Version classiqueVersion mobile

Les usages des cartes (xviie-xixe siècle)

 | 
Isabelle Laboulais

De l'acte cartographique à l'administration du territoire

Cartographie et aménagement forestier : rapide aperçu de deux siècles d’évolution des pratiques disciplinaires françaises (XVIIIe-XIXe siècles)

Jean-Yves Puyo

Texte intégral

  • 1 Puyo (J.-Y.), « Enseignement forestier et sciences sociales : « le grand nulle part » (1824-1914) » (...)

1Comme nous allons le voir, cartographie et aménagement forestier restèrent très étroitement liés du xviiie jusqu’à la fin du xixe siècle. Cet état de dépendance découlait d’une conception très « spatiale » de l’aménagement forestier, et ce avant que l’incorporation progressive des sciences naturelles au cours du dernier tiers du xixe siècle ne vienne modifier considérablement le contenu disciplinaire de la science forestière française1. Au sein de cette nouvelle discipline scientifique apparue au xviiie siècle, la cartographie des peuplements joua longtemps un rôle primordial. En effet, tout l’art du forestier résidait alors en grande partie dans sa capacité de découper l’espace de la façon la plus précise possible, afin de créer des parcelles d’égales superficies. L’aménagement des forêts se résumant à une mise en ordre « géométrique » de l’espace forestier, l’aménagiste se confondait avec l’arpenteur, fait souligné en 1823 par Jacques-Joseph Baudrillart, grande figure de la foresterie française :

  • 2 Baudrillart (J.-J.), Traité général des Eaux et Forêts – Seconde partie : dictionnaire général rais (...)

Autrefois, les maîtrises obtenaient, pour chaque forêt qui n’avait pas été aménagée, un arrêt du conseil que l’on appelait arrêt de réformation, ou d’aménagement. Cet arrêt ordonnait la reconnaissance et la fixation des limites, l’abornement, le creusement des fossés nécessaires, l’arpentage et le levé du plan des parties dégradées, et le repeuplement des clairières2.

2Dans les missions ainsi listées, les levés topographiques et le nivellement, accompagnés de la réalisation de documents cartographiques, représentaient une part importante du travail du forestier aménageur. Aussi, à l’exemple d’autres corps « techniques » de l’État français (Ponts et Chaussées, Mines, Génie militaire, ingénieurs géographes des armées), le corps forestier développa-t-il progressivement un savoir-faire cartographique propre, très adapté à sa mission originelle, à savoir traduire par la carte les préceptes aménagistes en vigueur.

3Pour cette petite recherche, nous nous baserons autant sur les écrits des grands auteurs forestiers de l’Ancien Régime que sur les synthèses des historiens les plus qualifiés pour la période du haut Moyen Âge et de la Renaissance.

Les temps obscurs de l’aménagement forestier (xiiie-xvie siècle) : l’apparition des premières normes d’aménagement et de leur pendant cartographique

  • 3 Parade (A.), « Notice historique sur l’art des aménagements », introduction de l’ouvrage de H. Nanq (...)
  • 4 Le dictionnaire Le Robert date de 1771 son passage dans le vocabulaire courant. « Au xviiie siècle, (...)
  • 5 Le même dictionnaire Le Robert date de 1375 la création du terme de futaie, issu de l’ancien frança (...)
  • 6 Huffel (G.), Économie forestière, Paris, Laveur, 1904, t. I, p. 6.

4Pour Adolphe Parade, « l’art d’aménager les forêts est né d’un besoin d’ordre et de la préoccupation de sauvegarder les nécessités de l’avenir, tout en donnant satisfaction aux exigences du présent3 ». À sa création, la notion d’aménagement est strictement propre au domaine forestier, et ce jusqu’à la fin du xviiie siècle4. Elle vient de l’ancien français mesnager (« mettre de l’ordre dans sa maison ») qui donna ensuite aménager, terme relevé dans le vocabulaire forestier à partir du xve siècle. Selon les historiens s’intéressant au domaine forestier, la passion des rois de France pour la chasse serait à l’origine des premiers aménagements forestiers visant à convertir de grands massifs forestiers en futaies5, soit un type de peuplement composé d’arbres de taille élevée, plus adapté aux chasses à courre que les ensembles buissonnants et touffus appelés couramment taillis6.

5Pour les non-spécialistes de l’aménagement forestier, il semble nécessaire d’apporter quelques précisions de base : par taillis, on entend un peuplement qui est régénéré par l’évolution des rejets et drageons apparaissant sur les souches des essences feuillues une fois la coupe du peuplement forestier – à savoir la « récolte » de tous les bois – opérée. Le laps de temps ou rotation entre deux coupes, ici de taillis, est une révolution ; de son choix découle le diamètre (et la longueur) des tiges récoltées, sachant qu’une rotation courte (par exemple moins de 10 ans) donnera des bois de petit diamètre, propres à la fabrication de charbon de bois ou directement utilisables comme bois de chauffage.

  • 7 Buffault (P.), « La législation forestière de 1219 à 1376 », Revue forestière française, février 19 (...)
  • 8 Chiffre avancé par Gustave Huffel, cité par R. Lefebvre, « Les services forestiers de la féodalité  (...)

6Pour Pierre Buffault, « la valeur économique des forêts […] échappait totalement [aux Carolingiens], aussi bien que le rôle qu’elles remplissaient au point de vue climatique et hydrologique. Il n’en a pas été de même sous les Capétiens7 ». En effet, les premières grandes lois « françaises » réglementant quelque peu les exploitations forestières apparaissent dès la fin du xiiie siècle et répondent au constat suivant : les forêts du domaine royal, environ 200 000 ha8 alors, sont très dégradées en raison de la multiplication « anarchique » des coupes et d’une forte pression pastorale, le tout combiné à une absence de surveillance dans ces mêmes peuplements forestiers. La mise en place d’une première administration forestière chargée de la gestion des forêts du domaine royal français remonte au règne de Philippe V, avec l’ordonnance « forestière » de 1318. Ce texte institue des « maîtres des Eaux et Forêts » chargés d’appliquer les ordonnances, aidés en cela par un corps de subalternes constitué de « sergents » et de « gardes », plus particulièrement préposés à la surveillance des peuplements forestiers. Il prescrit de même des mesures judiciaires destinées à « clarifier » le commerce des bois ; les coupes, par exemple, devront désormais être mesurées avant leur vente aux enchères. Enfin, l’ordonnance interdit, sous peine d’amende, le pacage dans les taillis avant qu’ils ne soient défensables, c’est-à-dire qu’ils aient atteint une taille suffisante permettant aux jeunes tiges d’être soustraites à la dent du bétail.

  • 9 Bourgenot (L.), « Histoire des forêts feuillues en France », Éléments d’histoire forestière, no spé (...)
  • 10 Lorentz (B.), Cours élémentaire de culture des bois, Nancy, Imprimerie Grimblot et veuve Raybois, 3 (...)

7Jusqu’alors, selon les historiens forestiers, la gestion des peuplements se limitait à définir des coupes par « assiette » : « […] des coupes à blanc étoc [soit un peuplement entièrement récolté] sur des surfaces déterminées9 ». Comme le souligne le plus fameux « grand maître » de la sylviculture française du xixe siècle, Bernard Lorentz, « asseoir une coupe, ou faire l’assiette d’une coupe, c’est désigner son emplacement10 », après en avoir défini la quotité, soit sa superficie.

  • 11 Sainctyon, Les édits et ordonnances des roys, Paris, chez la veuve Abal Langelier, 1610. Cité par P (...)

8Quelques années plus tard, l’ordonnance de 1346 de Philippe de Valois complète ce premier texte en commençant à préciser la façon de procéder aux coupes ; celles-ci devront être réalisées en rapport avec l’état des peuplements, « en regard à ce que les dites forez se puissent perpétuellement soutenir en bon état11 ».

  • 12 Baudrillart (J.-J.), Traité général des Eaux et Forêts…, op. cit., t. I, p. 331.

9Mais l’étape la plus importante pour la législation forestière française intervient trente ans plus tard, avec l’ordonnance de 1376. Celle-ci, qui sert ensuite de base à presque quatre siècles de réglementation forestière française, définit pour la première fois des normes « sylvicoles » visant à assurer la pérennité des peuplements. Elle est à l’origine de la notion très importante de rapport soutenu, sur laquelle repose encore aujourd’hui l’aménagement forestier français. Ce texte prescrit en effet de réserver dans les coupes 8 ou 10 baliveaux par arpent – tant dans les futaies que dans les taillis –, tiges qui sont soustraites aux ventes et que les marchands n’ont pas le droit de couper. Le terme de baliveaux s’applique « [aux] arbres qu’on réserve, à chaque coupe, pour croître en futaie et repeupler les bois12 ». Par extension, les baliveaux correspondent aux tiges ayant l’âge d’une révolution de taillis (par exemple 25 ans).

  • 13 L’aménagiste recherche au niveau de la parcelle une certaine homogénéité du peuplement : même(s) es (...)

10Ces premières normes, même modestes, eurent deux conséquences importantes. En premier lieu, en soustrayant à la coupe des tiges les baliveaux destinés à fournir, en vieillissant, du bois d’œuvre de gros diamètre (les futures réserves) et des graines pour leur renouvellement, on provoquait un changement de nature des peuplements forestiers, passant d’un taillis à une forme composée appelée taillis-sous-futaie, laquelle présentait à la fois des rejets (le futur taillis) et des réserves, issues principalement de l’évolution de semis naturels et amenées à donner par la suite des arbres dits de franc-pied. En second lieu, l’application de cette réglementation impliquait une connaissance exacte des propriétés forestières : d’où la nécessité de les borner par des opérations d’arpentage et d’en relever les contours. Plus tard, dans la seconde moitié du xvie siècle, le développement de la cartographie permit de représenter cet arpentage sous la forme de cartes et de plans, fixant les limites des propriétés, de même que les différentes parcelles composant le peuplement – la parcelle étant, en aménagement forestier, l’unité de base de la gestion forestière13 (Figure 12.1).

  • 14 Le règlement d’exploitation prévoyait « une assiette annuelle de coupes rases de 5 à 6 hectares rés (...)

11Les études manquent pour savoir si ces premières normes de la fin du xive siècle ont été fortement appliquées – on peut en douter. Néanmoins, le plus ancien aménagement de forêt de plaine connu remonterait lui aussi à 1376 ; il concerne la forêt normande de Roumare, destinée alors à fournir des bois de marine à l’arsenal de Rouen14.

  • 15 Lefebvre (R.), « Les services forestiers de la féodalité », op. cit., p. 67.
  • 16 Sainctyon, Les édits et ordonnances des roys, op. cit., p. 227.

12Ces belles recommandations, comme toutes les ordonnances suivantes (et elles furent nombreuses : 1402, 1515, 1518, 1540, 1543, 1550, etc.), restèrent en très grande partie lettres mortes, dans un royaume de France en proie aux guerres et aux troubles politiques propices à « un retour en force des bois sur les terres abandonnées et des confusions sur les limites de propriété encourageant ultérieurement des défrichements frauduleux15 ». Toutefois, le xvie siècle fut riche en réformations, vastes enquêtes réalisées par l’administration forestière du royaume à la demande de seigneurs laïques ou ecclésiastiques, dans le but de faire le point sur l’exploitation d’un massif forestier et de proposer de nouveaux règlements (forêts d’Orléans, de Villers-Cotterêts, etc.). Mais le délabrement du domaine forestier se poursuivit à une telle vitesse qu’en octobre 1561, Charles IX prescrivit par ordonnance la mise en réserve, pour croître en futaie, d’un tiers des bois royaux et ecclésiastiques – mesure que prolongea Henri IV (ordonnance de mai 1597) « pour remettre aussi et conserver à l’avenir le plus possible de bois en nature de haute fustaye16 ».

  • 17 Doussot (R.), Cours d’aménagement forestier – Historique et évolution des méthodes d’aménagement fr (...)
  • 18 « La désignation du lieu où doit se faire une coupe s’appelle l’assiette. Ainsi, asseoir une coupe,(...)

13Deux ans plus tard (en 1563), une nouvelle ordonnance vint compléter ce premier texte en définissant la méthode d’exploitation des bois dite du tire-et-aire, qui constituait à la fois « un mode d’exploitation, un type de sylviculture et une formule simplifiée d’aménagement17 »: la surface de la forêt concernée par l’aménagement était divisée par l’âge théorique des bois (fixé par l’aménagiste) au moment de l’exploitation finale, le résultat de ce rapport donnant la superficie à récolter chaque année. Ainsi, pour une forêt de 200 ha (environ 400 arpents) exploitée en taillis simple de chêne récolté à l’âge de 20 ans, chaque année voyait 10 ha (20 arpents) mis en coupe. On parle de coupe par contenance, l’aménagement se résumant à une simple opération d’arpentage, soit la délimitation du périmètre destiné à être récolté – appelé l’assiette18. Les coupes étaient de plus réalisées de proche en proche, ce qui facilitait grandement les opérations de récolte. L’année n, par exemple, on exploitait une première parcelle de 40 arpents ; l’année n + 1, une parcelle – toujours de 40 arpents – contiguë à la première, et ainsi de suite jusqu’au retour en coupe, l’année n + 20, à cette première parcelle (Figure 12.2).

  • 19 Granger (A.), « Les réformations successives de la forêt de Rambouillet », Revue des Eaux et Forêts (...)

14Ce système d’exploitation, dont la conception « géométrique » ne peut que heurter le forestier aménagiste contemporain, rend d’autant plus cruciaux l’arpentage des peuplements forestiers et la matérialisation des futures coupes, tant sur le terrain (par des layons) que sur la carte. Aussi, dans les années suivantes, retrouve-t-on la mention des premières cartes forestières, à l’exemple de la forêt de Rambouillet où la révision du règlement d’exploitation (en 1584) est accompagnée d’une carte dressée en 1605 par l’arpenteur Phizilier, sur ordre du surintendant des forêts du royaume, alors M. Clause de Fleury19.

  • 20 Lefebvre (R.), « Les services forestiers de la féodalité », op. cit., p. 92.
  • 21 Granger (A.), « Les réformations successives… », op. cit., p. 454.

15Ce texte de 1563 fixe aussi l’âge d’exploitation minimum des taillis, soit une rotation de 10 ans entre deux coupes : « En pratique, dans les forêts royales et ecclésiastiques, il fut souvent de 15 ans et même de 20 ans, mais les communautés et les particuliers coupaient à 5 ans, voire à 2 ou 3 ans20 ». Quant à l’âge d’exploitation des futaies, on relève dans les plans d’aménagement des révolutions théoriques de 100 ans, et jusqu’à 300 ans dans quelques cas exceptionnels21.

La mise en ordre des forêts (xviie-xviiie siècles) : la cartographie forestière toute-puissante

  • 22 Bourgenot (L.), « Les Eaux et Forêts, de la mort d’Henri IV à la réformation de Colbert (1610-1661) (...)

16Malgré la prolifération des ordonnances, la contenance des forêts royales diminua de moitié durant la première partie du xviie siècle, en raison de la multiplication des troubles civils (dont la Fronde), des conséquences de la guerre de Trente Ans et du délitement de l’administration forestière : « Déficiences dans la haute direction, déficiences dans le contrôle, le tout allant de pair avec des événements ou une politique délibérée entravant la gestion régulière des forêts, tel est le bilan désolant de la première moitié du xviie siècle22 ».

  • 23 Bourgenot (L.), « La réformation de Colbert (1661-1680) », Histoire de l’administration française…, (...)
  • 24 Puyo (J.-Y.), « L’épineux problème des bois de marine : l’affrontement services de la marine/corps (...)

17Le grand bouleversement dans la gestion des forêts du royaume intervint avec l’épisode appelé la « grande réformation de Colbert », de 1661 à 1680. Comme le souligne Louis Bourgenot, l’intérêt du bras droit de Louis XIV pour le domaine forestier « n’était pas dû à une sensibilité irraisonnée et purement intuitive23 ». En fait, la législation forestière nationale et l’état de la ressource ne permettaient plus d’entretenir une marine (de guerre et marchande) puissante, gage alors de suprématie pour les grands États européens. Aussi, la déliquescence des forêts et des arsenaux navals du royaume, conjuguée à la grande misère – tant en quantité qu’en qualité – de la flotte française, poussa-t-elle Colbert à faire adopter des mesures énergiques : l’achat à l’étranger, entre 1662 et 1669, de 119 navires24 ; une sévère réorganisation de l’administration des Eaux et Forêts (arrêt du 15 octobre 1661) ; la reconnaissance générale des forêts du royaume (instruction du 10 mars 1663) ; l’adoption, enfin, d’une réglementation, la célèbre ordonnance de Colbert de 1669, sur « le faict des Eaux et Forêts », visant à assurer sur le long terme tant l’approvisionnement en bois de marine que la conservation et l’amélioration des forêts du royaume.

18En premier lieu, cette nouvelle réglementation forestière renforçait les pouvoirs des maîtrises des Eaux et Forêts ; les agents forestiers du roi étaient désormais qualifiés pour intervenir non seulement dans les forêts royales, mais aussi dans les propriétés ecclésiastiques et privées. En deuxième lieu, les coupes réalisées dans les forêts royales devaient obéir à un règlement d’exploitation arrêté par le Conseil du roi. En troisième lieu, dans les forêts royales, ecclésiastiques, « paroisses, communautés et gens de main-morte », après reconnaissance des limites et des peuplements, un quart au moins des bois « les plus bien venant » allait être mis en réserve (« au repos ») pour croître en futaie. De la même manière, un âge d’exploitation des bois fut fixé – 120 ans pour les futaies appartenant à des « particuliers ». Dans le quart mis en réserve, baliveaux mais aussi modernes et anciens étaient considérés comme des arbres de futaie et interdits de coupe, sauf cas exceptionnels : incendies et autres accidents climatiques. Ces coupes dites exceptionnelles, destinées à récolter les arbres « secs, viciés et dépérissant », ne pourraient être autorisées qu’après l’expertise du grand maître des Eaux et Forêts. De même, dans les coupes de taillis, les textes prévoyaient la préservation de 16 à 25 baliveaux par arpent, les futures réserves. Enfin, les droits d’usages, dans les forêts du domaine royal mais aussi dans les peuplements appartenant aux communautés rurales, se voyaient sévèrement réglementer (Figure 12.3).

  • 25 « Normalement, l’Ordonnance n’aurait pas dû rester muette sur les traitements appropriés aux forêts (...)
  • 26 Fruhauf (C.), Forêt et société – De la forêt paysanne à la forêt capitaliste en pays de Sault sous (...)
  • 27 Ibid., p. 112.

19Malgré ses nombreuses imperfections25, la nouvelle réglementation entraîna d’une part la multiplication des opérations de réformation – et ce, même dans les lieux les plus reculés du territoire national (les Pyrénées, par exemple, avec la réformation dirigée par Louis de Froidour) – et, d’autre part, une grande demande en arpenteurs qualifiés qui, selon les régions, pouvaient manquer. Ainsi, en 1737, pour la réformation d’une partie des forêts montagnardes ariégeoises, il fut d’abord impossible de recruter des arpenteurs compétents, ni localement, ni dans les régions limitrophes ! Du fait des pentes, « la chaîne ne [pouvait] passer dans plusieurs cantons [dont] il [fallait] lever le terrain géométriquement pour en faire la réduction par la solution des triangles26 ». Aussi fallut-il en faire venir de très loin, moyennant de fort avantageuses conditions financières. Quant aux résultats de ces travaux, ils sont considérés encore aujourd’hui comme de grande qualité, les plans qui accompagnent les procès-verbaux de bornage, conçus à grande échelle, s’avérant « remarquables de précision27 ».

  • 28 Paris, chez Guillin, 1764.
  • 29 Ibid.

20Jusqu’au dernier tiers du xviiie siècle, on peut parler d’une cartographie réalisée par des arpenteurs « civils » au service de la forêt, mais pas encore de véritable « cartographie forestière », c’est-à-dire d’un savoir et de pratiques disciplinaires relatifs à la cartographie, propres au corps forestier français. À notre sens, l’initiateur d’une cartographie purement forestière est le dénommé Guiot, « garde-marteau de la maîtrise des Eaux et Forêts de Rambouillet » ; celui-ci publie en 1764 le premier mémoire consacré à l’arpentage rédigé par un forestier, intitulé L’Arpenteur forestier ou méthode nouvelle de mesurer, calculer et construire toutes sortes de figures suivant les principes géométriques et trigonométriques avec un traité d’arpentage appliqué à la réformation des forêts très utile tant aux arpenteurs et géographes qu’aux marchands et propriétaires de bois28. L’auteur débute son ouvrage par un petit lexique des termes les plus usités en arpentage ; il décrit les instruments, ainsi que leur usage : jalons, chaîne, équerres, boussole et graphomètre. Suit la présentation de divers problèmes et solutions techniques « expliquées pour toutes sortes de mesures appliquées au domaine forestier29 ».

  • 30 Plinguet (J.-B.), Traité sur les réformations et les aménagements des forêts, avec une application (...)
  • 31 Se reporter à nos commentaires sur les théories sylvicoles de Plinguet dans l’article suivant : Puy (...)
  • 32 Plinguet (J.-B.), Traité sur les réformations…, op. cit., p. 43.
  • 33 Ibid., p. 42.
  • 34 Ibid., p. 44.

21Ces premiers écrits sont ensuite complétés par Jean-Baptiste Plinguet, ingénieur en chef du duc d’Orléans et auteur d’un remarquable Traité sur les réformations et les aménagements des forêts, avec une application à celles d’Orléans & de Montargis30. En plus de proposer un contenu fort intéressant et parfois innovant quant aux pratiques sylvicoles31, cet ouvrage se veut aussi un manuel d’aide à la cartographie des peuplements forestiers. En premier lieu, l’auteur souligne l’importance de recourir, pour ces opérations de cartographie, à des « ingénieurs, physiciens et naturalistes », car « on se doit de se familiariser avec les procédés de la Nature32 ». Or, comme nous le verrons plus loin, en ce domaine, ses vœux ne furent exaucés que trente-cinq ans plus tard, la France n’étant pas encore dotée, en cette fin de xviiie siècle, d’une école professionnelle vouée à former les « ingénieurs » en charge du domaine forestier. Puis, à travers l’exemple des forêts d’Orléans et de Montargis, Plinguet présente les étapes nécessaires à l’établissement d’une cartographie des peuplements forestiers, car, selon lui, « il est on ne peut plus essentiel, pour l’administration de toutes les forêts, d’avoir de chacune un plan général33 ». La première consiste à définir une ligne traversant l’ensemble du massif et nommée méridienne. À partir de cet axe, les routes et « grands chemins de communication » sont relevés par triangulation, opération formant le moyen d’un plan général du massif. Sur cette base est alors reporté l’emplacement des paroisses présentes au cœur du massif ou dans ses alentours. « On se servira par la suite de tous ces points donnés de positions pour établir les détails dont on aura besoin34 », comme par exemple les différentes parcelles forestières, théâtres des opérations sylvicoles (Figure 12.4).

  • 35 Grand-Mesnil (M.-N.), « L’administration des forêts pendant la Révolution, le Consulat et l’Empire (...)
  • 36 Puyo (J.-Y.), « La circulation des conceptions forestières entre la France et l’Allemagne aux xviii(...)
  • 37 Liste publiée dans l’ouvrage d’É.-F. Dralet, Traité du régime forestier ou analyse méthodique et ra (...)
  • 38 Curten (Aîné), Coup d’œil politique et économique sur l’état actuel des bois et forêts en France, s (...)

22Le xviiie siècle se termine avec les troubles de la Révolution et les guerres du Premier Empire, épisodes rudes pour une ressource forestière nationale déjà en bien triste état à la veille de ces événements35. Nous avons montré dans des travaux antérieurs que cette période, d’un point de vue scientifique et réglementaire, peut être assimilée à un véritable âge d’or pour la foresterie française36. Deux constats viennent appuyer notre démonstration : en premier lieu, entre novembre 1789 et janvier 1811, nous avons relevé pas moins de 291 textes de lois, décrets et circulaires concernant la forêt37. À titre de comparaison, la période précédente, qui débute par l’ordonnance de 1318, comprend moins d’une cinquantaine de textes de lois. Notons que cette frénésie administrative reflète la situation extrêmement délicate des forêts françaises, de même que la pression constante exercée par les gouvernements successifs sur un bien présentant un fort intérêt économique, mais aussi militaire (bois de marine, affûts de pièces d’artillerie, tannerie, poudre à canon, etc.)38.

  • 39 Jacquemart (D.-A.), Bibliographie forestière française ou catalogue chronologique des ouvrages fran (...)
  • 40 Burgsdorff (von), Nouveau manuel forestier, trad. de J.-J. Baudrillart, Paris, Arthus-Bertrand, 4e (...)

23En second lieu, la production écrite concernant les forêts ne se limite pas au seul domaine administratif. Ainsi, la précieuse Bibliographie forestière française publiée par D.-A. Jacquemart en 1851 recense, pour la période révolutionnaire et celle du Premier Empire, près de 150 mémoires et ouvrages consacrés au domaine forestier (dont à peine 5 traductions de travaux étrangers). Ce chiffre est considérable, d’autant que le même auteur signale seulement 130 références pour les trois siècles précédents39. Cette dernière remarque s’avère fondamentale car, jusqu’à nos jours, la quasi-totalité des livres étudiant l’histoire de la foresterie française a eu tendance à faire saillir une supposée absence de littérature forestière française au tournant du xviiie siècle pour expliquer la faveur que connurent les conceptions allemandes lors de la fondation de l’école française de sylviculture. Or, il n’en est rien, la liste des publications que nous venons de citer renferme des ouvrages d’une très grande qualité40.

  • 41 Le découpage politique de l’Allemagne en une multitude d’entités indépendantes (39 états lors de la (...)
  • 42 Van-Recum (A.), Observations sur la nécessité d’établir, en France, des écoles forestières, Paris, (...)

24Enfin, confrontés dans ces mêmes années à une puissante foresterie allemande – alors la première en Europe – reposant sur un important réseau d’écoles forestières41, les forestiers français envisagent de fonder une école spécialisée pour former à court terme de futurs cadres. Ainsi, en 1807, Van-Recum, forestier allemand (originaire du Palatinat) au service de l’Empire français, prône la création de plusieurs établissements dans lesquels la géométrie « élémentaire et pratique », la trigonométrie et le dessin auront toute leur place à côté de l’histoire naturelle, la botanique, l’économie forestière, la technologie forestière et le droit forestier, entre autres42.

L’École forestière de Nancy et l’institutionnalisation de la cartographie forestière (1824-1914)

25Le retour aux affaires des royalistes est marqué, dans l’histoire de la foresterie française, par deux événements majeurs :

  • la promulgation du code forestier de 1827, modifié par la suite à de multiples occasions. Il soumet, entre autres, les peuplements forestiers communaux à la gestion des services forestiers de l’État (article à l’origine de nombreuses contestations locales, parfois violentes) ;

    • 43 Dissoute en 1990, quatre ans après avoir fêté son centenaire (!) ; la formation qu’elle assurait mi (...)
    • 44 Soit les forêts domaniales et les forêts communales, représentant de nos jours près de 4,4 millions (...)
    • 45 Ainsi, pour l’année 1881, le corps enseignant de l’École se résume à 4 professeurs, 3 chargés de co (...)

    la fondation à Nancy, en 1824, de la première école française consacrée à la science forestière, toujours en activité. Jusqu’à l’ouverture de l’enseignement forestier au domaine privé, dans le courant des années 1970, elle n’a guère eu à souffrir d’une quelconque concurrence, sinon de l’école « sœur » des Barres (l’ENITEF) chargée de la formation des ingénieurs forestiers de terrain43. Cette situation de quasi-monopole intellectuel fait que, jusqu’à ces quarante dernières années, la sylviculture prônée dans les manuels français s’est surtout intéressée à la gestion des forêts directement soumises à l’autorité de l’État44. Ce sont les enseignants en poste à Nancy (soit un nombre très restreint d’individus45) qui ont fixé les préceptes aménagistes français, conditionnant pour des dizaines d’années le devenir des peuplements boisés.

  • 46 L’allemand entre au concours en 1840, puis la botanique, l’histoire et la géographie en 1869. Voir (...)

26Entre 1824 et 1889, l’École forestière recrute ses étudiants par un concours faisant la part belle aux sciences mathématiques. Ainsi, dans les sujets d’interrogation du concours de 1834, on retrouve, en plus d’une composition de français, d’un exercice de traduction latine et d’un devoir de physique et de chimie, d’autres domaines nécessaires à la cartographie forestière : l’arithmétique et « l’exposition du nouveau système métrique », la géométrie élémentaire, la trigonométrie rectiligne, « les éléments de géométrie descriptive limités au point, à la ligne et au plan46 », et enfin le dessin.

27Les exercices de relevés topographiques dans la forêt proche de Haye deviennent alors un grand classique des sorties de terrain (les courses), comme le montre la gravure suivante (Figure 12.5).

28En 1882, les travaux de terrain consacrés à la topographie et au nivellement représentent, pour les étudiants de deuxième année, 10 journées sur un total annuel de 54, ce qui n’est pas rien. Il s’agit notamment d’inculquer aux futurs cadres les notions alors essentielles d’arpentage, consistant :

  • 47 Ducoudray (C.) [nom d’emprunt de Louis-Auguste Arnould, élève de la promotion 1887], « L’École fore (...)

[…] à asseoir sur le terrain la coupe de l’année suivante. On part avec sa boussole, sa chaîne d’arpenteur, les fiches et les mires. On suit les contours du bois sur tous les côtés, sauf un, qui sera déterminé par le graphique. Quand on croit avoir une surface suffisante, après avoir les orientements et les longueurs de chaque ligne, on s’arrête, on prend un carton, du papier, des règles, des compas et des équerres, on fait son plan exact, là, en forêt ; on mène la ligne sur le papier : elle doit donner la surface demandée à 1/200 près47.

  • 48 Puton (A.), Rapport d’activité de l’année 1881-1882 adressé au Directeur des Forêts, Nancy, 10 nove (...)
  • 49 Chiffres cités par C. Ducoudray, « L’École forestière », op. cit., p. 508.

29Les autres sorties de terrain se partagent entre la sylviculture (22 journées), la physiologie végétale et l’« art militaire » (7 journées chacun)48. À ces travaux de topographie « en situation » s’ajoute le temps passé devant la planche à dessin : 6 à 8 heures par semaine49.

  • 50 Voir G. L. Hartig, Instruction sur la culture du bois à l’usage des particuliers, trad. de J.-J. Ba (...)

30Les enseignements de l’École, et en particulier la pratique de la cartographie forestière, accompagnent un important changement dans les conceptions sylvicoles de l’aménagement forestier. Son premier directeur, Bernard Lorentz, pose comme modèle idéal la futaie régulière obtenue par la méthode du réensemencement naturel et des éclaircies successives ; celle-ci est censée permettre d’assurer une production soutenue au cours du temps et un repeuplement « naturel » des futaies. Définie dès la fin du xviiie siècle par les maîtres allemands Georg Ludwig Hartig et Johann Heinrich Cotta, cette méthode s’appuie sur une succession de coupes pour ouvrir progressivement le peuplement mûr. La première coupe, dite sombre ou coupe d’ensemencement, se contente de préparer le sol pour recevoir les futurs semis ; les arbres de plus faibles dimensions ainsi que le sous-bois sont enlevés. Des coupes claires, ou coupes secondaires, suivent dès l’acquisition en nombre suffisant de semis viables, les porte-graines étant exploités au fur et à mesure jusqu’à la coupe rase finale, la coupe définitive, qui ôte les derniers arbres adultes (appelés encore semenciers)50. Le peuplement ainsi obtenu est dit régulier car il est composé d’individus du même âge, à quelques années près (environ 25 ans). Son existence sera jalonnée de coupes d’amélioration, à l’exemple des dégagements et dépressages des semis, et d’éclaircies successives destinées à diminuer peu à peu la densité en tige du peuplement, jusqu’à la densité « idéale » finale.

31Cette méthode repose en grande partie sur des techniques sylvicoles connues des auteurs français :

    • 51 « Il est bien reconnu qu’éclaircir un bois, c’est devancer l’ouvrage de la nature, et se procurer u (...)

    les éclaircies, expurgades en occitan, sont pratiquées en France depuis le xvie siècle, et recommandées par tous les grands noms de la foresterie française des xviiie et xixe siècles, aussi bien René-Antoine Ferchault de Réaumur, Georges-Louis Leclerc de Buffon, Henri-Louis Duhamel du Monceau, Philibert Varenne de Fenille, Clausse, Léon Perthuis de Laillevault que Étienne-François Dralet51 ;

    • 52 « Quel est l’homme riche, assez désintéressé, qui voudra sacrifier ses meilleures terres, et les pl (...)

    les futaies régulières, futaies pleines, futaies en massif, futaies en masse ou encore futayes et fustayes sont, quant à elles, beaucoup plus critiquées (difficultés de gestion, coût économique52, etc.) mais restent bien présentes dans les forêts de l’Ancien Régime, formées principalement grâce à l’instauration du quart en réserve.

  • 53 « Les souches étant trop âgées pour rejeter, la futaie adulte était coupée à blanc, les souches arr (...)

32En revanche, nous n’avons trouvé dans aucun ouvrage français du xviiie siècle une technique qui pourrait s’apparenter à la méthode allemande de régénération naturelle des futaies pleines par coupes successives. Les auteurs qui dissertent sur l’intérêt de ces futaies ne se posent guère la question de leur renouvellement, il semble inéluctable de les reconstituer comme on le faisait jadis dans les forêts du roi (Compiègne, Fontainebleau, Saint-Germain-en-Laye), c’est-à-dire par semis artificiels ou plantations53. La régénération naturelle est pourtant bien familière aux forestiers français : elle est codifiée dans toutes les forêts du royaume depuis l’ordonnance de 1669, qui, comme nous l’avons vu, recommandait de préserver à chaque coupe du taillis un certain nombre de baliveaux. Avec une telle réglementation, le traitement dit du taillis-sous-futaie, favorisé, s’est généralisé, ce qui explique sans doute le retard pris par les auteurs français dans la gestion des futaies régulières.

  • 54 Blais (R.), Une grande querelle forestière, la conversion, Paris, Presses universitaires de France, (...)
  • 55 Pour les taillis, on laissait vieillir les peuplements, tout en les parcourant régulièrement par de (...)

33On comprend aisément l’engouement d’un Lorentz vis-à-vis d’une méthode d’aménagement somme toute relativement simple à comprendre (mais beaucoup plus difficile à appliquer et surtout à réussir), regroupant des préceptes déjà connus des forestiers français. De plus, en fondant la nouvelle science forestière française sur des enseignements germaniques, Lorentz tournait irrémédiablement la page de la foresterie type de l’Ancien Régime qui, selon ses propres dires, « [avait] tenu les forestiers de France au berceau54 ». Désormais, l’école de sylviculture française misait sur des opérations de conversion des forêts du royaume, qui présentaient alors dans leur quasi-totalité des structures dites irrégulières, dues à une exploitation « traditionnelle » en taillis, taillis-sous-futaie, taillis fureté et futaies jardinées55.

34Ce changement philosophique dans les conceptions disciplinaires, combiné à la soumission des forêts communales françaises – opération qui prendra tout le xixe siècle –, entraîna pour le corps forestier une charge de travail très importante, notamment la réalisation des documents cartographiques : chaque forêt, domaniale comme communale, devait être dotée d’un plan d’aménagement, document manuscrit élaboré par le cadre forestier en charge du massif et agréé ensuite par une instance nationale. On y retrouve la description fine des différentes parcelles forestières, ainsi que l’ensemble des opérations sylvicoles (dégagements des semis naturels, dépressages, éclaircies, coupes d’ensemencement, etc.) à réaliser pour une période déterminée (par exemple, pour les 30 ou 40 ans à venir). Ces documents aménagistes étaient de plus accompagnés d’une carte des peuplements forestiers (Figure 12.6).

35Dans les faits, l’évolution des conceptions forestières a pu entraîner un changement dans les parcellaires forestiers des forêts domaniales car, désormais, les aménagistes recherchent un équilibre des classes d’âge pour assurer à l’échelon du massif et au cours du temps un rendement soutenu (en bois) encore appelé rapport soutenu, à travers l’état normal de la forêt :

  • 56 Huffel (G.), Cours d’économie forestière, t. III, p. 214, cité par H. de Coincy, Aide-mémoire de l’ (...)

Une série de futaie régulière est à l’état normal quand elle présente sur des surfaces égales des peuplements de tous âges, depuis le semis naissant jusqu’au massif exploitable, c’est-à-dire jusqu’au massif composé d’arbres dont l’âge correspond exactement à la durée de la révolution normale56.

36Pour ce faire, le massif forestier doit théoriquement présenter, en superficie, autant de jeunes peuplements que de peuplements adultes en pleine croissance et de peuplements destinés à être mis en régénération naturelle – et donc, à récolter.

37En 1837, Adolphe Parade, directeur de l’École forestière (et gendre de Lorentz), s’inspire de ces méthodes allemandes pour définir son propre mode d’aménagement régulier. Le découpage du massif en unités d’aménagement, la série, répond à un savant équilibre tenant compte de la période, de la révolution et de la surface initiale. Si l’on désigne par :

  • S, la surface de la série ;

  • R, la révolution ;

  • P, la période, dont la durée est liée à la celle de régénération ;

  • alors Sr, la surface à régénérer durant la période, est égale à (S/R) x P.

38Ainsi, si une série comprend 400 ha de chênes sessiles de bon allant, à renouveler en 160 ans, par des périodes de 40 ans, la surface à régénérer par période sera égale à (400/160) x 40, soit 100 ha. La série est donc divisée en 4 ensembles de parcelles d’environ 100 ha chacun, constituant 4 affectations à régénérer au cours des 4 périodes successives, soit en 160 ans. Et l’affectation présentant la plus importante proportion de gros bois est la première à être mise en régénération ; elle est appelée affectation en tour.

39La méthode des affectations a connu de nombreuses variantes, mais ses préceptes de base ont été fidèlement appliqués dans les forêts soumises jusqu’à la fin des années 1960. On les retrouve, ces différentes affectations, matérialisées sur les cartes d’aménagement, à l’exemple du plan de la forêt domaniale de Montargis, datant de la fin du xixe siècle (Figure 12.7).

*
* *

  • 57 Mémorial du Dépôt général de la Guerre, t. II (travaux de la commission, années 1803, 1804, 1805 et (...)
  • 58 Ibid., p. 5.

40En guise de conclusion, nous aimerions insister sur quatre points particuliers. En premier lieu, le savoir-faire cartographique des forestiers est reconnu dès la fin du xviiie siècle. Preuve en est la présence d’un forestier, Pierre-Gilles Chanlaire, « chef de la 2e division de l’administration générale des forêts », au sein de la célèbre commission réunie le 28 fructidor an XI (15 septembre 1802) par le général de brigade Nicolas-Antoine Sanson – directeur du Dépôt général de la Guerre –, regroupant alors « les différents services publics [français] intéressés à la perfection de la topographie57 ». D’ailleurs, à l’occasion de cette première réunion, la commission fut informée « avec satisfaction » par Chanlaire « des mesures prises par l’administration générale des forêts, pour obtenir des arpentages uniformes, pour les rattacher aux grands canevas trigonométriques, et rendre ces opérations si multipliées utiles à la topographie58 ».

  • 59 Puyo (J.-Y.), « Le traitement photographique des Pyrénées par les forestiers français (1860-1914) » (...)

41En deuxième lieu, à l’instar de la photographie dans le dernier quart du xixe siècle59, la carte a joué un rôle important dans les négociations parfois difficiles entre un service forestier étatique et les élus locaux… D’abord comme symbole fort de la soumission des peuplements communaux au régime forestier, puis comme outil de démonstration (« statut de la preuve ») pour expliquer les opérations sylvicoles menées dans ces mêmes forêts. Cependant, ces documents cartographiques n’étaient pas appelés à être reproduits en nombre, ils demeuraient à usage strictement interne et circulaient peu. Nous pouvons estimer, en effet, que la carte d’un massif forestier communal, réalisée à l’occasion de la révision de son plan d’aménagement, pouvait être dupliquée en trois, voire quatre exemplaires : un premier pour le dossier soumis à l’administration centrale « parisienne » (afin d’obtenir l’accord de l’ingénieur en chef chargé du contrôle des plans d’aménagement) ; un deuxième destiné à la direction régionale du corps forestier (échelon de la conservation) ; un troisième pour le niveau « départemental » (échelon de l’inspection) ; et, éventuellement, un dernier exemplaire pour l’échelon « communal » (le canton).

42En troisième lieu, la capacité de manier un théodolite (« coincer la bulle du T0 »), de réaliser des levés topographiques en visée « directe ou indirecte », puis de reporter le tout sur un plan et/ou une carte, a fait partie du bagage disciplinaire de base du technicien – et même de l’ingénieur de terrain forestier – jusqu’à la fin du xxe siècle ; un savoir-faire désormais remplacé, dans une large mesure, par la CAO et les SIG.

  • 60 Arnould (P.), « Anciennes assiettes de coupes, parcellaires d’aujourd’hui et de demain : la cense d (...)
  • 61 Rochel (X.), Gestion forestière et paysages dans les Vosges d’après les registres de martelages du (...)

43Enfin, les cartes forestières anciennes représentent un formidable corpus, encore trop peu étudié, pour des recherches relevant de la biogéographie historique, à l’exemple des travaux de Paul Arnould sur les forêts de l’Aisne60, ou de ceux plus récents de Xavier Rochel sur les peuplements vosgiens61.

Notes

1 Puyo (J.-Y.), « Enseignement forestier et sciences sociales : « le grand nulle part » (1824-1914) », dans B. Kalaora et A. Savoye dir., Les Études sociales, no spécial Les élites professionnelles à l’école des sciences sociales, no 134, 2001, p. 7-22.

2 Baudrillart (J.-J.), Traité général des Eaux et Forêts – Seconde partie : dictionnaire général raisonné et historique des Eaux et Forêts, Paris, Arthus-Bertrand, 1823, t. I, p. 169.

3 Parade (A.), « Notice historique sur l’art des aménagements », introduction de l’ouvrage de H. Nanquette, Cours d’aménagement des forêts, Nancy, Imprimerie Grimblot, 1860, p. IV.

4 Le dictionnaire Le Robert date de 1771 son passage dans le vocabulaire courant. « Au xviiie siècle, l’aménagement s’applique surtout à la marine (« aménager un navire ») et à la décoration (« aménager une pièce ») », Buridant (J.), « Les aménagements cynégétiques en forêt dans les traités de chasse et d’économie rurale », dans A. Corvol dir., Forêt et faune – Cahier d’études no 12, CNRS, 2002, p. 33-40. Devèze (M.), L’histoire des forêts, Paris, Presses universitaires de France, 1965.

5 Le même dictionnaire Le Robert date de 1375 la création du terme de futaie, issu de l’ancien français fustaye.

6 Huffel (G.), Économie forestière, Paris, Laveur, 1904, t. I, p. 6.

7 Buffault (P.), « La législation forestière de 1219 à 1376 », Revue forestière française, février 1936, p. 142-152.

8 Chiffre avancé par Gustave Huffel, cité par R. Lefebvre, « Les services forestiers de la féodalité », Histoire de l’administration française – Les Eaux et Forêts, du xiie au xxe siècle, Paris, CNRS, 1990, p. 32.

9 Bourgenot (L.), « Histoire des forêts feuillues en France », Éléments d’histoire forestière, no spécial de la Revue forestière française, 1977, p. 7-26.

10 Lorentz (B.), Cours élémentaire de culture des bois, Nancy, Imprimerie Grimblot et veuve Raybois, 3e éd., 1855, p. 147.

11 Sainctyon, Les édits et ordonnances des roys, Paris, chez la veuve Abal Langelier, 1610. Cité par P. Buffault, « Pour la défense des futaies », Revue des Eaux et Forêts, mai 1926, p. 226.

12 Baudrillart (J.-J.), Traité général des Eaux et Forêts…, op. cit., t. I, p. 331.

13 L’aménagiste recherche au niveau de la parcelle une certaine homogénéité du peuplement : même(s) essence(s), même structure du peuplement, même traitement (un type de traitement correspond à l’ensemble des opérations que l’on fait subir à un peuplement forestier, depuis le semis ou la plantation jusqu’à la récolte finale : différents types de travaux sylvicoles destinés à optimiser la croissance des arbres et par là, le rendement financier).

14 Le règlement d’exploitation prévoyait « une assiette annuelle de coupes rases de 5 à 6 hectares réservant de 16 à 20 baliveaux par hectare », Bourgenot (L.), « Histoire des forêts feuillues en France », op. cit., p. 11.

15 Lefebvre (R.), « Les services forestiers de la féodalité », op. cit., p. 67.

16 Sainctyon, Les édits et ordonnances des roys, op. cit., p. 227.

17 Doussot (R.), Cours d’aménagement forestier – Historique et évolution des méthodes d’aménagement françaises des origines à nos jours, Nancy, ENGREF, 1993, p. 6.

18 « La désignation du lieu où doit se faire une coupe s’appelle l’assiette. Ainsi, asseoir une coupe, ou faire l’assiette d’une coupe, c’est désigner son emplacement », Lorentz (B.), Cours élémentaire…, op. cit., p. 147.

19 Granger (A.), « Les réformations successives de la forêt de Rambouillet », Revue des Eaux et Forêts, septembre 1926, p. 452-463.

20 Lefebvre (R.), « Les services forestiers de la féodalité », op. cit., p. 92.

21 Granger (A.), « Les réformations successives… », op. cit., p. 454.

22 Bourgenot (L.), « Les Eaux et Forêts, de la mort d’Henri IV à la réformation de Colbert (1610-1661) », Histoire de l’administration française – Les Eaux et Forêts, du xiie au xxe siècle, Paris, CNRS, 1987, p. 116-130.

23 Bourgenot (L.), « La réformation de Colbert (1661-1680) », Histoire de l’administration française…, op. cit., p. 131-164.

24 Puyo (J.-Y.), « L’épineux problème des bois de marine : l’affrontement services de la marine/corps forestier (France, 1820-1860) », dans C. Villain-Gandossi dir., Deux siècles de constructions et chantiers navals, Paris, CTHS, 2002, p. 147-160.

25 « Normalement, l’Ordonnance n’aurait pas dû rester muette sur les traitements appropriés aux forêts de montagne, aux forêts méditerranéennes, et aux essences résineuses. Elle ne s’en est pas souciée, sans doute parce que les réformateurs eux-mêmes ne s’étaient pas encore attaqués à ces types de forêts », Bourgenot (L.), « La réformation de Colbert (1661-1680) », Histoire de l’administration française…, op. cit., p. 163.

26 Fruhauf (C.), Forêt et société – De la forêt paysanne à la forêt capitaliste en pays de Sault sous l’Ancien Régime (vers 1670-1791), Paris, CNRS, 1980, p. 110.

27 Ibid., p. 112.

28 Paris, chez Guillin, 1764.

29 Ibid.

30 Plinguet (J.-B.), Traité sur les réformations et les aménagements des forêts, avec une application à celles d’Orléans & de Montargis, Orléans, Jacob l’Aîné, 1789.

31 Se reporter à nos commentaires sur les théories sylvicoles de Plinguet dans l’article suivant : Puyo (J.-Y.), « L’interprétation sylvicole des chablis (xviiie-xxe siècle) », dans A. Corvol dir., Bois et Grands Vents – Tempêtes sur la forêt française (xvie-xxe siècle), Paris, L’Harmattan, 2005, p. 103-118.

32 Plinguet (J.-B.), Traité sur les réformations…, op. cit., p. 43.

33 Ibid., p. 42.

34 Ibid., p. 44.

35 Grand-Mesnil (M.-N.), « L’administration des forêts pendant la Révolution, le Consulat et l’Empire et les débuts de la Restauration (1789-1820) », dans Les Eaux et Forêts, du xiie au xxe siècle…, op. cit., p. 257-429.

36 Puyo (J.-Y.), « La circulation des conceptions forestières entre la France et l’Allemagne aux xviiie et xixe siècles », dans P. Boulanger et J.-R. Trochet dir., Où en est la géographie historique ?, Paris, L’Harmattan, coll. « Géographie et Cultures », 2005, p. 275-290.

37 Liste publiée dans l’ouvrage d’É.-F. Dralet, Traité du régime forestier ou analyse méthodique et raisonnée, Paris, Arthus-Bertrand, 1812, vol. 2, p. 171-207.

38 Curten (Aîné), Coup d’œil politique et économique sur l’état actuel des bois et forêts en France, suivi d’un projet d’institutions forestières, Grenoble, J. Allier imprimeur, 1804.

39 Jacquemart (D.-A.), Bibliographie forestière française ou catalogue chronologique des ouvrages français ou traduits en français et publiés depuis l’invention de l’imprimerie jusqu’à ce jour sur la sylviculture, l’arboriculture forestière, et sur les matières qui s’y rattachent, Paris, Annales forestières, 1851, p. 12.

40 Burgsdorff (von), Nouveau manuel forestier, trad. de J.-J. Baudrillart, Paris, Arthus-Bertrand, 4e éd., 1808.

41 Le découpage politique de l’Allemagne en une multitude d’entités indépendantes (39 états lors de la fondation de la Confédération germanique en 1815 au congrès de Vienne) a favorisé la création d’un grand nombre d’écoles forestières, avec un premier enseignement à l’université d’Iéna en 1734. Au tournant du xviiie siècle, on en relève plus d’une dizaine (sans compter les chaires universitaires) qui fonctionnent au gré des vicissitudes politiques de l’époque. Ces établissements fournissent aux différentes administrations un personnel instruit, tout en favorisant la publication de nombreux ouvrages forestiers ainsi que l’apparition d’une presse spécialisée importante, avec pas moins de 11 titres pour la période 1763-1802. Voir J.-Y. Puyo, « La circulation des conceptions forestières… », op. cit.

42 Van-Recum (A.), Observations sur la nécessité d’établir, en France, des écoles forestières, Paris, Cellot, 1807.

43 Dissoute en 1990, quatre ans après avoir fêté son centenaire (!) ; la formation qu’elle assurait migra alors à Nancy.

44 Soit les forêts domaniales et les forêts communales, représentant de nos jours près de 4,4 millions d’hectares sur un total national d’environ 15,5 millions d’hectares (chiffres n’incluant par les superficies forestières des départements et territoires d’outre-mer).

45 Ainsi, pour l’année 1881, le corps enseignant de l’École se résume à 4 professeurs, 3 chargés de cours et 4 répétiteurs.

46 L’allemand entre au concours en 1840, puis la botanique, l’histoire et la géographie en 1869. Voir C. Guyot, L’enseignement forestier en France : l’École de Nancy, Nancy, Crépin-Leblond, 1898. Puyo (J.-Y.), « La science forestière vue par les géographes français, ou la confrontation de deux sciences diagonales (1870-1914) », Annales de géographie, nos 609-610, 2000, p. 617-634.

47 Ducoudray (C.) [nom d’emprunt de Louis-Auguste Arnould, élève de la promotion 1887], « L’École forestière », dans L. Rousselet, Nos grandes écoles militaires et civiles, Paris, Librairie Hachette, 3e éd., 1892, p. 491-525.

48 Puton (A.), Rapport d’activité de l’année 1881-1882 adressé au Directeur des Forêts, Nancy, 10 novembre 1882, Archives de l’ENGREF.

49 Chiffres cités par C. Ducoudray, « L’École forestière », op. cit., p. 508.

50 Voir G. L. Hartig, Instruction sur la culture du bois à l’usage des particuliers, trad. de J.-J. Baudrillart, Paris, C. F. Patris, 1805 – ou encore la présentation, toujours par J.-J. Baudrillart, de la méthode Hartig dans les Annales forestières, t. II, 1809, « Exploitation des futaies par coupes successives », p. 165-177.

51 « Il est bien reconnu qu’éclaircir un bois, c’est devancer l’ouvrage de la nature, et se procurer une jouissance actuelle qui bonifie celle de l’avenir », Dralet (É.-F.), Traité de l’aménagement des bois et forêts, Toulouse, chez la veuve Douladoure, 1807, p. 74.

52 « Quel est l’homme riche, assez désintéressé, qui voudra sacrifier ses meilleures terres, et les planter en bois destinés à devenir futaies, pour la jouissance de sa huitième génération ? », Perthuis de Laillevault (R. de), Traité de l’aménagement et de la restauration des bois et forêts de la France, Paris, Madame Huzard, 1803, p. 190.

53 « Les souches étant trop âgées pour rejeter, la futaie adulte était coupée à blanc, les souches arrachées, puis le terrain labouré, semé ou planté. Ces parcelles étaient en suite protégées en les entourant de landrages et de paillages que l’on entretenait pendant douze à quinze ans jusqu’au moment où il n’y avait plus le danger d’y laisser fréquenter le gros gibier », Clausse, Précis sur l’aménagement et l’administration des forêts et bois nationaux de la République française, Paris, Chanterenné, an VIII, p. 58.

54 Blais (R.), Une grande querelle forestière, la conversion, Paris, Presses universitaires de France, 1936, p. 7.

55 Pour les taillis, on laissait vieillir les peuplements, tout en les parcourant régulièrement par des coupes préparatoires destinées à favoriser les plus beaux individus, dont les régénérations donneraient après la coupe finale la future futaie régulière. Dans les taillis-sous-futaie, le mécanisme était fort semblable, après l’enlèvement des réserves les plus âgées qui n’auraient pas pu subsister jusqu’à la coupe finale sans une forte dépréciation des bois.

56 Huffel (G.), Cours d’économie forestière, t. III, p. 214, cité par H. de Coincy, Aide-mémoire de l’aménagiste, Nancy, Imprimerie Berger-Levrault, 1926, p. 12.

57 Mémorial du Dépôt général de la Guerre, t. II (travaux de la commission, années 1803, 1804, 1805 et 1810), Paris, C. Picquet, rééd. 1831, p. 1.

58 Ibid., p. 5.

59 Puyo (J.-Y.), « Le traitement photographique des Pyrénées par les forestiers français (1860-1914) », dans H. Saule-Sorbé dir., Pyrénées – Voyages photographiques de 1839 à nos jours, Pau, Éditions du Pin à Crochets, 1998, p. 170-183.

60 Arnould (P.), « Anciennes assiettes de coupes, parcellaires d’aujourd’hui et de demain : la cense de Sauvrey et ses aménagements successifs (forêt de Saint-Gobain, Aisne) », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, t. 55, no 2, 1984, p. 154-164. Voir aussi : Dubois (J.-J.), « Espaces et paysages forestiers du Nord-Ouest de la France du xiie au xviiie siècle : l’apport de la biogéographie historique », L’uomo e la foresta, xvii-xviii, Prato, Instituto F. Datioi, 1996, t. 23, p. 253-296.

61 Rochel (X.), Gestion forestière et paysages dans les Vosges d’après les registres de martelages du xviiie siècle. Essai de biogéographie historique, Thèse NR, Université de Nancy 2, 2004.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search