Version classiqueVersion mobile

Les Mouvements sportifs ouvriers en Europe (1893-1939)

 | 
André Gounot

Chapitre 3. Deux mouvements opposés en face des mêmes enjeux (1929-1934)

Texte intégral

1. La « thèse du social-fascisme » et les multiples scissions à l’échelle nationale

  • 1 Fridrich Igorewitsch Firsow, « Stalin und die Komintern », in Institut für Geschichte der Arbeiterb (...)
  • 2 Wolikow, L’Internationale communiste, op. cit., p. 81.

1La Spartakiade de Moscou joue aussi un rôle dans le processus général de division du mouvement sportif ouvrier européen, étant donné que des équipes et des clubs de sections de l’Internationale sportive de Lucerne y participent malgré l’interdiction prononcée par leurs directions, ce qui ne peut qu’aviver les dissensions internes. Mais surtout, la tactique « classe contre classe » du Komintern efface toute perspective d’un retour vers le minimum de sérénité nécessaire au bon fonctionnement d’une organisation. Cette tactique repose en effet sur des analyses (ou plutôt des semblants d’analyse) induisant une véritable diabolisation des courants réformistes. Le capitalisme serait entré dans sa troisième et dernière période, une période de crises, d’accentuation des oppositions entre les classes et de radicalisation des masses qui se traduirait par une effervescence révolutionnaire. Pour assurer leur défense, les capitalistes s’allieraient avec les fascistes. En plus, toujours avec la complicité des réformistes, ils prépareraient une guerre impérialiste contre l’URSS. Dévisagés comme facette masquée d’un système tendant vers le fascisme, les partis socialistes et sociaux-démocrates sont qualifiés de « sociaux-fascistes »1. L’orientation classe contre classe, synonyme de « fuite en avant sectaire » pour les partis communistes selon Serge Wolikow2, signifie la lutte la plus acharnée contre ces « véritables » ennemis de la classe ouvrière, et exclut toute possibilité d’alliance électorale ou d’action commune.

  • 3 « Resolution über die Kriegsgefahr und die Aufgaben der Arbeitersportverbände », RGASPI, 537-I-25.

2Sans introduire la moindre nuance, l’IRS projette les allégations kominterniennes sur le sport ouvrier. Elle constate à son 4e congrès que les dirigeants de l’ISL veulent imposer dans les sections nationales « […] la politique social-démocrate de coalition et de coopération avec la bourgeoisie ennemie de l’Union soviétique et préparant la guerre3 ». Cette idée est colportée par les militants à l’échelle nationale jusqu’en 1934. Ainsi, René Rousseau, secrétaire de la Fédération sportive du Travail, explique (peu avant de se révolter lui-même contre l’absurdité de tels propos) :

  • 4 L’Humanité, 12 novembre 1929.

Le mouvement sportif réformiste ne se distingue du mouvement sportif bourgeois que par la phraséologie soi-disant révolutionnaire des dirigeants de Lucerne, mais pratiquement, les organisations réformistes sont liées avec les organisations fascistes et militarisées4.

3Les membres de l’organisation sportive communiste formée en 1929 en Allemagne apprennent tous, dès leur adhésion, que :

  • 5 « Richtlinien der Kampfgemeinschaft für Rote Sporteinheit aus einem Mitgliedsbuch von 1931 », Gehei (...)

Pour la classe ouvrière, il est d’une signification historique particulière que les sociaux-démocrates contribuent au processus d’établissement de la dictature fasciste en Allemagne. Conformément à la politique du Parti social-démocrate, la bureaucratie social-fasciste s’évertue dans toutes les organisations de masse à préparer le terrain pour la dictature fasciste5.

  • 6 Koller « “Der Sport als Selbstzweck… », op. cit., p. 290.
  • 7 Laine, « TUL : The Finnish Worker Sport Movement », op. cit., p. 72-76.

4La thèse du « social-fascisme », qui entraîne une agressivité verbale accrue de la part de nombreux militants communistes œuvrant au sein des organisations sportives ouvrières, fournit un argument de plus aux directions sociales-démocrates pour prendre des mesures drastiques : elles procèdent à des exclusions systématiques de clubs sympathisant ouvertement avec le communisme, ce qui conduit entre 1929 et 1931 à l’établissement de fédérations communistes concurrentes. Celles-ci sont de petite taille aux Pays-Bas, en Autriche et dans les Sudètes (territoire de la Tchécoslovaquie). En Suisse, l’organisation communiste se fonde d’abord sur 48 clubs exclus (dont 29 clubs de football), soit à peu près un sixième de la SATUS. Peu après, elle connaît cependant elle-même une scission qui aboutit à la création de la Fédération romande des Sports ouvriers, indépendante6. En Finlande, la scission intervient en revanche à un moment où la fraction communiste n’est pas loin de rassembler la moitié des 38 700 membres du TUL derrière elle. En conséquence des exclusions se forme à la fin 1929 le « Comité pour l’unité du sport ouvrier ». Son existence ne durera pas plus de six mois, ses associations, au nombre de 157, étant interdites dans le cadre des nouvelles lois anticommunistes7.

  • 8 Lettre de Julius Deutsch « an Adler, 5. August 1930 », IISG (Amsterdam), fonds Sozialistische Arbei (...)
  • 9 Jones, Sport, Politics and the Working Class, op. cit., p. 79-81.
  • 10 Dierker, Arbeitersport im Spannungsfeld…, op. cit., p. 46-47.

5En Norvège, après la conquête de la majorité par les sociaux-démocrates en 1929, la fédération sportive ouvrière rompt avec l’IRS et se sépare de ses membres communistes. Ces derniers fondent en 1931 l’Union de lutte pour l’unité sportive rouge, section norvégienne de l’IRS8. Les communistes s’emparent en revanche de la direction de la British Workers’ Sports Federation (BWSF), à l’issue d’une propagande intensifiée après la participation d’une délégation britannique à la Spartakiade. Les adhérents plus modérés quittent alors la fédération pour se regrouper dans la National Workers’ Sports Association que l’Internationale sportive ouvrière socialiste reconnaîtra comme section anglaise9. Lors de son congrès en octobre 1929 à Prague, l’ISOS décide par ailleurs de se séparer de la Fédération sportive du Travail d’Alsace et de Lorraine, la dernière structure d’opposition communiste dans ses rangs. Dans le même élan, elle interdit formellement à ses sections toute relation avec l’IRS, ce qui vise en tout premier lieu le sport soviétique10.

  • 11 Hartmann Wunderer, Arbeitervereine und Arbeiterparteien. Kultur-und Massenorganisationen in der Arb (...)
  • 12 Selon la formule de Kuusinen (secrétaire général de l’IC), citée par Mallmann, Kommunisten in der W (...)
  • 13 Niederschrift über Sitzungen der Kreisvertreter-Tagung, 22. und 23. November 1929 in Nürnberg, Verl (...)
  • 14 Jones, « The European Workers’ Sport Movement and Organized Labour in Britain Between the Wars », o (...)

6En Allemagne, au cours des années 1928-29, une variété d’organisations culturelles et sociales émerge dans l’orbite du KPD11. Parmi elles figure l’Interessengemeinschaft zur Wiederherstellung der Einheit im Arbeitersport (Communauté d’intérêt pour le rétablissement de l’unité du sport ouvrier), fondée le 26 juin 1929 à Berlin pour accueillir les clubs exclus de l’ATSB suite aux décisions du congrès fédéral de l’année antérieure à Leipzig. Son appellation illustre bien l’obstination du mouvement communiste à se présenter dans n’importe quel contexte comme héraut de l’unité ouvrière. En réalité, dès les débuts de son glissement vers la ligne ultragauche, à l’automne 1926, le Komintern a envisagé la mise en place dans les différents pays d’un « véritable système solaire d’organisations et de petits comités gravitant autour du parti communiste12 ». Sans doute n’est-on pas loin de la vérité si l’on parle de scissions provoquées. Un exemple local semble en tout cas assez parlant : un dirigeant communiste du football travailliste de Leipzig, du nom de Tillmann, s’adresse de manière tellement injurieuse aux sociaux-démocrates (« sociaux-fascistes ») qu’il les pousse pratiquement à exclure les clubs communistes. Lorsqu’un camarade et ami de la même ville lui recommande une attitude moins provocatrice, Tillmann le dénonce auprès de la direction du KPD à Berlin. Le camarade est ensuite obligé de s’expliquer devant une commission de la section locale du Parti13. Pour le cas du sport travailliste britannique, Steven Jones a pu montrer en outre que la division en deux organisations concurrentes a plutôt été saluée par les communistes14.

  • 15 Dierker, Arbeitersport im Spannungsfeld, op. cit., p. 154-159.

7La nouvelle organisation sportive ouvrière allemande, même si elle se dit prête à accueillir tous les ouvriers quelles que soient leurs préférences politiques, articule dès le départ sa conformité avec la politique du KPD. En décembre 1930, elle se donne un nom plus en adéquation avec ses missions : Kampfgemeinschaft für rote Sporteinheit (KGRS, Communauté de combat pour l’unité sportive rouge). La scission donne le signal de départ à une lutte fratricide dans laquelle les sociaux-démocrates n’hésitent pas à user de leur influence dans l’appareil d’État ou dans les administrations locales ; ils tentent d’assécher la KGRS en la privant de subventions ou en lui barrant l’accès aux terrains de sport et aux gymnases15.

  • 16 « An das EK der RSI, Moskau. Im Auftrag der Kommission für Verbindung mit dem Sportverein “Fichte”. (...)
  • 17 Sur l’histoire du KPO voir Theodor Bergmann, « Gegen den Strom ». Die Geschichte der KPD (Oppositio (...)
  • 18 Timmermann, Geschichte und Struktur der Arbeitersportbewegung, op. cit., p. 105.
  • 19 Roter Sachsensport no 3, avril 1932, cité par Timmermann, Geschichte und Struktur der Arbeitersport (...)

8La ligne ultragauche est loin de faire l’unanimité auprès des militants communistes investis dans le sport travailliste. Elle est critiquée entre autres par Fritz Wiest, homme de confiance du Politbüro du KPD pour les affaires sportives depuis 1924. Rapidement dépossédé de ses fonctions, Wiest est exclu du Parti au début de l’année 1929. Il s’associe ensuite au Kommunistische Partei-Opposition (KPO), où il tente de faire valoir une politique sportive révolutionnaire prenant en compte à la fois les intérêts plus généraux des sportifs ouvriers et la nécessité de lutter ensemble contre le fascisme. Erwin Butte, collaborateur de l’Internationale rouge sportive et diplômé de l’Institut de Culture physique de Moscou, rejoint également le KPO16. Conformément au programme de ce parti, les partisans du KPO tentent d’œuvrer en faveur du rétablissement de l’unité du sport travailliste17. Les sociaux-démocrates désapprouvent leurs positions politiques mais acceptent officiellement leur présence dans les clubs de l’Arbeiter-Turn-und Sportbund18, tandis que les communistes orthodoxes les stigmatisent tantôt comme « ennemis les plus dangereux de la classe ouvrière », tantôt comme « avant-garde contre-révolutionnaire de la bourgeoisie »19. Le Kommunistische Partei-Opposition restera cependant un groupuscule sans véritable impact sur le mouvement ouvrier et le sport travailliste.

  • 20 Dierker 1990, p. 160, 184-185.

9Au sein du club berlinois Fichte toutefois, une minorité composée de membres du KPO ainsi que du Sozialistische Arbeiterpartei (SAP, Parti ouvrier socialiste) se soulève contre la présence pesante du Parti communiste. Après une assemblée générale agitée, ceux-ci fondent en novembre 1930 la Freier Sportverein Fichte, qui se rallie à l’ATSB20. Le choix du nom exprime un changement de représentations qui s’effectue pour une partie des sportifs ouvriers allemands. Traditionnellement, « Freier Sportverein » (Association sportive libre), appellation adoptée par beaucoup de clubs sportifs prolétariens, faisait référence à l’idée de libération des ouvriers de l’emprise de la société bourgeoise. Dans le cas de cette nouvelle scission du club Fichte, l’adjectif « libre » semble renvoyer tout aussi bien à l’indépendance choisie à l’égard du Parti communiste.

  • 21 Timmermann, Geschichte und Struktur der Arbeitersportbewegung, op. cit., p. 93 ; Bergmann, Gegen de (...)
  • 22 Qui était entretenu, entre autres, par la mémoire des événements de décembre 1918 et janvier 1919 o (...)

10Les conflits autour de la ligne ultragauche se poursuivent tout au long de cette période à l’intérieur de la KGRS et se traduisent par une forte fluctuation du personnel dirigeant21. Ils ne mènent pas toutefois à la formation d’une opposition mobilisant un pourcentage élevé de membres. Que la ligne radicale du Komintern bénéficie d’une acceptation plus large au sein de la Kampfgemeinschaft que dans la Fédération sportive du Travail, se doit à la fois à l’antagonisme particulièrement fort entre le SPD et le KPD22 et à la profonde crise qui marque les dernières années de la République de Weimar. Dans le contexte de chômage de masse, de précarité sociale et d’instabilité politique, l’Allemagne assiste à une radicalisation des masses qui ne semble pas si éloignée des prédictions de Staline et du Komintern. De 1928 à 1932, l’électorat du Parti communiste s’accroît constamment. Aux élections de novembre 1932, il obtient 17 % des voix, se rapprochant ainsi du résultat obtenu par le SPD (20 % des voix).

  • 23 Plus précisément, les effectifs chutent de 64 000 à 29 415 (le nombre de voix aux élections de 1932 (...)
  • 24 Cf. Jean-Paul Brunet, Une banlieue ouvrière : Saint-Denis (1890-1939). Problèmes d’implantation du (...)
  • 25 « Résolution sur la question française. Moscou, 28 septembre 1929 », RGASPI 537-I-173 ; « Lettre ou (...)
  • 26 « Die V. Plenumssitzung des E.K. der R.S.I. (Charkow, 31. V.-3. VI. 1929). 2. Verhandlungstag », in(...)

11En suivant la même ligne politique, le Parti communiste français atteint quant à lui un tel degré de décalage par rapport aux réalités de la société française en général et du mouvement ouvrier en particulier, que nombre de militants, d’adhérents et de sympathisants lui tournent le dos. De 1927 à 1931, les effectifs du PCF diminuent de plus de la moitié, tandis que le nombre de voix aux élections parlementaires de 1932 est inférieur d’à peu près 25 % à celui de 192823. Six conseillers municipaux communistes de Paris élèvent la voix contre la politique sectaire de leur parti. Exclus du PCF en novembre 1929, ils fondent le Parti ouvrier et paysan (POP) qui sera dirigé par Louis Sellier et Jean Garchery. Président de la Fédération sportive de Travail, Garchery est aussi l’un des moteurs du Comité de défense des intérêts sportifs ouvriers24. Celui-ci préconise la transformation de la FST en une organisation ouvrière aux tâches uniquement sportives, autrement dit la prise de distance vis-à-vis du Parti communiste. De cette façon, la politique répressive à l’égard du mouvement communiste, que le gouvernement a élargie en 1929 à la FST en lui interdisant toutes les épreuves sur la voie publique, ne s’abattrait plus sur les sportifs ouvriers. Devant les graves perturbations de leurs habitudes sportives, de nombreux membres, en premier lieu des cyclistes, partent en effet pendant cette phase vers les fédérations sportives « bourgeoises »25. Une situation analogue se présente pour la fédération sportive communiste en Tchécoslovaquie, où le désaccord de nombreux adhérents avec la tactique classe contre classe se combine avec des difficultés dues à la répression engagée par le gouvernement de droite. Dès 1929, cette section de l’IRS assiste à des départs en masse de ses sportifs26.

  • 27 Autour de 2 600 sportifs ouvriers auraient sympathisé avec l’opposition selon Brunet, Une banlieue (...)
  • 28 Note de la Préfecture de Police, le 17 décembre 1929, sur une « Réunion des membres des fractions c (...)
  • 29 Pour plus de détails sur cette phase de conflits au sein de la FST voir Léon Strauss, Le sport trav (...)

12Le courant oppositionnel mené par Jean Garchery obtient une large audience27, ce qui pousse le PCF, les Jeunesses communistes et l’IRS à faire converger leurs forces et influences pour lutter contre les « traîtres » et « renégats ». Dans leur volonté de « maintenir l’organisation sous le contrôle de la Fédération des Jeunesses communistes28 » ils vont jusqu’à menacer des camarades envisageant de s’opposer à la ligne du Parti, exemples d’autocritiques humiliantes à l’appui. Les défenseurs de l’orthodoxie communiste obtiennent la victoire au congrès fédéral d’Ivry en janvier 1930, où Jacques Doriot, qui est alors l’un des dirigeants les plus renommés du PCF, remplace Jean Garchery à la tête de la Fédération sportive du Travail29.

  • 30 Note de la Préfecture de police, le 22 février 1930, AN, F 7 / 13137.
  • 31 Note de la Préfecture de police, le 30 mai 1930, « Au sujet de courses cyclistes organisées par l’U (...)
  • 32 Note de la Préfecture de police, le 6 juillet 1930, AN, F 7 / 13137.

13Par la suite, l’opposition tente de regrouper les clubs ou fractions minoritaires en vue de former un réseau le plus autonome possible à l’intérieur de la FST30. Le Club sportif ouvrier du XIIe, toujours présidé par Garchery, organise en juin et juillet 1930 une série de courses cyclistes avec le concours du journal Ça Ira, organe du Parti ouvrier et paysan. Le sport travailliste devient ainsi le théâtre d’affrontements entre deux tendances communistes, même si le « sabotage » de ces courses cyclistes, envisagé par le PCF31, se limitera au lancement de tracts sur la route32.

  • 33 Note de la Préfecture de police, le 10 juillet 1932, AN, F 7 / 13137.
  • 34 Voir les rapports de police, AN, F 7 / 13137, f. 1-20.

14Après la victoire de l’Union des gauches aux élections de mai 1932, la FST retrouve la légalité complète, ce qui fait perdre à l’opposition sa principale raison d’être. Le redressement de la fédération n’intervient cependant pas aussitôt, les efforts de mobilisation en vue de la Spartakiade à Lyon en juillet ne connaissant pratiquement pas d’effet. Selon un rapport de police, « […] les dirigeants de la FST constatent avec amertume que les “masses ouvrières” ne se passionnent pas davantage que par le passé pour le sport prolétarien qui piétine même avec une légère tendance à la régression33 ». Annoncée comme manifestation de masse contre les Jeux olympiques de Los Angeles, la Spartakiade, mal organisée, n’est suivie que par un faible nombre de spectateurs, et les prestations des sportifs ouvriers, présents également en nombre limité, ne donnent pas non plus une image exaltante34. Il est vrai qu’en conséquence des conflits politiques et des problèmes d’ordre sportif, des clubs entiers ont disparu entre-temps ou ne déploient plus d’activités. La période de la tactique classe contre classe est synonyme de la crise la plus profonde du mouvement sportif communiste en France avant 1939.

2. « Berlin révolutionnaire » contre « Vienne-la-rouge » : les fêtes internationales de l’été 1931

  • 35 Internationaler Arbeitersport, 1931, no 3, p. 100. Voir aussi « Streng vertraulich. Aus dem Russisc (...)
  • 36 « Warum Spartakiade in Berlin ? », Internationaler Arbeitersport, 1931, no 1, p. 12.

15À son 4e congrès en 1928, l’IRS avait retenu l’idée d’organiser « dès que possible » une « Spartakiade mondiale » à Moscou. Le Conseil suprême de la Culture physique n’ayant cependant pas pris la moindre initiative pour concrétiser le projet, le secrétariat de l’IRS décide en septembre 1930 d’entamer dans les meilleurs délais la préparation d’une Spartakiade internationale qui devra avoir lieu en juillet de l’année suivante à Berlin35. Le choix de la capitale de l’Allemagne comme lieu de tenue tient à des considérations d’ordre politique et logistique. Premièrement, l’IRS estime que dans ce pays la lutte entre les mouvements sportifs communiste et social-démocrate est entrée dans une phase décisive, et qu’une manifestation internationale au grand retentissement peut avoir un impact considérable sur les rapports de force36. Deuxièmement, la section allemande dispose d’un appareil bien rodé qui se confond en partie avec celui de l’Internationale rouge sportive.

  • 37 « Secret. Sur le transfert du C.E. du Sportintern en Allemagne », sans date [entre juin et août 192 (...)
  • 38 Dans cette fonction, il établit régulièrement des rapports, entre autres, sur des tendances non con (...)

16En effet, depuis le début de l’année 1930, l’exécutif de l’IRS déploie ses activités à partir de son nouveau siège officiel à Berlin, financé par l’Internationale communiste. Ce déplacement géographique n’est pas en contradiction avec le centralisme moscovite du communisme international. Comme le révèle un document secret du secrétariat politique du Komintern37, le Bureau berlinois possède comme seule prérogative la conception et la réalisation du travail sportif en Europe centrale et occidentale, devenu plus important suite à la naissance de nouvelles sections. La direction politique continue d’être assurée par le comité exécutif du Komintern en collaboration avec l’office moscovite de l’IRS rattaché désormais à la commission des relations internationales du Conseil suprême de la Culture physique. Il reste que les principaux responsables de la Kampfgemeinschaft, Paul Zobel et Willi Prietzel, jouent le rôle le plus actif dans la direction de l’IRS. À leur travail est également associé Ernst Grube, membre du comité central du KPD et émissaire du Bureau pour l’Europe occidentale que le Komintern a établi en 1928 à Berlin38.

  • 39 Festschrift zur 2. Arbeiter-Olympiade Wien 1931, Vienne, sans date (1931), p. 5.
  • 40 « Resolution zur Vorbereitung und zu den nächsten Aufgaben der Spartakiade der RSI, angenommen auf (...)
  • 41 Ibid.
  • 42 Les paroles de la chançon célèbrent le courage et l’enthousiasme des aviateurs prêts à défendre l’U (...)

17Que la Spartakiade se tienne du 4 au 12 juillet 1931 n’est pas un choix fortuit. Cette date se situe exactement à deux semaines de la célébration de la deuxième Olympiade ouvrière à Vienne (18-26 juillet) orchestrée par l’Internationale sportive ouvrière socialiste, la principale cible de la propagande sportive communiste. Loin de vouloir admettre que l’Olympiade est conçue comme une manifestation de masse du mouvement socialiste contre le fascisme et la guerre39, l’IRS se livre à de violentes polémiques en dénonçant de nouveau la prétendue « politique belliciste » et le caractère « social-fasciste » de l’ISOS40. En plus de la récupération de sportifs ouvriers inscrits à l’organisation ennemie, le comité d’organisation, dont fait partie le leader du Parti communiste allemand Ernst Thälmann, assigne à la Spartakiade l’objectif de renforcer la « lutte contre la paupérisation due au système capitaliste, contre le fascisme et la menace de guerre impérialiste, et pour la défense de l’Union soviétique41 ». Dans le cadre des démonstrations gymniques de masse, conçues comme un « vaste serment d’engagement révolutionnaire », l’exercice final masculin serait accompagné par le « Chant des aviateurs rouges »42.

Affiche de la Spartakiade de Berlin (Archives personnelles d’André Gounot) : l’imagination d’une riposte athlétique du communisme international à la bourgeoisie, au clergé et à l’armée des pays capitalistes qui mènent une attaque concertée contre l’Union soviétique.

Affiche de l’Olympiade ouvrière de Vienne (Archives de l’ASKÖ, Vienne). La couleur dominante sur l’original est le rouge, qui couvre aussi les masses en exercice en bas.

  • 43 Dierker, Arbeitersport im Spannungsfeld, op. cit., p. 162-164.

18La mise en œuvre des projets de l’Internationale rouge sportive s’avère cependant difficile dans le contexte politique instable de la République de Weimar. Dans un premier temps, les visas sont refusés aux sportifs soviétiques. Ensuite, après les graves débordements qui se sont produits le 30 juin lors d’une manifestation de chômeurs à Berlin, le sous-préfet de police prononce l’interdiction de la Spartakiade, et Carl Severing, ministre de l’Intérieur de la Prusse et homme politique du Parti social-démocrate, se range derrière cette décision43. Celle-ci s’appuie sur l’ordonnance d’urgence décrétée le 28 mars par le président Hindenburg, qui prévoit l’interdiction de réunions et de cortèges politiques quand ceux-ci menacent d’enfreindre les lois et de diffamer l’État y compris ses organes, institutions et administrations.

  • 44 10 Jahre RSI, op. cit., p. 48.

19Malgré ce verdict, un certain nombre de manifestations sportives se déroulent le 12 juillet, à savoir les concours internationaux d’athlétisme, de football, d’haltérophilie, de hockey et de jiu-jitsu, organisés sous le nom de camouflage de « Fête estivale internationale du Cartel du Sport ouvrier et de la Culture ». À la fin, une « Fête du sport populaire rouge », célébrée le 19 juillet dans le Poststadion (un des plus grands stades de Berlin) archicomble, réalise le programme prévu pour la clôture de la Spartakiade. Un chœur mobile de 4 400 personnes y présente la pièce « Wir sind die Schmiede ! Der Zukunft Schlüssel » (« Nous sommes les forgerons ! La clé de l’avenir ! »). Celle-ci montre dans ses premières scènes des ouvriers qui se croisent dans le train-train quotidien de l’usine puis, petit à petit, déclarent leur foi en un avenir meilleur. L’armée du prolétariat prêt au combat s’accroît constamment, et la scène finale illustre la devise « vaincre ou mourir »44. La Spartakiade entretient ainsi l’illusion d’une effervescence révolutionnaire parmi les masses ouvrières.

20Dans le cadre de la préparation de l’Olympiade de Vienne, l’Internationale sportive ouvrière socialiste souligne quant à elle la concordance croissante entre les intérêts de la démocratie et ceux du mouvement ouvrier, tout en insistant sur la nécessité d’être préparé à des combats physiques :

  • 45 Festschrift zur 2. Arbeiter-Olympiade Wien 1931, Vienne, sans date [1931], p. 5.

Dans cette Europe où la démocratie doit partout faire face au fascisme dans ses formes les plus brutales et les plus virulentes, et où elle se rapproche de plus en plus du socialisme en raison de la faiblesse et de la traîtrise des partis bourgeois, elle a besoin pour sa défense d’hommes jeunes, forts et rompus au combat, d’hommes dont la force physique égale la force morale et dont l’horreur de la guerre ne signifie nullement la passivité face aux agressions45.

  • 46 Sur l’Olympiade et le nouveau stade de Vienne voir Reinhard Krammer, « Der ASKÖ und die Wiener Arbe (...)
  • 47 Franz Nitsch, « Die olympische “Gegenbewegung” », op. cit., p. 131.

21L’Olympiade a été attribuée à Vienne – sur décision du congrès d’Helsinki en 1927 – en raison d’une part de la position de l’Arbeiterbund für Sport und Körperkultur Österreich comme deuxième organisation la plus importante de l’Internationale sportive ouvrière socialiste. D’autre part, le Parti ouvrier social-démocrate exerce une emprise considérable sur la capitale de l’Autriche. La municipalité décide même de construire un nouveau stade, pouvant accueillir 80 000 spectateurs, en vue de l’Olympiade46. Celle-ci connaît des dimensions tout aussi impressionnantes pour ce qui concerne le nombre de participants : 77 000 sportifs ouvriers, dont 37 000 Autrichiens, se joignent au grand défilé dans les rues de Vienne, et 11 000 gymnastes (6 000 hommes et 5 000 femmes) présentent des exercices de gymnastique à mains libres. 200 000 spectateurs au total suivent les compétitions sportives. Si quatorze équipes nationales ouvrières se disputent la victoire au tournoi de football, il est peut-être plus significatif encore que sept sections de l’ISOS soient représentées dans le tournoi de tennis, ce qui témoigne de la capacité croissante du sport travailliste à s’approprier des sports supposés exclusifs47.

  • 48 C’est un élément des plus typiques des fêtes socialistes. Cf. Gerhard Hauk, « Armeekorps auf dem We (...)

22Pour donner des preuves palpables de la combativité du prolétariat, la 2e Olympiade ouvrière intègre aussi des concours de Wehrsport (sport militaire) dans son programme. Le thème de la lutte contre le fascisme est repris dans les discours politiques de Julius Deutsch, de Karl Seitz (maire de Vienne) et du président du parlement autrichien Karl Renner. Lors du défilé en ville, on voit, parmi d’autres symboles antifascistes, une grande banderole avec l’inscription : « Le fascisme ne marquera pas de but à Vienne – les footballeurs vous le garantissent. » À la cérémonie de clôture, qui a lieu le jour de l’ouverture du 4e congrès de l’Internationale ouvrière socialiste tenu également à « Vienne-la-rouge », 4 000 sportifs ouvriers autrichiens représentent une pièce de théâtre de masse dont le contenu n’est pas sans rappeler le spectacle donné à la Spartakiade : une réalité passée et présente aux couleurs sombres fait symboliquement place à un avenir « au soleil » vers lequel mène l’action du prolétariat conscient48. La mise en scène renvoie d’abord, dans une partie historique, à différentes expériences ouvrières et à des phases de la lutte menée par le mouvement socialiste face au capitalisme, sans omettre l’épisode fatal de l’Union sacrée. À la fin s’écroule un échafaudage avec une tête énorme en carton figurant le capitalisme et ses fausses promesses, pendant que les gesticulations des acteurs signalent l’arrivée de la société sans classes. Le secrétaire général de la SFIO Paul Faure s’extasie devant les sons et les images du dénouement :

  • 49 Le Populaire, 30 juillet 1931.

Enfin, le grand jour est venu. Une voix forte lance tout à coup le cri d’union et d’humanité : « Genossen ! Camarades ! » Et ce cri sort de toutes les poitrines, jaillit de tous les cœurs. Genossen ! Genossen ! Camarades ! Camarades ! C’est l’immense clameur du prolétariat socialiste qui brise ses chaînes et, victorieux, fonde un monde nouveau. La nuit est peu à peu venue sans que même on s’en aperçût. Globe de feu dans un ciel sans nuage, la lune éclaire ce grandiose et émouvant spectacle. Autour de moi, empoignés jusqu’aux entrailles, les hommes agitent leurs chapeaux, les femmes leurs mouchoirs49.

  • 50 Krammer, « Der ASKÖ und die Wiener Arbeiter-Olympiade 1931 », op. cit., p. 221.

23Dans les rangs du Parti social-démocrate autrichien, un événement aussi réussi que l’Olympiade, semblant en plus attester des capacités de défense quasi infinies du mouvement ouvrier socialiste international, a pu cependant contribuer selon Reinhard Krammer à une surestimation périlleuse des propres forces50. Il est vrai que dans les années qui suivent, le mouvement ouvrier autrichien assiste sans réaction adéquate à l’établissement d’un régime autoritaire.

3. La carte européenne des mouvements sportifs ouvriers : une domination incomplète de la tendance socialiste

  • 51 Cette organisation, qui prend le nom de Fédération du Sport ouvrier-paysan en 1932, regroupe enviro (...)

24Dès que l’on porte le regard sur plusieurs zones de l’Europe, on est amené à rejeter l’hypothèse d’une corrélation plus ou moins systématique entre, d’une part, la suprématie de l’un ou de l’autre des deux principaux partis ouvriers, et, d’autre part, l’influence dominante de l’ISL/ISOS ou de l’IRS. Certes, dans des pays comme la Suisse et l’Autriche où les partis communistes sont peu présents, les organisations sportives révolutionnaires n’obtiennent en parallèle qu’une audience réduite. En Belgique, l’absence complète d’une telle organisation n’est qu’une illustration de la quasi-inexistence d’un mouvement communiste. De la même manière, des sections de l’Internationale sportive de Lucerne s’établissent pendant la deuxième moitié des années 1920 aux Pays-Bas et au Danemark sans véritable concurrence communiste. À l’inverse, l’apparition de la Fédération du Sport ouvrier de Grèce en avril 1930 en tant que section de l’Internationale rouge sportive est à l’image de l’influence dominante du Parti communiste dans ce pays51.

  • 52 Sur les causes de la faible implantation du PC voir Andrew Thorpe, The Failure of Political Extremi (...)
  • 53 Jones, Sport, Politics and the Working Class, op. cit., p. 79-81.
  • 54 Notice sur George Sinfield dans la collection de biographies de communistes britanniques administré (...)

25Dans d’autres pays en revanche, les données du sport travailliste apparaissent en porte-à-faux des rapports de force politiques au sein du mouvement ouvrier. Ainsi, en Grande-Bretagne, le Parti communiste a la stature d’underdog politique, et il la gardera même au long de la grande crise économique du début des années 193052. Les communistes conquièrent malgré tout la majorité au congrès de la fédération sportive ouvrière en 1928 à Birmingham. Selon Steven Jones, la tournée que des footballeurs ouvriers de Londres ont effectuée l’année précédente en Union soviétique a amplifié les conflits internes tout en donnant une impulsion importante à la propagande communiste. L’influence personnelle des deux communistes Walter Tapsell et George Sinfield, membres du Conseil de la British Workers’Sports Federation, aurait également eu un impact53. Pour le cas de Sinfield, c’est plus que probable dans la mesure où ce personnage charismatique, connu bien au-delà des cercles sportifs, occupe depuis 1923 la position de secrétaire de la section londonienne, le plus fort pilier de la fédération54. Ces facteurs ne sont pas sans rappeler les événements précédant la scission de la Fédération sportive du Travail en 1923, avec Jacques Doriot en meneur d’une campagne communiste reposant à la fois sur l’intensification de la propagande et sur le noyautage politique des associations sportives. On peut supposer que, des deux côtés de la Manche, les fractions communistes ont pu atteindre leurs objectifs, entre autres, en raison du faible nombre dans ces fédérations de petite taille, de militants socialistes suffisamment expérimentés en politique pour contrecarrer efficacement les actions communistes menées avec détermination.

  • 55 Le Sport Ouvrier, no 3, 10 septembre 1923 et no 4, 20 septembre 1923 ; L’Humanité, 19 juillet, 21 e (...)
  • 56 « Procès-verbal de la réunion du Conseil fédéral du 8 mai 1921 », Archives de la FSGT ; Le Sport Ou (...)
  • 57 Proletariersport, no 1, 1923 ; L’Humanité, 17 décembre 1923 ; Die Rote Sport-Internationale, Protok (...)
  • 58 Roger Martelli, L’empreinte communiste. PCF et société française (1920-2010), Paris, Les éditions s (...)

26En observant les options prises par les associations sportives ouvrières en France après le congrès de Montreuil de 1923, on s’aperçoit aussi que pour beaucoup de membres, la question de l’orientation révolutionnaire ou réformiste ne joue qu’un rôle secondaire. Pour eux, l’essentiel est de maintenir intacte la vie associative et sportive, qui se déroule essentiellement dans le cadre des comités régionaux. De ce fait, très peu de clubs se divisent, et la plupart s’alignent simplement sur l’option choisie par la majorité dans leurs régions55. Si la FST-IRS récolte les fruits de ces opérations, elle le doit au fait que les partisans d’un « sport révolutionnaire » contrôlent la majorité des clubs appartenant au Comité régional de la Seine. Or, celui-ci regroupe 92 des 146 clubs de la FST en 1923, dont les plus grands sont situés de surcroît dans la banlieue parisienne56. Il en résulte une différence quantitative qui ne reproduit pas le résultat très serré du vote au congrès de Montreuil : pendant la saison 1923/24, la FST-IRS compte entre 5 000 et 6 000 adhérents, tandis que la FST-ISL n’en dénombre qu’environ 2 00057. Loin de signaler une identification de la grande majorité des sportifs ouvriers au communisme, ces chiffres expriment plutôt la prédominance des intérêts sportifs pour la plupart d’entre eux. Les clubs de la FST-IRS se rapprochent toutefois du réseau associatif qui sera le « point d’appui essentiel » de l’implantation communiste58.

  • 59 C’est le cas à Essen comme le montre l’étude détaillée de Siegfried Gehrmann, Fußball – Vereine – P (...)
  • 60 Dierker, Arbeitersport im Spannungsfeld, op. cit., p. 168-186 ; Viola Denecke, Die Arbeitersportgem (...)
  • 61 Reiner Fricke, Spaltung, Zerschlagung, Widerstand : die Arbeitersportbewegung Württembergs in den 2 (...)
  • 62 Klaus Schönberger, Arbeitersportbewegung in Dorf und Kleinstadt. Zur Arbeiterbewegungskultur im Obe (...)
  • 63 Aux élections parlementaires du 6 novembre 1932, le KPD obtient 16,86 % des suffrages, contre 20,43 (...)

27En Allemagne, la redistribution des associations sportives ouvrières sur les deux fédérations concurrentes suit souvent un schéma semblable, confirmant également le poids décisif des données locales. Après la scission de 1928/29, rares sont les villes ou régions où des championnats de football ouvrier sont proposés simultanément par les deux fédérations59. En l’occurrence, les clubs de football du district de Berlin-Brandebourg, contrôlé par les communistes, se joignent sans exception à la nouvelle fédération révolutionnaire. En revanche, celle-ci parvient à peine à mettre un pied dans de nombreuses régions se retrouvant sous l’influence dominante des sociaux-démocrates. Même des clubs se situant dans le courant communiste rejoignent dans ces cas les structures de l’ATSB, celles-ci promettant le maintien d’un calendrier sportif attrayant60. Il est intéressant de noter à ce sujet que les rapports sur des clubs de l’ATSB dans la région du Wurtemberg (au sud-ouest de l’Allemagne), établis après la prise de pouvoir d’Hitler par la police politique, mentionnent la présence de membres du KPD et du KPO aux côtés de membres du Parti social-démocrate61. L’étude détaillée de Schönberger sur la zone fortement rurale entre Stuttgart et Heilbronn dans la même région confirme cette tendance : les clubs dirigés par des communistes restent affiliés en intégralité à l’ATSB social-démocrate62. Le constat d’une dissonance entre intérêts sportifs et affinités politiques aide ainsi à comprendre le décalage qui s’installe entre le pourcentage élevé d’électeurs du Parti communiste à l’échelle nationale et le succès limité de l’organisation sportive communiste, dont les effectifs se situent à 10 % à peu près du chiffre total des fédérations sportives ouvrières d’orientation social-démocrate63.

  • 64 Invité à une réunion du Bureau de l’Internationale ouvrière socialiste en 1928 pour présenter un ra (...)

28Sur les territoires de ses trois « grandes puissances », c’est-à-dire en Allemagne, en Autriche et en Tchécoslovaquie, le sport travailliste a réussi à s’implanter avant la Première Guerre mondiale sans le concours des partis socialistes. Durant les années 1920 cependant, le désintérêt de ces partis se fait sentir dans des pays où aucune parcelle du champ sportif n’avait été occupée jusque-là par une organisation ouvrière64. Parfois, les nouveau-nés se retrouvent ainsi sous tutelle communiste, principalement à la suite d’interventions de la part d’organisations des Jeunesses appliquant les directives sportives de l’ICJ.

  • 65 En 1931, le PCE ne compte que 7 810 membres. Cf. « Situacion de la organizacion del Partido Comunis (...)
  • 66 Walther R. Bernecker, Arbeiterbewegung und Sozialkonflikte im Spanien des 19. und 20. Jahrhunderts, (...)
  • 67 Francisco de Luís Martín, « El asociacionismo obrero en la España del primer tercero del siglo xx » (...)
  • 68 Pere Solà, Itineraris per la sociabilitat meridional catalana : l’associacionisme i la cultura popu (...)
  • 69 Proletariersport, 1926, no 8, p. 137.

29L’Espagne fournit un exemple particulièrement éclairant de ces mécanismes. Alors que le Parti communiste doit composer avec des effectifs squelettiques65 et se résigner à une influence politique minime jusqu’au temps du Front populaire, le Partido socialista obrero español (PSOE) bénéficie d’une large audience auprès des ouvriers, tout particulièrement à Madrid et dans les régions à forte concentration de mines et d’industrie lourde que sont les Asturies et les Pays basques. En Andalousie et dans le « triangle révolutionnaire » de la Catalogne, de Valence et de Saragosse, les anarcho-syndicalistes exercent la plus grande influence66. Cependant, dans ces deux grands mouvements domine la défiance à l’égard des sports. À l’image des positions prises par les Jeunesses socialistes en Italie avant la Première Guerre mondiale, seuls l’excursionnisme et le naturisme y trouvent une réelle acceptation idéologique67. Pendant ce temps, les activités sportives, et tout particulièrement le football, connaissent un succès inédit dans le contexte d’une poussée d’industrialisation et d’urbanisation de l’Espagne. Or, l’engouement sportif populaire se heurte aux tendances exclusives des fédérations sportives officielles, ce qui a pour conséquence l’apparition de nombreux groupes sportifs informels à forte composante ouvrière68. L’Unión de Juventudes comunistas de España (UJCE) réussit à intégrer quelques-uns de ces groupes69. La dictature de Primo de Rivera, mise en place après le coup d’État de septembre 1923 et approuvée par le roi Alfonse XIII, ne lui laisse cependant que peu de possibilités d’intervention : à la différence des organisations socialistes, le Parti communiste et l’UJCE sont condamnés à la clandestinité.

  • 70 Francisco de Luís Martín, La cultura socialista en España, 1923-1930. Propósito y realidad de un pr (...)
  • 71 Berichte zum V. Kongreß der Sozialistischen Arbeiter-Sportinternationale in Prag über die Jahre 192 (...)
  • 72 Juan Antonio Simón Sarjurjo, La maréa del deporte : Futból y modernización en los origines de la so (...)
  • 73 Cf. Stefano Pivato, « Le socialisme anti-sportif : le cas italien », op. cit.

30À partir du milieu des années 1920, des militants des Jeunesses socialistes initient à leur tour la formation de quelques associations sportives des travailleurs70. Cependant, au grand dam de l’Internationale sportive de Lucerne, le Parti ne fait aucune démarche pour les fédérer71. En son sein, les tendances anti-sport gardent l’avantage72. Sans doute cela relève-t-il pour une partie d’un certain intellectualisme traditionnel, particulièrement ancré dans les partis ouvriers des pays latins selon Stefano Pivato73, et concomitant de fortes réserves à l’égard de tout ce qui touche aux émotions et aux envies ludiques des ouvriers.

  • 74 « Le Bureau de l’Internationale Rouge des Sports au Comité Central de la Jeunesse Communiste d’Espa (...)
  • 75 Castilla la Nueva (Nouvelle-Castille) est une région historique regroupant plusieurs provinces du c (...)
  • 76 « Von Kopenhagen am 8.11.33 », RGASPI, 537-I-209.

31Le besoin de structures organisationnelles pour le sport des ouvriers se traduit par la fondation à Madrid de la Federación deportiva obrera (FDO). Décidée en octobre 1930, elle se réalise officiellement en mars 1931, sous les prémices de la stricte neutralité politique de l’organisation. Alors que les Jeunesses socialistes se contentent de se désolidariser de la FDO qui, de plus, entretient des liens directs avec le football « bourgeois », les Jeunesses communistes se concertent avec le PCE et avec l’IRS pour élaborer une stratégie d’infiltration74. Une première campagne est menée à l’occasion d’une tournée étrangère de la sélection de football de la FDO en juillet 1932. Son principal auteur Dionisio González est exclu ensuite par la direction pour ne pas avoir respecté le caractère apolitique de l’organisation. Ces événements entraînent une scission et la création, la même année à Madrid, de la Federación cultural deportiva obrera de Castilla la Nueva75, qui se positionne dans la mouvance du sport travailliste européen. Elle attire aussi de nouveaux groupements sportifs et se transforme en 1933 en une structure nationale portant le nom de Federación cultural deportiva obrera (FCDO). Le moment semble propice dans la mesure où l’associationnisme sportif espagnol connaît une expansion accélérée depuis l’établissement de la Deuxième République en 1931 suivi de la loi sur la liberté d’association. Selon un rapport du secrétariat de l’IRS76, la FCDO parvient à s’implanter rapidement à Madrid, mais sa présence reste nettement plus faible dans les provinces à l’exception de la Galice.

  • 77 Rubén Pallol Trigueros, « Los soviets deportivos. El surgimiento de un partido en la sociedad de ma (...)
  • 78 Xavier Pujadas / Carlos Santacana, L’altra Olimpiada. Barcelona ’36, Barcelona, Llibres de l’index,(...)
  • 79 En 1934, seulement trois clubs sportifs communistes (Ponent, Avant et Estrella, de Barcelone) sont (...)

32La primauté communiste s’affirme en janvier 1934 quand l’organisation adhère formellement à l’Internationale rouge sportive. En l’absence d’actions concertées de la part des socialistes, le premier congrès en juillet de la même année entérine les liaisons d’affinité de la FCDO avec le Parti communiste espagnol77. Il est intéressant de noter qu’en Catalogne, où vit un tiers de la classe ouvrière urbaine du pays, la Gauche républicaine (Esquerra Republicana de Catalunya), qui se présente comme parti défendant les intérêts à la fois des couches moyennes et de la classe ouvrière, encadre une grande partie des activités sportives se déployant en dehors des fédérations « bourgeoises »78. Elle pousse ainsi la section catalane de la FCDO en position de marginalité79 (pour plus de détails sur les particularités de la scène sportive catalane, voir le chapitre consacré au projet de l’Olympiade populaire). En clair, dans le contexte espagnol des années 1931 à 1936, les dispositions des partis de gauche avaient des répercussions directes sur la structuration des activités sportives des travailleurs.

  • 80 Le Populaire, 4 juillet 1927. Voir aussi les éditions du 8 et du 25 juillet 1927.

33En France, la situation de l’organisation sportive socialiste reste longtemps assez précaire. En juillet 1927, un article paru dans les pages sportives du journal de la SFIO Le Populaire affirme que, si « nous avons une U.S.S.G.T. “squelettique”, […] la faute incombe à nos élus, à nos municipalités, aux militants de tous les degrés qui sont et restent dans les fédérations bourgeoises »80. Un encadré appelle à la conscience des camarades :

  • 81 Le Populaire, 4 juillet 1927.

Un socialiste sportif / qui appartient à un club bourgeois / est aussi coupable / que le prolétarien / lisant un journal dit d’information / au lieu de son quotidien de classe / ou que celui / s’approvisionnant chez l’épicier / plutôt qu’à la coopérative81.

34Rien n’y change si l’on en croit le rapport alarmant que présente deux ans plus tard Jules Devlieger, chargé de l’Internationale sportive ouvrière socialiste pour les pays latins :

  • 82 Kongreß der Sozialistischen Arbeitersportinternationale (5.) in Prag am 12., 13. und 14. Oktober. B (...)

En France […] nos camarades doivent faire face à des conditions particulièrement défavorables. Une indifférence coupable du parti et des organisations socialistes, une concurrence très forte venant des puissantes organisations bourgeoises, et des attaques perfides de la part de la fédération communiste. […] Si nous voulons sauver et garder la section française, nous devons immédiatement prendre des décisions et aller jusqu’à l’aide financière pour nos amis82.

  • 83 ATZ, no 4, 18 février 1925, p. 55.
  • 84 Sylvie Rab, « Les municipalités ouvrières et le sport dans les années trente. L’exemple de trois mu (...)
  • 85 Voir Nicolas Ksiss, « La politique sportive des municipalités communistes de banlieue entre les deu (...)
  • 86 Qui procèdent à la création de clubs sportifs ouvriers. Cf. Le Populaire 26 octobre 1930.
  • 87 Le Populaire, 26 octobre 1930 ; Berichte zum VI. Kongreß der Sozialistischen Arbeiter-Sportinternat (...)

35Le congrès de la SFIO à la fin de l’année 1924 à Grenoble avait certes pris bonne note des déclarations de Charles Auray sur les fonctions et l’importance d’un sport ouvrier d’orientation socialiste83, mais un engagement du Parti dans ce secteur se fait attendre jusqu’au début des années 193084. En retard dans ce domaine par rapport au communisme municipal85, les élus locaux de la SFIO se mettent à privilégier les clubs de l’USSGT contre les clubs « bourgeois » et confessionnels. Avec l’investissement plus conséquent des Jeunesses socialistes86, ce soutien inédit est consubstantiel d’un petit essor de l’USSGT, simultané en outre à la crise interne de la Fédération sportive du Travail : les effectifs de l’organisation socialiste doublent entre 1930 à 1932, année où ils sont estimés à sept ou huit mille87.

  • 88 Rolf Palbrant, « Die Arbeitersportbewegung in Schweden. 1919-1936 », in Krüger / Riordan (dir.), De (...)
  • 89 « Niederschrift über die Sitzung des internationalen Büros der Sozialistischen Arbeitersport-Intern (...)
  • 90 Hans Dona, Sport en socialisme. De geschiedenis van de Nederlandse Arbeiderssportbond 1926-1941, Am (...)

36Pendant les années 1920, la relative ignorance du mouvement socialiste vis-à-vis du sport travailliste ne se réduit pas en fait aux pays latins. Dans deux pays, les partis sociaux-démocrates s’opposent même à l’établissement d’organisations sportives de la même mouvance. En Suède, ce champ est ainsi abandonné à des communistes qui s’infiltrent à partir de 1922 dans les organisations sportives « bourgeoises » pour y former une opposition. Ces activités jettent les bases de la fondation, en 1929, d’une fédération sportive ouvrière qui devient la section suédoise de l’IRS88. Au vu de sa position hégémonique dans le mouvement ouvrier et de sa grande influence sur la société suédoise, le Parti social-démocrate considère tout simplement le « sport de classe » comme une matière plutôt improductive sur le plan politique89. Aux Pays-Bas, des militants sociaux-démocrates établissent en 1927 une organisation sportive ouvrière contre les vœux explicites de la direction de leur parti. Et même si cette organisation parvient à regrouper entre 15 et 20 000 sportifs seulement quelques années plus tard, le Parti social-démocrate préfère se placer près des apôtres d’un sport apolitique90.

  • 91 L’Arbeiderparti avait adhéré en 1921 à la Troisième Internationale, qu’il quitta cependant deux ans (...)
  • 92 Cf. « Die V. Plenumssitzung des E.K. der RSI (Charkow, 1929) », in Työväen Arkisto (Helsinki), 796 (...)

37Enfin, en Norvège, les sociaux-démocrates mettent tardivement à profit la demande politique et sociale en faveur d’un mouvement sportif ouvrier. Celle-ci se manifeste dès le début des années 1920 dans le contexte de violents affrontements entre employeurs et ouvriers, certaines fédérations sportives dominées par les classes moyennes prenant alors ouvertement position contre les ouvriers. Le malaise croissant d’ouvriers sportifs se traduit en 1924 par l’apparition d’une fédération sportive prolétarienne, l’Arbeiderness Idrottsforbund (AIF). Née à l’initiative de jeunes communistes, à un moment où le Parti communiste est encore le parti ouvrier le plus fort du pays, elle s’affilie à l’Internationale rouge sportive. Dans un premier temps, l’Internationale sportive de Lucerne ne parvient pas à persuader le Parti social-démocrate norvégien d’intervenir pour tenter de modifier les données. Ce n’est que dans une conjoncture particulière, où une grave crise interne du mouvement communiste coïncide avec une augmentation considérable du poids du Parti social-démocrate après sa réunification avec l’Arbeiderparti (Parti des travailleurs91), que les communistes sont évincés à partir de 1927 de la direction de l’AIF au profit des sociaux-démocrates. Au final, l’AIF quitte l’Internationale rouge sportive92.

  • 93 Pour des aperçus généraux voir Terret / Riordan / Krueger (dir.), Histoire du sport en Europe, op. (...)
  • 94 Reproduites dans « Bericht, 23.8.35 » (rapport du KPD sur le sport en Allemagne et la résistance), (...)
  • 95 Gehrmann, Fußball – Vereine – Politik, op. cit., p. 102.

38Au cours de l’entre-deux-guerres, à travers l’Europe, les mouvements sportifs connaissent un essor considérable93, dont l’un des facteurs les plus importants est l’augmentation du temps libre pour une grande partie des ouvriers et des employés. C’est dans les pays où le sport travailliste était déjà bien implanté avant la Première Guerre mondiale qu’il profite le plus de cet engouement qui fait du sport un phénomène de masse de premier ordre. Ainsi, les organisations sportives ouvrières d’Autriche et de Tchécoslovaquie encadrent plus d’un demi-million de membres au total. Dans le contexte politique et culturel de la République de Weimar, favorable aussi bien aux organisations ouvrières qu’à la prolifération et à la diversification des pratiques sportives, le mouvement sportif ouvrier devient à son tour un véritable mouvement de masse, regroupant à peu près 1,3 million de membres vers la fin des Années folles (ou plutôt des Goldene 20er Jahre selon l’expression allemande). Et cependant, il est loin de constituer la force dominante dans son champ, les organisations sportives « bourgeoises » comptant près de 6 millions, la fédération gymnique 1,2 million de membres selon les statistiques de la Deutscher Reichsausschuss für Leibesübungen94 (DRAL, Commission impériale allemande des activités physiques) qui chapeaute les organisations sportives officielles du pays. Les rapports de force sont particulièrement défavorables dans le milieu du football de certaines villes industrielles de la Ruhr : à Hamborn, 88 % des footballeurs appartenant à la classe ouvrière pratiquent leur sport en dehors des structures de l’Arbeiter-Turnund Sportbund ; à Essen, ce sont 82 %. Pourtant, ils sont entourés d’un milieu social qui se situe politiquement à gauche95.

  • 96 Marschik, « Wir spielen nicht zum Vergnügen », op. cit., p. 119.
  • 97 Gert von der Lippe, « Wendepunkte in der Geschichte der Arbeitersportbewegung in Norwegen », in Krü (...)
  • 98 Étant donné qu’en 1910, la Norvège comptait déjà 436 000 ouvriers (y compris les ouvriers agricoles (...)

39Proportionnellement, le sport travailliste connaît la plus forte représentation en Autriche, avec 44 000 sportifs ouvriers sur un million d’habitants. L’Allemagne arrive en deuxième position (19 000) et la Tchécoslovaquie en troisième (14 000)96. La fédération sportive ouvrière rassemble un pourcentage relativement élevé des sportifs en Norvège : entre 1925 et 1927, pendant que les fédérations « bourgeoises » regroupent environ 105 000 membres au total, le nombre de ses adhérents oscille entre 10 000 et 12 00097. Il est improbable cependant que l’AIF ait réussi à attirer la majorité des ouvriers pratiquant le sport98.

Tableau 2 : Les effectifs du mouvement sportif ouvrier international en 1931

Pays

Section de l’IRS

Section de l’ISOS

Allemagne

125 000

1 211 468

Autriche

10 000

293 700

Tchécoslovaquie :

 

 

Fédérations tchécoslovaques

80 000

136 977

Fédérations des Sudètes allemands

8 000

70 730

Finlande

/

30 257

Suisse

5 000

21 624

Danemark

/

20 000

Pays-Bas

Inconnu

16 795

Belgique

/

12 909

France :

 

 

Fédérations françaises

9 000

6 000

Alsace-Lorraine

10 000

5 000

Pologne :

 

 

Féd. polonaise

/

7 000

Féd. des Juifs polonais

/

4 369

Féd. allemande

/

938

Féd. ukrainienne

/

1 925

Suède

8 000

/

Norvège

5 500

10 000

Lituanie

/

5 171

Royaume-Uni

5 000

5 000

Palestine

/

4 250

Canada

4 000

/

États-Unis

1 000

697

Roumanie

/

2 500

Grèce

2 000

 

Yougoslavie

/

1 800

Hongrie

/

1 750

Estonie

/

1 600

Total

268 500

1 872 460

Sources : Berichte zum VI. Kongreß der Sozialistischen Arbeitersport-Internationale in Lüttich über die Jahre 1930-31, Prague, 1932 ; Internationaler Arbeitersport, années 1930 et 1931 ; « Mitgliederbewegung der Kampfgemeinschaft von Juni bis Oktober 1931 », SAPMO-BArch, Ry/I 2 70/1.

  • 99 La section finlandaise de l’ISOS regroupant presque autant de membres en 1928 que la fédération spo (...)

40Le seul pays où le mouvement sportif ouvrier réussit cet exploit reste bien la Finlande99. Concernant le vaste territoire de l’Europe orientale, on peut tout juste relever une présence partielle et discrète de ce mouvement. En France, le sport travailliste ne connaîtra un certain décollage que dans la conjoncture particulière du Front populaire, alors qu’en Angleterre, il reste tout à fait marginal durant tout l’entre-deux-guerres.

41En général, quand le mouvement ouvrier n’a pas réussi à établir un réseau dense d’associations sportives prolétariennes pendant la première phase d’adhésion significative de la classe ouvrière aux pratiques sportives, les arguments politiques avaient peu de chances d’attirer un milieu sportif ouvrier déjà fortement intégré dans les fédérations sportives officielles (ou encore confessionnelles, pour le cas de la France), et d’inverser ainsi les tendances. Le développement quantitatif du mouvement sportif communiste en Europe était fortement dépendant, par conséquent, de sa capacité d’absorber le plus grand nombre de membres d’organisations socialistes déjà solidement implantées dans l’espace sportif de leur pays. Cette entreprise a uniquement réussi en Tchécoslovaquie, et ce pour une période limitée seulement.

4. Des éléments communs de différenciation vis-à-vis du sport « bourgeois »

  • 100 Dierker, Arbeitersport im Spannungsfeld, op. cit., p. 168-186.
  • 101 Klaus Achilles, « War die Vereinsbasis im organisierten Arbeitersport politisch ausgerichtet ? », S (...)
  • 102 « La 3e Fête fédérale doit servir de propagande », Le Sport ouvrier, 5 juillet 1924, cité par Breti (...)
  • 103 Franz Nitsch / Lorenz Peiffer (réd.), Die Roten Turnbrüder. 100 Jahre Arbeitersport, Marburg, Schür (...)

42Les raisons d’adhérer à une association sportive plutôt qu’à une autre, en dehors de l’envie de pratiquer le sport dans de bonnes conditions, renvoient tout d’abord à un choix social : on préfère passer son temps libre avec des personnes partageant les mêmes valeurs plutôt que de le faire dans un « milieu hostile » dans tous les sens du terme. À partir d’une série d’entretiens menés avant 1990 avec des pratiquants et des dirigeants, Herbert Dierker a pu montrer à quel point la composition des associations sportives ouvrières berlinoises reproduisait des relations familiales, amicales ou de voisinage100. Une enquête réalisée par Klaus Achilles à Brême apporte des conclusions similaires101. Pour le cas de la Fédération sportive du Travail, l’importance des clubs situés dans la ceinture rouge de Paris renvoie au même phénomène d’appartenance des membres à un milieu ouvrier relativement soudé. La direction de la FST se montre bien consciente du caractère d’appel avant tout social du sport travailliste quand elle s’adresse aux spectateurs potentiels de la fête fédérale à Paris en 1924 : « Chez nous, ils ne verront pas de chapeaux de soie, ni de képis chamarrés, ni de poules de luxe avec de vieux messieurs dans le public102. » L’affirmation presque proverbiale d’un ancien sportif de l’ASV Fichte va dans le même sens : « […] der blaue Sport ist der für die mit den Moneten, der rote ist der für die Proleten103 » ; le « sport bleu », par lequel il entend le sport « bourgeois », est donc « réservé à ceux qui ont du pognon », tandis que « le sport rouge appartient aux prolos ».

  • 104 Grâce aux travaux d’Olivier Chovaux et de Marion Fontaine, parmi lesquels : Olivier Chovaux, Cinqua (...)
  • 105 Les activités de la WSV couvraient le territoire de l’actuel Land Rhénanie-du-Nord-Westphalie.
  • 106 Siegfried Gehrmann, « Fritz Szepan und Ernst Kuzorra – zwei Fußballidole des Ruhrgebiets », Sozial- (...)

43Cependant, de nombreux clubs à dominante ouvrière faisant partie des fédérations officielles ont également introduit des éléments de rupture avec la culture bourgeoise que partageaient leurs fondateurs. On connaît bien, en France, le rôle des clubs de football, et notamment du Racing Club de Lens, dans la construction d’une identité minière dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais104. Pour l’Allemagne, le Fußball Club Schalke 04, enraciné dans le quartier des mineurs de la ville de Gelsenkirchen (région de la Ruhr), présente un cas tout aussi emblématique. En 1930, à un moment où il est en pleine ascension sportive, le club rencontre une crise substantielle. Ayant enfreint les règlements amateurs, sa première équipe se voit exclue de la ligue régionale par la Westdeutscher Spielverband (WSV, Fédération de football de l’Allemagne occidentale105). Cette mesure suscite des polémiques, étant donné que les nombreux clubs pratiquant le professionnalisme de manière déguisée n’écopent en général que de pénalités insignifiantes. Dans cette situation, aucun joueur ne s’éloigne de la Glückauf-Kampfbahn, le stade mis à disposition par la mine « Consolidation » et dont le nom renvoie au salut traditionnel des mineurs. Fritz Szepan et Ernst Kuzorra, membres de la sélection nationale issus de familles pauvres d’origine polonaise, renoncent même à des avantages matériels considérables que leur aurait procurés un transfert vers une équipe professionnelle étrangère, et cela à une époque marquée par le chômage de masse et la précarité généralisée106.

  • 107 On peut retrouver au sein et dans l’entourage du FC Schalke de nombreux traits (la solidarité entre (...)
  • 108 Siegfried Gehrmann, « Der FC Schalke 04. Ein “bürgerlicher” Arbeiterverein », in Teichler / Hauk (d (...)
  • 109 Christiane Eisenberg, « Vom “Arbeiter” - zum “Angestelltenfußball” ? », op. cit., p. 23. Voir ausss (...)
  • 110 Stefan Goch, « Le FC Schalke 04, une équipe d’ouvriers ? Analyse d’un mythe », in Ulrich Pfeil (éd. (...)

44Le chargé des finances et principal responsable des irrégularités, Willi Mier, se suicide après le verdict de la WSV. Son enterrement donne alors lieu à un rassemblement de milliers de sympathisants. La solidarité témoignée tout au long des neuf mois d’exclusion ainsi que l’enthousiasme populaire au moment de la réintégration de l’équipe à la ligue (décidée sous la pression du public sportif), peuvent être interprétés comme l’expression d’une identité ouvrière107 sous forme de rébellion contre un amateurisme conçu pour préserver la domination de la bourgeoisie et de la petite bourgeoisie au sein de la Deutscher Fußballbund108. En effet, comme l’a montré Christiane Eisenberg, le football allemand est loin en 1930 d’être « prolétarisé »109 ; or, les joueurs de Schalke sont pour la plupart d’origine ouvrière. Quoi qu’il en soit, cette affaire « […] ancra le FC Schalke 04 et ses adhérents dans l’image du “mouton noir”, de club ouvrier éternellement désavantagé et en lutte pour la justice110 ».

  • 111 Stefan Goch / Norbert Silberbach, Zwischen Blau und Weiß liegt Grau. Der FC Schalke 04 im Nationals (...)

45Toutefois, en vertu de ses fonctions (non-) politiques, ce type de « club ouvrier » se distingue très nettement des associations faisant partie du mouvement sportif ouvrier. Se positionnant hors de la sphère politique, les fédérations sportives officielles et leurs associations acceptent d’une part le rôle de dérivatif aux luttes sociales que peut notamment jouer le sport-spectacle, et s’adaptent d’autre part, sans états d’âme, aux différents régimes. En l’occurrence, le FC Schalke participe à l’aryanisation d’entreprises et de magasins à Gelsenkirchen en achetant en 1938 le Kaufhaus Julius Rode & Co, un grand magasin qui appartenait à des Juifs. Quand le pouvoir nazi tente de faire entrer dans son sillage l’équipe qui remporte six fois le championnat d’Allemagne entre 1934 et 1942, le club se montre complaisant. En outre, l’idole ouvrière Fritz Szepan adhère en 1937 au NSDAP111.

  • 112 Sur le traitement du sport travailliste par L’Auto, voir Tom Busseuil, Le journal L’Auto et le spor (...)
  • 113 Voir sur ce club très particulier François Pigent, « Football, argent et socialisme. En Avant de Gu (...)
  • 114 Pour plus de détails sur le cas français voir André Gounot, « Sport ouvrier et communisme en France (...)
  • 115 « Pour l’application de la ligne de l’IRS », sans date [fin janvier / début février 1934], Archives (...)
  • 116 Maitron / Pennetier (dir.), Dictionnaire biographique…, op. cit., vol. 24, 1985, p. 259-260.
  • 117 Note de la Préfecture de Police du Rhône, Lyon, le 22 juin 1932, AN, F 7 / 13137.
  • 118 Rachel Mazuy, Croire plutôt que voir ? Voyages en Russie soviétique, op. cit., p. 137 ; « Secret. R (...)
  • 119 Fabien Sabatier, « Mobilité affinitaire et mouvement sportif ouvrier », op. cit., p. 70.
  • 120 Voir l’étude détaillée de Yannick Deschamps, Les athlètes soviétiques sous le regard des Français. (...)
  • 121 Cf. André Gounot, « Tourisme et propagande politique : Les délégations sportives en Union soviétiqu (...)
  • 122 « Le Directeur de la Police d’État à Monsieur le Secrétaire Général du Ministère de l’Intérieur-Dir (...)

46À l’opposé, le mouvement sportif ouvrier se situe explicitement dans la mouvance politique de la gauche, aspect identitaire que les mots souvent peu flatteurs de la presse sportive bourgeoise ne peuvent que renforcer112. Pour le monde sportif extérieur, ce mouvement est même politique avant d’être sportif, à la différence d’un club comme l’En Avant de Guingamp, vaguement assimilé à la gauche mais rattaché à la fédération officielle et acceptant donc ses logiques113. Pour autant, subordonner leurs loisirs sportifs aux finalités politiques d’un parti est un pas qu’assez peu de sportifs ouvriers franchissent. Ce constat s’est déjà imposé lorsque nous nous sommes penchés sur les sociabilités dans les fédérations gymniques et sportives socialistes en France et en Allemagne avant la Première Guerre mondiale. Un regard vers l’intérieur des organisations sportives communistes de ces deux pays ne nous révèle pas de changement spectaculaire à ce sujet, en dépit de toutes les tentatives de politisation venant des dirigeants114. En effet, la majorité des membres s’est montrée assez insensible à la propagande politique ou l’a endurée plutôt que de lui apporter son concours, ce qui a provoqué une certaine amertume auprès des militants. Ainsi, le secrétaire général de la FST Auguste Delaune fustige au début de l’année 1934, après plus de deux ans de fort investissement personnel, la « passivité politique presque complète » des membres de la fédération115. On peut penser que cette affirmation contient une part d’exagération dans la mesure où, pour un communiste aussi engagé que l’est cet ancien élève de l’École léniniste internationale de Moscou116, faire « beaucoup » signifie « pas assez », et « peu » veut dire « rien ». Il n’en est pas moins vrai que les attitudes de certains sportifs ouvriers attestent d’une ignorance politique assez poussée. Lors d’une réunion autour de la Spartakiade de la FST à Lyon en 1932, Gelet, secrétaire administratif du Comité régional du Sud-Est, déplore ainsi que « certains membres de la Fédération […] ont malmené des étrangers en les qualifiant de ‘ sales étrangers’117 ». Quatre ans avant, la plupart des participants français à la Spartakiade de Moscou n’ont pas non plus fait preuve d’une quelconque ambition de changer le monde. D’après le rapport confidentiel d’un accompagnateur-surveillant russe, les sportifs français pensaient essentiellement à s’amuser et ne s’intéressaient guère à l’étude des avantages du système soviétique. L’attitude inconsciente de certains d’entre eux parut affligeante à cet observateur discret118. Le carnet de voyage de la sprinteuse et militante Rosette Guérard livre des appréciations convergentes119. En outre, les membres de la délégation perçoivent bien leurs concurrents soviétiques comme des sportifs exceptionnels, mais n’en tirent pas les conclusions politiques souhaitées120. Alors que le déplacement en terre soviétique est conçu par le mouvement communiste comme un rite d’initiation pour le futur militant, très peu de ces voyageurs sportifs sont disposés à participer après leur retour à la propagande en faveur de l’URSS121. Enfin, les essais de mélanger fête, jeu et éducation politique ne sont pas toujours très réussis. Ainsi, à l’occasion de sa fête en 1931, la Société sportive ouvrière de Nice propose un « jeu de massacre » avec les têtes de Mussolini, Briand, Poincaré, Chiappe et du maréchal Foch. Certains assistants, quelque peu las de la surenchère politique, auraient quitté le club par la suite122.

  • 123 Même si elle peut mettre à son actif quelques réussites éparses au niveau de l’action politique. Ai (...)
  • 124 Ernst Grube, Warum rote Sporteinheit ?, Berlin, sans date [1932], p. 6.
  • 125 Dierker, Arbeitersport im Spannungsfeld, op. cit., p. 175.

47Somme toute, la FST a connu, qualitativement et quantitativement, plus de déboires que de satisfactions en tentant de fonctionner comme courroie de transmission entre le Parti communiste et les ouvriers sportifs123. Une conclusion similaire s’impose pour la Kampfgemeinschaft für rote Sporteinheit. Son président Ernst Grube – désigné à cette fonction par le KPD alors qu’il ne jouissait pas d’une grande popularité parmi les membres – constate en 1932 qu’il reste fort à faire en termes d’éducation politique, les activités des sections continuant d’être accaparées par des questions sportives qui ne concernent qu’elles-mêmes. L’organisation communiste n’est pas parvenue au bout de trois ans d’existence à modifier certains modes de comportement acquis – toujours d’après Grube – dans le milieu d’origine social-démocrate des sportifs ouvriers124. Au final, pour les sportifs de la KGRS comme pour ceux de l’ATSB, le plus petit dénominateur commun au niveau de l’action politique était la participation « quasi naturelle » aux défilés du 1er mai125.

  • 126 Reichsspartenleitung der Fussballsparte der Kampfgemeinschaft für rote Sporteinheit, « 40 Jahre Arb (...)
  • 127 Mallmann, Kommunisten in der Weimarer Republik, op. cit., p. 175-176.
  • 128 Hajo Bernett, « Ehemalige Arbeitersportler in der Führung der DDR », Sozial-und Zeitgeschichte des (...)
  • 129 « À tous les rayons du Parti et des Jeunesses », sans date [1930], AN, F 7 / 13137.
  • 130 Sylvain Boulouque, « Usages, sens et fonction de la violence dans le mouvement communiste en France (...)
  • 131 Voir sur ce sujet Jean Vigreux / Serge Wolikow (dir.), Cultures communistes au xxe siècle, entre gu (...)

48Un rapport de la section de football, de loin la plus importante de la KGRS puisqu’elle cumule 36 % des effectifs, dénonce au début de l’année 1933 le « haut degré de passivité politique des footballeurs et même de certains dirigeants126 ». Il est vrai que beaucoup de membres du Parti considèrent les organisations de masse non pas comme des lieux de prolongement de leurs tâches politiques mais plutôt comme des endroits où ils peuvent se ressourcer, apprécier l’ambiance conviviale ou encore exhiber leurs talents artistiques ou sportifs127. Pour prendre l’exemple de Walter Ulbricht, le futur leader politique de la RDA : dans les années 1920, il est membre d’une association sportive ouvrière à Leipzig, mais tout son engagement politique, qui l’emmène jusqu’au comité central du KPD, se situe en dehors du cadre du sport travailliste128. La commission centrale sportive mixte du Parti communiste français et des Jeunesses communistes déplore de son côté en 1930 que « […] même un grand nombre de nos adhérents ne vont dans la FST que pour pratiquer le sport et n’y développent nullement la ligne du Parti129 ». En revanche, comme l’a montré Sylvain Boulouque, certains militants membres de la FST se sont impliqués dans l’organisation d’activités physiques dans le cadre des structures clandestines du PCF et sont apparus comme éléments actifs des services d’ordre communistes130. En somme, le postulat d’une liaison étroite entre sport et politique a rencontré des interprétations pratiques qui attestent de la diversité des cultures politiques communistes131.

  • 132 « Section sportive centrale du Parti Communiste aux directions des régions d’entente, de rayons du (...)
  • 133 Dierker, Arbeitersport im Spannungsfeld, op. cit., p. 170-173, Mallmann, Kommunisten in der Weimare (...)
  • 134 Mallmann, Kommunisten in der Weimarer Republik, op. cit.
  • 135 Vigna, Les ouvriers en France au xxe siècle, op. cit., p. 117.
  • 136 Ibid., p. 114-116.
  • 137 Cette situation changera en France au temps du Front populaire. Voir Nicolas Kssis, « Le sport : un (...)

49Quoi qu’il en soit, les membres des partis communistes ne forment pas plus qu’une petite minorité dans les organisations sportives ouvrières, ce qui en dit long sur l’insuccès du travail de recrutement politique : entre cinq et dix pour cent de l’ensemble des adhérents de la Fédération sportive du Travail132, et guère plus pour la Kampfgemeinschaft für rote Sporteinheit133. Comme nous l’avons vu plus haut, on retrouve aussi des membres et sympathisants des partis socialistes dans ces fédérations. Klaus-Michael Mallmann a insisté sur les fortes ressemblances entre les organisations culturelles communistes et sociales-démocrates au regard de leurs modes de sociabilité134. On ne saurait prétendre le contraire par rapport aux organisations sportives ouvrières, dont la relative homogénéité a reposé en premier lieu sur l’appartenance des membres au même milieu social et sur une passion sportive identique. Politiquement, elles ont fondé leur identité sur un anticapitalisme toujours mis en avant par les dirigeants et partagé – de manière réfléchie ou intuitive – par les membres, et sur une disposition collective à s’opposer au fascisme. Autant dire qu’elles étaient essentiellement composées d’ouvriers participant aux « cultures d’opposition », contrairement à cette autre partie d’un monde ouvrier polarisé au début des années 1930 dans laquelle se situaient selon Xavier Vigna les travailleurs « […] attachés à l’entreprise et/ou à la nation, conservateurs sans doute, satisfaits si la crise les épargne et ne ruine pas leur aspiration probable à l’ascension sociale135 ». L’auteur fait allusion entre autres aux membres de clubs sportifs d’entreprise136. Ceux-ci se sont multipliés au cours de l’entre-deux-guerres en France comme en Allemagne en dépit de tous les efforts déployés par les organisations sportives ouvrières pour enrayer leur croissance137.

5. Idéal et réalité des pratiques sportives ouvrières au début des années 1930

A. L’Internationale sportive ouvrière socialiste : des changements dans la continuité

  • 138 Marschik, “Wir spielen nicht zum Vergnügen”. Arbeiterfußball…, op. cit., p. 130-131.

50Les logiques de la concurrence et de la performance continuent de s’affirmer au sein de l’ISOS. Cela vaut tout particulièrement pour le football tel qu’il se développe dans les sections allemande et autrichienne, où l’on assiste à une amélioration significative de la qualité de jeu. Ainsi, la plupart des joueurs de la Wunderteam autrichienne, l’une des meilleures équipes du monde entre 1931 et 1933, ont été formées dans des clubs de la fédération ouvrière138. Parmi les footballeurs de l’ATSB, beaucoup sont également convoités par des clubs prestigieux prêts à leur procurer des avantages matériels (même si un championnat national de football professionnel – la Bundesliga – ne verra le jour qu’en 1963). Après la dissolution en 1933 de toutes les organisations sportives ouvrières, des clubs « bourgeois » se disputent les athlètes voire des équipes entières du sport travailliste en vue de faire bonne figure dans différents championnats. Manifestement, le sport travailliste allemand est arrivé à un niveau d’excellence pas si éloigné de celui du sport « bourgeois ».

  • 139 Ces deux vedettes du sport ayant fait l’objet d’une intéressante étude : Laura Fontana, « Le sport (...)
  • 140 Marschik, “Wir spielen nicht zum Vergnügen”. Arbeiterfußball…, op. cit., p. 39.

51La plus grande partie des ouvriers s’intéressant au sport adhèrent à la nouvelle culture de masse qui se développe autour du spectacle sportif. De plus en plus présent dans les pages des journaux puis à la radio, le sport produit des « stars » comme, pour la France, la joueuse de tennis Suzanne Lenglen, le boxeur Georges Carpentier ou encore le coureur Jules Ladoumègue ; pour l’Allemagne, mentionnons le cycliste Albert Richter et le boxeur Max Schmeling139. Sur l’ensemble du continent, la fièvre du football se répand, et elle atteint tout particulièrement les villes ouvrières. Des communistes et des socialistes se mêlent, eux aussi, aux foules assistant aux matchs de certains grands clubs140.

  • 141 « Europameisterschaft im Fußball 1932-34. Richtlinien zur Durchführung der Spiele, beschlossen in d (...)
  • 142 SASI, Kongreß der Sozialistischen Arbeitersportinternationale (5.) in Prag am 12., 13. und 14. Okto (...)

52Plus que jamais, le mouvement sportif ouvrier est obligé de se prononcer sur une question qui ressemble à un dilemme : faut-il s’aligner sur les tendances sportives en vogue ou vaut-il mieux rester en accord avec ses principes idéologiques, au risque de renoncer à sa croissance quantitative ? L’Internationale sportive ouvrière socialiste y répond en introduisant, deux ans après la première Coupe du monde de football en Uruguay en 1930, les « Championnats d’Europe du football ouvrier ». Se disputant sous forme de matchs aller-retour entre des sélections nationales, ces championnats soulignent nolens volens, tout au long de l’année, l’appartenance des footballeurs ouvriers à leurs pays respectifs – même si les joueurs sont appelés à faire un « serment socialiste » avant les matchs141. Bien que la majorité des membres de la commission technique se soit prononcée contre ce projet, celui-ci a tout de même été retenu à la suite de pressions exercées par les puissantes sections de football, et en premier lieu celle rattachée à l’ATSB allemande. Selon Karl Bühren, beaucoup de techniciens craignent un alignement total sur le football « bourgeois » et une « compétition où chaque pays va chercher la victoire avec acharnement142 ». En raison du précédent créé par la décision sur le football, Bühren voit aussi se dessiner à l’horizon des projets de championnats d’Europe soumis par d’autres sections sportives. Ce processus n’est arrêté que par les événements politiques en Allemagne et en Autriche. Après la perte des deux sections nationales les plus importantes de l’ISOS, le Championnat d’Europe du football ouvrier est suspendu, et aucun autre championnat continental ne sera mis en place.

  • 143 Ibid., p. 99-106.
  • 144 « Das Programm des ASKÖ-Frauensportausschusses », ibid., p. 104-106.

53Les discours continuent pendant ce temps à rejeter avec force le chauvinisme sportif et à condamner la course aux records, pour s’accrocher encore et toujours à l’idéal (ou plutôt l’utopie) de la compétition euphémisée au sein du mouvement sportif ouvrier. La santé du travailleur reste un leitmotiv, et c’est encore plus le cas quand les propos se réfèrent aux sportives ouvrières. À la suite du 5e congrès de l’ISOS à Prague (12-14 octobre 1929), le programme d’éducation143 de l’Internationale intègre les principes et idées développés par la commission féminine de l’ASKÖ autrichienne, l’organisation nationale dont le taux de participation féminine est le plus élevé au sein de l’Internationale à ce moment précis, avec 16,9 %. Parmi les pratiques recommandées aux femmes, se trouvent la culture physique, la natation, l’athlétisme, le tennis, l’aviron et le kayak, les sports d’hiver et les jeux de ballon – à l’exception du football comme l’indique le texte, alors qu’il n’évoque pas le rugby, la lutte ou encore la boxe, tant l’idée aurait paru absurde. Toutes les activités doivent servir à « […] prévenir les dommages causés par le travail ou, dans la mesure du possible, apporter un remède ». Des effets psychologiques positifs sont également attendus, la pratique d’un sport pouvant « permettre aux femmes de se débarrasser de tous leurs complexes d’infériorité » puisqu’elle exige en particulier « de la présence d’esprit et de l’habilité, la maîtrise des muscles et de la pensée »144.

  • 145 Pfister, « Die Frau im Arbeiter-Turn-und Sportbund », op. cit., p. 38.
  • 146 Constituée en 1920 pour coordonner les activités du mouvement sportf ouvrier belge, à l’image de la (...)
  • 147 Geschiedenis van de arbeiderssport, Archives de la CSIT (Bruxelles), p. 57, cité par Erik Box, De d (...)
  • 148 ISOS, 10 ans de l’Internationale sportive ouvrière socialiste, Prague, 1930, p. 46.
  • 149 Parmi les nombreux sports collectifs, seul le jeu au poing donne lieu à un tournoi féminin. Pour ce (...)

54Le congrès de Prague décide aussi de la constitution d’une commission internationale du sport féminin, formée de six femmes représentant les sections les plus importantes de l’ISOS, à savoir l’Allemagne, l’Autriche, la Tchécoslovaquie (fédérations de Prague et d’Aussig), la Finlande et la Belgique. L’Arbeiter-Turnund Sportbund va plus loin : son congrès fédéral à Cologne en 1930 décide que dès à présent, les femmes désigneront leurs déléguées sans ingérence masculine. Les congressistes confient aussi la mission à la commission fédérale féminine d’« apporter un regard féminin sur les exercices physiques des femmes145 ». La vérité est que le regard masculin fait souvent autorité, en tout premier lieu quand il est question du « roi football ». Louis Lallemand, directeur technique de la section de football de la Centrale gymnique et sportive ouvrière de la Belgique146, fournit un bel exemple d’avis péremptoire sur la question : « Tant mieux si cela peut me réconcilier avec la gent sportive, mais je n’en continuerai pas moins à soutenir comme avant que, dans un match de football féminin, seul le ballon a toute ma sympathie147. » Aucune équipe féminine de football n’apparaîtra dans le cadre du mouvement sportif ouvrier en Europe. Beaucoup reste à faire, tant dans la pratique qu’au niveau des mentalités, comme le laisse entendre cette phrase de Georg Benedix, l’ancien directeur technique de l’Internationale sportive de Lucerne : « Nous osons émettre l’espoir que dans la deuxième décade d’existence de l’ISOS, les femmes joueront un rôle important. Elles le peuvent si elles reçoivent du sexe masculin du soutien et de l’impulsion de façon bienveillante et intelligente148. » Le programme sportif de l’Olympiade de Vienne en 1931 réserve cependant une part assez réduite au sport féminin en comparaison avec la multitude de sports et de disciplines proposés aux hommes149.

Bâtiment principal de l’école fédérale de l’ATSB à Leipzig (Archiv der sozialen Demokratie der Friedrich-Ebert-Stiftung, Bonn). Inaugurée le 19 septembre 1926, elle disposait d’installations pour tous les sports et allait s’affirmer comme concurrente de l’Institut für Leibesübungen à Berlin, centre de formation en éducation physique dirigé par Carl Diem.

Défilé dans les rues de Leipzig à l’occasion de la Fête fédérale de l’ATSB en 1929 (Archiv der sozialen Demokratie der Friedrich-Ebert-Stiftung, Bonn).

B. L’IRS : tout est permis dans la pratique

  • 150 Internationaler Arbeitersport, 1931, no 8 (août), p. 317-318.

55L’idée que la pratique du sport doit en premier lieu permettre aux ouvriers d’être en bonne santé, toujours propagée par l’ISOS, est d’après l’Internationale rouge sportive une manière de leur faire croire que l’on peut s’accommoder avec le capitalisme150. Dans un fascicule propagandiste à destination des sportifs ouvriers allemands, Ernst Grube fait cette déclaration significative en faveur de la compétition sportive en s’appuyant sur les décisions du 6e plénum de l’IRS à Berlin en 1931 :

  • 151 Ernst Grube, Die politische Bedeutung des Sports, Berlin, 1932, p. 9.

Rejetant tout caractère bourgeois et toute finalité capitaliste, nous sommes pour le sport de combat et pour les compétitions dans le sport ouvrier. Le sport ouvrier de combat et les concours ne servent pas uniquement au contrôle de la capacité physique et à l’amélioration du niveau de chacun. Ils renforcent le courage et les énergies de la classe ouvrière en vue de vaincre l’adversaire capitaliste […]. La lutte du prolétariat pour sa libération exige davantage le réveil de la combativité des masses que la culture spirituelle ; elle exige l’engagement ferme et résolu de toutes les forces disponibles151.

  • 152 Internationaler Arbeitersport, 1931 no 8 (août), p. 321-323.

56On perçoit bien ici la préoccupation discursive de vider le sport de compétition de ses attributs bourgeois et individualistes, et de le mettre en rapport avec les objectifs collectifs du mouvement communiste sous les prémices de l’accentuation des contradictions entre les classes. Dans l’optique d’attirer le plus grand nombre possible d’ouvriers vers la sphère d’influence des partis communistes, l’IRS renonce définitivement à toute vision alternative de la pratique sportive ouvrière. Elle décrète que les fédérations sportives communistes se doivent en premier lieu de couvrir l’éventail des activités proposées par les associations gymniques et sportives « bourgeoises ». Une résolution du 6e plénum souligne que « […] tout conservatisme dans le travail technique et méthodique s’exerce aux dépens de notre influence sur les masses ». Par conséquent, il ne faut écarter aucun sport correspondant aux goûts des masses, comme, par exemple, le cricket en Angleterre ou le football américain aux États-Unis152.

  • 153 Ernst Grube, Warum rote Sporteinheit ?, Berlin, sans date [1932], p. 10. Les membres pouvaient auss (...)

57La section allemande parvient le plus efficacement à réaliser les nouvelles consignes, offrant la gamme de pratiques sportives et de loisir la plus diversifiée de toutes les sections de l’IRS. À côté des sports populaires « par excellence » que sont le football et le cyclisme, elle propose des sports de combat comme la boxe, la lutte et le jiu-jitsu, et ne ferme pas non plus ses portes aux sports réputés être élitistes comme l’escrime, le tennis, l’aviron ou encore le hockey sur gazon. À la Kampfgemeinschaft, chacun doit pouvoir « exercer les activités sportives correspondant à sa constitution physique, ses capacités naturelles et ses désirs personnels153 ».

  • 154 « Resolution zum Referat über die Fragen der sporttechnischen Arbeit », s.l.n.d (1931), RGASPI, I 6 (...)
  • 155 L’Écho sportif du Travail, janvier 1931, cité par Amar, « La sportive rouge », op. cit., p. 179.
  • 156 Kursusmaterial (de la Kampfgemeinschaft für rote Sporteinheit, 1931), SAPMO-BArch, Ry I 4 / 10 / 1. (...)
  • 157 Ibid. Sur les représentations du rôle de la femme en URSSS et dans les partis communistes aux année (...)

58Pour rendre plus attrayant encore le programme sportif, l’IRS envisage une différenciation plus poussée des méthodes en fonction de l’âge et du sexe. Elle se promet aussi de remédier à la faible présence féminine dans ses organisations nationales154. En l’occurrence, c’est une réelle lacune pour la Fédération sportive du Travail qui reconnaît en 1931, au sujet de la situation en province, que « la plupart de nos sections comptent tout juste assez d’adhérentes pour former une équipe de basket155 ». Pour ce qui concerne la Kampfgemeinschaft, un document interne déplore le « déficit féminin » de l’organisation (sans toutefois apporter de chiffres exacts), et évoque non sans jalousie les quelque 175 000 membres féminins des organisations sociales-démocrates regroupées dans la Zentralkommission für Arbeitersport und Körperpflege156. Ce même document fait apparaître des ressemblances évidentes avec les idées sur le sport féminin répandues au sein de l’ISOS, plus particulièrement lorsque les auteurs procèdent à un amalgame avec le sport des enfants : « Une application mécanique des activités sportives des hommes à celles des femmes et des enfants ne va pas seulement porter préjudice au travail de recrutement mais aussi à la santé de l’individu157. » Cependant, la revue de la KGRS Der Techniker ne contient aucun article spécialement dédié au sport féminin pendant l’année 1932. Finalement, l’élaboration de méthodes différenciées pour les filles et les garçons, les hommes et les femmes, ne dépassera pas le stade de premières esquisses. La dernière réunion se penchant sérieusement sur des questions techniques a lieu en février 1933 à Berlin, juste après la prise de pouvoir d’Hitler, sous forme de « conférence des moniteurs de groupes d’enfants et d’adolescents ». Durant toute son histoire, l’IRS n’aura jamais organisé de réunion portant exclusivement sur le sport féminin ni mis sur pied une commission sportive féminine.

Championnat de France de la Fédération sportive du Travail, 1932 (Archives de la FSGT – extrait de La FSGT du sport rouge au sport populaire, Paris, Éditions La ville brûlée/Sport et plein air-FSGT, distrib. H. Mundi, 2014, p. 55).

59À la fin du compte, les réalisations des deux Internationales sportives apparaissent comme des reflets d’un manque d’originalité plus général des loisirs ouvriers encadrés par les partis de gauche. Marion Fontaine a fort bien résumé ce problème :

  • 158 Marion Fontaine, « Travail et loisirs », in Becker / Candar (dir.), Histoire des gauches en France,(...)

La constitution de loisirs portant la marque d’une identité prolétarienne reste […] difficile et marginale. Dans tous les cas, les objectifs des organisations de loisirs de gauche n’ont rien d’original : elles ont pour but d’encadrer et d’élever les masses et seule leur finalité militante diffère vraiment. Elles paraissent être davantage une nuance dans l’attitude globale des élites vis-à-vis des loisirs populaires, qu’une construction spécifique158.

60Pour le sport travailliste, la nuance réside essentiellement dans la faible importance de la haute performance et la place absolument centrale du sport de masse.

C. Le sport soviétique et l’annonce d’un grand tournant

  • 159 Ruffmann, Sport und Körperkultur, op. cit., p. 51.

61Le changement le plus radical – et le plus important dans une perspective d’histoire internationale du sport – intervient en Union soviétique, à l’issue d’évolutions non linéaires. Comme nous l’avons vu, la Spartakiade d’août 1928 a contribué à la diffusion vers toutes les républiques soviétiques du modèle de compétition. L’année suivante, une nouvelle résolution du Parti bolchevique critique cependant la tendance, perceptible auprès d’un grand nombre de dirigeants sportifs et d’entraîneurs, de privilégier la recherche de résultats et de records aux dépens du sport de masse159. Adoptée au début du premier plan quinquennal, cette résolution exprime avant tout l’intérêt renouvelé du pouvoir de s’appuyer sur les activités physiques dans la perspective d’améliorer le rendement au travail de la plus grande partie de la population ; ce qui revient à se soucier de la formation physique générale des masses plutôt que d’apprécier la spécialisation athlétique d’une élite.

  • 160 Les historiens de l’URSS parlent en général du « Grand Tournant » de la fin des années 1920 marqué (...)
  • 161 Gounot, « De l’hygiène du corps à l’obsession des records », op. cit., p. 25-27.
  • 162 Cf. Alan Bullock, Hitler und Stalin. Parallele Leben, Berlin, Wolf Jobst Siedler Verlag, 1999, p. 3 (...)
  • 163 André Gounot, « Sport und Inszenierung des sozialistischen Aufbaus. Das Projekt der Weltspartakiade (...)
  • 164 50 000 gymnastes et sportifs soviétiques devaient participer aux mouvements d’ensemble par lesquels (...)
  • 165 Cf. Internationaler Arbeitersport, novembre 1931 ; Der Fichte-Radfahrer, sans date [fin 1931]. Le c (...)

62On n’aperçoit donc pas de véritable changement de cap de la politique sportive au moment où l’industrialisation accélérée et le premier plan quinquennal sont imposés par Staline160. Le revirement vers une politique en faveur de la haute performance au cours de la première moitié des années 1930 s’effectue toutefois en relation avec les résultats et les effets de ce programme161. Après ses premiers succès, une certaine euphorie atteint la population – à l’exception de la partie non négligeable du peuple soviétique qui devient victime des méthodes inhumaines employées dans les secteurs de la production et de la construction, ou subit la collectivisation forcée des campagnes. La devise stalinienne « Il n’y a pas de forteresse imprenable pour les bolcheviques » se répand, dans la même mesure que s’exprime, à travers des objectifs et des réalisations, l’idée de supériorité du système socialiste par rapport au système capitaliste, en échec apparent au moment de la Grande Dépression162. Le projet de la Spartakiade mondiale, lancé en janvier 1932, en est une parfaite illustration163. Cette manifestation est conçue par le Bureau politique du Parti bolchevique comme célébration centrale des réussites de l’édification socialiste à la fin du premier plan quinquennal. Elle est supposée en fournir des expressions symboliques non seulement à travers les démonstrations gymniques de masse164, mais aussi grâce aux performances que réaliseraient les athlètes soviétiques au fil des compétitions. Celles-ci se dérouleraient dans un complexe sportif ultra-moderne, dont les dimensions dépasseraient celles de toutes constructions similaires dans les pays capitalistes165. La Spartakiade obtient ainsi vocation à « démontrer la supériorité absolue du système socialiste » et de prouver au monde entier que

  • 166 « Über die Vorbereitung und Durchführung der Weltspartakiade (Thesenprojekt zum Bericht des Gen. An (...)

[…] l’Union soviétique, sous la direction du Parti léniniste et de son Comité central avec le camarade Staline aux commandes, et grâce aux efforts héroïques de la classe ouvrière et des paysans travailleurs, est devenue un pays industriel puissant qui est capable de mener à terme le plan quinquennal en quatre ans166.

  • 167 Cf. Löhmann, Der Stalinmythos, op. cit., p. 177.
  • 168 « Resolution des Präsidiums der Gewerkschaften, 19. Juni 1932 », GARF, 75 76 / 2 / 124.
  • 169 « Sitzung des Politbüros [du PCdUS], 7.4.32 : Zur Weltspartakiade », RGASPI, 17 / 3 / 179.

63En juin 1932, dans le contexte de préparation de la Spartakiade et à un moment où une nouvelle vague d’exaltation productrice se répand dans le pays167, surgit la devise de « surclasser systématiquement les performances des athlètes bourgeois des pays capitalistes168 ». C’est l’annonce d’un tournant fondamental, qui s’opère sous le regard attentif du Bureau politique du PCUS169. Ses motifs et symptômes se répercuteront pleinement sur l’idéologie sportive communiste dans toute l’Europe à partir de 1934-1935.

6. Face au fascisme

A. La question du Wehrsport170

L’Internationale sportive de Lucerne et la défense de la démocratie

  • 171 Internationaler Sozialistischer Verband für Arbeitersport und Körperkultur, Bericht über den 3. Kon (...)

64Devant la montée du fascisme, qui ne s’arrête pas aux frontières de l’Italie comme le soulignent plusieurs délégués171, l’Internationale sportive de Lucerne aborde la question de l’auto-défense des organisations ouvrières dès son congrès de Paris-Pantin en octobre 1925. L’année suivante, elle envoie une délégation aux réunions de constitution de la Commission internationale de Défense contre le Fascisme à Vienne. D’après une résolution adoptée au 4e congrès de l’ISL à Helsinki en août 1927, la préparation militaire envisagée doit respecter les traditions pacifistes de la social-démocratie, et donc avoir une orientation purement défensive :

  • 172 Internationaler sozialistischer Verband für Arbeitersport und Körperkultur, Bericht über den 4. Kon (...)

La lutte qu’il faut mener contre le fascisme ne doit en aucun cas être confondue avec une intention d’imposer la société socialiste par le recours à la violence ; l’organisation d’une préparation de la classe ouvrière aux combats ne peut être considérée que comme un ultime moyen de défense dont il est impossible de se priver dans la grande lutte décisive entre les classes172.

  • 173 Pour le cas de l’Allemagne, Wolfram Wette (Militarismus in Deutschland, op. cit., p. 159-161) relie (...)
  • 174 Beckmanns Sportlexikon, Leipzig / Vienne, Verlagsanstalt Otto Beckmann, 1933, p. 2422-2424.
  • 175 En effet, le premier élément du mot composé ne s’utilise pas uniquement dans le sens d’« Abwehr » ( (...)

65Il importe de préciser que le document original, en langue allemande, traite essentiellement le thème du Wehrsport. Cette notion renvoie au contexte autrichien et allemand de sortie de guerre, marqué à la fois par le désarmement imposé par les vainqueurs et l’instabilité de la situation politique intérieure, et dans lequel différents courants politiques, et en tout premier lieu l’extrême-droite, établissent des formations de Wehrsport173. Celles-ci sont de caractère paramilitaire et proposent non seulement des exercices inspirés de l’armée (marche, course d’orientation, obstacles à escalader, tir…), mais aussi des activités plus proches de la gymnastique et du sport de compétition en vue d’une formation corporelle générale174. Parmi ces formations figure la Box-und Sportabteilung du NSDAP (Section de boxe et de sport du NSDAP), rebaptisée en 1921 « Sturmabteilung » (SA, Section d’assaut) par Adolf Hitler. Dans les sources en langue française apparaît le plus souvent le terme de « sport de défense ». Nous préférons employer le mot allemand pour deux raisons : premièrement, il tient mieux compte de la pluralité des motifs de se préparer à des confrontations violentes175, et deuxièmement, il exclut toute confusion possible avec les sports de combat ou encore les arts martiaux.

  • 176 Freie Sportwoche (organe de l’ATSB), 1926, no 10.
  • 177 Internationaler sozialistischer Verband für Arbeitersport und Körperkultur, Bericht über den 4. Kon (...)
  • 178 Elle propose des activités comme la marche, le défilé, le franchissement d’obstacles et le tir. Cf. (...)
  • 179 Cf. Reinhard Krammer, Arbeitersport in Österreich. Ein Beitrag zur Geschichte der Arbeiterkultur in (...)
  • 180 Marschik, “Wir spielen nicht zum Vergnügen”. Arbeiterfußball…, op. cit., p. 35-39.
  • 181 Franz Nitsch, « Der “proletarische Wehrsport” in der deutschen und internationalen Arbeitersportbew (...)

66Le congrès d’Helsinki appelle les sections nationales à diffuser les pratiques de Wehrsport, malgré de fortes divergences d’opinions à ce sujet. Ainsi, l’Arbeiter-Turn-und Sportbund n’est pas prête à intégrer dans son programme des activités physiques militaires que nombre de ses adhérents considèrent comme le signe d’une « transformation dégradante du sport en un serviteur du massacre organisé176 ». Les Finlandais expriment également des réserves de principe à l’égard d’une militarisation du sport ouvrier177. Le mouvement sportif ouvrier autrichien entretient en revanche des relations privilégiées avec la Republikanischer Schutzbund (Union de défense républicaine). Celle-ci s’est fondée en 1923 sur incitation du Parti ouvrier social-démocrate, qui a réagi de cette façon à l’apparition des Heimwehren, des groupements paramilitaires de tendance antiparlementaire. Afin de mieux les contrer, le Parti ouvrier social-démocrate sollicite également la fédération sportive ouvrière (l’ASKÖ) pour mettre en place des groupements préparés aux combats. La collaboration entre les deux organisations est surtout impulsée par Julius Deutsch, président de la Schutzbund et – à partir de 1926 – de l’Arbeiterbund für Sport und Körperkultur Österreich, et membre du Bureau de l’Internationale sportive de Lucerne. En dépit des réserves initiales de la part des adhérents, la section de Wehrsport de l’ASKÖ connaît une certaine croissance178 devant la menace des Heimwehren, et des éléments militaires entrent même progressivement dans les pratiques de ses associations gymniques. Par ailleurs, 6 000 personnes sont à la fois membres de l’ASKÖ et de la Schutzbund en 1931179. Si les activités corporelles disciplinées et de tonalité militaire attirent une partie non négligeable des gymnastes, les adeptes des sports modernes restent cependant très réticents à leur égard, et font plutôt valoir leurs dispositions pacifistes180. Malgré tout, des concours de Wehrsport figurent au programme de l’Olympiade ouvrière de Vienne. Opposant des équipes de neuf membres, ils comportent un triathlon (course de 100 m, saut en longueur et lancer de massue), des concours de tir, des courses d’obstacles et des relais associant course à pied et cyclisme en uniforme181.

  • 182 Michael Scholing / Eva Nierhoff, « Arbeiterbewegung und Wehrsport », in Hans Joachim Teichler (réd. (...)

67En outre, la multiplication d’agressions perpétrées par la SA contre des sportifs ouvriers incite la direction de l’Arbeiter-Turn-und Sportbund à sortir du terrain d’un pacifisme social-démocrate étroit, synonyme de refus de toute confrontation violente. Dans les dernières années de la République de Weimar, elle souligne en effet l’importance d’une préparation des sportifs ouvriers à des affrontements physiques. Ce glissement, thème de discours empreints de radicalisme verbal, reste assez théorique. Saisissant bien les réticences des adhérents, la fédération renonce en réalité à prendre des mesures concrètes d’institutionnalisation du Wehrsport et à se pencher sérieusement sur l’élaboration de méthodes. Ce n’est qu’avec des réserves que la direction de l’ATSB accepte depuis juin 1928 les demandes d’adhésion de groupements sportifs issus du Reichsbanner Schwarz-Rot-Gold, formation d’anciens combattants prêts à défendre la république, dont les structures et l’idéologie sont considérées comme trop militaristes par la plupart des sportifs ouvriers. Dans la mouvance du Parti social-démocrate, les exercices de caractère militaire restent l’apanage du Reichsbanner, malgré l’adhésion commune de ce dernier et de l’ATSB au Eiserne Front (plus précisément Eiserne republikanische Front zur Abwehr des Faschismus, Front de fer républicain pour la défense contre le fascisme), formé en 1931 sous la devise « Paix, liberté, socialisme »182.

L’Internationale rouge sportive et les illusions révolutionnaires

  • 183 Proletariersport, 1927, no 11, p. 176.
  • 184 Cf. Ernst Grube, Warum rote Sporteinheit ?, Berlin, sans date [1932], p. 24. Le congrès du KPD de 1 (...)
  • 185 Ibid., p. 193-199.
  • 186 Ce dernier élément était le point culminant de journées commençant à 06 h 15 avec une séance de gym (...)

68Une résolution prise à la « Première conférence méthodique et technique » de l’IRS en 1927 à Moscou évoque la formation à l’auto-défense ouvrière comme « l’une des tâches les plus importantes du travail sportif183 ». Peu après, dans le cadre de la tactique « classe contre classe », le Wehrsport obtient en théorie une orientation offensive : il servirait à la préparation des ouvriers aux luttes révolutionnaires décisives. Dans la réalité, sa finalité première réside encore et toujours dans la protection des organisations ouvrières contre les agressions fascistes184. Pour le Parti communiste allemand, cette question prend un caractère urgent quand sa formation paramilitaire, la Rote Frontkämpferbund (RFB, Union rouge des combattants du front), est interdite à l’échelle du Reich, à la suite des troubles du 1er mai 1929 à Berlin. Déclenchés par les communistes, ceux-ci ont fait 32 morts, uniquement des civils, et près de 200 blessés à l’issue d’une répression policière extraordinairement violente. Fondée en 1924, la RFB regroupait plus de 100 000 personnes d’affinité communiste attirées par les jeux de guerre, les structures et les exercices militaires185. Son groupement de la jeunesse, le Rote Jungfront (Front rouge des jeunes), organisait des camps associant l’éducation politique à l’apprentissage de la discipline militaire et aux exercices sportifs186.

  • 187 Cf. « Rundschreiben. Rüstet zum Internationalen Roten Tag. Sekretariat des EK der RSI, 23. Mai 1929 (...)
  • 188 Cf. Fricke, Spaltung, Zerschlagung, Widerstand, op. cit., p. 133 ; Scholing / Nierhoff, « Arbeiterb (...)
  • 189 Internationaler Arbeitersport, août 1931, p. 322.
  • 190 Selon un rapport de police, les sociétés de tir du KGRS comptent 1 200 membres actifs au début de l (...)

69Dans un premier temps, le KPD mise sur les sportifs ouvriers pour assurer la relève187. Cependant, les exercices militaires souffrent de la même impopularité auprès des membres des associations sportives réunies dans la Kampfgemeinschaft für rote Sporteinheit qu’auprès des sportifs attachés à l’ATSB188. Si l’Internationale rouge sportive croit repérer une certaine expansion du Wehrsport dans sa section allemande, c’est surtout en vertu d’une définition large intégrant tous les sports de combat déjà proposés préalablement, sans finalité militaire, tels que la lutte, le judo et la boxe189, et parce que bon nombre d’ex-membres du Frontkämpferbund adhèrent aux sociétés de tir190. Fait significatif, dès 1930 le Parti met en place une nouvelle structure, le Kampfbund gegen den Faschismus (Union de combat contre le fascisme) en vue de combler le vide laissé par la Frontkämpferbund.

  • 191 Der Techniker. Für Turnen, Sport und Spiel. Technisches Organ der Kampfgemeinschaft für rote Sporte (...)
  • 192 10 Jahre RSI. Führer durch die Spartakiade, Berlin, 1931.

70La direction de la KGRS continue toutefois d’insister sur la nécessité de proposer le plus d’activités physiques militaires possibles ou encore de permettre aux adhérents, à travers des randonnées bien encadrées, de « s’exercer à la discipline et à la soumission aux ordres d’un chef librement choisi191 ». Elle introduit aussi un pentathlon modifié dans le programme de la Spartakiade internationale prévue pour l’été 1931 à Berlin. Celui-ci reprend la nage libre, le tir de petit calibre et la course de cross-country du pentathlon moderne des Jeux olympiques, mais s’en distingue en substituant le lancer de massue à l’escrime et une course cycliste à l’équitation192. En enlevant les deux disciplines les plus représentatives d’une tradition sportive aristocratique, la KGRS lui donne un caractère plus « prolétarien », établissant ainsi un des rares éléments par lesquels les pratiques du mouvement sportif ouvrier se distinguent de celles du mouvement sportif « bourgeois ». Si le rapport avec la formation militaire paraît évident dans les deux cas, il convient de préciser que le pentathlon moderne a obtenu, dans le cadre général d’une autonomisation du sport de compétition, l’image d’une pratique plus ou moins « purement » sportive faisant appel à la polyvalence de l’athlète.

  • 193 Cf. Broué, Histoire de l’Internationale communiste, op. cit., p. 633-634.

71Comme l’Internationale rouge sportive a pris l’habitude, à l’instar du Komintern, d’adresser les mêmes directives à toutes ses sections même quand elles sont entièrement coupées des réalités nationales, les appels à introduire le Wehrsport arrivent aussi à Paris, où la Fédération sportive du Travail les accueille sans grand enthousiasme. C’est ce que suggère en tout cas l’absence de traces qu’auraient certainement laissées des mesures en ce sens, non seulement dans les documents internes de l’IRS mais aussi et surtout dans les rapports de police, assez détaillés à cette époque où la Fédération sportive du Travail est soumise à une surveillance sourcilleuse de l’État. Si la FST s’est montrée moins sensible à la question de l’auto-défense que la KGRS, cela ne fait que refléter les expériences du quotidien. En effet, à la différence de son confrère allemand, la FST n’est pas exposée à des attaques de groupes fascistes ou réactionnaires. De manière plus générale, ce n’est qu’à partir de 1933, année qui marque le début d’une crise profonde du parlementarisme en France, que les conflits politiques menacent de glisser vers des combats de rue193. Pour l’ensemble des fédérations sportives ouvrières en France et en Allemagne, on peut retenir une forte similitude des dispositions des adhérents : les attitudes anti-militaristes, dans un sens large qui recouvre à la fois l’hostilité à toutes visées guerrières des États et le refus d’un glissement significatif des pratiques sportives vers des contenus militaires, y étaient fortement répandues, au même titre qu’un antifascisme fondateur d’intérêts communs au-delà des clivages politiques.

B. La liquidation des organisations sportives ouvrières en Allemagne et en Autriche

  • 194 Contrairement à l’ex-membre du Comité exécutif du KPD Ernst Grube, l’ancien coureur et footballeur (...)
  • 195 Mattausch, « Werner Seelenbinder », op. cit., p. 72-85 ; Hajo Bernett, « Der deutsche Sport im Jahr (...)
  • 196 Heinrich August Winkler, Histoire de l’Allemagne, op. cit., p. 477.

72Après le 30 janvier 1933, jour où Adolf Hitler est nommé chancelier du Reich par le président et feld-maréchal général Paul von Hindenburg, la répression s’abat d’abord sur les organisations communistes. Immédiatement après l’incendie du Reichstag dans la nuit du 27 au 28 février 1933, la police occupe le siège de la Kampfgemeinschaft für rote Sporteinheit à Berlin-Mitte. Ses dirigeants les plus en vue à cette date, Paul Zobel, Willi Prietzel et Ernst Grube (membres aussi du Bureau de l’Internationale rouge sportive), sont incarcérés194. Pendant cette première phase, les SA et SS multiplient les actes de violence contre les sportifs ouvriers, y compris des homicides, et saccagent de nombreuses propriétés d’associations sportives ouvrières195. Au mois de mars, 20 000 communistes sont soumis à des mesures d’« internement administratif » sur le territoire de la Prusse, et détenus dans des camps de concentration196.

  • 197 « Denkschrift : Die Bedeutung der Naturfreunde-Bewegung und der Naturfreunde-Häuser für Volk, Staat (...)
  • 198 Hans Joachim Teichler, « Ende des Arbeitersports 1933 ? », in Teichler (réd.), Arbeiterkultur und A (...)

73Le 25 mars, deux jours après le vote de la loi sur les pleins pouvoirs, la police occupe l’école fédérale et la maison d’édition de l’Arbeiter-Turn-und Sportbund, dont la direction répond par un acte de soumission : elle déclare que l’organisation accepte les nouvelles données politiques, et qu’elle est prête à offrir son concours à l’éducation physique et à la santé du peuple allemand sous le régime national-socialiste. Cette tentative de sauver l’existence de l’organisation, qui fait par ailleurs appel à une rhétorique résolument anticommuniste, ne produit cependant pas les effets espérés. La direction des Naturfreunde (Amis de la nature) n’a pas plus de chance avec ses serments de loyauté qu’elle émet dans un mémorandum s’inspirant du jargon national-socialiste : les associations des Naturfreunde sont dirigées par « de purs Allemands » affirme-t-elle, l’organisation voit d’un œil positif l’établissement du « nouvel État national et social » et souhaite apporter sa contribution au « renouveau de l’État et du peuple allemands197 ». Entre-temps, la demande de la Zentralkommission du sport ouvrier d’être admise avec toutes ses associations (au nombre de 17 704198) au Deutscher Reichsausschuss für Leibesübungen (l’organisation centrale du sport allemand) a été rejetée par le ministre de l’Intérieur Wilhelm Frick.

  • 199 Heinrich August Winkler, Arbeiter und Arbeiterbewegung in der Weimarer Republik, vol. 3, Der Weg in (...)
  • 200 « Niederschrift über die Sitzung des I.B. der SASI in Prag, 6. Mai 1933 », Nachrichten der Sozialis (...)

74Les dirigeants des organisations sportives sociales-démocrates, faut-il le préciser, n’éprouvent pas de sympathies soudaines pour le national-socialisme ; ils tentent de sauver des biens s’élevant à une valeur de plus de 25 millions de Reichsmark et jugent que, de toutes les façons, ce serait mettre la vie des sportifs ouvriers en péril que de se lancer dans l’aventure d’une résistance plus ou moins ouverte qui, de surcroît, ne serait pas approuvée par le SPD. Celui-ci, sous la conduite d’Otto Wels, succombe en effet à l’illusion qu’une certaine complaisance à l’égard des nationaux-socialistes pourrait assurer sa survie199. Pour ces raisons, l’attitude des principaux dirigeants de la section allemande ne fait pas l’objet de critiques directes de la part du Bureau de l’Internationale sportive ouvrière socialiste200.

  • 201 Cf. Teichler, « Ende des Arbeitersports 1933 ? », op. cit., p. 202 ; Petra Krüger, « Ende des Arbei (...)

75Après la dissolution du Parti social-démocrate le 22 juin 1933, la « liquidation définitive du sport ouvrier » (décret du ministère de l’Intérieur du 27 juin) est lancée. En général, les biens des clubs sont confisqués ; dans certaines communes, les clubs se voient contraints de remettre eux-mêmes leurs équipements sportifs aux casernes de la SS, aux services sociaux des communes ou, dans le meilleur des cas, à des associations sportives « bourgeoises » (ce qui peut éventuellement permettre à un certain nombre d’ex-sportifs ouvriers de bénéficier une nouvelle fois de leurs propres acquisitions)201.

  • 202 « Bericht, 23.8.35 » (rapport du KPD sur le sport en Allemagne et la résistance), SAPMO-BArch, I 2 (...)
  • 203 Weber / Herbst, Deutsche Kommunisten. Biographisches Handbuch, op. cit.
  • 204 « Bericht, 23.8.35 » (rapport du KPD sur le sport en Allemagne et la résistance), SAPMO-BArch, I 2 (...)
  • 205 D’après le même rapport, près de 200 anciens sportifs ouvriers sont arrêtés en janvier 1935 à Berli (...)
  • 206 Arno Klönne, Die deutsche Arbeiterbewegung. Geschichte, Ziele, Wirkungen, Düsseldorf, Diederichs Eu (...)

76À l’instar du KPD, la Kampfgemeinschaft für rote Sporteinheit s’était préparée dès 1932 à entrer dans la clandestinité. Entre février et septembre 1933, elle parvient encore à diffuser trois numéros de la revue fédérale Rot-Sport ainsi que quelques bulletins de presse, et à tenir de nombreuses réunions. Dans les districts de Berlin-Brandebourg, Hambourg, Leipzig, Halle, du Wurtemberg et du Rhin inférieur, la KGRS continue de recevoir les cotisations de nombreux adhérents. Elle réussit une action spectaculaire à l’occasion de la fête gymnique nationale (« Deutsches Turnfest ») à Stuttgart en juin 1933 : 50 000 tracts de teneur antifasciste sont déposés dans les gares de départ des trains spéciaux et sur les lieux de la fête202. Cependant, le maintien de structures centralistes par la KGRS, plutôt que de s’avérer fertile pour les activités de résistance, facilite le travail de la Gestapo. En octobre 1933, le directeur de la KGRS clandestine, Rudolf Hallwass, est arrêté à Berlin. Avant d’être condamné à trois ans de réclusion203, il livre des informations menant à l’arrestation de quatre autres membres de la direction204. Entre cette date et le mois de janvier 1935, la Gestapo parvient à dépister trois autres directions clandestines et à obtenir suffisamment d’indications pour procéder à des arrestations plus larges de résistants liés au sport travailliste205. Comme l’a résumé Arno Klönne, « […] pendant les années 1933-1935, les formes de résistance communistes étaient empreintes d’un héroïsme révolutionnaire reposant en grande partie sur une analyse politique erronée, consistant à penser que le système national-socialiste pouvait être brisé rapidement et par la voie directe206 ». Pratiquement réduite au silence dès 1935, la KGRS arrive une dernière fois à attirer l’attention lors des Jeux olympiques de Berlin en août 1936 où quelques-uns de ses collaborateurs font parvenir des tracts contestataires aux spectateurs et aux athlètes.

  • 207 Braunthal, Geschichte der Internationale, op. cit., p. 428.
  • 208 Everhard Holtmann, Zwischen Unterdrückung und Befriedung. Sozialistische Arbeiterbewegung und autor (...)
  • 209 Vu les relations étroites entre l’ASKÖ et la Schutzbund, on doit supposer qu’un assez grand nombre (...)

77En Autriche, le gouvernement Dollfuß introduit progressivement un régime autoritaire à partir de mars 1933. Cependant, alors qu’il a adopté à son congrès de Linz en 1926 une résolution préconisant l’utilisation des armes comme dernier recours pour défendre la république, le Parti ouvrier social-démocrate hésite longtemps à déclencher une insurrection armée. Le 11 février 1934, quelques unités de la Schutzbund, sous les commandes de Julius Deutsch, ouvrent finalement le combat contre l’armée régulière. Le sens de cet acte aussi désespéré qu’héroïque se situe principalement à un niveau symbolique. D’après Julius Braunthal, le tout était d’éviter que le scénario allemand de 1933 ne se reproduise : l’arrivée au pouvoir du national-socialisme sans actions oppositionnelles d’envergure avait donné un signe d’encouragement aux mouvements fascistes d’autres pays207. Après trois jours de combat, la résistance du mouvement ouvrier autrichien est écrasée. Deutsch, blessé par un tir, réussit in extremis à éviter l’arrestation208. Des centaines de membres de la Schutzbund trouvent la mort, et des milliers doivent prendre le chemin des prisons et des camps d’internement. D’autres se réfugient en Russie où ils seront pris dans l’engrenage de la terreur lors des « Grandes Purges »209. L’Arbeiterbund für Sport und Körperkultur Österreich est dissoute par le gouvernement autrichien immédiatement après les combats de février.

78L’avènement du national-socialisme puis de l’austro-fascisme enlève au mouvement sportif ouvrier européen plus des trois quarts de ses effectifs. En dehors de cela, l’Internationale sportive ouvrière socialiste perd sa section lettone après le coup d’État du 15 mai 1934 qui établit le régime autoritaire de Kärlis Ulmanis.

C. Entre accommodation, émigration et résistance. Les sportifs ouvriers allemands face au régime national-socialiste

  • 210 Klaus Achilles, « Lebensläufe Bremer Arbeitersportvereine », in Teichler / Hauk, Illustrierte Gesch (...)

79De nouveaux décrets datant de septembre et octobre 1933 stipulent que d’anciennes associations sportives ouvrières, qu’elles soient issues de l’ATSB ou de la KGRS, peuvent reprendre leurs activités dans le cadre organisationnel de la Deutscher Reichsausschuss für Leibesübungen à condition d’avoir mis en place une direction politiquement conforme au nouveau régime, et de ne pas compter plus d’un tiers de « membres marxistes » dans leurs rangs. En utilisant à leur manière ce cadre légal, quelques rares clubs parviennent à entrer intégralement dans les fédérations reconnues. C’est le cas par exemple pour une association de lutte et d’haltérophilie de Brême, qui fait adhérer l’un de ses membres à la SA pour qu’il puisse prendre ensuite la présidence du club. Un club du quartier brêmois Gröpelingen réussit même à fonctionner jusqu’en 1935 comme pôle de rassemblement pour d’anciens sportifs ouvriers, grâce à l’attitude bienveillante de son président, membre du Parti national-socialiste210.

  • 211 Cf. Teichler, « Ende des Arbeitersports 1933 ? », op. cit., p. 196-234.
  • 212 Horst Giesler, « Das Ende der Arbeitersportbewegung im Raum Gießen », Sozial-und Zeitgeschichte des (...)
  • 213 Robert Riedel est arrêté par la Gestapo en 1936 pour « activités conspiratives », mais il a la chan (...)
  • 214 Torsten Kupfer, Arbeitersportler gegen den Faschismus. Die Kampfgemeinschaft für rote Sporteinheit (...)

80La plupart des adhérents poursuivent leurs activités sportives, le plus souvent en cherchant la plus grande continuité possible. Si leurs clubs ne réussissent que dans des cas exceptionnels à subsister, des équipes complètes sont souvent absorbées par des clubs « bourgeois », très aisément même quand elles promettent de bons résultats aux championnats211. Dans ce cas, peu importe combien de joueurs sont des communistes ou des sociaux-démocrates « avérés », en dépit de la sévérité des lois sur leur nombre maximal. Certains footballeurs sont convoités au point d’obtenir de l’argent ou un emploi en échange de leur transfert à telle ou telle équipe « bourgeoise »212. La SV Tura Leipzig, club fondé en 1932 par le directeur de la fabrique d’automates Tura, intègre de manière systématique des joueurs de qualité ayant évolué jusque-là dans des clubs sportifs ouvriers, et engage même comme entraîneur l’ancien directeur de la section de football de l’ATSB Robert Riedel213. En peu de temps, la SV Tura conquiert la suprématie footballistique dans la métropole saxonne. Ses matchs se transforment en des lieux de rencontre sociaux-démocrates à peine déguisés. Comme le note la Gestapo de Leipzig, les comportements et les propos des nombreux supporters de ce club s’assimilent parfois à des « protestations de caractère indéniablement marxiste », surtout à l’occasion de matchs contre le VFB Leipzig, club de grande tradition (trois fois champion d’Allemagne entre 1903 et 1913) sponsorisé par le propriétaire du quotidien Leipziger Neueste Nachrichten214.

  • 215 Teichler, « Ende des Arbeitersports 1933 ? », op. cit., p. 196-234.
  • 216 Petra Krüger, « Ende des Arbeitersports 1933 ? », in Franz Nitsch / Jürgen Fischer / Klaus Stock (d (...)

81Un grand nombre de sportifs ouvriers se joignent donc en petits groupes ou individuellement aux clubs légaux, tandis qu’une partie (nettement plus petite) d’entre eux utilise les offres sportives communales ou de la KdF (Kraft durch Freude, l’organisation de loisirs national-socialiste). Certains poursuivent leurs activités sportives en dehors de toute structure organisationnelle ; c’est surtout une option pour les pratiquants de sports individuels, qui forment des groupes informels pour courir, nager ou faire du cyclisme. D’après l’enquête menée au début des années 1980 par Hans Joachim Teichler, beaucoup de sportifs ouvriers ont éprouvé des réticences à l’idée de rejoindre un club sportif « bourgeois », mais parmi ceux qui l’ont fait, plus d’un a été agréablement surpris du respect avec lequel il y était traité215. Quelques-uns refusent de s’adapter au nouveau contexte et font leurs adieux au monde sportif216.

  • 217 « Bericht, 23.8.35 » (rapport du KPD sur le sport en Allemagne et la résistance), SAPMO-BArch, I 2 (...)
  • 218 Eike Stiller, Der Segelsport in der Arbeiterbewegung : Zur Geschichte des “Freien Segler-Verbandes” (...)
  • 219 Stiller, Karl Bühren, Arbeitersportler und Sportfunktionär, op. cit., p. 85-106.
  • 220 « Liebe Freunde ! » (rapport d’un résistant communiste daté du 18 septembre 1935), SAPMO-BArch I 2 (...)

82Dans un premier temps, beaucoup d’adhérents de l’Arbeiter-Turn-und Sportbund sont restés perplexes devant les recommandations de leur direction qui consistaient entre février et juin 1933 à se taire en espérant que la tempête passe. Selon un rapport du Parti communiste, des sportifs sociaux-démocrates participent dès l’été, à Berlin, à Stuttgart et dans la région du Rhin inférieur, à des activités de résistance en collaboration avec des ex-membres de la Kampfgemeinschaft217. Près de Hambourg, d’anciens membres communistes et sociaux-démocrates du Freier Segler-Verband (Fédération libre de voile) mettent leurs voiliers au service de rencontres de résistants218. Karl Bühren, directeur technique de l’Internationale sportive ouvrière socialiste depuis 1929, prend la tête d’un groupe suprarégional d’anciens dirigeants et membres de l’ATSB voulant s’opposer activement au national-socialisme. Il part en exil à Aussig (Tchécoslovaquie) en mai 1933 avec l’aide de l’Internationale sportive ouvrière socialiste. En compagnie de Fritz Schreiber et d’Heinrich Sorg, deux autres ex-dirigeants de l’ATSB, Bühren fonde en septembre 1933 la Kampfgemeinschaft deutscher Arbeitersportler (Communauté de combat de sportifs ouvriers allemands)219. Ce groupe n’est cependant pas reconnu comme représentant légitime du sport ouvrier allemand par l’Internationale sportive ouvrière socialiste, et il est tout juste toléré par le SPD. Son travail principal consiste à rassembler les informations obtenues par l’intermédiaire de contacts en Allemagne et de les rendre ensuite publiques220. Pour des raisons en grande partie matérielles, les activités du groupe diminuent considérablement dès 1935.

  • 221 Archives centrales du Comité de la Sécurité d’État de l’URSS, Moscou, dossier Bühren (cote P 36817)
  • 222 Diethelm Blecking, « Deutsche Arbeitersportler “in den Fängen des NKWD” », Sozialund Zeitgeschichte (...)
  • 223 Auteur du livre Vom Werden einer neuen Kultur. Aufgaben der Arbeiter-Kultur-und – Sportorganisation (...)

83En mai de cette même année, Bühren émigre en Russie, achevant ainsi sa rupture avec l’ISOS. Invité par l’Internationale rouge sportive, ce social-démocrate né en 1888 à Elberfeld (Rhénanie du Nord) met désormais ses compétences de technicien au service du développement du sport soviétique en travaillant dans des structures de formation à Moscou. Il figurera parmi les victimes d’une des vagues de répression à l’égard des résidents étrangers dans le cadre des « Grandes Purges ». Arrêté le 28 mars 1938 à Moscou par le NKVD, Bühren est accusé – conformément au schéma éprouvé – de s’être livré à « d’intenses activités contre-révolutionnaires et fascistes », et d’avoir « entretenu des relations étroites avec un groupement allemand agissant à Moscou sous le nom de “Jeunesses hitlériennes”221 ». Le 4 juillet, il est exécuté. D’autres anciens dirigeants et membres du sport travailliste ayant choisi l’option de l’émigration connaissent le même destin en Russie. Max Schulze, président de la section de handball de l’ATSB, qui avait cherché refuge dès 1933 à Leningrad, est « liquidé » en 1936. Richard Ulbricht, militant communiste et dirigeant du sport travailliste berlinois, et plusieurs anciens camarades sportifs de son club Fichte, partagent le même sort222. Paul Franken, un des théoriciens les plus réputés de la culture et du sport socialistes, meurt d’une septicémie dans un camp en Sibérie près du cercle polaire223.

  • 224 « Richtlinien über den organisatorischen Aufbau und die aktuellen Aufgaben der Kampfgemeinschaft fü (...)
  • 225 « Der neue Weg zum gemeinsamen Kampfe aller freiheitsliebenden Deutschen für den Sturz der Hitler-D (...)
  • 226 « Anlagen zum Referat Franz über Parteiaufbau und Massenarbeit, 2.11.35 », SAPMO-BArch, I 6 / 10 / (...)
  • 227 « Bericht, 23.8.35 » (rapport du KPD sur le sport en Allemagne et la résistance), SAPMO-BArch, I 2 (...)

84En accord avec le Kommunistische Partei, la direction de la Kampfgemeinschaft a donné dès 1933 le mot d’ordre aux adhérents d’« aller vers les clubs bourgeois » en vue d’y diffuser les points de vue communistes, sous la conduite d’hommes de confiance soigneusement choisis224. Le noyautage devient une méthode de résistance favorisée par le KPD à mesure que toute opposition ouverte s’avère irréaliste en dehors des structures d’exil. En octobre 1935, la conférence du KPD à Bruxelles appelle les militants à s’impliquer dans toutes les organisations de masse nationales-socialistes au point même d’y prendre des fonctions officielles ; ce qui nécessite une « adaptation à la situation », mais ouvrirait la possibilité de protéger les associations contre le contrôle total de la part des nazis225. La Deutscher Reichsbund für Leibesübungen (appelée à partir de décembre 1938 Nationalsozialistischer Reichsbund für Leibesübungen, Union impériale national-socialiste des activités physiques), est mentionnée dans les documents de cette conférence comme une cible particulièrement prometteuse au regard de ses millions d’adhérents226. Le KPD insiste sur la nécessité et l’utilité de ce type d’engagement, surtout qu’il est encore « mal compris » par la base – ce qui est particulièrement vrai pour les communistes sportifs. Comme le déplore le Parti, la plupart des sportifs de la KGRS considèrent la directive de s’affilier à des associations « bourgeoises » comme une simple invitation à poursuivre leurs activités sportives dans les meilleures conditions possibles227.

  • 228 Gertrud Pfister / Herbert Dierker (éd.), Brüder, hört ihr das Klingeln ? Zur Alltagsgeschichte des (...)

85Selon les mémoires du résistant Walter Giese, des équipes entières de son club Fichte se sont retrouvées dans différentes associations « bourgeoises » qui comptaient déjà un pourcentage élevé de membres prolétaires. Les handballeurs de toute une section de quartier appartenant à Fichte ont rejoint le club Hansa 07, où ils ont pu reproduire leurs formes de sociabilité habituelles, entre autres des « troisièmes mi-temps » particulièrement allègres. Dans ces conditions, ils avaient tendance à « oublier » les raisons supposées stratégiques de leur changement de club. D’une manière plus générale, Giese estime qu’il était difficile de convaincre les sportifs de se charger de missions politiques. Beaucoup d’entre eux avaient retrouvé du travail après de longues années de chômage, et considéraient dorénavant leurs activités de loisir comme un moyen de plus pour mieux profiter de la vie228.

  • 229 Mattausch, « Werner Seelenbinder », op. cit., p. 72-85.

86Rien n’indique en tout cas une participation massive d’anciens sportifs de la KGRS à des activités de résistance périlleuses. Seuls quelques-uns d’entre-eux s’engagent dans les principaux groupes de résistance communistes, le « groupe Uhrig », le « groupe Saefkow » et la « Rote Kapelle ». Parmi eux figure, à côté de l’ancien vice-président de Fichte Willi Sänger, arrêté et exécuté en 1944, le lutteur de niveau international Werner Seelenbinder, le plus célèbre résistant sportif allemand. Vainqueur à la Spartakiade internationale de 1928 à Moscou, il adhère au KPD quelques mois après ce voyage d’initiation au communisme. Après janvier 1933, il s’inscrit dans la Sportvereinigung Ost (qui fait partie de la fédération de lutte officielle), et devient la même année champion d’Allemagne. Lors de la remise des médailles, le lutteur ouvrier refuse de faire le salut hitlérien. Ce geste lui vaut une détention provisoire. Il est rapidement relâché mais interdit de compétition pour 16 mois. Seelenbinder parvient tout de même à se qualifier pour les Jeux olympiques de 1936 à Berlin où il finit quatrième. Deux ans plus tard, il rejoint le groupe Uhrig. L’ancien champion est dénoncé, arrêté et condamné en février 1942, et décapité le 24 octobre de la même année, à l’âge de 40 ans, au pénitencier de la ville de Brandebourg229.

  • 230 Fricke, Spaltung, Zerschlagung, Widerstand, op. cit., p. 215.

87La recherche sur la résistance allemande, pourtant menée de manière approfondie, n’a pas donné de chiffres ou d’estimations à l’échelle nationale quant à l’importance des activités déployées par d’anciens membres et dirigeants d’organisations sportives ouvrières – ni par référence aux mouvements de résistance dans leur globalité, ni pour départager les engagements communiste et social-démocrate. D’après l’étude détaillée de Rainer Fricke, la résistance social-démocrate a été en grande partie portée dans la région du Wurtemberg par d’anciens membres d’associations sportives ouvrières230. Si l’on se réfère au constat de Michael Schneider, on peut penser que ce n’était pas un phénomène isolé :

  • 231 Michael Schneider, « Les ouvriers sous le Troisième Reich : entre intégration, résignation et désac (...)

Être ouvrier en même temps que membre (ancien) du SPD, du KPD ou du syndicat a rarement suffi à nourrir la volonté d’une résistance politique active. Bien au contraire, pour ne pas rester un acte isolé, l’action de résistance nécessitait un contact avec des gens de même opinion, comme pouvait les offrir par exemple l’appartenance à des groupes de jeunesse, des clubs sportifs231.

  • 232 Stiller, Der Segelsport in der Arbeiterbewegung, op. cit., p. 154.
  • 233 Nitsch / Peiffer (réd.), Die Roten Turnbrüder, op. cit., p. 118-124.
  • 234 Au cours des seules années 1933 et 1934, 60 000 communistes ont connu la prison. Cf. Weber / Herbst(...)

88Par rapport à la capitale du Reich, les estimations d’Eike Stiller avancent le chiffre d’environ 2 000 sportifs ouvriers s’étant impliqués dans la résistance232. Enfin, la résistance émanant de l’ancienne ATSB est très probablement restée plus faible, à l’échelle nationale, que celle venant des rangs de la KGRS communiste233. Cette donnée correspondrait au fait avéré que les communistes ont compté dans leurs rangs le plus grand nombre de victimes des persécutions nationales-socialistes parmi tous les mouvements politiques allemands234.

D. Un chemin difficile vers une unité partielle

  • 235 Paraissant depuis octobre 1933.
  • 236 Sport, 28 décembre 1933.
  • 237 Internationale Sportrundschau, octobre 1933.
  • 238 « Protokoll Nr. 83 der Sitzung des Sekretariats des Zentralkomitees der Gewerkschaften, 15. Novembe (...)
  • 239 « Lieber Freund ! 15. November 33 », GARF, 75 76 / 2 / 132.
  • 240 « Pour l’application de la ligne de l’IRS », sans date [fin janvier / début février 1934], Archives (...)

89À travers une série d’articles sur le sport en Allemagne publiés en janvier et février 1934, la revue Sport, organe de la Fédération sportive du Travail235, répand l’illusion que le régime hitlérien pourra être renversé dans un court délai. Le secrétaire de la FST et membre du comité exécutif de l’IRS Auguste Delaune imagine même un « mouvement révolutionnaire qui vit et se développe chez les sportifs236 ». De cette manière sont diffusées à l’échelle nationale les interprétations erronées qui ont marqué les discours à la conférence de l’IRS en septembre 1933 à Amsterdam237. Dans les mois qui suivent, le Bureau de l’IRS, installé sous forme clandestine à Copenhague et dirigé par l’émigrant Willi Prietzel, est de plus en plus préoccupé par l’absence de signes de concrétisation du projet de la Spartakiade mondiale à Moscou. Celle-ci avait déjà été reportée à l’été 1934, sa préparation, de même que les travaux de construction du complexe sportif, ayant pris un retard considérable. En novembre 1933, le Conseil suprême de la Culture physique informe l’IRS sur ses doutes quant à l’utilité de maintenir cette nouvelle date, arguant que la participation étrangère serait beaucoup plus faible qu’initialement prévu238. Carlo Aksamit réplique qu’il ne faut pas « […] mettre à nouveau le mouvement dans une situation chaotique. Dans tous les pays, la campagne en vue de la Spartakiade est en train de se développer pleinement […]239 ». À la fin du mois de janvier 1934, le CSCP décide cependant que la Spartakiade n’aura pas lieu240.

  • 241 Or, la plupart des documents du Conseil suprême de la Culture physique d’avant la Seconde Guerre mo (...)
  • 242 Pendant cette phase, les demandes du CSCP en vue de rencontres avec le sport « bourgeois » se multi (...)
  • 243 Voir sur ce sujet Georges-Henri Soutou, « Les relations franco-soviétiques de 1932 à 1935 », in Mik (...)

90On ne peut répondre avec certitude à la question des causes véritables, tenues secrètes par les autorités soviétiques241. Il est possible que de premières réflexions au sein du CSCP sur l’opportunité de s’intégrer au sport international officiel aient introduit le doute quant à l’intérêt d’une manifestation annoncée comme un défilancé au sport « bourgeois » et à ses Olympiades242. On peut noter aussi que le complexe sportif, qui devait susciter l’admiration du monde entier le jour de l’ouverture de la Spartakiade, s’est rangé discrètement aux côtés de nombreux autres projets ambitieux de l’architecture soviétique qui ont été abandonnés au cours des années 1930. Quoi qu’il en soit, il ne paraît pas fortuit que la Spartakiade soit substituée par un « Rassemblement des sportifs contre le fascisme et la guerre impérialiste » à Paris au moment même où les diplomaties soviétique et française entament des négociations secrètes243.

  • 244 René Rousseau, secrétaire de la FST sous la présidence de Doriot, déclarera même, dans sa note auto (...)
  • 245 L’IRS avait recommandé à la Fédération sportive du Travail de désigner Saint-Denis comme site d’acc (...)
  • 246 Sport, no 29, 17 avril 1934.

91Quelques jours après cette décision, Paris assiste aux combats de rue les plus sanglants depuis la Commune. Le 6 février, une manifestation antiparlementaire menée par les ligues d’extrême droite avec la participation de ligues d’anciens combattants (parmi elles l’Association révolutionnaire des Anciens Combattants, communiste), se transforme en tentative d’assaut de la Chambre des députés. Le bilan des confrontations est très lourd : 17 morts et plus de 2 000 blessés. Le lendemain, le président du Conseil Édouard Daladier (Parti radical) démissionne. À partir de ce moment, les formations de la gauche estiment qu’il y a un réel danger fasciste en France. Pour le Komintern cependant, la lutte contre le fascisme reste synonyme d’opposition radicale au mouvement socialiste. Immédiatement après les événements du 6 février, Jacques Doriot, maire de Saint-Denis et président de la Fédération sportive du Travail, rompt ouvertement avec cette ligne et appelle à l’unité du mouvement ouvrier face au fascisme. Au cours de sa dissidence qui se termine par son exclusion du Parti communiste français à la fin juin 1934, Doriot perd tout appui de la part de la FST et de l’Internationale rouge sportive244. Le Rassemblement sportif antifasciste n’aura finalement pas lieu dans le fief dionysien de Doriot comme initialement prévu245, mais au stade Pershing de Paris. D’après un « Appel aux travailleurs sportifs de tous les pays » signé du comité exécutif de l’IRS en avril 1934, « Paris doit résonner des pas lourds des bataillons rouges du Sport, Paris doit devenir l’expression la plus claire du renforcement du front de lutte du prolétariat révolutionnaire contre le fascisme et la guerre impérialiste ». Sous ces prémices, le Rassemblement contribuera à « […] libérer les ouvriers de l’influence nuisible des chefs réformistes et bourgeois du Sport246 ».

  • 247 « Procès-verbal du Congrès de fusion. Paris, 23 et 24 décembre 1934 », Archives nationales du Trava (...)
  • 248 Cf. Sport, no 21, 21 février 1934, no 24, 13 mars 1934, no 25, 20 mars 1934 et no 27, 3 avril 1934  (...)
  • 249 Firsow, « Stalin und die Komintern », op. cit., p. 111.
  • 250 Wolikow, L’Internationale communiste, op. cit., p. 90.

92À la base des deux fédérations sportives ouvrières, une volonté de rapprochement s’était pourtant déjà fait sentir à l’occasion des grèves et des manifestations ouvrières du 12 février247. Plusieurs contacts sportifs entre différents clubs des deux fédérations s’étaient établis par la suite. Ils furent cependant interprétés par la direction de la FST comme le signe d’une adhésion massive des sportifs de l’USSGT au camp révolutionnaire248. À l’image de la rébellion, entre 1929 et 1932, d’une partie de la base contre le dogmatisme de la direction, les adhérents de la FST s’exprimant en faveur de l’unité auraient certainement dû s’incliner tôt ou tard face aux défenseurs de la ligne orthodoxe – si cette dernière n’avait pas changé. À la fin mai 1934, le ministre des Affaires étrangères Jean Louis Barthou expose pour la première fois en public le projet d’un traité d’alliance franco-soviétique. Que cette alliance, de haute importance pour la sécurité de l’URSS, ne soit mise en danger par les activités des ligues réactionnaires, devient une préoccupation majeure pour Staline. Après plusieurs entrevues avec Georges Dimitrov, qui vient d’être élu au secrétariat politique et à la commission politique du CE de l’IC, le chef du Kremlin se prononce en faveur de l’unité d’action du mouvement ouvrier français. La thèse du « social-fascisme » est abandonnée, et le Komintern appelle ses sections à s’allier avec les socialistes pour combattre le fascisme249. Le 27 juillet, la SFIO et le PC signent un pacte d’unité d’action. C’est un événement particulièrement important, non seulement parce qu’il s’agit du « premier accord explicite passé entre un parti socialiste et un parti communiste », mais aussi au vu de son objectif, inédit pour les communistes, de défense de la démocratie250.

  • 251 Carlo Aksamit, Um die Einheit des Arbeitersports. Briefwechsel zwischen der RSI und der SASI, Pragu (...)
  • 252 M. D. Wagner / F. Jonathan, « Prague’s Socialist Olympics of 1934 », Canadian Journal of History of (...)
  • 253 Sport, no 43, 25 juillet 1934.

93Les nouvelles directives sont immédiatement appliquées par l’Internationale rouge sportive et ses sections. Désormais, le Rassemblement sportif antifasciste de Paris est envisagé comme première étape importante de la marche vers l’unité du mouvement sportif ouvrier international. La direction (socialiste) de l’Union des Sociétés sportives et gymniques du Travail réagit d’abord de manière très réservée, non seulement parce qu’elle ne fait pas aussitôt confiance aux discours remodelés de la FST, mais aussi parce qu’elle se sent liée à la position arrêtée en mai par le Bureau de l’Internationale sportive ouvrière socialiste selon laquelle « une participation des sections de l’ISOS et de ses membres doit être désapprouvée251 ». Du 5 au 9 juillet se tient en outre à Prague la troisième « Olympiade » de la Svaz DTJ (après celles de 1920 et 1927), en présence de sportifs ouvriers représentant de nombreuses sections de l’ISOS, mais en l’absence de sections de l’IRS, non invitées252. La commission administrative de l’USSGT donne malgré tout l’autorisation à ses membres de participer à titre individuel au Rassemblement parisien253.

Timbre du Rassemblement sportif antifasciste de Paris (Sport, no 38, 6 juin 1934, Archives de la FSGT)

  • 254 Carlo Aksamit, Um die Einheit des Arbeitersports. Briefwechsel zwischen der RSI und der SASI, Pragu (...)
  • 255 Pour plus de détails sur le processus de rapprochement et de fusion de la FST et de l’USSGT, se rep (...)

94L’ambiguïté est levée quand l’Internationale sportive ouvrière socialiste signale, dans une lettre adressée au comité d’organisation dirigé par Henri Barbusse et Jean Painlevé, la possibilité d’une collaboration avec l’Internationale rouge sportive. Implicitement, elle laisse entendre qu’elle ne s’oppose plus à la participation de ses sections à l’événement orchestré par la FST254. Celui-ci s’annonce dès à présent comme symbole et catalyseur de la nouvelle cohésion du mouvement ouvrier en France255.

  • 256 Maitron / Pennetier, Dictionnaire biographique, op. cit., vol. 31, 1988, p. 112-113.

95Le 12 août 1934, 3 000 participants, dont 1 200 sportifs étrangers représentant 18 pays, défilent sur la pelouse du stade Pershing devant 20 000 spectateurs. Des sportifs ouvriers de la FST et de l’USSGT brandissent une banderole exprimant la revendication de l’unité du mouvement sportif ouvrier. Le secrétaire de l’USSGT Albert Guillevic, membre depuis 1932 des « néo-socialistes » issus de l’aile droite de la SFIO256, déclare :

  • 257 Internationale Sportrundschau, septembre-octobre 1934.

L’USSGT a décidé de porter cette question de l’unité organique de tous les sportifs ouvriers à la prochaine session de son Conseil national et de transmettre notre décision au prochain congrès international qui se tiendra au mois d’octobre. […] L’unité, nous la voulons tous, autant par sentiment que par raison, parce que nous sommes résolus à combattre et à vaincre le fascisme, à lutter contre la guerre […]257.

  • 258 La presse bourgeoise, évitant de faire des remarques sur le caractère politique de cet événement, s (...)
  • 259 50 000 personnes selon Internationale Sportrundschau, septembre-octobre 1934.

96Les compétitions attirent tous les jours des milliers d’ouvriers parisiens, notamment pour les matchs du tournoi de football intitulé de manière un peu prétentieuse « Coupe du monde de football ouvrier ». Avec leurs performances, les athlètes soviétiques augmentent considérablement l’intérêt sportif, ce qui fait que la presse sportive bourgeoise ne peut pas ignorer l’événement258. Plusieurs dizaines de milliers de spectateurs assistent à la manifestation de clôture, où l’unité est à nouveau au centre des discours259.

  • 260 Le Populaire, 13 octobre 1934 ; La Vie de la FSGT, no 1, novembre 1934 ; « Procès-verbal du Congrès (...)
  • 261 « Einheitsangebot der RSI an die LSI. An das Büro und den Kongreß der Sozialistischen Arbeitersport (...)
  • 262 Carlo Aksamit, Um die Einheit des Arbeitersports. Briefwechsel zwischen der RSI und der SASI, Pragu (...)
  • 263 « Protokoll über den VII. Kongreß SASI, 6./7. Oktober 1934 in Karlsbad » ; « An das Sekretariat der (...)
  • 264 IISG, fonds Sozialistische Jugendinternationale (SJI), 202.

97À l’échelle internationale cependant, la marche vers l’unité du sport travailliste se ralentit. La réduction, pour des raisons financières, du Bureau pragois de l’ISOS aux membres vivant en Tchécoslovaquie en apporte une explication partielle. Cette mesure diminue en effet l’influence des personnages les plus conciliants à l’égard des communistes, à savoir le Belge Jules Devlieger, le Suisse Jakob Steinemann et, surtout, Albert Guillevic. Ce dernier, investi en mai 1933 de la fonction de co-président aux côtés de Julius Deutsch pour prendre la succession de l’Allemand Cornelius Gellert, est remplacé par Heinrich Müller, représentant de la fédération sportive ouvrière des Allemands des Sudètes260. Le 7e congrès de l’Internationale sportive ouvrière socialiste, qui a lieu les 6 et 7 octobre à Karlsbad (Karlovy Vary), est marqué par de longues controverses sur la question de l’unité, en écho aux propositions concrètes de fusion soumises en septembre par l’Internationale rouge sportive261. Elles se soldent par la défaite de la fraction favorable à l’unité, menée par Albert Guillevic. L’assemblée se contente de demander au présidium de l’ISOS « […] d’entamer des pourparlers avec le comité exécutif de l’IRS pour voir sous quelles conditions l’échange sportif entre les deux Internationales serait possible262 ». Le présidium préfère quant à lui attendre l’avis qu’apportera la réunion de l’exécutif de l’Internationale ouvrière socialiste à Paris un mois plus tard263. L’Internationale sportive défend de fait la même position que l’Internationale de la Jeunesse socialiste, qui déclare ne pouvoir négocier avec son homologue communiste sur ce même sujet « […] qu’à partir du moment où l’ISO et les partis socialistes des pays respectifs auront trouvé une base commune avec le Komintern et les partis communistes264 ».

  • 265 Le Populaire, 13 octobre 1934 ; La Vie de la FSGT, no 1, novembre 1934 ; « Procès-verbal du Congrès (...)
  • 266 Sur Georges Marrane (1888-1976), « l’élu de référence des municipalités communistes » : Claude Penn (...)

98À la suite du congrès de Karlsbad, le Conseil de l’USSGT décide de réaliser l’unité sur le plan national, indépendamment de l’avis de l’Internationale sportive ouvrière socialiste265. Le 24 décembre 1934 à Paris, salle de la Grange aux Belles, le « Congrès de fusion » donne naissance à la Fédération sportive et gymnique du Travail (FSGT). Elle sera dirigée par deux présidents, Georges Marrane, maire communiste d’Ivry266, et Antonin Poggioli, maire socialiste du Bourget, ainsi que par deux secrétaires représentant également les deux ex-fédérations, Auguste Delaune et Albert Guillevic. Il s’agit de la première organisation ouvrière en France et de la première fédération sportive ouvrière à l’échelle européenne dans laquelle se retrouvent unis les socialistes et les communistes.

Notes

1 Fridrich Igorewitsch Firsow, « Stalin und die Komintern », in Institut für Geschichte der Arbeiterbewegung (éd.), Die Komintern und Stalin. Sowjetische Historiker zur Geschichte der Kommunistischen Internationale, Berlin, Dietz Verlag, 1990, p. 89-91.

2 Wolikow, L’Internationale communiste, op. cit., p. 81.

3 « Resolution über die Kriegsgefahr und die Aufgaben der Arbeitersportverbände », RGASPI, 537-I-25.

4 L’Humanité, 12 novembre 1929.

5 « Richtlinien der Kampfgemeinschaft für Rote Sporteinheit aus einem Mitgliedsbuch von 1931 », Geheimes Staatsarchiv Berlin, Rep. 219, no 60.

6 Koller « “Der Sport als Selbstzweck… », op. cit., p. 290.

7 Laine, « TUL : The Finnish Worker Sport Movement », op. cit., p. 72-76.

8 Lettre de Julius Deutsch « an Adler, 5. August 1930 », IISG (Amsterdam), fonds Sozialistische Arbeiter-Internationale (SAI), 2470 ; Gert von der Lippe, « Wendepunkte in der Geschichte der Arbeitersportbewegung in Norwegen », in Krüger / Riordan, Der internationale Arbeitersport, op. cit., p. 141.

9 Jones, Sport, Politics and the Working Class, op. cit., p. 79-81.

10 Dierker, Arbeitersport im Spannungsfeld…, op. cit., p. 46-47.

11 Hartmann Wunderer, Arbeitervereine und Arbeiterparteien. Kultur-und Massenorganisationen in der Arbeiterbewegung (1890-1933), Francfort / New York, Campus, 1980, p. 163.

12 Selon la formule de Kuusinen (secrétaire général de l’IC), citée par Mallmann, Kommunisten in der Weimarer Republik, op. cit., p. 171.

13 Niederschrift über Sitzungen der Kreisvertreter-Tagung, 22. und 23. November 1929 in Nürnberg, Verlag des Arbeiter-Turn-und Sportbundes, s.l.n.d. [Leipzig, 1930], p. 13.

14 Jones, « The European Workers’ Sport Movement and Organized Labour in Britain Between the Wars », op. cit., p. 81.

15 Dierker, Arbeitersport im Spannungsfeld, op. cit., p. 154-159.

16 « An das EK der RSI, Moskau. Im Auftrag der Kommission für Verbindung mit dem Sportverein “Fichte”. 21. Mai 1929 », RGASPI, 537-I-178.

17 Sur l’histoire du KPO voir Theodor Bergmann, « Gegen den Strom ». Die Geschichte der KPD (Opposition), 2e édition, Hamburg, VSA-Verlag, 2001.

18 Timmermann, Geschichte und Struktur der Arbeitersportbewegung, op. cit., p. 105.

19 Roter Sachsensport no 3, avril 1932, cité par Timmermann, Geschichte und Struktur der Arbeitersportbewegung, op. cit., p. 100.

20 Dierker 1990, p. 160, 184-185.

21 Timmermann, Geschichte und Struktur der Arbeitersportbewegung, op. cit., p. 93 ; Bergmann, Gegen den Strom, op. cit., p. 143-147.

22 Qui était entretenu, entre autres, par la mémoire des événements de décembre 1918 et janvier 1919 où le SPD était coresponsable de la répression sanglante des révoltes ouvrières. Voir à ce sujet Heinrich August Winkler, Arbeiter und Arbeiterbewegung in der Weimarer Republik, vol. 1, Von der Revolution zur Stabilisierung, 1918-1924, Berlin/Bonn, Dietz, 1984, p. 97-134.

23 Plus précisément, les effectifs chutent de 64 000 à 29 415 (le nombre de voix aux élections de 1932 s’élève à 794 883, contre 1 063 943 en 1928). Cf. Serge Berstein, La France des années 30, Paris, A. Colin, 5e édition, 2010, p. 107.

24 Cf. Jean-Paul Brunet, Une banlieue ouvrière : Saint-Denis (1890-1939). Problèmes d’implantation du socialisme et du communisme, Thèse, Université de Lille III 1982, tome III, p. 1178-1179.

25 « Résolution sur la question française. Moscou, 28 septembre 1929 », RGASPI 537-I-173 ; « Lettre ouverte à la direction de la FST, Moscou le 9 novembre 1929 », RGASPI 537-II-156 ; Lettre confidentielle de l’IRS au PCF, sans date (septembre/octobre 1929), RGASPI 537-II-156 ; Annexe au Bulletin de fraction de la FST, sans date (1929), AN, F 7 / 13137.

26 « Die V. Plenumssitzung des E.K. der R.S.I. (Charkow, 31. V.-3. VI. 1929). 2. Verhandlungstag », in Työväen Arkisto (Helsinki), 796 / 4, p. 32 (document transmis par Herbert Dierker).

27 Autour de 2 600 sportifs ouvriers auraient sympathisé avec l’opposition selon Brunet, Une banlieue ouvrière : Saint-Denis (1890-1939), op. cit., p. 1178-1179. D’après un rapport de police, l’opposition serait même arrivée à une « importance à peu près équivalente » à celle de la fraction des fidèles à la ligne du Parti (Note de la Préfecture de Police, le 15 février 1930, sur le « Congrès National de la Fédération Sportive du Travail », Archives nationales (AN), F 7 / 13137).

28 Note de la Préfecture de Police, le 17 décembre 1929, sur une « Réunion des membres des fractions communistes des clubs du 20e arrondissement, convoqués par le 2e Rayon de la Région Parisienne du Parti Communiste », AN, F 7 / 13137.

29 Pour plus de détails sur cette phase de conflits au sein de la FST voir Léon Strauss, Le sport travailliste français pendant l’entre-deux-guerres, in Arnaud (dir.), Les origines du sport ouvrier en Europe, op. cit., p. 193-218 ; André Gounot, « Sport ouvrier et communisme en France, 1920-1934 : une rencontre limitée », STADION, vol. 23, 1997, p. 84-112 ; Marc Giovaninetti, « 1928-1929, “classe contre classe” : les sportifs ouvriers peuvent-ils se mesurer au sport bourgeois ? », Cahiers d’Histoire. Revue d’Histoire critique, no 120, janvier-mars 2013, p. 49-60.

30 Note de la Préfecture de police, le 22 février 1930, AN, F 7 / 13137.

31 Note de la Préfecture de police, le 30 mai 1930, « Au sujet de courses cyclistes organisées par l’Union Sportive Ouvrière du XIIe arrondissement », AN, F 7 / 13137.

32 Note de la Préfecture de police, le 6 juillet 1930, AN, F 7 / 13137.

33 Note de la Préfecture de police, le 10 juillet 1932, AN, F 7 / 13137.

34 Voir les rapports de police, AN, F 7 / 13137, f. 1-20.

35 Internationaler Arbeitersport, 1931, no 3, p. 100. Voir aussi « Streng vertraulich. Aus dem Russischen. 6.11.31. », RGASPI, 537-I-205 ; « Thesen und Vorschläge der technisch-methodischen Konferenz. 4. Mai-16. Juni 32 », GARF, 75 / 76 / 2 / 115.

36 « Warum Spartakiade in Berlin ? », Internationaler Arbeitersport, 1931, no 1, p. 12.

37 « Secret. Sur le transfert du C.E. du Sportintern en Allemagne », sans date [entre juin et août 1929], RGASPI, 537-I-178.

38 Dans cette fonction, il établit régulièrement des rapports, entre autres, sur des tendances non conformes à la ligne du Komintern au sein du Parti communiste suisse. Cf. Peter Huber, Stalins Schatten in die Schweiz. Schweizer Kommunisten in Moskau : Verteidiger und Gefangene der Komintern, Zurich, Chronos, 2003, p. 422.

39 Festschrift zur 2. Arbeiter-Olympiade Wien 1931, Vienne, sans date (1931), p. 5.

40 « Resolution zur Vorbereitung und zu den nächsten Aufgaben der Spartakiade der RSI, angenommen auf der Sitzung des internationalen Spartakiade-Komitees, 10.4.31 », RGASPI, 537-I-206.

41 Ibid.

42 Les paroles de la chançon célèbrent le courage et l’enthousiasme des aviateurs prêts à défendre l’Union soviétique. Cf. 10 Jahre RSI. Führer durch die Spartakiade, Berlin, 1931.

43 Dierker, Arbeitersport im Spannungsfeld, op. cit., p. 162-164.

44 10 Jahre RSI, op. cit., p. 48.

45 Festschrift zur 2. Arbeiter-Olympiade Wien 1931, Vienne, sans date [1931], p. 5.

46 Sur l’Olympiade et le nouveau stade de Vienne voir Reinhard Krammer, « Der ASKÖ und die Wiener Arbeiter-Olympiade 1931 », in Teichler / Hauk (dir.), Illustrierte Geschichte des Arbeitersports, op. cit., p. 207-221 ; Rudolf Müllner, « Wiener Stadion - Historische Vermessungen an einer modernen Sportstätte (1928-1939) », in Matthias Marschik / Rudolf Müllner / Georg Spitaler / Michael Zinganel (dir.), Das Stadion : Geschichte, Architektur, Politik, Ökonomie, Vienne, Turia + Kant, 2005, p. 175-201 ; Matthias Marschik, « “…im Stadion dieses Jahrhunderts” : Die 2. Arbeiterolympiade in Wien 1931 », in Christian Koller en coll. avec Janina Gruhner (dir.), Sport als städtisches Ereignis, Ostfildern, Thorbecke Verlag, 2008, p. 189-210.

47 Franz Nitsch, « Die olympische “Gegenbewegung” », op. cit., p. 131.

48 C’est un élément des plus typiques des fêtes socialistes. Cf. Gerhard Hauk, « Armeekorps auf dem Weg zur Sonne. Einige Bemerkungen zur kulturellen Selbstdarstellung der Arbeiterbewegung », in Petzina (dir.), Fahnen, Fäuste, Körper, op. cit., p. 69-90.

49 Le Populaire, 30 juillet 1931.

50 Krammer, « Der ASKÖ und die Wiener Arbeiter-Olympiade 1931 », op. cit., p. 221.

51 Cette organisation, qui prend le nom de Fédération du Sport ouvrier-paysan en 1932, regroupe environ 3 000 membres avant sa liquidation sous le régime fasciste établi en 1936. Cf. Alexandros Dagkas, « Le sport ouvrier en Grèce pendant l’entre-deux-guerres : le cas de Thesssalonique », Études balkaniques. Recherches interdisciplinaires sur le monde hellénique et balkanique, vol. 11, 2004 (= no thématique « Le sport dans le Sud-Est européen » dirigé par Roland Étienne), p. 145-176.

52 Sur les causes de la faible implantation du PC voir Andrew Thorpe, The Failure of Political Extremism in Inter-War Britain, Exeter, University of Exeter, 1989.

53 Jones, Sport, Politics and the Working Class, op. cit., p. 79-81.

54 Notice sur George Sinfield dans la collection de biographies de communistes britanniques administrée par Graham Stevenson (https://grahamstevenson.me.uk/, accès le 22 décembre 2011).

55 Le Sport Ouvrier, no 3, 10 septembre 1923 et no 4, 20 septembre 1923 ; L’Humanité, 19 juillet, 21 et 30 août, 20 septembre 1923.

56 « Procès-verbal de la réunion du Conseil fédéral du 8 mai 1921 », Archives de la FSGT ; Le Sport Ouvrier, no 27, 1er novembre 1924.

57 Proletariersport, no 1, 1923 ; L’Humanité, 17 décembre 1923 ; Die Rote Sport-Internationale, Protokoll des 3. Weltkongresses der RSI. 13.-22. Oktober 1924 in Moskau, Heft 1, Berlin, 1925, p. 9.

58 Roger Martelli, L’empreinte communiste. PCF et société française (1920-2010), Paris, Les éditions sociales, 2010, p. 30.

59 C’est le cas à Essen comme le montre l’étude détaillée de Siegfried Gehrmann, Fußball – Vereine – Politik. Zur Sportgeschichte des Reviers 1900-1940, Essen, Reimar Hobbing Verlag, 1988, p. 151-152.

60 Dierker, Arbeitersport im Spannungsfeld, op. cit., p. 168-186 ; Viola Denecke, Die Arbeitersportgemeinschaft. Eine kulturhistorische Studie über die Braunschweiger Arbeitersportbewegung in den zwanziger Jahren, Duderstadt, Mecke, 1990, p. 83-93, 198-207 ; Mallmann, Kommunisten in der Weimarer Republik, op. cit., p. 166-181 ; Eike Stiller, Jugend im Arbeitersport : Lebenswelten im Spannungsfeld von Verbandkultur und Sozialmilieu von 1893-1933, Münster, Lit, 1995, p. 68-74, 231-239, 262-272.

61 Reiner Fricke, Spaltung, Zerschlagung, Widerstand : die Arbeitersportbewegung Württembergs in den 20er und 30er Jahren, Schorndorf, Hofmann, 1995, p. 153-156.

62 Klaus Schönberger, Arbeitersportbewegung in Dorf und Kleinstadt. Zur Arbeiterbewegungskultur im Oberamt Marbach 1900-1933, Tübingen, Tübinger Vereinigung für Volkskunde, 1995.

63 Aux élections parlementaires du 6 novembre 1932, le KPD obtient 16,86 % des suffrages, contre 20,43 % pour le SPD.

64 Invité à une réunion du Bureau de l’Internationale ouvrière socialiste en 1928 pour présenter un rapport sur le mouvement sportif ouvrier, Julius Deutsch déplore que « […] les partis et syndicats socialises de nombreux pays sont incapables de comprendre les raisons d’existence d’organisations sportives ouvrières ». Il qualifie ensuite d’opportuniste l’attitude d’hommes politiques socialistes qui, pour ne pas mettre en péril leur influence dans les milieux sportifs, « se montrent souvent plus proches du sport bourgeois que du sport ouvrier » (ATZ, no 2, 18 janvier. 1928, p. 14).

65 En 1931, le PCE ne compte que 7 810 membres. Cf. « Situacion de la organizacion del Partido Comunista de España », sans date [1931], Archivo Historico del Partido Comunista de España, Madrid. Le parti subit alors les contrecoups de la tactique « classe contre classe ». Cf. Antonio Elorza / Marta Bizcarrondo, Queridos camaradas : la Internacional comunista y España, 1919-1939, Barcelona, Planeta, 1999, p. 79, 209-210.

66 Walther R. Bernecker, Arbeiterbewegung und Sozialkonflikte im Spanien des 19. und 20. Jahrhunderts, Francfort, Vervuert, 1993, p. 58.

67 Francisco de Luís Martín, « El asociacionismo obrero en la España del primer tercero del siglo xx », in María Dolores de la Calle Velasco / Manuel Redero San Román (dir.), Movimientos sociales en la España del siglo xx, Salamanca, Ediciones de la Universidad Salamanca, 2008, p. 54. Le mouvement des Jeunesses libertaires, représenté par l’organisation Juventud libre, rejette également les sports, considérant que ce n’est pas un hasard si les régimes fascistes les emploient et pour manipuler les masses et pour militariser la jeunesse. Ce n’est qu’avec la Guerre civile et les impératifs de la préparation physique aux batailles que cette attitude subit des changements. Cf. Francisco Javier Navarro, Prácticas culturales y sociabilidad libertarias en el País Valenciano, 1931-1939, Valencia, Universitat de València, 2004, p. 337-343.

68 Pere Solà, Itineraris per la sociabilitat meridional catalana : l’associacionisme i la cultura popular a la demarcació de Tarragona (1868-1964), Tarragona, Diputació de Tarragona, 1998, p. 341-347, 471 ; Luis Enrique Orterio Carvajal, « Ocio y deporte en el nacimiento de la sociedad de masas. La socialización del deporte como práctica y espectáculo en la España del primer tercero del siglo xx », Cuadernos de Historia contemporánea, no 25, 2003, p. 169-198 ; Antonio Rivero Herraiz, Deporte y Modernización. La actividad física como elemento de transformación social y cultural en España, 1910-1936, Madrid, Wanceulen, 2005 ; Xavier Pujadas Martí, « De las élites a las masas. Deporte y transformación de las formas de ocio moderno en Cataluña (1890-1936) », in idem (dir.), La metamorfosis del deporte. Investigaciones sociales y culturales del fenómeno deportivo contemporáneo, Barcelona, Editorial UOC, 2010, p. 19-40.

69 Proletariersport, 1926, no 8, p. 137.

70 Francisco de Luís Martín, La cultura socialista en España, 1923-1930. Propósito y realidad de un proyecto educativo, Salamanca, Ediciones Universidad de Salamanca, 1993, p. 51-56.

71 Berichte zum V. Kongreß der Sozialistischen Arbeiter-Sportinternationale in Prag über die Jahre 1927-1929, Prague, Verlag der Sozialistischen Arbeiter-Sportinternationale, 1929, p. 39.

72 Juan Antonio Simón Sarjurjo, La maréa del deporte : Futból y modernización en los origines de la sociedad de masa en España, 1900-1936, thèse de doctorat, Universidad Carlos III, Getafe, 2011, p. 671-690.

73 Cf. Stefano Pivato, « Le socialisme anti-sportif : le cas italien », op. cit.

74 « Le Bureau de l’Internationale Rouge des Sports au Comité Central de la Jeunesse Communiste d’Espagne », RGASPI, 537-II-67 ; « Auszug aus einem Brief des spanischen Arbeitersportverbandes, Madrid, 9. Januar 1932 », RGASPI, 537-II-6.

75 Castilla la Nueva (Nouvelle-Castille) est une région historique regroupant plusieurs provinces du centre de l’Espagne, y compris Madrid.

76 « Von Kopenhagen am 8.11.33 », RGASPI, 537-I-209.

77 Rubén Pallol Trigueros, « Los soviets deportivos. El surgimiento de un partido en la sociedad de masas : el PCE, el asociacionismo deportivo y las nuevas formas de ocio de la clase trabajadora en la España de la II República », Historia del PCE. I Congreso 1920-1977, vol. II, Madrid, 2007, p. 475-490 ; Simón Sarjurjo, La maréa del deporte, op. cit., p. 736-766.

78 Xavier Pujadas / Carlos Santacana, L’altra Olimpiada. Barcelona ’36, Barcelona, Llibres de l’index, 1990.

79 En 1934, seulement trois clubs sportifs communistes (Ponent, Avant et Estrella, de Barcelone) sont actifs en Catalogne. Voir Catalunya Roja. Organ del Partit Comunista de Catalunya, 30 novembre 1933, 1er février et 21 juin 1934.

80 Le Populaire, 4 juillet 1927. Voir aussi les éditions du 8 et du 25 juillet 1927.

81 Le Populaire, 4 juillet 1927.

82 Kongreß der Sozialistischen Arbeitersportinternationale (5.) in Prag am 12., 13. und 14. Oktober. Berichte, Verhandlungen. Sitzung des Internationalen Büros am 11. Oktober 1929, Prague, Verlag der Sozialistischen Arbeitersport-Internationale, 1929, p. 38. Plus de données sur l’USSGT et ses relations avec la SFIO se trouvent dans Nicolas Kssis, « L’Union des Sociétés Sportives et Gymniques du Travail (USSGT). Échec d’une implantation socialiste dans le mouvement sportif (1924-1934) », in Jacques Girault (dir.), L’implantation du socialisme en France, Paris, Publications de la Sorbonne, 2001, p. 237-260.

83 ATZ, no 4, 18 février 1925, p. 55.

84 Sylvie Rab, « Les municipalités ouvrières et le sport dans les années trente. L’exemple de trois municipalités socialistes de banlieue (Boulogne, Puteaux et Suresnes) », in Arnaud (dir.), Les origines du sport ouvrier en Europe, op. cit., p. 247. Voir aussi Kssis, « L’Union des Sociétés Sportives et Gymniques du Travail (USSGT), op. cit., p. 255-258.

85 Voir Nicolas Ksiss, « La politique sportive des municipalités communistes de banlieue entre les deux guerres : l’exemple du football », in Jacques Girault (dir.), Des communistes en France (années 1920-années 1960), Paris, Presses Universitaires de la Sorbonne, 2001, p. 375-386 ; Julien Sorez, Le football dans Paris et ses banlieues, op. cit., p. 107-110. Le maillage territorial de la FSGT est étudié plus en détail dans le livre de Fabien Sabatier, Histoire des organisations sportives communistes, op. cit.

86 Qui procèdent à la création de clubs sportifs ouvriers. Cf. Le Populaire 26 octobre 1930.

87 Le Populaire, 26 octobre 1930 ; Berichte zum VI. Kongreß der Sozialistischen Arbeiter-Sportinternationale in Lüttich über die Jahre 1930-31, Prague, 1932, p. 46 ; Internationaler Arbeitersport, septembre 1932, p. 164. Plusieurs clubs de la FST appartenant à la mouvance de Jean Garchery se sont ralliés à l’USSGT. Cf. Strauss, Le sport travailliste français pendant l’entre-deux-guerres, op. cit., p. 203-205.

88 Rolf Palbrant, « Die Arbeitersportbewegung in Schweden. 1919-1936 », in Krüger / Riordan (dir.), Der internationale Arbeitersport, op. cit., p. 132.

89 « Niederschrift über die Sitzung des internationalen Büros der Sozialistischen Arbeitersport-Internationale in Prag am 6. Mai 1933 », Nachrichten der Sozialistischen Arbeitersport-Internationale, no 2, mai 1933, p. 6. Sur l’influence particulière du Parti social-démocrate en Suède voir Claude Liauzu, « La classe ouvrière, le mouvement ouvrier et la construction des États-providence dans l’Europe du Nord-Ouest », in François Guedj / Stéphane Sirot (dir.), Histoire sociale de l’Europe. Industrialisation et société en Europe occidentale (1880-1970), Paris, Seli Arslan, 1997, p. 213-228 ; Michel Hastings, « Social-démocratie suédoise ou le socialisme de la confiance », in Vigreux / Wolikow (dir.), Rouge et rose : deux siècles de socialismes européens, op. cit., p. 277-287.

90 Hans Dona, Sport en socialisme. De geschiedenis van de Nederlandse Arbeiderssportbond 1926-1941, Amsterdam, 1981.

91 L’Arbeiderparti avait adhéré en 1921 à la Troisième Internationale, qu’il quitta cependant deux ans plus tard. Le déclin du Parti communiste se poursuit : en 1930, il ne compte plus que 3 000 membres contre environ 80 000 sociaux-démocrates. Cf. Fritz Petrick, Norwegen. Von den Anfängen bis zur Gegenwart, Regensburg, Verlag Friedrich Pustet, p. 197-199.

92 Cf. « Die V. Plenumssitzung des E.K. der RSI (Charkow, 1929) », in Työväen Arkisto (Helsinki), 796 / 4 (document transmis par Herbert Dierker) ; lettre de Julius Deutsch « à Fritz Adler, 5 août 1930 », in IISG Amsterdam, SAI 2470 ; W. Kedrow, 10 Jahre Sportinternationale. Kampfaufgaben der Roten Sportinternationale, Pokrowsk, 1931, p. 37.

93 Pour des aperçus généraux voir Terret / Riordan / Krueger (dir.), Histoire du sport en Europe, op. cit.

94 Reproduites dans « Bericht, 23.8.35 » (rapport du KPD sur le sport en Allemagne et la résistance), SAPMO-BArch, I 2 / 710 / 2.

95 Gehrmann, Fußball – Vereine – Politik, op. cit., p. 102.

96 Marschik, « Wir spielen nicht zum Vergnügen », op. cit., p. 119.

97 Gert von der Lippe, « Wendepunkte in der Geschichte der Arbeitersportbewegung in Norwegen », in Krüger / Riordan, Der internationale Arbeitersport, op. cit., p. 138-140.

98 Étant donné qu’en 1910, la Norvège comptait déjà 436 000 ouvriers (y compris les ouvriers agricoles), soit 47 % de la population active. Cf. Einar A. Terjesen, « Norway », in van der Linden / Rojahn, The Formation of Labour, op. cit., p. 107.

99 La section finlandaise de l’ISOS regroupant presque autant de membres en 1928 que la fédération sportive « bourgeoise » au sein de laquelle les ouvriers ont probablement été minoritaires.

100 Dierker, Arbeitersport im Spannungsfeld, op. cit., p. 168-186.

101 Klaus Achilles, « War die Vereinsbasis im organisierten Arbeitersport politisch ausgerichtet ? », Sozial-und Zeitgeschichte des Sports, 1995, no 3, p. 57-76.

102 « La 3e Fête fédérale doit servir de propagande », Le Sport ouvrier, 5 juillet 1924, cité par Bretin-Maffiuletti, « Le mouvement sportif ouvrier international et le modèle olympique… », op. cit.

103 Franz Nitsch / Lorenz Peiffer (réd.), Die Roten Turnbrüder. 100 Jahre Arbeitersport, Marburg, Schüren, 1995, p. 136.

104 Grâce aux travaux d’Olivier Chovaux et de Marion Fontaine, parmi lesquels : Olivier Chovaux, Cinquante ans de football dans le Pas-de-Calais. Le temps de l’enracinement (fin xixe-1940), Artois Presses Université, coll. Histoire, 2001 ; idem, « La vitalité du football-association en pays minier dans l’entre-deux-guerres : caractères originaux d’une sociabilité sportive urbaine (1919-1939) », in Alain Lottin / Jean Pierre Poussou (dir.), Naissance et développement des villes minières en Europe, Artois Presses Université – Université de Paris IV Sorbonne, 2004, p. 453-471 ; Marion Fontaine, Le Racing Club de Lens et les « Gueules Noires ». Essai d’histoire sociale, Paris, Les Indes Savantes, 2010. Sur la sociabilité sportive ouvrière voir également Tony Froissart, Le « sport populaire » de Seine-et-Oise. 1880-1939, Paris, L’Harmattan, 2003, et Bretin-Maffiuletti, « Les loisirs sportifs en milieu de grande industrie », op. cit.

105 Les activités de la WSV couvraient le territoire de l’actuel Land Rhénanie-du-Nord-Westphalie.

106 Siegfried Gehrmann, « Fritz Szepan und Ernst Kuzorra – zwei Fußballidole des Ruhrgebiets », Sozial-und Zeitgeschichte des Sports, vol. 2, 1988, no 3, p. 57-71.

107 On peut retrouver au sein et dans l’entourage du FC Schalke de nombreux traits (la solidarité entre égaux, la « camaraderie sportive », la valorisation de l’effort physique…) qui caractérisent aussi le football dans le Nord – Pas-de-Calais d’après l’étude d’Olivier Chovaux, « La vitalité du football-association en pays minier dans l’entre-deux-guerres », op. cit.

108 Siegfried Gehrmann, « Der FC Schalke 04. Ein “bürgerlicher” Arbeiterverein », in Teichler / Hauk (dir.), Illustrierte Geschichte des Arbeitersports, op. cit., p. 155-160 ; idem, Fußball. Vereine. Politik. Zur Sozialgeschichte des Reviers 1900-1940, Essen, Klartext, 1988.

109 Christiane Eisenberg, « Vom “Arbeiter” - zum “Angestelltenfußball” ? », op. cit., p. 23. Voir ausssi Andreas Luh, « “Wir sind die Ruhrpott-Kanaken” – Fußball und Identität im Ruhrgebiet 1920-2000 », in Arnd Krüger / Wolfgang Buss (dir.), Transformationen, Kontinuitäten und Transformationen in der Sportgeschichte, vol. 2, Hoya, NISH, 2002, p. 203-212.

110 Stefan Goch, « Le FC Schalke 04, une équipe d’ouvriers ? Analyse d’un mythe », in Ulrich Pfeil (éd.), Football et identité en France et en Allemagne, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 2010, p. 101-130, p. 116.

111 Stefan Goch / Norbert Silberbach, Zwischen Blau und Weiß liegt Grau. Der FC Schalke 04 im Nationalsozialismus, Essen, Klartext, 2005.

112 Sur le traitement du sport travailliste par L’Auto, voir Tom Busseuil, Le journal L’Auto et le sport des ouvriers. Approches, traitements et représentations, mémoire de master 2, Université de Bourgogne, Dijon, UFR des Sciences du Sport, 2013.

113 Voir sur ce club très particulier François Pigent, « Football, argent et socialisme. En Avant de Guingamp (1912-2003) », Histoire & Sociétés. Revue européenne d’Histoire sociale, no 18-19, 2006 (dossier « Football, sport mondial et sociétés locales » dirigé par Paul Dietschy), p. 88-96.

114 Pour plus de détails sur le cas français voir André Gounot, « Sport ouvrier et communisme en France », op. cit.

115 « Pour l’application de la ligne de l’IRS », sans date [fin janvier / début février 1934], Archives de la FSGT. Voir aussi Sport, supplément au no 10 du 6 décembre 1933.

116 Maitron / Pennetier (dir.), Dictionnaire biographique…, op. cit., vol. 24, 1985, p. 259-260.

117 Note de la Préfecture de Police du Rhône, Lyon, le 22 juin 1932, AN, F 7 / 13137.

118 Rachel Mazuy, Croire plutôt que voir ? Voyages en Russie soviétique, op. cit., p. 137 ; « Secret. Rapport concernant la délégation sportive de la FST Française venue à la Spartakiade de Moscou », RGASPI, 537-II-152.

119 Fabien Sabatier, « Mobilité affinitaire et mouvement sportif ouvrier », op. cit., p. 70.

120 Voir l’étude détaillée de Yannick Deschamps, Les athlètes soviétiques sous le regard des Français. Des années 1920 à l’année 1991, près d’un siècle de rencontres sportives franco-soviétiques, mémoire de Master II en Histoire contemporaine, Université de Bourgogne, Dijon, 2012.

121 Cf. André Gounot, « Tourisme et propagande politique : Les délégations sportives en Union soviétique avant la Seconde Guerre mondiale », in Arnd Krüger / Angela Teja / Else Trangbaek (dir.), Europäische Perspektiven zur Geschichte von Sport, Kultur und Tourismus, Berlin, Verlagsgesellschaft Tischler GmbH, 2000, p. 102-112 ; Rachel Mazuy, Les voyages en URSS et la formation de militants associatifs communistes 1927-1929. La naissance des amis de l’URSS et le cas de la Fédération Sportive du Travail, in Claire Andrieu / Gilles Le Béguec / Danielle Tartakowsky (dir.), Associations et champ politique. La loi de 1901 à l’épreuve du siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2001, p. 106-110.

122 « Le Directeur de la Police d’État à Monsieur le Secrétaire Général du Ministère de l’Intérieur-Directeur de la Sûreté générale. Nice, le 15 avril 1931 », AN, F 7 / 13137.

123 Même si elle peut mettre à son actif quelques réussites éparses au niveau de l’action politique. Ainsi par exemple, au cours d’une grève des lunetiers à Morez (Jura) en 1930, elle réussit à créer un groupement de cyclistes dont les 30 adhérents servent d’agents de liaison entre le comité général de grève et les piquets de grève (Note de la Préfecture de Police sur « Le rôle de la FST dans les grèves, le 5 avril 1930 », AN, F7 / 13137). En revanche, lors de la grande grève aux usines Citroën en 1933, les footballeurs de la FST ne répondent pas en nombre suffisant à l’appel qui leur est lancé de jouer des matchs contre les équipes du club sportif de l’entreprise en vue d’alimenter la caisse des grévistes (Sport, no 10, 6 décembre 1933, supplément).

124 Ernst Grube, Warum rote Sporteinheit ?, Berlin, sans date [1932], p. 6.

125 Dierker, Arbeitersport im Spannungsfeld, op. cit., p. 175.

126 Reichsspartenleitung der Fussballsparte der Kampfgemeinschaft für rote Sporteinheit, « 40 Jahre Arbeitersport. Die aktuellen Aufgaben der roten Fußballer », Berlin, 1933, p. 2-4.

127 Mallmann, Kommunisten in der Weimarer Republik, op. cit., p. 175-176.

128 Hajo Bernett, « Ehemalige Arbeitersportler in der Führung der DDR », Sozial-und Zeitgeschichte des Sports, 1993, no 1, p. 122.

129 « À tous les rayons du Parti et des Jeunesses », sans date [1930], AN, F 7 / 13137.

130 Sylvain Boulouque, « Usages, sens et fonction de la violence dans le mouvement communiste en France 1920-1936 », Communisme. Revue d’études pluridisciplinaires, no 78-79, 2004, p. 105-130, p. 115.

131 Voir sur ce sujet Jean Vigreux / Serge Wolikow (dir.), Cultures communistes au xxe siècle, entre guerre et modernité, Paris, La Dispute, 2003.

132 « Section sportive centrale du Parti Communiste aux directions des régions d’entente, de rayons du P.C. et J.C. et des fractions sportives », sans date (1929), AN, F 7 13137.

133 Dierker, Arbeitersport im Spannungsfeld, op. cit., p. 170-173, Mallmann, Kommunisten in der Weimarer Republik, op. cit., p. 178-179.

134 Mallmann, Kommunisten in der Weimarer Republik, op. cit.

135 Vigna, Les ouvriers en France au xxe siècle, op. cit., p. 117.

136 Ibid., p. 114-116.

137 Cette situation changera en France au temps du Front populaire. Voir Nicolas Kssis, « Le sport : un enjeu entre patrons et ouvriers dans la métallurgie parisienne entre les deux guerres », Mémoires d’usines, 1999, no spécial « La métallurgie et les métallurgistes en banlieue aux xixe et xxe siècles » dirigé par Danièle Rousselier-Fraboulet, p. 12-16.

138 Marschik, “Wir spielen nicht zum Vergnügen”. Arbeiterfußball…, op. cit., p. 130-131.

139 Ces deux vedettes du sport ayant fait l’objet d’une intéressante étude : Laura Fontana, « Le sport allemand sous le nazisme, entre adhésion et dissidence. Max Schmeling et Albert Richter : deux exemples de “Resistenz” », in Bensoussan / Dietschy / Francois / Strouk (dir.), Sport, corps et sociétés de masse, op. cit., p. 149-160.

140 Marschik, “Wir spielen nicht zum Vergnügen”. Arbeiterfußball…, op. cit., p. 39.

141 « Europameisterschaft im Fußball 1932-34. Richtlinien zur Durchführung der Spiele, beschlossen in der Sitzung des Internationalen Fachausschusses für Fußball am 24. September 1932 in Dresden », Nachrichten der Sozialistischen Arbeiter-Sportinternationale, no 4, décembre 1932, p. 5-7.

142 SASI, Kongreß der Sozialistischen Arbeitersportinternationale (5.) in Prag am 12., 13. und 14. Oktober. Berichte, Verhandlungen. Sitzung des Internationalen Büros am 11. Oktober 1929, Prague, Verlag der Sozialistischen Arbeitersport-Internationale, 1929, p. 95.

143 Ibid., p. 99-106.

144 « Das Programm des ASKÖ-Frauensportausschusses », ibid., p. 104-106.

145 Pfister, « Die Frau im Arbeiter-Turn-und Sportbund », op. cit., p. 38.

146 Constituée en 1920 pour coordonner les activités du mouvement sportf ouvrier belge, à l’image de la Zentralkommission allemande.

147 Geschiedenis van de arbeiderssport, Archives de la CSIT (Bruxelles), p. 57, cité par Erik Box, De derde Arbeidersolympiade in 1937 te Antwerpen, Leuven, SOCK, 1988, p. 69.

148 ISOS, 10 ans de l’Internationale sportive ouvrière socialiste, Prague, 1930, p. 46.

149 Parmi les nombreux sports collectifs, seul le jeu au poing donne lieu à un tournoi féminin. Pour ce qui concerne les courses d’athlétisme, uniquement le sprint (100 et 200 m) est admis. Le triathlon (100 m, javelot et saut en hauteur) constitue l’épreuve féminine la plus éprouvante du programme de Vienne, dans la mesure où elle se déroule en une seule journée. Cf. Festführer zur Arbeiter-Olympiade der Sozialistischen Arbeitersportinternationale, Vienne, 1931, p. 23-39.

150 Internationaler Arbeitersport, 1931, no 8 (août), p. 317-318.

151 Ernst Grube, Die politische Bedeutung des Sports, Berlin, 1932, p. 9.

152 Internationaler Arbeitersport, 1931 no 8 (août), p. 321-323.

153 Ernst Grube, Warum rote Sporteinheit ?, Berlin, sans date [1932], p. 10. Les membres pouvaient aussi poursuivre des activités dans les domaines de la musique, de l’acrobatie, du secourisme, du scoutisme ou encore du nudisme.

154 « Resolution zum Referat über die Fragen der sporttechnischen Arbeit », s.l.n.d (1931), RGASPI, I 65 ; « Aus der Resolution des 6. RSI-Plenums », Internationaler Arbeitersport, août 1931, p. 321.

155 L’Écho sportif du Travail, janvier 1931, cité par Amar, « La sportive rouge », op. cit., p. 179.

156 Kursusmaterial (de la Kampfgemeinschaft für rote Sporteinheit, 1931), SAPMO-BArch, Ry I 4 / 10 / 1. Le chiffre correspond à 15 % du nombre total des membres.

157 Ibid. Sur les représentations du rôle de la femme en URSSS et dans les partis communistes aux années 1930 voir Brigitte Studer, « “La femme nouvelle” », in Dreyfus et alii, Le siècle des communismes, op. cit., p. 378-390.

158 Marion Fontaine, « Travail et loisirs », in Becker / Candar (dir.), Histoire des gauches en France, vol. 2, op. cit., p. 703-722, p. 709.

159 Ruffmann, Sport und Körperkultur, op. cit., p. 51.

160 Les historiens de l’URSS parlent en général du « Grand Tournant » de la fin des années 1920 marqué par les débuts de l’industrialisation accélérée et de la collectivisation forcée des campagnes (voir par exemple Nicolas Werth, La terreur et le désarroi. Staline et son système, Paris, Perrin, 2007, p. 208). Les grands bouleversements aux niveaux politique, économique et social n’induisent cependant pas obligatoirement de grands changements, au même moment, des conceptions sportives.

161 Gounot, « De l’hygiène du corps à l’obsession des records », op. cit., p. 25-27.

162 Cf. Alan Bullock, Hitler und Stalin. Parallele Leben, Berlin, Wolf Jobst Siedler Verlag, 1999, p. 380 ; Deutscher, Stalin, op. cit., p. 415.

163 André Gounot, « Sport und Inszenierung des sozialistischen Aufbaus. Das Projekt der Weltspartakiade in Moskau (1931-1934) », in Arié Malz / Stefan Rohdewald / Stefan Wiederkehr (dir.), Sport zwischen Ost und West. Beiträge zur Sportgeschichte im 19. und 20. Jahrhundert, Osnabrück, Fibre, 2007, p. 75-91.

164 50 000 gymnastes et sportifs soviétiques devaient participer aux mouvements d’ensemble par lesquels différents éléments du premier plan quinquennal ainsi que les acquis de la société socialiste dans les domaines les plus divers devaient être représentés pour s’imprégner dans les mémoires des spectateurs.

165 Cf. Internationaler Arbeitersport, novembre 1931 ; Der Fichte-Radfahrer, sans date [fin 1931]. Le complexe sportif du parc Ismajlov était aussi conçu de manière à ce qu’il puisse remplir la fonction de lieu de manifestations de masse organisées par le Parti et les syndicats (cf. Internationaler Arbeitersport, mai 1932 ; « Resolution des Präsidiums des Zentralen Exekutiv-Komitees der SU zur Organisation der Weltspartakiade 1933 in Moskau », sans date [1932], GARF, 3316 / 13 / 14). Cependant, ce projet se rangera aux côtés de nombreux autres projets architecturaux soviétiques des années 1930, ambitieux voire grandioses mais finalement abandonnés.

166 « Über die Vorbereitung und Durchführung der Weltspartakiade (Thesenprojekt zum Bericht des Gen. Antipov auf der 3. Plenumssitzung des Obersten Rates für Körperkultur der USSR vom 24. Januar 1932) », GARF, 7576 / 2 / 119. Le nom du dictateur est systématiquement mis en relief dans cette résolution par le format d’écriture.

167 Cf. Löhmann, Der Stalinmythos, op. cit., p. 177.

168 « Resolution des Präsidiums der Gewerkschaften, 19. Juni 1932 », GARF, 75 76 / 2 / 124.

169 « Sitzung des Politbüros [du PCdUS], 7.4.32 : Zur Weltspartakiade », RGASPI, 17 / 3 / 179.

170 Ce chapitre reprend de manière condensée un article publié en 2004 : André Gounot, « Communisme “offensif” contre socialisme “défensif” ? Le mouvement sportif ouvrier européen et la perspective de guerre civile, 1919-1934 », Communisme. Revue d’études pluridisciplinaires, no 78 / 79, 2004, p. 83-104.

171 Internationaler Sozialistischer Verband für Arbeitersport und Körperkultur, Bericht über den 3. Kongreß zu Paris-Pantin. 31. Oktober, 1. und 2. November 1925, s.l.n.d. [1926].

172 Internationaler sozialistischer Verband für Arbeitersport und Körperkultur, Bericht über den 4. Kongreß zu Helsingfors. 5. bis 8. August 1927, s.l.n.d. [1927].

173 Pour le cas de l’Allemagne, Wolfram Wette (Militarismus in Deutschland, op. cit., p. 159-161) relie la présence de nombreux groupements paramilitaires, entre autres, à l’incapacité de l’État à canaliser les énergies violentes que la guerre avait réveillées. Pour ce qui concerne la France, les interventions de l’extrême-droite dans le champ du sport (militaire) sont restées plus discrètes pendant l’entre-deux-guerres (voir à ce sujet Francis Mendiague, « Les activités physiques et l’extrême-droite dans l’entre-deux-guerres en France », in Jean-François Loudcher / Christian Vivier / Paul Dietschy / Jean-Nicolas Renaud (textes réunis par), Sport et idéologie. 7e Congrès international du Comité Européen d’Histoire du Sport à Besançon, 26-29 septembre 2002, Besançon, ACE-SHS, 2004, p. 207-216).

174 Beckmanns Sportlexikon, Leipzig / Vienne, Verlagsanstalt Otto Beckmann, 1933, p. 2422-2424.

175 En effet, le premier élément du mot composé ne s’utilise pas uniquement dans le sens d’« Abwehr » (défense) ou de « sich wehren » (se défendre), mais se retrouve aussi dans « Wehrertüchtigung » (préparation militaire) ou « Wehrhaftigkeit » (terme qui désigne la capacité d’une personne, d’un groupe ou d’une nation de mener des batailles). C’est dans ce sens que l’Armée allemande fut appelée entre 1935 et 1945 la Wehrmacht.

176 Freie Sportwoche (organe de l’ATSB), 1926, no 10.

177 Internationaler sozialistischer Verband für Arbeitersport und Körperkultur, Bericht über den 4. Kongreß zu Helsingfors. 5. bis 8. August 1927, s.l.n.d. [1927].

178 Elle propose des activités comme la marche, le défilé, le franchissement d’obstacles et le tir. Cf. Julius Deutsch, Unter roten Fahnen ! Vom Rekord-zum Massensport, Vienne, Verlag der Organisation Wien der Sozialdemokratischen Partei, 1931, p. 17-18.

179 Cf. Reinhard Krammer, Arbeitersport in Österreich. Ein Beitrag zur Geschichte der Arbeiterkultur in Österreich bis 1938, Vienne, Europaverlag, 1981, p. 187-218.

180 Marschik, “Wir spielen nicht zum Vergnügen”. Arbeiterfußball…, op. cit., p. 35-39.

181 Franz Nitsch, « Der “proletarische Wehrsport” in der deutschen und internationalen Arbeitersportbewegung », in Hartmut Becker (réd.), Sport im Spannungsfeld von Krieg und Frieden, Clausthal-Zellerfeld, DVS, 1985, p. 111.

182 Michael Scholing / Eva Nierhoff, « Arbeiterbewegung und Wehrsport », in Hans Joachim Teichler (réd.), Arbeiterkultur und Arbeitersport, Clausthal-Zellerfeld, DVS, 1985, p. 129-130 ; Reiner Fricke, Spaltung, Zerschlagung, Widerstand, op. cit., p. 121-126.

183 Proletariersport, 1927, no 11, p. 176.

184 Cf. Ernst Grube, Warum rote Sporteinheit ?, Berlin, sans date [1932], p. 24. Le congrès du KPD de 1927 avait d’ailleurs reconnu qu’il « serait utopique de vouloir établir, en préparation d’une guerre civile, une Armée rouge en Allemagne ». Cf. Mallmann, Kommunisten in der Weimarer Republik, op. cit., p. 193.

185 Ibid., p. 193-199.

186 Ce dernier élément était le point culminant de journées commençant à 06 h 15 avec une séance de gymnastique d’une demi-heure et se terminant à 19 h après trois heures d’activités physiques soutenues. Celles-ci représentaient un éventail assez large, allant du purement militaire jusqu’à des pratiques plus proprement sportives : exercices de rampement et d’approche discrète d’un objectif ennemi, jeux de terrain et d’orientation, tir de petit calibre, gymnastique, jeux de mouvement, lutte, jiu-jitsu, athlétisme, natation et jeux de ballon. Cf. François Rubelin, Les contradictions internes du mouvement ouvrier sportif révolutionnaire berlinois (1924-1930), mémoire de maîtrise, Université Lyon II, 1993, p. 128-135.

187 Cf. « Rundschreiben. Rüstet zum Internationalen Roten Tag. Sekretariat des EK der RSI, 23. Mai 1929 », GARF, 76 76 / 2 / 97 ; « Bericht der Organisationsabteilung des ZK, 1930 », SAPMO-BArch, Ry / I2 / 710 / 1 ; « Arbeitsplan der Kampfgemeinschaft für rote Sporteinheit », sans date [fin 1930], SAPMO-BArch, Ry / I 2 / 710 / 7.

188 Cf. Fricke, Spaltung, Zerschlagung, Widerstand, op. cit., p. 133 ; Scholing / Nierhoff, « Arbeiterbewegung und Wehrsport », op. cit., p. 131-132.

189 Internationaler Arbeitersport, août 1931, p. 322.

190 Selon un rapport de police, les sociétés de tir du KGRS comptent 1 200 membres actifs au début de l’année 1931 et constituent « un danger non négligeable pour l’État ». Cf. « Bericht des Landespolizeikriminalamtes Abt. IA über die Arbeiterschützenbewegung », Geheimes Staatsarchiv (Berlin), Repositur 219, no 62.

191 Der Techniker. Für Turnen, Sport und Spiel. Technisches Organ der Kampfgemeinschaft für rote Sporteinheit, 1931, no 3 (mars), p. 2.

192 10 Jahre RSI. Führer durch die Spartakiade, Berlin, 1931.

193 Cf. Broué, Histoire de l’Internationale communiste, op. cit., p. 633-634.

194 Contrairement à l’ex-membre du Comité exécutif du KPD Ernst Grube, l’ancien coureur et footballeur de la TuS Fichte Paul Zobel est remis en liberté après neuf mois. Pendant la guerre, il participe à la distribution de journaux illégaux avant d’être arrêté à nouveau en juillet 1944. Malades et extrêmement affaiblis, les deux ex-dirigeants du KGRS s’éteignent quelques semaines avant la fin de la guerre dans les camps de concentration de Dachau et de Bergen-Belsen. Willi Prietzel est envoyé au camp de concentration de Sonnenburg dont il sera relâché en décembre de la même année. Cf. Wolf-Dieter Mattausch, « Werner Seelenbinder – Arbeitersportler, Olympiateilnehmer, Widerstandskämpfer », Sozial-und Zeitgeschichte des Sports, 1988, no 3, p. 72-85 ; Hermann Weber / Andreas Herbst, Deutsche Kommunisten. Biographisches Handbuch 1918 bis 1945, Berlin, Karl Dietz Verlag, 2008.

195 Mattausch, « Werner Seelenbinder », op. cit., p. 72-85 ; Hajo Bernett, « Der deutsche Sport im Jahre 1933 », STADION, vol. 8, 1981, no 2, p. 225-283.

196 Heinrich August Winkler, Histoire de l’Allemagne, op. cit., p. 477.

197 « Denkschrift : Die Bedeutung der Naturfreunde-Bewegung und der Naturfreunde-Häuser für Volk, Staat und Nation » (25 mai 1933), cité par Fricke, Spaltung, Zerschlagung, Widerstand, op. cit., p. 150.

198 Hans Joachim Teichler, « Ende des Arbeitersports 1933 ? », in Teichler (réd.), Arbeiterkultur und Arbeitersport, op. cit., p. 196.

199 Heinrich August Winkler, Arbeiter und Arbeiterbewegung in der Weimarer Republik, vol. 3, Der Weg in die Katastrophe, 1930 bis 1933, Berlin / Bonn, Dietz, 1990, p. 876-906. Winkler, Histoire de l’Allemagne, op. cit., p. 482.

200 « Niederschrift über die Sitzung des I.B. der SASI in Prag, 6. Mai 1933 », Nachrichten der Sozialistischen Arbeitersportinternationale, no 2, mai 1933, p. 7-8.

201 Cf. Teichler, « Ende des Arbeitersports 1933 ? », op. cit., p. 202 ; Petra Krüger, « Ende des Arbeitersports 1933 ? », in Franz Nitsch / Jürgen Fischer / Klaus Stock (dir.), 90 Jahre Arbeitersport in Deutschland, Münster, LIT, 1985, p. 115-118 ; Fricke, Spaltung, Zerschlagung, Widerstand, op. cit., p. 156-165 ; Schönberger, Arbeitersportbewegung in Dorf und Kleinstadt, op. cit.

202 « Bericht, 23.8.35 » (rapport du KPD sur le sport en Allemagne et la résistance), SAPMO-BArch, I 2 / 710 / 2.

203 Weber / Herbst, Deutsche Kommunisten. Biographisches Handbuch, op. cit.

204 « Bericht, 23.8.35 » (rapport du KPD sur le sport en Allemagne et la résistance), SAPMO-BArch, I 2 / 710 / 2.

205 D’après le même rapport, près de 200 anciens sportifs ouvriers sont arrêtés en janvier 1935 à Berlin.

206 Arno Klönne, Die deutsche Arbeiterbewegung. Geschichte, Ziele, Wirkungen, Düsseldorf, Diederichs Eugen, 1981, p. 271.

207 Braunthal, Geschichte der Internationale, op. cit., p. 428.

208 Everhard Holtmann, Zwischen Unterdrückung und Befriedung. Sozialistische Arbeiterbewegung und autoritäres Regime in Österreich 1933-1938, Munich, Oldenbourg, 1978, p. 175-178.

209 Vu les relations étroites entre l’ASKÖ et la Schutzbund, on doit supposer qu’un assez grand nombre de sportifs ouvriers figurent parmi les victimes. Cette hypothèse est confirmée par l’étude de Barry McLoughlin sur l’émigration des Schutzbündler. Parmi les sept cas individuels qu’il présente se trouvent deux membres de l’ASKÖ, Franz Pilich et Eduard Lange. Il paraît également significatif que les Schutzbündler parviennent à mettre en place des équipes de football et de handball capables de battre des équipes moscovites pourtant réputées avoir un bon niveau sportif. Ce groupe d’émigrants autrichiens joue aussi un rôle important dans le développement de l’alpinisme et du ski en URSS. Cependant, leur engagement généreux ne leur épargne pas arrestations et exécutions. Quant au fils de Julius Deutsch, Gustav, il est exécuté en juin 1938. Cf. Barry McLoughlin, « Die Schutzbund-Emigration », in Barry McLoughlin / Hans Schafranek / Walter Svevera, Aufbruch – Hoffnung – Endstation, Vienne, Verlag für Gesellschaftskritik, 1996, p. 242-243.

210 Klaus Achilles, « Lebensläufe Bremer Arbeitersportvereine », in Teichler / Hauk, Illustrierte Geschichte des Arbeitersports, op. cit., p. 102-110.

211 Cf. Teichler, « Ende des Arbeitersports 1933 ? », op. cit., p. 196-234.

212 Horst Giesler, « Das Ende der Arbeitersportbewegung im Raum Gießen », Sozial-und Zeitgeschichte des Sports, 1993, no 1, p. 48-64, p. 60.

213 Robert Riedel est arrêté par la Gestapo en 1936 pour « activités conspiratives », mais il a la chance d’être rapidement relâché (Bernett, « Ehemalige Arbeitersportler in der Führung der DDR », op. cit.).

214 Torsten Kupfer, Arbeitersportler gegen den Faschismus. Die Kampfgemeinschaft für rote Sporteinheit in Leipzig 1933 bis 1935, Diplomarbeit, Deutsche Hochschule für Körperkultur Leipzig, 1988 ; Stiller, « Lebensbilder von Arbeiterfußballern », op. cit., p. 180.

215 Teichler, « Ende des Arbeitersports 1933 ? », op. cit., p. 196-234.

216 Petra Krüger, « Ende des Arbeitersports 1933 ? », in Franz Nitsch / Jürgen Fischer / Klaus Stock (dir.), 90 Jahre Arbeitersport in Deutschland, Münster, LIT, 1985, p. 115-118 ; Franz Nitsch, « Anpassungs-und Widerstandsformen im Arbeitersport während der Zwischenkriegsperiode », in ibid., p. 130-142 ; Achilles (« Lebensläufe Bremer Arbeitersportvereine », op. cit.) mentionne le cas d’un club de l’ATSB à Bremerhaven dont les membres décident collectivement d’abandonner leurs activités sportives pour ne pas trahir leurs idéaux.

217 « Bericht, 23.8.35 » (rapport du KPD sur le sport en Allemagne et la résistance), SAPMO-BArch, I 2 / 710 / 2.

218 Eike Stiller, Der Segelsport in der Arbeiterbewegung : Zur Geschichte des “Freien Segler-Verbandes” (FSV) 1901-1933, Berlin, trafo Verlag, 2002, p. 151.

219 Stiller, Karl Bühren, Arbeitersportler und Sportfunktionär, op. cit., p. 85-106.

220 « Liebe Freunde ! » (rapport d’un résistant communiste daté du 18 septembre 1935), SAPMO-BArch I 2 / 710 / 2,

221 Archives centrales du Comité de la Sécurité d’État de l’URSS, Moscou, dossier Bühren (cote P 36817).

222 Diethelm Blecking, « Deutsche Arbeitersportler “in den Fängen des NKWD” », Sozialund Zeitgeschichte des Sports, 1991, no 1, p. 75-80 ; Ulla Plener, « Richard Ulbricht. Ein deutscher Facharbeiter », Utopie kreativ, mars / avril 1991.

223 Auteur du livre Vom Werden einer neuen Kultur. Aufgaben der Arbeiter-Kultur-und – Sportorganisationen (Berlin 1930, Reprint Münster, LIT, 1979). Obligé d’émigrer en raison de ses activités illégales contre le régime hitlérien, il est arrêté en 1937 à Leningrad. Cf. Hermann Weber, “Weiße Flecken” in der Geschichte. Die KPD-Opfer der Stalinschen Säuberungen und ihre Rehabilitation, Francfort, isp-Verlag, 1989, p. 95.

224 « Richtlinien über den organisatorischen Aufbau und die aktuellen Aufgaben der Kampfgemeinschaft für rote Sporteinheit », sans date [1934], SAPMO-BArch, I 2 / 710 / 2 ; « Bericht, 23.8.35 » (rapport du KPD sur le sport en Allemagne et la résistance), SAPMO-BArch, I 2 / 710 / 2.

225 « Der neue Weg zum gemeinsamen Kampfe aller freiheitsliebenden Deutschen für den Sturz der Hitler-Diktatur » (Résolution de la conférence du KPD en octobre 1935 à Bruxelles), SAPMO-BArch, I 6 / 10 / 46.

226 « Anlagen zum Referat Franz über Parteiaufbau und Massenarbeit, 2.11.35 », SAPMO-BArch, I 6 / 10 / 46.

227 « Bericht, 23.8.35 » (rapport du KPD sur le sport en Allemagne et la résistance), SAPMO-BArch, I 2 / 710 / 2.

228 Gertrud Pfister / Herbert Dierker (éd.), Brüder, hört ihr das Klingeln ? Zur Alltagsgeschichte des Berliner Arbeitersportvereins Fichte. Erinnerungen des ehemaligen Fichtesportlers Walter Giese, Münster, LIT, 1990, p. 132-134.

229 Mattausch, « Werner Seelenbinder », op. cit., p. 72-85.

230 Fricke, Spaltung, Zerschlagung, Widerstand, op. cit., p. 215.

231 Michael Schneider, « Les ouvriers sous le Troisième Reich : entre intégration, résignation et désaccord », in François Marcot (dir.), Les Résistances, miroirs des régimes d’oppression : Allemagne, France, Italie. Actes du colloque international de Besançon, organisé du 24 au 26 septembre 2003 par le Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon, l’Université de Franche-Comté et l’Université de Paris X, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2006, p. 229.

232 Stiller, Der Segelsport in der Arbeiterbewegung, op. cit., p. 154.

233 Nitsch / Peiffer (réd.), Die Roten Turnbrüder, op. cit., p. 118-124.

234 Au cours des seules années 1933 et 1934, 60 000 communistes ont connu la prison. Cf. Weber / Herbst, Deutsche Kommunisten. Biographisches Handbuch, op. cit., p. 20.

235 Paraissant depuis octobre 1933.

236 Sport, 28 décembre 1933.

237 Internationale Sportrundschau, octobre 1933.

238 « Protokoll Nr. 83 der Sitzung des Sekretariats des Zentralkomitees der Gewerkschaften, 15. November 1933 zur Durchführung der Stafetten “Bereit zur Weltspartakiade am 18. November 1933 in Moskau” », GARF, 54 51 / 17 / 33.

239 « Lieber Freund ! 15. November 33 », GARF, 75 76 / 2 / 132.

240 « Pour l’application de la ligne de l’IRS », sans date [fin janvier / début février 1934], Archives de la FSGT ; « Stenogramm des Berichts von Scholdak über die internationale Arbeitersportbewegung. 28. Februar 1934 », GARF, 75 76 / 2 / 151 ; « 30. Oktober 1934. Betr. VII. Plenumssitzung EK RSI », RGASPI, 537-I-212.

241 Or, la plupart des documents du Conseil suprême de la Culture physique d’avant la Seconde Guerre mondiale qualifiés de « secrets » (dont une grande partie de la correspondance avec les organes supérieurs du Parti et de l’État) ont été brûlées pendant les mois suivant l’invasion allemande de 1941.

242 Pendant cette phase, les demandes du CSCP en vue de rencontres avec le sport « bourgeois » se multiplient mais se heurtent souvent au refus de l’IRS. Voir les lettres du secrétariat de l’IRS (Berlin) au CSCP, 13 et 20 janvier 1932, GARF, 75 76 / 2 / 118, ainsi que les lettres du Bureau de l’IRS au CSCP, le 28 septembre et le 15 novembre 1933, GARF, 75 76 / 2 / 132.

243 Voir sur ce sujet Georges-Henri Soutou, « Les relations franco-soviétiques de 1932 à 1935 », in Mikhail Narinski / Elisabeth du Réau / Georges-Henri Soutou / Alexandre Tchoubarian (dir.), La France et l’URSS dans l’Europe des années 30, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2005, p. 31-60 et, dans le même ouvrage, Mikhail Narinski, « Les relations entre l’URSS et la France (1933-1937) », p. 73-83. Jusqu’à la fin de l’année 1933, Staline avait cru pouvoir rester à l’abri d’une agression allemande en maintenant intact « l’esprit de Rapallo ». Trois mois après la nomination d’Hitler comme chancelier, Staline avait confirmé le traité de Rapallo, dirigé contre les puissances de l’Europe occidentale et signé en 1922 entre l’Allemagne et l’Union soviétique, pays alors isolés en Europe. Cependant, le 26 janvier 1934, l’Allemagne et la Pologne signent un pacte de non-agression, ce qui alerte la diplomatie soviétique sur une éventuelle préparation d’une agression allemande contre l’URSS. La diplomatie française, de son côté, perd un partenaire dans le système d’alliances contre l’Allemagne hitlérienne.

244 René Rousseau, secrétaire de la FST sous la présidence de Doriot, déclarera même, dans sa note autobiographique à destination de la section des cadres du Komintern, n’avoir « jamais entretenu de rapports avec Doriot ». Cf. dossier René Rousseau, RGASPI, fonds « Secrétariat Dimitroff », 495 / 270 / 2834. Sur le sens des autobiographies voir Claude Pennetier / Bernard Pudal (dir.), Autobiographies, autocritiques, aveux dans le monde communiste, Paris, Belin, 2002.

245 L’IRS avait recommandé à la Fédération sportive du Travail de désigner Saint-Denis comme site d’accueil, estimant que « la ville de notre grand ami Doriot offrira le meilleur cadre à une telle manifestation ». Cf. « Stenogramm des Berichts von Scholdak über die internationale Arbeitersportbewegung, 28. Februar 1934 », GARF, 75 76 / 2 / 151.

246 Sport, no 29, 17 avril 1934.

247 « Procès-verbal du Congrès de fusion. Paris, 23 et 24 décembre 1934 », Archives nationales du Travail (ANT), Roubaix, Fédération sportive et gymnique du Travail, F 2009 015 / 002.

248 Cf. Sport, no 21, 21 février 1934, no 24, 13 mars 1934, no 25, 20 mars 1934 et no 27, 3 avril 1934 ; Le Populaire, 21 avril 1934.

249 Firsow, « Stalin und die Komintern », op. cit., p. 111.

250 Wolikow, L’Internationale communiste, op. cit., p. 90.

251 Carlo Aksamit, Um die Einheit des Arbeitersports. Briefwechsel zwischen der RSI und der SASI, Prague, sans date [1935], p. 10.

252 M. D. Wagner / F. Jonathan, « Prague’s Socialist Olympics of 1934 », Canadian Journal of History of Sport, vol. 23, no 1, mai 1992, p. 1-18.

253 Sport, no 43, 25 juillet 1934.

254 Carlo Aksamit, Um die Einheit des Arbeitersports. Briefwechsel zwischen der RSI und der SASI, Prague, sans date [1935], Aksami p. 8-13 ; Sport, 11 et 25 juillet 1934.

255 Pour plus de détails sur le processus de rapprochement et de fusion de la FST et de l’USSGT, se reporter à Sylviane Paoli, Le sport travailliste en France sous le Front populaire 1934-1939, mémoire de maîtrise, Université Paris I, 1984, p. 7-14 ; William J. Murray, « The French Workers’Sports Movement and the Victory of the Popular Front in 1936 », The International Journal of the History of Sport, 1987, p. 202-230 ; André Gounot, « Les interprétations de la situation politique en Allemagne par la Fédération Sportive du Travail et la réunification du mouvement sportif ouvrier français (1933/34) », in Jean-Michel Delaplace / Giselher Spitzer / Gerhard Treutlein (dir.), Le sport et l’éducation physique en France et en Allemagne. Contribution à une approche socio-historique des relations entre les deux pays, Paris, Éditions AFRAPS, 1994, p. 198-211.

256 Maitron / Pennetier, Dictionnaire biographique, op. cit., vol. 31, 1988, p. 112-113.

257 Internationale Sportrundschau, septembre-octobre 1934.

258 La presse bourgeoise, évitant de faire des remarques sur le caractère politique de cet événement, s’est intéressée en tout premier lieu à la valeur sportive des athlètes et équipes soviétiques. Cf. les extraits de la presse bourgeoise dans Internationale Sportrundschau, septembre-octobre 1934, et Sport, 14 août 1934.

259 50 000 personnes selon Internationale Sportrundschau, septembre-octobre 1934.

260 Le Populaire, 13 octobre 1934 ; La Vie de la FSGT, no 1, novembre 1934 ; « Procès-verbal du Congrès de fusion. Paris, 23 et 24 décembre 1934 », ANT, F 2009 015 / 002.

261 « Einheitsangebot der RSI an die LSI. An das Büro und den Kongreß der Sozialistischen Arbeitersport-Internationale. September 1934 », RGASPI, 537-I-213.

262 Carlo Aksamit, Um die Einheit des Arbeitersports. Briefwechsel zwischen der RSI und der SASI, Prague, sans date [1935], p. 23.

263 « Protokoll über den VII. Kongreß SASI, 6./7. Oktober 1934 in Karlsbad » ; « An das Sekretariat der Roten Sportinternationale », RGASPI, 537-I-213.

264 IISG, fonds Sozialistische Jugendinternationale (SJI), 202.

265 Le Populaire, 13 octobre 1934 ; La Vie de la FSGT, no 1, novembre 1934 ; « Procès-verbal du Congrès de fusion. Paris, 23 et 24 décembre 1934 », ANT, F 2009 015 / 002.

266 Sur Georges Marrane (1888-1976), « l’élu de référence des municipalités communistes » : Claude Pennetier/Nathalie Viet-Depaule, « Biographies croisées des maires de banlieue », in Annie Fourcaut (dir.), Banlieue rouge 1920-1960. Années Thorez, années Gabin : archétype du populaire, banc d’essai des modernités, Paris, Éditions Autrement, Série Mémoires no 18, 1992, p. 182-196,

Table des illustrations

Légende Affiche de la Spartakiade de Berlin (Archives personnelles d’André Gounot) : l’imagination d’une riposte athlétique du communisme international à la bourgeoisie, au clergé et à l’armée des pays capitalistes qui mènent une attaque concertée contre l’Union soviétique.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13257/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Affiche de l’Olympiade ouvrière de Vienne (Archives de l’ASKÖ, Vienne). La couleur dominante sur l’original est le rouge, qui couvre aussi les masses en exercice en bas.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13257/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Bâtiment principal de l’école fédérale de l’ATSB à Leipzig (Archiv der sozialen Demokratie der Friedrich-Ebert-Stiftung, Bonn). Inaugurée le 19 septembre 1926, elle disposait d’installations pour tous les sports et allait s’affirmer comme concurrente de l’Institut für Leibesübungen à Berlin, centre de formation en éducation physique dirigé par Carl Diem.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13257/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Défilé dans les rues de Leipzig à l’occasion de la Fête fédérale de l’ATSB en 1929 (Archiv der sozialen Demokratie der Friedrich-Ebert-Stiftung, Bonn).
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13257/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Championnat de France de la Fédération sportive du Travail, 1932 (Archives de la FSGT – extrait de La FSGT du sport rouge au sport populaire, Paris, Éditions La ville brûlée/Sport et plein air-FSGT, distrib. H. Mundi, 2014, p. 55).
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13257/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Timbre du Rassemblement sportif antifasciste de Paris (Sport, no 38, 6 juin 1934, Archives de la FSGT)
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13257/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 113k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search