Version classiqueVersion mobile

Les Mouvements sportifs ouvriers en Europe (1893-1939)

 | 
André Gounot

Chapitre 2. Visions et appropriations socialistes et communistes du sport ouvrier (1919-1928)

Texte intégral

1. Les balbutiements d’un « sport révolutionnaire » sur le continent

1La crise du mouvement socialiste international, manifeste depuis les dérives nationalistes d’août 1914, s’accentue après la victoire de la Révolution d’Octobre (1917) en Russie et se traduit par des scissions. Fondée en mars 1919 à Moscou sous l’égide de Lénine, l’Internationale communiste (IC ou Komintern selon l’abréviation russe) rassemble les nouveaux groupements et partis révolutionnaires. Les partis socialistes se retrouvent pour une partie dans la Deuxième Internationale reconstituée en 1920, pour une autre partie dans l’Union internationale des Partis socialistes pour l’Action internationale, formée en février 1921 à Vienne avec l’objectif de rétablir l’unité du mouvement ouvrier international. Après l’abandon des pourparlers entre ces trois organisations, les deux dernières fusionnent en 1923 pour former l’Internationale ouvrière socialiste (IOS). Les organisations des Jeunesses socialistes et le mouvement syndical connaissent également des processus de différenciation et de division. En novembre 1919 se tient à Berlin le congrès de constitution de l’Internationale communiste de la Jeunesse (ICJ), et en juillet 1921 est fondée à Moscou l’Internationale syndicale rouge (ISR) en face de la Confédération syndicale internationale (CSI).

  • 1 Le Populaire, 1er juillet 1919 ; Rapport au 3e Congrès de l’Association Socialiste Internationale d (...)
  • 2 Le Populaire, 27 juin 1919.

2Dans ce contexte, le mouvement sportif ouvrier, affinitaire jusque-là des partis socialistes, ne peut pas esquiver la question de l’orientation politique. Convient-il pour lui de poursuivre la voie réformiste ou doit-il au contraire conformer ses activités à l’idée que le capitalisme ne peut être vaincu qu’à travers des révolutions armées ? Prendre l’une des deux options risquerait sans doute de briser son unité, mais une position de neutralité serait-elle viable ? Encore qu’une réflexion aussi fondamentale ne s’impose pas partout. Dans les pays où les mouvements révolutionnaires restent marginaux, comme c’est le cas en Autriche, en Angleterre et, de manière particulièrement flagrante, en Belgique, les organisations réformistes du sport ouvrier ne connaissent pas d’oppositions politiques internes à cet instant. Pour ce qui est du cas français, la Fédération socialiste des Sports et de Gymnastique, portant un regard autocritique sur les causes de son faible rayonnement d’avant la guerre, cherche d’abord à se présenter comme un lieu d’accueil des désirs sportifs de tous les ouvriers et non pas comme structure d’appel pour la seule SFIO. À son premier congrès d’après-guerre, le 29 juin 1919, elle prend l’appellation Fédération sportive du Travail (FST), à laquelle se rajoute la précision « d’Éducation physique, socialiste, syndicaliste et coopérative »1. Comme critère formel d’accès à une fonction officielle au sein de la fédération, qui compte alors 51 associations réparties sur six comités régionaux (Seine, Oise, Gironde, Champagne, Alsace-Lorraine, Nord)2, la carte de membre de la Confédération générale du Travail et de la Fédération nationale des Coopératives est dorénavant reconnue au même titre que celle du Parti socialiste. À cette date, la SFIO connaît certes des conflits internes entre ceux qui ont mené le parti vers l’Union sacrée et ceux qui fustigent ce choix, mais la formation d’un parti révolutionnaire n’apparaît à l’horizon qu’après deux moments de profonde désillusion à l’échelle nationale : les élections parlementaires à la fin 1919 sont synonymes de déroute pour la SFIO, et les mouvements de grève en mai 1920 se terminent par un échec cuisant.

  • 3 Que l’on appelle aussi le « soulèvement spartakiste » ou la « révolte spartakiste », cela « à mauva (...)
  • 4 Herbert Dierker, « “Größter Roter Sportverein der Welt”. Der Berliner Arbeitersportverein Fichte in (...)
  • 5 Dierker, Arbeitersport im Spannungsfeld der Zwanziger Jahre, op. cit., p. 60-61, 98-99, 104.

3Dans des pays où l’on assiste à des combats révolutionnaires et/ou à la formation de mouvements communistes ayant une base solide dans la classe ouvrière, des oppositions révolutionnaires apparaissent aussi sur la scène du sport travailliste. Le choc avec les défenseurs du réformisme prend des allures particulièrement violentes en Allemagne. Les activités déployées pendant la Grande Guerre par l’opposition interne restent à étudier, mais on peut supposer que le sport travailliste a été affecté à son tour par le processus de différenciation du mouvement ouvrier. Celui-ci a débouché sur la division du SPD, à Pâques 1917, en un parti majoritaire, le Mehrheitssozialdemokratische Partei (MSDP), et un parti s’opposant notamment au vote des crédits de guerre, le « SPD indépendant », l’Unabhängige SPD (USPD). La révolution de Novembre, consécutive à la mutinerie des marins des navires de guerre à Kiel, le 29 octobre 1918, et le soulèvement de janvier 1919 à Berlin3 forment la toile de fond des premiers affrontements sérieux – quoique uniquement verbaux – au sein de l’Arbeiter-Turnerbund. Une minorité d’adhérents revendique l’engagement de l’organisation aux côtés des révolutionnaires, tandis que la direction se prononce en faveur d’une attitude neutre. L’opposition révolutionnaire, dont une partie est proche de l’USPD, et l’autre s’affiche partisane du Kommunistische Partei Deutschlands (KPD, Parti communiste allemand) fondé le 30 décembre 1918, parvient à s’implanter notamment dans la capitale. Elle constitue la majorité au sein du plus grand club sportif ouvrier allemand, la TV Fichte4, dont trois membres trouvent la mort lors du soulèvement de janvier. L’assemblée générale de février 1919 adopte une résolution se prononçant en faveur de la voie révolutionnaire vers la dictature du prolétariat. De plus, l’assemblée décide de ne confier des postes de direction qu’à des membres de l’USPD et du KPD. Exprimant leur net désaccord avec cette mesure discriminatoire, un certain nombre de membres quittent le club et se joignent à la Freie Turnerschaft Berlin (FTB, Union libre des gymnastes de Berlin), de tendance social-démocrate5. Le mouvement sportif ouvrier assiste ainsi à une première scission à l’échelle locale.

  • 6 Laine, « TUL : The Finnish Worker Sport Movement », op. cit., p. 73 ; Kristina Exner-Karl, Sport un (...)
  • 7 Seppo Hentilä, « Une affaire trop sérieuse ? À propos de la signification particulière du sport pou (...)
  • 8 Proletariersport. Organ für proletarisch-physische Kultur (revue de l’IRS publiée à Berlin), 1924, (...)
  • 9 Le Parti ouvrier socialiste de Finlande (1920-1923) puis l’Organisation électorale des travailleurs (...)

4En Finlande, peu après la guerre civile qui se solde en mai 1918 par la défaite des partisans d’une société socialiste, les associations sportives ouvrières procèdent d’abord à leur détachement du sport « bourgeois », et donc à la mise en place d’une organisation autonome. La Työväenurheiluliitto (TUL, Fédération sportive ouvrière) se forme en janvier 1919 en réplique aux intentions des dirigeants de la fédération sportive officielle d’exclure tous ceux qui ont combattu aux côtés des « rouges »6. Leur nombre n’était pas négligeable : comme l’Armée régulière avait été supprimée en 1901 par le tsar Nicolas, aux débuts de la campagne de russification, « les sportifs constituèrent, tant du côté blanc que du côté rouge, les véritables troupes de choc7 ». Dès le départ, la TUL compte dans ses rangs un nombre important de membres se sentant liés au Parti communiste constitué en août 19188. Si celui-ci se retrouve rapidement en situation d’illégalité, il participe jusqu’en 1930 à la vie politique finlandaise à partir de son exil en Russie et à l’aide d’organisations intérieures de camouflage9.

  • 10 Robert O. Paxton / Julie Hessler, L’Europe au xxe siècle, Paris, Éditions Tallandier, 2011, p. 209.
  • 11 Internationale Jugendkorrespondenz, 10 février 1921, p. 5.
  • 12 Édition du 19 juin 1922, cité par Paul Dietschy, « Sport et communisme en Italie : le cas de l’Unio (...)
  • 13 Fabrizio, Storia dello sport in Italia, op. cit., p. 83. Le PCI s’est constitué à la suite de la sc (...)
  • 14 Miroir des Sports, 23 février 1922, article reproduit dans Coll., La FSGT du sport rouge au sport p (...)

5Dans le climat de grèves, de troubles et de révoltes qui s’installe à partir de l’été 1917, un mouvement révolutionnaire émerge aussi en Italie. Il oriente le Parti socialiste vers l’adhésion à l’Internationale communiste, effectuée en 1919. Au final cependant, « […] la quasi-guerre civile des années 1919-1920 […] donne une nouvelle vigueur au fascisme et assure son succès10 ». Certains militants de la Federazione giovanile socialista continuent pendant ce temps à considérer le sport comme « […] un mal qu’il faut détruire jusqu’à la racine […], avec des mesures chirurgicales, par amputation11 ». L’Ordine Nuovo, l’organe du groupe révolutionnaire constitué autour d’Antonio Gramsci à Turin, publie à l’opposé des réflexions sur la mise en place d’une organisation sportive ouvrière, qu’il s’agirait surtout de placer en face des clubs d’entreprise « créés grâce à la générosité vénale des industriels12 ». Ce goupe turinois est à l’orgine de la mise en place, en août 1922, d’un Comité central sportif qui se situe dans la mouvance du Parti communiste italien (PCI)13. Le journal joue cependant sur deux tableaux. D’un côté, il parle d’équipes prolétariennes portant des noms évocateurs comme « Carlo Marx » ou « Primo Maggio » (Premier Mai), qui seraient sinon restées dans l’anonymat. De l’autre côté, il relate les matchs du championnat de la Fédération de football italienne, faisant ainsi une concession généreuse aux nombreux ouvriers supporters de telle ou telle équipe « bourgeoise ». Quant à la Confederazione generale del Lavoro (Confédération générale du travail, de tendance réformiste), elle organise en janvier 1922 à Milan un match de football ouvrier entre l’Italie et la France sans réellement se soucier des principes du sport travailliste européen : l’équipe italienne intègre trois joueurs de la Squadra azzurra, la vraie équipe nationale, ce qui lui facilite la tâche pour battre l’équipe de la Fédération sportive du Travail, par sept buts à deux14.

  • 15 Ibid., p. 77-91 ; Lauro Rossi, « Giovinetti pallidi della Rivoluzione. “L’antisportismo” dei social (...)
  • 16 Cité par Sandro Provvisionato, « Terzini d’attacco. L’alternativa di sport e proletariato », Lancil (...)
  • 17 La revue Proletariersport, 1924, no 5, annonce que cette organisation a adhéré avec ses 3 000 membr (...)
  • 18 On ne trouve plus de trace en tout cas d’éventuelles activités dans les archives de l’IRS.

6Dans ce flou idéologique, il reste difficile pour les quelques véritables associations sportives travaillistes de faire entendre leur voix, d’autant plus qu’elles ont du mal à se positionner par rapport aux diverses tendances politiques du mouvement ouvrier15. Giacinto Menotti Serrati, leader du « courant maximaliste » (aile gauche du PSI), crée en 1923 la revue hebdomadaire Sport e Proletariato. Le premier numéro de ce périodique d’existence éphémère annonce comme conviction de base : « Le sport sert à la bourgeoisie à influencer les jeunes travailleurs. Les partis prolétariens doivent apprendre à s’en servir à leurs propres fins16. » En 1924, malgré une situation politique déjà plus que compromise pour le mouvement ouvrier, une organisation nationale clandestine du sport travailliste, d’orientation communiste, semble s’être constituée17. Elle ne survivra pas à la mise en place des dispositifs répressifs de la dictature fasciste de Benito Mussolini18.

  • 19 Documentation sur le Vsevobuč in Theorie und Praxis der Körperkultur, 1970, p. 299.
  • 20 Isaac Deutscher, Stalin. Eine politische Biographie, Berlin, Argon, 1989, p. 223

7Les premiers projets communistes d’une nouvelle Internationale sportive se fondent sur l’idée d’utiliser les activités physiques pour préparer les ouvriers à des guerres civiles, suivant en cela le modèle soviétique de la Vsevobuč (Vseobšč voennoe obučenie, « formation militaire générale »). Cette institution créée en mai 1918 a pour tâche de préparer les jeunes recrues à leur service dans l’Armée rouge. Comme le précise Lénine en septembre 1919, la Vsevobuč doit regrouper la grande masse de la jeunesse ouvrière et paysanne et relier les activités physiques non seulement à la formation des soldats mais aussi à l’éducation communiste19. Son directeur Nikolaj Podvojskij s’était distingué comme l’un des meneurs de l’insurrection de Saint-Pétersbourg en octobre 1917 en tant que suppléant du chef du Comité militaire révolutionnaire Léon Trotski20. À l’occasion du 2e congrès de l’Internationale communiste qui se tient à Moscou du 23 juillet au 7 août 1920, Podvojskij soumet aux délégués le projet de mettre en place

  • 21 « Tätigkeitsbericht der Roten Sportinternationale und seines Exekutivkomitees », sans date [1926], (...)

[…] une organisation mondiale de la gymnastique et du sport ouvrier, chargée de diffuser les expériences du prolétariat russe dans tous les pays et de former, à l’aide de ces expériences, une réserve de combattants révolutionnaires suffisante pour les luttes décisives21.

  • 22 « Statut der internationalen Vereinigung des proletarischen Sports », RGASPI, 537-I-71.

8Au moment même du congrès, l’Armée rouge marche sur Varsovie, ce qui nourrit l’espoir des délégués de voir la vague révolutionnaire s’étendre en Europe. Dans ce contexte, le projet est accueilli favorablement. Les statuts provisoires de l’organisation, élaborés par Podvojskij, sont portés, à l’image des « 21 conditions » (d’admission) de l’IC, par la conviction qu’il faut établir dans la conjoncture présente des unités d’élite susceptibles de mener la révolution. Selon les statuts, ne seraient admis dans l’organisation que les membres de partis et d’organisations des Jeunesses communistes, les soldats issus de la Vsevobuč ainsi que quelques personnes recommandées expressément par des communistes22.

  • 23 Cf. Franz Nitsch, « Die internationalen Arbeitersportbewegungen », in Arnd Krüger / James Riordan, (...)
  • 24 Paxton / Hessler, L’Europe au xxe siècle, op. cit., p. 154.
  • 25 László Kutassi, « Sportpolitik in Ungarn zur Zeit des Horthy-Regimes, 1919-1944 », ICOSH Seminar Sp (...)

9Si le projet de Podvojskij ne connaît pas de suite, cela ne s’explique pas seulement par le manque de liaisons des délégués kominterniens avec le sport travailliste, mais surtout par son caractère irréaliste. En effet, proposer une militarisation du sport ouvrier se heurte aux sensibilités antimilitaristes largement répandues dans les organisations sportives ouvrières européennes. Même le mouvement sportif ouvrier berlinois, pourtant sous l’influence du courant communiste, refuse catégoriquement de suivre toute idée allant dans ce sens23. De manière plus générale, les tendances au sein du sport travailliste semblent refléter assez fidèlement les dispositions dominantes dans le milieu ouvrier en Europe. En dépit de l’image défectueuse qu’ont donnée les partis socialistes lors de l’éclatement de la guerre, ceux-ci restent dans la majorité des pays les principaux représentants politiques de la classe ouvrière. La plupart des travailleurs ne sont pas attirés par une perspective de transformation radicale de la société. En dehors de la Russie, seul en Hongrie un gouvernement de type soviétique se maintient un certain moment, plus exactement pendant 133 jours24. Les quelques clubs sportifs révolutionnaires qui se sont formés au cours de l’immédiat après-guerre disparaissent après la chute du gouvernement dirigé par le communiste Béla Kun, le 1er août 1919, et l’établissement du régime autoritaire de Miklós Horty25.

2. La reconstitution de l’Internationale sportive socialiste à Lucerne

  • 26 Jusqu’à la reconstitution officielle de l’Internationale socialiste au congrès de Genève (31 juille (...)
  • 27 Association Socialiste Internationale d’Éducation Physique, 2e Congrès international et 16e Congrès (...)
  • 28 Le Parti ouvrier belge a renoncé à sa participation à la conférence de l’Internationale socialiste (...)
  • 29 La première rencontre de représentants de la SFIO et du SPD après la guerre, à l’occasion de la con (...)
  • 30 Procès-verbal du Bureau Fédéral [de la FST] du 23 juillet 1919, Archives de la FSGT (Paris) ; Procè (...)
  • 31 Le cas autrichien ne figure qu’en marge des débats.
  • 32 Association Socialiste Internationale d’Éducation Physique, 2e Congrès international et 16e Congrès (...)
  • 33 Ibid.
  • 34 Hentilä, « Die finnische Arbeitersportbewegung und ihre Beziehungen zu Deutschland », op. cit., p.  (...)

10La reconstitution de l’ASIEP – à l’instar de celle de l’Internationale socialiste – ne se produit pas sans des conflits substantiels, engendrés notamment par la question de l’intégration de la social-démocratie allemande26. Au printemps 1919, Gaston Bridoux s’adresse « aux organisations sportives ouvrières du monde entier » en vue d’une réunion de reprise, tout en tenant à l’écart l’Allemagne et également l’Autriche27. Son attitude est conforme à celle du Parti ouvrier belge qui fustige le SPD pour s’être abstenu de condamner les crimes de guerre commis par l’Armée allemande en Belgique28. La Fédération sportive du Travail, en revanche, entre dans une démarche de réconciliation qui ne fait pourtant pas encore l’unanimité au sein de la SFIO29. Elle envoie son trésorier Albert Guillevic au premier congrès d’après-guerre de l’ASIEP, qui a lieu du 14 au 16 août à Seraing (ville ouvrière près de Liège), avec le seul mandat de revendiquer le droit d’adhésion de tous les pays30. L’intervention de Guillevic lance une discussion révélatrice des fortes divergences d’opinions au sujet de la réintégration de la fédération sportive ouvrière allemande31. Les avis des délégués belges sont partagés entre la nécessité de se réconcilier et l’impossibilité d’oublier les souffrances dues à l’invasion allemande, tandis que les Anglais entendent reprendre les relations « le plus tard possible »32. Finalement, le traitement de cette question est renvoyé aux sections susceptibles d’adhérer à l’ASIEP33. Occasion pour la TUL finlandaise d’attaquer de front les dirigeants belges en les accusant de défendre des positions nationalistes dignes du mouvement olympique34.

  • 35 L’Humanité, 7 avril 1920.
  • 36 Cf. Rapport au 3e Congrès de l’Association Socialiste Internationale d’Éducation Physique, Lucerne, (...)
  • 37 Relatif au refus de la section de football de rompre ses liens avec la fédération « bourgeoise ». L (...)

11À la suite des réponses en majorité favorables à l’admission de toutes les organisations sportives ouvrières sans exception aucune35, le congrès de reconstitution (officiellement nommé « Troisième Congrès de l’ASIEP »36) se tient les 19 et 20 septembre 1920 à Lucerne avec des délégués représentant l’Allemagne, la France, l’Angleterre, la Belgique, la Finlande, la Suisse et la Tchécoslovaquie, soit la quasi-totalité des mouvements sportifs ouvriers d’Europe disposant de structures à l’échelle nationale. Il manque uniquement la fédération autrichienne, la Verband der Arbeiter- und Soldatensportvereinigungen (VAS, Fédération des groupements sportifs des ouvriers et soldats). Contrairement à ce que pourrait suggérer son nom, son absence ne renvoie pas à d’éventuelles intentions révolutionnaires. Cette fédération réformiste, mise en place au début de l’année 1919 pour unifier toutes les organisations sportives ouvrières autrichiennes, ne parvient simplement pas à résoudre pendant cette phase un conflit interne opposant gymnastes et footballeurs37.

12Le congrès de Lucerne opte pour la neutralité à l’égard des différentes tendances politiques au sein du mouvement ouvrier, et évite pour cette raison d’intégrer l’adjectif « socialiste » dans le nom de l’Internationale. Celle-ci s’appelle désormais Union internationale d’Éducation physique et sportive du Travail ; l’usage va imposer le nom d’Internationale sportive de Lucerne. Persuadés du potentiel pédagogique du sport travailliste, les fondateurs de l’ISL demandent aux partis ouvriers et aux syndicats de veiller à ce

  • 38 ATZ, 22 septembre 1920.

[…] qu’aucun de leurs membres intéressés par le sport n’adhère à des associations et fédérations bourgeoises. Les fédérations sportives bourgeoises ont toujours été des piliers forts du nationalisme et du chauvinisme ; elles ont passionné la jeunesse pour le militarisme et ont leur part de culpabilité dans le grand malheur qui a dévasté l’Europe38.

  • 39 Les mêmes tendances sont relevées aussi pour le mouvement sportif ouvrier britannique par Steven Jo (...)
  • 40 Nom adopté en 1919 par l’ATB pour mieux tenir compte de l’importance croissante des sports.

13Le souhait d’une paix mondiale durable semble effectivement guider les réflexions et prises de position des délégués à Lucerne, après le vacarme de la « Der des Ders ». Le regard sur les propos politiques émanant pendant ce temps des organisations française et allemande mène à un constat identique : l’internationalisme prolétarien et le pacifisme constituent le leitmotiv39. Sans doute, les allusions à l’horreur de la guerre renvoient à des expériences et des sentiments authentiques. En dehors de cela, on peut supposer que l’une des fonctions de ces discours consensuels, en face de la division du mouvement ouvrier concrétisée par la fondation de l’Internationale communiste en mars 1919, consiste à éviter les thèmes politiques sensibles, peut-être aussi à répondre aux invectives communistes sur le « social-patriotisme » des partis socialistes. Celles-ci ne sont pas dénuées de rapports avec la réalité comme l’illustre un épisode des débats à Lucerne. Quand les Finlandais proposent d’établir la direction de l’organisation en Allemagne, où le mouvement sportif ouvrier est nettement le plus développé, les deux délégués de l’Arbeiter-Turn- und Sportbund (ATSB, Union gymnique et sportive ouvrière40), Fritz Wildung et Cornelius Gellert, répondent qu’au regard des événements guerriers et des ressentiments éprouvés dans certains pays à leur égard, les Allemands doivent pour l’instant renoncer à jouer le premier rôle dans l’Internationale sportive. Celle-ci maintient donc son siège à Bruxelles, la gestion des affaires étant confiée aux Belges Gaston Bridoux (président) et Jules Devlieger (secrétaire). Il reste qu’aucun délégué n’aura prononcé à Lucerne la moindre note discordante vis-à-vis de l’attitude que son propre parti a adoptée lors de l’éclatement de la guerre.

  • 41 ATZ, 22 septembre 1920.

14Considérant que l’éducation physique est aussi indispensable au prolétariat que l’éducation morale, et faisant allusion à l’adage de « l’esprit sain dans un corps sain », les congressistes définissent comme but principal de l’Internationale « la propagation de l’éducation physique, du sport, de la gymnastique et de la randonnée parmi les ouvriers et notamment parmi la jeunesse ouvrière41 ». Étant donné que les conditions de production du système capitaliste n’accordent ni le temps, ni les forces nécessaires à une activité physique convenant véritablement aux ouvriers, ce travail doit se faire dans l’optique de l’établissement de la société socialiste, en faveur de laquelle toutes les sections adhérentes ont à se prononcer. L’Internationale sportive de Lucerne estime cependant que ses efforts dans le domaine de l’éducation physique doivent être reconnus et soutenus par les gouvernements des pays capitalistes. Les organisations sportives ouvrières devraient de ce fait être représentées dans les Conseils d’éducation physique à l’échelle nationale et communale. Si l’ISL ne fixe pas de choix politique, elle n’en reste pas moins d’orientation clairement réformiste.

3. Les débuts confus de l’Internationale sportive communiste fondée à Moscou

A. Des oppositions communistes qui persistent dans certains pays

  • 42 Cette commission a vocation à regrouper toutes les organisations sportives ouvrières d’Allemagne, à (...)
  • 43 Protokoll über die Verhandlungen des Ersten Arbeitersport-Kongresses. Abgehalten am 15. und 16. Jan (...)
  • 44 Ibid.
  • 45 Il est vrai que l’ISL, si elle n’a pas exclu le sport soviétique, n’a pas non plus fait de démarche (...)
  • 46 Cf. Protokoll über die Verhandlungen des Ersten Arbeitersport-Kongresses. Abgehalten am 15. und 16. (...)

15Au premier congrès de la Zentralkommission für Arbeitersport und Körperpflege (ZKAK, Commission centrale du sport ouvrier et de l’hygiène corporelle42), à Iéna en janvier 1921, l’Internationale sportive de Lucerne constitue le principal sujet de controverses43. L’opposition communiste regarde d’un œil particulièrement critique les discussions qui ont été menées au sujet de l’intégration et du rôle du sport travailliste allemand, concluant que les délégués à Lucerne se seraient montrés « plus proches de la politique internationale de leurs États que de l’internationalisme prolétarien44 ». Parmi les remontrances adressées aux fondateurs de l’Internationale sportive figure aussi et surtout celle d’avoir « exclu » le sport soviétique45. L’opposition communiste demande que le sport travailliste allemand se dissocie de l’organisation internationale, celle-ci étant animée d’un « esprit petit-bourgeois et réformiste, non pas d’un esprit prolétarien et révolutionnaire46 ». Cette résolution, même si elle est rejetée par 57 voix contre 32, constitue un prélude aux conflits politiques sur l’échiquier international du sport travailliste.

  • 47 Jacques Droz, « Le socialisme en Europe centrale : Hongrie, Autriche, Tchécoslovaqie », in idem (di (...)
  • 48 Arbeiter-Sport. Publikationsorgan des Kartellverbandes Groß-Berlin und des 1. Kreises des Arbeiter- (...)

16La première scission d’une organisation sportive ouvrière survient en Tchécoslovaquie, en mai 1921, presque simultanément avec l’adhésion du Parti communiste tchécoslovaque à la Troisième Internationale47. À l’image des précédents changements des rapports de force au sein du Parti social-démocrate, les communistes forment également la majorité dans l’organisation sportive ouvrière. Après plusieurs mois de conflits avec la direction social-démocrate de la DTJ qui refuse de démissionner, les communistes décident de former une organisation révolutionnaire sous le nom de Federace dělnických tělocvičných jednot (FDTJ, Fédération des associations gymniques ouvrières). Avec environ 125 000 membres, celle-ci dépasse en nombre la fédération social-démocrate, qui restera une section de l’Internationale sportive de Lucerne48.

  • 49 Le Populaire, 18 et 19 juillet 1921 ; L’Humanité, 17, 18 et 24 juillet 1921 ; L’Avant-Garde ouvrièr (...)
  • 50 Procès-verbaux des réunions du Conseil fédéral du 20 janvier et du 2 mai 1921, Archives de la FSGT.

17En France, la scission du Parti socialiste au congrès de Tours en décembre 1920 connaît peu de répercussions dans un premier temps sur le sport travailliste, au sein duquel les discours unitaires foisonnent. Au congrès de la Fédération sportive du Travail en juillet 1921, une forte majorité (186 voix contre 52), dont font partie de nombreux communistes, vote pour la neutralité politique de l’organisation49. Ce vote vient ainsi sanctionner le principe, déjà approuvé par le Conseil fédéral en janvier50, de la coopération de membres du Parti communiste et du Parti socialiste aux directions de la fédération, de ses comités régionaux et de ses associations. Six mois après la fondation du Parti communiste français, l’idée d’un sport ouvrier à vocation révolutionnaire rencontre donc assez peu d’enthousiasme. Le moment n’est pas propice il est vrai : au regard de la défaite de l’Armée rouge dans la guerre soviéto-polonaise et de l’échec des menées insurrectionnelles du Parti communiste en Allemagne centrale, en mars 1921, la conjoncture révolutionnaire, en supposant qu’elle a bien existé, semble bien relever désormais du passé. L’opposition communiste poursuivra néanmoins ses activités au sein de la FST.

B. La création de l’Internationale rouge sportive, une histoire de malentendus

  • 51 Ces pays sont la Russie, l’Allemagne, la France, l’Italie, la Hongrie, la Tchécoslovaquie, la Suède (...)
  • 52 Contrairement aux suppositions formulées dans certains ouvrages, l’appareil de l’Internationale com (...)

18À l’occasion des congrès de l’Internationale communiste, de l’Internationale communiste de la Jeunesse et de l’Internationale syndicale rouge, qui se tiennent en juin et juillet 1921 à Moscou, des réunions consacrées à la politique sportive ont lieu en dehors du cadre officiel, une nouvelle fois à l’initiative de Nikolaj Podvojskij. Elles n’ont fait l’objet d’aucune annonce ou invitation préalable mais ont été plus ou moins improvisées sur place, ce qui explique pourquoi aucun représentant de la fédération sportive communiste de Tchécoslovaquie n’y a participé. Les réunions se déroulent en présence de treize communistes de huit pays51 et aboutissent à la fondation, le 23 juillet, de l’Union internationale des Organisations rouges de la Culture physique. Celle-ci sera plus connue par la suite, du fait des usages lexicaux de ses partisans comme de ses adversaires, sous le nom d’Internationale rouge sportive. Podvojskij est élu président, et l’exécutif de l’IRS sera installé à Moscou. La nouvelle Internationale sportive se considère dès le départ comme une organisation auxiliaire du Komintern, même si celui-ci n’accorde alors aucun intérêt à ce qui a trait au sport ou, de manière plus générale, aux activités culturelles et de loisir des ouvriers52.

  • 53 Bruno Lieske, Charakteristik der internationalen Arbeitersport-und Gesellschaftsbewegung, Berlin, 1 (...)
  • 54 Protokoll des III. Kongresses der Kommunistischen Internationale (Moskau, 22. Juni bis 12. Juli 192 (...)
  • 55 Si la question sportive ne figure pas à l’ordre du jour du congrès de l’ICJ en 1921, elle est tout (...)
  • 56 « Manifestes, thèses et liste des délégués de la Ire Conférence du Sportintern », RGASPI, 537-I-2.

19Si cette fois-ci le projet du directeur de la Vsevobuč aboutit, c’est en partie grâce à la présence du Berlinois Bruno Lieske qui s’est rendu à Moscou en tant que délégué syndical. Cet éminent personnage du sport travailliste, leader de l’opposition communiste au sein de l’Arbeiter-Turn-und Sportbund, est convaincu de la nécessité de fonder une structure servant de « pilier révolutionnaire en dehors des organisations réformistes53 ». Il entend par là une structure définissant les stratégies et orientant les activités des oppositions communistes qui se sont formées à l’intérieur des fédérations sportives ouvrières en Allemagne, en France et en Finlande, et qui pourraient s’établir aussi dans d’autres pays. Une autre convergence d’intérêts naît des nouvelles attributions données par le Komintern aux organisations des Jeunesses communistes. Pendant l’immédiat après-guerre, celles-ci ont joué dans certains pays un rôle s’apparentant à celui d’un parti révolutionnaire. Le Komintern les appelle à restreindre désormais leur champ d’action aux questions touchant directement les jeunes ouvriers, à renforcer leur action éducative en vue de les enrôler dans le front de lutte communiste, et, somme toute, à se soumettre à la « discipline d’airain de l’Internationale communiste54 ». Certains de leurs dirigeants envisagent alors le sport, dont la force d’attraction sur les jeunes ouvriers ne peut plus être ignorée, comme un possible nouveau champ d’intervention55. C’est en particulier le cas pour Jacques Doriot, délégué des Jeunesses communistes de France, qui participe aux réunions sur le sport à Moscou en compagnie d’Henri Wagner, secrétaire de l’Entente régionale des Jeunesses communistes d’Alsace et de Lorraine56. La mise en place de l’IRS fait aussi appel à la solidarité internationale avec les projets du parti de Lénine. Selon Podvojskij, le sport soviétique, actuellement dans un « état désastreux », a un besoin urgent d’aides extérieures ; le principal fondateur conçoit ainsi l’IRS, entre autres, comme une organisation de secours pour la Russie soviétique.

  • 57 « Moskau, Sperlingsberge den 19. Juli 1921. Sitzung der Internationalen Roten Turn-und Sportskonfer (...)
  • 58 Ibid.
  • 59 « Protokoll Nr. 4 der Sitzung der Internationalen Roten Sports-und Turnkonferenz, Moskau, Sperlings (...)
  • 60 Ibid.

20Lors de la première séance, le chef de la Vsevobuč rappelle « l’importance colossale du sport pour la classe ouvrière et pour la guerre57 », avant d’insister sur les rapports directs entre culture physique et force militaire à partir de l’exemple détaillé des opérations de l’Armée rouge en Pologne. Il conclut que la nouvelle Internationale sportive devra regrouper des organisations « structurées de manière à constituer des troupes pouvant être immédiatement mobilisées58 ». Bruno Lieske, avec le Hongrois Kiralli l’un des deux seuls participants à connaître le mouvement sportif ouvrier de l’intérieur, exprime des réserves à l’égard d’une transformation concrète des pratiques sportives ouvrières en direction d’une formation militaire. Il obtient un compromis autour de l’idée que toutes les formes d’éducation physique peuvent avoir un effet positif sur la combativité du prolétariat. Cet aspect revêt une importance capitale dans la mesure où l’Internationale rouge sportive entend concourir à la révolution mondiale. Celle-ci est présentée, contre toute évidence, comme imminente par Podvojskij, dont les points de vue font autorité même quand leur faible rapport avec les réalités de la culture ouvrière et du sport ouvrier en Europe est relevé par des participants bien plus compétents en la matière. Il est vrai que la Révolution bolchevique jouit d’un immense prestige auprès des communistes étrangers, ceux-ci ayant assisté pour l’essentiel à des défaites du mouvement ouvrier dans leurs pays. L’ascendant de l’ancien suppléant militaire de Trotski sur le reste de l’assemblée se manifeste tout particulièrement quand Henri Wagner fait remarquer que les participants aux réunions en cours n’ont pas de pouvoir de décision, ne disposant d’aucun mandat59. Les réunis acquiescent quand Podvojskij rétorque : « Bien sûr que personne n’est mandaté. Mais dans les moments révolutionnaires, celui qui exprime la ligne juste prend le mandat60. »

  • 61 « Provisorisches Statut des Internationalen Verbandes roter Sport-und Turnvereine », GARF, 75 76 / (...)
  • 62 Sur le changement tactique de l’IC en 1921 voir Pierre Frank, Histoire de l’Internationale Communis (...)
  • 63 On peut noter des similitudes avec l’Internationale syndicale rouge (ISR) qui n’a été formellement (...)

21Selon ses statuts provisoires, l’IRS compte sur l’adhésion de « toutes les organisations gymniques et sportives du monde qui se réclament de la lutte des classes révolutionnaire61 ». Ces organisations, le cas exceptionnel de la Tchécoslovaquie mis à part, restent pourtant à créer. L’idée se situe en fait assez loin de la voie que cherche l’Internationale communiste à partir de son troisième congrès, au vu de l’éloignement des perspectives d’une révolution mondiale. Sous la devise « allez aux masses ! », les communistes de tous les pays sont appelés à se lancer à la conquête à moyen ou à long terme du prolétariat. L’infléchissement tactique se traduit à la fin de l’année par le mot d’ordre du « front unique »62. L’heure n’étant plus aux scissions et à la formation immédiate de nouvelles organisations révolutionnaires, une partie centrale du programme de l’IRS est caduque au moment même de sa formulation63.

  • 64 « Originalstenogramm der Verhandlungen der 2. Konferenz der Roten Sportinternationale, abgehalten a (...)
  • 65 Voir la correspondance entre le secrétaire de la fédération russe Georges Duperron et le secrétaire (...)
  • 66 International Federation of Football History & Statistics (IFFHS), Russia (1912-1920), Soviet Union (...)

22Le 2e congrès de l’IRS, encadré par Bruno Lieske à Berlin à la fin de juillet 1922, met un terme à une période d’inactivité quasi complète de l’organisation, sans parvenir pour autant à effacer l’image de mort-née. En décidant d’insérer ses activités dans les nouvelles dispositions tactiques du Komintern, l’IRS se définit plutôt comme une instance de propagande ou comme aile gauche de l’Internationale sportive de Lucerne que comme une fédération sportive internationale. La FDTJ de Tchécoslovaquie est toujours la seule organisation sportive communiste dans le monde, et en vertu de la nouvelle tactique du « front unique prolétarien », elle est supposée le rester encore un certain temps. Comme le retient le congrès berlinois, de nouvelles sections sont à former exclusivement dans les pays où aucune fédération sportive ouvrière ne s’est encore établie64, autrement dit : sur des terrains à priori peu fertiles. Quant au sport soviétique, il se retrouve dans une situation particulièrement chaotique comme l’illustre l’exemple de son sport le plus populaire : la Fédération russe de football, organisation aristocrate et bourgeoise fondée en 1912, poursuit ses activités sans se dissocier de la Fédération internationale de Football Association, la FIFA65. Et alors qu’en théorie, le sport soviétique ne devrait avoir aucun contact avec le sport « bourgeois », une sélection des meilleurs footballeurs de Petrograd et de Moscou dispute en 1923 un match contre l’équipe nationale d’Estonie. Conclu spontanément au moment où les footballeurs russes, sur le chemin de retour d’une tournée en Allemagne, sont retenus au port de Revel (Tallinn) par une tempête, il est homologué ensuite par la FIFA comme premier match international officiel de l’URSS (avec le score de 4-2 en sa faveur)66.

C. La prise en main par l’Internationale communiste de la Jeunesse et le Komintern

  • 67 Kommunistische Jugendinternationale, Bericht vom 3. Weltkongress der Kommunistischen Jugendinternat (...)
  • 68 D’après Bruno Lieske, il y a eu depuis la naissance de l’IRS des conflits virulents entre militants (...)
  • 69 James Riordan, Sport in Soviet Society, Cambridge / London, Cambridge University Press, 1977, p. 85 (...)
  • 70 « Vertraulich. Nur für die Organe der K. J. und nicht für die Sportintern bestimmt. Bericht über di (...)

23La situation se complique encore davantage pour l’IRS quand l’Internationale communiste de la Jeunesse, qui cherche à augmenter son poids à l’intérieur du champ organisationnel du communisme, revendique le sport ouvrier comme l’un de ses domaines d’intervention67. Dorénavant, les conflits de compétences avec l’IRS ne pourront que s’amplifier68. Ils apparaissent aussi en relation directe avec les querelles concernant les structures à donner au sport soviétique, et dans lesquelles le Komsomol (Kommunističeskaja sovetskaja molodež, la fédération des Jeunesses communistes) est fortement impliqué. Lorsque Nikolaj Podvojskij fonde au milieu de l’année 1922 la « Fédération rouge des organisations de la culture physique (Section russe de l’Internationale rouge sportive) », le Komsomol dénonce rapidement le « caractère superflu » de cette « nouvelle organisation de jeunes » qui, de plus, risquerait de subir les influences d’une « vieille mentalité sportive bourgeoise69 ». Podvojskij réplique que la Russie se doit de mettre en place un mouvement sportif inspiré du mode de fonctionnement des fédérations sportives ouvrières européennes. Renvoyant aux implications et conditionnements internationaux de la révolution bolchevique, il souligne qu’une telle mesure serait nécessaire pour augmenter l’impact propagandiste du Sportintern70.

  • 71 « Vertraulich. Nur für die Organe der K.J. und nicht für die Sportintern bestimmt. Bericht über die (...)
  • 72 « Vertraulich. Nur für die Organe der K. J. und nicht für die Sportintern bestimmt. Bericht über di (...)

24Tandis que le président de la Vsevobuč s’appuie sur l’IRS, les représentants du Komsomol s’assurent du soutien de l’Internationale communiste de la Jeunesse, du Parti communiste (bolchevique) de Russie (PCR) et du Komintern. Leur objectif du moment est de contrer l’influence de Podvojskij et de faire admettre, à l’échelle nationale et internationale, le rôle directeur du mouvement de la jeunesse communiste dans les affaires du sport. Avant que le Parti ne prenne de décision officielle sur l’avenir du sport soviétique, il met Podvojskij sur la touche, l’obligeant en février 1923 à démissionner du poste qu’il occupae à la tête de l’IRS en faveur de Mechanošin qui vient d’être nommé également à la présidence de la Vsevobuč71. Plus décisif encore, l’Internationale communiste de la Jeunesse obtient à la fin de l’année 1922 l’aval du Komintern pour prendre en main les affaires sportives72. Il s’agit plus précisément d’une délégation de pouvoir reposant sur le principe de l’autorité absolue du Komintern sur toutes les organisations communistes. Comme le souligne la résolution secrète d’une réunion de février 1923 à laquelle participent des représentants de l’IRS, de l’ICJ et de l’Internationale communiste, cette dernière a tout loisir d’intervenir dans les questions relatives à l’Internationale sportive en prenant des décisions ayant force d’obligation :

  • 73 « Geheimresolution über die Beziehungen zwischen der Sportintern, der KI, der Jugendintern und der (...)

En vue d’attirer des éléments non communistes, l’I.R.S. est une organisation formellement indépendante qui collabore avec l’I.C., l’Internationale de la jeunesse et l’I.S.R, sur la base d’une égalité entière de droits. […].
En vérité, l’exécutif du Sportintern suit les directives de l’I.C. En vue de la direction politique, cette dernière délègue au C.E. du Sportintern un représentant y travaillant en permanence […].
L’I.C.J. s’intéresse particulièrement au travail du Sportintern, et elle joue un rôle responsable dans le travail sportif parce que l’I.C.J. a la tâche d’influencer la masse de jeunes ouvriers pratiquant le sport73.

25On peut se demander quelles fonctions restent dans ces conditions à l’Internationale rouge sportive, à part celle de simuler l’existence d’une organisation sportive révolutionnaire indépendante – en laquelle le camp adverse ne croira guère. Pour le moment en tout cas, elle n’est pas plus qu’une commission sportive dépendante à la fois de l’Internationale communiste de la Jeunesse et du Komintern.

  • 74 Sur le sport travailliste au Canada voir l’article de Bruce Kidd, « Worker Sport in the New World » (...)
  • 75 Cf. Proletariersport, 1924, no 2, p. 29 et no 3, p. 50 ; « Informationen der Delegation Uruguays üb (...)
  • 76 Kommunistische Jugendinternationale, Bericht vom 3. Weltkongress der Kommunistischen Jugendinternat (...)

26Pour appliquer le mot d’ordre de la « conquête des masses » au sport ouvrier, l’ICJ possède il est vrai un avantage non négligeable dans la mesure où ses différentes fédérations nationales procurent des bases potentielles pour l’établissement de nouveaux groupements sportifs. C’est ainsi que les jeunes communistes parviennent à mettre sur pied en 1924 une fédération sportive ouvrière en Norvège, l’Arbeiderness Idrottsforbund (AIF), qui rassemble plusieurs milliers de sportifs ayant décidé de quitter la fédération « bourgeoise ». L’ICJ peut même mettre à son actif un transfert transatlantique du modèle européen du sport travailliste : la même année, ses sections réussissent à mettre en place des fédérations adhérentes à l’IRS au Canada74, en Argentine et en Uruguay75. Les effectifs d’aucune de ces trois fédérations n’atteindront 5 000 membres. Signalons aussi qu’en Bulgarie, les Jeunesses communistes ont établi des groupes sportifs avant que les organisations communistes ne soient interdites de manière générale dans ce pays en 192376.

  • 77 Kriegel, « La IIIe Internationale », op. cit., p. 84-86.
  • 78 Cf. Hermann Weber, Die Wandlung des deutschen Kommunismus. Die Stalinisierung der KPD in der Weimar (...)

27Le 5e congrès de l’Internationale communiste, qui siège du 17 juin au 8 août 1924 à Moscou, entérine le principe de bolchevisation et se prononce ainsi en faveur de la transformation du mouvement communiste en un bloc monolithique agissant conformément aux directives formulées à Moscou. Tous les partis communistes doivent dès lors s’aligner sur le modèle rigide du Parti bolchevique qui ne tolère aucune déviation de la ligne fixée au sommet et interdit formellement la formation de fractions internes77. Dans la réalité, ce modèle est déjà entré dans les pratiques de la plupart des partis communistes. Pour le cas du PCF, le primat de la discipline de parti s’est imposé sous la pression du Komintern ; la bolchevisation du Parti communiste allemand, en revanche, s’est réalisée plutôt de l’intérieur78.

  • 79 « Bericht von der Tagung des RSI-Kongresses », RGASPI, 537-I-82.
  • 80 Bruno Lieske, « Berlin, im August 1925 », RGASPI, 537-I-104.
  • 81 « An die Mitglieder des Präsidiums des EK der RSI. Moskau, 10.4.25 », RGASPI, 537-I-104.

28Placé sous les mots d’ordre de la « centralisation » et de la « stricte discipline », le 3e congrès de l’Internationale rouge sportive, à Moscou en octobre 1924, fait écho à un processus en profondeur au moment de l’élection du président. Dans son rapport confidentiel à la direction du Parti communiste, un délégué allemand parle d’un « scénario désormais bien établi » qui consiste à suivre les souhaits, explicites ou devinés, du Bureau politique du Parti bolchevique, même quand cela entraîne le retour à la présidence de Nikolaj Podvojskij, choix considéré par la plupart des votants comme peu rationnel79. Comme l’exposera le directeur du Bureau berlinois de l’IRS Bruno Lieske, à travers des exemples bien documentés80, les personnes qui se sont imposées au sein du comité exécutif de l’IRS depuis le plénum de février 1923 agissent selon le principe de l’obéissance anticipée, et transposent sur le sport ouvrier tous les éléments de la politique du Komintern sans même s’interroger sur leur utilité dans ce secteur particulier. La demande de bolchevisation s’adresse ainsi, dans le cas de l’IRS, à des militants bien disposés pour la plupart à la mettre en œuvre. En avril 1925, le secrétaire Fritz Reußner rappelle d’un ton laconique aux autres membres du présidium que le cadre d’action de l’Internationale sportive a considérablement changé, « puisqu’elle est désormais un organe direct du Komintern81 ».

4. L’impossible « front unique »

A. L’unité, une notion polysémique

29Le 27 juillet 1922, deux jours avant l’ouverture du congrès de l’IRS à Berlin, l’Internationale sportive de Lucerne termine son 2e congrès à Leipzig. À l’issue des discussions sur la position à prendre vis-à-vis de l’IRS, il adopte la résolution soumise par la délégation belge :

  • 82 ATZ, 1922, p. 179.

Étant donné que l’éducation physique est un moyen de combat du prolétariat contre le capitalisme et le militarisme, et que ce combat doit être mené avec le maximum d’unité, le congrès tient à exprimer son regret de voir cette unité brisée dans le domaine de l’éducation physique par l’existence de l’Internationale rouge sportive de Moscou à côté de l’Internationale sportive ouvrière. […] L’Internationale sportive ouvrière est libre de toute tendance, elle n’aspire qu’à l’éducation complète de la jeunesse ouvrière et peut accueillir dans ses rangs toute organisation nationale défendant le principe de la lutte des classes82.

  • 83 Arbeiter-Sport, 28 septembre 1921.

30La teneur des débats menés à Leipzig sur le sport soviétique n’entre guère dans le schéma de l’antibolchevisme. Au contraire, la décision de rechercher des modalités d’accord avec l’IRS correspond à la volonté, exprimée par la majorité de l’assemblée, d’intégrer le sport soviétique dans une organisation unique du mouvement sportif ouvrier international. L’ISL s’était en outre associée en septembre 1921 à un appel à l’aide internationale pour le peuple soviétique en proie à une famine dramatique83. L’attribution de la première Olympiade ouvrière à l’Allemagne (plus exactement à la ville de Francfort-sur-le-Main, pour l’année 1925), plus encore que la tenue de ce congrès dans la métropole de la Saxe, suggère d’autre part que l’Internationale sportive de Lucerne est à présent guérie des derniers symptômes de social-patriotisme. Cependant, ses propositions d’unité ne trouvent pas d’écho auprès des communistes, leur « front unique » ne supposant pas une refonte avec les organisations socialistes mais seulement des coopérations ponctuelles, dans le cadre de certaines actions et revendications politiques et économiques. La nouvelle tactique laisse tout de même perplexe un certain nombre de militants communistes, ceux-ci se voyant obligés de s’allier avec des partis qu’ils viennent seulement de quitter, parfois avec beaucoup de peine. D’importantes fractions des partis communistes de France, d’Espagne et d’Italie entrent en conflit ouvert avec le Komintern au sujet de cette tactique qui, pour certains, met en question la raison d’être de partis révolutionnaires.

  • 84 Kriegel, « La IIIe Internationale », op. cit., p. 80-82.

31Le Komintern est alors amené à souligner la persistance de ses objectifs révolutionnaires, et à réaffirmer son opposition de principe au mouvement socialiste. À son 4e congrès en novembre/décembre 1922, il précise que la tactique du front unique doit être considérée comme un dispositif pour conquérir les travailleurs encore exposés à l’influence réformiste. Les dirigeants des organisations socialistes sont à placer devant le choix soit d’accepter les propositions d’actions communes venant des communistes (qui tenteront alors de prendre la direction des opérations), soit dans le cas contraire d’être dénoncés comme saboteurs des intérêts prolétariens84. C’est à ces deux niveaux d’intervention – la direction et la base – que se réfère la formule du front unique « par le haut et par le bas » qui, avec divers changements dans les priorités, désigne de 1922 à 1927 la ligne d’action générale du mouvement communiste vis-à-vis du mouvement socialiste.

32Devant les prémices du « front unique prolétarien », introduire la division idéologique et se battre simultanément pour l’unité du mouvement sportif ouvrier ne constitue pas du point de vue communiste une contradiction en soi. Ce sont plutôt deux facettes irréductibles d’un seul objectif, à savoir la mainmise sur le sport travailliste. Agir ainsi revient tout de même à faire un exercice de corde raide au cours duquel les chutes ne pourront s’éviter qu’à condition d’une complicité généreuse ou inconsciente, très peu probable, de l’adversaire politique.

B. La scission du mouvement sportif ouvrier à Paris et à Strasbourg

  • 85 Annie Kriegel, Les communistes français dans leur premier demi-siècle, 1920-1970, Paris, Éditions d (...)
  • 86 Jean-Paul Brunet, Histoire du socialisme en France (de 1871 à nos jours), Paris, PUF, 2e édition, 1 (...)

33Les réticences à l’idée de lancer le mouvement sportif ouvrier dans une aventure révolutionnaire, exprimées au congrès de la Fédération sportive du Travail de juillet 1921 par une grande partie des délégués communistes, coïncident avec le début d’une première crise profonde du jeune Parti communiste. De 1921 à 1923, ses effectifs chutent de la moitié, précisément de 109 391 à 55 59885. La SFIO, qui représentait la minorité après la scission au congrès de Tours, remonte la pente : en 1924, elle compte 72 000 adhérents. Le déclin du mouvement communiste se traduit aussi dans les résultats des élections législatives de 1924 : le PCF obtient seulement 9,8 % des voix, contre près de 19 % pour le Parti socialiste86.

  • 87 Comme l’exprime le délégué Raymond Lefebvre au congrès de la SFIO à Strasbourg en févier 1920 : « I (...)

34Il semble contradictoire que, pendant le même temps, les partisans d’une orientation révolutionnaire gagnent de plus en plus d’audience dans le mouvement sportif ouvrier. Au congrès fédéral d’août 1922, ils arrivent à un meilleur résultat qu’en 1921 (91 sur 229 délégués votent cette fois-ci pour l’adhésion à l’Internationale rouge sportive), et l’année suivante, ils obtiennent la majorité des voix. De prime abord, l’hypothèse du facteur générationnel comme cause majeure de ce glissement paraît séduisante : le PCF recrute un fort pourcentage de ses membres parmi les jeunes ouvriers qui ont connu la réalité des tranchées et se sentent de ce fait profondément en rupture avec la « vieille garde » du Parti socialiste, celle qui a voté les crédits de guerre87 ; or, la plupart des pratiquants sportifs sont jeunes. Cependant, si l’on note l’absence de réaction forte à la Fédération sportive du Travail durant les mois suivant le congrès de Tours, on se souviendra qu’en réalité, la grande majorité des adhérents de la FST ne sont pas affiliés à un parti, et qu’ils ne se distinguent pas non plus par un haut degré de conscience politique (nous allons y revenir au chapitre 3).

  • 88 Le Sport ouvrier, Organe bi-mensuel de la Fédération Sportive du Travail, Section française de l’In (...)
  • 89 Cf., à titre d’exemple, les documents de l’IRS publiés dans L’Internationale du 22 août 1922.
  • 90 Sur le rôle de Doriot dans le mouvement sportif ouvrier voir André Gounot, « Jacques Doriot : l’imp (...)

35La recherche d’autres explications conduit à s’interroger sur le changement d’enjeux qui s’effectue à partir de 1922, au moins en apparence. En 1921, les délégués devaient décider si leur fédération sportive allait se transformer en organisation auxiliaire du Parti communiste ou rester une fédération sportive certes de gauche, mais neutre par rapport aux deux partis ouvriers. En 1922 et 1923, un choix plus concret s’impose entre les deux Internationales sportives ouvrières. En conséquence, les débats changent de contenu et de ton. Les partisans de l’IRS opposent le « dynamisme » de l’Internationale sportive de Moscou, qui serait dirigée par des « hommes d’action », à « l’inertie » de celle de Lucerne, étouffée par des « phraseurs »88. Ils insistent sur la perspective d’entrer en relations avec le sport soviétique, acteur et symbole d’après eux de la Révolution d’Octobre et du bolchevisme triomphant89. Cette forme de propagande entre en jeu à partir du début de l’été 1922, quand des relations entre l’Internationale rouge sportive et des militants communistes de la FST s’établissent par l’intermédiaire de Jacques Doriot, qui exerce la double fonction de membre des comités exécutifs de l’Internationale communiste de la Jeunesse et de l’IRS90.

  • 91 L’Internationale, 8 juin, 24 juillet et 4 août 1922 ; Proletariersport, no 1, 1923, p. 8. Sur les c (...)
  • 92 « Protokoll der 2. Konferenz der RSI in Berlin », RGASPI 537-I-3.
  • 93 « Procès-verbal de la réunion du Comité exécutif de l’IRS du 25 novembre 1922 », RGASPI 537-I-3.

36Une Commission d’études sportives internationales, exclusivement composée de membres du Parti communiste, se met aussitôt en place91. Trois de ses représentants participent de manière officieuse au 2e congrès de l’IRS à Berlin92, où ils reçoivent l’instruction de continuer leur propagande sans pour autant mettre en péril l’unité du mouvement sportif ouvrier français. Une telle issue serait d’autant plus contre-productive que les quelque 6 000 membres que compte la FST en 1922 ne représentent encore qu’une partie minuscule des ouvriers français pratiquant le sport93.

  • 94 Pour un court portrait de ce mouvement sportif ouvrier régional voir Léon Strauss, « Les organisati (...)
  • 95 En Alsace, la langue véhiculaire du sport travailliste reste l’allemand.
  • 96 Qui atteint le chiffre de 11 542 en 1923. Cf. Fédération Sportive du Travail. Journal officiel de l (...)

37Précisons qu’en théorie s’ajoutent aux effectifs les sportifs inscrits à la Fédération sportive du Travail d’Alsace et de Lorraine (FSTAL) dont le siège se situe à Strasbourg94, celle-ci ayant adhéré en 1919 à la FST de Paris. Cependant, l’écart culturel entre le mouvement sportif ouvrier alsacien et celui de la « France de l’intérieur » rend difficile la réalisation concrète de la fusion. En effet, à côté des particularités linguistiques95, les traditions allemandes imprègnent les pratiques sportives ouvrières en Alsace où la gymnastique – ou plutôt le Turnen – continue de jouer un rôle de première importance, et se font aussi valoir au niveau des structures d’organisation. À l’image du mouvement sportif ouvrier allemand, la FSTAL est subdivisée en différentes sections plus ou moins autonomes s’occupant des activités sportives – et même non sportives : en 1919, les associations ouvrières de musique, de chant et de théâtre de la région adhèrent également à la FSTAL. L’organisation parisienne fonctionne de manière plus centraliste et, du reste, rassemble nettement moins de membres que la fédération régionale96 pour laquelle l’inscription dans un cadre national revêt alors d’autant moins d’intérêt. Dès le début des années 1920, les relations entre Strasbourg et Paris s’enlisent progressivement dans le domaine du sport travailliste, pendant que le « malaise alsacien » se traduit par la montée des courants régionalistes et autonomistes auxquels s’associe le Parti communiste.

  • 97 Cf. L’Humanité, 10, 16, 18 et 20 juillet 1923 ; Le Populaire, 24 juillet 1923 ; Bulletin communiste (...)
  • 98 Proletariersport. Organ für proletarisch-physische Kultur (organe de l’Internationale rouge sportiv (...)
  • 99 Les interventions de Doriot, Garchery et Vaillant-Couturier sont annoncées sous forme d’un rapproch (...)
  • 100 L’Humanité, 4 et 12 juillet 1923.

38La fraction communiste au sein de la Fédération sportive du Travail (Paris) ne bénéficie pas au début du soutien de la direction du PCF. Préoccupé par le conflit qui l’oppose au Komintern, le Parti ne s’intéresse guère à la question des organisations de masse. On perçoit un léger changement à partir du printemps de 1923, quand des personnages du Parti comme Jean Garchery et Paul Vaillant-Couturier plaident en faveur d’une intervention concertée dans le sport ouvrier97. L’acteur principal dans la conquête d’une majorité pour l’adhésion à l’IRS sera cependant le jeune Jacques Doriot, qui se trouve alors aux débuts d’une carrière politique marquée d’abord par sa montée fulgurante dans les plus hauts rangs du PCF, puis, après 1934, son virement progressif vers le fascisme et le national-socialisme. Une fois rentré de Moscou, il est élu président des Jeunesses communistes au congrès de Villeurbanne en mai 1923. Dans cette position, il incite des adhérents à déployer des activités militantes à l’intérieur de la fédération sportive ouvrière. Certains d’entre eux font déjà partie de clubs de la FST dont plusieurs avaient été créés par des groupements des Jeunesses socialistes avant la guerre. D’autres, moins motivés par la pratique sportive, adhèrent à la Fédération sportive du Travail pour participer à la propagande politique, autrement dit : ils réalisent l’entreprise de noyautage lancée par Doriot, et qui s’avérera décisive98. Leur présence aux assemblées générales des clubs est effectivement de première importance en vue des mandats à donner aux délégués pour les votes au prochain congrès fédéral à Montreuil. Inscrit lui-même à l’Étoile rouge sportive, club dont Paul Vaillant-Couturier est président d’honneur, Doriot prend la parole à l’occasion de différentes assemblées générales et lors de meetings publics dont le dernier a lieu à la veille du congrès99. Il faut préciser que la fraction communiste s’était opposée à ce que la décision sur l’affiliation internationale soit prise sur référendum100. Cette procédure aurait donné toutes facilités à l’implication de membres en général plus ou moins « muets », qui se sentent peu concernés par les campagnes de propagande et auraient été susceptibles de se prononcer contre un changement d’orientation politique de la fédération.

  • 101 Parti Communiste (S.F.I.C), Année 1923. Rapport politique. Vers un Parti communiste, s.l.n.d. [Pari (...)

39Le 22 juillet 1923 à Montreuil, 123 délégués contre 117 votent pour l’adhésion à l’IRS. La minorité socialiste décide alors de ne pas poursuivre la route avec les communistes, et de former une organisation séparée qui restera section française de l’Internationale sportive de Lucerne. Le résultat, s’il est bien l’aboutissement d’un travail intense de propagande et de noyautage101, prend des allures de déroute tactique que les communistes tentent trop tardivement d’éviter. Après le vote, ils proposent de ne pas toucher malgré tout à l’appartenance de la FST à l’Internationale sportive de Lucerne. Cette tentative de maintenir l’unité du mouvement sportif ouvrier français – nonobstant le clivage politique devenu pratiquement insurmontable au fil des polémiques – échoue devant le refus des socialistes d’accepter une direction fédérale composée en majorité de militants communistes. À partir de cette date existent donc deux fédérations sportives ouvrières de petite taille en France, dont l’une ajoute « IRS » à son nom, alors que l’autre précise son appartenance en se nommant « FST-ISL » avant d’adopter en 1926 l’appellation Union des Sociétés sportives et gymniques du Travail (USSGT).

  • 102 Les responsables de la FSTAL se concertent par ailleurs avec l’IRS. Voir l’échange de courrier RGAS (...)
  • 103 Le Sport Ouvrier. Journal officiel de la F.S.T. d’Alsace et de Lorraine, 5 août 1924, 5 mars 1925, (...)

40À Strasbourg, la scission intervient avec un décalage temporel mais selon un schéma semblable à celui que nous venons d’observer pour la fédération parisienne. À partir de 1923, le comité directeur de la Fédération sportive du Travail d’Alsace et de Lorraine est de majorité communiste, ce qui influe fortement sur les contenus de l’organe de la fédération, qui publie régulièrement des attaques verbales contre les socialistes, à côté d’articles dithyrambiques sur le sport soviétique102. Devant ces prémices, et même si les communistes évitent de soulever la question de l’appartenance internationale, un certain nombre d’associations se détachent de l’Union des chanteurs ouvriers puis de l’Union gymnique ouvrière au cours des années 1924 et 1925. Le processus de division s’achève le 5 décembre 1926 avec la création de la Fédération sportive et gymnique du Travail d’Alsace et de Lorraine d’affinité socialiste103. Celle-ci insistera à son tour sur son autonomie vis-à-vis de l’organisation parisienne. Dès ce moment, l’Internationale sportive de Lucerne compte trois organisations françaises dans ses rangs : deux fédérations d’Alsace-Lorraine en plus de l’USSGT, la plus petite des trois.

C. À Berlin : des ententes tendues

41Au sein du mouvement sportif ouvrier allemand, le travail de l’opposition communiste prend des formes plus organisées à partir de la constitution, en 1922, de la Reichsfraktionsleitung (RFL, « direction impériale des fractions », sous-entendu direction des fractions communistes établies au sein de l’Arbeiter-Turn-und Sportbund), dont les principaux acteurs, à savoir Bruno Lieske, Paul Zobel et Fritz Wiest, entretiennent des liens étroits avec le Sportintern. Sa base opérationnelle est le premier district de l’ATSB, celui de Berlin-Brandebourg, où les communistes forment la majorité.

  • 104 Sur lequel on trouve tous les détails dans Dierker, Arbeitersport im Spannungsfeld, op. cit., p. 11 (...)

42Les conflits entre la direction social-démocrate de l’ATSB et l’opposition communiste s’enveniment en 1924, lorsque le Komintern et le Kommunistische Partei Deutschlands, en réaction au naufrage de l’insurrection communiste à Hambourg en octobre 1923, se mettent à concentrer leurs efforts sur le front unique « par le bas ». La ligne ultragauche est mise en œuvre de manière particulièrement virulente par Bruno Lieske, devenu entre-temps directeur du Bureau berlinois de l’IRS installé dans les locaux des Jeunesses communistes. Fin septembre 1924, la direction de l’ATSB prononce non seulement l’exclusion de Lieske mais demande aussi à son club, la Turn-und Sportverein Fichte (TuS Fichte, nouveau nom de l’ancienne TV Fichte), d’approuver officiellement cette mesure. La TuS Fichte s’y refusant, elle se voit bannie à son tour en décembre. Quelques mois plus tard, elle se plie aux exigences de la direction fédérale. Même si le club est dès lors réadmis dans les rangs de l’Arbeiter-Turn-und Sportbund, une partie des membres, las des agissements communistes, s’en va toutefois en direction de la Freie Turnerschaft Berlin qui s’affirme comme le pilier principal des partisans de l’Internationale sportive de Lucerne dans la capitale. Au demeurant, dans les autres parties de l’Allemagne, Fichte n’a pas obtenu de soutien significatif tout au long de ce conflit104.

43L’unité organisationnelle du mouvement sportif ouvrier allemand se maintient à travers de nombreux moments de tension jusqu’en 1928, cela moins en vertu de compatibilités politiques – le fossé entre communistes et sociaux-démocrates étant particulièrement profond en Allemagne depuis la répression violente de la révolte de janvier 1919 sur l’ordre d’hommes politiques sociaux-démocrates – qu’en raison des rapports de force, différents de ceux établis sur le territoire français des deux côtés des Vosges. Comme le montrent les trois cas observés, les communistes ne parviennent à suivre le précepte de l’unité qu’au prix de défaites politiques et, plus généralement, qu’à condition de manquer l’objectif de conquérir la majorité. En effet, les socialistes n’acceptent pas l’idée de se soumettre aux « ordres de Moscou » et préfèrent ainsi la division à une unité sous domination communiste. Cette règle se confirmera en 1928-1929 en Angleterre, à un moment où les scissions se multiplient sur le plan national dans le contexte de la « lutte classe contre classe » et de la thèse du « social-fascisme ».

5. Structures et objectifs des mouvements sportifs socialiste et communiste

A. Des modes de fonctionnement opposés

  • 105 Concernant les cadres de l’Internationale communiste et leur sélection, voir Wolikow, L’Internation (...)
  • 106 Pour des éléments biographiques sur les principaux dirigeants de l’IRS voir Gounot, Die Rote Sporti (...)

44Vis-à-vis de ses sections nationales, l’Internationale rouge sportive tente de fonctionner de la même forme centraliste et autoritaire que le Komintern, dont elle applique les directives du jour qui, pourtant, n’entretiennent le plus souvent que des liens éloignés avec les expériences quotidiennes des sportifs ouvriers. Fait significatif, le congrès de 1924, qui entérine la « centralisation » de l’IRS, ne sera suivi que d’un seul et dernier congrès, organisé à Moscou quatre ans plus tard. La base est écartée de fait des processus de décision. Pour le présidium et le comité exécutif, la fidélité à la ligne de l’Internationale communiste obtient priorité absolue devant le critère d’efficacité, ce qui ne manque pas de se refléter dans la sélection des cadres : ce n’est pas la compétence dans le domaine sportif qui y joue le rôle principal, mais bien la conformité à l’habitus kominternien105. La majeure partie des postes au sommet continue d’être attribuée à des personnages issus du mouvement des Jeunesses communistes. L’Allemand Fritz Reußner est membre du comité exécutif de l’ICJ avant d’exercer, de 1923 jusqu’à son accident de ski mortel en janvier 1929, la fonction de secrétaire de l’IRS. À partir du printemps 1925, quand le Bureau berlinois est fermé et son directeur Bruno Lieske rétrogradé à la fonction de membre ordinaire du comité exécutif, Reußner, qui – contrairement à maints militants étrangers – accepte volontiers de rester à plus long terme à Moscou, devient le personnage principal de l’IRS. Podvojskij, à nouveau président de l’organisation de 1924 à 1928, ne joue ce rôle que de manière épisodique et à travers des initiatives peu réussies. Le congrès d’octobre 1928 établit une direction bicéphale composée d’Ivan Choldak, ancien président de la commission de propagande des Jeunesses communistes russes, et de Carlo Aksamit, auparavant membre du comité central des Jeunesses communistes tchécoslovaques106.

  • 107 Cf. « Statistik der Delegierten der Sektionen und Fraktionen zum III. Kongreß der RSI, der im Oktob (...)
  • 108 Le Canadien Marriott était employé des Jeunesses communistes du Canada (cf. « Enquette », RGASPI, 5 (...)
  • 109 « Sitzung der Reichsfraktionsleitung vom 15. März 1927 », SAPMO-BArch, Ry / I 2 70 / 7.

45L’orthodoxie communiste ne s’impose pas seulement au sommet de la hiérarchie : sur les 107 délégués recensés aux réunions de l’Internationale rouge sportive entre 1924 et 1928, les deux seuls qui ne possèdent pas de carte de membre d’un parti ou d’une organisation des Jeunesses communistes107 sont toutefois fortement impliqués dans ce mouvement108. Dans le cas des délégués allemands, les mécanismes de contrôle s’intensifient de manière notoire à partir du 3e congrès : ils ont tous l’obligation de se procurer une attestation de confiance auprès de la direction du KPD de leur district. Cela ne suffit pas au Parti, qui donne mission à l’un des délégués, le Berlinois Armin Hauswirth, d’observer et de relater les comportements politiques des autres participants allemands. Dans les faits, le KPD s’intéresse assez peu au sport travailliste avant 1928 ; cependant, il n’accepte pas l’idée que le contrôle de ce secteur d’activité puisse lui échapper. En 1927, il rattache la Reichsfraktionsleitung sportive à son Bureau d’organisation109.

  • 110 « Compte rendu de la séance du Bureau politique du PCF (26 décembre 1924) », in Dépôt du Parti comm (...)
  • 111 « Direktiven für den französischen Kongreß. Moskau, den 29. August 1924 », RGASPI 537-I-79.
  • 112 Lettre de Lieske à Quiri (dirigeant de la FST d’Alsace et de Lorraine), 4 avril 1925, RGASPI 537-II (...)
  • 113 Voir la notice dans Jean Maitron / Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire biographique du mouvement (...)

46Le Parti communiste français montre une attitude semblable à l’égard de la Fédération sportive du Travail. Quand le congrès du Comité régional de la Seine en 1924 élit un « secrétaire réformiste », le Parti est d’abord perplexe. Il n’accorde pas plus de crédit au nouveau secrétaire national de la FST Victor Read, élu au congrès fédéral la même année et sympathisant avec la « tendance de droite » que l’Internationale communiste est en train de combattre. Le Bureau politique du PCF conclut qu’« il faut manœuvrer pour les écarter110 ». Les modalités démocratiques des élections sont également perçues comme menaçantes par l’Internationale rouge sportive. Chargée de veiller à ce que ses sections nationales ne s’écartent pas de la ligne politique imposée par le Komintern, elle estime que, concernant la composition du Conseil fédéral de la FST, « il faut faire valoir le plus d’influence possible, après concertations avec le Parti et les Jeunesses communistes111 ». Moins d’un an après son élection, Read, sur lequel l’IRS fait courir la rumeur d’avoir « conspiré avec les Lucernois112 », est exclu du Parti communiste. Georges Naze, ancien secrétaire de la Fédération de la Seine des Jeunesses communistes113, le remplace. Ainsi, l’IRS joue le rôle de structure d’appui pour des partis communistes soucieux de garder le contrôle sur leurs organisations auxiliaires.

  • 114 Max Weber, Wirtschaft und Gesellschaft. Grundriß der verstehenden Soziologie, Tübingen, Mohr, 1972, (...)
  • 115 Cf. Gounot, Die Rote Sportinternationale, op. cit., p. 108-112.

47Au vu des codes de comportement de ses dirigeants, l’IRS ressemble au type d’organisation de caractère traditionnel et aux structures quasiment féodales que dessine Max Weber dans son schéma des trois types de pouvoir et d’autorité légitimes114 : cette organisation serait en tout premier lieu régie par la croyance commune en des principes, convictions et traditions élevés au rang de culte religieux, les notions de rationalité et d’efficacité ne pouvant alors jouer qu’un rôle secondaire voire marginal. Il est vrai qu’à côté des tendances autoritaires, un autre trait saillant de l’IRS consiste à partir de 1924-1925 en ce qu’on peut appeler la « domination paradoxale du sport soviétique »115. En effet, celui-ci voit progressivement en l’IRS un obstacle potentiel à la réalisation de ses propres ambitions plutôt qu’un partenaire. La majorité de ses représentants adoptent dès lors des attitudes qui paralysent et parfois même discréditent les activités de l’Internationale. Pour cette raison parmi d’autres, celle-ci dispose de ressorts bien réduits pour réaliser sa mission essentielle de promouvoir le « sport révolutionnaire » en Europe.

  • 116 Le règlement prévoit : de 1 000 à 50 000 membres = une voix, 50-100 000 membres = deux voix, 100-20 (...)
  • 117 Internationaler Sozialistischer Verband für Arbeitersport und Körperkultur, Bericht über den 3. Kon (...)
  • 118 Lucerne 1920, Leipzig 1922, Paris-Pantin 1925, Helsinki 1927, Prague 1929, Liège 1932, Karlsbad 193 (...)
  • 119 Dierker, Arbeitersport im Spannungsfeld, op. cit., p. 85.

48À l’opposé, l’Internationale sportive de Lucerne veille à un certain équilibre entre ses sections en introduisant un plafond pour le nombre de délégués envoyés aux congrès par les sections quantitativement les plus fortes116. Si cette mesure paraît insuffisante à certains représentants de petites sections117, les comptes rendus des neuf congrès organisés entre 1920 et 1938118 ne donnent pas l’impression que des décisions sont prises pour satisfaire les désirs d’une seule et même section ; ni d’ailleurs pour répondre à des incitations plus ou moins autoritaires de l’Internationale ouvrière socialiste. De vrais débats ont lieu, au cours desquels des positions communistes, certes minoritaires, s’expriment jusqu’en 1929. Elles sont principalement défendues par des délégués de la section finlandaise ainsi que de la Fédération sportive du Travail d’Alsace et de Lorraine. Jusqu’à la fin des années 1920, l’acceptation de divergences politiques est par ailleurs de mise pour les sections de l’ISL représentant des organisations nationales unitaires. Ainsi, sur les 245 délégués au congrès fédéral de l’Arbeiter-Turn-und Sportbund à Leipzig en 1928, 166 appartiennent au Parti social-démocrate et 66 au Parti communiste119.

  • 120 Voir Jack Jacobs, « Les mouvements sportifs des ouvriers juifs en Pologne dans l’entre-deux-guerres (...)

49À la pluralité des opinions et appartenances au sein de l’Internationale sportive de Lucerne s’ajoute une grande diversité géographique et ethnique. Alors qu’elle aurait souhaité faire appliquer le principe d’une fédération unique par pays, l’ISL intègre quatre petites organisations sportives ouvrières de la Pologne (toutes d’orientation socialiste), destinées aux travailleurs polonais, à ceux des minorités nationales ukrainienne et allemande ainsi qu’à une partie des travailleurs juifs120. Sur le territoire tchécoslovaque évolue également, à côté de l’organisation social-démocrate praguoise, une fédération rassemblant une minorité nationale, celle des Allemands des Sudètes ; son siège se trouve à Aussig sur l’Elbe (Ústí nad Labem). Enfin, comme nous l’avons vu, le particularisme alsacien s’affirme également dans cette organisation.

  • 121 Le Peuple (Bruxelles), 16 septembre 1920 ; « Satzungen des Internationalen sozialistischen Verbands (...)
  • 122 Comme le fait remarquer aussi Steven Jones dans « The European Workers’ Sport Movement and Organize (...)

50L’ISL est dirigée par un Bureau international dont les membres sont élus par les délégués aux congrès. Y appartiennent le président, le secrétaire et, dans un premier temps, cinq adjoints. À partir de 1925 s’y rajoutent deux représentants de la commission technique. Le Bureau ne peut prendre de décision sans l’aval de la majorité des sections, à travers des votes par correspondance en dehors des périodes de congrès121. Fonctionnant de manière décentralisée122, l’Internationale sportive de Lucerne joue essentiellement le rôle de structure permettant une meilleure organisation et un plus grand rayonnement des rencontres internationales du sport travailliste, avec les Olympiades ouvrières d’été en apothéose.

  • 123 « Protokoll der Sitzung des EK der RSI vom 12. Juni 1923 », RGASPI, 537-I-74 ; « Protokoll der Sitz (...)
  • 124 Zentralkommission für Arbeitersport und Körperpflege, Bericht über die internationale Tagung zu Fra (...)
  • 125 Fritz Wildung est secrétaire général de la Zentralkommission für Arbeitersport und Körperpflege, Co (...)
  • 126 Ibid.

51Les controverses autour de la première Olympiade ouvrière, qui se tient à Francfort en été 1925, illustrent parfaitement les différences de fonctionnement des deux Internationales sportives. Après s’être concertée avec le Komintern et l’Internationale communiste de la Jeunesse, l’IRS lance en juin 1923 le mot d’ordre de la participation. Elle remet à plus tard une manifestation internationale que sa section tchécoslovaque entendait orchestrer à Prague en 1925123. La requête de l’IRS rencontre des avis partagés auprès de l’Internationale sportive de Lucerne. Alors que les fédérations sportives ouvrières de Suisse et de Finlande se prononcent en faveur de l’invitation de l’organisation concurrente, la section tchécoslovaque menace de boycotter l’Olympiade devant une telle perspective124. Fritz Wildung et Cornelius Gellert, personnages politiques du Parti social-démocrate et principaux leaders du mouvement sportif ouvrier allemand125, exigent que l’on admette à tout le moins la participation des sportifs soviétiques. D’une part, ils veulent éviter un envenimement des conflits politiques au sein de l’ATSB ; d’autre part, ils escomptent un gain d’attractivité pour l’événement qu’ils préparent. La majorité du Bureau international estime cependant qu’il faudrait au préalable réaliser l’union des deux Internationales sur la base des statuts de l’ISL126.

  • 127 « An das BB der RSI. Moskau, den 20. VIII. 1924 », RGASPI, 537-I-85 ; « Exekutivkomitee, 20. August (...)

52Quoi qu’il en soit, les propositions communistes d’une entente autour de l’Olympiade perdent toute crédibilité quand le Komintern effectue un virage ultragauche suite à la débâcle de la tentative d’insurrection lancée par le KPD à Hambourg en octobre 1923. Sous les prémices de la tactique du « front unique par le bas », l’IRS souligne dès lors son opposition radicale à l’Internationale sportive de Lucerne. À la conférence que tient cette dernière à Francfort en avril 1924, l’invité Bruno Lieske déclare sans détours que l’Olympiade ouvrière marquera un pas décisif dans la marche des masses vers l’« Internationale de l’avenir », la sienne. De concert avec le Parti communiste tchécoslovaque, le même Lieske trouble la fête de la fédération gymnique et sportive ouvrière des Allemands des Sudètes (Arbeiter-Turn- und Sportverband, ATUS) qui a lieu du 9 au 11 août 1924 à Karlsbad (Karlovy Vary). Alors qu’en invitant officiellement une équipe soviétique ainsi qu’une délégation de l’IRS, ils ont dérogé aux règles établies par leur Internationale, les dirigeants sociaux-démocrates de l’ATUS se voient accusés d’avoir « conspiré avec le gouvernement tchécoslovaque » pour empêcher les sportifs russes de pénétrer sur le territoire national. La délégation de l’IRS participe au défilé de la cérémonie d’ouverture avec une banderole dénonçant le soi-disant « scandale des visas ». Dans les faits, l’absence des sportifs soviétiques à Karlsbad fut la conséquence d’une organisation défaillante de leur déplacement par le Conseil suprême de la Culture physique (russe)127.

53En définitive, les deux membres allemands du Bureau de l’ISL ne trouvent plus d’arguments à opposer à la demande de la section tchécoslovaque d’écarter de l’Olympiade toutes les sections de l’IRS. Ils se joignent à la résolution qu’adopte le Bureau lors de sa réunion le 14 septembre 1924 à Vienne :

  • 128 Lettre de Jules Devlieger au « Camarade Fritz Reußner, I. R. S., Fléron, le 20 septembre 1924 », in (...)

L’Olympiade ouvrière de Francfort est une démonstration de l’Internationale de Lucerne. En conséquence ne pourront y prendre part que les organisations affiliées à cette Internationale. Chaque pays est libre de s’affilier à l’Internationale s’il en reconnaît les principes et s’engage à agir selon eux128.

54Cette décision est communiquée à l’IRS par une lettre s’abstenant de toute autre explication et contrastant fortement avec les écrits antérieurs qui exprimaient toujours le souhait d’une entente. Sans faire beaucoup de bruit, les « Lucernois » tournent une page. En conséquence des expériences de l’année 1924, ils n’accorderont plus de crédit aux discours unitaires de l’organisation moscovite, même quand ceux-ci se fonderont sur une politique plus modérée – ce qui ne sera le cas que quelques mois plus tard, après un nouveau changement tactique du Komintern.

  • 129 ASKÖ est le nouveau nom de la VAS qui entre en vigueur en octobre 1924. Cette organisation regroupe (...)
  • 130 Christine Bouneau, « La jeunesse socialiste et l’action internationale durant l’entre-deux-guerres  (...)
  • 131 Internationaler sozialistischer Verband für Arbeitersport und Körperkultur, Bericht über den 4. Kon (...)
  • 132 F. Vandersmissen, Le sport ouvrier, Bruxelles, L’Églantine, 1929, p. 30.

55La fraction du Bureau international favorable à un positionnement clair dans le camp socialiste bénéficie par ailleurs de l’arrivée de Julius Deutsch, représentant de l’Arbeiterbund für Sport und Körperkultur Österreich (ASKÖ, Union ouvrière du sport et de la culture physique d’Autriche)129 et l’un des personnages les plus réputés du mouvement social-démocrate de ce pays. Le rapprochement vers l’Internationale ouvrière socialiste s’opère dans un premier temps de manière informelle, l’ISL voulant encore garder des apparences de neutralité vis-à-vis des partis ouvriers. Ainsi, Jules Devlieger envoie en mai 1925 une lettre confidentielle à l’ISO pour lui demander d’intervenir sur les destinées du sport travailliste, en particulier en Norvège où la domination communiste semble due à une trop grande passivité du mouvement social-démocrate dans ce secteur. L’année suivante, l’ISL et l’Internationale de la Jeunesse socialiste, qui regroupe environ 200 000 membres130, conviennent d’une collaboration étroite, et une délégation de l’ISL participe au congrès de constitution de la Commission internationale de défense contre le fascisme à Vienne. Enfin, en août 1927, à l’occasion de son congrès d’Helsinki, l’Internationale de Lucerne officialise publiquement sa liaison avec l’Internationale ouvrière socialiste, en présence de délégués de celle-ci. En complément, elle entend établir des contacts suivis avec les structures directrices de la Fédération syndicale internationale à Amsterdam ainsi qu’avec l’Alliance coopérative internationale à Londres. Le congrès d’Helsinki appelle les sections nationales à renforcer de leur côté les liens avec les partis socialistes de leurs pays131. Mentionnons aussi qu’au 3e congrès de l’IOS à Bruxelles en 1928, Deutsch et Guillevic représentent l’Internationale sportive qui organise par ailleurs à cette occasion une exposition commune avec l’Internationale de la Jeunesse socialiste (installée à Berlin) et l’Internationale pour l’Éducation socialiste (Vienne)132.

  • 133 Internationaler sozialistischer Verband für Arbeitersport und Körperkultur, Bericht über den 4. Kon (...)
  • 134 Guillevic se distingue comme l’un des personnages les plus influents des mouvements sportifs ouvrie (...)
  • 135 Steinemann travaille comme professeur d’éducation physique à Berne. Il fait partie depuis 1924 de l (...)

56Afin de mieux exposer ses convictions politiques, l’ISL adopte en janvier 1928 le nom officiel d’Internationale sportive ouvrière socialiste (ISOS), après avoir transféré son siège à Prague. Une double présidence est assurée depuis le congrès d’Helsinki par l’Allemand Cornelius Gellert et l’Autrichien Julius Deutsch, tandis que Rudolf Silaba (Tchécoslovaquie) occupe la fonction de secrétaire133. Ils seront tous trois confirmés dans leurs fonctions au 5e congrès de l’ISOS, tenu à Prague en octobre 1929. Jules Devlieger (secrétaire pour l’Europe occidentale), Bruno Kalnin (secrétaire pour les pays scandinaves et baltes), Albert Guillevic134, Jakob Steinemann135 et Gaston Bridoux gardent leurs sièges au Bureau international. Karl Bühren remplace Georg Benedix comme directeur technique, et V.J. Kostiainen (Finlande) et Robert Riedel (Allemagne) complètent le groupe. Sa composition d’ensemble ne laisse pas de doute sur la domination d’une tendance socialiste modérée.

B. Deux visions distinctes des liaisons entre activités sportives et politiques

  • 136 Même si le temps n’était plus tout à fait à l’« optimisme naïf » qui s’était répandu au sein de la (...)
  • 137 Dans cette ligne d’idées, Albert Guillevic attribue aux activités physiques une valeur formatrice i (...)
  • 138 Voir Bernett, « Leichtathletik im Arbeitersport », op. cit.

57Les deux Internationales soutiennent des idées contraires non seulement sur la voie vers la société socialiste, mais encore sur les rapports entre sport travailliste et action politique. L’Internationale sportive de Lucerne part du principe d’un partage net des missions entre les différentes composantes – les « piliers » selon la terminologie social-démocrate – du mouvement ouvrier. Alors qu’incombe aux partis la tâche de mener le combat politique, les organisations culturelles et sportives ont vocation à préparer les ouvriers à la prise de responsabilités dans la société socialiste qui, selon une illusion encore fortement répandue136, adviendra au terme d’un processus historique inéluctable, par la voie des urnes137. Dans la mesure où la société capitaliste est condamnée à disparaître tôt ou tard, on peut bien commencer du point de vue socialiste à utiliser ses espaces de liberté pour expérimenter de nouvelles formes de culture, sans devoir penser constamment à la lutte politique138. Autrement dit, il n’est pas sacrilège de considérer la pratique sportive, entre autres, comme un facteur de découverte et d’épanouissement.

  • 139 Proletariersport, 1924, no 1, p. 10.

58Aux yeux des dirigeants de l’Internationale rouge sportive, ces « rêveries réformistes » encouragent un attentisme politique néfaste que la neutralité déclarée vis-à-vis des partis ouvriers ne ferait que renforcer139. Elle équivaudrait à rejoindre le camp contre-révolutionnaire et à exercer des influences similaires à celles du mouvement sportif bourgeois. Ce raisonnement manichéen découle de la conviction profonde des communistes que la voie révolutionnaire vers la dictature du prolétariat constitue l’unique option pour imposer les « intérêts objectifs » de la classe ouvrière, dont le mouvement communiste serait par conséquent le seul représentant légitime. Toutes les composantes du mouvement ouvrier sont appelées à soumettre leurs programmes et activités aux objectifs révolutionnaires ; le sport ne saurait donc être conçu autrement que comme un instrument politique.

  • 140 Proletariersport, 1923, no 1, p. 3.

59En dehors des heures passées dans les stades et gymnases, les sportifs ouvriers sont censés participer aux actions des partis communistes, se trouver au premier rang dans les mouvements de grève et accomplir, en premier chef lors de leur service militaire, un travail de propagande intense contre le militarisme des États capitalistes. La vocation suprême de l’IRS est bien de tailler la masse des sportifs ouvriers en une avant-garde physique du prolétariat combattant. « Nous ne nous laissons pas […] conduire par des considérations pacifistes, nous affirmons au contraire que les gymnastes et sportifs ouvriers, où qu’ils se trouvent, doivent être des soldats de la révolution », déclare Fritz Reußner, secrétaire de l’IRS, dans le premier numéro de Proletariersport140. En 1924, la revue de l’IRS saisit l’occasion de la commémoration du déclenchement de la Première Guerre mondiale pour présenter l’orientation révolutionnaire du sport travailliste comme une conséquence inéluctable de l’Histoire :

  • 141 Proletariersport, 1924, no 4, p. 55.

Il faut que le prolétaire soit préparé, dans les organisations gymniques et sportives ouvrières, à la guerre révolutionnaire contre la guerre impérialiste. […] les gymnastes et sportifs ouvriers doivent prendre leurs responsabilités et promettre solennellement de combattre la main dans la main avec la classe ouvrière contre toute guerre impérialiste et contre l’armée bourgeoise. Le prolétariat doit avant tout supprimer la cause de toutes les guerres, le capitalisme, et établir son propre pouvoir. Ce n’est qu’à partir de ce moment que viendra la paix mondiale141.

60L’IRS tendait cependant à contrecarrer son objectif de conduire un grand nombre d’ouvriers vers la zone d’influence du communisme tant qu’elle persistait à définir le sport travailliste comme un élément pur et dur de la lutte révolutionnaire. Cette attribution de sens pouvait paraître tout à fait naturelle aux membres les plus combatifs des partis communistes, autrement dit à ceux qu’il ne fallait plus convaincre. Aux ouvriers sportifs issus du milieu socialiste ou relativement indifférents aux idéologies politiques, il valait mieux en revanche ne pas tendre l’uniforme du « soldat de la révolution » avant même qu’ils aient eu le temps d’enfiler le maillot de leur équipe sportive. La nécessité d’employer des discours révolutionnaires, non seulement pour se démarquer de l’Internationale sportive de Lucerne, mais aussi pour s’aligner sur la rhétorique du Komintern, mit ainsi l’IRS devant un réel dilemme.

6. Un autre sport ? Le temps des (faux) espoirs

A. L’incontournable compétition

  • 142 Voir les comptes rendus du congrès de constitution, RGASPI 537-I-1 ; voir aussi Rote Fahne, 25 août (...)
  • 143 L’Humanité, 16 et 17 décembre 1923 ; L’Avant-Garde ouvrière et communiste. Organe officiel de la Fé (...)
  • 144 Nicolas Kssis, « Le mouvement ouvrier balle au pied, culture populaire et propagande politique : l’ (...)
  • 145 Bruno Lieske / Paul Zobel, Bürgerlicher Sport und Arbeitersport. Drei Vorträge, Berlin, 1924, p. 31

61Dès avant la Première Guerre mondiale, les fédérations sportives ouvrières ont constaté qu’elles devaient copier les programmes et même certaines logiques des organisations sportives « bourgeoises » si elles ne voulaient pas renoncer à encadrer un pourcentage élevé d’ouvriers sportifs. Les participants au congrès de constitution de l’Internationale rouge sportive conviennent néanmoins de revisiter les programmes sportifs en vue de les « libérer de leurs contenus bourgeois », tout en reprochant aux « réformistes » de n’avoir fait preuve d’aucune productivité sur ce terrain142. Peu après l’affiliation de leur organisation à l’IRS en juillet 1923, des dirigeants de la Fédération sportive du Travail réclament la suppression des championnats et des prix et le développement prioritaire d’une culture physique collective143. En quête d’une éducation sérieuse et systématique, ils se montrent défavorables au football, « trop ludique » à leurs yeux144. En Allemagne, certains dirigeants et pratiquants communistes de l’Arbeiter-Turn-und Sportbund expriment des idées similaires. Bruno Lieske recommande de ne plus autoriser que des concours collectifs entre adultes. D’après le directeur du Bureau berlinois de l’IRS, les contenus proposés jusqu’alors par les fédérations sportives ouvrières correspondent paradoxalement aux intérêts de la bourgeoisie et de la petite bourgeoisie en reposant sur le modèle de la compétition145. Il reste que ces critiques et suggestions ne connaissent pas de suites concrètes. Bien au contraire, la FST arrive à un constat d’échec dès avril 1924, quand des dirigeants exposent crûment la question de fond :

  • 146 Le Sport ouvrier, 19 avril 1924, cité par Karen Bretin-Maffiuletti, « Le mouvement sportif ouvrier (...)

Comment voulez-vous que nous attirions chez nous les jeunes prolétaires égarés dans les clubs bourgeois s’ils ne sont pas sûrs de pratiquer chez nous leur sport favori ? En France, dans toutes les fédérations, le grand courant est pour le sport de compétition et malgré que celui-ci soit détestable nous devons le conserver et imiter les bourgeois146.

  • 147 Dès 1921, face au tournant pragmatique de la Révolution exprimée dans la NEP (Nouvelle politique éc (...)
  • 148 Proletariersport, 1924, no 2, p. 21-22.
  • 149 Il est vrai que très peu de femmes participent aux activités physiques en Russie au début des année (...)
  • 150 Proletariersport, 1924, no 2, p. 21-22 et no 5, p. 74-75.
  • 151 Nous reproduisons ici une partie de notre article « De l’hygiène du corps à l’obsession des records (...)

62Même en Russie, l’heure n’est plus aux idées radicales telles qu’elles ont été formulées notamment par le mouvement Proletkul’t qui suggérait de supprimer le sport de compétition, « vestige de la société bourgeoise », dans le cadre d’une transformation socialiste touchant tous les aspects de la vie individuelle et collective147. Dès sa mise en place comme institution de l’État en avril 1923, le Conseil suprême de la Culture physique (CSCP) affirme au contraire la légitimité de la compétition sportive : celle-ci contribuerait à sa manière à la formation d’une « armée de millions de gens robustes, volontaires, courageux, énergiques et tenaces148 ». Le ton militariste du discours n’empêche pas au demeurant le sport féminin de faire partie de l’argumentaire149. De façon générale, les activités physiques remplissent d’après le CSCP des fonctions importantes non seulement dans une perspective de défense de la patrie, mais aussi et surtout pour l’augmentation du rendement au travail de tout le peuple soviétique, qui ne peut s’envisager qu’avec l’amélioration de l’état de santé de tous150. Le triptyque « travail, défense, santé » forme dès ce moment la référence de base pour tous les discours officiels sur la culture physique en URSS151.

  • 152 Plaggenborg, Revolutionskultur, op. cit., p. 80-88.

63En réalité, s’opère au cours de l’année 1923 une mise en retrait de l’utilisation militaire au bénéfice d’une approche plus scientifique – mais tout aussi utilitaire – visant à élaborer des exercices en fonction des exigences physiques variées du processus de travail. Cette approche bénéficie de la faveur du courant hygiéniste au moment même où celui-ci conquiert une position dominante dans le champ du sport grâce notamment à sa figure de proue Nikolaj Aleksandrovič Semaško. Nommé à la tête du CSCP, ce médecin remplira simultanément la fonction de commissaire du peuple à la Santé publique jusqu’en 1930152. L’influence des hygiénistes se lit aisément à travers l’acception de la notion de « fizičeskaja kul’tura » (fizkul’tura) :

  • 153 Résolution du CSCP (1923), Proletariersport, 1924, no 2, p. 21.

La culture physique se donne pour but d’assainir et de perfectionner la race humaine et d’améliorer l’activité vitale de chacun. Elle comprend aussi bien la gestion de la vie quotidienne au sens général du terme (hygiène personnelle, utilisation des forces naturelles du soleil, de l’air et de l’eau, répartition judicieuse des temps de travail et de repos etc.) que l’éducation physique par la gymnastique, les sports et les jeux qui ont acquis le plus haut degré de popularité parmi la jeunesse ouvrière et paysanne153.

  • 154 E.P. Radine, médecin, dirigeait simultanément le Département d’Hygiène scolaire au commissariat du (...)
  • 155 Proletariersport, 1924, no 5, p. 75-77.
  • 156 Plaggenborg, Revolutionskultur, op. cit., p. 65.

64Sous le titre « Les fondements hygiénistes de la culture physique soviétique », Radine, membre du Conseil154, apporte des précisions pour les observateurs étrangers : la culture corporelle se fonde « non pas sur la culture physique proprement dite, mais sur un régime hygiénique suivi jour et nuit », et embrasse « les conditions de la vie privée et de la vie en société, le sommeil, le repos, les habitudes vestimentaires, la nourriture et le travail155 ». La notion de « fizkul’tura » prend ainsi un sens extrêmement large, le Conseil suprême de la Culture physique accordant à la reproduction des forces et à la « passivité corporelle » une place de choix. Comme l’a précisé Stefan Plaggenborg, le terme de « fizkul’tura » est en fait traduit de manière insatisfaisante par celui de « culture physique » qui, dans le monde occidental, est associé à l’idée d’activité du corps, voire confondu avec « éducation physique ». Une traduction plus adéquate mais difficilement opératoire serait « le corps en culture »156.

65Les liaisons établies entre politique sportive et politique de santé marquent en particulier les attitudes envers le sport de haut niveau. La tenue de compétitions n’est pas remise en question, cependant celles-ci doivent toujours être soumises au sens de la modération comme le rappellent les propos tranchants de Semaško :

  • 157 Proletariersport, 1924, no 5, p. 74-75.

La culture physique n’est pas, pour les travailleurs, un moyen de parvenir à une hypertrophie déséquilibrée (et donc mauvaise pour la santé) ; elle n’est pas un sport bourgeois créant des champions et championnes aux poings durs et à la cervelle molle. […] nous sommes contre un type de sport qui fait de celui qui le pratique un estropié au lieu de lui donner une meilleure santé157.

  • 158 Proletariersport, 1927, no 6, p. 90. Voir également Proletariersport, 1925, no 2, p. 25-28.
  • 159 Proletariersport, 1924, no 5, p. 76.

66Les préoccupations quant à la santé publique et au rendement au travail, intrinsèquement liées, trouvent leur écho jusque dans les activités du département de la recherche à l’Institut national de la Culture physique à Moscou, placé sous la responsabilité du commissariat du peuple à la Santé. Sa principale mission est de mettre au point les méthodes d’éducation physique les plus efficaces « […] contre les dommages corporels, pour le travail et le repos, dans le but de conserver la santé et la capacité de travail des masses158 ». Les chercheurs visent un haut degré de différenciation en voulant adapter les méthodes aux besoins dictés par les conditions de la vie quotidienne et de l’activité professionnelle, l’âge et le sexe, la constitution physique individuelle et les conditions climatiques et géographiques159.

  • 160 « Thesen des III. Kongresses der R. S. I. zu wissenschaftlich-methodischen und technischen Fragen d (...)
  • 161 « Bericht von der Tagung des RSI-Kongresses », RGASPI, 537-I-82 (il s’agit d’un rapport secret de l (...)
  • 162 Ruffmann, Sport und Körperkultur in der Sowjetunion, op. cit., p. 51.
  • 163 « Aufgaben der Partei auf dem Gebiete der Körperkultur. Resolution des ZK der KPR », RGASPI, 537/I/ (...)

67Le Sportintern acclame ces principes, fondateurs comme elle l’espère d’une « véritable culture physique prolétarienne ». Ainsi, à son 3e congrès, à Moscou en octobre 1924, les délégués adoptent à l’unanimité les « Thèses sur les méthodes et techniques », qui portent l’empreinte des hygiénistes160. L’issue du congrès augure cependant d’un recul de l’influence des positions hygiénistes en URSS au bénéfice d’une acceptation plus franche des principes de la compétition sportive. Alors que les délégués soviétiques auraient souhaité que Semaško prenne la présidence, le Bureau politique du PCR impose le retour de son adversaire Nikolaj Podvojskij à la tête de l’organisation internationale161. Le programme de la fête sportive des syndicats à Leningrad en été 1925 correspond à la dernière victoire des hygiénistes : les sports qu’ils considèrent comme nuisibles à la santé, c’est-à-dire le football, la gymnastique aux agrès, la boxe et l’haltérophilie, en restent exclus162. Presque simultanément, une résolution du comité central du Parti bolchevique approuve clairement le sport de compétition163.

68Dès ses premières réunions à la suite du congrès, le comité exécutif recomposé de l’IRS tire un trait sur les thèses fraîchement adoptées, retenant qu’il

  • 164 « Tätigkeitsbericht der Roten Sportinternationale und ihres Exekutivkomitees », sans date [1926], G (...)

[…] manque en réalité toute possibilité d’élaborer et de mettre en pratique des systèmes scientifiques de perfectionnement des propriétés physiques des membres de la classe ouvrière. […] À l’heure actuelle, la tâche la plus importante du mouvement sportif et gymnique prolétarien est de former et de préparer le prolétariat à la lutte des classes164.

  • 165 Proletariersport, 1927, no 6, p. 90 et no 8, p. 117.
  • 166 Cf. Herbert Dierker, Arbeitersport im Spannungsfeld der Zwanziger Jahre, op. cit., p. 131-132.
  • 167 Proletariersport, 1927, no 8, p. 116-117.

69Toutefois, la question de programmes alternatifs reste d’actualité à l’échelle nationale jusqu’à la fin des années 1920. La direction de la section tchécoslovaque introduit en 1925 le principe de « l’heure de culture physique commune », à proposer une fois tous les quinze jours aux membres de toutes les sections sportives en vue de « contrecarrer les effets nocifs d’un entraînement déséquilibré portant uniquement sur un sport particulier165 ». Cette mesure obtient l’adhésion de nombreux clubs sportifs. En revanche, une expérimentation pédagogique lancée la même année par la direction (majoritairement communiste) du district de Berlin-Brandebourg de l’Arbeiter-Turn- und Sportbund, consistant à supprimer la subdivision du championnat de football selon les différents niveaux des équipes, se solde par un échec. En effet, la réduction de l’impact du résultat s’avère particulièrement impopulaire, menant même à la désertion d’un certain nombre de footballeurs ; après deux ans, la verticalité des championnats avec le système de montée et de relégation est remise en place166. À la « 1re Conférence technique et méthodique » de l’IRS, tenue en 1927 à Moscou, la fédération norvégienne signale une nuance mineure : dans les compétitions de boxe qu’elle organise, l’arbitre se placerait non sur le ring mais à côté, « c’est dire comme la discipline est bonne chez nos boxeurs ». Le rapporteur ajoute cependant que les performances et les prix décernés aux vainqueurs continuent de jouer dans sa fédération un « […] rôle de premier plan. Nous devons en effet tenir compte des longues traditions du mouvement sportif bourgeois de notre pays167 ». En somme, l’examen des éléments concrets de différenciation du sport « bourgeois » qu’auraient introduit les sections de l’IRS ne met pas au jour des traits marquants d’innovation.

  • 168 Directeur technique des sections de gymnastique, d’athlétisme et de sports d’hiver de l’ATSB, à par (...)
  • 169 ATZ, 1927, no 24, p. 280-281.

70Au cours des années 1920 se dessine un haut degré de convergence des conceptions sportives retenues par les branches communistes et socialistes du sport travailliste européen et par les dirigeants du sport soviétique : premièrement, si la présence du sport de compétition paraît inéluctable, il faut tout de même combattre les tendances vers une spécialisation excessive, corollaire de pratiques professionnelles ou de la quête de records absolus, aspects « malsains » du sport dans tous les sens du terme. Deuxièmement, priorité absolue est à accorder à la pratique de masse, principe même du sport travailliste comme le souligne le technicien renommé Karl Bühren168 : « L’idée du sport ouvrier culmine dans la formation physique des masses. […] Si nous ne pouvons rivaliser avec le sport bourgeois sur le plan des performances individuelles, les bourgeois ne peuvent rivaliser avec nous dans le domaine du sport de masse169. »

  • 170 Proletariersport, 1926, no 1, p. 2.
  • 171 L’Auto, 15 janvier 1925, cité par Jean-Michel Delaplace, « Les acteurs du développement du sport en (...)
  • 172 Premier Congrès international olympique pédagogique de Prague 1925, Centre d’Études Olympiques (Lau (...)

71À l’idée que le tout est de pratiquer correspond le rejet du sport-spectacle et du « culte des vedettes », perçus par ailleurs comme symptômes d’une culture de consommation contribuant à la passivité politique des classes dominées. Ces versants ne sont pas à confondre cependant avec le sport bourgeois dans sa globalité comme le reconnaît l’IRS en 1926 quand elle précise que des critiques vis-à-vis de certaines « dégénérations du sport » se font aussi entendre dans le camp adverse170. Elles proviennent du reste de personnages très connus dans le monde sportif. Ainsi par exemple, Henri Desgrange, directeur du quotidien sportif français L’Auto, s’attaque de manière virulente à la « championnite », ce « fléau » qu’il faut combattre, car « […] la passion, le besoin du Championnat, en matière d’amateurisme, déforme toute la portée sociale du Sport ; elle en fausse l’idée et les résultats, elle fait passer le Sport de moyen admirable d’éducation sociale sur le tréteau des marchands de boniments171 ». Pierre de Coubertin, quand il se retire du mouvement olympique lors du congrès du CIO à Prague en 1925, tient des propos amers sur l’évolution du sport de haut niveau. Sous son influence, le « congrès pédagogique » adopte une résolution face à « l’excès d’exhibitions » (à but lucratif) et demande à toutes les fédérations nationales de « veiller à ce que les sports conservent leurs buts qui sont l’éducation physique et morale et le développement rationnel du corps »172. L’année suivante, Coubertin s’adresse à Jules Devlieger pour lui expliquer que, n’étant plus que président d’honneur du CIO,

  • 173 « Pierre de Coubertin, Union pédagogique universelle, Lausanne, le 5 août 1926, à Jules Devieger », (...)

[…] j’ai le loisir et la liberté morale de me consacrer à une œuvre nouvelle que je désire vous faire connaître bien qu’elle soit plus intellectuelle que sportive. Je me permets donc de vous envoyer deux brochures que je vous demanderais d’utiliser au service de l’idée même qui les inspire, à savoir que la classe ouvrière doit se fabriquer à elle-même une pédagogie nouvelle, la pédagogie « bourgeoise » ayant fait faillite, et que le monde attend d’elle cette rénovation173.

  • 174 Les intentions de Coubertin restent cependant dans les limites de son projet de « paix sociale par (...)
  • 175 L’ISOS y occupe une position dominante, avec quatre membres de son Bureau international (Devlieger, (...)
  • 176 Becker, « Massengesellschaft – Massensport – Massenritual. Carl Diem und die Herausforderungen der (...)

72Quelques années plus tard, l’initiateur des Jeux olympiques modernes et le représentant belge du sport travailliste international se retrouvent autour de la même table pour exposer leurs idées, en partie convergentes174, lors d’une réunion de l’Organisation internationale du Travail sur le sport175. Carl Diem, haut dirigeant du sport allemand, est particulièrement attaché de son côté à l’idée du sport pour tous et critique, lui aussi, ceux qui consomment uniquement le sport en tant que spectateurs. Faisant abstraction des idéologies politiques se situant à la base des mobilisations sportives de différents États, il salue les efforts en faveur de la démocratisation des sports déployés aux États-Unis tout aussi bien qu’en Union soviétique stalinienne avant de faire, dans un livre publié en 1939, les éloges des programmes de Dopolavoro sous Mussolini et de Kraft durch Freude sous Hitler176.

  • 177 Marschik, “Wir spielen nicht zum Vergnügen”. Arbeiterfußball in der Ersten Republik, op. cit., p. 4 (...)
  • 178 À l’exception toutefois des représentants de l’organisation sportive ouvrière finlandaise qui se mo (...)

73Le schéma de distinction entre un sport bourgeois conçu pour les masses (passives) et un sport travailliste qui serait synonyme de sport pratiqué par les masses, tel qu’il ressort de nombre de pamphlets émanant du sport travailliste, ne tient compte ni de la diversité des pratiques ni de nuances conceptuelles177. On peut cependant relever une singularité quand on considère que les dirigeants du sport travailliste ne montrent guère d’intérêt pour le haut de la « pyramide coubertinienne » qui repose sur l’idée d’une relation réciproque entre les hautes performances et la pratique de masse. Ils défendent au contraire la vision d’un socle formé par une qualité sportive solide de la moyenne des pratiquants, et centrent leurs réflexions méthodiques sur la progression collective178. Comme nous allons le voir un peu plus loin, l’Olympiade ouvrière de Francfort expose très concrètement l’importance accordée par l’Internationale sportive de Lucerne à la participation active, en distinction des Jeux olympiques.

Exercices de gymnastique de masse à la Fête fédérale de l’ATSB à Leipzig en 1922 (Archiv der sozialen Demokratie der Friedrich-Ebert-Stiftung, Bonn).

B. Un sport ouvrier féminin plus ou moins teinté de conservatisme

  • 179 Florence Rochefort, « Les féministes », in Jean-Jacques Becker / Gilles Candar (dir.), Histoire des (...)
  • 180 Marianne Amar, « La sportive rouge. Pour une histoire des femmes au sein du sport ouvrier français  (...)
  • 181 Ibid., p. 175.
  • 182 Le Sport Ouvrier, 7 juin 1924.
  • 183 Le Sport Ouvrier, 6 décembre 1924.
  • 184 Née en 1920 d’un groupe d’artistes qui se rencontraient régulièrement pour pratiquer les sports et (...)

74De manière générale, les gauches et les féminismes entretiennent des liens conflictuels179. Pour les communistes comme pour les socialistes, l’émancipation des femmes forme un front secondaire dans le cadre des batailles décisives du mouvement ouvrier contre le capitalisme. Il n’est donc pas vraiment étonnant que la commission technique de l’Internationale rouge sportive ne fournisse rien de consistant sur les objectifs et méthodes du sport féminin. Des impulsions innovatrices n’émergent pas non plus de la Fédération sportive du Travail comme l’a montré Marianne Amar180. Bien au contraire, les dirigeants de la section française de l’IRS reproduisent l’argumentaire dominant des médecins qui, au même titre que les « […] politiques recrutés à droite et à gauche, moralistes et écrivains, défendent un sport féminin fondé sur un idéal de beauté saine et naturelle181 ». La revue Le Sport ouvrier apprend ainsi à ses lecteurs que « la femme ne peut égaler l’homme sur la question sportive, car ses organes ne peuvent s’y prêter182 », et que la course de cross, tout particulièrement, « n’est pas un sport adéquat à la constitution physiologique de la femme183 ». Ces conceptions se rapprochent des visions traditionalistes d’un Henry de Montherlant, membre éminent de l’Association des Écrivains sportifs184 chantant la gloire d’un sport viril qui prépare aux exigences de la compétition capitaliste. Quand il assiste à une course de cross féminin, tout le côté esthétique qu’il attribue aux combats sportifs semble s’effondrer sous ses yeux, et sa perception tourne au mépris :

  • 185 « Le crime. Sur un cross-country féminin », in Les onze devant la porte dorée (1924), reproduit dan (...)

Ces cent cinquante jeunes Parisiennes, presque toutes étaient laides, beaucoup d’entre elles étaient ridicules, […] et de ces peaux livides, de ces traits sans fraîcheur, de ces corps sans robustesse montait une odeur de misère physiologique et de sang pauvre. Cependant les organisateurs disaient que c’était là une sélection. Seraient-elles mères ? Et de quoi, hélas185 ?

  • 186 L’Auto, 21 octobre 1921.
  • 187 Die Bundesgenossin, no 3, 1929, p. 46, cité par Gertrud Pfister, « Die Frau im Arbeiter-Turn-und Sp (...)

75En même temps, les lignes de Montherlant ne font qu’exprimer une crainte très répandue pendant les années 1920. « Nos footballeuses peuvent-elles avoir des enfants ? » demande par exemple L’Auto dans un reportage occasionné par le match de football féminin entre la France et l’Angleterre en octobre 1921 et placé sous le thème « Le football et la maternité »186. La progéniture apparaît aussi comme motif essentiel dans les réflexions sur l’éducation corporelle des femmes au sein de l’Arbeiter-Turn- und Sportbund. Puisque « c’est de la santé de la femme que dépend celle des enfants187 », on recommande aux futures mères des activités physiques bien dosées. Un des présupposés des discours de cette époque étant d’ailleurs qu’une fois mères, les ouvrières ne feront plus de sport puisqu’elles ne pourront pas dégager le temps nécessaire à sa pratique.

  • 188 Dans les instances de direction de la FST (au niveau fédéral et régional, des clubs et des sections (...)
  • 189 Nom adopté en 1922 par la Fédération des Sociétés féminines sportives de France (FSFSF) née en 1917 (...)
  • 190 Amar, « La sportive rouge », op. cit., p. 177-180.
  • 191 Voir Nathalie Rosol, « “Faites vos jeux !” Le temps d’un olympisme réservé aux femmes », in Thierry (...)
  • 192 L’Auto, 21 août 1922. Le journaliste estime que le souhait des femmes de s’adonner à des pratiques (...)

76Les dirigeants de la Fédération sportive du Travail (masculins presque sans exception188) s’opposent à l’idée de libre choix des sports par les femmes, et n’éprouvent par conséquent guère de sympathies pour la Fédération féminine sportive de France (FFSF)189 dirigée par Alice Milliat. Cela d’autant moins qu’il s’agit d’une organisation « bourgeoise » accueillant probablement plus d’ouvrières que la FST, où le pourcentage de membres féminins reste minime (entre 6 et 10 % au cours des années 1920)190. Pour la FST, il n’est pas question par exemple d’organiser des courses de 1 000 mètres en imitation du programme des « Premiers Jeux mondiaux féminins » orchestrés par la Fédération sportive féminine internationale (fondée également à l’initiative d’Alice Milliat) à Monte Carlo en 1922191. Une telle distance signifierait une dépense physique dépassant les « limites naturelles » des femmes ; c’est aussi l’avis du journaliste de L’Auto dont l’article sur les Jeux de Monte Carlo, intitulé « Splendide réunion d’athlétisme féminin », n’est fait sinon que de louanges192.

  • 193 Cité par Mallmann, Kommunisten in der Weimarer Republik, op. cit., p. 131.
  • 194 Atina Grossmann et Élisabet Meyer-Renschhausen, « Frauen und Arbeiterbewegung in Deutschland, 1914- (...)
  • 195 Danielle Tartakowsky, « Le PCF et les femmes », Cahiers d’Histoire de l’Institut Maurice Thorez, no(...)

77À l’image de la France, des visions conservatrices du rôle de la femme, tout comme des doutes sur les capacités physiques féminines, sont également répandues dans le milieu communiste en Allemagne. Selon Klaus-Michael Mallmann, le manque de sensibilité du mouvement communiste par rapport aux intérêts et besoins féminins trouve sa formulation la plus évidente dans l’appel un peu maladroit d’Ernst Thälmann : « Pour attirer les femmes, nous devons utiliser les organes prévus à cet effet193. » Le leader du KPD voulait seulement sommer les camarades d’utiliser plus largement et plus intelligemment les organes de presse du parti. Atina Grossmann et Elisabet Meyer-Renschhausen notent que la « campagne pour l’expropriation des princes » en 1926, dans laquelle les femmes sont particulièrement investies, ne constitue pas seulement une exception en ce qu’elle mobilise à la fois des organisations communistes, sociales-démocrates et bourgeoises. C’est aussi « un des rares moments où les femmes ne sont pas traitées avec condescendance ou attaquées par les camarades masculins du KPD et du SPD194 ». Pour ce qui est du Parti communiste français – qui milite constamment pour l’égalité des femmes –, il paraît significatif que lorsque Marguerite Faussecave présente le rapport de la commission féminine au congrès de Lille en juin 1926, seulement un quart des participants vient l’écouter195.

  • 196 Mallmann, Kommunisten in der Weimarer Republik, op. cit.

78Alors que le KPD exprime les revendications les plus radicales concernant l’égalité des sexes parmi tous les partis de la République de Weimar, il ressemble fortement à une alliance d’hommes, malgré une Clara Zetkin196. Il en va de même pour la Reichsfraktionsleitung sportive. Les participants à ses réunions se penchent, en l’absence de femmes, sur les questions les plus diverses, mais le sport féminin ne figure pas à l’ordre du jour. Plus encore, le thème récurrent de la conquête des masses ne connaît pas de distinction entre les sexes.

  • 197 Pfister, « Die Frau im Arbeiter-Turn-und Sportbund », op. cit., p. 39.
  • 198 Georg Benedix, Frauenturnen, Spiel und Sport. Ein Lehrbuch für weibliche Körperübung, Leipzig, Arbe (...)
  • 199 Pfister, « Die Frau im Arbeiter-Turn-und Sportbund », op. cit., p. 37-38.
  • 200 Gertrud Pfister, « “Macht euch frei”. Frauen in der Arbeiter-Turn-und Sportbewegung », in Hauk / Te (...)
  • 201 Michael Scholing, « Arbeitersport und Arbeiterkultur », Internationale Wissenschaftliche Korrespond (...)

79De la même manière, l’Internationale sportive de Lucerne ne commence que vers la fin des années 1920 à se pencher sérieusement sur les questions du sport féminin. On peut cependant observer quelques évolutions antérieures au sein de l’Arbeiter-Turn- und Sportbund allemande. Certes, la plupart de ses dirigeants sont convaincus que la compétition sportive intense nuirait à la santé des femmes, en raison non seulement de leurs propriétés physiologiques mais aussi mentales et morales197. Toutefois, dans l’ouvrage du directeur technique de l’ATSB Georg Benedix sur « La gymnastique, les jeux et les sports pour les femmes » (publié en 1925)198, on peut discerner une nette volonté d’analyser sans préjugés quelles formes de pratique correspondent le mieux aux besoins et capacités des ouvrières. Les femmes sont par ailleurs encouragées à prendre elles-mêmes en main la transmission des techniques auprès des sportives. L’ATSB adopte aussi des mesures pour que les femmes puissent participer aux processus de décision. Dès 1921, grâce à l’introduction d’un quota, douze femmes siègent au congrès fédéral à Munich. À partir de 1926, deux femmes font partie du Conseil fédéral, conformément aux nouveaux statuts199. L’ouverture de l’ATSB à l’égard des revendications féminines, ainsi que la présence concrète de l’idée d’émancipation dans la vie de l’organisation200, expliquent en grande partie son succès auprès des ouvrières : le taux des femmes passe de 7,9 % en 1921 à 17,3 % en 1928, ce qui correspond au chiffre approximatif de 100 000201.

C. Dans un autre esprit ?

80Impuissants de toutes les façons devant le processus transnational de sportivisation des activités physiques qui n’épargne nullement leurs fédérations, les dirigeants du sport travailliste mettent en avant l’« esprit différent », plus fraternel, qui animerait les athlètes ouvriers. Comme le rappelle Karl Bühren, devenu entre-temps directeur technique de l’Internationale sportive ouvrière socialiste :

  • 202 Sportpolitische Rundschau (revue de l’ATSB), 1930, no 1, p. 17.

Les compétitions individuelles et collectives ne doivent pas occasionner dans le sport socialiste des comportements consistant à vouloir battre l’adversaire par tous les moyens. À chaque instant, le gymnaste et sportif ouvrier reconnaît dans l’adversaire l’être humain et le camarade. Toutes les compétitions ont à se dérouler dans un esprit convivial et à se présenter comme un jeu bien maîtrisé et joyeux plutôt que comme une lutte sérieuse et âpre pour la victoire202.

  • 203 Roy Porter, « Les Anglais et les loisirs », in Alain Corbin (dir.), L’avènement des loisirs 1850-19 (...)
  • 204 Peter Friedemann, « Rolle und Funktion des Arbeitersports in der Arbeiterkultur », in Teichler (dir (...)

81Il s’avère cependant impossible d’ajuster les pratiques à des normes de conduite correspondant à l’image idéale du sportif socialiste. Présentées comme « prolétariennes », ces normes s’assimilent en réalité à l’idéal de l’effort gratuit et du « fair play » sous lequel l’élite sociale traditionnelle a conçu les pratiques sportives. Cette élite n’avait pas besoin de victoires sportives pour se prouver sa valeur ou son importance. Occupant une place privilégiée dans la société « réelle », elle faisait bien attention à confirmer ce statut en manifestant une correction sans faille sur le terrain secondaire du jeu sportif203. Pour les ouvriers en revanche, le sport constitue un facteur potentiel de compensation par rapport à une activité professionnelle peu épanouissante ou un poste subalterne204.

  • 205 Oswald, « Ideologie und Praxis der Fußballsparte », op. cit., p. 77-81.
  • 206 Marschik, “Wir spielen nicht zum Vergnügen”. Arbeiterfußball…, op. cit., p. 157-158.

82Comme s’il s’agissait d’égaler les statistiques de la Deutscher Fußballbund sur les actes de violence commis au cours et autour de matchs dans ses ligues, des footballeurs de l’Arbeiter-Turn- und Sportbund et certains de leurs supporters montrent dès le début des années 1920 un goût certain pour la bagarre, en particulier lors de matchs entre des concurrents locaux. Des rencontres arrêtées avant le coup de sifflet final à cause d’incidents comme des attaques ou menaces physiques contre les arbitres ne sont pas rares. En dernier recours, la section de football de l’ATSB fait appel à des services d’ordre205. Les détails que donne Matthias Marschik sur le déroulement des championnats de football ouvrier en Autriche paraissent tout aussi éloquents206. Dès la saison 1923-1924, les incidents se multiplient d’une telle façon que certains dirigeants voient comme seule issue une modification profonde du système des ligues, en vue d’éviter que le climat d’agressivité qui s’établit quand les mêmes équipes et joueurs se rencontrent continuellement, ne se transforme en actes. Une rivalité particulière marque les parties entre les équipes des deux petites communes Zwölfaxing et Ebergassing en Basse-Autriche. Un article de la revue ouvrière Fußball-Sport montre à quel point une rencontre disputée en 1926 a « mal tourné » :

  • 207 Fußball-Sport. Illustriertes Sportblatt für Niederösterreich und Burgenland. Herausgegeben von der (...)

Seulement une minute après le début du match, les supporters d’Ebergassing se font tabasser et doivent quitter les lieux. […] Par la suite, les joueurs d’Ebergassing sont menacés en permanence de recevoir des coups et d’être poignardés. […] Au coup de sifflet final, les fauteurs de troubles montent sur le terrain et frappent les joueurs d’Ebergassing qui se voient contraints de fuir dans leurs maillots vers la gare207.

83Pour la seule ligue du district de Vienne, la commission de discipline de la fédération traite chaque semaine une vingtaine de cas de joueurs dont le comportement agressif ou violent doit être pénalisé par un avertissement ou une suspension.

  • 208 Rapport cité par Franz Walter., « Der Arbeiter-Samariter-Bund », in Franz Walter / Viola Denecke / (...)
  • 209 Bernett, « Leichtathletik… », op. cit., p. 152.

84S’agit-il là de débordements footballistiques que d’autres sports ne connaissent pas ? Les observations des secouristes de l’Arbeitersamariterbund semblent assez parlantes à ce sujet. Lors de la 1re Fête fédérale de l’ATSB à Leipzig en 1922, à laquelle participent des délégations étrangères, les samaritains doivent non seulement soigner des foulures et des crampes mais aussi intervenir à maintes reprises en raison d’échauffourées entre pratiquants des sports les plus divers208. Devant l’incapacité de bon nombre d’athlètes ouvriers à perdre avec correction, l’ATSB se voit amenée à faire circuler les « 10 commandements du sportif » dont le quatrième rappelle : « Sois honnête et accepte qu’un autre puisse aussi réaliser de bonnes performances209. »

  • 210 Cf. Le Sport ouvrier, no 3, 10 septembre 1923 ; Sport (revue de la FST), 20 décembre 1933. Voir sur (...)
  • 211 Reichsspartenleitung der Fussballsparte der Kampfgemeinschaft für rote Sporteinheit, Die aktuellen (...)

85Le mouvement communiste n’est pas non plus, cela va presque de soi, à l’abri de débordements de ses sportifs. On ne peut guère imaginer en effet que la discipline de parti ait trouvé son adéquation sur les terrains de sport à travers un jeu correct de la première à la dernière minute. Il paraît même plus probable que face aux pressions politiques auxquelles ils étaient soumis, de jeunes communistes aient trouvé sur les terrains de sport l’occasion de « se lâcher » parfois. En tout cas, dans le cadre des championnats de football de la section française de l’IRS, les matchs sont plus d’une fois disputés d’une manière virile tout à fait contraire à la forme noble qu’auraient voulu leur donner les dirigeants210. Dans les rangs de la Kampfgemeinschaft allemande, on se demande à la fin de l’année 1932 si la grande quantité de sanctions, prononcées à l’égard de joueurs et d’équipes pour comportements inadaptés, ne porte pas préjudice au développement quantitatif de la section de football211.

D. Des démonstrations d’internationalisme (sportif) prolétarien

Une réconciliation franco-allemande

  • 212 Sur les interrelations du sport international et du nationalisme voir Pierre Arnaud, « Le sport et (...)

86Les discours des dirigeants et théoriciens du sport travailliste se rapprochent plus de la réalité quand ils abordent le thème du nationalisme sportif. Ils se fondent sur l’idée que les grandes compétitions internationales, et notamment les Jeux olympiques, diffusent une idéologie contraire aux intérêts du mouvement ouvrier en présentant la confrontation entre les nations et l’identification des spectateurs avec les athlètes de leur propre pays comme des données quasi naturelles212. Pour l’IRS, il semble évident que seule l’Union soviétique, « patrie du prolétariat », peut faire l’objet d’une identification légitime. L’Internationale sportive de Lucerne prône quant à elle une opposition globale aux nationalismes de toutes sortes. Fritz Wildung, qui adresse une critique acerbe aux Jeux olympiques de Paris en 1924 en mentionnant certains débordements chauvins, présente l’Olympiade ouvrière de Francfort comme l’occasion de « faire autrement et mieux » :

  • 213 Olympiade (revue éditée par le Comité d’organisation de l’Olympiade ouvrière de Francfort), 1924, n(...)

La question de prestige national disparaît complètement ; ce n’est pas elle qui domine les compétitions mais bien la motivation de chacun de se distinguer comme meilleur élément de l’Union internationale. En conséquence, nos Olympiades ne se mettent pas au service du nationalisme mais bien de la fraternité internationale. Il s’agit là de leur idée de base à laquelle elles doivent d’ailleurs leur origine213.

  • 214 Pour plus de détails sur cette manifestation voir Karen Bretin, « Le mouvement sportif ouvrier inte (...)

87Rappelons que le pays où se déroule l’Olympiade ouvrière reste à cette date à l’écart du mouvement olympique et n’a pas été invité aux Jeux de Paris. Devant cet état de fait, c’est un signe fort de distinction que marque la FST-IRS quand elle accueille des sportifs ouvriers allemands (de la TuS Fichte de Berlin) à sa fête fédérale en juillet 1924 à Paris214. Dans un article empreint d’une pédagogie un peu mièvre, L’Avant-Garde (organe de la Fédération des Jeunesses communistes) décrit ainsi un geste exemplaire d’internationalisme prolétarien :

  • 215 L’Avant-Garde, no 72, du 1er au 15 août 1924. Voir aussi Le Sport Ouvrier, 1er septembre 1924.

Sur le terrain du Sport, les équipes étrangères reçurent l’accueil le plus fraternel. Minutes inoubliables que celles durant lesquelles, au centre du terrain, face au public, nos camarades allemands reçurent des mains des gymnastes d’Halluin le drapeau rouge de la F.S.T. et lorsque le représentant du Parti communiste leur offrit une gerbe de fleurs écarlates. À ces moments, la grande foule ouvrière était debout, agitant des chapeaux, des mouchoirs, criant son désir, son besoin de fraternisation totale entre tous les humains215.

  • 216 L’article est d’ailleurs intitulé « La 3e Fête fédérale de la F.S.T fut la fête de la fraternisatio (...)

88La photo qui illustre les propos montre des athlètes français et berlinois au coude à coude au milieu du terrain, donnant corps au mot d’ordre de fraternisation adressé aux soldats communistes engagés par l’Armée française dans l’occupation de la Ruhr216.

  • 217 Ralf Frommhagen, Die andere Fußball-Nationalmannschaft. Bundesauswahl der deutschen Arbeitersportle (...)
  • 218 Miroir des Sports du 3 mars 1921, cité par Pierre Arnaud, « Le sport français face aux régimes auto (...)

89En octobre de la même année, l’équipe nationale de football de l’Arbeiter-Turn- und Sportbund joue deux matchs contre son homologue français (qu’elle gagne par 3-0 devant 10 000 spectateurs au stade Buffalo de Paris et par 4-1 devant 20 000 spectateurs à Dresde). En fait, une telle rencontre aurait déjà dû avoir lieu en janvier 1923 à Mannheim mais elle avait été empêchée par les autorités françaises217. L’opinion publique et la majorité des hommes politiques restent longtemps hostiles à l’idée d’une réconciliation symbolique sur les terrains de sport. Cela d’autant plus que les Allemands sont soupçonnés, non sans raison, de vouloir contrebalancer la démilitarisation imposée par les vainqueurs de la guerre en augmentant la teneur militaire des activités physiques. José Germain, fondateur et président de l’Association des Écrivains combattants, argue même que les Allemands viennent au sport « […] férocement, depuis quelque temps, pour préparer la prochaine guerre de revanche dont ils rêvent déjà218 ».

90Il semble presque inutile de préciser que la militarisation du sport, bien réelle, n’effleure pas à cette époque la section allemande de l’Internationale sportive de Lucerne, et que les sportifs ouvriers français sont accueillis chaleureusement à l’Olympiade ouvrière de Francfort en 1925. Au même titre que l’ISL pour ses Olympiades ouvrières, l’Internationale rouge des sports placera ses Spartakiades sous le signe de l’internationalisme prolétarien, qu’elle amalgamera cependant avec une vénération de l’URSS allant jusqu’à l’imagination d’un « peuple supérieur » (voir infra, p. 114-118).

L’Olympiade ouvrière de Francfort en 1925

  • 219 Franz Nitsch, « Die olympische “Gegenbewegung”. Bedeutung und Vermächtnis des internationalen Arbei (...)
  • 220 Voir sur les Olympiades ouvrières d’hiver Gerd Falkner, Zur Herausbildung des Arbeiterskisports, in (...)

91Au sens étymologique du terme, « Olympiade » signifie la période de quatre ans entre deux Jeux olympiques. Dans le contexte du sport travailliste, l’expression « Olympiade ouvrière » a été employée pour la première fois lors de la fête fédérale de l’organisation sportive ouvrière social-démocrate de Tchécoslovaquie à Prague en 1921219. Au début de l’année 1925 a lieu à Schreiberhaus (Allemagne) la première Olympiade ouvrière d’hiver. Elle passe relativement inaperçue cependant. En raison de la faible diffusion des sports d’hiver dans les mouvements sportifs ouvriers, ses successeurs, à Mürzzuschlag (Autriche) en 1931 et à Johannisbad (Tchécoslovaquie) en 1937, restent également loin du rayonnement que connaissent certaines manifestations internationales et nationales ouvrières mettant en valeur les sports d’été220.

Affiche de l’Olympiade ouvrière de Francfort (Archives municipales de Francfort).

  • 221 Franz Nitsch, « “Wir erlebten, wie Frieden sein kann”. Die 1. Internationale Arbeiter-Olympiade 192 (...)
  • 222 Voir la contribution de Gottfried Korff, « Rote Fahnen und geballte Faust », in Petzina (dir.), Fah (...)

92Malgré l’absence des sportifs ouvriers faisant partie de sections de l’IRS, la première Olympiade ouvrière d’été rencontre un immense succès, relaté même par la presse bourgeoise. Elle se présente comme un premier apogée du sport travailliste international d’obédience social-démocrate, dont elle transmet de façon spectaculaire les principes et revendications221. L’idée de paix entre les peuples occupe une place de choix. Sur l’affiche officielle, chargée de symboles typiques du mouvement ouvrier222, se détache un jeune homme au corps aussi svelte que musclé, en tenue de gymnaste ; il s’avance en brandissant un drapeau rouge avec l’inscription « Debout les damnés » et en piétinant des armes brisées ainsi qu’une croix gammée. L’idée de lutte des classes est ainsi associée directement à celle d’une mobilisation nécessaire contre le militarisme et le danger fasciste. Lors du grand défilé des sportifs ouvriers (au nombre de 100 000 selon les estimations) à travers les rues de Francfort, des banderoles communiquent des slogans comme « À bas la guerre impérialiste ! » ou « Plus jamais de guerre ». À la cérémonie d’ouverture au « Waldstadion » qui affiche complet avec 40 000 spectateurs, les sportifs ouvriers allemands forment un cercle pour entourer et honorer les participants étrangers ; c’est une des nombreuses manières dont l’Olympiade ouvrière émet des signes de démarcation à l’égard des Jeux olympiques du CIO. Lors de la cérémonie de clôture, un jeu de théâtre de masse, conçu par Erich Auerbach, met en scène la victoire finale du socialisme sur le capitalisme.

  • 223 Technischer Ausschuss, 1. Internationale Arbeiter-Olympiade Frankfurt am Main 1925. Die Wettkampf-R (...)
  • 224 Sous l’égide du professeur berlinois Adolf Koch, les nudistes ouvriers s’étaient regroupés en 1924 (...)

93Sur le plan des activités physiques, l’Olympiade souligne sa singularité par l’intermédiaire d’un « concours des systèmes » qui invite chaque fédération participante à faire sa démonstration du système d’exercices qu’elle juge être le mieux adapté à l’idéal de l’éducation physique pour tous223. Les critères d’évaluation font appel à la fois à différentes dimensions liées au développement du corps (santé, performance, beauté) et aux facilités d’application des exercices dans le milieu ouvrier. Le programme sportif contient des sports « classiques » comme l’athlétisme, le football, le tennis, la boxe, la natation et le plongeon, l’aviron, la gymnastique et le tir, auxquels s’ajoutent les échecs et le tir à la corde. Il se distingue surtout par la présence de « Turnspiele » (jeux gymniques) à vocation formatrice, issus du Turnen allemand, et par la variété des épreuves cyclistes, parmi lesquelles figurent des relais, le jeu de ballon, le cyclisme artistique ainsi que le « cyclisme de lenteur », épreuve de dextérité où gagne le compétiteur qui met le plus de temps à parcourir une distance généralement courte sans poser les pieds ou entrer sur le couloir d’un concurrent. Destiné à souligner l’importance accordée à la pratique de masse, le programme annexe comporte des démonstrations collectives de cyclistes, de lutteurs et de gymnastes, y compris une prestation de gymnastique des nudistes ouvriers224. En même temps, l’Olympiade montre bien le processus de « sportivisation », dans le sens d’une augmentation du poids de la compétition sportive qui touche désormais toutes les sections de l’ISL, et dont le record du monde (officieux) du relais 4 x 100 m féminin de l’ATSB allemande est l’expression la plus remarquée.

Défilé à Francfort dans le cadre de l’Olympiade. En tête : des sportives de l’USSGT (Archives municipales de Francfort).

  • 225 Haupt-Ausschuss der i. Internationalen Arbeiter-Olympiade, Festbuch. Erste Internationale Arbeiter- (...)

94Le droit des ouvriers d’accéder à la culture trouve une expression diversifiée, les organisateurs considérant qu’il convient d’offrir aux visiteurs, à l’image d’autres grandes manifestations festives, « des heures de distraction, de camaraderie, de rafraîchissement intellectuel et d’épanouissement artistique225 ». Alors que l’exposition sur « Le sport et la culture physique » met en avant le versant travailliste, des spectacles comme « Schöpfung » de Haydn et « Carmen » de Bizet à l’Opéra de Francfort, ou encore la farce populaire « Alt-Frankfurt » et « La chauve-souris », ne sont pas plus marqués idéologiquement que les danses traditionnelles et les feux d’artifice proposés également dans le programme parallèle.

  • 226 Wilhelm Prager avait précédemment réalisé le film « Wege zu Kraft und Schönheit » (Les voies vers l (...)
  • 227 Quelques mois après l’Olympiade, le manifeste que l’ISL formule à son congrès de Paris-Pantin décla (...)

95Le film sur l’Olympiade, réalisé à la demande de l’ATSB par Wilhelm Prager226, sort sous le titre « Die neue Großmacht » (La nouvelle grande puissance) qui fait allusion à la fois à l’envergure qu’est en train de prendre l’Internationale sportive de Lucerne et aux effets salutaires du sport tel qu’il est proposé par celle-ci227. C’est certes une hyperbole, mais il n’en est pas moins vrai que la réussite de l’Olympiade de Francfort, sur les plans de l’organisation, des contenus, de la participation de masse et de l’intérêt public, positionne l’ISL comme une composante importante à la fois du sport européen et du mouvement socialiste international.

7. Le sport soviétique mis en scène

A. Critiques et culte de l’URSS sportive

Les nouvelles fonctions diplomatiques du sport soviétique et les contestations de l’IRS

  • 228 Isaac Deutscher, Stalin. Eine politische Biographie, Berlin, Dietz Verlag, 1990, p. 366-382, 500-50 (...)

96Les décisions de l’année 1924 sur la bolchevisation s’inscrivent dans le processus déjà engagé de transformation de l’Internationale communiste en un instrument de la politique intérieure et extérieure soviétique. Ce processus est corrélé à l’éloignement de la perspective d’une révolution mondiale au cours de la première moitié des années 1920. À l’automne de 1924, le secrétaire général du Parti bolchevique Joseph Staline déclare qu’il faut donner la priorité à la construction du socialisme en URSS plutôt que miser sur des révolutions dans d’autres pays qui, de toutes les manières, ne pourront pas être déclenchées à court ou à moyen terme228. Sa « théorie du socialisme dans un seul pays » sera retenue par le Komintern. Elle induit, entre autres, la poursuite et l’accentuation d’une politique internationale soviétique orientée vers l’entretien de relations diplomatiques et la signature de traités avec des pays capitalistes, en vue de garantir la sécurité territoriale de l’Union soviétique.

  • 229 Proletariersport, 1926, no 11, p. 180.
  • 230 « Recommandé. À Monsieur G. Duperron. Amsterdam, le 22 avril 1925 », Archives de la FIFA, Correspon (...)
  • 231 Le comportement « peu prolétarien » des footballeurs fut dénoncé dans le rapport d’une commission s (...)
  • 232 Photo reproduite dans International Federation of Football History & Statistics (IFFHS), Russia (19 (...)
  • 233 Lettre du CSCP à « General Secretary International Federation of Football Association Mr. Hirschman (...)

97Dans le cadre d’une politique résolue en faveur d’ententes solides avec les pays voisins, le sport commence à être envisagé comme un outil diplomatique. Ainsi, dans la suite des traités de coopération entre l’URSS et la Turquie, des rencontres de football sont conclues entre les deux pays, sans que le Sportintern en soit d’ailleurs informé229. La première se déroule le 16 novembre 1924 à Moscou, devant 15 000 spectateurs, et se solde par un 3-0 pour l’équipe soviétique. En vue du match retour, le 15 mai 1925 à Ankara, la Fédération de football turque formule une demande d’autorisation officielle auprès de la FIFA. Ayant lui aussi des doutes sur l’appartenance de l’URSS à la fédération internationale, le secrétaire général de la FIFA, le Néerlandais Carl Hirschmann, tente de clarifier la situation tout en excusant d’avance la fédération turque pour une éventuelle infraction aux règlements : « L’affaire semble avoir été arrangée par les gouvernements intéressés, et parce que la fédération turque reçoit des subventions de son gouvernement, il lui est bien difficile de refuser même si elle voulait230. » Comme on le voit, ce n’est pas seulement à Moscou mais aussi à Ankara, capitale de la Turquie depuis octobre 1923, que les footballeurs sont conçus comme des diplomates d’un nouveau genre. Contrairement à leur prestation en Allemagne en 1923, jugée néfaste par et pour le mouvement communiste231, les joueurs soviétiques semblent cette fois-ci être disposés à endosser ce rôle. En tout cas, pour la photo d’avant-match, ils prennent une posture suggérant rigueur et discipline, et affirment leur appartenance à l’État prolétarien, aussi bien avec leurs maillots rouges ornés du marteau et de la faucille que par le drapeau national, dignement brandi232. Par la suite, la FIFA demande aux responsables du football soviétique de se prononcer clairement sur la question d’affiliation internationale233. N’obtenant aucune réponse, elle n’autorise plus de rencontres entre des équipes de ses pays membres et la sélection de l’URSS.

  • 234 « Resolution gegen die Verbürgerlichungstendenzen im russischen Sport », sans date [1925], SAPBMO-B (...)
  • 235 Cf. les procès-verbaux des réunions de la direction de la fraction communiste du 29 mai 1925 et du (...)
  • 236 « Einige Bemerkungen zu den Gutachten des Genossen Wollenberger über die Teilnahme der russischen A (...)
  • 237 « Gutachten über die Teilnahme der russischen Arbeitersportler an Veranstaltungen der bürgerlichen (...)

98Ce genre de matchs est également mal vu par des sections et groupements nationaux de l’Internationale rouge sportive, qui les considèrent comme compromettantes du point de vue idéologique. Les dirigeants de la fraction communiste au sein de l’Arbeiter-Turn-und Sportbund s’expriment de manière particulièrement incisive dans leur « Résolution contre les tendances d’embourgeoisement du sport soviétique ». Ils réfutent « […] les tentatives de justifier les rencontres avec des contre-révolutionnaires bourgeois par des nécessités diplomatiques », avant de passer à l’attaque : « Une organisation ouvrière internationale peut seulement se mettre volontairement au service de la diplomatie, qui oblige fréquemment à employer des méthodes bourgeoises, quand elle entend renoncer à avoir une bonne réputation parmi les masses ouvrières des différents pays234. » Les auteurs se voient cependant obligés de retirer leurs admonestations après l’intervention du Bureau politique du KPD235. À l’opinion des Allemands s’oppose celle de plusieurs dirigeants de la section russe qui plaident même pour le droit général de participer aux compétitions du sport « bourgeois ». L’IRS, qui intervient par l’intermédiaire du Komintern auprès du comité central du Parti bolchevique236, obtient finalement un compromis : dans les pays où des organisations sportives ouvrières connaissent un certain rayonnement, des rencontres d’athlètes soviétiques avec le sport « bourgeois » ne pourront avoir lieu que sous réserve de l’accord préalable du présidium de l’IRS237. Sans doute, les autorités soviétiques ont d’autant plus facilement accepté cette règle que ces rencontres dépendent également de la bonne volonté des fédérations sportives officielles et resteront donc limitées de toute façon.

Identité communiste et culte de l’Union soviétique, le divorce interdit

99En interne, l’IRS est fortement affectée par les rapports tendus entre des représentants du sport soviétique et des dirigeants du sport travailliste européen, qui renvoient à de profondes discordes idéologiques et vont jusqu’à paralyser le travail de l’exécutif. Envers le monde extérieur en revanche, l’IRS ne cesse de louanger tout ce qui se passe ou ne se passe pas en Union soviétique. Cet automatisme est un phénomène inhérent au mouvement communiste. Comme l’a constaté Klaus-Michael Mallmann au sujet du Parti communiste allemand, malgré les réserves exprimées ici et là,

  • 238 Mallmann, Kommunisten in der Weimarer Republik, op. cit., p. 234.

[…] on ne remettait jamais en cause, en public, le rôle de modèle attribué à l’Union soviétique. L’existence réelle d’un système socialiste constituait en effet un bien beaucoup trop précieux du fait qu’elle asseyait l’identité du Parti sur la preuve de vérité de la révolution238.

  • 239 Weber, Die Wandlung des deutschen Kommunismus, op. cit., p. 256 sq.
  • 240 Internationaler Sozialistischer Verband für Arbeitersport und Körperkultur, Bericht über den III. K (...)
  • 241 « Rundschreiben bezüglich Pariser Kongreß LSI (nicht zu veröffentlichen) », RGASPI, 537-I-97.

100Quiconque se permet de critiquer publiquement l’URSS devient dans ces conditions une persona non grata à laquelle il ne reste plus que le choix entre la démission, l’autocritique ou l’exclusion prononcée par l’appareil du Parti. C’est ainsi que le culte officiel de l’Union soviétique tourne en « terreur idéologique239 » envers les militants communistes. Le cas de Hassmann, membre du comité exécutif de l’IRS pendant une brève période, constitue un exemple typique. Au cours de son séjour de sept semaines en Russie au printemps 1925, ce dirigeant de la Fédération sportive du Travail saisit l’occasion de s’informer de la situation dans le pays. Il est particulièrement intrigué quand il s’aperçoit du nombre de privilèges dont jouissent les membres de l’appareil du Parti bolchevique, avant d’être indigné au regard des méthodes malhonnêtes employées pour fabriquer de toutes pièces l’image d’une classe ouvrière épanouie240. Après avoir communiqué ses différentes impressions, il est poussé à quitter le mouvement communiste241.

  • 242 Lettre de démission de Bruno Lieske, « Berlin, août 1925 », RGASPI, 537-I-104.
  • 243 « Z.K. der K.P.D., Sekretariat (Polbüro) an die Rote Sportinternationale, Moskau. Berlin, den 8.9.1 (...)
  • 244 « Protokoll der Sitzung des Präsidiums der RSI am 28.11.25 », RGASPI, 537-I-93.
  • 245 Proletariersport, 1926, no 6, p. 91.
  • 246 « Zentralkomitee der KPD (Agitprop) an die Rote Sportinternationale, Moskau. Berlin, den 6. Oktober (...)
  • 247 « Vertraulich. Präsidium der RSI, 26.2.26 », RGASPI, 537-I-121.

101Les critiques formulées en public par Bruno Lieske connaissent un retentissement particulier ; d’abord parce qu’il s’agit de la figure de proue du courant communiste au sein du sport travailliste allemand, ensuite parce que Lieske s’est longtemps distingué par son allégeance inconditionnelle à la Causa sovietica. Dans sa lettre ouverte, adressée en août 1925 au comité exécutif de l’IRS, Lieske avance comme motifs de sa démission l’ignorance de la section russe à l’égard des autres composantes de l’IRS, ainsi que « l’embourgeoisement » du sport soviétique242, désormais irréversible selon lui. Cet écrit revêt un caractère d’autant plus explosif qu’il démontre les rapports de dépendance de la fraction communiste au sein du mouvement sportif ouvrier allemand vis-à-vis du Bureau politique du KPD. Celui-ci réagit avec fébrilité et tente d’empêcher la diffusion du texte243. L’Internationale rouge sportive essaye de son côté de calomnier Lieske en le faisant passer pour un « contre-révolutionnaire ». Ses observations critiques sur le sport soviétique, partagées par des collaborateurs au sommet de l’IRS244, sont présentées dans la revue de l’organisation comme une estimation erronée provenant d’une seule personne, et rejetées comme « verbiage petit-bourgeois sur de prétendues tendances à l’embourgeoisement au sein du mouvement sportif ouvrier russe245 ». Pourtant, les réunions de rédaction de cette même revue manquent souvent d’efficacité pendant cette phase en raison de leur utilisation par des dirigeants de la TuS Fichte comme un forum d’expression de vues critiques sur la section soviétique246. Les avis sur ce sujet ne semblent pas non plus être unanimes à la Fédération sportive du Travail, étant donné qu’un de ses responsables se fait citer à Moscou pour être éclairé sur « l’autorité de principe de la section russe247 ». Pendant ce temps, les thuriféraires du sport soviétique continuent d’exécuter leur besogne ; ce sont souvent des militants dont l’expérience concrète reste en nette contradiction avec les contenus (auto-) censurés de leurs propos.

B. La courte entente avec l’Internationale sportive de Lucerne

  • 248 Michel Dreyfus, « 1924-1927 : un moment privilégié de l’histoire de l’Internationale syndicale roug (...)
  • 249 Internationaler Sozialistischer Verband für Arbeitersport und Körperkultur, Bericht über den 3. Kon (...)

102Au début de l’année 1925, le Komintern infléchit une nouvelle fois ses orientations tactiques. En application pratique de la théorie stalinienne du « socialisme dans un seul pays », dont l’édification doit jouir du plus grand soutien extérieur possible, il cherche désormais un rapprochement avec le mouvement socialiste international. Dans cette optique, l’Internationale syndicale rouge soumet des propositions de coopération à l’Internationale syndicale d’Amsterdam248, alors que le Sportintern adresse un vague projet de fusion à la direction de l’ISL. Pendant ce temps, non seulement l’IRS, mais aussi un certain nombre d’adhérents de sections de l’Internationale sportive de Lucerne – et tout particulièrement les footballeurs en Allemagne – revendiquent la mise en place d’échanges sportifs avec l’Union soviétique. Sous l’impulsion principale de Fritz Wildung, l’ISL, réunie en congrès à Paris-Pantin, autorise ses sections à conclure des rencontres avec des équipes soviétiques. Comme le précise le texte de la résolution, celles-ci n’auront pas à entrer dans des dispositifs de propagande pour l’un ou l’autre parti. Par ailleurs, la question de l’unité ne pourra être abordée qu’après un temps d’essai au cours duquel les faits et pratiques auront attesté de la réelle volonté des communistes à coopérer249.

  • 250 Internationaler Arbeitersport. Zeitschrift für Fragen der internationalen revolutionären Arbeitersp (...)
  • 251 Informations de l’IRS, no 3, 9 janvier 1926, RGASPI 537-I-121.
  • 252 Sport & Plein Air (revue de la FSGT), no 309, juin 1986.

103Comme effet immédiat de la décision, 21 délégations soviétiques partent en 1926 à l’étranger (contre sept seulement l’année précédente), pour 56 rencontres sportives. On ne voit pas de grands changements quantitatifs à ce niveau en 1927, mais le nombre de délégations de différents pays qui se déplacent vers l’URSS pour des compétitions sportives quadruple par rapport aux années précédentes (20 délégations pour 36 rencontres sportives en 1927)250. Ces chiffres incluent les événements, moins nombreux, orchestrés par des sections de l’Internationale rouge sportive, parmi lesquels figure un match de football entre une sélection de Moscou et l’équipe de la Fédération sportive du Travail. Disputé en janvier 1926 à Paris, il constitue un des plus grands succès publics dans l’histoire de la FST, attirant près de 20 000 spectateurs et se transformant en une vraie manifestation de sympathie pour l’URSS251. Constantin Jiboijdov, membre de l’équipe moscovite, se souviendra d’émotions fortes à la fin du match : « L’arbitre n’avait pas eu le temps de siffler la fin de la rencontre que le terrain fut envahi par une véritable marée humaine. Chacun voulait serrer la main d’un joueur soviétique, lui taper sur l’épaule, lui témoigner sa sympathie252. »

  • 253 « Fritz Reußner, Unsere internationalen Sportspiele », GARF, 75 76 / 2 / 35.
  • 254 Volksstimme (Chemnitz), 27 juillet 1926, cité par Proletariersport, 1926, no 7, p. 110.

104Le plus grand nombre des compétitions autorisées par l’Internationale sportive de Lucerne se déroule en Allemagne, avec une intensité accrue après la signature d’un accord bilatéral entre l’Arbeiter-Turn-und Sportbund et le Conseil suprême de la Culture physique en août 1926. L’IRS et le KPD y aperçoivent une excellente opportunité pour renforcer les sentiments de solidarité des ouvriers allemands envers l’État ouvrier et paysan. Alors que les athlètes soviétiques sont supposés jouer le rôle de messagers parfaits de l’amitié253, il incombe au mouvement communiste de donner un sens politique précis à ces événements sportifs. La partie propagandiste ne se réduit pas à des discours tenus dans les stades et les salles de sport avant les compétitions ou à l’occasion de réceptions officielles. Dès l’arrivée des délégations soviétiques aux gares des différentes villes d’accueil, des manifestations politiques ont lieu en présence de milliers d’ouvriers254. Cependant, plus d’une fois un hiatus se glisse entre la volonté propagandiste des communistes et les dispositions des invités, en particulier de ceux envoyés par le comité sportif de la Russie, sélectionnés sur des critères purement sportifs. En revanche, les équipes ukrainiennes laissent généralement une bonne impression à leurs hôtes, tant sur le plan politique que sportif.

  • 255 Proletariersport, 1927, no 12.
  • 256 Cf. Martin Zöller et alii, Fußball in Vergangenheit und Gegenwart, vol. 1 : Geschichte des Fußballs (...)
  • 257 Arbeiter-Turn-und Sportbund, Sparte Fussball, Die Russenspiele. Die Fußballspiele der Ländermannsch (...)
  • 258 Ibid., p. 75-76.
  • 259 « Arbeiter-Turn-und Sportbund an den Hohen Rat für physische Kultur, Moskau. Leipzig, den 14. Novem (...)

105La tournée de l’équipe nationale de football de l’URSS en juillet 1927 s’annonce comme le point culminant de l’échange sportif germano-soviétique. Initialement, une tournée à travers plusieurs pays était même prévue. Cependant, les fédérations sportives ouvrières de Belgique et d’Alsace-Lorraine ont dû renoncer à accueillir l’équipe soviétique en raison de leurs faibles ressources, tandis que les gouvernements suisse et autrichien ont refusé de délivrer les visas255. Les footballeurs soviétiques disputent dix matchs, dont un à Hambourg, le reste dans les villes saxonnes de Leipzig, Dresde et Chemnitz. Ils gagnent très aisément les six parties contre des équipes ouvrières régionales ou locales, avec un score total de 42 buts contre 7256. Ils n’ont aucune difficulté non plus à s’imposer face à la sélection ouvrière allemande (8-2 à Leipzig, puis 4-1 à Hambourg). Battre la sélection ouvrière de Dresde s’avère cependant plus difficile, ce qui se traduit par un jeu excessivement agressif, longuement commenté par une presse sportive allemande ravie de conclure que contrairement aux allégations, « il n’y a pas de différence entre le football ouvrier et le football bourgeois257 ». À la surprise générale, l’équipe soviétique s’incline face à la sélection ouvrière autrichienne dans un autre match disputé à Dresde, ce qui provoque des réactions amères auprès des responsables de la délégation. Pour eux, l’honneur n’est rétabli qu’à l’issue du match retour (synonyme de dernier match de la tournée), deux jours plus tard à Leipzig, où l’URSS prend sa revanche en gagnant 6-1258. Dans les rangs du mouvement sportif ouvrier allemand, on comprend mal cette relation obsessionnelle à la victoire. On est également surpris du degré d’exigences matérielles venant de l’équipe soviétique259.

Page de couverture de la revue de l’ATSB Freie Sportwoche, consacrée au match Allemagne (équipe nationale ouvrière) – URSS au stade du club Victoria à Hambourg (Archiv der sozialen Demokratie der Friedrich-Ebert-Stiftung, Bonn).

106Ainsi, le rapport de la section de football de l’ATSB, dont la teneur est pourtant loin d’être antisoviétique, dévoile que

  • 260 Arbeiter-Turn-und Sportbund, Sparte Fussball, Die Russenspiele. Die Fußballspiele der Ländermannsch (...)

[…] les camarades russes n’ont pas toujours fait preuve de modestie. C’est trop souvent le contraire qui s’est produit, et cela dans tous les domaines, transports en train ou en voiture, hébergement, ravitaillement, terrain ou encore ballon de jeu […]. Quand, par exemple, pour le trajet de 10 heures entre Brême et Dresde, le jour, un wagon-lit est exigé, la remarque d’un cheminot observant qu’il s’agit sans doute d’un transport de personnes gravement blessées, montre bien qu’une telle demande est déplacée. Nous n’avons pas l’habitude de considérer les besoins d’une équipe de football en déplacement en fonction de son niveau sportif. Notre organisation aurait rapidement très mauvaise réputation si elle faisait siennes les besoins de petit confort de la société bourgeoise260.

  • 261 « Protokoll über die Verhandlungen der deutschen Bundesfußballeitung, der russischen Bundesfußballe (...)

107Indubitablement, les footballeurs en question jouissent d’un certain nombre de privilèges dans leur pays, ce qui est cependant un thème tabou pour la presse communiste. Alors que bon nombre de représentants du football ouvrier allemand partent alors d’une fausse vision du sport en URSS, la délégation soviétique fait preuve d’une grande ignorance à l’égard des valeurs et des réalités du mouvement sportif ouvrier en Allemagne. La tournée est jalonnée de malentendus, de déceptions et même de provocations : lors d’une réception offerte par la direction social-démocrate de la section de football de l’ATSB, le chef de la délégation soviétique, Chardacov, se lance dans de violentes diatribes contre tout le mouvement social-démocrate261.

  • 262 Cf. les recueils d’articles dans Proletariersport, 1926, no 7, p. 109-111 et dans Arbeiter-Turn-und (...)
  • 263 À chaque fois, il y a eu plus de 10 000 spectateurs, chiffre élevé quand on sait que la sélection o (...)
  • 264 « Berlin, den 5. August 1927 », SAPMO BArch, Ry / I2 / 710 / 6.
  • 265 « Arbeiter-Turn-und Sportbund an den Hohen Rat für physische Kultur, Moskau. Leipzig, den 14. Novem (...)

108Le bilan des échanges sportifs germano-soviétiques reste mitigé. D’un côté, le bon niveau sportif de l’URSS n’a pas seulement été relevé par la presse communiste mais aussi par les presses social-démocrate et bourgeoise262, et les matchs de football en particulier ont attiré un public nombreux263. De l’autre côté, le comportement désobligeant de plusieurs délégations soviétiques a soulevé de multiples critiques, aussi et surtout de la part de militants communistes qui ont souvent vu leurs efforts propagandistes entravés. La direction de l’opposition communiste au sein de l’ATSB fait ainsi remarquer au Conseil suprême de la Culture physique en août 1927 que jusque-là, toutes les délégations russes ont montré « de certaines maladresses264 », et conclut qu’il faudrait les faire surveiller discrètement à l’avenir par un camarade allemand. L’idée arrive trop tard. En octobre, la direction de l’Arbeiter-Turn-und Sportbund décide de révoquer l’entente sportive avec l’URSS, précisant qu’elle « […] ne peut pas accepter plus longtemps que les échanges sportifs soient utilisés comme instrument de combat contre le SPD et contre les tendances sociales-démocrates dans le sport ouvrier265 ».

  • 266 Jürgen Zarusky, Die deutschen Sozialdemokraten und das sowjetische Model. Ideologische Auseinanders (...)
  • 267 Stefano Cannone, « De la “lutte pour la paix” à la “défense de l’URSS”. Le débat sur le danger de g (...)

109Il est vrai que ces échanges ont pris de l’ampleur au moment même où les conflits entre les deux partis ouvriers se sont envenimés autour des représentations de l’Union soviétique. À l’automne 1926, les sociaux-démocrates lancent une campagne intense sur le thème de la coopération militaire secrète entre l’URSS et l’Allemagne. Elle réagit ainsi à l’intensification des efforts communistes pour gagner les ouvriers sociaux-démocrates à la cause du bolchevisme266. Parallèlement, le Komintern commence à abandonner sa politique de conciliation avec le mouvement socialiste, peu fructueuse au demeurant. À son plénum (réunion du comité exécutif élargi) en novembre/décembre 1926 apparaissent les premiers signes d’un nouveau virage ultragauche ; en mai 1927, le Komintern désigne pour la première fois de manière explicite la social-démocratie comme son ennemi principal. Deux mois plus tôt, le congrès du KPD à Essen avait déjà utilisé cette expression à l’égard du Sozialdemokratische Partei267. La thèse du « social-fascisme » et la tactique « classe contre classe » s’annoncent à l’horizon avant d’être entérinées par le 6e congrès du Komintern en 1928. Que la direction social-démocrate de l’ATSB cède un terrain fertile de propagande aux communistes, ne serait-ce qu’en permettant aux athlètes soviétiques d’exposer devant toute la presse allemande la progression du niveau sportif en URSS, apparaît dès lors comme un paradoxe ou un anachronisme.

C. La Spartakiade de Moscou (1928) : tourisme politique et propagande « sportive »

Un événement aux retombées plurielles

  • 268 La fédération sportive ouvrière communiste de Tchécoslovaquie avait déjà employé ce terme pour sa p (...)
  • 269 « Tätigkeitsbericht der Roten Sportinternationale und seines Exekutivkomitees », sans date [1926], (...)
  • 270 Selim O. Chan-Magomedow, Pioniere der sowjetischen Architektur. Der Weg zur neuen sowjetischen Arch (...)
  • 271 En fait, quand la Société des Constructeurs du Stade international rouge est dissoute au début des (...)
  • 272 Internationaler Arbeitersport, décembre 1927, p. 14 ; « An alle Arbeitersportorganisationen ! An al (...)

110Après l’échec des pourparlers avec l’Internationale sportive de Lucerne au sujet d’une éventuelle participation à l’Olympiade ouvrière de Francfort, l’IRS envisage d’établir ses propres jeux internationaux. En signe de démarcation idéologique, elle leur donne le nom de « Spartakiades » qui fait allusion à la fois à Spartacus, le meneur du soulèvement des esclaves romains, et au prédécesseur du KPD, le Spartakusbund de Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg268. Comme l’a appelé de ses vœux le Sportintern dès janvier 1925, une première « Spartakiade mondiale » devait être célébrées en 1926 à Moscou. Elle procurerait, entre autres, un cadre festif pour l’inauguration du « Stade international rouge »269. Celui-ci est présenté à l’Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels à Paris en 1925 comme le plus grand projet soviétique en matière d’installations sportives270. Il ne sera cependant jamais réalisé271. Suite à l’apparition de nombreux autres problèmes, l’IRS renonce à la tenue de la Spartakiade mondiale. Sans se concerter dans un premier temps avec l’organisation internationale, le Conseil suprême de la Culture physique se lance cependant, en collaboration avec l’Union des Syndicats, dans la préparation d’une « Spartakiade de toutes les Républiques » (soviétiques) pour l’année 1928. Le Sportintern obtient l’accord du CSCP pour que les sportifs ouvriers de l’étranger soient également invités, ce qui lui permet de promouvoir l’événement sous le nom de « Spartakiade internationale » et de lui attribuer une double vocation : démontrer les progrès de la culture physique en URSS, et constituer une puissante manifestation d’opposition du sport rouge international au sport bourgeois en général et aux Jeux olympiques en particulier272.

  • 273 Quelques éliminatoires ont déjà eu lieu le 11 août, mais la cérémonie d’ouverture officielle s’est (...)
  • 274 Müller sera député communiste à l’assemblée municipale de Berlin de 1929 à 1933. Sorti indemne du t (...)
  • 275 Die Einheit, Wochenschrift für Fragen des Sozialismus und der Gewerkschaftseinheit, 26 août 1928 ; (...)
  • 276 « Resolution über den Kampf für die Einheit », RGASPI, 537-I-25.

111Si l’ouverture de la Spartakiade, le dimanche 12 août 1928273, coïncide avec la clôture des Jeux olympiques d’Amsterdam, la date a toutefois été fixée en premier lieu en référence au 6e congrès de l’Internationale communiste qui siège à Moscou du 17 juillet au 1er septembre. La cérémonie d’ouverture se déroule sur la Place Rouge et donne lieu à un défilé où 25 000 membres de groupements sportifs soviétiques entourent les délégations étrangères. À la fin du cortège marchent des filles et garçons des Jeunesses communistes, fusil sur l’épaule. Après les discours de représentants du gouvernement soviétique et des syndicats, Franz Müller, chef de la délégation allemande et l’un des principaux dirigeants du sport travailliste berlinois274, prend la parole pour affirmer que les sportifs ouvriers étrangers répondront présents pour défendre l’Union soviétique en cas de guerre. Ensuite, un orchestre joue « l’Internationale », chantée par les participants et les spectateurs275. La cérémonie d’ouverture se présente ainsi comme un défi de la jeunesse soviétique lancé aux agresseurs potentiels et comme un serment de solidarité internationale avec l’URSS, au moment même où le congrès de l’Internationale communiste entérine les thèses staliniennes sur le danger imminent d’une agression impérialiste. Il officialise également la tactique « classe contre classe », synonyme de la lutte la plus impitoyable contre le mouvement socialiste traité de « social-fasciste » et accusé de servir sournoisement la bourgeoisie dans ses préparatifs de guerre. Ces semblants d’analyse sont repris en intégralité par le 4e congrès de l’IRS qui a lieu à la même occasion à Moscou (23-24 août)276. La tactique « classe contre classe » se situe également au centre des discours politiques présentés à la cérémonie de clôture de la Spartakiade au Théâtre Bolchoï, le 26 août.

  • 277 Mis dans l’ordre d’après les tailles des délégations, ces pays étaient l’Allemagne, la Finlande, l’ (...)
  • 278 « Tatsachen von der Spartakiade 1928 », SKUL, dossier « Deutsches Spartakiadekomitee für die Moskau (...)

112542 hommes et 70 femmes de douze pays étrangers277 participent aux compétitions, alors que 3 000 hommes et 879 femmes du pays hôte278, qui se sont qualifiés lors de Spartakiades locales puis régionales, représentent un large échantillon de l’élite du sport soviétique. Le programme sportif ressemble fortement à celui des Jeux olympiques, comprenant des compétitions en athlétisme, gymnastique, natation et plongeon, aviron, cyclisme, haltérophilie, boxe, lutte, escrime, tir, voile, tennis, water-polo, volley-ball, handball, basket-ball et football. Les courses motocyclistes, rattachées au programme de Moscou, constituent une singularité.

  • 279 Sur les aspects sportifs de la Spartakiade voir Lothar Skorning, « Vor 50 Jahren : Moskauer Spartak (...)

113Les compétitions d’athlétisme se déroulent au stade Dinamo, la plus grande arène sportive moscovite de l’époque. Ses gradins, prévus provisoirement pour 25 000 spectateurs (le stade sera agrandi par la suite), sont souvent remplis tout au long de l’événement. Certaines performances, en particulier dans les courses de sprint ainsi que dans quelques disciplines de natation, s’approchent de celles des médaillés aux Jeux olympiques d’Amsterdam ; dans la plupart des cas, elles en restent assez éloignées cependant. Au classement général, la Russie occupe la première place devant cinq autres républiques soviétiques. La seule victoire de la délégation allemande, la plus forte représentation étrangère avec près de 200 participants, est remportée par le lutteur Werner Seelenbinder, qui entame une carrière au plus haut niveau international279.

  • 280 Karl Schlögel, Terror und Traum. Moskau 1937, Munich, Hanser, 2008, chapitre « Braune Körper, helle (...)
  • 281 Daniel Girardin, « Photographie et photomontage en Russie soviétique (1920-1940) », in Le Musée oly (...)

114La Spartakiade de toutes les Républiques joue un rôle important pour la propagation du sport de compétition en URSS. Aussi, le défilé de la journée d’ouverture, fortement apprécié par les observateurs, donne-t-il d’importantes impulsions à l’élaboration des « parades sportives » de masse. Celles-ci ont lieu régulièrement à partir de 1931 et deviennent une pièce maîtresse des démonstrations de pouvoir absolu du régime stalinien sur les esprits et les corps des compatriotes280. Dans le domaine artistique, la Spartakiade procure à la photographie sportive russe ses premières lettres de noblesse. Elle fait aussi l’objet de photomontages particulièrement représentatifs de l’avant-garde russe des années 1920, notamment par l’intermédiaire d’une série de cartes postales réalisée par Gustavs Klucis où se mélangent motifs sportifs et messages politiques281. Le reportage journalistique-littéraire voit des contributions françaises à travers les plumes de Géo-Charles et de Paul Guitard, envoyés spéciaux de la revue Nos Regards – Illustré Mondial du Travail et de L’Humanité. Fait non négligeable, une partie de la presse étrangère prend conscience à cette occasion de l’évolution ascendante du sport en Russie. « Sport-Sonntag » (Berlin), après quelques remarques cinglantes sur la vocation de l’événement à mieux endormir politiquement le peuple russe, s’émerveille :

  • 282 Sport-Sonntag (Berlin), 15 septembre 1928, cité par Ruffmann, Sport und Körperkultur, op. cit., p.  (...)

Incontestablement, la régie fut brillante, l’organisation excellente, et l’impression visuelle ravissante. Certains responsables du sport d’autres pays auraient pu apprendre des choses ici. En tout cas, le sport soviétique monte en flèche, c’est l’enseignement le plus significatif de la Spartakiade282.

  • 283 Ibid.
  • 284 Vossische Zeitung, 24 septembre 1929. Il est intéressant de noter que l’article écarte certaines im (...)
  • 285 Die Leibesübungen, 1929, no 6 et 7, 1930, no 4. Il s’agit de l’organe officiel du Deutscher Reichsa (...)

115Le plus grand journal quotidien de l’Allemagne, la Vossische Zeitung, formule également quelques louanges283. Un an plus tard, il publie les impressions assez positives que lui a communiquées Carl Diem après son voyage d’études à Moscou284. La revue Die Leibesübungen prend le relais avec des présentations élogieuses du sport soviétique sorties de la plume d’auteurs russes favorables au régime285.

Des éléments d’une « propagande totale »

  • 286 Voir sur ce sujet Hans Schafranek, « Die Avantgarde der Einäugigen – Österreichische Arbeiterdelega (...)

116Ce n’est pas seulement la conjoncture politique du moment qui explique pourquoi la Spartakiade, loin d’exprimer une quelconque « religion sportive » unifiant la jeunesse mondiale selon les visions de Pierre de Coubertin, se construit en tout premier lieu autour du culte de l’Union soviétique « seule patrie du prolétariat ». En effet, dès 1926, les voyages de sportifs ouvriers dans ce pays sont conçus comme objets de propagande, de la même manière que les séjours des « délégations ouvrières ». Composées de membres de différentes organisations du mouvement ouvrier, celles-ci se déplacent depuis 1925 en URSS pour s’assurer et témoigner des progrès marquants du socialisme. Dans cette optique, le Bureau d’agitation et de propagande du Komintern a élaboré des méthodes minutieuses d’encadrement et de manipulation des visiteurs286 ; celles-ci sont appliquées avec soin à l’occasion de la Spartakiade.

  • 287 Lettre de Robert Siewert, président du Comité de Spartakiade allemand, au Comité de Spartakiade à M (...)
  • 288 « Für die Beteiligung an der Spartakiade », SKUL, dossier « Deutsches Spartakiadekomitee für die Mo (...)
  • 289 Jacques Ellul, Propagandes, Paris, Librairie A. Colin 1962, p. 21-29.
  • 290 Internationaler Sozialistischer Verband für Arbeitersport und Körperkultur, Bericht über den 4. Kon (...)
  • 291 Lettre de Robert Siewert, président du Comité de Spartakiade allemand, « au Comité de Spartakiade à (...)
  • 292 « Auf der Rykow nach Leningrad », SKUL, dossier « Deutsches Spartakiadekomitee für die Moskauer Spa (...)

117Les comités de Spartakiade établis par les différentes sections de l’IRS sont confrontés à la tâche ardue d’inciter, d’une part, le plus grand nombre possible de sportifs ouvriers à faire le déplacement, et, d’autre part, de procéder à une sélection répondant à des critères établis par les organisateurs russes. Ceux-ci se réservent par ailleurs le droit de refuser des candidats après lecture de questionnaires portant principalement sur leurs activités professionnelles et politiques287. La provenance régionale des participants potentiels doit être prise en compte, afin que la propagande puisse couvrir l’ensemble des territoires nationaux après la Spartakiade. Mais avant tout, une forte participation de sociaux-démocrates est souhaitée288, ce qui renvoie à un élément fondamental de toute « propagande totale » au sens de Jacques Ellul : utiliser l’adversaire289. Autrement dit, face aux critiques du système soviétique émanant du milieu social-démocrate, la contradiction doit être apportée par des témoignages de personnes appartenant à ce même milieu. Devant l’interdiction formelle de se joindre à cette « manifestation exclusivement communiste » que l’Internationale sportive de Lucerne a prononcée à l’égard de ses fédérations adhérentes290, la réalisation de cet objectif n’est pas aisée. Si le Comité de Spartakiade autrichien parvient à envoyer en Russie 34 sociaux-démocrates à côté de 27 communistes, le SPD est très faiblement représenté dans la délégation allemande (6 membres de ce parti contre 88 communistes)291. Parmi les 27 Français qui effectuent le déplacement ne figure aucun membre de la SFIO292.

  • 293 Le programme touristique et politique est décrit de la manière la plus détaillée dans le fascicule (...)
  • 294 Internationale Pressekorrespondenz, 1928, no 88, p. 1668.

118À leur arrivée à Moscou tout comme dans les gares des villes de province que les organisateurs leur proposent de visiter, les sportifs ouvriers sont d’abord chaleureusement accueillis par des foules convoquées. Entre leurs compétitions, ils multiplient les visites d’usines, de logements ouvriers ou encore de prisons modèles, ainsi que de crèches, d’écoles et d’hôpitaux susceptibles d’attester des bienfaits de la politique sociale et éducative de l’URSS. En complément, ils sont invités à des entretiens avec des représentants de l’appareil du Parti et à des assemblées et cérémonies organisées en leur honneur. En guise de divertissement, ils peuvent se rendre sur la Place Rouge pour regarder des spectacles folkloriques ou des films présentant les richesses culturelles de diverses républiques soviétiques293. Dans la soirée du 16 août, ils assistent, aux côtés de membres du comité central du PCUS et de délégués du congrès de l’Internationale communiste, à un spectacle grandiose de bateaux navigant sur la Moscva sous les lumières des projecteurs puis d’un feu d’artifice294. Des représentations de théâtre de masse articulées autour du motif de la victoire du mouvement révolutionnaire sur le capitalisme s’ajoutent au programme parallèle.

  • 295 Die Rote Fahne (Vienne), 19 août 1928, citée par Rudolf Bonimair, Exil in Finnland : Adolf Molnar u (...)
  • 296 L’Humanité, 9 septembre 1928.
  • 297 Pour plus de détails sur Guérard voir Fabien Sabatier, « Mobilité affinitaire et mouvement sportif (...)
  • 298 L’Humanité, 25 août 1928.

119La Spartakiade de Moscou, à la fois motif de déplacement sportif et prétexte à un voyage politique, s’inscrit pleinement dans le dispositif de propagande global du mouvement communiste tout en apportant une dimension supplémentaire, celle qui a trait aux représentations du corps. Adolf Molnar, envoyé du journal communiste Die Rote Fahne (Autriche), écrit : « Les sportifs étrangers sont déjà éliminés en grand nombre des épreuves d’athlétisme. […] Malgré tous leurs efforts et leur technique, ils sont inférieurs aux sportifs ouvriers russes qui vivent dans de meilleures conditions (avec par exemple la journée de sept heures)295. » Le journaliste et futur écrivain traverse pendant ce moment un processus d’éloignement intérieur de son parti, mais se conforme encore entièrement à la vulgate communiste qui impose l’amalgame entre la supériorité prétendue du système soviétique et les victoires sportives, quand bien même elles seraient obtenues sur des sportifs ouvriers avant tout sélectionnés pour leurs appartenances politiques et non pour leur niveau sportif. Paul Guitard, observant l’énergie et la force de la jeunesse soviétique, conclut sur « l’apparition d’une nouvelle race, créée par la bienfaisance de tout un système politique296 », tandis que Rosette Guérard297, quart de finaliste du 100 m, prétend dans un article publié également dans L’Humanité que non seulement dans les stades et piscines mais aussi dans les rues de Moscou, « nous ne voyons que des jeunes filles, des jeunes gens vigoureux298 ».

120Ce n’est pas la première fois qu’un événement ou un défilé sportif à Moscou sert à présenter « le » et « la » prolétaire russe au format physique idéal comme l’incarnation d’un meilleur type de société ou comme preuve vivante de la réussite économique et sociale du système. Toutefois, ce genre de rapprochement apparaît de manière plus condensée avec la Spartakiade, et de manière plus fréquente par la suite. La référence à la jeunesse soviétique forte et heureuse s’associe alors au culte naissant de Staline comme l’illustre bien un reportage allemand sur la parade sportive à Moscou en 1931 :

  • 299 Rot-Sport (Berlin), 17 août 1931.

Ici, on ne voit pas d’esclaves du travail victimes de l’obsession capitaliste du profit, pas de jeunes soldats du régime de terreur capitaliste marqués par la misère et la souffrance. C’est la jeune garde du prolétariat victorieux, forte, saine, bronzée, qui défile les yeux éblouis devant le leader du prolétariat mondial, le camarade Staline, notre camarade Staline299.

  • 300 Sur les fonctions symboliques du corps voir Gunter Gebauer, Ausdruck und Einbildung. Zur symbolisch (...)
  • 301 Cf. Eike Stiller, « Körperbilder in der Arbeier-Turn-und Sportbewegung », in Michael Krüger (dir.),(...)
  • 302 Michel Foucault, « Leben machen und sterben lassen : Die Geburt des Rassismus », Diskurs, no 1, 199 (...)

121L’ensemble symbolique que contiennent et génèrent les pratiques corporelles300 reçoit ainsi une déclinaison spécifiquement communiste. La célébration du corps athlétique n’est pas non plus exempte des discours sportifs du camp social-démocrate, loin s’en faut301, cependant la focalisation sur le peuple soviétique introduit une autre tendance. Ce n’est pas du racisme au sens courant du terme. Mais si l’évocation permanente de « l’homme sain dans un système politique salutaire » s’appuie sur un déterminisme douteux, elle constitue aussi une variante du « racisme biologique » décrit par Michel Foucault, en traitant les vieux, les faibles, les malades et les handicapés comme des personnes extérieures à la communauté soviétique302.

  • 303 66 österreichische Arbeitersportler berichten über die Sowjetunion, 2e édition, Vienne, 1929. Voir (...)
  • 304 Werner Schultheiss, Spartakiadefahrt 1928. Eine Reise nach Russland, Zurich, 1928.
  • 305 Le rapport de la visite de prison est produit par Franz Fiala, militant communiste qui aura le malh (...)

122Il faut préciser que même un certain nombre de membres de partis socialistes et sociaux-démocrates participent, au grand dam de leurs dirigeants, à la propagande pour l’URSS qui se déploie, entre autres, à l’aide de « témoignages authentiques » sur ce qui se passerait dans ce pays. Un exemple frappant en est le rapport de la délégation autrichienne à la Spartakiade303, dans laquelle, rappelons-le, figurent plus de sociaux-démocrates que de communistes. Se recoupant fortement avec le récit du militant communiste et chef de la délégation suisse Werner Schultheiss304, ce rapport – signé par tous les participants autrichiens – donne le portrait d’une société de rêve, où même la prison, centre de resocialisation généreuse, ressemble à un lieu d’agréments305. Aussi, certains sociaux-démocrates donnent-ils libre cours à leur fureur envers la direction de leur parti dont les « propos mensongers » sur l’URSS n’auraient d’autre fonction que de priver les ouvriers d’une source d’espoirs et d’identification légitimes.

  • 306 L’AIZ fournit le modèle à la revue française Regards qui paraît à partir de 1932. Cf. Gaëlle Morel, (...)
  • 307 66 österreichische Arbeitersportler berichten über die Sowjetunion, 2e édition, Vienne, 1929, p. 1.

123L’entreprise de propagande pour l’URSS bénéficie il est vrai de correspondances avec le besoin ouvrier d’utopie, qui ne connaît pas de frontières politiques entre communistes et sociaux-démocrates. Cette disposition mentale explique le succès de l’Arbeiter Illustrierte Zeitung, revue hebdomadaire éditée depuis 1925 par Willi Münzenberg ; avec ses multiples pages informant (ou plutôt désinformant) sur la vie en URSS, elle atteint un tirage de 500 000 exemplaires et occupe ainsi la deuxième place parmi les revues illustrées allemandes306. Le fascicule « 66 österreichische Arbeitersportler berichten über die Sowjetunion » doit du reste être édité une seconde fois quelques semaines seulement après sa parution307.

  • 308 Schafranek, « Die Avantgarde… », op. cit., p. 16.
  • 309 Adolf Molnar, Unstet und flüchtig. Eine Lebensgeschichte, Darmstadt / Neuwied, Luchterhand, 1982, p (...)
  • 310 Cf. Nicolas Werth, « Des hommes, des chiffres et des classes », in Catherine Gousseff (dir.), Mosco (...)
  • 311 Heike Egger, « Frauen und Arbeitersport in den 20er Jahren. Idee, Wirklichkeit und mediale Darstell (...)

124Si l’on prend de plus en compte l’aspect de dynamique de groupe, on peut supposer que c’est bien pour des raisons psychologiques de dimension collective308 que peu de voyageurs livrent des rapports critiques à leur retour de la Russie. Pendant leur séjour, beaucoup d’entre eux préfèrent assister systématiquement aux mises en scène qui leur sont proposées plutôt que de partir à la recherche d’impressions plus personnelles. Or, cette deuxième option n’est pas interdite lors de la Spartakiade. Dans son autobiographie, Adolf Molnar confesse qu’il a relaté pour son quotidien communiste le déroulement de compétitions auxquelles il n’a même pas assisté ; il a préféré employer son temps à la découverte de Moscou hors des programmes officiels309. En se promenant de manière individuelle dans la capitale russe en 1928, on pouvait sans nul doute s’apercevoir des grands problèmes de ravitaillement ou du nombre élevé de sans-abri. Quitte à ne pas fermer les yeux et les oreilles, on pouvait aussi se rendre compte que plusieurs centaines de milliers de personnes se retrouvaient en situation professionnelle précaire ou au chômage310. Ces aspects sont systématiquement effacés par la presse communiste, entre autres à l’aide d’images centrées sur l’esthétique du corps féminin. À l’occasion de la Spartakiade, les reportages sont ainsi assortis de photos de sportives soviétiques, de préférence de nageuses en petite tenue, souvent sans rapport aucun avec l’entourage textuel. À partir de la fin des années 1920, les « sport girls » russes, parfaitement à la hauteur du nouveau modèle féminin occidental, apparaissent même sur la page de couverture de l’AIZ311.

  • 312 Voir Ellul, Propagandes, op. cit., p. 31-36.

125S’il faut convenir que les effets sur les individus échappent aux possibilités d’analyse de l’historien, on peut tout de même formuler l’hypothèse prudente que le regard admiratif sur le sport et les corps humains russes comme « produits » représentatifs du système politique a contribué à la naïveté de nombre d’ouvriers par rapport aux réalités de la vie et de la mort en URSS sous Staline. Le mouvement sportif communiste a dans tous les cas aidé à élargir l’assise de réception de la propagande en faveur de l’Union soviétique, à augmenter son efficacité par la variété des moyens employés et à améliorer ses conditions structurelles : comme l’a souligné Jacques Ellul, la présence de supports organisationnels à l’étranger est un élément indispensable pour que la propagande pour un pays précis soit efficace312. L’Internationale rouge sportive a établi les structures nécessaires pour les échanges sportifs et « touristiques » avec l’URSS et servi de générateur d’événements autour desquels la propagande a pu se développer. À l’échelle locale, les clubs sportifs ouvriers communistes ont organisé des « soirées d’information » sur l’Union soviétique avec conférences et images, et permis, au sein même de leurs équipes, un travail de persuasion particulièrement direct et individualisé, jouant sur la confusion entre discours de militant et récit d’expériences authentiques.

Notes

1 Le Populaire, 1er juillet 1919 ; Rapport au 3e Congrès de l’Association Socialiste Internationale d’Éducation Physique. Lucerne (Suisse), 12 et 13 septembre 1920, s.l.n.d. [1920], p. 17-18.

2 Le Populaire, 27 juin 1919.

3 Que l’on appelle aussi le « soulèvement spartakiste » ou la « révolte spartakiste », cela « à mauvais escient » d’après Heinrich August Winkler, Histoire de l’Allemagne, xixe-xxe siècle. Le long chemin vers l’Occident, Paris, Fayard, 2005, p. 329.

4 Herbert Dierker, « “Größter Roter Sportverein der Welt”. Der Berliner Arbeitersportverein Fichte in der Weimarer Republik », in Teichler / Hauk (dir.), Illustrierte Geschichte des Arbeitersports, op. cit., p. 93-104.

5 Dierker, Arbeitersport im Spannungsfeld der Zwanziger Jahre, op. cit., p. 60-61, 98-99, 104.

6 Laine, « TUL : The Finnish Worker Sport Movement », op. cit., p. 73 ; Kristina Exner-Karl, Sport und Politik in den Beziehungen Finnlands zur Sowjetunion 1940-1952, Wiesbaden, Hoorowitz, 1997, p. 35.

7 Seppo Hentilä, « Une affaire trop sérieuse ? À propos de la signification particulière du sport pour les Finlandais », Cahiers d’Histoire, no 88, 2002 (dossier « Sport et propagande en Europe, xixe-xxe siècle » dirigé par Maurice Carrez et Benoît Caritey), p. 77-92. Voir aussi Maurice Carrez, « Des muscles et de la moelle : le sport ouvrier en Finlande avant 1930 », op. cit.

8 Proletariersport. Organ für proletarisch-physische Kultur (revue de l’IRS publiée à Berlin), 1924, no 1, p. 12-13.

9 Le Parti ouvrier socialiste de Finlande (1920-1923) puis l’Organisation électorale des travailleurs et petits paysans de Finlande (1924-1930) se présentaient aux élections en tant que partis « non communistes » mais tentaient en réalité d’appliquer dans la mesure du possible les directives du Komintern.

10 Robert O. Paxton / Julie Hessler, L’Europe au xxe siècle, Paris, Éditions Tallandier, 2011, p. 209.

11 Internationale Jugendkorrespondenz, 10 février 1921, p. 5.

12 Édition du 19 juin 1922, cité par Paul Dietschy, « Sport et communisme en Italie : le cas de l’Union Italienne du Sport populaire au lendemain de la Seconde Guerre mondiale », in Pierre-Alban Lebecq (textes réunis par), Sports, éducation physique et mouvements affinitaires au xxe siècle, tome 1, Les pratiques affinitaires, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 88.

13 Fabrizio, Storia dello sport in Italia, op. cit., p. 83. Le PCI s’est constitué à la suite de la scission du Parti socialiste au congrès de Livourne en janvier 1921.

14 Miroir des Sports, 23 février 1922, article reproduit dans Coll., La FSGT du sport rouge au sport populaire, Paris, Éditions la ville brûlée / Sport et plein air-FSGT, 2014, p. 61. Voir aussi Fabrizio, Storia dello sport in Italia, op. cit., p. 87-88.

15 Ibid., p. 77-91 ; Lauro Rossi, « Giovinetti pallidi della Rivoluzione. “L’antisportismo” dei socialisti », Lancillotto e Nausica, no 3, décembre 1986, p. 50-59.

16 Cité par Sandro Provvisionato, « Terzini d’attacco. L’alternativa di sport e proletariato », Lancillotto e Nausica, vol. 3, décembre 1986, p. 66.

17 La revue Proletariersport, 1924, no 5, annonce que cette organisation a adhéré avec ses 3 000 membres à l’IRS mais qu’il est impossible, « pour des raisons évidentes », de dévoiler son nom.

18 On ne trouve plus de trace en tout cas d’éventuelles activités dans les archives de l’IRS.

19 Documentation sur le Vsevobuč in Theorie und Praxis der Körperkultur, 1970, p. 299.

20 Isaac Deutscher, Stalin. Eine politische Biographie, Berlin, Argon, 1989, p. 223

21 « Tätigkeitsbericht der Roten Sportinternationale und seines Exekutivkomitees », sans date [1926], Archives de la Fédération russe (AFR), 75 76 / 2 / 28. Cette initiative de Podvojskij, non mentionnée dans le procès-verbal officiel du congrès de l’Internationale communiste, est attestée par deux lettres personnelles du communiste allemand Kurt Leinhardt. Cf. RGASPI, 537-I-73 et 537-II-26. Elle est également évoquée dans les procès-verbaux du 1er et du 2e congrès de l’Internationale rouge sportive. Cf. « Sitzung der Internationalen Roten Sports-und Turnkonferenz, Moskau, Sperlingsberge, den 23. Juli 1921 », RGASPI, 537-I-1 ; « Originalstenogramm der Verhandlungen der 2. Konferenz der Roten Sportinternationale, abgehalten am 29., 30. und 31. Juli 1922 in Berlin », RGASPI, 537-I-3.

22 « Statut der internationalen Vereinigung des proletarischen Sports », RGASPI, 537-I-71.

23 Cf. Franz Nitsch, « Die internationalen Arbeitersportbewegungen », in Arnd Krüger / James Riordan, Der internationale Arbeitersport. Der Schlüssel zum Arbeitersport in 10 Ländern, Köln, Pahl-Rugenstein, 1985, p. 188.

24 Paxton / Hessler, L’Europe au xxe siècle, op. cit., p. 154.

25 László Kutassi, « Sportpolitik in Ungarn zur Zeit des Horthy-Regimes, 1919-1944 », ICOSH Seminar Sport and Politics 1918-1939 / 40, Proceedings, Oslo, 1986, p. 180-186.

26 Jusqu’à la reconstitution officielle de l’Internationale socialiste au congrès de Genève (31 juillet-5 août 1920), l’attitude de la social-démocratie allemande devant les événements guerriers était matière de discordance. Cf. Reiner Sigel, Die Geschichte der Zweiten Internationale 1918-1923, Campus, Francfort / New York, 1986, p. 16-32.

27 Association Socialiste Internationale d’Éducation Physique, 2e Congrès international et 16e Congrès national, tenus à Seraing, les 14, 15 et 16 août 1919 : Programme général et rapports présentés, s.l.n.d. (1919), p. 23, 28, 30-32.

28 Le Parti ouvrier belge a renoncé à sa participation à la conférence de l’Internationale socialiste à Berne en janvier 1919, le Parti social-démocrate allemand y ayant été invité. Cf. Gerhard A. Ritter, Die II. Internationale 1918/1919. Protokolle, Memoranden, Berichte und Korrespondenzen, tome 1, Bonn, Dietz, 1980, p. 36.

29 La première rencontre de représentants de la SFIO et du SPD après la guerre, à l’occasion de la conférence de la Seconde Internationale à Berne, donne lieu à des injures réciproques.

30 Procès-verbal du Bureau Fédéral [de la FST] du 23 juillet 1919, Archives de la FSGT (Paris) ; Procès-verbal du Conseil Fédéral [de la FST] du 29 août 1919, Archives de la FSGT ; Association Socialiste Internationale d’Éducation Physique, Rapport du 2e Congrès international, tenu à Seraing le 16 août 1919, Bruxelles, 1919, p. 2.

31 Le cas autrichien ne figure qu’en marge des débats.

32 Association Socialiste Internationale d’Éducation Physique, 2e Congrès international et 16e Congrès national, tenus à Seraing, les 14, 15 et 16 août 1919 : Programme général et rapports présentés, s.l.n.d. (1919).

33 Ibid.

34 Hentilä, « Die finnische Arbeitersportbewegung und ihre Beziehungen zu Deutschland », op. cit., p. 371.

35 L’Humanité, 7 avril 1920.

36 Cf. Rapport au 3e Congrès de l’Association Socialiste Internationale d’Éducation Physique, Lucerne, 12 et 13 septembre 1920, s.l.n.d. (1920).

37 Relatif au refus de la section de football de rompre ses liens avec la fédération « bourgeoise ». La fédération autrichienne adhère officiellement à l’ISL en 1924, d’abord sans les footballeurs. Voir Matthias Marschik, “Wir spielen nicht zum Vergnügen”. Arbeiterfußball in der Ersten Republik, Vienne, Verlag zur Gesellschaftsgeschichte, 1994, p. 58-86.

38 ATZ, 22 septembre 1920.

39 Les mêmes tendances sont relevées aussi pour le mouvement sportif ouvrier britannique par Steven Jones, « The European Workers’Sport Movement and Organized Labour in Britain Between the Wars », European History Quaterly, 1988, no 1, p. 3-33.

40 Nom adopté en 1919 par l’ATB pour mieux tenir compte de l’importance croissante des sports.

41 ATZ, 22 septembre 1920.

42 Cette commission a vocation à regrouper toutes les organisations sportives ouvrières d’Allemagne, à coordonner leurs activités et à les représenter devant les pouvoirs publics.

43 Protokoll über die Verhandlungen des Ersten Arbeitersport-Kongresses. Abgehalten am 15. und 16. Januar 1921 in Jena, Leipzig, 1921, p. 51.

44 Ibid.

45 Il est vrai que l’ISL, si elle n’a pas exclu le sport soviétique, n’a pas non plus fait de démarche en vue de son intégration. Dans les documents sur les congrès de Seraing et de Lucerne, on ne trouve aucune allusion au sport soviétique, ni d’ailleurs à la Révolution d’Octobre.

46 Cf. Protokoll über die Verhandlungen des Ersten Arbeitersport-Kongresses. Abgehalten am 15. und 16. Januar 1921 in Jena, Leipzig, 1921, p. 51.

47 Jacques Droz, « Le socialisme en Europe centrale : Hongrie, Autriche, Tchécoslovaqie », in idem (dir.), Histoire générale du socialisme, tome 3 : De 1919 à 1945, Paris, PUF, 1977, p. 264.

48 Arbeiter-Sport. Publikationsorgan des Kartellverbandes Groß-Berlin und des 1. Kreises des Arbeiter-Turn-und Sportbundes, 20 juillet 1921 ; Proletariersport, no 1, 1923, p. 10-11. L’union des gymnastes ouvriers comptait au moment de la scission 220 000 membres, dont 100 000 adultes, 30 000 adolescents et 90 000 pupilles. Cf. Dělnická tělocvičná jednota, La Fédération des Sociétés Ouvrières de Gymnastique tchécoslovaques. Son développement et son importance, Prague, 1937.

49 Le Populaire, 18 et 19 juillet 1921 ; L’Humanité, 17, 18 et 24 juillet 1921 ; L’Avant-Garde ouvrière et communiste. Organe officiel de la Fédération Nationale des Jeunesses Communistes, no 15, du 6 au 31 juillet 1921.

50 Procès-verbaux des réunions du Conseil fédéral du 20 janvier et du 2 mai 1921, Archives de la FSGT.

51 Ces pays sont la Russie, l’Allemagne, la France, l’Italie, la Hongrie, la Tchécoslovaquie, la Suède et les Pays-Bas. Cf. « Manifestes, thèses et liste des délégués de la Ire Conférence du Sportintern », RGASPI, 537-I-2.

52 Contrairement aux suppositions formulées dans certains ouvrages, l’appareil de l’Internationale communiste n’a pas eu d’influence sur la création de l’Internationale rouge sportive. Cf. l’échange de courrier entre l’IRS et l’IC, août - octobre 1921, RGASPI., 537-I-71.

53 Bruno Lieske, Charakteristik der internationalen Arbeitersport-und Gesellschaftsbewegung, Berlin, 1926, p. 20.

54 Protokoll des III. Kongresses der Kommunistischen Internationale (Moskau, 22. Juni bis 12. Juli 1921), Hambourg, Verlag der Kommunistischen Internationale, 1921 (Feltrinelli Reprint, Milano, 1967), p. 906. Voir aussi Thesen und Resolutionen des III. Kongresses der Kommunistischen Internationale (Moskau, 22. Juni bis 12. Juli 1921), Hambourg, Verlag der Kommunistischen Internationale, 1921 (Feltrinelli Reprint, Milano, 1967).

55 Si la question sportive ne figure pas à l’ordre du jour du congrès de l’ICJ en 1921, elle est tout de même abordée en dehors des sessions officielles. Cf. L’Avant-Garde, no spécial, fin août 1921.

56 « Manifestes, thèses et liste des délégués de la Ire Conférence du Sportintern », RGASPI, 537-I-2.

57 « Moskau, Sperlingsberge den 19. Juli 1921. Sitzung der Internationalen Roten Turn-und Sportskonferenz », RGASPI, 537-I-1.

58 Ibid.

59 « Protokoll Nr. 4 der Sitzung der Internationalen Roten Sports-und Turnkonferenz, Moskau, Sperlingsberge, 27. VII. 1921 », RGASPI, 537-I-1, Bl. 57.

60 Ibid.

61 « Provisorisches Statut des Internationalen Verbandes roter Sport-und Turnvereine », GARF, 75 76 / 2 / 2.

62 Sur le changement tactique de l’IC en 1921 voir Pierre Frank, Histoire de l’Internationale Communiste, tome I, Paris, Éditions La Brèche, 1979, p. 153-190 ; Annie Kriegel, « La IIIe Internationale », in Jacques Droz (dir.), Histoire générale du socialisme, tome III, op. cit., p. 73-118 ; Pierre Broué, Histoire de l’Internationale communiste, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1997 ; Serge Wolikow, L’Internationale communiste (1919-1943). Le Komintern ou le rêve déchu du parti mondial de la révolution, Paris, Les Éditions de l’Atelier / Éditions ouvrières, 2010, p. 61-69.

63 On peut noter des similitudes avec l’Internationale syndicale rouge (ISR) qui n’a été formellement mise en place que quelques jours avant la fondation de l’Internationale rouge sportive. Contrairement à cette dernière, elle a cependant été pratiquement en activité depuis un an, et pouvait rassembler dès le départ un certain nombre d’organisations syndicales. En été 1920 avait été créé à Moscou le Conseil syndical international, qui a ensuite organisé comme prévu le congrès de constitution de l’ISR. Cf. Reiner Tosstorf, Profintern : die rote Gewerkschaftsinternationale 1920-1937, Paderborn / Munich, Schöningh, 2004.

64 « Originalstenogramm der Verhandlungen der 2. Konferenz der Roten Sportinternationale, abgehalten am 29., 30. und 31. Juli 1922 in Berlin », RGASPI, 537-I-3.

65 Voir la correspondance entre le secrétaire de la fédération russe Georges Duperron et le secrétaire général de la FIFA, le Néerlandais Carl Hirschmann, Archives de la FIFA (Zurich), Série « Correspondence with National Associations, RUS, 1923-1983 ».

66 International Federation of Football History & Statistics (IFFHS), Russia (1912-1920), Soviet Union (1923-1940), Polska (1921-1940), Lietuva (1923-1940). Full internationals, s.l.n.d. [2002], p. 28. L’IFFHS, fondée en 1984 à Leipzig, établit, en collaboration avec la FIFA, les statistiques officielles du football international.

67 Kommunistische Jugendinternationale, Bericht vom 3. Weltkongress der Kommunistischen Jugendinternationale. Vom 4.-16. Dezember 1922 in Moskau, Berlin, Verlag der Jugend-Internationale, 1923, p. 191-219 ; Kommunistische Jugendinternationale, Im Zeichen der Arbeit. Resolutionen und Beschlüsse des 3. Kongresses der Kommunistischen Jugendinternationale, Berlin, Verlag der Jugend-Internationale, 1923, p. 47-48.

68 D’après Bruno Lieske, il y a eu depuis la naissance de l’IRS des conflits virulents entre militants des Jeunesses communistes et représentants du sport travailliste. Cf. « Berlin, im August 1925 », RGASPI, 537-I-104.

69 James Riordan, Sport in Soviet Society, Cambridge / London, Cambridge University Press, 1977, p. 85 ; Kommunistische Jugend-Internationale, Bericht vom 3. Weltkongress der Kommunistischen Jugendinternationale. Vom 4. -16. Dezember 1922 in Moskau, Berlin, Verlag der Jugend-Internationale, 1923, p. 202.

70 « Vertraulich. Nur für die Organe der K. J. und nicht für die Sportintern bestimmt. Bericht über die Exekutivsitzung der Roten Sportinternationale », RGASPI, 537-I-75. Pendant ce temps, on se plaint pourtant, dans les rangs du Comité exécutif de l’Internationale rouge sportive, du faible investissement de Podvojskij en sa faveur. Dans son livre Revolutionskultur : Menschenbilder und kulturelle Praxis in Sowjetrussland zwischen Oktoberrevolution und Stalinismus (Köln, Bohlau, 1996, p. 73-77), Stefan Plaggenborg décrit Podvojskij comme un personnage ambitieux et opportuniste au point de modifier à diverses occasions en profondeur son discours sportif. Les sources de l’IRS confirment cette image.

71 « Vertraulich. Nur für die Organe der K.J. und nicht für die Sportintern bestimmt. Bericht über die Exekutivsitzung der Roten Sportinternationale », RGASPI, 537-I-75 ; « Bureau de l’Internationale Rouge des Sports. Séance du 28 février 1923 », RGASPI, 537-I-74 ; « Bericht über den Sport », sans date [printemps 1923], RGASPI, 537-I-75.

72 « Vertraulich. Nur für die Organe der K. J. und nicht für die Sportintern bestimmt. Bericht über die Exekutivsitzung der Roten Sportinternationale », RGASPI, 537-I-75.

73 « Geheimresolution über die Beziehungen zwischen der Sportintern, der KI, der Jugendintern und der RGI », sans date [février 1923], RGASPI, 537-I-82 et 537-I-46. Voir aussi « Stenographisches Protokoll der 8. Sitzung der Erweiterten Exekutive der Roten Sportinternationale am 12. Februar 1923 », RGASPI, 537-I-45.

74 Sur le sport travailliste au Canada voir l’article de Bruce Kidd, « Worker Sport in the New World », op. cit., p. 143-156.

75 Cf. Proletariersport, 1924, no 2, p. 29 et no 3, p. 50 ; « Informationen der Delegation Uruguays über den Sport in Südamerika auf dem 4. RSI-Kongress 1928 », RGASPI, 537-I-23.

76 Kommunistische Jugendinternationale, Bericht vom 3. Weltkongress der Kommunistischen Jugendinternationale. Vom 4.-16. Dezember 1922 in Moskau, Berlin, Verlag der Jugend-Internationale, 1923, p. 203 ; Die Rote Sport-Internationale, Protokoll des 3. Weltkongresses der RSI. 13. -22. Oktober 1924 in Moskau, Heft 1, Berlin, 1925, p. 17.

77 Kriegel, « La IIIe Internationale », op. cit., p. 84-86.

78 Cf. Hermann Weber, Die Wandlung des deutschen Kommunismus. Die Stalinisierung der KPD in der Weimarer Republik, 2 tomes, Francfort, Europäische Verlagsanstalt 1969 ; Klaus-Michael Mallmann, Kommunisten in der Weimarer Republik. Sozialgeschichte einer revolutionären Bewegung, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1996, en particulier p. 65-68. Sur la France : Danielle Tartakowsky, Les premiers communistes français. Formation des cadres et bolchevisation, Paris, Presses de la fondation nationale des Sciences politiques, 1980 ; Stéphane Courtois / Marc Lazar, Histoire du Parti communiste français, Paris, PUF, 1995, p. 71-116 ; Michel Dreyfus, PCF. Crises et dissidences de 1920 à nos jours, Paris, Éditions Complexe, 1990.

79 « Bericht von der Tagung des RSI-Kongresses », RGASPI, 537-I-82.

80 Bruno Lieske, « Berlin, im August 1925 », RGASPI, 537-I-104.

81 « An die Mitglieder des Präsidiums des EK der RSI. Moskau, 10.4.25 », RGASPI, 537-I-104.

82 ATZ, 1922, p. 179.

83 Arbeiter-Sport, 28 septembre 1921.

84 Kriegel, « La IIIe Internationale », op. cit., p. 80-82.

85 Annie Kriegel, Les communistes français dans leur premier demi-siècle, 1920-1970, Paris, Éditions du Seuil, 1985, p. 52 : Roger Martelli, Prendre sa carte 1920-2009. Données nouvelles sur les effectifs du PCF, Conseil général du département Seine-Saint-Denis – Fondation Gabriel Péri, 2010, p. 17 et annexe.

86 Jean-Paul Brunet, Histoire du socialisme en France (de 1871 à nos jours), Paris, PUF, 2e édition, 1993, p. 53-54.

87 Comme l’exprime le délégué Raymond Lefebvre au congrès de la SFIO à Strasbourg en févier 1920 : « Il y a entre ceux qui ont collaboré à l’Union sacrée et ceux qui l’ont subie, un tel fossé de martyrs et de lamentations que jamais rien ne pourra le combler. » (Cité par Brunet, Histoire du socialisme, op. cit., p. 6.)

88 Le Sport ouvrier, Organe bi-mensuel de la Fédération Sportive du Travail, Section française de l’Internationale Rouge Sportive, 10 août 1923.

89 Cf., à titre d’exemple, les documents de l’IRS publiés dans L’Internationale du 22 août 1922.

90 Sur le rôle de Doriot dans le mouvement sportif ouvrier voir André Gounot, « Jacques Doriot : l’impact ‘ sportif’d’un homme politique », in Jean-Michel Delaplace (dir.), Histoire du sport, histoire des sportifs. Le sportif, l’entraîneur, le dirigeant, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 61-76. Sur le parcours politique de Doriot voir Dieter Wolf, Doriot, du communisme à la collaboration, Paris, Fayard [Stuttgart, 1967] ; Jean-Paul Brunet, Doriot. Du communisme au fascisme, Paris, Éditions Ballart, 1986 ; Philippe Burrin, La dérive fasciste : Doriot, Déat, Bergery, Paris, Éditions du Seuil, 1986 ; Laurent Kestel, La conversion politique. Doriot, le PPF et la question du fascisme français, Paris, Raisons d’agir, 2012.

91 L’Internationale, 8 juin, 24 juillet et 4 août 1922 ; Proletariersport, no 1, 1923, p. 8. Sur les contacts entre la fraction communiste de la FST et l’IRS, voir le dossier dans RGASPI 537-II-139.

92 « Protokoll der 2. Konferenz der RSI in Berlin », RGASPI 537-I-3.

93 « Procès-verbal de la réunion du Comité exécutif de l’IRS du 25 novembre 1922 », RGASPI 537-I-3.

94 Pour un court portrait de ce mouvement sportif ouvrier régional voir Léon Strauss, « Les organisations sportives ouvrières en Alsace et en Lorraine », in Alfred Wahl (dir.), Des jeux et des sports. Actes du colloque de Metz, 26-28 septembre 1985, Metz, Centre de recherche histoire et civilisation de l’Université de Metz, 1986, p. 175-182.

95 En Alsace, la langue véhiculaire du sport travailliste reste l’allemand.

96 Qui atteint le chiffre de 11 542 en 1923. Cf. Fédération Sportive du Travail. Journal officiel de la F.S.T. d’Alsace et de Lorraine, 20 mars 1923.

97 Cf. L’Humanité, 10, 16, 18 et 20 juillet 1923 ; Le Populaire, 24 juillet 1923 ; Bulletin communiste, no 1, 1924.

98 Proletariersport. Organ für proletarisch-physische Kultur (organe de l’Internationale rouge sportive), no 1, 1923, p. 9 ; L’Avant-Garde, no 56, du 1er au 15 novembre 1923, no spécial, 1er novembre 1924 et no 79, du 16 au 30 novembre 1924 ; Le Sport Ouvrier, 1er novembre 1924.

99 Les interventions de Doriot, Garchery et Vaillant-Couturier sont annoncées sous forme d’un rapprochement quelque peu forcé : « Contre l’occupation de la Ruhr – Pour l’Internationale Rouge Sportive » (L’Humanité, 18 et 20 juillet 1923 ; Le Populaire, 24 juillet 1923).

100 L’Humanité, 4 et 12 juillet 1923.

101 Parti Communiste (S.F.I.C), Année 1923. Rapport politique. Vers un Parti communiste, s.l.n.d. [Paris, 1923], p. 10-12 ; L’Avant-Garde, no spécial, 1er novembre 1924 (rapport d’activité des JC, mai 1923-octobre 1924).

102 Les responsables de la FSTAL se concertent par ailleurs avec l’IRS. Voir l’échange de courrier RGASPI, 537-II-211.

103 Le Sport Ouvrier. Journal officiel de la F.S.T. d’Alsace et de Lorraine, 5 août 1924, 5 mars 1925, 20 juillet et 20 septembre 1925.

104 Sur lequel on trouve tous les détails dans Dierker, Arbeitersport im Spannungsfeld, op. cit., p. 112-119.

105 Concernant les cadres de l’Internationale communiste et leur sélection, voir Wolikow, L’Internationale communiste, op. cit., p. 216-237.

106 Pour des éléments biographiques sur les principaux dirigeants de l’IRS voir Gounot, Die Rote Sportinternationale, op. cit., p. 131-145.

107 Cf. « Statistik der Delegierten der Sektionen und Fraktionen zum III. Kongreß der RSI, der im Oktober 1924 stattgefunden hat », RGASPI, 537-I-17 ; « Enquette für die Delegierten der Erweiterten Exekutivsitzung der RSI » [1926], RGASPI, 537-I-55 : « Enquette » [concernant les participants au quatrième congrès de l’IRS en 1928 à Moscou], RGASPI, 537-I-27.

108 Le Canadien Marriott était employé des Jeunesses communistes du Canada (cf. « Enquette », RGASPI, 537-I-27), et l’Anglais Sinfield était connu, au-delà du milieu du sport ouvrier, comme communiste engagé mais sans carte de membre du parti. Voir Steven Jones, Sport, Politics and the Working-Class, op. cit., p. 79-81.

109 « Sitzung der Reichsfraktionsleitung vom 15. März 1927 », SAPMO-BArch, Ry / I 2 70 / 7.

110 « Compte rendu de la séance du Bureau politique du PCF (26 décembre 1924) », in Dépôt du Parti communiste français aux Archives départementales de la Seine-Saint-Denis (Bobigny), Copies d’archives de l’Internationale communiste, fonds 517.1, documents produits par la SFIC (1921-1947), bobine 7 : 3 MI 6 / 7 – 64 (« Bureau Politique : procès-verbaux, directives 1924 »).

111 « Direktiven für den französischen Kongreß. Moskau, den 29. August 1924 », RGASPI 537-I-79.

112 Lettre de Lieske à Quiri (dirigeant de la FST d’Alsace et de Lorraine), 4 avril 1925, RGASPI 537-II-211.

113 Voir la notice dans Jean Maitron / Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, Quatrième partie : 1914-1939, tome 37, Paris, Les Éditions ouvrières, 1990, p. 233.

114 Max Weber, Wirtschaft und Gesellschaft. Grundriß der verstehenden Soziologie, Tübingen, Mohr, 1972, p. 70-81.

115 Cf. Gounot, Die Rote Sportinternationale, op. cit., p. 108-112.

116 Le règlement prévoit : de 1 000 à 50 000 membres = une voix, 50-100 000 membres = deux voix, 100-200 000 membres = trois voix, au-delà de 300 000 membres cinq voix. Cf. Le Peuple (Bruxelles), 16 septembre 1920.

117 Internationaler Sozialistischer Verband für Arbeitersport und Körperkultur, Bericht über den 3. Kongreß zu Paris-Pantin. 31. Oktober, 1. und 2. November 1925, sans date [1926], p. 9-11, 26-27.

118 Lucerne 1920, Leipzig 1922, Paris-Pantin 1925, Helsinki 1927, Prague 1929, Liège 1932, Karlsbad 1934, Anvers 1936, Bruxelles 1938.

119 Dierker, Arbeitersport im Spannungsfeld, op. cit., p. 85.

120 Voir Jack Jacobs, « Les mouvements sportifs des ouvriers juifs en Pologne dans l’entre-deux-guerres : Stern et Morgenstern, étude comparative », in Georges Bensoussan / Paul Dietschy / Caroline Francois / Hubert Strouk (dir.), Sport, corps et sociétés de masse. Le projet d’un homme nouveau, Paris, Armand Colin, 2012, p. 59-71.

121 Le Peuple (Bruxelles), 16 septembre 1920 ; « Satzungen des Internationalen sozialistischen Verbands für Sport und Körperkultur », in Handbuch der Zentralkommission für Sport und Körperpflege, Berlin, sans date [1920-1921], p. 83-87.

122 Comme le fait remarquer aussi Steven Jones dans « The European Workers’ Sport Movement and Organized Labour in Britain Between the Wars », op. cit., p. 6.

123 « Protokoll der Sitzung des EK der RSI vom 12. Juni 1923 », RGASPI, 537-I-74 ; « Protokoll der Sitzung des EK der RSI am 27. Juni 1923 », RGASPI, 537-I-74.

124 Zentralkommission für Arbeitersport und Körperpflege, Bericht über die internationale Tagung zu Frankfurt a. M. vom 24. bis 26. April 1924, Berlin, sans date [1924], p. 14.

125 Fritz Wildung est secrétaire général de la Zentralkommission für Arbeitersport und Körperpflege, Cornelius Gellert est président de l’Arbeiter-Turn-und Sportbund.

126 Ibid.

127 « An das BB der RSI. Moskau, den 20. VIII. 1924 », RGASPI, 537-I-85 ; « Exekutivkomitee, 20. August 1924 », RGASPI, 537-I-79 ; « Rundschreiben an die Sektionen und Fraktionen ! Moskau, den 24. August 1924 », RGASPI, 537-I-82.

128 Lettre de Jules Devlieger au « Camarade Fritz Reußner, I. R. S., Fléron, le 20 septembre 1924 », in Friedrich-Ebert-Stiftung (FES), Archiv der sozialen Demokratie (Bonn), fonds SASI-Jules Devlieger 1924-1936.

129 ASKÖ est le nouveau nom de la VAS qui entre en vigueur en octobre 1924. Cette organisation regroupe les unions de gymnastique, de cyclisme, de lutte et d’haltérophilie ainsi que les associations des Amis de la Nature. Sous cette forme, elle est admise à l’Internationale sportive de Lucerne. L’ASKÖ se dit prête à intégrer aussi la section de football, à condition qu’elle se détache entièrement de la fédération « bourgeoise ». Cette séparation sera effectuée le 27 novembre 1926. Cf. Marschik, “Wir spielen nicht zum Vergnügen”. Arbeiterfußball in der Ersten Republik, op. cit., p. 69-90 ; Michael John, « Österreich », in Eisenberg (dir.), Fußball, soccer, calcio, op. cit., p. 70-71.

130 Christine Bouneau, « La jeunesse socialiste et l’action internationale durant l’entre-deux-guerres », Le Mouvement Social, 2008 / 2 (= no 223), p. 41-53.

131 Internationaler sozialistischer Verband für Arbeitersport und Körperkultur, Bericht über den 4. Kongreß zu Helsingfors. 5. bis 8. August 1927, s.l.n.d. [1927].

132 F. Vandersmissen, Le sport ouvrier, Bruxelles, L’Églantine, 1929, p. 30.

133 Internationaler sozialistischer Verband für Arbeitersport und Körperkultur, Bericht über den 4. Kongreß zu Helsingfors, 5. bis 8. August 1927, s.l.n.d. [1927].

134 Guillevic se distingue comme l’un des personnages les plus influents des mouvements sportifs ouvriers français et international des années vingt et trente. Après avoir siégé de 1925 au Conseil administratif permanent de la SFIO de 1925 à 1933, il vire progressivement vers l’extrême-droite. Voir sur son itinéraire politique la notice dans Maitron / Pennetier (dir.), Dictionnaire biographique…, op. cit., vol. 31, 1988, p. 112-113.

135 Steinemann travaille comme professeur d’éducation physique à Berne. Il fait partie depuis 1924 de la direction de la SATUS et en prend la présidence en 1929. Cf. Falkhauser, Die Arbeitersportbewegung in der Schweiz, op. cit., p. 153-156.

136 Même si le temps n’était plus tout à fait à l’« optimisme naïf » qui s’était répandu au sein de la Seconde Internationale à l’apogée du réformisme. Cf. Michel Dreyfus, « Un parti ouvrier international : un demi-siècle d’optimisme naif ? », in Les familles politiques en Europe occidentale au xixe siècle, Rome, École française de Rome, 1997, p. 69-84.

137 Dans cette ligne d’idées, Albert Guillevic attribue aux activités physiques une valeur formatrice intrinsèquement socialiste, celles-ci étant « indispensables pour donner à la société rénovée des sujets ayant selon la formule un esprit sain dans un corps sain ». (L’Humanité, 29 mai 1920). Sur les conceptions de l’ISL, dont certaines sont proches de celles du mouvement pour la réforme des modes de vie, voir également le Rapport au 3e Congrès de l’Association Socialiste Internationale d’Éducation Physique. Lucerne (Suisse), 12 et 13 septembre 1920, s. l. n. d. [1920], et L’Humanité, 23 juillet 1920 (article de Gaston Bridoux).

138 Voir Bernett, « Leichtathletik im Arbeitersport », op. cit.

139 Proletariersport, 1924, no 1, p. 10.

140 Proletariersport, 1923, no 1, p. 3.

141 Proletariersport, 1924, no 4, p. 55.

142 Voir les comptes rendus du congrès de constitution, RGASPI 537-I-1 ; voir aussi Rote Fahne, 25 août 1921.

143 L’Humanité, 16 et 17 décembre 1923 ; L’Avant-Garde ouvrière et communiste. Organe officiel de la Fédération Nationale des Jeunesses Communistes, 16-30 septembre 1924 ; Le Sport Ouvrier. Organe bi-mensuel de la Fédération Sportive du Travail, Section française de l’Internationale rouge Sportive, 1923, no 1 et no 3. Cette revue sera citée par la suite sous le titre abrégé Le Sport ouvrier.

144 Nicolas Kssis, « Le mouvement ouvrier balle au pied, culture populaire et propagande politique : l’exemple du football travailliste en région parisienne (1908-1940) », Cahiers d’Histoire, no 88, 2002, p. 95-96

145 Bruno Lieske / Paul Zobel, Bürgerlicher Sport und Arbeitersport. Drei Vorträge, Berlin, 1924, p. 31.

146 Le Sport ouvrier, 19 avril 1924, cité par Karen Bretin-Maffiuletti, « Le mouvement sportif ouvrier international et le modèle olympique dans les années 1920 », in Thierry Terret (dir.), Les Paris des Jeux olympiques de 1924, Paris, Éditions Atlantica-Séguier, 2008, p. 299-332. Sur ce dilemme voir aussi Nicolas Kssis, « Football et société en région parisienne », Sociétés et Représentations, 1998, p. 77-88.

147 Dès 1921, face au tournant pragmatique de la Révolution exprimée dans la NEP (Nouvelle politique économique), et subissant l’hostilité déclarée de Lénine, le Proletkul’t a connu une diminution de son élan et de son influence, avant de disparaître progressivement à partir de 1925. Cf. Julia Scherrer, « “Proletarische Kultur” : Die Entstehung des Konzepts und seine Umsetzung in der Organisation des frühen “Proletkul’t” », in Friedrich Boll (dir.), Arbeiterkulturen zwischen Alltag und Politik. Beiträge zum europäischen Vergleich in der Zwischenkriegszeit, Vienne / Munich / Zurich, Europa-Verlag, 1986, p. 101-122.

148 Proletariersport, 1924, no 2, p. 21-22.

149 Il est vrai que très peu de femmes participent aux activités physiques en Russie au début des années 1920. Le sport féminin se développe progressivement pendant l’ère soviétique. Selon les statistiques officielles, le nombre de pratiquantes sportives aurait augmenté de 84 000 en 1924 à 1,7 million en 1934. Cf. Alison Rowley, « Sport in the service of the state. Images of physical culture and Soviet women, 1917-1941 », International Journal of the History of Sport, 23, no 87, 2006, p. 1317. En 1940, 5,3 millions de pratiquants sportifs des deux sexes sont recensés (cf. Karl-Heinz Ruffmann, Sport und Körperkultur in der Sowjetunion, Munich, DTV, 1980, p. 65). Sur l’histoire du sport féminin en URSS avant la Seconde Guerre mondiale voir aussi Kateryna Kobchenko. « Emancipation within the Ruling Ideology : Soviet Women in Fizkul’tura and Sport in the 1920s and 1930s », in Nikolaus Katzer / Sandra Budy / Alexandra Köhring / Manfred Zeller (dir.). Euphoria and Exhaustion : Modern Sport in Soviet Culture and Society, Francfort / New York, Campus Verlag, 2010, p. 295-314.

150 Proletariersport, 1924, no 2, p. 21-22 et no 5, p. 74-75.

151 Nous reproduisons ici une partie de notre article « De l’hygiène du corps à l’obsession des records. Les mutations politiques et idéologiques de la fizkul’tura en Russie, 1921-1937 », Sciences sociales et Sport, no 6, 2013, p. 9-34.

152 Plaggenborg, Revolutionskultur, op. cit., p. 80-88.

153 Résolution du CSCP (1923), Proletariersport, 1924, no 2, p. 21.

154 E.P. Radine, médecin, dirigeait simultanément le Département d’Hygiène scolaire au commissariat du peuple à la Santé. Cf. Plaggenborg, Revolutionskultur, op. cit., p. 65.

155 Proletariersport, 1924, no 5, p. 75-77.

156 Plaggenborg, Revolutionskultur, op. cit., p. 65.

157 Proletariersport, 1924, no 5, p. 74-75.

158 Proletariersport, 1927, no 6, p. 90. Voir également Proletariersport, 1925, no 2, p. 25-28.

159 Proletariersport, 1924, no 5, p. 76.

160 « Thesen des III. Kongresses der R. S. I. zu wissenschaftlich-methodischen und technischen Fragen der Körperkultur der Werktätigen », RGASPI, 537-I-15 ; « Stenogramme der Sitzungen des 3. Kongresses (Moskau, Oktober 1924) », RGASPI, 537-I-9.

161 « Bericht von der Tagung des RSI-Kongresses », RGASPI, 537-I-82 (il s’agit d’un rapport secret de l’homme de confiance du Parti communiste allemand Armin Hauswirth).

162 Ruffmann, Sport und Körperkultur in der Sowjetunion, op. cit., p. 51.

163 « Aufgaben der Partei auf dem Gebiete der Körperkultur. Resolution des ZK der KPR », RGASPI, 537/I/105.

164 « Tätigkeitsbericht der Roten Sportinternationale und ihres Exekutivkomitees », sans date [1926], GARF, 75 76 / 2 / 28.

165 Proletariersport, 1927, no 6, p. 90 et no 8, p. 117.

166 Cf. Herbert Dierker, Arbeitersport im Spannungsfeld der Zwanziger Jahre, op. cit., p. 131-132.

167 Proletariersport, 1927, no 8, p. 116-117.

168 Directeur technique des sections de gymnastique, d’athlétisme et de sports d’hiver de l’ATSB, à partir de 1929 directeur technique de l’Internationale sportive ouvrière socialiste. Voir la biographie écrite par Eike Stiller, Karl Bühren. Arbeitersportler und Sportfunktionär : Vor Hitler geflohen - unter Stalin getötet, Berlin, Nora, 2007.

169 ATZ, 1927, no 24, p. 280-281.

170 Proletariersport, 1926, no 1, p. 2.

171 L’Auto, 15 janvier 1925, cité par Jean-Michel Delaplace, « Les acteurs du développement du sport entre les deux guerres en France », in La Comune Eredità dello Sport in Europa. Atti del 1  Seminario Europeo di Storia dello Sport, Rome, CONI, 1997, p. 354.

172 Premier Congrès international olympique pédagogique de Prague 1925, Centre d’Études Olympiques (Lausanne), Archives du CIO, Congrès - Prague 1925 - Procès-verbaux (B-ID06-08PRA/014), p. 49.

173 « Pierre de Coubertin, Union pédagogique universelle, Lausanne, le 5 août 1926, à Jules Devieger », lettre reproduite dans Centrale des Fédérations Francophones du Sport travailliste de Belgique, Jules Devlieger et Louis Lallemand, Bruxelles, 1989, p. 36.

174 Les intentions de Coubertin restent cependant dans les limites de son projet de « paix sociale par le sport » et se situent de ce fait à distance des objectifs du mouvement sportif ouvrier. Voir à ce sujet Roland Renson, La VIIe Olympiade, Anvers 1920, les jeux ressuscités, Bruxelles, Comité olympique et fédéral belge, 1995, p. 74 ; Karen Bretin-Maffiuletti, « Le mouvement sportif ouvrier international et le modèle olympique dans les années 1920 », op. cit.

175 L’ISOS y occupe une position dominante, avec quatre membres de son Bureau international (Devlieger, Gellert, Guillevic et Silaba) parmi les onze invités. Sont représentés également le mouvement sportif catholique international, le Sokol tchèque, le mouvement olympique avec Coubertin et Frantz-Reichel, et l’Association internationale des Médecins sportifs. Cf. « Bureau international du Travail. Liste des experts invités à la réunion. 19 et 20 mars 1929 », in Kongreß der Sozialistischen Arbeitersportinternationale (5.) in Prag am 12., 13. und 14. Oktober. Berichte, Verhandlungen. Sitzung des Internationalen Büros am 11. Oktober 1929, Prague, Verlag der Sozialistischen Arbeitersport-Internationale, 1929, p. 58. L’OIT est une organisation spécialisée de la Société des Nations.

176 Becker, « Massengesellschaft – Massensport – Massenritual. Carl Diem und die Herausforderungen der Moderne », op. cit., p. 46-47.

177 Marschik, “Wir spielen nicht zum Vergnügen”. Arbeiterfußball in der Ersten Republik, op. cit., p. 49, 125-127. Dans un fascicule tiré à 420 000 exemplaires, Julius Deutsch fustige ainsi la « folie des records » qui serait l’apanage du sport « bourgeois », et montre comment la masse des ouvriers jouit des bénéfices d’une pratique sportive modérée. Voir Julius Deutsch, Unter roten Fahnen ! Vom Rekord-zum Massensport, Vienne, Verlag der Organisation Wien der Sozialdemokratischen Partei, 1931, p. 5.

178 À l’exception toutefois des représentants de l’organisation sportive ouvrière finlandaise qui se montrent favorables aux performances individuelles et absolues. Cf. Hentilä, « Die finnische Arbeitersportbewegung und ihre Beziehungen zu Deutschland bis 1933 », op. cit., p. 371-372.

179 Florence Rochefort, « Les féministes », in Jean-Jacques Becker / Gilles Candar (dir.), Histoire des gauches en France, vol. 2 : xxe siècle : à l’épreuve de l’histoire, Paris, La Découverte, 2000, p. 109-118.

180 Marianne Amar, « La sportive rouge. Pour une histoire des femmes au sein du sport ouvrier français », in Arnaud (dir.), Les origines du sport ouvrier en Europe, op. cit., p. 167-192.

181 Ibid., p. 175.

182 Le Sport Ouvrier, 7 juin 1924.

183 Le Sport Ouvrier, 6 décembre 1924.

184 Née en 1920 d’un groupe d’artistes qui se rencontraient régulièrement pour pratiquer les sports et qui voulait « […] affirmer l’existence du genre et exalter sur le terrain une double partie athlétique et littéraire ». Parmi ses membres figurent Jean Giraudoux, Marcel Berger, Tristan Bernard, Maurice Genevoix et Jean Prévost. Cf. Pierre Charreton, Les fêtes du corps. Histoire et tendances de la littérature à thème sportif en France (1870-1970), Saint-Étienne, CIEREC, 1985, p. 84.

185 « Le crime. Sur un cross-country féminin », in Les onze devant la porte dorée (1924), reproduit dans Henry de Montherlant, Les Olympiques, Gallimard, Paris 1954, p. 155.

186 L’Auto, 21 octobre 1921.

187 Die Bundesgenossin, no 3, 1929, p. 46, cité par Gertrud Pfister, « Die Frau im Arbeiter-Turn-und Sportbund », in Diethelm Blecking (dir.), Arbeitersport in Deutschland. Dokumente und Analysen, Cologne, Prometh, 1983, p. 37.

188 Dans les instances de direction de la FST (au niveau fédéral et régional, des clubs et des sections sportives), les femmes sont quasiment absentes. On peut faire le même constat non seulement par rapport au Comité exécutif, masculin du début à la fin, mais aussi pour les assemblées de l’Internationale rouge sportive : les 29 délégués au 3e congrès en 1924 sont masculins sans exception, et parmi les 39 délégués des sections ayant participé respectivement au plénum de 1926 et au 4e congrès en 1928, on trouve en tout et pour tout deux femmes. Cf. « Statistik der Delegierten der Sektionen und Fraktionen zum III. Kongreß der RSI, der im Oktober 1924 stattgefunden hat », RGASPI, 537-I-17 ; « Enquette für die Delegierten der Erweiterten Exekutivsitzung der RSI », sans date [1926], RGASPI, 537-I-55 ; « Enquette » [par rapport aux participants au 4e congrès de l’IRS en 1928 à Moscou], RGASPI, 537-I-27.

189 Nom adopté en 1922 par la Fédération des Sociétés féminines sportives de France (FSFSF) née en 1917. Cette fédération propage le sport de compétition féminin, à la différence de la Fédération féminine française de Gymnastique et d’Éducation physique (FFFGEP) formée en 1921. Cf. L’Éducation physique et sportive féminine. Bulletin de la Fédération Féminine Française de Gymnastique et d’Éducation Physique, no 23, décembre 1923, p. 1-2, 18 et no 49, février 1926, p. 3. Voir sur les débuts de ces organisations Thierry Terret, « Femmes, sport, identité et acculturation (première moitié du 20e siècle) », STADION, vol. 26, 2000, no 1, p. 41-53.

190 Amar, « La sportive rouge », op. cit., p. 177-180.

191 Voir Nathalie Rosol, « “Faites vos jeux !” Le temps d’un olympisme réservé aux femmes », in Thierry Terret (dir.), Les Paris des Jeux olympiques de 1924, op. cit., vol. 1, p. 321-339 ; Jean Williams, « Breaking into Olympic Circles. Women and Parallel Versions of the Olympic Games 1900-1936 », in Daphné Bolz / Florence Carpentier (dir.), Olympism and International Sport Relations, STADION. Internationale Zeitschrift für Geschichte des Sports, vol. 38-39, 2012/2013, p. 7-28.

192 L’Auto, 21 août 1922. Le journaliste estime que le souhait des femmes de s’adonner à des pratiques sportives est « absolument légitime » ; cependant, il faudrait supprimer les 1 000 m, le maximum acceptable serait pour lui une distance de 500 m.

193 Cité par Mallmann, Kommunisten in der Weimarer Republik, op. cit., p. 131.

194 Atina Grossmann et Élisabet Meyer-Renschhausen, « Frauen und Arbeiterbewegung in Deutschland, 1914-1938 », in Ernest Bornemann (dir.), Arbeiterbewegung und Feminismus. Berichte aus vierzehn Ländern, Francfort / Berlin / Vienne, Ullstein, 1982, p. 57 (mot souligné par les auteures).

195 Danielle Tartakowsky, « Le PCF et les femmes », Cahiers d’Histoire de l’Institut Maurice Thorez, no 14, 1975, p. 194-199.

196 Mallmann, Kommunisten in der Weimarer Republik, op. cit.

197 Pfister, « Die Frau im Arbeiter-Turn-und Sportbund », op. cit., p. 39.

198 Georg Benedix, Frauenturnen, Spiel und Sport. Ein Lehrbuch für weibliche Körperübung, Leipzig, Arbeiter-Turnverlag, sans date [1925].

199 Pfister, « Die Frau im Arbeiter-Turn-und Sportbund », op. cit., p. 37-38.

200 Gertrud Pfister, « “Macht euch frei”. Frauen in der Arbeiter-Turn-und Sportbewegung », in Hauk / Teichler, Illustrierte Geschichte des Arbeitersports, op. cit., p. 48-56.

201 Michael Scholing, « Arbeitersport und Arbeiterkultur », Internationale Wissenschaftliche Korrespondenz für die Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung, vol. 21, 1985, p. 211-212.

202 Sportpolitische Rundschau (revue de l’ATSB), 1930, no 1, p. 17.

203 Roy Porter, « Les Anglais et les loisirs », in Alain Corbin (dir.), L’avènement des loisirs 1850-1960, Paris, Aubier, 1995, p. 21-54.

204 Peter Friedemann, « Rolle und Funktion des Arbeitersports in der Arbeiterkultur », in Teichler (dir.), Arbeitersport und Arbeiterkultur, op. cit., p. 11.

205 Oswald, « Ideologie und Praxis der Fußballsparte », op. cit., p. 77-81.

206 Marschik, “Wir spielen nicht zum Vergnügen”. Arbeiterfußball…, op. cit., p. 157-158.

207 Fußball-Sport. Illustriertes Sportblatt für Niederösterreich und Burgenland. Herausgegeben von der Freien Vereinigung der Arbeiter-Fußballvereine, no 20, 1926, p. 2, cité par Marschik, “Wir spielen nicht zum Vergnügen”. Arbeiterfußball…, op. cit., p. 159.

208 Rapport cité par Franz Walter., « Der Arbeiter-Samariter-Bund », in Franz Walter / Viola Denecke / Carola Regin, Sozialistische Gesundheits-und Lebensreformverbände, Bonn, Dietz Nachf. GmbH, 1991, p. 310-312.

209 Bernett, « Leichtathletik… », op. cit., p. 152.

210 Cf. Le Sport ouvrier, no 3, 10 septembre 1923 ; Sport (revue de la FST), 20 décembre 1933. Voir sur ce sujet Julien Sorez, Le football dans Paris et ses banlieues. Un sport devenu spectacle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, p. 111-114 ; Kssis, « Le mouvement ouvrier balle au pied », op. cit.

211 Reichsspartenleitung der Fussballsparte der Kampfgemeinschaft für rote Sporteinheit, Die aktuellen Aufgaben der roten Fußballer, Berlin, sans date [1932], p. 5-6.

212 Sur les interrelations du sport international et du nationalisme voir Pierre Arnaud, « Le sport et les relations internationales avant 1914 », in Pierre Arnaud / James Riordan, Sport et relations internationales (1900-1941), Paris, L’Harmattan, 1998, p. 27-48.

213 Olympiade (revue éditée par le Comité d’organisation de l’Olympiade ouvrière de Francfort), 1924, no 4.

214 Pour plus de détails sur cette manifestation voir Karen Bretin, « Le mouvement sportif ouvrier international et le modèle olympique dans les années 1920 », in Terret (dir.), Les Paris des Jeux olympiques de 1924, op. cit.

215 L’Avant-Garde, no 72, du 1er au 15 août 1924. Voir aussi Le Sport Ouvrier, 1er septembre 1924.

216 L’article est d’ailleurs intitulé « La 3e Fête fédérale de la F.S.T fut la fête de la fraternisation ».

217 Ralf Frommhagen, Die andere Fußball-Nationalmannschaft. Bundesauswahl der deutschen Arbeitersportler 1924-1932, Münster, Verlag Die Werkstatt, 2011, p. 30-32.

218 Miroir des Sports du 3 mars 1921, cité par Pierre Arnaud, « Le sport français face aux régimes autoritaires, 1919-1939 », in Arnaud / Riordan (dir.), Sport et relations internationales, op. cit., p. 287.

219 Franz Nitsch, « Die olympische “Gegenbewegung”. Bedeutung und Vermächtnis des internationalen Arbeitersports und seiner Olympiaden », in Manfred Blödorn (dir.), Sport und Olympische Spiele, Reinbek, Rowohlt, 1984, p. 113-137.

220 Voir sur les Olympiades ouvrières d’hiver Gerd Falkner, Zur Herausbildung des Arbeiterskisports, in Coll., 3rd FIS Ski History Conference, Mürzzuschlag, 2004, p. 185-194.

221 Franz Nitsch, « “Wir erlebten, wie Frieden sein kann”. Die 1. Internationale Arbeiter-Olympiade 1925 », in Teichler / Hauk, Illustrierte Geschichte des Arbeitersports, op. cit., p. 203-206.

222 Voir la contribution de Gottfried Korff, « Rote Fahnen und geballte Faust », in Petzina (dir.), Fahnen, Fäuste, Körper, op. cit., p. 69-90.

223 Technischer Ausschuss, 1. Internationale Arbeiter-Olympiade Frankfurt am Main 1925. Die Wettkampf-Resultate, Berlin, sans date (1925), p. 5.

224 Sous l’égide du professeur berlinois Adolf Koch, les nudistes ouvriers s’étaient regroupés en 1924 dans la Bund freier Menschen (Union des hommes libres), proche mais indépendante du mouvement sportif ouvrier dans un premier temps. Penchant vers un certain puritanisme, celle-ci présenta ses activités comme un facteur de formation des jeunes dans l’optique de la future société socialiste. Cf. Andrey Georgieff, Nacktheit und Kultur. Adolf Koch und die proletarische Freikörperkultur, Vienne, Passagen Verlag, 2005, p. 95-106.

225 Haupt-Ausschuss der i. Internationalen Arbeiter-Olympiade, Festbuch. Erste Internationale Arbeiter-Olympiade zu Frankfurt-M. 24 bis 28 Juli 1925, Francfort, 1925, p. 63.

226 Wilhelm Prager avait précédemment réalisé le film « Wege zu Kraft und Schönheit » (Les voies vers la force et la beauté), témoignage et contemplation du culte du corps qui s’était développé sous la République de Weimar. Les images de ce film qui a connu un succès mondial, ont fortement inspiré les premières scènes du film de propagande national-socialiste de Leni Riefenstahl, « Olympia » (1938). Cf. Michael Töteberg (dir.), Film-Klassiker. 120 Filme, Stuttgart, Metzler 2006, p. 104.

227 Quelques mois après l’Olympiade, le manifeste que l’ISL formule à son congrès de Paris-Pantin déclare : « Si vous venez tous, nous serons bientôt l’organisation sportive la plus puissante du monde » (ATZ, 11 novembre 1925).

228 Isaac Deutscher, Stalin. Eine politische Biographie, Berlin, Dietz Verlag, 1990, p. 366-382, 500-508.

229 Proletariersport, 1926, no 11, p. 180.

230 « Recommandé. À Monsieur G. Duperron. Amsterdam, le 22 avril 1925 », Archives de la FIFA, Correspondence with National Associations, RUS, 1923-1983.

231 Le comportement « peu prolétarien » des footballeurs fut dénoncé dans le rapport d’une commission spécialement mise en place par le Komintern. Cf. André Gounot, « Freundschaftsspiele als politisches Propagandamittel. Die Deutschland-Tourneen sowjetischer Mannschaften 1923-1927 », STADION. Internationale Zeitschrift für Geschichte des Sports, vol. 28 / 2, 2002, p. 77-96.

232 Photo reproduite dans International Federation of Football History & Statistics (IFFHS), Russia (1912-1920), Soviet Union (1923-1940), Polska (1921-1940), Lietuva (1923-1940). Full internationals, s. l. n. d. [2002], p. 32.

233 Lettre du CSCP à « General Secretary International Federation of Football Association Mr. Hirschman, 4-5-25 » ; lettre de Hirschmann à « A. W. Siskind Esq., 25th July 1925 », Archives de la FIFA (Zurich), Correspondence with National Associations, RUS, 1923-1983.

234 « Resolution gegen die Verbürgerlichungstendenzen im russischen Sport », sans date [1925], SAPBMO-Barch, Berlin, Zentrales Parteiarchiv der KPD, RY / I2 / 710 / 6. Voir également « Denkschrift der Kommission des Orgbüros des EKKI über die Richtung der internationalen Arbeiter-und Bauern-Sport-und Turnbewegung, 26. II. 1925 », RGASPI, 537-I-102.

235 Cf. les procès-verbaux des réunions de la direction de la fraction communiste du 29 mai 1925 et du 11 juin 1925, SAPMO-BArch, RY / I2 / 710 / 7.

236 « Einige Bemerkungen zu den Gutachten des Genossen Wollenberger über die Teilnahme der russischen Arbeitersportler an Veranstaltungen der bürgerlichen Sportorganisationen », sans date [1926], RGASPI, 537-I-75.

237 « Gutachten über die Teilnahme der russischen Arbeitersportler an Veranstaltungen der bürgerlichen Sportorganisationen », sans date [1926], RGASPI, 537-I-125.

238 Mallmann, Kommunisten in der Weimarer Republik, op. cit., p. 234.

239 Weber, Die Wandlung des deutschen Kommunismus, op. cit., p. 256 sq.

240 Internationaler Sozialistischer Verband für Arbeitersport und Körperkultur, Bericht über den III. Kongreß zu Paris-Pantin, 31. Oktober, 1. und 2. November 1925, sans date [1926], p. 17.

241 « Rundschreiben bezüglich Pariser Kongreß LSI (nicht zu veröffentlichen) », RGASPI, 537-I-97.

242 Lettre de démission de Bruno Lieske, « Berlin, août 1925 », RGASPI, 537-I-104.

243 « Z.K. der K.P.D., Sekretariat (Polbüro) an die Rote Sportinternationale, Moskau. Berlin, den 8.9.1925. », SAPMO-BArch, Ry / I 2 / 710 / 5.

244 « Protokoll der Sitzung des Präsidiums der RSI am 28.11.25 », RGASPI, 537-I-93.

245 Proletariersport, 1926, no 6, p. 91.

246 « Zentralkomitee der KPD (Agitprop) an die Rote Sportinternationale, Moskau. Berlin, den 6. Oktober 1925 », SAPMO-BArch, Ry / I 2 / 710 / 5.

247 « Vertraulich. Präsidium der RSI, 26.2.26 », RGASPI, 537-I-121.

248 Michel Dreyfus, « 1924-1927 : un moment privilégié de l’histoire de l’Internationale syndicale rouge », in Mikhail Narinsky / Jürgen Rojahn (dir.), Centre and Periphery. The History of the Komintern in the Light of New Documents, Amsterdam 1996, p. 89-101.

249 Internationaler Sozialistischer Verband für Arbeitersport und Körperkultur, Bericht über den 3. Kongreß zu Paris-Pantin. 31. Oktober, 1. und 2. November 1925, sans date [1926], p. 16-22.

250 Internationaler Arbeitersport. Zeitschrift für Fragen der internationalen revolutionären Arbeitersportbewegung (organe de l’Internationale rouge sportive paru de 1930 à 1933), octobre 1932, p. 213.

251 Informations de l’IRS, no 3, 9 janvier 1926, RGASPI 537-I-121.

252 Sport & Plein Air (revue de la FSGT), no 309, juin 1986.

253 « Fritz Reußner, Unsere internationalen Sportspiele », GARF, 75 76 / 2 / 35.

254 Volksstimme (Chemnitz), 27 juillet 1926, cité par Proletariersport, 1926, no 7, p. 110.

255 Proletariersport, 1927, no 12.

256 Cf. Martin Zöller et alii, Fußball in Vergangenheit und Gegenwart, vol. 1 : Geschichte des Fußballsports in Deutschland bis 1945, Berlin (-Est), Sportverlag, 1976, p. 68.

257 Arbeiter-Turn-und Sportbund, Sparte Fussball, Die Russenspiele. Die Fußballspiele der Ländermannschaften der Union der Sozialistischen Sowjet-Republiken in Deutschland, Juli 1927, Leipzig, 1927, p. 51-54.

258 Ibid., p. 75-76.

259 « Arbeiter-Turn-und Sportbund an den Hohen Rat für physische Kultur, Moskau. Leipzig, den 14. November 1927 », SAPMO BArch, Ry / I2 / 710 / 6.

260 Arbeiter-Turn-und Sportbund, Sparte Fussball, Die Russenspiele. Die Fußballspiele der Ländermannschaften der Union der Sozialistischen Sowjet-Republiken in Deutschland, Juli 1927, Leipzig, 1927, p. 11. L’exemple du voyage en train, présenté ici avec une pointe d’ironie, se réfère en fait à un incident sérieux. Cf. « Arbeiter-Turn-und Sportbund an den Hohen Rat für physische Kultur, Moskau. Leipzig, den 14. November 1927 », SAPMO-BArch, Ry / I2 / 710 / 6.

261 « Protokoll über die Verhandlungen der deutschen Bundesfußballeitung, der russischen Bundesfußballeitung und der tschechischen Bundesfußballeitung im D.S.V.-Heim in Dresden am 16. Juli 1927 », SAPMO BArch, Ry / I2 / 710 / 6.

262 Cf. les recueils d’articles dans Proletariersport, 1926, no 7, p. 109-111 et dans Arbeiter-Turn-und Sportbund, Sparte Fussball, Die Russenspiele. Die Fußballspiele der Ländermannschaften der Union der Sozialistischen Sowjet-Republiken in Deutschland, Juli 1927, Leipzig, 1927.

263 À chaque fois, il y a eu plus de 10 000 spectateurs, chiffre élevé quand on sait que la sélection ouvrière de Norvège, l’une des meilleures du football ouvrier, n’a attiré qu’entre 1 000 et 2 000 spectateurs quand elle a joué à Zeitz et à Jéna en 1925. Cf. Proletariersport, 1925, no 3, p. 41.

264 « Berlin, den 5. August 1927 », SAPMO BArch, Ry / I2 / 710 / 6.

265 « Arbeiter-Turn-und Sportbund an den Hohen Rat für physische Kultur, Moskau. Leipzig, den 14. November 1927 », SAPMO BArch, Ry / I2 / 710 / 6.

266 Jürgen Zarusky, Die deutschen Sozialdemokraten und das sowjetische Model. Ideologische Auseinandersetzung und außenpolitische Konzeptionem 1917-1933, Munich, R. Oldenbourg Verlag, p. 206.

267 Stefano Cannone, « De la “lutte pour la paix” à la “défense de l’URSS”. Le débat sur le danger de guerre dans le Komintern, 1926-1927 », Communisme. Revue du Centre d’études d’histoire et de sociologie du communisme, no 18-19, 1988, p. 50-70.

268 La fédération sportive ouvrière communiste de Tchécoslovaquie avait déjà employé ce terme pour sa première fête sportive qui eut lieu dans la banlieue de Prague en 1921. Cf. Lothar Skorning, « Die Entstehung der Spartakiaden und die Berliner Spartakiade 1931 », Körpererziehung, 1987, no 7, p. 303-309.

269 « Tätigkeitsbericht der Roten Sportinternationale und seines Exekutivkomitees », sans date [1926], GARF, 7576 / 2 / 28.

270 Selim O. Chan-Magomedow, Pioniere der sowjetischen Architektur. Der Weg zur neuen sowjetischen Architektur in den zwanziger und zu Beginn der dreißiger Jahre, Vienne / Berlin, Löcker, Verlag, 1983, p. 513-514.

271 En fait, quand la Société des Constructeurs du Stade international rouge est dissoute au début des années 1930, elle laisse comme seul résultat tangible un vaste terrain sans décor sur les « monts Lénine » (autrefois la « colline des moineaux »), qui sert à des manifestations gymniques et politiques de masse. Cf. le dossier « Gesellschaft der Erbauer des internationalen roten Stadions », GARF, fonds 4346 ; Alexandra Köhring, « Exploring the Power of the Curve : Projects for an International Red Stadium in 1920s Moscow », in Katzer et alii, Euphoria and Exhaustion, op. cit., p. 41-60.

272 Internationaler Arbeitersport, décembre 1927, p. 14 ; « An alle Arbeitersportorganisationen ! An alle Arbeitersportler und Sportlerinnen ! An alle Werktätigen ! », sans date [1927], GARF, 75 76 / 2 / 82.

273 Quelques éliminatoires ont déjà eu lieu le 11 août, mais la cérémonie d’ouverture officielle s’est tenue le 12.

274 Müller sera député communiste à l’assemblée municipale de Berlin de 1929 à 1933. Sorti indemne du temps du national-socialisme en dépit de ses contacts avec des groupes de résistance et sa détention provisoire pendant les Jeux olympiques de Berlin en 1936, il fait carrière comme dirigeant sportif d’abord en Zone d’occupation soviétique puis en RDA, où il remplit la fonction de président suppléant du Comité d’État de la Culture physique et du Sport entre 1957 et 1960. Cf. Hermann Weber / Andreas Herbst, Deutsche Kommunisten. Biographisches Handbuch 1918 bis 1945, 2e éd., Berlin, Dietz Verlag, 2004, p. 615.

275 Die Einheit, Wochenschrift für Fragen des Sozialismus und der Gewerkschaftseinheit, 26 août 1928 ; Internationale Pressekorrespondenz (organe de l’Internationale communiste), 1928, no 84, p. 1534 ; L’Humanité, 14 août 1928.

276 « Resolution über den Kampf für die Einheit », RGASPI, 537-I-25.

277 Mis dans l’ordre d’après les tailles des délégations, ces pays étaient l’Allemagne, la Finlande, l’Autriche, la Suisse, la Suède, le Royaume-Uni, la France, l’Uruguay, la Tchécoslovaquie, la Norvège, la Lettonie et l’Estonie. Cf. « Disposition », Sporthistorisches Kabinett, Universität Leipzig (SKUL), dossier « Deutsches Spartakiadekomitee für die Moskauer Spartakiade von 1928 ». N.B. : Le Sporthistorisches Kabinett avait été mis en place par la Deutsche Hochschule für Körperkultur (DHfK) de Leipzig, l’institution centrale des sciences du sport en RDA. L’ensemble de ses documents historiques se trouve aujourd’hui dans une cave abandonnée, inaccessible au public, de la Faculté des Sciences du Sport de l’Université de Leipzig.

278 « Tatsachen von der Spartakiade 1928 », SKUL, dossier « Deutsches Spartakiadekomitee für die Moskauer Spartakiade von 1928 ».

279 Sur les aspects sportifs de la Spartakiade voir Lothar Skorning, « Vor 50 Jahren : Moskauer Spartakiade 1928 », in Theorie und Praxis der Körperkultur, 1978, p. 670-678.

280 Karl Schlögel, Terror und Traum. Moskau 1937, Munich, Hanser, 2008, chapitre « Braune Körper, helle Shorts ».

281 Daniel Girardin, « Photographie et photomontage en Russie soviétique (1920-1940) », in Le Musée olympique (éditeur), Les avant-gardes russes et le sport, Lausanne, CIO / Musée olympique, 2014, p. 60-87. Klucis, d’origine lettone, fut victime en 1938 des « Grandes Purges » dans le cadre des actions contre les ressortissants de son pays, alors qu’il s’était plié dès le début des années 1930 aux impératifs artistiques du régime stalinien.

282 Sport-Sonntag (Berlin), 15 septembre 1928, cité par Ruffmann, Sport und Körperkultur, op. cit., p. 57.

283 Ibid.

284 Vossische Zeitung, 24 septembre 1929. Il est intéressant de noter que l’article écarte certaines impressions négatives par rapport à la situation économique et aux infrastructures en URSS qu’avait retenues Diem dans son carnet de voyage (conservé au Carl und Liselott Diem-Archiv à la Deutsche Sporthochschule de Cologne, documents personnels de Carl Diem, partie 1 « Tagebücher »).

285 Die Leibesübungen, 1929, no 6 et 7, 1930, no 4. Il s’agit de l’organe officiel du Deutscher Reichsausschuss für Leibesübungen (DRAL, Commission impériale allemande des activités physiques).

286 Voir sur ce sujet Hans Schafranek, « Die Avantgarde der Einäugigen – Österreichische Arbeiterdelegationen in der UdSSR », in Barry McLoughlin / Hans Schafranek / Walter Szevera, Aufbruch – Hoffnung – Endstation, Vienne, Verlag für Gesellschaftskritik, 1996, p. 13-70 ; Christiane Uhlig, Utopie oder Alptraum ? Schweizer Reiseberichte über die Sowjetunion, 1917-1941, Zurich, Rohr, 1992 ; Fred Kupfermann, Au pays des Soviets. Le voyage français en Union soviétique 1917-1939, Paris, Gallimard, 1979 (rééd. Tallandier 2007) ; Sophie Coeuré, La grande lueur à l’Est : les Français et l’Union soviétique 1917-1939, Paris, Seuil, 1999 ; Rachel Mazuy, Croire plutôt que voir ? Voyages en Russie soviétique (1919-1939), Paris, Odile Jacob, 2002.

287 Lettre de Robert Siewert, président du Comité de Spartakiade allemand, au Comité de Spartakiade à Moscou, 25 juillet 1928, GARF, 75 76 / 2 / 60 ; « Robert Siewert, Bevollmächtigter für Deutschland des Spartakiadekomitees Moskau an Gotthold Vogel, Niederwiesa / Chemnitz, Berlin, 14.7.28 », SKUL, dossier « Deutsches Spartakiadekomitee für die Moskauer Spartakiade von 1928 ».

288 « Für die Beteiligung an der Spartakiade », SKUL, dossier « Deutsches Spartakiadekomitee für die Moskauer Spartakiade von 1928 ».

289 Jacques Ellul, Propagandes, Paris, Librairie A. Colin 1962, p. 21-29.

290 Internationaler Sozialistischer Verband für Arbeitersport und Körperkultur, Bericht über den 4. Kongreß zu Helsingfors. 5. bis 8. August 1927, s. l. n. d. [1927].

291 Lettre de Robert Siewert, président du Comité de Spartakiade allemand, « au Comité de Spartakiade à Moscou, le 25 juillet 1928 », GARF, 75 76 / 2 / 60.

292 « Auf der Rykow nach Leningrad », SKUL, dossier « Deutsches Spartakiadekomitee für die Moskauer Spartakiade von 1928 ».

293 Le programme touristique et politique est décrit de la manière la plus détaillée dans le fascicule 66 österreichische Arbeitersportler berichten über die Sowjetunion, 2e édition, Vienne, 1929, dans les divers rapports de participants allemands conservés à Leipzig (SKUL, dossier « Deutsches Spartakiadekomitee für die Moskauer Spartakiade von 1928 ») ainsi que dans un cahier rédigé par le militant communiste suisse Werner Schulthess : Spartakiadefahrt 1928. Eine Reise nach Russland, Zurich, 1928. Nous avons également consulté les articles sur la Spartakiade dans L’Humanité et Die Rote Fahne des mois d’août-septembre 1928.

294 Internationale Pressekorrespondenz, 1928, no 88, p. 1668.

295 Die Rote Fahne (Vienne), 19 août 1928, citée par Rudolf Bonimair, Exil in Finnland : Adolf Molnar und sein autobiographischer Roman “Unstet und flüchtig”, Diplomarbeit (mémoire de fin d’études), Université de Vienne, 2008, p. 56.

296 L’Humanité, 9 septembre 1928.

297 Pour plus de détails sur Guérard voir Fabien Sabatier, « Mobilité affinitaire et mouvement sportif ouvrier : l’itinéraire de Rosette Guérard (1924-1950) », Le Mouvement Social, 2006 / 2, no 215, p. 67-80.

298 L’Humanité, 25 août 1928.

299 Rot-Sport (Berlin), 17 août 1931.

300 Sur les fonctions symboliques du corps voir Gunter Gebauer, Ausdruck und Einbildung. Zur symbolischen Funktion des Körpers, in Dietmar Kamper / Christoph Wulf (dir.), Die Wiederkehr des Körpers, Francfort, Suhrkamp, 1982, p. 313-328 ; John M. Hoberman, Sport and Political Ideology, Austin, University of Texas Press, 1984, p. 7-12.

301 Cf. Eike Stiller, « Körperbilder in der Arbeier-Turn-und Sportbewegung », in Michael Krüger (dir.), Der deutsche Sport auf dem Weg in die Moderne, op. cit., p. 215-238. Voir aussi Thomas Alkemeyer, « Soziale Utopien in den Massenfestspielen der Arbeiterkulturbewegung », in Harry Nutt / Wolfgang Nutt (dir.), Brüderlein fein. Geschichten über ein schwieriges Verhältnis zwischen Männern, Reinbek bei Hamburg, Rowohlt 1991, p. 132.

302 Michel Foucault, « Leben machen und sterben lassen : Die Geburt des Rassismus », Diskurs, no 1, 1992, p. 51-58. Voir aussi Gerd Koenen, Utopie der Säuberung. Was war der Kommunismus ?, Berlin, Alexander Fest Verlag, p. 125-146 (chapitre intitulé « Le surhomme socialiste »).

303 66 österreichische Arbeitersportler berichten über die Sowjetunion, 2e édition, Vienne, 1929. Voir aussi l’article du social-démocrate Josef Lenz, Proletariersport, 1927, no 4, p. 56.

304 Werner Schultheiss, Spartakiadefahrt 1928. Eine Reise nach Russland, Zurich, 1928.

305 Le rapport de la visite de prison est produit par Franz Fiala, militant communiste qui aura le malheur de connaître la réalité épouvantable des prisons russes en tant qu’un des très nombreux incarcérés étrangers lors des « Grandes Purges ». Cf. McLoughlin / Schafranek / Szevera, Aufbruch-Hoffnung-Endstation, op. cit., p. 488. Remis en liberté, Fiala se joint aux Brigades internationales en Espagne – une issue particulièrement heureuse dans le contexte de la terreur stalinienne.

306 L’AIZ fournit le modèle à la revue française Regards qui paraît à partir de 1932. Cf. Gaëlle Morel, « Du peuple au populisme. Les couvertures du magazine communiste Regards (1932-1939) », Études photographiques, no 9, mai 2001, p. 44-63

307 66 österreichische Arbeitersportler berichten über die Sowjetunion, 2e édition, Vienne, 1929, p. 1.

308 Schafranek, « Die Avantgarde… », op. cit., p. 16.

309 Adolf Molnar, Unstet und flüchtig. Eine Lebensgeschichte, Darmstadt / Neuwied, Luchterhand, 1982, p. 78.

310 Cf. Nicolas Werth, « Des hommes, des chiffres et des classes », in Catherine Gousseff (dir.), Moscou 1928-1941. De « l’homme nouveau » au bonheur totalitaire, Paris, Éditions Autrement (Série Mémoires, no 26-27), 1993, p. 42-60 ; Jean-Paul Depretto, Les ouvriers en U.R.S.S. : 1928-1941, Paris, Publications de la Sorbonne et Institut d’Études slaves, 1997.

311 Heike Egger, « Frauen und Arbeitersport in den 20er Jahren. Idee, Wirklichkeit und mediale Darstellung », STADION, vol. 26, 2000, no 1, p. 76.

312 Voir Ellul, Propagandes, op. cit., p. 31-36.

Table des illustrations

Légende Exercices de gymnastique de masse à la Fête fédérale de l’ATSB à Leipzig en 1922 (Archiv der sozialen Demokratie der Friedrich-Ebert-Stiftung, Bonn).
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13251/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Affiche de l’Olympiade ouvrière de Francfort (Archives municipales de Francfort).
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13251/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Défilé à Francfort dans le cadre de l’Olympiade. En tête : des sportives de l’USSGT (Archives municipales de Francfort).
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13251/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Page de couverture de la revue de l’ATSB Freie Sportwoche, consacrée au match Allemagne (équipe nationale ouvrière) – URSS au stade du club Victoria à Hambourg (Archiv der sozialen Demokratie der Friedrich-Ebert-Stiftung, Bonn).
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13251/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 195k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search