Version classiqueVersion mobile

Les clefs des songes médiévales

 | 
Valérie Bach

Première partie. Le monde de l'au-delà

Chapitre 3. L’église et la royauté

Texte intégral

I. Porte-parole de dieu

1Afin que leur enseignement ne soit pas abandonné à des improvisations hasardeuses, les livres sont là pour que perdure l’autorité des apostres, des prophettes, des docteurs.

  • 1 Ms A, De lire en livre, 1.

2Le livre des ewangiles1, celui qui renferme d’après son étymologie grecque la bonne nouvelle, ainsi que celui où les prophètes inspirés ont parlé au nom de Dieu, confèrent leur prestige à tout écrit religieux. Dans les représentations médiévales, les quatre évangélistes, les saints fondateurs d’ordres monastiques tels Bernard de Clairvaux, Antoine de Padoue sont souvent figurés avec des livres.

  • 2 Ibid., 1.

3À ces livres sacrés sont adjoints ceux des docteurs de l’Église déclarés savants en matière de foi2. Interprétant en spécialistes officiels les paroles divines, ils les transforment en dogmes. Enclose en livres, la doctrine religieuse n’est pas accessible à n’importe qui. Ceux qui savent lire et commenter les textes acquièrent un statut et un pouvoir indéniables.

  • 3 Ms B, De lire en livre, 1.
  • 4 Ms A et B, De lire en livre, 1.
  • 5 Ms B, De lire en livre, 1.
  • 6 Ms A, B et P, De lire en livre, 2.
  • 7 H. Martin, Le métier de prédicateur à la fin du Moyen Âge, 1350-1520, Paris, 1988, p. 129.

4Lire en songe un livre des apostres ou des prophettes ou des docteurs n’est pas une lecture solitaire prêtant lieu à une méditation personnelle. Le lecteur est placé en haut3 [...] oyaunt le peuple4. Lire un livre saint permet d’occuper une position élevée, de se montrer aux yeux de tous et d’affirmer sa supériorité. Celui qui lit est aussi celui qui a la parole tandis que les autres sont mis en situation d’auditeurs attentifs, rassemblés en bas sous le lecteur. Celui-ci possède la vraie connaissance qu’il est seul apte à enseigner à ceux dont le rôle est d’écouter, de se conformer. Naturellement, ce lecteur prestigieux doit être clerk5. Il ne saurait en être autrement car, dit l’interprète, il n’appartient point a lais faire ne avenir ce qu'ils voient en songe, cette vision ne signifie mie au lai tel chose6. L’interdiction est formelle et la particule négative mie vient renforcer la sentence. Parmi ces laïcs tenus à l’écart, le peuple occupe une place de choix. Il est cité trois fois dans le premier paragraphe afin qu’il n’y ait pas de confusion possible. Hervé Martin met en évidence le primat accordé au Moyen Âge à des locuteurs agréés par les facultés de théologie7.

  • 8 Ms A, De lire en livre, 1.

5À cette fonction de prédicateur, à ce pouvoir de dispenser la parole divine et de sermonner les foules, sont attachés bien des privilèges. Le clerc sera constitué ministre de haultes personnes et honnoré et désiré du peuple, il fera bonne operacion et trouvera loange [...] ara haulte dignité8.

  • 9 A.J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. haut.
  • 10 J. Huizinga, L’automne du Moyen Âge, Paris, 1989, p. 30.

6La répétition de l’adjectif haut révèle la puissance de l’aspiration à occuper cette situation élevée et à jouir de la supériorité ainsi conférée. Administrer la parole de Dieu devient prérogative recherchée par amour de la considération et de distinctions diverses. De haut à haussage il n’y a pas loin et le service de Dieu est alors convoité pour satisfaire arrogance et orgueil démesuré9. Johan Huizinga rappelle combien après le Moyen Âge, les péchés d’orgueil, de colère et d’avarice n’ont plus retrouvé l’insolence éhontée avec laquelle ils s’étalaient dans la vie des siècles antérieurs10.

  • 11 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. operation.
  • 12 Ms A, De lire en livre, 1.

7Cependant l’interprète de la clef des songes masque ses motivations pressantes par un de ces tours de passe-passe auxquels il s’est maintes fois livré. Si la propagation de la parole divine, le statut honorifique et les avantages qui en découlent sont réservés à l’Église et au roi, ce monopole n’est pas une usurpation. En effet, est-il déclaré, cette situation est desiré du peuple. L’affirmation est répétée deux fois afin de bien persuader que la distribution des rôles correspond à une demande insistante de la part même de ceux qu'elle dessert. Masquer ainsi la contrainte imposée permet de faire croire aux autres et de se convaincre à moitié soi-même que les hautes fonctions satisfont généreusement ceux qui sont dominés. Régner sur ceux qui supplient avec insistance pour qu’il en soit ainsi ne saurait être que bonne operacion, bonnes œuvres11 dignes de loange. Les bénéficiaires de l’opération en question se sont transformés en bienfaiteurs dignes d’éloge. Les louanges exaltantes que chacun est invité à leur adresser sont présentées comme pure justice12. Il serait donc mal venu d’élever quelques critiques contre un système basé sur l’équité la plus évidente.

  • 13 Ibid., 3.
  • 14 Dans un exemplum, les moines traitent avec mépris Abélard vêtu comme un pauvre alors qu’ils le comb (...)
  • 15 Voir J. L. Goglin, Les misérables dans l’Occident médiéval, Paris, 1976, p. 105-107 ; J. Misraki, « (...)
  • 16 Voir le chapitre sur l’ennemi.

8De toute manière, ceux mis en ces hauteurs voulues par Dieu et les hommes, ne sont pas libres de les refuser. Ce serait déchoir et menacer le bel équilibre réalisé avec tant de virtuosité. Le roi ne saurait se voir en songe tondre et vestir en habit de moine ni devenir un des variez sous peine de perdre son gouvernement et de mourir en grant amertume, povreté et tristece13. Renoncer à parader dans le siècle et d’y jouer son rôle glorieux équivaut à disparaître tant l’opulence frappe les esprits14. Les privilèges sont présentés comme faisant totalement corps avec celui qui en est le détenteur. Ce n’est pas qu’il s’approprie quoi que ce soit, il doit se résigner à accomplir le devoir qui lui incombe. La vie du moine et son cortège de renoncements, assimilés à l’existence du valet, ne sauraient convenir à tous les serviteurs de Dieu. L’éclat et la gloire de certains doivent être préservés car ils sont l’expression imparfaite, donc toujours à perfectionner, de la gloire divine. Il convient de laisser le vœu de pauvreté à ceux qui peuvent se retirer du monde. L’ascèse de leur vie ne semble pas, dans ces passages de la clef des songes, avoir bonne presse. Il se peut que la suspicion et le rejet suscités par les pauvres15 aient quelque chose à voir avec cette position16. Mais sans doute avoir le choix de devenir pauvre lorsqu’on est riche et puissant est-il aussi interprété comme une remise en cause dangereuse de la distribution des rôles et des bénéfices.

  • 17 Ms A, Des prestres, 1.

9Lorsqu’il n’est plus question d’ecclésiastiques hauts placés mais d’humbles représentants de Dieu, le ton devient plus ambigu : Cil qui songe voit un prestre vestu des sacrez vestemens, en lieu entrer ou il n’est acoustumé de entrer est interprété comme tribulacion et paour, par la seigneurie, es subgiez d’icelui lieu17.

  • 18 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. seignorie.

10Les habits sacerdotaux du prêtre marquent sa dignité, sa fonction et incitent chacun à reconnaître ces faits. Cependant le voir pénétrer dans un lieu inhabituel introduit une rupture dans ce contexte rassurant. En effet, tout ce qui est marqué par le non accoutumé est en général connoté négativement dans la clef des songes. Où va le prêtre ? Se rend-il au chevet d’un malade ou d’un mourant ? Cette hypothèse pourrait expliquer les malheurs et tourments annoncés aux habitants du lieu. Cependant les ennuis prédits sont le fait de la seigneurie. La seignorie, c’est la noblesse, l’autorité du seigneur mais aussi la dignité ecclésiastique18. Quel pouvoir exerce sa puissance coercitive et pour quelle faute ? La coutume est l’usage, la tradition. Le prêtre enfreint-il quelque loi coutumière en se rendant dans ce lieu ? Est-ce cette transgression qui provoque les malheurs subis par ceux qui l’ont reçu ?

  • 19 Ms A, Des prestres, 2.
  • 20 Ibid., s.v. amer.

11Le rêve suivant semble apporter quelque élément de réponse. Le prêtre est vu à nouveau entrer dans un lieu mais celui-ci est, cette fois, clairement défini : Cil qui songe que prestre soit entré en son hostel et dormi en son lit, signifie qu’il ara aliance avec ce prestre et celui prestre amera sa femme19. Le mot prestre est répété trois fois en deux lignes metant l’accent sur le caractère religieux du personnage, tout comme les habits sacrés du songe précédent. Dès lors, comment faut-il entendre le présage selon lequel ce prêtre aimera la femme du rêveur ? Amer, c’est aimer, éprouver un sentiment passionné, l'ameor est l’amant, celui qui aime d’amour20. Que symbolise ce lit dans lequel le prêtre vient dormir ? Est-il partagé en tout bien tout honneur avec l’hôte de passage ou bien s’y passe-t-il quelque relation charnelle ?

  • 21 Fabliaux et contes du Moyen Âge, Paris, 1995, p. 7.
  • 22 Ibid., p. 29.
  • 23 Ms A, Des prestres, 3.

12Devant cette interrogation, comment ne pas laisser venir à l’esprit l’image de ce prêtre « cupide, gourmand et paillard »21 décrite avec insistance dans les fabliaux22. Quoiqu’il en soit, le mari cité dans la clef d’Achmet ne semble guère craindre la situation puisqu’il contracte avec le prêtre une aliance. En dépit de celle-ci, le rêveur se laisse aller à voir mort le prestre president en aucun lieu. Il lui est prédit en retour perte de foi23 · Il ne convient pas de formuler des souhaits de mort à l’encontre d’un prêtre. Son personnage, sa fonction et son statut doivent être considérés comme sacrés. Celui qui y porte atteinte, se fait tort à lui-même.

  • 24 Ibid., 5.

13Après ces pensées condamnables, le rêveur disparaît de la scène onirique et le prêtre lui-même voit sa teste [...] plus graunt faite qu’elle n’estoit signe que sa puissance croistra sus les habitanz du lieu, et se sa face soit faite plus grande signifie que ses raisons seront puissans et redoubtees24. La formule les habitans du lieu, rappelle et répète celle du premier songe : les subgez d’icelui lieu. Ce lieu était lui-même repris dans les deuxième et troisième songes.

  • 25 A.J. Greimas., Dictionnaire..., s.v. lieu.

14Au fil du discours de l’interprète revient avec insistance un lieu, autour duquel tout semble tourner. Le lieu peut être considéré comme un endroit, mais c’est également une place, un rang25. Est-ce de cela qu’il est question ? Le prêtre, d’un songe à l’autre, va dans un lieu inhabituel, dort dans le lit de son hôte et aime sa femme, éveille des souhaits de mort, voit autrui perdre sa foi. Sa tête et sa face deviennent plus imposantes et cette apparence inusitée fait écho au lieu inhabituel du premier songe, cause de malheur et de peur pour celui qui y habitait. La grandeur redoublée et la puissance prédite deux fois au prêtre, rendent évidents aux habitants du lieu, le pouvoir qu’il détient et l’autorité dont il jouit.

  • 26 Ms A, Des prestres, 6.
  • 27 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. meschever.

15En dépit de ces mesures, dans le dernier songe, le prêtre a perdu aucune chose comme son estolle appartenant à prestrise et à cause de cela saprestrise soufrera meschief soubz la fraude d’autrui, et sera bay26. Cette aucune chose perdue par le prêtre n’est d’abord pas définie clairement. L’étole, bande d’étoffe portée en officiant, est évoquée à titre d’exemple pour illustrer une perte affectant quelque chose appartenant à prestrise, à la fonction du prêtre, son statut, sa dignité. C’est elle, finit par dire l’interprète, qui souffrera meschief, à quoi il arrivera dommage, calamité27.

  • 28 Ms A, Des prestres, 6.

16Cependant, il est spécifié que de cette atteinte à la prêtrise, le prêtre n’est pas responsable. La faute est imputable à cet autrui toujours dévoré par la haine. Loin d’être en position de coupable, le prêtre est une victime. Néanmoins, s’il retrouve ce qu’il a perdu il sera amendé par violence et par tourment28. Celui qui a besoin d’être amendé, rendu meilleur, corrigé, ne saurait être considéré comme innocent.

  • 29 Ce sont li songes, 15.
  • 30 Prier pour les morts est une pratique développée du xie au xiiie siècle et qui atteindra des propor (...)
  • 31 Ce sont li songes, 16.
  • 32 Des somges, 1.

17Dans les songes Daniel et plus précisément dans le manuscrit Ce sont li songes, le prêtre est évoqué trois fois. Il se voit messe chanter, ou l’écoute et par là joie li vient29. Par contre, celui qui se mêle de messe de mort chanter30 et n’est prestres sera puni de cette usurpation et sera frappé de douleur31. Cette menace est répétée dans la première interprétation du manuscrit Des somges32.

  • 33 Ce sont li songes, 17.
  • 34 M. Pastoureau, « Les couleurs de la mort », dans À réveiller..., p. 98-99.

18Pour accéder aux prérogatives du sacerdoce, il faut devenir prêtre soi-même comme le suggère Ce sont li songes en faisant suivre la menace de cette promesse : qui songe aube vestir[...] ou blanche vesture, joie li croist33. La couleur blanche de l'aube, du latin albus, blanc, ou de tout autre vêtement, proclame la pureté absolue34 des prêtres. C’est elle qui leur permet de célébrer la messe, de consacrer l’eucharistie. La messe chantée marque la solennité de la prêtrise.

  • 35 D’autant plus que les cures peuvent leur paraître attrayantes en fonction des bénéfices escomptés. (...)
  • 36 Ce sont li songes, 115.

19L’église et spécialement l’autel sont présentés comme des lieux saints où seul le prêtre est habilité à régner. Avoir le privilège de s’y tenir doit être considéré comme un honneur à préserver jalousement. Néanmoins le prêtre est loin d’être à l’abri des dangers et des tentations35. Les chutes qu’il risque de faire entraînant l’Église avec lui, sont symbolisées par celles du clocher, du monastère ou du crucifix lui annonçant obligatoirement la mort36. Il est salutaire dans un tel contexte d’utiliser des rituels conjuratoires tel celui qui fait recours à l’encens.

  • 37 Ms A, De l’encensier et fumigacions, 1 et 2.

20Tout comme sonner les cloches, le geste de balancer l’encensoir est bien vu. Le rêveur qui encense les autres d’un encensier [...] deparitra ses paroles aux autres splendentes et soueves, splendentes pour le feu, et soueves pour la bonne odeur, et ses secrez leur laissera a reveler. Dans le même ordre d’idées, mettre encenz en son temple prédit qu’il revelera le mistere de ses paroles aux presidens du temple et sera familiaire a Dieu37.

  • 38 Sur le feu comme symbole sacré voir G. Van der Leeuw, La Religion dans son essence et ses manifesta (...)

21L’usage de l’encens dans les cérémonies religieuses et les lieux saints fait appel au symbolisme du feu38 et de la bonne odeur dégagée par la combustion. Encenser autrui ou un lieu, c’est le purifier pour le faire accéder en quelque sorte à l’odeur de sainteté. La fumée de l’encens s’élevant vers le ciel représente aussi les prières montant du coeur des fidèles et l’élévation de leurs âmes. Les grands prêtres de l’Ancien Testament étaient représentés avec un encensoir et parmi leurs présents les trois Rois Mages ont offert à Jésus de l’encens d’Orient.

  • 39 Ms B, De l’encensier et fumigacions, 2.
  • 40 Ms A, De l’encensier et fumigacions, 2.

22La clef des songes compare la fumée odorante de l’encens aux paroles de l’officiant à l’assemblée. Ce sont des paroles splendentes et soueves, dispensant une lumière aussi éclatante que celle du feu, mais sans éblouir ni blesser, toute de douceur et d’enchantement. Par extrême faveur, le prédicateur dévoile à ses auditeurs les vérités que Dieu lui a inspirées. Il partage avec eux cette connaissance sacrée qui leur serait restée à tout jamais inaccessible. En récompense ce prédicateur qui a Dieu servira se retrouvera al plus haut de l’esglise39, au sommet de l’Église et sera familiaire a Dieu40, en union parfaite avec son Seigneur. Pour se rapprocher le plus possible de son Créateur, il faut auparavant se hisser au plus haut de la hiérarchie religieuse.

  • 41 Ibid., 3.

23Dans un second temps, la clef des songes évoque un usage plus profane de l’encens et de la parole. Le roi qui encense ceuls qu’il cognoist [...] empetrera a ses primates qu’ilz conviengnent a oïr ses secrez et fera preparacion en conseilz des batailles encontre ses ennemis. Ce n’est plus le prédicateur qui harangue les foules, mais le roi qui convie ses premiers conseillers à partager des secrez de stratégies guerrières. Cependant, par association avec les songes précédents, une relation peut être établie entre secrets divins et royaux, plan divin et projets guerriers. L’homme du peuple quant à lui esmovra contre ses ennemis contempcions, noises et batailles41.

24Une différence essentielle est établie dans l’usage de la parole par le roi et le peuple. Le premier l’utilise en ses conseils, pour préparer une offensive, de manière pondérée, tandis que le second excitant on ne sait trop qui, sans doute ses semblables, les incite à faire du tapage, à se battre sans réflexion ni organisation. L’ordre et la méthode sont privilèges royaux, le désordre et les impulsions incontrôlées la caractéristique du peuple. C’est pourquoi le roi doit avoir tout pouvoir sur ses sujets.

  • 42 Ibid., 4.

25L’effet conditionnant et asservissant de certains discours dispensés aux subalternes se révèle dans l’exhortation à savoir enseigner ses variez et chamberieres a son proffit42. Un bon maître doit savoir apprendre à ses serviteurs comment se comporter s’il veut en tirer le plus d’avantages possibles.

  • 43 Ibid., 5.
  • 44 Ms B, De l’encensier et fumigacions, 5.

26Lorsqu’il est question de rapports de maîtres et de serviteurs ou servantes, le couple mari et femme n’est jamais loin. L’homme qui encense la couverture de son chastel ou maison [...] fera benefices a ses femmes43. Si la femme apparaît dans ce songe comme celle qui couvre la demeure, protège ses habitants et son mari en premier lieu contre tout danger, celui-ci tire cependant sans vergogne la couverture à lui. Par ses belles paroles, il fera benefices a ses femmes et s’il encence les draps de son lit [...] a sa femme fera graunt bien44. Il est ce bienfaiteur accordant ses faveurs à celle qui s’en montre digne, condescendant même à lui donner quelque plaisir en suprême récompense.

II. Le roi, la couronne et la croix

  • 45 F. O. Touati, Maladie et société au Moyen Âge. La lèpre, les lépreux et les léproseries, Paris, Bru (...)

27Le roi apparaît régulièrement dans ces chapitres à thématique religieuse et c’est pourquoi il est nécessaire de l’analyser en relation avec le discours qui y est tenu. L’Église et le trône sont présentés comme solidaires. La fonction royale est la « clé de voûte de l’édifice politique, social et religieux [...] la royauté sacrée revêt un charisme garant de la prospérité du peuple christianisé dont elle a la garde »45. Mais s’agit-il réellement de la prospérité du peuple et comment la relation entre le roi et l’Église est-elle présentée ?

  • 46 Les marguerites sont des perles, A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. margerie.
  • 47 Ms A, De coronne, de marguerites et pierres precieuses, 1.
  • 48 R. A. Jackson, « Le pouvoir monarchique dans la cérémonie... », p. 243.
  • 49 « Dans les temps anciens, écrit Balde, où l’empire romain était dans sa jeunesse, on avait coutume (...)
  • 50 R. A. Jackson, « le pouvoir monarchique dans la cérémonie... », p. 244. Le fait que le roi semble p (...)

28Au chapitre consacré à la coronne de Marguerites46 et Pierres precieuses, la couronne symbolise la personne du roy tandis que la marguerite et les pierres précieuses signifient les plus saintes paroles et de Dieu congnoissance47. La couronne de métal précieux portée par le roi proclame d’autant plus aux yeux de tous son autorité souveraine, sa puissance, que Dieu lui confère tout son éclat, tout son prestige. La couronne est « symbole de l’union du ciel et de la terre »48, emblème royal et divin à la fois, affirmation du pacte scellé entre le roi et Dieu49. Le règne se transcende en office sacré et le roi est tel un grand prêtre célébrant un culte50.

  • 51 Ms B, De coronne, de marguerites et pierres precieuses, 2.
  • 52 Le principe dynastique comme voie d’accession au trône est capital pour la monarchie française. Afi (...)

29Cette consécration est évidemment réservée à l’individu de lignage royal. Lui seul peut régner51. Dieu et l’Église ne délèguent pas arbitrairement le pouvoir et le gouvernement de l’État. Les mérites individuels ne peuvent être pris en considération qu’à condition d’être inscrits dans une continuité qui leur confère tout leur sens. Il ne saurait y avoir de rupture ni d’intrusion inopinée dans une transmission qui, de père en fils, doit perpétuer la gloire du mythique ancêtre commun52.

  • 53 Ibid., p. 165. L’auteur souligne que dans différents textes, la sainteté des rois relève de leur na (...)

30Affirmer que la lignée royale possède des caractéristiques spécifiques53 fait prévaloir des critères raciaux. Ainsi se justifient les privilèges et les hiérarchies défendus. Ainsi s’engendre également l’hostilité farouche envers tout individu suspect de vouloir porter atteinte à la race élue.

  • 54 Ms A, De coronne, de marguerites et de pierres précieuses, 2.

31La lignée royale elle-même n’est pas à l’abri de cette discrimination. Tout un chacun n’y est pas reconnu abile pour régner. L’interprète répète à trois reprises cette affirmation comme pour mieux décourager les prétentions illicites. Cette insistance révèle combien les indésirables sont redoutés. Pour en conjurer la menace, les promesses se multiplient de hautle honneur et familiarité du roy, d’être fait secont du Roy, essaucié du roy et bien sûr d’avoir un filz54. Ainsi sont calmées les convoitises inopportunes et préservé l’élu. Son titre de roi scandé trois fois en quatre lignes résonne comme une incantation rendant infranchissable le fossé entre lui et les autres.

  • 55 Se couronner soi-même n’est-ce pas affirmer de manière voilée que le pouvoir royal ne dépend pas de (...)

32Ce n’est qu’après ces précisions, ces mises en garde que peut survenir le troisième songe où le rêveur se couronne lui-même d’un cercle de marguerites et pierres précieuses55. Ce geste annonce comme il se doit richesces et gloire en haulte honneur. De la couronne est cette fois mise en avant la forme circulaire sans début ni fin, marquant aussi bien l’éternité que la perfection de la royauté.

  • 56 Ms A, De coronne, de marguerites et pierres precieuses, 3.
  • 57 L’image d’un « roi s’auto-sacrifiant » est une des images de la royauté sacrée dans diverses sociét (...)
  • 58 Ms A, De coronne, de marguerites et pierres precieuses, 4.
  • 59 Mc, 16, 9-20 : ils chassent les démons en mon nom, ils parleront de nouvelles langues.

33Avec le symbolisme du cercle la couronne se métamorphose en cette auréole qui révèle le crestien religieux capable de souffrir le martyre pour Jhesucrist et pour cela honoré d’un moult tres grant nom56. Accepter de mourir dans les pires tortures pour témoigner de sa foi est considéré comme une consécration suprême. Si la renommée royale semble éclipsée par celle du martyr, le glissement d’une couronne à l’autre, d’une interprétation à la suivante, met en fait le roi en position de martyr et de saint, consacrant sa vie à servir Dieu57 à travers le gouvernement de son royaume. Dans ce contexte, les perles et pierres précieuses de la couronne en viennent à signifier clere cognoissance de divers langages58, le roi est présenté comme un apôtre chargé de convertir toutes les nations59 et détenant pour cela pouvoir de la parole, connaissance suprême.

  • 60 Ms A, De coronne, de marguerites et pierres precieuses, 3.

34De ces glorifications, la femme demeure exclue. Lorsqu’elle s’avise de porter une couronne, c’est à son mari qu’est promis le règne. Elle a beau se couronner elle-même, nulle connaissance ou renommée ne lui sont prédites. Le présage favorable est automatiquement transféré à l’unique destinataire possible, le mari qui seul peut recevoir grant puissance, gloire et haulte honneur60. Ainsi pourvu, il ne pourra qu’affermir sa position de maître souverain à l’égard de son épouse. Quels que soient les mérites de cette dernière, ils ne sont là que pour contribuer à la considération et au prestige de l’époux.

35Après son envolée à propos d’un roi voué au service de Dieu, l’interprète revient au problème de la légitimité royale. Le va-et-vient entre ces deux thèmes fait penser que le roi est légitime parce que Dieu et l’Église l’ont reconnu pour tel, sacralisé.

  • 61 Ibid., 6.
  • 62 Louis, fils aîné de Saint Louis, exerce le pouvoir en l’absence de son père de 1252 à 1254. La cont (...)
  • 63 Louis IX confie, vers 1260 à l’atelier historiographique de Saint Denys, la tâche d’écrire l’histoi (...)
  • 64 Ms A, De coronne, de marguerites et pierres precieuses, 7.

36Dans les songes qui suivent, en un premier temps, le roi voit le premier apres lui prendre coronne nouvellement, lui assurant que son filz heritier regnera avec lui61. Selon cette interprétation, le règne et la couronne se transmettent et même mieux se partagent en toute équité62. Mais les choses sont loin d’être toujours aussi simples et la hantise qu’un estrange de son lignage s’avise de prétendre à la couronne revient perturber l’ordre affirmé63. Contre ce danger une seule parade, la mort : quiconques veult estre promeus ou avoir autrui regne pour y regner, ilz sont dignes de mort64.

  • 65 Ibid., 8.

37Pour celui qui convoite la couronne alors qu’il n’est pas du sang royal [...] la fin sera mauvaise. Mais s’il est de sang royal, il regnera65. Une distinction est à nouveau établie et le sang trace la ligne de partage entre légitimité et usurpation. Aux uns il appartient, de par la noblesse de leur sang, de régner glorieusement, (affirmation répétée deux fois), aux autres de se soumettre.

  • 66 J. P. Roux, Le Sang, Mythes, symboles et réalités, Paris, 1988, p. 327. L’auteur souligne que parto (...)
  • 67 J. Delumeau, « Introduction », dans Le Pressoir mystique..., p. 11-12.
  • 68 Guillaume de Nagis insiste sur l’excellence des rois de France et leur caractère sacré. Il relate q (...)

38Le neuvième songe proclame à nouveau le lien indissoluble entre sang royal, règne de la foi chrétienne et victoire de Dieu sur le Mal. Le sang royal66 finit ainsi par s’apparenter, dans l’imaginaire, à celui du Christ67, possédant les mêmes vertus rédemptrices. Ainsi se justifie la nécessité impérieuse de veiller à sa pureté68.

39L’interprète ne se lasse pas de psalmodier que l’éclat incontesté de la royauté rime avec le triomphe de la foi : le roi orné de pourpre royale multiplié de marguerites et pierres precieuses oultre ce qu’il n'a acoustumé, aura en son royaume, par clere et vraie foye, haulte honneur et magnificence ; et se le dit aournement ou vestemens est diminué de son bien et valeur, signifie que la foy et son royaume se apetissera et ara souffrir.

  • 69 Ms A, De coronne, de marguerites et pierres precieuses, 9.

40Le faste royal loin de n’être que vanité, volonté de paraître, s’avère une nécessité. La gloire royale, le bien du royaume, le triomphe de la foi chrétienne sont les manifestations multiples de la réalisation de la volonté divine. De ce fait, le pouvoir royal peut être multiplié. L’ambition conquérante s’autorise de l’hégémonie de cette clere et vraie foye69 susceptible de reléguer toutes les autres au rang de pratiques fausses, diaboliques.

41Gloire royale et triomphe de la foi étant liés, il n’appartient qu’au roi de décider du sort de la couronne. Dans le cas où il est jugé bon de donner sa couronne a autre ou a femme pour la porter, celui qui la prent regnera par le consentement du roy. La couronne ne peut être prise que des mains royales et non dérobée par force ou ruse. Le roi la transmet à celui qui a toute sa confiance et ce geste marque la continuité et la légitimité de la succession.

  • 70 Ibid, 10.

42Le roi peut aussi confier momentanément sa couronne tant seulement pour la garder, et cil qui la prent si ara la premiere familiarité du roy70. S’il est question de prendre la couronne, cette action est subordonnée à la volonté royale. Ces scénarios font barrage à d’autres sens du verbe prendre évoqués dans les songes où la couronne était dérobée et tombait dans des mains sacrilèges. L’usurpateur redouté est tenu à l’écart par le choix délibéré d’un homme de confiance, susceptible de porter la couronne ou seulement de la garder, de veiller sur elle et sur le roi. L’image du gardien vient battre en brèche celle du rival empli de convoitise et rassure sur la possibilité de menées souterraines.

  • 71 Ces interprétations négatives lorsque la couronne est entre les mains d’une femme, évoque la loi sa (...)
  • 72 Ms A, De coronne, de marguerites et pierres precieuses, 11.

43Cependant, en dépit de toutes ces précautions, surgit le thème de la perte de la couronne. La première responsabilité de cette infamie incombe à la femme, toute reine soit-elle. Lorsque celle-ci se mêle de donner la couronne71 cet acte peut certes prendre les allures rassurantes de la naissance d’un futur roi. Cependant il risque aussi d’advenir qu'elle en fasse don à un étranger dont la biauté l’a séduite. Commence alors, pour le malheureux roi, un temps [...] dur et contraire72.

  • 73 Ibid., 12 et 13.
  • 74 Ms A, De coronne, de marguerites et pierres precieuses, 12.
  • 75 Ibid., 13.
  • 76 J. Le Goff, Saint Louis..., p. 882.

44Le crime imputé à la Reine paraît ouvrir la porte à toutes les catastrophes. Le roi voit sa couronne rompue et dissiper le aournement avec les pierres precieuses et on luy oste sa coronne73. En brisant le serment de fidélité qui la liait au roi, la reine commet un acte aux répercussions infinies. La brisure de la couronne, l’éparpillement des pierres précieuses mettent en scène l’anéantissement de la perfection, de l’union avec Dieu garantes de l’ordre de l’Univers. Le roi est livré sans recours aux espies et difficultés, empeschement et tribulacion74. Il perdra son royaume et finalement mourra75. Les malheurs entraînés par l’acte criminel de la reine se multiplient inéluctablement. Entouré d’espions, (espies) qui le trahissent, le roi paraît souffrir la passion de la croix. Le grand modèle de saint Louis n’est-il pas « le Christ de la Croix »76 ?

  • 77 Ms A, Du mantel, aournement et pierres precieuses, 1.

45Après ces sombres perspectives, la réassurance reprend son office dans le chapitre suivant, intitulé du Mantel, aournement et pierres precieuses. La reine est invitée à se comporter tel le mantel royal qui protège et met en valeur celui qui le porte. Elle doit être pour le roi splendeur de marguerites et aournement de pierres precieuses, lui prodiguer cette joie qui la rend d’autant plus bele aux yeux de son époux. Orner la reine comme une châsse est sans doute un moyen pour éviter quelque trahison. Celle qui participe de la splendeur des symboles royaux ne peut s’égarer à les céder à un intrus. S’il devait d’aventure advenir que le atom ait diminucion, ce redondera a la royne77. Elle serait donc la première frappée si quelque atteinte était faite au prestige et au pouvoir royal.

46L’importance des ornements de prix, conçus comme signes de perfection et de gloire, est soulignée à maintes reprises. Il est question d'aournement ou atour dans le premier songe, deux fois dans le second et une fois dans le troisième. Mais aucune gloire n’est à l’abri de menaces et, comme cela est déjà apparu maintes fois, à tout effort d’exaltation répond l’angoisse d’un effondrement.

  • 78 Ibid, 1.
  • 79 Ibid., 2.
  • 80 Ibid., 5.
  • 81 Ibid., 2

47Au fil des songes, les joyaux sont tour à tour multipliés ou en diminucion78, moult large ou de pierres [...] obscures et diminuées79, trouvés par le roi, offerts à lui en multitude de dons80 ou au contraire dérobés. Aux avatars des ornements et joyaux, répondent ceux du royaume bien aorné et gracieus ou en tribulacion et diminucion81.

  • 82 Des soinges et des esperimens des soinges, 22.
  • 83 Ibid., 38.
  • 84 Sur ce symbolisme attaché à la couronne voir J. Danielou, Les symboles chrétiens primitifs, Paris, (...)
  • 85 Ce sont li songes, 33.

48Dans les songes Daniel et plus précisément dans le manuscrit Des soinges et des esperimens des songes, prendre une couronne82 ou la porter83 annonce honneur, victoire et joie84. Selon Ce sont li songes à celui qui reçoit une couronne grant joie li vient85. La couronne est toujours investie très positivement, sans distinction entre le fait de la prendre ou de la recevoir.

  • 86 J. M. Mehl, « Le roi de l’échiquier, approche du mythe royal à la fin du Moyen Âge », dans Revue d' (...)
  • 87 Ibid., p. 157.

49Jean-Michel Mehl analysant le mythe royal du xiiie au xve siècle montre combien les symboles royaux manifestent le pouvoir du roi, ses vertus, son aura de sainteté et invitent à l’obéissance, au respect. Convaincre les sujets de l’excellence et de la toute-puissance de la royauté c’est aussi les assurer que seront menées à bien les fonctions qui lui sont dévolues. Au-delà du roi, c’est la fonction royale qui est sanctifiée, chaque souverain est l’incarnation provisoire d’une souveraineté qui le dépasse. Des limites sont par là même soulignées. Jean-Michel Mehl cite à cet égard Jean de Salisbury estimant « que l’essence de la royauté consistait à respecter la loi, les droits justes et les libertés du peuple »86.Il rappelle que l’imperfection des mœurs ruinait le prestige d’un souverain, de même qu’une violence excessive et que sans ses sujets un roi ne peut rien : « la théorie descendante du pouvoir théocratique se combine donc à une théorie ascendante du pouvoir d’inspiration aristotélicienne »87. Le roi gouverne certes, mais avec l’aide de ses proches et des sages.

  • 88 J. Le Goff, Saint Louis..., p. 882.
  • 89 « Un des grands mérites politiques de l’idéologie des trois ordres est d’avoir maintenu le roi dans (...)

50Pour sanctifier l’image royale, rien ne vaut le symbolisme de la croix. « Le roi du xiiie siècle est le Christ crucifié portant la couronne. C’est la nouvelle image monarchique par excellence »88. Dans les interprétations des trois premiers songes relatifs à ce thème, le roi est présenté comme celui qui récompense le serviteur de la croix. Il lui est de ce fait étroitement associé89.

  • 90 Ms A, Du roy et de la croix, 1.
  • 91 Voir le chapitre sur l’ennemi.

51Si le rêveur se voit porter une croix dans un temple ou une maison, il ara du roy ou prince joie et sur ses ennemis victoire90. Se faire porteur de la croix, c’est être à la fois son fervent supporter et celui du roi. Mais de l’acte d’introduire la croix en quelque lieu pour y propager la foi, il n’est pas fait état en ce premier paragraphe. Les faveurs accordées par les Grands et le pouvoir d’exterminer ceux qui risquent de les faire perdre semblent bien plus importants. L’ennemi doit être impitoyablement détruit91, sinon le sujet venra a chetiveté et servitude, ploiera sous toutes les infortunes et esclavages.

  • 92 Ms A, Du roy et de la croix, 1.

52Le sort réservé à l’ennemi est d’autant plus juste qu’il est accusé d’avoir ostée la croix, d’avoir osé porter sur elle une main sacrilège. Il importe de sanctionner ce crime afin que la croix retourne a lui, revienne à son porteur légitime. Il semble que la croix retourne d’elle-même à celui qu'elle a choisi, lui faisant derechef perdre sa tristece92, et cautionnant ses actes aux yeux de tous. Un lien quasi magique, une relation mystique semble exister entre cette croix aux pouvoirs extraordinaires et celui qui la porte.

  • 93 Ibid, 2.
  • 94 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. loial.
  • 95 Ms A, Du roy et de la croix, 2.

53Au songe suivant, la croix est définie comme le honorable fust de la croix de Jhesucrist. Si quelqu’un la trove et en soit en possession, il peut être considéré comme très loial et si regnera93. Être loial, c’est être fidèle chrétien mais la loialté c’est aussi la légitimité94. Au noble supporter de la croix est promis le règne, sa légitimité étant cautionnée par sa fidélité à la foi. À celui qui l'aoure il est dispensé joie et richesses95. L’adorateur de la croix étant aussi nommé juste, les privilèges sont présentés comme la récompense de celui qui agit en respectant les règles de la morale et de la religion. Il n’y a donc pas lieu de les convoiter, de contester leur attribution.

  • 96 Ibid., 4.

54À partir du quatrième songe, le roi devient acteur privilégié de la scène onirique. Il est d’emblée présenté comme en possession de la croix venerable et nouvelle, si bien que la vénération due à cet objet sacré s’étend à sa personne. Possédant la croix, comme uni à elle, il est appelé à la défendre comme son bien le plus précieux. S’il accepte ce rôle, il peut être certain d’avoir un filz masle qui regnera apres lui en son regne96. Pour assurer la continuité d’une royauté s’attribuer le symbolisme de la croix est indispensable.

  • 97 Pour Guillaume le Breton Louis VIII n’était-il pas dans le sein de sa mère un sacrum pondus, un far (...)
  • 98 Ms A, Du roy et de la croix, 5.

55La procréation de ce futur roi est présentée comme un acte sacré97 : le roi donne la croix a femme, dira a y celle veritable parolle et de elle il ara lignee. Bien entendu, il ne convient point que ce soit raporté a femme que a la royne98. La reine n’est pas fécondée par un acte sexuel, la lignée royale est assurée par la transmission de la croix, de paroles de vérité et de justice. Cette parole veritable évoque les promesses faites par Dieu aux hommes et ce Verbe d’où procède toute création. Il s’agit en quelque sorte d’une naissance divine et la reine seule est le vase sacré dans lequel peut se réaliser la transmutation d’un roi en fils de Dieu. Issue du don de la croix et de paroles sacrées, la procréation du futur roi apparaît comme un sacrement sanctifiant aussi bien les deux officiants que le fruit de ce rite.

  • 99 Ibid., 6.

56Si la croix est symboliquement plantée au coeur d’une reine pour faire naître un futur roi, ceci n’est que préliminaires pour qu’enfin au sixième songe, la croix soit mise novellement en lieu ou elle n'estoit pas. Un nouveau prince alors venra en icelui lieu, ou quel lieu se les crestiens y viennent, crestien si en sera prince, et se ilz ne sont crestiens, un estrange si en sera seigneur99.

  • 100 Commentant le Songe du Vieil Pelerin, J. Krynen écrit « viendra alors une époque dorée où chacun ir (...)

57La reine est certes terre fertile, choisie entre toutes les femmes pour mettre au monde un roi divinisé, mais cet acte sacré ne saurait s’arrêter là. Il importe qu’il se répète et s’étende à d’autres terres et royaumes. Le monde tout entier doit être pris par la croix100. Le roi chrétien et ses sujets doivent assurer cette mission sous peine de voir s’étendre la domination de ceux qui ne sont crestiens, de l'estrange.

  • 101 Ms A, Du roy et de la croix, 8.

58Le terme lieu répété deux fois dans le troisième songe, l’est à nouveau trois fois au sixième songe et deux fois au huitième où le roi est vêtu d’une estole en lieu non acoustumé. Selon l’interprète, si le rêveur cognoist le roy, c’est ange de Dieu et tout le lieu sera converti en joie ; et s’il a a avoir bataille, il ara victoire101. Paré comme un prêtre d’un vêtement sacerdotal, le roi officie en un lieu nouvellement conquis, y installant sa foi et ses rites. Il est transformé en messager divin, propagateur des paroles et de la béatitude divine. Les conversions peuvent entraîner quelques affrontements, mais cette perspective ne doit pas empêcher de propager la foi de lieu en lieu. L’invocation réitérée de ce lieu, partie normalement circonscrite de l’espace, l’arrache en quelque sorte à la matière, le fait apparaître n’importe où, s’étendre à l’infini. Il peut alors devenir royaume aux limites sans cesse repoussées, à la fois terrestre et céleste.

  • 102 Au xiiie siècle on oppose le « naturel » (celui qui est né dans le royaume) à l’étranger (celui qui (...)

59Cette conquête est d’autant plus nécessaire qu’en ces lieux se livre la bataille de ce que l’on cognoist et du non accoustumé, de l'estrange. Ce qui est étranger n’appartient pas au même lieu, au même pays, aux mêmes groupes sociaux, familles. L’étranger102 ne peut être considéré comme ce « même », ce pareil à soi tellement réconfortant. Sa différence non acceptée devient anomalie, scandale. Venu d’ailleurs et autre, il semble menacer l’identité, remettre en question principes moraux, constructions psychologiques et sociales. Celui qui s’est acharné à justifier ses ambitions, à faire régner son ordre, à masquer sa détresse et son angoisse, ne saurait accepter qu’une différence affichée fasse vaciller son bel échafaudage. La structure sociale doit sembler la seule possible, le paraître et l’être doivent demeurer identiques et c’est pourquoi il parait vital de veiller à ce qu’aucune ressemblance fondamentale ne soit reconnue à cet étranger qui ne saurait être accepté comme un frère. Passer outre semble devoir induire le chaos au sein de l’individu comme de la société.

  • 103 Ms A, Du roy et de la croix, 9.

60Afin que ne s’écroulent pas les certitudes enseignées et que puissent toujours régner les maîtres-mots, l’individu est invité, à travers le neuvième songe, à s’entretenir avec roy qu’il cognoist et à se souvenir des paroles des roy. Cette figure prestigieuse et tutélaire vient s’opposer à toutes les dérives redoutées du fait de « l’étranger-étrange ». Il n’est pas fait état des paroles du rêveur. Seules les paroles du roi sont à prendre en considération, l’individu n’a qu’à leur obéir pour sa propre sauvegarde. Il doit les tenir pour vray sanz mutacion103. Leur vérité s’oppose à toute modification et contestation.

  • 104 R. A. Jackson note qu’après le sacre, le roi s’il n’était pas Dieu n’était pourtant plus à l’éviden (...)
  • 105 Ms A, Du roy et de la croix, 9.

61Le roi est chargé de livrer combat aux forces mauvaises symbolisées par l’étranger et l’étrange, tel Saint Michel terrassant le dragon et le Christ soumettant le démon. Cette identification du roi au Christ est clairement proclamée104 : le roy se raporte a la personne de Crist, lequel ne dit mensonge ne ne ment105. La parole royale ne saurait être remise en question parce qu'elle est expression de la parole et de la Vérité divine. À l’exemple du Christ, le roi a pour mission d’opposer cette vérité unique aux discours différents et de ce fait mensongers.

  • 106 Ms B, Du roy et de la croix, 11.
  • 107 Ms A, Du roy et de la croix, 10.
  • 108 Ibid, 11.

62Ce roi de qui il peut être déclaré : en lieu de Crist est roi106, peut être perçu comme ce Sauveur venu planter la croix de lieu en lieu afin de transformer la vallée de souffrances en terre bénie. Sa fonction parait être de métamorphoser la terre maudite de l’exil en Eden restauré. L’arbre de la croix redevient ainsi arbre de vie et les dons du roy en sont sublimés. L’interprète n’en mêle pas moins richesses et salut de l’ame107, tant ses visées sont loin de n’être que spirituelles. Pour apporter l’ultime touche à son argumentation, il invite le roi à invoquer la figure d’un roy plus ancien que luy et de faire en sorte que tout ce qu’il oit de luy (il) le croie et pour certain ait, car de lui sont bons les dons et nul mal n’est de Crist108.

  • 109 R. A. Jackson, « Le pouvoir monarchique dans la cérémonie... », p. 246.

63Le discours d’un roi peut être tenu pour vérité dernière s’il est rattaché au discours de ses prédécesseurs. L’ancienneté et la persistance de ces discours fondent leur Vérité et leur valent une confiance d’autant plus absolue que le Christ est à l’origine de la lignée royale109 et s’incarne en chacun de ses représentants.

  • 110 Ms A, Du roy et de la croix, 5.

64Toute l’exaltation du personnage royal est subordonnée à la proclamation de son ancrage fidèle dans le sein de l’Église. Par ce biais, sa parole est consacrée veritable parolle110 et chacun sera invité à s’y conformer. Sans cette précaution, le roi risquerait d’être lui-même en posture d’étranger à pourchasser et détruire.

Notes

1 Ms A, De lire en livre, 1.

2 Ibid., 1.

3 Ms B, De lire en livre, 1.

4 Ms A et B, De lire en livre, 1.

5 Ms B, De lire en livre, 1.

6 Ms A, B et P, De lire en livre, 2.

7 H. Martin, Le métier de prédicateur à la fin du Moyen Âge, 1350-1520, Paris, 1988, p. 129.

8 Ms A, De lire en livre, 1.

9 A.J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. haut.

10 J. Huizinga, L’automne du Moyen Âge, Paris, 1989, p. 30.

11 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. operation.

12 Ms A, De lire en livre, 1.

13 Ibid., 3.

14 Dans un exemplum, les moines traitent avec mépris Abélard vêtu comme un pauvre alors qu’ils le comblent d’honneur lorsqu’il revient « en grand équipage », A. Lecoy de la Marche, Le rire..., p. 45.

15 Voir J. L. Goglin, Les misérables dans l’Occident médiéval, Paris, 1976, p. 105-107 ; J. Misraki, « Criminalité et pauvreté en France à l’époque de la guerre de cent ans », dans Études sur l’histoire de la pauvreté, Paris, 1974.

16 Voir le chapitre sur l’ennemi.

17 Ms A, Des prestres, 1.

18 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. seignorie.

19 Ms A, Des prestres, 2.

20 Ibid., s.v. amer.

21 Fabliaux et contes du Moyen Âge, Paris, 1995, p. 7.

22 Ibid., p. 29.

23 Ms A, Des prestres, 3.

24 Ibid., 5.

25 A.J. Greimas., Dictionnaire..., s.v. lieu.

26 Ms A, Des prestres, 6.

27 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. meschever.

28 Ms A, Des prestres, 6.

29 Ce sont li songes, 15.

30 Prier pour les morts est une pratique développée du xie au xiiie siècle et qui atteindra des proportions considérables à partir du XIVe-XVe siècle. La relation avec les morts était ainsi définie par l’Église : J. Avril, « La paroisse médiévale et la prière pour les morts », dans L’Église et la mémoire des morts dans la France Médiévale, éd. J. Lemaître, Paris, 1986, p. 54. Voir aussi J. Chiffoleau, « Sur l’usage obsessionnel de la messe pour les morts à la fin du Moyen Âge », dans Faire croire..., p. 235-255. L’auteur qualifie d’« extravagant » l’augmentation du nombre de messes demandées à travers les testaments. Sur le passage de la pratique païenne de prier les morts à la pratique chrétienne, voir S. Reinach, « De l’origine des prières pour les morts », dans Revue des Études juives, 41, 1900, p. 164 sqq.

31 Ce sont li songes, 16.

32 Des somges, 1.

33 Ce sont li songes, 17.

34 M. Pastoureau, « Les couleurs de la mort », dans À réveiller..., p. 98-99.

35 D’autant plus que les cures peuvent leur paraître attrayantes en fonction des bénéfices escomptés. Dans un exemplum, un clerc se hâte de réclamer avant tous les autres la cure de Péronne vacante avec son revenu de cinq-cent livres, A. Lecoy de la Marche, Le rire..., p. 51.

36 Ce sont li songes, 115.

37 Ms A, De l’encensier et fumigacions, 1 et 2.

38 Sur le feu comme symbole sacré voir G. Van der Leeuw, La Religion dans son essence et ses manifestations, Paris, 1955, p. 53 ; voir aussi C.-M. Edsmann, Ignis Divinus. Le feu comme moyen de rajeunissement et d’immortalité : contes, légendes, mythes et rites, Lund, 1949.

39 Ms B, De l’encensier et fumigacions, 2.

40 Ms A, De l’encensier et fumigacions, 2.

41 Ibid., 3.

42 Ibid., 4.

43 Ibid., 5.

44 Ms B, De l’encensier et fumigacions, 5.

45 F. O. Touati, Maladie et société au Moyen Âge. La lèpre, les lépreux et les léproseries, Paris, Bruxelles, 1998, p. 215.

46 Les marguerites sont des perles, A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. margerie.

47 Ms A, De coronne, de marguerites et pierres precieuses, 1.

48 R. A. Jackson, « Le pouvoir monarchique dans la cérémonie... », p. 243.

49 « Dans les temps anciens, écrit Balde, où l’empire romain était dans sa jeunesse, on avait coutume de dire que l’empereur, dont la couronne « matérielle et visible » consistait en un diadème, avait une couronne invisible posée par Dieu », Baldus de Ubaldls, Consilia, III, 59, n.2, P45 v°, Venise, 1575. Référence empruntée à E. Kantorowicz, Les deux corps du roi, essai sur la théologie politique au Moyen Âge, Paris, 1989, (éd. orig. 1973), p. 243.

50 R. A. Jackson, « le pouvoir monarchique dans la cérémonie... », p. 244. Le fait que le roi semble partager certaines obligations du sacerdoce est encore plus marqué lors des couronnements de Charles V, Charles VI et Charles VII, par la nouvelle formule accompagnant la remise de la couronne. De plus, le roi-prêtre, même si c’est un roi « impossible en Chrétienté » (J. Le Goff, « Roi », dans Dictionnaire raisonné..., p. 1001), est très présent dans les mentalités occidentales comme en témoigne, à partir du xiie, le succès de la figure imaginaire du Prêtre Jean : L. N. Gumilev, Searches for an Imaginary Kingdom. The Legend of the Kingdom of Prester John, Cambridge, 1987.

51 Ms B, De coronne, de marguerites et pierres precieuses, 2.

52 Le principe dynastique comme voie d’accession au trône est capital pour la monarchie française. Afin d’asseoir leur légitimité, les Capétiens se firent reconnaître comme descendants biologiques des Carolingiens, A. W. LEWIS, Le Sang royal. La famille capétienne et l’Etat. France, xe-xive siècle, Paris, 1986, (éd. orig. 1981), p. 143-164.

53 Ibid., p. 165. L’auteur souligne que dans différents textes, la sainteté des rois relève de leur naissance, qu'elle leur est transmise comme une « sorte de droit héréditaire ».

54 Ms A, De coronne, de marguerites et de pierres précieuses, 2.

55 Se couronner soi-même n’est-ce pas affirmer de manière voilée que le pouvoir royal ne dépend pas de l’Église ? Un exemplum prend position sur cette question : un prêtre vient demander que justice lui soit rendue sous peine d’en référer au roi du ciel qui est plus grand et le roi reconnaît qu’il a raison, A. Lecoy de la Marche, Le rire..., p. 50.

56 Ms A, De coronne, de marguerites et pierres precieuses, 3.

57 L’image d’un « roi s’auto-sacrifiant » est une des images de la royauté sacrée dans diverses sociétés, J. Le Goff, Saint Louis..., p. 886. Voir aussi L. De Heusch, « The Sacrificial Body of the King », dans Fragments for a History ofthe Human Body, éd. M. Feher, t. III, New York, 1989, p. 387-394.

58 Ms A, De coronne, de marguerites et pierres precieuses, 4.

59 Mc, 16, 9-20 : ils chassent les démons en mon nom, ils parleront de nouvelles langues.

60 Ms A, De coronne, de marguerites et pierres precieuses, 3.

61 Ibid., 6.

62 Louis, fils aîné de Saint Louis, exerce le pouvoir en l’absence de son père de 1252 à 1254. La continuité de la couronne est un thème essentiel de la propagande royale. Comme la couronne ronde ainsi est noblesse Royal sans froisseure et sans interruption. Jean Golein, Traité du sacre, p. 314, référence empruntée à J. Krynen, L’empire..., p. 136.

63 Louis IX confie, vers 1260 à l’atelier historiographique de Saint Denys, la tâche d’écrire l’histoire des rois de France, en insistant sur leur généalogie. M. Chazan, L'empire et l’histoire universelle de Sigebert de Gembloux à Jean de saint-Victor (xiie-xive siècle), Paris, 1999, p. 381.

64 Ms A, De coronne, de marguerites et pierres precieuses, 7.

65 Ibid., 8.

66 J. P. Roux, Le Sang, Mythes, symboles et réalités, Paris, 1988, p. 327. L’auteur souligne que partout et presque toujours le sang du roi était dans une certaine mesure le sang des dieux.

67 J. Delumeau, « Introduction », dans Le Pressoir mystique..., p. 11-12.

68 Guillaume de Nagis insiste sur l’excellence des rois de France et leur caractère sacré. Il relate que Louis VII avant la naissance de son fils Philippe, le vit en songe « tenant un calice d’or rempli de sang humain dont il fait boire à tous les princes », M. Chazan, L’Empire et l’histoire..., p. 386.

69 Ms A, De coronne, de marguerites et pierres precieuses, 9.

70 Ibid, 10.

71 Ces interprétations négatives lorsque la couronne est entre les mains d’une femme, évoque la loi salique que J. Krynen commente ainsi : « l’exaltation de la dynastie capétienne accrue sous Philippe le Bel ne pouvait favoriser l’idée qu’une femme puisse succéder à Charlemagne et à Saint Louis [...] La première justification théorique de l’exclusion des femmes est contemporaine du règne de Charles IV (1322-1328) », J. Krynen, L’empire..., p. 129.

72 Ms A, De coronne, de marguerites et pierres precieuses, 11.

73 Ibid., 12 et 13.

74 Ms A, De coronne, de marguerites et pierres precieuses, 12.

75 Ibid., 13.

76 J. Le Goff, Saint Louis..., p. 882.

77 Ms A, Du mantel, aournement et pierres precieuses, 1.

78 Ibid, 1.

79 Ibid., 2.

80 Ibid., 5.

81 Ibid., 2

82 Des soinges et des esperimens des soinges, 22.

83 Ibid., 38.

84 Sur ce symbolisme attaché à la couronne voir J. Danielou, Les symboles chrétiens primitifs, Paris, 1961, p. 27-30. Jacques Krynen souligne que la couronne est l’emblème de la puissance suprême et qu’à la fin du Moyen Âge elle est conçue comme une entité supérieure, distincte à la fois du rex et du regnm, J. Krynen, L’empire..., p. 125.

85 Ce sont li songes, 33.

86 J. M. Mehl, « Le roi de l’échiquier, approche du mythe royal à la fin du Moyen Âge », dans Revue d'histoire et de philosophie religieuses, 1978, p. 156.

87 Ibid., p. 157.

88 J. Le Goff, Saint Louis..., p. 882.

89 « Un des grands mérites politiques de l’idéologie des trois ordres est d’avoir maintenu le roi dans la position d’un ministre de Dieu », J. Krynen, L'empire..., p. 23.

90 Ms A, Du roy et de la croix, 1.

91 Voir le chapitre sur l’ennemi.

92 Ms A, Du roy et de la croix, 1.

93 Ibid, 2.

94 A. J. Greimas, Dictionnaire..., s.v. loial.

95 Ms A, Du roy et de la croix, 2.

96 Ibid., 4.

97 Pour Guillaume le Breton Louis VIII n’était-il pas dans le sein de sa mère un sacrum pondus, un fardeau sacré ? Cité par A. W. Lewis, Le sang royal..., p. 165.

98 Ms A, Du roy et de la croix, 5.

99 Ibid., 6.

100 Commentant le Songe du Vieil Pelerin, J. Krynen écrit « viendra alors une époque dorée où chacun ira combattre Tartares, Turcs et Sarrazins pour soumettre le monde à l’obéissance de la vraie croix » dans J. Krynen, L’empire..., p. 197.

101 Ms A, Du roy et de la croix, 8.

102 Au xiiie siècle on oppose le « naturel » (celui qui est né dans le royaume) à l’étranger (celui qui est né hors du royaume). C’est lorsque le royaume est le plus menacé dans son identité que l’idée est formulée selon laquelle la « nature » nous enjoint de nous battre pour la défense du pays et de son prince naturel. J. Krynen, L’empire..., p. 328.

103 Ms A, Du roy et de la croix, 9.

104 R. A. Jackson note qu’après le sacre, le roi s’il n’était pas Dieu n’était pourtant plus à l’évidence un homme, « Anzeichen der Vergoterung des französischen Königs », dans Herrscherweihe und Königskrönung im frühneuzeitlichen Europa, éd. H. Duclhardt, Weisbaden, 1983, p. 96-102.

105 Ms A, Du roy et de la croix, 9.

106 Ms B, Du roy et de la croix, 11.

107 Ms A, Du roy et de la croix, 10.

108 Ibid, 11.

109 R. A. Jackson, « Le pouvoir monarchique dans la cérémonie... », p. 246.

110 Ms A, Du roy et de la croix, 5.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search