Version classiqueVersion mobile

Les usages des cartes (xviie-xixe siècle)

 | 
Isabelle Laboulais

Du terrain à l'atelier : quelques cartographes à la tâche

Claude Masse (1651-1737) sur les côtes de l’Océan Trente-cinq ans d’une expérience transmise

Catherine Bousquet-Bressolier

Texte intégral

  • 1 Comme le prescrivait la ratio studiorum (l’ordre des études), les jésuites dispensaient ce type d’e (...)
  • 2 L’inventaire de son œuvre a été publié par R. Faille et N. Lacrocq, Les ingénieurs géographes Claud (...)

1Durant la seconde moitié du xviie siècle, la connaissance des formes et dimensions de l’espace français sur lequel seront projetées les premières statistiques s’impose comme une nécessité et s’appuie sur une volonté politique. Mais il faut aussi réaliser de bonnes cartes à grande échelle, de fidèles représentations du territoire. Les ingénieurs, dont ce n’est qu’une des multiples tâches, en sont les maîtres d’œuvre. Leurs fonctions nécessitent un sérieux bagage rassemblé sous le vocable de mathematica mixta (mathématiques mêlées), comprenant non seulement les traditionnelles branches des mathématiques, mais aussi celles de la physique : optique (où se range la perspective), mécanique, hydraulique, balistique, et des sciences pratiques comme l’architecture, la navigation, l’astronomie. La géographie, la chronologie et parfois même la musique complètent ce programme de « mathématiques mêlées1 ». Parmi les ingénieurs de Louis XIV émerge la figure discrète de Claude Masse, dont la qualité et l’étendue du travail cartographique font référence2. Soucieux de transmettre son savoir-faire, il compose un Livre de fortification manuscrit qui montre le contenu d’une formation multiforme visant à déboucher sur une excellence de la pratique.

Claude Masse (1651-1737) : l’homme

Jeunesse

  • 3 A. Blanchard, dans son Dictionnaire des ingénieurs militaires, 1691-1791, Montpellier, Centre d’his (...)
  • 4 Anne Blanchard note dans le Dictionnaire des ingénieurs militaires que la date de son intégration e (...)
  • 5 Pierre Ferry, avocat au parlement de Paris, était conseiller du roi du fait de sa charge de trésori (...)

2Claude Masse naît en 1651 à Combloux3, bourg situé non loin de Sallanches, dans le duché de Savoie ; c’est le fils d’un marchand, Guillaume, et d’Elizabeth Boinos. Bien que nous en ignorions le cadre précis, Claude reçoit une bonne instruction puisqu’il sait le latin et écrit un français convenable. Cela lui permet d’entrer au service de François de Ferry, de deux ans son aîné, ingénieur ordinaire du département de Jean-Baptiste Colbert4. Ferry, à la mort de son père (fin janvier 1669), hérite de sa charge5 de trésorier général des fortifications de Champagne et de Picardie et la reprend en 1671. Outre la qualité de conseiller du roi, elle lui donne à 22 ans une importante assise sociale. Ferry est chargé de la construction, des réparations et du ravitaillement des places de Champagne, Barrois, Brie, Luxembourg, des Trois-Évêchés (Metz, Toul et Verdun), de Marsal et du pays messin. Aux côtés de Ferry, Masse acquiert « sur le tas » une connaissance incomparable – certainement bien plus étendue qu’à l’ordinaire – de tous les aspects du travail de l’ingénieur, et devient son premier dessinateur. Ferry admire son étonnante faculté d’observation et n’hésite pas à faire appel à lui. En retour de cette confiance, Masse lui garde un indéfectible attachement. En 1677, Louis XIV, en visite à Toul, remarque l’habileté du jeune dessinateur. Aussi, lorsqu’en 1679, François de Ferry est nommé directeur des fortifications d’Aunis, Saintonge et Guyenne, Navarre et Béarn, le Savoyard de 28 ans part avec lui pour La Rochelle. Il est loin de se douter que pendant près d’un tiers de siècle, il ne quittera plus les rivages de l’océan pour devenir le maître d’œuvre d’un projet d’envergure.

Au service d’une personnalité : François de Ferry

  • 6 Lettre de Colbert au marquis de Seignelay, 24 septembre 1671, dans P. Clément éd., Lettres, instruc (...)

3C’est avec insistance que Colbert suggère au roi de demander « qu’il soit fait une description exacte de toutes les costes de son royaume6 ». En effet, les cartes qu’a fait exécuter le chevalier de Clerville (1610-1677), gouverneur général des fortifications de Terre et de Mer, jusqu’à sa mort en 1677, sont alors loin d’offrir les garanties de précision voulues. L’année précédant la mort de ce grand ancien, Colbert demande d’ailleurs à [Pierre de ?] Massiac de Sainte-Colombe de lever le littoral de Poitou, Aunis et Saintonge et d’en faire la description détaillée. La Favolière est quant à lui chargé d’établir une carte des fonds marins de ces côtes. Si la carte marine de La Favolière s’avère très bonne, celle de Massiac de Sainte-Colombe reste fort imprécise. L’arrivée à La Rochelle, en 1679, de François de Ferry comme ingénieur des ports, places et îles de la côte occidentale entre l’Aunis et l’Espagne, offre à Colbert le moyen de conjurer la crainte de nouvelles descentes anglaises et d’emporter la décision royale pour concrétiser son projet de couverture cartographique des « frontières de l’Océan ».

  • 7 La plupart est conservée au Service historique de la Défense à Vincennes [désormais SHD]. L’ensembl (...)

4En effet, la protection des côtes de Poitou, Aunis, Saintonge, et Médoc (Gironde comprise) – pays en majorité protestants où les Anglais choisissent de faire leurs incursions – ne peut être correctement planifiée qu’en s’appuyant sur une cartographie précise. François de Ferry, remarquable ingénieur et architecte, apporte d’appréciables améliorations aux défenses : construction de la citadelle de Bayonne (1680), de l’arsenal de Rochefort (1683), édification des murailles provisoires à La Rochelle pour la prémunir contre les Anglais (1689), et réalisation de nombreux autres ouvrages civils et militaires. Claude Masse accomplit à ses côtés de nombreux travaux et projets7. À partir de 1688, à 37 ans, il reçoit en outre la commission d’effectuer les relevés et de fournir les cartes d’une large frange du littoral comprise entre le marais poitevin et le bassin d’Arcachon.

La vie difficile d’un ingénieur

  • 8 François de Ferry « son amy » était son principal témoin. Voir R. Faille, « Recherches généalogique (...)
  • 9 La sœur de son père, Anne, est huguenote. Une sentence du présidial de La Rochelle du 20 août 1705 (...)

5Cet ingénieur sorti du rang est une figure comme celles dont souhaitent s’entourer Colbert et Sébastien Le Prestre Vauban. Peu soucieux de « faire carrière », il n’obtiendra son brevet d’ingénieur ordinaire qu’à 51 ans en 1702, un an après la mort de son protecteur. Comme bon nombre d’ingénieurs et de militaires n’ayant guère eu de répit dans leur vie professionnelle, Claude Masse se marie tard, à 47 ans. Il épouse le 14 janvier 1698 Marie Papin, native de La Rochelle, âgée de 26 ans, orpheline d’un père marchand8 et probablement huguenot9.

6Claude Masse et Marie Papin ont cinq enfants : Marie-Anne, née en 1700 (elle épousera un militaire, Simon Cottiby), deux garçons morts en bas âge, puis Claude-François, né en 1706, et Claude-Félix, né en 1712. Ces derniers deviendront tous deux ingénieurs et recevront leur formation de leur père. Marie Papin meurt à 40 ans, dix jours après la naissance de Claude-Félix.

  • 10 Ce testament reçu par maître Hirvois le 29 janvier 1713 a été retrouvé par René Faille aux Archives (...)
  • 11 Cette propriété est un bien que Marie Papin a apporté par mariage : « La Borderie qui luy appartien (...)

7Claude Masse lui-même manque trépasser pendant l’hiver 1713 (à 62 ans), d’une grave crise de paludisme. Il rédige un testament10 qui donne d’intéressantes précisions sur ses biens et ses dispositions particulières pour l’éducation de ses enfants. Sa maison, la Borderie de Salles11, comporte un cabinet pourvu d’une bibliothèque dont nous ne connaissons malheureusement pas le contenu précis, faute d’inventaire :

Je veux et entends que tous mes livres soient vendus à la rézerve de ceux qui regardent les fortifications et architecture que je veux qu’ils soient conservés pour François Masse, mon fils aîné, [qui n’a que 7 ans] aussi un étuis de mathématique garni, une boite à couleur et autres dépendances pour le dessin que veux aussi [lui] estre conservé…

8Par contre, le « grand demy cercle » ne lui appartient pas, puisqu’il devra être restitué aux « héritiers du Sieur Devienne ». Dans un coffre de noyer, il garde ce qui est au roi. Ses plans et dessins faits à la main – dont « 12 portefeuilles en carton où sont tous les plans d’une partie de l’Europe et mémoires de ses provinces » – serviront à l’instruction de ses fils, mais le directeur des fortifications pourra prélever ce qu’il jugera « utile au roi » et l’enverra à Michel Le Peletier de Souzy. À sa fille il donne son « lit garni ». Ses meubles seront inventoriés et vendus. Ses biens et domaines, pour la plupart hérités de sa femme, seront affermés et leurs revenus serviront à élever ses enfants. Il spécifie que son aîné devra être éduqué « dans le Génie et l’autre à un état convenable » :

[Ils seront] mis dans des pensions proportionnément aux revenus de leurs bien pour y estre nourris et entretenus tant en santé qu’en maladie et y recevoir l’éducation nécessaire et qu’on fasse choix de gens de bien pour cela.

  • 12 SHD, bibl. Génie, ms. 4  135, p. 7.
  • 13 ibid. Il dit l’avoir écrit pour « mettre [s]es brouillons en ordre et pour l’instruction de [s]es d (...)

9Deux mois plus tard, pendant sa convalescence, Le Peletier de Souzy lui écrit « [qu’il ferait] bien de profiter des beaux jours pour aller continuer les côtes de Saintonge » (6 avril 1713). Un ingénieur du roi ne doit pas s’écouter. Masse, craignant une rechute qui l’empêcherait d’achever son travail déjà très avancé, décide de « se décharger la mémoire » en rédigeant, « par lambeaux et a ses heures de loisir qu’il a dérobé a ses occupations, nestant nullement payé du Roy12 », un mémoire débuté en 1712 et achevé en 171513.

10Ce mémoire atypique de 834 pages commence par une lettre à son fils âgé de 8 ans, rédigée le 15 juillet 1715. Loin d’être pour lui des lieux communs, les préceptes de ce testament spirituel sont ceux qui ont vraiment guidé sa vie : amour de Dieu et du prochain, fidélité au roi et à ceux qui le représentent, respect des petits et des pauvres. Fuir l’oisiveté, le mensonge, l’ivrognerie, la paresse, la vaine gloire, la gourmandise. Claude Masse s’est forgé dans les tribulations et les difficultés :

  • 14 SHD, bibl. Génie, ms. 4  135, 3e feuillet (non paginé) v°-4e feuillet r°.

Ce que je peux vous dire pour dresser les originaux de ces manuscrits, ce n’a pas esté sans un grand travail, ayant essuyé toutes les rigueurs des saisons tant sur mer en sondant et pour placer les rochers et écueils et bancs, qu’en voyageant par terre pour toiser et mesurer en levant les originaux de ces cartes […]. J’ay bien essuyé du froid et du chaud et autres injures des saisons, et que si toutes les sueurs qui sont sortis de mon corps en faisant ces ouvrages étoient ramassées ensemble, lon veroit combien le metier de lever les cartes et plans exactement est pénible et dangereux. Heureux ceux qui les trouveront tout faits, mais bénis soit Dieu et tous les Esprits bien heureux j’ai bien couru des risques pendt. plus de cinquante ans que j’ay voyagé sans qu’il me soit jamais arrivé d’accident parce que j’ay toujours eu recours à la bonté de Dieu14.

11Voici qui en dit long sur un demi-siècle de vie d’ingénieur. Un peu plus loin, dans l’Avis au lecteur, il porte un regard lucide sur la société de son temps, puis revient sur les conditions de son travail :

  • 15 SHD, bibl. Génie, ms. 4° 135, 6e feuillet (non paginé) r°-v°. Masse écrit à son fils quelque chose (...)

Les honnestes gens excusent les fautes, les critiques ne pardonnent point et les ignorans condamnent tout sans scavoir pourquoy […] la pluspart des esprits blasment plustot par envie que par justice, d’autres parlent bien à leur aise en trouvant dans leur cabinet de beaux ouvrages tous dressez […], leur esprit tout à fait borné [leur faisant] condamner par envie ce qui est au-dessus de leur portée et labeur ; la pluspart boiroient plustost l’eau d’un fleuve que de faire la moindre partie de ce qu’ils critiquent […]. Le métier que je fais, quoiqu’en partie de cabinet est d’une autre nature que ce qu’exigent les sçavans, car le temps que j’ay passé en campagne exposé aux injures de toutes les saisons est plus que capable d’abrutir un homme que de le perfectionner aux sciences qui ne se raportent guere avec l’art militaire et des descriptions geographiques15.

12Dans l’Avertissement qui ouvre le mémoire à proprement parler, se trouve un instructif inventaire de ce qu’il a « barbouillé de papier » jusqu’en 1715 :

  • 16 SHD, bibl. Génie, ms. 4° 135, p. 7-8.

[…] outre ce petit ouvrage icy, J’ay fait dix recueils de plans des principales places du monde, ou il y a 432 feuilles outre cela 3 gros manuscrits in follio de fortifications ou il y a 114 feuilles de desseins en grand, ou il y a plus de 400 figures ou systhèmes differents sans conter trois receuils que Monsieur le Peltier a en main et un nombre infiny d’autres plans et desseins et quantité d’autres ouvrages qui ne sont qu’au crayon et imparfaits. A la vérité j’ay eu plusieurs jeunes et aydes qui ont part à mes ouvrages que je n’ay fait que conduire et quelques autres amys & c.16

13La mention de ces jeunes et aides ou amis travaillant sous sa conduite suggère que les livres et mémoires de son « cabinet » servent aussi à former de jeunes recrues.

Une pédagogie personnelle

  • 17 SHD, bibl. Génie, ms. fo 131 d2 (livre 1) ; SHD, ms. fo 131 d1 (livres 2 et 3). On a mis entre croc (...)
  • 18 Il n’est fait qu’une seule mention de troisième livre [92] (titre et titre courant).

14En effet, Claude Masse se soucie grandement de « l’instruction des jeunes gens ». À « ses heures dérobées », il commence dès 1687 la rédaction d’un ouvrage manuscrit intitulé Livre de fortification (en fait composé de trois « livres17 »). Deux in-folios, à l’origine reliés en parchemin, nous sont parvenus. Nous avons la table des deux premiers livres à l’automne 1720. Les additions effectuées jusqu’en 1728 ont bouleversé le plan initial (Figure 5.1). Les chapitres III, « Place que l’on bâtit », et IV, « Divers dessins de places régulières et irrégulières », sont passés au deuxième livre. En l’état actuel, le premier livre (ms. f ° 131 d2) est axé sur la fortification théorique, le second (ms. f ° 131 d1) plutôt sur la pratique. Ce que nous avons du troisième livre se trouve à la suite, dans le second in-folio18, et concerne la construction de bâtiments dans la place ou pour en protéger les extérieurs.

  • 19 SHD, bibl. Génie, ms. fo 131 d2 [9].

15Masse, loin de se poser en « censeur […] de ceux qui ont écrit sur le sujet, mais ne se sont pas trouvés en scituation d’avoir la connoissance de la pratique », veut par l’ouvrage « sorti de [sa] petite industrie » transmettre une pratique apprise de Vauban et Ferry, et « donner des idées pour commenter et perfectionner, ou du moins fournir des modèles aux jeunes gens pour faire des dessins de divers sujets qui se rencontrent dans la fabrique des ouvrages militaires19 ».

16Une bonne connaissance des traités des « grands anciens », et surtout des maximes à observer est indispensable. Après avoir défini les noms des lignes et des angles (feuille A [29]), il considère d’abord les sites des places de guerre : en montagne, sur les pentes, dans les plaines, les marais, au bord de la mer, etc. Il s’agit d’apprendre à « disserter des bonnes et des mauvaises places aussi bien que ceux qui en ont écrit » :

  • 20 SHD, bibl. Génie, ms. fo 131 d2 [35].

Les ingénieurs qui content sur leur simple idée et qui n’ont pas la curiosité de faire un amas de plans, coupes et profils et mémoires se trouvent très souvent pris dans l’occasion et font des fautes irréparables et leur ignorance ou paresse sont souvent la cause de la perte de nombre d’hommes très mal à propos et que de très puissantes armées échoüent devant des places et nombre de places se rendent et se défendent fort mal ; parce que ceux qui en ont la conduite ne scavent point tirer l’usage des fortifications qu’ils ont à défendre ce qui ne se peut connoistre qu’en discernant les bonnes et les mauvaises places bien ou mal construites. Car tel ouvrage qui paroit bon est souvent plein de défauts à ceux qui ne sy connoissent pas et d’autres qui paroissent très mauvais et que des bicoques ont des propriétés inestimables20.

Le rôle de l’image

17Ce qui frappe, à feuilleter ce Livre de fortification, est la valeur hautement pédagogique de l’image. La représentation en perspective d’un bastion (feuille D [48]), d’une redoute de gazon avec toutes ses parties (feuille E [57]) vues ensuite en coupe [58], tout comme les feuilles suivantes détaillent des éléments précis de la défense, permettent d’en mémoriser le nom et la fonction selon les particularités du site. La feuille 2B [89] (Figure 5.2) synthétise l’ensemble : cette feuille qui rassemble en une « place d’idées tous les types de fortifications adaptées à des sites les plus divers » montre aussi la manière de représenter le paysage. Le mémoire de cette planche comporte deux éléments : l’un fait fonction de légende détaillée des objets représentés sur la feuille ; l’autre [103-189], postérieur à 1720, développe les usages et fonctions de chaque type de défenses et de leurs parties.

18Sur la feuille CD [192] (Figure 5.3) sont réunis et comparés les principaux systèmes de fortification. Masse exerce le regard et la mémoire :

  • 21 SHD, bibl. Génie, ms. fo 131 d2 [193-214].

[…] l’on a mis diverses manières de flancs hauts et bas, mais celuy sur lequel il faut le plus faire d’attention est dans la feuille 25 du second livre ou lon a mis un flanc comme celuy-proposé icy fort en grand avec les coupes et profils sans qu’il soit besoin d’un ample discours pour en expliquer la construction. Il n’est diffèrent du bastion E de la feuille AB du premier livre que dans ses souterrains que l’on a proposé d’une autre manière dans la partie de ce bastion qui est en grand et veut a hauteur du rez de chaussée à la figure 30. L’on a aussy proposé un flanc haut et bas à la figure 4 de la feuille E du second livre, pour une place qui seroit toute bâtie de terre21.

L’éducation de l’œil

19Le second volume (ms. fo 131 d1) traite des travaux dont l’ingénieur est capable. L’œil doit s’exercer à la troisième dimension ; là encore l’image opère sa fonction éducative par des plans coupes, profils, élévations des objets et par de petites retombes qui permettent de voir l’intérieur des structures. La première planche, à l’origine placée au premier livre, représente simultanément plusieurs moments du temps de la construction d’une « place que l’on bâtit » (Figure 5.4). Une foule de personnages s’active chacun à son poste. Le texte ne laisse rien au hasard :

  • 22 SHD, bibl. Génie, ms. fo 131 d1, p. 1.

[…] l’on a marqué les fondations, la maçonnerie, les cavations et creusement des fossés, l’on a laissé les profils et dômes pour faire voir la profondeur et hauteur des terres que l’on a enlevées qui servent apprendre les dimensions pour faire les toisez […] on a mis autour de ces ouvrages qui s’élèvent les différents ponts de rampe pour transporter les terres et matériaux provenant de l’excavation. […] Dans le bas de cette figure on a mis les ouvriers qui vont aux travaux avec leurs outils, entrepreneurs et piqueurs et dans le lointain les ingénieurs qui ordonnent et font tracer l’ouvrage. L’on a mis les différents chariots et charrois dont l’on se sert pour transporter les gros et petits matériaux et les terres. L’on a représenté dans tout le contenu de cette feuille différentes attitudes et figures d’ouvrier pour la construction d’un ouvrage sans plus ample discours étant assez intelligible. Il n’y a que la quantité qui doit être beaucoup plus considérable22.

  • 23 L’objet représenté en plan est élevé au moyen de parallèles perpendiculaires au plan.

20L’image combine la perspective linéaire qui donne de la profondeur à l’ensemble, avec l’orthographique ou fausse perspective23 (en haut à droite) qui permet de restituer les mesures des glacis. Le jeune lecteur pourra aussi observer les « différentes attitudes et figures d’ouvriers pour la construction d’un ouvrage ».

21Sur la page de droite, plusieurs figures montrent comment sont extraits les matériaux et comment ils deviennent briques, chaux, moellons. Masse, avec un système de retombes à soulever, dévoile l’intérieur des fours à chaux, évoque l’extraction de l’argile et de la pierre dans les mines, ainsi que le travail du tailleur de pierre :

  • 24 SHD, bibl. Génie, ms. fo 131 d1, fos 11-12 [4-5] (explication de la figure 21). Il s’agit du père F (...)

[…] les différentes attitudes des ouvriers qui y travaillent peuvent donner l’idée des outils les plus communs qu’on se sert. La diversité infinie des pierre grais marbres de toutes espèces demanderoit un volume entier pour en expliquer l’usage et l’arrangement. Ceux qui veulent en avoir une parfaite connoissance doivent avoir recours aux livres d’architecture civile surtout de Vitruve, Desargues, du père Derant [ sic], Vignole, la Hire et une infinité d’autres habiles gens qui ont escrit de la coupe des pierres du trait […]24.

22Une autre feuille (Figure 5.5) montre les outils « propres a remuer et transporter les terres pour les ouvrages du Roy et autres » et des « gazonneurs » au travail, une charrette, une brinqueballe de maçon, etc. ; une autre encore évoque le travail des charpentiers, leurs outils et les instruments de levage. La réalité des pratiques de terrain est indispensable.

L’apprentissage des choix

  • 25 SHD, bibl. Génie, ms. 4  131 d1, respectivement fos 39 [45] et 44 [49] (signés Masse fils, 1725) et (...)
  • 26 Le feuillet [92], Table et mémoire abrégé relatif aux f’[mot effacé] quatre forts qui sont sur une (...)

23De même que les planches de fortifications sont remarquables par leur soin et leur précision, celles de ce volume entrent dans les moindres détails de la construction étudiée. La nature des revêtements, l’agencement de la maçonnerie des murs répondent à une intention précise de l’ingénieur et doivent être maîtrisés. Plusieurs planches représentent des profils de place avec les revêtements qui conviennent (par exemple la feuille 15 [7], Figure 5.6), les types de maçonneries des murailles, les empattements et empierrements des glacis [8]. Les feuilles suivantes concernent les constructions en eau. D’autres montrent comment construire quais et jetées (feuille 21 [36]), les batardeaux servant à fonder murs, piles de ponts, ou écluses. Le jeune Claude-François s’exerce à des « travaux pratiques » : le plan du sas et des moulins de Brebières sur la Scarpe (feuille D [39]), le plan du sas et des écluses de Courières à l’embouchure du canal de Lens (feuille E [40])25. Il lève quelques ouvrages civils : la feuille P [42] montre en coupe, plan et élévation des moulins à eau et à vent avec le fonctionnement du cabestan (Figure 5.7). La feuille O [44] représente le moulin à huile de Courchelette et le sas de Boesingue sur le canal d’Ypres à Furnes, qu’il lève en 1725 ; d’autres encore détaillent l’utilisation de la charpenterie, l’appareillage de constructions de pierre (murs, portes, etc.), la construction de ponts… Il y a plusieurs feuilles – le « troisième livre26 » ? – sur les ouvrages et les bâtiments de la place : embrasures, créneaux, mâchicoulis, tours, portes, ponts-levis, ponts de charpente et de maçonnerie, casernes, citernes, arsenal ; et sur la construction d’ouvrages isolés : redoutes, batteries, forts à l’instar de ceux de la feuille 45 [96] (Figure 5.8).

Masse cartographe

24Ne nous étonnons pas que Claude Masse compose ce traité de fortification et n’évoque que rarement son travail de cartographe. En effet, cette besogne n’est pas considérée comme un métier différencié. Les ingénieurs militaires doivent pouvoir construire tout ce qui est nécessaire à une place forte, ce qui implique forcément de savoir-faire une carte.

Les conditions du levé de terrain

  • 27 Voir l’inventaire publié par R. Faille et N. Lacrocq, Les ingénieurs géographes…, op. cit.

25Ainsi, de 1688 à 1723, Masse conduit à son terme l’entreprise considérable que nous avons évoquée tout en assumant une multitude d’autres tâches liées à sa fonction de militaire, comme les aménagements des places de l’île de Ré. Le projet initial, qui ne concernait que les côtes de Poitou, Aunis et Saintonge, a été étendu au littoral du Médoc où personne n’a jamais pénétré. Les écrits laissés par Masse permettent de se faire une idée précise de la conduite matérielle de son travail27.

26L’étendue qu’il doit couvrir est considérable. Un tiers, situé au sud de la Gironde – le Médoc –, est un immense désert de sable et de marécages qui n’a encore jamais été exploré. C’est par là qu’il lui faut commencer. Les abords du bassin d’Arcachon sont peuplés et accueillants. Mais que dire du reste de la Grande Côte ? En 1690, il y mesure 17 000 toises (40 km) sans rien y trouver d’autre que des débris de vaisseaux :

  • 28 « Dont deux ont été bons ingénieurs qui étaient MM. de Saint Paul et La Tour Le Blond, [ce dernier] (...)
  • 29 Voyage du sieur Masse le long de la grande côte de Médoc, SHD, art. 4, sect. 2, § 4, car. 1, no 65, (...)

[…] ayant été huit jours à faire cette traverse à prendre la largeur en différents endroits depuis la côte jusqu’aux étangs et marais où je souffris extrêmement en traversant ces dunes, n’ayant point d’autre auberge qu’une mauvaise tente ou canonière et pour tout matelas du sable et mon manteau et pour tout équipage trois bourriques qui portoient mes hardes et vivres car des chevaux n’y peuvent pas subsister faute de fourrage et j’étais accompagné de cinq hommes28 […] nous portions avec nous tout ce qui était le plus nécessaire à la vie, surtout une pelle et une pioche pour faire des puits pour boire de l’eau douce [et de quoi allumer du feu]. Nous ne vîmes pendant ce temps que quelques bergers très loin, que plus nous les appelions et plus ils s’enfuyaient [un voleur se joint à eux plusieurs jours, du coup ils « font sentinelle ». Les gens s’enfuient à leur approche : seul un vieillard] qui se cacha dans un buisson […] s’il avait pu courir nous ne l’aurions pû joindre, ce qui nous fit grand plaisir pour nous informer du pays où nous étions en lui parlant gascon [Masse le comprend, tout comme ses deux aides qui sont de Bordeaux, et les trois hommes du pays qui l’accompagnent, mais son valet saintongeais] croyoit n’en jamais sortir29.

  • 30 Mémoire et remarques que le Sr Masse, ingénieur ordinaire du Roy a faites en levant les cartes de p (...)

27Il rapporte un peu plus loin qu’en 1688, n’ayant plus de vivres, il a envoyé « les uns après les autres » ses ouvriers aux provisions mais qu’aucun n’est revenu. Demeuré seul avec son valet et le futur ingénieur Berthin, pressés par la faim – d’autant que c’était mardi gras – ils ont failli se noyer en traversant un bras de plus de 500 toises de large (près d’un kilomètre) avec de l’eau jusqu’au cou pour gagner un lieu habité. Par chance, dans la maison qu’ils ont eu la bonne fortune de trouver, « il y avoit une noce qui [leur] fit oublier [leurs] peines passées30 ». Lorsque Masse travaillera au nord de la Gironde, les conditions seront heureusement meilleures. Ces quelques anecdotes permettent néanmoins d’imaginer la rudesse du travail sur des terrains parfois bien peu hospitaliers. Mais qu’en est-il du travail lui-même ? Il est toujours précédé d’une préparation minutieuse.

Le travail préparatoire

1 − Faire un amas de cartes, plans, coupes, profils, mémoires

28Masse représente l’état du territoire à un moment donné, et fournit avec la carte un mémoire où il consigne le passé du lieu : histoire, us et coutumes des habitants, leurs ressources, et toute information utile à la guerre.

  • 31 Nous avons trouvé deux documents de ce type qui, bien qu’ils soient de Masse, n’ont pas été portés (...)

29Cela ne peut se faire sans réunir la documentation existante la plus complète possible : cartes imprimées à toutes sortes d’échelles, documents manuscrits, traités d’histoire locale, et bien d’autres… Il faut rechercher, voire recopier des documents anciens31. Tout matériau est bon à glaner.

2 − Faire un choix des cartes les plus précises et les meilleures

30Qui a vu une carte du chevalier de Clerville comprend pourquoi il est indispensable de lancer une cartographie précise. Ses cartes ressemblent plus à des croquis du territoire qu’à de véritables cartes. Souvent, elles ont d’abord été faites en petit, puis agrandies, et ne permettent aucune mesure.

  • 32 SHD, bibl. Génie, ms. 4° 135, p. 5.

31De toutes les cartes du nord de la Gironde, Masse ne retient que celle de La Favolière établie en 1677, « bonne dans ses positions hydrographiques mais très mauvaise dans les géographiques ou intérieur des terres32 ». La Favolière avait en effet reçu l’instruction de faire vérifier ses sondes par les meilleurs pilotes qui les avaient certifiées sur la carte d’un cachet, ce qui fera dire à Masse :

  • 33 ibid.

Il avoit mis toutes les sondes dans son original avec les cachets et certificats distinguez, pour en prouver sa valeur, ce qui s’en un peu l’homme frappé, et j’ay vu au Bureau cet original tout bordé de cachets33.

  • 34 SHD, bibl. Génie, ms. 4° 135, pl. dépl. 1.

32Il recopie cette carte – qui sera publiée dans le Neptune François en 1693 – et la corrige dans les terres pour l’insérer dans le mémoire de 171534, en spécifiant que « l’intérieur des terres n’est placé que d’idée en 1709 ». Aucune autre carte n’est jugée suffisamment précise pour être reprise.

Une conception cartographique

33Le territoire à cartographier est découpé en carrés de mêmes dimensions. À chaque carré correspond une feuille orientée au nord. Toutes les feuilles mises au net au 1/28 800 (1 pouce pour 400 toises) sont de taille identique et peuvent être assemblées. La feuille de chaque carré réserve de chaque côté une colonne vide où pourront être mis le titre et le cas échéant des plans détaillés de villes ou de sites remarquables à très grande échelle (1/3 600 ou 1/7 200, soit 1 pouce pour 50 ou 100 toises), voire des profils et élévations de monuments. Ces carrés sont réduits en « cartes générales » au 1/97 600 qui synthétisent les données des cartes particulières et servent de tableau d’assemblage. Les plans des gros bourgs, villes et places particulières qui ornent les espaces vides des cartes générales sont levés au 1/3 600.

  • 35 SHD, art. 4, sect. 2, § 4, cart. 1, nos 12 et 13.

34Nous possédons un plan d’assemblage et un mémoire de 1701 qui montrent le premier découpage et l’avancement du levé des cartes35. Les carrés, d’abord numérotés horizontalement, sont renumérotés verticalement selon les méridiens, comme il apparaît sur la carte générale de 1721 décrite par René Faille en 1978. Cette couverture cartographique donne pour la première fois une vision continue du territoire.

  • 36 Outre des données chiffrées sur la population, le commerce, et des commentaires sur des sites dispa (...)

35Chaque carré est accompagné d’un mémoire établi à partir des informations récoltées par l’ingénieur : c’est une véritable analyse géographique de l’espace de la carte, où sont mises en évidence et étudiées les unités du paysage, leurs caractères physiques et les activités humaines (pratiques culturales, habitat, commerce, mœurs des habitants), singularités utiles à la guerre. Cette approche géographique précise est complétée par des récits historiques et des traditions locales. Claude Masse excelle autant dans le soin minutieux du dessin des cartes que dans la clarté des exposés et la pertinence des analyses36.

Les instruments de terrain

  • 37 Danfrie (P.), Traité de l’usage du graphomètre, Paris, chez l’auteur pour la première fois en 1597.
  • 38 Il ne lui appartient pas. Voir ci-dessus, dans son testament de 1713 ; Masse spécifie que son grand (...)

36Les cartes de Masse sont « levées très exactement » au grand demi-cercle, c’est-à-dire au graphomètre. Le graphomètre, inventé à la fin du xvie siècle par Philippe Danfrie37, est un instrument assez précis composé d’un grand limbe gradué sur l’axe duquel pivote une alidade à pinnules. Il est monté sur un trépied, auquel il s’articule par un « nœud » (une rotule) qui permet de le faire pivoter dans toutes les directions. Il est muni d’une boussole. La précision de l’instrument dépend de la manière dont il a été gravé. L’alidade de l’instrument mesure en général un demi-pied ; celui de Masse, plus précis, fait un pied38.

  • 39 Bion (N.), Traité de la construction et des principaux usages des instruments de mathématiques, Par (...)

37Le compas de proportion, « qui sert à connaitre les proportions entre quantité de même espèce39 », est employé pour reporter les mesures des angles et des longueurs du terrain. C’est une large règle plate articulée en deux parties dont les graduations multiples permettent, à l’échelle voulue, le report direct sur le papier des lectures du graphomètre. Ce compas de proportion est inséré dans « l’étui de mathématiques » qui comprend un compas, une règle et d’autres petits instruments. On y trouve souvent une échelle de cuivre qui permet de dessiner directement à une échelle donnée. Faute de quoi, l’ingénieur dessine son échelle sur un feuillet, mais cette pratique est moins précise à cause de l’altération des traits et du retrait du papier.

  • 40 Ozanam (J.), Méthode de lever les plans et les cartes de terre et de mer, Paris, Estienne Michallet (...)

38Claude Masse dispose aussi d’une chaîne pour mesurer les distances. Pour les grandes stations, elle fait d’ordinaire 5, 8 ou 10 toises (9,7 m ; 15,6 m ; 19,5 m), longueurs faciles à additionner pour leur conversion en lieues. Ce type de chaîne est composé de « plusieurs pièces de gros fil de fer qui ont chacune un pied de long et qui se plient par les anneaux qui les joignent ensemble […] elle est plus juste40 ». Il lui faut encore une double toise de 12 pieds (3,9 m). C’est une pique de bois avec trois petits clous de cuivre de pied en pied, deux clous pour le demi-pied, et un clou pour chaque pouce. Enfin, il faut des jalons, simples bâtons de bois auxquels sont attachés des chiffons blancs pour les rendre mieux visibles. Ils permettent de prendre les alignements.

Les opérations du levé

Calendrier

39Les opérations du levé dépendant de la « beauté des saisons », elles ne peuvent s’effectuer qu’une certaine partie de l’année. Une lettre de Masse écrite au conseil de la Marine en 1722 permet de mesurer les difficultés de l’organisation matérielle de son travail pour achever ses opérations dans les environs de Bordeaux :

  • 41 Mémoire du 7 août 1722, SHD, art. 21, sect. 13, § 4, cart. 1, no 3, non paginé.

Depuis plus de 30 ans que je travaille à ces cartes quand j’ay eu de quoy faire la dépense, jemployois 3 ou 4 mois dans le printemps et autant dans l’arriere saizon et le reste du temps je debrouillois et mettois en ordre touttes mes minutes, brouillons et mémoires que j’avois fait sur terre et qu’ensuite je mettais ces cartes au net pour les envoyer à la cour41.

40La nécessité de s’adapter aux caprices des saisons, l’impossibilité de travailler aux chaleurs « parce qu’il faut marcher à pied tout à travers champs pour mesurer les distances d’un endroit à l’autre », sont les contraintes incontournables de l’emploi du temps.

Une équipe de cinq hommes pour Masse sur le terrain

  • 42 ibid.

Je mène toujours un jeune homme pour m’aider à faire mes alignements et pour porter mon demy cercle et ma boussole. De plus il me faut au moins deux manœuvres pour conduire et traisner la chaîne et une autre pour porter une double toise et autres gros instruments pour faire mes opérations, de plus un valet et garçon pour avoir soin de tenir mes chevaux42.

  • 43 Arch. nat. Marine, B1 24, fo 572. Notons que les disettes, l’endettement et la pénurie d’or des der (...)

41Il reçoit pour ces hommes – « son aide et quatre hommes pour toiser et mesurer et pour porter [s] es instruments » – appointements et remboursements de frais43.

Carnet de terrain

  • 44 SHD, bibl. Génie, mss 4° 136, p. 97 [225]-105 [233].

42La découverte, dans un volume conservé à la bibliothèque du Génie, d’un « Mémoire44 » dans lequel a été recopié un fragment de carnet de terrain atteste de la procédure employée. À défaut de donner tous les détails des opérations, ce fragment les éclaire en partie. Il se compose de plusieurs « roses », d’une liste de noms de lieux – très précieuse pour l’étude de la toponymie locale – et/ou d’objets numérotés. Le numéro identifiant la station est reporté sur les brouillons (malheureusement disparus) :

  • 45 SHD, bibl. Génie, ms. 4° 136, p. 97 [225].

Ces mémoires ne sont pas arrangez de suitte mais les chiffres et lettres qui sont à la teste de chaque ligne sont relatifs aux broüillons de ces cartes qui ont ete dessinées sur les lieux quoiques ces brouillons ayent été mis au net et tous escrits sur des originaux, ces mémoires suivants donnent a connoitre plusieurs remarques qui n’ont pas pu etre escrittes sur les originaux de la carte […].
[Après avoir établi ses abréviations d’écriture, il précise :] On a mis de distance en distance les opérations géométriques ou roses qui ont été faittes pour placer les principaux lieux ; quand ce sont des paroisses on a fait des clochers avec des crois, les chateaux avec une girouette et ainsy du reste, cecy n’estant fait que pour remettre en mémoire en cas qu’on fut obligé à faire ces cartes.
On ne peut pas renvoyer ces chiffres positivement à chaque carte particulière mais les noms des bourgs escrits en gros peuvent servir à se reconnoitre quand on sera en peine de quelque chose45.

43Ces lieux-dits identifiés par un numéro sont donc les stations des cheminements effectués. Pour certaines, un texte offre des observations utiles au mémoire qui ne peuvent pas figurer sur la carte :

  • 46 SHD, bibl. Génie, ms. 4° 136, p. 104 [232].

44 Ve [pour village] de Plâty
45 l’echelle de pierre
46 Château de Breüil. Il y a apparence que dans les bois de Breüil il y avoit autrefois plusieurs bourgs et villages dont il s’y trouve encore quelques vestiges mais on ne sçait nullement quand ces bourgs ont été detruits46.

Établissement des « triangles de la carte »

  • 47 Cette « base » se trouve sur le 10e carré (SHD J10C 1293 [12]).

44La triangulation consiste à établir la position relative des objets du terrain à partir de mesures angulaires. La connaissance de deux angles permet de déduire le troisième, mais il faut avoir mesuré avec précision un côté du triangle. On mesure donc une « base » localisée sur un terrain « bien uny » (c’est-à-dire le plus plat possible), d’une longueur suffisante, située entre deux objets faciles à identifier par l’ingénieur47. La distance entre ces deux points est mesurée à la chaîne plusieurs fois. Sur l’un des croquis (Figure 5.9), la longueur de 330 toises (643,5 m) mesurée le long d’une digue de marais salant sur la rive droite de la Seudre au sud-est du chenal de Lindron pourrait être une base. La rose de droite correspond à la station 14 entre les moulins de Beauregard et de Chanbion, sur le « chemin d’Avalon ». Masse précise : « La tour de Pilourge et le clocher de St Martin du Gas et la maison de Chanbion numero 10 sont sur le même alignement ».

45À partir de chaque base dûment mesurée est effectuée une « triangulation ». Les extrémités de la base servent de station pour viser d’autres points et ainsi de suite : après avoir mesuré les angles en un point donné, l’ingénieur se rend à l’un puis à l’autre des points visés initialement. Il vise des points déjà triangulés et en ajoute d’autres, de manière à ce que, de proche en proche, toute la surface à cartographier soit couverte. Le cheminement est fermé sur une des extrémités de la base pour vérifier par recoupements l’exactitude des angles mesurés. S’il apparaît une erreur, l’ingénieur revient sur ses pas jusqu’à trouver l’endroit où la visée est mauvaise, puis reprend son cheminement.

46Examinons la « rose » (Figure 5.10) prise au moulin de Saint-Martin. Ce moulin – centre de la rose – est localisé sur la rive droite de la Seudre, à l’extrémité intérieure des marais salants. Masse a commencé par tracer une ligne horizontale sur son papier. C’est la « méridienne » du lieu à partir duquel il va mesurer de part et d’autre l’angle fait par les points visés. Cette « méridienne » est orientée à peu près NNE-SSO. Les points visés les plus éloignés sont Marennes et La Tremblade, situés respectivement à 14,4 et 14 km de là, mais il n’en a pas encore calculé la distance. Le moulin de Nieulle, juste en dessous de La Tremblade, est au niveau de la Seudre. Cinq points sont situés sur « l’île de Marennes » : le clocher de Saint-Just, dont l’angle se confond presque avec celui du moulin des Touches, situé plus près ; le moulin et l’église de Saint-Sornin ; enfin, la tour de Brou, une ruine disparue. Le château de la Mauvinière et le moulin de la Madeleine permettent de faire la jonction avec Le Havre de Brouage. Les autres points sont situés sur la rive gauche de la Seudre : le moulin de Beauregard, celui de Chaillevette (à 6 km), le clocher de Beauregard. De l’autre côté de la méridienne sont situés le château de l’Éguille et tous les autres points ensuite visés jusqu’au clocher de Sablanceaux, qu’il trouve presque alignés avec le moulin de Nieulle. Nous avons reporté plusieurs de ces points sur les carrés 11 et 13 (Figure 5.11).

47L’ingénieur va ensuite à chacun des points visés précédemment, prend les angles de points qu’il a déjà visés, puis d’autres, et ainsi de suite de manière à couvrir l’ensemble du terrain. Dans le cas précis du « moulin de Coquelin ou de la Madeleine, et à travers trente-trois toises plus loin sur le prolongement de la même ligne » (Document n ° 12), un obstacle lui cachant la vue, il doit se décaler de 33 toises (64,3 m) le long de cette « méridienne » qu’il matérialise par des jalons, pour viser les autres points.

48La liste des stations permet de se faire une idée des cheminements effectués. Les stations sont espacées d’environ 500 m. À chacune d’entre elles sont placés tous les éléments du paysage, la direction des objets proches et leur distance. Masse ne fait que de petites erreurs, ses cartes sont d’une grande précision.

Mise au net des cartes particulières et généralisation cartographique

49Il n’existe pas à proprement parler de légende pour les cartes particulières. Ces cartes, comme nous l’avons dit plus haut, sont des « portraits » du paysage qui cherchent à représenter ses objets au naturel, comme ils sont dans la réalité, en leur forme et couleur, ce qu’on peut obtenir en suivant des conventions picturales. Masse cède le moins possible au mélange des représentations en plan et en perspective. Son dessin montre une grande unité. Les dunes, les arbres, les haies, les bâtiments sont toujours dessinés en plan (Figure 5.13). Il se conforme aux manières qui sont alors en usage, celles que décrit L’art de laver de Gautier de Nîmes.

  • 48 SHD, archives du Génie, art. 4, sect. 2, § 4, cart. 1, no 64. Voir R. Faille (1978), p. 109-117. Ce (...)

50La réduction en cartes générales – de fait, tout le travail de généralisation cartographique (Figure 5.14) – fait l’objet d’une longue explication dans un mémoire attaché à sa carte générale de 172148. La carte générale sert aussi de tableau d’assemblage des cartes particulières (« En joignant toutes ces cartes ensemble qui se trouvent chacunes de l’étendüe à peu de choses près de ces quarrez elles formeroient une tres grande carte »), dont le numéro est identifié par de « gros chiffres en noir ».

51Les conventions utilisées en mer que Masse suppose être moins usuelles pour « la cour » sont expliquées. Les figurés, combinant signes et couleurs sur les cartes générales, ont été remplacés par des aplats : couleur « roussatre » (jaune orangé) pour le sable, terre d’ombre claire pour la vase, avec de petits traits couleur d’eau pour marquer les flaques qui restent à basse mer ; points bordés d’un filet d’eau avec la profondeur inscrite dessus pour les rochers ou bancs qui ne découvrent pas, etc. Les mouillages sont marqués par une ancre selon l’usage. Pas de sondes, elles ne sont mises qu’aux cartes particulières.

52L’implantation humaine, paroisses et lieux remarquables sont en rouge. Les écritures sont hiérarchisées :

Toutes les paroisses sont ecrittes en lettres d’impression, les villes en lettres romaines, les gros bourgs d’un gros caractère et presque tous les lieux remarquables en rouge, tous les petits endroits remarquables que l’espace n’a pas permis d’écrire en gros caractère le sont d’un petit italique et ceux qui n’ont pas peu estre écrits on y a fait un petit rond rouge.

53Des cartons en marge occupent les espaces non levés. On y trouve les plans des principales villes et autres endroits importants. Notons que les positions de lieux pris sur les cartes imprimées sont en noir pour bien les distinguer, car elles ne sont pas vérifiées.

54L’utilisation du sol est figurée par des couleurs en aplats : « rouge brun tirant sur la feuille morte » pour les terres labourables et les vignes, « vert guay » pour les prairies sèches, vert jaunâtre pour les prairies marécageuses ou les marais inondés. Les bois taillis sont des points, les futaies des arbres recouverts d’un vert fort, etc. Pour exprimer toutes les nuances, de petits traits couleur d’eau ou de terre permettent de se faire une idée de la nature plus ou moins sèche du terrain. Les marais salants ainsi que leurs digues sont couleur d’eau claire, les marais desséchés en jaune. Quant aux « montagnes de sable », il les traduit par de petites hauteurs ombrées, colorées d’une teinte rousse. Les « Remarques pour servir d’indice » témoignent du souci de conserver la cohésion visuelle de l’image, et d’adapter non seulement la taille des objets, mais aussi leur forme, à l’échelle de la carte.

  • 49 SHD, archives du Génie, art. 4, sect. 2, § 4, cart. 1, no 64, p. 175.

Tous les endroits où sont les eglises, l’on a fait un petit amas de maisons presqu’imperceptible et un peu ombré terminé par une croix qui marque l’emplacement de l’eglise paroissialle et plus ou moins que ces bourgs sont grands, on a fait l’objet sensible [il indique ensuite comment ont été distingués, châteaux, abbayes, chapelles, selon les conventions d’usage].
Pour les villages et hameaux et Maisons remarquables epars dans la campagne, on les a marquez par un petit rond, avec une pointe pour les mieux distingué. Lon a aussy marqué autant qu’il a été possible tous les moulins à vent avec un petit trait de plume et une croix pour marquer les verges.
L’on a suivy les sinuosités de tous les grands chemins [matérialisés par un double trait] les chemins communs ne sont que d’un petit filet49

*
* *

55Les qualités de Claude Masse vont bien au-delà de son habileté de dessinateur. À accumuler toutes les informations possibles sur l’histoire de la terre et les coutumes des hommes qu’il côtoie, à scruter et analyser l’organisation des paysages qu’il parcourt et mesure, Masse est devenu une sorte de mémoire vivante de ces lieux. Il en a d’ailleurs pleinement conscience. Son génie est éclatant lorsqu’il ordonne, synthétise le fourmillement d’informations qu’il a glanées, et en extrait l’essentiel pour le rendre clairement intelligible au lecteur. Mais ce dernier ne peut demeurer passif. Les cartes et les mémoires de Masse le guident vers une lecture et une compréhension personnelles du territoire.

56Il a fallu trente-cinq ans à Claude Masse pour venir à bout de cette gigantesque entreprise commencée en 1688 et achevée en 1723, à 73 ans. Claude-François, son fils aîné qui a 15 ans à peine, travaille déjà à ses côtés, comme le fera plus tard Claude-Félix qui n’a alors que 9 ans. Les deux frères deviendront ingénieurs et recevront leur brevet respectivement en 1726 et 1731. Ils lèveront les carrés de la frontière de Flandre sous les ordres de leur père qui mourra en activité en 1737, à l’âge de 86 ans.

Notes

1 Comme le prescrivait la ratio studiorum (l’ordre des études), les jésuites dispensaient ce type d’enseignement, un des mieux adaptés au métier des armes. Repris par d’autres congrégations enseignantes, il servit de modèle aux écoles d’ingénieurs créées au xviiie siècle. Voir F. de Dainville, « L’enseignement des mathématiques au xviie siècle », xviiie siècle, 1956, no 30, p. 62-68 ; Bousquet-Bressolier (C.), « Les mathématiques de l’honnête homme : Manuels pratiques à l’usage des officiers et ingénieurs au xviiie siècle », Revue de la société française d’histoire du livre, nos 110-112, 2002, p. 81-85 et Bousquet-Bressolier (C.), François de Dainville s. j. (1909-1971), Paris, École nationale des chartes, 2004, « Pédagogie de l’image jésuite : de l’image emblématique spirituelle aux emblemata mathématiques », p. 147-157.

2 L’inventaire de son œuvre a été publié par R. Faille et N. Lacrocq, Les ingénieurs géographes Claude, François et Claude-Félix Masse, La Rochelle, Rupella, 1979.

3 A. Blanchard, dans son Dictionnaire des ingénieurs militaires, 1691-1791, Montpellier, Centre d’histoire militaire et d’études de défense nationale, 1981, a rectifié les données de R. Faille, « Recherches généalogiques sur l’ingénieur géographe Claude Masse et ses descendants », Bulletin de la Société de géographie, 2e série, 1971, t. II, no 8, et R. Faille et N. Lacrocq, Les ingénieurs géographes…, op. cit.

4 Anne Blanchard note dans le Dictionnaire des ingénieurs militaires que la date de son intégration est inconnue, et suppose qu’il devait avoir une vingtaine d’années (A. Blanchard, Dictionnaire…, op. cit., p. 281).

5 Pierre Ferry, avocat au parlement de Paris, était conseiller du roi du fait de sa charge de trésorier général des réparations et fortifications et ravitaillement de Champagne, Brie, Barrois, Luxembourg, Metz, Toul, Verdun, acquise en 1649 (A. Blanchard, Dictionnaire…, op. cit., p. 281).

6 Lettre de Colbert au marquis de Seignelay, 24 septembre 1671, dans P. Clément éd., Lettres, instructions et mémoires, Paris, Imprimerie impériale, 1863, t. III, p. 46.

7 La plupart est conservée au Service historique de la Défense à Vincennes [désormais SHD]. L’ensemble de son œuvre est recensé dans R. Faille et N. Lacrocq, Les ingénieurs géographes…, op. cit. Le projet de canal qu’il envoie à la cour en 1687, qui joint la Seudre à la Garonne pour être prolongé jusqu’à Bayonne, est probablement à l’origine de sa commission (SHD, bibl. Génie, ms. 4  134 [fin du volume], cartes Fo 131 F1, 68 [70] et 69 [71]).

8 François de Ferry « son amy » était son principal témoin. Voir R. Faille, « Recherches généalogiques sur l’ingénieur géographe Claude Masse et ses descendants », Bulletin de la Société de géographie, 2e série, t. II, no 8, 1971, p. 5-7.

9 La sœur de son père, Anne, est huguenote. Une sentence du présidial de La Rochelle du 20 août 1705 (Archives départementales de [désormais AD] Charente-Maritime B 1637) statue « en faveur de Marie Papin, épouse Masse, mise en possession des biens d’Anne Papin sa cousine en vertu de l’édit de 1685 accordant les biens de ceux qui ont abandonné le royaume au sujet de la R. P. R. »

10 Ce testament reçu par maître Hirvois le 29 janvier 1713 a été retrouvé par René Faille aux Archives départementales de Charente-Maritime.

11 Cette propriété est un bien que Marie Papin a apporté par mariage : « La Borderie qui luy appartient size au bourg de Salles avec toutes ses apartenances et dépendances de maison, celiers, logements, terres, vignes, prez, bois… » (AD Charente-Maritime, Minutes Hirvois, 29 janvier 1713).

12 SHD, bibl. Génie, ms. 4  135, p. 7.

13 ibid. Il dit l’avoir écrit pour « mettre [s]es brouillons en ordre et pour l’instruction de [s]es deux garçons ».

14 SHD, bibl. Génie, ms. 4  135, 3e feuillet (non paginé) v°-4e feuillet r°.

15 SHD, bibl. Génie, ms. 4° 135, 6e feuillet (non paginé) r°-v°. Masse écrit à son fils quelque chose de semblable : « La jalousie règne presque dans tous les hommes, dont la plupart avaleraient plustot un fleuve que de faire le moindre ouvrage […]. Plusieurs autres le font bien à leur aise, ayant trouvé des morceaux tout coupez, ils n’ont plus qu’à les avaler pendant qu’ils ont les pieds au chaud dans leur cabinet, et font passer sur leurs noms au public quantité de choses dont les défunts leur demandent compte. » SHD, bibl. Génie, ms. 4  135, 3e feuillet (non paginé) v°.

16 SHD, bibl. Génie, ms. 4° 135, p. 7-8.

17 SHD, bibl. Génie, ms. fo 131 d2 (livre 1) ; SHD, ms. fo 131 d1 (livres 2 et 3). On a mis entre crochets la numérotation des feuillets portée à l’encre par Masse sur le manuscrit.

18 Il n’est fait qu’une seule mention de troisième livre [92] (titre et titre courant).

19 SHD, bibl. Génie, ms. fo 131 d2 [9].

20 SHD, bibl. Génie, ms. fo 131 d2 [35].

21 SHD, bibl. Génie, ms. fo 131 d2 [193-214].

22 SHD, bibl. Génie, ms. fo 131 d1, p. 1.

23 L’objet représenté en plan est élevé au moyen de parallèles perpendiculaires au plan.

24 SHD, bibl. Génie, ms. fo 131 d1, fos 11-12 [4-5] (explication de la figure 21). Il s’agit du père François Derand (1588-1644), jésuite dont L’architecture des voûtes parut pour la première fois en 1643.

25 SHD, bibl. Génie, ms. 4  131 d1, respectivement fos 39 [45] et 44 [49] (signés Masse fils, 1725) et f ° 40 [46] (levés par Masse fils, ingénieur, en 1726).

26 Le feuillet [92], Table et mémoire abrégé relatif aux f’[mot effacé] quatre forts qui sont sur une grande echelle dans la feuille 45 du troisième livre ci-joint, porte le titre courant « Suite de mémoires du sieur Masse relatif à la feuille 45 du troisième livre », mais il n’y a aucune autre mention de ce troisième livre.

27 Voir l’inventaire publié par R. Faille et N. Lacrocq, Les ingénieurs géographes…, op. cit.

28 « Dont deux ont été bons ingénieurs qui étaient MM. de Saint Paul et La Tour Le Blond, [ce dernier] était ingénieur général au Mississipi en 1723 avec 10 ou 12 mille livres d’appointements et lieutenant du Roi du pays », précisent deux copies du SHD de 1624 : art. 4, sect. 2, § 4, cart. 1, no 67, p. 23 et no 65, non paginé. Ces deux ingénieurs ne figurent pas dans le dictionnaire d’Anne Blanchard (1981).

29 Voyage du sieur Masse le long de la grande côte de Médoc, SHD, art. 4, sect. 2, § 4, car. 1, no 65, p. 23.

30 Mémoire et remarques que le Sr Masse, ingénieur ordinaire du Roy a faites en levant les cartes de partie de la Basse Guienne, Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 3873, p. 99-101 ; une note précise : « Qui fut depuis très habile ingénieur et qui fut tué au siège de Barcelone au commencement du xviie siècle ». Il ne figure pas non plus dans le dictionnaire d’Anne Blanchard (1981).

31 Nous avons trouvé deux documents de ce type qui, bien qu’ils soient de Masse, n’ont pas été portés à l’inventaire de Faille et Lacrocq : la Carte des marais desseichez entre Lusson et Marans sur la coste de Poictou qui reproduit un document de 1648 par Siette (SHD, art. 5, sect. 1, § 5, no 2), et la Carte des marais desseichez entre Marans et Maillezais de 1682 (SHD, art. 5, sect. 1, § 5, no 3). Des mémoires sur les marais salants et digues de l’île de Ré synthétisent des informations historiques sur les digues : constructions, ruptures, réparations, etc. (SHD, bibl. Génie, 4° 133 (liasse), p. 271-281).

32 SHD, bibl. Génie, ms. 4° 135, p. 5.

33 ibid.

34 SHD, bibl. Génie, ms. 4° 135, pl. dépl. 1.

35 SHD, art. 4, sect. 2, § 4, cart. 1, nos 12 et 13.

36 Outre des données chiffrées sur la population, le commerce, et des commentaires sur des sites disparus, Masse consigne de nombreuses observations dont l’acuité fait de ses mémoires une source majeure pour la géologie de l’époque moderne et l’histoire du paysage.

37 Danfrie (P.), Traité de l’usage du graphomètre, Paris, chez l’auteur pour la première fois en 1597.

38 Il ne lui appartient pas. Voir ci-dessus, dans son testament de 1713 ; Masse spécifie que son grand demi-cercle « appartient aux héritiers du Sieur Devienne ».

39 Bion (N.), Traité de la construction et des principaux usages des instruments de mathématiques, Paris, Michel Brunet, Étienne Ganeau, Claude Rosbustel et Charles Osmont, 1725, p. 24.

40 Ozanam (J.), Méthode de lever les plans et les cartes de terre et de mer, Paris, Estienne Michallet, 1693, p. 5. Cet ouvrage décrit les instruments nécessaires à l’ingénieur pour lever une carte.

41 Mémoire du 7 août 1722, SHD, art. 21, sect. 13, § 4, cart. 1, no 3, non paginé.

42 ibid.

43 Arch. nat. Marine, B1 24, fo 572. Notons que les disettes, l’endettement et la pénurie d’or des dernières années du règne avaient conduit le roi à utiliser le papier monnaie : en 1712, Masse ne fut « pas beaucoup occupé en ces temps à la continuation des cartes faute d’argent parce qu’on ne payoit qu’en billets de monnoye, et je perdis cette mesme année près de 3 000 livres sur ce qui m’était dû de mes appointements ». (SHD, bibl. Génie, Vincennes Mss 4  135, p. 255). Ses 1 600 livres d’appointements lui avaient donc été versés en papier monnaie.

44 SHD, bibl. Génie, mss 4° 136, p. 97 [225]-105 [233].

45 SHD, bibl. Génie, ms. 4° 136, p. 97 [225].

46 SHD, bibl. Génie, ms. 4° 136, p. 104 [232].

47 Cette « base » se trouve sur le 10e carré (SHD J10C 1293 [12]).

48 SHD, archives du Génie, art. 4, sect. 2, § 4, cart. 1, no 64. Voir R. Faille (1978), p. 109-117. Cette carte est en très mauvais état, elle est devenue presque illisible. Nous avons conservé les notes du mémoire. Néanmoins nous avons préféré présenter une carte antérieure, certes moins complète mais en bon état (BnF, Cartes et plans, SH, port. 53, pièce 21).

49 SHD, archives du Génie, art. 4, sect. 2, § 4, cart. 1, no 64, p. 175.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search