Version classiqueVersion mobile

Les usages des cartes (xviie-xixe siècle)

 | 
Isabelle Laboulais

Du terrain à l'atelier : quelques cartographes à la tâche

Ébauches et empires : Jean-Baptiste Bourguignon d’Anville, Pedro Vicente Maldonado et la cartographie de l’Amérique du Sud

Neil Safier

Texte intégral

  • 1 Bourguignon d’Anville (J.-B.), Considérations générales sur l’étude et les connoissances que demand (...)
  • 2 Borges (J. L.), « Del Rigor en la Ciencia », El Hacedor, Buenos Aires, Emecé Editores, 1960.

1Vers la fin de sa vie, Jean-Baptiste Bourguignon d’Anville (1697-1782) compose un guide général traitant de la manière de lever des cartes géographiques. Ce traité commence par un discours abrégé sur la théorie des sciences géographiques au xviiie siècle et sur la relation qui les noue à d’autres domaines scientifiques. Pour Bourguignon d’Anville, l’un des cartographes européens les plus renommés de son temps, tous les domaines scientifiques impliquent des questions artistiques, si bien que ceux qui veulent s’engager dans la pratique de la géographie sont obligés d’exercer, eux aussi, certains jugements esthétiques ou artistiques, et cela, en dépit des « procédés purement géométriques » qui gouvernent la discipline. La question, selon Bourguignon d’Anville, vise à comprendre les limites entre une approche scientifique et une approche artistique, en considérant « l’universalité de l’objet qu’embrasse la Géographie ». Bourguignon d’Anville estime impossible, quoique peut-être souhaitable, de proposer une correspondance parfaite entre une région et sa représentation. Malgré cela, insiste-t-il, « si le désir de n’avoir de Géographie qu’autant qu’elle serait en quelque manière l’empreinte du local, ne peut être qu’une chimère, n’est-il pas convenable de chercher à se procurer ce qui peut y suppléer jusqu’à un certain point de perfection1 ? » Deux siècles avant que le poète argentin Jorge Luis Borges, dans un petit poème resté célèbre, n’évoque une carte fictive dont l’échelle correspondrait exactement au territoire qu’il veut représenter2, Bourguignon d’Anville reconnaît, lui aussi, l’impossibilité de produire une image fidèle de la topographie régionale, tout en insistant sur la nécessité d’enrichir la connaissance du local grâce à des renseignements pertinents. Mais d’où venaient ces autres informations ? Et surtout, qui était digne de les fournir au cartographe qui travaillait dans son atelier, à distance du terrain ?

2En Europe, les cartographes du xviiie siècle étaient sûrs et de la précision croissante de leur métier et de sa possible exhaustivité ; Bourguignon d’Anville, lui-même, croyait que des critères universels appliqués de façon judicieuse devaient gouverner l’élaboration de toutes les cartes géographiques, sans égard spécifique pour l’endroit qu’elles décrivaient. Au cours de sa carrière, Bourguignon d’Anville a supervisé la production d’une quantité considérable de cartes, dont la qualité a permis, selon lui, de « répandre plus de richesse [...] qu’on n’en avoit connu auparavant sur les sujets qui [l’ont] occupé ». Composées cinq ans avant sa mort, ses Considérations générales sur l’étude et les connoissances que demande la composition des ouvrages de Géographie donnent une vision d’ensemble des questions épistémologiques centrales auxquelles Bourguignon d’Anville a consacré sa vie. Ce texte comprend des instructions très méticuleuses, comme la suggestion que « le nom dominant dans une grande contrée y prenne place dans le centre, avec une égalité d’intervalle entre les lettres qui composent la dénomination, sans blesser, autant que faire se peut, quelques endroits de détail dans le fond du plan ». Mais son traité a aussi pour but d’examiner « tout ce qui est nécessaire à la composition des ouvrages de Géographie ». Son texte compte donc établir les aspirations universelles de la cartographie européenne. Il faut dire, enfin, qu’en dehors de l’enrichissement des connaissances offertes au public, un des buts moins explicites de ses Considérations générales est de faire l’éloge de sa propre production cartographique, un hommage de dernière minute à sa « dévotion » pour l’art cartographique et une démonstration de ses innombrables contributions à ce qu’il appelle la « perfection » de la géographie de son époque.

3La tension entre, d’une part, les aspirations universalistes de la pratique cartographique proposées dans ce traité par Bourguignon d’Anville, et, d’autre part, le caractère local qui émerge d’une analyse des matériaux qu’il utilise pour dresser ses cartes révèle des facettes de la cartographie européenne sous-jacentes et peu connues ; elle éclaire une étape du processus de production cartographique qui mérite notre attention : le passage de la carte manuscrite à la carte imprimée.

4Dans cet article, nous aborderons les pratiques éditoriales à travers lesquelles une des cartes de Bourguignon d’Anville a été conçue et élaborée dans un atelier parisien. La Carta de la Provincia de Quito y de sus adjacentes, publiée en 1750, comprend quatre planches qui montrent la partie occidentale de la région équatoriale de l’Amérique du Sud (Figure 7.1). La carte représente, d’une manière dynamique et extrêmement riche, la région qui s’étend des côtes du Pacifique jusqu’aux Andes et vers le bassin de l’Amazone. Elle lie des régions diverses par de multiples références à des voyages d’exploration ou des récits qui sont souvent inscrites de façon explicite sur la carte. Toutefois, l’épistémologie cartographique employée par Bourguignon d’Anville et ses collègues efface certains éléments de la représentation cartographique qu’ils construisent, et en particulier des éléments qui évoquent l’histoire des Amérindiens dans la région. La carte de Quito montre ainsi la manière dont la représentation de l’Amérique du Sud a été modifiée selon des critères réputés « universels », et cependant loin d’être universellement appliqués.

5Étudiant des sources qui présentent les étapes de l’élaboration de cette carte, notre article en propose une interprétation qui rend compte de ce qu’on peut appeler la « matérialité » du texte cartographique. Il examine la façon dont les pratiques utilisées par les imprimeurs et les graveurs dans l’atelier cartographique de Bourguignon d’Anville ont pu influencer la version finale de cette carte. Jusqu’à présent, ce processus a été envisagé comme une démarche transparente et pure. Mais ce genre d’étude sur la fabrication matérielle de la carte – et ce qu’on peut nommer la « sociologie du texte imprimé » – répond à des questions essentielles, non seulement pour l’histoire de la cartographie mais aussi pour celle de l’impérialisme. Comment définit-on l’« autorité » dans un contexte cartographique ? Quel rôle joue l’« auteur » d’une carte ? Quels sont les facteurs qui influencent l’élaboration d’une carte, lors de sa transformation en œuvre imprimée à partir de quelques ébauches et de relations de voyage textuelles ? Finalement, quelles sont les implications de cette approche pour les documents conçus hors d’Europe, où les cartes sont souvent élaborées par de multiples acteurs qui ont une relation directe avec le territoire qu’ils décrivent ?

Quito à la carte

  • 3 Pinto à La Condamine, s. d., Egerton, British Library, ms. 1745, fo 191.
  • 4 Soto Arango (D.), Puig-Samper (M. Á.), González-Ripoll (M. D.) éd., Científicos criollos e ilustrac (...)

6L’« auteur » de la Carta de la Provincia de Quito, Pedro Vicente Maldonado, représente à l’époque coloniale aussi bien les aspirations que les contradictions de la culture créole en Amérique latine. En effet, Maldonado a servi de modèle aux Européens qu’il a connus lors de ses voyages en Espagne, en France, aux Pays-Bas et en Angleterre. Une lettre écrite par un savant hollandais offre un riche témoignage de son caractère extraordinaire ; Isaac de Pinto l’a décrit comme « un homme de l’autre Monde qui n’est pas seulement digne des habitants de celui-ci, mais qui peut leur servir de modèle3 ». Près de deux siècles plus tard, des études conduites par des historiens des sciences et des spécialistes de l’histoire de l’Amérique latine montrent une autre facette de cette histoire. Elles révèlent que les créoles, les métis et les Amérindiens concevaient leur territoire d’une façon bien différente des modèles exportés au Nouveau Monde par les voyageurs européens et les administrateurs coloniaux. Dans un livre intitulé Científicos criollos e ilustración, les éditeurs abordent deux des caractéristiques qui distinguent la culture créole aux Amériques de la culture européenne en général. Selon eux, tout d’abord, les créoles représentent la liaison entre le passé précolombien et le présent colonial européen. Ensuite, ils gardent un attachement presque mythologique à l’exubérance de la nature américaine. La cartographie étant un sujet très peu traité par les historiens de l’Amérique latine, surtout en ce qui concerne la vision géographique des créoles, il reste à voir comment ces deux éléments sont inscrits et transcrits dans la carte de Maldonado4.

  • 5 Larrea (C. M.), La Real Audiencia de Quito y su Territorio, Quito, Imprenta del Ministerio de Relac (...)
  • 6 ibíd., p. 110.
  • 7 Wolf (T.), Geografía y geología del Ecuador, Quito, Casa de la Cultura Ecuatoriana, 1975, p. 566.

7La carte, publiée en Europe après la mort soudaine de Maldonado à Londres, reste encore aujourd’hui un symbole important d’un nationalisme équatorien avant la lettre, un témoignage de l’intégrité territoriale d’un espace géographique mesuré et interprété par un membre de l’élite scientifique de Quito. En effet, au cours du xxe siècle, des historiens et des géographes équatoriens ont utilisé la Carta de la Provincia de Quito comme une preuve des prétentions territoriales de la république d’Équateur moderne ; c’est le cas notamment de Carlos Manuel Larrea, auteur de La Real Audiencia de Quito y su Territorio, publié en 19875. Selon Larrea, les cartes géographiques imprimées en Europe « nous servent à apprécier l’extension de l’Audiencia de Quito avec ses limites méridionales au sud du Marañon6 ». On peut sans doute voir dans ces références éparses une reconnaissance implicite du rôle-clé joué par la forme de Quito dans la politique territoriale actuelle. Dans la même perspective, le professeur Theodor Wolf a écrit : « Le monument le plus durable que Maldonado lui-même s’érigea c’est sa grande Carte du Royaume de Quito qui a servi de base à tous les travaux postérieurs7 ».

  • 8 La Condamine (C. M. de), Journal du voyage fait par ordre du Roy, Paris, Imprimerie royale, 1751, p (...)

8Toutefois, est-il pertinent d’affirmer qu’il s’agit là seulement du travail de Maldonado ? Est-il l’« auteur » de la carte ? Et, si tel est le cas, comment doit-on interpréter ce commentaire de Charles Marie de La Condamine : « Depuis [la] mort [de Maldonado], j’ai achevé de faire graver sa carte de la province de Quito en quatre feuilles, & je l’ai publiée sous son nom8 » ? L’étude des épreuves cartographiques et d’autres documents manuscrits offre une meilleure compréhension du processus d’élaboration de la carte, et fait gagner une certaine complexité à cette notion d’autorité que des historiens d’une autre époque conféraient volontiers aux documents cartographiques.

  • 9 Magnin (J.), « Description de la Province et des missions de Maynas au Royaume de Quito », dans T. (...)
  • 10 Goncourt (E. et J. de), L’Art du dix-huitième siècle, Paris, A. Quantin, 1880.

9Quand on examine, aujourd’hui, cette carte de plus près, on discerne immédiatement la multiplicité des sources utilisées pour aboutir à cette représentation graphique de l’Audiencia de Quito. Les récits de voyage de Jean Magnin, de Miguel de Santisteban, de Pierre Bouguer, d’Antonio de Ulloa et de La Condamine – sans compter Maldonado lui-même9 – ont été mélangés pour créer un tableau géographique uniforme. Ces textes ont été interprétés et traduits dans un langage graphique par des géographes et des graveurs dont, entre autres, Bourguignon d’Anville et Guillaume Delahaye, qui ne sont jamais allés parcourir le territoire qu’ils étaient censés décrire. Il faut également inclure Hubert Gravelot, « l’un des meilleurs dessinateurs d’illustration du siècle10 », qui a dessiné le cartouche ouvragé, véritable éloge artistique des travaux de Maldonado. Ce cartouche montre Maldonado servant d’intermédiaire entre des créoles, des Amérindiens et des métis de la région (Figure 7.2). On voit deux rameurs qui arrivent, d’autres Amérindiens en train de couper du bois, et d’autres encore qui participent à la construction des bâtiments que l’on aperçoit à l’arrière-plan.

10Cette vision de Maldonado, au bord d’un fleuve, le représente comme un passeur entre deux mondes – l’un sud-américain, l’autre européen – ; c’est une image qui n’est pas totalement fausse. En effet, dans une lettre inédite envoyée par Bourguignon d’Anville à son collègue et ami La Condamine, on apprend que Maldonado a eu l’opportunité de voir et de corriger quelques épreuves de sa carte avant son voyage à Londres en 1748. Bourguignon d’Anville précise par ailleurs :

M. Maldonado avait fait ses corrections sur des Épreuves de la gravure, [et] je suis persuadé que la plupart de ces corrections se rencontrent avec les miennes. Cependant, j’examinerai les notes de M. Maldonado.

11Quel genre de corrections a-t-il apporté ? Les épreuves cartographiques offrent plusieurs moyens de restituer des bribes de ce dialogue entre le géographe du roi et le créole équatorien, dont la vision de sa patrie a été traduite puis mise en carte. Ces épreuves comprennent aussi bien des annotations de Bourguignon d’Anville et du graveur Delahaye que des remarques éditoriales et des notes de la main de Maldonado. En regardant attentivement les épreuves de la carte, on peut observer le processus éditorial de construction et d’élaboration en cours.

La plume de Maldonado

12Dans cet article, nous limiterons notre examen de la carte de Maldonado à deux aspects : tout d’abord, les rapports entre les corrections manuscrites de Maldonado et la carte finale ; puis, la manière dont l’histoire, indigène par ses sources, a été élaborée et modifiée par les cartographes français.

  • 11 Planche 2, Carta de la Provincia de Quito, Paris, BnF, Ge. D. 10878 (2).

13L’analyse des épreuves annotées par Maldonado montre clairement son rôle dans le processus de révision de la carte. Ce qui nous frappe, pourtant, c’est le fait que la plupart des corrections que Maldonado a demandées sont restées à l’état de suggestions. Or, cette épreuve est bien celle examinée attentivement par Maldonado, celle à laquelle Bourguignon d’Anville fait référence dans la lettre que nous avons citée. Cet exemplaire est en effet noirci de corrections faites au crayon et d’autres suggestions de modifications dont l’orthographe et la grammaire évoquent plus la langue de Lope de Vega que celle de Molière11 (Figure 7.3). Bien qu’il soit difficile d’établir un chiffre précis pour les dizaines d’annotations de Maldonado qui ont été totalement ignorées, quelques exemples représentatifs peuvent révéler la mesure de ces omissions. Sur la marge de droite de l’épreuve, Maldonado a suggéré à Bourguignon d’Anville et Delahaye « de supprimer la croix à la Concepcion » et de « supprimer les croix à Loreto et S. Salvador ». Malgré ces instructions, toutes les croix sont restées sur la carte. Maldonado avait aussi suggéré de « placer une ancre à San Salvador », laquelle n’a jamais été ajoutée (Figures 7.4 et 7.5). « R. Aroana » est resté « R. Araema » ; « Tabaquero » est resté « R. Labaquero », etc. Dans la région de Popayán, près du Rio Patia, des annotations au crayon indiquent que les noms de deux rivières – le Rio San Jorge et le Rio Huachiconò – ont été intervertis. Malgré la tentative de Maldonado de souligner cette erreur en rétablissant les noms corrects, ces deux rivières sont restées mal désignées sur la carte.

14Ces exemples épars montrent que les changements que Maldonado a demandés n’ont pas été effectués, et cela en dépit du fait que cette carte et sa réalisation ont été financées par la couronne espagnole. C’est là une manière d’ignorer, consciemment ou non, l’expérience d’un homme qui connaissait de près le territoire cartographié et ses formes géographiques.

15Les civilisations précolombiennes de la région constituent un autre élément (et une autre population) ignoré par l’épistémologie cartographique de l’atelier de Bourguignon d’Anville. On peut avoir l’impression que les annotations contemporaines et historiques qui apparaissent sur la carte soulignent avec le même poids l’importance des sources européennes et indigènes. Cependant, la carte imprimée suggère discrètement la manière dont l’histoire indigène fut souvent ignorée, voire effacée, par les compilateurs travaillant dans leur atelier parisien. Dans un cas en particulier, Bourguignon d’Anville a placé l’histoire des Incas dans des frontières politiques et administratives tout à fait anachroniques. Le routier – derrotero – de Santisteban (l’une des sources les plus importantes de la carte selon Bourguignon d’Anville) a fait de l’histoire des Incas un élément essentiel de la géographie de Quito. En décrivant la région située à proximité de la ville de Pasto, dans le Sud de la Colombie actuelle, Santisteban affirmait :

  • 12 Santisteban (M. de), « Journal du voyage… », op. cit., fo 21.

La rivière de Mayo est connue dans l’histoire du Pérou parce que c’était la frontière des conquêtes obtenues par l’Inca Huayna Capac, le père de l’Inca Huascar, dernier chef de ce vaste empire, et limite en même temps du Royaume de Quito12.

16Santisteban a fait du conflit entre les frères Huascar et Atahuallpa – Pizarre ayant vaincu ce dernier à Cajamarca lors de la conquête espagnole du Pérou – un élément déterminant de la description géographique de la région qu’il a proposée deux siècles plus tard. Pourtant, malgré la clarté des renseignements historiques du récit de Santisteban, la version imprimée de la carte présente la description suivante : « R. Mayo, qui divise les Évêchés de Quito et de Popayan » (Figure 7.6). Ici, l’histoire des Incas a été complètement effacée par des divisions ecclésiastiques. Aucune trace de leur passé n’est restée visible.

  • 13 Salomon (F.), « Yumbo Ñan : La vialidad indígena en el noroccidente de Pichincha y el trasfondo abo (...)

17La manière dont l’histoire indigène a été évincée de la carte est indissociable de la glorification de l’un des projets défendus par Maldonado : la route qu’il établit entre Quito et la province d’Esméralda. Cette réalisation, dont la gloire a été relayée par des historiens sud-américains et des géographes depuis le xviiie siècle, a été dévoilée grâce aux recherches ethnologiques et historiques conduites récemment dans la région de Quito. Selon les termes de Frank Salomon, le projet de Maldonado inscrit « l’histoire dans un espace anhistorique13 ». En représentant les installations des indigènes dans une région montagneuse à l’ouest de Quito, Maldonado les désigne comme des populations qui ont pâti de l’état des routes contemporaines. La résistance des indigènes, liée principalement aux mauvais traitements que recevaient les Indiens placés sous l’autorité des officiers espagnols – eux-mêmes placés sous la tutelle de Maldonado –, a conduit à l’interruption de ce chantier. Les conventions artistiques employées dans le cartouche ainsi que la méthode cartographique ont donc effacé les vestiges des civilisations antérieure (Incas) et contemporaine (Yumbos) ; de même que la cartographie des axes de circulation contemporains a remplacé une vision alternative de l’histoire et de la géographie. Il semble au demeurant très probable que cette version imprimée de la carte ait été jugée plus acceptable en l’état par les agents de la couronne espagnole. N’oublions pas que celle-ci était intéressée par ce travail du fait de la présence des travaux routiers de Maldonado mentionnés sur la carte.

L’autorité en question

18Avec tous ces changements, qui est finalement l’autorité responsable de la confection de la carte de Quito ? L’échange de commentaires, l’insertion de remarques, l’introduction de corrections, la suppression de notations, le travail d’enluminure, bref toutes les transformations intervenues au cours de l’acte cartographique donnent à voir un processus au terme duquel les revendications opposées et les intentions distinctes des auteurs se traduisent dans les détails de la planche gravée. Pourtant, le motif précis de chaque correction reste éludé. Chaque changement, pris en compte ou non, s’appuie sur la légitimité plus ou moins grande accordée aux journaux de voyage tenus par des observateurs individuels, et sur les annotations et les corrections faites par Bourguignon d’Anville et Delahaye.

19Tous deux ont pris des décisions quant aux formes topographiques, historiques et ethnographiques affectées au paysage de Quito ; c’est par le prisme de leur travail que celui-ci est apparu aux yeux des Européens. À bien des titres, leur hégémonie éditoriale s’impose. D’ailleurs, un des commentaires notés par Bourguignon d’Anville sur l’épreuve le souligne de façon explicite (Figure 7.7) :

Il faut achever ce mot sur lequel on avoit douté Q U E S. Si M. de la haye trouve quelque embarras sur la planche par les fanfreluches qu’on y a ajoutées, il me fera plaisir de les éteindre un peu.

  • 14 Sur la notion de textes instables, voir P. Stallybrass et M. De Grazia, « The Materiality of the Sh (...)

20Un tel commentaire confirme que Bourguignon d’Anville et son graveur, tous deux au sommet de leur carrière et de leur notoriété, font office d’intermédiaires entre un espace géographique dont ils n’ont aucune expérience directe et la planche gravée, qui est à la fois l’attribut de leur métier et le support de leur prestigieuse réputation. Le doute et les « obstacles » ornementaux masquent la correction de la carte de Quito. La forme exacte de ces « fanfreluches » n’est jamais précisée et témoigne d’une langue pseudo-technique, finalement assez obscure. Mais cette interaction textuelle propre à Bourguignon d’Anville et Delahaye met en évidence l’« instabilité » de l’image cartographique. Une carte est un document que des acteurs ayant des points de vue différents peuvent tenter de soumettre à leur bon vouloir et à la géographie mentale qui leur est propre14.

*
* *

  • 15 Neefs (J.), « Marges », dans L. Hay et al., De la lettre au livre. Sémiotique des manuscrits littér (...)
  • 16 Ibid.

21Dans un recueil d’articles intitulé De la lettre au livre. Sémiotique des manuscrits littéraires, le critique littéraire Jacques Neefs affirme que « la marge est, sur la page, la place où peuvent cohabiter une différence et un dialogue […] elle est le pli d’un texte vers un autre15 ». Neefs décrit une lutte entre deux textes, une situation où le premier – le plus souvent, il s’agit du texte imprimé – cède parfois son autorité à l’autre, le texte manuscrit. « Le texte en marge pouvant être, au plus près, une continuation, à insérer, du corps du texte, écrit-il, ou, au plus loin, l’énoncé glose ou commentaire, le jugement, ou le classement, ou le résumé, qui de marginal devient surplomb16 ». La critique génétique décrite par Neefs n’est pas éloignée de notre analyse critique des épreuves cartographiques. On observe en effet un processus où les différentes étapes de la confection de la carte – l’observation de terrain, les ébauches, les gravures, l’impression – sont menées à bien par des individus qui sont chacun très spécialisés dans leur propre domaine. Ce sont eux qui utilisent les marges de la carte pour communiquer les uns avec les autres, ouvrant ainsi un dialogue qui permet aujourd’hui de revenir sur l’histoire sociale de la carte. Ces notes font apparaître des relations personnelles, nouées entre acteurs de même rang social, et des négociations entreprises entre des individus qui ont des goûts artistiques ou des préférences spécifiques. Ces échanges sont autant de témoignages du processus de construction de la carte.

22On se tromperait, pourtant, si on pensait que le processus éditorial à travers lequel la carte de Maldonado a été transformée – depuis quelques ébauches sur des feuilles de papier jusqu’à des rayures soigneusement tracées sur une plaque de cuivre – était le seul modèle pour ce genre de travail. On se tromperait aussi si on imaginait que ce genre d’observations et de corrections n’était susceptible d’être exécuté que du côté européen de l’Atlantique. En effet, dans une lettre manuscrite datant de 1751, le créole péruvien Joaquin de Lamo y Zúñiga se plaint auprès de Joseph de Jussieu, le botaniste de l’expédition franco-espagnole au Pérou, de l’état des connaissances géographiques exposées dans les cartes produites en Europe. Lamo y Zúñiga explique que le processus éditorial visant à la correction de cartes « défectueuses » fonctionne comme une négociation entre l’autorité de la représentation cartographique et l’expérience de l’individu sur le terrain, transmise le plus souvent par un membre de l’élite créole. Lamo y Zúñiga fait référence en ces termes à la Carte de la terre ferme, publiée par Delisle en 1703 :

  • 17 Lamo y Zúñiga à Jussieu, 13 avril 1751, ms. 179 46, Bibliothèque du Muséum national d’histoire natu (...)

[…] je vous assure qu’avec cette noble occupation j’arrive à comprendre jusqu’à quel point la Géographie est [une discipline] compliquée. En dépit des soins qu’on prend dans la délinéation d’une province, ce n’est pas fréquent qu’on réussit à mettre la position légitime des endroits, les origines et les cours des fleuves… en dépit de ces différences, [ces cartes] reçoivent l’approbation du Public17.

23Lamo y Zúñiga déplore le « travail de fantaisie » qui amène des cartographes tels que Delisle à incorporer de manière totalement irresponsable des erreurs dans leurs travaux historiques et leurs projets cartographiques. Il termine sa lettre en comparant la partie de Cuzco sur la carte de Delisle – « plein de mille erreurs » – avec ses propres voyages de reconnaissance géographique, et prie Jussieu d’employer « ce que l’expérience lui a enseigné » afin de pouvoir corriger les mesures erronées trouvées sur ces cartes de l’Amérique du Sud.

24Cette correspondance entre Lamo y Zúñiga et Jussieu montre bien qu’il y avait un dialogue transcontinental entre des observateurs américains familiers du terrain et des cartographes européens ; ces deux communautés essayaient d’unir un ensemble hétéroclite de cartes, de récits de voyage et d’autres matériaux textuels afin de construire une vision cartographique de l’Amérique. Ces échanges montrent une fois encore les frontières floues séparant autorité et observation dans le contexte de la production cartographique. Bien que ces créoles sud-américains n’avaient pas accès aux puissants outils de l’imprimerie européenne, ils essayaient d’employer leur influence – dans ce cas, à travers la correspondance – pour rectifier ce qu’ils considéraient comme des produits inférieurs mais qui, en dépit de leurs défauts, recevaient « l’approbation du Public ».

  • 18 Maldonado à La Condamine, Madrid, 28 mars 1746, cité dans C. M. de La Condamine, Journal du voyage… (...)

25De son côté, Maldonado a reconnu que la distance pouvait modifier la perspective européenne sur la géographie de l’Amérique du Sud. Il a souligné la spécificité dont tout territoire natal est saisi. Ainsi a-t-il affirmé à La Condamine que la séparation entre l’Europe et le Nouveau Monde avait un fort impact sur les perceptions : « Les objets paraissent plus petits qu’ils ne le sont : l’Amérique c’est loin de l’Europe, et les montagnes de Quito sont très hautes en comparaison entre celles de Paris et Madrid18 ». Maldonado n’a jamais eu l’opportunité d’observer la version complète de la carte de Quito. Pourtant, avant sa mort soudaine, il avait compris que, depuis Paris, les Andes semblaient écrasées et diminuées. De la même manière, les cartes de Bourguignon d’Anville montraient leur universalité, en dépit des éléments locaux et sociaux qu’on perçoit aujourd’hui comme des aspects fondamentaux de la construction cartographique à l’époque des Lumières.

Notes

1 Bourguignon d’Anville (J.-B.), Considérations générales sur l’étude et les connoissances que demande la composition des ouvrages de Géographie, Paris, 1777, p. 5.

2 Borges (J. L.), « Del Rigor en la Ciencia », El Hacedor, Buenos Aires, Emecé Editores, 1960.

3 Pinto à La Condamine, s. d., Egerton, British Library, ms. 1745, fo 191.

4 Soto Arango (D.), Puig-Samper (M. Á.), González-Ripoll (M. D.) éd., Científicos criollos e ilustración, Madrid, Doce Calles, 1999.

5 Larrea (C. M.), La Real Audiencia de Quito y su Territorio, Quito, Imprenta del Ministerio de Relaciones Exteriores, 1987.

6 ibíd., p. 110.

7 Wolf (T.), Geografía y geología del Ecuador, Quito, Casa de la Cultura Ecuatoriana, 1975, p. 566.

8 La Condamine (C. M. de), Journal du voyage fait par ordre du Roy, Paris, Imprimerie royale, 1751, p. 211.

9 Magnin (J.), « Description de la Province et des missions de Maynas au Royaume de Quito », dans T. Henkel dir., Chronique d’un chasseur des âmes : un jésuite suisse en Amazonie au xviiie siècle, Fribourg, Éditions de l’Hèbe, 1993 ; Santisteban (M. de), « Journal du voyage de Don Miguel de Santi-Estevan, ancien corregidor de Canciecas de Vilcabamba dans le haut Perou de Lima à Caracas en 1740 et 1741 », Paris, BnF, département des Manuscrits, MS Esp. 160, microfilm no 13033 ; Bouguer (P.), La figure de la terre. Déterminée par les observations de Messieurs Bouguer, & de La Condamine, de l’Académie royale des Sciences, envoyés par ordre du Roy au Pérou, pour observer aux environs de l’Équateur. Avec une relation abregée de ce voyage, qui contient la description du pays dans lequel les operations ont été faites, Paris, C.-A. Jombert, 1749 ; Ulloa (A. de) et Juan (J.), Relación histórica del viage a la América meridional hecho de órden de S. Mag. para medir algunos grados de meridiano terrestre, y venir por ellos en conocimiento de la verdadera figura, y magnitud de la tierra, con otras varias observaciones astronomicas, y phisicas…, Madrid, A. Marin, 1748 ; La Condamine (C. M. de), Relation abrégée d’un voyage fait dans l’intérieur de l’Amérique méridionale. Depuis la côte de la mer du Sud, jusqu’aux côtes du Brésil & de la Guiane, en descendant la rivière des Amazones ; lûe à l’assemblée publique de l’Académie des Sciences, le 28 avril 1745, Paris, Veuve Pissot, 1745.

10 Goncourt (E. et J. de), L’Art du dix-huitième siècle, Paris, A. Quantin, 1880.

11 Planche 2, Carta de la Provincia de Quito, Paris, BnF, Ge. D. 10878 (2).

12 Santisteban (M. de), « Journal du voyage… », op. cit., fo 21.

13 Salomon (F.), « Yumbo Ñan : La vialidad indígena en el noroccidente de Pichincha y el trasfondo aborigen del camino de Pedro Vicente Maldonado », Cultura : Revista del Banco Central del Ecuador 8, no 24 B, janvier-avril 1986, p. 612.

14 Sur la notion de textes instables, voir P. Stallybrass et M. De Grazia, « The Materiality of the Shakespearean Text », Shakespeare Quarterly 44, no 3, automne 1993, p. 255-283.

15 Neefs (J.), « Marges », dans L. Hay et al., De la lettre au livre. Sémiotique des manuscrits littéraires, Paris, CNRS, 1989, p. 61.

16 Ibid.

17 Lamo y Zúñiga à Jussieu, 13 avril 1751, ms. 179 46, Bibliothèque du Muséum national d’histoire naturelle, Paris.

18 Maldonado à La Condamine, Madrid, 28 mars 1746, cité dans C. M. de La Condamine, Journal du voyage…, op. cit., « Pièces justificatives », XX.

Auteur

Université de British Columbia (Vancouver, Canada).

© Presses universitaires de Strasbourg, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search