Version classiqueVersion mobile

Les clefs des songes médiévales

 | 
Valérie Bach

Troisième partie. Représentation de l'être humain

Chapitre 1. Le corps comme métaphore de l’image de soi

Texte intégral

  • 1 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. cors
  • 2 C. De Plsan, Le livre des fais et bonnes moeurs du sage roy Charles V, éd. S. Solente, Paris, 1936, (...)

1Le mot Cors (xe siècle), du latin corpus, désigne à la fois le corps par opposition à l’âme et toute la personne1. Par ailleurs, corpus domini (fin xiie siècle) se rapporte à l’Eucharistie ce qui désigne le corps comme habitacle de l’âme mais aussi de la divinité. Le corps est conçu au Moyen Âge comme le miroir de l’âme et c’est pourquoi Christine de Pisan décrivant Charles V insiste sur la force du torse et des membres, sur le développement harmonieux du corps. Elle vante la beauté du visage, la grandeur et la largeur du front, la belle forme des yeux2. Les qualités physiques témoignent des qualités morales du roi, de sa noblesse, de sa sagesse. La force musculaire est symbole de force de l’âme, la beauté marque la noblesse, la sagesse, l’équilibre de la personnalité.

  • 3 « En France, d’Hélinand de Froidmont aux orateurs qui interviennent aux états généraux de Tours en  (...)

2L’identité des puissants, telle que la promeut l’interprète des songes, prend appui sur l’image du corps3 et sur les traits identitaires inculqués présage après présage pour y subordonner tous les rêves, toutes les aspirations et tous les efforts.

I. Le corps selon les songes Daniel

3Sur les seize thèmes traitant des parties du corps dans Des soinges et des esperimens des soinges, dix concernent chief, face, dens et barbe. Deux sont consacrés aux bras, deux aux mains, un seul aux piés, ce qui marque à nouveau la suprématie des membres supérieurs par rapport aux membres inférieurs. Dans Ce sont li songes, sur les vingt-et-un thèmes répertoriés, quatorze évoquent la tête à travers chief, face, chevol, dent, œil, barbe. Il est question ainsi des ongles et des membres. Des somges accordent neuf interprétations sur onze à la tête signifiée uniquement comme chef, face, cheveux, barbe. Les onglies interviennent avec cheveux et barbe dans le cadre d’une même prédiction.

  • 4 Philippe de Mézières, après Jean de Salisbury, affirme que la tête est le roi, le cou, la poitrine (...)
  • 5 J. Le Goff, La Civilisation de l’Occident médiéval, Paris, 1977, p. 329.
  • 6 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. chief.

4Ces constatations soulignent la hiérarchisation du corps. Certaines parties sont considérées comme plus dignes d’attention que d’autres. Le haut du corps est jugé plus noble que le bas, la tête occupant le sommet de la hiérarchie4. Jacques Le Goff souligne que la hiérarchisation des parties du corps reflète la hiérarchie sociale5. Selon les correspondances qu’il cite, la tête représente le prince, les mains les soldats, les pieds les paysans. Dans le corps mystique de l’Église, la tête désigne le Christ. L’étude du vocabulaire met en évidence que chief désigne aussi bien la tête que le chef, et ce qui est principal, premier6. À travers cette polysémie du terme, l’image du corps et celle de l’individu sont mises en relation aussi bien avec la structure sociale que familiale. Ceci se confirmera par les associations entre les bras, les serviteurs et les membres de la famille.

  • 7 Des somges, 40 et 41.
  • 8 M. C. Pouchelle, Corps et chirurgie à l’apogée du Moyen Âge, Paris, 1983, p. 209.

5La maison elle-même est comme un corps où se réfugie toute la famille. Ainsi, selon Des somges, la maison qui brûle ou choiet signifie que le rêveur est en péril7. La liaison entre le corps et la maison est élargie, par Marie-Christine Pouchelle, aux liens entre « l’anatomique et l’architectural (ou urbain) alternativement modèles l’un de l’autre depuis longtemps déjà […] jusqu’à aujourd’hui »8.

  • 9 G. Matore, Le vocabulaire..., p. 124.
  • 10 M. C. Pouchelle, Corps et chirurgie..., p. 232.

6L’analyse des thèmes oniriques liés à la nature a montré la relation de cette dernière avec le corps humain, sa santé, sa maladie, sa vie et sa mort. Par cette osmose, le corps est conçu comme le microcosme de l’Univers. Georges Matoré remarque que « la tête ronde de l’homme est assimilée à la sphère céleste, l’homme carré aux bras horizontaux indique les quatre points cardinaux »9. Même si cette représentation subit parmi les philosophes du xiiie siècle un certain déclin, Marie-Christine Pouchelle la signale comme encore agissante chez Mondeville10.

  • 11 Ce sont li songes, 27 ; Des somges, 11, 22.
  • 12 Ce sont li songes, 23, 24 ; Des somges, 7, 8.
  • 13 Ce sont li songes, 129, 130.
  • 14 A.J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. senestre.

7À travers des interprétations où sont unies barbe, cheveux et ongles, les Songes Daniel associent le respect et la transgression de la norme et de l’ordre établi à la dialectique de l’avoir et de la perte : voir sa barbe, ses cheveux ou ses ongles pousser annonce avoir11 tandis que barberaire, cheveux perdre ou ongles […] rongnier présage perte12. La perte la plus redoutable s’explicite à travers les interprétations se rapportant aux yeux, aux dents et à la perte de sang. Ce sont li songes associe à la perte de l’œil destre, la perte d’un ami et à celle de l’œil senestre, la perte d’un ennemi13. À travers ce thème onirique, il s’affirme que perte et mort sont liées. La perte étant aussi liée à la transgression, la menace de mort plane sur cette dernière, touchant l’individu dans ses plus fortes angoisses. Ce sont des êtres chers qui sont visés : les amis. Il convient de remarquer comment à travers le thème de l’œil perdu, l’opposition destre/senestre rejoint l’opposition ami/ennemi. Or senestre signifie à la fois à gauche, maladroit, défavorable14.

  • 15 Des soinges et des esperimens des soinges, 37, 108, 109.
  • 16 Ce sont li songes, 64.

8Des soinges et des esperimens des soinges15 met en scène à trois reprises le thème de la perte d’une dent : voir dens chaïr annonce la mort de parens, du pere, de la mere ou de l’ami. Ce sont li songes reflète les mêmes prédictions. Un thème supplémentaire apparaît cependant : denz enveloper depalu et aloigner annonce au rêveur qu’il engendre enfanz16. À travers ces interprétations, la question de la hiérarchie est abordée. À la hiérarchie des dents répond celle de la famille et des relations amicales. Parmi les personnes déclarées en danger de mort se trouvent les pere et mere qui n’apparaissaient pas dans le thème de la perte de l’œil. L’individu est menacé de perte dans les racines les plus profondes de son identité. Atteintes à la hiérarchie et atteintes à l’individu sont inextricablement enchevêtrées.

  • 17 G. Duby, « Réflexions sur la douleur physique au Moyen Âge », dans Id„ Mâle Moyen Âve, Paris, 1988, (...)

9À la perte de dent, des soinges et des esperimens des soinges associe aussi sanc et deleur. De la deleur physique en tant que thème onirique, il n’est pas question ailleurs dans les clefs des songes. Georges Duby remarque que dans une culture « dominée par les prêtres et par les chefs de guerre » il est fait peu de cas « des souffrances du corps »17. Mépriser la douleur, c’est faire preuve de virilité, de stoïcisme et de vertu chrétienne. Cependant la douleur était aussi perçue comme moyen de rachat du péché et de sanctification.

II. Le corps d’après la clef d’Achmet

  • 18 G. Vigarello, Le sain..., p. 40.
  • 19 Le livre des propriétés..., p. 163-166. R. Elhordt rappelle qu’au Moyen Âge s’est constitué un syst (...)

10L’interprète aborde très en détail, en quarante-quatre chapitres, le thème du corps. Toutes les parties du corps sont évoquées selon un ordre vertical répondant au Moyen Âge à celui de l’Univers18. Macrocosme et microcosme sont en relation étroite ainsi que l’a souligné Barthélemy l’Anglais19.

1. La tête

  • 20 D. Le Blevec, « Le Corps et ses fonctions, vus par les moines (xiie siècle) », dans Le corps souffr (...)
  • 21 M.H. Prat, Les mots du corps : un imaginaire lexical dans les Tragiques d’Aggripa d’Aubigné, Genève (...)
  • 22 Le livre des propriétés..., p. 123.

11Au sommet du corps, la tête abrite le cerveau siège de la raison, de la mémoire et de l’imagination20. Sa suprématie « est inscrite dans l’imaginaire collectif »21. La tête est l’organe le plus noble et le plus digne. Elle tient le plus haut siège dans le corps afin de le gouverner, le mettre en ordre et pour organiser tout ce qui est sous elle, selon l’ordre et la volonté de la nature22.

12Dans la clef d’Achmet, une grande place lui est faite, tous ses éléments sont analysés. Cheveux et barbe méritent une mention particulière, sept chapitres leur sont consacrés. Les autres peuls du corps sont seulement interprétés en deux chapitres, avec quelques allusions en d’autres pages.

a. La chevelure, couleur et opulence

  • 23 D. Regnier-Bohler, « Fictions », dans Histoire de la vie privée, dir. P. Aries, G. Duby, Paris, 198 (...)
  • 24 Cette importance de la chevelure se retrouve chez Barthélemy L’anglais : Les cheveux en étant sur l (...)

13Au Moyen Âge la chevelure est un élément important de « la conscience de soi et de la représentation de la personne »23, aussi une grande attention lui est accordée24. Sa couleur, sa longueur, son abondance représentent des éléments essentiels.

  • 25 Ms A, Des juges et pois, 14.

14Une référence aux cheveux apparaît dans le chapitre consacré aux juges. Un ancien […] tout chanu présage une grande fortune, un sort heureux25. Les cheveux blancs sont considérés avec respect lorsqu’ils peuvent être associés à la figure d’un ancien, d’un vénérable vieillard, à condition qu’il soit puissant, que son statut social lui garantisse ce pouvoir, cette force que les années ont dérobé à son corps.

  • 26 Ms A et Ms B, Des juges et des pois, 15.
  • 27 Ms A, Des peuls chanus, 1.

15Par contre, si le jeune homme qui se voit devenir chanu peut en espérer des honneurs futurs, à l’image de son chief tout blanc, répond la menace d’être tourmenté. Le manuscrit B précise qi voit sa tête sodeynement blauncher, travail et peine avera26. Encore aujourd’hui, il est coutume de dire qu’après un deuil, une grande souffrance, les cheveux peuvent blanchir en une nuit. C’est peut-être une telle expérience qui dicte les propos de l’interprète. Il insiste d’ailleurs dans un chapitre intitulé des peuls chanus sur les présages négatifs attachés aux songes de cheveux devenus tout chanu. La richesse se demenuisera, le prince languira soubz le peuple, le rêveur cherra en seings grans et durables angoisses27. Sans doute peut-on lire là l’autre réalité physique, psychique et sociale du vieillard. Il peut être vénéré et puissant mais les forces du corps et de l’esprit se dérobent peu à peu et la mort est à l’horizon.

  • 28 Ms A, Des juges et des pois, 16.

16Mais il convient de signaler que la survenue soudaine des cheveux blancs entraîne un désordre dans le déroulement de l’existence, du temps, des images et rôles sociaux. Le jeune homme de ces songes semble vouloir se présenter autrement qu’il est convenu d’être, s’approprier un statut, des privilèges qui font injure aux hommes d’âge et d’expérience. La hantise de la confusion ainsi engendrée se redit dans le songe d’une barbe devenue toute blanche28.

  • 29 Sur les modes de teinture, voir D. Regnier-Bohler, « Fictions »..., p. 361.
  • 30 MS A et Ms B, De la tainture des cheveux, 1.
  • 31 A.J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. vergoigne.
  • 32 A. Planche, « Le corps en vieillesse. Regards sur la poésie du Moyen Âge tardif », dans Le corps so (...)

17Contre ces menaces, la teinture29 offre quelque recours. Faire noirs les cheveux chanus permet de porter encore les couleurs de la jeunesse. La vitalité, la force, la puissance sont à nouveau revendiquées. À travers la teinture se joue le jeu du blanc et du noir, symboles du bien et du mal. Celui qui utilise ce moyen portera sa vergoingne sanz en faire semblant, sa hounte vodra coverir30. Associés à la vergoigne31 et à la honte, les cheveux blancs deviennent déshonneur, outrage et il importe de les dissimuler32.

  • 33 Ms A, De la tainture des cheveux, 1.
  • 34 M.T. Lorcin, « Rides et cheveux gris dans les ouvrages de Roger Bacon », dans Les soins de beauté.. (...)

18La teinture permet de sauver les apparences mais encore faut-il qu’elle soit efficace et permanente. L’insistance sur cette nécessité révèle la précarité du procédé. À la perspective d’une couleur qui ne se ensuit point sont liées les affres d’une prospérité impossible. Le risque d’une teinture inefficace touche le roi lui-même33. La partie qui se joue sur l’échiquier où se déplace le pion royal semble la même que précédemment. Une alternative identique est envisagée : la teinture réussit, la partie est gagnée, la teinture échoue et la partie est perdue. Cependant les gains et les pertes se disent à présent ses misteres et secrez seront tenus secretement ou ses deffautes seront manifestes au peuple. Être gagnant, c’est parvenir à masquer aux yeux d’autrui les défauts et défaillances de l’image royale que l’on entend incarner. La réalité doit être cachée sous peine d’être perdant au jeu de la vie sociale34.

  • 35 Ms A, De la tainture des cheveux, 2.
  • 36 Ibid., 3.

19Néanmoins ce n’est pas facile et ces difficultés sont traduites par la défiance qui perce dans les propos de l’interprète à l’égard de cette teinture si peu fiable. Le puissant seigneur qui teint ses cheveux pour les transformer […] par mensonges […] grevera son peuple35. La teinture est mensongère. Non seulement elle trompe autrui et de ce fait lui nuit, mais encore elle trompe le sujet lui-même en promesses fallacieuses. Blanchir ses cheveux entraîne vaine gloire, impotence et diminution d’avoir au lieu des avantages espérés36. Les pertes qui devaient être conjurées reviennent s’inscrire en force dans la destinée du rêveur.

  • 37 Ms A, Des peuls chanus, 4.
  • 38 Ms A, Des juges et des pois, 17.
  • 39 V. Deslandres, M. De. Fontanes, « Histoires des modes de la coiffure », dans Histoire des Mœurs...,(...)
  • 40 Ms A, Des peuls chanus, 2.
  • 41 Ms A, Des juges et des pois, 17.
  • 42 Ms A, Des peuls chanus, 4.
  • 43 Ms A, Des juges et des pois, 17.

20Pour échapper au marasme induit par la survenue des cheveux blancs et l’effet décevant de teintures traîtresses, le rêveur peut s’offrir les images de biaus cheveux vus plus espessir37, eslongier et multiplier38. La longueur, l’abondance et la vitalité de la chevelure est très appréciée au Moyen Âge. Son aspect constitue un langage symbolique et social39. Elle promet au roi joie, paix au peuple40, richesses41. Les princes en seront d’autant plus amé et honnoré42. L’homme du peuple en tirera lui-même des richesses mais le povre n’y gagnera qu’angoisses et tribulation43.

  • 44 « Histoire des modes de la coiffure... », p. 728.
  • 45 Ms A, De ventouser et saingner, 3.

21La chevelure symbolise force, virilité et puissance44, qualités que l’interprète résume ainsi : les cheveux des hommes signifient leurs richesses45. Une opulente chevelure est signe d’un rang social élevé, elle appelle révérence. Le pauvre quant à lui doit demeurer tondu dans tous les sens du terme.

  • 46 Ms A, Des juges et pois, 17.
  • 47 G. Duby, « Situation de la solitude, xie-xiiie siècle », dans Histoire de la vie privée..., p. 519.
  • 48 L’homme du Moyen Âge « ne supporte pas de voir la femme s’efforcer par des artifices de devenir cel (...)
  • 49 Ms A, Des oingtures, 1.
  • 50 M.A. Polo De Beaulieu, « La condamnation des soins de beauté par les prédicateurs du Moyen Âge (xii (...)
  • 51 J. Larmat, « Corps convoité, corps vengé, Constant du Hamel ou le triomphe de la vertu », dans Le c (...)

22La femme qui rêve d’une belle chevelure doit en céder les avantages à son mari riche et puissant46. Ainsi ses connotations érotiques sont conjurées. Aux xie et xiiie siècles, la chevelure féminine est perçue comme un voile naturel, « signe de leur infériorité native, de leur sujétion. […] Mais, lorsqu’elles sortent de leur privé, lorsqu’elles se montrent, elles doivent se retenir de déployer cette gerbe tentatrice, investie d’une redoutable puissance érotique »47. La femme ne doit pas oindre ses cheveux et sa tête d’huile, ce serait piéger l’homme dans ses filets. Si cet artifice ne lui est interdit48, elle entortillera son mari par tricherie et fausseté49. À coup de mensonges et de tromperies, à force d’hypocrisie, elle enjôlera sa pauvre victime, lui fera perdre la tête et la paralysera dans ses rets50. L’accuser de la sorte voile les violences sexuelles que lui font parfois subir les hommes51.

  • 52 Les juges, 13, 17.

23Surgissent alors les songes de cheveux coupés et tondus où rôde peut-être le fantôme de Dalila. Cette créature n’est-elle pas parvenue à extorquer à Samson le secret de sa puissance ? N’a-t-il pas avoué : si j’étais rasé, ma force se retirerait de moi52 ?

  • 53 Ms A, Des peuls chanus, 2
  • 54 Ms A, Des juges et des pois, 18.
  • 55 Ms A, De tondre et rere le chief, 2.

24Dans la clef d’Achmet, celui qui tond les cheveux du roi en tire substance à condition d’être connu de lui. S’il ne l’est pas, sa pecune lui sera dérobée53. Il n’est pas question de bénéficier de l’or, de la force et de l’être du roi par un acte de surprise ou de traîtrise comme le fit Dalila. Le roi lui-même ne doit pas voir tondre son propre chief sinon son peuple et ses richesses se demenuyseront54. Se voir tondre la tête est pour les puissants présages de chute en grant tribulacion, menace d’être transformé en example de honte et vilennie et de mourir en povreté55 car la chevelure est symbole de majesté.

  • 56 Dans la mentalité médiévale, la tête rasée renvoie au fou. F. Garnier, Le langage de l’image au Moy (...)
  • 57 Ms A, Des juges et des pois, 18.

25Les cheveux rasés sont marque d’infamie et de dénuement. La femme qui fait ce songe se séparera de son mari et tombera dans la déchéance56. Le pauvre, par contre, peut se voir tondre en toute légitimité. Occuper de lui-même la place qui lui est dévolue lui évitera quelques ennuis57.

  • 58 Dans un exemplum, un ermite tond les cheveux de Robert le Diable désireux de faire pénitence, A. Le (...)

26Si la tonsure de moine est interprétée positivement comme assurance de repentir58, désir de confession et retour à la foi, le roi ne doit pas se laisser aller à un tel songe. L’humilité, pas plus que le retrait du monde, ne convient à son rang et à sa fonction. Il lui faut laisser à d’autres ascèses et renoncement, sous peine de tourments et de mort. Sa puissance, son faste sont les garants de l’ordre social, il faut donc les préserver à tout prix.

  • 59 Péchés et vertus, scènes de la vie du xiiie siècle, éd. C. Lecouteux, P. Marcq, Paris, 1991, p. 125

27Tandis que la clef d’Achmet entame cet hymne à la longue et belle chevelure masculine, le prédicateur Berthold de Ratisbonne (v.1210-1272) tonne contre cette vanité qu’il appelle la lèpre des cheveux59. Tout ce qui détourne l’homme de la recherche de son Salut et de ses devoirs, ce qui brouille les repères sociaux, les distinctions de rôle et de sexe est condamné avec virulence par les clercs.

b. Barbe emblématique

  • 60 Ibid., p. 130.
  • 61 Le livre des propriétés..., p. 127.
  • 62 Ms B, Des peulz de barbe et des esselles et des cuisses, 4.
  • 63 Ms A, Des peuls chanus, 5.
  • 64 Ms A, Des peulz de barbe et des esselles et des cuisses, 2.
  • 65 Ms A, De la tainture des cheveux, 1.

28Si le prédicateur dénonce dans la même foulée la lèpre de la barbe60, dans la clef des songes la barbe est fortement investie. Pour Barthélemy l’Anglais, elle est signe de force61. Le rêveur se plaît à en voir les poils multiplier62, eslongier granmenth63. Sa longueur et son abondance en font tout le prix, aussi il ne se lasse pas de lui consacrer de multiples soins. Il orne sa barbe, la puigne64, la tains65.

  • 66 Ms A, Des peuls de barbe et des esselles et des cuisses, 1.
  • 67 V. Deslandres, M. De Fontanes, « Histoire des modes de coiffure... », p. 765.

29La barbe n’est pas simple élément de beauté. Grâce à elle, la bouche est ainsy comme le bon pere de la famille par Lequel sont gouvernez ceulz qui sont en sa maison66. Le porteur de barbe se donne des allures de patriarche, escomptant bien profiter des avantages de cette position. La barbe a toujours été dans l’iconographie chrétienne prêtée au Christ, aux apôtres67.

  • 68 Ms A, Des peuls chanus, 2.

30Soigner sa barbe, c’est soigner son apparence comme on soigne celle de sa maison pour paraître plus riche aus autres personnes. Être riche ne suffit pas, il faut que l’évaluation qui en est faite soit supérieure à la réalité et ne puisse être établie avec précision. La richesse affichée doit paraître illimitée de façon à plonger celui qui en subit l’étalage dans un éblouissement infini. Parader avec une barbe longue et touffue c’est afficher son désir que par tout sa pecune soit cogneue68, qu’il n’y ait de limites ni dans l’évaluation ni dans la renommée attendue de cette richesse.

  • 69 Ms A, De la barbe, 4.
  • 70 Ms A, Des peuls chanus, 3.
  • 71 Ms A, De la barbe, 4.
  • 72 Ms A, Des peulz de barbe et des esselles et des cuisses, 3.
  • 73 Ms A et Ms B, De la barbe, 1.
  • 74 Notons que pour Barthélemy l’Anglais, ne pas avoir de barbe c’est manquer de chaleur et d’humeur, c (...)
  • 75 Ms B, Des peuls chanus, 6.
  • 76 Ms A, De la barbe, 1.

31Mais être plus riche ou ne plus être riche semble tenir à bien peu de choses comme l’indique le simple déplacement de l’adverbe plus. Si l’homme du peuple se met à prétendre avoir de la barbe et plus en a qu’il n’appartient69, si le pauvre entend porter lui aussi une longue barbe70, les pires catastrophes s’abattent sur les uns et les autres. Tourments, dettes et angoisse71 ont beau punir les outrecuidants, l’ornement merveilleux et tellement précieux est tout à coup ostez72, rasé ou trenché de force73., Les poils se mettent à cheir ce qui est le présage de douleurs, tribulacions et confusions sans fin74. Le riche deviendra povere […] saunz esperaunce de soudre75. Ce tragique destin s’abat sur celui qui ne peut plus porter sa barbe comme un signe de noblesse, de pouvoir. Se prévaloir de ses privilèges, se rengorger, peut lasser le spectateur sommé sans cesse d’applaudir. Fatigué d’être bon public, il peut envahir la scène et s’emparer des barbes postiches. L’imposteur voit alors s’évaporer force, prestige et crédit. Le masque arraché laisse apparaître la nature réelle du personnage, dépouillé des oripeaux de la richesse et du pouvoir. Confondu ou milieu du peuple76, le puissant se perd dans l’anonymat de la masse. Troubles, désordres, détresses reviennent occuper la scène lorsque la barbe fétiche ne peut plus les repousser.

c. Les autres poils du corps

  • 77 Ms A, Des peulz de barbe et des esselles, 4.

32Lorsqu’un homme voit en rêve les poils de ses aisselles multipliés et eslongiez, le présage est rapporté à ses filles qui seront riches. S’il n’a pas de filles, ce sera les jovencelles plus pres de son sanc. Le présage contraire, ses poils n’ont point de croissance ou qu’ilz sont ostez, est également adressé à ses filles77. Les poils des aisselles symbolisent la richesse comme la chevelure et la barbe, mais ils n’ont pas le même prestige que ces poils du chief, automatiquement attribués à l’homme.

  • 78 Ibid., 5, 6.

33Cette affectation condescendante des poils des aisselles aux filles ne suffit pas à l’interprète. Il accentue son rejet en mettant en garde le roi contre le désir de les voir eslongiez et entassez. Contrairement à ce qui se passait pour chevelure et barbe, une telle prolifération lui annonce batailles, tribulacions et qu’il souffrera de ses adversaires. Inversement, la chute de ces poils est symbole de victoire sur les ennemis78.

  • 79 Ibid., 7.

34Les poils des aisselles sont finalement déclarés indésirables pour l’homme comme pour la femme. Les voir tomber promet à cette dernière/o/c de noces et selle est vierge, elle sera mariee en sa virginité tandis que s’ils se multiplient elle aura angoisse et son mari sera pugni79. Les références à la virginité recélent quelque allusion à une sexualité qu’il convient de circonscrire dans le mariage.

  • 80 Ms A, Des autres peulz du corps, 1, 5.

35Les poils des autres parties du corps signifient à touz homes, or et richesses. Le rêveur se contemple pelu ou souffre de les voir ostez ou diminuez80. À travers ces symboles, la richesse s’offre et se dérobe tour à tour, et l’homme gagne ou perd ces biens censés le protéger de tout mal comme les poils assurent la proteccion et garde d’aucunes bestes non raisonnables.

  • 81 Ibid., 2 et 5.
  • 82 Ibid., 2.
  • 83 Ms B, Des autres peulz du corps, 4.

36Maintes fois la peur de perdre sa richesse se dit par la crainte d’être diminué. Dépouillé des trésors dont il s’est entouré comme d’une muraille, l’homme se sent amoindri, abaissé, humilié81. Il tremble d’être confondu avec ceux qu’il dominait par ses avoirs et qu’il méprise d’autant plus que la distance de l’un à l’autre n’est que vernis superficiel. Le puissant redoute de voir son corps rasé car alors confus par dette sera et povere mourra. Les poils du corps peuvent être errachiez, enlevés par force et agressivité. S’il en résulte pour la riche perte de richesse82, le pauvre aveir trovera83. Il est juste et bénéfique pour lui de se laisser dépouiller de tous biens comme il est juste et bon que le puissant continue à s’enrichir. Cet ordre des choses doit s’inscrire dans les corps, les uns étant chevelus, barbus et velus, et les autres rasés, imberbes. Les uns doivent en avoir, les autres pas et ceci, sans doute, dans tous les sens du terme.

  • 84 Ms A, Des autres peulz du corps, 2.
  • 85 R Braunstein, « Approche de l’intimité xive-xve siècle », dans Histoire de la vie privée·. t. 2, De (...)
  • 86 M. C. Phan, J. L. Flandrin, « Les métamorphoses de la beauté féminine », dans l’Histoire, 68, p. 50
  • 87 Ms B, Des autres peuls du corps, 4.
  • 88 A.J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. engin.
  • 89 Ibid.
  • 90 P. Brown, Le renoncement à la chair, virginité, célibat et continence dans le christianisme primiti (...)

37Selon la même répartition, l’homme ne doit pas présenter un corps suave, doux84, tandis que la femme est priée de se conformer à ce modèle : « la femme doit être lisse pour être agréable »85. Le poil étant l’attribut du mâle, la femme doit se contenter de sa chevelure. Une femme poilue ne présente plus à l’homme ce corps tout blanc dont il rêve86. Celle qui voit ses poils arrachés par engin avera grâce de son seignour87. Par artifice, habilité, elle saura se faire belle et plaire88. Mais la demande qu’elle cherche à satisfaire n’en sollicite pas moins dans l’imaginaire masculin la figure de l’engigneor89, le démon. La séduction attendue de la femme et acceptée par elle, peut à tout instant être fantasmée comme une machination diabolique90.

  • 91 Ms A, Des autres peulz..., 4.
  • 92 Veille à ce qu’elle (la femme) ne soit ni velue ni barbue/cette demi-démone, le Diable la secoue !  (...)
  • 93 Ms A, De la barbe, 4.

38Ces poils emblématiques, symboles de puissance et de virilité, protègent l’homme de manière beaucoup plus essentielle encore. Oindre ses poils sans qu’ils tombent annonce au rêveur qu’il cherra en angoisse mais il en sera delivré91. Hantise de la chute et désir d’y échapper tissent ce vêtement de poils si précieux. Que la femme soit priée de s’en abstenir92 fait penser qu’elle ne doit pas avoir d’états d’âme, qu’il lui faut se contenter d’être un bel objet, une bonne reproductrice. Les poils qu’elle voit pousser en rêve n’inquiètent pas l’homme, à condition que ce soit le présage qu’elle enfantera plusieurs masles. Tandis qu’elle est priée d’épiler avec soin ce poil réservé à l’homme, celui-ci rêve avec allégresse de poils qui lui poussent avec vigueur non seulement sur le torse, les bras, les jambes mais encore dans les lieux du corps les plus incongrus : en la paume de la main, aufront et en dehors le nes. Une telle prolifération n’est nullement anarchique ou bestiale, elle promet au roi nouvelle chevalerie de diverses langues, ce qui témoigne de l’étendue de son pouvoir93.

  • 94 Ms A, Des juges et pois, 20.

39Les poils se développant autour des parties genitoires94 assurent au riche que même s’il perdait tous ses biens, il lui resterait ceux possédés par femme. Epouser une femme bien nantie est le suprême recours contre les misères de l’existence.

  • 95 Ms A, Des peuls chanus, 7.
  • 96 Ibid., 8.
  • 97 A.J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. detrier.

40L’anonyme cil qui songe ne doit pas voir ses narines, ses joues ou son front poilus sous peine d’être pugni de son prince95. Les poils indésirables doivent être arrachés à force, pour témoigner de sa soumission aux normes. En récompense, la tribulacion sera enlevée. Ne prouver que mollement sa contrition, s’arracher les poils avec peu de conviction, entraîne détriment96, quelque retard dans l’absolution97.

d. Le visage

  • 98 F. Garnier, Le langage..., p. 133.
  • 99 C. Loubet, « Jeu de masques : les diables, les monstres et l’image de “soi” vers 1500 », dans Le co (...)

41« La tête et le visage, par leurs formes et leurs mouvements, manifestent plus que tout autre partie du corps l’identité et la vie d’une personne […] »98. Le Christianisme « valorise la figure humaine que le Christ a assumé », mais le masque, dans la fête populaire, le désacralise99. Dans la clef des songes se joue une partie serrée entre belle et noble face et le masque grimaçant et bestial à travers les oreilles, la bouche et ses dents, les yeux et le front.

Oreilles dociles

  • 100 M. C. Pouchelle, Corps et chirurgie..., p. 154.
  • 101 Ms A, Des oreilles, 2.
  • 102 M. H. Prat, Les mots du corps..., p. 144.

42Elles font partie des ouvertures du corps par lesquelles le monde extérieur menace l’intégrité de la personne et par lesquelles en sens inverse risque de s’échapper l’âme elle-même100. Dans les prédictions, elles évoquent tantôt les femmes, tantôt les hommes. Elles peuvent symboliser les femmes, filles et suers. Lorsqu’elles sont faites belles, joie est promise par la lignée des femmes101. Comme les oreilles, qui ne font que recevoir les paroles102 mais n’émettent aucun son, les femmes ont pour vocation d’écouter, d’être belles et de se taire.

  • 103 Ms A, Des oreilles, 3.

43Du côté des hommes, la beauté n’est plus vantée et l’obsédante angoisse de mutilation refait surface. Les malheureuses oreilles sont roingnees, affligées d’un mal douloureux ou tout entierement […] copees. Dans ces tristes conditions, le rêveur peut s’attendre a esclandre de aucun de son sanc, ou de son amy et voisin. Il sera tout entierement seurmonté de ses amis103. L’atteinte à l’oreille met en scène les frères de sang, les amis, les voisins. Les hommes les plus proches du rêveur offrent certes une oreille complaisante mais celle-ci risque à tout instant de lui faire défaut sans préavis, et même pire de devenir ennemie.

  • 104 Ibid., 4.

44Touchée dans sa chair, l’oreille peut aussi pâtir dans sa fonction. La surdité est présentée comme une infirmité, le roi sourd est réduit a croire les conseulz de ses serviteurs104. Le paradoxe de ce roi qui n’entend rien hormis certains conseils s’explique par une surdité sélective. Sourd à la diversité des avis, il ne peut juger des situations, prendre une décision éclairée.

  • 105 Ms B, Des oreilles, 4.
  • 106 Ms A, Des oreilles, 1.
  • 107 Mtt, 13, 3-8.

45Être sourd est une tare à la fois physique, intellectuelle et morale. De l’homme du peuple devenu sourd la parole chaungera et a ses compaignouns mentira. Celui qui se dérobe aux discours devient suspect et doit être dénoncé comme fourbe. La parole de celui qui n’entend plus ne peut être conforme à ce qui est enseigné. Par mesure de prévention il vaut mieux accuser de propos contraires à la vérité celui qui risque de s’égarer dans la déviance et la sédition. Pour les mêmes raisons la femme qui se réfugie dans la surdité, échappant par-là aux propos de son mari, mérite d’être accusée de fornicacioun. Dans le manuscrit B, la surdité devient faute grave : qi se voit sourd grevement pechera105. L’explication de ce verdict se trouve dans la conviction que oïr signifie la foy106. Ne plus entendre, c’est ne plus avoir la foi. Jésus lui-même concluait ses paraboles par entende qui a des oreilles107, insistant ainsi sur la nécessité de déchiffrer le sens caché de ses paroles pour accéder à une foi authentique.

  • 108 Ms A, De la voix, 2, 3.
  • 109 Ibid, 1, 4.

46Pour l’interprète de la clef, il est bon de savoir charmer les oreilles pour arriver à ses fins. Celui qui veut trouver joie et loange devant le peuple doit savoir se servir d’un instrument donnant son ou qu’il chante a haulte voix. Par ce procédé, le roi pourra édicter une nouvelle loy […] et le crieur d’icelle loy sera amé108. Bercé par de douces paroles, enchanté par une musique apaisante, le peuple glorifiera son maître et aimera jusqu’aux lois qui lui sont imposées. Cette séduction est d’autant plus souhaitable que la voix, la parolle, la renommée et la gloire de l’omme sont en la bouche du peuple. Le chant, spécialement religieux, calme les esprits et adoucit les mœurs. Le roi qui entend les autres chanter, de bonne et doulce voix, le chant de l’eglise peut s’attendre à plaisant response de ses ennemis109. La voix consacrée au chant ne saurait être voix de révolte, de colère.

  • 110 Ms B, De la voix, 4.

47Pour régner, la voix doit parfois être plus grosse et plus haut. Ce n’est qu’à ce prix que les fils enhaudrount et que les ennemis serount abessé. Une voix afeblé ne parvenant pas à se faire entendre présage dolente vie et anguisouse, batailles perdues. Pour avoir raison d’autrui, il faut avoir le verbe haut sous peine de se faire agresser, de voir les arteries ou les veynes de sa gorge tranchez, d’être privé de voix et de perdre la vie110.

Le pouvoir de la bouche

  • 111 Ms B, De jovves et temples, 5 et Ms P, De jovves et temples, 3.
  • 112 Ms A, Des dens et de la langue, 7.

48La voix émanant de la bouche, celle-ci doit être efforcé afin que soit fortifié le rêveur et sa meson111. Une grande et forte bouche est nécessaire à qui veut émettre des paroles d’autorité, persuader de sa puissance et vaincre toute résistance. Outre ses effets de domination, la parole a une importance dans l’exercice de certaines fonctions. Grâce à elle l’homme du peuple gagnera sa cause, vaincra et proffitera en toutes ses negoces tandis que le roi dont la langue est plus legiere et plus subtille a parler dans toutes ses visions et jugemens, sera digne par dominacion et par purté112.

  • 113 Ibid., 6.

49Au contraire, si la langue est coupée ou allongée au point de ne plus pouvoir la bouger, l’homme du peuple demeurera en chetiveté et le roi faudra en ses jugemens et jasoit ce qu’il soit sage, il sera esbahi et faudra en sa sapience et sera afflit par la victoire de ses adversaires et sera triboulé113. La multiplicité de ces prédictions, soulignée par la répétition de la conjonction de coordination et, l’insistance sur faudra témoignent de l’importance de la parole dans la fonction royale. Elle est parole de justice, de sagesse, de science et de paix.

  • 114 Ms B, De jovves et temples, 6 et 7.
  • 115 J. C. Payen, Littérature française, 1. Le Moyen Âge, Paris, 1984, p. 169-173.

50Une bouche plaié, navrée, estopee (bouchée), qui ne pout parler, annonce la survenue d’un mal pouvant aller jusqu’à la mort, tant la parole est vitale pour l’individu114. La société médiévale baigne dans l’oralité : « les œuvres se diffusent à haute voix […] la culture écrite ne s’imposera vraiment qu’à partir de la diffusion de l’imprimerie au xvie siècle »115.

  • 116 Ms A, Des dens et de la langue, 6.
  • 117 Ibid., 7.
  • 118 Y. Carre, Le baiser sur la bouche au Moyen Age, rites, symboles, mentalités, xie-xve, Paris, 1992, (...)

51Les relations positives entre bouche et parole ne concernent naturellement pas la femme, pour qui l’ordre des choses est inversé. Celle qui rêve d’avoir une langue coupée est récompensée de la promesse de joie et amour par son mari116. Par contre si elle souhaite une langue bien pendue son mari ara par elle haine et vergoingne117. Du côté des hommes, il est indispensable d’avoir une bonne langue, une parole aisée, du côté des femmes c’est une calamité à nulle autre pareille. Ainsi la question de l’ambiguïté de cette bouche capable de proférer à la fois mensonge et vérité, louanges et blasphèmes, condamnation et pardon118 est réglée par la distribution qui en est faite.

L’ordre des dents

  • 119 Ms B, Des dens et de la langue, 1.
  • 120 Ms A, Des communes dens, 3.
  • 121 Ms A, Des dens et de la langue, 3.
  • 122 Ms A, Des communes dens, 1.
  • 123 J. C. Schmitt, « Les masques, le diable, les morts dans l’Occident médiéval », dans Le Corps masqué (...)
  • 124 A. J. Greimas, Dictionnaire…, s.v. fermeté.

52Placées les unes à côté des autres, formant un ensemble en dépit de leur diversité, accomplissant chacune la fonction qui leur est propre en vue d’un but commun, les dents symbolisent aisément les membres d’une même famille : Tous les denz d’omme signefient parentz, et […] piere ou fitz ou moût plus prochein parentz119 Les molaires représentent les enfants du rêveur. Celles du dessus désignent les masles, tandis que sagement rangées au-dessous s’alignent les femelles120. Les incisives signifient les cousins et les lointains cogneus121, tandis que la canine représente la fermeté de la maison et lignee des hommes122. Plus pointue que les autres dents, la canine rappelle les crocs des carnassiers capables de chasser leurs proies et d’en nourrir leurs petits. Il est donc évident pour l’interprète de l’attribuer à ces hommes dont dépend la grandeur, la fermeté de la famille. Et ce d’autant plus qu’il convient en outre de conjurer le fantasme de la femme dévorante123. Cependant si fermeté signifie force, ce terme évoque aussi la fermeture, les fortifications124. Les hommes confèrent à une maison son prestige et sa permanence, mais ce sont eux aussi qui se donnent pour vocation de la tenir close, de la garder.

  • 125 Ms A, Des dens et de la langue, 4 ; Des communes dens, 3.

53Les représentations que les maris, pères et frères ont de la famille, le destin imparti à chacun de ses membres se révèlent dans le sort réservé aux dents. Elles sont souhaitées belles, blanches, solides, parfaitement alignées, se mettant réciproquement en valeur et fonctionnant dans une solidarité à toute épreuve. Dans l’idéal, chaque dent aorne et embellist les autres afin que grace et honneur, joie et consolacion125, puisse être le lot commun. Il en va des dents comme de tout l’ensemble du corps où chaque partie contribue à la cohésion de l’ensemble.

  • 126 Le ménagier de Paris, éd. G. Brerenton, J. M. Ferrier, Paris, 1994, p. 55.

54À la fin du xive siècle, l’auteur du Ménagier de Paris illustre les relations sociales par la métaphore du corps et déclare à son épouse : tous les membres aident leur souverain, c’est-à-dire le cœur […] tu dois éprouver une pareille amitié envers ton prochain qui est l’un de tes membres, car nous sommes tous membres de Dieu, et il est le corps126.

  • 127 Ms A et B, Des dens et de la langue, 1 ; Des communes dens, 2, 3.
  • 128 Ms A, Des dens et de la langue, 2.
  • 129 Ms A et B, Des dens et de la langue, 1 et 2.

55Seulement la réalité ne va pas toujours dans ce sens. Les dents subissent en songe tant d’avatars que la vie de famille en semble bien menacée et menaçante. Une dent peut refuser de s’insérer harmonieusement dans l’ensemble et se mettre à s’allonger empêchant la mâchoire entière de fonctionner127. Il se peut qu’une dent rebelle s’insinue entre les autres et les estraingne128. L’individu qui ne respecte pas les règles ni l’ordre établi perturbe la structure familiale. Celui qui s’arroge une place qui ne lui était pas réservée étouffe les autres. Toute la famille, par sa faute, souffrira de ire, travail et ennuy, tribulacion et indignacion, frere et suer en angoisse et meschief129.

  • 130 Ibid., 1, 3 ; Des communes dens, 1, 3.

56Cet enchaînement de malheurs devrait dissuader tout un chacun de porter atteinte à l’ordre familial. Cependant ces mises en garde ne peuvent empêcher les visions cauchemardesques de dents froissiees, purrys, mangé de vermes, depessé. Si elles ne sont ostees, arrachees, elles se mettent à bouger, doler et finissent par tomber130.

  • 131 Ms A, Des communes dens, 1.

57Tout comme elles, les membres de la famille sont constamment menacés dans leur substance et leur intégrité, soumis à rude épreuve, frappés de maladie ou de mort. Englobés dans la famille au sens large, connaissances et amis subissent le même sort. Agressée de toute part, la famille perillera sanz esperance de ressusciter131. Si l’union fait la force, les égarements, la disparition des uns concourent à la destruction des autres.

Yeux de lumière

  • 132 La foi conditionne la façon de percevoir l’Univers et les hommes. Un parallèle a toujours été établ (...)
  • 133 Ms A, Des yeux, 1.

58Ils symbolisent la foy132, la gloire et la lumière de l’ame133.

  • 134 M. Pastoureau, « L’homme et le porc... », p. 246.

59La cécité, considérée au Moyen Âge « comme un vice », est particulièrement redoutable. La vue est « pour l’homme médiéval le plus valorisé des cinq sens : Dieu est lumière ; avoir une mauvaise vue c’est donc d’une certaine façon, participer au monde des ténèbres […] et donc de l’enfer »134. Parmi les trois songes de ce chapitre, deux traitent de l’aveuglement au réel comme au figuré.

  • 135 La cécité est « une matérialisation de la métaphore qui fait de la méconnaissance de Dieu un aveugl (...)
  • 136 Ms A, Des yeux, 2.
  • 137 Dans l’iconographie, les yeux fermés signifient à la fois « le sommeil, la cécité ou la mort », F. (...)
  • 138 Ms A, Des yeux, 4.

60Être frappé de cécité c’est perdre sa foi135, son âme et avoir brieve vie136. Foi et vie sont liées et les menaces de mort frappent celui qui est aveugle137. Le roi en perd son royaume et meurt, le plébéien aura brève vie, la femme mariée deviendra veuve et mourra tout comme la vierge138. Celui qui a la foi, a une vue claire des choses et mérite de vivre, celui qui la perd a l’esprit embrumé et doit mourir.

  • 139 Ibid., 3.
  • 140 Mtt, 13, 15-16.

61Mieux vaut donc prendre un soin attentif de ses yeux et partant de sa foi. Celui qui les oint […] d’aucun colire pour avoir une vue plus ague et pure […] a ou ara son cueur a Dieu et ara grant cure de choses espiritueles139. Tout comme les oreilles, les yeux peuvent s’ouvrir ou se fermer devant les articles de foi. Selon l’apôtre Matthieu, Jésus s’est exclamé : le cœur de ce peuple s’est endurci, ils se sont faits dur d’oreille et se sont bouchés les yeux, de peur de voir de leurs yeux, d’entendre de leurs oreilles, de comprendre de leur cœur. Mais magnifiques vos yeux, ils regardent, vos oreilles, elles entendent140.

  • 141 Sur la doctrine classique de l’usage spirituel de la vue et de l’ouïe, voir K. Rahner, « Le début d (...)

62L’audition et la vision vont au-delà d’un simple témoignage des sens. Elles permettent une compréhension semblable à celle venue du cœur, une appréhension d’ordre spirituel141, une illumination mystique. La surdité et l’aveuglement sont obstination à refuser la Vérité, source de vie éternelle et dès lors ne peuvent qu’engendrer la mort.

Noblesse du front

63Avec le manuscrit B le front revient mettre honneur et richesse sur le devant de la scène.

  • 142 Ms B, De frount, 2.
  • 143 Ibid., 1.

64Le bénéficiaire d’un front plus grand et plus large que la moyenne peut prétendre à la force et à la seurté que donne la richesse. Le roi ainsi pourvu triomphera de ses ennemis et pour ce qui est de la femme ses fitz en joye enhauceront142. La noblesse et la puissance du front sont réservées aux hommes et ce d’autant plus qu’il est déclaré desfence de cervele143. Comme chacun sait, de cervelle, les femmes sont dépourvues.

  • 144 Chroniques..., VII, p. 213. Traduction empruntée dans Splendeurs de la cour de Bourgogne, récits et (...)

65À travers les normes du visage se répète que l’homme de valeur se distingue de la bête dès le premier coup d’œil. Georges Chastellain décrivait le visage de Philippe de Bourgogne et précisait : l’intérieur de son cœur se montrait par son visage, et toutes ses mœurs correspondaient à la tournure de sa face, […] son visage par son expression semblait dire : « je suis prince »144.

Fierté du cou

  • 145 Pour le corps masculin, la force est un critère de beauté essentiel, R. Stella, « La représentation (...)
  • 146 Ms A, Du col 2.

66Il tient une place de choix dans le corps humain parce qu’il confère à la tête, au chief, sa mobilité et son pouvoir. Pour un roi le col engressi et enforci145 est garantie de foy, richesses, gloire, ost, puissance. Tous les dons doivent affluer vers le personnage royal. Si la foi citée en premier lieu semble être un atout important, elle vient aussi cautionner l’énumération des autres profits escomptés. Après avoir complaisamment égrené la litanie incantatoire des ingrédients du pouvoir, la clef conclut : et simplement en toutes choses, marquant ainsi combien la liste des privilèges royaux est infinie146.

  • 147 Ms A, Du col 5.
  • 148 Ibid., 6.

67Le col symbolise toute la force du corps ainsi comme l’en voit es bestes irraisonnables147. La force ainsi évoquée est proche de l’instinct animal. Mise au service d’une fonction sociale, elle peut devenir puissance redoutable. Le roi au cou engressi et enforci sera batailleur et a ses ennemis terrible, et l’homme du peuple, s’il est chevalier, sera le premier pillier en faiz d’armes. Par contre, celui qui n’est pas chevalier sera sauvage et estordi148. La force qui n’est pas canalisée en des exutoires socialement reconnus est déclarée dangereuse.

  • 149 Ms A et B, Du col 7.
  • 150 Ms A, Du col 3.

68Cependant, celui qui s’est tant rengorgé voit son cou devenir subitement grêle et faible. Le roi en perd tous ses avantages, le plébéien tombe à néant, angoisse et pauvreté, tandis que la femme dilapide son avoir en fornicacion149. Sur un coup ainsi démuni peut s’exercer le pouvoir d’autrui. Celui qui se fait lier par le col voit tous ses biens ainsi que sa personne tomber entre les mains de cil qui le tient150.

  • 151 Mtt, 11, 29.
  • 152 Mi, 2, 3.

69Le symbole du cou ployant sous le joug est souvent utilisé dans la Bible. Ce peut être un joug bienfaisant. Jésus déclare : Prenez mon joug sur vous et apprenez de moi […] et vous trouverez du repos pour votre vie151. Mais ce peut être aussi un joug de châtiment pour les orgueilleux152.

2. Membres supérieurs

  • 153 M. Pastoureau, « Du masque au totem : le cimier héraldique et la mythologie de la parenté à la fin (...)

70Si la tête est au Moyen Âge « l’élément le plus important dans les systèmes de sensibilité et dans les systèmes de représentations construits sur le corps »153, à la partie supérieure du corps sont attachés de manière privilégiée des symboles de puissance et d’efficacité.

a. Puissance des épaules

  • 154 Ms A, Des espaules, 1.
  • 155 Ms A et B, Des jointures des espaules ou du dos, 2.
  • 156 Ms A, Des jointures des espaules ou du dos, 3.

71Elles symbolisent aussi bien les femmes que les hommes les plus proches du rêveur154. L’homme qui jouit d’épaules agrandies et fortifiées peut espérer amistié a femme mariees, joie sur ses concubines et victoire sur ses ennemis155. Si les prédictions faites à l’homme débordent d’optimisme et de bienveillance, la femme ne bénéficie pas de la même tolérance. Elle aura l’amistié d’autre que de son mari et se elle n’est mariee, elle sera publique bordeliere156. La réprobation d’abord discrète dans la première partie de la prédiction, finit par s’exacerber en accusation de prostitution.

  • 157 Ms B, Des jointures des espaules ou du dos, 3 et Ms B, Des espaules, 2.
  • 158 Ms B, Des jointures des espaules ou du dos, 3.
  • 159 A. Carenini, « La symbolique manuelle », dans Histoire des mœurs..II, p. 78-79.
  • 160 Ms A, Des espaules, 2 et Ms B, Des espaules, 2 et 5.

72Les épaules déchirées157 ou tordues158 viennent rappeler à l’homme que son bonheur et ses victoires risquent d’être remis en question. L’épaule étant l’articulation qui meut les bras, symbolise leur force et leur capacité de faire des gestes marquant l’emprise sur le monde et sur autrui159. Des épaules handicapées signent la perte de puissance. Afin d’échapper à ce destin, il peut reporter sur les femmes les conséquences de ses actes. Il lui suffit de rêver d’épaules separees ou froissées, esracez ou despessez pour qu’elles en pâtissent. La femme qu’il aime le plus tombera malade ou il plaidera encontre elle, mais il n’en sera pas séparé, sa femme […] enmaladiera, morra160.

  • 161 Ms A, Des espaules, 3 et 4.
  • 162 Ibid., 5.

73Pour le seconder, il peut faire appel à ses frères, à ses neveux, à tous les prochains de son lignage. Bardée de sa force et de ses richesses161, cette fraternelle assemblée épaulera la victime pour détourner le sinistre présage. Les épaules du malheureux seront à nouveau enforciees et magnifiees162 comme il se doit.

b. Force des bras

  • 163 Ms A et B, Des bras, 1, 2, 4.
  • 164 Ms A, Des bras, 6.

74Ils évoquent les freres ou le fils adultere, le serf ou prelat, le serjant haut et amé, tous ceux dont le rêveur peut espérer profit, soutien et secours. Des bras faiz fors et agrandis promettent au roi croissance sur ses ennemis et joie de son fils ou de son frère. Lorsqu’une femme s’attribue en rêve de tels bras, le profit sera a son mari163. Les bras forts et musclés, étant réservés aux hommes, la puissance l’est aussi. Les femmes sont classées dans la catégorie des êtres faibles comme leurs bras le suggèrent. Pas plus que de muscle, le bras féminin ne doit être pourvu de poils. Cet avantage est réservé aux hommes avec la possession de moult de choses164.

  • 165 Ibid., 3.
  • 166 Ibid., 5.

75En dépit de tout, la puissance masculine est sujette à défaillance. Les bras amenuisiez et afoiblis ou froissiez livrent passage à la cohorte de souffrance et misère que le fier-à-bras tentait de nier. Les soutiens les plus sûrs, la chevalerie, le fils, le frère, le mari, risquent à tout instant de se dérober, frappés eux-mêmes de chetiveté, meschief ou mort165. Du bras droit, greele ou sec, plus aucun secours ne peut être attendu et faiblesse et solitude sont à nouveau le lot de celui qui tentait d’y échapper166.

c. Les mains

Mains de prière

  • 167 F. Dubost, Aspects fantastiques..., p. 677.
  • 168 Ms A, Des mains et des dois, 1, 4.
  • 169 Sur le symbolisme du pouce, voir A. Carenini, « La symbolique... », p. 80.

76Dans le christianisme, la main est présentée comme métonymie divine, signe de l’intervention miséricordieuse ou vengeresse de Dieu167. Dans la clef d’Achmet mains, doigts et foi sont d’emblée associés : les mains et les doigts jugent les œuvres de la foy des hommes, toute la passion d’iceulz dois se raporte as oroisons168. Chaque doigt possède cependant sa symbolique propre. Pour illustrer son propos, l’interprète rapporte le pouce169 à l’oraison de matines, l’index à l’eure de tierce, le majeur à l’heure de midy, l’annulaire à l’heure de nonne et l’auriculaire à l’oroison au vespre.

  • 170 Prier au Moyen Âge, pratiques et expériences (ve-xve siècles), textes trad, et commentés par N. Ber (...)
  • 171 Ms A, Des mains et des dois, 2.
  • 172 J. Le Goff, Saint François d’Assise, Paris, 2000, p. 53.
  • 173 N. Lemaître, « Les reliques de Rouergue », dans Le corps à la Renaissance..., p. 163-164.

77Les mains de l’homme sont faites pour se joindre dans une prière qui doit s’élever tout au long de la journée170, en introduire et soutenir les différents temps. Chaque prière a sa fonction comme chaque doigt de la main et grâce à elle le temps profane devient éternité divine. La succession des oraisons affranchit l’homme de la pesanteur de la matière, de la temporalité et de la mort. Les occasions de pécher étant multiples, il est bon d’avoir pluseurs doiz en la main, de multiplier ses oraisons afin de rester puissant en sa foy171. La force de la foi se mesure au nombre de prières, les suscite, comme elle en est soutenue. À travers ces mains consacrées à l’oraison, le corps tout entier paraît purifié. Il n’est plus « source et instrument du péché »172. Il peut alors être corps saint dont diverses parties peuvent devenir reliques selon le symbolisme qui leur est affecté173.

  • 174 Ms A, Des mains et des dois, 3.
  • 175 N. Gonthier, Le châtiment du crime, Rennes, 1998, p. 142-143. J. M. Carbasse, Introduction historiq (...)
  • 176 Mtt, 21, 19.
  • 177 Ms A, Des mains et des dois, 5.

78Un doigt copé annonce que le rêveur languira et sera moult ou plus lent en oroison174. Aux prières rares ou tièdes, effets d’une foi trop faible sont associées faiblesse, maladie, mutilation. L’individu puise sa force dans les prières et d’elles dépendent la complétude de son être. Les atteintes corporelles sont l’expression de souffrances morales et spirituelles. La main toute entière sechiee ou copee révèle une culpabilité de grant crime. Ne coupait-on pas les mains aux voleurs tant pour les punir que pour les empêcher de récidiver175 ? Bien au-delà, cette main séchée et coupée fait penser au figuier dont parlent les Évangélistes. Jésus le rencontra un jour sur son chemin, mais : il n’y trouva rien que des feuilles ; il lui dit que : plus jamais un fruit ne naisse de toi ! Et le figuier sécha tout de suite176. Privé à jamais du pouvoir de porter des fruits, le figuier paie sa stérilité, son incapacité à répondre à l’appel du Christ. Le grant crime évoqué par l’interprète à propos de main séchée ou coupée semble avoir quelque lien avec une faute spirituelle, d’autant plus qu’à la main restituee font suite conversion et pénitence177.

Mains serviables

  • 178 Ibid., 6.
  • 179 Ibid., 8.

79Les mains symbolisent également les serviteurs et plus précisément le suppelatif et plus loial des serviteurs178, mettant ainsi fortement l’accent sur l’importance de la main pour l’homme. Elle est pour lui un serviteur indispensable. Des mains magnifiee et enforciee présagent au roi joie et profit de son premier serviteur, à l’homme du peuple joie en toutes les euvres de son serviteur179. Une belle main est une main forte, capable de saisir, retenir, dominer et construire le monde à sa volonté.

  • 180 Ibid., 7.
  • 181 Ibid., 7, 9.

80Cependant des malheurs multiples viennent frapper cette main. Elle est sechiee ou arse180, navree ou enflee et les doigts se amenuisent. Aucun engagement, aucun soutien n’est éternellement assuré. Le roi peut découvrir tout à coup en ses serviteurs fraude, peril et paour ou souffrir de la perte de son premier et loial serviteur181. Il advient toujours un temps où l’appui le plus sûr se dérobe laissant apparaître la détresse inhérente à la condition humaine.

Les ongles

  • 182 Ms A, Des ungles, 1.
  • 183 Ibid, 2.

81À travers le thème des mains, l’appétit de pouvoir et de richesses semblait se faire moins vorace et céder la place aux préoccupations morales et religieuses. Le rêveur n’en est pas moins resté avide jusqu’au bout des ongles. Réfugiée en ces extrémités, la passion de posséder s’exprime avec d’autant plus de vigueur : les ungles signifient universele puissance de dignitez et richesses182. L’ambition se déploie sans réserve. Ce qui est universele s’étend à tous les domaines. Avec des ongles qui croissent le plus possible, richesses, dignité et puissance ne connaissent plus de bornes. Le roi verra ses trésors se multiplier à l’infini et enforsera son ost et croistra et ara dominacion sur les regions de ses contraires183. Une armée royale puissante et riche en hommes peut s’abattre sur l’ennemi telle les griffes du rapace sur sa proie.

  • 184 Ibid., 3.
  • 185 A. Vauchez, « Beata stirps : sainteté et lignage en Occident aux xiiie et xive siècle », dans Famil (...)

82Lorsqu’il n’est pas impératif d’en user, la griffe doit être dissimulée sous l’aspect d’ongles en bele ordre et propre biauté. S’il sait jouer de cette apparence, celui qui exhibe des ongles bien entretenus peut espérer joie et exultacion en toutes ses volontez et sera honnoré en sa foy184. Présenter patte de velours est parfois plus efficace que de sortir ses griffes dans la poursuite de ses projets. Leur réalisation paraît d’autant plus légitime qu’elle est assortie d’une foi à toute épreuve. La liaison entre qualités physiques et morales est ainsi affirmée jusqu’au bout des ongles. André Vauchez rappelle que le prestige de l’aristocratie ne reposait pas seulement sur pouvoir et richesse mais sur les dons physiques et moraux qui lui étaient prêtés185.

  • 186 Ms A, Des ungles, 4

83Les ongles évoquent un excellent serviteur et loial despensier des tresors de son seigneur. Il est indispensable de pouvoir confier ses biens à des mains fidèles, dont les ongles ne soient point crochus. Leur disposition régulière est prônée tout comme cela avait été le cas pour les dents, ils doivent grandir à point et ordeneement. Le respect de la place affectée assure l’ordre de l’ensemble et pour arriver à ce but il est bon de promettre que s’amour tousjours se confirmera en son premier serviteur loial186. Les bons et loyaux serviteurs sont assurés et récompensés par un amour indéfectible.

  • 187 Ibid, 1.
  • 188 Ms B, Des ungles, 4.

84Des ongles acoursiez tant qu’ilz ne seurmontent point la char présagent la perte de richesses et dignités, le roi sera diminuez en chevalerie et ses ennemis le courouceront187. S’ils sont depessez et aracez le menour en peril cherra et la femme son honnour perdra et en poverté morra188. Celui qui ne peut plus défendre ses biens toutes griffes dehors les voit aussitôt disparaître. Il faut à tout instant fourbir ses armes sous peine de se retrouver soi-même en danger. Le désir lancinant de posséder fait voir en chaque individu un ennemi potentiel ou déclaré. Mais quels que soient les efforts déployés, les angoisses de chute, de perte et de mort sont prêtes à resurgir.

3. Le buste

a. Torse mâle

  • 189 Ms A, De la poitrine, 1, 3.
  • 190 A. Carenini, « La symbolique... », p. 77.
  • 191 Ms P, De la poitrine, 2.

85Avant de parler des mamelles, l’interprète vante la poitrine qui évoque la vertu de l’omme et la prudence ainsi que la garde de l’omme et de l’ame189. Le torse masculin est le siège de la vie, de la spiritualité et de toutes les qualités. « C’est l’endroit du cœur et l’origine du souffle »190. Sa grandeur, sa largeur révèlent puissance et largesse morale. Le roi qui présente cette belle apparence sera distributeur depecune, puissant en bataille et victorien. Un être aussi vigoureux et triomphant ne peut que vivre largement et festoyer en boires, en mangiers ce qui semble une garantie de longue vie. L’homme du peuple lui-même sera preuz et fors tandis que celui de moindre importance pourfitera es son labours la femme mettra au monde pluseurs filz191.

  • 192 Ms A, De la poitrine, 4.
  • 193 Ms P, De la poitrine, 4.

86Si la poitrine qui s’engressit et dilate promet longue vie et possession de richesses selon la proporcion de la gresse192, il est par contre de mauvais augure d’avoir un torse malingre. Le roi a la poitrine plus estroit et plus amenuisé que droit […] sera aver et haineus et ses commandements seront avillez. L’homme du peuple sera mauvais et povre et de petite vie et la femme brehaigne193. Un roi au torse chétif ne peut que souffrir d’étroitesse de cœur et d’esprit, mériter le plus profond mépris. De l’étroitesse au mal il n’y a qu’un pas allégrement franchi par l’interprète. Avarice, haine, méchanceté, pauvreté, et stérilité sont présentées comme les conséquences de la même tare.

b. Poitrine

  • 194 Ms A, Der mamelles, 2, 4.
  • 195 Ibid., 3.
  • 196 Ibid., 4.

87Après avoir encensé la poitrine mâle, l’interprète en vient aux mamelles qui sans doute signefient les filles. Si désirables qu’elles soient, les unes et les autres belles et grasses194, leur plénitude suscite des fantasmes d’agression. La mamelle copee présage la mort subite des filles et de la mère. Celle qui n’a pas encore eu d’enfants sera sterille195. La femme qui ne peut allaiter et celle qui ne peut enfanter sont frappées de sentences irrévocables, mort de l’espérance d’enfant et mort de l’être mises sur le même plan. À un degré moindre, des mamelles navrees ou bleciees annoncent la maladie des filles ou de la plus prochaine de son lignage196.

88Par nature, les femmes ne sauraient prétendre à la complétude, à la perfection évoquées par deux seins pleins et ronds. Blessures et mutilations viennent mettre en acte cette castration que l’homme déclare être leur lot espérant ainsi s’en protéger lui-même. Peut-être se protège-t-il aussi par ces actes de violences contre la séduction de trop belles mamelles.

c. Ventre avantageux

  • 197 Ms A, Du ventre, 1.

89Le ventre et ce qui est environ et dedenz signifient richesses et filz197. Il produit et abrite ce fils et cet or tant désirés. Cette fonction est si merveilleuse quelle ne peut se limiter à l’intérieur du vase. Elle diffuse alentour, et le corps entier devient ce précieux creuset où s’opère le miracle souhaité.

  • 198 Ibid, 3.

90Un ventre enflé sanz maladie proclame sa fécondité198. À l’embonpoint sont associées les mêmes images de richesse et de prospérité qu’à la grossesse. N’est-ce pas là une manière pour l’homme d’arborer lui aussi, fièrement, un gros ventre ? Que la femme soit grosse dans la réalité, certes, mais c’est à l’homme d’en afficher ostensiblement le symbole puisque c’est lui qui est à l’origine de la conception.

  • 199 Ibid., 6 ; Ms A, De toute la char de l’omme, 1, 2.

91La gresse est fort bien vue. Être charnu et gras est très prisé car la char de homme ou de femme signifie richesses et or. C’est une jouissance à nulle autre pareille d’étaler à la vue de multitude de tesmoings sa superbe réussite 199Présenter un ventre plein, c’est encore prouver qu’on mange à sa faim et boit à sa soif, que tous les appétits peuvent être satisfaits, que la vie est menée en joie.

  • 200 Ms A, Du ventre, 5.

92Cependant, il n’est pas possible de boire constamment à grands traits l’eau froide, doulce et clere de l’existence. Quelqu’un ou quelque chose vient toujours la rendre trouble et mal savoureuse200. Aussi forte l’envie en soit-elle, il n’est guère possible de se délecter perpétuellement de jouissances innombrables. Angoisse, maladie et mort reviennent sans cesse à l’assaut.

  • 201 Ms B, Du ventre, 7.
  • 202 Ms A, Du ventre, 8.
  • 203 Ibid, 2.

93Pour tenter d’échapper à cette fatalité, il peut être tentant de sauver les apparences : un ventre pleyn de vent permet à celui qui privement sera povre d’être en appert riche tenu201. Le regard et le jugement d’autrui peuvent conforter quelque temps dans sa position celui dont le socle se met à vaciller. Cependant traveillé de l’avertin, malade, irrité, son ventre lui rappellera implacablement cette chetivité en sa maison202 qu’il souhaitait ignorer. L’outre pleine de vent risque de dégonfler et le ventre se retrait autrement qu’il nestoit acoustumé. Dans ce triste état, les richesses se perdent et les fils meurent203.

  • 204 Ms B, Du ventre, 8.
  • 205 Ms A, Des entrailles de dedenz le corps, 1.

94Poignardé au plus vif de ses entrailles, l’individu voit son ventre fendue et garir ne pout. Il meurt saunz testament204, sans transmettre quoi que ce soit de cet avoir si âprement thésaurisé. Ses entrailles issent hors du corps et pendent, sont copées205.

  • 206 Ms A et Ms B, Des vers, 2, 3.
  • 207 MS B, De toute la char de l’omme, 3.

95Lorsque la graisse a fondu et que le vent s’en est allé, l’atroce réalité tant esquivée fait brutalement retour. Le ventre se remplit de vers, les estraunges viennent envahir sa meson et la gasterount. La superbe réalisation est dévastée, le roi perdra sa pecune par le peuple, ce misérable ver et sera subitement confronté à sa misère intérieure206. À de telles perspectives, le manuscrit B propose une solution, que la femme offre son corps décharné en holocauste, qu’il puisse lui être asséné que son baron la harra ou son amy207. Reporter sur elle la misère corporelle et la ruine, la rejeter avec mépris permettra de ne plus s’interroger et de s’imaginer à l’abri de tout danger.

4. Membres inférieurs

96L’interprète détaille chaque partie des membres inférieurs tant leur fonction est importante pour celui qui, sans eux, serait réduit à ramper dans la poussière comme le serpent de la Genèse.

a. Forte cuisse

  • 208 Ms A, Des cuisses et hanches, 1, 3.
  • 209 Ms B, Des cuisses et hanches, 5.
  • 210 Ms A, Des cuisses et hanches, 2, 3.
  • 211 Ms B, Des cuisses et hanches, 5.
  • 212 Ms A, Des cuisses et des hanches, 2.
  • 213 Ms B, Des cuisses et hanches, 2 et 5.

97Elle symbolise le rêveur lui-même car toute la puissance du corps si est jointe a icelles. Des cuisses creues (accrues) et bien confermees208, engrossez et emforcez209, lui promettent joie de ses femmes, joie et santé et pluseurs filz210, réalisation de ce qu’il desire211. Lorsqu’elles sont froissiees et pour maladie il ne peut aler, tribulacion, maladie, stérilité et infortune sont à l’horizon212. Leur puissance est force physique, vitale, mais aussi virile et sexuelle. Fermes et bien musclées, telles un phallus triomphant, elles témoignent du pouvoir fécondateur de l’homme. Mais la menace de castration vient assombrir les songes hantés de cuisses déchirées et trencher. Maladie, exil, dérision, dolor for tute sa vie et mort213 en sont les sinistres conséquences tant l’atteinte à sa virilité est vécue par l’homme comme une atteinte à son être même.

b. Genoux fermes

  • 214 Ms A, Des genolz, 1.
  • 215 « Ce signe d’humilité et de soumission est inspiré par quatre finalités principales : [‘adoration, (...)
  • 216 Ms A, Des genols, 2.
  • 217 La légende dorée de Jacques de Voragine en donne de nombreux exemples.

98Après la propension des cuisses à mettre en jeu la sexualité, il est salutaire que les genoux viennent signifier toute l’euvre de l’omme de Dieu214 et invitent le rêveur à s’agenouiller pour mieux louer son créateur215. Mais le danger n’est pas évité pour autant. Celui qui voulait prier se voit blecié aux genoux et subit aspre tribulacion pendant sa méditation216. Ce présage rappelle les sévices et tentations terribles subis par les saints dans leurs retraites217.

  • 218 Ms A, Des genolz, 3.
  • 219 Ibid., 3 et 5.
  • 220 Ibid., 5.

99Affligé de genoux copez ou sechiez, le rêveur est voué à une vie angoisseuse à moins que medecine ne le guérist218. La guérison permet d’échapper à la trilogie redoutable de l’angoisse, la maladie et la mort219 contre laquelle tant de remparts ont été édifiés tout au long des songes. La richesse à venir offre également ses promesses et quel meilleur stimulant peut aider à vaincre tous les obstacles ? L’incontournable désir de possession revient tarauder le rêveur et lui interdit de perdre son précieux temps en contemplation. Son destin est d’agir, d’avoir des genoux fermes pour fort courir et d’assurer ainsi prosperité220. Pour devenir riche, il importe de prendre les autres de vitesse, de poursuivre son but avec vivacité et vigueur.

  • 221 Ibid., 7.
  • 222 Ms A et B, Des genolz, 6.

100Tandis que l’homme ne court que vers des buts essentiels que ses genoux point veluz assurent qu’il sera cogneu et honnoré221, la femme ne doit pas chercher à Limiter. Si elle s’obstinait à le faire, elle se verrait accusée d’avoir des piez […] legiers à prendre les hommes. Pour calmer ses ardeurs, il importe de la persuader de se laisser d’omme aimer et ses enfants en bien profiteront222. Assagie par l’amour d’un homme et le souci du bonheur de ses enfants, la coureuse invétérée acceptera enfin de rester cloîtrée en son foyer.

  • 223 Ms P, Des genolz, 6.
  • 224 A.J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. amender.

101Lorsqu’un enfant se voit courir en songe il lui est promis qu’il profitera et amendera en profit et a bien223. Il est judicieux de canaliser dès l’enfance l’élan impétueux de la vie et de l’orienter vers le goût du profit et de la richesse. Le verbe amender224 laisse entendre que la poursuite de gains est une voie salutaire, l’occasion d’effacer une faute. En se parant d’or, l’homme tente-t-il d’oublier la nudité dévoilée par le péché originel ?

c. Jambes et pieds

  • 225 Ms B, Piés et jaumbes, 1.
  • 226 A. Carenini, « La symbolique... », p. 76.

102Jambes et pieds sont surtout interprétés comme sotenaunce du corps. Sur eux, il prend appui et accède à cette position debout qui élève l’homme au-dessus de l’animal. Cependant soutiens et prérogatives sont loin d’être acquis. Les chevilles depessez et ses pees trenchez prédisent au roi que son privé serjaunt perira. À l’homme du peuple il est annoncé que la moitié de sa vie et de son avoir perdra et à la femme que son amy ou son bon serjaunt perdra225. La perte cruelle vient frapper ceux qui avaient pour rôle de remédier à la faiblesse et de prévenir les chutes, ces serviteurs zélés qui comme les articulations du corps humain permettent au corps social de bien fonctionner226.

  • 227 Ms B, Piés et jaumbes, 2.
  • 228 Ms P, Piés et jaumbes, 1.

103Le thème onirique des pieds trenchés est très oppressant. Revenant à deux reprises dans le manuscrit B, il présage chaque fois pertes cruelles et mort. Lorsqu’ils sont en deux trenchez le roi lui-même meurt après avoir vu mourir ses serviteurs et ses proches. Amputé d’une partie essentielle de son être, celle qui lui assurait sa force et son prestige, l’individu ne peut que périr d’une mort d’autant plus horrible qu’elle survient tost, brutalement ou en hastif poverté227. Quant à la femme ainsi mutilée, elle ensevelira ceulz qu’elle aime et tantost sera ensevelie228. La mort est chaque fois rendue plus atroce par sa survenue rapide après une succession de deuils douloureux.

  • 229 A. Carenini, « La symbolique... », p. 76.
  • 230 Ms B, Piés et jaumbes, 5.
  • 231 Ms P, Piés et jaumbes, 3.
  • 232 M. C. Pouchelle, Corps et chirurgie..., p. 184.

104La parade au danger est la même que maintes fois en ces circonstances. Le risque est projeté sur le subordonné, l’inférieur après l’avoir mis en position de culpabilité. Ainsi, si un graunt homme boîte229, son mestre serjaunt avera de ly graunt corouce. Le serviteur n’est-il pas responsable si quelque obstacle se met en travers de la route de son maître et l’entrave dans sa progression ? Pour échapper aux foudres du puissant, le pauvre est invité à se voir lui-même affecté de boiterie, acceptant ainsi d’être empêché d’aller de l’avant hardiment. Au prix de cette infirmité, il peut espérer devenir riche, mais à son humble mesure, par son overaigne, son ouvrage230. S’il refusait le pacte et venait à se rêver indemne de toute boiterie, il serait vite déclaré bareté231, trompé, induit en erreur dans ses prétentions. Infirmité et infériorité, tel est le double sceau infamant imprimé sur ceux que le puissant voue à soutenir sa superbe. De la tête aux pieds il y a un monde et c’est celui des clivages sociaux que les clivages anatomiques reproduisent et illustrent232.

d. Glorieux sexe masculin

  • 233 Id., « Représentations du corps... », p. 300.
  • 234 Ms A, Du membre secret de l’omme, 1.

105Pour les religieux et les saints, le sexe est source de péché. À cause de son sexe, l’homme redevient comme un animal233. Alors que le sexe féminin n’est jamais mentionné, au pénis est fait l’honneur de tout un chapitre. Il symbolise la renommee et vertu234 de l’homme, témoigne de son courage, sa puissance.

  • 235 Ibid., 2 et 8.
  • 236 Ms B, Du membre secret de l’omme, 3.
  • 237 Ms A, Du membre secret de l’omme, 2 et 8.

106Pour mériter cette haute considération, il importe qu’il soit grant et fort, moult eslongier. Celui qui est gratifié d’un tel organe peut être assuré d’être moult cogneu, d’avoir grant honneur et de se voir loé en sa dignité235. Il bénéficiera de joie, glorie et honour par femme236, engendrera des fils qui feront sa joie. Le roi aura longue vie et un fils comme successeur237.

  • 238 Ibid, 3.
  • 239 Ms A et B, Du membre secret de l’omme, 5.

107Le souhait de posséder les avantages offerts par un pénis mirifique conduit le rêveur aux fantasmes les plus débridés. Ivre de grandeur, il voit son membre moult tendu et que autre lui viengne tenir. L’érotisme de ce rêve n’est pas mis en évidence par l’interprète qui préfère assurer au roi pourvu d’un pénis aussi démesuré qu’il verra son royaume magnifié. Celui qui tient l’organe royal ara cognoissance de ses misteres et negoces et sera puissant avec le roy. Le plebeien […] enamendera son office238. Pour le roi, l’étendue du royaume a valeur de phallus et pour tous la fonction peut également en tenir lieu. Le courtisan qui participe aux scénarios et fantasmes royaux peut en tirer des avantages substantiels dont le partage de la puissance n’est certes pas le moindre. Dans son bel élan de jubilation le rêveur se gratifie de II.membre d’omme. Ainsi pourvu il engendre deux jumeaux ou graunt homme ce qui ne fera qu’accroître sa renommée239.

  • 240 Ms A, Du membre secret de l’omme, 4.

108Si l’homme peut agrémenter ses rêves de pénis merveilleux, la femme est priée de se tenir à sa place de procréatrice de fils gloire de son lignage240. Fils et lignage se situent sur la même trajectoire que ces pénis étirés ou multipliés à l’infini.

  • 241 Ms A et B, Du membre secret de l’omme, 9.
  • 242 Pour Jean Paul Roux, l’instinct sexuel est un des moteurs qui poussa les hommes « vers la puissance (...)
  • 243 Ms A, Du membre secret de l’omme, 6.
  • 244 Ibid., 7.

109Las, ce membre paré de toutes les vertus n’en succombe pas moins à l’angoisse de castration. Il est acourcy, ensechir et escourci. En même temps que son érection triomphante disparaissent dignités et enfants. Les menaces de pou de puissance, d’impotens, affluent et mettent à nu la poverté241 originelle du fanfaron242. Les agressions vécues en songe peuvent aller jusqu’à la mutilation totale. Le pénis copé présage la mort du fils suivie de celle du père apres po de temps243. S’il n’est pas tout copé entierement, le fils seul meurt244. Aux fantasmes de double pénis viennent répondre les angoisses de double mort et à l’intensité du désir d’avoir succède la brutalité de la perte.

  • 245 Ms A et B, Du membre secret de l’omme, 10.

110Bien entendu, la femme est toujours là pour servir de bouc émissaire. Établissant une correspondance entre le pénis et le pied, l’interprète affirme qu’un pii copé annonce la mort de l’épouse sanz enfans tout comme l’augurait le songe de pénis coupé selon le manuscrit B245.

  • 246 Ms B, Du membre secret de l’omme, 9.

111L’homme ne fait qu’un avec son pénis. Le sort du second affectant celui du premier, il importe de prendre grand soin de l’organe fétiche. Pour mieux le protéger, il faut le soustraire aux regards concupiscents. Déclaré membre secret de l’homme, le pénis ne devra jamais être descovert a autre gent sous peine de voir son conceil […] descovert246. Sous le masque de la pudeur se cache l’objet tabou, l’idole sacrée.

  • 247 Le mot testiculi évoque le mot témoin (testis) et « pour qu’il y ait témoignage il faut au moins êt (...)
  • 248 Ms A, Des tesmoings naturelz de l’omme, 3.
  • 249 Ibid., 2.
  • 250 Ms B, Des tesmoings naturelz de l’omme, 4.
  • 251 Ms A, Des tesmoings naturelz de l’omme, 6.
  • 252 Ms B, Des tesmoings naturelz de l’omme, 1, 2 et 6.
  • 253 Ms A, Des tesmoings naturelz de l’omme, 1 et 4.
  • 254 Ms B, Des tesmoings naturelz de l’omme, 5.
  • 255 Ms A et B, Des tesmoings naturelz de l’omme, 1 et 2.
  • 256 Ms A, Des tesmoings naturelz de l’omme, 4, 5.
  • 257 Ms B, Des tesmoings naturelz de l’omme, 4.
  • 258 Ms A, Des tesmoings naturelz de l’omme, 6.

112Pour attester de la valeur et de la puissance de l’homme, il y a aussi les genitoires ou coilles. Le rêveur se plaît à voir gros et fors ces tesmoings naturels247. Le possesseur de belles testicules n’aura à craindre personne248. Ces merveilles sont cependant en proie à diverses agressions. Elles sont froissiez ou cassez249, leur peau se fend250, elles sont trop cours251 ou tranchées252, coupées253, perdues254, livrées sans défense à la sarabande infernale de maux inévitables. Frappé au plus vif de sa chair et de sa personne, le preux conquérant devient subitement faible et démuni. Il est livré sans défense en la main de ses ennemis255, ses bien-aimés fils tombent malades et meurent. L’horreur atteint son comble lorsqu’il se découvre incapable d’engendrer256. L’épouse ainsi frustrée ne peut qu’être associée à male femme et enfantement d’autrui257. Le malheureux privé de ces coilles ne peut plus que mourir et son heritage sera perdu258. Rien ne restera de lui puisqu’il aura perdu ce qu’il considérait comme l’essentiel de son être.

  • 259 Ms B, Des tesmoings naturels de l’omme, 5.
  • 260 A. Carenini, « La symbolique... », p. 77.

113Dans le manuscrit B une lueur d’espoir demeure cependant. Les coils perdues sont retrouvées et avec elles reviennent, richesses et exilés a son desir259. Retrouver ses testicules est d’autant plus important que « l’étude des gestes prouve que, dans les serments, l’analogie entre testicules et tête (teste) n’est pas un simple jeu de mots […]. S’il est valable qu’un homme jure sur la tête de ses enfants, […] lorsqu’il n’en a pas, il jure sur ce qui doit lui permettre d’en obtenir »260.

5. Productions du corps

a. Le sang

  • 261 Ms A et B, Du sanc et des plaies et roingne, 1, 8.

114Se voir blessé par couteau ou épée d’homme connu promet au rêveur bien, benefice de li. S’il ne le connaît, il ara paix avec son ennemi. Plus la blessure est grande, plus il sera honnoré des hommes et ses richesses ils multiplieront. Que nul ne s’effraie de voir son sang couler en abondance puisque s’il ist de plaie ou de roingne dont sa robe ou sa char soient touilliées, de l’or sera trouvé selonc la proporcion du sanc qui ist hors261.

  • 262 Ms A, Du sanc et des plaies et roingne, 2.
  • 263 Sur l’idée de souillure associée au sang voir J. P. Roux, Le sang..., p. 38-40.
  • 264 Ms A et B, Du sanc et des plaies et roingne, 3.

115Cependant une ombre se profile dans ce panégyrique. Celui qui est polu du sang qui ist hors des roingnes (ulcère) trouvera certes de l’or mais en grant labeur : labeur et douleur sont signifiez par le roingne262. En un premier temps, l’association sang et or est si enivrante que l’interprète ne semble pas plus se soucier de la douleur causée par la plaie que de l’ulcère ou de la souillure263. Il faut d’abord que l’or puisse couler à flots. Dans un second temps, refont néanmoins surface ulcères et souillures. L’éclat de l’or se ternit alors et vient à s’entacher de la perspective des peines encourues pour l’acquérir. Le manuscrit B met l’accent sur l’absence de maves puriture dans le sang coulant de la plaie. Dans ce cas, l’avoir convoité sera obtenu sans travail. Ceci laisse percevoir une association sous-jacente entre pourriture et travail. Une saignée de bon gré présage une dépense d’or selon son désir, délivrance de peines et angoisses tandis qu’une saignée dans la contraint(e) annonce de l’or dépensé sans le vouloir264.

  • 265 Ms A, Du sanc et des plaies et roingne, 7.

116Ces gains et ces pertes dans le plaisir ou la peine d’un or pur ou souillé évoquent le temps paradisiaque du bonheur absolu et gratuit et le temps d’après la faute tout de labeur et de souffrances. À ces deux temps correspondent aussi deux types d’individus. Ceux, pareils au roi, dont les vainnes qui enflent de sanc viennent accroître les trésors et qui vivent longuement et ceux, tels le plebeien, qui s’enrichissent en étant abile en leur fonction265. Pour les uns, un or merveilleux s’accumule sans cesse et sans effort, pour les autres l’or est gagné à grand peine et ne peut être de même essence. Les uns, libres de leurs faits et gestes vivent dans le luxe et la jouissance, les autres sont captifs de leurs obligations et d’un quotidien peu brillant.

  • 266 Ibid., 6.

117Il existe cependant un remède pour épurer cet or misérable laborieusement acquis et bénéficier soi-même de cette opération. Le songe de sang coulant hors du nés ou du chief indique la voie à suivre. Il suffit de se dessaisir de l’or vulgaire au profit d’un plus grant de li qui est aussi excellente personne266. Se démunir des richesses durement acquises et les confier à des mains plus aptes à les posséder, telle est la voie permettant de transmuer l’or vil en or sacré, et de réussir une opération d’alchimie hautement préconisée.

  • 267 Ibid, 3.
  • 268 Manger tel ou tel organe d’un homme, boire son sang était une manière d’acquérir ses vertus, sa for (...)
  • 269 Ms A, Du sanc et des plaies et roingne, 4.
  • 270 Ibid, 5.
  • 271 Gn 9,4-5.
  • 272 La connexion de l’âme et du sang est une idée qui se retrouve dans plusieurs civilisations. Voir J. (...)
  • 273 M. C. Pouchelle, Corps et chirurgie..., p. 120.
  • 274 F.O. Touati, Maladie et société..., p. 109-111.

118De la question de la consommation de l’or267, l’interprète en arrive à celle de la consommation du sang268. Il commence par promettre à celui qui le boit ou le mangue, l’acquisition de grandes richesses, selon l’équation sang – or en vigueur dans tout le chapitre269. La phrase suivante opère un subit revirement : Dieu n’apoint concédé boire ou mengier sanc, le sanc est la vie et la force de l’omme270. Ce décret rappelle l’interdiction faite par Dieu aux hommes de manger la viande avec le sang : Vous ne mangerez point de la chair avec son âme, c’est à dire son sang271. Pour l’interprète, rapporter le sang à l’âme272 permet d’en faire de même avec l’or devenu ainsi principe divin. Dès lors, ceux qui sont bien pourvus en or semblent d’essence divine et ceux qui en manquent paraissent privés d’âme, proches parents de l’animal. La trilogie or – sang – âme évoque enfin le sang du Christ273 dans le calice et la coupe sacrée du Saint Graal. Rechercher l’or devient une quête sacrée, un moyen de communier avec le Rédempteur et de s’identifier à lui. Le sang du Christ échappe à tout interdit274.

b. L’urine

  • 275 Ms A, De urine, 1.
  • 276 Ibid, 5.

119Dans une première interprétation, celui qui se voit plain de urine et il pisse […] tribulacion ou aucune angoisse […] perdra. Vider sa vessie apporte dans la réalité un soulagement physique qui devient promesse de délivrance morale. Mais à ce présage positif, l’interprète adjoint une menace : le riche qui fait ce songe consumera sa substance en vivant luxurieusement275. Uriner, c’est perdre sa richesse parce que les choses encloses dedenz le ventre signifient richesses et toutes celles qui en issent, perte de richesses276. Alors que le sang coulant hors du corps présageait l’acquisition d’or, le flot d’urine représente la perte d’or, de richesses. Cette perspective est d’autant plus redoutable qu’il s’y joint l’opprobre de la luxure. Bien entendu ces thèmes évoquent aussi la femme de mauvaise vie, d’autant plus redoutable qu’elle n’est pas nommée.

  • 277 Ibid, 2, 3.

120Dans les songes suivants, le roi qui se voit pisser en un vaissel de voire engrossera une femme degetee ou estrange mais ce qui sera conceu ne venra point a lumière pour la fragilité du voirre. Si le récipient est d’argent, le roi ou le grand seigneur s’adjoindra charnelment a la plus belle de ses ancelles. L’homme du peuple joyra de sa propre femme et s’il est soujfrecteux, il aura une femme riche en amie ou en espeuse277. Une corrélation est établie entre l’urine et le sperme. Se vider de son sperme dans le vagin d’une femme est mis en parallèle avec le fait d’uriner dans un vase et c’est la qualité du vase qui fait naturellement toute la différence. Si le roi se laisse aller à quelque relation sexuelle avec une femme étrangère ou méprisable, il ne convient pas qu’il y ait fécondation. Le fœtus engendré paie de sa vie cet acte réprouvable. S’il ne vient point au monde et ne voit pas la lumière du jour, la faute reste dans l’ombre et peut-être ignorée de tous. Mieux vaut en fait, pour le roi, prendre son plaisir avec la plus belle de ses servantes. Ce type de relation avec une femme docile et très belle est considéré avec bienveillance par l’interprète. Cependant, si le roi peut s’ébattre selon son désir, l’homme du peuple doit se contenter de la femme qu’il a épousée, et la jouissance qu’il connaîtra avec elle sera proportionnelle à la richesse qu’elle lui apportera.

  • 278 Ms A, De urine, 4.

121Uriner peut cependant être perçu comme un acte fécondant positif si le contexte le permet. Ainsi, lorsque le premier conseiller d’un prince va pisser sur chaque angle d’un temple, en la partie haute et la partie basse, l’interprète lui promet quatre fils dont deux seront ses successeurs en sa majesté278. Le temple est un lieu sacré, il ne peut donc que représenter une épouse de qualité et d’elle naissent forcément des fils en grand nombre.

  • 279 Ms B et P, De urine, 5/6.
  • 280 Ms A, De la fiente et urine, 6.

122En dehors de ce cas spécial, l’urine est connotée négativement. Voir d’autres qui pissent sur les vestemens annonce que sa fornication sera publiée. Selon le manuscrit B voir autrui urine annonce gain d’avoir mais a peché. Celui qui voit son urine ou la boit por les soens despendra et son avoir par peché recovera279. Voir ou boire de l’urine annonce la récupération de son avoir mais cette perspective n’a rien d’exaltant. L’or retrouvé est pollué par ses accointances avec l’urine qu’il ne faut ni voir, ni boire sous peine de peché. L’interprète l’assimile à un déchet répugnant celui qui pisse en une fosse plaine d’ordures [... ] sera grevé de larrons et de ses persécuteurs280. L’urine rejoint l’ordure et devient abjection.

c. Les selles

  • 281 Ibid, 7.
  • 282 Ibid, 1.
  • 283 Ibid, 3.

123De proche en proche, la notion de souillure gagne du terrain et l’emporte sur tout autre symbolisme. Le rêveur est acraventé en une fosse, renversé dans les immondices et sera dessiré de ses ennemis281. Les blessures reçues n’ont rien de noble, elles sont marques d’infamie. La puenteur de la fosse évoque ces excréments dont l’odeur est tellement rejetée. Se voir porter de la fiente de corps humain promet un gain mais en diffame, déshonneur, pour la puenteur282. Une équation est établie entre la fiente et l’or, mais c’est d’un or méprisable qu’il est question. Enfin, manger de la fiente des hommes ou de ses ennemis, présage un gain d’or mais toujours en pechié et en noise283. Les produits de la digestion, urine ou excréments sont liés au péché. Ils évoquent la souillure originelle venue de l’assimilation d’une nourriture défendue, la pomme offerte par le Serpent tentateur.

Conclusion

124De ces songes aux images corporelles diverses et complexes, les interprétations séparent avec dextérité le bon grain de l’ivraie. Deux images du corps opposées mais complémentaires sont extraites du réservoir onirique. Elles sont destinées à servir d’exemple et d’aliment à des images de soi conformes à la structure sociale en vigueur.

125Il est des corps tellement glorieux qu’ils ne sauraient souffrir aucun outrage. Le temps lui-même ne tend qu’à les affermir et sublimer davantage. Si d’aucuns voient leur corps se dégrader avec l’âge, d’autres se voient auréolés d’une couronne de cheveux blancs gage de sagesse et de majesté. Pour le noble Ancien, point de faiblesse méprisable, ni d’impuissance honteuse. Chacun est invité à lui témoigner un absolu respect et à suivre ses enseignements. Cette différence de destin et de nature est la preuve de l’excellence des Grands. Du temps même de leur jeunesse, leur chevelure opulente, leur longue barbe captivent les regards, suscitent les hommages de sujets convenablement tondus et rasés. Nature et coutume se coalisent afin que nul ne s’avise que des attributs physiques communs à tout le genre masculin ont été, par convention sociale, détournés et captés pour justifier la différence de statut et proclamer la supériorité absolue de l’élite. Trancher dans le vif, tondre autrui, se prévaloir de ce qui a été dérobé et dénié, telle est la leçon enseignée aux puissants, au nez et à la barbe des « faibles » et des pauvres. D’ailleurs la classe dominante est déclarée seule capable de transformer les poils grossiers et hirsutes en parure brillante et soyeuse. Elle seule est capable de leur consacrer des soins assidus et éclairés, de les teindre, embellir, épaissir à souhait. Cette subtile métamorphose n’est-elle pas l’indice de leur mission civilisatrice ?

126À chaque détail du visage est accordé l’attention éclairée et vigilante de l’interprète. Aux fronts bas et grossiers d’une masse obtuse il oppose des fronts, hauts et larges, capables d’abriter une cervelle pétrie d’intelligence et de raison. À ces derniers s’adjoignent de belles oreilles propres à symboliser l’attention due à leur heureux bénéficiaire. Si la nature a pourvu chacun d’une bouche et d’une langue pour parler, toutes ne sont pas de même qualité. Seules les plus grandes et plus fortes, les plus légères et subtiles sont à même d’émettre un verbe séducteur et impérieux, de masquer la tyrannie pour mieux convaincre et dominer. Manier le pouvoir de la langue avec dextérité, finesse et compétence est un don dont peu peuvent se prévaloir. Les bouches blessées, les langues coupées ou paralysées qui hantent les songes ne sauraient affecter le corps magnifié. Elles sont attribuées à ceux dont la fonction est de servir d’oreille et d’exécutant docile.

  • 284 Ms A, Des communes dens, 3.
  • 285 Ms A, Des yeux, 1.

127Le spectacle des dents bien alignées, selon une stricte ordonnance, témoigne de la nécessité de respecter les places et les fonctions inhérentes à la nature spécifique de chacun. À l’instar des dents, les masles dominent toujours les « femelles »284, et il doit y avoir des supérieurs et des inférieurs pour assurer la fonction de l’ensemble dans l’intérêt suprême du corps tout entier. De cette répartition rigoureuse, il ne peut y avoir remise en cause. La dent qui pousse anarchiquement ne nuit-elle pas à l’harmonie et l’efficacité de toute la mâchoire ? Par ailleurs, ne va-t-il pas de soi que les propriétaires de dents belles et solides croquent la vie à belles dents, écrasent et broient sans pitié pour satisfaire leurs appétits, tandis que ceux qui sont affectés de dents avariées et branlantes cessent d’éprouver tout désir et même d’exister ? Comment accuser de rapacité et de férocité, ceux dont les yeux magnifiques laissent filtrer toute la lumière de l’ame285 alors même qu’ils posent sur autrui et sur le monde leur regard implacable ?

  • 286 Ms A, Des bras, 3.

128De la puissance des Grands témoignent des cous si forts que les têtes en sont portées haut et fier. Elles jaugent avec condescendance ceux dont les cous faibles et grêles entraînent plus bas que terre les têtes humiliées. Les malheureux aux bras amenuisez et affaiblis286 tant la force leur a été contestée et soutirée peuvent se consoler. Il appartient, par naissance, aux propriétaires d’épaules larges et fortes de porter sur eux le poids et le destin du monde. Leur puissance ne doit pas être redoutée car les bras musclés se terminent par des mains faites pour la prière. La force de la classe dominante est sublimée par la spiritualité. Les ongles bien entretenus, polis et façonnés, témoins de belles manières et de valeur insigne sont mieux à même que ceux souillés par le travail de la terre, de se consacrer au Grand Œuvre du Pouvoir. Si d’aucuns venaient à en douter, largeur et carrure des épaules, leur enseigneraient bien vite le respect. Bien entendu, pour entretenir cette belle architecture, il importe de mener une vie large et aisée, de festoyer tandis que les torses chétifs ont en partage privations et misère. Seul un ventre bien plein génère cette graisse capable d’enrober et de masquer sous son aimable couverture les aspérités fâcheuses susceptibles de faire se redresser des torses non habilités à le faire.

129Quelles que soient les apparences, la force des Grands ne doit jamais être prise à la légère. Vouloir les abattre est une entreprise insensée car leur race est appelée à se perpétuer éternellement. De belles et fermes cuisses, de rondes et pleines testicules livrent en ce sens un message sans équivoque. Un phallus triomphant, étiré et multiplié à l’infini glorifie les privilégiés confortés par ce paraphe prestigieux dans leur position confortable et leurs mirages. Les coilles fendues ou coupées doivent être attribuées à ceux dont être démuni est la vocation. L’idole bardée et cuirassée ne doit jamais s’avouer chair fragile et vulnérable ni être reconnue comme telle. À l’instar des pieds diligents et fidèles, chacun doit poursuivre la route tracée et concourir de ses aspirations et de sa soumission à l’œuvre commune. Naturellement pour courir plus vite et arriver au but les premiers, certains devront couper l’herbe sous les pas des autres ou leur trancher les pieds.

Notes

1 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. cors

2 C. De Plsan, Le livre des fais et bonnes moeurs du sage roy Charles V, éd. S. Solente, Paris, 1936,1, p. 48-49.

3 « En France, d’Hélinand de Froidmont aux orateurs qui interviennent aux états généraux de Tours en 1484, la comparaison du corps “naturel” et du corps politique est partout reprise : dans les miroirs du prince, les traités théoriques, les commentaires, les sermons, les discours et même les poésies morales », J. Krynen, L’empire du roi, Idées et croyances politiques en France, xiiie-xve siècles, Paris, 1993, p. 243.

4 Philippe de Mézières, après Jean de Salisbury, affirme que la tête est le roi, le cou, la poitrine et les aisselles sont les princes et barons. Il attribue les cuisses aux bourgeois et marchands, les jambes aux gens de métier, les pieds au peuple. (Le songe du vieil pèlerin, éd. G. W. Coopland, Cambridge, I, p. 573.)

5 J. Le Goff, La Civilisation de l’Occident médiéval, Paris, 1977, p. 329.

6 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. chief.

7 Des somges, 40 et 41.

8 M. C. Pouchelle, Corps et chirurgie à l’apogée du Moyen Âge, Paris, 1983, p. 209.

9 G. Matore, Le vocabulaire..., p. 124.

10 M. C. Pouchelle, Corps et chirurgie..., p. 232.

11 Ce sont li songes, 27 ; Des somges, 11, 22.

12 Ce sont li songes, 23, 24 ; Des somges, 7, 8.

13 Ce sont li songes, 129, 130.

14 A.J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. senestre.

15 Des soinges et des esperimens des soinges, 37, 108, 109.

16 Ce sont li songes, 64.

17 G. Duby, « Réflexions sur la douleur physique au Moyen Âge », dans Id„ Mâle Moyen Âve, Paris, 1988, p. 205.

18 G. Vigarello, Le sain..., p. 40.

19 Le livre des propriétés..., p. 163-166. R. Elhordt rappelle qu’au Moyen Âge s’est constitué un système idéologique et symbolique de la représentation du corps ; « Aspects de la conscience du corps dans la poésie de la Renaissance anglaise de Spencer à Milton », dans Le corps à la Renaissance, actes du XXXe colloque de Tours 1987, dir. J. Ceard, M. M. Fontaine, J. C. Margolin, Paris, 1990, p. 200.

20 D. Le Blevec, « Le Corps et ses fonctions, vus par les moines (xiie siècle) », dans Le corps souffrant : maladies et médications, Razo, 4, Nice, 1984, p. 16

21 M.H. Prat, Les mots du corps : un imaginaire lexical dans les Tragiques d’Aggripa d’Aubigné, Genève, 1996, p. 116.

22 Le livre des propriétés..., p. 123.

23 D. Regnier-Bohler, « Fictions », dans Histoire de la vie privée, dir. P. Aries, G. Duby, Paris, 1985, II, p. 360.

24 Cette importance de la chevelure se retrouve chez Barthélemy L’anglais : Les cheveux en étant sur la tête, la protègent, l’ornent et la défendent. Le livre des propriétés..., p. 124.

25 Ms A, Des juges et pois, 14.

26 Ms A et Ms B, Des juges et des pois, 15.

27 Ms A, Des peuls chanus, 1.

28 Ms A, Des juges et des pois, 16.

29 Sur les modes de teinture, voir D. Regnier-Bohler, « Fictions »..., p. 361.

30 MS A et Ms B, De la tainture des cheveux, 1.

31 A.J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. vergoigne.

32 A. Planche, « Le corps en vieillesse. Regards sur la poésie du Moyen Âge tardif », dans Le corps souffrant..., p. 52-54.

33 Ms A, De la tainture des cheveux, 1.

34 M.T. Lorcin, « Rides et cheveux gris dans les ouvrages de Roger Bacon », dans Les soins de beauté..., p. 253.

35 Ms A, De la tainture des cheveux, 2.

36 Ibid., 3.

37 Ms A, Des peuls chanus, 4.

38 Ms A, Des juges et des pois, 17.

39 V. Deslandres, M. De. Fontanes, « Histoires des modes de la coiffure », dans Histoire des Mœurs..., I, p. 724.

40 Ms A, Des peuls chanus, 2.

41 Ms A, Des juges et des pois, 17.

42 Ms A, Des peuls chanus, 4.

43 Ms A, Des juges et des pois, 17.

44 « Histoire des modes de la coiffure... », p. 728.

45 Ms A, De ventouser et saingner, 3.

46 Ms A, Des juges et pois, 17.

47 G. Duby, « Situation de la solitude, xie-xiiie siècle », dans Histoire de la vie privée..., p. 519.

48 L’homme du Moyen Âge « ne supporte pas de voir la femme s’efforcer par des artifices de devenir celle qu’il lui enjoint naturellement d’être […] une femme maquillée est toujours une femme frelatée, une sorte de produit mensonger », C. Martineau-Genieys, « Modèles, maquillage et misogynie, à travers les textes littéraires français du Moyen Âge », dans Les soins de beauté..., p. 45-48.

49 Ms A, Des oingtures, 1.

50 M.A. Polo De Beaulieu, « La condamnation des soins de beauté par les prédicateurs du Moyen Âge (xiiie-xve siècles) », dans Les soins de beauté..., p. 302-307

51 J. Larmat, « Corps convoité, corps vengé, Constant du Hamel ou le triomphe de la vertu », dans Le corps souffrant..p. 148.

52 Les juges, 13, 17.

53 Ms A, Des peuls chanus, 2

54 Ms A, Des juges et des pois, 18.

55 Ms A, De tondre et rere le chief, 2.

56 Dans la mentalité médiévale, la tête rasée renvoie au fou. F. Garnier, Le langage de l’image au Moyen Age, Signification et symbolique, Paris, 1982, p. 137.

57 Ms A, Des juges et des pois, 18.

58 Dans un exemplum, un ermite tond les cheveux de Robert le Diable désireux de faire pénitence, A. Lecoy de la Marche, Le rire..., p. 77.

59 Péchés et vertus, scènes de la vie du xiiie siècle, éd. C. Lecouteux, P. Marcq, Paris, 1991, p. 125.

60 Ibid., p. 130.

61 Le livre des propriétés..., p. 127.

62 Ms B, Des peulz de barbe et des esselles et des cuisses, 4.

63 Ms A, Des peuls chanus, 5.

64 Ms A, Des peulz de barbe et des esselles et des cuisses, 2.

65 Ms A, De la tainture des cheveux, 1.

66 Ms A, Des peuls de barbe et des esselles et des cuisses, 1.

67 V. Deslandres, M. De Fontanes, « Histoire des modes de coiffure... », p. 765.

68 Ms A, Des peuls chanus, 2.

69 Ms A, De la barbe, 4.

70 Ms A, Des peuls chanus, 3.

71 Ms A, De la barbe, 4.

72 Ms A, Des peulz de barbe et des esselles et des cuisses, 3.

73 Ms A et Ms B, De la barbe, 1.

74 Notons que pour Barthélemy l’Anglais, ne pas avoir de barbe c’est manquer de chaleur et d’humeur, c’est le cas des eunuques, des malades, Le livre des propriétés..., p. 127-128.

75 Ms B, Des peuls chanus, 6.

76 Ms A, De la barbe, 1.

77 Ms A, Des peulz de barbe et des esselles, 4.

78 Ibid., 5, 6.

79 Ibid., 7.

80 Ms A, Des autres peulz du corps, 1, 5.

81 Ibid., 2 et 5.

82 Ibid., 2.

83 Ms B, Des autres peulz du corps, 4.

84 Ms A, Des autres peulz du corps, 2.

85 R Braunstein, « Approche de l’intimité xive-xve siècle », dans Histoire de la vie privée·. t. 2, De l’Europe féodale à la Renaissance, dir. P. Aries et G. Duby, Paris, 1985, p. 591.

86 M. C. Phan, J. L. Flandrin, « Les métamorphoses de la beauté féminine », dans l’Histoire, 68, p. 50.

87 Ms B, Des autres peuls du corps, 4.

88 A.J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. engin.

89 Ibid.

90 P. Brown, Le renoncement à la chair, virginité, célibat et continence dans le christianisme primitif, Paris, 1988, p. 500.

91 Ms A, Des autres peulz..., 4.

92 Veille à ce qu’elle (la femme) ne soit ni velue ni barbue/cette demi-démone, le Diable la secoue ! ; Juan Ruiz, Livre de..., p. 114.

93 Ms A, De la barbe, 4.

94 Ms A, Des juges et pois, 20.

95 Ms A, Des peuls chanus, 7.

96 Ibid., 8.

97 A.J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. detrier.

98 F. Garnier, Le langage..., p. 133.

99 C. Loubet, « Jeu de masques : les diables, les monstres et l’image de “soi” vers 1500 », dans Le corps masqué : les changements de l’apparence, Razo, 6, Nice, 1986, p. 25.

100 M. C. Pouchelle, Corps et chirurgie..., p. 154.

101 Ms A, Des oreilles, 2.

102 M. H. Prat, Les mots du corps..., p. 144.

103 Ms A, Des oreilles, 3.

104 Ibid., 4.

105 Ms B, Des oreilles, 4.

106 Ms A, Des oreilles, 1.

107 Mtt, 13, 3-8.

108 Ms A, De la voix, 2, 3.

109 Ibid, 1, 4.

110 Ms B, De la voix, 4.

111 Ms B, De jovves et temples, 5 et Ms P, De jovves et temples, 3.

112 Ms A, Des dens et de la langue, 7.

113 Ibid., 6.

114 Ms B, De jovves et temples, 6 et 7.

115 J. C. Payen, Littérature française, 1. Le Moyen Âge, Paris, 1984, p. 169-173.

116 Ms A, Des dens et de la langue, 6.

117 Ibid., 7.

118 Y. Carre, Le baiser sur la bouche au Moyen Age, rites, symboles, mentalités, xie-xve, Paris, 1992, p. 21.

119 Ms B, Des dens et de la langue, 1.

120 Ms A, Des communes dens, 3.

121 Ms A, Des dens et de la langue, 3.

122 Ms A, Des communes dens, 1.

123 J. C. Schmitt, « Les masques, le diable, les morts dans l’Occident médiéval », dans Le Corps masqué..., p. 99.

124 A. J. Greimas, Dictionnaire…, s.v. fermeté.

125 Ms A, Des dens et de la langue, 4 ; Des communes dens, 3.

126 Le ménagier de Paris, éd. G. Brerenton, J. M. Ferrier, Paris, 1994, p. 55.

127 Ms A et B, Des dens et de la langue, 1 ; Des communes dens, 2, 3.

128 Ms A, Des dens et de la langue, 2.

129 Ms A et B, Des dens et de la langue, 1 et 2.

130 Ibid., 1, 3 ; Des communes dens, 1, 3.

131 Ms A, Des communes dens, 1.

132 La foi conditionne la façon de percevoir l’Univers et les hommes. Un parallèle a toujours été établi entre « vision » et conception du monde. Voir H. M. Koelbing, « Anatomie de l’œil et perception visuelle de Vésale à Kepler », dans Le corps à la Renaissance..., p. 289.

133 Ms A, Des yeux, 1.

134 M. Pastoureau, « L’homme et le porc... », p. 246.

135 La cécité est « une matérialisation de la métaphore qui fait de la méconnaissance de Dieu un aveuglement », M. C. Pouchelle, « Représentation du corps... », p. 296.

136 Ms A, Des yeux, 2.

137 Dans l’iconographie, les yeux fermés signifient à la fois « le sommeil, la cécité ou la mort », F. Garnier, Le langage..., p. 135.

138 Ms A, Des yeux, 4.

139 Ibid., 3.

140 Mtt, 13, 15-16.

141 Sur la doctrine classique de l’usage spirituel de la vue et de l’ouïe, voir K. Rahner, « Le début d’une doctrine des cinq sens spirituels chez Origène », dans Revue d’ascétique et de mystique, XIII, 1932, p. 114-115 ; M. Olphe-Gaillard, « Les sens spirituels dans l’histoire de la spiritualité », dans Nos sens et Dieu (études carmélitaines, 33e année), s.l., 1954, p. 179-193.

142 Ms B, De frount, 2.

143 Ibid., 1.

144 Chroniques..., VII, p. 213. Traduction empruntée dans Splendeurs de la cour de Bourgogne, récits et chroniques, éd. D. Regnier-Bohler, Paris, 1995, p. 752

145 Pour le corps masculin, la force est un critère de beauté essentiel, R. Stella, « La représentation du corps dans l’œuvre de Dante », dans La représentation du corps dans la culture italienne, Aix-en-Provence, 1982, I, p. 12.

146 Ms A, Du col 2.

147 Ms A, Du col 5.

148 Ibid., 6.

149 Ms A et B, Du col 7.

150 Ms A, Du col 3.

151 Mtt, 11, 29.

152 Mi, 2, 3.

153 M. Pastoureau, « Du masque au totem : le cimier héraldique et la mythologie de la parenté à la fin du Moyen Âge », dans Le corps masqué..p. 39.

154 Ms A, Des espaules, 1.

155 Ms A et B, Des jointures des espaules ou du dos, 2.

156 Ms A, Des jointures des espaules ou du dos, 3.

157 Ms B, Des jointures des espaules ou du dos, 3 et Ms B, Des espaules, 2.

158 Ms B, Des jointures des espaules ou du dos, 3.

159 A. Carenini, « La symbolique manuelle », dans Histoire des mœurs..II, p. 78-79.

160 Ms A, Des espaules, 2 et Ms B, Des espaules, 2 et 5.

161 Ms A, Des espaules, 3 et 4.

162 Ibid., 5.

163 Ms A et B, Des bras, 1, 2, 4.

164 Ms A, Des bras, 6.

165 Ibid., 3.

166 Ibid., 5.

167 F. Dubost, Aspects fantastiques..., p. 677.

168 Ms A, Des mains et des dois, 1, 4.

169 Sur le symbolisme du pouce, voir A. Carenini, « La symbolique... », p. 80.

170 Prier au Moyen Âge, pratiques et expériences (ve-xve siècles), textes trad, et commentés par N. Beriou, J. Berlioz, J. Longere, Turnhout, 1991, p. 9-15 ; La prière au Moyen Âge, Senefiance 10, Aix-en-Provence, 1981.

171 Ms A, Des mains et des dois, 2.

172 J. Le Goff, Saint François d’Assise, Paris, 2000, p. 53.

173 N. Lemaître, « Les reliques de Rouergue », dans Le corps à la Renaissance..., p. 163-164.

174 Ms A, Des mains et des dois, 3.

175 N. Gonthier, Le châtiment du crime, Rennes, 1998, p. 142-143. J. M. Carbasse, Introduction historique du droit pénal Paris, 1990, p. 227.

176 Mtt, 21, 19.

177 Ms A, Des mains et des dois, 5.

178 Ibid., 6.

179 Ibid., 8.

180 Ibid., 7.

181 Ibid., 7, 9.

182 Ms A, Des ungles, 1.

183 Ibid, 2.

184 Ibid., 3.

185 A. Vauchez, « Beata stirps : sainteté et lignage en Occident aux xiiie et xive siècle », dans Famille et parenté dans l’Occident médiéval Rome, 1997, p. 398.

186 Ms A, Des ungles, 4

187 Ibid, 1.

188 Ms B, Des ungles, 4.

189 Ms A, De la poitrine, 1, 3.

190 A. Carenini, « La symbolique... », p. 77.

191 Ms P, De la poitrine, 2.

192 Ms A, De la poitrine, 4.

193 Ms P, De la poitrine, 4.

194 Ms A, Der mamelles, 2, 4.

195 Ibid., 3.

196 Ibid., 4.

197 Ms A, Du ventre, 1.

198 Ibid, 3.

199 Ibid., 6 ; Ms A, De toute la char de l’omme, 1, 2.

200 Ms A, Du ventre, 5.

201 Ms B, Du ventre, 7.

202 Ms A, Du ventre, 8.

203 Ibid, 2.

204 Ms B, Du ventre, 8.

205 Ms A, Des entrailles de dedenz le corps, 1.

206 Ms A et Ms B, Des vers, 2, 3.

207 MS B, De toute la char de l’omme, 3.

208 Ms A, Des cuisses et hanches, 1, 3.

209 Ms B, Des cuisses et hanches, 5.

210 Ms A, Des cuisses et hanches, 2, 3.

211 Ms B, Des cuisses et hanches, 5.

212 Ms A, Des cuisses et des hanches, 2.

213 Ms B, Des cuisses et hanches, 2 et 5.

214 Ms A, Des genolz, 1.

215 « Ce signe d’humilité et de soumission est inspiré par quatre finalités principales : [‘adoration, de Dieu ou du diable, la demande d’un bienfait, la pénitence et le respect dû à un supérieur », F. Garnier, Le langage de l’image.p. 113.

216 Ms A, Des genols, 2.

217 La légende dorée de Jacques de Voragine en donne de nombreux exemples.

218 Ms A, Des genolz, 3.

219 Ibid., 3 et 5.

220 Ibid., 5.

221 Ibid., 7.

222 Ms A et B, Des genolz, 6.

223 Ms P, Des genolz, 6.

224 A.J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. amender.

225 Ms B, Piés et jaumbes, 1.

226 A. Carenini, « La symbolique... », p. 76.

227 Ms B, Piés et jaumbes, 2.

228 Ms P, Piés et jaumbes, 1.

229 A. Carenini, « La symbolique... », p. 76.

230 Ms B, Piés et jaumbes, 5.

231 Ms P, Piés et jaumbes, 3.

232 M. C. Pouchelle, Corps et chirurgie..., p. 184.

233 Id., « Représentations du corps... », p. 300.

234 Ms A, Du membre secret de l’omme, 1.

235 Ibid., 2 et 8.

236 Ms B, Du membre secret de l’omme, 3.

237 Ms A, Du membre secret de l’omme, 2 et 8.

238 Ibid, 3.

239 Ms A et B, Du membre secret de l’omme, 5.

240 Ms A, Du membre secret de l’omme, 4.

241 Ms A et B, Du membre secret de l’omme, 9.

242 Pour Jean Paul Roux, l’instinct sexuel est un des moteurs qui poussa les hommes « vers la puissance, les honneurs ou l’argent », dans J. P. Roux, Le Sang..., p. 188.

243 Ms A, Du membre secret de l’omme, 6.

244 Ibid., 7.

245 Ms A et B, Du membre secret de l’omme, 10.

246 Ms B, Du membre secret de l’omme, 9.

247 Le mot testiculi évoque le mot témoin (testis) et « pour qu’il y ait témoignage il faut au moins être deux », D. Jacquart, C. Thomasset, Sexualité et savoir..., p. 25.

248 Ms A, Des tesmoings naturelz de l’omme, 3.

249 Ibid., 2.

250 Ms B, Des tesmoings naturelz de l’omme, 4.

251 Ms A, Des tesmoings naturelz de l’omme, 6.

252 Ms B, Des tesmoings naturelz de l’omme, 1, 2 et 6.

253 Ms A, Des tesmoings naturelz de l’omme, 1 et 4.

254 Ms B, Des tesmoings naturelz de l’omme, 5.

255 Ms A et B, Des tesmoings naturelz de l’omme, 1 et 2.

256 Ms A, Des tesmoings naturelz de l’omme, 4, 5.

257 Ms B, Des tesmoings naturelz de l’omme, 4.

258 Ms A, Des tesmoings naturelz de l’omme, 6.

259 Ms B, Des tesmoings naturels de l’omme, 5.

260 A. Carenini, « La symbolique... », p. 77.

261 Ms A et B, Du sanc et des plaies et roingne, 1, 8.

262 Ms A, Du sanc et des plaies et roingne, 2.

263 Sur l’idée de souillure associée au sang voir J. P. Roux, Le sang..., p. 38-40.

264 Ms A et B, Du sanc et des plaies et roingne, 3.

265 Ms A, Du sanc et des plaies et roingne, 7.

266 Ibid., 6.

267 Ibid, 3.

268 Manger tel ou tel organe d’un homme, boire son sang était une manière d’acquérir ses vertus, sa force, sa vie, son âme. Le sang était bu par les Huns, les Scythes. « Vieil héritage indoeuropéen », J. P. Roux, Le sang..., p. 208-209.

269 Ms A, Du sanc et des plaies et roingne, 4.

270 Ibid, 5.

271 Gn 9,4-5.

272 La connexion de l’âme et du sang est une idée qui se retrouve dans plusieurs civilisations. Voir J. P. Roux, Le sang..., p. 47-49.

273 M. C. Pouchelle, Corps et chirurgie..., p. 120.

274 F.O. Touati, Maladie et société..., p. 109-111.

275 Ms A, De urine, 1.

276 Ibid, 5.

277 Ibid, 2, 3.

278 Ms A, De urine, 4.

279 Ms B et P, De urine, 5/6.

280 Ms A, De la fiente et urine, 6.

281 Ibid, 7.

282 Ibid, 1.

283 Ibid, 3.

284 Ms A, Des communes dens, 3.

285 Ms A, Des yeux, 1.

286 Ms A, Des bras, 3.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search