Version classiqueVersion mobile

Les usages des cartes (xviie-xixe siècle)

 | 
Isabelle Laboulais

De l'acte cartographique à l'administration du territoire

Les cartes et plans au service d’une action : administration, gestion et aménagement du territoire

Martine Illaire et Cécile Souchon

Texte intégral

1Au-delà du catalogue d’exemples, nous voudrions ici attirer l’attention sur les nombreux documents cartographiques que recèlent les dossiers des Archives nationales et, par là même, rappeler de quelle manière la carte devient, aux xviiie et xixe siècles, un outil d’aide à la décision administrative autant qu’un auxiliaire dans la gestion des équipements. Les quelques exemples glanés pour l’occasion concernent l’aménagement des routes, des chemins et des rivières, la fixation des limites administratives, la gestion des forges et des mines.

L’aménagement des routes, des chemins et des rivières

La route du Cambrésis pour Louis XV (Figures 10.1 et 10.2)

2La Carte pour servir à déterminer le chemin de Cambray (Figure 10.1) est un exemplaire gravé d’une carte manuscrite (F/14/131 pièce 350) signée par Barbier, « ingénieur du roi pour les ponts et chaussées de Picardie ». Cette carte existe en quatre exemplaires, dont trois sont manuscrits et un gravé. Tous sont conservés dans le dossier du chemin de Cambrai à Péronne, contenu dans un des cartons de papiers des Ponts et Chaussées de la généralité d’Amiens. Ce dossier de soixante pièces comprend huit cartes.

Figure 10.1 :
Carte pour servir à déterminer le chemin de Cambray. No 1. 2. 3. Ponts provisionnels faits par le Cambraisis pour le passage du roy qui n’ont pas servi, 1747.
Arch. nat., F/14/131, pièce 352.
Haut. 87 cm, long. 102 cm. Document conservé aux Archives nationales, Paris.
Cliché : Martine Plouvier.

3On a affaire ici à un document cartographique de grande qualité : le lavis est de très belle facture, les informations cartographiées sont variées et précises (relief, limites, rivières, bois, habitations), le décor est soigné, la carte propose deux cartouches, le tracé des lettres ainsi que l’échelle sont parfaitement maîtrisés. La carte est orientée, l’ouest se trouve en haut. L’intitulé et la mention du dessinateur de la gravure permettent de dater ce document : « D. L. Linque del., 1747 » (Figure 10.2).

4Cette carte a été levée pour étudier le tracé entre la ferme de Bonavis (actuellement dans la commune de Gouzeaucourt sur la départementale 917) et Péronne ; y apparaissent les emplacements de quatre ponceaux prévus pour le franchissement de ruisseaux, les « ponts provisionnels qui n’ont pas servi ». Pourtant, au-delà des questions techniques, des enjeux administratifs et politiques conditionnent également le travail de l’ingénieur. Les autres documents joints au dossier font état des débats entre les tenants de différents tracés : le duc de Boufflers, M. Le Veneur, M. de Vallons, etc. Cette question est particulièrement complexe du fait de la localisation de l’espace concerné, qui se trouve à la limite de plusieurs territoires : les états d’Artois, le Cambrésis et la Picardie. Outre la pluralité des financements, cette situation géographique implique la manifestation de rivalités personnelles. De plus, cette route représente un atout stratégique pour les armées du roi – elle offre en effet un accès à la frontière du nord, toujours sensible deux ans après la bataille de Fontenoy.

Figure 10.2 :
Détail du cartouche de titre de l’exemplaire gravé de la carte.
Document conservé aux Archives nationales, Paris.
Cliché : Martine Plouvier.

5Le soin apporté à la réalisation de la carte, ainsi que sa production en quadruple exemplaire, attestent l’importance du sujet et du poids des personnages concernés. D’ailleurs, à l’occasion du passage de Louis XV, l’ingénieur lui a soumis son travail. On trouve au dos de la carte la mention manuscrite suivante : « Plan sur lequel le Roy a tracé luy même le chemin de Cambray à Péronne depuis Bonavis ». Il s’agit vraisemblablement d’un tracé manuscrit effectué au crayon qui double les deux tracés partant de la ferme de Bonavis, le plus à gauche semble-t-il.

Détermination d’un chemin d’accès à un dépôt de graviers (Figure 10.3)

6La différence de qualité et de facture avec la première carte présentée est patente. Ce document complète un des dossiers de « Chemins et communications intérieures à la généralité de Châlons », dossier composé d’une douzaine de pièces. Il ne s’agit plus ici d’un grand itinéraire, l’enjeu concerne le réseau local. La carte étudie le tracé de la desserte d’un dépôt de matériaux pour l’entretien des chemins royaux.

Figure 10.3 :
« Grande route projetée pour desservir le dépôt des graviers pour les chemins royaux entre Ville-sur-Tourbe [Marne] et Autry [Ardennes] », 1762.
Arch. nat., F/14/144, pièce 363.
Carte manuscrite, papier, encre, lavis couleur, échelle de 100 verges (1/18 000).
Haut. 49 cm, long. 69 cm. Document conservé aux Archives nationales, Paris.
Cliché : Martine Plouvier.

Le choix d’un fond de carte (Figures 10.4 et 10.5)

7Avec cet « Extrait de la carte générale de France » (Figure 10.4), on trouve une préfiguration du papier calque. Un papier très fin, d’un aspect comparable à celui du papier de soie par sa finesse et sa transparence, est appliqué sur un papier plus fort. La partie de la carte de Cassini correspondant au territoire utile pour représenter le tracé de la route de Coiffy à Bourbonne-les-Bains a donc été décalquée. Qu’une planche imprimée soit enrichie d’annotations manuscrites ou qu’elle soit reproduite à la main (comme c’est le cas ici), la carte de Cassini a constitué le fond de très nombreuses cartes thématiques dressées à la fin du xviiie siècle.

Figure 10.4 :
« Extrait de la carte générale de France de MM. Cassini et Maraldy, feuille 52 no 113 », 1782.
Arch. nat., F/14/144, pièce 68.
Calque collé sur papier, encre noire, lavis couleur. Haut. 20,2 cm, long. 31,5 cm.
Document conservé aux Archives nationales, Paris. Cliché : Martine Plouvier.

8Nous avons retenu la page de titre d’un recueil factice, sans auteur exprimé, doté d’une page de titre manuscrite (« Cartes des rivières qui portent bateaux »), d’une deuxième page manuscrite (« Table des généralitez (30) et rivières qui portent […] ») et composé de la liste des trente généralités. Pour chacune d’elles, une page recense d’abord les rivières navigables dans un tableau à colonnes mentionnant le nom des rivières, les endroits jusqu’où elles portent bateaux, les dimensions de ces bateaux, le poids qu’ils portent dans les hautes et basses eaux, la charge des voitures et le chemin qu’elles font l’hiver et l’été. Il n’en retient aucune en Provence mais en recense 18 en Bretagne. Puis, selon les cas, une à six cartes montrent le tracé de ces rivières. Ces cartes sont toutes signées Jaillot sauf une, celle du Roussillon, qui est de « N. de Fer géographe de sa Majesté catolique [sic]. À Paris, chez Danel, gendre de l’auteur ». Les signatures sont Iaillot ou Jaillot (14 fois de 1695 à 1734), H. Jaillot ou Iaillot (11 fois de 1707 à 1734), Hubert Jaillot (7 fois de 1706 à 1720), B. Jaillot (4 fois de 1715 à 1719) et Bernard Antoine Jaillot en 1733. Elles ont été enrichies d’annotations thématiques et reliées en un atlas pour donner à voir, à l’intérieur d’un seul et même volume, le réseau des rivières navigables (Figure 10.5).

Figure 10.5 :
« Cartes des rivières qui portent bateaux dans le royaume de France, des endroits jusqu’où elles sont navigables… », s. d.
Arch. nat., NN*2. Recueil factice.
Haut. 55 cm, larg. 38 cm. Document conservé aux Archives nationales, Paris.
Cliché : Martine Plouvier.

Relevé d’observations de la mission d’exploration préparatoire à la construction d’un chemin de fer transsaharien et carte du Sahara établie (Figures 10.6 et 10.7)

9Cette carte manuscrite (Figure 10.6) a été établie par la mission confiée à l’ingénieur des Ponts et Chaussées Auguste Choisy, chargé de reconnaître les terrains possibles pour l’implantation de la ligne que le gouvernement français souhaitait construire vers le Centre de l’Afrique (voir Cartouche, Figure 10.7). Les relevés de mesures et d’observations quotidiennes ont laissé un matériel documentaire important et permis la réalisation d’une carte imprimée du Sahara faisant connaître les zones explorées.

Figure 10.6 :
Carte d’une partie de l’Afrique septentrionale…,1883.
Extrait de la carte provisoire des itinéraires de Laghouat à El Goléah, d’El Goléah à Ouargla et d’Ouargla à Biskra. Arch. nat., F/14/10 354.
Document conservé aux Archives nationales, Paris.
Cliché : Martine Plouvier.

Figure 10.7 :
Cartouche de la carte provisoire des itinéraires de Laghouat à El Goléah, d’El Goléah à Ouargla et d’Ouargla à Biskra.
Document conservé aux Archives nationales, Paris. Cliché : Martine Plouvier.

La fixation des limites administratives

Le découpage départemental en Bretagne (Figures 10.8 et 10.9)

10La carte gravée de Bretagne utilisée pour tracer les limites de la toute nouvelle organisation territoriale de cette province est due à l’ingénieur et cartographe Jean Ogée (1728-1789), attaché aux états de Bretagne, qui avait primitivement dédié cette œuvre en 1771 au duc de Duras, noble et militaire de haut rang chargé du maintien de l’ordre dans cette province alors agitée (Figure 10.8).

11En 1789, l’Assemblée constituante a décrété, sur tout le territoire de ce qui est encore le royaume, la création des départements et de leurs subdivisions, les districts (ici 45), appelés à disparaître en l’an III. Le contour des nouvelles circonscriptions se dessine, au sens propre, sur les fonds de cartes dont on peut disposer, entre décembre 1789 et février 1790. Les députés bretons ne sont donc pas en retard lorsqu’ils approuvent, le 26 février 1790 (le jour même du décret d’application de la loi du 26 janvier 1790 sur les nouvelles circonscriptions administratives), les limites des cinq départements aux noms géographiques issus d’une province à l’identité bien marquée : Côtes-du-Nord, Finistère, Ille-et-Vilaine, Loire-Inférieure, et Morbihan.

12Les députés sont en effet personnellement impliqués dans ces découpages, où se lisent en filigrane les anciens évêchés : issus de la terre bretonne, envoyés aux États généraux comme représentants de leurs bailliages ou sénéchaussées pour les trois ordres, ils connaissent bien le terrain, pour y habiter et y vivre, pour l’avoir parcouru, pour y pratiquer leur métier, pour y exercer des fonctions, qu’ils soient hommes d’Église, hommes de loi, ou négociants. D’autre part, depuis Versailles, ils ont endossé des responsabilités politiques auxquelles ils ne s’attendaient guère.

13Leurs signatures (Figure 10.9) témoignent d’une belle unanimité quant à des dispositions administratives ouvrant sur une définition du rôle central de l’État, et sur une égalité de traitement dans la gestion des départements, « sections du même tout ». Le nouvel aspect de la Bretagne est entériné non sans avoir été visiblement discuté, comme l’atteste le repentir de la limite au sud du district de Clisson, dessiné mais aussi commenté (« Il faudra se conformer au tracé indiqué par la ligne noire »).

14En cela, la carte d’un terroir familier, travaillée par les décideurs d’alors pour faire advenir une Bretagne semblable mais différente, aide les députés à clarifier leurs points de vue et à asseoir leurs propositions. Ils sont plusieurs, dans les premières années de la Révolution, à appeler de leurs vœux et de leurs votes une plus grande égalité : Jean-Denis Lanjuinais (1753-1827) est l’un des fondateurs du Club breton, futur Club des jacobins, Guy Leguen de Kérangal (1746-1817) s’enflamme pour l’abolition des privilèges, Louis Alexandre Expilly (1742-1794) est élu en 1790 premier évêque constitutionnel du Finistère… Dans cette même perspective d’égalité, il leur faut aussi convaincre les populations concernées : les proportions des divers territoires sont à peu près identiques. Chacun, à l’intérieur des districts dessinés, pourra mener les démarches que lui imposent ses devoirs de citoyen en une journée.

Figure 10.8 :
Carte géométrique de Bretagne, dédié [sic] à Monseigneur le duc de Duras, pair de France, chevalier des Ordres du Roy, lieutenant général de ses armées, premier gentilhomme de la chambre de Sa Majesté, gouverneur et lieutenant général du comté de Bourgogne, gouverneur particulier des ville et citadelle de Besançon, commandant en chef dans la province de Bretagne. Par son très humble et très obéissant serviteur, Ogée, ingénieur géographe et ingénieur des Ponts et Chaussées, 1771. Gravée par G.E. Nyon, C.A. Picard script. Arch. nat., NN 182-54.
Carte imprimée enrichie d’annotations manuscrites et de signatures. Haut. 80 cm, larg. 57 cm.
Document conservé aux Archives nationales, Paris. Cliché : Martine Plouvier.

  • 1 Jusqu’à un certain point, ou pendant un certain temps, puisqu’en 1941, la Loire-Inférieure devenue (...)

15« Approuvé la présente carte avec le double d’icelle pour servir de minute de la division de la province de Bretagne en 5 départements et 45 districts, à Paris, le 26 février 1790 » : la carte, de discutée, devient indiscutable1

Figure 10.9 : Détail. Document conservé aux Archives nationales, Paris. Cliché : Martine Plouvier.

Détermination du chef-lieu du Var (Figure 10.10)

16Cette carte manuscrite est annexée à la résolution du 9 germinal an V fixant à Draguignan l’administration centrale du département. Les indications chiffrées de population sont présentées par rapport aux cercles concentriques matérialisant les distances entre Draguignan et les villes citées : Draguignan : 48 929 hab., Grasse : 41 655 hab., Saint-Paul-du-Var : 15 363 hab., Fréjus : 19 980 hab., Hyères : 24 080 hab., Toulon : 58 119 hab., Brignoles : 26 987 hab., Saint-Maximin : 18 742 hab., Barjols : 25 259 hab. On se trouve ici devant la visualisation sur un fond de carte – de Cassini en l’occurrence – de deux critères, population et distance. Le document cartographique ainsi élaboré participe directement à l’argumentation.

Figure 10.10 :
« Carte du département du Var avec l’état de sa population par district.
Pour servir à démontrer que la commune de Draguignan est le centre du territoire et de la population de ce département. Extrait des cartes de Cassini No 153, 154, 155, 167, 182 ».
Arch. nat., C/500, p. 372. Papier, encre noire, lavis couleur.
Haut. 48 cm, long. 68 cm. Échelle de 20 000 toises, orientation nord.
Document conservé aux Archives nationales, Paris. Cliché : Martine Plouvier.

Délimitation du canton de la Menière [Ménière] (Orne) (Figure 10.11)

17Ce plan, qui juxtapose sur une même feuille, à côté de celui du canton, deux plans des bourgs concernés figurant les édifices religieux (église et temple protestant), est plié dans une liasse de dix pièces relatives à une résolution de l’an V de l’assemblée délibérant sur les délimitations des nouvelles circonscriptions administratives. Il s’agit là d’un nouvel exemple de document cartographique utilisé comme élément de discussion.

Figure 10.11 :
« Plan figuratif du canton de la Mesnière, avec les noms et situations des communes qui le composent, extrait de la carte du cidevant district de Mortagne et Belleme. Plan visuel du bourg de Bazoches. Plan visuel du bourg de Lamesnière [la Menière] ».
Arch. nat., C/587 p. 181.
Haut. 45 cm, long. 58,5 cm. Échelle de 8 000 toises (1/71 300).
Document conservé aux Archives nationales, Paris. Cliché : Martine Plouvier.

Modification des délimitations administratives dans le département de la Haute-Garonne (Figure 10.12)

18Le dossier de trente-cinq pièces annexées à la résolution du 22 germinal an V qui apporte des modifications aux circonscriptions administratives de la Haute-Garonne contient cinq cartes, dont celle-ci. Des flèches à l’encre rouge partent de chaque chef-lieu de canton.

Figure 10.12 : « Carte du département de la Haute-Garonne », an V. Arch. nat.,

C/566, p. 342. Document conservé aux Archives nationales, Paris.
Cliché : Martine Plouvier.

La gestion des forges et des mines

Les mines de Poullaouen (Figures 10.13, 10.14, 10.15 et 10.16)

  • 2 Ces plans accompagnent un échange de lettres évoquant diverses missions de Jars.

19Les documents du dossier des mines de Poullaouen (canton de Carhaix dans le Finistère2) sont des plans à grande échelle supposés montrer avec pertinence un savoir, établir un constat concret, entraîner une réflexion qui permettra d’obtenir en haut lieu moyens et améliorations techniques.

  • 3 Cette phrase est extraite des commentaires portés par Jars sur le plan de la mine de Carnot du 6 no (...)

20Les dangers physiques auxquels sont confrontés les ouvriers de ces mines de plomb argentifère mêlé de zinc sulfuré, exploitées depuis le xve siècle, sont des défis qu’il faut résoudre pour domestiquer la nature et remporter une victoire économique dont l’importance est en question. La rentabilité de ces mines peut en effet être mise en doute (« la dépense a toujours excédé le produit3 »). Leur exploitation au début du xviiie siècle était aux mains d’une compagnie anglaise, puis, en 1740, elle a repris après un long abandon, et de nouvelles recherches de filons ont entraîné de nouveaux espoirs, comme l’indiquent les commentaires portés sur les documents. Mais il reste à démontrer que ces mines peuvent rapporter.

  • 4 Jars est envoyé en visite dans les exploitations métallurgiques de Bretagne, Anjou, Alsace, puis en (...)

21Les compétences de deux ingénieurs sont sollicitées : l’expérience de Koenig, inspecteur général des mines de Basse-Bretagne, et l’ingéniosité d’Antoine Gabriel Jars. Originaire d’Allemagne, Koenig (ou König) est considéré comme « un mineur intelligent », plus habile que le personnel local. Il a déjà fait ses preuves en région parisienne, à Suresnes et Pontoise, et a été envoyé en Bretagne pour rester attaché à la France, tout en étant mieux rémunéré. Il sert de tuteur au jeune ingénieur qui lui est envoyé, et de formateur en matière de « géométrie souterraine ». Antoine Gabriel Jars dit le Jeune, brillant sujet qui travaille souvent avec son frère aîné Gabriel (1729-1808), est l’un des quatre inspecteurs des Mines nommés en 1790. Fils du directeur des mines de Saint-Bel et Chessy né à Lyon en 1732, Jars a été élève de la récente école des Ponts et Chaussées, où il s’est fait remarquer par Charles-Daniel Trudaine4. Malgré son jeune âge, il a été envoyé en mission d’observation, pour ne pas dire d’espionnage industriel, dans maint pays d’Europe, afin d’y examiner tant les exploitations minières que les méthodes d’élevage.

  • 5 La concession de Huelgoat-Poullaouen, qui couvrait 9100 hectares au xixe siècle, a été abandonnée v (...)

22Les solutions que ces deux experts préconisent à Poullaouen, en particulier pour maîtriser les eaux qui envahissent les galeries de la mine et doivent sans cesse être surveillées et pompées, sont censées permettre, dessins à l’appui, de décider la poursuite de l’exploitation5 pour encore un siècle.

Figure 10.13 : « Plan et profil de la mine de Carnot et de ses environs réduits par M. Koenig, inspecteur général des mines de Basse Bretagne et exécuté par M. Jars ».
Arch. nat., F/14/ 1311.
Document conservé aux Archives nationales, Paris. Cliché : Martine Plouvier.

Figure 10.14 : Plan et profil du puits d’Arcy.
Arch. nat., F/14/ 1311.
Document conservé aux Archives nationales, Paris. Cliché : Martine Plouvier.

Figure 10.15 :
Jars (Antoine Gabriel, dit le Jeune), « Plan et profils de la machine hydraulique pour élever les eaux des travaux souterrains », 1753. Arch. nat., F/14/ 1311.
Document conservé aux Archives nationales, Paris. Cliché : Martine Plouvier.

Figure 10.16 :
Détail. Document conservé aux Archives nationales, Paris.
Cliché : Martine Plouvier.

Autorisation de construction d’une forge à Foix (Figure 10.17)

23Cette carte, qui localise l’établissement pour lequel l’autorisation est sollicitée, est dressée par l’ingénieur des Ponts et Chaussées et se trouve dans la liasse de pièces annexes à la résolution du 10 germinal an V qui autorise le citoyen Ruffié fils à construire une forge sur les bords de la rivière dite l’Arget. Cette demande a été examinée directement par l’Assemblée.

Figure 10.17 :
« Plan du local où le Sr Ruffier habitant de Foix se propose de construire une forge à quinze cents mètres au sud-ouest de Foix, avec les principaux lieux des environs.
Certifié véritable par nous, ingénieur en chef des ponts et chaussées du département de l’Ariège [Mercadier], à Foix le 26 ventôse l’an cinq de la République française indivisible ».
Arch. nat., C/500 p. 372.
Plan manuscrit, papier, encre, lavis couleur. Haut. 34 cm, long. 48 cm.
Échelle 1/14 300, orientation nord.
Note manuscrite au dos du document : « 9 forges sont tombées, les unes faute de combustible, les autres faute de pouvoir faire transporter le minerai ».
Document conservé aux Archives nationales, Paris.
Cliché : Martine Plouvier.

Travail de l’ingénieur des Ponts et Chaussées (Figure 10.18)

24Il s’agit là d’une vue partielle du plan général inclus dans la demande d’autorisation d’extension de la forge Ruffié, présentée en 1818 conformément à la loi du 21 avril 1810. Pour l’instruction d’une demande de ce type, l’échelle de la carte de Cassini ne convient pas, et c’est un travail de cartographe mené à la demande, soit par l’ingénieur des Ponts et Chaussées, soit par un géomètre local, voire, parfois, par l’usinier demandeur lui-même, qui est à la base de l’étude de ces dossiers individuels. L’administration avait fixé des modalités très précises pour la constitution de ces dossiers ; elle exigeait la production d’un plan général de l’installation en cause, le plan de situation, complété sur la même feuille par des plans de détail, à une échelle plus petite. Sur le document retenu ici, on voit donc, dans la partie droite, les fourneaux de cémentation projetés, et, dans la partie gauche, le détail de l’usine de taillanderie également projetée. La légende fait expressément référence à l’acte de l’an V : « Canal d’amenée pour les mobiles de la forge et des martinets autorisés le 30 mars 1797 ». Les différentes signatures (préfet, ingénieur en chef, représentant du corps des Mines, ingénieur ordinaire) rendent compte du déroulement de la procédure.

Figure 10.18 :
[Autorisation de la forge Ruffié. Plan de détail des fourneaux de cémentation projetés par M. Ruffié].
Arch. nat., F/14/4300, dossier 11.
Papier, encre, lavis couleur. Haut. 46,5, long. 122,5 cm.
Document conservé aux Archives nationales, Paris.
Cliché : Martine Plouvier.

Les apports graphiques ou textuels manuscrits (Figures 10.19, 10.20 et 10.21)

25On retrouve avec les atlas « minéralurgiques », néologisme propre à la gestion de l’industrie minière par le corps des Mines, l’utilisation de cartes imprimées bien connues, en l’occurrence celles de Pierre-Grégoire Chanlaire, employées ici pour rassembler des informations relatives à l’administration des mines. Deux éditions de l’Atlas national de la France en départements de Chanlaire, l’une de 1830 (F/14/10 318) (Figure 10.19), l’autre de 1839 (F/14/10 319), ont été utilisées pour reporter les informations sur les mines et les installations industrielles rassemblées par les ingénieurs des Mines. Il s’agissait de constituer une statistique industrielle, département par département. Ce travail a vraisemblablement été réalisé par le bureau de la direction des mines au sein du ministère des Travaux publics.

Figure 10.19 :
« Atlas minéralurgique de 1830 ». Arch. nat., F/14/ 10318.
Page de titre de l’Atlas général de la France en départements de P. G. Chanlaire.
Document conservé aux Archives nationales, Paris. Cliché : Martine Plouvier.

  • 6 Les années concernées sont désormais accessibles sur une base de données : F14* 17920 à 17944, Cons (...)

26La grande dimension des pages et l’échelle choisie pour représenter les départements rendent la reproduction photographique difficilement lisible. De plus, l’état matériel de ces atlas est préoccupant. Néanmoins, des points à l’encre rouge matérialisent les emplacements des mines sur la planche gravée relative à chaque département. Les marges, quant à elles, sont remplies d’annotations manuscrites, portées avec une écriture extrêmement fine. L’espace de la marge se trouve par ailleurs agrandi grâce à des feuillets manuscrits épinglés tout autour de la page. Si ces feuillets enrichissent considérablement le volume, ils accentuent aussi grandement les risques de déchirures. On mesure bien la fragilité de ces atlas sur lesquels un travail d’urgence s’impose ; une campagne de numérisation réalisée en concertation avec le service des Cartes et plans des Archives nationales serait sans doute bénéfique. Une fois les informations pérennisées, on pourrait en analyser la provenance en faisant des recoupements utiles avec les procès-verbaux des visites de mines, les redevances annuelles, les dossiers de demandes d’autorisation préalable pour des établissements industriels et les informations tirées des délibérations du Conseil général des Mines6.

Figure 10.20 :
« Atlas minéralurgique de 1839 », feuille du département de l’ Ariège.
Arch. nat., F/14/10319. Document conservé aux Archives nationales, Paris.
Cliché : Martine Plouvier.

Figure 10.21 :
« Atlas minéralurgique de 1839 », feuille du département de la Seine.
Arch. nat., F/14/10319. Document conservé aux Archives nationales, Paris.
Cliché : Martine Plouvier.

27Qui fait quoi ? Le cas de l’arbitrage royal, dont nous avons vu un exemple, est évidemment exceptionnel, et il est difficile, au quotidien, d’identifier la part des travaux individuels réalisés sur les cartes. Les ingénieurs animaient et dirigeaient des équipes de dessinateurs tout en ayant recours à des collaborateurs. Restent toutefois des indices : les cartes ont un environnement administratif éclairant, certaines sont signées, et une série de termes permet de subodorer qu’une part directe a été prise dans leur réalisation : établie, dressée, levée, lavée… ; le contrôle est, lui aussi, perceptible : carte vue, présentée, visée… Enfin, la différence de facture est significative et facilement reconnaissable entre les travaux individuels de géomètres, dont l’intérêt documentaire et esthétique reste évident, et les documents cartographiques établis selon les règles des Ponts et Chaussées.

28Parmi les exemples présentés, des lignes de force se dessinent. Ainsi la carte de Cassini est-elle utilisée deux fois, en 1782 et en l’an V, comme fond de carte. Elle influence aussi le personnel des Ponts et Chaussées, offrant un support plus précis que celui proposé par l’atlas des Jaillot qui, publié à la moitié du xviiie siècle, contient des cartes déjà anciennes (1717, et même 1692). Et pour cause, il s’agissait pour cette famille de cartographes, graveurs et libraires d’utiliser leur collection de gravures et de la valoriser. À partir des années 1780, la carte de Cassini s’impose donc comme une référence légitime, elle sert alors de fond pour la plupart des travaux de cartographie thématique. Pendant la Révolution française, la production cartographique qui accompagne la création des départements est souvent mobilisée par l’administration civile, on en trouve de nombreux exemples dans les archives du Ministère de l’Intérieur. Les cartes départementales complètent également les mémoires statistiques dressés par les préfets (voir la série F/20). Il s’agit généralement de planches tirées de l’atlas de Chanlaire, enrichies de commentaires portés par les préfets. Ces annotations manuscrites confèrent bien sûr une réelle unicité à ces documents cartographiques tracés sur des supports pourtant bien connus et largement diffusés.

29Notre objectif était de signaler la variété des documents cartographiques inclus dans des dossiers administratifs où ils sont parfois ignorés, et où leur présence est porteuse de risques en termes de conservation. Ils n’en sont pas moins d’une prodigieuse richesse. Il semble d’ailleurs que l’administration ait très vite eu le sens de la valeur que pouvait apporter l’image à son discours et à ses démonstrations. Il est très utile d’étudier le dialogue entre la carte et l’écrit, et d’examiner ce que les administrateurs font du matériel cartographique ; on passe du descriptif figuratif (le canton de la Menière et ses bâtiments, les plans de situation et de détail des usines) aux tentatives de schémas (les cercles figurant la population du Var) et aux cartes statistiques qui ont fleuri au début du xixe siècle.

30Les exemples évoqués ici sont tirés en partie de la sous-série F/14 Travaux publics, dont la richesse ne faisait pas de doute, et de la série C Assemblées nationales, dont les ressources cartographiques sont encore méconnues. Il est évident que d’autres secteurs ministériels, plus spécialisés, ont produit davantage de plans, ceux de bâtiments affectés à des usages particuliers qui intéresseront plus l’architecture.

Notes

1 Jusqu’à un certain point, ou pendant un certain temps, puisqu’en 1941, la Loire-Inférieure devenue Atlantique est rattachée à la région des Pays de la Loire, découpage aujourd’hui très contesté.

2 Ces plans accompagnent un échange de lettres évoquant diverses missions de Jars.

3 Cette phrase est extraite des commentaires portés par Jars sur le plan de la mine de Carnot du 6 novembre 1753, Arch. Nat., F/14/1311, sans autre no de pièce.

4 Jars est envoyé en visite dans les exploitations métallurgiques de Bretagne, Anjou, Alsace, puis en 1757-1759 dans celles de Saxe, Autriche, Hongrie, Tyrol et Styrie, en 1765 en Écosse et en Angleterre, en 1766 en Allemagne, Hollande, Norvège et Suède. Il meurt à Clermont-Ferrand en 1769 d’une insolation. En 1761 il a été nommé correspondant de Jean Hellot (1685-1766), successeur de Charles-Marie de La Condamine en 1735 puis directeur de l’Académie des sciences de 1751 à 1764, auteur de nombreux articles dans les Mémoires de l’Académie et d’un état des mines du royaume en 1764.

5 La concession de Huelgoat-Poullaouen, qui couvrait 9100 hectares au xixe siècle, a été abandonnée vers 1864-1866.

6 Les années concernées sont désormais accessibles sur une base de données : F14* 17920 à 17944, Conseil général des Mines. Table des matières enrichie des registres des procès-verbaux des séances du Conseil général des Mines (9 janvier 1811 – 6 septembre 1830), t. I à XXV, par L. Latty, IDHE-Nanterre, 2005 (consultable sur le site des Archives nationales Paris) ; F14* 17920 à 17955, Conseil général des Mines. Table des matières des procès-verbaux des séances du Conseil général des Mines (9 janvier 1811 – 31 octobre 1839) par M. Illaire, 2007 (à consulter à la section du xixe siècle).

Table des illustrations

Légende Figure 10.1 :Carte pour servir à déterminer le chemin de Cambray. No 1. 2. 3. Ponts provisionnels faits par le Cambraisis pour le passage du roy qui n’ont pas servi, 1747.Arch. nat., F/14/131, pièce 352.Haut. 87 cm, long. 102 cm. Document conservé aux Archives nationales, Paris.Cliché : Martine Plouvier.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13402/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Figure 10.2 :Détail du cartouche de titre de l’exemplaire gravé de la carte.Document conservé aux Archives nationales, Paris.Cliché : Martine Plouvier.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13402/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Figure 10.3 : « Grande route projetée pour desservir le dépôt des graviers pour les chemins royaux entre Ville-sur-Tourbe [Marne] et Autry [Ardennes] », 1762.Arch. nat., F/14/144, pièce 363.Carte manuscrite, papier, encre, lavis couleur, échelle de 100 verges (1/18 000).Haut. 49 cm, long. 69 cm. Document conservé aux Archives nationales, Paris.Cliché : Martine Plouvier.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13402/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Figure 10.4 :« Extrait de la carte générale de France de MM. Cassini et Maraldy, feuille 52 no 113 », 1782.Arch. nat., F/14/144, pièce 68.Calque collé sur papier, encre noire, lavis couleur. Haut. 20,2 cm, long. 31,5 cm.Document conservé aux Archives nationales, Paris. Cliché : Martine Plouvier.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13402/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Figure 10.5 :« Cartes des rivières qui portent bateaux dans le royaume de France, des endroits jusqu’où elles sont navigables… », s. d.Arch. nat., NN*2. Recueil factice.Haut. 55 cm, larg. 38 cm. Document conservé aux Archives nationales, Paris.Cliché : Martine Plouvier.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13402/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Figure 10.6 :Carte d’une partie de l’Afrique septentrionale…,1883.Extrait de la carte provisoire des itinéraires de Laghouat à El Goléah, d’El Goléah à Ouargla et d’Ouargla à Biskra. Arch. nat., F/14/10 354.Document conservé aux Archives nationales, Paris.Cliché : Martine Plouvier.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13402/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Figure 10.7 :Cartouche de la carte provisoire des itinéraires de Laghouat à El Goléah, d’El Goléah à Ouargla et d’Ouargla à Biskra.Document conservé aux Archives nationales, Paris. Cliché : Martine Plouvier.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13402/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Figure 10.8 :Carte géométrique de Bretagne, dédié [sic] à Monseigneur le duc de Duras, pair de France, chevalier des Ordres du Roy, lieutenant général de ses armées, premier gentilhomme de la chambre de Sa Majesté, gouverneur et lieutenant général du comté de Bourgogne, gouverneur particulier des ville et citadelle de Besançon, commandant en chef dans la province de Bretagne. Par son très humble et très obéissant serviteur, Ogée, ingénieur géographe et ingénieur des Ponts et Chaussées, 1771. Gravée par G.E. Nyon, C.A. Picard script. Arch. nat., NN 182-54.Carte imprimée enrichie d’annotations manuscrites et de signatures. Haut. 80 cm, larg. 57 cm.Document conservé aux Archives nationales, Paris. Cliché : Martine Plouvier.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13402/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Figure 10.9 : Détail. Document conservé aux Archives nationales, Paris. Cliché : Martine Plouvier.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13402/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Figure 10.10 :« Carte du département du Var avec l’état de sa population par district.Pour servir à démontrer que la commune de Draguignan est le centre du territoire et de la population de ce département. Extrait des cartes de Cassini No 153, 154, 155, 167, 182 ».Arch. nat., C/500, p. 372. Papier, encre noire, lavis couleur.Haut. 48 cm, long. 68 cm. Échelle de 20 000 toises, orientation nord.Document conservé aux Archives nationales, Paris. Cliché : Martine Plouvier.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13402/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Figure 10.11 :« Plan figuratif du canton de la Mesnière, avec les noms et situations des communes qui le composent, extrait de la carte du cidevant district de Mortagne et Belleme. Plan visuel du bourg de Bazoches. Plan visuel du bourg de Lamesnière [la Menière] ».Arch. nat., C/587 p. 181.Haut. 45 cm, long. 58,5 cm. Échelle de 8 000 toises (1/71 300).Document conservé aux Archives nationales, Paris. Cliché : Martine Plouvier.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13402/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Figure 10.12 : « Carte du département de la Haute-Garonne », an V. Arch. nat.,
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13402/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Figure 10.13 : « Plan et profil de la mine de Carnot et de ses environs réduits par M. Koenig, inspecteur général des mines de Basse Bretagne et exécuté par M. Jars ».Arch. nat., F/14/ 1311.Document conservé aux Archives nationales, Paris. Cliché : Martine Plouvier.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13402/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Figure 10.14 : Plan et profil du puits d’Arcy.Arch. nat., F/14/ 1311.Document conservé aux Archives nationales, Paris. Cliché : Martine Plouvier.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13402/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Figure 10.15 :Jars (Antoine Gabriel, dit le Jeune), « Plan et profils de la machine hydraulique pour élever les eaux des travaux souterrains », 1753. Arch. nat., F/14/ 1311.Document conservé aux Archives nationales, Paris. Cliché : Martine Plouvier.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13402/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Figure 10.16 :Détail. Document conservé aux Archives nationales, Paris.Cliché : Martine Plouvier.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13402/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Figure 10.17 :« Plan du local où le Sr Ruffier habitant de Foix se propose de construire une forge à quinze cents mètres au sud-ouest de Foix, avec les principaux lieux des environs.Certifié véritable par nous, ingénieur en chef des ponts et chaussées du département de l’Ariège [Mercadier], à Foix le 26 ventôse l’an cinq de la République française indivisible ».Arch. nat., C/500 p. 372.Plan manuscrit, papier, encre, lavis couleur. Haut. 34 cm, long. 48 cm.Échelle 1/14 300, orientation nord.Note manuscrite au dos du document : « 9 forges sont tombées, les unes faute de combustible, les autres faute de pouvoir faire transporter le minerai ».Document conservé aux Archives nationales, Paris.Cliché : Martine Plouvier.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13402/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Figure 10.18 :[Autorisation de la forge Ruffié. Plan de détail des fourneaux de cémentation projetés par M. Ruffié].Arch. nat., F/14/4300, dossier 11.Papier, encre, lavis couleur. Haut. 46,5, long. 122,5 cm.Document conservé aux Archives nationales, Paris.Cliché : Martine Plouvier.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13402/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Figure 10.19 :« Atlas minéralurgique de 1830 ». Arch. nat., F/14/ 10318.Page de titre de l’Atlas général de la France en départements de P. G. Chanlaire.Document conservé aux Archives nationales, Paris. Cliché : Martine Plouvier.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13402/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Figure 10.20 :« Atlas minéralurgique de 1839 », feuille du département de l’ Ariège.Arch. nat., F/14/10319. Document conservé aux Archives nationales, Paris.Cliché : Martine Plouvier.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13402/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Figure 10.21 :« Atlas minéralurgique de 1839 », feuille du département de la Seine.Arch. nat., F/14/10319. Document conservé aux Archives nationales, Paris.Cliché : Martine Plouvier.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13402/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 232k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search