Version classiqueVersion mobile

Les clefs des songes médiévales

 | 
Valérie Bach

Introduction

Texte intégral

  • 1 J. Le Goff, L'imaginaire médiéval, Paris, 1991 (éd. orig. 1985), p. VI.

1« Les images qui intéressent l’historien sont des images collectives, brassées par les vicissitudes de l’histoire, elles se forment, changent, se transforment. Elles s’expriment par des mots, des thèmes. Elles sont léguées par des traditions, s’empruntent d’une civilisation à une autre, circulent dans le monde diachronique des classes et des sociétés humaines1. »

2Pour qui s’interroge sur les représentations nourries par les hommes du Moyen Âge, la prise de conscience de l’entrelacement inextricable des trois registres de l’imaginaire, du réel et du symbolique est indispensable. Jacques Le Goff définit la représentation comme « la traduction mentale d’une réalité extérieure perçue et liée au processus d’abstraction ». Il existe dans son champ une part d’imaginaire qui demeure à l’œuvre et la déborde « par sa fantaisie ». La représentation subit aussi l’influence de l’idéologie, cette « conception du monde » qui lui impose un sens pervertissant le « réel » matériel comme le « réel » imaginaire.

  • 2 Ibid, p. II-III.

3L’idéologie opère un véritable « coup de force » contraignant le « réel » à entrer « dans un cadre conceptuel préconçu » et a par là une relation avec l’imaginaire : « les systèmes idéologiques, les concepts organisateurs de la société forgées par les orthodoxies régnantes (ou par leurs adversaires) ne sont pas des systèmes imaginaires à proprement parler. Mais là encore, la frontière est parfois difficile à tracer »2.

  • 3 Id., « Le christianisme et les rêves (iie-viie siècle) », dans Id, L’imaginaire..., p. 265.

4Les clefs des songes qui présentent selon un ordre thématique ou alphabétique les songes et leurs interprétations sont pétries d’imaginaire, mais le réel et l’idéologique y exercent aussi leurs influences conjointes. La marque de l’époque y est donc très forte. Elles n’ont retrouvé un regain de faveur au XIIe siècle, après avoir subi la méfiance et l’ostracisme de l’Église, qu’au prix de subir l’empreinte du discours dominant3.

  • 4 F. Berriot, « Clefs des songes françaises de la Renaissance », dans Le songe à la Renaissance, éd. (...)

5Selon François Berriot « le désordre apparent du Livre de Daniel recèle une rationalité et une morale dé l0ibérément enseignée par ceux qui ont conçu puis transmis et adopté au fil des siècles le traité. Car ce bref recueil est [...] un des livres les plus populaires en Europe et dans le monde méditerranéen, au Moyen Âge et à la Renaissance [...] Le livre de Daniel reste un instrument de christianisation, de moralisation, d’adaptation de l’individu à son groupe social »4.

  • 5 J.-C. Schmitt, « Rêver au xiie siècle », dans I sogni nel Medioevo, Rome, 1985, p. 315.

6Analysant les songes de Guibert de Nogent, moine du xiie siècle expliqués par sa mère et son précepteur, Jean-Claude Schmitt remarque que l’interprète des songes exerce un véritable pouvoir, il contrôle l’imaginaire d’autrui, agit sur les rapports sociaux, oriente les comportements : « dans la société féodale, le rêve n’a pas seulement une valeur individuelle, il a une efficacité sociale »5.

7C’est ce pouvoir, ce contrôle et cette orientation que nous nous proposons d’interroger et de définir à travers l’analyse des clefs des songes médiévales. Plus précisément nous interrogerons l’idéologie véhiculée par des sources du xiiie au xve siècle, écrites en français et nous en dégagerons les représentations du monde, de soi et des autres qui y sont offertes, voire imposées aux consultants.

  • 6 J. Le Goff, L’imaginaire..., p. XIII.

8Bien que ces sources soient des traductions et des adaptations d’écrits antérieurs, elles n’en reflètent pas moins l’histoire et la culture de l’époque de leur réécriture. Jacques Le Goff a en effet défini l’histoire comme « transformation et mémoire, mémoire d’un passé qui ne cesse de vivre et de changer sous le regard de sociétés successives »6.

  • 7 L’érudit Speculum naturale de Vincent Beauvais, mais aussi des vulgarisations comme le De propriet (...)
  • 8 Gilles de Rome, Le Livre du gouvernement des princes (trad, du De regimine principum) éd. S. P. Mo (...)

9La réintroduction des clefs des songes dans l’horizon médiéval dès le xiie siècle participe de cette grande soif de connaissances qui donna lieu à tant de traductions et de compilation. Il ne faut pas perdre de vue cependant que dans les encyclopédies7 la nature est présentée comme le miroir de l’homme et sert de prétexte à un enseignement chrétien et moral. Les bestiaires viennent eux-mêmes par le biais du monde animal, signifier à l’homme son destin et la grandeur de Dieu. S’ils sont nourris de tradition antique et se rattachent au Physiologus grec du iie siècle, la copie aux xiie et xiiie siècles de manuscrits latins et leur traduction en langue vernaculaire portent cependant l’empreinte de la société dans laquelle s’inscrivent scripteurs, lecteurs, auditeurs. La plupart des réceptionnaires de ces écrits sont les rois, les princes, les grands seigneurs, l’élite cultivée, mais un plus large public est aussi visé. Gilles de Rome (1247-1316) ne précise-t-il pas que son Livre du gouvernement des princes, écrit à la demande de Philippe III, est fait pour enseigner les rois et les princes mais que le peuple lui-même peut-être éduqué par lui ? Les uns apprennent à commander, les autres à obéir8.

  • 9 Pierre de Beauvais, dans Bestiaires du Moyen Âge, éd. G. Bianciotto, Paris, 1980, p. 21.
  • 10 Bestiaire dans Bestiaires...

10Qu’en est-il des clefs des songes ? Sont-elles là, comme les bestiaires, pour donner des « exemples de religion et de foi9 » ou bien, à l’instar de Richard de Fournival10, les interprètes ont-ils détourné le symbolisme à d’autres fins encore ? Y est-il aussi enseigné comment commander et comment obéir ?

11Pour répondre à ce questionnement une analyse systématique de chaque clef s’avère indispensable. Nous procéderons à l’étude des Songes Daniel, bien que la clef d’Achmet, par son ampleur, soit appelée à constituer l’essentiel de notre corpus.

  • 11 Un ordre très proche est respecté dans les encyclopédies.

12Avant de présenter plus en détail chacune de ces clefs des songes, il paraît nécessaire de préciser que nous nous livrerons à une analyse longitudinale, thème après thème, de leur contenu. La nature des thèmes oniriques, leur ordre de présentation et les présages effectués ne sont pas effets du hasard. S’il existe des symboles et des distributions consacrés par l’usage, c’est qu’elles procèdent d’une organisation voulue et jugée efficace11. La progression qui va de l’Au-delà à l’Ici-bas, de l’homme à l’animal respecte une hiérarchie intentionnelle, permet de soutenir un projet que révèle le choix des songes et l’emprise exercée sur eux par les interprétations. Nous entendons découvrir ainsi quelles caractéristiques de l’Au-delà et de l’Ici-bas ont été mises en avant et à quelles fins. Comment la doctrine chrétienne, le cosmos, le règne végétal et animal ont-ils été invoqués ? Comment leurs apparitions en songe ont-elles été codifiées en présages ? Quelles sont les conséquences de cette transcription ?

13Puisque dans l’esprit du Moyen Âge, le monde est le miroir de l’homme, les représentations qui en sont données ne peuvent que refléter et influencer celles que l’individu a de lui-même et des autres. L’image de soi peut-être dégagée de l’analyse de l’image du corps, selon la même démarche d’analyse longitudinale que précédemment. Mais à l’image d’autrui n’est consacré ouvertement aucun chapitre en particulier. Les clefs des songes ne l’affichent pas à leur programme bien qu'elle apparaisse au détour de chaque interprétation des songes et traverse chaque thème onirique de part en part.

14Une analyse transversale permettra de rassembler les images diffractées par les diverses facettes du miroir des songes. Au scintillement de l’image de soi masculine viendra ainsi s’opposer la figure de l’ennemi qui hante ces clefs des songes médiévales.

15Chaque époque ayant sa spécificité et chaque document s’inscrivant dans un contexte précis, nous essayerons d’en rendre compte par la référence à d’autres écrits, littéraires, historiques, ou scientifiques. Mais cela se fera brièvement sous peine de digression venant rompre le fil de l’analyse.

Notes

1 J. Le Goff, L'imaginaire médiéval, Paris, 1991 (éd. orig. 1985), p. VI.

2 Ibid, p. II-III.

3 Id., « Le christianisme et les rêves (iie-viie siècle) », dans Id, L’imaginaire..., p. 265.

4 F. Berriot, « Clefs des songes françaises de la Renaissance », dans Le songe à la Renaissance, éd. F. Charpentier, Nice, 1990, p. 27-28.

5 J.-C. Schmitt, « Rêver au xiie siècle », dans I sogni nel Medioevo, Rome, 1985, p. 315.

6 J. Le Goff, L’imaginaire..., p. XIII.

7 L’érudit Speculum naturale de Vincent Beauvais, mais aussi des vulgarisations comme le De proprietatibus rerum de Barthélemy l’Anglais, Le livre du Trésor de Brunetto Latini.

8 Gilles de Rome, Le Livre du gouvernement des princes (trad, du De regimine principum) éd. S. P. Moleaner, Paris, 1899, I, Folio 1, 25 à 27, et 39 à 41.

9 Pierre de Beauvais, dans Bestiaires du Moyen Âge, éd. G. Bianciotto, Paris, 1980, p. 21.

10 Bestiaire dans Bestiaires...

11 Un ordre très proche est respecté dans les encyclopédies.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search