Version classiqueVersion mobile

La notion d’« école »

 | 
Christine Peltre
, 
Philippe Lorentz

Questions de style

La notion d’Oberrhein : les gisants de chevaliers, exemple et contre-exemple

Julien Louis

Texte intégral

  • 1 Bauch (K.), Das mittelalterliche Grabbild, Berlin, New-York, de Gruyter, 1976, p. 136-138.
  • 2 « Eine im beginnenden 14. Jahrhundert besonders schöpferische Landschaft, das südwestdeutsche Gebi (...)

1Dans son ouvrage classique, Das mittelalterliche Grabbild, Kurt Bauch (1897-1975) isole un petit groupe de gisants de chevaliers aux caractères très précis1 : la dalle est lisse et dépourvue de décoration, le défunt est vêtu d’une armure minutieusement détaillée, le glaive, l’écu et les gants sont représentés « posés » sur la dalle ; les pieds reposent sur un lion et la tête, sur le heaume. Il recense dix-huit tombeaux regroupant ces caractéristiques, tous datés entre 1270 et 1415, avec une acmé vers 1330-1350, et surtout tous regroupés dans une région remontant le Rhin du lac de Constance à Strasbourg, avec quelques extensions vers Fribourg-en-Suisse et la Souabe. « Une région particulièrement innovante au début du xive siècle, le Rhin supérieur (Oberrhein), au sud-ouest de l’Allemagne, a créé isolément un art propre et influent, sous l’impulsion du gothique français2. »

  • 3 Bauch (K.), op. cit., p. 104-105.
  • 4 L’œuvre a suscité de nombreux débats, la date de décès de l’épouse de Rodolphe de Habsbourg, 1281, (...)
  • 5 Voir par exemple, à partir des albums Gaignières, les pierres tombales de Jeanne de Wirmes, du xii (...)

2Les caractéristiques géographiques sont considérées comme suffisantes pour expliquer ce phénomène : des conditions locales évidentes et stables génèrent « mécaniquement» des formes selon des processus que l’historien n’a pas à préciser. Cette dénomination régionale est fixe et centrée : elle crée des « marges », introduisant, intrinsèquement, une valeur normative selon l’ancienneté et la situation topographique, négligeant complètement les données historiques, sociales, voir simplement qualitatives. Dans le même ouvrage, K. Bauch utilise à nouveau ces arguments lors de l’étude des gisants féminins contemporains3 : le gisant bâlois de la reine Anna von Hohenberg4, sans doute du début du xive siècle, est considéré comme le modèle d’un groupe de tombeau sur tout le Rhin supérieur. Le contrappósto avec un large sillon central dans la robe, le nœud d’étoffe ramené sous le coude, la guimpe, les deux coussins en quinconce sous la tête y sont présentés comme autant d’éléments caractéristiques. Tous, pourtant, sont déjà courants dans le royaume de France depuis le dernier tiers du xiiie siècle5.

  • 6 Sur Bauch, et notamment sur sa bibliographie, voir les introductions des différents mélanges qui l (...)
  • 7 Pour une réflexion globale sur le concept d’Oberrhein, voir R. Recht, « Géographie artistique et l (...)

3Longtemps professeur à l’université de Fribourg-en-Brisgau, Kurt Bauch, bien qu’ayant d’abord consacré ses recherches à la peinture du Siècle d’Or hollandais, s’est régulièrement intéressé au concept d’Oberrhein : il fonde, par exemple, les Forschungen zur Geschichte der Kunst am Oberrhein, collection dans laquelle il publie des thèses consacrées à la période médiévale et dont il a assuré la direction6. Après Georg Dehio, professeur à Strasbourg, Bauch a voulu donner à l’Oberrhein un rôle central dans l’introduction de l’art gothique dans l’Empire et dans sa reformulation dans le contexte germanique. Il ne parle jamais à proprement parler d’« école », notion rarement utilisée dans l’historiographie allemande médiéviste, mais le lien entre espace et art n’en est pas moins compris comme une contrainte : de grands blocs géographiques homogènes et pré-existants déterminent l’expansion et la définition d’une esthétique nouvelle, qui se propage « par contact ». Paradoxalement, la définition de ces ensembles se fait à la fois par et contre l’art : l’observation d’une unité stylistique ou iconographique suscite l’hypothèse de l’existence d’une unité géographique, qui elle-même explique l’unité stylistique. Pour sortir de ce cercle sans fin, je souhaite explorer ici, de façon plus précise, les liens entre unité artistique et unité géographique dans le cas précis des gisants de chevaliers du Rhin supérieur7.

  • 8 Sur les tombeaux d’Hauterive et de la région de Fribourg-en-Suisse, voir H. Reiners, Burgundisch-a (...)
  • 9 Voir aussi le gisant détruit de Johann zu Rhein († 1317, anciennement dans la chapelle des Johanni (...)
  • 10 Le thème de l’épée représentée posée sur la dalle de manière illusionniste est crée dans la second (...)

4Le gisant de Konrad von Maggenberg († 1273/1374, abbaye de Hauterive, près de Fribourg-en-Suisse)8 est peut-être le plus ancien gisant conservé en Suisse et il emprunte aux modèles français l’iconographie du chevalier en armes. Cette nouvelle image funéraire se répand lentement et se formalise vers 1320 dans un type original, à Bâle, illustré par le gisant de Rodolphe III de Thierstein († 1318, cathédrale)9 [ill. 1]. Le heaume du chevalier est glissé sous sa nuque, l’épée est déposée sur la dalle, l’armure est minutieusement détaillée. Ce nouveau modèle inaugure un rapport inédit du gisant à sa dalle : les éléments « horizontaux » sont largement mis en valeur, la dalle est conçue comme un support et non plus comme un fond. L’influence française est nettement décelable, mais elle ne relève plus directement du domaine royal : la source est à chercher dans les modifications apportées au motif du gisant, dans les provinces du royaume, peu avant 130010.

  • 11 Voir aussi les tombeaux de Werner Falke von Munsweiler († après 1333, église Notre-Dame de Rouffac (...)
  • 12 Voir aussi ceux d’Ulrich von Ahelvingen († 1339, église d’Ellwangen, Souabe), de Kuno von Falkenst (...)

5À partir de 1330, ce type cohérent se répand de chaque côté du Rhin et remonte vers le nord ; les caractéristiques n’en évoluent que peu dans l’immédiat, sinon dans le sens de l’accentuation du relief des éléments et de leur autonomie. En Alsace, ce modèle trouve sa pleine expression dans le gisant d’Ulrich de Werde († 1344, église Saint-Guillaume de Strasbourg) [ill. 2], le seul dont l’auteur, Wölflin de Rouffach, nous soit connu. La saillie de l’épée et des gants est très marquée, et la raideur du corps soulignée ; l’écu, appuyé sur la tête d’Ulrich, est devenu un objet et non plus un signe11. Ce tombeau a des équivalences formelles et iconographiques très fortes avec d’autres monuments, éloignés mais parfaitement contemporains, comme le gisant d’Ulrich von Treffel († après 1350, abbaye d’Hauterive)12 [ill. 4]. Durant une vingtaine d’années, ce type sépulcral précisément défini « unifie » le Rhin supérieur : il n’en dépasse pas les limites et s’y développe en maintenant ses caractéristiques de départ.

  • 13 Le monument de Conrad-Werner de Hattstatt († vers 1320 ? musée d’Unterlinden, Colmar) épouse le pr (...)
  • 14 Cette appréhension de la dalle comme support abstrait du gisant conditionne déjà le monument plus (...)
  • 15 Le monument d’Otto de Grandson († 1328, cathédrale de Lausanne), en adoptant le parti d’un gisant (...)
  • 16 Tombeaux détruits de Jean III de Ribeaupierre († 1361, église des Dominicains de Ribeauvillé) : Ma (...)
  • 17 Tombeau de Verry de Ceintrey († 1363, musée d’Epinal, provenant de l’abbaye de Chaumousey). Voir L (...)
  • 18 Tombeau de Heinrich von Seinsheim († 1345) à Mariaburghausen bei Hassfurt. Voir Suckale (R.), Die (...)
  • 19 Tombeau du landgrave Louis II de Thuringe, église Saint-Georges d’Eisenach. Voir KRAUSS 0.), Welte (...)
  • 20 Homolka (J.), « Tumben der Pfiemysliden », dans emysliden », dans Die Parler undder Schöne Stil, 1 (...)

6Cette unité, certes saisissante, n’en découle pas moins d’un effet de loupe. D’une part, parmi les gisants de chevaliers du Rhin supérieur, ce modèle n’a jamais été exclusif13. Ensuite, cette homogénéité est fugace. Dès la décennie 1340, en Souabe, un type très particulier se développe, caractérisé par la volonté de regrouper les caractéristiques de la dalle « concrète » – le heaume sous la tête, le lambrequin reposant sur les côtés – et de celle « abstraite » : le défunt, représenté dans une position verticale, semble vouloir se glisser dans le cadre de la dalle comme dans une porte entrouverte14. Ce mouvement de dissolution touche le cœur de l’Oberrhein : à partir de 1370 environ, en Suisse et à Bâle en particulier, les caractéristiques les plus originales, liées à la conception de la dalle comme support physique, s’effacent15. Témoin inverse de cette fragmentation régionale, la Haute-Alsace reste fidèle au type de départ, et ce jusqu’au xvie siècle16. Enfin, dans le même temps, le modèle est sorti des limites du Rhin supérieur. Après 1350, des exemples, plus ou moins fidèles au prototype, se recensent en Lorraine17, en Franconie18, en Thuringe19... In fine, réduit à un ou deux éléments, il trouve encore un écho sur le tombeau d’Ottokar II, dans la cathédrale de Prague, une œuvre de Peter Parler commandée directement par l’empereur Charles IV20. La caractérisation purement régionale proposée par K. Bauch trouve donc rapidement ses limites.

  • 21 Voir par exemple le monument du comte Eberhard (3e tiers du XIIIe).

7Avant 1320, les tombeaux seigneuriaux, rares et disparates, privilégient la représentation du défunt en robe nobiliaire21. Or, le nouveaux modèle met ostensiblement en valeur les attributs militaires et héraldiques : le gisant est ici le support de l’affirmation d’un privilège, le droit de porter les armes. À une image purement aristocratique et essentiellement symbolique, héritée de la période carolingienne, succède une autre, au contraire fortement ancrée dans le réel social : les attributs honorifiques pluriséculaires sont remplacés par des pièces d’armement sans cesse perfectionnées. En d’autres termes, une catégories sociale précise, l’aristocratie, modifie l’image qu’elle se donne d’elle-même en adoptant les valeurs et les codes d’une autre catégorie, en l’occurrence ceux de la chevalerie. Par ces motifs, la noblesse affiche son identité exclusive : le gisant en tenue militaire devient le support de l’affirmation sociale de la caste aristocratique.

  • 22 Arens (A.), Skulpturen des 13. bis 15. Jahrhunderts im Landesmuseum Mainz, Mayence, Landesmuseum, (...)
  • 23 Voir Werle (M.) et Seiller (M.), « Une résidence aristocratique médiévale à Strasbourg : la maison (...)
  • 24 Seeliger-Zeiss (A.), « Ritter-Grabmäler der Parlerzeit im Gebiet der ehemaligen Kurfplatz », Zeits (...)
  • 25 Jäekel-Badouin (J.), « Die Grabplatte Gunthers von Schwarzburg im Frankfurter Domchor », Archivfür (...)
  • 26 von Freeden (M.), Herbiopolis Jubilans. 1200 Jahr Bistum Würzburg, Wurtzbourg, 1952, p. 321-336 ; (...)
  • 27 Lacroix (E.), Die Kunstdenkmäler der Stadt Baden-Baden, Karlsruhe, C.F. Müller, « Die Kunstdenkmäl (...)
  • 28 Le gisant d’Ulrich V Landschad von Steinach (t 1369, église de Neckarsteinach) adopte la position (...)

8Dans le milieu rhénan, cette valorisation soudaine atteint immédiatement une forme extrême, et de fait isolée, dans le cycle des Électeurs de l’ancienne douane de Mayence, où elle est adoptée y compris pour la représentation de l’évêque22, et ces bouleversements s’appliquent aussi à d’autres domaines artistiques, sous des formes variées : ainsi dans l’architecture civile et sa décoration intérieure23 Mais ils s’observent sur une échelle géographique beaucoup plus ample : dans d’autres régions de l’Empire se développent, au même moment et dans des contextes très différents, des types similaires d’image funéraire chevaleresque. Ainsi dans le Palatinat, un petit groupe se distingue dans la deuxième moitié du xive siècle24 : le relief du gisant est assez fort mais le lien à la dalle maintenu, l’architecture tient une place très importante dans la décoration et surtout, le défunt est représenté en station debout quasi parfaite, tenant l’épée à deux mains, par devant. Sur le Rhin moyen, un autre ensemble, le « groupe de 1370 », adopte un modèle plus décoratif, sans grande saillie des formes25. Enfin, en Franconie, là aussi dans la seconde moitié du xive siècle, un dernier groupe s’attache à une vision plus élégante, plus « courtoise » du gisant de chevalier, mais avec un relief tout aussi marqué que dans le Palatinat26. Tous sont perméables les uns aux autres : dans la nécropole des margraves de Bade, le monastère de Lichtental (Baden-Baden), les modèles hauts-rhénans et palatins sont choisis de manière indifférenciée27. Et certains monuments sont conçus en empruntant tel ou tel élément à tel prototype, pour le combiner à d’autres, créant des œuvres qui, ainsi, échappent à toute classification géographique et démontrent la communauté d’objectifs de ces ensembles28.

  • 29 Alioth (M.), Gruppen an der Macht. Zünfte und Patriziat in Strassburg im 14. und 15. Jahrhundert. (...)
  • 30 Aperçu récent de la question dans M. Parisse, Allemagne et Empire au Moyen Age, Paris, Hachette, 2 (...)
  • 31 Metz (B.), « L’apparition de l’écuyer en Alsace au xiiie siècle. De la ministérialité à la petite (...)

9Dans de telles évolutions, à l’échelle impériale, les caractéristiques géographiques sont réduites à un rôle secondaire. Pourtant, l’hypothèse d’une simple imitation de la situation française est insuffisante pour expliquer la rapidité de la propagation de ces images et l’évolution brutale des motivations du discours qui la sous-tend. À ce niveau de l’analyse, il est nécessaire de revenir au cadre géographique. Les principales villes de l’Oberrhein sont régies par des conseils tripartites où le groupe féodal, la coalition des affaires et l’artisanat salarié se partagent le pouvoir29. Cette organisation, unique dans l’Empire, est néanmoins contestée depuis la fin du xiiie siècle : la noblesse, qui jusque là avaient réussi à conserver l’essentiel des fonctions régaliennes, est progressivement désavouée, parfois de manière violente. Pour ne citer que l’exemple strasbourgeois, la bourgeoisie détourne les pouvoirs essentiels suite à un « coup d’état » en 1332, mais est contestée à son tour lors d’un second coup de force en 1349 : ces dates encadrent précisément la période d’apogée du gisant de chevalier. Les crises successives entraînent une fixation des limites entre ces groupes, jusque là relativement perméables entre eux : l’aristocratie réagit en intégrant ses marges, la chevalerie souvent issue de la ministérialité, conjonction achevée dans le nord du royaume de France depuis plus d’un siècle mais tout à fait nouvelle dans l’Empire30. En Haute-Alsace, le terme « écuyer », qui témoigne de cette assimilation, apparaît précocement31 ; c’est sur ces « hommes nouveaux » que Rodolphe de Habsbourg, landgrave, s’appuie pour imposer à nouveau l’autorité impériale. L’idéologie chevaleresque, légitimée, acquiert un prestige jusqu’alors inédit : la nouvelle élite féodale parvient ainsi à promouvoir une image d’elle-même qui défend ses privilèges militaires irréductibles, au travers de l’armure et du blason.

10Il ne s’agit pas pour autant de donner simplement un nouveau contenu au concept d’Oberrhein. Comme nous l’avons vu, la zone d’extension de ce type sépulcral chevaleresque n’est pas réductible à cette définition géographique : d’une part parce qu’elle est attachée à un maillage inclus dans cette zone, et non pas à la zone toute entière (il ne s’agit que des nécropoles et grandes fondations d’une aristocratie surtout urbaine) ; d’autre part parce que certaines de ses caractéristiques ne lui sont pas propres : l’évolution sociale qui la motive se poursuit sur une échelle beaucoup plus vaste. Mais il s’agit d’abord d’en revenir aux modes de productions de l’œuvre. Les commanditaires – et l’on sait le poids qu’ils ont dans l’élaboration de l’œuvre – appartiennent tous à un groupe précisément défini, ou plutôt en train de se redéfinir précisément. Dans un Empire fragmenté où l’homme médiéval se reconnaît d’abord par son appartenance à un groupe, l’image funéraire joue le rôle d’identifiant, de signe d’appartenance : les membres de la noblesse, unis à l’échelle régionale par des liens familiaux et vassaliques, créent un modèle sépulcrale qui leur permet de se reconnaître. À cette même échelle, il est aussi destiné à les distinguer des autres groupes, ceux-là même qui contestent leurs pouvoirs traditionnels. Le cadre géographique reste le même ; il délimite le champ dans lequel l’œuvre d’art laissent transparaître ses motivations, mais il n’en est plus une.

Notes

1 Bauch (K.), Das mittelalterliche Grabbild, Berlin, New-York, de Gruyter, 1976, p. 136-138.

2 « Eine im beginnenden 14. Jahrhundert besonders schöpferische Landschaft, das südwestdeutsche Gebiet des Oberrheins, hat eine eigene und ihrerseits weithin wirksame Kunst aus den Anregungen der französischen Gotik erschaffen » (ibid., p. 136). Voir aussi E. Borgwardt, Die Typen des mittelalterlichen Grabmals in Deutschland, Schramberg, Gatzer & Hahn, 1939, p. 46.

3 Bauch (K.), op. cit., p. 104-105.

4 L’œuvre a suscité de nombreux débats, la date de décès de l’épouse de Rodolphe de Habsbourg, 1281, n’offrant pas une hypothèse convenable de datation. Voir Reinhardt (H.), Das Basler Münster, Bâle, Werner & Bischoff, 1961, p. 29-30.

5 Voir par exemple, à partir des albums Gaignières, les pierres tombales de Jeanne de Wirmes, du xiiie siècle, à Royaumont (no 135), de Béatrix de Candoire († 1262) à Ourscamps (no 301), de Catherine de Bove (t 1277) à Royaumont (no 353), d’Alix Barlatte († 1293) à Saint-Victor de Paris (no 441), de Marie de Gonesse († 1322) à Barbeaux (no 609), etc., citées daprès l’édition de J. Adhemar, « Les tombeaux de la collection Gaignières », Gazette des Beaux-Arts, t. 84, 1974, p. 1-192. Voir, ailleurs dans l’Empire, d’autres gisants affiliés au même type, par exemple en Hesse le gisant de sainte Gertrude († 1297, église abbatiale d’Altenbergbei-Wetzlar). Voir Kiesow (G.), Gotik in Hessen, Stuttgart, Theiss, 1988, p. 248, ill. 114.

6 Sur Bauch, et notamment sur sa bibliographie, voir les introductions des différents mélanges qui lui ont été offerts : Hackelsberger (B.), Himmelheber (G.), Meier (M.), Festschrift Kurt Bauch. Kunstgeschichtliche Beiträge zum 25. November 1957, Munich, Deutscher Kunstverlag, 1957, et Becksmann (R.), Lisner (M.), Kunstgeschichtliche Studien für Kurt Bauch zum 70. Geburtstag von seinen Schülern, Berlin, Munich, Deutscher Kunstverlag, 1967 ; ainsi que son recueil d’articles, Studien zur Kunstgeschichte, Berlin, 1967.

7 Pour une réflexion globale sur le concept d’Oberrhein, voir R. Recht, « Géographie artistique et longue durée : l’exemple du Rhin supérieur », Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire, t. 32, 1989, p. 161-164. Voir aussi, à partir d’exemples précis, A. Rapp-Buri et M. Stucky-Schürer, Zahm und wild – Basler und Straβburger Bildteppiche des 15. Jahrhunderts, Mayence, Bâle, Philipp von Zabern, 1990 ; catalogue de l’exposition Spätmittelater am Oberrhein, Karlsruhe, Badisches Landesmuseum et Staatliche Kunsthalle, Stuttgart, Thorbecke, 2001 ; S. Aballea, Les saints sépulcres monumentaux du Rhin supérieur et de la Souabe (1340-1400), Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2003.

8 Sur les tombeaux d’Hauterive et de la région de Fribourg-en-Suisse, voir H. Reiners, Burgundisch-alemannische Plastik, Strasbourg, Hünenburg, 1943.

9 Voir aussi le gisant détruit de Johann zu Rhein († 1317, anciennement dans la chapelle des Johannites), dans C. H. Baer, Die Kunstdenkmäler des Kantons Basel-Stadt, t. III, 1 : Kirchen, Klöster und Kapellen, Bâle, Birkhäuser, 1941, p. 436-439. Celui de Konrad Schalers von Benken († 1316, cathédrale de Bâle) est difficile à analyser suite à une importante restauration. Les tombeaux suisses alémaniques sont regroupés et reproduits dans I. Futterer, Gotische Bildwerke der deutschen Schweiz, Augsbourg, Filser, 1930.

10 Le thème de l’épée représentée posée sur la dalle de manière illusionniste est crée dans la seconde moitié du xiiie siècle. Il apparaît en Champagne sur les deux gisants anonymes conserves dans l’église de Binson [ill. 3], à Châtillon-sur-Marne, provenant du prieuré de Longueau. Voir Chevallier (A.), Le prieuré de Binson, Reims, Matot, 1899, p. 20-25, et sur deux dalles anciennement dans l’abbaye de Vauluisant. Voir Adhemar (J.), op. cit note 5, no 131 et no 132. En Bourgogne, un petit groupe, concentré en Saône-et-Loire autour du monument de Guillaume de Brazey († 1302) à Lucenay-l’Evêque est lui-aussi significatif. Voir Parain (J·) » « Le chevalier et le gisant : entre l’histoire et la légende (les gisants de l’église d’Anost) », Mémoires de la Société éduenne, t. 51/52, 1997-1998, p. 193-199. D’autres exemples, de la fin du xiiie siècle mais surtout de la première moitié du xive siècle, sont reproduits dans J.-B. De Vaivre, « Dessins inédits de tombes médiévales bourguignonnes de la collection Gaignières », Gazette des Beaux-Arts, t. 128, 1986, p. 113-121 et p. 141-149. Il s’agit essentiellement de dalles gravées : c’est sur ce support que s’est réalisée l’association du motif de l’épée déposée et de la tenue en armes. Des exemples similaires et contemporains sont connus en Flandres – voir Ph. Moyen, « L’adoubement chevaleresque sur les lames funéraires belges des xiie-xve siècles », Terre ardennaise, t. 67, 1999, p. 4. L’exemple le plus proche du groupe rhénan reste le gisant franc-comtois de Renaud de Bourgogne († 1322) à Baume-les-Messieurs. Voir B. Pontefract, L’abbaye de Baume-les-Messieurs. Jura, Paris, Inventaire général, 1993, p. 30 (Images du Patrimoine, 125).

11 Voir aussi les tombeaux de Werner Falke von Munsweiler († après 1333, église Notre-Dame de Rouffach), de Johann Ulrich von Hus († avant 1342, Musée d’Unterlinden, Colmar, provenant de la commanderie d’Issenheim) et de Berchtold Waldner († 1343, anciennement dans l’église Saint-Maurice de Soultz). Sur les monuments alsaciens, je me permets de renvoyer à mon étude, consacrée à Wölflin de Rouffach à paraître.

12 Voir aussi ceux d’Ulrich von Ahelvingen († 1339, église d’Ellwangen, Souabe), de Kuno von Falkenstein († 1343, église de Kirchzarten, Brisgau), de Rudolf von Hohenberg († 1336, mais le tombeau a sans doute été réalisé après 1349, église Saint-Maurice de Rottenburg-Ehingen, Souabe). Pour les tombeaux souabes, voir J. Baum, Gotische Bildwerke Schwabens, Augsbourg, Stuttgart, Filser, 1921, mais tous les monuments allemands cités ici sont reproduits dans le Bildindex de l’université de Marbourg (http://www.bildindex.de). L’homogénéité de cet ensemble ne doit pas amener à y voir l’œuvre d’un unique atelier, celui de Wölflin de Rouffach, comme l’a proposé D. Manz, Die Gotteshäuser der katholischen Kirchengemeinde Sankt-Moriz in Rottenburg-Ehingen, Rottenburg-Ehingen, 1989, p. 26-28, à propos des gisants de Rottenburg-Ehingen.

13 Le monument de Conrad-Werner de Hattstatt († vers 1320 ? musée d’Unterlinden, Colmar) épouse le principe d’une dalle « concrète » puisque son heaume est littéralement « posé » sur la dalle, mais sans aucune des autres caractéristiques du groupe. Le tombeau de Johann von Düdingen-Velga († 1325, musée de Fribourg-en-Suisse) renoue avec une décoration architecturale prononcée de la dalle.

14 Cette appréhension de la dalle comme support abstrait du gisant conditionne déjà le monument plus ancien de Rezzo von Bechlingen (réalisé vers 1320, église d’Ellwangen. Voir Gradmann (E.), Die Kunst- und Altertumsdenmale in Königreich Würtemberg, Jagtkreis, t. 1, Eszlingen, Neff, 1907, p. 238). Le tombeau d’Albrecht von Hohenlohe-Möckmühl († 1338, église abbatiale de Schontal), pourtant proche de « l’orthodoxie » haut-rhénane, fait encore entendre cette voix différente dans la disposition des objets, le heaume n’étant plus sous la nuque. Les tombeaux d’Ecro von Steren († 1343, chapelle des hospices de Wurtzbourg), et surtout de Wilhelm von Bopfmgen († 1284, tombeau vers 1350, église de Bopfingen) sont les exemples les plus remarquables de ce petit ensemble à son aboutissement.

15 Le monument d’Otto de Grandson († 1328, cathédrale de Lausanne), en adoptant le parti d’un gisant de marbre blanc sur une dalle noire, témoigne d’une filiation renouvelée avec les monuments royaux dionysiens. Sur leurs monuments, Hüglin von Schöneck († vers 1377, église Saint-Léonard de Bâle), Burkard von Massmünster († 1383) et Heinrich Reich von Reichenstein († 1414, tous deux dans la cathédrale de Bâle) sont représentés en prière, l’épée au fourreau, et seul le heaume évoque encore le type précédent. On peut les rapprocher du gisant de Ludwig von Öttingen († 1358, tombeau daté des environs de 1370, monastère de Kirchheim, Ries, Souabe. Voir Schmidt (G.), Gotische Bildwerke und ihre Meister, Vienne, Cologne, Weimar, Böhlau, 1992, t. 1, p. 272 et t. 2, ill. 175) et de celui de Berthold V von Zähringen (cathédrale de Fribourg-en-Brisgau), mal daté en raison d’importantes modifications au xviiie siècle.

16 Tombeaux détruits de Jean III de Ribeaupierre († 1361, église des Dominicains de Ribeauvillé) : Martin (P.), Armes et armures de Charlemagne à Louis XIV, Fribourg-en-Suisse, Office du Livre, 1967, p. 75 ; le tombeau d’un membre de la famille Zorn à Strasbourg (église Saint-Pierre-le-Jeune). Voir Bronner (G.), Schnitzler (B.), Zumstein (H.), « Les monuments funéraires de l’église Saint-Pierre-le-Jeune à Strasbourg », Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire, t. 23, 1990, p. 69 ; celui d’Henri Kraft Ier Waldner, à Guebwiller ; Voir Siffert (Μ. A.), Chronique généalogique et historique des familles Waldner de Freundstein, s.l. s.d., t. 1, p. 18-24. Ce modèle a servi de référence pour le tombeau de Jacques de Hattstatt († 1514, église de Soultzbach-les-Bains (voir Fuchs (M.), La sculpture en Haute-Alsace à la fin du Moyen Age. 1456-1521, Strasbourg, éditions d’Alsace, 1987, p. 280-281) et encore pour celui de Jean-Guillaume de Schwendi (t 1609) à Kientzheim, réduit à une portion congrue mais à une époque tardive.

17 Tombeau de Verry de Ceintrey († 1363, musée d’Epinal, provenant de l’abbaye de Chaumousey). Voir Louis (J.), « La statuaire médiévale de l’abbaye de Chaumousey », Annales de la Société d’Emulation du Département de Vosges, t. XV, 2002-2003, p. 125-129.

18 Tombeau de Heinrich von Seinsheim († 1345) à Mariaburghausen bei Hassfurt. Voir Suckale (R.), Die Hofkunst Kaiser Ludwigs des Bayern, Munich, Hirmer, 1993, p. 156 ; tombeau de Konrad von Heydeck († 1357), église abbatiale d’Heilsbronn.

19 Tombeau du landgrave Louis II de Thuringe, église Saint-Georges d’Eisenach. Voir KRAUSS 0.), Welterbe Wartburg. Porträt einer Tausendjahringen, Ratisbonne, Schnell & Steiner, 2000, p. 12.

20 Homolka (J.), « Tumben der Pfiemysliden », dans emysliden », dans Die Parler undder Schöne Stil, 1350-1400. Europäische Kunst unter den Luxemburgern, Cologne, 1978, 2, p. 650-653.

21 Voir par exemple le monument du comte Eberhard (3e tiers du XIIIe).

22 Arens (A.), Skulpturen des 13. bis 15. Jahrhunderts im Landesmuseum Mainz, Mayence, Landesmuseum, 1997, p. 11-19.

23 Voir Werle (M.) et Seiller (M.), « Une résidence aristocratique médiévale à Strasbourg : la maison des chevaliers von Westhus », Bulletin monumental, t. 160-1, 2002, p. 11-25 et, pour la peinture murale, L. Stamm, « Der heraldische Stil : ein Idiom der Kunst am Ober-und Hochrhein im 14. Jahrhundert », Revue d’Alsace, t. 107, 1981, p. 37-54 et eadem, « Zur Verwendung des Begriffs Kunstlandschaft am Beispiel des Oberrheins im 14. und frühen 15. Jahrhundert », Zeitschriftfur schweizerische Archäologie und Kunstgeschichte, t. 41, 1984, p. 85-98.

24 Seeliger-Zeiss (A.), « Ritter-Grabmäler der Parlerzeit im Gebiet der ehemaligen Kurfplatz », Zeitschrift der deutschen Vereins fur Kunstwissenschaft, 1978, t. 32, n° 1-4, 1979, p. 137-167.

25 Jäekel-Badouin (J.), « Die Grabplatte Gunthers von Schwarzburg im Frankfurter Domchor », Archivfür mittelrheinische Kirchengeschichte, t. 48, 1996, p. 91-108.

26 von Freeden (M.), Herbiopolis Jubilans. 1200 Jahr Bistum Würzburg, Wurtzbourg, 1952, p. 321-336 ; Arens (F.), « Das Denkmal eines Herrn von Weinsberg in der Dominikanerkirche zu Wimpfen », Historischer Verein Heilbronn, t. 22, 1957, p. 126-129 ; id, Mainfränkisches Jahrbuchfur Geschichte und Kunst, t. 27, 1975, p. 82 et suiv.

27 Lacroix (E.), Die Kunstdenkmäler der Stadt Baden-Baden, Karlsruhe, C.F. Müller, « Die Kunstdenkmäler Badens », t. 11, « Stadtkreis Baden-Baden », t. 1, 1942.

28 Le gisant d’Ulrich V Landschad von Steinach (t 1369, église de Neckarsteinach) adopte la position du corps, la tenue de l’épée et le rendu plastique du groupe palatin, alors que l’écu et le heaume sont posés sur une dalle sans architecture plus proche des modèles hauts-rhénans. Voir A. Seeliger-Zeiss, op. cit. note 24, p. 144, ill. 6.

29 Alioth (M.), Gruppen an der Macht. Zünfte und Patriziat in Strassburg im 14. und 15. Jahrhundert. Untersuchungen zu Verfassung, Wirtschaftsgefüge und Sozialstruktur, 2. vol., Bâle, 1988 (positions dans Revue d’Alsace, t. 114, 1988, p. 237-250).

30 Aperçu récent de la question dans M. Parisse, Allemagne et Empire au Moyen Age, Paris, Hachette, 2002, p. 221-223. Voir Ph. Dollinger, « Aspects de la noblesse allemande, xie-xiiie siècles », dans Ph. Contamine, La noblesse au Moyen Age, xie- xve siècles. Essais à la mémoire de Robert Boutruche, Paris, PUF, 1976, p. 133-149. Voir aussi, pour l’iconographie funéraire, A. Von Reitzenstein, « Der Ritter im Heergewâte. Bemerkungen über einige Bildgrabsteine der Hochgotik », dans Studien zur Geschichte der europaischen Plastik. Festschrift Theodor Müller, Munich, Hirmer, 1965, p. 73-91.

31 Metz (B.), « L’apparition de l’écuyer en Alsace au xiiie siècle. De la ministérialité à la petite noblesse », Revue d’Alsace, t. 122, 1996, p. 83-92.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search