Version classiqueVersion mobile

Les Mouvements sportifs ouvriers en Europe (1893-1939)

 | 
André Gounot

Chapitre 4. Le « front populaire des sportifs » (1935-1939)

Texte intégral

1. L’introduction du « sport populaire » en France et en Espagne

  • 1 Sport, 15 mars 1935.
  • 2 En Grande-Bretagne, le sport travailliste d’obédience communiste était devenu minoritaire, la Natio (...)
  • 3 Internationale Sportrundschau, juillet 1936.

1Au cours de l’année 1935, le processus d’unification du sport travailliste se poursuit dans plusieurs pays. Le mouvement sportif ouvrier d’Alsace-Lorraine procède à sa réunification le 10 février 1935 à Strasbourg et fusionne dans le même élan avec la FSGT1. En Norvège, les clubs communistes retournent au cours de l’année 1935 à la fédération sportive ouvrière dirigée par les sociaux-démocrates. De la même manière que la FSGT, cette fédération unitaire reste délibérément en dehors des structures des deux Internationales. L’ISOS garde en revanche ses sections suisse et anglaise, qui accueillent les sportifs des anciennes organisations communistes concurrentes ; celles-ci ont mis un terme à leurs activités en suivant la politique d’unité de l’IRS2. Les deux Internationales ne fusionneront pas, entre autres en raison de leurs fortes divergences sur les rapports avec le sport « bourgeois ». Elles collaborent néanmoins dans la campagne contre les Jeux olympiques de 1936 en Allemagne national-socialiste, en publiant notamment un manifeste commun appelant au boycott. L’ISOS s’associe aussi à des initiatives de l’IRS quand elle recommande à ses sections de participer à l’Olympiade populaire de Barcelone, et quand elle envoie des représentants à la conférence du Comité international pour la défense de l’Esprit olympique les 6 et 7 juin 1936 à Paris. Celle-ci invoque, par la voix de l’écrivain allemand Heinrich Mann, les démocrates du monde entier à s’opposer à des Jeux où les sportifs ne seront autres que les « gladiateurs, prisonniers et guignols d’un dictateur qui croit déjà régner sur le monde3 ». Du point de vue du Sportintern, les Jeux de Berlin fournissent effectivement une opportunité pour éclairer les sportifs sur les réalités d’une dictature fasciste et les attirer vers le mouvement du front populaire.

  • 4 « Procès-verbal du Congrès de fusion. Paris, 23 et 24 décembre 1934 », ANT, F 2009 015 / 002.

2Si la tactique des fronts populaires n’est officiellement adoptée qu’au 7e congrès du Komintern en juillet/août 1935 à Moscou, elle existe dans la pratique depuis l’automne 1934. Son objectif principal est d’élargir le mouvement antifasciste à partir de collaborations non seulement avec les partis socialistes, mais aussi avec les organisations de la « bourgeoisie progressiste » ou de la « gauche bourgeoise » selon la terminologie communiste. L’idée a été formulée en premier par le secrétaire général du PCF Maurice Thorez, qui s’est prononcé en faveur d’une entente avec le Parti radical dès octobre 1934. Le congrès de constitution de la FSGT en est un des premiers reflets dans la mesure où, après de longs débats où les communistes prennent le dessus sur les socialistes, il décide qu’il n’est plus obligatoire d’appartenir à une organisation politique, syndicale ou coopérative du mouvement ouvrier pour prendre des fonctions directrices dans le sport travailliste4.

  • 5 Cf. les contributions d’Yves Santamaria, « “Noblesse oblige” : PCF. Défense nationale et lutte pour (...)

3Après les manifestations de masse du 14 juillet 1935, l’alliance du Front populaire se forme avec la participation de la SFIO, du PCF et du Parti radical. Elle comprend près de cent organisations, parmi elles la Fédération sportive et gymnique du Travail. Tentant d’augmenter au plus vite son influence politique, le PCF s’érige en meilleur défenseur des revendications sociales du peuple, et remplace pour le moment sa traditionnelle rhétorique révolutionnaire par des propos où le populisme se mélange plus d’une fois avec un nationalisme français assez éloigné des représentations de l’URSS comme « seule patrie du prolétariat »5. Ce changement discursif doit en partie sa justification idéologique aux actions du ministre des Affaires étrangères Pierre Laval, successeur du défunt Barthou. Après la signature de l’accord militaire entre la France et l’Union soviétique, le 2 mai 1935, Laval pousse le Kremlin à confirmer que « Staline comprend et approuve pleinement la politique de défense nationale faite par la France pour maintenir sa force armée au niveau de sa sécurité ». Dès lors, Maurice Thorez peut tendre la main avec d’autant plus de légitimité aux catholiques et même aux Croix de Feu pour mieux convaincre le peuple de la détermination communiste à défendre la nation.

  • 6 Si la direction et les commissions de la FSGT sont composées de manière paritaire de socialistes et (...)
  • 7 Voir sur les mutations idéologiques de la FSGT Murray, « The French Workers’ Sports Movement and th (...)
  • 8 « Procès-verbal du Congrès Fédéral de Lille, 29 et 30 décembre 1935 », ANT, F 2009 015 / 004.

4Il ne paraît guère étonnant dans ces conditions que l’ouverture de la FSGT, majoritairement communiste6, vers les autres organisations sportives du pays n’exclue pas non plus le mouvement tout aussi conservateur que nationaliste des scouts7. La coopération recherchée en priorité concerne l’Union française des œuvres laïques de l’Éducation physique (UFOLEP). Portée par des enseignants de l’école publique, cette organisation républicaine regroupe environ 300 000 membres. Après de premiers rapprochements en 1935, il faudra cependant attendre le 1er juillet 1937 pour qu’un pacte de coopération soit signé. L’UFOLEP craignait un certain temps d’entrer en conflit avec le Comité national des Sports (CNS) dont elle faisait partie, contrairement à la FSGT. Elle souhaitait par conséquent l’adhésion de la FSGT à cette organisation centrale du sport français, démarche qui aurait été parfaitement compatible avec la politique communiste. À l’opposé, la tendance socialiste au sein de la FSGT y aperçut un pas de trop vers l’évaporation d’une identité travailliste. Après de vifs débats, les communistes, ne voulant pas courir le risque d’une nouvelle scission, renoncent à imposer leur position8.

  • 9 Fédération Sportive et Gymnique du Travail, Pour une jeunesse saine, forte et joyeuse – Le programm (...)
  • 10 Bruno Dumons / Muriel Béjart / Gilles Pollet, Naissance du sport moderne, Lyon, 1987, p. 59.
  • 11 « Rapport du Bureau Fédéral Sportif », Sport, no 113, 27 novembre 1935 (supplément).

5Dans l’ensemble, la nouvelle politique communiste mène toutefois à la transformation de la FSGT d’une organisation de la lutte des classes en une structure sportive au service du peuple. Le programme intitulé « Pour une jeunesse saine, forte et joyeuse » que la FSGT présente au public en vue des élections parlementaires de mai 1936, met en avant l’idée du « sport pour tous » et demande une amélioration des conditions de pratique à l’intérieur et à l’extérieur du système scolaire, sans oublier l’Armée. Les mesures à prendre dans le domaine du sport sont mises en rapport avec l’état de santé du peuple français, catastrophique au point de générer une « situation critique pour l’avenir du pays9 ». Au demeurant, la propagande en faveur de l’hygiène populaire n’est pas l’apanage de la seule FSGT : à l’opposé de l’échiquier politique, les Croix de Feu du colonel de la Rocque et le Parti populaire français de Jacques Doriot formulent des revendications similaires devant le sentiment de « décadence » de la France10. La FSGT se montre aussi préoccupée par le niveau international du sport français, que les athlètes ouvriers pourraient rehausser d’après elle. C’est en tout cas en utilisant cet argument que la FSGT s’adresse à des fédérations sportives « bourgeoises » en vue d’accords de coopération pouvant permettre de disputer des matchs amicaux11. Cependant, seule la Fédération française de Basket-ball répondra favorablement à cette sollicitation.

  • 12 Internationale Sportrundschau, 1935, p. 313-315.
  • 13 La Catalogne, région industrielle principale de la péninsule ibérique, compte un tiers de la popula (...)
  • 14 Sport, 5 décembre 1934 ; Internationale Sportrundschau, 1935, p. 168.
  • 15 Internationale Sportrundschau, 1935, p. 168.

6En Espagne, la Federación cultural y deportiva obrera ouvre dès la fin 1934 l’accès aux postes dirigeants aux socialistes et aux républicains de gauche12. En parfaite harmonie avec la politique des fronts populaires, elle envisage d’organiser pour l’été 1935 une grande fête sportive antifasciste. Ce projet est inspiré du modèle du rassemblement international parisien d’août 1934. Comme lieu de tenue, la FCDO propose Barcelone, en raison de l’importance à la fois du mouvement ouvrier et des pratiques sportives en Catalogne13, ainsi que de l’existence d’infrastructures sportives fortement développées dans la capitale régionale14. Particulièrement emblématique, le stade sur la colline de Montjuic, construit en 1929, peut accueillir 72 000 spectateurs. Cependant, la poursuite de la politique répressive par le gouvernement de droite, en place depuis les élections de novembre 1933, conduit la FCDO à reporter son rassemblement sportif antifasciste à une date ultérieure15.

  • 16 Cf. Marie-Claude Chaput, « Espagne, Chili : spécificités des fronts populaires ? », in Xavier Vigna(...)

7Le Parti communiste espagnol suggère en juin 1935 l’idée d’une alliance électorale des partis de gauche. Or, les fortes protestations notamment en Asturie contre la nomination de trois ministres ultraconservateurs dans le cabinet d’Alejandro Lerroux (homme politique du Partido republicano radical) en octobre 1934, suivies de violentes répressions, ont fait entrer les conflits politiques et sociaux dans une nouvelle dimension16. L’alliance est convenue pour les élections parlementaires du 16 février 1936, où le Frente popular remporte la victoire. L’Izquierda republicana (Gauche républicaine) obtenant la majorité des voix, son leader Manuel Azaña devient chef du gouvernement. Le même scénario se produit en Catalogne où l’Esquerra republicana (dénomination catalane du même parti) détiendra les rênes du pouvoir.

8Après le triomphe du Frente popular, le journal du PCE Mundo obrero multiplie les appels à l’unité de toutes les associations sportives adhérant à l’idée du « sport populaire ». Andrés Martin, secrétaire général de la Federación cultural deportiva obrera et membre du comité exécutif de l’Internationale rouge sportive, souligne la signification particulière de telles organisations en Espagne en renvoyant aux difficultés rencontrées par de nombreuses associations populaires à mieux déployer leurs activités, avant de déclarer qu’il

  • 17 Internationale Sportrundschau, 1936, p. 101.

[…] appartient à la FCDO de rassembler les forces des sportifs et de créer une grande organisation sportive et culturelle du Front populaire, avec la contribution de tous les éléments progressistes, et en exploitant les grandes possibilités qu’offre le fait que nous avons en Espagne un gouvernement de gauche17.

  • 18 « Il est évident que la Fédération culturelle et sportive ouvrière du Centre de l’Espagne est apoli (...)
  • 19 Mundo Obrero, 26 février 1936, 12 et 13 mars 1936. Voir également l’article « En ayuda de los depor (...)

9La FCDO se présente dorénavant – à l’instar de la FSGT française – comme défenseur désintéressé des besoins sportifs des classes populaires et comme organisation politiquement neutre. Ainsi, un communiqué du Comité régional du Centre, publié dans Mundo obrero du 21 mars 1936, souligne d’entrée : « Es evidente que la Federación Cultural Deportiva Obrera del Centro de España es apolitica, que defienda únicamente el deporte y la cultura popular »18. Quant au PCE, il se joint aux revendications estudiantines portant sur la restitution de terrains sportifs à la Federación universitaria escolar pour ensuite inviter cette dernière à rejoindre le camp du « sport populaire »19.

  • 20 « 14.1.36. Abschrift. Vertraulich. Entwurf der Beschlüsse des VII. Exekutiv-Plenums des Internation (...)
  • 21 Internationale Sportrundschau, 1936, p. 108.

10De la même manière que le Komintern, l’Internationale rouge des sports tarde à fournir des résolutions officielles quant à la politique des fronts populaires déjà poursuivie dans la pratique. Élaborées par le secrétariat de l’IRS en janvier 1936 et approuvées ensuite par l’Internationale communiste20, celles-ci ne sont exposées publiquement qu’à l’occasion de la « conférence internationale » (synonyme en fait de 7e plénum) de l’IRS, les 6 et 7 mars 1936 à Prague. Cette réunion rappelle les méthodes par lesquelles les sections de l’IRS seraient susceptibles de « consolider l’influence du sport ouvrier au sein des mouvements sportifs des pays capitalistes ». Les sections doivent notamment s’engager en faveur d’un système sportif plus démocratique et de l’amélioration des conditions générales de la pratique, pour mieux convaincre les sportifs de l’utilité de se joindre au « vaste mouvement contre le fascisme et la réaction ». Celui-ci serait à propulser à l’aide de nouvelles structures organisationnelles, à savoir des cartels, des associations ou des comités du sport populaire21.

  • 22 Internationale Sportrundschau, 1936, p. 171.
  • 23 « Abschrift des Briefes des Comité Català pro Esport Popular, Barcelona vom 22. April 1936 », RGASP (...)
  • 24 « Resolution des Sekretariats der Sportintern über die weiteren Aufgaben in Spanien », sans date [e (...)
  • 25 Mundo obrero, 26 mars et 3 avril 1936.
  • 26 Cela n’est pas sans rappeler une étape dans le processus de rapprochement des fédérations sportives (...)
  • 27 « Vertraulich. Beschluß des Sekretariats des EKKI vom 5. März 1936 zur Vorbereitung und Durchführun (...)

11Au printemps 1936, des comités du sport populaire voient le jour dans plusieurs régions espagnoles22, dont la Catalogne où se constitue en mars, à l’initiative de militants communistes, le Comitè català pro Esport popular (CCEP)23. Conformément aux recommandations de l’IRS24, celui-ci se charge tout d’abord de l’organisation de fêtes sportives. La première, appelée « Copa Ernesto Thälmann », se déroule à Barcelone du 11 au 13 avril et se prépare en étroite collaboration avec la Federación cultural deportiva obrera. Son attrait majeur réside dans le tournoi de football qui est remporté par une sélection du comité asturien de la FCDO, fortement mobilisé pour cet événement25. Organisée en faveur du Comité Thälmann26, cette manifestation est un indice supplémentaire de l’influence communiste sur le mouvement sportif populaire catalan qui vient de naître. Dans une résolution confidentielle datant du 5 mars 1936, le comité exécutif de l’Internationale communiste avait en effet appelé les partis communistes de tous les pays à mettre en place, en collaboration avec des personnages et des organisations socialistes et de la « gauche bourgeoise », de multiples actions en faveur de la libération de Thälmann, le leader du Parti communiste allemand emprisonné par les nazis27.

  • 28 Pujadas / Santacana, L’altra Olimpiada, op. cit.
  • 29 Pujadas Martí, « De las élites a las masas », op. cit., p. 34.
  • 30 Cf. Klaus-Jürgen Nagel, « Katalonien zwischen 1898 und 1923 », Geschichte und Gesellschaft, vol. 20 (...)
  • 31 Selon la définition de « mouvement social » de Joachim Raschke (« Zum Begriffder sozialen Bewegung  (...)
  • 32 Cf. Pujadas / Santacana, L’altra Olimpiada, op. cit., p. 121-134.

12Sur le plan quantitatif, le sport travailliste communiste est pourtant peu visible en Catalogne. Comme l’ont montré Xavier Pujadas et Carlos Santacana28, cette région assiste, après la constitution de la Deuxième République en avril 1931, à un développement accéléré du sport associatif. Ainsi par exemple, 241 nouveaux clubs sportifs se forment entre 1931 et 1936 à Barcelone, dont un nombre significatif s’implante dans les quartiers populaires29. De nombreux clubs sportifs amateurs ne s’inscrivent ni dans le cadre organisationnel du mouvement sportif ouvrier, ni dans celui des fédérations sportives officielles dirigées par des membres de la classe bourgeoise. Ils sont pour l’essentiel attachés à des associations culturelles et de loisir populaires (souvent proches de l’Esquerra republicana) ou à des institutions et organisations du monde du travail (syndicats, bourses du travail et coopératives). Loin de se fonder sur une logique d’appartenance ou d’idéologie de classe, ces entités qui réunissent des employés, des artisans et des ouvriers, se voient comme facteur de la culture populaire et prennent parti pour le nationalisme catalan30. L’établissement du CCEP permet au sport populaire, encore faiblement structuré, de se constituer en véritable mouvement31. Sa plate-forme idéologique est bâtie sur l’opposition aux tentatives de militarisation du sport et au mercantilisme sportif, sur la priorité donnée à un sport de masse à vocation surtout hygiénique, ainsi que, d’une manière plus générale, sur la volonté de défendre les libertés démocratiques32. La similitude avec les convictions du mouvement sportif ouvrier est frappante.

  • 33 Ainsi par exemple en Tchécoslovaquie, l’organisation gymnique nationaliste Sokol et la fédération s (...)
  • 34 « Abschrift des Briefes des Comité Catalan pro Esport Popular, Barcelona vom 22. April 1936 », RGAS (...)
  • 35 Mundo Obrero, 3 avril 1936.
  • 36 Le Catalan Ramón Mercader s’était déjà distingué à cette époque comme militant communiste résolu. R (...)

13En Catalogne, la notion de « sport populaire » dépasse ainsi le cadre fortement abstrait d’une propagande communiste qui l’utilise comme substitut de « sport ouvrier » sans se soucier des réalités nationales où les mouvements sportifs ouvriers restent souvent isolés33. Avec le Comitè català pro Esport popular, c’est une vraie alliance sportive du Front populaire qui naît, et à laquelle l’Esquerra republicana, parti non marxiste proche aussi bien des couches moyennes que de la classe ouvrière, peut autant s’identifier que le Parti communiste. Les républicains de gauche forment la majorité au sein du CCEP34, mais les communistes sont également représentés. On peut citer Lluís Otín, membre du secrétariat du CCEP35, et, comme membre du comité exécutif, Ramón Mercader, personnage qui connaîtra une célébrité douteuse, en tant qu’assassin de Léon Trotski36.

14Le 3 mai 1936, le Front populaire français remporte une victoire triomphale aux élections législatives, obtenant 57,7 % des suffrages. Avec presque 20 % des voix, la SFIO est le parti le plus fort de la coalition, tandis que le PCF confirme son ascension en arrivant à plus de 15 %, devançant ainsi de justesse le Parti radical. Le socialiste Léon Blum devient président du Conseil. Tous les espoirs semblent alors permis à la FSGT pour assister à un réel changement de cap de la politique sportive de l’État français, à commencer par son positionnement à l’égard des Jeux olympiques qui seront inaugurés le 1er août 1936, par Adolf Hitler en personne, au stade olympique de Berlin.

  • 37 Bruce Kidd, « The Popular Front and the 1936 Olympics », Canadian Journal of History of Sport and P (...)

15En décembre 1935, l’opposition socialiste et communiste avait voté à l’Assemblée nationale contre le financement d’une participation française, pour d’évidentes raisons politiques. L’installation de troupes de la Wehrmacht dans la zone démilitarisée de la Rhénanie, le 7 mars 1936, ne fait que confirmer la position de ceux qui réclament le boycott des Jeux de Berlin au nom de l’idéal olympique considéré à tort ou à raison comme indissociable du pacifisme, de l’universalisme et de l’antiracisme. La question olympique figure une nouvelle fois à l’ordre du jour d’une session parlementaire le 9 juillet. Pour la FSGT, c’est une « obligation morale » de boycotter les Jeux de Berlin, autrement dit de s’opposer à la propagande national-socialiste. Cependant, le Parti socialiste pense désormais en termes de maintien au pouvoir et recule devant une telle décision, sans doute impopulaire au vu de l’attrait qu’exercent les grandes compétitions sportives internationales sur la population française. En plus, il est solidaire de la politique d’apaisement engagée par le gouvernement du Royaume-Uni, qui ne s’opposera pas à la présence sportive à Berlin. Le 9 juillet, les délégués communistes plaident en faveur du boycott, mais s’abstiennent finalement au moment où les socialistes et les radicaux (à l’exception de Pierre Mendès-France) ainsi que les partis conservateurs votent le financement de la délégation française à hauteur d’un million de Francs. En guise d’apaisement d’une autre sorte, la FSGT reçoit 600 000 francs pour sa participation à la « contre-olympiade » de Barcelone37. Initiée par l’Internationale rouge sportive, celle-ci se prépare sous les auspices de la Gauche républicaine et se distingue à maints égards des Olympiades ouvrières et des Spartakiades comme l’expliquera plus en détail le point suivant.

  • 38 Fabien Sabatier, Histoire des organisations sportives communistes de France au xxe siècle, op. cit. (...)
  • 39 Cf. Sport, 15 juin 1938 et 15 juillet 1939.
  • 40 Roger Martelli, Prendre sa carte 1920-2009. Données nouvelles sur les effectifs du PCF, op. cit., p (...)

16En dépit des divergences au sujet des Jeux de Berlin, la FSGT obtient valeur de partenaire du gouvernement, notamment grâce aux choix de Léo Lagrange (SFIO), d’abord sous-secrétaire d’État aux loisirs et aux sports puis (à partir de 1937) secrétaire d’État aux sports, aux loisirs et à l’éducation physique, autrement dit responsable d’une institution qui, en regroupant ces trois secteurs, sort les activités physiques de leur marginalité traditionnelle dans l’appareil d’État. Lagrange crée aussi, à l’été 1936, une nouvelle instance à fonction consultative, le Conseil supérieur des Sports, composé de 45 représentants du monde politique, éducatif et sportif. Trois dirigeants de la FSGT (Roche, Guillevic et Delaune) y entrent, soit la moitié du nombre de délégués accordé au Comité national des sports, qui regroupe la grande majorité des fédérations sportives françaises. En vertu des rapports d’affinité qu’entretient Lagrange avec le sport travailliste, la FSGT devient « le fer de lance d’une politique sportive progressiste destinée à la masse38 ». Elle profite de son côté des mesures prises par le gouvernement du Front populaire dans le domaine des loisirs ouvriers. D’environ 30 000 au moment de l’intégration des organisations sportives ouvrières d’Alsace-Lorraine en février 1935, ses chiffres d’adhérents passent à plus de 100 000 en 193739. Ce succès confirme la justesse de la nouvelle orientation communiste qui rejette tout sectarisme et transforme le PCF en un véritable parti de masse, avec plus de 330 000 membres selon les dénombrements officiels à la fin de cette même année40.

2. Le projet d’une Olympiade alternative à Barcelone et l’entrée en lice de la Gauche républicaine espagnole

  • 41 « 14.1.36. Abschrift. Vertraulich. Entwurf der Beschlüsse des VII. Exekutiv-Plenums des Internation (...)

17À partir du début de l’année 1936, l’Internationale rouge sportive projette la tenue de « jeux sportifs populaires » dans plusieurs pays comme manifestations contre « l’Olympiade hitlérienne » de Berlin41. Après la victoire du Front populaire en Espagne, elle donne la consigne à la Federación cultural y deportiva obrera de

  • 42 « Resolution des Sekretariats der Sportintern über die weiteren Aufgaben in Spanien », sans date [m (...)

[…] prendre les dispositions pour organiser des jeux populaires espagnols en été de cette année, au moment de l’Olympiade hitlérienne de Berlin. Cette fête doit réunir tous les sportifs progressistes d’Espagne, de Catalogne, etc. ainsi que les sportifs étrangers. […] Toutes les actions doivent être orientées vers le renforcement général de la FCDO. L’Internationale sportive prendra de son côté des mesures pour aider la FCDO dans l’accomplissement de ses tâches42.

  • 43 Le fait que Barcelone avait perdu contre Berlin dans la procédure de candidature aux Jeux olympique (...)
  • 44 Internationale Sportrundschau, 1936, p. 305-307.
  • 45 « Abschrift des Briefes des Comité Català pro Esport popular vom 22. April 1936 », RGASPI, 537-II-6 (...)
  • 46 Internationale Sportrundschau, 1936, p. 305-307 ; Jaume Miravitlles, Episodis de la guerra civil es (...)
  • 47 Mundo obrero, 29 juin 1936. (« La presse réactionnaire ment délibérément quand elle parle d’“Olympi (...)

18L’IRS ne recommande pas de lieu de déroulement précis43 ; c’est la section espagnole qui choisit Barcelone comme elle l’avait déjà fait pour l’événement envisagé en 1935, mais en s’appuyant cette fois-ci sur le Comitè Català pro Esport Popular44. Dès le 3 avril, à travers une interview publiée ce jour dans le journal communiste Mundo obrero, Lluís Otín mentionne le projet d’une « contre-olympiade ». L’appellation « Olympiade populaire » apparaît dans l’édition du 20 avril 1936 de Sportrundschau-Pressenachrichten, bulletin d’information de l’IRS. Dans une lettre adressée deux jours plus tard au Sportintern, le Comité catalan du sport populaire confirme à nouveau la préparation d’une fête sportive sous ce nom, et demande une collaboration renforcée de la part de l’organisation internationale45. Celle-ci désigne deux membres de son comité exécutif : l’Allemand Fritz Lesch comme correspondant international, et l’Espagnol Andrés Martin, qui prendra en charge l’organisation technique46. Suivant en cela le discours communiste officiel, Martin rejette tout amalgame entre l’Olympiade et la politique communiste : « La prensa reaccionaria miente a sabiendas cuando dice que es una « Olimpiada roja ». […] Se trata de unos Juegos Olímpicos Populares ; es decir, del pueblo, para el pueblo47. »

  • 48 Par rapport à l’Olympiade, cette disposition s’applique jusqu’au niveau local comme le montre l’exe (...)
  • 49 Sport, no 7, 15 novembre 1933.
  • 50 Internationale Sportrundschau, 1936, p. 117.
  • 51 Celui-ci poursuivra ses activités après les Jeux olympiques de Berlin. Cf. « Zur gegenwärtigen Lage (...)

19Pour des raisons tactiques, les communistes gardent de manière plus générale une certaine discrétion quant à leur implication réelle dans des actions communes de la gauche qu’ils ont initiées, sans pour autant renoncer à occuper des positions stratégiques dans les structures organisationnelles48. Sur le plan idéologique, l’Olympiade populaire exprime un changement important de l’appréciation communiste des Jeux olympiques, présentés jusqu’en 1934 comme étant représentatifs d’un sport bourgeois hypocrite, mercantile, chauvin et, somme toute, radicalement opposé à la vision d’un « sport sain au service des travailleurs »49. Le ton est sensiblement différent dans la « Résolution sur la question de la lutte contre l’Olympiade hitlérienne » que l’IRS présente à sa conférence de Prague en mars 1936 : « Pendant l’action contre l’Olympiade hitlérienne, il s’agit d’organiser, avec toutes les fédérations et organisations, des manifestations en faveur de la défense de l’idée olympique progressiste et de la liberté du sport50. » En outre, le Sportintern est à l’origine de la création en décembre 1935 du Comité international pour la Défense de l’idée olympique dont le siège, à Paris, lui sert aussi de Bureau occidental clandestin51.

  • 52 Pierre Broué / Emile Témime, Revolution und Krieg in Spanien, Suhrkamp, Francfort 1968, p. 231.

20« Si vous voulez sauver l’Espagne du marxisme, votez communiste ! » – c’est en ces termes ironiques que des socialistes espagnols résument en 1936 l’attitude modérée du Parti communiste espagnol, qui contraste avec le radicalisme verbal de la période classe contre classe52. « Luttons ensemble pour sauver l’Olympisme ! » – tel est, au même moment, le message du mouvement sportif communiste. Celui-ci se met à propager un certain néo-coubertinisme, alors que le fondateur des Jeux olympiques modernes, un peu plus d’un an avant sa mort le 2 septembre 1937 à Genève, tient des propos élogieux sur Adolf Hitler, sur la politique sportive fasciste et, plus particulièrement, sur la mise en œuvre de l’idée olympique par les nationaux-socialistes. « Mundo obrero », dans un article intitulé « La idea olímpica, prostituida » décrit la naissance et la teneur de l’idée olympique dans un style proche de contes de fées :

  • 53 Mundo obrero, 5 février 1936. (« À la fin du siècle dernier, un noble français d’esprit progressist (...)

A fines del siglo pasado, un noble francés de espiritu progresivo y tibiamente liberal, el barón Pierre de Coubertin, concibió la idea de resucitar los Juegos Olimpicos, dandoles un sentido universalista, donde los jóvenes de todas la rasas pudieran entrecambiar sus ideas y comparar los diversos maneras de practicar el deporte53.

  • 54 Annoncée dans l’édition du 11 mars 1936 de Mundo obrero et réalisée peu après (cf. Sportrundschau – (...)
  • 55 Dès le début du mois de mai 1936, le Conseil suprême de la Culture physique annonce l’envoi à Barce (...)
  • 56 Sport, 17 juin 1936.

21Ce sont autant de raisons pour la FCDO de procéder à la fondation du Comité español de Defensa del Espíritu olímpico en mars 193654. Fidèle aux textes du Sportintern, elle présente systématiquement l’Olympiade populaire de Barcelone comme synonyme de « véritables Jeux olympiques » par opposition aux Jeux défigurés de Berlin. Le changement du discours communiste à l’égard de l’olympisme et, plus généralement, du sport « bourgeois », repose sur un double intérêt. D’abord, une attitude modérée envers les autres organisations du champ sportif s’impose dans le cadre de la politique des fronts populaires. Ensuite, l’Union soviétique envisage de plus en plus sérieusement depuis 1935 son apparition sur la « grande scène » sportive internationale ; ses dirigeants sportifs sont en train de nouer des contacts avec certaines fédérations sportives internationales officielles dont la FIFA. Or l’envoi d’une équipe performante à Barcelone55 se justifie d’autant plus pour les autorités soviétiques que l’Olympiade propose, premièrement, d’intégrer les organisations sportives les plus diverses et, deuxièmement, d’associer sport de masse et sport de haut niveau. En effet, tous les sportifs de conviction antifasciste sont appelés à participer, indépendamment de leur statut d’amateur ou de professionnel et de leur niveau d’excellence. En dehors des inscriptions de fédérations et d’associations, les participations à titre individuel sont également acceptées56.

  • 57 Le Peuple (Bruxelles), 6 et 11 juillet 1936.

22L’Internationale sportive ouvrière socialiste, quant à elle, met clairement les nécessités de la lutte contre le fascisme au-dessus des questions d’idéologie sportive quand elle invite ses membres à faire le déplacement. La Centrale gymnique et sportive ouvrière de la Belgique déclare ainsi que, malgré son opposition à des compétitions avec les sportifs « bourgeois » et à « l’esprit de compétition et de concurrence » qui dominerait à Barcelone, elle ne saurait déclarer forfait pour cette « grande manifestation du sport libre et démocratique contre Berlin57 ».

  • 58 Plus de détails sur le programme dans Pujadas / Santacana, L’altra Olimpiada, op. cit., et André Go (...)
  • 59 Des associations juives d’Anvers et de Paris avec près de 150 sportifs. Cf. OPB. Press Service, no  (...)
  • 60 D’après Le Populaire, 8 juillet 1936, et Sport, 16 juillet 1936.
  • 61 Sur la participation suisse voir Nic Ulmi, « Solidarité avec les “communards” des Asturies et prépa (...)
  • 62 Une équipe de Hongrois exilés à Paris (OPB. Press Service, no 7, juin 1936).

23Les épreuves s’articulent autour de trois niveaux d’excellence pour les sports individuels ; d’après la même logique, les sports collectifs opposent, dans trois catégories différentes, des équipes représentant des nations, des régions et des communes. De cette manière, le principe de performance, qui détermine la sélection des élites sportives nationales aux Jeux olympiques, n’est pas appliqué de la même manière restrictive à l’Olympiade populaire mais il n’est pas rejeté pour autant. Ainsi, les « championnats internationaux », synonymes de premier niveau d’excellence, limitent le nombre de participants à trois par nation pour chaque sport individuel comme le font les Jeux olympiques58. Il convient de préciser que la Catalogne participerait en tant que « nation » au même titre que le Pays basque et la Galice. Le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes est également mis en avant par l’accueil de délégations nationales de pays colonisés : l’Algérie, le Maroc espagnol et le Maroc français. En réponse au violent antisémitisme en Allemagne national-socialiste, les organisateurs appuient l’inscription de deux délégations juives, l’une composée d’émigrants59, l’autre apparaissant sous le nom de Palestine. Les États officiels annoncés, au nombre de 18, sont60 l’Espagne, la France, le Portugal, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Belgique, le Danemark, la Suède, la Norvège, la Suisse61, la Tchécoslovaquie, la Hongrie62, la Grèce, l’Union soviétique, le Canada, les États-Unis ainsi que, par l’intermédiaire de quelques sportifs émigrés, l’Allemagne et l’Autriche.

  • 63 Olimpiada Popular de Barcelona. Press Service, no 7 (juin 1936).

24Les organisateurs espèrent retrouver à Barcelone les athlètes de haut niveau qui, pour diverses raisons, ne partent pas à Berlin : à côté des meilleurs athlètes d’Espagne et de l’Union soviétique, les sportifs ayant décidé de boycotter les Jeux de Berlin à titre individuel ainsi que ceux qui ont manqué de peu leur sélection pour l’équipe olympique de leur pays. Défendant en cela une idée largement répandue dans les milieux du sport officiel, celle de la corrélation étroite entre hautes performances et sport de masse, les organisateurs soulignent cependant que les prestations de l’élite des participants ont comme principale vocation de mieux propager l’idée du sport populaire. Par ailleurs, l’Olympiade serait en tout premier lieu une manifestation de masse63.

25Sur la même ligne discursive que l’IRS et la FCDO, le Comité d’organisation de l’Olympiade populaire (COOP) proclame qu’il ne s’agit ni d’une manifestation politique ni d’une « contre-olympiade », l’intention étant au contraire de sauvegarder les principes olympiques :

  • 64 L’Humanité, 12 mai 1936.

Les Jeux olympiques de Berlin ont le but de propager l’esprit du national-socialisme, de l’esclavage, de la guerre et de la haine raciale. L’Olympiade populaire de Barcelone, au contraire, veut défendre le véritable esprit olympique qui reconnaît l’égalité des races et des peuples et estime que la paix est la meilleure garantie pour l’éducation saine des sportifs et de la jeunesse de toutes les nations64.

  • 65 Miravitlles, Episodis de la guerra civil espanyola, Barcelone, Portic, 1972, p. 38 et 51-52 ; Pujad (...)
  • 66 Olimpiada Popular de Barcelona. Press Service, no 6 (juin 1936) ; La Humanitat (organe de l’Esquerr (...)
  • 67 A. Bosch, « Barcelona i l’olimpisme », L’Avenc. Revista d’historia, no 92, avril 1986, p. 32-39, Sp (...)

26Le mélange de références à l’olympisme, à la paix et à l’antifascisme, ou encore aux supposées vertus éducatives du sport, permet aux républicains de gauche d’adhérer pleinement au projet de l’Olympiade – à tel point que le Comité d’organisation est dirigé par des représentants de l’Esquerra republicana de Catalunya : le président, Josep Antoni Trabal et les deux vice-présidents, Jaume Miravitlles et Pere Aznar, sont des élus de ce parti au parlement catalan65. Le président de la Catalogne Lluís Companys assure la présidence d’honneur. L’implication du gouvernement catalan se traduit encore par la désignation du ministre de la Culture Victor Gassol comme chargé spécial pour l’Olympiade populaire66, ainsi que par l’attribution d’une subvention s’élevant à 100 000 pesetas, somme équivalente à celle accordée par la municipalité de Barcelone. Le gouvernement espagnol du Front populaire verse quant à lui 250 000 pesetas, et décide de ne pas soutenir l’envoi d’une délégation espagnole aux Jeux olympiques de Berlin67.

  • 68 Ces aspects sont soulignés par Victor Gassol in Olimpiada Popular de Barcelona. Press Service, no 6 (...)
  • 69 A. Bosch, « Barcelona i l’olimpisme », L’Avenc. Revista d’historia, no 92, avril 1986, p. 32-39, op (...)
  • 70 Miravitlles, Episodis de la guerra civil espanyola, Barcelone, Portic, p. 36-37.

27À côté de son profond antifascisme, la Gauche républicaine a d’autres raisons, idéelles et pragmatiques, de souscrire au projet de l’Olympiade. D’abord, elle noue des relations d’affinité avec le sport populaire pour lequel l’Olympiade fournit une occasion exceptionnelle de s’affirmer ; inversement, l’événement permet au gouvernement catalan d’exposer ses ambitions dans le domaine de l’éducation de la jeunesse68. En revanche, ses rapports avec le mouvement olympique officiel ne sont pas les meilleurs depuis la décision du Comité international olympique d’attribuer les Jeux olympiques de 1936 à Berlin, aux dépens de Barcelone. Le vote décisif aurait dû s’effectuer lors de la session du CIO du 25 au 27 avril 1931 dans la capitale catalane, mais fut reporté en raison de l’absence de la plupart des membres du CIO : seulement 19 sur 67 étaient venus. Parmi les absents, certains ont peut-être redouté des incidents suite à la proclamation de la Deuxième République espagnole le 14 avril, malgré le caractère non violent du renversement de la monarchie. Quoi qu’il en soit, le changement de régime a conduit des représentants du mouvement olympique espagnol, en particulier le baron de Guëll, membre du CIO, à retirer leur soutien à la candidature de Barcelone. Finalement, Berlin a obtenu les Jeux après un vote par courrier plus tranché que ce qui avait été attendu : 43 voix pour Berlin et seulement 16 pour Barcelone (plus 8 abstentions)69. D’après Jaume Miravittles, certains membres de son parti ont ressenti ce résultat comme une déclaration d’hostilité à l’égard des nouvelles constellations politiques en Espagne70, même si Berlin était à ce moment la capitale d’une république.

  • 71 Cf. Josep Maria Poblet, Historia de l’Esquerra Republicana a Catalunya, Barcelona, Dopesa, 1976.
  • 72 OPB. Press Service, no 7, juin 1936 ; La Humanitat, 18 et 19 juillet 1936.
  • 73 « Manifeste de l’Olympiade populaire », in RGASPI, 537 / II 67.

28Dans tous les cas, l’Olympiade populaire offre une opportunité du point de vue de l’ERC pour renforcer l’adhésion de la population au pouvoir en place, non seulement à cause de son caractère de grande fête internationale, mais aussi et surtout en tant que moyen d’expression d’une identité nationale catalane dont l’ERC se pose comme défenseur71. C’est principalement dans ce sens qu’un programme de folklore mettant en avant les traditions catalanes est élaboré sous la direction du ministre de la Culture ; il obtient une telle importance que l’événement finit par s’intituler officiellement « Olimpiada popular – Semana popular del Deporte y del Folklore »72. C’est moins une concession aux communistes que le reflet de l’idéologie de l’ERC quand le manifeste de l’Olympiade déclare : « Le peuple glorieux de Catalogne a lutté pendant des siècles contre l’oppression sociale et nationale. Ce peuple qui a su et sait lutter pour sa libération accueillera fraternellement les masses laborieuses des autres pays […]73. »

  • 74 Dans l’agencement symbolique de la cérémonie d’ouverture, le nationalisme catalan apparaît par aill (...)

29Au cours des trois mois de préparation, l’Olympiade populaire se dessine donc progressivement comme un événement unifiant les Catalans autour de la notion d’indépendance nationale et tirant en même temps sa révérence à l’internationalisme prolétarien74. La combinaison entre une certaine ouverture idéologique et un ancrage assez net dans une culture politique de gauche a sans aucun doute contribué au rayonnement du projet. Le nombre de participants inscrits (environ 4 000 sportifs espagnols et 2 000 étrangers) a en tout cas dépassé les attentes à un tel point que les organisateurs ont été conduits à allonger la durée initialement prévue de l’événement.

  • 75 Cf. OPB. Press Service, no 5, juin 1936 ; L’Humanité, 18 juillet 1936 ; L’Auto, 19 juillet 1936.
  • 76 La Humanitat, 18 juillet 1936.

30La composition de la représentation française, de loin la délégation étrangère la plus importante avec près de 1 200 sportifs, reflète sans doute le mieux le caractère rassembleur de l’Olympiade populaire. Les sportifs de la Fédération sportive et gymnique du Travail y sont nettement majoritaires, mais les fédérations « bourgeoises » d’athlétisme, de rugby, de lutte et d’haltérophilie sont également représentées, tout comme la Fédération féminine française de Gymnastique et d’Éducation physique, l’UFOLEP et l’Office du Sport universitaire75. Par ailleurs, toutes les fédérations sportives catalanes accordent leur soutien à l’Olympiade76.

  • 77 L’Auto, 19 juillet 1936 ; Hans Ch. Kirsch, Der Spanische Bürgerkrieg in Augenzeugenberichten, Düsse (...)
  • 78 Carlos Semprun-Maura, Révolution et contre-révolution en Catalogne (1936-1937), Tours, Mame, 1974, (...)
  • 79 L’Auto, 19 juillet 1936.
  • 80 Kirsch, Der Spanische Bürgerkrieg in Augenzeugenberichten, op. cit., p. 81 (témoignage de Miravittl (...)
  • 81 De la Encomienda sera ensuite arrêté par Godet, meneur de la rébellion militaire à Barcelone. Cf. S (...)

31Au cours de la journée du 18 juillet, une grande partie des sportifs étrangers arrivent à Barcelone. La veille, le général Franco a lancé le soulèvement de ses troupes au Maroc. Dans une première réaction, Lluís Companys demande aux spectateurs de renoncer aux drapeaux rouges et aux chants révolutionnaires lors de la cérémonie d’ouverture. Il s’agit d’éviter tout ce qui pourrait être interprété comme une provocation par les adversaires politiques77. Le soir, la Confederacíon nacional del Trabajo proclame la grève générale78. Pendant ce temps, les affrontements se préparent à la garnison de Barcelone ainsi que du côté des anarchistes, seuls à mesurer l’ampleur du danger. Selon les témoignages de sportifs, l’insouciance continue de régner sur la Rambla ; le correspondant de L’Auto relate même une ambiance de fête contagieuse79. Peu après minuit, Jaume Miravitlles annonce sur Radio Barcelona que l’Olympiade commencera comme prévu le 19. Il vient de s’assurer auprès du commandant de la garnison de Barcelona Francisco Llano de la Encomienda, que les militaires de la capitale catalane resteront fidèles à la République80. Quelques officiers lancent cependant l’insurrection, après avoir séquestré le commandant81. Vers quatre heures du matin, les sportifs étrangers logés à l’Hotel Olimpic, sur la plaza de España au centre-ville, sont réveillés par des tirs. Ils assistent à l’une des premières scènes de la Guerre civile espagnole avant de recevoir le secours protecteur de gardes d’assaut républicains.

Membres de la délégation française à la gare d’Austerlitz avant le départ pour Barcelone, le 17 juillet (Archives de la FSGT – extrait de La FSGT du sport rouge au sport populaire, Paris, Éditions La ville brûlée/Sport et plein air-FSGT, distrib. H. Mundi, 2014, p. 84).

Après les premières batailles dans les rues de Barcelone. De gauche à droite : Ramón Mercader, Hannard (FSGT) et Andrés Martin (Archives de la FSGT – extrait de La FSGT du sport rouge au sport populaire, op. cit., p. 84). Mercader est recruté peu après comme agent des services secrets soviétiques. L’assassin de Trotski recevra en 1960 le titre de « Héros de l’Union soviétique ». Martin, chargé de l’organisation technique de l’Olympiade, tombera au front, au début de la Guerre civile.

  • 82 Le Peuple, 27 juillet 1936.
  • 83 L’Auto, 23 juillet 1936 ; Le Peuple, 27 et 28 juillet 1936 ; Der Republikaner. Le Républicain du Ha (...)
  • 84 Ramón Salas Larrazábal, Historia del Ejército Popular de la República, Madrid, La Esfera de los Lib (...)
  • 85 Le Populaire, 24 juillet 1936 ; Le Peuple, 28 juillet 1936. La FSGT organise spontanément le 26 jui (...)
  • 86 L’Humanité, 25 et 26 juillet 1936 ; Le Populaire, 25 et 26 juillet, 6, 9, 11 et 16 août 1936 ; Der (...)
  • 87 Pujadas / Santacana, L’altra Olimpiada, op. cit., p. 214-215.
  • 88 Internationale Sportrundschau, 1936, p. 305-307.

32Les rebelles étant vaincus dès le 20 juillet, la réalisation au moins partielle de l’Olympiade paraît à nouveau envisageable. Dans l’après-midi du 21, lors d’une réunion présidée par Andrés Martin, la décision est prise d’organiser une Olympiade restreinte pendant trois jours, du vendredi au dimanche, avec comme option de « terminer par une apothéose et fêter en commun la victoire de la Démocratie espagnole82 ». Cependant, après de nouveaux incidents et batailles au soir, les organisateurs considèrent que, plutôt que d’exposer les sportifs et des dizaines de milliers de spectateurs au danger d’un attentat, il convient mieux de renoncer à la tenue de l’Olympiade populaire83. Le 23, les soldats et milices catalans prêts à défendre la République partent vers le front de Saragosse84 sous les acclamations des sportifs ouvriers, dont la grande majorité est ensuite évacuée sur deux navires mis à disposition par le gouvernement français85. D’après les témoignages publiés dans la presse ouvrière française et belge, ces sportifs ne sont pas tellement frustrés de ne pas avoir pu disputer de compétition ; avant tout, ils sont infiniment fiers d’avoir assisté à une grande victoire du mouvement ouvrier sur les fascistes86. Quelques-uns restent en Espagne pour participer aux combats, et se retrouvent dans les brigades internationales formées à partir d’octobre87. Andrés Martin tombe sur les champs de bataille comme meneur d’une troupe s’opposant à l’offensive de l’armée rebelle88. Lluís Companys est fusillé par les fascistes à l’aube du 15 octobre 1940, façon d’annoncer la soumission totale de la Catalogne à l’État centraliste de Franco.

33Les Jeux olympiques de Berlin se concluent sur un triomphe de la propagande intérieure d’Adolf Hitler, dont la cote de popularité atteint son maximum en Allemagne. Ils permettent aussi de détourner l’attention publique des premières interventions de l’aviation allemande dans la Guerre civile d’Espagne. La durée exceptionnelle de la dictature franquiste (de 1939 à 1975) a largement contribué quant à elle au long ostracisme espagnol vis-à-vis de l’Olympiade populaire. Celle-ci aurait sans doute constitué un premier apogée et un lieu de mémoire particulièrement mobilisateur pour le sport populaire de version hispano-catalane si la guerre civile et son issue n’en avaient pas décidé autrement.

3. L’Olympiade ouvrière d’Anvers et la participation des vedettes soviétiques : un dernier sursaut

  • 89 Cf. « Abschrift. 26. II. 1937. Die Arbeiter-Olympiade in Antwerpen 1937. Von Carlo Aksamit », RGASP (...)

34Quelques semaines après les événements de Barcelone commencent à Moscou les « Grandes Purges » avec les premiers procès publics contre des personnages majeurs du communisme, parmi eux Grégori Zinoview, le premier président du Komintern. La terreur stalinienne, si elle n’est pas mentionnée lors des négociations entre les deux Internationales sportives, aura des effets sur leurs relations en alourdissant le climat de méfiance mutuelle. Ainsi, le secrétaire tchèque de l’IRS Carlo Aksamit accuse le secrétaire de l’Internationale ouvrière socialiste Fritz Adler d’avoir œuvré contre l’unité du sport travailliste international lors de son apparition au congrès de l’ISOS à la fin août 1936 à Anvers, « en défendant la cause des criminels trotskistes condamnés à Moscou89 ». Cependant, dans le contexte général de la montée en force du fascisme, une grande partie de la gauche européenne perçoit principalement l’URSS comme un puissant allié antifasciste, et ce jusqu’au pacte Hitler-Staline. L’Internationale sportive ouvrière socialiste procède à un geste significatif en invitant l’URSS à la 3e Olympiade ouvrière qui a lieu en été 1937 à Anvers, faisant abstraction en la circonstance de l’écart de plus en plus insurmontable entre les ambitions du sport soviétique et les vocations du sport travailliste.

  • 90 « Bericht über den VIII. Kongress vom 29. und 30. August 1936 in Antwerpen, der Sozialistischen Arb (...)
  • 91 En 1932 et 1933, elle avait encore refusé la tenue de rencontres entre des équipes soviétiques et d (...)
  • 92 Internationale Sportrundschau, 1935, p. 71-73.

35En effet, contrairement aux souhaits formulés par l’ISOS90, le sport soviétique ne cesse d’intensifier ses relations avec le sport « bourgeois », en particulier depuis l’ouverture de la diplomatie soviétique vers les démocraties occidentales. Dès l’été 1934, avant même l’adoption officielle de la politique des « fronts populaires des sportifs », l’IRS a donné carte blanche au Conseil suprême de la Culture physique pour la mise en place de compétitions, y compris même des matchs contre des équipes professionnelles91. En cette même année, des rencontres avec des équipes « bourgeoises » de haut niveau ont eu lieu en France, en Norvège, en Suède et en Tchécoslovaquie. Dans ce dernier pays, se sont déroulées des compétitions de boxe et d’athlétisme entre les équipes nationales, remportées par l’URSS92.

  • 93 Internationale Sportrundschau, 1935, p. 257-259.
  • 94 Internationale Sportrundschau, 1935, p. 71-73.
  • 95 René Wiese, « Der Ursprung der Kinder-und Jugendsportschulen der DDR 1949 bis 1952 – eine sowjetisc (...)
  • 96 John Read, « Physical Culture and Sport in the Early Soviet Period », Australian Slavonic and East (...)

36En juillet 1935, l’organe du Sportintern, reproduisant sans commentaire un article de la Pravda intitulé « L’URSS doit être un pays modèle de la culture physique », communique au public sportif international ce défilancé par la direction du sport soviétique : « Nous travaillons, et nous devons travailler avec encore plus d’énergie, pour que les sportifs soviétiques deviennent les meilleurs sportifs du monde, pour que dans les prochaines années l’URSS devienne le pays des records du monde93. » Ces propos font allusion aux mesures prises en vue d’occuper la position hégémonique dans le sport mondial, parmi lesquelles figure l’augmentation considérable du budget pour le sport et le recrutement d’entraîneurs étrangers pour la préparation de l’élite94. Après l’introduction, en mars 1931, de l’épreuve physique pour toute la population adulte appelée Gotov k Trudu i Oborine (GTO, « Prêt au Travail et à la Défense »), l’année 1934 voit apparaître le titre de « maître émérite des sports » qui récompense des accomplissements sportifs significatifs. Et surtout, le GTO est élargi aux plus jeunes pour permettre une estimation précoce de leur potentiel sportif. Les meilleurs sont envoyés aux « écoles sportives pour enfants et adolescents », dont la première est ouverte à Tiflis en 1934. En 1940, 262 écoles de ce type sont déjà établies ; elles ont alors formé pas moins de 46 730 jeunes aux sports de compétition les plus divers95. Dès 1936, un manuel scolaire encourage en outre les élèves à se préparer à la « chasse aux records sportifs bourgeois96 ».

  • 97 Ce terme désigne le culte de la productivité du travailleur en faisant allusion à « l’exploit » (ag (...)
  • 98 Sur les mondes parallèles de la terreur et du divertissement voir Schlögel, Terror und Traum, op. c (...)
  • 99 Stefan Plaggenborg, Revolutionskultur, op. cit., p. 21-108 (= chapitre I, « La réorganisation de l’ (...)

37Les mutations dans le domaine de la politique sportive s’inscrivent dans un changement de climat affectant tous les secteurs de la société soviétique, dans le double contexte d’industrialisation accélérée et d’accentuation du régime de terreur stalinien. Les principes du sport de compétition entrent en harmonie avec ceux de l’émulation socialiste propagée en vue de l’augmentation de la productivité, la recherche de la meilleure performance sportive se situe dans la mouvance du stakhanovisme97, et la quête de records mondiaux ressort comme composante du néonationalisme russe d’empreinte stalinienne. Au principe de comparaison de l’efficience de travail des individus à l’intérieur du pays s’ajoute alors la confrontation symbolique des réalisations collectives à celles du monde extérieur. Enfin, le spectacle sportif prend de l’importance du fait même de l’accentuation de la répression politique qui augmente le besoin de divertissements de la population98. Le sportif performant devient quant à lui l’incarnation de « l’homme nouveau » soviétique, résultat final des réflexions et discussions sur la « réorganisation physique de l’homme » entamées dès la victoire de la Révolution bolchevique99.

  • 100 André Gounot, « Entre exigences révolutionnaires et nécessités diplomatiques : Les rapports du spor (...)
  • 101 Procès-verbal de la réunion du Bureau politique du Parti communiste de l’Union soviétique, le 11 ma (...)

38En matière d’appartenance aux structures sportives internationales, le sport soviétique s’invite à une valse hésitante au rythme saccadé à partir de 1935100. Il s’approche à petits pas de fédérations internationales comme notamment la FIFA, mais continue à danser sur une mélodie de solidarité avec le sport travailliste tout en voulant se distinguer comme primera bailarina à l’Olympiade d’Anvers. En effet, le Bureau politique du PCUS se prononce en faveur de l’envoi d’une délégation, à condition qu’elle soit exclusivement composée d’athlètes et d’équipes pour lesquels la victoire semble certaine101. Si les organisateurs définissent l’Olympiade comme une manifestation pour la paix mondiale, le Bureau politique perçoit en cet événement l’occasion de défendre le prestige national.

  • 102 Au terme de longs débats à l’intérieur de l’ISOS. Cf. « Zur gegenwärtigen Lage der Sportbewegung un (...)
  • 103 Ibid. ; Le Peuple, 31 août 1936.

3955 sportifs soviétiques partent pour Anvers avec pour mission de gagner les tournois de football, de tennis et d’échecs, de même que les compétitions auxquelles ils participent en athlétisme, natation, gymnastique et haltérophilie. Avec 1 500 athlètes, la section tchécoslovaque de l’ISOS envoie la délégation étrangère la plus forte, après avoir imposé la mise à l’écart de son homologue communiste102. Les sections suédoise et espagnole de l’IRS peuvent en revanche se joindre à la fête, tout comme les organisations française et norvégienne détachées des Internationales. À côté des hôtes belges, la Finlande, le Danemark, le Royaume-Uni, la Suisse, les États-Unis et la Palestine sont également représentés par des organisations sportives ouvrières affiliées à l’ISOS103.

  • 104 Il introduit aussi quelques nouveautés : un concours de pêche à la ligne, un rallye cycliste, un ra (...)
  • 105 SATUS-Sport (28 juillet 1937) commente : « Ce n’était pas Vienne, ce ne pouvait pas être Vienne, ma (...)
  • 106 D’après « La troisième Olympiade ouvrière d’Anvers 1937, notes recueillies par Jules Devlieger pour (...)

40Le programme sportif et culturel d’Anvers n’a rien à envier à celui des deux Olympiades précédentes104. Toutefois, en l’absence des organisations sportives ouvrières les plus importantes, celles de l’Allemagne et de l’Autriche, et devant une situation politique européenne plus qu’inquiétante, la troisième Olympiade ne peut pas dégager la même impression de force du mouvement sportif ouvrier international, et encore moins transmettre de l’optimisme105. Le moment émotionnel le plus intense se produit à la cérémonie d’ouverture, quand le groupe de sportifs espagnols, issus de la Federación cultural deportiva obrera, entre dans l’enceinte du stade principal des Jeux olympiques de 1920, défilant à côté d’une voiture blindée qui porte l’inscription « No pasarán ». À leur tête marche Julius Deutsch, qui a participé aux combats de la Guerre civile espagnole106.

Défilé de la cérémonie d’ouverture. Entrée de l’équipe soviétique (Amsab – Institut d’Histoire Sociale, Gand)

Lanceuse de disque soviétique lors du concours (Amsab – Institut d’Histoire Sociale, Gand)

Page de couverture du numéro souvenir de la revue du Comité d’organisation de la 3e Olympiade ouvrière. Photomontage avec, sur la droite, la sculpture de Jef Lambeaux, au Grote Mark (place centrale d’Anvers), qui représente Silvius Brabo, figure de légende anversoise (Amsab - Institut d’Histoire Sociale, Gand)

  • 107 Dans le monde sportif, on considérait (et considère) comme records officiels seulement ceux qui son (...)
  • 108 Cf. Centre Louis Major, Il y a 50 ans… La Troisième Olympiade ouvrière 1937, Anvers, 1987, p. 109.
  • 109 SATUS-Sport, 28 juillet 1937.
  • 110 Turnbond van België, XXe Congrès fédéral, Bruxelles, 1937, p. 14.
  • 111 Ce film a été mis à notre disposition par Franz Nitsch qui l’a obtenu de l’ancienne Ambassade de l’ (...)

41Sur le plan sportif, la délégation soviétique réalise de brillantes performances, avec entre autres un record du monde officieux en natation107, et accapare de cette manière l’attention du public et des journalistes belges. Avec sa recherche obsessionnelle de la victoire, elle heurte en revanche certaines sensibilités des propagateurs du sport travailliste. Une mesure prise par ses responsables paraît particulièrement extravagante dans ce contexte : lorsque deux joueurs de l’équipe de football soviétique (qui gagne, sans surprise, le tournoi en battant en finale la Norvège par deux buts à zéro) se blessent lors d’un match éliminatoire, deux remplaçants sont immédiatement envoyés de Moscou par avion108. SATUS-Sport, la revue de la section suisse de l’ISOS, marque ses distances politiques en affirmant : « La Russie, comme toutes les dictatures, fait attention à n’être représentée que par des équipes de grande qualité. Leur préparation répond à cette prérogative109. » Pierre Gaudry, président de la Fédération socialiste de Gymnastique de Belgique et l’un des principaux organisateurs, souligne en revanche l’impact que la participation soviétique a eu sur le succès public de l’événement110. Le film sur cette manifestation, réalisé de façon un peu dilettante par la Centrale gymnique et sportive ouvrière belge, se sert amplement des images d’athlètes soviétiques performants pour mieux souligner l’attrait du sport travailliste111. La troisième (et dernière) Olympiade ouvrière met ainsi au jour les contradictions idéologiques que la situation politique et les évolutions dans le monde sportif ont introduit au sein de l’Internationale sportive ouvrière socialiste.

4. Un mouvement sportif ouvrier atrophié

  • 112 Communist International, 8 avril 1937, p. 579-587.
  • 113 « Zur gegenwärtigen Lage der Sportbewegung und den Perspektiven ihrer weiteren Entwicklung. 9. Janu (...)
  • 114 « Décision au sujet de la transformation du secrétariat de l’IRS en un organe auxiliaire de l’IC po (...)
  • 115 « Confidentiel. Copie. 10.4.37. Résolution sur les tâches des partis communistes dans le mouvement (...)
  • 116 « Décision au sujet de la transformation du secrétariat de l’IRS en un organe auxiliaire de l’IC po (...)

42Si après l’Olympiade, l’ISOS n’entretient plus de relations ni avec l’IRS ni avec le sport soviétique, c’est pour une raison simple mais non banale : le Sportintern a cessé d’exister. Dès 1936, ses principaux dirigeants se sont interrogés sur l’avenir de l’organisation qui ne comptait plus que six pays membres à ce moment : l’URSS, la Tchécoslovaquie, l’Espagne, les États-Unis, le Canada et la Suède. Encore que dans ce dernier pays, la fédération sportive ouvrière était devenue entre-temps une composante de la fédération nationale des sports112, et que la situation de la Federación cultural deportiva obrera devenait de plus en plus précaire au cours de la Guerre civile d’Espagne. Au début de l’année 1937, Carlo Aksamit se prononce en faveur de l’adhésion de toutes les sections à l’Internationale sportive ouvrière socialiste, dans le but d’un regroupement le plus complet possible des sportifs ouvriers dans la lutte contre le fascisme113. Le présidium du Komintern défend une position distincte en déclarant qu’un mouvement sportif ouvrier opposé au sport bourgeois, auquel se rallie seulement une partie des travailleurs, n’a qu’une utilité limitée dans l’optique d’un front sportif antifasciste élargi. De ce fait, l’IRS devra mettre un terme à ses activités en tant qu’organisme directeur de fédérations sportives ouvrières114. Celles-ci devront revêtir le caractère d’« organisations pour le sport de masse » sans tendance politique, sur lesquels les partis communistes des différents pays exerceront une « influence discrète115 ». Le secrétariat de l’IRS est transformé en « Bureau d’information sportive » du Komintern116.

  • 117 Le processus de dissolution de l’IRS montre des analogies avec celui de l’Internationale syndicale (...)
  • 118 Sportrundschau – Pressenachrichten (éditée à Moscou).
  • 119 Par exemple, un entretien du vice-président du CSCP Karšenko avec le président de la FIFA Jules Rim (...)
  • 120 Exner-Karl, Sport und Politik in den Beziehungen Finnlands zur Sowjetunion, op. cit., p. 252.

43La dissolution de l’IRS est tenue secrète, le Komintern ne voulant pas introduire de doute sur la participation soviétique à l’Olympiade d’Anvers ni sur l’appartenance du sport soviétique au camp des sportifs antifascistes117. Un bulletin de presse portant la fausse étiquette de l’Internationale rouge sportive118, qu’alimentent des rapports dithyrambiques sur le sport en URSS, suggère la continuité, pendant que les dirigeants sportifs moscovites récusent systématiquement les rumeurs que fait circuler la presse bourgeoise sur une adhésion officielle du football soviétique à la FIFA ou encore sur une participation de l’URSS aux Jeux olympiques d’Helsinki en 1940119. Il est vrai que, dans la plupart des disciplines, il semble nécessaire au sport soviétique de poursuivre le processus de progression avant de se mesurer au plus haut niveau avec les athlètes de pays capitalistes, le risque de la défaite demeurant incompatible avec les visions de suprématie du régime stalinien. Si l’adhésion future au CIO devient de plus en plus évidente au cours de la deuxième moitié des années 1930, la peur de ne pas gagner empêchera encore la participation de l’URSS aux Jeux olympiques de Londres en 1948120.

  • 121 Institut d’Histoire sociale (Gand), Archives du mouvement ouvrier socialiste belge.
  • 122 David Steinberg, Sport under Red Flags ! The relations between the Red Sport International and the (...)
  • 123 Internationaler Pressedienst der SASI, no 4, 15 juin 1939.

44L’Internationale sportive ouvrière socialiste semble ignorer l’effacement factuel de l’IRS jusqu’en 1938. Dans son rapport sur « Les relations sportives et l’Unité du sport ouvrier » au 9e congrès de l’ISOS121 (qui devait avoir lieu initialement à Amsterdam mais se tiendra à Bruxelles à la fin de mai 1938), Jules Devlieger évoque à plusieurs reprises la question des rapports avec l’IRS. Celle-ci semble se poser sous d’autres prémices maintenant que l’IRS « se réduit de plus en plus à la formidable organisation de l’URSS, avec, comme satellites, une ou deux organisations nationales de peu d’importance ». Devlieger reconnaît que l’ISOS est fortement amoindrie de son côté, mais constate aussi que ses sections, situées en Tchécoslovaquie, en Finlande, en Suisse, en Belgique, en Pologne, en Hongrie et en Angleterre, ainsi qu’au Danemark et aux Pays-Bas, donnent le « signe d’une vie active en Europe ». Devant cette situation, l’ISOS devrait concentrer toutes les forces du sport travailliste, et il faudrait donc réfléchir sur l’intégration des deux fédérations neutres (celles de la France et de la Norvège) et même de l’URSS. Ces réflexions de Devlieger sont accueillies de manière positive par les deux présidents de l’ISOS, Julius Deutsch et Heinrich Müller, ainsi que par les représentants des fédérations française et norvégienne. Les Français précisent cependant que les statuts de la FSGT n’autorisent pas l’adhésion à une organisation politique ou syndicale ; or l’ISOS « appartient » d’après eux à l’Internationale ouvrière socialiste et à l’Internationale syndicale d’Amsterdam122. De toute façon, les directives du Komintern excluent une telle démarche. En revanche, l’AIF norvégienne, qui compte alors 90 000 membres, se joint en juin de l’année suivante à l’Internationale sportive ouvrière socialiste123. Ainsi, après avoir été la première organisation du sport travailliste à unifier à nouveau les socialistes et les communistes, la FSGT est la seule fédération unitaire restant en dehors des structures de rassemblement international offertes par l’ISOS. Lors du congrès de Bruxelles, les délégués confient l’organisation de l’Olympiade ouvrière de 1943 au TUL finlandais. Le site, Helsinki, serait ainsi identique à celui les Jeux olympiques de 1940. Les deux événements sportifs n’auront pas lieu en raison de la Seconde Guerre mondiale.

  • 124 Internationaler Pressedienst der SASI, no 1, 1er mai 1939 et no 3, 1er juin 1939.
  • 125 Steinberg, Sport under Red Flags !, op. cit., p. 299-301.
  • 126 « Dans le Sportintern ouvrier » (reproduction d’un document de l’ISOS de fin 1939 / début 1940), GA (...)

45À la suite de l’occupation des territoires tchèques par les Allemands en mars 1939, l’ISOS ne doit pas seulement abandonner son Bureau de Prague. Elle perd aussi sa section la plus forte à ce moment, quelques mois après avoir dû assister à l’interdiction des associations sportives ouvrières des Sudètes, région désormais annexée au Reich. Julius Deutsch estime que l’Internationale doit malgré tout poursuivre ses activités, les sections belge, néerlandaise, suisse et finlandaise ayant fait part de leur résolution à maintenir les relations internationales124. Le 14 juillet, dans le cadre des festivités pour le 150e anniversaire de la Révolution française, la FSGT organise au stade Pershing à Paris une fête d’athlétisme à laquelle participent des sportifs ouvriers de ces quatre sections. En août, une autre fête du sport travailliste international se déroule à Liège125. Ce sera la dernière avant longtemps. Après le 1er septembre 1939, date de l’invasion de la Pologne par la Wehrmacht, de moins en moins de sections de l’ISOS sont en mesure de poursuivre leurs activités. C’est le cas entre autres pour l’une des plus importantes du moment, la TUL, dont de nombreux membres sont mobilisés dans la guerre d’Hiver déclenchée le 30 novembre 1939 avec l’invasion de la Finlande par l’Armée rouge. Même si la direction de l’ISOS déclare vouloir « continuer la lutte pour la liberté et la paix126 », l’organisation ne connaît plus qu’une existence virtuelle.

46Au sein de la FSGT, le pacte Hitler-Staline du 23 août 1939, approuvé par le PCF, provoque de nouveaux conflits virulents entre socialistes et communistes. En octobre 1939, dans le contexte de mobilisation de l’Armée française, le Conseil d’administration de la FSGT se réunit en présence seulement de cinq ex-membres de l’USSGT. Ceux-ci décident d’exclure toutes les associations qui ne répudient pas publiquement le pacte germano-soviétique. Le « front populaire des sportifs » a vécu.

  • 127 De mars 1942 jusqu’à la Libération, elle porte le nom d’« Union sportive et gymnique du Travail ».
  • 128 Jean-Louis Gay-Lescot, Sport et Éducation sous Vichy (1940-1944), Lyon, Presses universitaires de L (...)
  • 129 Nicolas Kssis, « Le réseau Sport libre et la persécution des sportifs juifs sous l’Occupation. La R (...)
  • 130 Jan Kresta, « Karel Aksamit und seine Tätigkeit in der Föderation der proletarischen Sporterziehung (...)

47Sous la conduite d’Albert Guillevic, l’organisation sportive ouvrière française127, fortement décimée, s’intègre au Comité national des Sports, s’engageant ainsi dans la collaboration avec le régime de Vichy. À partir de 1941, les sportifs inscrits dans des fédérations reconnues par l’État ont à prêter le « Serment de l’Athlète » qui consiste à promettre sur l’honneur de « pratiquer le sport avec désintéressement, discipline et loyauté pour devenir meilleur et mieux servir leur patrie128 ». À l’opposé, un certain nombre d’adhérents communistes de l’ex-FSGT se rallient au réseau de Résistance « Sport libre » mis en place par Auguste Delaune et Robert Mension en 1941. Delaune est arrêté le 27 juillet 1943 au Mans par la police française. Il s’éteint le 13 septembre, à l’âge de 35 ans, après de multiples tortures de la Gestapo129. Carlo Aksamit, le dernier secrétaire de l’Internationale rouge sportive, laissera sa vie dans la lutte partisane tchécoslovaque contre la Wehrmacht130.

Notes

1 Sport, 15 mars 1935.

2 En Grande-Bretagne, le sport travailliste d’obédience communiste était devenu minoritaire, la National Workers’ Sports Association ayant plus que doublé ses effectifs (arrivant ainsi au chiffre d’environ 13 000 en 1936) grâce à l’adhésion du Clarion Cycling Club. Cf. Jones, Sport, Politics and the Working Class Sport, op. cit., p. 106-108.

3 Internationale Sportrundschau, juillet 1936.

4 « Procès-verbal du Congrès de fusion. Paris, 23 et 24 décembre 1934 », ANT, F 2009 015 / 002.

5 Cf. les contributions d’Yves Santamaria, « “Noblesse oblige” : PCF. Défense nationale et lutte pour la paix », et de Serge Wolikow, « Le PCF et la nation au temps du Front populaire », in Serge Wolikow / Annie Bleton-Ruget (dir.), Antifascime et nation. Les gauches européennes au temps du Front populaire, Dijon, EUD, 1998, p. 75-86 et p. 129-140.

6 Si la direction et les commissions de la FSGT sont composées de manière paritaire de socialistes et de communistes, les derniers ont la majorité aux congrès de la fédération où se réunissent les délégués des clubs.

7 Voir sur les mutations idéologiques de la FSGT Murray, « The French Workers’ Sports Movement and the Victory of the Popular Front in 1936 », op. cit.

8 « Procès-verbal du Congrès Fédéral de Lille, 29 et 30 décembre 1935 », ANT, F 2009 015 / 004.

9 Fédération Sportive et Gymnique du Travail, Pour une jeunesse saine, forte et joyeuse – Le programme de la FSGT, Paris, sans date [1936] p. 1. Voir aussi « Rapport du Bureau Fédéral Sportif », Sport, no 113, 27 novembre 1935 (supplément).

10 Bruno Dumons / Muriel Béjart / Gilles Pollet, Naissance du sport moderne, Lyon, 1987, p. 59.

11 « Rapport du Bureau Fédéral Sportif », Sport, no 113, 27 novembre 1935 (supplément).

12 Internationale Sportrundschau, 1935, p. 313-315.

13 La Catalogne, région industrielle principale de la péninsule ibérique, compte un tiers de la population ouvrière urbaine du pays. Pour ce qui concerne le développement des sports, elle est en avance par rapport aux autres parties de l’Espagne. Cf. Rivero Herraiz, Deporte y Modernización, op. cit.

14 Sport, 5 décembre 1934 ; Internationale Sportrundschau, 1935, p. 168.

15 Internationale Sportrundschau, 1935, p. 168.

16 Cf. Marie-Claude Chaput, « Espagne, Chili : spécificités des fronts populaires ? », in Xavier Vigna / Jean Vigreux / Serge Wolikow (dir.), Le pain, la paix, la liberté. Expériences et territoire du Front populaire, Paris, La Dispute – éditions sociales, 2006, p. 295-298.

17 Internationale Sportrundschau, 1936, p. 101.

18 « Il est évident que la Fédération culturelle et sportive ouvrière du Centre de l’Espagne est apolitique, et qu’elle défend exclusivement le sport et la culture populaire. »

19 Mundo Obrero, 26 février 1936, 12 et 13 mars 1936. Voir également l’article « En ayuda de los deportistas », Mundo obrero, 26 mars 1936.

20 « 14.1.36. Abschrift. Vertraulich. Entwurf der Beschlüsse des VII. Exekutiv-Plenums des Internationalen Verbandes der Arbeiter-und Bauernsportorganisationen », RGASPI, 537-I-44 ; « Vertraulich. Resolutionsentwurf des VII. Exekutiv-Plenums », RGASPI, 537-I-44.

21 Internationale Sportrundschau, 1936, p. 108.

22 Internationale Sportrundschau, 1936, p. 171.

23 « Abschrift des Briefes des Comité Català pro Esport Popular, Barcelona vom 22. April 1936 », RGASPI, 537-II-67.

24 « Resolution des Sekretariats der Sportintern über die weiteren Aufgaben in Spanien », sans date [entre mi-février et début mars 1936], in RGASPI, 537-I-218, Internationale Sportrundschau, 1936, p. 108.

25 Mundo obrero, 26 mars et 3 avril 1936.

26 Cela n’est pas sans rappeler une étape dans le processus de rapprochement des fédérations sportives ouvrières françaises en 1934 : après la reprise des contacts avec la fédération socialiste, la première fête sportive commune a été organisée au bénéfice du Comité Ernst Thälmann dirigé par André Malraux.

27 « Vertraulich. Beschluß des Sekretariats des EKKI vom 5. März 1936 zur Vorbereitung und Durchführung der Befreiungskampagne für Ernst Thälmann und andere eingekerkerte Antifaschisten », SAPMO-Barch, RY I 6 / 10 / 46.

28 Pujadas / Santacana, L’altra Olimpiada, op. cit.

29 Pujadas Martí, « De las élites a las masas », op. cit., p. 34.

30 Cf. Klaus-Jürgen Nagel, « Katalonien zwischen 1898 und 1923 », Geschichte und Gesellschaft, vol. 20, 1994, p. 349-363.

31 Selon la définition de « mouvement social » de Joachim Raschke (« Zum Begriffder sozialen Bewegung », in Roland Roth / Dieter Rucht (dir.), Neue soziale Bewegungen in der Bundesrepublik Deutschland, Bonn, Bundeszentrale für politische Bildung, 1987, p. 19-29), qui insiste sur l’articulation de revendications par l’intermédiaire de structures organisationnelles.

32 Cf. Pujadas / Santacana, L’altra Olimpiada, op. cit., p. 121-134.

33 Ainsi par exemple en Tchécoslovaquie, l’organisation gymnique nationaliste Sokol et la fédération sportive ouvrière communiste deviennent soudainement, par la seule magie des mots, des composantes d’un grand « mouvement sportif populaire », même si la première continue d’ignorer ou d’abhorrer la deuxième.

34 « Abschrift des Briefes des Comité Catalan pro Esport Popular, Barcelona vom 22. April 1936 », RGASPI, 537-II-67.

35 Mundo Obrero, 3 avril 1936.

36 Le Catalan Ramón Mercader s’était déjà distingué à cette époque comme militant communiste résolu. Relâché de la prison de Valence en février 1936, il a immédiatement repris ses activités à Barcelone. Cf. Maria Teresa Martinez de Sas / Pilai Pagès i Blanch (coord.), Diccionario biografic del moviment obra als païses catalan, Barcelone, Edicions Universitat de Barcelona / Publicaciono de l’Abadia de Montserrat, 2000, p. 894-895. Pour plus de détails sur le personnage voir José Ramón Garmabella : El grito de Trotsky : Ramón Mercader, el asesino de un mito, Madrid, Debate, 2007.

37 Bruce Kidd, « The Popular Front and the 1936 Olympics », Canadian Journal of History of Sport and Physical Education, vol. 12, no 1, 1980, p. 1-18.

38 Fabien Sabatier, Histoire des organisations sportives communistes de France au xxe siècle, op. cit., p. 46.

39 Cf. Sport, 15 juin 1938 et 15 juillet 1939.

40 Roger Martelli, Prendre sa carte 1920-2009. Données nouvelles sur les effectifs du PCF, op. cit., p. 17.

41 « 14.1.36. Abschrift. Vertraulich. Entwurf der Beschlüsse des VII. Exekutiv-Plenums des Internationalen Verbandes der Arbeiter-und Bauernsportorganisationen », RGASPI, 537-I-44 ; Internationale Sportrundschau, 1936, p. 117.

42 « Resolution des Sekretariats der Sportintern über die weiteren Aufgaben in Spanien », sans date [mars 1936], RGASPI, 537-I-218.

43 Le fait que Barcelone avait perdu contre Berlin dans la procédure de candidature aux Jeux olympiques officiels de 1936 ne semble avoir joué aucun rôle dans les réflexions de l’IRS.

44 Internationale Sportrundschau, 1936, p. 305-307.

45 « Abschrift des Briefes des Comité Català pro Esport popular vom 22. April 1936 », RGASPI, 537-II-67. Cette lettre fait référence à un autre courrier, envoyé précédemment par le CCEP à l’IRS, ce qui explique pourquoi l’IRS a pu annoncer officiellement la tenue de l’Olympiade populaire dès le 20 avril

46 Internationale Sportrundschau, 1936, p. 305-307 ; Jaume Miravitlles, Episodis de la guerra civil espanyola, Barcelone, Portic, 1972, p. 51.

47 Mundo obrero, 29 juin 1936. (« La presse réactionnaire ment délibérément quand elle parle d’“Olympiade rouge”. […] Il s’agit de Jeux Olympiques Populaires, c’est-à-dire du peuple, pour le peuple »).

48 Par rapport à l’Olympiade, cette disposition s’applique jusqu’au niveau local comme le montre l’exemple du Comité de soutien établi dans la ville catalane de Reus. La vice-présidence du comité de propagande est occupée par un membre du Partit comunista català – alors qu’un représentant de la Juventuts d’Estat català, proche de la Gauche républicaine, assure la présidence –, et le trésorier vient du Secours rouge international, organisation auxiliaire du Komintern (voir la composition du Comité de soutien dans Pujadas / Santacana, L’altra Olimpiada, op. cit., p. 165).

49 Sport, no 7, 15 novembre 1933.

50 Internationale Sportrundschau, 1936, p. 117.

51 Celui-ci poursuivra ses activités après les Jeux olympiques de Berlin. Cf. « Zur gegenwärtigen Lage der Sportbewegung und der Perspektiven ihrer weiteren Entwicklung. 9. Januar 1937. Von C. Aksamit », RGASPI, 537-I-219.

52 Pierre Broué / Emile Témime, Revolution und Krieg in Spanien, Suhrkamp, Francfort 1968, p. 231.

53 Mundo obrero, 5 février 1936. (« À la fin du siècle dernier, un noble français d’esprit progressiste et relativement libéral, le baron Pierre de Coubertin, conçut l’idée de ressusciter les Jeux olympiques en leur donnant un sens universaliste, pour que les jeunes de toutes les races puissent échanger leurs idées et comparer leurs différentes manières de pratiquer le sport »).

54 Annoncée dans l’édition du 11 mars 1936 de Mundo obrero et réalisée peu après (cf. Sportrundschau – Pressenachrichten, no 8, 19 mars 1936).

55 Dès le début du mois de mai 1936, le Conseil suprême de la Culture physique annonce l’envoi à Barcelone de sportifs soviétiques performants dans toutes les disciplines. Cf. Sportrundschau – Pressenachrichten no 16, 10 juin 1936.

56 Sport, 17 juin 1936.

57 Le Peuple (Bruxelles), 6 et 11 juillet 1936.

58 Plus de détails sur le programme dans Pujadas / Santacana, L’altra Olimpiada, op. cit., et André Gounot, « L’Olympiade populaire de Barcelone 1936 : entre nationalisme catalan, “esprit olympique” et internationalisme prolétarien », in André Gounot / Denis Jallat / Benoît Caritey (dir.), Les politiques au stade. Étude comparée des manifestations sportives nationales et internationales du xixe au xxie siècle, Rennes, PUR, 2007, p. 125-144.

59 Des associations juives d’Anvers et de Paris avec près de 150 sportifs. Cf. OPB. Press Service, no 7 (juin 1936) ; Sport, 16 juillet 1936.

60 D’après Le Populaire, 8 juillet 1936, et Sport, 16 juillet 1936.

61 Sur la participation suisse voir Nic Ulmi, « Solidarité avec les “communards” des Asturies et préparatifs pour l’Olympiade populaire », in Sébastien Guex / Mauro Cerutti / Peter Huber (dir.), La Suisse et l’Espagne de la République à Franco (1936-1946), Lausanne, Antipodes, 2001, p. 209-227.

62 Une équipe de Hongrois exilés à Paris (OPB. Press Service, no 7, juin 1936).

63 Olimpiada Popular de Barcelona. Press Service, no 7 (juin 1936).

64 L’Humanité, 12 mai 1936.

65 Miravitlles, Episodis de la guerra civil espanyola, Barcelone, Portic, 1972, p. 38 et 51-52 ; Pujadas / Santacana, L’altra Olimpiada, op. cit., p. 133-135. Miravitlles a adhéré à l’ERC en 1934 après avoir été militant du Parti communiste puis un des leaders du Bloque obrero y campesino, organisation marxiste. Cf. Martinez de Sas / Pagès i Blanch, Diccionario biografic del moviment obrer als païses catalan, op. cit., 2000, p. 913-914.

66 Olimpiada Popular de Barcelona. Press Service, no 6 (juin 1936) ; La Humanitat (organe de l’Esquerra republicana de Catalunya), 18 juillet 1936.

67 A. Bosch, « Barcelona i l’olimpisme », L’Avenc. Revista d’historia, no 92, avril 1986, p. 32-39, Sport, 1er juillet 1936.

68 Ces aspects sont soulignés par Victor Gassol in Olimpiada Popular de Barcelona. Press Service, no 6, juin 1936 (cet organe sera cité dès à présent sous le nom « OPB. Press Service ») et par Trabal (La Humanitat, 14 juillet 1936).

69 A. Bosch, « Barcelona i l’olimpisme », L’Avenc. Revista d’historia, no 92, avril 1986, p. 32-39, op. cit. ; Pujadas / Santacana, L’altra Olimpiada, op. cit., p. 46 et 98-99.

70 Miravitlles, Episodis de la guerra civil espanyola, Barcelone, Portic, p. 36-37.

71 Cf. Josep Maria Poblet, Historia de l’Esquerra Republicana a Catalunya, Barcelona, Dopesa, 1976.

72 OPB. Press Service, no 7, juin 1936 ; La Humanitat, 18 et 19 juillet 1936.

73 « Manifeste de l’Olympiade populaire », in RGASPI, 537 / II 67.

74 Dans l’agencement symbolique de la cérémonie d’ouverture, le nationalisme catalan apparaît par ailleurs comme élément dominant. Cf. André Gounot, « L’Olympiade populaire de Barcelone 1936 : entre nationalisme catalan, “esprit olympique” et internationalisme prolétarien », op. cit.

75 Cf. OPB. Press Service, no 5, juin 1936 ; L’Humanité, 18 juillet 1936 ; L’Auto, 19 juillet 1936.

76 La Humanitat, 18 juillet 1936.

77 L’Auto, 19 juillet 1936 ; Hans Ch. Kirsch, Der Spanische Bürgerkrieg in Augenzeugenberichten, Düsseldorf, Karl Rauch Verlag, 2e éd., 1967, p. 81 (témoignage de Miravittles).

78 Carlos Semprun-Maura, Révolution et contre-révolution en Catalogne (1936-1937), Tours, Mame, 1974, p. 24.

79 L’Auto, 19 juillet 1936.

80 Kirsch, Der Spanische Bürgerkrieg in Augenzeugenberichten, op. cit., p. 81 (témoignage de Miravittles).

81 De la Encomienda sera ensuite arrêté par Godet, meneur de la rébellion militaire à Barcelone. Cf. Semprun-Maura, Révolution et contre-révolution en Catalogne, op. cit., p. 27.

82 Le Peuple, 27 juillet 1936.

83 L’Auto, 23 juillet 1936 ; Le Peuple, 27 et 28 juillet 1936 ; Der Republikaner. Le Républicain du Haut-Rhin. Organ der Sozialistischen Partei, Mulhouse, 29 juillet 1936.

84 Ramón Salas Larrazábal, Historia del Ejército Popular de la República, Madrid, La Esfera de los Libros S.L., 2006.

85 Le Populaire, 24 juillet 1936 ; Le Peuple, 28 juillet 1936. La FSGT organise spontanément le 26 juillet à Paris une fête sportive à laquelle participent, devant 10 000 spectateurs, des sportifs français, norvégiens, suédois et américains qui s’étaient rendus à Barcelone (Sport, no 148, 29 juillet 1936).

86 L’Humanité, 25 et 26 juillet 1936 ; Le Populaire, 25 et 26 juillet, 6, 9, 11 et 16 août 1936 ; Der Republikaner. Le Républicain du Haut-Rhin. Organ der Sozialistischen Partei, Mulhouse, 25, 27 et 29 juillet 1936 ; Le Peuple, 27 et 28 juillet 1936.

87 Pujadas / Santacana, L’altra Olimpiada, op. cit., p. 214-215.

88 Internationale Sportrundschau, 1936, p. 305-307.

89 Cf. « Abschrift. 26. II. 1937. Die Arbeiter-Olympiade in Antwerpen 1937. Von Carlo Aksamit », RGASPI, 537-I-219. Le 31 août 1936, le journal du Parti ouvrier belge Le Peuple couvre ses deux premières pages avec un article intitulé : « Les fusillades de Moscou sont un malheur effroyable qui frappe le socialisme du monde entier. » L’article est écrit par Otto Bauer (viceprésident du Parti social-démocrate autrichien de 1918 à 1934 et principal théoricien de l’austro-marxisme) qui demande : « Et les preuves de ces accusations monstrueuses, où sont-elles ? »

90 « Bericht über den VIII. Kongress vom 29. und 30. August 1936 in Antwerpen, der Sozialistischen Arbeitersport-Internationale », s.l.n.d. [1936], p. 4-5.

91 En 1932 et 1933, elle avait encore refusé la tenue de rencontres entre des équipes soviétiques et des représentants du sport « bourgeois » de la France, de la Tchécoslovaquie et de la Pologne. Cf. lettres du Secrétariat de l’IRS (Berlin) au CSCP, le 13 et le 20 janvier 1932, in GARF, 75 76 / 2 / 118 ; lettres du Bureau de l’IRS au CSCP, le 28 septembre et le 15 novembre 1933, GARF, 75 76 / 2 / 132.

92 Internationale Sportrundschau, 1935, p. 71-73.

93 Internationale Sportrundschau, 1935, p. 257-259.

94 Internationale Sportrundschau, 1935, p. 71-73.

95 René Wiese, « Der Ursprung der Kinder-und Jugendsportschulen der DDR 1949 bis 1952 – eine sowjetische Geburt ? », Deutschland-Archiv. Zeitschrift für das vereinigte Deutschand, juin 2004, p. 423.

96 John Read, « Physical Culture and Sport in the Early Soviet Period », Australian Slavonic and East European Studies, vol. 10, 1996, p. 77-78.

97 Ce terme désigne le culte de la productivité du travailleur en faisant allusion à « l’exploit » (agencé) du mineur de Donetsk Aleksej Stakhanov qui aurait réussi à extraire, dans la nuit du 30 au 31 août 1935, quatorze fois plus de charbon que ce que demandait le quota officiel. Dans « Retour de l’URSS » (Paris, Gallimard, collection folio, 1936, p. 40), André Gide tourne en dérision les astuces de la propagande soviétique en racontant la visite d’une usine modèle où lui est présenté un « stakhanoviste » : « Il est parvenu, me dit-on, à faire en cinq heures le travail de huit jours (à moins que ce ne soit en huit heures, le travail de cinq jours ; je ne sais plus). Je me hasarde à demander si cela ne revient pas à dire que, d’abord, il mettait huit jours à faire le travail de cinq heures ? Mais ma question est assez mal prise et l’on préfère ne pas y répondre. »

98 Sur les mondes parallèles de la terreur et du divertissement voir Schlögel, Terror und Traum, op. cit. Robert Edelman (Serious Fun. A History of Spectator Sports in the U.S.S.R., New York / Oxford / Toronto, 1993, chapitre 8) montre la généralisation de pratiques professionnelles dans le championnat national de football au cours des années 1930 tout en évoquant l’augmentation colossale du nombre de spectateurs dans les stades. Richard Stilles montre l’intérêt prêté à la même époque par l’État au divertissement des masses dans les domaines de la musique et du cinéma. Cf. Richard Stilles, Russian popular Culture, Entertainment and Society since 1992, Cambridge University Press, Cambridge, 1992, chapitre « Stalin by Starlight 1928-1941 ». La rencontre de football Turquie-URSS du 13 octobre 1935 à Istanbul, au stade Fenerbahçe, constitue le premier événement sportif à l’étranger retransmis par la radio soviétique. Cf. International Federation of Football History & Statistics (IFFHS), Russia (1912-1920), Soviet Union (1923-1940), Polska (1921-1940), Lietuva (1923-1940). Full internationals, s.l.n.d. [2002]. cit., p. 44-45.

99 Stefan Plaggenborg, Revolutionskultur, op. cit., p. 21-108 (= chapitre I, « La réorganisation de l’homme ») ; Sylvain Dufraisse, « Le champion, incarnation de l’homme nouveau soviétique : une genèse (1934-1953) », in Bensoussan / Dietschy / Francois / Strouk (dir.), Sport, corps et sociétés de masse, op. cit., p. 233-242.

100 André Gounot, « Entre exigences révolutionnaires et nécessités diplomatiques : Les rapports du sport soviétique avec le sport ouvrier et le sport bourgeois en Europe, 1920-1937 », in Arnaud / Riordan (dir.), Sport et relations internationales, op. cit., p. 269-273. Barbara Keys présente des constats similaires dans son article « Soviet Sport and Transnational Mass Culture in the 1930s », Journal of Contemporary History, vol. 38, 2003, p. 413-434.

101 Procès-verbal de la réunion du Bureau politique du Parti communiste de l’Union soviétique, le 11 mai 1937, RGASPI, 17 / 3 / 987.

102 Au terme de longs débats à l’intérieur de l’ISOS. Cf. « Zur gegenwärtigen Lage der Sportbewegung und der Perspektiven ihrer weiteren Entwicklung. Von Carlo Aksamit, 9. Januar 1937 », RGASPI, 537-I-219 ; « Abschrift. 26. II. 1937. Die Arbeiter-Olympiade in Antwerpen 1937. Von Carlo Aksamit », RGASPI, 537-I-219 ; Sozialistische Arbeitersport-Internationale, Bericht über den VIII. Kongress vom 29. und 30. August 1936 in Antwerpen, s.l.n.d. [1936], p. 4-9.

103 Ibid. ; Le Peuple, 31 août 1936.

104 Il introduit aussi quelques nouveautés : un concours de pêche à la ligne, un rallye cycliste, un rallye automobile et un rallye moto au départ de la Scandinavie. Voir pour d’autres détails sur l’Olympiade Jan Tolleneer / Roland Renson / Erik Box, « Antwerpen 1937. Die dritte Arbeiter-Olympiade », in Teichler / Hauk (dir.), Illustrierte Geschichte des Arbeitersports, op. cit., p. 223-226 ; Erik Box, De derde Arbeidersolympiade in 1937 te Antwerpen, op. cit.

105 SATUS-Sport (28 juillet 1937) commente : « Ce n’était pas Vienne, ce ne pouvait pas être Vienne, mais toutefois une ambiance solennelle des grands jours était présente comme dans toutes les manifestations des sportifs ouvriers. »

106 D’après « La troisième Olympiade ouvrière d’Anvers 1937, notes recueillies par Jules Devlieger pour Barbara Engelmann et Vera Bleyer, de la Deutsche Hochschule für Körperkultur Leipzig », Amsab – Institut d’Histoire sociale, Gand.

107 Dans le monde sportif, on considérait (et considère) comme records officiels seulement ceux qui sont homologués par les fédérations sportives internationales officielles.

108 Cf. Centre Louis Major, Il y a 50 ans… La Troisième Olympiade ouvrière 1937, Anvers, 1987, p. 109.

109 SATUS-Sport, 28 juillet 1937.

110 Turnbond van België, XXe Congrès fédéral, Bruxelles, 1937, p. 14.

111 Ce film a été mis à notre disposition par Franz Nitsch qui l’a obtenu de l’ancienne Ambassade de l’URSS à Bonn.

112 Communist International, 8 avril 1937, p. 579-587.

113 « Zur gegenwärtigen Lage der Sportbewegung und den Perspektiven ihrer weiteren Entwicklung. 9. Januar 1937. Von C. Aksamit », RGASPI, 537-I-219.

114 « Décision au sujet de la transformation du secrétariat de l’IRS en un organe auxiliaire de l’IC pour le sport. MA / GF de l’all., 11.4.37 », RGASPI, 537-I-219.

115 « Confidentiel. Copie. 10.4.37. Résolution sur les tâches des partis communistes dans le mouvement sportif », RGASPI, 537-I-219.

116 « Décision au sujet de la transformation du secrétariat de l’IRS en un organe auxiliaire de l’IC pour le sport. MA / GF de l’all., 11.4.37 », RGASPI, 537-I-219.

117 Le processus de dissolution de l’IRS montre des analogies avec celui de l’Internationale syndicale rouge, liquidée le 27 décembre 1937 également sur une décision secrète. Voir Tosstorff, Profintern, op. cit., p. 130-152.

118 Sportrundschau – Pressenachrichten (éditée à Moscou).

119 Par exemple, un entretien du vice-président du CSCP Karšenko avec le président de la FIFA Jules Rimet, à l’occasion d’un match de football entre le Racing Club de Paris et une sélection de Moscou, fin 1935, fait spéculer la presse sur une éventuelle adhésion de l’URSS à la FIFA. Karšenko souligne alors qu’il n’a « pas de mandat officiel » (Paris-Soir, 30 décembre 1935).

120 Exner-Karl, Sport und Politik in den Beziehungen Finnlands zur Sowjetunion, op. cit., p. 252.

121 Institut d’Histoire sociale (Gand), Archives du mouvement ouvrier socialiste belge.

122 David Steinberg, Sport under Red Flags ! The relations between the Red Sport International and the Socialist Workers’Sport International 1920-1939, thèse de doctorat, Madison, 1979, p. 294-295.

123 Internationaler Pressedienst der SASI, no 4, 15 juin 1939.

124 Internationaler Pressedienst der SASI, no 1, 1er mai 1939 et no 3, 1er juin 1939.

125 Steinberg, Sport under Red Flags !, op. cit., p. 299-301.

126 « Dans le Sportintern ouvrier » (reproduction d’un document de l’ISOS de fin 1939 / début 1940), GARF, 75 76 / 2 / 186.

127 De mars 1942 jusqu’à la Libération, elle porte le nom d’« Union sportive et gymnique du Travail ».

128 Jean-Louis Gay-Lescot, Sport et Éducation sous Vichy (1940-1944), Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1991, p. 128.

129 Nicolas Kssis, « Le réseau Sport libre et la persécution des sportifs juifs sous l’Occupation. La Résistance face à l’antisémitisme d’Etat dans le sport », in Georges Bensoussan / Paul Dietschy / Caroline Francois / Hubert Strouk (dir.), Sport, corps et sociétés de masse. Le projet d’un homme nouveau, Paris, Armand Colin, 2012, p. 175-182.

130 Jan Kresta, « Karel Aksamit und seine Tätigkeit in der Föderation der proletarischen Sporterziehung und in der Roten Sportinternationale », in Theorie und Praxis der Körperkultur, 1960, p. 206-211.

Table des illustrations

Légende Membres de la délégation française à la gare d’Austerlitz avant le départ pour Barcelone, le 17 juillet (Archives de la FSGT – extrait de La FSGT du sport rouge au sport populaire, Paris, Éditions La ville brûlée/Sport et plein air-FSGT, distrib. H. Mundi, 2014, p. 84).
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13260/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Après les premières batailles dans les rues de Barcelone. De gauche à droite : Ramón Mercader, Hannard (FSGT) et Andrés Martin (Archives de la FSGT – extrait de La FSGT du sport rouge au sport populaire, op. cit., p. 84). Mercader est recruté peu après comme agent des services secrets soviétiques. L’assassin de Trotski recevra en 1960 le titre de « Héros de l’Union soviétique ». Martin, chargé de l’organisation technique de l’Olympiade, tombera au front, au début de la Guerre civile.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13260/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Défilé de la cérémonie d’ouverture. Entrée de l’équipe soviétique (Amsab – Institut d’Histoire Sociale, Gand)
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13260/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Lanceuse de disque soviétique lors du concours (Amsab – Institut d’Histoire Sociale, Gand)
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13260/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Page de couverture du numéro souvenir de la revue du Comité d’organisation de la 3e Olympiade ouvrière. Photomontage avec, sur la droite, la sculpture de Jef Lambeaux, au Grote Mark (place centrale d’Anvers), qui représente Silvius Brabo, figure de légende anversoise (Amsab - Institut d’Histoire Sociale, Gand)
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13260/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 140k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search