Version classiqueVersion mobile

La notion d’« école »

 | 
Christine Peltre
, 
Philippe Lorentz

Approches historiographiques

Entre « caractère » et « style », Daniel Ramée et l’aryanité maçonnique

Enquête sur la notion d’école dans l’historiographie de l’architecture du xixe siècle

Laurent Baridon

Texte intégral

1La notion d’école a été moins utilisée en histoire de l’architecture que dans les autres champs de l’histoire de l’art. Pour expliquer cette particularité, on pourrait avancer que l’architecture étant un art collectif dans lequel la maîtrise d’œuvre a autant d’importance que la maîtrise d’ouvrage, la notion d’individualité artistique regroupant autour d’elle des émules perd de sa pertinence. Mais la raison essentielle de cette absence relative réside dans la prégnance de la tradition théorique qui a longtemps et profondément déterminé l’historiographie de l’architecture. Si le système des ordres présenté par Vitruve eut une telle descendance, c’est parce qu’il véhiculait un ensemble de notions qui a longtemps suffi à incarner une légitimité historique d’ailleurs incontestée. Ainsi les trois ordres grecs sont-ils des créations historiquement et géographiquement situées par le De Architectura. Le dorique est la création des Doriens, ce qui lui confère une antériorité sur les autres ordres liée à la chronologie des peuplements de la Grèce. Il s’agit donc aussi d’une ethnie dont les représentants se sont fixés dans des villes et des territoires précis. Les mêmes critères sont attachés à l’ordre ionique. À la suite de Vitruve, à la Renaissance, Alberti confère les mêmes déterminations à l’ordre toscan dont il promeut la légitimité florentine ; en France, au xviie siècle, la première question mise au concours à l’Académie d’architecture fut la création d’un « ordre français » ; la liste pourrait être encore étendue.

  • 1 Moisy (P.), Les séjours en France de Sulpice Boisserée (1820-1825). Contribution à l’étude des rel (...)

2Les ordres ont donc longtemps tenu lieu d’école, jusqu’à ce que le développement de l’intérêt pour d’autres architectures vienne susciter la nécessité de refaire l’Histoire hors du vitruvianisme. La redécouverte de l’architecture gothique constitua un des aspects majeurs de ce processus qui devait conduire à la pratique historiciste du xixe siècle. Cette forme d’architecture qui, comme son nom l’indique, représentait, depuis la Renaissance, un contre-modèle absolu, exigeait pour être réévaluée que son histoire fut établie. Après que son caractère pittoresque ou son architectonique eurent suscité l’intérêt au xviiie siècle, les trois premières décennies du siècle suivant furent le cadre d’une lutte entre les archéologues anglais, allemands et français1 pour lesquels le gothique était devenu l’objet d’un enjeu nationaliste. Tout était donc prêt, vers 1810-1820, pour que la notion d’école – nationale ou régionale – fût appliquée à cette architecture, avec la même frénésie que pour les autres arts.

3Pourtant, la notion d’école s’est trouvée mise en échec par des critères antérieurs comme le « caractère », ou par des classifications postérieures comme le « style ». L’explication de ce phénomène réside peut-être dans l’emboîtement de la pratique architecturale dans l’historiographie. Les architectes, plus encore que les peintres et les sculpteurs, acquièrent alors un savoir historique au sein de l’École de Beaux-arts qui se retrouve dans leurs projets. Cette relation très forte entre histoire et pratique rend alors l’utilisation de la notion d’école extrêmement sensible et difficile. D’ailleurs l’historicisme architectural suppose que l’architecte mette en œuvre plusieurs styles, dans des édifices différents avant 1850, puis au sein du même édifice après 1850. À quelle école pourrait-il alors se référer et à laquelle pourrait-il bien appartenir ? Reste qu’entre Quatremère de Quincy, encore attaché à la notion de caractère, et Arcisse de Caumont, le grand promoteur de la notion de style dans l’historiographie de l’architecture médiévale, il y eut chez certains historiens une tentation de l’école. Daniel Ramée en est le meilleur représentant car il montre comment, au xixe siècle, en découlant des autres critères concurrents, la notion d’école induisait une identité culturelle mais aussi ethnique, reprenant inconsciemment un topos vitruvien.

  • 2 Quatremère de Quincy (A.J.C.), Dictionnaire d’architecture, Paris, Mme veuve Agasse, II, 1801-1820 (...)

4Quatremère de Quincy doit être considéré comme le dernier théoricien du classicisme qui selon lui est par définition éternel et universel. Par conséquent, dans une certaine mesure, toute architecture s’éloignant de ces caractéristiques constitue une déviance qu’il faut rejeter. Aussi, la reconnaissance d’écoles lui semble d’emblée sujette à caution. Néanmoins le Dictionnaire d’architecture qu’il rédige entre 1785 et 1825 dans le cadre de l’Encyclopédie méthodique de Panckoucke intègre un article « école » dans la première partie du deuxième volume paru en 18012. Le secrétaire perpétuel de l’Académie des Beaux-Arts en donne une définition conforme à celle du moment puisqu’à l’idée d’une « certaine manière de faire que quelques maîtres accrédités transmettent à leurs élèves » s’ajoute celle d’« un certain goût local que la réunion de diverses causes, souvent très difficiles à analyser, a rendu caractéristique de certaines villes ou de certaines nations ». Mais ces deux acceptions du mot école, dans le sens d’atelier et dans celui de caractère régional, se fondent sur des références antiques. Il précise en effet que Pline signale qu’en Grèce existait, dans le domaine de la peinture il est vrai, deux écoles l’une Helladique, l’autre Asiatique ; l’école Helladique aurait elle-même été scindée en deux par l’influence d’Eupompe de Sicyone dont l’influence fut telle qu’elle aurait provoqué la naissance d’une école sicyonienne, réunissant les deux acceptions, pédagogique et géographique, de la définition proposée. Malgré cette référence à l’âge d’or grec, Quatremère de Quincy se félicite qu’en « architecture, le mot école a eu moins de vogue sous l’un et l’autre des deux sens abstraits qu’on vient de lui reconnaître, surtout en peinture ». La manière fondée par l’originalité d’un artiste doit être rejetée :

  • 3 Ibid., p. 269 (a).

Il semble que ce doive être un malheur pour cet art, lorsque quelqu’architecte se forme une manière tellement frappante aux yeux qu’on lui en attribue l’invention. L’invention alors n’est le plus souvent que de la nouveauté, & la nouveauté en architecture, n’est ordinairement que de la bizarrerie. C’est ainsi que Borromini a été le fondateur d’une trop célèbre école3.

5Borromini étant l’exemple sur lequel s’appuient tous les critères esthétiques négatifs du Dictionnaire d’architecture, on comprend à quel point cette école au sens de manière est condamnable. En revanche, l’acception géographique est reconnue comme faisant partie des « manières locales de bâtir, dépendantes soit du climat, soit des matériaux, soit du hasard de ces causes premières qui dans l’origine d’un art deviennent, sans qu’on s’en aperçoive, le principe de son développement». Depuis la Renaissance, on reconnaît ainsi une école florentine et une autre vénitienne. De cet article « école », il ressort qu’une école ne peut être décrétée par un maître. Elle naît de ce que le xixe siècle appellera le déterminisme du milieu et cette définition proposée par de Quatremère de Quincy compte parmi les premières. D’ailleurs, dans le premier volume paru en 1788, c’est un autre mot qu’il investissait d’une définition approchante : celui de « caractère ».

  • 4 Szambien (W.), Symétrie, goût, caractère : théorie et terminologie de l’architecture à l’âge class (...)

6Critère essentiel de l’esthétique du xviiie siècle, il apparaît en 1745 chez Germain Boffrand. Au sein du système esthétique relativiste, il permet de faire rentrer dans le champ conceptuel un acteur dont l’importance ne cesse de grandir en relation avec le développement de l’architecture privée des hôtels et des maisons de campagne4. Le commanditaire, le futur client de l’architecte libéral, fait son entrée dans la théorie de l’architecture puisque sa personnalité doit être prise en compte afin qu’elle transparaisse dans l’édifice, plus particulièrement dans la décoration et la distribution. Le caractère d’un édifice est donc ce qui l’individualise en lui conférant une expression qui est celle de son commanditaire. L’article que Quatremère de Quincy consacre à ce mot reprend cette définition, mais en étend dans la définition à ce qu’il qualifie de causes premières dans l’article « école » : le climat et les matériaux notamment. Mais ici, dans l’article « caractère », ces mêmes causes sont « secondes », laissant la primauté aux peuples dans la détermination du caractère. Le caractère est dû au peuple, puis, en second lieu au milieu et enfin au commanditaire. Le critère d’école ne tient qu’aux causes locales et constitue une sous-catégorie du caractère. Reste que le mot caractère disparaît au xixe siècle et que l’on voit, entre 1785, date de l’article « caractère » et 1801, date de l’article « école », qu’un glissement s’est opéré, de façon incomplète, entre le premier et le deuxième terme.

  • 5 Lavin (S.), Quatremère de Quincy and the Invention of a Modem Language of Architecture, Cambridge, (...)
  • 6 Quatremère de Quincy (A.J.C.), op. cit. note 2, III, 1825, p. 411 (b).
  • 7 Ibid., p. 412 (a).

7Quant au style, Quatremère de Quincy en traite dans son dernier volume, paru en 1825 et l’on peut y voir que ce critère est appelé à recouvrir ceux de caractère et d’école. L’académicien est visiblement séduit par cette notion qui va dans le sens de la métonymie qu’il promeut pour faire de l’architecture un langage5, dans un équivalent de l’Ut pictura poesis. Le style vient évidemment du stylet, de la marque qui s’imprime sur un ouvrage6. C’en est au point qu’il reprend le texte de Pline qu’il avait utilisé pour définir les différentes écoles grecques, mais cette fois en utilisant le mot style ; plus étonnant encore, il suggère que les ordres d’architecture peuvent être considérés comme des styles7. En somme, Quatremère de Quincy illustre parfaitement, dans la longue chronologie de son Dictionnaire d’architecture, l’évolution de l’historiographie de l’architecture, conférant à la notion d’école en architecture la place d’un intermède entre celles de caractère et de style.

  • 8 Quatremère de Quincy (A.J.C.), op. cit. note 2, II, 1801-1820, article « Gothique », p. 455 (a).
  • 9 Ibid., p. 458 (b).
  • 10 Ibid., p. 467 (a).
  • 11 Ibid., p. 467 (b).
  • 12 Ibid., p. 463 (b).

8Mais, face au développement de l’intérêt pour l’architecture gothique qui lui est contemporain, Quatremère de Quincy a-t-il infléchi sa position en reconnaissant l’existence d’une « école » ou d’un style ? Dans la seconde partie du deuxième volume de son Dictionnaire d’architecture parue en 1820 – soit entre la date de l’article « école » et celle de l’article « style » –, il traite en effet de cette architecture et en particulier de ses origines, la question la plus débattue entre 1800 et 1840. Il lui est assez aisé à l’époque de montrer qu’elle ne peut trouver son origine ni chez les Goths ni chez les Arabes, ni même dans la nature, dans les forêts de Germanie citées par Tacite. C’est même le principal argument qui lui permet de la condamner, sous le prétexte qu’elle « restera toujours problématique8 ». Ni son nom, ni son origine, ni ses caractéristiques formelles, ni même son architectonique – qui avait été pourtant réhabilitée depuis le début du xviiie siècle – ne permettent d’établir sa spécificité9. Son nom est inexact car les Goths n’en sont pas les inventeurs, son origine est indéterminable, ses formes ne participent que d’une « décomposition10 » et ses techniques constructives ne sont redevables d’aucune filiation avec la nature par le biais d’une « cabane » comme chez Vitruve. Elle n’est que « l’héritière de tous les abus, de tous les mélanges, de toutes les confusions nées dans la décadence des arts11 », que le « résultat des débris de l’architecture antique, comme un mélange irrégulier des différents goûts des siècles précédents, mélange dans lequel il se peut que l’influence du goût de l’Orient & de celui des Arabes soit entré pour quelque chose12 ». Ethniquement indéfinie, n’ayant aucune espèce de « caractère », elle ne saurait être une « école », dans l’histoire de l’architecture comme dans l’actualité de la pratique.

  • 13 Vitet (L.), Monographie de l’Eglise Notre-Dame de Noyon [...], plans coupes, élévations et détails (...)
  • 14 Boisserée (S.), Histoire et description de la cathédrale de Cologne, accompagnée de recherches sur (...)
  • 15 Vitet (L.), Rapport à M. le Ministre de l’Intérieur sur les monumens, les bibliothèques, les archi (...)
  • 16 Boisserée (S.), op. cit. note 14, p. 8 et 23 notamment.

9Les débats qui entourent la question de l’origine de l’art gothique sont évidemment liés à la perspective de fonder une nouvelle architecture nationale. La question d’une école médiévale ressort de la même ambivalence dans la mesure où la reconnaissance d’une école gothique aurait servi, dans la logique de l’historicisme, à refonder une école dont les membres auraient été évidemment des opposants au néoclassicisme académique promu par Quatremère de Quincy. Ce dernier devait d’ailleurs concilier ses convictions conservatrices qui le poussaient à reconnaître le gothique comme un style chrétien et ses idéaux artistiques tournés vers une intransigeante grécité. Il manœuvrait habilement en faisant connaître les travaux de Sulpiz Boisserée sur la cathédrale de Cologne pour lequel le gothique était chrétien, mais aussi et surtout germanique. De cette façon, Quatremère de Quincy partageait les convictions défendues de Chateaubriand et Montalembert, tout en favorisant la diffusion de l’idée d’un gothique allemand qui lui permettait de contrer les tenants d’un gothique français dont Arcisse de Caumont était le chef de file. Derrière lui se rangeaient ceux qui allaient devenir les premiers membres de l’administration des Monuments historiques et en particulier Ludovic Vitet dont la monographie sur la cathédrale de Noyon est la première parue sur un édifice français13, répondant ainsi à celle de Sulpiz Boisserée14. Selon le premier inspecteur des Monuments historiques, le gothique « n’est ni oriental, ni germanique, mais proprement national » ; il constitue « un admirable chapitre de nos annales » comme il l’écrit au Ministre de l’Intérieur dans son rapport de 1831. Opposant le roman et le gothique, il voit dans la première une architecture « exotique et sacerdotale, née du dogme et non du sol, de la foi et non des mœurs ; elle règne par droit de conquête ecclésiastique : elle n’a d’autres principes, d’autres racines que l’église et les canons ». Au contraire le gothique «préside au réveil du moyen âge [...] Son principe est dans l’émancipation, dans la liberté, dans l’esprit d’association et de commune, dans des sentiments tout à fait indigènes et tout nationaux ; elle est bourgeoise, et de plus elle est française, anglaise, teutonique, etc. ; Aussi les architectes, qui sont-ils ? Ici des moines, rien que des moines ou des gens d’église ; là des laïques, des francs-maçons15 ». Les historiens romantiques français des années 1820-1830, à commencer par Augustin Thierry, s’étaient tout particulièrement occupé de montrer que l’essor de cette nouvelle architecture relevait de la montée en puissance de la bourgeoisie au sein des villes organisées en communes libres. Apparemment, pour Vitet, les francs-maçons étaient surtout les maçons des villes affranchies. Sulpiz Boisserée avait lui aussi signalé la présence de « maçons » mais pour accréditer la thèse de la spécificité germanique16.

10Toutes les conditions étaient donc réunies pour que l’architecture gothique pût être qualifiée d’école. Les loges des maçons concrétisaient un lieu de formation et de diffusion d’un savoir et les déterminations nationales, pour aussi conflictuelles qu’elles aient été, indiquent bien que les critères géographiques et même régionaux se mettaient progressivement en place. Arcisse de Caumont en fut d’ailleurs le principal instigateur. Néanmoins le concept d’école reste discret dans l’historiographie française. Ce phénomène peut s’expliquer par la réticence que montrait Vitet à l’égard du néo-gothique. Reconnaître que le gothique était une école française levait tous les obstacles à la construction de tels édifices en France. Il faut y voir l’influence de Quatremère de Quincy qui réussit, à Paris, à faire en sorte que ce soit Hittorff et Franz-Christian Gau, deux architectes allemands, qui se signalent pour les réalisation néo-gothiques. C’est à la génération suivante, celle de Viollet-le-Duc et des architectes diocésains, qu’il reviendra de lever l’ambiguïté sur la nationalité du gothique et de construire nombre d’édifices religieux et civils néo-gothiques. Mais c’est alors que le concept de style qui vint, sur le plan archéologique, supplanter tous les autres.

11Pourtant, la notion d’école fut mise en œuvre par un contemporain de Viollet-le-Duc dont les travaux n’ont pas bénéficié de la même célébrité. Daniel Ramée (1806-1887) fait partie de cette génération d’architectes qui voulut fonder une nouvelle pratique architecturale sur une nouvelle histoire de l’architecture, celle du Moyen Âge. En charge à partir du 16 décembre 1848 des édifices du Diocèse de Beauvais, il restaure et entretient Saint-Martin-aux-Bois, Saint-Riquier de Corbie, le Palais de justice de Beauvais et l’église de Saint-Leu-d’Esserent. Mais il est démis de ses fonctions sans que quiconque se soit vraiment donné la peine de le défendre, sans doute pour des raisons politiques.

  • 17 La Locomotion. Histoire des chars, carrosses, omnibus et voitures de tous genres, Paris, Amyot, 18 (...)
  • 18 Recueil des deux cents motifs d’architecture depuis la Renaissance jusqu’à nos jours, Paris, Firmi (...)
  • 19 L’Architecture et la construction pratique mise à la portée des gens du monde, des élèves, et de t (...)
  • 20 Dictionnaire général des termes d’architecture en français, allemand, anglais et italien, Paris, C (...)
  • 21 Suivant le premier tome de 1804, le tome second parut en 1846, lui-même suivi de L’Architecture de (...)
  • 22 Sur cette question, voir Turner (P.V.), Joseph Ramée, International Architect of the Revolutionary (...)
  • 23 Manuel de l’histoire générale de l’architecture chez tous les peuples et particulièrement en Franc (...)
  • 24 Histoire générale de l’architecture, Paris, Amyot et Vve C. Dunod, 1860-1885, 3 vol.
  • 25 La Mort de Jésus. Révélations historiques sur le véritable genre de mort de Jésus traduites du lat (...)
  • 26 Louis-Auguste Boileau accuse Daniel Ramée d’être peu constant dans ses idées. Peut-être doit-on en (...)

12Proche de Ludovic Vitet, il illustra de lithographies sa monographie de la cathédrale de Noyon. Le premier inspecteur des Monuments historiques le choisit pour conduire les toutes premières études sur les monuments à étudier et restaurer, Noyon, mais aussi Senlis et Beauvais. Les contributions de cet auteur prolixe sont assez variées, allant d’une histoire de la locomotion17 à un recueil de motifs d’architecture18, en passant par un manuel de construction pratique19 et un dictionnaire d’architecture quadrilingue encore utile aujourd’hui20. Né à Hambourg d’une mère allemande d’un père français qu’il suivit aux Etats-Unis en 1816, avant de revenir en France faire ses études, Daniel Ramée maîtrisait donc les langues des pays dans lesquels il grandit, mais aussi l’italien. Il fit aussi œuvre d’éditeur en réalisant la fameuse « édition Ramée » de « l’Architecture » de Claude-Nicolas Ledoux21. Ce dernier travail, qui ne correspond pas à ses centres d’intérêt habituels, s’explique sans doute par le fait que son père, Joseph Ramée, avait travaillé avec François-Joseph Bélanger et Jacques Cellerier, des proches de Ledoux22. Mais une appartenance commune à la franc-maçonnerie pourrait constituer une motivation suffisante. Dès 1823, Ramée projette d’écrire une histoire générale de l’architecture qui prend corps en 1843 avec le Manuel général de l’architecture chez tous les peuples et particulièrement en France au Moyen Âge23, et, en 1860, son Histoire générale de l’architecture24. Parallèlement, quelques ouvrages à vocation historique ou polémique instruisent sur les idées républicaines et anticléricales de cet auteur étonnant25. Ses travaux, souvent obscurs, ont été parfois sévèrement jugés par ses contemporains26.

13Soucieux de promouvoir son anticléricalisme, d’ailleurs partagé par nombre d’architectes diocésains – Viollet-le-Duc en tête –, Ramée nie que la scolastique ait pu avoir le moindre rôle dans la formation de l’architecture gothique. Seules les loges de francs-maçons constituèrent le creuset des idées nouvelles, comme les universités l’étaient pour la science et la religion. Évidemment, ces francs-maçons étaient proches des communes libres, car ils s’opposaient au pouvoir des seigneurs et des moines. Toutes ces thèses seront reprises sans grande modification par nombre d’historiens au premier rang desquels figure Viollet-le-Duc. Mais, alors que celui-ci en arrive même à voir dans la cathédrale gothique des maîtres maçons laïques une simple salle d’assemblée pour la population de la commune affranchie, Ramée propose une interprétation empreinte de sacralité. Alors que chez Viollet-le-Duc, l’ogive n’est que la forme la plus adaptée compte tenu des matériaux et des principes constructifs, elle est chez Ramée une forme symbolique, la marque des francs-maçons :

L’ogive qui est, comme nous allons le prouver, le signe de l’opposition dans les arts contre l’Église, le symbole d’un parti religieux mais d’un esprit fier et indépendant, n’a pu percer avant le xiiie siècle, parce que la société chrétienne, sous la tutelle puissante des prêtres, n’était pas encore préparée à recevoir les idées de liberté morale et politique par des communautés affranchies moralement dès leur origine du pouvoir spirituel de l’Église romaine ; communautés qui avaient sans doute adopté pour signe de ralliement l’antique trinité, le nombre trois, comme unité numérique et le triangle comme représentant ce symbole lorsqu’on voulait le manifester d’une manière palpable par une surface.

14Les francs-maçons sont certes des laïques, mais en mettant en œuvre l’ogive, ils proclament leur foi : si la scholastique avait égaré la pensée, l’art et particulièrement l’architecture « nourrit le sentiment d’un Dieu miséricordieux, enveloppé du plus sublime mystère et de la majesté céleste. » Autrement dit la foi des francs-maçons médiévaux est gnostique est appartient à une longue tradition qui s’oppose aux religions révélées :

  • 27 Ramée (D.), Manuel [...], op. cit. note 23, t. 2, p. 271.

[...] Ce n’est qu’en admettant l’existence d’une école ancienne, d’une école secrète, en opposition avec les prêtres, avec les prêtres de l’église romaine, avec les prêtres architectes ; de plus, ce n’est qu’en admettant une école en opposition avec la hiérarchie ecclésiastique, une école où le sentiment de l’indépendance dominait, un école qui avait conservé le génie de la liberté des races germaniques, qu’on peut expliquer la souveraineté de l’ogive, immédiatement et universellement acceptée dans les arts et la société du xiiie siècle27.

  • 28 Viollet-le-Duc possédait dans sa bibliothèque l’édition de 1860 de l’Histoire générale de l’archit (...)

15Cette école ancienne et secrète qui a conservé ses traditions à travers les siècles est donc celle des francs-maçons. Leur savoir remonte aux origines des civilisations humaines dont Daniel Ramée entreprend de remonter la piste dans son ouvrage intitulé Théologie cosmogonique ou reconstitution de l’ancienne et primitive loi paru en 1853, très proche de l’Essai sur l’inégalité des races humaines d’Arthur de Gobineau qui paraît au même moment. Les races aryennes y sont décrites comme supérieures aux races noires et jaunes. On sait que Gobineau influença Viollet-le-Duc28, lequel a probablement aussi lu Ramée. Étant lui-même franc-maçon et attribuant aux maîtres maçons des idées anticléricales, il ne pouvait ignorer les thèses de son confrère des Monuments historiques.

16Le Manuel de l’architecture de Ramée ambitionne donc d’écrire une histoire universelle de l’architecture et s’ouvre par « l’histoire primitive du genre humain, des religions, la filiation des peuples, leurs migrations, les temps et les circonstances sous l’influence desquelles chaque pays s’est formé ». L’auteur recherche le peuple le plus ancien et le trouve sur des niveaux très élevés au-dessus du niveau de la mer. Les deux autres races, la mongole et la noire, ont le désert de Gobi et les montagnes de la Lune pour refuges. Une étude comparative des textes sacrés les plus anciens – Livres de Zoroastre, le Zend-Avesta, le Boundehesch, le Jescht-Mithra et la Genèse – l’ont convaincu de l’existence d’un déluge, de fortes inondations et d’un bouleversement dans le climat, qui ne peuvent s’expliquer que par le passage d’une comète qui aurait modifié l’axe de rotation de la Terre. L’axe de rotation primitif fixait le pôle méridional au Cap de Bonne espérance et l’équateur traversait le centre de l’Europe et la « haute Asie ». Il reconnaît dans cette dernière zone, « aux environs de l’Himalaya et de l’Indou-Khou », un pays primitif, une patrie première préservée des inondations. À partir de ce berceau de l’humanité préservée, des migrations distinctes les unes des autres dans l’espace et le temps expliquent que certains peuples, en s’éloignant de la mère patrie, en passant d’un mode de vie sédentaire à un mode de vie nomade, abandonnent leurs valeurs originelles. Tels sont les sémites et particulièrement les Hébreux. Au contraire, les Aryas, originaires non de l’Irak mais des hauts plateaux himalayens, restent fidèles à leurs traditions. Ils migrent vers l’ouest en suivant la course du soleil ou se dirigent vers le sud et l’Inde. Comme nombre de ses contemporains, Ramée reconnaît à la race caucasienne une origine aryenne.

17À partir de cette étude anthropologique qui doit beaucoup à la bibliographie allemande à laquelle il emprunte abondamment, tout comme Gobineau, Ramée construit une histoire universelle de l’architecture fondée sur les degrés d’aryanité des peuples. Les Doriens sont des caucasiens d’une aryanité plus pure que celle des Ioniens et des Phéniciens. Les Éthiopiens sont de race caucasienne, du « rameau sémitique et aryen », et donc étroitement liés aux Indiens. Ils habitent sur les montagnes comme le veut leur tradition et influencent fortement les Égyptiens. Bref, toutes les civilisations qui ont développé une grande architecture l’ont fait sur la base des croyances anciennes qu’elles ont conservé de leur religion primitive dont la formation remonte à l’époque où elles s’étaient réfugiées sur les hauts plateaux himalayens.

  • 29 Ramée (D.), op. cit. note 23, t. 1, p. 39.

18Ceci explique, selon Ramée, que l’architecture ait toujours été un art religieux qui reproduit l’essence du monde. Elle procède d’une cosmogonie et exige « la connaissance de la structure de la terre et du ciel » : « Comme architectes primitifs, les dieux étaient aussi les véritables et les premiers maîtres dans l’art de l’architecture, et cette science se confondait elle-même avec la théologie, qui, dans l’antiquité païenne, n’était autre chose qu’un véritable cosmogonie ou science de la formation de l’univers29. » L’architecture était donc confiée aux prêtres dans les civilisations aryennes et s’appuyait sur la mystique des nombres. Le triangle, parmi les surfaces, est la forme qui correspond au nombre trois, et présente la même signification.

  • 30 Ibid., p. 57.

Ainsi que le nombre trois est le premier entre les nombres, de même aussi le triangle est-il le premier entre toutes les formes ; car le point et la ligne ne sont que des choses imparfaites, il faut dans l’étendue les trois dimensions pour qu’un objet soit complet. Le triangle quoique composé de trois lignes et de trois angles, forme cependant un tout complet et indivisible. Tous les autres polygones ne peuvent être divisés qu’en triangles, et composés de triangles. Ces derniers sont donc les types primitifs qui servent à la construction des autres surfaces, et c’est pour cette raison encore que la figure du triangle est le symbole de l’existence de la divinité, ainsi que celui de la puissance productrice30.

  • 31 Ibid., p. 160.
  • 32 Ibid., p. I.

19Il n’est guère besoin d’expliquer l’importance que Daniel Ramée attribue au triangle. Pour en revenir à l’architecture gothique, cet auteur estime que les francs-maçons des loges ont conservé le souvenir des traditions hébraïques les plus anciennes qui elles-mêmes reflètent les principes de la mystique aryenne originelle. Convaincu de l’importance de sa découverte, il s’étonne de ce que ce « fait si remarquable soit passé inaperçu de tous ceux qui se sont occupés de l’histoire de l’architecture31 ». « L’école » des francs-maçons du Moyen Âge a hérité et transmis ce savoir occulte dont Daniel Ramée se proclame l’héritier à la première ligne de son Manuel : « Il y a vingt ans que nous fûmes initiés aux principes de l’architecture32. »

  • 33 Michaud, no 586, 1996, p. 163-187.

20L’école maçonnique et aryenne de Daniel Ramée constitue une exception dans le paysage historiographique de l’architecture médiévale. Elle s’explique par la biographie particulière de cet architecte qui était familiarisé avec les cultures allemande, anglo-saxonne et française, et qui, de ce fait, était moins sensible au nationalisme. Chez lui, la notion d’école est détachée de son ancrage géographique, de son déterminisme par le milieu. Mais, rattachée au sang, comme le caractère et le style l’étaient au peuple, elle repose sur un déterminisme de la race. Cette construction absurde et hypertrophiée montre cependant le caractère artificiel de la volonté de regrouper en école des artistes n’ayant rien à voir les uns avec les autres. Elle témoigne aussi de ce que les critères qui motivent de tels regroupements sont toujours fondés sur des conceptions qui n’appartiennent pas au champ des formes elles-mêmes mais aux fondements culturels de ceux qui les mettent en œuvre. À ce titre, l’école selon Daniel Ramée ne se distingue en rien du concept de « style » tel qu’il a été mis en œuvre au xixe siècle, en particulier chez Viollet-le-Duc, mais aussi par un longue tradition historiographique qui a opposé le Nord et le Sud33. L’originalité de Ramée consiste dans son effort de « déterritorialisation » et de « dénationalisation » d’un critère qui pourtant ne pouvait que véhiculer l’idée d’un ancrage de l’art au peuple et au sol national. C’est en inventant une transmission ininterrompue depuis la plus haute antiquité des savoirs secrets au sein des loges qu’il parvint à entretenir la confusion fondamentale que le terme d’école renferme en lui-même entre le critère de l’enseignement et celui de la ressemblance des formes et des styles comme instrument de taxonomie. Or, l’historien de l’art, partant de l’impression subjective d’appartenance commune d’œuvres à un même ensemble pour induire l’existence d’une école au sens de centre artistique prend le risque le risque de se tromper, ce qui lui arrive souvent si l’on en juge par les incessants changements d’attribution. Mais il prend surtout le risque de projeter les concepts qui le déterminent, à commencer par ceux qui se rattachent à la notion d’école. Inventer une école suppose en effet que l’on veuille légitimer l’existence d’un centre artistique, comme antécédent historique à la création d’une école nationale ou régionale. En somme, si le terme école peut encore être utilisé aujourd’hui, il faudrait que ce soit dans le sens d’atelier ou de lieu d’enseignement, au sein desquels des documents explicites attestent avec certitude qu’un savoir se transmet.

Notes

1 Moisy (P.), Les séjours en France de Sulpice Boisserée (1820-1825). Contribution à l’étude des relations intellectuelles franco-allemandes, Lyon, I.A.C., 1956.

2 Quatremère de Quincy (A.J.C.), Dictionnaire d’architecture, Paris, Mme veuve Agasse, II, 1801-1820, p. 268 (b)-269 (a).

3 Ibid., p. 269 (a).

4 Szambien (W.), Symétrie, goût, caractère : théorie et terminologie de l’architecture à l’âge classique, Paris, Picard, 1986.

5 Lavin (S.), Quatremère de Quincy and the Invention of a Modem Language of Architecture, Cambridge, Mass., Londres, The M.I.T. Press, 1992.

6 Quatremère de Quincy (A.J.C.), op. cit. note 2, III, 1825, p. 411 (b).

7 Ibid., p. 412 (a).

8 Quatremère de Quincy (A.J.C.), op. cit. note 2, II, 1801-1820, article « Gothique », p. 455 (a).

9 Ibid., p. 458 (b).

10 Ibid., p. 467 (a).

11 Ibid., p. 467 (b).

12 Ibid., p. 463 (b).

13 Vitet (L.), Monographie de l’Eglise Notre-Dame de Noyon [...], plans coupes, élévations et détails par Daniel Ramée, Paris, Imprimerie royale, 1845.

14 Boisserée (S.), Histoire et description de la cathédrale de Cologne, accompagnée de recherches sur l’architecture des anciennes cathédrales [...]. Stuttgart, J. G. Cotta, Paris, Firmin Didot, 1823.

15 Vitet (L.), Rapport à M. le Ministre de l’Intérieur sur les monumens, les bibliothèques, les archives et les musées des départements de l’Oise, de l’Aisne, de la Marne, du Nord et du Pas de Calais, Paris, Imprimerie royale, 1831, p. 12.

16 Boisserée (S.), op. cit. note 14, p. 8 et 23 notamment.

17 La Locomotion. Histoire des chars, carrosses, omnibus et voitures de tous genres, Paris, Amyot, 1856.

18 Recueil des deux cents motifs d’architecture depuis la Renaissance jusqu’à nos jours, Paris, Firmin Didot, 1886.

19 L’Architecture et la construction pratique mise à la portée des gens du monde, des élèves, et de tous ceux qui veulent faire bâtir, Paris, Firmin-Didot, 1868.

20 Dictionnaire général des termes d’architecture en français, allemand, anglais et italien, Paris, C. Reinwald, 1868 [reprint, Slatkine, Genève, 2003].

21 Suivant le premier tome de 1804, le tome second parut en 1846, lui-même suivi de L’Architecture de C.-N. Ledoux, Paris, 1847, 2 vol. [reprint, Princeton, 1984].

22 Sur cette question, voir Turner (P.V.), Joseph Ramée, International Architect of the Revolutionary Era, Cambridge, Mass., Cambridge University Press, 1996, p. 295-299.

23 Manuel de l’histoire générale de l’architecture chez tous les peuples et particulièrement en France au Moyen Âge, Paris, Paulin, 1843, 2 vol.

24 Histoire générale de l’architecture, Paris, Amyot et Vve C. Dunod, 1860-1885, 3 vol.

25 La Mort de Jésus. Révélations historiques sur le véritable genre de mort de Jésus traduites du latine en allemand et de l’allemand en français d’après le manuscrit d’un frère de l’Ordre sacré des Esséniens, contemporain de Jésus, Paris, E. Dentu, Librairie centrale, 1863 ; Action de Jésus sur le monde ou conséquences du Christianisme, Paris, E. Dentu, 1864 ; La République, son développement dans l’Etat et dans la société, Paris, Alphonse Lemerre, 1872 ; Précis de l’Histoire des Français depuis Clovis jusqu’à la République de 1870, t. I : De l’année 1481 à 1461, Paris, J. Lecuir, 1880.

26 Louis-Auguste Boileau accuse Daniel Ramée d’être peu constant dans ses idées. Peut-être doit-on en chercher l’explication dans le saint-simonisme d’inspiration buchézienne dont fait preuve cet architecte. Voir Boileau (L.-A.), Histoire critique de l’invention en architecture, classification méthodique des œuvres de l’art monumental au point de vue du progrès et de son application à la composition de nouveaux types architectoniques dérivant de l’usage du fer, Paris, Dunod, 1886, p. 14.

27 Ramée (D.), Manuel [...], op. cit. note 23, t. 2, p. 271.

28 Viollet-le-Duc possédait dans sa bibliothèque l’édition de 1860 de l’Histoire générale de l’architecture (no 14 du catalogue de vente après décès) ; voir Baridon (L.), L’imaginaire scientifique de Viollet-le-Duc, Paris, Strasbourg, L’Harmattan/Université des sciences humaines de Strasbourg, 1996.

29 Ramée (D.), op. cit. note 23, t. 1, p. 39.

30 Ibid., p. 57.

31 Ibid., p. 160.

32 Ibid., p. I.

33 Michaud, no 586, 1996, p. 163-187.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search