Version classiqueVersion mobile

Les usages des cartes (xviie-xixe siècle)

 | 
Isabelle Laboulais

Des normes aux productions cartographiques : ce qu'ingénieurs et topographes attendent des cartes

Le moment révolutionnaire : du terrain à la commission topographique de 1802

Patrice Bret

Texte intégral

  • 1 Mémorial topographique et militaire, rédigé au Dépôt général de la Guerre, par ordre du ministre [d (...)
  • 2 ibid., p. xvij-xviij.

1« La plupart des géologues ont cherché des rapports, des liaisons entre ces plateaux ou relèvements de la surface de la terre. Que nous importe ! pourquoi s’exposer à se perdre dans un enchaînement hypothétique si difficile à vérifier ! il nous suffit de les reconnaître1. » Tel est l’objet de la topographie et de la carte pour l’ingénieur militaire et très actif directeur-adjoint du Dépôt général de la Guerre Joseph Secret Pascal-Vallongue, qui fait peu de cas des spéculations théoriques. En lecteur du terrain, il tient la continuité des chaînes pour « le faible du système de Buache », par ailleurs « ingénieux et méthodique pour les bassins », car il s’avère fondamental pour la compréhension du terrain, puisque les cours d’eau obéissent « aux lois constantes de la gravitation sur les plans inclinés2 ». De fait, savants et ingénieurs militaires font d’un même phénomène naturel des objets d’étude différents, comme le font les divers corps d’ingénieurs selon les besoins de leur service. Les usages de la carte, et partant sa production, sont ainsi le reflet de ces intérêts divergents. Aussi, pour mettre « de l’ordre et de l’uniformité » dans cet ensemble disparate, le général Nicolas-Antoine Sanson a-t-il réuni une commission de perfectionnement de la topographie, qui, deux mois durant, à l’automne, a élaboré les normes du figuré de terrain et les « signes conventionnels » de la cartographie.

  • 3 Berthaut (H.), La Carte de France, 1750-1898, Paris, Service géographique de l’Armée, 1898 ; Bertha (...)
  • 4 Corvisier de Villèle (M.-A.) et Bousquet-Bressolier (C.), « À la naissance de la cartographie moder (...)
  • 5 Service historique de la Défense/Département Terre [désormais SHD/DAT], 3M504 (commission de topogr (...)

2Point d’orgue de la cartographie des Lumières et/ou acte fondateur de la cartographie moderne, cette grande commission topographique intéresse non seulement l’histoire de la cartographie française depuis un siècle3, mais aussi, par son ambition et sa portée, l’histoire de la cartographie en général. Elle n’a pourtant retenu que récemment une attention particulière de la part des spécialistes, Marie-Anne Corvisier de Villèle et Catherine Bousquet-Bressolier questionnant surtout la représentation du paysage, Gilles Palsky analysant le détail des règles qu’elle a énoncées et cherchant à en mesurer l’impact sur la production cartographique de l’Empire et de la Restauration4. Sans doute ce retard est-il dû en partie à l’absence de sources constituées. À la différence de la commission royale de la nouvelle carte de la France et de la commission de topographie de la Restauration5, les archives de celle de 1802 semblent en effet avoir disparu et, hormis la publication rapide mais partielle des résultats officiels dans le Mémorial topographique et militaire (Figure 4.1), seules quelques pièces administratives ou personnelles peuvent rendre compte de ses travaux.

3Au-delà du caractère emblématique et mythique de cette commission, nous entendons revenir ici sur les enjeux épistémologiques et institutionnels qui ont présidé à ses travaux, en nous attachant au contexte historique qui a conduit pour la première fois à la définition des normes d’une cartographie nationale, dont la conjonction d’une réputation méritée et d’une situation politique et militaire dominante pouvait faire un modèle. En renvoyant aux travaux de nos prédécesseurs pour ce qui les concerne, nous envisagerons d’abord brièvement le nouveau rapport entretenu par le pouvoir depuis la Révolution et ses effets sur le « service public » en matière de géographie, avant de nous pencher sur la mise en place et les travaux de la commission, puis de revenir sur la diffusion de ses résultats et sur son influence.

La cartographie questionnée par la Révolution

  • 6 En 1802 se réunit également la Commission sur le perfectionnement des poudres, avec des représentan (...)
  • 7 Dans des ordres bien différents, citons par exemple les écoles d’ingénieurs (Ponts et Chaussées, Gé (...)
  • 8 Pelletier (M.), La carte de Cassini. L’extraordinaire aventure de la carte de France, Paris, Presse (...)

4La commission topographique de 1802 appartient évidemment à l’œuvre de rationalité administrative et militaire du Consulat. Loin d’être un acte isolé, elle s’inscrit à la fois dans le contexte politique et militaire immédiat de la paix d’Amiens et dans la pratique de commissions mixtes dont les membres, aussi éminents soient-ils, sont moins des individualités que les représentants de divers services ou corps de plusieurs ministères, et travaillent de concert avec des savants de l’Institut national6. Mais il convient aussi de la replacer dans un mouvement général de plus long terme poussant à la création de normes et à la recherche de l’uniformité dans tous les domaines7. Enfin, elle s’inscrit encore dans un triple contexte particulier : celui des enjeux d’une discipline géographique en quête d’identité entre histoire et sciences, entre terrain et cabinet, entre le strapontin octroyé à l’Académie royale et les lacunes du cours de l’École normale de l’an III ; celui du processus intellectuel et instrumental qui fait de la cartographie française un modèle des Lumières, prééminence dont les acteurs avaient une conscience aiguë, voire exagérée ; celui, enfin, des enjeux institutionnels marqués par une longue rivalité entre les corps savants de l’armée (corps du Génie et ingénieurs géographes), entre les corps techniques de l’État (les précédents face au corps des Ponts et Chaussées notamment), et entre la géographie civile (compagnie de Cassini, Cadastre de la Corse) et la géographie militaire8. La commission est ainsi le produit de dix années de révolution et de guerre qui ont renouvelé le rapport du pouvoir au territoire et au terrain et créé, à une échelle sans précédent, de nouveaux besoins produits par l’émergence du politique et de la défense nationale.

  • 9 Martin (J.-C.) dir., La Révolution à l’œuvre. Perspectives actuelles de l’histoire de la Révolution (...)
  • 10 Ozouf-Marignier (M.-V.), La formation des départements. La représentation du territoire français à (...)
  • 11 Baptiste (G.), « Aux origines du Cadastre napoléonien : le Bureau du Cadastre (1791-1802) », Commun (...)

5De fait, à l’image de la Révolution dans son ensemble9, la topographie française est balancée de 1789 à 1802 entre les hésitations et les expérimentations, voire les improvisations liées aux urgences révolutionnaires et militaires. Elle est touchée au premier chef aussi bien par la disparition de l’ordre ancien sur le plan administratif (suppression des provinces et divisions administratives de l’Ancien Régime) et institutionnel (suppression des ingénieurs géographes militaires en 1791) que, moins directement, par la création de nouvelles références (départementalisation, mesure de la méridienne, système métrique)10, qui accentuent l’importance de la géodésie comme cadre nécessaire de la topographie (intégration des astronomes au Dépôt de la Guerre), et de nouvelles institutions (création des départements en 1790 et du Bureau du cadastre en 1791 pour fournir les bases scientifiques d’une imposition territoriale fondée sur un principe égalitaire, par le levé du plan cadastral de la France, le classement des terres et l’évaluation du produit territorial)11.

6Sur fond idéologique, une question lancinante – qui intéresse la politique et l’administration comme la production de savoirs et de normes – est celle du rapport entre uniformité, centralité et universalité. Pour pallier la disparité des pratiques et la dispersion des savoirs nécessaires à l’exercice du pouvoir, la Convention montagnarde répond tardivement par une utopie centralisatrice dans des domaines aussi divers que les bibliothèques, les musées et la production des armes (Atelier de perfectionnement des armes portatives, Atelier de précision de la grosse artillerie). La cartographie n’échappe pas à ce mouvement qui donne également naissance à l’Agence des cartes, mais cette utopie est paradoxalement partagée par l’institution traditionnelle et rivale, le Dépôt général de la Guerre, qui tente de la prolonger et de l’accentuer à son profit durant la Convention thermidorienne.

  • 12 Broc (N.), « Un Musée de Géographie en 1795 », Revue d’histoire des sciences, no 27, 1974, p. 37-43 (...)
  • 13 Berthaut (H.), La Carte de France…, op. cit. ; Pelletier (M.), « La carte de Cassini à l’époque rév (...)
  • 14 Voir P. Bret, « Le Dépôt général de la Guerre… », op. cit. ; Bret (P.), La pratique révolutionnaire (...)
  • 15 SHD/DAT, 3M217, Rapport au ministre, 21 prairial an X.

7De 1793 à 1797, le Dépôt de la Guerre est dirigé par le général Étienne-Nicolas de Calon, ingénieur géographe de l’Ancien Régime qui aspire à faire de son établissement l’institution même de la géographie, sous les appellations successives « Dépôt général de la Guerre et de la géographie » et « Musée de Géographie »12. Cette ambition démesurée de réunir et représenter la géographie tout entière – et donc d’en définir le champ – se heurte moins à l’opposition des divers rivaux d’antan, auxquels l’institution procure un emploi dans une période difficile, qu’à celle du pouvoir central. Le Comité de salut public lui retire d’abord sa fonction de dépôt central, confiée à l’Agence des cartes, puis la formation topographique, théorique et pratique, devenue tronc commun des ingénieurs à l’École polytechnique. Le Directoire exécutif à son tour privilégie son propre Bureau topographique et, dans une situation budgétaire difficile, il réduit le personnel et les attributions du Dépôt tout en mettant sur pied l’École des géographes, une école d’application du système polytechnicien placée sous la direction de Gaspard-Marie Riche de Prony, directeur du bureau du Cadastre et de l’École des ponts et chaussées. Le Cadastre reçoit alors la Carte de France, la géographie civile, l’astronomie et les longitudes13. Conséquence directe de cette guerre intestine, les « savants chargés des travaux relatifs à la géographie physique et à la géographie comparée » (Nicolas Desmarest, Pascal Gosselin et Jean-Denis Barbié du Bocage) qui forment la 3e division du Dépôt sont versés dans la section géographique du Cadastre et les astronomes (Nicolas-Antoine Nouet, Jean-Joseph Tranchot, Jean Perny) dans la section astronomique14. Tous ne regagneront pas le Dépôt, car les successeurs de Calon ont resserré l’institution sur la topographie et la géodésie : « Il ne paroît pas que les rapports, plus ou moins éloignés que les travaux d’un sçavant peuvent avoir avec ceux du Dépôt soient un titre suffisant », écrit Antoine-François Andréossy en récusant la « géographie physique » du géologue Desmarest15.

  • 16 Godlewska (A.), « The Napoleonic Survey of Egypt. A Masterpiece of Cartographic Compilation and Ear (...)
  • 17 Pansini (V.), L’œil du topographe et la science de la guerre : travail scientifique et perception m (...)

8Des besoins cartographiques nouveaux se font jour pour administrer un territoire recomposé sur de nouvelles bases administratives, avec la départementalisation et la création du cadastre, et pour mener la guerre sur le sol national comme en territoire ennemi. Sont alors concernés non seulement les champs de bataille traditionnels des guerres précédentes, somme toute assez familiers, mais aussi des espaces inconnus qu’il convient de cartographier, comme l’Égypte16. Pour fournir une quantité de cartes sans précédent, le Dépôt de la Guerre copie et refond les cartes existantes ; ses ingénieurs en lèvent de nouvelles dans les régions occupées ou annexées, ou simplement susceptibles de devenir des théâtres d’opérations, en tentant de les rattacher à la carte de Cassini (départements réunis du Rhin et de Savoie ; Italie, Suisse, Souabe, Bavière ; Égypte, Morée). Tous les talents sont requis, tant en France qu’en Bavière ou dans la Républiques italienne où s’activent les brigades topographiques du Dépôt de la Guerre17.

  • 18 Bret (P.), « Le Dépôt général de la Guerre… », op. cit., p. 143.

9Pour maintenir une homogénéité du travail malgré la multiplicité des producteurs, militaires et civils, et la diversité de formation des topographes, accrue dans les recrutements révolutionnaires (Figure 4.2), de nouvelles pratiques rationnelles accompagnent ces levés sur le terrain : aux mémoires traditionnels descriptifs – eux-mêmes de plus en plus formatés – s’ajoutent des cahiers topographiques et des tableaux statistiques formant un cadre de données plus uniforme. Au Dépôt lui-même, Hugues-Alexandre-Joseph Meunier introduit des modèles de cartes, insiste sur l’uniformité nécessaire également dans les échelles18. Avec la nouvelle méridienne et l’extension des opérations en Europe s’engage enfin la réflexion sur les caractéristiques d’une nouvelle carte générale pour remplacer et étendre la carte de Cassini. Plus géométrique que topographique, cette grandiose réalisation doit être mise à jour sur le plan géodésique et surtout adaptée aux besoins de la topographie militaire (réseaux routier et hydrographique secondaires incomplets, écarts ignorés, représentation du relief déficiente et non uniforme – voir Figure 4.3). Bientôt, le Grand Empire et ses satellites font même émerger l’objectif utopique d’une carte étendue à toute la partie occidentale de l’Europe continentale, véritable serpent de mer projeté par Rigobert Bonne durant la fragile pax napoleonica en 1808 ou par Louis-Albert Bacler d’Albe quand se prépare l’Europe de la Sainte-Alliance en 1814. Du travail de terrain au produit fini de la carte, de tels travaux requièrent des bases solides et uniformes.

10En présentant, quelques mois après sa réunion, les travaux de la commission topographique de 1802, Pascal-Vallongue rappelle :

  • 19 MTM, p. xxviij.

Depuis un demi-siècle les plans-minutes de la carte des chasses, de la belle topographie des côtes, les cartes sorties de l’École des ponts et chaussées, du Dépôt de la marine, celles de Lespinasse et de Chrétien, soutenaient notre réputation en ce genre : mais il n’existait que des modèles, et non des principes ; encore ces modèles différaient-ils entre eux et manquaient-ils de beaucoup de notations dont on peut enrichir les cartes pour étendre leur utilité19.

11La tâche d’élaborer les principes pour fixer les modèles est dévolue à cette grande commission.

Une rationalité bien tempérée

  • 20 Elle comprend Sanson et François Épailly, membres de la commission topographique, l’astronome Mauri (...)
  • 21 SHD/DAT, 3M217, Rapport no 358 du 21 fructidor an X. De manière surprenante, le rapport ne fait pas (...)

12La commission topographique de 1802 – à laquelle il convient d’associer celle de janvier 1803 sur le choix de la projection de la carte20 – est chargée de présenter les propositions pour standardiser les procédés et le langage de la topographie. « La manière de dessiner la topographie ou d’y suppléer par des notations ou signes de convention, quand la petitesse de l’échelle ne permet point de figurer les objets ou leur projection, était jusqu’ici livrée à l’arbitraire, souligne encore Pascal-Vallongue ; chaque école, ou plutôt chaque topographe, avait sa manière ; nulle loi reconnue n’établissait de rapports communs entre les œuvres. » L’expression « signes conventionnels », adoptée par la commission et retenue comme titre courant de l’édition de ses travaux (« Figuré du terrain et signes conventionnels »), apparaît pour la première fois dans le rapport fait au ministre de la Guerre par le général Sanson le 7 septembre 1802 ; celui-ci mérite d’être transcrit intégralement car, outre cette innovation, il présente les objectifs fixés et non un discours recomposé après coup21 :

Dispositions prises pour un règlement sur les signes conventionnels en topographie, communs aux divers services publics qui font lever des cartes et plans. Le Dépôt de la Guerre chargé de diriger les opérations géodésiques et topographiques les plus importantes, a senti quel obstacle opposait au perfectionnement des cartes l’arbitraire qui existe dans la manière de figurer le terrain et d’exprimer par des figures de convention ses diverses localités. Après avoir pris dans le nouveau système métrique des échelles constantes et convenables pour servir de module à ses œuvres il s’est occupé de porter la même convenance et la même fixité dans cet espèce de langage dessiné ou écrit si nécessaire à l’intelligence des cartes ; mais il a senti que le Règlement qu’il ferait à cet égard pour les travaux qu’il dirige n’aurait pas toute son utilité, s’il n’était concerté et rendu commun avec les autres services qui s’occupent de Topographie. J’ai donc invité les Directeurs du Dépôt de la Marine, des relations extérieures, du Génie et de l’École des ponts et chaussées à vouloir se concerter avec le Dépôt de la Guerre pour cet intéressant objet, ils y ont consenti ; dans peu de jours, les commissaires de ces divers services se réuniront au Dépôt, si vous l’approuvez ; ils conviendront des modèles à adopter pour le figuré, les signes, l’écriture, & c. selon les diverses échelles et les différentes espèces de cartes ; et j’aurai l’honneur de vous soumettre le résultat de ce travail, pour que revêtu de votre approbation il devienne dorénavant la règle des Ingénieurs Géographes dans la rédaction et le dessin des cartes et plans, qui se trouveront alors avoir des rapports communs et constants dans les différents services.
Le Général du Génie, Directeur du Dépôt général de la Guerre
Sanson

13Une semaine plus tard, le 15 septembre, la commission tient sa première séance au Dépôt. Elle se compose de vingt et un membres représentant dix institutions relevant de cinq ministères, sans compter l’appartenance de Prony à l’Institut national (voir encadré 1). Par-delà les institutions, la diversité des expériences de chaque commissaire – que l’on ne peut détailler ici – permet de couvrir l’ensemble des opérations relatives à la carte et de ses usages. Avec onze représentants, le Dépôt de la Guerre domine largement. Mais sa direction, comme celle du Dépôt des colonies, est issue du génie militaire, dont la puissance occulte est d’autant plus sensible que le secrétaire de la commission n’est autre que celui du Comité central du Génie. Enfin, si les établissements militaires l’emportent, l’objectif est de fournir des normes adoptées par les ministres respectifs pour l’ensemble des services publics producteurs de cartes, comme en témoigne la présence des Ponts et Chaussées, mais aussi des Mines (Figure 4.4) et des Forêts, omises dans le rapport au ministre.

  • 22 MTM, p. 2-3.

1 – Liste des membres de la commission topographique de 180222

[Pour le Dépôt général de la Guerre]

Le général de brigade, inspecteur général du génie, Sanson, directeur du dépôt de la guerre ;
Le chef de brigade du génie, directeur des fortifications, Pascal-Vallongue, adjoint au directeur du dépôt ;
Le chef de bataillon Muriel, conservateur des mémoires descriptifs du dépôt de la guerre ;
Le capitaine [de sapeurs] Clerc, employé au dépôt, section topographique ;
Le Cen Hervet, chef de la section topographique de l’intérieur du dépôt ;
Le Cen Bacler d’Albe, ingénieur géographe, chef de section ;
Le Cen Épailly, idem, chargé de la rédaction de la carte de Souabe ;
Le Cen Jacotin, idem, chargé de la rédaction de la carte d’Égypte ;
Le Cen Bartholomé, ingénieur géographe de première classe ;
Le Cen Barbié-Dubocage, ing. géogr., chargé de la rédaction de la carte de Morée ;
Le Cen Hennequin, ingénieur géographe de première classe ;

[Pour les autres services]

L’adjudant-commandant Lomet, chef de la quatrième division de la guerre (opérations militaires) ;
Le chef de bataillon du génie Decaux, directeur du dépôt des colonies ;
Le chef de bataillon du génie Allent, secrétaire du Comité central du génie ;
Le Cen Prony, membre de l’Institut, et directeur de l’école des ponts et chaussées ;
Le Cen Lesage, inspecteur de l’école des ponts et chaussées ;
Le Cen Hassenfratz, inspecteur général des mines ;
Le Cen Collet-Descotils, ingénieur des mines ;
Le Cen Chrestien, ingénieur en chef, chef du bureau topographique du ministère des relations extérieures ;
Le Cen Leroy, ingénieur du dépôt général de la marine et des colonies ;
Le Cen Chanlaire, chef de la deuxième division de l’administration générale des forêts.

  • 23 ibid., p. xxix-xxx.

14La commission entend que son travail soit « le régulateur de l’art dans cette partie, et le guide assuré de ceux qui le cultivent ». Ses objectifs déclarés sont ainsi : 1  de donner « les principes de théorie et de pratique relatifs au levé et à la construction des cartes et plans » ; 2  de « fixer et uniformer tout ce qui tient à la partie graphique » ; 3  de prescrire « un mode de travail constant et régulier » ; 4° de donner « des cadres pour tous les renseignements historiques, militaires et statistiques » ; 5  de « multiplier les résultats de ces utiles travaux avec la promptitude qu’exige souvent le service militaire » ; 6° de préparer une instruction sur la gravure (et la mise à jour) des cartes23. Après deux mois d’activité – et probablement dix-huit séances – le procès-verbal est « arrêté et clos à Paris, le mercredi 24 brumaire an XI » (15 novembre 1802).

15Les choix opérés sur ces divers points (Encadré 2) sont le fruit d’un compromis entre l’exactitude scientifique, la clarté de la lecture par le recours à l’abstraction de « signes conventionnels » (Figure 4.5) et un certain pragmatisme. Ainsi, en fixant une série de 24 échelles décimales formant 8 triades, les commissaires recourent à celles « parmi lesquelles la plupart des services, tels que le dépôt de la guerre, les ponts et chaussées, le génie militaire, l’école polytechnique, l’administration forestière et le cadastre, ont déjà choisi, [celles] qui leur étaient les plus favorables » (p. 13-14). L’innovation de la commission réside donc, en définitive, moins dans ses propres choix que dans l’harmonisation qu’elle établit entre les choix antérieurs des services. Puisant dans l’existant, la commission tente de couvrir l’ensemble des usages, même ceux des « géographes qui travaillent pour le public » : « On se convaincra que s’il est inutile de chercher des échelles hors de la série adoptée, que s’il importe à l’uniformité de n’en point prendre ailleurs, c’est aussi tout ce que l’uniformité peut exiger et peut obtenir » (p. 14). De l’uniformité à l’universalité, le pas est vite franchi. D’ailleurs, si les échelles décimales sont applicables « aux mesures de tous les pays », la commission y voit surtout « un nouveau motif d’adopter en ce point, comme dans tous les autres, le système métrique, déduit de la grandeur de la terre » et entend que les corps d’ingénieurs « concourent à rendre nationale, européenne, générale, une institution qui réunit les suffrages des hommes les plus éclairés de tous les pays » (p. 15). De même que la nomenclature chimique a favorisé la « théorie des chimistes français » à laquelle elle s’adapte mieux que toute autre, de même la décimalisation des échelles doit favoriser la vocation universelle de la métrologie née de la science et de la Révolution.

2 – Les principales normes graphiques adoptées de septembre 1802 à janvier 1803

Projection
 : Flamsteed modifiée (Bonne)
Echelles : décimales (8 triades).
Mesures : système métrique (mais double échelle graphique en mètres et en toises).
Feuilles : rapport hauteur/largeur constant (5/8).
Expression du relief et de la nature du terrain :
– lignes de plus grande pente (hachures) et éclairage oblique nord-ouest (estompage) ;
– points cotés : cotes absolues (niveau de la mer) et relatives (niveau zéro local) ;
– limitation des autres modes à des cas particuliers (demi-perspective pour les cartes hydrographiques ; courbes de niveau pour les fortifications) ;
– représentation des seuls paysages pérennes (bois, vergers, vignes, landes, prés).
Couleurs et signes conventionnels :
– encre de Chine et couleurs primaires (gomme-gutte, carmin, indigo) avec mélanges colorés selon la nature du terrain ;
– rejet des signes figuratifs en élévation, mais adoption de signes abstraits assez parlants.
Lettres : 3 types d’écriture selon les objets, taille fonction de l’échelle.

16La recherche du compromis pousse aussi la commission à écarter les innovations de lecture trop difficiles pour la majorité des utilisateurs (courbes de niveau) – lesquelles restent autorisées pour des besoins spécifiques, notamment pour le Génie militaire – aussi bien que les incohérences traditionnelles (mélange des projections et représentation du relief en demi-perspective) tout en ayant conscience qu’« une innovation trop prompte dans les signes pourrait occasionner des méprises funestes », notamment pour la navigation (p. 23 – voir Figure 4.6). La gageure est de parvenir à définir des normes générales tout en tenant compte des pratiques, des besoins spécifiques et des cultures cartographiques des différents services. Cela ne va pas se faire sans débats.

  • 24 Voir à ce sujet G. Palsky, « L’œuvre de la Commission… », op. cit.
  • 25 SHD/DAT, 3M160, Chanlaire à Sanson, Paris, 14 pluviôse an XI.
  • 26 SHD/DAT, 3M160, Decrès à Berthier, Paris, 11 pluviôse an XI.
  • 27 SHD/DAT, 3M160, Rosily à Sanson, Paris, 12 pluviôse an XI. Souligné par l’auteur.

17À défaut de connaître avec précision les débats de la commission, dont certains transparaissent néanmoins dans le procès-verbal, notamment sur le figuré de terrain24, la correspondance révèle un sérieux désaccord moins de trois mois plus tard. En mars 1803, le Dépôt de la Guerre adresse le procès-verbal et les pièces annexes à ses partenaires et aux ministres responsables pour approbation. Pierre-Grégoire Chanlaire envoie celle de l’administration des forêts en notifiant l’« empressement » avec lequel le ministre des Finances Martin-Michel-Charles Gaudin a donné la sienne25. Il en est bien autrement de l’amiral Denis Decrès, ministre de la Marine. Tout en approuvant la partie topographique, celui-ci souligne justement que « ce qui se rapporte à la navigation ne pourra être entièrement observé, attendu que lorsqu’on vient du large sur la côte, il est utile non-seulement de connaître qu’il y a des montagnes, par exemple, mais encore quelle est leur configuration » ; il ordonnera « seulement que les signes généraux adoptés soient employés autant qu’il sera possible, et toutes les fois qu’il ne sera pas utile de déterminer la configuration ». Le post-scriptum autographe est plus direct encore : « La feuille de mer a été mal faite, il est impossible de la laisser subsister comme on l’a établie, je charge l’amiral Rosily d’en présenter une convenante26.» Ce dernier, directeur du Dépôt général de la Marine, renvoie aussitôt le manuscrit pour ne pas en retarder l’impression et la gravure, mais il se charge « de refaire entièrement la feuille appelée suite des signes conventionnels pour la mer27 ».

  • 28 BRET (P.), « Du concours de l’an II à la suppression de l’École des géographes : la quête identitai (...)

18Pourtant, malgré l’impuissance à imposer pleinement un ensemble de signes conventionnels, la commission arrive à point pour rencontrer un certain succès. À défaut d’une uniformité, une certaine porosité entre les services témoigne déjà d’une aspiration à des normes générales : le tableau de la commission qui, dans le Mémorial topographique et militaire, développe la série des échelles avec la hauteur des écritures et les types d’emploi associés prend ainsi pour base « le travail sur les échelles métriques, fait et adopté par le Bureau du cadastre au Ministère de l’intérieur, utilement modifié et appliqué par le Comité central du génie », publié dans le premier numéro du Mémorial de l’Officier du Génie. Mais le succès de la commission pour harmoniser les cultures cartographiques est aussi à l’image de l’harmonisation qui s’est faite sur le terrain après plusieurs années de professionnalisation sur le champ de bataille. D’une certaine façon, le renouvellement révolutionnaire des effectifs, la fraternité d’armes et, in fine, les nominations faites par Bonaparte ont eu raison des traditionnelles rivalités entre les corps. L’amalgame s’est d’abord fait sur le terrain, dans les brigades topographiques attachées aux armées. C’est notamment le cas en Égypte où les ingénieurs géographes militaires dépendent de la Commission des Sciences et Arts. Sous Pierre Jacotin, l’expédition d’Égypte est ainsi devenue un laboratoire d’expérimentation institutionnelle qui regroupe des géomètres du Cadastre de la Corse, des géographes du Cadastre de la France (lauréats du concours de l’an II et polytechniciens passés par l’École des géographes de Prony) et des ingénieurs géographes du Dépôt de la Guerre, mais qui recueille encore les travaux des astronomes, des officiers du Génie et de l’artillerie, de la Marine et des ingénieurs des Ponts et Chaussées28.

  • 29 Bret (P.), « Le Dépôt général de la Guerre… », op. cit. ; Bret (P.), « L’autonomisation d’une profe (...)
  • 30 Bret (P.), « Le Dépôt général de la Guerre… », op. cit., p. 134.

19En 1802, quelques mois avant la réunion de la commission topographique, la géographie civile disparaît avec la suppression du Cadastre et de l’École des géographes, tandis que le Dépôt général de la Guerre, pris en main par des hommes du pouvoir et des officiers du Génie, est plus puissant que jamais dans le contexte favorable de la paix d’Amiens. Doté d’un effectif sans précédent, il est conforté par l’ampleur des besoins qu’induit la politique de conquête et de guerre de Bonaparte, passée et à venir. Sans prétendre désormais représenter à lui seul la géographie, ni même la cartographie, il est néanmoins, mieux que jamais, en mesure de se poser en réformateur, tout en acceptant des compromis avec la réalité de traditions et d’usages différents pour atteindre un consensus qui offre des chances de succès pérenne. Ce faisant, il entend se consolider par l’obtention d’un nouveau statut pour les ingénieurs géographes. Son nouveau directeur, le général Sanson, qui a commandé le Génie militaire en Égypte, sent la nécessité d’assurer une formation de haut niveau à ses ingénieurs et tente de restaurer au profit du Dépôt une nouvelle école d’application de Polytechnique dont le programme serait calqué sur celui de l’École des géographes – dont il vient pourtant de souligner l’échec. Paradoxalement, après avoir essuyé les critiques des militaires qui ont obtenu sa suppression, celle-ci se trouve ainsi érigée par eux en modèle. Ce projet de 1803 n’aboutit pas dans l’immédiat, mais le caractère militaire est renforcé dès l’année suivante par l’attribution d’un uniforme bleu national avec couleur distinctive aurore au collet et parements, et des galons « parlants », ornés de triangles et de sphères, qui renvoient au travail scientifique de la mesure du territoire et du globe. Cette identité nouvelle, acquise au prix d’un amalgame au sein du Dépôt, est ensuite affirmée par une militarisation complète, avec la création du corps des ingénieurs géographes militaires en 1808, vite complétée par la création de l’École d’application en 1809, aboutissement de ce long processus de professionnalisation29. Sous la direction de Sanson, directeur du Dépôt et président de la commission de 1802, et sous l’influence de Louis Puissant, alter ego de son mentor et ami Antoine-François Lomet, autre artisan majeur de la commission, l’enseignement donné permet alors d’atteindre les objectifs scientifiques et normatifs de la commission de 1802 pour les nouveaux ingénieurs. Les travaux de la commission font partie du programme, le Mémorial figurant sur la liste des ouvrages officiels avec les traités de Puissant30. Dans la société napoléonienne en particulier, l’objectif de la commission reste inachevé tant que les moyens de l’institution mère du projet, qui peut seule garantir l’application effective des décisions, sont insuffisants.

Une œuvre inachevée ?

  • 31 MTM, p. xxix.

20Les travaux de la commission topographique sont diffusés par le biais du Mémorial topographique et militaire qui publie dès septembre 1803 (no 5) le procès-verbal officiel, auquel sont joints 14 planches et deux mémoires annexes sur la gravure et sur les écritures, eux-mêmes dotés de tableaux et de planches. La publication de ce périodique s’interrompt malheureusement avant la parution de « la suite des modèles de minutes et de mis-au-net de cartes, ainsi que les mémoires ou notices particulières, annoncées à ce sujet par le procès-verbal31 », initialement prévue dans un volume complémentaire (no 7). Avec ce journal s’éteint aussi le projet de

  • 32 ibid., p. 62, § XVII, « Réunion en un même ouvrage des travaux de la Commission ». Y auraient été a (...)

tirer à plus d’exemplaires, et de conserver en feuilles, le procès-verbal des conférences de la Commission, les mémoires, notices, légendes instructives, tableaux et autres dessins qui s’y rapportent, afin d’en faire plus tard, avec les planches des dessins-modèles, un ouvrage séparé, moins volumineux et plus portatif, que puissent acheter ceux qui ne voudraient pas ou ne pourraient pas acquérir la collection des numéros du Mémorial32.

21Ainsi s’évanouit l’ambition universelle affichée, que « les bonnes méthodes se répand[ent], et que les mesures adoptées pour les services publics [puissent] devenir générales et communes à tous les artistes qui, soit en France, soit dans les autres pays, lèvent, dessinent ou gravent les plans et les cartes » (p. 63).

  • 33 Par exemple les 21 employés du Bureau topographique de la Carte d’Italie à Milan, 7 pluviôse an XI (...)

22Pourtant, loin de rester cantonné au Dépôt de la Guerre et à la haute administration, le Mémorial est diffusé dans le commerce, y compris à l’étranger, notamment dans l’espace germanique où la maison Treuttel et Würtz assure la vente, tandis qu’un tarif spécial attire les commandes des militaires et des ingénieurs, jusqu’en Italie33. Aussi, quoique l’impact direct des normes de la commission adoptées par les ministres semble relativement limité, son impact global est non négligeable. De fortes résistances n’ont pas manqué, pourtant, de la part des praticiens et surtout des usagers.

  • 34 Palsky (G.), « L’œuvre de la Commission… », op. cit.
  • 35 SHD/DAT, 3M163, « Règlement sur le service des officiers du corps impérial des ingénieurs-géographe (...)

23Sous l’Empire, l’éclairage zénithal est conservé à l’École d’application du génie et de l’artillerie de Metz, au mépris des décisions de 1802 mais avec l’accord du ministère, tandis que Polytechnique et Saint-Cyr se conforment à l’éclairage oblique adopté par le Dépôt de la Guerre. Au sein même de celui-ci, Bonne ou Jean-François Martinel soulignent les avantages des courbes de niveau chères au Génie et leurs subordonnés étrangers en Bavière et en Italie ont du mal à rendre le relief selon les normes de la commission34. Sans doute parce qu’il envisage surtout le travail sur le terrain et s’étend largement sur le mémoire descriptif, le règlement du 24 mai 1811 ne fait aucune référence aux travaux de la commission. Pire, il impose des échelles de levé plus souvent étrangères (1/15 000 pour les champs de bataille, 1/30 000 pour les reconnaissances) que conformes (1/5 000 pour les ouvrages de campagne et plans de ville) à la série de la commission. Il en retient néanmoins le tracé des deux échelles, en toises et en mètres, et les hauteurs relatives, exprimées en mètres « par deux côtes placées sur les points dont on veut donner la différence de niveau », notamment « la hauteur de chaque sommité […] en prenant pour zéro, ou point de départ, le niveau du lac, ou le point le plus bas du plus grand cours d’eau, soit entier, soit partiel, représenté sur cette carte35 ». En revanche, de la carte de Bavière à celle de la Corse, en passant par celles des Alpes et de la Souabe, la Restauration respecte généralement ces normes, preuve qu’un consensus s’est établi en tirant lentement les pratiques.

  • 36 Voir les travaux inédits de L. Cuccoli sur le Giornale dell’Accademia Militare et sa thèse en cours
  • 37 Bret (P.) et Ortiz (E. L.), « José María de Lanz and the Paris-Cadiz axis to South America », dans (...)
  • 38 Martinel à Sanson, thermidor an XI, cité dans G. Palsky, « L’œuvre de la Commis-Commission.», op. c (...)
  • 39 Corvisier de Villèle (M.-A.) et Bousquet-Bressolier (C.), « À la naissance de la cartographie moder (...)
  • 40 Abbri (F.) et Bensaude-Vincent (B.), Lavoisier in European Context : Negociating a New Language for (...)

24Mises en application ou non, ces normes sont devenues une référence de l’Italie à la Hollande et du Portugal au Brésil, mais leur appropriation passe par des échanges avec d’autres pratiques traditionnelles ou innovantes. De la République italienne, l’influence française en la matière passe en Suède avec le général Tibell, puis dans le royaume de Naples avec le général Visconti en 181436. Au même titre que la géométrie descriptive dans l’enseignement et le recrutement des ingénieurs, ces normes accompagnent peu ou prou cette influence française en Espagne, en Argentine et en Colombie, où exerce tour à tour un ancien professeur de l’École des géographes, José Maria de Lanz, comme en Russie où Augustin de Bétancourt crée l’Institut et le corps des voies de communication en s’entourant d’ingénieurs des Ponts et Chaussées français37. Mais la référence aux normes françaises ne signifie pas leur emploi. Seule une étude qui reste à faire permettrait de mesurer la part d’accomplissement de la prévision optimiste de Martinel en 1803 : « On pourrait présager que dans moins de 30 ans, toutes les puissances de l’Europe auront adopté notre langue topographique38 ». En France même, en tout cas, débordant des institutions publiques, le souci de se conformer aux règles de 1802 apparaît jusque dans des manuels populaires comme le Guide de l’arpenteur de A. Lefèvre (1833), peu après la réédition des travaux de la commission de 1802 dans le Mémorial du Dépôt de la Guerre (1831)39. Moins rapide que l’adoption de la nomenclature de chimie de 1787, acquise en quelques années seulement malgré la guerre, le succès des principes de 1802 ne l’est pas moins que celui du système métrique40. Cependant les réticences les plus vives viennent des usagers, principalement militaires, plutôt que des producteurs de cartes.

25Alors que la carte de Cassini était décriée pour la faiblesse de sa topographie, le poids des usages visuels et la nécessité d’une continuité cartographique font pourtant préférer les anciennes échelles et une lecture du paysage plus directe à une abstraction trop grande. En outre, la stratégie napoléonienne s’accommode mal de la lenteur de la mise aux normes des cartes, au moins pour les grands mouvements des campagnes éclair. Rejoignant la Grande Armée en septembre 1805, Sanson lui-même presse son adjoint de lui adresser la réduction de la carte de la Souabe sans attendre la fin de la gravure :

  • 41 SHD/DAT, 3M213, Sanson à Muriel, Strasbourg, 3 et 4 vendémiaire an XIV.

Envoyez moi aussi le plutôt possible le trait gravé de cette carte avec la lettre, et ensuite avec les montagnes et les bois (Figure 4.7). Il faut que ces deux parties soient traitées très légèrement et d’une manière expéditive. […] Nous avons besoin de cette réduction comme du pain. Le trait et la lettre nous seront presque suffisants, parce que c’est des routes et des points des villes et villages qui nous serviront le plus41.

  • 42 Lettre à Berthier, 26 octobre 1804, citée dans G. Palsky, « L’œuvre de la Commis-Commission.», op. (...)

26Quant à l’Empereur, non seulement il privilégie la rapidité d’exécution par rapport au respect des normes, mais il s’insurge contre la série des échelles décimales choisies au détriment de l’unité nécessaire pour lier les régions annexées à la carte de Cassini, et contre la lenteur du travail qui en découle : « On leur fait faire des cadastres, et non des cartes militaires. […] Je ne sais pourquoi la guerre veut faire des cadastres42 » (1804). Ce désaveu réitéré n’est sans doute pas étranger à son refus récurrent de donner un statut définitif au corps des ingénieurs géographes avant 1808. Il anticipe sur la décision de la carte de France qui, vingt ans plus tard, entérine en quelque sorte cette vision traditionnelle en adoptant une échelle (1/80000) proche de celle de Cassini, alors même qu’elle innove en rejetant l’effet d’estompage au profit des « hachures mathématiques ». Sur ces points, la parenthèse révolutionnaire est fermée, mais ses grands principes restent en vigueur.

*
* *

27Les normes de la commission sont d’abord issues des pratiques et des besoins révolutionnaires dans la construction administrative et militaire de l’appareil d’État. Comme telles, elles ne subsistent que partiellement. En revanche, la rupture épistémologique que représente l’esprit de 1802 n’est pas remise en cause. Par-delà les multiples accrocs faits aux décisions de la commission, l’évolution des normes en conserve finalement les principes fondateurs et maints modèles. Les choix de la Carte de France en 1828 s’appuient sur les tableaux d’écritures et les signes conventionnels de 1802. Que ceux-ci ne soient pas repris dans leur intégralité, que l’échelle diffère, que la géodésie et les instruments soient renouvelés par le progrès de la science, cela ne remet nullement en cause le travail de la commission topographique dont les travaux sont réédités et remis à jour en 1831, au moment même où l’ingénieur géographe laisse la place à l’officier d’état-major.

28« Naissance de la cartographie moderne », « fin de l’ancien régime cartographique » ? Fruit tardif des Lumières et immédiat de la Révolution, la commission topographique de 1802 participe d’abord, entre terrain et institution, entre civil et militaire, du mouvement général de création de normes et de recherche de l’uniformité qui touche de nombreux domaines scientifiques et techniques depuis quelques décennies. Il convient de la voir comme un produit du moment révolutionnaire dont elle émane et constitue l’aboutissement principal des réflexions, des institutions et des pratiques en la matière. Dans ce contexte, elle apparaît bien comme un moment fondateur de la cartographie, élément essentiel de la construction du monde moderne.

Notes

1 Mémorial topographique et militaire, rédigé au Dépôt général de la Guerre, par ordre du ministre [désormais MTM], no 5, fructidor an XI, p. xxiv-xxv.

2 ibid., p. xvij-xviij.

3 Berthaut (H.), La Carte de France, 1750-1898, Paris, Service géographique de l’Armée, 1898 ; Berthaut (H.), Les ingénieurs-géographes militaires, 1624-1831. Étude historique, Paris, Service géographique de l’Armée, 1902 ; Konvitz (J.), Cartography in France, 1660-1848. Science, engineering and statecraft, Chicago, The University of Chicago Press, 1987.

4 Corvisier de Villèle (M.-A.) et Bousquet-Bressolier (C.), « À la naissance de la cartographie moderne : la commission topographique de 1802 », dans Évolution et représentation du paysage de 1750 à nos jours, Montbrison, 1997, p. 393-403 ; Palsky (G.), « L’œuvre de la Commission topographique et militaire de 1802 : la fin de l’Ancien Régime cartographique ? », Cybergéo, 2007 (texte aimablement communiqué par l’auteur avant sa mise en ligne).

5 Service historique de la Défense/Département Terre [désormais SHD/DAT], 3M504 (commission de topographie, 1826-1830) et 507 (commission royale, 1817-1826).

6 En 1802 se réunit également la Commission sur le perfectionnement des poudres, avec des représentants de l’Institut national, de la Guerre (Poudres, Artillerie, Artillerie de marine) et de l’Intérieur (Mines) ; Arsène-Nicolas Baillet appartient aux deux pour ce dernier service. Voir P. Bret, L’État, l’armée, la science. L’invention de la recherche publique en France, 1763-1830, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Carnot », 2002.

7 Dans des ordres bien différents, citons par exemple les écoles d’ingénieurs (Ponts et Chaussées, Génie, Mines, Poudres, Géographes), les nomenclatures analytiques disciplinaires (notamment en botanique et en chimie), les plans types de navires, l’interchangeabilité des pièces (système Gribeauval, Atelier de perfectionnement, Atelier de précision).

8 Pelletier (M.), La carte de Cassini. L’extraordinaire aventure de la carte de France, Paris, Presses de l’École nationale des ponts et chaussées, 1990 ; Bret (P.), « Le Dépôt général de la Guerre et la formation scientifique des ingénieurs géographes militaires en France (1789-1830) », Annals of Science, vol. 48, no 2, 1991, p. 113-157 ; Nordman (D.) éd., L’École normale de l’an iii. Leçons d’histoire, de géographie, d’économie politique, Paris, Dunod, 1994 ; Mesure de l’île. Le plan terrier de la Corse, 1770-1795, Corte, Musée de la Corse, 1997 ; Godlewska (A.), Geography Unbound. French Geographic Science from Cassini to Humboldt, Chicago et Londres, The University of Chicago Press, 1999 ; Blais (H.) et Laboulais (I.) dir., Géographies plurielles : les sciences géographiques au moment de l’émergence des sciences humaines (1750-1850), Paris, L’Harmattan, 2006.

9 Martin (J.-C.) dir., La Révolution à l’œuvre. Perspectives actuelles de l’histoire de la Révolution française, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005.

10 Ozouf-Marignier (M.-V.), La formation des départements. La représentation du territoire français à la fin du xviiie siècle, Paris, EHESS, 1989 ; Nordman (D.) et Ozouf-Marignier (M.-V.), Atlas de la Révolution française, t. IV et V, Le territoire, Paris, EHESS, 1989, 2 vol. ; Alder (K.), Mesurer le monde, 1792-1799 : l’incroyable histoire de l’invention du mètre, Paris, Flammarion, 2005.

11 Baptiste (G.), « Aux origines du Cadastre napoléonien : le Bureau du Cadastre (1791-1802) », Communication inédite au 12e congrès d’histoire de la cartographie, Paris, septembre 1987 ; Grinevald (P.-M.), « Prony et la fondation du cadastre, 1792-1797 », dans F. Bourillon, P. Clergeot et N. Vivier dir., De l’estime au cadastre en Europe. Les systèmes cadastraux en France et en Europe aux xixe et xxe siècles, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2008, p. 151-165. Voir aussi n. 28.

12 Broc (N.), « Un Musée de Géographie en 1795 », Revue d’histoire des sciences, no 27, 1974, p. 37-43 ; Bret (P.), « Le Dépôt général de la Guerre… », op. cit. (surtout p. 116-118, 122-123).

13 Berthaut (H.), La Carte de France…, op. cit. ; Pelletier (M.), « La carte de Cassini à l’époque révolutionnaire », dans Cartes, cartographes et géographes, Paris, CTHS, 1990, p. 15-23 ; Bret (P.), « Le Dépôt général de la Guerre… », op. cit.

14 Voir P. Bret, « Le Dépôt général de la Guerre… », op. cit. ; Bret (P.), La pratique révolutionnaire du progrès technique. De l’institution de la recherche militaire en France (1775-1825), Thèse de doctorat en histoire, Université Paris I/Panthéon-Sorbonne, 1994 (surtout chap. VII, « La formalisation de l’espace : enjeux militaires et professionnels de la géographie, t. II, p. 339-352) ; Bret (P.), « L’astronome Nicolas-Antoine Nouet (1740-1811), membre de l’Institut d’Égypte, directeur de la Carte de Savoie », dans Les scientifiques et la montagne, Paris, CTHS, 1993, p. 119-147.

15 SHD/DAT, 3M217, Rapport au ministre, 21 prairial an X.

16 Godlewska (A.), « The Napoleonic Survey of Egypt. A Masterpiece of Cartographic Compilation and Early Nineteenth-Century Fieldwork », Cartographica, vol. 25, nos 1-2, monographie nos 38-39, 1988.

17 Pansini (V.), L’œil du topographe et la science de la guerre : travail scientifique et perception militaire, 1760-1820, Thèse de l’EHESS, 2002.

18 Bret (P.), « Le Dépôt général de la Guerre… », op. cit., p. 143.

19 MTM, p. xxviij.

20 Elle comprend Sanson et François Épailly, membres de la commission topographique, l’astronome Maurice Henry, chargé de la carte de Bavière, Plessis, ancien calculateur au Cadastre, et le mathématicien Sylvestre-François Lacroix, membre de l’Institut. Son choix se porte sur la projection Flamsteed modifiée.

21 SHD/DAT, 3M217, Rapport no 358 du 21 fructidor an X. De manière surprenante, le rapport ne fait pas état du désir exprimé dix mois plus tôt (13 brumaire an X [4 novembre 1801]) par le ministre Louis-Alexandre Berthier – lui-même ancien ingénieur géographe – de réunir une commission de topographie représentant les différents services publics, pour rédiger « une instruction précise sur la pratique des arts graphiques ».

22 MTM, p. 2-3.

23 ibid., p. xxix-xxx.

24 Voir à ce sujet G. Palsky, « L’œuvre de la Commission… », op. cit.

25 SHD/DAT, 3M160, Chanlaire à Sanson, Paris, 14 pluviôse an XI.

26 SHD/DAT, 3M160, Decrès à Berthier, Paris, 11 pluviôse an XI.

27 SHD/DAT, 3M160, Rosily à Sanson, Paris, 12 pluviôse an XI. Souligné par l’auteur.

28 BRET (P.), « Du concours de l’an II à la suppression de l’École des géographes : la quête identitaire des ingénieurs géographes du Cadastre de Prony, 1794-1802 », dans A. M. Cardoso de Matos, M. P. Diogo, I. Gouzévitch et A. Grelon dir., Entre la formation et l’action : les enjeux professionnels des ingénieurs, xviiie-xxe siècle, Évora et Lisbonne, 2008 (sous presse). Voir aussi P. Jacotin, « Mémoire sur la construction de la carte de l’Égypte », Description de l’Égypte [1822], Paris, Panckoucke, 1824, t. XVII, p. 437-638, et A. Godlewska, Geography Unbound…, op. cit.

29 Bret (P.), « Le Dépôt général de la Guerre… », op. cit. ; Bret (P.), « L’autonomisation d’une profession : de l’ingénieur surnuméraire à l’École d’application des ingénieurs géographes (1763-1809) », Bulletin du Comité français de cartographie, no 139, mars 1994, p. 43-46.

30 Bret (P.), « Le Dépôt général de la Guerre… », op. cit., p. 134.

31 MTM, p. xxix.

32 ibid., p. 62, § XVII, « Réunion en un même ouvrage des travaux de la Commission ». Y auraient été ajoutées les principales instructions du Dépôt sur les levés, les nivellements et les reconnaissances.

33 Par exemple les 21 employés du Bureau topographique de la Carte d’Italie à Milan, 7 pluviôse an XI (SHD/DAT, 3M160).

34 Palsky (G.), « L’œuvre de la Commission… », op. cit.

35 SHD/DAT, 3M163, « Règlement sur le service des officiers du corps impérial des ingénieurs-géographes », p. 4-5.

36 Voir les travaux inédits de L. Cuccoli sur le Giornale dell’Accademia Militare et sa thèse en cours.

37 Bret (P.) et Ortiz (E. L.), « José María de Lanz and the Paris-Cadiz axis to South America », dans P. Bret et I. Gouzévitch dir., La mise en place de la communauté internationale d’ingénieurs dans la première moitié du xixe siècle, Paris, Centre de recherche en histoire des sciences et de l’industrie – Cité des sciences et de l’industrie, 1997, p. 56-77 ; Bret (P.), « Lanz (José María), 1764-1839 », Dictionnaire de biographie française, Paris, Letouzey et Ané, 1999, t. XIX, col. 821-822.

38 Martinel à Sanson, thermidor an XI, cité dans G. Palsky, « L’œuvre de la Commis-Commission.», op. cit.

39 Corvisier de Villèle (M.-A.) et Bousquet-Bressolier (C.), « À la naissance de la cartographie moderne… », op. cit., p. 393.

40 Abbri (F.) et Bensaude-Vincent (B.), Lavoisier in European Context : Negociating a New Language for Chemistry, Canton (Mass.), Science History Publications, 1995 ; Alder (K.), Mesurer le monde…, op. cit.

41 SHD/DAT, 3M213, Sanson à Muriel, Strasbourg, 3 et 4 vendémiaire an XIV.

42 Lettre à Berthier, 26 octobre 1804, citée dans G. Palsky, « L’œuvre de la Commis-Commission.», op. cit.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search