Version classiqueVersion mobile

La notion d’« école »

 | 
Christine Peltre
, 
Philippe Lorentz

Géographies

L’École d’une nouvelle géographie : le style Côte d’Azur

Nathalie Bertrand

Texte intégral

  • 1 Louis Bertrand (1866-1941), écrivain, membre de l’Académie française qui consacra plusieurs essais (...)
  • 2 Ricord (M.), Louis Bertrand-L’Africain, Paris, Fayard, 1947, p. 60.

1Bleue est la mer, bleu est le ciel » : c’est ainsi que les chroniqueurs du xixe siècle décrivent le littoral méditerranéen qui s’étend de Marseille à Nice. Cette obsession de la couleur donnera à la région le nom de Côte d’Azur. « L’Azurie [...], l’azur même de l’azur », comme l’appelait Louis Bertrand1 cet « amoureux de la lumière et de la beauté provençale2 ».

  • 3 Bertrand (R.), Provence, Paris, Christine Bonneton, 1989, p. 78.
  • 4 Depuis 1961-1962 la région se nomme Provence-Alpes-Côtes d’Azur.
  • 5 Corbin (A.), Le territoire du vide : l’Occident et le désir de rivage, 1750-1840, Paris, Aubier, 1 (...)

2L’émergence du nouveau territoire se superpose à une autre terre au passé ancestral : la Provence. Depuis le xviie siècle, le sud-est de la France était décrit comme une région d’exotisme par son milieu naturel, ses mœurs, voire sa langue. La « théorie des climats, avait achevé au xviiie siècle, de fixer l’image d’un Midi “violent primitif et brutal” (R. Lafont)3 ». L’histoire et la géographie confrontent ces deux identités dans une logique évolutive du paysage4. Pour la naissance de la Côte d’Azur, c’est la dialectique avec la mer qui est fondamentale, alors que la culture provençale est traditionnellement tournée vers l’intérieur des terres, à une époque où le rivage et les océans appartiennent aux marins et où les villes de bord de mer sont des ports militaires de pêche ou de commerce. Alain Corbin propose une genèse de l’attrait pour ces zones côtières qui progressivement élabore une pratique nouvelle des espaces littoraux5. À partir de 1850 s’implantent le long des rivages les stations climatiques, hivernales et balnéaires, qui dans un premier temps concernent la Manche et l’Atlantique, puis la Méditerranée.

3Entre terre et mer, on assiste au xixe siècle à l’émergence d’une nouvelle composition spatiale où les ressources du paysage font naître une société autre. C’est dans ce contexte que s’établit une architecture de villégiature qui assimile des éléments du site, mais également les paramètres du climat comme le soleil et la lumière. Dans quelles mesures, les spécificités géographiques ont pu infléchir styles et programmes architecturaux et cristalliser l’image d’une région dans une métaphore de l’azur ?

De la Provence à la Côte d’Azur

  • 6 Soubiran (J.-R.), catalogue de l’exposition Le paysage provençal et l’école de Marseille avant l’i (...)
  • 7 Méry, 3 juillet 1861, p. 13, cité par Soubiran, op. cit., p. 231.
  • 8 Cité par Soubiran, op. cit., p. 231.
  • 9 Montigny, cité par Soubiran, op. cit., p. 231.
  • 10 La Madelène, cité par Soubiran, op. cit., p. 231.

4L’image de la Provence au début du xixe siècle est celle des peintres de l’École de Marseille6 qui représentent un pays de tradition, un territoire rural et agricole, une terre « sauvage » et pittoresque. Les troupeaux de Loubon dans des paysages rocailleux nous révèlent un monde « bestial » et un univers aride (Les menons de Camargue, 1853, Aix-en-Provence, musée Granet ; Le retour du troupeau, 1852, musée de Toulon). La Provence du « peintre géologue7 » est, comme la décrit Théophile Gautier « un pays de liège et de pierre ponce8 », « un véritable Sahara, plus les galets9 » où cependant la mer immobile et bleue baigne « ironique ce rivage sec et désolé10 ». La lavandière (1860, Paris, musée d’Orsay) de Paul Guigou (1834-1871), écrasée de soleil, œuvre agenouillée à même le sol dans la poussière : labeur des petits métiers d’une population paysanne. Pour Prosper Grésy (1801-1874) le paysage méridional est arboré. Sous l’influence de l’École de Barbizon, l’artiste plante des pins et des chênes qui diffusent une ombre bienfaitrice. À l’abri du soleil, le berger veille (Les Pins, vers 1840, Aix-en-Provence, musée Granet), et les lavandières (Paysage aux lavandières, collection particulière) besognent sans peine dans une nature romantique telles les nymphes des Baigneuses. Site de l’Aveyron (1854, Marseille, musée des Beaux-Arts). Parfois le terroir « s’architecture » de quelques mas et bastides.

  • 11 Blanchard (R.), Le Comté de Nice, étude géographique, 1860, p. 101.

5La Provence est dans un premier temps une valeur paysagère et cet « état de nature » provoque un véritable engouement pour la région. Outre la beauté des sites, c’est la douceur des climats hivernaux qui séduit une nouvelle population : « N’en doutons pas : ce qui, au cours des cents premières années touristiques engage les étrangers à passer quelques mois sur la côte, c’est la tiédeur des hivers, leurs ciels dégagés, la fréquence des heures de soleil11. »

  • 12 Milliet-Mondon (C.), Cannes-Architecture de villégiature, Itinéraire du patrimoine, 1994.
  • 13 Graff (Ph.), L’exception urbaine. Nice : de la renaissance au Consiglio d’Ornato, Marseille, Paren (...)
  • 14 Merimee (P.), Correspondance, 2e série, Paris, Adam Biro, n. d, t. VII, p. 198.

6Les premiers à s’y établir sont les aristocrates anglais à la recherche de dépaysement et d’exotisme. En 1834, Lord Henri Brougham, chancelier d’Angleterre, découvre Cannes, petit village de pêcheurs. Il engage la construction d’une demeure. Quelques années plus tard le « quartier anglais » se développe avec Sir Thomas Robinson Woolfield qui achète des parcelles et y bâtit des villas qu’il revend avec profit12. Nice, qui ne sera rattaché définitivement à la France que par le traité de Turin (15 avril 1860), est depuis le xviiie siècle une ville d’hivernants anglais. Depuis 1755, on y rencontre – entre autres – Lady Fitzgerald, les ducs d’York et de Gloucester, Lord et Lady Cavendish, le prince de Brunswick. En 1787, cent quinze familles étrangères séjournent à Nice, mais dans le quartier de la Buffa, dans la proche campagne, et non sur le littoral. Il faut attendre le début du xixe siècle pour voir les premières propriétés se construire le long de la grève. L’implantation massive des étrangers trouve son aboutissement dans la promenade des Anglais. Même si historiquement la paternité du « Camin dai Anglès », construit à l’initiative du révérend Lewis Way en 1820-1821, n’est pas établie, cet aménagement marque symboliquement la place des Anglais dans la région. En 1854, la municipalité, dans sa révision du plan régulateur sous l’égide du Consiglio d’Ornato, l’agrandit et prolonge son tracé « appelé par sa situation à devenir une des plus belles promenades de la ville13 ». Mais, cette présence britannique n’est pas toujours appréciée et Mérimée dénonce en décembre 1856 que « les Anglais se sont établis ici en pays conquis. Ils ont bâti cinquante villas ou châteaux plus extraordinaires les uns que les autres [...] et mériteraient d’être empalés pour l’architecture qu’ils ont apportée dans ce beau pays14.» À la suite des Anglais déferlent Russes, Américains et Parisiens, touristes, voyageurs, valétudinaires, autant de villégiateurs qui sont caution d’une réussite de la station et dont la presse mondaine publie régulièrement la liste. L’intérêt pour le littoral méditerranéen s’étend vers l’ouest. Les villes industrielles prétendent également à un avenir touristique. Le développement de Toulon procède d’un désir de trouver un autre attrait pour la ville trop liée à la mission militaire. Sa vocation est proclamée par le docteur Turrel qui publie en 1864 Les Résidences d’hiver dans lequel il vante les vertus de « la Méditerranée comme une immense piscine d’une véritable eau minérale » et les bienfaits des « oligo-éléments » de l’air marin, du soleil, du sable chaud et déclare Toulon comme « la localité qui jusqu’à Menton exclusivement, n’offre autant d’avantages aux malades forcés à des migrations hivernales ».

  • 15 Cité par Graff (Ph.), op. cit., p. 145.
  • 16 Roncayolo (M.), « Le paysage du savant », dans Nora (P.), Les lieux de mémoire, t. II, 1 : La nati (...)
  • 17 Dumas (A.), Impression de voyage, 1851, reprint, Paris, Éditions Gallimard, p. 264.
  • 18 Encyclopédie par l’image La Côte d’Azur, Paris, Hachette, 1928, p. 42.
  • 19 Merimee (P.), op. cit. note 14, t. IV, 1861, p. 96.
  • 20 Cette liste de surnoms est donnée par Langlois (E.), L’album-guide illustré du Littoral méditerran (...)

7L’intérêt pour la région est avant tout « sanitaire » et les séjours sont dans un premier temps thérapeutiques. « J’avais un ami [...] qui était malade à Lyon et désespérait de sa vie ; il est allé à Nice et y a recouvré la santé », écrivait Voltaire en I77715 Dans cette perspective, on assiste à une évolution du regard : l’horizon s’élargit des terres provençales vers le rivage méditerranéen. On proclame les vertus curatives du littoral qui donne naissance à ce que Marcel Roncayolo appelle « la topographie médicale » et le « néo-hippocratisme (c’est-à-dire le rôle décisif de l’environnement)16 ». Les stations du littoral vont ainsi promouvoir leur grande salubrité en s’appuyant sur les autorités médicales qui affirment les bienfaits de l’atmosphère maritime et de l’eau de mer. En 1838, Nice est la première station climatique de la future Côte d’Azur et le restera malgré l’émergence de Cannes. Lors d’un séjour à Nice, Alexandre Dumas décrit « une population de femmes pâles et frêles qui n’auraient pas la force de vivre ailleurs et qui viennent chaque année mourir à Nice ; c’est ce que l’aristocratie de Paris, Londres et Vienne a de mieux et de plus souffrant17 ». La parole médicale est caution des ressources médicinales des villes. Ainsi arrive par trains entiers une population, certes souffreteuse, mais fortunée, qu’il faut loger et distraire. Elle définit une nouvelle territorialité associée à un nouveau mode de vie : la villégiature. Cette migration est possible grâce au chemin de fer qui stimule les déplacements et les voyages. « L’essor de la Côte d’Azur a commencé le jour où elle est devenue accessible18. » La prospérité du Second Empire a servi le développement du tourisme par l’intermédiaire des chemins de fer qui s’approprient le terme en nommant une de leurs lignes le « Côte d’Azur rapide », train de jour qui va de Paris à Nice en quatorze heures. Progressivement, le réseau ferré est complété sur le littoral méditerranéen par la mise en service de nouvelles lignes. En 1860, le train arrive à Toulon, en 1863 à Cagnes, à Nice en 1864, en 1868 à Monaco et à Menton en 1869. Sous la Troisième République, des lignes supplémentaires sont mises en service jusqu’à la frontière italienne en 1876. Dans le département du Var, un embranchement pour Hyères est inauguré en 1875. À l’extension du réseau correspond une réorganisation des sociétés ferroviaires en six grandes compagnies dont le PLM (Paris-Lyon-Méditerranée). Mérimée regrette « cette avalanche d’étrangers et le chemin de fer qu’on nous fait et qui dérange un peu nos promenades19 ». On ne peut certes attribuer la création de cette nouvelle zone au seul chemin de fer, néanmoins son tracé de Marseille à l’Italie dessine le long de la Méditerranée un ruban qui réunit un ensemble de villes littorales et délimite symboliquement un espace qualifié de Côte d’Azur. Auparavant, la région était appelée le « pays ensoleillé », le « pays enchanté », le « pays bleu » ou le « pays du soleil20 ». Le terme de Côte d’Azur est inventé par Stephen Liégeard (1830-1925). C’est le titre d’un ouvrage qu’il publie en 1887.

8Littérateur et homme politique, Stephen Liégeard fut sous-préfet de Briey, de Parthenay et de Carpentras et élu député en 1867 pour la deuxième circonscription de Moselle. Réélu en 1869, il appuya la politique du cabinet Ollivier et disparut de la scène publique avec la révolution du 4 septembre. Comme poète, il a publié les Abeilles d’or en 1859, le Verger d’Issare (1870), Livingtone (poème en 1876), Les Grands cœurs en 1882, couronné par l’Académie française. Alphonse Daudet le décrit dans ses Lettres de mon moulin sous les traits de Monsieur le sous-préfet aux champs (1869). Originaire de Dijon, il séjourne régulièrement dans le sud de la France depuis son mariage avec Mathilde Labbé, propriétaire d’une villa à Cannes nommée « les Violettes ». La demeure est agrandie en 1880 par l’achat d’une partie du parc de Lord Brougham. L’homélie que la femme de lettres Théo Martin, présidente du salon des poètes de Nice, rédige à la mort de Stephen Liégeard résume :

Et la Côte d’Azur par lui prit son envol,
C’est ainsi que depuis notre rive se nomme ;
Pour placer dans son nom le charme de ce sol,
Il fallait un poète avec un gentilhomme !

9Le livre publié chez Quentin est un succès ; il est réédité en 1894. Les deux éditions sont illustrées de plus deux cent cinquante gravures de Edouard Louis Boudier et Gustave Fraipont. La Côte d’Azur est divisée en treize chapitres qui correspondent chacun, d’ouest en est, à la description d’une ville et de ses alentours. Le voyage commence à Hyères et Marseille, et, suivant le littoral, nous mène à Saint-Tropez, Saint-Raphaël, Cannes, Grasse, Antibes, Nice, la corniche, Monaco, Menton, Bordighera et se termine de San Remo à Gênes. Ce qui intéresse avant tout l’auteur c’est la nature et les paysages. Il admire la végétation comme l’eucalyptus, « conquête de l’Australie, conquérant de la Côte d’Azur ». Il relate également les traditions populaires et les festivités religieuses. Il est peu question d’art, à l’exception de Fragonard et la place de l’architecture est également fort réduite. Le nouveau casino de Charles Garnier à Monte-Carlo, nous vaut cette anecdote :

Non cependant que, dans notre culte pour l’illustre architecte, nous allions jusqu’à ériger sa conception en arche de l’Esprit saint ; ce qui bel et bien arriva, naguère, à l’une de nos pieuses amies conduisant son fils à Rome. Descendue le soir, dans une hostellerie de la Condamine, elle s’en vint, de bon matin, au casino, et demanda gravement à l’un des garçons de salle l’heure de la première messe.

10Si la description architecturale fait défaut, l’humour ne manque pas. De Marseille, il écrit : elle « est la porte ouverte sur l’Orient, mais ce n’est qu’une porte et les courants d’air ne se font pas faute d’y passer ». Il est important de souligner les liens de Stephen Liégeard avec le Félibrige. Il entretient des liens personnels avec Mistral (il assiste à son mariage en 1876) et les deux hommes correspondent régulièrement. Dans La Côte d’Azur, l’écrivain dijonnais relate la Félibrée des 27 et 28 mars 1887 qui marque la naissance de « l’Escolo de Lerin ».

11Le 24 avril 1888, l’Académie française accorde au livre le prix Bordin et Camille Doucet, à la séance publique du 15 novembre, déclare : « La Côte d’Azur, c’est cette corniche merveilleuse qui s’étend de Marseille à Gênes. » Le terme complète ainsi une terminologie des différents rivages de France : la Côte de Nacre, la Côte d’Émeraude, la Côte d’Argent..., le pays bleu est lui aussi désormais dénommé. La Côte d’Azur unifie dans sa terminologie une partie du littoral méditerranéen, mais les limites géographiques sont approximatives. Le guide pratique de la Côte d’Azur admet que :

  • 21 Collection des guides POL, 3e édition, s.d., Lyon, p. 3.

L’on ne peut délimiter exactement le littoral favorisé du ciel. Naguère encore, la Côte d’Azur commençait au-delà de l’Estérel : les lieux de villégiature situés à l’Ouest de Cannes ne comptaient pas, Hyères excepté, aux yeux des voyageurs du Nord. Il n’en est pas de même aujourd’hui : Saint-Raphaël, Sainte-Maxime, Cavalaire, Le Lavandou, Tamaris, Les Sablettes, Sanary, Bandol ont conquis une notoriété méritée et ont fait reculer jusqu’à Marseille les frontières de l’empire du Soleil. On dénomme couramment aujourd’hui “Côte de Provence” les points situés à l’Ouest de Saint-Raphaël, “Côte d’Azur”, Saint-Raphaël et les localités à l’Est21.

12À la fin du xixe siècle, la Côte d’Azur, comme entité géographique, présente donc des limites extensibles en fonction de l’émergence des villes de saison et de leur notoriété.

Tamaris : de la bastide à la villa

  • 22 Les Échos de Tamaris, 1er décembre 1892, no 37.
  • 23 Guide pratique de la côte d’Azur, op. cit. note 21, p. 104.
  • 24 Voyage en France, 13e série, « La Provence maritime », Paris, Berger-Levrault, 1909, p. 229.

13À la fin du xixe siècle, Tamaris est présenté comme la « première étape de la Côte d’Azur22 », la station « la plus au sud de la Méditerranée23 ». Mais jusqu’au Second empire, c’est un quartier suburbain de La Seyne-sur-Mer (Var), « un coin sauvage, à peine animé par deux ou trois bastides24 ». Sous l’impulsion de Marius Michel dit Michel Pacha (1819-1907), le Tamaris provençal se transforme en ville de saison [ill. 36-37]. Tamaris est avant tout un site qui doit son émergence à son environnement. Le lieu bénéficie de conditions naturelles exceptionnelles : une orientation est-ouest qui favorise son exposition au soleil. Du niveau de la mer, les collines élèvent en pente douce les terres et constituent une protection au vent. Le lieu-dit du Manteau [ill. 38] est un abri et son nom signifie qu’il est un espace préservé des rafales du mistral. Des coteaux au rivage se déploie ainsi un panorama somptueux.

  • 25 Sauze (P.), Tamaris, Sablettes-les-Bains, près de La Seyne-sur-Mer (Var) et les environs. Guide po (...)

Protégé contre la violence des vents du Nord, par un vaste rideau de collines couvertes de pins et beaux chênes-lièges qui l’entourent d’une ceinture de verdure, Tamaris est baigné sur toute sa longueur par les flots de la Méditerranée et grâce à la digue qui ferme la rade de Toulon, cette baie est transformée en un lac doux et tranquille que les ouragans ne peuvent agiter et dont les eaux reflètent continuellement l’éclat du ciel. C’est à peine si le souffle tiède et moelleux de la brise fait frissonner cette onde paisible en la caressant25.

  • 26 Cité par Dagognet (Fr.), Guery (Fr.) et Marcel (O.), « Mort et résurrection du paysage », dans Dag (...)
  • 27 « À la fois actuelle et rétrospective, la géographie nous offre ses clartés, ses explications entr (...)
  • 28 Repton (H.), Observation sur l’art de ménager des paysages en faisant des jardins, Londres, 1803.
  • 29 L’ensemble de cette correspondance est réunie, classée et annotée par Lubin (G.), Correspondance, (...)
  • 30 Lettre à Émile Aucante, Correspondance, op. cit., t. XVI, p. 307.
  • 31 Lettre à Jules Doucoiran, Correspondance, op. cit., t. XVI, p. 316.
  • 32 Lettre à Lucien Villot, Correspondance, op. cit., t. XVI, p. 320.
  • 33 Lettre à Ernest et Angèle Périgois, Correspondance, op. cit., t. XVI, p. 313.

14Pour comprendre ses mutations, il convient d’effectuer un « retour en arrière », recomposer le site initial avant l’apparition de la future station. Le tamaris est un arbre qui croît en abondance sur le littoral, supportant l’eau salée et les terrains vaseux. Il a donné son nom à ce coin de Provence. Tamaris est paysage. D’abord dans la notion étymologique du pays, un lieu, un territoire nommé qui se définit par ses particularités (topographique, climatique, géologique...). C’est donc un cadre et sa valeur paysagère, dans un premier temps, reste le beau naturel. Mais le paysage n’est pas réductible aux apparences et au-delà du naturalisme, il est un potentiel. Marx dans L’idéologie allemande, soutient que le « cerisier », arbre commun, concrétise d’abord l’histoire mondiale des échanges entre empires. S’il est planté devant nous, n’oublions pas qu’il est moins végétal que résultant de rapports économiques26. Tamaris, arbrisseau très décoratif, originaire d’Orient, à petites feuilles en écailles et fleurs roses en épi, est certes végétal et site dans le cas qui nous intéresse, et suivant le processus du cerisier de Marx, un support de l’histoire. Ce n’est pas un paysage immobile et le lieu s’inscrit dans le temps. C’est une alliance de l’histoire et de la géographie, nécessaire complémentarité des disciplines que les historiens ont démontré27. À l’instar des paysages d’Humphrey Repton et de ses célèbres peintures à volet présentant l’état initial d’un site et le projet de modification, Tamaris a connu deux états successifs de son territoire28. Le premier est celui que connut George Sand lors de son séjour en 1861. Son passage à Tamaris est une étape fondamentale dans l’histoire du site. Anticipant sur l’évolution future, nous pouvons qualifier la Dame de Nohant comme la première « touriste » de Tamaris. Son passage va marquer le lieu de manière « indélébile », et la promotion de Tamaris est assurée par son nom, avant même celui de Michel Pacha. Elle y réside trois mois (du 19 février au 29 mai 1861) pour se soigner d’une longue maladie. Durant ce séjour, elle entretient une abondante correspondance29 et tient un journal-agenda, notes qui lui serviront à rédiger un roman Tamaris, édité en 1862. Ces écrits sont une source de renseignements indispensables réalisant ce que Georges Lubin a appelé des “portraits” de paysage. Elle fait part de son enthousiasme dans sa correspondance : « Installés [...] dans un paradis terrestre sur une colline couverte de pins, la mer à nos pieds, des montagnes magnifiques au-dessus de nous, une vue splendide, à une lieue de Toulon, demie-lieue par mer30. » Elle qualifie le pays de : « idéalement beau31 », « d’endroit sublime [...] Ce ne sont que mers, forêts et montagnes, c’est rude comme température et comme site. Mais c’est grandiose et de tous les côtés nous dominons des vues immenses32 ». Le choix de cette villégiature a été conditionné par l’isolement et le caractère « sauvage » du site. Hyères est délaissé au profit de Tamaris parce que son fils a trouvé Hyères « fort prosaïque, plein de figures de malades ou d’Anglais, pas de chez soi, pas de solitude, rien aux alentours qui ne fut très cher à très incommode33 ». En 1861, Hyères est déjà une station de renom avec des hôtels, un casino et des villas. George Sand préfère le paysage provençal et la rusticité de l’habitat au confort et aux fastes d’une ville déjà transformé par la villégiature.

  • 34 Lettre à Ernest et Angèle Périgois, Correspondance, op. cit., t. XVI, p. 309-310.

15Elle va résider dans une bastide, l’habitat traditionnel de la Provence rurale. Étymologiquement, la bastide est une construction « bâtie » qui prend son origine dans « la maison des champs » du Moyen Âge. À partir du xviie siècle, elle devient un lieu de villégiature, le refuge dominical ou l’abri en cas d’épidémie. La bastide est souvent modeste, en particulier dans le département du Var, et le plus souvent associée à une petite exploitation agricole. De plan carré ou rectangulaire, couverte d’une toiture en tuile à quatre pentes, elle est par l’épaisseur de ses murs et ses petites ouvertures une architecture de climat, la maison qui protège ses habitants de la chaleur estivale et des rafales du mistral. Elle entretient cependant d’étroites relations avec son environnement par une terrasse et un jardin. À partir du xviiie siècle, certaines vont devenir de fastueuses demeures, « dérives architecturales » d’une aristocratie, puis d’une bourgeoisie, qui sème à la campagne les marques de sa réussite. La région toulonnaise ne connaît pas les fastes de ces pavillons et châteaux. Stylistiquement, les bastides de Tamaris restent des habitats rustiques qui entretiennent avec la terre d’étroites correspondances rurales. C’est dans une de ces demeures agrestes, mais néanmoins dévolue à la villégiature, que George Sand loue à Tamaris : « les trois-quarts d’une maison de campagne très bourgeoise mais extrêmement propre, que le propriétaire, avoué à Toulon, [Antoine Trucy] n’habite pas en ce moment et ne loue jamais34 ». Le lendemain de son installation, le 20 février, l’écrivain détaille l’habitation :

  • 35 Sand (G.), Tamaris, p. 29.

La maison est petite, badigeonnée en jaune rosé à la mode du pays, couverte en tuiles courbes, six fenêtres en façade, contrevents verts. Devant la maison une terrasse pavée en briques (les belles briques vernissées en rouge de la localité) un berceau en fer avec des rosiers grimpants, jasmins, chèvrefeuilles, deux arbres exotiques à l’entrée35.

  • 36 Ibid., p. 28.
  • 37 Ibid., p. 39.

16On retrouve dans cette description les caractéristiques de la bastide rurale. Mais George Sand critique également violemment cet habitat qu’elle qualifie de « généralement laid et décrépité36. » Dans son roman, elle consacre deux pages à la bastide et regrette que « le Moyen Âge et la Renaissance n’aient point passé par là, et que, de temps immémorial, on ait gardé, en l’abêtissant de plus en plus, la tradition imposée par la conquête37 ». Sa plus virulente critique est à l’encontre de la polychromie de ces bâtisses :

  • 38 Ibid., p. 39.

Comme on est sous le ciel de la couleur, il en faut mettre partout, et les maisons sont badigeonnées de tons les plus faux et les plus criards. C’est beaucoup quand on s’en tient au jaune d’ocre sale, qui est le moins voyant et le moins prétentieux. Quant aux reliefs, sous prétexte d’imiter les marbres antiques, ils sont d’un vert désolé ou d’un rouge féroce. [...] Prétention et misère, c’est le caractère de toutes ces maisons38.

  • 39 Ibid., p. 20.

17Sa description de l’intérieur de la bastide n’est pas moins acerbe (mais non sans humour) : « le papier est fort laid [...] salle à manger moins laide d’où nous avons fait retirer le pape en plâtre (dans la crainte de le casser) [...] ce désordre n’est pas désagréable, mais est-ce le goût ou l’incurie du propriétaire39 ? ».

18Quelques années plus tard (vers 1889), la bastide Trucy est promue à un autre destin « architectural ». Son nouveau propriétaire, M. Rossolin, « italianisera » la modeste demeure, transformant la bastide en villa. Le nouveau style de la maison se devra de répondre aux mutations « paysagères » du site, s’adapter à la nouvelle image de Tamaris et s’harmoniser au cadre de la ville. Quand Tamaris, d’espace rural devient station de la Côte d’Azur, la bastide Trucy, mise au « goût du jour », devient la « Villa George Sand » [ill. 34]. Si la partie nord conserve son aspect provençal, la façade Sud reçoit un ensemble d’éléments architectoniques : encadrements des fenêtres, corniches, frontons triangulaires et segmentaires, pilastres d’angles, ainsi qu’un décor mouluré d’agrafes maniéristes. Une frise de rinceaux en faïence vernissée court sous la corniche. De plus, une aile « Renaissance », avec une verrière, est adjointe à l’ancien logis au rez-de-chaussée. En 1891, un médaillon en terre cuite représentant George Sand, œuvre du sculpteur Charles Rouffosse, est intégré dans un fronton. Pour l’inauguration une fête est donnée en l’honneur de George Sand par le Comité des Félibres et Cigaliers, invité pour l’occasion par Michel Pacha. En 1891, Rossolin refait l’entrée de la villa :

  • 40 Les Échos de Tamaris, 15 janvier 1893, no 40.

Par les soins du délicat artiste méridional, l’habile et bien connu architecte du département, M. Roustan. Le portail d’un goût et d’un style très pur, sans prétention à éblouir les passants par des surchargements d’or ou d’argent, soutenu par une superbe muraille de pierres taillées en polygones irréguliers et le ravissant chalet de concierge, véritable bijou de construction, moitié briques rouges et moitié faïence, que M. Roustan a su harmonieusement combiner40.

  • 41 Chabaud (B.), Les jardins de la Côte d’Azur, Toulon, Imprimerie Nationale, 1910, p. 54-55.

19Le jardin est devenu exotique et, en 1910, Chabaud le décrit comme « un parc particulièrement remarquable par les Palmiers qui ornent les deux avenues de ce site charmant et lui donnent un aspect grandiose et oriental41 ». Le portail a disparu et la villa a été détruite en 1975 [ill. 35] mais subsiste le chalet de briques. Le jardin est lui aussi transformé avec un aménagement d’escaliers et de vases Médicis qui complètent la référence italienne de la demeure. La présence de George Sand a servi l’image du lieu et ses écrits nous ont permis d’interpréter le paysage comme un « palimpseste » et de révéler ses structures rurales disparues par les transformations d’un autre personnage : Michel Pacha. Son intervention à Tamaris est « radicale » ; elle relève de l’urbanisation de la campagne, métamorphose qui concerne autant le tissu ancien que la création d’un véritable site.

Le voyage architectural

20Michel Pacha est un marin, capitaine au long cours en 1844, et affecté aux Messageries nationales, service des paquebots-poste qui desservent le Moyen-Orient. En 1856, il obtient du sultan Abdül-Macid l’administration générale des phares de l’Empire ottoman et illumine d’une centaine de phares les côtes de la Sublime porte. En 1891, il obtient la concession du port de Constantinople et reçoit le titre de Pacha. Ses réalisations sont entièrement liées à la mer. En Orient, elles sont de l’ordre de la navigation et du commerce et appartiennent au monde du travail. En opposition, Tamaris relève du loisir et de l’activité touristique. Mais l’une et l’autre concernent les rivages. Le littoral méditerranéen est une zone à conquérir, un potentiel urbain qu’il faut bâtir, nommer et distribuer. À Tamaris, l’intervention de Michel Pacha est radicale. Elle relève de l’urbanisation de la campagne et génère la création d’un véritable site. À partir de 1879, il achète tous les terrains disponibles et va composer le Domaine de Tamaris, vaste propriété privée à l’échelle d’une ville.

21Le bord de mer est l’occasion d’élaborer une architecture sans analogie avec le caractère vernaculaire des constructions traditionnelles. Les programmes concernent l’accueil et le loisir d’une population en quête de dépaysement. L’hôtel et les villas assurent le logement, collectif d’une part, ou individuel, de l’autre. Le casino est une assurance contre l’ennui, et accorde à la ville le statut de station. L’innovation concerne les programmes architecturaux. Ils ne définissent pas la Côte d’Azur en particulier mais toutes les villes de saison, qu’elles soient thermales, climatiques ou balnéaires. Quant à la question du style à donner à ces édifices ? Comme on ne peut en choisir un, alors on les adopte tous. L’éclectisme domine qu’il soit historique ou géographique, pour faire se côtoyer classicisme, exotisme, modèle vernaculaire. Le voyage s’effectue à travers l’architecture : de l’orientalisme en passant par le cottage anglais ou le chalet basque. Louis Hautecœur dans le septième tome de son Histoire de l’architecture classique en France écrit :

Les livres des voyageurs et des érudits reproduisent des monuments de tous les temps et de tous les pays ; la photographie favorise leur connaissance ; pourquoi n’en pas profiter ? L’école classique se transforme de plus en plus en une école éclectique, dont les emprunts, favorisés par le nombre grandissant des publications et par les reconstitutions présentées aux Salons et aux expositions universelles, s’étendent à tous les temps et à tous les continents.

22À Tamaris, l’organisation résidentielle des villégiateurs s’organise dans le Grand-Hôtel et les quatre-vingt-dix-huit maisons individuelles que Michel Pacha offrait à la location. Construit face à la mer le Grand-Hôtel des Tamaris (1886-1887) déploie une façade rectiligne à cinq travées sur trois niveaux, flanquée de deux tourelles d’angles régi par la symétrie et l’axialité. Il se présente comme classique en référence à la grande architecture française, avec un esprit italianisant dans la modénature. D’étroites baies verticales rythment la façade alors que la ligne des balcons en fer forgé renforce son horizontalité. Un décor de staff, de moulures maniéristes, de cartouches à enroulement, de consoles baroques, de festons de fruits et d’agrafes à feuilles d’acanthes confèrent à l’édifice une discrète élégance.

23Cette organisation en massif longitudinal percé de nombreuses fenêtres et marqué aux angles par des rotondes ou des tours est le modèle du palace monumental de la Belle Époque comme l’Excelsior Régina à Nice (construit en 1896 par Basiani), et le Carlton à Cannes (1909-1913, par Charles Dalmas). On assiste à une uniformisation du modèle architectural de l’hôtel des voyageurs que l’on rencontre également à Deauville et Biarritz. L’esprit Côte d’Azur intervient dans le style néoclassique, l’emploi du stuc et la blancheur de l’édifice ou des couleurs claires. La pureté chromatique s’inspire des édifices d’époque Louis XVI et devient rapidement l’emblème d’une architecture qui se tourne vers le soleil et la Méditerranée.

  • 42 Mignot (Cl.), L’architecture au xixe siècle, Fribourg, Office du Livre, 1983, p. 272.
  • 43 L’architecture privée sous Napoléon III, 3 vol., Paris, 1859-1864, p. 45.

24À l’inverse, la villa s’autorise la polychromie et la fantaisie, multiplie les références stylistiques. Elle se substitue à l’habitat local et marque la transformation de Tamaris. La mutation architecturale désigne les nouvelles fonctions du site par l’évolution de la bastide à la villa. Une des caractéristiques du xixe siècle est la « régénération artistique de la maison42 ». La demeure balnéaire ou maritime se caractérise par la multiplication des terrasses, des balustrades, des bow-window, de tours et de tourelles, de belvédères et d’encorbellements. On assiste à un éclatement et à la multiplicité des éléments architecturaux. Les villas Le Croissant et L’Orientale présentent une volumétrie éclatée où la dissymétrie est le principe organisateur. Une série de corps de bâtiments multiplient les décrochements, les avancées et les retraits. L’ensemble constitue une architecture complexe et élaborée. La blancheur s’impose comme référence directe à l’Orient, soulignée par le chromatisme des faïences. Le Croissant reprend directement des éléments de l’architecture arabe comme le minaret détourné en belvédère, les merlons et les toits-terrasses. Le bleu des persiennes confère à la demeure une « tunisianité » toute symbolique ou en tout cas un esprit méditerranéen qui associe le blanc et l’azur. Le voyage se poursuit selon l’affirmation de César Daly : « aux monuments, le devoir de plaire à tous ; aux habitations, celui de plaire à quelques-uns43 ». Au gré de la promenade, le regard du villégiateur croise un chalet basque (La Sauvagine), qui s’affirme par sa toiture à faible pente largement débordante et en croupe faîtière sur la façade pignon. Les colombages à pans de bois sont de simples éléments décoratifs et n’ont pas les fonctions « constructives » de l’architecture traditionnelle. Le bois et les menuiseries, en particulier, confèrent à l’architecture de la villégiature un « aspect » pittoresque. On les trouve sous la forme d’éléments tels que lambrequins, épis de faîtage, et festons dentelés. La référence de la Villa Gabrielle est le chalet suisse avec sa lucarne-pignon surmonté d’un poinçon ailé et son petit balcon de bois. À Tamaris, comme dans toutes les villes des saisons, ces petites unités rustiques sont nombreuses, symbolisent le dépaysement architectural et apportent un côté rural par opposition à la demeure urbaine. Les villas italiennes (Villa Miramar, Bon-Abri, Belle-Vue) adaptent les préceptes de Palladio au site balnéaire. Massives et imposantes, elles présentent une volumétrie simple qui définit des surfaces claires. La pierre est le matériau de prédilection et le vocabulaire architectonique est directement référencé avec ses balustrades, débords de toiture à la toscane, frontons... Quant à la Villa Médicis, elle est le plus bel exemple de « décontextualisation » géographique de l’architecture de Tamaris. La villa n’a d’italien que le nom car il s’agit d’une demeure « à la française » avec un étage de comble en zinc percé de mansardiennes. Deux palmiers en façade rattachent cependant la maison à sa situation méditerranéenne. Chacune de ces villas dispose d’un petit jardin qui reçoit un ou plusieurs palmiers. Si le style signifie la « transplantation » architecturale, la végétation, et le palmier en particulier, désigne la Côte d’Azur. L’introduction des plantes exotiques va modifier le rivage provençal. Le phoenix canariensis (palmier des Canaries) que le comte de Vigier acclimate dès 1864 dans sa propriété de Nice, devient le symbole de la nouvelle région. On le plante le long des avenues, des promenades et dans les jardins. Les différentes espèces participent à l’architecture du paysage et contribuent à diffuser l’image d’une terre de voyage.

  • 44 Racine (M.), « Les jardins de la Côte d’Azur », dans Mosser (M.) et Teyssot (G.), Histoire des jar (...)

25Le xixe siècle a inventé le style Côte d’Azur qui s’inspire du jardin paysager et fait de la ville un parc. Tamaris est un jardin, constitué d’une multitude de jardins et dont le Château Michel Pacha résume les principes ordonnateurs. Il s’agit de la première construction de Tamaris (aujourd’hui disparue) : une demeure à l’italienne surmontée d’un dôme turc. Subsiste le parc composé d’une abondante végétation acclimatée (palmiers, dasylirion, cycas, cèdres, araucarias...) et parsemé de fabriques, serres et rocailles. Au gré de la déambulation, le promeneur croise une barque de pêcheur en ciment, une noria sous la forme d’un moulin en ruine, des nymphées et un kiosque à musique. L’architecture métallique est présente avec les serres et une volière surmontée d’un bulbe. La déclivité du terrain est aménagée par des escaliers et une exèdre à degrés. Le parc témoigne d’une recherche de composition à partir des courbes et des perspectives. Le jardin imite le paysage dans cette alliance d’irrégularité et d’ordre. « Du point de vue des formes, le jardin de la Côte d’Azur du xixe siècle juxtapose les tracés réguliers et les tracés à l’anglaise44. » Michel Pacha a conçu un espace à forte composante végétale associé à un plan d’aménagement urbain, et un traitement architectural diversifié. Tamaris s’intègre dans cette nouvelle conception de la ville-paysage née au xixe siècle qui est à l’origine d’une nouvelle géographie.

26La Côte d’azur est un jardin qui associe nature et architecture dans le contexte de la Belle Époque et la découverte du littoral. Entre terre et mer, les ambitions du territoire méditerranéen étaient peut-être de recomposer le Paradis terrestre, la terre promise ; dans tous les cas une utopie, une autre ville idéale à partir d’un nouveau dispositif spatial : un processus d’urbanisation diffus qui prend en compte l’environnement. L’architecture consacre l’espace avec le soleil et la mer comme orientation de la ville radieuse.

Notes

1 Louis Bertrand (1866-1941), écrivain, membre de l’Académie française qui consacra plusieurs essais à la Méditerranée et à l’Orient : Le mirage oriental (1909), Le livre de la Méditerranée (1911), Devant l’Islam (1923). Auteur également de plusieurs romans parmi lesquels Le sang des races (1899) et Mademoiselle de Jessincourt (1911) ; il écrivit également les monographies de Saint Augustin, Sainte Thésèse (1927), Philippe II (1929), Louis XIV (1923) et Flaubert (1921).

2 Ricord (M.), Louis Bertrand-L’Africain, Paris, Fayard, 1947, p. 60.

3 Bertrand (R.), Provence, Paris, Christine Bonneton, 1989, p. 78.

4 Depuis 1961-1962 la région se nomme Provence-Alpes-Côtes d’Azur.

5 Corbin (A.), Le territoire du vide : l’Occident et le désir de rivage, 1750-1840, Paris, Aubier, 1988.

6 Soubiran (J.-R.), catalogue de l’exposition Le paysage provençal et l’école de Marseille avant l’impressionnisme. 1845-1874, musée de Toulon, Réunion des musées nationaux, 1992.

7 Méry, 3 juillet 1861, p. 13, cité par Soubiran, op. cit., p. 231.

8 Cité par Soubiran, op. cit., p. 231.

9 Montigny, cité par Soubiran, op. cit., p. 231.

10 La Madelène, cité par Soubiran, op. cit., p. 231.

11 Blanchard (R.), Le Comté de Nice, étude géographique, 1860, p. 101.

12 Milliet-Mondon (C.), Cannes-Architecture de villégiature, Itinéraire du patrimoine, 1994.

13 Graff (Ph.), L’exception urbaine. Nice : de la renaissance au Consiglio d’Ornato, Marseille, Parenthèses, 2000, p. 145. Selon l’auteur, le Consiglio d’Ornato (conseil d’ornement), instance locale chargée de l’urbanisme qui va donner à Nice son premier plan régulateur entre 1830 et 1860, avait en effet intégré le tracé d’extension et un gabarit à l’échelle de l’actuelle promenade, sans commune mesure avec la piste anglaise, dénuée d’ambition urbanistique.

14 Merimee (P.), Correspondance, 2e série, Paris, Adam Biro, n. d, t. VII, p. 198.

15 Cité par Graff (Ph.), op. cit., p. 145.

16 Roncayolo (M.), « Le paysage du savant », dans Nora (P.), Les lieux de mémoire, t. II, 1 : La nation, Paris, Gallimard, 1986, p. 490.

17 Dumas (A.), Impression de voyage, 1851, reprint, Paris, Éditions Gallimard, p. 264.

18 Encyclopédie par l’image La Côte d’Azur, Paris, Hachette, 1928, p. 42.

19 Merimee (P.), op. cit. note 14, t. IV, 1861, p. 96.

20 Cette liste de surnoms est donnée par Langlois (E.), L’album-guide illustré du Littoral méditerranéen, Nice, Gauthier, 1885.

21 Collection des guides POL, 3e édition, s.d., Lyon, p. 3.

22 Les Échos de Tamaris, 1er décembre 1892, no 37.

23 Guide pratique de la côte d’Azur, op. cit. note 21, p. 104.

24 Voyage en France, 13e série, « La Provence maritime », Paris, Berger-Levrault, 1909, p. 229.

25 Sauze (P.), Tamaris, Sablettes-les-Bains, près de La Seyne-sur-Mer (Var) et les environs. Guide pour le malade et le touriste, Imprimerie de la Société de Typographie, Paris, 1888, p. 6-7.

26 Cité par Dagognet (Fr.), Guery (Fr.) et Marcel (O.), « Mort et résurrection du paysage », dans Dagognet (Fr.), Mort du Paysage ? Philosophie et esthétique du paysage, actes du colloque de Lyon, Seyssel, Champ Vallon, 1982, p. 9.

27 « À la fois actuelle et rétrospective, la géographie nous offre ses clartés, ses explications entre hier et aujourd’hui. La terre, le milieu, l’environnement, l’écosystème – autant de mots pour désigner ce qu’elle nous apporte, les rapprochements qu’elle nous impose et qui nous enseignent autant que les plus riches documents d’archives ». Braudel (F.), L’Identité de la France, Espace et Histoire, Paris, Flammarion, 1990, p. 28.

28 Repton (H.), Observation sur l’art de ménager des paysages en faisant des jardins, Londres, 1803.

29 L’ensemble de cette correspondance est réunie, classée et annotée par Lubin (G.), Correspondance, Paris, Garnier, 1981. Pour la période qui nous intéresse : t. XVI (juillet 1860mars 1862).

30 Lettre à Émile Aucante, Correspondance, op. cit., t. XVI, p. 307.

31 Lettre à Jules Doucoiran, Correspondance, op. cit., t. XVI, p. 316.

32 Lettre à Lucien Villot, Correspondance, op. cit., t. XVI, p. 320.

33 Lettre à Ernest et Angèle Périgois, Correspondance, op. cit., t. XVI, p. 313.

34 Lettre à Ernest et Angèle Périgois, Correspondance, op. cit., t. XVI, p. 309-310.

35 Sand (G.), Tamaris, p. 29.

36 Ibid., p. 28.

37 Ibid., p. 39.

38 Ibid., p. 39.

39 Ibid., p. 20.

40 Les Échos de Tamaris, 15 janvier 1893, no 40.

41 Chabaud (B.), Les jardins de la Côte d’Azur, Toulon, Imprimerie Nationale, 1910, p. 54-55.

42 Mignot (Cl.), L’architecture au xixe siècle, Fribourg, Office du Livre, 1983, p. 272.

43 L’architecture privée sous Napoléon III, 3 vol., Paris, 1859-1864, p. 45.

44 Racine (M.), « Les jardins de la Côte d’Azur », dans Mosser (M.) et Teyssot (G.), Histoire des jardins de la Renaissance à nos jours, Paris, Flammarion, 1991, p. 453-455.

Auteur

Maître de conférences en Histoire de l’art contemporain, Université de Provence.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search