Version classiqueVersion mobile

Les Mouvements sportifs ouvriers en Europe (1893-1939)

 | 
André Gounot

Introduction

Texte intégral

  • 1 « Football club amis du sport ».
  • 2 « Club de sport laurier 06 », du quartier portuaire Rothenburgsort (Hambourg).
  • 3 Uwe Seeler sera capitaine de l’équipe allemande qui s’inclinera face à l’Angleterre (2-4 après prol (...)
  • 4 Werner Skrentny, « Vergessene Fußballgeschichte. Die Arbeitersport-Bewegung », in Gerhard Fischer /(...)

1En 1932, l’équipe nationale ouvrière d’Allemagne se prépare aux premiers matchs du Championnat d’Europe de football ouvrier récemment introduit par l’Internationale sportive ouvrière socialiste. Parmi ses éléments les plus prometteurs figure le jeune attaquant Alfons Beckenbauer. Cependant, sans emploi depuis plusieurs années, ce joueur du FC Sportfreunde1 de Munich connaît de sérieux problèmes financiers. En ces temps de Grande Dépression, qui touche l’Allemagne de manière plus sévère encore que ses voisins, il ne peut guère se faire d’illusions sur une amélioration de sa situation. Fidèle au mouvement sportif ouvrier et à ses règles strictes d’amateurisme, Beckenbauer a néanmoins décliné plusieurs offres de grands clubs. À la fin de l’année, le FC Bayern Munich, champion d’Allemagne en titre, parvient finalement à le recruter, moyennant des promesses matérielles substantielles. Le meilleur buteur de la même équipe nationale vient de choisir un chemin similaire : Erwin Seeler, auteur de onze buts lors de l’Olympiade ouvrière de Vienne en 1931, quitte le vainqueur du championnat ouvrier d’Allemagne, le SC Lorbeer 062, pour bénéficier des avantages économiques offerts par un club huppé de Hambourg. En 1938, peu après la naissance de son fils Uwe3, il rejoint le célèbre Hamburger SV4.

  • 5 Eike Stiller, « Lebensbilder von Arbeiterfußballern », in Lorenz Peiffer / Dietrich Schulze-Marmeli (...)

2Après leurs départs vers des clubs « bourgeois », les deux attaquants ne pourront plus participer de quelque manière que ce soit aux Championnats d’Europe ouvriers. Conçus sous forme de matchs aller-retour échelonnés sur deux ans, ceux-ci seront suspendus après l’anéantissement des organisations les plus puissantes du mouvement sportif ouvrier européen par les fascistes au pouvoir en Allemagne et en Autriche. Alfons Beckenbauer, sympathisant du Parti social-démocrate comme tant de ses ex-coéquipiers, met un terme à sa carrière en 1934, à l’âge de 26 ans. Peut-être cette décision repose-t-elle entre autres sur son rejet personnel des nouvelles données politiques qui affectent aussi le FC Bayern. Ainsi, son charismatique président Kurt Landauer est poussé à démissionner du fait de ses origines juives. L’entraîneur de l’équipe, également juif, et plusieurs de ses joueurs préfèrent à ce moment proposer leurs talents à des clubs étrangers5.

  • 6 Surnom donné à Franz Beckenbauer par les médias allemands dès la fin des années 1960.

3Ce n’est qu’en 1969 que le FC Bayern remporte à nouveau le championnat d’Allemagne. À cette époque, le jeu élégant et efficace d’un certain Franz Beckenbauer, neveu d’Alfons, constitue son meilleur atout. Milieu de terrain puis libéro, le « Kaiser Franz »6 participe à trois Coupes du monde et gagne celle de 1974 en tant que capitaine de l’équipe allemande. Il se distingue aussi comme l’une des figures du football mondial qui réussissent le mieux à transformer leur talent sportif en capital économique. Président du Bayern Munich de 1994 à 2009, il se montre favorable à une commercialisation sans limites du football. Pendant ce temps, les Jeux olympiques connaissent une mutation profonde sous l’égide de l’Espagnol Juan Antonio Samaranch, président du Comité international olympique (CIO) de 1980 à 2001 et ancien proche du dictateur Francisco Franco. Réservés jusqu’alors aux athlètes amateurs selon le règlement, les Jeux se transforment en rendez-vous lucratif pour les sportifs professionnels et leur entourage. Si la cupidité et le caractère corrompu du CIO ont fréquemment été dénoncés par des journalistes au cours des deux dernières décennies, les critiques à l’égard des choix politiques de l’institution olympique sont plus anciennes. En 1936, le soulèvement militaire du général Franco avait brisé les efforts déployés par les composantes politiques et sportives du Front populaire espagnol en vue de la célébration d’une Olympiade alternative s’opposant aux « Jeux hitlériens » de Berlin. C’était aussi l’un des derniers projets spectaculaires du mouvement sportif ouvrier international, qui formait à l’époque un réel contrepoids au sport de haute performance avec ses dérives mercantiles, chauvines et autres.

  • 7 Cela d’autant plus aisément que le sport travailliste n’a pas connu d’extension notoire au-delà de (...)
  • 8 Jürgen Kocka, Lohnarbeit und Klassenbildung. Arbeiter und Arbeiterbewegung in Deutschland 1800-1875 (...)

4Dès avant 1914, près de vingt organisations ouvrières proposaient diverses activités physiques en Europe centrale et occidentale. Dans les pays germanophones, la gymnastique occupait les devants de la scène, tandis qu’en France, les socialistes favorisaient le sport moderne de compétition. En Angleterre et en Italie, le cyclisme et la randonnée ont joué un rôle fondateur. En dépit de cette variété de pratiques, les organisations sportives ouvrières (ou « prolétariennes ») des différents pays présentaient suffisamment de caractéristiques communes pour que l’on puisse employer sans le moindre artifice le terme de « mouvement sportif ouvrier européen »7. Partout, ces organisations se sont opposées à des fédérations d’origine bourgeoise et/ou de caractère confessionnel déjà en place. Désireux de contribuer, en conjuguant activités physiques et éducation politique, à la transformation de la société capitaliste en société socialiste, elles se sont situées à l’intérieur du mouvement ouvrier. Alors que leurs dirigeants œuvraient en général en tant que militants d’un parti ouvrier, la majorité des sportifs n’appartenaient à aucun groupement politique au moment de leur adhésion. En référence au schéma de formation de classe proposé par Jürgen Kocka8, on peut percevoir le mouvement sportif ouvrier à la fois comme signe palpable et comme vecteur potentiel d’une conscience de classe prolétarienne.

  • 9 Même s’il peut paraître dissonant en raison de l’ordre inhabituel des deux adjectifs, il s’agit bie (...)

5Ces traits généraux restent les mêmes pendant la période de l’entre-deux-guerres, durant laquelle le mouvement prend un essor considérable, attirant plus de deux millions de sportifs à travers l’Europe. Il y parvient malgré sa division progressive en deux camps représentés par deux organisations internationales, à laquelle fait allusion le pluriel dans le titre de ce livre. L’Internationale rouge sportive (IRS ou « Sportintern »)9, née en juillet 1921 à Moscou, poursuit en effet l’objectif de « combattre le réformisme » de l’Internationale sportive de Lucerne (ISL) fondée l’année précédente avec la participation presque complète des organisations sportives ouvrières du continent. Il convient de préciser que le chiffre indiqué ne prend pas en compte les groupements sportifs en URSS et leurs millions d’adhérents. Rattachés à l’appareil d’État depuis 1923 et conçus comme des entités représentatives de la « société sans classes », ceux-ci ne peuvent guère être assimilés au sport travailliste. Surtout qu’au préalable, le Parti bolchevique a prohibé l’établissement d’une organisation sportive autonome des travailleurs qui aurait reproduit en Russie le modèle occidental. Dans la mesure où le sport soviétique a joué un rôle dominant au sein du Sportintern, son histoire reste, en dépit de tout, inséparable de celle du mouvement sportif ouvrier, et entre par conséquent dans les chapitres consacrés à la période de l’entre-deux-guerres.

  • 10 Comme l’a fait également Nicolas Kssis selon lequel cette expression « […] définit les organisation (...)
  • 11 Apparaissant même dans des titres de publications : Sports travaillistes. Bulletin officiel du Spor (...)

6Comme l’ont déjà suggéré les lignes précédentes, nous utilisons l’expression « sport travailliste » comme synonyme de « mouvement sportif ouvrier »10. Certes, elle possède l’inconvénient de générer éventuellement de faux rapprochements avec le Parti travailliste britannique et son programme. Mais elle fonde sa légitimité sur le fait d’être entrée dès l’entre-deux-guerres dans le vocabulaire employé par les organisations sportives ouvrières françaises11 ; de plus, elle clarifie d’entrée que l’on parle d’un mouvement particulier et non pas des pratiques sportives de toute une catégorie sociale. En revanche, le terme de « sport ouvrier » (Arbeitersport, worker sports, deporte obrero…), repris par la plupart des chercheurs dans les différentes communautés linguistiques comme synonyme de « mouvement sportif ouvrier », prête à confusion. Il renvoie en fait à une construction idéologique de militants socialistes et communistes qui auraient souhaité que les pratiques sportives des ouvriers soient cloisonnées dans l’espace des organisations établies à cet effet au sein du mouvement ouvrier. En réalité, les ouvriers ont pratiqué le sport dans les lieux les plus divers, en particulier dans le cadre d’organisations qualifiées systématiquement de « bourgeoises » par ces mêmes militants. On trouve un exemple très parlant à ce sujet dans l’histoire de la Football Association anglaise, où la génération fondatrice, issue de l’aristocratie et de la haute bourgeoisie, fut mise en minorité dans un grand nombre de clubs par le prolétariat urbain bien avant 1914. C’est pourquoi l’adjectif « bourgeois » continuera d’être mis entre guillemets quand il se réfère aux organisations sportives ayant choisi le principe de neutralité politique et confessionnelle, sauf quand il fait partie de propos cités de dirigeants du sport travailliste.

  • 12 Michel Winock, Le socialisme en France et en Europe, xixe-xxe siècle, Paris, Éditions du Seuil, 199 (...)

7Une deuxième précision lexicologique s’impose pour les termes « socialiste » et « social-démocrate ». Plutôt que de désigner deux tendances distinctes, ils renvoient pour la période étudiée aux noms que les partis ouvriers ont adoptés dans les différents pays. L’appellation « Parti social-démocrate » est fortement répandue dans les espaces germanique et scandinave, alors que dans les pays latins, la préférence est donnée à l’appellation « Parti socialiste ». Michel Winock a proposé une définition concise de la social-démocratie en décrivant le cas du travaillisme britannique : « Vocabulaire mis à part, nous retrouvons dans l’histoire du mouvement ouvrier de Grande-Bretagne les deux traits caractéristiques de la social-démocratie : un mouvement ouvrier unifié reposant sur l’alliance parti-syndicats et une politique réformiste de welfare-state »12. Ces traits se dégagent au fil de la longue histoire des partis sociaux-démocrates ; cependant, pour la période étudiée, les différences programmatiques et idéologiques ne paraissent pas toujours évidentes, par exemple entre l’« austro-marxisme » incarné par le Parti ouvrier social-démocrate d’Autriche et le socialisme espagnol. Il nous semble dès lors légitime d’utiliser l’adjectif « socialiste » comme terme générique qui englobe la social-démocratie.

  • 13 Paul Dietschy, « Le parcours d’une “histoire en mouvement”. Les temps de l’historiographie du sport (...)
  • 14 Paul Dietschy, Histoire du football, Paris, Perrin, 2e édition, 2014.
  • 15 Le nombre de contributions y a toutefois augmenté depuis 1994, année de parution du livre collectif(...)
  • 16 Pour l’Allemagne, la bibliographie exhaustive d’Eike Stiller (Literatur zur Geschichte des Arbeiter (...)
  • 17 Ce qu’a déjà recommandé Ute Balbier en 2005 à l’historiographie allemande du sport, trop cloisonnée (...)
  • 18 Hans-Ulrich Wehler, « Transnationale Geschichte – der neue Königsweg historischer Forschung ? », in (...)

8À propos de l’historiographie du sport en France, Paul Dietschy affirme que la production scientifique « […] a atteint aujourd’hui un seuil critique qui lui donne une visibilité et une légitimité réelles13 ». Dans l’article cité, l’auteur d’une histoire globale du football14 ne fait pas allusion aux travaux consacrés au sport travailliste, relativement peu visibles dans l’Hexagone il est vrai15. En revanche, la liste s’allonge de manière considérable si l’on établit une bibliographie internationale sur ce sujet situé aux confluents de l’histoire du sport et de l’histoire du monde ouvrier. Aussi s’aperçoit-on que, de manière presque générale, les investigations – dont la majorité a été menée dans le monde germanique16 – se dédient soit au courant socialiste, soit à son concurrent communiste, et choisissent l’échelle nationale ou locale comme cadre spatial. Le moment semble propice pour se diriger vers une perspective résolument transnationale17, cela non pas en courant après les effets de mode ou pour suivre un semblant de « voie royale » historiographique18, mais bien pour réaliser le passage incontournable de l’exploration de cas singuliers vers l’extraction de traits généraux.

  • 19 Marc Bloch, « Pour une histoire comparée des sociétés européennes », in idem, Mélanges historiques,(...)
  • 20 Avec notamment la thèse de doctorat publiée : André Gounot, Die Rote Sportinternationale, 1921-1937 (...)
  • 21 Le fonds « Sportintern, 1921-1937 » (= fonds 537) des Archives du Komintern, au Rossiiskii gosudars (...)

9Comme l’a souligné Marc Bloch dans ses réflexions pionnières, l’histoire comparée des sociétés « ne peut rien » sans les études locales qui, inversement, « sans elle, n’aboutiraient à rien19 ». Le cofondateur de l’École des Annales utilise l’adjectif « local » dans un double sens, ajoutant à la signification traditionnelle d’espace circonscrit à l’intérieur d’un État celle de synonyme de territoire national, qui paraît pertinente lorsque l’on dépasse le cadre classique de l’État-nation. C’est à ce double sens que se réfère l’expression « déclinaisons locales » figurant dans le sous-titre de ce livre qui actualise, complète et conclut des recherches que l’auteur a menées pendant près de vingt ans sur le thème. L’ouvrage ne repose pas pour autant sur une simple compilation d’articles déjà publiés à divers endroits. Il tente plutôt de proposer une vue cohérente, respectueuse de la chronologie, des étapes parcourues par le sport travailliste en Europe, de ses débuts jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Cet objectif a rendu nécessaire la réalisation d’études inédites sur le versant socialiste du sport travailliste – assez négligé au demeurant en France malgré sa nette prédominance à l’échelle continentale –, les investigations antérieures de l’auteur ayant principalement porté sur les rapports entre sport et communisme20. Dès lors, les archives et les publications des deux Internationales sportives ouvrières, qui contiennent en outre de nombreuses données sur les organisations nationales, constituent la base documentaire la plus importante de ce travail21.

10Quatre grands thèmes structurent la narration : les conditions de naissance et de développement d’organisations sportives socialistes et communistes ; les continuités et les changements des programmes et des relations des deux Internationales ; les cultures politiques des dirigeants et des sportifs ; la problématique d’un « autre sport » masculin et féminin, autrement dit d’une culture alternative. La période étudiée commence par la fondation en 1893, en Allemagne, de la première organisation nationale de gymnastique ouvrière. Elle se termine avec les débuts de la Seconde Guerre mondiale qui cause la perte provisoire des structures internationales du sport travailliste et marque aussi la fin définitive d’un mouvement sportif placé sous les signes politiques de la lutte des classes. Pour l’entre-deux-guerres, deux moments de césure ont été retenus. Celui de 1928 ne renvoie pas uniquement à l’histoire du communisme, c’est-à-dire aux débuts du stalinisme et à l’adoption officielle par le Komintern de la tactique « classe contre classe ». Il se réfère principalement à la division claire et nette du mouvement sportif ouvrier international, qui résulte également de l’évolution des positions socialistes. Par ailleurs, en cette année 1928, le sport n’est pas encore touché par le « Grand Tournant » qui s’effectue en URSS avec les démarrages conjoints de l’« industrialisation accélérée » dans le cadre du premier plan quinquennal et du système de terreur stalinien. Les mutations décisives du sport soviétique s’opèrent à partir de 1932 et se répercutent sur le mouvement sportif ouvrier pendant la période des « fronts populaires sportifs » (1935-1939).

  • 22 Sur les principes, perspectives, difficultés etc. de la comparaison historique : Heinz-Gerhard Haup (...)
  • 23 Rappelons que l’approche comparative ne se confond pas de manière exclusive avec la comparaison ent (...)
  • 24 Michael Werner / Bénédicte Zimmermann, « Vergleich, Transfer, Verflechtung. Der Ansatz der Histoire (...)

11Le jeu d’échelles obéit dans cet ouvrage au principe d’utiliser les cadres nationaux pour mieux les dépasser. Pour des raisons évidentes, les lignes consacrées aux modes de survie du sport travailliste dans l’Allemagne national-socialiste constituent l’exception à la règle. Ce sujet, s’il est important en soi, prolonge une trame tissée à la poursuite des principales voies du sport travailliste en France et en Allemagne. Le regard transnational se porte ensuite sur la France et l’Espagne pour mieux appréhender les changements introduits à partir de 1934 par la politique d’unité de la gauche. À la comparaison entre deux cas nationaux, singularisante, s’ajoute la comparaison généralisante ou « universalisante », qui prend en compte un nombre plus élevé de cas pour vérifier des variables. Ici, elle est appliquée en premier lieu à l’examen des corrélations entre les rapports de force politiques et la prédominance de la tendance socialiste ou communiste dans le domaine du sport travailliste. Son utilisation n’empêche nullement de conclure le cas échéant à l’absence de tendances supranationales générales, bien au contraire22. La perspective continentale entre également en jeu quand il s’agit de questionner l’impact réel des programmes – opposés en partie seulement – des deux Internationales sportives23. Enfin, les conceptions du sport « prolétarien » ne s’expliquent qu’en relation avec celles du sport « bourgeois » qui constitue ainsi une référence comparative supplémentaire. Si le concept était moins flou, il serait tentant d’associer la démarche choisie à l’« histoire croisée » prônée par Werner et Zimmermann24. Sans doute est-il moins risqué d’affirmer que ce travail fait appel aux principes éprouvés de l’histoire comparée afin de mieux dégager d’un côté les compatibilités et les convergences, et de l’autre côté les distorsions et les incompréhensions entre cultures politiques et cultures sportives dans le milieu ouvrier.

  • 25 Lucette Valensi, « Retour d’Orient. De quelques usages du comparatisme », in Hartmut Atsma / André (...)

12Selon Lucette Valensi, les réticences de certains historiens à l’égard du comparatisme se sont fondées sur la conviction que la diversité postulée des expériences historiques « […] s’accommode mal de l’échelle macroscopique où se situerait l’histoire comparée. Car elle fait perdre en compréhension ce qu’on gagne en extension, et conduit irrésistiblement à ces taxinomies et ces typologies où la riche texture des sociétés se voit réduite à de pauvres étiquettes25 ». On ne peut qu’espérer que les chapitres du présent ouvrage ne procurent pas de résultats aussi moroses. Quoi qu’il en soit, ils reposent moins sur des constructions d’objet plus ou moins abstraites, placées sous l’autorité restrictive de concepts théoriques, que sur la présentation et l’analyse de faits liés aux questionnements formulés. La comparaison devrait permettre de mieux distinguer entre des phénomènes singuliers ou plus généraux tout en faisant la part belle aux exemples concrets.

  • 26 Le premier mot apparaît alors en majuscule pour signaler qu’il s’agit bien de la traduction d’une a (...)

13Pour les noms et mots russes, nous employons la translittération scientifique, à l’exception des noms dont une manière précise d’écriture est devenue commune dans la langue française. La première mention d’organisations ayant un nom étranger s’accompagne en général d’une traduction26. Enfin, une dernière remarque liminaire concerne les indéniables influences germaniques perceptibles à travers les lignes de cet ouvrage. Elles sont l’effet, d’une part, des origines berlinoises de l’auteur dont la langue maternelle est l’allemand, ce qui, d’une part, joue certainement sur le style d’écriture. D’autre part, le fort rayonnement de l’histoire transnationale et comparée « made in Germany » et, plus particulièrement, la profusion d’études sur l’histoire du sport travailliste réalisées depuis les années 1970 entre le Rhin et l’Oder, justifient l’abondance de références germaniques. Afin de faciliter la lecture, les citations de sources en langue allemande ont été transcrites en français. Il va de soi que les traductions, pour être à la fois intelligibles et fidèles au sens, ne reproduisent pas toujours les mots dans leur sens littéral.

14La préparation de cet ouvrage a fait revivre d’agréables souvenirs des débuts de mes recherches, qui correspondent à un séjour effectué à Lyon dans le cadre d’un programme Erasmus pour historiens à la fin des années 1980. Celui-ci ne se serait pas réalisé ni n’aurait eu un impact personnel aussi positif sans l’engagement généreux de Hartmut Kaelble (Berlin), Yves Lequin et Pierre Arnaud (Lyon). Plus en lien avec le processus de finition, je tiens également à remercier toutes les personnes ayant accepté de relire des parties du manuscrit, en particulier les jeunes chercheurs Tom Busseuil, Yannick Deschamps et Gabrielle Ripplinger qui sont associés aux activités de notre équipe de recherche strasbourgeoise « Arts, Civilisation et Histoire de l’Europe ». Last but not least, ma gratitude s’adresse au Centre Georges Chevrier à l’Université de Bourgogne, qui fournit un cadre absolument stimulant pour les travaux sur l’histoire du mouvement ouvrier et même sur l’histoire du sport.

Notes

1 « Football club amis du sport ».

2 « Club de sport laurier 06 », du quartier portuaire Rothenburgsort (Hambourg).

3 Uwe Seeler sera capitaine de l’équipe allemande qui s’inclinera face à l’Angleterre (2-4 après prolongations) lors de la finale du Mondial de 1966 au stade de Wembley (Londres).

4 Werner Skrentny, « Vergessene Fußballgeschichte. Die Arbeitersport-Bewegung », in Gerhard Fischer / Ulrich Lindner (dir.), Stürmer für Hitler : vom Zusammenspiel zwischen Fußball und Nationalsozialismus, Göttingen, Verlag Die Werkstatt, 1999, p. 72.

5 Eike Stiller, « Lebensbilder von Arbeiterfußballern », in Lorenz Peiffer / Dietrich Schulze-Marmeling (dir.), Hakenkreuz und rundes Leder. Fußball im Nationalsozialismus, Göttingen, Verlag Die Werkstatt, 2008, p. 179-180 ; Dietrich Schulze-Marmeling, Der FC Bayern und seine Juden. Aufstieg und Zerschlagung einer liberalen Fußballkultur, Göttingen, Verlag Die Werkstatt, 2011, p. 107-172.

6 Surnom donné à Franz Beckenbauer par les médias allemands dès la fin des années 1960.

7 Cela d’autant plus aisément que le sport travailliste n’a pas connu d’extension notoire au-delà de l’Europe, ce qui répond d’emblée à la question de la pertinence d’une sectorisation continentale telle qu’elle peut se poser par rapport au phénomène sportif universel. Dans d’autres parties du monde ne sont apparues que quelques organisations sportives ouvrières, aux effectifs modestes. Parmi elles figure la Worker Sports Association of Canada qui a fait l’objet d’une intéressante étude de Bruce Kidd : « Worker Sport in the New World : The Canadian Story », in Arnd Krüger / James Riordan (dir.), The Story of Worker Sport, Champaign, Human Kinetics, 1996, p. 143-156.

8 Jürgen Kocka, Lohnarbeit und Klassenbildung. Arbeiter und Arbeiterbewegung in Deutschland 1800-1875, Bonn, Dietz, 2e édition, 1997. Kocka souligne que le processus de formation de classe (le passage de la « classe économique » à la « classe sociale » selon les termes de Max Weber) ne se déroule pas dans une voie linéaire qui mène à l’action sous la conduite d’organisations politiques représentatives. Cette dernière étape serait d’une part inimaginable sans une forte conscience de classe préalable d’une partie des ouvriers, d’autre part, les actions politiques et l’existence d’organisations ouvrières aident à faire émerger une conscience de classe parmi d’autres ouvriers.

9 Même s’il peut paraître dissonant en raison de l’ordre inhabituel des deux adjectifs, il s’agit bien du nom français officiel de l’organisation. L’appellation « Sportintern » a principalement été utilisée à l’intérieur du mouvement communiste international, de la même manière qu’« Internationale rouge des Sports ».

10 Comme l’a fait également Nicolas Kssis selon lequel cette expression « […] définit les organisations qui se veulent les représentants des intérêts sportifs du monde du travail et qui constituent, originellement du moins, la branche sportive du mouvement ouvrier ». Cf. Nicolas Kssis, « La municipalité ouvrière et le milieu sportif : tutelle ou complémentarité », in Claire Andrieu / Gilles Le Béguec / Danielle Tartakowsky (dir.), Associations et champ politique. La loi de 1901 à l’épreuve du siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2001, p. 286. Quand nous parlons ici de « sport » (ou de « mouvements sportifs », « organisations sportives » etc.), le terme recouvre l’ensemble des activités physiques, parmi elles la gymnastique, sauf quand l’entourage lexical indique que l’on fait appel à son sens restreint de sport moderne de compétition.

11 Apparaissant même dans des titres de publications : Sports travaillistes. Bulletin officiel du Sporting club ouvrier perpignanais, 1933-34 ; FSGT, À travers l’histoire du sport travailliste français. Le véritable visage de la FSGT, Paris, 1937 ; Le sport travailliste. Organe officiel du comité régional de la Côte d’Argent de la FSGT, 1938.

12 Michel Winock, Le socialisme en France et en Europe, xixe-xxe siècle, Paris, Éditions du Seuil, 1992, p. 120.

13 Paul Dietschy, « Le parcours d’une “histoire en mouvement”. Les temps de l’historiographie du sport en France », in Thierry Terret / Tony Froissard (dir.), Le sport, l’historien et l’Histoire, Reims, EPURE, 2013, p. 35. Dietschy fait référence au chiffre de 98 ouvrages annuels en moyenne atteint entre 2000 et 2004, calculé par Philippe Tétard (dir.), Histoire du sport en France de la Libération à nos jours, Paris, Vuibert, 2007, p. 441.

14 Paul Dietschy, Histoire du football, Paris, Perrin, 2e édition, 2014.

15 Le nombre de contributions y a toutefois augmenté depuis 1994, année de parution du livre collectif Les origines du sport ouvrier en Europe dirigé par Pierre Arnaud (Paris, L’Harmattan). Ainsi, l’ouvrage récent de Fabien Sabatier, Histoire des organisations sportives communistes de France au xxe siècle. Combats pour l’émancipation, soviétisme et cultures militantes (Presses Universitaires de Grenoble, 2013) a pu s’appuyer largement, pour l’époque de l’entre-deux-guerres, sur des sources secondaires. Un premier colloque en France entièrement consacré à l’histoire du sport travailliste a été organisé par Karen Bretin et Fabien Sabatier à Dijon en novembre 2014 sous le titre « Organisations sportives ouvrières, territoires et métamorphoses aux xxe et xxie siècles en Europe ». Une grande partie des contributions – qui apporteront principalement des éclairages nouveaux sur le sport travailliste français – paraîtra en 2017 dans la revue European Studies in Sports History.

16 Pour l’Allemagne, la bibliographie exhaustive d’Eike Stiller (Literatur zur Geschichte des Arbeitersports in Deutschland, Berlin, trafo, 2006) recense approximativement 1 000 publications sur le sport travailliste allemand pour la période entre 1945 et 2005. Si l’auteur n’établit pas de catégories ni ne fournit de chiffres, un rapide survol des références permet de dire qu’au minimum la moitié de ces publication sont de caractère scientifique.

17 Ce qu’a déjà recommandé Ute Balbier en 2005 à l’historiographie allemande du sport, trop cloisonnée d’après elle dans le territoire national. Cf. Ute Balbier, « “Spiel ohne Grenzen”. Zu Stand und Perspektiven der deutschen Sportgeschichtsforschung », in Archiv für Sozialgeschichte, 2005, p. 585-598.

18 Hans-Ulrich Wehler, « Transnationale Geschichte – der neue Königsweg historischer Forschung ? », in Gunilla Budde / Sebastian Conrad / Oliver Janz (dir.), Transnationale Geschichte : Themen, Tendenzen und Theorien, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2011, p. 161-174. Le titre signifie en français : « L’histoire transnationale – une nouvelle voie royale de la recherche historique ? ». Sur l’usage – inflationnaire ou fondé – du préfixe « trans » : Melanie Hühn / Dörte Lerp / Knut Petzold / Miriam Stock (dir.), Transkulturalität, Transnationalität, Transstaatlichkeit, Translokalität. Theoretische und empirische Begriffsbestimmungen, Münster, LIT Verlag, 2010. Voir aussi Jean-François Sirinelli, « L’histoire politique à l’heure du transnational turn : l’agora, la cité, le monde… et le temps », in Revue historique 2011 / 2, no 658, p. 391-408.

19 Marc Bloch, « Pour une histoire comparée des sociétés européennes », in idem, Mélanges historiques, vol. 1, Paris, SEVPEN, 1963, p. 40 (ce texte avait été publié pour la première fois dans la Revue de Synthèse historique en décembre 1928).

20 Avec notamment la thèse de doctorat publiée : André Gounot, Die Rote Sportinternationale, 1921-1937. Kommunistische Massenpolitik im europäischen Arbeitersport, Münster, LIT Verlag, 2002.

21 Le fonds « Sportintern, 1921-1937 » (= fonds 537) des Archives du Komintern, au Rossiiskii gosudarstvennyj arkhiv sotsial’no-politiches koi istorii (RGASPI, Archives nationales russes d’Histoire politique et sociale) à Moscou, rassemble près de 60 000 pages de documents. La consultation du fonds « Conseil suprême de la Culture physique » (75 76) aux Archives d’État de la Fédération de Russie (Gosudarstvennyj Archiv Rossijskoj Federacii, GARF), plus particulièrement des sources du Département des relations internationales (75 76 / 2) a également apporté des enseignements précieux. Par rapport à l’histoire de l’Internationale sportive ouvrière socialiste, les sources les plus importantes se trouvent à la Friedrich-Ebert-Stiftung (FES, Fondation Friedrich Ebert) à Bonn, avec sa bibliothèque spécialisée et l’Archiv der sozialen Demokratie (Archives de la démocratie sociale), fonds « Sozialistische Arbeitersport-Internationale (SASI) – Jules Devlieger 1924-1936 », ainsi qu’à l’Internationaal Instituut voor Sociale Geschiedenis (IISG, Institut international d’Histoire sociale), fonds « Sozialistische Arbeiter-Internationale (SAI) » et « Sozialistische Jugend-Internationale (SJI) », à Amsterdam. Nous avons également consulté de nombreux périodiques, en provenance de différents pays. Les sources sont énumérées de manière complète à la fin de cet ouvrage.

22 Sur les principes, perspectives, difficultés etc. de la comparaison historique : Heinz-Gerhard Haupt / Jürgen Kocka (dir.), Geschichte und Vergleich. Ansätze und Ergebnisse international vergleichender Geschichtsschreibung, Francfort / New York, Campus, 1996 ; Hartmut Kaelble, Der historische Vergleich. Eine Einführung zum 19. und 20. Jahrhundert, Francfort / New York, Campus, 1999 ; Hartmut Kaelble / Jürgen Schriewer (dir.), Vergleich und Transfer. Komparatistik in den Sozial-, Geschichts-und Kulturwissenschaften, Francfort / New York, Campus, 2003.

23 Rappelons que l’approche comparative ne se confond pas de manière exclusive avec la comparaison entre sociétés nationales, certes sa variante la plus riche ; elle offre également des avantages heuristiques pour l’analyse de groupes ou de mouvements sociaux, d’organisations, etc.

24 Michael Werner / Bénédicte Zimmermann, « Vergleich, Transfer, Verflechtung. Der Ansatz der Histoire croisée und die Herausforderung des Transnationalen », in Geschichte und Gesellschaft 28, 2002, no 4, p. 607-636 ; idem, « Penser l’histoire croisée. Entre empirie et réflexivité », in Annales, vol. 58, 2003, p. 7-36. Voir la critique de Matthias Middell, « Rezension zu : Werner, Michael ; Zimmermann, Bénédicte (dir.), De la comparaison à l’histoire croisée, Paris 2004 », in H-Soz-u-Kult, 29.04.2005, <https://www.hsozkult.de/publicationreview/id/rezbuecher-6556>.

25 Lucette Valensi, « Retour d’Orient. De quelques usages du comparatisme », in Hartmut Atsma / André Burguière (dir.), Marc Bloch aujourd’hui. Histoire comparée et Sciences sociales, Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1990, p. 312.

26 Le premier mot apparaît alors en majuscule pour signaler qu’il s’agit bien de la traduction d’une appellation officielle et non pas d’une note explicative.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search