Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les usages des cartes (xviie-xixe siècle)

 | 
Isabelle Laboulais

Des normes aux productions cartographiques : ce qu'ingénieurs et topographes attendent des cartes

Du terrain à la carte : les ingénieurs du roi Louis XIV entre exigences et réalisations

Michèle Virol

Texte intégral

  • 1 Voir l’étude éclairante de D. J. Buisseret, Ingénieurs et fortifications avant Vauban, Paris, CTHS, (...)
  • 2 BnF, Manuscrits français, collection de Cangé, f° 114, référence citée dans D. J. Buisseret, op cit (...)
  • 3 Blanchard (A.), Les ingénieurs du Roy de Louis XIV à Louis XV. Étude du corps des fortifications, T (...)

1La cartographie militaire a bénéficié au xviie siècle de la formation du corps des « ingénieurs du roi ». Reconnus pour la première fois par le Grand règlement de 1604 de Sully, surintendant des fortifications, ils sont essentiellement employés aux fortifications1. Le Grand règlement précise que l’on doit nommer dans chaque province un ingénieur militaire, épaulé par un « conducteur des desseins », pour y effectuer « une carte bien exacte de l’étendue de [son] département » où doivent être notés « les ponts propres à passer l’artillerie, tous les gués ou passages plus faciles à traverser, les rivières, les chemins plus ou moins mauvais » et, « au bas de la carte, le nom de toutes les villes, places et châteaux qui pourraient endurer le canon si elles étaient attaquées2 ». Ce règlement, appliqué durant toute la première moitié du siècle, a permis le développement d’équipes de cartographes militaires rompus aux levés de terrain ordonnés par campagnes. Leur recrutement s’est accéléré sous le règne personnel de Louis XIV (1661-1715) : 350 ingénieurs ont été recrutés entre 1661 et 1691, avec une moyenne de 250 à 270 ingénieurs en activité au cours d’une même année, 160 dépendant du département de la Guerre et 100 de celui de la Marine3. Jusqu’en 1691, le recrutement se fait en fonction des besoins : il est approximativement de 10 par an après 1661, date à partir de laquelle nous disposons de données fiables. À la mort du marquis de Seignelay en 1690, les ingénieurs de la Marine passent au département de la Guerre et l’année suivante, à la mort de Louvois, une direction générale des fortifications des places de terre et de mer, rattachée à la Guerre, est créée. À sa tête, Michel Le Peletier de Souzy, intendant des finances, procède dès 1692 à un regroupement des ingénieurs dans 24 directions réparties sur le territoire. Sébastien Le Prestre Vauban, qui a succédé en 1678 au chevalier de Clerville au poste de commissaire général des fortifications, en a la responsabilité technique. Il est à la tête d’un véritable service, même si l’organisation en reste rudimentaire.

  • 4 SHD, bibl. Génie, ms. in-8° 121. Sont exclus de cette étude ceux qui, nombreux certaines années mai (...)

2Entre 1692 et 1715, 363 ingénieurs sont reçus et répertoriés sur une liste officielle conservée à la bibliothèque du Génie4. Après 1700, le nombre d’ingénieurs militaires recrutés est multiplié par six en comparaison des dix années précédentes, en raison de la guerre de Succession d’Espagne qui impose un recrutement massif pour l’entretien des places, mais aussi pour les combats où ils sont nombreux à mourir. Parmi eux, 297 sont répertoriés en activité entre 1701 et 1715.

Période

Ingénieurs recrutés

Ingénieurs en activité

Avant 1691

350

322

1692-1700

34

26

1701-1715

329

297

Total

713

64

3Certains sont appelés « ingénieurs des camps et armées » puis « ingénieurs géographes » quand ils se consacrent en temps de paix à la réalisation des cartes, ou à la reprise de celles dessinées pendant les campagnes.

  • 5 Cette appellation est mentionnée dans un arrêt de 1682 qui charge le sieur Delamant de faire un cer (...)
  • 6 Virol (M.), Le rôle des techniques dans la construction de l’État (1685-1715), Thèse d’habilitation (...)

4Les ingénieurs civils, moins nombreux, apparaissent pendant cette période sous l’appellation d’« ingénieurs ordinaires de sa Majesté5 ». Un ingénieur est affecté à chaque généralité, sous l’autorité du « directeur du détail des ponts et chaussées », et un arrêt du 28 novembre 1713 organise ce qui va devenir le corps des Ponts et Chaussées en nommant onze inspecteurs généraux qui se partagent vingt-deux départements d’ingénieurs. Des passerelles sont possibles entre les deux services et nous avons pu identifier neuf ingénieurs du roi qui sont passés aux Ponts et Chaussées à la fin du règne de Louis XIV6.

  • 7 Lettre de Vauban à Le Peletier de Souzy, 17 février 1693, dans A. Rochas dAiglun, Vauban, sa famil (...)

5Formant un corps militaire peu nombreux, les ingénieurs embrassent un grand nombre d’activités au service de la vaste entreprise de conquêtes militaires de Louis XIV : ils participent aux sièges, réalisent et supervisent les travaux de fortifications dans les places fortes du royaume et cartographient le territoire. S’ils doivent être polyvalents, tous ne possèdent pas les mêmes talents. Les ingénieurs de la tranchée n’ont pas les compétences de ceux qui ont appris pendant plusieurs années l’art de la construction militaire – Vauban précisant en 1693 à Le Peletier de Souzy : « Un bon bâtisseur ne se fait qu’en quinze ans d’application7 » –, ni de ceux qui sont capables de cartographier. Il est demandé à tous les ingénieurs de savoir dessiner et lire une carte, mais les réalisations cartographiques mettent en jeu des compétences différentes. Toutefois, la normalisation de leurs règles est en œuvre.

La normalisation, une nouvelle exigence

6La volonté administrative des ministres de Louis XIV de contrôler les hommes et les pratiques des services dont ils ont la responsabilité a favorisé un début d’uniformisation et d’organisation. On l’observe pour les ingénieurs, contraints d’adresser à l’administration des documents qui répondent à des normes de mieux en mieux définies.

Des multiples usages du dessin et de la carte par les ingénieurs

7L’importance de la guerre et en particulier de la guerre de sièges sous Louis XIV a valorisé le métier d’ingénieur militaire. Celui-ci doit faire preuve, entre autres compétences, d’une bonne maîtrise du dessin dans des circonstances variées. Les dessins exigés des ingénieurs se hiérarchisent progressivement, et trois sortes de documents sont généralement attendues :

  • des plans chorographiques des environs des places levés entre 1 500 et 800 toises (soit entre 2,9 et 1,5 km) autour de la ville, qui montrent la topographie environnante (Figure 1.1, Tournai) ;

  • des plans directeurs levés à 350 toises (environ 680 m) autour de la place, qui permettent de délimiter l’enceinte de la place et le périmètre du « théâtre des attaques » (Figure 1.2, Ypres) ;

  • des plans particuliers présentant les bâtiments et ouvrages militaires qui obéissent à la trilogie en vigueur pour l’architecture civile (élévation – plan – coupe).

  • 8 Vérin (H.), La gloire des ingénieurs. L’intelligence technique du xvie au xviiie siècle, Paris, Alb (...)
  • 9 Virol (M.), Vauban, de la gloire du roi au service de l’État, Seyssel, Champ Vallon, 2007, p. 40.
  • 10 « Instruction pour ordre à tenir pour les ouvrages par ceux qui y sont employés » (1680), SHD, BSG, (...)

8Souvent soigné et longuement travaillé, le dessin d’une future place forte doit aussi convaincre la puissance politique, qui décide de la dépense, de l’intérêt du projet par une démonstration qui ne doit pas être contestable. Pour cela, l’ingénieur peut prendre avis auprès des officiers, des financiers et de divers corps de métiers, ce qui ne fait pas de lui un dessinateur dans sa tour d’ivoire mais un expert aux multiples compétences, qui doit résoudre des problèmes de natures différentes sur le terrain, faire face à « l’universelle contrariété8 » tout en répondant aux intentions stratégiques du roi. Son dessin doit être accompagné d’un mémoire descriptif complet, exemple de mise en forme écrite des savoirs selon un modèle structuré. De plus, le plan d’une place est considéré comme un secret défense, et il faut s’assurer de la fidélité de ceux qui le lèvent. Vauban préconise par exemple de réintégrer dans ses fonctions – ou à défaut de le faire tuer – l’ingénieur du roi Génédot qui menace, s’il n’obtient pas gain de cause, de publier un Mémoire concernant les défauts des places9. Pour éviter ces risques, il recommande que le gouverneur d’une place n’accorde l’autorisation de lever un plan qu’à deux personnes, le directeur général ou l’ingénieur particulier10. La pratique évite en un sens ces écueils puisque chaque ingénieur n’a en main qu’une petite partie des cartes et plans, seul l’ingénieur en chef, le commissaire général, peut par d’incessants déplacements avoir accès à la globalité.

9Certains ingénieurs peuvent faire des levés cartographiques du royaume de manière ponctuelle et irrégulière, quand la saison de la guerre est terminée. Leur nombre étant insuffisant et leurs cartes et plans n’étant pas collationnés ni conservés de manière rationnelle et systématique (Louvois ne demandera un dépôt qu’en 1688), il n’y a pas encore de véritable organisation de service cartographique.

  • 11 Brisac (C.), Le Musée des plans-reliefs, Hôtel national des invalides, Paris, Pygmalion, 1981, p. 7 (...)
  • 12 « Il n’y a pas longtemps que l’invention de modeler les plans est reçue en France et je crois que c (...)

10Enfin, la réalisation des maquettes ou plans-reliefs11 réalisés en trois dimensions à l’imitation de celui de Pignerol (créé par Alain Manesson-Malet en 1663) et de celui de Narbonne (par François Andréossy en 1665) a pu influencer la pratique cartographique des ingénieurs12. Leur nécessité dans la prise de décision est incontestable, puisque la construction d’une forteresse devait être, dans tous les cas, précédée d’une étude d’impact qui permît d’apprécier l’adaptation du projet à son site naturel, et à cette époque seul le plan-relief, par sa qualité de représentation jusqu’à la limite de portée des canons, permettait cette appréhension immédiate. Ces mises en scène visuellement explicites étaient réalisées à partir de descriptions minutieuses des villes et de cartes très précises d’une grande partie de l’espace construit, au 1/600 (soit un pied pour cent toises). Des ingénieurs connus se sont attachés à ce travail en sus de leurs autres activités d’ingénieur du roi, tels Charles Sauvage, Jacques Laurens ou Jean François de Montaigu.

11La direction des fortifications va tenter, à la fin du xviie siècle, d’uniformiser les codes utilisés par les ingénieurs.

Des normes de plus en plus précises

  • 13 Le Muet (P.), Plans des places fortes de la province de Picardie ensemble la carte generalle des pr (...)

12Les règles imposées vont porter en premier lieu sur les lavis puis sur les cartes. Alors que les ingénieurs actifs durant le règne de Louis XIII employaient encore des codes très personnels – tel Pierre le Muet qui note sur l’un de ses plans en 1631 que « la ligne double représente ce qui est fait de maçonnerie, la simple ce qui est de terre, la verte ce qui reste a faire13 » –, les ingénieurs de Louis XIV doivent se plier à des pratiques plus codifiées. Les teintes de lavis se normalisent progressivement et l’usage d’une couleur différente pour distinguer les travaux à effectuer de ceux qui sont déjà réalisés devient essentiel pour connaître rapidement l’état des fortifications, sans avoir à lire des légendes parfois superflues. Ainsi, lorsque Charles de Pêne est désigné en 1676 pour réaliser les plans des places de Picardie, Jean-Baptiste Colbert envoie une dépêche à l’intendant en place pour lui annoncer :

  • 14 Depesches Royales, 1676, Bibliothèque de l’Assemblée nationale, cote 250 f° 546.

Le Sieur Pêne, ingénieur et géographe ordinaire du Roi, s’en allant par ordre de sa majesté dans les places de Picardie pour en lever de nouveaux plans plus exacts que ceux qui ont été faits jusques à présent et marquer de couleurs différentes les ouvrages faits d’avec ceux qui restent à faire14.

13Dans la deuxième moitié du siècle, il semble établi que le jaune est utilisé pour les projets, le rouge pour la maçonnerie et le brun pour les ouvrages de terre.

14Vauban affirme clairement cette codification des couleurs et l’importance de son respect dans l’instruction de 1680, alors qu’il est commissaire général des fortifications en titre. Il précise les consignes que devra suivre l’ingénieur chargé de réaliser un plan de la fortification d’une place :

  • 15 Le Directeur des fortifications, dans A. Rochas dAiglun, Vauban, sa famille et ses écrits…, op. ci (...)

L’ingénieur […] fera à la fin de l’année un plan assez grand pour que toutes les pièces qui le composent y puissent être clairement distinguées avec les particularités qui le doivent accompagner : sur lequel il observera de laver de rouge toutes celles qui seront achevées, si les ouvrages qu’elles représentent sont revêtus de muraille, & d’ancre de la Chine ou de grisaille, si c’est simplement de terre ou de gazon ; distinguant le parapet du terre-plein par une touche plus forte aux endroits où il sera commencé : mais où il n’y en aura point encore, le lavis sera tout uni, avec cette remarque, que plus l’ouvrage sera avancé & près de sa perfection, plus il faudra aussi fortifier ledit lavis, & approcher sa couleur de celle des ouvrages parfaits. Les pièces qui ne seront qu’en projet, & auxquelles on n’aura pas encore travaillé, seront lavées de jaune, pour les distinguer des autres, & les parties du vieux plan, ou des vieux ouvrages qui seront effacées par le nouveau dessein, seront simplement représentées par des lignes ponctuées ; ceci est une loi qu’il faudra suivre exactement, pour éviter la confusion que le coloris des plans, diversifiés indifféremment de toutes sortes de couleurs, pourrait causer, en prenant la signification de l’un, pour celle de l’autre15.

15Avant même que l’ingénieur Nicolas Buchotte ne rassemble ces codes dans Les Règles du dessin et du lavis, ouvrage publié en 1722 chez Langlois, on voit qu’ils étaient appliqués depuis plus d’un demi-siècle dans le service des fortifications.

16Les échelles des documents exigés des ingénieurs sont aussi codifiées, comme le rappelle une « Instruction pour les ingénieurs et les dessineurs [sic] qui lèvent les plans des places du Roy » de Vauban, qui précise :

  • 16 SHD, BSG, ms. 340, f° 50.

L’échelle des plans des places fortifiées sera d’un pouce de Roy pour quatre cents toises [779 m]. Lorsque les ingénieurs lèveront les plans particuliers des grandes ou petites citadelles ou châteaux pour en rendre les mesures plus sensibles ils donneront aux plans des grandes citadelles ou châteaux un pouce pour vingt-cinq toises, et au plan des petites un pouce du Roy pour dix toises16.

17L’instruction détaille également les signes cartographiques qui doivent être employés pour une lecture claire et précise. L’orientation des plans doit être figurée par une boussole : « Ils n’oublieront pas de mettre sur les plans une boussole qui fait connaître de quelle manière ils sont orientés, observant de mettre toujours le nord en haut » ; le sens des cours d’eau par une flèche : « Ils marqueront le cours des rivières et ruisseaux par des flèches, mettront leur nom et les répéteront en plusieurs endroits lorsque leur cours aura assez de longueur pour mériter leur attention » ; la toponymie comme ceci : « Ils marqueront le plus exactement qu’ils pourront les pentes des montagnes, collines, hauteurs et rideaux, ils écriront correctement et lisiblement le nom des villes, bourgs, villages, hameaux, châteaux et bois et placeront les écritures de manière qu’elles se distinguent et se lisent aisément ». Une attention particulière est également accordée aux légendes où « des chiffres marqueront les noms des portes, celui des bastions et autres ouvrages, des principaux édifices, des magasins, casernes et de tous les bâtiments appartenant au Roy ». Ces légendes pourront être complétées par des annotations rédigées dans la bordure des documents : « Laisser une marge de quatre pouces trois lignes aux deux côtés de ces cartes pour pouvoir écrire les remarques et observations nécessaires » (Figure 1.3).

  • 17 Mémoires du marquis de Feuquière, p. 140-267, cité par J.-P. Bois, « Le marquis de Feuquière, strat (...)

18La codification des projets est strictement exigée, et les ingénieurs apprennent à observer et à rendre compte non seulement des constructions ou des travaux prévus, mais aussi de l’environnement topographique, économique et humain. Ils sont entraînés à rédiger des descriptions pour leur service. L’observation, base de la reconnaissance, est en effet essentielle pour préparer une campagne mais aussi choisir un site (dans ses Mémoires, le marquis de Feuquière consacre plus de cent vingt pages à la connaissance préalable du pays avant une campagne17). Les cartes que les ingénieurs réalisent doivent porter des informations précises sur les lieux, les paysages, les objets ou encore les toponymes en usage dans le pays. Cependant, les ingénieurs doivent aussi intervenir dans l’urgence et dans des situations périlleuses, et donc dessiner rapidement sans l’aide d’appareils de mesure. Le chevalier de Ville avait soulevé cette contradiction entre les exigences du terrain et les règles données par les traités de fortification qui conseillent plusieurs méthodes pour tracer avec précision au moyen de calculs trigonométriques ou d’appareils sophistiqués :

  • 18 Ville (A. de), La Fortification du Sieur A. de Ville ou l’ingénieur parfait ; dont le contenu se vo (...)

Ces instruments sont bons et beaux pour d’autres usages, & sont très assurés quant à la théorique, & à la science, vu qu’ils sont fondés sur des principes & démonstrations infaillibles, lesquelles on ne peut pratiquer ici, à cause qu’on est toujours empêché de s’en servir commodément18.

19Et Vauban, à son tour, conseille aux ingénieurs de ne pas « se rompre la tête » avec les instruments de mesure, proposant d’ailleurs la méthode à suivre pour lever cavalièrement une carte :

  • 19 Archives Rosanbo, 260 AP 4, Mémoire pour servir d’instruction dans la conduite des sièges.

Comme cette matière est nécessaire, j’enseignerai ici à la faire cavalièrement et sans beaucoup de peine. […] En une journée de temps on peut expédier une carte de cette façon, qui servira autant qu’une plus juste qui ne pourrait être faite comme il faut en huit jours19.

20Les ingénieurs qui reçoivent ces consignes les appliquent avec plus ou moins de talent, mais les cartes conservées au Service historique de la Défense (SHD) montrent les réalisations de certains ingénieurs aux grandes capacités tels Jacques Tarade, directeur des fortifications d’Alsace, ingénieur de grande qualité et fin dessinateur, ou Claude Masse, rompu aux dessins, à la construction et à l’entretien des places du littoral atlantique, qui devient un excellent cartographe.

Des cartes particulières aux cartes générales

21Les ingénieurs reçoivent des commandes spécifiques du commissaire général des fortifications, cartes des fonds de rivières, cartes des littoraux par exemple, mais ce sont surtout les cartes chorographiques et régionales qui sont exigées. Vont-ils participer à la réalisation d’une carte générale ?

Les commandes du commissaire général des fortifications

  • 20 Clerville (L.-N. de), Mémoire sur ce qui reste à faire au port de Cette pour la commodité du commer (...)
  • 21 La Description géographique de Vézelay est un mémoire inclus dans le recueil des Oisivetés, t. II. (...)

22Il est important de souligner que le souci d’optimisation demandé au projet de l’ingénieur tient compte de l’environnement, c’est-à-dire des conditions générales politiques, financières et internationales, de sorte que l’ingénieur est progressivement conduit à chercher les informations les plus précises possibles sur les différents paramètres susceptibles de modifier le problème qui lui est posé. Le chevalier de Clerville, commissaire général des fortifications, avait largement ouvert la voie en publiant ses conclusions à propos du port de Sète en 1677, dans un mémoire sur le commerce du Languedoc et le canal des deux mers20. Vauban poursuit cette idée et tente de la mettre en pratique par la réalisation d’un modèle imprimé de formulaire de dénombrement en 1686, et par la rédaction d’une Description géographique de l’Élection de Vézelay (1696) qu’il souhaite voir reproduire dans toutes les régions pour réaliser, par accumulation, une description géographique du royaume21. Ainsi les ingénieurs livrent des descriptions de pays, font des dénombrements sur le modèle du formulaire de Vauban et réalisent des cartes enrichies de données chiffrées. Vauban précise, dans un « Agenda pour faire l’instruction du dénombrement des peuples et la description des pays », les moyens dont il faut disposer pour connaître le royaume :

  • 22 Agenda « Pour faire l’instruction du dénombrement des peuples et la description des pays », Archive (...)

Avoir 1° une carte generalle bien exactement levée
2° des particulières de chaque généralité
3° une de chaque élection ou de telle autre dépendance quelles se trouveront dans les pays où il n’y a point d’élection,
plus les plans des places s’il y en a et des lieux plus considérables avec des notes qui instruisent des particularités historiques22.

  • 23 Vauban (S. Le Prestre), Mémoires inédits, publiés par A. M. Augoyat, éd. J. Corréard, 1841, p. 20-2 (...)

23Les cartes tiennent la première place dans cette énumération. Vauban ne précise pas, toutefois, les caractéristiques d’une carte exactement levée, adoptant les cartes gravées par les géographes du roi, même s’il les trouve parfois incomplètes, comme le montre sa lettre du 9 mars 1698, apostille du Mémoire sur la Flandre flamingante (1697) de l’ingénieur Jean-Anténor Hüe de Caligny, dans laquelle il lui conseille d’ajouter à la carte connue « par des lignes ponctuées, toutes les divisions de pays dont il est parlé dans le mémoire, qu’il faudrait toute [sic] enluminer de différentes couleurs, comme on fait d’ordinaire à toutes les cartes23 ». La carte, par les précisions administratives qu’elle peut apporter, est devenue le complément indispensable du dénombrement.

24On peut d’ailleurs penser que ce souci de préciser les limites territoriales des ressorts des différentes institutions administratives, mais aussi de la province, laisse entendre que les lignes ponctuées et les couleurs peuvent également servir à signaler les frontières du royaume.

25Aux archives Rosanbo, qui rassemblent une très grande partie des papiers de Vauban, ont été conservées hors cote (Figure 1.4) des cartes des places fortes du Nord et de l’Est de la France, de Dunkerque à Salins, chacune étant représentée par un dessin rapide de la ville et dotée d’un numéro (le no 1 est attribué à Calais, le no 65 à Aussonne [Auxonne]). Chaque numéro renvoie à un plan de place, 65 plans étant associés à cette carte générale. Ce document est remarquable car il permet de visualiser (en noir) les places françaises reliées entre elles par trois lignes en pointillé qui marquent trois lignes de défense en profondeur. Habituellement, d’après les mémoires de Vauban qui détaillent le « pré carré » ou la ceinture de fer, seules deux lignes sont présentées. Les places ennemies sont figurées en rouge et aussi reliées entre elles par une ligne en pointillé rouge (Nieuport, Dixmude, Courtrai, Ath, etc., jusqu’à Basle [Bâle]). La frontière est donc formalisée ici par la bande comprise entre la ligne noire supérieure et la ligne rouge. Elle rend compte de la situation au moment des négociations de la paix de Ryswick (1697), mais si des places perdues par ce traité (Mons, Charleroi, Ath, Courtrai ou Philippsbourg à l’est) sont bien marquées en rouge, les places lorraines cédées au duc telles que Hombourg, Bitche ou Nancy, mais aussi d’autres places importantes perdues à la suite du traité (Luxembourg, Brisach, Fribourg ou Huningue) sont en noir – Kehl n’est pas mentionnée. Il est donc difficile de tirer des conclusions fermes sur la datation du document et sur ses finalités précises. Il est néanmoins évident qu’il s’agit aussi de visualiser les défenses de Paris, figurées par ces trois lignes de places et par l’usage logistique des cours d’eau, seuls éléments géographiques représentés. La carte de localisation donne une vision dynamique des lignes de défense, alors que les plans de place offrent à une autre échelle tous les détails du potentiel des fortifications. C’est un document de travail synthétique que le commissaire général des fortifications avait peut-être commandé et qui, pour nous, avec ses incertitudes quant au statut des places amies ou ennemies, n’est pas complètement élucidé.

26La généralisation au royaume des recommandations en matière de plans, cartes et descriptions géographiques correspond pour Vauban à un changement d’échelle et non à un changement de nature, dans la mesure où il conceptualise l’espace du royaume comme la somme des espaces qui le composent. Pour envisager la cartographie du royaume, il conçoit la juxtaposition des cartes sous la forme d’un atlas français divisé en autant de livres qu’il y a de provinces, comme l’affirme clairement la conclusion du chapitre X de la Dîme royale :

  • 24 Vauban (S. Le Prestre), La Dîme royale, dans Les Oisivetés de Monsieur de Vauban…, op. cit., p. 874

On pourrait y ajouter pour les rendre parfaitement intelligibles, les Plans et Cartes particulières des Villes, et des Pays, levés avec soin, et si bien circonstanciés, que les Bois, les Prés, les Terres labourables, Rivières, Ruisseaux, Marais, Montagnes, Villes, Châteaux, Villages, Abbayes, Censes, Moulins, Ponts, Chemins, etc. y fussent distingués par noms et figures, placés dans leur vraie distance naturelle, orientés et levés géométriquement, et bien figurés ; ce qui se pourrait par le moyen d’un Atlas Français, divisé en autant de Livres qu’il y a de Provinces dans le Royaume24.

  • 25 Jacob (C.), L’empire des cartes. Approche théorique de la cartographie à travers l’histoire, Paris, (...)
  • 26 . Duchesne (A.), Dessein de la description entière et accomplie du très florissant et très célèbre (...)
  • 27 Alliés (P.), L’invention du territoire, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1980, p. 57-5 (...)

27L’atlas présente la somme des connaissances cartographiques des éléments naturels et humains, bien localisés et fidèlement représentés, avec une toponymie sûre. Il est l’instrument d’une volonté méthodique exhaustive. Cette forme de compilation de cartes s’impose dans la deuxième moitié du xviie siècle, après le succès du premier atlas Theatrum orbis terrarum d’Abraham Ortelius – dont l’édition française date de 1581 – et de celui de Joan Blaeu, Atlas theatrum orbis, bien connu de Vauban, et après les publications françaises Atlas du monde de Nicolas Sanson, Atlas nouveau de son fils Guillaume, Atlas français d’Hubert Jaillot et L’Atlas curieux de Nicolas de Fer25. Rien de nouveau non plus dans l’énumération par Vauban des éléments que doivent comporter les légendes des cartes : André Duchesne, dans son projet de 1614, Dessein de la description entière…, défendait déjà la nécessité du relevé topographique du royaume et du dénombrement « socioprofessionnel » de la population26, et les géographes du roi Jaillot, Nolin, de Fer et Delisle dressaient pour la royauté depuis les années 1650 des cartes régionales, connues sous le nom de « vues de lieux » ou « descentes »27, à partir des enquêtes des bailliages et sénéchaussées.

  • 28 Archives Rosanbo, 260 AP 61, dossier 1, pièce 1, f° 33.

28Si la conception de la carte exprimée par Vauban ne présente pas de nouveauté, son importance comme support visuel et informatif indispensable, son statut de « boussole du pouvoir28 » sont clairement défendus auprès des ingénieurs qui doivent contribuer à la réaliser ou à l’améliorer.

La carte de l’Académie des sciences

  • 29 Pelletier (M.), « La première carte de base de la France », Espace français. Vision et aménagement, (...)
  • 30 Les comptes des Bâtiments du Roi mentionnent aussi les sieurs Beaulieu, Dupuy, Pivert et Loir.

29Il faut distinguer les travaux de l’Académie des sciences de ceux des ingénieurs sur le terrain, même si certains passent de l’une à l’autre. Lorsque l’Académie fait tester, sur les indications de Gilles Personne de Roberval et Jean Picard, les nouvelles méthodes de triangulation sur une carte des environs de Paris29, les relevés sont effectués par Antoine Niquet, un des aides de l’Académie, futur ingénieur des fortifications et futur directeur de celles du Languedoc, et du Vivier (David Vivier), futur ingénieur du roi30. Les neuf feuilles de la Carte particulière des Environs de Paris sont réalisées en 1674 à grande échelle (une ligne pour cent toises, soit au 1/86 400) et avec une grande clarté (fines hachures pour les vallons et les coteaux, représentation des forêts) par le graveur François de La Pointe.

  • 31 Jean Picard, mathématicien et astronome, est le successeur de Gassendi à la chaire d’astronomie du (...)

30Réaliser une carte générale du royaume est néanmoins la mission que Colbert a confiée à l’Académie des sciences. La confection d’un châssis général « qui distribuerait tout le Royaume par des triangles liez ensemble » en s’appuyant sur une « route ou travers », le long du méridien de Paris, du Nord au Sud de la France a été proposée en 1681 par l’abbé Jean Picard (1620-1682) au ministre Colbert31. Ainsi serait élaborée la « carte du Royaume par provinces », tâche accomplie par la famille Cassini de 1700 à 1747. Les célèbres cartes au 1/86 400, publiées seulement dans les années 1757-1762, furent réalisées avec l’assistance d’ingénieurs de terrain (deux ingénieurs par carte). Les ministres Louvois puis Pontchartrain n’ayant pas donné la même priorité que Colbert aux cartes, leur financement a été interrompu de la mort de ce dernier en 1683 à 1700, ce qui peut expliquer le retard pris pour leur réalisation.

  • 32 Mémoires de l’Académie des sciences, 1666-1699, Paris, 1729, t. VII, p. 421-430.

31C’est donc une autre carte générale, la Carte de la France corrigée par ordre du Roy sur les observations de Mrs de l’Académie des sciences qui est d’abord présentée à l’Académie, avec les « observations faites en Provence et à Lyon sur la fin de l’année 1682, par Monsieur de La Hire32 ». C’est la première carte de France reposant sur des mesures précises, et il est surprenant que Vauban la considère à l’égal de celles des géographes Sanson, de Fer, Delisle et Nolin dans la Dîme royale, lorsqu’il les compare pour estimer la superficie du royaume. Pourquoi n’accorde-t-il pas plus de crédit à la première carte scientifique, lui qui est élu membre honoraire de cette Académie en 1699 ? Perçoit-il qu’il faudra attendre très longtemps avant d’obtenir toutes les cartes qu’il appelle de ses vœux ?

  • 33 Ce mémoire est adressé par Guillin à « M. de Vauban, Lieutenant Général des armées du roy, de Brisa (...)
  • 34 D’après A. Blanchard, Les ingénieurs du Roy…, op. cit., p. 355, deux ingénieurs portent ce nom : «  (...)
  • 35 Carte manuscrite par Guillin, 29 mars 1699, SHD, département de l’Armée de terre, 1VH 1262, pièce n(...)

32En attendant, il applaudit lorsque l’ingénieur Guillin lui adresse un Projet pour avoir une carte générale du royaume et de ses frontières, avec toute la justesse possible (1698)33. Ce collaborateur de Vauban34 lève en 1698-1699 une « carte particulière des environs de Neuf-Brisack, du comté de Horsbourg et de la seigneurie de Rikenweyr35 ». C’est « en travaillant au dernier bout de carte que j’ai levée par votre ordre, écrit-il à Vauban, que la pensée d’une carte générale m’est venue ».

33Guillin suggère de profiter du temps de paix pour faire ce travail, en commençant par les contours, puis en remplissant l’intérieur, chemins, rivières, puis « ce qui relève du spirituel et du temporel ». Dans chaque province serait créé un bureau des cartes qui enverrait tous les mois un brouillon de ce qui a été levé au bureau général parisien. Des inspecteurs iraient à cheval vérifier les données de chacun des mémoires et des mises à jour seraient effectuées si nécessaire car, avance-t-il, « dans la suite des temps pour les paysages […] il peut venir des bois où il y a des terres ou au contraire, […] on peut défricher des bois ». Guillin propose également une méthode, à faire imprimer aux frais de Sa Majesté, pour étalonner les instruments (brouette, contetoise, boussole, rapporteur, etc.) et expliquer la manière de s’en servir, reprenant les instructions données par Vauban pour lever une carte. Ce dernier a fait école, car Guillin calcule le coût d’une telle opération en suivant son raisonnement. Il retient 36 000 lieues carrées pour la superficie du royaume (pourquoi ? Vauban avance 30000) et estime que 30 lieues carrées peuvent être levées par jour et par personne. Avec 200 ingénieurs, 6 000 lieues seraient couvertes par an et il faudrait alors six années pour lever la carte de la totalité du royaume ! Guillin se préoccupe plus de transposer à l’échelle du royaume les consignes qui s’appliquent au levé d’une carte particulière que de réfléchir aux difficultés de la réalisation d’une carte générale. Difficultés auxquelles, pour l’Académie des sciences, les Cassini vont se heurter. L’ingénieur ne se pose pas de questions sur l’exactitude des relevés, il est confiant dans la maîtrise que les ingénieurs ont des cartes particulières.

34À défaut d’une méthode scientifique, c’est l’organisation administrative qui est ici envisagée, la mesure du royaume et sa représentation cartographique étant présentées comme la somme des mesures et représentations des différentes provinces du royaume, auxquelles les ingénieurs ont seulement accès.

  • 36 Beaucoup d’auteurs écrivent que la conception de territoire éclôt au xviiie siècle, par exemple M. (...)

35Les ingénieurs vont cependant être sollicités pour représenter et aménager l’espace du royaume pensé désormais par un certain nombre comme un espace de pouvoir, c’est-à-dire un territoire36.

Les ingénieurs et les cartes

36À la fin du siècle, les compétences des ingénieurs, notamment en matière de dessin et de cartographie, vont être plus clairement reconnues. Lors de l’organisation du département des fortifications et du corps des ingénieurs du roi en 1692, Le Peletier de Souzy demande à Vauban un dossier sur chaque ingénieur, dans lequel doivent figurer leurs états de service et leurs compétences. Chaque directeur de département, sollicité par le commissaire général des fortifications, doit indiquer :

[…] le nom, l’âge, le pays, la qualité et le lieu d’où sont ceux qui travaillent dans votre département ; par qui ils sont dans l’emploi ; combien il y a de temps qu’ils servent, et où, ce qu’ils ont d’appointements, s’ils ont vu des sièges, quels et combien ; s’ils sont mariés ou non ; s’ils entendent le toisé et le dessin ; et ce qu’ils savent faire de mieux afin de pouvoir appliquer chacun selon son savoir autant qu’il sera possible.

  • 37 François Chevalier, mathématicien formé à la fortification par Vauban, entre à l’Académie des scien (...)
  • 38 Ces enseignants chanoines ou jésuites (Claude Famuel, Jean du Breuil, sous le pseudonyme de Sylvère (...)
  • 39 Guttin (J.), Vauban et le corps des ingénieurs militaires, Paris, Thèse de doctorat en droit, 1957, (...)

37Le Peletier de Souzy organise enfin en 1697 l’examen d’aptitude à l’emploi d’ingénieur demandé par Vauban depuis tant d’années. La direction de cet examen lui est confiée ; il est relayé, en raison de ses fréquentes absences, par le mathématicien Joseph Sauveur et le gendre de celui-ci, François Chevalier, tous deux membres de l’Académie des sciences37. Mais la théorie ne saurait suffire, surtout quand elle est enseignée par des jésuites qui, pour Vauban, ne connaissent rien au terrain38 ; il insiste sur l’importance de deux années de noviciat, comme Colbert et son fils le marquis de Seignelay l’avaient instauré pour les ingénieurs de la Marine39.

38Dans ce processus de reconnaissance des compétences, les bons cartographes sont remarqués, mais ils ne sont pas encore entièrement spécialisés. Ainsi, en 1685, le marquis de Seignelay en charge de la Marine et des Colonies demande à Vauban de lui désigner un ingénieur pour le Canada. Robert de Villeneuve est proposé par Vauban en raison de ses compétences décrites en ces termes :

Il est capable de bien lever les plans et profils de quelque lieu que ce soit et d’assez bien faire une carte qui est à mon avis tout ce qui peut vous faire besoing au pais ou vous voulez l’envoyer.

39Seignelay s’inquiète de ce choix d’un ingénieur de second ordre :

  • 40 Lettre de Seignelay à Vauban, 19 mars 1685, SHD, M. R. in-f° 250.

Je ne doute pas que le dessigneur que vous m’avez adressé ne scache lever un plan et faire une carte et je vois même qu’il dessine assez proprement, mais cela ne suffit pas pour l’envoyer en Canada où il est nécessaire d’un ingénieur qui outre le dessein schache encore faire travailler sur le terrain, faire le devis et les thoizes, et qui soit capable de bien conduire la maçonnerie et même de donner son avis sur les projets des ouvrages qui seront proposés40.

40Villeneuve s’acquitte honorablement des différentes tâches demandées, mais il est peu apprécié du gouverneur du Canada, aussi après sa deuxième visite en France en 1692, il ne repart plus. Vauban fonctionne comme son supérieur, proposant même de lui payer personnellement les papiers en couleurs et les pinceaux dont il a besoin pour faire les cartes. Il obtient qu’il soit envoyé dans les Alpes pour lever la carte de la nouvelle place forte de Mont-dauphin, mais la modicité de l’appointement oblige Vauban à intervenir à nouveau. Il écrit à Le Peletier de Souzy :

  • 41 Lettre de Vauban à Le Peletier de Souzy, 23 mai 1693, dans A. Rochas dAiglun, Vauban, sa famille e (...)

C’est un lieu [Montdauphin] où il fait deux fois plus cher vivre que partout ailleurs et où la levée des cartes est dix fois plus difficile… si on le met dans l’impuissance de pouvoir subsister, le désespoir le fera déserter et il en sait assez pour pouvoir nuire. Ayez donc la bonté de le faire chercher à Paris, s’il y est encore, et lui faire donner la paye qu’on donne aux autres. Sinon envoyez-le-moi avec ses 100 livres ; je tâcherai de le faire tuer au premier siège et voilà ce que je peux faire de mieux pour votre service41.

  • 42 Vauban (S. Le Prestre), Les Oisivetés de Monsieur de Vauban…, op. cit., cahier de planches, 16e pla (...)

41Certes les appointements des ingénieurs étaient modestes et couvraient rarement leurs frais, mais ils atteignaient au moins 600 livres. Villeneuve a obtenu une augmentation, mais de retour à Paris, Vauban le garde à son service pour faire des plans et des cartes, comme le signale l’état des ingénieurs de 1696 : sur 274 ingénieurs, 6 sont payés à Paris, dont Pène de Vaubonnet ayant le soin des plans et cartes du roi, Villeneuve qui travaille à diverses cartes et Berthier qui a la charge des plans en relief du château des Tuileries. Il est clair que Vauban garde auprès de lui certains cartographes, et le fait que Villeneuve ait servi au Canada et soit un bon cartographe justifie ce traitement particulier. Il en sera de même pour Jean-Baptiste Franquelin, arrivé au Canada en 1671, hydrographe et cartographe de 1674 à 1692 et ingénieur du Canada en novembre 1689. De retour en France en 1692, il est employé par Vauban et réalise pour lui la carte de la Nouvelle France envoyée à Jérôme de Pontchartrain le 7 mai 1699 et insérée à la fin du mémoire Moyen de rétablir nos colonies d’Amérique et de les accroître en peu de temps, tome IV des Oisivetés42 (Figure 1.5).

42Au fil des années, un homme comme Franquelin se montre de plus en plus rigoureux et scientifique dans la réalisation de ses cartes, témoignant d’un questionnement cartographique intéressant à souligner. En 1686, après le traité de neutralité signé avec l’Angleterre à propos des terres du Canada, le cartographe demande des précisions sur les frontières des colonies des deux pays, et adresse deux mémoires au marquis de Seignelay en 1689 en ce sens, suggérant de « tirer des lignes justes et former des limites en plantant des bornes ». Il souhaite aussi une clarification des divisions et une stabilisation des noms qui devraient être français :

Il semblerait qu’il serait assez nécessaire de diviser ce grand terrain en provinces auxquelles on donnerait des limites et des noms français stables et permanens aussy bien qu’aux rivières et aux lieux particuliers, en abolissant tous les noms sauvages qui ne font que de la confusion parce qu’ils changent très souvent et que chaque nation nomme les lieux et les rivières en sa langue, ce qui fait qu’une mesme chose a toujours divers noms. Ce travail non seulement rendrait les cartes plus intelligibles, mais confirmerait encore la possession des pais qui y seraient contenus. On pourrait faire des cartes particulières de ces provinces, en grand point, bien justes et bien fidelles avec des avertissements qui marqueraient la qualité de terres, leur climat et leurs autres propriétez.

  • 43 Virol (M.), « Les carnets de bord d’un grand serviteur de l’État. Les agendas de Vauban », Revue d’ (...)

43Ayant voyagé à l’intérieur de la colonie pour le commerce et ses tâches administratives, et accompagné l’intendant en Acadie, Franquelin sait que le pays, contrairement à ce qu’écrit Vauban, n’est pas seulement un « bon pays vaste et vide », mais que des toponymes indiens existent et que la prise de possession des lieux doit être marquée par une francisation de ceux-ci et une délimitation nette. Il s’en est certainement entretenu avec Vauban qui, soucieux d’attirer l’attention du roi sur l’Amérique du Nord, se propose de lui présenter au cours d’une audience une nouvelle carte du Canada (celle de Franquelin), comme en témoigne un de ses agendas : « Savoir de lui s’il agréera que je lui fasse voir une carte nouvelle du Canada ». Connaissant l’inexactitude des cartes, il ajoute : « Bien entendu que la carte ne sera qu’estimative, car je ne prétends pas la garantir juste, mais seulement semblable, auquel cas elle ne sera guère moins utile que si elle était levée exactement43 ». La carte trouve son utilité dans sa similitude avec la réalité, c’est un exemple du pragmatisme attendu des ingénieurs.

44La carte est souvent le soutien indispensable des projets, comme l’illustre la belle carte qui accompagne le Projet de navigation d’une partie des Flandres à la mer (1706) de Vauban (tome XII des Oisivetés) dont les levés et la carte ont été réalisés par l’ingénieur Guillin. La lecture seule devait achever de convaincre le lecteur de la pertinence de l’aménagement des voies navigables pour permettre le transport des hommes et des marchandises de la Flandre intérieure aux ports, en évitant les villes sous domination espagnole (Figure 1.6).

*
* *

45Les ingénieurs du roi, sous Louis XIV, sont constitués en corps, avec des savoirs requis plus clairement formulés que par le passé, même si les exigences dramatiques des guerres ont favorisé des recrutements rapides pour les sièges. Les compétences cartographiques décrites dans divers textes sont exigées des ingénieurs mais seuls certains arrivent à se distinguer et à être rétribués comme cartographes ou ingénieurs géographes. Les relevés scientifiques sont du ressort de l’Académie des sciences, mais celle-ci n’ayant pas terminé ses relevés de triangulation, les cartes réalisées par les ingénieurs, même si elles présentent les caractéristiques exigées d’échelle, d’orientation, de couleurs, leur précision va dépendre des aptitudes personnelles de chaque auteur, comme l’illustrent les qualités des cartes de l’ingénieur Claude Masse.

46Le royaume de France est conçu pendant une grande partie du xviie siècle comme le domaine du roi et l’expression « faire son pré carré » appartient à ce registre de la propriété personnelle ; mais progressivement, à la fin du siècle, il devient un espace à organiser, un vaste marché et un territoire. Les services de l’administration royale, à partir de Colbert, le conçoivent comme un objet rationalisable dont intendants et ingénieurs contribuent à l’inventaire et à la représentation. Les ingénieurs des fortifications chargés aussi de le défendre, par leurs plans, leurs cartes et les mémoires descriptifs qui les accompagnent, nous en ont laissé une représentation partielle mais « semblable ».

Notes

1 Voir l’étude éclairante de D. J. Buisseret, Ingénieurs et fortifications avant Vauban, Paris, CTHS, 2003.

2 BnF, Manuscrits français, collection de Cangé, f° 114, référence citée dans D. J. Buisseret, op cit., p. 48, n. 10.

3 Blanchard (A.), Les ingénieurs du Roy de Louis XIV à Louis XV. Étude du corps des fortifications, Thèse, Montpellier, CHM, 1979, p. 105-114.

4 SHD, bibl. Génie, ms. in-8° 121. Sont exclus de cette étude ceux qui, nombreux certaines années mais impossibles à identifier sérieusement, ont servi comme ingénieurs mais n’en ont jamais obtenu le titre.

5 Cette appellation est mentionnée dans un arrêt de 1682 qui charge le sieur Delamant de faire un certain nombre de devis de réparation de ponts, voir G. Reverdy, « Les ingénieurs des Ponts et Chaussées au xviiie siècle », Espace français. Vision et aménagement, xvie-xixe siècle, Catalogue d’exposition, Archives nationales, 1987, p. 112.

6 Virol (M.), Le rôle des techniques dans la construction de l’État (1685-1715), Thèse d’habilitation, Université de Paris VIII, 2005, t. I, annexe 2.

7 Lettre de Vauban à Le Peletier de Souzy, 17 février 1693, dans A. Rochas dAiglun, Vauban, sa famille et ses écrits, ses oisivetés et sa correspondance, Paris, 1910, Slatkine Reprints, 1972, vol. I, p. 376-380.

8 Vérin (H.), La gloire des ingénieurs. L’intelligence technique du xvie au xviiie siècle, Paris, Albin Michel, 1993.

9 Virol (M.), Vauban, de la gloire du roi au service de l’État, Seyssel, Champ Vallon, 2007, p. 40.

10 « Instruction pour ordre à tenir pour les ouvrages par ceux qui y sont employés » (1680), SHD, BSG, in-f° 12 et 29, plus connue sous le titre Le Directeur des fortifications, à la suite de sa publication clandestine à La Haye en 1685, vraisemblablement à partir d’une version transmise par un ingénieur ; extraits dans A. Rochas dAiglun, Vauban, sa famille et ses écrits…, op. cit., vol. I, p. 220-234, ici p. 225.

11 Brisac (C.), Le Musée des plans-reliefs, Hôtel national des invalides, Paris, Pygmalion, 1981, p. 7-13.

12 « Il n’y a pas longtemps que l’invention de modeler les plans est reçue en France et je crois que celui de Pignerol, que je fis pour le Roi en 1663 devant que je passasse au Portugal, est le premier qui ait été présenté à Sa Majesté […] J’avoue que j’en pris les idées sur l’ouvrage d’un ingénieur italien, mais je puis dire que par là je donnai un modèle en France à beaucoup d’autres, que l’on a fait depuis d’une manière fort achevée », Manesson-Malet (A.), Les Travaux de Mars ou la fortification nouvelle reduicte en art, Paris, 1686, t. I, p. 173.

13 Le Muet (P.), Plans des places fortes de la province de Picardie ensemble la carte generalle des principaux lieux par Le Muet, BnF, bibliothèque de l’Arsenal, ms. 4517, planche 5, plan de Calais, cité par É. dOrgeix, « La boussole du pouvoir : atlas, cartes et plans militaires au temps de Vauban », dans Orgeix (É. d’), Sanger (V.), Virol (M.) et Warmoes (I.), Vauban. La pierre et la plume, Paris, Éd. du Patrimoine, G. Klopp, 2007, p. 83-92.

14 Depesches Royales, 1676, Bibliothèque de l’Assemblée nationale, cote 250 f° 546.

15 Le Directeur des fortifications, dans A. Rochas dAiglun, Vauban, sa famille et ses écrits…, op. cit., vol. I, XI, p. 226.

16 SHD, BSG, ms. 340, f° 50.

17 Mémoires du marquis de Feuquière, p. 140-267, cité par J.-P. Bois, « Le marquis de Feuquière, stratège au temps de Louis XIV », Combattre, gouverner, écrire, Economica, 2003, p. 158-159.

18 Ville (A. de), La Fortification du Sieur A. de Ville ou l’ingénieur parfait ; dont le contenu se voit tout au long à la page suivante, Amsterdam, Paris, 1672. L’ouvrage d’A. Manesson-Malet, Les travaux de Mars…, op. cit., propose au tome I un Traité pour lever les plans, sur le papier et sur le terrain, les instruments, etc., les différents instruments utilisables par les ingénieurs.

19 Archives Rosanbo, 260 AP 4, Mémoire pour servir d’instruction dans la conduite des sièges.

20 Clerville (L.-N. de), Mémoire sur ce qui reste à faire au port de Cette pour la commodité du commerce, Montpellier, 1677.

21 La Description géographique de Vézelay est un mémoire inclus dans le recueil des Oisivetés, t. II. Dans son importante production écrite, Vauban décide, à la fin des années 1690, de privilégier certains mémoires, « le meilleur de sa boutique », les fait mettre au net, illustrer et relier en maroquin rouge, afin qu’ils constituent les premiers tomes d’un recueil qu’il intitule ses Oisivetés ou Ramas de plusieurs mémoires sur différents sujets, première édition intégrale par M. Virol, Seyssel, Champ Vallon, 2007.

22 Agenda « Pour faire l’instruction du dénombrement des peuples et la description des pays », Archives Rosanbo, 260 AP 59, dossier 1, pièce 2.

23 Vauban (S. Le Prestre), Mémoires inédits, publiés par A. M. Augoyat, éd. J. Corréard, 1841, p. 20-27 et Rochas dAiglun (A. de), op. cit., t. I, p. 590-595.

24 Vauban (S. Le Prestre), La Dîme royale, dans Les Oisivetés de Monsieur de Vauban…, op. cit., p. 874.

25 Jacob (C.), L’empire des cartes. Approche théorique de la cartographie à travers l’histoire, Paris, Albin Michel, 1992, p. 103-107.

26 . Duchesne (A.), Dessein de la description entière et accomplie du très florissant et très célèbre royaume de France, 1614.

27 Alliés (P.), L’invention du territoire, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1980, p. 57-58.

28 Archives Rosanbo, 260 AP 61, dossier 1, pièce 1, f° 33.

29 Pelletier (M.), « La première carte de base de la France », Espace français. Vision et aménagement, xvie-xixe siècle. Catalogue d’exposition, Paris, Archives nationales, 1987, p. 43-48 et La carte de Cassini. L’extraordinaire aventure de la carte de France, Paris, Presses des Ponts et Chaussées, 1990.

30 Les comptes des Bâtiments du Roi mentionnent aussi les sieurs Beaulieu, Dupuy, Pivert et Loir.

31 Jean Picard, mathématicien et astronome, est le successeur de Gassendi à la chaire d’astronomie du Collège de France et académicien des sciences. Il publie, en 1671, La mesure de la terre. Voir les actes du colloque consacré à Jean Picard et à l’ensemble de ses travaux, dans G. Picolet (éd.), Jean Picard et les débuts de l’astronomie de précision au xviie siècle. Actes du colloque du tricentenaire, Paris, 12-13 octobre 1982, Paris, CNRS, 1987.

32 Mémoires de l’Académie des sciences, 1666-1699, Paris, 1729, t. VII, p. 421-430.

33 Ce mémoire est adressé par Guillin à « M. de Vauban, Lieutenant Général des armées du roy, de Brisach, le 22 mars 1698 », Archives Rosanbo, 260 AP 59, dossier 2, pièce 2.

34 D’après A. Blanchard, Les ingénieurs du Roy…, op. cit., p. 355, deux ingénieurs portent ce nom : « N. Guillyn, ingénieur en 1688, mort vers 1725. Ingénieur ordinaire, département de la Marine, en 1688. Inspecteur des fortifications de Lourdes en 1691. À Bordeaux en 1698, à Neuf-Brisach en 1702. Campagnes d’Allemagne de 1702 à 1706. Retiré avant 1713. Michel Guillyn, écuyer, ingénieur ordinaire en 1692 ; à Châlon-sur-Saône en 1698. Campagnes d’Espagne de 1706 à 1710. Ingénieur architecte en chef à Bergues en 1710. Mort en activité en 1727. » Le second, Michel Guillyn, est certainement celui qui a aidé aux relevés de 1706 en Flandre, il peut aussi être l’auteur de la lettre et de la carte des environs de Neuf-Brisach.

35 Carte manuscrite par Guillin, 29 mars 1699, SHD, département de l’Armée de terre, 1VH 1262, pièce no 18, publiée dans I. Warmoes, Vauban, bâtisseur du Roi-Soleil, Somogy, 2007, cat. 82, p. 279.

36 Beaucoup d’auteurs écrivent que la conception de territoire éclôt au xviiie siècle, par exemple M. Roncayolo, « Territoire », Territoires, no 1, Paris, ENS, 1983, p. 3-40 et D. Nordman et M.-V. Ozouf-Marignier, Atlas de la Révolution française, vol. 4, Le territoire, réalités et représentations, Paris, EHESS, 1989, « Introduction » ; mais les écrits de Vauban attestent une antériorité.

37 François Chevalier, mathématicien formé à la fortification par Vauban, entre à l’Académie des sciences en 1699. Il enseigne au Collège de France puis devient maître de mathématiques du futur Louis XV (voir M. Antoine, Louis XV, Paris, Fayard, 1989, p. 74-75). Son beau-père, Joseph Sauveur (1653-1716), maître de mathématiques et de fortification d’Henri-Jules de Bourbon, fils du Grand Condé, puis des ducs de Bourgogne, d’Anjou et de Berry en 1686, entre à l’Académie des sciences en 1696 et devient examinateur des ingénieurs à partir de 1702. Deux de ses fils seront ingénieurs en 1706 et 1716.

38 Ces enseignants chanoines ou jésuites (Claude Famuel, Jean du Breuil, sous le pseudonyme de Sylvère de Bitainvieu, les pères Bourdin, Georges Fournier, Milliet de Challes) ont commis des traités de fortification peu appréciés par Vauban.

39 Guttin (J.), Vauban et le corps des ingénieurs militaires, Paris, Thèse de doctorat en droit, 1957, p. 38. À la mort de Seignelay, cette formation est arrêtée.

40 Lettre de Seignelay à Vauban, 19 mars 1685, SHD, M. R. in-f° 250.

41 Lettre de Vauban à Le Peletier de Souzy, 23 mai 1693, dans A. Rochas dAiglun, Vauban, sa famille et ses écrits…, op. cit., p. 387.

42 Vauban (S. Le Prestre), Les Oisivetés de Monsieur de Vauban…, op. cit., cahier de planches, 16e planche et détail.

43 Virol (M.), « Les carnets de bord d’un grand serviteur de l’État. Les agendas de Vauban », Revue d’histoire moderne et contemporaine, Paris, Belin, 2001, no 48-4, p. 50-76.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540