyait fortement le parti de son neveu. Mais le cardinal Portocarrero, conseiller proche de Charles II depuis 1696, prônait l’investiture française. Plus d’une fois, faisant preuve d’une opiniâtreté propre à son caractère, Charles II repoussa toute pression de leur part, refusant de rédiger son testament, peut-être par crainte de la mort, ou bien simplement parce qu’il ne parvenait pas à trancher ce cas de conscience.

  • 3 Sur le rôle du roi Guillaume, A. Crespo Solana, « Guillermo III de Orange y la Sucesión de la monar (...)
  • 4 Le 13 octobre 1698, la France, l’Angleterre et la Hollande prévoyaient qu’en cas de mort de Charles (...)

10Son attitude changea au moment où parvint à la cour madrilène la nouvelle d’un traité de partage de la monarchie espagnole, sans l’avis du principal intéressé. Le 25 mars 1700, Louis XIV, la Hollande et l’Angleterre s’accordaient entre eux afin que l’archiduc Charles recueille la couronne d’Espagne et toutes ses possessions, à l’exception de Naples, de la Sicile, des présides de Toscane, du Guipúzcoa et du Milanais dévolus au dauphin, et à la condition expresse que l’archiduc ne réunisse jamais son royaume avec les biens autrichiens. Les différentes puissances, anticipant la mort de Charles II, cherchent ainsi à établir un équilibre européen3. En réalité, ni l’Empereur (qui souhaite l’intégralité de la succession), ni le roi d’Espagne, qui ne veut pas du démembrement de ses royaumes, ne l’acceptent. Le marquis d’Harcourt, alors ambassadeur à Madrid, fut témoin de la colère du couple royal mais aussi de celle de nombre d’Espagnols qui ne supportaient pas que l’on disposât ainsi de leur territoire. Or, cela fait déjà deux fois, en moins de deux ans qu’est évoqué un traité de partage4.

  • 5 SSBL, VII, p. 268-288.
  • 6 AECP, Esp., 85, fol. 79-81, avis du marquis de Villafranca, 8 juin 1700.
  • 7 AECP, Esp., 85, fol. 128 et sv„ lettre de Charles II à Innocent XII (12 juin 1700) et réponse du Pa (...)

11En conséquence, Charles II convoqua son Conseil d’État et lui demanda son opinion (7 juin 1700)5. Pour la première fois dans cette institution, on évoqua ouvertement la possibilité d’un candidat français. Les membres du Conseil incitèrent le roi à écrire au Pape Innocent XII afin de lui demander son avis. Tous, sauf un, se prononcèrent en faveur d’un prince de France. Il leur semblait que l’autorité de ce puissant voisin et les « fuerzas de Francia6 », offraient l’unique garantie du maintien de l’intégrité des possessions espagnoles. Le Pape, très francophile, soutint lui aussi cet avis7.

  • 8 Point no 13 du testament de Charles II, J. Contreras Contreras, loc. cit., p. 312. Pour le texte in (...)
  • 9 Ainsi, Louis XIII épousait, en 1615, Anne d’Autriche, fille de Philippe III, tandis que Marie-Anne, (...)

12Charles II continua cependant à reporter sa décision. Une faiblesse brutale, le 1er octobre 1700, l’obligea à s’aliter. Le Conseil de Castille lui demanda expressément de mettre en ordre ses affaires. Le 2 octobre, en présence de Portocarrero et du président du Conseil de Castille, il signait le testament instituant le duc d’Anjou comme héritier de tous ses royaumes « sans en excepter aucune part », et à la condition que les couronnes de France et d’Espagne ne soient jamais unies8. Son cœur allait, peut-être, au candidat autrichien, mais la volonté de garder entiers ses royaumes avait été la plus forte. De plus, les droits du prince français étaient plus assurés. En effet, par mariages, les rois de France avaient toujours épousé les aînées espagnoles, laissant aux Empereurs les cadettes9. Au nom de la primogéniture, il convenait donc qu’un fils de France hérite et ce, sans qu’il soit tenu compte des renonciations prononcées par les Infantes lors de leur mariage.

  • 10 BNM, mss 11027, fol. 145.
  • 11 BNM, mss. 10818 (13).
  • 12 BNM, mss 10680, fol. 255-277.

13Par ce testament, Charles II s’inscrit dans la continuité de la politique des Habsbourg d’Espagne, tendue depuis Philippe II vers la conservation de la monarchie. Il fut aussi inspiré par le sentiment national castillan. Enfin, il a agi selon les avis de ses conseillers d’État, gagnés au parti français et qui ont su le convaincre. Cette décision était donc volontaire et profondément réfléchie. Si la majorité des Espagnols l’accueillit comme telle, il n’en reste pas moins que des libelles, rédigés par des tenants du parti autrichien, soulevèrent des doutes, donnant ainsi corps à un argumentaire anti-français. La Repuesta que el Doctor Sancho dió a Carlos de la Cruz, évoque les pressions qui auraient été exercées sur le feu roi et les manipulations pour lui faire signer ce testament. Ce texte développe aussi, en un raisonnement serré, la validité des renonciations des Infantes10. Le Papel escrito al conde de Montijo, reprend lui aussi ce dernier thème11. Dans le Voto que dió en el Gavinete de SMChrma elduque de Nouilles (plus tardif), on va jusqu’à accuser la France de la mort du petit duc de Bavière et de l’état maladif de Charles II, que l’on croyait « ensorcelé12 ».

14Ces textes visaient à toucher le peuple crédule pour le gagner à la cause autrichienne. Ils ne reposent sur aucun fondement, si ce n’est une haine anti-française. Cependant, la France eut effectivement un rôle dans ce retournement dynastique. Certes, l’ambassadeur Harcourt, quitte ostensiblement Madrid le 20 mai 1700, afin d’éviter que sa présence n’influence le cours des débats au sein du Conseil d’État, néanmoins son activité avait été suffisamment énergique pour créer un groupe favorable aux Bourbons.

L’implication française dans le changement dynastique : une stratégie dans la longue durée, 1661-1698

  • 13 K. Malettke, « La signification de la Succession d’Espagne pour les relations internationales jusqu (...)

15Depuis le mariage de Louis XIV avec Marie-Thérèse, en 1661, la question de la succession d’Espagne fut à l’arrière-plan de l’ensemble de la politique étrangère du Roi Très Chrétien13. Celui-ci, tenant compte de l’affaiblissement de son puissant voisin, visible au moment de la paix des Pyrénées (1659), est en position de force pour revendiquer, dès cette date, sa part du patrimoine espagnol. Dans cette quête, il se heurta à la branche autrichienne qui souhaitait, au contraire, s’emparer de l’ensemble de l’héritage du cousin de Madrid. Les renonciations formelles des Infantes à la couronne d’Espagne au moment de leur mariage avec un prince étranger représentaient pour les Habsbourg une garantie nécessaire et suffisante. Pour les Bourbons, elles n’ont aucune valeur. En réalité, personne en Europe ne pense que Louis XIV peut se désintéresser de cette question, qui avait déjà constitué un des thèmes de la politique de Mazarin.

  • 14 J. Berenger, « Une tentative de rapprochement entre la France et l’Empereur : le traité de partage (...)

16À partir de 1662, le roi mit en action ses juristes afin de contester les renonciations de son épouse, invalides tant que la totalité de sa dot ne serait pas versée. Philippe IV riposta en mariant sa cadette, issue de son second mariage, à l’Empereur, la déclarant sa légataire universelle par son testament de 1665, en cas de décès de l’Infant Charles. De plus, cette Infante ne se vit imposer aucune renonciation. Louis XIV, à la mort de Philippe IV, élargissant au niveau du droit international un droit brabançon privé, qui stipule que seuls les enfants du premier lit sont héritiers, exigea la cession des Pays-Bas et s’engagea dans la guerre de Dévolution, en mai 1667. Par le traité d’Aix-la-Chapelle, signé un an plus tard, la France gagna douze villes de Flandre. Outre cela, Louis XIV obtint l’accord secret de Léopold Ier en vue d’un partage futur de la monarchie espagnole. L’Empereur reconnaissait ainsi implicitement les droits de la France à la succession d’Espagne14. Mais les aléas militaires des décennies suivantes ruinèrent ce rapprochement. Par ailleurs, l’Empereur ayant eu de son troisième mariage deux fils, Léopold écarta toute idée de partage et son fils cadet Charles, né en 1685, fut élevé comme l’héritier potentiel de la monarchie espagnole.

  • 15 RIA, Esp., I, p. 451-481. Pour l’analyse de ce texte et de la mission d’Harcourt, cf. J. M. Bernard (...)

17En 1697, après un règlement rapide de la paix de Ryswick, Louis XIV entreprit d’assurer sa part d’héritage en négociant des traités de partage avec l’appui de la Hollande et de l’Angleterre. Cela n’eut aucun succès ni à Vienne, ni à Madrid. Au moins voit-on par ces manœuvres, que Louis XIV n’imagine pas encore qu’il soit possible d’obtenir une succession à son entier et seul avantage. Pourtant, en même temps que la France s’entremet ainsi avec les puissances maritimes, le marquis d’Harcourt est envoyé à Madrid avec des instructions, en date du 23 décembre 169715, dans lesquelles il lui est demandé « de pénétrer la véritable disposition des principaux seigneurs d’Espagne et, en général, de toute la nation sur la succession du Roi Catholique, si ce prince venait à mourir ».

  • 16 C. Hippeau, I, p. XLVIII.

18Harcourt était informé de l’existence d’un parti favorable au prince de France et on lui demandait d’en juger la réelle consistance tout en combattant « l’opinion de l’antipathie naturelle entre la nation française et l’espagnole » si répandue alors. On lui laisse toute latitude pour user d’éventuelles intimidations. Le roi autorise son ambassadeur, à faire appréhender « le juste ressentiment de Sa Majesté, si le Roi Catholique prenait quelque résolution au préjudice des droits de monseigneur16 ». Louis XIV entend rappeler à Madrid qu’il est le prince le plus puissant d’Europe.

19Les intérêts français sont surtout servis par la haine que les Espagnols marquent de plus en plus envers la nation allemande. De fait, Marie-Anne de Neubourg se fait détester car elle place à des postes éminents des personnes originaires de son pays. Louis XIV conseille à son ambassadeur d’en tirer tout le parti possible.

20Le marquis d’Harcourt possède une personnalité propre à assurer cette délicate mission. Voltaire fut le premier à souligner son importance et la façon dont il sut raviver des liens de confiance entre les Espagnols et la France. Selon le philosophe historien :

  • 17 Voltaire, Siècle de Louis XIV, (éd. 1957), p. 799.

Autant le parti autrichien révoltait la Cour de Madrid, autant le marquis d’Harcourt, ambassadeur de France, se conciliait les cœurs par la profusion de sa magnificence, par sa dextérité, et par le grand art de plaire [...] Ce fut lui qui, le premier, fit changer en bienveillance cette antipathie que la nation espagnole nourrissait contre la française depuis Ferdinand le Catholique17.

  • 18 L’ambassadeur fit envoyer de France pour la reine des rubans, des perruques courtes à l’espagnole b (...)
  • 19 AECP, Esp., 76, fol. 241, Mémoire sur la succession d’Espagne, rédigé par un Autrichien anonyme (ju (...)

21Harcourt arriva à Madrid le 24 février 1698. Il sut user de flatterie et de charme auprès des Grands d’Espagne, des Conseillers d’État et même de la reine18, développant un grand luxe pour frapper les esprits. Au contraire, les comtes d’Harrach, père et fils, représentants de l’Empereur, se montrèrent brutaux, parcimonieux et agirent comme en terrain conquis. Depuis longtemps déjà, Vienne tente de « mettre en mouvement par toutes voies l'affaire de la succession19 », mais n’use pas de beaucoup de diplomatie auprès de Charles II et même de la reine. Harcourt trouve de précieux auxiliaires à Madrid, parmi différents religieux qui, par la nature même de leurs fonctions, ont accès aux différentes classes de la société et dont les supérieurs jouissent d’un crédit que tous les partis cherchent à exploiter au profit de leurs prétentions. Il se rend compte qu’un véritable esprit favorable à la France souffle dans la capitale.

  • 20 M.-F. Maquart, Le Réseau français à la Cour de Charles II d’Espagne 1696-1700, Thèse de Doctorat so (...)
  • 21 A. Martin, « Lettres de la marquise de Gudanes, 1693-1695 », Revue Hispanique, 47 (1919), p. 383-54 (...)
  • 22 C. Hippeau, I, p. LXXXIV. Son fils aîné, don Filippo, a épousé en 1681 Lorenza de la Cerda, fille d (...)
  • 23 AECP, Esp., 78, fol. 305, Harcourt au roi, 30 avril 1698.

22Des Français installés depuis longtemps à Madrid forment un réseau utile20. Parmi eux se trouve un franciscain, le P. Duval, bon connaisseur de la cour. Harcourt profite aussi du salon (ou plutôt du jardin politique) que tient la marquise de Gudanes, à Madrid sur le Prado, pour rencontrer facilement les nobles espagnols qui s’y pressent. Celle-ci fut suffisamment proche d’Harcourt pour qu’en mai 1698, le pouvoir madrilène lui demande de s’éloigner de la capitale. Elle partit alors s’installer à Valladolid21. Dans ce jardin, l’ambassadeur rencontre son homologue de Savoie, l’envoyé du Portugal, madame de Saliedo (une Flamande) et aussi la connétable de Colonna, qui n’est autre que Marie Mancini, nièce de Mazarin qui fuit Rome et son mari. C’est une précieuse informatrice pour Harcourt car, tous les soirs, elle se rend chez la reine qui l’apprécie22. Par ailleurs, le P. Martin, oratorien, chapelain d’honneur du roi, qui demeure depuis les années 1670 à Madrid comme administrateur de l’hôpital Saint-Louis-des-Français met Harcourt en relation avec Madame d’Aguirre, autrefois venue à Madrid en même temps que Marie-Louise d’Orléans, première épouse de Charles II. Elle s’était ensuite retirée dans une petite maison du Buen Retira qui servait aussi de salon politique. Connaissant bien la cour de l’intérieur, elle fut, ainsi que le P. Martin, une aide précieuse dont l’ambassadeur n’avait qu’à se louer23.

  • 24 C. Hippeau, I, p. CIV.
  • 25 I, p. 92-95, en mai 1698 et I, p. XC.
  • 26 Ibid., I, p.XCIX.
  • 27 I, p. XCVII.
  • 28 AECP, Esp., 79, fol. 204-205, 20 juillet 1698, Harcourt à Louis XIV.

23Harcourt se fait également apprécier de la population. Sachant les Madrilènes avides de spectacle, il soigne son entrée officielle, qu’il repousse au 15 septembre 1698. Ce jour-là, « tout le reste de Madrid était désert, hors les rues où je devais passer », écrit-il en France24. Le concours de peuple fut immense. Une autre fois, il proposa au roi, l’aide des galères françaises pour repousser les Maures à Ceuta. Charles II allait accepter, mais la reine le lui défendit. Cette circonstance permit à Harcourt de se lier davantage à certains Espagnols outrés de l’attitude de Marie-Anne de Neubourg25. Son épouse, la duchesse d’Harcourt, lui fut une aide précieuse, car sa manière de vivre attira nombre de femmes espagnoles à son hôtel. « Cette liaison des dames avec elle commence d’apprivoiser les maris », écrivait le P. de Blandinière, le 23 juillet 169826. Ce religieux français, de l’ordre de la Merci, secondait aussi l’ambassadeur par sa connaissance de la cour et de la ville. Il n’hésitait pas à assurer « que tout l’Aragon, la Navarre, l’Andalousie et la meilleure partie des provinces d’Espagne étaient disposés à recourir au roi de France, dès que Charles II aurait les yeux fermés27 ». Le duc d’Harcourt parvint ainsi à constituer un parti favorable à la candidature française ayant à sa tête le cardinal Portocarrero. Le 20 juillet 1698, ce dernier lui déclarait officiellement son soutien28. Un groupe de pression influent, prêt à accueillir Philippe V était né.

Parti francophile ou parti germanophobe ? Les nuances du soutien espagnol au prince français

24Comme Louis XIV le soulignait dans les instructions au marquis d’Harcourt, si tant est qu’un parti espagnol, prêt à travailler aux intérêts de la France en cas de mort de Charles II, existât, sans doute ses tenants seraient-ils davantage motivés par leur haine des Autrichiens de Madrid, plutôt que par une quelconque affinité avec leur puissant voisin.

  • 29 L. Ribot García, « La España de Carlos II », Historia de España de Ramón Menéndez Pidal, t. 28, (20 (...)
  • 30 A. R. Peña Izquierdo, La Casa de Palma..., (2004), p. 258-259.
  • 31 J. M. de Bernado Ares, loc. cit.

25L’épouse du roi incarne ce parti autrichien. Elle était arrivée à Madrid en 1689. D’emblée, elle se considéra comme un agent de l’Empereur en Espagne et tenta d’exercer un contrôle sur son époux et le gouvernement. Elle sut former auprès d’elle un clan « austracista ». Grâce à cet appui et à la division des diverses factions espagnoles, elle domina la décennie29. Dans ce clan se trouvaient les Wisser, Godofredo et son frère Enrique, ses secrétaires ; le P. Rehm, son confesseur ; le baron Lancier ; la comtesse Berlepch, sa camarera mayor ; Christian Geleen, médecin du roi ; le comte Lokowitz, un temps ambassadeur, puis les Harrach, ainsi que le prince de Darmstadt, Landgrave de Hesse, son cousin, placé au poste stratégique de vice-roi de Catalogne. Elle fit destituer le gouvernement en place et mit en avant ses protégés, surtout le marquis de Los Balbases, les comtes d’Aguilar, de Mancera, de Fuensalida, de Melgar (héritier du titre d’Almirante de Castille) et le connétable de Castille. Ces Espagnols et leurs clientèles, liés aux étrangers allemands, formèrent un parti à toute épreuve en faveur de l’Empereur30. Le groupe prit en main les caisses de l’Etat et la direction de la guerre, tirant profit des largesses et des gratifications de la souveraine. Il contrôlait tout le pouvoir palatin ainsi que le conseil de Castille, à travers son président, Antonio Argüelles, celui des Finances par le biais de Sebastián Cotes y Cárcel, et celui des Indes à la tête duquel était Pedro Núñez de Prado, marquis de Adanero31. Après la mort de la reine-mère, Marie-Anne d’Autriche, le 15 mai 1696, son entourage rejoignit celui de la reine régnante, grossissant encore le clan autrichien. La rivalité des factions entraîna un grand désordre à la Cour.

  • 32 A. R. Peña Izquierdo, La crisis sucesoria de la Monarqua Espanola. El Cardenal Portocarrero y el p (...)
  • 33 A. R. Peña Izquierdo, La Casa de Palma..., (2004), p. 155 et 174.

26Le cardinal de Tolède, Luis Manuel Fernandez Portocarrero, incarne l’opposition32. Né en 1629, il fut élevé par son oncle à l’ombre de la cathédrale de Tolède. Son réseau familial est très étendu. Son frère est le comte de Palma ; les comtes de Montijo, de la Monclova ou de Baños appartiennent à son clan. Il est aussi le cousin du duc de l’Infantado. Cette protection lui permit de venir servir Philippe IV comme sumillier de cortina. En 1669, il fut promu cardinal et envoyé à Rome l’année suivante pour le conclave33. Habitué des affaires politiques, il fut dans l’opposition à la régente Marie-Anne d’Autriche et à son favori, le P. Nithard et plus tard, il s’opposa au valido du roi, Valenzuela. En 1677, il soutint la prise de pouvoir de Juan José de Austria, mettant beaucoup d’espoir dans ce nouveau gouvernement. Juan José le nomma vice-roi de Sicile. À la mort de ce dernier, en 1679, la reine-mère sut reprendre le contrôle du pouvoir politique, appuyé par le duc de Medinaceli et éloigna le clan Portocarrero qui revint au temps du gouvernement d’Oropesa, entre 1686 et 1691. Mais tous chutèrent au moment où Marie-Anne de Neubourg prit les rênes du pouvoir. Celle-ci plaça à ses côtés la maison d’Aguilar, rivale de la famille Portocarrero.

  • 34 J. M. de Bernardo Ares, « El conde de Oropesa. El antifrancesismo como causa de un proceso político (...)

27Profitant d’une conjoncture militaire délicate pour l’Espagne, le cardinal reprit pied à la cour en 1695, incarnant le parti favorable à la paix. Il demanda avec force la destitution de l’entourage autrichien, trop belliciste et forma un groupe appelé la « Compania de los Siete Hombres Justos », dirigé par Francesco Ronquillo y Briceño, alors administrateur public. C’est l’origine du premier parti filipiste. Cherchant une voie intermédiaire pour régler la succession d’Espagne, le cardinal et son clan soutinrent la candidature du prince électeur de Bavière et finirent par en convaincre le roi Charles. Entre février et mai 1695, une partie de l’entourage de la reine fut destituée, à cause notamment des déroutes militaires essuyées en Catalogne contre l’armée française. En 1696, le cardinal devint de plus en plus influent auprès de Charles II, malade, prenant même en charge de temps en temps sa confession ; il encouragea le roi à signer la paix de Ryswick (20 septembre 1697). La reine tenta de le neutraliser en rappelant, en mars 1698, à la cour le comte d’Oropesa (pourtant destitué par elle-même en 1691), connu pour ses sentiments pro-autrichiens, afin qu’il oppose sa large stature politique au parti du cardinal34.

  • 35 J. M. de Bernardo Ares, « El conde de Oropesa. El antifrancesismo como causa de un proceso político (...)

28La mort du petit duc de Bavière, le 3 février 1699, changea à nouveau la configuration de la cour. Les rivalités entre clans nobiliaires, déjà profondes, s’exacerbèrent encore davantage. La reine, plus que jamais, lutta pour mettre en place son neveu. De son côté, le cardinal Portocarrero, influencé par Harcourt, qui avait multiplié les démarches auprès de lui et d’autres Grands, finit par s’engager en faveur de la France, comme le seul parti possible pour mettre fin à la décadence politique interne, assurer une stabilité extérieure et contrer ses rivaux pro-autrichiens35.

  • 36 Le cardinal Portocarrero fut un des plus ardents défenseurs du testament en faveur du fils de l’Ele (...)
  • 37 T. Egido, « El motín madrileño de 1699 », Investigaciones Históricas, 2 (1980), p. 255-294.

29En avril 1699, le mouvement populaire connu sous le nom de « motín de los gatos », officiellement provoqué par la cherté du pain, fut habilement utilisé par le parti « borbonico » pour faire chuter Oropesa36. Le corregidor de Madrid fut destitué et remplacé par Ronquillo, tandis que Manuel Arias, un fidèle du cardinal, fut placé à la tête du Conseil de Castille. Ainsi, le pouvoir local de Madrid, comme le pouvoir territorial du Conseil de Castille changeaient radicalement de main37. Portocarrero procédait à un véritable coup d’état contre Oropesa, reprenant la tactique éprouvée par Juan José de Austria en 1676 contre Valenzuela.

  • 38 J. M. de Bernardo Ares, loc. cit., p. 187.

30En conséquence, l’Almirante de Castille, favori de la reine, fut exilé, tandis que « la Berlips » était renvoyée à Vienne. Par ces départs, le parti autrichien se trouvait décapité. Beaucoup de nobles prirent peur devant les mouvements populaires de la capitale. La haute noblesse ne vit pas d’autre alternative pour se protéger que de se tourner vers Portocarrero. Le parti « borbonico » était parvenu à s’imposer à la cour. Au Conseil d’Etat se trouvaient encore les germanophiles marquis de Los Balbases et le comte de Mancera. En y introduisant le comte de San Sebastian et le marquis del Fresno, qui lui étaient liés, Portocarrero essaya de noyer leur influence38.

31Lorsqu’en juin 1699 la nouvelle du premier traité de partage parvint à Madrid, tous les pions du cardinal étaient en place pour proposer la candidature du duc d’Anjou. Celle-ci fut retardée par des discussions internes. En mars 1700, le projet d’un second traité fut annoncé à un Conseil d’Etat remanié par le cardinal, purgé de ses éléments germanophiles. Le choix du prince français s’imposa.

  • 39 A. R. Pena Izquierdo, op. cit., p. 296. approchant, (il) estimait que ces deux royaumes alliés ense (...)

32Après la mort du duc de Bavière, les anti-autrichiens ne pouvaient que se tourner vers la France et ce, pour plusieurs raisons. La situation politique madrilène est si déplorable et l’appareil étatique accuse un si profond dysfonctionnement, que la nécessité d’un renouveau dynastique s’impose à tous. Le bon fonctionnement de l’État de Louis XIV, qui lui permet à la même époque de renforcer son hégémonie européenne, apparaît comme un modèle. De plus, en cas de conflit de succession, l’Espagne ne peut faire face militairement et économiquement à la puissance de son voisin ; autant donc s’en faire un allié. Enfin, l’orgueil castillan n’accepte aucun démembrement de la monarchie et attend du choix d’un prince français la conservation de son intégrité. Ce n’est pas sans appréhension, cependant, que ces hommes font appel à la France. L’absolutisme du Roi Très Chrétien effraye l’indépendance de certains Grands d’Espagne. Los Balbases confiait ainsi sa crainte à Harcourt de voir l’Espagne réduite en une province française et l’ambassadeur doit user de trésors de diplomatie pour assurer que S. M. « ne voulait point réduire l’Espagne en province et qu'elle se contenterait qu’un de ses petit-fils y régnât39 ».

  • 40 AECP, Esp., 84, fol. 207-8.

33Le testament fut connu de l’ambassadeur autrichien au bout de quelques jours, puis du marquis de Blécourt, secrétaire à l’ambassade de Madrid, le 7 octobre 170040. Le cardinal Portocarrero avait agi de manière à l’emporter sur les autres clans nobiliaires de Madrid, les Oropesa, Medinaceli, Los Balbases et autre Aguilar. Son enthousiasme francophile s’explique par sa réussite personnelle. Le 29 octobre, Charles II le consacrait régent du royaume. Après le décès du roi d’Espagne, il s’entoura d’une junte composée de membres qui lui étaient acquis, mêlée de quelques personnalités plus connues pour leur penchant vers l’Autriche, afin de n’exclure personne du nouveau gouvernement. Le cardinal se voyait ainsi au faîte de sa carrière, décidant souverainement des affaires et pouvait légitimement penser que Philippe V lui laisserait une place de choix auprès de lui. Il avait d’ailleurs en projet tout un programme de réformes politiques et économiques, et Louis XIV l’avait personnellement remercié pour son activité.

34Portocarrero n’avait pas pensé à ce que la présence d’un entourage français auprès du Premier Bourbon allait amener comme changements à la cour. Personne d’ailleurs, pas même les Français à cette époque, n’avait une vision claire de l’avenir. Ce que l’on recherchait avant tout était d’éviter une nouvelle guerre européenne tout en provoquant un sursaut interne.

35L’arrivée d’un prince issu d’un pays où le sens de l’État et l’exercice du gouvernement sont si différents de ce qui se pratique en Espagne laisse prévoir un bouleversement complet des plans du cardinal. Un roi français ne peut s’insérer dans le moule espagnol qu’on lui propose. Peut-être un candidat autrichien se serait-il installé à Madrid sans heurts. Mais le choix du petit-fils de Louis XIV implique une révolution étatique de grande envergure. Un véritable choc culturel est donc en préparation. Il tire ses origines des profondes divergences d’organisation politique et sociale des deux pays.

2. Un choc culturel en perspective : comparaison de deux modèles monarchiques

La place du roi

  • 41 J. Martinez Millan (dir.), La Monarquίa de Felipe II : La Casa del Rey, (2005) ; F. Bouza, « La maj (...)

36Isolé en son Palais, Charles II est livré à ses principaux domestiques qui, seuls, ont accès à sa personne et à ses grands officiers, issus des plus nobles lignages qui se sont arraché les places prestigieuses de la cour pour mieux enserrer le roi dans leur influence tout en plaçant aux postes inférieurs leur propre clientèle41. Cet isolement est un héritage des Habsbourg. Philippe II l’utilisait comme une manière de gouverner. Le roi était alors cet être hors du commun, semi-divin, omniscient, retiré au fond du Palais de l’Escorial, qui n’offrait au public que la gravité permise par l’étiquette, garante de son prestige et signe suprême de sa majesté. Mais sur les épaules de Charles II, cette étiquette se transforme en un poids insupportable. Le roi s’étiole, contraint de manger en solitaire et de vivre muet.

37Pour les Français, témoins de ce mode de vie, une profonde tristesse et un ennui plus grand encore s’en dégagent. La cour est stricte, et les audiences ne permettent pas le mélange hommes-femmes. Cela est encore accentué par le poids donné à la religion. Inséparable de la vie d’un roi chrétien, elle devient omniprésente dans celle du roi d’Espagne qui passe de nombreuses heures hebdomadaires à ses dévotions privées ou publiques et l’influence des religieux est écrasante dans les dernières années de la vie de Charles IL Les années 1698 et 1699 sont marquées par des exorcismes auxquels le soumet son confesseur dominicain, Froylan Diaz, afin de lever le sort qui l’aurait empêché de procréer. Cela marque désagréablement les contemporains, espagnols ou étrangers, et Charles II reste désormais dans l’historiographie comme el rey hechizado : « le roi ensorcelé ».

  • 42 Il y eut sous Philippe III et Philippe IV les valides duc de Lerma et le comte-duc Olivares. Vérita (...)

38Les affaires politiques pâtirent du désintérêt que Charles II avait pour elles. Il leur préfère le délassement de la chasse, qu’il pratique avec passion, et confie ses dossiers à un favori ou valido42. Cette indolence va de pair avec une éducation politique négligée. Il ne bénéficie pas de la présence auprès de lui d’un Olivares pour établir un véritable programme de gouvernement comme eut son père, ni d’un Mazarin comme le jeune Louis XIV. Son règne se ressent de cette absence d’une volonté royale forte.

  • 43 G. Sabatier, « Le Roi caché et le Roi soleil : de la monarchie en Espagne et en France au milieu du (...)

39Par contrecoup, les Grands sont dans une compétition continuelle et acharnée pour approcher le roi à travers les charges palatines. Ils poursuivent cette lutte tout en menant une vie oisive à Madrid, occupés par des intrigues galantes ou par le jeu, oublieux de leur devoir militaire. Le monarque n’a aucun moyen d’équilibrer sa cour, continuellement soumise aux aléas des clans et cabales, divisée entre les partis de la reine-mère, de la reine-régnante ou des divers validos, ainsi que l’ont illustré les dernières années de son règne. Aussi, le contraste apparaît-il saisissant avec la vie menée, à la même époque, à la Cour de Versailles. Du « roi caché » espagnol, on passe au « roi Soleil » français43.

40Si l’étiquette est aussi très présente à Versailles, le style de majesté est radicalement différent. Sous Philippe II déjà, le chroniqueur français, Pierre Matthieu, s’étonnait des coutumes espagnoles :

  • 44 Pierre Matthieu (1563-1621). Cet auteur a écrit une Histoire mémorable des guerres entre les deux n (...)

Si un roi de France traitait ses sujets de cette façon, s’il se cachait à Saint-Germain ou à Fontainebleau, ils croiraient ne plus avoir de roi [car] les Français veulent avoir leurs princes devant leurs yeux, en temps de paix comme en temps de guerre44.

  • 45 « Exerçant ici-bas une fonction toute divine, nous devons paraître incapables des agitations qui po (...)

41À la cour de France, le monarque est le sujet d’une attention permanente. Il ne peut se dérober aux regards et, en ce sens, l’étiquette est aussi contraignante qu’en Espagne. Comme dans la Péninsule, la personne royale se fige dans des attitudes contribuant à la sacralisation de sa personne45. Le roi de France est en représentation pour le moindre acte de sa vie. C’est lors de l’installation à Versailles en 1682 que la liturgie du quotidien est portée à sa perfection.

  • 46 J. M. Apostolides, Le Roi-Machine. Spectacle et Politique au temps de Louis XIV, (1981).
  • 47 N. ELIAS, La société de Cour, (1985, rédigée en 1933) ; J.-F. Solnon, La Cour de France, (1985) ; E (...)
  • 48 Le moment où le roi mange en public constitue le point d’orgue du rituel monarchique français, part (...)

42Mais, dans ce système de cour, le roi a sous les yeux sa noblesse, qu’il maîtrise totalement et qui se presse à ses côtés pour bénéficier de ses grâces, car le roi ne récompense que ceux qu’il voit et connaît. Pour les Grands comme pour le royaume tout entier, le souverain est le repère absolu de l’espace social. C’est ce « roi-machine » qui entraîne les rouages de la société entière46. Tout vient à lui et tout part de lui, et ce, dès la cérémonie du lever47. Les événements de la journée du roi de France sont codifiés et ritualisés afin que le public accède à sa personne, au lever, au coucher, mais aussi aux repas48 ou lors de diverses audiences et passages à la chapelle. Le roi en profite pour distinguer l’un ou l’autre membre de sa suite par un signe matériel ou symbolique, faveur insigne, comme de tenir le bougeoir lors de son coucher. Le bénéficiaire de cette grâce en voit son crédit personnel augmenté.

43Comme le roi d’Espagne, le roi de France est le défenseur des valeurs de la chrétienté. Mais sa dévotion ne revêt pas les mêmes formes. Observant une piété plus formaliste et cérémonieuse, il ne consacre pas autant d’heures dans sa journée en stations à la chapelle. Mais lors de ces événements, il est vu de tous, alors que le roi d’Espagne se tient derrière une cortina, un épais rideau de velours. Car le roi de France n’est pas un dévot parmi d’autres dans la chapelle, mais l’intermédiaire sur la terre entre Dieu et ses sujets.

  • 49 Louis XIV, Mémoires..., (1992), p. 135.
  • 50 Louis XIV écrivait au Dauphin : « Ceux-là s’abusent lourdement qui s’imaginent que ce ne sont là qu (...)

44Le style de vie du courtisan français est donc moins rigide que celui du courtisan espagnol. Le pur divertissement a toute sa place à Versailles et procure une « honnête familiarité » avec la personne royale49. Dans sa jeunesse, le roi lui-même ne dédaignait pas de monter sur scène dans des scénographies tout à sa gloire. Les fêtes de cour, le jeu, les représentations théâtrales ou musicales animent la société, égayent les courtisans et les maintiennent en-dehors des intrigues. Celles-ci existent, mais ne prennent pas la forme de conjurations contre le souverain. Louis XIV a bel et bien domestiqué sa noblesse. La toute-puissance royale s’exprime donc dans sa capacité à faire respecter l’étiquette. Plus qu’une simple affaire de cérémonies, elle est l’apparence extérieure de l’ordre intérieur voulu par l’absolutisme français50.

45Enfin, Louis XIV est le roi politique par excellence. À la mort de Mazarin, il prend la décision de se passer de Premier ministre : c’est le début de son règne personnel inaugurant par la réforme du Conseil d’En-Haut, une rupture radicale avec la pratique antérieure du gouvernement. On est loin de la domination aristocratique du pouvoir politique dans l’Espagne de Charles IL Louis XIV se considère comme le monarque le plus puissant et toute sa politique internationale vise à confirmer cette position dominante. En même temps, il mène à sa perfection le modèle de la monarchie administrative française, développant l’appareil d’État, exerçant un meilleur contrôle de l’espace géographique et améliorant la centralisation monarchique. En 1700, le Roi Très Chrétien ne peut apparaître que comme le rival heureux et envié du Roi Catholique. En effet, ce dernier à la même époque, ne bénéficie que d’institutions sclérosées, souffrant de dysfonctionnements chroniques, entravant tout esprit de réformes.

Deux mondes institutionnels

  • 51 J. P. Le Flem, « La monarchie politique. Le roi en ses royaumes : II. Les outils de la monarchie. L (...)
  • 52 J. H. Elliot, « A Europe of Composite Monarchies », Past and Present, 137 (1992), p. 48-71 ; C. Her (...)

46Le concept unitaire de la monarchie espagnole fait référence, en réalité, à une union de royaumes et de territoires dont les statuts et fueros sont hérités des siècles antérieurs51. Il s’agit d’une monarchie « composite » selon la typologie établie par John H. Elliott52. Chacun des États qui composent cet ensemble conserve sa constitution propre : le processus historique d’agrégation à la monarchie ne s’est pas accompagné d’une uniformisation de l’ensemble. Au contraire, les monarques ont maintenu dans chaque État les régimes juridiques et les corpus législatifs, ainsi que les appareils institutionnels antérieurs.

  • 53 J. Arrieta Alberdi, El Consejo supremo de la Corona de Aragon (1494-1707), (1994).
  • 54 Il y a aussi des vice-rois à Naples, en Sicile et en Sardaigne, en Nouvelle-Espagne et au Pérou. La (...)

47En 1700, on distingue la Couronne de Castille de celle d’Aragon. Cette dernière conserve la tradition de royaumes séparés, chacun avec son droit et ses institutions ; tels sont le royaume d’Aragon, la principauté de Catalogne, le royaume de Valence et le royaume de Majorque. Il en résulte une absence quasi-totale d’institutions communes à ces quatre composantes. Seul, le Conseil d’Aragon53 à Madrid, les représente en leur ensemble et délègue son pouvoir auprès des vice-rois à Saragosse, Barcelone, Valence et Majorque54. Dans la couronne de Castille existe aussi une diversité institutionnelle (entre la Vieille-Castille, la Nouvelle-Castille, l’Andalousie, l’Estremadure, la Navarre, le Pays-Basque, la principauté d’Asturies ou le royaume de Galice). Le corregidor, représentant du pouvoir royal dans les cités, incarne une certaine unité. Il s’occupe de la justice avec une procédure d’appel à l’Audience et à la Chancellerie. Il veille à l’ordre public, mais se trouve souvent en conflit avec les regidores, ces officiers municipaux titulaires de charges vénales et formant une puissante oligarchie urbaine. Celle-ci est très forte en 1700 et s’apprête à incarner une dure opposition face à tout changement institutionnel tenté par la nouvelle dynastie.

  • 55 F. Tomas y Valiente, Gobierno e instituciones en la España del Antiguo Régimen, (2e éd. 1999).
  • 56 J. F. Labourdette, Philippe V, (2001), p. 60.
  • 57 SSBL, VIII, p. 149, n. 4. Janine Fayard a étudié la composition du Conseil de Castille, tel qu’il s (...)

48Pour faire face à un état géographiquement si morcelé, auquel s’ajoutent les Pays-Bas espagnols, les États d’Italie et les Indes de Castille, la monarchie a multiplié les Conseils. Ceux-ci sont le prolongement de la personne royale. À la fin du xviie siècle, ils sont au nombre de douze. Certains ont des compétences spécifiques : ce sont ceux de l’État, de la Guerre, des Indes, de la Hacienda, de l’Inquisition, des Ordres et de la Sainte-Croisade. Les autres gèrent les affaires des divers royaumes : le Conseil Royal de Castille, la Chambre Royale de Castille, le Conseil d’Aragon, celui d’Italie et celui de Flandres. Tous résident à la Cour et communiquent entre eux par des secrétaires et chacun d’eux s’adresse au roi ou au valido. Ils forment le cœur de la monarchie et sont le point de départ et d’arrivée des décisions, avis, rapports et pétitions pour tous les territoires de la monarchie55. Les Conseils ne sont donc pas que de simples organes consultatifs à la disposition du monarque, mais aussi des organes exécutifs dans des matières où ils possèdent un pouvoir suffisant, par délégation expresse du roi56. Le Conseil de Castille est prépondérant et son président a une grande importance dans la vie politique57. Il est considéré comme le premier magistrat de l’État après le roi.

  • 58 B. Bennassar, « Les hommes du roi en Espagne », A. Stegmann, Pouvoir et Institutions en Europe au x (...)

49Ces institutions sont les garants du bon fonctionnement de la monarchie. Cependant, le grand nombre d’officiers en leur sein alourdit la machine institutionnelle, déjà ralentie par le système des consultes. Pour régler les conflits de compétence au sein de ce système polysynodal ou prendre des décisions urgentes, des organes collégiaux à effectif réduit sont créés : ce sont les juntas ou juntes. Si au temps de Philippe II, de véritables juristes ou letrados se trouvaient à la tête des Conseils, au cours du xviie siècle, la noblesse titrée a pris le monopole de ces charges. Issue des colegios mayores, elle a certes une bonne formation juridique, mais procède aussi par clientélisme et cooptation interne pour la distribution des postes et des charges qui échappent de plus en plus au roi. Il existe donc une rivalité entre ces deux oligarchies que sont l’aristocratie et les letrados58.

  • 59 SSBL, VIII, p. 152-153 ; F. Barrios, El Consejo de Estado de la Monarqua española, (1984).
  • 60 J. A Escudero-López, LOS secretarios de estado y del despacho : (1474-1724), (1976, 1re éd., 1969), (...)

50Le roi manque, par ailleurs, d’un véritable Conseil Étroit ou Conseil d’En-Haut, comme en France. Le Conseil d’État en fait un peu office59. Il délibère sur toutes les affaires importantes concernant la monarchie, mais le nombre de ses participants et de ses secrétaires est pléthorique, ralentissant les délibérations et les prises de décisions. Aussi le secrétaire du despacho, chargé d’aider le roi ou son valido dans l’expédition des affaires, voit-il son rôle s’accroître dans les dernières années du règne de Charles II60. L’absence de valido à cette époque le fait souvent travailler seul avec le roi, accélérant la procédure et donnant à son titulaire une bonne connaissance des affaires du royaume.

  • 61 B. Barbiche, Les Institutions de la monarchie française à l’époque moderne, (2000) ; R. Mousnier, L (...)
  • 62 M. Antoine, Le Conseil du Roi sous le règne de Louis XV, (1970), p. 44.

51En comparaison, le royaume de France offre un aspect extrêmement centralisé. De profonds changements institutionnels se sont produits après 1661, au moment du règne personnel de Louis XIV61. Les Conseils du roi comportaient souvent, comme en Espagne, un grand nombre de participants ; Michel Antoine parle même de « la cohue » que formait alors l’assistance62. Louis XIV reprit en main son Conseil d’En-Haut, et en réduisit considérablement la composition, en excluant même le chancelier. Il n y admit plus que quelques ministres d’État, appelés pour chaque séance. Ils ne seront jamais plus de cinq. Ainsi, les affaires étaient traitées plus rapidement et aussi plus secrètement qu’auparavant. L’entourage français de Philippe V n’a de cesse de doter le nouveau roi d’Espagne d’un organe identique.

52Les autres Conseils principaux sont aussi réduits, que ce soient le Conseil des Dépêches (pour les affaires intérieures), le Conseil de Conscience, géré en fait par le confesseur du roi, ou le Conseil des Finances, dirigé par l’intendant du même nom qui en a toute la charge. Tous ont pour fonction d’assister le roi dans les tâches de Premier Ministre et de Surintendant des finances qu’il a décidé d’assumer en personne. Certains Conseils voient leur rôle amoindri, tel celui des Parties, spécialisé dans la juridiction civile et les contentieux financiers.

  • 63 SSBL, VII, p. 253. J. Fayard, « La tentative de réforme du Conseil de Castille sous le règne de Phi (...)

53Cette évolution est à la fois conforme à la politique administrative voulue par Colbert, qui cherche à éliminer tout pouvoir concurrent de l’autorité royale, et à la volonté de Louis XIV de diriger lui-même toutes les affaires du royaume. L’évolution de la charge de chancelier est en ce sens éclairante. Ce dernier était, par sa fonction, étroitement lié à toutes les questions traitées par le gouvernement, incarnant la justice et déclaré chef-né des Conseils comme de l’ensemble de la magistrature. Son lent déclin politique s’amorce en même temps que s’accroissent les compétences du Contrôle Général sous Colbert. Il est intéressant de signaler que Philippe V cherche au début de son règne, et, en particulier, en 1713, à limiter le rôle de son Président du Conseil de Castille, que Saint-Simon comparait au chancelier de France63. En effet, ce Président était, lui aussi, doté de tout le pouvoir judiciaire.

  • 64 H. de Lucay, Les origines du pouvoir ministériel en France. Les Secrétaires d’Etat depuis leur inst (...)

54L’évolution de l’administration monarchique nécessite aussi la création de nouveaux officiers royaux. Les grands officiers de la Couronne s'effacent au xviie siècle devant l’importance prise par les secrétaires d’État, chargés des fonctions politiques64. Ceux-ci ont une spécialisation géographique en leur début, puis se voient progressivement dotés d’attributions particulières, comme les affaires étrangères, la marine, la maison du roi et le clergé ou la guerre. Après 1661, l’éviction du chancelier et la suppression de la charge de surintendant des finances laissent aux quatre secrétaires d’État une marge d’action considérable. Il s’agit d’hommes neufs, sans attaches avec la noblesse d’épée. Les capacités personnelles sont préférées à la haute naissance, et ces hommes ne doivent leur promotion qu’au roi. L’entourage français veut importer ce modèle « ministériel » à Madrid.

  • 65 A. Smedley-Weil, Les Intendants de Louis XIV, (1995) ; M. Antoine, « Genèse de l’institution des in (...)
  • 66 P. Garcia Trobat et J. Correa, « Centralismo y administración : los intendentes borbónicos en Españ (...)

55Enfin, le roi exerce son pouvoir en ses provinces par l’action des intendants qui y assurent l’essentiel de l’administration fiscale. Instruments de l’absolutisme, ils doivent au roi leur position et dépendent exclusivement de sa volonté. Ils appartiennent à ce personnel administratif si dévoué à l’autorité monarchique parce que ses intérêts s’inscrivent dans un renforcement du pouvoir royal. Louis XIV en crée une soixantaine, accroissant toujours plus leur champ de compétence dans les domaines de justice et de police. Ce sont des agents d’unification administrative et d’affermissement du pouvoir65. Là encore, le gouvernement de Philippe V tente d’implanter cet agent royal dans le contexte espagnol66.

  • 67 D. Nordman, Frontières de France. De l’espace au territoire, xvie -xixe siècles, (1998).
  • 68 Dans ce domaine, la politique royale ne fut jamais de les abolir ou de les unifier ; le but était p (...)
  • 69 L’usage des patois ne constitue pas une entrave à l’unité du royaume. La diffusion du français comm (...)
  • 70 Les pays d’Etat sont des Provinces qui ont conservé, après leur rattachement à la couronne, des ass (...)
  • 71 Selon Colette Beaune, le maintien des particularismes n’entrave pas la cohésion nationale. Dès le x (...)

56Cette nouvelle administration s’exerce dans un royaume qui offre, à la fin du règne de Louis XIV, une apparence compacte, avec des frontières nettes, malgré quelques enclaves étrangères67. Par rapport à la monarchie espagnole, la France présente l’image d’une parfaite cohésion. Ses Provinces, qui ont conservé des traditions, des privilèges68, une langue69 ou des organes politiques parfois capables d’affirmer et de défendre une singularité, n’en sont pas moins intégrées au royaume. Le roi de France n’a pas fait abstraction de l’héritage historique de chacune des Provinces qui forment son État, mais il a su se forger des outils de gouvernement opérationnels sur l’ensemble du territoire. La séparation du royaume entre pays d’États et pays d’élections70 tend à s’atténuer au fur et à mesure des progrès de la centralisation monarchique. Une véritable unité française est perceptible et contribue à renforcer la puissance du royaume71.

  • 72 H. Kamen, Spain in the later seventeenth century, 1665-1700, (1980), p. 1-12. Cet auteur estime que (...)
  • 73 R. Garcia Cárcel, Felipe Vy los Españoles, (2003), p. 11-12.

57À l’arrivée du Bourbon à Madrid, l’Espagne est donc une fédération de nations72, unies par un gouvernement commun. Tout l’oppose au modèle centralisateur incarné par la France. C’est ce modèle Louis quatorzien qui imprègne les nouveaux hommes influents de la monarchie espagnole. Ricardo Garcia Càrcel distingue ainsi la España federal, qui correspond à l’Espagne des Habsbourg, et forme une monarchie composite qui tient compte d’une identité espagnole plurielle. Il l’oppose à la España vertical, voulue par la nouvelle dynastie au xviiie siècle, centralisée autour de la Castille et portant la volonté de créer une identité espagnole homogène73. C’est dans cette optique que Philippe V met fin aux fueros de la Couronne d’Aragon, opérant ainsi un véritable choc politique et culturel. La portée de ces transformations, leur conformité au modèle français et le rôle joué par l’entourage de Philippe V en cette occasion restent à apprécier.

58Si le modèle français a semblé si enviable à la génération des gouvernants espagnols de 1698, c’est aussi parce qu’en comparaison de l’Espagne en crise, la France offrait un modèle de puissance militaire et économique inégalée.

Faiblesses espagnoles et puissance française

  • 74 F. Fernandez Armesto, « Visiones del fin del siglo xvii en España », R. Carr (dir.), Visiones de fi (...)
  • 75 A. Dominguez Ortiz, Crisisy deeadeneia en la España de los Austrias, (1973).
  • 76 V. Palacio Atard, Derrota, agotamientoy deeadeneia en la España del siglo XVII, (1987, 1re éd. 1949 (...)
  • 77 H. Kamen, « The decline of Spain : a Historical Myth ? », Past and Present, 81 (1978), p. 24-50.

59Pour les contemporains de Charles II, il est évident que l’Espagne est en train de vivre un de ses pires moments historiques. Une sombre inquiétude pèse sur la génération de 1698, préoccupée par son avenir incertain74. Une impression de décadence s’est développée dès le règne de Philippe III et l’introduction du valimiento, assimilé à une dégénérescence du système hérité de Charles Quint. Les querelles des clans aristocratiques à la cour du dernier Habsbourg ont encore avivé ce thème. La noblesse était très volontiers présentée en 1700 comme corrompue, égoïste et sans aucun sens de la raison d’État. Ayant renoncé à son rôle militaire, elle a perdu beaucoup de légitimité aux yeux du peuple et se trouve accusée de piller impunément les ressources du royaume75. À cette crise du personnel politique s’ajoute celle de l’exercice du gouvernement, due à la faiblesse royale et à la lenteur des Conseils. Cette « décadence » est aussi vécue sur le plan économique. Pour certains historiens du xxe siècle comme Vicente Palacio Atard, il ne fait aucun doute que le règne de Charles II est marqué par un déclin irréversible dans tous les domaines, tant institutionnel et culturel, qu’économique et commercial. Lucien Taxonera76 n’est guère moins sévère quand il qualifie l’époque du dernier Habsbourg de période finale de la décomposition de l’Espagne. Il convient cependant, d’apporter quelques nuances à ce tableau77.

  • 78 R. Quatrefages, « Le système militaire des Habsbourg », C. Hermann (coord.), Le Premier Âge de l’Ét (...)

60La crise politique et militaire est manifeste. Tandis que les Grands vont de conjurations en cabales, l’armée espagnole va de défaite en défaite. Même s’il y eut des velléités de réformes au sein de l’armée, celles-ci n’eurent que peu de fruits immédiats78. La chute de Barcelone face à la puissance française en 1697 est le symbole de cet état de fait.

  • 79 H. Kamen, « The Recovery of the Economy », Spain in the later seventeenth century, 1665-1700, (1980 (...)
  • 80 J. Regla, Els virreis de Catalunya, (1980), insiste sur la régénération économique des années 1680  (...)

61Par contre, des indices très clairs mettent en évidence une forme de régénération économique à partir des années 168079. Les régions périphériques font montre d’un grand dynamisme. La Catalogne, menée par une bourgeoisie commerçante efficace, domine la période80. Par le commerce, les Catalans sont étroitement liés aux puissances maritimes anglaise et hollandaise. Barcelone traite à égalité avec Madrid. Cette indépendance (visible déjà dans les années 1640) explique l’opposition que les Catalans développent contre un prince français, appelé à bouleverser leur économie particulière et à leur dénier la représentativité qu’ils ont acquise sous Charles IL Ce refus d’un prince Bourbon se double d’une ancienne rivalité entre Catalans et Castillans.

  • 81 E.W. Dahlgren, Les relations commerciales et maritimes entre la France et les côtes de l’Océan Paci (...)
  • 82 H. Kamen, « The Commercial System », Spain in the later seventeenth century, 1665-1700, (1980), p.  (...)

62Un fossé économique s’est donc creusé entre la Couronne d’Aragon et celle de Castille. Celle-ci, au moment de l’essor de la Catalogne, a souffert de désastreuses inflations monétaires et d’importantes épidémies, entre 1676 et 1685. Pourtant, elle aurait pu s’enrichir des biens en provenance des Indes. Or, les ressources qui en sont tirées sont minimes par rapport à ce que le roi était en droit d’en attendre. Notamment à cause des contrebandes et des fraudes qui les ponctionnent, aussi bien dans les colonies qu’au sein des institutions espagnoles de la Casa de Contratación et du Consulat de Séville81. De plus, l’absence de produits manufacturés espagnols les oblige à importer, entraîne les fonds à l’étranger et empêche l’Espagne de devenir une véritable puissance commerciale. Enfin, depuis longtemps déjà, elle ne possède plus de marine compétitive82. Durant tout le xviie siècle, le marché hispano-américain fut donc un terrain d’affrontement entre les marchands français, anglais, hollandais et génois.

  • 83 J. D. Muñoz Rodriguez, « Cuando el rey se hace presente. El Superintendente como elemento racionali (...)
  • 84 C. Hermann et J. P. Le Flem, « Les Finances », C. Hermann (coord.), Le Premier Âge de l’État en Esp (...)

63L’Espagne, à l’image de son roi, apparaît donc comme un corps malade, pillée par des forces extérieures, tandis que le membre sain, que représente la Catalogne, cherche à accomplir sa propre réussite, loin des affres du pouvoir central. Pourtant, la Castille compta en son sein des ministres qui tentèrent des transformations en profondeur. Juan José de Austria fut l’un d’eux, entre 1676 et 1679, suivi par Oropesa. Ils mirent en place une législation pour les manufactures et créèrent une Junta general de Comercio. On leur doit aussi une réforme financière entre 1680 et 1686, imposant une politique de déflation drastique pour stabiliser les prix. Elle favorisa une amélioration générale de l’économie castillane dans les dernières années du règne. Le conseil des Finances connut, lui aussi, quelques modifications lors de la création, en 1687, de l’office de Surintendant général de la Real Hacienda, et en 1691, de celle de surintendants dans chacune des provinces de Castille83. Cela afin d’assurer une meilleure collecte des divers impôts castillans84. Mais la pression militaire exercée sur les finances royales fait que Madrid se débat dans un état de banqueroute permanente.

  • 85 J. Pérez-Magallon, Construyendo la modernidad, la cultura española en el « tiempo de los novatores  (...)
  • 86 H. Kamen, « The Years of Crisis », Spain in the later seventeenth century, 1665-1700, (1980), p. 35 (...)
  • 87 C. Sanz Ayan, Los banqueros de Carlos II, (1988).

64Même si ces réformes ne connurent qu’un développement limité, elles traduisent un changement dans la mentalité officielle. Ainsi, Philippe V trouve, parmi les Espagnols eux-mêmes, des hommes désireux de transformer le système monarchique hérité des Habsbourg. Ce sont les novatores85, des modernes qui se regroupent dans des salons littéraires, sous la protection de quelques membres de la haute noblesse, comme le marquis de Villena à Madrid, résolument francophile. De plus, si la traditionnelle caste politique et financière des Habsbourg s’est effondrée entre 1670 et 170086, un nouveau groupe d’hommes, en provenance du monde mercantile et de la basse noblesse, attend son heure pour accéder aux plus hautes charges de l’État. Politiquement, cette « nouvelle » aristocratie, d’origine parfois bourgeoise, s’engage en faveur des réformes du premier Bourbon, s’opposant ainsi à la Grandesse traditionnelle, attirée au cours de la guerre de Succession par un retour à la maison d’Autriche87.

65Philippe V hérite donc d’un royaume certes fragile, mais qui possède en lui des ressources importantes qu’il convient de mieux exploiter et de soumettre à une administration plus rationnelle. Pour ce faire, l’exemple français s’impose.

  • 88 Louis XIV explique le choix de cette devise dans ses Mémoires, (1992), p. 137.
  • 89 En Castille, les difficultés de circulation sont très grandes en raison de la géographie et s’ajout (...)
  • 90 Démographiquement, l’Espagne est en perte de vitesse. Bartolomé Bennassar situe les débuts de ce ph (...)

66Les historiens ont pour habitude de qualifier les années de 1659 à 1714 comme le temps de la « prépondérance » française. Louis XIV adopte la devise suggestive de Nec pluribus impar88 («au-dessus de tous », sous-entendu comme le Soleil) et sa diplomatie consacre cette position dominante en Europe. La force du royaume réside dans son unité géographique et dans sa centralisation administrative, améliorée encore par une politique efficace d’extension du réseau routier depuis Paris89. Le poids de sa population est un autre facteur de domination. La France est le pays le plus peuplé d’Europe ; le roi peut, lors des affrontements armés, aligner un grand nombre de soldats qui sont aussi autant de contribuables. Ainsi, la France compte près de vingt millions de sujets contre environ huit millions répartis dans les divers États espagnols90.

  • 91 J. A. Lynn, Giant of the Grand siècle : the french army (16101715), (1998).
  • 92 A. Corvisier, Histoire militaire de la France. I : Des origines à 1715, (1992), chap. XVI : « Louis (...)

67L’armée française devient le « Géant du Grand Siècle91 ». Le Tellier, puis son fils Louvois réorganisent l’ensemble de l’appareil militaire. Une administration civile double le département de la guerre et s’occupe de la logistique et du recrutement. Entre 1653 et 1665, l’armée se dote d’un cadre structuré et hiérarchisé assurant le contrôle et la discipline92. Des progrès considérables sont réalisés dans le domaine des fortifications et de la poliorcétique. Enfin, une attention nouvelle est apportée au recrutement des officiers. Autant de lignes directrices suivies dans les réformes militaires entreprises par Philippe V.

68Autre innovation du règne : l’essor de la marine. Par l’ordonnance de 1689, quatre corps de marine sont constitués, ce qui est considérable si on pense que celle-ci était à peu près inexistante au début du règne personnel de Louis XIV. Les vaisseaux du roi assurent la maîtrise des routes commerciales, devenues si importantes avec le développement des échanges voulus par Colbert. Philippe V est obligé de recourir à cette aide maritime, étant donné la décadence des flottes et des galions espagnols en 1700.

  • 93 AECP, Esp., 119, fol. 215 et sv. : « Méthode pour la régie des finances ».

69S’il fallait trouver un point faible dans le royaume français, ce serait dans le domaine financier. Jusqu’en 1697, le revenu net du roi s’est accru régulièrement. À partir de cette date, il connaît une décrue, gênante durant la Guerre de Succession. En même temps, les dépenses n’ont cessé d’augmenter et le déficit de se creuser. La monarchie accumule donc les difficultés de trésorerie malgré la volonté, ici comme ailleurs, de rationalisation. Au moins des points sensibles de ce système sont-ils corrigés, grâce notamment au rôle des intendants. Orry, chargé des finances de Philippe V, s’inspire de ce modèle dans son projet de la nouvelle gestion des impôts castillans, mais l’application se révèle délicate93.

70L’approche comparative de l’état de la France et de l’Espagne, en 1700, permet donc de mettre en valeur deux conceptions monarchiques différentes. L’une s’est affirmée par sa centralisation administrative et sa puissance diplomatique ; l’autre souffre de son morcellement géographique et de son absence de pouvoir monarchique fort. En même temps, la première est fragilisée par des finances délicates, par l’amorce de crises frumentaires (et bientôt climatiques), tandis que la seconde connaît un début de rétablissement économique et démographique. Mais en 1700, ce sont surtout les atouts français qui contrastent visiblement avec les ombres espagnoles. Aussi, l’arrivée d’un prince français et d’un entourage formé dans l’État Louis quatorzien, conscient de sa supériorité politique, annonce un choc culturel obligatoire et sans doute salutaire.

71Cependant, si l’exemple français apparaît à nombre d’Espagnols comme une expérience nécessaire, il n’est pas certain que son application par un entourage français soit acceptée, ni qu’il soit agréé dans sa totalité, ni même qu’il puisse s’implanter dans les cadres espagnols existants.

72Les Français, par ailleurs, n’ont pas de projets fixes et ne montrent aucunement la volonté de modeler à leur image leur ombrageux voisin. À Versailles, on craint que de vieux réflexes francophobes, ancrés dans les esprits depuis plusieurs générations, resurgissent. En effet, si l’année 1700 est marquée par de grandes célébrations en l’honneur de la nouvelle union entre les deux pays, la traditionnelle « antipathie » entre Espagnols et Français demeure et reste un thème véhiculé par une littérature abondante.

3. Les relations franco-espagnoles et le poids de l’Histoire : entre phobie et philie

Leyenda negra et tyrannie française : la construction de deux stéréotypes

  • 94 Ce à quoi Jean-Frédéric Schaub s’est employé dans La France espagnole. Les racines hispaniques de l (...)

73Jamais, dans l’Ancien Régime, deux puissances n’ont eu autant de relations entre elles que l’Espagne et la France. En conséquence, leurs rapports doivent être étudiés non pas seulement sur le thème de la confrontation, mais aussi sur celui de l’interaction94.

  • 95 H. Mechoulan, « L’Espagne dans le miroir des textes français », L’État baroque. Regards sur la pens (...)
  • 96 A. Cutierrez, La France et les Français dans la littérature espagnole. Un aspect de la xénophobie e (...)

74Le premier thème, néanmoins, reste le plus évident à mettre en valeur ; les princes de ces deux États furent de constants compétiteurs et les textes hostiles aux uns et aux autres sont les plus connus. Plusieurs larges études ont été consacrées à la production française hispanophobe pour les xvie et xviie siècles95. Il est moins courant d’avoir étudié les textes espagnols francophobes, pourtant abondants, sur la même période96.

75Les grands discours polémiques sont entièrement liés aux crises militaires et diplomatiques qui ont opposé les deux monarchies. L’affrontement qui opposa Charles Quint à François Ier ouvre deux siècles de tensions. Un sentiment de jalousie anime le Valois à l’égard de la puissance superbe de son rival, héritier de l’Empire et des couronnes espagnoles, visiblement marqué du sceau de la Providence, et champion du catholicisme militant. Le Habsbourg a, par tous ces atouts, d’évidentes prétentions à la monarchie universelle. La seconde moitié du xvie siècle continue à être marquée par la prépondérance espagnole de Philippe II sur un royaume de France déchiré par la guerre civile et les tensions religieuses. C’est l’époque où le roi d’Espagne, garant de la chrétienté en Flandre et dans son propre royaume, cherche à intervenir dans ces luttes en soutenant le parti des ultra-catholiques. La paix de Vervins signée par Henri IV en 1598, met fin aux hostilités issues des ingérences espagnoles. Mais, sous Louis XIII, la guerre reprend par princes interposés dans des régions d’Italie dépendant de la couronne espagnole. Par ce biais, la France cherche à briser l’étau habsbourgeois qui l’enserre, vieille angoisse des rois pour la sécurité de leur royaume. En 1635, c’est, entre les deux pays, la guerre ouverte qui ne s’achève qu’à la paix des Pyrénées en 1659.

76Cette longue période voit un subtil glissement des forces sur l’échiquier européen. En effet, la bataille de Rocroi en 1643, marque un tournant dans l’évolution des puissances. Les troupes françaises, moins nombreuses et moins bien armées que les espagnoles, ont vaincu les redoutables tercios. Cet événement est perçu comme une rupture, comme la fin de la grandeur militaire et de l’hégémonie en Europe de la monarchie hispanique. Autre changement d’importance : en 1648, le traité de Münster consacre la division politique des deux branches Habsbourg. L’Empereur préfère signer la paix pour consolider son Empire fragilisé. Enfin, en 1659, les armées espagnoles sont définitivement mises en déroute dans le nord de la France, ce qui décide de la paix.

  • 97 F. Bluche, Louis XIV, (1986), p. 653.

77Désormais, le règne de Louis XIV s’affirme diplomatiquement contre l’Espagne. En 1662, un envoyé extraordinaire de Philippe IV à Paris doit présenter des excuses publiques pour le fait que l’ambassadeur d’Espagne à Londres n’ait pas voulu céder le pas à l’ambassadeur de France dans un cortège officiel. En 1668, par la guerre de Dévolution, la France s’empare d’une partie des Flandres espagnoles. Lors de la guerre de Hollande, l’Espagne perd la Franche-Comté et d’autres régions des Flandres. De plus, les échecs subis par la flotte de Charles II en 1676 signent la fin de la domination espagnole sur mer. Le traité de Nimègue (1678) s’est fait aux frais de l’Espagne. En 1683, Charles II tente une offensive militaire contre Louis XIV, qui se solde par une perte supplémentaire de villes aux Pays-Bas lors de la trêve de Ratisbonne (1684). Enfin, durant la guerre de la Ligue d’Augsbourg, la France occupe la Catalogne et Barcelone connaît de terribles bombardements en 1697. Cependant, la paix de Ryswick marque un certain retrait français dans cette région. Les concessions faites par Louis XIV et sa « mansuétude » (selon F. Bluche97) envers les Espagnols, s’expliquent par ses espérances dans la succession de Charles II.

  • 98 La légende noire consiste en une vision négative de la politique espagnole. Elle est fondée sur les (...)
  • 99 J. F. Schaub, op. cit., (2003), p. 136 et sv. ; Μ. P. Suarez, « La literatura de combate », M. Boix (...)

78Il n’est pas étonnant, au vu de ces événements diplomatiques et militaires, qu’une phobie mutuelle se soit développée entre les deux rivaux. C’est, dès le xvie siècle, et encore plus dans les premières années du xviie siècle, que la problématique de l’opposition des deux nations, sur le mode de l’antipathie (naturelle) réciproque, a été formulée avec le plus de netteté. Pierre Chaunu fait même remonter l’image négative de l’empire espagnol au xve siècle. Elle trouve sa source dans la hantise provoquée par l’impérialisme de la maison d’Autriche. Les Espagnols ont été considérés comme voulant conquérir le monde. La leyenda negra (légende noire) est ainsi née dans divers pays européens98, et a connu, en France, un degré de violence difficilement égalable, dans les années 80 du xvie siècle et sous le règne de Louis XIII99.

  • 100 B. et L. Bennassar, Le voyage en Espagne : anthologie des voyageurs français etfrancophones du xvie(...)
  • 101 A. Y. Haran, L’Espagne dans l’imaginaire français du xviie siècle : entre idéalisation et démonisat (...)
  • 102 J. M. Jover, 1635. Historia de una polémicay semblanza de una generación, (1949).
  • 103 C. Garcia, La oposición y conjunción de los dos grandes Luminares de la Tierra o la Antipata de Fr (...)
  • 104 J. F. Schaub, op. cit., (2003), p. 161-162 et 166. Pour Carlos Garcia, l’évocation de tout ce qui s (...)
  • 105 A. Y. Haran, loc. cit., p. 315.

79La libido dominandi espagnole est considérée par les auteurs français comme une passion démentielle. On explique que le teint jaune des Espagnols vient de la convoitise qui les anime. On évoque l’orgueil de leur race, leur morgue diabolique, leur barbarie, leur cruauté et leur intolérance. On cherche à les combattre sur le terrain du catholicisme, en dénigrant leur pseudo origine mi-juive, mi-maure100 ou encore en signalant l’hypocrisie d’un comportement dévot et d’une vie morale dévoyée. Ces thèmes sont récurrents et deviennent de vrais topoï dans des écrits comme ceux de Biaise de Vigenère, un des plus virulents hispanophobes de son époque (15 94), ou dans un pamphlet comme les Grands jours d’Antitus, Panurge, Guerido (1615), traduisant le scepticisme populaire devant l’union des contraires au moment des mariages franco-espagnols. Certains textes plus argumentés connaissent aussi une grande notoriété comme l'Anti-espagnol de l’avocat Arnaud (1592) ou Le Désespoir de Barradas (1626), qui met en scène Louis XIII de façon héroïque chargé de dompter l’orgueil insupportable de l’Espagnol101. La campagne de 1635 offre aussi un catalogue de textes exemplaires à cet égard, étudiés par J. M. Jover102. Enfin, cinq chapitres d’un ouvrage de grande envergure, intitulé L'Antipathie103 (1617) par Carlos Garcia, Espagnol vivant en France, constituent un inventaire des traits de caractère, d’humeur, des penchants, des goûts et comportements collectifs des deux nations en tant qu’ils paraissent incompatibles. Malgré le titre de l’ouvrage, l’objet de son auteur était de souligner le miracle politique de l’union des deux nations en 1615 au regard de tant de différences. Mais ce texte fera l’objet d’emprunts nombreux pour en détourner le sens. Ainsi, en 1636, La Mothe le Vayer, soucieux de convaincre son lecteur de la légitimité de l’entrée en guerre contre Philippe IV, y puise largement pour son Discours sur la contrariété des humeurs qui se trouve entre certaines Nations et singulièrement entre la Française & l'Espagnole104. Enfin, un texte comme le Manifeste des Français aux Princes Electeurs (1657), élaboré par Mazarin pour soutenir la candidature de Louis XIV à l’Empire, développe l’image d’Espagnols impérieux, intolérables, pleins de superbe et fanatiques tandis que les Français sont accueillants, bienveillants, tolérants et respectant la liberté de conscience105.

  • 106 J. F. Schaub, op. cit., (2003), p. 153-154. Cela apparaît dans un écrit tel que LXXLV Raisons qui p (...)

80À partir de 1660, en prévision d’une succession possible en Espagne, le thème de l’antipathie naturelle est progressivement remplacé par celui d’une conflictualité entre les deux pays, certes réelle, mais qui ne serait qu’accidentelle et historique106. En fait, depuis Rocroi et la paix des Pyrénées, la peur suscitée par l’Espagne est amoindrie et le ton des textes se fait plus condescendant et conciliant ; c’est très net dans les récits de voyageurs français en Espagne, qui fleurissent à partir de cette date.

  • 107 J. del Agua, « Prejuicios recíprocos francoespañoles », Cuentay Razón (1982), p. 27-36.
  • 108 S. de Covarrubias, Tesoro de la lengua Castellana Espanola, (1611, rééd. de 1978), cité par J. Mont (...)

81L’Espagne n’a pas été en reste dans sa production d’une littérature xénophobe antifrançaise107. En 1611, le Tesoro de la lengua Castellana Española de Sebastián de Covarrubias paraissait à Madrid et, à l’article concernant les Français, ceux-ci sont désignés comme « belliqueux et ingénieux [...] orgueilleux à l’extrême et agités, de sorte qu’il y a un proverbe qui dit : Quand le Français dort, le diable le berce108 ».

  • 109 BNM, mss 2578, fol. 200-223, Repuesta de un gentilhombre retirado de la Corte... (1701).

82Cette vision franchement hostile de la France est encore exacerbée sous le règne de Louis XIV. Une forme de légende noire concernant le royaume des lys est créée, trouvant son origine dans les refuges protestants, comme dans la catholique Espagne. La tyrannie, l’orgueil, l’aspiration à la monarchie universelle, offrent désormais des thèmes pour stigmatiser le roi Soleil. Des pamphlets de 1701 évoquent « el despotico dominio que se ha apropriado el rey de Francia109 ». Le duc de Medinaceli, imprégné par ce courant, ne dit pas autre chose en 1700, quand, alors vice-roi de Naples, il écrit ainsi à la cour de Madrid :

  • 110 BNM, mss. 10910, f. 94 v°, Carta del duque de Medinaceli. « Ne nous rendons pas les esclaves volont (...)

No nos hagamos esclavos voluntarios de la Francia, que si aora con todos nuestros dominios no procuraremos resistirnos y librarnos de su tiranía, ¿qué podremos esperar quando nos haya reducido a miserable ruina? [...]; daré mil vidas antes que venir en el infame dictamen de admitir yugo de la Francia110.

  • 111 BNM, mss 2569, Miscelaneas Historicas Politicas, fol. 265, 269 v°, 270 et 274.
  • 112 BNM, mss 10818 (13), Papel escrito al conde de Montijo de el Consejo de Estado..., (sd.), 33 fol. : (...)

83De même, l’image du mauvais chrétien est réactualisée. Ainsi, le Français est celui qui s’allie aux Turcs (revivifiant ainsi une image de François Ier), en ne voulant pas participer à la délivrance de Vienne en 1683, et qui bombarde des villes chrétiennes comme Gênes en 1684, Gérone, Alicante ou Barcelone en 1697. C’est une France « athée » et « luciférienne » qui est présentée et, en 1701, des libelles craignent que le joug français soit un esclavage pire que celui des « Mahométans »111. Bien plus, les soldats français sont accusés au cours de la dernière guerre, d’avoir profané des églises, contrairement aux Anglais, Hollandais et Allemands qui auraient agi avec modération : « Coteje V.E. el proceder de Alemanes con el de Franceses y vera la diferencia », proclame un écrit de 1700 adressé au comte de Montijo112.

  • 113 BNM, mss 10818 (13), Papel escrito al conde de Montijo de el Consejo de Estado..., (sd.), 33 fol. J (...)
  • 114 A. Gutierrez, op. cit., (1977), p. 30, 69, 77 et 89.

84Enfin, il est courant de comparer le tempérament léger et frivole des Français ainsi que leur inconstance et leurs tromperies, avec la gravité et le sérieux des Espagnols113. L’étranger français est désigné du terme méprisant de « gabachos ». Celui de « franchote » peut aussi être employé, comme le fit Calderón. Quand la littérature espagnole évoque les Français, elle ne retient que les types qui exercent les métiers les plus vils, les plus inutiles ou cocasses, à moins d’en faire des délinquants endurcis. Le Français sera aussi représenté sous les traits d’un personnage immoral qui pousse à la luxure et à la dépravation les honnêtes femmes. Son aisance naturelle, sa capacité d’adaptation et son hypocrisie font qu’il s’épanouit partout. Lorsqu’il réussit dans son commerce et en tire d’importants bénéfices, cela ne peut être que par une protection diabolique. Il devient alors le cannibale, le vampire ou la sangsue qui ponctionne les richesses des Espagnols114.

85On le voit, l’antithèse établie entre les deux nations a constitué le fond de toute une littérature qui échange les images et les comparaisons de part et d’autre des Pyrénées. À la leyenda negra des Espagnols, répond la tyrannie universaliste du roi de France. Autrement dit, il y a eu contamination des thèmes évoqués entre les deux pays. Ce qui est reproché à Louis XIV par des pamphlétaires espagnols l’était déjà à Philippe II par des écrivains français. La perception de cette dialectique permet d’enrichir le débat sur les contacts et les relations entre les deux pays. La France et l’Espagne ne sont pas uniquement des champions rivaux, dont l’abaissement de l’un consacrerait l’élévation de l’autre. La France du Grand Siècle doit beaucoup à l’Espagne du Siècle d’Or. Le thème de l’antipathie apparaît moins pertinent à mesure que l’on constate les traits tout espagnols du règne de Louis XIV. Ce constat pourrait-il faciliter une intégration française dans le Madrid de 1701 ?

Existe-t-il une France espagnole ?

  • 115 J. M. Losada Goya, Bibliographie critique de la littérature espagnole en France au xviie siècle (19 (...)

86La présence espagnole dans les lettres françaises au xviie siècle est importante. Le répertoire bibliographique des emprunts, adaptations et plagiats de ces œuvres, sans compter les traductions, représente une masse de titres considérable115.

  • 116 S. Collet Sedola, « L’étude de l’espagnol en France à l’époque d’Anne d’Autriche », L’Âge d’Or de l (...)
  • 117 César Oudin fut le grand hispanisant de l’époque. Interprète officiel de la cour, il publia en 1596 (...)
  • 118 Des travaux récents accordent à Don Quichotte le statut de père de tous les romans et aux Nouvelles (...)
  • 119 Il est à noter que le Cid, inspiré par la littérature espagnole fut réalisé l’année même de Corbie (...)

87La langue espagnole, dans sa modalité castillane, servie par une littérature brillante, est alors considérée comme l’une de celles qu’un honnête homme doit connaître et pratiquer116. Plusieurs hispanisants donnèrent les ouvrages nécessaires à l’apprentissage de la langue117. Le Quichotte jouissait d’un grand prestige en France ainsi que les Nouvelles exemplaires118. Pierre Corneille fit des emprunts aux Mocedades del Cid de Guillén de Castro pour son Cid119, et à la Verdad Sospechosa pour le Menteur. Thomas Corneille, Scarron, d’Ouville, Boisrobert, puisèrent dans les modèles castillans de Lope de Vega, Tirso de Molina, Solorzano, Calderon ou Alarcon. Molière s’inspira du répertoire de la comedia ; Jean Chapelain commença sa carrière littéraire en traduisant le grand roman picaresque de Mateo Aleman, Don Guzman de Alfarache. Le Grand Siècle est bel et bien ancré dans le commerce culturel espagnol.

  • 120 J. F. Schaub, op. cit., (2003), p. 123.
  • 121 Ainsi, le maréchal de Bassompierre, ambassadeur auprès de Philippe III, laissa des mémoires, en 162 (...)
  • 122 A. Y. Haran, loc. cit., xviie siècle, 195 (1997) ; J. F. Schaub, op. cit., (2003), p. 162-163.
  • 123 J. F. Schaub, op. cit., (2003), p. 320. T. Lhermitte de Soliers, La France espagnole, (1659).

88Même aux moments les plus tendus entre les deux nations, « il existe toujours un espace pour la reconnaissance de la grandeur espagnole120 ». Ainsi, le règne de Louis XIII est marqué par le bon accueil fait aux œuvres des mystiques espagnols, tandis que l’ordre du Carmel s’implante en France. Mais cette bonne réception n’est pas la seule œuvre des dévots. D’autres voix s’élèvent pour prôner l’union des deux monarchies contre l’ennemi commun que représentent le huguenot ou l’ottoman121. Nombre de lettrés et d’acteurs de la vie politique ne se laissent donc pas enfermer dans une rhétorique pure et simple d’opposition. En 1615, l’ouvrage de Carlos Garcia susmentionné brosse certes le tableau de l’incompatibilité d’humeur qui sépare les deux royaumes rivaux mais, en même temps, sa conclusion insiste sur le fait que le salut de la chrétienté réside en ces deux turbulents champions du catholicisme. Dieu les a mis face à face pour empêcher que l’un ou l’autre ne domine l’Univers. Le destin de ces deux couronnes est semblable : toutes deux sont les fers de lance de l’Église romaine et de la Contre-Réforme. L’auteur développe donc une conception mystique de l’union des contraires122. En 1659, Tristan Lhermitte rejoint ces idées dans un placard intitulé la France Espagnole. Il y souligne que l’antipathie n’est pas l’essentiel de ce qui caractérise les rapports entre les deux nations, mais, bien plus, le fait qu’elles tendent toutes deux vers un même objectif : une catholicité militante123.

  • 124 Le portrait moral que Ernest Lavisse fait de Louis XIV est, en ce sens, symptomatique. Il commence (...)
  • 125 J. F. Schaub, op. cit., (2003), p. 106, cite Alexandre Y. Haran qui estime qu’une historiographie « (...)

89Dès le xixe siècle, certains historiens ont identifié dans le règne de Louis XIV des traits qu’ils ont assimilés à une facture habsbourgeoise ; ils ne faisaient que reprendre des thèmes déjà développés au xviie siècle124. Des chercheurs contemporains ont souhaité, à leur tour, restaurer la dimension hispanique oubliée ou négligée de l’Ancien Régime français, nouvelle manière de réfléchir aux rapports entre les deux monarchies125.

  • 126 J. F. Schaub, op. cit., (2003), p. 292, p. 306, p. 239-244.

90La comparaison du roi Soleil avec Philippe II est devenue un thème riche de sens. Des analogies ont ainsi été établies entre les projets de Louis XIV contre la Hollande et la politique des rois d’Espagne contre ces mêmes États sécessionnistes protestants. La lutte contre l’Empire Ottoman en Méditerranée menée par la France, semble être réalisée dans le sillage des entreprises de Charles Quint et de Philippe II. La Révocation de l’Édit de Nantes apparaît comme l’aboutissement d’une posture catholique du roi de France aussi intransigeante que l’espagnole. Enfin, l’énoncé d’un projet impérial français dans certains textes rappelle le dessein de monarchie universelle défendu par Charles Quint. Louis XIV, arrière-arrière-petit-fils de ce prince, revendique cette filiation et la figure de cet Empereur jouit de beaucoup de prestige dans la France du xviie siècle. Même la revendication par Louis XIV de la couronne espagnole pour son descendant, trouve un point de comparaison avec la volonté de Philippe II de placer sa fille sur le trône de France en 1593126.

  • 127 P. Burke, La fabricación de Luis XIV, (2003), p. 170.

91Enfin, le cérémonial qui est pratiqué à la cour de Versailles, ainsi que l’étiquette mise en place, doivent beaucoup au modèle bourguignon et à l’admiration du roi de France pour Philippe II. Louis XIV cherche à susciter à travers la construction de Versailles, la même force symbolique que dégage l’Escorial. De même, on peut voir une influence espagnole dans l’appellation donnée au monarque français de « Roi-Soleil ». De fait, sous l’impulsion d’Olivares, poètes et dramaturges espagnols firent du soleil, quatrième planète, l’emblème approprié de Philippe, quatrième souverain de ce nom127.

  • 128 J. F. Dubost, « La Cour de France face aux étrangers : la présence espagnole à la Cour des Bourbons (...)

92Les deux mariages espagnols de 1615 et de 1659 donnèrent aussi à la vie de cour une légère tonalité castillane. La présence d’Anne d’Autriche et de Marie-Thérèse suscite un engouement, outre pour la langue et la littérature espagnoles, pour la mode ou l’emploi de la mantille et de l’éventail. Mais l’impact de leur entourage reste minime, car celui-ci est peu nombreux. Anne d’Autriche garde avec elle une trentaine de compatriotes, presque tous renvoyés en 1618. Marie-Thérèse vint accompagnée d’une quarantaine de personnes, mais Louis XIV exigea leur départ immédiat n’autorisant que treize d’entre elles à demeurer. À la décrue quantitative s’ajoute un abaissement dans le niveau social. L’Espagnol devient donc un peu exotique à la cour en raison de sa rareté et il n’y a plus aucun aristocrate auprès de la reine. Par ailleurs, ces petites et moyennes gens s’intègrent bien mieux que ne l’auraient fait des Grands. De plus, Fontainebleau, lieu de résidence favori de la reine-mère, draine des artisans et comédiens de cette nation. Dans les années 1660-1690, les Espagnols présents à la cour de France ne contribuent qu’à son ornement ou à ses divertissements128.

  • 129 Raymond Fouché-Delbosc démontre que des récits de voyages d’Espagne ont connu un véritable succès d (...)
  • 130 Pour une réflexion sur le sens des récits de voyage en Espagne au xviie siècle, C. Maqueda, « La Co (...)

93En l’absence d’une importante colonie espagnole à la cour, on constate qu’après 1660-1670, au sein d’un public élargi, la connaissance de l’Espagne et de l’Espagnol ne va guère plus loin que ce qui a pu en être tiré de la lecture de récits de voyage, médium habituel pour faire connaître un pays étranger129. Les Français, appelés à former l’entourage de Philippe V, sont imprégnés de cette connaissance livresque et s’attendent à trouver une Espagne obéissant à des codes d’écrivains130.

  • 131 J. Sarraihl, « Voyageurs français au xviiie siècle, de l’abbé de Veyrac à l’abbé Delaporte », Bulle (...)

94Les figures imposées ne manquent pas dans ce genre de textes. L’Espagnol est ignorant, porte des grandes lunettes qui l’enlaidissent, prise du tabac en poudre sans mouchoir. Il est, bien sûr, imprévoyant de l’avenir, mais fier et austère. Les femmes sont de mœurs légères et pour cette raison sont enfermées par leurs maris. Chaque voyageur se doit aussi de signaler les imperfections des auberges, la médiocrité de la cuisine, l’utilisation abusive du chocolat ou la religiosité exacerbée traduite par les processions de pénitents, celles des flagellants ou les autodafe. Un chapitre, assez sombre, sur l’influence de l’Inquisition s’impose obligatoirement. La tauromachie est jugée le plus souvent avec dégoût, voire comme une passion impie. Le thème de l’antipathie est lui aussi abordé, sous prétexte de vérifier, sur place, l’hypothèse de la diversité. Madame d’Aulnoy a insisté sur le train de vie de l’aristocratie madrilène, à la fin du règne de Charles II. Son propos mêle humour, étonnement et critique. En réalité, ces écrivains-voyageurs ont pillé sans vergogne des récits plus anciens, réemployant des lieux communs sur l’Espagne, adoptés sans discussion par les Français. Un texte comme celui de Madame d’Aulnoy est une compilation. Cet auteur a codifié le genre, en mêlant fictions et renseignements, résumant ses prédécesseurs en les allégeant. Le mécanisme de la connaissance est ainsi faussé et des erreurs s’installent officiellement par paresse et manque d’esprit critique. Le but de ces écrits est de conclure « modestement, à la supériorité de la France sur l’Espagne, malgré de belles déclarations d’impartialité131 ».

95Ce n’est plus tant une rhétorique de l’opposition qu’une attitude condescendante envers une nation étrangère qui est désormais adoptée. Quelqu’un comme le marquis de Louville, par exemple, s’inscrit dans la continuité de ces voyageurs. Bien souvent, certains traits de ses lettres sont visiblement écrits pour faire sourire son lecteur au détriment de l’Espagnol.

Existe-t-il une Espagne francophile ?

  • 132 J. F. Schaub, op. cit., (2003), p. 20.
  • 133 Quelques érudits et politiques connaissent et parlent le français aux xviie siècle. Mais, selon A. (...)

96Une France en contacts suivis avec l’Espagne n’appelle pas automatiquement l’existence d’une Espagne française. La période que nous envisageons, marque nettement une « balance des échanges [...] bénéficiaire pour la maison de Habsbourg132 », même s’il est vrai que, depuis les mariages de 1659, l’Espagne devient de plus en plus attentive au modèle proposé par son voisin. Mais c’est avec l’avènement d’un prince français qu’un transfert culturel d’importance s’opère133.

  • 134 P. Sanz Camañes, « La colonia francesa en Aragon a finales del reinado de Carlos II », J. M. Bernar (...)
  • 135 A. Domínguez Ortiz, los extranjeros en la vida española durante el siglo XVII y otros artίcules, (1 (...)
  • 136 D. Alcouffe, loc. cit., p. 187.
  • 137 J. Nadal et E. Giralt, op. cit., (1960), p. 132.
  • 138 A. Domínguez Ortiz, loc. cit., (1996), p. 75-76.
  • 139 P. Sanz Camanes, loc. cit., (2006), p. 279.
  • 140 A. Domînguez Ortiz, loc. cit., (1996), p. 82 et P. Sanz Camanes, loc. cit., (2006), p. 294.

97Cependant, la France n’est pas seulement connue dans la Péninsule par son armée. Au xviie siècle, tandis que l’Espagne envoie des livres, la France exporte des hommes. Le nombre de sujets du roi qui s’installent temporairement ou définitivement en Espagne est plus important que celui des Espagnols établis en France134. Il est donc habituel pour les Espagnols de côtoyer quelques colonies françaises. Un mémoire de 1667 évalue leur nombre à 50 000, puis à 20 000 dans les années 1680135. La Péninsule représente une terre d’élection pour les travailleurs. Il s’agit principalement d’Auvergnats, de Gascons, de Béarnais ou de Limousins136. Commerçants en Andalousie, ouvriers agricoles dans la Manche et la Catalogne137, artisans un peu partout. À Madrid, ces émigrés sont voués à de petites professions et particulièrement connus comme artisans-boulangers. Dans les ports, ils sont attirés par les perspectives de commerce. Il s’agit principalement de « gentes modestas138 ». Cette population est souvent en butte à l’hostilité des Espagnols, soit par la concurrence qu'elle représente, soit en raison des conflits politiques entre les deux pays. En Aragon ou en Catalogne, ces Français sont parvenus à dominer certains secteurs économiques importants dans le textile ou l’agriculture, ce qui suscite des jalousies139. Aussi se réunissent-ils souvent en confréries ou dans un même quartier pour se protéger. On ne peut cependant, au cours du siècle, discerner l’existence d’un parti constitué qui aurait été xénophobe et anti-français140.

  • 141 BNM, mss. 11005, La Francia conturbante. Discurso poltico e histórico sobre los excesosy ardides d (...)
  • 142 A R. Peña Izquierdo, op. cit., p. 283, et A. Espino López, « La publicística y la guerra de opinión (...)

98En revanche, dans les dernières années du siècle, on assiste à des campagnes pamphlétaires en Aragon et en Catalogne, contre la politique de Louis XIV. Ainsi, en Aragon, un discours anonyme intitulé La Francia conturbante, de plus d’une centaine de folios, en appelle à une union des princes européens contre la politique d’annexions du roi de France141. Les Catalans, entre 1689 et 1697, à la fois directement visés et occupés durant la guerre, mais aussi soucieux de contrer le fort groupe de commerçants français présents dans leur région, se montrent les plus ardents à publier toutes sortes de pamphlets dénonçant les aspirations à la monarchie universelle de leur voisin, tels que Espíritu de Francia y mάxima de Luis XIV ou Suspiros de la Francia esclava142. L’occupation du Roussillon effraye les Catalans car, ainsi qu’on peut le lire dans Papel sedicioso :

  • 143 Ibid., p. 284. « La cruelle dominacion étrangère s’est introduite jusque dans les vêtements, dans l (...)

hasta en los trajes, en el lenguaje y en la educadón de sus hijos se ha introducido la cruel dominación extranjera, esforçando lo imposible, que es hazerles mudar de naturaleza con aquellas exterioridades143.

99Enfin, le bombardement de Barcelone fait naître dans cette ville un sentiment de rancœur et de peur vis-à-vis de la puissance française.

  • 144 E Lopez, « Ce qu’une Espagne a attendu de la France, de la fin du xviie siècle à l’époque des Lumiè (...)

100Aussi, est-ce plutôt au sein de la Castille que l’on peut trouver de véritables sentiments francophiles. Beaucoup de Castillans fondent d’énormes espoirs sur un nouveau roi qui gouvernerait l’Espagne dans un esprit réformateur. Seule, cette volonté profonde de réformes explique que certains secteurs de la société castillane aient si facilement oublié les nombreux conflits qui avaient opposé les deux monarchies. Ces illustrados avant l’heure veulent lutter contre le « desgobierno » (la mauvaise gouvernance). Ils s’inscrivent dans la lignée des penseurs arbitristes et recherchent, dans la renommée française, une rénovation spirituelle, intellectuelle et politique de l’Espagne144. Ainsi, le duc d’Escalona, alors vice-roi de Catalogne, adressa au roi de France une lettre, en date du 29 novembre 1700, véritable profession de foi envers l’exemple français ; il considère Louis XIV comme « l’ange tutélaire de cette monarchie (espagnole) au-dehors comme son restaurateur au-dedans », ajoutant, « pour cet effet, il faut, Sire, employer votre autorité pour ôter les embarras, votre sagesse pour inspirer à notre nouveau maître les plus importantes maximes, et votre prévoyance pour le garantir des mauvaises impressions que la corruption où nous sommes pourrait lui donner », assurant que « tous (les honnêtes gens) sont las des désordres passés et soupirent après la police et le bon sens qui règnent dans la France ».

  • 145 San Felipe, Commentarios, p. 9. Le duc d’Escalona à Louis XIV, 29 novembre 1700, C. Hippeau, II, p. (...)

101A posteriori, le marquis de San Felipe estime que la monarchie espagnole avait besoin d’un restaurateur « et qu’on ne pouvait en choisir aucun dans une meilleure Maison que celle de Louis XIV, Prince très puissant, heureux et sans égal dans son siècle145 ».

  • 146 Marie-Louise eut auprès d’elle Lazare André qui jura sa place de cuisinier en 1680 et mourut à Madr (...)
  • 147 AEMD, Esp., 73, « Anecdotes sur le mariage et sur la mort de la reine d’Espagne, Marie-Louise d’Orl (...)

102Tout cela peut apparaître comme de bon augure pour l’implantation française à la cour. Reste cependant que la dernière expérience en ce sens s’est soldée par un échec douloureux. Ce fut au moment du mariage entre Charles II et Marie-Louise d’Orléans en 1679. Cette princesse vécut à Madrid un véritable chemin de croix, parce que Française. Tout dans son comportement suscita la critique. Ses façons de danser, de monter à cheval, de s’amuser, rencontrèrent l’hostilité de son entourage espagnol, en particulier de l’austère camarera mayor, Dona Juana de Aragon, duchesse de Terranova. À peine permit-on à quelques Français de demeurer auprès d’elle. Ce furent ses caméristes et ses cuisiniers146. Son amitié avec l’ambassadeur de Villars et son épouse, ou avec le marquis de Feuquière, la fit accuser d’espionnage. La voix populaire s’éleva contre elle et de nombreux pamphlets coururent contre cette Française qui ne donnait pas d’enfant à l’Espagne. Rien ne lui fut concédé. La crainte farouche des Espagnols de se voir contaminés par des mœurs étrangères les tenait sans cesse aux aguets pour s’opposer à la moindre initiative de la reine ou de son entourage proche. Au bout d’à peine trois mois de présence à Madrid, « deux des femmes qu'elle avait amenées avec elle et son écuyer furent obligés de partir pour retourner en France. On ne les avait pas chassés mais les mauvais traitements et la haine que le roi d’Espagne témoignait à tout ce qui était français les obligèrent de se retirer147 ».

  • 148 Ibid., fol. 182 v°.
  • 149 Ibid., fol. 185. Fol. 225, le 27 septembre 1685, Feuquière raconte que le roi et la reine se promen (...)

103En juillet 1685, sa femme de chambre et nourrice, Françoise Nicole Quentin (La Cantin) et l’époux de celle-ci, Jean de Viremont, écuyer de la reine, ainsi qu’un de ses proches, Leveillane, furent accusés de comploter contre le roi d’Espagne148. Cela causa une rage anti-française dans la capitale149.

  • 150 Elle épouse Antonio de Aathora Ortiz et s’installe à Madrid. Tous deux sont présents en 1701 au mom (...)
  • 151 AEMD, Esp., 73, fol. 202. Fol. 259, en 1689, dans le testament de Marie-Louise sont cités Françoise (...)

104À la suite de ces incidents, tous les domestiques français de la reine furent arrêtés et bannis du royaume. On ne lui laissa que la demoiselle Suzanne du Pierroy150, la nièce de sa nourrice, les officiers de bouche et son tailleur151. Madame Quentin avait eu les deux bras cassés à cause de la violence avec laquelle on lui avait infligé la question. Ce fait suscita une grande émotion à l’ambassade et à la cour de France. Enfin, en février 1689, la reine mourut dans des circonstances étranges qui firent que beaucoup, parmi les Français, pensèrent qu'elle avait été empoisonnée afin de lui substituer une Autrichienne.

105Onze ans plus tard, Versailles comme Madrid se souviennent de ces circonstances dramatiques. Si les Espagnols semblent s’accorder à Madrid pour recevoir un prince français, rien n’est moins sûr en ce qui concerne son entourage. Le précédent a été trop grave pour être oublié et la nouvelle francophilie des ministres espagnols ne peut occulter ce passé.

***

106On ne peut donc apporter qu’une réponse nuancée à la question qui ouvre le présent chapitre. Bien des obstacles semblent exister à Madrid, surtout d’ordre culturel, pour s’opposer à une implantation française.

107Certes, les Espagnols du gouvernement, en 1701, sont majoritairement favorables au changement dynastique. La force du modèle français s’est imposée, même au dernier roi Habsbourg. Le problème vient de ce que cet avènement d’un prince français semble être un ultime avatar des querelles nobiliaires madrilènes, et marque le succès d’un clan, celui des Portocarrero. En conséquence, Philippe V ne peut s’attendre à trouver une cour sereine. Des éléments pro-autrichiens peuvent toujours provoquer des perturbations. De plus, dans le clan du cardinal, beaucoup ont pu agir davantage par germanophobie que par réels sentiments francophiles. Aussi, l’arrivée d’un entourage français avec le premier Bourbon risque-t-il d’en désappointer plus d’un. Enfin, au moment du testament de Charles II, ce sont les éléments castillans qui se sont exprimés. Des régions comme l’Aragon ou la Catalogne ont de bonnes raisons économiques ou politiques de préférer un candidat autrichien. L’indépendance acquise au cours du règne du dernier Habsbourg laisse prévoir leur soulèvement au cas où le nouveau pouvoir voudrait attaquer leurs libertés.

108En 1701, il est clair que les Castillans comme les Espagnols des autres Provinces n’accepteront pas de bon gré l’entourage de leur nouveau roi. Cependant, cet entourage n’est pas celui d’une Princesse nouvellement épousée, dont on peut disposer avec indifférence et négligence. Il appartient de plein droit au nouveau roi d’Espagne sous l’autorité duquel il se trouve. Pour autant, doit-on voir en ces Français les conquérants d’un Nouveau-Monde, qui cherchent à faire main-basse sur les richesses de l’Espagne (ainsi que l’Angleterre ou la Hollande en accusaient la France) ? Ou bien des serviteurs officieux et modestes, attachés à celui qui fut duc d’Anjou avant de revêtir le titre de roi d’Espagne ?

Notes

1 C. Hippeau, L’avènement des Bourbons au trône d’Espagne. Correspondance inédite du marquis d’Harcourt, (1875), I, p. xvi-xvii.

2 Joseph Ferdinand, prince électoral de Bavière (1692-1699), fils de Maximilien Electeur de Bavière et de Maria-Antonia, fille de Léopold Ier et de Marguerite-Thérèse de Habsbourg.

3 Sur le rôle du roi Guillaume, A. Crespo Solana, « Guillermo III de Orange y la Sucesión de la monarquía hispánica (1689-1702) », J. M. Bernardo Ares (coord.), La sucesión de la monarquίa hispánica, 1665-1725, I (2006), p. 77-104.

4 Le 13 octobre 1698, la France, l’Angleterre et la Hollande prévoyaient qu’en cas de mort de Charles II, l’Espagne, les Provinces Unies et les colonies seraient accordées au prince Electeur de Bavière ; le Milanais reviendrait à l’archiduc Charles ; et Naples, la Sicile, les présides de Toscane et le Guipúzcoa au Dauphin de France. Ni l’Empereur, ni Charles II n’acceptèrent ce partage, rendu caduque par la mort du prince électeur.

5 SSBL, VII, p. 268-288.

6 AECP, Esp., 85, fol. 79-81, avis du marquis de Villafranca, 8 juin 1700.

7 AECP, Esp., 85, fol. 128 et sv„ lettre de Charles II à Innocent XII (12 juin 1700) et réponse du Pape (6 juillet 1700).

8 Point no 13 du testament de Charles II, J. Contreras Contreras, loc. cit., p. 312. Pour le texte intégral, A. Domínguez Ortiz, El testamento de Carlos II, (1992).

9 Ainsi, Louis XIII épousait, en 1615, Anne d’Autriche, fille de Philippe III, tandis que Marie-Anne, plus jeune, s’unissait à Ferdinand III en 1631 ; Louis XIV épousait Marie-Thérèse en 1661, fille de Philippe IV, pendant que Marguerite-Thérèse, sa petite sœur, épousait son oncle Léopold, en 1666.

10 BNM, mss 11027, fol. 145.

11 BNM, mss. 10818 (13).

12 BNM, mss 10680, fol. 255-277.

13 K. Malettke, « La signification de la Succession d’Espagne pour les relations internationales jusqu’à l’époque de Ryswick (1697) », L. Bely (dir.), La présence des Bourbons en Europe, xvie-xxie siècle, (2003), p. 93-110 ; J. Berenger, « La question de la succession d’Espagne au xvii e siècle », ibid., p. 75 ; du même auteur, « Los Habsburgo y la Sucesión de España », P. F. Albaladedejo (éd.), Los Borbones. Dinastίa y memoria de nación en la España del siglo XVIII, (2001), p. 47-68.

14 J. Berenger, « Une tentative de rapprochement entre la France et l’Empereur : le traité de partage de la Succession d’Espagne du 19 janvier 1668 », Revue d’histoire diplomatique (1965), p. 291-314. Léopold Ier était reconnu légataire universel, à la condition qu’il soit accordé des compensations substantielles au Dauphin (la Navarre, Naples, la Sicile, les Philippines et le cercle de Bourgogne). Texte dans Guerre et Paix dans l’Europe du xviie siècle, (1991), III, p. 54-59.

15 RIA, Esp., I, p. 451-481. Pour l’analyse de ce texte et de la mission d’Harcourt, cf. J. M. Bernardo Ares, « Embajadores influyentes y nobles enfrentados. Las claves sociológicas del problema sucesorio hispánico », A. Guimerá Rabina et V. Peralta Ruiz (coord.), El equilibrio de los Imperios : De Utrecht a Trafalgar, (2005), II, p. 67-84.

16 C. Hippeau, I, p. XLVIII.

17 Voltaire, Siècle de Louis XIV, (éd. 1957), p. 799.

18 L’ambassadeur fit envoyer de France pour la reine des rubans, des perruques courtes à l’espagnole blondes, des bas de soie couleur rose et argent accompagnés de leurs jarretières, des peignes à écaille de tortue etc., C. Hlppeau, I, p. LXXXVI.

19 AECP, Esp., 76, fol. 241, Mémoire sur la succession d’Espagne, rédigé par un Autrichien anonyme (juillet 1695).

20 M.-F. Maquart, Le Réseau français à la Cour de Charles II d’Espagne 1696-1700, Thèse de Doctorat sous la direction de J.-P. Amalric, Université de Toulouse Le Mirail (1999).

21 A. Martin, « Lettres de la marquise de Gudanes, 1693-1695 », Revue Hispanique, 47 (1919), p. 383-541 et A. Morel-fatio, « La marquise de Gudanes, agent politique en Espagne à la fin du xviie siècle », Revue historique, 3 (1891), p. 78-82. Judith-Angélique Le Coutelier fille de Louis le Coutelier, seigneur de Saint-Pater et de Judith de Beringhen, épousa Nicolas Claude Le Jumel, seigneur de Barneville, puis un sieur de Gudanes (Ariège). Un procès pour chantage où elle fut mêlée avec sa fille, et une tentative d’escroquerie sur son gendre, François de la Motte d’Aulnoy, l’obligèrent à s’expatrier, sans doute après 1669. Elle a pu passer à Rome. Stanhope l’accuse dans ses mémoires d’y avoir volé des documents officiels. En 1696, elle se signale à Madrid pour aider les agents français. Elle résida en Espagne jusqu’à sa mort en 1702. Elle y éleva au moins deux de ses petites-filles qui jouirent de pensions de Philippe V. En 1721, Mademoiselle Angélique d’Aulnoy de Barneville demandait l’appui de la France afin de faire exécuter le payement d’une pension octroyée en 1701 à sa grand-mère, décédée en 1702, dont elle est l’héritière (AECP, Esp., 308, fol. 60). En 1722, cependant, Philippe V supprima cette pension.

22 C. Hippeau, I, p. LXXXIV. Son fils aîné, don Filippo, a épousé en 1681 Lorenza de la Cerda, fille du 8e duc de Medinaceli. Ses déboires conjugaux, vers 1680, la menèrent en prison et au couvent. À cette époque, elle se réfugiait souvent à l’ambassade de France où était alors le marquis de Villars.

23 AECP, Esp., 78, fol. 305, Harcourt au roi, 30 avril 1698.

24 C. Hippeau, I, p. CIV.

25 I, p. 92-95, en mai 1698 et I, p. XC.

26 Ibid., I, p.XCIX.

27 I, p. XCVII.

28 AECP, Esp., 79, fol. 204-205, 20 juillet 1698, Harcourt à Louis XIV.

29 L. Ribot García, « La España de Carlos II », Historia de España de Ramón Menéndez Pidal, t. 28, (2000), p. 125, l’auteur parle de la « década de Mariana de Neoburgo » ; A. Carrasco Martínez, « Los grandes, el poder y la cultura politica de la nobleza en el reinado de Carlos II », Studia Historica, 20 (1999), p. 125-136.

30 A. R. Peña Izquierdo, La Casa de Palma..., (2004), p. 258-259.

31 J. M. de Bernado Ares, loc. cit.

32 A. R. Peña Izquierdo, La crisis sucesoria de la Monarqua Espanola. El Cardenal Portocarrero y el primer gobierno de Felipe V (1698-1705), Université Autonome de Barcelone, thèse soutenue le 8 novembre 2005, sous la dir. de Lluís Roura Aulinas, en 4 volumes.

33 A. R. Peña Izquierdo, La Casa de Palma..., (2004), p. 155 et 174.

34 J. M. de Bernardo Ares, « El conde de Oropesa. El antifrancesismo como causa de un proceso político », S. Munoz Machado (éd.), Los grandes procesos de la historia de España, (2002), p. 185.

35 J. M. de Bernardo Ares, « El conde de Oropesa. El antifrancesismo como causa de un proceso político », S. Munoz Machado (éd.), Los grandes procesos de la historia de España, (2002), p. 185.

36 Le cardinal Portocarrero fut un des plus ardents défenseurs du testament en faveur du fils de l’Electeur de Bavière. Mais lorsqu’Oropesa annonça qu’il assumerait lui-même la régence du petit duc de Bavière (7 ans) en cas de mort de Charles II, cela éloigna Portocarrero de cette solution, J. M. de Bernardo Ares, loc. cit., p. 186.

37 T. Egido, « El motín madrileño de 1699 », Investigaciones Históricas, 2 (1980), p. 255-294.

38 J. M. de Bernardo Ares, loc. cit., p. 187.

39 A. R. Pena Izquierdo, op. cit., p. 296. approchant, (il) estimait que ces deux royaumes alliés ensemble ne pourraient jamais recevoir aucune atteinte de tout le reste du monde » (AECP, Esp., 79, fol. 229).

40 AECP, Esp., 84, fol. 207-8.

41 J. Martinez Millan (dir.), La Monarquίa de Felipe II : La Casa del Rey, (2005) ; F. Bouza, « La majestad de Felipe II. Construction del mito real », J. Martinez Millan (dir.), La Corte de Felipe II, (1998), p. 37-72 ; C. Lison Tolosana, La Imagen del Rey. Monarquia, realeza ypoder ritual en la Casa de los Austrias, (1991) ; C. Hofmann, Das Spanische Hofzeremoniell von 1500-1700, (1985) ; J. BROWN et J. H. Elliot, A Palace for a King. The Buen Retire and the Court of Philipp IV, (1980).

42 Il y eut sous Philippe III et Philippe IV les valides duc de Lerma et le comte-duc Olivares. Véritable premier ministre, sa création répondait à un besoin. Le favori aide le roi dans son travail. En général, il s’agit d’un Grand, appuyé par un réseau de privados, ses fidèles. Tout est clientélisme et illustre combien les Grand souhaitaient un des leurs auprès du souverain. C’est aussi une forme de réaction aux règnes de Charles Quint et de Philippe II, qui furent plutôt entourés par des hommes signalés par leur habileté administrative, par leur condition sociale moyenne et par leur expérience antérieure du gouvernement, acquise dans les offices inférieurs de l’administration. Valenzuela fut le dernier grand valido du siècle, ami du jeune Charles II. Il fut renversé en 1679 par D. Juan José, bâtard de Philippe IV, et par la plus haute noblesse de la cour qui voulait garder le pouvoir, F. Benigno, La sombra del rey. Valides y lucha polίtica en la España del siglo XVII, (1994) ; F. Tomas y Valiente, LOS validos en la Monarquia espanola del siglo XVII. Estudio institucional, (1990, 1re éd. 1982).

43 G. Sabatier, « Le Roi caché et le Roi soleil : de la monarchie en Espagne et en France au milieu du xviie siècle », L'Âge d’Or de l’influence espagnole..., (1991), p. 113-124.

44 Pierre Matthieu (1563-1621). Cet auteur a écrit une Histoire mémorable des guerres entre les deux nations de France et d'Autriche (1599).

45 « Exerçant ici-bas une fonction toute divine, nous devons paraître incapables des agitations qui pourraient la ravaler », Louis XIV, Mémoires pour l’instruction du Dauphin, (1992), p. 155.

46 J. M. Apostolides, Le Roi-Machine. Spectacle et Politique au temps de Louis XIV, (1981).

47 N. ELIAS, La société de Cour, (1985, rédigée en 1933) ; J.-F. Solnon, La Cour de France, (1985) ; E. Le Roy Ladurie, SaintSimon ou le système de la Cour, (1997) ; G. Sabatier, Versailles ou la figure du roi, (1999).

48 Le moment où le roi mange en public constitue le point d’orgue du rituel monarchique français, partout imité en Europe, au point d’apparaître comme le cérémonial-type conférant à celui qui le pratique le statut de souverain. Cf. Catalogue de l’exposition : Versailles et les tables royales en Europe xviie -xixe siècle, Musée national des châteaux de Versailles et Trianon, 3 novembre 1993-27 février 1994.

49 Louis XIV, Mémoires..., (1992), p. 135.

50 Louis XIV écrivait au Dauphin : « Ceux-là s’abusent lourdement qui s’imaginent que ce ne sont là que des affaires de cérémonie. Les peuples sur qui nous régnons ne pouvant pénétrer le fond des choses, règlent d’ordinaire leurs jugements sur ce qu’ils voient au-dehors, et c’est le plus souvent sur les préséances et les rangs qu’ils mesurent leur respect et leur obéissance », Mémoires..., (1992).

51 J. P. Le Flem, « La monarchie politique. Le roi en ses royaumes : II. Les outils de la monarchie. Les institutions politiques », Les monarchies espagnole et française du milieu du xvie siècle à 1714, (2000), p. 110-120.

52 J. H. Elliot, « A Europe of Composite Monarchies », Past and Present, 137 (1992), p. 48-71 ; C. Hermann et J. Marcadé, Les Royaumes ibériques au xviie siècle, (2000).

53 J. Arrieta Alberdi, El Consejo supremo de la Corona de Aragon (1494-1707), (1994).

54 Il y a aussi des vice-rois à Naples, en Sicile et en Sardaigne, en Nouvelle-Espagne et au Pérou. La Navarre dans la couronne de Castille en a aussi un.

55 F. Tomas y Valiente, Gobierno e instituciones en la España del Antiguo Régimen, (2e éd. 1999).

56 J. F. Labourdette, Philippe V, (2001), p. 60.

57 SSBL, VIII, p. 149, n. 4. Janine Fayard a étudié la composition du Conseil de Castille, tel qu’il se présente au milieu du xviie siècle, dans Les membres du Conseil de Castille à l’époque moderne 1621 1746, (1979).

58 B. Bennassar, « Les hommes du roi en Espagne », A. Stegmann, Pouvoir et Institutions en Europe au xvie siècle, (1987), p. 89-95.

59 SSBL, VIII, p. 152-153 ; F. Barrios, El Consejo de Estado de la Monarqua española, (1984).

60 J. A Escudero-López, LOS secretarios de estado y del despacho : (1474-1724), (1976, 1re éd., 1969), chap. 4 : « Desarollo y crisis del sistema polisinodial : los últimos Austrias ».

61 B. Barbiche, Les Institutions de la monarchie française à l’époque moderne, (2000) ; R. Mousnier, Les Lnstitutions de la France sous la monarchie absolue, (1980).

62 M. Antoine, Le Conseil du Roi sous le règne de Louis XV, (1970), p. 44.

63 SSBL, VII, p. 253. J. Fayard, « La tentative de réforme du Conseil de Castille sous le règne de Philippe V (1713-1715) », Mélanges de la Casa de Vélasquez, 2 (1966), p. 259-281.

64 H. de Lucay, Les origines du pouvoir ministériel en France. Les Secrétaires d’Etat depuis leur institution jusqu’à la mort de Louis XV, (rééd. 1976, 1re éd. 1881).

65 A. Smedley-Weil, Les Intendants de Louis XIV, (1995) ; M. Antoine, « Genèse de l’institution des intendants », Journal des Savants (1982), p. 283-317. Maintenus en moyenne 6 années dans une province avant d’être envoyés ailleurs, ils ont le temps d’en bien connaître la nature, les capacités financières, ainsi que la valeur des officiers locaux, mais ne restent pas suffisamment longtemps pour tisser des liens solides et établir des complicités locales.

66 P. Garcia Trobat et J. Correa, « Centralismo y administración : los intendentes borbónicos en España », Quaderni Fiorentini 26, (1997), p. 19-54 ; D. Ozanam, « Les intendants espagnols de la première moitié du xviiie siècle, 1700-1749 », Lesfigures de l’administrateur. Lnstitutions, réseaux, pouvoirs en Espagne, en France et au Portugal, 16e -19e siècle, (1997), p. 181-199 ; F. Abbad et D. Ozanam, Les intendants espagnols du xviiie siècle, (1992) ; H. Kamen, « El establecimiento de los intendentes en la administración espanola », Hispania, 95 (1964), p. 368-395.

67 D. Nordman, Frontières de France. De l’espace au territoire, xvie -xixe siècles, (1998).

68 Dans ce domaine, la politique royale ne fut jamais de les abolir ou de les unifier ; le but était plutôt d’y insérer l’autorité royale. Les privilèges sont une affaire du roi et non de l’État et permet au monarque de maintenir des liens personnels avec les différentes composantes de son royaume, D. Richet, La France moderne : l’esprit des institutions, (1980, 1re éd. 1973).

69 L’usage des patois ne constitue pas une entrave à l’unité du royaume. La diffusion du français comme langage administratif dans les couches supérieures et moyennes de la société provinciale reste le signe des progrès de l’État et de la centralisation monarchique.

70 Les pays d’Etat sont des Provinces qui ont conservé, après leur rattachement à la couronne, des assemblées représentatives, les États provinciaux. Les pays d’élections relèvent directement du roi pour les questions fiscales.

71 Selon Colette Beaune, le maintien des particularismes n’entrave pas la cohésion nationale. Dès le xve siècle, la politique et la propagande ont organisé la naissance de la « Nation France », par la mobilisation de l’histoire, du sacré et de la généalogie de la royauté, comme autant de signes de l’unité française. Cf. Naissance de la Nation France, (1985) et L. Barbey, Etre roi. Le roi et son gouvernement de Clovis à Louis XVI, (1992). En même temps, l’unification se fait lentement et concerne essentiellement l’appareil d’Etat ou les couches supérieures de la société. Le menu peuple pour sa part continue à vivre au rythme de ses us, coutumes et traditions, P. Goubert et D. Roche, Les Français et l’Ancien Régime, (1984).

72 H. Kamen, Spain in the later seventeenth century, 1665-1700, (1980), p. 1-12. Cet auteur estime que la fragmentation du territoire espagnol va de pair avec une absence d’idée de nation.

73 R. Garcia Cárcel, Felipe Vy los Españoles, (2003), p. 11-12.

74 F. Fernandez Armesto, « Visiones del fin del siglo xvii en España », R. Carr (dir.), Visiones de fin de siglo, (2002), p. 65-92. B. Bennassar, La España de los Austrias (1516-1700), (2000, 1re éd. 1985), p. 200 : « El drama de la liltima generación del siglo XVII fue que no le quedaban modelos a los que admirar... » ; R. Garcia Carcel et R. M. Alabrus Iglesias, España en 1700, ¿Austrias o Borbones ?, (2001), p. 7.

75 A. Dominguez Ortiz, Crisisy deeadeneia en la España de los Austrias, (1973).

76 V. Palacio Atard, Derrota, agotamientoy deeadeneia en la España del siglo XVII, (1987, 1re éd. 1949) ; L. Taxonera, Felipe V, fiundador de una disnatiay dos veces rey de España, (1942).

77 H. Kamen, « The decline of Spain : a Historical Myth ? », Past and Present, 81 (1978), p. 24-50.

78 R. Quatrefages, « Le système militaire des Habsbourg », C. Hermann (coord.), Le Premier Âge de l’État en Espagne (1450-1700), (2001, 1re éd. 1989), p. 341-379 ; J. P. Le Flem, « Les armées en péninsule ibérique durant la guerre de Succession d’Espagne (selon les Comentarios du marquis de San Felipe) », La présence des Bourbons en Europe, xvie -xxie siècle, (2003), p. 128-131.

79 H. Kamen, « The Recovery of the Economy », Spain in the later seventeenth century, 1665-1700, (1980), p. 67-112.

80 J. Regla, Els virreis de Catalunya, (1980), insiste sur la régénération économique des années 1680 ; P. Vilar, La Catalogne dans l’Espagne Moderne, (thèse en 3 vol., 1962), a travaillé sur cette « bourgeoisie » catalane ; H. Kamen, « El Fénix de Cataluna : la obra renovadora de Feliu de la Peña », Estudis, 1 (1972), insiste sur l’alliance du groupe catalan avec les commerçants anglo-hollandais ; J. Lynch, España bajo los Austrias, (1972), ou A. Dominguez Ortiz, Crisis y deeadeneia en la España de los Austrias, (1973), insistent sur l’opposition entre l’aristocratie gouvernante et l’oligarchie de la périphérie espagnole ; R. Garcia Carcel, Historia de Cataluna. LossiglosXVI-XVII, (1985), étudie la caste que forme l’oligarchie marchande catalane ; J. Danti, Aixecaments catalans als països catalans, (1990), met en évidence une opposition interne catalane entre les campagnes, les oligarchies locales et l’oligarchie barcelonnaise ; J. Albareda, Els catalans i Felip V, de la conspiració a la revolta (1701-1705) (1993), explore les oppositions internes catalanes durant la Guerre de Succession ; P. Molas, Cataluna y la Casa de Austria, (1996), offre une description de la petite noblesse marchande introduite dans les postes de magistrature ; J. Torras I Ribé, La guerra de successió i els setges de Barcelona (1697-1714), (1999) et E. Lluch, L’Alternativa catalana : 1700-1714-1740, (2000), se sont penchés sur la sociologie des Catalans pro-autrichiens durant le règne du premier Bourbon.

81 E.W. Dahlgren, Les relations commerciales et maritimes entre la France et les côtes de l’Océan Pacifique. Vol. 1 : Le commerce de la Mer du Sud jusqu’à la paix d’Utrecht, (1909), p. 33 ; P. Chaunu, « L’Espagne au tournant du xviiie siècle », Revue d’Histoire Économique et Sociale, 39 (1961), p. 383-388.

82 H. Kamen, « The Commercial System », Spain in the later seventeenth century, 1665-1700, (1980), p. 113-152.

83 J. D. Muñoz Rodriguez, « Cuando el rey se hace presente. El Superintendente como elemento racionalizador en la recaudación fiscal castellana (1682-1700) », F. J. Aranda Pérez (coord.), La declinación de la Monarqua Hispάnica en el siglo XVII, (2004) ; L. Ribot Garcia, « ¿ Un Reinado reformista ? », Historia de España de Ramón Menéndez Pidal, t. 28, (2000), p. 163-178.

84 C. Hermann et J. P. Le Flem, « Les Finances », C. Hermann (coord.), Le Premier Âge de l’État en Espagne (1450-1700), (2001, 1re éd. 1989), p. 301-340.

85 J. Pérez-Magallon, Construyendo la modernidad, la cultura española en el « tiempo de los novatores » (1675-1725), (2002).

86 H. Kamen, « The Years of Crisis », Spain in the later seventeenth century, 1665-1700, (1980), p. 357-378.

87 C. Sanz Ayan, Los banqueros de Carlos II, (1988).

88 Louis XIV explique le choix de cette devise dans ses Mémoires, (1992), p. 137.

89 En Castille, les difficultés de circulation sont très grandes en raison de la géographie et s’ajoutent aux pesanteurs sociales pour faire obstacle au contrôle du territoire par les agents des pouvoirs politiques ou religieux. Pour les routes de France, G. Livet, « La route royale et la civilisation française de la fin du xve au milieu du xviie siècle », G. Michaud (dir.), Les Routes de France depuis les origines jusqu’à nos jours, (1959), p. 57-100. À partir de 1669, les intendants sont assistés d’un commissaire des ponts et chaussées.

90 Démographiquement, l’Espagne est en perte de vitesse. Bartolomé Bennassar situe les débuts de ce phénomène à la grande peste de 1597-1602, à laquelle s’ajoute la perte causée par l’expulsion des morisques (1609-1614), La España de los Austrias, (2000), p. 209. Il y a aussi les pestes de 1647-1652 et de 1676-1685. Néanmoins, si la Castille souffre d’une baisse démographique, les régions périphériques sont beaucoup plus dynamiques en ce domaine à la fin du xviie siècle. Pour un état de la question, cf. A. Molinie-Bertrand, « Le nombre des hommes. La saisie de l’espace », C. Hermann (coord.), Le Premier Âge de l’État en Espagne (1450-1700), (2001, 1re éd. 1989), p. 271-300.

91 J. A. Lynn, Giant of the Grand siècle : the french army (16101715), (1998).

92 A. Corvisier, Histoire militaire de la France. I : Des origines à 1715, (1992), chap. XVI : « Louis XIV, la guerre et la naissance de l’armée moderne », p. 383-414 ; chap. XVII : « La France et les guerres de Louis XIV, 1661-1697 », p. 415-448.

93 AECP, Esp., 119, fol. 215 et sv. : « Méthode pour la régie des finances ».

94 Ce à quoi Jean-Frédéric Schaub s’est employé dans La France espagnole. Les racines hispaniques de l’absolutisme français, (2003).

95 H. Mechoulan, « L’Espagne dans le miroir des textes français », L’État baroque. Regards sur la pensée politique de la France du premier xviie siècle, 1610-1652, (1985), p. 421-446 ; M. Bareau, L’univers de la satire anti-espagnole en France de 1590 à 1660, (1969) ; A. Capitaine, Représentations de l’Espagne et des Espagnols dans la France du xvie siècle (vers 1500vers 1620), (1995) ; P. Chaunu, « Imagologie : la légende noire antihispanique », Retrohistoire : racines et jalons, portraits et galeries, (1985), p. 853-888.

96 A. Cutierrez, La France et les Français dans la littérature espagnole. Un aspect de la xénophobie en Espagne (1598-1665), (1977).

97 F. Bluche, Louis XIV, (1986), p. 653.

98 La légende noire consiste en une vision négative de la politique espagnole. Elle est fondée sur les massacres commis durant la conquête des Indes Occidentales et dénoncés par le dominicain Bartolome de Las Casas (1474-1566). Elle repose aussi sur la réputation de fanatisme et de cruauté de Philippe II et est répandue par l'Apologie de Guillaume d’Orange, publiée en 1582 et par les Relations d’Antonio Pérez, imprimées à Londres en 1594. La légende noire est diffusée en Europe par la propagande anglaise, sous le règne d’Elisabeth Ire et par les écrits des protestants des Provinces-Unies. J. Juderías, La leyenda negra. Estudios acerca del concepto de España en el extranjero, (1914, éd. de 1997) ; S. Arnoldson, « La Leyenda Negra. Estudios sobre sus origenes », Actas Universitatis Gothoburgensis, GG (1960) ; R. García Carcel, La leyenda negra. Historia y opinion, (1998) ; M. Molina Martínez, La Leyenda Negra, (1991).

99 J. F. Schaub, op. cit., (2003), p. 136 et sv. ; Μ. P. Suarez, « La literatura de combate », M. Boixareu et R. Lefere, La historia de España en la literatura francesa. Una fascinacion, (2002), p. 181-193.

100 B. et L. Bennassar, Le voyage en Espagne : anthologie des voyageurs français etfrancophones du xvie au xixe siècle, (1998), p. V ; H. Mechoulan, loc. cit., p. 424.

101 A. Y. Haran, L’Espagne dans l’imaginaire français du xviie siècle : entre idéalisation et démonisation, xviie siècle, 195 (1997), p. 307-310 ; J. F. Schaub, op. cit., (2003), p. 146, p. 137 et 149.

102 J. M. Jover, 1635. Historia de una polémicay semblanza de una generación, (1949).

103 C. Garcia, La oposición y conjunción de los dos grandes Luminares de la Tierra o la Antipata de Francesesy Españoles (1617), éd. M. Bareau, (1979).

104 J. F. Schaub, op. cit., (2003), p. 161-162 et 166. Pour Carlos Garcia, l’évocation de tout ce qui sépare les Français des Espagnols fonctionne comme le faire-valoir des mariages de 1615, leur conférant la sacralité d’un miracle politique. François La Mothe le Vayer, mettant sa plume au service de Richelieu, pille l’ouvrage de Garcia et renoue avec les tours polémiques de la fin du xvie siècle.

105 A. Y. Haran, loc. cit., p. 315.

106 J. F. Schaub, op. cit., (2003), p. 153-154. Cela apparaît dans un écrit tel que LXXLV Raisons qui prouvent plus clair que le jour que la Renonciation de la Reyne de France est nulle, s.a, s.l., s.d, ou Tratado de los derechos de la Reyna Christianissima sobre varies Estados de la Monarquίa de España, Paris, 1667.

107 J. del Agua, « Prejuicios recíprocos francoespañoles », Cuentay Razón (1982), p. 27-36.

108 S. de Covarrubias, Tesoro de la lengua Castellana Espanola, (1611, rééd. de 1978), cité par J. Montemayor, « Les Français à Tolède au xviiie siècle », J.-P. Amalric, G. Chastagnaret et al., Les Français en Espagne à l’époque moderne (xvie -xviiie siècles), (1990), p. 71.

109 BNM, mss 2578, fol. 200-223, Repuesta de un gentilhombre retirado de la Corte... (1701).

110 BNM, mss. 10910, f. 94 v°, Carta del duque de Medinaceli. « Ne nous rendons pas les esclaves volontaires de la France. Si maintenant, avec toutes nos possessions nous ne pouvons lui résister ni nous libérer de sa tyrannie, que pourrons nous en attendre, quand elle nous aura réduits à une misérable ruine ? [...] Je donnerai mille vies avant d’être contraint à cet infâme avis de reconnaître le joug de la France », cité par J. M. Bernardo Ares, « Embajadores influyentes y nobles enfrentados... », (2005).

111 BNM, mss 2569, Miscelaneas Historicas Politicas, fol. 265, 269 v°, 270 et 274.

112 BNM, mss 10818 (13), Papel escrito al conde de Montijo de el Consejo de Estado..., (sd.), 33 fol. : « Que V. E. compare le procédé des Allemands avec celui des Français et elle verra la différence... », fol. 24 v°.

113 BNM, mss 10818 (13), Papel escrito al conde de Montijo de el Consejo de Estado..., (sd.), 33 fol. J. Guidi, « Vivacità française et gravita espagnole : la casuistique du comportement, et son évolution, dans le Livre du courtisan », E. Baumgartner, A. Fiorato et A. Redondo (éd.), Pro blèmes interculturels en Europe, xve -xviie siècle, (1998), p. 105-114.

114 A. Gutierrez, op. cit., (1977), p. 30, 69, 77 et 89.

115 J. M. Losada Goya, Bibliographie critique de la littérature espagnole en France au xviie siècle (1999), cité dans J. F. Schaub, op. cit., (2003), p. 108, n. 4. Alexandre Cioranescu s’est illustré par ses études sur la présence littéraire espagnole en France du début du xviie siècle au milieu du xviiie siècle. Cf. Bibliografίa francoespañola, 16001715, (1977) et Le Masque et le Visage. Du baroque espagnol au classicisme français, (1983). C. Mazouer (dir.), L’âge d’or de l’influence espagnole. La France et l’Espagne à l’époque d’Anne d’Autriche 1615-1666, (1991) ; P. Hazard, « Ce que les lettres françaises doivent à l’Espagne », Revue de Littérature Comparée, 16 (1936), p. 5-22.

116 S. Collet Sedola, « L’étude de l’espagnol en France à l’époque d’Anne d’Autriche », L’Âge d’Or de l’influence espagnole..., (1991), p. 39-51.

117 César Oudin fut le grand hispanisant de l’époque. Interprète officiel de la cour, il publia en 1596, une grammaire plusieurs fois rééditée, jusqu’en 1619. En 1607, il fit imprimer son Thrésor des deux langues française et espagnolle. Jean Saulnie fut son continuateur, en écrivant l’Introduction en la langue espagnolle par le moyen de la française puis, en 1635, sa Nouvelle Grammaire italienne et espagnolle par le moyen de la Française. Ces entreprises furent poursuivies par Jean Daujat, auteur d’une Grammaire espagnole abrégée en 1644, et par Claude Lancelot et sa Nouvelle Méthode pour apprendre facilement et en peu de temps la langue espagnole, de 1660, B. et L. Bennassar, Le voyage en Espagne..., (1998), introduction, p. IV.

118 Des travaux récents accordent à Don Quichotte le statut de père de tous les romans et aux Nouvelles exemplaires celui de modèle de la nouvelle française. Des codes narratifs issus de la novela espagnole ont aussi été introduits dans la France du xviie siècle. Des emprunts typographiques sont même prônés, ainsi Ronsard aurait souhaité l’adoption du n tilde (ñ) en lieu et place du gn français, J. F. Schaub, op. cit., (2003), p. 107-108.

119 Il est à noter que le Cid, inspiré par la littérature espagnole fut réalisé l’année même de Corbie (1636), quand Louis XIII ne pouvait plus chasser du côté de Compiègne de crainte de tomber entre les mains des Espagnols.

120 J. F. Schaub, op. cit., (2003), p. 123.

121 Ainsi, le maréchal de Bassompierre, ambassadeur auprès de Philippe III, laissa des mémoires, en 1621, en ce sens (Ambassade en Espagne en l’an 1621, 1668). Gabriel Naudé, qu’on ne peut qualifier de dévot, signale lui-aussi l’impératif de la solidarité chrétienne qui voudrait qu’on s’unisse contre l’islam (Bibliographie politique de Monsieur Naudé, 1642). Tandis que Jean-Pierre Camus, évêque de Belley, bien que proche de Richelieu, n’en multiplie pas moins ses hommages à l’Espagne dont il admire la vertu orthodoxe qu’il souhaite voire intégrée par le roi de France (Le Cléoreste, Histoire française-espagnolle representant le tableau d’une parfaite divinité, 1626).

122 A. Y. Haran, loc. cit., xviie siècle, 195 (1997) ; J. F. Schaub, op. cit., (2003), p. 162-163.

123 J. F. Schaub, op. cit., (2003), p. 320. T. Lhermitte de Soliers, La France espagnole, (1659).

124 Le portrait moral que Ernest Lavisse fait de Louis XIV est, en ce sens, symptomatique. Il commence ainsi : « Il était de France, mais d’Espagne tout autant et même davantage », Louis XIV, I, (rééd. de 1978), p. 133. Sur cette analogie à laquelle ont procédé des auteurs du xixe siècle, cf. J.-F. Schaub, op. cit., (2003), 1re partie.

125 J. F. Schaub, op. cit., (2003), p. 106, cite Alexandre Y. Haran qui estime qu’une historiographie « plus sensible à la présence de motifs issus du discours politique espagnol dans la formation de l’absolutisme français, a quelque chance de modifier le regard porté à la fois sur la nouveauté française et sur l’échec espagnol ». Le colloque intitulé, Louis XIV espagnol ? Madrid et Versailles. Images et modèles. Colloque international, 21, 22 et 23 octobre 2004, a été réalisé dans cette optique. Les actes ne sont pas encore publiés, mais les allocutions de G. Sabatier, « Un héritage espagnol à Versailles ? », de J.-F. Schaub, « L’Espagne dans la culture politique de Louis XIV » et de S. Edmond, « Le messianisme de Louis XIV, un modèle espagnol ? », doivent être consultées.

126 J. F. Schaub, op. cit., (2003), p. 292, p. 306, p. 239-244.

127 P. Burke, La fabricación de Luis XIV, (2003), p. 170.

128 J. F. Dubost, « La Cour de France face aux étrangers : la présence espagnole à la Cour des Bourbons au xviie siècle », Las Cortes de España y de Francia en el siglo xvii, Colloque du 26-28 novembre 2001 à la Casa de Velázquez.

129 Raymond Fouché-Delbosc démontre que des récits de voyages d’Espagne ont connu un véritable succès de librairie, Bibliographie des voyages en Espagne et au Portugal, (1896). Parmi les titres les plus connus, nous avons noté R. A. de Bonecase, Relation de Madrid ou remarques sur les mœurs de ses habitants, (1665) ; A. de Brunel, Voyage d’Espagne, (1666) ; F. Bertaut, Relation d’un voyage d’Espagne où est exactement décrit l’état de la Cour de ce royaume et de son gouvernement, (1668) ; J. Carel de Sainte Garde, Mémoires curieux envoyés de Madrid, (1670) ; Madame d’Aulnoy, La Cour et la ville de Madrid vers la fin du xviie siècle, (1679) ; L. Barrau-dihigo, « Voyage du P. François de Tours en Espagne et en Portugal (1698-1700) », Revue Hispanique, 53 (1921), p. 469-549 ; Villars, Mémoires, coll. Petitot, 1826-1829.

130 Pour une réflexion sur le sens des récits de voyage en Espagne au xviie siècle, C. Maqueda, « La Corte espanola del barroco, vista por los extranjeros », Las Cortes de Españay de Francia en elsiglo xvii, Colloque du 26-28 novembre 2001 à la Casa de Velazquez ; J.-E Schaub, « Des voyageurs en Espagne ou la découverte du connu », op. cit., chap. 4, (2003), p. 173-215 ; J. M. Díez Borque, La sociedad espanola y los viajeros del siglo xvii, (1975) ; G. Atkinson, Les relations de voyages du xviie siècle et l’évolution des idées, (1924, rééd. 1972). Le travail d’A. Alvarez, « El viaje de Espafia. Papel de los viajeros franceses por España en la formación del estereotipo de lo español », Université de Alcala de Henares, (1999) est indispensable pour cette réflexion et offre une analyse approfondie et originale sur ce thème, du xvie au xviiie siècle. Nous recommandons aussi la lecture de la thèse de cet auteur, soutenue le 13 octobre 2006, intitulée « Los embajadores de Luis XIV en Madrid y el imaginario de lo español en Francia (1660-1700) », Institut Universitaire Européen de Florence.

131 J. Sarraihl, « Voyageurs français au xviiie siècle, de l’abbé de Veyrac à l’abbé Delaporte », Bulletin Hispanique, 36 (1934), p. 68.

132 J. F. Schaub, op. cit., (2003), p. 20.

133 Quelques érudits et politiques connaissent et parlent le français aux xviie siècle. Mais, selon A. Gutierrez, les Espagnols « maltraiteront notre langue par la plume et la parole tout au long du siècle », op. cit., (1977), p. 130. Cf. dans cet ouvrage, la seconde partie, chap. 1 : « Indifférence et intérêt envers la langue française », p. 129-145.

134 P. Sanz Camañes, « La colonia francesa en Aragon a finales del reinado de Carlos II », J. M. Bernardo Ares (coord.), La sucesión de la monarqua hispάnica, 1665-1725, t. 1 (2006), p. 277-304 ; X. Torres Sans, « Los sin papeles y los otros. Inmigraciones francesas en Cataluña (siglos xvi-xvil) », M. Pimentel (coord.) Mediterrάneo económico : procesos migratorios, economa y personas, (2002), p. 347-361 ; R. Duroux, « Un hôpital pour étrangers en Espagne. Saint-Louis-des-Français », Lieux d’hospitalité : hospice, hôpital, hostellerie. Études réunies par Alain Montandon, (2001), p. 87-111 ; M. Zylberberg, Une si douce domination. Les milieux d’affaires français et l’Espagne vers 1780-1808, (1993), malgré le titre, l’auteur offre une riche synthèse des relations franco-espagnoles depuis le xviie siècle ; C. Langé, La inmigración francesa en Aragon (siglo XVI y primera mitad del xvii), (1993) ; C. Larquié, « Les Français à Madrid dans la deuxième moitié du xviie siècle », Les Français en Espagne à l’époque moderne (xvie -xviiie siècles), (1990) ; J. A. Salas Ausens, « La inmigración francesa en Aragon en la Edad Moderna », Estudios, 85/86 (1986), p. 51-77 ; A. Poitrineau, « La inmigración francesa en el reino de Valencia (siglos xvie-xixe) », Moneday Credite, 137 (juin 1976), p. 103-133 ; D. Alcouffe, « Contribution à la connaissance des émigrés français de Madrid au xviie siècle », Mélanges de la Casa de Velazquez, 2 (1966), p. 179-198 ; J. Perrel, « L’émigration baslimousine en Espagne aux xviie et xviiie siècles », Actes du 88e Congrès national des Sociétés savantes, (1964), p. 709-729 ; R. Ternois, « Les Français à Madrid après le traité des Pyrénées », Espagne et littérature française, (1962), p. 61-73 ; J. Nadal et E. Giralt, Lapopulation catalane de 1553 à 1717. L’immigration française et les autres facteurs de son développement, (1960) ; M. Trillat, « L’émigration de la Haute-Auvergne en Espagne du xviie au xviiie siècle », Revue de la Haute-Auvergne, 34 (1955), p. 257-294 ; J. Mathorez, « Notes sur les Espagnols en France, depuis le xvie siècle jusqu’au règne de Louis XIII », Bulletin hispanique, 16 (1914), p. 337-371 ; Id., « Le mouvement de la pénétration des Espagnols aux xvie et xviie siècles », Bulletin hispanique, 34 (1932), p. 27-51.

135 A. Domínguez Ortiz, los extranjeros en la vida española durante el siglo XVII y otros artίcules, (1996), p. 76-77 et 84-85.

136 D. Alcouffe, loc. cit., p. 187.

137 J. Nadal et E. Giralt, op. cit., (1960), p. 132.

138 A. Domínguez Ortiz, loc. cit., (1996), p. 75-76.

139 P. Sanz Camanes, loc. cit., (2006), p. 279.

140 A. Domînguez Ortiz, loc. cit., (1996), p. 82 et P. Sanz Camanes, loc. cit., (2006), p. 294.

141 BNM, mss. 11005, La Francia conturbante. Discurso poltico e histórico sobre los excesosy ardides de que se valen los franceses para los adelantamientos de su Reino, P. Sanz Camañes, loc. cit., (2006), p. 287.

142 A R. Peña Izquierdo, op. cit., p. 283, et A. Espino López, « La publicística y la guerra de opinión. El caso catalán durante la guerra de los nueve años, 1689-1697 », Studia Histórica, 14 (1996), p. 177-178.

143 Ibid., p. 284. « La cruelle dominacion étrangère s’est introduite jusque dans les vêtements, dans le langage et dans la manière d’éduquer leurs fils, essayant l’impossible, c’est-à-dire de transformer leur nature profonde par ces signes extérieurs ».

144 E Lopez, « Ce qu’une Espagne a attendu de la France, de la fin du xviie siècle à l’époque des Lumières », J. R. Aymes (éd.), La imagen de la Francia en España durante la segunda mitad del siglo xviii, (1996), p. 15-28.

145 San Felipe, Commentarios, p. 9. Le duc d’Escalona à Louis XIV, 29 novembre 1700, C. Hippeau, II, p. 318. Dans AECP, Esp., 79, fol. 488, se trouve une lettre du 27 novembre, du même au même, où Escalona témoigne de « son particulier ravissement » de l’avènement du duc d’Anjou et de son « entière soumission » au roi de France.

146 Marie-Louise eut auprès d’elle Lazare André qui jura sa place de cuisinier en 1680 et mourut à Madrid en 1686 ; Jean Frayer, qui jure sa place en 1684 et Gaspard Rebufa, en 1686. Ce dernier est encore à Madrid en 1702. Nicolas Vigo arrivé en 1686 retourne en France en 1689, après la mort de la reine, M. del C. Simón Palmer, La cocina de Palacio 1561-1931, (1997), p. 166.

147 AEMD, Esp., 73, « Anecdotes sur le mariage et sur la mort de la reine d’Espagne, Marie-Louise d’Orléans, première femme de Charles II roi d’Espagne », fol. 167 v°.

148 Ibid., fol. 182 v°.

149 Ibid., fol. 185. Fol. 225, le 27 septembre 1685, Feuquière raconte que le roi et la reine se promenaient en carrosse quand ils entendirent tous deux crier à la portière : « Viva el Rey y mueran todos los franceses desde el primero hasta el postrero ».

150 Elle épouse Antonio de Aathora Ortiz et s’installe à Madrid. Tous deux sont présents en 1701 au moment de l’arrivée de Philippe V. Ortiz est alors guardajoya de la reine, AECP, Esp., 97, fol. 116 v°, Montviel à Torcy, juillet 1701.

151 AEMD, Esp., 73, fol. 202. Fol. 259, en 1689, dans le testament de Marie-Louise sont cités Françoise Nicole Quentin, Suzanne du Pierroy, Marguerite du Pierroy, Noircourt, Verdier son apothicaire, Marie Anne Mijon, ses cuisiniers, le docteur Franchin, maître Lucas, et une femme du nom de Marguerite.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search