Version classiqueVersion mobile

Les Français de Philippe V

 | 
Catherine Désos

Introduction

Texte intégral

1En novembre 1700, le duc d’Anjou, deuxième petit-fils de Louis XIV, succédait au dernier Habsbourg sur le trône d’Espagne. Tel fut le grand événement, si riche de conséquences, qui marqua l’entrée de l’Europe dans le xviiie siècle.

2Non seulement l’Espagne et la France, mais l’Empire, l’Angleterre, la Hollande, le Portugal, la Savoie et les Etats italiens, se trouvèrent impliqués dans ce changement dynastique. Cet accroissement formidable de la puissance des Bourbons devenait une nouvelle source d’inquiétude pour leurs voisins, qui soupçonnaient le roi de France d’aspirer à la « monarchie universelle ». Ce fut le point de départ de la Guerre de Succession, qui ne devait trouver sa conclusion que quinze longues années plus tard, aux traités d’Utrecht puis de Rastadt, changeant ainsi radicalement le visage de l’Europe tant au plan politique qu’économique. Le côté strictement militaire de cette période est assez largement connu. Il a inspiré de multiples publications savantes et n’a cessé de retenir l’attention des historiens depuis le xviiie siècle jusqu’à nos jours. L’aspect diplomatique des rapports entre ces diverses puissances a aussi donné lieu à d’importantes investigations, en raison de la masse de documents laissés par les différentes secrétaireries en charge des affaires étrangères et précieusement conservés dans les dépôts d’archives. Un grand nombre fut édité aux xviiie et xixe siècles.

3Pour autant, le règne de Philippe V, premier Bourbon d’Espagne, est longtemps resté un thème historique peu étudié, tant chez nos voisins espagnols qu’en France. Peut-être la double nationalité de ce souverain a-t-elle freiné les bonnes volontés en donnant l’impression qu’une facette de sa personnalité serait toujours laissée dans l’ombre. Sans doute aussi, a-t-on eu du mal à voir dans son règne autre chose qu’une période transitoire entre un xviie siècle tout autrichien, et une seconde moitié du xviiie siècle dominée par Charles III, souverain « éclairé » des Espagnes. Il est vrai enfin que la monumentale thèse réalisée par Alfred Baudrillart, entre 1890 et 1901, sur les relations diplomatiques entre Philippe V et la cour de France, de par son immense érudition et le souci d’exploitation exhaustive des documents employés, a semblé avoir épuisé le sujet. Cet ouvrage s’est d’ailleurs élevé, au fil du temps, au rang de véritable source historique.

  • 1 J. F. Schaub, La France espagnole. Les racines hispaniques de l’absolutisme français, (2003), p. 83

4Cependant, avec l’historiographie dont il disposait, Baudrillart offre une réflexion qui a pour fondement essentiel la rhétorique de l’opposition entre les deux monarchies. Pour lui, en 1700, la France a pour vocation de sortir l’Espagne de la ruine. Dans cette perspective, le constat de l’écart qui sépare les deux mondes français et hispanique permet à cet auteur de faire porter l’accent sur la capacité de l’un à déterminer l’avenir de l’autre1. Si l’apport de Baudrillart demeure immense et inégalé, il n’en reste pas moins qu’en le lisant, on garde l’impression d’avoir affaire à un dialogue tronqué, dans lequel seul l’interlocuteur français parlerait d’abondance, tandis que l’espagnol ne répondrait que par des monosyllabes insignifiantes.

5Le règne de Philippe V a toujours donné lieu à quelques publications sur tel ou tel point, au cours du xxe siècle, dont certaines très remarquées, comme la thèse qu’Yves Bottineau consacra, en 1962, à l’art de Cour sous ce roi, mais c’est surtout depuis une quinzaine d’années que la recherche s’est renouvelée tant dans ses sujets que dans ses méthodes.

6Ce regain d’intérêt a été encore davantage perceptible au moment du tricentenaire de l’avènement du Premier Bourbon. En 2000 et 2001, eut lieu toute une série de colloques, en Espagne surtout. Même si certaines des publications qui s’ensuivirent eurent parfois tendance à se répéter, elles ont permis que soient révélés les chantiers entrepris pour redécouvrir des pans entiers du règne. Grâce à de nouveaux questionnements, l’époque de Philippe V reprenait son véritable sens dans le cours de l’histoire de l’Espagne, tandis que des domaines aussi divers que l’art, l’économie, l’administration, l’armée, le commerce, la marine, le personnel politique ou la société de Cour bénéficiaient de nouvelles explorations.

7Pour ne pas couper d’un seul coup Philippe V de ses racines, une maison française, constituée d’une soixantaine de personnes, passait les Pyrénées avec lui. Elle rassemblait en elle les différents services dont voulait s’entourer le roi, non en tant que souverain d’Espagne, mais en tant que prince français. Elle ne devait exercer aucune influence sur le gouvernement. Cependant, du fait du contexte diplomatique, avec l’imminence d’une guerre européenne, et les difficultés économiques et militaires de l’Espagne, certains de ses membres eurent à jouer un rôle politique. Bien plus, de nombreux Français, financiers, soldats ou diplomates, commis ou techniciens, mais aussi peintres et musiciens, furent envoyés dans la Péninsule, dès les deux premières années du règne, pour travailler à la restauration de l’État. Ils formèrent à la Cour madrilène l’entourage français de Philippe V, un microcosme sans cesse en évolution et qui n’a encore jamais bénéficié d’une étude spécifique.

8Or, d’après les témoignages de leurs contemporains, les Français occupent une place spéciale – et avantageuse – auprès du souverain espagnol. Plutôt que de continuer à les considérer d’une manière anonyme, à l’exception de quelques personnalités de premier plan qui ont marqué les chroniques du temps, il apparaît bien plus intéressant d’en faire le sujet d’une recherche spécifique afin d’évaluer l’importance qu’ils ont pu avoir sur l’évolution du règne du Premier Bourbon d’Espagne.

1. Le renouvellement d’une question historique

9Nous avons mené en 2001, dans le cadre d’un DEA, un travail sur le R. P. Guillaume Daubenton, jésuite français, né en 1648, qui occupa divers postes au sein de sa Compagnie avant de devenir confesseur du roi d’Espagne. En étudiant la biographie de ce jésuite, que sa position d’apparence modeste n’empêcha pas d’exercer une grande influence, on constate que, comme lui, d’autres Français que l’Histoire avait laissés dans l’ombre, n’ont pas manqué les uns et les autres, selon l’importance de leur position, d’avoir une certaine emprise au sein du gouvernement espagnol, tant sur les affaires internes que sur la diplomatie.

  • 2 D. Ozanam, « Les étrangers... », Pouvoirs et Société dans l’Espagne Moderne : hommage à Bartolomé B (...)

10Cette constatation a formé le point de départ de notre réflexion portant sur la place de ces Français à la Cour de Philippe V ; réflexion stimulée par la lecture d’un article de Didier Ozanam paru en 1993, sur « Les étrangers dans la haute administration espagnole au xviiie siècle », dont les points principaux sont repris dans une seconde publication de 1995, sous le titre : « La restauration de l’État espagnol au début du règne de Philippe V (1700-1724) : le problème des hommes2 ». Cet historien appelait de ses vœux une étude plus vaste sur le rôle des étrangers dans l’appareil administratif espagnol au xviiie siècle. Faute de travaux d’ensemble sur ce thème, il ne pouvait que poser les jalons pour une recherche future.

11Il soulignait que la présence d’étrangers au service de la monarchie espagnole était chose assez courante dès avant le xviiie siècle, mais qu'elle revêtit des modalités spécifiques dans les années 1700-1720. En bien des domaines, la nouvelle monarchie espagnole s’inspira du modèle mis en place en France par Louis XIV. Dès son avènement, le fait est que Philippe V se trouva confronté à de terribles difficultés de personnel politique, administratif et militaire. L’élite espagnole en place contrôle les principaux postes de l’administration régionale ainsi que les organes centraux que sont les Conseils, par le principe du clientélisme. Mais cette élite est peu fiable, composée de privilégiés, par définition opposés à toute nouveauté susceptible de porter atteinte à leurs intérêts, à leurs prérogatives ou à leur pouvoir. Aussi, pour reconstituer une administration efficace et une armée puissante, il était tout naturel que, dans un premier temps, Philippe V se tournât vers son pays d’origine. Ce furent donc les Français qui constituèrent le premier groupe d’influence important à Madrid. Viendra ensuite le temps des Flamands, celui des Italiens, des Suisses et des Irlandais. Didier Ozanam déplorait que, dans l’état actuel des connaissances, cet apport en personnel soit impossible à quantifier tant pour les Français que pour les autres étrangers. De même, il regrettait que l’on ignorât le rôle exact rempli par ces hommes, ainsi que la façon dont ils ont été perçus par les Espagnols.

12Aussi, pour qu’il soit possible de pénétrer plus avant ce microcosme français, trois pistes de recherche se sont progressivement présentées à nous. Tout d’abord, il convenait d’identifier tous les membres de ce microcosme avec précision, puis de définir leurs différentes activités et enfin, de les situer par rapport à l’entourage espagnol de Philippe V.

13L’intérêt et la nouveauté de notre travail reposent donc sur la constitution comme objet de recherche d’une colonie étrangère à la cour madrilène qui, jusque-là, n’avait bénéficié que de rares mentions. Certes, des personnalités comme Madame des Ursins, le marquis d’Amelot, le financier Jean Orry sont bien connues ; elles ont joué un rôle moteur dans la transformation du gouvernement espagnol opérée au début du règne de Philippe V et cela, les sources faisant foi, ne peut être contesté. Cependant, il fallait les reconsidérer dans un champ élargi à l’ensemble de la présence française auprès du roi. Cette nouvelle perspective permet d’appliquer bien des nuances aux appréciations portées sur eux, et basées sur des publications anciennes. En même temps, ce changement d’angle de vision fait émerger d’importants seconds rôles. Le cas du confesseur jésuite est, en cela, exemplaire.

14Il était aussi essentiel de ne pas se contenter d’identifier un groupe social pour le traiter ensuite de manière isolée. Ainsi, il aurait pu être tentant de s’occuper des ambassadeurs, mais c’eut été au risque de retomber dans la traditionnelle histoire diplomatique ; ou des généraux et officiers, avec le danger de faire de la pure histoire militaire. Au contraire, nous avons visé à reconstituer les réseaux d’intérêts ainsi que les liens sociaux les unissant. Seul les rassemblait, au départ, le critère de leur identité nationale ; ce sont les années de guerre et le séjour madrilène qui ont poussé cette société à tisser de nouvelles alliances. Cette approche transversale est une manière de rendre compte de la chute de certaines barrières sociales entre ces individus, permise à la fois par le séjour commun en une terre étrangère et par le partage du service assuré auprès du monarque.

  • 3 H. Kamen, Felipe V. El Rey que reino dos veces, (2000), p. 147.

15L’enjeu est d’importance car une identification plus approfondie de ces Français de la cour madrilène, et donc de leur activité, doit mener à une meilleure connaissance des réformes entreprises et des moyens mis en œuvre pour les appliquer. Une phrase d’Henry Kamen dans la biographie qu’il consacra à Philippe V, à propos des transformations ultérieures opérées sous le règne de Charles III, suscite l’attention. Alors qu’en général, on évoque ce dernier comme le vrai modernisateur de l’Espagne (il est l’auteur du reformismo ilustrado), en réalité, selon ce spécialiste du monde espagnol : « Todas las reformas tenίan su origen en la polίtica francesa durante la Guerra de Sucesίon3 ». Qu’en est-il exactement ? Les Français proches de Philippe V avaient-ils les moyens d’une politique de si grande envergure ?

  • 4 J. P. Dedieu, « Introduction », Réseaux, familles et pouvoirs dans le monde ibérique à la fin de l’ (...)

16Repérer les secteurs de l’appareil de gouvernement qu’ils ont pu dominer à certains moments est une tâche susceptible d’apporter beaucoup à notre connaissance de la monarchie espagnole mais qui, ainsi que le soulignait Jean-Pierre Dedieu en 1998, restait à faire4. Nous espérons y avoir contribué par notre travail.

17Notre première démarche en la matière, a été prosopographique. Il convenait d’identifier l’entourage français de Philippe V. Par le terme « entourage », il faut entendre ceux qui se trouvent au service quotidien ou régulier de la personne royale, ses familiers qui ont leurs entrées ou résident au Palais Royal, qui possèdent un accès privilégié au monarque, ou entretiennent un contact épistolaire suivi avec lui en tant que confidents ou chargés de mission (c’est le cas, notamment, de certains chefs militaires, agissant hors de Madrid mais recevant leurs ordres du roi et n’effectuant que de brefs passages dans la capitale).

18Sur la période envisagée, soit les vingt-quatre premières années du règne de Philippe V, il en est résulté une liste comprenant près de deux cent soixante noms de personnes, installées ou de passage.

19Différentes catégories peuvent être envisagées. En premier lieu, se trouvent ceux qui ont été intégrés dans les services de la Maison du roi. Près de cent quarante-neuf individus forment la familia francesa de Philippe V. Il s’agit des officiers préposés à son service personnel dans les différents départements du Palais que sont la Chambre, la Garde-Robe, le Gobelet, les Cuisines ou la Paneterie. Viennent ensuite vingt-six membres du corps médical, médecins, chirurgiens, apothicaires ou barbiers. Sont aussi rattachés à la Casa Real les jésuites au service du roi, au nombre de huit, ainsi que les artistes, peintres, sculpteurs ou architectes, dont treize furent identifiés. La plupart d’entre eux sont restés en place et ont fait carrière en Espagne jusqu’à leur décès. Beaucoup de membres de la familia francesa étaient accompagnés de leur famille, grossissant d’autant l’importance numérique de la présence française et constituant, ensuite, de véritables dynasties au service des Bourbons d’Espagne.

20Une deuxième catégorie concerne les hommes envoyés de France pour offrir au roi une aide momentanée et leurs conseils, dans les domaines plus techniques que sont les finances ou l’armée. Ce sont dix-huit officiers généraux, six financiers, huit ingénieurs et techniciens. Si certains d’entre eux sont demeurés au service de Philippe V, la plupart, une fois leur service accompli, sont repartis en France. Mais le séjour espagnol avait été largement bénéfique à leur carrière.

21Enfin, la troisième et dernière catégorie est composée des représentants officiels du roi ou des ministres de la cour de France qui, en raison des circonstances exceptionnelles créées par la Guerre de Succession, ont eu des contacts très rapprochés avec Philippe V, jusqu’à, pour certains d’entre eux, devenir de véritables ministres. Ce sont, d’une part, les vingt-six ambassadeurs, envoyés ou secrétaires d’ambassade, dépendant du ministre des affaires étrangères, le marquis de Torcy et représentant le roi de France ; et, d’autre part, quatre agents de la marine, en relation étroite avec le ministre de la Marine, le comte de Pontchartrain.

  • 5 Louv., I, p. 53.

22S’il fallait décrire l’entourage français sur les vingt-quatre premières années du règne de Philippe V, nous pourrions le qualifier de peu nombreux mais bien placé. Cet entourage était composé, à près de 60 %, d’officiers subalternes, occupant des emplois au sein de la Maison Royale, recréant ainsi à la cour un esprit français. Le reste de cette colonie constituait au contraire, une immigration de haute qualité, prête à donner ses avis et ses conseils pour restaurer l’administration et l’armée espagnoles. Cette typologie concorde avec ce que le duc de Beauvilliers écrivait au marquis de Louville en 1700 : « Le Roi n’aime guère que les bons sujets le quittent pour l’Espagne ; et il aurait honte d’en envoyer de mauvais. Il en donnera donc très peu5 ».

23La prosopographie permet de mettre en valeur les personnes et leurs destins particuliers. Cependant, le danger serait de s’en tenir à un simple fichier de personnages, sans structuration d’ensemble ni ancrage social. Aussi, dans une deuxième étape de notre recherche, ces Français ont été intégrés dans la configuration de la société qui est la leur. Il fallait, pour cela, s’intéresser aux liens existants entre eux, que ce soit de famille, d’intérêt ou d’amitié, mais aussi aux réseaux qu’ils ont pu, les uns ou les autres, conserver à Versailles, à travers leur correspondance. Cela permet de mieux caractériser les tensions ou les alliances qui les unissent ou, au contraire, les divisent. La connaissance interne du groupe et sa cohérence extérieure en sont ainsi mieux analysées.

24Puis, nous avons étudié les relations qu’ils ont pu nouer avec les Espagnols, en distinguant les Grands d’Espagne, haute noblesse attachée à ses privilèges, susceptible et délicate à manier, que l’on cherche à éloigner du pouvoir, des jeunes ministres tels que Canales, Grimaldo, Orendayn et quelques autres, qui se révèlent d’esprit réformateur. L’intérêt était d’évaluer jusqu’à quel point les Français ont pu favoriser l’émergence et la formation de ce nouveau personnel espagnol et, à l’inverse, obtenir la mise à l’écart de la noblesse, traditionnellement associée au pouvoir.

25Nous avons enfin accordé une attention particulière à la qualité de la relation entretenue entre ces Français et Philippe V, dans la mesure où, seule, la confiance que le souverain leur accorde personnellement, peut leur permettre d’agir avec efficacité.

26C’est cette identification de l’entourage français, doublée de l’exploration des relations qui les unissent à d’autres acteurs de la période, qui permet de donner un sens à leur action. L’activité des Français fut foisonnante et, en l’espace de peu de temps, a concerné tous les domaines de la monarchie. Aussi, nous y sommes-nous intéressée en vue de déterminer les circonstances et les conditions dans lesquelles ils ont pu introduire un modèle centralisateur dans le fonctionnement de l’État espagnol. Ont-ils imposé ou au contraire adapté le système français ? L’Espagne de 1701 se prêtait-elle vraiment à ce transfert culturel ? Qu’en est-il exactement dans la durée ? Autant de questions qui nous ont guidée dans l’exploration des documents.

2. Une nouvelle approche des sources

27Ce sont les archives du Ministère des Affaires Étrangères du Quai d’Orsay qui nous ont apporté la plus grande masse d’informations, à travers les écrits laissés par les ambassadeurs de France à Madrid, mais aussi par bon nombre d’autres Français, eux aussi correspondants du marquis de Torcy.

28Quelques-unes de ces sources ont été éditées au xixe siècle : la correspondance du duc d’Harcourt, lors de son ambassade ; celle de Louis XIV avec le marquis d’Amelot ; les Instructions aux ambassadeurs. De même, les mémoires du marquis de Torcy reproduisent de nombreuses pièces tirées des archives diplomatiques. Nous avons dépouillé l’ensemble de cette correspondance, soit plus de deux cent vingt volumes. Les éléments ainsi amassés permettent de retracer dans le détail la chronique de la vie à la cour de Philippe V, et d’évaluer la portée des interventions françaises dans les affaires diplomatiques, comme dans les dossiers internes de la monarchie. Le point de vue de ces documents est, le plus souvent, celui de l’ambassadeur en poste. Mais à force de lire ses courriers, on entre dans la complexité de son caractère et de ses faiblesses ; ses emportements, ses goûts, ses critiques ou ses désirs transparaissent peu à peu, au-delà du message officiel envoyé à Versailles. De même, en tant que responsable des Français présents à Madrid, l’ambassadeur rapporte des détails sur la conduite des uns et des autres, que nous avons relevés au fil de la lecture.

  • 6 A. Baudrillart, op. cit., p. 48 et C. Frostin, « Les Pontchartrains et la pénétration commerciale f (...)

29Les Archives Nationales nous ont fait connaître des documents de première importance, portant sur des points précis. Dans le fonds Ancien Régime, la série O1 permet de repérer les passeports. La sous-série G7 présente quelques documents inédits sur la mission du financier Jean Orry. Les séries K et KK possèdent des papiers concernant les rapports franco-espagnols entre 1715 et 1724, ainsi que la correspondance de Philippe d’Orléans lors de son séjour en Espagne en 1707-1708 comme chef de l’armée, puis pendant la Régence, en 1715, 1716, 1717 et 1719. Mais c’est la série B7 appartenant au fonds de la Marine qui s’est montrée la plus riche, révélant les sources les plus novatrices. Grâce à l’intérêt que Jérôme Phelypeaux, comte de Pontchartrain et secrétaire d’État à la Marine depuis 1699, portait à la politique étrangère, les consuls et autres agents du commerce formaient un véritable réseau de renseignements qui concurrençait celui des Affaires Etrangères. Jérôme de Pontchartrain n’hésitait pas à entretenir une double correspondance, officielle et privée. Ces lettres sont une vraie manne, foisonnante de renseignements précieux sur la vie de cour à Madrid, que les commis pénétraient fort bien, éclairant d’un jour nouveau la période étudiée. Alfred Baudrillart, qui n’avait pas eu accès à ces sources, estimait en introduction de sa thèse, que Pontchartrain « ne sera que fort peu mêlé aux affaires du royaume ». Or, l’on se rend compte que la réalité est différente, ce qui avait déjà été pressenti par Charles Frostin, dans un article paru en 19716. Ce fonds de la Marine possède aussi une série C7 où se trouvent les dossiers individuels du personnel de la marine, mais aussi un fonds des Affaires Etrangères qui regroupe les correspondances des consuls (AE BI et AE BIII).

30Le troisième dépôt consulté est le Service Historique de la Défense à Vincennes (SHD). Les documents qui y sont conservés nous ont fourni des éléments nouveaux pour connaître l’entourage militaire de Philippe V. La série A1 correspond aux archives antérieures à 1792. Pour l’époque de la Guerre de Succession d’Espagne, plus d’une soixantaine de registres sont utiles. Il s’agit avant tout de correspondances portant non seulement sur les affaires militaires, mais aussi sur l’état de la cour d’Espagne. Le marquis de Chamillart, imitant en cela le comte de Pontchartrain, ne bornait pas sa curiosité au seul champ d’action de son département.

31Les sources émanant de ces divers dépôts, se complètent les unes les autres, et bien souvent, on y retrouve les mêmes correspondants. Leur croisement donne un aperçu très large de l’action des Français à la cour madrilène, ainsi que des réactions des Espagnols. Il nous a permis de collecter une profusion de renseignements tant sur leurs relations entre eux à Madrid qu’avec le personnel de la cour de Versailles.

32En Espagne, l’examen des fonds conservés à l’Archivo General de Palacio de Madrid nous a permis d’appréhender dans leur totalité les membres de la maison française du roi. Cela a été possible grâce à divers états de la Casa Real, mais aussi par la lecture de comptes, de listes, de billets de paiements. La section « Personales empleados », bien inventoriée, donne aussi accès à une multitude de petits dossiers individuels, plus ou moins fournis, relatifs à chacun des officiers français au service de Philippe V, du confesseur au plus humble marmiton.

33À l’Archivo Nacional, c’est avec beaucoup de patience qu’il nous a fallu rechercher les lettres ou documents portant état de la présence et de l’activité des Français à Madrid. Au sein de la section « Consejos. Cámara de Castilla » et des « Libros de la Secretaria de Gracia y Justicia », se trouvent diverses mentions des distinctions honorifiques accordées par le roi à son entourage français, comme la Grandesse, la Toison d’Or ou un privilège d'hidalguίa, ce qui permet, en outre, d’avoir accès à quelques données généalogiques. Mais c’est un long travail de dépouillement dans la section « Estado » qui nous a donné la possibilité de relever certains autographes des Pères Daubenton et Robinet, de quelques ambassadeurs et de Jean Orry. On y trouve aussi la correspondance du duc de Bourgogne avec son frère ; celle du duc de Noailles avec le roi et la reine d’Espagne de l710 et l712 ; un dossier sur les agents du duc d’Orléans, Flotte et Regnault, arrêtés en 1709, suite à leurs menées douteuses ; des lettres du duc de Vendôme ; du chevalier d’Asfeld ; et, bien sûr, celles de Louis XIV à Philippe V s’élevant en tout à 410 pièces autographes. Se trouve aussi la correspondance politique de Philippe V, sur une période allant de 1712 à 1724, quasiment inconnue. Il revient à un groupe de recherche espagnol, basé à l’Université de Cordoue sous la direction de José Manuel de Bernardo Ares, d’avoir lancé en 2003 le projet CO. FE. LU (Correspondencia entre Felipe Vy Luis XIV), qui consiste en un vaste projet d’édition de ces écrits.

34À partir d’un inventaire de testaments, dans lequel nous avons retrouvé plusieurs des Français de l’entourage du roi, nous avons prospecté sous forme de sondages, faute d’inventaire général plus précis, les études de dix-huit notaires, à l’Archivo Histórico de Protocolos de Madrid. Ce travail nous a permis d’étudier l’implantation de ces personnages dans le tissu madrilène et donc de suivre la destinée de plusieurs des officiers du roi, membres de la Casa Real.

35Nous avons de même, lors d’un séjour aux archives de Simancas, obtenu divers renseignements tirés de la section « Gracias y Justicia » concernant le confesseur du roi ; de la section « Secretaria y Superintendencia de Hacienda » rendant compte de grâces financières accordées à divers Français ; ou de la section « Estado » dans laquelle se trouvaient des fragments de correspondances de Jean Orry et de la Princesse des Ursins.

36Enfin, les manuscrits de la Bibliothèque Nationale de Madrid, nous ont fourni un apport intéressant de textes, libelles ou pamphlets, dans lesquels quelques Français étaient mis en cause. Ces documents donnent une certaine idée du climat dans lequel cet entourage évoluait.

37D’autres sources, imprimées cette fois, complètent la base de ce travail. Ainsi, le duc de Saint-Simon, dans ses Mémoires, parle d’expérience puisqu’il se rendit en ambassade en Espagne en 1721-1722. Néanmoins, bon nombre de ses réflexions sont à nuancer, et se trouvent même contredites par les archives. Il faut donc toujours aborder ce texte avec circonspection.

38Les Mémoires du marquis de Louville, qui sont l’œuvre d’un compilateur, offrent un tableau vivant de l’Espagne et laissent transparaître le caractère très vif du marquis. Ces Mémoires font autorité et peuvent être complétés par un certain nombre de lettres inédites publiées dans la biographie du duc de Beauvilliers écrite par Georges Lizerand, en 1933. Cependant, seule, la lecture des originaux de Louville conservés aux Archives Étrangères permet d’avoir une vue d’ensemble du rôle tenu par le marquis dans les complexes affaires madrilènes, entre 1700 et 1703, puis en 1716.

39Les Mémoires de Noailles, eux aussi l’œuvre d’un compilateur, sont rédigés à partir de documents amassés par les deux maréchaux de ce nom Anne-Jules et Adrien-Maurice, de 1682 à 1766, documents qui se trouvent maintenant en partie aux Archives Étrangères de Paris. La seconde partie de ces Mémoires est, en réalité, une histoire générale de la cour d’Espagne et de ses rapports avec la France de 1700 à 1711, présentée de manière synthétique et parfaitement commentée. L’abbé Millot, auteur de ce recueil, est rarement pris en défaut lorsque son texte se trouve confronté aux archives.

40La biographie de Vendôme par le chevalier de Bellerive, les mémoires et lettres du maréchal de Tessé édités en 1806, mais surtout, les mémoires du maréchal de Berwick forment eux aussi des sources de valeur. Enfin, la correspondance de la Princesse des Ursins, dont le style impeccable et le mordant de la plume font renaître pour le lecteur la vie intense de la Cour madrilène, constitue un fonds incontournable. Les lettres de celle qui fut la camarera mayor de Marie-Louise de Savoie ont fait l’objet de plusieurs éditions.

41Ce qui nous intéressait aussi était de comprendre la vision que ces Français avaient de l’Espagne ; nous avons, à cet égard, consulté avec profit des récits de voyageurs, tels que ceux de Madame d’Aulnoy, de l’abbé de Vayrac, du sieur de Bertaud, du baron de Bourgoing, du P. Jean-Baptiste Labat, du marquis de Villars. L’étude de ces écrits doit se faire avec la plus grande précaution, étant donné les procédés littéraires utilisés dans ce genre de textes, plus proches, parfois, de l’exercice de style que de la vérité historique.

42Mais, pour être tout à fait complet, il fallait aussi s’interroger sur la vision des Espagnols à l’égard des Français et consulter les sources espagnoles éditées. Celles-ci sont, cependant, bien moins nombreuses. Les mémoires du marquis de San Felipe sont, sans doute, la référence la plus connue et la plus sûre. L’Historia civil de España, de N. Belando, parue entre 1740 et 1744, mérite, elle aussi, l’attention. Le journal laissé par Antonio Ubilla, en 1704, sur l’avènement de Philippe V et sur son voyage en Italie, donne quelques indices sur l’état de la cour madrilène au début du xviiie siècle. Enfin, des écrits de Melchor de Macanaz ont été édités à la fin du xviiie siècle et au cours du xixe siècle. Ils permettent d’avoir une première approche des travaux de ce personnage, réformateur proche des Français de l’entourage du roi, même si, pour comprendre son rôle, la consultation des manuscrits de la Biblioteca Nacional de Madrid et des archives, reste essentielle.

3. L’insertion dans une historiographie récente

43L’étude de l’entourage français de Philippe V est à la charnière de plusieurs courants historiographiques actuels, et permet une riche confrontation avec d’autres travaux scientifiques récents ou en cours.

  • 7 Cf. les travaux de Thomas Glesener et de Diego Tellez Alarcia.

44Pour ce qui est de la présence étrangère à la cour madrilène, il semble que les souhaits du professeur Ozanam, cité ci-dessus, aient été entendus. L’intérêt pour le rôle de l’étranger en Espagne est en train de se développer et l’on peut en avoir un aperçu à travers l’imposante publication d’un colloque sur ce thème qui s’est déroulé à Malaga en 2003. Y figurent deux articles novateurs sur l’élite flamande d’une part, et sur la colonie irlandaise d’autre part, sous les règnes des premiers Bourbons, par deux jeunes chercheurs qui exploitent actuellement ces thèmes dans le cadre d’une thèse et d’un post-doctorat7. À travers ces recherches, il est possible de mener une comparaison sur la typologie des représentants des diverses nations à Madrid et de distinguer les secteurs d’activité qui leur sont dévolus. Ainsi, dans l’état actuel des connaissances, il semblerait que les représentants des autres nationalités, plus nombreux et mieux inscrits dans la durée, sont aussi plus rares à bénéficier de la confiance totale du souverain telle qu’ont pu la connaître les Français.

45Étudier un groupe étranger revient aussi à s’interroger sur la vision qu’il entretient à l’égard du pays d’accueil. Ce questionnement est la source de travaux récents concernant les récits de voyage ou les transferts culturels entre les deux nations. Jean-Frédéric Schaub (EHESS-Paris) a ouvert cette voie avec son ouvrage sur Les racines hispaniques de l’absolutisme français, en 2003, thème repris lors d’un colloque à Versailles, en 2004, sur les relations entre les Cours de Versailles et de Madrid. Cet intérêt pour la vision entretenue par la France et l’Espagne l’une sur l’autre a, par ailleurs, fait l’objet d’une thèse récente d’Ana Alvarez López, soutenue en 2006, à l’Institut Universitaire européen de Florence. Cette chercheuse s’est plus précisément penchée sur la manière dont les ambassadeurs du roi de France ont compris la réalité madrilène à la charnière des xviie et xviiie siècles.

46L’étude d’un entourage royal conduit aussi, tout naturellement, à s’intéresser à la société de cour et à ce que représente socialement et idéologiquement, ce lieu. Le chercheur doit bien connaître les différentes fonctions palatines, l’importance donnée à l’étiquette, la constitution des services, tout en s’interrogeant sur le rôle dévolu aux courtisans. En ce domaine, l’apport du professeur Carlos Gómez-Centurión Jimenez (Complutense-Madrid) est fondamental. Depuis plus de dix ans, cet historien mène des travaux approfondis sur la Casa Real et nous lui devons de précieuses informations pour nos propres recherches à l’Archivo General de Palacio. Dans cette optique, Pablo Vázquez Gestal, doctorant de la Complutense de Madrid, a aussi développé, dans de récentes publications, l’importance de la cour espagnole comme nouvel objet historiographique. Enfin, cet intérêt pour la société et les fonctions de la cour est aussi partagé par Maria Angeles Perez Samper, directrice du département d’histoire moderne de l’Université de Barcelone et auteur d’ouvrages sur ce thème.

  • 8 P.A.P.E., « Personnel Administratif et Politique Espagnol du xviiie siècle », programme de recherch (...)

47Comme l’étude de différents personnages conduit aussi à celle des réseaux sociaux, nous avons eu recours aux articles du professeur Jean-Pierre Dedieu (CNRS) parus sur ce thème depuis une dizaine d’années, visant à relancer une « approche fine » de la prosopographie du personnel politique espagnol, tout en renouvelant la théorie des réseaux sociaux, familiaux et politiques. Il s’agit d’approfondir l’histoire de la haute administration espagnole du xviiie siècle par une connaissance minutieuse de son personnel à travers l’ensemble de ses relations. De telles recherches s’inscrivent dans la continuité du projet initié par Didier Ozanam et Janine Fayard au début des années quatre-vingt à la Casa Velázquez, et relayé en Espagne par Maria Angeles Perez Samper et Maria Victoria Lopez Cordon (Complutense-Madrid). Les résultats en ont été concrétisés dans une base de données regroupant l’ensemble des informations recueillies, baptisée FICHOZ (pour fichier Ozanam). Y ont collaboré des dizaines d’historiens, tant français qu’espagnols. C’est donc le produit d’un travail collectif mené depuis une quinzaine d’années dans le cadre d’un programme de recherche du nom de P.A.P.E8. FICHOZ a été associé en 2002 à un second fichier, regroupant toutes les données relationnelles concernant les individus de la base initiale, assurant ainsi une manipulation informatique plus simple et simultanée. C’est ainsi qu’aujourd’hui nous parlons du fichier ACTOZ. Les données prosopographiques, au sens traditionnel, sont passées au second plan, une plus grande importance étant désormais donnée aux liens sociaux. La méthodologie de ce projet de prosopographie relationnelle appliquée à un corps administratif nous a donc servi de modèle, tout en nous apportant de précieux renseignements sur le personnel politique présent à la Cour madrilène au début du xviiie siècle et que côtoyaient journellement les Français de l’entourage royal. Parmi ces derniers, nous signalons qu’un très petit nombre seulement se trouve déjà intégré dans cette base, ou alors de manière succincte, à travers des sources de seconde main.

48Notre sujet nous a, en outre, permis de participer au groupe de recherche basé à l’Université de Cordoue et coordonné par le professeur José Manuel de Bernardo Ares, directeur du département d’Histoire Moderne, qui s’est fixé pour tâche, ainsi que nous l’avons signalé plus haut, de publier une édition critique de la correspondance entre Louis XIV et Philippe V (et aussi Marie-Louise-Gabrielle de Savoie). Ce projet CO. FE. LU. est relié à un second intitulé SU. MO. HI. (pour Sucesión de la Monarquίa Hispánica), chargé de nouvelles investigations sur le contexte historique des lettres présentées, contexte qui s’étend dans un cadre élargi à la période s’écoulant entre 1665 et 1725.

49L’étude des Français de l’entourage du roi d’Espagne croise encore bien d’autres courants historiques comme l’histoire diplomatique ou l’histoire militaire. Dans le premier cas, les travaux de Lucien Bély (Paris IV) portant sur les traités d’Utrecht, sur le rôle des ambassadeurs ou sur la politique internationale au sens large, reste une base assurée. Ceux d’Ana Crespo Solana (CSIC) conduisent à de nouvelles précisions sur les relations hispano-anglaises au début du xviiie siècle, tandis que ceux de Virginia León Sanz (Complutense-Madrid) apportent des données essentielles quant aux rapports entre l’Empire et l’Espagne à la même époque. Pour ce qui est de l’aspect militaire, les écrits de Francesco Andujar Castillo (Université de Almería) publiés depuis une dizaine d’années sont primordiaux. Un colloque récent sur ce thème a eu lieu à Séville au moment du tricentenaire de l’avènement de Philippe V, et montre, si besoin en était, le renouveau de cette question historique.

50Enfin, le style biographique connaît un regain d’intérêt et donne lieu à des contributions fondamentales sur quelques personnalités de l’entourage de Philippe V, mises en relation avec la société de leur époque. Il en est ainsi de la biographie du ministre José Grimaldo, publiée en 2004, par Concepción de Castro (Complutense-Madrid), qui nous plonge dans le monde du personnel administratif de la Cour ; ou de celle du cardinal Portocarrero, objet de la thèse de Antonio Ramón Peña Izquierdo, en 2005. Actuellement, François Flament (EHESS) mène une recherche sur le cardinal Luis Belluga y Moncada, montrant, une fois de plus, l’intérêt que suscite ce genre. Notre maîtrise sur le R. P. Guillaume Daubenton, rédigée en 2001 et publiée par l’Université de Cordoue en 2005, se veut aussi dans cette ligne.

51Par ce panorama historiographique, nous souhaitons mettre en valeur l’apport de la bibliographie récente pour nos recherches, ainsi que la manière dont nous nous en sommes inspirée pour étayer notre propre réflexion. Cette présentation ne peut être exhaustive car la recherche est toujours en train de se faire. Au moins, cela montre-t-il combien la période du début du règne de Philippe V est actuellement au cœur d’une recherche dynamique.

*
* *

52La progression de cette recherche nous a amenée à adopter une démarche qui met en évidence trois phases caractéristiques de la présence française.

53Les deux premières années du règne sont fondamentales pour comprendre les motivations qui ont poussé les Français à s’ingérer toujours davantage dans les affaires espagnoles. L’intention de Louis XIV avait été, au contraire, au moment de l’acceptation du testament, de laisser les Espagnols se gouverner eux-mêmes. L’opposition culturelle et historique entre les deux nations appelait la plus grande prudence. Quelles furent donc les circonstances qui ont conduit le microcosme français de Madrid à s'étoffer et à, progressivement, prendre en main les commandes du gouvernement ? L’entrée du duc d’Harcourt au despacho, ou le rôle tenu en cette occasion par le marquis de Louville sont autant d’éléments déterminants.

54L’épanouissement de l’influence française peut ensuite être suivie jusqu’en 1712. Jusqu’à cette date, les Français ont, de fait, dominé Madrid. La cour, le gouvernement, la hacienda, l’armée, le commerce, constituent eux aussi, les terrains d’action des membres de l’entourage français. De là datent les profondes réformes du système politique espagnol, appelées à connaître de nouveaux développements au cours du siècle.

55Le départ des troupes françaises (commencé dès 1709) contre la volonté du roi d’Espagne, la mort en 1712 du duc de Vendôme, général en chef des armées, les départs précipités de Madame des Ursins et de Jean Orry en 1714-1715, la nouvelle influence italienne à la cour et des discordances diplomatiques entre Madrid et Versailles, en particulier au moment des difficiles négociations des traités d’Utrecht, marquent le lent mais implacable déclin de cette prépondérance française. Les Français n’ont pas su préserver leur position qui s’est trouvée sapée à la fois par des querelles internes, mais aussi par une hostilité latente des Espagnols à leur égard, occultée au moment de l’avènement du prince Bourbon mais qui attendait son heure pour ressurgir. Cette période se déroule jusqu’en 1724.

56Le choix de cette année comme date butoir de notre travail dépasse l’habituel cadre chronologique qui sert à l’étude des rapports franco-espagnols du début du xviiie siècle, souvent bornée à la date du décès de Louis XIV. Il est certes évident que la mort du grand-père de Philippe V change les relations diplomatiques entre les deux pays et marque ainsi une nouvelle évolution de l’Espagne sur la scène internationale. Mais, si, sur le plan politique, l’intervention française est moins visible et semble concurrencée par une présence italienne accrue après le remariage du roi en 1714 avec une princesse parmesane, elle n’en maintient pas moins son influence. Après 1715, la familia francesa continue à s’épanouir à la cour en y maintenant un esprit français et en occupant les charges assurant le service de la personne royale, tandis que le confesseur, quelques financiers et des diplomates conservent leurs accès privilégiés au cabinet du roi et continuent à prodiguer à ce dernier leurs conseils. De même, les relations familiales avec le duc d’Orléans, Régent de France, bien que chaotiques, accroissent d’autant l’audience diplomatique de quelques-uns des Français, qui servent d’intermédiaires entre les deux cours. C’est bien plutôt la mort du P. Daubenton, en 1723, puis la fin de l’ambassade du maréchal de Tessé, dernier Français influent sur l’esprit du roi, qui marquent la fin de la prépondérance française à la cour. En 1724, ne reste en Espagne qu’une majorité d’officiers en service dans des emplois subalternes, qui, une ou deux générations plus tard, seront totalement assimilés.

57L’abdication de Philippe V, à cette même époque, puis son retour sur le trône six mois plus tard, participent à cette transformation de la présence française. Ayant affaire, désormais, dans ses relations avec Versailles à un nouveau personnel, l’Espagne affiche son autonomie diplomatique, tandis qu’à l’intérieur, des ministres nationaux prennent la direction des affaires. Si Philippe V continue à traiter l’ambassadeur de France à Madrid comme ministre de la famille, il ne lui donne plus l’audience particulière qui le distinguait des autres puissances étrangères. Et désormais, il se fie plus volontiers à ses conseillers espagnols. C’est l’époque des frères Patino, de Juan Bautista Orendayn, de José del Campillo, de Sebastián de la Cuadra, de Mateo Dias de Labandero, marquis de Torrenueva ou de Zenon de Somodevilla, marquis de la Ensenada.

58Ainsi, en 1724, Philippe V est véritablement devenu un souverain espagnol, servi par ses propres ministres. Ce revirement, en réalité, n’en est pas un. Car le premier Bourbon a forgé son esprit à la lumière de ceux de ses conseillers et officiers français, pendant les difficiles années de la Guerre de Succession. Pragmatique, fin politique, il a su en tirer le meilleur, pour ensuite adopter une ligne de gouvernement, certes toujours réformatrice, mais plus nationale, ainsi que le voulaient les circonstances.

Notes

1 J. F. Schaub, La France espagnole. Les racines hispaniques de l’absolutisme français, (2003), p. 83.

2 D. Ozanam, « Les étrangers... », Pouvoirs et Société dans l’Espagne Moderne : hommage à Bartolomé Bennassar, travaux réunis par Jean-Pierre Amalric, (1993), p. 215-229 et « La restauration de l’État espagnol... », Philippe V d’Espagne et l’Art de son temps, actes du Colloque des 7, 8 et9 juin 1993 à Sceaux, (1995), p. 79-89.

3 H. Kamen, Felipe V. El Rey que reino dos veces, (2000), p. 147.

4 J. P. Dedieu, « Introduction », Réseaux, familles et pouvoirs dans le monde ibérique à la fin de l’Ancien Régime, (1998), p. 26.

5 Louv., I, p. 53.

6 A. Baudrillart, op. cit., p. 48 et C. Frostin, « Les Pontchartrains et la pénétration commerciale française en Amérique Espagnole, 1690-1715 », Revue Historique, 245 (janv.-juin 1971), p. 307-336.

7 Cf. les travaux de Thomas Glesener et de Diego Tellez Alarcia.

8 P.A.P.E., « Personnel Administratif et Politique Espagnol du xviiie siècle », programme de recherche franco-espagnol qui associe de nombreuses équipes universitaires, en France (FRAMESPA de Toulouse 2, TEMIBER de Bordeaux 3, le CRH de l’EHESS principalement), en Espagne (Complutense de Madrid, Université Centrale de Barcelone et Université de Grenade en particulier). Ces travaux ont donné lieu à trois colloques internes à Grenade (1995), Bordeaux (1997) et Paris (2000).

© Presses universitaires de Strasbourg, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search