Version classiqueVersion mobile

Les Mouvements sportifs ouvriers en Europe (1893-1939)

 | 
André Gounot

Conclusion : la fin du « sport rouge »

Texte intégral

1L’Internationale sportive ouvrière socialiste n’abandonne pas l’idée de réapparaître. En mars 1942, après un « temps mort » de plus de deux ans, des dirigeants exilés du sport travailliste se rencontrent à Londres à l’initiative de la National Workers’ Sports Association, et décident de mettre en place un comité provisoire. Sur cette base, et à la suite de plusieurs réunions tenues dans l’immédiat après-guerre, émerge en mai 1946 le Comité sportif international du Travail (CSIT). Son espace de rayonnement potentiel sera cependant bientôt amputé de moitié : une fois établis sous les contraintes de l’occupation soviétique, les régimes communistes de l’Europe de l’Est frappent d’interdiction toutes les organisations sportives indépendantes, c’est-à-dire représentant une société civile qu’il s’agit de désagréger. L’ancien siège de l’Arbeiter-Turn-und Sportbund à Leipzig, épargné des bombardements aériens des Alliés, n’est donc pas restitué à cette organisation social-démocrate qui avait dû essuyer la perte de tous ses biens sous la dictature national-socialiste. Les anciennes associations sportives communistes n’obtiendront pas non plus de place dans le système du « sport socialiste d’État » érigé en RDA comme dans tous les pays satellites de l’Union soviétique.

  • 1 Frank Becker, Den Sport gestalten. Carl Diems Leben (1882-1962), vol. 3 : Bundesrepublik, Duisbour (...)
  • 2 Ibid., p. 52-62.
  • 3 Der Spiegel online, 22 août 2007. La plupart des historiens du sport de cette institution entretie (...)
  • 4 Mattausch, Werner Seelenbinder, op. cit., p. 84-86.

2En Allemagne occidentale, l’ATSB renonce délibérément à sa reconstitution. Lors d’une réunion en 1946 entre les ex-dirigeants qui ont survécu à la guerre et à la terreur national-socialiste, la préférence est donnée à un mouvement sportif unitaire au sein duquel les sociaux-démocrates joueraient le rôle dominant. Cet espoir sera rapidement déçu : sous le gouvernement de Konrad Adenauer, la Deutscher Sportbund (Union sportive allemande) sera plutôt marquée par des tendances conservatrices et même par une continuité, certaines figures emblématiques de l’époque national-socialiste restant à des postes importants. Carl Diem fait partie des personnages qui symbolisent le mieux le manque de sensibilité historique du mouvement sportif ouest-allemand. L’organisateur principal des Jeux olympiques de 1936, qui était prêt jusqu’à l’effondrement du Reich à faire tout ce que les nationaux-socialistes lui demandaient1, reprend le fil de sa carrière dès 1947 en fondant la Deutsche Sporthochschule (Université allemande du Sport) à Cologne. À partir de cette date jusqu’en 1962, il joue le rôle de doyen de cette institution conçue au départ comme chef de file des sciences du sport en Allemagne occidentale. Le résistant social-démocrate Heinrich Sorg, ancien responsable du Bureau du CSIT à Londres et président adjoint de la fédération sportive unitaire de Hesse depuis juillet 1947, dénonce en vain le caractère irrespectueux du retour de Diem vis-à-vis des victimes du national-socialisme2. Ce n’est qu’en 2007 que le Carl-Diem-Weg, chemin qui menait pendant des décennies à la Sporthochschule, est renommé grâce à l’insistance de plusieurs partis politiques, et contre la volonté affirmée de l’institution3. À l’opposé, le stade communal du quartier berlinois Neukölln ne porte que brièvement le nom de Werner Seelenbinder Stadion en honneur à ce grand sportif et résistant issu du quartier. En conséquence de choix plus ou moins officieux de la mairie, il est remplacé au cours des années 1950 par celui, bien plus neutre, de Stadion Neukölln4. Pendant le même temps, le dernier « Sportführer » du « IIIe Reich » Karl Ritter von Halt, ancien membre du Part national-socialiste, de la SA ainsi que du Freundeskreis Reichsführer SS (Cercle des amis du führer de la SS), exerce la fonction de chef du Comité national olympique de la RFA. Sans l’appui d’une grande organisation, les anciens dirigeants du sport travailliste n’ont finalement pu prendre qu’une influence réduite sur le développement du sport et de la politique sportive en Allemagne de l’Ouest.

  • 5 Voir à ce sujet Norbert Frei, 1945 und wir. Das Dritte Reich im Bewusstsein der Deutschen, Munich, (...)

3Le vide laissé par l’ATSB était loin d’être comblé par la présence des Naturfreunde (Amis de la Nature) et des cyclistes ouvriers qui ont rétabli leurs structures organisationnelles. Cette différence d’options renvoie aux expériences vécues par les adhérents de ces organisations avant et après la prise de pouvoir d’Hitler. Dans les sports de compétition comme l’athlétisme, le football ou encore le hand-ball, les frontières entre les fédérations sportives officielles et le sport travailliste représenté par l’ATSB étaient devenues de plus en plus perméables à partir de la deuxième moitié des années 1920. Après janvier 1933, une grande partie des sportifs de l’ATSB a pu s’intégrer sans difficultés aux clubs « bourgeois » autorisés par le pouvoir national-socialiste. Sans doute paraissait-il inapproprié à plus d’un ex-dirigeant d’inciter les sportifs ouvriers à revenir en arrière, un grand nombre d’entre eux ayant non seulement rencontré de nouvelles formes associatives attrayantes, mais participé aussi à l’expérience de la « Volksgemeinschaft », prônée par les nationaux-socialistes et très prégnante pour une grande partie du peuple allemand5.

  • 6 CSIT, 50 ans de sport ouvrier international, Bruxelles, 1963, p. 27.

4En comparaison, les randonneurs et les cyclistes, plutôt orientés vers les loisirs et le plein air que vers la compétition, s’inscrivent bien plus dans la continuité des motifs et caractéristiques initiaux de leurs activités. Comme nous l’avons vu, beaucoup d’entre eux ont de surcroît su préserver de toute tutelle national-socialiste leurs coutumes sportives dominicales. Dès 1946, ils ont saisi les quelques occasions que leur offraient les législations distinctes des trois forces d’occupation occidentales pour reconstituer, d’abord dans un cadre régional, leurs anciennes structures d’organisation. Sans doute a-t-on affaire ici à des reliquats du traditionnel milieu social-démocrate allemand entré dans un lent processus de décomposition depuis les années 1920, quoique l’élan politique paraisse nettement amoindri quand on considère les objectifs de l’organisation internationale de rattachement, le CSIT. Celui-ci prône dans ses statuts adoptés au congrès de Gand en 1953 une « […] éducation basée sur le respect de la liberté individuelle au sein d’une communauté démocratique, pour les idées de paix et l’émancipation des travailleurs de tous les pays6 ». On est loin des discours qui relient le sport travailliste à la future société socialiste, si typiques de l’Internationale sportive ouvrière socialiste d’avant 1939.

  • 7 Formule de Jaques Doriot, citée dans L’Humanité du 25 avril 1929.
  • 8 Fédération Sportive et Gymnique du Travail (dir.), Le véritable visage de la FSGT, Paris, sans date (...)

5Dans le camp communiste, le « sport populaire » s’est durablement substitué au concept d’un « sport de classe » au service de la révolution à venir. En France, pendant la période du Front populaire, les dirigeants communistes de la Fédération sportive et gymnique du Travail se sont même présentés comme les plus fervents défenseurs de l’apolitisme sportif. Sans-doute restaient-ils convaincus que « l’idée d’un sport apolitique est aussi irréelle que l’idée de l’athéisme du pape7 », mais les succès quantitatifs de leur organisation justifiaient l’invention du nouveau, du « véritable visage » de la FSGT comme « fédération purement sportive8 ». Après les années noires, les activités de la FSGT redémarrent sous l’influence absolument dominante des membres et partisans communistes du mouvement Sport libre. L’organisation française participe à la fondation du CSIT, dont elle restera membre sans pour autant abandonner ses positions résolument prosoviétiques, peu suivies dans le cadre de cette Internationale dominée par les sociaux-démocrates. On peut apercevoir ici une relance du principe de pluralité politique qu’avait appliqué l’Internationale sportive de Lucerne jusqu’en 1928. En dehors de cela, les organisations membres du CSIT, y compris la FSGT, poursuivent unanimement l’objectif principal, social, de l’accessibilité de tous les sports pour toutes les classes sociales.

  • 9 Voir à ce sujet l’étude de Pierre Arnaud, « Le sport français face aux régimes autoritaires, 1919- (...)
  • 10 Voir pour une présentation détaillée du processus d’intégration de l’URSS au CIO et de sa particip (...)

6Comme nous l’avons vu, l’URSS a retenu dès les années 1930 l’idée d’une dimension représentative et nationaliste du sport largement répandue dans les pays capitalistes et démocratiques, tout en y ajoutant à sa façon celle de la confrontation des systèmes dans les stades introduite par l’Italie fasciste de Mussolini9. Le processus de concrétisation de cette voie a été interrompu par la Seconde Guerre mondiale et l’invasion de l’État ouvrier et paysan par les troupes allemandes en 1941. Après la guerre, l’URSS s’intègre peu à peu aux fédérations sportives internationales officielles et enfin, en 1951, au Comité international olympique. En acceptant les règlements de ces organisations qui mettent les principes universels du sport au-dessus (ou en dehors) des différences et oppositions idéologiques entre les États, l’URSS peut d’autant mieux utiliser le sport dans une optique d’affrontement symbolique, en vertu même du principe de « coexistence paisible » des systèmes capitaliste et socialiste. À sa première participation aux Jeux olympiques, à Helsinki en 1952, l’équipe soviétique fait forte impression sur le public international, mais déçoit toutefois les attentes du régime en manquant de peu la première place – occupée par les États-Unis – au classement officieux des nations par médailles10.

  • 11 La désignation « Wandervogel » repose sur un jeu de mots : elle fait référence aussi bien à l’oise (...)
  • 12 Jörg Wetterich, Bewegungskultur und Körpererziehung in der sozialistischen Jugendarbeit 1893 bis 1 (...)

7Les partis communistes du monde occidental et leurs organisations auxiliaires œuvrant dans le domaine du sport ont entériné les options prises par le gouvernement soviétique au cours des années 1930, et ont commencé à faire l’apologie du sport de haut niveau et de la compétition entre les nations. Cette attitude revenait à rejeter tout ou presque de ce qui avait fait l’essence idéologique du mouvement sportif ouvrier. Les dirigeants du sport socialiste n’ont pas franchi ce pas, mais ils ont également dû accepter que le sport de compétition occupe une place prépondérante dans les programmes de leurs organisations. Il était vain d’envisager une culture physique alternative tant que les objectifs du sport travailliste restaient subordonnés aux visées politiques des partis ouvriers, et tant que le recrutement du plus grand nombre était considéré comme meilleur levier pour les réaliser. La plus grande partie des ouvriers était effectivement attirée par le modèle du sport « bourgeois ». Comme l’a retenu Jörg Wetterich après avoir fait la comparaison avec les pratiques proposées aux jeunes adhérents d’organisations sportives ouvrières allemandes, le mouvement de jeunesse Wandervogel, fondé à la fin du 19e siècle à Berlin par des lycéens passionnés de randonnée11, est allé plus loin dans le développement de pratiques « antibourgeoises », en s’orientant résolument vers le changement des comportements culturels plutôt que vers les questions de pouvoir politique12.

8Au final, les intenses efforts rhétoriques de militants sportifs socialistes et communistes n’ont pas permis de résoudre le problème de l’hiatus potentiel entre les objectifs politiques déclarés et les résultats pédagogiques obtenus. Étant essentiellement une pratique non verbale, le sport se prête en réalité peu à des inflexions de sens, moins en tout cas que le théâtre ou le chant. Pour ces deux dernières activités, qui figuraient elles aussi dans le répertoire du mouvement culturel ouvrier, l’aspect verbal est en effet essentiel. Entonner une chanson révolutionnaire ou jouer une pièce de théâtre mettant en scène l’effondrement du capitalisme revenait à exprimer, voire à intérioriser dans l’action, des visions communistes ou socialistes de la société. On ne peut guère supposer en revanche que l’expérience personnelle d’une course de marathon, d’un combat de boxe ou d’un match de football ait sécrété une plus grande conscience politique dans les cerveaux des participants. C’est aussi en reconnaissant cette évidence que les dirigeants du sport travailliste ont mis fin à leurs tentatives de greffer, avec certains artifices discursifs, une idéologie socialiste ou communiste sur des pratiques physiques dont ni la genèse ni les valeurs inhérentes n’ont de rapport avec celle-ci.

Notes

1 Frank Becker, Den Sport gestalten. Carl Diems Leben (1882-1962), vol. 3 : Bundesrepublik, Duisbourg, Universitätsverlag Rhein-Ruhr, 2010, p. 220.

2 Ibid., p. 52-62.

3 Der Spiegel online, 22 août 2007. La plupart des historiens du sport de cette institution entretiennent traditionnellement des rapports de proximité avec le mouvement olympique et travaillent principalement sur l’histoire de celui-ci. La publication de l’ouvrage biographique de Frank Becker (professeur d’Histoire moderne et contemporaine à l’Université de Duisbourg-Essen), aussi détaillé que nuancé, a par ailleurs fait l’objet de polémiques venant de la part d’historiens allemands du sport. Cf. Wolfgang Benz, « Einleitung : Der Streit um Carl Diem », in Zeitschrift für Geschichtswissenschaft. 2011, no 3, p. 197-200.

4 Mattausch, Werner Seelenbinder, op. cit., p. 84-86.

5 Voir à ce sujet Norbert Frei, 1945 und wir. Das Dritte Reich im Bewusstsein der Deutschen, Munich, DTV, 2009, p. 121-142. Concept central de l’idéologie national-socialiste, la « Volksgemeinschaft » représentait la vision d’une société solidaire de race germanique.

6 CSIT, 50 ans de sport ouvrier international, Bruxelles, 1963, p. 27.

7 Formule de Jaques Doriot, citée dans L’Humanité du 25 avril 1929.

8 Fédération Sportive et Gymnique du Travail (dir.), Le véritable visage de la FSGT, Paris, sans date [1937], p. 13-15.

9 Voir à ce sujet l’étude de Pierre Arnaud, « Le sport français face aux régimes autoritaires, 1919-1939 », in Arnaud / Riordan, Sport et relations internationales, op. cit., p. 277-324.

10 Voir pour une présentation détaillée du processus d’intégration de l’URSS au CIO et de sa participation aux Jeux olympiques de 1952 Exner-Karl, Sport und Politik in den Beziehungen Finnlands zur Sowjetunion, op. cit.

11 La désignation « Wandervogel » repose sur un jeu de mots : elle fait référence aussi bien à l’oiseau migrateur qu’au « fou de randonnée ».

12 Jörg Wetterich, Bewegungskultur und Körpererziehung in der sozialistischen Jugendarbeit 1893 bis 1933. Lebensstile und Bewegungskonzepte im Schnittpunkt von Arbeitersportbewegung und Jugendbewegung, Münster / Hamburg, LIT, 1993.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search