Version classiqueVersion mobile

Les usages des cartes (xviie-xixe siècle)

 | 
Isabelle Laboulais

De l'acte cartographique à l'administration du territoire

La guerre des toponymes. La « mer britannique » versus « la Manche » (XVIIe-XVIIIe siècles)1

Renaud Morieux

Texte intégral

  • 1 Cet article est une version remaniée des chapitres II et V de R. Morieux, Une mer pour deux royaume (...)
  • 2 Grotius (H.), Mare liberum. De la liberté des mers [1609], trad. d’A. de Courtin [1703], Caen, Cent (...)

« Mais les Portugais ont-ils donc entouré cette mer de barrières, comme nous entourons nos champs, et de manière à pouvoir en exclure ceux qu’ils voudraient ? […] En vérité, si de telles déterminations suffisent pour assurer la possession, autant dire que les géomètres nous ont ravi la terre, que les astronomes nous ont dérobé l’espace des cieux ! … »
Hugo Grotius,
Mare liberum. De la liberté des mers, 16092.

  • 3 Selden (J.), Of the Dominion, or Ownership of the Sea, 1635, livre I, chap. XXII, p. 137 [ma traduc (...)

« Et en vérité ce n’est pas beaucoup plus difficile de trouver des limites et des bornes en pleine mer, pour distinguer les propriétés privées. Nous disposons des hauts rochers, des écueils, des promontoires les uns en face des autres, et des îles dispersées partout, depuis lesquels des lignes droites, aussi bien que des coudes et des tournants, et des angles, peuvent être tracés pour délimiter un territoire en mer ».
John Selden,
Of the Dominion, or Ownership of the Sea, 16353.

  • 4 Vallaux (C.), Géographie sociale. La mer, Paris, Octave Doin, 1908, p. 40.

« Il n’y a rien d’arbitraire dans la division classique de l’espace maritime en Océans et en mers secondaires ; de même, les noms particuliers que l’on donne à ces mers ne sont point des fantaisies géographiques sans valeur ; la toponymie ne fait ici que souligner l’existence de réalités qui ne sont pas moins sociales que physiques ».
Camille Vallaux,
Géographie sociale. La mer, 19084.

  • 5 Gallois (L.), Régions naturelles et noms de pays. Étude sur la région parisienne, Paris, Armand Col (...)
  • 6 Jacob (C.), L’empire des cartes. Approche théorique de la cartographie à travers l’histoire, Paris, (...)

1Même si Lucien Gallois l’appelait de ses vœux dès le début du xxe siècle, ce n’est que récemment que géographes et historiens se sont intéressés à la nomination de l’espace dans l’optique d’une histoire des représentations géographiques, ou d’une archéologie du savoir géographique5. Que dit le toponyme en termes de représentations collectives ? Comme l’écrit Christian Jacob, « la toponymie repose sur un consensus social […] et se construit sur une culture et des valeurs partagées autant que sur les particularités mêmes des accidents topographiques à nommer6 ».

  • 7 Retaillé (D.), « Topogenèse », dans J. Lévy et M. Lussaut dir., Dictionnaire de la géographie, Pari (...)

2Pour faire « l’histoire d’une nomenclature des lieux conduisant à identifier davantage les acteurs de la dénomination que les lieux eux-mêmes », Denis Retaillé a proposé le concept de topogenèse. Dans cette optique, il s’agit de prêter attention aux facteurs sociaux et politiques qui guident le choix d’un toponyme plutôt qu’un autre. L’identification de ce processus permet donc de dévoiler un « rapport de force symbolique7 » évolutif. C’est en suivant cette ligne directrice que l’on peut essayer de comprendre la nette divergence entre les cartes françaises et anglaises de la Manche. Depuis le plus petit cap (« Béveziers »/« Beachy Head ») jusqu’au nom des îles (« Sorlingues »/« Scilly », « îles anglaises »/« Channel Islands »), les toponymes diffèrent dans les deux langues. Contrairement à l’Atlantique, la Baltique, le Pacifique ou la Méditerranée, la mer elle-même porte un nom différent en français et en anglais : « La Manche » et « English Channel ». Mais ces deux toponymes sont le fruit d’une longue maturation, qui s’étale sur près de deux siècles.

  • 8 J’emprunte cette expression à E. Mancke, qui parle de la « politisation des océans » par les États (...)

3On fera ici l’hypothèse que les glissements sémantiques, que l’on peut suivre sur les cartes, révèlent une politisation de la mer8. La question du nom est l’un des aspects du débat théorique sur la souveraineté des mers, qui oppose les juristes européens jusqu’au xviiie siècle (I). Les toponymes inscrits sur les cartes françaises et anglaises sont donc l’expression du heurt de deux conceptions opposées du droit des États sur la mer, qui s’expriment de plus en plus franchement en avançant dans le xviie siècle (II). Dans des cas concrets, le nom donné à la mer est discuté par les diplomates, car il cristallise des enjeux économiques précis. Lors de négociations sur les prises de guerre, le recours à des cartes manuscrites montre qu’au-delà du nom, ce sont les limites de la Manche qui divisent (III).

L’enjeu juridique : la souveraineté des mers

4Derrière le nom donné à la Manche se cache une lutte entre deux conceptions juridiques, qui se formule au xviie siècle et reste à l’arrière-plan de toutes les discussions pendant le siècle suivant : le débat sur la souveraineté des mers, dont les deux positions extrêmes sont incarnées par Hugo Grotius et John Selden. Si leurs textes ont donné lieu à nombre d’analyses, chez les historiens, les juristes ou les politologues, on s’est peu intéressé à une ligne de clivage centrale : la question du nom donné à la mer, qui implique ou non sa propriété et une certaine délimitation.

  • 9 Fulton (T. W.), The Sovereignty of the Sea. An Historical Account of the Claims of England to the D (...)

5On ne saurait comprendre les prodromes de cette discussion sans faire entrer en jeu d’autres acteurs que la France et l’Angleterre. Ces querelles commencent par la rivalité hispano-portugaise pour s’arroger le monopole de la navigation et du commerce avec les colonies du Nouveau Monde et des Indes, à la fin du xve siècle, et constituent la jurisprudence pour tous les débats sur le droit de la mer pendant trois siècles. Au xviie siècle, la Hollande et l’Angleterre s’opposent fortement aux prétentions espagnoles et portugaises, mais sont aussi rivales l’une de l’autre dans les mers européennes9. La France, dans un premier temps, n’est quant à elle pas directement impliquée dans ces disputes.

  • 10 Grotius (H.), Mare liberum…, op. cit., p. 664. Sur l’importance de Grotius dans la formulation du d (...)
  • 11 Grotius (H.), Mare liberum…, op. cit., p. 686 [ma traduction].
  • 12 Fulton (T. W.), The Sovereignty of the Sea…, op. cit., p. 30-33.
  • 13 Avant Selden, de nombreux juristes britanniques de moindre envergure sont entrés dans le débat : ib (...)

6Appuyée sur ces polémiques politiques, se formule une des grandes controverses du droit naturel, pour évaluer les droits des hommes à diviser la mer, don initial de Dieu, en propriétés individuelles. Quelles sont les limites morales de la propriété, et comment borner les possessions ? Contre les prétentions portugaises au commerce exclusif dans les mers indiennes, le Hollandais Hugo Grotius (1583-1645) publie son Mare liberum sive de jure Bativis competit ad Indiana commercia dissertatio en 160910. Notre propos n’est pas ici de résumer l’argumentaire de Grotius, bien connu. Une formule suffira, pour imaginer la manière dont est reçu l’ouvrage en Angleterre : « Aucune partie de la mer ne peut être comprise dans le territoire d’un peuple11.» En effet, les règnes de Jacques Ier (1603-1625) et surtout de Charles Ier (1625-1649) sont ceux d’un changement profond de politique maritime outre-Manche : les prétentions anglaises à la souveraineté des mers, qui remontent aux Plantagenêts, sont pour la première fois mises en œuvre12. Quelques mois à peine après la parution du Mare liberum, une proclamation du Privy Council du 6 mai 1609 interdit ainsi aux étrangers de pêcher le long des côtes britanniques et irlandaises, à moins d’être munis de permis. Cette politique est dirigée contre les pêcheurs de harengs hollandais, qui écument par centaines les rivages anglais et écossais de la mer du Nord. En 1636, une nouvelle proclamation réitère cette obligation. L’année précédente, la couronne britannique s’est dotée d’un argumentaire juridique à la mesure de l’ouvrage de Grotius : contre les Hollandais, Charles Ier passe commande à John Selden (1584-1654), dont l’ouvrage, commencé dès 1617, ne paraît qu’en 1635, sous le titre de Mare clausum13.

  • 14 Selden (J.), Of the Dominion…, op. cit., livre II, chap. I, p. 186 [ma traduction].

7Toute la démonstration du juriste anglais repose sur l’idée que la mer peut être appropriée. Parmi les nombreux arguments que Selden oppose à Grotius, les manières de désigner la mer légitiment les prétentions à la souveraineté sur les « mers britanniques ». Plusieurs passages sont ainsi consacrés au nom de « British Sea », dont l’ancienneté fait preuve. Est par exemple convoqué le géographe romain Pomponius Mela, qui, au premier siècle après Jésus-Christ, étendait cette « mer britannique » jusqu’aux Pyrénées, incluant le golfe de Gascogne14. Toute l’histoire des îles Britanniques confirme le fait :

  • 15 Ibid.

La Grande-Bretagne, avec les îles qui l’avoisinent, et la mer l’embrassant de chaque côté, devint en quelque sorte un corps politique, si bien que l’ensemble est compris sous le nom de British ou Britannique15.

  • 16 Voir par exemple G. de Rayneval, Institutions du droit de la nature et des gens, Paris, Leblanc, an (...)

8Jusqu’au début du xixe siècle, Grotius et Selden restent des références théoriques incontournables dans la littérature sur le droit de la mer. Tandis que les jurisconsultes français voient dans le Mare clausum une défense de leur conception d’une souveraineté limitée sur la mer, certains juristes anglais se réfèrent encore au Mare liberum en 183016. Ces débats ne sont pas restreints à la sphère juridique, et l’on en trouve un écho sur les cartes.

La nomination de la mer sur les cartes

9Les représentations géographiques des espaces maritimes changent à partir du xviie siècle. Les États européens accentuent leur emprise sur leur territoire, tandis que la mer prend une importance croissante dans les relations internationales. Espace de commerce et d’échanges multiples au Moyen Âge, au centre du royaume composite des Plantagenets, la Manche devient un espace de confrontation concret à partir du xviie siècle, lorsque les monarchies française et britannique commencent à avoir les moyens de leurs ambitions sur mer.

  • 17 Harley (J. B.), « Texts and Contexts in the Interpretation of Early Maps », dans The New Nature of (...)
  • 18 Voir, dans une bibliographie abondante, S. Tyacke et J. Huddy, Christopher Saxton and Tudor map-mak (...)

10Un problème se pose d’emblée lorsque l’on étudie les cartes comme observatoire de ces enjeux politico-juridiques : celui du statut du cartographe par rapport au souverain. La question de la part respective du contexte et du cartographe dans l’élaboration du document est complexe. Qui est l’auteur d’une carte ? Brian Harley se demande ainsi : « Jusqu’à quel point une carte particulière est-elle le travail d’un arpenteur, d’un éditeur, d’un dessinateur ou d’un graveur17 ? » Il semble légitime de considérer que dans une certaine mesure, et sans nier la part de créativité et d’autonomie de ces différents protagonistes, certains éléments de la carte peuvent être vus comme des représentations officielles. On sait en effet qu’en France comme en Angleterre, les États s’arrogent peu à peu le contrôle de l’ensemble du processus d’élaboration des cartes, depuis leur production jusqu’à leur publication. À partir du xvie et plus encore du xviie siècle, les relations de patronage entre les cartographes et la monarchie s’accentuent, tandis que la cartographie devient une entreprise étatique18.

11La carte est d’abord un objet et une image, un dispositif formel dont on peut retenir plusieurs éléments : le découpage, l’échelle, la représentation des limites territoriales, le titre, ou encore la toponymie. Pour comprendre les rapports entre géopolitique et cartographie, deux indicateurs ont été retenus : la toponymie et le découpage. S’agissant des toponymes, une étude en série et en longue durée permet d’éviter de donner trop d’importance aux hapax. Comme le note Christian Jacob :

  • 19 Jacob (C.), L’empire des cartes…, op. cit., p. 308.

Les toponymes inscrits sur la carte renvoient souvent à des livres, à une bibliothèque. Ils relèvent d’une vaste intertextualité où cartographes et géographes se transmettent des listes de noms de lieux, validés par l’autorité des sources plus que par la vérification sur le terrain19.

  • 20 Pour consulter cette base de données, voir R. Morieux, La Manche au xviiie siècle. La construction (...)
  • 21 Broc (N.), « Les cartes de France au xvie siècle », dans Regards sur la géographie française de la (...)
  • 22 Huchon (M.), Histoire de la langue française, Paris, Le Livre de poche, 2002, p. 129-131. Sur les d (...)

12À partir d’un corpus de 403 cartes, françaises, anglaises, hollandaises ou encore italiennes, nous avons pu reconstituer plusieurs séquences dans la nomination de la Manche. Une étude spécifique des cartes françaises nous a par ailleurs permis de préciser cette évolution20. Alors que pendant tout le Moyen Âge et la majeure partie du xvie siècle, cette mer n’est pas singularisée, une première inflexion apparaît dans les années 1590. La traduction des toponymes du latin dans les langues vulgaires permet d’observer un début de différenciation entre les langues européennes. La fameuse carte de France d’Oronce Fine (1525), dont le modèle principal est la Géographie de Ptolémée, utilise ainsi l’expression « la grand mer oceane », inscrite à la fois dans le golfe de Gascogne et dans la Manche21. Dans ce cas, la mer franco-anglaise n’est pas encore considérée comme un espace autonome ou original, mais comme un morceau de l’océan. Ce toponyme générique, sous diverses formes (« Mer Oceane », « mare oceanum »), est fréquemment utilisé sur les cartes publiées en France au xvie siècle. Un second type de nomination est quant à lui dérivé de « Oceanus Britannicus », et tire son nom du pays ou de la région dont la mer baigne les côtes. Ces deux toponymes coexistent parfois sur la même carte, comme sur celle de Guillaume Postel, La vraye et entière description du royaume de France et ses confins… (1570 ; Figure 9.1). Les cartes françaises du xvie siècle recourent donc aux deux terminologies, ancienne et moderne, sans toujours faire de choix. Cette coexistence du latin et du français n’est d’ailleurs pas une spécificité des cartes, et est plus généralement caractéristique de la langue de la Renaissance22.

  • 23 Rey (A.) et al., Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Dictionnaires Le Robert, 19 (...)
  • 24 Les dictionnaires du xvie siècle, comme le Dictionnaire françois-latin de R. Estienne (1549), ne dé (...)

13Au même moment, les cartes « anglaises » – entendons par là publiées en Angleterre – utilisent généralement des dérivés du latin « oceanus britannicus ». Dès la carte du Sussex de John Norden (1595), ce toponyme s’efface au profit de « British Ocean », expression qui, concurremment avec « British Sea », s’impose dans la première moitié du xviie siècle. Alors que la rivalité franco-britannique s’affirme, la nomination de la mer bordière commence à diverger dans les deux langues. Ainsi, en français, le terme de « Manche » apparaît dans les dictionnaires géographiques et les récits de voyage dans la première décennie du xviie siècle. D’après le Dictionnaire historique d’Alain Rey, le terme est créé vers 1150, à partir du latin manica, « dérivé comme manicus de manus qui désigne une longue manche de tunique couvrant la main, un gant et aussi des fers pour les mains, des menottes23 ». C’est donc un rapport métaphorique, de ressemblance entre le mot et le lieu qu’il désigne. Mais c’est seulement au début du xviie siècle que l’image est utilisée pour qualifier un bras de mer24. La première occurrence du mot, toutes sources confondues, figure sur une carte anonyme de la Bretagne et de la Normandie, qui se trouve dans l’édition anglaise (1606) du Theatrum orbis terrarum du Hollandais Abraham Ortelius (Figure 9.2). Sur cette carte, datée de 1594, une inscription latine définit la Manche, que l’on peut traduire ainsi :

  • 25 Ortelius (A.), The Theatre of the Whole World. London, 1606, Amsterdam, Theatrum orbis terrarum Ltd (...)

Oceanus Britannicus. En gaulois vulgaire Manche ; en anglais vulgaire chenal ; en allemand kanal. Ce que l’on appellerait pour ainsi dire Canal. C’est en effet à la ressemblance d’un canal entre la Gaule et l’Angleterre25.

  • 26 Voir R. Morieux, Une mer…, op. cit., p. 154-157.
  • 27 Jacob (C.), L’empire des cartes…, op. cit., p. 284.
  • 28 Ce personnage est peu connu, et sa notice biographique est famélique dans J. French éd., Tooley’s D (...)

14Il faut toutefois attendre les années 1670 pour que le toponyme « Manche » commence à s’imposer sur les cartes françaises, représentant au minimum un tiers et souvent près de la moitié des occurrences. Pendant cette période, qui va jusqu’à la fin du xviie siècle, les ambitions de Louis XIV sur la mer s’affirment clairement contre l’Angleterre, se manifestant notamment dans des conflits de préséance par rapport au salut au pavillon26. Dans ce contexte, le choix des toponymes et l’espace de leur inscription graphique ne doivent rien au hasard. Ainsi la carte de Pierre Duval (1618-1683), géographe ordinaire du roi et neveu de Nicolas Sanson, L’Océan près d’Europe… (1666 ; Figure 9.3), limite la « mer britannique » au Nord de l’Irlande et à l’Écosse, tandis que la « Mer de France » s’inscrit dans tout le golfe de Gascogne, par un effet de « mimésis cartographique27 » qui fait correspondre l’espace nommé et l’espace recouvert par le nom. Au-delà du nom, ce sont aussi les limites réelles de la « mer britannique » ou de la « mer de France » qui sont en jeu. Au lendemain de la guerre de la Ligue d’Augsbourg, en 1699, la carte du géographe du roi Desgranges fonctionne selon la même logique28 (Figure 9.4). D’autres cartes partagent graphiquement la souveraineté sur la Manche entre la France et l’Angleterre. En 1692, la carte éditée chez Nolin, La Manche ou le Canal ou sont les costes de Picardie, de Normandie, et de Bretagne en France, avec la partie méridionale du royaume d’Angleterre privilégie nettement, par l’épaisseur du lettrage, une souveraineté par rapport à l’autre (Figure 9.5).

15Ce type de carte imprimée, qui marque clairement l’appropriation française de la Manche, n’apparaît plus guère à partir du xviiie siècle. Mais le débat n’est pas clos, et la nomination de la mer reste un enjeu des relations franco-britanniques au Siècle des lumières, qui transparaît sur certaines cartes.

Géopolitique de la cartographie : les négociations sur les prises maritimes

16En pratique, savoir quelles sont les limites des « mers britanniques » s’avère crucial, comme le montre l’exemple des négociations autour des prises de guerre. À la fin de chaque guerre, tout au long du xviie et du xviiie siècle, des négociations ont lieu entre les belligérants pour découper la mer en zones, qui délimitent des périodes de cessation des hostilités. L’objet de ces discussions n’est pas seulement, comme dans le cas du salut au pavillon, le prestige monarchique ou la puissance militaire, mais aussi l’intérêt commercial des États. En effet, en fonction de l’endroit où sont tracées ces limites, le nombre de prises considérées comme valables varie très fortement. L’usage de cartes manuscrites, pour représenter les doléances des négociateurs, n’apparaît qu’exceptionnellement dans les archives.

  • 29 Voir T. W. Fulton, The Sovereignty of the Sea…, op. cit., p. 465-466.

17Rappelons brièvement le débat. Tout commence à Breda, dans le Brabant néerlandais, où est signé par la France, les Provinces-Unies, l’Angleterre et le Danemark, en juillet 1667, le traité mettant fin à la deuxième guerre anglo-hollandaise. Selon les versions du traité, les articles sur les prises n’utilisent pas les mêmes toponymes pour désigner la Manche29. Ainsi, dans le traité de paix et de commerce anglo-hollandais, l’article 7 précise :

Un chacun demeurera possesseur des vaisseaux, équipages et marchandises, qu’il pourra prendre, savoir dans les Mers du Nord & Britannique douze jours après la publication de la paix, depuis le commencement de la Mer Britannique jusques au Cap S. Vincent, six semaines après.

  • 30 Archives du ministère des Affaires étrangères, Paris [ci-après AMAE], CPA 89, fo 122v°, fo 145, fo  (...)
  • 31 Traité de paix entre la France et l’Angleterre : conclu à Ryswick le 20 septembre 1697, Paris, Fréd (...)

18Pour les négociateurs des Provinces-Unies, l’important est de dissocier la mer du Nord, où se pratique l’essentiel de leur pêche harenguière, de la mer britannique, et ils obtiennent gain de cause des Anglais. De leur côté, les représentants de Louis XIV parviennent aussi à faire prévaloir leurs vues, et dans l’article 17 du traité de paix franco-anglais, conclu le même jour, la « Mer Britannique » est remplacée par « les mers proches et voisines ». Dans sa version imprimée à Paris, le traité précise ce que désigne l’expression : « Ce qui s’entend du Canal de la Mer entre l’Angleterre et l’Irlande, & de la Mer Septentrionale & Balthique30 ». On le voit, les stratégies hollandaise et française n’ont pas le même but, mais se focalisent sur le même objet : la dénomination et la délimitation des mers. En revanche, l’article consacré aux prises, dans le traité de Ryswick qui met fin à la guerre de la Ligue d’Augsbourg (20 septembre 1697), marque une victoire symbolique de l’alliance anglo-hollandaise sur la France louis-quatorzienne : « Dans l’espace de six semaines pour toutes les prises depuis lesdites Mers Britanniques & Septentrionales, jusqu’au Cap de Saint Vincent31 ».

  • 32 Voir par exemple les pétitions transmises par la lettre de Potter au commissaire français à Saint-M (...)
  • 33 Contrairement à tous les traités précédents, celui d’Aix-la-Chapelle du 18 octobre 1748 laisse ouve (...)

19Loin d’être dépassionnée au siècle suivant, la dénomination de la Manche redevient sujet de débat après la guerre de Succession d’Espagne et la guerre de Succession d’Autriche. Une fois les hostilités suspendues, les diplomates sont bientôt noyés sous les pétitions d’armateurs qui se plaignent de l’illégitimité de telle ou telle prise, en fonction du moment et du lieu32. Aussi, avant même que le traité d’Aix-la-Chapelle ne soit conclu, le 18 octobre 1748, une déclaration commune à la France, à la Grande-Bretagne et aux Provinces-Unies est signée le 8 juillet 1748 et convient de réunir une commission ad hoc33,

  • 34 Commission royale au Sieur Guillot, Commissaire général de la Marine à Saint-Malo, 9 novembre 1748, (...)

pour ordonner la restitution réciproque, ou l’indemnité des prises faites, tant dans la mer Méditerranée, que de l’Océan Septentrional jusqu’au Cap St. Vincent, & de ce cap jusqu’à la Ligne au-delà du terme de six semaines, à compter du jour de la signature des Préliminaires34.

  • 35 Allix et Hinde, envoyés anglais à Saint-Malo, au duc de Bedford, Sécrétaire d'Etat pour le Southern (...)

20À partir d’avril 1749, une conférence se tient à Saint-Malo, et porte pour l’essentiel sur la définition des zones maritimes mentionnées dans la déclaration du 8 juillet35. Ces discussions nous intéressent particulièrement, dans la mesure où une carte est pour la première fois utilisée comme document de travail. Pour illustrer ses demandes, Guillot, le diplomate français, fournit une carte sur laquelle il a délimité, par deux traits rouges horizontaux, la zone de cessation des hostilités. Une copie de ce document de travail remarquable, effectuée par les commissaires anglais, est conservée aux National Archives de Kew (Figure 9.6). Le négociateur français « semble incertain » sur la limite occidentale, comme le notent ses interlocuteurs anglais, qui constatent l’absence de ligne tracée sur la carte dans l’Atlantique. Les diplomates britanniques sont contraints d’improviser, faute de directives claires :

  • 36 Ibid., fo 27.

Bien que nous ne nous sentions aucunement autorisés à faire une proposition absolue concernant ces limites, comme les opinions sur ce sujet, que nous avons reçues des bureaux de Votre Grâce, diffèrent les unes des autres, nous avons jugé nécessaire de dire quelque chose36.

  • 37 Ibid., fo 26.

21En pratique, l’absence de consensus et de directives quant à la délimitation des mers britanniques conduit de simples commissaires à formuler leur propre interprétation du découpage souhaitable. Celle-ci apparaît en pointillés noirs sur la carte manuscrite. S’appuyant sur divers rapports composés par Trinity House en 1748, et par Charles Hedges, alors juge de l’Amirauté, en 1713, ils dessinent une ligne passant à l’ouest d’Ouessant, au sud-ouest de l’Irlande, et incluant les îles Britanniques jusqu’au nord de la Norvège. Ils précisent en outre que « tout bateau en vue ou à l’intérieur d’une zone de 10 lieues de l’Irlande ou des îles susmentionnées, devra être inclus à l’intérieur desdites limites37 ». En fonction de l’endroit où l’on trace la ligne imaginaire, le nombre respectif des prises licites et illicites est évidemment très différent. Les négociateurs anglais l’expriment sans détour à la fin de leur rapport, dont certains passages sont chiffrés [soulignés par nous] :

  • 38 Ibid., fo 27 [ma traduction].

[Nous] avons découvert que [ces limites] incluent – autant que l’on puisse le savoir – toutes les prises faites par les Français qui réclament le bénéfice d’avoir été faites à l’intérieur de la limite des 12 jours, comme on peut en juger d’après les limites que nous transmettons à Votre Grâce ; mais d’un autre côté nous ignorons complètement quelles revendications les Français veulent faire de leur côté et nous appréhendons que sur ce point le commissaire français a un avantage sur nous.
M. Guillot a semblé indifférent quant à la partie occidentale de la limite, mais très attaché à celle du nord, ce qui nous fait penser que ceci pourrait être dû aux nombreuses prises hollandaises et anglaises qui ont été faites au large des côtes norvégiennes depuis l’expiration des douze jours38.

  • 39 NA, SP 78/234, fo 23.
  • 40 Bedford à Allix et Hinde, 21 septembre 1749, NA, SP 78/234, fo 137.

22Une liste mentionnant les endroits exacts où les prises ont été faites confirme les dires des commissaires anglais39. La discussion piétine, et ces derniers sont finalement rappelés en septembre 1749, afin de fourbir de nouveaux arguments40. Cette carte manuscrite avait été dessinée dans un but précis : régler la question des prises. À cet effet, elle détachait les enjeux économiques concrets – matérialisés par les lignes de couleur et pointillées – des questions politiques – par le choix d’un nom neutre, « La Manche ou le Canal », qui n’est d’ailleurs jamais contesté par les Anglais. En ce sens, cette carte de praticiens est très différente de celles dessinées par les géographes du roi de la fin du xviie siècle. En revanche, si on la compare aux cartes imprimées qui lui sont contemporaines, le toponyme choisi n’a rien d’exceptionnel : au milieu du xviiie siècle, tout élément de localisation territoriale disparaît des cartes françaises.

  • 41 « Sketch of a Plan of Instructions for the Commissaries who are to meet at Paris […]. In the D. of (...)
  • 42 « Lettres du Marquis de Puyzieulx à M. Rouillé », 18 décembre 1749, AMAE, Fonds des Limites, vol. 1 (...)
  • 43 « Réponse de M. Rouillé », 19 décembre 1749, ibid.

23Dans une seconde phase, à partir de novembre 1749, la question des limites de la Manche passe au premier plan, mais la carte n’est plus jamais évoquée. En effet, le contenu du débat change de nature, se focalisant non plus sur des enjeux économiques mais sur l’espace politique. Le projet d’instructions donné à William Shirley et William Mildmay, les nouveaux commissaires anglais, qui doit servir de base aux discussions sur les prises qui se déroulent à Paris, commence par la nécessité « de déterminer les limites exactes de la Manche et de la Mer du Nord41 ». Les envoyés britanniques doivent insister sur les limites déjà mentionnées par leurs prédécesseurs à Saint-Malo, et suggèrent même une « Convention pour désigner les limites que l’on comprend sous le nom de la Manche et les Mers du Nord42 ». Si, du côté anglais, le seul objet de cette rencontre semble être de résoudre des problèmes concrets, c’est-à-dire les prises de guerre, l’ambition est tout autre côté français. Le marquis de Puyzieulx, secrétaire d’État aux Affaires étrangères, conseille ainsi à Antoine Louis Rouillé, son homologue à la Marine, d’accepter la proposition anglaise de fixer des limites, en lui recommandant d’examiner le « traité de Breda du 31 juillet 1667 dont on pourrait tirer des avantages pour leur fixation ». Cette référence à Breda n’est pas fortuite. Les diplomates français s’inscrivent consciemment dans la tradition louis-quatorzienne, reproduisant des schémas hérités du xviie siècle, comme Rouillé, qui décide de demander aux Anglais que l’on utilise « le terme de Mers françaises qui n’a jamais été employé43 ».

24En se focalisant sur la dénomination – on notera que le toponyme « La Manche ou le Canal » sur la carte manuscrite n’avait déclenché nul débat –, et non plus sur l’espace concret, la discussion change de sens, pour déboucher sur la querelle ancienne de la souveraineté des mers. Les requêtes françaises sont officiellement formulées dans un mémoire de réponse aux propositions anglaises, adressé au duc de Bedford le 24 décembre 1749, qui pose le problème des limites de la Manche sous cet angle :

  • 44 Rouillé à Bedford, « Memoire d’Observations sur le projet d’Instructions pour les Commissaires Angl (...)

Cette convention particulière est en effet également nécessaire pour regler la pluspart des prises actuellement contentieuses, et pour sçavoir à quoy s’en tenir pour toujours sur cette matière.
Il est vrai que par rapport aux limites qui sont désignées par des Caps dénommés, comme le Cap St. Vincent, et par la Ligne, ces désignations offrent des points précis et connus qui ne sont susceptibles de part et d’autre d’aucune diversité d’opinions.
Mais il n’en est pas tout à fait de même par rapport à la Manche, dont les limites n’ont peut-être pas été jusqu’icy suffisamment constatées. Il est pourtant certain que le Cap Lezard est la dernière terre dont on perde la vue en sortant de la Manche, et que tous les navigateurs se regardent hors de la Manche lorsqu’ils ont doublé ce Cap44.

  • 45 Nordman (D.), Frontières de France. De l’espace au territoire : xvie-xixe siècle, Paris, Gallimard, (...)
  • 46 Ibid., p. 307.

25Sur ce point, la demande française semble conforme à la nouvelle logique qui se dessine au milieu du xviiie siècle pour délimiter les frontières terrestres. La carte manuscrite de 1749 est donc le marqueur d’un tournant important qui s’opère alors dans les conceptions françaises du territoire. Comme l’a montré Daniel Nordman, les arguments de type historique ou juridique cèdent la place, au milieu du xviiie siècle, à une vision pragmatique, qui permet la régularisation des frontières par la signature de conventions de limites entre les différents États européens. À l’occasion de la négociation du traité d’Aix-la-Chapelle, le chevalier Duval de Bonneval, ingénieur ordinaire du roi, rédige ainsi des propositions de paix dont les arguments sont repris dans plusieurs mémoires, avec notamment l’idée d’une « extension de la délimitation à toutes les frontières45 ». Les commissaires sont chargés de borner les frontières du royaume, à l’aide de cartes à très grande échelle46. La négociation sur les prises maritimes aurait pu déboucher sur un tel accord sur mer.

  • 47 Rouillé à Bedford, « Mémoire d’Observations… », op. cit., 24 décembre 1749, BL, Add. ms. 32819, fo  (...)
  • 48 « Lettres de M. de la Galissionière et de Silhouette au Mis de Puyzieulx », 28 septembre 1750, AMAE (...)
  • 49 An. à an., [1er] avril 1751, AMAE, Fonds des Limites, vol. 1-2, n. p.

26Cependant, la surdétermination du vocabulaire est un obstacle à la discussion, car il s’agit à la fois d’opérer une délimitation transversale, entre l’Atlantique et la mer du Nord, et horizontale, entre la France et l’Angleterre. Rouillé, secrétaire d’État à la Marine, affirme que ce doit être l’objet de la convention que de « régler les limites de la Manche et des mers du Nord : règlement qui servira en même temps pour les limites des mers françoises et des mers Britanniques47 ». Les positions anglaises se crispent alors, et la discussion stagne pendant toute l’année 1750. À plusieurs reprises, les commissaires anglais déclarent « n’avoir ni ordres ni instructions pour le règlement des limites des Mers48 ». Après de longs mois de surplace, les négociateurs français proposent, en avril 1751, de reprendre la discussion et de parler « des limites de la Mer relativement aux prises, […] d’une manière totalement indépendante de toute question sur le domaine et la souveraineté des Mers respectives49 ». Tout en leur ordonnant d’accepter cette offre, Bedford donne des instructions très précises à Shirley et Mildmay sur ce point :

  • 50 Bedford à Shirley et Mildmay, 23 mai 1751, NA SP 78/239, fo 69v°- fo 70, souligné dans le texte ori (...)

S’il est question de la souveraineté du drapeau britannique, […] les Lords of the Admiralty ont considéré, en accord avec les Juges de l’Amirauté, que cette souveraineté s’étend aussi loin que le Cap Finistère, mais que pour les prises, les limites du British Channel sont, le South Foreland et Calais à l’Est, et l’extrémité la plus à l’ouest de l’Irlande jusqu’à l’extrémité la plus à l’ouest d’Ouessant à l’Ouest ; […] toute résolution prise à l’égard des limites du Channel, ou British Seas, concernant les cas de prise, […] ne devra en aucune façon invalider le droit de chacune des couronnes au dominion, ou à la sovereignty des mers respectives50.

  • 51 Lettres du 14 juin, 18 juin, 5 juillet 1751, AMAE, Fonds des Limites, vol. 1-2, n. p. Un projet de (...)
  • 52 Allix et Hinde à Holdernesse, 11 août 1751, NA, SP 78/239, fo 88v°-fo 89 [ma traduction]

27Cette insistance sur la nécessité de dissocier les deux enjeux indique, a contrario, la méfiance par rapport aux arguties juridiques françaises, mais aussi sans doute une difficulté conceptuelle à penser les enjeux économiques indépendamment des questions de souveraineté. Conformément à la demande britannique, formulée officiellement dans un mémoire du 13 juin 1751, une déclaration « concernant les limites des Mers » est signée le 28 juin suivant par les représentants des deux pays51. Mais c’est cette fois le découpage de la Manche par les Anglais qui soulève l’opposition de leurs homologues français. La stratégie des négociateurs anglais est d’élargir au maximum la zone des prises illégitimes, afin d’inclure dans la convention « toutes les mers britanniques lavant les côtes des territoires de Sa Majesté ». Pour ce faire, ils soutiennent que « le Channel, la North Sea et les British Seas ont généralement été considérés comme des termes synonymes52 ». Au contraire, comme on l’a vu, l’espace concret des toponymes n’a jamais été fixé dans des accords, et la référence à une convention tacite est purement rhétorique. Le fait que jamais les Français et les Anglais ne désignent cette mer par le même terme est révélateur de conceptions divergentes et inconciliables. Il faut une inspiration soudaine des commissaires anglais, en décembre 1752, pour que les positions bougent enfin :

  • 53 Mêmes au même, 6 décembre 1752, ibid., fos 220-221.

Pour mettre fin à cette dispute, nous avons remarqué qu’il n’y avait pas d’obligation à arriver à une décision quelconque concernant les limites des mers, à moins que l’on découvre que des prises ont été faites à l’endroit des limites contestées, ce qui rendrait impossible de déterminer la légalité ou l’illégalité de la capture sans avoir préalablement fixé leurs limites ; nous les avons donc priés de regarder leur liste de prises faites après la guerre, pour voir si certaines ont été faites dans des zones qui soulèveraient le litige. En conséquence, après l’avoir examinée, ils ont avoué qu’il n’y en avait pas d’autre que celles qui ont été prises vers le milieu de la Manche, ce qui rend inutile de fixer les limites. Nous n’avons trouvé dans notre propre liste, qu’une seule prise, et seulement d’une valeur de cent soixante livres53.

28Le plus extraordinaire dans cette situation, c’est que le sujet originel de la conférence, la question des prises, semble avoir été totalement oublié pendant deux ans, pour se focaliser sur des querelles symboliques quant aux limites de la Manche.

*
* *

  • 54 Febvre (L.), « Frontière : le mot et la notion », repr. dans Pour une histoire à part entière, Pari (...)

29Comme le montrait déjà Lucien Febvre dans un article classique de 1928, « la frontière littorale […] n’a rien de géographique, […] ni de « naturel ». Elle est conventionnelle54 ». Loin d’être figée par la géographie physique, par la géopolitique ou la cartographie, la Manche est l’objet de perceptions diverses, qui fluctuent en fonction des moments, des acteurs, des points de vue et des intérêts.

30La carte franco-anglaise de 1749, bien qu’elle sombre rapidement dans l’oubli, témoigne d’une période charnière. Dessinée par les Français, elle montre que l’idée d’une délimitation conventionnelle de la Manche se fait jour après la guerre de Succession d’Autriche, rappelant les traités de limites qui se multiplient sur les frontières terrestres. L’échec même de cette négociation, qui se cristallise sur le nom donné à la mer, a pour effet de fixer, jusqu’au Blocus continental, la frontière politique entre la France et l’Angleterre sur le littoral français. En effet, tandis que les gouvernements britanniques successifs maintiennent leur prétention à détenir la souveraineté sur la Manche, la notion d’eaux territoriales tend à s’imposer chez les diplomates français à partir des années 1760, consacrant l’abandon des revendications politiques sur la Manche. Sur les cartes et dans les dictionnaires géographiques français, toute marque de souveraineté sur la Manche disparaît alors : « La Manche de France » devient « La Manche ».

31Plus qu’une modification des rapports de force géopolitiques, ce sont les modes de construction territoriale internes aux deux États, ainsi que l’émergence de nouvelles théories juridiques, qui expliquent le tournant s’opérant dans les décennies centrales du xviiie siècle côté français. La régularisation des limites du royaume, que Daniel Nordman a mise en évidence pour les frontières terrestres, est également à l’œuvre sur mer. Ceci n’empêche en rien la persistance d’un discours critiquant les prétentions anglaises à l’empire des mers, mais sans que soit réclamé, comme sous Louis XIV, un partage de souveraineté. Inversement, côté anglais, l’idée que la frontière maritime est bornée par les côtes françaises continue à dicter les politiques gouvernementales pendant toute notre période et au-delà. La mer devient donc une limite externe du territoire français, sans faire partie de celui-ci, tandis que la tendance inverse s’observe côté anglais.

  • 55 La limite ouest du cadre est souvent tracée, côté anglais, aux îles Sorlingues, mais parfois aussi (...)

32Les limites maritimes de la Manche, c’est-à-dire avec les mers « voisines », ne sont quant à elles jamais fixées. Le découpage de la carte, l’endroit où l’on choisit de placer le cadre, est déjà un point de vue sur le monde. 72 cartes de notre corpus, entre le milieu du xviie et le début du xixe siècle, découpent ainsi la Manche comme objet central, mais toutes ne la délimitent pas, au plan longitudinal, de la même façon55. La mer est-elle un vide encadré par des pleins que sont les terres, ou l’inverse ? Savoir où finit l’Atlantique et où commence la mer du Nord reste arbitraire, et en déconstruisant la Manche, on dissout aussi la cohérence des espaces maritimes voisins.

Notes

1 Cet article est une version remaniée des chapitres II et V de R. Morieux, Une mer pour deux royaumes. La Manche, frontière franco-anglaise, xviie-xviiie siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008.

2 Grotius (H.), Mare liberum. De la liberté des mers [1609], trad. d’A. de Courtin [1703], Caen, Centre de philosophie politique et juridique de l’université de Caen, 1990, p. 690.

3 Selden (J.), Of the Dominion, or Ownership of the Sea, 1635, livre I, chap. XXII, p. 137 [ma traduction].

4 Vallaux (C.), Géographie sociale. La mer, Paris, Octave Doin, 1908, p. 40.

5 Gallois (L.), Régions naturelles et noms de pays. Étude sur la région parisienne, Paris, Armand Colin, 1908. Voir M. Clary et D. Retaille, « La nomenclature en géographie et dans son enseignement », L’Information géographique, 1987, 51, 1, p. 29-35 ; Debarbieux (B.), « Représentations de la haute montagne et nomination du territoire », Représenter l’espace. L’imaginaire spatial à l’école, Paris, Anthropos, 1989, p. 95-107 ; Debarbieux (B.), « La nomination des espaces géographiques dans les Alpes entre 1880 et 1930 », dans P. Claval dir., Autour de Vidal de la Blache. La formation de l’École française de géographie, Paris, CNRS, 1993, p. 109-122.

6 Jacob (C.), L’empire des cartes. Approche théorique de la cartographie à travers l’histoire, Paris, Albin Michel, 1992, p. 267.

7 Retaillé (D.), « Topogenèse », dans J. Lévy et M. Lussaut dir., Dictionnaire de la géographie, Paris, Belin, 2003, p. 926-927.

8 J’emprunte cette expression à E. Mancke, qui parle de la « politisation des océans » par les États européens, à partir du xve siècle et du début du xvie siècle, processus de très longue durée qu’elle lie à l’expansion impériale : « States, Empires, and the International Politics of Oceanic Space, c. 1450-1800 », dans Anglo-American Conference « The Sea », Londres, Institute of Historical Research, 4 juillet 2001 ; Mancke (E.), « Early Modern Expansion and the Politicization of Oceanic Space », Geographical Review, vol. 89, no 2, 1999, p. 225-236.

9 Fulton (T. W.), The Sovereignty of the Sea. An Historical Account of the Claims of England to the Dominion of the British Seas, and of the Evolution of the Territorial Waters : with special reference to the Rights of Fishing and the Naval Salute, Édimbourg et Londres, William Blackwood and Sons, 1911, p. 339-340.

10 Grotius (H.), Mare liberum…, op. cit., p. 664. Sur l’importance de Grotius dans la formulation du droit de la mer, voir W. E. Butler, « Grotius and the Law of the Sea », dans H. Bull, B. Kingsbury et A. Roberts éd., Hugo Grotius and international relations, Oxford, Clarendon Press, 1990, p. 209-220.

11 Grotius (H.), Mare liberum…, op. cit., p. 686 [ma traduction].

12 Fulton (T. W.), The Sovereignty of the Sea…, op. cit., p. 30-33.

13 Avant Selden, de nombreux juristes britanniques de moindre envergure sont entrés dans le débat : ibid., p. 338-377. À cet égard, on peut penser que dans la première traduction anglaise du Britannia de William Camden (1551-1623), les passages consacrés à la Manche sont une réponse à Grotius : « Au sud, lorsqu’elle coule entre la France et la Grande-Bretagne, elle est proprement appelée la mer britannique » ; « J’ai étendu la mer britannique jusqu’ici […]. Car les rois d’Angleterre étaient, et sont les seigneurs légitimes de toutes les côtes septentrionales et occidentales de la France (sans même mentionner le royaume et la couronne de France) », Camden (W.), Britannia, 1610, trad. anglaise de P. Holland, p. 59, 225 [ma traduction]. Sur cet ouvrage fondateur de l’histoire et de la géographie britanniques, qui est aussi une œuvre de propagande, voir S. Piggott, « William Camden and the Britannia », dans R. C. Richardson éd., The Changing Face of English Local History, Aldershot, Ashgate, 2000, p. 12-29 (réédition d’un article de 1957) ; Levy (F. J.), « The Making of Camden’s Britannia », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, vol. 26, 1964, p. 70-97 ; Collinson (P.), « One of Us ? William Camden and the Making of History », The Camden Society Centenary Lecture, Transactions of the Royal Historical Society, 6e série, VIII, 1998, p. 139-163 ; McGurk (J.), « William Camden : civil historian or Gloriana’s propagandist ? », History Today, vol. 38, no 4, 1988, p. 47-53.

14 Selden (J.), Of the Dominion…, op. cit., livre II, chap. I, p. 186 [ma traduction].

15 Ibid.

16 Voir par exemple G. de Rayneval, Institutions du droit de la nature et des gens, Paris, Leblanc, an XII-1803, n. 23 et 24, p. lxxxiv-lxxxv ; Rayneval (G. de), De la liberté des mers, Paris, Delaunay, 1811 ; Champagne (J.-F.), La Mer libre, la Mer fermée, ou Exposition et Analyse du Traité de Grotius, intitulé La Mer Libre, et de la réplique de Selden, ayant pour titre, La Mer fermée, dans laquelle l’auteur s’efforce d’établir le droit légitime de l’Angleterre à la domination exclusive des Mers, Paris, Moutardier, 1803 ; Hall (R. G.), Essay on the rights of the Crown and the privileges of the subject in the sea-shores of the realm, 3e éd., 1875 (1re éd. : 1830), repr. dans S. A. Moore, The History of the Foreshore and the Law Relating Thereto. With a hitherto unpublished Treatise by Lord Hale “De Jure Maris”, and Hall’s Essay on the Rights of the Crown in the Sea-Shore, Londres, Stevens & Haynes, 1888, p. 668-669.

17 Harley (J. B.), « Texts and Contexts in the Interpretation of Early Maps », dans The New Nature of Maps : Essays in the History of Cartography, Baltimore/Londres, The Johns Hopkins university press, 2001, p. 38 [ma traduction]. Sur cette question de l’auteur, voir M. Pastoureau, « Contrefaçon et plagiat des cartes de géographie et des atlas français de la fin du xvie au début du xviiie siècle », dans F. Moureau dir., Les presses grises. La contrefaçon du livre (xvie-xixe siècle), Paris, Aux amateurs de livres, 1988, p. 275-302.

18 Voir, dans une bibliographie abondante, S. Tyacke et J. Huddy, Christopher Saxton and Tudor map-making, Londres, The British Library, 1980 ; Pelletier (M.), « Cartographie et pouvoir sous les règnes de Louis XIV et Louis XV », Bulletin du Comité français de cartographie (Histoire de la cartographie – Cartographie et pouvoir), no 141, septembre 1994, p. 5-19.

19 Jacob (C.), L’empire des cartes…, op. cit., p. 308.

20 Pour consulter cette base de données, voir R. Morieux, La Manche au xviiie siècle. La construction d’une frontière franco-anglaise, Thèse de doctorat en histoire dirigée par Jean-Pierre Jessenne, Université de Lille III, 2005, p. 644-679. Son étude synthétique se trouve dans R. Morieux, Une mer…, op. cit., p. 68-88.

21 Broc (N.), « Les cartes de France au xvie siècle », dans Regards sur la géographie française de la Renaissance à nos jours, Presses universitaires de Perpignan, 1994, t. I, p. 42-53.

22 Huchon (M.), Histoire de la langue française, Paris, Le Livre de poche, 2002, p. 129-131. Sur les différentes strates langagières engendrées par la redécouverte de Ptolémée, voir C. Jacob, L’empire des cartes…, op. cit., p. 275-276.

23 Rey (A.) et al., Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Dictionnaires Le Robert, 1994, p. 1177.

24 Les dictionnaires du xvie siècle, comme le Dictionnaire françois-latin de R. Estienne (1549), ne définissent la manche que comme « La Manche d’ung habillement, Manica » (p. 365). Ce type de schématisation de l’espace, assimilant les formes géographiques aux objets empiriques, était déjà commun dans l’Antiquité ; voir C. Jacob, L’empire des cartes…, op. cit., p. 184-185.

25 Ortelius (A.), The Theatre of the Whole World. London, 1606, Amsterdam, Theatrum orbis terrarum Ltd., 1968. Cette édition de 1606 est la seule édition étrangère à être publiée ailleurs qu’à Anvers. Cette carte apparaît aussi dans les éditions du Theatrum orbis terrarum de 1595, 1597, 1598, 1601, 1602, 1603, 1608, 1609, 1612, 1641. Sur cette carte, voir M. P. R. van den Broecke, Ortelius atlas maps. An illustrated guide, Westrenen, HES Publishers, 1996, p. 78.

26 Voir R. Morieux, Une mer…, op. cit., p. 154-157.

27 Jacob (C.), L’empire des cartes…, op. cit., p. 284.

28 Ce personnage est peu connu, et sa notice biographique est famélique dans J. French éd., Tooley’s Dictionary of Mapmakers, Tring, Map collector Publications, 1999, p. 361.

29 Voir T. W. Fulton, The Sovereignty of the Sea…, op. cit., p. 465-466.

30 Archives du ministère des Affaires étrangères, Paris [ci-après AMAE], CPA 89, fo 122v°, fo 145, fo 149v°.

31 Traité de paix entre la France et l’Angleterre : conclu à Ryswick le 20 septembre 1697, Paris, Frédéric Léonard, 1697, art. 10, p. 7.

32 Voir par exemple les pétitions transmises par la lettre de Potter au commissaire français à Saint-Malo, 27 février 1749, National Archives of England [désormais NA], Kew, SP 78/234, fo 4.

33 Contrairement à tous les traités précédents, celui d’Aix-la-Chapelle du 18 octobre 1748 laisse ouvert le règlement de la question des prises de guerre. Clercq (J. de), Recueil des traités de la France, t. I (1713-1802), Paris, A. Durand et Pedone-Lauriel, 1880, p. 61, 68.

34 Commission royale au Sieur Guillot, Commissaire général de la Marine à Saint-Malo, 9 novembre 1748, NA, SP 78/234, fo 17.

35 Allix et Hinde, envoyés anglais à Saint-Malo, au duc de Bedford, Sécrétaire d'Etat pour le Southern Department, 6 avril 1749, NA, SP 78/234, f° 26 [ma traduction]. Ce ministre était chargé des relations avec l'Irlande, les colonies américaines et l'Europe catholique.

36 Ibid., fo 27.

37 Ibid., fo 26.

38 Ibid., fo 27 [ma traduction].

39 NA, SP 78/234, fo 23.

40 Bedford à Allix et Hinde, 21 septembre 1749, NA, SP 78/234, fo 137.

41 « Sketch of a Plan of Instructions for the Commissaries who are to meet at Paris […]. In the D. of Bedford’s of 9th. Nov. r 1749 », British Library [désormais BL], Add. ms. 32819, fos 87-90. Nos citations sont tirées de la version française du projet (ibid., fos 91-93). William Shirley (1694-1771) était alors gouverneur du Massachusets. Ces deux négociateurs sont également chargés, lors des mêmes entrevues, de régler la question des prises et des prisonniers de guerre, ainsi que de fixer les limites entre les deux puissances en Nouvelle-Écosse : voir Clayton (T. R.), « The Duke of Newcastle, the Earl of Halifax, and the American Origins of the Seven Years War », The Historical Journal, vol. 24, no 3, septembre 1981, p. 571-603.

42 « Lettres du Marquis de Puyzieulx à M. Rouillé », 18 décembre 1749, AMAE, Fonds des Limites, vol. 1-2, n. p.

43 « Réponse de M. Rouillé », 19 décembre 1749, ibid.

44 Rouillé à Bedford, « Memoire d’Observations sur le projet d’Instructions pour les Commissaires Anglois relatif aux Prises faites sur Mer depuis la Guerre », envoyé le 24 décembre 1749, BL, Add. ms. 32819, fo 243. Le passage qui figure ici en italique est souligné dans le texte original.

45 Nordman (D.), Frontières de France. De l’espace au territoire : xvie-xixe siècle, Paris, Gallimard, 1998, p. 305.

46 Ibid., p. 307.

47 Rouillé à Bedford, « Mémoire d’Observations… », op. cit., 24 décembre 1749, BL, Add. ms. 32819, fo 244.

48 « Lettres de M. de la Galissionière et de Silhouette au Mis de Puyzieulx », 28 septembre 1750, AMAE, Fonds des Limites, vol. 1-2, n. p.

49 An. à an., [1er] avril 1751, AMAE, Fonds des Limites, vol. 1-2, n. p.

50 Bedford à Shirley et Mildmay, 23 mai 1751, NA SP 78/239, fo 69v°- fo 70, souligné dans le texte original [ma traduction].

51 Lettres du 14 juin, 18 juin, 5 juillet 1751, AMAE, Fonds des Limites, vol. 1-2, n. p. Un projet de déclaration, en français et daté du 4 juin 1751, se trouve en NA SP 78/239, fo 78.

52 Allix et Hinde à Holdernesse, 11 août 1751, NA, SP 78/239, fo 88v°-fo 89 [ma traduction]

53 Mêmes au même, 6 décembre 1752, ibid., fos 220-221.

54 Febvre (L.), « Frontière : le mot et la notion », repr. dans Pour une histoire à part entière, Paris, EHESS, 1962, p. 19.

55 La limite ouest du cadre est souvent tracée, côté anglais, aux îles Sorlingues, mais parfois aussi au cap Land’s End, ou même à la baie de Cork en Irlande. Près des côtes françaises, ce sont la plupart du temps les îles Ouessant qui fournissent la limite occidentale. À l’est, la myopie s’accentue encore et le choix des limites est infini, de Calais jusqu’à Ostende. En revanche, les ingénieurs géographes militaires ont fixé très tôt les limites de la Manche, sans en varier. C’est le cas de Vauban, qui place « les deux extrémités de la Manche » à Calais et à Ouessant : Vauban (S. Le Prestre), « Mémoire sur Cherbourg », 15 juillet 1686, Service historique de la Défense, Vincennes, 1M1085, fo 1.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search