Version classiqueVersion mobile

Les clefs des songes médiévales

 | 
Valérie Bach

Première partie. Le monde de l'au-delà

Le monde de l’Au-delà. Conclusion

Texte intégral

1Au terme de cette analyse, il apparaît combien le discours religieux est utilisé pour ajouter de son efficace à celui du pouvoir royal et des Grands.

2La croyance en la résurrection des morts est appelée à introduire les chapitres consacrés à ce thème et à influencer les thèmes oniriques ultérieurs. Elle traverse tous les présages, devient leur point de convergence nécessaire, le sens et la justification de toute démarche, de toute prétention.

3Il est rappelé au croyant qu’il ne doit pas redouter la mort, seule la perte de l’âme est à craindre. Chacun doit s’extraire du sombre dédale de pensées et de pratiques funèbres. Deuil, obsèques et sépulcre ne sauraient retenir l’attention et l’énergie. Il importe de ne songer qu’à l’apothéose de l’âme enfin libérée de ses attaches. Celui qui se laisse ébranler par le spectacle terrible de la mort est coupable de manque de foi. Les rites mortuaires, en accordant trop de poids à l’enveloppe mortelle, sont susceptibles de paganisme. Seuls seront irrémédiablement morts les Incroyants, les Infidèles.

4L’interprète insiste sur ce thème car celui qui demeure pétrifié et désespéré par cette issue fatale risque de rejeter en bloc le discours religieux et les croyances annexes inculquées. Recherche du Bien, rejet du Mal, pourraient ne plus avoir le même sens et le but de la vie sur terre changer. Des remises en cause en cascade pourraient être faites et les pouvoirs étayés par la religion en être ébranlés.

5Pour mieux asseoir son discours, selon son procédé habituel, l’interprète mêle promesses spirituelles et matérielles. Grâce à la communion des vivants et des morts, le salut des uns et des autres demeure lié, leurs mérites sont confondus et le survivant peut jouir des héritages que les défunts lui ont légués afin qu’il les fasse fructifier. Le profit tiré des dons cheminant entre ciel et terre est ainsi doublement assuré et béni. Les richesses sont là pour agrémenter la vie sur terre de bien des charmes avant ceux du Paradis.

6Si le rappel du jugement dernier met en demeure chacun de bien peser le poids et le sens de ses actes, il encourage aussi certains à supporter l’injustice de leur condition en attendant la récompense ultime. Promesses du paradis, lieu de béatitude et d’abondance, menaces d’un enfer aux souffrances sans fin donnent tout son poids à la justice divine et stimulent efficacement les esprits.

  • 1 Ms A, De paradis, 2.

7Une définition beaucoup plus élaborée du paradis perce au détour de certains présages. Les fruits du paradis étant déclarés paroles divines1, gagner le lieu de vie éternelle, c’est résider dans ces paroles, s’en nourrir et les faire circuler. Cependant l’interprète ne se tient pas longtemps en ces hauteurs sublimes. L’Au-delà risquant de paraître trop lointain, il assure le pécheur qu’il subira déjà en cette vie des punitions tandis que les Justes seront comblés de joies et de biens. Les considérations élevées sur le Salut de l’âme retombent ainsi en propos prosaïques, la spiritualité se fourvoie en un matérialisme qui apparaît comme sa raison dernière. Les élus de Dieu, apparentés aux Grands de ce monde, paraissent mériter de mener une existence paradisiaque que les pauvres, corrompus dans l’âme, doivent mériter au prix d’un sort misérable.

8Pour guider l’homme sur la voie du Salut, existent entre lui et la parole divine toute une série d’intermédiaires dont la figure la plus grande et la plus sacrée, celle de Jésus Christ, auréole et consacre toutes les autres. L’aura du « Sauveur » venu sur terre par amour pour sauver l’humanité pécheresse, son incarnation, son ministère, sa Passion et sa résurrection sont utilisés pour convaincre de la nécessité d’une obéissance absolue à des commandements déclarés d’origine divine. En échange l’amour du Christ et son soutien sont promis à toute créature.

9Une place spéciale est faite à l’image de Jésus crucifié. La prier et l’adorer est fortement encouragé. Devant le crucifix, le pécheur ressent l’horreur de ses fautes, son repentir est plus aigu et ses résolutions plus fermes. Son calvaire sur terre lui paraîtra plus léger et plus justifié. La figure du Christ est utilisée pour établir un parallèle entre une joie d’essence mystique, l’exaltation de l’individu et les triomphes guerriers. Et si l’interprète rappelle que Jésus apparaît à tous, il ne peut se retenir d’en diversifier les effets. Le roi y trouve joies et victoires, les saints du proffit, le pécheur, lui est invité derechef à faire pénitence.

10Tandis que deux songes et deux présages seulement sont consacrés au Christ, il est fait appel à bien d’autres intermédiaires entre l’homme et Dieu. Les anges en sont la figure la plus pure, mais ils n’apparaissent qu’à quelques élus, purs d’esprits et de corps. Les Saints relaient les anges sur terre et leur exemple doit être vénéré. Les images saintes elles-mêmes peuvent soutenir prières et recueillement, à condition de ne pas tomber en quelque culte idolâtre ou par trop personnel car le diable est toujours prêt à s’emparer de ceux qui s’écartent du droit chemin. Ce sujet brûlant n’est approché qu’après bien des tours et des détours dans le labyrinthe des songes et les impasses des présages. Les multiples noms qui le désignent semblent être impuissants à décrire toute l’abjection du personnage et toute l’horreur qu’il suscite. D’une dénomination à l’autre, diable, démon, esprit malfé, adversaire, ennemi, desvé, se tracent autour de lui des cercles concentriques réservés et prudents.

11Euphémismes, précautions oratoires attisent l’angoisse et de cette litanie l’interprète use comme d’une incantation. Il fait appel à la figure démoniaque pour sceller quelque pacte secret, assurer la jeunesse éternelle à ses vérités et ses valeurs. Sait-il cependant que lui-même participe de cette damnation d’être desvoier, déchu de ses droits et de sa parole ? De la saveur à nulle autre pareille du désir, il ne reste plus que le goût des cendres.

12Toute action contraire aux critères édictés est déclarée mauvaise et tout effort qui ne contribue pas à l’édifice commun est égarement diabolique. Interpeller l’enseignement prodigué c’est faire preuve du même orgueil que Lucifer et improviser en solo c’est être possédé du diable. Ces mises en garde contre la possession diabolique viendront peser sur tous les autres chapitres de la clef des songes.

13Bien que la faute essentielle du diable soit décrite dans les Evangiles comme le fait d’entraîner l’homme à oublier qu’il se nourrit avant tout de parole, l’interprète s’obstine à le tenter par des promesses mirifiques destinées à le faire adhérer à sa doctrine. Sous couleur de transmission authentique, enjeux de pouvoir et de richesses parasitent ce qui se proclame parole originelle. Qu’étroitesse d’esprit, intolérance et sectarisme soient sécrétés de la sorte n’est pas pour déplaire au laboureur des âmes. Il apprécie fort que ses auditeurs soient submergés d’émotions complexes, exaltés et frappés de terreur. C’est alors qu’il peut utiliser à point nommé les porte-parole de l’Église pour rappeler le caractère sacré de cet enseignement religieux dont il entend faire profiter le sien.

14Pour le commun des mortels, Dieu a demandé à d’autres hommes de transmettre sa parole et de veiller à ce qu’elle soit respectée. Les clercs sont désignés pour comprendre, commenter et enseigner la volonté divine, les laïcs sont là pour écouter et obéir. Il est des docteurs qui seuls possèdent la science de la Parole et leurs discours sont à considérer comme vérités dernières. Leur enseignement prend la relève de la parole inspirée des prophètes, comme du témoignage vibrant des apôtres. Le savoir codifié ainsi transmis ne peut être remis en question sous peine d’hérésie. Une confiance absolue doit être faite aux prédicateurs reconnus qui savent préparer leurs sermons et les utiliser selon la même stratégie que le roi préparant ses offensives guerrières. Prédicateurs et roi seuls sont capables d’utiliser la parole de manière pondérée, solennelle tandis que le peuple ne sait que se livrer à des vociférations, semeuses de désordres.

15Pour accentuer le prestige des discours révélateurs d’une Vérité qui sans eux resterait cachée au plus grand nombre, ils sont introduits au son des cloches, inscrits dans une messe qui les sacralise. La fumée et le parfum de l’encens traversent les sermons et les élèvent vers le ciel avec les âmes des fidèles subjugués. La portée de l’homélie prédicative est enfin intensifiée par les habits sacerdotaux magnifiant le prêtre, marquant aux yeux de toute sa dignité.

16Il existe néanmoins une hiérarchie parmi les représentants de Dieu, les successeurs du Christ et des Apôtres. S’ils méritent tous respect et considération, les pouvoirs et les privilèges diffèrent selon le grade accordé. Un fossé existe entre le digne ecclésiastique de haut rang, de noble naissance et l’humble prêtre à la foi vacillante toujours susceptible de s’égarer. Quoiqu’il en soit, à celui-là même, le peuple ne doit pas toucher ni tenir rigueur tant sa fonction est sacrée.

17D’ailleurs, le peuple lui-même ne désire-t-il pas l’autorité de l’Église ? Le troupeau n’appelle-t-il pas de tous ses vœux les maîtres capables de le guider et de le protéger ? Les contraintes imposées et les privilèges usurpés paraissent de la sorte indispensable au salut de tous. Au regard de ces faits, chacun est invité à renoncer à tout esprit de critique et à se répandre en louanges. De plus, celui qui bénéficie de ces distinctions n’a lui-même guère le choix, s’il se refuse à tenir la place qui lui est impartie, il le fera pour le plus grand dommage de ceux qu’il abandonne ainsi. Siéger aux plus hautes places c’est soutenir la gloire de Dieu auprès des hommes et lui transmettre ses dons. La hiérarchie est voulue par Dieu, y déroger c’est enfreindre sa loi et trahir sa foi.

18Pour stimuler le zèle de ses sujets et balayer tous leurs doutes, la figure du roi est utilisée avec un art incomparable. Sur l’échiquier idéologique, le pion royal a droit à un traitement spécial. L’interprète rappelle avec insistance que Dieu seul peut conférer la couronne et avec elle prestige et pouvoir. Un pacte a été signé, depuis l’aube des temps entre le Seigneur et la lignée royale distinguée pour accomplir sur terre une fonction sacrée, protéger la Sainte Église et la Vraie Foi. Seule l’appartenance à cette lignée et l’adhésion au plan divin autorisent l’accession au trône. Le roi y règne alors comme un soleil irradiant de sa chaleur et de sa lumière la terre entière. Cependant élitisme et exclusion allant de pair, une lutte acharnée est menée au nom du pouvoir. Pour réunir les sujets sous la seule bannière autorisée, pour écarter tout prétendant jugé illicite, l’interprète justifie la position unique de l’Élu de Dieu. À l’héritier légitimé par l’Église, celle-ci accorde tout son soutien tant qu’il demeure dans le droit chemin. Toute contestation devient profanation car le sang royal est apparenté à celui du Christ-Roi. Triomphe de la foi, éclat de la royauté sont soigneusement liés et de la force de l’une dépend celle de l’autre.

  • 2 Ms A, De coronne, de marguerites et pierres précieuses, 11.

19Les insignes de la royauté sont utilisés pour leur force évocatrice. La couronne est auréole, cercle sacré, symbole de perfection. Des joyaux l’ornent non pas en vaine gloire mais comme reflets et vecteurs de la puissance divine. Porter une main avide sur cette couronne c’est commettre un sacrilège entraînant pour tous un temps dur et contraire2, évocateur d’Apocalypse.

  • 3 Ms B, Du roy et de la croix, 11.
  • 4 Ms P, Du roy et de la croix, 11.

20Au pouvoir de la couronne est associé celui de la Sainte Croix. Un lien profond et mystique est tissé entre cette dernière et le roi chargé de la porter très haut et de la planter en tous lieux. Les ambitions de pouvoir et de conquête sont ainsi sanctifiées et les discours guerriers deviennent paroles de justice et de vérité. Contester le roi, c’est contester Dieu car il est en lieu de Crist3, en lieu de Dieu4. La formule est nette et catégorique. De la sorte croyants fidèles et loyaux sujets du roi sont confondus en une même espèce, de même que sont associées faveurs divines et royales.

  • 5 « Il ne s’agit cependant pas que d’idéologie. [...] métaphores et catégories, influent aussi sur la (...)

21Parce que le discoureur n’est jamais au bout de ses peines, que la parole véhicule des sens qui échappent à celui-là même qui l’énonce, l’interprète bâtit avec acharnement tout un réseau de systèmes dont il consolide chaque élément5. Contre les prophètes inspirés et les illuminés venus remuer les foules, il construit sa toile. Aux codifications de l’Au-delà, il se hâte de faire correspondre celles de l’Ici-bas, afin que sa démonstration paraisse irréfutable.

Notes

1 Ms A, De paradis, 2.

2 Ms A, De coronne, de marguerites et pierres précieuses, 11.

3 Ms B, Du roy et de la croix, 11.

4 Ms P, Du roy et de la croix, 11.

5 « Il ne s’agit cependant pas que d’idéologie. [...] métaphores et catégories, influent aussi sur la pratique et son intelligibilité. Un acteur politique coule son comportement dans telle ou telle catégorie, l’exprime par telle ou telle métaphore, transmettant ainsi un message à ses vis-à-vis et appelant de leur part une réaction donnée. [...] Tout n’est pas que communication dans la clarté : l’ambiguïté joue un rôle [...] la polysémie peut huiler les rapports de pouvoir ». P. Buc, L’ambiguïté du livre..., p. 26.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search