Version classiqueVersion mobile

Les clefs des songes médiévales

 | 
Valérie Bach

Deuxième partie. Le monde d'ici-bas

Chapitre 4. Fantasmagorie animale

Texte intégral

  • 1 Gn, 1, 20-25.

1Selon la tradition biblique, Dieu ne créa les animaux qu’aux cinquièmes et sixièmes jours. Il fit d’abord apparaître les animaux aquatiques et les oiseaux : Il les bénit en disant : fructifiez et multipliez-vous. Il créa ensuite bestiaux, reptiles, bêtes sauvages1.

  • 2 Gn, 1, 26-30
  • 3 Gn, 2, 18-20.

2C’est aussi en ce sixième jour qu’il fit l’homme lui ordonnant de même : fructifiez et multipliez-vous. Il ajouta : soumettez-la, ayez autorité sur les poissons de la mer et sur les oiseaux des deux, sur tout vivant qui remue sur la terre. Il leur donna à tous pour nourriture herbes et plantes2. Il demanda à l’homme de donner un nom aux animaux et chargea ceux-ci d’aider Adam3.

3Dieu ne considère donc pas les animaux avec mépris. Il les regarde avec bienveillance. Cependant, l’homme créé à son image est d’essence supérieure et doit exercer son autorité sur le règne animal. Mais il n’est pas dit dans la Bible que cette autorité doive mener jusqu’à l’écrasement.

  • 4 Gn, 3, 1-7.
  • 5 Gn, 3, 14-15.

4Néanmoins, le rôle tentateur dévolu au serpent le plus rusé de tous les animaux des champs4 jette une grande ombre sur le règne animal. Le serpent n’a-t-il pas été maudit de la sorte : sur ton ventre tu marcheras et tu mangeras de la poussière tous les jours de ta vie ! J’établirai une inimitié entre toi et la femme, entre ta race et sa race : celle-ci t’écrasera la tête et, toi, tu la viseras au talon5 ? Cette malédiction fera tache d’huile et à sa suite chaque animal sera frappé de suspicion voire d’opprobre.

  • 6 Isidore de Séville, Étymologies, livre XII, trad. J. Andre, Paris, 1986,1, 1-3, p. 36-38.
  • 7 Raban Maur, De Universo, VII, 8, P.L.CXI, col.199-200, cité par J. Voisenet, Le Bestiaire chrétien. (...)

5Dans ses Étymologies6, Isidore de Séville (vers 570-634) rappelle ce contexte biblique insistant sur la domination de l’homme sur les animaux. Deux siècles plus tard, Raban Maur (vers 776-856) écrivait : les animaux signifient les hommes bruts qui n’ont que des pensées terre-à-terre. S’il comparait les ruminants aux saints méditant les préceptes divins tous les autres animaux désignaient les pécheurs7.

6Dans tous les bestiaires du Haut Moyen Âge, comme dans ceux des xiie et xiiie siècles, un discours moral et théologique se soutient de la symbolique animale héritée du monde judéo-chrétien, de l’Antiquité païenne, des cultures celtes, germaniques et orientales tout en lui faisant subir les marques de l’époque. L’uniformité du discours des bestiaires se retrouve-t-elle dans les clefs des songes ? Quels animaux y sont évoqués ? Quelles caractéristiques ont pris valeur de symbole et de ces symboles quelle leçon est-il tiré ?

7En ce qui concerne la clef d’Achmet, les songes où interviennent des animaux n’apparaissent qu’à la fin du manuscrit. Cette dernière place paraît d’autant plus signifiante que les premiers chapitres sont consacrés aux thèmes religieux. Nature divine et nature animale sont ainsi proclamées aux antipodes l’une de l’autre. Cependant, par le jeu d’opposition des deux extrêmes de cette échelle de valeur, le triomphe de la première se soutient et s’alimente du rejet de la seconde qui en est d’autant plus dévaluée.

I. Chevaux prestigieux, mulet et âne

  • 8 M. Closson, « La femme et le cheval, du xiie au xive siècle », dans Le cheval dans le monde médiéva (...)
  • 9 D. Hue, « L’orgueil du cheval », dans Le cheval..., p. 259.
  • 10 A. M. Bautier, « Contribution à l’histoire du cheval au Moyen Âge », dans Bulletin philologique et (...)

8Le prestige des chevaux se révèle d’emblée dans la clef d’Achmet par le fait qu’ils sont évoqués les premiers, en trois chapitres : les chevaux ; les chevaux et jumens·, des couleurs des chevaux. Cette insistance est d’autant plus évidente qu’un seul chapitre est accordé à chacun des autres animaux. Le Moyen Âge a pu être considéré comme l’âge d’or du cheval : « les chansons de geste, les chroniques et les romans courtois résonnent des prouesses des chevaliers » sur leurs nobles montures8. Si cet animal cristallise ainsi l’imaginaire9, il occupe aussi une place essentielle dans la réalité : « chasse, voyage, transport, commerce, guerre, sont tributaires de la présence du cheval »10.

1. Le cheval de race, allure et couleur

  • 11 Ms B, Des chevaux, 2, 7. « Il semble qu’il ne soit de bon cheval que sarrasin, d’Espagne ou d’Arabi (...)
  • 12 Ms A, Des chevaux et jumens, 1, 5.
  • 13 Ibid., 9.

9La première caractéristique mentionnée est celle de la race, par le biais de la référence au pays d’origine de l’animal. Le cheval de Arabie ouvre et clôt le premier chapitre traitant des chevaux. Les deuxième et septième songes du manuscrit B l’évoquent également11. Il revient enfin au cours du second chapitre, qui débute par l’évocation d’un cheval egypcien12. Vers la fin du troisième chapitre, il est à nouveau fait allusion à une jument egypcienne13. Ce sont là les seules races précisées, ce qui leur octroie un statut privilégié.

  • 14 Ibid., 1, 2, 3 ; Ms A et B, Des chevaux, 2, 3.
  • 15 Palladius, Traité d’agriculture, IV, 13 2, éd.R. Martin, Paris, 1976.
  • 16 Isidore de Séville, Étymologies, livre XII..., 45, p. 70-71 : forma, pulchritude, meritum atque col (...)
  • 17 À propos du prix du cheval et de sa possession privilégiée par la classe dominante voir M. Closson,(...)

10Si la race est importante, c’est que d’elle dépendent les qualités du cheval, sa biauté, son alure, son volume, le fait qu’il soit bien pellu, ait longue queu, soit grant et gras14. Ces critères répondent à une longue tradition. D’après Isidore de Séville, reprenant lui-même les propos de Palladius15, quatre points sont à examiner chez le cheval de race : la forme, la beauté, les qualités et la couleur [...] le corps doit être vigoureux et solide [...] la crinière et la queue fournie [...] il doit être hardi, avoir les pattes pleines de feu, les membres frémissants16. Ce cheval de prix est l’apanage du roi, de la reine, des princes, des nobles. L’adjectif noble revient comme un leitmotiv pour qualifier tour à tour l’animal, le personnage symbolisé et le rêveur, scellant ainsi une alliance aux allures de prédestination17.

  • 18 Ms A, Des chevaux et jumens, 1 et Ms B, Des chevaux, 11.
  • 19 Ms A, Des charios, 3.

11À ce cheval de parade, associé à homme et femme de grant lignée et noble est opposé le cheval de commun, de people, celui qui appartient à l’homme de mendre et plus basse honneur18. Cet humble animal est préposé aux travaux et déplacements quotidiens, tandis que ceux qui traient le char royal symbolisent haulte office19.

  • 20 J. Ribard, Le Moyen Âge..., p. 55-56.
  • 21 Ms A, Des chevaux, 1 et 3 et Ms A, Des chevaux et jumens, 2.
  • 22 Ms A, Des charios, 7. Selon Herbordus Bambergensis, évêque du xiie siècle, « La force et la puissan (...)

12Les caractéristiques du cheval possédé témoignent aux yeux de tous de la classe sociale et des qualités de son propriétaire. S’il advient dans la littérature médiévale et plus précisément chez Chrétien de Troyes qu’un noble chevauche un roncin, c’est là un signe de déchéance sociale et morale20. Au noble sur son cheval prestigieux sont associés dignité et très grant renommée, serviteurs pour sa dominacion, hautesse21. Celui qui trône sur un char tiré par des chevaux aura joie et exaltacion en tout son peuple22.

  • 23 Ms A, Des chevaux, 3 et Ms A, Des couleurs des chevaux, 12.
  • 24 À propos de l’image du cheval et du cavalier comme être double, voir M. Jahns, Ross und Reiter in L (...)

13Les atteintes à l’intégrité de cet animal remarquable sont appréhendées et déplorées. Le cheval dont la queue est mutilée ou petite, celui qui cloche, qui est devier, ou defferé, présage tribulacion, souffreté, povreté et empeschement, domage23. La démarche du cheval doit être non seulement élégante, mais équilibrée, assurée, car elle symbolise le destin de celui qui le chevauche24. Le thème du fer perdu induisant la boiterie du cheval, ruinant les projets de son cavalier se trouve également chez Chrétien de Troyes : c’est pour cette raison que Gauvain doit renoncer à poursuivre la biche blanche derrière laquelle il s’élançait.

  • 25 Le thème de la castration sera repris dans le chapitre sur le corps et sur l’ennemi.
  • 26 Ce sont li songes, 69 et Des Somges, 46.

14La castration du cheval25, citée à deux reprises dans les songes Daniel, est interprétée chaque fois comme une perte de biens26. Puissance sexuelle et possessions matérielles sont déclarées conjointes, l'avoir symbolisant aussi bien la virilité que la richesse et le pouvoir liés au statut social. Cependant, celui qui les exhibe triomphalement et fait ainsi parade de sa supériorité, suscite convoitises, agressions et révoltes. Un revers de fortune est toujours à craindre et la toute-puissance s’avère aussi menacée et fragile qu’une statue aux pieds d’argile, ce que traduisent les songes de chevaux blecié, qui chieent, périssent, lugubres présages de dignité humiliée, de gloire perdue et de tribulacion en tous genres.

15Une place de choix est faite à la couleur, le troisième chapitre sur les chevaux lui étant entièrement consacré. Dans les songes Daniel, la couleur des chevaux est également prise en considération alors que leur race n’est pas précisée.

  • 27 Ms A, Des chevaux, 5.
  • 28 E Morenzoni, « Les animaux exemplaires dans les recueils de Distinctiones bibliques alphabétiques d (...)
  • 29 Les chevaux blancs ont toujours paru monture de princes, voir M. Closson, « La femme et le cheval.. (...)

16Dans la clef d’Achmet, un cheval à narines et pieds blancs promet que plus grant sera la puissance du seigneur27. Si le blanc n’est ici que détail dans une robe d’une autre couleur, il n’en n’est pas moins important et accentue la valeur du présage. Au Moyen Âge les balzanes sont connotées très positivement et symbolisent dans certains textes fidélité et courage28. Un cheval entièrement blanc vu en songe par le roi symbolise la reine. Le blanc est couleur royale29 et représente la noblesse, la grandeur, le pouvoir associé à la féminité la plus prestigieuse.

  • 30 Ms A, Des couleurs des chevaux, 2. Le cheval dont la robe n’est pas de couleur uniforme dévalorise (...)
  • 31 Ms B, Des couleurs des chevaux, 2.
  • 32 Ms A, Des couleurs des chevaux, 9.

17Cependant, dès le songe suivant, apparaît un cheval de couleur blanche et grise. Il évoque la royne ou aucune de ses damoiselles, et se le roy songe qu’il ait un tel cheval signifie diminucion de dignité30. Le manuscrit B apporte quelques précisions : chival techchelée de blaunk et de gris, amenuisance de foi signifie31. Par l’association au gris et à la tâche, la fragilité du blanc, sa propension à être aisément altéré est mise en évidence. Le symbolisme de la tâche est précisé dans ce même chapitre par le songe d’une jument egypcienne et sauvage et sanz tache interprété comme une femme riche, vierge et noble32. Absence de tache et virginité ont partie liée, de même que richesse et noblesse. Le blanc taché est synonyme de souillure sexuelle, de faute morale, incompatible avec l’idéal de pureté féminine. La dignité des Grands et l’intégrité féminine sont à tout instant susceptibles d’être affectées, leurs sorts semblent solidaires. Il est précisé que si la faute vient ternir l’éclat de la vertu, c’est qu’il y a eu diminution de foi. Lorsque la foi fléchit, lorsque le discours religieux est remis en question, féminité et noblesse perdent leur prestige, leur rayonnement. La religion est non seulement leur sauvegarde, mais plus encore ce qui les fonde et les transcende.

  • 33 Ms A, Des couleurs des chevaux, 3.

18Après les menaces évoquées par le cheval blanc et gris, surgit une réassurance par l’intermédiaire du cheval de couleur de roses que le roy a acoustumé de chevauchier33. Cette couleur lui présage que sa femme est en sa joie et plaisance, plaisance qui est à la fois plaisir et jouissance. Mais faire plaisir c’est aussi en quelque sorte dépendre du bon plaisir de quelqu’un, faire sa volonté. L’acte de chevaucher symbolise une relation sexuelle, celle qui est évoquée ici participe de l’ordre établi. L’union du roi et de la reine, du mari dominant sa femme, est source de bonheur et de vie, pour eux-mêmes, mais aussi pour tous ceux que menaçait le spectre de la tache évoquée peu avant.

  • 34 Ms A, Des chevaux, 6.
  • 35 Isidore De Séville, Étymologies... XII, 48, p. 70-71 : badius, aureus, roseus, mirteus, ceruinus, g (...)
  • 36 Ms B, Des chevaux, 2.
  • 37 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. sor.
  • 38 A. Planche, « De quelques couleurs... », p. 410.
  • 39 Des soinges et des esperimens des soinges, 49.
  • 40 Ce sont li songes, 68.
  • 41 Des soinges et des esperimens des soinges, 43.
  • 42 Cette couleur de robe est symbole de gloire et de joie, voir R. Colliot, « Les chevaux symboliques. (...)

19Chez le cheval de race, la couleur fauve est très prisée. Elle est mentionnée après le blanc, dès le premier chapitre avec le songe d’un cheval fauve de Arabie34. Isidore de Séville met la couleur fauve au premier rang et en décline toute la gamme : bai, doré, rouge clair, châtain, louvet, isabelle35. D’après le manuscrit B, elle se dit aussi sor36 et évoque le lustré, le brillant du pelage37 tout en rimant avec or et trésor38. Cette couleur de puissance et de lumière peut présager boin message39, alegretez40. Qu’il soit déclaré rous ou bais41, du cheval fauve émane le bonheur et la force vitale42.

  • 43 Dans le Roman de Fauvel, (éd. A. Langfors, Paris, 1914-1919), Gervais du Bus déclare que cet animal(...)
  • 44 Ms A, Des chevaux, 6.

20Cependant c’est une couleur aux connotations ambiguës43. Le prince qui se voit chevaucher en songe un cheval fauve de Arabie se fait ensuite chevaucher par lui. De ce fait, l’interprète lui annonce qu’il mourra en bataille avant le terme du mois. Il mourut, en effet, lors d’une bataille entre les Arabes44. Le cheval fauve de ce récit se montre d’abord docile, soumis, puis subitement inverse les rôles, asservissant son cavalier. La race du cheval et celle de l’ennemi sont identiques, la mort semble portée par le cheval fauve lui-même, ce qui lui confère une dimension des plus funestes.

  • 45 M. Pastoureau, « Les couleurs médiévales : systèmes de valeurs et modes de sensibilité », dans Id., (...)
  • 46 M. Pastoureau, « Bestiaire du Christ, bestiaire du Diable. Attributs animais et mise en scène du di (...)
  • 47 M. Pastoureau rappelle que le pelage roux du renard et de l’écureuil est le signe d’une nature dang (...)

21Le fauve est un roux-brun à la tonalité variable ainsi qu’en témoigne toute la gamme d’adjectifs servant à le définir. Il peut de ce fait aller du chatoiement du rouge et du jaune d’or au fauve le plus sombre, obscure menace de la victoire des Ténèbres45. Le cheval fauve est à la fois convoité et redouté, capable d’exalter l’homme comme de le menacer. Le roux a d’ailleurs la connotation péjorative d’hypocrisie, fausseté, mensonge, ruse46 et il n’est pas sans évoquer ce démon toujours prêt à tendre ses filets et à faire tomber l’homme dans ses pièges47. Le fait que la bataille mortelle du songe précité se passe entre Arabes, donc entre frères, traduit bien le risque de retournement imprévu du symbolisme inhérent à la couleur fauve, positif et négatif étant intrinsèquement liés.

  • 48 Ms A, Des chevaux et jumens, 9.

22Une allusion au cheval noir n’est faite que vers la fin du deuxième chapitre : se le cheval est noir, la femme sera riche promet l’interprète, reliant ainsi positivement couleur noire, féminité et richesse48.

  • 49 Ms A, Des couleurs des chevaux, 4.
  • 50 Voir le chapitre sur l’image de la femme.
  • 51 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s. v. nigre.
  • 52 Ms A, Des couleurs des chevaux, 8.
  • 53 M. Pastoureau, « Les couleurs médiévales... », p. 40.

23Cependant, le cheval royal noir nige signifie femme riche et hargnieuse49. Ce mauvais présage prend sa source dans les connotations négatives dont est affectée la femme dans l’imaginaire médiéval50 comme dans la négativité d’une couleur noire d’autant plus oppressante qu'elle est redoublée dans le texte de l’adjectif nige (nigre signifiant nègre, noir51 Il s’agit ici d’un noir dense, évocateur des ténèbres les plus profondes. De même une jument noire portant sujettes liées d’un costé et d’autre, entrant dans la maison du rêveur, lui annonce qu’il ara femme riche et au pié d’ycelle pluseurs de la maison mourront selon la multitude des saiettes52. Décliné au féminin, le noir évoque la richesse mais aussi, à deux reprises, une colère et une agressivité féminine pouvant aller de la dispute harcelante au massacre sans pitié. Sous les auspices de la femme, noir et mort sont étroitement conjugués. L’ambiguïté dont est marquée en ces présages la couleur noire est caractéristique selon Michel Pastoureau « des systèmes symboliques et des modes de sensibilité médiévaux »53.

  • 54 Ms A, Des couleurs des chevaux, 11.
  • 55 Les teinturiers savent enfin obtenir une couleur intense et lumineuse, voir M. Pastoureau, « Du ble (...)

24À la fin du troisième chapitre, sont évoqués, en succession rapide, le cheval blanc et le cheval noir : Cil qui songe qu’il siet sur un cheval blanc ou bleve signifie honneur ou leesce pour luy ; se le cheval est noir, bien pour luy tant seulement54. Si le blanc est présage d’honneur et de leesce comme attendu, le noir promet lui-même bien à venir. L’évocation du blanc appelle aussitôt celle du noir, mais l’opposition classique est ici harmonie. Le noir connaît d’ailleurs dès la première moitié du xive siècle, une formidable promotion dans les milieux princiers55.

  • 56 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. bloi.
  • 57 Cependant, le rouge se trouve, à mi-hauteur dans l’échelle de couleur apparue à partir du xiiie siè (...)

25Entre le blanc et le noir est introduit le bleve, ancienne forme du mot bleu, ne renvoyant pas à une teinte précise d’aujourd’hui. Il signifie souvent blond, pâle, bleu, verdâtre56. Son intermédiaire57 marque l’absence de rupture entre le blanc et le noir, une continuité, une interpénétration quasi-magique.

  • 58 Des soinges et des esperimens des soinges, 112. Waing signifie « ce que l’on gagne », F. Godefroy, (...)
  • 59 Des soinges et des esperimens des soinges, 113.
  • 60 Des somges, 45
  • 61 Les chevaux de la mort ou présages de mort abondent de l’Antiquité grecque au Moyen Âge. Ils parais (...)

26Ce jeu complexe d’oppositions et d’appariements mystérieux se retrouve dans les Songes Daniel. En effet, dans Des soinges et des esperimens des soinges, le cheval blanc apparaît le premier et signifie waing58 tandis que le cheval noir signifie mal59. Dans Des somges, le noir, seule couleur citée, présage un grand deuil60, le cheval noir est ainsi associé au mal et à la mort61.

  • 62 Ce sont li songes, 66-67.

27Par contre, dans Ce sont li songes, après le cheval blanc promesse de granz biens, surgit un cheval noir signifiant également joie62.

  • 63 Ms A et B, Des chevaux et jumens, 7.
  • 64 Ms A, Des chevaux et jumens, 7.

28Le caractère positif du noir s’explicite dans les songes où la symbolique des couleurs du cheval s’enrichit de celle des armes. En effet, selon l’interprète, la couleur du bouclier traduit les qualités du combattant : l’écu noir est déclaré sans ambages de bon augure car les taches ou ordures ne apperent pas légèrement sur celles couleurs, et évoque un prince grant et caut, de graunt corage63. Le blanc au contraire, parce que aisément touilliée, est déclaré de mauvais présage : le prince sera paoureux64.

  • 65 « Il n’y a pas de symbolique des couleurs envisagées hors du temps et de l’espace, mais seulement d (...)

29Le sens attaché au blanc et au noir est ainsi conditionné et dominé par les réseaux associatifs émanant du contexte65, ici un combat, et de ce qui fait son succès ou son échec, le courage ou la peur. Selon le cas l’honneur du chevalier sera rehaussé ou terni, comme le noir triomphe de la boue ou comme le blanc y succombe. Le spectre de la tâche, déjà évoqué, revient une seconde fois tant elle est redoutée.

  • 66 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. ord.
  • 67 M. Pastoureau, L’étoffe..., p. 40-41. Dans l’iconographie les démons sont souvent représentés tache (...)

30Au blanc s’associe cette fois une fragilité toujours menacée de saleté, d’ordure. L'ordée est souillure, impureté. Orden signifie aussi bien souiller que corrompre et déshonorer, et ordos évoque le diable66. Les taches matérielles deviennent taches morales et spirituelles, marques du démon. Pour la sensibilité médiévale, le tacheté comme la tache représente la déchéance, la mise au ban de l’ordre social, l’antichambre de la mort et de l’Enfer67. Au contraire, le noir déclaré inaltérable, incorruptible, peut apparaître de ce fait comme emblème de pureté, d’indestructibilité.

  • 68 Ms A, Des chevaux et jumens, 7.
  • 69 Cette association étroite entre le jaune et l’or surprend si l’on considère qu’au Moyen Âge l’or ét (...)
  • 70 Ms A et B, Des chevaux et jumens, 8.
  • 71 M. Pastoureau, Jésus chez le teinturier..., p. 147-148 et 152-154 et J. Huizinga, L’automne du Moye (...)

31Le rouge du bouclier évoque quant à lui liesse et joie68 tandis que la couleur jaune, or69 qui est aussi citrine, couleur citron, est associée à l’ingratitude, la malveillance, à un homme orguillous et de male volonté70. Prisée et sacrée à Rome, la couleur jaune est dévaluée au cours des siècles pour devenir dès le xiie siècle, la couleur de la fausseté et de la trahison71. Le pourpre est affecté aufilz ou au frere du roy, c’est donc couleur princière, sans autre précision.

  • 72 M. Pastoureau, « Les couleurs médiévales... », p. 43.

32Par le jeu d’associations multiples, le symbolisme de la couleur s’avère complexe, inattendu et d’autant plus fécond. Il advient cependant que sa signifiance complexe et mouvante se cristallise et se fige ainsi que le révèle le destin de la couleur noire devenue signe de deuil en Occident72.

  • 73 Ms A, Des chevaux, 3.
  • 74 Ibid., 5.
  • 75 Ms A, Des charios, 3.

33Des détails oniriques, vantant la beauté du cheval, expriment en même temps sa force. Si le cheval est grant et gras la domination sur autrui sera bien assise73, une bonne proporcion est garante de statut social élevé74. De gros chevaux tirant le char royal sur lequel le rêveur se voit assis, l’assurent d’espérances réalisées et de devenir prouchain du roy75.

  • 76 Ms B, Des couleurs des chevaux, 5.
  • 77 D. Hue, « L’orgueil du cheval... », p. 259.
  • 78 Ms A, Des chevaux, 10.
  • 79 Voir R.H. et A.M. Bautier, « Contribution à l’histoire du cheval au Moyen Âge, l’élevage du cheval  (...)
  • 80 Ms A, Des couleurs des chevaux, 11.
  • 81 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. fer.

34Le cheval est aussi cheval de guerre, ce qui rend sa force d’autant plus appréciable. D’elle dépendent l’endurance de l’animal, sa vitesse, la force de l’impact contre l’ennemi. Si les animaux symbolisent souvent dans les songes l’ennemi, le cheval est dans ces passages l’ami de l’homme : les amys le roi signefie76. Il est son allié contre celui qu’il importe de vaincre pour assurer sa sécurité et faire triompher son honneur. À son cheval, le chevalier doit aussi la victoire et il peut alors parader et prendre physiquement et socialement une hauteur nouvelle77. Le cavalier et sa monture constituent une force de frappe d’autant plus redoutable qu'elle est soigneusement entraînée. Dès lors, pour le roi, se voir armé et entouré de toute sa chevalerie en laquelle il se fie est signe de joie et de victoire78. Se fier, c’est se confier, avoir confiance en l’engagement juré du vassal envers son suzerain. Le cheval de bataille79, le cheval de fer prédit de la joie80. Si fer, du latin ferrum81, évoque le métal, le cliquetis des armes et du combat, l’armure protectrice, la ferté est fierté. Grâce à son fier cheval armé, le combattant vainct fièrement son ennemi.

  • 82 Ms A, Des chevaux, 2.
  • 83 Ms A, Des chevaux et jumens, 4.
  • 84 Ibid., 3.

35Mais fere signifie aussi sauvage, farouche. L’appréhension d’une force qui peut devenir redoutable et la nécessité de la maîtriser se disent dans divers songes. Dès la mention au premier chapitre du cheval d’Arabie, il est bien précisé que la monture obeist a lui et va comme il veult, cette obéissance promet dignité et très grand renommée selonc la proportion de la biauté du cheval et sa subjeccion82. L’action d’assujettir semble d’autant plus plaisante que l’animal est beau, ce qui laisse percevoir une certaine jouissance dans cette maîtrise qui ne se lasse pas d’agrémenter les songes : le rêveur maine son cheval83, le fait mouvoir a ses jaumbes à sa volonté84.

  • 85 Ibid., 11.
  • 86 Ms B, Des chevaux, 7.
  • 87 Léon Le Grand, Septième Sermon sur le Carême, 32, (XLV), 4, cité par J. Voisenet, Le bestiaire..., (...)
  • 88 Platon, Phèdre, 245-246..., t. II, p. 34.

36Cependant c’est le thème du triomphe de la raison sur la force brute de l’animal qui est mis en avant. Une lutte opiniâtre se joue entre le cavalier et un cheval retenu par le licou85, gardé enseelé et enfreyné86. Le Moyen Âge voit dans le cheval qu’il faut brider la nécessaire maîtrise de la chair encline au péché87. Platon comparait déjà l’âme à un attelage ailé tiré par deux chevaux, l’un docile, l’autre rétif88.

  • 89 Ms A, Des chevaux et jumens, 10 et 11.
  • 90 La relation étroite entre le cheval et le cavalier est marquée dans l’iconographie, voir C. Raynaud (...)
  • 91 Selon les médecins du Moyen Âge consommer le lait d’un animal ou de la mère équivaut à en acquérir (...)
  • 92 Dans le Lancelot en prose, le cheval signifie le peuple car le peuple doit porter le chevalier en t (...)

37Pour s’assurer encore plus fondamentalement les privilèges qu’il attend de cet asservissement, et tant sa convoitise est grande, le rêveur se voit boire lait de jument ou même manger char de cheval89. Ingérer l’animal apparaît comme un moyen radical de s’assimiler ses qualités90, sur le mode agressif, tandis que boire son lait est une méthode douce voire teintée d’affection91. Il est néanmoins bien précisé que les promesses de prospérité, honneur, renommée, gloire, avoir, concernent les nobles, tandis qu’au peuple sont décernées les joies tirées du travail. Les forces des uns et des autres ne doivent par converger vers les mêmes aspirations sous peine de se faire ombrage. Les humbles doivent servir les Grands92. Pour parader du haut de sa puissance, assurer les privilèges de sa condition et rehausser son prestige, pour la sécurité et la réussite de ses entreprises, il importe d’avoir de dociles serviteurs pour sa dominacion. Un parallèle est établi entre la sujétion de l’animal et celle du serviteur. Tous deux sont indifféremment soumis à la volonté d’un maître qui utilise leurs qualités pour de nombreuses gratifications, tant réelles qu’imaginaires.

  • 93 Ms A et B, Des chevaux et jumens, 4.
  • 94 Voir C. Ferlampin-Acher, « Le cheval dans Perceforest : réalisme, surnaturel et burlesque », dans L (...)
  • 95 Ms A, Des chevaux et jumens, 9.

38Mais s’il est répété qu’il est indispensable d’assurer la maîtrise de l’homme sur le cheval et les serviteurs, c’est que le scénario inverse est fortement appréhendé. En dépit d’efforts acharnés, le cheval peut demeurer sauvage, nu et sanz frean, sans harnoys ou bien il peut se faire qu’il ne obeisse au frean, que par le frein il ne peut estre daumtée93. Ce cheval rétif94 peut aller jusqu’à agresser l’homme qui se voit honteusement jeté bas malgré soy par la ingratitude du cheval qui sacheoit (tire vivement)95. Ce cheval fou donne coup de son pié, assaille ou mord celui auquel il refuse de se soumettre.

  • 96 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. noise.
  • 97 Ms A, Des couleurs des chevaux, 5.
  • 98 Artemidore, La clef des songes, éd. A. J. Festugiere, Paris, 1975.

39À travers ce thème de la subordination refusée, se dit la hantise de la révolte de tous les assujettis désignés tour à tour et comme indifféremment sous les catégories de l’animal, du serviteur ou de la femme puisque, dit l’interprète, le cheval qui s’insurge désigne une épouse qui cherche rhotte ou noise, querelle, tapage96. À la femme, cela va sans dire, est attribuée une place de choix dans ce rapport de force : et simplement et en une parole dire : tous les chevaux que le roy a acoustumé a chevauchier songiez ou veus en songes, se raportent aus femmes97. Artémidore lui aussi s’écriait dans un « bel » élan viril : Monter un cheval de selle qui obéit bien à la bride et au cavalier lui-même, c’est également bon pour tous, car le cheval est dans le même rapport avec vous qu’est une femme et une maîtresse.98

  • 99 Ms A, Des chevaux, 7.
  • 100 Ibid., 9.

40Dans la clef d’Achmet, sexualité licite et illicite s’affrontent ainsi que les plaisirs ou les ennuis qui peuvent en découler. Un cheval bien appareillie (bien disposé, bien équipé) promet belle femme, puissance et joie avec femme estrange99, mais il convient de garder à l’esprit que faire fornicacion avec une femme100 sans autorisation de son maître (le roi en l’occurrence) entraîne un châtiment bien mérité. L’autorisation ou le refus de la femme, quant à eux, ne sont pas envisagés.

  • 101 Ms A, Des chevaux et jumens, 1, 9 et 10.
  • 102 E. Jones, Le cauchemar : rêves et cauchemars. Incubes et succubes. Le vampire. Le loupgarou. Le dia (...)

41Une distinction est établie entre femme de grant lignée et noble, épouse vénérable et femme de mendre et plus basse honneur, représentées respectivement, comme il se doit, par un cheval noble ou du commun, popule101. Il est plus gratifiant socialement de chevaucher une femme de haut rang, car bien au-delà du plaisir sexuel, elle apportera gloire et leesse. Quant à celle qui entraîne l’homme à de honteuses fornications, celle qui résiste à sa volonté, celle qui s’insurge et le querelle, il convient de la mater comme le cheval rebelle, puisque de l’issue de la bataille dépend la supériorité de l’homme, assimilée au triomphe de la sagesse sur l’instinct capricieux, irréfléchi. Cette relation entre la femme et le cheval se retrouve dans la littérature et dans le folklore, elle y suscite parfois de profondes angoisses102.

  • 103 L’animal figure le refus à l’ordre culturel des sociétés humaines, l’absence de lois morales propre (...)

42L’alternance dans les songes entre le cheval obéissant et celui qui se dérobe, se cabre, mord, révèle un enjeu dont la domination du cheval, du serviteur et de la femme par l’homme ne sont que métaphores. Il nous est dit dans ces récits que l’homme doit s’évertuer à se comporter en Maître, parce que le triomphe de l’humanité contre l’animalité103 n’est jamais assuré. Ainsi se justifie et s’autorise la dialectique Maître Esclave, nourrie de la peur et du refus de ce que recèlent d’irréductible non seulement la nature animale, mais bien au-delà, les tréfonds de la nature humaine.

43Dans ces interprétations le « sauvage » et le « nu » des pulsions risquent de renverser le barrage de la socialisation, d’autant plus qu’elle se fait oppressive. Il arrive que l’être humain refuse de se laisser discipliner, plier sous le joug d’une force qui se veut raison, morale ou religion, sans considération de sa parole personnelle.

44L’exécution docile du devoir peut faire place à un élan irrépressible, à une force qui ne veut plus se laisser endiguer.

  • 104 Le Moyen Âge réprime sévèrement tout comportement susceptible d’entretenir la confusion entre l’hom (...)
  • 105 Ms A, Des chevaux, 4.

45Mais le discours de la clef des songes sanctionne cette révolte en l’assimilant à une bestialité coupable de remettre en cause la distinction homme-animal et en rappelant la « chute » remontant à ce temps lointain décrite par la Bible104. C’est au péché originel, en dernière instance, qu’est assimilé ce jeu de corde raide, illustré par le cheval tantôt docile, tantôt ruant et mordant, cette angoissante bascule entre socialisation et aliénation, asocialité, marginalité et délinquance : il sera procureur de grans crimes et moult sera triboulé celui qui se rebelle105.

  • 106 Job 39, 19-25.

46Maints passages de la Bible révèlent l’ambivalence du symbolisme du cheval. Il a été créé par Dieu et paré par lui de toutes ces vertus qui le font exceller au combat. Sa bravoure, sa force, sa rapidité le transforment en véritable foudre de guerre, propre à semer la terreur dans les rangs ennemis106. Cependant dans l’Apocalypse, le cheval apparaît comme l’instrument d’une punition divine susceptible de s’étendre sur la terre entière.

2. Mulet suspect et âne docile

  • 107 Ms B, Des couleurs des chevaux, 14.
  • 108 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. destorber.
  • 109 Ibid., s.v. povre.
  • 110 Ms B, Des couleurs des chevaux, 15.
  • 111 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. gesir.

47Un verdict sans appel, ni distinction est prononcé à l’encontre du mulet, présent uniquement dans le manuscrit B : Touz mulz et toutes mules signfient destourber107, c’est-à-dire empêchement, ennui, attaque, trouble d’esprit, perturbation108. Le ton est donné d’emblée, les interprétations suivantes ne font qu’illustrer et marteler cette définition qui est aussi message et leçon. Entrer dans sa maison sur un mulet évoque tension, perte, peur. Chevaucher un mulet annonce un pèlerinage avec douleur et angoisse, povere femme et de mal noun, de mauvaise renommée. La poverte109 c’est aussi le malheur, la tristesse, des dommages, et ce terme désigne une chose digne de mépris. Les différents sens sont immanquablement associés à l’image de la femme pauvre, transformant celui qui la fréquente en pauvre homme. Le mal avancé revient dans l’interprétation suivante, le grant homme qui fait ce type de songe se fait prédire qu’avec male femme gerra et anguisse avera110. Gerra vient de gesir, coucher avec111. Chevaucher un mulet symbolise une relation sexuelle comme pour le cheval, mais celle-ci est dans tous les cas mal venue.

  • 112 Ms B, Des couleurs des chevaux, 16.

48La forte teneur négative du symbolisme du mulet se révèle dans l’assurance que le perdre en songe est fort bien venu et promet la délivrance des angoisses et ennuis. Être féru, c’est-à-dire frappé, blessé par lui annonce une angoisse qui sera rapidement écartée112. Mieux vaut être en mauvais terme avec le mulet et l’éviter que de le considérer avec quelque intérêt.

49Pourquoi cette vindicte ? Qu’est-ce qui est ainsi conjuré opiniâtrement ? Quel est le sens de cette angoisse resurgissant d’une interprétation à l’autre ? La clef de ces questions semble résider dans l’origine du mulet : il est le fruit d’un croisement entre le noble cheval et une ânesse. Il symbolise de ce fait une relation coupable, le grand et noble seigneur se fourvoyant avec la pauvre et mauvaise femme au risque d’engendrer une descendance bâtarde et sans nul doute tout aussi male que la mère. Le mulet représente les dangers moraux, sociaux fantasmés comme effets incontournables du mélange des classes et des races. C’est pourquoi celui qui s’y hasarde est menacé de maints ennuis, traité de perturbateur et qu’est manipulée l’angoisse comme menace dissuasive.

  • 113 Platon, Phédon, 81-82, t. I, p. 802.
  • 114 Ms A, Des asnes selon Daniel, 1.

50Quel est le sort réservé à l’âne, après cette mise au pilori du mulet ? Selon Platon ceux dont la gloutonnerie, la démesure, la passion de boire ont été la pratique ordinaire, et qui ne s’en sont pas défendus, c’est vraisemblablement dans des formes d’ânes et d’autres pareilles bêtes, que vont plonger leurs âmes113. Dans le manuscrit A, un seul songe lui est accordé : cil qui songe qu’il voit asnes crier et fort courir signifie aucunes noises qu’il ara de ses ennemis114. Le braiment de l’âne et sa course suscitent de l’angoisse et font surgir la figure de l’ennemi. Telle est la leçon de ce songe unique.

51En total contraste avec cette pénurie de songes, une liste de treize interprétations apparaît dans le manuscrit B. Il s’y observe un jeu d’alternance entre songes de bon et de mauvais augure, marquant l’ambivalence avec laquelle l’âne, tout comme le cheval, est perçu. Les quatre premières interprétations sont positives. Être assis sur un âne ou une ânesse, en acheter ou en recevoir un, conduire en sa maison un âne qui suit docilement son maître, est toujours de bon augure. La promesse de bien à venir est répétée quatre fois.

52L’image d’un âne domestiqué, allant où l’homme le mène s’offre comme un contraste rassurant avec la figure du mulet interprétée négativement dans des songes au caractère pourtant similaire. Comment mieux dire que le mulet est honni et condamnable, de toute manière, quel que soit son comportement et les circonstances, du simple fait des caractéristiques de sa naissance ? Il est génétiquement mauvais et à écarter de sa route. L’âne, en revanche, n’est pas issu d’un croisement de races, il est perçu comme génétiquement « pur », c’est pourquoi, dès le premier songe, être assis sur une ânesse promet bone aventure avec femme. Le spectre de la déchéance avec une pauvresse, une mauvaise femme, est conjuré. Pour celui qui sait choisir l’objet de ses pulsions sexuelles, il en est qui sont heureuses.

  • 115 Ms B, Des asnes selon Daniel, 1.

53Au-delà des relations avec les femmes, s’offre à celui qui choisit une compagnie virile (celle d’un âne au lieu d’une ânesse) la perspective d’être bien aventuros115. La distinction de sexe de l’animal chevauché marque une différence de destin. Dans le premier cas, l’ânesse, le choix s’oriente vers la relation sexuelle avec les femmes, tandis que le second cas évoque des chevauchées viriles. Cependant la reprise du même terme « aventure » dans les deux pronostics, suggère un rapprochement entre les deux. De l’un à l’autre, le sens glisse et s’infléchit. Est-il ici question d’une érotisation des relations masculines ?

  • 116 Ibid., 2.

54Ce que l’homme attend de ces aventures est précisé par les couleurs de l’animal : l’âne noir est connoté positivement comme promesse d’or. L’âne blanc promet au rêveur que bien par femme avera et par fitz116. Le noir et le blanc ne s’opposent pas mais sont tous deux symboles de richesse. Cependant le blanc est, comme dans le cas du cheval, rapporté à la femme et, en outre, au fils. Il évoque l’union légitime et une descendance de valeur. Le fils est un « bien » que l’épouse apporte tout comme il participe au « bien » de son père.

  • 117 Ibid., 3.
  • 118 Ibid., 4.

55L’âne est symbole de richesse, d’habundaunce de bien reliée à la grace de Dieu117. Il prend ainsi un caractère sacré qui évoque l’âne de l’Évangile, portant Jésus et Marie et l’âne sur lequel le Christ est entré dans Jérusalem. La richesse est elle aussi sacrée, don de Dieu à celui qu’il distingue. Toutes ces interprétations positives aboutissent à la promesse de deliveraunce de poour118. La fonction de l’âne semble ainsi résider en cela, vaincre la peur. Peur de tout ce que symbolisait le mulet.

  • 119 Ibid, 6.

56Cependant ce rôle conjuratoire n’est pas sans défaillances. Surgissent en effet les figures de l’âne mort, savage. L’euphorisante évocation d’un animal complaisant, serviable et bon, cède la place à la résurgence d’une hantise familière, la non-maîtrise de l’animal par l’homme. Dans ce cas, les espoirs s’effondrent, la richesse cède le pas à cette poverté tant redoutée et la mort est au bout, parfois si hastive qu’elle fauche même le seignour119.

  • 120 Ibid., 6, 9, 10.

57Le terme mort va être répété six fois par la suite. C’est sans doute contre la peur de cette mort, au centre de toutes les autres peurs, que l’homme essaie de se prémunir et d’afficher sa force et son pouvoir. Pauvreté et mort sont trois fois liées dans les songes et leurs interprétations120, comme si la seconde était la conséquence obligatoire de la première et peut-être lui était réservée, ce qui mettrait ainsi, au niveau imaginaire, les riches à l’abri.

  • 121 Ibid., 7.
  • 122 Dans les bestiaires l’âne sauvage symbolise le diable, F. Mc. Culloch, Medieval latin and french Be (...)
  • 123 Ms B, Des asnes selon Daniel, 8.

58Le thème de la mort est également lié à celui de la rupture de liens et de la sauvagerie. Boire du lait d’âne sauvage promet à la fois enhancement et langour121, promesses où grandeur et affaiblissement semblent s’opposer mais leur entrelacement laisse percevoir que tout pouvoir est fragile et qu’au bout du chemin, l’anéantissement est au rendez-vous. Le sauvage est une fois de plus appréhendé122 et cependant quelque peu convoité puisque l’homme s’en nourrit. Néanmoins ce penchant n’est guère avouable, il convient de le renier et de s’en prémunir aussitôt par l’évocation d’un âne trait par corde qui volenters sivvist. La bone aventure123 sera alors de nouveau à l’horizon, la maîtrise du maître étant si grande que la traction imposée par la corde devient suivi de plein gré, une seule volonté demeurant, celle du plus fort, un seul thème prévalant, celui de l’obéissance librement consentie.

  • 124 Ibid., 11.
  • 125 Ibid, 12

59C’est alors que le Maître peut tout utiliser de son âne, ses services, sa fiente et sa peau. La fiente symbolise l'or trouvé saunz travail·124. Cette interprétation rappelle que le fumier enrichit la terre, assure de belles récoltes, procure de grands biens au maître. Trouver la peau d’un âne promet bon heir125, à condition qu’il soit connu. Le rejet de l’étranger s’apparente à la peur de tout ce qui échappe à la maîtrise, de tout ce qui ne se soumet pas aux modèles imposés. La peau bénéfique, celle dont il convient de se couvrir, comme Peau d’Âne le faisait pour échapper à l’inceste, est celle de la soumission et de la conformité aux règles.

  • 126 R. Harrisson, Forêts : essai sur l'imaginaire occidental Paris, 1992, p. 109.

60Par son obéissance, l’âne évite d’être totalement dévoré. C’est de la chair d’âne sauvage que se nourrit le rêveur ce qui lui promet richesse et graunt travail. Le sauvage ingéré ne fait plus peur. Dévorer du sauvage, c’est à la fois le détruire et le faire sien, ce qui souligne à nouveau une attirance masquée pour ce sauvage tant honni. S’assimiler le sauvage, c’est aussi devenir sauvage soi-même ou plutôt réaliser une subtile alchimie entre civilisation et nature. Les plus célèbres chevaliers des romans médiévaux errent régulièrement à travers des lieux sauvages, de vastes forêts en une quête dont la chasse à l’animal sauvage semble parfois la métaphore. S’ils paraissent ainsi éprouver leur bravoure « contre les forces hostiles qui menacent de pervertir l’ordre social »126 est-ce là le seul élan qui les pousse ? Merlin ne quitte-t-il pas régulièrement la société des hommes pour vivre au fond des bois ? N’est-ce pas là un rituel de régénérescence ?

  • 127 Ms B, Des asnes selon Daniel 14.

61Comme pour toute plongée en des profondeurs obscures, le risque d’égarement n’est cependant jamais écarté. Une telle perspective ne peut qu’être intolérable pour notre docte interprète des songes et la liste des interprétations se termine sur la référence abrupte à une couve d’âne tranchée, présage de perte de dignité et amenusement de son avoir127. Est-ce là une menace de castration ou la projection sur l’animal sauvage de sa propre angoisse ? Quoiqu’il en soit à l’image de pulsions débridées, aux menaces qui pèsent sur la socialisation et sur la société, la castration vient faire écho. L’individu ancré dans un ordre par trop rigoureux n’est-il pas lui aussi châtré de toute la richesse de son être ? Peut-être est-ce la nostalgie des forces refoulées qui soutient la fascination ambiguë pour le sauvage si présente au Moyen Âge.

  • 128 Pierre de Beauvais, Bestiaire, dans Bestiaires du Moyen Âge, éd. G. Bianciotto, Paris, 1980, p. 43.

62Cependant Pierre de Beauvais condamne sans appel l’âne sauvage qui brait lorsque les jours et les nuits deviennent d’égale longueur à l’exemple, dit-il, du Diable ne supportant pas la victoire de la Lumière sur les Ténèbres128.

II. Bêtes à cornes

1. Bœuf laborieux

  • 129 Ms A, Des charios, 3.

63Lorsqu’il s’agit du bœuf, la clef d’Achmet redevient prolixe. Quinze songes traitent de cet animal dans le manuscrit A. Si certains songes demeurent le fait de l’anonyme cil qui songe ou de qi voit comme cela était exclusivement le cas pour l’âne et le mulet, le roi très présent dans les chapitres sur les chevaux, revient sur le devant de la scène onirique. Le premier songe souligne l’utilité des bœufs dans les travaux agricoles. Ils tirent la charrue des jardins ou des champs, seul ou par couple. Leur force physique, domestiquée, associe des labeurs propices à de riches récoltes et épargne de la fatigue à l’homme. Ils peuvent aussi tirer les chars, mais ils vont cheminant tardivement et lentement129 comparés aux chevaux.

  • 130 Ms A, Des buefs, 1.
  • 131 Ms A, Des charios, 3.

64Amener le bœuf dans sa maison, le lier promet grant bien, seigneurie et puissance. La force de l’animal devient force sociale pour son propriétaire. Cette force prend appui sur les possessions et les titres, mais aussi sur la domination d’autrui. Le bœuf mis sous le joug symbolise hommes en sa subjeccion130. Du fait de cet asservissement, la fin de toutes tribulacions est promise, comme si triompher d’autrui permettait de conjurer le mauvais sort. Dans le même ordre d’idées, le char tiré par buefz présage seigneurie dessur grans hommes131.

65Le lien qui attache l’animal apparaît à nouveau comme le symbole d’un pouvoir qui ne peut se soutenir qu’à condition de lier autrui, de le réduire à une obéissance servile. Celui qui envoie l’autre ou il veult, le fait se mouvoir et se comporter selon la volonté qui lui est imposée. Si le peuple est réduit à l’état d’automate ignorant les ficelles qui l’animent, il est bon aussi de réduire en subjeccion de grans seigneurs afin de rehausser d’autant son prestige.

  • 132 Ms A, Des buefs, 1.

66Mais l’interprète des songes précise pour éviter tout malentendu, que tele vision veoir est defficile si ce n'est au prince ou a aucun qui doie estre essaucié132. Certains types de songes, ceux que font naître les désirs de pouvoir, sont réservés aux Maîtres et sont inconcevables pour les autres. L’imaginaire et ces effets ne sauraient divaguer avec insolence, la hiérarchie sociale en demeure le critère et le gardien vigilant, toute échappatoire même au plus profond de la nuit et au plus intime des rêves est interdit.

  • 133 Ibid., 2.

67Se séparer de ses bœufs est interprété différemment selon qu’ils sont vendus ou donnés. Les échanger contre de l’argent annonce privation de puissance et tribulacions133 tandis que si le roi les donne à quelqu’un de sa connaissance, cela annonce qu’il le promevra et le fera prince. Le don est geste noble qui émane de la puissance de celui qui est en position de le faire et l’affiche aux yeux de tous. Il est mise en circulation d’une force qui promeut celui qui la reçoit, auréole celui qui la partage et par quelque obscure magie en rehausse d’autant son image et son pouvoir. En outre, celui qui achète est libre de toute dette, tandis que celui qui semble bénéficier de la gratuité du don n’en est que plus profondément enchaîné.

  • 134 Ibid., 3.

68Par ailleurs, le don n’est geste libre qu’en apparence. Il ne saurait se faire n’importe comment. La circulation qu’il instaure doit se faire selon des réseaux codifiés, le connu et l’inconnu en représentant une des clefs. En effet, si le roi ne cognoist celui auquel il fait don de sa force, alors, de ses amis il ara tribulacion en ses hommes134. L’opposition du connu et de l’inconnu fait à nouveau le partage entre le Bien et ce Mal d’autant plus redoutable que de l’inconnu surgit l’ami devenu ennemi, frappant au coeur même de l’individu. Il est représenté par ses hommes, ceux qui lui appartiennent, à qui, en principe, il peut faire toute confiance. L’inconnu se met à envahir le connu, le gangrener, à bouleverser rôles et structures relationnelles, valeurs et attitudes.

69La thématique du lien revient dans le quatrième songe. Se voir apporter des buefs sauvages et allophiles loiez annonce au roi qu’il recevra princes a grant joie. Il ne s’agit plus ici du bœuf domestique mais de celui dont la force sauvage et étrange fait peur et cependant fascine. Le lien signe l’asservissement de cette puissance, il est une frontière marquant le passage d’un état à un autre, celui de la liberté à la soumission, de la sauvagerie à la discipline. Par la vertu de ce passage il est aussi ce qui unit, ici les princes au roi. Il est symbole d’alliance masquant les différences de position et de pouvoir. Par les vertus de ce signe, le roi accorde son hospitalité et témoigne sa joie à ceux qui viennent à lui. Il les reçoit, ce qui va bien au-delà de la table et du gîte, et suggère des appartenances, des dons de soi, des accords et des remerciements, décrispe les situations, ouvre les cœurs en une communion dont le repas partagé est un rite et un moyen parmi tant d’autres.

70Les vertus du lien sont renforcées par la manipulation des images, des situations inverses : les bœufs desloiez et separez annoncent au roi dominacion de grans gens de vilages. Lorsque le lien n’opère pas il n’y a plus continuité mais ruptures en tous genres, oppositions lourdes de menaces. C’est alors que disparaissent convivialité et réjouissances pour faire place à ce qu’elles masquaient de leur enduit sirupeux. La dominacion se donne libre cours, affiche son visage de violence et d’exaspération. Celui qui ne se laisse pas lier sera écrasé. Ce sort est dévolu aux grans gens de vilages, ceux qui font l’intermédiaire entre les princes alliés et le peuple toujours suspect de rébellion. Ils sont à la fois semblables et différents et de ce fait leur force est redoutable car elle est susceptible à tout instant de basculer d’un côté à l’autre, de déserter le camp des « grands » pour se servir de celui des « petits » dans son intérêt propre. Celui qui est à la limite de deux camps est dangereux parce qu’insaisissable. La dominacion se justifie et s’autorise alors comme moyen de sauvegarde.

71Mais que les princes alliés et soumis devenus buefs de labeur ne s’illusionnent pas, ils sont eux aussi à la merci de celui qui les a reçus. Il est en son pouvoir de commander a occire ceux qui auraient la mauvaise idée de le décevoir. Il peut arriver à tout instant que aucuns de ses princes periront par son ordenance. Commander, ordonner, occire, faire peur semblent synonymes. La menace est répétée de manière quadruple et sous son irruption réitérée se dévoile la violence masquée par la joie antérieure. Du sourire à la grimace féroce il n’y a pas loin. Comme il n’y avait pas loin dans le texte, de l’image des princes liés à celle de la séparation.

  • 135 Ms A, Des buefi, 4.
  • 136 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. redonder.
  • 137 Ibid., s.v. estrange.

72Les buefs [...] sauvages n’échappent pas au massacre, simplement le péril redondera sur les forains et estranges135. Redonder signifie affluer, regorger. La redondacion est l’action de retomber sur, le contrecoup136. Le forain est celui de l’extérieur, l’étranger. L'estrange est bien sûr l’étranger mais aussi celui qui appartient à un autre, l’inhospitalier. Estrangier, c’est repousser, expulser, changer et travestir, vendre, enfin estrangement marque l’aliénation137. Les termes se répètent mais s’éclairent aussi de sens différents. La colère du roi s’exerce de toutes parts, elle semble inextinguible, traquant aussi bien ceux qui transgressent les pactes que ceux qui ne les ont jamais acceptés. Cette colère devient justice en assimilant celui qui devient étranger ou celui qui l’a toujours été, à l’aliéné, au fou. Ils ont en commun des comportements aberrants et de ce fait sont déclarés menaçants et durement sanctionnables.

  • 138 Ibid., s.v. meschever.
  • 139 Ms A, Des buefi, 6.

73Cette répression est explicitée par les songes suivants qui affichent l’image d’un bœuf dangereux, par lequel le rêveur est feru de corne ou du pié. Par cette opération s’avoue la crainte d’une révolte née de l’oppression et s’affiche la dénégation d’une violence personnelle. Le coup de corne reçu est interprété différemment selon le statut du rêveur. S’il est roi, ce songe lui prédit qu’il bataillera encontre son semblable et sera blécié selonc la persecucion de la corne. S’il est du peuple il ara meschief de par le prince, c’est-à-dire infortune, dommage138. Pour celui qui est feru du pié [...] le meschief sera mendre139.

  • 140 Ibid., 9.

74Une distinction est établie entre le roi, blessé par un autre roi au cours d’une bataille dans des circonstances régies par des règles, et l’homme du peuple, sur lequel s’exerce une violence non nettement définie et d’autant plus redoutable. Cette distinction se retrouve entre la corne et le pied du bœuf. Les blessures faites par la première sont déclarées plus redoutables que celles effectuées par le second. Si la perforation par une corne acérée est dangereuse, le coup de pied peut opérer autant de dégâts. En fait, la distinction s’appuie sur la différence de statut attribué à l’une et à l’autre : les bœufs signifient les princes pour les cornes140 tandis qu’au pied est attaché la disqualification que relèvent des expressions telles que estre mis entre piés, être méprisé, metre a pié, réduire en une situation fâcheuse. Les blessures infligées par ceux qui sont à la tête du royaume sont plus à craindre que celles provoquées par la piétaille.

75Selon une mystérieuse alchimie, de l’alliance avec la corne de l’animal, de sa force transformée en cor et du souffle de l’homme naît un son qui est à la fois proclamation de puissance et force destructrice telle celle qui fit s’écrouler les murailles de Jéricho. Le symbolisme du souffle de l’homme dans la forme évidée de la corne évoque aussi l’acte de procréation, source d’une vie dont les vibrations sont la quintessence. Vie et mort sont liées et reposent entre les mains de celui dont la tête couronnée est métaphorisée par la tête surmontée de cornes de l’animal.

  • 141 Ibid., 4 et 8.

76La corne est forme ambiguë. De l’extérieur, elle évoque l’organe mâle et son pouvoir pénétrant, de l’intérieur, elle fait penser au réceptacle femelle. Par la vertu de ces associations, à l’image du bœuf privé de sa puissance sexuelle peut se superposer celle d’un taureau sublimé dont le pouvoir procréateur n’est plus triviale copulation mais force épurée, transformée, dont l’hermaphrodisme rend inutile l’acte sexuel et permet l’abstinence chère aux clercs et vécue comme source de force spirituelle et mystique. Le glissement du bœuf domestiqué au bœuf sauvage ou devenu sauvage, est évoqué à trois reprises dans la clef des songes141 et derrière cette « sauvagerie » se profile l’image du taureau mais aussi le risque de voir mises en danger les sublimations opérées. La métamorphose est fragile et le sauvage, une fois de plus, est là pour représenter le péril à fuir et à vaincre.

  • 142 Ibid., 8.

77Le sauvage et l’étranger sont extérieurs aux réseaux balisés du tissu social. Ils n’y ont jamais souscrit et possèdent dès lors un caractère d’imprévisibilité. Sont alors ouvertes les vannes d’un Ailleurs et d’un Autrement prêts à s’engouffrer comme un raz-de-marée dans le monde connu, emportant les digues laborieusement édifiées, ne laissant après lui que ruine, chaos. L’étranger et le sauvage, c’est un ailleurs dont les confins touchent à l’Autre Monde, à l’Enfer. La soumission aux Grands de ce monde devient conjuration de cette apocalypse. C’est elle qui assure la dominacion sur son buef au lieu qu’il ne domine. Être dominé par son bœuf, c’est aussi subir la subjeccion du prevost, tout comme le dominer promet au rêveur qu’il estera cette tyrannie142.

78Ces images évoquent le jeu entremêlé du pouvoir, et des luttes de l’homme contre l’animal, le combat de la raison contre les instincts. Ces derniers deviennent tyrannie animale tandis que la raison est placée du côté de la liberté et de l’humanité. Il importe donc que la force individuelle qui tend à nourrir les songes et à s’y déployer, accepte de se soumettre et de se démettre entre des mains compétentes. Que cette force raptée demeure alors méconnue et pervertie n’inquiète guère ceux qui s’en nourrissent.

  • 143 Ibid., 9.
  • 144 Ibid., 10.
  • 145 Ibid., 9.

79Le thème des vaches grasses ou maigres, des buefs gras ou maigres apparaît alors à point nommé dans la clef des songes pour en accentuer le discours. Les bœufs gras signifient les princes begnignes et debonnaires et les maigres princes malveillans et injustes143. Présenter au roi buefs gras lui promet de bonnes annees, d’être fortuné en batailles et sa terre habondera en tous biens. Au contraire les bœufs maigres et menus annoncent annees mal fortunees en son pays144. Les vaches grasses signifient bons ans fructifians et les vaches maigres et menus signifient povres ans et maigres145. Dans ces passages se reconnaît le thème du songe de Pharaon interprété par Joseph. Le message en est d’autant plus sacré et s’y dérober d’autant plus sacrilège. L’opposition gras et maigre répétée quatre fois dans ce chapitre de la clef d’Achmet vient relayer celle du sauvage et du domestique. Il est notoire que l’animal sauvage est maigre et que le domestique s’enrobe d’une graisse moelleuse. Il en est de même du pauvre et du riche, du gueux et du noble. Que l’un se vide pour gonfler la baudruche de l’autre fonctionne selon le principe des vases communicants.

  • 146 Ibid, 12.
  • 147 Ibid., 5.

80La rhétorique est subtile. Il faut engraisser le roi et les princes car de leur état dépend celui du monde, de la terre, des récoltes, de la satiété ou de la famine, et de leur humeur, le bonheur ou le malheur des sujets. Engraisser son roi permet de rêver à son tour de manger char de buef, de devenir riche par le prince et d’engendrer filz masle146 La faveur du prince est don matériel mais surtout elle comble l’homme dans sa descendance, comme si elle assurait la fertilité de son sperme dans le sens le plus noble de la procréation : la naissance d’un fils, comme si elle seule pouvait préparer et fertiliser la femme comme il se doit. Le sujet peut alors accepter de se transformer en bœuf de labour par qui le roi fera labourer les pastures de sa region147. Qu’importe, puisque pour prix de son labeur naîtra celui qui est censé glorifier son père, ce fils promesse d’un avenir meilleur. Le rêve rapté est reporté au bout du chemin, au bout du sillon comme un appeau : être un homme, c’est avoir un fils. Cette réalisation de soi le seigneur l’offrira en récompense, il n’est pas nécessaire d’en chercher d’autre ni de se demander si le fils ne sera pas attelé au même équipage de subordination et de misère.

  • 148 Ms A, Des buefi, 13, 14 et 15.
  • 149 Ms B, Des buefi, 12.
  • 150 Ms A, Des buefs, 13.

81Car le seigneur fait flèche de tout bois. Du bœuf occis, la teste, le foie, le polmon et le sang se transforment en bien et en or148. De la même manière dans le manuscrit B manger de la boure de vache, boire de son lait, assurent richesse, joye et leesse149. Ces bienfaits sont aussi promis au passage à cil qui songe, à condition qu’il les reçoive et ne se mêle pas de les trouver lui-même. Trouver le trésor du prince ne saurait se faire qu’à grant paour150, sous la menace de l’ire du possédant.

  • 151 Les songes et la signiffcacion d’iceux, 260.
  • 152 Ms B, Des buefs, 1.
  • 153 M. Pastoureau, « Ceci est mon sang... », p. 48-49.
  • 154 Ms A, Des charios, 7.

82Comme pour le cheval, les couleurs de la robe de l’animal sont prises en compte. Si dans les songes Daniel, le bœuf noir est symbole de peril151, dans la clef d’Achmet il vaut mieux être assis sur un bœuf noir symbole de seigneurie de riche homme que sur un bœuf rouge qui promet certes poesté, puissance, grandeur, mais y mêle une menace angoissante : son fitz ou sa femme emmaladiera152. Le rouge est à nouveau comme l’était le fauve pour le cheval, couleur ambiguë153. Il est ici à la fois symbole de force et de faiblesse, comme l’est pour le corps le sang qui coule dans les veines ou hors d’elles. Le fils est du même sang que son père et la femme celle avec qui il a mêlé son sang dans l’acte de procréation. L’image du bœuf blessé ou qui tombe et périt en tirant le char du puissant ne suscite nulle pitié. Seules sont regrettées les dignités, gloires perdues de ce fait par son propriétaire154.

2. Moutons, chèvres et cerfs

83Ce chapitre débute par le songe d’un agneau reçu ou trouvé, promettant puissance au rêveur. Qu’un tel présage soit fait à propos d’un animal nouveau-né, frêle, fragile, peut surprendre le lecteur actuel de la clef des songes. Le désir de puissance est-il tellement exacerbé qu’il s’affirme à tout propos et même hors de propos ?

  • 155 Ms A, Des moutons, brebis, aingniaux, cerfs et chèvres, 1.

84L’appel au nombre semble corriger voire masquer l’incongruité d’une telle association. Pour la première fois à propos d’animaux, l’importance du troupeau est soulignée. En effet, du nombre d’agneaux rêvés dépend la durée de la dominacion exercée155. Cette référence au nombre et au temps marque qu’une puissance ne saurait être éternelle mais elle indique aussi une voie de secours : accumuler le plus de biens possibles.

  • 156 Ibid., 2.
  • 157 Ibid, 3.
  • 158 Ms B, De buc et cheveril, 2.

85Cependant, dès le second songe, resurgit l’angoisse de privation : cil qui songe que on li ai osté aucun aingnel, lequel soit sien, signifie que on li estera sa puissance156. L’insistance sur le fait que l’agneau est la propriété du rêveur marque l’injustice de cette privation mais souligne aussi que toute possession est éphémère et que nul n’est à l’abri d’un vol ou d’une perte. Le troisième songe traduit à son tour cette angoisse par la mise en avant de l’aspect imprévisible, voire brutal de la privation : le rêveur se voit vendre ses agneaux soubdainement ce qui présage perte de dominacion, tribulacion et noise157. L’angoisse est si forte que même le songe bucolique où paissent des moutons, annonce des voleurs158.

  • 159 Ms A, Des moutons, brebis, aingniaux, cerfs et chèvres, 4.
  • 160 Ms B, De buc et cheveril 4.
  • 161 Ms A, Des moutons, brebis, aingnaux, cerfs et chèvres, 5.

86Après l’expression réitérée de cette angoisse surgit une pulsion agressive : le rêveur se voit occire un mouton, acte lui annonçant qu’il mortifiera le prince, l’anéantira sans qu’il soit précisé si c’est là un acte condamnable ou non159. Le manuscrit B déclare en ce qui le concerne : Qi ocist motoun, haut homme corucera160. Le songe et l’interprétation suivante indiquent comment échapper au courroux des Grands : Se aucun songe que on offre a aucun roy, les testes de moult de moutons et qu’il les regarde, signifie qu’il ara tres grande leesce161. Les moutons peuvent être occis à condition d’en offrir au roi la pièce maîtresse, la tête. L’adjectif moult marque à nouveau l’importance de la quantité et souligne l’intensité de l’effort fait pour s’attirer les bonnes grâces du roi.

  • 162 La tête du royaume est le roi. Par conséquent toute partie du royaume qui attaque le roi attaque la (...)
  • 163 Selon la Genèse (22,1-18), Elohim éprouve Abraham en lui demandant de lui sacrifier son fils Isaac. (...)

87Par l’offrande symbolique de têtes de mouton est marquée l’allégeance, la reconnaissance de la suprématie. Le roi est honoré comme la tête du corps social162, du « troupeau » humain qu’il dirige et domine. Il en est l’intelligence, c’est en lui que résident toutes facultés de discernement et de décision. Celui qui lui tend la tête lui demande lui-même de bien vouloir tenir ce rôle. Il remet entre ses mains son sort et celui de l’humanité. Cet acte de soumission éclaire le premier songe évoquant l’offrande d’agneau163. La faiblesse et l’innocence sont remises entre les mains de celui qui est reconnu par cet acte comme détenteur d’une puissance tutélaire.

  • 164 Ms A, Des moutons, brebis, aingniaux, cerfi et chèvres, 6.
  • 165 Ibid., 7.

88Le songe suivant l’acte d’offrande révèle la portée conjuratoire de ces pratiques. Le roi commande a occire ses propres moutons ce qui signifie qu’il sera violent a ses princes, et se les moutons sont estranges, signifie qu’il mettra a fin ses ennemis par glaive164. Mieux vaut se comporter en sujet soumis qu’en vassal révolté contre lequel s’exercera l’ire royale. Lorsqu’il ne tue pas ceux qui s’opposent à lui, le roi les enclos en bergerie, met en prison le prince de ses ennemis. Chevaucher un mouton lui annonce qu’il mettra en subjeccion aucun prince165. Sujétion consentie ou imposée, telle est l’alternative pour le vassal.

  • 166 Voir le chapitre sur l’ennemi.

89Dans les rêves précités, les princes et les ennemis sont alternativement évoqués puis rapprochés par la formule : le prince de ses ennemis. À la puissance souveraine, toute autre puissance porte ombrage et devient l’Ennemi à soumettre ou abattre166. L’alliance est là pour délimiter les rôles mais elle est fragile et le spectre de l’ennemi ne cesse de rôder. C’est sur sa figure que se clôt ce chapitre et c’est elle qui insiste dans le manuscrit B, le terme « ennemi » revenant à neuf reprises dans cette thématique animale.

  • 167 Il convient de remarquer que du cerf, il n’est pas dit grand-chose dans cette clef des songes alors (...)
  • 168 Ms B, De buc et cheveril 1, 2, 4.

90Cet ennemi, le roi lui livre une chasse sans merci : Si rois chace serf167 ou autre beste cornue bataille a ses ennemis movera et s’ilprent la beste qu’il chace, son enemy prendra. Ces ennemis, il faut les combattre et en être victorieux, assurer sur eux sa poeste sous peine de les voir eux-mêmes par trop poestifi. La lutte pour le pouvoir est source de jouissance : mout s’esjoiera celui qui a rabattu la superbe d’orgoillous hommes168.

  • 169 Ibid, 13.
  • 170 Ibid, 1.
  • 171 Ibid., 5, 6, 12, 14 et 15.
  • 172 Ibid, 15.

91La puissance est symbolisée par les cornes. Cornes recourbées du bélier, cornes ramifiées du cerf, cornes pointues de cheverils. Les voir creistre en sa teste annonce la victoire tandis que les voir qui depessent est signe d’anguise et confusion devaunt le poeple169. Se voir porter teste de bouk od ses corns symbolise l’humiliation du rebelle170. Mentionnées à cinq reprises, les cornes sont un élément signifiant prégnant. C’est au nom de ces cornes, que l’animal est volé, enfermé, tué, décapité, mangé. Char de motoun, lait, teste, queue, char d’aigne171, tout est bon dans ces agapes où le festin prend des allures de cannibalisme. Dévorer l’animal revient à dévorer le rebelle, l’ennemi, pour s’assimiler sa force redoutée. Par cette opération magique sont assurés longue vie, joie, richesse, or. La promesse déroule ses incantations à cinq reprises et se résume en cette formule mirifique : richesse q'il desire trovera et seyn sera172. De la convoitise à l’assouvissement, il n’y a qu’un pas à faire, celui de la destruction de l’ennemi.

  • 173 Ibid, 9.
  • 174 Ibid, 11.

92Seule la chair crue est taboue. À celui qui mange char de chevre crue, est annoncé qu’il languira et par prince penee sera. La chair mangée crue signifie tromperie173. Même le simple fait de voir porter en sa maison motoun escorché ou brebiz annonce la mort d’un proche174. Sans doute, la chair crue évoque la sauvagerie, ce temps barbare où l’homme ne savait pas cuire ses aliments et cette race animale dévorant crues ses proies.

  • 175 « Le personnage de Jason jouissait d’un éclat tout particulier dans la tradition mythologique qui a (...)
  • 176 Ms A, De la laine..., 2, 3, 5.

93Par contre, la toison qui habille et recouvre la chair est bienvenue175. Le vêtement fourré de laine annonce joie, trouver de la laine tondue de brebis ou moutons promet pecune certaine et estable pour le gaing par notables hommes. Il est affirmé que la laine signifie or net et pur'176. Le mouton fournit à l’homme par son épaisse fourrure une laine appréciée car transformée en vêtement, elle le protège des rigueurs du climat. La richesse apportée par son commerce paraît certaine, assurance confortée par l’addition d’un adjectif synonyme : estable, c’est-à-dire stable.

  • 177 Ibid, 6.

94En opposition la peau de chèvre est perçue de manière ambiguë. Elle annonce richesces avec maladie. Se vêtir en songe de cette peau signifie au rêveur qu’il sera moiennement riche par labeur'177. Se vêtir de peau de chèvre est en quelque sorte la faire sienne, devenir chèvre ou bouc. Par ailleurs se vêtir d’une peau est un acte frustre qui n’a rien à voir avec le délicat travail de la laine et la métamorphose due à l’industrie humaine. D’un côté le sauvage, de l’autre l’homme civilisé capable de s’approprier les richesses de l’animal sans pour autant lui ressembler.

III. Porcins infâmes

1. Truie mauvaise

  • 178 Pourtant « de la Rome archaïque à l’Irlande du xxe siècle », on trouve des légendes sur la truie in (...)

95Quatre songes seulement sont interprétés ce qui témoigne du peu de considération178 accordé à cet animal. Il n’est fait allusion à aucun moment de roi, de prince ou de grands seigneurs, qu’il s’agisse des songes ou des prédictions. Ces nobles personnages ne sauraient s’abaisser en compagnie d’une truie.

  • 179 Ms A, De la truye, 2.
  • 180 Ibid, 3.
  • 181 Ibid., 4.
  • 182 Ms B, De la truye, 4.

96Dans le premier songe, le rêveur siee sur elle179, la domine, lui fait subir sa loi. Au songe suivant, l’agressivité surgit : il lui giete saiette ou pierre180. Les pierres sont des projectiles peu glorieux marquant le mépris avec lequel la truie est chassée. Au troisième songe, la violence du rêveur atteint son paroxysme : bataillant, il occis la truye. Une certaine dose d’agressivité et de force est prêtée à la truie puisqu’il faut l’affronter pour la tuer. Boire le lait de cette femelle méprisable est connoté négativement181 mais la détruire et manger sa char est de bon augure182.

  • 183 Ms A, De la truye, 1.
  • 184 Malleus Maleficarum, le marteau des sorcières, trad. A. Danet, Paris, 1973, p. 207 ; C. C. Kappler,(...)
  • 185 Ibid., p. 261.

97Les interprétations relatives à la truie marquent une subite rupture par rapport aux thèmes évoqués par les animaux précédents. Elles sont toutes conditionnées par un verdict asséné vigoureusement : la truye signifie la personne de mauvaise femme est venimeuse183. Il ne s’agit pas d’un ennemi noble et viril, alter-ego puissant. Avec la truie surgit la figure de l’« Ennemie », de la femme-femelle mi-humaine, mi-animale mauvaise et venimeuse, de toute éternité. Son venin affirme le lien inné entre féminité et venimosité184. La femme empoisonne, met à mort celui qui se risque en ses parages185. Elle corrompt son sang et son être, comme elle a été elle-même corrompue par le serpent au Paradis terrestre. Elle garde à jamais en elle le venin instillé par le Malin.

  • 186 Ms A, De la truye, 2 et 4 ; Ms B, De la truye, 4.
  • 187 Ms A, De la truye, 4.
  • 188 Ibid, 2.

98Si l’homme se laisse néanmoins aller à avoir compaignie charnelle avec une telle femme, ce n’est certes pas lui le coupable. C’est elle qui l’a séduit par des procédés perfides et dangereux. L’homme ne pouvait que succomber devant ce suppôt de Satan qui l’accable de ses maléfices et l’envoûte par ses charmes dans tous les sens du terme. L’homme ne peut reconnaître qu’il y trouve plaisir, tant il craint de tomber sous le joug de cette femme ennemie qui l’agresse de noises et debas, lui prend son or et son avoir186. Pour mater cette mégère la compaignie charnelle, imposée par violence peut être un moyen appréciable (et apprécié ?). Violer cette créature maudite n’est pas un crime, tout au contraire, promet sans sourciller l’interprète. L’homme en sera magnifié'187, sa grandeur et sa gloire en seront exaltées. Une relation sexuelle, sans violences apparentes, est symbolisée par le songe où le rêveur siee sur la « femme-truie »188. Mais cette image rappelle celles où le roi s’assied sur des animaux sauvages qu’il maîtrise et humilie. La sexualité devient humiliation imposée à la femme, moyen imaginé pour la posséder sans être ravalé soi-même au rang de la bête impure.

2. Porc domestique et sanglier sauvage

99Pour la première fois, l’un des songes est rapporté à des juges. Dès le premier songe, le rêveur occit le porc ainsi présenté d’emblée comme un animal qu’il convient de supprimer.

  • 189 Ms A, Du porc, 3.
  • 190 Ms B, Du porc, 5.

100Cependant, il est de bon augure de se voir assis sur un porc senglier sauvage189, d’avoir réduit à sa merci et domestiqué cette force jusqu’alors indomptée. Manger char de sengler promet or et richesse mais aussi sans doute de faire sienne cette force autant enviée que redoutée190.

  • 191 Ms A, Du porc, 4.
  • 192 Ibid., 6 et 7.
  • 193 Partant à la chasse Baudouin, comte de Flandre, se trouve face à « un sanglier qui était très grand (...)
  • 194 Dans la symbolique le sanglier peut évoquer le courage et la ténacité tandis que le cochon est imag (...)

101Pour le roi il est de bon présage de se voir apporter porcz sengliers ou de les prendre en venent et querent'191. Se voir présenter la keue d'un porc en la forme d’un arcploié ou la teste du sanglier est également très apprécié par sa Majesté192. La symbolique du don revient dans ce chapitre comme dans ceux déjà analysés. Offrir au roi la tête et la queue, parties signifiantes du corps de l’animal, est un hommage, un geste de soumission. La puissance est remise entre ses mains comme ne pouvant revenir qu’à lui. C’est à lui qu’il appartient aussi de transcender la violence sauvage193 et animale en force bénéfique pour tous ses sujets. Une distinction et une hiérarchie sont établies entre le mendre porc, le porc et le senglier sauvage, entre l’animal domestiqué et l’animal sauvage et farouche. Le roi ne saurait avoir affaire qu’à ce dernier le premier étant par trop méprisable194.

  • 195 Ms B, Du porc, 5.
  • 196 Mtt, 8, 30-34 ; Mc, 5, 9-20 ; Lc8, 30-39.
  • 197 M. Vlncent-Cassy, « Les animaux et les péchés capitaux : de la symbolique à l’emblématique », dans (...)
  • 198 C. Fabre-Vassas, « Juifs et Chrétiens autour du cochon », dans Recherches et travaux de l’Institut (...)
  • 199 Se reporter aux sourates du Coran : II, 168 ; V, 4. VI, 146, XVI, 16.
  • 200 M. Green, Symbol and Images in Celtic Religious Art, Londres, New York, 1989, p. 139-141 ; et J. de (...)

102Quoiqu’il en soit, l’un comme l’autre sont pourchassés et tués. La figure du pork cornue195 évoque ces démons que Jésus fit sortir des possédés sous la forme de porcs allant se jeter dans la mer196. Le porc vautré dans la boue tout comme la truie à la grande fécondité sont des images de luxure et de péché197. Ce sont des animaux considérés comme impurs par les juifs198 et les musulmans199 alors que chez les Celtes, le sanglier était l’emblème de la classe sacerdotale et symboliquement valorisé200.

  • 201 Ms A, Du porc, 2, 3, 4, 6 et 7.
  • 202 Ms B, Du porc, 3.
  • 203 Ms A, Du porc, 2, 3, 4, 7.
  • 204 Ibid, 2.
  • 205 Ibid., 3.

103Dans la clef d’Achmet, le porc-sanglier symbolise l’ennemi qui revient en force tout au long des interprétations. Le personnage est décrit comme grant, puissans, riche201 et fere202. Pour abattre cette fierté qui refuse de reconnaître la suprématie royale et pour conquester les richesses de son ennemy, il convient de se moult armé, de le combattre, de le metre a neant, en sa subjeccion et servitude, de le prendre, mettre en loiens de fer ou autrement203. Cet acharnement n’a d’égal que le désir de puissance qui le motive. Naturellement, le povre homme qui se voit occire un porc se fait vertement remettre à sa place. Il n’est pas question qu’il souhaite s’armer et combattre pour détruire son ennemi. S’il ose s’aventurer dans ces rêveries outrecuidantes, il ne peut que lui arriver afflicion et tourment par son ennemy. Cette vision, est-il spécifié, appartient aus princes et juges204. Tout au plus, s’il se contente de se voir assis sur un sanglier, lui est-il promis grant largesce de biens205, ce qui devrait le consoler de ne pouvoir se défendre. Ces biens sans doute les devra-t-il à la largesse de ses princes ou de son roi, ce qui le rendra soumis et lié comme l’ennemi dont il représente l’une des incarnations.

  • 206 Ms B, Du porc, 3.

104Cependant, le troisième songe du manuscrit B affirme : Si povre voit qu’il seet sur fere senglaunt, son enemy fere et graunt mettra en servage et a graunt hautesse vendra206. Erreur de copiste ? Divergences de points de vue ? Ou bien afin que le povre refoule son orgueil, ses aspirations « sauvages » à la liberté, accepte de s’asseoir sur ses révoltes et sa dignité, est-il bon de lui faire miroiter la justice sociale et l’égalité des droits ?

  • 207 M. Pastoureau, « L’homme et le porc... », p. 247.
  • 208 Ibid., p. 243-249.et C. Fabre-Vassas, « Le partage du ferum. Un rite de chasse au sanglier », dans (...)
  • 209 Dans « sa soue, le cochon est un animal stupide et impur ; au coeur de la forêt, il entre en contac (...)
  • 210 Un rapprochement entre le porc et l’homme se retrouve également : R. Buren, M. Pastoureau, J. Verro (...)

105Dans cet ordre d’idées, la violence que le rêveur fait subir aux animaux est le reflet de celle qu’il a subie, de celle qu’il s’est laissée faire ou qu’il s’est imposée par lâcheté ou aveuglement207. Le fer sanglier et le fer ennemi sont alors des symboles d’une fierté à laquelle le sujet a renoncé. Partir à la chasse du sanglier et de l’ennemi est en ce sens, partir à la quête de sa fierté perdue208. Cette quête est peut-être ce qui fait la différence entre le porc vautré sur son fumier et le sanglier réfugié dans la solitude des bois209, cherchant lui-même sa nourriture plutôt que de troquer sa liberté et son identité contre une auge bien remplie210.

  • 211 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. sengle.

106Sengler, signifie à la fois sanglier et solitaire211. La solitude n’est pas forcément le fait de s’isoler d’autrui, ce peut être aussi se distancer des appeaux en tous genres, cesser de se nourrir de la rivalité avec l’autre et de se construire par rapport à des mirages. Sengler veut aussi dire simple par opposition à double et sans ornements. La quête du roi et de cil qui songe est peut-être, à leur insu, celle de la délivrance des images aliénantes. Mais l’interprète ne l’entend pas de cette oreille et les piège par des promesses de protection, de dignité et de pouvoir.

IV. Félins séduisants et redoutables

1. Lion royal

  • 212 Michel Pastoureau rappelle que dans les armoiries, l’un des attributs les plus fréquents du lion es (...)
  • 213 Ms B, De leon, 7.

107Le manuscrit A traite de ce carnivore en deux songes tandis que le manuscrit B ajoute treize autres songes. Le rapport symbolique entre la figure du lion et celle du roi212 est souligné avec insistance : Leon a personne de roi affiert. La plupart de ces songes et leurs interprétations sont le fait du roi et le concernent directement. S’il est fait mention de l’anonyme cil qui songe, de qi voit ou de delpoeple, l’interprétation fait systématiquement référence au roi et accessoirement au prince, au roial saunk, au gentil homme. Un seul songe apparaît sans référence royale : Qi troeve fiente de leon et l’emporte, meneur richesse avera213. Ce thème n’est pas jugé digne d’être rapporté au roi.

  • 214 Ibid., 2, 3, 11, 13.
  • 215 Voir M. Pastoureau, « Quel est le roi des animaux », dans Le monde animal et ses représentations... (...)
  • 216 Mireille Desmaules souligne l’importance de la force physique dans une société de guerriers. Le lio (...)
  • 217 Ms B, De leon, 5.
  • 218 Ibid., 12.

108Le rêveur royal quant à lui, se voit sor leon qu’il adresse, un homme ly mene leon lyé, il le chace en bataille, l'estrive, le combate, le vainct et plus radicalement l’occis214. Le thème essentiel de ce chapitre est le rapport de force entre le roi des humains et le roi des animaux215, toujours à l’avantage du premier et proclamant sa suprématie216. Il arrive même que la parole royale suffise à assurer sa victoire217 ce qui prouve sa toute puissance. S’il advient que le rêveur ne combat et graunt poour ad, ce songe est en premier lieu attribué à l’humble qi voit, lui présageant graunt poour [...] saunz poesté. Après ce préambule il est noté que si ce rêve est le fait du roi par roi perillera mes bon fin avera218. Dans ce cas, le danger ne saurait venir que de très haut et se résoudre victorieusement pour sa Majesté.

  • 219 Ibid., 2.
  • 220 Ibid, 6, 8 et 9.

109Le combat symbolique contre le lion, roi des animaux, ne peut être mené pour toute l’humanité que par le roi des humains. Si del people ose combattre en rêve une figure royale, serait-elle animale, ce ne peut être qu’un crime de lèse-majesté : il trahira le roi ou a mort livrera219. L’homme du commun peut, en revanche, manger en songe la chair et boire le lait de l’animal, ce qui lui promet grâces, joies et richesses220. Accepter de dépendre de la figure royale pour assurer sa subsistance permet d’espérer maints privilèges.

  • 221 Ms A, De lyon, 2.
  • 222 Ms B, De leon, 2, 3.
  • 223 Ms A, De lyon, 1 ; Ms B, De leon, 2, 3, 9 et 13.
  • 224 Ms B, De leon, 11.
  • 225 Ms A, De lyon, 1.
  • 226 Ibid., 2.

110Si la soumission au pouvoir est prônée dans ces songes comme dans tous les autres, la figure de l’ennemi y occupe une place essentielle. Il est avant tout celui du roi et c’est un autre roi221, un graunt prince ou haut homme222. Son châtiment est exemplaire, le roi, en bataille, le perdra, le combattra et venquira, l'humiliera, porchacera, le destruiera223. La victoire revient immanquablement au roi qui mettra en lyens224 la force de l’ennemi pour assurer la sienne. Cette démonstration magistrale de force vise à l’édification de tout ennemi potentiel : s’il ne veut être occis225, qu’il se soumette au pouvoir royal ce qui lui assurera des relations pacifié(ées) en grant desir, aimablement et merveilleusement226. Il n’est officiellement plus question de subordination, mais d’entente correspondant au désir de chacune des parties d’une relation harmonieuse propre à faire l’admiration et l’envie de tous. L’ennemi est ainsi tour à tour le semblable, le frère de noble sang et l’autre. Cette épithète discriminatoire revient maintes fois pour désigner celui dont la puissance et les prétentions font à tout instant, un ennemi réel ou imaginaire. L’ennemi à abattre est celui qui fait de l’ombre au Maître absolu. C’est alors un duel sans merci dont les seules alternatives envisageables sont vaincre ou mourir.

  • 227 Ps, 9, 9.
  • 228 P. Jonin, « Le songe d’Iseut dans la forêt du Morois », dans Le Moyen Âge, 1958, 1-2, p. 107-108.
  • 229 E. Dhorme, Les religions de Babylonie et d’Assyrie, Paris, 1945, p. 104 ; J. Vandier, La religion é (...)

111Mais la loi du plus fort est aussi ressentie comme fragile. L’ennemi peut surgir de toutes parts, de la maison royale comme du peuple. C’est une figure omniprésente, une Hydre aux cent têtes que le redoutable rugissement du lion et ses mâchoires puissantes symbolisent à merveille. L’ennemi lion est ce fauve tapi dans les fourrés, toujours prêt à sauter sur sa proie et contre lequel il convient de se garder227. Il est à remarquer que le roi lui-même est symbolisé par ce fauve dont il a la puissance et la majesté, mais l’aspect « carnassier » de cette force est dévolu à la figure de l’ennemi qui apparaît de ce fait comme projection et masque de l’inavouable. Ainsi est dissociée l’image du lion symbole « de vigueur et de puissance créatrice ou destructrice »228. Ainsi le roi peut se comporter en toute noblesse comme un lion, dieu de la guerre229.

  • 230 Dans \e Roman de Renart, Noble le lion symbolise l’empereur ou le roi.
  • 231 Pierre de Beauvais, Bestiaire..., p. 23.

112Nous sommes loin en ces interprétations de celles caractérisant le lion dans les bestiaires. Certes, il est de part et d’autre considéré comme symbole du roi230 mais l’interprète des songes ne se soucie nullement à l’inverse de Pierre de Beauvais d’utiliser les vertus du lion pour rappeler les Grands à leurs devoirs envers les faibles et pour chanter la gloire de Dieu231.

2. Tigre princier

113Les songes où apparaît ce félin sont rapportés d’abord au roi. La formule se le roy songe introduit les trois premiers rêves. Les deux suivants sont accordés à cil qui songe tandis que le dernier est introduit sur un mode impersonnel : la trouveure de la fiente et des os de tygre.

  • 232 Ms A, Du tygre, 2, 3, 4.
  • 233 Ibid, 5.

114En ce qui concerne le roi, il peut advenir que des tigres li soient amenez loiez, qu’il voit batre ou face batre son tygre ou qu’il siee232 sur lui. S’il existe à nouveau un rapport de domination de l’homme à l’animal, l’agression s’exprime sur un mode mineur. Il n’est pas question de combat violent ni de tuerie. Pour cil qui songe, les rapports sont de soins, il amenistre a boire et a mengier a un tygre233 ou d’hospitalité lorsqu’il lui semble que un tygre soit entré soudainnement en sa maison ce qui est vécu comme présage positif.

  • 234 Ibid, 1, 3.

115Et cependant, dès la première ligne, il est précisé que le tigre signifie homme anemy. Le terme ennemi ne sera plus répété dans la suite du chapitre, mais le fait qu’il l’introduise en souligne l’importance. L’ennemi en question n’est plus un autre roi mais il demeure puissant, c’est un prince. Il revêt un visage familier, ce peut être l'hoste, celui qui est plain, c’est-à-dire près, du même pays. Il peut faire partie de ses hommes234. Il est avant tout ce tres riche apparu dès le premier songe et de ce fait tres puissans. La référence à la richesse revient cinq fois sous les auspices du tigre. Elle est l’enjeu privilégié de l’affrontement comme support irremplaçable du pouvoir. S’attribuer une richesse c’est d’un même geste augmenter la sienne et réduire celle de l’autre.

  • 235 Ibid, 2.
  • 236 Ibid., 7.

116Cet ennemi-là ne sera pas vaincu par batailles. Le roi se contente de le recevoir en sa subjeccion. L’adjectif loiez (lié) revient à trois reprises dans le second songe. Il vient chaque fois marquer la subjeccion. Cependant, lorsque les princes en question ne sont pas loiez de loiens de fer ils venront tout de même en sa subjeccion235 tant le besoin de s’attribuer la richesse d’autrui s’avère compulsif, incontournable236.

117De toutes manières, s’arroger la richesse de l’autre est acte de self-défense. Celui qui ne la détourne pas à son profit voit l’autre s’en prévaloir comme moyen de suprématie. La richesse d’autrui est une menace dont il importe de prévenir l’impact. Lier autrui, l’entraver dans ses mouvements et le réduire à sa merci en l’humiliant paraît ainsi de bonne guerre. Par ces liens honteux, tissés par une insatiable convoitise, d’autres liens, de voisinage, d’identité, d’intérêts partagés, d’amitié sont rendus impossibles.

  • 237 Ibid, 3.
  • 238 Ibid., 5, 6.

118Cependant, une mise en garde se profile dans le troisième songe. Il y est dit que si le roi se laisse aller à la griserie du pouvoir, ôtant la gloire et la grace à ceux qui l’entourent, voire en les mettant à mort, s’il les dépouille inconsidérément de leurs richesses, après il ara tribulacion pour luy237. Attenter à la force de ses pairs, des membres puissants de la société, peut conduire à saper les bases d’un équilibre dont chacun se nourrit. Mieux vaut déclarer l’ennemi par-delà les frontières et que s’unissent contre lui les forces des Grands. Servir les seigneurs du lieu assure grant proffit et leur ouvrir sa maison promet joie et perte de toute tribulacion238.

3. Le léopard, ennemi puissant

  • 239 Ms B, Autre jugement de leon et de leopart, 1.

119Deux chapitres traitent du parde et du liepard. Le manuscrit B précise : parde qe nous appelons femele de leopart239. En ce qui concerne le parde, le titre prince revient six fois à propos de cet animal nous révélant que si le lion est l’animal symbole du roi, le parde est plutôt celui des princes. La hiérarchie est ainsi soulignée et respectée.

  • 240 Ms A, Du parde, 2, 3, 5.
  • 241 M. Pastoureau, « L’animal et l’historien... », p. 24. Les ménageries possédées par rois, princes et (...)

120Le rêveur siee sur le pard, voit qu’on lui amaine aucuns pardz sauvages ou lui presente pard privé. Mais il se voit aussi en bataille encontre le pard, faisant retourner la beste et allant jusqu’à l’occire240. La supériorité de l’homme sur l’animal est affirmée de manière « douce », en étant assis sur lui, en l’apprivoisant, mais aussi de manière plus violente, par affrontements belliqueux et mise à mort. L’animal privé contribue au prestige de son maître241 tandis que le sauvage ne mérite que d’être supprimé.

  • 242 Ms B, Autre jugement de leon et de leopart, 2.

121Pour la première fois dans les songes consacrés aux animaux, l’appellation beste est utilisée à quatre reprises, ce qui parait symptomatique. Est-ce parce qu’il s’agit d’une femelle dont il importe de souligner la bestialité ? Il est en tout cas précisé dans le manuscrit B que plaie de parde est venimeuse242. C’est aussi la première fois que la clef fait allusion à la possibilité du triomphe final de l’animal, mais à cause d’une action en quelque sorte déloyale, puisque la beste oppose traîtreusement son venin à la noble force de l’homme. Ce venin rappelle les paroles vénéneuses attribuées aux femmes, par lesquelles elles sont accusées de harceler les hommes.

122La femelle du léopard est toute désignée pour symboliser la beste, l’animalité dont elle est « certainement » plus proche que le mâle, avec ses instincts dépravés. Le Saint terrassant la bête est une image chère à la tradition biblique. Elle évoque le triomphe du Bien contre le Mal.

  • 243 Ms A, Du parde, 1.
  • 244 Ibid., 1, 2, 3 et 5.

123Avec le pard, la femelle, l’ennemi envahit la scène. Dès la première ligne il est déclaré : le pard si signifie le ennemiferme et estable243. Le terme ennemi revient dix fois, soulignant bien la fusion femelle-ennemi. Cet ennemi est ferme et estable, puissant et doubtable, fort et grant, puissant et estrange244. Il est à la fois prince et femelle ce qui traduit quelque chose des rapports ambigus qui peuvent lier rois et princes.

  • 245 Ibid., 3.

124Cet ennemi juré avec lequel aucune paix ne semble pouvoir être établie, il faut avoir bataille contre lui, l’estriver, le faire retourner, le frapper, le deconfire, le mettre en subjeccion (terme répété trois fois), pour en tirer grant renommee et gloire. La force dangereuse d’un ennemi susceptible de blesser mortellement par son venin semble justifier l’acharnement à l’abattre, à moins que ce venin ne soit mis en avant que pour donner libre cours à la rage destructrice de celui qui rêve de gloire unique. L’homme du peuple se prend lui-même à ce mirage songeant à la gloire qui pourrait lui advenir par le biais de la fonction de prelat245.

125Après ce long développement consacré au pard, au liepard au mâle n’est attribué qu’un seul songe. Le rêveur est roi, prince ou accessoirement povre homme ou plebeen. Cependant, lutter ou bataille encontre le liepard n’a pas le même sens pour les uns et les autres. Le liepard symbolisant roy noble ne saurait être attaqué que par un roi ou un prince. Si le plébéien s’en mêle, alors il sera afflit par le roy ou prince en paour ou paines. Les affrontements glorieux sont réservés aux Grands de ce monde, leurs privilèges ne sauraient être partagés et l’inconscient qui rêve de s’en prendre à eux pour sortir de sa condition se fait punir afin qu’il retrouve une juste crainte.

  • 246 Ibid., 2.

126Les caractéristiques de l’ennemi sont détaillées dès le premier paragraphe : le liepard signifie roy noble et grant ennemy pour la noblesce de luy, car il met en subjeccion autres bestes, et pour la petite servitude ou il est. Si la femelle symbolisait un prince, le mâle, bien entendu, est assimilé à un roi. Un nouveau duel sans merci prend place, roi contre roi, semblable contre semblable. La définition donnée apprend aussi comment la symbolisation peut opérer. Les traits caractéristiques de l’animal, sa noblesse, sa petite servitude sont ici retenus et permettent ainsi d’opérer le glissement métaphorique. Un animal noble et libre ne peut que représenter un roi ou un prince. Cette exclusive laisse à penser que ce sont bien les intérêts de la noblesse et de la royauté qui sont aussi fort défendus. Ceux qui les remettent en question sont rapidement remis en subjeccion ou en servitude. Tandis que le léopard reçoit le titre de noble animal, ses ennemis sont désignés autres bestes246. Être mis en position d’ennemi, c’est être ravalé au rang d’une bête qu’il est bon et juste de massacrer.

4. Chat agressif et voleur

  • 247 Le Roman de Renart, branche I..., t. I, p. 87.
  • 248 Ibid., branche XV, t. II, w. 450-454, p. 369. Par maltalent s’est herichiés/Escopi l’a enmi le vis/ (...)

127Dans le Jugement de Renart, le chat Tibert se défend à coups de dents et de griffes. Il arrache les coilles à un prêtre247 et apparaît tel une figure diabolique au clerc qui voulait s’emparer de sa peau248.

  • 249 Ms A, Du chat, 2.
  • 250 Ibid, 3.
  • 251 Ms B, Du chat, 4.

128Cette insistance sur l’agressivité du chat est également de règle dans la clef d’Achmet. À l’inverse des grands fauves, le roi n’apparaît plus dans le chapitre consacré à ce petit félin. Cil qui songe est chargé d’assaillir et d’occire le chat qu’il le connaisse ou non249. S’il trouve et emporte sa chair250 ou sa fourrure251, cela est synonyme de gain.

  • 252 Ms A, Du chat, 4.

129Le traitement que l’homme inflige au chat se justifie par le comportement de ce dernier. Ce chat maltraité n’a rien à voir avec l’animal familier. Il est tel un chat sauvage qui navre en sa char ou dessire des ongles et qui mors. Aux griffures et morsures sont associées aguë maladie, affaiblissement et langueur252. Le thème de la blessure, de la déchirure insiste dans ces songes comme dans d’autres songes à thématique animale pour symboliser l’atteinte au Moi de l’individu comme au tissu social.

  • 253 L. Bobis, Les Neufs Vies du chat, Paris, 1991 et R. Delort, Les animaux ont une histoire, Paris, 19 (...)
  • 254 Ms A, Du chat, 1.

130Le terme ennemi n’est pas utilisé à propos du chat, même si son comportement évoque, à la lecture, un animal quelque peu diabolique253. Il est plutôt affirmé que le masle et la femele du chat signifient un jugement254. La figure du larron occupe le devant de la scène, cette appellation étant utilisée cinq fois.

  • 255 Ibid., 2.
  • 256 Ibid., 3.

131Contre ce voleur, ce brigand, le sujet tentera de loier, faire appel à la loi, mais il perdra255. Cette issue inattendue du procès, cet aveuglement de la justice est suivi au deuxième songe, par l’accaparement des richesses du larron par le rêveur256. Le voleur-volé rétablit l’ordre des choses, et si le « volé » devient « voleur », ce n’est que juste retour de bâton.

  • 257 Ibid., 4.

132Mais inverser les rôles, se faire justice soi-même n’est pas sans danger. Le rêveur risque de se laisser aller à depecer char de chat par ungle, se comportant à son tour comme une bête sauvage. Cette éventualité est si mal tolérée que l’interprète menace qu’en evve cherra et en anguisse. La chute dans les profondeurs de l’eau évoque le danger encouru par celui qui se livre à ses pulsions incontrôlées, mais établit aussi un lien entre elles et l’eau source de toute vie. Le reconnaître, ne va pas sans quelques anguisse257.

  • 258 L. Bobis, « Chasser le naturel... L’utilisation exemplaire du chat dans la littérature médiévale »,(...)

133À l’opposé de cette figure négative du chat, la fable Dialogue des Créatures lui donne, au xive siècle, un rôle de vertueux prédicateur. Cependant, l’indépendance du chat n’est guère perçue positivement au Moyen Âge et à cause de son instinct sauvage il est souvent rapproché de la femme et de ses débordements258.

V. Les bêtes à crocs

1. La peau de l’ours

  • 259 Nec alteri animalium im maleficio stultitia sollertior. Pline L’ancien, Histoire Naturelle, VIII, 5 (...)
  • 260 J. Voisenet, Le bestiaire..., p. 170.
  • 261 Le Roman de Renart..., Branche I, t. I, p. 75.

134À propos de l’ours, Pline l’Ancien écrit : aucun animal n’est plus habile dans sa sottise à faire le mal259. Ce thème de la bêtise et de la méchanceté de l’ours fut repris par le christianisme. Bien que dans le haut Moyen Âge il ait jouit d’une certaine considération, il fut « victime du mouvement de diabolisation qui frappe après le xiie siècle de nombreux animaux » devenant alors violent, lubrique, glouton260. Dans le Jugement de Renart, Brun l’ours est en butte à toutes les violences, les paysans se ruent sur lui261, un prêtre le frappe de sa fourche et tous ceux qu’il rencontre l’assomment à grands coups de massue.

  • 262 M. Pastoureau, « Quel est le roi... », p. 137.
  • 263 Ms A, De l’ours, 2.
  • 264 Ibid., 3.
  • 265 Ibid., 6.
  • 266 Ibid., 3, 4, 5 et 7.

135La Clef d’Achmet ne l’épargne pas davantage alors qu’en Europe germanique et celtique, il était considéré comme le roi des animaux262. Les actes du rêveur se situent sur le mode d’une agressivité fondamentale : l’ours est d’emblée occist263. Le tuer semble être indispensable. S’il est question, dans le second songe, de se voir assis sur lui, ceci ne promet que moienne puissance264 et n’est donc guère attrayant, pas plus qu’avoir de son lait ce qui est assorti de menaces de prince redoutable et de maladie265. Mieux vaut qu’il soit navré d’un glaive, que l’homme le détruise pour s’emparer de sa chair, sa fourrure, sa tête266.

  • 267 Ibid, 1.

136Cette attitude de destruction systématique s’appuie sur le verdict sans équivoque de la première ligne du chapitre : l’ours signifie riche, fol et puissant ennemi267. L’assimilation à l’ennemi est radicale. Elle apparaît à chaque interprétation. Cet ennemi est puissant ce qui le rend d’autant plus redoutable et augmente la nécessité et le plaisir de le vaincre. Il est fol est-il aussi affirmé, à quatre reprises. Est fol celui qui a perdu la tête, qui a une conduite insensée. Raison de plus pour l’abattre.

  • 268 Ibid., 2, 4, 5, 7 et Ms B, 4 et 7.

137Néanmoins, ce qui spécifie cet ennemi, ce qui suscite l’envie de le vaincre, c’est encore une fois sa richesse. Le terme ennemi est constamment associé, dans cette page, à richesses, héritage. Ce qui transforme l’autre en ennemi à tuer, c’est la convoitise que sa richesse suscite. Cette richesse, d’un songe à l’autre, le rêveur proclame qu’il l'ara, la possedera, gaaignera, hereditera, conquira, sera en sa possession268. Il se l’attribuera au prix de n’importe quelle violence justifiée par l’accusation de folie et la mise au pilori. La richesse est si convoitée que tout la symbolise : chair, poil, lait, tête, ne sont plus qu’uniformité, prétextes au déroulement d’une litanie obsédante.

2. Loup féroce

  • 269 ]. Voisenet, Le bestiaire..., p. 138.
  • 270 « Loup », dans J. P. Clebert, Bestiaire fabuleux, Paris, 1971.
  • 271 W.G. Wood Martin, Traces of the Elder Faithes of Ireland t. II, p. 119.
  • 272 J. Voisenet, Le bestiaire..., p. 139.
  • 273 Platon, Phédon..., 81-82.

138Dans la tradition païenne celtique, le loup jouissait d’une réputation très positive269. Il était considéré en Irlande comme un animal sacré270 associé au culte solaire271. Dans les vies des saints irlandais, il est traité avec amitié et bienveillance272. Au contraire, Platon affirme : ceux qui ont prisé par-dessus tout les injustices, les tyrannies, les rapines, ce sera dans des formes de loups, de faucons, de milans qu’ils se réincarneront273.

  • 274 Gn, 49, 27.
  • 275 Mtt, 10, 16. Ce thème est repris par Lc, 11,3.
  • 276 Isidore de Séville, Étymologies, livre XII..., 23, p. 108-109 : quod rabie rapacitatis quaequae inu (...)

139Le loup est décrit négativement dans la tradition chrétienne comme un carnassier diabolique, ennemi de l’innocent troupeau274. Jésus déclare à ses disciples : voilà que je vous envoie comme des brebis au milieu des loups275. Isidore de Séville traite le loup de ravisseur qui égorge avec rage tout ce qu’il rencontre276.

  • 277 Ms A, Du loup, 2, 3.
  • 278 Ibid., 2.

140La clef d’Achmet met elle aussi le loup en accusation systématique. Roi, prince, haut homme, se partagent ces songes avec Cil et Qi. Néanmoins les interprétations, une fois de plus, diffèrent selon le statut du rêveur. Cil qui songe se voit assaillir le loup. Au second songe, il est mors du loup ou navré277. Le loup est présenté comme dangereux pour l’homme par ses morsures et les blessures qu’il lui inflige. Cette explication survenant après le premier songe où l’homme attaque d’emblée l’animal, prend des allures de justification. Ce n’est pas par férocité, contrairement à l’animal, que l’homme lui livre combat, mais par légitime défense. Néanmoins, les interprétations de ces affrontements sont de mauvais présages pour le rêveur dont les titres ne sont pas affichés. Au contraire, il est de bon augure pour un prince, un haut homme d’occire le loup278.

  • 279 « C’est pour un pouvoir, une force singulière qu’on le croit capable d’assurer le bonheur de demain (...)
  • 280 Ms A, Du loup, 4.

141Le roi, lui, ne saurait être menacé directement par l’animal. Ce sont ses ouailles, moutons, brebis et aingnaux qui sont assaillis. Le roi est celui qui vole au secours de son peuple, de ce troupeau dont il est le protecteur279. Cependant il ne livre pas combat lui-même, attaquer un loup semble au-dessous de sa condition. Il envoie contre ce prédateur ses chiens280.

  • 281 Ibid., 1. Le loup prédateur illustre de manière privilégiée le seigneur brigand ou le diable, C. Br (...)
  • 282 Ms A, Du loup, 2, 3 et Ms B, Du loup, 2.
  • 283 Ms A, Du loup, 2.

142La clef de ces distinctions réside dans le sens prêté au loup apparu en songe. D’entrée de jeu, il est spécifié : le loup signifie la personne du prince avaricieus et desloial281. Quels que soient ses défauts, tout un chacun ne saurait attaquer un prince de son propre chef. Se dresser contre lui amène paour et contencion, painnes et ires282. Appréhensions et souffrances deviennent le lot de celui qui s’attire la colère des Grands. Ces représailles descendront sur luy283 comme venues du ciel, comme un châtiment divin. Mieux vaut donc remettre le soin de sa défense aux princes et rois, seuls aptes à régler le problème.

  • 284 Le loup est effrayant, perçu comme « un dévorateur d’homme », G. Ortalli, « Animal exemplaire et cu (...)
  • 285 Ms A, Du loup, 2, 4, 5 et Ms B, Du loup, 2.

143L’ennemi princier est présenté dans ce chapitre comme un animal féroce, un prédateur, toujours prêt à dévorer ceux (et ce) qu’il convoite284. Il convient donc de batailler contre lui, de lui nuyre, de le vaincre, de le loié en sa subjeccion, de le destruire285. Nuire, faire subir dommages, préjudices à celui qui a été déclaré nuisible devient alors un acte nécessaire de pure justice. Une fois encore la subjeccion est présentée comme la seule alternative à la destruction radicale.

  • 286 Ms B, Du loup, 2.

144L’ennemi princier est aussi cet avaricieus et desloial, accusation répétée deux fois, dans la définition préliminaire et dans le second songe. Le manuscrit B y ajoute le qualificatif tricheour286. L’ennemi est présenté ici comme celui dont les crimes essentiels sont de thésauriser ses richesses et de manquer à ses engagements, sa parole. Tromperie, fourberie, mensonge et accumulation de biens sans partage semblent ainsi liés. Il n’est certes pas bon pour le pouvoir royal qu’un prince devienne trop puissant par l’importance de ses richesses et refuse en même temps d’accepter les liens qui l’attachent au souverain.

  • 287 Ms A, Du loup, 4.

145Présenter l’Ennemi du pouvoir comme celui du peuple, prêt à le degaster, à ravager ses récoltes et à le détruire, transforme habilement une rivalité de pouvoir en acte noble et désintéressé. Enfin, désigner cet Ennemi comme estranges gens287, permet à nouveau d’affirmer les liens entre rois et princes pour courir sus à l'estranger, à l’envahisseur venu menacer la cohésion du troupeau, piller les richesses et compromettre l’ordre établi.

  • 288 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. lovel.
  • 289 C. C. Kappler, Monstres, démons..., p. 272-275 ; W. Lederer, La peur des femmes ou gynophobia, Pari (...)
  • 290 Bestiaire..., p. 63.

146Il est à remarquer que si lovel signifie jeune loup, « lovier » désigne aussi bien la tanière du loup, le piège à loups, que les parties génitales de la femme288. Un vagin denté, prêt à mordre, couper, rappelle l’image de la femme dangereuse et castratrice en vogue chez les clercs et dans l’imaginaire masculin289. Pierre de Beauvais déclare à ce propos : l’on appelle louves les femmes dévergondées qui détruisent les bonnes qualités des hommes290.

  • 291 Le Bestiaire d’amour, dans G. Bianciotto, Bestiaires..., p. 132.

147Dans son bestiaire d’amour, Richard de Fournival, qui ne se soucie pas d’enseignement religieux ou de morale mais de joutes amoureuses, souligne la puissance du premier regard. Selon le cas, le loup en perd toute force et hardiesse ou l’homme toute faculté de parole. De même en est-il dans la relation entre hommes et femmes291. La clef d’Achmet utilise ce thème du regard à propos du renard mais le fait selon une toute autre perspective.

3. Renard rusé

148Lorsqu’il est question de cet animal vient tout de suite à l’esprit le Roman de Renart (1171-1250), satire de la société féodale et des institutions religieuses. Renart y est tour à tour sympathique et odieux pour sa ruse et son cynisme. Dans le Siège de Maupertuis, il nargue les victimes de ses tours. La liste en est bien longue et Renart conclut fièrement :

  • 292 Le siège de Maupertuis, dans Le Roman de Renart..., branche I. a, t. 1, p. 129.

je vous ai couverts de honte tous autant que vous êtes,
Et je compte vous en faire voir bien d’autres
292

  • 293 Guillaume Le Clerc, Bestiaire..., p. 90.
  • 294 Le Renard et le bouc, Ésope de Julien Macho, dans Les fables..., p. 281.

149Si Guillaume le Clerc de Normandie rappelle le Roman de Renart lorsqu’il dénonce la propension au pillage ex à la tromperie de ce traître293, les fables médiévales sont plus nuancées. Dans le Renard et le bouc, le renard abandonne le bouc au fond du puits où ils étaient descendus boire alors qu’il s’en était extrait grâce à son aide. Cependant la morale de la fable remet surtout en question le comportement du bouc en affirmant qu’il aurait dû réfléchir aux conséquences de ses actes294.

  • 295 Ms A, Du renart, 1.

150En ce qui concerne la clef d’Achmet, rechercher la gloire étant l’un des buts essentiels de l’existence, les ruses du Renard ne sont plus tolérées. Au cours du premier songe, le rêveur se combat contre le renart, est navré des ongles par lui et pour le punir l’occis295.

  • 296 Sur le symbolisme négatif de la couleur fauve, voir A. Ott, Études sur les couleurs en vieux frança (...)
  • 297 Ms A, Du renart, 3.
  • 298 D. HASSIG, Medieval Bestiaries, text..., p. 62-70.
  • 299 Sur le rejet des animaux de la nuit par le Moyen Âge, voir M. Pastoureau, « L’homme et le porc... » (...)

151La simple vue de cet animal carnivore est redoutable296. Le voir présage au rêveur qu’il sera malade. Plus gravement, le voir et être veu d’iceli, signifie qu’il sera traveillié des diables297. Un pouvoir maléfique est imputé au regard du renard comme à celui du loup. Le renard est redouté comme incarnation de démons298, prêt à fondre sur les hommes pour les faire souffrir. Créature de la nuit299, son cri rauque est propre à plonger les esprits dans la terreur.

  • 300 Ms A, Du renart, 4.
  • 301 Ms B, Du renart, 4.

152Cependant après ces évocations terrifiantes, l’homme amainne ou emporte en sa maison le renart privé et joue avec lui300. En outre, boire lait de gopil pour un malade est présage de guérison301. Une distinction est à nouveau proclamée entre l’animal sauvage et l’animal qui s’est laissé domestiquer. Bonheurs partagés régissent alors les rapports de ce dernier avec un maître qui apparaît sous le visage d’un compagnon de jeu, insouciant et joyeux.

  • 302 Ms A, Du renart, 1.
  • 303 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. triboler.
  • 304 Ms A, Du renart, 5 et Ms B, Du renart, 1 et 5.
  • 305 À propos de ces défauts qui sont aussi ceux de Renart voir P. Jonin, « Les animaux et leur vie psyc (...)

153Il n’est pas question explicitement d’ennemi à propos du renard, le mot n’étant jamais prononcé alors qu’il occupait le devant de la scène pour le loup. Cependant les interprétations campent le portrait d’un homme trompeur par lequel le sujet sera triboulé302, tourmenté, qui suscitera désordre et confusion303. Ce sera un homme vain et double, un tricheor, un homme povre et saunz foi contre lequel il luitera, estivera, termes synonymes marquant le combat violent. Cet homme, il le vaincra, le fera périr304. Nous retrouvons des qualificatifs affectant déjà le personnage de l’ennemi sous les traits du loup. Ils sont repris avec beaucoup d’insistance, la ruse, la tromperie, le mensonge sont ainsi fortement vilipendés305.

  • 306 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. renart.
  • 307 Ibid., s. v. triboler.

154Nul ne peut compter sur celui qui n’a ni foi ni loi. La référence à l’absence de foi vient aggraver le crime de celui qui ne respecte pas ses engagements. Qu’il soit en outre povre semble mettre le comble à son infamie. Le renard décrit comme un animal plein de malice, fausseté306, était tout désigné pour camper cet ennemi coupable de traîtrise, ce triboleor qui est aussi un agitateur307. Pour remédier aux troubles que ses discours suscitent, quoi de mieux que de le discréditer comme parjure ? Énoncer son accointance avec le diable parachève sa condamnation et la justification de sa destruction.

155Lorsqu’il s’agit de fourberie et de pratiques démoniaques, la femme n’est jamais loin dans l’imaginaire clérical. En effet, les jeux avec un renard apprivoisé annoncent à celui qui s’y livre qu’il aimera une très mauvaise femme et pour elle sera magnifié ou ara honneur. Même dans le contexte rassurant du jeu, la femme est déclarée très mauvaise, aussi rusée, trompeuse que le renard, aussi machiavélique que le démon. Pourtant l’homme ne peut s’empêcher de l’aimer, à condition qu'elle le magnifie, lui apporte honneur, contribue à sa puissance.

  • 308 Ms A, Du renart, 4.
  • 309 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. privance.

156En jouant sur les termes, on peut entendre que tel le renard privé308, la femme privée, l’épouse, bénéficiera de privante309 douceur, affection, en fera bénéficier son conjoint qui appréciera aussi ses privetés, charmes secrets. Il n’hésitera pas non plus à la priver, lui soutirer sa force et sa liberté pour rehausser d’autant sa gloire.

4. Chiens menaçants

  • 310 Bestiaire..., p. 65.
  • 311 L’âne et le chien..., p. 230.
  • 312 Le loup et le chien..., p. 177-179.

157Pierre de Beauvais vante l’amour que le chien porte à son maître. Il utilise la métaphore du chien léchant ses plaies pour rappeler que les prêtres effacent les péchés par les vertus de la confession310. Dans les fables médiévales, le chien est présenté avec ambivalence. Dans l'âne et le chien sont vantées les relations amicales entre le chien et son maître. Le chien lui manifeste son affection et le maître l’embrasse, partage avec lui son repas311. Cependant dans le loup et le chien, il est présenté comme un animal assez agressif pour mettre en fuite les voleurs et en pièces les étrangers. Il est également assez veule pour renoncer à son indépendance et à toute fierté, acceptant d’être attaché à condition d’être bien nourri et logé312.

  • 313 Ms A, Des chiens, 2, 3.
  • 314 Ce sont li songes, 41.
  • 315 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. reschigner.
  • 316 Ibid., s. v. chenin.

158Dans la clef d’Achmet, si le chien est présenté de diverses manières, tantôt accepté, tantôt rejeté, son agressivité n’en est pas moins essentiellement soulignée. Les songes sont affectés à cil et qi, le roi n’apparaissant qu’une fois. Contrairement aux autres rêves à thématique animale, ce n’est plus l’homme qui attaque le premier. Dès les premiers songes, le chien se comporte de manière agressive, aboyant, mordant et déchirant les vêtements du rêveur313. Dans les songes Daniel, les chiens sont décrits de la même manière, aboyeurs et prompts à rechigner314, montrer les dents315. Ces traits négatifs se retrouvent dans le terme chenin, qui a le caractère d’un chien, lâche, méchant, hargneux. Ce mot signifie aussi canaille316.

  • 317 M. Pastoureau, « Bestiaire du Christ, bestiaire du Diable... », p. 90 ; L. Reaud, Iconographie de l (...)
  • 318 Ms A, Des chiens, 4.
  • 319 Ms B, Des chiens, 4.

159Ce n’est qu’après la mise en scène de ces harcèlements que le rêveur se laisse aller à occire le chien ce qui apparaît alors comme représailles nécessaires. Ce chien aux crocs menaçants est davantage décrit comme un carnivore dangereux plutôt que comme un animal domestique. Il évoque ces chiens infernaux, compagnons de Satan317. Ce n’est donc que juste retour des choses si le rêveur voit qu’il mengue char de chien promesse de petites richesces318. Par ce qualificatif est soulignée l’importance médiocre de l’animal. Il n’est pas bon non plus de boire du lait de chienne, cela annonce peur et maladie319.

  • 320 Ms A, Des chiens, 1.
  • 321 Ibid., 2.
  • 322 Ibid, 3.

160Selon la déclaration de la première ligne, les chiens signefient ennemis320. Une fois de plus la figure de l’ennemi fait irruption et hante chaque rêve, chaque interprétation. Cil qui songe [...] misera de paroles contre lui, aura avec lui querelles et disputes. Il en sera, une fois de plus tourmenté321. Tourmenté évoque aussi tort, tordu, contrefait. Les tourments les plus redoutés sont-ils ceux qui portent atteinte à la noble stature que l’individu a édifiée à grande peine ? L’ennemi déchire la robe322, l’habit qui protège et masque, affiche la richesse et le statut.

  • 323 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. abater.
  • 324 Ms A, Des chiens, 2.

161L’abaieor, le chien qui aboie, est aussi celui qui proteste323. Abaier c’est encore convoiter, être jaloux. Par glissement, d’une définition à l’autre, la protestation est déclarée envie et destinée à être réduite au silence, par la mort si nécessaire. Paradoxalement, alors que c’est le chien qui est présenté comme aboyant, c’est l’homme qui misera de paroles contre son ennemy selon l’interprète324. Cette inversion de rôle révèle combien, à travers les animaux, c’est de lui dont le rêveur entretient l’interprète tout en méconnaissant les aboiements, les protestations, qui lui viennent.

  • 325 Ibid, 3.

162À cause de l’angoisse que cette reconnaissance susciterait, mieux vaut recourir au mythe de l’ennemi sur qui détourner toutes les accusations, à cet homme toujours prêt à créer des empeschement, inhonneste en pecune ou de son nom et renommee. S’il y a forcément des entraves à l’appétit forcené de richesses et de gloire, le rêveur et l’interprète préfèrent les imputer à autrui plutôt que de reconnaître la fragilité de ces aspirations. Cil qui songe se. plaint répétitivement d’être agressé par l’autre dans sa manière de se dire avec grandiloquence, dans son désir d’être reconnu comme le meilleur. Dans cette position aberrante, les présages le confortent et l’épinglent. Il importe que celui qui porte atteinte au personnage édifié soit de toute urgence et sans pitié mis a neant, jamais rien ne doit être remis en question325.

  • 326 Ibid., 6.
  • 327 Ibid, 5.

163Mais la voix ennemie ne se laisse pas aisément réduire. Véhiculée d’un animal à l’autre, liée ou supprimée, la voilà qui resurgit dans le premier songe venu. Cependant l’interprète a plus d’un tour dans son sac. Au besoin, il déclare que si le roi voit des chiens cela signefie appellacion de chevaliers326. Les chiens du royaume et même les estranges deviennent des chevaliers batailleurs et fors laboureurs, que le roi appelera contre ses ennemis327. Force, vaillance, dévouement sont alors les attributs d’une meute symbolisant les défenseurs attitrés du roi et du royaume. Voici les chiens ennemis métamorphosés en fidèles vassaux, prêts à accourir à l’appel de leur suzerain pour traquer un Ennemi reporté sur d’autres boucs émissaires.

  • 328 F. Morenzoni, « Les animaux exemplaires dans les recueils de Distinctiones bibliques alphabétiques (...)
  • 329 Ce sont li songes, 42.

164Ce renversement de position328 rappelle celui analysé à l’occasion du premier songe. Il s’y dit à nouveau combien la figure de l’Ennemi est ambiguë et pétrie de traits méconnus, rejetés et pourtant secrètement précieux à l’individu. Ces chiens devenus amis sont également évoqués dans les Songes Daniel329. Le rêveur y joue avec eux, ce qui lui présage des ennemis qui a li se velent accorder, réconcilier. Le jeu semble concilier temps de la guerre et temps de la paix.

VI. Lièvre et singe

1. Chasse au lièvre

  • 330 Dans les sermons des prédicateurs, le lièvre est méprisé, voir H. Martin, Le métier de prédicateur. (...)
  • 331 Ms A, Des lievres, 1.
  • 332 Ms A et B, Des lievres, 2.
  • 333 Ms A, Des lievres, 2.
  • 334 Ms B, Des lievres, 2.
  • 335 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. enfermer.

165N’ayant en rien la majesté du lion ou du tigre, point d’allusion au roi ou aux nobles pour ce petit animal330. Dans la clef d’Achmet les lièvres signifient femmes folieuses et à leur biauté331. La référence à la beauté revient à quatre reprises à propos de la « femme-lièvre ». Elle occupe une place de choix dans l’imaginaire masculin ainsi que le prouve la promesse d’une belle femme lorsqu’un beau lièvre est aperçu en songe. La beauté est également évoquée par des formules rappelant cette caractéristique : icelle femme, tiele femme332. Elle est d’autant plus désirable qu'elle est assortie de richesse : il sera riche par icelle femme333. Le manuscrit B introduit quelque menace dans cette euphorie : avoir gagnera par tiele femme avesque enfermeté334. Si enfermer peut signifier affermir, ce peut être aussi enfermer au sens d’emprisonner ou de rendre malade335.

  • 336 Ibid., s.v. fol.
  • 337 Ms B, Des lievres, 1.

166La beauté féminine est sublimée par le regard et le désir de l’homme. Il n’est pas bon que les femmes elles-mêmes y soient sensibles, car cela les rend folieuses, folles de leur apparence, frivoles et capricieuses. Elles ne pensent alors qu’à folâtrer, faire des folies336. Elles peuvent aussi devenir femme d’envye et femmes q’ount envye d'autrui beauté337. À force de rivaliser avec les autres femmes et de vouloir les éclipser elles se montrent d’une jalousie exaspérante pour l’amateur de toute beauté.

  • 338 Ms A, Des lievres, 2.
  • 339 Ibid., 1.

167La relation sexuelle, représentée symboliquement par la verge que l’homme jette contre le lièvre afin de le touchier338, est ainsi décrite de manière agressive. En outre, c’est l’homme qui acomplira en elle son desir, de celui de la partenaire il n’est pas question. Ce songe succédant à celui de chair rôtie, mangée, la sexualité masculine prend des allures d’assimilation destructrice. Cependant, l’homme craint toujours en son for intérieur, de tomber malade et de s’affaiblir s’il consomme cette chair tant convoitée339. Risquerait-elle d’être empoisonnée ? Serait-ce encore le mauvais tour redouté de cette femme qui frappe de son venin l’homme au moment où il est à sa merci ? Par un renversement total des rôles, celui qui dévorait sa proie à belles dents en devient la malheureuse victime.

  • 340 Ibid., 2.

168Quoiqu’il en soit, c’est à l’homme de mener le jeu. Si la femme se permet de lui échapper, si tel le lièvre agile elle se dérobe, cela ne peut que susciter indignacion et amertume340. Qu’est-ce qui laisse à l’homme ce goût amer où le ressentiment l’emporte sur la déception ? Est-ce le fait que la femme, cet être indigne, se permette de mépriser ses avances ? Est-ce parce qu'elle ose émettre un avis, s’oppose à celui de l’homme et se définit ainsi comme sujet et non objet, délogeant de son piédestal celui qui s’est octroyé le statut de sujet unique ? La femme ne devrait-elle pas, comme la femelle du lièvre, être toujours prête à s’accoupler pour remplir son rôle de reproductrice ?

2. Tours de singe

  • 341 Ms A, Des singes, 1.
  • 342 Ibid., 2, 3.
  • 343 Ms B, Des singes, 1.
  • 344 Les montreurs de singes sont très répandus en Occident dès le xiie siècle et leur spectacle appréci (...)
  • 345 Ms A, Des singes, 4.

169Lorsque surgit le singe, rois et princes ne sont plus évoqués. Cil qui songe bataille avec eux, pour avoir la victoire et les occire. Mais il peut se faire qu’il soit mors du singe ou navré de ses ongles, ce qui lui annonce qu’il sera triboulé ou moult malade comme cela a été le cas à propos du chat341. Parler à un singe, le baiser ou lui faire feste, être apparant gracieux au singe et l’amener en sa maison342, tout comme manger sa chair annonce à nouveau maladie, tribulacion343. Point de privautés avec cet animal malicieux, point de rapprochements douteux entre l’homme et le singe. Par contre faire jouer un singe devant le peuple est bien vu344. Il s’agit là d’un singe dressé à faire les tours qui lui ont été inculqués au lieu de se laisser aller à quelque tour de sa façon345. Pendant qu’il distrait le peuple, celui-ci oublie son sort et les moyens d’y remédier.

  • 346 Colette Ribaucourt rappelle combien le singe peut être considéré comme une bête laide, monstrueuse (...)
  • 347 Ms A, Des singes, 1, 3, 5.
  • 348 Ms B, Des singes., 1.
  • 349 Ms A et B, Des singes, 1, 4.

170Les accusations ne manquent pas346 pour combattre le singe et l’ennemi qu’il symbolise : universelement singe signifie ennemy faulx, mauvais, malicieux et non puissant. C’est un ennemi variable et tres mauvais, faulx et deceveur, lequel il ne cognoist347 pervers et de poi de vertue348. Deceveor signifie trompeur, imposteur, decevable, menteur, faux, decevoir, c’est trahir. Cet ennemi, il faut le desconfire, l’abattre, le briser, le détruire, en avoir dominacion, seigneurie, et suprême jouissance et injure se moquer de lui349. Se retrouve ici le caractère dangereux de cette moquerie maintes fois reprochée aux femmes, arme redoutable que l’homme utilise contre celui qui lui fait offense afin de le tourner en ridicule.

  • 350 Ms A, Des singes, 3.
  • 351 Ibid, 2.
  • 352 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. ord.

171Cet ennemi méprisable, non-puissant, de peu de courage et de mérite, peut-il être le peuple ? Ce peuple accablé de multiples tares, mais cependant redouté par la force du nombre et les ruses multiples et imprévisibles que sa malice risque de lui suggérer. Pas plus qu’avec le singe, il ne convient d’être gracieux avec le peuple, de lui parler ou de l’introduire dans sa maison350. Il est indigne d’un homme de qualité de se commettre avec cette vile engeance sous peine de se voir menacé ou corrompu. L’embrasser, lui faire fête, signifie qu’il se acouplera a autrui par amour orde351. Ord veut dire laid, sale, ignoble352. La « malice » du singe (ses méfaits, sa méchanceté) tout comme celle du peuple ennemi sont inhérentes à leur nature maligne.

  • 353 Bestiaire..., p. 44. Cette image négative se retrouve chez Hildegarde de Bingen, Le livre des subti (...)

172Pierre de Beauvais souligne le caractère diabolique du singe, fourbe comme le démon353. Guillaume le Clerc de Normandie le compare lui aussi au diable et dénonce sa laideur, son obstination à jouer de mauvais tours. Il remarque que les seigneurs de haut rang lui vouent une grande affection, laissant entendre qu’ils ont avec lui bien des traits communs. Discours théologique et satire de la classe dominante s’accordent pour disqualifier le singe. Si dans la clef d’Achmet, le procès du singe est tout aussi virulent, il n’est cependant pas question de critiquer les puissants, le peuple seul est objet de mépris et de rejets.

VII. Oiseaux divers

1. L’aigle

  • 354 Bestiaire..., p. 23.
  • 355 Guillaume Le Clerc, Bestiaire..., p. 77.

173Pierre de Beauvais met en avant le pouvoir de régénération de l’aigle, grâce à la chaleur du soleil et à l’immersion dans une source, pour louer les vertus de Dieu vrai soleil de justice, fontaine céleste354. Guillaume le Clerc de Normandie invite les hommes à se régénérer comme l’aigle dans les eaux du baptême355.

  • 356 H. E. Korn, Adler und Doppeladler. Ein Zeichen im Wandel der Geschichte, Marburg, 1976, p. 1-12 ; N (...)
  • 357 Ms B, De egle, 1.
  • 358 Pour M. Pastoureau, l’aigle est l’image parfaite de la souveraineté, M. Pastoureau, « Quel est le r (...)
  • 359 À partir du xiie siècle, l’aigle conteste au lion sa primauté en tant que roi des animaux, Ibid, p. (...)

174La clef d’Achmet préfère parler de règne terrestre et du pouvoir de la richesse. Elle accorde à l’aigle un symbolisme positif356, le présente comme un oiseau prestigieux : egle comunement persone de prince signefie357. À chaque songe, chaque interprétation il est apparenté au roi358. Un lien est ainsi mis en avant entre le roi des airs359, à l’envergure impressionnante et le roi de la terre. Celui qui règne dans les deux évoque celui qui règne sur la terre en une alliance indéfectible. Il n’y a pas d’affrontements ni de violences entre l’homme et l’oiseau, ce qui contraste avec les songes précédemment analysés. De ce fait, l’aigle se distingue de tous les animaux. Volant dans les sphères célestes, il est loin de ceux qui rampent dans la poussière.

  • 360 Ms B, De egle, 2.
  • 361 Ibid., 3.
  • 362 Dt, 32, 9-13.
  • 363 A. Boureau, L'aigle, chronique d’un emblème, Paris, 1985, p. 56-58.
  • 364 Ibid., p. 46-48, Cette association apparaît chez Origène, Jean Chrysostome et Théodonet.

175Le rêveur troeve egle, ce qui lui annonce qu’il aura autre roy sous ly ou qu’il regnera360. De la rencontre avec l’oiseau royal naît la royauté terrestre. La seconde est comme engendrée par la première, loin d’occire l’aigle le sujet le nourrit et fait sa volunté361. C’est la première fois qu’il est question de faire la volonté d’un animal. Faire ce que le roi des airs désire est le meilleur moyen de souligner la parenté et l’alliance, marque l’obéissance due aux représentants de la royauté. Le roi terrestre qui accomplit la volonté d’un roi céleste paraît affirmer ainsi sa soumission à la divinité (le Seigneur lui-même est assimilé à l’aigle dans la Bible362). Dans l’iconographie, dès l’époque carolingienne, ce tueur de serpent est associé à Saint Jean l’Évangéliste363, et au Christ de la Résurrection dans la littérature patristique364.

  • 365 Ms B, De egle, 3.
  • 366 Ibid., 4. Et pourtant, l’aigle fait partie dans l’Ancien Testament des animaux dont la chair est pr (...)
  • 367 Ms B, De egle, 5.

176Nourrir l’aigle et faire sa volonté assure mestrie de roi et poesté et hautesse365 tandis que manger char de egle annonce graunt richesse, et joye et que par roi sera enhaucé366. Nourrir l’aigle royal symbole de divinité ou se nourrir de sa chair apparaît comme les deux faces d’une même réalité : l’osmose, le lien consubstantiel entre royauté divine et terrestre. Se soumettre à l’ordre divin est le moyen privilégié, voire unique d’en être traversé et nourri à son tour, en une exaltation et une transcendance dont la royauté est l’incarnation et le symbole : qi se voit porter en haut par egle, si rois n’est, il sera367.

177S’emparer des aiglons, qu’il s’agisse de ceux d’egles domesche ou de ceux trouvés dans ny d’egle est également positif. L’adjectif sauvage n’est pas prononcé en opposition avec le qualificatif domesche comme dans les autres songes d’animaux. L’aigle divin ne saurait subir cet outrage. Les habituelles distinctions et opposition sont abolies. Les contraires se fondent, se purifient par l’alchimie sainte et royale. Dans les deux cas, il est promis filz et joye, poesté et, une fois encore règne. Prendre les petits de l’aigle n’est pas conçu comme un acte agressif mais bénéfique. Ceci accentue d’autant la proclamation de l’alliance entre l’aigle et le roi, les cieux et la terre par l’intermédiaire du roi.

178À travers le symbolisme de l’aigle, se marque la distinction entre les serviteurs, le peuple, rivés au sol, incapables de s’élever et le roi vivant, se déplaçant dans les hautes sphères. Ils sont d’essences différentes et opposées, l’une céleste et spirituelle, divine, l’autre terrestre, matérielle, animale.

2. Assemblées ailées

  • 368 Ms B, De estorneus et aroundes, 1.
  • 369 F. Godefroy, Dictionnaire..., s.v. estor
  • 370 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. assembler.

179Après l’aigle il est question dans le manuscrit B des passereaux, tels l’étourneau et l’hirondelle. Ils évoquent ost et assemblee de graunt gent368. L'ost est l’armée et une guerre importante engagée par le seigneur. Cette assimilation peut-être due au tapage que font les passereaux en bande, mais peut aussi avoir des raisons étymologiques, estor signifiant grand bruit, fracas de la bataille, émeute369. Estorner a le sens de se soulever, s’agiter, combattre. Le terme « assemblée » revient trois fois dans ces songes pour qualifier aussi bien les oiseaux que les hommes qu’ils évoquent. Si assembler c’est réunir, c’est aussi mettre aux prises, combattre. L’assemblaille est choc de deux armées autant que rassemblement370.

  • 371 Ms B, De estorneus et aroundes, 2.

180Etourneaux et hirondelles sont appréciés comme destructeurs de locustes et grosses mouches. Les voir se réunir en lieu où ces fléaux jardyns et fruit soleeint (ont l’habitude) en lor venue destruire est salué avec satisfaction. Cependant leur assemblée est perçue avec ambivalence. Les oiseaux destruyent les arbres sur lesquels ils s’abattent. Le verbe détruire est utilisé à trois reprises, cette action étant imputée tour à tour aux insectes, aux oiseaux et aux ennemis qu’ils évoquent une fois de plus. Les passereaux alliés et amis peuvent ainsi se muer en ennemis sans que rien ne laisse prévoir la cause et le moment de leur revirement. Une réassurance vient certes conjurer ces fluctuations : si nul mal ne firent, ennemis nul mal ne feront. Mais comment savoir ce qui se passe en cervelle d’oiseau ? Comment ne pas risquer de sombrer dans la confusion « ami-ennemi » et ne pas s’angoisser devant la précarité des alliances ? Le roi lui-même et son armée peuvent se muer en assemblée venue exercer vengeaunce371.

  • 372 Ibid, 3.

181Ce danger aux multiples visages fait surgir la figure d’un ennemi soigneusement circonscrit et nettement désigné à la vindicte : e universelement oiseals a poeples signefient372. Mieux vaut accuser le peuple de ces retournements et de ces émeutes subites et préserver l’image des Grands. Les alliances ne se noueront que d’autant mieux. Le peuple est tour à tour sauterelles et mouches à faire détruire, passereaux devenus indésirables après avoir été utilisés en un premier temps comme armes contre les insectes. Petits oiseaux contre petits insectes, mais il ne faudrait pas que les « petits » utilisés en deviennent dangereux ou trop puissants. Une destruction systématique est dès lors souhaitable. Il suffit de la nommer vengeauce, représailles contre des dommages subis. Celui qui est animé de la fureur de détruire devient alors noble justicier.

  • 373 Ms B, De mussouns et oiseals, 1.
  • 374 Ibid., 2.

182Passereaux en champ ainsi que autres, oiseaux de moindre importance373, sont appréhendés comme pilleurs de récoltes. Et certes, le spectre toujours présent de la famine au Moyen Âge justifie cette peur. Cependant, au-delà de cette réalité se retrouve la hantise de la fusion d’un grand nombre d’individu au médiocre statut et de leur irruption dévastatrice dans le « champ » social des places imparties à chacun. Ce champ social est symbolisé dans divers songes, par de nombreux lieux, extérieurs ou intérieurs, terres, maisons, dépendances ou corps de l’individu lui-même ainsi que mes analyses l’ont déjà montré. Ici, le rêveur voit l’assemblee de oiseals chauntaunz entrer en sa meson et ce thème qui pourrait être joyeux, devient funèbre, le poids de l’assemblee occultant la gaieté des chants, corps de mort y avera en la meson de qi q’il soit374. Il n’y a point d’échappatoire pour ce sinistre présage tant les soulèvements de la masse font peur.

  • 375 Ibid, 1.

183Le risque de retournement subit de situation est illustré avec éloquence par l’évocation de l’ami. Cette figure est rare dans la clef des songes et dans ce paragraphe, il se mue, aussitôt, en ennemi : de son amy avera longe tendon, ire et tendon avera od ses meilours amys375. Ce sont non seulement les amis mais encore les meilleurs amis qui font volte-face et deviennent agressifs. Ce retournement illustre la fragilité des relations et des alliances humaines. Par-delà toute entente et toute mise en place de structures, sévit toujours la menace de l’Ennemi impitoyable dont la raison d’être est d’arracher à l’individu tout ce qui contribue à l’édification de sa toute-puissance pour se l’attribuer et le laisser plus pauvre que Job. Nul n’est à l’abri de la suspicion et de la vindicte de celui qui sait, au fond de lui, combien ses constructions sont vaines et injustes. Tout est ennemi potentiel à celui qui outrepasse ses droits, transgresse toutes les règles du respect d’autrui pour dorer son blason. C’est la conscience plus ou moins refoulée des abus perpétrés qui nourrit la peur du soulèvement et la figure de l’ennemi.

  • 376 Gn. 8, 8-12.
  • 377 Mt, 3, 16.
  • 378 Bestiaire..., p. 58-59.
  • 379 Ibid., p. 53.
  • 380 Livre..., p. 210.

184Après les étourneaux et les hirondelles, la clef des songes fait allusion aux colombes et tourterelles. Selon le récit de la Genèse, après le déluge, Noé lâcha la colombe à trois reprises pour voir si les eaux avaient diminué de la surface du sol. La troisième fois, elle ne revint plus. Noé sût ainsi qu’il pouvait sortir de l’arche376. La colombe est aussi symbole de l’esprit de Dieu descendu sur Jésus377. Pierre de Beauvais affirme que la douceur de la colombe symbolise les bons et les simples rachetés par le Christ378. La tourterelle invite les croyants à fuir les plaisirs de ce monde pour rechercher les biens spirituels379. Brunetto Latini vante sa grande chasteté et sa fidélité absolue à son compagnon jusqu’après la mort380.

  • 381 La pie peut se substituer à la colombe, « Thèmes et variations sur la pie dans le monde médiéval », (...)
  • 382 Ms B, De coloumbes et turtes, 7.

185Dans la clef d’Achmet les songes cités sont attribués à qi sans autre précision. Ils évoquent tous les coloumbes, une seule ligne précise à la fin du chapitre : Turte et pye381, mesme le jugement sount, mes menour382. À part une référence à l'estraunge, toutes les interprétations associent columbes et serjauntz, serviteurs.

  • 383 Ibid, 1.
  • 384 Ibid., 3.

186Le rêveur s’empare des columbes d’autrui, ce qui lui promet richesse et joie par estraunge383. C’est une des rares fois où l’étranger n’est pas mis au rang des accusés. Mais le vol qu’il subit n’attire aucune désapprobation, bien au contraire. Est-ce par les vertus de la colombe de la paix ou parce que piller l’étranger est toujours bien venu ? Mouz (beaucoup) de coloumbes peuvent aussi être trouvées, ce qui promet serjauntz gaignious, travailleurs. Prendre un nid de colombes avec les petits prédit que chettifs mesnee trovera, mettra en son service, et joye etpreu de eux avera384. Le bon serviteur, celui qui fait la joie de son maître est aussi, indissociablement, celui qui lui fait faire du profit.

  • 385 Ibid, 4.
  • 386 Ibid, 5.
  • 387 Ibid., 6.

187À celui qui nourrit des colombes et les voit s’envoler est assuré que de sa femme partira ou de sa fille ou de son bon serjaunt385. Femmes, filles et bon serviteur sont mis sur le même rang. Être séparé de son serviteur semble cependant la perspective la plus redoutée car, au songe suivant, voir ocire ou morir ses colombes prédit uniquement la perte des serviteurs386. Contre cette privation est invoqué l’acte de manger l’oiseau ou de prendre ses pennes. Grâce à cette assimilation, richesse et joye par ses serjauntz avera387 comme il en était de l'estraunge lors du premier songe. Le serviteur appartient à une autre race que celle des maîtres. Il est cet étranger dont seuls les services sont requis. Sous les ailes de la blanche colombe, il peut cependant faire contrepoids au mauvais serviteur et plaire à son maître. La richesse et les joies qu'elle procure introduisent et clôturent cette catégorie de songes.

3. Paon superbe et perdrix

  • 388 Ms B, De poon, 1, 3.

188Après la bande agitée et bruyante de passereaux, vient le paon qui attire, en solitaire, le regard et la considération pour la beauté de son plumage, la majesté de sa creste et sa superbe roue. Il représente petit roi et promet au rêveur richesse et dignité et femme qu’il ad desiree avera. Le paon privee en la meson présage quefemme ad richesse prendra et de ly fitz avera388. Le paon évoque une femme désirable, c’est-à-dire belle, riche et procréatrice de fils comme il est de coutume dans la clef des songes. Grâce à elle, son heureux propriétaire pourra lui aussi se pavaner et faire la roue.

  • 389 Ibid, 2.
  • 390 Ibid., 4.
  • 391 Ibid., 5.

189La richesse est invoquée quatre fois sous les auspices du paon. Manger sa chair promet que richesse conquerra par acun riche homme389 ou par noble femme390. Peu importe son origine, l’important est de s’attribuer cette richesse qui, à l’instar du paon perdu ou mort, peut disparaître pour laisser la place aux inséparables anguisse et povreté. La perte et l’obsession de l’avoir ont partie liée comme les deux faces d’une même médaille. La pratique du bouc émissaire est à nouveau une voie de secours contre ce cycle infernal : sur la femme vendra la tribulacion391. Lorsque la femme se pare de plumes de paon, il faut bien qu'elle soit châtiée.

  • 392 Ms B, De perdriz, 1.
  • 393 Ibid., 2.
  • 394 Ibid, 3.
  • 395 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. dangier.

190La perdrix symbolise bele femme392. L’importance de la beauté féminine soulignée d’entrée de jeu est accentuée par la répétition, à trois reprises, du syntagme bele femme. Une distinction est établie entre la perdrix domestiquée et la perdrix sauvage. La première promet bele femme en sa meson [...] a sa volunté393 tandis que la seconde est présage de bele femme daungerous, source de tencion394. Comme toujours, la beauté des femmes attire et fait peur. Une femme belle et capable de se conformer à la volonté de son époux-maître, voilà l’idéal. Mais par sa beauté la femme peut devenir dangereuse, séduire l’homme pour son malheur. Dangeros signifie aussi difficile et dangerer exercer la domination395. Tel est le danger suprême pour l’homme : se faire séduire pour se retrouver pieds et poings liés. Ce fantasme n’en finit pas de hanter la clef des songes. Il s’y joint le thème de la querelle domestique, la femme étant accusée de vouloir disputer le pouvoir à son Seigneur et Maître ce qui, par l’appel à l’adjectif sauvage, semble susceptible de porter atteinte à la civilisation.

  • 396 Ms B, De perdriz, 4.
  • 397 Ibid, 5.
  • 398 Ibid, 6.
  • 399 Ibid, 7.

191Après cette interprétation, survient le songe de la perdrix perdue qui annonce au rêveur non qu’il perdra sa femme mais, comme cela a été le cas pour les colombes perdues, que c’est l’homme qui de sa femme partira396. Sans doute n’est-il pas concevable que ce soit elle qui prenne l’initiative de la séparation. En outre, ce présage intervenant après la prédiction de querelle de pouvoir, sonne comme une menace : que la femme se soumette, ou elle sera abandonnée. Suite à cette mise en demeure, les choses semblent rentrer dans l’ordre masculin : l’homme se repaît de la chair de la perdrix et gagne avoir par sa femme397. La femme enceinte aura une fille ou si enceynte n'est ele concevra et enfauntera. Elle sera alors trop occupée pour chercher noise à son époux. La meilleure façon d’assouplir l’humeur d’une épouse rétive semble être de lui faire un enfant. L’image rassurante de la mère conjure le danger dont l’image de la trop bele femme est porteuse. Ce thème est tellement bien venu que l’adjectif enceynte revient deux fois dans la même phrase, assorti de verbes tels que concevra et enfauntera398. S’il est question une fois de fille dans les prédictions de naissance, selon la dernière phrase les perdrix generalement signifient femme et fitz399. La beauté est oubliée, c’est le fils dorénavant qui fera le charme et le prix de l’épouse.

VIII. Dragons et serpents

  • 400 Gn, 3, 1.
  • 401 Gn, 3, 14-15.

192Selon le récit de la Genèse, le serpent le plus rusé de tous les animaux des champs400 incite Ève à désobéir au Seigneur. Celle-ci entraîne avec elle dans le péché Adam et toute sa descendance. Iahvé Elohim maudit le serpent : Puisque tu as fait cela, maudit sois-tu [...] Sur ton ventre tu marcheras et tu mangeras de la poussière [...] J’établirai une inimitié entre toi et la femme, entre ta race et sa race : celle-ci t’écrasera la tête et, toi, tu la viseras au talon401.

  • 402 Ex., 4, 2-5.
  • 403 Nb, 21,8-9.
  • 404 Le, 10, 19.
  • 405 Mtt, 10, 16.
  • 406 Is., 14, 31-32.

193Si la négativité du symbole du serpent a été accentuée par la tradition chrétienne, c’est cependant en serpent que Dieu transforme le bâton de Moïse pour marquer sa puissance402, c’est un serpent d’airain que Moïse plante dans le désert sur le conseil du seigneur afin que celui qui le regarde ait la vie sauve403. Jésus, par contre, déclare à ses disciples qu’il leur donne le pouvoir de fouler aux pieds serpents et scorpions et toute la puissance de l’ennemi ne pourra vous nuire404. Mais il leur conseille aussi d’être sensés comme les serpents et purs comme les colombes405. Évoquant les invasions assyriennes subies par les villes philistines, le prophète Isaïe souligne la parenté entre le serpent et le dragon : de la souche du serpent sortira un basilic dont le fruit sera un dragon volant406.

  • 407 Apocalypse de Jean, 12, 9.
  • 408 J. Le Goff, « Culture ecclésiastique et culture folklorique au Moyen Âge : saint Marcel de Paris et (...)
  • 409 J. Fontenrose, Python of Delphic Myth and its origins, Londres, 1959, cité par J. Le Goff, « Cultur (...)
  • 410 Voir l’étude de G. Elliot Smith, The Evolution of the dragon, Manchester, 1919.
  • 411 Ibid., p. 274.

194Dans l’Apocalypse de Jean, l’archange Michel livre un combat victorieux contre le grand dragon, l’antique serpent qu’on appelle le diable et le Satan et le jette sur la terre avec ses anges407. Ce thème de la lutte contre le dragon est important dans la littérature chrétienne, spécialement hagiographique. Dans son analyse de la lutte de saint Marcel contre le dragon, Jacques Le Goff souligne qu’à la fin du xie siècle ce symbolisme était interprété dans le sens de la victoire sur le mal « en cette phase de christianisation de l’Occident, d’un épisode décisif dans la victoire du christianisme sur le paganisme »408. Il rappelle l’héritage gréco-romain et germano-asiatique dans le mythe du dragon. Apollon libère Delphes de l’emprise du serpent Python « symbole de forces naturelles qu’il faut dompter »409. Dans les cultures orientales, le dragon personnifiait les forces de l’eau410, les dieux de la fécondité, les héros et rois civilisateurs. Ces dragons parviendront en Occident à l’époque mérovingienne avec toute leur ambiguïté. Jacques Le Goff conclut son étude en soulignant l’évolution du symbolisme du dragon du vie aux xiie-xiiie siècles, époque à laquelle se développe dans l’Occident chrétien « une emblématique urbaine du dragon » dans laquelle coexistent interprétations ecclésiastiques et folkloriques411.

  • 412 Gautier Map, De nugis curialium, éd. M. R. James, Oxford, 1914. Trad, complète M. Perez, Paris, 198 (...)
  • 413 J. Le Goff, « Mélusine maternelle et défricheuse », dans Id., Pour un autre..., p. 326.

195L’ambivalence du mythe du dragon se retrouve dans la légende indo-européenne et celtique de la femme-serpente Mélusine412. Jacques Le Goff met en évidence toute la complexité accordée par les auteurs du Moyen Âge à cette figure féminine, mi-humaine, mi-animale, mère d’enfants marqués de tares diverses et cependant bâtisseuse de châteaux-forts et de villes. Il conclut « c’est la fée de l’essor économique médiéval »413.

  • 414 Brunetto Latini, Livre..., p. 184.

196Dans son Livre du Trésor, Brunetto Latini a préféré insister sur le danger du venin du serpent et condamner le basilic dont la simple odeur corrompt tout l’environnement. Il souligne la puissance de la queue du dragon le plus grand de tous les serpents414. Au contraire Guillaume le Clerc de Normandie utilise la métaphore du serpent qui se bouche les oreilles pour mettre en garde en termes véhéments contre la richesse et les riches voués à l’Enfer.

  • 415 Ms A, Du dragon, 1.

197Dans la clef d’Achmet, le symbolisme du dragon-serpent est également ambivalent mais il n’y est pas remis en cause l’aspiration à la richesse qui traverse tant d’interprétations. Dans les songes habités par le dragon, le roi fait un retour en force. Le dragon signifie la personne du roy415. À ce noble animal ainsi qu’aux serpens représentant des ennemis sont consacrés deux pages, ce qui, hormis pour les chevaux, est la plus longue énumération du bestiaire onirique. Ceci met en évidence l’importance de ces figures et de leur symbolisme.

  • 416 Ibid., 2.

198Dès le premier songe, voir grant serpent ou dragon trouvé en son jardin ou en sa maison ou chastiau ou lieu annonce un danger416. L’énumération soigneuse des lieux possibles montre que la rencontre peut se faire n’importe où, que nul n’en est à l’abri et que l’exclusion de l’animal doit être catégorique. Le grand serpent apparaissant dans un jardin évoque le Tentateur d’Ève au Paradis Terrestre. Le roi qui ars ou fait ardoir le serpent ou le blesse prend alors figure de justicier divin dont les châtiments sauvent le monde des maux engendrés par la faute originelle.

  • 417 Ibid., 3.
  • 418 Ms B, Du dragon, 3.
  • 419 Ibid., 2.

199Si le thème de la blessure infligée à l’animal n’est pas nouveau, c’est la première fois qu’il est question de le brûler, comme brûlent les damnés en Enfer. Le châtiment imposé au serpent est également subi par les arbres et les laboureurs qui aront tourment selon ce que sera le bleceure du serpent417. Dans le manuscrit B, c’est le dragon qui arde ou arace arbres418. Dans cette inversion des rôles apparaît le dragon cracheur de feu tel un démon attisant les flammes de l’Enfer. Les arbres font penser à ceux du Paradis et les laboureurs à Adam et Ève insouciants dans le jardin d’Eden puis voués l’un à cultiver la terre à la sueur de son front et l’autre à procréer dans les pires tourments : cil qui le habitent, peine averount et mal solom le mal419.

  • 420 Ms A et B, Du dragon, 4.
  • 421 Ms A, Du dragon, 5.
  • 422 Ibid., 6 et 7.

200Au troisième songe, le dragon est décrit comme un animal terrible surgissant hors de son lieu, par coruscacions et tonnoires, foudre ou tonerre420. Sa fureur assimilée aux déchaînements des éléments fait trembler l’homme et l’univers. Il apparaît comme un être fantastique contre lequel l’homme lutte de toutes ses forces, mais qui revient toujours à l’attaque, renaissant de ses cendres, d’autant plus redoutable qu’il a été agressé. Il surgit de la terre, s’apparentant aux démons, mais aussi es nuees421, suscitant l’épouvante, brouillant les limites, puisque venant du ciel, il suggère le courroux divin et sous les traits du dragon volant devient une figure d’Apocalypse, symbole des forces du Mal. Devant cette puissance deux alternatives sont présentées : le roi peut lui parler hardiement et sanz paour ou l’occire422.

  • 423 Ibid, 8, 9.
  • 424 Ibid, 12.

201Avec les songes suivants commencent une série de mises à mort du serpent. Le sujet a bataille contre serpent, l’occis, l’a trenchié par my423. Occire revient comme une nécessité incontournable dans les cinq songes qui font suite à l’apparition du dragon sur terre et dans les cieux. Certes, il est dit que le rêveur peut être mors du serpens et donc tué lui-même. Cela suffit-il à expliquer cet acharnement ? S’agit-il seulement de la résurgence de l’antique combat entre l’homme et le Diable, le Bien et le Mal ? Ces songes consacrés à l’affrontement du dragon et du roi évoquent aussi les combats légendaires entre Zeus et Typhon, Apollon et Python à Delphes, au nom de la souveraineté mâle victorieuse du règne des Déesses Mères. Selon le onzième songe, le serpent apparaît au roi en son palais424'. Ce songe intervenant après la succession de règlements de comptes suggère que son épouse tout comme ses proches peuvent se transformer en serpents. Peut-être est-ce aussi en lui-même que l’homme redoute le plus la manifestation du serpent, comme un hôte familier mais honni.

  • 425 Ms A et B, Du dragon, 13.
  • 426 Ms A, Du dragon, 15.

202Il existe enfin un autre enjeu : manger chars serpentines ou de dragon promet croissance de ses richesces, joie et paix avec les ennemis, richesse par haut homme425. Trouver un serpent mort est de bon augure426. À condition qu’il soit tué, le serpent devient symbole positif dont la possession et l’ingestion sont appréciables.

  • 427 Ibid, 16.
  • 428 Ibid, 17.

203Après ces songes où l’agressivité de l’homme contre l’animal réprouvé se laisse libre cours, la clef des songes aborde un thème tout différent. Le rêveur trouve un serpent d'or, grand et moult tachié, et de pierres precieuses ait le dos diversement vestu. Cette vision d’un serpent de légende n’appartient, est-il précisé, qu’à ceuls qui ont royaume ou a cil qui le doit avoir. Car ce serpent merveilleux, presque divin, promet au sujet qu’il sera roy et ara dominacion sur le peuple, ce qui ne saurait être le destin de n’importe qui427. Ce thème est assez mirifique pour qu’un second songe, toujours royal, lui soit consacré. Le roi trouve ou se voit présenter un serpent divers (singulier, bizarre), et sans variété, semblable au dragon, ceci lui promet moult d’or des choses et tresors d’anciens roys428. Le thème du dragon-serpent gardien et maître de trésors mythiques émerge ici. (À Delphes, c’était lui qui gardait le trésor du temple avant d’être vaincu par Apollon.)

  • 429 Ibid., 18 et 19.
  • 430 Ibid., 20.

204Après cette envolée, fait retour, pour la troisième fois, le thème du serpent envahisseur. Mais cette fois, l’angoisse est à ce point exacerbée, qu’il est question non plus d’un, mais d’une multitude de grans et de petis serpens ensemble grouillant au lieu où vient le rêveur. L’occire ou en être mordu429 est à nouveau la seule alternative envisageable. Le thème de la morsure, apparu pour la troisième fois, clôture la liste de tous ces songes. Elle est présentée comme toujours nocive, qu’il s’agisse de petit ou moien serpent, ce qui renforce d’autant la condamnation. Petit, moyen ou grand, peu importe, le serpent est forcément dangereux, donc à exterminer. Les serpents, conclut la clef des songes, signifient universelment ennemis430.

  • 431 Ms A, Du dragon, 2.
  • 432 Ibid., 3.

205À nouveau surgit inlassablement la figure de l’ennemi à occire à tout prix, à tout propos et même hors de propos. Il est là, menaçant dans chaque interprétation, derrière chaque songe. Tout comme le serpent, il peut être incarné par chacun, surgir parmi les plus proches comme parmi les plus lointains. Quel que soit le lieu et l’heure, il se presentera, ce contraire ennemy431, qui ne respecte rien ni personne, s’en prenant jusqu’aux arbres432, ce symbole paisible de la nature.

  • 433 Ibid, 4.
  • 434 Dans le siège de Barbastre, une discussion s’engage entre Girart de Conmanchis et son père sur le s (...)
  • 435 Ms A, Du dragon, 8.

206Il est avant tout, sous les traits du dragon-serpent, l’ennemi du roi. Il s’agit d'au truy roy, de cet Autre qui est aussi le semblable, l’égal en pouvoir, en richesse et donc un rival tout désigné et le plus intime qu’il soit. Il fait ombrage à celui qui désire être l’Unique, c’est pourquoi il y aura joie sur (sa) perdicion433. La perte, la chute du rival, de l'alter ego, tels sont les vœux de celui qui désire briller seul, pour qui pouvoir et richesses partagés ne sont plus trésor de prix. Ce rival, cet alter ego434, il faut le réduire en sujétion, le vaincre en bataille, le mettre à mort, pour prendre ses richesses, accaparer ce qui fait son prestige435.

  • 436 Ibid, 10.
  • 437 Ibid, 11, 12, 18.
  • 438 Ibid., 15.

207Ce double étrange et menaçant c’est le tres plus grand de ses ennemis, les autres font figure de pâles imitations. C’est lui qu’il faut frapper de manière décisive436. Il faut le desconfire pour éviter qu’il ne triboule et n’assaille une fois encore, cet envieus et hayneux qui cherche à avoir victoire de luy et des siens437. Pourtant en attaquant le serpent, symbole de cet ennemi de choix, le sujet espère trouver en lui tout ce que son ame desire etplaist438. Ce qui est désiré, ce qui plaît, les rêves suivants semblent le dire de manière exhaustive, royauté et domination, or et trésors merveilleux, transmis et accaparés de rois en rois.

  • 439 Ibid., 6.
  • 440 Ibid., 13 et 14.

208Et pourtant, la référence à l’âme du sujet pourrait ouvrir d’autres perspectives. Ce que l’âme désire, c’est peut-être d’être pacifié merveilleusement a roy qui a multitude de gent d’armes439, d’avoir joie, d'être pacifié sur ses ennemis. Joie et paix invoquées deux fois semblent pouvoir s’acquérir par le fait de manger chars serpentines, de parler a serpent440. L’adjectif merveilleusement rappelle le serpent merveilleux gardien de trésors.

  • 441 Des somges, 306.
  • 442 Ce sont li songes, 99, 100.
  • 443 Ibid., 63.
  • 444 Ce sont li songes, 101 ; Des somges, 62 et 34.
  • 445 Ce sont li songes, 65.
  • 446 Ibid., 103.

209Il pourrait se dire qu’une rivalité forcenée ne saurait s’arrêter par le biais des armes, mais par la parole et qu’il suffirait que l’homme établisse une relation avec son dragon, son serpent intérieur, ses propres pulsions et ses désirs pour que cessent ces acharnements destructeurs et pour que le contraire, le différent, puisse aussi devenir le semblable, le frère. Mais dans les clefs des songes le temps de ces découvertes ne peut advenir. Les paroles réputées mauvaises sont forcément, comme le rappellent les Songes Daniel, le fait des femmes441 et males paroles d’anemis, la morsure du serpent est identifiée à la nuisance des paroles d’autrui442. Manger du serpent est assimilé à querelles de mavese louainges443. Ces interprétations évoquent à nouveau en dernier recours les paroles mensongères par lesquelles l’Ennemi du genre humain a persuadé Ève de manger du fruit défendu et de faire tomber Adam dans le même piège. Il importe donc, dans ces clefs également, de se battre contre les serpents et de les tuer ce qui équivaut à détruire ses ennemis444. Contrairement à cette symbolique négative, voir un dragon promet poesté445 et le serpent le col enveloppant446 annonce accroissement d’honneurs, ce qui met en évidence l’ambiguïté du symbolisme du dragon-serpent dans les Songes Daniel comme dans la clef d’Achmet.

IX. Scorpions venimeux

  • 447 Ms A, De l’escorpion, 2.

210La clef d’Achmet ne considère qu’un seul songe de scorpion. Cil qui songe se voit touchié par lui ce qui est présage de blessure et qu’il languira longuement447.

  • 448 Ms B, De l'escorpion, 2, 3 et 4.
  • 449 Saint François de Sales, Introduction à la vie dévote, I, 19, Annecy, 1893, t. Ill, p. 57.

211Il n’y a pas de riposte de l’homme à cette attaque ce qui la fait apparaître comme d’autant plus fatale. Ce n’est que dans le manuscrit B que le rêveur point de scorpion, peut aussi le prendre ou l’occire448. Poindre, c’est charger, se précipiter subitement contre quelqu’un. L’attaque du scorpion aussi rapide qu’inattendue, rend son aiguillon venimeux très redoutable. Le venin peut être inoculé à l’improviste et s’insinuer dans le sang comme un poison mortel. Tuer le premier est donc vital pour l’homme, d’autant plus que la Bible assimile cet animal aux puissances démoniaques. Selon Saint François de Sales si le scorpion est venimeux, réduit en poudre il peut devenir un remède efficace à condition de le tuer et de l’écraser complètement449.

  • 450 Ms A et B, De l’escorpion, 1.
  • 451 Ms A, De l’escorpion, 4 et Ms B, De l’escorpion, 2, 3.

212Même dans un nombre aussi restreint de songes, l’ennemi est invoqué, l’escorpion signefie ennemy malfaiteur et de petite gloire, scorpion enemy signifie malfesaunt450. Le rêveur est blessé par lui et en demeure longtemps malade, en avera damage et languira, le veintra, paroles alpoeple dirra dount enemistee movera451. L’inimitié étant causée par des paroles adressées au peuple, c’est donc lui l’ennemi en question. Il ne fait pas partie des Grands de ce monde, puisqu’il est de petite gloire. Il est ce malfaitor, ce criminel qui commet des mauvaises actions et transgresse les conventions. Le préfixe mal entraîne avec lui des associations multiples. Celui qui est malfeu est misérable, malchanceux, le maleuros, le malheureux, par glissement sémantique rejoint le malfé, le diable et le Mal.

  • 452 Ms A, De l’escorpion, 2.
  • 453 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. blecier.
  • 454 Ms B, Du dragon, 5.
  • 455 A. J. Greimas, Dictionnaire…, s.v. ramposne.

213Quel est ce dommage redouté de la part de cet ennemi ? Blecier452, c’est non seulement blesser, mais amollir en battant, détruire la carapace, révéler la faiblesse sous la cuirasse453. Le venin de l’ennemi fait perdre toute superbe à celui qu’il atteint. Le jugement est au tiel de touz bestes venimouses et rampauntz454. Ramper au lieu de marcher est connoté négativement depuis la condamnation du Serpent tentateur. Considéré comme un animal rampant, l’ennemi ne peut être digne que de mépris en dépit de son dangereux venin. Mais ramper c’est aussi se dresser debout, raide, le ramposmer est celui qui outrage, ramposner c’est tourner en dérision455. Sont-ce là les crimes essentiels de cet ennemi ?

X. Insectes suspects

1. Guêpe mauvaise, diligente abeille

  • 456 Platon, Phédon..., 81-82.

214La société très organisée et hiérarchisée de ces insectes a suscité à toutes les époques une grande admiration. Selon Platon les hommes de bonne conduite, pratiquant les vertus sociales et civiques se réincarneront en une espèce animale dont les mœurs sont sociales et policées : abeilles, je pense, ou guêpes, ou fourmis456.

  • 457 Voir D. Hassig, Medieval Bestiairies..., p. 61.
  • 458 Brunetto Latini, Livre..., p. 196-198.

215L’organisation de la ruche et les mœurs des abeilles ont de même servi d’exemple dans les bestiaires médiévaux457. Brunetto Latini vante les abeilles. Elles accomplissent avec diligence la fonction qui leur est propre, toutes dévouées à leur « roi », prêtes à mourir pour lui. L’abeille qui ose lui désobéir se punit elle-même aussitôt en s’arrachant son aiguillon458.

  • 459 Thomas de Cantimpre, Bonum universale de apibus, livre I, 5, dans Les exemples du « livre des abeil (...)
  • 460 Ibid., livre I, 12, p. 76.

216Le Bonum universale de apibus, composé entre 1256-1263 par le dominicain Thomas de Cantimpré, eut un très grand succès au Moyen Âge et jusqu’au cours du xviie siècle. Dans cet ouvrage les particularités et les mœurs des abeilles servent de support à un discours religieux et moral mais aussi à une critique sociale. Il y est affirmé que selon le modèle de la ruche, il ne doit exister qu’un chef à la tête de l’Église459 et les prières des fidèles doivent soutenir les prélats comme l’essaim d’abeilles son roi460.

217Dans le manuscrit 1317, le thème des mouches bonnes et sauvages clôt le bestiaire onirique. Le titre du chapitre oppose mouches bonnes et mouches sauvages. Ce n’est pas le domestiqué qui est présenté comme le contraire du sauvage, mais le bon. De ce fait le sauvage apparaît comme mauvais et ce qui est domestiqué comme bon. Sous le couvert des mouches s’opposent à nouveau les registres du domestiqué et du sauvage, coïncidant avec ceux du Bien et du Mal.

  • 461 Ms A, Des mouches bonnes et sauvages, 1.
  • 462 Ibid., 2, 4.

218Ce sont des mouches mauvaises, dites aussi fucos ou guespes461 qui introduisent la liste des songes et lui donnent le ton. Par le biais de ces insectes, le dard et le venin, déjà invoqués par les figures du Serpent et du Scorpion, refont leur apparition. Ils sont d’autant plus redoutables qu’il est question non d’une guêpe mais d’un essaim : roi et haut homme ou povere voient musches et wybes assemblez, moutz des mouches venir en acun lieu462. Cette multitude, le rêveur la voit venir en aucune region et par elle les laboureurs sontpoins et navrés. Le thème de l’envahissement par un grand nombre de petits insectes s’allie à celui du dommage subi : attaques et blessures.

  • 463 Ibid., 1.

219La victime est présentée sous les traits de travailleurs, cultivateurs, de petites gens occupées à leurs besognes quotidiennes, ce qui fait paraître l’agression encore plus injuste et infâme. Des « petits » qui s’en prennent à des « petits » il y a de quoi surprendre. Mais cette circonstance incite d’autant plus le lecteur à applaudir lorsque les guêpes s’enfuyent par la crainte d’aucun d’iceuls laboureurs ou d’autre463. La mise en scène de la défaite des guêpes, le retournement de situation suscite le mépris pour ces insectes et pour les « petits » désœuvrés peu soucieux de contribuer au bien-être et à l’ordre de la ruche, dérangeant ceux qui consacrent leur vie à leur labeur quotidien.

  • 464 Ibid., 2.

220À cette scène d’agression et de contre-agression est opposée l’image positive des abeilles. De ces mouchetes privees, cil qui songe, le roi ou le prince, trouve l’euvre, le lieu ou elles sont, le ree de miel464. À l’opposé des guêpes, les abeilles sont industrieuses, passent leur vie à faire provision de pollen, à le transformer en miel. Elles ne s’opposent pas, dans les songes, au prélèvement fait par l’homme et semblent même faire offrande de leur miel.

  • 465 Ms B, Des mouches bonnes et sauvages, 3.

221Le thème de la multitude dangereuse se retrouve dans le manuscrit B. Lorsqu’elle se met en mouvement, l’angoisse monte, nul ne pouvant dire jusqu’où ira ses errances. Il peut advenir que sodeynement musches ou wybes entrent en narils d’acun465. Cette fois l’invasion est d’autant plus épouvantable qu'elle transgresse les limites corporelles, profitant des orifices naturels, agressant l’individu au plus intime de lui-même.

  • 466 Ms B, Des ees, 1 et 2.
  • 467 Ms A, Des mouches bonnes et sauvages, 3.

222Les bonnes mouches, au contraire, restent à leur poste, procurant richesse, promettant au roi ou au prince peuple qui le servira, richesse delitable par d’autri travail466. Utiliser pour s’enrichir d’humbles auxiliaires zélés est décrit comme une source de délices. Il importe que le peuple reste sous le joug sous peine d’être assimilé à des serviteurs luxurieux, s’adonnant à la débauche et d’être traité en conséquence. Le roi les mettra hors de sa compaingnie, il est notoire que l’abeille isolée ne peut survivre et que le serviteur exilé ne retrouvera guère de travail. Si le métier des champs ne lui convient, l’homme du peuple peut cependant devenir servans de chevalier, serviteur, soldat, oubliant sa servitude pour s’enorgueillir de la gloire de son maître467.

  • 468 Ibid., 1.
  • 469 Ms B, Des mouches bonnes et sauvages, 4, 2.
  • 470 Ibid., 2.

223Les mouches sauvages sont identifiées six fois à un ennemi. À l’instar des guêpes, il envahit en bande des régions pour faire tort aux laboureurs. Il peut se faire que ceux-ci se défendent et le mettent en fuite tout corompu, brisé, détruit468. Mais cet envahisseur, dont le nombre fait la force, peut revenir à la charge : survenue de enemys et peyne à ceulz qui y habitent sont à redouter, provoquant anguisse au pauvre homme qui jusqu’à la mort languira469. Le roi ne paraît pas attaqué directement par un ennemi d’aussi piètre condition. Il est ce noble personnage plongé dans grant anguisse par les noveles qe de son host orra470. Il se préoccupe du sort de son armée car si elle paraît avoir pour but la défense de ces pauvres opprimés, si livrer la guerre à l’envahisseur paraît alors geste de protection paternelle, ce sont ses sources de richesses que le roi défend.

224À travers ces thèmes, une distinction est établie entre le bon et le mauvais peuple, le bon et le mauvais serviteur, ce dernier constituant une des figures de l’ennemi. Accuser les perturbateurs de l’ordre établi de pillage et de crimes permet de masquer ceux qui sont effectivement perpétrés afin de pouvoir les continuer en toute impunité, tel un juste partage des rôles.

  • 471 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. fuc.
  • 472 Ms A, Des mouches bonnes et sauvages, 3.

225Rois et princes, hauts hommes et maîtres de tous bords, savent cependant que leurs privilèges sont assis sur une masse aux mouvements imprévisibles, que les fucos (guêpe, foule, troupeau471) sont à craindre. Mais s’ils échappent au roi, les servans abiles des chevaliers seront là pour les querir472, les ramener ou même les détruire.

226Mieux vaut penser à sa sécurité et s’assurer la protection d’un puissant qui, sans cela, se livrerait à des représailles sanglantes. La vie sociale doit s’apparenter à celle d’une ruche où ouvrières et reine trouvent chacune leur place pour assurer la bonne marche du système.

227Angoisse vitale, hantise du manque, obsession compensatrice de richesse et de pouvoir, tels demeurent les motifs obsédants du manège infernal qui tourne dans ce chapitre comme dans les précédents.

2. Fourmi envahissante

228L’Ancien Testament vante le travail, la prévoyance de la fourmi et la donne en exemple à l’homme :

  • 473 Les Proverbes, 6, 6-9.

va vers la fourmi, paresseux
considère ses voies et tu deviendras sage
473.

  • 474 Guillaume Le Clerc, Bestiaire..., p. 84.
  • 475 Pierre De Beauvais, Bestiaire..., p. 33.

229Guillaume le Clerc de Normandie met en avant le caractère sage et avisé des fourmis qui avancent bien en ordre et savent discerner le bon grain du mauvais474. Pierre de Beauvais invite les chrétiens à imiter leur sagesse et leur prévoyance475.

  • 476 Ms B, Des formies, 2, 3, et 4.
  • 477 Ibid, 1, 2.
  • 478 Ibid, 3.
  • 479 Ibid., 4.

230Dans la clef d’Achmet, le rêveur voit que la ou habite moutz de fourmies entrent, les voit aler par chemyn et entrer en sa meson, en sa graunge assemblee de furmies ou en son gerner476. Ces minuscules insectes s’insinuent partout, dans la maison, la grange, le grenier où sont entassés les récoltes et les biens. Tous ces rêves sont interprétés négativement : formies sovent signifient mort, et même mort hastive477. Ce caractère de soudaineté la rend d’autant plus angoissante. S’il ne meurt, le sujet languira et sa méisné multipliera478. S’affaiblir et voir sa meisné se multiplier semble être une seule et même calamité. L’interprétation suivante annonce tribulacion et qu’en povreté cherra479. Ce sont peut-être là les effets redoutés d’une famille trop nombreuse à nourrir et héberger. Pauvreté et mort sont à nouveau associées.

  • 480 Ibid., 3.

231Une seule prédiction est positive dans le manuscrit B : si de meson issent portauntz gryn, du mal eschapera480. Ainsi l’angoisse essentielle n’est pas le pillage des provisions par les fourmis. La phobie de leur invasion est plus fondamentale car elle évoque une masse de « petits » qui se met en marche et ne respecte plus les limites et les territoires réservés. L’envahissement et l’agression par la multitude sont les thèmes omniprésents de ces songes et de leurs présages.

Conclusion

232Pour proclamer la nécessaire domination d’une race dite supérieure sur une autre affirmée inférieure, la thématique très utilisée par l’interprète est celle de l’animal. Par son intermédiaire, les distinctions sociales et hiérarchiques, la défense du pouvoir royal et de celui des Grands deviennent lutte de la morale, de la raison, de l’humanité contre l’anarchie des pulsions et la bestialité.

233À travers le cheval sont chantées les qualités physiques et morales de l’élite et de ses alliés. Sa noble prestance, sa beauté viennent signifier aux yeux de tous que les vertus découlent de la race. N’est-il pas des chevaux qui traversent la vie d’une manière élégante, assurée, tandis que de lourdes bêtes de labour pèsent sur une terre à laquelle ils adhèrent de par leur constitution même ?

234Le symbolisme des couleurs du pelage affine ces arguments et précise les différences. Sur son blanc cheval, l’élite avance toute de pureté et de lumière tandis que se traîne une piétaille rangée d’office du côté des ténèbres. Allier la grâce de la démarche à l’éclat de la couleur blanche, souligner la fragilité de cette dernière, incite à mettre tout en œuvre pour les sauvegarder et justifie toute mesure se prévalant de cette nécessité. L’insistance sur la menace de souillure en fait une obsession et draine vers elle toutes peurs et angoisses. La nécessaire codification de la sexualité pour préserver la pureté de la race revient sans cesse à l’ordre du jour et s’ancre elle-même dans la protection radicale du pouvoir.

235Le noble peut alors surgir dans la lice, monté sur son cheval fauve et brandissant son écu noir. Ces couleurs ne sont plus qu’expression de sa vaillance, de sa supériorité et de ses victoires. Par ailleurs les connotations ambiguës du fauve et du noir suscitent à merveille une angoisse salutaire dans l’esprit des spectateurs. Par touches successives, agrémentées de rouge et de jaune, le jeu des couleurs alimente la palette du peintre de la bonne société. Il en dresse un tableau habile, évoquant liesse et exaltation, tristesse et atteintes sournoises selon qu’il le juge nécessaire.

236Ayant plus d’une corde à son arc, il sait aussi, pour mieux brider les esprits critiques, se muer en scénariste de la comédie humaine et présenter en son théâtre d’ombre des scènes exaltantes de dressage. Le licou imposé de main de maître au cheval rétif sert de prologue à des méthodes plus expéditives. L’âne docile, serviteur humble et dévoué aux intérêts de son maître est opposé au mulet détestable, bâtard issu de croisements réprouvés. Le bœuf domestique courbé sous le joug, montre comment tracer un sillon droit, profond pour qu’y germe la semence désirée. Gros ou petit bétail défilent docilement pour vanter les joies du troupeau, offrir chair, cornes, tête et peau à leur propriétaire.

237Pour renforcer son maquignonnage éhonté, l’interprète fait surgir une foule d’animaux sauvages. Le bétail humain reste frappé de terreur devant des fauves carnassiers, des lions redoutables, images triomphantes d’une royauté à laquelle nul ne doit et ne peut résister. Le roi n’affronte-t-il pas, victorieusement, en des combats homériques, toute bête fauve, qu'elle soit lion, tigre ou léopard femelle ? Cette démonstration de sa toute-puissance rappelle que lui seul est capable de terrasser la bête avec l’aide de Dieu.

238Les menaces du monde animal rappellent à l’homme du commun qu’il n’est pas à l’abri s’il ne se soumet. Les violences exercées par les Maîtres se justifient de l’agressivité subie et des dangers encourus par leurs sujets et eux-mêmes. De cette manière ils peuvent satisfaire leur avidité de grands prédateurs. Une extermination peut impunément être entreprise contre l’ours jugé dangereux pour sa puissance, le sanglier sauvage et la truie luxurieuse, le loup ennemi de l’innocent troupeau et le renard trop rusé. Les grâces félines de la femelle léopard et la souple beauté du lièvre doivent aussi être éradiquées de la surface de la terre et de l’esprit de l’homme toujours sujet à des tentations interdites. L’interprète seul peut l’inviter à des ripailles de chairs accommodées de sauces habilement concoctées.

239Par le dragon surgissant dans un fracas de tonnerre, par le grouillement des serpents, par le scorpion à la piqûre redoutable, le manipulateur des songes prévient que le démon est toujours à l’affût. Il utilise l’image d’essaims de guêpes, de colonnes de fourmis pour attiser la peur de la multitude et la transformer en phobie de l’envahissement.

240À tout ce qui se tapit et rampe sur terre, il oppose le spectacle d’oiseaux volant haut dans le ciel, tel l’aigle, image d’exaltation de soi et de toute puissance. Symbole royal entre tous, ce dernier rappelle que la noble race céleste est d’une essence supérieure, toute de spiritualité.

241Les passereaux quant à eux, symbole du peuple et des petites gens, sont certes honorés comme faisant l’ordre en éliminant les nuisibles mais aussi chassés comme pillards et destructeurs. L’obsession et la phobie du peuple, des pauvres ne désarment jamais tant ils semblent dangereux pour l’ordre établi et la superbe image de soi dont le corps est un symbole privilégié.

Notes

1 Gn, 1, 20-25.

2 Gn, 1, 26-30

3 Gn, 2, 18-20.

4 Gn, 3, 1-7.

5 Gn, 3, 14-15.

6 Isidore de Séville, Étymologies, livre XII, trad. J. Andre, Paris, 1986,1, 1-3, p. 36-38.

7 Raban Maur, De Universo, VII, 8, P.L.CXI, col.199-200, cité par J. Voisenet, Le Bestiaire chrétien. L’imagerie animale des auteurs du haut Moyen Âge (ve-xie siècle), Toulouse, 1994, p. 17-18.

8 M. Closson, « La femme et le cheval, du xiie au xive siècle », dans Le cheval dans le monde médiéval Senefiance 32,1992, p. 61.

9 D. Hue, « L’orgueil du cheval », dans Le cheval..., p. 259.

10 A. M. Bautier, « Contribution à l’histoire du cheval au Moyen Âge », dans Bulletin philologique et historique, 1976, p. 209.

11 Ms B, Des chevaux, 2, 7. « Il semble qu’il ne soit de bon cheval que sarrasin, d’Espagne ou d’Arabie [...] le cheval arabe a une place de choix dans l’imaginaire chrétien », G. Gouiran, « Entre sarrasins et chrétiens, ou le cheval décapité », dans Le cheval…, p. 244.

12 Ms A, Des chevaux et jumens, 1, 5.

13 Ibid., 9.

14 Ibid., 1, 2, 3 ; Ms A et B, Des chevaux, 2, 3.

15 Palladius, Traité d’agriculture, IV, 13 2, éd.R. Martin, Paris, 1976.

16 Isidore de Séville, Étymologies, livre XII..., 45, p. 70-71 : forma, pulchritude, meritum atque color. Forma, ut sit ualidum corpus et solidum [...] coma densa et cauda [...] Meritum, ut sit animo audax, pedibus alacer, trementibus membris
Brunetto Latini affirme que le cheval doit avoir « une crinère épaisse, une queue bien fournie, des sabots solides [...] En matière de bonté [...] qu’il soit hardi, d’une allure joyeuse », Brunetto Latini, Li livres dou tresor...

17 À propos du prix du cheval et de sa possession privilégiée par la classe dominante voir M. Closson, « la femme et le cheval... », p. 62 et R. Colliot, « Les chevaux symboliques d’Amadas et Ydoine », dans Le Cheval..., p. 94.

18 Ms A, Des chevaux et jumens, 1 et Ms B, Des chevaux, 11.

19 Ms A, Des charios, 3.

20 J. Ribard, Le Moyen Âge..., p. 55-56.

21 Ms A, Des chevaux, 1 et 3 et Ms A, Des chevaux et jumens, 2.

22 Ms A, Des charios, 7. Selon Herbordus Bambergensis, évêque du xiie siècle, « La force et la puissance des nobles et des capitaines se mesurent à l’abondance et au nombre de leurs chevaux » ; Herbordus Bambergensis, Dialogus de vitta Ottonis episcopi Bambergensis, 2, 23, éd. R. Koepke, M.G.H., Scriptores, XX, 1860, p. 735, cité par A. M. Bautier, « Contribution à l’histoire » ..., p. 209.

23 Ms A, Des chevaux, 3 et Ms A, Des couleurs des chevaux, 12.

24 À propos de l’image du cheval et du cavalier comme être double, voir M. Jahns, Ross und Reiter in Leben und Sprache, Glauben und Geschichte der Deutschen, 1872, I, p. 162.

25 Le thème de la castration sera repris dans le chapitre sur le corps et sur l’ennemi.

26 Ce sont li songes, 69 et Des Somges, 46.

27 Ms A, Des chevaux, 5.

28 E Morenzoni, « Les animaux exemplaires dans les recueils de Distinctiones bibliques alphabétiques du xiiie siècle », dans L’animal exemplaire au Moyen Âge, Ve-XVe, dir.J. Berlioz et M. A. Polo de Beaulieu, Rennes, 1999, p. 185.

29 Les chevaux blancs ont toujours paru monture de princes, voir M. Closson, « La femme et le cheval... », p. 64 et A. Planche, « De quelques couleurs de robe », dans Le cheval..., p. 409.

30 Ms A, Des couleurs des chevaux, 2. Le cheval dont la robe n’est pas de couleur uniforme dévalorise son propriétaire, voir M. Pastoureau, L’étoffe du diable. Une histoire des rayures et des tissus rayés, Paris, 1991, p. 45.

31 Ms B, Des couleurs des chevaux, 2.

32 Ms A, Des couleurs des chevaux, 9.

33 Ms A, Des couleurs des chevaux, 3.

34 Ms A, Des chevaux, 6.

35 Isidore De Séville, Étymologies... XII, 48, p. 70-71 : badius, aureus, roseus, mirteus, ceruinus, giluus.

36 Ms B, Des chevaux, 2.

37 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. sor.

38 A. Planche, « De quelques couleurs... », p. 410.

39 Des soinges et des esperimens des soinges, 49.

40 Ce sont li songes, 68.

41 Des soinges et des esperimens des soinges, 43.

42 Cette couleur de robe est symbole de gloire et de joie, voir R. Colliot, « Les chevaux symboliques... », p. 96.

43 Dans le Roman de Fauvel, (éd. A. Langfors, Paris, 1914-1919), Gervais du Bus déclare que cet animal ne doit avoir couleur fors fauve (v.220) car il symbolise : flatterie, avarice, vilenie, variété, envie et lâcheté, c’est un fourbe et un tricheur (vv 240-252).

44 Ms A, Des chevaux, 6.

45 M. Pastoureau, « Les couleurs médiévales : systèmes de valeurs et modes de sensibilité », dans Id., Figures..., p. 37, 40 et 42.

46 M. Pastoureau, « Bestiaire du Christ, bestiaire du Diable. Attributs animais et mise en scène du divin dans l’image médiévale », dans Id., Couleurs, images, symboles. Études d’histoire et d’anthropologie, Paris, 1989, p. 76-77.

47 M. Pastoureau rappelle que le pelage roux du renard et de l’écureuil est le signe d’une nature dangereuse, M. Pastoureau, Jésus chez le teinturier..., p. 31.

48 Ms A, Des chevaux et jumens, 9.

49 Ms A, Des couleurs des chevaux, 4.

50 Voir le chapitre sur l’image de la femme.

51 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s. v. nigre.

52 Ms A, Des couleurs des chevaux, 8.

53 M. Pastoureau, « Les couleurs médiévales... », p. 40.

54 Ms A, Des couleurs des chevaux, 11.

55 Les teinturiers savent enfin obtenir une couleur intense et lumineuse, voir M. Pastoureau, « Du bleu et du noir, éthiques et pratiques de la couleur à la fin du Moyen Âge », dans Médiévales, 14, 1988, p. 19-21.

56 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. bloi.

57 Cependant, le rouge se trouve, à mi-hauteur dans l’échelle de couleur apparue à partir du xiiie siècle, entre le blanc et le noir. Il cite l’anecdote d’une femme noire censée concevoir avec un homme blanc des enfants à damiers blancs et noirs ou de couleur rouge. M. PASTOUREAU, « Vers une histoire sociale des couleurs », dans Id., Couleurs, images, symboles... p. 18.

58 Des soinges et des esperimens des soinges, 112. Waing signifie « ce que l’on gagne », F. Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française du IX au xve siècles, Paris, 1982(2), (éd. orig. : 1891-1902), s.v. waing.

59 Des soinges et des esperimens des soinges, 113.

60 Des somges, 45

61 Les chevaux de la mort ou présages de mort abondent de l’Antiquité grecque au Moyen Âge. Ils paraissent d’autant plus funestes ici qu’ils sont de cette couleur noire qui, jusqu’au xiiie siècle au moins, est « la plus funeste des couleurs », M. Pastoureau, Jésus..., p. 122. En outre, le cheval lui-même est parfois interprété comme une figure d’agressivité et de mort, F. Dubost, « De quelques chevaux extraordinaires dans le récit médiéval. Esquisse d’une configuration imaginaire », dans Le cheval..p. 195.

62 Ce sont li songes, 66-67.

63 Ms A et B, Des chevaux et jumens, 7.

64 Ms A, Des chevaux et jumens, 7.

65 « Il n’y a pas de symbolique des couleurs envisagées hors du temps et de l’espace, mais seulement de multiples systèmes de la couleur où, dans un contexte donné, précis, daté, localisé, les couleurs prennent en charge tel ou tel réseau de significations », M. Pastoureau, « Vers une histoire... », p. 47.

66 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. ord.

67 M. Pastoureau, L’étoffe..., p. 40-41. Dans l’iconographie les démons sont souvent représentés tachetés, O. A. Erich, Die Darstellung des Teufels in der Christlichen Kunst, Berlin, 1931, p. 98.

68 Ms A, Des chevaux et jumens, 7.

69 Cette association étroite entre le jaune et l’or surprend si l’on considère qu’au Moyen Âge l’or était considéré comme le bon jaune, celui du soleil, des richesses, et de l’amour divin, voir M. Pastoureau, « Formes et couleurs du désordre », dans Id., Figures..., p. 30.

70 Ms A et B, Des chevaux et jumens, 8.

71 M. Pastoureau, Jésus chez le teinturier..., p. 147-148 et 152-154 et J. Huizinga, L’automne du Moyen Âge, Paris, 1980 (éd. orig. 1919), p. 287-288.

72 M. Pastoureau, « Les couleurs médiévales... », p. 43.

73 Ms A, Des chevaux, 3.

74 Ibid., 5.

75 Ms A, Des charios, 3.

76 Ms B, Des couleurs des chevaux, 5.

77 D. Hue, « L’orgueil du cheval... », p. 259.

78 Ms A, Des chevaux, 10.

79 Voir R.H. et A.M. Bautier, « Contribution à l’histoire du cheval au Moyen Âge, l’élevage du cheval », dans Bulletin philologique et historique, 1978, p. 59-73.

80 Ms A, Des couleurs des chevaux, 11.

81 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. fer.

82 Ms A, Des chevaux, 2.

83 Ms A, Des chevaux et jumens, 4.

84 Ibid., 3.

85 Ibid., 11.

86 Ms B, Des chevaux, 7.

87 Léon Le Grand, Septième Sermon sur le Carême, 32, (XLV), 4, cité par J. Voisenet, Le bestiaire..., p. 92. Dans les récits oniriques de la littérature des xiie et xiiie siècles, l’animal symbolise la violence de l’âme humaine, les pulsions et les désirs qu’il convient de maîtriser, voir M. Desmaules, Formes et significations du rêve dans la littérature romanesque des xiie et xiiie siècles, Paris, 1985, p. 287.

88 Platon, Phèdre, 245-246..., t. II, p. 34.

89 Ms A, Des chevaux et jumens, 10 et 11.

90 La relation étroite entre le cheval et le cavalier est marquée dans l’iconographie, voir C. Raynaud, « Le cavalier et sa monture, conventions iconographiques et innovations dans le Roman de Tristan en prose », dans Id„ Mythes, cultures et sociétés, xiiie-xve siècles, Paris, 1995, p. 14-18.

91 Selon les médecins du Moyen Âge consommer le lait d’un animal ou de la mère équivaut à en acquérir les caractéristiques, voir D. Lett, L’enfant des miracles, Enfance et société au Moyen Âge (xiie-xiiie siècle), Paris, 1997, p. 263.

92 Dans le Lancelot en prose, le cheval signifie le peuple car le peuple doit porter le chevalier en tous besoins et c’est sur le peuple que le chevalier doit être assis [...] il doit lui procurer et lui fournir tout ce dont il a besoin [...] car le chevalier le garde et le protège dans Lancelot..., p. 405.

93 Ms A et B, Des chevaux et jumens, 4.

94 Voir C. Ferlampin-Acher, « Le cheval dans Perceforest : réalisme, surnaturel et burlesque », dans Le cheval..., p. 226-233.

95 Ms A, Des chevaux et jumens, 9.

96 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. noise.

97 Ms A, Des couleurs des chevaux, 5.

98 Artemidore, La clef des songes, éd. A. J. Festugiere, Paris, 1975.

99 Ms A, Des chevaux, 7.

100 Ibid., 9.

101 Ms A, Des chevaux et jumens, 1, 9 et 10.

102 E. Jones, Le cauchemar : rêves et cauchemars. Incubes et succubes. Le vampire. Le loupgarou. Le diable, les sorcières, le cheval. La sexualité et les superstitions, Paris, 1973, p. 216-219.

103 L’animal figure le refus à l’ordre culturel des sociétés humaines, l’absence de lois morales propres à régler les pulsions, voir M. Desmaules, Forme et signification du rêve..., p. 287.

104 Le Moyen Âge réprime sévèrement tout comportement susceptible d’entretenir la confusion entre l’homme et l’animal. M. Pastoureau, « L’animal et l’historien du Moyen Âge » dans L’animal exemplaire..., p. 15.

105 Ms A, Des chevaux, 4.

106 Job 39, 19-25.

107 Ms B, Des couleurs des chevaux, 14.

108 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. destorber.

109 Ibid., s.v. povre.

110 Ms B, Des couleurs des chevaux, 15.

111 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. gesir.

112 Ms B, Des couleurs des chevaux, 16.

113 Platon, Phédon, 81-82, t. I, p. 802.

114 Ms A, Des asnes selon Daniel, 1.

115 Ms B, Des asnes selon Daniel, 1.

116 Ibid., 2.

117 Ibid., 3.

118 Ibid., 4.

119 Ibid, 6.

120 Ibid., 6, 9, 10.

121 Ibid., 7.

122 Dans les bestiaires l’âne sauvage symbolise le diable, F. Mc. Culloch, Medieval latin and french Bestiaries, Chapell Hill, 1962, p. 145.

123 Ms B, Des asnes selon Daniel, 8.

124 Ibid., 11.

125 Ibid, 12

126 R. Harrisson, Forêts : essai sur l'imaginaire occidental Paris, 1992, p. 109.

127 Ms B, Des asnes selon Daniel 14.

128 Pierre de Beauvais, Bestiaire, dans Bestiaires du Moyen Âge, éd. G. Bianciotto, Paris, 1980, p. 43.

129 Ms A, Des charios, 3.

130 Ms A, Des buefs, 1.

131 Ms A, Des charios, 3.

132 Ms A, Des buefs, 1.

133 Ibid., 2.

134 Ibid., 3.

135 Ms A, Des buefi, 4.

136 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. redonder.

137 Ibid., s.v. estrange.

138 Ibid., s.v. meschever.

139 Ms A, Des buefi, 6.

140 Ibid., 9.

141 Ibid., 4 et 8.

142 Ibid., 8.

143 Ibid., 9.

144 Ibid., 10.

145 Ibid., 9.

146 Ibid, 12.

147 Ibid., 5.

148 Ms A, Des buefi, 13, 14 et 15.

149 Ms B, Des buefi, 12.

150 Ms A, Des buefs, 13.

151 Les songes et la signiffcacion d’iceux, 260.

152 Ms B, Des buefs, 1.

153 M. Pastoureau, « Ceci est mon sang... », p. 48-49.

154 Ms A, Des charios, 7.

155 Ms A, Des moutons, brebis, aingniaux, cerfs et chèvres, 1.

156 Ibid., 2.

157 Ibid, 3.

158 Ms B, De buc et cheveril, 2.

159 Ms A, Des moutons, brebis, aingniaux, cerfs et chèvres, 4.

160 Ms B, De buc et cheveril 4.

161 Ms A, Des moutons, brebis, aingnaux, cerfs et chèvres, 5.

162 La tête du royaume est le roi. Par conséquent toute partie du royaume qui attaque le roi attaque la tête et risque de détruire le corps entier et finalement lui-même. Sermon d’un clerc inconnu du xive siècle, cité par E. Kantorowicz, Les deux corps..., p. 187.

163 Selon la Genèse (22,1-18), Elohim éprouve Abraham en lui demandant de lui sacrifier son fils Isaac. Mais alors qu’il lève le couteau sur l’enfant, Elohim satisfait de sa soumission lui envoie un bélier qu’Abraham offre en holocauste à la place de son fils. En récompense de son obéissance, il lui est promis que sa race se multiplierait.

164 Ms A, Des moutons, brebis, aingniaux, cerfi et chèvres, 6.

165 Ibid., 7.

166 Voir le chapitre sur l’ennemi.

167 Il convient de remarquer que du cerf, il n’est pas dit grand-chose dans cette clef des songes alors que c’est un animal d’une grande richesse symbolique. Voir par exemple D. Hassig, Medieval Bestiairies, text, image, ideology, Cambridge, 1995, p. 40-51. Pierre de Beauvais le décrit comme l’ennemi du serpent qu’il foule aux pieds de même que Jésus-Christ est venu vaincre le vieux serpent. Il compare le goût du cerf pour les montagnes élevées aux fidèles qui par l’intercession des apôtres et des prêtres s’élèvent à la connaissance de Dieu-, Bestiaire..., p. 54-55.
Dans la Vie de saint Eustache, le cerf dit à Saint Eustache, « je suis le Christ » et une croix blanche brille entre ses bois (éd. H. Petersen, Paris, 1928, vv 301-432).
Voir aussi la chasse mythique au blanc cerf dans les romans arthuriens, E Dubost, « Les merveilles du cerf, miracles, métamorphoses et médiations », dans Revue des Langues Romanes, 2, 1994, p. 287-310. L’auteur signale que la fonction de médiation est omniprésente dans les représentations du cerf, mais il peut aussi devenir figuration menaçante du désir sexuel et de l’agressivité. Le combat de mâles en rut, n’inspire peut-être guère un interprète des songes ennemi des pulsions et de rivalités dangereuses pour l’ordre social ?

168 Ms B, De buc et cheveril 1, 2, 4.

169 Ibid, 13.

170 Ibid, 1.

171 Ibid., 5, 6, 12, 14 et 15.

172 Ibid, 15.

173 Ibid, 9.

174 Ibid, 11.

175 « Le personnage de Jason jouissait d’un éclat tout particulier dans la tradition mythologique qui a si largement alimenté l’imaginaire médiéval ». L’ordre le plus prestigieux était celui de la Toison d’or. Splendeurs de la cour de Bourgogne, récits et chroniques, éd.D. RegnierBohler, Paris, 1995, p. XVII.

176 Ms A, De la laine..., 2, 3, 5.

177 Ibid, 6.

178 Pourtant « de la Rome archaïque à l’Irlande du xxe siècle », on trouve des légendes sur la truie incarnant « la mère féconde et nourricière », M. Pastoureau, « L’homme et le porc, une histoire symbolique », dans Id., Couleurs, Images..., p. 24.

179 Ms A, De la truye, 2.

180 Ibid, 3.

181 Ibid., 4.

182 Ms B, De la truye, 4.

183 Ms A, De la truye, 1.

184 Malleus Maleficarum, le marteau des sorcières, trad. A. Danet, Paris, 1973, p. 207 ; C. C. Kappler, Monstres, démons, et merveilles à la fin du Moyen Âge, Paris, 1980, p. 266-267 ; D. Jacquart, C. Thomasset, Sexualité et savoir médical au Moyen Âge, Paris, 1985, p. 103 et 260.

185 Ibid., p. 261.

186 Ms A, De la truye, 2 et 4 ; Ms B, De la truye, 4.

187 Ms A, De la truye, 4.

188 Ibid, 2.

189 Ms A, Du porc, 3.

190 Ms B, Du porc, 5.

191 Ms A, Du porc, 4.

192 Ibid., 6 et 7.

193 Partant à la chasse Baudouin, comte de Flandre, se trouve face à « un sanglier qui était très grand, fort et noir ». Baudouin le défie : « aussitôt le sanglier se leva, fit grincer ses dents, et la gueule écumante saillit hors du lieu où il se trouvait, s’élançant avec férocité contre le comte ». Le sanglier est ainsi présenté comme un animal sauvage et dangereux. Le livre de Baudouin comte de Flandres, dans Splendeurs de la cour..., p. 17.

194 Dans la symbolique le sanglier peut évoquer le courage et la ténacité tandis que le cochon est image de gloutonnerie et de luxure. M. Pastoureau, « L’homme et le porc, une histoire symbolique », dans Id., Couleurs, images..., p. 279 ; M. Pastoureau, « le sanglier dans les sceaux du Moyen Âge », dans Id., L’hermine et le simple, Paris, 1982, p. 117-126.

195 Ms B, Du porc, 5.

196 Mtt, 8, 30-34 ; Mc, 5, 9-20 ; Lc8, 30-39.

197 M. Vlncent-Cassy, « Les animaux et les péchés capitaux : de la symbolique à l’emblématique », dans Le monde animal et ses représentations au Moyen Âge (xie-xve siècles), Toulouse, 1985, p. 121, 127, et 129 ; W. Schouwink, Der Wilde Eber in gottes Weinberg. Zur Darstellung des Schweins in Literatur und Kunst des Mittelalters, Sigmaringen, 1985.

198 C. Fabre-Vassas, « Juifs et Chrétiens autour du cochon », dans Recherches et travaux de l’Institut d’ethnologie de Neuchâtel, 6, 1985, p. 59-83.

199 Se reporter aux sourates du Coran : II, 168 ; V, 4. VI, 146, XVI, 16.

200 M. Green, Symbol and Images in Celtic Religious Art, Londres, New York, 1989, p. 139-141 ; et J. de Vries, La religion des celtes, Paris, 1963.

201 Ms A, Du porc, 2, 3, 4, 6 et 7.

202 Ms B, Du porc, 3.

203 Ms A, Du porc, 2, 3, 4, 7.

204 Ibid, 2.

205 Ibid., 3.

206 Ms B, Du porc, 3.

207 M. Pastoureau, « L’homme et le porc... », p. 247.

208 Ibid., p. 243-249.et C. Fabre-Vassas, « Le partage du ferum. Un rite de chasse au sanglier », dans Études rurales, 87-88, 1982, p. 377-400.

209 Dans « sa soue, le cochon est un animal stupide et impur ; au coeur de la forêt, il entre en contact avec le monde sacré », M. Pastoureau, « L’homme et le porc... », p. 251

210 Un rapprochement entre le porc et l’homme se retrouve également : R. Buren, M. Pastoureau, J. Verroust, Le cochon, Histoire symbolique et cuisine du porc, Paris, 1987. Et C. Fabre-Vassas, La bête singulière. Les juifs, les chrétiens et le cochon, Paris, 1994.

211 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. sengle.

212 Michel Pastoureau rappelle que dans les armoiries, l’un des attributs les plus fréquents du lion est la couronne : M. Pastoureau, Armorial des chevaliers de la Table Ronde, Paris, 1983.

213 Ms B, De leon, 7.

214 Ibid., 2, 3, 11, 13.

215 Voir M. Pastoureau, « Quel est le roi des animaux », dans Le monde animal et ses représentations..., p. 133-142 et Traité d’héraldique, Paris, 1979, p. 136.

216 Mireille Desmaules souligne l’importance de la force physique dans une société de guerriers. Le lion étant symbole de force, il est indispensable que le héros prouve sa supériorité en le dominant, M. Desmaules, Formes et signification du rêve..., p. 334.

217 Ms B, De leon, 5.

218 Ibid., 12.

219 Ibid., 2.

220 Ibid, 6, 8 et 9.

221 Ms A, De lyon, 2.

222 Ms B, De leon, 2, 3.

223 Ms A, De lyon, 1 ; Ms B, De leon, 2, 3, 9 et 13.

224 Ms B, De leon, 11.

225 Ms A, De lyon, 1.

226 Ibid., 2.

227 Ps, 9, 9.

228 P. Jonin, « Le songe d’Iseut dans la forêt du Morois », dans Le Moyen Âge, 1958, 1-2, p. 107-108.

229 E. Dhorme, Les religions de Babylonie et d’Assyrie, Paris, 1945, p. 104 ; J. Vandier, La religion égyptienne, Paris, 1944, p. 17-18.

230 Dans \e Roman de Renart, Noble le lion symbolise l’empereur ou le roi.

231 Pierre de Beauvais, Bestiaire..., p. 23.

232 Ms A, Du tygre, 2, 3, 4.

233 Ibid, 5.

234 Ibid, 1, 3.

235 Ibid, 2.

236 Ibid., 7.

237 Ibid, 3.

238 Ibid., 5, 6.

239 Ms B, Autre jugement de leon et de leopart, 1.

240 Ms A, Du parde, 2, 3, 5.

241 M. Pastoureau, « L’animal et l’historien... », p. 24. Les ménageries possédées par rois, princes et prélats sont toujours « des signes de pouvoir et des instruments politiques ».

242 Ms B, Autre jugement de leon et de leopart, 2.

243 Ms A, Du parde, 1.

244 Ibid., 1, 2, 3 et 5.

245 Ibid., 3.

246 Ibid., 2.

247 Le Roman de Renart, branche I..., t. I, p. 87.

248 Ibid., branche XV, t. II, w. 450-454, p. 369. Par maltalent s’est herichiés/Escopi l’a enmi le vis/Puis done un saut, sel fiert des gris/La face li a gratinee/Jus l’abati teste levee.

249 Ms A, Du chat, 2.

250 Ibid, 3.

251 Ms B, Du chat, 4.

252 Ms A, Du chat, 4.

253 L. Bobis, Les Neufs Vies du chat, Paris, 1991 et R. Delort, Les animaux ont une histoire, Paris, 1984, p. 338-341.

254 Ms A, Du chat, 1.

255 Ibid., 2.

256 Ibid., 3.

257 Ibid., 4.

258 L. Bobis, « Chasser le naturel... L’utilisation exemplaire du chat dans la littérature médiévale », dans L'animal exemplaire..., p. 230-233.

259 Nec alteri animalium im maleficio stultitia sollertior. Pline L’ancien, Histoire Naturelle, VIII, 54, éd. A. Ernout, Paris, 1952.

260 J. Voisenet, Le bestiaire..., p. 170.

261 Le Roman de Renart..., Branche I, t. I, p. 75.

262 M. Pastoureau, « Quel est le roi... », p. 137.

263 Ms A, De l’ours, 2.

264 Ibid., 3.

265 Ibid., 6.

266 Ibid., 3, 4, 5 et 7.

267 Ibid, 1.

268 Ibid., 2, 4, 5, 7 et Ms B, 4 et 7.

269 ]. Voisenet, Le bestiaire..., p. 138.

270 « Loup », dans J. P. Clebert, Bestiaire fabuleux, Paris, 1971.

271 W.G. Wood Martin, Traces of the Elder Faithes of Ireland t. II, p. 119.

272 J. Voisenet, Le bestiaire..., p. 139.

273 Platon, Phédon..., 81-82.

274 Gn, 49, 27.

275 Mtt, 10, 16. Ce thème est repris par Lc, 11,3.

276 Isidore de Séville, Étymologies, livre XII..., 23, p. 108-109 : quod rabie rapacitatis quaequae inuenerit trucidet.

277 Ms A, Du loup, 2, 3.

278 Ibid., 2.

279 « C’est pour un pouvoir, une force singulière qu’on le croit capable d’assurer le bonheur de demain, celui qui console d’un aujourd’hui problématique ». C. Beaune, Naissance de la nation..., p. 343.

280 Ms A, Du loup, 4.

281 Ibid., 1. Le loup prédateur illustre de manière privilégiée le seigneur brigand ou le diable, C. Bremond « Le bestiaire de Jacques de Vitry », dans L’animal exemplaire..., p. 117.

282 Ms A, Du loup, 2, 3 et Ms B, Du loup, 2.

283 Ms A, Du loup, 2.

284 Le loup est effrayant, perçu comme « un dévorateur d’homme », G. Ortalli, « Animal exemplaire et culture de l’environnement : permanences et changements », dans L’animal exemplaire..., p. 45. Voir aussi R. Delort, Les animaux..., p. 251.

285 Ms A, Du loup, 2, 4, 5 et Ms B, Du loup, 2.

286 Ms B, Du loup, 2.

287 Ms A, Du loup, 4.

288 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. lovel.

289 C. C. Kappler, Monstres, démons..., p. 272-275 ; W. Lederer, La peur des femmes ou gynophobia, Paris, 1980, p. 138 ; et M. Eliade, Initiation, rites et sociétés secrètes, Paris, 1959, p. 116-126.

290 Bestiaire..., p. 63.

291 Le Bestiaire d’amour, dans G. Bianciotto, Bestiaires..., p. 132.

292 Le siège de Maupertuis, dans Le Roman de Renart..., branche I. a, t. 1, p. 129.

293 Guillaume Le Clerc, Bestiaire..., p. 90.

294 Le Renard et le bouc, Ésope de Julien Macho, dans Les fables..., p. 281.

295 Ms A, Du renart, 1.

296 Sur le symbolisme négatif de la couleur fauve, voir A. Ott, Études sur les couleurs en vieux français, Paris, 1897, p. 83, M. Pastoureau, « Tous les gauchers sont roux », dans Le genre humain, 16-17, 1988, p. 343-354.

297 Ms A, Du renart, 3.

298 D. HASSIG, Medieval Bestiaries, text..., p. 62-70.

299 Sur le rejet des animaux de la nuit par le Moyen Âge, voir M. Pastoureau, « L’homme et le porc... », p. 246. Sur la nuit et les fantasmes qui lui sont liés, voir, J. Verdon, La nuit au Moyen Âge, Paris, 1994, p. 67-90 et J. Delumeau, La peur..., p. 87-97.

300 Ms A, Du renart, 4.

301 Ms B, Du renart, 4.

302 Ms A, Du renart, 1.

303 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. triboler.

304 Ms A, Du renart, 5 et Ms B, Du renart, 1 et 5.

305 À propos de ces défauts qui sont aussi ceux de Renart voir P. Jonin, « Les animaux et leur vie psychologique dans le Roman de Renart (branche 1) », dans Annales de la Faculté des lettres d’Aix, 25, fasc. 1-2, 1951, p. 63-82 ; J. Bichon, L'animal dans la littérature française au xiie et au xiiie siècle, Lille, 1976, t. 2, p. 492-493.

306 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. renart.

307 Ibid., s. v. triboler.

308 Ms A, Du renart, 4.

309 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. privance.

310 Bestiaire..., p. 65.

311 L’âne et le chien..., p. 230.

312 Le loup et le chien..., p. 177-179.

313 Ms A, Des chiens, 2, 3.

314 Ce sont li songes, 41.

315 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. reschigner.

316 Ibid., s. v. chenin.

317 M. Pastoureau, « Bestiaire du Christ, bestiaire du Diable... », p. 90 ; L. Reaud, Iconographie de l’art chrétien, Paris, t. I, 1955, p. 108.

318 Ms A, Des chiens, 4.

319 Ms B, Des chiens, 4.

320 Ms A, Des chiens, 1.

321 Ibid., 2.

322 Ibid, 3.

323 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. abater.

324 Ms A, Des chiens, 2.

325 Ibid, 3.

326 Ibid., 6.

327 Ibid, 5.

328 F. Morenzoni, « Les animaux exemplaires dans les recueils de Distinctiones bibliques alphabétiques du xiiie siècle », dans L’animal exemplaire..., p. 183. Sur l’image contrastée du chien voir G. Dahan, L’exégèse chrétienne de la Bible en Occident médiéval, xiie-xive siècle, Paris, 1999, p. 331-333, voir aussi sur cette question, J. Voisenet, « Le bestiaire de la félonie », dans Félonie, trahison, reniements au Moyen Âge, Cahiers du Crisima, 3, 1997, p. 158-161.

329 Ce sont li songes, 42.

330 Dans les sermons des prédicateurs, le lièvre est méprisé, voir H. Martin, Le métier de prédicateur..., p. 433.

331 Ms A, Des lievres, 1.

332 Ms A et B, Des lievres, 2.

333 Ms A, Des lievres, 2.

334 Ms B, Des lievres, 2.

335 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. enfermer.

336 Ibid., s.v. fol.

337 Ms B, Des lievres, 1.

338 Ms A, Des lievres, 2.

339 Ibid., 1.

340 Ibid., 2.

341 Ms A, Des singes, 1.

342 Ibid., 2, 3.

343 Ms B, Des singes, 1.

344 Les montreurs de singes sont très répandus en Occident dès le xiie siècle et leur spectacle apprécié, H. W. Janson, Apes and Ape Lore in the Middle Age and the Renaissance, Londres, 1952, p. 145-147.

345 Ms A, Des singes, 4.

346 Colette Ribaucourt rappelle combien le singe peut être considéré comme une bête laide, monstrueuse et symboliser fausseté, hypocrisie, flatterie, luxure et vanité, C. Ribaucourt, « Le singe à la bourse d’or », dans L’animal exemplaire..., p. 251.

347 Ms A, Des singes, 1, 3, 5.

348 Ms B, Des singes., 1.

349 Ms A et B, Des singes, 1, 4.

350 Ms A, Des singes, 3.

351 Ibid, 2.

352 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. ord.

353 Bestiaire..., p. 44. Cette image négative se retrouve chez Hildegarde de Bingen, Le livre des subtilités..., p. 221 ; chez Isidore De Séville, Étymologies, Livre XII..., 1, 60, p. 82-83 et 2, 30-33, p. 114-117, dans le « Bestiaire de Gervaise », éd.P Meyer, dans Romania, 1872, p. 420-433. Voir également à H. W. Janson, Ape and Ape Lore..., chapitre I et II.

354 Bestiaire..., p. 23.

355 Guillaume Le Clerc, Bestiaire..., p. 77.

356 H. E. Korn, Adler und Doppeladler. Ein Zeichen im Wandel der Geschichte, Marburg, 1976, p. 1-12 ; N. Henkel, Studien zum Physiologus Mittelalter, Tübingen, 1976, p. 192-194. Ces auteurs soulignent le symbolisme positif de l’aigle. Il est néanmoins décrit parfois avec ambivalence, E Morenzini, « Les animaux exemplaires... », p. 174-175 ou Gregoire Le Grand, Moralia in Job, P.L., t. 76, c. 624.

357 Ms B, De egle, 1.

358 Pour M. Pastoureau, l’aigle est l’image parfaite de la souveraineté, M. Pastoureau, « Quel est le roi... », p. 141.

359 À partir du xiie siècle, l’aigle conteste au lion sa primauté en tant que roi des animaux, Ibid, p. 139-142.

360 Ms B, De egle, 2.

361 Ibid., 3.

362 Dt, 32, 9-13.

363 A. Boureau, L'aigle, chronique d’un emblème, Paris, 1985, p. 56-58.

364 Ibid., p. 46-48, Cette association apparaît chez Origène, Jean Chrysostome et Théodonet.

365 Ms B, De egle, 3.

366 Ibid., 4. Et pourtant, l’aigle fait partie dans l’Ancien Testament des animaux dont la chair est prohibée, Dt, 14, 13

367 Ms B, De egle, 5.

368 Ms B, De estorneus et aroundes, 1.

369 F. Godefroy, Dictionnaire..., s.v. estor

370 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. assembler.

371 Ms B, De estorneus et aroundes, 2.

372 Ibid, 3.

373 Ms B, De mussouns et oiseals, 1.

374 Ibid., 2.

375 Ibid, 1.

376 Gn. 8, 8-12.

377 Mt, 3, 16.

378 Bestiaire..., p. 58-59.

379 Ibid., p. 53.

380 Livre..., p. 210.

381 La pie peut se substituer à la colombe, « Thèmes et variations sur la pie dans le monde médiéval », dans Le Moyen Âge, 1, 1991, p. 78.

382 Ms B, De coloumbes et turtes, 7.

383 Ibid, 1.

384 Ibid., 3.

385 Ibid, 4.

386 Ibid, 5.

387 Ibid., 6.

388 Ms B, De poon, 1, 3.

389 Ibid, 2.

390 Ibid., 4.

391 Ibid., 5.

392 Ms B, De perdriz, 1.

393 Ibid., 2.

394 Ibid, 3.

395 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. dangier.

396 Ms B, De perdriz, 4.

397 Ibid, 5.

398 Ibid, 6.

399 Ibid, 7.

400 Gn, 3, 1.

401 Gn, 3, 14-15.

402 Ex., 4, 2-5.

403 Nb, 21,8-9.

404 Le, 10, 19.

405 Mtt, 10, 16.

406 Is., 14, 31-32.

407 Apocalypse de Jean, 12, 9.

408 J. Le Goff, « Culture ecclésiastique et culture folklorique au Moyen Âge : saint Marcel de Paris et le dragon », dans ID., Pour un autre..., Paris, 1977, p. 251.

409 J. Fontenrose, Python of Delphic Myth and its origins, Londres, 1959, cité par J. Le Goff, « Culture ecclésiastique... », p. 252.

410 Voir l’étude de G. Elliot Smith, The Evolution of the dragon, Manchester, 1919.

411 Ibid., p. 274.

412 Gautier Map, De nugis curialium, éd. M. R. James, Oxford, 1914. Trad, complète M. Perez, Paris, 1983, thèse dactylographié ; Jean d’Arras, Le roman de Mélusine ou l’Histoire des Lusignan, éd. M. Perret, Paris, 1991 (éd. orig. : Paris, 1979).

413 J. Le Goff, « Mélusine maternelle et défricheuse », dans Id., Pour un autre..., p. 326.

414 Brunetto Latini, Livre..., p. 184.

415 Ms A, Du dragon, 1.

416 Ibid., 2.

417 Ibid., 3.

418 Ms B, Du dragon, 3.

419 Ibid., 2.

420 Ms A et B, Du dragon, 4.

421 Ms A, Du dragon, 5.

422 Ibid., 6 et 7.

423 Ibid, 8, 9.

424 Ibid, 12.

425 Ms A et B, Du dragon, 13.

426 Ms A, Du dragon, 15.

427 Ibid, 16.

428 Ibid, 17.

429 Ibid., 18 et 19.

430 Ibid., 20.

431 Ms A, Du dragon, 2.

432 Ibid., 3.

433 Ibid, 4.

434 Dans le siège de Barbastre, une discussion s’engage entre Girart de Conmanchis et son père sur le sens du dragon qui lui est apparu en songe. Représente-t-il l’ennemi ou le secours du roi Louis ? Cette hésitation marque bien l’ambivalence du symbole du dragon. Voir R. Colliot, « L’étrange et les belles étrangères dans le siège de Barbastre » dans De l’étranger à l’étrange ou la conjonction de la merveille, Senefiance 25, Aix-en-Provence, 1988, p. 92.

435 Ms A, Du dragon, 8.

436 Ibid, 10.

437 Ibid, 11, 12, 18.

438 Ibid., 15.

439 Ibid., 6.

440 Ibid., 13 et 14.

441 Des somges, 306.

442 Ce sont li songes, 99, 100.

443 Ibid., 63.

444 Ce sont li songes, 101 ; Des somges, 62 et 34.

445 Ce sont li songes, 65.

446 Ibid., 103.

447 Ms A, De l’escorpion, 2.

448 Ms B, De l'escorpion, 2, 3 et 4.

449 Saint François de Sales, Introduction à la vie dévote, I, 19, Annecy, 1893, t. Ill, p. 57.

450 Ms A et B, De l’escorpion, 1.

451 Ms A, De l’escorpion, 4 et Ms B, De l’escorpion, 2, 3.

452 Ms A, De l’escorpion, 2.

453 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. blecier.

454 Ms B, Du dragon, 5.

455 A. J. Greimas, Dictionnaire…, s.v. ramposne.

456 Platon, Phédon..., 81-82.

457 Voir D. Hassig, Medieval Bestiairies..., p. 61.

458 Brunetto Latini, Livre..., p. 196-198.

459 Thomas de Cantimpre, Bonum universale de apibus, livre I, 5, dans Les exemples du « livre des abeilles », une vision médiévale, éd. H. Platelle, p. 68.

460 Ibid., livre I, 12, p. 76.

461 Ms A, Des mouches bonnes et sauvages, 1.

462 Ibid., 2, 4.

463 Ibid., 1.

464 Ibid., 2.

465 Ms B, Des mouches bonnes et sauvages, 3.

466 Ms B, Des ees, 1 et 2.

467 Ms A, Des mouches bonnes et sauvages, 3.

468 Ibid., 1.

469 Ms B, Des mouches bonnes et sauvages, 4, 2.

470 Ibid., 2.

471 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. fuc.

472 Ms A, Des mouches bonnes et sauvages, 3.

473 Les Proverbes, 6, 6-9.

474 Guillaume Le Clerc, Bestiaire..., p. 84.

475 Pierre De Beauvais, Bestiaire..., p. 33.

476 Ms B, Des formies, 2, 3, et 4.

477 Ibid, 1, 2.

478 Ibid, 3.

479 Ibid., 4.

480 Ibid., 3.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search