Version classiqueVersion mobile

Les clefs des songes médiévales

 | 
Valérie Bach

Deuxième partie. Le monde d'ici-bas

Chapitre 3. Entrelacements végétaux

Texte intégral

  • 1 J. Barrau, « L’homme et le végétal », Histoire des mœurs, dir. J. Poirier, t. I, Paris, 1990, p. 12 (...)

1Ainsi que le rappelle J. Barrau dans son étude sur « l’homme et le végétal », leurs rapports sont multiples et complexes1 Si le rôle nourricier de la nature occupe une place importante dans les esprits, les vertus médicinales des plantes sont également prises en compte ainsi que l’utilisation technique qui peut en être faite. Au-delà de ce strict aspect utilitaire, le monde végétal est surtout inscrit comme tout l’Univers dans un réseau signifiant qui le transcende. Devenu symbole, il se charge de sens, devient message à déchiffrer.

I. Les arbres, fils du ciel

  • 2 P. Mane, « “De mauvais arbre ne vient nul bon fruit” ou quelques images médiévales de l’arboricultu (...)
  • 3 J. Furhmann, « Les différentes sources, caractéristiques et fonctions des jardins monastiques au Mo (...)
  • 4 H. Toubert, « Une fresque de San Pedro de sorpe (Catalogne) et le thème iconographique de l'Arbor b (...)

2Le Moyen Âge est très sensible à la symbolique de l’arbre. Ils sont très présents dans l’iconographie médiévale, et y représentent souvent à eux seuls la nature2. Jean Furhmann, étudiant les jardins monastiques, rappelle qu’ils étaient considérés comme symbole de résurrection3. Leur lien avec le thème du paradis n’a pas cessé d’être mis en avant4.

  • 5 P. Gallais et J. Thomas, L’arbre et la forêt dans l’Énéide et l’Eneas, de la psyché antique à la ps (...)
  • 6 Gn, 1, 11.
  • 7 Gn, 1, 28.

3La Bible a « abondamment magnifié l’arbre »5. Selon l’Ancien Testament, Dieu créa les arbres au troisième jour, après la lumière et les deux. Ayant séparé la Sèche des eaux il dit : que la terre produise du gazon, de l’herbe émettant semence, des arbres fruitiers faisant du fruit selon leur espèce, qui aient en eux leur semence sur la terre6. Les arbres apparaissent avant les luminaires au firmament des cieux, avant les animaux et avant l’homme. Aux uns comme aux autres, Dieu donne la même consigne : fructifiez et multipliez-vous7, mais les hommes ont autorité sur les animaux et pour nourriture herbes et fruits. À la lecture de ce texte, l’arbre apparaît comme le fils de la lumière, du ciel et de la terre. Il se dresse comme la preuve de la victoire sur les ténèbres et le chaos, il est l’incarnation de ce triomphe. Il est l’ancêtre de toute vie, ses fruits renouvelant et perpétuant l’œuvre de Création, assurant la sauvegarde et la multiplication de l’espèce humaine. Mère nourricière et père créateur et protecteur, l’arbre de vie offre en Eden ses fruits garants d’immortalité.

  • 8 Gn, 3, 18.

4Cependant une réserve doit demeurer dans le don et dans la relation entre les arbres et les hommes comme le rappelle l’arbre de la science du bien et du mal. Pour s’être comportés avec avidité, sans discernement et s’être emparés de fruits interdits, Adam et Eve se voient privés d’arbres tutélaires. Ils ne vont plus désormais que cultiver un sol ingrat couvert d’épine et de ronce8. Présence ou absence d’arbres, fécondité ou stérilité du sol, bonheur ou malheur pour la race humaine sont indissolublement liés.

  • 9 Gn, 3, 14.
  • 10 Gn, 8, 11.
  • 11 Ex, 15, 10.
  • 12 Dt, 8, 7.

5En divers autres passages de l’Ancien Testament, l’arbre se retrouve aux carrefours cruciaux de l’histoire des hommes. Lors du déluge, Noé construit une arche en bois de cyprès9 et c’est une feuille d’olivier qui annonce le retour de la vie sur terre, la fin du courroux divin10. Les tables de la Loi sont protégées par une arche en bois d’acacia11. La terre promise elle-même est décrite comme un pays où poussent en abondance figuiers, grenadiers et oliviers12.

  • 13 Dt, 13, 2.
  • 14 Dt, 16, 21.

6Cependant des connotations négatives apparaissent aussi dans le texte biblique. La formule l'arbre verdoyant13 est utilisée plusieurs fois pour dénoncer les lieux de culte consacrés aux faux dieux et Iahvé interdit à son peuple de planter aucun arbre à côté de son autel14. Autour de l’arbre se jouent ainsi les rapports de l’homme avec son Créateur, à travers les arcanes du bonheur et du malheur, du bien et du mal, de la vie et de la mort.

  • 15 Ms A, Des arbres et p lentes, 2.
  • 16 Sur la comparaison entre l’arbre et la croix, voir E. Simmons Grenhill., « The child in the tree, a (...)

7La clef d’Achmet présente en un premier temps les arbres selon une perspective religieuse. Ils sont accion de foy et de graces et la force du tronc et des racines signifie oroison15. De l’arbre tout est déclaré prière, les branches tendues vers le ciel, le tronc qui les fait naître et qui se dresse tel l’axe vertical de la croix16, les racines ancrées dans la terre pour puiser la nourriture. Plus l’arbre est fort, plus la prière est ardente, plus rayonnante est la présence de Dieu au coeur des hommes.

8Voie privilégiée vers le Paradis, lien entre le ciel et la terre, l’arbre témoigne par ses nombreuses feuilles de tous les fais des hommes, de leurs efforts pour accéder au salut. La dialectique opposant les bonnes actions des justes aux errements des insensés se nourrit de plusieurs résonances symboliques appendues à la couronne de l’arbre.

  • 17 Ms A, Des arbres et plentes, 1.
  • 18 L’arbre « florissant [...] est l’image de la Vie ; desséché, il est l’image de la Mort. Chargé de f (...)
  • 19 Ms A, Des arbres et plentes, 1.

9Des feuilles bien vertes témoignent d’une œuvre droituriere, tandis que pales, decheantes, elles trahissent la petitesse du sens17. La couleur verte traduit les qualités de la foi. Son éclat révèle des sentiments religieux vifs et profonds, sa pâleur exprime leur étiolement18. L’intensité de la couleur verte dépend de la vigueur avec laquelle la sève circule : les feuilles peuvent être bien nourries ou sans jus19 et se détacher de l’arbre pour tomber à terre et pourrir. De même le croyant peut s’ouvrir ou se fermer à la circulation de la parole divine et sa foi sera alors féconde ou stérile. La force de la sève est en relation avec celle de la lumière qui baigne l’arbre, tout comme les œuvres dépendent de la lumière que Dieu répand miséricordieusement sur les hommes.

10Les feuilles bien vertes et celles qui tombent, privées de couleur et de sève rappellent le cycle de la vie humaine, la vanité de tout attachement terrestre :

  • 20 L’ecclésiastique, 14, 18-19.

Comme la feuille verdoyante sur un arbre touffu,
Il fait tomber les unes, il fait pousser les autres ;
De même la génération de chair et de sang,
L’une meurt et l’autre nait.
Toute œuvre corruptible disparaîtra,
Et celui qui Ta faite s’en ira avec elle
20.

  • 21 M. Pastoureau, Jésus chez le teinturier, Paris, 1998, p. 73.

11Ces résonances symboliques de la couleur verte ont été évoquées par Michel Pastoureau : « sa première fonction est de mettre en valeur ou d’emblématiser tout ce qui est instable, éphémère, mouvant, que ce soit en bonne ou en mauvaise part : la jeunesse, l’espérance, la chance, le hasard, le jeu, le destin. [...] tout ce qui bouge, tout ce qui se transforme, tout ce qui tourne comme la roue de la Fortune est ou peut-être associé à la couleur verte »21.

  • 22 R. Maisonneuve, « Le symbolisme sacré des couleurs chez deux mystiques médiévales : Hildegarde de B (...)
  • 23 Id, p. 264.

12Devant les caprices du sort et le caractère éphémère de toute vie, il importe d’accorder une priorité absolue à la vie de son âme et à son salut. Ce n’est que par ce biais que l’homme pourra être baigné de cette couleur verte mystique que l’abbesse Hildegarde de Bingen (1098-1179) attribue au « ruissellement de sève divine toujours jaillissante et associe à la fécondité incessante de Dieu »22. Julienne de Norwich (1342-1420), autre mystique, fait référence au même symbolisme de la couleur verte, la comparant à « la présence constante, créatrice et salvatrice de Dieu »23. La culture de l’arbre, les soins assidus qu’il requiert semblent tout désignés pour illustrer ces propos. Or, dans la clef d’Achmet, le sens attribué à ce thème marque une brusque rupture avec le discours religieux.

1. Grands et petits

  • 24 Ms A, Des arbres et plentes, 2.
  • 25 Ms B, Des arbres et plentes, 2.

13Celui qui cultive des arbres n’est pas décrit comme un croyant vertueux et fidèle mais comme un très grant ami et proffitable du peuple24. Cette interprétation pourrait aller dans le sens de l’euvre droituriere recommandée mais le manuscrit B élimine nettement le contexte religieux en prédisant au grand homme qu’il governera poeple25. Grandeur de l’individu et pouvoir social sont ici étroitement apparentés.

  • 26 Ms A et B, Des Jruis, 11.

14Dans tous les présages qui suivent, le registre de la foi cède le pas à une ambition orientant le discours dans le sens de ces convoitises. Sous cette pression forcenée, l’arbre dégénère en symbole d’un statut social ancré une fois de plus, par les préliminaires religieux, dans la volonté divine. Désormais, les pauvres arbres qui n’ont grans troncs, les petites personnes, servent de faire valoir aux arbres de deux estocs, homme de grant estat, gros arbres et graunt homme. Le Grand est forcément de grant estat, noble ou de grant nom tandis que le petit n’est même pas nanti d’un petit état. Il est irrémédiablement sans estat, sans position aucune et ne peut que plier l’échine devant ceux qui dressent leur tête orgueilleuse26.

  • 27 Ms A, Du noier, 1.
  • 28 Ms A, Des arbres des palmes et des Jruis, 1.

15Le pauvre ne mérite pas qu’un arbre lui soit consacré. Si le platane est concédé à un homme moien, entre povre et riche, tous les autres arbres énumérés sont attribués aux nantis. Le grenadier représente un noble homme de dure volenté et de moult de richesces, l’olivier un homme joieux, riche et debonnaire, le cèdre un homme noble et riche. Noblesse et richesse sont les communs dénominateurs de ces hommes qui méritent seuls l’hommage des arbres. Lorsque des femmes en bénéficient elles sont de noble naissance, comme la reine ou toute belle et noble femme, femme noble et joieuse27, femme de haulte generacion et de sang royal28 qui méritent seules que leur soient dédiés cyprès, pommiers et palmiers.

  • 29 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. debonaire.
  • 30 Ibid., s.v.put.
  • 31 Ms A, Des arbres et plentes, 5.
  • 32 Isidore de Seville, Étymologies, livre XVII, 7,1, éd. J. André, Paris, 1981.
  • 33 C. Hirsch, M. M. Davy, L’arbre, Paris, 1997, p. 123.

16Des qualités physiques et morales sont annexées au prestige de l’arbre, de la race et du statut social en un mélange qui se veut perfection. L’adjectif debonnaire amalgame de de bon aire associe noblesse, bonne race, bonté, douceur et commerce agréable29. Mettre en avant ces qualités équivaut aussi à tenir en respect leurs contraires. Le putaire30, le puant, l’infect dérivent alors insidieusement vers ce misérable sans estat dont il importe de protéger tout arbre généalogique de quelque valeur. En la maison du povre homme ne doivent pas davantage s’égarer ces beaux palmiers, ces cyprès odorants réservés tant seulement aux princes31. Le palmier n’est-il pas selon Isidore de Séville insigne de victoire et de pérennité32 ? De même le cèdre majestueux « comporte la caractéristique d’être incorruptible »33. Ces deux symboles rendent évidente la continuité sans faille de la classe dominante.

  • 34 « Le chêne est l’arbre sacré par excellence, celui qui attire la foudre, et qui met le monde d’ici- (...)
  • 35 Ms A, Des arbres et plentes, 7 et 8.
  • 36 Gn, 18,1.
  • 37 Voir J. Brosse, Mythologie des arbres, Paris, 1993, p. 71-108.

17Nul ne doit se plaindre de ces prérogatives. À celui qui consent à s’asseoir sous un noyer ou un chêne34, de la joie sera généreusement dispensée par un homme riche, fort et redoutable35. Il convient que la position assise soit gardée, marquant outre le repos, la passivité, le renoncement à se dresser de toute sa taille pour faire valoir ses droits. Ce comportement sera récompensé, Dieu n’est-il pas apparu à Abraham aux chênes de Mambré pour lui accorder ses faveurs36 ? Le souvenir des chênes oraculaires et sacrés de l’Antiquité, des chênes abritant les tribunaux des Celtes, des Germains et des Slaves contribue aussi à valoriser cette thématique37.

  • 38 Ms A, Du noier, 13.
  • 39 Ms A, Des arbres et plentes, 11.
  • 40 Le Songe du Vergier, éd. par M. Schnerb-Lievre, Paris, 1982, t. 1, p. 128.

18Nul ne saurait être trop prudent dans ses relations avec l’arbre débonnaire. Celui-ci peut dérober son soutien et l’imprudent choir brutalement de ses espérances. Tenter de franchir, en dépit de toutes les mises en garde, les barrières en place, entraîne des blessures par espines et expose à se retrouver tout affligé38. À quoi bon protester, les Grands sont éternels, les grands arbres et les princes ne sauraient mourir que pour leur vieillesce, de leur naturele mort et tout aussitôt d’autres succèderont aus princes mors39 pour assurer une continuité sans faille. Dans Le Songe du Vergier, il est proclamé que la seignorie se continue du pere au filz, pour marquer le caractère héréditaire et la pérennité du pouvoir40.

  • 41 Ms A, Des arbres et plentes, 11.

19Pour préserver cet ordre, il suffit de sélectionner les plants, de surveiller leur enclos protecteur, la pépinière qui leur est réservée. Tout intrus doit être arrachier, bouté hors, chassé sans pitié41.

  • 42 Ibid., 3.
  • 43 Mtt, 13, 18-23.

20Le roi est tel un arbre isolé sur un ilôt en la mer et ne peut être atteint par ceux qui naissent en autres lieux pierreus lesquelz recoivent semence germante ou en la pierre et autres lieux ou nature ne laissera germer, par d'estranges gens vestus de vestemens et habis non acoustumez42. Si ce passage évoque la parabole du Nouveau Testament où la semence qui pousse en bonne terre est opposée à celle des rocailles ou épines43, Jésus désigne par là le sort réservé à la parole divine tandis que la clef d’Achmet traite de race et de positions privilégiées.

2. Feuilles et femmes

  • 44 Ms A, Des arbres et plentes, 6.

21Après avoir associé la couleur verte des feuilles à la sagesse et à la foi, l’interprète rapporte la verdeur des feuilles du cyprès qui ne se meurent ne ne defaillent point à l’épouse dont le roi ara joie. La joie la plus grande étant bien entendu d’engendrer ce filz droit comme la tige du cipres44.

  • 45 En Asie, « le cyprès signifie la longévité et l’immortalité », C. Hirsch, Μ. M. Davy, L’arbre..., p (...)

22Les feuilles du cyprès qui semblent ne jamais tomber et défier la mort45 symbolisent la résistance aux défaillances de tous ordres et à la mort de la lignée royale. Quel que soit le sort réel des feuilles, la verdeur de l’arbre défie le temps et irradie de son inaltérable vitalité les rejetons successifs de la souche sacrée.

  • 46 Ms A, De la rose et basilicon, 6.
  • 47 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. espandre.

23Le mythe de la feuille qui ne tombe jamais vise à refouler la triste image de celles qui parsèment le sol après avoir vécu dans les hauteurs sublimes. S’il est admissible que le pauvre voie des feuilles de myrrhe, de cèdre, de liban ou de lierre espandue parmy sa maison et peut en espérer des richesses par nobles hommes, les grands seigneurs doivent se garder de telles images sous peine d’être envahi par l’angoisse46. L’adjectif espandue évoque par ailleurs l'espandement, le débordement, la tendance à des excès fâcheux47. L’interprète dénonce à point nommé la compagnie charnelle à une femme indigne. Il ne convient pas de se répandre n’importe où, la tige impulsivement plantée peut prendre racine et un enfant être conçu dans ce contexte inconvenant.

  • 48 Ms A, Des arbres des palmes..., 3, 4.
  • 49 A. Paupert-Bouchiez, « « sages-femmes » ou sorcières ? Les vieilles femmes des évangiles aux quenou (...)
  • 50 D. Luce-Dudemaine, « La vieille femme, l’amour et le temps perdu », dans Vieillesse et vieillisseme (...)

24Il est plus opportun de cueillir les palmes des femmes de noble naissance afin d’en tirer grant puissance. Un choix judicieux s’impose cependant. Les feuilles agues et pointues peuvent blesser et la richesse escomptée n’être que moiennes. Les palmes cueillies du tronc risquent d’avoir de la mousse et n’apporter que des richesses petites et legieres48. Pour se prémunir contre de telles catastrophes, il importe de n’accorder son intérêt qu’aux feuilles les plus élevées, les plus vertes et les plus jeunes, opposées aux palmes desséchées et bien trop vieilles pour inciter à y porter la main. Les vieilles femmes n’ont pas bonne presse dans la littérature médiévale : « l’évocation de la vieille femme [...] suscite le dégoût ou les railleries, [...] on se plaît à opposer, en une antithèse choquante, la beauté de la jeune femme et la laideur de la vieille, qui n’est que l’envers effrayant et inévitable de la féminité [...] À la laideur physique fait écho la laideur morale »49. Elles sont considérées comme hideuses mais aussi comme les adversaires de l’homme50.

3. Fruits désirables et détestables

  • 51 Cette aspiration n’est pas que médiévale : « au sein des mythologies et des religions, la démonstra (...)
  • 52 Ms A, Des arbres et plentes, 9, 10 ; Des arbres des palmes...,2.
  • 53 Ce thème se retrouve de la civilisation égyptienne au Moyen Âge, voir D. Vogellehner, « Les jardins (...)
  • 54 Ms A, Des arbres et plentes, 2.
  • 55 Ce rapprochement de l’enfant et du fruit rappelle que dans certaines cultures « c’est des arbres qu (...)
  • 56 Ms A, Des arbres et plentes, 10.
  • 57 M. Pastoureau, « Bonum, malum, pomum. Une histoire symbolique de la pomme », dans L’arbre. Histoire (...)

25Entrer en jardin planté d’arbre de diverses manières, ornementaux et fruitiers, procède d’une aspiration si profonde51 que la perspective en est invoquée à trois reprises52. Entrer en jardin c’est comme entrer en Paradis53, s’épanouir dans l’exaltation de tout l’être, dans la félicité du premier couple humain. En ce jardin merveilleux, palmes, cyprès et cèdre portent des fruits symboles de fioy et richesses54, de fils à naître55 avec noble femme et à sa leesce56. Michel Pastoureau met en évidence combien, quelle que soit la culture, le fruit est associé à la fécondité et à la prospérité57.

  • 58 Ms A, Des arbres des palmes et des fruis, 2.
  • 59 Ms A, Des arbres et plentes, 9.
  • 60 Ms A, Des fruis des arbres, 1.
  • 61 Ms B, Des fruis des arbres, 1.
  • 62 Ms A, Des fruis et des arbres, 2.
  • 63 J. de Cessoles, Le livre du jeu d’échecs, éd. J. M. Mehl, Paris, 1995, p. 43.
  • 64 Ms B, De diverses viandes, 10 ; Ms A, Du noter, 4.

26Entre(r) en jardin, c’est n’avoir qu’à tendre la main pour cueillir des fruits mûrs à point, promesses d'or et richecses, par nobles femmes58, demourance avec grans seigneurs [...] grace et pecune59, richesses par homme puissant60. Tout au long de l’existence, il faut savoir récolter des richesses infinies, saunz travail, tel ce rêveur seaunt sur un arbre pour cueillir sans efforts les fruits de son désir61. Les rois et les princes n’ont même pas à grimper à l’arbre. Celui-ci s’incline pour leur faire l’hommage de ses fruits. De même les hommes sont invités à se mettre d’eux-mêmes en leur servitude. S’ils ne le font, de toute manière ils y seront mis62. En effet « la dignité royale est la gloire du peuple. Les yeux de tous doivent converger vers le roi et tous doivent se soumettre à ses commandements »63. Après le temps joyeux de la cueillette vient le plaisir de savourer des fruits dont la douceur64, la pulpe sucrée et la chair juteuse évoquent ces fils bien aimés et ces richesses merveilleuses dont l’homme enchante ses rêves.

  • 65 A. Grieco, « Réflexions sur l’histoire des fruits au Moyen Âge », dans L’arbre. Histoire naturelle. (...)

27L’association entre fruit, noblesse et richesse est de règle au Moyen Âge : « les xive et xve siècles ont considéré les fruits comme une denrée alimentaire de riches et de puissants en partie parce que la plupart des fruits, [...], poussaient sur des arbres et donc loin de la terre. La dichotomie qui voulait que les riches mangent des fruits et les pauvres des légumes nous semble aujourd’hui dépourvue de sens, mais au Moyen Âge ce partage, loin d’apparaître arbitraire, se rattachait tout naturellement à une conception bien précise de l’ordre du monde. Il existait des analogies certaines entre le monde végétal et le monde des hommes. Les deux étaient bâtis selon le rigide principe de hiérarchie verticale qui structurait toute la création. Il paraissait évident que les produits les plus nobles de la nature soient destinés aux hommes et aux femmes appartenant au sommet de la pyramide sociale »65.

  • 66 Ms A, Du noier, 3.
  • 67 Ibid., 2.
  • 68 Ms A, Des arbres et plentes, 7.
  • 69 La vieillesse est connotée dans la littérature médiévale de manière ambiguë, elle peut à la fois in (...)
  • 70 Ms A, Du noier, 2 et 4 ; ms B, Du noier, 4.

28L’aspiration à une félicité gratuite accordée d’emblée est pourtant perturbée par la crainte qu’il n’en aille pas forcément ainsi. Les satisfactions escomptées exigeraient-elles quelque effort, se heurteraient-elles à la dure nécessité de labeur, peine et grant noise66 ? Faut-il réellement se résigner à battre67 d’abord le noyer pour obtenir ces fruits dont la durté exige elle-même l’effort de briser la coque ? Un homme avare, cupide va-t-il dissiper l’image exaltante du généreux dispensateur de biens68 ? Que viennent vite à la rescousse l’ancien homme, la veil femme69, dont émanent chose profitable, et héritage70 pour conjurer la durté du fruit et du bois du noyer.

  • 71 Au Moyen Âge cohabitent deux conceptions contradictoires du travail : l’une le valorise, l’autre le (...)
  • 72 Ms A, Des fruis, 5.
  • 73 Ms B, Des arbres et plentes, 4.

29La hantise des tâches considérées comme un asservissement insupportable71 est si forte qu'elle revient ourdir des songes de fruits à cueillir en autompne, saison des récoltes obligatoires avant l’hiver, de la nécessité d’engranger en prévision de disette. Avec ces travaux nécessaires reviennent tribulacion, seing et paine72. Il est même des arbres cultivés en vain car ils ne porterount fruit. En dépit du travail consenti, nul avantage n’est obtenu hormis l’amère récolte d’ennoy et soucis73.

  • 74 Ms A, Des arbres et plentes, 4 et 12.
  • 75 La stérilité était mal perçue au Moyen Âge. « « Vieille brehaigne » était une injure virulente. Ces (...)
  • 76 Ms A, Des fruis, 9.
  • 77 Ibid., 10.

30Entre tous les fruits désirables, celui de la vigne reçoit une mention particulière. Les nombreuses grappes qui ornent le cep évoquent la fécondité de l’épouse et les multiples fils à venir74. Devant ce désir pressant se dresse parfois la hantise d’une vigne privée de raisins, d’une femme sterile75 et brehaingne76. Arracher le pied inutile et subir ainsi la separacion de sa femme pour la mort peut paraître une solution rêvée en dépit des tribulacions engendrées77. Qu’il en soit pour la femme inféconde comme pour la vigne improductive de Iahvé, symbole de la maison d’Israël :

  • 78 Is, 5, 5-7.

Et maintenant que je vous fasse connaître
ce que je vais faire à ma vigne :
enlever sa haie et elle sera bonne à
brûler ;
faire une brèche dans sa clôture et elle sera bonne pour le piétinnement78.

  • 79 Ms A, Des arbres et plentes, 12.

31Mais tandis que Iahvé pardonne à son peuple décevant et ne cesse de lui accorder son soutien, l’homme frustré de la clef des songes rêve d’acquérir vingnes nouvelles pour obtenir fils et pecune79. Il pourra jouir sans remords du suc tiré de ces grappes nouvelles, à condition qu’il demeure dans l’optique des avantages et des richesses à gagner.

  • 80 La séparation du couple en raison de la stérilité de la femme existe. Voir C. Opitz, « Contraintes (...)
  • 81 Ms A, Des fruis, 7.
  • 82 Sur l’ambivalence de la couleur noire, voir M. Pastoureau, Jésus..., p. 122-124. Pour lui, le noir (...)
  • 83 Cette thématique contrastée du noir et du blanc se retrouve souvent dans les œuvres médiévales ; J.(...)
  • 84 Ms A, Des fruis, 7.

32Changer de vigne pour la juste cause80, certes, mais non pas céder à l’attrait de vignes estranges et de fornicacion interdites. Point d’échappatoire hors les flancs féconds de l’épouse et point d’ivresse sous l’effet des charmes féminins hormis la visée de procréation. La puissance risque d’échapper à celui qui se fourvoie de la sorte. La cause semble entendue, mais le raisin à cueillir de préférence en dehors du temps des vendanges revient défendre le temps de l’oisiveté, de la liberté au détriment de celui qui serait tout de devoir et de labeur. La grappe noire récoltée par obligation a un goût amer de tribulacion et tourment tandis que sa cueillette libre et insouciante apporte une jouissance à nulle autre pareille, le raisin blanc, quant à lui, a toujours meilleur jugement81. Le noir est chargé de marquer l’alternance du faste et du néfaste82 tandis que le blanc bénéficie d’un préjugé favorable parce qu’il signe le triomphe de la pureté83 dans la valse des pulsions et des refoulements, des élans et des contraintes84.

33Et pourtant, avec quelle emphase le Cantique des Cantiques célèbre-t-il les fruits du désir et du plaisir :

  • 85 Cantique des Cantiques, 4, 12 et 7, 8-10.

C’est un jardin fermé, ma sœur, ma fiancée,
[... ] tes conduits sont un paradis de grenades
avec des fruits exquis
[...]
Que tes seins soient comme les grappes de la vigne
et l’odeur de ta narine comme celle des pommes,
et ton palais comme le bon vin,
qui coule à bon droit pour le bien-aimé
85.

  • 86 Ms A, Des arbres et plentes, 9 et Des arbres des palmes et des fruis, 2.
  • 87 Ms A, Du noier, 5 ; Ms B, De diverses viandes, 10.
  • 88 Ms A, Des fruis, 2.
  • 89 Ms A, Des arbres et plentes, 13.
  • 90 Cette connotation négative de la couleur verte dans la clef des songes, qui par ailleurs l’associe (...)
  • 91 À l’acidité est rattaché un symbolisme négatif dans les esprits du temps. Ainsi elle a parfois « un (...)

34Las, l’interprète de la clef d’Achmet ne l’entend pas de cette oreille et s’entête à dénoncer les dangers de tout désir. Les fruits trop verts86 et aigres87 entraînent maladies et afflictions, anguisse et ennoy. Afin de bien convaincre les insensés par trop avides, il est scandé avec insistance que tous les firuis aigres sont sources de tribulacion, seing et labour88, que le fruit aigre ou vert ou aspre signifie forcément mal89. Dans le contexte du fruit non arrivé à maturité, la couleur verte est connotée négativement tant leur âpreté est intolérable90. Il n’y a pas d’exception possible, tous les arbres portans fruis signifient bien, excepté le citrin et le aigre91.

  • 92 Ms A, Des fruis, 4.
  • 93 Ibid., 1, 3.
  • 94 Voir M. Pastoureau, « Formes et couleurs du désordre : le jaune avec le vert », dans Id., Figures e (...)

35Le citron92, à la fois acide et de cette couleur cristine toujours associée à la maladie, cumule toutes les tares. Si prendre en main des fruits de couleur cristin n’entraîne qu’une maladie legiere, les croquer suscite une maladie grieve et agüe. En offrir à d’autres, c’est également leur faire du mal93. Dans la sensibilité médiévale, le jaune et notamment le jaune-vert, le jaune-citron est connoté négativement94.

  • 95 Un poète italien de la fin du xive décrit l’aspect négatif de la prune, alors que dans un même élan (...)
  • 96 Ms B, De diverses viandes, 7.
  • 97 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. greval.
  • 98 Ipsa pruna aluum molliunt, stomacho non utilissima, sed breui momento, Pline l’Ancien, Histoire nat (...)

36La prune n’a pas meilleure presse95. Celui qui y mord sera poorous et languira et sera grevé96 (tourmenté, affligé). La greveure est blessure et grevai signifie terrible, grave, nuisible97. Toutes ces connotations négatives viennent s’ancrer aussi bien à la saveur âpre de la prune qu’à son pouvoir laxatif souligné depuis l’Antiquité98. Derrière le désagrément de ne plus maîtriser ses fonctions de rétention se dit peut-être aussi la réprobation et la condamnation de tout laisser-aller.

  • 99 Ms B, De diverses viandes, 5.
  • 100 Ms A, Du noier, 7.
  • 101 Ms B, De diverses viandes, 13.
  • 102 Voir H. Toubert, « Une fresque de san Pedro... », p. 168.
  • 103 Comme le rappelle Marc Bloch, c’est l’huile sainte qui « élevait les souverains très haut », c’est (...)

37Parmi les fruits à éviter, l’olive occupe une place ambigüe. C’est un fruit amer et d’estrange saveur et la cueillir ne peut donc qu’entraîner amieres noveles99 et jours mauvais, amertume et tribulacion100. Pourtant la perspective d’en tirer de l’huile euphorise l’interprète qui accorde à celui qui mange ce fruit la fin de ses angoisses et beaucoup de leesse101. L’amertume du fruit évocatrice de bien des maux en opposition à la douceur synonyme de bien102 est effacée par cette huile dont les réseaux de sens conduisent jusqu’aux onctions royales103.

  • 104 Ms A, Des arbres et plentes, 8.
  • 105 Ms A, Du noier, 12.
  • 106 Ms A, Des arbres et plentes, 13.

38Avec le gland incommestible a creature humaine revient la menace de ce labeur dont l’aristocratie se garde comme de la pire abjection, comme d’un ravalement au rang de la bête104. De fruit en fruit, de rejet en rejet, surgit le fruit corrompu, source de souffrance et de maladie, symbole de la corruption que tous les fruits verts, acides, amers, jaunes, et autres recelaient déjà en germe. À travers eux est rejeté le fruit interdit entre tous dont la beauté ne fut qu'aigreur pour Adam, Eve et leurs descendants aux dents à jamais agacées. Il importe ce fruit défendu de le faire retourne(r) en l’arbre, de le renvoyer à sa source. Alors, l’homme se verra comblé par tres grant homme de bonne renommee105. Du grand homme à Dieu, il n’y a qu’un pas que l’interprète franchit allègrement : le fruit aigre ou vert et aspre signifie mal et le doulz et suave, se raporte a Dieu et joie106.

  • 107 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v.aigre.
  • 108 Ibid., s.v. aspre.

39Derrière tous les fruits mauvais se cache le diable et ses desseins pervers. À celui qui les évite, Dieu offre les fruits bénis de son amour et de sa miséricorde. Cependant, il convient de remarquer que aigre signifie à la fois acide et violent107 et que l'aspreté est également colère et fureur108. Les fruits interdits sont ceux d’une agressivité où pulsions meurtrières et révoltes salutaires sont englobées dans un même rejet au profit d’un calme et d’une douceur ambigus. Lâcheté et soumission peuvent prendre le masque de la sagesse et de la sérénité. Il est conseillé d’avoir le bon goût d’obéir et de se taire, plutôt que de faire preuve du mauvais goût de la remise en question.

  • 109 Des soinges et de esperimens des soinges, 5 ; Ce sont li songes, 7-8.

40Les songes Daniel le Prophète célèbrent également les grans arbres symboles de dignité, honneurs, victoire sur autrui et ceux chargiez de fruits, présages de gaains inestimables109.

  • 110 Guillaume de Lorris, Jean de Meun, Le roman de la Rose..., vv. 1286 à 1357.
  • 111 « Milon », dans Lais de Marie de France..., w. 49-54.

41Tandis que dans les clefs des songes les arbres servent de support à la frénésie du pouvoir et à l’obsession de la richesse, le Roman de la Rose célèbre la multiple splendeur du verger, symbole de la plénitude de l’amour et du bonheur paradisiaque des amants110. Selon le même topos, dans les Lais de Marie de France, le jardin sert de cadre accueillant et complice aux amours du chevalier Milon et de sa demoiselle111.

42Dans le conte du Graal, les arbres ne signifient pas la passion amoureuse mais accompagnent le parcours de la quête héroïque. C’est dans la forêt Déserte que Perceval et ses parents se réfugient après la blessure du père et c’est là qu’il grandit. La forêt est ainsi présentée comme le refuge accueillant celui qui vient y panser ses blessures. Elle est aussi une matrice où l’homme grandit, prend des forces avant d’affronter les dangers du monde extérieur. Lorsqu’ils quittent la forêt Déserte, les deux frères de Perceval y laissent la vie et leur père en meurt de chagrin. La forêt est bien plus qu’une halte reposante, elle devient lieu essentiel, vital.

  • 112 Chrétien de Troyes, Le conte du Graal éd. C. Mêla, Paris, 1990, v. 6586.

43Les arbres marquent les rencontres et les étapes significatives pour tout héros. Sous un orme la jeune fille au miroir attend Gauvain pour le charger d’une épreuve dans un verger112, sous un olivier est assis le chevalier qui le met en garde contre cette expédition. Repères, témoins, instigateurs de l’élan aventureux au coeur de l’homme, l’arbre, chez Chrétien de Troyes, représente chaque étape de son cheminement, la forêt dense et mystérieuse de son devenir.

44Dans la clef des songes, au contraire, il n’est nulle question de forêt. Est-ce parce qu'elle est considérée comme espace sauvage, inculte, repaire d’animaux sauvages et de hors-la-loi ? Cet aspect a-t-il pris le pas sur ce plaisir de la chasse à travers bois dont les nobles faisaient si grand cas et sur la sainte figure de l’ermite ? Quoiqu’il en soit il est évident que les aventures amoureuses ou les quêtes solitaires de sens n’y ont aucune place.

II. Les plantes, filles de la terre

  • 113 A. Higounet-Nadal, « Les jardins urbains de la France Médiévale », dans Jardins et vergers en Europ (...)

45Dans la clef d’Achmet, les plantes potagères correspondent à peu près à la liste des légumes produits dans les jardins médiévaux. Les espèces étaient en fait très diversifiées en Provence « où en sus des légumes communs que l’on désignait sous le terme général d’« herbes » figuraient de l’ail, des oignons [...] des courges et des concombres »113. Le discours sur les plantes potagères dans la clef des songes révèle la volonté de soumission de la réalité quotidienne au discours idéologique.

1. La courge ambiguë

  • 114 Ms A et B, De la concombre et melonne..., 1, 2.

46Le pied du courcombe ou courge qui se fane dès qu’il a produit son fruit, rappelle le côté éphémère et décevant de toute réalisation. La courge ne donne point grant acroissement a la char en dépit de son apparence prometteuse et symbolise par-là fausses richesses, mensounge114 propre à décevoir celui qui s’est laissé prendre par ce miroir aux alouettes.

  • 115 Ms A, De la concombre et melonne...,2.

47Mais lorsqu’il est question de posséder, le pessimisme ne saurait s’installer définitivement. Grâce à la courge sèche, la promesse d’authentiques richesses peut être faite en toute vérité115. Les vertus médicinales de la plante sont vantées dans le même élan : elle guérit les malades, préserve la santé des biens-portants.

48Une opposition est ainsi établie entre une pulpe décevante et l’essence de la plante aux pouvoirs régénérateurs. Ceci pourrait symboliser la vie passagère de la chair et celle de l’âme seule importante. De même pourrait s’entendre une opposition entre les richesses matérielles trompeuses et les vraies richesses d’ordre spirituel. Cependant par son insistance sur la santé, l’interprète marque l’importance des biens de ce monde et le désir d’en jouir le plus longtemps possible. Les richesses qu’il oppose sont plutôt celles acquises par diverses classes sociales.

2. Le basilic néfaste

  • 116 Pline l’Ancien, Histoire naturelle..., XX, 68.

49Dans l’Antiquité, le basilic était considéré avec ambivalence. Pline rappelle qu’il fut accusé d’être mauvais pour l’estomac, l’urine, la vue, le foie, de causer la folie, d’engendrer scorpion et vers. Mais il ajoute que le basilic fut ensuite réhabilité et perçu comme un remède contre diverses maladies116.

  • 117 Ms A, De la rose et basilicon, 1.
  • 118 Ms B, De basilicoun, 1.
  • 119 Ms A, De la rose et basilicon, 1.
  • 120 J. Chevalier, A. Geerbrant, Dictionnaire des symboles, 1989, p. 109.

50Avec la clef des songes, l’ambivalence n’a plus cours. Tous les songes où le basilic apparaît sont interprétés négativement. En recevoir, en semer ou en planter présage toujours tribulations et tourments117, peine et travail·118. Celui qui en cueille est destruit en même temps que le maître des lieux119. Les qualités médicinales ou aromatiques de la plante sont passées sous silence de même que le pouvoir de protéger contre les mauvais esprits et le mauvais sort que lui prêtent certaines cultures120.

  • 121 Le livre des propriétés..., p. 277.

51Par sa mise à l’index, l’interprète lutte-t-il contre de telles superstitions et donc contre la magie par les plantes ? Quoiqu’il en soit, rien n’apparaît de l’étymologie du mot basilic provenant du bas latin basilicum et du grec basilikon, plante royale, de basileus, roi. Une relation serait-elle plutôt à l’œuvre entre le basilic plante et le basilic-serpent, cet animal maudit, coupable de tout le malheur du monde, détruisant toute vie alentour121 ?

3. La truffe honnie122

  • 122 Le chapitre traitant de la truffe est absent du manuscrit B.
  • 123 M. Pastoureau, « L’homme et le porc... », p. 251.

52Rien n’affleure dans la clef d’Achmet du symbolisme positif qui peut être rattaché à la truffe. Pourtant Michel Pastoureau écrit que « ce champignon souterrain, qui se développe le plus souvent sur la racine du chêne a longtemps été perçu comme un don du ciel, né de la foudre et de l’éclair »123.

  • 124 Ms A, De advos, 1, 2, 4.
  • 125 Ibid., 2.
  • 126 Ibid., 4.

53Loin d’être recherchée, la truffe est non seulement dédaignée, associée à une richesse de pou d'importance, mais encore catégoriquement rejetée comme présage de tribulations et de violences. Le crime de la truffe est d’être un champignon noir et souterrain symbolisant le règne des ténèbres et du mal. Celui-ci s’infiltre dans la vie de l’homme comme il est de rigueur sous les traits de femmes ignobles, mauvaises, laides qui feraient bien de disparaître124 non seulement de la vue de l’esthète mais encore de la surface de la terre qu’elles polluent. Bien entendu, les nobles dames ne sont pas concernées par cet ostracisme. La truffe et son cortège d’ombre, dont les racines ne croissent point en leur trace symbolise seulement les femmes batardes, de lignée tellement obscure qu'elle ne peut être qu’affiliée à celle du Mal125. De ce fait les consommer ne peut qu’entraîner la perte de l’homme126.

  • 127 Ms A, Des raphes ou rafaves, 1.
  • 128 Philippe Ménard conclut de son analyse du Ménagier de Paris que « des plantes comme les navets, les (...)
  • 129 Ms A, Des raphes ou rafaves, 1, 2, 3, 4.
  • 130 Ibid, 1.

54La rave qui se développe dans la terre subit le même sort que la truffe. Non seulement les richesses qu'elle promet sont pou utiles127, peu appréciables128 mais surtout elle est répétitivement associée au mal. Le roi qui se voit présenter trois rafaves aura messagier de mal ou mauvais messagier. Trois raves sur sa table lui annoncent qu’il assemblera ses conseillers pour mauvaise nouvelle ou mandement. L’homme du peuple aura noise avec aucun. Celui qui sème ou plante des raves sera accuseur et trouveur de malfaiteurs129. Il y a tant de « mal » dans cette humble racine qu'elle contamine celui qui s’en nourrit. Autrui est agressé par la puenteur de ses routes (rot, éructation). La mauvaise odeur trahit les tares de l’être, le mangeur de raves est mencongier et infame130. Sa bassesse et son indignité font s’éloigner de lui les odorats délicats habitués à des parfums subtils. La puanteur marque la souillure, elle est l’émanation du démon, c’est pourquoi il faut se méfier des mangeurs de rave et les tenir à distance respectable.

  • 131 A. M. Polo de Beaulieu, « La condamnation des soins de beauté par les prédicateurs du Moyen Âge, (x (...)

55Cette croyance que l’odeur d’une personne traduit la pureté ou la noirceur de son âme est très répandue au Moyen Âge. Anne-Marie Polo de Beaulieu note que « dans les sermons (des prédicateurs) cette relation directe entre l’âme et le parfum s’exprime après la mort par l’odeur de sainteté des élus et la puanteur des cadavres des damnés »131.

4. L’amère laitue

  • 132 Ms A, Des laictues, 2.

56Le jardin de laitues n’est pas comme le verger lieu de délices paradisiaques. Fait de seing et paine, il s’apparente à ces contrées ingrates dans lesquelles l’homme a été condamné à cultiver le sol à la sueur de son front. Celui qui le cultive est sans cesse en proie à cette tribulacion qui ne cesse de tramer de bien maulz jours à l’espèce humaine132. Cette tâche triviale et ce sort ingrat doivent être l’apanage des humbles tout désignés pour incarner les pécheurs ployés sur la terre sous le poids de leurs fautes et de la punition divine.

  • 133 L. Bourgeois-Cornu, Les bonnes herbes du Moyen Âge, Paris, 1999, p. 151.
  • 134 A. Guerreau-Jalabert, « Aliments symboliques et symbolique de la table dans les romans arthuriens, (...)
  • 135 L. Bourgeois-Cornu, Les bonnes herbes..., p. 145.
  • 136 C. Dyer, « Jardins et vergers en Angleterre au Moyen Âge », dans Jardins et Vergers en Europe..., p (...)

57À propos de ce rejet du travail de la terre Leatitia Bourgeois-Cornu écrit : « la classe nobiliaire se doit de se distinguer du populaire en gardant les mains blanches »133. D’ailleurs qu’aurait-elle à faire avec la culture du sol et ses produits alors que dans les romans arthuriens du xiie et xiiie siècles il n’y a sur les tables des chevaliers que pain, vin, viandes rôties134 ? Manger de la viande est le privilège des nobles : « les herbes, quant à elles, évoquent bien plus l’honnête courtil paysan, désherbage, bêchage et soupe au choux »135. Les légumes sont nourritures de pauvres et des temps de pénitence136.

  • 137 Hildegarde de Bingen, Le livre des subtilités des créatures divines, éd. J. Millon, Grenoble, 1988, (...)
  • 138 Ms A, Des laictues, 1, 2.
  • 139 Pline l’Ancien quant à lui énumère les qualités médicinales innombrables du suc de la laitue et de (...)

58Hildegarde de Bingen affirme quant à elle que les plantes cultivées par l’homme s’imprègnent de ses vertus et deviennent ainsi bonnes pour sa nourriture et sa boisson137. De ces subtilités la clef d’Achmet n’a cure, et préfère rejeter la laitue pour l’odeur et le goût amer du liquide blanc qui en sort lorsqu’elle est coupée et parler de puenteur et de mauvaise renommee. Pour faire bonne mesure, les laitues requièrent, consommées en salade, d’être assaisonnées au vinaigre138. L’aigreur du vin aigre est dénoncée quatre fois en ce bref chapitre et la laitue est ainsi chargée de tout le poids des condamnations péjoratives, de l’aigre, de l’acide, opposés au doux, au sucré139. Labeur, odeur nauséabonde, amertume, aigreur deviennent ainsi les attributs de la classe laborieuse dont les maulz jours se traînent dans la présence occulte du « Mauvais ».

5. Les céréales, fruits amers du labeur

  • 140 Voir M. Eliade, Histoire des croyances et des idées religieuses, Paris, 1976, t. 1, p. 303-315.
  • 141 J. Brosse, La magie des plantes, Paris, 1990, p. 132-134.

59Dans l’Antiquité grecque, les mystères d’Eleusis célébraient le don des céréales fait par Démeter aux hommes140. Le grain de blé évoquait le cycle des saisons, de la vie et de la mort. Dans toutes les mythologies « le grain a toujours était considéré comme semence d’immortalité »141. Dans les clefs des songes blé, froment, sésame, mil et lin sont marqués par les résonances du sens symbolique des efforts exigés par leur culture.

  • 142 Ce sont li songes, 21, 40.
  • 143 Des somges, 24.
  • 144 J. Le Goff, « Le travail dans le système de valeur de l’occident médiéval », dans Le travail au Moy (...)
  • 145 B. Geremek, « Le refus du travail dans la société urbaine du Bas Moyen Âge », dans Le travail..., p (...)
  • 146 O. G. Oexle, « Le travail au xie siècle, réalités et mentalités », dans Le travail..., p. 54.

60Dans les Songes Daniel, selon le manuscrit Ce sont li songes, arer ou foïr en terre prédit grant travail, soier blé ou fauchier annonce que labor li vient de grant travail142. Le manuscrit Des Somges obéit à la même tradition interprétative : Moissonner bled ou fleurs de pré et présage de grand travail143. La hantise du travail se répète dans chaque interprétation et se fait d’autant plus oppressante que l’adjectif grand vient lui prêter main-forte et qu’il s’agit de travaux agricoles. Jacques Le Goff rappelle qu’en dépit de l’évolution des attitudes face au travail dès le xie siècle, « celui-ci reste associé à l’idée de peine, de fatigue, comme aussi de culpabilité et de punition »144. Pour les classes dominantes « le non-travail est la marque de leur privilège social »145 d’autant plus que ceux qui travaillent forment « un état misérable, un ordre de gens malheureux, parce que leur vie est déterminée par le labor, ce qui signifie à la fois travail et douleur »146.

  • 147 Ms A, Des blés et semences, lin, sisame et mil, 2.

61L’acte de semer ne peut être présage positif que si de multiples conditions sont respectées : celui qui a espandue semence de forment en la region qu’il cognoist et que la semence ait germé ou temps qu’il appartient a germer s’il est du nombre de loyaux et debonnaires crestiens et religieus et non seculier ou laboureur de terre, peut espérer que ses operacions seront attempres (accordées) a Dieu147.

  • 148 J. Dubois, « Le travail des moines au Moyen Âge », dans Le travail..., p. 75-79.

62Le travail des moines était, dès le premier quart du vie siècle, considéré non seulement comme nécessaire à la vie de la communauté mais encore comme voie de rédemption, avec cependant quelques réserves concernant les travaux du bâtiment et les plus pénibles des travaux des champs réservés aux serviteurs148.

  • 149 Ms A, Des blés et semences, lin, sisame et mil 8.
  • 150 Ibid., 9.

63Dans la clef d’Achmet, les exigences formulées et les réserves émises font penser qu’un mauvais sort doit être conjuré. Seul le fidèle serviteur de Dieu qui ne s’aventure pas en terres inconnues et qui respecte les us et coutumes échappe à une malédiction à laquelle l’humble paysan et le laïc demeurent soumis. Labeur grant et lonc149 tel est leur destin incontournable. Si le geste de semer est lié avec tant d’insistance à l’espace connu et au temps favorable, c’est que la dispersion évoquée génère une angoisse insoutenable. Elle est un défi au désir de maîtriser ses actes et de préserver l’ordre des choses. Avec ce geste d’éparpillement l’homme risque de récolter contraire de ce qu’il attent, contrariété en sa secte et foy150.

  • 151 Mtt, 13, 26.

64Les multiples précautions oratoires autour de la graine espendue rappellent les avatars de la semence dans la parabole du semeur. Jésus y évoque les destins contrastés de graines germant sans racine dans la rocaille, de graines étouffées par les épines et enfin de graines tombées en bonne terre, seules capables de porter des fruits. Mais la bonne semence elle-même peut être envahie d’ivraie semée par l’Ennemi. La déception est grande alors : quand l’herbe a germé et fait du fruit, l’ivraie aussi s’est montrée151.

  • 152 Ms A, Des blés et semences, lin, sisame et mil 7, 9, 10, 11.
  • 153 Ibid, 13.

65Jésus utilise la bonne semence comme symbole de la bonne parole répandue. Par les références à Dieu et au religieux, l’interprète de la clef d’Achmet semble se placer lui aussi dans ce contexte, mais il ne peut s’y tenir longtemps. Son penchant favori l’entraîne hors de ces sommets mystiques pour lui faire déclarer abruptement que meilleurs choses qu’il n’ait semé peut être récolté, mieulx lui en sera, toute semence signifie richesces et ce qui a été semé peut heureusement germer. L’heure n’est plus aux inquiétudes et aux tergiversations. L’orge et le froment apportent richesces et force du corps152, le lin fournit richesces et gloire entre les autres hommes. La richesse est chaque fois au rendez-vous, associée tantôt à la force corporelle, tantôt à la gloire, ces deux dernières faveurs semblant ainsi aller de pair. La gloire recherchée, récoltée et la richesse sont des atouts privilégiés pour masquer la fragilité du corps humain et le destin funèbre qui le guette. Grâce à leurs mirages, la graine enfouie en terre n’est plus évocatrice de mort mais promesse de ce vestement du lin153 ou d’or qui transcende le corps et son avenir.

  • 154 Ms A, Du lin, 2.
  • 155 Ms A, Des blés et semences, lin, sisame et mil 12.
  • 156 Ibid., 16.
  • 157 G. Comet, Le paysan et son outil, essai d’histoire technique des céréales (France, viiie-xve siècle (...)

66Les promesses d’immortalité ne peuvent opérer qu’à condition que demeure écarté le spectre du labeur associé à la mort depuis Adam et Ève. Mieux vaut rêver de fis de lin que de la plante elle-même154. Tandis que les damnés de la terre produisent à la sueur de leur front, d’autres entassent les récoltes en leur huche ou coffre, sanz labeur155. L’ordre social est ainsi respecté même si quelques-uns, emportés par l’appât de richesces par fraudes n’hésitent pas à faire du pain par autre chose que de fourment156. Bien qu’au Bas Moyen Âge, il y ait des pains de diverses céréales, ils sont accusés d’être source de nuisances : « pour les bonnes gens, rien ne vaut le pain au froment »157.

  • 158 Ms A, Des blés et semences, lin, sisame et mil 3.
  • 159 Ibid, 4.

67Si le roi rêve que les champz et blees soient prestes pour aouster aux messonneurs, il assemblera et appareillera le peuple pour bataillier, et environ le temps de messonner ou aoster, il sera occis. L’homme du peuple trouvera des richesses en labeur et painne158. Si le roi songe que aucune region de son royaume soit privée de messonner ou aouster, et qu’il repute que elle soit la premiere ou la meilleur de son peuple, il orra la destruccion de son peuple par bataille ; et se la region est estrange, il orra l’occision d’autres159.

68La forte charge d’angoisse suscitée par la moisson se révèle par la longueur du développement qui la met en scène et tente de l’inscrire en des limites codifiées. Une fatalité terrible émane de ce passage, quelles que soient les variantes oniriques, la moisson est chaque fois associée à la violence et à la mort. La terrible faucheuse est toujours au bout du sillon, reprenant et figeant pour l’éternité le geste du moissonneur. La graine répandue, la plante épanouie seront un jour fauchées, inexorablement, tout comme la vie de l’homme. Nul ne semble pouvoir échapper à la faux implacable.

  • 160 Ibid., 5.

69Cependant le peuple et l’étranger paraissent bien propre à focaliser sur eux l’inévitable issue. Par le recours à l’image désolante de la meilleure des terres laissée à l’abandon et la mort qui s’en suit, l’interprète laisse entendre que le moissonneur qui n’accomplit pas sa tâche appelle inévitablement sur lui la faux redoutable. Pour l’homme du peuple et l’étranger respecter le destin qui les lie à la terre est une condition de survie. Le peuple est pour l’interprète la cible privilégiée. C’est lui qui sert de bouc émissaire lorsque le roi se voit en rêve présenter ces faisceaux de canes ou rosiaux dont les femmes font leurs quenoilles. Lorsque le roi est contaminé par des relents d’humbles travaux, qui plus est réservés aux femmes, il importe de l’en purifier au plus vite en faisant périr par glaive et en menant prisonnier le peuple selon la multitude des rosiaux. Le peuple n’est qu’herbe séchée, roseau fragile dont la vie éphémère est sans importance. Seuls ses travaux assurent son salut, à condition qu’ils demeurent entre ses mains et que lui-même s’y plie sans murmurer. C’est là sa richesse et sa raison d’être, toute autre œuvre sera sanz fruit160.

  • 161 Ms A, Du foin, 1, 2, 5.

70Rêver de foin promet a toutes personnes, richesces et or, et plus le sec que le vert. Celui qui a trouvé foin ou pris ou assemblé, aura rishesces et or selon la quantité de la multitude du foin assemblé, pris ou trouvé. Le foin reçu d’une personne connue promet par icelle personne [...] bien et richesces selon la quantité qu’il prendra161.

71Tout comme les céréales, le foin est surtout apprécié lorsqu’il est sec et qu’il n’est plus question de semer ou faucher. Il est précisé en outre que le foin est reçu, trouvé, pris. Les mains qui prennent ne sont pas celles qui ont cultivé et se sont salies. La richesse ne doit pas être gagnée à la force du poignet. Le seul acte digne d’un homme de qualité est d’assemble(r), de thésauriser.

  • 162 Ms A et B, Du foin, 3 et 4.
  • 163 Ibid., 6.

72Cependant ce foin si désirable peut être gâté, mouillé, ars. Avec lui, les richesses amenuiseront, l’avoir sera perdu, ou haut homme ly toudra (dérobera) et du tourment s’abattra par le fait du prince162. Si la richesse et les privilèges de classe doivent être défendus avec tant de vigilance, c’est qu’ils sont fortement menacés. Le sort du malheureux ainsi dépouillé est d’autant plus tragique qu’il ne peut espérer redorer son blason par des procédés mercantiles. Vendre son foin pour or ou pour argent équivaut à être privé de ses richesces par tribulacions et noise, anguisse et tencion163. En venir à vendre ses biens trahit un besoin d’argent et le peu de fiabilité de la richesse affichée. Par ailleurs, les opérations mercantiles ne peuvent que discréditer celui qui prétend jouir de la vie et de ses possessions en esthète raffiné. Deux conceptions différentes de la richesse s’affrontent ici, ainsi que deux définitions de la classe possédante.

6. La rose et l’épine

  • 164 Voir P. Ménard, « Jardins et vergers dans la littérature... », p. 62 ; et C. Deluz, « Le Jardin méd (...)

73Parmi toutes les fleurs, les roses passent au Moyen Âge pour les plus belles164.

  • 165 La rose rouge est la plus appréciée, J. Joret, La rose dans l’Antiquité et au Moyen Âge, Paris, 189 (...)
  • 166 Ms A, De la rose et basilicon, 4.
  • 167 Ibid., 5.

74Aux plantes décriées et suspectes, la rose vient opposer dans la clef des songes sa séduction. Elle console des afflictions générées par tant d’herbes malfaisantes. Les pétales semees dans la maison promettent au roi messagier de joie et à l’homme du peuple lui-même joie et richesces tant le pouvoir de la rose est grand. Son odeur, sa rougeur165 ravissent l’odorat et les yeux aussi bien que le coeur et l’âme166. Plaisir, allégresse et jubilation chassent peines et menaces et par ses vertus le monde cesse d’être hostile. Les pétales éparpillés à travers la maison ou le chemin, transforment l’espace quotidien en Eden retrouvé. La promesse de joie jaillit trois fois à travers les interprétations et ce feu d’artifice culmine dans l’apothéose du bouquet de roses odourant, présage d’un fils moult gracieus167. Avec les richesses, le parfum le plus suave est pour l’homme celui d’un fils le comblant de ses perfections.

  • 168 Ibid., 3.

75Malheureusement, il n’est pas de roses sans épines. Et si les pétales éparpillés en protègent, cueillir la fleur elle-même n’est pas sans danger. Les richesses acquises le sont par mauvais homme, pour les espines du rosier et de la rose168. Voici que la beauté et la séduction de la rose suscitent quelque méfiance et mise en garde. Tendre une main empressée vers l’objet de son désir risque d’entraîner des blessures cruelles.

  • 169 Guillaume de Lorris, Jean de Meun, Le roman de la Rose..., w. 1652-1680, p. 131.
  • 170 Ibid., w. 1670-1680, p. 133.

76Dans le Roman de la Rose, cette fleur symbolise la quête amoureuse. Aventuré en songe dans un verger merveilleux, le jeune homme est séduit par la beauté et l’odeur d’une rose169. S’il choisit parmi toutes les roses du rosier un bouton d’une très grande beauté il n’ose tendre la main à cause des chardons acérés, des épines coupantes et aigues, des orties et des ronces crochues qui défendent cette fleur170. Chasteté, nous dit l’auteur, est la souveraine des roses mais Vénus les lui vole et le jeune homme au coeur transpercé par le dieu « amour » n’a de cesse de tenter de s’en emparer.

  • 171 Avec le culte marial, la rose deviendra la fleur de la Vierge. Voir l’article de G. Gros, « Au jard (...)
  • 172 Ms A, De l’espine, 1.
  • 173 Ibid., 1.
  • 174 Ms B, De l’espine, 1.
  • 175 Ms A, De l’espine, 1.

77Symbolisant pureté171 et amour, la rose est un symbole ambivalent pour l’interprète de la clef d’Achmet. L’épine a pour rôle de supporter le pôle négatif de ses sentiments. Il y consacre tout un chapitre où elle évoque un homme pervers172, faux et félon, un impie. La petite espine est rapportée à un homme impotent (impuissant, incapable) et mauvais173. Le manuscrit B précise povere et malveise, mal homme et noun puissaunt174. Comme il est de coutume, pauvreté, manque de moyens et propension à faire le mal sont associés. Par déduction, les puissants incarnent le bien et cette répartition claire dissuade tout un chacun de changer quoi que ce soit à un ordre social aussi équitable. La répétition de cet aphorisme n’en révèle pas moins la menace sous-jacente. Une exception est faite pour les arbres espineuses portant des fruits. Ils symbolisent splendeur et vertus175, la connotation péjorative de l’épine étant annulée par les vertus du fruit symbole éternel de richesses.

  • 176 Ibid, 2.

78En dépit du partage soigneusement établi, les rôles ne sont pas assurés. Le rêveur se voit avironné d'espines, encerclé par une haye infranchissable. Lorsqu’il tente de s’échapper, les épines s’accrochent a son vestement et le retiennent prisonnier. Pris dans ce piège maléfique il est en proie à ces seing et tribulacion dont il prétendait se protéger à jamais176. Malheur à celui qui chemine inconsidérément nuspiez dans une quiétude naïve. L’épine cachée sur son chemin le blesse et met à mal ses projets. Le prince ne peut plus mener aucun ost et l’homme du peuple n’accomplira plus son ouvrage, les tâches et les fonctions seront ainsi remises en cause.

  • 177 Ms A et B, De l’espine, 4.
  • 178 Ms A, De l’espine, 3 et 4.
  • 179 Ibid., 5.
  • 180 Ms B, De l’espine, 4/5.
  • 181 Cette figure représente le mois de mars dans trente pour cent des cycles italiens, P. MANE, Calendr (...)

79Lorsqu’il est question d’écharde dans la chair de l’homme, la femme ne saurait être oubliée ou épargnée dans la mise en accusation. L’espine rouge symbolise une tres grande femme et noble source de tribulacions, bataille et anguisse, selon l’importance de la pointure'177. Du haut en bas de l’échelle, les femmes sont fatales pour l’homme. Les méfaits de l’épine sont redoutés et doivent être dénoncés avec tant de forces que l’interprète multiplie les menaces. Ne pas se défier des épines, c’est s’exposer à être blecié, navré, fichié178. Il vaut mieux donc garder en mémoire ce jugement péremptoire : Universelement toute espine signifie tribulacion179. Lui livrer une guerre est d’autant plus recommandé qu'elle signifie également de foi amenusaunce180. Une nouvelle guerre sainte est à mener, les intérêts des puissants et de la religion étant une fois de plus amalgamés. L’épine pénétrant la chair n’est-elle pas aussi symbole de sexualité et de luxure ? C’est en tout cas ce que suggère le « Tireur d’épine » illustrant la luxure dans certains calendriers italiens181.

  • 182 Mtt, 13,7.
  • 183 Mtt, 8,16.
  • 184 Lc, 8,14.

80Dans le Nouveau Testament, l’épine est accusée de s’opposer au développement des bonnes semences, de la parole divine182. Il faut les éradiquer car elles se multiplient si rapidement quelles étouffent l’âme et s’opposent à toute œuvre de salut : A leurs fruits vous les reconnaîtrez. Est-ce qu’on récolte du raisin sur les épines ou des figues sur les piquants183 ? Pour l’apôtre Luc, les épines sont les richesses et les plaisirs de la vie qui s’opposent à l’enseignement divin et empêchent les hommes d’évoluer selon la voie de Dieu. À cause d’elles, ils ne mûriront pas184 et ne pourront donc échapper à la pourriture. Pour l’interprète, les épines sont des obstacles au désir de jouir des biens de ce monde et au désir de toute puissance.

  • 185 Des soinges et des esperimens des soinges, 123.
  • 186 Ce sont li songes, 155.

81Pour les songes Daniel, cueillir des fleurs ou en prendre prédit mesaise185. En gardin aler est aussi présage d’angoisse. Seul celui qui se contente d’avoir des fleurs se voit promettre des avoirs186. Cueillir les fleurs, aller à travers le jardin est connoté comme une agression (une transgression ?), source d’ennuis et d’angoisse. Par contre, l’attitude assise ou endormie, le regard porté de l’extérieur, la possession de fleurs sans qu’y soit mélé le geste de les cueillir, permettent d’espérer un avenir favorable.

  • 187 C. Sodignes-Costes, « Les simples et les jardins... », p. 331.

82À travers ces oppositions est-ce l’irruption brutale dans un domaine privé et la tentative de s’emparer de ses biens qui est condamnée tandis qu’est honorée la béatitude du propriétaire ? Est-ce la dénonciation d’un activisme suspect au profit du recueillement et de la méditation ? Faut-il y voir une opposition entre ceux qui s’occupent du jardin et ceux qui en profitent ? En outre, le jardin est « lieu de la rencontre, de l’amour ou de l’aventure, il est aussi le lieu protégé où les protagonistes aiment s’ébattre et se reposer. Lieu fermé, il est le réceptacle de la parole, du signe, du message »187. Sans doute y a-t-il de ces résonances dans la thématique développée en ces clefs des songes et lorsqu’il est question de message, mieux vaut surveiller de près les lieux où certains peuvent circuler librement.

7. La cannelle

  • 188 Dans le Cantique des cantiques, le bien-aimé confère à l’objet de son amour les vertus des parfums (...)
  • 189 Ms A, De canelle, 2.
  • 190 Ibid., 1.
  • 191 Ms B, De canelle, 2.
  • 192 « La cannelle semble un remède universel signalé par tous les anciens depuis Pline », I. Weill, « L (...)

83La cannelle est appréciée pour sa bonne odeur188 et saveur189. Elle apporte avec elle puissance, joie, richesces et bonne renommee190. Selon l’habituelle litanie, qu’elle soit trouvée, reçue ou achetée, elle symbolise joye et richesse de haut homme191. À son parfum et à son goût est associé ce qui fait le charme d’une existence toute de luxe et de douceur192.

  • 193 « Les épices sont un luxe dont la valorisation imaginaire semble d’autant plus grande que le produi (...)
  • 194 Dans les mets de la cour, la cannelle est plus présente que le poivre considéré comme l’épice du pa (...)
  • 195 Ms B, De canelle, 3.
  • 196 Ms A, De canelle, 3.

84Un bien aussi précieux193, subtil, ne peut qu’être l’apanage de l’élite194. Elle seule peut posséder sur ses terres, dans ses maisons, cet arbre de canele, emblème de leur excellence. L’offrande de cannelle par les mains royales rappelle que s’il distribue ses biens, c’est aussi pour en tirer poesté195. Donner du fruit de cannelle aux autres ou boire de son vin paraît équivalent. Dans les deux cas, puissance et honneurs sont au rendez-vous. Par contre, si le roi venait à arracher celi arbre de canelle que chacun prenne garde, il s’apprête à bannir hors de son royaume aucun homme196.

  • 197 Ibid, 4.
  • 198 Ms B, De canelle, 4.

85Pour clore le chapitre, le manuscrit A déclare que si d’estranges gens font au roi offrande de cannelle, il aura messagier en amertume d’iceulz et tribulacion pour cause de l’odeur197. Selon le manuscrit B, le même songe présage un message de joye et leesce poor l’odour198. Y a-t-il dans le premier cas erreur de copiste ou de traduction ? Le scribe s’est-il laissé emporter par ses propres associations ? Les étrangers sont-ils de telle mauvaise odeur qu’ils contaminent le parfum de cannelle ?

Conclusion

86Arbres dressés vers le ciel et plantes poussant au ras du sol sont convoqués comme une armée chargée de planter le drapeau de l’idéologie dans tous les esprits.

87Ancré dans la terre mais tendu vers le ciel, l’arbre rappelle l’union étroite que les hommes doivent maintenir avec leur Créateur. Il évoque la prière qui doit monter vers lui, à toute heure du jour et de la nuit. Il faut que chaque acte témoigne d’une foi aussi riche et vive que la sève qui court dans le tronc et nourrit les feuilles. La couleur variable de ces dernières illustre et alimente l’image d’une foi qui tel un flux traverse l’individu et transcende chaque fibre de son être ou s’étiole et laisse se scléroser avec elle chaque cellule, chaque canal de vie. En ces tristes circonstances, chute des feuilles et de l’individu viennent se perdre en des images similaires de mort et de décomposition.

88Appelée en renfort, la lumière créatrice de la force de la sève rappelle qu’il n’est de bonne action sans soutien et miséricorde divine, sans apports de connaissances éclairées. Nul ne peut faire lui-même ce salut qui décidera de son sort au terme d’une vie comparable au cycle et à la fragilité, au caractère éphémère de la feuille.

89Solidement enraciné dans la thématique religieuse, l’arbre sert dès lors essentiellement à faire considérer comme évidentes et sacrées les assertions matérialistes suivant l’hymne à la foi et occupant tout le champ du discours. Les différentes espèces d’arbres, leurs statures plus ou moins imposantes, la valeur qui leur est accordée viennent confirmer à l’évidence que les statuts si différents de l’homme sont conformes à l’ordre de la nature et au plan divin. Noblesse des arbres et des hommes semblent en étroite osmose, les uns nourrissant les autres de leur présence bénéfique.

90L’arbre majestueux accorde aussi son ombrage tutélaire à celui qui vient se réfugier et s’abandonner sous sa ramure. Il sait être havre de paix et de réconfort, bonheur suprême lorsqu’est accomplie la tâche quotidienne. Il convient néanmoins que soit respectée la position assise sous un arbre dressé de toute sa fière hauteur.

91Les caractéristiques physiques et morales de la race sont aussi évidentes et intrinsèques que celles de chaque espèce d’arbre. Et de la même manière que certaines greffes resteront à tout jamais impossibles, les espèces étant incompatibles, l’arbre généalogique ne saurait supporter des adhérences parasitaires.

92Les nobles lignées et les plants d’espèces rares doivent être sélectionnés avec la même rigueur. Tout intrus doit être arraché et jeté au loin comme mauvaise herbe envahissante et étouffante. Les relations avec des femmes jugées indignes sont dangereuses par risques de semis de graines désastreuses. À ce prix seulement sera assurée cette indestructibilité de la lignée royale et des privilèges des nobles, dont les arbres à feuilles persistantes sont le vivant symbole. Pour guider son choix, tout homme digne de ce nom doit savoir avant de tendre inconsidérément la main vers quelque feuille attirante, qu’il en est de rêches, dures et blessantes comme de douces, tendres et sans danger. La qualité de l’arbre qui leur a donné naissance fait toute la distinction.

93Les richesses de la terre, aussi nombreuses et renouvelées que les fruits de l’arbre, requièrent qu’une main compétente et habilitée les cueille avec grâce et aisance. Seul est capable de goûter convenablement les biens de ce monde et donc de les recevoir en partage, celui dont le palais délicat sait apprécier la saveur douce et sucrée d’un fruit mûri dans la belle lumière d’un soleil symbole royal. Ceux qui sont entourés de jardins, de vergers merveilleux et en cueillent les fruits sans effort, sont seuls aptes à vivre une existence privilégiée, toute de loisirs et de jouissances.

94Une frontière radicale doit être établie et préservée entre cette félicité paradisiaque et la vie laborieuse, dévolue aux plébéiens par Dieu lui-même. Distinguer soigneusement nobles épouses, vignes bénies aux nombreuses grappes, ceps stériles à arracher et vignes étrangères permet certes d’éviter de regrettables contaminations. Il importe cependant à l’interprète de généraliser le débat en mettant en garde contre tout désir illicite, tout fruit aigre ou de couleur douteuse porteur d’ennuis et de maux regrettables. De fruit en fruit, la faute s’étend et la mise en garde s’intensifie. Du jaune citron à la prune trop aigre, de l’olive amère au gland réservé à la bête, le rejet se propage jusqu’au fruit pourri, représentant ignoble de la faute originelle.

95Il importe de s’en tenir aux fruits cultivés par les bons soins de l’interprète, convenablement mûris, tout miroitants de lumière, tout de suave douceur pour ceux qui les méritent. Mais il n’est guère question de joie amoureuse, Guillaume de Lorris, Marie de France, peuvent bien faire du verger le lieu privilégié de la rencontre des amants, Chrétiens de Troyes peut inscrire dans la forêt les étapes de l’aventure héroïque, l’interprète des songes a des préoccupations bien plus sérieuses.

96Dans l’intérêt de sa démonstration, il oppose aux arbres fils du ciel, à la noble et majestueuse souche, les plantes potagères traînant leur frêle vie sur la terre tels les misérables hommes du peuple. À travers elles sont opérés dénigrements et rejets systématiques. La tige éphémère et rampante de la courge, sa pulpe trompeuse rappellent à tous les fourberies de la classe laborieuse. Qu’il soit semé, reçu ou trouvé, le basilic ne traîne avec lui que tourments et destruction. La noire truffe est présage de tribulations, évocatrice de ce Mal que les femmes incarnent immanquablement. À travers elle est répétée la nécessité de se tenir éloigné de toute femme de lignée obscure et donc indigne. La rave qui pousse en terre est honnie et celui qui en fait sa nourriture ne peut qu’être bassesse et puanteur. Assaisonnée de vin aigre, l’amère laitue n’apporte que tourments et mauvaise renommée. Le paysan ployé sur la terre et qui se nourrit de ses productions jugées les plus avilissantes et le pécheur ployé sous ses fautes ne sont qu’une seule figure.

97Les céréales telles que blé, froment, sésame, mil et lin, évoquent surtout le travail nécessité pour leur culture, ce travail de la terre source de tant de répulsion. À travers les nombreuses réserves dont il entoure les semailles, l’interprète rappelle les dangers de toute dispersion hors des lieux labourés par ses soins, de tout acte non codifié par avance, de tout élan impulsif. Il faut absolument que les paroles semées par lui et celles éparpillées avec inconscience en des songes erratiques se joignent et se fondent. Comme à son habitude, il n’hésite pas à utiliser les résonances de paraboles bibliques, telle celle du semeur, pour assurer de plus amples échos à sa diatribe.

98Par d’habiles circonlocutions autour du thème de la moisson, il fait apparaître derrière l’image du travailleur celle de l’horrible faucheuse et l’humble plébéien semble alors sa proie toute désignée. Sa laborieuse et épuisante existence ne fait-elle pas de lui une victime consentante ? N’est-il pas évident que seules doivent être préservées les vies qui en valent la peine ?

99Car il est des hommes à qui doivent être offertes les roses de la vie, leurs couleurs délicates et pures, leur subtil parfum. Elles symbolisent les qualités incomparables de l’existence et si Guillaume de Lorris en fait l’objet de la quête amoureuse, elles ne s’en épanouissent pas moins dans un jardin où s’ébat la fine fleur de la société. Pour préserver cette vie, l’interprète sème à son gré pétales de roses et épines sur la route de ses consultants. En leur assurant qu’il possède le secret d’échardes en tous genres, ne se présente-t-il pas aussi comme celui qui peut protéger ou blesser selon qu’est accordée ou non foi en sa parole ? Toute quête de désir est menacée d’épine hormis l’appât des séductions qu’il déploie et le symbolisme de l’épine dans l’Évangile lui sert, comme toujours, à confirmer ses propos. Toute épine dans la chair de l’homme et de la noblesse doit être arrachée aussitôt, qu'elle soit dite femme querelleuse, peuple rebelle ou rival contestataire. La récompense de cette vigilance est symbolisée par la cannelle, cette précieuse et merveilleuse épice, dont la saveur et le parfum soulèvent l’enthousiasme sans qu’il n’y ait plus aucune ombre au tableau.

Notes

1 J. Barrau, « L’homme et le végétal », Histoire des mœurs, dir. J. Poirier, t. I, Paris, 1990, p. 1294.

2 P. Mane, « “De mauvais arbre ne vient nul bon fruit” ou quelques images médiévales de l’arboriculture », dans Le village médiéval et son environnement, études offertes à Jean-Marie Pesez, Paris, 1998, p. 367.

3 J. Furhmann, « Les différentes sources, caractéristiques et fonctions des jardins monastiques au Moyen Âge », dans Vergers et jardins dans l’univers médiéval Senefiance, 28, Aix-en-Provence, 1990, p. 118.

4 H. Toubert, « Une fresque de San Pedro de sorpe (Catalogne) et le thème iconographique de l'Arbor bona-ecclesia, arbor mala-synagoga », dans Cahiers Archéologiques, 19, 1969, p. 167.

5 P. Gallais et J. Thomas, L’arbre et la forêt dans l’Énéide et l’Eneas, de la psyché antique à la psyché médiévale, Paris, 1997, p. 49.

6 Gn, 1, 11.

7 Gn, 1, 28.

8 Gn, 3, 18.

9 Gn, 3, 14.

10 Gn, 8, 11.

11 Ex, 15, 10.

12 Dt, 8, 7.

13 Dt, 13, 2.

14 Dt, 16, 21.

15 Ms A, Des arbres et p lentes, 2.

16 Sur la comparaison entre l’arbre et la croix, voir E. Simmons Grenhill., « The child in the tree, a study of cosmological tree in Christian tradition », dans Traditio, Studies in Ancient and Medieval History Thought and Religion, 10, 1954, p. 323-371. Il rappelle : « from the opening of the Middle Ages to the late fourteenth century, we can follow the development of the symbolisme of the Cross as a great tree » (p. 349). H. de Lubac note lui que d’après une légende recueillie au Moyen Âge par Honorius d’Autun, « la croix du Sauveur avait été faite avec la bois de l’arbre du bien ou du mal. Elle-même est un arbre, l’arbre de vie, selon la parole de l’Apocalypse (XXII, 2) » : « L’arbre cosmique », dans Mélanges E. Podechard, Lyon, 1950, p. 193-194. L’assimilation de la Croix à l’Arbre de Vie s’exprime dans l’iconographie, W.L. Hildburgh, « On palm-tree crosses » dans Archaeologia, LXXX1, 1931, p. 49-61.

17 Ms A, Des arbres et plentes, 1.

18 L’arbre « florissant [...] est l’image de la Vie ; desséché, il est l’image de la Mort. Chargé de feuilles et de fruits, il rend sensible les vertus de l’homme bon ; lorsqu’il en est dépourvu, il trahit les vices de l’homme mauvais », H. Toubert, « Une fresque de San Pedro... », p. 168. Le thème de l’arbre vif et de l’arbre sec est abordé par R. J. Peebles, « The Dry Tree, Symbol of Death » dans Vassar Medieval Studies, 1923, p. 59-69 ainsi que dans M.R. Bennet, « The legend of the Green and the Dry Tree », dans Archaeological Journal, 33, 1926, p. 21-32.

19 Ms A, Des arbres et plentes, 1.

20 L’ecclésiastique, 14, 18-19.

21 M. Pastoureau, Jésus chez le teinturier, Paris, 1998, p. 73.

22 R. Maisonneuve, « Le symbolisme sacré des couleurs chez deux mystiques médiévales : Hildegarde de Bingen ; Julienne Norwich », dans Les couleurs au Moyen Âge, Senefiance 24, Aix-en-Provence, 1988, p. 261.

23 Id, p. 264.

24 Ms A, Des arbres et plentes, 2.

25 Ms B, Des arbres et plentes, 2.

26 Ms A et B, Des Jruis, 11.

27 Ms A, Du noier, 1.

28 Ms A, Des arbres des palmes et des Jruis, 1.

29 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. debonaire.

30 Ibid., s.v.put.

31 Ms A, Des arbres et plentes, 5.

32 Isidore de Seville, Étymologies, livre XVII, 7,1, éd. J. André, Paris, 1981.

33 C. Hirsch, M. M. Davy, L’arbre, Paris, 1997, p. 123.

34 « Le chêne est l’arbre sacré par excellence, celui qui attire la foudre, et qui met le monde d’ici-bas en contact avec l’univers d’en haut. Depuis la plus haute Antiquité, en Occident, le chêne symbolise la sagesse, la force et la majesté. Il est l’arbre des prêtres et des rois », M. Pastoureau, « L’homme et le porc, une histoire symbolique », dans Id, Couleurs, images..., p. 251.

35 Ms A, Des arbres et plentes, 7 et 8.

36 Gn, 18,1.

37 Voir J. Brosse, Mythologie des arbres, Paris, 1993, p. 71-108.

38 Ms A, Du noier, 13.

39 Ms A, Des arbres et plentes, 11.

40 Le Songe du Vergier, éd. par M. Schnerb-Lievre, Paris, 1982, t. 1, p. 128.

41 Ms A, Des arbres et plentes, 11.

42 Ibid., 3.

43 Mtt, 13, 18-23.

44 Ms A, Des arbres et plentes, 6.

45 En Asie, « le cyprès signifie la longévité et l’immortalité », C. Hirsch, Μ. M. Davy, L’arbre..., p. 127-128.

46 Ms A, De la rose et basilicon, 6.

47 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. espandre.

48 Ms A, Des arbres des palmes..., 3, 4.

49 A. Paupert-Bouchiez, « « sages-femmes » ou sorcières ? Les vieilles femmes des évangiles aux quenouilles », dans Vieillesse et vieillissement au Moyen Âge, Senefiance 19, Aix-en-Provence, 1987, p. 267.

50 D. Luce-Dudemaine, « La vieille femme, l’amour et le temps perdu », dans Vieillesse et vieillissement..., p. 223.

51 Cette aspiration n’est pas que médiévale : « au sein des mythologies et des religions, la démonstration n’est plus à faire, le jardin merveilleux occupe une place toute particulière », J. Dauphine, « Du paradis terrestre », dans Vergers et jardins..., p. 89.

52 Ms A, Des arbres et plentes, 9, 10 ; Des arbres des palmes...,2.

53 Ce thème se retrouve de la civilisation égyptienne au Moyen Âge, voir D. Vogellehner, « Les jardins du haut Moyen Âge, (viiie-xiie siècles) », dans Jardins et vergers en Europe occidentale (VIIIe-XVIIIe), Actes des neuvièmes journées internationales d’histoire (1987), Flaran, Auch, 9, 1987, p. 39 ou encore, J. Prest, The Garden of Eden, New-Haven and London, 1981.

54 Ms A, Des arbres et plentes, 2.

55 Ce rapprochement de l’enfant et du fruit rappelle que dans certaines cultures « c’est des arbres que sort la vie ». Dans la pensée végétaliste, cela pouvait se faire « par l’intermédiaire du fruit de l’arbre consommé par la mère », J. BARRAU, « l’homme et le végétal... », p. 1295.

56 Ms A, Des arbres et plentes, 10.

57 M. Pastoureau, « Bonum, malum, pomum. Une histoire symbolique de la pomme », dans L’arbre. Histoire naturelle et symbolique de l’arbre, du bois et du fruit au Moyen Âge, Paris, 1993, p. 156.

58 Ms A, Des arbres des palmes et des fruis, 2.

59 Ms A, Des arbres et plentes, 9.

60 Ms A, Des fruis des arbres, 1.

61 Ms B, Des fruis des arbres, 1.

62 Ms A, Des fruis et des arbres, 2.

63 J. de Cessoles, Le livre du jeu d’échecs, éd. J. M. Mehl, Paris, 1995, p. 43.

64 Ms B, De diverses viandes, 10 ; Ms A, Du noter, 4.

65 A. Grieco, « Réflexions sur l’histoire des fruits au Moyen Âge », dans L’arbre. Histoire naturelle..., p. 151.

66 Ms A, Du noier, 3.

67 Ibid., 2.

68 Ms A, Des arbres et plentes, 7.

69 La vieillesse est connotée dans la littérature médiévale de manière ambiguë, elle peut à la fois incarner faiblesse et sagesse. Voir B. Ribemont, « Quelques aspects de la relation vieillesse/sagesse au Moyen Âge : l’exemple du chevalier au barisel », dans Vieillesse et vieillissement..., p. 305-309 « 311-315.

70 Ms A, Du noier, 2 et 4 ; ms B, Du noier, 4.

71 Au Moyen Âge cohabitent deux conceptions contradictoires du travail : l’une le valorise, l’autre le déprécie comme ici. « Le travail est servitude. Il avilit, il dégrade. Tous ceux qui accèdent à la haute culture [... ] demeurent persuadés que l’homme de qualité ne doit pas y porter les mains, qu’il lui sied de vivre en seigneur et d’être nourri par d’autres », G. Duby, Les trois ordres ou l’imaginaire du féodalisme, Paris, 1978, p. 291.
Jacques Le Goff, (« Travail », dans Dictionnaire raisonné..., p. 1148), rappelle qu’« une idéologie hostile au travail s’exprime dans des mythes et des utopies ». Voir également de J. Le Goff : « Métiers licites et métiers illicites », dans Id., Pour un autre Moyen Âge, Paris, 1991, p. 91-107 ; « Travail, techniques et artisans », dans Id., Pour un autre..., p. 112-115.

72 Ms A, Des fruis, 5.

73 Ms B, Des arbres et plentes, 4.

74 Ms A, Des arbres et plentes, 4 et 12.

75 La stérilité était mal perçue au Moyen Âge. « « Vieille brehaigne » était une injure virulente. Ces pauvres brehaignes, méprisées par leur entourage, presque maudites, considérées comme des mortes par la société, se devaient d’obéir à de nombreuses obligations », D. Alexandre-Bidon, M. Closson, L’enfant à l’ombre des cathédrales, Lyon, 1985, p. 28.

76 Ms A, Des fruis, 9.

77 Ibid., 10.

78 Is, 5, 5-7.

79 Ms A, Des arbres et plentes, 12.

80 La séparation du couple en raison de la stérilité de la femme existe. Voir C. Opitz, « Contraintes et libertés (1250-1500) », dans Histoire des femmes, Paris, 1991, t. II, p. 297. Cependant aux yeux de l’Église, la stérilité n’est pas reconnue comme causes justifiant le renvoi de la femme, J. Gaudemet, Le mariage en Occident, Paris, 1987, p. 70.

81 Ms A, Des fruis, 7.

82 Sur l’ambivalence de la couleur noire, voir M. Pastoureau, Jésus..., p. 122-124. Pour lui, le noir connoté positivement « est celui de l’humilité, de la modestie, de la tempérance [...] de la dignité ». Interprétation très différente de celle de la clef des songes orientée vers les richesses convoitées.

83 Cette thématique contrastée du noir et du blanc se retrouve souvent dans les œuvres médiévales ; J. Ribard, Le Moyen Âge, littérature et symbolisme, Paris, 1984, p. 38.

84 Ms A, Des fruis, 7.

85 Cantique des Cantiques, 4, 12 et 7, 8-10.

86 Ms A, Des arbres et plentes, 9 et Des arbres des palmes et des fruis, 2.

87 Ms A, Du noier, 5 ; Ms B, De diverses viandes, 10.

88 Ms A, Des fruis, 2.

89 Ms A, Des arbres et plentes, 13.

90 Cette connotation négative de la couleur verte dans la clef des songes, qui par ailleurs l’associe à la foi, peut surprendre mais n’oublions pas que « les couleurs sont comme les mots : hors contexte elles ne signifient rien, elles n’ont pas de sens intrinsèques mais seulement des emplois. Ce sont donc le contexte et l’association ou l’opposition à telle ou telle autre couleur qui diront si le vert est couleur de fortune ou de l’infortune, de l’espérance ou de l’accablement », M. Pastoureau, Jésus..., p. 73.

91 À l’acidité est rattaché un symbolisme négatif dans les esprits du temps. Ainsi elle a parfois « une qualité d’acidité » qui en a « fréquemment fait un fruit négatif et pervers, voire empoisonné », M. Pastoureau, « Bonum, malum, pomum... », p. 180.

92 Ms A, Des fruis, 4.

93 Ibid., 1, 3.

94 Voir M. Pastoureau, « Formes et couleurs du désordre : le jaune avec le vert », dans Id., Figures et couleurs. Études sur la symbolique et la sensibilité médiévales, p. 30 ; M. Pastoureau, « Les couleurs médiévales : système de valeur et modes de sensibilité », dans Id., Figures..., p. 42.

95 Un poète italien de la fin du xive décrit l’aspect négatif de la prune, alors que dans un même élan il loue les qualités des six autres fruits : Je suis la prune, noire, blanche ou vermeille/A qui me mange ou me prend par le dents/Je fais par ma foi sentir mon astringence/et qui me cherche me trouve, cité par A.J. Grieco, « Savoir de poète ou savoir de botaniste ? Les fruits dans la poésie italienne du xve siècle », dans Médiévales, 16-17, 1989, p. 145.

96 Ms B, De diverses viandes, 7.

97 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. greval.

98 Ipsa pruna aluum molliunt, stomacho non utilissima, sed breui momento, Pline l’Ancien, Histoire naturelle, livre XXIII, 132, J. Andre, Paris, 1971. (Les prunes mêmes relâchent le ventre ; elles ne sont pas très bonnes pour l’estomac, mais leur effet est passager.)

99 Ms B, De diverses viandes, 5.

100 Ms A, Du noier, 7.

101 Ms B, De diverses viandes, 13.

102 Voir H. Toubert, « Une fresque de san Pedro... », p. 168.

103 Comme le rappelle Marc Bloch, c’est l’huile sainte qui « élevait les souverains très haut », c’est elle qui leur confère leur sainteté ; M. Bloch Les rois thaumaturges, Paris, 1983, p. 71 et 78. L’huile a été utilisée dès la plus haute Antiquité lors des institutions sacerdotales en Égypte par exemple et la Bible fait plusieurs mentions de l’huile sainte (Ex, 39, 7-30 ; I. Rois, 9, 16 ; III Rois, 1-34). J. P. Bayard écrit qu'elle peut s’apparenter à la semence divine. Elle est « le principe », le « verbe créateur » (J.P Bayard, Le sacre des rois, Paris, 1964, p. 175-177).

104 Ms A, Des arbres et plentes, 8.

105 Ms A, Du noier, 12.

106 Ms A, Des arbres et plentes, 13.

107 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v.aigre.

108 Ibid., s.v. aspre.

109 Des soinges et de esperimens des soinges, 5 ; Ce sont li songes, 7-8.

110 Guillaume de Lorris, Jean de Meun, Le roman de la Rose..., vv. 1286 à 1357.

111 « Milon », dans Lais de Marie de France..., w. 49-54.

112 Chrétien de Troyes, Le conte du Graal éd. C. Mêla, Paris, 1990, v. 6586.

113 A. Higounet-Nadal, « Les jardins urbains de la France Médiévale », dans Jardins et vergers en Europe..., p. 132

114 Ms A et B, De la concombre et melonne..., 1, 2.

115 Ms A, De la concombre et melonne...,2.

116 Pline l’Ancien, Histoire naturelle..., XX, 68.

117 Ms A, De la rose et basilicon, 1.

118 Ms B, De basilicoun, 1.

119 Ms A, De la rose et basilicon, 1.

120 J. Chevalier, A. Geerbrant, Dictionnaire des symboles, 1989, p. 109.

121 Le livre des propriétés..., p. 277.

122 Le chapitre traitant de la truffe est absent du manuscrit B.

123 M. Pastoureau, « L’homme et le porc... », p. 251.

124 Ms A, De advos, 1, 2, 4.

125 Ibid., 2.

126 Ibid., 4.

127 Ms A, Des raphes ou rafaves, 1.

128 Philippe Ménard conclut de son analyse du Ménagier de Paris que « des plantes comme les navets, les raves, l’arroche, la bourrache ne semblent pas tenir la première place dans le jardin d’un bourgeois de Paris au xive siècle. », (Ph. Ménard, « Jardins et Vergers dans la littérature médiévale », dans Jardins et vergers en Europe…, .p. 53).

129 Ms A, Des raphes ou rafaves, 1, 2, 3, 4.

130 Ibid, 1.

131 A. M. Polo de Beaulieu, « La condamnation des soins de beauté par les prédicateurs du Moyen Âge, (xiie-xve siècle) », dans Les soins de beauté, actes du troisième colloque international Grasse 26-28 avril 1985, Nice, 1987, p. 304. Voir aussi J. P. Albert, Odeurs de Sainteté..., p. 145 ; F. Dubost, Aspects fantastiques de la littérature..., t. II, p. 646.

132 Ms A, Des laictues, 2.

133 L. Bourgeois-Cornu, Les bonnes herbes du Moyen Âge, Paris, 1999, p. 151.

134 A. Guerreau-Jalabert, « Aliments symboliques et symbolique de la table dans les romans arthuriens, xiie -xiiie siècles », dans Annales ESC, Mai-juin 1997, p. 564.

135 L. Bourgeois-Cornu, Les bonnes herbes..., p. 145.

136 C. Dyer, « Jardins et vergers en Angleterre au Moyen Âge », dans Jardins et Vergers en Europe..., p. 161.

137 Hildegarde de Bingen, Le livre des subtilités des créatures divines, éd. J. Millon, Grenoble, 1988, p. 31 de l’introduction.

138 Ms A, Des laictues, 1, 2.

139 Pline l’Ancien quant à lui énumère les qualités médicinales innombrables du suc de la laitue et de sa macération dans le vinaigre, Pline l’Ancien, Histoire Naturelle..., livre XX, 26.

140 Voir M. Eliade, Histoire des croyances et des idées religieuses, Paris, 1976, t. 1, p. 303-315.

141 J. Brosse, La magie des plantes, Paris, 1990, p. 132-134.

142 Ce sont li songes, 21, 40.

143 Des somges, 24.

144 J. Le Goff, « Le travail dans le système de valeur de l’occident médiéval », dans Le travail au Moyen Âge, une approche interdisciplinaire, Actes du colloque international de Louvain-la-Neuve, 21-23 mai 1987, éd. J. Hamesse et C. Muraille-Samaran, Louvain-la-Neuve, 1990, p. 21.

145 B. Geremek, « Le refus du travail dans la société urbaine du Bas Moyen Âge », dans Le travail..., p. 379.

146 O. G. Oexle, « Le travail au xie siècle, réalités et mentalités », dans Le travail..., p. 54.

147 Ms A, Des blés et semences, lin, sisame et mil, 2.

148 J. Dubois, « Le travail des moines au Moyen Âge », dans Le travail..., p. 75-79.

149 Ms A, Des blés et semences, lin, sisame et mil 8.

150 Ibid., 9.

151 Mtt, 13, 26.

152 Ms A, Des blés et semences, lin, sisame et mil 7, 9, 10, 11.

153 Ibid, 13.

154 Ms A, Du lin, 2.

155 Ms A, Des blés et semences, lin, sisame et mil 12.

156 Ibid., 16.

157 G. Comet, Le paysan et son outil, essai d’histoire technique des céréales (France, viiie-xve siècles), Rome, 1992, p. 495.

158 Ms A, Des blés et semences, lin, sisame et mil 3.

159 Ibid, 4.

160 Ibid., 5.

161 Ms A, Du foin, 1, 2, 5.

162 Ms A et B, Du foin, 3 et 4.

163 Ibid., 6.

164 Voir P. Ménard, « Jardins et vergers dans la littérature... », p. 62 ; et C. Deluz, « Le Jardin médiéval, lieu d’intimité », dans Vergers et jardins dans l’univers..., p. 103.

165 La rose rouge est la plus appréciée, J. Joret, La rose dans l’Antiquité et au Moyen Âge, Paris, 1892 ; J. stannard, Gardens in the Middle Ages, Lawrence (Kansas), 1983, p. 118.

166 Ms A, De la rose et basilicon, 4.

167 Ibid., 5.

168 Ibid., 3.

169 Guillaume de Lorris, Jean de Meun, Le roman de la Rose..., w. 1652-1680, p. 131.

170 Ibid., w. 1670-1680, p. 133.

171 Avec le culte marial, la rose deviendra la fleur de la Vierge. Voir l’article de G. Gros, « Au jardin des images mariales : aspects du plantaire moralisé dans la poésie religieuse du xive siècle », dans Vergers et jardins dans l’univers..., p. 141.

172 Ms A, De l’espine, 1.

173 Ibid., 1.

174 Ms B, De l’espine, 1.

175 Ms A, De l’espine, 1.

176 Ibid, 2.

177 Ms A et B, De l’espine, 4.

178 Ms A, De l’espine, 3 et 4.

179 Ibid., 5.

180 Ms B, De l’espine, 4/5.

181 Cette figure représente le mois de mars dans trente pour cent des cycles italiens, P. MANE, Calendriers et techniques agricoles, (France, Italie, xiie-χιιie siècles), Paris, 1983, p. 77.

182 Mtt, 13,7.

183 Mtt, 8,16.

184 Lc, 8,14.

185 Des soinges et des esperimens des soinges, 123.

186 Ce sont li songes, 155.

187 C. Sodignes-Costes, « Les simples et les jardins... », p. 331.

188 Dans le Cantique des cantiques, le bien-aimé confère à l’objet de son amour les vertus des parfums les plus nobles, la cannelle y vient en bonne place (4,12-15). L’Ecclésiaste cite la cannelle comme symbole de la sagesse (24,15). Dans l’Histoire de Saint Louis de Joinville, le Nil issu du Paradis terrestre charrie « gingembre, rhubarbe et cannelle » ; Joinville, Histoire de Saint Louis (xiiie) dans Historiens et chroniqueurs du Moyen Âge, Paris, 1952, p. 241.

189 Ms A, De canelle, 2.

190 Ibid., 1.

191 Ms B, De canelle, 2.

192 « La cannelle semble un remède universel signalé par tous les anciens depuis Pline », I. Weill, « Le jardin de la fée dans le bel inconnu de Renart de Beaujeu », dans Vergers et jardins dans l’univers… p. 412.

193 « Les épices sont un luxe dont la valorisation imaginaire semble d’autant plus grande que le produit est rare », G. Vigarello, Le sain..., p. 35.

194 Dans les mets de la cour, la cannelle est plus présente que le poivre considéré comme l’épice du pauvre. Voir B. Laurioux, « Vins musqués et flaveurs de paradis : l’imaginaire médiéval des épices », dans Le Monde végétal (xiie-xiiie) savoirs et usages sociaux, Vincennes, 1993, p. 68.

195 Ms B, De canelle, 3.

196 Ms A, De canelle, 3.

197 Ibid, 4.

198 Ms B, De canelle, 4.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search