Version classiqueVersion mobile

Les usages des cartes (xviie-xixe siècle)

 | 
Isabelle Laboulais

Du terrain à l'atelier : quelques cartographes à la tâche

L’Acadie vue par Jacques-Nicolas Bellin, ingénieur hydrographe du Dépôt des cartes, plans et journaux de la Marine. Sources et enjeux de la représentation d’une colonie perdue

Sandrine Boucher

Texte intégral

  • 1 Dès 1676, Colbert avait confié à son fils Seignelay le soin de regrouper aux archives de la Marine (...)
  • 2 Chapuis (O.), À la mer comme au ciel…, op. cit., « Les Dépositaires », p. 159-168.
  • 3 À cette époque fut également instauré au Dépôt un système de direction « bicéphale » : sur le plan (...)
  • 4 Selon Olivier Chapuis, le Dépôt n’aurait fait paraître que vingt-six cartes imprimées de 1737 à 175 (...)

1De 1720 à sa mort en 1772, Jacques-Nicolas Bellin fut ingénieur hydrographe au Dépôt des cartes et plans de la Marine. Entré au Dépôt en tant que commis, sa principale tâche consistait alors à inventorier l’ensemble des documents déposés au fil du temps1 et à calquer des cartes, manuscrites ou imprimées, françaises ou étrangères, pour les besoins de la Marine. Officiellement fondé en 1720, cet organisme visait à doter la France d’une base de données géographiques et nautiques suffisamment solide pour ne plus être tributaire des Anglais et des Hollandais dans le domaine de la confection de cartes. Placé sous l’autorité d’un officier de marine, le Dépôt avait avant tout la charge de collecter les informations utiles à la Marine, tant sur le plan colonial que commercial ou militaire. Cependant, le renouvellement des connaissances ayant été très faible depuis les campagnes hydrographiques lancées par Jean-Baptiste Colbert, le Dépôt commença progressivement à se transformer, dans les années 1740, en organisme de production2. Ne participant pas eux-mêmes aux travaux de terrain, les hydrographes du Dépôt étaient en quelque sorte des cartographes de cabinet : c’était des spécialistes de la compilation à une époque où les informations ne cessaient de s’accumuler3. L’établissement des nouvelles cartes s’effectuait d’après l’ensemble des observations et journaux que les ingénieurs hydrographes étaient chargés d’archiver4. C’est dans leurs bureaux qu’aboutissaient nombre de descriptions, de mémoires et de levés envoyés depuis les colonies.

  • 5 Charlevoix (F.-X.), Histoire et description générale de la Nouvelle France, avec le Journal histori (...)

2Entre 1742 et 1744, Bellin réalisa une série de planches sur l’Amérique du Nord destinée à illustrer l’Histoire et description générale de la Nouvelle France du jésuite François-Xavier Charlevoix5. Parmi ces représentations figurait une Carte de l’Accadie dont la facture et la portée requièrent l’attention (Figure 6.1). Non seulement elle fut construite plus de trente ans après la perte de cette colonie au profit de la couronne d’Angleterre, mais c’est la première carte de l’Acadie gravée sous ce titre. En publiant une représentation dans laquelle l’Acadie était clairement identifiée géographiquement, le cartographe s’immisçait en réalité au cœur d’une querelle diplomatique franco-britannique accentuée par l’imminence de la guerre de Succession d’Autriche.

3En vertu de l’article XII du traité signé en 1713 à Utrecht, l’Acadie avait été cédée à l’Angleterre. Cependant, la cession était toujours discutée, les deux couronnes ne s’entendant guère sur les limites dans lesquelles le territoire avait été concédé. Les Français prétendaient réduire l’Acadie à une partie de la péninsule, tandis que les Anglais réclamaient l’ensemble des territoires ayant un jour relevé de cette colonie (Figure 6.2). À Utrecht, les diplomates avaient donc été également confrontés à des préoccupations d’ordre géographique : où s’arrêtaient les limites de l’Acadie au sein de la Nouvelle France, et jusqu’où s’étendaient celles de la Nouvelle-Angleterre ? Or, qui mieux que les géographes pouvaient répondre à ces questions ?

  • 6 Le fonds du Service hydrographique de la Marine [désormais SH] est scindé en deux sections : les Ar (...)

4Les cartes du xviiie siècle issues du Dépôt des cartes et plans de la Marine sont, pour une large partie, déposées au département des Cartes et plans de la BnF, dans le fonds du Service hydrographique de la Marine6. L’état des pièces conservées indique un intérêt manifeste des ingénieurs hydrographes pour l’Acadie dans les années 1740 et 1750. La colonie était alors l’un des principaux théâtres des guerres de Succession d’Autriche (1744-1748) et de Sept Ans (1756-1763) ; sur le plan diplomatique, elle était au cœur du débat ouvert à Utrecht en 1713. C’est en tenant compte de ces deux paramètres que doit être lue la Carte de l’Accadie de Bellin. Elle soulève ainsi de multiples interrogations, et en premier lieu celle des sources du cartographe : à partir de quels matériaux Bellin a-t-il renouvelé la configuration d’un territoire perdu depuis plus de trente années ? En second lieu, se posent les questions de la dimension politique de cette représentation et des liens qui unissaient le Dépôt des cartes et plans de la Marine à ce débat colonial très complexe.

De l’Acadie à l’Acadie selon ses anciennes limites

5La nature politique de la cartographie des espaces coloniaux pourrait se résumer ainsi : la possession d’un territoire passe-t-elle nécessairement par la maîtrise de sa géographie et de sa représentation sur la carte ? Et inversement, l’apposition d’un toponyme sur la carte justifie-t-elle la primauté d’un État sur l’espace représenté ? Ces questions, soulevées dès l’arrivée des premiers Européens en Amérique, préoccupèrent tout particulièrement les autorités coloniales et les cartographes français après le traité d’Utrecht.

Le traité d’Utrecht et la cession de l’Acadie

6Au xviie siècle, les deux couronnes avaient successivement exercé leur autorité sur l’Acadie, au gré des conflits. Aux traités de Breda (1667) et de Ryswick (1697), elles avaient tenté de poser clairement et de manière définitive les bornes de leur domination respective, mais en vain. À Utrecht, la question fut ravivée mais avec une dimension nouvelle. Pour la première fois, l’Angleterre refusait de restituer l’Acadie à la France. Deux années de négociations avaient abouti à cet accord :

  • 7 Extrait de l’article XII du traité d’Utrecht, 1713. Voir M. Vergé-Franceschi, Dictionnaire d’histoi (...)

[Louis XIV cédait à la reine Anne] la nouvelle Écosse autrement dite Acadie, en son entier, conformément à ses anciennes limites, comme aussi la ville de Port Royal, maintenant appelée Annapolis Royale, et généralement […] tout ce qui dépend desdites terres et îles de ce pays-là, avec la souveraineté, propriété et possession et tous droits acquis par traités ou autrement que le Roi très Chrétien, la Couronne de France ou ses sujets quelconques ont eu jusqu’à présent sur lesdites îles, terres, lieux et leurs habitants […]7.

7Ces quelques lignes, floues, étaient de fait sujettes à interprétation : que fallait-il entendre par « anciennes limites » ? Selon quels critères avait-on abouti à cette définition ? Était-il question de l’Acadie retrouvée par la France aux traités de Breda et de Ryswick ? De celle pour laquelle Pierre du Gua avait reçu une commission en 1603 ? Ou bien entendait-on parler de la Nova Scotia, reçue et baptisée ainsi en 1621 par l’Écossais William Alexander ?

  • 8 Laplante (C.), « Le traité d’Utrecht et la question des limites territoriales de l’Acadie », Les Ca (...)

8En 1975, Corinne Laplante a exposé les étapes des négociations menées à Paris, à Londres et à Utrecht, entre 1711 et 17138. Sa recherche a mis en lumière les positions hésitantes et souvent contradictoires des Français et a soulevé cette question : pourquoi, au terme des deux années, aucun accord n’a finalement mené à une définition plus transparente du territoire cédé ?

  • 9 C’est d’ailleurs cet usage qui avait permis à Louis XIV de se lancer dans la politique dite des réu (...)

9À l’époque moderne, il était d’usage de rester vague dans la rédaction des traités : les diplomates préféraient évoquer la cession d’une place et de ses dépendances plutôt que celle d’une ville avec un territoire nettement défini9. À Utrecht, les ministres de Louis XIV avaient progressivement pris conscience des conséquences dramatiques de la perte de l’Acadie continentale pour le Canada d’une part, et du flou géographique qui régnait dans les descriptions de cette colonie d’autre part.

Quelques représentations de l’Acadie avant 1713

10Par un réflexe devenu banal à présent, celui de recourir à une carte pour localiser un territoire du globe, nous aurions tendance à prétendre que rien mieux que cet outil ne pouvait répondre à la question : qu’est-ce que l’Acadie ?

11La carte étant à la fois un objet politique, militaire et économique, on conçoit que la définition graphique d’un territoire se fasse également en fonction des terres avoisinantes. Lui sont-elles soumises ? Sont-elles plus étendues ? Le territoire représenté est-il en marge ou au contraire est-il un centre, etc. ? De ce point de vue, l’Acadie du xviie siècle se lit le plus souvent selon une grille qui tient compte de deux critères : d’une part sa subordination au Canada, d’autre part les risques inhérents à la présence de la Nouvelle-Angleterre qui la borne au sud. Enfin, à ces lectures se superpose le regard des hommes qui peuvent interpréter les cartes dans le sens de leurs propres intérêts, donnant à la colonie acadienne une étendue et une place variables au sein de l’empire nord-américain, français comme britannique.

  • 10 Sur le rôle et le statut des géographes du roi, on verra avec intérêt l’ouvrage de N. M. Dawson, L’ (...)

12Pour répondre à la question initialement posée de ce qu’était l’Acadie, il convient de s’attarder sur quelques cartes circulant vers 1713. Au tournant des xviie et xviiie siècles, des géographes comme Nicolas Sanson, Nicolas de Fer ou Guillaume Delisle faisaient autorité dans le domaine de la cartographie du Canada. Au service du roi ou du dauphin, ils avaient la lourde tâche de donner à la nation et à la cour une image juste des terres de la France d’outre-mer et des dernières découvertes, tout en signifiant la grandeur et les richesses que celles-ci véhiculaient10. Récits de voyageurs, d’explorateurs et surtout de missionnaires formaient la base de leurs sources, qu’un réseau d’échanges et de rencontres permettait de combler. Dans la transcription de ces données brutes, la toponymie jouait alors un rôle primordial, offrant au public ou à un destinataire particulier l’idée d’une terre apprivoisée ou pleine d’avenir.

  • 11 L’Italien Giovanni da Verrazano avait exploré, à bord de la Dauphine, les côtes américaines depuis (...)
  • 12 Ganong (W. F.), « An organization of the Scientific Investigation of the Indian Place-nomenclature (...)
  • 13 Ibid., p. 447.
  • 14 Observations sommaires sur le Mémoire concernant l’accadie insérées dans le London Magasin. Avril 1 (...)

13À l’aube du xviiie siècle, le toponyme Acadie était connu des géographes depuis plus de cent ans. Cependant, il n’en finissait pas de se mouvoir d’un bord à l’autre de la côte est du Canada, et de part et d’autre de l’isthme qui sépare la péninsule de la Nouvelle-Écosse et la terre ferme. On admet communément aujourd’hui que l’Acadie trouve son origine dans l’Arcadie grecque, associée à la Virginie par Giovanni da Verrazano au xvie siècle11. Mais comment expliquer la double mutation, géographique et phonétique, par laquelle on est passé de l’Arcadie de Verrazano à La Cadie de Pierre du Gua (1603) ? Ce déplacement vers le nord est-il le fruit d’une erreur de cartographe sans cesse répétée jusqu’à devenir une autre réalité ? Au xvie siècle, les Français appelaient Floride la côte sud des États-Unis, tandis qu’au Nord du continent se trouvait le Canada. William Francis Ganong pensait, manifestement avec raison, que dans les conversations relatives aux projets coloniaux sur les côtes qui s’étendaient entre ces deux régions, un toponyme vaguement évoqué par les intéressés pouvait facilement passer d’une forme à l’autre : Larcadie, Larcadia, La Cadie, etc.12. En ce qui concerne le glissement septentrional, Ganong trouvait un début d’hypothèse dans le champ lexical utilisé par l’Italien Giacomo Gastaldi dans sa carte de 1548 : au sein de toponymes tels que Flora, Le Paradis ou encore Buena Vista, le très idyllique Larcadia pouvait aisément combler l’un des blancs de sa carte13. Au xviiie siècle déjà, ces questions étaient posées. Ainsi, la critique d’un mémoire paru en 1749 dans le London Magasin revient sur l’origine du toponyme : « L’auteur […] tire de son imagination la froide allusion du nom de l’arcadie a celui de l’accadie14 ».

  • 15 À ce sujet, Claude Delisle disait : « Les cartes si elles ne sont pas accompagnées d’instructions n (...)

14Lorsqu’on pose côte à côte les représentations des géographes du xviie siècle, on constate qu’à la mouvance du toponyme Acadie s’ajoutait l’association ou la substitution de nombreux autres choronymes. La Nouvelle France, le Canada, la Norembègue, la Nouvelle-Écosse, la Gaspésie, le Pays des Etchemins ou encore celui des Souriquois, semblent être posés sans constance (Figure 6.3). Chacun de ces noms, pourtant, renvoyait à une réalité, qu’elle soit littéraire, religieuse ou coloniale : au-delà des enjeux liés à la dénomination des territoires, soumis ou à conquérir, la nature des sources influait sur les représentations des géographes. Ainsi, chez Delisle (1703), la Gaspésie s’étendait de l’embouchure du Saint-Laurent jusqu’à la rivière Saint-Jean, tandis que l’Acadie s’étirait de part et d’autre de la Baie française. Pour réaliser leurs cartes, les Delisle appliquaient une méthode extrêmement rigoureuse, c’est pourquoi leurs sources sont aujourd’hui relativement bien connues. Lucie Lagarde a ainsi montré qu’ils utilisaient peu les cartes de leurs prédécesseurs ou de leurs contemporains, préférant recourir aux textes, les plus récents comme les plus anciens15. D’après ces écrits, ils dressaient des croquis sur lesquels figuraient nombre de détails géographiques ou ethnographiques et de questionnements issus de ces lectures. Si les sources relatives à la Louisiane et à la baie d’Hudson se renouvelaient à cette date, Lucie Lagarde note que ce n’était pas le cas pour le Saint-Laurent et les Grands Lacs, qui au début du xviiie siècle ne suscitaient plus l’intérêt des découvreurs. Que dire alors de l’Acadie ? Les croquis de Guillaume Delisle relatifs à cette région révèlent l’usage des écrits de Samuel de Champlain et de Marc Lescarbot, de ceux de Jean De Laet ainsi que des notes tirées du Premier établissement de la foy de Chrestien Le Clercq. Enfin, il convient de noter que les toponymes Gaspésie, Acadie ou Nouvelle France reflétaient une présence française. Il en va de même pour la localisation des nations abénaquises, alliées des souverains français.

15En revanche, l’emploi du choronyme Nouvelle-Écosse pour désigner les territoires acadiens au xviie siècle soulevait un enjeu différent : celui de la rivalité franco-britannique.

Le jeu de la toponymie

16L’article XII du traité d’Utrecht évoquait « la Nova Scotia ou Acadie dans ses limites anciennes », laissant supposer que ces deux territoires n’en formaient qu’un seul. Il est vrai que la colonie avait connu les dominations successives de la France et de l’Angleterre, mais à l’heure de définir les limites de l’Acadie, il était apparu plus judicieux aux Français de remettre en cause l’existence d’une Nouvelle-Écosse avant 1713.

  • 16 Cette rivière forme aujourd’hui la frontière du Maine [États-Unis] et du Nouveau-Brunswick [Canada]
  • 17 Dawson (J.), « Putting Acadia on the Map. The « transitional » cartography of Nova Scotia, 1600-175 (...)

17Selon les Anglais, celle-ci était née un siècle plus tôt : après la prise du Port Royal en 1613, les Britanniques s’étaient considérés, par droit de conquête, maîtres de la colonie acadienne. Dans cette perspective, en 1621, le roi Jacques Ier avait remis à un membre du conseil privé d’Écosse, William Alexander, une charte de concession pour les terres qui s’étendaient de la rivière Sainte-Croix16 jusqu’au Saint-Laurent avec les provinces maritimes actuelles et la Gaspésie. Le territoire fut baptisé New Scotland17. Chez les géographes, l’usage des noms Nouvelle-Écosse, Nova Scotia, New Scotland, réaffirmé par les conquêtes des Britanniques du xviie siècle, ne fut pas le seul fait des Anglais. L’empreinte britannique apparaît ainsi chez Pierre du Val en 1653 ou chez Nicolas de Fer en 1702, pour se généraliser après le traité d’Utrecht, subissant, elle aussi, les mouvances autrefois infligées au toponyme Acadie.

18La question de la nature mythique ou réelle d’une Nouvelle-Écosse au xviie siècle avait été posée par les commissaires chargés d’interpréter le traité d’Utrecht après 1748. La paix signée à Aix-la-Chapelle avait confirmé le contenu du douzième article du traité d’Utrecht mais, pour autant, les oppositions coloniales franco-britanniques n’étaient pas résolues : les deux couronnes ne s’entendaient toujours pas sur la signification des anciennes limites et toutes deux occupaient l’Acadie. En décembre 1749, une commission fut donc à nouveau établie avec pour mission d’interpréter les termes du traité d’Utrecht relatifs à la cession de l’Acadie.

  • 18 Les Mémoires de commissaires renferment des mémoires, les pièces justificatives avancées par les de (...)
  • 19 Pedley (M.), « Map Wars : The Role of Maps in the Nova Scotia/Acadia Boundary Disputes of 1750 », i (...)
  • 20 La question avait été soulevée par les commissaires britanniques qui, au terme d’un mémoire daté de (...)

19Pas plus que les précédentes, cependant, cette commission ne parvint à un accord, mais cette fois les mémoires échangés par les diplomates furent publiés à Paris et à Londres entre 1755 et 175718. Au-delà de leur dimension diplomatique, ils offrent une incomparable opportunité de comprendre ce que représentait la colonie acadienne à cette date. Dans un précieux article, Mary Pedley s’est intéressée à l’usage et à la perception que les commissaires avaient alors de plusieurs cartes rassemblées ou conçues pour l’occasion19. Français comme Britanniques ne leurs accordaient qu’une confiance limitée, mais à des degrés variables et pour des raisons différentes20. Rapidement, les Anglais s’étaient montrés méfiants envers ces documents et leurs auteurs. Au contraire, les Français fondaient leur discours sur la géographie ancienne de l’Acadie et sur un domaine en particulier de la cartographie, la toponymie. Les arguments exposés dans ces mémoires indiquent ainsi que la querelle sur les limites était également un combat lié à la dénomination des territoires et à la valeur de l’apposition des toponymes sur la carte.

  • 21 « Traduction d’un mémoire […] », MC, vol. 1, p. lxii-lxvii.
  • 22 Dans une lettre adressée au ministre Rouillé en août 1749, Charlevoix mentionnait les dangers de ce (...)
  • 23 Charlevoix (F.-X.), Histoire et description…, op. cit. Le jésuite avait séjourné à deux reprises au (...)

20En janvier 1751, après avoir exposé un certain nombre de pièces de nature juridique soutenant leurs revendications, les commissaires anglais présentèrent quatre cartes françaises21 : deux de Delisle (1700 et 1703), une de Jean Baptiste Bourguignon d’Anville (1746)22 et la carte de la Partie orientale de la Nouvelle France de Bellin (1744) (Figure 6.4). Cette dernière appartenait à une série de planches signées par l’ingénieur hydrographe, et figurant dans l’Histoire et description générale de la Nouvelle France de Charlevoix23.

  • 24 Berthiaume (P.) éd., Journal d’un voyage…, op. cit., p. 80-81.
  • 25 Bellin, Carte de la Partie Orientale de la Nouvelle France ou du Canada. Dédiée A Monseigneur le Co (...)
  • 26 « Remarques de M. Bellin, ingénieur de la Marine sur les cartes et plans qu’il a été chargé de dres (...)
  • 27 « Traduction d’un mémoire […] », MC, vol. 1, p. lxiv-lxv.
  • 28 Ibid., p. lxii-lxvii.

21Fruit de vingt années de recherches, cet ouvrage se compose de vingt-deux livres rapportant l’histoire des établissements français en Amérique du Nord, depuis les premières explorations jusqu’en 1731, et s’achève sur le Journal historique d’un voyage fait par ordre du roi en Amérique. Pour rédiger son Histoire, Charlevoix avait reçu de Maurepas en 1729 le droit de consulter et d’emprunter les documents et les plans du Dépôt de la Marine, à l’exception toutefois « des actes ou pièces originales portant tant sur les limites que sur les principales affaires qu’il ne convient pas qu’il sorte du despost où il pourra en prendre communication24 ». C’est probablement à cette période qu’il rencontra Bellin, alors ingénieur hydrographe en chef du Dépôt et censeur royal pour les récits de voyage, la géographie et la navigation. En 1742, c’est à lui que fut confiée la tâche de signer les cartes incorporées à l’ouvrage du jésuite, parmi lesquelles une série de représentations de la Louisiane, du Canada, de l’Acadie et de ses principaux ports, « dressées au Dépôt25 ». Comme celles de Delisle (1700 et 1703) et de Bourguignon d’Anville, la carte de la Partie orientale de la Nouvelle France de Bellin (1744) établissait concrètement aux yeux des Britanniques que même les géographes français les plus reconnus étendaient les limites de l’Acadie, ou Nouvelle-Écosse, bien au-delà de l’isthme. Dans ces cartes, soit le toponyme Acadie s’étendait de part et d’autre de la péninsule, soit il était confiné à la presqu’île mais relayé sur la terre ferme par le toponyme Nouvelle-Écosse. Or, selon les termes mêmes de l’article XII du traité d’Utrecht, Louis XIV avait cédé « la nouvelle Écosse autrement dite Acadie ». Par ailleurs, les Britanniques n’oublièrent pas d’insister sur la qualité des auteurs de ces représentations. Delisle avait été Premier Géographe du roi et avait fondé ses travaux sur les observations de l’Académie des sciences ; quant à la carte de Bellin, ils rappelèrent qu’elle avait été composée par ordre exprès de la Marine et que l’ingénieur avait lui-même loué la valeur de son travail dans l’exposé rédigé pour l’ouvrage de Charlevoix26 ; enfin ils soulignèrent que la carte de Bourguignon d’Anville avait été publiée avec privilège27. Toutes ces précautions avaient été prises dans l’unique but de contrer l’argument jusque-là avancé par la France selon lequel « les cartes faites chez toutes les nations dans les temps non suspects, ont borné les limites de l’Acadie à la péninsule28 ».

22De leur côté, les commissaires français objectèrent à leurs homologues que les Britanniques n’avaient jamais établi la Nova Scotia et qu’en conséquence, ils ne pouvaient réclamer les terres ayant un jour porté ce nom. La nature de ce débat montre que la désignation des territoires pose un certain nombre de questions, tant en aval qu’en amont de la représentation géographique. En premier lieu, elle interroge sur les fondements à partir desquels les cartographes attribuaient des noms aux colonies ; dans un second temps elle pose la question des répercussions de ces nominations.

23Ainsi, sur la carte de la Partie orientale de la Nouvelle France de Bellin (1744) figuraient l’Acadie et la Nouvelle-Écosse, ce que les commissaires britanniques ne manquèrent pas de présenter comme la reconnaissance d’une province anglaise. Dans le même temps cependant, l’ingénieur hydrographe avait donné une vision de l’Acadie bien plus avantageuse à la France. Entre 1713 et la guerre de Succession d’Autriche, la politique initiée par Jérôme Phélypeaux comte de Pontchartrain consistant à nier la cession de la Terre ferme s’était affinée jusqu’à restreindre l’Acadie, dans ses anciennes limites, à la péninsule.

La Carte de l’Accadie dressée selon les Manuscrits du Dépôt des Cartes & plans, par Bellin, 1744

24La Carte de l’Accadie (Figure 6.1) apparaît dès les premiers chapitres de l’Histoire de Charlevoix. Le jésuite, qui avait pris part à la querelle dans les années 1720, revient à plusieurs reprises sur le sujet. Alors qu’il présente la colonie acadienne, il évoque la confusion qui règne dans la définition de cette province et de ses voisines :

  • 29 Charlevoix (F.-X.), Histoire et description…, op. cit., t. I, livre III, p. 112.

L’Acadie, selon tous les Auteurs qui se sont exprimés exactement, est une Péninsule de forme triangulaire, qui borne l’Amérique au Sud-Est. Jean de Laët le dit expressément au Chapitre quatrième de la Description de l’Inde Occidentale […]29.

25Or, c’est bien sous cette forme limitée, celle d’une péninsule, qu’apparaît l’Acadie de Bellin en 1744 : sa carte est donc en accord avec les prétentions françaises à cette date. Mais sa dimension éminemment politique réside dans le fait que Bellin est le premier cartographe à publier une représentation aussi précise de la topographie de la péninsule. Avant lui, ses homologues, français comme britanniques, n’avaient jamais accordé de représentation particulière à l’Acadie.

26La carte est limitée au tracé de la presqu’île et des terres immédiatement environnantes. Les côtes de l’Île Saint-Jean, de l’Île Royale et de la terre ferme jusqu’à la rivière des Mages [Machias, Maine] à l’ouest et jusqu’à Richibouctou à l’est [Nouveau-Brunswick], sont esquissées. La question des limites ne se manifeste pas clairement, pourtant le toponyme Accadie tapisse largement la péninsule, tandis que le nom Etchemins apparaît sur la terre ferme qui n’est pas autrement nommée. C’est un moyen efficace pour le cartographe de rappeler que tout ce qui se trouve au-delà de la péninsule n’est ni l’Acadie, ni la Nouvelle-Écosse. Enfin, le titre précise que ce travail est fondé sur les manuscrits du Dépôt, ce qui lui confère une autorité scientifique.

27La toponymie joue ici un rôle primordial : la nomenclature est presque exclusivement française. Seuls le Port Royal et le havre de Chedabouctou sont doublement dénommés (respectivement Annapolis Royal et Havre de Milford). Par ce procédé, le cartographe établit clairement que les Anglais n’ont jamais développé ce territoire qui leur appartient depuis 1713, et qu’à l’inverse la présence française y reste incontestable.

28Les nombreux toponymes amérindiens, un réseau de routes et de portages détaillé ainsi que la localisation des aires de populations, blanches et amérindiennes, accentuent ce constat. Bellin est le premier cartographe à publier un reflet aussi précis de l’organisation du territoire de la Nouvelle-Écosse. Tout en étant teintée d’une forte couleur politique, sa carte représente une grande avancée sur le plan géographique.

Les sources de l’ingénieur : les archives du Dépôt de la Marine

  • 30 Jean-Baptiste Franquelin fut au service des gouverneurs et intendants de la Nouvelle France entre 1 (...)
  • 31 Nous citons ici les plus précises d’entre elles, c’est-à-dire celles qui ont pu être utiles aux ing (...)

29Au département des Cartes et plans de la Bibliothèque nationale, les cartes générales de l’Acadie issues du Dépôt des cartes et plans de la Marine sont conservées dans la division 2 du portefeuille 132 des archives du Service hydrographique. Sur les trente-sept pièces de cette division, quinze sont antérieures à 1744. Les dix premières, toutes manuscrites, ont été réalisées avant 1702, la plupart d’après les travaux de Jean-Baptiste Franquelin30. Trois d’entre elles représentent l’Acadie et une partie du Canada sur un même plan ; les autres sont limitées au tracé des côtes, depuis la Gaspésie jusqu’à la rivière Kenebec31.

30Ces quelques représentations sont révélatrices de la manière dont les cartographes avaient jusque-là abordé la cartographie de cette colonie : à l’époque de Franquelin, la politique coloniale visait à rattacher l’Acadie au reste du Canada ; quant aux cartes des côtes et des embouchures, elles reflètent le double regard, militaire et commercial, porté sur l’Acadie (territoire tampon à partir duquel étaient menées des campagnes vers la Nouvelle-Angleterre ; exploitation des côtes par la Compagnie de pêche sédentaire). À l’époque de la domination française, on avait donc peu cherché à représenter l’Acadie en tant qu’unité territoriale. Les intérêts liés à sa défense ou à son développement commercial n’avaient pas imposé, semble-t-il, l’usage d’outils cartographiques autres que ceux limités à quelques portions sensibles : littoraux, embouchures de rivières, postes fortifiés. Si le réseau hydrographique du Nouveau-Brunswick et du Maine s’était rapidement esquissé pour des raisons liées à la circulation entre l’Acadie continentale et Québec, il a donc fallu attendre le milieu du xviiie siècle pour voir naître le même intérêt pour la péninsule de la Nouvelle-Écosse.

  • 32 La sous-série 3JJ des archives de la Marine abrite les observations scientifiques et géographiques (...)

31Outre les cartes elles-mêmes, le travail des ingénieurs du Dépôt se manifeste par des commentaires apposés aux journaux et mémoires qu’ils collectaient pour fabriquer leurs cartes. Cette documentation est aujourd’hui conservée dans la sous-série 3JJ des archives de la Marine32. Il est souvent difficile de dire à quelle date certains documents ont été exploités. Néanmoins, l’activité cartographique du Dépôt s’étant développée dans les années 1740, on peut penser que c’est à compter de cette période que la plupart des sources furent compilées.

  • 33 ANM, 3JJ, vol. 273, p. 2.
  • 34 Citons les cartes suivantes, dont les titres correspondent à ceux donnés sur les notes rassemblées (...)
  • 35 ANM, 3JJ, vol. 273, p. 2.
  • 36 « Ces pièces sont très inutiles aujourd’hui, excepté les deux dernières qui sont le dénombrement de (...)

32Pour tracer les premières cartes de la péninsule de l’Acadie, Bellin a ainsi fait remonter ses sources jusqu’en 1686. Des documents réunis dans une liasse sous le titre Remarques sur les Costes de l’Accadie33 semblent avoir été utilisés pour tracer les cartes des divisions 4 et 5 du portefeuille 132 : la plupart sont de la main de Bellin et ont été réalisées avant 174834. Une note indique que « ces remarques sont la suite de celles qui ont été colligées sur l’Amérique Septentrionale, dans les premiers temps et qui ont servi a dresser les premières cartes35 ». Cependant, ces documents s’étaient révélés insuffisants36 : il faut dire que depuis 1710, les Français n’avaient guère eu l’occasion de renouveler les levés sur les côtes de la Nouvelle-Écosse.

Les années 1730 et 1740 : les forces en présence dans l’Acadie péninsulaire

  • 37 Carte de la coste du Nord et du Sud de l’Arcadie [sic] et de lisle St. Jean avec toutes les isles, (...)

33C’est de la fin des années 1730 que datent les sources cartographiques les plus récentes et les plus significatives de Bellin sur la péninsule. Les portefeuilles du Service hydrographique abritent en effet trois cartes manuscrites, datées de 1737 et de 1739, sur lesquelles l’ingénieur a manifestement fondé son travail. Deux de ces pièces (une carte et son calque) auraient été envoyées au Dépôt en 1738 par le gouverneur de l’Île Royale, Jospeh de Monbeton de Brouillan, dit Saint-Ovide. La dernière, datée de 1739, a sans doute été réalisée par les ingénieurs du Dépôt d’après elles37 (Figure 6.5).

  • 38 Recensement du nombre de sauvages Miquemaques portant les armes conformément aux états qui ont été (...)

34Bien qu’elles couvrent les côtes du golfe depuis la région de Miramichi jusqu’à la frontière de la Nouvelle-Angleterre, le sujet principal de ces représentations est la péninsule dont les terres sont fortement découpées par le réseau hydrographique. L’orientation et la taille des cours d’eau restent exagérées, aucun détail topographique n’a été apporté, mais la toponymie est riche et les cartes sont tapissées de notes. Les aires de population acadiennes et micmacs sont localisées par une iconographie relativement abondante : habitat de type européen, églises, villages, campements amérindiens ; de nombreux portages sont signalés et les routes terrestres sont rehaussées de rouge. Les missions et les noms des missionnaires qui les desservent sont indiqués, de même que le nombre d’habitants ainsi que le lieu où « les sauvages vont prendre leurs présents ». La carte de 1739 mentionne le recensement établi quelques années auparavant, et il est d’ailleurs possible que celle de 1737 ait été réalisée à cette occasion38.

35L’ensemble de ces données pouvait être utile à plusieurs niveaux. D’un point de vue économique, elles permettaient d’apprécier le nombre d’Acadiens susceptibles de passer sur l’Île Royale ou l’Île Saint-Jean où les Français s’étaient retirés après 1713 ; elles montraient également le trajet suivi au travers de l’Acadie par le bétail élevé dans la région des Mines et qui servait à nourrir les habitants de l’Île Royale. Sur le plan militaire, elles offraient une représentation des forces en présence capables de soutenir les prétentions françaises, de prendre les armes contre les Anglais ou de contrarier leur politique.

  • 39 Le traité d’Utrecht autorisait les colons acadiens à conserver leur culte. En conséquence, des prêt (...)

36En ce qui concerne les sources de l’ingénieur, comme celles des autorités coloniales sur l’état de la péninsule, ces informations reflètent le rôle joué par les missionnaires entre 1710 et l’expulsion des Acadiens (1755). Dans l’Acadie continentale, les jésuites œuvraient auprès des Abénaquis et des Malécites de la rivière Saint-Jean. Véritables informateurs, recenseurs et propagandistes chargés d’encourager la haine des Indiens envers les Anglais, ils étaient en liaison directe avec les intendants et les gouverneurs de Québec. Dans la péninsule et dans les îles du golfe, ce sont les récollets et les prêtres du Séminaire des missions étrangères qui suppléaient, en quelque sorte, les autorités auprès des Micmacs39.

Des informations à caractère nautique

  • 40 Remarques sur les principaux ports et havres de la coste du sud de l’accadie, s. d., ANC, 03DFC, no(...)

37La carte de 1739 présente également quelques informations à caractère nautique. Outre des sondages, un cartouche porte des Remarques sur les principaux ports et havres de l’Acadie. Les manœuvres élémentaires de navigation et les principaux écueils du littoral depuis Canceau jusqu’à l’entrée de la rivière Saint-Jean sont signalés et renvoient à la carte où des ancres marines figurent les mouillages. On retrouve mot pour mot ces remarques dans un texte manuscrit anonyme et non daté, sur lequel apparaît une note faisant référence à la carte envoyée au Dépôt par Saint-Ovide ; on y apprend que le gouverneur l’aurait fait dresser sur les lieux en 173340.

38Sur la carte de 1739, les ingénieurs ont donc compilé des informations rapportées à Saint-Ovide par les missionnaires et par d’autres, probablement puisées dans les journaux de bord conservés au Dépôt de la Marine. Il est pour le moment impossible de dire dans quelle mesure un missionnaire en particulier aurait collaboré à la carte levée sur les lieux en 1733. La pièce de 1737 ne montre ni une facture propre au Dépôt, ni une facture caractéristique de l’un des ingénieurs présents sur l’Île Royale. Elle est plus soignée que celle de 1739 et quelques-uns de ses composants semblent indiquer un cartographe ayant reçu une formation plus classique que celle des ingénieurs. Le toponyme Larcadie, de même que la présence d’un visage au cœur de la rose des vents en sont les principaux indices.

*
* *

39La Carte de l’Accadie de 1744 représente donc une étape à double titre. Pour le détail qu’elle offre de l’intérieur des terres : en cela elle marque la fin d’une représentation de la presqu’île jusque-là perçue comme un comptoir commercial dont la définition se limitait à des portions de côtes ou à des représentations de postes fortifiés. Au-delà, la Carte de l’Accadie publiée dans l’ouvrage de Charlevoix requiert l’attention pour sa dimension propagandiste. Non seulement Bellin était le premier cartographe à livrer une représentation de cette colonie en tant qu’entité coloniale, mais il était le premier à proposer une carte aussi détaillée d’un territoire alors sous domination britannique. Par un habile jeu géographique, le cartographe soutenait les prétentions françaises en Acadie : sa carte était à la fois le reflet d’un fantasme et d’un objectif colonial précis, celui d’une Acadie toujours sous domination française. L’Acadie limitée à la péninsule montrait encore, trente ans après Utrecht, tous les attributs de la présence française (toponymie, localisation des missions catholiques amérindiennes, économie des populations acadiennes en direction de l’Île Royale). Enfin, l’Acadie de Bellin répondait aux critères selon lesquels les Français entendaient, à cette date, limiter le territoire cédé à Utrecht et qui tenaient compte de données convergeant dans le sens de leur politique coloniale en Amérique du Nord. La France tentait en effet d’endiguer la progression vers le Canada des colonies anglaises, et devait dans le même temps bloquer leur extension vers l’intérieur du continent. Pour ce faire, elle était condamnée à ne céder à sa rivale qu’un territoire aussi restreint que possible. Au-delà de la mission scientifique du Dépôt des cartes et plans de la Marine, la querelle des limites révèle donc son rôle éminemment politique.

Notes

1 Dès 1676, Colbert avait confié à son fils Seignelay le soin de regrouper aux archives de la Marine les plans, cartes et mémoires envoyés par les ingénieurs, les papiers des Colonies, des Galères et les journaux de bord que devaient transmettre chaque greffier d’amirauté au ministère de la Marine depuis l’ordonnance de 1681. Puis en 1701, toute la documentation réunie par Charles Pène, ingénieur et géographe chargé des cartes et plans du roi et maître d’œuvre du Neptune François fut intégrée à ce fonds. Sur l’histoire du Dépôt des cartes, plans et journaux de la Marine, voir O. Chapuis, À la mer comme au ciel. Beautemps-Beaupré et la naissance de l’hydrographie moderne (1700-1850), Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 1999 et C. Covillault, Histoire des archives et de la bibliothèque du service hydrographique de la marine, Paris, Service hydrographique et océanographique de la Marine, 1979.

2 Chapuis (O.), À la mer comme au ciel…, op. cit., « Les Dépositaires », p. 159-168.

3 À cette époque fut également instauré au Dépôt un système de direction « bicéphale » : sur le plan administratif, le Dépôt était dirigé par un officier de marine (directeur ou inspecteur) ; sur le plan scientifique, par un cartographe (ingénieur hydrographe en chef). De façon officielle apparaissait alors le titre d’« ingénieur hydrographe de la Marine », accordé par le roi à Bellin le 1er août 1741.

4 Selon Olivier Chapuis, le Dépôt n’aurait fait paraître que vingt-six cartes imprimées de 1737 à 1754, la plupart étant le fruit du travail de compilation de Bellin. Entre 1754 et 1758, autant de planches ont été gravées qu’au cours des trente-quatre premières années. L’historien explique ce bilan par l’excellence de la direction de Roland-Michel Barrin marquis de La Galissonnière entre la guerre de Succession d’Autriche et la guerre de Sept Ans ; Chapuis O., À la mer comme au ciel…, op. cit., p. 164-165. Bellin avait commencé ses publications cartographiques dès 1737 et en 1753, il publiait la seconde édition du Neptune François ; il signa également un grand nombre de cartes hydrographiques (Hydrographie Françoise [1756] ou encore le Petit atlas maritime [1764]). Pour tout cela, voir M. Pastoureau, Les Atlas français, xvie-xviie siècles. Répertoire bibliographique et étude, Paris, BnF, Cartes et plans, 1984, p. 351-356 et O. Chapuis, À la mer comme au ciel…, op. cit., p. 102-110, 159-172 et 301-322.

5 Charlevoix (F.-X.), Histoire et description générale de la Nouvelle France, avec le Journal historique d’un voyage fait par ordre du roi dans l’Amérique septentrionale, par le P. de Charlevoix, de la Compagnie de Jésus, Paris, chez Pierre-François Giffart, 1744, 3 tomes [édition disponible sur Gallica].

6 Le fonds du Service hydrographique de la Marine [désormais SH] est scindé en deux sections : les Archives et les Portefeuilles. De tailles variables, ces derniers représentent les grandes parties du globe et sont structurés en divisions. Dans les Portefeuilles [pf.], environ 300 pièces concernent la colonie acadienne considérée dans ses limites les plus larges sous le régime français.

7 Extrait de l’article XII du traité d’Utrecht, 1713. Voir M. Vergé-Franceschi, Dictionnaire d’histoire maritime, Paris, Robert Laffont, 2002.

8 Laplante (C.), « Le traité d’Utrecht et la question des limites territoriales de l’Acadie », Les Cahiers de la Société historique acadienne, vol. 1, mars 1975, p. 5-24.

9 C’est d’ailleurs cet usage qui avait permis à Louis XIV de se lancer dans la politique dite des réunions entre 1679 et 1681. Ce procédé consistait à interpréter dans leur sens le plus large les traités antérieurs (de Westphalie et de Nimègue) stipulant que les territoires concédés l’étaient avec « leurs dépendances ». Des cours spécialement affectées à cette révision avaient été chargées de prononcer, le cas échéant, des arrêts de réunion à la couronne.

10 Sur le rôle et le statut des géographes du roi, on verra avec intérêt l’ouvrage de N. M. Dawson, L’Atelier Delisle. L’Amérique du Nord sur la table à dessin, Sillery, Septentrion, 2000, et M. Pelletier, « Cartographie et pouvoir sous les règnes de Louis XIV et Louis XV », dans C. Hofmann et D. Lecocq dir., Tours et contours de la Terre itinéraires d’une femme au cœur de la cartographie, Paris, Presses de l’École nationale des ponts et chaussées, 1999, p. 199-216.

11 L’Italien Giovanni da Verrazano avait exploré, à bord de la Dauphine, les côtes américaines depuis la Floride jusqu’au Cap-Breton au nom de François Ier en 1524. La beauté des lieux lui avait rappelé le bonheur de vivre dans cette région de la Grèce antique chantée dans un poème très en vogue à son époque.

12 Ganong (W. F.), « An organization of the Scientific Investigation of the Indian Place-nomenclature of the Maritime Provinces of Canada », Indian Place-nomenclature of the Maritimes Provinces of Canada, Transactions of the Royal Society of Canada, 1912-1928 [1915], p. 375-448.

13 Ibid., p. 447.

14 Observations sommaires sur le Mémoire concernant l’accadie insérées dans le London Magasin. Avril 1749, ANC, C11D, vol. 10, 2 p. (non folioté et incomplet).

15 À ce sujet, Claude Delisle disait : « Les cartes si elles ne sont pas accompagnées d’instructions ne doivent servir tout au plus qu’à donner quelque scrupule […] il faut plus que des cartes pour établir une vérité cartographique », cité par L. Lagarde, « Un cartographe face à ses sources : Guillaume Delisle et le Canada », 1995, p. 129-143.

16 Cette rivière forme aujourd’hui la frontière du Maine [États-Unis] et du Nouveau-Brunswick [Canada].

17 Dawson (J.), « Putting Acadia on the Map. The « transitional » cartography of Nova Scotia, 1600-1755 », Cartographica, vol. 22, no 2, été 1985, p. 79-91 ; Dawson (J.), The Mapmaker’s eye, Nova Scotia through early Maps, Halifax, Nimbus Publishing Limited and the Nova Scotia Museum, 1988.

18 Les Mémoires de commissaires renferment des mémoires, les pièces justificatives avancées par les deux parties ainsi que des cartes ; Mémoire des commissaires du Roi et de ceux de Sa Majesté britannique sur les possessions et les droits respectifs des deux couronnes en Amérique ; avec les actes publics et les pièces justificatives, Paris, Imprimerie royale, 1755-1757, 4 vol. [désormais MC]. Vol. 1, Contenant les mémoires sur l’Acadie et sur l’Île Sainte-Lucie ; vol. 2, Contenant les traités, actes concernant l’Amérique en général, les pièces justificatives des mémoires sur les limites de l’Acadie ; vol. 3, Contenant les pièces justificatives concernant la propriété de l’Île Sainte-Lucie ; vol. 4, Contenant les derniers mémoires sur l’Acadie, un mémoire des commissaires du Roi sur l’isle de Tobago. Les commissaires français étaient Étienne de Silhouette, alors maître des requêtes et Barrin de La Galissonnière, directeur du Dépôt des cartes et plans de la Marine et par ailleurs ancien gouverneur du Canada (1748-1749) ; leurs homologues britanniques étaient William Mildmay et William Shirley, gouverneur du Massachusetts.

19 Pedley (M.), « Map Wars : The Role of Maps in the Nova Scotia/Acadia Boundary Disputes of 1750 », imago Mundi, no 50, 1998, p. 96-104.

20 La question avait été soulevée par les commissaires britanniques qui, au terme d’un mémoire daté de janvier 1751, avaient présenté quelques cartes ; en réponse (4 octobre 1751), leurs homologues avaient consacré deux articles au sujet ; enfin en 1753, les commissaires des deux parties avaient établi un « examen des cartes » : « Traduction d’un Mémoire au sujet des limites de la Nouvelle-Écosse […] », MC, vol. 1, p. ix-lxxv ; « Mémoire des Commissaires du Roi, du 4 octobre 1751 […] », MC, vol. 1, art. XII et XIII, p. 116-128 ; « Observations des Commissaires du Roi sur l’introduction des commissaires anglois, art. II : Examen des Cartes de l’Acadie », MC, vol. 4, p. 43-68. Sur la nature des arguments et des pièces justificatives avancées par les deux parties, voir la troisième partie de ma thèse, « Les enjeux de la représentation cartographique d’une colonie. L’Acadie et le Cap-Breton/Île Royale aux xviie et xviiie siècles », soutenue à l’université du Littoral Côte d’Opale en mars 2008.

21 « Traduction d’un mémoire […] », MC, vol. 1, p. lxii-lxvii.

22 Dans une lettre adressée au ministre Rouillé en août 1749, Charlevoix mentionnait les dangers de cette carte pour les prétentions françaises : « […] je crois devoir avertir votre Grandeur qu’il paroit une carte de la Nouvelle-France faite par le Sieur Danville, où les bornes de la Nouvelle Écosse sont marquées avec des couleurs au-delà de l’Acadie, et que les anglois ne manqueront point de s’en prévaloir si on ne la désavoue et l’auteur ne la corrige », Lettre de Charlevoix à Monsieur Rouillé, Paris, 23 août 1749 : ANC, C11D, vol. 8, fo 163-164v°.

23 Charlevoix (F.-X.), Histoire et description…, op. cit. Le jésuite avait séjourné à deux reprises au Canada : de 1705 à 1709 puis en 1720. Arrivé trop tardivement cette année-là pour entreprendre le voyage de reconnaissance au cœur du continent qui lui avait été confié, Charlevoix en profita pour faire des recherches, depuis Québec, sur la géographie du Canada et rédigea un mémoire sur les limites. Puis, entre 1742 et 1749, il fut procureur des missions des jésuites du Canada et de la Louisiane ainsi que du monastère des Ursulines de la Nouvelle France. Sur cet aspect, voir notamment P. Berthiaume éd., Journal d’un voyage fait par ordre du roi dans l’Amérique septentrionale, Presses universitaires de Montréal, 1994, p. 7-64 et Mémoire sur les limites de l’Acadie, envoyé à Monseigneur le duc d’Orléans par le père Charlevoix, Québec, le 19 octobre 1720, ANC, C11E, vol. 2, fo 63-68v°.

24 Berthiaume (P.) éd., Journal d’un voyage…, op. cit., p. 80-81.

25 Bellin, Carte de la Partie Orientale de la Nouvelle France ou du Canada. Dédiée A Monseigneur le Comte de Maurepas Ministre et Secrétaire d’État, Commandeur des ordres du Roy. Par N. Bellin ingénieur de la Marine. 1744 [insérée au t. I, livre VII de l’Histoire de F.-X. Charlevoix (1744)] ; Bellin, Carte de l’Accadie. Dressée sur les Manuscrits du Dépost des cartes et Plans de la Marine. Par N. B. ing. r et Hyd. de la Marine. 1744 [t. I, livre III]. Les plans annoncés sont ceux de la baie de Chedabouctou, de la baie de Chibouctou, du port de La Hève et du Port Royal.

26 « Remarques de M. Bellin, ingénieur de la Marine sur les cartes et plans qu’il a été chargé de dresser pour joindre à l’Histoire générale de la Nouvelle France », dans F.-X. Charlevoix, Histoire et description…, op. cit., 1744, t. III, p. i-xix.

27 « Traduction d’un mémoire […] », MC, vol. 1, p. lxiv-lxv.

28 Ibid., p. lxii-lxvii.

29 Charlevoix (F.-X.), Histoire et description…, op. cit., t. I, livre III, p. 112.

30 Jean-Baptiste Franquelin fut au service des gouverneurs et intendants de la Nouvelle France entre 1672 et 1692. Sur les travaux de ce cartographe, voir J.-F. Palomino, « Jean-Baptiste Franquelin : un géographe du roi à Québec », dans L. Vidal et É. dOrgeix dir., Les villes françaises du Nouveau Monde. Des premiers fondateurs aux ingénieurs du roi (xvie-xviiie siècle), Paris, Somogy, 1999, p. 162-167.

31 Nous citons ici les plus précises d’entre elles, c’est-à-dire celles qui ont pu être utiles aux ingénieurs. Franquelin (J.-B.), Carte Ge[ne] ralle du voyage que mons.r De Meulles intendant de la Iustice, Police et Finances, de la Nouvelle France a fait par ordre du Roy […], 1686, SH, pf. 132-div. 2-p. 2 ; les pièces 5 et 6 seraient des cartes de la main de Franquelin ou très inspirées de ses travaux : Carte de l’Acadie Contenant Tous les Ports, Havres, Sondes et Mouillages qui sont le long de ses costes. Les Bois, Montagnes, Lacs et Marais qui sont dans la profondeur de ses terres et toutes les Rivières qui en descendent. Avec une partie de la Colonie Francoise du Canada au-dessus et en dessous de Quebec sur les bords du Fleuve de St. Laurent, 1702, SH, pf. 132-div. 2-p. 5 et 6 ; enfin, suit une série de cartes des côtes, identiques mais à des échelles différentes : Carte particulière de la Coste d’Accadie depuis Gaspé jusqu’à Quinibequi. Avec les Sondes, s. d., SH, pf. 132-div. 2-p. 7 (échelle de 20 lieues) ; p. 8 (échelle de 30 lieues) ; p. 9 (échelle de 40 lieues) et SH, pf. 132-div. 4-p. 3 (échelle de 20 lieues).

32 La sous-série 3JJ des archives de la Marine abrite les observations scientifiques et géographiques des ingénieurs hydrographes. Journaux, mémoires, notes et cartes rangés en volumes, y sont classés selon un ordre géographique. Les volumes 258 et 259 rassemblent des documents relatifs à la navigation des côtes d’Europe à celles d’Amérique. Ils contiennent respectivement 11 et 39 liasses. Le volume 271 présente des informations relatives au littoral nord-est du continent américain, il compte 16 pièces. Le volume 273, plus particulièrement axé sur la Nouvelle-Écosse et l’Acadie, compte 35 pièces.

33 ANM, 3JJ, vol. 273, p. 2.

34 Citons les cartes suivantes, dont les titres correspondent à ceux donnés sur les notes rassemblées pour les construire : Bellin, Carte d’une partie des costes d’Accadie, depuis Canceau jusqu’à la rivière Saint-Jean, av. 1748, SH, pf. 132-div. 4-p. 5D ; Bellin, Carte d’une partie des costes d’Accadie, depuis La Hève jusqu’au cap Sable, av. 1748, SH, pf. 132-div. 4-p. 6D et Bellin, Carte d’une partie des costes d’Accadie depuis le cap Sable jusqu’à la rivière St. Jean, av. 1748, SH, pf. 132-div. 5-p. 1D.

35 ANM, 3JJ, vol. 273, p. 2.

36 « Ces pièces sont très inutiles aujourd’hui, excepté les deux dernières qui sont le dénombrement des ports, havres et Rivières » ; ou encore : « Ces descriptions sont trop vieilles et par conséquent surannées », ANM, 3JJ, vol. 273, p. 5 et 6.

37 Carte de la coste du Nord et du Sud de l’Arcadie [sic] et de lisle St. Jean avec toutes les isles, Ports, Havres, Rades, Bayes, 1737, 72 x 143,5 cm, sans échelle, SH, pf. 132-div. 3-p. 13/1 ; Carte de la coste du Nord et du Sud de l’Arcadie [sic] et de lisle St. Jean avec toutes les isles, Ports, Havres, Rades, Bayes, 1737, 72 x 143 cm (calque de la pièce 13/1) SH, pf. 132-div. 3-p. 13 ; verso : « joint à la lettre de Saint Ovide en 1738 » ; Carte de Laccadie de Lisle Royalle et de Lisle St. Jean Dans l’Amérique Septentrionale ou sont marquees toutes les isles, Ports, Havres, Rades, Bayes, Ecueils et Rochers avec les ancrages et profondeurs nécessaires, 1739, 84 x 111 cm, échelle inconnue [toute la partie droite comprenant l’Île Royale est manquante], SH, pf. 132-div. 2-p. 15.

38 Recensement du nombre de sauvages Miquemaques portant les armes conformément aux états qui ont été remis par les missionnaires, ANC, C11D, vol. 8, fo 76, et Mémoire sur les missions des sauvages Micmacs et de l’intérieur de l’Acadie [ap. 1738], ANC, C11B, vol. 1, fos 249-254.

39 Le traité d’Utrecht autorisait les colons acadiens à conserver leur culte. En conséquence, des prêtres français arpentaient la Nouvelle-Écosse à leur service ainsi qu’à celui des missions amérindiennes.

40 Remarques sur les principaux ports et havres de la coste du sud de l’accadie, s. d., ANC, 03DFC, no 77. En marge : « Voyez la carte d’accadie au [Ch. N.]. Copiée sur celle communiquée par Mr. de St. Ovide et qu’il a fait dresser sur les lieux en 1733 ».

Auteur

Université du Littoral Côte d’Opale – Centre de recherche en histoire atlantique et littorale (CRHAEL).

© Presses universitaires de Strasbourg, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search