Version classiqueVersion mobile

Les clefs des songes médiévales

 | 
Valérie Bach

Troisième partie. Représentation de l'être humain

Chapitre 2. L’image de l’autre : l’ennemi omniprésent

Texte intégral

1L’analyse du thème du corps met en évidence qu’imagé de soi et image de l’autre sont inextricablement liées et s’engendrent réciproquement. Cela pourrait revenir à dire que chaque être humain perçoit autrui comme un semblable ou plutôt un frère. Cependant dans les clefs des songes médiévales, le frère, l’ami n’interviennent guère si ce n’est très furtivement, à titre de soutien de l’image masculine mise à l’honneur. Chaque trait qui la pare vise à affirmer son indéniable supériorité et tout ce qui pourrait lui porter ombrage est projeté sur les autres. Qu’en est-il dans ce contexte, des représentations que l’homme a des autres ?

2De la fraternité et de la charité prônée par la tradition judéo-chrétienne il n’est dans la clef des songes guère de trace. Par contre, la figure de l’ennemi y est omniprésente.

  • 1 F. Godefroy, Dictionnaire..., s.v. fouler.
  • 2 Ibid., s.v. désiré.
  • 3 Ibid., s.v. degaster.

3L’étude du vocabulaire utilisé pour définir l’action à exercer est hautement révélatrice. À soixante-trois reprises le rêveur est sommé d’être plus fort que son ennemi et vingt-neuf fois encore il doit l’être par rapport à autrui. Une vingtaine de termes explicitent la manière d’y arriver. Il faut vaincre, dominer, alors que le rêveur lui-même n’est dominé que rarement, décalage qui révèle les visées de l’interprète. Il faut convaincre l’individu qu’il demeure son propre maître à condition de mettre l’autre sous le joug. Il lui faut tuer, mettre à fin, à néant, combattre, battre, assaillir, bouter hors, frapper de verge, de saiette, faire dommage, blesser, férir, navrer, faire subir des tourments, fouler (maltraiter, mutiler)1. L’ennemi doit impérativement être désiré (démoli, détruit)2, degasté (ravagé, abîmé)3.

4Dans les vingt-deux chapitres consacrés aux animaux, quatorze traitent de l’ennemi comme d’une bête et soixante-huit présages sur quatre-vingt-trois se livrent à cette diffamation. Lion, tigre, léopard, ours, loup, chien, porc, singe, serpent, scorpion, guêpes, passereaux et sauterelles l’incarnent.

  • 4 J. C. Chesnay, Histoire de la violence, Paris, 1981, p. 39-40.

5Certes le quotidien de l’homme médiéval est tissé de rapports de tension, de violence4. Ainsi aux xive et xve siècles, riches et pauvres s’affrontent et dans les faubourgs monte un flot de miséreux que l’on cherche à endiguer en les forçant au travail, en les enfermant, en les traitants comme des malades, des coupables, des hérétiques. Les chroniqueurs retracent les insurrections des villes, les révoltes populaires, les guerres. Ces quelques rappels illustrent un tableau d’ensemble fait d’affrontements et de déchirures. La figure de l’ennemi en surgit sous de multiples aspects.

6La clef des songes campe cette image avec prolixité et virtuosité sous les traits du rival, du peuple, de l’étranger et de l’inconnu, du sauvage et du diabolique.

I. Le semblable et l’Autre : le rival

7Hypnotisé par le miroir aux alouettes dans lequel tant de présages l’invitent à se mirer, le rêveur s’imagine y découvrir sa vérité profonde et ne prend guère conscience des traits inversés dont il devient le reflet docile. Cependant, être tout près du double offert à l’identification, trop contre lui, fait naître de ces jeux de miroir dont l’adjectif « contre » révèle l’ambivalence. La voix des songes laisse certes entendre que le cheval fauve d’Arabie chevauché avec tant de plaisir peut subitement se muer en cavalier symbole de mort.

  • 5 Ms A, Des chevaux, 6.

8Pour masquer l’inquiétante mouvance, l’imposture de références et de rôles tenus pour intangibles, l’interprète se hâte de mettre en scène une bataille fratricide, un combat entre les Arabes5, fort propre à canaliser toutes les interrogations. Lorsque se craquelle le portrait familier tout est fait pour restaurer l’œuvre du maître dans sa facture originelle. Peu importe que l’œuvre inspirée ne soit que pâle copie, toute remise en cause est taxée de faute et marquée de la couleur fauve de la traîtrise et de l’abjection. Contre le risque de retournement de situation est affiché à tous les carrefours des songes le portrait-robot du rebelle, de celui incapable de porter l’uniforme et qui de ce fait doit être rejeté de la communauté.

9Tandis que monte la tension née des rapports du sujet avec l’image imposée, chacun est invité à respecter le pacte et à s’armer contre l’ennemi désigné comme source de tout mal. Grâce à ce subterfuge, les cases de l’échiquier social restent égales à elles-mêmes. L’individu est d’autant plus enclin à frapper que ses propres aspirations à devenir le plus noble, le plus riche, le plus grant, le plus puissant, en un mot le meilleur et l’unique, transforment tout un chacun en rival dangereux.

  • 6 Ms B, De mussouns et oiseals, 1.
  • 7 A. Strubel, « Renart le « traitor » et ses narrateurs », dans Félonie, trahisons..., p. 137.

10L’ami lui-même, n’a guère de place dans la clef des songes et lorsqu’il y apparaît exceptionnellement c’est pour prendre figure d’ennemi. Des meilours amys eux-mêmes ne peut naître que tendon et ire6. Devant le peu de fiabilité de toute relation humaine, comment l’image offerte à l’identification ne paraîtrait-elle pas seule rassurante, stable, fidèle ? Au Moyen Âge, une place de choix est faite aux « figures emblématiques de la trahison »7.

  • 8 Ms B, Des armes et des glaives, 2.
  • 9 Ms A, Des armes et des glaives, 4.

11Encouragé à considérer l’autre avec suspicion, conforté dans sa paranoïa, le sujet rêve de plente d’armes8, se contemple vestu d’une cote de maille et se rue vers la joie de la perdicion de ses ennemis9. Le désir de corps-à-corps du consultant s’enfièvre d’autant plus que l’interprète multiplie les incitations au combat.

  • 10 Ms A, Du liepard, 1.
  • 11 Ms A, Du dragon, 2, 15.

12L’ennemi le plus prestigieux, le rival le plus redoutable est le semblable, le roi noble et grant ennemy10 qui tel un léopard ou un lion cherche à imposer sa loi à toutes créatures et refuse l’asservissement. Le mettre à mort après un duel sans merci n’est pas un massacre mais un acte rituel. Les moyens utilisés pour que puisse être criée victoire sont laissés dans l’ombre. L’individu semble projeté d’emblée dans une sublime glorification de l’être. Nul ne semble s’aviser que l’insistance de l’interprète à promettre la victoire sur l’ennemi est d’autant plus opiniâtre que tous ces triomphes supposés sont fragiles et dérisoires. Pour vaincre tous les doutes l’acharnement doit être extrême et la conviction absolue. Tout dragon superbe est ressenti comme contraire ennemy à écraser afin d’obtenir tout ce que son ame desire et plaist11.

  • 12 Ms A, De coronne, de marguerites et pierres precieuses, 7.

13De sanglantes luttes de pouvoir ont traversé tout le Moyen Âge. Régner sur les autres est l’un des plus forts désirs qui soit et il est fort aisé, dès lors, de se persuader que quiconques veult estre promeus ou avoir autrui regne pour y regner, ilz sont dignes de mort12. La hantise du rival et sa mise à mort deviennent légitimes. Si tout animal porteur de ces cornes, de ces bois symboles de souveraineté et de force doit être pourchassé et tué, ce n’est pas là acte de violence gratuite. Il importe de remettre entre les mains et sur la tête de celui qui en est seul digne, les attributs royaux usurpés.

  • 13 Ms A, De l’ours, 2, 5.
  • 14 Ms A, Du dragon, 9.

14Ce n’est certes pas l’effet d’un hasard si le rival très puissans est aussi très riche. Se mettre à l’affût de son repaire, suivre ses traces et l’assaillir se fait avec d’autant plus d’ardeur qu’il y a perspective d’enrichissement : cil qui songe qu’il occist l’ours, signifie qu’il occira son ennemy et ara son heritage. Dépouiller l’ours de sa fourrure13 pour en parer sa demeure, trenchié le serpent, et selon la trencheure prendre à l’ennemi ses richesses14, telle est la motivation que l’interprète nourrit et soutient de ses slogans. Il recourt avec art à une kyrielle de verbes propres à soutenir les ardeurs combatives. Celui qui tue son rival peut être assuré que cette richesse, il l’ara, la possedera, la gaaignera, la conquira, à condition d’être prêt à tout.

  • 15 Ms A, Des peuls chanus, 2.
  • 16 Ms A, Du loup, 1.
  • 17 G. Matore, Le vocabulaire..., p. 149.
  • 18 Guillaume de Lorris, Jean De Meun, Le roman de la rose..., v. 1146, p. 104.
  • 19 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. avers.

15Qu’elle le veuille ou non la victime doit défendre toutes griffes dehors sa pecune15. Ceci est d’autant plus équitable et nécessaire que le voleur cherche à accaparer toutes les richesses comme un avaricieux et desloial16. Au Moyen Âge le noble fel est l’objet d’un profond mépris17 et le Roman de la Rose proclame mout est fou hom qui est chiche18. La richesse doit faire l’objet de largesses et seul celui qui la possède de naissance a toutes les qualités nécessaires pour en user comme il convient. Il lui faut donc venir à bout de tout malfaiteur, malicieux déclaré en même temps aver et devenant par dérive associative et imaginaire l’aversier, le diable19.

16L’amateur de ces oracles est d’autant plus réceptif et malléable qu’il imagine aisément que le rival réaliserait, s’il n’était discrédité, cette perfection tant prônée et recherchée. S’évertuer sans cesse à faire sienne l’image offerte à l’identification et à l’édification, ne jamais y parvenir réellement en dépit de tous les sacrifices et soupçonner l’autre d’y arriver sans peine est un défi insupportable. Traversé à longueur de songes par des remous dont le sens lui échappe, l’individu ne peut tolérer qu’affichent leur superbe des fauves de tout poil. Il n’a d’autre recours que leur arracher la peau, dévorer leur chair pour tenter de ne faire plus qu’un avec le modèle.

17Mais se nourrir de l’image pour la nourrir à son tour est un cycle si infernal, un tel leurre que renaissent sans cesse l’angoisse et la phobie de l’ennemi.

II. Le peuple insoumis

  • 20 Berthold de Ratisbonne, Péchés..., p. 54.

18Bien des efforts sont déployés par les différentes instances du pouvoir pour maintenir le peuple à sa place. Berthold de Ratisbonne rappelle à ses ouailles : « il faut que tu sois ce que Dieu veut. [...]. S’il avait voulu te donner une fonction plus élevée, il te l’aurait donnée [... ] il t’en donnera une très élevée, là-haut dans le ciel »20.

19En dépit de toutes les admonestations et de toutes les promesses pour l’Au-delà, le peuple ne se laisse pas toujours dissuader de revendiquer un sort meilleur. Il devient alors l’Ennemi à combattre. Pour favoriser et renforcer les alliances entre les Grands, rien ne vaut un ennemi commun. Circonscrire le lieu des abus, des soulèvements et des émeutes permet de focaliser énergies, ambitions, peurs et fureurs sur un point précis et de les maîtriser.

  • 21 M. Mollat, P. Wolff, Les révolutions populaires en Europe aux xive et xve siècle, Paris, 1993, p. 3 (...)

20L’adversaire noble et viril, le rival prestigieux devient alors un allié de prix contre des ennemis de médiocre envergure, mais dont l’union fait la force. L’interprète les présente comme des troupes errantes et indisciplinées. Dans cette masse indifférenciée chaque individu vient se fondre et perdre toute humanité et dignité. Ce ne sont plus alors que folles divagations de nuées de sauterelles, d’essaims de guêpes ou d’oiseaux dépourvus de cervelle. Ces bandes s’abattent sur les régions prospères, les dévastent, agressant leurs pacifiques habitants, pillant le fruit de leur labeur. Au xive siècle une « population flottante dans les campagnes comme dans les villes [...] commença à se constituer en bandes »21. Contre elles la répression fut rude.

  • 22 Au Moyen Âge, de tels mouvements populaires sont nés d’un essor économique dont seuls quelques-uns (...)
  • 23 Ms B, Des musches et wibes, 3.

21Mais la multitude épinglée au gré des présages est essentiellement le peuple, décrit comme un véritable fléau lorsqu’il cesse de se courber sur les tâches fixées. Emporté par un vent de folie il envahit les territoires réservés, brise les barrières soigneusement édifiées et ravage le champ social22. Cette transgression si insupportable est comparable à l’invasion de l’organisme par des insectes s’introduisant dans les narines23. Contre le peuple insoumis, les phobies les plus secrètes sont sollicitées avec virtuosité, interprétations de songes à l’appui. L’apocalypse généralisée que son insubordination risque d’entraîner justifie amplement la dure condition à laquelle il doit être soumis.

22L’interprète distingue soigneusement entre le bon peuple et le mauvais peuple, le fidèle serviteur et celui qui ne l’est pas. Contre les troupes ennemies est utilisé le servant habile invité à mettre toute son énergie au service de son seigneur et à fondre sans pitié, tel le milan, sur les petites proies errant à travers champs. Le remède risque cependant de s’avérer dangereux, les troupes appelées en renfort peuvent devenir aussi gênantes que la volée de passereaux pillards ou de sauterelles ravageuses.

  • 24 Virgile, Les Géorgiques, IV, 217-246, éd. M. Rat, Paris, 1967, p. 161-162.

23Pour contrer ces dérives, il convient d’appeler à la rescousse les humbles travailleurs, les laboureurs soumis et de les inciter à pourchasser résolument oiseaux pilleurs et insectes destructeurs. Il importe de défendre les abeilles laborieuses contre les guêpes et contre leurs propres impulsions. Virgile n’a-t-il pas décrit la situation en écrivant à propos des abeilles : tant que ce roi est sauf, elles n’ont toutes qu’une seule âme ; perdu, elles rompent le pacte, pillent les magasins de miel, brisent les claies des rayons24.

  • 25 J. C. Schmitt, Mort d’une hérésie, Paris, 1978, p. 191.

24Sous prétexte de protéger ces abeilles, il est bon d’amener les petits à user leurs forces en s’entre-déchirant. Le pouvoir demeurera ainsi à l’abri et la ruche ouvrière continuera à fournir de bien doux nectars. Les abeilles industrieuses, fières d’être distinguées des guêpes venimeuses ne savent guère quelles n’offrent pas leur miel mais qu’il leur est dérobé. Elles ignorent qu’elles sont tellement insignifiantes aux yeux de leur propriétaire que son seul souci, lorsqu’elles viennent à disparaître, est de les remplacer au plus vite car seule importe la récolte. Jean-Claude Schmitt a montré combien la lutte contre les groupes marginaux de la société, vagabonds, mendiants, se justifiait de griefs différents selon l’état du marché du travail25.

  • 26 Ms A, Du porc, 2.
  • 27 Ms A, Du liepard, 2.

25Le manipulateur des forces doit garder à l’esprit que le peuple appelé à la rescousse peut partir subitement en guerre de son propre chef. Pour éviter des effets aussi pernicieux, il faut le prévenir avec fermeté qu’attaquer de sa propre initiative ne lui vaudra qu’afflicion et tourment26. Prétendre attaquer de soi-même le fier léopard royal, revient à être fatalement afflit par le roy ou prince en paour et paines27. Il appartient au roi, assisté de ses conseillers, de décider des guerres et de désigner l’ennemi à combattre. Ceux qui l’oublieraient s’exposent à la vengeance royale.

  • 28 Ms A et B, Des singes, 1, 3, 5.

26Contre l’insécurité engendrée par une masse considérée comme dépourvue de raison, imprévisible et difficilement contrôlable, il convient d’affiner sans cesse ses armes afin de prévenir le moindre soubresaut. Il est habile de présenter le rebelle comme un singe plein de malice, de l’accuser d’être comme lui rusé, faulx, tres mauvais, de poi de vertue, pervers, toujours prêt à trahir et à faire le mal28. Cette vile engeance doit être dressée à faire des tours de piste soigneusement circonscrits et lui parler, la fréquenter, pire, l’introduire dans sa maison, entraîne des calamités sans fin. Accorder des privautés à ces vils mangeurs de rave dont les rots puants révèlent la souillure, revient à renier son rang et compromet un salut fondé sur la distinction soigneuse des classes.

  • 29 Enguerrand de Monstrelet, Chroniques, éd. L. Douët D’arcq, Paris, 1857-1861, t. III, p. 143.
  • 30 Ibid., t. VI, p. 76.

27L’interprète des songes ne se soucie pas des malheurs du peuple. Pourtant certains, tel Monstrelet, s’indignent des maux qui lui sont infligés par les guerres royales. Il est non seulement pressuré de lourdes tailles, mais souffre aussi cruellement des pillages auxquels se livrent les capitaines et leurs armées29. Il advient que le peuple s’adresse aux seigneurs, hommes d’armes, bourgeois et marchands et les accuse de les exploiter et de leur faire subir de cruels sévices30.

  • 31 M. Mollat, P. Wolff, Les révoltes..., p. 297.

28Mais l’interprète des songes sait comment régler le problème. Pour faire taire les ânes rétifs il suffit de bien user du bâton et de la carotte. Le troupeau remis fermement à sa place doit être assuré, s’il se garde des brebis galeuses et les dénonce, qu’il bénéficiera de la protection de son maître. Les armées feront peut-être quelque dégât aux terres qu’elles traversent mais que chacun soit persuadé qu’il en va de son intérêt, croissance et bienfaits innombrables suivront les guerres royales. Le roi sait où sévir pour endiguer tous les maux qui accablaient ses sujets et leur procurer une abondance bénie afin d’être honoré et aimé par eux. Gagner les cœurs est indispensable à qui veut régner sans heurts ni partage31.

III. L’étranger et l’inconnu

  • 32 C. Gauvard, « Violence », dans Dictionnaire raisonné..., p. 1202.

29« Aux xive et xve siècles, l’espace de connaissance se dilate, [...] le royaume se soude par la peur et par la conscience de ses différences. Sur la figure de tous ceux qui vivent en marge vient alors se fixer l’imaginaire de l’insécurité »32.

30Quelles que soient ses craintes un roi avisé ne doit pas se laisser aller à la griserie du pouvoir au point de saper les forces des princes et du peuple sur lesquelles son règne prend appui. L’ennemi d’au-delà les frontières est tout à fait propre à perturber les esprits au point de faire oublier toute discorde et toute autre velléité de bataille. Il est présenté comme un fauve, puissant et redoutable. Avec lui, nulle coalition possible, il faut l’attaquer avec détermination et par surprise, le frapper avec violence, le jeter à terre et le tuer à moins que l’emprisonner s’avère plus profitable.

  • 33 Il n’est pas question ici de définir la notion d’étranger dans sa globalité mais de considérer la f (...)
  • 34 N. Gonthier, Cris de haine et rites d’unité. La violence dans les villes. xiiie-xvie siècle, Turnho (...)

31Appeler à courir sus à l’étranger33 permet de renforcer la cohésion intérieure de l’individu et de la cité. Grâce à l’« ennemi susceptible de menacer les privilèges des habitants ou d’attenter à leur existence [...] la communauté toute entière [...] s’adonne à la violence pour satisfaire une haine partagée ». Deviennent alors étrangers tous ceux qui se différencient des normes34.

  • 35 R. I. Moore, La persécution, sa formation en Europe, xe-xiiie siècle, Paris, 1991, p. 6.

32L’étranger est d’autant plus insupportable que sa différence interpelle les valeurs reconnues et les identités promues. Dès le xie et le xiie siècles, « la persécution est devenue habituelle dans la société occidentale [...] une violence délibérée, légitimée par la société a été dirigée [...] contre des groupes d’individus définis par des caractéristiques générales telle que leur race, religion ou leur mode de vie »35.

  • 36 Ms A, Des moutons, brebis, aingniaux, cerf et chevres, 6.
  • 37 Y. Lequin, La mosaïque France, Histoire des étrangers et de l’immigration, Paris, 1988, p. 16.
  • 38 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. estrange.
  • 39 Edward Peters souligne qu’à travers les persécutions les plus diverses, le pouvoir cherche à abattr (...)

33Les moutons estranges doivent être détruits comme ennemis par glaive36, immolés dans l’intérêt du troupeau savamment sélectionné et conditionné. L’individu qui n’est pas inscrit dans le même tissu social a des comportements, des mœurs qui viennent déranger le conformisme obtenu à renfort de tant de possibilités refoulées. Avec l’étranger s’engouffrent l’Ailleurs et l’Autrement redoutés comme des raz-de-marée, propres à submerger et emporter toute construction. En outre, l’étranger différent et susceptible de se comporter si estrangement paraît receler quelques monstruosités et folie. Il inquiète tant par son étrangeté37 que le supprimer paraît indispensable à qui veut vivre en paix. Sont aussi estrangiés38, repoussés du cercle familier tous ceux qui ont osé franchir ses limites, rivaux, serviteurs, infidèles, peuple en rébellion. Rejetés dans les ténèbres extérieures, ils se fondent dans cette figure dont l’altérité outrancière constitue une menace intolérable pour les idoles consacrées39.

  • 40 Ms A, Des armes et glaives, 11.

34Pour échapper à la hantise de l’envahissement, il faut s’assembler, s’armer40, affréter des navires et partir en expédition vers ces terres lointaines, objets de peur et de fascination mêlées. Remporter d’exotiques victoires permet aussi de parachever l’éclat d’une image toujours ressentie comme fragile et à l’état d’ébauche, de l’accomplir enfin ainsi que le promet l’interprète. Mais s’embarquer armé de pied en cap pour des rivages de rêve, n’y prendre pied que pour massacrer tout ce qui surgit est ce bien là gagner cet Ailleurs vers lequel voguent en secret tant de songes ?

  • 41 J. Le Goff, La civilisation de l’Occident..., p. 362.

35Assourdis et aveuglés par le discours officiel, les défenseurs de l’ordre écrasent avec une rage meurtrière en grande partie étrangère, elle aussi, aux motifs officiellement invoqués. À travers l’étranger ne s’évertuent-ils pas sans le savoir à détruire l’image étrangère collée à leur chair, modèle accepté au prix du sacrifice de leur propre différence ? Mais l’interprète préfère de beaucoup entonner le refrain de la nef royale à défendre coûte que coûte pour sauvegarder l’harmonie du monde. Obnubilé par la conviction que l’étranger est forcément coupable et seul responsable si la nef se brise et fait naufrage41, nul ne remet en question les matériaux dont elle est faite, la voile qui l’emporte.

  • 42 Ms A, Des edifices, 6.
  • 43 Ms A et B, Des arbres et plentes, 3.

36Il arrive cependant que certaines interprétations de songe fassent exception. Il peut y avoir joie des gens et leesce avec femme estrange, pour ce que la cité est estrange, le rêveur peut entrer avec ravissement dans une belle maison ou une merveilleuse cité inconnue42. Des étrangers vêtus de manière non acoustumez peuvent être reçus par le roi sans être soupçonnés de projets belliqueux à condition de n’être pas tels semence germante c’est-à-dire de ne pas disperser autour d’eux leurs idées et de ne pas chercher à envahir le royaume43.

  • 44 P. Ourliac, « La condition des étrangers dans la région toulousaine au Moyen Âge », dans L’étranger (...)
  • 45 P. C. Timbal, « Les lettres de marques dans le droit de la France médiévale », dans L’étranger..., (...)
  • 46 S. Cassagnes-Brouquet, Cultures et artistes et société dans la France médiévale, Paris, 1998, p. 10 (...)
  • 47 C. Billot, « L’assimilation des étrangers... », p. 280.

37Au cours du Moyen Âge, certains étrangers furent accueillis avec empressement44. Aux marchands étrangers furent accordés de multiples privilèges45. Mais ces étrangers furent invités et parfois intégrés dans les cours parce que leurs aptitudes, leurs connaissances, leur art, leur assuraient une renommée qui permettait de les situer, de les reconnaître et d’espérer les faire contribuer au projet officiel, à la gloire du pouvoir46. Lorsqu’ils s’écartent de ce schéma, leur statut redevient précaire. Ils sont soumis au bon vouloir de leurs hôtes et employeurs comme aux relations politiques entre pays d’accueil et d’origine47. La figure de l’étranger menaçant reprend alors le dessus et il importe de le rejeter hors des frontières.

  • 48 Comme le rappelle J. Poirier « les sociétés traditionnelles ont toujours éprouvé la plus grande méf (...)
  • 49 Ms A, De canelle, 4.
  • 50 Ms B, De la couche du lit, 8.
  • 51 B. Geremek, Les marginaux parisiens aux xive et xve siècles, Paris, 1976, p. 312.
  • 52 N. Gonthier, Cris..., p. 175.

38La clef des songes l’enseigne de même, l’étranger doit toujours être considéré avec méfiance48. S’il peut parfois apporter joye et leesce, il faut en attendre généralement des tribulacions sources d’amertumes49. Si coucher en estraunge lieu peut procurer graunt poesté et joye il faut que le lit soit connu50. Au Moyen Âge, tout inconnu suscitait soupçon et rejet. Le moindre passant pouvait devenir « susceptible de commettre un forfait »51 et celui dont étaient ignorés les antécédents et la famille était supposé « chargé de crimes »52.

  • 53 Ms A, Des armes et glaives, 3.
  • 54 C. Gauvard, « De grace especial ». Crime, état et société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, 1 (...)
  • 55 Citons en exemple le Journal d’un bourgeois de Paris, Paris, 1990, p. 236-238.

39De l’étranger venu d’ailleurs à l’inconnu coupable d’ébranler le monde connu et sécurisant, l’interprète des songes fait aller sans trêve sa navette. Il en associe vingt et une fois les termes dans le manuscrit A. Leur synonymie est nettement évoquée : cil qui songe qu’il voit le peuple armé et prest et appareillié de batailler [...] s’il ne cognoist le peuple, s’il est prince qui ce voit, signifie qu’il ara tristece de ses ennemis, et ignorance se raporte a la personne des ennemis53. Les inconnus entraînent des mutacions qui, dans les esprits inquiets s’apparentent à des cataclysmes. Au gré des fantasmes de chacun et du pouvoir politique et clérical, l’inconnu devient « violeur incorrigible, homosexuel ou juif »54. Auteurs et chroniqueurs de l’époque témoignent largement de ces clichés55.

  • 56 Ms A, Du vin et buvrage, 9.

40Les présages opposent de manière répétitive l’inconnu et le connu en une confrontation ostensible et efficace. S’il le cognoist et s’il ne le cognoist tels sont les maîtres mots, les clefs de verdicts assénés. Celui que nul ne connaît, qui ne peut être identifié d’emblée, qui n’est inscrit dans aucun des faisceaux de relations habituels devient le contraire ennemy56. Ce personnage inconnu nul ne sait comment l’aborder, lui parler, voire le séduire. Sur quels traits de caractère prédéterminés prendre appui pour mener à bien l’œuvre idéologique ?

  • 57 N. Gonthier, Cris..., p. 175 ; J. Goglin, Les misérables..., p. 105.

41Il ne convient donc pas de chercher à l’approcher. Il doit demeurer cet inconnu qui n’a d’autre existence que l’étiquette qui lui a été délibérément attribuée. La peur de l’inconnu est d’autant plus aisée à attiser que l’insécurité de la vie quotidienne est réelle57. L’interprète a beau jeu, dans ce contexte, d’exacerber toutes les peurs et de les diriger vers le gouffre d’angoisses imaginaires soigneusement entretenues par la ronde infernale de ses slogans.

IV. L’ancien et le jeune

  • 58 Ms A, Des juges et pois, 14.

42Parmi les nombreuses ficelles utilisées, l’opposition de l’ancien au jeune vient animer avec succès le théâtre de marionnettes aux recettes si fructueuses. Tandis que le premier incarne à merveille le connu, le familier tutélaire, le second endosse la défroque de l’inconnu et de l’étranger menaçants. Celui qui accueille aucun semblable a cil qu’il cognoist peut être assuré que tout se passera selon ce qu’il aura vu et entendu. À cette figure rassurante, l’interprète associe celle d’un ancien gage de fortune, qu’il soit cogneu ou non tant à la limite, son personnage est sans surprise58. Sous sa houlette vénérable la réalité enseignée paraît enfin copie conforme de rêves soigneusement expurgés. Quelles que soient les circonstances, l’ancien est censé ne jamais surprendre. Il semble tellement figé dans ses positions, qu’il paraît habile de lui confier le magistère face à tant de jeunes écervelés.

  • 59 La vieille femme a mauvaise réputation, voir D. Luce-Dudemaine, « La vieille femme, l’amour... », p (...)
  • 60 Ms A, Des femmes, 1.

43Accoler l’ancien à ce « connu » qui n’est autre que la réalité promue par le discours idéologique revient cependant à négliger la richesse intérieure acquise par l’expérience de toute une vie. Une femme ancienne peut elle-même être considérée comme désirable, à condition, bien entendu, qu’elle assure à celui qui touche à elle charnelment par luxure, cette bonne fortune tant désirée. Quelque réserve est cependant exprimée, l’Ancienne connue peut apporter plus ou moins grand tribulation59 selon qu’elle est bien formée ou laide60. Il ne faut jamais s’aventurer sans précautions dans les jupons féminins sous peine de quelque retour de bâton.

  • 61 Ms B, Des juges et pois, 14.

44Au contraire des anciens, le plus jeune suscite d’autant plus de méfiance et d’hostilité qu’il est en même temps ce plus joevene de ly q’il ne connoist61. Sa jeunesse le rend doublement ennemi, elle apparaît comme triomphante à celui qui n’a plus la même vigueur. Elle semble proclamer que maladie et mort ne sont pas son lot mais guettent celui qui se voit acculé aux portes de la vieillesse. À titre de représailles, il est bon de le considérer avec suspicions et réserves, d’imputer à son jeune âge, toutes les turbulences baptisées inconvenances.

  • 62 N. Gonthier, Cris..., p. 47.
  • 63 Ms A, Des femmes, 2.

45Certes la jeunesse se précipite parfois en quelques excès fâcheux et les troubles causés dans les villes universitaires du Moyen Âge par les « scolares » en sont un exemple62. Cependant considérer le jeune, être en devenir, comme un ennemi c’est aussi condamner pour chacun, quel que soit son âge toutes les forces en gestation, les élans du cœur rebelles à la raison et aux enseignements. La clef des songes les censure impitoyablement. En opposant les anciens et les jeunes, elle interdit aussi toute relation enrichissante entre générations, empêche les uns de faire part de leurs réflexions, de leur expérience, de leurs remises en question et les autres de réveiller par leurs élans ardents la ferveur enfermée dans la gangue d’années d’endoctrinement. Il faut persuader l’ancien qu’il bénéficie d’un statut privilégié, que le jeune est nu et désarmé devant un avenir incertain. Si le jeune est exceptionnellement rapporté au rêveur ou a son semblable, il importe qu’il soit cogneu63. Seul ce « connu » peut supprimer toute différence aussi radicale soit-elle.

46Par cette mise au pilori de l’étranger et de l’inconnu, la clef des Songes donne non seulement une leçon sévère de conservatisme social mais la pousse jusqu’à ces extrêmes de la xénophobie. Du même mouvement sont combattus ces espoirs de changements, d’Ailleurs et d’Autrement qui illuminent de leur lumière vacillante tant de songes lorsque cesse la contrainte quotidienne. Pour combattre l’étranger et l’inconnu, dangereux pour les structures du système en place, chacun doit se ranger sous la bannière de ce graunt ost qui est censé assurer sa sécurité. Mais de cet enrôlement dépend essentiellement la sécurité de toute l’armée des prophètes, prédicateurs et sergents recruteurs dont l’interprète des songes n’est qu’un représentant parmi d’autres.

V. La bête sauvage

  • 64 C. Alvares, « Gauvin, les femmes et le cheval », dans Le cheval..., p. 32.

47Dans l’imaginaire médiéval l’adjectif « sauvage » marque essentiellement ce qui transgresse la loi et subvertit l’ordre64.

  • 65 Ainsi la sauvagerie des paysans justifie leur soumission et leur oppression. P. Freedman, « Saintet (...)
  • 66 Ms A, De l’engendreure des bestes et des oiseaux, 3.
  • 67 « Wildleute », dans Lexikon des Mittelalters..., p. 120-121 ; R. Bernheimer, Wild Men in the Middle (...)
  • 68 Philippe de Commynes, Mémoires, éd. H. Beaune, J. d’Arbaumont, Paris, 1883-1888, II, p. 136-137.

48Pour accentuer la crainte de l’Ennemi et de l’étranger coupable d’amener en ses bagages quelque objet non dûment contrôlé, il est donc fort efficace de l’accuser de sauvagerie65. Selon l’interprète, il n’est nulle différence entre avoir compaignie a une jument sauvage et attaquer un homme estrange pour l’humilier66. L’étranger et le sauvage, l’homme et l’animal ne sont que seule et même chose67. Les agresser, les réduire à merci, procure une jouissance aussi forte que celle de voluptés interdites. Commynes a dénoncé à juste titre la violence présente au cœur de chaque individu : la raison naturelle, ne la crainte de Dieu, ne l’amour de nostre prouchain, ne rien, ne nous garde point d’estre viollens les ungz contre les aultres68.

  • 69 Ms A, De l’engendreure des bestes et des oiseaux, 2.
  • 70 F. Gagnon, « Le thème médiéval de l’homme sauvage dans les premières représentations des indiens d’ (...)

49Mais les Grands de ce monde proclament haut et fort que l’autre est la bête qu’il faut abattre sous peine d’avoir commistion a beste sauvaige69. Il ne s’agit plus de jument facile à dresser et de cavalier triomphant mais de relation ignominieuse avec une bête irrémédiablement sauvage. Être dominé par l’ennemi équivaut à se retrouver livré à ses impulsions les plus bestiales. Il est donc licite et indispensable d’exterminer celui qui a été déclaré seul coupable de pulsions sauvages et sadiques70.

  • 71 Sur la peur du loup, voir M. Meslin, « Êtres surnaturels », dans Le Merveilleux, l’imaginaire..., p (...)
  • 72 Ms A, Du parde, 5.
  • 73 Ms A, Du porc, 6 et 7.
  • 74 Ms A, Du chat, 2 et 3.

50Il faut d’urgence et sans cesse asservir ou détruire. Le sauvage doit d’autant plus être attaqué sans merci qu’il est loup féroce71 opérant des razzias sur des pâturages réservés. Le léopard sauvage qui refuse de devenir animal privé pour le plaisir et l’orgueil de son maître72, sera tué, et faute de se laisser engraisser pour son lard comme le porc domestique, le fier sanglier est pourchassé, découpé en morceaux. Sa tête et sa queue sont déposées en offrande symbolique entre les mains royales73. Le vainqueur de la bête procède avec la même avidité qu’elle mais de ceci il n’est pas fait mention. Seul l’Ennemi, tel le renard, le chat sauvage, est un larron74, un voleur menaçant la propriété privée. Lui seul est traître, perfide, fourbe, sans foi ni loi, toujours prêt à créer troubles et confusions, à commettre des actes contre toute moralité. Lui confisquer ses biens est alors tout à fait légal.

  • 75 Le jugement de renart, dans Le Roman de Renart..., t. I, p. 43, 47, 57.
  • 76 F. Gagnon, « Le thème médiéval de l’homme sauvage... », p. 84.

51Le jugement de Renart le décrit certes comme fourbe, mauvais larron, folle canaille, voleur75, mais lorsqu’il comparaît en justice, le roi est tout prêt à lui pardonner en échange du trésor alléchant qui lui est offert. Le Roman de Renart qui immortalise ses méfaits est un portrait satirique de la société médiévale, de la royauté et du clergé. Dans la clef des songes, il n’est guère question d’une telle remise en cause. Aucune clémence ne doit être accordée aux tricheurs qui n’acceptent pas de se plier aux règles. Le renard demeure le seul coupable, le pouvoir est pur de toute compromission et tuer la bête sauvage est une nécessité absolue. Le triomphe de la raison contre les pulsions sert de caution éthique à un enjeu politique et la lutte est d’autant plus violente qu’il existe dans les esprits une attitude ambivalente vis-à-vis de ce sauvage imaginé libre de toutes contraintes, devoirs, oppressions76.

  • 77 Ms A, Des buefs, 6 et 7.
  • 78 Ms A, Des chevaux, 4.
  • 79 Ms A, Des asnes selon Daniel, 1.
  • 80 P. Mane, Calendriers..., p. 81.

52Le bœuf qui demeure étranger au troupeau et se permet de blesser celui qui tentait de l’utiliser à son profit77, le cheval ombrageux78, l’âne rétif79 ne peuvent être tolérés. Leur puissance indomptée, leur refus des entraves provoquent les volontés dominatrices. Leur liberté porte ombrage à celui qui rêve de les mettre en subjeccion, de les plier à son désir et de se servir d’eux. L’ordre social doit être préservé coûte que coûte et le respect des rôles et des places en est un fondement important80.

  • 81 Lorsque la condition du dominé devient trop critique, il est regardé avec suspicion et crainte car (...)
  • 82 Ms A, Des singes, 4.

53La volonté de dominacion tant de fois exprimée va bien au-delà d’une simple exigence d’un service à rendre semblable aux devoirs d’un vassal ou d’un serviteur envers le suzerain ou le maître. Il s’y révèle un désir âpre et puissant de réduire l’autre en servitude, de l’humilier au maximum81. Celui qui revendique sa liberté doit être réduit à l’état de singe dressé à exécuter docilement en public les tours enseignés. Tourner l’ennemi en dérision, faire applaudir à sa déchéance, lui attirer quolibets et sifflets82 est d’autant plus nécessaire que l’on corrige ainsi son fol orgueil. L’humilité n’est-elle pas prônée dans la Bible comme le fondement de toutes les vertus ? L’orgueil n’est-il pas l’un des sept péchés capitaux et celui qui a causé la chute de Lucifer ?

  • 83 J. Poirier, « L’homme et l’autre... », III, p. 293. L’auteur rappelle que pour de très nombreuses p (...)
  • 84 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. estordir.
  • 85 T. Husband, The Wild Man..., p. 5 ; H. White, « The forms of Wildness : Archaeology of an Idea », d (...)
  • 86 J. Voisenet, « Violence des bêtes et violences des hommes », dans La violence dans le monde médiéva (...)

54Discréditer l’ennemi, le déclarer à la fois sauvage et estordi dépourvu de raison et d’intelligence83 persuade tout un chacun que ses actions et ses paroles sont inconsidérées et folles84. Il faut éviter qu’il ne trouve trop d’audience auprès de celui qui a été endoctriné avec soin. Pour ce faire, que ses discours deviennent autant de rugissements, de feulements, de grognements d’animaux sauvages, qu’il apparaisse à tout jamais comme l’antonyme absolu de l’homme civilisé et de toute l’humanité85. Il ne doit demeurer aucun doute qu’à travers la chasse au sauvage se joue le sort de deux mondes, celui où règnent le « chaos et l’agressivité » et celui des « hommes, de la culture, de l’organisé »86. Guêpes, scorpions et serpents qui ripostent trop vivement lorsqu’ils se sentent menacés doivent être accusés d’attaques sournoises. À ce prix, il sera licite de les écraser comme de crier haro sur tout sauvage. Ainsi est projeté sur les bandes nomades et même sur d’autres peuplades tout le mal imaginable et les exterminer engage chacun à vaquer en paix à sa besogne.

  • 87 Ms A, De dominacions de terres et de maisons, 21.

55S’il n’était vaincu à temps et avec diligence, l’ennemi sauvage se comporterait comme ces éléments déchaînés contre lesquels il n’est plus guère de recours. Il surgirait n’importe quand, n’importe où, ravagerait tout, tel un véritable fléau. Il serait incendie démesuré, tremblement de terre et désastreuse chute de grêle, déluge submergeant la terre entière. Par un feu que nul ne puet estaindre, rendu fou sous le souffle d’un vent qui vente fort, constructions, cultures, biens seraient anéantis et la puissance royale gage de l’ordre universel abolie87. Et lorsque le pouvoir est mis à mal par des sauvages, l’interprète l’a enseigné sans relâche, le bon peuple en est la première victime. Lorsque sont réduits en cendre les préceptes inculqués et les vérités universelles, chacun doit se sentir menacé d’aveuglement et d’asphyxie.

  • 88 Os, 12, 2.

56Mais ce vent qui attise la flamme et dont la Bible enseigne qu’il est vent de mensonges et de fausseté88, où prend-il sa source ? Serait-ce dans les discours d’une idéologie trop oppressive ? Le désir de sauver son âme desséchée par tant de mensonges et de faux-semblants ne contribuerait-il pas à secouer les songes de tant d’éléments ravageurs ?

57L’ennemi est celui par qui le manque et l’angoisse arrive.

  • 89 Ms A, Du mouvement de terre, 6.

Se le roy songe que son palais ou son siege royal soit destruit par mouvement de terre [...] signifie que la paour de la famine, de son ennemy le troublera, et se est faite aucune ruyne ou destruccion en aucune partie de dedens le palais, et non pas ou estoit le siege royal, signifie que aucun de ses privez amis sera destruit par la paour de son ennemy89.

  • 90 Ms A, De la noif, greesle et glace, 3.
  • 91 Ms A, Des blés et semences, lin, sisame et mil 7.
  • 92 Jn, 6, 58.
  • 93 Ms A, Des fleuves, 6.

58N’est-ce pas lui qui détruisant le palais et le siège royal détruit tout rêve de pouvoir, toute illusion de majesté ? N’est-ce pas lui qui ravage les fourmens et les orges aussi désastreusement qu’une pluie de grêle et provoque ces innombrables occisions [...] par bataille90 ? Lui seul sème l’épouvante et anéantit tout espoir. Détruire cet orge et ce froment qui fait la force du corps91 est d’autant plus sacrilège que le pain, élément essentiel de l’alimentation médiévale, est aussi symbole de vie éternelle : Tel est le pain qui est descendu du ciel, [...] celui qui mangera du pain que voici, vivra pour l’éternité92. Pour bénéficier de ce pain de Vie, il faut canaliser les énergies et le cours tumultueux de toute vie. Chacun doit être amené à renoncer à courir follement à travers des espaces vierges. L’ennemi et ce qui du moi socialisé est ressenti comme tel, doit être capté, emprisonné en maints réservoirs, pour accroître les trésors que d’aucuns accumulent93.

  • 94 Ms A, Des armes et glaives, 2.
  • 95 N. Gonthier, Cris..., p. 133.
  • 96 A. Porteau-Bitker, A. Talazac-Laurent, « La renommée dans le droit pénal laïque du xiiie au xve siè (...)

59Il demeure cependant en chaque homme tant d’aspirations rebelles aux entraves, qu’il importe de tromper et de dévier l’ire suscitée par des nœuds trop serrés. Fort de son bon droit et de l’aval officiel, chacun peut se laisser aller à la violence sauvage qui couve en lui et occire, destruire, gaster, massacrer le bouc émissaire offert à la vindicte publique. La violence légalisée permet de se gagner tous les suffrages et de remporter moult honneurs en la bataille94. Quant à l’ennemi déclaré seul coupable de pulsions sauvages, criminelles, il ne peut résister longtemps sous le poids des injures et diffamations dont il est accablé. Or perdre ainsi l’honneur, c’est s’exposer « à tous les types de violence »95. A. Porteau-Bitker et A. Talazac-Laurent ont mis en évidence combien dans la procédure criminelle des xiiie et xive siècles, la bonne ou mauvaise réputation détermine le poids de la peine96.

  • 97 Ms A, De parler a ceuls qui n’ont pas nature de parler, 1, et 2.
  • 98 T. Husband, The Wild Man... ; l’image de l’homme sauvage est d’ailleurs ambivalente. Il est à la fo (...)

60Lorsque le rêveur se hasarde à parler en songe à beste ou serpent, à une chose qui n’a point nature de parler, ce ne peut-être, déclare l’interprète que dans le but de tirer victoire de ses ennemis, car les serpens et les bestes sauvages ou crueuses ont inimitié aus hommes97. Se pourrait-il néanmoins qu’en s’adressant aux sauvages, l’individu exprime quelque nostalgie secrète98 ? La peau du fauve dont il pare sa demeure n’a-t-elle pour tout but qu’un luxe ostentatoire ou est-elle chargée d’apporter quelque effluve perdu mais combien désirable ? Affirmée par la voix des songes, grande, puissante, riche et fière, cette force sauvage permettra peut-être un jour de ne plus plier le front et les genoux devant de machiavéliques censeurs.

61Dans le même mouvement, le soi-disant ennemi pourra au grand jour être déclaré digne de recevoir, d’émettre des paroles et des échanges respectueux, sincères pourront éviter le recours aux armes. Reconnaître les sauvageries subies et celles qui grondent en soi permettra peut-être à l’ennemi tant décrié, tant redouté, de se révéler ce plus grand ami masqué par l’ombre portée de présages insensés.

VI. L’ennemi diabolique

  • 99 « C’est attenter à l’ordre du monde, donc à Dieu, que de s’en prendre aux princes et aux prélats », (...)

62S’appuyer sur le discours religieux est d’autant plus efficace pour le pouvoir temporel que l’Église a défendu l’ordre régnant99.

  • 100 Ms A, Des anges, 2.

63Lorsque les songes ne sont pas hantés par des fauves menaçants et des éléments en furie, lorsque le rêveur s’apaise et se complaît dans la compagnie des anges, l’interprète le ramène brutalement sur terre, en ce lieu de bataille où il lui faut sans trêve avoir tost victoire sus ses ennemis100. Le message et les faveurs angéliques sont tous entiers ramenés à une exhortation à courir sus à l’ennemi. L’ange apparaît pour armer un bras vengeur et entraîner au combat sans délai. Le chœur des anges n’est pas suave symphonie mais hymne guerrier destiné à galvaniser les énergies. Et quel peut bien être l’ennemi des anges, si ce n’est le démon terrassé par l’archange Gabriel ? Contre cet ennemi, une victoire instantanée et radicale est promise à celui qui bénéficie du soutien de l’armée céleste. Le héros béni de Dieu n’est pas seulement un foudre de guerre mais bien mieux encore il incarne les foudres divines.

  • 101 Ms A, Des anges, 5.
  • 102 Ms A, Des anges, 6.
  • 103 Ms A, De la mutacion de loy ou foy, 14.

64S’il devait rester quelque doute quant au bien-fondé de ces batailles fracassantes, l’interprète les balaie : le peuple recevra croissance et les povres seront saoulez101. Les sabots des guerriers labourent le sol, pour faire naître une abondance merveilleuse et fertilisent la terre par le sang versé. Les guerres royales menées pour le nom de Dieu102, ne doivent pas être considérées comme une calamité, au contraire. Il faut se battre sans répit contre la fumiere puente des ennemis de la foi, venus déranger le roi en ses dévotions devant le feu sacré. Il n’est pas possible de laisser se répandre la puanteur des blasphèmes, mensonges et hérésie risquant de corrompre tout le genre humain et tout l’univers. Pour demeurer angélique aux yeux du Maître et à ses propres yeux, de bone odeur, en odeur de sainteté, il faut faire sienne cette victoire desirable103 présentée comme personnelle bien qu’elle soit étrangère à la cause la plus intime, la plus vitale, celle de la vérité de l’être.

  • 104 M. Pastoureau, « Bestiaire du Christ, bestiaire du diable. Attribut animal et mise en scène du divi (...)

65Afin que l’individu persiste à faire triompher l’idéologie régnante comme s’il y allait d’un combat personnel, il convient de le provoquer où le bât le blesse. Comme pour l’étranger ou le sauvage, il faut appeler en renfort ses peurs et plus précisément celles des créatures de la nuit, hiboux, chouettes, fouines et belettes rôdant sans cesse en quête de leurs proies, toutes les bêtes rampantes et venimeuses à l’approche insidieuse et fatale. Au dragon écumant, à tout ce bestiaire infernal acharné à détruire l’homme et la terre entière104, est opposé le chevalier de Dieu dont la fureur n’a d’égale que sa terreur et sa faiblesse.

  • 105 Hérétiques et juifs furent au Moyen Âge victimes de violence inouïes. La littérature sur sujet abon (...)
  • 106 Ms A, De la mutacion de loy ou foy, 1.
  • 107 Le livre de Baudouin, comte de Flandre, dans Splendeurs de la cour de Bourgogne..., p. 9-10.

66Sur cet ennemi l’interprète épingle l’épithète « mal » comme signe distinctif et infamant. Il est le mauvais, le malfaiteur, le malfé, et qu’il soit juif105 ou Sarrasin, son destin est de finir meschantement106. La littérature romanesque du xve siècle met à l’honneur les combats contre les Sarrasins coupables de sacrilèges, pillages et viols et présente leur extermination comme une nécessité pour venger la religion de Notre Seigneur Jésus Christ107. Pour oublier ses propres chutes et méfaits, ses faiblesses, sa lassitude aussi devant des enjeux aussi démoniaques, le combattant de la foi ne doit jamais s’accorder le moindre répit. Qu’il se précipite de combat en combat, d’ennemi en ennemi jusqu’à la fin des temps s’il ne veut lui-même être accusé de trahison et de crime.

  • 108 Ms A, Du renart, 3.
  • 109 Ms P, De la mutacion de loy ou foy, 1.
  • 110 F. Godefroy, Dictionnaire..., s.v. ennemi.

67Pour subjuguer les récalcitrants, Jésus est utilisé. Il est affirmé qu’il assiste de sa toute-puissance celui qui, pour le salut de son âme consacre sa vie à l’extinction de la race ennemie et que devenir combattant de Dieu, c’est transformer son apparence mortelle en image incorruptible, lavée de toute souillure. Le fidèle croisé pourra telles les images pieuses consoler et mettre au cœur de chacun les ardeurs souhaitables. Néanmoins, le culte de l’image ne doit point devenir une obsession solitaire. Il ne convient pas de se perdre en contemplation stérile et de dédaigner les consignes officielles. Jésus est mort sur la Croix pour le salut de tous les hommes et de ce salut l’interprète déclare détenir le secret. Celui qui refuse d’en convenir est travaillé des diables108 et maudit. Se montrer hésitant à entamer le Credo universel c’est être appareilliez à mal faire109 et mériter la mort tout comme cet ennemi qui est en dernière instance, le diable lui-même110.

68Que la victoire de la foi soit utilisée pour renforcer celle du pouvoir demeure caché par l’art de l’interprète des songes. L’invitation à se consacrer au service de Dieu paraît la plus apte à faire oublier toute réticence et à canaliser ces agressivités pourvoyeuses de revendications et révoltes. La violence masquée perpétrée sur l’individu ne doit pas se retourner contre ceux qui l’exercent sous prétexte de conseils avisés.

  • 111 Ms A, De la voix, 4.
  • 112 Ms A, Des sepulcres et des mors, 22.

69Par son va-et-vient, entre le règne de la droite foi, et celui du pouvoir légitime, l’interprète semble proclamer que Jésus lui-même a versé son sang afin que ne coule jamais celui des Grands. Tous ceux qui refusent d’admettre que les uns sont appelés à régner et à jouir de privilèges et les autres à se soumettre et à souffrir auront le sort qu’ils méritent, leur fin sera mauvaise. Seuls seront épargnés ceux qui acceptent de chanter de bonne et doulce voix, le chant de l’église111. Que l’interprète prêche pour sa chapelle et pour celle de ceux qu’il représente demeure occulté. Vaincre autrui c’est comme voir mort resuscité112, c’est vaincre soi-même la mort et s’assurer une vie éternelle. Tuer l’ennemi, c’est détruire tous les germes de mort qu’il véhicule.

  • 113 Berthold de Ratisbonne, Péchés..., p. 152.

70Pourquoi s’interroger davantage sur le sens des songes et de la vie ? Il faut pour cela faire confiance à ceux qui savent, et les sujets sont constamment incités à repousser tout discours susceptible de remettre en cause celui des dominants. Prêter l’oreille à ceux que les autorités dénoncent, c’est avaler un poison qui dessèche corps et âme. C’est aussi se mettre soi-même au ban de la chrétienté et de la société. Hérétiques et juifs ont le triste privilège d’incarner ces discoureurs sacrilèges à éviter à tout prix : il est interdit, par les Écritures et par le pape, qu’un homme non instruit s’entretienne avec eux. Il vous est strictement interdit de parler aux juifs. Si vous entendez dire quelque chose dont il vous semble que ce soit à l’encontre de la foi chrétienne, avisez en les gens instruits, car il y a bon nombre d’hérétiques actuellement113.

  • 114 Ms A, Du roy et de la croix, 1.
  • 115 Ms A, Du feu, 18.

71Appelé à porter triomphalement la Croix du Christ de lieu en lieu, à l’y implanter, le croisé de la juste cause ne doit pas hésiter à ôter aux autres cette vie qui lui est si précieuse. S’il ne le faisait, la croix serait ostee114, enlevée et profanée par des mains impies. Épargner l’infidèle revient à devenir son complice et à enfoncer soi-même les clous dans le corps crucifié. Ne pas répondre à l’appel au combat, c’est empêcher le roi d’assurer le triomphe de la lumière, c’est aider l’ennemi diabolique à semer des malheurs selon la proporcion des tenebres115.

  • 116 Ms A, Du feu, 16.

72Que chacun, donc, se rallie au flambeau porté bien haut par le roi et l’aide à obtenir victoire et gloire par la destruccion de ses ennemis116. À cette condition seulement le soleil et la lune continueront à répandre leur lumière bienfaisante et les ténèbres seront vaincues. Si l’ennemi n’était détruit, il sèmerait dans l’Univers entier guerre et mort.

  • 117 J. Delumeau, La peur..., p. 131.

73Tandis que l’interprète déroule le fil de ce discours, le rêveur n’a guère le loisir de s’aviser que peut-être ces songes de chute et d’obscurcissement viennent remettre en question quelque fausse gloire, souligner la vanité d’ambitions exacerbées. Chacun doit demeurer convaincu que l’ennemi diabolique rôde sans cesse autour de lui, profitant de « la nuit pour induire au mal l’être humain fragilisé par la disparition de la lumière »117. Qu’il confie aux lumières de l’interprète, l’obscurité de ses songes. Celui-ci saura montrer la voie à suivre.

  • 118 Ms A, De la résurrection, 1.
  • 119 Ms A, Du feu d’enfer, 1.
  • 120 Ms B, Du feu d’enfer, 1.
  • 121 Ms A, De la résurrection, 2.
  • 122 Ms A, De la distillacion de yaue sans pluye, 3.

74Au terme du combat ceux qui ont fait subir aux justes injures et villenie118 seront châtiés, livré a perdicion119, dampné120. Ceux qui auront su leur résister héroïquement obtiendront quant à eux desliement de loiens121. Ils deviendront ces élus exceptionnels, tout de lumière, ayant bénéficié leur vie durant de Dieu aide et victoire de ses ennemis122.

VII. L’adversaire de l’image

  • 123 C. Gauvard, « Violence... », p. 1202-1204.

75À travers les multiples formes qu’il revêt, qu’il soit dit rival, étranger, sauvage, peuple ou contestataire, l’ennemi est avant tout celui d’une image de soi imposée, d’une identité enseignée et endossée coûte que coûte. La violence devient alors moyen « de prouver la perfection d’une identité [...] la violence est constitutive de la noblesse »123. Les relations constantes que l’interprète établit entre l’ennemi et les agressions subies par le corps en sont la vivante illustration.

  • 124 Ms A, Des peuls chanus, 2.
  • 125 Ms A, Des peuls chanus, 4 et Ms A, Des oingtures, 3.
  • 126 C. Gauvard, « Violence... », p. 1204. Elle souligne aussi que si la noblesse a volontiers des compo (...)

76Si le mirage d’un moi superbe et invincible avoue sa fragilité et sa fausseté en bien des songes à travers les nombreux avatars subis par le corps, tout est mis en œuvre afin que perdure l’illusion. Lorsque la parure magnifique de cheveux symboles de force et de richesses est vue tondue, il faut se défier des ennemis du roy124. Ce sont forcément eux qui portent atteinte à ce chef sacré et visent à travers lui tout l’édifice social. Ils lui rasent les cheveux pour annihiler toute possibilité de riposte et le rendre incapable d’accomplir sa mission. Celui qui désire garder ses cheveux bien épais, brillants, et mettre ainsi en valeur toute sa personne, continuer à l’orner de grace125, doit repérer l’ennemi et le détruire : « Le pouvoir parce qu’il se définit d’abord par l’acquisition de privilèges, s’arrache par l’exclusion des adversaires »126.

  • 127 Ms A, De ventouser et saingner, 2.
  • 128 Ms A, Du col 6.
  • 129 D. Crouzet, « Imaginaire du corps et violence aux temps des troubles de religion », dans Le corps à (...)

77Faire couler le sang de l’ennemi équivaut à vider, comme par magie, le sien propre de toutes les impuretés127. La victime propitiatoire permet de lever bien haut le front et de présenter à tous, une belle et noble face. Pour se hausser du col au-dessus de la foule, il faut savoir se montrer combatif128, briser les cuisses de l’ennemi, lui trancher les pieds, l’amputer de mille manières afin qu’il tombe à genoux devant son vainqueur et demande grâce. En lui doivent être inscrites toutes les blessures et les défaillances dont il importe de préserver le corps propre et l’image de soi. Marteler, déchirer la chair de l’hérétique revient à exposer aux regards sa monstruosité interne129.

  • 130 Ms A, Des bras, 2.
  • 131 Ms A, Des espaules, 5.
  • 132 Ms A, Des bras, 3.
  • 133 Ms B, Des jointures des espaules ou du dos, 3.
  • 134 Ms B, Des tesmoings naturelz de l’omme, 2.
  • 135 Ms A, Des tesmoings naturels de l’omme, 3.

78Sommé sans cesse et fortement désireux de prouver sa puissance en toutes circonstances, assailli de doutes quant à son efficience réelle, le rêveur aspire toujours davantage à faire étalage de la force de ses bras, de ses épaules, à tout mettre en œuvre pour qu’il soit fors et agrandis130, enforciees et magnifiees131 et à faire en sorte que ceux d’autrui soient afoiblis ou froissiez132, depessez133. Puisque la force suprême de l’individu est réputée résider dans ces chers tesmoings naturelz, une partie serrée se joue en leur nom. Pour ne pas se les faire trenchez ou blessez134, pour les garder gros et fors135 bien ancrés à la place qui leur a été conférée, il faut s’acharner à mutiler l’autre.

  • 136 Ms B, Des dens et langue, 6 et De la voix, 4.
  • 137 Ms B, De la voix, 4.
  • 138 Ms A, De la fiente et urine, 6.
  • 139 J. Wirth, L’image..., p. 207.

79Si l’ennemi venait à vaincre, alors serait arrachée cette langue si précieuse qui permet de parler haut et fort, de dominer et de convaincre136. Tuer le premier, c’est s’assurer que ses fils enhauderount et ses ennemis serount abessé137 et que la hiérarchie officielle sera respectée. S’il n’était exterminé, l’adversaire aurait vite fait de pousser le corps magnifié, l’image sublime et tout l’édifice social en cette fosse plaine d’ordures138 révélatrice de réalités escamotées. Or toute institution a besoin pour se maintenir de se faire respecter et de se valoriser139.

  • 140 Ms A, Du poivre, 5.
  • 141 Ms A, Du poivre, 4.
  • 142 Ms B, Du senevé, 6.

80Pour sauvegarder les images sacro-saintes il importe de comparer les cris de révolte troublant le consensus paisible obtenu à renfort de tant de tours et de détours, aux aboiements de chiens hargneux. Le roquet gênant doit être occis comme les rebelles de tout poil, acharnés à réduire en loques la somptueuse parure si chèrement payée. Tout inférieur suspect de rébellion, peuple, fils, serviteur, épouse, doit être muselé ou supprimé. Les douces somnolences et les cheminements béats sont perturbés par les cris et les contestations de ces contraires éhontés. S’ils ne sont réduits au silence, les opposants entraîneront d’autres hommes par leurs propos irritants à batailles ou noise140. Il n’est pas possible de laisser tout un chacun accommoder à sa façon le texte officiel. Il faut que soit tourmenté du prince141, menacé d’enfermeté et anguisse142 l’amateur d’improvisations personnelles.

81Les males paroles des ennemis provoquent eaux troubles, tempêtes, fleuves déferlants et éléments déchaînés. Ils suscitent toutes ces catastrophes qui hantent les songes. Ils éclaboussent de boue les nobles prestances, sapent le fondement de toutes les certitudes et font partir à la dérive tous les acquis. Pour qui veut régner sans partage il faut détruire tout opposant aux images de soi mirifiques et sacrées sous peine de voir révéler les fruits amers de la soumission, le goût acide de la crédulité.

  • 143 Ms B, De la purgacion, 7.
  • 144 Ms A, De la purgacion, 4.
  • 145 R. I. Moore, La persécution..., p. 126.

82L’ennemi contestataire infiltre dans les veines un poison redoutable : qi prent poison mortel et prent les signes de mort, il se humiiliera a ses enemis143. Le verbe humilier marque bien que le crime le plus grave de l’ennemi est l’abaissement qu’il impose, la mise à terre de l’image glorieuse de soi. Pour éliminer le poison et sauvegarder les facultés, les forces de l’individu menacées, de nombreuses pocion peuvent être concoctées144 et la prise de parole peut être rigoureusement interdite lorsqu’elle ne reconnaît pas la « légitimité du pouvoir séculier et de l’ordre social »145.

83Néanmoins, pourchassée de toute part, en chaque individu, en chaque objet, en chaque détail du monde, la voix déclarée ennemie s’obstine et resurgit. De songe en songe, elle revient s’élever contre toute oppression. Le rêveur continue à aboyer avec les chiens, courir avec les loups, à répandre à son gré ses eaux rebelles. Une partie acharnée continue à se jouer entre les abaiors dérangeants l’ordre public et le dresseur qui cherche à transformer leur meute en troupe d’élite.

Conclusion

84Pour se persuader de la supériorité de son personnage et la maintenir coûte que coûte, il importe de l’imposer aux autres comme un fait incontestable. Par voie de conséquence directe, autrui ne peut être perçu qu’en position de subordination et induit de diverses manières à se cantonner dans ce rôle. L’ennemi qui apparaît sous les traits du semblable, du rival, du peuple insoumis, de l’étranger, de l’inconnu, du sauvage et du diable, devient ainsi l’enjeu de visée qui le dépasse et sert des intérêts avec lesquels les siens propres n’ont rien à voir.

85Quelles que soient les apparences sous lesquelles il se cache, le Mauvais est à l’œuvre dans chacun d’eux et justifie que soient prises des mesures radicales. Tout suspect devient coupable et doit être éradiqué de la surface de la terre. Pour stimuler le rêveur par trop hésitant, il suffit de le convaincre que la cause à défendre est avant tout la sienne. L’adjectif possessif « son » accolé à chaque mention de l’ennemi, à chaque prédiction, rend l’appel aux armes irrésistibles.

86Le face-à-face avec l’image du semblable se mue alors en affrontement. De l’allié, du voisin, de l’ami, du parent, du frère, il ne reste nulle trace. L’ennemi se dresse tout à coup tel un traître pour détruire l’image de soi et tout l’édifice social qui la soutient. L’interprète souffle sur la petite lueur de suspicion et d’animosité qui s’éveille facilement en l’âme de chacun et la transforme en incendie ravageur. Il lui suffit pour cela de justifier toutes les violences et tous les abus en opérant une magistrale permutation des rôles. La victime de la vindicte, de la haine n’est bel et bien que la coupable n’ayant en tête que pillage et que meurtre. Il devient ainsi tout à fait licite, et même recommandé, de se hâter de la dépouiller de ses biens sans nul doute dérobés à d’autres.

87Pour resserrer les liens entre les fidèles serviteurs et le pouvoir, il est salutaire d’immoler quelque bouc émissaire. Cette cérémonie permet d’assouvir bien des pulsions, de satisfaire bien des ambitions. Unis par ce rite, des rivaux redoutables peuvent être dissuadés de frapper au cœur leur alter-ego et être amenés à répondre avec entrain à l’appel à l’union sacré qui leur est lancé. Utilisés à bon escient, en des alliances fructueuses, ils peuvent se laisser détourner de leur lancée première et courir sus avec détermination à toute silhouette ennemie désignée.

88Il est, par exemple, un ennemi vulgaire, méprisable, mais dont le nombre fait la force. Sa propension notoire à se réunir pour déferler en des domaines privés nécessite les coalitions les plus puissantes. Le discours idéologique ranime sans peine le souvenir de ces bandes de mercenaires dévoyés, de ces soulèvements populaires dont le Moyen Âge a été traversé. Ces slogans sont d’autant plus percutants que la réalité s’en mêle et que bien des malheureux insécurisent les habitants des villes médiévales. N’est-ce pas là une preuve éclatante que l’homme doit être encadré avec rigueur par ses maîtres, que toute divagation, tout écart de comportement et de langage mène un jour ou l’autre au crime ? Que la violence naisse aussi parfois d’oppressions et de structures trop strictes, du mépris ou du rejet subi ne saurait entrer en ligne de compte.

89Diviser les forces ennemies est une tactique éprouvée. Grands contre « petits », peuple laborieux contre mercenaires désœuvrés, bons serviteurs contre mauvais, tel est le filon exploité par ceux qui veulent assurer leur règne. Parce que ces manipulations peuvent s’avérer délicates, il est bon de prévenir chaque camp que seul le pouvoir a le privilège de mettre le feu aux poudres. Eux seuls savent manier promesses et menaces, encenser ou désigner à point nommé. Se faire craindre ne suffit pas, il faut aussi savoir se faire aimer et seule l’élite parée de toutes les vertus mérite de susciter un amour si fort qu’il en devient aveuglant.

90Lorsque les esprits se troublent, appeler à l’union contre un ennemi extérieur consolide les liens. Défendre les valeurs officielles contre ceux qui semblent les contester, contribue à les ancrer en soi encore bien davantage et permet d’oublier ses propres velléités de révolte. Tous ceux qui osent arborer au grand jour des valeurs opposées ou simplement différentes, tous les étrangers ou inconnus semblent menacer les structures officielles, les identités acceptées parfois à grand peine et la vie de tous les membres de la société qu’ils interpellent de leur différence. Il faut les traiter avec d’autant plus de hargne qu’ils risquent de laisser entrevoir que le modèle est lui-même étranger à celui qui le nourrit de tout son être. Suspects de susciter des désirs de changements, étrangers et inconnus sont évacués d’urgence hors de la vue et loin de l’oreille. Leur libre circulation ne peut être acceptée car avec elle s’engouffrerait dans les dédales d’un quotidien rigoureusement balisé, des courants d’air capables de se muer en ouragan. À cet enseigne, jeune et vieux eux-mêmes en viennent à se jauger avec circonspection, voire hostilité.

91Pour sauver l’image de soi donnée à intégrer au prix de tant d’efforts et de leurres, il faut à tout prix surveiller la tension du rêveur et se précipiter à temps, dès qu’il fait mine, fut-ce en songe, de frapper, blesser voire massacrer. Pour ne pas laisser retomber la pression, réviser sans cesse et peaufiner la figure de l’ennemi est indispensable. Il faut savoir à temps lâcher les fauves, débusquer les sauvages et les accuser de menacer l’innocent troupeau. Le salut des fidèles, la protection des faibles suffit à faire battre plus vite bien des cœurs. L’intérêt du pouvoir est cependant d’en maîtriser le rythme, de veiller à ce qu’il ne s’emporte pas en quelques sauvages pulsations. Traquer la bête sauvage, l’immonde créature, devrait suffire à satisfaire bien des pulsions et à partager de manière contrôlée la jouissance d’être le plus fort, de réduire l’autre à sa merci.

92Il est capital de persuader le chasseur de l’ennemi sauvage et bestial que lui seul a l’apanage de la raison, de la maîtrise de soi et de toutes les vertus. De cette manière, il ne s’avisera guère qu’il a une cervelle truffée de croyances douteuses et les yeux obscurcis d’apparences trompeuses. Un partage doit être soigneusement établi entre le défenseur de l’ordre et de la société qui agit toujours à bon escient, même lorsqu’il inonde la terre du sang de tous les sauvages rencontrés sur son chemin et les insensés qui se livrent à des débordements de folie meurtrière.

93Il importe d’autant plus d’exterminer le sauvage, que les membres asservis de la société pourraient bien se lasser, à leur tour, d’être menés et entravés tel un animal bien dressé. Ils pourraient en venir à refuser de n’être que jouets entre des mains sans scrupules et revendiquer la dignité qui leur a été dérobée.

94Devant un danger aussi extrême, les anges eux-mêmes doivent venir à la rescousse et entraîner les sujets hésitants en quelque guerre sainte. Les passages à l’acte agressifs, les pulsions débridées sont alors transformés en ferveur sacrée. Pour entretenir la conviction qu’il est des guerres saintes, le Juif et le Sarrasin offrent à l’interprète, comme ils l’ont fait dans toute la société médiévale, des prétextes bien commodes. À travers eux, chacun peut troquer ses doutes contre une foi des plus ferventes et se dépêcher de traquer chez l’autre toutes ses propres tendances idolâtres et hérétiques. Si la victoire de la foi renforce la position de l’Église et des Grands, les croisés, les chrétiens qui massacrent les juifs, le font officiellement pour servir Dieu. Qu’il puisse s’adjoindre à leurs pieux motifs quelques appétits bien personnels, quelque soif de meurtre et de pillage, est-tu par tous les défenseurs de la foi.

  • 146 Ms A, Des oingtures, 3.
  • 147 Ms A, Du soleil, lune et estoilles.

95À travers la clef des songes d’Achmet, les combats meurtriers contre l’ennemi n’en finissent pas de faire retentir la fureur des armes et des âmes. Aveuglé par la violence, chacun resistera et ordenera ses armes et son ost encontre ses ennemis146 pour répondre aux appels véhéments de l’idéologie dominante, d’un pouvoir religieux et politique qui, se sentant menacé, tente ainsi de se prémunir et de se consolider. Dûment convaincu que pour dorer son blason, devenir soleil soi-même, régner sans partage, il faut mettre l’autre en sujétion147, l’individu s’élance avec d’autant plus d’empressement que ses motivations sont multiples. Ses propres pulsions agressives, sa propension à se laisser subjuguer par les discours des Maîtres, ses aspirations à la sécurité et à la certitude, son désir d’être l’innocent pur de tout péché, le plus fort et le plus glorieux, l’incitent à se précipiter tête baissée dans le piège.

  • 148 Ms A, Du loup, 5.
  • 149 Virgile, Les Géorgiques..., IV, p. 167.

96Son but le plus cher est d’avoir son ennemy loié en sa subjeccion148 comme un loup enfin vaincu. Tel Protée, fils de Neptune et de Téthys, l’ennemi prend diverses figures et mêmes des gueules de bêtes. Tour à tour il devient un sanglier hérissé, un tigre affreux, un dragon écailleux, une lionne, il fait entendre le bruit de la flamme qui pétille ou se transforme en filets d’eau. Mais plus il prend de formes et plus le consultant d’oracles savants est invité à exercer sa force contre lui. Cependant dans le texte de Virgile, ce monstre, qu’il faut prendre et enchaîner, contre lequel il faut user de violence, est un devin qui sait tout [...] ce qui est, ce qui fut, et ce que traîne avec lui l’avenir149. Ce n’est que lorsqu’ont été affrontées toutes ces formes angoissantes qu’il reprend figure humaine et accorde les paroles attendues. Est-ce à dire que pour assumer son passé, vivre son présent, marcher vers son avenir, chacun doit reconnaître pour siennes les figures dites ennemies ? Pourquoi ne pas le tenter alors qu’en dépit de toutes les mises en demeure, la voix des songes persiste, toute la vie, à se faire entendre ?

97Si le Moi a été constitué en obédience aux idéologies régnantes et comme voie de recours contre de multiples angoisses, le deuil n’est heureusement pas aisé à faire de cette partie méconnue de l’être devenue serpent venimeux et légions infernales. Tandis qu’est affronté en champ clos l’ennemi à déposséder de ses biens et de son existence même, le belliqueux vainqueur pressent vaguement qu’il joue à qui perd gagne, que son cri de victoire signe sa défaite intérieure. Il perçoit qu’à proclamer à cor et à cri et à croire sans ciller qu’en l’autre seul gisent des forces suspectes, il perd tout bon sens. Les acclamations qui l’enivrent, les ovations qu’il savoure sont autant d’oraisons funèbres. Qui donc est réellement desconfit de l’ennemi humilié ou de celui qui s’égare dans son triomphalisme douteux ? Est-il défaite plus cuisante que de devenir le jouet de ses aveuglements, de discours séduisants et menaçants à la fois ?

  • 150 Dans le roman d’Alexandre, les quatre hommes appréhendés d’abord comme des ennemis sauvages voire d (...)
  • 151 Ms A, Du dragon, 20.
  • 152 Ms A, De ventouser et de saingner, 2.

98En prendre conscience serait le seul moyen de secouer de ses épaules et de celles d’autrui le poids de toutes ces figures transformées en épouvantail. Alors seraient retrouvées ces forces vives150, apprivoisées ces pulsions déniées qui viennent alimenter xénophobie, racisme, tendances purificatrices et exterminations. Lorsque la mouvance intérieure est déclarée grouillement serpentin et que les serpents signifient universelment ennemis151, le trésor dont ils avaient la garde est perdu. Celui qui s’est fourvoyé en ses jugements, qui a perdu le sens de ses songes ignore qu’il est le frère de ce « jeune » ennemi saigné à blanc, qu’il a lui-même perdu la plus grant partie de sa substance152.

99Se peut-il qu’un jour soient reconsidérées les paroles d’Isaïe, rappelant que l’ennemi est une arme redoutable utilisée contre ceux qui désobéissent :

  • 153 Is., 42,25.

Dieu déverse sur le peuple son ardente colère
et la violence de la guerre,
elle l’a embrassé de tous côtés, sans qu’il veuille rien
reconnaître
153.

  • 154 C. Gauvard, « Violence... », p. 1201-1202.

100Il appartient à chaque consultant trop empressé auprès de savants interprètes de se demander si la violence de la guerre ne se nourrit pas de ce qui n’est pas reconnu et si le discours des autorités sur l’Ennemi n’est pas une arme politique qui peut occulter la vérité : « aux xive et xve siècles en France le discours sur la violence devient un élément de la construction de l’État »154.

101Mettre en scène son propre drame en agressant le corps de l’autre, satisfaire ainsi une agressivité qui n’a pas trouvé de voies de sublimation, chercher à détruire à travers l’autre l’image modèle adorée et exécrée à la fois, ne saurait être la solution à la cause perdue au nom d’un bien public ambigu. Répéter sur le corps de l’ennemi les blessures et mises à mort subies, ne sont que tentatives vouées à l’échec pour échapper à son destin.

  • 155 Ms A, Des esches, 1.

102La clef des songes n’ouvrira plus sur autant d’espaces encombrés de dépouilles si la fierté d’abattre l’autre est reconnue comme lâcheté devant la tâche de combattre sans relâche ses propres aveuglements. Pour cela, faire place aux images permet de jouer avec elles une partie d’échec comme avec un qu’il cognoist pour cause de guaingnier et d’avoir victoire sans effusion de sang155 de ce redoutable ennemi qui n’est autre que soi-même. La partie est rude car de tout temps l’ennemi a été utilisé pour vaincre les peurs et rassembler les foules.

  • 156 N. Gonthier, Cris..., p. 212.

103Nicole Gonthier rappelle à juste titre que « les analystes politiques, moralistes et écrivains [...] qui ont réfléchi sur les causes profondes de la violence et les moyens de l’éradiquer des sociétés futures, tels Machiavel, Jean Bodin, Michel d’Amboise ou Montaigne, proposent un remède “pour éviter que les oisifs et gens inutiles ne corrompent les populations” et ne parviennent à la sédition ou à l’expulsion des humeurs violentes, il s’agit de détourner ces humeurs contre un ennemi commun, dans le cadre d’une guerre étrangère ou civile, voire d’une nouvelle croisade »156.

Notes

1 F. Godefroy, Dictionnaire..., s.v. fouler.

2 Ibid., s.v. désiré.

3 Ibid., s.v. degaster.

4 J. C. Chesnay, Histoire de la violence, Paris, 1981, p. 39-40.

5 Ms A, Des chevaux, 6.

6 Ms B, De mussouns et oiseals, 1.

7 A. Strubel, « Renart le « traitor » et ses narrateurs », dans Félonie, trahisons..., p. 137.

8 Ms B, Des armes et des glaives, 2.

9 Ms A, Des armes et des glaives, 4.

10 Ms A, Du liepard, 1.

11 Ms A, Du dragon, 2, 15.

12 Ms A, De coronne, de marguerites et pierres precieuses, 7.

13 Ms A, De l’ours, 2, 5.

14 Ms A, Du dragon, 9.

15 Ms A, Des peuls chanus, 2.

16 Ms A, Du loup, 1.

17 G. Matore, Le vocabulaire..., p. 149.

18 Guillaume de Lorris, Jean De Meun, Le roman de la rose..., v. 1146, p. 104.

19 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. avers.

20 Berthold de Ratisbonne, Péchés..., p. 54.

21 M. Mollat, P. Wolff, Les révolutions populaires en Europe aux xive et xve siècle, Paris, 1993, p. 303.

22 Au Moyen Âge, de tels mouvements populaires sont nés d’un essor économique dont seuls quelques-uns profitaient, de l’explosion démographique, puis de la récession et des disettes. Voir M. Mollat, P. Wolff, Les révolutions..., p. 274-291.

23 Ms B, Des musches et wibes, 3.

24 Virgile, Les Géorgiques, IV, 217-246, éd. M. Rat, Paris, 1967, p. 161-162.

25 J. C. Schmitt, Mort d’une hérésie, Paris, 1978, p. 191.

26 Ms A, Du porc, 2.

27 Ms A, Du liepard, 2.

28 Ms A et B, Des singes, 1, 3, 5.

29 Enguerrand de Monstrelet, Chroniques, éd. L. Douët D’arcq, Paris, 1857-1861, t. III, p. 143.

30 Ibid., t. VI, p. 76.

31 M. Mollat, P. Wolff, Les révoltes..., p. 297.

32 C. Gauvard, « Violence », dans Dictionnaire raisonné..., p. 1202.

33 Il n’est pas question ici de définir la notion d’étranger dans sa globalité mais de considérer la figure de l’étranger en tant qu’ennemi.

34 N. Gonthier, Cris de haine et rites d’unité. La violence dans les villes. xiiie-xvie siècle, Turnhout, 1992, p. 65-69. Les ennemis dont il est question sont les lépreux, les vagabonds, les collectivités étrangères dont les activités, les coutumes, les options confessionnelles prêtent le flanc à une condamnation.

35 R. I. Moore, La persécution, sa formation en Europe, xe-xiiie siècle, Paris, 1991, p. 6.

36 Ms A, Des moutons, brebis, aingniaux, cerf et chevres, 6.

37 Y. Lequin, La mosaïque France, Histoire des étrangers et de l’immigration, Paris, 1988, p. 16.

38 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. estrange.

39 Edward Peters souligne qu’à travers les persécutions les plus diverses, le pouvoir cherche à abattre tous ceux qui lui font ombrage, E. Peters, The Magician, the Witch and the Law, Philadelphie, 1978, p. 124.

40 Ms A, Des armes et glaives, 11.

41 J. Le Goff, La civilisation de l’Occident..., p. 362.

42 Ms A, Des edifices, 6.

43 Ms A et B, Des arbres et plentes, 3.

44 P. Ourliac, « La condition des étrangers dans la région toulousaine au Moyen Âge », dans L’étranger..., t. IX, p. 105.

45 P. C. Timbal, « Les lettres de marques dans le droit de la France médiévale », dans L’étranger..., t. X, p. 109 ; H. Thiene, « Die Rechtsstellung der Fremden in Deutschland vom 11. bis zum 18. Jahrhundert », dans L’étranger..., t. X, p. 206 ; J. Gllissen, « Le statut des étrangers en Belgique du xiiie au xxe siècle », dans L’étranger..., t. X, p. 239-241 ; C. Billot, « L’assimilation des étrangers dans le royaume de France aux xive et xve siècles », dans Revue historique, 548, 1983, p. 278.

46 S. Cassagnes-Brouquet, Cultures et artistes et société dans la France médiévale, Paris, 1998, p. 101.

47 C. Billot, « L’assimilation des étrangers... », p. 280.

48 Comme le rappelle J. Poirier « les sociétés traditionnelles ont toujours éprouvé la plus grande méfiance envers l’extérieur » ; J. Poirier « L’homme et l’autre », dans Histoire des Mœurs..., 1991, t. III, p. 293. L’attitude xénophobe est d’ailleurs largement dominante au Moyen Âge. Voir J. Gllissen, « Le statut d’étranger... », p. 32 ; J. Balten, « La répartition spatiale de la population étrangère à Londres au xve », dans Les étrangers dans les villes, dir. J. Bottin et D. Calabi, Paris, 1999, p. 426.

49 Ms A, De canelle, 4.

50 Ms B, De la couche du lit, 8.

51 B. Geremek, Les marginaux parisiens aux xive et xve siècles, Paris, 1976, p. 312.

52 N. Gonthier, Cris..., p. 175.

53 Ms A, Des armes et glaives, 3.

54 C. Gauvard, « De grace especial ». Crime, état et société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, 1991, p. 544.

55 Citons en exemple le Journal d’un bourgeois de Paris, Paris, 1990, p. 236-238.

56 Ms A, Du vin et buvrage, 9.

57 N. Gonthier, Cris..., p. 175 ; J. Goglin, Les misérables..., p. 105.

58 Ms A, Des juges et pois, 14.

59 La vieille femme a mauvaise réputation, voir D. Luce-Dudemaine, « La vieille femme, l’amour... », p. 234.

60 Ms A, Des femmes, 1.

61 Ms B, Des juges et pois, 14.

62 N. Gonthier, Cris..., p. 47.

63 Ms A, Des femmes, 2.

64 C. Alvares, « Gauvin, les femmes et le cheval », dans Le cheval..., p. 32.

65 Ainsi la sauvagerie des paysans justifie leur soumission et leur oppression. P. Freedman, « Sainteté et sauvagerie, deux images du paysan au Moyen Âge », dans Annales ESC, 3, 1992, p. 542-543.

66 Ms A, De l’engendreure des bestes et des oiseaux, 3.

67 « Wildleute », dans Lexikon des Mittelalters..., p. 120-121 ; R. Bernheimer, Wild Men in the Middle Age, A Study in Art, Sentiment et demonology, Cambridge, 1952, p. 16 et 191-192 ; C. Kappler, Monstres, démons et merveilles à la fin du Moyen Âge, Paris, 1980, p. 157-159.

68 Philippe de Commynes, Mémoires, éd. H. Beaune, J. d’Arbaumont, Paris, 1883-1888, II, p. 136-137.

69 Ms A, De l’engendreure des bestes et des oiseaux, 2.

70 F. Gagnon, « Le thème médiéval de l’homme sauvage dans les premières représentations des indiens d’Amérique », dans Aspects de la marginalité au Moyen Âge, éd. G. H. Allard, Montréal, 1975, p. 85.

71 Sur la peur du loup, voir M. Meslin, « Êtres surnaturels », dans Le Merveilleux, l’imaginaire..., p. 138. Sur l’association entre les exclus de la société médiévale, les sauvages et les loups voir H. Zaremska, « Marginaux », dans Dictionnaire raisonné..., p. 642-643.

72 Ms A, Du parde, 5.

73 Ms A, Du porc, 6 et 7.

74 Ms A, Du chat, 2 et 3.

75 Le jugement de renart, dans Le Roman de Renart..., t. I, p. 43, 47, 57.

76 F. Gagnon, « Le thème médiéval de l’homme sauvage... », p. 84.

77 Ms A, Des buefs, 6 et 7.

78 Ms A, Des chevaux, 4.

79 Ms A, Des asnes selon Daniel, 1.

80 P. Mane, Calendriers..., p. 81.

81 Lorsque la condition du dominé devient trop critique, il est regardé avec suspicion et crainte car jugé susceptible de se révolter, B. Geremek, La potence ou la pitié. L’Europe et les pauvres du Moyen Âge à nos jours, Paris, 1987, p. 45.

82 Ms A, Des singes, 4.

83 J. Poirier, « L’homme et l’autre... », III, p. 293. L’auteur rappelle que pour de très nombreuses populations les autres sont des « des hommes inférieurs », voir même des « non-êtres ».

84 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. estordir.

85 T. Husband, The Wild Man..., p. 5 ; H. White, « The forms of Wildness : Archaeology of an Idea », dans The Wild Man Within : an Image in Western Thought from to Renaissance to Romanticism, éd. E. Dudley, Μ. E. Novak, Pittsburgh, 1972, p. 4-5.

86 J. Voisenet, « Violence des bêtes et violences des hommes », dans La violence dans le monde médiéval Senefiance 36, Aix-en-Provence, 1994, p. 567.

87 Ms A, De dominacions de terres et de maisons, 21.

88 Os, 12, 2.

89 Ms A, Du mouvement de terre, 6.

90 Ms A, De la noif, greesle et glace, 3.

91 Ms A, Des blés et semences, lin, sisame et mil 7.

92 Jn, 6, 58.

93 Ms A, Des fleuves, 6.

94 Ms A, Des armes et glaives, 2.

95 N. Gonthier, Cris..., p. 133.

96 A. Porteau-Bitker, A. Talazac-Laurent, « La renommée dans le droit pénal laïque du xiiie au xve siècle », dans Médiévales, 24, p. 71 sqq.

97 Ms A, De parler a ceuls qui n’ont pas nature de parler, 1, et 2.

98 T. Husband, The Wild Man... ; l’image de l’homme sauvage est d’ailleurs ambivalente. Il est à la fois l’archétype du chaos, de l’hérésie, de la folie et être idéal.

99 « C’est attenter à l’ordre du monde, donc à Dieu, que de s’en prendre aux princes et aux prélats », M. Zlnk, La prédication en langue romane avant 1300, Paris, 1976, p. 408.

100 Ms A, Des anges, 2.

101 Ms A, Des anges, 5.

102 Ms A, Des anges, 6.

103 Ms A, De la mutacion de loy ou foy, 14.

104 M. Pastoureau, « Bestiaire du Christ, bestiaire du diable. Attribut animal et mise en scène du divin dans l’image médiévale », dans Id, Couleurs, images..., p. 89-95.

105 Hérétiques et juifs furent au Moyen Âge victimes de violence inouïes. La littérature sur sujet abonde. Voir par exemple E. Peters, Heresy and Autority in the Middle Age, Londres, 1980 ; J. Kraft, Exclusion et tolérance, Chrétiens et juifs du Moyen âge à l’ère des Lumières, Oxford, 1981.

106 Ms A, De la mutacion de loy ou foy, 1.

107 Le livre de Baudouin, comte de Flandre, dans Splendeurs de la cour de Bourgogne..., p. 9-10.

108 Ms A, Du renart, 3.

109 Ms P, De la mutacion de loy ou foy, 1.

110 F. Godefroy, Dictionnaire..., s.v. ennemi.

111 Ms A, De la voix, 4.

112 Ms A, Des sepulcres et des mors, 22.

113 Berthold de Ratisbonne, Péchés..., p. 152.

114 Ms A, Du roy et de la croix, 1.

115 Ms A, Du feu, 18.

116 Ms A, Du feu, 16.

117 J. Delumeau, La peur..., p. 131.

118 Ms A, De la résurrection, 1.

119 Ms A, Du feu d’enfer, 1.

120 Ms B, Du feu d’enfer, 1.

121 Ms A, De la résurrection, 2.

122 Ms A, De la distillacion de yaue sans pluye, 3.

123 C. Gauvard, « Violence... », p. 1202-1204.

124 Ms A, Des peuls chanus, 2.

125 Ms A, Des peuls chanus, 4 et Ms A, Des oingtures, 3.

126 C. Gauvard, « Violence... », p. 1204. Elle souligne aussi que si la noblesse a volontiers des comportements violents et les conçoit comme un privilège, la violence est partagée par toutes les couches sociales. Elle se situe au coeur du tissu social. (Ibid., p. 1208).

127 Ms A, De ventouser et saingner, 2.

128 Ms A, Du col 6.

129 D. Crouzet, « Imaginaire du corps et violence aux temps des troubles de religion », dans Le corps à la Renaissance..., p. 122.

130 Ms A, Des bras, 2.

131 Ms A, Des espaules, 5.

132 Ms A, Des bras, 3.

133 Ms B, Des jointures des espaules ou du dos, 3.

134 Ms B, Des tesmoings naturelz de l’omme, 2.

135 Ms A, Des tesmoings naturels de l’omme, 3.

136 Ms B, Des dens et langue, 6 et De la voix, 4.

137 Ms B, De la voix, 4.

138 Ms A, De la fiente et urine, 6.

139 J. Wirth, L’image..., p. 207.

140 Ms A, Du poivre, 5.

141 Ms A, Du poivre, 4.

142 Ms B, Du senevé, 6.

143 Ms B, De la purgacion, 7.

144 Ms A, De la purgacion, 4.

145 R. I. Moore, La persécution..., p. 126.

146 Ms A, Des oingtures, 3.

147 Ms A, Du soleil, lune et estoilles.

148 Ms A, Du loup, 5.

149 Virgile, Les Géorgiques..., IV, p. 167.

150 Dans le roman d’Alexandre, les quatre hommes appréhendés d’abord comme des ennemis sauvages voire diaboliques livrent au roi le secret de trois fontaines capables de conférer santé, jeunesse, de rendre la vie et de rendre immortel. Histoire du bon roi Alexandre..., p. 526-529.

151 Ms A, Du dragon, 20.

152 Ms A, De ventouser et de saingner, 2.

153 Is., 42,25.

154 C. Gauvard, « Violence... », p. 1201-1202.

155 Ms A, Des esches, 1.

156 N. Gonthier, Cris..., p. 212.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search