Version classiqueVersion mobile

Les clefs des songes médiévales

 | 
Valérie Bach

Conclusion générale

Texte intégral

1Le rêveur impénitent, l’adepte de recréations nocturnes et de paroles individuelles est entraîné par les clefs des songes en un labyrinthe où chaque voie empruntée a été tracée et délimitée. Tout questionnement vient se heurter au mur opaque des interprétations. De bifurcations en bifurcations une issue s’impose qui n’a de salvatrice que l’apparence. Avant qu’il n’émerge convenablement conditionné, le discours du pouvoir l’a traversé de ses effluves, encerclé d’ondes concentriques.

2L’utilisation judicieuse de la doctrine chrétienne forme la première étape de l’entreprise. Manipulé et détourné, le message religieux n’est plus que prétexte à faire passer un message d’un registre différent.

3La mise en scène des thèmes de la résurrection permet de marteler quelques principes essentiels. En dotant sa créature d’une âme éternelle et d’un corps mortel, Dieu a inscrit en elle la division et la hiérarchisation consubstantielles à l’œuvre de Création. Il existe une nature parfaite, d’essence divine et une autre, imparfaite et inférieure. L’ordre social ne fait que refléter cette distribution originelle. Les Grands de ce monde en sont aussi l’âme et se vouer à leur service c’est en quelque sorte assurer son salut. Seuls les sujets dociles bénéficieront des promesses de l’Au-delà, les contestataires seront damnés.

4Si la voie prescrite paraît douloureuse, il convient de se rappeler que seules les épreuves purifient l’être et le conduisent vers la perfection. Il faut oublier doutes et désir de rébellion pour se confier aux mains d’un Père omniscient et omnipotent. Une foi inébranlable doit permettre à chacun de triompher de toutes ses velléités de remise en cause.

5Les principes essentiels étant ainsi posés et promus, il importe pour emporter l’adhésion et soulever l’enthousiasme de recourir à quelques figures exemplaires, récupérées et utilisées sans vergogne. Par le biais de l’interprète, les saints et leurs ascèses viennent chanter les joies du renoncement et du sacrifice de soi. Mais pour apprendre à vénérer le pouvoir, il faut une figure autrement prestigieuse. Le Christ, sa passion, permettent de subjuguer les foules et de les convaincre de porter leur croix avec humilité et persévérance.

6Les anges descendent du ciel pour transmettre la volonté divine à ceux qu’ils privilégient de leurs visites et confirment ainsi l’existence d’une élite face à une masse obtuse. Le règne des puissants a pour seul but de guider les masses sur la voie tracée par Dieu et eux seuls détiennent le secret de ses mystères. Tout est mis en œuvre afin que les privilégiés de l’ordre social paraissent les élus du Seigneur et que l’inégalité des classes semble chose sacrée.

7L’ordre de transmission de la parole est nettement défini. Il doit se faire du haut vers le bas et fort heureusement les clercs ont depuis longtemps enseigné aux hommes à se conformer à des discours de Vérité dernière. Celui qui cesse de l’appeler de tous ses vœux et de s’y conformer n’est qu’un hérétique, un apostat à exterminer au nom de l’intérêt public. Il est du devoir de chacun de le désigner à ses juges.

8Les opposants du pouvoir sont transformés en figures diaboliques. Comme leur Maître, ils prétendent, mus par un orgueil sacrilège, devenir l’égal des dieux et des rois. Évoquer la menace du diable et l’indispensable combat du Bien contre le Mal permet de radicaliser les propos et les mesures, de susciter l’angoisse et d’inciter à se ranger sous la houlette d’un bon pasteur.

9Le roi, en l’occurrence, présente toutes les caractéristiques requises pour l’entretien et la protection du troupeau humain. Il est la clef de voûte de la hiérarchie sociale et Dieu a choisi de toute éternité sa lignée pour mener à bien une sainte mission. Régner, c’est accomplir et faire respecter le pacte qui lie Dieu et les hommes, c’est protéger l’Église et conduire le peuple vers son Créateur à travers toutes les embûches que le Malin s’obstine à semer. Le discours religieux est ainsi utilisé pour sacraliser le pouvoir royal et il apparaît, à travers la clef d’Achmet, que dans les relations entre l’Église et le roi ce dernier entend bien mener le jeu à sa manière.

10Pour ancrer le pouvoir solidement sur terre, les références et justifications religieuses ne suffisent pas. Il faut procéder avec méthode et joindre à la leçon de l’Au-delà celle plus proche de l’Ici-bas. La cohérence du discours idéologique et son efficacité s’en trouvent singulièrement renforcées. L’Ici-bas est appelé à la rescousse pour redoubler et accentuer l’encerclement opéré par les thèses religieuses. En un jeu de miroir habile, ordre céleste et ordre social sont intimement liés. Tout comme les astres au ciel la hiérarchie sociale entretient l’harmonie du monde et le préserve du Chaos. La moindre atteinte à sa structure déclenche des conséquences catastrophiques aux répercussions infinies. Leur caractère apocalyptique est fait pour interpeller les consciences et les frapper d’un effroi salutaire. En étroite correspondance avec le pouvoir des dominants, brillent ou pâlissent les astres, se poursuit ou s’interrompt leur cours et s’établissent sur la terre paix, abondance ou guerres et disettes. Devant l’immensité qui le dépasse l’individu ne peut que s’éprouver insignifiant et fragile et souhaiter recourir de toute urgence à une autorité souveraine.

11Le pouvoir royal est tout désigné pour accomplir ce miracle, pour empêcher un ciel courroucé de tomber sur les têtes et des ténèbres mortelles d’envahir l’Univers. Pour qu’il puisse accomplir cette mission, il est indispensable d’inscrire la figure royale parmi les astres et dans les esprits, de la transformer en soleil, source de lumière, de chaleur et de vie. Autour d’elle gravitent ainsi l’harmonie et le destin du monde et contester son pouvoir entraîne la terre et l’espèce humaine à sa perte. De telles perspectives ne peuvent qu’engendrer terreurs et soumission éperdues.

12Confronté au Roi-soleil, le consultant de la clef des songes est invité à s’abriter dans son rayonnement, à renoncer à ses propres lumières, à se laisser éblouir, aveugler sans protester. De cette manière, il peut lui paraître évident d’œuvrer au soutien et à l’agrandissement d’un pouvoir dont il est convaincu d’être le bénéficiaire. Il considère sans convoitise ni critique, avec un infini respect, les astres qui gravitent autour de l’astre royal. Comme la lune et les étoiles, la cour princière doit inspirer admiration et vénération mais elle ne doit pas rivaliser d’éclat avec l’Astre-Roi.

13Faire croire à tous les sujets que les puissances réunies au firmament de la classe dominante, obéissent à une seule loi permet de les persuader d’en faire autant sous peine de voir déferler contre eux une ligue vengeresse. Que le pouvoir doive rester masculin, le détournement du symbolisme lunaire de la reine au profit des princes en donne une leçon magistrale. Il ne convient pas que les lignées royales ni un pouvoir d’aucune sorte soient soumis aux influences néfastes des femmes. Ce décret n’a rien de tyrannique puisque Dieu lui-même a choisi un homme pour le représenter sur terre. Perpétuer cette élection n’est que respect et soumission, du moins en apparence, à l’ordre divin.

14Pour verser des ingrédients supplémentaires dans le creuset du cosmos, il est judicieux de se livrer à quelques jeux « élémentaires ». Avec la mouvance de l’être et sa résistance à la prise, les éléments éthérés ou fluides offrent des correspondances intéressantes. En outre, les convoquer sur le devant de la scène masque à merveille la rigidité et l’oppression d’interprétations stéréotypées, le filet tissé maille à maille à l’encontre d’un désir par trop erratique.

15Par l’opposition de nuées lumineuses et obscures, s’affirme la nécessité d’établir une discrimination soigneuse entre discours mensongers et paroles de vérité. Certains discours sont traversés par une foi authentique et justifiés par elle, d’autres ne sont qu’ignorance, ténèbres, incroyance sacrilège. Seules les directives des discours du pouvoir sont à prendre en compte. Sublimés par la lumière sacrée dans laquelle ils baignent, les Grands sont les seuls à posséder la sagesse et à pouvoir dispenser un enseignement orthodoxe porteur de bien-être. S’ils peuvent se complaire dans les hauteurs et en ascensions diverses tandis que les autres demeurent tout en bas, rivés au sol, c’est que les Grands sont soulevés, transportés par la vérité tandis que les humbles supportent le poids de leurs ignorances et déficiences. C’est la différence de nature qui crée le destin des hommes, il est donc vain de vouloir s’y opposer. Seul le roi peut déchiffrer le sens de la vie inscrit de toute éternité dans les nuées et lui seul est à même d’indiquer les voies pour le réaliser.

  • 1 « Renart mange son confesseur », Le Roman de Renan..., branche VII, vers 1-26.

16Par la médiation royale, il n’est plus de hasard capricieux, de fortune ou d’infortune, injustifiée. Nul ne peut craindre que Fortune se joue des gens, qu'elle élève celui-ci, abaisse celui-là1, en dépit de tout bon sens.

17Celui qui espère faire tourner lui-même le vent à son avantage joue à l’apprenti sorcier. Sur lui déferleront aussitôt les ouragans d’un pouvoir ivre de vindicte. L’interprète de la clef des songes possède seul le secret et la maîtrise des tempêtes, des déchaînements de forces élémentaires. Loin d’y rencontrer le souffle puissant de son désir, le rêveur est prié de courber le dos sous une tourmente récupérée et gérée par le pouvoir. Comment se dresser contre ce puissant souffle qui balaie tout sur son passage, détecte la moindre faille et s’y engouffre pour disloquer, détruire tout ce qui bouge. Si l’atmosphère devient soudain irrespirable pour certains, eux seuls en sont responsables.

  • 2 Ex, 3, 1-4.
  • 3 Ex, 13, 20-22.
  • 4 Ps, 83, 15-16. Ap, 20, 9.

18Symbolisé par le feu, le pouvoir du roi et des Grands paraît intouchable sous peine de brûlure mortelle ou de consomption. Mais en même temps ses vertus bienfaisantes sont soulignées, c’est lui qui réchauffe, éclaire et guide l’homme dans l’adversité. Sans doute est-il important que la force du feu demeure entre leurs mains. Le feu n’est-il pas selon les mythes la propriété des dieux et la Bible elle-même ne l’a-t-elle pas désigné comme symbole de la divinité à travers le buisson ardent2, la colonne ardente guidant le peuple du Seigneur dans le désert3 et le feu dévorant de sa fureur4 ?

19Savoir rester à sa place permet de voir des eaux, venues de très haut, descendre fertiliser les terres, apporter prospérité et joie. Il demeurera certes des contrées désolées où jamais rien ne fleurira mais abondance ou disette dépendent des mérites de chacun. Vouloir changer quoi que ce soit à cet ordre, c’est comme prétendre retenir captive l’eau entre ses doigts. Bien entendu, il ne s’agit là que des eaux sacrées du pouvoir. En ce qui concerne les eaux communes, les Grands de ce monde savent les endiguer, capter et utiliser à leur profit. Pour réaliser leur dessein ils ne reculent devant rien et associent eaux dormantes et pureté, eaux agitées et impureté. Seule la surface lisse et immobile d’eaux-miroirs de leur monde est agréé.

20Si d’aucuns se noient dans les subtilités de leur enseignement et de leur politique, quelque bouée de sauvetage les conduira sur des rivages jugés aptes à faire cesser toute dérive. Seul le pouvoir a le privilège des profondeurs insondables, des jeux savants d’ombre et de lumière, des remous violents et des apaisements bien orchestrés.

21Le discours dominant construit sans relâche ses digues et ses barrières contre toute entreprise inacceptable, toute aspiration aux courses vagabondes, tout désir de se frayer soi-même un chemin ou de puiser à quelque source secrète. Nul ne peut s’y alimenter dans l’espoir de se muer en fleuve puissant. Les grands cours d’eau eux-mêmes sont entre des mains expertes. La différence de taille et de volume des fleuves devient prétexte à enseigner une fois de plus que les distinctions sociales correspondent à l’ordre de la nature. Le sujet est invité à s’immerger dans les eaux qui lui sont désignées. Les fleuves lui enseignent aussi à se jeter avec décision vers l’issue offerte. Aussi vaste, profond et infini que la mer, le pouvoir royal absorbe chaque vie humaine et se nourrit de toute énergie. À la domination des Grands chacun est invité à apporter de son eau pour étancher, sous couvert de bienfaisance, des soifs dont il ignore la provenance et le sens. Comment résister à une avidité qui se prétend amour et bienfaisance et qui convainc ainsi chacun de renoncer à des questions trop brûlantes ? La maîtrise de la symbolique des eaux permet de ramener les esprits survoltés à ces tiédeurs qui font la force de toute domination et garantissent sa durée.

22Cependant, ce recours massif aux forces élémentaires laisse penser, qu’en dépit de tous les efforts, des entêtés refusent toujours d’opiner du bonnet aux discours assénés. À cause d’eux, il faut sans cesse affiner les méthodes pédagogiques, renouveler l’argumentation.

23Parce que tout pouvoir redoute la précarité de ses assises et tremble constamment sur ses bases, parce qu’une énergie farouche émane de la terre et de ses habitants, il importe de récupérer toute la force convaincante du symbolisme végétal.

24L’arbre qui fait le lien entre les sphères souveraines et les basses zones ne saurait être laissé entre toutes les mains. Il importe que ses racines puissantes, sa haute stature, sa couronne majestueuse et la vigueur de sa sève devienne l’apanage des dominants. Il enseigne à son tour, par ses différentes tailles, que partout et toujours existent grands et « petits ». L’ordre universel, à respecter coûte que coûte, s’affiche bien dans chaque aspect de la création divine. Ce ne sont pas là des considérations abstraites et fuyantes mais des réalités tangibles, indiscutables. Elles sont plus solidement ancrées et plus aisément saisissables que le cours des fleuves ou la course du vent. Elles sont ainsi fort précieuses pour saper à la base toute aspiration au changement.

25L’individu se plaint-il, à travers ses songes, des fruits amers qui lui sont destinés, convoite-t-il une existence à la saveur plus douce ? La différence des essences lui rappelle que les fruits dépendent de la nature de l’arbre. Est-il des voix qui s’élèvent contre les fruits pourris déposés entre les mains ? Ce n’est là que l’effet d’une sève impure, d’un sang corrompu qui contamine tout ce qu’il engendre ou touche. N’est-ce pas cette race pervertie depuis Adam et Ève, qui persiste à tendre une main criminelle vers les fruits défendus d’enclos réservés ? S’il faut défendre ces jardins privés par les flammes tourbillonnantes de mesures préventives ou punitives, la responsabilité n’en revient-elle pas aux transgresseurs d’interdits ? Seules les lumières officielles, distillées comme il se doit, peuvent faire mûrir à point les fruits des entreprises humaines.

26La nécessité de protéger la pureté des espèces les plus nobles et les plus précieuses contre des envahissements indésirables justifie que leur territoire soit bien fermé et bien gardé. La sélection d’une race dite supérieure se fait dans l’intérêt de tous car chacun peut bénéficier de la majesté des couronnes s’il consent à se ranger sous elles. Pour ce faire, il convient aussi que soient préservées des espèces persistantes, indestructibles. Leur érection triomphante protège les uns et les autres contre l’angoisse ou le souhait caché de voir s’étioler la force régnante.

27Quoi de plus rassurant aussi pour les dominants que de persuader ceux qu’ils dominent du caractère caduc, éphémère de toutes leurs entreprises et de toute leur race ? Ils ne sont que feuilles fragiles, vite emportées par le vent et les frimas de l’existence, alors pourquoi se soulever et risquer de se voir balayer de la terre prématurément ?

28Mieux encore, les dominés doivent savoir qu’ils ne sont qu’humbles plantes aux racines superficielles, à la tige si fragile qu'elle est destinée à être brisée tôt ou tard. Leur vie très courte se déroule au ras de la terre et ils ne sont capables d’aucune résistance contre les éléments lorsque ceux-ci se déchaînent pour des raisons d’ordre supérieur. Toute plante qui n’est pas cultivée pour servir son propriétaire, le nourrir ou contribuer à son agrément est taxée de mauvaise herbe et traitée comme il s’impose. Au-delà même, chaque plante, de son contact trop rapproché avec la terre et la poussière en est avilie. Il est prouvé de la sorte que si certaines existences sont parsemées d’épines et d’autres agrémentées par les roses de la vie et l’ivresse de leur fragrance, cela est bien dans l’ordre des choses.

29Pour porter au pinacle les puissants et dompter les « faibles » le règne animal offre bien des avantages. Par son intermédiaire se justifie la nécessité d’une domination sans faille exercée par une espèce supérieure seule pourvue d’une âme, d’entendement sur une race inférieure de par sa bestialité. Dieu n’a-t-il donné pas à l’homme autorité sur la bête ? L’enjeu est primordial car il s’agit de préserver l'humanité et la culture contre l’invasion d’une animalité sauvage. Ainsi sont expliqués tous ces affrontements qui hantent les songes. Cependant le sens qui leur est affecté ne procède-t-il pas lui-même d’une lutte de pouvoir sauvage, féroce, contre tout ce qui s’agite alentour ? Ceci ne doit pas être divulgué, il vaut bien mieux faire croire que la domination raciale et sociale est inévitable puisque parmi les animaux eux-mêmes existent des races supérieures et inférieures. Chacun doit demeurer à sa place, le cheval de race, le lion roi des animaux, l’aigle royal ne sauraient être confondus avec le cheval de labour, la brebis ou le passereau pillard. Il faut, enfin, se méfier de tout ce qui rampe sur la terre, de tout ce qui grouille en ses cavernes et savoir écraser toute cette engeance pour se prémunir de son venin comme de ses invasions.

30L’ordre animal permet d’introduire dans l’argumentation du pouvoir toute l’énergie du mouvement qui le caractérise par opposition à l’immobilisme du règne végétal. C’est pourquoi aussi, il convient de jeter sur lui filets, lacets, licous et liens en tous genres avant que les dominés s’avisent d’y reconnaître leurs forces. Le jeu des couleurs lui-même, plus limité que dans la nature, impose d’autant plus fortement la conception manichéenne du monde. Le frémissement du pelage confère une vigueur vitale à l’opposition du blanc et du noir qui pourrait autrement ne sembler que platitude ou jeux de l’esprit. Sans digressions inutiles et sans nuance s’affirme l’indispensable lutte des représentants de la Vertu contre les forces du Mal.

31Il est tout aussi fructueux que le roi enfourche chevaux blancs et noirs à sa guise et caracole parmi son peuple entouré de sa cour ou s’élance en galops furieux contre des hordes mal venues. Si le noble Sauveur de son peuple n’hésite pas à afficher ses accointances avec les couleurs les plus noires, les plus fauves, c’est pour mieux faire savoir que la force est son privilège et que seule la pureté de sa race est à même de sublimer toute violence. Que la sélection des races et la domination puisse dériver en extermination systématique et entretenir un fond permanent de violence n’est pas avoué dans le conte à dormir debout de l’idéologie qui anime les clefs des songes. Si le cheval rétif, l’animal sauvage n’étaient durement domptés voire tués, ils se transformeraient en bête folle, en cauchemar apocalyptique pour le plus grand malheur de chacun.

32Après ces menaces et ces mises en garde contre toute révolte, sont invités à comparaître les troupeaux dociles, les animaux domestiques, tous ceux qui ont accepté le joug avec reconnaissance. Le regard complaisant que pose le Maître sur le bœuf et l’âne, serviteurs inlassables, devrait tenter plus d’un consultant de la clef des songes fût-il de la cour royale et lui enseigner comment traiter ceux qui doivent obéissance. Les vertus du troupeau apprennent à rechercher avant tout protection et sécurité, fut-ce au prix de se laisser mener, tondre et traire et de renoncer à toute individualité.

33Afin que nul ne renâcle ou ne rue pour entrer dans l’enclos prescrit, des silhouettes de loup avide, de fauve féroce parcourent en tous sens le théâtre d’ombres du discours idéologique. Pour avoir la vie sauve, il faut accepter tutelle et férule, faute de quoi toute brebis galeuse risquerait fort d’être traitée en animal enragé.

34Tous ces combats de l’homme contre l’animal, du dominant contre le dominé s’auréolent en outre du halo sacré des luttes des Saints contre la bête impie et diabolique. L’adhésion ne peut ainsi qu’être pleine et entière. La violence exercée se justifie d’autant plus que le règne animal y autorise bien mieux que le règne végétal. Il permet aussi de dénoncer avec plus de vigueur et de crédibilité toutes les tares de la race dite inférieure. Absence de raison et d’entendement, pulsions mauvaises et incontrôlées, luxure, férocité, avidité, fausseté imposent une poigne sans pitié. Pour mener à bien cette tâche, tous les Grands de ce monde doivent s’allier. Ambitions et convoitises démesurées, appétit effréné de pouvoir génèrent ainsi l’obsession et la phobie des opprimés chargés d’incarner toutes les ombres de la radieuse image de soi des aspirants à la maîtrise absolue d’eux-mêmes et d’autrui.

35Enfermer les riches résonances symboliques de l’Au-delà et de l'Ici-bas en des prédictions stéréotypées réductrices du sens complexe des songes permet d’inscrire l’idéologie dont elles émanent au coeur même de l’individu. La représentation de soi et des autres en est totalement marquée.

36L’image du corps est utilisée comme métaphore afin de promouvoir l’image d’une élite appelée au nom de sa race supérieure à régner sur le reste de la société. Massivement idéalisé le représentant de la classe dominante est proposé à l’édification des masses. Tout est mis en œuvre pour que se mêle à la vénération quelque crainte salutaire. Comment ne pas être frappé d’une terreur sacrée devant l’ostentation de tant de perfections physiques et morales ? L’élite ne semble-t-elle pas tout droit descendue du ciel tel le fils de Dieu venu sauver les hommes de leur misérable condition ?

37Tout homme du commun ne peut que s’éprouver indigne devant cette pureté absolue proclamée à cors et à cris, devant cette intelligence profonde et cette infinie sagesse seules capables de gouverner le monde. Pour mener à bien la mission dévolue par Dieu, les Grands doivent savoir prendre la distance qui s’impose, voir les problèmes de haut, avoir toute autorité sur les ignorants et les faibles. Comme le Seigneur a demandé à l’homme de nommer les animaux lors de la création, il appartient aux Puissants de manier avec art le Verbe pour définir le monde, les règles sociales et les hommes. Ils sont seuls aptes à déchiffrer le sens de l’histoire remise entre leurs mains, ils sont aussi seuls autorisés à l’infléchir selon leur convenance. Leur décision face à chaque événement, chaque situation s’impose selon les lois de la justice et de la raison. Leurs décrets maintiennent l’ordre voulu par Dieu ou l’instaurent à nouveau après chaque perturbation selon des figures dont la variance ne dépend que d’eux-mêmes. Une règle d’or guide tous leurs actes, maintenir la séparation radicale entre couches supérieures et inférieures de la société.

  • 5 Dialogues de Placide et Timéo..., p. 44-46.

38Seuls sont habilités à s’identifier à l’image glorieuse, les hommes de la haute société, le roi, clef de voûte du système, les princes et les grands seigneurs. Pour apaiser les frustrations des autres hommes existe cependant une solution. Si seuls certains portent couronne, honneur, grand nom et grande puissance, tous les hommes peuvent se partager la griserie d’un certain pouvoir en une caste de Pères étroitement solidaires : quatre manières de pères sont à force et à volonté. Le premier pere est Dieu [...] Li autres peres si est le pere carneuls qui engendre les enfans, et cestui doit on honnorer et reverence après Dieu porter et Dieu le veult et commande et raison le consent ; le tiers pere si est si comme les anchiens hommes que les jones doivent appeler peres [...] li tiers peres peuvent estre apelés ceulz soubs où nous sommes si comme prelas ou barons. Le quarte menniere de pere si est de haute seigneurie, car ce sont ceuls qui l’enfant engenrent a homme5.

39Au nom de sa supériorité, de son souci du bien commun tout homme est en droit de gouverner sa famille comme le roi son royaume. Il impose à ses proches l’image qu’il a de lui-même et celle qu’il désire leur voir adopter. Il doit aussi leur enseigner qu’il ne reconnaît pour siens que ceux qui endossent l’identité imposée. S’ils s’avèrent réticents, s’ils s’affirment différents du modèle, il doit leur apprendre qu’ils feront partie des adversaires à exterminer.

  • 6 J. Delumeau, La peur..., p. 31 ; S. Freud, Inhibitions, symptômes et angoisse, Paris, 1971.
  • 7 J. Delumeau, Le péché..., p. 7.

40Ces adversaires intolérables, l’homme n’a pas à chercher bien loin pour repérer leur trace car l’interprète lui en suscite à longueur de présages et le persuade sans relâche de la nécessité et de les réduire à merci. Le discours idéologique est d’autant plus convaincant qu’il sait à la fois attiser toutes les peurs et offrir à l’angoisse des voies de dérivation. Jean Delumeau met en évidence le processus de « peurs particulières » fabriquées dans l’Occident médiéval pour vaincre une angoisse bien plus profonde et souligne après Freud le lien entre angoisse et agressivité6. Il remarque aussi à juste titre qu’à la peur de l’ennemi s’est jointe la peur de soi et une culpabilité sans cesse renaissante et exagérée7.

  • 8 G. Matore, Le vocabulaire..., p. 110.

41Jouer sur toutes les peurs et sur la peur de la peur est l’un des ressorts les plus machiavéliques qui puisse être utilisé pour mener à bien des visées souterraines. Nul ne songera jamais à soupçonner d’être paourous ou couart, insulte la plus forte au Moyen Âge8, le glorieux vainqueur des troupes ennemies. Longtemps encore le fracas des armes risque de remplacer la faillite des paroles murmurées à travers les songes tandis que le rêveur méconnaîtra qu’il a été lui-même frappé au plus vif de sa chair par les armes acérées de discours perfides et qu’il n’est pire ennemie que l’image vénérée.

42Exterminer l’adversaire est d’autant plus indispensable qu’il semble menacer pouvoir et richesse. Le thème de la richesse est le fil conducteur qui court non seulement d’un ennemi à l’autre mais encore à travers toute la clef d’Achmet. De thème en thème, de prédiction en prédiction, l’interprète la fait surgir tel un magicien de l’obscurité des songes. Il offre son miroitement illusoire au rêveur perplexe devant ses créations nocturnes et l’invite à s’en emparer avec avidité pour étancher la soif indispensable et mystérieuse de son désir.

43Pour être sûr d’emporter l’adhésion, il s’est préoccupé, dès l’ouverture de la clef des songes, d’inscrire les convoitises les plus temporelles dans les registres de la foi et du sacré. Il dissuade également par là toute main profane d’oser toucher une richesse présentée comme une bénédiction réservée par Dieu à de rares élus. Leurs exigences ne sont qu’exaltation sublime, élans mystiques. Par des voies mystérieuses, la richesse sourd de leur essence supérieure et nourrit en même temps la texture incomparable de leur être. Seules des veines aristocratiques peuvent charrier ces flots d’or pur qu’un sang vulgaire ne peut qu’altérer.

44L’interprète insiste sur la différence entre or pur et or vicié. Seule la manne nourricière venue du ciel, transmise par les ancêtres et l’élite, protégée de la souillure du labeur des hommes est d’essence supérieure et divine. Elle coule d’une coupe sacrée, d’un Saint Graal et seuls les prédestinés peuvent y porter les lèvres. Que ce vase précieux se remplisse proportionnellement au sang versé ne peut être soupçonné que par de mauvais esprits.

45Une méfiance profonde perce dans les propos de l’interprète à l’égard des biens acquis par le travail. C’est là le fruit des représentations négatives liées au labeur dans la société médiévale. Il s’y exprime aussi la hantise des Grands de voir menacés par des parvenus leurs privilèges. La richesse étant un précieux moyen d’expression et un excellent mode opératoire pour le pouvoir, il importe de déclarer produit infâme, urine ou fiente celle gagnée à la force du poignet.

46La soumission est d’autant plus de règle que les Grands ont su convaincre chacun que leur richesse est un talisman capable de rayonner en ondes bénéfiques, depuis le centre où il repose jusqu’aux confins de la plus lointaine campagne. Les intérêts de la classe dominante étant décidés conformes à ceux de tous, il serait insensé de se faire du tort soi-même en leur portant atteinte. Mieux vaut donc veiller à demeurer bien en grâce et attendre avec patience quelques retombées de ces merveilleux profits dont jouit le Grand État. Faire comprendre aux sujets que les dons accordés sont proportionnels à la révérence obtenue et à la richesse accumulée est un art inculqué aux princes par leurs éducateurs. Faire en sorte que nul n’ait le choix de son mode de vie mais laisser cependant croire au libre arbitre est un pari que les puissants ont l’habitude de gagner.

  • 9 Ms A, Des peuls chanus, 2.
  • 10 Ms A, De voler et eslever et saillir, 12.

47L’art de la parade est une autre des armes préférées des Grands. Ils savent s’offrir aux regards, les éblouir de leur magnificence. Par une même démarche ils subjuguent le spectateur et le persuadent qu’il participe quelque peu de la gloire exhibée. Par leur splendeur les dominants savent à la fois creuser la distance qui les protège du tout-venant, convaincre de leur altérité et supériorité radicales et néanmoins laisser croire à leur présence tutélaire. Parader aux yeux d’autrui est une affaire complexe où se mêlent séduction, réassurance personnelle et mise en garde. Pour en assurer la réussite, les richesses étalées doivent sembler infinies, il faut que par tout (la) pecune (soit) cogneu9. Bien entendu, lorsque de tels rêves de richesse aviennent a un du peuple ou pauvre homme, ilz ne arant pas tant de grace10. Le message est clair, chacun est prié de laisser en toute lucidité, pouvoir honneur et biens aux puissants sans se risquer dans l’opposition et la convoitise. Aucune fortune ne doit être acquise ou compromise par noise et par péché.

  • 11 Ms A, Des juges et des pois, 14 et 15.

48Mais si la défense est aussi véhémente, c’est que bien des craintes et des remous assiègent les aristocratiques possédants. À travers bien des songes, tels ceux de cheveux blancs, symboles de faiblesse, d’usure, trahis par le caractère éphémère des teintures, se révèle peut-être que l’ordre ancien se sent ébranlé, que la richesse et la puissance ne sont plus seulement affaire d’héritage et de race, qu’un ordre nouveau et des classes différentes exercent une poussée aussi irrésistible que celle du jeune présomptueux proclamant très haut que son temps est venu11. Pour tenter de conjurer d’aussi sombres perspectives, les Grands doivent sans cesse affûter leurs armes.

49L’interprète des songes leur donne une leçon magistrale de l’art de manier les hommes. Il joue en virtuose de l’entrelacement de la réalité quotidienne, des motivations conscientes et inconscientes et de la force des symboles. Il sait les utiliser selon son optique et les orienter selon ses voies. Pour mener à bien une entreprise de persuasion, existe-t-il voie plus royale que celle de ces songes apportés en toute confiance par les rêveurs pour que leur soit dite une vérité échappant à leur entendement ? L’interprète sait scruter les songes et plaquer discrètement sur leur mouvance sa lourde grille interprétative. L’aliénation induite est d’autant plus radicale qu’il ne justifie jamais ses conclusions. La prédiction paraît couler de source, identique pour tous, hormis quelques distinctions de classe et de sexe tout aussi uniformisantes à l’intérieur de leur cadre préétabli.

50Alors qu’Artémidore de Daldis expliquait ses présages par le biais du langage, des jeux de mots, des homonymes, des synonymes et des antonymes ainsi que des coutumes et de la culture, l’interprète des clefs médiévales ne perd ni son temps, ni son prestige en de tels amusements. Il entend apparaître au consultant crédule comme le détenteur d’une Vérité aux voies mystérieuses, à l’insu de tous il connecte entre eux les divers réseaux de sens courants d’un thème onirique à l’autre. Il opère, ce faisant, de nombreux colmatages, des obturations persévérantes pour faire le lit de ces évidences dont se nourrit le pouvoir. Que la liaison soit défectueuse et contestable ne l’affecte guère, bien au contraire. L’opacité de son discours est d’autant moins apparente qu’il sait jouer de toutes les résonances symboliques de la tradition chrétienne comme de l’expérience quotidienne du rêveur et en appelle, à point nommé, aux connaissances les plus anciennes comme aux plus récemment acquises. Astrologie, médecine, météorologie, agriculture semblent cautionner ses dires même s’il ne les évoque que dans le sens et au moment qui lui conviennent.

51Manipuler de la sorte de multiples sources et effets confère à sa parole une force de persuasion redoutable. Par le pouvoir de slogans inlassablement répétés, aussi percutants et motivants que possibles, il crée une armature solide, un filet aux mailles indestructibles. Il sait jouer en professionnel des peurs, des angoisses, des attentes, des ambitions, de toute la gamme des sentiments humains pour amener son auditeur à adopter ses vues. Il parvient de la sorte à faire se confondre vérité officielle et parole personnelle, endoctrinement et recherche de sens. L’ordre intérieur apparaît dès lors comme un désordre inquiétant, un chaos à maîtriser d’urgence.

52Les interprètes de ces clefs médiévales élaborent ainsi des « miroirs » pour le gouvernement efficace des princes sous couvert de prédire l’avenir. S’il est effectivement question de le prédire, c’est au sens d’une prédétermination des individus au jeu des classes.

53Au terme de cette longue analyse des clefs des songes médiévales, nous croyons pouvoir dire quelles ne sont pas avant tout discours christianisant, comme il est d’usage de le dire. Elles s’ouvrent certes par des préfaces où les thèmes religieux effacent toute suspicion d’oniromancie païenne et semblent jouer un rôle essentiel. Au lecteur qui s’arrête à cette évidence échappe le véritable enjeu de ces clefs qui est de maintenir l’ordre aristocratique de la société, le pouvoir royal et celui des Grands. Dans ce but suprême, la doctrine chrétienne est surtout utilisée comme prétexte dans les différents sens du terme (pré-texte). Elle sert à justifier, sacraliser, convaincre sans souci de son message réel.

54Le rôle édifiant des interprétations est certain mais il n’est guère question d’enseigner aux princes les vertus chrétiennes ou simplement morales, ceci concerne surtout les dominés. Au lieu d’une mise en garde contre les richesses, si présente dans Le gouvernement des princes, est chanté un véritable hymne aux biens d’un monde dont l’ambition du pouvoir est le seul Credo.

55Une telle insistance sur la richesse paraît cependant fort propre à ouvrir la voie à d’autres pouvoirs que ceux de la monarchie et de l’aristocratie. La grande bourgeoisie urbaine si présente en ces xive et xve siècles peut profiter du prestige de la fortune pour défendre et valoriser sa place. Les démunis, par contre, n’en paraissent que plus redoutables et l’histoire de ces siècles a amplement prouvé combien, jugé à l’aune de la richesse, autrui peut devenir méprisable et suspect, relevable de toutes les oppressions et exactions.

56L’étude de ces clefs des songes circulant du xiiie au xve siècle et même bien au-delà, a permis de mettre en évidence l’idéologie de la classe dominante, celle du roi, des princes et des grands seigneurs, ses composantes et son mode de persuasion. La manipulation des songes à des fins politiques révèle en outre l’attitude des clercs et du pouvoir face aux songes eux-mêmes. En faire le prétexte de discours idéologiques, n’est-ce pas les considérer comme une matière malléable et féconde à souhait mais en elle-même dépourvue de sens ? N’est-ce pas aussi affirmer ainsi un écart entre les esprits cultivés, imbus de sagesse et de raison et la masse définie comme crédule, attachée aux anciennes croyances, prête à guetter chaque signe pour tenter de rendre son destin plus favorable ?

Notes

1 « Renart mange son confesseur », Le Roman de Renan..., branche VII, vers 1-26.

2 Ex, 3, 1-4.

3 Ex, 13, 20-22.

4 Ps, 83, 15-16. Ap, 20, 9.

5 Dialogues de Placide et Timéo..., p. 44-46.

6 J. Delumeau, La peur..., p. 31 ; S. Freud, Inhibitions, symptômes et angoisse, Paris, 1971.

7 J. Delumeau, Le péché..., p. 7.

8 G. Matore, Le vocabulaire..., p. 110.

9 Ms A, Des peuls chanus, 2.

10 Ms A, De voler et eslever et saillir, 12.

11 Ms A, Des juges et des pois, 14 et 15.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search