Version classiqueVersion mobile

Les clefs des songes médiévales

 | 
Valérie Bach

Deuxième partie. Le monde d'ici-bas

Le monde d’ici-bas

Texte intégral

1Traiter de l’Ici-bas ou de la nature n’est pas démarche propre aux clefs des songes. Les encyclopédies du xiiie siècle tels le De natura rerum de Thomas de Catimpré, le De proprietatibus rerum de Barthélémi l’Anglais traduit en 1372 par Jean Coberchon sous le titre Le livre des propriétés des choses, attestent de l’importance accordée à la compréhension de l’univers. Elles relèvent d’une longue tradition remontant au viie siècle avec Isidore de Séville. Lui-même s’est inspiré de la culture antique tout en orientant son discours à sa manière et selon son époque.

  • 1 Le livre des propriétés des choses, p. 17.

2Mettre en évidence le lien unissant l’homme à l’univers, dégager les propriétés des choses pour mieux saisir celles d’un homme conçu comme un microcosme, tel est le projet fondateur de ces encyclopédistes. Ils répondent ainsi à la demande d’un large public avide de connaissances1. Peut-on se contenter de cette explication pour les clefs des songes ? L’ordre selon lequel les différents registres de l’univers sont abordés est certes le même. Comme dans Le Livre des propriétés des choses, la préséance est accordée à l’Au-delà puis il est fait référence au corps humain et en dernière instance la question de l’ici-bas est traitée. Du ciel et ses astres jusqu’à l’animal en passant par les éléments et le règne végétal, l’univers tout entier est convoqué selon un ordre loin d’être gratuit. Il se présente au contraire comme le reflet de celui de la création divine dont l’univers est le miroir.

3Mais cet ordre divin est-il fidèlement suivi ? Comment le message de la nature est-il décrypté par les interprètes des songes ? Quelles demandes et exigences déterminent l’appréhension et la description de l’ordre cosmique, des éléments, du règne végétal et animal ? Quels astres, éléments et animaux ont servi de symboles ? Lesquelles de leurs caractéristiques ont été interprétées ? Les propos tenus sur les uns et sur les autres reflètent-ils leur diversité ou bien obéissent-ils à une cohérence interne et si oui laquelle ?

Notes

1 Le livre des propriétés des choses, p. 17.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search