Version classiqueVersion mobile

Les clefs des songes médiévales

 | 
Valérie Bach

Deuxième partie. Le monde d'ici-bas

Chapitre 1. Leçon du soleil, de la lune et des étoiles

Texte intégral

  • 1 Gn, 1, 6, 14-16.

1Selon la Bible, Elohim créa les astres au quatrième jour après avoir séparé la Lumière des Ténèbres, après avoir établi au deuxième jour un firmament pour séparer les eaux d’avec les eaux et fait apparaître, au troisième jour, la terre et le règne végétal. C’est alors seulement qu’il dit : qu’il y ait des luminaires au firmament des deux pour séparer le jour et la nuit. Il fit ainsi le grand luminaire pour dominer sur le jour et le petit luminaire pour dominer sur la nuit, et aussi les étoiles1.

2La clef des songes, quant à elle, traite du soleil, de la lune et des étoiles en premier lieu avant les eaux et les végétaux. Elle bouscule ainsi l’ordre de la création dont elle se prévaut. Ce parti-pris n’est sans doute pas innocent. Les différentes étapes de la Création sont ainsi inscrites dans une hiérarchie fondée sur la supériorité du haut sur le bas, devenue aussi supériorité des essences les plus nobles sur les plus vulgaires. Le symbolisme de la Lumière et des Ténèbres ne saurait être laissé au hasard ni même à la tradition biblique lorsqu’il s’agit d’éclairer les esprits et de chasser en eux l’ombre de tout doute quant à la pertinence du discours tenu par les différentes clefs des songes.

I. Les songes Daniel

  • 2 Des soinges et esperimens des soinges, 61, 62 et 63.

3Des soinges et des esperimens des soinges consacre trois songes à la lune mais aucun au soleil et aux étoiles. Le rêveur voit apparaître deux ou plusieurs lunes promesses d’accroissement. La lune couleur de sang prédit un péril. Lorsqu’elle tombe du ciel, une grande peine s’ensuit pour les hommes2.

  • 3 Ce sont li songes, 95 et Des somges, 64.
  • 4 Ce sont li songes, 96.

4Ce sont li songes et Des somges mettent en scène le soleil et la lune en un même songe et, si l’on peut dire, sur le même pied. S’ils sont vus cler, la paix règnera sur la terre3 mais si le soleil est clair et la lune trouble, le sires de la terre mourra4. Le soleil et la lune sont ici considérés par rapport à leur luminosité. Si rien ne vient la troubler, la terre demeure dans le calme et le bien-être mais qu’une ombre s’insinue et la mort s’ensuit, d’autant plus redoutable qu'elle frappe celui qui tient la terre et son destin entre ses mains. Agitations et troubles seront dès lors à l’horizon.

  • 5 M. Eliade, Traité d’histoire des religions, Morphologie du sacré, Paris, 1949, p. 139-165.

5Dans le deuxième songe la clarté du soleil demeure inaltérée tandis que celle de la lune est affectée. Est-ce parce que l’astre des nuits est davantage menacé par l’obscurité qu’il combat de sa lumière mais dont il est pourtant encerclé ? Est-ce pour mieux marquer le caractère supérieur et sacré de la lumière solaire ? Quoiqu’il en soit la lune n’en occupe pas moins une position importante dans l’imaginaire puisque les atteintes qu'elle subit annoncent la mort du sire de la terre. Une relation a toujours été établie entre la lune et la mort du fait de son cycle : elle décroît progressivement et finit par disparaître. Cependant elle est aussi associée à la régénérescence du fait du retour de la nouvelle lune5.

  • 6 Des somges, 65.

6Dans le premier songe, la lumière est omniprésente et règne sans partage. Dans le second, une séparation est opérée qui est aussi une défense : le jour appartient sans conteste à la lumière mais dans la nuit s’affirme le triomphe des ténèbres. N’est-ce pas faire la part du feu en quelque sorte ? Cependant cet acte de séparation rappelle toutes les séparations opérées par Dieu au commencement du monde mais signe aussi l’échec d’un des grands luminaires mis au firmament pour éclairer la terre. Cette ambiguïté ne traduit-elle pas, condensés en un même songe, le désir de voir régner l’ordre voulu par Dieu et la crainte toujours renaissante de le voir disparaître ? Fort heureusement, dans la lutte contre le Mal, l’homme est assisté par ce clergé dont la clef Des somges prédit le développement par le truchement d’un songe où brillent les étoiles6.

II. La clef d’Achmet

  • 7 E. Poulle rappelle dans « Planeten », Lexikon des Mittelalters, Munich, 1980-1999, que le Moyen Âge (...)

7La clef des songes accorde à l’astre solaire une place primordiale au détriment de sa compagne. Trente-six songes sont interprétés dans le chapitre consacré à ce thème, le soleil traverse seize d’entre eux tandis que la lune n’apparaît que dans quatre. Les étoiles règnent douze fois au firmament des songes. De planètes en général il est question quatre fois et d’astres une fois. Certaines planètes sont plus précisément nommées : Mars, Jupiter, Saturne et Vénus ou Lucifer7.

  • 8 Ms A, Du soleil, lune et estoilles, 1.
  • 9 Dans le Dit des planètes, Mars est le « dieu de bataille », Jupiter symbolise les laboureurs. Satur (...)
  • 10 Ms A, Du soleil, lune et estoilles, 21.

8En guise d’introduction, il est déclaré que le soleil se raporte au roy, la lune a la royne, les autres planetes qui ont plus de clarté aus seigneurs et les autres estoilles a tout le monde8. Au dix-huitième songe, Mars signifie le premier après le roy ; Jupiter le plus riche de la famille du roy et le despensier de l’or, Saturnus9 [...] le premier tourmenteur et chastieur10. Il faut attendre les dix-neuvième et vingtième paragraphes pour qu’il soit fait état de la lune, elle n’est plus alors rapportée à la reine mais à cil qui est secondement apres le roy ou à un prince cogneu. Ce n’est qu’aux vingt et-unième et vingt-deuxièmes paragraphes que, dans les voiles de Vénus, la reine fait son apparition. De la vingt-septième à la trente-sixième interprétation, les songes d’étoiles sont omniprésents. À travers ces choix sont mises en évidence des correspondances étroites entre hiérarchie cosmique et terrestre. L’ordre social est inscrit dans le ciel et Dieu en a donné la matrice aux hommes lors de la création du monde. Toucher à cette distribution, c’est attenter à l’ordre de l’Univers tout entier, ordre que couronnent les figures portées au pinacle.

  • 11 J.-M. Mehl, Jeu d’échecs et éducation..., p. 213.
  • 12 G. Lobrichon, La religion des laïcs, Paris, 1994, p. 121-148.

9Il convient de souligner que dans cet ordre, le clergé n’a nulle place. Cette omission rappelle celle que Jean-Michel Mehl souligne dans le Liber de moribus de Jacques de Cessoles. À une époque « où la bourgeoisie conquérante entre souvent en conflit avec les privilèges du clergé, à une époque où la justice civile s’efforce d’empiéter sur la justice ecclésiastique, [...] cette omission ne peut être insignifiante »11. En ce qui concerne la clef d’Achmet cette omission contribue au triomphe de la religion royale12.

1. Le roi-soleil

  • 13 Voir P. Ehrenreich, « Die Sonne im Mythos », dans Mythologische Bibliothek, VIII, Leipzig, 1915-191 (...)
  • 14 M. Eliade, Traité..., p. 115.
  • 15 Ibid., p. 116.

10Établir une correspondance entre le roi et le soleil équivaut à transmettre à la royauté tout le symbolisme inhérent à l’astre solaire13. En Asie, en Europe archaïque et en Égypte, le culte du soleil a joui d’une extrême faveur14. Mircea Eliade rappelle que le souverain était identifié au soleil et qu’il jouissait de l’immortalité en tant que chef suprême. Il remarque aussi que la sacralité exprimée par les hiérophanies solaires ne saurait être transparente pour un esprit occidental moderne. Au Moyen Âge déjà, l’activité mentale influencée par Aristote contribue à émousser la réceptivité à la totalité de ce symbolisme15.

11Qu’en est-il dans la clef d’Achmet de la métaphore du roi-soleil ? Selon le premier songe, le sujet s’aprouche a la roe du soleil et l'embrace. Ce bel élan est hautement recommandé à condition de ne pas dégénérer en culte solaire impie. L’interprète se hâte d’en augurer, dans la droite ligne de sa stratégie : grace du roy selon l’embracement. L’astre solaire n’est plus que le faire valoir de la figure royale. La faveur concédée au sujet pour prix de son adoration est proportionnelle à l’intensité des témoignages exprimés. Lorsqu’une femme se livre à ce songe, un brillant avenir de reine est promis tandis qu’il est assuré au roi qu’il mettra en sa subjeccion autre roy. Visités par un songe identique, réunis dans une même démarche interprétative, vassal fidèle et femme partagent un destin presque similaire. Le roi qui leur accorde ses faveurs est aussi celui qui assujettit son rival. De la vénération à la soumission, de la consécration à l’asservissement, il semble n’y avoir qu’un pas, une pente douce et fatale engendrée par l’éblouissement.

  • 16 Ms A, Du soleil, lune et estoilles, 2.

12Contre les rebelles au culte royal, il existe des mesures efficaces. Les songes de combats contre le soleil prédisent au roi qu’il se battra contre autre roy et à l’homme du peuple qu’il sera tourmenté de par le roy16. Le roi défend son prestige mais de manière adaptée aux types de rebelles. Le roi rival est affronté par les armes tandis qu’au peuple sont infligés des tourments dont la mention imprécise favorise les évocations les plus sinistres. Par de tels procédés, le roi peut rêver des roies ou milieu du soleil et régner selon la force de la lumiere, devenir plus glorieus en son regne. La lumière baigne le roi de sa force toujours renaissante et il devient ce héros solaire seul capable de sauver le royaume des ténèbres menaçantes.

  • 17 Ibid., 3.

13À la femme qui fait ce même songe est déclaré qu’elle bénéficie d’un meisme jugement mais l’interprète ajoute que, si elle songe avoir enfanté le soleil, qu’elle soit, elle enfantera roy17. L’absence de discrimination sociale semble témoigner d’une générosité sans bornes dont la clé des songes n’est pas coutumière. Est-ce pour masquer une discrimination plus radicale, celle qui assimile toute lumière émanant de la femme, toute qualité et toute réalisation personnelle aux vertus de la procréation ? Seul un fils de roi peut lui conférer son éclat, comme le soleil le fait pour la lune. Sans lui, elle n’est qu’obscure, inexistante.

  • 18 La Couronne symbolise la perpétuité de la dynastie, l’éternité du corps politique. E. Kantorowicz, (...)
  • 19 Ms A, Du soleil, lune et estoilles, 4. Analysant le Liber de Moribus, Jean-Michel Mehl remarque que (...)
  • 20 Ms A, Du soleil, lune et estoilles, 5.

14Le symbole solaire est d’autant plus puissant que les vertus de sa lumière peuvent être exaltées par celles de cette forme sphérique, symbole de perfection et d’éternel recommencement18. Celui qui tient l’esphere c’est La rondeur du soleil sanz les roies y trouvera la santé s’il est malade et la joie s’il est en tribulacion. L’interprète accorde ses bienfaits à tout un chacun quel qu’il soit. Cette assurance répétée en deux interprétations consécutives présente le soleil et le roi comme des bienfaiteurs universels, brillant pour chaque être humain et le comblant de leurs pouvoirs thérapeutiques et euphorisants. Le noble et généreux mécène doit cependant demeurer vigilant, se défier du grant seigneur toujours prêt à le despiser, dédaigner et ne pas hésiter à mettre un autre prince ou roi en ses loiens. À ces conditions, le globe solaire tenu entre les mains royales peut symboliser son pouvoir universel19. Nanti de ce privilège, il peut, comme le soleil, répandre ses roies en l’hostel de ceux qu’il distingue et leur apporter joie et richesses [...] selon la clarté de la lumiere20. Plus le roi est puissant, plus il dispense à ses sujets ce bonheur et cette fortune qui miroitent dans leurs vœux les plus ardents. Grâce à l’astre solaire et royal toutes les ombres au tableau de l’exaltation de soi sont vaincues.

  • 21 Ibid., 7.

15Il existera cependant toujours des irréductibles qui despisse(nt) le soleil entrant en aucun lieu, s’acharnant à s’élever contre le roy21. Pour parer à ce danger, l’interprète utilise l’image réconfortante du fidèle se laissant béatement eschauffe(r) par le soleil. Cette confiance, cette douce léthargie sont gratifiées de richesses dispensées selon la raison de l’échauffement.

  • 22 Le livre des propriétés..., p. 229.
  • 23 Ms A, Du soleil, lune et estoilles, 8.
  • 24 Ibid., 2.

16Si les bienfaits comblent tout un chacun, ce n’est pas sans réserve. De même que le soleil fait bénéficier la terre de ses rayons selon leur position respective22, les faveurs dispensées par les présages sont proportionnelles à l’éclat de la lumière et de la chaleur, donc de la puissance solaire et royale. Celui qui obtient ses faveurs ne doit pas en profiter pour se laisser aller à quelque comportement inconsidéré. Avec le risque d’une chaleur qui excede trop reviendrait alors selon la proporcion de l’arsure cette painne tant redoutée23. Le mythe d’Icare n’est-il pas là pour rappeler le danger encouru à s’approcher irrévérencieusement du soleil ? La limite à respecter marque l’incontestable différence, la supériorité radicale et la nécessité pour chacun de rester à sa place. Par ailleurs, l’échauffement est un sujet trop brûlant pour que l’interprète ne se hâte pas de mettre en garde contre les risques encourus par celui qui s’approche trop de l’objet de ses rêves et l’embrace avec une ardeur excessive24. S’embraser de feux trop ardents amène des painnes dont la formulation laisse la porte ouverte à l’irruption de flammes ravageuses.

  • 25 Ibid., 9.
  • 26 Ibid., 10.
  • 27 Ibid., 11.

17Le danger est si grand qu’aux risques de l’incandescence s’ajoutent ceux de l’obscurcissement. Le soleil est vu sanz lumiere et sanz roies et la personne du roi ara a souffrir et honte. Certains des principaulz de la court ou du peuple peuvent le prendre en despit, le despiser25. Ce terme insiste dans le discours comme un malfaiteur toujours à guetter dans la nuit et les songes sont de plus en plus hantés par les menaces surgies de l’ombre. Le soleil a eclipse et les ennemis du roi fomenteront bataille, tribulacion. S’il s’éclaircit, la victoire sera dans le camp royal mais s’il ne se esclarcit, le contraire sera26. Ce contraire aux multiples visages revient agiter les songes. S’il n’y a éclipse, le soleil peut être empeschié des nuees et le roi, privé de sa lumière et de sa chaleur, aura tribulacions et maladie, selon l’empeschement des nuees27.

  • 28 Ibid, 12.

18À ces sombres perspectives, l’interprète oppose l’aurore triomphante d’un soleil qui se lieve sur son lit purement, amenant au célibataire une femme tres plainne et riche, à l’homme marié une femme riche par laquelle il ara joie28.

  • 29 Ibid, 13.
  • 30 Chrétien De Troyes, Le conte du Graal ou le Roman de Perceval, éd. C. Mela, Paris, 1990, p. 258.

19L’alternance de lumière et d’ombre se répète au treizième songe. Le soleil est à nouveau recouvert par une nuee et aussi tenue soit-elle, tribulacion et angoisse reviennent affecter le roi. Heureusement la perspective d’un astre purifié apporte avec elle santé et joie29. Ainsi endoctriné tout sujet doit se garder de porter atteinte au pouvoir suprême. La terre gaste du Roi Pêcheur, du roi mehaigniez n’est-elle pas la preuve désolante de ce qu’il advient alors30 ?

20Selon la tradition chrétienne le soleil est le Christ et la lune, l’Église qui reçoit de lui sa lumière. Comparer le roi au soleil pose la question de la primauté de pouvoir entre l’ordre ecclésiastique et laïc. La querelle de ses deux pouvoirs est ainsi chargée de toutes les correspondances établies entre structure astronomique et sociale. La clef d’Achmet, cependant, préfère démontrer combien les menaces pesant sur la royauté et les puissants entraînent des conséquences néfastes pour chacun.

2. Les étoiles et la lune

  • 31 Ms A, Du soleil, lune et estoilles, 14.
  • 32 Ibid., 15.

21Pour rendre la perspective plus redoutable, le danger gagne de proche en proche et le combat s’étend jusqu’aux confins de l’Univers. En un premier temps, le soleil, la lune et les étoiles s’assemblent en un lieu en gardant leurs lumières. Celui qui a sur eux dominacion est assuré de régner et les negoces du roy seront disposees et ordenees. Seront également mises en subjeccion toutes les contraires generacions. La femme verra s’ouvrir un avenir de royne31. Avec le triomphe de la lumière sont assurées sécurité des règnes temporels, bonne marche des affaires, domination et mise en sujétion des contestataires. Mais que le soleil et toutes les estoilles viennent à se retrouver sanz lumiere et les tenebres de meschief et perdicion s’abattront derechef sur les princes. Le roi sera de partout assailli et aura grande tribulation32. Par l’adverbe partout et l’adjectif grand les menaces acquièrent un caractère plus effrayant. Nul ne peut échapper aux catastrophes engendrées par la perte de la lumière.

  • 33 Ibid., 16.

22Pour la première fois en ce long chapitre, l’interprète désigne enfin l’ennemi par son nom. Il est tenebres et son ombre maléfique rôde dans les songes et à travers le monde. Avec les tenebres des estoilles la perdicion annoncée au songe précédent se focalise en perdicion d’or et de possessions33. Perdition universelle et de biens paraissent synonymes. Lumière des étoiles et scintillement de l’or sont apparentés, la première engendre le second dans le creuset du cosmos. Les ténèbres compromettent le Grand Œuvre et figent le bouillonnement des espérances, des convoitises.

  • 34 Ibid., 19.
  • 35 Ibid, 20.
  • 36 Ibid., 6 et 20.

23La lune surgit alors pour ajouter de son prestige aux présages. Elle resplendi(t) autour du rêveur ou en sa maison et annonce joie et aide de cil qui est secondement apres le roy. Celui qui n’a pas de femme en prendra une par laquelle il sera riche34. Il n’est pas fait état dans ces interprétations de la reine. Tout comme la seconde place après le soleil est attribuée à la lune, le deuxième rang après le roi ne peut être accordé qu’à un prince. De la même manière le globe de la lune symbolise le secont prince apres le roy. C’est lui qui dispense cette pecune dont l’homme désire disposer a sa volenté35. Cependant une femme riche peut aussi la lui procurer et l’éclat de sa dot exerce sur lui un attrait certain. L’association persistante entre globe et pouvoir36 rappelle ces représentations iconographiques où tenir le globe entre ses mains signifie régner sur le monde.

  • 37 J. Battesti-Pelegrin, « astre/désastre dans le Romencero Viejo », dans Le soleil, la lune et les ét (...)
  • 38 Ms A, Du soleil, lune et estoilles, 20.
  • 39 Au Moyen Âge, on ne remet pas en doute le fait que la lumière de la lune provienne du soleil. E. Gr (...)

24C’est encore au prince et non à la reine que sont rapportées les alternances d’ombre et de lumière de la lune. Qu'elle soit obscure ou quelle defaille, un prince projette d’assaillir le roi cherchant à lui nuire. La lune n’est-elle pas « propice aux trahisons qui s’ourdissent dans l’ombre et au noir malheur »37 ? De telles veilleités sont découragées : le coupable sera pugni et deffaudra, n’étant restitué en sa premiere gloire que si, à l’instar de la lune, il retrouve sa clarté, se purifie de toute mauvaise intention38. Le prestige des princes est sujet à éclipse. Il dépend de la faveur royale, comme la lumière de la lune dépend de celle du soleil39.

  • 40 Pour Barthélémy l’Anglais, Vénus est planète féminine, (Le livre des propriétés..., p. 176) et selo (...)
  • 41 Ms A, Du soleil, lune et estoilles, 21.

25Il ne sera question de la reine qu’aux vingt-et-unièmes et trente-sixièmes songes. En outre, dans la première interprétation accordée à la reine, le songe est attribué au roi. Il voit Lucifer [...] appelé Venus avec po de clarté quand il commence à lever et a inimitié à la royne40. Il rêve de la dicteplanete [...] empeschiee des nuees et la reine aura tribulacion et sera malade. Il voit tomber Vénus et la reine meurt aussitôt. Pour dissiper les sombres rêveries de son époux, la reine doit demeurer à ses yeux avec moult de lumiere, moult esclarcist. Le roi ara alors joie sur l'amour de la royne et elle lui offrira ce fils censé justifier toute son existence41.

  • 42 Ibid., 23.
  • 43 Ibid., 25.

26Le sort de la reine étant clarifié il ne sera plus question d’elle avant la fin du chapitre. Elle n’a pas de relation avec les autres planetes qui désignent le prince de la terre ou estfait le songe42. Celui qui voit sa femme enluminee d’aucune planete sera glorifiee par le roy mais s’il la voit obscure, il prendra femme a honte et a perdicion sera tourmenté par le roy43. Enfin les planètes disperses et tenebreuses concernent les princes du roy et laissent pressentir leur soif de complots.

  • 44 J.-M. Mehl, Les Jeux au royaume de France, du xiiie au début du xvie siècle, Paris, 1990, p. 208-20 (...)

27Jean-Michel Mehl a mis en évidence, à propos du jeu d’échec, le rôle limité de la reine « absente du jeu à ses origines, dernière venue sur l’échiquier ». Il souligne qu’une « atmosphère mentale défavorable au rôle des femmes au sein de la société interdit de lui conférer une place importante sur les soixante-quatre cases [...] ce n’est qu’à la fin du xve siècle que le rôle de la reine s’est amplifié »44.

28Le jeu du blanc et du noir, le combat entre la lumière et les ténèbres se joue sous l’égide du roi et des princes. Ce sont eux qui l’incarnent, eux aussi qui sont chargés d’y participer. Si la reine et les femmes sont écartées de cette mission, c’est sans nul doute à cause de leur propension à entraîner l’homme dans les ténèbres de l'âme.

  • 45 Ms A, Du soleil, lune et estoilles, 27.

29Lumière et Ténèbres ne sont plus évoquées à travers les songes suivants mais cette problématique n’en persiste pas moins à exercer ses effets. Celui qui domine sur les estoilles, qui est roy sur les estoilles ou [...] les mainne est aussi le maître de leur lumière. Il en dispose à sa guise tout comme il règle l’ordenance des étoiles et maintient le peuple dans le droit chemin45.

  • 46 Ibid., 28.
  • 47 Ibid, 29 et 30.

30Manger les planetes ou les estoilles ou les boire, est la façon la plus radicale de les posséder, de s’attribuer leurs propriétés. Communier ainsi avec l’essence cosmique doit servir à stimuler les ambitions terrestres. Le rêveur emprisonne les hommes selon la quantité qu’il ara mangié ou des hommes entreront en sa maison, hors coustume, et aront amiablement aliance ensemble46. À celui qui risque de déranger, une alternative est offerte, faire alliance, engager sa liberté ou la perdre par la force. La première option est si souhaitable qu’elle est présentée par trois termes se renforçant par leur juxtaposition. S’entendre amiablement c'est parvenir à concilier des intérêts opposés par décision personnelle, sans pression extérieure. L'aliance vient garantir l’entente par une promesse solennelle de soutien. L’adverbe ensemble parachève l’union, fait miroiter l’image d’une assemblée soudée où la force individuelle devient force collective décuplée, rendant ainsi toute défaite inimaginable. Ces incitations réitérées à l’alliance sont peut-être aussi une réponse au vertige que suscite le spectacle des étoiles et de l’immensité céleste s’il n’y était mis bon ordre. Du vertige à la fascination il n’y a qu’un pas et il n’est pas bon que l’homme ait la tête perdue dans les étoiles. S’il vient à aouré les estoilles deifiees ou s’il pleure en la compaignie es estoilles, il est vite ancré au mestier obtenu du roi et à la grace que le souverain lui octroie47. La grâce royale où se mêlent faveurs et pardon a tant de prix que l’interprète la prédit pour ces deux songes quelle que soit leur différence.

  • 48 Ibid., 31.

31Cependant l’adoration des astres provoque quelque réticence. Adorer les astres ou cielz, secz ou seches, c’est avoir affaire à de grands seigneurs faulz et deceveurs. Si le présage semble se justifier de la sécheresse des astres, un oracle sans appel ponctue la sentence : toutes choses aourees, autres que le createur, sont fausses et vaines adoracions, et à Dieu vray doit estre seulement donnee adoracion48. Le culte des étoiles devient coupable idolâtrie. La condamnation est radicale au nom du Dieu unique. L’adoration est si lourde de conséquences que l’interprète en répète trois fois l’invocation dans ce paragraphe. Il est bien d’adorer mais à bon escient sous peine de conséquences désastreuses.

32Est-ce un effet du hasard si les nombreux songes consacrés au prestige du roi aboutissent à ces tentations d’adoration et à ces mises en garde ? L’interprète semble subitement avoir un remords de conscience et redresser le cap en dénonçant avec virulence les faux-dieux et les cultes trop abusifs. Au-dessus de tous et du roi lui-même règnent Dieu et son Église.

  • 49 Ibid., 32.
  • 50 Le livre des propriétés..., p. 172 et 176.

33Après cette mise en garde, les multiplications de biens et de promesses de longue vie peuvent à nouveau combler celui qui se contente de voir sans les déifier les estoilles en figures de lectres. Elles ne sont qu’un message proposé à celui, roy ou prince ou aucun des seigneurs, qui saura lire icelles lectres et y trouver la grâce désirable et la réalisation de ce qu’il lit49. Dans la configuration des étoiles est inscrite la destinée humaine et il est recommandé de lire dans le grand livre du ciel offert à la sagacité de ceux qui en sont dignes. Les astrologues peuvent faire des pronostics et en déduire leurs influences sur la vie de l’homme50.

  • 51 Ms A, Du soleil, lune et estoilles, 34 et 35.

34La chute de ces astres est de mauvais augure. Si les étoiles tombent en la mer, le peuple ara afficcion soubz le roy et ce dernier verra mourir ses princes et le peuple. Lorsque les étoiles sont enflambees, seul le peuple est menacé de perdicion51.

  • 52 Ibid., 36.

35Au thème funeste de la chute d’étoile est opposé le spectacle rassurant de sa descente volontaire sur la terre. Le très long chapitre dédié aux astres avec ses alternances d’espoir et d’angoisse se clôt ainsi par un songe merveilleux. Une étoile vient s’approcher du roi ou de la reine ou leur parler, apportant avec elle joie et plenté de leurs désirs pour les souverains. L’homme du peuple bénéficie de joie et salut s’il fait ce songe et le malade ou l’affligé qui qu’il soit, trouvera joie et leesce en ses euvres52. L’étoile descend du ciel telle une messagère divine apportant avec elle les dons les plus merveilleux. Elle est d’essence supérieure, capable d’aller et de venir sur terre pour rencontrer ceux qu'elle distingue, tel un ange envoyé par Dieu.

36Dans la mise en scène du conflit Lumière/Ténèbres sont inscrits les pôles opposés, essentiels de la vie humaine : bonheur/malheur, santé/maladie, vie/mort. Leur inscription dans cette problématique fixe une angoisse profonde et offre à la détresse existentielle ce remède, tant prisé dans les clefs des songes, de la richesse et du pouvoir. La force de ce drame lumières/ténèbres rappelle l’importance de ce thème dans la Bible. Selon la Genèse, les ténèbres occupent une place primordiale. Elles symbolisent l’Incréé, le Chaos. La lumière, au contraire, est fille du désir et de la parole divine, premier acte de création engendrant toutes les étapes suivantes. Avec elle et par elle apparaît le cycle du temps, l’alternance et l’opposition jour/nuit. Cette lumière n’est pas celle des astres. Elle est émanation et expression de la divinité. Lui porter atteinte c’est attenter à la création divine mais surtout à Dieu lui-même.

  • 53 C. Guyonvarc’h, F. Le Roux, La civilisation celtique, Paris, 1995 (2), (éd. orig. 1990), p. 161-162
  • 54 Mtt, 24, 29.
  • 55 Jn, 8, 12.

37Si la séparation de la lumière d’avec les ténèbres est liée à une dichotomie du haut et du bas, du bon et du mauvais, de l’autorité et de la soumission, la lumière n’en est pas moins tirée des ténèbres comme l’enfant du sein de sa mère, comme l’homme constitué du souffle divin et de la poussière de la terre. Selon cette perspective, il n’y a plus opposition mais filiation, transmutation. La conception celtique du temps où la nuit est conçue comme le début de la journée évoque cette dimension53. Cependant dans la tradition biblique, les ténèbres apparaissent comme le royaume des forces mauvaises, l’annonce de l’Apocalypse. Au jugement dernier : le soleil s’obscurcira, la lune ne donnera plus sa clarté, les étoiles tomberont du ciel et les puissances des deux s’agiteront54. Jésus lui-même a déclaré : je suis la lumière du monde. Qui me suit ne marche pas dans les ténèbres, il y aura au contraire la lumière de la vie55. À travers les songes, cette lumière accompagne l’homme lorsqu’il sombre dans la nuit du sommeil mais se targuant d’en posséder le secret, l’interprète la filtre selon l’idéologie qu’il soutient de ses prédictions.

Conclusion

38Les astres qui brillent servent à merveille le propos de l’interprète en ce qui concerne l’ordre à protéger coûte que coûte.

39Du soleil, de la lune et des étoiles, il privilégie l’existence d’une hiérarchie transcendante source d’harmonie universelle. Une correspondance étroite est affirmée entre structure cosmique et terrestre, Dieu ayant inscrit dans le ciel non seulement l’exemple à suivre, mais bien davantage encore la matrice d’une organisation destinée à régenter toute vie. Lorsque le soleil brille de tous ses feux, la terre entière bénéficie de sa lumière et de sa chaleur. De même, plus le roi est puissant et glorieux, plus son royaume et ses sujets bénéficient de ses faveurs, vivent heureux. Vénération et dévouement sans bornes entretiennent cette gloire dans l’intérêt de chacun. Des souvenirs lointains d’un culte solaire à la fois récupérés et tenus à distance viennent nimber la figure royale d’une auréole sacrée.

40Les rayons du soleil peuvent se dérober, réchauffer ou brûler et le roi, à son exemple, peut retirer son soutien, l’accorder ou châtier. Telle la lumière solaire, la justice royale est indispensable au maintien de la création et, comme Dieu, le roi doit sans cesse faire le partage entre bons et mauvais serviteurs. Les fidèles du pouvoir royal sont les élus de Dieu et les rebelles des damnés.

41L’incandescence du soleil sert de métaphore à la distance et au respect à maintenir entre le roi et ses sujets. Contestations, prétentions à l’égalité, revendications de pouvoir paraissent ainsi insensées et causes d’une mort que la menace de brûlure et de consomption rend redoutable. Des feux brûlants du soleil consumant toute vie aux feux de l’Enfer se fait une association favorable au maintien de l’ordre. La damnation guette d’autant plus les opposants que Dieu a mis le soleil au plus haut du ciel pour ses qualités, a choisi de même la lignée destinée à régner pour ses mérites incomparables.

42Pour bien frapper les esprits, l’interprète utilise des jeux de lumière et d’ombre d’autant plus frappants qu’ils symbolisent cette lutte de la Lumière contre les Ténèbres dont dépend le sort de toute la création. Aux levers triomphants du soleil et à son apothéose rayonnante sont opposés son obscurcissement ou son éclipse, présages de malheurs. De même, contester la figure royale c’est plonger le monde dans les Ténèbres. Batailles, tribulations, maladies mortelles envahissent alors la terre sans espoir de salut. Foi, loi, raison, paix et bonheur, tout est englouti par l’abîme obscur.

43Le roi doit être préservé sur son trône car lui seul, tel le soleil qui purifie la terre et exalte les esprits, est gage de santé et de joie pour tous. La tristesse et l’angoisse qui envahissent parfois l’âme humaine n’ont d’autre cause que l’atteinte au rayonnement de la personne royale. Que chacun donc s’expose avec ivresse à l’extase prodiguée par le roi-soleil.

44Après le soleil, l’interprète, par l’intermédiaire de la lune et des étoiles, agite la menace d’un danger gagnant de proche en proche la voûte céleste. Pour éviter cette apocalypse il importe que le roi et les princes jouissent en paix de leurs privilèges.

45Les alternances d’ombre et de lumière de la lune, les variations de son cycle servent à rappeler aux princes qu’ils ne doivent pas remettre en cause leur engagement et leur fidélité par rapport au roi. Leur prestige et leur statut dépendent de sa grâce, sujette elle aussi à éclipse si nécessaire.

46La suprématie royale doit être évidente aux yeux de tous. La place secondaire attribuée à la lune par rapport au soleil illustre cette prééminence. Pour en accentuer l’évidence, la lune est d’abord déclarée symbole féminin, image de la mère ou de la reine subordonnée à celle du père et du roi. Sous son égide, ordre cosmique, social et familial interfèrent et prospèrent. Mais parce que la femme ne saurait trop longtemps trôner aux deux, la lune est surtout présentée comme symbole de princes. Les hommes, les Grands et les rois doivent mener de concert leur lutte contre les Ténèbres et toute l’obscure engeance qu'elle soit dite féminine ou populaire. Leurs ambitions dominatrices doivent s’exercer sans scrupules car telle est leur mission. Que les humbles serviteurs du roi se consolent, ils peuvent eux-mêmes régner sur femme, enfants et serviteurs comme des petits monarques. Cependant nul n’est autorisé à se contenter de régner en potentat dans sa maison. Toute concession de pouvoir ne saurait être prise pour autorisation d’indépendance ou de suffisance. La supériorité accordée doit inciter à servir plus fidèlement tout représentant de ce pouvoir suprême vers lequel les astres doivent converger.

47Si la figure royale est toute baignée d’effluves cosmiques, auréolée de lumière, de gloire, l’interprète prend cependant soin de proclamer que tout culte hormis celui de Dieu est idolâtre. Cette déclaration sonne comme une mise en garde visant le roi lui-même, l’invitant à se défier de trop de superbe, lui rappelant que son pouvoir dépend de l’Église. Mais cette précision peut aussi convaincre que le roi n’exerce nulle tyrannie abusive étant lui-même sujet obéissant de Dieu. Ce thème est d’autant plus solennel que les astres du ciel en orchestrent la mise en scène. Que les hommes, et encore moins les femmes, ne se préoccupent pas de leur devenir, leur destin est écrit dans les étoiles et livrés à eux-mêmes, ils ne sauraient le déchiffrer. Les étoiles acceptent même de descendre sur terre pour apporter le message du ciel mais pour le comprendre il n’y a que le roi ou des spécialistes.

48L’allusion à la venue d’étoiles messagères sur terre vise à apaiser les esprits affolés par les menaces de chute d’astres et le désordre et le chaos qui leur sont associés. Que le peuple cesse donc de rêver de la chute des grands et leur fasse révérence s’il ne veut être écrasé sous leur juste colère. Des images d’incendie ravageant le ciel lui-même, tel un feu dévastateur que plus rien n’arrête, rappellent les flammes de l’Enfer et le destin des mécréants.

49L’usage des astres et du conflit Lumière/Ténèbres pour expliquer les pôles opposés Bonheur/Malheur, Santé/Maladie, Vie/Mort, Salut/Perdition assure au pouvoir des fondements à toute épreuve. L’influence de ce thème est encore renforcée par le message biblique, la place qu’y occupent les Ténèbres comme règne du mal et la Lumière comme symbole divin. Remettre en doute les oracles d’un interprète devenu messager divin n’est pas autorisé. Qu’il filtre la lumière des songes, éblouisse les crédules de promesses destinées à enténébrer leurs esprits, n’apparaît jamais au grand jour.

Notes

1 Gn, 1, 6, 14-16.

2 Des soinges et esperimens des soinges, 61, 62 et 63.

3 Ce sont li songes, 95 et Des somges, 64.

4 Ce sont li songes, 96.

5 M. Eliade, Traité d’histoire des religions, Morphologie du sacré, Paris, 1949, p. 139-165.

6 Des somges, 65.

7 E. Poulle rappelle dans « Planeten », Lexikon des Mittelalters, Munich, 1980-1999, que le Moyen Âge connaît sept planètes : le Soleil, la Lune, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne. Voir aussi S.F. Benjamin et G.H. Toomer, Campanus of Novara and Medieval Planetary Theory, Londres, 1971.

8 Ms A, Du soleil, lune et estoilles, 1.

9 Dans le Dit des planètes, Mars est le « dieu de bataille », Jupiter symbolise les laboureurs. Saturne est associé aux pauvres. Le dit des planetes, dans Nouveau recueil de contes dits Fabliaux et autres pièces inédites, 1839, t. I, p. 373-374.

10 Ms A, Du soleil, lune et estoilles, 21.

11 J.-M. Mehl, Jeu d’échecs et éducation..., p. 213.

12 G. Lobrichon, La religion des laïcs, Paris, 1994, p. 121-148.

13 Voir P. Ehrenreich, « Die Sonne im Mythos », dans Mythologische Bibliothek, VIII, Leipzig, 1915-1916 ; E. Dhorme, Les religions de Babylonie et d’Assyrie, II, Paris, 1945, p. 60-67.

14 M. Eliade, Traité..., p. 115.

15 Ibid., p. 116.

16 Ms A, Du soleil, lune et estoilles, 2.

17 Ibid., 3.

18 La Couronne symbolise la perpétuité de la dynastie, l’éternité du corps politique. E. Kantorowicz, Les deux corps..., p. 245-247.

19 Ms A, Du soleil, lune et estoilles, 4. Analysant le Liber de Moribus, Jean-Michel Mehl remarque que Jacques de Cessoles attribue le globe au roi de l’échiquier, ce qui peut lui conférer ainsi une dignité égale à celle de l’empereur (Jeu d’échecs et éducation..., p. 23). Le globe signifie que le roi « porte attention à l’administration du royaume tout entier » ; Jacques De Cessoles, Le livre du jeu d’échecs..., p. 43-44.

20 Ms A, Du soleil, lune et estoilles, 5.

21 Ibid., 7.

22 Le livre des propriétés..., p. 229.

23 Ms A, Du soleil, lune et estoilles, 8.

24 Ibid., 2.

25 Ibid., 9.

26 Ibid., 10.

27 Ibid., 11.

28 Ibid, 12.

29 Ibid, 13.

30 Chrétien De Troyes, Le conte du Graal ou le Roman de Perceval, éd. C. Mela, Paris, 1990, p. 258.

31 Ms A, Du soleil, lune et estoilles, 14.

32 Ibid., 15.

33 Ibid., 16.

34 Ibid., 19.

35 Ibid, 20.

36 Ibid., 6 et 20.

37 J. Battesti-Pelegrin, « astre/désastre dans le Romencero Viejo », dans Le soleil, la lune et les étoiles..., p. 27.

38 Ms A, Du soleil, lune et estoilles, 20.

39 Au Moyen Âge, on ne remet pas en doute le fait que la lumière de la lune provienne du soleil. E. Grant, Planets, stars, and orbs, The medieval cosmos, 1200-1687, Cambridge, 1994, p. 393-402.

40 Pour Barthélémy l’Anglais, Vénus est planète féminine, (Le livre des propriétés..., p. 176) et selon le Dit des Planètes (p. 380), elle évoque la luxure, la recherche du plaisir.

41 Ms A, Du soleil, lune et estoilles, 21.

42 Ibid., 23.

43 Ibid., 25.

44 J.-M. Mehl, Les Jeux au royaume de France, du xiiie au début du xvie siècle, Paris, 1990, p. 208-209.

45 Ms A, Du soleil, lune et estoilles, 27.

46 Ibid., 28.

47 Ibid, 29 et 30.

48 Ibid., 31.

49 Ibid., 32.

50 Le livre des propriétés..., p. 172 et 176.

51 Ms A, Du soleil, lune et estoilles, 34 et 35.

52 Ibid., 36.

53 C. Guyonvarc’h, F. Le Roux, La civilisation celtique, Paris, 1995 (2), (éd. orig. 1990), p. 161-162.

54 Mtt, 24, 29.

55 Jn, 8, 12.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search