Version classiqueVersion mobile

Les clefs des songes médiévales

 | 
Valérie Bach

Présentation des clefs des songes médiévales xiiie-xve siècles

Texte intégral

  • 1 T. Fahd, « L’oniromancie orientale et ses répercussions sur l’oniromancie de l’Occident médiéval », (...)
  • 2 Sur le sujet on peut consulter : S. Oberhelman, « Prologomena to the Byzantine oneirokritica » dans(...)
  • 3 Voir E. Dodds, Pagan and Christian in the Age of Anxiety, Cambridge, 1965, p. 38-53.

1Le livre d’Achmet et les Songes Daniel sont issus de clefs des songes byzantines dont elles sont des traductions aménagées avec additions et omissions1. Byzance connut plus tôt que l’Occident le développement de la littérature onirique2. Son ouverture à l’Islam fit refleurir les clefs des songes. L’oniromancie n’avait cependant jamais disparu, elle s’effectuait discrètement3. La production byzantine se regroupe en deux catégories principales : les clefs appartenant au groupe du « Pseudo-Daniel » et une clef plus élaborée, l'Achmetis oneirocriticon.

I. Le livre d’Achmet

1. L’Achmetis Oneirocriticon4

  • 4 Le texte grec a été édité par Frank Drexl, Achmetis oneirocriticon, recensuitfranciscus Drexl Leipz (...)
  • 5 Ibid, p. VIII.
  • 6 G. Dagron, « Rêver de Dieu et parler de Soi, le rêve et son interprétation d’après les sources byza (...)
  • 7 S. Oberhelman, « Two marginal notes from Achmet in the Cod. Laurent. Plut. 878 », dans Byzantinisch (...)
  • 8 D. Gigli, « Gli onirocritici del cod. Paris. Suppl, gr.690 », dans Prometheus, 4, 1978, p. 79-83.

2La date exacte de la rédaction de l'Achmetis Oneirocriticon est inconnue mais il est possible de la préciser un peu. L’auteur se présente comme Achmet Ibn Sirin « onirocrite d’Al Mamoun », le traité est donc postérieur à 813, date de l’avènement de ce Calife5. Il est même possible de ramener cette limite au xe siècle6. En effet, on a trouvé dans un manuscrit d’Artémidore datant du xie siècle deux notes marginales, écrites à la même époque et tirées d’Achmet7. En outre, Gigli met en évidence que dès le xie siècle circulent des formes abrégées du traité d’Achmet, ce qui laisse supposer que le texte original est antérieur8.

  • 9 En 1894, E. Ruelle tenait encore pour vraies les informations données par celui qui disait s’appele (...)
  • 10 T. Fahd, « L’oniromancie orientale... », p. 364 ; F. Berriot, « Aux sources de l’exposicion des son (...)
  • 11 Voir T. Fahd, « Ibn Sirin », dans Encyclopédie de l'Islam, Paris, 1975.
  • 12 S. Collin-Roset, « Le liber Thesauri Occulti de Pascalis Romanus », dans Archives d’histoire doctri (...)

3On ne peut dire avec précision qui était l’auteur9. Il se présente comme Achmet fils de Sereim, « oniricrite du Calife Al Mamoun ». Mais ce nom arabe est un choix délibéré, visant à éveiller l’intérêt des lecteurs10. Il évoque celui du plus grand onirocrite arabe : Muhammad Ibn Sirin (m. 110/728) dont la renommée est immense11. Il ne peut pourtant, pour des raisons chronologiques, s’agir du même personnage12.

  • 13 Achmetis oneirocriticon..., p. 8-10.
  • 14 T. Fahd, « L’oniromancie orientale... », p. 364.

4En fait, la seule chose que l’on puisse affirmer, compte tenu du contenu de la clef, c’est que l’auteur était un chrétien. Il fait référence à l’Évangile et on rencontre dans son texte des images chrétiennes telles la Trinité, le nom du Christ avec ses attributs chrétiens, le rêveur s’y voit prêtre, lit les Écritures en public, fonde une église13. Auteur chrétien mais aussi byzantin, d’après ce que laisse supposer la langue du traité14. L'Achmetis oneirocriticon est donc une œuvre byzantine aux influences diverses. L’auteur déclare s’inspirer de la science des oniromanciens égyptiens, perses et indiens.

  • 15 F. Berriot, « Aux sources... », p. 35.
  • 16 T. Fahd, « L’oniromancie orientale... », p. 366. Sur le sujet voir également J. Burckhard, La civil (...)
  • 17 G. Dagron, « Rêver de Dieu... », p. 49.

5Cette référence va dans le sens de l’intérêt se développant au Moyen Âge et dominant à la Renaissance, pour les traditions de la Mésopotamie antique et l’hermétisme égyptien15. Elle est également dictée par la tendance à opposer à la philosophie grecque trop rationnelle, l’alchimie, la divination et l’astrologie16. Enfin, la Mésopotamie, l’Égypte et l’Inde sont considérées « comme la terre d’élection de l’oniromancie »17.

  • 18 F. Berriot, « Aux sources... », p. 35-36.
  • 19 Sur la transmission des pratiques divinatoires mésopotamiennes aux Arabes voir T. Fahd, « Les présa (...)
  • 20 Libro dei Sogni del Pseudo-Niceforo, éd.G. Guidorizzi, Naples, 1980, p. 18.
  • 21 F. Drexl, « Achmet und das syrische Traumbuch des Cod. Syr. Or. 4434 des Brit. Mus. », dans Byzanti (...)

6Quoiqu’il en soit, on ne peut nier les similitudes avec les grands textes onirocrites indiens18 tels les principes d’interprétation et certains thèmes comme la hiérarchie symbolique du corps et le colloque avec les défunts. L’influence de la culture perse à travers les auteurs antiques, et notamment Artémidore, est également certaine. Ces héritages ont pu parvenir à notre auteur à travers la culture arabe19. Mais c’est cependant avec le Pseudo-Daniel, Artémidore20 et l’oniromancie arabe que l'Achmetis Oneiroticon présente le plus de ressemblances. Néanmoins, mises à part les clefs dites du Pseudo-Daniel, on ne peut affirmer que l’auteur du traité ait eu directement accès à ces sources. Il semblerait plutôt que ces influences lui soient parvenues par l’intermédiaire d’une clef syriaque21.

  • 22 Achmetis oneirocriticon..., p. 2 et p. 240.

7Dans l'Achmetis oneirocriticon, les thèmes oniriques sont ordonnés en chapitres. L’auteur souligne qu’il faut tenir compte de la personnalité du consultant22. Ainsi, les songes du roi, de l’homme d’Église ou du peuple doivent être interprétés différemment.

2. Le livre d’Achmet en Occident

  • 23 S. Collin-Roset, « Le liber Thesauri occulti de Pascali Romanus, un traité d’interprétation des son (...)
  • 24 Ibid., p. 112 et T. Gregory, « I sogni e gli astri », dans Isogni..., p. 111-117.
  • 25 C. H. Haskins, Studies in medieval culture, Oxford, 1929, p. 159-160.
  • 26 La préface de la version de Léon Toscan a été éditée par H. Haskins, Studies in the history of medi (...)
  • 27 Des copies latines du manuscrit latin de Léon Toscan se trouvent dans différentes bibliothèques eur (...)
  • 28 Pour une explication de ces dates voir A. Dondaine, « Hugues Ethérien et Léon Toscan », dans Archiv (...)

8Au xiie siècle, le traité grec d’Achmet est traduit en latin. Les versions ont été faites par deux personnes. Rédigeant son Liber Thesauri occulti en 1165, Pascal le Romain a traduit quelques chapitres de l'Achmetis Oneirocriticon23. Il est romain ou grec né à Rome24 et joue le rôle d’interprète à la cour de Manuel Commène25. Cependant c’est surtout à travers la traduction de Léon Toscan26 que l’ouvrage se répand en Occident27. Elle aurait été établie entre l’automne 1175 et le début du printemps 117628 sous le titre : De interpretation somniorum en suivant une version très abrégée de la clef originale.

  • 29 F. Berriot, « Aux sources... », p. 37.
  • 30 Hugues Ethérien avait vu en rêve le Basileus monté sur un cheval de bronze, entouré de sages et lis (...)

9Léon Toscan appartenait, comme Pascal le Romain, au groupe d’Italiens travaillant à Byzance29. C’est à la suite d’un rêve prémonitoire de son frère Hugues Ethérien qu’il décida de traduire l'Oneirocriticon d’Achmet30.

  • 31 T. Fadh, « L’oniromancie orientale... », p. 368.

10À la fin du xiiie puis au xive siècle sont rédigées les adaptations françaises. Dans leur titre, la référence à Achmet disparaît. Elle devait trop « rappeler l’Islam et les humiliations qu’il infligea aux pays chrétiens »31.

  • 32 W. Suchier, « Altfranzösische Traumbücher », dans Zeitschrift fur franzosischer Sprache und Literat (...)
  • 33 Texte italien : Expositiones degli insomni, seconde la interpretatione de Indy, Persi et Egyptii pe (...)
  • 34 T. Fahd, « L’oniromancie orientale... », p. 368. Simone Collin-Roset rappelle qu’Abù Ma’sar était l (...)

11À la Renaissance, les éditions du livre sont nombreuses32 tant en italien (1546), en latin (1577), en grec (1577)33 qu’en français sous l’intitulé : Apomazar, des significations et evenements des songes, selon la doctrine des Indiens, des Perses et Egyptiens, pris de la bibliothèque de Jean Sombucus, puis tourné du grec en latin Jean Lunclavius, de nouveau en Françoys à Paris, chez Denis Duval, 1587. Toufy Fahd explique qu’un traité d’Achmet puisse s’appeler Apomazar par le fait que « le principal traité astrologique d’Abù Ma’sar était connu en grec sous le nom d’Achmetis Persa et d’autre part par l’attribution fréquente à Abu Ma’sar de ce qui se rapportait aux Hindous [...]. Il était l’astrologue par excellence en un temps où l’astrologie intervenait dans la plupart des sciences »34.

3. Les manuscrits français

12On a retrouvé trois manuscrits du traité d’Achmet traduit en français :

  • Le BN, ms 1317, daté de 1396, intitulé Exposicion et signification des songes.

  • Le BN, ms 24432, écrit après 1338 et intitulé : Li livres des songes et les songes macrobes.

    • 35 Ce manuscrit est rédigé en anglo-normand, cependant il peut être rattaché à notre littérature comme (...)

    Le ms 968Q, rédigé à la fin du xiiie : Ci commence l’exposition des songes solom ceo que Daniel le prophete le fist35.

  • 36 L. Delisles, Recherches sur la librairie de Charles V, Paris, 1907, no 734.
  • 37 M. Helin, La clef des songes, Genève, 1977 (éd. orig., 1925), p. 70 ; F. Berriot, « Aux sources...  (...)
  • 38 F. Berriot note qu’on en trouve la trace dans l’inventaire de 1515 : « Aux sources... », p. 41.

13Il existait cependant au moins un quatrième manuscrit appartenant à Charles V (1364-1380), comme en témoigne l’inventaire de sa librairie en 1373 : un livre de l’Exposicion des songes selon Daniel, couvert de veluyau asuré, à deux fermoirs de laton, escript de lettre formée en françoys36. Cette traduction effectuée par Jean Golein réapparaît dans l’inventaire de la bibliothèque royale jusqu’en 1424, mais ne paraît pas nous être parvenue37. Il semble également que Marguerite d’Autriche possédait un tel ouvrage38.

a. Le manuscrit 1317

  • 39 S. Collin-Roset, « Le liber Thesauri... », p. 135 ; T. Fadh, « L’oniromancie orientale... », p. 368
  • 40 F. Berriot, « Le merveilleux dans les clefs des songes à la fin du Moyen Âge », dans Démons et merv (...)

14Sur la page de titre du manuscrit 1317 on lit : La congnoissance des corps humains avec l’Exposition des songes par Daniel et autres. Malgré ce titre, ce manuscrit est bien une copie du livre d’Achmet avec quelques modifications39. La formule et autres évoque les « sages philosophes de Inde, de Perse et de Egypte »40. Du folio 5 à 50 v° se trouve Li livre de la congnoissance des corps humains (le chapitre X de ce livre s’intitule « Des significacions des songes »). La clef des songes commence au folio 51 avec une table des chapitres : Ci commence la table des exposicion et significacions des songes par Daniel et autres. Du folio 53 v° au 105r° se trouve la clef des songes et au folio 105 v°, l’Explicit : Ce fine le livre des exposicions et significacions des songes exposés par Daniel et autres.

  • 41 Dans l’édition qu’en a fait F. Berriot ce signe est remplacé par un numéro.
  • 42 Loys de Luxembourg, né en 1418, comte de saint Paul, suit Charles VII au siège de Pontoise en 1447. (...)

15Cette traduction de l'Oneirocriticon d’Achmet a été effectuée à partir d’une version abrégée du De interpretatione somniorum de Léon Toscan par Frère Nicole Saoul, autrement dit de Saint Marcel, de l’ordre de Notre Dame du Carme à Paris, en 1396. Elle comporte cent cinquante-trois chapitres contre deux-cent un pour celle de Léon le Toscan et trois cent quatre pour l’original. Les différents cas de rêves sont séparés par le signe C41. Cette diminution du nombre des chapitres s’explique en partie par le fait que notre traducteur regroupe ou élimine des songes que Léon Toscan présentait séparément selon l’interprétation des égyptiens, des perses ou des indiens à l’instar de la clef byzantine. Deux signatures sont apposées sur le manuscrit, celles de Loys et Jehann de Luxembourg42.

b. Le manuscrit 24432

16Le manuscrit 24432 comprend des textes divers : Guillaume d’Angleterre, des III morz et III vifs, de la disputioison du vin et de l’eau, des II joyeux compaignons, du vilain despensier, des Serventois, du Lays d’amour.

17La traduction de la clef des songes qui y est offerte (folio 281 v°-302v°) est la plus brève des trois. Elle correspond aux soixante-six premiers chapitres du manuscrit 1317, mais ne présente pas d’articulations en chapitres numérotés comme les deux autres. Le texte est réparti en quatre-vingt-quatre paragraphes débutant chacun par une initiale de couleur. Elle présente, tout comme le manuscrit 968Q, un prologue absent du manuscrit 1317 et qui correspond aux premier et dernier chapitre de l’Achmetis Oneirocriticon. Il semblerait que le manuscrit latin ayant servi à sa traduction ne soit pas le même que celui utilisé pour le manuscrit 1317. Le propriétaire de cette version n’est pas connu.

c. Le manuscrit 968Q

18Le manuscrit 968Q comporte plusieurs traités médicaux, cosmologiques et astrologiques : les secreta secretorum Aristotelis, le Liber Mardi Pauli, le Muppamundi, la chronica Fratis Martini, les divinationes Magistri Rodolphi de Tolose, les secreta fratris Albertis Coloniensis, une Somniale Danielis, et un lunaire. L'exposition des songes se trouve aux folio 232 à 281b. Elle date de l’extrême fin du xiiie siècle. Tout comme la clef précédente, elle comporte un prologue et débute par une table de chapitres. Cette clef des songes est la plus longue puisqu’elle comporte cent quatre-vingt-dix-sept chapitres, dont plusieurs ne figurent pas dans les deux manuscrits précédents. Elle a été recopiée et traduite à la demande de Dame Alice de Couty.

19Dans l’analyse du corpus nous utiliserons l’expression « Clef d’Achmet » pour désigner les trois manuscrits étudiés, tous issus de l'Achmetis Oneirocriticon. Chacun de ces manuscrits porte un titre diffèrent qu’il aurait été fastidieux de répéter. Il s’agit de l'Exposicion et signification des songes (ms 1317) ; Li livres des songes Daniel et les songes macrobes (ms 24 432) et de l'Exposicioun des songes (ms 968Q). Nous avons choisi comme texte de base le manuscrit Fr. 1317, plus complet que le manuscrit 24432. Mais il sera tenu compte des variantes introduites par ce dernier ainsi que par le manuscrit 968Q. Afin de ne pas répéter inutilement la provenance et le numéro des manuscrits étudiés, ils seront désignés par les lettres A, P, B.

II. La clef des songes dite Pseuso-Daniel

1. Les clefs byzantines

  • 43 Le texte grec, édité d’après un manuscrit du xve siècle, est incomplet. Il s’arrête à trois-cent-qu (...)
  • 44 G. Dagron, « Rêver de Dieu... », p. 48 et M. Helin, La clef..., p. 67-68.

20Il s’agit de clefs des songes sommaires où les rêves sont classés dans un ordre alphabétique plus ou moins strict. Après l’énoncé du thème onirique, la prédiction suit sans aucune justification, ni distinction en ce qui concerne le sexe et le statut social du rêveur. Le prototype de ces clefs semble être le Pseudo-Daniel43 attribué au prophète Daniel sans doute dans le désir de lui conférer une autorité divine44.

  • 45 Libre dei Sogni..., p. 18 note 41. Voir aussi M. Helin, La clef..., p. 68 et « L’oneirocriticon du (...)
  • 46 Libro dei Sogni..., p. 14 ; M. Forster, « Das alteste kymirische Traumbuch », dans Zeitschrift für (...)

21L’on rencontre dans cette clef des thèmes oniriques semblables à ceux d’Artémidore mais sur l’influence de ce dernier les avis diffèrent. Giulio Guidorizzi souligne que pour des songes similaires l’interprétation n’est pas la même mais H. G. Beck affirme au contraire qu'elle est inspirée d’Artémidore45. Cette clef, en prose, a été composée vraisemblablement au ive siècle46.

  • 47 Édition établie par G. Guidorizzi : Libro dei sogni..., avec une traduction italienne.
  • 48 Des extraits de ce texte sont donnés par O. Gotthardt, Über die Traumbücher des Mittelalters, Eisle (...)
  • 49 M. Helin, La clef..., p. 68.
  • 50 F. Drexl, « Das Traumbuch des Patriarchen Germanos », dans Laographia, 7, 1923, p. 428-448.
  • 51 Libro dei Sogni..., p. 15.

22Aux viie-ixe siècles apparaissent le Pseudo-Nicephore47 et le Pseudo-Astrampsychos48, versions versifiées du Pseudo-Daniel49. Sous le nom de Germanos circule un autre traité du ixe siècle50. Quant à la clef d’Athanasios, elle ne serait qu’une rédaction secondaire du Pseudo-Daniel51.

2. Les clefs occidentales

  • 52 M. Forster, « Das alteste kymrische... », p. 60. Des versions latines ont été éditées par L. T. Mar (...)
  • 53 A. Paradis, « Les oniromanciens et leurs traités des rêves », dans G. H. Allard, Aspects de la marg (...)
  • 54 M. Förster a édité certaines versions anglaises : « Beiträge zur mittelalterlichen Volkskunde », da (...)
  • 55 Exposicions et significations des songes (et) Les songes Daniel éd. F. Berriot, Genève, 1989, p. 31 (...)
  • 56 M. Förster, « Das alteste kymrische... », p. 60.
  • 57 Pour une édition de ce texte voir R. I. Best, dans Essays and Studies presented to Professor Esinn (...)
  • 58 M. Förster, « Das alteste kymrische... », p. 58.
  • 59 M. Förster, « Beitrage zur Mittelalterlichen... », 134, 1916, p. 268 et note 1 de la page 267.
  • 60 E. O. G. Turville-petre, « An Icelandic version of the Somniale Danielis », dans Nordica et Anglica (...)
  • 61 R. Cooper, « Deux médecins royaux onirocrites : Jehan Thilbault et Auger Ferrier », dans Le songe à (...)
  • 62 F. Berriot, « Clés des songes françaises... », p. 28-31.

23Le Pseudo-Daniel est traduit en latin dès le viie siècle sous le titre Somniale Danielis52. C’est alors qu’il gagne l’Occident et y connaît un vif succès ainsi que l’atteste le nombre de manuscrits conservés et les traductions en langues vulgaires qui se multiplient entre le xiiie et le xve siècle. André Paradis affirme qu’il en existe entre cent cinquante et deux cent versions. Lawrence T. Martin dresse une liste de soixante-treize manuscrits latins et Max Forster en estime le nombre à une centaine53. Des versions allemandes et anglaises54 apparaissent dès le xie siècle tandis que les françaises en prose et en vers datent respectivement des xiiie et xive siècles. La version la plus tardive semble celle du xviie siècle éditée par François Berriot55. À ces versions s’ajoutent celles en italien56, irlandais57, et même au xvie siècle en roumain, bulgare58, serbe59, suédois et islandais60. À côté de ces traductions ont été réalisées diverses adaptations. Jean Thibault61, astrologue de Charles Quint et de François Ier, publie en 1530, La phisionomie des songes et visions fantastiques des personnes, avec l’exposicion d’iceux, selon le vray cours de la lune, en ensuyvant la règle de vie des anciens astrologues, adaptée du Pseudo-Daniel, avec quelques cas de nouveaux songes. Le livre d’Anselme Julian Art et jugement des songes et des visions nocturnes écrit en 1551, s’inspire du Pseudo-Daniel mais aussi d’Artémidore avec des ajouts de l’auteur62.

  • 63 Libre dei sogni..., p. 16 ; S.F. Kruger, Dreaming in the Middle Ages, Cambridge, 1992, p. 14. Kruge (...)
  • 64 Ibid., p. 14-16.
  • 65 On a par exemple retrouvé une Somniale Danielis précédant un traité du physicien arabe Rasis. Voir (...)
  • 66 L. T. Martin, Somniale Danielis..., p. 41-42 et 50-51. L’auteur explique que deux Somniales Danieli (...)
  • 67 S. F. Kruger, Dreaming..., p. 15.
  • 68 L. T. Martin, Somniales Danielis..., p. 36-38.

24Le Pseudo-Daniel a exercé une grande influence en Occident tant dans les milieux populaires63 que dans les milieux lettrés ainsi que l’atteste le nombre important de manuscrits retrouvés64, certains étant associés à des traités médicaux65. Des Somniales Danielis étaient destinées au roi Charles V, à Richard II66 et des manuscrits contenant ces clefs étaient entre les mains des clercs67. On en a ainsi retrouvé un datant du xive siècle et regroupant une clef, des prières, des hymnes et des traités religieux68.

3. Les clefs françaises

25Elles seront analysées dans cette étude à titre de comparaison avec la clef d’Achmet.

a. Des soinges et des esperimens des soinges (B.N., ms Fr. 1553, ff 285v°-286v°)

26Cette clef, qui comporte cent quarante-sept cas de rêves, date du xiiie siècle. Elle est la première traduction française des Somniale Danielis. Le manuscrit dans lequel elle est incluse contient des œuvres de nature très diverse comme la version de Saint Brandainne le Moine.

b. Ce sont li songes (B.N., ms Fr. 12.786, ff. 83r°-84v°)

27Ce manuscrit date du xive siècle et présente cent cinquante-huit cas de songes. Le reste du manuscrit est composé d’œuvres variées : le Roman de la Rose, Les prophecies que Ezechiel li prophètes fist et un lunaire de Salomon.

c. Des somges (Bibliothèque de Sainte-Geneviève, 2255, ff 7-8)

28Cette clef date de l’extrême fin du xve ou du tout début du xvie siècle et rapporte soixante-dix rêves. Le manuscrit a appartenu à Jehan Fourot et porte la date de 1579. Comme les précédents il réunit des œuvres différentes. Il débute par un livre de raison, puis se succèdent des pronostics en fonction du jour par lequel débute l’année, une liste des jours heureux pour aller à la chasse, une formule pour se protéger des ennemis, des graphes cabalistiques à porter pour gagner des procès et encore un livre de raison de la famille Fourot. À ces textes s’ajoutent des recettes médicales et des conseils de beauté. Enfin sur les derniers feuillets sont recensées les propriétés des différentes herbes.

29De cette brève présentation des clefs des songes médiévales émerge à nouveau l’interrogation fondamentale qui a motivé cette recherche. Pourquoi ont-elles recommencé à circuler à partir du xiie siècle après avoir été jugées suspectes par l’Église ? Ont-elles été portées par les ailes de ce merveilleux revenu en force à cette époque de forte répression ? Est-ce une simple curiosité de lettré qui a conduit Charles V à posséder dans sa bibliothèque un exemplaire de la clef d’Achmet ? Quelle était la fonction de ces clefs des songes médiévales ? Servaient-elles à prendre en compte les songes des hommes et à leur prédire l’avenir, servaient-elles à se distraire de la pesanteur du quotidien ou bien d’autres visées les ont-elles remises en circulation ?

30Chaque être humain ne recherche et ne garde à portée de mains que les œuvres qui prennent sens pour lui. Réciproquement, leur contenu influence sans même qu’il en soit conscient sa façon de penser et de se comporter. Si la clef d’Achmet semble viser surtout la cour princière, les Songes Daniel sont considérés comme destinés aux couches bourgeoises et populaires. Il n’en est pas moins vrai que des clercs lettrés ont écrit les unes comme les autres et à ce titre l’idéologie qui les traverse demeure la même. On peut dire que chacune de ces clefs concerne et vise l’ensemble de la population. Cette cohérence est d’ailleurs indispensable à tout discours s’il veut être efficace.

31Analyser ce discours est délicat et complexe. Toute histoire est constituée de courants souterrains, mouvants, parfois contradictoires, difficilement repérables pour celui qui les vit. Si le chercheur du xxie siècle peut espérer profiter de la distance temporelle pour scruter le passé d’un œil plus lucide et plus serein, il ne doit pas oublier qu’il opère sa lecture à travers sa propre subjectivité et sa culture. La conscience de ces limites l’incline d’autant plus à tenter une approche rigoureuse des sources en se défiant des lieux communs, des schémas conventionnels et d’une projection trop massive.

  • 69 G. Duby, « Le mariage dans la société du haut Moyen Âge », dans Id., Mâle Moyen Âge, Paris, 1988, p (...)

32La question se pose naturellement de l’impact de ces discours sur ceux qu’ils visent et donc de l’intérêt de l’analyse approfondie des clefs des songes. Georges Duby insiste à juste titre sur le fait qu’une construction idéologique est aussi une couverture « où s’entretient la bonne conscience, toute règle est plus ou moins transgressée [...] entre la théorie et la pratique une marge existe »69. Il n’en est pas moins vrai que l’être humain est avide de repères, voire d’évidences, de systématisation pour calmer ses angoisses et diriger sa vie. De ce fait la résistance au changement est coriace et les discours adoptés ont toute chance de durer jusqu’à ce que de nouvelles formulations viennent prendre le relais.

33L’emprise des discours est d’autant plus forte au Moyen Âge qu’ils se présentent comme garants de la volonté divine. Si le prologue de l'Exposicioun des Sounges fait référence à la science onirique d’Aristote, des sages indiens, perses et égyptiens, les songes n’en sont pas moins fermement attribués à Dieu. Ce sont des messages divins envoyés à l’âme pour l’instruire des biens et des mals que sount avenir. Celui qui tutes choses crea fit l’âme à sa ressemblance, parfette, sage et resonable et c’est par elle que l’homme entend reson et lest le mal et prend le bien et rend loenge à son Createur.

34Dans ces formulations, le Bien que l’homme doit rechercher et le Mal qu’il doit éviter pour honorer son créateur s’associent aux biens et aux maux, aux aléas de l’existence. Faire le Bien équivaut à s’assurer un avenir heureux et faire le Mal entraîne des malheurs sans fin, par relation directe de cause à effet. Cependant Dieu, dans sa miséricorde, sauve les hommes de cet enchaînement inexorable grâce aux songes envoyés pour advertissement et pour leur correction.

  • 70 P. Buc, L’ambiguïté du livre, prince, pouvoir et peuple dans les commentaires de la Bible au Moyen (...)
  • 71 Ibid., p. 405.
  • 72 Les références faites ici aux clefs des songes seront présentées de la manière suivante :
    – pour la (...)

35Cependant les conseils et les mises en garde divins risquent de demeurer insondables sans le recours aux interprètes et aux clefs des songes. Par ce biais sont évitées les élucubrations personnelles et uniformisés les résultats attendus de l’enseignement onirique. Pour mieux gérer ce capital et ses bénéfices, les interprètes des songes se servent de thèmes religieux éprouvés : « s’alliant à des non-clercs pour avancer, les ecclésiastiques devaient souvent leur transmettre leurs recettes sur le pouvoir, que les laïcs étaient libres de manipuler à leur tour »70. Philippe Buc souligne que « les mots, les métaphores, et les récits de la Bible » ont fait au Moyen Âge l’objet « d’une confrontation visant l’appropriation du sens et du pouvoir »71. Qu’en est-il dans nos clefs des songes médiévales72 ?

Notes

1 T. Fahd, « L’oniromancie orientale et ses répercussions sur l’oniromancie de l’Occident médiéval », dans Oriente e Occidente nel Medioevo, Rome, 1971, p. 368.

2 Sur le sujet on peut consulter : S. Oberhelman, « Prologomena to the Byzantine oneirokritica » dans Byzantion, 50, 1980 p. 487-503 ; H. G. Beck, Geschichte der byzantinischen Volksliteratum, Munich, 1971, p. 203-204 ; et H. Hunger, Die Hochsprachliche Literatur der Byzantiner, Munich, 1978, t. II, p. 224.

3 Voir E. Dodds, Pagan and Christian in the Age of Anxiety, Cambridge, 1965, p. 38-53.

4 Le texte grec a été édité par Frank Drexl, Achmetis oneirocriticon, recensuitfranciscus Drexl Leipzig, 1925.

5 Ibid, p. VIII.

6 G. Dagron, « Rêver de Dieu et parler de Soi, le rêve et son interprétation d’après les sources byzantines » dans Isogni..., p. 48.

7 S. Oberhelman, « Two marginal notes from Achmet in the Cod. Laurent. Plut. 878 », dans Byzantinische Zeitschrift, LXXIV, 1981, p. 326-327.

8 D. Gigli, « Gli onirocritici del cod. Paris. Suppl, gr.690 », dans Prometheus, 4, 1978, p. 79-83.

9 En 1894, E. Ruelle tenait encore pour vraies les informations données par celui qui disait s’appeler Achmet. Cependant F. Drexl a le premier démontré que cela ne pouvait être le cas : Achmetis Oneirocriticon, Leipzig, 1925 p. VI-VII. Voir également Id., Achmets Traumbuch, Einleitung und Probe eines kritischen Textes, Freising, 1919, p. 1-2 et Krumbacher, Geschichte der Byzantinischen Literatur, 1897, p. 630.

10 T. Fahd, « L’oniromancie orientale... », p. 364 ; F. Berriot, « Aux sources de l’exposicion des songes », dans Exposicions et significations des songes et les songes Daniel, éd. F. Berriot, Genève, 1989, p. 34-35.

11 Voir T. Fahd, « Ibn Sirin », dans Encyclopédie de l'Islam, Paris, 1975.

12 S. Collin-Roset, « Le liber Thesauri Occulti de Pascalis Romanus », dans Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge, 1963, p. 133 ; T. Fahd, « Le rêve dans la société islamique du Moyen Âge », dans Le rêve et les sociétés humaines, dir. R. Caillois et E. Von Grunebaum, Paris, 1967, p. 342.

13 Achmetis oneirocriticon..., p. 8-10.

14 T. Fahd, « L’oniromancie orientale... », p. 364.

15 F. Berriot, « Aux sources... », p. 35.

16 T. Fahd, « L’oniromancie orientale... », p. 366. Sur le sujet voir également J. Burckhard, La civilisation de la Renaissance en Italie, Paris, 1958, p. 272-287.

17 G. Dagron, « Rêver de Dieu... », p. 49.

18 F. Berriot, « Aux sources... », p. 35-36.

19 Sur la transmission des pratiques divinatoires mésopotamiennes aux Arabes voir T. Fahd, « Les présages par le corbeau, étude d’un texte attribué à Gahiz », dans Arabica, 7,1961, p. 31-58.

20 Libro dei Sogni del Pseudo-Niceforo, éd.G. Guidorizzi, Naples, 1980, p. 18.

21 F. Drexl, « Achmet und das syrische Traumbuch des Cod. Syr. Or. 4434 des Brit. Mus. », dans Byzantinische Zeitschrift, 30,1929, p. 110-113. Cette clef a été éditée et traduite par G. Furlani, « Le livre des songes, texte syriaque et traduction française », dans Revue de l’Orient Chrétien, 22, 1920-1921, p. 118-248.

22 Achmetis oneirocriticon..., p. 2 et p. 240.

23 S. Collin-Roset, « Le liber Thesauri occulti de Pascali Romanus, un traité d’interprétation des songes du xiiie s. », dans A.H.D.L.M.A., 30, 1960, p. 134.

24 Ibid., p. 112 et T. Gregory, « I sogni e gli astri », dans Isogni..., p. 111-117.

25 C. H. Haskins, Studies in medieval culture, Oxford, 1929, p. 159-160.

26 La préface de la version de Léon Toscan a été éditée par H. Haskins, Studies in the history of medieval science, New-York, 1960 (éd. orig : 1929), p. 217-218.

27 Des copies latines du manuscrit latin de Léon Toscan se trouvent dans différentes bibliothèques européennes : Berlin, lat. fol.484, fol. l-51v ; Carpentras, 337, fol. 1-42 ; Florence, Riccardiana, 859 ; Londres, B.M. Harleian, 4025, fol.8-78 ; Marburg, B.21, fol. 18-127 ; Milan, Ambrosiana, 81super, fol.47-146 ; Oxford, Bodl. digby, 103, fol.59-127 ; Paris BN, Lat7337, fol.141-161 ; Rome, Casanate, 1178 (c. VI, 5) ; Vatican, Vat. lat.4094, fol. 1-32 ; Vienne, Nat.5221, fol. 1-136 ; Wolfenbüttel 2917, fol. 1-20. Les manuscrits grecs de l’Achmetis Oneirocriticon n’apparaissent en Occident qu’à la veille de la Renaissance. Voir F. Berriot, « Aux sources... », p. 38.

28 Pour une explication de ces dates voir A. Dondaine, « Hugues Ethérien et Léon Toscan », dans Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge, XIX, 1953, p. 122.

29 F. Berriot, « Aux sources... », p. 37.

30 Hugues Ethérien avait vu en rêve le Basileus monté sur un cheval de bronze, entouré de sages et lisant un livre latin. S’interrompant dans sa lecture, il s’adresse à Hugues. Ce rêve se révèle prémonitoire puisque, quelques temps plus tard, Manuel Commène conclut une querelle théologique après avoir lu un traité d’Hugues Etherien sur la question. Voir A. Dondaine, « Hugues Ethérien... », p. 121.

31 T. Fadh, « L’oniromancie orientale... », p. 368.

32 W. Suchier, « Altfranzösische Traumbücher », dans Zeitschrift fur franzosischer Sprache und Literatur, 67, 1957, p. 138.

33 Texte italien : Expositiones degli insomni, seconde la interpretatione de Indy, Persi et Egyptii per il Tricasso Mantuano, Vinezia, 1546 ; texte grec et latin : Artemidori Daldiani et Achmetis Sereimif. Oneirocritia, N. Rigault, Paris, 1603 ; texte latin : Apomasari apotelesmata, A. Wechel, Paris, 1557. Il existe même une édition allemande en 1604 : Trambuch Apomazari.

34 T. Fahd, « L’oniromancie orientale... », p. 368. Simone Collin-Roset rappelle qu’Abù Ma’sar était l’astrologue le plus fréquemment cité en Occident, S. Collin-Roset, « Le liber Thesauri... », p. 133, note 46.

35 Ce manuscrit est rédigé en anglo-normand, cependant il peut être rattaché à notre littérature comme l’a fait François Berriot et Walter Suchier.

36 L. Delisles, Recherches sur la librairie de Charles V, Paris, 1907, no 734.

37 M. Helin, La clef des songes, Genève, 1977 (éd. orig., 1925), p. 70 ; F. Berriot, « Aux sources... », p. 41. Walter Suchier affirmait que le manuscrit 1317 correspondait à celui de Charles V. Il semble pourtant que ce ne puisse être le cas, si l’on en croit la note autographe de Frère Nicole Saoul figurant à la fin du traité, celui-ci date de 1396 : Efu translaté l’an de grace mil ccc quatre-vingt et seize. Charles V possédait également Les songes Daniel en prose, escript en francoys, de lettre formée à deux colombes, L. Delisles, Recherches..., no 735.

38 F. Berriot note qu’on en trouve la trace dans l’inventaire de 1515 : « Aux sources... », p. 41.

39 S. Collin-Roset, « Le liber Thesauri... », p. 135 ; T. Fadh, « L’oniromancie orientale... », p. 368.

40 F. Berriot, « Le merveilleux dans les clefs des songes à la fin du Moyen Âge », dans Démons et merveilles au Moyen Âge, Nice, 1987, p. 43.

41 Dans l’édition qu’en a fait F. Berriot ce signe est remplacé par un numéro.

42 Loys de Luxembourg, né en 1418, comte de saint Paul, suit Charles VII au siège de Pontoise en 1447. Puis il est envoyé par Charles De Bourgogne en Angleterre et commande une armée à Montlhéry. En 1465, Louis XI, le nomme connétable de France. Jehann de Luxembourg, sa première épouse, meurt en 1466. En 1472, il détourne une conspiration du roi d’Angleterre et du duc de Bourgogne. Mais Louis XI, méfiant, le soupçonne de complot et le disgracie. Loys de Luxembourg se réfugie à la cour du duc de Bourgogne, mais celui-ci le livre à louis XI qui l’exécute en 1475. Voir De. la Chenaye Desbois, Dictionnaire de la noblesse, Paris, 1775, t. IX, p. 226-227.

43 Le texte grec, édité d’après un manuscrit du xve siècle, est incomplet. Il s’arrête à trois-cent-quatorze articles : « L’Oneirocriticon du Prophète Daniel dédié au Roi Nabuchodonosor », éd. E. de Stoop, dans Revue de Philologie, de littérature et histoire ancienne, XXXIII, 1909, p. 100-111.

44 G. Dagron, « Rêver de Dieu... », p. 48 et M. Helin, La clef..., p. 67-68.

45 Libre dei Sogni..., p. 18 note 41. Voir aussi M. Helin, La clef..., p. 68 et « L’oneirocriticon du prophète Daniel... », p. 97. Parmi ceux qui estiment que le Pseudo-Daniel est inspiré d’Artémidore voir H. G. Beck, Geschichte der byzantinische Volksliteratur, Munich, 1971, p. 204.

46 Libro dei Sogni..., p. 14 ; M. Forster, « Das alteste kymirische Traumbuch », dans Zeitschrift für celtische Philologie, XIII, 1921, p. 58.

47 Édition établie par G. Guidorizzi : Libro dei sogni..., avec une traduction italienne.

48 Des extraits de ce texte sont donnés par O. Gotthardt, Über die Traumbücher des Mittelalters, Eisleben, 1912. Il exista également une édition ancienne ; Astrampschi oneirocritica, dans Artemidori Daldiani et Achmetis Sereimi f. Oneirocritica, Lutetia, Marcum Orry, 1603.

49 M. Helin, La clef..., p. 68.

50 F. Drexl, « Das Traumbuch des Patriarchen Germanos », dans Laographia, 7, 1923, p. 428-448.

51 Libro dei Sogni..., p. 15.

52 M. Forster, « Das alteste kymrische... », p. 60. Des versions latines ont été éditées par L. T. Martin, « The Earliest Versions of the Latin Somniale Danielis », dans Manuscripta, 23, 1979,p. 131-141 ; Id., Somniale Danielis ; An Édition of a Medieval Latin Dream Interpretation Handbook, Frankfurt, 1981, p. 95-212 et S. T. Fisher, The Complete Medieval Dreambook : A Multilingual, Alphabetical Somnia Danielis Collation, Bern et Francfort, 1982. L’exemplaire le plus ancien conservé en France date du xiie siècle : BN. Lat, 18415. Un manuscrit du ixe siècle se trouve à la bibliothèque d’Upsala. Voir J. GRUB, Das lateinische Traumbuch im Codex Upsaliensis C 664 (9. Jh) : Eine fruhmittelalterliche Fassung der lateinischen Somniale Danielis-Tradition, Francfort, 1984.

53 A. Paradis, « Les oniromanciens et leurs traités des rêves », dans G. H. Allard, Aspects de la marginalité au Moyen Âge, Montréal, 1975, p. 121 ; L. T. Martin, Somniales Danielis..., p. 13-62 ; M. Forster, « Das alteste kymrische... », p. 60. Sur les manuscrits en différentes langues voir page 1 de l’ouvrage précité de L.T. Martin.

54 M. Förster a édité certaines versions anglaises : « Beiträge zur mittelalterlichen Volkskunde », dans Archiv fiir das Studium des Neueren Sprachen und Literatur, 120, 1908, p. 302-305, Ibid., 121, 1909, p. 302-305 ; Ibid, 127, 1911, p. 31-84 ; Ibid., 134, 1916, p. 264-293. Pour une version allemande voir D. Graffunder, « Daniels Traumdeutungen. Ein mittelalterliches Traumbuch in deutschen Versen », dans Zeitschrift fur deutsches Altertum und deutsche Literatur, 48, 1907, p. 507-31 et S. T. Fischer, The Complete Dreambook...

55 Exposicions et significations des songes (et) Les songes Daniel éd. F. Berriot, Genève, 1989, p. 314-325.

56 M. Förster, « Das alteste kymrische... », p. 60.

57 Pour une édition de ce texte voir R. I. Best, dans Essays and Studies presented to Professor Esinn Mac Neill, éd. J. Ryan, Dublin, 1949, p. 3-12.

58 M. Förster, « Das alteste kymrische... », p. 58.

59 M. Förster, « Beitrage zur Mittelalterlichen... », 134, 1916, p. 268 et note 1 de la page 267.

60 E. O. G. Turville-petre, « An Icelandic version of the Somniale Danielis », dans Nordica et Anglica studies in honor of S. Einarson, Paris, 1968, p. 20-39.

61 R. Cooper, « Deux médecins royaux onirocrites : Jehan Thilbault et Auger Ferrier », dans Le songe à la Renaissance..., p. 55.

62 F. Berriot, « Clés des songes françaises... », p. 28-31.

63 Libre dei sogni..., p. 16 ; S.F. Kruger, Dreaming in the Middle Ages, Cambridge, 1992, p. 14. Kruger précise que c’est essentiellement à travers la tradition orale que les Somniale Danielis touchent les couches populaires.

64 Ibid., p. 14-16.

65 On a par exemple retrouvé une Somniale Danielis précédant un traité du physicien arabe Rasis. Voir D. G. Hoffmeister, « Rasis’Traumlehre. Traumbücher des Spätmittelalters » dans Archiv fiir Kulturgeschichte, 51, 1969, p. 1335-1348.

66 L. T. Martin, Somniale Danielis..., p. 41-42 et 50-51. L’auteur explique que deux Somniales Danielis auraient été copiées à son attention. Elles se trouvent dans des manuscrits contenant des traités historiques et un traité sur les vertus des rois.

67 S. F. Kruger, Dreaming..., p. 15.

68 L. T. Martin, Somniales Danielis..., p. 36-38.

69 G. Duby, « Le mariage dans la société du haut Moyen Âge », dans Id., Mâle Moyen Âge, Paris, 1988, p. 13.

70 P. Buc, L’ambiguïté du livre, prince, pouvoir et peuple dans les commentaires de la Bible au Moyen Âge, Paris, 1994, p. 404.

71 Ibid., p. 405.

72 Les références faites ici aux clefs des songes seront présentées de la manière suivante :
– pour la clef d’Achmet : indication du manuscrit, du chapitre, et du numéro du songe tel qu’il apparaît dans l’édition de ces clefs donnée par François Berriot (ex : Ms A, Du lyon, 3).
– pour les clefs des songes Daniel : titre de la clef et numéro du songe (ex. : Ce sont li somges, 1).

© Presses universitaires de Strasbourg, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search