Version classiqueVersion mobile

Les Mouvements sportifs ouvriers en Europe (1893-1939)

 | 
André Gounot

Chapitre 1. Naissance et nature des organisations sportives ouvrières avant 1914

Texte intégral

1. Des développements nationaux disparates

  • 1 Plus précisément au serment prêté en 1291 ou en 1307 par 33 conjurés – réunis sur le « Grütli », un (...)
  • 2 Robert Bolz, 70 Jahre Schweizerische Arbeiter- Turn- und Sportbewegung, Zurich, 1944, cité par Chri (...)

1Si l’on se réfère uniquement à la généalogie organisationnelle, les origines du sport travailliste européen remontent à l’année 1874 avec la fondation, à Winterthur en Suisse alémanique, de la Zentralverband der Grütliturnvereine (Union centrale des associations de gymnastique Grütli). Celle-ci forme une branche de la Grütliverein, une association qui défend des convictions démocratiques mêlées de patriotisme depuis sa création en 1838 (le nom de « Grütli » renvoyant aux mythes fondateurs de la Confédération helvétique1). Elle réunit essentiellement des artisans compagnons avant de se transformer progressivement en une organisation pour toutes catégories d’ouvriers. Loin d’exprimer des tendances politiques contestataires, les activités de la fédération gymnique visent simplement à « […] propager le noble art de la gymnastique parmi les travailleurs pour fonder un nouveau pilier de l’Association Grutli et pour procurer de plus en plus d’éléments vaillants à la patrie2 ». Ce n’est qu’en 1917 que les Grütliturner se décident à former une fédération autonome portant l’estampille social-démocrate.

  • 3 Sous le nom de Sozialdemokratische Arbeiterpartei Deutschlands. Le changement de nom intervient en  (...)
  • 4 Arbeiter-Turn-Zeitung, no 1, 15 juillet 1893.

2Dans le sens à la fois politique et social, le vrai jalon de départ du mouvement sportif ouvrier se situe en Allemagne impériale ; plus précisément à Gera (Thuringe) où se fonde, lors d’un premier congrès national tenu le 21 et le 22 mai 1893, l’Arbeiter-Turnerbund (ATB, Union des gymnastes ouvriers) sur la base de 51 associations représentées. L’ATB se positionne d’emblée comme adversaire de l’organisation gymnique nationaliste, la Deutsche Turnerschaft (DT, Union allemande des gymnastes). De manière plus générale, la nouvelle organisation entend combattre le système capitaliste aux côtés du Sozialdemokratische Partei Deutschlands (SPD, Parti social-démocrate allemand), force directrice du mouvement ouvrier depuis sa fondation en 18753. Comme le déclare non sans pathos la revue fédérale lors de sa première parution : « Les gymnastes épris de liberté aideront avec toute leur ferveur à détruire jusqu’aux racines un vieux système pourri, à abattre de vieilles ruines, afin qu’une vie nouvelle naisse à leur place4. »

  • 5 Rüdiger Rabenstein, Radsport und Gesellschaft. Ihre sozialgeschichtlichen Zusammenhänge in der Zeit (...)
  • 6 La Verband für Volksgesundheit (Fédération pour l’hygiène populaire), fondée en 1908. Voir sur son (...)
  • 7 Hans Joachim Teichler / Gerhard Hauk (dir.), Illustrierte Geschichte des Arbeitersports, Berlin / B (...)
  • 8 Alfred Wahl, Les forces politiques en Allemagne, xixe et xxe siècle, Paris, Armand Colin, 1999, p.  (...)
  • 9 Les clubs sportifs ouvriers alsaciens et mosellans font partie, dès leur apparition au début du 20e(...)
  • 10 Selon les estimations d’Ueberhorst, un membre sur deux aurait été issu de la classe ouvrière. Cf. H (...)

3L’Arbeiter-Radfahrerbund Solidarität (Union des cyclistes ouvriers Solidarité), fondée trois ans plus tard à Offenbach (Hesse), devient rapidement la plus grande organisation cycliste du monde, avec près de 150 000 membres en 1913, dont la plus grande partie se voue aux excursions dominicales5. Avant la Première Guerre mondiale, des unions ouvrières se forment aussi dans le domaine des sports aquatiques et nautiques (en natation, voile et aviron) ainsi que pour la lutte et l’haltérophilie. L’athlétisme et le football, trop liés d’après les gymnastes à l’esprit de concurrence et à la spécialisation corporelle, sont froidement accueillis mais finalement « hébergés » par l’Arbeiter-Turnerbund. La randonnée s’organise à partir de 1905 par l’intermédiaire de sections allemandes des Naturfreunde (Amis de la nature) dont le siège principal se trouve à Vienne. Les associations ouvrières de Kegeln (variante allemande du jeu de quilles) et des échecs, de même qu’un groupement de propagation du naturisme6, s’ajoutent à cet ensemble qui réunit approximativement 400 000 membres à la saison 1913-19147 – soit trois ou quatre fois plus que toutes les associations similaires établies à ce moment dans d’autres pays européens. Ce succès conforte le rayonnement inégalé du mouvement social-démocrate allemand, qui compte sur 2,5 millions de syndiqués dans les Freie Gewerkschaften (Syndicats libres) et 1 086 000 adhérents au SPD à la veille de la Grande Guerre8. Présente dans toutes les provinces ainsi que dans le Reichsland Elsass-Lothringen9, l’Arbeiter-Turnerbund s’affirme comme l’organisation sportive ouvrière la plus puissante du continent en regroupant 190 000 gymnastes et sportifs. Les effectifs de la fédération gymnique « bourgeoise », qui s’appuient sur un pourcentage élevé d’ouvriers10, sont cependant cinq fois plus élevés.

  • 11 . Reinhard Krammer, « Die Arbeitersportbewegung in Österreich », in Arnd Krüger / James Riordan (di (...)

4Dès les années 1890, des associations gymniques ouvrières voient également le jour dans les parties germanophones de la monarchie austro-hongroise11, suivant un scénario qui reproduit d’autant plus fidèlement celui de l’Empire allemand que le « district allemand-autrichien » n’est autre qu’une enclave gymnique de la Deutsche Turnerschaft derrière les confins de la Bavière. La « lutte contre les aspirations dangereuses de la social-démocratie », que les lois anti-socialistes de Bismarck préconisent de 1878 à 1890 et que la direction de la DT ne cesse de mener, s’élargit ainsi aux gymnastes autrichiens. Ceux qui sympathisent avec le Sozialdemokratische Arbeiterpartei (SDAP, Parti ouvrier social-démocrate), sont poussés à établir leurs propres structures d’organisation. En 1895, ils mettent en place le « 8e district » de l’Arbeiter-Turnerbund allemande qui accède alors à son tour au rang d’organisation supranationale ; provisoirement, car les gymnastes ouvriers autrichiens forment en 1909 leur propre fédération, l’Österreichischer Arbeiter-Turnerbund.

  • 12 Jochen Zimmer, « Der Touristenverein “Die Naturfreunde” », in Teichler / Hauk (dir.), Illustrierte (...)
  • 13 Karl Renner, An der Wende zweier Zeiten. Lebenserinnerungen, Vienne, Vorwärts Danubia, 1946, p. 284
  • 14 Mobilisant essentiellement des membres de la bourgeoisie et de la petite bourgeoisie, le naturisme (...)

5C’est également en 1895 que le professeur de lycée Georg Schmiedl, l’étudiant en droit – et futur président de l’Autriche – Karl Renner et le forgeron Alois Rohrauer fondent à Vienne le Touristenverein Die Naturfreunde (Union touristique Les Amis de la nature)12. Son but essentiel est d’arracher les ouvriers à leur environnement urbain disgracieux, composé de logements insalubres, de fabriques toxiques et d’estaminets enfumés, en les menant « vers notre splendide nature, vers la beauté et la joie13 ». Cette initiative se place à la fois dans l’espace du mouvement ouvrier et à proximité des divers courants de Lebensreform (réforme des modes de vie) qui, face au processus supposé de dégénérescence corporelle et morale de l’homme moderne, militent en faveur d’une meilleure adéquation des comportements aux lois de la nature14.

  • 15 Verhandlungen des Parteitages der deutschen Sozialdemokratie Österreichs 1898, Vienne 1898, cité pa (...)
  • 16 Reinhard Krammer, Arbeitersport in Österreich. Ein Beitrag zur Geschichte der Arbeiterkultur in Öst (...)

6En 1897, des groupes de randonnée de la Haute-Autriche et de Teplitz (Bohême) s’associent aux Naturfreunde dont l’expansion territoriale va traverser les frontières de l’Autriche-Hongrie avec l’apparition pendant l’été 1905 de groupes à Zurich et à Munich et, un peu plus tard, à Paris, Londres et même à New York. Une fédération des cyclistes ouvriers se constitue en 1898, année où le congrès du Parti ouvrier social-démocrate recommande non sans condescendance aux « gens auxquels on ne peut pas encore demander d’effectuer du travail sérieux15 » de rejoindre pour le moment le mouvement sportif ouvrier. Le regard du Parti vers celui-ci continue d’être guidé par un scepticisme certain. Le leader de la social-démocratie autrichienne Victor Adler, lui-même membre un certain temps du premier club cycliste viennois « Die Biene » (L’Abeille), redoute en l’occurrence que les jeunes ouvriers accumulent les déficits au niveau de l’éducation politique s’ils se contentent d’intégrer les structures du sport travailliste16. On peut comprendre que, dans ce cas, il s’agirait effectivement d’organisations concurrentes plutôt qu’auxiliaires du point de vue du SDAP.

  • 17 Cf. Dělnická tělocvičná jednota, La Fédération des Sociétés Ouvrières de Gymnastique tchécoslovaque (...)
  • 18 Place qu’il conquiert aux élections parlementaires de 1907, où il obtient 38 % des voix tchèques. V (...)
  • 19 Sergije Bjeloborodov, « Der Arbeitersport in Jugoslawien unter den Bedingungen der Arbeiterselbstve (...)
  • 20 Aduino Agnelli, « Socialismo triestino, Austria e Italia », in Leo Valiani (dir.), Il movimento ope (...)
  • 21 Stefano Pivato, « Le socialisme anti-sportif : le cas italien », in Pierre Arnaud (dir.), Les origi (...)

7Une « Fédération de gymnastique des ouvriers » tchèque, la Dělnická tělocvičná jednota, est fondée en 1903 à Prague sur la base de 30 associations bohémiennes et moraviennes17. C’est l’effet d’une vague d’exclusions déclenchée par la direction de la fédération nationaliste Sokol (Faucon) à l’égard des gymnastes sympathisant avec le Parti social-démocrate, en passe à ce moment précis de devenir le parti politique le plus important de la Tchéquie18. Dans les parties balkaniques de la monarchie danubienne, quelques associations sportives ouvrières se forment également avant la Première Guerre mondiale, mais elles n’établissent pas de liens organisationnels entre elles19. Enfin, dans la ville adriatique de Trieste, qui connaît de nombreuses influences du monde germanique20, émerge en 1904 le Circolo sportivo internazionale. Ce cercle entend satisfaire le besoin de distraction des ouvriers en opposant des loisirs salutaires à la destructrice consommation d’alcool21. En 1914, les associations sportives ouvrières d’Autriche-Hongrie totalisent approximativement 80 000 membres (voir le tableau plus détaillé infra p. 30).

  • 22 L’avanguardia, 25 octobre 1908, cité par Pivato, « Le socialisme anti-sportif », op. cit., p. 131.
  • 23 Filippo Turati, Discorsi parlamentari di Filippo Turati pubblicati per deliberazione della Camera d (...)
  • 24 Voir aussi sur ce sujet Felice Fabrizio, Storia dello sport in Italia : dalle società ginnastiche a (...)
  • 25 L’implantation électorale forte du Parti socialiste dans le monde rural distingue à cette époque le (...)
  • 26 Après avoir obtenu 17,7 % des suffrages aux élections parlementaires de 1913, il remporte l’année s (...)

8Sur le territoire national italien, des socialistes passionnés de sport se manifestent dès le tournant du siècle. C’est précisément pour cette raison que le congrès de la Federazione giovanile socialista italiana (FGSI, Fédération de la Jeunesse socialiste italienne) réuni en 1901 à Florence, juge incompatible d’appartenir à la fois à une organisation ouvrière et à une association sportive. Son organe L’avanguardia souligne à ce sujet la nécessité de « […] défendre et de sauver nos jeunes contre cette malaria désormais générale qui les dégénère et les arrache à nos organisations et à nos cercles ». La diatribe se déverse ensuite sur ceux qui préfèrent lire la Gazzetta dello Sport plutôt que le journal socialiste22. Pour Filippo Turati, figure de proue de la branche réformiste du Partito socialista italiano (PSI), le sport est simplement un phénomène « stupide et aristocratique »23. Mises à part les évidentes raisons idéologiques, l’hostilité de la plupart des socialistes à l’égard du sport24 pourrait tenir en partie à l’implantation relativement faible du mouvement ouvrier dans les grandes villes, en comparaison avec son rayonnement parmi les travailleurs de la terre dans l’Italie centro-septentrionale25. La ferveur sportive naissante, phénomène urbain avant tout, apparaît ainsi comme une menace contre l’influence potentielle du socialisme sur les masses ouvrières. De ce côté, le PSI, tout comme la SFIO un parti d’électeurs plutôt qu’un parti d’adhérents, réussit toutefois une remarquable percée peu avant la guerre26.

  • 27 Avec 8 000 membres en 1914. Cf. Giovanni Gozzini, Alle origini del comunismo italiano. Storia della (...)
  • 28 pivato, « Le socialisme anti-sportif », op. cit.
  • 29 Cf. Alessandro PASTORE, Alpinismo e storia d’Italia. Dall Unità alla Resistenza, Bologne, il Mulino (...)
  • 30 Wolfgang Uellenberg-van Dawen, « Antimilitarismus in der internationalen sozialistischen Arbeiterju (...)
  • 31 Franz Walter, « Der deutsche Arbeiter-Abstinentenbund (DAAB) », in Walter / Denecke / Regin, Sozial (...)

9La Jeunesse socialiste réaffirme en 1910 son rejet radical du sport de compétition, mais considère désormais comme tolérables les activités excursionnistes à pied et à vélo ; à condition toutefois qu’elles soient pourvues d’un sens politique ou éthique. Cette concession, venant de la part d’une organisation de taille relativement modeste27, ne peut certainement pas être entendue comme conditio sine qua non pour la création d’organisations ouvrières dans les domaines du sport et des loisirs. Toujours est-il que l’Unione operaia Escursionisti italiani (UOEI, Union ouvrière des excursionistes italiens) se forme l’année suivante à Monza non sans prôner les vertus de la randonnée et de l’alpinisme face à l’alcoolisme ouvrier, et qu’en 1913, la Federazione nazionale dei Ciclisti rossi (Fédération nationale des cyclistes rouges) se constitue à Imola dans le but déclaré de participer à la propagande socialiste. Le cyclisme ouvrier connaît par la suite un certain rayonnement en Lombardie, principalement à Milan28. Sous la devise « per il monte contro l’alcool », l’UOEI réunit quant à elle près de 10 000 ouvriers à la recherche du grand air. Son succès est pour partie redevable à la cotisation annuelle modeste d’une lire demandée aux adhérents appartenant à la classe ouvrière ; les représentants d’autres catégories sociales peuvent obtenir le statut de « membres de soutien » moyennant la somme de deux lires cinquante29. Par rapport aux préoccupations de l’union excursionniste, il convient de préciser que le mouvement socialiste perçoit l’alcoolisme comme un problème à la fois hygiénique, moral et politique bien au-delà des frontières de l’Italie et de l’Autriche. En attestent, entre autres, le congrès de fondation de l’Internationale de la Jeunesse socialiste à Stuttgart en 1907, où l’antialcoolisme figure, à côté de l’antimilitarisme, de l’éducation socialiste et des problèmes économiques, parmi les quatre grands thèmes faisant l’objet de rapports30, et le congrès du Sozialdemokratische Partei Deutschlands à Essen l’année suivante, dont l’ordre du jour contient l’Alkoholfrage31.

  • 32 Seppo Hentilä, « Die finnische Arbeitersportbewegung und ihre Beziehungen zu Deutschland bis 1933 » (...)
  • 33 En 1910, seulement 12 % de la population active travaillent dans des manufactures. 85 % des Finland (...)
  • 34 Sous le nom de Parti ouvrier finlandais. Celui-ci prend le nom de Parti social-démocrate finlandais (...)
  • 35 Maurice Carrez, « La politisation des campagnes finlandaises. L’exemple des Maisons du Peuple 1893- (...)
  • 36 Estimation prudente, reposant sur les indications contradictoires de Seppo Hentilä, « Die finnische (...)

10Sur la péninsule ibérique, de la même manière que dans les pays scandinaves et baltes, le mouvement sportif ouvrier ne fera son apparition qu’au cours des années 1920. Il s’est en revanche développé selon Seppo Hentilä32 dès le début du 20e siècle dans le Grand-Duché de Finlande, territoire faiblement industrialisé de l’Empire russe à cette époque33. Le Parti social-démocrate, créé en 189934, constitue il est vrai un facteur des plus importants de la société civile finlandaise, cela aussi et surtout par l’intermédiaire d’associations mises en place dans presque chaque quartier et chaque village. Celles-ci déploient des activités culturelles variées autour des Maisons du Peuple (Työväen Yhdistykset), lieux de rencontre pour toute la population aux moyens modestes35. En 1917, on compte plus de 150 associations gymniques et sportives formées dans ce cadre organisationnel, regroupant plus de 10 000 membres36. Parmi elles, les associations proposant du sport de compétition cherchent et trouvent cependant leur place dans les organisations « bourgeoises ». Un mouvement sportif ouvrier autonome ne verra le jour qu’en 1919, après la guerre civile.

  • 37 Maurice Carrez, « Des muscles et de la moelle : le sport ouvrier en Finlande avant 1930 », Recherch (...)

11En fait, comme le montre Maurice Carrez, l’histoire du sport ouvrier finlandais du début du 20e siècle est faite d’ambiguïtés politiques37. D’un côté, les Maisons du Peuple des zones rurales ne sont pas toutes entre les mains des sociaux-démocrates. De l’autre côté, même de nombreux militants jugent utile de collaborer avec la Suomen Voimistelun-ja Urheilunliitto (SVUL, Confédération gymnique et sportive finlandaise) pour souligner l’attachement des sociaux-démocrates à l’idée d’unité nationale face à l’impérialisme russe. Pour beaucoup de sportifs ouvriers talentueux, l’attractivité du programme de compétition de la SVUL est un argument déjà suffisamment fort. En même temps, les propos réactionnaires de certains dirigeants de la SVUL apportent de l’eau au moulin des partisans d’un sport travailliste autonome. Cependant, les appels lancés en 1913 et en 1914 par Väinö Lähteinen, secrétaire du club ouvrier Jyry (« La Combattante ») de Helsinki, ne connaissent pas de suite favorable.

  • 38 Laine, « TUL : The Finnish Worker Sport Movement », op. cit., p. 70 ; Carrez, « Des muscles et de l (...)

12Contrairement aux convictions défendues par les dirigeants du sport travailliste dans les autres pays, les animateurs sportifs des Maisons du Peuple donnent par ailleurs préférence aux sports individuels et apprécient sans réserve la recherche de la haute performance. Bien préparés, leurs disciples se montrent souvent supérieurs aux sportifs issus d’associations « bourgeoises ». Exemples particulièrement parlants, le héros national Hannes Kolehmainen, cet athlète hors-norme qui bat Jean Bouin dans la course de 5 000 m et remporte trois autres médailles d’or aux Jeux olympiques de Stockholm en 1912, fait partie à ce moment d’une association sportive social-démocrate, et 21 lutteurs du club Jyry sont nommés pour ces mêmes Jeux38. D’une certaine manière, les clubs sportifs ouvriers des villes finlandaises ressemblent aux associations à caractère ouvrier évoluant dans les ligues de la FA « bourgeoise » en Angleterre, mais ils s’en distinguent aussi en vertu de leurs rapports de proximité avec le milieu social-démocrate. Sans doute peut-on retenir pour cette période l’idée d’une exception finlandaise concernant et les structures et les conceptions du sport travailliste.

  • 39 Les cyclistes socialistes, Imprimerie & lithographie A. -J. Berghman, Bruxelles, 1894.
  • 40 Arnd Krüger (dir.), Leibesübungen in Europa I. Die Europäische Gemeinschaft, London, Arena Publicat (...)
  • 41 Cf. Compte rendu du Ier Congrès international des Groupes socialistes d’Éducation physique, tenu à (...)
  • 42 Le chiffre d’adhérents de la SFIO passe de 44 000 en 1906 à 90 000 en 1914, année où elle obtient 1 (...)
  • 43 Peu avant l’éclatement de la Première Guerre mondiale, plus d’un demi-million d’habitants est encad (...)

13Dans les pays démocratiques et industrialisés de l’ouest de l’Europe, les mouvements sportifs ouvriers démarrent de manière plutôt laborieuse. Si à Bruxelles un Cercle des Cyclistes socialistes poursuit dès 1893 le but « d’aider le Parti ouvrier dans sa propagande à la campagne39 », l’exemple n’est pas suivi en province. En tout cas, alors que l’Union belge des Sociétés de Sports athlétiques commence à rayonner, on ne voit émerger aucune fédération ouvrière proposant du cyclisme ou un autre sport. En 1904 se forme cependant à Charleroi une fédération gymnique ouvrière qui regroupe des associations d’affinité socialiste du Brabant, de Flandre et de Liège. Elle atteint le chiffre de 4 000 membres dix ans plus tard, quand le football « bourgeois » compte déjà plus de 12 000 licenciés40. La préférence donnée à la pratique gymnique semble faire écho aux réflexions des fondateurs, membres du Parti ouvrier belge, sur la meilleure concordance entre pédagogie corporelle et idéologie socialiste41. Pendant ce temps, la Fédération sportive et athlétique socialiste (FSAS), créée à la fin de l’année 1908 à Paris, tente en vain de conquérir une place significative parmi les organisations sportives françaises. Or, sa faiblesse quantitative permanente contraste à la fois avec les courbes ascendantes du mouvement ouvrier42 et avec l’essor général du mouvement sportif français43. Ce dernier profite de manière non négligeable de la complicité des curés à l’égard d’une offre sportive mise en place au tournant du siècle par les patronages catholiques, et qui attire nombre de jeunes ouvriers. À la même époque, le sport fait aussi son entrée dans les dispositifs du paternalisme industriel.

  • 44 Sur le mouvement sportif ouvrier britannique voir Steven Jones, Sport, Politics and the Working-Cla (...)
  • 45 Gérard Noiriel, « La formation du monde ouvrier », in Jacques Marseille (dir.), L’industrialisation (...)
  • 46 Yves Cohen, Les jeunes, le socialisme et la guerre, Paris, L’Harmattan, 1989, p. 160.
  • 47 Les groupements des Jeunesses socialistes, organisés à partir de 1912 sous le chapeau de la Fédérat (...)
  • 48 Cf. Hans Joachim Teichler, « Arbeitersport als soziales und politisches Phänomen im wilhelminischen (...)
  • 49 Voir les statistiques dans Herbert Dierker, Arbeitersport im Spannungsfeld der Zwanziger Jahre : Sp (...)

14Comme en France, le mouvement sportif ouvrier reste en marge au Royaume-Uni44. Sa seule organisation, le National Clarion Cycling Club (fondé en 1895 à Ashbourne à l’initiative de lecteurs de l’hebdomadaire socialiste Clarion), attire moins d’un pour cent de la population sportive active. À première vue, la différence retenue par Gérard Noiriel entre une classe ouvrière française hétérogène, faiblement dissociée du monde rural, et une classe ouvrière britannique homogène, concentrée dans les villes industrielles45, ne peut offrir de schéma explicatif pour ces échecs parallèles. Dans une perspective comparative élargie à l’Allemagne, ceux-ci ne semblent pas non plus imputables à l’attitude d’indifférence vis-à-vis des activités physiques que montrent le Labour Party, dont les activités se concentrent sur le secteur économique et social, et le Parti socialiste - Section française de l’Internationale socialiste (SFIO). Ce dernier s’intéresse peu pendant cette phase à l’encadrement politique des jeunes ouvriers46, et ne reconnaît la FSAS comme organisation partenaire qu’en 191147. Cependant, l’Arbeiter-Turnerbund doit également vivre avec une attitude ambiguë, voire hostile, de la part du Sozialdemokratische Partei Deutschlands48, et cela pendant les quinze premières années de son existence. Ce n’est qu’en 1908 que le SPD révise sa position, estimant que les structures de l’ATB peuvent aider à contourner les nouvelles lois restrictives sur la participation politique des jeunes. Toujours est-il que cette organisation de gymnastique ouvrière a connu jusqu’à ce moment une croissance exponentielle49.

  • 50 William J. Baker, « The Making of a Working Class Football Culture in Victorian England », Journal (...)
  • 51 L’équipe du Blackburn Olympics est en fait essentiellement, mais pas exclusivement, composée d’ouvr (...)
  • 52 Eric J. Hobsbawm, Worlds of Labour : further Studies in the History of Labour, London, Weidenfeld (...)
  • 53 Jeffrey Hill, « Le sport et la classe ouvrière en Grande-Bretagne », in Arnaud, Les origines du spo (...)
  • 54 Selon le titre français souvent cité du célèbre livre de Richard Hoggart, The Uses of Literacy : As (...)
  • 55 Dans une étude comparative, Dick Geary a montré que ce trait distingue de manière fondamentale la c (...)

15Précisons que les ouvriers du motherland of sports ne sont pas moins attirés par le « roi football » (fort d’environ 300 000 joueurs en 1905) que ne le sont les ouvriers allemands par le Turnen, bien au contraire. Né comme gentlemen sport, le jeu se prolétarise rapidement dans le cadre organisationnel de la Football Association (FA) fondée en 1863 à Londres, autrement dit : il devient l’objet d’une réelle appropriation culturelle de la part des ouvriers, tout particulièrement dans les villes industrielles du Nord de l’Angleterre50. En 1883, une équipe d’ouvriers, celle du Blackburn Olympic, gagne pour la première fois la cup final introduite par la FA douze ans plus tôt51. En 1888-1889 se joue la première saison de la football league, championnat anglais reposant sur le principe de rencontres aller-retour entre toutes les équipes engagées. La multiplication des matchs améliore la qualité du jeu, les spectateurs se ruent vers les stades, et le professionnalisme se répand. Présent dans tous les quotidiens et hebdomadaires nationaux et locaux, le football devient « pratiquement une religion laïque » pour les masses ouvrières selon les termes d’Eric Hobsbawm52. Pour la classe ouvrière masculine convient-il d’ajouter, dont l’horizon est rempli principalement de travail, de sexe et de sport – et accessoirement de bière et de cigarettes comme le précise Jeffrey Hill53. La passion pour le football est en tout cas une des expressions fortes d’une culture ouvrière britannique qui s’établit entre 1880 et 1900 comme « culture du pauvre »54 plutôt que comme une culture prolétarienne où se combineraient conscience de classe et engagement politique55.

16Pour conclure ce tour d’horizon européen, on retiendra tout d’abord qu’aucune organisation sportive ouvrière n’est née en conséquence de décisions d’un parti. L’initiative est systématiquement venue de « simples » militants prêts à servir la cause du socialisme dans leur domaine de prédilection. Leur affection n’était pas tout à fait réciproque dans la mesure où les partis socialistes hésitaient en fait à reconnaître l’utilité politique de ses organisations sportives affinitaires. La Seconde Internationale ne s’est pas prononcée sur cette question, et l’Internationale de la Jeunesse socialiste n’a pas non plus entamé de réflexion sur les moyens de concevoir les loisirs sportifs comme lieux de socialisation politique des jeunes ouvriers.

  • 56 En 1914, on compte près de 3,5 millions de vélos en France, chiffre correspondant à près de 10 % de (...)
  • 57 Sur la place du vélo dans la société française voir Eugen Weber, Fin de siècle. La France à la fin (...)

17Pour comprendre les mécanismes de constitution et les potentiels de développement des mouvements sportifs ouvriers, le cadre national paraît pertinent. Le catholicisme politique et social en France, le milieu ouvrier social-démocrate en Allemagne, la « religion ouvrière » du football en Angleterre, le socialisme radicalement antisportif en Italie, les Maisons du Peuple et leur associationnisme en Finlande, le mouvement métissé des Grütli en Suisse (patriotique, démocratique et ouvrier) – ce sont autant de particularités nationales qui entrent en jeu. On peut ajouter que, dans un premier temps, les organisations sportives ouvrières ont confiné leurs activités dans les territoires nationaux, exception faite des liaisons transfrontalières que l’on a pu observer pour l’espace germanophone. Leur physionomie porte néanmoins les marques de processus ayant traversé l’Europe. Ainsi, le nombre élevé d’organisations ouvrières cyclistes et excursionnistes renvoie aux effets à la fois bénéfiques et nocifs de la révolution industrielle. Grâce à la production de masse, le vélo devient en effet accessible aux ouvriers56 et les libère sous deux aspects : d’une part, il modifie la distance subjective entre le lieu de domicile et le lieu de travail, et d’autre part, il permet de s’éloigner, au moins momentanément, des villes assourdissantes et polluées57. La densification des réseaux ferroviaires est un autre facteur facilitant les escapades vers des sites naturels attrayants. La réduction de l’espace en milieu urbain et les odeurs des fabriques entraînent un besoin aigu d’évasion des citadins vers la nature que de nombreuses associations touristiques (comme le Touring Club de France, fondé en 1890 par des cyclistes) promettent de satisfaire. Les fédérations ouvrières de randonnée, d’alpinisme et de cyclisme font partie de cette vague. Leurs dirigeants sont mus à la fois par des convictions politiques et par le désir de participer à une réforme des modes de vie ouvriers, tout particulièrement à travers la lutte contre l’alcoolisme.

  • 58 Allen Guttmann, From Ritual to Record. The Nature of Modern Sports, New York, Columbia University P (...)
  • 59 John Marshall Carter / Arnd Krüger (dir.), Ritual and Record. Sports Records and Quantification in (...)

18Par ailleurs, les organisations sportives ouvrières participent à l’effacement des jeux traditionnels aux multiples variations, au bénéfice, d’une part, de la gymnastique disciplinée et, d’autre part, de la compétition sportive standardisée. D’après Allen Guttmann, le « sport moderne » se distingue par le caractère séculier et l’idéal égalitaire concernant les compétitions et leurs conditions de déroulement, la spécialisation des rôles des acteurs, l’organisation bureaucratique, l’entraînement rationnel, la quantification des performances et la poursuite de records58. Reflétant et retranscrivant l’avancement des sciences, l’idée de progrès ainsi que la prégnance de visions empiristes et rationalistes du monde, le nouveau système du sport constitue un symbole de la modernité des sociétés occidentales59. Les mouvements sportifs ouvriers des différents pays font bien partie de ce même système.

  • 60 Paul Dietschy, Histoire du football, op. cit., p. 55.
  • 61 Voir Yves Lequin, Les ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914), Lyon, Presses universitaires de (...)
  • 62 À l’image des degrés de politisation et de radicalisation des ouvriers, fortement corrélés à l’État (...)

19L’industrialisation, la formation d’un prolétariat urbain et la réduction du temps de travail ont établi les conditions de base pour une sociabilité sportive ouvrière (abstraction faite du cas incomparable de la Finlande rurale). En Angleterre, par exemple, la loi de 1874 qui limita le temps du travail le samedi – établissant ainsi une alternative légale au lundi matin souvent chômé par des travailleurs trop alcoolisés depuis la veille – a largement contribué à la diffusion du football60. L’amélioration du régime alimentaire, on l’oublie trop souvent, a également été indispensable au démarrage d’activités associatives ouvrières impliquant un effort physique qui s’ajoutait à celui, déjà intense, de la journée de travail61. Cependant, comme nous l’avons vu à travers les exemples nationaux, les facteurs économiques et sociaux n’ont bâti que partiellement les cultures ouvrières et n’ont pas déterminé, tant s’en faut, les cadres d’organisation du sport ouvrier. Les écarts quantitatifs considérables entre les mouvements sportifs ouvriers qui ont évolué sur les territoires des monarchies de l’Europe centrale et ceux qui se sont constitués dans les pays démocratiques de l’Europe occidentale, suggèrent la prégnance du contexte politique sur les matrices d’adhésion des ouvriers à des fédérations sportives62. L’hypothèse paraît d’autant moins osée que les organisations sportives ouvrières ont toutes affirmé leur volonté de contribuer à la transformation socialiste de la société. Cependant, elles ont cherché un ancrage dans l’espace des loisirs et se sont donc construit une identité sensiblement différente de celle d’un parti politique ou d’un syndicat. Pour mieux déchiffrer les préférences ouvrières, il convient d’examiner de plus près les interférences entre les structures politiques nationales, les caractéristiques des milieux ouvriers et les configurations du champ sportif. Nous allons en faire la tentative en comparant de manière plus systématique les cas contrastés de la France et de l’Allemagne.

Tableau 1 : Le mouvement sportif ouvrier avant la Première Guerre mondiale

Tableau 1 : Le mouvement sportif ouvrier avant la Première Guerre mondiale

* Groupes allemands affiliés aux Amis de la nature dont le siège est situé à Vienne.
** De 1895 à 1909 : « 8e district » de l’Arbeiter-Turnerbund allemand.
*** À partir de 1913 « Fédération socialiste des Sports et de Gymnastique ».

Cyclistes de l’Arbeiter-Radfahrerbund Solidarität, vers 1910 (Archiv der sozialen Demokratie der Friedrich-Ebert-Stiftung, Bonn)

2. Les influences politiques sur les cultures sportives des ouvriers : une comparaison franco-allemande

A. Structures politiques, milieux ouvriers et sociabilités sportives

  • 63 Michel Winock, Le socialisme en France et en Europe, op. cit., p. 108-115.
  • 64 Stefan Berger, Social Democracy and the Working-Class in Nineteenth and Twentieth-Century Germany, (...)
  • 65 Rainer M. Lepsius, « Parteiensystem und Sozialstruktur. Zum Problem der Demokratisierung der deutsc (...)

20À la différence du cas britannique, les cultures ouvrières du Kaiserreich allemand portent une forte empreinte politique en raison de l’éclosion d’un milieu ouvrier d’identité social-démocrate. Stigmatisés comme éléments extérieurs à la communauté nationale en raison du caractère internationaliste et contestataire de leur mouvement, les membres et sympathisants du Parti social-démocrate établissent une contre-société ouvrière63 autour d’organisations couvrant tous les besoins et activités des travailleurs, « du berceau jusqu’au cercueil » selon l’image fréquemment reprise par les historiens allemands du mouvement ouvrier. Comme l’a souligné Stefan Berger, cette réaction à la marginalisation politique de la social-démocratie n’a pas mené à une homogénéisation des cultures ouvrières en Allemagne impériale ; toutefois, indéniablement, « Social Democratic culture was the most prominent and talked-about of all working-class cultures in Imperial Germany64 ». D’après la typologie de Rainer M. Lepsius, le milieu social-démocrate a constitué l’un des quatre milieux ayant le plus marqué la société impériale, à côté des milieux catholique, protestant conservateur et protestant libéral65. L’Arbeiter-Turnerbund a largement contribué à ce succès, mettant à profit la force et la division du mouvement gymnique allemand qui s’était rassemblé dans le cadre organisationnel de la Deutsche Turnerschaft (DT).

  • 66 Les Turner étaient impliqués en particulier dans les soulèvements armés au sud-ouest du pays, avec (...)
  • 67 Michael Krüger, Körperkultur und Nationsbildung. Die Geschichte des Turnens in der Reichsgründungsä (...)
  • 68 Cf. Hans Joachim Teichler, « “Nicht länger Reaktionären Gefolgschaft leisten”. Entstehung und Entwi (...)

21Créée officiellement en 1868 à Cobourg (Bavière) sur la base de réseaux associatifs mis en place depuis les années 1840, la DT est résolument ouverte à toutes les classes sociales. Sur le plan politique, elle montre cependant un penchant exclusif pour les intérêts des classes dirigeantes. Pourtant, le mouvement des Turner, lancé en 1811 à Berlin par Friedrich Ludwig Jahn, avait longtemps associé ses revendications d’unité nationale à la défense de positions libérales et démocratiques. Il a même joué un rôle important lors des événements révolutionnaires de 1848, tant au niveau de la mobilisation idéologique qu’à travers son engagement sur les champs de bataille66. Cependant, au cours des années 1860 le mouvement prend un virage conservateur. Après la fondation du Reich réalisée par le haut, la DT se prononce non seulement en faveur du système monarchique, mais soutient aussi le militarisme prussien67. Ses positions s’avèrent ainsi de plus en plus incompatibles avec les convictions politiques de nombreux artisans et ouvriers, dont la sympathie va à la social-démocratie, et qui sont fortement représentés dans l’organisation68. Dès les années 1870, ils prennent en main des associations locales pour y développer leurs propres modes de sociabilité, sans pour autant quitter la Deutsche Turnerschaft dans un premier temps.

  • 69 Sur les attitudes politiques de la DT voir Hans Georg John, Politik und Turnen. Die Deutsche Turner (...)
  • 70 Cette fausse idée est née de l’affirmation de l’historien du sport allemand Horst Ueberhorst que «  (...)

22Pendant la période des lois antisocialistes de Bismarck (1878-1890) et même après, la Deutsche Turnerschaft participe au combat contre les « aspirations dangereuses de la social-démocratie » en excluant de nombreux gymnastes en raison de leurs liaisons prouvées ou seulement supposées avec le SPD69. Il faut bien préciser que ce conflit n’est pas réductible au simple schéma « bourgeoisie contre prolétariat »70. En raison de l’ascendant du Parti social-démocrate sur les ouvriers, les expulsions pour motifs politiques prennent il est vrai les traits d’une exclusion sociale, mais il reste que de nombreux ouvriers sans penchant politique pour la gauche continuent d’exercer leurs activités gymniques au sein de la DT. Les ouvriers « bien-pensants », c’est-à-dire patriotiques, correspondent tout à fait aux goûts des dirigeants de la DT, qui manifestent en revanche une forte aversion à l’égard de tous les sociaux-démocrates, qu’ils soient mineurs, serruriers, agents comptables, professeurs ou médecins. En s’attaquant au milieu social-démocrate, la DT contribue en fait à le renforcer puisqu’il compte désormais un support organisationnel supplémentaire qui, de plus, rassemble dès le début des dizaines de milliers d’adhérents.

  • 71 Les termes « mouvement gymnique » et « gymnastique » se réfèrent aux deux pays même si pour l’Allem (...)
  • 72 Selon Dieter Langewiesche, la nationalisation culturelle représente l’un des grands domaines, avec (...)
  • 73 Benedict Anderson, Imagined communities. Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, 2e éd (...)
  • 74 Hans-Ulrich Wehler, Deutsche Gesellschaftsgeschichte, vol. 3, Von der “Deutschen Doppelrevolution” (...)
  • 75 Lors des élections au Reichstag en 1912, le SPD obtint 35 % des voix.

23En France comme en Allemagne, le mouvement gymnique71 « bourgeois » joue un rôle important dans le processus de nationalisation culturelle au sens d’une harmonisation des pratiques et expériences quotidiennes de la population à l’échelle nationale72. La différence fonctionnelle entre les deux organisations nationales tient surtout au fait qu’elles reproduisent les schémas respectifs des « nationalismes officiels »73. Associé à l’idéal de la « république une et indivisible », le nationalisme constitutionnel français inclut la classe ouvrière plutôt qu’il ne l’exclut. Le Reichsnationalismus, lui, suppose une identification sans faille à « la » culture allemande et à la figure de l’empereur et exerce, selon les termes de Hans-Ulrich Wehler, une « pression conformiste néfaste » sur tous les groupes de population attachés à d’autres idéaux74. Dans le système républicain français, le suffrage universel permet aux ouvriers masculins de participer concrètement à la vie politique, le pouvoir législatif étant exercé par l’Assemblée nationale. À l’opposé, le Reichstag (le parlement allemand) ne joue qu’un rôle secondaire dans le système politique de l’Empire wilhelminien, ce qui rend relativement peu féconds les grands succès électoraux du SPD75.

  • 76 Cf. Richard Holt, Sport and Society in Modern France, London / Basingstoke, The Macmillan Press LTD (...)
  • 77 Cf. Pierre Chambat, « Les muscles de Marianne - Gymnastique et bataillons scolaires dans la France (...)
  • 78 Comme l’exprime parfaitement le titre d’un article écrit par l’historien allemand Heinz-Gerhard Hau (...)

24Activité physique la plus répandue jusqu’à la Première Guerre mondiale, aussi bien dans la population française dans son ensemble que parmi les ouvriers en particulier, la gymnastique se pratique dans le cadre organisationnel de l’Union des Sociétés de Gymnastique de France (USGF). Fondée en 1873, celle-ci compte dans ses rangs une majorité de membres issus des couches moyennes et populaires76. Après avoir connu une dérive revanchiste pendant la crise boulangiste, l’USGF se positionne clairement du côté des défenseurs de la république – tout en prononçant l’interdiction de discussions politiques dans ses rangs77. On ne peut relever de tentative d’ingérence de la part du mouvement ouvrier français, tant il est vrai que la Fédération sportive et athlétique socialiste se voue exclusivement aux sports modernes de compétition comme l’indique bien son nom. Cette donnée est à l’image des chevauchements entre socialisme et républicanisme qui marquent fortement le développement du mouvement ouvrier en France avant 1914. Les partis socialistes, qui s’unifient en 1905 en fondant la SFIO, se présentent à la fois comme des piliers du républicanisme et comme les défenseurs des intérêts ouvriers. À partir de cette position, ils forgent des alliances avec le Parti radical au pouvoir, ce qui constitue une particularité française par comparaison avec la plupart des mouvements ouvriers en Europe78.

  • 79 Cf. Hartmut Kaelble, Nachbarn am Rhein : Entfremdung und Annäherung der französischen und deutschen (...)
  • 80 Fabien Groeninger, Sport, religion et nation. La Fédération des patronages de France d’une guerre m (...)
  • 81 . Sur les objectifs de la FGSPF voir aussi Holt, Sport and Society, op. cit., p. 197 sq. ; Bernard (...)
  • 82 Selon Fabien Groeninger (Sport, religion et nation, op. cit., p. 262), au début du 20e siècle, « le (...)
  • 83 Ronald Hubscher, Bernard Jeu, Jean Durry, L’histoire en mouvements. Le sport dans la société frança (...)

25Alors qu’en Allemagne, le Parti social-démocrate se définit par son opposition à tous les autres mouvements politiques, dans l’Hexagone, la ligne de démarcation idéologique principale se situe plutôt entre, d’un côté, les républicains et les socialistes, défenseurs de la démocratie et de la laïcité, et, de l’autre côté, un mouvement catholique conservateur voire réactionnaire, nostalgique en tout cas du temps de la monarchie79. Ces grandes tendances se reflètent assez fidèlement dans les structures du sport associatif, ce qui témoigne par ailleurs de la forte prégnance du politique sur la vie quotidienne des Français et des Allemands à cette époque. La FSAS s’établit en face de l’organisation catholique qui s’est formée au tournant du siècle, au milieu des conflits entre État et Églises. La Fédération gymnastique et sportive des Patronages de France (FGSPF), nom adopté en 1903, est vouée selon Fabien Groeninger « à servir deux causes sacrées : la Patrie et la Foi80 ». Autrement dit, elle veut transmettre les croyances et convictions du mouvement catholique à la population, par le biais d’une nouvelle forme d’encadrement et en tirant profit du patriotisme ambiant. Animée d’un antisocialisme profond, la FGSPF milite avant tout auprès des jeunes issus des milieux populaires, avec le ballon de football comme appât81. Elle répond ainsi à un besoin social authentique. En effet, l’Union des Sociétés françaises des Sports athlétiques (USFSA), constituée en 1889 sous l’égide de Georges de Saint-Clair et Pierre de Coubertin, conserve une logique d’élitisme social alors que se manifeste un engouement grandissant des ouvriers pour les activités sportives. Différentes estimations font état d’une assez forte proportion de jeunes ouvriers dans les rangs de la FGSPF82. Or, l’organisation catholique devient une composante capitale du sport français : en 1912, le nombre de ses adhérents tourne autour de 150 000 et se rapproche ainsi de celui de l’USFSA83.

  • 84 Alfred Wahl, Les archives du football. Sport et société en France, Paris, Gallimard / Julliard, 198 (...)
  • 85 Ted W. Margadant, « Primary Schools and Youth Groups in Pre-War Paris : Les “Petites A’s” », Journa (...)
  • 86 Xavier Vigna, Les ouvriers en France au xxe siècle, Paris, Perrin, 2012, p. 116.
  • 87 Yvon Léziart, Sport et dynamiques sociales, Paris, Actio, 1989, p. 117-120.
  • 88 Karen Bretin-Maffiuletti, « Les loisirs sportifs en milieu de grande industrie : sport, patronat et (...)

26L’expansion du sport catholique conduit l’USFSA à réviser quelque peu son caractère exclusif et à assouplir les règles de l’amateurisme. Les clubs de football, principalement, attirent un nombre croissant d’ouvriers, la loi de 1906 sur l’obligation du repos hebdomadaire n’étant pas étrangère au phénomène84. Sans doute, les activités physiques proposées dans le cadre des « Petites Amicales » constituent-elles également une concurrence sérieuse pour le sport travailliste. Ces associations républicaines, établies à partir de 1894 sous l’influence de la Ligue de l’Enseignement, s’adressent elles aussi de manière explicite aux jeunes ouvriers. Elles regroupent environ 700 000 membres à la veille de la Première Guerre mondiale ; on ne dispose cependant pas de chiffres indiquant combien d’entre eux ont participé aux activités physiques proposées dans ce cadre d’éducation populaire85. Enfin, un certain nombre de patrons commencent à considérer le sport comme « un moyen de développer l’esprit d’entreprise et de favoriser l’intégration des ouvriers86 ». Le paternalisme social s’affirme sous la forme de clubs sportifs patronaux dès les années 1890, d’abord à Paris puis, assez rapidement, en province87. À Montceau-les-Mines et au Creusot en l’occurrence, les clubs sportifs fondés avant 1900 sont tous de type patronal88.

  • 89 Sur ce sujet, voir aussi l’étude d’Yves Lequin sur Les ouvriers de la région lyonnaise, op. cit. Le (...)

27L’échec du sport travailliste à l’ouest des Vosges reflète et pérennise d’une part la faible présence d’un milieu socialiste soudé qui se serait démarqué de la société majoritaire par l’intermédiaire de codes culturels véhiculés dans et par son propre tissu associatif89. D’autre part, il s’explique par l’existence précoce d’autres structures d’encadrement du sport des ouvriers. La perspective comparative fait dans tous les cas ressortir le potentiel d’intégration politique et sociale relativement élevé des organisations gymniques et sportives en France.

B. Une culture sportive politique ?

  • 90 Cf. Teichler, « Arbeitersport als soziales und politisches Phänomen… », op. cit., p. 469-472 ; Hajo (...)
  • 91 Christiane Eisenberg, « Vom “Arbeiter” - zum “Angestelltenfußball” ? », Sozial-und Zeitgeschichte d (...)
  • 92 Le football se pratique essentiellement dans des sections nouvellement constituées à l’intérieur d’ (...)
  • 93 Frank Becker, « Massengesellschaft – Massensport – Massenritual. Carl Diem und die Herausforderunge (...)
  • 94 Bernett, « Das Problem einer alternativen Sportpraxis… », op. cit., p. 54.
  • 95 Becker, Den Sport gestalten, op. cit., vol. 1 : Kaiserreich, p. 119.

28Pour ce qui concerne les contenus pratiques proposés par l’Arbeiter-Turnerbund, force est de constater qu’ils émettent peu de signaux contre-culturels. Dans un premier temps, l’organisation ouvrière se situe dans la continuité du Turnen allemand. Lorsqu’une partie des adhérents formulent le souhait de s’adonner à l’athlétisme ou au football, la plupart des dirigeants se montrent récalcitrants. De leur point de vue, seule la pratique de la gymnastique est légitime, car elle contribue à une meilleure santé des ouvriers tout en écartant l’esprit compétitif, avantageant ainsi la conscience collective. En 1901, le congrès fédéral se prononce contre toutes activités s’apparentant aux sports modernes en dénonçant leurs effets nocifs sur la santé. Les controverses se poursuivent néanmoins à travers de nombreux articles publiés dans le journal de l’organisation l’Arbeiter-Turn-Zeitung (ATZ). De jeunes membres passent à l’attaque en s’inscrivant simultanément dans des clubs de la Deutscher Fußball-Bund (DFB, Union allemande de football fondée en 1900) pour se vouer à leur sport favori90. La crainte de perdre définitivement des adhérents, amplifiée en raison du lent processus d’ouverture sociale dans lequel entre la fédération de football officielle (même si ce sport reste encore essentiellement une « affaire des couches moyennes91 »), conduit l’ATB à intégrer en 1909 le football dans son programme, à l’instar de l’athlétisme92. L’offre footballistique obtient encore davantage de sens politique quand la DFB s’associe au Jungdeutschlandbund (Union de la jeune Allemagne), une organisation nationaliste et militariste fondée en 1911 et dont l’intérêt porté à la participation des jeunes sportifs s’exprime entre autres dans la position de Carl Diem comme membre du comité directeur93. Le congrès de l’Arbeiter-Turnerbund à Mannheim en 1913 marque le tournant en recommandant à toutes les associations gymniques d’ajouter les activités sportives à leur programme94. Il est à noter que ce choix ressemble fortement aux tentatives d’assimilation des activités sportives faites par la Deutsche Turnerschaft après avoir officiellement reconnu les sports lors d’une réunion de son Conseil en juillet 1909 à Strasbourg95.

  • 96 Teichler, « Arbeitersport als soziales und politisches Phänomen… », op. cit., p. 471.
  • 97 ATZ, 1896, p. 70.
  • 98 ATZ, 1912, p. 213.
  • 99 Hajo Bernett, « Leichtathletik im Arbeitersport », in Teichler / Hauk (dir.), Illustrierte Geschich (...)

29Les pressions venant de l’intérieur et de l’extérieur obligent ainsi l’Arbeiter-Turnerbund à se transmuer d’une union gymnique en une organisation qui propose différentes activités sportives et donne une large place au modèle de compétition96. Les discours s’adaptent également : en 1896, l’ATZ avait fait part de manière très distante de la tenue des premiers Jeux olympiques à Athènes, estimant que « pour la classe ouvrière […] de telles manifestations n’ont aucun intérêt97 ». Dans un reportage sur les compétitions aux Jeux olympiques de Stockholm en 1912, la même revue admire les « luttes grandioses qui méritent la sueur des meilleurs et des plus nobles combattants98 ». Dès 1913, elle publie en outre les classements des meilleures performances individuelles réalisées en athlétisme par les membres de l’ATB99. L’assimilation du sport travailliste aux normes dominantes du sport « bourgeois » se met ainsi en marche avant même la Première Guerre mondiale.

  • 100 L’Humanité, 28 avril 1910.
  • 101 L’Humanité, 29 septembre 1909, 7 septembre 1910.
  • 102 Compte rendu du Ier Congrès international des Groupes socialistes d’Éducation physique, tenu à Gand (...)

30À Paris, la Fédération sportive et athlétique socialiste se contente dès le départ de copier les formes et les règles établies par le sport « bourgeois ». Elle propose des pratiques aussi individuelles que le tennis et la boxe et organise partout des compétitions, à une exception près : la culture physique, activité proposée aux femmes ouvrières en parfait respect des idées traditionnelles sur leur rôle100. La gymnastique n’est introduite dans le programme de la FSAS qu’en 1913, non pas pour des raisons pédagogiques mais en référence à l’attrait public pour des démonstrations collectives de gymnastes. Les responsables de la FSAS, obligatoirement membres de la SFIO selon les statuts101, estiment en fait que la compétition sportive n’est pas en contradiction avec l’idéologie socialiste à condition que l’esprit de compétition n’y prenne une place trop importante102. Ce qui revient à faire un exercice d’équilibre pour le moins difficile, consistant à encourager des activités sans en accepter entièrement le principe de base.

  • 103 Yvon Léziart, Création et diffusion du modèle sportif dans les différentes classes sociales en Fran (...)
  • 104 L’Humanité, 25 août 1914.
  • 105 L’Humanité, 9 février 1914.

31Alors que les dirigeants souhaitent établir une ligne de démarcation infranchissable entre la FSAS et les autres organisations sportives, beaucoup d’athlètes ouvriers désirent se mesurer à leurs homologues « bourgeois ». En mars 1911, le Conseil fédéral annonce l’exclusion de tout membre qui participerait à une compétition proposée par une organisation concurrente quand une activité de la FSAS a lieu au même moment. Cependant, l’idée de pénaliser ce geste d’infidélité provoque des protestations de la base. Un an plus tard, le Conseil se voit obligé d’introduire des dérogations pour satisfaire la demande de « vrais » défis sportifs103. La performance semble exercer une telle fascination sur les sportifs issus de la classe ouvrière que la colonne de L’Humanité réservée à la FSAS présente la victoire du Club sportif de la Jeunesse socialiste du XIIe sur plusieurs clubs « bourgeois », lors d’une compétition d’athlétisme, comme preuve indéniable de l’attractivité du sport travailliste104. Dans le domaine du cyclisme, la FSAS se voit poussée à offrir des prix en espèces aux vainqueurs de courses afin de réduire la probabilité de départs de ses coureurs talentueux vers le camp adverse. Jean Boulay, membre du Conseil de la FSAS, déplore que des principes du sport professionnel aient été introduits « […] pour contenter certains camarades qui le croyaient utile pour la propagande et pour ne pas rester trop en dessous de la surenchère bourgeoise », avant de conclure qu’« […] il nous faut arrêter sur cette pente que je qualifierai de dangereuse105 ».

  • 106 L’Humanité, 28 mai 1910, 9 juillet 1911, 14 et 25 mai 1913, 6 et 25 mai 1914.
  • 107 La place du politique reste un objet de controverses jusqu’à l’éclatement de la Première Guerre mon (...)
  • 108 Léziart, Sport et dynamiques sociales, op. cit., p. 185.
  • 109 Le 4e congrès de la FSAS à Romilly (8 octobre 1911) préconise l’adhésion au Parti socialiste comme (...)

32Reste l’engagement politique comme source potentielle d’une identité spécifique au mouvement sportif ouvrier. En effet, les dirigeants de la FSAS insistent constamment sur la liaison concrète entre l’appartenance à l’organisation sportive et l’activité de militant socialiste. Ainsi, les compétitions sont reportées dès qu’elles se chevauchent avec des manifestations importantes de la SFIO ; comme celle par exemple contre le rallongement du service militaire de deux à trois ans, en mai 1913, où des cyclistes ouvriers sont par ailleurs réquisitionnés pour faire circuler les informations et les mots d’ordre106. Cependant, la juxtaposition du sport et du politique, si elle est considérée comme évidente par les dirigeants, ne fait pas l’unanimité parmi les membres107 – ni du reste parmi tous les militants de la SFIO, dont certains ne voient pas d’inconvénient à pratiquer le sport dans les structures « bourgeoises ». Le projet d’imposer des conférences politiques comme composante obligatoire des programmes d’activité des associations sportives ouvrières ne connaît pas plus de succès108 que les tentatives d’inciter tous les membres à se procurer la carte du Parti109.

  • 110 En vertu de la loi de 1908 sur les associations, les clubs de l’ATSB risquent l’interdiction de leu (...)
  • 111 Heinz Timmermann, Geschichte und Struktur der Arbeitersportbewegung, Ahrensburg, Czwalina, 1973, p. (...)
  • 112 . Diethelm Blecking, Polen - Türken – Sozialisten. Sport und soziale Bewegungen in Deutschland, Mün (...)
  • 113 Cf. ATZ, 15 février 1914 et 14 juillet 1920.

33L’Arbeiter-Turnerbund, après avoir affiché des ambitions révolutionnaires, s’achemine vers un haut degré de passivité politique. Imposée dans un premier temps par les lois répressives, que la police applique souvent de manière arbitraire110, cette attitude se confond dans un deuxième temps avec les dispositions des dirigeants et des adhérents soucieux de préserver les acquis matériels et la force quantitative de l’organisation111. En 1901 encore, après d’âpres discussions, les partisans d’une coopération étroite avec le SPD avaient pris l’ascendant sur les défenseurs d’une gymnastique ouvrière apolitique. À partir de 1906 cependant, dans le double contexte d’une répression politique amplifiée et de l’influence croissante des courants réformistes au sein du Parti social-démocrate, l’ATB préfère se concentrer sur les activités physiques112. Elle finit même par exprimer une certaine identification à la nation allemande : à l’occasion des Jeux olympiques de Stockholm en 1912, l’Arbeiter-Turn-Zeitung prend clairement parti pour les athlètes du pays – alors que la rubrique de la FSAS dans L’Humanité choisit d’ignorer cet événement considéré comme vitrine des nationalismes. L’année suivante, l’ATB refuse d’apporter son concours à l’établissement d’une organisation internationale du sport travailliste. Ses dirigeants considèrent l’initiative comme prématurée au regard du faible développement du sport travailliste en Europe occidentale113, et n’envisagent pas de contribuer à un éventuel changement de cet état de fait.

  • 114 Sur le processus de constitution de l’ASIEP voir Gounot, « Sport réformiste ou sport révolutionnair (...)
  • 115 Elle a dû être annulée en raison de l’éclatement de la Première Guerre mondiale.
  • 116 ATZ, 1er mars 1914.
  • 117 ATZ, 7 juin 1914.
  • 118 Oswald, « Ideologie und Praxis der Fußballsparte… », op. cit., p. 75.

34Au grand regret de ses fondateurs, l’Association socialiste internationale d’Éducation physique (ASIEP) doit donc dans un premier temps composer sans la présence attendue de la plus puissante organisation sportive ouvrière du monde114. Lorsque se prépare, pour le mois d’août 1914 à Herstal (Belgique), la première fête gymnique et sportive ouvrière internationale115, les dirigeants de l’ATB se montrent d’abord rétifs à l’idée d’une participation allemande, arguant que la remise de trophées aux vainqueurs, prévue lors de cet événement, s’oppose aux règlements de leur fédération116. Ils modifient plus tard leur point de vue et promeuvent la fête internationale comme une occasion de « faire la démonstration à l’étranger de l’esprit allemand de fraternité gymnique »117. Il est vrai que certains lieux communs nationalistes si typiques des discours de la Deutsche Turnerschaft survivent dans les esprits des gymnastes ouvriers, qui n’hésitent pas en outre à assaisonner leurs diatribes contre les camarades footballeurs de renvois au caractère « non germanique » du sport favorisé par ces derniers118.

Carte postale de propagande pour l’Arbeiter-Turnerbund, vers 1910 (Archiv der sozialen Demokratie der Friedrich-Ebert-Stiftung, Bonn). Un gymnaste ouvrier tient dans la main gauche un drapeau rouge avec une écharpe portant le slogan de l’ATB « Frisch, frei, stark und treu » (Frais, libre, fort et fidèle), dérivé de celui de la Deutsche Turnerschaft : « Frisch, fromm, fröhlich, frei » (Frais, pieux, joyeux, libre). De la main droite, l’ouvrier pose une couronne de fleurs de chêne sur la tête du « Turnvater » Friedrich Ludwig Jahn, présenté ainsi comme l’idole de tous les gymnastes allemands, quelle que soit leur appartenance sociale.

  • 119 ATZ, 29 mars 1914. Peu avant cette date, la direction avait encore précisé que ce n’était « que par (...)
  • 120 Marcel van der Linden, Workers of the World : Essays toward a Global Labor History, Leiden / Boston (...)
  • 121 Teichler, « Arbeitersport als soziales und politisches Phänomen… », op. cit., p. 467.

35Entre-temps, l’Arbeiter-Turnerbund s’est jointe nolens volens à l’organisation internationale, suite à une réunion des délégués des sections régionales où Carl Harnisch, président de l’Union, a déclaré : « Dans les différents pays, le désir de nouer des relations internationales se fait de plus en plus sentir, et nous ne pouvons pas nous y refuser119. » Que l’acte d’adhésion soit assimilé en quelque sorte à un sacrifice ne témoigne guère de dispositions s’apparentant à un « internationalisme prolétarien par le bas », celui-ci s’exprimant selon Marcel van der Linden dans des « actions collectives d’ouvriers d’un pays qui mettent de côté, au bénéfice d’un groupe d’ouvriers d’un autre pays, leurs intérêts immédiats en tant que groupe national pour mieux poursuivre des intérêts de plus long terme en tant que membres d’une classe transnationale120 ». Assez éloignées d’idéalisme politique, les activités et les attitudes de l’ATB sont portées à la veille de la Première Guerre mondiale par le désir de s’intégrer à la société allemande121.

  • 122 D’après l’article d’Adelheit von Saldern, « Wilhelminische Gesellschaft und Arbeiterklasse. Emanzip (...)

36Pour les mouvements sportifs ouvriers allemand et français, même si les discours officiels se distinguent, les cultures associatives se rapprochent au vu du poids relativement faible du politique. La grande majorité des sportifs ouvriers entretiennent certainement des rapports d’affinité avec leur parti ouvrier, mais ne tiennent pas à attribuer un sens politique à leurs activités de loisir. Se joignant à une organisation prolétarienne, ils contribuent toutefois à affirmer la présence de la classe ouvrière dans le champ culturel, et participent ainsi à son processus d’émancipation122.

3. L’éphémère Internationale

  • 123 L’Humanité, 30 septembre 1912 ; Compte Rendu du Ier Congrès International des Groupes Socialistes d (...)
  • 124 500 gymnastes ouvriers français ont été inscrits. Le Peuple (Bruxelles), 28 août 1912.
  • 125 Ibid. ; F. Vandersmissen, Le sport ouvrier, Bruxelles, L’Églantine, 1929.

37De premières initiatives en vue d’une structure internationale du sport travailliste sont prises presque simultanément, pendant la deuxième moitié de l’année 1912, par les directions de la Fédération sportive et athlétique socialiste et de l’organisation belge, la Fédération des Cercles socialistes de Gymnastique et d’Enfants du Peuple. Celles-ci reposent sur le double motif de donner une impulsion positive à des organisations nationales encore minuscules, et de promouvoir l’internationalisme prolétarien face au chauvinisme qui enveloppe de plus en plus les rencontres sportives internationales ; les Jeux olympiques de Stockholm viennent d’en livrer des signes ostentatoires. En août 1912, Bertrand Laine, secrétaire de propagande de la FSAS, demande au Bureau de l’Internationale socialiste de l’aider à cerner l’opportunité qu’il y aurait à créer une Internationale sportive123. Pendant ce temps, l’organisation belge prépare pour sa prochaine fête fédérale à Gand une rencontre visant à donner une forme plus officielle aux relations déjà établies avec la section rhénane de l’Arbeiter-Turnerbund et avec des associations gymniques ouvrières créées en France dans les zones limitrophes de la Belgique. Celles-ci, détachées du cadre organisationnel de la FSAS, ont montré une forte présence à la fête fédérale célébrée dans la ville d’Ath à la fin de l’été 1912124. Après avoir reçu l’invitation à Gand, Laine intervient afin que les organisations anglaise et autrichienne, qui ont répondu de manière positive à sa requête transmise par l’Internationale socialiste, soient associées à l’entreprise125.

  • 126 ATZ, 15 février 1914 ; L’Humanité, 1er juin 1914.
  • 127 Compte Rendu du Ier Congrès International des Groupes Socialistes d’Éducation physique, tenu à Gand (...)
  • 128 Compte Rendu du Ier Congrès International des Groupes Socialistes d’Éducation physique, tenu à Gand (...)

38Le 10 mai 1913 se tient à Gand le « 1er Congrès international des groupes socialistes d’éducation physique », avec la participation de délégués de la France, de la Belgique et de l’Angleterre. Le trésorier de la section rhénane de l’Arbeiter-Turnerbund est également sur les lieux, mais il ne dispose d’aucun mandat comme le précisera peu après la direction fédérale. Les congressistes donnent naissance à l’Association socialiste internationale d’Éducation physique126, et mettent en place un Bureau international avec siège à Bruxelles, dirigé par Gaston Bridoux (président de la fédération belge) et le socialiste lillois Charles Saint-Venant. La fédération autrichienne des gymnastes ouvriers, même si elle a dû renoncer pour des raisons financières à envoyer un délégué, fait partie dès le départ de l’ASIEP127. Cette nouvelle organisation se positionne explicitement dans l’orbite de l’Internationale socialiste128. Aussi, les intentions formulées à Gand correspondent-elles dans les grandes lignes aux visions réformistes de Karl Kautsky en faveur desquelles la Deuxième Internationale s’était prononcée lors de son congrès à Paris en 1900 :

  • 129 Cité par Annie Kriegel, « La IIe Internationale », in Jacques Droz (dir.), Histoire générale du soc (...)

Dans un État démocratique moderne, la conquête du pouvoir par le prolétariat ne peut être le résultat d’un coup de main, mais bien d’un long et pénible travail d’organisation prolétarienne sur le terrain économique et politique, de la régénération physique et morale de la classe ouvrière et de la conquête graduelle des municipalités et des assemblées législatives129.

  • 130 L’Humanité, 3 et 26 juin, 3, 4 et 14 juillet 1913.
  • 131 L’Humanité, 24 novembre 1913.
  • 132 Association Internationale Socialiste d’Éducation Physique, Rapport du 2e Congrès international, te (...)
  • 133 L’Humanité, 1er juin 1914.
  • 134 L’Humanité, 3 juin 1913 et 13 janvier 1914.

39Comme convenu à Gand, les fédérations fondatrices de l’ASIEP vont élargir l’éventail de leurs activités sportives. Ainsi, Laine et le secrétaire de la FSAS Henri Kleynhofflancent une campagne en faveur de la gymnastique130 qui va jusqu’à se traduire par un changement d’appellation de leur organisation : en novembre 1913, celle-ci devient la Fédération socialiste des Sports et de Gymnastique (FSSG)131. Les deux dirigeants parviennent aussi à regrouper toutes les structures du sport travailliste dans une seule organisation nationale132, les sociétés de gymnastique socialistes fondées dans le Nord et dans le Midi se joignant à la FSSG lors du congrès fédéral au Pré-St-Gervais le 31 mai 1914133. En Belgique et en Grande-Bretagne, des équipes de football sont formées pour répondre au vœu de la fédération française d’organiser des matchs internationaux134.

  • 135 Uellenberg-van Dawen, « Antimilitarismus in der internationalen sozialistischen Arbeiterjugendbeweg (...)

40L’ASIEP exerce ainsi très rapidement une influence réelle sur le développement du sport travailliste dans différents pays, et cela d’autant plus aisément que le congrès de Gand, après un court débat sur la question, n’a retenu aucun principe limitatif des activités physiques en fonction d’une hypothétique pédagogie sportive socialiste. En effet, le caractère même de la compétition sportive, supposant le respect commun de règles hautement standardisées sous la surveillance d’instances de référence, impose des relations formelles entre l’organisation internationale et les structures nationales. De ce fait, les données de départ pour le sport travailliste sont bien différentes de celles du mouvement des Jeunesses socialistes, dont la constitution répond au souhait exprimé en 1900 par la Deuxième Internationale de mettre en place des organisations anti-militaristes spécialement destinées aux jeunes. Jusqu’à la Première Guerre mondiale, l’Internationale socialiste de la Jeunesse reste un rassemblement peu contraignant d’organisations nationales sans interdépendance135.

  • 136 Association Socialiste Internationale d’Éducation Physique, Rapport du 2e Congrès international, te (...)
  • 137 Julius Braunthal, Geschichte der Internationale, vol. 2, Berlin-Bonn, Dietz, 1974, p. 343.
  • 138 Cf. Karl-Heinz Klaer, Der Zusammenbruch der Zweiten Internationale, Francfort / New York, Campus, 1 (...)
  • 139 Association Socialiste Internationale d’Éducation Physique, Rapport du 2e Congrès international, te (...)

41En vue du deuxième congrès de l’ASIEP, programmé pour septembre 1914 à Francfort, les fédérations belge et anglaise soumettent des propositions de statuts postulant comme l’un des devoirs principaux de l’organisation de créer des liens amicaux entre les athlètes ouvriers des différents pays136. Manifestement, cette vocation n’est pas considérée comme « self evident ». On peut la situer dans la lignée d’une résolution sur les mesures à prendre contre le militarisme, adoptée au 7e congrès de la Seconde Internationale à Stuttgart en 1907 et appelant les sections nationales à éduquer la jeunesse dans l’esprit du socialisme et de la fraternité des peuples137. Au moment où la Première Guerre mondiale éclate, la grande majorité des partis ouvriers des pays belligérants – parmi eux tous les partis auxquels sont liées les sections de l’ASIEP – apportent malgré tout leurs concours aux mobilisations nationales. Ils font ainsi un choix contraire aux contenus d’une autre résolution du congrès de Stuttgart, qui préconisait l’action contre la guerre, dans tous les pays et par tous les moyens à disposition des partis socialistes. Les positions prises par les courants majoritaires de ces partis, qui reprennent la fiction d’une guerre défensive menée par leurs nations respectives, signent l’effondrement de la Deuxième Internationale138. Elles entraînent aussi des conflits de plus en plus virulents au sein des partis socialistes suite à la formation d’oppositions résolument pacifistes. Quant au Bureau de l’ASIEP, il cesse ses activités à la fin du mois d’août 1914139, après l’invasion du territoire neutre de la Belgique par les troupes allemandes.

  • 140 Lothar Skorning, Der Kampf der revolutionären Arbeitersportler für die Durchsetzung der proletarisc (...)
  • 141 Filter, « Fußballsport in der Arbeiter-Turn und Sportbewegung », op. cit., p. 56 ; Lars Geiges, Fuß (...)
  • 142 Peter Tauber, Vom Schützengraben auf den grünen Rasen. Der erste Weltkrieg und die Entwicklung des (...)
  • 143 L’Humanité, 5 novembre 1919.
  • 144 Tauber, Vom Schützengraben auf den grünen Rasen, op. cit., p. 64.
  • 145 Dietschy, Histoire du football, op. cit., p. 149 ; idem, « 1918-1920, des tranchées aux stades. Que (...)

42Le sport travailliste ne se démarque pas du virement nationaliste des partis socialistes, même si des voix de protestation isolées se lèvent au sein de l’Arbeiter-Turnerbund dès les premiers moments du cataclysme européen. Par l’intermédiaire d’un tract, Franz Gentz, président du district Berlin-Brandebourg, et Bruno Lieske, président du Cartel sportif et culturel ouvrier de Berlin, expriment des critiques acerbes à l’égard de la politique de Burgfrieden (l’Union sacrée de version allemande) épousée par le SPD140. Les listes des sportifs ouvriers « tombés pour la patrie » (allemande) que publie l’ATZ deviennent plus longues à mesure que la guerre se prolonge. À la saison 1913-1914, 1 009 équipes de football de l’ATB avaient disputé des matchs ; quatre ans plus tard, il n’en reste qu’un cinquième, la majorité des équipes ayant dû se retirer en raison de la mobilisation, du décès ou de mutilations d’un trop grand nombre de co-équipiers141. Les effectifs de l’Union ont chuté pendant ce temps de 190 000 à environ 30 000142. Quant à la FSSG, dirigée entre 1914 et 1918 par une commission provisoire, elle parvient avec difficulté à maintenir ses activités sportives143. La querelle ancienne entre gymnastes et partisans du sport moderne peut paraître dérisoire par rapport aux réalités du front, pour lequel partent environ 600 000 Turner allemands et un demi-million de sportifs britanniques144. Entre les batailles, un grand nombre de soldats, notamment ceux qui sont issus du monde rural, frappent pour la première fois un ballon de football. Le mélange des classes sociales et des provenances géographiques dans le cadre de la mobilisation générale jette les bases d’une culture de masse transnationale dont le football sera l’une des expressions majeures145.

Notes

1 Plus précisément au serment prêté en 1291 ou en 1307 par 33 conjurés – réunis sur le « Grütli », un ensemble de prairies au bord du lac des Quatre-Cantons – de libérer leurs trois vallées des baillis habsbourgeois. Cf. les notices de Felix Müller et de Hans Stadler, « Grutli (société des) » et « Grütli », Dictionnaire historique de la Suisse, vol. 6, Bâle / Hauterive, Schwabe AG / Éditions Gilles Attinger, 2007, p. 34-36.

2 Robert Bolz, 70 Jahre Schweizerische Arbeiter- Turn- und Sportbewegung, Zurich, 1944, cité par Christian Koller, « “Der Sport als Selbstzweck ist eines der traurigsten Kapitel der bürgerlichen Sportgeschichte” – Wandel und Konstanten im Selbstverständnis des schweizerischen Arbeitersports (1922-1940) », in Hans-Jörg Gilome / Béatrice Schumacher / Laurent Tissot (dir.), Freizeit und Vergnügen vom 14. bis zum 20. Jahrhundert – Temps libre et loisirs du 14e au 20e siècle, Zurich, Chronos, 2005, p. 287. Voir aussi Markus Giuliani, « Starke Jugend – freies Volk ». Bundestaatliche Körpererziehung und gesellschaftliche Funktion von Sport in der Schweiz (1918-1947), Berne, Peter Lang, 2001, p. 113-127, et Dominique Falkhauser, Die Arbeitersportbewegung in der Schweiz, Munster, LIT, 2010, p. 44-84.

3 Sous le nom de Sozialdemokratische Arbeiterpartei Deutschlands. Le changement de nom intervient en 1890.

4 Arbeiter-Turn-Zeitung, no 1, 15 juillet 1893.

5 Rüdiger Rabenstein, Radsport und Gesellschaft. Ihre sozialgeschichtlichen Zusammenhänge in der Zeit von 1867 bis 1914, Hildesheim / Munich / Zurich, Weidmannsche Verlagsbuchgesellschaft, 1991, p. 179-197. Pour plus de détails sur cette organisation, voir l’ouvrage dirigé par Ralf Beduhn et Jens Klocksin, Rad – Kultur – Bewegung. 100 Jahre rund ums Rad : Rad-und Kraftfahrerbund Solidarität. Illustrierte Geschichte 1896-1996, Essen, Klartext, 1995.

6 La Verband für Volksgesundheit (Fédération pour l’hygiène populaire), fondée en 1908. Voir sur son histoire Franz Walter / Cornelia Regin, « Der Verband der Vereine für Volksgesundheit », in Franz Walter / Viola Denecke / Cornelia Regin, Sozialistische Gesundheits- und Lebensreformverbände, Bonn, Dietz Nachf., 1991, p. 17-96.

7 Hans Joachim Teichler / Gerhard Hauk (dir.), Illustrierte Geschichte des Arbeitersports, Berlin / Bonn, Dietz, 1987, p. 247-254.

8 Alfred Wahl, Les forces politiques en Allemagne, xixe et xxe siècle, Paris, Armand Colin, 1999, p. 146-148.

9 Les clubs sportifs ouvriers alsaciens et mosellans font partie, dès leur apparition au début du 20e siècle et jusqu’en 1918, du 10e district de l’Arbeiter-Turnerbund avec leurs confrères du Pays de Bade et du Palatinat.

10 Selon les estimations d’Ueberhorst, un membre sur deux aurait été issu de la classe ouvrière. Cf. Horst Ueberhorst, « Bildungsgedanke und Solidaritätsbewusstsein in der deutschen Arbeitersportbewegung zur Zeit der Weimarer Republik », Archiv für Sozialgeschichte, vol. 14, 1974, p. 280.

11 . Reinhard Krammer, « Die Arbeitersportbewegung in Österreich », in Arnd Krüger / James Riordan (dir.), Der internationale Arbeitersport. Der Schlüssel zum Arbeitersport in 10 Ländern, Köln, Pahl-Rugenstein, 1985, p. 85-102.

12 Jochen Zimmer, « Der Touristenverein “Die Naturfreunde” », in Teichler / Hauk (dir.), Illustrierte Geschichte des Arbeitersports, op. cit., p. 182 ; Viola Denecke, « Der Touristenverein “Die Naturfreunde” », in Walter / Denecke / Regin, Sozialistische Gesundheits- und Lebensreformverbände, op. cit., p. 241-246. Le lecteur retrouvera dans la bibliographie sélective les références complètes de tous les ouvrages scientifiques cités au moins deux fois.

13 Karl Renner, An der Wende zweier Zeiten. Lebenserinnerungen, Vienne, Vorwärts Danubia, 1946, p. 284.

14 Mobilisant essentiellement des membres de la bourgeoisie et de la petite bourgeoisie, le naturisme rencontra son plus grand écho en Allemagne wilhelminienne, dans le contexte d’une industrialisation particulièrement rapide, qui fut vécue par nombre de contemporains comme oppressante et aliénante. Facteur des plus importants de la Lebensreformbewegung, il établit des liens étroits à la fois avec les mouvements de culture physique et avec le végétarisme, pendant que le nudisme intégral s’imposa comme un de ses modes majeurs d’expression. En 1913, l’Allemagne compta 380 aires de baignade réservées aux nudistes. Une fédération nudiste ouvrière se constituera en 1924 à l’initiative du professeur de lycée Adolf Koch. Voir Michael Grisko (dir.), Freikörperkultur und Lebenswelt. Studien zur Vor-und Frühgeschichte der Freikörperkultur in Deutschland, Kassel, Kassel University Press, 1999 ; Arnaud Baubérot, Histoire du naturisme. Le mythe du retour à la nature, Rennes, PUR, 2004 ; Sylvain Villaret, Naturisme et éducation corporelle : des projets réformistes aux prises en compte politiques et éducatives (xixe -milieu xxe siècles), Paris, L’Harmattan, 2005.

15 Verhandlungen des Parteitages der deutschen Sozialdemokratie Österreichs 1898, Vienne 1898, cité par Krammer, « Die Arbeitersportbewegung in Österreich », op. cit., p. 87.

16 Reinhard Krammer, Arbeitersport in Österreich. Ein Beitrag zur Geschichte der Arbeiterkultur in Österreich bis 1938, Vienne, Europaverlag, 1981, p. 33.

17 Cf. Dělnická tělocvičná jednota, La Fédération des Sociétés Ouvrières de Gymnastique tchécoslovaques. Son développement et son importance, Prague, 1937.

18 Place qu’il conquiert aux élections parlementaires de 1907, où il obtient 38 % des voix tchèques. Voir Jiři Kořalka (en coll. avec Berthold Unfried), « The Czech Workers’ Movement in the Habsburg Empire », in Marcel van der Linden / Jürgen Rojahn (dir.), The Formation of Labour Movements 1870-1914. An international Perspective, vol. 1, Leiden, E.J. Brills, 1990, p. 339-340.

19 Sergije Bjeloborodov, « Der Arbeitersport in Jugoslawien unter den Bedingungen der Arbeiterselbstverwaltung », in Krüger / Riordan (dir.), Der internationale Arbeitersport, op. cit., p. 103-109.

20 Aduino Agnelli, « Socialismo triestino, Austria e Italia », in Leo Valiani (dir.), Il movimento operaio e socialista in Italia e in Germania dal 1870 al 1920 (Atti della settimana di studio, 6-11 settembre 1976), Bologne, il Mulino, 1978, p. 221-280.

21 Stefano Pivato, « Le socialisme anti-sportif : le cas italien », in Pierre Arnaud (dir.), Les origines du sport ouvrier en Europe, Paris, L’Harmattan, 1994, p. 125.

22 L’avanguardia, 25 octobre 1908, cité par Pivato, « Le socialisme anti-sportif », op. cit., p. 131.

23 Filippo Turati, Discorsi parlamentari di Filippo Turati pubblicati per deliberazione della Camera dei Deputati, Rome, Tipografia della Camera dei Deputati, 1950, vol. 2 (1908-1916), p. 856, cité par Fabien Archambault, Le contrôle du ballon : les catholiques, les communistes et le football en Italie, de 1943 au tournant des années 1980, Rome, École française de Rome, 2012, p. 100.

24 Voir aussi sur ce sujet Felice Fabrizio, Storia dello sport in Italia : dalle società ginnastiche all’associazionismo di massa, Rimini / Florence, Guaraldi, 1977, p. 56-64 ; Roberto Ronchini / Giorgio Triani, Le basi storico-sociali dello sport in Italia, in Maurizi Bergomi et alii, Le strutture e le classi nell’Italia unita, Milan, Nicolas Tetui & Co, 1987, p. 429-430 ; Lauro Rossi, « Giovinetti pallidi della rivoluzione. L’“antisportismo” dei socialisti », Lancillotto e Nausica. Critica e storia dello sport, vol. 3, décembre 1986, p. 50-59.

25 L’implantation électorale forte du Parti socialiste dans le monde rural distingue à cette époque le socialisme italien des autres socialismes européens. Cf. Maurizio Ridolfi, « Modernité politique et participation électorale : Le socialisme entre le xixe et le xxe siècle (France, Italie, Espagne) », in Jean Vigreux / Serge Wolikow, Rouge et rose : deux siècles de socialismes européens, Dijon, EUD, 2007, p. 81.

26 Après avoir obtenu 17,7 % des suffrages aux élections parlementaires de 1913, il remporte l’année suivante les élections municipales à Milan et à Bologne. À ce moment précis, ses chiffres d’adhérents, en nette baisse entre 1909 et 1911, s’approchent à nouveau de la marque de 50 000. Les fluctuations sont étroitement liées aux luttes quasi interminables entre les ailes réformiste et révolutionnaire et aux victoires provisoires de l’une sur l’autre. Cf. James Edward Miller, From elite to mass politics : Italian socialism in the Giolittian era, 1900-1914, Kent (Ohio), Kent State University Press, 1990, p. 120-165.

27 Avec 8 000 membres en 1914. Cf. Giovanni Gozzini, Alle origini del comunismo italiano. Storia della Federazione giovanile socialista (1907-1921), Bari, Dedalo Libri, 1979, p. 45.

28 pivato, « Le socialisme anti-sportif », op. cit.

29 Cf. Alessandro PASTORE, Alpinismo e storia d’Italia. Dall Unità alla Resistenza, Bologne, il Mulino, 2003, p. 121-123 ; Stefano Morosini, Sulle Vette della Patria. Politica, guerra e nazione nel Club Alpino Italiano (1863-1922), Milano, FrancoAngeli, 2009, p. 115-116.

30 Wolfgang Uellenberg-van Dawen, « Antimilitarismus in der internationalen sozialistischen Arbeiterjugendbewegung 1907 bis 1939 », in Alexander J. Schwitanski (dir.), “Nie wieder Krieg !” Antimilitarismus und Frieden in der Geschichte der Sozialistischen Jugend, Essen, Klartext, 2012, p. 17.

31 Franz Walter, « Der deutsche Arbeiter-Abstinentenbund (DAAB) », in Walter / Denecke / Regin, Sozialistische Gesundheits-und Lebensreformverbände, op. cit., p. 98.

32 Seppo Hentilä, « Die finnische Arbeitersportbewegung und ihre Beziehungen zu Deutschland bis 1933 », in Andreas Luh / Edgar Beckers (dir.), Umbruch und Kontinuität im Sport – Reflexionen im Umfeld der Sportgeschichte. Festschrift für Horst Ueberhorst, Bochum, Universitätsverlag Brockmeyer, 1991, p. 366-374.

33 En 1910, seulement 12 % de la population active travaillent dans des manufactures. 85 % des Finlandais vivent en milieu rural. Cf. David Kirry, « Finlande », in Marcel van der Linden / Jürgen Rojahn (dir.), The Formation of Labour Movements 1870-1914. An international Perspective, vol. 2, Leiden, E.J. Brills, 1990, p. 527.

34 Sous le nom de Parti ouvrier finlandais. Celui-ci prend le nom de Parti social-démocrate finlandais en 1903.

35 Maurice Carrez, « La politisation des campagnes finlandaises. L’exemple des Maisons du Peuple 1893-1917 », Histoire & sociétés rurales no 25, juin 2006, p. 37-67.

36 Estimation prudente, reposant sur les indications contradictoires de Seppo Hentilä, « Die finnische Arbeitersportbewegung und ihre Beziehungen zu Deutschland bis 1933 », in Andreas Luh / Edgar Beckers (dir.), Umbruch und Kontinuität im Sport – Reflexionen im Umfeld der Sportgeschichte. Festschrift für Horst Ueberhorst, Bochum, Universitätsverlag Brockmeyer, 1991, p. 369 et de Leena Laine, « TUL : The Finnish Worker Sport Movement », in Krüger / Riordan (dir.), The Story of Worker Sport, op. cit., p. 67-80. Voir aussi Osmo Jussila, Seppo Hentilä et Jukka Nevakivi, Politische Geschichte Finnlands seit 1809, Berlin, Bwv, 1999, p. 72-74.

37 Maurice Carrez, « Des muscles et de la moelle : le sport ouvrier en Finlande avant 1930 », Recherche socialiste. Revue trimestrielle thématique d’actualité politique et d’histoire sociale, no hors-série 70-71, janvier-juin 2015, p. 85-102.

38 Laine, « TUL : The Finnish Worker Sport Movement », op. cit., p. 70 ; Carrez, « Des muscles et de la moelle », op. cit.

39 Les cyclistes socialistes, Imprimerie & lithographie A. -J. Berghman, Bruxelles, 1894.

40 Arnd Krüger (dir.), Leibesübungen in Europa I. Die Europäische Gemeinschaft, London, Arena Publications, p. 23.

41 Cf. Compte rendu du Ier Congrès international des Groupes socialistes d’Éducation physique, tenu à Gand le 10 mai 1913, p. 20-23.

42 Le chiffre d’adhérents de la SFIO passe de 44 000 en 1906 à 90 000 en 1914, année où elle obtient 1,5 million de voix (soit 17 %) aux élections législatives.

43 Peu avant l’éclatement de la Première Guerre mondiale, plus d’un demi-million d’habitants est encadré par les associations gymniques et sportives en France. Cf. Pierre Arnaud, « Diviser et unir : sociétés sportives et nationalismes en France (1870-1914) », Sport-Histoire, no 4, 1989, p. 39 ; idem, « Le sport des ouvriers avant le sport ouvrier », in Arnaud, Les origines du sport ouvrier en Europe, op. cit., p. 83.

44 Sur le mouvement sportif ouvrier britannique voir Steven Jones, Sport, Politics and the Working-Class, New York, St. Martins Press, 1989.

45 Gérard Noiriel, « La formation du monde ouvrier », in Jacques Marseille (dir.), L’industrialisation de l’Europe occidentale, 1880-1970, Paris, ADHE, 1998, p. 347-360.

46 Yves Cohen, Les jeunes, le socialisme et la guerre, Paris, L’Harmattan, 1989, p. 160.

47 Les groupements des Jeunesses socialistes, organisés à partir de 1912 sous le chapeau de la Fédération nationale des Jeunesses socialistes, s’efforcent en revanche de mettre en place des associations sportives ouvrières, et y parviennent parfois. Voir à ce sujet Nicolas Kssis, « Le sport socialiste en France avant 1914 », in André Gounot (dir.), Le sport en France de 1870 à 1940. Intentions et interventions, STADION. International Journal of the History of Sport, vol. 27, Sankt Augustin, Academia, 2001, p. 71-84.

48 Cf. Hans Joachim Teichler, « Arbeitersport als soziales und politisches Phänomen im wilhelminischen Klassenstaat », in Horst Ueberhorst (dir.), Geschichte der Leibesübungen, vol. 3-1, Berlin / Munich / Francfort, Bartels & Wernitz, 1980, p. 461-463.

49 Voir les statistiques dans Herbert Dierker, Arbeitersport im Spannungsfeld der Zwanziger Jahre : Sportpolitik und Alltagserfahrungen auf internationaler, deutscher und Berliner Ebene, Essen, Klartext, 1990, p. 261.

50 William J. Baker, « The Making of a Working Class Football Culture in Victorian England », Journal of Social History, vol. 13, 1979, p. 441-451. Voir aussi Richard Holt, Sport and the British. A Modern History, Oxford, Clarendon Press, 1989, p. 136-159.

51 L’équipe du Blackburn Olympics est en fait essentiellement, mais pas exclusivement, composée d’ouvriers. Y figurent quatre ouvriers de l’industrie textile, trois métallos, un maître plombier, un tavernier, un employé et un dentiste. Cf. Fabian Brändle, Christian Koller, Goal ! Kultur-und Sozialgeschichte des modernen Fußballs, Zurich, Orell Füssli Verlag, 2002, p. 73 ; Tony Mason, « Großbritannien », in Christiane Eisenberg (dir.), Fußball, soccer, calcio. Ein englischer Sport auf seinem Weg um die Welt, Munich, DTV, p. 27-28.

52 Eric J. Hobsbawm, Worlds of Labour : further Studies in the History of Labour, London, Weidenfeld & Nicolson, 1984, p. 185.

53 Jeffrey Hill, « Le sport et la classe ouvrière en Grande-Bretagne », in Arnaud, Les origines du sport ouvrier en Europe, op. cit., p. 87.

54 Selon le titre français souvent cité du célèbre livre de Richard Hoggart, The Uses of Literacy : Aspects of Working Class Life, London, Chatto and Windus, 1957 ; traduction française : La culture du pauvre. Étude sur le style de vie des classes populaires en Angleterre, Paris, Éditions de Minuit, 1970.

55 Dans une étude comparative, Dick Geary a montré que ce trait distingue de manière fondamentale la classe ouvrière britannique de la classe ouvrière allemande. Cf. Dick Geary, « Arbeiterkultur in Deutschland und in Großbritannien im Vergleich », in Dietmar Petzina (dir.), Fahnen, Fäuste, Körper. Symbolik und Kultur der Arbeiterbewegung, Essen, Klartext, 1986, p. 91-99. Pour une comparaison entre les deux partis ouvriers voir Stefan Berger, Ungleiche Schwestern ? Die britische Labour Party und die deutsche Sozialdemokratie im Vergleich, 1900 – 1931, Bonn, Dietz, 1997.

56 En 1914, on compte près de 3,5 millions de vélos en France, chiffre correspondant à près de 10 % de la population.

57 Sur la place du vélo dans la société française voir Eugen Weber, Fin de siècle. La France à la fin du xixe siècle, Paris, Fayard, 1986, p. 243-260 (chapitre « La petite reine »). Pour l’Allemagne : Rüdiger Rabenstein, Radsport und Gesellschaft, op. cit.

58 Allen Guttmann, From Ritual to Record. The Nature of Modern Sports, New York, Columbia University Press, 1978.

59 John Marshall Carter / Arnd Krüger (dir.), Ritual and Record. Sports Records and Quantification in Pre-Modern-Societies, New York / Westport (Connecticut) / London, Greenwood Press, 1990, p. 2.

60 Paul Dietschy, Histoire du football, op. cit., p. 55.

61 Voir Yves Lequin, Les ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914), Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1977, tome 1.

62 À l’image des degrés de politisation et de radicalisation des ouvriers, fortement corrélés à l’État et à ses interventions. Cf. Dick Geary, « Labour in Western Europe from c. 1800 », in Jan Lucassen (dir.), Global Labour History : A State of the Art, Berne, Peter Lang, 2008, p. 249.

63 Michel Winock, Le socialisme en France et en Europe, op. cit., p. 108-115.

64 Stefan Berger, Social Democracy and the Working-Class in Nineteenth and Twentieth-Century Germany, Harlow, Longman, 2000, p. 72.

65 Rainer M. Lepsius, « Parteiensystem und Sozialstruktur. Zum Problem der Demokratisierung der deutschen Gesellschaft », in Wilhelm Abel (dir.), Wirtschaft, Geschichte und Wirtschafts-geschichte. Festschrift zum 65. Geburtstag von Friedrich Lütge, Stuttgart, Fischer, 1966, p. 371-393.

66 Les Turner étaient impliqués en particulier dans les soulèvements armés au sud-ouest du pays, avec le « Turnerbataillon » de Hanau comme unité emblématique.

67 Michael Krüger, Körperkultur und Nationsbildung. Die Geschichte des Turnens in der Reichsgründungsära - eine Detailstudie über die Deutschen, Schorndorf, Verlag Karl Hofmann, 1996. Sur le militarisme comme élément structurant de la vie politique et sociale sous l’Empire voir Wolfram Wette, Militarismus in Deutschland : Geschichte einer kriegerischen Kultur, Darmstadt, Wiss. Buchgesellschaft, 2008.

68 Cf. Hans Joachim Teichler, « “Nicht länger Reaktionären Gefolgschaft leisten”. Entstehung und Entwicklung des Arbeiter-Turnerbundes bis 1914 », in Teichler / Hauk, Illustrierte Geschichte des Arbeitersports, op. cit., p. 19.

69 Sur les attitudes politiques de la DT voir Hans Georg John, Politik und Turnen. Die Deutsche Turnerschaft als nationale Bewegung im deutschen Kaiserreich von 1871-1914, Ahrensburg, Czwalina, 1976.

70 Cette fausse idée est née de l’affirmation de l’historien du sport allemand Horst Ueberhorst que « l’expérience directe de conflits sociaux » aurait donnée l’impulsion décisive à la fondation de l’Arbeiter-Turnerbund. Cf. Horst Ueberhorst, Frisch, frei, stark und treu. Die Arbeitersportbewegung in Deutschland 1893-1933, Düsseldorf, Droste, 1973, p. 21.

71 Les termes « mouvement gymnique » et « gymnastique » se réfèrent aux deux pays même si pour l’Allemagne, on devrait peut-être employer systématiquement le terme « Turnen », introduit par Friedrich Ludwig Jahn pour souligner le caractère national de son mouvement face à la notion plus universelle de « Gymnastik ». Cependant, l’analyse comparative doit forcément faire appel à des termes généraux désignant les phénomènes considérés comme similaires.

72 Selon Dieter Langewiesche, la nationalisation culturelle représente l’un des grands domaines, avec ceux de l’économie et de la politique, où l’on assiste à l’établissement d’une réalité nationale. Cf. Dieter Langewiesche, « “Nation” und “Nationalstaat”. Zum Funktionswandel politischgesellschaftlicher Leitideen in Deutschland seit dem 19. Jahrhundert », in Friedrich W. Busch (dir.), Perspektiven gesellschaftlicher Entwicklung in beiden deutschen Staaten, Oldenburg, Heinz Holzberg Verlag, 1989, p. 173-182. D’une part, le caractère codifié de la gymnastique permettait d’opposer une culture physique nationale – introduite dans les programmes scolaires – à la diversité des jeux traditionnels. D’autre part, les fêtes gymniques, fortement investies de symboles nationaux et de discours nationalistes, et les expériences physiques collectives ont proposé un mode de nationalisation des pensées particulièrement émotionnel et sensitif.

73 Benedict Anderson, Imagined communities. Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, 2e édition, Londres, Verso, 2006, p. 80-103.

74 Hans-Ulrich Wehler, Deutsche Gesellschaftsgeschichte, vol. 3, Von der “Deutschen Doppelrevolution” bis zum Beginn des Ersten Weltkrieges 1849-1914, Munich, Beck, 2008, p. 954.

75 Lors des élections au Reichstag en 1912, le SPD obtint 35 % des voix.

76 Cf. Richard Holt, Sport and Society in Modern France, London / Basingstoke, The Macmillan Press LTD, 1981, p. 50-55, 182.

77 Cf. Pierre Chambat, « Les muscles de Marianne - Gymnastique et bataillons scolaires dans la France des années 1880 », in Alain Ehrenberg (dir.), Aimez-vous les stades ? Les origines historiques des politiques sportives en France, Revue Recherches, no 43, 1980, p. 139-184 (p. 179 concernant l’interdiction).

78 Comme l’exprime parfaitement le titre d’un article écrit par l’historien allemand Heinz-Gerhard Haupt : « Republikanische Sozialisten und soziale Republikaner. Zur politischen Strategie der französischen Arbeiterbewegung zwischen 1880 und 1914 im internationalen Vergleich », Geschichte und Gesellschaft, 1994, p. 519-532 (« Socialistes républicains et républicains sociaux. Les stratégies politiques du mouvement ouvrier français entre 1880 et 1914 dans une perspective de comparaison internationale »). Voir aussi Michel Winock, Le socialisme en France et en Europe, op. cit., p. 175-188, et Michel Dreyfus, « Le socialisme francais au regard des socialismes européens », in Vigreux Jean / Wolikow Serge (dir.), Rouge et rose : deux siècles de socialismes européens, Dijon, EUD, 2007, p. 147-158.

79 Cf. Hartmut Kaelble, Nachbarn am Rhein : Entfremdung und Annäherung der französischen und deutschen Gesellschaft seit 1880, Munich, Oldenbourg, 1991, p. 140-147.

80 Fabien Groeninger, Sport, religion et nation. La Fédération des patronages de France d’une guerre mondiale à l’autre, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 20.

81 . Sur les objectifs de la FGSPF voir aussi Holt, Sport and Society, op. cit., p. 197 sq. ; Bernard Dubreuil, « La fédération catholique et la République (1898-1914) », in Pierre Arnaud (dir.), Les Athlètes de la République. Gymnastique, sport et idéologie républicaine, Toulouse, Privat, 1987, p. 205-222 ; Laurence Munoz, Une histoire du sport catholique. La fédération sportive et culturelle de France 1898-2000, Paris, L’Harmattan, 2003.

82 Selon Fabien Groeninger (Sport, religion et nation, op. cit., p. 262), au début du 20e siècle, « les apprentis et les jeunes ouvriers d’entreprises artisanales constituaient sans doute la catégorie la mieux représentée dans les patronages catholiques ».

83 Ronald Hubscher, Bernard Jeu, Jean Durry, L’histoire en mouvements. Le sport dans la société française, Paris, A. Colin, 1992, p. 118.

84 Alfred Wahl, Les archives du football. Sport et société en France, Paris, Gallimard / Julliard, 1989, p. 88, 127 ; Richard Holt, « L’introduction des sports anglais en France et la disparition du gentleman athlète », in Ehrenberg (dir.), Aimez-vous les stades ?, op. cit., p. 275.

85 Ted W. Margadant, « Primary Schools and Youth Groups in Pre-War Paris : Les “Petites A’s” », Journal of Contemporary History, 1978, p. 323-336 ; Jean-Paul Martin, « La ligue de l’enseignement et la formation du champ politique républicain », in Olivier Dard / Nathalie Sévilla (textes réunis par), Le phénomène ligueur sous la IIIe République, Metz, Centre régional universitaire lorrain d’Histoire, 2008, p. 98-114.

86 Xavier Vigna, Les ouvriers en France au xxe siècle, Paris, Perrin, 2012, p. 116.

87 Yvon Léziart, Sport et dynamiques sociales, Paris, Actio, 1989, p. 117-120.

88 Karen Bretin-Maffiuletti, « Les loisirs sportifs en milieu de grande industrie : sport, patronat et organisations ouvrières au Creusot et à Montceau-les-Mines (1879-1939) », Le Mouvement social, no 226, 2009, p. 49-66.

89 Sur ce sujet, voir aussi l’étude d’Yves Lequin sur Les ouvriers de la région lyonnaise, op. cit. Le deuxième tome, intitulé Les intérêts de classe et la République, montre à quel point les ouvriers lyonnais étaient républicains avant d’être socialistes.

90 Cf. Teichler, « Arbeitersport als soziales und politisches Phänomen… », op. cit., p. 469-472 ; Hajo bernett, « Das Problem einer alternativen Sportpraxis im deutschen Arbeitersport », in Hans Joachim Teichler (dir.), Arbeitersport und Arbeiterkultur, Clausthal-Zellerfeld, DVS, 1985, p. 51-54 ; Gerhard Hauk, « Fußball - eine “proletarische Sportart” im Arbeiter-Turn-und Sportbund ? », in teichler / hauk, Illustrierte Geschichte des Arbeitersports, op. cit., p. 160-168 ; Frank Filter, « Fußballsport in der Arbeiter-Turn und Sportbewegung », Sozialund Zeitgeschichte des Sports, 1988, no 1, p. 55-73.

91 Christiane Eisenberg, « Vom “Arbeiter” - zum “Angestelltenfußball” ? », Sozial-und Zeitgeschichte des Sports, 1990, no 3, p. 22.

92 Le football se pratique essentiellement dans des sections nouvellement constituées à l’intérieur d’associations gymniques. À partir de 1910 apparaissent aussi des clubs de football ouvrier, d’abord à Dresde et à Berlin. Cf. Eike Stiller, « Fußball in der organisierten Arbeitersportbewegung », in Peiffer / Schulze-Marmeling (dir.), Hakenkreuz und rundes Leder, op. cit., p. 166-175 ; Rudolf Oswald, « Ideologie und Praxis der Fußballsparte im Arbeiter-Turn-und Sportbund 1919 bis 1933 », Jahrbuch für Forschungen zur Geschichte der Arbeiterbewegung, 2013 / II, p. 69-82.

93 Frank Becker, « Massengesellschaft – Massensport – Massenritual. Carl Diem und die Herausforderungen der Moderne », in Michael Küger (dir.), Der deutsche Sport auf dem Weg in die Moderne. Carl Diem und seine Zeit, Münster, LIT, 2009, p. 39-48. Diem préside à cette époque l’organisation nationale d’athlétisme. Pour plus de détails sur la carrière de Diem voir la remarquable biographie en quatre volumes de Frank Becker, Den Sport gestalten. Carl Diems Leben (1882-1962), Duisbourg, Universitätsverlag Rhein-Ruhr, 2009-2010.

94 Bernett, « Das Problem einer alternativen Sportpraxis… », op. cit., p. 54.

95 Becker, Den Sport gestalten, op. cit., vol. 1 : Kaiserreich, p. 119.

96 Teichler, « Arbeitersport als soziales und politisches Phänomen… », op. cit., p. 471.

97 ATZ, 1896, p. 70.

98 ATZ, 1912, p. 213.

99 Hajo Bernett, « Leichtathletik im Arbeitersport », in Teichler / Hauk (dir.), Illustrierte Geschichte des Arbeitersports, op. cit., p. 146-47.

100 L’Humanité, 28 avril 1910.

101 L’Humanité, 29 septembre 1909, 7 septembre 1910.

102 Compte rendu du Ier Congrès international des Groupes socialistes d’Éducation physique, tenu à Gand le 10 mai 1913, Bruxelles, 1913, p. 23-25 ; L’Humanité, 3 et 26 juin, 3, 4 et 14 juillet 1913.

103 Yvon Léziart, Création et diffusion du modèle sportif dans les différentes classes sociales en France (1887-1914), thèse de doctorat de 3e cycle, Paris, 1984, p. 614-617.

104 L’Humanité, 25 août 1914.

105 L’Humanité, 9 février 1914.

106 L’Humanité, 28 mai 1910, 9 juillet 1911, 14 et 25 mai 1913, 6 et 25 mai 1914.

107 La place du politique reste un objet de controverses jusqu’à l’éclatement de la Première Guerre mondiale. Cf. L’Humanité, 28 mai, 30 août et 16 septembre 1910 ; 9 juillet, 8 et 10 octobre 1911 ; 14 mai et 17 juillet 1913 ; 23 mai 1914. Voir également sur cette thématique Nicolas Kssis, « Le sport socialiste en France avant 1914 », op. cit.

108 Léziart, Sport et dynamiques sociales, op. cit., p. 185.

109 Le 4e congrès de la FSAS à Romilly (8 octobre 1911) préconise l’adhésion au Parti socialiste comme obligation pour tous les sportifs de la FSAS ayant dépassé l’âge de 20 ans (L’Humanité, 10 octobre 1911). Une telle mesure rigoureuse s’avère inapplicable dans la réalité.

110 En vertu de la loi de 1908 sur les associations, les clubs de l’ATSB risquent l’interdiction de leurs groupes de jeunes de moins de 18 ans s’ils sont classés par la police comme « groupements de caractère politique ». Voir sur les représailles Günther Herre, « Arbeitersport, Arbeiterjugend und Obrigkeitsstaat 1893 bis 1914 », in Gerhard Huck (dir.), Sozialgeschichte der Freizeit, Wuppertal, Hammer, 1980, p. 187-206.

111 Heinz Timmermann, Geschichte und Struktur der Arbeitersportbewegung, Ahrensburg, Czwalina, 1973, p. 24-41. Cette évolution montre par ailleurs des parallèles évidents avec celle du Parti social-démocrate. Cf. Dieter Groh, Negative Integration und revolutionärer Attentismus. Die deutsche Sozialdemokratie am Vorabend des Ersten Weltkrieges, Francfort / Berlin, Ullstein Verlag GmbH, 1973.

112 . Diethelm Blecking, Polen - Türken – Sozialisten. Sport und soziale Bewegungen in Deutschland, Münster, LIT, 2001, p. 69-70.

113 Cf. ATZ, 15 février 1914 et 14 juillet 1920.

114 Sur le processus de constitution de l’ASIEP voir Gounot, « Sport réformiste ou sport révolutionnaire ? Les débuts des Internationales sportives ouvrières », in Pierre Arnaud (dir.), Les origines du sport ouvrier en Europe, op. cit., p. 222-229. L’idée de l’internationalisme prolétarien a beaucoup plus influencé les attitudes de la FSAS que celles de l’ATB comme l’attestent de nombreux articles dans L’Humanité (24 février, 13, 19 et 26 mai, 3 et 16 juin, 4 et 29 juillet et 9 octobre 1913). Cela étant, comme le souligne Serge Wolikow (« Internationalistes et internationalismes communistes », in Michel Dreyfus et alii, Le siècle des communismes, Paris, Les Éditions ouvrières, 2000, p. 341-358, p. 341), avant la Grande Guerre, « chaque socialiste, fut-il un dirigeant de la Seconde Internationale, avait d’abord un ancrage explicitement national ».

115 Elle a dû être annulée en raison de l’éclatement de la Première Guerre mondiale.

116 ATZ, 1er mars 1914.

117 ATZ, 7 juin 1914.

118 Oswald, « Ideologie und Praxis der Fußballsparte… », op. cit., p. 75.

119 ATZ, 29 mars 1914. Peu avant cette date, la direction avait encore précisé que ce n’était « que par politesse » que l’ATB avait envoyé un délégué à la réunion du Bureau de l’Internationale sportive et que c’était une erreur de croire que l’organisation avait adhéré (ATZ, 15 février 1914).

120 Marcel van der Linden, Workers of the World : Essays toward a Global Labor History, Leiden / Boston, Brill, 2008, p. 259.

121 Teichler, « Arbeitersport als soziales und politisches Phänomen… », op. cit., p. 467.

122 D’après l’article d’Adelheit von Saldern, « Wilhelminische Gesellschaft und Arbeiterklasse. Emanzipations-und Integrationsprozesse im kulturellen und sozialen Bereich », Internationale Wissenschaftliche Korrespondenz für die Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung, vol. 13, 1977, no 4, p. 469-506, le processus d’émancipation du prolétariat s’exprime en tout premier lieu dans la formation d’organisations lui appartenant.

123 L’Humanité, 30 septembre 1912 ; Compte Rendu du Ier Congrès International des Groupes Socialistes d’Éducation physique, tenu à Gand le 10 mai 1913, Bruxelles, 1913, p. 3-4.

124 500 gymnastes ouvriers français ont été inscrits. Le Peuple (Bruxelles), 28 août 1912.

125 Ibid. ; F. Vandersmissen, Le sport ouvrier, Bruxelles, L’Églantine, 1929.

126 ATZ, 15 février 1914 ; L’Humanité, 1er juin 1914.

127 Compte Rendu du Ier Congrès International des Groupes Socialistes d’Éducation physique, tenu à Gand le 10 mai 1913, Bruxelles, 1913, p. 4.

128 Compte Rendu du Ier Congrès International des Groupes Socialistes d’Éducation physique, tenu à Gand le 10 mai 1913, Bruxelles, 1913, p. 10-11.

129 Cité par Annie Kriegel, « La IIe Internationale », in Jacques Droz (dir.), Histoire générale du socialisme, vol. 2 : De 1875 à 1918, Paris, PUF, 1974, p. 555-584, p. 571.

130 L’Humanité, 3 et 26 juin, 3, 4 et 14 juillet 1913.

131 L’Humanité, 24 novembre 1913.

132 Association Internationale Socialiste d’Éducation Physique, Rapport du 2e Congrès international, tenu à Seraing le 16 août 1919, Bruxelles, 1919, p. 1.

133 L’Humanité, 1er juin 1914.

134 L’Humanité, 3 juin 1913 et 13 janvier 1914.

135 Uellenberg-van Dawen, « Antimilitarismus in der internationalen sozialistischen Arbeiterjugendbewegung », op. cit., p. 19, 31-32.

136 Association Socialiste Internationale d’Éducation Physique, Rapport du 2e Congrès international, tenu à Seraing le 16 août 1919, Bruxelles, 1919, p. 30-32.

137 Julius Braunthal, Geschichte der Internationale, vol. 2, Berlin-Bonn, Dietz, 1974, p. 343.

138 Cf. Karl-Heinz Klaer, Der Zusammenbruch der Zweiten Internationale, Francfort / New York, Campus, 1981, p. 135 sq.

139 Association Socialiste Internationale d’Éducation Physique, Rapport du 2e Congrès international, tenu à Seraing le 16 août 1919, Bruxelles, 1919.

140 Lothar Skorning, Der Kampf der revolutionären Arbeitersportler für die Durchsetzung der proletarischen Klassenpolitik im Arbeiter-Turn-und Sportbund (ATSB) in den ersten Jahren der Periode der relativen Stabilisierung des Kapitalismus (1923/24 bis 1926/27), thèse de doctorat, Deutsche Hochschule für Körperkultur, Leipzig, 1963, p. 23.

141 Filter, « Fußballsport in der Arbeiter-Turn und Sportbewegung », op. cit., p. 56 ; Lars Geiges, Fußball in der Arbeiter-Turn-und-Sportbewegung. Ein zum Scheitern verurteiltes Spiel ? Suttgart, Ibidem Verlag, p. 37-38.

142 Peter Tauber, Vom Schützengraben auf den grünen Rasen. Der erste Weltkrieg und die Entwicklung des Sports in Deutschland, Berlin, LIT, 2008, p. 87.

143 L’Humanité, 5 novembre 1919.

144 Tauber, Vom Schützengraben auf den grünen Rasen, op. cit., p. 64.

145 Dietschy, Histoire du football, op. cit., p. 149 ; idem, « 1918-1920, des tranchées aux stades. Quelques éclairages sur la sortie de guerre des sportifs français et des fédérations de football européennes », Histoire@Politique. Politique, culture, société, no 3, novembre-décembre2007, consultable sur <http://www.histoire-politique.fr/>.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Le mouvement sportif ouvrier avant la Première Guerre mondiale
Légende * Groupes allemands affiliés aux Amis de la nature dont le siège est situé à Vienne.** De 1895 à 1909 : « 8e district » de l’Arbeiter-Turnerbund allemand.*** À partir de 1913 « Fédération socialiste des Sports et de Gymnastique ».
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13245/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Cyclistes de l’Arbeiter-Radfahrerbund Solidarität, vers 1910 (Archiv der sozialen Demokratie der Friedrich-Ebert-Stiftung, Bonn)
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13245/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Carte postale de propagande pour l’Arbeiter-Turnerbund, vers 1910 (Archiv der sozialen Demokratie der Friedrich-Ebert-Stiftung, Bonn). Un gymnaste ouvrier tient dans la main gauche un drapeau rouge avec une écharpe portant le slogan de l’ATB « Frisch, frei, stark und treu » (Frais, libre, fort et fidèle), dérivé de celui de la Deutsche Turnerschaft : « Frisch, fromm, fröhlich, frei » (Frais, pieux, joyeux, libre). De la main droite, l’ouvrier pose une couronne de fleurs de chêne sur la tête du « Turnvater » Friedrich Ludwig Jahn, présenté ainsi comme l’idole de tous les gymnastes allemands, quelle que soit leur appartenance sociale.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13245/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 171k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search