Version classiqueVersion mobile

Les clefs des songes médiévales

 | 
Valérie Bach

Troisième partie. Représentation de l'être humain

Représentation de l’être humain

Texte intégral

1L’homme étant considéré au Moyen Âge comme le centre de la création, les définitions qui en sont données ne sauraient être laissées au hasard sous peine de voir s’écrouler l’édifice idéologique élaboré à grand renfort d’Au-delà et d’Ici-bas.

2À travers les discours de l’interprète quel portrait-type de l’homme est brossé, proposé à l’identification de soi ? Quelle place est accordée à cet autre apparaissant à travers les clefs des songes sous les traits de l’ennemi ?

3L’utilisation constante au Moyen Âge de l’image du corps comme symbole de l’ordre de l’Univers et de la société incite à chercher dans les thèmes corporels de la clef des songes une autre métaphore : celle de l’image de l’homme que l’interprète interpelle de son discours, de ses slogans. Comment les éléments corporels sont-ils ordonnés, interprétés et comment peuvent-ils servir la visée de l’idéologie ?

4Pour soutenir la place qui lui est affectée, comment l’homme est-il incité à percevoir la figure de l’ennemi ? L’analyse de la clef d’Achmet a mis en évidence l’omniprésence de celui-ci, quel portrait en est brossé ? En quoi est-il nécessaire et fatal que cette menace soit sans cesse brandie au-dessus de la tête du rêveur ?

© Presses universitaires de Strasbourg, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search