Version classiqueVersion mobile

Les clefs des songes médiévales

 | 
Valérie Bach

Deuxième partie. Le monde d'ici-bas

Chapitre 2. Enseignement de l’air, du feu et de l’eau

Texte intégral

I. Figures aériennes

1. Nuées et vols

  • 1 Ms A et B, Des nuees, 1.
  • 2 Ms A, Des nuees, 2.
  • 3 Ex, 14, 20.
  • 4 Ex, 10, 21.

1Une nuée de rêve apporte avec elle sagesses, savoir1 et le rêveur devient sage selon la quantité de la nuee veue2. Connaissance, science, discernement, capacité de se comporter selon les règles de la raison et de la morale, tels sont les dons merveilleux d’une nuée proche parente du Saint Esprit. Pénétrant l’esprit de sa clarté, elle semble différente des gros nuages pesant sur l’existence. En fait, elle réconcilie les pôles opposés de la Lumière et des Ténèbres, les transcende, telle la colonne de nuée précédant les fils d’Israël lors de la sortie d’Égypte, colonne qui leur éclairait la nuit tout en devenant ténèbres3 pour leurs poursuivants. Colonne mystérieuse de feu et de nuee fort propre à mettre en déroute le camp ennemi4.

  • 5 Ms A, Des nuees, 3.
  • 6 Ibid., 4.

2Mais la sagesse ne s’acquiert pas n’importe comment. Il peut se faire que le rêveur en une nuee molle sanz ce qu’il la possede [...] conversera avec philosophes mais il n’y gaingnera rien d’eulz5. La connaissance dispensée ne profite pas en terre ingrate et surtout il est des enseignements illusoires, aussi inconsistants que le nuage qui s’effiloche dans le ciel. Pour devenir souverain philosophe et mériter que les nuees [...] l’emportent ou il desire a estre, l’aspirant « Sage » doit aussi être tres loial crestien. La quête des choses seculieres ne doit pas se faire au détriment de celles de la foy6 ni indépendamment d’elles.

3L’excellence en toutes choses est accordée à ceux qui rêvent d’être portés aux nues et de planer au-dessus du commun des mortels. Un tel privilège n’est que justice pour les représentants de cette sagesse en laquelle foi et raison collaborent au lieu de s’opposer.

  • 7 E. Brehier, La philosophie du Moyen Âge, Paris, 1949, p. 434.
  • 8 Ibid.

4Spécifique au Moyen Âge, le débat de la foi chrétienne et de la raison y est posé avec beaucoup de force, la solution étant cherchée dans deux directions. Selon la première version, la raison « entre dans la substance même de la vie chrétienne et dans la destinée surnaturelle de l’homme, intermédiaire entre la foi et la vision, elle nous fait pénétrer dans le domaine des choses spirituelles, elle nous élève vers notre fin »7. D’après la deuxième formule « la foi se fait le guide de la raison soit en lui interdisant certaines conclusions que le raisonnement semble autoriser, soit en l’élevant vers la réalité divine qu'elle ne fait que pressentir »8.

  • 9 Ms A, Des nuees, 5.

5Il est aussi des nuées communes, dépouillées de prestige et dont l’écharpe de brume n’est que phénomène météorologique banal. Le rêveur en est non seulement moillié mais qui plus est moillié de l’obscurité et tombe malade9. Humidité et ténèbres s’allient pour transformer cette nuée en ennemie redoutable.

  • 10 Le livre des propriétés..., p. 181.
  • 11 Ibid., p. 182.

6De cette relation entre le temps qu’il fait et la santé, bien des écrits portent témoignage. Barthélemy l’Anglais rappelle que selon Hippocrate les variations du temps aggravent beaucoup les maladies10. Il est de notoriété publique que la nature ne supporte pas les brusques changements11, que toute soudaine mutation menace la vie de l’individu. Il vaut mieux rechercher la stabilité, l’uniformité et se défier de ce qui pourrait plonger dans l'obscurte de doutes en tous genres.

  • 12 Ms A, Des nuees, 5.

7Pour être considéré d’un œil favorable, il faut rechercher ces nuées dont la maison royale est remplie. Celui qui en est moillié ou moiste n’a rien à craindre, bien au contraire. Il obtendra seigneurie et pourra y trôner à son tour comme Dieu dans les nuées. Imprégnée des vertus royales, la nuée ne dispense pas seulement des positions enviables à quelques privilégiés. Grâce à elle la terre sterile [...] habondera en biens, deviendra merveilleusement fertile. Par l’opération de la nuée, des mains divines et royales conjointes, la disette se mue en richesces en joie. De la chevalerie elle-même émane cette joie tant appelée lorsque planent les ombres ennemies12.

  • 13 Ibid, 6.

8Ainsi rassuré, le rêveur peut se livrer aux douces rêveries qui l’emportent assis es nuees et porté de lieu en lieu selon sa volenté. Grâce au tapis magique qu’il dirige à son gré, il peut exercer une domination d’autant plus incontestable que, s’il devient seigneur de estranges gent, c’est par eulz mesmes, selon leur souhait. En une telle apothéose, le seigneur trouve des choses dont il n'a esperance, se voit comblé au-delà de ses rêves et comme malgré lui, tandis que l’homme du peuple est prié de ne pas s’adonner à de telles utopies sous peine d’avoir meschef du prince13. L’ordre doit régner dans les hauteurs sublimes et l’interprète veille à ce qu’il n’y ait pas télescopage d’ascensions et de prétentions. Il appelle les uns à graviter dans les hautes sphères mais enjoint aux autres de demeurer rivés sur cette terre, soudés à leur basse condition s’ils ne veulent tomber brutalement des nues.

9Aux adaptations médiévales des fables d’Ésope est adjointe la même moralité : le mulot qui refuse de prendre femme parmi ses semblables et monte jusqu’au soleil, aux nuages et au vent s’entend déclarer :

  • 14 « Le Mulot », Fables de Marie de France, dans Fables françaises du Moyen Âge, éd. J. M. Boivin, L. (...)

Tel croit monter bien haut
et s’élever au-dessus de son rang,
qui doit retomber plus bas
14.

10Ramener les faibles à plus de raison, les enchaîner à leur place est indispensable à la libre circulation des forts qui peuvent alors voler d’un lieu en autre selon la proporcion et longueur de leurs élans. Ne risquant plus de rencontrer obstacles et rivaux, ils peuvent satisfaire en paix leur boulimie d’onneur et de richesses.

  • 15 Ms A, De voler et eslever et saillir, 1.

11L’ascension des Grands doit cependant se conformer à certaines règles. Ceux qui l’oublient se voient menacés de la férule de « l’interprète-pédagogue » : un vol haut et droit provoque bleceure etperdicion et celui qui monte jusques au ciel ou est eslevé et detenu subira une mort prochaine. Mieux vaut pour lui qu’il siee quant il monte au ciel et ne le scet, car il aura joie en sa foy et regnera, et sera de grant renommee se son lignage ne l’empesche15.

  • 16 Ms B, De voler et eslever et saillir, 1.

12S’élever dans les airs et dans la hiérarchie sociale ne peut se faire selon des improvisations douteuses. Aller et venir, parcourir l’espace et l’univers d’une allure conquérante est recommandé, mais s’élancer trop haut et monter au ciel de son propre élan, c’est faire preuve de peu de raison et risquer la mort : s’il vole dreit sus en haut, perdicion signifie16.

  • 17 M. Eliade, Traité d’histoire..., p. 94-95.

13De nombreuses croyances sont là pour confirmer le lien entre ascension et mort. Mircea Eliade remarque que « l’expression habituelle en assyrien, pour le verbe mourir est : « s’accrocher à la montagne ». De même en égyptien, myny, « s’accrocher » est un euphémisme pour mourir »17.

  • 18 Gn, 28,12.
  • 19 Ms B, De voler et eslever et saillir, 1.
  • 20 Ibid., 1.

14Mais si l’échelle de Jacob établit un lien entre les hauteurs célestes et la terre, ce sont les anges qui l’empruntent pour aller et venir18. Il est donc plus avisé pour l’homme de rester assis à sa place et de laisser la providence se charger de l’ascension. Heureux celui qui se laisse conduire en toute confiance et monte au ciel et ne le scet, sans chercher à savoir comment il soit montée19. À ces conditions seulement, les rêves de puissance et de renommée peuvent être réalisés s’ils sont conformes aux droits du lignage. Grâce à eux, l’homme accomplit son destin sur terre sans chercher hâtivement à rejoindre sa demeure dans les cieux : qi se voit avoir meson en l’eir et fay en l’eir [...] tost morra20.

  • 21 Ms A, De voler et eslever et saillir, 2.
  • 22 Ibid., 3.

15Cette proscription de déplacements trop directs et trop hâtifs, ne respectant pas la coustume21 rappelle la hantise, forte au Moyen Âge, de changements. À vouloir constamment muer de lieu en lieu, la condition du sujet risque d’être transformée en autre moienne ou pire22.

16Celui qui se meut dans les airs comme dans son élément, qui vole comme oisel, sanz eles et se voit en l’air estre porté n’a pas à craindre de telles déconvenues. Hautesse de gloire et de dignité lui sont réservées et plus s’il est roy, car tout il parfera son desir en batailles et autres negoces. Porté par les ailes de ses rêves, le roi peut même voler jusques au ciel ou sont les estoilles et y acquérir hautesse et nom sur les autres roys. Ses guerres et ses affaires ont pour but ultime d’inscrire son nom dans la gloire des cieux.

  • 23 Ibid., 6.
  • 24 Ibid., 7.
  • 25 « Par toutes lesquelles choses appert assez que la science de astrologie n’est pas inutile ne a ung (...)

17S’élever si haut n’est pas un crime lorsqu’il s’agit du personnage royal. Il est l’interlocuteur privilégié des étoiles qui lui adressent des messages destinés à se réaliser en tous points : et aussi toutes les paroles qu’il ara la oyes ou lieu, s’il ne les oublie, seront parfaites sanz muer et si ara longue vie selon la raison de la multitude des paroles23. Il est même possible de rester a terre pour parler aus estoilles ou lire leur message. Celui qui possède cet art tout ce qu’il appercoit il ara ou le trouvera24. L’enseignement tiré des étoiles n’est pas trompeur, ce qu’elles annoncent s’accomplit tôt ou tard. L’astrologie est un art incomparable25 car les étoiles dispensent un savoir millénaire à celui qui sait leur prêter l’oreille ou déchiffrer leur texte.

  • 26 Ms A, De voler et eslever et saillir, 8.

18Connaître l’avenir répond à un désir profond pour l’homme perdu dans le cosmos, pris dans des influences qui le dépassent. Dans la clef des songes, prévoir son destin c’est pouvoir l’infléchir dans le sens d’un royaume sans cesse dilaté, d’une dominacion sur estranges si parfaite qu’il est possible d’habiter entre iceuls. Grâce aux prédictions tirées des étoiles, l’angoisse de changements peut être jugulée, l’inconnu et l’étrange apprivoisés. À la créature terrifiée, les étoiles offrent le spectacle rassurant de leur immobilité apparente et de leur éternité. Grâce à leur exemple, l’homme peut rêver en toute sérénité de dominer et régner sans partage sur son trône comme au ciel26.

  • 27 Ibid, 9.
  • 28 Ibid., 10.
  • 29 Ibid., 11.
  • 30 Ibid., 12.
  • 31 Ex, 19.

19Le chapitre se clôt sur de nouvelles mises en garde. Celui qui monte au ciel selon ses vœux peut venir à choir et perdre ainsi son royaume et sa vie, les deux étant inséparables aux yeux de l’ambitieux27. Seul l’homme transporté de Dieu peut aller de lieu en lieu sanz cheoir et paour [...] en joie28. Les élus du Seigneur connaissent seuls les ascensions, les transports les plus sûrs. Leurs lévitations sont des voyages initiatiques et mystiques et ils doivent se mettre en route sans hésiter sous peine de voir la paour transformer leur chemin en parcours épique29. En guise de conclusion, il est déclaré : se telz songes aviennent a un du peuple ou povre homme ilz ne arontpas tant de graces30. Si Moïse fut convié sur les hauteurs du Sinaï c’était pour y recevoir la table des dix commandements destinée à son peuple31. Est-ce sous un tel prétexte que les seigneurs sont invités à s'eslever seuls ?

20Utiliser le symbolisme du vol et de l’ascension au profit de la classe dominante permet de présenter son statut privilégié comme légitime et sacré. Ceux qui règnent en haut de l’échelle sociale peuvent seuls y demeurer de par leurs vertus et leur nature transcendante. Les vents qui s’engouffrent dans les songes tantôt propices, tantôt malfaisants contribuent à leur tour à cette leçon de civisme et de morale puisque tout élan inconsidéré doit être réprimé.

2. Les vents

  • 32 Guillaume de Conches évoque les modifications apportées par ces vents dans les lieux qu’ils travers (...)

21Quoi de plus séduisant que de capter ces Zéphyr et Borée32 tout en mouvement pour freiner les humeurs changeantes des individus ?

  • 33 Aristote, Météorologiques, I, 1, éd. P. Louis, Paris, 1982, p. 2.
  • 34 Le Livre des propriétés..., p. 229. De même Thomas de Catimpré insiste sur la différence de l’air e (...)

22Sous l’influence d’Aristote et de ses Météorologiques33, la direction des vents, leur degré d’humidité sont des critères essentiels pour la météorologie médiévale. Un grand intérêt pour les phénomènes atmosphériques s’est manifesté aux xiiie et xive siècles. De la qualité des vents dépend la fertilité de la terre, le physique et le caractère des hommes34.

  • 35 Le Guidon de Guy de Chauliac, traduit en français par Nicolas Panis, Lyon, B. Buyer, 1478, 266fF(ré (...)
  • 36 S. Bazin-Tachella, « Considérations... », p. 29.
  • 37 C. Lecouteux, Mondes parallèles. L’univers des croyances du Moyen Âge, Paris, 1994, p. 104-108.

23L’opposition traditionnelle depuis Hippocrate entre vent sec et pur, vent humide et malsain se retrouve dans le discours médical du xive siècle. Guy de Chauliac, médecin des trois papes d’Avignon, s’y réfère pour définir les conditions favorables aux opérations chirurgicales35. Si le discours médical de la fin du Moyen Âge se veut Savoir rigoureusement organisé36, des pratiques superstitieuses demeurent ainsi qu’en témoignent les conjurations contre la tempête ou les esprits atmosphériques37.

  • 38 I. Draelants, « Le temps dans les textes historiographiques du Moyen Âge », dans Le temps qu’il fai (...)
  • 39 Dans Le temps qu’il fait..., voir F. Vigneron, « Les saisons et le temps qu’il fait chez Eustache D (...)

24Tandis que les auteurs des chroniques38 et des œuvres littéraires39 utilisent le temps pour servir leurs desseins, l’interprète des songes dirige son souffle inspiré sur le troupeau docile qu’il veut conduire dans le sens du vent qui lui convient. D’un songe à l’autre, il déverse ses présages pénétrant les esprits d’un air convenablement filtré.

  • 40 Ms A, Des vens, 1.

25Selon lui un vent fort peut-être vécu comme un ami bienveillant capable de transporter celui qu’il accepte de servir tel un génie tutélaire. Mais l’utopiste emporté par ses rêves de changement, son désir d’échapper à toutes les pesanteurs terrestres et de se réaliser enfin librement, se voit rapidement assigné à demeure. Il cheminera, certes, aidé par un souffle puissant, mais que ce soit celui d’une ambition propre à l’ancrer dans une seigneurie40. Telle doit être la visée ultime de tous ses élans vitaux.

26Il convient de se défier de ses transports en tous genres, le vent peut s’avérer désagréable, agressif. Couvert de poussière, les yeux obscurcis, l’aspirant pèlerin se retrouve à comparaître devant un juge qui l’accable de paour etpainne. L’aveuglement ainsi sanctionné est déclaré diminucion de foy selon la proporcion ou raison de l’obscurté. Ne s’agit-il que de foi religieuse ou le manque de foi dans les propos offerts à l’identification est-il également visé ? Que le sujet puisse être aveuglé par les discours qui lui sont tenus au point d’en perdre tout jugement personnel n’entre pas en ligne de compte. Il faut s’incliner devant les buts imposés sous peine de se retrouver confronté à cette poussière dont l’homme est issu.

  • 41 Ibid., 2.
  • 42 Chez Albert le Grand et Jean Buridan se retrouvent des thèmes répétés tel celui de la tempête sur t (...)
  • 43 Ms A, Des vens, 3.

27Pour renforcer la menace et en assurer les effets salutaires, sont lâchés sur le récalcitrant un vent violent capable de froissié les arbres et les foudres royales faisant périr les princes41. Au vent déchaîné rien ne résiste. La terre est livrée en toute ruine des vens et les maisons elles-mêmes, ces refuges suprêmes, sont abattues42. Emportés par cet ouragan les princes du peuple seront dispers43 et l’ordre établi est bouleversé. Le statut élevé des victimes du vent accentue ce pouvoir si effrayant que nul ne peut ou ne doit y résister.

  • 44 Ibid., 5.

28Mais afin de ne pas trop abattre ceux qu’il importe avant tout de séduire, un fort vent peut revenir en temps flori ou de fleurs sans arracher les arbres en la région ou pays. De ce souffle vivifiant naît habondance de biens car le vent est aide des choses qui naissent de terre44. Favorable aux cultures, il bénit les terres printanières occupées à produire le fruit attendu d’elles.

  • 45 Ibid., 6.
  • 46 Ibid., 8.

29Après cet épisode bucolique, l’interprète, en pédagogue averti, manie le chaud et le froid de la promesse et de la menace. Un fort vent aide à nouveau celui qui chemine, lui procurant joie et faveur. Il n’en est pas moins concerné par cette salutaire paour du juge, et par la métaphore d’un vent hostile, acharné à empeschie(r) le voyageur, à le jeter dans les affres d’un destin contraire45. Même lorsque tous les vens sont cessiez, le peuple peut en demeurer engressié, agité, la terre se mettre à trembler et le prince être frappé d’impotence46. Les soulèvements populaires en portant atteinte à la puissance des princes détruisent l’ordre du monde et déclenchent les prodromes de cette apocalypse annoncée de temps immémoriaux.

  • 47 Ms B, Des vens, 8.

30Le manuscrit B fait les mêmes présages néfastes mais les déclare causés par un peuple devenu paresseux47. Ce dernier ne doit ni s’agiter, ni sombrer dans l’apathie mais mettre sa vigueur au service de son seigneur. Le pouvoir des maîtres du monde s’étiole ou se fortifie selon que l’ardeur de leurs sujets croît ou retombe.

  • 48 Ms A, Des vens, 9.

31Le chaud et le froid continuent à s’insinuer dans les coulisses de songes où le vent chaut favorise copie de fruit tandis que le vent froit qui souffle en yver signifie le contraire'48. L’interprète ne se lasse pas de faire souffler des vents opposés, de faire alterner abondance et disette. Sa stratégie est d’autant plus efficace que la vie de l’homme est en proie à des vents contraires et que nul ne peut les empêcher de souffler où ils veulent.

  • 49 Ms B, Des vens, 9.

32Le manuscrit B apporte des précisions quant aux effets des vents chauds et froids. Il importe que le vent chaud souffle en hiver pour qu’il y ait plenté de fruit et de bled. S’il était froid et aspre, les récoltes seraient compromises. À l’opposé, un vent froid apporte en été graunt bien49. Outre l’utilisation métaphorique à des fins édifiantes du symbole du vent, il se révèle en ces interprétations une connaissance des faits météorologiques et de leur influence sur l’agriculture. Le vent contribue ainsi à restaurer ou perturber l’harmonie du monde, à le transformer en paradis ou en enfer. Grâce au vent tutélaire, l’homme peut échapper à la tyrannie des saisons car il est de bon ton qu’une puissance supérieure possède les clefs du destin.

  • 50 Jn, 2, 7.

33Le souffle du vent n’évoque-t-il pas en dernière instance celui de Dieu ? N’est-ce pas lui qui insuffla dans les narines de l’homme une haleine de vie et l’homme devint âme vivante50 ? Dans la Bible le vent exprime les diverses modalités de l’action divine. Tel l’Esprit Saint il peut conférer lumière et force ou emporter tel un fétu de paille la créature fragile dont :

  • 51 Ps. 103, 15-16.

Les jours sont comme l’herbe,
comme la fleur des champs, ainsi fleurit-il
qu’un souffle passe sur lui, il n’est plus
51.

  • 52 Ecclésiaste, 1, 14.
  • 53 Pr, 17-18.

34La Bible critique les buts dérisoires de l’activité humaine, la poursuite du vent qui lance éperdu dans de folles directions : tout est vanité et poursuite de vent52. L’orgueil et la vanité sont condamnés et ceux qui se répandent en discours gonflés de vide53 sont conspués car ils empêchent l’homme de trouver le chemin de la Vérité :

  • 54 Is, 26, 17-18.

Nous avons conçu, nous avons souffert,
mais c’était pour enfanter du vent,
nous n'avons pas donné le salut à la terre
54.

35Mais pour l’interprète des songes, il faut se plier à la force des idéologies régnantes et ne pas se demander si elles ne sont que du vent.

II. Flammes sauvages et domestiques

36Dans la clef d’Achmet un seul chapitre est accordé au feu mais il contient vingt-sept songes. Selon qu’il est élément déchaîné ou apprivoisé par l’homme, son image diffère.

  • 55 Ms A, De dominations de terres et maisons, 21.
  • 56 Ms A, Du feu, 2.
  • 57 Ibid., 3.
  • 58 Ibid., 10.

37Le pays peut être ravagé par des incendies déclenchés par des batailles, attisés par le souffle du vent lorsqu’il se fait trop puissant. De ce feu que nul nepuet estaindre, seul le peuple subit les dommages. Le personnage royal est hors d’atteinte des éléments55. Voir brûler jardins et maisons annonce la mort par bataille ou par aguë et aspre maladie. Le roi ou le prince n’est toujours pas concerné par ces ravages : la passion ou meschief redondera en la cité et au peuple56. Les Grands sont au-dessus de tout, même des éléments qu’eux seuls ont le pouvoir de déchaîner et ils doivent aussi être perçus comme étant à l’abri des ravages de cette passion plus forte que la raison. De même, lorsque le feu prend aux vêtements, le présage reste affecté à l’anonyme cil qui songe57. De manière générale on ne puet le jugement veoir a bien de l’arsure du feu, à moins qu’il ne s’agisse de songe de marchands auxquels sont annoncés gaaing et clarté en leurs negoces. Il peut cependant y avoir fraude et déception58. Une ambivalence face à la position des marchands perce en ces propos.

  • 59 Ibid., 11.
  • 60 Ibid., 12.
  • 61 Ibid., 13.
  • 62 Ibid., 23.
  • 63 Ibid., 26.

38Le feu est rapporté à la personne de Dieu59. Lorsque la maison brûle c’est le roi ou la justice qui sévissent60 appliquant la volonté divine. La punition semble gagner de proche en proche, le feu se propage aux vêtements abolissant gloire et dignité, à la couche du lit et femmes ou concubines sont perdues, au corps et pauvreté, perdition s’ensuivent61. Lorsque l’incendie se propage au palais, ce n’est pas le roi mais les grands seigneurs qu’il a constituez qui sont atteints et détruits. À leur place il ordenera autres officiers. La fureur royale est comparable à un incendie redoutable. Si le roi confère des privilèges, il peut aussi les retirer avec violence62. Quand le feu atteint la chambre royale c’est le royaume qui est humilié et si le trône en or brûle, le roi lui-même mourra tant les emblèmes royaux font partie de sa personne. S’il ne s’agit que de son siège la mort touche la reine marquant la supériorité du roi sur elle63. Le fait que le roi soit assis sur elle marque aussi l’importance de la reine dans le registre de l’accueil, du repos et du soutien.

  • 64 Ibid., 5.
  • 65 Ibid., 6.

39Il est aussi des feux domestiques qui ne doivent pas être maniés inconsidérément. Mettre le feu au pot annonce des querelles avec le chef de famille, car l’âtre, élément central du foyer, en symbolise la vie et seul le père peut en régler la flamme64. Faire cuire pains ou viandes annonce la soumission sous autrui en paour et crainte65. Ces humbles tâches domestiques ne peuvent que présager servitudes.

  • 66 Ibid., 7 et 16.
  • 67 Ibid., 18.
  • 68 Ibid., 19.
  • 69 Ibid., 27.
  • 70 Ibid., 8.

40Le feu est aussi symbole de lumière et la lampe promet joie et puissance. De ce triomphe de la clarté sur les ténèbres, le roi retire gloire et victoire sur les ennemis et au moine est promise la foi66. À chacun son registre et sa place. Le roi qui allume lumières et moult de chandeles ou temple ou palais assemblera ses grans hommes et leur accordera joie et grace. Mais lorsque les lumières sont éteintes contre son gré ou vouloir, le triomphe des ténèbres annonce tribulacion par ses ennemis67. Avec la lumière de l'ostel s’éteint le chef de famille et lorsqu’elle est à nouveau allumée un autre gouvernera pour luy68. Cette formulation marque la continuité du pouvoir et sa transcendance. Inonder sa maison de lumière apporte à chascune personne gloire et puissance tandis qu’au défaut de lumière est associé manque de bien69. Allumer le feu pour se chauffer promet la richesse car le froid est symbole de souffreté et povreté70.

III. Variantes aquatiques

  • 71 Gn, 6.
  • 72 Gn, 9-10.
  • 73 Gn, 20.

41Dans le récit de la Genèse, l’eau a une place primordiale. La création dépend de ce geste inaugural par lequel Dieu sépara les eaux d’avec les eaux par le firmament71. Puis il fit se réunir les eaux de dessous les deux, qu’il appela mers, pour faire apparaître la Terre72. Sur elles poussèrent herbes et plantes et dans les eaux il y eut une foison d’animaux vivants. La luxuriance du jardin en Éden73 dépend elle-même de son fleuve, véritable fontaine de vie.

1. Dans les Songes Daniel

  • 74 « Eau », Dictionnaire de spiritualité, Paris, t. III.
  • 75 M. Eliade, Traité d’histoire des religions..., p. 168-190.

42L’ambivalence du symbolisme de l’eau74 a tellement frappé l’imaginaire de l’homme qu’il a donné lieu à de nombreux mythes inspirés par son caractère à la fois vivifiant et destructeur75.

  • 76 Des soinges et des esperimens des soinges, 52, 53, 59, 119, 139.
  • 77 Ibid., 59, 60, 120, 140.
  • 78 Ibid., 67, 68, 141.
  • 79 Ibid., 54.
  • 80 Ibid., 89, 90.
  • 81 Ibid., 54.
  • 82 Ibid., 74.

43L’importance de l’eau se retrouve dans le manuscrit Des soinges et des esperimens des soinges où une large place lui est faite. Seize songes traitent d’eau sous les formes de flueve76, fontainne77, mer78, gresel79, pont80, tempestes81. Le rêveur la voit, la traverse, s’y lave ou s’y noie. À cette eau sont liées huit prédictions positives et six négatives témoignant de l’ambivalence de ce symbole. L’eau bénéfique est bleue, cler, courant. Le pont qui la surplombe est ferme et le rêveur peut la tres passer. Elle apporte waing ; joie, leeche, et boin message par le navire qui la traverse82. L’eau maléfique, au contraire, est orde, tourble, tempestive. Elle entre dans la maison et détruit le pont, entraînant avec elle peril, damage, accusement, angoisse.

  • 83 Ibid., 6, 87, 88, 124.
  • 84 Ce sont li songes, 74.
  • 85 Ibid., 77, 89.
  • 86 Ibid., 90.
  • 87 Ibid., 126.
  • 88 Ibid., 125.
  • 89 Voir B. Caulier, L’eau et le sacré. Les cultes thérapeutiques autour des fontaines en France du Moy (...)
  • 90 « Tai » signifie boue, souillure ; A. J. Greimas, Dictionnaire.... s.v. tai.

44Dans le manuscrit Ce sont li songes, l’eau apparaît à dix reprises. Elle s’y dit yaue83, cors d’yaue84, fontaine85, fleuve86, tempeste87, a vent paisible88. Le rêveur la voit, la passe, s’y baigne, y nage ou y choit. À cinq interprétations positives répondent six négatives. Il est bon de trouver un cours d’eau, de voir une fontaine, de se baigner en eau clere, de choir en fontaine clere, ou de nager a vent paisible. À ces songes sont promis sécurité, avision de Dieu, guérison de mal, joie et honor et gains. Les vertus purificatrices de l’eau des fontaines sont ici privilégiées et l’aspiration aux honneurs et aux gains en est elle-même sanctifiée89. Par contre l’eau boillant, l’eau taiouse90, choir en flueve, se baigner en eve trouble, nager a tempeste, apporte males paroles de ses anemis, jugement, maladie, deshonor, perte et dolor.

  • 91 Des somges, 50.
  • 92 Ibid., 53, 61.
  • 93 Ibid., 62.
  • 94 Ibid., 60.

45Dans le manuscrit Des somges, en cinq songes le rêveur se voit cours d’eau passer91, ou voit une fontaine92, y choit93, se baigne94. Quatre présages positifs s’opposent à un négatif. À l’eau passée, à la fontaine possédée ou clere, au bain sont associés sureté, amy, venu de Dieu, joie et honneur, guérison. La chute en fontaine annonce par contre deshonneur et perte. Cette eau ambiguë, il est indispensable de pouvoir la traverser sans s’y mouiller, y tomber ou s’y noyer, et c’est pourquoi le pont est présent dans les soinges et des esperimens des soinges. Le thème du passage de l’eau est chargé d’une forte connotation symbolique.

  • 95 Lancelot du lac, texte traduit et annoté par M. L. Chenerie, d’après l’édition de E. Kennedy, Paris (...)

46Chez Chrétien de Troyes, les chevaliers en quête d’aventure doivent la franchir pour mener à bien leurs projets, c’est une mise à l’épreuve incontournable. Pour entrer dans le royaume de Sorelois dont Galehaut est le seigneur il n’existe que deux passages felon et orgoillos, le Pont Norgalois et le Pont Irlandais. Gauvain en quête de Lancelot devra vaincre ces obstacles. Avant d’y arriver, il lui faudra franchir maintes chaussées construites sur des marécages ou des cours d’eau95 et se battre chaque fois avec ceux qui défendent le passage. Tous ces ponts sont mout estroit et mout mauvais, construits sur une eau noire et parfonde et le franchir est preuve de force et de vaillance.

2. L’eau et la clef d’Achmet

47L’eau est évoquée en dix-sept chapitres à travers les thèmes de la pluie, des fleuves, des mers, des puits, des fontaines et des bains.

a. La pluie, bénédiction et calamité

  • 96 Mtt, 5, 45.
  • 97 Mtt, 7, 25.
  • 98 Acte des Apôtres, 14, 17.
  • 99 Hébreux, 6, 7.

48Selon la Bible, Dieu est le maître de la pluie, il fait pleuvoir sur les justes et les injustes96. Il peut la faire tomber pour emporter les maisons97 ou pour que les saisons soient fructueuses et le coeur de l’homme empli de nourriture et de contentement98. Une terre bien arrosée est bénie de Dieu99.

  • 100 Is, 55, 10-11.

49Plus fondamentalement, la pluie qui tombe sur la création symbolise la propagation de la Parole divine : De même que la pluie et la neige descendent des deux et n’y retournent pas sans avoir arrosé la terre, sans l’avoir fécondée et l’avoir fait germer pour fournir la semence au semeur et le pain à manger, ainsi en est-il de la parole qui sort de ma bouche, elle ne revient pas vers moi sans effet, sans avoir accompli ce que j’ai voulu et réalisé l’objet de sa mission100.

  • 101 Ms A, De la pluie selonc les Indes, 2.
  • 102 Ibid, 1.
  • 103 Ibid, 2.

50La clef d’Achmet évoque le temps de nécessite de pluie101, ce temps où hommes, animaux et végétaux souffrent de ne plus pouvoir satisfaire leurs besoins, ce temps où la sécheresse désole la terre et semble lui retirer toute vie. Elle l’oppose au temps bienheureux où tombe du ciel cette eau salvatrice, cette grâce et cette bénédiction répandue par Dieu en miséricorde des demandes102, en réponse aux prières ferventes de ses fidèles. Elle apporte avec elle richesces et joie et miséricorde, en effets bienfaisants de l’amour divin. Le roi peut être assuré que tout ce qu’il demandera Dieu lui donnera ; et se son pays ait famine, il habondera103. Grâce à la faveur dont il jouit auprès du Seigneur, le roi est le plus apte à susciter la compassion divine et à obtenir que se déversent sur son peuple de multiples bienfaits. Tel un thaumaturge, par ses mérites, il transforme la sécheresse en pluie, la pénurie en abondance.

51La joie promise par l’interprète est liée à la richesse, ce qu’un Dieu miséricordieux ne doit pas oublier. Le désir de possession, l’aspiration à la profusion de biens et à la satisfaction de tous les besoins empêchent la joie demandée de s’élever vers des sphères plus éthérées. L’angoisse exprimée par des songes de sécheresse ne peut être interrogée plus avant, et une détresse plus profonde ne peut se faire entendre. Le dénuement, la privation ne peuvent être que matériels car ainsi il est possible d’espérer être un jour comblé.

  • 104 Michel Salvat rappelle que selon Barthélémy l’Anglais l’eau de pluie est la meilleure de toutes, la (...)
  • 105 Ms A, De la pluie selonc les Indes, 3.
  • 106 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. grace.

52Cependant, si la pure yaue de pluie permet d’étancher sa soif104, elle possède aussi la vertu de rendre gracieus celui qui s’en désaltère105. Gracios signifie aimable, gracieux et la grace est à la fois faveur, pardon, vertu et élégance106. Par quelque transmutation mystérieuse, l’eau de pluie purifie et confère des qualités qui s’apparentent à celles prêtées à la noblesse. Cette dernière est ainsi voulue par Dieu pour incarner toute la pureté de l’univers. Ces qualités doivent être préservées par une qualité de vie hors du commun. La sécheresse symbolise alors les menaces pesant sur l’ordre, l’équilibre de la création et de la société tout comme la pluie qui descende ou soit descendue ordeneement en son lieu recrée les conditions indispensables à l’harmonie universelle. Parce que le bienfait qui en résulte se dit benefice du roy, grâce divine, faveur royale, biens spirituels et matériels demeurent enchevêtrés.

  • 107 Ms A, De la pluie selon les perses et les egypciens, 1.

53Mais quels que soient les efforts de l’interprète, la confusion qu’il contribue à engendrer et à maintenir ne peut que ressurgir dans des songes où la pluie est vue desordeneement cheue et plus qu’il n’apartient, sombres avertissements qu’il adviendra le contraire de ce qui est attendu. L’interprète tente encore de maîtriser les éléments et les esprits en assurant que tout comme Dieu, le roi accordera misericorde et l’ordre un instant perturbé pourra triompher à nouveau107.

  • 108 Ibid., 1.
  • 109 Ms A, De la pluie selonc les indes, 4 et ms A et B, De la pluie selon les perses et les egypciens, (...)
  • 110 Ms B, De la pluie selon les perses et les egypciens, 3/4.
  • 111 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. nature.

54Le désordre tant redouté ressurgit néanmoins à travers bien d’autres songes battus par la pluie. Le roi si puissant et si glorieux s’y fait surprendre par une averse alors qu’il chemine et en est tout moillié ou moiste. Ses vestemens ne le protègent ni ne le parent plus et le voilà réduit à un état lamentable108. La pluie dès lors tombe n’importe quand et n’importe où. Elle n’obéit à aucune règle, devient rebelle et envahissante : elle entre tant seulement en (la) maison et nient dehors, tombe en lieu contre nature, entraînant dans son sillage langueur de pestilence, ague et forte maladie109. À cause d’elle cil de qi homme entent la venue ne vendra pas, mes novele chose et contrere vendra et maladie countre nature110. Cette nature évoque à la fois l’ensemble des lois qui régissent l’univers, la condition propre à un être ou une chose et les parties du corps humain servant à la génération111.

  • 112 Ms A, De la pluie selon les perses et les egypciens, 5.
  • 113 Ms B, De la pluie selonc les indes, 4.
  • 114 Ms A, De la boe ou fiens, 1.
  • 115 Ibid., 2.

55Les promesses de prospérité et fertilité viennent se heurter au flux montant des dangers guettant l’ordre corporel, sexuel, social et cosmique. Toute réassurance est interpellée et mise à mal par le surgissement immédiat de thèmes contraires. La clarté de l’iaue de pluie qui a tous signifie bien est gâtée par la trouble qui signifie le contraire112. Ce « mal » dont l’interprète n’ose même pas formuler le nom et qu’il tente de vaincre par l’entassement de biens terrestres ne s’avoue pas aisément vaincu. L’evve de pluuie trouble apporte avec elle tribulacion et necessité113. Celui qui prétendait cheminer en toute invulnérabilité s’enfonce malgré lui dans une boe détestable qui l’éclabousse de mauvaise renommee114. Il voit son or terni par tribulacion et soing115. Son corps, ses vêtements, touillié de boe ne lui permettent plus de prétendre à cette gloire dont il tentait de se protéger et de s’auréoler.

  • 116 Ms A, Des cavernes de terre, 1 et 2.
  • 117 Ibid, 1.
  • 118 Ibid., 2.

56L’insistance sur les connotations positives de l’eau pure par rapport à la négativité du trouble, de la souillure, évoque au-delà du risque de pollution de l’eau cette lutte du Bien contre le Mal et de Dieu contre le diable très présente dans la clef des songes. En outre ce qui est clair est aussi ce qui est nettement défini, perçu, accepté, alors que ce qui est trouble résiste aux définitions catégoriques et aux évidences. Lorsque la transparence des idées affichées se heurte à leur complexité réelle, les esprits peuvent en être troublés et des turbulences sont à craindre. De ces remous suspects, l’interprète ne veut à aucun prix. La confusion, il en est persuadé, n’est pas dans son esprit mais dans celle de ceux qui s’obstinent à regimber sous sa férule, ce à quoi il s’évertue à mettre bon ordre présage après présage. S’il ne se consacrait à cette œuvre de salut public ne verrait-on pas une pluie tumultueuse creuser caverne de terre, rouler aucune pierre arrachée à son lieu d’origine, charrier arbres arrachié ou maisons destruites116 Tout ce qui semble ancré, édifié risquerait d’être jeté bas et entraîné dans maintes abîmes. Avec ces catastrophes, neccessité et tribulacion établiraient leur règne, défaites par son fort ennemy se multiplieraient et la mort triompherait117. Se trouver face à ce cortège de malheur, ce serait grand meschief118, infortune, calamité.

  • 119 Gn, 7, 11-12.
  • 120 Gn, 7, 21-24.

57Comment en cette occurrence, ne pas se souvenir de ce déluge par lequel Dieu submergea sa Création et les hommes jugés trop mauvais : En ce jour-là se fendirent toutes les fontaines du grand Abîme et s’ouvrirent les écluses des deux. Il y eut averse sur la terre quarante jours et quarante nuits119. Les eaux submergèrent la terre et alors expira toute chair [...] Il ne resta que Noé et ceux qui étaient avec lui dans l’Arche. Et les eaux grandirent au-dessus de la terre durant cent cinquante jours120.

  • 121 Ms A, La distillacion de yaue sans pluye, 1.
  • 122 Ibid., 2.

58Heureusement, il est des pluies magiques, des pluies qui n’en sont pas vraiment. Une eau miraculeuse descent des tuilles de la maison sans pluie et sans glace entraînant avec elle tout risque de tribulacions et d’ennuis par le roi ou le juge121. L’eau de pluie qui chiee des tuiles de sa maison doit être clere et pure pour qu'elle puisse être de Dieu grace et misericorde et habondance de biens. Si elle devait se montrer orde et en trop d’abondance, du tourment par le roi ou le juge serait à craindre122. L’abondance sied uniquement aux riches et lorsqu’il s’agit d’eau elle risque de tourner à ces excès tant honnis dans nos clefs des songes.

  • 123 Ibid, 3.

59Une eau extraordinaire peut enfin tomber sans nuees [...] en l’air pour prédire au roi de Dieu aide et victoire de ses ennemis et joie pour ceuls qui habitent en celle terre123.

b. Les fleuves

60Un long chapitre de quinze songes amplement commentés révèle le prestige de ces cours d’eau alimentés par toutes les rivières et venant se fondre dans la vaste mer après avoir irrigué et fertilisé la terre. Iahvé n’a-t-il pas promis à son peuple :

  • 124 Is, 41, 18-19.

Aux endroits dénudés, je ferai couler des fleuves,
Et au milieu des vallées des sources.
Je transformerai le désert en marécage
et la terre aride en points d’eau.
Je mettrai dans le désert le cèdre, l’acacia,
le myrte et l’olivier sauvage
124.

  • 125 Joinville, Histoire de Saint Louis, éd. A. Pauphilet, Paris, 1963, p. 241-242. Selon Hildegarde de (...)

61Grâce à l’eau, aux fleuves, la terre la plus ingrate se couvre à profusion d’arbres et l’homme peut y vivre dans le bonheur et l’abondance. D’après Joinville ceux qui jettent leurs filets dans le Nil avant qu’il n’entre en Egypte, en retirent gemmes et aromates venus du Paradis125.

  • 126 Ms A, Des fleuves, 1.

62Dans la clef d’Achmet, les fleuves symbolisent des hommes [...] grans oupetis ou moiens126 selon leur longueur, leur débit et obéissent à la même hiérarchie que l’espèce humaine. Comme elle, ils doivent être maîtrisés, canalisés. L’interprète les associe dès le deuxième songe aux fleuves sacrés entre tous, les notables par l’Escripture. Ces fleuves cités dans le texte saint, sanctifiés par lui, viennent marquer de leur sceau leurs frères profanes. Le réseau signifiant de la Bible, de la parole divine traverse et endigue ces eaux qui pourraient s’avérer dangereuses dans la réalité quotidienne mais aussi par leurs multiples connotations.

  • 127 Ibid., 2.
  • 128 Ibid, 3.

63Celui qui doit passer ou estre porté sur les fleuves127 a besoin de la caution divine pour ne pas être englouti en quelque Achéron. Le cours d’eau qui forme frontière ne doit pas être, pour l’ambition humaine, un obstacle infranchissable. Il ne convient pas davantage que l’homme s’immerge dans la mouvante masse liquide comme en quelque songe amoureux. Le héros du Roman de la Rose ne découvre-t-il pas le verger où pousse la rose merveilleuse en suivant la rive d’un cours d’eau ? Mieux vaut dompter toutes ces dérives, transformer le fleuve en voie de communication commode et remporter la victoire sur lui comme sur l’ennemi contre lequel on bataille ou plaide128.

  • 129 Ibid, 2.
  • 130 Les très riches heures du duc de Berry, éd. J. Longnon, R. Cazelles, Paris, 1969.

64Le fleuve soumis peut devenir protecteur, tel le plus prouchain du redevenu un amy distribuant sans compter profits et services. Le rêveur peut y étancher ses soifs tant il est cler et doulz et c’est une joie pareille à celle obtenue d’un prince129. La relation établie entre les Grands et les fleuves est tout aussi apparente dans les Très riches heures du Duc de Berry130. Les cours d’eau y bordent les châteaux et séparent deux mondes, celui des nobles occupés à leurs loisirs et celui des paysans courbés sur leurs terres.

  • 131 Ms A, Des fleuves, 3.

65Mais toute harmonie étant toujours menacée, l’eau peut devenir soudainement trouble et amer et apporter avec elle tribulations et maladie. Dans les voies opposées du « clair-doux » et du « trouble-amer » s’inscrivent continuellement le salut et la perte. Lorsqu’un malotru lave ses ordures dans le fleuve et le trouble de ses immondices, aucun grant seigneur lequel est son contraire viendra lui infliger une cuisante leçon131. D’avoir été troublé, le fleuve lui-même s’assombrit et punit celui qui a porté atteinte à son éclat, à son prestige.

  • 132 Ms B, Des fleuves, 3.
  • 133 Jr, 2,13.
  • 134 Ez, 36,25-27.

66Le manuscrit B met quant à lui l’accent sur la valeur purificatrice de soi laver dans le fleuve. L’eau est salvatrice, tel haut homme soucieux d’aider les malheureux à sortir de peine à condition qu’ils s’immergent en toute confiance dans ses eaux tutélaires132. L’usage rituel de l’eau purificatrice du fleuve n’est-il pas attesté dans l’Ancien Testament ? Jean-Baptiste baptise dans le Jourdain et dans la tradition biblique l’eau vive est symbole de Dieu133 et de l’Esprit Saint134.

  • 135 Ms A, Des fleuves, 4.

67La puissance suprême se déploie en des songes où le roi parvient à transporte(r) le fleuve afin de mieux le mettre à son service. Il courbe les eaux sous sa loi comme il met en subjeccion aucun grant homme pour le mener ou il voudra. Si le fleuve se retourne en son propre lieu ce n’est pas qu’il soit indomptable et résiste au pouvoir royal. C’est au contraire qu’il est devenu un allié sûr, à l’instar du prince qui confermera paix au roy, signera un traité solennel d’entente et pourra ainsi retourner sur ses terres135.

  • 136 Ibid., 5.
  • 137 Gn, 13.

68Quelles que soient leurs forces, fleuves et grands seigneurs doivent être soumis au bon plaisir du roi. Il doit pouvoir édifier un pont sur le fleuve et acquérir l’amour d’un grand seigneur franchement136. L’arche du pont est symbole d’alliance tout comme l’arc en ciel dont Elohim déclara après le Déluge : je mets mon arc dans un nuage et il deviendra signe d’alliance entre moi et la terre137.

  • 138 Ms A, Des fleuves, 6.
  • 139 Ibid., 7.

69La citerne construite par le roi pour y contenir et garder l’yaue du fleuve parachève sa domination. Le fleuve est franchi, déplacé, mais aussi emprisonné. Le roi s’est emparé de lui sans respect et le met en réserve comme la pecune du grant prince qu’il déverse en ses tresors138. Recueillis et conservés de main de maître, les flots du fleuve et les flots de richesse deviennent intarissables. La citerne où l’or coule à flots évoque quelque peu la coupe du Graal et nul ne saurait s’étonner de la voir entre les mains royales. À celui qui peut à volonté arrouse(r) son lieu, un avenir glorieux est promis. Il sera prince et bien avec les hommes139.

  • 140 Ms A, Du moulin et de la mouture, 6.
  • 141 Ibid., 7.
  • 142 Ibid., 8.

70L’eau peut être domptée et utilisée pour édifier un moulin140. La force du courant est alors tel un grand seigneur mis en subjeccion dont le roi peut tirer des richesses. Les moulins construits en fleuves sont eux-mêmes tels de grans hommes vaincus en batailles. Si le moulin meule à souhait, proffit, gaaing de estrange terre seront obtenus. Sinon le contraire adviendra141. Les fleuves qui se rebellent, destruisent les moulins, annoncent que le roi manifestera ses traistres ou ceulz qui le guettent142. Les soulèvements contre le pouvoir royal sont inutiles car ils sont aussitôt maîtrisés.

  • 143 Ms A et B, Des fleuves, 9.
  • 144 Ms A, Des fleuves, 15.
  • 145 M. Mansuy, Gaston Bachelard et les éléments, Paris, 1967, p. 192.

71Le fleuve peut courir belement, souevement, paisiblement et sans fracas ni secousses, mais il peut aussi s’emporter, créer des remous dangereux. L’eau qui forment (fortement) tost court est redoutée tout comme une existence trop chaotique143. Elle risque d’échapper à toute emprise, à toute maîtrise. Il ne convient pas davantage de se comporter inconsidérément, sans réflexion ni sagesse. Le grand seigneur qui boit toute l’eau du Tygre avec avidité subira une mort instantanée144. De toute manière le fleuve qui court se perdre dans la mer est aisément associé au thème de la mort145.

  • 146 Ms A, Des fleuves, 10.

72La fréquentation du fleuve et des Grands n’étant jamais de tout repos, les aléas des relations inspirent à l’interprète, une succession de séquences oniriques et d’hypothèses contradictoires en un rythme haletant : s’il ist touillié ou espoventé du fluve, il sera afflit d’icelui homme, selon ce qu’il sera touillié et espoventé ; et s’il est nectoié par l’yaue, son seing et son agoisse lui sera ostee par celui homme ; et s’il entre en l’yaue jusques a l’ueil et ait couvert sa teste, [...] il ara tribulacion et necessité d’icelui homme ; et s’il, en nageant vient ou milieu du fleuve, il trouvera par celui homme angoisses et sera loiens ; et s’il approuche du rive en nagant, il sera alegié selon la proporcion de ce qu’il sera approuchié ; et s’il est noié ou fleuve, il mourra par la main d’icelui homme selon la proporcion du fleuve146.

73Le fleuve et le Grand peuvent agresser, épouvanter, affliger, comme laver de toute peine, délivrer de toute angoisse. Ils peuvent à volonté submerger, accabler de misères et soucis, priver de liberté ou délivrer de tout malheur et danger. Ils peuvent aussi noyer l’imprudent qui a voulu les braver et passer outre leur pouvoir et leurs interdits. Mieux vaut demeurer dans le respect de l’ordre établi que de se perdre en des eaux au cours trop incertain.

  • 147 M.M. Castellani, « L’eau dans La Manekine de Philippe de Beaumanoir », dans L’eau. p. 82-83.
  • 148 G. Bachelard, L’eau et les rêves : essai sur l’imagination de la matière, Paris, 1942, p. 9.

74Marie-Madeleine Castellani met en évidence combien l’eau peut symboliser la perte de la sécurité donnée par les conventions sociales, la perte de toute direction, le déséquilibre physique et moral de l’homme livré à lui-même. Mais elle montre aussi qu’à travers toutes les épreuves encourues l’homme se réalise147. Pour Gaston Bachelard « l’être voué à l’eau est un être de vertige. Il meurt chaque minute, sans cesse quelque chose de sa puissance s’écroule »148.

  • 149 Ms A et B, Des fleuves, 11.

75L’interprète des songes ne saurait prendre de tels risques. Les menaces introduisent et clôturent ce long passage, alternant sans trêve avec les promesses qu’elles balaient à peine ont-elles émergé du chaos engendré. La formule et s’il, sans cesse psalmodiée, sonne comme un glas étouffant sans miséricorde la vibration ténue de l’espoir. Les cataclysmes s’accumulent et balaient les songes suivants où l’espérance tente cependant de balbutier encore. Les fleuves peuvent certes baigner la terre de leurs alluvions fertiles et grâce à eux la région babondera en biens et les laboureurs aront joie, les Grands auront leesse. Mais à l’horizon menace ce temps maudit où le graunt fleuve se met à secchir entraînant avec lui cette famine, cause de tant de maux149.

  • 150 Ms A, Des fleuves, 12.

76L’arrousement des terres, souhaité et favorable, peut lui-même se muer en fléau. À cause des poissons demeurés sur la terre, les habitants du lieu inondé languiront. Seul celui qui est capable de passer dessus les serpens et raines échoués sur les rives délaissées par l’eau vaincra ses ennemis. S’il ne passe dessus, le contraire sera. Il faut écraser l’autre sans répit sous peine d’être battu par lui répète inlassablement l’interprète. Il faut seurmonter et vaincre ceux qui envahissent nos terres car ils sont tout aussi étrangers à notre race que des reptiles ou des batraciens150.

  • 151 Ibid., 14.

77S’il convient de refouler, de détruire tout indésirable mettant le pied là où il n’a pas été convié, il est permis et même conseillé d’aller soi-même le chercher où il réside pour s’en emparer et s’en rendre maître. Le roi doit lancer hardiment ses filets ou fleuve pour prendre poissons, s’il veut obtenir la conclusion heureuse de ses batailles et de toutes ses entreprises. L’homme du peuple lui-même obtiendra richesces par cet acte méritoire. Par contre celui qui faillit à cette noble mission verra s’acharner sur lui tous ces contraires, ces catastrophes irrémédiables que l’interprète excelle à ourdir et déchaîner151.

c. La mer

  • 152 Le livre des propriétés..., p. 219-221.

78En la mer se jettent les fleuves, les rivières et les sources. Selon Le Livre des propriétés des choses, elle est en perpétuel mouvement. [...] refuge dans le danger, raccourci pour voyager, permettant les gains et de travailler. Elle est l’origine et la fin de toutes les eaux. Il y a en ses profondeurs beaucoup d'animaux et de multiples poissons [...] davantage que sur la terre152.

79Dans la Clef d’Achmet, dès le premier songe, la mer est déclarée parfonde. La profondeur insondable de ses eaux évoque l’Abîme primordial et défie les prétentions de l’homme à maîtriser l’Univers. En cette mer s’unissent toutes les yaues courans et les fleuves dont la puissance converge vers l’immensité pour y atteindre son point culminant. La diversité et la multiplicité des eaux se fondent en une mer qui est aboutissement et apothéose.

  • 153 Ms A, De la mer et des poissons, 1.

80De la même manière la personne du roy concentre en elle toutes les énergies de la terre et du ciel. Comme les fleuves qui courent tous vers la mer, touz les tresors du monde doivent aboutir entre les mains royales. Telle est leur destination naturelle, leur raison d’être. Ils reçoivent alors leur consécration suprême. Le roi ne cherche pas à les capter, ni ne les exige. Ils lui sont volontairement presentez en offrande153. Ce geste de respect et d’amour doit effacer les convoitises, les prétentions et les tumultes. Les sujets du roi sont invités à se métamorphoser et comme les fleuves en la mer, à oublier égocentrisme et mesquinerie pour n’être plus que générosité et abnégation.

  • 154 Ibid., 2.
  • 155 Ibid., 3.

81Le règne royal s’établit sans partage dans tous les songes baignés par la mer. Tous deux ont un rayonnement si puissant qu’ils attirent irrésistiblement nouviaux fleuves [...] oultre coustume, richesce de lointainnes parties et joies. L’inhabituel et Tailleurs perdent leur caractère menaçant et tabou lorsqu’il s’agit du roi. Lui seul n’est pas esclave de la coutume, des règles établies, du connu. En lui et par lui se crée le miracle de merveilles préservées de l’angoisse. Même si les fleuves acoustumez descendre en la mer muent leurs cours en autres lieux, ce qui fait défaut ne saurait l’affecter : il ne apetissera point de son estat. Quelle que soit la défection, elle n’est qu’infime goutte d’eau, dans une mer qui jamais n'apetisse154. Les aléas de l’existence, les revers de fortune n’atteignent pas le pouvoir suprême qui demeure toujours pareil à lui-même, superbe et éternel. À la limite, le roi n’a nul besoin d’offrandes, il les accepte uniquement parce que ses sujets ont besoin de les faire pour devenir dignes de lui. Il sait bien qu’ils les font pour obtenir en échange richesce tout comme ces pêcheurs qui jettent avec habilité et en temps propice aing, hameçons et roys, filets en la mer155.

  • 156 Ibid., 4.
  • 157 Ibid., 7.
  • 158 Ibid., 5.

82Celui qui chemine sur le rivage de la mer peut à tout instant y lave(r) ses piez et être délivré de la poussière du chemin. Côtoyer le roi permet de trouver grace envers luy156. Sa faveur, telle l’aide de Dieu, lave de toute souillure et supprime toute menace. Il est donc extrêmement bénéfique de s’immerger jusques aus cuisses pour lave(r) toute impureté et trouver enfin cette leesce proche de la béatitude des élus de Dieu et du roi157. N’est digne de jouir de la bonté royale que celui qui l’approche le coeur pur. Celui qui touill(e) ses pieds, ne prenant garde où il les met et qui tente de s’approcher du roi avec cette toilleure sera accablé de tribulation158.

  • 159 Ibid., 6.
  • 160 Ibid., 9.

83Dans les rêves suivants, l’interprète oppose ceux réduits à contempler le roi de loing, n’obtenant que joie moienne, bienveillance quelque peu distante159 et les privilégiés autorisés à s’approcher de près, délivrés de toute tristece, irradiés de joie par présence bénéfique. À condition, bien entendu, que le roi demeure paisible, que rien dans le comportement de ses sujets ne vienne déclencher en son âme une tempête aussi redoutable que celle d’une mer en furie160.

  • 161 « Cette particularisation du sacré s’avéra une arme redoutablement efficace, aux mains de la monarc (...)
  • 162 Ms A, De la mer et des poissons, 7.

84Devenir familier du roy n’autorise pas à perdre le respect qui lui est dû. Une certaine distance doit être maintenue et reconnue entre le sujet et son suzerain. Celui qui prétend s’immerger tout entier dans l’univers royal sans considération de son caractère sacré161 sera traveillié par le roy en soing et très grant tribulacion. La mer elle-même submerge l’outrecuidant qui perd le sens de toute mesure et s’y risque jusques a la fontaine du chief162.

  • 163 Ibid., 8.
  • 164 Ibid., 7.

85S’aventurer trop loin, dépasser les limites autorisées évoque noyade, une punition de par le roi et la mort s’ensuit163. Mieux vaut demeurer prudemment pou loing de terre seche, l’affliccion sera moindre que pour celui qui s’est risqué moult loing164.

  • 165 « En la mer de Sicile [...] Scylla est un rocher très élevé dans la mer [...] quand les navires le (...)

86Chacun doit demeurer dans la stabilité de son élément, sur son territoire habituel, ne pas chercher à changer de cadre de vie et de pensée, ne pas envahir le domaine de l’autre, surtout si ce dernier est d’essence supérieure. Pour accentuer cette mise en garde, l’interprète rappelle que mer et roi peuvent être tempestee par vent auster (violent). La mer rejette sans pitié sur le rivage les poissons qu'elle abrite et le roi s’attaque aux grans maistres de sa court ou de sa terre et par sa fureur ils periront. Naviguer à la cour peut devenir aussi dangereux que de se hasarder en haute mer pour y tomber de Charybde en Scylla165.

  • 166 Ms A, De la mer et des poissons, 10.
  • 167 Ibid., 11.
  • 168 Ibid., 12.

87Telle une mer apaisiee puis troublée, le roi peut susciter leesce ou trouble en son royaume166. Il convient de ne pas l’irriter ni le provoquer. Il doit pouvoir demeurer dans cette sérénité absolue, indispensable à la bonne marche et à la paix du royaume. Le roi et la mer sont tellement indissociables que quiconques autre ara tel songe, le jugement appartient a la personne du roi167. Le roi et la mer peuvent seuls avoir ces mouvements d’humeur qui sont la marque de leur toute puissance. Celui qui chemine sur les yaues de la mer ne peut cependant se vanter de l’avoir domptée. Il s’agit plutôt d’un pacte : familiarité, puissance et fiance, telles sont les faveurs accordées par l’immensité liquide et par le roi. Le rêveur peut alors se voir porter sur la mer ou il veult et en recevoir ce mieus dont l’imprécision autorise tous les vœux168. Bénéficier de la faveur de la toute-puissance régnante permet d’espérer une vie sans entraves.

88Le roi prend de la mer, aucuns poissons, les traiz du profont de la mer et décide de les donnez a aucuns ou les met en aucun lieu. Il peut à sa guise faire riches ses menistres ou conserver pour luy trésor. Mer et roi peuvent prodiguer leurs dons ou les garder par-devers eux. La conjonction de coordination ou marque l’alternative mais aussi l’équivalence. À ce jeu, quels que soient les dons qu’il accorde, le roi n’en sera guère appauvri et quelle que soit la quantité d’or qu’il accumule, il n’en privera pas autrui. Richesses de la mer et du roi sont infinies et leur existence assure la prospérité du royaume tout entier.

  • 169 J. Danielou, Les symboles primitifs..., p. 49-63.

89Pour les premiers chrétiens, le poisson symbolisait le Christ. Ceci n’apparaît pas dans la clef des songes, pas plus que les pêches miraculeuses de Jésus Christ169. Elles sont pourtant présentes dans l’esprit de tout lecteur ou consultant et ajoutent leurs résonances aux présages et à l’enseignement qu’ils diffusent.

d. Puits et fontaines

  • 170 Gn, 21, 14-19.
  • 171 Gn, 25, 14-19.
  • 172 Gn, 24, 1-6.

90De tradition biblique, le puits est lieu de salut pour l’assoiffé errant à travers le désert et point de rencontre où se jouent les relations humaines. Pour sauver Ismaël, fils d’Abraham et de sa servante Hagar, Elohim fait apparaître un puits en plein désert de Bersabée170. Auprès d’un puits, le serviteur d’Abraham découvre Rebecca, future épouse d’Isaac171 et Jacob y fait la connaissance de Rachel172.

  • 173 J. Le Goff, La naissance..., p. 261.
  • 174 Ibid., p. 173. Sur la question du puits de Saint Patrick, voir aussi H. Neveux, « Les lendemains de (...)

91Selon la légende, alors que Saint Patrick évangélise les Irlandais, Jésus lui montre « un trou (fossa) rond et obscur et lui dit que si quelqu’un animé d’un vrai esprit de pénitence et de foi passe un jour et une nuit de pénitence dans ce trou, il serait purgé de tous ses péchés »173. Saint Patrick construit une église à côté et le lieu fut appelé le Purgatoire de Saint Patrick. Composé vers 1190-1210, ce récit eut un grand succès au Moyen Âge et « renforça l’image du puits du Purgatoire »174. Mais il n’est à aucun moment question de purgatoire dans la clef d’Achmet ainsi que l’a mis en évidence l’analyse des chapitres consacrés aux thèmes religieux.

  • 175 Ms A, Des puis, 1.

92Les puits et les fontaines sont traités en sept songes. L’ouvrier du puis y traie une eau semblable à l’or d’une pucelle vierge. L’eau recueillie du trou profond foré dans la terre et maçonné est pure et précieuse. C’est aussi une eau souterraine que l’homme a su capter à son profit, marquant ainsi sa domination sur la nature. Bien au-delà, la limpidité et la transparence de cette eau tirée des sombres profondeurs marquent le triomphe de la pureté et de la lumière sur l’impureté et les ténèbres. Mais dans cette lutte éternelle, la victoire n’est jamais assurée. La menace d’une yaue devenue trouble, évoque la contamination de cette eau dès lors non potable mais la rend aussi suspecte à d’autres niveaux175. L’impureté s’y est infiltrée et avec elle, le Mal triomphe. Ce Mal, l’interprète le dit langueurs et tribulations c’est-à-dire maladie, peine, désordre.

  • 176 Ibid., 3.
  • 177 Ibid, 4.

93Le triomphe de l’homme sur l’eau est tel qu’il est capable par aucun conduit d’yaue de la recevoir en sa maison. Cependant la nécessité du partage de l’eau apparaît dans ce songe où le rêveur bénéficie de l’eau domestiquée mais aussi en donne aus autres. À cette condition il sera riches et les autres par lui176. L’eau est un don du ciel qu’il ne convient pas de capter à son seul avantage. Le geste du partage rétablit sa libre circulation et allège l’obsession d’accaparer, de thésauriser une richesse déclarée ici bien commun. L’eau doit être partagée parce qu'elle assure la vie des habitants et lorsqu’elle se seche ou est espandue, la perdicion du peuple est assurée177.

  • 178 Ms A, De l’yaue es pressouers, 1.

94Cependant la crainte de voir se tarir l’eau ou qu'elle soit inconsidérément espandue marque quelque réserve dans la nécessité du partage. Jusqu’où distribuer sans se démunir soi-même, sans gaspiller son bien ? Le chapitre intitulé de l’yaue es pressouers évoque ce dilemme. Le rêveur s’y voit transporter son eau en des récipients non appartenant et incogneus, présage qu’il confiera son or à quelqu’un sur sa foy ou qu’il le mucera en aucun lieu secret et fort. Cette eau portée sanz espandre ou malheureusement espandue annonce que l’or sera gardé ou perdu. Il se peut aussi que l’eau perce le vaissel et l’or sera manifesté en quelque lieu qu’il soit, et s’il espant l’yaue, il vendra a perdicion178.

95À travers cette oscillation entre l’eau gardée ou répandue se dit aussi le désir farouche de garder son or au point de chercher à le dérober à la vue de tous et la crainte d’en être dépouillé. À la perte de l’or s’adjoint celle de l’individu, tant la richesse lui est consubstantielle, tant elle garantit son être et sa vie.

  • 179 Ms A, De boire yaue en un calice, 2.

96Le thème de l’eau espandue revient comme un leitmotiv en ces songes pour signifier la perte, la dépossession. Il est à nouveau utilisé dans le chapitre De boire yaue en un calice. Prendre un calice avec yaue annonce la procréation d’un enfant. La femme symbolisée par le calice de voirre est dite moienne, commune. Est-ce à cause de cela ou du fait de risques attachés à toute grossesse que l’issue présagée est forcément fatale ? Le voirre est froissié sanz espandre l’yaue et la femme mourra et l’enfant vivra. Si l’eau est espandue et le voirre demeure entier, l’enfant mourra et la mere vivra179. Au jeu de la vie et de la mort, c’est tantôt la mère, tantôt l’enfant qui meurent, selon semble-t-il que le dé retombe pile ou face. Le thème de l’eau répandue symbolisant la mort de l’enfant évoque l’eau fœtale perdue trop tôt, mais aussi l’enfant lui-même, perdu à jamais, peut-être parce que procréé par un sperme répandu inconsidérément avec une femme quelconque.

  • 180 Ms B, De boire yaue en un calice, 2.
  • 181 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. espandement.

97Dans le manuscrit B, l’enfant ne meurt pas, ce destin funeste n’atteint que la femme. Lorsque l’eau est répandue, c’est le rêveur lui-même qui a confusion vendra180. L’espandement étant aussi débordement181, celui qui s’est épanché avec trop d’insouciance doit en payer un certain prix sans, cependant, être puni de mort.

  • 182 Ms A, De boire yaue en un calice, 3.
  • 183 A. J. Greimas, Dictionnaire.s.v. loer.

98Mieux vaut utiliser son eau à de plus nobles fins. La problématique du partage et du don de l’eau refait surface en deux songes. Dans le premier, l’eau espandue est bon ouvrage pour le peuple. Cette bonne œuvre mérite d’avoir louier et bonne renommee. Par contre s’il en prent louier, il venra en male renommee182. L’interprète joue sur les deux sens possibles de louier183 pour déclarer que le don de l’eau mérite des louanges, des gratifications morales et spirituelles, tandis que vouloir en tirer salaire, vouloir en faire commerce est mal considéré.

  • 184 Ms A, De boire yaue en un calice, 4.

99À une telle infamie est opposé le noble exemple du roi qui donne de l’yaue pure à son peuple altéré. Avec elle, il verse dans les cœurs et les vies leesce et richesse. Les vertus de ce don sont si grandes que l’homme du peuple lui-même en obtient la réalisation de ses souhaits jusqu’à devenir prince et juge du peuple. Cette eau généreusement versée est symbole de paroles accordées, d’enseignement répandu : le moine qui fait un tel songe endoctrinera le peuple et sera reconsilieur de salut. Qu’il se garde cependant de l’eau trouble, de discours hérétiques, sous peine d’être jugé maistre de erreur et deperdicion184.

  • 185 Sur le thème de la fontaine de Vie, voir aussi R. Pernoud, « De la fontaine de vie au pressoir myst (...)
  • 186 Ez, 47,1-9 ; Jn, 4,14.
  • 187 M. Meslin, « Dons merveilleux », dans Le merveilleux, l’imaginaire p. 165-166.

100La symbolique de la fontaine associée à l’eau vive185 est dans la tradition judéo-chrétienne axée sur la source de Vie Éternelle186. L’image de la fontaine d’eau vive « devient surtout à partir du xve un thème dominant de l’art chrétien et dans les traités spirituels, [...] ce thème biblique s’est laïcisé à la Renaissance par le retour au mythe voisin de la fontaine de Jouvence »187.

  • 188 Ms A, Des fontaines, 1.
  • 189 Ibid., 2.
  • 190 Ibid, 3.

101Dans la clef des songes, l’eau de la fontaine ne bénéficie pas du même prestige. Aller à une fontaine et boire de son eau signifie seing. Seul celui qui boit de cette eau en un lieu qu’il ne cognoist verra s’inverser la prédiction négative en son contraire188. Est-ce parce qu’alors le geste n’est plus habituel et ne laisse nullement entendre que l’eau de la fontaine est la seule boisson possible ? Quoiqu’il en soit dans le songe suivant l’eau de la fontaine devient eau sortant contre nature d’une paroi ou autre lieu ou maison. Ce phénomène étrange apporte avec lui tribulacion et angoisse. L’eau qui surgit inopinément de son propre chef là où elle n’est ni conviée ni domptée revêt un caractère malfaisant : le jugement de ce si appartient le plus a peur et a perdicion insiste l’interprète189. L’eau est devenue une ennemie sournoise dont il faut se garder. L’imprudent qui s’est laissé aller à assemblé d’icelleyaue en aura un meschief encore plus lonc. Il ne s’en tirera que si l’eau est cessee et passee, condition indispensable pour faire cesser dangers et maléfices190.

  • 191 Voir aussi G. Chandes, « Recherches sur l’imagerie des eaux dans l’œuvre de Chrétien de Troyes », C (...)
  • 192 Chretien De Troyes, Le conte du Graal ou le roman de Perceval traduction, présentation et notes de (...)

102L’ambiguïté de l’eau vive est un thème très utilisé par Chrétien de Troyes191. Dans le conte du Graal, Perceval découvre, près de l’eau d’une fontenelle192, une tente illuminée. Il y entre pour adorer Dieu mais y trouve une jeune fille endormie à laquelle il vole plusieurs baisers et son anneau d’émeraude. Aucune prière de la demoiselle ne l’arrête. L’eau jaillissante d’abord associée à la lumière et à Dieu devient symbole de violence réprouvable.

  • 193 Jean d’Arras, Le Roman de Mélusine ou l’Histoire des Lusignan, Paris, 1991, (éd. orig. 1979).

103C’est au bord des fontaines ou des sources que sont rencontrées les fées. Selon Jean d’Arras, Elinas, roi d’Albani, découvre au bord d’une source une femme merveilleuse. Il est épris de tant d’amour, qu’il n’était plus maître de ses actes. De la même manière, le comte Aymeu rencontre à la fontaine enchantée Mélusine, la femme-serpente193.

  • 194 Lancelot..., p. 322.
  • 195 C. Lecouteux, Démons et génies du terroir au Moyen Âge, Paris, 1995, p. 157.

104Heureusement, ces sources d’amour et de magie qui font perdre tout bon sens aux hommes au point qu’ils en oublient devoirs et prudence peuvent être mises sous le patronage des saints et de la religion. À la fontaine de l'Ermite accourent les chevaliers pour trouver guérison, retour de leurs forces194. Saint Malo exorcise une fontaine en la bénissant avant d’y boire195.

Conclusion

105Comme les astres, l’air qui baigne la terre, emplit tout l’espace et circule au-dessus du sol, permet d’illustrer et de préciser le lien entre ciel et terre, haut et bas, supérieur et inférieur. Par son entremise sont dénoncées les conséquences désastreuses d’une rupture de ce lien et de la remise en cause de la hiérarchie.

106Aux nuées lumineuses, pourvoyeuses de sagesse chrétienne sont opposées toutes les nuées obscures d’enseignements païens responsables de perte de foi. Dans leur sillage ténébreux naissent maladies, souffrances et malheurs tandis que dans les sillons de lumière germent santé et bonheur.

107Pour donner aux interprétations un substrat solide, accréditer plus fermement les thèses idéologiques, les connaissances sur l’influence de la qualité de l’air sur santé et bien-être sont appelées en renfort. De la sorte chacun peut être convaincu qu’il est gouverné selon des lois naturelles et la raison.

108Dans la nuée de la sagesse divine trônent, par les vertus de leur essence même, le roi et les Grands. L’ordre social est le reflet de la qualité différente des êtres. Les uns gravitent dans les hautes sphères par affinité naturelle avec leur grande noblesse de corps et d’âme, les autres sont enchaînés à leur basse condition par l’épaisseur de leur entendement et de leur constitution.

109La nécessité de libre circulation dans les airs et les hauteurs pour quelques privilégiés est défendue grâce aux rêves de vol. Il n’est pas question, scandent les présages, d’improviser dans l’occupation de l’espace aérien ou social ni dans ses allées et venues. Songer à changer de condition ou de lieu de vie, s’élever plus qu’il ne convient de son propre chef est punissable de mort. Chaque vol doit être piloté selon les règles et seul le roi peut accéder au plus haut des deux pour inscrire son nom dans la gloire céleste. Il est l’interlocuteur privilégié des étoiles dont l’enseignement est riche d’une sagesse millénaire. Celui qui accepte ces propos ne sera plus perdu dans le cosmos, mais inscrit dans une logique rassurante. Pour lui, la roue de la Fortune semblera ne plus tourner au hasard pour le précipiter dans le vide. Les étoiles offrent le spectacle rassurant d’une éternité conviant chacun à demeurer en toute quiétude à sa place. Réglé sur le temps sidéral, le temps humain doit être tout de régularité, d’ordre et de dignité.

110Mais tandis qu’un vent propice emporte sur ses ailes grands seigneurs et rois, le peuple reste plaqué au sol par un vent plus fort que lui. Et puisque les yeux de ceux qui sont rivés à la terre sont obscurcis par la poussière, il faut bien que les habitants des hauteurs leur indiquent le chemin. Le spectacle affligeant du désastre causé par le déchaînement des vents met chacun en garde contre les dangers de tout transport susceptible de prendre des proportions incontrôlables. Lorsque les princes sont abattus tels de grands arbres déracinés par des soulèvements violents nul n’est en sécurité. L’interprète soumet les rêveurs au chaud et au froid de vents brûlants ou glacials, les secoue impitoyablement ou les berce de souffles doux et lénifiants. Les connaissances en météorologie et agriculture viennent servir d’ossature aux élucubrations d’un devin promu docteur es songes. Les prédictions d’abondance ou de disette deviennent science infuse et comment pourrait résister à tant de persuasion l’humble paysan ? Son expérience quotidienne de l’effet des vents chauds et froids sur les productions de la terre, ses espoirs de récolte tant de fois anéantis, sa peur de la famine ne viennent-ils pas contribuer à l’effet recherché ? Les exhortations véhémentes qui l’encerclent lui paraissent paroles de vérité.

111Il faut, dit l’interprète, maintenir le peuple dans un juste équilibre, ni trop agité, ni trop apathique, ardent au labeur, sans réaction devant tout souffle importun et séditieux. Il sait bien que la vie de l’homme est traversée de tant de souffles contraires que ses oracles paraîtront seuls capables de conjurer le mauvais sort. Son discours enflammé paraît propos prophétiques tels ceux qui traversent la Bible et lui servent de caution. Mais tandis qu’en ce livre est dénoncée la folle poursuite de vanités qui ne sont que du vent, l’interprète convainc ses auditeurs et lecteurs de prendre des vessies gonflées d’air pour des lanternes.

112Si le feu est traité si brièvement par rapport à l’air et à l’eau est-ce parce que le sujet est brûlant par ses possibles résonances avec le feu d’enfer ? Est-ce aussi parce que les ravages qu’il opère évoquent par trop les feux dévorants de la passion, de la sexualité et de la révolte ? L’interprète ne redoute-t-il pas plus que tous les déchaînements incontrôlables de natures trop ardentes ? Quoiqu’il en soit il utilise cependant ce thème ambivalent pour affirmer sans désemparer qu’aucune catastrophe ne saurait atteindre la puissance des Grands et que le peuple doit redouter les menaces conjointes de la justice divine et royale. Incarnées par l’incendie dévastateur, elles ne sauraient être plus terribles ni plus radicales. Au Moyen Âge, les flammes des bûchers ont appris aux hérétiques ce qu’il en est du supplice par le feu.

113Le pouvoir du roi sur les Grands, sa faculté de les nommer à de hautes fonctions est présentée comme un feu tantôt bienfaisant, tantôt vengeur selon leurs mérites ou leurs fautes. Leur destitution est acte de purification et de remise en ordre du royaume avant que des malheurs ne viennent affecter le trône.

114Par le biais du feu domestiqué est rappelée la domination des pères, des seigneurs et des princes sur les humbles et la nécessité pour le peuple de mettre toute son énergie au service de ces Grands qui lui prodiguent ces lumières dont il est dépourvu.

115Les dix-sept chapitres consacrés par la clef au thème de l’eau et la grande place qui lui est faite dans les Songes Daniel révèlent l’importance et la fécondité de cet argument. Le rôle primordial qui lui est attribué dans la Genèse, son importance dans la vie quotidienne, sa nécessité pour le maintien de toute vie et la richesse de son symbolisme en font un allié incomparable pour des idéologues jouant en virtuose des différents aspects qu'elle revêt pour dominer des esprits ravis ou terrorisés à souhait.

116Dans les trois manuscrits des Songes Daniel analysés, l’eau baigne trente et un songes d’ondes tour à tour bienfaisantes ou malfaisantes. Eaux claires et paisibles, eaux sales et agitées sont là encore chargées d’incarner victoire, gains, santé, joie ou défaites, pertes, maladies et angoisse. Une importance toute spéciale est accordée au symbolisme du pont permettant d’échapper à l’emprise de courants dangereux. Ce faisant l’interprète s’offre lui-même comme le seul pont capable de mener du mystère des songes à un avenir si bien balisé et expurgé que le rêve n’y a plus aucune place. Mais l’auditeur et le lecteur cultivé en qui résonnent les thèmes aventureux et initiatiques de passage de pont chers à Chrétien de Troyes prennent-ils la juste mesure de ce qui s’opère ?

117Le discoureur de la clef d’Achmet présente de même ses assertions comme coulant de source. Selon les exigences de son propos l’eau est chantée comme bénédiction divine ou calamité à nulle autre pareille. Les hommes qui ont tant de fois souffert des dégâts causés par sécheresse, inondation ou tempête ne peuvent qu’être remués par leur évocation.

118Le faiseur de pluie et de beau temps déverse abondamment promesses de miséricorde divine assortie d’abondance ou menaces de châtiment et disette. Il présente le roi comme le pont nécessaire et salutaire entre Dieu et les hommes afin que nul déluge ne détruise plus la race humaine. Grâce à lui sont préservées les oasis d’une noblesse bénie par Dieu et refoulés en leurs terres désertiques ceux qu’il a bannis de la sorte. Grâce divine, faveur royale, biens matériels et spirituels sont comme d’habitude inextricablement enchevêtrés.

119Des pluies démesurées et imprévisibles emportant tout sur leur passage rappellent la nécessité de maîtriser aussi bien la destinée des hommes que leurs pulsions toujours prêtes à resurgir désastreusement. Le caractère fantasque et dangereux des éléments semble justifier la nécessité de mettre en place une acculturation dont les aspects douteux sont soigneusement masqués. Les eaux troubles de discours tendancieux sont présentées comme les eaux vives de l’être et sèment dans les esprits une confusion où ils se noient. Sous l’effet des slogans assénés, le clair devient trouble, l’ordre désordre, et celui qui croyait à ses richesses intérieures se retrouve dépouillé avec violence.

120Pour canaliser et dompter les esprits, le symbolisme des fleuves est un précieux recours. Tout comme en témoigne leurs différences de taille, il est dans l’ordre des choses que certains hommes soient Grands et d’autres insignifiants. Le fleuve qui s’est laissé maîtriser, transformer en voie de communication et de commerce donne l’exemple d’une soumission salutaire. Selon la révérence accordée aux puissants ou l’outrage qui leur est fait, les eaux du fleuve charrieront du clair et du doux, du trouble et de l’amer dans l’existence de chacun.

121Il faut s’immerger avec confiance dans l’idéologie prônée car c’est la seule manière de surnager en ce monde. Il faut renoncer à sa liberté, à son esprit critique et tout comme le fleuve capté en citerne, venir nourrir la cause commune. Que chacun apporte par son obéissance de l’eau au moulin qui le broie. Le cours de toute vie doit couler paisiblement, tel le fleuve docile entre rives et sas aménagés. Et parce que les aléas de l’existence viennent battre en brèche ses promesses de vie idyllique, ses appels aux rêveries béates, l’interprète utilise sans cesse la menace de l’ire des Grands. Les tourments qu’ils infligent sont les seuls à redouter, tout le reste n’est que petits remous sans importance.

122La diversité et la complexité des songes devient prétexte à des alternances constantes de promesses et de menaces sur un rythme haletant. Pour survivre à ce déchaînement, le consultant n’a plus d’autre ressource que de s’accrocher à la bouée de sauvetage benoîtement jetée à portée de sa main. S’il veut surnager, il lui faut non seulement repousser tout intrus faisant mine de lui disputer la planche salvatrice, mais aussi s’assurer la faveur royale.

123Un parallèle soigneux est établi entre le roi et la mer pour signifier sa toute-puissance, son lien profond avec les eaux primordiales et le danger mortel encouru par ceux qui le courroucent. Comme la mer en ses eaux profondes, le roi possède des trésors qui doivent rester cachés et que lui seul peut distribuer avec largesse.

124L’image du puits, point de convergence de bien des soifs et des quêtes, sert elle aussi à canaliser le rêveur et ses aspirations. L’eau souterraine ne s’y est-elle pas laissée capter pour le profit de tous ? Les énergies personnelles, les désirs et les rêves doivent se laisser enfermer en quelque construction où d’aucuns pourront puiser à volonté. Parce que certains pourraient adhérer en apparence et poursuivre en secret leur route il importe que le plus profond de leur être, ce qui circule en eux à l’insu de tous soit capté sans échappatoire possible. Chacun doit se livrer sans réserve, avec limpidité et fertiliser de son eau vive le sol ingrat de l’idéologie. Le maître du puits ne saurait accepter cette eau trouble et impure par laquelle maladies et peines, confusions et désordres sont inévitablement engendrés.

125Le don altruiste de son eau vive est vanté avec d’autant plus d’emphase que l’avidité qui le requiert est sans cesse renaissante. Et parce qu’il soupçonne ses ouailles de quelque réticence, l’interprète psalmodie qu’il faut se laisser domestiquer et s’oublier pour l’amour des autres. Il est dans l’ordre des choses que les uns donnent et les autres reçoivent et celui qui se montre avare de sa personne est déclaré responsable de la perdition de ses semblables. Si le don est prôné, il convient cependant de ne pas répandre inconsidérément son eau, ni de la confier à quelque récipient mal venu, seuls quelques vases d’élection sont prédisposés à être remplis par les offrandes des fidèles. Le roi, en l’occurrence, doit drainer vers lui tous les dons car lui seul peut les distribuer ensuite à bon escient. Contrairement aux puits, les fontaines doivent susciter réserves et défiance. Leur eau charrie trop les miasmes de légendes et de cultes païens et son jaillissement évoque des pulsions abhorrées.

Notes

1 Ms A et B, Des nuees, 1.

2 Ms A, Des nuees, 2.

3 Ex, 14, 20.

4 Ex, 10, 21.

5 Ms A, Des nuees, 3.

6 Ibid., 4.

7 E. Brehier, La philosophie du Moyen Âge, Paris, 1949, p. 434.

8 Ibid.

9 Ms A, Des nuees, 5.

10 Le livre des propriétés..., p. 181.

11 Ibid., p. 182.

12 Ms A, Des nuees, 5.

13 Ibid, 6.

14 « Le Mulot », Fables de Marie de France, dans Fables françaises du Moyen Âge, éd. J. M. Boivin, L. Harf-Lancner, w. 86-88, p. 116-117.
Tels se quide mult eshalcier,
ultre sun creit l'alever,
qui plus bas estuet returner.

15 Ms A, De voler et eslever et saillir, 1.

16 Ms B, De voler et eslever et saillir, 1.

17 M. Eliade, Traité d’histoire..., p. 94-95.

18 Gn, 28,12.

19 Ms B, De voler et eslever et saillir, 1.

20 Ibid., 1.

21 Ms A, De voler et eslever et saillir, 2.

22 Ibid., 3.

23 Ibid., 6.

24 Ibid., 7.

25 « Par toutes lesquelles choses appert assez que la science de astrologie n’est pas inutile ne a ung prince, ne a ungpaïs, mais convenable et utille », J. P. Boudet, Le recueil « des plus celebres astrologues » de Simon de Phares, Paris, 1997, p. 34.

26 Ms A, De voler et eslever et saillir, 8.

27 Ibid, 9.

28 Ibid., 10.

29 Ibid., 11.

30 Ibid., 12.

31 Ex, 19.

32 Guillaume de Conches évoque les modifications apportées par ces vents dans les lieux qu’ils traversent, Philosophia mundi, Livre III, ch. 11, éd. G. Maurach, Prétoria, 1980.

33 Aristote, Météorologiques, I, 1, éd. P. Louis, Paris, 1982, p. 2.

34 Le Livre des propriétés..., p. 229. De même Thomas de Catimpré insiste sur la différence de l’air en Orient et en Occident plus pur dans le premier cas que dans le second (Liber de natura rerum, éd. H. Boese, 1973, livre XVII, chap. 11 : De nebula, p. 402), et Albert le Grand s’intéresse à la qualité de l’air des montagnes selon leur ouverture aux vents (De Natura Loci, éd. P. Hoofeld, Aschendorff, 1980, p. 22).

35 Le Guidon de Guy de Chauliac, traduit en français par Nicolas Panis, Lyon, B. Buyer, 1478, 266fF(référence empruntée à S. Bazin-Tachella, « Considérations sur l’air, le temps et les saisons dans la Chirurgia magna de Guy de Chauliac », dans Le temps qu’il fait au Moyen Âge, Phénomènes atmosphériques dans la littérature, la pensée scientifique et religieuse, éd. C. Thomasset et J. Ducos, Paris, 1998, p. 24).

36 S. Bazin-Tachella, « Considérations... », p. 29.

37 C. Lecouteux, Mondes parallèles. L’univers des croyances du Moyen Âge, Paris, 1994, p. 104-108.

38 I. Draelants, « Le temps dans les textes historiographiques du Moyen Âge », dans Le temps qu’il fait..., p. 91-133.

39 Dans Le temps qu’il fait..., voir F. Vigneron, « Les saisons et le temps qu’il fait chez Eustache Deschamps », p. 253-270 ; D. James-Raoul, « D’une météorologie à l’autre : le temps qu’il fait du Conte du Graal de Chrétien de Troyes au Parzival de Wolfram von Eschenbach », p. 209-230.

40 Ms A, Des vens, 1.

41 Ibid., 2.

42 Chez Albert le Grand et Jean Buridan se retrouvent des thèmes répétés tel celui de la tempête sur terre et sur mer, J. Ducos, « Théorie et pratique de la météorologie médiévale, Albert Le Grand et Jean Buridan », dans Le temps qu’il fai .p. 45-58.

43 Ms A, Des vens, 3.

44 Ibid., 5.

45 Ibid., 6.

46 Ibid., 8.

47 Ms B, Des vens, 8.

48 Ms A, Des vens, 9.

49 Ms B, Des vens, 9.

50 Jn, 2, 7.

51 Ps. 103, 15-16.

52 Ecclésiaste, 1, 14.

53 Pr, 17-18.

54 Is, 26, 17-18.

55 Ms A, De dominations de terres et maisons, 21.

56 Ms A, Du feu, 2.

57 Ibid., 3.

58 Ibid., 10.

59 Ibid., 11.

60 Ibid., 12.

61 Ibid., 13.

62 Ibid., 23.

63 Ibid., 26.

64 Ibid., 5.

65 Ibid., 6.

66 Ibid., 7 et 16.

67 Ibid., 18.

68 Ibid., 19.

69 Ibid., 27.

70 Ibid., 8.

71 Gn, 6.

72 Gn, 9-10.

73 Gn, 20.

74 « Eau », Dictionnaire de spiritualité, Paris, t. III.

75 M. Eliade, Traité d’histoire des religions..., p. 168-190.

76 Des soinges et des esperimens des soinges, 52, 53, 59, 119, 139.

77 Ibid., 59, 60, 120, 140.

78 Ibid., 67, 68, 141.

79 Ibid., 54.

80 Ibid., 89, 90.

81 Ibid., 54.

82 Ibid., 74.

83 Ibid., 6, 87, 88, 124.

84 Ce sont li songes, 74.

85 Ibid., 77, 89.

86 Ibid., 90.

87 Ibid., 126.

88 Ibid., 125.

89 Voir B. Caulier, L’eau et le sacré. Les cultes thérapeutiques autour des fontaines en France du Moyen Âge à nos jours, Paris, 1990. Voir aussi A. Desforges, « Survivance : les sources païennes et les pierres pertuses christianisées du Morvan », Bulletin de la Société préhistorique française, XV, 1918, p. 306 ; G. Jeanton, « Le folklore des eaux en Mâçonnais, Arrondissement de Mâcon et canton de Sennecey dans celui de Chalon », L’Ethnographie, 1937.

90 « Tai » signifie boue, souillure ; A. J. Greimas, Dictionnaire.... s.v. tai.

91 Des somges, 50.

92 Ibid., 53, 61.

93 Ibid., 62.

94 Ibid., 60.

95 Lancelot du lac, texte traduit et annoté par M. L. Chenerie, d’après l’édition de E. Kennedy, Paris, 1993, t. II, p. 88-90.

96 Mtt, 5, 45.

97 Mtt, 7, 25.

98 Acte des Apôtres, 14, 17.

99 Hébreux, 6, 7.

100 Is, 55, 10-11.

101 Ms A, De la pluie selonc les Indes, 2.

102 Ibid, 1.

103 Ibid, 2.

104 Michel Salvat rappelle que selon Barthélémy l’Anglais l’eau de pluie est la meilleure de toutes, la plus savoureuse, la plus propre : « Du bon usage de la chair, de l’eau et du vin d’après le De proprietatibus rerum de Barthélémi l’Anglais (XIIIe s.) », dans Manger et boire au Moyen Âge, Actes du colloque de Nice (15-17 octobre 1982), t. II, Paris, 1984, p. 337.

105 Ms A, De la pluie selonc les Indes, 3.

106 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. grace.

107 Ms A, De la pluie selon les perses et les egypciens, 1.

108 Ibid., 1.

109 Ms A, De la pluie selonc les indes, 4 et ms A et B, De la pluie selon les perses et les egypciens, 4.

110 Ms B, De la pluie selon les perses et les egypciens, 3/4.

111 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. nature.

112 Ms A, De la pluie selon les perses et les egypciens, 5.

113 Ms B, De la pluie selonc les indes, 4.

114 Ms A, De la boe ou fiens, 1.

115 Ibid., 2.

116 Ms A, Des cavernes de terre, 1 et 2.

117 Ibid, 1.

118 Ibid., 2.

119 Gn, 7, 11-12.

120 Gn, 7, 21-24.

121 Ms A, La distillacion de yaue sans pluye, 1.

122 Ibid., 2.

123 Ibid, 3.

124 Is, 41, 18-19.

125 Joinville, Histoire de Saint Louis, éd. A. Pauphilet, Paris, 1963, p. 241-242. Selon Hildegarde de Bingen, dans les fleuves naissent les pierres précieuses sous l'effet de la chaleur du soleil. Dieu les a laissées à l’homme « en honneur et bénédiction et pour la médecine » (citation empruntée à J. P. Albert, Odeurs de sainteté, La mythologie des aromates, Paris, 1990, p. 79). Dans le même ordre d’idées Jean de Mandeville évoque un grand fleuve qui vient du Paradis terrestre, tout de pierres précieuses, Jean De Mandeville, Voyage autour de la terre, éd. C. Deluz, Paris, 1993, p. 205.

126 Ms A, Des fleuves, 1.

127 Ibid., 2.

128 Ibid, 3.

129 Ibid, 2.

130 Les très riches heures du duc de Berry, éd. J. Longnon, R. Cazelles, Paris, 1969.

131 Ms A, Des fleuves, 3.

132 Ms B, Des fleuves, 3.

133 Jr, 2,13.

134 Ez, 36,25-27.

135 Ms A, Des fleuves, 4.

136 Ibid., 5.

137 Gn, 13.

138 Ms A, Des fleuves, 6.

139 Ibid., 7.

140 Ms A, Du moulin et de la mouture, 6.

141 Ibid., 7.

142 Ibid., 8.

143 Ms A et B, Des fleuves, 9.

144 Ms A, Des fleuves, 15.

145 M. Mansuy, Gaston Bachelard et les éléments, Paris, 1967, p. 192.

146 Ms A, Des fleuves, 10.

147 M.M. Castellani, « L’eau dans La Manekine de Philippe de Beaumanoir », dans L’eau. p. 82-83.

148 G. Bachelard, L’eau et les rêves : essai sur l’imagination de la matière, Paris, 1942, p. 9.

149 Ms A et B, Des fleuves, 11.

150 Ms A, Des fleuves, 12.

151 Ibid., 14.

152 Le livre des propriétés..., p. 219-221.

153 Ms A, De la mer et des poissons, 1.

154 Ibid., 2.

155 Ibid., 3.

156 Ibid., 4.

157 Ibid., 7.

158 Ibid., 5.

159 Ibid., 6.

160 Ibid., 9.

161 « Cette particularisation du sacré s’avéra une arme redoutablement efficace, aux mains de la monarchie. Contre l’Empire et la papauté, elle prouva l’indépendance française. Contre les ennemis du royaume elle garantit le succès divin », C. Beaune, Naissance de la nation..., p. 229.

162 Ms A, De la mer et des poissons, 7.

163 Ibid., 8.

164 Ibid., 7.

165 « En la mer de Sicile [...] Scylla est un rocher très élevé dans la mer [...] quand les navires le heurtent, ils sont perdus sans remède. Près de là, se trouve Charybde, gouffre dans la mer, qui attire les navires et les engloutit », Le livre des propriétés des choses, page 222. Voir aussi J. Delumeau, « La peur en mer », dans Id., La mort des pays de Cocagne, Paris, 1976, p. 85-93.

166 Ms A, De la mer et des poissons, 10.

167 Ibid., 11.

168 Ibid., 12.

169 J. Danielou, Les symboles primitifs..., p. 49-63.

170 Gn, 21, 14-19.

171 Gn, 25, 14-19.

172 Gn, 24, 1-6.

173 J. Le Goff, La naissance..., p. 261.

174 Ibid., p. 173. Sur la question du puits de Saint Patrick, voir aussi H. Neveux, « Les lendemains de la mort », dans Annales ESC, 1979, 2, p. 251.

175 Ms A, Des puis, 1.

176 Ibid., 3.

177 Ibid, 4.

178 Ms A, De l’yaue es pressouers, 1.

179 Ms A, De boire yaue en un calice, 2.

180 Ms B, De boire yaue en un calice, 2.

181 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. espandement.

182 Ms A, De boire yaue en un calice, 3.

183 A. J. Greimas, Dictionnaire.s.v. loer.

184 Ms A, De boire yaue en un calice, 4.

185 Sur le thème de la fontaine de Vie, voir aussi R. Pernoud, « De la fontaine de vie au pressoir mystique », dans Le Pressoir mystique, Actes du colloque de Recloses, 27 mai 1989, éd. D. Alexandre-Bidon, Paris, 1990, p. 15-25.

186 Ez, 47,1-9 ; Jn, 4,14.

187 M. Meslin, « Dons merveilleux », dans Le merveilleux, l’imaginaire p. 165-166.

188 Ms A, Des fontaines, 1.

189 Ibid., 2.

190 Ibid, 3.

191 Voir aussi G. Chandes, « Recherches sur l’imagerie des eaux dans l’œuvre de Chrétien de Troyes », Cahiers de civilisation médiévale, 19, 1976, p. 151-164.

192 Chretien De Troyes, Le conte du Graal ou le roman de Perceval traduction, présentation et notes de C. Mêla, Paris, 1990, vers 604.

193 Jean d’Arras, Le Roman de Mélusine ou l’Histoire des Lusignan, Paris, 1991, (éd. orig. 1979).

194 Lancelot..., p. 322.

195 C. Lecouteux, Démons et génies du terroir au Moyen Âge, Paris, 1995, p. 157.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search